L INDUSTRIE MANUFACTURIÈRE EN FRANCE EN 2010

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L INDUSTRIE MANUFACTURIÈRE EN FRANCE EN 2010"

Transcription

1

2 2

3 L INDUSTRIE MANUFACTURIÈRE EN FRANCE EN 2010 L industrie manufacturière en France métropolitaine employait 3,68 millions de salariés en Ils ne sont plus que 2,82 millions en La suppression de emplois en moins de 20 ans surestime toutefois le recul de l industrie manufacturière car certaines activités externalisées (maintenance, entretien, sécurité) ne sont plus comptées dans les entreprises industrielles mais dans des sociétés de services. En 2010, la région Ile-de-France et l aire urbaine de Paris ne supplantent pas les autres territoires en termes d emplois industriels comme ce peut être le cas dans d autres secteurs. L industrie y pèse moins de 10% des emplois salariés du secteur privé. L Ile-de-France et le sud du pays, de l Aquitaine à Provence-Alpes-Côte-D'azur, sont les régions où l industrie est proportionnellement la moins présente. 3

4 Carte 1 4

5 Carte 2 5

6 Carte 3 LA DÉSINDUSTRIALISATION PLUS FORTE ET PLUS PRECOCE EN FRANCE QU EN EUROPE DURANT LES ANNÉES 2000 Durant la phase d expansion économique , l emploi industriel 1 a décliné en Europe, notamment dans ses principaux pays, sauf en Italie. La France se distingue par une baisse plus forte. Le déclenchement de la crise en 2008 accentue le recul de l emploi sauf en Allemagne et aux Pays-Bas. Sur l ensemble de la période , la France accuse une baisse de l emploi industriel bien plus marquée qu ailleurs en Europe, à l exception de l Espagne. 1 Dans cette partie consacrée aux comparaisons en Europe, l industrie ne se limite pas à l industrie manufacturière mais inclut le secteur minier. 6

7 LA DÉSINDUSTRIALISATION PLUS FORTE ET PLUS PRÉCOCE EN FRANCE QU EN EUROPE DURANT LES ANNÉES 2000 Durant la phase d expansion économique , l emploi industriel 2 a décliné en Europe, notamment dans ses principaux pays, sauf en Italie. La France se distingue par une baisse plus forte. Le déclenchement de la crise en 2008 accentue le recul de l emploi sauf en Allemagne et aux Pays-Bas. Sur l ensemble de la période , la France accuse une baisse de l emploi industriel bien plus marquée qu ailleurs en Europe, à l exception de l Espagne. 5% Graphique 1 : Croissance de l'emploi dans l'industrie (source : Eurostat) 0% % -10% -15% -20% -25% Allemagne France Italie Espagne Pays-Bas UE (27 pays) 2 Dans cette partie consacrée aux comparaisons en Europe, l industrie ne se limite pas à l industrie manufacturière mais inclut le secteur minier. 7

8 20% 18% 16% Graphique 2 : Part de l'industrie dans l'emploi en 2010 (source : Eurostat) 18,5% 19,3% 15,9% 14% 12% 12,0% 12,9% 10,5% 10% 8% 6% 4% 2% 0% Allemagne France Italie Espagne Pays-Bas UE (27 pays) En 2010, la part de l industrie dans l emploi est nettement plus faible en France qu en Europe. L externalisation de certaines activités a pu connaître une ampleur variable selon les pays. En intégrant les services aux entreprises, même s ils ne sont pas tous destinés aux établissements industriels, l écart de la France avec les principaux pays européens se resserre. Graphique 3 : Part de l'industrie et des services aux entreprises dans l'emploi en 2010 (source : Eurostat) 35% 32,6% 32,0% 30% 26,8% 25,7% 27,8% 28,6% 25% 20% 15% 10% 5% 0% Allemagne France Italie Espagne Pays-Bas UE (27 pays) 8

9 15% 10% Graphique 4 : Croissance de l'emploi dans l'industrie et les services aux entreprises (source : Eurostat) Allemagne France Italie Espagne Pays-Bas UE (27 pays) 5% 0% % -10% Mais la baisse de l emploi demeure plus importante en France sur l ensemble de la période en raison des pertes d effectifs durant les années

10 LA DÉSINDUSTRIALISATION S ACCENTUE EN FRANCE DANS LA PLUPART DES BRANCHES DURANT LES ANNÉES 2000 Avant le déclenchement de la crise de 2008, la croissance de l emploi a fléchi, et les effectifs se sont réduits dans la plupart des branches. Dans certaines d entre elles, la baisse fut forte dès les années 1990 et elle s est maintenue par la suite. Ce sont les branches à moindre qualification de la main-d œuvre et concurrencées par les pays à faible coût du travail (habillement, cuir et chaussure). Dans celles à plus fort contenu technologique, le repli de l emploi fut plus progressif mais néanmoins très important. L industrie automobile et la fabrication de produits informatiques, électroniques et optiques sont parmi les plus symptomatiques. De 2003 à 2007, seule la branche des autres transports (aéronautique, ferroviaire et naval) accroît ses effectifs salariés. Après le déclenchement de la crise, elle les stabilise, tout comme les industries alimentaires. Graphique : 5 Croissance de l'emploi salarié par branche de l'industrie manufacturière Réparation de machines 4% Autres industries 2% Meubles 0% -2% Autres matériels de transport -4% Automobiles -6% -8% Machines et équipements -10% Industries alimentaires Boissons Textiles Habillement Cuir chaussure Travail du bois, sauf meubles Papier et carton Equipements électriques Informatique électronique (source : Pôle emploi) Produits métalliques Métallurgie Produits minéraux Chimie Pharmacie Caoutchouc plastique Imprimerie Cokéfaction raffinage 10

11 Graphique 6 : Croissance de l'emploi salarié de 2007 à 2010 (source : Pôle emploi) -8,9% -7,4% -7,5% -2,9% -3,0% -3,0% -3,1% -3,4% -3,7% -3,7% -3,8% -3,9% -3,9% -4,1% -4,9% -5,2% -5,5% -5,8% -6,0% -1,6% -1,8% 0,1% -0,1% Fabrication d'autres matériels de transport Industries alimentaires Industrie pharmaceutique Fabrication de boissons Travail du bois et fabrication d'articles en bois et en liège, sauf meubles Industrie chimique Réparation et installation de machines et d'équipements Cokéfaction et raffinage Fabrication d'équipements électriques Fabrication d'autres produits minéraux non métalliques Autres industries manufacturières Industrie du cuir et de la chaussure Fabrication de produits métalliques, sauf machines et équipements Fabrication de produits en caoutchouc et en plastique Industrie du papier et du carton Métallurgie Fabrication de machines et équipements n.c.a. Fabrication de produits informatiques, électroniques et optiques Industrie automobile Imprimerie et reproduction d'enregistrements Fabrication de meubles Fabrication de textiles Industrie de l'habillement -10% -8% -6% -4% -2% 0% 2% Durant la période , l emploi industriel ralentit ou diminue alors que le secteur est dans une phase de croissance économique. Pour la majorité des branches, la valeur ajoutée à prix constants progresse. Mais cette croissance est insuffisante pour dynamiser l emploi qui diminue dans la plupart des branches industrielles. S il existe bien une relation linéaire entre ces deux variables économiques comme le montre le graphique n 7 concernant cette période, le lien entre elles est cependant relativement ténu. Quand la croissance de la valeur ajoutée dans une branche est supérieure d un point à celle observée en moyenne dans l industrie manufacturière, la progression de l emploi y est plus soutenue de seulement 0,36 point. Déjà ténu, ce lien s annule sous l effet de la crise survenue en La relation linéaire entre les deux variables disparaît (Graphique n 8). Les écarts entre branches 11

12 de la croissance de la valeur ajoutée ne se répercutent plus, même partiellement, sur l emploi mais presque intégralement sur la productivité du travail (Graphique n 9). Quand la croissance de la valeur ajoutée dans une branche est supérieure de 1 point à la moyenne, ses gains de productivité sont plus élevés de 0,85 point 3. Ainsi les branches en phase de croissance, certes peu nombreuses durant cette période , ne se distinguent guère des branches en récession en termes d emploi. Prudentes, les premières réalisent des gains de productivité plus importants tandis que les secondes les limitent pour préserver l emploi. Graphique 7 : Croissance annuelle de la valeur ajoutée à prix constants et de l'emploi équivalent temps plein par secteur de 2003 à 2007 (source : Insee, comptes nationaux) 2% -2% Emploi Valeur ajoutée 0% -10% -5% 0% 5% 10% 15% -4% -6% -8% y = 0,27x - 0,0291 R² = 0,1822 si on enlève les 3 points aberrants y=0,36x-0,022 R² = 0, % 3 L effet sur l emploi n est pas le solde de 0,15 point, qui inclut aussi la partie non expliquée par la relation estimée. 12

