LES ANTENNES RELAIS :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES ANTENNES RELAIS :"

Transcription

1 Direction de la communication Tél. : Courriel : Le 3 juin 2009 DOSSIER DE PRESSE LES ANTENNES RELAIS : LA STRATÉGIE DE CONCERTATION DE LA VILLE La révolution technologique de la téléphonie mobile et son expansion considérable dans le grand public ont nécessité l implantation de multiples antennes relais dans un laps de temps relativement court. L implantation de ces équipements revêt des enjeux de santé publique pour lesquels la population a exprimé ses préoccupations à la Ville. La politique de la Ville de Bayonne s inscrit dans une démarche de développement durable intégrant les enjeux sanitaires, environnementaux et socio-économiques. La transparence et la communication, notamment en matière de santé publique, sont donc indispensables à ses yeux. Les connaissances scientifiques sur les effets sanitaires réels de cette technologie sont controversées et évolutives. Aujourd hui, seul le droit de l urbanisme s applique pour l implantation des antennes relais, et l application du principe de précaution n est pour le moment pas reconnue. Au-delà du cadre réglementaire, les avantages, les inconvénients ou les risques associés à l implantation des installations de téléphonie mobile donnent donc indéniablement matière à débat, notamment dans le cadre des processus de concertation. Dès le mois de juillet 2008, un groupe de travail réunissant élus et services référents de la Ville de Bayonne a été constitué sur la question de la téléphonie mobile afin d arriver à une vision plus précise des dispositifs existants et des voies d amélioration nécessaires. Les antennes relais : stratégie de concertation de la Ville de Bayonne Page 1 sur 11

2 Ce groupe, bénéficiant de l expertise d associations engagées dans cette voie, a affirmé la nécessité d un moratoire sur tout dispositif nouveau d antennes relais ainsi que sur toute évolution d un dispositif existant, l utilité de la création d une instance de concertation communale sur ce sujet, ainsi que l importance de disposer d un état des lieux des plus exhaustifs sur les antennes relais présents sur le territoire communal. La première réunion de l Instance Communale de Concertation s est tenue le 14 avril À ce jour, la Ville de Bayonne a finalisé sa cartographie. Il paraissait donc important au Maire et à ses adjoints en charge du dossier de la présenter aux administrés. L objectif pour Bayonne étant de viser un confort d émission en diminuant au maximum les risques éventuels sur la santé de ses habitants, les prochaines étapes pour la Ville sont la réalisation d une campagne de mesures d ici la rentrée 2009 et sa possible candidature pour expérimenter le fonctionnement de la téléphonie mobile en baissant les taux d émission des antennes relais (proposition actée dans les conclusions du Grenelle des ondes le 25 mai dernier). Les antennes relais : stratégie de concertation de la Ville de Bayonne Page 2 sur 11

3 SOMMAIRE I. UN CONSTAT 1.1 Une société en prise avec la révolution technologique 1.2 Les antennes relais À quoi servent-elles? Pourquoi sont-elles implantées? 1.3 Ce que dit la loi II. UN MODE D ACTION AU NIVEAU LOCAL III. DES RÉSULTATS 3.1 Cartographie explications 3.2 Prochaines étapes La réalisation prochaine d une campagne de mesures Bayonne Ville expérimentale? EN ANNEXE Présentation de l association PRIATéM Présentation de l association Agir pour l Environnement Les antennes relais : stratégie de concertation de la Ville de Bayonne Page 3 sur 11

4 I.UN CONSTAT 1.1 Une société en prise avec la révolution technologique La révolution technologique de la téléphonie mobile et son expansion considérable dans le grand public ont nécessité l implantation de multiples antennes relais dans un laps de temps relativement court. Cette technologie répond aux nombreux besoins de la population qui en a intégré l usage dans sa vie quotidienne : en 2008, près de 80 % des Français étaient équipés d un mobile. Près de antennes sont implantées sur le territoire national. Le développement du réseau de télécommunication ne va pas aller en diminuant, celui-ci contribuant par ailleurs au développement de l économie mondiale et locale. Du côté des opérateurs : La commune est régulièrement sollicitée par les opérateurs de téléphonie mobile pour l installation de nouvelles antennes relais. Du côté des citoyens/groupement de citoyens : Le maire de Bayonne, ses adjoints concernés et les services communaux ont été saisis à plusieurs reprises par des habitants, individuels ou regroupés en associations, qui s interrogent sur la multiplication des antennes relais de téléphonie mobile en milieu urbain, sur les effets éventuels sur la santé d une exposition prolongée aux rayonnements électromagnétiques émis et demandent l application du principe de précaution. Les antennes relais : stratégie de concertation de la Ville de Bayonne Page 4 sur 11

5 1.2 Les antennes relais À quoi servent-elles? Les antennes relais de téléphonie mobile, également appelées stations de base, sont des émetteurs-récepteurs qui acheminent les appels du réseau auquel elles sont connectées vers les téléphones mobiles situés dans leur zone de couverture (de quelques dizaines de mètres à plusieurs kilomètres). Elles doivent être plus nombreuses là où le nombre d utilisateurs est élevé et l urbanisme dense (une antenne peut recevoir 60 appels simultanés), et sont installées généralement sur des pylônes, des édifices publics, au sommet d immeubles de bureaux et de bâtiments d habitation pour assurer la bonne transmission des ondes hertziennes. Les opérateurs travaillent généralement avec trois secteurs (trois directions) d antennes, et sur trois fréquences (GSM 900, GSM et UMTS 2 100). Il peut donc y avoir au maximum neuf antennes par opérateur sur une station relais. Leur puissance d émission varie en fonction de la distance de l appel. Plus un appel est éloigné et plus l antenne émettra fort pour se connecter au téléphone Pourquoi sont-elles implantées? Les opérateurs ont une obligation de couverture du territoire liée à la problématique d égal accès des citoyens au réseau de téléphonie mobile et à la sécurité intérieure (acheminement des appels d urgence). Ils implantent encore aujourd hui des antennes dans les cas suivants : - augmentation du trafic (nombre d appels) et saturation de la capacité de l antenne ; - permettre le passage de la technologie des téléphones portables de la 2G à la 3G, puis à la 4G ; - zone mal couverte par le réseau actuel d antennes relais. Les antennes relais : stratégie de concertation de la Ville de Bayonne Page 5 sur 11

