APPORTS ALIMENTAIRES RECOMMANDÉS : NOTIONS DE BASE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "APPORTS ALIMENTAIRES RECOMMANDÉS : NOTIONS DE BASE"

Transcription

1 APPORTS ALIMENTAIRES RECOMMANDÉS : NOTIONS DE BASE Alimentation Energie et azote Les apports énergétiques et azotés recommandés pour les chèvres laitières sont mesurés respectivement par les unités UFL (Unités Fourragères Lait) et les grammes de PDI (Protéines Digestibles dans l Intestin). Pour l entretien, l apport énergétique recommandé par l INRA pour une chèvre de 70 Kg est de 0,89 UFL. Il varie de 0,10 UFL pour une différence de 10 Kg de poids vif. Au cours des cinq dernières semaines de gestation, il doit être majoré d au moins 25%, pour les besoins de gestation. Pour la production d un kilo de lait à 3,5 % de TB, l apport recommandé est de 0,4 UFL et de 45 g de PDI. L apport de PDI pour une chèvre de 70 Kg à l entretien est de 56 g/j et varie de 6,2 g/j par 10 kg de poids vif. Cet apport augmente respectivement de 55 à 65 % pour les UF et 110 à 130 % pour les PDI pendant les 4 ème et 5 ème mois de gestation. En résumé Besoins énergétiques, poids vif et capacité d ingestion Besoins d entretien pour une chèvre de 70 kg Besoins de production pour 1 kg de lait à 3,5 % de TB UFL PDI 0,89 56 g 0,4 45 g 4ème mois de gestation 1, ème mois de gestation 1, Source : INRA Minéraux Il faut adapter les apports de phosphore et de calcium à la production laitière et au stade physiologique de la chèvre. Toutefois, les rations sont souvent excédentaires en phosphore et calcium, excepté les systèmes à base de foin de graminées-ensilage de maïs-céréales ou de foin de graminées-céréales qui peuvent être déficitaires. Les besoins d entretien d une chèvre laitière en phosphore et calcium absorbables sont respectivement de 1,9 g/j et 2 g/j. Pour une production de 4 kg de lait les besoins sont de 7,6 g/j en phosphore absorbable et 6,9 g/j en calcium absorbable. Pour le sodium et le magnésium, les apports doivent être de 1,3 g/kg MS. Alimentation - 1 -

2 Alimentation Des indicateurs du rationnement des chèvres laitières Stades physiologiques 4 ème et 5 ème mois de gestation Début de lactation Pleine lactation Fin de lactation Ingestion (kg MS/j) (chèvre de 70 kg à 4 kg de lait) Concentration énergétiques (UFL/kg MS) Concentration azotée (1) (g PDI/kg MS) PDIA (2) (g/kg MS) Cellulose brute Pourcentage de concentrés/ms (1) Veiller à avoir un écart entre les valeurs PDIN et PDIE le plus réduit possible. (2) Protéines digestibles d origine alimentaire N.B. Les valeurs notées dans ce tableau restent des indicateurs moyens qui varient en fonction des animaux, de leur production laitière et des aliments laissés à leur disposition. Je m engraisse 1,6 à 2,1 kg 2,4 kg à 2 semaines 2,6 à 3,1 kg au pic 2,5 à 2,7 kg 0,8 0,95 0,9 à 0,95 0,85 70 à à à à % de la MS minimum 30 % de la MS maximum Matière grasse (en % de la MS) - De la saillie au tarissement 40 % minimum 70 % maximum % minimum 18 % minimum 20 % minimum 60 % maximum 60 % maximum 3 % minimum 6 % maximum 3 % minimum C est le moment de reconstituer les réserves corporelles nécessaires pour la future lactation. Lorsqu elle reconstitue ses réserves adipeuses, la chèvre a besoin de 4 UFL pour en stocker 1 kg. Avec un objectif de 6 à 8 kg de réserves corporelles supplémentaires sur une période de 100 jours, il faudra 0,24 UFL/jour en plus des besoins journaliers. Il convient d en tenir compte dans le rationnement. C est-à-dire les apports UFL sont calculés d une part à partir de la production laitière, comme nous l avons décrit ci-dessus, et d autre part des besoins d entretien. Attention toutefois dans les troupeaux où les chèvres auraient repris de l état corporel précocement. A cette période, environ 2 mois après la saillie, il faut penser a effectuer une mise en lot après les échographies pour adapter l alimentation à chaque stade physiologique. Les deux derniers mois de gestation Ma panse, j y pense La réussite du démarrage de lactation est fonction des capacités d ingestion de la chèvre à la mise-bas et de son état corporel à cette date Alimentation

3 Alimentation et capacité d ingestion Réserver les meilleurs fourrages Alimentation Qualité et quantité des fourrages Modération des concentrés MAINTENIR UN VOLUME DE RUMEN SUFFISANT Eviter les niveaux d engraissement extrêmes Appétit à la mise bas Développement du rumen en début de lactation Production laitière La production laitière d une chèvre est en grande partie fonction de sa capacité d ingestion à la mise-bas. L objectif en fin de gestation est donc de préserver un volume de panse optimum, et ce malgré le volume occupé par le ou les fœtus. Ainsi, il convient de favoriser l ingestion d un fourrage de forte valeur énergétique, pour soutenir les besoins supplémentaires des foetus, et de fibrosité correcte (Cf. page 8) pour maintenir une capacité d ingestion satisfaisante à la mise-bas. L ingestion de ± 10 % de MS de foin en fin de gestation provoque une variation de ± 5 % de la quantité de MS ingérée en début de lactation. De plus il existe un parallèle entre la MS de fourrage ingérée et la production de lait. Ainsi, l ingestion de 100 g de MS de fourrage en plus par jour, en fin de gestation, correspond à une production de 120 g de lait en plus par jour ; d où l intérêt de la maîtrise du système fourrager. La mobilisation des réserves corporelles, même si elle est inévitable, ne devrait pas être trop importante avant la semaine précédant la mise-bas. Pour éviter tout changement de régime alimentaire préjudiciable au moment de la mise-bas, la ration de base qui sera utilisée en lactation, sera distribuée progressivement, six à sept semaines avant celle-ci. Dès cette date, la quantité d aliment concentré distribué doit augmenter progressivement pour atteindre à la mise-bas 50 % de la quantité prévue au pic de lactation. Suivant la qualité du fourrage et le gabarit des chèvres, la quantité de concentré mise à disposition variera de 500 à 700 g par animal et par jour à la mise-bas. Le rationnement en début de lactation Je maigris mais je produis En début de lactation, juste après la mise-bas, les besoins augmentent très rapidement alors que la capacité d ingestion est encore limitée. Les réserves corporelles sont alors mobilisées et permettent de compenser l insuffisance des apports énergétiques. La mobilisation de 1 kg de gras est équivalente à un apport de 3,7 à 3,9 UFL. Et une chèvre peut perdre sans risque jusqu'à 12 % de son poids pendant la période fin de gestation et début de lactation. Toutefois, attention aux excès d état corporel qui favorisent les toxémies de gestation, les misesbas difficiles et les démarrages de lactation généralement moins bons. Alimentation - 3 -

