ENTREPRENEURIAT SOCIAL

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ENTREPRENEURIAT SOCIAL"

Transcription

1 EUROPOLITIQUE EUROPOLITIQUE ENTREPRENEURIAT SOCIAL Une solution face à la crise Lundi 10 Février 2013 N ème année Le quotidien des affaires européennes -

2 Europolitics c est aussi LE QUOTIDIEN DES AFFAIRES EUROPÉENNES EUROPOLITIQUE LE QUOTIDIEN DES AFFAIRES Un EUROPEENNES outil d information de choix pour les Nous avons les détails observateurs! et les parties prenantes de l Union européenne Suivez-nous sur Twitter : Europolitics_SA Des infos pour les euro-professionnels Oui, je souhaite m abonner à EUROPOLITIQUE : 6 mois, soit 112 numéros (version papier + HTML Demandez + PDF) au prix un de 1015 essai (1) gratuit. de deux semaines : 1 an, soit 223 numéros (version papier + HTML + PDF) au prix de 1939 (1). 6 mois, soit 112 numéros ( PDF + HTML) au prix de 919 (1). 1 an, soit 223 numéros ( PDF + HTML) au prix de 1750 (1). Ou abonnez-vous directement : Je souhaite recevoir Europolitique en : français anglais Je souhaite recevoir un numéro gratuit de EUROPOLITIQUE en: français anglais Nom :...Prénom :... Fondé à Bruxelles en Merci de retourner ce coupon dûment complété par courrier à : Europolitique Rue d Arlon, 53 / B-1040 Bruxelles ou par fax au : +32 (2) AIDEZ-NOUS À MIEUX VOUS CONNAÎTRE VOTRE ACTIVITÉ Ambassades Associations, fédérations, syndicats, fondations, ONG Chambres de commerce Consultants et avocats Entreprises Finance, banque, assurance Institutions européennes Justice et affaires intérieures Instituts de recherche, Médias PME bureaux d étude, universités Politique européenne générale Organisation :...Activité :... Médias et communication Relations UE-pays tiers Ministères et parlements Science et Recherche nationaux Sécurité et Défense Fonction :... TVA : Non, Oui : N... Missions, représentations Social et Emploi D13092-AP-200X280-FR.indd 1 auprès de l UE Société de 01/10/13 l information16:19 Adresse :... Code Postal :...Ville :... Date et signature : Pays :... Tél :...Fax :... Autres : VOS INTÉRÊTS Agro-industrie et agriculture Concurrence Consommateurs Energie Environnement Finance, fi scalité et économie Industries et Entreprises Transports Autres :... Si l adresse de facturation est différente de l adresse de livraison, merci de nous l indiquer. Veuillez payer à réception de la facture et noter que tout abonnement qui n est pas annulé par écrit (les s ne sont pas acceptés) au moins un mois avant son expiration sera automatiquement renouvelé. (1) Prix public hors TVA et frais de port inclus. Pour les abonnements multiples et les licences multi-utilisateurs, nous consulter. Toute commande non renseignée correctement ne sera pas prise en compte. Tout abonnement implique pour l abonné la pleine acceptation des conditions générales de vente disponibles sur Pour vous permettre de vous tenir au courant de nos activités, nous garderons vos coordonnées dans les fi chiers de EIS, Rue d Arlon 53, B 1040 Bruxelles. Offre réservée aux nouveaux abonnés. Conformément à la loi, vous pouvez accéder à ces données, en demander la rectifi cation et consulter le Registre de la Commission de la Vie Privée.

3 EUROPOLITIQUE N 4805 Lundi 10 février Sommaire n 4805 A la Une Entreprises et compétitivité Brevets/Nouvelles technologies : Le cœur du modèle de Google mis en cause par un troll à brevets...4 Finances, banques, assurances Banques : La BCE lance une consultation sur la supervision bancaire...4 Marchés financiers : La relance du marché de la titrisation en débat...5 Politiques sectorielles Energie renouvelable: L'enquête d'almunia pourrait accélérer les réformes allemandes...6 Energie/Climat : Energie verte : l'ue pourrait perdre du terrain...7 Politique spatiale : L'Agence spatiale européenne pourrait accueillir un "pilier UE"...7 Transport ferroviaire : Le financement de Rail Baltica pourrait être remis en cause...9 Transport/Environnement : Engins mobiles : T&E conteste un groupe d experts...10 Environnement : L UE va renforcer la lutte contre le trafic d animaux sauvages...10 Sécurité maritime : Naufrage du Luno : appel au renforcement des règles...10 BCE : OMT : les juges allemands interrogent la justice européenne...11 Politique commerciale Commerce/Pays en développement : Une initiative contre les "minerais du conflit" prévue en mars...12 UE/Russie : Embargo sur le porc : l'ue maintient la pression sur Moscou...12 Relations extérieures UE/Etats-Unis : Changements d'ambassadeurs en vue à Washington et Bruxelles...13 Conseil Affaires étrangères : Des sanctions contre l'ukraine? Les Vingt-huit en débattent...14 Pages plus Entrepreneuriat social : Une solution face à la crise...15 Entretien avec Filippo Addarii, Réseau Euclid Sans cadre légal, difficile de faire des politiques»...16 Entrepreneuriat social Regain d'intérêt communautaire ces dernières années...17 Entretien avec Nicolas Hazard, du groupe SOS : Attirer des investisseurs, c est possible...18 Relations extérieures Entreprises sociales : l Asie s y intéresse beaucoup...19 En bref Détachement : trois nouvelles dates...9 L euro «pas l objectif» de la coalition tchèque...11 Stratégie de sécurité au Sahel...11 L UE ne commente pas le juron à son égard...13 Sommet de l ASEM en octobre à Milan...14 Agenda...20

