Théorie de la personnalité 20/10/03

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Théorie de la personnalité 20/10/03"

Transcription

1 Théorie de la personnalité 20/10/03 Modèle théorique de la réalité psychique de Freud (subjectivité à travers des relations d intersubjectivité. Une des mauvaises qualités de cette relation est de na pas accepter facilement la subjectivité de l autre) Notion de subjectivité : Freud l aborde de deux manières : - en se préoccupant d un sujet et de son histoire - en s intéressant à l affectation de situations banales. Ex : recherche de nom propre : importance du contexte historique réflexion poursuite sur la question du SENS : Freud ne retrouve plus un certain nom propre dans une conversation (situation banale affectée par le fait de ne pas trouver). La personnalité est le volet de l affectif qui est une dimension émotionnelle. RMQ : La psychologie scientifique : La courbe de Gauss est très psychotisante, il faut se comparer à qqch qui n existe pas, l homme moyen. La science est qqch qui nous oblige de plus en plus à se comparer à l abstraction. La réalité psychique est subjective et abstraite. Le mot sens a deux dimensions : une dimension symbolique et une dimension temporelle, historique. 4 dimensions privilégiées par Freud dans ce modèle : ECONOMIQUE : Interrogation sur la question de l énergie (énergie psychique). La réalité psychique est le relais entre le biologique et le socioculturel. L énergie psychique peut s éteindre à tout moment. La mort est un processus biologique qui résulte de cette disparition de l énergie. Quelles sont les caractéristiques de cette énergie? Elle n est mesurable ni quantitativement, ni qualitativement. On peut constater cette énergie, elle est là. Comment fonctionne-t-elle? Pourquoi l utiliser? Ex : maladie = perte d énergie, dépression= perte d énergie et dépréciation de soi L énergie vitale, l énergie de vie? énergie freudienne, la libido, l énergie sexuelle. Ex : REICH : fin des années 60 : énergie cosmique Il faut retrouver quelque part une espèce de relais. Les discours de Reich sont proches de mouvements sectaires, de gourous. Ils jouent sur l idéalité de l homme. L homme devient un objet dans ces discours. Les personnes qui ne peuvent gérer leur propre vie donnent un pouvoir énorme à cette abstraction extérieure. Importance de la subjectivité dans son contexte social, politique, relationnel) Tous les discours de vérité sont potentiellement dangereux car ils suscitent chez nous une fascination aveuglante. Importance de la place occupée par la morale dans la réalité psychique : La position de l être moral est la position qui nous permet de nous dégager de cette fascination. DYNAMIQUE : Moyens du psychisme Analogie économique : le capital, l argent. Ce sont des sommes disponibles (résultats d un gain au lotto, d un héritage, de ses économies ). Il existe des moyens d utilisation de ce capital (moyens = dimension dynamique) moyens dont le psychisme dispose pour utiliser l énergie vitale.

2 TOPIQUE : question des lieux Ex : Le capital peut être investi dans un compte épargne, la bourse Les moyens peuvent conduire l énergie dans les lieux. Notre énergie vitale va pouvoir utiliser une série de moyens (le corps et le mental). Les lieux topiques sont multiples et vont tenter de représenter le psychisme cartographie Deux topiques de Freud : - 1 ère topique : question de l interne et de l externe, cartographies du psychisme qui peut se représenter cette dualité intérieur/extérieur. - 2 ème topique : Question du Moi et de l Autre dimension relationnelle. HISTORIQUE : Notion du temps : Tout modèle est modifiable et modifié dans le temps. Il existe des zones d ombre dans ces 4 dimensions : variables non pures : part du subjectif, de l affectif Ex : en psychologie expérimentale, on aborde très peu l affectif. La pathologie nous renseigne à travers les dysfonctionnements. Ex : on ne regardera jamais l arrière d un radio tant qu elle ne tombe pas en panne. La perspective historique rejoint le développemental. Chaque système peut être abordé à travers ces 4 dimensions. C est l histoire du système de l individu. Freud va nous donner des grilles de lecture pour nous permettre de comprendre comment fonctionne l individu. Toutes ces dimensions jouent en même temps dans un système (on ne peut pas isoler les variables) influence mutuelle permanente. Dimension économique Qu est-ce qu il en est de cette énergie vitale, psychique?? Pour Freud, l énergie psychique c est la libido (< libet, plaisir en latin). Pour lui, la fonction de la libido est de répondre au principe premier, celui du plaisir. La libido est donc une énergie qui tend à apporter du plaisir. Que met Freud sous le terme de principe de plaisir?? Le principe de plaisir c est faire baisser l excitation, càd réagir à ce qui apparaît comme une activation, d une résonance à un phénomène d excitation, de perturbation. Cette excitation perturbe l équilibre, ce qui créé des tensions dans le système. L équilibre du système est perturbé, ce qui va provoquer un moment d excitation suivi d une augmentation de la tension pas d homéostasie La libido est une énergie libre (non liée à l origine de l excitation) qui va : - faire baisser l excitation - ramener l équilibre - amener du plaisir. Le principe de plaisir est donc le fait de ramener un état d excitation à un état de non-excitation. Freud va associer cette notion de plaisir à celle de sexualité.