4 Alimentation Concernant les apports de matières azotées, il est nécessaire de couvrir rapidement la totalité des besoins des chèvres notamment avec un concentré riche en PDIA (exemple : tourteaux tannés). La première puis la deuxième semaine de lactation, un déficit en PDI dans la ration de 80 à 90 g puis de 20 à 30 g est tolérée ; en effet, en début de lactation, les chèvres peuvent utiliser une partie des protéines tissulaires. Au contraire, à partir de la troisième semaine, les besoins en PDI doivent être entièrement couverts par les apports alimentaires recommandés. En ce qui concerne les concentrés énergétiques, veiller à atteindre la quantité totale en cinq à six semaines après la mise-bas. Sinon, des risques de substitution de concentrés au fourrage existent par la faible capacité d ingestion des chèvres à cette période. Les concentrés d au moins 1 UFL favorisent l élaboration de la ration, avec un niveau élevé de couverture des besoins, et un niveau de Matière Sèche Ingérée limité, laissant de la place pour l ingestion de fourrages. En début de lactation, l écart PDI/UFL peut être raisonné en fonction des réserves corporelles des chèvres. Avec des chèvres en état à la mise-bas, une courbe de lactation en pic est envisageable. Si ce n est pas le cas, il convient de limiter les excès azotés qui risqueraient d amplifier trop rapidement l amaigrissement des animaux. Dans cette situation, un faible écart PDI/UFL induira une courbe de lactation plus persistante. Les clefs du rationnement à chaque stade physiologique 4 ème et 5 ème mois de gestation Début de lactation Pleine lactation Fin de lactation Le meilleur des fourrages Augmentation prioritaire des apports azotés (apport de PDIA) Réviser les apports de concentrés en fonction de la production laitière Préparation de la prochaine lactation : adapter les concentrés à l état corporel Limiter les apports d ensilage de maïs à 1,5 kg de matière brute jusqu à la mise bas 15 jours avant la mise bas : 25 % de l apport maximum de concentrés Eviter les modifications brutales d alimentation Evolution progressive de la ration sur une durée d un mois après la mise bas L ingestion augmente progressivement de 200 à 250 g MS par semaine Si possible, réaliser un allotement à partir des productions laitières individuelles Rationnement en pleine lactation je garde mon poids de forme La production laitière durant cette période est fortement dépendante du départ en lactation. Toutefois, des excès, notamment azotés, au cours de ces deux premiers mois de lactation, peuvent avoir des incidences sanitaires après le pic de lactation.(acétonémie, stéatose hépatique). On observe alors des chutes brutales de production de lait ou de taux au niveau de certains individus Alimentation

5 Notation de l état corporel : «un outil d avenir pour la gestion de l alimentation» Alimentation L état corporel en caprin peut être estimé aux niveaux lombaire et sternal. Deux notes peuvent ainsi être attribuées aux animaux entre 0 et 5 avec des écarts possibles de 0,25 point. Dans nos systèmes intensifs d élevage, ces notes vont varier : - de 2 à 3 en lombaire, - de 3 à 4 en sternal Les notes d état corporel : quelques repères objectifs au niveau lombaire Mise-bas : 2,25-2,5 100 jours : 2, jours : 2,5-2,75 Tarissement : 2,75 Une première notation de la région lombaire permet d obtenir une indication rapide de l état des chèvres. Il est indispensable pour l éleveur de faire le point sur l état de son troupeau au sixième mois de lactation. L estimation de l état corporel doit permettre d obtenir dès le 6 ème mois et jusqu au tarissement des notes d état corporel au niveau lombaire comprises entre 2,5 et 2,75. Pour des états corporels voisins de 2, l éleveur peut enrichir la ration journalière de 0,3 à 0,4 UFL soit 0,3 à 0,4 kg de concentré. A l inverse, il faut éviter des surengraissements, quitte à diminuer les quantités de concentrés énergétiques, on ne pénalisera pas la production laitière. Notation de la région lombaire (Morand-Fehr) Anatomie du site lombaire (coupe transversale) Alimentation - 5 -