4 4 Lundi 10 février 2014 N 4805 EUROPOLITIQUE BREVETS/NOUVELLES TECHNOLOGIES Le cœur du modèle de Google mis en cause par un troll à brevets Par Sophie Mosca Google vient d être touché en plein cœur. Alors qu il voit le bout du tunnel dans son bras de fer avec la Commission européenne sur l abus qu il fait de sa position dominante dans l UE dans la recherche en ligne ( Europolitique 4803), il a été condamné aux Etats- Unis le 28 janvier, pour violation par son système d enchères publicitaires AdWords de deux brevets détenus par un «troll à brevets» (lire le repère). Plusieurs affaires semblables l impliquant aussi sont en cours d analyse par la Commission européenne. En cause, deux brevets initialement créés, au milieu des années 1990, par Andrew Kennedy Lang qui a ensuite rejoint les rangs du moteur de recherche en ligne, Lycos, alors en pleine ascension. Cet inventeur avait apporté à Lycos ses brevets qui touchent à la pertinence d une publicité en réponse aux mots-clés d une requête et au taux de clics, par les utilisateurs précédents, sur cette publicité. En clair, cela permet à un moteur de recherche d évaluer le prix d une publicité à facturer à un annonceur en fonction du montant qu il est près à payer et de la «qualité» de cette publicité calculée en fonction de son succès auprès des internautes. Un tribunal de district de l'etat de Virginie a condamné Google à payer à Vringo - devenu en 2012, détenteur des brevets litigieux - des royalties pour contrefaçon, correspondant à 1,36 % du chiffre d affaires d AdWords, soit près d un milliard de dollars jusqu à la péremption du brevet en Vringo avait déjà fait valoir ses droits contre Google fin 2012 et empoché 30 millions de dollars. La firme de Moutain View a modifié AdWords mais pas suffisamment, a en substance estimé le tribunal car le processus actuel «s inspire» beaucoup de celui couvert par les deux brevets déposés. Google dont le centre névralgique est visé puisque l essentiel de ses revenus proviennent de la publicité, a fait appel de ce jugement. LA COMMISSION VIGILANTE Ce cas est révélateur de la guerre des brevets qui fait rage dans ce secteur des nouvelles technologies et Google est aussi la cible de plusieurs attaques notamment de la part de son grand rival Microsoft mais aussi de Nokia. Ce qui est particulièrement mis en exergue ici, c est surtout de la montée en puissance des «trolls à brevets» auxquels s apparente Vringo. Pour la petite histoire, il a aussi obtenu de Microsoft en mai 2013, un million de dollar pour l'utilisation de technologies protégées au sein de Bing afin d'éviter la poursuite d un procès. Google a introduit le 31 mai 2012 une plainte devant la Commission à l encontre de Nokia et Microsoft qu il accuse via un «troll», le canadien Mosaid, d attaquer son système d exploitation pour appareils mobiles Android par un système organisé de contentieux de brevets relatifs à des fonctionnalités essentielles à ces appareils que les organismes internationaux de normalisation ont érigées en standards (Europolitique n 4436 ). Avec pour conséquence la hausse les prix des appareils. La Commission a, en décembre dernier, averti Nokia et Microsoft qui a acheté la division appareil mobiles de celui-ci (avec les brevets clés y afférant) qu «elle restera vigilante et surveillera étroitement au regard des règles de l UE en matière d abus de position dominante» des pratiques visant à abuser de cet arsenal de brevets à des fins anticoncurrentielles. La plainte de Google est la «réponse du berger à la bergère» puisque Microsoft avait auparavant accusé Motorola acquis par Google en cours de revente à Lenovo mais sans les brevets clés d utiliser justement ces brevets à des fins d entrave à la concurrence. Repère Un troll à brevets désigne dans le jargon de la propriété intellectuelle, liée des nouvelles technologies, un cabinet ou une personne physique, spécialisé(e) en contentieux en cette matière. Le «troll» acquière des brevets qu il n exploite pas. Son activité consiste à contracter des licences d exploitation de ces brevets auprès d entreprises produisant des biens et services, et à optimiser les royalties qu il en retire, quitte à faire appel à la justice. BANQUES La BCE lance une consultation sur la supervision bancaire Par Manon Malhère La Banque centrale européenne (BCE) a publié le 7 février une consultation sur les règles organisant sa coopération avec les superviseurs nationaux dans ses fonctions de superviseur européen des banques 1. Les parties intéressées ont jusqu au 7 mars pour se prononcer sur son projet de règlement-cadre en la matière qu elle doit publier d ici le 4 mai Elle organise une audition publique le 19 février sur ce texte. La BCE est en plein préparatifs pour assurer pleinement son nouveau rôle de superviseur européen des banques des États de la zone euro et des autres qui souhaiteront y participer, à partir du 4 novembre Et ce, conformément au règlement instituant le «mécanisme de supervision unique» (MSU) 2. Elle assurera la supervision directe des banques les plus importantes (environ quelques 130 banques dans la zone euro). Elle pourra aussi intervenir auprès des institutions bancaires (moins importantes) qui sont supervisées directement par les superviseurs nationaux et avec qui elle coopérera étroitement. En outre, elle disposera d un droit d instruction sur ces derniers. Le projet de règlement-cadre soumis à la consultation détaille donc les règles organisant cette coopération. Il définit aussi la méthodologie à suivre pour évaluer l importance des banques supervisées, les procédures relatives aux tâches de surveillance ainsi que la coopération avec les États qui n ont pas adopté la monnaie unique et qui participeront au MSU. Ce texte détaille aussi les dispositions relatives aux sanctions administratives que la BCE pourra infliger aux banques qui ne respecteront pas les obligations fixées dans ses règlements ou ses décisions. (1) Consultation: ssm/consultations/html/framework.en.html (2) Règlement n 1024/2013

5 EUROPOLITIQUE N 4805 Lundi 10 février MARCHÉS FINANCIERS La relance du marché de la titrisation en débat Par Manon Malhère Considérée jusqu'à récemment comme un fléau, la "titrisation" revient dans le débat. Cet outil financier, au cœur de la crise des subprimes (prêts hypothécaires à risque) en 2008 aux Etats-Unis, est de plus en plus perçu comme une source alternative de financement de l'économie à long terme dans l'ue. Encore faut-il revitaliser le marché de la titrisation. Pour beaucoup dans le secteur financier, l'application d'exigences en capital sévères pour les opérations de titrisation n'est pas la solution. L'Autorité européenne des assurances et des pensions professionnelles (AEAPP) et le Comité de Bâle (forum international sur le contrôle bancaire) ont d'ailleurs proposé des assouplissements en la matière. Mais un cadre approprié doit encore être trouvé. La titrisation est l opération par laquelle une banque regroupe les prêts en un instrument financier - un portefeuille d'actifs pour le vendre à des investisseurs. C est une société distincte - un véhicule ad hoc - qui émet les actifs mis en commun sur les marchés. Cet outil financier a plusieurs avantages : il permet de transformer des prêts non liquides en instruments financiers négociables; les banques font sortir de leur bilan ces dettes avec leurs risques inhérents; les investisseurs peuvent s'attendre à des rendements. Problème: la titrisation a joué un rôle clé dans la crise des subprimes qui a frappé les États-Unis en EXIGENCES EN CAPITAL Depuis lors, la titrisation n'a pas décollé. Les produits titrisés sont toujours jugés "toxiques". Cependant, "selon une estimation, le taux de valorisation des ABS [un type de titrisation] dans l'ue par défaut était de seulement 1,4 % entre la mi-2007 et le premier trimestre de 2013, contre 17,4 % aux États-Unis", a indiqué fin 2013 Yves Mersch, membre du directoire de la BCE. Faisant référence à la réforme de la réglementation bancaire, M. Mersch a estimé qu "il faudra du temps pour que ces mesures réparent les circuits de prêts bancaires. Dans le même temps, il est irréaliste de s'attendre à ce que les PME puissent largement emprunter à des investisseurs non bancaires, du moins pas à court terme. C'est pourquoi le renforcement des marchés de capitaux grâce à la titrisation me semble être un complément important aux prêts bancaires." Vu que les banques financent environ 75 % de l'économie de l'ue, le renforcement du rôle joué par les marchés financiers - y compris la titrisation - dans le financement à long terme est désormais en débat. Comment donc booster la titrisation? "Le problème est que la titrisation en Europe a été assimilée aux secteurs qui ont été peu performants aux États-Unis", explique à Europolitique John Hopkin de l'association des marchés financiers en Europe (AFME). Et les discussions sur la possibilité d'imposer de sévères exigences en capital aux opérations de titrisation suscitent d'importantes préoccupations. "Les exigences en capital réglementaire n ont plus de rapport avec les risques (économiques) et donc les rendements ne pourraient justifier ces investissements dans les produits titrisés", indique Antoine Chausson de BNP Paribas. "Selon nous, cela explique largement les freins au développement de la titrisation que nous observons actuellement". LA «BONNE» TITRISATION L'AEAPP et le Comité de Bâle ont récemment proposé d'adoucir ces exigences. En particulier, pour ce qui est du nouveau régime prudentiel de l'assurance (directive Solvabilité II) qui prévoit des exigences plus sévères en capital pour les produits titrisés. Le Comité de Bâle est en train de réviser les règles sur la titrisation. Elles devront être mises en œuvre au niveau de l'ue. Le niveau de capital initialement proposé par le Comité a été revu à la baisse dans une nouvelle consultation récemment soumise aux parties prenantes. Cette évolution est perçue comme un signal positif. Mais pour certains observateurs, elle n'aidera pas vraiment la titrisation à décoller. "Une réglementation plus stricte explique en partie l'évolution de la titrisation, ce qui ne veut pas dire qu'elle ne se justifie pas, mais la question devrait plutôt porter sur le type de législation dont nous avons besoin", souligne Frédéric Hache de Finance Watch, une association indépendante qui œuvre pour des finances au service de la société. Pour John Hopkin, "nous devrions avoir une approche plus équilibrée". Les experts insistent souvent sur le rôle clé que jouent les règles de transparence dans les marchés de la titrisation, les exigences de conservation des risques et surtout sur la nécessité de distinguer la bonne de la mauvaise titrisation. Les exigences en capital pourraient alors être ajustées à la qualité des produits titrisés. Le secteur financier a déjà présenté des initiatives étiquetant les titrisations de haute qualité, transparentes et normalisées. Un cadre réglementaire direct "pourrait s'appuyer sur les initiatives du secteur pour promouvoir une plus grande transparence et la normalisation, mais il doit aller plus loin", estime M. Hache. Pour lui, "il faut renforcer l'alignement des intérêts pour garantir des actifs sous-jacents de haute qualité, et limiter les facteurs de risque systémique tels que l'effet de levier et la transformation des échéances. Les structures devraient également inciter les investisseurs à procéder à une propre évaluation des risques, et décourager les notations externes". Faciliter la titrisation devrait être un pilier du plan d'action pour le financement à long terme de l'économie de l'ue, que la Commission prévoit de publier cette année. La crise des subprimes La titrisation est accusée d'être au centre de la crise des subprimes (prêts hypothécaires à risque) qui a frappé les États-Unis en Les entreprises n'ont pas hésité à offrir des prêts immobiliers aux ménages sans assortir ces derniers de garanties. Ces prêts ont été regroupés dans des produits titrisés complexes, qui ont été très bien notés par les agences de notation de crédit malgré le fait qu ils étaient porteurs de risques. Ces produits sont nommés les "asset-backed securities" (ABS) ou les "mortgage-backed securities" (MBS). C est alors que les choses se sont gâtées. Les prix de l'immobilier ont chuté et les gens ne pouvaient plus rembourser leurs prêts. Les banques et les investisseurs ont commencé à perdre de l'argent et plusieurs d'entre eux ont fait faillite. Nul ne pouvait vraiment être tenu responsable. La crise qui a suivi a pris une ampleur mondiale.