13 Graphique 8 Croissance annuelle de la valeur ajoutée à prix constants et de l'emploi équivalent temps plein par secteur de 2007 à 2011 (source : Insee, comptes nationaux) 1% -1% Emploi Valeur ajoutée 0% -16% -14% -12% -10% -8% -6% -4% -2% 0% 2% 4% 6% y = 0,1878x - 0,0311 R² = 0,1673-2% -3% -4% -5% -6% -7% -8% Graphique 9 Croissance annuelle de la valeur ajoutée à prix constants et de la productivité par secteur de 2007 à 2011 (source : Insee, comptes nationaux) 10% Productivité 8% TIC Métallurgie y = 0,8457x + 0,0324 R² = 0,7849 Textiles 6% Imprimerie 4% Caoutchouc plastique Papier carton Minéraux Meubles Autres Boissons Machines 0% Valeur ajoutée -16% -14% -12% -10% -8% -6% -4% -2% Industrie alimentaire 0% 2% 4% 6% -Habillement Produits métalliques -2% Cuir chaussure Automobile Equipements électriques -4% 2% -6% -8% Chimie Bois Autre matériel de transport Pharmacie Réparation installation Cokéfaction raffinage -10% -12% 13

14 LA DÉSINDUSTRIALISATION S ACCENTUE EN FRANCE DANS PRESQUE TOUS LES TERRITOIRES MAIS À DES RYTHMES DIFFERENTS De la récession de 1993 au ralentissement économique de 2003, bon nombre de régions métropolitaines perdent des emplois salariés industriels (carte n 4). La baisse la plus forte est en Ile-de-France où elle atteint -2,7 %, puis dans les régions du Nord et de l Est de la France (Alsace exceptée). En revanche, l arc Atlantique-Méditerranée qui s étend de la Bretagne à la Provence, bénéficie d une augmentation des effectifs salariés dans l industrie manufacturière. Durant la phase d expansion économique , cet arc complété de Rhône- Alpes continue d enregistrer une évolution de l emploi salarié industriel plus favorable que dans les autres régions. Même s'il s agit néanmoins d une baisse des effectifs. Seule la région Midi-Pyrénées enregistre une progression. Le recul le plus prononcé est observé en Lorraine et en Ile-de-France. Le déclenchement de la crise en 2008 entraîne une baisse de l emploi industriel dans toutes les régions métropolitaines (carte n 6). Elle est particulièrement prononcée dans le nord-est du pays (Picardie, Champagne-Ardenne et Lorraine). Elle est en revanche de moindre ampleur sur l arc Atlantique-Méditerranée. Il s ensuit donc un début de rééquilibrage géographique de l industrie vers cette partie du territoire national, où elle était initialement moins présente (carte n 7). De l Aquitaine à la Provence, la «résistance» de l industrie manufacturière à la crise se manifeste dans toutes les aires urbaines comptant plus de salariés dans ce secteur. Mais en Bretagne et dans les Pays de la Loire, elle préserve moins les aires urbaines de Nantes et de Rennes que celles de taille plus modeste. 14

15 Carte 4 15

16 Carte 5 16

17 Carte 6 17

18 Carte 7 18

19 Carte 8 19

20 Graphique 10 : Evolution annuelle de l'emploi salarié de l'industrie manufacturière par territoire (source : Pôle emploi) 2% 1% 0% -1% -2% -3% -4% -5% -6% -7% La désindustrialisation a davantage affecté les grands pôles urbains (au moins emplois) que les autres territoires (cf. annexe 2 pour la classification de ces territoires). La baisse de l emploi industriel y est plus marquée que dans le périurbain de province, dans les pôles petits et moyens et leurs couronnes, dans les autres communes multipolarisées ou isolées (graphique n 10). De ces grands pôles, le plus touché est celui de Paris. Son territoire périurbain subit aussi un important recul de l emploi industriel depuis A l inverse, les pôles des aires urbaines de plus de habitants sont ceux qui ont le mieux résisté à la désindustrialisation. Toutefois, ces disparités entre territoires disparaissent pour l essentiel depuis Seul le périurbain parisien enregistre une baisse de l emploi industriel nettement plus forte. 20

21 GAINS ET PERTES D ATTRACTIVITÉ DES TERRITOIRES Ces évolutions de l emploi industriel, différentes selon les périodes et les territoires, résultent-elles d effets sectoriels ou géographiques? Un territoire peut pâtir des difficultés d une branche industrielle, qui dépassent le cadre local. Il s agit alors d un effet sectoriel. A l inverse, un territoire peut être le lieu de créations ou de suppressions d emplois dans une branche, qui se démarquent de la tendance observée dans cette même branche au niveau national. C est alors un effet géographique propre au territoire étudié. Ces deux effets peuvent être mesurés et testés au niveau de tous les territoires, puis de chacun d eux (cf. annexe 1 pour la méthode et les résultats détaillés). EFFET SECTORIEL Des estimations réalisées, il ressort que l effet sectoriel est significatif 4 sur le plan statistique, quel que soit le type de territoire étudié (région, aire urbaine, urbain/périurbain) et la période considérée. Dans tous les cas de figure, l évolution de l emploi industriel s écarte de la tendance nationale selon les spécificités sectorielles du territoire. Cette correction est le plus souvent d une ampleur relativement limitée. Il peut toutefois, ponctuellement, se révéler important. Les tableaux ci-après résument les effets sectoriels les plus conséquents, favorables ou non, parmi ceux qui sont significatifs sur le plan statistique. Effet sectoriel par région sur la croissance annuelle de l emploi salarié dans l industrie manufacturière Franche-Comté : 0,33 Midi-Pyrénées : 0,64 Midi-Pyrénées : 0,81 Auvergne : 0,25 Aquitaine : 0,43 Bretagne : 0,79 PACA : 0,29 Aquitaine : 0,60 PACA : 0,42 Languedoc-Roussillon : 0,37 Nord-Pas-de-Calais : -0,30 Rhône-Alpes : -0,33 Franche-Comté : -0,53 Champagne-Ardenne : -0,26 Lorraine : -0,39 Rhône-Alpes : -0,38 4 La probabilité que l effet sectoriel soit significatif, c est-à-dire non nul, est supérieure ou égale à 90%. 21

22 Lecture : durant la période , la région Nord-Pas-de-Calais pâtit d un effet sectoriel qui réduit l évolution de l emploi industriel de 0,30 point de croissance par an tandis que la région Franche-Comté bénéficie d un effet sectoriel de 0,33 point par an. Effet sectoriel par aire urbaine 5 sur la croissance annuelle de l emploi salarié dans l industrie manufacturière Bordeaux : 0,30 Bordeaux : 0,67 Toulouse : 1,66 Marseille Aix : 0,50 Bordeaux : 0,56 Marseille-Aix : 0,41 Lille : -0,52 Lille : -0,95 Grenoble : -1,21 Grenoble : -0,40 Grenoble : -0,47 Nancy : -0,29 Lyon : -0,42 Nancy : -0,33 En revanche, toutes les catégories de pôles urbains et de territoires périurbains ainsi que les autres communes multipolarisées ont un effet sectoriel certes significatif mais faible, inférieur en valeur absolue à 0,30 point de croissance par an. EFFET GÉOGRAPHIQUE A la différence de l effet sectoriel, l effet géographique 6 n est pas systématiquement significatif sur le plan statistique. Durant les trois périodes évoquées, le facteur régional influe globalement sur l évolution de l emploi industriel mais il n en est pas de même dans chacune des régions prises isolément. Les cartes ci-après présentent uniquement les effets géographiques significatifs, qui infléchissent assurément, à la hausse ou à la baisse, l évolution nationale de l emploi industriel et les effets sectoriels locaux. 5 Pour une même période, l effet sectoriel ou géographique d une aire urbaine ne peut pas être comparé à celui d une région. La mesure est relative à un ensemble qui dans le premier cas est le territoire des 25 premières aires urbaines en population et en emploi, et qui dans le second est le territoire métropolitain. 6 L effet géographique sur lequel insiste l étude n est pas synthétisé dans des tableaux mais illustré sur les cartes ci-après. Les résultats précis et détaillés figurent de surcroît en annexe. 22

23 Carte 9 23

24 Carte 10 24

25 Carte 11 25

26 Pour la région Lorraine par exemple, l effet géographique n est pas significatif durant la période mais il le devient lors de la phase ascendante du cycle économique Négatif, il accentue alors de 1,85 point par an la baisse de l emploi industriel dans la région, laquelle ne se réduit pas à un effet sectoriel défavorable. L effet géographique négatif traduit une perte d attractivité industrielle de la Lorraine. Elle perdure dans la phase de crise , à un degré moindre toutefois (-1 point par an). L Ile-de-France et la Picardie sont les deux autres régions également affectées d une perte d attractivité. A l inverse, l arc Atlantique-Méditerranée où l évolution de l emploi industriel est la plus favorable, bénéficie d un gain d attractivité durant la période , à l exception de la région PACA. Toutefois, cet effet géographique s épuise pour certaines de ces régions. Pendant les années , il est seulement significatif en Bretagne, dans les Pays de la Loire, en Rhône-Alpes et surtout en Midi-Pyrénées où il dynamise la croissance de l emploi industriel de 2 points par an. Durant la période de crise, l attractivité industrielle demeure forte en Midi- Pyrénées (1,5 point), et dans les deux régions limitrophes que sont l Aquitaine et le Languedoc-Roussillon. Cette géographie de l attractivité industrielle se retrouve peu ou prou au niveau des principales aires urbaines qui, au nombre de 25, avaient chacune plus de emplois au recensement de