6 Alimentation RECOMMANDATIONS PRATIQUES : DE L ANIMAL AU TROUPEAU Quelles rations pour mon troupeau? Au sein d un troupeau, les variations des performances laitières sont fréquemment de 20 à 40 % entre les animaux. On peut considérer, dans un élevage, que la répartition des productions laitières suit une loi normale ou courbe en cloche. Quand une ration couvre les besoins correspondant à la production laitière moyenne plus un écart type, les besoins d environ 85 % des chèvres sont au moins couverts. (voir schéma n 2). Ce qui fait que seulement 15 % des chèvres, les plus performantes, sont insuffi-samment nourries, alors qu inversement 50 % des chèvres, les moins performantes, sont largement suralimentées. Cette inadéquation des apports aux besoins énergétiques se traduit par un accroissement de l état d engraissement chez les faibles productrices (augmentation de la note d état corporel) et par une mobilisation des réserves chez les plus performantes. Il faudra faire alors une ration par lot, avec le choix d un niveau de production adapté au lot. Si l on ne fonctionne qu avec un seul lot, il sera constitué de chèvres à des stades physiologiques différents : des chèvres en fin de gestation, d autres qui ont mis-bas ou qui sont déjà en pleine lactation. Il faut déterminer le stade moyen et la production moyenne pour choisir le niveau d apports. La mise en lot : des productions homogènes Pour coller aux besoins des animaux, et éviter sousalimentation ou gaspillage, il faut constituer des lots homogènes. Deux situations se rencontre le plus souvent : l éleveur gère un lot unique : - il peut être intéressant dans ce cas de constituer deux lots en fonction du niveau de production des animaux. Il a été montré que la constitution de deux lots permettait de réduire d environ 25 % l hétérogénéité initiale des niveaux de production entre les animaux, qui induit des différences d ingestion Le passage de deux à trois lots semble moins efficace (- 6 % d hétérogénéité). Toutefois, tant sur le plan physiologique qu économique, cette stratégie peut conduire à des difficultés de gestion de troupeau. C est pourquoi, il convient au minimum de respecter une évolution raisonnée du rationnement par semaine en fonction du stade physiologique entre le 5 ème mois de gestation et le 2 ème mois de lactation. Dans ce choix de lot unique, il faudrait favoriser les mises-bas groupées en saison afin de faciliter le suivi de l alimentation. De nombreux accidents métaboliques ont été observés dans des troupeaux en lot unique avec une maîtrise imparfaite de la reproduction et un étalement important des mises-bas Alimentation

7 l éleveur gère déjà plusieurs lots constitués en fonction du stade physiologique des animaux : le processus est le suivant pour chaque lot : - choix d un niveau de production adapté au lot - ration Ajustements et recommandations pratiques Qualité des fourrages : Alimentation Le choix du niveau de production Il faut déterminer l animal cible du lot (ou du troupeau). Il est fonction des objectifs de l éleveur : 2/3 à 3/4 des animaux du lot auront une production, donc des besoins, inférieurs. En pratique, la production permise par la ration devra couvrir 0,5 à 1 l de plus en UFL que cette production moyenne et 1 l à 1,5 l de plus en g de PDI en début de lactation Exemple : pour un lot de chèvres à 4 l de moyenne (variant de 3 l à 5 l) en début de lactation, rationner à 4,5 l en UFL et 5 l en PDI. Les besoins en lactation pour une production de 4 l sont de 2,33 UFL et 230 g de PDI, et les apports pour le lot vont être de 2,5 UFL et 275 g de PDI, c est-à-dire que les apports seront de 107 % en UFL et 120 % en g de PDI des besoins théoriques de l animal moyen. Il faut tenir compte pour la ration de la qualité des fourrages. Si l on distribue des fourrages de médiocre qualité (foin à moins de 0,65 UFL, ensilages humides à moins de 15 % de MS pour l herbe et moins de 25 % de MS pour le maïs), il faudrait rationner les chèvres par petits lots pour faire face aux faibles ingestions de fourrage des moins bonnes laitières. Pour les bons fourrages distribués à volonté, il est possible d avoir un même niveau de concentré pour l ensemble des animaux. Courbe de répartition des production laitières des chèvres dans un troupeau % chèvres ration ajustée chèvres suralimentées chèvres sous-alimentées ingestion La Production Laitière (PL) objectif est celle de l animal cible Ingestion de fourrages selon le niveau de production PL moyenne PL objectif Production laitière journalière par chèvre Production/Chèvre Concentré ingéré par toutes les Alimentation - 7 -

8 Alimentation Rythme de distribution des concentrés : Pour une même quantité de concentrés, multiplier le nombre de repas augmentera l efficacité de la ration. Dans tous les cas, il ne faut pas dépasser 400 g/repas. 1 repas de concentrés/jour = risque d acidose 2 repas/jour = efficacité moyenne de la ration, baisse du TB 3 repas/jour et plus = peu de risque Il est souvent utile de vérifier les quantités réellement distribuées et celles ingérées. Un tarage de temps en temps (à chaque livraison) des diverses boites servant à la distribution est nécessaire. Equilibre PDI/UFL : Comme toutes les sources d énergie et d azote ne sont pas utilisées à la même vitesse dans la panse, il faut faire coïncider autant que possible les apports de ces deux types de nutriments. Pour éviter les alcaloses qui apparaissent lors d un déséquilibre entre PDIN et PDIE, il faut vérifier que : PDIE - PDIN 12 UFL En effet, grâce au recyclage de l urée endogène dans le rumen, la chèvre pourrait compenser un déficit PDIE - PDIN = 25 g/j. Vérifications : Une fois la ration calculée sur le papier, il est indispensable de vérifier les quantités réellement distribuées voire ingérées quand cela est possible. Les distributions à volonté ne correspondent pas toujours à une ration calculée. On fera régulièrement attention aux refus. La quantité de refus (à peser de temps en temps) dépend essentiellement de la qualité des fourrages. Exemple : Ensilage de maïs bien conservé 5 à 10 % Bon foin de luzerne 20 % Foin moyen 30 % Vert 10 à 30 % selon le stade Il convient aussi, bien sur, de contrôler que la production réelle du troupeau correspond à la production attendue. Stocks : S assurer que tous les animaux aient accès à l auge. Les cornadis facilitent l accès de tous. Le calcul des apports pour chaque lot et pour tout le troupeau, permet de prévoir les besoins du troupeau durant toute la lactation, et de prendre ses dispositions suffisamment tôt en cas de manque. Un exemple : une ration type pour 4 kg de lait : MS ingérée Fibrosité Refus MS distribuée Ration brute 1 kg Foin (90 % MS) 0,750 kg 80 % 0,6 kg 15 % 0,9 kg 1 kg Ensilage de maïs (33 % MS) 1 kg 40 % 0,4 kg (feuille tige) 0 % (grain) Concentré 0,750 kg 0 % 0 Total 2,5 kg MS 40 % 1 kg fibre 10 % 1,1 kg 3,3 kg Alimentation

