ENTREPRENEURIAT SOCIAL

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ENTREPRENEURIAT SOCIAL"

Transcription

1 EUROPOLITIQUE EUROPOLITIQUE ENTREPRENEURIAT SOCIAL Une solution face à la crise Lundi 10 Février 2013 N ème année Le quotidien des affaires européennes -

2 Europolitics c est aussi LE QUOTIDIEN DES AFFAIRES EUROPÉENNES EUROPOLITIQUE LE QUOTIDIEN DES AFFAIRES Un EUROPEENNES outil d information de choix pour les Nous avons les détails observateurs! et les parties prenantes de l Union européenne Suivez-nous sur Twitter : Europolitics_SA Des infos pour les euro-professionnels Oui, je souhaite m abonner à EUROPOLITIQUE : 6 mois, soit 112 numéros (version papier + HTML Demandez + PDF) au prix un de 1015 essai (1) gratuit. de deux semaines : 1 an, soit 223 numéros (version papier + HTML + PDF) au prix de 1939 (1). 6 mois, soit 112 numéros ( PDF + HTML) au prix de 919 (1). 1 an, soit 223 numéros ( PDF + HTML) au prix de 1750 (1). Ou abonnez-vous directement : Je souhaite recevoir Europolitique en : français anglais Je souhaite recevoir un numéro gratuit de EUROPOLITIQUE en: français anglais Nom :...Prénom :... Fondé à Bruxelles en Merci de retourner ce coupon dûment complété par courrier à : Europolitique Rue d Arlon, 53 / B-1040 Bruxelles ou par fax au : +32 (2) AIDEZ-NOUS À MIEUX VOUS CONNAÎTRE VOTRE ACTIVITÉ Ambassades Associations, fédérations, syndicats, fondations, ONG Chambres de commerce Consultants et avocats Entreprises Finance, banque, assurance Institutions européennes Justice et affaires intérieures Instituts de recherche, Médias PME bureaux d étude, universités Politique européenne générale Organisation :...Activité :... Médias et communication Relations UE-pays tiers Ministères et parlements Science et Recherche nationaux Sécurité et Défense Fonction :... TVA : Non, Oui : N... Missions, représentations Social et Emploi D13092-AP-200X280-FR.indd 1 auprès de l UE Société de 01/10/13 l information16:19 Adresse :... Code Postal :...Ville :... Date et signature : Pays :... Tél :...Fax :... Autres : VOS INTÉRÊTS Agro-industrie et agriculture Concurrence Consommateurs Energie Environnement Finance, fi scalité et économie Industries et Entreprises Transports Autres :... Si l adresse de facturation est différente de l adresse de livraison, merci de nous l indiquer. Veuillez payer à réception de la facture et noter que tout abonnement qui n est pas annulé par écrit (les s ne sont pas acceptés) au moins un mois avant son expiration sera automatiquement renouvelé. (1) Prix public hors TVA et frais de port inclus. Pour les abonnements multiples et les licences multi-utilisateurs, nous consulter. Toute commande non renseignée correctement ne sera pas prise en compte. Tout abonnement implique pour l abonné la pleine acceptation des conditions générales de vente disponibles sur Pour vous permettre de vous tenir au courant de nos activités, nous garderons vos coordonnées dans les fi chiers de EIS, Rue d Arlon 53, B 1040 Bruxelles. Offre réservée aux nouveaux abonnés. Conformément à la loi, vous pouvez accéder à ces données, en demander la rectifi cation et consulter le Registre de la Commission de la Vie Privée.

3 EUROPOLITIQUE N 4805 Lundi 10 février Sommaire n 4805 A la Une Entreprises et compétitivité Brevets/Nouvelles technologies : Le cœur du modèle de Google mis en cause par un troll à brevets...4 Finances, banques, assurances Banques : La BCE lance une consultation sur la supervision bancaire...4 Marchés financiers : La relance du marché de la titrisation en débat...5 Politiques sectorielles Energie renouvelable: L'enquête d'almunia pourrait accélérer les réformes allemandes...6 Energie/Climat : Energie verte : l'ue pourrait perdre du terrain...7 Politique spatiale : L'Agence spatiale européenne pourrait accueillir un "pilier UE"...7 Transport ferroviaire : Le financement de Rail Baltica pourrait être remis en cause...9 Transport/Environnement : Engins mobiles : T&E conteste un groupe d experts...10 Environnement : L UE va renforcer la lutte contre le trafic d animaux sauvages...10 Sécurité maritime : Naufrage du Luno : appel au renforcement des règles...10 BCE : OMT : les juges allemands interrogent la justice européenne...11 Politique commerciale Commerce/Pays en développement : Une initiative contre les "minerais du conflit" prévue en mars...12 UE/Russie : Embargo sur le porc : l'ue maintient la pression sur Moscou...12 Relations extérieures UE/Etats-Unis : Changements d'ambassadeurs en vue à Washington et Bruxelles...13 Conseil Affaires étrangères : Des sanctions contre l'ukraine? Les Vingt-huit en débattent...14 Pages plus Entrepreneuriat social : Une solution face à la crise...15 Entretien avec Filippo Addarii, Réseau Euclid Sans cadre légal, difficile de faire des politiques»...16 Entrepreneuriat social Regain d'intérêt communautaire ces dernières années...17 Entretien avec Nicolas Hazard, du groupe SOS : Attirer des investisseurs, c est possible...18 Relations extérieures Entreprises sociales : l Asie s y intéresse beaucoup...19 En bref Détachement : trois nouvelles dates...9 L euro «pas l objectif» de la coalition tchèque...11 Stratégie de sécurité au Sahel...11 L UE ne commente pas le juron à son égard...13 Sommet de l ASEM en octobre à Milan...14 Agenda...20