3 Il y a pour Freud toujours qqch qui tend à se ramener à la sexualité. Par exemple : les prémisses sexuelles : elles amènent l excitation qui créé une tension physique et psychologique. Cette tension créé des angoisses sans objets, ce qui amène la peur. Peur de na pas être à la hauteur L acte - l orgasme va donc baisser cette tension et donc amener du plaisir. Freud donne 3 fonctions à la libido : - unification : la libido tend à redonner l unité qui est perturbée intérieurement ou extérieurement redonner l équilibre. Investir son énergie va dans le sens de maintenir son unité. Par exemple, la relation amoureuse : je m unifie dans cet objet amoureux. L amour permet de donner un sens d unité. - Totalisation : la libido tend vers la totalisation càd faire en sorte que l ensemble de nos fonctions aille dans le sens d une totalité. - Intensification : la libido nous permet d aller le plus loin dans la recherche du plaisir. Freud va définir la libido comme ayant les fonctions d unification, de totalisation, et d intensification. Chaque fois que notre psychisme est actif, il tend à aller vers ça. Ex : dimension pathologique des phobies : Une phobie c est la projection de son angoisse sur un objet extérieur. L angoisse devient alors une peur. L angoisse est qqch d interne, de diffus, elle n a pas d objet. La peur est une projection de l angoisse, elle est organisatrice et structurante. Il ne faut jamais essayer de casser les peurs des enfants au risque de ramener l angoisse. Les objets des peurs (généralement les petits animaux) vont tous à l encontre de ces fonctions libidinales. Ex : «L archéologue» de Beaussant : L archéologue a été mordu par un serpent. Ce livre raconte sa baisse d intensité jusqu à la mort. La projection de l angoisse est un processus inconscient. Cette projection permet justement d accomplir les fonctions libidinales. RMQ : On peut avoir des phobies d abstraction : peur du diable Par exemple, le paranoïaque voit dans les objets du monde extérieure qqch qui lui veut du mal. Projeter sont angoisse sur un objet c est une manière de gérer son angoisse. Dans le Ca, le Moi et le SurMoi de Freud, il parle de la libido comme étant un Eros désexualisé (Eros : pulsion de vie, désexualisé car repris sur soi) Chaque fois que la libido est investie c est pour baisser une excitation et pour accomplir les fonctions libinales. Cette libido n existe par uniquement dans un perspective sexuelle. Notre psychisme est continuellement mû par une énergie dont les fonctions sont U,T et I. Dimension dynamique Sommes-nous tous doués de fonctions psychiques dès la naissance? Inné/acquis?? Substrat de base : nous sommes mêmes et différents. Il ne suffit pas d être bien constitué à la naissance pour bien développer les fonctions psychiques par après.

4 XP de la satisfaction : Freud pose la question de la naissance du psychisme. Il y a-t-il une naissance à la vie psychique? Ca dépend du bagage de départ mais aussi d une activation. Question de la 1 ère expérience de satisfaction : «Interprétation des rêves p.481 chap.7» La fonction psychique permet de se protéger, de comprendre, de changer. Nous avons de grands besoins physiologiques fondamentaux : manger, se protéger Pour le besoin de manger, l enfant a besoin d une personne étrangère. C est un élément continu. La faim reste jusqu à ce qu elle soit satisfaite. Association de l excitation et de la satisfaction, ce qui laisse une trace mnésique. Temps 0 : / Temps 1 : regard de la mère Après coup besoin augmentation de l excitation activations motrices XP de la satisfaction baisse de l excitation ex : l allaitement L avant, le pendant et l après de cette xp laissent des traces sensori-perceptives mémoire Ces xp vont vers les fonctions libidinales. Cette expérience de la satisfaction est une expérience totale pour autant que la mère soit suffisamment bonne (relation affective, proximité physique : absents dans l expérience de SPTIZ) La notion de l après coup est une notion positive. Temps 2 : regard de la mère Après coup Besoin augm. Excitation activation motrices xp de la satifaction baisse excitation DESIR avant, pendant, après Traces sensori-perceptives MEMOIRE représentations hallucinatoire fantasmes besoin Le psychisme va nous faire vivre la satisfaction comme si c était une vraie satisfaction. Les représentations hallucinatoires vont permettre d halluciner la satisfaction. BESOIN >< DESIR Le désir est le moteur de notre vie psychique. C est toujours de l ordre du psychique. Tous nos désirs sont toujours liés à nos besoins fondamentaux. Théorie de l étayage : tout notre appareil psychique fonctionne grace à nos grands besoins primaires. La libido va avoir une fonction de U, T, I comme si nous vivions une vraie expérience de satisfaction hallucination de la satisfaction. Les représentations hallucinatoires vont servir d aliments aux désirs. construction de scénarios fantasmatiques Notre vie fantasmatique c est la capacité que nous avons-nous à répondre à nos désirs. Les fantasmes que nous pouvons avoir sont une satisfaction de nos désirs. Le désir n est jamais satisfait sauf hallucinatoirement. Le besoin peut être satisfait réponse possible

5 Les fantasmes peuvent apporter d autres désirs. Notre psychisme nous aide à illusionner la vie. Notre vie mentale peut être activée de l intérieur ou de l extérieur. Ces représentations hallucinatoires sont différentes de la réalité. Notre vie psychique porte ce paradoxe : illusion d être satisfait >< relance du désir Principe du plaisir = moteur qui relance le mouvement perpétuel du désir. Principe du désir? principe du besoin (malgré le fait qu ils soient fortement liés) Principe de réalité : confrontation du psychisme à la réalité. Notre psychisme va devoir trouver les moyens d adapter ses représentations hallucinatoires à la réalité. Processus secondaires de pensée : permettent de rentrer dans le principe de réalité Freud utilise cette expérience de satisfaction comme représentation spéculaire. «Faire comme si» La relation à l autre est une mise en acte d un partage d illusions.

Le comportement humain

Le comportement humain Le comportement humain " Qu'est-ce que le comportement? C'est une action visible ou invisible et qui se passe à un moment donné. Le comportement est la résultante de 3 éléments : - les besoins, - les caractéristiques

Plus en détail

Intime : L intime se définit comme ce qui est contenu au plus profond d un être ou comme ce qui lie étroitement par ce qu il y a de plus profond.

Intime : L intime se définit comme ce qui est contenu au plus profond d un être ou comme ce qui lie étroitement par ce qu il y a de plus profond. Présentation du travail fait par le comité éthique de l Association La Compassion sur «protection de l intimité et respect de l expression de la sexualité des Résidants» Mme Mérieau D., directrice adjointe

Plus en détail

Pr Antoine Guedeney & Dr Ludivine Dubois Module Psychologie P1 2008 Propriété de la Faculté de Médecine Paris 7 Denis Diderot

Pr Antoine Guedeney & Dr Ludivine Dubois Module Psychologie P1 2008 Propriété de la Faculté de Médecine Paris 7 Denis Diderot Le développement psychologique I: de 0 à3 ans Pr Antoine Guedeney & Dr Ludivine Dubois Module Psychologie P1 2008 Propriété de la Faculté de Médecine Paris 7 Denis Diderot Plan 1. Les définitions et les

Plus en détail

Retour sur le Débat prospectif élargi

Retour sur le Débat prospectif élargi Retour sur le Débat prospectif élargi l évolution des lignes et des termes du débat Ivry sur Seine le 20 mars 2015 Avertissement : cette note est la production collective d un groupe de 7 personnes impliquées

Plus en détail

Les titres en couleurs servent à guider la lecture et ne doivent en aucun cas figurer sur la copie.