A L I M E N T A T I O N

A L I M E N T A T I O N www.pep.chambagri.fr Dossier : Raisonner l alimentation des chèvres laitières, les principes de base L M E O Favoriser au maximum l ingestion des fourrages grossiers 1- La part des fourrages doit représenter

Plus en détail

Les lipides sont indispensables au bon fonctionnement de notre organisme, notre alimentation doit

Les lipides sont indispensables au bon fonctionnement de notre organisme, notre alimentation doit LES MATIERES GRASSES : De l auge à l assiette Les lipides sont indispensables au bon fonctionnement de notre organisme, notre alimentation doit en contenir. On les trouve dans le beurre, l huile, mais

Plus en détail

Aspects nutritionnels de la vache laitière et autonomie alimentaire

Aspects nutritionnels de la vache laitière et autonomie alimentaire Aspects nutritionnels de la vache laitière et autonomie alimentaire Yves Beckers Université de Liège Gembloux Agro-Bio Tech Unité de Zootechnie Yves.beckers@ulg.ac.be Henri-Chapelle 16 décembre 2009 Unité

Plus en détail

DESAISONNER SON TROUPEAU INTERET ECONOMIQUE

DESAISONNER SON TROUPEAU INTERET ECONOMIQUE REFERENCES TECHNICO ECONOMIQUES : SAISONNALITE DE LA PRODUCTION DESAISONNER SON TROUPEAU INTERET ECONOMIQUE RESEAUX Rhône Alpes D ELEVAGE FACTEURS DE REUSSITE ET RISQUES DE DERIVES POURQUOI CETTE FICHE?

Plus en détail

Fourrages et tourteaux. Optimiser l'alimentation de ses troupeaux PRAIRIES MAÏS DÉROBÉES COPRODUITS OLÉO- PROTÉAGINEUX SEPTEMBRE 2012

Fourrages et tourteaux. Optimiser l'alimentation de ses troupeaux PRAIRIES MAÏS DÉROBÉES COPRODUITS OLÉO- PROTÉAGINEUX SEPTEMBRE 2012 SEPTEMBRE 2012 PRAIRIES Luzerne : limiter les mauvaises herbes p. 3 Ravageurs : une lutte surtout agronomique p. 6 MAÏS Tasser et protéger le silo pour éviter l'entrée d'air p. 8 Ajuster la ration des

Plus en détail

«UNE LACTATION SE PREPARE AVANT LA MISE-BAS» L Eleveur de Chèvres - numéro 9 - juin 2001

«UNE LACTATION SE PREPARE AVANT LA MISE-BAS» L Eleveur de Chèvres - numéro 9 - juin 2001 «UNE LACTATION SE PREPARE AVANT LA MISE-BAS» L Eleveur de Chèvres - numéro 9 - juin 2001 Dossier réalisé par F. JENOT, Chambre d Agriculture Deux-Sèvres N. BOSSIS, Institut de l Elevage J. CHERBONNIER,

Plus en détail

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier Itinéraire cultural Type de sol et préparation avant semis Le sorgho grain sucrier est relativement peu exigeant par rapport au

Plus en détail

Le tourteau de colza, source. de protéines. de qualité. bovins. pour vos

Le tourteau de colza, source. de protéines. de qualité. bovins. pour vos Le tourteau de colza, source de protéines pour vos de qualité bovins fleurs de colza Grâce à ses qualités nutritionnelles, le tourteau de colza remplace facilement le tourteau de soja dans l alimentation

Plus en détail

AMELIORER LA COMPOSITION DU LAIT

AMELIORER LA COMPOSITION DU LAIT AMELIORER LA COMPOSITION DU LAIT Cet appui comporte 2 étapes : Un diagnostic qui démarre par une mise à plat de la problématique de l éleveur (Quelle est sa perception de la situation, est il ou non satisfait?quelles

Plus en détail

Intérêts de la luzerne sous forme déshydratée - zootechnique et économique -

Intérêts de la luzerne sous forme déshydratée - zootechnique et économique - Intérêts de la luzerne sous forme déshydratée - zootechnique et économique - Intervenant : Samuel MAIGNAN Zootechnie : Intérêt nutritionnel de la luzerne déshydratée Intérêt nutritionnel de la luzerne

Plus en détail

MEDIAREPRO Granulé et la reproduction

MEDIAREPRO Granulé et la reproduction MEDIAREPRO Granulé et la reproduction POURQUOI Y - A T - IL AUTANT DE PROBLEMES DE REPRODUCTION? Les récentes études menées par l EDE du Finistère, l INRA et l URCEO ont démontré que la raison principale

Plus en détail

LA COMPLEMENTATION MINERALE ET VITAMINIQUE DES CHÈVRES LAITIÈRES

LA COMPLEMENTATION MINERALE ET VITAMINIQUE DES CHÈVRES LAITIÈRES LA COMPLEMENTATION MINERALE ET VITAMINIQUE DES CHÈVRES LAITIÈRES Alimentation Avec des animaux de plus en plus performants et des rations alimentaires de moins en moins diversifiées, il importe de vérifier

Plus en détail

Alimentation hivernale des bovins charolais. Recommandations et repères

Alimentation hivernale des bovins charolais. Recommandations et repères Alimentation hivernale des bovins charolais Recommandations et repères Hiver 0/0 Les conditions climatiques défavorables de cette année 0 n ont pas permis de constituer suffisamment de stocks hivernaux

Plus en détail

Les jeux sont faits, rien ne va plus vraiment? Patrice Fortier, agr.