27 Carte 12 27

28 Carte 13 28

29 Carte 14 29

30 Tout d abord, le facteur géographique influe globalement sur l évolution de l emploi industriel des principales aires urbaines durant la période Il est bien significatif sur le plan statistique quand elles sont considérées dans leur ensemble. Mais prises séparément, seulement 14 aires urbaines sur 25 présentent un effet géographique significatif. Paris, Lille et Nancy perdent alors en attractivité industrielle. A l exception de Strasbourg, les aires urbaines gagnant en attractivité sont situées sur l arc Atlantique-Méditerranée et en Rhône-Alpes. Dans celles de Toulouse et de Grenoble, l effet géographique apporte un peu plus de 2 points par an à la croissance des effectifs salariés de l industrie manufacturière. A partir de 2003, le facteur géographique n est plus aussi discriminant. Il n est plus significatif pour les aires urbaines prises dans leur globalité mais il le demeure pour le regroupement des plus importantes d entre elles, qu elles comptent plus de emplois ou plus de habitants. Tandis que Paris continue de perdre en attractivité industrielle, les gains se concentrent autour de Nantes, Lyon, Marseille-Aix et surtout de Toulouse durant les années d expansion , avant de se limiter aux aires urbaines de Toulouse et de Bordeaux pendant la période de crise. 1,0 Graphique 10 : Effet géographique par territoire sur la croissance annuelle de l'emploi salarié de l'industrie manufacturière 0,5 0,0-0,5-1,0-1,5-2,0-2, ,0 30

31 D après l analyse par type de territoire (urbain, périurbain), la taille des pôles urbains et des espaces périurbains correspondants est de nature à modifier l évolution de l emploi industriel, toutes choses égales par ailleurs. Le facteur géographique associé à cette classification du territoire est significatif sur le plan statistique pour les trois périodes étudiées. L analyse confirme notamment la perte d attractivité industrielle de la métropole parisienne mais aussi de son territoire périurbain, tout particulièrement depuis En revanche, les métropoles régionales considérons ici qu il s agit des pôles des aires urbaines comptant de à 10 millions d habitants ont une attractivité croissante jusqu au déclenchement de la crise. Depuis 2008, seuls les pôles des aires urbaines de à habitants sont attractifs en termes d emplois industriels. Leur espace périurbain était le seul territoire de ce type à bénéficier d un effet géographique positif durant la période En résumé, la géographie de l attractivité industrielle épouse assez largement celle de l évolution de l emploi salarié dans ce secteur. Le début de rééquilibrage de la présence industrielle vers l arc Atlantique-Méditerranée au détriment de l Ile-de- France, de la Picardie, de la Lorraine et de l aire urbaine lilloise, ne se réduit pas à une explication sectorielle selon laquelle les branches industrielles en déclin se situeraient au Nord et à l Est quand les plus dynamiques d entre elles seraient concentrées à l Ouest et au Sud. Les gains d attractivité des territoires ont aussi contribué, voire avec plus d intensité, à ces évolutions géographiques. 31

32 32

33 ANNEXE 1 ANALYSE STRUCTURELLE GEOGRAPHIQUE Méthode de l analyse de la variance à deux facteurs Principes Méthode : estimation d une relation économétrique où l évolution de l emploi d un secteur dans un territoire durant une période donnée dépend de variables binaires d appartenance à chacun des territoires et à chacun des secteurs (ou variables indicatrices) de manière à mesurer leurs effets spécifiques respectifs Exemples : 21 variables binaires d appartenance à chacune des régions métropolitaines (sans la Corse où l industrie est très peu présente) 23 secteurs de l industrie manufacturière (hors industrie du tabac absente de nombreuses régions). - Estimation des coefficients associés à chacune des variables binaires d appartenance à partir des observations. - Une observation est le taux de croissance des effectifs salariés d un secteur dans un territoire (région, aire urbaine, etc.). Avantages : L effet géographique ou territorial n est pas obtenu par solde (tout ce qui n est pas expliqué par l effet structurel ou sectoriel) mais mesuré Un test statistique mesure si le facteur géographique et le facteur structurel obtenus sur l ensemble des observations sont significatifs, en d autres termes si la probabilité est très forte que les effets des régions ou des secteurs ne soient pas nuls Les effets géographiques et sectoriels sont calculés pour chaque région et testés : la probabilité est-elle très forte que ces effets ne soient pas nuls? 33

34 Calculs 7 Le taux d évolution de l emploi du secteur j dans le territoire i e ij se décompose ainsi : = a i coefficient associé à la région R i : effet spécifique à la région R i b j coefficient associé au secteur S j : effet spécifique au secteur S j c : constante non associée à une région ou à un secteur ij : résidu de l équation Du fait de la relation linéaire entre la constante et la somme des variables binaires, les coefficients ne sont pas identifiables et ne peuvent être mesurés. Deux relations supplémentaires sont nécessaires : = =0 = =0 E : emploi tous territoires, tous secteurs, à la date initiale E i : emploi du territoire i, tous secteurs, à la date initiale E j : emploi du secteur j, tous territoires, à la date initiale E ij : emploi du secteur j dans le territoire i à la date initiale 7 Cette présentation de la méthode s inspire de celle faite par Carl Gaigné, Virginie Piguet et Bertrand Schmitt (INRA Dijon) dans leur étude «Evolution récente de l emploi industriel dans les territoires ruraux et urbains : une analyse structurelle-géographique sur données françaises», Revue d Economie Régionale et Urbaine, 2005, n 1. Je remercie chaleureusement Virginie Piguet pour toutes les précisions apportées concernant cette méthode. 34

35 p ij : poids du secteur j du territoire i dans l emploi total = Ces deux relations stipulent que la somme pondérée des effets spécifiques aux territoires ou aux secteurs est nulle. La mesure de ces effets n est donc pas absolue mais normée et relative à la couverture géographique et sectorielle qui est retenue. De l ensemble de ces relations, on déduit une nouvelle équation qui peut être estimée avec la méthode économétrique des moindres carrés ordinaires. Les coefficients et b j recherchés sont fonction respectivement des et mesurables et estimés. On teste ensuite si les facteurs géographiques et sectoriels sont significatifs ou non. Test sur la significativité du facteur géographique (test de Fisher) : Hypothèse nulle (non significativité) : = = = = = 0 Test sur la significativité du facteur structurel (test de Fisher) : Hypothèse nulle (non significativité) : = = = = = 0 Enfin, pour un territoire donné (région, aire urbaine, etc.), on calcule les effets géographique et structurel et on teste leur significativité. Effet géographique : Effet structurel : La significativité de ces effets est mesurée à partir du test de Student. 35

36 Données L étude porte sur les effectifs salariés par branche (nomenclature A88) et par commune de Pôle emploi, qui sont disponibles de 1993 à Les régions insulaires ne sont pas prises en compte en raison de leur très faible nombre d emplois industriels et précisément de leur insularité qui peut induire un effet géographique trop spécifique. Dans la nomenclature A88 de l Insee, l industrie manufacturière compte 24 branches. Celle de la fabrication de tabac est exclue de l analyse du fait d effectifs inexistants dans la plupart des territoires. Résultats Les effets sectoriels et géographiques dans les tableaux ci-après ne sont présentés que s ils sont significatifs au seuil de 10 % au moins. * : significatif au seuil de 10 % ** : 5 % *** : 1 % 36

37 REGIONS Effets géographiques par région (gain (+) ou perte (-) d attractivité) sur la croissance annuelle (en %) de l emploi salarié de l industrie manufacturière Ile-de-France -1,82*** -0,89*** -1,52*** Champagne-Ardenne Picardie -0,84*** -1,10** -1,26*** Haute-Normandie Centre Basse-Normandie -1,44*** Bourgogne Nord-Pas-de-Calais Lorraine -1,08*** -1,85*** -0,98* Alsace Franche-Comté -0,68* Pays-de-la-Loire 1,72*** 0,71* Bretagne 0,61** 0,63** 1,03** Poitou-Charentes 0,81*** Aquitaine 0,36*** 1,10** Midi-Pyrénées 0,99*** 1,53** 1,98** 1,47*** Limousin 0,89** Rhône-Alpes 0,77*** 0,55*** 0,96*** Auvergne 0,53* Languedoc-Roussillon 0,58** 0,69** 1,12** Provence-Alpes-Côted Azur Effets sectoriels par région sur la croissance annuelle (en %) de l emploi salarié de l industrie manufacturière Ile-de-France 0,10*** -0,17*** Champagne-Ardenne -0,26*** -0,20*** -0,22*** -0,27*** Picardie 0,04*** Haute-Normandie 0,12*** 0,08*** 0,14*** 0,09*** Centre 0,08*** -0,03*** -0,04*** 37