6 6 Lundi 10 février 2014 N 4805 EUROPOLITIQUE ENERGIE RENOUVELABLE L'enquête d'almunia pourrait accélérer les réformes allemandes Par Jakob Schlandt à Berlin L'enquête ouverte par le commissaire à la Concurrence, Joaquín Almunia, concernant la loi allemande sur les énergies renouvelables, l'eeg, met une pression énorme sur le gouvernement allemand pour qu'il modifie rapidement l'eeg. Ce qui aide le nouveau ministre allemand de l'energie, Sigmar Gabriel, à faire avancer sa proposition controversée de réduction des subventions aux énergies renouvelables. La Commission met surtout en cause les dispositions qui exemptent les industries très énergivores du paiement de l'électricité renouvelable. Jusqu'à présent, les entreprises devaient solliciter le remboursement du paiement de l'eeg auprès du Bundesamt für Wirtschaft und Ausfuhrkontrolle (BAFA) avant fin juin. Il s'élève à 6,24 cents par kilowatt/heure et est donc un facteur décisif pour les industries très énergivores comme les fonderies d'aluminium ou la production de produits chimiques. Les exemptions représentent environ 20% de la consommation globale. Le temps presse pour le gouvernement allemand en ce qui concerne la réforme de l'eeg. Selon des sources de l'industrie, les entreprises vont normalement introduire leur demande de rabais sur l'eeg en juin et elles attendent les résultats d'ici la fin de l'année. Un plan d'urgence éventuel, déjà débattu avec le BAFA, serait d'autoriser les demandes jusqu'en septembre, même si c'est un peu juste. L'agence aura à peine le temps de traiter les demandes dans les délais pour la nouvelle année. Les entreprises pourraient être confrontées à une situation les obligeant à constituer des réserves pour imprévus si elles ne reçoivent pas la notification du BAFA au 31 décembre (lire l'encadré). OPPOSITION DES LÄNDER Il faut donc que la réforme de l'eeg intervienne le plus rapidement possible et obtienne l'aval de la Commission. Conscient du problème, Sigmar Gabriel veut faire progresser la réforme à un rythme sans précédent. Le nouvel EEG, qui a reçu l'approbation de principe du cabinet à la mi-janvier, devrait être débattu au Bundestag en juin, et au Bundesrat en juillet. Il pourrait entrer en vigueur dès le 1er août, à temps pour le processus de rabais. Au Bundesrat les Länder allemands ne pourraient pas bloquer le nouvel EEG, mais ils pourraient le retarder considérablement. M. Gabriel se sert déjà de la pression de la Commission pour faire taire l'opposition. Il a déclaré publiquement être ouvert aux amendements à sa proposition de réforme. Mais lors d'une réunion avec les représentants des lobbies industriels, fin janvier, les participants ont déclaré qu'il avait fermement rejeté les critiques relatives à la diminution considérable des aides aux renouvelables, en référence à l'enquête de la Commission. Le nouvel EEG limitera, par exemple, l'éolien terrestre et le photovoltaïque à 2500 megawatts de capacité nouvelle par an. Le solaire sera à un tiers par rapport aux années record de 2010 à La biomasse sera réduite à 100 megawatts. Pratiquement tous les Länder s'opposent à l'une ou l'autre partie du plan. Le parti bavarois du CSU, qui fait partie de la coalition gouvernementale, est contre la réduction de la biomasse. Les Länder du Nord, riches en énergie éolienne, se sont exprimés contre le plafonnement de l'éolien et ont déjà menacé de bloquer l'eeg au Conseil fédéral. Mais quiconque voudra s'opposer fermement à la réforme pour la retarder se heurtera à une opposition croissante et à un lobbying massif de l'industrie allemande qui a besoin d'urgence du nouvel EEG pour pouvoir bénéficier du rabais pour Selon M. Gabriel, c'est une carte maîtresse reçue de la Commission. Dans le passé, toutes les réformes de l'eeg ont subi des retards importants et un lobbying massif de l'industrie des énergies renouvelables afin que les réductions ne soient pas trop importantes. Une réforme globale et rapide de l'eeg serait un triomphe politique pour M. Gabriel. Ces dernières années, l'attention publique s'est déplacée des aspects positifs de l'energiewende vers la hausse des coûts. Pour les consommateurs privés, les prix de l'électricité comptent parmi les plus élevés d'europe, avoisinant 30 cents par kilowatt/heure. SATISFAIRE ALMUNIA Toutefois, M. Gabriel doit veiller à ce que sa réforme satisfasse M. Almunia. Jusqu'ici, il y a eu peu de rapprochement. M. Almunia a déclaré récemment à "Energie & Management" qu'il voulait autoriser des rabais très limités pour les industries qui sont réellement confrontées à la concurrence internationale et où les fuites de carbone seraient un problème. Mais il est résolument opposé aux exemptions générales accordées actuellement sur la base du volume d'électricité consommée et non de la concurrence. De plus, il est probable que la Commission exigera une contribution minimum plus élevée de la part de toutes les entreprises. Le gouvernement allemand s'est déjà prononcé contre l'approche de la Commission et a fait savoir qu'il n'accepterait pas une réduction plus importante des rabais. Comme les exemptions restent valables jusqu'en 2015 et que le temps presse, la Commission semble avoir le dessus. Mais au moins M. Gabriel peut utiliser cette situation à son avantage dans la confrontation nationale concernant l'avenir de l'energiewende. Une épée de Damoclès Le 18 décembre, selon une source du BAFA (Bundesamt für Wirtschaft und Ausfuhrkontrolle), qui est contrôlé par le ministère des affaires économiques et de l'énergie de M. Gabriel, l'autorité a dû arrêter d'accorder des remboursements. "Au moment où la lettre de la Commission est arrivée, nous avons laissé tomber la plume". Les dégâts pour 2014 sont minimes : quelques affaires litigieuses seulement, dans le cadre desquelles les entreprises espéraient renverser une décision précédente, ont été rejetées. Mais pour 2015, l'industrie allemande a une épée de Damoclès au-dessus de la tête. Comme l'explique le BAFA, "tant que l'enquête sur les aides d'etat n'a pas abouti, nous sommes juridiquement dans l'impossibilité d'accorder de nouvelles exemptions". Selon les associations professionnelles allemandes, un grand nombre des 2000 entreprises ayant obtenu un rabais partiel ou presque total pour 2014 seraient en situation de faillite immédiate si elles devaient payer la facture globale.