4 4 Lundi 10 février 2014 N 4805 EUROPOLITIQUE BREVETS/NOUVELLES TECHNOLOGIES Le cœur du modèle de Google mis en cause par un troll à brevets Par Sophie Mosca Google vient d être touché en plein cœur. Alors qu il voit le bout du tunnel dans son bras de fer avec la Commission européenne sur l abus qu il fait de sa position dominante dans l UE dans la recherche en ligne ( Europolitique 4803), il a été condamné aux Etats- Unis le 28 janvier, pour violation par son système d enchères publicitaires AdWords de deux brevets détenus par un «troll à brevets» (lire le repère). Plusieurs affaires semblables l impliquant aussi sont en cours d analyse par la Commission européenne. En cause, deux brevets initialement créés, au milieu des années 1990, par Andrew Kennedy Lang qui a ensuite rejoint les rangs du moteur de recherche en ligne, Lycos, alors en pleine ascension. Cet inventeur avait apporté à Lycos ses brevets qui touchent à la pertinence d une publicité en réponse aux mots-clés d une requête et au taux de clics, par les utilisateurs précédents, sur cette publicité. En clair, cela permet à un moteur de recherche d évaluer le prix d une publicité à facturer à un annonceur en fonction du montant qu il est près à payer et de la «qualité» de cette publicité calculée en fonction de son succès auprès des internautes. Un tribunal de district de l'etat de Virginie a condamné Google à payer à Vringo - devenu en 2012, détenteur des brevets litigieux - des royalties pour contrefaçon, correspondant à 1,36 % du chiffre d affaires d AdWords, soit près d un milliard de dollars jusqu à la péremption du brevet en Vringo avait déjà fait valoir ses droits contre Google fin 2012 et empoché 30 millions de dollars. La firme de Moutain View a modifié AdWords mais pas suffisamment, a en substance estimé le tribunal car le processus actuel «s inspire» beaucoup de celui couvert par les deux brevets déposés. Google dont le centre névralgique est visé puisque l essentiel de ses revenus proviennent de la publicité, a fait appel de ce jugement. LA COMMISSION VIGILANTE Ce cas est révélateur de la guerre des brevets qui fait rage dans ce secteur des nouvelles technologies et Google est aussi la cible de plusieurs attaques notamment de la part de son grand rival Microsoft mais aussi de Nokia. Ce qui est particulièrement mis en exergue ici, c est surtout de la montée en puissance des «trolls à brevets» auxquels s apparente Vringo. Pour la petite histoire, il a aussi obtenu de Microsoft en mai 2013, un million de dollar pour l'utilisation de technologies protégées au sein de Bing afin d'éviter la poursuite d un procès. Google a introduit le 31 mai 2012 une plainte devant la Commission à l encontre de Nokia et Microsoft qu il accuse via un «troll», le canadien Mosaid, d attaquer son système d exploitation pour appareils mobiles Android par un système organisé de contentieux de brevets relatifs à des fonctionnalités essentielles à ces appareils que les organismes internationaux de normalisation ont érigées en standards (Europolitique n 4436 ). Avec pour conséquence la hausse les prix des appareils. La Commission a, en décembre dernier, averti Nokia et Microsoft qui a acheté la division appareil mobiles de celui-ci (avec les brevets clés y afférant) qu «elle restera vigilante et surveillera étroitement au regard des règles de l UE en matière d abus de position dominante» des pratiques visant à abuser de cet arsenal de brevets à des fins anticoncurrentielles. La plainte de Google est la «réponse du berger à la bergère» puisque Microsoft avait auparavant accusé Motorola acquis par Google en cours de revente à Lenovo mais sans les brevets clés d utiliser justement ces brevets à des fins d entrave à la concurrence. Repère Un troll à brevets désigne dans le jargon de la propriété intellectuelle, liée des nouvelles technologies, un cabinet ou une personne physique, spécialisé(e) en contentieux en cette matière. Le «troll» acquière des brevets qu il n exploite pas. Son activité consiste à contracter des licences d exploitation de ces brevets auprès d entreprises produisant des biens et services, et à optimiser les royalties qu il en retire, quitte à faire appel à la justice. BANQUES La BCE lance une consultation sur la supervision bancaire Par Manon Malhère La Banque centrale européenne (BCE) a publié le 7 février une consultation sur les règles organisant sa coopération avec les superviseurs nationaux dans ses fonctions de superviseur européen des banques 1. Les parties intéressées ont jusqu au 7 mars pour se prononcer sur son projet de règlement-cadre en la matière qu elle doit publier d ici le 4 mai Elle organise une audition publique le 19 février sur ce texte. La BCE est en plein préparatifs pour assurer pleinement son nouveau rôle de superviseur européen des banques des États de la zone euro et des autres qui souhaiteront y participer, à partir du 4 novembre Et ce, conformément au règlement instituant le «mécanisme de supervision unique» (MSU) 2. Elle assurera la supervision directe des banques les plus importantes (environ quelques 130 banques dans la zone euro). Elle pourra aussi intervenir auprès des institutions bancaires (moins importantes) qui sont supervisées directement par les superviseurs nationaux et avec qui elle coopérera étroitement. En outre, elle disposera d un droit d instruction sur ces derniers. Le projet de règlement-cadre soumis à la consultation détaille donc les règles organisant cette coopération. Il définit aussi la méthodologie à suivre pour évaluer l importance des banques supervisées, les procédures relatives aux tâches de surveillance ainsi que la coopération avec les États qui n ont pas adopté la monnaie unique et qui participeront au MSU. Ce texte détaille aussi les dispositions relatives aux sanctions administratives que la BCE pourra infliger aux banques qui ne respecteront pas les obligations fixées dans ses règlements ou ses décisions. (1) Consultation: ssm/consultations/html/framework.en.html (2) Règlement n 1024/2013

5 EUROPOLITIQUE N 4805 Lundi 10 février MARCHÉS FINANCIERS La relance du marché de la titrisation en débat Par Manon Malhère Considérée jusqu'à récemment comme un fléau, la "titrisation" revient dans le débat. Cet outil financier, au cœur de la crise des subprimes (prêts hypothécaires à risque) en 2008 aux Etats-Unis, est de plus en plus perçu comme une source alternative de financement de l'économie à long terme dans l'ue. Encore faut-il revitaliser le marché de la titrisation. Pour beaucoup dans le secteur financier, l'application d'exigences en capital sévères pour les opérations de titrisation n'est pas la solution. L'Autorité européenne des assurances et des pensions professionnelles (AEAPP) et le Comité de Bâle (forum international sur le contrôle bancaire) ont d'ailleurs proposé des assouplissements en la matière. Mais un cadre approprié doit encore être trouvé. La titrisation est l opération par laquelle une banque regroupe les prêts en un instrument financier - un portefeuille d'actifs pour le vendre à des investisseurs. C est une société distincte - un véhicule ad hoc - qui émet les actifs mis en commun sur les marchés. Cet outil financier a plusieurs avantages : il permet de transformer des prêts non liquides en instruments financiers négociables; les banques font sortir de leur bilan ces dettes avec leurs risques inhérents; les investisseurs peuvent s'attendre à des rendements. Problème: la titrisation a joué un rôle clé dans la crise des subprimes qui a frappé les États-Unis en EXIGENCES EN CAPITAL Depuis lors, la titrisation n'a pas décollé. Les produits titrisés sont toujours jugés "toxiques". Cependant, "selon une estimation, le taux de valorisation des ABS [un type de titrisation] dans l'ue par défaut était de seulement 1,4 % entre la mi-2007 et le premier trimestre de 2013, contre 17,4 % aux États-Unis", a indiqué fin 2013 Yves Mersch, membre du directoire de la BCE. Faisant référence à la réforme de la réglementation bancaire, M. Mersch a estimé qu "il faudra du temps pour que ces mesures réparent les circuits de prêts bancaires. Dans le même temps, il est irréaliste de s'attendre à ce que les PME puissent largement emprunter à des investisseurs non bancaires, du moins pas à court terme. C'est pourquoi le renforcement des marchés de capitaux grâce à la titrisation me semble être un complément important aux prêts bancaires." Vu que les banques financent environ 75 % de l'économie de l'ue, le renforcement du rôle joué par les marchés financiers - y compris la titrisation - dans le financement à long terme est désormais en débat. Comment donc booster la titrisation? "Le problème est que la titrisation en Europe a été assimilée aux secteurs qui ont été peu performants aux États-Unis", explique à Europolitique John Hopkin de l'association des marchés financiers en Europe (AFME). Et les discussions sur la possibilité d'imposer de sévères exigences en capital aux opérations de titrisation suscitent d'importantes préoccupations. "Les exigences en capital réglementaire n ont plus de rapport avec les risques (économiques) et donc les rendements ne pourraient justifier ces investissements dans les produits titrisés", indique Antoine Chausson de BNP Paribas. "Selon nous, cela explique largement les freins au développement de la titrisation que nous observons actuellement". LA «BONNE» TITRISATION L'AEAPP et le Comité de Bâle ont récemment proposé d'adoucir ces exigences. En particulier, pour ce qui est du nouveau régime prudentiel de l'assurance (directive Solvabilité II) qui prévoit des exigences plus sévères en capital pour les produits titrisés. Le Comité de Bâle est en train de réviser les règles sur la titrisation. Elles devront être mises en œuvre au niveau de l'ue. Le niveau de capital initialement proposé par le Comité a été revu à la baisse dans une nouvelle consultation récemment soumise aux parties prenantes. Cette évolution est perçue comme un signal positif. Mais pour certains observateurs, elle n'aidera pas vraiment la titrisation à décoller. "Une réglementation plus stricte explique en partie l'évolution de la titrisation, ce qui ne veut pas dire qu'elle ne se justifie pas, mais la question devrait plutôt porter sur le type de législation dont nous avons besoin", souligne Frédéric Hache de Finance Watch, une association indépendante qui œuvre pour des finances au service de la société. Pour John Hopkin, "nous devrions avoir une approche plus équilibrée". Les experts insistent souvent sur le rôle clé que jouent les règles de transparence dans les marchés de la titrisation, les exigences de conservation des risques et surtout sur la nécessité de distinguer la bonne de la mauvaise titrisation. Les exigences en capital pourraient alors être ajustées à la qualité des produits titrisés. Le secteur financier a déjà présenté des initiatives étiquetant les titrisations de haute qualité, transparentes et normalisées. Un cadre réglementaire direct "pourrait s'appuyer sur les initiatives du secteur pour promouvoir une plus grande transparence et la normalisation, mais il doit aller plus loin", estime M. Hache. Pour lui, "il faut renforcer l'alignement des intérêts pour garantir des actifs sous-jacents de haute qualité, et limiter les facteurs de risque systémique tels que l'effet de levier et la transformation des échéances. Les structures devraient également inciter les investisseurs à procéder à une propre évaluation des risques, et décourager les notations externes". Faciliter la titrisation devrait être un pilier du plan d'action pour le financement à long terme de l'économie de l'ue, que la Commission prévoit de publier cette année. La crise des subprimes La titrisation est accusée d'être au centre de la crise des subprimes (prêts hypothécaires à risque) qui a frappé les États-Unis en Les entreprises n'ont pas hésité à offrir des prêts immobiliers aux ménages sans assortir ces derniers de garanties. Ces prêts ont été regroupés dans des produits titrisés complexes, qui ont été très bien notés par les agences de notation de crédit malgré le fait qu ils étaient porteurs de risques. Ces produits sont nommés les "asset-backed securities" (ABS) ou les "mortgage-backed securities" (MBS). C est alors que les choses se sont gâtées. Les prix de l'immobilier ont chuté et les gens ne pouvaient plus rembourser leurs prêts. Les banques et les investisseurs ont commencé à perdre de l'argent et plusieurs d'entre eux ont fait faillite. Nul ne pouvait vraiment être tenu responsable. La crise qui a suivi a pris une ampleur mondiale.

