Chimie. Conductivité. Ammonium :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Chimie. Conductivité. Ammonium :"

Transcription

1 Chimie Conductivité La conductivité de l'eau est l'aptitude d'une solution à permettre le passage du courant électrique. C'est à dire la capacité de l'eau à faire passer un courant électrique d'un point 1 vers un point 2. La mesure de la conductivité de l'eau dépend de beaucoup de substances ou de matières inorganiques solides dissoutes dans les solutions d'eau (matières dissoutes telles que les sulfates, chlorure, nitrates, phosphates, bicarbonate). Toutes ces matières à une certaines concentrations ont la capacité d'engendrer un courant électrique. La conductivité de l'eau donne une indication de la qualité et de la concentration des solutés ionisables (substances dissoutes telles que les sulfates, chlorure, nitrates, phosphates, bicarbonate). Si le niveau de quantité de matières dissoutes dans l'eau augmente (telles que les nitrates, sulfates, phosphates), la conductivité augmentera également. 25 C. La conductivité est exprimée en micro-siemens par centimètre (µs/cm) et est donnée à La conductivité n'est pas un indice d'eau potable à lui tout seul car celle ci peu facilement être altérée. La mesure de la conductivité de l'eau permet de déceler rapidement une variation de la composition de l'eau, par exemple : Baisse de conductivité de l'eau d'un réseau de chauffage due à l'entartrage. Réglage de la purge d'une chaudière ou d'un circuit de refroidissement pour limiter la concentration des sels dissous. Contrôle de la production d'une chaîne de déminéralisation. µs/cm Limite de qualité des eaux destinée à la consommation humaine : 200 et 1100 Ammonium : L'azote ammoniacal n'a pas, aux concentrations susceptibles d'être trouvées dans l'eau, de signification sanitaire directe. C'est un indicateur d'efficacité du traitement de l eau. Il est

2 facilement éliminé par les stations de traitement d eau et réagit avec le chlore en donnant des chloramines. Les chloramines constituent une des causes les plus courantes du mauvais goût de l'eau (goût d'eau de Javel). La présence d azote ammoniacal après traitement de l eau indique une chloration insuffisante. La désinfection n'a pas été réalisée. L'ammonium est exprimé en milligrammes par litre (mg/l). Limite de qualité des eaux destinée à la consommation humaine : inférieur à 0,5 mg/l Chlore : Le chlore permet de : Aseptiser = Détruire toutes les matières organiques, (eau de ville) Désinfecter = Détruire toutes les bactéries dites pathogènes pour l'homme c'est à dire les bactéries pouvant provoquer des maladies. (eau de ville) Oxider = Détruire l'ammoniaque, l'azote provenant de la pollution des nageurs (eau de piscine) L'eau de ville contient entre 0,05 et 0,15 mg/l de chlore. Une eau de piscine en contient 1mg/l. La limite au-delà de laquelle l'oms (Organisation Mondiale de la Santé) estime qu'il y a un risque pour la santé est de 5mg/l. Le chlore est nocif pour les organismes vivant dans l'eau et les sols. Le chlore est exprimé en milligrammes par litre (mg/l). Limite de qualité des eaux destinée à la consommation humaine : Absence d odeur ou de saveur désagréable et pas de changement anormal. Chlorure : Les chlorures sont présents en grande quantité dans l'eau de mer (compris entre 15 g/l jusqu'à 30 g/l). La concentration en chlorure d'une eau est lié à l'origine de l'eau et de la nature du terrain qu'elle empreinte. Les chlorures participent à la conductivité électrique de l'eau. Une concentration supérieure à 200 mg/l peut être dangereuse pour les patients atteints de

3 maladies cardio-vasculaires ou rénales. La teneur en sel dans l'eau d'irrigation : Risque Teneur en sel en mg/l Nul < 500 Légers Modéré Sévère > 2000 Les chorures sont exprimés en milligrammes par litre (mg/l). Limite de qualité des eaux destinée à la consommation humaine : inférieure à 250 mg/l Couleur : La couleur de l'eau est liée à la présence de matières minérales ou organiques. Limites du qualité des eaux destinées à la consommation humaine :Acceptable pour les consommateurs et aucun changement anormal Saveur : La saveur d'une eau est souvent liées à la présence de matières organiques volatiles tel que le chlore. Limites du qualité des eaux destinées à la consommation humaine :Acceptable pour les consommateurs et aucun changement anormal Demande biologique en oxygène DBO 5 : La quantité de matière organique peut être évaluée par la mesure de la demande biochimique en oxygène (DBO). La demande biochimique en oxygène (DBO) est la quantité d'oxygène nécessaire pour oxyder les matières organiques (biodégradables) par voie biologique (oxydation des matières organiques biodégradables par des bactéries). Elle permet d'évaluer la fraction biodégradable de la charge polluante carbonée des eaux usées. La matière organique présente dans l'eau provient de diverses sources :

4 rejets domestiques et urbains, rejets industriels, décomposition d'animaux et de végétaux morts, activités agricoles (épandage, pesticides, fongicides, herbicides...). La mesure la plus souvent réalisée est celle de la DBO 5, retenue par la Directive Européenne du mai 1998 (Norme AFNOR NF EN ). La DBO 5 correspond à la demande biochimique en oxygène calculé après 5 jours d'incubation de l'échantillon dans le noir à une température de 20 C. Elle est exprimée en milligrammes par litre d'oxigène (mg/l O 2 ) Demande chimique en oxygène DCO : La pollution par les matières organiques est provoquée par les rejets industriels (industries chimiques, de la pâte à papier, pétrolières, agro-alimentaires,...) et les rejets des populations urbaines. La dégradation des matières organiques déversées dans les cours d'eau entraîne une consommation de l'oxygène dissout dans l'eau, qui se fait au détriment des organismes vivants (asphyxie du milieu). L'importance de cette pollution dans un effluent peut être évaluée par la demande chimique en oxygène (DCO) qui représente le poids d'oxygène nécessaire à la dégradation par voie chimique de la totalité de la matière organique. Elle est exprimée en milligrammes par litre (mg/l) Dureté : La dureté est l'indicateur de la minéralisation de l'eau. La dureté de l'eau est associée au degré hydrotimétrique ou TH qui est l'unité de mesure de la dureté de l'eau, exprimée en degrés français. Elle est surtout due aux ions calium et magnésium La dureté de l'eau est principalement du à la quantité de calcaire qu'elle contient. Le degré hydrotimétrique (dureté) s'exprime en degré français ( F). Un degré français correspond à la dureté d une solution contenant 10 mg/l de carbonate de calcium CaCO3 (c'est à dire la concentration en calcaire).