7 EUROPOLITIQUE N 4805 Lundi 10 février ENERGIE/CLIMAT Energie verte : l'ue pourrait perdre du terrain Par Anca Gurzu Les politiques de l'ue doivent privilégier l'efficacité énergétique et les technologies à faible émission de carbone pour éviter de se retrouver à la traîne des autres grandes économies qui progressent rapidement dans ces secteurs. C'est ce que conclut un rapport émanant de plusieurs instituts européens de recherche économique. Publiée le 6 février par l'association britannique Climate Strategies, il note que des pays comme la Chine, l'inde et les États-Unis "verdissent" rapidement leurs économies, ce qui risque de nuire à la compétitivité de l'ue et à son rôle de premier plan dans les politiques énergétiques et climatiques. La Commission européenne a précisément présenté sa proposition de stratégie 2030 pour l'énergie et le climat le 22 janvier et le Parlement européen vient cette semaine d'adopter ses propres vues sur le sujet. Le rapport constate que le déploiement de technologies d'énergie renouvelable est en plein essor en dehors de l'europe, avec 70% de la nouvelle capacité d'énergie éolienne et 40% des nouveaux panneaux photovoltaïques installés hors de l'europe en Il note aussi que la production de ciment est particulièrement efficace sur le plan énergétique dans les économies asiatiques et que les États-Unis, le Japon et la Chine ont les plus hauts niveaux d'immatriculation de nouveaux véhicules électriques. "L'Europe ne peut pas rivaliser dans une économie mondiale basée sur des ressources bon marché", dit une communiqué de Michael Grubb, de l'université de Cambridge et membre du conseil d'administration de Climate Strategies. "Elle est en concurrence sur l'innovation et l'efficacité. L'Europe est actuellement en bonne position sur les brevets dans la plupart des secteurs de la technologie à faible carbone, mais cela risque de s'éroder rapidement ". Le rapport conteste aussi l'idée que les prix élevés de l'énergie de l'ue ont un impact sur la compétitivité de l'union - argument souvent invoqué par les représentants des secteurs à forte intensité énergétique, qui disent que ce sont les politiques climatiques qui conduisent à ces prix bien plus élevés qu'aux États-Unis, par exemple. L'étude note que l'europe consacre la même proportion de son PIB à l'énergie que les États-Unis et d'autres grands concurrents. Les différences de prix de l'énergie dans les industries très énergivores sont plutôt dues au type d'énergie utilisé. En outre, dans les pays où les prix de l'énergie sont plus élevés, l'efficacité énergétique est accrue. La compétitivité ne dépend pas des seuls prix moyens de l'énergie, note Henry Derwent, directeur général de Climate Strategies. "Les choix de l'europe vont maintenant déterminer sa position dans un avenir à faible carbone vers lequel avancent les grandes économies." Ont participé à l'étude : l'institut allemand de recherche économique (Berlin), l'institut de recherche Grantham sur le changement climatique et l'environnement (London School of Economics) et l'institut pour le développement durable et les relations internationales (Paris). POLITIQUE SPATIALE L'Agence spatiale européenne pourrait accueillir un "pilier UE" Par Isabelle Smets Pourrait-on voir se créer dans le futur une sorte de "pilier UE" au sein de l'agence spatiale européenne (ESA)? C'est un scénario qui est sérieusement envisagé aujourd'hui et qui pourrait recueillir l'assentiment à la fois de l'ue et de l'esa alors que toutes deux réfléchissent à l'évolution de leurs relations. Un scénario "big bang", qui ferait de l'esa une agence de l'ue, un temps envisagé, suscite plus de réticences. C'est ce que montre un rapport de la Commission européenne adopté le 6 février 1 La réflexion sur les relations UE/ESA a été lancée fin 2012, quand la Commission a appelé à renforcer et améliorer les liens entre les deux au vu des activités spatiales croissantes de l'ue, notamment avec les programmes Galileo et Copernicus. C'est bien simple : aujourd'hui l'ue laisse à l'esa environ 75% de son budget spatial - qui va atteindre près de 12 milliards d'euros en ce qui en fait le plus gros contributeur de l'agence. Le problème, c'est que l'ue et l'esa fonctionnent de manière très différente et que la gestion de ces fonds reste dès lors très complexe. Le fait que tous les Etats membres de l'esa ne sont pas membres de l'ue, et inversement, complique encore le système. Avec les règles de vote au sein de l'esa, il n'est pas exclu, par exemple, que des décisions importantes concernant les programmes spatiaux de l'ue - comme le lancement de satellites - puissent être bloqués par des Etats non membres de l'ue. De plus, l'esa n'a aucune obligation de rendre des comptes sur le plan politique et financier au Parlement européen, alors que la Commission est responsable devant lui des retards ou dépassement des coûts de ses programmes spatiaux. Bref, l'ue (surtout) estime qu'il est temps d'améliorer le fonctionnement de sa relation avec l'esa et, dans les scénarios envisagés, celui d'un "pilier UE" au sein de l'agence semble tenir la corde. Il faudrait évidemment s'entendre sur ce que cela vaut dire exactement mais, en gros, ce serait une sorte de "division UE", qui serait hébergée à l'esa, qui ne s'occuperait que des programmes UE, et qui n'affecterait pas le fonctionnement des autres services de l'agence. Un scénario qui ne suppose donc pas que l'esa cesse d'exister en tant qu'organisation intergouvernementale, contrairement à celui dans lequel elle deviendrait une Agence de l'ue. Plusieurs Etats membres se sont d'ailleurs montrés réticents à voir l'esa se transformer en Agence de l'ue, et l'esa elle-même est divisée. Par contre, dans ses propres réflexions, elle considère que la création d'une sorte de "chambre de l'ue" en son sein pourrait être une solution. La suite? L'affaire devrait être discutée au Conseil des ministres "Compétitivité" le 21 février et des conclusions devraient être adoptées en mai. Pour sa part, le Conseil ministériel de l'esa devrait se prononcer en décembre. Au vu des discussions, la Commission pourrait présenter des propositions concrètes fin 2014/début (1) > recherche =350634

NOTE Secrétariat général délégations Feuilles de route concernant la stabilité des marchés financiers

NOTE Secrétariat général délégations Feuilles de route concernant la stabilité des marchés financiers CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE Bruxelles, le 15 mai 2008 (20.05) (OR. en) 9056/1/08 REV 1 TRADUCTION NON RÉVISÉE EF 27 ECOFIN 158 NOTE du: aux: Objet: Secrétariat général délégations Feuilles de route concernant

Plus en détail

La Constitution européenne

La Constitution européenne La Constitution européenne "Le Parlement européen approuve la Constitution et appuie sans réserve sa ratification"(*): elle éclaire la nature et les objectifs de l'union, renforce son efficacité et son

Plus en détail

Risques Financiers Réforme de Bâle II Crise du Subprime Séminaire Master FAB N. Roucoux P. Bizet

Risques Financiers Réforme de Bâle II Crise du Subprime Séminaire Master FAB N. Roucoux P. Bizet Risques Financiers Réforme de Bâle II Crise du Subprime Séminaire Master FAB N. Roucoux P. Bizet 1 Jeudi 25 Octobre 2007 Crises financières et Risques Bancaires Réforme de Bâle II I. Définitions des risques

Plus en détail

Proposition de RÈGLEMENT DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL

Proposition de RÈGLEMENT DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 12.9.2012 COM(2012) 512 final 2012/0244 (COD) Proposition de RÈGLEMENT DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL modifiant le règlement (UE) n 1093/2010 instituant une Autorité

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur le financement pour la croissance et le financement à long terme de l'économie européenne