Les titres en couleurs servent à guider la lecture et ne doivent en aucun cas figurer sur la copie. Les titres en couleurs servent à guider la lecture et ne doivent en aucun cas figurer sur la copie. Introduction «Je n ai pas fait exprès», «je n avais pas toute ma tête», «ce n était pas moi» : autant

Plus en détail

Partie I La fonction managériale : connaissance et compréhension du métier Mini-sommaire

Partie I La fonction managériale : connaissance et compréhension du métier Mini-sommaire Partie I La fonction managériale : connaissance et compréhension du métier Mini-sommaire 1 La raison d être du manager face aux évolutions du contexte 2 La complexité de la fonction managériale 3 Les rôles,

Plus en détail

Plaidoyer pour une éthique du «placement»

Plaidoyer pour une éthique du «placement» Plaidoyer pour une éthique du «placement» Pascal Poli Gériatre, Fondation Le Bon Sauveur d Alby (Albi), Groupe de réflexion «Éthique et Sociétés - Vieillesse et vulnérabilités», Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

EMPREINTE FORMATIONS

EMPREINTE FORMATIONS EMPREINTE FORMATIONS Formation de Conseillers en Relation d Aide Empreinte Formations est une association protestante qui met au service des personnes et des associations son expérience dans le domaine

Plus en détail

L entretien semi-dirigé du Psychologue et du Sociologue

L entretien semi-dirigé du Psychologue et du Sociologue L entretien semi-dirigé du Psychologue et du Sociologue en recherche qualitative Méthodologie de la recherche qualitative dans le domaine de la santé Séminaire 28 & 30 septembre 2015 (Besançon et Dijon)

Plus en détail

Homosexualité féminine

Homosexualité féminine Homosexualité féminine Notre thèse n a pas pour but d aborder la question de la ménopause chez les femmes qui se déclarent homosexuelles ou qui ont pour partenaire sexuel d autres femmes. Non pas que la

Plus en détail

EXPOSE : La Communication Interpersonnelle

EXPOSE : La Communication Interpersonnelle EXPOSE : La Communication Interpersonnelle Introduction : Tout activité humaine est communication, elle est partout, elle est inévitable. Elle a lieu avec des individus, des groupes, des objets ; à l occasion

Plus en détail

Protocole d intervention en situation de crise

Protocole d intervention en situation de crise Protocole d intervention en situation de crise École : Date : 20 1) Personnes répondantes au protocole Personnel régulier Substituts 2) Nom de code 3) Lieux pouvant accueillir l élève en difficulté 4)

Plus en détail

Objectifs de cet atelier

Objectifs de cet atelier LES ATELIERS DE REGAIN La dynamique de groupe 2 Objectifs de cet atelier Finalité : développer la capacité d'un groupe de personnes à collaborer pour formuler son propre avenir et y parvenir en contexte

Plus en détail

LE COACHING Soirée animée par la Fédération Francophone de Coaching

LE COACHING Soirée animée par la Fédération Francophone de Coaching AFITEP SOIREE MANAGEMENT DE PROJET LE 19 mai 2003 LE COACHING Soirée animée par la Fédération Francophone de Coaching 1 QUELQUES CHIFFRES Aujourd hui en France, on compte environ 2 000 coachs (40 000 dans

Plus en détail

Pourquoi? Les professionnels de la petite enfance et la «refondation» de l école. Anne WISNIEWSKI

Pourquoi? Les professionnels de la petite enfance et la «refondation» de l école. Anne WISNIEWSKI Pourquoi? Les professionnels de la petite enfance et la «refondation» de l école Anne WISNIEWSKI Au début, on dit de l enfant qu il est dépendant des gens qui l entourent, que seuls ses sens le maintiennent

Plus en détail

L ANALYSE DE LA PRATIQUE ET L ATTITUDE CM DU 4 OCTOBRE 2012 UE 2.6 S5. RÉFLEXIVE DE L INFIRMIER EN PSYCHIATRIE.

L ANALYSE DE LA PRATIQUE ET L ATTITUDE CM DU 4 OCTOBRE 2012 UE 2.6 S5. RÉFLEXIVE DE L INFIRMIER EN PSYCHIATRIE. L ANALYSE DE LA PRATIQUE ET L ATTITUDE RÉFLEXIVE DE L INFIRMIER EN PSYCHIATRIE. CM DU 4 OCTOBRE 2012 UE 2.6 S5. Jean Maillet-Contoz Bureau des soins infirmiers. CH le Vinatier OBJECTIFS Remobiliser les

Plus en détail

Des idées-forces pour enseigner la natation.

Des idées-forces pour enseigner la natation. Des idées-forces pour enseigner la natation. A propos de la respiration du débutant D une manière générale, il convient d interroger la position, souvent constatée dans les pratiques pédagogiques, en matière

Plus en détail

Douleurs chroniques Aspects psychanalytiques

Douleurs chroniques Aspects psychanalytiques Douleurs chroniques Aspects psychanalytiques Marie Santiago Delefosse Professeure de la Chaire de Psychologie de la Santé Equipe «Psychologie Qualitative de la Santé et de l Activité» Université delausanne

Plus en détail

La position psychique du psychologue clinicien

La position psychique du psychologue clinicien La position psychique du psychologue clinicien A partir d une situation clinique en stage dans une Maison de retraite Le cas de Mme A. J ai choisi de vous parler de Mme A., 88 ans, qui est entrée à la

Plus en détail

INTRODUCTION. 1. Psychologie clinique - psychopathologie

INTRODUCTION. 1. Psychologie clinique - psychopathologie INTRODUCTION «Parano», «hystérique», «mégalo», «maniaque», «pervers», «maso», «sado-maso» sont des termes utilisés dans le langage courant, souvent connotés négativement. Or, ces termes désignent en psychopathologie