6 1.3 Ce que dit la loi Différents textes régissent l installation des antennes relais, en particulier le décret n du 3 mai 2002 (qui fixe par son article 2 les valeurs limites d exposition du public aux champs électromagnétiques émis par les équipements de télécommunication). L installation d une antenne relais doit respecter un certain nombre de dispositions relevant notamment des codes de l urbanisme et des postes et télécommunications. Un guide des bonnes pratiques entre maires et opérateurs a été élaboré conjointement par l Association des Maires de France (AMF) et l Association Française des Opérateurs Mobiles (AFOM), signé par les représentants de ces deux associations et les trois opérateurs français de téléphonie mobile. Ce guide, applicable depuis 2004, a été réactualisé en décembre Rappelons que pour les émetteurs/récepteurs de téléphonie mobile, les valeurs limites en France varient de 41 V/m pour le GSM 900 à 61 V/m pour l UMTS. Le Conseil d État considère que «l interdiction d installation d antennes relais de téléphonie mobile ne saurait être légalement fondée sur le principe de précaution». En effet, la haute juridiction administrative retient toujours «l absence d éléments de nature à accréditer l hypothèse, en l état des connaissances scientifiques, de risques pour la santé publique pouvant résulter de l exposition au public aux champs électromagnétiques émis par les antennes relais téléphoniques». Cette position est confortée par le fait que l hypothèse d un risque sanitaire pour les populations habitant à proximité de stations de base de téléphonie mobile n est à ce jour pas retenue par la Direction Générale de la Santé, étant donné la faiblesse des expositions confirmée par la campagne de mesures réalisée par l Agence Nationale des Fréquences (ANFr). Il n en reste pas moins que les connaissances scientifiques sur les effets sanitaires réels de cette technologie sont controversées et évolutives. La position du Parlement européen En effet, le rapport international Bio-Initiative sur les champs électromagnétiques a été rendu public le 31 août Il fait la synthèse de plus de mille cinq cents études consacrées à la question, et relève dans ses conclusions les dangers sur la santé des émissions de type téléphonie mobile, téléphone portable amis aussi les émissions UMTS-Wifi- Wimax-Bluetooth et le téléphone à base fixe "DECT". Suite à ce rapport, le parlement européen, qui s est réuni le 4 septembre 2008, a jugé les limites actuelles d exposition aux champs électromagnétiques obsolètes, et a demandé au Conseil européen de fixer des valeurs limites plus exigeantes. De son côté, l Agence Européenne pour l Environnement recommandait dès septembre 2007 aux autorités des 27 États membres de mieux protéger le public en prenant "des mesures de prévention appropriées et proportionnées [ ] afin de [ ] contrer des menaces sérieuses". Les antennes relais : stratégie de concertation de la Ville de Bayonne Page 6 sur 11

7 II. UN MODE D ACTION AU NIVEAU LOCAL Dès le mois de juillet 2008, un groupe de travail réunissant élus et services référents de la Ville de Bayonne a été constitué sur la question de la téléphonie mobile afin d arriver à une vision plus précise des dispositifs existants et des voies d amélioration nécessaires. Ce groupe a fait appel à l expertise de l association PRIATéM 1. Plusieurs réunions ont été menées ; des échanges avec les opérateurs, le retour d expériences d autres collectivités et l apport d un expert indépendant ont permis d avoir une vision plus précise des dispositifs existants et des voies d amélioration nécessaires. De plus, il est ressorti que certaines dispositions du guide des bonnes pratiques des opérateurs ou du corpus réglementaire étaient insuffisantes pour atteindre les objectifs d information du public et devaient de ce fait être renforcées. Ce groupe a affirmé la nécessité d un moratoire sur tout dispositif nouveau d antennes relais ainsi que sur toute évolution d un dispositif existant, l utilité de la création d une commission de concertation communale sur ce sujet, ainsi que l importance de disposer d un état des lieux des plus exhaustifs sur les antennes relais présentes sur le territoire communal. Délibération du Conseil municipal du 19 décembre 2008 La politique de la Ville de Bayonne s inscrit dans une démarche de développement durable intégrant les enjeux sanitaires, environnementaux et socio-économiques où la transparence et la concertation autour des projets de téléphonie mobile, notamment en matière de santé publique, sont indispensables. De manière à affirmer publiquement sa position et répondre aux interrogations de la population, Bayonne a adopté une délibération au mois de décembre Cette délibération a notamment acté la création d une Instance Communale de Concertation sur la téléphonie mobile et les antennes relais. L Instance Communale de Concertation : son rôle et sa composition Le rôle de cette Instance est de créer un espace de dialogue et de concertation entre les différentes parties prenantes : les trois opérateurs de téléphonie mobile, les services de l État (la DDASS), les associations (PRIARTéM et Agir pour l environnement sont présentées en annexe) et la Ville de Bayonne (élus et services référents). L objectif souhaité par la Ville de Bayonne étant d arriver à un consensus tenant compte des positions de chaque partie. C est au sein de cette instance qu un compromis essaiera d être trouvé. Ce sera également le lieu de présentation des projets d implantation des opérateurs pour les mois à venir. La Ville a également souhaité que puisse y être élaboré un document cadre précisant et complétant les dispositions réglementaires en vigueur. 1 Association militant Pour une Réglementation des Implantations d Antennes Relais de téléphonie Mobile. Les antennes relais : stratégie de concertation de la Ville de Bayonne Page 7 sur 11

8 III. DES RÉSULTATS 3.1 Cartographie explications À partir des informations demandées aux opérateurs et des informations recueillies sur le site 2 de l Agence Nationale des Fréquences (ANFr), la Ville a réalisé une cartographie des antennes relais sur son territoire (téléchargeable sur le site de la Ville 3 ). Cette dernière permet de situer l emplacement exact des antennes, leur nombre et leur orientation. Bayonne compte au total 23 antennes relais ou stations de base. Elles sont représentées sur la cartographie par une flèche rouge, indiquant la direction du faisceau principal de chaque secteur (certaines antennes relais se superposent entre elles lorsque plusieurs opérateurs sont présents sur un même site). Cette cartographie permet d avoir un état des lieux précis de la localisation des antennes sur la commune, et va servir de base à la réalisation d une campagne de mesures de champs électromagnétiques sur une vingtaine de sites. 2 : ANFr y présente en ligne la carte intégrale des antennes relais installées sur le territoire. 3 Les antennes relais : stratégie de concertation de la Ville de Bayonne Page 8 sur 11

9 LOCALISATION DES ANTENNES RELAIS DE TELEPHONIE MOBILE SUR LA COMMUNE DE BAYONNE Antennes relais Crèches Maisons de retraite Etablissements scolaires Etablissements de santé M è tre s Sources : Ville de Bayonne, DSI Information Géographique, Opérateurs Bouygues, Orange, SFR Edition : Mai 2009

10 3.2 Prochaines étapes La réalisation prochaine d une campagne de mesures Les sites de mesures des champs électromagnétiques seront définis par la Ville. Les mesures seront réalisées par un bureau de contrôle indépendant accrédité COFRAC 4, qui a été choisi par la Ville (le choix de ce bureau de contrôle a également été validé par l association PRIARTéM, membre de l Instance de Concertation Communale). La charge financière de ces mesures sera supportée par les opérateurs, comme cela se pratique sur le plan national. Les opérateurs ne seront au courant ni du lieu, ni de la date ni de l heure de la mesure. L objectif de cette campagne de mesures pour la Ville est d obtenir ainsi un état des lieux «électromagnétique» de son territoire. L ensemble de ces résultats sera porté à la connaissance du public à la rentrée Bayonne Ville expérimentale? Le 9 mars 2009, le Premier ministre impulsait l organisation d une table ronde sur «les radiofréquences et leur impact sur la santé et l environnement». Cette concertation a pris fin le 25 mai, après un mois de travaux et cinq rencontres. L une des propositions actées lors de ce Grenelle des Ondes est l expérimentation de la baisse du taux d émission. L objectif de Bayonne étant de viser un confort d émission en diminuant au maximum les risques sur la santé de ses habitants, la Ville souhaite se porter candidate pour expérimenter sur son territoire le fonctionnement de la téléphonie mobile en baissant les taux d émission des antennes relais. 4 Association chargée de l accréditation des laboratoires, organismes certificateurs et d inspection. Basée à Paris. Les antennes relais : stratégie de concertation de la Ville de Bayonne Page 10 sur 11