Conclusions du Conseil sur le financement pour la croissance et le financement à long terme de l'économie européenne Conseil de l'union Européenne PRESSE FR CONCLUSIONS DU CONSEIL Bruxelles, le 9 décembre 2014 Conclusions du Conseil sur le financement pour la croissance et le financement à long terme de l'économie européenne

Plus en détail

Investir dans des produits financiers

Investir dans des produits financiers En savoir plus sur les services financiers Investir dans des produits financiers La directive MiFID : guide du Consommateur Comité Européen des Régulateurs des Marchés de Valeurs mobilières Commission

Plus en détail

Editorial. Chère lectrice, cher lecteur,

Editorial. Chère lectrice, cher lecteur, Version de : juillet 2013 Le point sur... Informations fournies par le ministère fédéral des Finances Les mécanismes européens de stabilité Sur la voie de l Union de la stabilité 1 2 3 4 ème volet Editorial

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Conseil de l'union Européenne PRESSE FR CONCLUSIONS DU CONSEIL Bruxelles, le 1 décembre 2014 Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Session du Conseil Emploi, politique sociale,

Plus en détail

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL. Feuille de route pour une union bancaire

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL. Feuille de route pour une union bancaire COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 12.9.2012 COM(2012) 510 final COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL Feuille de route pour une union bancaire FR FR COMMUNICATION DE LA COMMISSION

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

Soirée d'information sur la crise financière

Soirée d'information sur la crise financière Soirée d'information sur la crise financière 6 ème Sciences Economiques 18 novembre 2008 Questions abordées I. Quelle est l'origine de la crise? II.Comment les subprimes se sont retrouvées dans nos banques

Plus en détail

Contrats de crédit relatifs aux biens immobiliers à usage résidentiel

Contrats de crédit relatifs aux biens immobiliers à usage résidentiel Contrats de crédit relatifs aux biens immobiliers à usage résidentiel Proposition de directive Position du BEUC Contact: Anne Fily & Farid Aliyev financialservices@beuc.eu Ref.: X/2011/055-14/09/11 1 BEUC,

Plus en détail

LE CROWDFUNDING. Copyright Duhamel Blimbaum.

LE CROWDFUNDING. Copyright Duhamel Blimbaum. LE CROWDFUNDING Copyright Duhamel Blimbaum. Introduction Le financement participatif (ou «crowdfunding» en anglais) est un mode de financement, via internet, qui permet de collecter les apports financiers

Plus en détail

DIALOGUE AVEC LES CONSTRUCTEURS DE VEHICULES

DIALOGUE AVEC LES CONSTRUCTEURS DE VEHICULES CONFÉRENCE EUROPÉENNE DES MINISTRES DES TRANSPORTS EUROPEAN CONFERENCE OF MINISTERS OF TRANSPORT 2 rue André Pascal, F-75775 PARIS CEDEX 16 TEL. 33 (0)1 45 24 97 10 / FAX: 33 (0)1 45 24 97 42 e-mail: ecmt.contact@oecd.org

Plus en détail

TRAITE DE LISBONNE. Marie-Laure BASILIEN-GAINCHE* La Cour constitutionnelle fédérale d Allemagne a rendu, le 30 juin 2009, une décision fort

TRAITE DE LISBONNE. Marie-Laure BASILIEN-GAINCHE* La Cour constitutionnelle fédérale d Allemagne a rendu, le 30 juin 2009, une décision fort L ALLEMAGNE ET L EUROPE. REMARQUES SUR LA DECISION DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE FEDERALE RELATIVE AU TRAITE DE LISBONNE Marie-Laure BASILIEN-GAINCHE* INTRODUCTION La Cour constitutionnelle fédérale d Allemagne

Plus en détail

CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 30 mars 2009 (OR. en) 7522/09 Dossier interinstitutionnel: 2009/0020 (CNS) VISA 96 AMLAT 28

CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 30 mars 2009 (OR. en) 7522/09 Dossier interinstitutionnel: 2009/0020 (CNS) VISA 96 AMLAT 28 CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE Bruxelles, le 30 mars 2009 (OR. en) 7522/09 Dossier interinstitutionnel: 2009/0020 (CNS) VISA 96 AMLAT 28 ACTES LÉGISLATIFS ET AUTRES INSTRUMENTS Objet: Décision du Conseil

Plus en détail

QUELLES PERSPECTIVES POUR UNE MEILLEURE REPARATION

QUELLES PERSPECTIVES POUR UNE MEILLEURE REPARATION CRPMDTR110 077 B4 CONFERENCE DES REGIONS PERIPHERIQUES MARITIMES D EUROPE CONFERENCE OF PERIPHERAL MARITIME REGIONS OF EUROPE 6, rue Saint-Martin, 35700 RENNES - FR Tel. : + 33 (0)2 99 35 40 50 - Fax :

Plus en détail

la voie bilatérale reste la meilleure option

la voie bilatérale reste la meilleure option WWW.ELECTIONS.CH FICHE THEMATIQUE : SUISSE-UE la voie bilatérale reste la meilleure option L UE est un des principaux partenaires commerciaux de la Suisse. A l inverse, la Suisse est le deuxième partenaire

Plus en détail

Blanchiment d argent : fin de l anonymat des bénéficiaires de sociétés et de fiducies?

Blanchiment d argent : fin de l anonymat des bénéficiaires de sociétés et de fiducies? Blanchiment d argent : fin de l anonymat des bénéficiaires de sociétés et de fiducies? Chantal CUTAJAR Présidente de l OCTFI Directrice du GRASCO (Université de Strasbourg) La Commission des affaires économiques

Plus en détail

Recommandation de la Commission sur la limitation de la responsabilité civile des contrôleurs des comptes - Foire aux questions

Recommandation de la Commission sur la limitation de la responsabilité civile des contrôleurs des comptes - Foire aux questions MEMO/08/366 Bruxelles, 6 juin 2008 Recommandation de la Commission sur la limitation de la responsabilité civile des contrôleurs des comptes - Foire aux questions Pourquoi la Commission a-t-elle publié

Plus en détail

Fiche d information 3 OÙ IRA L ARGENT?

Fiche d information 3 OÙ IRA L ARGENT? Fiche d information 3 OÙ IRA L ARGENT? Le plan d investissement pour l Europe sera constitué d un ensemble de mesures visant à libérer au moins 315 milliards d euros d investissements publics et privés

Plus en détail

Avis d Energie-Cités. Cette proposition est disponible sur : http://europa.eu.int/eur-lex/fr/com/dat/2001/fr_501pc0226.html

Avis d Energie-Cités. Cette proposition est disponible sur : http://europa.eu.int/eur-lex/fr/com/dat/2001/fr_501pc0226.html Avis d Energie-Cités Projet de Directive Performance énergétique des bâtiments Octobre 2001 Proposition de Directive du Parlement européen et du Conseil présentée par la Commission [COM(2001) 226 final

Plus en détail

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu les autres pièces du dossier ; CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux FM N 366290 ASSOCIATION NATIONALE DES CONSEILS FINANCIERS (ANACOFI) et autres M. Olivier Japiot Rapporteur Mme Marie-Astrid Nicolazo de Barmon Rapporteur public REPUBLIQUE

Plus en détail

Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier

Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier Luxembourg, le 21 avril 211 Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier Dans la mesure où le Service Central de la Statistique et des Etudes Economiques (STATEC) n'est pas encore à

Plus en détail

Union économique et monétaire Résolution sur l union bancaire

Union économique et monétaire Résolution sur l union bancaire Union économique et monétaire Résolution sur l union bancaire Adoptée au Comité exécutif du 5 et 6 décembre 2012 La CES salue les conclusions du Conseil européen d octobre 2012 sur une Union bancaire européenne

Plus en détail

Réduire l effet de levier des banques, un impact néfaste sur notre économie? (2/2)

Réduire l effet de levier des banques, un impact néfaste sur notre économie? (2/2) Réduire l effet de levier des banques, un impact néfaste sur notre économie? (2/2) Une précédente analyse 1 a introduit le concept d'effet de levier, procédé visant à s'endetter pour chercher à accroître

Plus en détail

Session du Conseil des Affaires Générales (Cohésion) Bruxelles, 19 novembre 2014

Session du Conseil des Affaires Générales (Cohésion) Bruxelles, 19 novembre 2014 Conseil de l'union Européenne PRESSE FR CONCLUSIONS DU CONSEIL Bruxelles, le 19 novembre 2014 Conclusions du Conseil concernant le sixième rapport sur la cohésion économique, sociale et territoriale: investissement

Plus en détail

Prêt pour une hausse du taux Libor USD à 3 mois?