6 6 Lundi 10 février 2014 N 4805 EUROPOLITIQUE ENERGIE RENOUVELABLE L'enquête d'almunia pourrait accélérer les réformes allemandes Par Jakob Schlandt à Berlin L'enquête ouverte par le commissaire à la Concurrence, Joaquín Almunia, concernant la loi allemande sur les énergies renouvelables, l'eeg, met une pression énorme sur le gouvernement allemand pour qu'il modifie rapidement l'eeg. Ce qui aide le nouveau ministre allemand de l'energie, Sigmar Gabriel, à faire avancer sa proposition controversée de réduction des subventions aux énergies renouvelables. La Commission met surtout en cause les dispositions qui exemptent les industries très énergivores du paiement de l'électricité renouvelable. Jusqu'à présent, les entreprises devaient solliciter le remboursement du paiement de l'eeg auprès du Bundesamt für Wirtschaft und Ausfuhrkontrolle (BAFA) avant fin juin. Il s'élève à 6,24 cents par kilowatt/heure et est donc un facteur décisif pour les industries très énergivores comme les fonderies d'aluminium ou la production de produits chimiques. Les exemptions représentent environ 20% de la consommation globale. Le temps presse pour le gouvernement allemand en ce qui concerne la réforme de l'eeg. Selon des sources de l'industrie, les entreprises vont normalement introduire leur demande de rabais sur l'eeg en juin et elles attendent les résultats d'ici la fin de l'année. Un plan d'urgence éventuel, déjà débattu avec le BAFA, serait d'autoriser les demandes jusqu'en septembre, même si c'est un peu juste. L'agence aura à peine le temps de traiter les demandes dans les délais pour la nouvelle année. Les entreprises pourraient être confrontées à une situation les obligeant à constituer des réserves pour imprévus si elles ne reçoivent pas la notification du BAFA au 31 décembre (lire l'encadré). OPPOSITION DES LÄNDER Il faut donc que la réforme de l'eeg intervienne le plus rapidement possible et obtienne l'aval de la Commission. Conscient du problème, Sigmar Gabriel veut faire progresser la réforme à un rythme sans précédent. Le nouvel EEG, qui a reçu l'approbation de principe du cabinet à la mi-janvier, devrait être débattu au Bundestag en juin, et au Bundesrat en juillet. Il pourrait entrer en vigueur dès le 1er août, à temps pour le processus de rabais. Au Bundesrat les Länder allemands ne pourraient pas bloquer le nouvel EEG, mais ils pourraient le retarder considérablement. M. Gabriel se sert déjà de la pression de la Commission pour faire taire l'opposition. Il a déclaré publiquement être ouvert aux amendements à sa proposition de réforme. Mais lors d'une réunion avec les représentants des lobbies industriels, fin janvier, les participants ont déclaré qu'il avait fermement rejeté les critiques relatives à la diminution considérable des aides aux renouvelables, en référence à l'enquête de la Commission. Le nouvel EEG limitera, par exemple, l'éolien terrestre et le photovoltaïque à 2500 megawatts de capacité nouvelle par an. Le solaire sera à un tiers par rapport aux années record de 2010 à La biomasse sera réduite à 100 megawatts. Pratiquement tous les Länder s'opposent à l'une ou l'autre partie du plan. Le parti bavarois du CSU, qui fait partie de la coalition gouvernementale, est contre la réduction de la biomasse. Les Länder du Nord, riches en énergie éolienne, se sont exprimés contre le plafonnement de l'éolien et ont déjà menacé de bloquer l'eeg au Conseil fédéral. Mais quiconque voudra s'opposer fermement à la réforme pour la retarder se heurtera à une opposition croissante et à un lobbying massif de l'industrie allemande qui a besoin d'urgence du nouvel EEG pour pouvoir bénéficier du rabais pour Selon M. Gabriel, c'est une carte maîtresse reçue de la Commission. Dans le passé, toutes les réformes de l'eeg ont subi des retards importants et un lobbying massif de l'industrie des énergies renouvelables afin que les réductions ne soient pas trop importantes. Une réforme globale et rapide de l'eeg serait un triomphe politique pour M. Gabriel. Ces dernières années, l'attention publique s'est déplacée des aspects positifs de l'energiewende vers la hausse des coûts. Pour les consommateurs privés, les prix de l'électricité comptent parmi les plus élevés d'europe, avoisinant 30 cents par kilowatt/heure. SATISFAIRE ALMUNIA Toutefois, M. Gabriel doit veiller à ce que sa réforme satisfasse M. Almunia. Jusqu'ici, il y a eu peu de rapprochement. M. Almunia a déclaré récemment à "Energie & Management" qu'il voulait autoriser des rabais très limités pour les industries qui sont réellement confrontées à la concurrence internationale et où les fuites de carbone seraient un problème. Mais il est résolument opposé aux exemptions générales accordées actuellement sur la base du volume d'électricité consommée et non de la concurrence. De plus, il est probable que la Commission exigera une contribution minimum plus élevée de la part de toutes les entreprises. Le gouvernement allemand s'est déjà prononcé contre l'approche de la Commission et a fait savoir qu'il n'accepterait pas une réduction plus importante des rabais. Comme les exemptions restent valables jusqu'en 2015 et que le temps presse, la Commission semble avoir le dessus. Mais au moins M. Gabriel peut utiliser cette situation à son avantage dans la confrontation nationale concernant l'avenir de l'energiewende. Une épée de Damoclès Le 18 décembre, selon une source du BAFA (Bundesamt für Wirtschaft und Ausfuhrkontrolle), qui est contrôlé par le ministère des affaires économiques et de l'énergie de M. Gabriel, l'autorité a dû arrêter d'accorder des remboursements. "Au moment où la lettre de la Commission est arrivée, nous avons laissé tomber la plume". Les dégâts pour 2014 sont minimes : quelques affaires litigieuses seulement, dans le cadre desquelles les entreprises espéraient renverser une décision précédente, ont été rejetées. Mais pour 2015, l'industrie allemande a une épée de Damoclès au-dessus de la tête. Comme l'explique le BAFA, "tant que l'enquête sur les aides d'etat n'a pas abouti, nous sommes juridiquement dans l'impossibilité d'accorder de nouvelles exemptions". Selon les associations professionnelles allemandes, un grand nombre des 2000 entreprises ayant obtenu un rabais partiel ou presque total pour 2014 seraient en situation de faillite immédiate si elles devaient payer la facture globale.