Plus en détail

Le jeu et l identification

Le jeu et l identification Le jeu et l identification Par André Schmitt Identification rappel théorique : En préambule, il nous parait nécessaire d effectuer un bref rappel du concept d identification. A ce sujet, J.Laplanche et

Plus en détail

Introduction. Groupe Eyrolles

Introduction. Groupe Eyrolles Introduction Il existe plus d une centaine de définitions du mot «émotion». En fait, le seul point sur lequel tout le monde s accorde, c est que le concept est difficile à définir. Une première difficulté

Plus en détail

Naissance, développement et évolution de l ergonomie Origine du terme «ergonomie»

Naissance, développement et évolution de l ergonomie Origine du terme «ergonomie» Origine du terme «ergonomie» L origine du mot ergonomie est grecque (Ergon = travail, Nomos = lois) et se traduit par la science du travail. Le mot «travail» vient du latin «tripalium» qui désignait à

Plus en détail

1. Quelle importance?... 7. 2. Les documents du Nouveau Testament : dates et attestation... 11. 3. Le canon du Nouveau Testament...

1. Quelle importance?... 7. 2. Les documents du Nouveau Testament : dates et attestation... 11. 3. Le canon du Nouveau Testament... Table des matières Préface à l édition française... 5 1. Quelle importance?... 7 2. Les documents du Nouveau Testament : dates et attestation... 11 3. Le canon du Nouveau Testament... 23 4. Les Évangiles...

Plus en détail

4 ème Congrès international de zoothérapie: Un lien si fort

4 ème Congrès international de zoothérapie: Un lien si fort 4 ème Congrès international de zoothérapie: Un lien si fort Le rôle du thérapeute dans la rencontre entre l enfant en difficulté et l animal partenaire Samedi 30 et dimanche 31 mai 2015 Daphné Stadnik

Plus en détail

Pratiques excessives des jeux vidéo et d internet: interactions et conduite à tenir

Pratiques excessives des jeux vidéo et d internet: interactions et conduite à tenir Serge TISSERON Psychiatre, psychanalyste, Directeur de Recherches à l Université Paris 7 denis Diderot http://www sergetisseron.com Pratiques excessives des jeux vidéo et d internet: interactions et conduite

Plus en détail

19/05/2010. Plymouth 1896 Londres 1971. Etudes médicales

19/05/2010. Plymouth 1896 Londres 1971. Etudes médicales De la pédiatrie à la psychanalyse Donald Wood Winnicott Biographie Plymouth 1896 Londres 1971 Etudes médicales 1923 analyse avec James Strachey 1933 seconde analyse avec Joan Rivière Supervision avec Mélanie

Plus en détail

L ALIMENTATION ET LE SOMMEIL CHEZ L ENFANT. 1 L alimentation

L ALIMENTATION ET LE SOMMEIL CHEZ L ENFANT. 1 L alimentation 1 L ALIMENTATION ET LE SOMMEIL CHEZ L ENFANT Soit deux domaines à explorer qui ne sont pas questionnés sans raison car les difficultés alimentaires ou de sommeil chez les enfants constituent les motifs

Plus en détail

LA PSYCHOLOGIE FREUDIENNE I

LA PSYCHOLOGIE FREUDIENNE I Module théorique n 2 de Relation d aide LA PSYCHOLOGIE FREUDIENNE I Toute reproduction partielle ou totale est interdite sans autorisation écrite des auteurs. SOMMAIRE I HISTORIQUE ET DEFINITION... 3 1.1

Plus en détail

QU EST-CE QUE L ERGONOMIE?

QU EST-CE QUE L ERGONOMIE? QU EST-CE QUE L ERGONOMIE? Pour poser un diagnostic qui prenne en compte la globalité des situations de travail et proposer des solutions qui n entraînent pas d effets pervers, l entreprise peut faire

Plus en détail

L impact psychologique du cancer du sein. RENY Justine, psychologue clinicienne

L impact psychologique du cancer du sein. RENY Justine, psychologue clinicienne L impact psychologique du cancer du sein RENY Justine, psychologue clinicienne Groupe de parole : hôpital de Dreux Groupe ouvert à tous les patients en cours de traitement et/ou en rémission Un mardi par

Plus en détail

Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande

Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande La notion de marché, dans les économies industrialisées contemporaines, est devenue pour une large majorité d économistes la référence

Plus en détail

LES TROUBLES OBSESSIONNELS COMPULSIFS

LES TROUBLES OBSESSIONNELS COMPULSIFS LES TROUBLES OBSESSIONNELS COMPULSIFS Objectifs du cours 1. Bien définir une obsession et une compulsion 2. Apprendre la clinique du TOC 3. Savoir poser le diagnostic positif et différentiel du TOC 4.

Plus en détail

Les Troubles Psychiatriques Majeurs. Mimi Israël M.D. Avril, 2007

Les Troubles Psychiatriques Majeurs. Mimi Israël M.D. Avril, 2007 Les Troubles Psychiatriques Majeurs Mimi Israël M.D. Avril, 2007 Objectif D apprendre à reconnaître certains troubles de santé mentale et de toxicomanie dans un contexte de concomitance. Qu est-ce qu un

Plus en détail

DESCRIPTION. Introduction

DESCRIPTION. Introduction ANIMATION Fiche 7 Notre modèle de société, un modèle unique? Thèmes abordés Notre modèle de société Vivre en harmonie dans nos sociétés contemporaines Notre rapport à l argent D autres thématiques : la

Plus en détail

Douleur, souffrance, démence et fin de vie

Douleur, souffrance, démence et fin de vie Douleur, souffrance, démence et fin de vie Qu est ce que la douleur? Différence entre douleur et souffrance La souffrance serait morale et la douleur physique La douleur serait locale et la souffrance

Plus en détail

LE SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE

LE SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE LE SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE Comment faire appel à un psychologue? Demande du patient Orientation par un professionnel A quel moment de la prise en charge peut-on le solliciter? A tout moment de la maladie

Plus en détail

SEXUALITE FEMININE. F. Bianchi-Demicheli. Clinique de Stérilité et Endocrinologie gynécologique Département de gynécologie et obstétrique HUG Genève

SEXUALITE FEMININE. F. Bianchi-Demicheli. Clinique de Stérilité et Endocrinologie gynécologique Département de gynécologie et obstétrique HUG Genève SEXUALITE FEMININE F. Bianchi-Demicheli Clinique de Stérilité et Endocrinologie gynécologique Département de gynécologie et obstétrique HUG Genève BIBLIOGRAPHIE ICD-10 International Statistical Classification

Plus en détail

Communiquer avec efficacité

Communiquer avec efficacité Communiquer avec efficacité Intégrer les processus d influence Les réactions de chacun, la capacité à intégrer, à analyser une situation, sont directement déterminées par le mode de raisonnement appris.