Prêt pour une hausse du taux Libor USD à 3 mois? Deutsche Bank AG (DE) (A+/Aa3) À QUOI VOUS ATTENDRE? Deutsche Bank AG (DE) est émis en dollars américains (USD) par Deutsche Bank AG et vous fait bénéficier d une hausse éventuelle des taux d intérêt à

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE. Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007

REPUBLIQUE FRANCAISE. Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007 REPUBLIQUE FRANCAISE 1 COUR NATIONALE DE LA TARIFICATION SANITAIRE ET SOCIALE Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007 Président : M. DURAND-VIEL Rapporteur : Mme WOLF Commissaire du gouvernement : Mme PICARD

Plus en détail

L UNION BANCAIRE 1. LE MÉCANISME DE SURVEILLANCE UNIQUE (MSU) 1.1. PRÉPARATION

L UNION BANCAIRE 1. LE MÉCANISME DE SURVEILLANCE UNIQUE (MSU) 1.1. PRÉPARATION 1. L UNION BANCAIRE Dans la zone euro, l extension de la crise à certains marchés de dettes souveraines a illustré qu une union monétaire réclame, outre une coordination renforcée des politiques budgétaires

Plus en détail

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ mai 2014 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 INTRODUCTION L heure semble au découplage entre les Etats-Unis et l Europe. Alors que de l autre côté de l Atlantique, certains plaident

Plus en détail

Compte rendu du colloque organisé à la Maison de l'europe "Retraites : qu'en disent nos voisins européens?" Le 7 octobre 2010

Compte rendu du colloque organisé à la Maison de l'europe Retraites : qu'en disent nos voisins européens? Le 7 octobre 2010 Compte rendu du colloque organisé à la Maison de l'europe "Retraites : qu'en disent nos voisins européens?" Le 7 octobre 2010 Face au vieillissement de la population et aux déficits publics aggravés par

Plus en détail

TAFTA: Une attaque camouflée sur la démocratie et les normes de règlementation

TAFTA: Une attaque camouflée sur la démocratie et les normes de règlementation TAFTA: Une attaque camouflée sur la démocratie et les normes de règlementation La coopération réglementaire, une menace pour la capacité démocratique des pouvoirs publics à régule Il y a de bonnes raisons

Plus en détail

Avis de consultation

Avis de consultation Avis de consultation Introduction Conformément aux traités de l UE, les décisions relatives à la politique commerciale sont prises au niveau de l UE. Les représentants des gouvernements des États membres

Plus en détail

CONSOMMATION ÉVOLUTION DU DROIT DE LA CONSOMMATION

CONSOMMATION ÉVOLUTION DU DROIT DE LA CONSOMMATION CONSOMMATION ÉVOLUTION DU DROIT DE LA CONSOMMATION suscitée par la loi n 2010-737 du 1 er juillet 2010 portant réforme du crédit à la consommation Réforme du crédit à la consommation et lutte contre le

Plus en détail

TESTS D ÉVALUATION DU FRANÇAIS POUR L ADMISSION AU MASTER

TESTS D ÉVALUATION DU FRANÇAIS POUR L ADMISSION AU MASTER TESTS D ÉVALUATION DU FRANÇAIS POUR L ADMISSION AU MASTER TEST Nr.2 Ière épreuve. ( /20 points) Définissez les termes en remettant en ordre les mots et les expressions suivants: 1. Marché financier : et

Plus en détail

Promotion des investissements au Maroc

Promotion des investissements au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 Document de travail n 08 Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 L objet de la

Plus en détail

UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES

UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES F UPOV/INF/9 UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES GENÈVE ACCORD entre l Union internationale pour la protection des obtentions végétales et le Conseil fédéral suisse pour déterminer

Plus en détail

ACCORD ENTRE LA COMMISSION BANCAIRE ET LA BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE

ACCORD ENTRE LA COMMISSION BANCAIRE ET LA BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE ACCORD ENTRE LA COMMISSION BANCAIRE ET LA BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE CONCERNANT LA COOPERATION RECIPROQUE ET L ECHANGE D INFORMATIONS POUR LE CONTROLE BANCAIRE ET PRUDENTIEL 1. Considérant que certaines

Plus en détail

Épreuve composée. II sera tenu compte, dans la notation, de la clarté de l'expression et du soin apporté à la présentation.

Épreuve composée. II sera tenu compte, dans la notation, de la clarté de l'expression et du soin apporté à la présentation. Épreuve composée Cette épreuve comprend trois parties. 1. Pour la partie 1 (Mobilisation des connaissances), il est demandé au candidat de répondre aux questions en faisant appel à ses connaissances personnelles

Plus en détail

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Strasbourg, 14 mai 2004 MONEYVAL (2004)6 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX (MONEYVAL)

Plus en détail

Mise en œuvre de la responsabilité du maire

Mise en œuvre de la responsabilité du maire Mise en œuvre de la responsabilité du maire Les conditions d engagement de la responsabilité du maire relèvent du droit commun de l engagement de la responsabilité des personnes publiques. A ce titre,

Plus en détail

CARREFOUR PREMIUM 2015

CARREFOUR PREMIUM 2015 CARREFOUR PREMIUM 2015 Brochure commerciale Titres de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance Période de commercialisation : Du 1 er octobre 2015 au 5 novembre

Plus en détail

Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration

Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration 1 1/ Qu est ce qu un accord de branche? Un accord de branche est un acte juridique issu d'une négociation

Plus en détail

Les fusées Ariane. Par Jennifer MOULLET, 3 3

Les fusées Ariane. Par Jennifer MOULLET, 3 3 Les fusées Ariane Par Jennifer MOULLET, 3 3 Sommaire: I) le contexte A: recommencer après un échec B: de nombreux enjeux internationaux et un grand succès II) présentation des fusées A: Généralités B:

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

Les membres sont invités à prendre note des modifications proposées et à faire part de leurs observations éventuelles.

Les membres sont invités à prendre note des modifications proposées et à faire part de leurs observations éventuelles. COMMISSION EUROPÉENNE DG Marché intérieur INSTITUTIONS FINANCIÈRES Assurance MARKT/2519/02 FR Orig. EN Bruxelles, le 27 septembre 2002 MARKT/C2/MAAT D(2002) NOTE AUX MEMBRES DU SOUS-COMITE SOLVABILITE

Plus en détail

Conditions d entreprise

Conditions d entreprise 1. Contenu du contrat 1.1. Tout entrepreneur qui exécute des travaux pour le compte de (nommé ci-après BASF) accepte l application de ces conditions générales à l exclusion de ses propres conditions standards.

