Les perturbations tempérées. CO1 Climatologie et hydrologie

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les perturbations tempérées. CO1 Climatologie et hydrologie"

Transcription

1 Les perturbations tempérées CO1 Climatologie et hydrologie

2 Le plan du TD Les moyennes latitudes Les masses d air et le front polaire Les masses d air primaires Le modèle norvégien Le modèle récent La cyclogénèse Conditions météorologiques Un exemple précis de circulation A retenir Exercices

3 Le temps aux moyennes latitudes o Le temps des moyennes la-tudes est rythmé par une alternance entre des épisodes ensoleillés et des périodes plus nuageuses qui nous apportent des précipita-ons avec des températures plus douces en hiver et fraîches en été o Ces différentes phases sont dues à l affrontement entre deux masses d air différentes qui sont: la masse d air tropicale la masse d air polaire (arc-que) o Ces masses d air ne se mélangent pas et la masse d air froid va avoir tendance à soulever la masse d air chaud = ce phénomène s appelle une perturba5on tempérée

4 o Masse d air = propriétés thermiques, hygrométriques.homogènes. On appelle masse d air un ensemble de par-cules ayant des propriétés iden-ques, des lieux d origines voisins et des trajectoires semblables. Une masse d air est donc une vaste cellule atmosphérique homogène dans le sens horizontal o La masse d air incorpore les caractères géographiques des régions où elles se sont formées et au dessus desquelles elles ont transité

5 Les masses d air o Les zones privilégiées d élabora-ons des masses d air sont le centres an-cycloniques an-cyclones subtropicaux les an-cyclones des zones polaires o Une masse d air con-nental sera plus sèche dans l absolu qu une masse d air océanique o Une masse d air se dirigeant des tropiques vers les pôles va avoir tendance à se stabiliser, car elle va transiter sur des surfaces de plus en plus froides (ainsi que pour une raison mécanique: une parcelle d air qui s éloigne de l équateur acquiert une rota-on an-cyclonique par rapport à la terre à cause de la conserva-on du moment absolu) o Circula-on de Hadley dans la ZIT et circula-on frac-onnée dans la ZET par le tourbillon planétaire

6 Les masses d air primaires o Les deux masses d air primaires correspondent aux deux grandes zones an-cycloniques planétaires : l air tropical = an-cyclones subtropicaux air arc5que et antarc5que = an-cyclones polaires con-nentaux La masse d air tropical o Elle est formée au niveau des an-cyclones subtropicaux (= branche subsidente de la circula-on de Hadley) température élevée humidité absolue élevée structure ver5cale stable (origine dynamique) La masse d air polaire arc-que (antarc-que) o Elle se forme sur les Inlandsis polaires (an-cyclone pelliculaire lié à la densité de l air froid) température basse humidité absolue très faible inversion thermique très forte dans les basses couches

7 Le modèle norvégien (1) o Ces masses d air «primaires» formées au sein de cellules an-cycloniques vont se diriger en direc-on des basses pression sous l effet de la force de pression = elles vont s affronter aux moyennes la5tudes et créer le front polaire Historique: le modèle norvégien L étude des perturba-ons tempérées a connu un développement important à par-r des années 1900 sous l impulsion de l école de Bergen (à l origine de la créa-on des équa-ons primi-ves de l atmosphère) = naissance du concept de «front» encore u-lisé aujourd hui. Ce[e théorie repose sur un postulat fondamental = existence d un gradient thermique horizontal entre la masse d air tropical et la masse d air polaire. Ce[e limite s appelle le front polaire et est perturbée épisodiquement par des perturba-ons qui se développent sur ce[e limite. La théorie norvégienne élabore un modèle d évolu-on des perturba-ons

8 Le modèle norvégien (2) La descrip-on de la phase mature de la perturba-on correspond bien à la théorie norvégienne. Par contre, ce qui a été remis en cause dans ce[e théorie, c est la préexistence du front polaire aux perturba-ons tempérées et la nature même de ce front. On considère désormais que le front chaud et le front froid d une perturba5on ne sont pas des déforma5ons du front mais sont crées par la perturba5on ellemême qui va concentré les gradients de température sur des secteurs localisés. On insiste aujourd hui sur le lien entre l al-tude et la surface. Aux moyenne la-tudes, le gradient thermique méridien est d environ de plus ou moins 1 C/100 km mais la température peut varier de 10 C voire plus transversalement à un front = la représenta-on norvégienne du front «polaire» est donc erronée bien que le gradient cons-tue une énergie poten-elle considérable

9 Le modèle récent o Ce gradient est balayé par un flux d ouest (courant jet de près de 400 km/h à 30 N) de plus en plus fort à mesure qu on monte en al-tude (fric-on plus faible) o Des tourbillons vont se développer dans ce flux d ouest (en raison de la rota-on de la terre, relief, anciennes perturba-ons ) et vont former une perturba-on tempérée ainsi que les deux fronts classiques de la perturba-on = l air tropical va pouvoir se mélanger à l air polaire (aux moyennes la-tudes) o Le front correspond donc à la limite entre les 2 masses d air

10 La cyclogénèse (1) front froid Cunb Air chaud ASt front chaud Air froid 1 BP 2 Air froid circulation d ouest en est o 1 = soulèvement brutal de l air chaud par l air froid o 2 = soulèvement plus progressif du front chaud sur l air préexistant o Une perturba-on tempérée mature peut être vue comme l ascendance forcée d une masse d air tropical humide rela-vement chaud par une masse d air polaire plus froid et plus sec autour d un centre dépressionnaire

11 La cyclogénèse (2) o Ce système dure 3 4 jours et a une taille de 1000 à 2500 km o Le front chaud à l avant correspond à une ascendance assez lente du secteur chaud au dessus de l air antérieur = épaississement progressif de la masse nuageuse o Le front froid correspond au soulèvement plus violent du secteur chaud par l air postérieur = les nuages prennent alors un aspect cumuléïforme (instabilité de l air) = précipita-ons intenses mais plus courtes o Défilement des perturbations tempérées d ouest en est qui s enroulent progressivement autour des centres dépressionnaires vers 55 N puis vers 45 N

12 Les phases d une perturbation (1) 1 = état initial 2 = phase de développement 3 = phase de maturation 4 = phase adulte

13 Les phases d une perturbation (2) 5 = phase de frontolyse o La vitesse de déplacement du front froid étant > à celle du front chaud, celui ci se trouve bordé par 2 masses d air plus froid jusqu à être soulevé totalement en al-tude (occlusion) o La perturba-on meurt doucement car l énergie poten-elle qui existait du fait de la coexistence des deux masses d air différentes n existe plus. Les températures augmentent dans un premier temps lors du passage du front chaud puis diminuent lors du passage du front froid