5 Un degré français ( F) équivaut à 4 mg de calcium par litre et à 2,4 mg de magnésium par litre. Tableau représentant la valeur du degré hydrotimètrique (dureté) de l'eau : Dureté en F 0 à 7 7 à à à 42 Supérieur à 42 EAU Très douce Douce Moyennement dure Dure Très dure L'eau dure n'a pas d effets nocifs sur la santé mais la formation de calcaire peut générer des désagréments matériels (entartrage des canalisations notamment). La limite inférieure du degré hydrotimétrique pour les eaux destinées à la consommation humaine et n'ayant pas subies de traitement thermique est fixée à 15 F. Les inconvénients que peut présenter une eau trop douce pour la santé sont : d'ingérer par notre organisme des métaux de canalisation tels que le fer ou le plomb suite à leur dissolution dans l'eau. Un risque de corrosion pour les canalisations. Manganèse : Le manganèse est un oligo-élément essentiel à la nutirtion de l'homme pour survivre mais peut devenir toxique lorsque la consommation est trop importante. Cependant les conséquencs d'un excès de manganèse ne peuvent se produire qu'à des doses fortement élevées qui n'ont rien à voir avec ce que peut apporter l'eau. Le manganèse est présent naturellement dans l'eau sous forme de petites paticules. L'homme augmente les concentrations en manganèse dans l'eau en utilisant des pesticides au manganèse qui pénètrent dans les eaux de surfaces, les eaux souterraines et les eaux d'égouts. La présence élevé de manganèse dans l'eau peut engendrer : Une couleur rouge-brun foncé à l'eau provoquer des dépôts d'hydroxyde, un goût métallique désagréable à l'eau déterioration du linge. Le manganèse est exprimé en microgrammes par litre (µg/l). Limites du qualité des eaux destinées à la consommation humaine : inférieur à 50 µg/l

6 Matières en suspension : Les matières en suspension sont des petites particules présentent dans l'eau en plus ou moins grande quantité. La quantité des matières en suspension dans l'eau dépend du chemin parcouru par l'eau, de la pluviométrie et des rejets urbains ou industriels. Tous les cours d'eaux contiennent des matières en suspension. Les effets néfastes d'une eau fortement chargée en matières en suspension sont : Empêcher la pénétration de la lumière ce qui peut provoquer la mort des poissons, Constituer une réserve de pollution potentielle dans les sédiments Elles doivent être absentes dans l eau destinée à la consommation humaine (Directive de communautés européennes) Les matières en suspension sont exprimées en milligrammes par litre (mg/l). Nitrates : Les eaux naturelles contiennent en général un niveau de nitrates d'origine naturelle très faible (inférieur à 10 mg/l) mais les concentrations en nitrates augmentent à cause de l'activité humaine telle que l'agriculture, l'industrie et les émissions de produits de combustions. Aujourd'hui on observe une forte augmentation de la concentration en nitrates dans de nombreuses eaux souterraines et de surface provenant : des rejets d'eaux usées domestiques, des rejets agricoles des rejets industrielles. La présence de nitrates dans l organisme humain pourrait provoquer : des troubles (hypertension, anémie, infertilité, troubles nerveux,...), des présomptions sur leur pouvoir cancérogène leur implication dans des cas de cyanoses, notamment chez les nourrissons. Une eau chargée en nitrates (supérieure à 40 mg/l) est déconseillée aux femmes enceintes et aux nourrissons car il y a possibilité de survenue d'effets toxiques aigues (tel que la méthémoglobinémie aigüe du nourrisson). L accroissement des teneurs en nitrate provoque également un impact sur l environnement.

7 Il est à l origine avec d autres substances telles que les phosphatés de l eutrophisation des cours d eau et du littoral. Les nitrates sont exprimés en milligrammes par litre (mg/l). Limites du qualité des eaux destinées à la consommation humaine : inférieur à 50 mg/l Nitrites : Les nitrites se transforment en nitrates. Les nitrites dans le sang réagissent avec l'hémpglobine et forme un composé appelé méthémoglobine. Ce composé réduit la capacité sanguine pour transporter l'oxygène. Cela entraine une baisse du niveau d'oxygène dans le corps ce qui peut provoquer chez les nourrisons la maladie appelée méthémoglobinémie aiguë également connu sous le nom de maladie du «bébé bleu». Les nitrites sont exprimé en milligrammes par litre (mg/l). mg/l Limites du qualité des eaux destinées à la consommation humaine : inférieur à 0,1 Oxydabilité : L'oxidabilité donne une indication de la quantité de matières organiques présentent dans l'eau, et permet ainsi de juger de la qualité des eaux destinées à la consommation humaine. La méthode utilisé est l'oxydabilité au permanganate de potassium à chaud et en milieu acide. L'oxydabilité au permanganate de potassium est exprimé en milligrammes par litre d'oxygène (mg/l O 2 ). Son augmentation indique une contamination de l'eau par la matière organique (végétaux en décomposition, bactéries,...). Limites du qualité des eaux destinées à la consommation humaine : inférieur à 5 mg/l O 2 ph :

8 Le ph d'un lac ou d'un étang dépend de son age et des déchets déversés. Lors de sa formation, un lac a un ph basique (ou alcalin) et progressivement il s'acidifie (fermentation de matériaux organiques, dissolution de dioxyde de carbone avec formation d'ions bicarbonates,...). L'eau de mer est moins sensible aux variations de ph grâce à l'effet tampon des sels dissous. Le ph en surface est proche de 8,1 et descend à 7,7 en eau profonde. Les algues et les coquillages sont généralement plus sensibles aux variations de ph. 6,5 et 9 Limite de qualité des eaux destinée à la consommation humaine : compris entre Phosphates : Le phosphore est un élément assez rare, indispensable à tout être vivant, entrant dans les cycles énergétiques cellulaires. Le phosphore est assimilable par l organisme sous forme oxydée : phosphates, hydrogénophosphates... ou sous forme organique. La présence de phosphates dans l'eau favorise la croissance des algues dès lors que l'eau est exposée à la lumière : phénomène de l'eutrophisation. mg/l Limite de qualité des eaux destinée à la consommation humaine : inférieur 5 Phosphore : Le phosphore est un élément assez rare mais indispensable à tout être vivant. Il entre notamment dans les cycles énergétiques cellulaires. Comme l'azote, le phosphore est inclus dans un cycle naturel où les apports et les pertes sont limitées. Le phosphore est assimilable par les êtres vivants sous forme oxydée (phosphates, hydrogénophosphates...) ou sous forme organique. Dans la nature, il provient essentiellement de la décomposition des cellules mortes qui sont minéralisées par les micro-organismes pour donner des phosphates rapidement assimilés. Sa présence dans l'eau n a pas de conséquence sanitaire. Par contre, elle favorise la croissance des algues dès lors que l'eau est exposée à la lumière : phénomène de l'eutrophisation. Limite de qualité des eaux destinée à la consommation humaine : inférieur 5