Les jeux sont faits, rien ne va plus vraiment? Patrice Fortier, agr. Les jeux sont faits, rien ne va plus vraiment? Patrice Fortier, agr. Stratégie de groupage Valorisation des fourrages Choix des ingrédients Digestion de la ration Stratégie d additifs Stratégie de groupage

Plus en détail

LA VALEUR ALIMENTAIRE DE LA LUZERNE

LA VALEUR ALIMENTAIRE DE LA LUZERNE LA VALEUR ALIMENTAIRE DE LA LUZERNE AF : acide formique (doses données par tonne de vert) AGV : acides gras volatils CB : cellulose brute DMO : digestibilité de la matière organique MAT : matière azotée

Plus en détail

Les sous-produits... peut-on en tirer profit?

Les sous-produits... peut-on en tirer profit? JOHANNE CAMERON, agr. M.Sc. Responsable en vulgarisation au CEPOQ Ovin Québec, Octobre 2007 Les sous-produits... peut-on en tirer profit? Bonjour. J ai toujours aimé contrôler mon coût de production en

Plus en détail

Elevage Infos. Bilan de la campagne d analyse d herbe 2013. Résultats 2013 SOMMAIRE

Elevage Infos. Bilan de la campagne d analyse d herbe 2013. Résultats 2013 SOMMAIRE Elevage Infos SOMMAIRE Bilan campagne d analyse d herbe p 1 AgriNIR p 2 Cap ECO p 3 Ovins p 5 Bovins Lait p 6 GEHODES p 8 Contact EDE Chambre d Agriculture Elevage - Tél 02.54.61.61.54 www.indre.chambagri.fr

Plus en détail

FUne alimentation équilibrée et un abreuvement de qualité sont

FUne alimentation équilibrée et un abreuvement de qualité sont Bien alimenter et abreuver FUne alimentation équilibrée et un abreuvement de qualité sont indispensables pour assurer un bon niveau de production et une bonne santé aux animaux du troupeau. Les fiches

Plus en détail

Efficacité des systèmes pâturants

Efficacité des systèmes pâturants Efficacité des systèmes pâturants Yves Lefrileux 1 -Alain Pommaret 2 1 Institut de l Elevage 2 Ferme expérimentale Caprine du Pradel www.idele.fr 1 des craintes d une baisse de production avec le pâturage.

Plus en détail

BESOINS NUTRITIONNELS DES CHEVAUX. Par: André Bourdages, agr. PAS Support technique en nutrition équine ADM Alliance Nutrition St-Hyacinthe, Québec

BESOINS NUTRITIONNELS DES CHEVAUX. Par: André Bourdages, agr. PAS Support technique en nutrition équine ADM Alliance Nutrition St-Hyacinthe, Québec BESOINS NUTRITIONNELS DES CHEVAUX Par: André Bourdages, agr. PAS Support technique en nutrition équine ADM Alliance Nutrition St-Hyacinthe, Québec NRC Cheval 2007 BESOINS NUTRITIFS BESOINS D ENTRETIEN

Plus en détail

Les fiches techniques caprines Sud-Ouest Place aux chevrettes

Les fiches techniques caprines Sud-Ouest Place aux chevrettes Les fiches techniques caprines Sud-Ouest Fiche n 1 L élevage des chevrettes constitue une phase importante. Ces jeunes animaux, choisis selon des critères précis, vont faire l objet de soins et d attention

Plus en détail

REFERENTIEL TECHNIQUE DE L ELEVAGE DES CAPRINS

REFERENTIEL TECHNIQUE DE L ELEVAGE DES CAPRINS REFERENTIEL TECHNIQUE DE L ELEVAGE DES CAPRINS ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------- INTRODUCTION Au Maroc, l élevage représente

Plus en détail

Impact des pratiques alimentaires de fin de gestation sur la lactation publié dans L'égide n 15, 1999

Impact des pratiques alimentaires de fin de gestation sur la lactation publié dans L'égide n 15, 1999 Impact des pratiques alimentaires de fin de gestation sur la lactation publié dans L'égide n 15, 1999 Au cours d'un cycle de production, les semaines qui entourent la mise-bas sont capitales : elles conditionnent

Plus en détail

LA TOXEMIE DE GESTATION

LA TOXEMIE DE GESTATION Fiche n 44 OVINE NEVROSE Alimentation Commission OVINE Jean-Louis PONCELET Novembre 2002 LA TOXEMIE DE GESTATION DEFINITION Maladie métabolique qui apparaît en fin de gestation chez les brebis, à la suite

Plus en détail

Fourrages et tourteaux. Optimiser l'alimentation de ses troupeaux PRAIRIES MAÏS DÉROBÉES COPRODUITS OLÉO- PROTÉAGINEUX SEPTEMBRE 2012

Fourrages et tourteaux. Optimiser l'alimentation de ses troupeaux PRAIRIES MAÏS DÉROBÉES COPRODUITS OLÉO- PROTÉAGINEUX SEPTEMBRE 2012 SEPTEMBRE 2012 PRAIRIES Luzerne : limiter les mauvaises herbes p. 3 Ravageurs : une lutte surtout agronomique p. 6 MAÏS Tasser et protéger le silo pour éviter l'entrée d'air p. 8 Ajuster la ration des

Plus en détail

EVOLUTION DE L APPAREIL DIGESTIF DU VEAU D ELEVAGE

EVOLUTION DE L APPAREIL DIGESTIF DU VEAU D ELEVAGE EVOLUTION DE L APPAREIL DIGESTIF DU VEAU D ELEVAGE VEAU NOUVEAU NE Le lait passe directement dans la caillette. Les pré-estomacs ne sont pas fonctionnels. DES QUE LE VEAU CONSOMME DES ALIMENTS SOLIDES

Plus en détail

Fiche technique : Culture de canne fourragère

Fiche technique : Culture de canne fourragère Fiche technique : Culture de canne fourragère Sujet : Cette fiche technique vous donne les éléments clés permettant de mettre en place une surface de canne fourragère. Les différentes cannes fourragères