14 Les conditions moyennes o La circula-on d ouest donne (en surface) du mouvement cyclonique à la dépression et du mouvement an-cyclonique à l an-cyclone au sud o Ce[e configura-on barométrique génère une circula-on d ouest qui entre-ent ellemême les deux cellules au Nord et au Sud o L intensité de ce[e circula-on ainsi que la trajectoire des perturba-ons sont résumés par un indice barométrique standardisé (différence des anomalies de pressions entre Lisbonne (Portugal) et Reykjavik (Islande))

15 Les variations internannuelles o Intensifica-on de l an-cyclone des Açores et creusement de la dépression d Islande = indice posi-f avec un décalage de la circula-on moyenne vers le Nord o Faible différence de pressions entre les deux structures barométriques = circula-on décalée vers le Sud

16 L exemple du 25/12/1999

17 Les perturbations vues par satellites

18 Analyse d une situation quotidienne (1) o Objec-f : synthé-ser les connaissances acquises précédemment pour expliquer le temps d un jour donné o Cartes présentant les condi-ons générales sur l Atlan-que nord et l Europe en surface le 25/12/99 et à 500 hpa + 5 cartes présentant les températures minimales entre 18h la veille et 6h du ma-n + précipita-ons au cours de ces deux périodes (+ % ensoleillement par rapport à la durée théorique maximale) Plan pour l analyse de la situa5on analyse de la situa5on générale (intensité + direc-on du flux général + posi-on des an-cyclones et dépressions (+ leur nature) + différentes masses d air en présence) analyse des condi5ons météorologiques = prendre en compte l ensemble des variables et définir des régions homogènes synthèse de l informa5on: explica-on du temps qu il a fait par la situa-on générale (dis-nguer les condi-ons radia-ves et l advec-on des masses d air)

19 Analyse d une situation quotidienne (2) o Conditions générales : zone anticyclonique au sud de 45 N et une zone dépressionnaire au nord o Isobares en surface et en altitude prennent une direction SW-NE sur l Europe centrale + anticyclone sur la bordure orientale de la carte de la Grèce à la Russie o Individus barométriques de surface sont persistants en altitude et ne sont donc sans doute pas dus à des phénomènes thermiques de surface o Dépression vers hpa est centrée sur les Iles Shetland + pressions à 1030 hpa au sud de l Espagne o Géopotentiel passe de même de 4920 mgp à 5840 mgp o Températures à 500 hpa passent de -35 C au nord à -12 C au sud

20 Analyse d une situation quotidienne (3) o Ces conditions sont associées à un flux d ouest à SW entre 45 N et 60 N qui s incurve vers le NE sur l Europe centrale o Des perturbations vont transiter sur ce flux et affecter la France. Des fronts froids ou occlus secondaires vont s enrouler autour du minimum dépressionnaire des Iles Shetland et une nouvelle perturbation se prépare sur l Atlantique central o Analyser les cartes simultanément et faire ressortir des régions homogènes (préciser si les T sont de saisons + P ) = T moyennes d une fin de mois de décembre en France vont de 1 à 3 C dans le NE, 4 à 6 C le long des côtes atlantiques et dans le SW, 7 à 9 C sur les côtes méditerranéennes

21 Analyse d une situation quotidienne (4) o Le 25/12/99, TN (T min) et TX (T max) sont homogènes (peu d écart de T sur l espace français). Les TN varient de 3 à 5 au nord de la France à 6 /7 dans le centre et le SW et à 8 du delta du Rhône à Toulon = les TN sont donc au-dessus des normales de saisons. Les TX sont presque toujours > à 10 sauf sur le massif central et les Alpes ainsi que sur le NE. Ailleurs, elles varient entre 12 et 15 = les TX sont largement au-dessus des normales. Les précipitations sont soutenues et touchent presque toute la France (max au NW et plus faible au sud) + soleil présent au NW (max un tiers de la journée) o Le principal moteur du temps ce jour-là est la puissante advection d air océanique d W à SW provenant de l Atlantique. La couverture nuageuse combinée à cet effet d air humide et doux homogénéise les conditions thermiques. Les fronts qui se déplacent au-dessus de la France expliquent la forte nébulosité et les précipitations (qui correspondent au corps de la perturbation et aux fronts qui la suivent). Les éclaircies sur le NW de la France s expliquent par le passage d un air postérieur qui n est pas froid (traînes). Les précipitations modérées dans le sud de la France sont dues à l éloignement du centre dépressionnaire et des pressions proches de 1015 hpa ce qui limite l ascendance. L air chaud en altitude ne favorise pas l ascendance majeure dans l atmosphère

22 À retenir Perturbations tempérées = phénomènes météorologiques d extension horizontale de 1000 à 2500 km qui durent de 2 à 4 jours Durant ce laps de temps = développement + maturation + déclinaison avec un déplacement de 500 à 1000 km par jour en moyenne On associe aux PT un champ barométrique dépressionnaire = agents atmosphériques des échanges de chaleurs sensible et latente au sein des latitudes tempérées et polaires Genèse = coexistence d un gradient thermique (qu on n assimile toutefois pas à un front) avec des tourbillons cycloniques transitant en altitude et en surface dans le flux général d ouest. Le développement de la PT s accompagne de la frontogenèse c est-à-dire que le front n est pas préexistant à la perturbation mais en est une conséquence Front chaud = ascendance de l air chaud sur l air préexistant = ascendance lente Front froid = soulèvement brutal de l air chaud par l air postérieur = instabilité

23 À retenir (2) Le temps aux moyennes latitudes dépend essentiellement de deux facteurs; (i) les conditions radiatives et (ii) l advection d air (liée à la circulation atmosphérique) Des conditions calmes donnent la primauté aux conditions radiatives et les conditions météorologiques dépendront alors de la couverture nuageuse et des conditions de surface Des conditions agitées indiquent un transfert d air depuis une région vers une autre. Les conditions météorologiques dépendent alors principalement de la direction et de l intensité du flux (en plus du bilan radiatif et de la nébulosité)

24 Exercices (1) Image infrarouge du 13/12/2008: quel temps dans le SE de la France pour le 14/12/08?

25 Exercices (2)

26 Exercices (3)

Définitions de la pression 1. Variations spatio-temporelles de la pression 2. Les causes des variations de la pression 3. Conclusion 4.