38 Basse-Normandie 0,07*** Bourgogne -0,07*** -0,08*** -0,09*** -0,17*** Nord-Pas-de-Calais -0,30*** -0,20*** -0,23*** -0,18*** Lorraine -0,11*** -0,22*** -0,17*** -0,39*** Alsace -0,15*** -0,14*** -0,27*** Franche-Comté 0,33*** -0,14** 0,14** -0,53*** Pays-de-la-Loire -0,12*** 0,15*** 0,13*** 0,19*** Bretagne 0,23*** 0,35** 0,20*** 0,79*** Poitou-Charentes -0,21*** -0,02* -0,08*** Aquitaine 0,13*** 0,45*** 0,43*** 0,60*** Midi-Pyrénées 0,52*** 0,64*** 0,81*** Limousin -0,23*** -0,14*** -0,27*** -0,09*** Rhône-Alpes -0,09*** -0,28*** -0,33*** -0,38*** Auvergne 0,25*** 0,08** 0,06* 0,09*** Languedoc-Roussillon -0,23*** 0,11*** -0,05*** 0,37*** Provence-Alpes-Côted Azur 0,10*** 0,35*** 0,29*** 0,42*** AIRES URBAINES Effets géographiques par aire urbaine (gain (+) ou perte (-) d attractivité) sur la croissance annuelle (en %) de l emploi salarié de l industrie manufacturière Paris -1,18*** -0,86*** -1,29*** -0,77** Lyon 0,73*** 0,95*** 1,72*** Marseille Aix 1,52** 1,10** 1,67** Toulouse 2,13*** 2,69** 3,52* 1,75** Lille -0,92*** -1,01** -1,52* Bordeaux 1,07*** 1,55** Nice 1,68*** 1,49*** Nantes 1,60*** 1,73** Strasbourg 0,82** Grenoble 2,04*** Rennes Rouen Toulon Douai Lens Montpellier Avignon 1,40*** 38

39 Saint-Etienne 1,10*** Tours Clermont-Ferrand 1,32*** Nancy -0,78** Orléans Caen Angers Metz Dijon Effets sectoriels par aire urbaine sur la croissance annuelle (en %) de l emploi salarié de l industrie manufacturière Paris 0,08*** 0,02** 0,09*** -0,05*** Lyon -0,14*** -0,33*** -0,42*** -0,34*** Marseille Aix 0,40** 0,50* 0,41*** Toulouse 1,66** Lille -0,52*** -0,59*** -0,95*** -0,26** Bordeaux 0,30* 0,57*** 0,67*** 0,56*** Nice 0,36*** 0,37*** Nantes -0,13* Strasbourg -0,10*** 0,08* 0,22*** Grenoble -0,40*** -0,54*** -0,47* -1,20*** Rennes Rouen -0,25* Toulon Douai Lens Montpellier -0,31** Avignon Saint-Etienne Tours Clermont-Ferrand Nancy -0,29*** -0,15* -0,33** Orléans Caen Angers -0,18*** -0,18** -0,25*** Metz Dijon 0,10** 39

40 TERRITOIRES URBAINS, PERIURBAINS Effets géographiques par territoire (gain (+) ou perte (-) d attractivité) sur la croissance annuelle (en %) de l emploi salarié de l industrie manufacturière Pôle aire parisienne -1,84*** -0,78** -1,59*** Pôle aire Mhab 0,27* 0,46** 0,46* Pôle aire Mhab Pôle aire Mhab 0,83* Pôle aire Mhab Pôle aire < 50 Mhab 0,98*** Périurbain aire parisienne -1,04* -1,68*** -1,04** -2,66*** Périurbain aire Mhab Périurbain aire Mhab 0,59** -0,66* Périurbain aire Mhab 0,71* Périurbain aire Mhab Périurbain aire < 50 Mhab Autre aire 0,74*** Autre commune multipolarisée 0,35* Commune isolée 40

41 Effets sectoriels par territoire sur la croissance annuelle (en %) de l emploi salarié de l industrie manufacturière Pôle aire parisienne 0,12*** -0,06** -0,23*** Pôle aire Mhab 0,06*** -0,06*** 0,08*** 0,06*** Pôle aire Mhab 0,15*** 0,14*** 0,26*** 0,02** Pôle aire Mhab -0,07*** -0,14*** -0,10*** -0,25*** Pôle aire Mhab -0,05*** -0,08*** -0,08*** -0,05*** Pôle aire < 50 Mhab 0,02*** -0,06*** 0,06*** 0,08*** Périurbain aire parisienne 0,10*** 0,18*** Périurbain aire Mhab Périurbain aire Mhab Périurbain aire Mhab -0,13*** -0,08*** -0,18*** 0,18*** 0,07*** -0,08*** 0,19*** 0,21*** 0,28*** Périurbain aire Mhab -0,13*** -0,05*** -0,17*** 0,04** Périurbain aire < 50 Mhab 0,14*** 0,07*** 0,08*** Autres aires -0,16*** -0,06*** -0,14*** 0,05*** Autre commune multipolarisée -0,22*** -0,10*** 0,14*** Commune isolée -0,06*** 0,05** -0,11*** 0,33*** 41

42 ANNEXE 2 CLASSIFICATION DES TERRITOIRES URBAIN / PERIURBAIN Parmi les grands pôles urbains (au moins emplois), l Insee ne fait pas de distinction. Supposant que cette catégorie d espace recouvre vraisemblablement des évolutions d emplois industriels très contrastées selon la taille du pôle, la classification du territoire retenue dans l étude croise deux classifications de l Insee, l une par catégorie de commune dans le zonage en aires urbaines de 2010, l autre par tranche d aire urbaine en 2010 selon le nombre d habitants. Ainsi dans l étude le territoire est subdivisé ainsi : Grands pôles (au moins emplois) - de l aire urbaine de Paris - d une aire urbaine de à 10 millions d habitants - d une aire urbaine de à habitants - d une aire urbaine de à habitants - d une aire urbaine de à habitants - d une aire urbaine de moins de habitants Périurbain des grands pôles : - couronne : communes de l aire urbaine, qui entourent le pôle et sont sous son influence (au moins 40% de leur population résidente ayant un emploi travaille dans le pôle ou dans des communes attirées par celui-ci). - communes «multipolarisées» : sous l influence de plusieurs grands pôles. Le périurbain est ventilé avec les mêmes tranches d aires urbaines par nombre d habitants. Autres aires : pôles petits ou moyens (moins de emplois) et sa couronne. Autres communes multipolarisées : sous l influence de plusieurs pôles petits ou moyens. Communes isolées hors influence des pôles. 42

43 Directeur de la publication : Pascal TATON Rédaction : John BAUDE Mise en page : Valérie DUMESNIL Coordination générale : Priscilla PIERRE Achevé d imprimer : septembre

44 44

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 9 décembre 2014 LE MARCHÉ IMMOBILIER EN 2014

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 9 décembre 2014 LE MARCHÉ IMMOBILIER EN 2014 CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 9 décembre 2014 LE MARCHÉ IMMOBILIER EN 2014 SYNTHÈSE DES CHIFFRES CLÉS Sources : FNAIM, CGEDD, SOeS, ECLN UN MARCHÉ PEU DYNAMIQUE ÉQUIVALENT À CELUI DE 2013 Quasi-stabilité

Plus en détail

Publication. 600 000 commerces de proximité en 2008

Publication. 600 000 commerces de proximité en 2008 Au 1 er janvier 2008, 600 000 commerces, sur un total de 830 000, peuvent être qualifiés de «commerces de proximité». Leur nombre a légèrement augmenté depuis 2002. Ces points de vente emploient la moitié

Plus en détail

Les Salles Art et Essai

Les Salles Art et Essai Les Salles Art et Essai octobre 2006 Centre National de la Cinématographie Service des études, des statistiques et de la prospective 12, rue de Lübeck 75784 Paris cedex 16 Tél : 01.44.34.38.26 Fax : 01.44.34.34.55

Plus en détail

L automobile dans l espace européen et français

L automobile dans l espace européen et français L automobile dans l espace européen et français Fin 2004, l industrie automobile emploie 2,54 millions de salariés 1 dans l Union européenne des 25. Ces salariés se répartissent pour 1,12 million dans

Plus en détail

DES ÉQUIPEMENTS SPORTIFS FRANÇAIS. Dossier de presse

DES ÉQUIPEMENTS SPORTIFS FRANÇAIS. Dossier de presse ATLAS DES ÉQUIPEMENTS SPORTIFS FRANÇAIS Mai 2011 L atlas des équipements sportifs, un outil au service de tous les acteurs du sport La base de données des équipements sportifs, espaces et sites de pratique

Plus en détail

L emploi régional en 2010 : effets structurels et dynamisme

L emploi régional en 2010 : effets structurels et dynamisme DIRECTION ETUDES, STATISTIQUES ET PRÉVISIONS L emploi régional en 2010 : effets structurels et dynamisme 4 janvier 2012 Principe Cette étude relative au dynamisme des régions repose sur un modèle explicatif