11 ANNEXE Présentation de l association Pour une Réglementation des Implantations d Antennes Relais de téléphonie Mobile (PRIATéM) PRIARTéM a été créée, en octobre 2000 avec pour objet de veiller à une implantation des antennes-relais de téléphonie mobile respectueuse des conditions de vie et de santé de tous. Elle a été la première association, au niveau national, à faire émerger ce problème. Elle a élargi son champ de préoccupation en 2004 à l ensemble des technologies de télécommunications sans fil, téléphones portables, WiFi, Wimax. L association fédère des personnes et des associations localisées dans toute la France et regroupe actuellement un millier d adhérents dont des associations qui, pour certaines, comptent plusieurs centaines d adhérents. Cela permet à l association de représenter, à l échelon national, un interlocuteur suffisamment important pour : Elle travaille régulièrement en partenariat avec l association Agir pour l Environnement, comme cela a été le cas pour le Grenelle des Ondes. Présentation de l association Agir pour l Environnement L intérêt d une association telle qu Agir pour l Environnement est d accompagner et parfois anticiper concrètement les préoccupations des citoyens pour leur environnement. L association Agir pour l Environnement est née début 1996, à l initiative d une quinzaine de personnes, responsables associatifs, militants écologistes, professionnels de l environnement Leurs demandes sont précises et ciblées, les résultats obtenus sont le plus souvent palpables et concrets. Pour chaque campagne menée, plus d une quinzaine à ce jour, l association s est efforcée de fédérer des partenaires associatifs connus pour leur expérience dans la thématique de la campagne. Ainsi, elle a travaillé avec France Nature Environnement, Greenpeace, les Amis de la Terre, le WWF, le Réseau Action Climat, etc. Mais Agir pour l Environnement a aussi cherché à dépasser le seul cercle des associations de protection de l environnement. Elle a ainsi développé des partenariats avec la Confédération paysanne, la Ligue de l enseignement, la Ligue des droits de l homme, Enda Tiers monde, etc. Grâce à son réseau de signataires ( personnes à ce jour) et à ses partenaires, chaque campagne est diffusée à à personnes, qui à leur tour se mobilisent. De son côté, l association prolonge la campagne en allant à la rencontre des décideurs pour appuyer les demandes. Les antennes relais : stratégie de concertation de la Ville de Bayonne Page 11 sur 11

CHARTE ENTRE LA COMMUNE DE BAYONNE ET LES OPERATEURS DE TELEPHONIE MOBILE

CHARTE ENTRE LA COMMUNE DE BAYONNE ET LES OPERATEURS DE TELEPHONIE MOBILE CHARTE ENTRE LA COMMUNE DE BAYONNE ET LES OPERATEURS DE TELEPHONIE MOBILE relative à l implantation ou à la modification des antennes relais de téléphonie mobile Préambule Le téléphone mobile fait partie

Plus en détail

L exposition du public aux ondes radioélectriques

L exposition du public aux ondes radioélectriques Agence Nationale des Fréquences L exposition du public aux ondes radioélectriques EMF Day Paris, le 19 décembre 2013 Bernard CELLI Directeur de la Stratégie bernard.celli@anfr.fr Sommaire Présentation

Plus en détail

DOSSIER D INFORMATION MAIRIE

DOSSIER D INFORMATION MAIRIE DOSSIER D INFORMATION MAIRIE Références Nom site : Code site : Adresse : Etat : 1. Références du projet : 20_PRIMAUGUET_35700 35238_011_01 20, rue du Primauguet 35700 RENNES Création Coordonnées Lambert

Plus en détail

DOSSIER D INFORMATION MAIRIE

DOSSIER D INFORMATION MAIRIE DOSSIER D INFORMATION MAIRIE 1. Références du projet : Références Nom site : RENNES Code site : 35238_025_01 Adresse : 87 rue JEAN GUÉHENNO 35000 RENNES Etat : Création Coordonnées Lambert : X : 301840

Plus en détail

DOSSIER D INFORMATION MAIRIE DOSSIER D INFORMATION MAIRIE

DOSSIER D INFORMATION MAIRIE DOSSIER D INFORMATION MAIRIE DOSSIER D INFORMATION MAIRIE 1. Références du projet : Références Nom site : RENNES Code site : 35238_026_01 Adresse : 14 place DES LICES 35000 RENNES Etat : Création Coordonnées Lambert : X : 300831 Y

Plus en détail

Commune de 77181 Courtry Projet SFR sis 29 rue de la Regalle

Commune de 77181 Courtry Projet SFR sis 29 rue de la Regalle Commune de 77181 Courtry Projet SFR sis 29 rue de la Regalle Référence SFR : 771831 Courtry Bis 1 Sommaire 1ere PARTIE Le Projet SFR Introduction... 3 Pourquoi créer une nouvelle antenne-relais / faire

Plus en détail

Commune de 17000 LA ROCHELLE Projet SFR sis Rue du Moulin Rouge

Commune de 17000 LA ROCHELLE Projet SFR sis Rue du Moulin Rouge Commune de 17000 LA ROCHELLE Projet SFR sis Rue du Moulin Rouge Référence SFR : 170346 LA ROCHELLE BEAUREGARD 1 Sommaire 1ère PARTIE Le Projet SFR Introduction... 3 Pourquoi faire évoluer une antenne-relais

Plus en détail

Estimations et modélisations des niveaux de champs. électromagnétiques

Estimations et modélisations des niveaux de champs. électromagnétiques Estimations et modélisations des niveaux de champs électromagnétiques dans le cadre d une démarche d information et de concertation entre les opérateurs de téléphonie mobile, les collectivités et la population

Plus en détail

CHARTE RELATIVE A L'IMPLANTATION DES RELAIS RADIOELECTRIQUES SUR LE TERRITOIRE DE LA VILLE DE TOURS

CHARTE RELATIVE A L'IMPLANTATION DES RELAIS RADIOELECTRIQUES SUR LE TERRITOIRE DE LA VILLE DE TOURS CHARTE RELATIVE A L'IMPLANTATION DES RELAIS RADIOELECTRIQUES SUR LE TERRITOIRE DE LA VILLE DE TOURS ENTRE : La Ville de TOURS, représentée par Monsieur Jean GERMAIN, Maire de ladite Ville, agissant au

Plus en détail

DOSSIER D INFORMATION MAIRIE

DOSSIER D INFORMATION MAIRIE REFERENCES DU PROJET Nom site : Code site : Adresse : Etat : Coordonnées Lambert : MOE TOURS RIVOLI 37261_004_01 Impasse Rivoli 37000 TOURS Création X : 475723 Y : 2265118 Z : 49 m Graniou Val de Loire

Plus en détail

DOSSIER D INFORMATION MAIRIE

DOSSIER D INFORMATION MAIRIE DOSSIER D INFORMATION MAIRIE 1. Références du projet : Code site / Nom site: Adresse du site 35238_032_02 / BASSE DIVISION LA BASSE DIVISION, 35000 RENNES Destination de la parcelle Habitation Bureau Autres

Plus en détail

Ondes électromagnétiques et réseaux de téléphonie mobile

Ondes électromagnétiques et réseaux de téléphonie mobile Ondes électromagnétiques et réseaux de téléphonie mobile Avril 2010 Recommandations des associations environnementales - IEW, CLAG, Teslabel au Ministre de l Aménagement du Territoire et de l Environnement

Plus en détail

DOSSIER D INFORMATION MAIRIE

DOSSIER D INFORMATION MAIRIE DOSSIER D INFORMATION MAIRIE 1. Références du projet : Références Nom site : 2/Jouandin/BAYONNE Code site : 64102_007 Adresse : 2, avenue de Jouandin 64100 Bayonne Etat : Création Coordonnées Lambert :

Plus en détail

Dossier de presse. Ce test sera suivi d une ouverture commerciale de la 4G 800 MHz par les trois opérateurs à Saint-Étienne.