7 EUROPOLITIQUE N 4805 Lundi 10 février ENERGIE/CLIMAT Energie verte : l'ue pourrait perdre du terrain Par Anca Gurzu Les politiques de l'ue doivent privilégier l'efficacité énergétique et les technologies à faible émission de carbone pour éviter de se retrouver à la traîne des autres grandes économies qui progressent rapidement dans ces secteurs. C'est ce que conclut un rapport émanant de plusieurs instituts européens de recherche économique. Publiée le 6 février par l'association britannique Climate Strategies, il note que des pays comme la Chine, l'inde et les États-Unis "verdissent" rapidement leurs économies, ce qui risque de nuire à la compétitivité de l'ue et à son rôle de premier plan dans les politiques énergétiques et climatiques. La Commission européenne a précisément présenté sa proposition de stratégie 2030 pour l'énergie et le climat le 22 janvier et le Parlement européen vient cette semaine d'adopter ses propres vues sur le sujet. Le rapport constate que le déploiement de technologies d'énergie renouvelable est en plein essor en dehors de l'europe, avec 70% de la nouvelle capacité d'énergie éolienne et 40% des nouveaux panneaux photovoltaïques installés hors de l'europe en Il note aussi que la production de ciment est particulièrement efficace sur le plan énergétique dans les économies asiatiques et que les États-Unis, le Japon et la Chine ont les plus hauts niveaux d'immatriculation de nouveaux véhicules électriques. "L'Europe ne peut pas rivaliser dans une économie mondiale basée sur des ressources bon marché", dit une communiqué de Michael Grubb, de l'université de Cambridge et membre du conseil d'administration de Climate Strategies. "Elle est en concurrence sur l'innovation et l'efficacité. L'Europe est actuellement en bonne position sur les brevets dans la plupart des secteurs de la technologie à faible carbone, mais cela risque de s'éroder rapidement ". Le rapport conteste aussi l'idée que les prix élevés de l'énergie de l'ue ont un impact sur la compétitivité de l'union - argument souvent invoqué par les représentants des secteurs à forte intensité énergétique, qui disent que ce sont les politiques climatiques qui conduisent à ces prix bien plus élevés qu'aux États-Unis, par exemple. L'étude note que l'europe consacre la même proportion de son PIB à l'énergie que les États-Unis et d'autres grands concurrents. Les différences de prix de l'énergie dans les industries très énergivores sont plutôt dues au type d'énergie utilisé. En outre, dans les pays où les prix de l'énergie sont plus élevés, l'efficacité énergétique est accrue. La compétitivité ne dépend pas des seuls prix moyens de l'énergie, note Henry Derwent, directeur général de Climate Strategies. "Les choix de l'europe vont maintenant déterminer sa position dans un avenir à faible carbone vers lequel avancent les grandes économies." Ont participé à l'étude : l'institut allemand de recherche économique (Berlin), l'institut de recherche Grantham sur le changement climatique et l'environnement (London School of Economics) et l'institut pour le développement durable et les relations internationales (Paris). POLITIQUE SPATIALE L'Agence spatiale européenne pourrait accueillir un "pilier UE" Par Isabelle Smets Pourrait-on voir se créer dans le futur une sorte de "pilier UE" au sein de l'agence spatiale européenne (ESA)? C'est un scénario qui est sérieusement envisagé aujourd'hui et qui pourrait recueillir l'assentiment à la fois de l'ue et de l'esa alors que toutes deux réfléchissent à l'évolution de leurs relations. Un scénario "big bang", qui ferait de l'esa une agence de l'ue, un temps envisagé, suscite plus de réticences. C'est ce que montre un rapport de la Commission européenne adopté le 6 février 1 La réflexion sur les relations UE/ESA a été lancée fin 2012, quand la Commission a appelé à renforcer et améliorer les liens entre les deux au vu des activités spatiales croissantes de l'ue, notamment avec les programmes Galileo et Copernicus. C'est bien simple : aujourd'hui l'ue laisse à l'esa environ 75% de son budget spatial - qui va atteindre près de 12 milliards d'euros en ce qui en fait le plus gros contributeur de l'agence. Le problème, c'est que l'ue et l'esa fonctionnent de manière très différente et que la gestion de ces fonds reste dès lors très complexe. Le fait que tous les Etats membres de l'esa ne sont pas membres de l'ue, et inversement, complique encore le système. Avec les règles de vote au sein de l'esa, il n'est pas exclu, par exemple, que des décisions importantes concernant les programmes spatiaux de l'ue - comme le lancement de satellites - puissent être bloqués par des Etats non membres de l'ue. De plus, l'esa n'a aucune obligation de rendre des comptes sur le plan politique et financier au Parlement européen, alors que la Commission est responsable devant lui des retards ou dépassement des coûts de ses programmes spatiaux. Bref, l'ue (surtout) estime qu'il est temps d'améliorer le fonctionnement de sa relation avec l'esa et, dans les scénarios envisagés, celui d'un "pilier UE" au sein de l'agence semble tenir la corde. Il faudrait évidemment s'entendre sur ce que cela vaut dire exactement mais, en gros, ce serait une sorte de "division UE", qui serait hébergée à l'esa, qui ne s'occuperait que des programmes UE, et qui n'affecterait pas le fonctionnement des autres services de l'agence. Un scénario qui ne suppose donc pas que l'esa cesse d'exister en tant qu'organisation intergouvernementale, contrairement à celui dans lequel elle deviendrait une Agence de l'ue. Plusieurs Etats membres se sont d'ailleurs montrés réticents à voir l'esa se transformer en Agence de l'ue, et l'esa elle-même est divisée. Par contre, dans ses propres réflexions, elle considère que la création d'une sorte de "chambre de l'ue" en son sein pourrait être une solution. La suite? L'affaire devrait être discutée au Conseil des ministres "Compétitivité" le 21 février et des conclusions devraient être adoptées en mai. Pour sa part, le Conseil ministériel de l'esa devrait se prononcer en décembre. Au vu des discussions, la Commission pourrait présenter des propositions concrètes fin 2014/début (1) > recherche =350634

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission - 53 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution, Vu la proposition de règlement du Conseil confiant à la Banque centrale européenne

Plus en détail

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST)

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST) POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO Présenté par: Prof. Dr. Djénéba TRAORE Directrice Générale Institut de l Afrique de l Ouest Email: Djeneba.Traore@iao.gov.cv Site web: www.westafricainstitute.org

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Décret n o 2014-1155 du 9 octobre 2014 relatif à la gestion du compte personnel de prévention

Plus en détail

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans

Plus en détail

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur la Hongrie

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur la Hongrie DIRECTION GENERALE DES DROITS DE L HOMME ET DES AFFAIRES JURIDIQUES DIRECTION DES MONITORINGS Strasbourg, 11 juin 2010 Public Greco RC-II (2008) 4F Addendum Deuxième Cycle d Evaluation Addendum au Rapport

Plus en détail

Enfin, l investissement public en matière de recherche et développement dans le domaine des TIC devrait passer de 5,5 à 11 milliards d Euros.