9 mg/l Sulfates : Les sulfates contenus dans l eau souterraines sont fournis par la dissolution du gypse. Le gypse est un sulfate de calcium hydraté qui est faiblement soluble (7 g/l dans les conditions normales). Les nappes de l Éocène ont des teneurs fréquentes comprises entre 25 et 100 mg/l mais qui peuvent localement dépasser 250 mg/l et même 1 g/l dans les formations à veines de gypse, valeurs qui rendent cette eau non potable. Les nappes captives en terrains calcaires sont moyennement à très sulfatées (30 à 200 mg/l, parfois supérieures à 250 mg/l). Leur présence est liée à la nature des terrains traversés. Une eau ayant une concentration supérieure à 250 mg/l peut entrainer des diarrhées chez l'enfant. Devant des concentrations importantes de sulfates dans l'eau, il convient de rechercher s il n y a pas des rejets industriels. 250 mg/l Limite de qualité des eaux destinée à la consommation humaine : inférieure Turbidité : La turbidité permet de calculer la teneur en matières non dissoutes qui se trouvent dans l'eau. Dans l'eau la turbidité est généralement causée par des particules qui absorbent diffusent et/ou réfléchissent la lumière. Les matières non dissoutes réduissent la transparence de l'eau, c'est pour cela que la turbidité est un bon facteur écologique qui traduit : une forte teneur en bactéries, une teneur forte en matières en suspension (normale ou non) Limite de qualité des eaux destinée à la consommation humaine : inférieure 2 NFU (unités néphélométriques formazine)

Les polluants : les nitrates

Les polluants : les nitrates Les polluants : les nitrates L azote est un élément essentiel de la matière vivante. Sa quantité et sa forme chimique dans le milieu aquatique y conditionnent le développement de la vie. [ 1 ] L azote

Plus en détail

L eau. Définition : La décomposition de l eau, formé par la combinaison chimique de

L eau. Définition : La décomposition de l eau, formé par la combinaison chimique de L eau Origine de l eau : La terre à environ quatre milliard et demi d années. Lors de sa formation, la terre était entourée de divers gaz brûlants. En se refroidissant au cours du temps, deux de ces gaz,

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOLIDARITÉS Arrêté du 11 janvier 2007 relatif aux limites et références de qualité des eaux brutes et des eaux destinées à la

Plus en détail

Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier?

Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier? Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier? Les solutions techniques Principes et critères de choix Par Sébastien LIBOZ - Hydrogéologue Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier?

Plus en détail

Pollution de l eau : Origines et impacts

Pollution de l eau : Origines et impacts Pollution de l eau : Origines et impacts Les eaux de surface sont de plus en plus polluées. Elles contiennent des millions de tonnes de polluants formés des rejets chimiques de nos industries, de notre

Plus en détail

Les essentiels Zolux. " l équilibre Tests et analyses"

Les essentiels Zolux.  l équilibre Tests et analyses Les essentiels Zolux " l équilibre Tests et analyses" SOMMAIRE Introduction L aquarium, un processus biologique d autorégulation naturelle: Un aquarium est un milieu vivant, équilibré, stable et quasiment

Plus en détail

ALIMENTATION ET ENVIRONNEMENT CHAPITRE 1 : LES EAUX NATURELLES

ALIMENTATION ET ENVIRONNEMENT CHAPITRE 1 : LES EAUX NATURELLES Première L NOM : ALIMENTATION ET ENVIRONNEMENT CHAPITRE 1 : LES EAUX NATURELLES 1- COMPOSITION D EAUX MINERALES 1-1 Les eaux minérales ont-elles le même goût et donc la même composition? Un écrivain francais

Plus en détail

Demande chimique en oxygène

Demande chimique en oxygène Table des matières Introduction Réactifs DCO Azote et phosphore HI 83214 HI 83099 HI 839800 HI 3898 Page J3 J5 J6 J7 J8 J10 J11 J1 Tableau comparatif Paramètre Photomètre Photomètre Thermo-réacteur Trousse

Plus en détail

La qualité de l eau. Qualités des eaux de surface et souterraine (rivières, lacs, fleuves, nappes phréatiques..)

La qualité de l eau. Qualités des eaux de surface et souterraine (rivières, lacs, fleuves, nappes phréatiques..) La qualité de l eau Qualités des eaux de surface et souterraine (rivières, lacs, fleuves, nappes phréatiques..) La qualité de l eau dépend de facteurs naturels déterminants (sol, sous-sol, etc.) et d activités

Plus en détail

SERVICE PUBLIC DE WALLONIE

SERVICE PUBLIC DE WALLONIE SERVICE PUBLIC DE WALLONIE Direction générale opérationnelle de l Agriculture, des Ressources naturelles et de l Environnement Direction générale opérationnelle de l Aménagement du Territoire, du Logement,

Plus en détail

Dureté de l eau et son traitement

Dureté de l eau et son traitement I - Introduction : Dureté de l eau et son traitement L eau bien que sans danger n est pas chimiquement pure. Après son évaporation, il reste des sels minéraux dont certains rendent l eau dure. Ces sels

Plus en détail

Le rejet des eaux usées

Le rejet des eaux usées 13 Eaux usées, contexte légal et réglementaire Les eaux usées, si elles étaient rejetées dans le milieu sans traitement, pollueraient gravement l environnement et la ressource en eau. En effet, certaines

Plus en détail

LES FAITS SUR L EAU POTABLE

LES FAITS SUR L EAU POTABLE LES FAITS SUR L EAU POTABLE Chimie général et métaux L eau que nous buvons et que nous utilisons à la maison devrait être de bonne qualité et ne comporter aucun organisme susceptible de causer des maladies,

Plus en détail

Journée d information & d échanges des fontainiers. La désinfection de l eau

Journée d information & d échanges des fontainiers. La désinfection de l eau Journée d information & d échanges des fontainiers La désinfection de l eau La désinfection de l eau Le but de la désinfection La désinfection par le Chlore Les méthodes Le dosage Mesurer la teneur en

Plus en détail

Carbone. Carbone. Paramètres : Carbone

Carbone. Carbone. Paramètres : Carbone Carbone Carbone Carbone En dehors des nombreux procédés qui ont déjà largement progressé en matière d élimination de l azote et des phosphates, la fonction principale d une station d épuration réside dans

Plus en détail

Traitement de l eau brute pour la rendre potable

Traitement de l eau brute pour la rendre potable Traitement de l eau brute pour la rendre potable En France, l eau est prélevée pour les deux tiers dans les nappes d eau souterraines. Ces nappes résultent de l infiltration des eaux de pluie dans le sol

Plus en détail

Il est important de connaître l eau qui coule autour de chez nous et prendre conscience que cette ressource peut vite se fragiliser.

Il est important de connaître l eau qui coule autour de chez nous et prendre conscience que cette ressource peut vite se fragiliser. Réponses ENQUÊTE SUR L EAU Connaissez-vous les secrets de? Il est important de connaître l eau qui coule autour de chez nous et prendre conscience que cette ressource peut vite se fragiliser. La Lizaine

Plus en détail

Annexe 1: Comment fonctionne un adoucisseur d eau domestique?