Dossier de presse. Ce test sera suivi d une ouverture commerciale de la 4G 800 MHz par les trois opérateurs à Saint-Étienne. Saint-Étienne, le 28 mars 2013 Dossier de presse Maurice Vincent, Sénateur-Maire de Saint-Etienne et Président de Saint-Etienne Métropole, Gilles Brégant, Directeur Général de l Agence Nationale des Fréquences

Plus en détail

DOSSIER D INFORMATION MAIRIE

DOSSIER D INFORMATION MAIRIE Références du projet : Nom site : MALADRIE_44120 Code site : 44215_004_02 Adresse : RUE DE LA MALADRIE, 44120 VERTOU Etat : Création Coordonnées Lambert : X : 0 309 991 Y : 2 249 865 Z : 25m MOE MALADRIE

Plus en détail

Annexes. La 4G, son déploiement et les usages du Très Haut Débit Mobile

Annexes. La 4G, son déploiement et les usages du Très Haut Débit Mobile Annexes La 4G, son déploiement et les usages du Très Haut Débit Mobile La 4G marque une nouvelle ère dans la téléphonie mobile : celle du très haut débit mobile. Elle permet d accéder à Internet à partir

Plus en détail

DISCOURS de Sylvia PINEL. Installation du Conseil supérieur de la Construction et de l Efficacité énergétique

DISCOURS de Sylvia PINEL. Installation du Conseil supérieur de la Construction et de l Efficacité énergétique Cabinet de la Ministre du Logement, de l Egalité des territoires et de la Ruralité Paris, le lundi 15 juin 2015 Seul le prononcé fait foi DISCOURS de Sylvia PINEL Installation du Conseil supérieur de la

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. BILAN DES TESTS SUR LA 4G EN BANDE 800 MHz DANS L AGGLOMERATION STEPHANOISE

DOSSIER DE PRESSE. BILAN DES TESTS SUR LA 4G EN BANDE 800 MHz DANS L AGGLOMERATION STEPHANOISE Saint- Etienne, le 24 septembre 2013 DOSSIER DE PRESSE BILAN DES TESTS SUR LA 4G EN BANDE 800 MHz DANS L AGGLOMERATION STEPHANOISE Maurice Vincent, Sénateur-Maire de Saint-Etienne et Président de Saint-Etienne

Plus en détail

Recommandation de synthèse du CNSR au ministre de l Intérieur

Recommandation de synthèse du CNSR au ministre de l Intérieur Recommandation de synthèse du CNSR au ministre de l Intérieur Le ministre a saisi le CNSR afin de recueillir son avis sur les mesures visant à réduire la mortalité routière de moitié entre 2010 et 2020.

Plus en détail

énergie Was ist das? C est quoi che cosa è? Qué es? ? Hablas ENERGIE? Do you speak Management de l énergie L ISO 50001 en 10 questions

énergie Was ist das? C est quoi che cosa è? Qué es? ? Hablas ENERGIE? Do you speak Management de l énergie L ISO 50001 en 10 questions énergie Kezako che cosa è? C est quoi donc? Qué es? Was ist das??? Hablas ENERGIE? Do you speak ENERGIE?? Management de l énergie L ISO 50001 en 10 questions ? Management de l énergie L ISO 50001? SOMMAIRE

Plus en détail

Commune d ECOLE-VALENTIN. Rapport de présentation du Règlement local de publicité

Commune d ECOLE-VALENTIN. Rapport de présentation du Règlement local de publicité Commune d ECOLE-VALENTIN Rapport de présentation du Règlement local de publicité Sommaire Introduction... 3 1. Contexte géographique et administratif... 4 1.1. Localisation... 4 1.2. Données chiffrées...

Plus en détail

Préambule. Charte anti-spéculative. Entre la Ville de Paris

Préambule. Charte anti-spéculative. Entre la Ville de Paris Charte anti-spéculative Entre la Ville de Paris Et. Préambule Un an après la signature du Pacte Logement pour tous en juin 2014, la Ville de Paris propose à ses partenaires propriétaires fonciers et aux

Plus en détail

Les Métiers du Plâtre et de l'isolation

Les Métiers du Plâtre et de l'isolation Dossier de presse Les Métiers du Plâtre et de l'isolation (UMPI FFB - Union professionnelle de la Fédération Française du Bâtiment) des métiers qui évoluent Sommaire face au défi énergétique et aux exigences

Plus en détail

Les partenaires de l étude

Les partenaires de l étude Les partenaires de l étude VIVAPOLIS est la marque ombrelle visant à fédérer les acteurs français publics et privés qui veulent promouvoir, à l international, une ambition partagée d un développement urbain

Plus en détail

ANALYSE PAR RFF DES PROPOSITIONS DU COLLECTIF Union pour la Sauvegarde des Villages Tronçon du raccordement à la ligne existante en Haute-Garonne

ANALYSE PAR RFF DES PROPOSITIONS DU COLLECTIF Union pour la Sauvegarde des Villages Tronçon du raccordement à la ligne existante en Haute-Garonne ANALYSE PAR RFF DES PROPOSITIONS DU COLLECTIF Union pour la Sauvegarde des Villages Tronçon du raccordement à la ligne existante en Haute-Garonne Comité de Pilotage Bordeaux, le 31 mai 2010 Comité de Pilotage

Plus en détail

Résolument, Electrabel qui dispose d un parc diversifié entend conforter sa place de premier producteur vert du pays.

Résolument, Electrabel qui dispose d un parc diversifié entend conforter sa place de premier producteur vert du pays. Note de presse Octobre 2015 1 La deuxième partie de 2015 marque une accélération dans la réalisation des ambitions éoliennes d Electrabel : 20 éoliennes seront en construction. Ces nouveaux mâts participent

Plus en détail

RENOUVELLEMENT DES PERMISSIONS DE VOIRIE POUR LES RESEAUX DE TELECOMMUNICATION EXISTANTS

RENOUVELLEMENT DES PERMISSIONS DE VOIRIE POUR LES RESEAUX DE TELECOMMUNICATION EXISTANTS NOTE D'INFORMATION RENOUVELLEMENT DES PERMISSIONS DE VOIRIE POUR LES RESEAUX DE TELECOMMUNICATION EXISTANTS Les permissions de voirie (PdV) répondent à des règles bien précises en matière d occupation

Plus en détail

Très haut débit. résultats des consultations publiques et orientations. Conférence de presse du 28 novembre 2007

Très haut débit. résultats des consultations publiques et orientations. Conférence de presse du 28 novembre 2007 Très haut débit résultats des consultations publiques et orientations Conférence de presse du 28 novembre 2007 Contexte La mutualisation de la partie terminale L accès au génie civil Conclusion 2 La régulation

Plus en détail

Jacques Auxiette et Guillaume Garot visitent des projets financés dans le cadre du Contrat territorial unique de Laval Agglomération Sommaire

Jacques Auxiette et Guillaume Garot visitent des projets financés dans le cadre du Contrat territorial unique de Laval Agglomération Sommaire Jacques Auxiette et Guillaume Garot visitent des projets financés dans le cadre du Contrat territorial unique de Laval Agglomération Dossier de presse Sommaire Communiqué de presse (p.2) Les visites de