Plus en détail

Comment rendre compte d un objet dans sa complexité?... 19. Première partie. L évaluation, telle qu elle est pensée

Comment rendre compte d un objet dans sa complexité?... 19. Première partie. L évaluation, telle qu elle est pensée Remerciements.... 9 Préface... 11 Introduction générale.... 15 Méthodologie Comment rendre compte d un objet dans sa complexité?... 19 Articuler plusieurs niveaux d analyse.... 19 Mettre en résonance les

Plus en détail

ANGOISE ET CULPABILITÉ

ANGOISE ET CULPABILITÉ 1 ANGOISE ET CULPABILITÉ L ANGOISSE SELON FREUD «La psychanalyse semblerait n'avoir pour but que d'apaiser la culpabilité, encore que nous sachions par notre expérience pratique les difficultés et les

Plus en détail

Comment aider les enfants à gérer le stress en compétition Du rôle des parents, des entraineurs et du/de la jeune sportif/ve

Comment aider les enfants à gérer le stress en compétition Du rôle des parents, des entraineurs et du/de la jeune sportif/ve Comment aider les enfants à gérer le stress en compétition Du rôle des parents, des entraineurs et du/de la jeune sportif/ve Virginie Nicaise Maître de Conférences Université de Lyon Préparatrice Physique

Plus en détail

INTRODUCTION Amour, apprentissages, approches, abandons des débuts, violence du désir, corps- à- corps, emprises et dépenses, incertitudes et attentes, pratiques et codes, plaisirs ordinaires, jouissance

Plus en détail

Poser des limites à l enfant. Sanction : comment avoir une attitude éducative constructive et cohérente avec l enfant?

Poser des limites à l enfant. Sanction : comment avoir une attitude éducative constructive et cohérente avec l enfant? «Poser des limites à l enfant. Sanction : comment avoir une attitude éducative constructive et cohérente avec l enfant?» Intervention de Madame Mireille Colin, formatrice et psychopraticienne. Pourquoi

Plus en détail

Compte rendu. Ouvrage recensé : par François Huot. Saül Karsz, Pourquoi le travail social?, Paris, Dunod 2004, 161 p.

Compte rendu. Ouvrage recensé : par François Huot. Saül Karsz, Pourquoi le travail social?, Paris, Dunod 2004, 161 p. Compte rendu Ouvrage recensé : Saül Karsz, Pourquoi le travail social?, Paris, Dunod 2004, 161 p. par François Huot Nouvelles pratiques sociales, vol. 18, n 2, 2006, p. 234-237. Pour citer ce compte rendu,

Plus en détail

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie.

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Sarah CAILLOT, Psychologue Réseau Breizh IMC- Pôle MPR St-Hélier (Rennes)- Journée Inter-régionale

Plus en détail

La souffrance au travail, comment la

La souffrance au travail, comment la SIMUP Service de Santé au Travail de la Vallée de la Lys La souffrance au travail, comment la déceler pour mieux la gérer? 1 QUELQUES CONSTATS D après l Institut Français de Veille Sanitaire, un homme

Plus en détail

Deuils et Traumas chez les enfants immigrants et parcours scolaires Conférence proposée dans le cadre des

Deuils et Traumas chez les enfants immigrants et parcours scolaires Conférence proposée dans le cadre des Deuils et Traumas chez les enfants immigrants et parcours scolaires Conférence proposée dans le cadre des activités du CEETUM Garine Papazian Zohrabian, Ph.D. Professeure Adjointe Département de Psychopédagogie

Plus en détail

Lien entre autonomie au travail et gestion de la vie hors du travail

Lien entre autonomie au travail et gestion de la vie hors du travail Lien entre autonomie au travail et gestion de la vie hors du travail Patrick Imbeau Rachid Bagaoui Département de Sociologie Cet article porte sur la question de l autonomie au travail et de la gestion

Plus en détail

Groupes de parole sur l argent (GPA) :

Groupes de parole sur l argent (GPA) : Jean Beaujouan jean.beaujouan@free.fr Tel : 01 42 23 18 58 Groupes de parole sur l argent (GPA) : les enseignements d une expérience 1. Présentation Définition : dans un groupe de parole sur l argent (GPA),

Plus en détail

IUFM D AIX PRÉPA CRPE AOÛT/SEPTEMBRE 2012 CONSEILS MÉTHODOLOGIQUES

IUFM D AIX PRÉPA CRPE AOÛT/SEPTEMBRE 2012 CONSEILS MÉTHODOLOGIQUES IUFM D AIX PRÉPA CRPE AOÛT/SEPTEMBRE 2012 CONSEILS MÉTHODOLOGIQUES FRANÇAIS Commentaire. La lecture du texte doit se faire de manière analytique, c est une lecture personnelle. Il s agit en premier lieu

Plus en détail

PHILOCOURS.COM. Autrui. Sujets les plus fréquents. http://www.philocours.com/bac/sujet/ficheautrui.html

PHILOCOURS.COM. Autrui. Sujets les plus fréquents. http://www.philocours.com/bac/sujet/ficheautrui.html Page 1 sur 5 PHILOCOURS.COM Accueil Cours Corriges Methode Dossiers Liens Aide Perso Fiches Bac Newsletter Contact Programmes Accueil > Les Fiches du Bac > Autrui page 1 2 3 4 Autrui page créée le 01/01/2003

Plus en détail

Les troubles anxieux. Stéphane Dubé, Ph.D., neuropsychologue. Institut Universitaire en Santé Mentale Douglas 8 novembre 2011