Annexe 1: Comment fonctionne un adoucisseur d eau domestique? Annexe 1: Comment fonctionne un adoucisseur d eau domestique? Pourquoi adoucir l eau? Une eau dure est une eau riche en ions calcium (Ca 2+ ) et / ou magnésium (Mg 2+ ). Elle ne présente aucun danger pour

Plus en détail

Les nitrates : sources de problèmes

Les nitrates : sources de problèmes Les nitrates : sources de problèmes Nitrates et azote : quels liens avec notre alimentation et notre eau potable? Les nitrates (NO 3 ) sont des composés chimiques incolores, inodores et insipides constitués

Plus en détail

Cours de physique du sol

Cours de physique du sol Logo optimisé par J.-D.Bonjour, SI-DGR 13.4.93 ÉCOLE POLYTECHNIQUE FÉDÉRALE DE LAUSANNE Cours de physique du sol MAITRISE DE LA SALINITE DES SOLS Copie des transparents Version provisoire Prof. A. Mermoud

Plus en détail

Étape 1 : Balancer la chimie de l'eau

Étape 1 : Balancer la chimie de l'eau Étape 1 : Balancer la chimie de l'eau Au printemps surtout et durant l'été, il sera important de contrôler et d'ajuster certain paramètres qui constituent la chimie de l'eau. Cet étape est bien souvent

Plus en détail

Teneurs en nitrates et nitrites de la Vologne (partie 1) TAUX AUTORISES POUR UNE EAU DE CONSOMMATION

Teneurs en nitrates et nitrites de la Vologne (partie 1) TAUX AUTORISES POUR UNE EAU DE CONSOMMATION L eau de la Vologne est-elle de bonne qualité? Les élèves du lycée Jean LURCART ont commencé leurs études sur des bases de données, les conditions climatiques actuelles ne permettant pas de réaliser une

Plus en détail

L EAU EN OUTAOUAIS. L eau potable. Les types d alimentation en eau potable en Outaouais

L EAU EN OUTAOUAIS. L eau potable. Les types d alimentation en eau potable en Outaouais L EAU EN OUTAOUAIS L eau potable Les types d alimentation en eau potable en Outaouais Dans notre région, 73 % de la population est alimentée en eau potable par des réseaux municipaux. Le reste de la population

Plus en détail

Annexe I. Substances dangereuses aux fins de la définition des activités dangereuses 1

Annexe I. Substances dangereuses aux fins de la définition des activités dangereuses 1 Annexe I Substances dangereuses aux fins de la définition des activités dangereuses 1 Les quantités indiquées ci-après se rapportent à chaque activité ou groupe d activités. Lorsqu une substance ou une

Plus en détail

L ALIMENTATION EN EAU POTABLE

L ALIMENTATION EN EAU POTABLE C A H I E R P É D A G O G I Q U E N 3 L ALIMENTATION EN EAU POTABLE ISBN (PDF) : 978-2-916869-51-3 L ALIMENTATION EN EAU POTABLE L ALIMENTATION EN EAU POTABLE SOMMAIRE pages 1- Qu est ce que l eau potable?

Plus en détail

GUIDE D ENTRETIEN DE VOTRE SPA A L OXYGENE ACTIF

GUIDE D ENTRETIEN DE VOTRE SPA A L OXYGENE ACTIF Actualisé 22/02/2008 - FL GUIDE D ENTRETIEN DE VOTRE SPA A L OXYGENE ACTIF Un bon entretien de votre spa comporte 2 étapes indissociables : le traitement mécanique et le traitement chimique. TRAITEMENT

Plus en détail

Faits marquants. Fiche II Les nitrates. Contexte

Faits marquants. Fiche II Les nitrates. Contexte Fiche II Les nitrates Faits marquants Les nitrates sont des composés naturellement présents dans les sols et dans les eaux, mais l'utilisation d'engrais azotés, les rejets d'eaux usées urbaines et industrielles

Plus en détail

Qualité des sols et de l eau

Qualité des sols et de l eau Qualité des sols et de l eau Objectifs du programme Le sol, milieu d échanges de matières Exploiter des documents et mettre en œuvre un protocole pour comprendre les interactions entre le sol et une solution

Plus en détail

Principales agressions et attaques du béton

Principales agressions et attaques du béton Principales agressions et attaques du béton Michaël DIERKENS CETE de LYON - DLL 15 novembre 2011 Crédit photo : Arnaud Bouissou/MEDDTL Ministère de l'écologie, du Développement durable, des Transports

Plus en détail

10 en agronomie. Domaine. Les engrais minéraux. Livret d autoformation ~ corrigés. technologique et professionnel

10 en agronomie. Domaine. Les engrais minéraux. Livret d autoformation ~ corrigés. technologique et professionnel 10 en agronomie Les engrais minéraux Livret d autoformation ~ corrigés 8 Domaine technologique et professionnel Collection dirigée par Madeleine ASDRUBAL Ingénieur d agronomie ENESAD Département des Sciences

Plus en détail

L échelle du ph est logarithmique, c està-dire

L échelle du ph est logarithmique, c està-dire Le ph Qu est-ce que le ph? Le ph mesure l acidité d un liquide. Sa valeur s exprime sur une échelle graduée de 0 à 14 où 1 désigne une substance fortement acide, 7, une substance neutre, et 14, une substance

Plus en détail

CHAPITRE 5 CONTAMINATIONS des SOLS en ETM CONSÉQUENCES et DANGERS

CHAPITRE 5 CONTAMINATIONS des SOLS en ETM CONSÉQUENCES et DANGERS CHAPITRE 5 CONTAMINATIONS des SOLS en ETM CONSÉQUENCES et DANGERS 1 RISQUES SANITAIRES et ENVIRONNEMENTAUX 3 éléments DANGER EXPOSITION CIBLE(S) propriétés intrinsèques intensité, une ou plusieurs d'une

Plus en détail

au Luxembourg Administration de la Gestion de l Eau potable W L eau potable W Les exigences W Traitement domestique est synonyme de vie

au Luxembourg Administration de la Gestion de l Eau potable W L eau potable W Les exigences W Traitement domestique est synonyme de vie L eau potable au Luxembourg Ministère de l Intérieur et de l Aménagement du Territoire Administration de la Gestion de l Eau W L eau potable est synonyme de vie W Les exigences pour notre eau potable W

Plus en détail

Le Réseau-rivières ou le suivi de la qualité de l eau des rivières du Québec

Le Réseau-rivières ou le suivi de la qualité de l eau des rivières du Québec Le Réseau-rivières ou le suivi de la qualité de l eau des rivières du Québec L eau faisant partie de notre patrimoine collectif, il importe d en assurer la pérennité et de favoriser l amélioration ou la

Plus en détail

L eau de Javel. Le produit idéal pour les piscines privées. Chambre Syndicale Nationale de l Eau de Javel