Plus en détail

NOTE D'INFORMATION SUR L'ÉMISSION OBLIGATAIRE DE $.US 1 MILLIARD SUR 10 ANS (JANVIER 2015)

NOTE D'INFORMATION SUR L'ÉMISSION OBLIGATAIRE DE $.US 1 MILLIARD SUR 10 ANS (JANVIER 2015) NOTE D'INFORMATION SUR L'ÉMISSION OBLIGATAIRE DE $.US 1 MILLIARD SUR 10 ANS (JANVIER 2015) En vue d éclairer l opinion publique tunisienne, initiée et non initiée, sur l opportunité de l émission obligataire

Plus en détail

COM (2012) 655 final

COM (2012) 655 final COM (2012) 655 final ASSEMBLÉE NATIONALE QUATORZIEME LÉGISLATURE SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2012-2013 Reçu à la Présidence de l Assemblée nationale le 22 novembre 2012 Enregistré à la Présidence du Sénat

Plus en détail

CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 27 février 2014 (OR. en) 5777/14 ADD 1 PV/CONS 2 ECOFIN 72. PROJET DE PROCÈS-VERBAL Objet:

CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 27 février 2014 (OR. en) 5777/14 ADD 1 PV/CONS 2 ECOFIN 72. PROJET DE PROCÈS-VERBAL Objet: CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE Bruxelles, le 27 février 2014 (OR. en) 5777/14 ADD 1 PV/CONS 2 ECOFIN 72 PROJET DE PROCÈS-VERBAL Objet: 3290 e session du Conseil de l'union européenne (AFFAIRES ÉCONOMIQUES

Plus en détail

Une réussite : Les prix de rachat garantis soutiennent les énergies renouvelables en Allemagne

Une réussite : Les prix de rachat garantis soutiennent les énergies renouvelables en Allemagne Une réussite : Les prix de rachat garantis soutiennent les énergies renouvelables en Allemagne Ce document illustrera comment cette réussite est arrivée, il est composé des parties suivantes : 1. Qu'est

Plus en détail

Le recouvrement de créances

Le recouvrement de créances Le recouvrement de créances 008 Note Ce dossier s adresse aux indépendants, dirigeants de petites et moyennes entreprises, ainsi qu à leurs conseillers. Les termes abordés ont été volontairement vulgarisés

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

La LOLF, une loi bien pensée mais en voie de détournement?

La LOLF, une loi bien pensée mais en voie de détournement? La LOLF, une loi bien pensée mais en voie de détournement? La nouvelle loi organique relative aux lois de finances a été promulguée en août 2001. Deux ans plus tard, et bien que la mise en œuvre de cette

Plus en détail

La FIDH remercie le Bureau du Procureur (le Bureau) de donner à la société civile la possibilité de s'exprimer sur sa politique.

La FIDH remercie le Bureau du Procureur (le Bureau) de donner à la société civile la possibilité de s'exprimer sur sa politique. DÉCLARATION DE LA FIDH SUR LA STRATÉGIE EN MATIÈRE DE POURSUITES DU BUREAU DU PROCUREUR DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE Introduction La Haye, 26 septembre 2006 La FIDH remercie le Bureau du Procureur

Plus en détail

Lignes directrices du Fonds NEPAD pour le changement climatique

Lignes directrices du Fonds NEPAD pour le changement climatique Lignes directrices du Fonds NEPAD pour le changement climatique 1 I. Introduction Le Fonds NEPAD pour le changement climatique a été créé en 2014 par l Agence de la planification et de coordination du

Plus en détail

La mise en oeuvre de la coopération renforcée dans le domaine de la Taxe sur les Transactions Financières (TTF) 23 Janvier 2014

La mise en oeuvre de la coopération renforcée dans le domaine de la Taxe sur les Transactions Financières (TTF) 23 Janvier 2014 La mise en oeuvre de la coopération renforcée dans le domaine de la Taxe sur les Transactions Financières (TTF) 23 Janvier 2014 Les mesures préparatoires et procédurales entre 2010 et 2013 10.2010 Communication

Plus en détail

En avril 2006, un citoyen produit sa déclaration de revenus 2005. En septembre de la même année, il constate une erreur dans sa déclaration initiale et produit une déclaration amendée à laquelle il joint

Plus en détail

Droit de la consommation : Bilan des nouveautés de 2014

Droit de la consommation : Bilan des nouveautés de 2014 Droit de la consommation : Bilan des nouveautés de 2014 La fin de l année approche et avec elle ses bilans et autres rétrospectives. Pour l ULC, c est l occasion de faire le point et d informer les consommateurs

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 24/10/2012 Cour Administrative d Appel de Bordeaux N 07BX02490 Inédit au recueil Lebon 3ème chambre (formation à 3) Mme FLECHER-BOURJOL, président Mme Françoise LEYMONERIE, rapporteur M. VIE, commissaire

Plus en détail

L'Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) et le Gouvernement des États-Unis d'amérique, ci-après dénommés les "Parties",

L'Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) et le Gouvernement des États-Unis d'amérique, ci-après dénommés les Parties, ACCORD CONCLU ENTRE LE GOUVERNEMENT DES ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE ET L'UNION ÉCONOMIQUE ET MONÉTAIRE OUEST AFRICAINE RELATIF AU DÉVELOPPEMENT DES RELATIONS DE COMMERCE ET D'INVESTISSEMENT L'Union économique

Plus en détail

Vers une Cour suprême? Par Hubert Haenel Membre du Conseil constitutionnel. (Université de Nancy 21 octobre 2010)

Vers une Cour suprême? Par Hubert Haenel Membre du Conseil constitutionnel. (Université de Nancy 21 octobre 2010) Vers une Cour suprême? Par Hubert Haenel Membre du Conseil constitutionnel (Université de Nancy 21 octobre 2010) Le Conseil constitutionnel a fêté, il y a deux ans, son cinquantième anniversaire. Cet événement

Plus en détail

LE CARNET ATA Le passeport pour vos marchandises

LE CARNET ATA Le passeport pour vos marchandises LE CARNET ATA Le passeport pour vos marchandises Fédération des Chambres de Commerce belges Avenue Louise 500 1050 Bruxelles Tél.: 02/209.05.50 Fax: 02/209.05.68 E-mail: info@belgianchambers.be La Fédération

Plus en détail

POLITIQUE EUROPÉENNE APPLIQUÉE AUX SITES INTERNET DES ENTREPRENEURS INDÉPENDANTS AMWAY

POLITIQUE EUROPÉENNE APPLIQUÉE AUX SITES INTERNET DES ENTREPRENEURS INDÉPENDANTS AMWAY BIEN- ÊTRE MAISON BEAUTÉ VOTRE ACTIVITÉ VOTRE ACTIVITÉ MAISON BEAUTÉ BIEN- ÊTRE VOTRE ACTIVITÉ MAISON BEAUTÉ POLITIQUE EUROPÉENNE APPLIQUÉE AUX BIEN- ÊTRE SITES INTERNET DES ENTREPRENEURS INDÉPENDANTS

Plus en détail

3 juillet 2014. Numéro d identification au Registre de transparence : 4633926420-79

3 juillet 2014. Numéro d identification au Registre de transparence : 4633926420-79 Ré ponsé dé Béttér Financé a la consultation dé la DG COMMERCE dé la CE sur lés modalité s pour la protéction dés invéstisséménts ét lé ré glémént dés diffé rénds éntré invéstisséurs ét E tats (RDIE) dans

Plus en détail

Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015

Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015 Pages 38 à 41. Pourquoi on a fait l'euro. Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015 - situe en 1970 le projet de créer une monnaie unique au sein de la Communauté économique européenne

Plus en détail

La Commission de la concurrence (ci-après: Comco) a adopté le 21 octobre 2002 une

La Commission de la concurrence (ci-après: Comco) a adopté le 21 octobre 2002 une Wettbewerbskommission WEKO Commission de la concurrence COMCO Commissione della concorrenza COMCO Competition Commission COMCO Note explicative de la Commission de la concurrence se rapportant à la Communication

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES Copyright Duhamel Blimbaum. Introduction La création récente de la Banque Publique d Investissement reflète la nécessité d une refonte des processus mais aussi et surtout des moyens de financement des

Plus en détail

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3)

L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3) L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3) Lors d'une précédente analyse, nous avions présenté deux outils d'appel public à l'épargne qui bénéficient d'un régime légal favorable

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : FCPB1511507D Intitulé du texte : Décret modifiant les décrets n 2010-509 et n 2010-518 Ministère à l origine de la mesure : Finances et comptes publics

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL ET AU PARLEMENT EUROPEEN

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL ET AU PARLEMENT EUROPEEN COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 10.06.2004 COM(2004)415 final COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL ET AU PARLEMENT EUROPEEN Plan d'action européen en matière d'alimentation et

Plus en détail

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA)

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- Le Conseil des Ministres REGLEMENT N 09/2007/CM/UEMOA PORTANT CADRE DE REFERENCE DE LA POLITIQUE D'ENDETTEMENT PUBLIC ET DE GESTION

Plus en détail

Safari des produits financiers qu est-ce qui s échange sur la planète finance?