Plus en détail

RECHERCHE ET DÉVELOPPEMENT

RECHERCHE ET DÉVELOPPEMENT LE QUATRE PAGES INSEE AQUITAINE RECHERCHE ET DÉVELOPPEMENT EN AQUITAINE INSEE AQUITAINE INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ÉTUDES ÉCONOMIQUES Souvent située à la 6 e place des régions métropolitaines,

Plus en détail

L EMPLOI INTÉRIMAIRE EN OCTOBRE 2015

L EMPLOI INTÉRIMAIRE EN OCTOBRE 2015 8 décembre 2015 - N 15.043 L EMPLOI INTÉRIMAIRE EN OCTOBRE 2015 Fin octobre 2015, le nombre d intérimaires s établit à 640 600 en valeur corrigée des variations saisonnières (donnée provisoire). Il connaît

Plus en détail

Le tourisme urbain dans l hôtellerie française Un poids de plus en plus important

Le tourisme urbain dans l hôtellerie française Un poids de plus en plus important Direction du Tourisme Département de la stratégie, de la prospective, de l évaluation et des statistiques N 2008-6 Le tourisme urbain dans l hôtellerie française Un poids de plus en plus important En 2007,

Plus en détail

Migrations d étudiants, pôles d enseignement supérieur et bassins de recrutement

Migrations d étudiants, pôles d enseignement supérieur et bassins de recrutement Migrations d étudiants, pôles d enseignement supérieur et bassins de recrutement Un déficit important dû pour une large part aux migrations des familles Entre et, la Champagne-Ardenne a perdu beaucoup

Plus en détail

I. APPROCHE STATISTIQUE COMPARATIVE DES ACTIVITES PRODUCTIVES DES TIC EN AQUITAINE

I. APPROCHE STATISTIQUE COMPARATIVE DES ACTIVITES PRODUCTIVES DES TIC EN AQUITAINE I. APPROCHE STATISTIQUE COMPARATIVE DES ACTIVITES PRODUCTIVES DES TIC EN AQUITAINE L analyse statistique qui suit a été réalisée par Séverine Penaud-Roux à partir des données brutes issues de la base CLAP

Plus en détail

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 L activité des marchés immobiliers résidentiels a connu une nouvelle dégradation en 1996 ( 4,2 %). Le logement individuel et le logement

Plus en détail

L'évolution des consommations finales d'énergie

L'évolution des consommations finales d'énergie Thème : Changement climatique et maîtrise de l'énergie Orientation : Maîtriser la consommation d'énergie et développer les énergies renouvelables L'évolution des consommations finales d'énergie par région

Plus en détail

UNE BANQUE AU SERVICE DU DEVELOPPEMENT DU SECTEUR PUBLIC LOCAL. Association des Maires Ruraux d Ille-et-Vilaine 27 septembre 2013

UNE BANQUE AU SERVICE DU DEVELOPPEMENT DU SECTEUR PUBLIC LOCAL. Association des Maires Ruraux d Ille-et-Vilaine 27 septembre 2013 UNE BANQUE AU SERVICE DU DEVELOPPEMENT DU SECTEUR PUBLIC LOCAL Association des Maires Ruraux d Ille-et-Vilaine 27 septembre 2013 HÉRITIÈRE DES SERVICES FINANCIERS DE LA POSTE 100% Filiale à 100% du groupe

Plus en détail

Enquêtes mensuelles. Indicateurs du Climat des Affaires

Enquêtes mensuelles. Indicateurs du Climat des Affaires Tendances régionales La conjoncture en Midi-Pyrénées Décembre 215 La production industrielle a légèrement progressé dans l ensemble des secteurs. Les carnets de commandes sont toujours jugés de bon niveau.

Plus en détail

La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999

La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999 La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999 En 1998, avec un chiffre d affaires proche de 109 milliards de francs, selon les estimations du ministère de l Équipement, des Transports

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT GénéRAl au dévloppmnt durable n 542 Juillet 2014 L intensité énergétique a baissé dans l industrie entre 2001 et 2012 OBSRVATION T STATISTIQUS énrgi ntre 2001 et 2012, l intensité énergétique

Plus en détail

démographiques et économiques

démographiques et économiques 1 - Les grandes tendances des dynamiques démographiques et économiques 1. Concentration de la population et de l activité économique dans les régions du Sud et de l Ouest La population française a augmenté

Plus en détail

N 51. par le PIB par emploi, y est une des plus élevées, au 5 e

N 51. par le PIB par emploi, y est une des plus élevées, au 5 e POUR L ' ALSACE N 51 JUIN 2014 Croissance économique en retrait dès l'année 2000 en Alsace Rapportée à sa population, la contribution de l'alsace à la richesse nationale la situe toujours, en 2011, dans

Plus en détail

LES REPRISES D EMPLOI DE DEMANDEURS D EMPLOI AU 1 ER TRIMESTRE 2015

LES REPRISES D EMPLOI DE DEMANDEURS D EMPLOI AU 1 ER TRIMESTRE 2015 Juillet 2015 - N 15.023 LES REPRISES D EMPLOI DE DEMANDEURS D EMPLOI AU 1 ER TRIMESTRE 2015 Au cours du premier trimestre 2015, 888 400 demandeurs d emploi inscrits en catégories A ou B ont repris un emploi

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 576 Novembre 2014 Le prix à bâtir OBSERVATION ET STATISTIQUES LOGEMENT - CONSTRUCTION En 2013, plus de neuf ménages sur dix ayant reçu l autorisation de

Plus en détail

La nouvelle région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine compte vingt aires urbaines dont le pôle

La nouvelle région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine compte vingt aires urbaines dont le pôle N 18 Septembre 20 Les grandes aires urbaines d ACAL : la croissance démographique tirée par les couronnes des grands pôles La nouvelle région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine compte vingt aires urbaines

Plus en détail

Ecole Polytechnique, 2ème Année, Eco-434 Economie Internationale PC 3 - Concurrence imparfaite

Ecole Polytechnique, 2ème Année, Eco-434 Economie Internationale PC 3 - Concurrence imparfaite Ecole Polytechnique, 2ème Année, Eco-434 Economie Internationale PC 3 - Concurrence imparfaite Intégration européenne et Effet-frontière Dans cet exercice, nous utilisons un cadre empirique pour étudier

Plus en détail

REPÈRES ÉCONOMIQUES. Population des entreprises : 23 450 entreprises en 2006 2008-4. Valérie Deroin * SUR LE SECTEUR DES INDUSTRIES CULTURELLES

REPÈRES ÉCONOMIQUES. Population des entreprises : 23 450 entreprises en 2006 2008-4. Valérie Deroin * SUR LE SECTEUR DES INDUSTRIES CULTURELLES culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 7533 Paris cedex 1 1 4 15 79

Plus en détail

BILAN NATIONAL DU CRÉDIT IMPÔT RECHERCHE AU TITRE DE L ANNÉE 2002

BILAN NATIONAL DU CRÉDIT IMPÔT RECHERCHE AU TITRE DE L ANNÉE 2002 Direction de la Technologie Sous-direction de l innovation et du développement technologique Bureau DTC2 BILAN NATIONAL DU CRÉDIT IMPÔT RECHERCHE AU TITRE DE L ANNÉE 2002 Affaire suivie par Maryline ROSA

Plus en détail

INDUSTRIE : ÉVOLUTION ET TENDANCES SUR LE MARCHÉ DE L EMPLOI CADRE

INDUSTRIE : ÉVOLUTION ET TENDANCES SUR LE MARCHÉ DE L EMPLOI CADRE INDUSTRIE : ÉVOLUTION ET TENDANCES SUR LE MARCHÉ DE L EMPLOI CADRE LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2013-09 MARS 2013 Dossier élaboré à partir des résultats de l enquête annuelle de conjoncture menée par

Plus en détail

La " France en villes " : Mouvements de population, urbanisation, métropolisation.

La  France en villes  : Mouvements de population, urbanisation, métropolisation. Première S, géographie LMA, 2011-2012 Thème 2 Aménager et développer le territoire français Question 2 La France en villes Cours 1 La " France en villes " : Mouvements de population, urbanisation, métropolisation.