L eau de Javel. Le produit idéal pour les piscines privées. Chambre Syndicale Nationale de l Eau de Javel L eau de Javel Le produit idéal pour les piscines privées Chambre Syndicale Nationale de l Eau de Javel REMARQUE PRÉLIMINAIRE NOUS ATTIRONS L ATTENTION DE L UTILISATEUR SUR LE FAIT QUE CE DOSSIER CONCERNE

Plus en détail

«Vulnérabilité de l'eau souterraine du bassin de la rivière Bécancour et outils géochimiques»

«Vulnérabilité de l'eau souterraine du bassin de la rivière Bécancour et outils géochimiques» Colloque «les eaux Souterraines du Québec» UQAC, Chicoutimi, 14 Octobre 2010. Groupe de Recherche Interuniversité sur les Eaux Souterraines. «Vulnérabilité de l'eau souterraine du bassin de la rivière

Plus en détail

Contenu 6. EST-IL NECESSAIRE D INSTALLER DES FILTRES POUR AMELIORER LA QUALITE DE

Contenu 6. EST-IL NECESSAIRE D INSTALLER DES FILTRES POUR AMELIORER LA QUALITE DE Administration de la Gestion de l Eau Questions et réponses concernant la gestion de l eau Administration de la Gestion de l'eau Internet: www.waasser.lu Contact: Email: Info@eau.public.lu Contenu Eau

Plus en détail

EUROPEAN UNION SCIENCE OLYMPIAD. Livret réponses TEST 1. AVRIL 13 th, 2010. pays: BELGIUM

EUROPEAN UNION SCIENCE OLYMPIAD. Livret réponses TEST 1. AVRIL 13 th, 2010. pays: BELGIUM EUROPEAN UNION SCIENCE OLYMPIAD Livret réponses TEST 1 AVRIL 13 th, 2010 pays: BELGIUM Team: _B Noms et signatures 1 Tache 1 humidité relative de l air 1.1: Le point de rosée ( condesation) est à (indiquer

Plus en détail

À propos des services d eau et d assainissement

À propos des services d eau et d assainissement À propos des services d eau et d assainissement D où provient l eau que l on boit? Comment est-elle rendue potable? Comment sont traitées les eaux usées? Du prélèvement de l eau à son retour dans la rivière

Plus en détail

Est-elle bonne à boire?

Est-elle bonne à boire? Environnement et Travail Gestion de l environnement et des aires naturelles L eau de votre puits Est-elle bonne à boire? 1 Cette série de brochures décrit ce que les propriétaires de puits privés peuvent

Plus en détail

1 LA STATION DE DEPOLLUTION DU SIARE

1 LA STATION DE DEPOLLUTION DU SIARE 1 LA STATION DE DEPOLLUTION DU SIARE La station d épuration du SIARE (Syndicat Intercommunal d Assainissement de la Région d Etampes), inaugurée en 003, s intègre parfaitement dans le paysage de la vallée

Plus en détail

Unité physico-chimie "sur site "

Unité physico-chimie sur site LABORATOIRE DÉPARTEMENTAL D'ANALYSES Unité physico-chimie "sur site " (unité accréditée COFRAC) lozere.fr Paramètres physico-chimiques ph (NF T 90 008) unité : unité ph à la température de mesure Le ph

Plus en détail

Tout au long de son existence, le béton est soumis à de multiples sollicitations :

Tout au long de son existence, le béton est soumis à de multiples sollicitations : PATHOLOGIE DU BETON Tout au long de son existence, le béton est soumis à de multiples sollicitations : Physiques : - retrait - actions thermiques - actions mécaniques Chimiques - internes - externes Electrochimiques

Plus en détail

Dossier pour améliorer. la qualité de l eau, les produits ménagers

Dossier pour améliorer. la qualité de l eau, les produits ménagers Sophie PERROTTO pour l'agek, le 20/08/11 Dossier pour améliorer la qualité de l eau, les produits ménagers 1 L'eau est une ressource indispensable à la vie. Toutefois, il y a malheureusement une pollution

Plus en détail

Analyses et Contrôle des Huiles Usagées

Analyses et Contrôle des Huiles Usagées Analyses et Contrôle des Huiles Usagées I. Huiles lubrifiantes Depuis la découverte du pétrole, l'utilisation rationnelle des différentes fractions qui le composent a fortement influencé sur l environnement,

Plus en détail

Unité de stripping d ammoniac à partir de digestat Valorisation en solution fertilisante

Unité de stripping d ammoniac à partir de digestat Valorisation en solution fertilisante XVIII èmes Rencontres Professionnelles Colmar, 15 décembre 2011 «Engrais minéraux issus de l organique : intérêts et limites» Unité de stripping d ammoniac à partir de digestat Valorisation en solution

Plus en détail

Chapitre 1 L EAU DANS NOTRE ENVIRONNEMENT

Chapitre 1 L EAU DANS NOTRE ENVIRONNEMENT Chapitre 1 L EAU DANS NOTRE ENVIRONNEMENT Document condensation / liquéfaction précipitation solidification évaporation fusion ruissellement infiltration 1. Place les mots suivants sur la figure ci-contre

Plus en détail

Procédés de traitement des eaux de chauffage et de refroidissement par addition de produits et rétention de particules

Procédés de traitement des eaux de chauffage et de refroidissement par addition de produits et rétention de particules Commission chargée de formuler des Avis Techniques Groupe spécialisé n 19 Traitement des eaux Procédés de traitement des eaux de chauffage et de refroidissement par addition de produits et rétention de

Plus en détail

Acides et Bases en solution aqueuse. Calculer le ph d une solution d acide chlorhydrique de concentration 0,05 mol.l -1

Acides et Bases en solution aqueuse. Calculer le ph d une solution d acide chlorhydrique de concentration 0,05 mol.l -1 Acides et Bases en solution aqueuse Acides Exercice 1 Calculer le ph d une solution d acide chlorhydrique de concentration 0,05 mol.l -1 Exercice 2 L acide nitrique est un acide fort. On dissout dans un

Plus en détail

Dépollution des eaux pluviales des routes et parkings : Problématique et solution

Dépollution des eaux pluviales des routes et parkings : Problématique et solution Dépollution des eaux pluviales des routes et parkings : Problématique et solution POLLUTEC Lyon, le 1 er décembre 2010 Plan de la présentation Présentation du syndicat ISGH Pollution des eaux pluviales

Plus en détail

Physique Chimie. Réaliser les tests de reconnaissance des ions Cl -,

Physique Chimie. Réaliser les tests de reconnaissance des ions Cl -, Document du professeur 1/5 Niveau 3 ème Physique Chimie Programme A - La chimie, science de la transformation de la matière Connaissances Capacités Exemples d'activités Comment reconnaître la présence