Safari des produits financiers qu est-ce qui s échange sur la planète finance? CHAPITRE 1 Safari des produits financiers qu est-ce qui s échange sur la planète finance? Plongeons au cœur du sujet ami lecteur, et pour cela imaginezvous à la tête d une entreprise, la GlobalCo. Pour

Plus en détail

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure COUR NATIONALE DE L INCAPACITÉ ET DE LA TARIFICATION DE L ASSURANCE DES ACCIDENTS DU TRAVAIL RÉPUBLIQUE FRANÇAISE 17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure L inopposabilité a pour

Plus en détail

Les cours administratives suprêmes et l évolution du droit à la publicité, à la vie privée et à l information

Les cours administratives suprêmes et l évolution du droit à la publicité, à la vie privée et à l information Les cours administratives suprêmes et l évolution du droit à la publicité, à la vie privée et à l information (Questionnaire) 1. Décrivez brièvement le soutien institutionnel administratif de l accès à

Plus en détail

BELGIQUE. Mise à jour de la contribution de novembre 2005

BELGIQUE. Mise à jour de la contribution de novembre 2005 Mars 2013 BELGIQUE Mise à jour de la contribution de novembre 2005 1. Résumé de l arrêt Arrêt définitif de la Cour d appel de Bruxelles du 26 juin 2012 Etat belge (SPF AFFAIRES ETRANGERES) c/ INTERNATIONAL

Plus en détail

Membre de la Commission européenne, chargé du Marché intérieur et des Services

Membre de la Commission européenne, chargé du Marché intérieur et des Services SPEECH/13/XXX Michel BARNIER Membre de la Commission européenne, chargé du Marché intérieur et des Services Dématérialisation de la commande publique : un levier de modernisation de l administration publique

Plus en détail

Les chefs d entreprises de PME-PMI face à la propriété industrielle

Les chefs d entreprises de PME-PMI face à la propriété industrielle INSTITUT DE RECHERCHE EN PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE HENRI-DESBOIS Octobre 2005 Les chefs d entreprises de PME-PMI face à la propriété industrielle Dans un contexte de mondialisation, face à une compétitivité

Plus en détail

L 114/8 Journal officiel de l Union européenne 26.4.2012

L 114/8 Journal officiel de l Union européenne 26.4.2012 L 114/8 Journal officiel de l Union européenne 26.4.2012 RÈGLEMENT (UE) N o 360/2012 DE LA COMMISSION du 25 avril 2012 relatif à l application des articles 107 et 108 du traité sur le fonctionnement de

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES RÉPUBLIQUE DU BÉNIN COUR CONSTITUTIONNELLE REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES Article 1 er : Le présent Règlement Intérieur est pris en application des dispositions de la Loi n 90-032

Plus en détail

TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE)

TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE) TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE) Article 2 L'Union est fondée sur les valeurs de respect de la dignité humaine, de liberté, de démocratie, d'égalité, de l'état de droit, ainsi que de

Plus en détail

PolyReg Association Générale d Autorégulation. Règlement de contrôle et de sanction des règles de déontologie

PolyReg Association Générale d Autorégulation. Règlement de contrôle et de sanction des règles de déontologie PolyReg Association Générale d Autorégulation Règlement de contrôle et de sanction des règles de déontologie < 1 But du Règlement A. Dispositions générales 1 Le présent règlement fixe les dispositions

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. Accompagnant le document

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. Accompagnant le document COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 19.12.2011 SEC(2011) 1611 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT Accompagnant le document Proposition de règlement du Parlement

Plus en détail

Commission du marché intérieur et de la protection du consommateur DOCUMENT DE TRAVAIL

Commission du marché intérieur et de la protection du consommateur DOCUMENT DE TRAVAIL PARLEMENT EUROPÉEN 2009-2014 Commission du marché intérieur et de la protection du consommateur 3.3.2010 DOCUMENT DE TRAVAIL sur la proposition de directive relative aux droits des consommateurs - COM(2008)614/3-2008/0196(COD)

Plus en détail

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 1211122 GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 RAPPORT SOMMAIRE Cette proposition présente les recommandations de Genworth Financial Canada («Genworth») au Comité permanent des

Plus en détail

ANALYSE. La transition énergétique allemande à la recherche de son modèle

ANALYSE. La transition énergétique allemande à la recherche de son modèle La transition énergétique allemande à la recherche de son modèle Florence Chapuis et Nicolas Goldberg Souvent présenté comme un modèle, le programme allemand de développement des énergies renouvelables

Plus en détail

Et si l économie sociale créait une mutuelle d épargne solidaire?

Et si l économie sociale créait une mutuelle d épargne solidaire? Et si l économie sociale créait une mutuelle d épargne solidaire? Les entreprises d'économie sociale placent encore souvent leurs réserves dans des banques classiques. Aujourd hui, la crise financière

Plus en détail

Le FMI et son rôle en Afrique

Le FMI et son rôle en Afrique Le FMI et son rôle en Afrique M a r k P l a n t, V a l e r i a F i c h e r a, N o r b e r t F u n k e D a k a r, l e 3 n o v e m b r e 2 0 1 0 Sommaire Comment fonctionne le FMI? Comment l Afrique a-t-elle

Plus en détail

(en millions d euros) 2013-2014 2014-2015 Ventes 247,1 222,9 Marge brute (55,7) (30,8) En pourcentage du chiffre d affaires -22,5 % -13,8 %

(en millions d euros) 2013-2014 2014-2015 Ventes 247,1 222,9 Marge brute (55,7) (30,8) En pourcentage du chiffre d affaires -22,5 % -13,8 % RESULTATS ANNUELS 2014-2015 Chiffre d affaires 2014-2015 consolidé : 222,9 millions d euros Perte opérationnelle courante 2014-2015 : 125,9 millions d euros Poursuite du recentrage stratégique sur le cœur

Plus en détail

Réponse à la consultation de la Commission européenne concernant le cadre juridique actuel régissant le droit fondamental à la protection des données

Réponse à la consultation de la Commission européenne concernant le cadre juridique actuel régissant le droit fondamental à la protection des données AEDH-Association européenne pour la défense des Droits de l Homme Rue de la Caserne, 33 1000 Bruxelles Numéro de registre : 0648187635-62 Réponse à la consultation de la Commission européenne concernant

Plus en détail

alpha sélection est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance.

alpha sélection est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance. alpha sélection alpha sélection est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance. Instrument financier émis par Natixis (Moody

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

Cour européenne des droits de l homme. Questions & Réponses

Cour européenne des droits de l homme. Questions & Réponses Cour européenne des droits de l homme Questions & Réponses Questions & Réponses Qu est-ce que la Cour européenne des droits de l homme? Ces questions et réponses ont été préparées par le Greffe de la Cour.

Plus en détail

CERTIFICATS TURBOS INFINIS BEST Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004

CERTIFICATS TURBOS INFINIS BEST Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004 CERTIFICATS TURBOS INFINIS BEST Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004 Emetteur : BNP Paribas Arbitrage Issuance B.V. Garant du remboursement : BNP Paribas S.A. POURQUOI

Plus en détail

Vu la demande d'avis de M. Christos DOULKERIDIS, Secrétaire d Etat au Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale reçue le 23/02/2012;

Vu la demande d'avis de M. Christos DOULKERIDIS, Secrétaire d Etat au Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale reçue le 23/02/2012; 1/8 Avis n 12/2012 du 11 avril 2012 Objet: Communication de données de consommation d eau et d électricité par les services de distribution à la Cellule administrative régionale ad hoc de la Région de

Plus en détail