Les troubles anxieux. Stéphane Dubé, Ph.D., neuropsychologue. Institut Universitaire en Santé Mentale Douglas 8 novembre 2011 Les troubles anxieux Stéphane Dubé, Ph.D., neuropsychologue Institut Universitaire en Santé Mentale Douglas 8 novembre 2011 Peur, Préoccupation, Anxiété un équilibre vacillant Plusieurs facteurs jouent

Plus en détail

DEVELOPPEMENT DE L ENFANT

DEVELOPPEMENT DE L ENFANT DEVELOPPEMENT DE L ENFANT I. L enfant de 3 à 6 ans 1. Le développement moteur et intellectuel L enfant n a pas encore la maîtrise motrice de l adulte, mais il a déjà acquis la tonicité musculaire, des

Plus en détail

28.06.2011 Communication Congrès AFS 2011 Grenoble RT 20 Philip Aïdan, Cnam Paris. Une démarche de recherche action dans un service associatif

28.06.2011 Communication Congrès AFS 2011 Grenoble RT 20 Philip Aïdan, Cnam Paris. Une démarche de recherche action dans un service associatif 28.06.2011 Communication Congrès AFS 2011 Grenoble RT 20 Philip Aïdan, Cnam Paris Une démarche de recherche action dans un service associatif 1 I. Le contexte institutionnel du processus d évaluation et

Plus en détail

Penser le changement, changer la pensée

Penser le changement, changer la pensée Penser le changement, changer la pensée Jeudi 25 mars 2010 de 8h à 17h Fondation Louis-Jeantet Changer Echanger Réflexion sur le processus du changement en psychothérapie Dre Rita Manghi http://addictologie.hug-ge.ch/

Plus en détail

Un projet pour votre organisation

Un projet pour votre organisation Un projet pour votre organisation DRH / Salariés 4 jours pour améliorer sa qualité bien-être et la dynamique des équipes Formateur / Animateur : Pierre Pyronnet Siège administratif : 94 Galerie Arlequin

Plus en détail

DEUXIEME PARTIE : MALADIES ET GRANDS SYNDROMES. Trouble psychosomatique Question 289

DEUXIEME PARTIE : MALADIES ET GRANDS SYNDROMES. Trouble psychosomatique Question 289 DEUXIEME PARTIE : MALADIES ET GRANDS SYNDROMES Trouble psychosomatique Question 289 Rédaction : M. Ferreri Fl. Ferreri C. Agbokou M. Lejoyeux Le trouble psychomatique se définit comme un trouble somatique

Plus en détail

praxisa PSYCHOLOGIE GENERALE plan de formation

praxisa PSYCHOLOGIE GENERALE plan de formation praxisa PSYCHOLOGIE GENERALE plan de formation Livret 1 : "connais-toi toi même". "ETRE BIEN DANS SA TETE, ETRE BIEN DANS SON CORPS". Vous étudiez les différentes méthodes historiques pour apprendre à

Plus en détail

Introduction aux Sciences

Introduction aux Sciences Introduction aux Sciences Humaines UE 1.1 1 L1 1 Les Sciences Humaines I Historique II Théories & concepts III Psychologie, Psychanalyse y IV Sociologie, Psychologie Sociale V Anthropologie, Ethnologie

Plus en détail

Ecoles primaires en quartier défavorisé: que faire pour surmonter les difficultés?

Ecoles primaires en quartier défavorisé: que faire pour surmonter les difficultés? DOSSIER Echec scolaire Ecoles primaires en quartier défavorisé: que faire pour surmonter les difficultés? Nous avons posé la question à Véronique Grosjean, conseillère pédagogique pour les écoles du réseau

Plus en détail

LE PACK. 2. un étayage social, sur la présence d un entourage uni et attentif à l expérience que l intéressé est en train de vivre.

LE PACK. 2. un étayage social, sur la présence d un entourage uni et attentif à l expérience que l intéressé est en train de vivre. LE PACK Le pack, enveloppement humide et froid, est une technique employée en psychiatrie et en médecine depuis très longtemps. Elle s employait dans les états d agitation aiguë, comme moyen de contention

Plus en détail

L évaluation des professionnels de santé dans leur fonction, levier de motivation, quelle est la place du cadre?

L évaluation des professionnels de santé dans leur fonction, levier de motivation, quelle est la place du cadre? Management L évaluation des professionnels de santé dans leur fonction, levier de motivation, quelle est la place du cadre? Dominique GUY Descriptif : Dans le contexte actuel de recherche d optimisation

Plus en détail

Édith Lecourt Découvrir la psychanalyse

Édith Lecourt Découvrir la psychanalyse Édith Lecourt Découvrir la psychanalyse, 2006 ISBN : 2-7081-3602-X Table des matières Introduction... 1 Partie I Historique Chapitre 1 : De l hypnose à la psychanalyse... 11 Vienne... 13 Freud (1856-1939)...

Plus en détail

QU APPELLE-T-ON ROMPRE L ISOLEMENT?

QU APPELLE-T-ON ROMPRE L ISOLEMENT? QU APPELLE-T-ON ROMPRE L ISOLEMENT? Le travail que j ai tenté de faire autour du thème qui m était proposé est à entendre comme un essai. C est-à-dire une tentative non achevée de rapprocher des idées

Plus en détail

Chapitre 5. Réponses aux questions. 5.1 Le développement physique (p. 142 de votre manuel)

Chapitre 5. Réponses aux questions. 5.1 Le développement physique (p. 142 de votre manuel) Réponses aux questions Chapitre 5 5.1 Le développement physique (p. 142 de votre manuel) 1. Quelle distinction faites-vous entre la motricité fine et la motricité globale? La motricité globale réfère aux

Plus en détail

Distinguer trois domaines...

Distinguer trois domaines... Remarque préliminaire : Les éléments qu'il est possible de prendre en compte dans l'analyse de l'image sont multiples et extrêmement variés. La liste proposée ici est là à titre indicatif, un peu comme

Plus en détail

«Développer l estime de soi des enfants. Le rôle des parents»

«Développer l estime de soi des enfants. Le rôle des parents» «Développer l estime de soi des enfants. Le rôle des parents» Intervention de Monsieur Gilbert Jeanvion, ancien enseignant spécialisé et psychologue scolaire, animateur au sein de l «Association des Groupes

Plus en détail

1) Qu est ce que le réalisme? Qu est ce que l idéalisme?