Plus en détail

CHAPITRE 8 PRODUCTION ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT

CHAPITRE 8 PRODUCTION ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT CHAPITRE 8 PRODUCTION ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT 1 Relations alimentaires entre les êtres vivants 1 1 Les chaines alimentaires. Une chaine alimentaire est constituée par une succession d êtres vivants

Plus en détail

{Les eaux profondes {Les eaux de surface

{Les eaux profondes {Les eaux de surface F1 : Les différents types de pollution Une pollution est un phénomène ou élément perturbateur d un équilibre établi et plus particulièrement si cet élément est nuisible à la vie. Nous trouvons les pollutions

Plus en détail

Nitrate d'argent. Service à contacter : UDM Sécurité-Env. - Tél. : 01 45 14 85 94 Fax : 01 45 14 85 18

Nitrate d'argent. Service à contacter : UDM Sécurité-Env. - Tél. : 01 45 14 85 94 Fax : 01 45 14 85 18 Nitrate d'argent Fiche de données de sécurité PROLABO selon la Directive Européenne 91/155/CEE 1. Identification du produit et de la société * Identification du produit Code produit: 21570 Nom du produit:

Plus en détail

Cette expérience a été mise en place en collaboration avec le Chimiscope sur une idée de Luc Schnieper, enseignant de Biologie.

Cette expérience a été mise en place en collaboration avec le Chimiscope sur une idée de Luc Schnieper, enseignant de Biologie. 13. Analyse de l eau Cette expérience a été mise en place en collaboration avec le Chimiscope sur une idée de Luc Schnieper, enseignant de Biologie. Les eaux des rivières, des fleuves, des mares ou des

Plus en détail

Fiche documentaire FAIRE LES PRODUITS D USAGE DOMESTIQUE SANS DANGER POUR L AIR

Fiche documentaire FAIRE LES PRODUITS D USAGE DOMESTIQUE SANS DANGER POUR L AIR Fiche documentaire FAIRE LES PRODUITS D USAGE DOMESTIQUE SANS DANGER POUR L AIR Les produits d usage domestique comprennent les produits de nettoyage (p. ex., les nettoie-vitres et les produits de nettoyage

Plus en détail

Chimie des Aerosols. Polluants. Fiche détaillée Niveau. (A partir de la 2nd)

Chimie des Aerosols. Polluants. Fiche détaillée Niveau. (A partir de la 2nd) Chimie des Aerosols Polluants Fiche détaillée Niveau (A partir de la 2nd) nouvelles particules dans l atmosphère. Les particules formées sont ultra-fines et par conséquent difficiles à détecter, mais

Plus en détail

Nécessité de la désinfection

Nécessité de la désinfection Fiche 1 NETTOYAGE ET DÉSINFECTION DES OUVRAGES : OBJECTIFS ET PRINCIPES Lors de travaux réalisés sur les réseaux de distribution d eau potable et les appareils qui s y rattachent, il est essentiel de s

Plus en détail

Développement de procédés de recyclage du phosphore sous une forme valorisable en agriculture. Les enjeux du recyclage à partir d effluents chargés

Développement de procédés de recyclage du phosphore sous une forme valorisable en agriculture. Les enjeux du recyclage à partir d effluents chargés Développement de procédés de recyclage du phosphore sous une forme valorisable en agriculture Les enjeux du recyclage à partir d effluents chargés Contexte et objectif Recycler le P comme engrais phosphaté

Plus en détail

LA MIGRATION DES SELS DANS UN SUPPORT

LA MIGRATION DES SELS DANS UN SUPPORT M. GHARBI SOCOL SA GR GROUPE LA MIGRATION DES SELS DANS UN SUPPORT MINERAL OU EFFLORESCENCES 1/Définition L humidité présente dans les éléments de construction, qu elle provienne d une condensation, d

Plus en détail

L assainissement en région parisienne et la préservation des milieux aquatiques

L assainissement en région parisienne et la préservation des milieux aquatiques Visite de la Cité de l Eau et de l Assainissement Avenue Kléber 92700 Colombes SIAAP Syndicat interdépartemental pour l assainissement de l agglomération parisienne L assainissement en région parisienne

Plus en détail

Conseils de prudence : Prévention : P210, P202 Intervention : P377, P381 Stockage : P403

Conseils de prudence : Prévention : P210, P202 Intervention : P377, P381 Stockage : P403 ANNEXE : RISQUES ASSOCIES AUX GAZ COMPRIMES GAZ COMBUSTIBLES DIHYDROGÈNE : H 2 H220 - extrêmement inflammable. SGH02 Prévention : P210, P202 Intervention : P377, P381 Aucune Masse molaire 2 g.mol -1 Masse

Plus en détail

Analyseurs d'eau en continu Catalogue condensé

Analyseurs d'eau en continu Catalogue condensé Analyseurs d'eau en continu Catalogue condensé Tableau de choix d analyseurs Domaines d application Paramètres mesurés en continu Hydrocarbures HC DCO Nitrates NO 3 Ions Ammonium NH 4 + Température C ph

Plus en détail

1) L ion borate est une base, écrire la demi-équation acido-basique correspondante : BO 2

1) L ion borate est une base, écrire la demi-équation acido-basique correspondante : BO 2 Chimie : Séance n 2 I. Réaction entre l acide acétique et l ion borate : On mélange 25,0 ml d une solution d acide acétique de concentration 2,50.10 2.L 1 et 75,0 ml d une solution de borate de sodium

Plus en détail

Il s agit de raisonner et piloter ensemble deux techniques culturales majeures : l irrigation et la fertilisation.

Il s agit de raisonner et piloter ensemble deux techniques culturales majeures : l irrigation et la fertilisation. Conduite de l irrigation fertilisante mars 2007 Cette pratique consiste à utiliser le réseau d irrigation pour apporter en solution dans l eau tout ou partie de la fertilisation. Elle est accessible à

Plus en détail

Tarifs du SILA 2015 REDEVANCES D'ASSAINISSEMENT COLLECTIF ET NON COLLECTIF PARTICIPATION POUR LE FINANCEMENT DE L ASSAINISSEMENT COLLECTIF (PFAC)

Tarifs du SILA 2015 REDEVANCES D'ASSAINISSEMENT COLLECTIF ET NON COLLECTIF PARTICIPATION POUR LE FINANCEMENT DE L ASSAINISSEMENT COLLECTIF (PFAC) Tarifs du SILA 2015 TRAITEMENT DES DÉCHETS REDEVANCES D'ASSAINISSEMENT COLLECTIF ET NON COLLECTIF PARTICIPATION POUR LE FINANCEMENT DE L ASSAINISSEMENT COLLECTIF (PFAC) PARTICIPATION POUR LE FINANCEMENT

Plus en détail

LE POINT DE VUE DE FNE

LE POINT DE VUE DE FNE LE POINT DE VUE DE FNE Voir à ce sujet les articles suivants : - «Pour une eau vivante : la fin des barrages?» de la Lettre eau N 2 (juin 1996) - «Rapport de la Commission Mondiale des Barrages : les clés