Plus en détail

Communication en Conseil des Ministres. Plan de gestion de la rareté de l eau

Communication en Conseil des Ministres. Plan de gestion de la rareté de l eau Communication en Conseil des Ministres Plan de gestion de la rareté de l eau Bilan de l année 2005 De septembre 2004 à septembre 2005, la France a connu une sécheresse s étendant sur un large croissant

Plus en détail

SOMMAIRE. Projet Éducatif Local 2010-2014 5 Ville de Bourg-en-Bresse

SOMMAIRE. Projet Éducatif Local 2010-2014 5 Ville de Bourg-en-Bresse SOMMAIRE Préambule...2 Principes...6 Finalités et valeurs éducatives...7 Axes de développement...10 Synthèse du diagnostic PEL mené en 2009...10 4 axes de développement pour 2010-2014...11 Instances de

Plus en détail

24 CONSEIL DE LA COMMUNAUTE

24 CONSEIL DE LA COMMUNAUTE 24 CONSEIL DE LA COMMUNAUTE Séance du 09 avril 2015 Avis sur le projet de Plan de Gestion des Risques d'inondation (PGRI) du bassin Loire Bretagne 2016-2021 Direction Environnement - Service Nature en

Plus en détail

PROJET MASEN. Rédaction des termes de référence de l étude d impact socio-économique. Termes de référence

PROJET MASEN. Rédaction des termes de référence de l étude d impact socio-économique. Termes de référence PROJET MASEN Rédaction des termes de référence de l étude d impact socio-économique Mission du 07 juin au 11 juin 2010 1. Présentation du projet Afin de s affranchir de la dépendance aux énergies fossiles,

Plus en détail

NOM DU SITE : CONCARNEAU KEROULIN

NOM DU SITE : CONCARNEAU KEROULIN NOM DU SITE : CONCARNEAU KEROULIN NOM DU SITE : CONCARNEAU KEROULIN Commune de : CONCARNEAU Nom du site : CONCARNEAU KEROULIN Adresse du site : Lieu-dit Keroulin - Langoat 29900 CONCARNEAU Coordonnées

Plus en détail

LA TRANSITION NUMÉRIQUE EN AFRIQUE : ENJEUX TECHNOLOGIQUES, FRÉQUENCES ET DIVIDENDE NUMÉRIQUE

LA TRANSITION NUMÉRIQUE EN AFRIQUE : ENJEUX TECHNOLOGIQUES, FRÉQUENCES ET DIVIDENDE NUMÉRIQUE LA TRANSITION NUMÉRIQUE EN AFRIQUE : ENJEUX TECHNOLOGIQUES, FRÉQUENCES ET DIVIDENDE NUMÉRIQUE CONFÉRENCE INTERNATIONALE : TRANSITION VERS LA TÉLÉVISION NUMÉRIQUE TERRESTRE PARIS, 7-8 NOVEMBRE 2013 Mesdames

Plus en détail

Visite presse de l émetteur de Besançon-Lomont le 5 juin 2014

Visite presse de l émetteur de Besançon-Lomont le 5 juin 2014 Visite presse de l émetteur de Besançon-Lomont le 5 juin 2014 Contact presse : Franca Vissière franca.vissiere@anfr.fr 06 09 48 79 43 L AGENCE NATIONALE DES FRÉQUENCES (ANFR) L ANFR est un établissement

Plus en détail

Dossier de presse. Comité Syndical de Tisséo-SMTC du 17 octobre 2012

Dossier de presse. Comité Syndical de Tisséo-SMTC du 17 octobre 2012 Mercredi 17 octobre 2012 Dossier de presse Comité Syndical de Tisséo-SMTC du 17 octobre 2012 Délibération D2012.10.17.1.1 : approbation de la révision du Plan de Déplacements Urbains de la Grande Agglomération

Plus en détail

Stratégie nationale d atténuation des catastrophes du Canada

Stratégie nationale d atténuation des catastrophes du Canada Stratégie nationale d atténuation des catastrophes du Canada Avant-propos Les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux ont reconnu que l atténuation est une importante part d un solide cadre

Plus en détail

la représentation des personnels

la représentation des personnels Le point sur... la représentation des personnels Nous poursuivons ici notre série d articles entamée dans le N précédent (FP N 190) et consacrée aux organismes de représentation des personnels après les

Plus en détail

Dossier de presse Usine de méthanisation. Septembre 2012

Dossier de presse Usine de méthanisation. Septembre 2012 Dossier de presse Usine de méthanisation Septembre 2012 Projet d usine de méthanisation Le projet Depuis plus d un siècle, un centre de traitement de déchets est installé au bord du canal de l Ourcq, à

Plus en détail

ACCORD NATIONAL DU 22 JANVIER 1985 SUR LES OBJECTIFS ET LES MOYENS DE LA FORMATION DANS LA MÉTALLURGIE

ACCORD NATIONAL DU 22 JANVIER 1985 SUR LES OBJECTIFS ET LES MOYENS DE LA FORMATION DANS LA MÉTALLURGIE ACCORD NATIONAL DU 22 JANVIER 1985 SUR LES OBJECTIFS ET LES MOYENS DE LA FORMATION DANS LA MÉTALLURGIE Entre : - l Union des Industries Métallurgiques et Minières, d une part, et - les Organisations syndicales

Plus en détail

Dossier d'information : une nouvelle antenne Orange dans votre commune

Dossier d'information : une nouvelle antenne Orange dans votre commune Dossier d'information : une nouvelle antenne Orange dans votre commune 1 le projet d'orange 2 les motivations du projet 3 les caractéristiques techniques 4 la future installation 5 les services apportés

Plus en détail

OBJECTIFS DU MiMo. CONTEXTE ET ENJEUX DU MiMo SOMMAIRE. Anticiper. Se donner les moyens

OBJECTIFS DU MiMo. CONTEXTE ET ENJEUX DU MiMo SOMMAIRE. Anticiper. Se donner les moyens SOMMAIRE Contexte et enjeux du MiMo... p 02 Objectifs du MiMo... p 03 Structure du réseau MiMo... p 04 Quelques ordres de grandeur... p 06 Le réseau au domicile du particulier... p 08 Construction et vie

Plus en détail

Schéma Directeur Territorial d Aménagement Numérique des Côtes d Armor (SDTAN) Synthèse

Schéma Directeur Territorial d Aménagement Numérique des Côtes d Armor (SDTAN) Synthèse Direction Économie Emploi Territoire Schéma Directeur Territorial d Aménagement Numérique des Côtes d Armor (SDTAN) Édito Un projet ambitieux et partagé L aménagement numérique de notre territoire est

Plus en détail

POSITION DU CRID : L ACCÈS À L EAU POTABLE ET À L ASSAINISSEMENT. Sommaire. n LISTE DES ORGANISATIONS SIGNATAIRES... 2

POSITION DU CRID : L ACCÈS À L EAU POTABLE ET À L ASSAINISSEMENT. Sommaire. n LISTE DES ORGANISATIONS SIGNATAIRES... 2 POSITION DU CRID : L ACCÈS À L EAU POTABLE ET À L ASSAINISSEMENT Sommaire n LISTE DES ORGANISATIONS SIGNATAIRES....................... 2 n POURQUOI LE CRID PREND-IL POSITION SUR L ACCÈS À L EAU POTABLE