Plus en détail

Après quota : Préparons ensemble nos projets d éleveurs

Après quota : Préparons ensemble nos projets d éleveurs Après quota : Préparons ensemble nos projets d éleveurs Dans un contexte économique fluctuant, tracer les chemins de l aprèsquota à l horizon 2015 est primordial. Les 14 groupes lait issus des GEDA (Groupes

Plus en détail

Alimentation à la dérobée de veaux de boucherie

Alimentation à la dérobée de veaux de boucherie Bovins de boucherie Alimentation à la dérobée de veaux de boucherie Par : Alain Fournier, agronome, M.Sc. Conseiller en productions laitière et bovine MAPAQ, Région Centre-du-Québec http://www.agr.gouv.qc.ca

Plus en détail

L ensilage de maïs en Ardenne? D un point de vue alimentaire. Isabelle Dufrasne Ferme expérimentale Service de Nutrition FMV Université de Liège

L ensilage de maïs en Ardenne? D un point de vue alimentaire. Isabelle Dufrasne Ferme expérimentale Service de Nutrition FMV Université de Liège L ensilage de maïs en Ardenne? D un point de vue alimentaire Isabelle Dufrasne Ferme expérimentale Service de Nutrition FMV Université de Liège Plan L ensilage de maïs en général Caractéristiques anatomiques

Plus en détail

Adélia la nutrition de la vache laitière, signée Triskalia

Adélia la nutrition de la vache laitière, signée Triskalia DOSSIER DE PRESSE Mars 2011 Adélia la nutrition de la vache laitière, signée Triskalia SOMMAIRE Communiqué de presse..................................................................................................................

Plus en détail

Renforcer l autonomie alimentaire en élevages laitiers

Renforcer l autonomie alimentaire en élevages laitiers Renforcer l autonomie alimentaire en élevages laitiers Luc DELABY INRA AgroCampus Ouest UMR Pegase 35590 Saint Gilles 11 / 12 / 2015 Qu est ce que l autonomie alimentaire d un élevage? Peut être définie

Plus en détail

Outils et stratégies permettant d augmenter le taux de fécondité et la qualité du lait des troupeaux laitiers biologiques.

Outils et stratégies permettant d augmenter le taux de fécondité et la qualité du lait des troupeaux laitiers biologiques. Outils et stratégies permettant d augmenter le taux de fécondité et la qualité du lait des troupeaux laitiers biologiques projet 07 BIO 03 Organisme requérant :Valacta Organisme responsable du projet :

Plus en détail

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS CLBV AQMP02 CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS 2 UMO sur 39 ha avec 200 chèvres produisant 160 000 litres de lait et engraissement de 40 génisses Ce système se rencontre principalement dans

Plus en détail

Coûts de production et stratégies gagnantes des élevages charolais

Coûts de production et stratégies gagnantes des élevages charolais Coûts de production et stratégies gagnantes des élevages charolais Les Chambres d agriculture de l Allier et du Puy-de-Dôme organisent des formations collectives d analyse des résultats économiques afin

Plus en détail

Édito. des antibiotiques en élevage. La prévention. formation et l information sont donc essentielles pour réussir.

Édito. des antibiotiques en élevage. La prévention. formation et l information sont donc essentielles pour réussir. Septembre 2012 La lettre Synthèse élevage N 03 L information des éleveurs de bovins Sommaire Pages 2 à 4 Les problèmes de foie sur la vache laitière Mythe ou réalité? Page 5 Colostrum contre les diarrhées

Plus en détail

Valorisation de l Energie par les brebis. Jean-Marc ARRANZ 15 mars 2007

Valorisation de l Energie par les brebis. Jean-Marc ARRANZ 15 mars 2007 Valorisation de l Energie par les brebis Jean-Marc ARRANZ 15 mars 2007 Plan Rappel système INRA Le rumen et son fonctionnement Les sucres Les fibres Indices de fibrosité Régulation du transit et du PH

Plus en détail

Produire du lait de chèvre à l année, ou comment désaisonner sa production.

Produire du lait de chèvre à l année, ou comment désaisonner sa production. Produire du lait de chèvre à l année, ou comment désaisonner sa production. Lemelin Michel Ministère de l Agriculture du Québec, http://www.agrireseau.qc.ca/caprins, 15 avril 2003 Rapport et adaptation

Plus en détail

Projet d essai d allaitement artificiel pour la production d agneaux au lait avec les produits d allaitement Serval

Projet d essai d allaitement artificiel pour la production d agneaux au lait avec les produits d allaitement Serval Projet d essai d allaitement artificiel pour la production d agneaux au lait avec les produits d allaitement Serval Rapport Final Préparé par Manon Lepage agronome 19 février 2001 REMERCIEMENTS La réalisation

Plus en détail

SBW = Shrunk Body Weight et correspond au poids vif x 0,96 SRW = Shrunk Weight = 435 kg pour une carcasse contenant 25,2 % de lipides

SBW = Shrunk Body Weight et correspond au poids vif x 0,96 SRW = Shrunk Weight = 435 kg pour une carcasse contenant 25,2 % de lipides PROTÉINES Par : Dany Cinq-Mars, agronome Nutrition et alimentation MAPAQ/Direction des services technologiques http://www.agr.gouv.qc.ca Pour commentaires : dcinqmar@agr.gouv.qc.ca Révisé le 13 mars 2001

Plus en détail

PULPE D AGRUME FRAÎCHE

PULPE D AGRUME FRAÎCHE Comité National des Coproduits Fiche n 14 Ecarts de Fruits et Légumes et Coproduits de conserverie PULPE D AGRUME FRAÎCHE Définition Coproduit obtenu par les agro-industries transformatrices d agrumes

Plus en détail

Les qualités nutritives des tourteaux de colza

Les qualités nutritives des tourteaux de colza 1 Les qualités nutritives des tourteaux de colza Composition chimique du tourteau de colza Version du 26 octobre 2005 Remarque :!!! Données dans les tableaux pour tourteau non gras!!! Bien équilibré en