Plus en détail

5. Les activités caractéristiques des pôles

5. Les activités caractéristiques des pôles 5. Les activités caractéristiques des pôles 5.1 Question méthodologique Existe-t-il des activités spécifiques des pôles par rapport aux territoires hors pôle? Pour répondre à cette question relativement

Plus en détail

Photographie Nationale de la Branche Plasturgie PREAMBULE

Photographie Nationale de la Branche Plasturgie PREAMBULE Photographie Nationale de la Branche Plasturgie Année 2013 PREAMBULE L Observatoire National Paritaire Prospectif des Métiers, des Emplois et des Qualifications de la Plasturgie remercie OPCA DEFI, Organisme

Plus en détail

LOGEMENT : L ÉVOLUTION DU POUVOIR D ACHAT DES PRIMO-ACCÉDANTS

LOGEMENT : L ÉVOLUTION DU POUVOIR D ACHAT DES PRIMO-ACCÉDANTS LOGEMENT LOGEMENT : L ÉVOLUTION DU POUVOIR D ACHAT DES PRIMO-ACCÉDANTS Le «pouvoir d achat immobilier» des ménages est un concept important pour l analyse des marchés du logement. Dans cet article, Ingrid

Plus en détail

Lettre de l Observatoire des métiers académiques de la science politique

Lettre de l Observatoire des métiers académiques de la science politique Lettre de l Observatoire des métiers académiques de la science politique N 2 / mars 2006 De quelques données statistiques complémentaires sur l évolution passée, présente et à venir des effectifs d enseignants-chercheurs

Plus en détail

BUREAU DE LA FORMATION

BUREAU DE LA FORMATION Direction générale de la Compétitivité, de l Industrie et des Services SERVICE DE LA COMPETITIVITE ET DU DEVELOPPEMENT DES PME SOUS DIRECTION DES CHAMBRE CONSULAIRES BUREAU DE LA FORMATION BILAN DE L ACTIVITE

Plus en détail

L innovation en Région Lorraine. Le positionnement technologique de. Sources et Méthodologie. la Lorraine. Complément d informations

L innovation en Région Lorraine. Le positionnement technologique de. Sources et Méthodologie. la Lorraine. Complément d informations Le positionnement technologique de la Au sein du panel, la se positionne en 11ème position pour le nombre de brevets déposés en 2005. Son niveau de brevets est très proche de neuf régions notamment Kassel,

Plus en détail

ETAT DES LIEUX DE LA PROFESSION DE CHIRURGIEN-DENTISTE EN REGION RHONE-ALPES OCTOBRE 2013

ETAT DES LIEUX DE LA PROFESSION DE CHIRURGIEN-DENTISTE EN REGION RHONE-ALPES OCTOBRE 2013 Service émetteur : Direction de l efficience de l offre de soins Professionnels de santé, Bureau du comité régional de l ONDPS Affaire suivie par : Mireille ALONSO Amandine ROUSSEL Jean-Louis COTART Courriel

Plus en détail

Analyse des mouvements au Répertoire des Métiers

Analyse des mouvements au Répertoire des Métiers Analyse des mouvements au Répertoire des Métiers Evolution du nombre d entreprises sur ans Du er janvier 99 au er janvier au er janvier 99 99 99 998 999 nombre d entreprises 9 8 99 8 9 9 Le secteur artisanal

Plus en détail

Activité du registre France Greffe de Moelle

Activité du registre France Greffe de Moelle Activité du registre France Greffe de Moelle Résumé de l activité Au 31 décembre 21, on comptait : 187 519 donneurs volontaires inscrits sur le registre national France Greffe de Moelle 1 15,1 millions

Plus en détail

Les établissements. Pour en savoir plus - Notes d Information, 07.05, 08.01, 10.04, 11.09.

Les établissements. Pour en savoir plus - Notes d Information, 07.05, 08.01, 10.04, 11.09. 2 Les établissements 2 2.1 Les écoles 36 2.2 Les classes du premier degré 38 2.3 Collèges et lycées : types d établissement et classes 40 2.4 Collèges et lycées par académie 42 2.5 Collèges et lycées :

Plus en détail

L'ÉHDOÉSRATIA Lrl'ISU F PRIVÉE. Etat des lieux chiffré de la formation et de la population en exercice des infirmiers diplômés d Etat

L'ÉHDOÉSRATIA Lrl'ISU F PRIVÉE. Etat des lieux chiffré de la formation et de la population en exercice des infirmiers diplômés d Etat F11.11 I L'ÉHDOÉSRATIA Lrl'ISU F I 0 N PRIVÉE Etat des lieux chiffré de la formation et de la population en exercice des infirmiers diplômés d Etat Note documentaire Direction des Ressources Documentaires

Plus en détail

ÉTUDES ÉCONOMIQUES CONJONCTURE. Tableau de bord trimestriel de l emploi salarié - Juin 2015 DIRECTION GÉNÉRALE DES ENTREPRISES

ÉTUDES ÉCONOMIQUES CONJONCTURE. Tableau de bord trimestriel de l emploi salarié - Juin 2015 DIRECTION GÉNÉRALE DES ENTREPRISES ÉTUDES ÉCONOMIQUES CONJONCTURE Tableau de bord trimestriel de l emploi salarié - Juin 2015 DIRECTION GÉNÉRALE DES ENTREPRISES DIRECTION GÉNÉRALE DES ENTREPRISES Ce dossier a été réalisé par la sous-direction

Plus en détail

L ATTRACTIVITé DES RéGIONS FRANÇAISES POUR LES JEUNES CADRES ET les JEUNES DIPLôMéS

L ATTRACTIVITé DES RéGIONS FRANÇAISES POUR LES JEUNES CADRES ET les JEUNES DIPLôMéS L ATTRACTIVITé DES RéGIONS FRANÇAISES POUR LES JEUNES CADRES ET les JEUNES DIPLôMéS Mars 2012 Contexte et objectifs Quelles régions apparaissent les plus attractives pour les jeunes cadres? Envisagent-ils

Plus en détail

L automobile en Languedoc Roussillon

L automobile en Languedoc Roussillon Observatoire ANFA Jocelyn GOMBAULT Juillet 2011 L automobile en Languedoc Roussillon La filière automobile en Languedoc Roussillon : Services de l automobile : 17 155 salariés (Unedic 2008) Fabrication

Plus en détail

La forêt en Europe... 2. La forêt en France métropolitaine... 4. L évolution de la surface forestière... 5. Le taux de boisement...

La forêt en Europe... 2. La forêt en France métropolitaine... 4. L évolution de la surface forestière... 5. Le taux de boisement... Sommaire La forêt en Europe... 2 La forêt en France métropolitaine... 4 L évolution de la surface forestière... 5 Le taux de boisement... 6 par département... 6 par sylvoécorégion... 7 À qui la forêt appartient-elle?...

Plus en détail

SEFAC 2015 - ZOOM SUR LA SANTE FINANCIERE DE 15 000 PME. Evolutions 2008-2014. OBSERVATOIRE A'rH. de l'information financière

SEFAC 2015 - ZOOM SUR LA SANTE FINANCIERE DE 15 000 PME. Evolutions 2008-2014. OBSERVATOIRE A'rH. de l'information financière SEFAC 2015 - ZOOM SUR LA SANTE FINANCIERE DE 15 000 PME Evolutions 2008-2014 OBSERVATOIRE A'rH de l'information financière ATH publie, dans le cadre de son Observatoire de l information financière, une

Plus en détail

EN NORD PAS-DE-CALAIS

EN NORD PAS-DE-CALAIS FÉVRIER 2015 LES ENTREPRISES EN NORD PAS-DE-CALAIS BILAN 2014 ET PERSPECTIVES 2015 Sommaire CONTEXTE CONJONCTUREL... 3 SYNTHÈSE... 4 INDUSTRIE... 5 RAPPEL DU CONTEXTE CONJONCTUREL RÉGIONAL 2013 ET 2014...

Plus en détail

Les charges de copropriété dans le parc privé

Les charges de copropriété dans le parc privé Les charges de copropriété dans le parc privé Les charges de l année 2009 L Observatoire, un échantillon d immeubles permettant de distinguer deux niveaux d analyse : L analyse du parc des immeubles en

Plus en détail

information culturelles et

information culturelles et note d information Enseignement & Recherche Un étudiant sur quinze, en France métropolitaine et dans les départements d outre-mer, suit une formation artistique, culturelle ou de, soit 155 000 étudiants

Plus en détail

Douanes : Commerce Extérieur

Douanes : Commerce Extérieur Données commentées Année 2015 SOMMAIRE ❶ Evolution des balances par zone d import/export :... 2 ❷ Evolution des balances par région administrative :... 3 ❸ Importations et exportations par région administrative.

Plus en détail

Croissance annuelle moyenne de la population active en France (en milliers)

Croissance annuelle moyenne de la population active en France (en milliers) 23 COMMENT PEUT-ON EXPLIQUER LE CHÔMAGE? A La population active augmente-t-elle trop vite? a) Le chômage : une population active supérieure à l'emploi 1. Au niveau d une économie nationale, le chômage

Plus en détail

Conseil d Orientation pour l Emploi audition du 25 juin 2013 Les emplois vacants

Conseil d Orientation pour l Emploi audition du 25 juin 2013 Les emplois vacants Conseil d Orientation pour l Emploi audition du 25 juin 2013 Les emplois vacants Approche de la notion par la formation Christophe Sadok / Patrick Lagarrique Direction de la prospective/direction de la

Plus en détail

Quand l'école est finie

Quand l'école est finie n 34 - janvier 2006 Quand l'école est finie en Franche-Comté L insertion des jeunes de la génération 2001 formés en Franche-Comté - synthèse L'étude exhaustive, réalisée par le Cereq, est téléchargeable

Plus en détail

RAPPORT STATISTIQUE DE LA MAROQUINERIE

RAPPORT STATISTIQUE DE LA MAROQUINERIE RAPPORT STATISTIQUE DE LA MAROQUINERIE Publication 2011 Chiffres 2010 CHIFFRES CLES DE LA MAROQUINERIE STRUCTURES REGIONALES IMPORTATIONS / EXPORTATIONS Fédération Française de la Maroquinerie 16 rue Martel