Plus en détail

Radars photographiques et surveillance aux feux rouges

Radars photographiques et surveillance aux feux rouges ASSOCIATION DES TRANSPORTS DU CANADA Radars photographiques et surveillance aux feux rouges CATÉGORIE : INGÉNIERIE EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE Au début des années 2000, le gouvernement du Québec avait envisagé

Plus en détail

II. L accord d entreprise sur l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes

II. L accord d entreprise sur l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes Mai 2007 Fiche entreprise Société Générale Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes Présentation de l entreprise - Secteur d activité : Banque-Finance - Statut : Société Anonyme - Effectif

Plus en détail

Programme de Réussite Éducative SOMMAIRE :

Programme de Réussite Éducative SOMMAIRE : Le 31 janvier 2006 Programme de Réussite Éducative SOMMAIRE : 1 - Les étapes de la construction du programme à Aubervilliers. 2 - Les orientations générales du dispositif de Réussite Éducative. 3 - Les

Plus en détail

TITRE DE DIRIGEANT DES ORGANISATIONS EDUCATIVES SCOLAIRES ET/OU DE FORMATION RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION

TITRE DE DIRIGEANT DES ORGANISATIONS EDUCATIVES SCOLAIRES ET/OU DE FORMATION RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION TITRE DE DIRIGEANT DES ORGANISATIONS EDUCATIVES SCOLAIRES ET/OU DE FORMATION RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION Organisation du Référentiel d Activités et de Compétences Le référentiel

Plus en détail

ATELIER. Téléphonie mobile : 9 e Université d été du Cédis 19-22 août 2008 Toulouse. quelles réponses aux mobilisations locales?

ATELIER. Téléphonie mobile : 9 e Université d été du Cédis 19-22 août 2008 Toulouse. quelles réponses aux mobilisations locales? O T V I N E U R S I T É E S D U É T O É L O U 9 e Université d été du Cédis 19-22 août 2008 Toulouse PHOTO KIM LOEBER E R I V U N S I T É D TE ATELIER É S T U É O T U L Téléphonie mobile : quelles réponses

Plus en détail

SECRÉTARIAT GÉNÉRAL DE L' ENSEIGNEMENT CATHOLIQUE

SECRÉTARIAT GÉNÉRAL DE L' ENSEIGNEMENT CATHOLIQUE SECRÉTARIAT GÉNÉRAL DE L' ENSEIGNEMENT CATHOLIQUE Note d' information n 102 en date du mercredi 10 septembre 2014 Objet : Commission Permanente des 20, 21 et 22 août 2014 A l intention des membres du CNEC,

Plus en détail

II. Pourquoi faire de l éducation à l environnement à la LPO?

II. Pourquoi faire de l éducation à l environnement à la LPO? Projet éducatif LPO Sommaire I. Qui sommes nous?... 2 I.1. La LPO... 2 I.2. Nos Valeurs... 2 I.3. Notre mission... 2 II. Pourquoi faire de l éducation à l environnement à la LPO?... 3 III. L éducation

Plus en détail

au 0970 818 818 www.recevoirlatnt.fr

au 0970 818 818 www.recevoirlatnt.fr Le 23 septembre prochain, 6 nouvelles chaînes de la TNT arrivent dans votre commune! Pour savoir comment continuer à recevoir toutes les chaînes de télévision après cette date, l ANFR vous informe : par

Plus en détail

La commune et le commerce non sédentaire

La commune et le commerce non sédentaire La commune et le commerce non sédentaire Le commerce non sédentaire comprend notamment le commerce ambulant, les ventes au déballage ainsi que les halles et marchés. L installation de ces activités sur

Plus en détail

LA CAMPAGNE ELECTORALE

LA CAMPAGNE ELECTORALE LA CAMPAGNE ELECTORALE Aux termes de l article 47 de la Loi n 2013-06 du 25 novembre 2013 portant code électoral en République du Bénin, «la campagne électorale est l ensemble des opérations de propagande

Plus en détail

Synthèse du projet de révision simplifiée n 3 du PLU sur le secteur St-Antoine-MAP dans sa version qui sera soumise à l enquête publique

Synthèse du projet de révision simplifiée n 3 du PLU sur le secteur St-Antoine-MAP dans sa version qui sera soumise à l enquête publique Synthèse du projet de révision simplifiée n 3 du PLU sur le secteur St-Antoine-MAP dans sa version qui sera soumise à l enquête publique Contenu du document 1. Statut du document... 2 2. Rappel des objectifs

Plus en détail

Qu'est-ce que le Plan de Sauvegarde et de Mise en Valeur du Marais? Pourquoi réviser le PSMV du Marais? Comment se déroule la procédure de révision?

Qu'est-ce que le Plan de Sauvegarde et de Mise en Valeur du Marais? Pourquoi réviser le PSMV du Marais? Comment se déroule la procédure de révision? Révision du Plan de Sauvegarde et de Mise en Valeur du Marais Sommaire Qu'est-ce que le Plan de Sauvegarde et de Mise en Valeur du Marais? Pourquoi réviser le PSMV du Marais? Comment se déroule la procédure

Plus en détail

ACCES DES ASSOCIATIONS & FONDATIONS

ACCES DES ASSOCIATIONS & FONDATIONS ACCES DES ASSOCIATIONS & FONDATIONS AUX ANTENNES DE FRANCE TELEVISIONS Le Conseil supérieur de l audiovisuel a adopté le 4 janvier 2011 le rapport au Premier ministre élaboré par une commission de réflexion,

Plus en détail

Comité de suivi Transfert de la bande des 700 Mhz Changement de norme de la TNT 21 mai 2015

Comité de suivi Transfert de la bande des 700 Mhz Changement de norme de la TNT 21 mai 2015 Comité de suivi Transfert de la bande des 700 Mhz Changement de norme de la TNT 21 mai 2015 Contact presse : Franca Vissière franca.vissiere@anfr.fr 06 09 48 79 43 Le Gouvernement a décidé de transférer

Plus en détail

Dossier de presse. Élections aux chambres de métiers et de l artisanat. du 28 septembre au 13 octobre 2010

Dossier de presse. Élections aux chambres de métiers et de l artisanat. du 28 septembre au 13 octobre 2010 Dossier de presse Élections aux chambres de métiers et de l artisanat du 28 septembre au 13 octobre 2010 2 Elections aux chambres de métiers et de l artisanat 2010 Sommaire n Communiqué de presse n Principes

Plus en détail

Conclusions motivées

Conclusions motivées Enquête publique n E1 3000574/38 «Projet d entrepôt logistique» Présenté par la société REDIM SAS sur la commune de Saint-Quentin Fallavier Enquête publique 2 avril 2014-5 mai 2014 Conclusions motivées

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Direction générale des entreprises

MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Direction générale des entreprises 1 sur 6 28/03/2008 17:10 Texte non paru au Journal officiel 1144 MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Direction générale des entreprises Direction de l action régionale, de la qualité

Plus en détail

Les Installations Classées pour la Protection de l Environnement. Les Installations Classées pour la Protection de l Environnement ( I.C.P.