Définitions de la pression 1. Variations spatio-temporelles de la pression 2. Les causes des variations de la pression 3. Conclusion 4. Définitions de la pression 1 Variations spatio-temporelles de la pression 2 Les causes des variations de la pression 3 Conclusion 4 Exercices 5 Défini&on de la pression Rappel sur le poids et la masse

Plus en détail

Notion de physique de l'atmosphère. + Complément. Fiche détaillée Niveau. (A partir de la 2nd)

Notion de physique de l'atmosphère. + Complément. Fiche détaillée Niveau. (A partir de la 2nd) Notion de physique de l'atmosphère + Complément Fiche détaillée Niveau (A partir de la 2nd) I. Bilan radiatif de la Terre et effet de serre Le Soleil et la Terre rayonnent dans des gammes de longueur d

Plus en détail

La mousson indienne. CO1 Climatologie et hydrologie

La mousson indienne. CO1 Climatologie et hydrologie La mousson indienne CO1 Climatologie et hydrologie Le plan du TD Le contexte climatique et topographique le cycle saisonnier des pluies Le RS absorbé en surface Le cycle saisonnier des températures Les

Plus en détail

Module F02 - Changements climatiques contemporains et futurs

Module F02 - Changements climatiques contemporains et futurs Module F02 - Changements climatiques contemporains et futurs Romain MARTEAU Contact : Romain.Marteau@u-bourgogne.fr 1. Le système climatique : Rappels des facteurs déterminants du système climatique Plan

Plus en détail

Page 1 sur 10. Chap. 12 LA CIRCULATION ATMOSPHERIQUE GENERALE

Page 1 sur 10. Chap. 12 LA CIRCULATION ATMOSPHERIQUE GENERALE Page 1 sur 10 Chap. 12 LA CIRCULATION ATMOSPHERIQUE GENERALE - Déterminer les causes de la circulation atmosphérique ; - Décrire le mécanisme de la circulation atmosphérique générale et ses variations

Plus en détail

année 2015 Bulletin climatologique année 2015 MétéoSuisse Un début d année extrêmement doux Hivernal à partir de la mi-janvier 13 janvier 2016

année 2015 Bulletin climatologique année 2015 MétéoSuisse Un début d année extrêmement doux Hivernal à partir de la mi-janvier 13 janvier 2016 année 2015 MétéoSuisse Bulletin climatologique année 2015 13 janvier 2016 Record de 2014 déjà battu : la température de l année 2015 a connu un écart à la norme 1981-2010 de 1.29 degré, ce qui constitue

Plus en détail

Synthèse du cours n 1

Synthèse du cours n 1 Synthèse du cours n 1 - Le climat? intégration temporelle du «temps qu'il fait» - Résultat de la combinaison de plusieurs facteurs : Certains sont fixes comme la forme de la terre, le relief, la répartition

Plus en détail

2 Expérience: Le climat dans un contenant

2 Expérience: Le climat dans un contenant 1 Circulation atmosphérique et océanique 2 Expérience: Le climat dans un contenant (http://paoc.mit.edu/labguide/circ_exp_fast.html) 3 Circulation atmosphèrique Circulation atmosphérique: Mouvement de

Plus en détail

La circulation à la surface des océans

La circulation à la surface des océans La circulation océanique La surface des océans n est jamais immobile. Un transport de colossales quantités d eau et d énergie s opère à travers un système de circulation à l échelle du globe. Les courants

Plus en détail

Naviguer à La Rochelle. Les effets de site

Naviguer à La Rochelle. Les effets de site 1 Naviguer à La Rochelle La Rochelle est un plan d eau agréable et assez compliqué pour que les régates y soient toujours intéressantes. Quelques recettes simples permettent d éviter les grosses erreurs,

Plus en détail

METEOROLOGIE CAEA 1990

METEOROLOGIE CAEA 1990 METEOROLOGIE CAEA 1990 1) Les météorologistes mesurent et prévoient le vent en attitude à des niveaux exprimés en pressions atmosphériques. Entre le niveau de la mer et 6000 m d'altitude, quels sont les

Plus en détail

Cartographie de la météo. Cartographie de la météo. Cartographie de la météo. Types de cartes. Table des matières

Cartographie de la météo. Cartographie de la météo. Cartographie de la météo. Types de cartes. Table des matières SCA 7146 INSTRUMENTATION ET TRAVAUX PRATIQUES 3-1 Cartographie de la météo 3-2 Table des matières Types de cartes 3. La cartographie de la météo " Cartes de pression au niveau de la mer Modèle de pointage

Plus en détail

Colloque des arbitres et des commissaires aux résultats Moulin mer

Colloque des arbitres et des commissaires aux résultats Moulin mer Colloque des arbitres et des commissaires aux résultats Moulin mer Bernard Simon- janvier 2015 Météorologie Web : Attention aux modèles utilisés dans les prévisions: (maillage / relief pris en compte/

Plus en détail

Thermodynamique de l atmosphère

Thermodynamique de l atmosphère Thermodynamique de l atmosphère 1 Introduction Notion de parcelle d air L atmosphère est composée d un ensemble de molécules. Pour la description de la plupart des phénomènes étudiés, le suivi des comportements

Plus en détail

Cours SGE «Modélisation de la pollution atmosphérique» Dynamique

Cours SGE «Modélisation de la pollution atmosphérique» Dynamique Cours SGE «Modélisation de la pollution atmosphérique» Dynamique Christian Seigneur Cerea Plan Structure verticale de l atmosphère Atmosphère libre et couche limite atmosphérique Transport et dispersion

Plus en détail

METEOROLOGIE. Aéroclub Besançon La Vèze. Cours MTO - Ivan TORREADRADO 1. F-SO au FL65 over LFQM

METEOROLOGIE. Aéroclub Besançon La Vèze. Cours MTO - Ivan TORREADRADO 1. F-SO au FL65 over LFQM METEOROLOGIE Aéroclub Besançon La Vèze F-SO au FL65 over LFQM Cours MTO - Ivan TORREADRADO 1 L air L atmosphère terrestre L humidité La stabilité, l instabilité La convection/l advection Les masses d air

Plus en détail

Une lueur dans l aube

Une lueur dans l aube 5 n Photographier le ciel de nuit La lumière zodiacale Une lueur dans l aube Lorsque le ciel est particulièrement limpide, sans aucune source de lumière, ni même la présence d un croissant de lune, il

Plus en détail

Ls mouvements horizontaux dans l atmosphère. CO1 Climatologie et hydrologie

Ls mouvements horizontaux dans l atmosphère. CO1 Climatologie et hydrologie Ls mouvements horizontaux dans l atmosphère CO1 Climatologie et hydrologie Le plan du TD Les forces en présence La force de Coriolis Vitesse d une particule en fonction de la latitude Le géostrophisme