Plus en détail

MÉTHODE DE DÉSEMBOUAGE DE CIRCUITS DE CHAUFFAGE

MÉTHODE DE DÉSEMBOUAGE DE CIRCUITS DE CHAUFFAGE MÉTHODE DE DÉSEMBOUAGE DE CIRCUITS DE CHAUFFAGE (Radiateurs et planchers chauffants) Brevet de désembouage N 0116861 EURO FILTR'EAUX 18/22 RUE D ARRAS - F 92000 NANTERRE TÉL. : (33) 01 30 94 37 60 FAX

Plus en détail

Activité expérimentale : Les produits d entretien dans l habitat

Activité expérimentale : Les produits d entretien dans l habitat Activité expérimentale : Les produits d entretien dans l habitat Matériel : ph-mètre + papier indicateur de ph Solutions tampon ph = 4 et ph = 7. Produits d entretien Balance, coupelle, verre de montre

Plus en détail

Pour améliorer la qualité Objectif esthétique pour l eau potable 1 mg/l

Pour améliorer la qualité Objectif esthétique pour l eau potable 1 mg/l Dans une goutte d eau Cuivre Le cuivre (Cu) est présent à l état naturel dans la roche, le sol, les plantes, les animaux, l eau, les sédiments et l air. Le cuivre est souvent présent sous forme de minéraux,

Plus en détail

Réseaux de plomberie de l immeuble : eau, gaz

Réseaux de plomberie de l immeuble : eau, gaz FICHE TECHNIQUE Réseaux de plomberie de l immeuble : eau, gaz 2 4 5 CONNAÎTRE > Réseau d eau froide > Réseau d eau chaude > Réseau de gaz REGARDER > Réseau d eau ENTRETENIR - AMÉLIORER > Contrat d entretien

Plus en détail

Chimie Troisième - Chapitre 2 : Conduction des liquides Chapitre 2 : Conduction des liquides

Chimie Troisième - Chapitre 2 : Conduction des liquides Chapitre 2 : Conduction des liquides Chapitre 2 : Conduction des liquides Massy Solution conductrices 16 p 60 : Vrai ou faux? Répondre aux affirmations suivantes par vrai ou faux et corriger les affirmations fausses.. 1. Toutes les solutions

Plus en détail

CHAPITRE 2 LES COMPOSÉS CHIMIQUES ET LES LIAISONS

CHAPITRE 2 LES COMPOSÉS CHIMIQUES ET LES LIAISONS CHAPITRE 2 LES COMPOSÉS CHIMIQUES ET LES LIAISONS 2.1 - La formation de liaisons ioniques et covalentes 2.2 - Les noms et les formules des composés ioniques et moléculaires 2.3 - Une comparaison des propriétés

Plus en détail

Opérations «Chercheurs d Eau» Printemps des Sciences 2004 - ULB

Opérations «Chercheurs d Eau» Printemps des Sciences 2004 - ULB Institut des Filles de Marie Rue Théodore Verhaegen, 6 1060 Saint-Gilles Opérations «Chercheurs d Eau» Printemps des Sciences 2004 - ULB LA CLASSE DE 5TQb 2003-2004 Table des Matières p.2 Table des matières

Plus en détail

Les$circulations$atmosphériques$(par$l air)$et$hydrauliques$(par$l eau)$$en$sont$les$principales$responsables.$$

Les$circulations$atmosphériques$(par$l air)$et$hydrauliques$(par$l eau)$$en$sont$les$principales$responsables.$$ A)#La#circulation#des#polluants## Les$polluants$nocifs$n exercent$pas$leurs$méfaits$au$voisinage$immédiat$de$leur$lieu$de$rejet.$en$effet,$la$dispersion$dans$ l air,$ les$ eaux$ ou$ les$ sols$ n entraîne$

Plus en détail

Technologies «vertes» in situ appliquées à l assainissement des sols et des eaux

Technologies «vertes» in situ appliquées à l assainissement des sols et des eaux Technologies «vertes» in situ appliquées à l assainissement des sols et des eaux Présenté par Dr. Gamsonré Christophe Somlimdou Université du Québec à Montréal Les chiffres 73 % Pourcentage de terrains

Plus en détail

TITRONIC et TitroLine. Les nouveaux titrateurs et burettes

TITRONIC et TitroLine. Les nouveaux titrateurs et burettes TITRONIC et TitroLine Les nouveaux titrateurs et burettes Un pas en avant pour la titration Si vous cherchez l innovation: SI Analytics vous propose ses nouveaux TitroLine 6000 et 7000 et ses nouvelles

Plus en détail

Le guide de la. plomberie. éditions

Le guide de la. plomberie. éditions Le guide de la plomberie éditions Le guide de la plomberie Mieux comprendre pour bien choisir! éditions Dans la même collection ππmaison et Travaux Le guide du parquet Le guide de la désinsectisation ππargent

Plus en détail

Incendie dans un entrepôt de stockage de pneumatiques équipé d une installation sprinkler

Incendie dans un entrepôt de stockage de pneumatiques équipé d une installation sprinkler Protection, prévention et impact environnemental des incendies de stockages de pneumatiques Dossier de retour d expérience du SNCP Incendie dans un entrepôt de stockage de pneumatiques équipé d une installation

Plus en détail

L étiquetage des produits dangereux

L étiquetage des produits dangereux 1/5 Qu est qu un produit dangereux? > C est un produit susceptible de provoquer des intoxications, lésions, brûlures, incendies, explosions et même parfois la mort. Votre santé est en danger si un produit

Plus en détail

Burette TITRONIC Titrateurs TitroLine

Burette TITRONIC Titrateurs TitroLine Burette TITRONIC Titrateurs TitroLine 22 rue de l'hermite 33520 BRUGES Tél. 05 56 16 20 16 - Fax 05 56 57 68 07 info-devis@atlanticlabo-ics.fr - www.atlanticlabo-ics.fr Un pas en avant pour la titration

Plus en détail

TRAITEMENT DE POTABILISATION DES EAUX DE SURFACE. Bénédicte WELTE

TRAITEMENT DE POTABILISATION DES EAUX DE SURFACE. Bénédicte WELTE TRAITEMENT DE POTABILISATION DES EAUX DE SURFACE Bénédicte WELTE AVANT TOUT TRAITEMENT SE POSER TROIS QUESTIONS POURQUOI TRAITER? QUE TRAITER? COMMENT TRAITER? POURQUOI TRAITER? L'eau est toujours recyclée

Plus en détail

Compétences municipales

Compétences municipales Compétences municipales Bien que les puits privés soient sous la responsabilité des résidents, les compétences municipales portent sur la salubrité générale ainsi que sur la protection de l environnement.