Les Installations Classées pour la Protection de l Environnement. Les Installations Classées pour la Protection de l Environnement ( I.C.P. Les Installations Classées pour la Protection de l Environnement ( I.C.P.E) Historique Réglementation générale Contenu dudossier Le commissaire enquêteur Suite et fin de l enquête publique Historique

Plus en détail

DU DIAGNOSTIC ENERGETIQUE DU BATI ANCIEN A LA DIFFUSION DES CONNAISSANCES Méthodologie et cas pratiques de villes françaises à secteurs protégés

DU DIAGNOSTIC ENERGETIQUE DU BATI ANCIEN A LA DIFFUSION DES CONNAISSANCES Méthodologie et cas pratiques de villes françaises à secteurs protégés DU DIAGNOSTIC ENERGETIQUE DU BATI ANCIEN A LA DIFFUSION DES CONNAISSANCES Méthodologie et cas pratiques de villes françaises à secteurs protégés Anaïs Cloux Chargée de mission Patrimoine et Développement

Plus en détail

CONNAÎTRE. Séminaire national et groupe de travail des praticiens du GECT. Synthèse. les programmes européens

CONNAÎTRE. Séminaire national et groupe de travail des praticiens du GECT. Synthèse. les programmes européens Séminaire national et groupe de travail des praticiens du GECT avec urop Act CONNAÎTRE les programmes européens Synthèse Édition Décembre 2011 Premier Ministre Ministère de l Agriculture, de l Alimentation,

Plus en détail

PROJET SIMPYC QUALITÉ DE L AIR COMPARÉE ENTRE LES VILLES DE TOULON ET DE LA SEYNE-SUR-MER ET LEURS PORTS

PROJET SIMPYC QUALITÉ DE L AIR COMPARÉE ENTRE LES VILLES DE TOULON ET DE LA SEYNE-SUR-MER ET LEURS PORTS PROJET SIMPYC QUALITÉ DE L AIR COMPARÉE ENTRE LES VILLES DE TOULON ET DE LA SEYNE-SUR-MER ET LEURS PORTS Date de publication : 03/2007 Numéro de projet : MP02 SIMPYC campagne de mesure sur les ports de

Plus en détail

2.1 J approfondis ma réflexion

2.1 J approfondis ma réflexion Je sais ce que je veux faire, mais j ai besoin de mieux savoir comment m y prendre. Quelles sont les étapes? Quelles sont les questions à se poser? Qui va pouvoir m aider? 2.1 J approfondis ma réflexion

Plus en détail

Circulaire du 4 septembre 2009

Circulaire du 4 septembre 2009 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l Etat NOR : BCFF0920191C Circulaire du 4 septembre 2009 relative à l organisation, aux attributions

Plus en détail

Le comité d audit. Présentation du rapport du groupe de travail. Anne Gillet Direction des affaires comptables

Le comité d audit. Présentation du rapport du groupe de travail. Anne Gillet Direction des affaires comptables Le comité d audit Présentation du rapport du groupe de travail Anne Gillet Direction des affaires comptables Sommaire 1. Contexte & missions du groupe de travail 2. Les principales caractéristiques du

Plus en détail

Charte téléphonie mobile VILLE DE LYON. Direction de l écologie urbaine Service Santé Environnement

Charte téléphonie mobile VILLE DE LYON. Direction de l écologie urbaine Service Santé Environnement VILLE DE LYON Direction de l écologie urbaine Service Santé Environnement Dr S. Pamiès 1 Quelques points de contexte (1) Dr S. Pamiès 2 Quelques points de contexte (2) L inquiétude des habitants pour leur

Plus en détail

Les Français, leurs élus et le développement durable.

Les Français, leurs élus et le développement durable. SYNTHÈSE DE L ÉTUDE Les Français, leurs élus et le développement durable. Premier Baromètre Auxilia, réalisé en partenariat avec OpinionWay Réalisé fin octobre 2013, ce baromètre portant sur les Français,

Plus en détail

Smarter Cities Challenge Candidature Application 2014

Smarter Cities Challenge Candidature Application 2014 Contexte Le Smarter Cities Challenge contribue les compétences et l expertise d équipes de professionnels IBM parmi les plus talentueux pour trouver des réponses aux principaux défis auxquels sont confrontées

Plus en détail

Inauguration de la Résidence Mutualiste Bellevue

Inauguration de la Résidence Mutualiste Bellevue DOSSIER DE PRESSE le 14 décembre 2015 Inauguration de la Résidence Mutualiste Bellevue Dans le cadre du Gérontopôle Régional de Saint-Etienne et pour répondre aux besoins croissants de prise en charge

Plus en détail

Décision n 2010-55 QPC 18 octobre 2010. M. Rachid M. et autres

Décision n 2010-55 QPC 18 octobre 2010. M. Rachid M. et autres Décision n 2010-55 QPC 18 octobre 2010 M. Rachid M. et autres Le Conseil constitutionnel a été saisi le 19 juillet 2010 par la Cour de cassation de deux questions prioritaires de constitutionnalité (QPC)

Plus en détail

L ACCÈS AU VOTE DES PERSONNES HANDICAPÉES

L ACCÈS AU VOTE DES PERSONNES HANDICAPÉES Le 14 mai 2014 L ACCÈS AU VOTE DES PERSONNES HANDICAPÉES Synthèse des résultats de l appel à témoignages À l occasion des élections municipales des 23 et 30 mars 2014, le Défenseur des droits a invité

Plus en détail

CHARTE DE L INVESTISSEMENT RESPONSABLE (IR) DES ACTEURS DE LA PLACE DE PARIS

CHARTE DE L INVESTISSEMENT RESPONSABLE (IR) DES ACTEURS DE LA PLACE DE PARIS CHARTE DE L INVESTISSEMENT RESPONSABLE (IR) DES ACTEURS DE LA PLACE DE PARIS La crise financière pose, aujourd hui, la question du 1 Paris, le 2 juillet 2009 rôle et du mode de fonctionnement des marchés

Plus en détail

Principales stratégies pour les années 1999-2001

Principales stratégies pour les années 1999-2001 L ISO en bref L ISO est l Organisation internationale de normalisation. Elle est composée des organismes nationaux de normalisation de pays grands et petits, industrialisés et en développement, de toutes

Plus en détail

Consultation publique

Consultation publique Consultation publique Paris, le 15 mars 2012 Consultation publique de la Commission de régulation de l énergie sur les procédures de traitement des demandes raccordement des installations de production

Plus en détail

Atelier 4. Appréhender la question énergétique à l échelle du territoire

Atelier 4. Appréhender la question énergétique à l échelle du territoire Atelier 4 Appréhender la question énergétique à l échelle du territoire 26 Février 2010 UNE AEU DANS LE CADRE DU PLU 10 thématiques en quatre ateliers Atelier n 1 Biodiversité Paysages et patrimoine Atelier

Plus en détail

DOSSIER DE PRESENTATION MAIRIE D AMIENS

DOSSIER DE PRESENTATION MAIRIE D AMIENS 02 59 60 62 80 Présentation du : Sommaire : Nom site : Code site : Adresse : AMIENS_N BALZAC 80021_030_02 4, rue Balzac 80080 AMIENS Fiche synthétique Descriptif du projet Carte IGN Zone de recherche Site

Plus en détail

Chapitre III. L assistance au Parlement et au. Gouvernement

Chapitre III. L assistance au Parlement et au. Gouvernement Chapitre III L assistance au Parlement et au Gouvernement La loi organique du 1 er août 2001 relative aux lois de finances (LOLF) et la loi organique du 2 août 2005 relative aux lois de financement de

Plus en détail

REGLES TECHNIQUES APPLICABLES AUX BÂTIMENTS FAISANT L OBJET D UNE DEMANDE DE LABEL BEPOS-EFFINERGIE VERSION 3 8 septembre 2015