1) Qu est ce que le réalisme? Qu est ce que l idéalisme? Dix questions clé pour la gouvernance des fondations Une fondation dispose de deux atouts précieux parce qu ils sont rares : l indépendance et la capacité à agir dans la durée. La gouvernance d une fondation

Plus en détail

«La qualité de vie subjective et l accompagnement social des personnes toxicodépendantes.»

«La qualité de vie subjective et l accompagnement social des personnes toxicodépendantes.» «La qualité de vie subjective et l accompagnement social des personnes toxicodépendantes.» Pierre Duffour Fédération Addiction Besançon 14 Juin 2013 Plan de la présentation Evolution du concept de la qualité

Plus en détail

I- Qu'est-ce que la Constante Macabre?

I- Qu'est-ce que la Constante Macabre? De la constante macabre à l évaluation par contrat de confiance Conférence d André ANTIBI le mercredi 28 novembre 2012 I- Qu'est-ce que la Constante Macabre? Situation de science-fiction : Un nouveau professeur

Plus en détail

GUIDE DE TRAITEMENT DES RECLAMATIONS

GUIDE DE TRAITEMENT DES RECLAMATIONS GUIDE DE TRAITEMENT DES RECLAMATIONS 1. PRESENTATION Les s sont identifiées comme étant une clé d entrée majeure pour, d une part, analyser et comprendre les dysfonctionnements de l entreprise et les problèmes

Plus en détail

Formation Coaching N 7

Formation Coaching N 7 Formation Coaching N 7 Jouir de sa Vie Association Jouir de sa Vie. jouirdesavie.com Le plaisir sexuel Pourquoi? Etre en harmonie avec soi Augmenter son Amour de soi Activer le deuxième chakra Abolir les

Plus en détail

Utilisation de données. Formation pour aborder l utilisation de données au niveau du territoire communal (Liège) 24/01/2013

Utilisation de données. Formation pour aborder l utilisation de données au niveau du territoire communal (Liège) 24/01/2013 Utilisation de données D. Favresse Formation pour aborder l utilisation de données au niveau du territoire communal (Liège) 24/01/2013 Données? Données = connaissances produites selon des méthodes scientifiquement

Plus en détail

Fanny ROCHE Elsa MASSABIE

Fanny ROCHE Elsa MASSABIE LE VECU AFFECTIF DE L ADOLESCENT DYS Fanny ROCHE Elsa MASSABIE PLURADYS Beaune 5 OCTOBRE 2013 Une petite histoire pour commencer celle de Léa «Je n ai jamais eu d image» Les grandes étapes du développement

Plus en détail

Enquête réalisée auprès de 25 futurs-papas sur les thèmes suivants:

Enquête réalisée auprès de 25 futurs-papas sur les thèmes suivants: Résultats et réflexions autour de l enquête «Le devenir-père» Enquête menée auprès des futurs-papas de la région nantaise de novembre 2012 à mars 2013. Projet mené par les sages-femmes de PMI du CG44 Mémoire

Plus en détail

Quelle place à l argent? Sceaux Lycée Marie Curie, 9 juin 2012

Quelle place à l argent? Sceaux Lycée Marie Curie, 9 juin 2012 Quelle place à l argent? Sceaux Lycée Marie Curie, 9 juin 2012 ARGENT DE POCHE REÇU PAR LES ÉLÈVES ( / mois) Une situation égale pour les garçons et les filles. Argent de poche reçu comparé filles-garçons

Plus en détail

COMPTE RENDU DE CONFERENCE

COMPTE RENDU DE CONFERENCE COMPTE RENDU DE CONFERENCE Maîtrise des effectifs et développement des clubs. Quels enjeux et stratégies motivationnelles? Présentation de Julie Doron et du cadre de son intervention. Elle a la volonté

Plus en détail

Alzheimer et potentialités affectives. Louis PLOTON Professeur émérite de Gérontologie Université Lyon-2

Alzheimer et potentialités affectives. Louis PLOTON Professeur émérite de Gérontologie Université Lyon-2 Alzheimer et potentialités affectives Louis PLOTON Professeur émérite de Gérontologie Université Lyon-2 Un fil directeur clinique: la recherche du moindre mal Eviter les rapports de force et pour cela:

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

Les névroses, les psychoses et les troubles narcissiques Comité éditorial de l'uvmaf

Les névroses, les psychoses et les troubles narcissiques Comité éditorial de l'uvmaf Les névroses, les psychoses et les troubles narcissiques Comité éditorial de l'uvmaf 2014 1 Table des matières Introduction... 3 1. Les névroses... 3 1.1. Eléments essentiels de définition...3 1.2. Classification

Plus en détail

Premier crédit et fidélité du client

Premier crédit et fidélité du client Premier crédit et fidélité du client Mardi 26 octobre 2004 Marc Roesch Dans les rapports d activités des IMF on trouve presque toujours un graphique présentant l évolution du nombre d adhérents ou du nombre

Plus en détail

DES CREPES POUR CONTEXTE, DANS UNE CLASSE DE CE1

DES CREPES POUR CONTEXTE, DANS UNE CLASSE DE CE1 DES CREPES POUR CONTEXTE, DANS UNE CLASSE DE CE1 Marie-Ange Côte, Ecole Albert Bezançon, Boulogne 92 Mireille Guillou, CPC Boulogne 92 Dominique Valentin A l occasion du Mardi-Gras, nous avons décidé de

Plus en détail

PREVENTION DES RISQUES LIES A L ABSORPTION D ALCOOL

PREVENTION DES RISQUES LIES A L ABSORPTION D ALCOOL PREVENTION DES RISQUES LIES A L ABSORPTION D ALCOOL Anne Marie LANUSSE Éducatrice Spécialisée à l ADAPEI des Pyrénées Atlantiques INTERVENTION A LA 3ème JOURNEE SCIENTIFIQUE DE REZOPAU LES OBJECTIFS Mener

Plus en détail

Psychologie médicale

Psychologie médicale Psychologie médicale Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Définition de la psychologie médicale...1 2 Les modèles de la relation médecin patient... 2 3 Réactions du malade face à

Plus en détail

Une origine évolutive ancienne UNE ORIGINE ÉVOLUTIVE ANCIENNE 01/10/2014 LES SCHÉMAS NEUROBIOLOGIQUES DU CIRCUIT DE LA RÉCOMPENSE

Une origine évolutive ancienne UNE ORIGINE ÉVOLUTIVE ANCIENNE 01/10/2014 LES SCHÉMAS NEUROBIOLOGIQUES DU CIRCUIT DE LA RÉCOMPENSE 01/10/2014 Journées d études de l Institut des Actuaires et du SACEI LES SCHEMAS NEUROBIOLOGIQUES DE LA PRISE DE RISQUE Marion Noulhiane, PhD Neurosciences. Journées d études de l Institut des Actuaires

Plus en détail

Père, mère et enfant Le défi de faire rouler un triangle!