Enfin, l investissement public en matière de recherche et développement dans le domaine des TIC devrait passer de 5,5 à 11 milliards d Euros. Interf@ce Europe pour les PME En direct de Bruxelles "Une nouvelle stratégie pour le marché unique": les propositions de Mario Monti Mario Monti, ancien Commissaire européen au marché intérieur et à la

Plus en détail

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE CARREFOUR EUROPE 6 NOVEMBRE 2013 Présenté par: Équipe internationale, Banque Nationale du Canada 1 Contexte Situation

Plus en détail

COMMISSION EUROPEENNE

COMMISSION EUROPEENNE COMMISSION EUROPEENNE Bruxelles, 12.10.2011 C(2011)7309 final Sujet: Aide d'etat SA.32206 (2011/N) France Prolongation du Régime temporaire de prêts bonifiés pour les entreprises fabriquant des produits

Plus en détail

Les États belge, français et luxembourgeois apportent un soutien fort à Dexia dans la mise en œuvre du plan de restructuration annoncé le 4 octobre

Les États belge, français et luxembourgeois apportent un soutien fort à Dexia dans la mise en œuvre du plan de restructuration annoncé le 4 octobre Information réglementée* Bruxelles, Paris, 10 octobre 2011 5h30 Les États belge, français et luxembourgeois apportent un soutien fort à Dexia dans la mise en œuvre du plan de restructuration annoncé le

Plus en détail

Commission des affaires juridiques. sur l'exploitation du potentiel de l'informatique en nuage en Europe

Commission des affaires juridiques. sur l'exploitation du potentiel de l'informatique en nuage en Europe PARLEMENT EUROPÉEN 2009-2014 Commission des affaires juridiques 25.6.2013 2013/2063(INI) PROJET D'AVIS de la commission des affaires juridiques à l'intention de la commission de l'industrie, de la recherche

Plus en détail

Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000

Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000 Nations Unies S/RES/1306 (2000) Conseil de sécurité Distr. générale 5 juillet 2000 Résolution 1306 (2000) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000 Le Conseil de sécurité,

Plus en détail

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

PRELEVEMENT SEPA : LES BON REFLEXES

PRELEVEMENT SEPA : LES BON REFLEXES PRELEVEMENT SEPA : LES BON REFLEXES La réforme européenne sur les prélèvements (Règlement SEPA, pour Single Euro Payments Area) entre en vigueur dans quelques mois (1er août 2014). Ce nouveau système de

Plus en détail

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 PEROU Ministère de l Economie et des Finances Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 Conclusions des co-présidents Alonso Arturo SEGURA VASI, Ministre de l Economie et des

Plus en détail

*** INDICES DE RÉFÉRENCE POUR LES CONTRATS FINANCIERS

*** INDICES DE RÉFÉRENCE POUR LES CONTRATS FINANCIERS R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E COMMISSION DES AFFAIRES EUROPÉENNES Paris, le 28 novembre 2013 Communication de M. Richard Yung *** INDICES DE RÉFÉRENCE POUR LES CONTRATS FINANCIERS *** Depuis juin

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

COM (2015) 289 final

COM (2015) 289 final COM (2015) 289 final ASSEMBLÉE NATIONALE QUATORZIEME LÉGISLATURE SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2014-2015 Reçu à la Présidence de l Assemblée nationale le 22 juin 2015 Enregistré à la Présidence du Sénat le

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 13/10/2011 Cour Administrative d Appel de Versailles N 08VE00008 Inédit au recueil Lebon 5ème chambre M. MOUSSARON, président M. Frédéric MARTIN, rapporteur M. DAVESNE, commissaire du gouvernement

Plus en détail

5 juin 2013 LES SANCTIONS FINANCIERES INTERNATIONALES

5 juin 2013 LES SANCTIONS FINANCIERES INTERNATIONALES 5 juin 2013 LES SANCTIONS FINANCIERES INTERNATIONALES Qu est est-ce que la DG Trésor? La direction générale du Trésor est au service du ministre pour lui proposer et conduire sous son autorité la politique

Plus en détail

Rapport d inspection intégré SPP IS

Rapport d inspection intégré SPP IS A Madame Caps Présidente du CPAS de Oupeye Rapport d inspection intégré SPP IS Inspection SPP IS 2-5-6 RI/L65C-FMAZ-FPSC/FMTH Objet: Rapport d inspection intégré Madame la Présidente J ai l honneur de

Plus en détail

Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier

Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier Luxembourg, le 21 avril 211 Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier Dans la mesure où le Service Central de la Statistique et des Etudes Economiques (STATEC) n'est pas encore à

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE A COMPTER DU 1ER JANVIER 2009 Par Sarah TEMPLE-BOYER (Décembre 2008) La nouvelle Autorité de concurrence, créée par l article 95 de la Loi du 4 août 2008 de modernisation

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne»

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» UNI Europa Commerce Aller de l avant MADRID 9 & 10 JUIN 2011 Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» (Resolution 3) Objectif stratégique 1

Plus en détail

Lettre uniforme aux établissements de crédit et aux sociétés de bourse

Lettre uniforme aux établissements de crédit et aux sociétés de bourse Politique prudentielle Bruxelles, le 24 octobre 2005 PPB/154 Lettre uniforme aux établissements de crédit et aux sociétés de bourse Madame, Monsieur, Dans sa lettre du 3 juin 2005 (PPB/57), la Commission

Plus en détail

Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs (CI/RGL) Rencontre Spéciale des Coordonnateurs Nationaux. Nairobi, le 20 mai 2004

Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs (CI/RGL) Rencontre Spéciale des Coordonnateurs Nationaux. Nairobi, le 20 mai 2004 Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs (CI/RGL) Rencontre Spéciale des Coordonnateurs Nationaux Nairobi, le 20 mai 2004 Résumé des Discussions et Recommandations 1. Il s est tenu à Nairobi,

Plus en détail

Benbada affirme la priorité du produit national et la poursuite des efforts d ouverture sur le commerce mondial

Benbada affirme la priorité du produit national et la poursuite des efforts d ouverture sur le commerce mondial Entretien accordé par Monsieur Le Ministre du Commerce à l APS ( 31/01/2014) Points abordés : Protection du produit national, Crédit à la consommation, L accord commercial préférentiel "Algérie-Tunisie,

Plus en détail

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile»

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile» Conférence Le Point «Maison connectée et intelligente» Paris, 28 mars 2013 Peter Hustinx Contrôleur européen de la protection des données «Le partage des données à caractère personnel et le respect de