Plus en détail

Vaudaire, joran, rebat, séchard ou dézaley

Vaudaire, joran, rebat, séchard ou dézaley N. Chuard Vaudaire, joran, rebat, séchard ou dézaley la région lémanique est balayée par une multitude de vents différents. «Allez savoir!» vous propose de les découvrir avec Jean-Michel Fallot, un expert

Plus en détail

Sciences de l atmosphère (SA 2010)

Sciences de l atmosphère (SA 2010) 1 Bastien Gendre Sciences de l atmosphère (SA 2010) 1. Introduction Pourquoi les sciences de l atmosphère sont-elles très importantes? Car elles nous permettent de connaître : - le temps et la météo -

Plus en détail

PRÉPARATION D UNE RANDONNÉE PÉDESTRE

PRÉPARATION D UNE RANDONNÉE PÉDESTRE Check-List du Carnet de Voyages Chris2neuX PRÉPARATION D UNE RANDONNÉE PÉDESTRE I. Appréciation des possibilités humaines II. Etude du terrain III. Etude prévisions météorologiques IV. Etude du terrain

Plus en détail

FORMATION PARAPENTE. Fascicule théorie. Stage Initiation

FORMATION PARAPENTE. Fascicule théorie. Stage Initiation Ecole Professionnelle de Parapente FORMATION PARAPENTE Bienvenue au stage d initiation parapente avec l école Parapente Planète. Vous retrouverez dans ce fascicule toutes les notions techniques et théoriques

Plus en détail

Thermodynamique : les fondamentaux

Thermodynamique : les fondamentaux Thermodynamique : les fondamentaux Extrait du programme Thermodynamique : fondamentaux Notions et contenus Capacités exigibles Énergie interne U d un système Vocabulaire et définitions : système, état

Plus en détail

La dynamique atmosphérique rééquilibrage du bilan radiatif et moteur du déplacement des masses d air

La dynamique atmosphérique rééquilibrage du bilan radiatif et moteur du déplacement des masses d air 2 ème pièce du puzzle La dynamique atmosphérique rééquilibrage du bilan radiatif et moteur du déplacement des masses d air 2 Dynamique du climat La dynamique atmosphérique Principes généraux Quelques principes

Plus en détail

Transmission de l énergie solaire au travers de l atmosphère. Spectres d absorption. Appauvrissement du rayonnement

Transmission de l énergie solaire au travers de l atmosphère. Spectres d absorption. Appauvrissement du rayonnement Transmission de l énergie solaire au travers de l atmosphère Réception du rayonnement solaire à la limite de l atmosphère Processus d appauvrissent du rayonnement solaire par les différentes couches atmosphérique

Plus en détail

L inégale répartition de l énergie solaire est à l origine des courants atmosphériques

L inégale répartition de l énergie solaire est à l origine des courants atmosphériques L inégale répartition de l énergie solaire est à l origine des courants atmosphériques I/ Objectif : Dans la partie 2 du programme de seconde «enjeux planétaires contemporains : énergie et sol», sous partie

Plus en détail

Application des méthodes de décomposition en composantes principales à la climatologie

Application des méthodes de décomposition en composantes principales à la climatologie Application des méthodes de décomposition en composantes principales à la climatologie Etude d un exemple: les modes de variabilité de la température de surface de la mer dans l océan Atlantique tropical

Plus en détail

45. Episode Cévenol. L'épisode Cévenol est donc associé au vent local Marin, au blocage orographique et aux phénomènes liés à l'orage.

45. Episode Cévenol. L'épisode Cévenol est donc associé au vent local Marin, au blocage orographique et aux phénomènes liés à l'orage. 45. Episode Cévenol I. Caractéristiques. En automne, de violents systèmes orageux apportent quelques fois des précipitations intenses sur les régions méditerranéennes. L'équivalent de plusieurs mois de

Plus en détail

Notion de champ. PARtiE 3. Le programme. Évaluation diagnostique p. 216. CoMPrEndrE Champs et forces

Notion de champ. PARtiE 3. Le programme. Évaluation diagnostique p. 216. CoMPrEndrE Champs et forces PARtiE 3 Manuel unique, p. 216 ( Manuel de physique, p. 102) Notion de champ séquence 1 Le programme notions et contenus Exemples de champs scalaires et vectoriels : pression, température, vitesse dans

Plus en détail

PRESENTATION DU CLIMAT AUX COMORES FARID HASSANE

PRESENTATION DU CLIMAT AUX COMORES FARID HASSANE PRESENTATION DU CLIMAT AUX COMORES FARID HASSANE AGENCE NATIONAL DE L AVIATION CIVILE ET DE LA METEOROLOGIE Direction de la Météorologie UNION DES COMORES Situation générale de l Union des Comores Situé

Plus en détail

IMPACT DU CHANGEMENT CLIMATIQUE SUR LA DEMANDE DE GAZ

IMPACT DU CHANGEMENT CLIMATIQUE SUR LA DEMANDE DE GAZ DU CHANGEMENT CLIMATIQUE SUR LA DEMANDE DE GAZ Auteurs : C. Déandreis (IPSL), P. Poncet (GDF SUEZ), P. Braconnot (IPSL), S. Planton (CNRM-GAME). Etude réalisée pour l entreprise GDF SUEZ Elaboration de

Plus en détail

Thème général: L exploration des océans un défi pour les scientifiques?

Thème général: L exploration des océans un défi pour les scientifiques? Thème général: L exploration des océans un défi pour les scientifiques? Problématique: Dans quelle mesure les scientifiques du XXI e siècle réussissent-ils à perfectionner les techniques de recherche du

Plus en détail

Météo Marine. Benjamin Aymard. Cours CNIF 18 Février 2014 Université Pierre et Marie Curie. ./IMAGES/logo-n

Météo Marine. Benjamin Aymard. Cours CNIF 18 Février 2014 Université Pierre et Marie Curie. ./IMAGES/logo-n Météo Marine Benjamin Aymard Cours CNIF 18 Février 2014 Université Pierre et Marie Curie 1/41 18 Février 2014, UPMC aymard@ann.jussieu.fr Météo Marine Cours Météo pratique Pourquoi les prévisions météo

Plus en détail

Les forces en présence 1. Le géostrophisme 2. La friction et le vent réel 3. Conclusion 4. Exercices 5