REGLES TECHNIQUES APPLICABLES AUX BÂTIMENTS FAISANT L OBJET D UNE DEMANDE DE LABEL BEPOS-EFFINERGIE VERSION 3 8 septembre 2015 1.Objet REGLES TECHNIQUES APPLICABLES AUX BÂTIMENTS FAISANT L OBJET D UNE DEMANDE DE LABEL BEPOS-EFFINERGIE VERSION 3 8 septembre 2015 Les présentes Règles Techniques établies par l association Collectif

Plus en détail

Cahier des charges atelier de formation DE L ETUDE DE MARCHE A LA STRATEGIE COMMERCIALE

Cahier des charges atelier de formation DE L ETUDE DE MARCHE A LA STRATEGIE COMMERCIALE Cahier des charges atelier de formation DE L ETUDE DE MARCHE A LA STRATEGIE COMMERCIALE 2015 1-Présentation de La Miel Dans le cadre du soutien aux créateurs et dirigeants d entreprises implantés sur le

Plus en détail

2 Au-delà de cette dimension interne, l orientation de la gestion vers les résultats vise à mieux éclairer les décisions de politiques publiques en fournissant des informations pertinentes sur les coûts

Plus en détail

La publicité des enquêtes publiques par affichage

La publicité des enquêtes publiques par affichage Pour une meilleure enquête publique La publicité des enquêtes publiques par affichage Edmond Chaussebourg, coordonnateur des secteurs techniques L affichage constitue l une des obligations réglementaires

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT ET DE L AMÉNAGEMENT DURABLES Décret n o 2007-1213 du 10 août 2007 relatif aux schémas d aménagement et de gestion

Plus en détail

DOSSIER D INFORMATION NOTIFICATION DU PUBLIC PROJET D IMPLANTATION D UNE TOUR DE TÉLÉCOMMUNICATION 105, RANG ST-MARC LES ÉBOULEMENTS, QUÉBEC

DOSSIER D INFORMATION NOTIFICATION DU PUBLIC PROJET D IMPLANTATION D UNE TOUR DE TÉLÉCOMMUNICATION 105, RANG ST-MARC LES ÉBOULEMENTS, QUÉBEC DOSSIER D INFORMATION NOTIFICATION DU PUBLIC PROJET D IMPLANTATION D UNE TOUR DE TÉLÉCOMMUNICATION 105, RANG ST-MARC LES ÉBOULEMENTS, QUÉBEC LE 26 AVRIL 2011 1- L objectif de couverture cellulaire Rogers

Plus en détail

Fonctionnement et charte partenariale

Fonctionnement et charte partenariale Fonctionnement et charte partenariale Un contexte d urgence économique, sociale et environnementale Les impacts générés par notre mode de développement actuel sont incontestables : diminution de la biodiversité

Plus en détail

Groupement «Télévision Numérique pour Tous»

Groupement «Télévision Numérique pour Tous» Groupement «Télévision Numérique pour Tous» c/o France Télévisions 7, esplanade Henri-de-France 75907 Paris cedex 15 tel : +33 (0)1 56 22 10 80 fax +33 (0)1 56 22 10 81 Paris, le 24 septembre 2007 Consultation

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE UNE SOLUTION INNOVANTE AU SERVICE DES COPROPRIETES

DOSSIER DE PRESSE UNE SOLUTION INNOVANTE AU SERVICE DES COPROPRIETES DOSSIER DE PRESSE UNE SOLUTION INNOVANTE AU SERVICE DES COPROPRIETES CONTACTS PRESSE: Socotec : Delphine Bouchez & Camille Jullien delphine.bouchez@moonpress.fr - 01 46 08 63 18 camille.jullien@moonpress.fr

Plus en détail

Direction de la communication Tél. : 05 59 46 60 40 Courriel : communication@bayonne.fr Le 10 juin 2010 DOSSIER DE PRESSE

Direction de la communication Tél. : 05 59 46 60 40 Courriel : communication@bayonne.fr Le 10 juin 2010 DOSSIER DE PRESSE Direction de la communication Tél. : 05 59 46 60 40 Courriel : communication@bayonne.fr Le 10 juin 2010 DOSSIER DE PRESSE Dispositions pour la réduction des nuisances en centre-ville Depuis près de 25

Plus en détail

Infrastructure publique liée à la mobilité électrique

Infrastructure publique liée à la mobilité électrique Infrastructure publique liée à la mobilité électrique Règlement grand-ducal du 3 décembre 2015 relatif à l'infrastructure publique liée à la mobilité électrique. Règlement grand-ducal du 3 décembre 2015

Plus en détail

Rencontre d information et d échanges en Poitou-Charentes 30 janvier 2009

Rencontre d information et d échanges en Poitou-Charentes 30 janvier 2009 Rencontre d information et d échanges en Poitou-Charentes 30 janvier 2009 Développement de la médiation sociale par la création des emploi-jeunes en 1997, Une médiation sociale dont les missions sont fortement

Plus en détail

COMPTE RENDU SOIRÉE CONSULTATION

COMPTE RENDU SOIRÉE CONSULTATION COMPTE RENDU SOIRÉE CONSULTATION PUBLIQUE RÉVISION DU SCHÉMA DE COUVERTURE DE RISQUES EN INCENDIE Salle des Fêtes Maison du citoyen 12 décembre 2012 Compte-rendu Rédigé par la Section de la planification

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Préventeur santé-sécurité au travail et environnement

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Préventeur santé-sécurité au travail et environnement COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : C Dernière modification : 05/06/2012 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Préventeur santé-sécurité au travail et

Plus en détail

Services d ambulances terrestres

Services d ambulances terrestres Chapitre 4 Section 4.02 Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Services d ambulances terrestres Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.02 du Rapport annuel 2005

Plus en détail

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification.

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification. DIRECTIVES SUR L ÉLABORATION D ACCORDS D ÉQUIVALENCE RELATIFS AUX SYSTÈMES D INSPECTION ET DE CERTIFICATION DES IMPORTATIONS ET DES EXPORTATIONS ALIMENTAIRES SECTION 1 CHAMP D APPLICATION CAC/GL 34-1999

Plus en détail

ACCORD PRISE EN COMPTE ET PREVENTION DE LA PENIBILITE DANS LES PARCOURS PROFESSIONNELS

ACCORD PRISE EN COMPTE ET PREVENTION DE LA PENIBILITE DANS LES PARCOURS PROFESSIONNELS ACCORD PRISE EN COMPTE ET PREVENTION DE LA PENIBILITE DANS LES PARCOURS PROFESSIONNELS PREAMBULE La loi du 9 Novembre 2010 sur la réforme des retraites prévoit que les entreprises d au moins 50 salariés,

Plus en détail

Plan régional en faveur de l égalité

Plan régional en faveur de l égalité Plan régional en faveur de l égalité entre les personnes handicapées et les personnes valides Avec l'adoption du Plan handicap, la Région Rhône-Alpes s'engage à favoriser l'égalité entre personnes handicapées

Plus en détail

1.000 parrains pour 1.000 emplois

1.000 parrains pour 1.000 emplois 1.000 parrains pour 1.000 emplois En partenariat avec l ANDRH IDF, l Association Nationale des DRH Ile-de-France Dossier de presse Lundi 1 er juin 2015 Contact presse - Quitterie Lemasson -presse@paris.fr

Plus en détail