Plus en détail

AVIS. 19 décembre 2013

AVIS. 19 décembre 2013 AVIS Projet d ordonnance modifiant l ordonnance du 19 juillet 2001 relative à l'organisation du marché de l'électricité en Région de Bruxelles-Capitale et l ordonnance du 1er avril 2004 relative à l'organisation

Plus en détail

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4 FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES Mandats des comités du conseil d administration 2.4 2.4.2 Comité de vérification et de la gestion des risques 1. Mandat Le Comité de vérification et

Plus en détail

Comment passer un contrat avec les agents de commercialisation du gaz naturel et les détaillants d électricité

Comment passer un contrat avec les agents de commercialisation du gaz naturel et les détaillants d électricité Ontario Energy Commission de l énergie Board de l Ontario P.O. Box 2319 C.P. 2319 2300 Yonge Street 2300, rue Yonge 26th. Floor 26 e étage Toronto ON M4P 1E4 Toronto ON M4P 1E4 Telephone: (416) 481-1967

Plus en détail

ACCORD DE PARTICIPATION AU PROCESSUS DE DROIT FAMILIAL COLLABORATIF

ACCORD DE PARTICIPATION AU PROCESSUS DE DROIT FAMILIAL COLLABORATIF Approuvé en date du 24.06.2008 par le conseil de l Ordre français des avocats du Barreau de Bruxelles ACCORD DE PARTICIPATION AU PROCESSUS DE DROIT FAMILIAL COLLABORATIF Les parties ont choisi de conclure

Plus en détail

Les attentes des consommateurs sont-elles satisfaites?

Les attentes des consommateurs sont-elles satisfaites? Les attentes des consommateurs sont-elles satisfaites? Point de vue européen Intro Prise en compte des intérêts des consommateurs, par les autorités publiques, n est pas récente, même si différences importantes

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR. Article 1

REGLEMENT INTERIEUR. Article 1 REGLEMENT INTERIEUR Article 1 Le présent règlement intérieur de fonctionnement, adopté par l'assemblée générale, s'impose à tous les adhérents. Des assouplissements peuvent cependant être décidés, lorsque

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION SOCIALE Décret n o 2004-486 du 28 mai 2004 relatif aux règles prudentielles applicables aux mutuelles et unions pratiquant

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/18/Add.30 28 février 2005 FRANÇAIS Original: RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention sur

Plus en détail

Bercy Financements Export. Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics. Bercy. Mardi 17 mars 2015

Bercy Financements Export. Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics. Bercy. Mardi 17 mars 2015 MICHEL SAPIN MINISTRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Bercy Financements Export Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics Bercy Mardi 17 mars 2015 Contact presse :

Plus en détail

CEDH FRANGY c. FRANCE DU 1 ER FEVRIER 2005

CEDH FRANGY c. FRANCE DU 1 ER FEVRIER 2005 CEDH FRANGY c. FRANCE DU 1 ER FEVRIER 2005 L article 11 du Code de procédure civile énonce que la procédure au cours de l'enquête et de l'instruction est secrète. La divulgation des informations contenues

Plus en détail

Article 29 Groupe de protection des données

Article 29 Groupe de protection des données Article 29 Groupe de protection des données 10972/03/FR final WP 76 Avis 2/2003 concernant l'application des principes de protection des données aux annuaires «Whois» Adopté le 13 juin 2003 Le groupe de

Plus en détail

DIRECTIVE 2007/16/CE DE LA COMMISSION

DIRECTIVE 2007/16/CE DE LA COMMISSION 20.3.2007 Journal officiel de l Union européenne L 79/11 DIRECTIVES DIRECTIVE 2007/16/CE DE LA COMMISSION du 19 mars 2007 portant application de la directive 85/611/CEE du Conseil portant coordination

Plus en détail

Les opportunités qu'internet et le Marché Intérieur Digital offrent aux PME

Les opportunités qu'internet et le Marché Intérieur Digital offrent aux PME SPEECH/12/35 Antonio TAJANI Vice-président de la Commission européenne, responsable pour l industrie et l entrepreneuriat Les opportunités qu'internet et le Marché Intérieur Digital offrent aux PME Conférence

Plus en détail

Importations parallèles: intérêt du consommateur et intégration communautaire

Importations parallèles: intérêt du consommateur et intégration communautaire «Le traitement des restrictions verticales en droit comparé de la concurrence» Université Paris II Panthéon Assas & University College London Paris, le 23 mai 2008 Importations parallèles: intérêt du consommateur

Plus en détail

Ordonnance de télécom CRTC 2007-202

Ordonnance de télécom CRTC 2007-202 Ordonnance de télécom CRTC 2007-202 Ottawa, le 5 juin 2007 Société TELUS Communications Référence : Avis de modification tarifaire 439 et 439A Retrait du service de Mini messagerie vocale Dans la présente

Plus en détail

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure COUR NATIONALE DE L INCAPACITÉ ET DE LA TARIFICATION DE L ASSURANCE DES ACCIDENTS DU TRAVAIL RÉPUBLIQUE FRANÇAISE 17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure L inopposabilité a pour

Plus en détail

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE Cette note technique a été publiée par le Secrétariat international de l ITIE en collaboration avec GIZ (Coopération internationale allemande). L'objectif de cette note est de prodiguer des conseils aux

Plus en détail

Accès au financement

Accès au financement Accès au financement Objectif de cette enquête L accès au financement est d une importance cruciale pour la réussite d une entreprise et un facteur important de la croissance économique en Europe suite

Plus en détail

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 PV/04/11 CONSEIL DES GOUVERNEURS Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite OLAF : DÉCISION EN MATIÈRE DE LUTTE CONTRE LA

Plus en détail

EN SAVOIR PLUS SUR LA CAMPAGNE «GAZ MOINS CHER ENSEMBLE»

EN SAVOIR PLUS SUR LA CAMPAGNE «GAZ MOINS CHER ENSEMBLE» EN SAVOIR PLUS SUR LA CAMPAGNE «GAZ MOINS CHER ENSEMBLE» Pourquoi l UFC-QUE CHOISIR lance de nouveau la campagne «Gaz moins cher ensemble»?... 2 En quoi la transmission à l ensemble des fournisseurs de

Plus en détail

F Th-Eurocents A05 Bruxelles, le 18.11.2004 MH/SL/JP A V I S. concernant LA PROBLEMATIQUE DES PIECES DE 1 ET 2 EUROCENTS

F Th-Eurocents A05 Bruxelles, le 18.11.2004 MH/SL/JP A V I S. concernant LA PROBLEMATIQUE DES PIECES DE 1 ET 2 EUROCENTS F Th-Eurocents A05 Bruxelles, le 18.11.2004 MH/SL/JP A V I S concernant LA PROBLEMATIQUE DES PIECES DE 1 ET 2 EUROCENTS (entériné par le Conseil Supérieur des Indépendants et des PME le 18 novembre 2004)

Plus en détail

La Commission publie un Livre vert sur les retraites complémentaires dans le marché unique

La Commission publie un Livre vert sur les retraites complémentaires dans le marché unique IP/97/507 Bruxelles, 10 juin 1997 La Commission publie un Livre vert sur les retraites complémentaires dans le marché unique Un Livre vert sur les retraites complémentaires dans le marché unique a été

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Traitement du financement du commerce dans le cadre du dispositif de Bâle sur les fonds propres

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Traitement du financement du commerce dans le cadre du dispositif de Bâle sur les fonds propres Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Traitement du financement du commerce dans le cadre du dispositif de Bâle sur les fonds propres Octobre 2011 Le présent document est traduit de l anglais. En cas