Les forces en présence 1. Le géostrophisme 2. La friction et le vent réel 3. Conclusion 4. Exercices 5 Les forces en présence 1 Le géostrophisme 2 La friction et le vent réel 3 Conclusion 4 Exercices 5 Les 3 principales forces - il existe principalement trois forces impliquées dans les mouvements horizontaux

Plus en détail

La tectonique des plaques et la cinématique

La tectonique des plaques et la cinématique La tectonique des plaques et la cinématique Partie 1 En 4 parties Sommaire INTRODUCTION I. PRINCIPES FONDAMENTAUX 1. Le déplacement d une calotte sphérique 2. Les mouvements possibles entre les plaques

Plus en détail

Etudes des nuages et de la convection autour des dépressions intenses des moyennes latitudes

Etudes des nuages et de la convection autour des dépressions intenses des moyennes latitudes Etudes des nuages et de la convection autour des dépressions intenses des moyennes latitudes Jérôme DREANO 28 Février 2014 1 Introduction Dans le modèle LMDZ, les paramétrisations physiques des nuages

Plus en détail

CHAPITRE 01 Les mécanismes élémentaires

CHAPITRE 01 Les mécanismes élémentaires INTRODUCTION Définition de la problématique Le climat méditerranéen est un climat de transition entre la zone tempérée et la zone tropicale. Souvent, barré par les chaînes montagneuses proches du littoral,

Plus en détail

Notes du Monastère. Comment faire l ascension? Que verrait-il lors de l ascension? Que ressentirait-il? Comment en revenir?

Notes du Monastère. Comment faire l ascension? Que verrait-il lors de l ascension? Que ressentirait-il? Comment en revenir? Nom : gr : Notes du Monastère L image du bas illustre très bien ce que cherchait à découvrir Frère Bennig. À cette époque, on voyait le ciel comme une voûte sur laquelle le soleil, les étoiles et les planètes

Plus en détail

Définition. Business Advisers. I-Care. La thermographie infrarouge

Définition. Business Advisers. I-Care. La thermographie infrarouge Cordial I-Care Business Advisers Company Presentation La thermographie infrarouge Tokyo Décembre 2012 August 2007 1 Définition La thermographie infrarouge est une technique sans contact, non destructive

Plus en détail

Synthèse du cours n 7

Synthèse du cours n 7 Synthèse du cours n 7 - La géographie des pressions > 3 km résulte simplement de la géographie des températures (chaud = expansion de la colonne vers le haut avec élévation des niveaux géopotentiels) avec

Plus en détail

L évolution des températures hivernales

L évolution des températures hivernales Thème : Changement climatique et maîtrise de l énergie Orientation : Réduire les émissions de GES et anticiper les effets du changement climatique L évolution des températures hivernales par stations météorologiques

Plus en détail

Présentation météorologique sur le verglas. M. Nicolas Majoir, spécialiste en services climatologiques, Environnement Canada.

Présentation météorologique sur le verglas. M. Nicolas Majoir, spécialiste en services climatologiques, Environnement Canada. Présentation météorologique sur le verglas. M. Nicolas Majoir, spécialiste en services climatologiques, Environnement Canada. La pluie verglaçante n'est pas chose inédite au Canada, mais la tempête qui

Plus en détail

Les fronts - définition

Les fronts - définition SCA 7146 INSTRUMENTATION ET TRAVAUX PRATIQUES II Les fronts - définition Front - zone de transition entre deux masses d air avec des caractéristiques différentes. -Les deux masses d'air sont de densité

Plus en détail

Généralités. Front froid

Généralités. Front froid Apprendre : Les masses d'air, les fronts Tester : Les dictons Pratiquer : Prévoir le temps Prévoir : Les dictons mois par mois Généralités Deux masses d'air de température différente qui se rencontrent,

Plus en détail

A partir des informations issues de l exploitation des documents 1 à 9, établissez le contexte géodynamique de l Islande.

A partir des informations issues de l exploitation des documents 1 à 9, établissez le contexte géodynamique de l Islande. BCPST 1 vendredi 5 février 2010 DS n 4 Géologie Eléments de correction PARTIE I A partir des informations issues de l exploitation des documents 1 à 9, établissez le contexte géodynamique de l Islande.

Plus en détail

AIDE A LA PLANIFICATION DE TRAJECTOIRE

AIDE A LA PLANIFICATION DE TRAJECTOIRE AIDE A LA PLANIFICATION DE TRAJECTOIRE EQUIPE FINISTERE COURSE AU LARGE Etape 1 : Perros-Guirrec/Bilbao Bulletin du Samedi 6 août - 24 heures avant le départ Documents réalisé par Jean-Luc NELIAS, et les

Plus en détail

D- Aérodynamique. Si vous augmentez la charge alaire de votre ULM, votre vitesse de décrochage: R : augmente

D- Aérodynamique. Si vous augmentez la charge alaire de votre ULM, votre vitesse de décrochage: R : augmente Brin de laine D- Aérodynamique Un vol dissymétrique se reconnaît par: la non coïncidence du brin de laine avec l'axe longitudinal de l'ulm Un brin de laine placé en vue du pilote dans une zone d'écoulement

Plus en détail

Découpage de la surface terrestre en plaques lithosphériques

Découpage de la surface terrestre en plaques lithosphériques Découpage de la surface terrestre en plaques lithosphériques 4 e / Comment délimiter une plaque? Qu appelle-t-on une plaque? 1 e / Comment caractériser les couches superficielles du globe? Lexique : Plaque

Plus en détail

Géologie- L5 : Géothermie et propriétés thermiques de la Terre. I. Gradient et flux géothermique : conséquences d une dissipation d énergie interne.

Géologie- L5 : Géothermie et propriétés thermiques de la Terre. I. Gradient et flux géothermique : conséquences d une dissipation d énergie interne. Géologie- L5 : Géothermie et propriétés thermiques de la Terre Introduction : L existence d un flux de chaleur d origine interne fait l objet de nombreuses manifestations en surface (sources d eaux chaudes,

Plus en détail

L océanographie physique de la Méditerranée

L océanographie physique de la Méditerranée L océanographie physique de la Méditerranée Auteur : Claude MILLOT Ancien directeur de recherche CNRS L océanographie physique de la mer Méditerranée, c est-à-dire son hydrologie et sa dynamique, dépend

Plus en détail

N 6 - LE CENTRE SPATIAL GUYANAIS, PORT SPATIAL DE L'EUROPE

N 6 - LE CENTRE SPATIAL GUYANAIS, PORT SPATIAL DE L'EUROPE N 6 - LE CENTRE SPATIAL GUYANAIS, PORT SPATIAL DE L'EUROPE COMPLEMENTS D INFORMATION Les différentes orbites terrestres La variété des missions spatiales dédiées aux satellites exige l utilisation de nombreuses

Plus en détail

Voler vite pour les grands cross et la compétition en parapente

Voler vite pour les grands cross et la compétition en parapente Voler vite pour les grands cross et la compétition en parapente Pourquoi voler vite? Voler vite est primordial pour la compétition mais aussi le cross : cela permet d optimiser le temps d ensoleillement

Plus en détail

En dehors des pistes situation avalancheuse critique en général Édition: 15.1.2016, 17:00 / Prochaine mise à jour: 16.1.