Plus en détail

L alimentation du sportif

L alimentation du sportif LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS D HERBALIFE 67 HERBANEWS SOMMAIRE L alimentation du sportif L alimentation du sportif Trois nutriments essentiels L hydratation Les alternatives Herbalife Ce qu il faut

Plus en détail

Mini-conférence. Sommet de l Elevage Octobre Optimiser le maïs fourrage pour alimenter mes bovins

Mini-conférence. Sommet de l Elevage Octobre Optimiser le maïs fourrage pour alimenter mes bovins Mini-conférence Sommet de l Elevage Octobre 2012 Optimiser le maïs fourrage pour alimenter mes bovins Analyser son maïs Lors du chantier de récolte, prendre un échantillon représentatif du contenu du silo

Plus en détail

LES MALADIES METABOLIQUES CHEZ LA CHEVRE. L Eleveur de Chèvres - numéro 3 décembre 1997

LES MALADIES METABOLIQUES CHEZ LA CHEVRE. L Eleveur de Chèvres - numéro 3 décembre 1997 LES MALADIES METABOLIQUES CHEZ LA CHEVRE L Eleveur de Chèvres - numéro 3 décembre 1997 Dossier réalisé par : A REVEAU - Chambre d'agriculture Charente M.P. ROFFAT - Chambre d'agriculture Vienne M. AUDOUX

Plus en détail

LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE

LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE 55 SOMMAIRE Les fibres Mieux connaître les fibres Focus sur les rôles des fibres Les apports conseillés Les sources de fibres Le Complément Alimentaire à Base

Plus en détail

Avant-propos. J. Agabriel

Avant-propos. J. Agabriel Avant-propos J. Agabriel Près de vingt ans après, le livre rouge de l «Alimentation des bovins, ovins et caprins» proposé par l Inra sous la direction de R. Jarrige, il est apparu nécessaire d actualiser

Plus en détail

La place des bicarbonates dans l alimentation des vaches laitières

La place des bicarbonates dans l alimentation des vaches laitières La place des bicarbonates dans l alimentation des vaches laitières Stefan JURJANZ 19 juin 2014 1 Filière -lait de vaches Actualité : prix fluctuants subventions, abandon des quotas, ouverture des marchés

Plus en détail

Exercice 12 : Ration classique / complète : prise en compte de l'hétérogénéité du niveau de production dans un troupeau

Exercice 12 : Ration classique / complète : prise en compte de l'hétérogénéité du niveau de production dans un troupeau Exercice 12 : Ration classique / complète : prise en compte de l'hétérogénéité du niveau de production dans un troupeau Problématique : La pratique de la ration complète a été développée en particulier

Plus en détail

Canadian Sheep Federation. Canadian Sheep Federation Fédération Canadienne du Mouton. Section 5 NUTRITION

Canadian Sheep Federation. Canadian Sheep Federation Fédération Canadienne du Mouton. Section 5 NUTRITION Canadian Sheep Federation NUTRITION Quel système d alimentation dois-je utiliser?... 48 Quel est le coût de l alimentation associé à la production?... 48 Existe t-il d autres façons pour réduire les coûts

Plus en détail

Alimenter les équins avec de l herbe en Limousin

Alimenter les équins avec de l herbe en Limousin Optimiser ses pratiques pour s adapter à la conjoncture en production équine 8 è journée du Réseau Économique de la Filière Équine - 23 avril 2015 Alimenter les équins avec de l herbe en Limousin MATHIEU

Plus en détail

L alimentation de la truie en lactation pour des porcelets de qualité

L alimentation de la truie en lactation pour des porcelets de qualité L alimentation de la truie en lactation pour des porcelets de qualité L alimentation de la truie en lactation pour des porcelets de qualité SIMON HUARD, M. SC., AGR. SUPPORT TECHNIQUE EN NUTRITION PORCINE

Plus en détail

ACIDOSE AIGUË DU RUMEN

ACIDOSE AIGUË DU RUMEN ACIDOSE AIGUË DU RUMEN Epidémiologie Symptômes Lésions Diagnostic Traitement Prévention - Bibliographie Epidémiologie - perturbation de la digestion se traduisant par une baisse du ph ruminal en-dessous

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE E7-1 SCIENCES ET TECHNIQUES DES PRODUCTIONS ANIMALES

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE E7-1 SCIENCES ET TECHNIQUES DES PRODUCTIONS ANIMALES SESSION 2013 Métropole BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE E7-1 SCIENCES ET TECHNIQUES DES PRODUCTIONS ANIMALES Option : Productions animales Durée : 4 heures Matériel(s) et document(s) autorisé(s)

Plus en détail

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal GUIDE PRATIQUE DE L'ÉLEVEUR Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal avril 2011 BRETAGNE PAYS DE LA LOIRE SOMMAIRE Paroles d éleveurs 4 Quelle place donner à l herbe Le choix d un système fourrager 8

Plus en détail

Des protéines aussi dans l herbe

Des protéines aussi dans l herbe Des protéines aussi dans l herbe Comment bien les valoriser chez le ruminant? Yves Beckers Unité de Zootechnie FUSAGx Gembloux 24 mars 2009 Régions tempérées : herbe Disponible en quantité SAU sous prairies

Plus en détail

Principes du rationnement

Principes du rationnement Chapitre 1 Principes du rationnement W. Martin-Rosset Démarche générale Le rationnement consiste à choisir des aliments et à en calculer les quantités nécessaires à distribuer pour apporter aux animaux

Plus en détail

ssentials DESIGNED DOG for your www.delimill.ch

ssentials DESIGNED DOG for your www.delimill.ch e ssentials DESIGNED DOG www.delimill.ch for your Le siège social de la société est basé à Luzern en Suisse. Les actionnaires fondateurs de la société ont de nombreuses années d éxpérience dans le domaine

Plus en détail

1 / Conditions expérimentales

1 / Conditions expérimentales C. MALTERRE, J. ROBELIN J. AGABRIEL P. BORDES INRA Station des Productions bovines et chevalines * INRA Station de Recherches sur la Viande Theix 63122 Saint-Genès-Champanelle Engraissement des vaches