Plus en détail

LES CHIFFRES CLÉS DE L'EMPLOI AU QUÉBEC

LES CHIFFRES CLÉS DE L'EMPLOI AU QUÉBEC EMPLOI-QUÉBEC LES CHIFFRES CLÉS DE L'EMPLOI AU QUÉBEC ÉDITION 2015 Rédaction André Levert Catherine Ouellet Paula Santos Élaboration des tableaux Anh Truong Direction de l analyse et de l information sur

Plus en détail

L emploi dans l Yonne

L emploi dans l Yonne L emploi dans l Yonne 3 ème trimestre 211 : Maintien du niveau de l emploi dans l Yonne. % L emploi icaunais n arrive toujours pas à progresser sur ce 3 ème trimestre. Tout comme la Côte d Or, l Yonne

Plus en détail

Regards croisés Lyon-Marseille

Regards croisés Lyon-Marseille JEUDI 28 MAI 2015 Regards croisés Lyon-Marseille Deux territoires face aux tendances récentes REGARDS CROISÉS LYON-MARSEILLE Démographie Zoom sur les dynamiques démographiques des métropoles. Habitat Les

Plus en détail

Diagnostic des caractéristiques quantitatives et qualitatives de l emploi salarié en Rhône-Alpes

Diagnostic des caractéristiques quantitatives et qualitatives de l emploi salarié en Rhône-Alpes Diagnostic des caractéristiques quantitatives et qualitatives de l emploi salarié en Rhône-Alpes Rapport d'étude - version de mars 2012 Chef de projet : Alain Dupré Chargée d'études : Laurence Labosse

Plus en détail

338 465 créations d entreprises au premier semestre 2010

338 465 créations d entreprises au premier semestre 2010 LA CRÉATION D ENTREPRISES EN FRANCE AU PREMIER SEMESTRE 2010 338 465 créations d entreprises au premier Un nombre record de créations d entreprises a été enregistré en France durant le premier avec 338

Plus en détail

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 La rentabilité des établissements de crédit français a continué de progresser en 2000 et, malgré un infléchissement, s est

Plus en détail

Consommations énergétiques de Midi-Pyrénées sur la période 1990-2004

Consommations énergétiques de Midi-Pyrénées sur la période 1990-2004 Note 1 OREMIP - Novembre 2006 Bilans régionaux de consommation et de production d'énergie pour la période 1990-2004 Il convient de considérer avec précaution l ensemble des résultats étant donné qu il

Plus en détail

p o u r l e 3 e t r i m e s t r e 2 0 1 5

p o u r l e 3 e t r i m e s t r e 2 0 1 5 SOUS EMBARGO JUSQU AU MARDI 9 JUIN 0H01 Communiqué de presse Nanterre, le 9 juin 2015 B a r o m è t r e M a n p o w e r d e s p e r s p e c t i v e s d e m p l o i p o u r l e 3 e t r i m e s t r e 2 0

Plus en détail

B. L ATTRACTIVITÉ DU BASSIN HAVRAIS EN QUESTION

B. L ATTRACTIVITÉ DU BASSIN HAVRAIS EN QUESTION B. L ATTRACTIVITÉ DU BASSIN HAVRAIS EN QUESTION Un niveau de fécondité élevé Le recul démographique du bassin havrais ne s explique pas par un manque de vitalité de sa démographie «naturelle». En effet,

Plus en détail

Étude comparative de l incidence du sida dans les régions de France métropolitaine

Étude comparative de l incidence du sida dans les régions de France métropolitaine Étude comparative de l incidence du sida dans les régions de France métropolitaine Béatrice VALDES Institut d Études Démographiques de l Université Montesquieu-Bordeaux IV. Malgré de nombreuses campagnes

Plus en détail

La libre circulation des personnes renforce la place économique suisse

La libre circulation des personnes renforce la place économique suisse Département fédéral de l économie DFE Secrétariat d Etat à l économie SECO Note de discussion Date 26 mai 2011 La libre circulation des personnes renforce la place économique suisse Serge Gaillard, Chef

Plus en détail

Tableau de bord interrégional de la construction

Tableau de bord interrégional de la construction Tableau de bord interrégional de la construction Cette étude a été réalisée pour le bureau de l'analyse des secteurs professionnels du MEEDDM par le réseau des Cellules Economiques Régionales de la Construction.

Plus en détail

Année académique 2009-2010 2010-2011 2011-2012 2012-2013 2013-2014 2014-2015

Année académique 2009-2010 2010-2011 2011-2012 2012-2013 2013-2014 2014-2015 N 62 Janvier 2016 Introduction La Direction de l évaluation, de la prospective et de la performance (DEPP) du Ministère de l enseignement supérieur et de la recherche a publié au mois d octobre dernier

Plus en détail

22,7 % Industrie. Production passée et prévisions (en solde d opinions CVS)

22,7 % Industrie. Production passée et prévisions (en solde d opinions CVS) 22,7 % Poids des effectifs de l industrie par rapport à la totalité des effectifs (source : ACOSS-URSSAF-31/12/214)) Industrie La production industrielle a légèrement baissé au mois de septembre. La demande

Plus en détail

Les dépenses de Bâtiment et des Travaux Publics des collectivités territoriales. REALISATIONS 2013... p.6. PREVISIONS BUDGETAIRES 2014... p.

Les dépenses de Bâtiment et des Travaux Publics des collectivités territoriales. REALISATIONS 2013... p.6. PREVISIONS BUDGETAIRES 2014... p. 2 Sommaire Les dépenses de Bâtiment et des Travaux Publics des collectivités territoriales REALISATIONS 2013... p.6 PREVISIONS BUDGETAIRES 2014... p.10 TAUX DE REALISATION AVANCE & ESTIMATION DES TRAVAUX...

Plus en détail

Dispositif JEREMIE PRESENTATION DE LA BANQUE POPULAIRE PROVENÇALE ET CORSE 1920 Implantation de la BPPC à Marseille 2009 BPPC actionnaire unique de la Banque CHAIX 1 283 collaborateurs 152 agences

Plus en détail

La Banque Postale Présentation de l activité Secteur Public Local. Bruges, le 3 juillet 2013

La Banque Postale Présentation de l activité Secteur Public Local. Bruges, le 3 juillet 2013 CEBATRAMA La Banque Postale Présentation de l activité Secteur Public Local Bruges, le 3 juillet 2013 HÉRITIÈRE DES SERVICES FINANCIERS DE LA POSTE 100% Filiale à 100% du groupe La Poste La Banque Postale

Plus en détail

Les Échanges. Internationaux. de l Aquitaine

Les Échanges. Internationaux. de l Aquitaine Les Échanges Internationaux de l Aquitaine en 2009 2009 : Tendances et faits marquants Baisse généralisée des exportations et importations Exportations Importations Aquitaine Valeur 2009 12 083 9 664 Evolution

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Mars 212 1 1 - -1-1 -2-2 -3-3 22 23 24 2 26 27 28 29 21 211 212 Série dessaisonalisée

Plus en détail

6. Les activités spécifiques des pôles : quelles réorganisations spatiales?

6. Les activités spécifiques des pôles : quelles réorganisations spatiales? 6. Les activités spécifiques des pôles : quelles réorganisations spatiales? Bien que les activités industrielles soient majoritairement sur-représentées dans le hors pôle, certaines d'entre elles apparaissent

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 468 Novembre 2013 Commercialisation des logements neufs Résultats au troisième trimestre 2013 OBSERVATION ET STATISTIQUES LOGEMENT - CONSTRUCTION À la fin

Plus en détail

56 rue Laffitte - 75320 PARIS CEDEX 09 Tél. : 01 55 07 85 85 Site internet : www.sett.org

56 rue Laffitte - 75320 PARIS CEDEX 09 Tél. : 01 55 07 85 85 Site internet : www.sett.org 56 rue Laffitte - 75320 PARIS CEDEX 09 Tél. : 01 55 07 85 85 Site internet : www.sett.org I. UNE CROISSANCE DE L EMPLOI INTERIMAIRE LIMITEE A 2,6% EN 2004 PAGE 4 L intérim n a pas connu en 2004, en dépit

Plus en détail

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION LIMOUSIN

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION LIMOUSIN TENDANCES RÉGIONALES RÉGION LIMOUSIN Août 29 Tous les commentaires s'appliquent à des données corrigées des variations saisonnières. LIMOUSIN Tendances régionales Août 29 Page 1 sur 8 Vue d ensemble de

Plus en détail

QUELQUES CONSTATS STATISTIQUES SUR NOTRE IMPLANTATION TERRITORIALE JEAN-MARC PETIT

QUELQUES CONSTATS STATISTIQUES SUR NOTRE IMPLANTATION TERRITORIALE JEAN-MARC PETIT QUELQUES CONSTATS STATISTIQUES SUR NOTRE IMPLANTATION TERRITORIALE JEAN-MARC PETIT Densité d implantation des divisions NBRE DE DIVISIONS Aca Paris Aca Lyon Aca Versailles Aca Nantes Aca Lille Aca Rennes