Plus en détail

L AVENIR DU FISC APRES LA SAICM : DAVANTAGE D OPTIONS POUR LE DOCUMENT DE REFLEXION

L AVENIR DU FISC APRES LA SAICM : DAVANTAGE D OPTIONS POUR LE DOCUMENT DE REFLEXION Translation L AVENIR DU FISC APRES LA SAICM : DAVANTAGE D OPTIONS POUR LE DOCUMENT DE REFLEXION Un Groupe de travail du Forum intergouvernemental sur la sécurité chimique (FISC) vient récemment de rédiger

Plus en détail

Décision du juge unique de la Commission du Statut du Joueur

Décision du juge unique de la Commission du Statut du Joueur Décision du juge unique de la Commission du Statut du Joueur rendue le 11 mai 2012 à Zurich, Suisse par Geoff Thompson (Angleterre) Juge unique de la Commission du Statut du Joueur, au sujet d une plainte

Plus en détail

3 - Sélection des fournisseurs... 4. 4 Marche courante... 5. 4.1 Conditionnement Transport... 5. 4.2 Livraison... 5

3 - Sélection des fournisseurs... 4. 4 Marche courante... 5. 4.1 Conditionnement Transport... 5. 4.2 Livraison... 5 1 SOMMAIRE 1 Introduction... 3 2 Principes... 3 3 - Sélection des fournisseurs... 4 4 Marche courante... 5 4.1 Conditionnement Transport... 5 4.2 Livraison... 5 4.3 - Garantie qualité / Conformité... 5

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GENERALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/70/34/Add.1 17 juin 2013 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITE EXECUTIF DU FONDS MULTILATERAL AUX FINS

Plus en détail

RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société»)

RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société») RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société») AUTORITÉ Le conseil d administration de la Société (le «conseil») établit les politiques générales de la Société,

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

QUELLES REGULATIONS POUR L INDUSTRIE DE LA NOTATION?

QUELLES REGULATIONS POUR L INDUSTRIE DE LA NOTATION? QUELLES REGULATIONS POUR L INDUSTRIE DE LA NOTATION? Norbert Gaillard* La crise financière qui a éclaté en 2007 et la grave récession économique qui a suivi ont conduit les principaux dirigeants politiques

Plus en détail

La surveillance prudentielle du secteur financier

La surveillance prudentielle du secteur financier La surveillance prudentielle du secteur financier Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre II Chapitre I Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GÉNÉRALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/68/12 2 novembre 2012 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITÉ EXÉCUTIF DU FONDS MULTILATÉRAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

http://www.economie.gouv.fr

http://www.economie.gouv.fr PIERRE MOSCOVICI MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES http://www.economie.gouv.fr Discours de Pierre MOSCOVICI, Ministre de l Economie et des Finances Conférence de presse pour le lancement de la Banque

Plus en détail

AVIS N 12 /2005 du 7 septembre 2005

AVIS N 12 /2005 du 7 septembre 2005 ROYAUME DE BELGIQUE Bruxelles, le Adresse : Rue Haute, 139, B-1000 Bruxelles Tél.: +32(0)2/213.85.40 E-mail : commission@privacycommission.be Fax.: +32(0)2/213.85.65 http://www.privacy.fgov.be/ COMMISSION

Plus en détail

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS?

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? RÉSUMÉ DU RAPPORT Le Forum des politiques publiques est un organisme indépendant, sans but lucratif, qui s efforce de promouvoir l excellence

Plus en détail

Pologne. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Pologne. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Pologne Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

Proposition conjointe de DÉCISION DU CONSEIL

Proposition conjointe de DÉCISION DU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE LA HAUTE REPRÉSENTANTE DE L'UNION POUR LES AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET LA POLITIQUE DE SÉCURITÉ Bruxelles, le 21.5.2015 JOIN(2015) 24 final 2015/0110 (NLE) Proposition conjointe de DÉCISION

Plus en détail

Leçon 3 : Perspectives politiques et priorités budgétaires

Leçon 3 : Perspectives politiques et priorités budgétaires Leçon 3 : Perspectives politiques et priorités budgétaires OBJECTIFS Les élèves découvriront comment les opinions politiques et les priorités se répercutent sur l établissement du budget fédéral. MOTS

Plus en détail

Bruxelles, le. Vu la loi du 8 août 1983 organisant un Registre national des personnes physiques ;

Bruxelles, le. Vu la loi du 8 août 1983 organisant un Registre national des personnes physiques ; ROYAUME DE BELGIQUE Bruxelles, le Adresse : Rue Haute, 139, B-1000 Bruxelles Tél.: +32(0)2/213.85.40 E-mail : commission@privacy.fgov.be Fax.: +32(0)2/213.85.65 http://www.privacy.fgov.be/ COMMISSION DE

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 99 -

TABLEAU COMPARATIF - 99 - - 99 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Vu la proposition de règlement du Parlement européen et du Conseil sur les exigences prudentielles applicables aux établissements

Plus en détail

Rétrospective sur le projet de démonstration, en partenariat stratégique et portant sur le développement des transports urbains en Chine

Rétrospective sur le projet de démonstration, en partenariat stratégique et portant sur le développement des transports urbains en Chine Rétrospective sur le projet de démonstration, en partenariat stratégique et portant sur le développement des transports urbains en Chine LIU Liya, Directrice de bureau à la NDRC (Commission nationale du

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

30.4.2004 FR Journal officiel de l Union européenne L 164/ 164. DIRECTIVE 2004/51/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 29 avril 2004

30.4.2004 FR Journal officiel de l Union européenne L 164/ 164. DIRECTIVE 2004/51/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 29 avril 2004 30.4.2004 FR Journal officiel de l Union européenne L 164/ 164 DIRECTIVE 2004/51/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 29 avril 2004 modifiant la directive 91/440/CEE du Conseil relative au développement

Plus en détail

Structure et fonctionnement de la Zone euro

Structure et fonctionnement de la Zone euro Structure et fonctionnement de la Zone euro Dusan Sidjanski Introduction Les Etats membres de la Zone euro sont confrontés à un choix politique de grande portée : s engager dès que possible sur la voie

Plus en détail

Convention ou accord collectif

Convention ou accord collectif ENGAGEMENT INTERNE A L ENTREPRISE DIFFERENTES METHODES DE MISE EN PLACE UN CONTRAT L article L.911-1 du Code de la sécurité sociale précise que les garanties collectives relevant de la protection sociale

Plus en détail

A S S O C I A T I O N L U X E M B O U R G E O I S E D E S F O N D S D E P E N S I O N, A S B L

A S S O C I A T I O N L U X E M B O U R G E O I S E D E S F O N D S D E P E N S I O N, A S B L A S S O C I A T I O N L U X E M B O U R G E O I S E D E S F O N D S D E P E N S I O N, A S B L FLASH n 19 juillet 2014 LA PROCHAINE REFONTE DE LA DIRECTIVE IORP La directive 2003/41/CE a marqué une première

Plus en détail

Règles d entreprise visant à légitimer un transfert de données à caractère personnel vers des pays non membres de la communauté européenne.