En dehors des pistes situation avalancheuse critique en général Édition: 15.1.2016, 17:00 / Prochaine mise à jour: 16.1. Page 1/6 En dehors des pistes situation avalancheuse critique en général Édition: 15.1.2016, 17:00 / Prochaine mise à jour: 16.1.2016, 08:00 Danger d'avalanche actualisé le 15.1.2016, 17:00 région A Fort,

Plus en détail

CONSTRUIRE AVEC LE CLIMAT REUNIONNAIS

CONSTRUIRE AVEC LE CLIMAT REUNIONNAIS CONSTRUIRE AVEC LE CLIMAT REUNIONNAIS PARTIE 1 : Le résidentiel dans les Bas Partie 3 Jean-Louis IZARD Enseignant-chercheur à l ENSA-Marseille Laboratoire ABC izard@marseille.archi.fr 1-6. La grande question

Plus en détail

CONCEPTS FONDAMENTAUX DE METEOROLOGIE DOCUMENTS INTERNET

CONCEPTS FONDAMENTAUX DE METEOROLOGIE DOCUMENTS INTERNET CONCEPTS FONDAMENTAUX DE METEOROLOGIE DOCUMENTS INTERNET I ZONE DE CONVERGENCE INTERTROPICALE On voit sur cette photo satellite du pacifique sud, la zone de convergence intertropicale où sont rassemblés

Plus en détail

Production d Énergie. Le Solaire

Production d Énergie. Le Solaire Production d Énergie Le Solaire 1 Énergies renouvelables Caractéristiques des énergies renouvelables prélevées sur des flux naturels et non extraites de stocks qui nécessitent des millions d'années pour

Plus en détail

L observation spatiale pour l étude du climat

L observation spatiale pour l étude du climat L observation spatiale pour l étude du climat François-Marie Bréon Laboratoire des Sciences du Climat et de l'environnement CEA/DSM/LSCE Institut Pierre Simon Laplace Merci au CEA à la NASA et CNES, CNRS,

Plus en détail

COMPTE RENDU D ENQUÊTE. Rentrée atmosphérique du 7 janvier 2013

COMPTE RENDU D ENQUÊTE. Rentrée atmosphérique du 7 janvier 2013 DIRECTION ADJOINTE DU CENTRE SPATIAL DE TOULOUSE GROUPE D'ETUDES ET D'INFORMATION SUR LES PHENOMENES AEROSPATIAUX NON IDENTIFIES Toulouse, le 1 er Février 2013 DCT/DA//Geipan COMPTE RENDU D ENQUÊTE Rentrée

Plus en détail

1 of 5 16.04.2009 11:03

1 of 5 16.04.2009 11:03 1 of 5 16.04.2009 11:03 Actualités météorologiques 14 avril 2009 / Daniel Gerstgrasser, Bernd Konantz (traduction et adaptation par Olivier Duding) Pâques 2009 très doux Du Jeudi-Saint (9 avril 2009) au

Plus en détail

Sujet 3 - Formation des nuages

Sujet 3 - Formation des nuages Sujet 3 - Formation des nuages 1 - Qu'est-ce un nuage?... 1 2 - Changements de phase... 1 3 - Relations quantitatives de définition de l humidité de l air... 3 4 - Causes de refroidissement... 8 5 - Les

Plus en détail

Où le Soleil se couche-t-il?

Où le Soleil se couche-t-il? ACTIVITÉ DE CLASSE Où le Soleil se couche-t-il? Informations générales Niveau scolaire : Deuxième et troisième cycles du primaire, Secondaire Nombre d élèves par groupe : Activité individuelle Quand :

Plus en détail

MESSAGE CONSEIL IRRIGATION de LOT-ET-GARONNE

MESSAGE CONSEIL IRRIGATION de LOT-ET-GARONNE CLIMATOLOGIE N 07 07 août 2014 MESSAGE CONSEIL IRRIGATION de LOT-ET-GARONNE Réalisé en collaboration entre les techniciens de la Chambre d Agriculture de Lot-et-Garonne et de l ACMG Pluies localement abondantes,

Plus en détail

Tours solaires : une alternative énergétique

Tours solaires : une alternative énergétique Tours solaires : une alternative énergétique Ah que c est beau ces oiseaux qui volent sans un battement d aile, spiralant avec grâce dans l azur, imités par les planeurs et autres objets ailés sans moteur.

Plus en détail

Spécifications de contenu informationnel : Données climatologiques issues de la CISS

Spécifications de contenu informationnel : Données climatologiques issues de la CISS Données climatologiques issues de la cartographie interactive pour la surveillance de la sécheresse (CISS) Spécifications de contenu informationnel produite conformément à la norme ISO 19131 Révision :

Plus en détail

ÉNERGIE SOLAIRE. Marcel Lacroix Université de Sherbrooke

ÉNERGIE SOLAIRE. Marcel Lacroix Université de Sherbrooke ÉNERGIE SOLAIRE Marcel Lacroix Université de Sherbrooke ÉNERGIE SOLAIRE: BONNE NOUVELLE 1. Presque toutes les sources d énergie que nous maîtrisons proviennent du soleil. C est l échelle de temps qui les

Plus en détail

Synthèse sur le bilan de la qualité de l air en Seine-et-Marne en 2007 Point à proximité du trafic

Synthèse sur le bilan de la qualité de l air en Seine-et-Marne en 2007 Point à proximité du trafic Synthèse sur le bilan de la qualité de l air en Seine-et-Marne en 2007 Point à proximité du trafic A la demande du Conseil Général de la Seine-et-Marne, AIRPARIF a établi un bilan de la qualité de l air

Plus en détail

L «AIR HUMIDE» Requiert la lecture préalable des fiches : L'atmosphère : pression, température, structure verticale, composition de l'air.