Plus en détail

Le TOP TEN des 10 plus grandes villes préférées des Français

Le TOP TEN des 10 plus grandes villes préférées des Français Le TOP TEN des 10 plus grandes villes préférées des Français Sondage réalisé auprès d un échantillon de plus de 6400 Français Sondage réalisé pour la presse régionale et publié dans la presse régionale

Plus en détail

TABLEAU DE BORD TRIMESTRIEL DE LA CONSTRUCTION NEUVE

TABLEAU DE BORD TRIMESTRIEL DE LA CONSTRUCTION NEUVE SERVICE ECONOMIQUE ET FINANCIER TABLEAU DE BORD TRIMESTRIEL DE LA CONSTRUCTION NEUVE 45 milliers de logements par trimestre MARCHE DU LOGEMENT NEUF FRANCE ENTIERE 120 40 35 30 25 20 15 10 110 100 90 80

Plus en détail

LE DON DU VIVANT. aujourd hui? Quelle situation. Quelles économies de santé possibles? Greffe rénale à partir d un donneur vivant

LE DON DU VIVANT. aujourd hui? Quelle situation. Quelles économies de santé possibles? Greffe rénale à partir d un donneur vivant LE DON DU VIVANT Greffe rénale à partir d un donneur vivant Quelle situation aujourd hui? Quelles économies de santé possibles? DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT CONCERNER CHACUN le don du vivant /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

Connaître les Loyers et Analyser les Marchés sur les Espaces Urbains et Ruraux

Connaître les Loyers et Analyser les Marchés sur les Espaces Urbains et Ruraux APAGL - BELVIA IMMOBILIER - BILLON IMMOBILIER - BOUYGUES IMMOBILIER - CENTURY 21 CM-CIC GESTION IMMOBILIERE - CREDIT FONCIER IMMOBILIER - DAUCHEZ - FFB FNAIM DU GRAND PARIS - FONCIA - FONCIERE LOGEMENT

Plus en détail

OBSERVATOIRE DU COMMERCE EXTERIEUR Données 2004

OBSERVATOIRE DU COMMERCE EXTERIEUR Données 2004 OBSERVATOIRE DU COMMERCE EXTERIEUR Données 2004 DIRECTION DE L'EXPANSION ECONOMIQUE DIVISION DES STATISTIQUES ET DES ETUDES ECONOMIQUES SOMMAIRE Pages PREAMBULE 1 CHAPITRE n 1 - LES RESULTATS ANNUELS 3

Plus en détail

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où?

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Résumé : La création de la Zone Euro a participé au développement rapide des échanges entre ses membres. L Allemagne est l élément moteur de l essor

Plus en détail

Bilan 2013 : défaillances et sauvegardes d entreprises en France

Bilan 2013 : défaillances et sauvegardes d entreprises en France NATIONAL - N 18 Bilan 2013 : défaillances et sauvegardes d entreprises en France Synthèse du «Bilan 2013 : défaillances et sauvegardes d entreprises en France» Altares, Février 2014 Objectifs o Eclairer

Plus en détail

Les comptes de production régionaux 2011-2012 - 2013 de la FFB

Les comptes de production régionaux 2011-2012 - 2013 de la FFB Les comptes de production régionaux 2011-2012 - 2013 de la FFB 03/10/2014 FEDERATION FRANÇAISE DU BATIMENT Direction des Affaires Economiques, Financières et Internationales Service des Etudes Economiques

Plus en détail

L effort de recherche par région

L effort de recherche par région Thème : Société de la connaissance et développement économique et social Orientation : Encourager des formes de compétitivité pour une croissance durable L effort de recherche par région La recherche-développement

Plus en détail

Les réseaux de chauffage urbain de 1987 à 1997 (DGEMP - Observatoire de l'économie de l'énergie et des matières premières, décembre 2001)

Les réseaux de chauffage urbain de 1987 à 1997 (DGEMP - Observatoire de l'économie de l'énergie et des matières premières, décembre 2001) Les réseaux de chauffage urbain de 1987 à 1997 (DGEMP - Observatoire de l'économie de l'énergie et des matières premières, décembre 2001) Le Syndicat national du chauffage urbain et de la climatisation

Plus en détail

LA LOCALISATION DE LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS ENTRE 2005 ET 2007

LA LOCALISATION DE LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS ENTRE 2005 ET 2007 LA LOCALISATION DE LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS ENTRE 2005 ET 2007 En 2007, 431 000 logements neufs ont été mis en chantier. Depuis 2004, on observe une forte accélération de la construction neuve.

Plus en détail

Effectifs salariés de la Plasturgie : Données sociales

Effectifs salariés de la Plasturgie : Données sociales Effectifs salariés de la Plasturgie : Données sociales Année 2014 SOMMAIRE ❶ Type d emploi :...3 ❷ Pyramide des âges :...4 ❸ Conditions d emploi :...5 ❹ Les emplois par catégorie socioprofessionnelle :...6

Plus en détail

TABLEAU DE BORD TRIMESTRIEL DE LA CONSTRUCTION NEUVE

TABLEAU DE BORD TRIMESTRIEL DE LA CONSTRUCTION NEUVE TABLEAU DE BORD TRIMESTRIEL DE LA CONSTRUCTION NEUVE Service économique & financier MARCHE DU LOGEMENT NEUF FRANCE METROPOLITAINE 45 40 35 30 25 20 15 10 5 milliers de logements par trimestre 96 97 98

Plus en détail

L avenir de l industrie

L avenir de l industrie L avenir de l industrie Programme 14h00 - Accueil et introduction : M. Jean Luc DEROO - Président de la Maison de l Emploi Lys Tourcoing et du Comité de Bassin d Emploi Lille Métropole 14h15 Eléments de

Plus en détail

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Dares Analyses AVRIL 2011 N 033 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques PARCOURS DES INTÉRIMAIRES : les intérimaires les plus expérimentés ont été moins

Plus en détail

Innovation en Poitou-Charentes : des PME en bonne place grâce à l innovation de procédés et aux achats d équipements

Innovation en Poitou-Charentes : des PME en bonne place grâce à l innovation de procédés et aux achats d équipements N 322 - Octobre 2012 Innovation en : des PME en bonne place grâce à l innovation de procédés et aux achats d équipements En, nous avons fait le choix de la conversion écologique de l'économie et, à travers

Plus en détail

Bilan Social 2013 Données du 01/01/2012 au 31/12/2012

Bilan Social 2013 Données du 01/01/2012 au 31/12/2012 Bilan Social 2013 Données du 01/01/2012 au 31/12/2012 Observatoire de l Emploi et des Métiers en Mutualité 1 Introduction Le bilan social existe depuis 1992. il constitue la source d information statistique

Plus en détail

Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière

Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière Direction des retraites et de la solidarité juillet 2015-12 Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière C. Bac (CNAV), I. Bridenne (CDC), A. Dardier

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE FRANCE 1. Production industrielle en novembre 2012 : +0,2% sur un mois, -2,2% en moyenne mobile sur trois mois 2. Marché du logement en novembre

Plus en détail

FICHE 18 : L ESPACE ECONOMIQUE EURO-REGIONAL

FICHE 18 : L ESPACE ECONOMIQUE EURO-REGIONAL FICHE 18 : L ESPACE ECONOMIQUE EURO-REGIONAL 1. L AQUITAINE Une région en croissance La région Aquitaine s inscrit depuis la fin des années quatre-vingt-dix dans le peloton de tête des régions françaises

Plus en détail

Publication du Bulletin BCL 2014/1

Publication du Bulletin BCL 2014/1 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Luxembourg, le 20 mars 2014 Publication du Bulletin BCL 2014/1 Le présent communiqué comporte un survol de la situation macroéconomique, une brève présentation des projections d inflation

Plus en détail

1 Une croissance plus solide de l'économie mondiale tirée par les USA

1 Une croissance plus solide de l'économie mondiale tirée par les USA 4 points à retenir 1 Une croissance plus solide de l'économie mondiale tirée par les USA 2 Réduction du risque de rupture systémique 3 La zone Euro sera en croissance lente, la France aussi. Peu de tensions

Plus en détail

pour l économie du Languedoc-Roussillon

pour l économie du Languedoc-Roussillon LANGUEDOC ROUSSILLON pour l économie du Languedoc-Roussillon N 5 - Juin 2007 Les technologies de l information et de la communication L emploi salarié progresse fortement en Languedoc-Roussillon dans les

Plus en détail

Quel est le poids de l automobile dans l économie?

Quel est le poids de l automobile dans l économie? 14 avril 29 - N 176 Quel est le poids de l automobile dans l économie? L industrie automobile mondiale connaît une crise historique et, après en avoir décrit les symptômes, nous nous attachons à en souligner

Plus en détail

Prix Evolution générale 2010 2014 L évolution année par année PRIX

Prix Evolution générale 2010 2014 L évolution année par année PRIX Prix Panorama Evolution générale 2010 2014 De 2010 à 2014, l indice suisse des prix à la consommation (IPC) a reculé de 0,7%. Du côté des producteurs et importateurs, l indice des prix de l offre totale

Plus en détail