Règles d entreprise visant à légitimer un transfert de données à caractère personnel vers des pays non membres de la communauté européenne. ROYAUME DE BELGIQUE Bruxelles, le Adresse : Av. de la porte de Hal, 5-8, B-1060 Bruxelles Tél.: +32(0)2/542.72.00 Email : commission@privacy.fgov.be Fax.: +32(0)2/542.72.12 http://www.privacy.fgov.be/

Plus en détail

N 50729#02. L invention. REPèREs. de salarié. Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié

N 50729#02. L invention. REPèREs. de salarié. Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié N 50729#02 L invention de salarié REPèREs Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié titre chapitre L invention de salarié Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de

Plus en détail

DÉLÉGATION FRANÇAISE À L'ASSEMBLÉE PARLEMENTAIRE DE L OSCE COMPTE RENDU N 2. Mercredi 23 février 2005 (Séance de 11 heures) SOMMAIRE

DÉLÉGATION FRANÇAISE À L'ASSEMBLÉE PARLEMENTAIRE DE L OSCE COMPTE RENDU N 2. Mercredi 23 février 2005 (Séance de 11 heures) SOMMAIRE DÉLÉGATION FRANÇAISE À L'ASSEMBLÉE PARLEMENTAIRE DE L OSCE COMPTE RENDU N 2 Mercredi 23 février 2005 (Séance de 11 heures) SOMMAIRE page Audition de M. Yves Doutriaux, Ambassadeur de France auprès de l

Plus en détail

RÉPONSE DU CCBE À LA CONSULTATION PAR LA DG MARKT SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES

RÉPONSE DU CCBE À LA CONSULTATION PAR LA DG MARKT SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES Conseil des barreaux européens Council of Bars and Law Societies of Europe Association internationale sans but lucratif Rue Joseph II, 40 /8 1000 Bruxelles T. : +32 (0)2 234 65 10 F. : +32 (0)2 234 65

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

Communiqué 8 novembre 2012

Communiqué 8 novembre 2012 Communiqué 8 novembre 2012 Les conditions du déploiement de l Internet à très haut débit en France et en Europe Coe-Rexecode mène depuis plusieurs années un programme de recherche approfondi sur l impact

Plus en détail

Document de fond sur le contrôle de qualité et un projet de système de notation

Document de fond sur le contrôle de qualité et un projet de système de notation RÉUNION DE LA REVUE DE LA STRATÉGIE DE L ITIE, HENLEY, 11-12 AVRIL 2012 Document de fond sur le contrôle de qualité et un projet de système de notation Secrétariat international de l ITIE Oslo, 4 avril

Plus en détail

Santé Manitoba GUIDE DU PROGRAMME DE PAIEMENT PAR MENSUALITÉS DE LA FRANCHISE DU RÉGIME D ASSURANCE-MÉDICAMENTS

Santé Manitoba GUIDE DU PROGRAMME DE PAIEMENT PAR MENSUALITÉS DE LA FRANCHISE DU RÉGIME D ASSURANCE-MÉDICAMENTS Santé Manitoba GUIDE DU PROGRAMME DE PAIEMENT PAR MENSUALITÉS DE LA FRANCHISE DU RÉGIME D ASSURANCE-MÉDICAMENTS Juin 2010 Remarque : Les renseignements fournis dans ce guide étaient à jour au moment de

Plus en détail

Modalités de présentation des offres. Pour la Vente d un terrain domanial possédé par de l Ambassade de France en Géorgie

Modalités de présentation des offres. Pour la Vente d un terrain domanial possédé par de l Ambassade de France en Géorgie Ambassade de France en Géorgie [Lundi 10 août 2015] Modalités de présentation des offres Pour la Vente d un terrain domanial possédé par de l Ambassade de France en Géorgie 1. L Adresse et le Nom de l

Plus en détail

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile Association internationale de la sécurité sociale Quinzième Conférence internationale des actuaires et statisticiens de la sécurité sociale Helsinki, Finlande, 23-25 mai 2007 Optimisation du financement

Plus en détail

L'Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) et le Gouvernement des États-Unis d'amérique, ci-après dénommés les "Parties",

L'Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) et le Gouvernement des États-Unis d'amérique, ci-après dénommés les Parties, ACCORD CONCLU ENTRE LE GOUVERNEMENT DES ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE ET L'UNION ÉCONOMIQUE ET MONÉTAIRE OUEST AFRICAINE RELATIF AU DÉVELOPPEMENT DES RELATIONS DE COMMERCE ET D'INVESTISSEMENT L'Union économique

Plus en détail

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire Avoirs dormants L assureur réveille le bénéficiaire 2 Avoirs dormants Table des matières Table des matières... 2 1 Introduction... 3 1.1 Avoirs dormants... 3 1.2 Nouvelle législation... 3 2 Procédures

Plus en détail

L UNION ÉCONOMIQUE ET MONÉTAIRE

L UNION ÉCONOMIQUE ET MONÉTAIRE Pacte de stabilité et de croissance Sommet de La Haye Commission parlementaire ECON Commission parlementaire CRIS BCE SEBC Comité économique et financier L UNION ÉCONOMIQUE ET MONÉTAIRE Acte unique européen

Plus en détail

CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014

CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014 CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014 La politique énergétique et climatique européenne se trouve à la croisée des chemins. Les

Plus en détail

Check upon delivery. Discours. prononcé par. Monique Barbut, directrice générale et présidente. Fonds pour l environnement mondial

Check upon delivery. Discours. prononcé par. Monique Barbut, directrice générale et présidente. Fonds pour l environnement mondial Check upon delivery Fonds pour l environnement mondial Discours prononcé par Monique Barbut, directrice générale et présidente Fonds pour l environnement mondial Conférence africaine des ministres de l

Plus en détail

SCP BARTHELEMY, MATUCHANSKY, VEXLIARD ; SCP CELICE, BLANCPAIN, SOLTNER, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP BARTHELEMY, MATUCHANSKY, VEXLIARD ; SCP CELICE, BLANCPAIN, SOLTNER, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 328655 Publié au recueil Lebon 9ème et 10ème sous-sections réunies M. Philippe Martin, président M. Philippe Josse, rapporteur M. Pierre Collin, rapporteur public SCP BARTHELEMY, MATUCHANSKY,

Plus en détail

Dialogue sur le financement

Dialogue sur le financement CONSEIL EXÉCUTIF EB137/3 Cent trente-septième session 20 mai 2015 Point 5 de l ordre du jour provisoire Dialogue sur le financement Rapport du Secrétariat INTRODUCTION 1. Par la décision WHA66(8), l Assemblée

Plus en détail

Saisine : Ministre des Finances (5 septembre 2007) AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE

Saisine : Ministre des Finances (5 septembre 2007) AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE Luxembourg, le 30 novembre 2007. Objet: Projet de loi modifiant la loi du 23 décembre 2005 portant introduction d une retenue à la source libératoire sur certains intérêts produits par l épargne mobilière

Plus en détail

3 ) Les limites de la création monétaire

3 ) Les limites de la création monétaire 3 ) Les limites de la création monétaire Si un banquier n a besoin que de son stylo pour créer de la monnaie, on peut se demander ce qui empêche une création infinie de monnaie. En fait, la création monétaire

Plus en détail

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1 ALLEMAGNE AM021f-Y 1 M. Levin Holle, Directeur de section, Chef de la délégation allemande Discours de la délégation allemande à l occasion de l Assemblée annuelle 2013 de la BERD Nous sommes heureux que

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010

Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010 Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010 Délibération faisant suite à un refus d embauche en raison de la grossesse de la réclamante Grossesse - Emploi Emploi privé Rappel à la loi La haute autorité

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES RAPPORT DE LA COMMISSION

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES RAPPORT DE LA COMMISSION COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 22.12.2006 COM(2006) 840 final RAPPORT DE LA COMMISSION sur le fonctionnement du transit facilité entre la région de Kaliningrad et le reste de la Fédération

Plus en détail