L «AIR HUMIDE» Requiert la lecture préalable des fiches : L'atmosphère : pression, température, structure verticale, composition de l'air. L «AIR HUMIDE» Requiert la lecture préalable des fiches : L'atmosphère : pression, température, structure verticale, composition de l'air Les nuages I L air humide et la notion de pression partielle de

Plus en détail

Le résidentiel en Altitude et dans les Hauts

Le résidentiel en Altitude et dans les Hauts CONSTRUIRE AVEC LE CLIMAT REUNIONNAIS Le résidentiel en Altitude et dans les Hauts Jean-Louis IZARD Enseignant-chercheur à l ENSA-Marseille Laboratoire ABC izard@marseille.archi.fr Avertissement Cet article

Plus en détail

BILANS THERMIQUES 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE 2. ENERGIE INTERNE

BILANS THERMIQUES 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE 2. ENERGIE INTERNE 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE BILANS THERMIQUES La description de la matière peut être faite au niveau microscopique ou au niveau macroscopique: L approche microscopique décrit le comportement individuel

Plus en détail

FLUIDISATION SOLIDE - GAZ

FLUIDISATION SOLIDE - GAZ 1 FLUIDISATION SOLIDE - GAZ I/ MISE EN EVIDENCE DU PHENOMENE DE FLUIDISATION On considère une couche de particules solides sphériques identiques reposant sur une grille poreuse horizontale à l'intérieur

Plus en détail

Nom: Groupe: Date: 4. a) Qu est-ce que la pression atmosphérique? La pression atmosphérique est la pression de l air dans l atmosphère.

Nom: Groupe: Date: 4. a) Qu est-ce que la pression atmosphérique? La pression atmosphérique est la pression de l air dans l atmosphère. Chapitre 7 L atmosphère : la pression atmosphérique En théorie L atmosphère et l espace PAGES 222 À 225 1. Que suis-je? a) La couche d air qui entoure la Terre. b) Le gaz à l origine de la formation des

Plus en détail

Panorama du marché du crédit à la consommation en Europe en 2014

Panorama du marché du crédit à la consommation en Europe en 2014 Panorama du marché du crédit à la consommation en Europe en 2014 Pour la 8 ème année consécutive, Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du marché du crédit à la consommation

Plus en détail

Notions de Météorologie. Ou comment essayer de comprendre le temps qu il aurait dû faire

Notions de Météorologie. Ou comment essayer de comprendre le temps qu il aurait dû faire Notions de Météorologie Ou comment essayer de comprendre le temps qu il aurait dû faire Introduction Le rayonnement solaire aborde la Terre avec une incidence différente selon la latitude Incidence des

Plus en détail

Bulletin mensuel de l hydrologie en Camargue. Juin 2003

Bulletin mensuel de l hydrologie en Camargue. Juin 2003 Direction départementale de l agriculture et de la forêt des Bouches-du-Rhône Bulletin mensuel de l hydrologie en Camargue Coordination et diffusion : Direction Départementales de l Agriculture et de la

Plus en détail

1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années.

1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années. 1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années. La figure ci-dessous présente la moyenne sur la France des températures minimales et maximales de l'été (période du 1 er juin

Plus en détail

Partie 6 : La géothermie et son utilisation.

Partie 6 : La géothermie et son utilisation. Partie 6 : La géothermie et son utilisation. La production d énergie est un défi pour l avenir. En effet la démographie explose et les humains ont besoin de plus en plus d énergie. L exploitation des énergies

Plus en détail

DOSSIER : COMMENT DEBUTER DANS L'INTERPRETATION DES MODELES?

DOSSIER : COMMENT DEBUTER DANS L'INTERPRETATION DES MODELES? DOSSIER : COMMENT DEBUTER DANS L'INTERPRETATION DES MODELES? Par Arnaud M. Ce dossier est destiné aux personnes intéressées par la météorologie, et désirant interpréter les cartes fournies par le modèle

Plus en détail

Loi de gaz parfaits P = ρ rt

Loi de gaz parfaits P = ρ rt Circulation atmosphérique des cellules de Hadley transport de l énergie calorifique entre l équateur et les zones subtropicales (~30 o N et S) angle d incidence l air est beaucoup plus chaud à l équateur

Plus en détail

Réductionnisme : orages, ouragans et smog : Parties 1 et 2

Réductionnisme : orages, ouragans et smog : Parties 1 et 2 Réductionnisme : orages, ouragans et smog : Parties 1 et 2 Nous avons dit au début du cours que la science cherche à découvrir les «règles du jeu» du monde matériel. Pour y arriver, les scientifiques supposent

Plus en détail

QUAND PARTIR SELON LES CONTINENTS

QUAND PARTIR SELON LES CONTINENTS Page1 QUAND PARTIR SELON LES CONTINENTS Quand partir en Amérique? New York, la République dominicaine et le Mexique Quand visiter les États-Unis et le Canada? Aux États-Unis, certaines périodes sont vraiment

Plus en détail

Elevage et conservation des vins Comment optimiser les conditions?

Elevage et conservation des vins Comment optimiser les conditions? Elevage et conservation des vins Comment optimiser les conditions? Jean-Michel MARON - Chambre d Agriculture de la Gironde Service Vigne & Vin - Tél. : 05 56 35 58 70 Jean-Christophe CRACHEREAU - Chambre

Plus en détail

Généralisation du double sens cyclable en zones de circulation apaisée. Ville de BESANCON

Généralisation du double sens cyclable en zones de circulation apaisée. Ville de BESANCON Généralisation du double sens cyclable en zones de circulation apaisée Frédéric ric Colin Ville de BESANCON Besançon : -Ville de 122 000 habitants dans une agglomération de 176 000 habitants - 23 000 étudiants

Plus en détail

Présentation générale des Etats Unis

Présentation générale des Etats Unis Présentation générale des Etats Unis 1 / 7 Avec 9.363.123 km², la superficie des Etats-Unis représente 17 fois celle de la France. Ses 12.000 km de frontières terrestres se partagent avec le Canada (sur

Plus en détail

Besoins énergétiques et impact environnemental du chauffage des bâtiments résidentiels au Maroc

Besoins énergétiques et impact environnemental du chauffage des bâtiments résidentiels au Maroc Besoins énergétiques et impact environnemental du chauffage des bâtiments résidentiels au Maroc Rachida IDCHABANI 1 *, Mohamed ELGANAOUI 2, Mohamed GAROUM 1 1 Laboratoire d Energie, Matériaux et Environnement,

Plus en détail

Description du modèle de potentiel archéologique. 14A.1 Vue d ensemble

Description du modèle de potentiel archéologique. 14A.1 Vue d ensemble 14A Description du modèle de potentiel archéologique 14A.1 Vue d ensemble Les méthodes classiques de reconnaissance pédestre associées aux sondages souterrains représentent la manière la plus précise et