Plus en détail

Qualité écologique des cours d eau en Ile-de-France

Qualité écologique des cours d eau en Ile-de-France Juin 2011 Qualité écologique des cours d eau en Ile-de-France Evolution depuis 1994 et évaluation pour 2010 Direction régionale et interdépartementale de l environnement et de l énergie d île-de-france

Plus en détail

santé Eau, forme et santé Document CIEAU. Tous droits réservés

santé Eau, forme et santé Document CIEAU. Tous droits réservés santé Eau, forme et santé 1 L eau du robinet en France : une eau accessible à tous 2 L eau du robinet, un rôle capital pour la santé et l hygiène 1 3 Boire est un acte alimentaire quotidien essentiel 4

Plus en détail

Eau. Eau de boisson. Systèmes de traitement : actualisation des données. en élevage avicole la qualité bactériologique : un facteur de réussite

Eau. Eau de boisson. Systèmes de traitement : actualisation des données. en élevage avicole la qualité bactériologique : un facteur de réussite Eau Eau de boisson en élevage avicole la qualité bactériologique : un facteur de réussite Systèmes de traitement : actualisation des données Eau Eau de boisson en élevage avicole un levier majeur de réussite

Plus en détail

Votre argumentation devra valoriser le plus possible des arguments (les vôtres et ceux des autres groupes) qui font appel aux notions suivantes :

Votre argumentation devra valoriser le plus possible des arguments (les vôtres et ceux des autres groupes) qui font appel aux notions suivantes : X1 Vous êtes le conseil municipal et vous préparez la réunion. Les élections sont proches. Vous devez essayer de satisfaire vos électeurs. Un contrat a été signé avec la Compagnie libérale des Eaux par

Plus en détail

dossier de presse par, président du conseil général de la Loire Une station réalisée et gérée par le syndicat Rhône Loire Nord : 2

dossier de presse par, président du conseil général de la Loire Une station réalisée et gérée par le syndicat Rhône Loire Nord : 2 s a m e d i 2 8 o c t o b r e 2 0 0 6 dossier de presse par, président du conseil général de la Loire Une station réalisée et gérée par le syndicat Rhône Loire Nord : 2!"# $ Un travail en parallèle sur

Plus en détail

Le Plomb dans l eau AGENCE NATIONALE POUR L AMÉLIORATION DE L HABITAT

Le Plomb dans l eau AGENCE NATIONALE POUR L AMÉLIORATION DE L HABITAT Le Plomb dans l eau De quoi s agit-il? De quoi parle-t-on? Où le trouve-t-on? Quelle est son origine? Responsabilités Quels sont les effets néfastes du plomb dans l eau sur la santé? Comment les détecter?

Plus en détail

"COMMUNICATION SCIENTIFIQUE EXCEPTIONNELLE"

COMMUNICATION SCIENTIFIQUE EXCEPTIONNELLE "COMMUNICATION SCIENTIFIQUE EXCEPTIONNELLE" La loi d'épuration expérimentale TILLIÉ-TURCO Deux chercheurs niçois, spécialistes de la valorisation des Déchets Industriels Réutilisables - les "D.I.R" comme

Plus en détail

L amour, Chapitre 2. Manger du chocolat procure une sensation de satisfaction et de mieux-être. LES MOLÉCULES ET LES SOLUTIONS.

L amour, Chapitre 2. Manger du chocolat procure une sensation de satisfaction et de mieux-être. LES MOLÉCULES ET LES SOLUTIONS. Chapitre 2 LES MOLÉCULES ET LES SOLUTIONS Manger du chocolat procure une sensation de satisfaction et de mieux-être. Des 00 molécules qui le composent, 2 y contribuent plus particulièrement : la théobromine

Plus en détail

Le ph, c est c compliqué! Gilbert Bilodeau, agr., M.Sc.

Le ph, c est c compliqué! Gilbert Bilodeau, agr., M.Sc. Le ph, c est c pas compliqué! Gilbert Bilodeau, agr., M.Sc. Conseiller en serriculture Des réponses r aux questions C est quoi et pourquoi c est c important? Conséquences d un d débalancementd? Comment

Plus en détail

EXIGENCES POUR LA SÉQUENCE DE CHARGE- MENT, DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION

EXIGENCES POUR LA SÉQUENCE DE CHARGE- MENT, DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION EXIGENES POUR LA SÉQUENE DE HARGE- MENT, DE NETTOYAGE ET DE DESINFETION 1.1 Généralités Avant d accepter le contrat de commission de transport, l adhérent GMP+FSA doit déterminer la procédure de nettoyage

Plus en détail

L eau à l intérieur des bâtiments: aspects règlementaires

L eau à l intérieur des bâtiments: aspects règlementaires L eau à l intérieur des bâtiments: aspects règlementaires 01 La règlementation concernant la qualité des eaux destinées à la consommation humaine s applique sans restriction aux installations d eau à l

Plus en détail

La chimie atmosphérique

La chimie atmosphérique La chimie atmosphérique Régions et caractéristiques de l atmosphère Multitude de composés chimiques sont présents dans la troposphère La composition de l air de la troposphère Les gaz O 2, N 2, Ar gaz

Plus en détail

7. NETTOYAGE ET DÉSINFECTION:

7. NETTOYAGE ET DÉSINFECTION: 7. NETTOYAGE ET DÉSINFECTION: Le RD 3484/2000 établit les normes d hygiène relatives à l élaboration, la distribution et la commercialisation des produits alimentaires finis, «pour le nettoyage des installations,

Plus en détail

Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau

Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau 2009 La rivière Sainte Croix au barrage de Forest City Figure 1 : Rivière Sainte Croix, à la hauteur de la station de monitoring durant l

Plus en détail

Reconnaître les acides et les bases

Reconnaître les acides et les bases Mots clés 6.1 binaire Reconnaître les s et les bases oxy base Tu as étudié les composés chimiques et diverses réactions chimiques entre ces composés (chapitres 4 et 5). Tu étudieras maintenant deux types

Plus en détail

DOMINO 1,rue de la Faltans Z.I. SUD 25220 ROCHE LES BEAUPRE tel/fax : 03 81 88 02 48 mobile : 06 71 28 85 26 e mail : domino@domino.

DOMINO 1,rue de la Faltans Z.I. SUD 25220 ROCHE LES BEAUPRE tel/fax : 03 81 88 02 48 mobile : 06 71 28 85 26 e mail : domino@domino. FICHE DE DONNEES DE SECURITE Selon 91/155/CEE 1. Identification de la substance/préparation et de la société/entreprise Nom du produit : EAU DE CUIVRE BLEUE Version 3 du 12/01/2010 Utilisation : détergent

Plus en détail

Session de formation sur la nutrition minérale des plants forestiers

Session de formation sur la nutrition minérale des plants forestiers Impact des différentes formes d azote (Urée, NH 4+, NO 3- ) sur la croissance des plants et sur le lessivage des engrais Session de formation sur la nutrition minérale des plants forestiers Jean Gagnon,

Plus en détail