Père, mère et enfant Le défi de faire rouler un triangle! Père, mère et enfant Le défi de faire rouler un triangle! Diane Dubeau La coparentalité, au cœur de ce défi Université du Québec en Outaouais Département de psychoéducation et psychologie 8 ème SuPÈRE

Plus en détail

afccc Le Kremlin Bicêtre, le 7 mars 2012

afccc Le Kremlin Bicêtre, le 7 mars 2012 afccc Association Française des Centres de Consultation Conjugale Reconnue d utilité publique Décret du 27 février 1968 Institut de formation Le Kremlin Bicêtre, le 7 mars 2012 Objet : Renseignements Formation

Plus en détail

Communiquer autrement Pour transformer vos relations professionnelles

Communiquer autrement Pour transformer vos relations professionnelles CONGRÈS DE L ACSQ 2014 Communiquer autrement Pour transformer vos relations professionnelles Manon Deschênes, M.Ps., CRHA Directrice principale Gestion de carrière et psychologie du travail MAI 2014 PLAN

Plus en détail

Enquête IN SCIENCES ET VIE N 1145 Février 2013 pp 72-7

Enquête IN SCIENCES ET VIE N 1145 Février 2013 pp 72-7 Enquête IN SCIENCES ET VIE N 1145 Février 2013 pp 72-7 Une douce somnolence pouvant aller jusqu à la torpeur, Des envies de rire pour un rien, Une baisse de la concentration (dangereux au volant) Une perte

Plus en détail

Risques psychosociaux : les dilemmes du travail bien fait

Risques psychosociaux : les dilemmes du travail bien fait Risques psychosociaux : les dilemmes du travail bien fait F. Daniellou MMSH Aix-en-Provence 18 décembre 2012 Dans toute situation de production Certains éléments ont étéanticipés, calculés, intégrés dans

Plus en détail

L adolescent et le patrimoine

L adolescent et le patrimoine Intervention de Jean-Claude QUENTEL dans le cadre de la journée Coup de jeune sur la patrimoine organisée le vendredi 15 novembre 2013 aux Champs Libres, à Rennes, par le Conseil régional de Bretagne.

Plus en détail

«Le stress au travail» 2010

«Le stress au travail» 2010 «Le stress au travail» 2010 Sarah Hibo Service Etudes du Secrétariat National des FPS 2010 02/515.17.67 sarah.hibo@mutsoc.be Editrice responsable: Dominique Plasman, Place Saint Jean, 1-1000 Bruxelles

Plus en détail

GESTION de CONFLITS. Des conflits, quels conflits???

GESTION de CONFLITS. Des conflits, quels conflits??? GESTION de CONFLITS Des conflits, quels conflits??? 1 Objectifs Adolescents en grande difficulté r p om C r e r é G e r d en Conflits entre élèves Conflits entre adultes 2 Qu est-ce que le conflit? On

Plus en détail

Anim h@nd. Connaissances... La gestion du stress et la relation entraîneur - entraîné(e) Les 10ème Rendez Vous Georges Petit

Anim h@nd. Connaissances... La gestion du stress et la relation entraîneur - entraîné(e) Les 10ème Rendez Vous Georges Petit Connaissances... La gestion du stress et la relation entraîneur - entraîné(e) Liévin, avril 2001. 50 stagiaires participaient aux Rendez-Vous Georges Petit pour écouter des intervenants, assister à un

Plus en détail

La MOTIVATION en contexte d apprentissage LICENCE STAPS 3e année

La MOTIVATION en contexte d apprentissage LICENCE STAPS 3e année La MOTIVATION en contexte d apprentissage LICENCE STAPS 3e année Julien Chanal Présentation des cours Planning de l UE 15 h de Cours Magistraux répartis en 10 fois 1 h 30 le mercredi de 14 h à 15 h 30

Plus en détail

Explication de texte.

Explication de texte. Charlène Lozano TS1 «La science, dans son besoin d'achèvement comme dans son principe, s'oppose absolument à l'opinion. S'il lui arrive, sur un point particulier, de légitimer l'opinion, c'est pour d'autres

Plus en détail

Chapitre 1 : La rareté, les besoins et les biens économiques

Chapitre 1 : La rareté, les besoins et les biens économiques Chapitre 1 : La rareté, les besoins et les biens économiques Dans ce chapitre vous allez : - Comprendre que l économie est la science des choix rationnels - Découvrir le problème de la rareté - Faire le

Plus en détail

INTRODUCTION À LA CCSC Planification de la communication pour la CCSC. 2-6 mai 2011 Haïti

INTRODUCTION À LA CCSC Planification de la communication pour la CCSC. 2-6 mai 2011 Haïti INTRODUCTION À LA CCSC Planification de la communication pour la CCSC 2-6 mai 2011 Haïti COMMUNICATION POUR LE CHANGEMENT SOCIAL ET DU COMPORTEMENT Les caractéristiques qui la définissent : La CCSC est

Plus en détail

Formation : aide-mémoire sur la gestion des risques

Formation : aide-mémoire sur la gestion des risques Formation : aide-mémoire sur la gestion des risques Contenu Objectifs Contenu de l aide-mémoire Exemples et discussion Réponses aux questions Remise de l ordre 2 Objectifs Chaque chef militaire est sensibilisé

Plus en détail