Plus en détail

Température du thermomètre mouillé

Température du thermomètre mouillé Radiosondages Les radiosondages sont effectués à l aide d une sonde accrochée sous un ballon en latex. Un sondage ver;cal dure environ 1h30. Ces sondages reportent des mesures de T, P, contenu en eau toutes

Plus en détail

Jürg THUDIUM, Institut Oekoscience, Chur (Suisse) et Carine CHELALA, Université Saint-Joseph de Beyrouth, Département de Géographie, Beyrouth (Liban)

Jürg THUDIUM, Institut Oekoscience, Chur (Suisse) et Carine CHELALA, Université Saint-Joseph de Beyrouth, Département de Géographie, Beyrouth (Liban) PRÉSENTATION POWERPOINT Modélisation empirique de la pollution de l air à proximité des axes routiers. Application aux milieux montagnards et application à la vitesse admissible des véhicules Jürg THUDIUM,

Plus en détail

Chapitre 3 - Divergence et phénomènes liés

Chapitre 3 - Divergence et phénomènes liés Chapitre 3 - Divergence et phénomènes liés Le chapitre précédent a montré la réalité de la tectonique des plaques et notamment la création permanente de lithosphère nouvelle dans l axe des dorsales océaniques.

Plus en détail

RECOMMANDATION UIT-R P.453-7 ANNEXE 1. L indice n de réfraction radioélectrique de l'atmosphère est donné par la formule suivante: n = 1 + N 10 6 (1)

RECOMMANDATION UIT-R P.453-7 ANNEXE 1. L indice n de réfraction radioélectrique de l'atmosphère est donné par la formule suivante: n = 1 + N 10 6 (1) Rec. UIT-R P.453-7 1 RECOMMANDATION UIT-R P.453-7 Rec. UIT-R P.453-7 INDICE DE RÉFRACTION RADIOÉLECTRIQUE: FORMULES ET DONNÉES DE RÉFRACTIVITÉ (Question UIT-R 201/3) (1970-1986-1990-1992-1994-1995-1997-1999)

Plus en détail

ENERGIE SOLAIRE. STI2D EE - Energies et Environnement Energie solaire 1

ENERGIE SOLAIRE. STI2D EE - Energies et Environnement Energie solaire 1 ENERGIE SOLAIRE STI2D EE - Energies et Environnement Energie solaire 1 Le soleil Distance avec la terre : 150 millions de kilomètres Rayon équivalent à 109 fois celui de la Terre : Température du noyau

Plus en détail

TD3 Caractéristiques dynamiques d un capteur

TD3 Caractéristiques dynamiques d un capteur TD3 Caractéristiques dynamiques d un capteur 3.1- Caractérisations temporelles 3.1.1- Introduction : réponse d une sonde de température Pt100 Un four est a une température θ F =100 C supérieure à la température

Plus en détail

Gérard Debionne jeudi 21 février 2008 LES APPARENCES DE LA LUNE. Présentation : février 2007. Sommaire

Gérard Debionne jeudi 21 février 2008 LES APPARENCES DE LA LUNE. Présentation : février 2007. Sommaire Gérard Debionne jeudi 21 février 2008 Quasar 95 LES APPARENCES DE LA LUNE Présentation : février 2007 Sommaire 1. Introduction... 2 2. Notre satellite, la Lune:... 2 2.1 La Lune en quelques chiffres...

Plus en détail

Bilan énergétique de la Terre et rôle de l'effet de serre

Bilan énergétique de la Terre et rôle de l'effet de serre Bilan énergétique de la Terre et rôle de l'effet de serre Jean Louis Dufresne LMD/IPSL; CNRS/UPMC dufresne@lmd.jussieu.fr http://web.lmd.jussieu.fr/~jldufres/iufm_creteil/ Bilan énergétique de la Terre

Plus en détail

«Classification numérique des types de circulation et des types de temps en Pologne»

«Classification numérique des types de circulation et des types de temps en Pologne» Article «Classification numérique des types de circulation et des types de temps en Pologne» J. K. Litynski Cahiers de géographie du Québec, vol. 14, n 33, 1970, p. 329-338. Pour citer cet article, utiliser

Plus en détail

MESSAGE CONSEIL IRRIGATION de LOT-ET-GARONNE

MESSAGE CONSEIL IRRIGATION de LOT-ET-GARONNE MESSAGE CONSEIL IRRIGATION de LOT-ET-GARONNE Réalisé en collaboration entre les techniciens de la Chambre d Agriculture de Lot-et-Garonne et de l ACMG N 08 14 août 2014 CLIMATOLOGIE Encore des Pluies localement

Plus en détail

Préceptorat de Mécanique des Fluides Fluides en rotation

Préceptorat de Mécanique des Fluides Fluides en rotation Préceptorat de Mécanique des Fluides Fluides en rotation 21 mai 2002 Ce tutorat présente quelques phénomènes intervenant dans les fluides en rotation. Il se divise en deux parties, l une relative aux fluides

Plus en détail

Tout commence avec une histoire de masses d'air. Lorsque 2 masses d'air se rencontrent, des fronts se forment.

Tout commence avec une histoire de masses d'air. Lorsque 2 masses d'air se rencontrent, des fronts se forment. Tout commence avec une histoire de masses d'air. 2. Lorsque 2 masses d'air se rencontrent, des fronts se forment. Des nuages se forment dans le ciel, dont certains provoquent...... des hydrométéores, 4....

Plus en détail

MAT-P102. Fascicule3 Résumé et situation d évaluation Corrigé

MAT-P102. Fascicule3 Résumé et situation d évaluation Corrigé MAT-P102 Fascicule3 Résumé et situation d évaluation Corrigé Juin 2010 Ce matériel pédagogique est le résultat du travail d une équipe d enseignants de la Commission scolaire de la Vallée-des-Tisserands

Plus en détail

Les nuages : force de la nature

Les nuages : force de la nature Les nuages : force de la nature TPE 1ère S1 Lycée Maurice Eliot 2010-2011 Physique-Chimie / SVT PLAN I-PRINCIPE ET FORMATION DES NUAGES A- ASCENDANCE DUE A LA CONVECTION B- ASCENDANCE DUE A UN FRONT C-

Plus en détail

Introduction au cours de physique (1)

Introduction au cours de physique (1) Introduction au cours de physique () Exercices : Petites variations, valeurs moyennes Calculs de petites variations Méthode De manière générale : il est souvent plus simple de faire une différentiation

Plus en détail