Plus en détail

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie Capacité d adaptation des systèmes en Agriculture Biologique aux épisodes de sécheresse AUTONOMIE ALIMENTAIRE Maître d œuvre : Chambres d Agriculture

Plus en détail

ENERGIE ET PERFORMANCE

ENERGIE ET PERFORMANCE ENERGIE ET PERFORMANCE A. Introduction Les paramètres influençant la performance sont la Génétique, l entraînement, le mental, puis une série de paramètres tels la nutrition, le sommeil, l environnement,

Plus en détail

RAPPORT DE VÉRIFICATION INTERNE DU CADRE DE CONTRÔLE DE GESTION FINANCIÈRE DES INITIATIVES LIÉES AU PLAN D ACTION ÉCONOMIQUE DU CANADA (PAE) RAPPORT

RAPPORT DE VÉRIFICATION INTERNE DU CADRE DE CONTRÔLE DE GESTION FINANCIÈRE DES INITIATIVES LIÉES AU PLAN D ACTION ÉCONOMIQUE DU CANADA (PAE) RAPPORT RAPPORT DE VÉRIFICATION INTERNE DU CADRE DE CONTRÔLE DE GESTION FINANCIÈRE DES INITIATIVES LIÉES AU PLAN D ACTION ÉCONOMIQUE DU CANADA (PAE) RAPPORT Juillet 2010 PRÉPARÉ PAR LA DIRECTION GÉNÉRALE DE LA

Plus en détail

ATOUTS ET CONTRAINTES PAR RAPPORT AU CAHIER DES CHARGES DE L AB Filière Bovins Lait

ATOUTS ET CONTRAINTES PAR RAPPORT AU CAHIER DES CHARGES DE L AB Filière Bovins Lait LE SOL forts Sol sensible à l érosion Part du parcellaire labourable faible Accès limité ou difficile aux parcelles pâturées Peu d engrais organiques (effluents d élevage) disponibles sur l exploitation

Plus en détail

Apport quotidien moyen recommandé 2200 à 2800 kcal. Ces besoins sont variables selon l'âge, le sexe, le poids et l'activité physique.

Apport quotidien moyen recommandé 2200 à 2800 kcal. Ces besoins sont variables selon l'âge, le sexe, le poids et l'activité physique. POUR UNE ALIMENTATION EQUILIBREE, BESOINS ET RYTHMES ALIMENTAIRES I- BESOINS NUTRITIONNELS L'alimentation de l'adolescent doit : - Respecter la répartition et l équilibre entre les principaux nutriments

Plus en détail

B7-VI Planifier et évaluer la production

B7-VI Planifier et évaluer la production B7-VI Planifier et évaluer la production Moyen d enseignement pour la formation professionnelle de base de l avicultrice, de l aviculteur en 3 ème année d apprentissage Table des matières 1 Planifier et

Plus en détail

Avec des animaux de plus en plus performants et

Avec des animaux de plus en plus performants et La dénomination commerciale des compléments minéraux et vitaminés (CMV) comprend souvent trois valeurs qui représentent successivement les teneurs en phosphore, calcium et magnésium. Par exemple, un CMV

Plus en détail

CHAPITRE 1 Données à saisir avant la mise en route du robot

CHAPITRE 1 Données à saisir avant la mise en route du robot CHAPITRE 1 Données à saisir avant la mise en route du robot 1.1 Paramétrage des données de l exploitation & des vaches Pour optimiser l'utilisation du robot Astronaut, vous devrez impérativement saisir

Plus en détail

Charges fertilisantes des effluents d élevage Période transitoire

Charges fertilisantes des effluents d élevage Période transitoire Charges fertilisantes des effluents d élevage Modalités de reconnaissance des valeurs références pour la période transitoire Denis Côté, IRDA Mars 2003 MAPAQ Photos tirées de «Guide des Pratiques de conservation

Plus en détail

Alimentation Du veau à la vache Battice, 15 décembre 2011

Alimentation Du veau à la vache Battice, 15 décembre 2011 Alimentation Du veau à la vache Battice, 15 décembre 2011 Alimentation lactée I. Naissance : Colostrum II. Les trois premiers mois Alimentation du sevrage au vêlage De 3 mois au vêlage -alimentation -Estimation

Plus en détail

LES BASES DE L ALIMENTATION

LES BASES DE L ALIMENTATION Fiche n 99 OVINS ALIMENTATION C.M.V Commission OVINE Jean-Louis PONCELET VITAMINES Mai 2006 LES BASES DE L ALIMENTATION I ) LA CAPACITE D INGESTION LES UNITES D ENCOMBREMENT (U. E.) La capacité d ingestion

Plus en détail

Quel système pour maximiser les résultats r économiques des exploitations d élevage allaitant ou laitier? Opt INRA

Quel système pour maximiser les résultats r économiques des exploitations d élevage allaitant ou laitier? Opt INRA Quel système pour maximiser les résultats r économiques des exploitations d élevage allaitant ou laitier? Opt INRA outil d aide à la décision par programmation linéaire Veysset P., Lherm M., Bébin D. Opt'INRA

Plus en détail

ALIMENTATION ANIMALE 1.- LES RUMINANTS

ALIMENTATION ANIMALE 1.- LES RUMINANTS ALIMENTATION ANIMALE L'alimentation des animaux a une répercussion sur la qualité des produits animaux dérivés Cette alimentation doit répondre aux besoins des animaux pour leur entretien, leur production,

Plus en détail

Comment choisir les espèces?

Comment choisir les espèces? 16 Disposer d un gazon en adéquation avec l environnement pédo-climatique, avec l utilisation de la prairie (pâturage et/ou fauche), sa durée, et le type de bovins (lait ou viande) sont des éléments à

Plus en détail

Fiche technique n 3 : l alimentation des porcs

Fiche technique n 3 : l alimentation des porcs Fiche technique n 3 : l alimentation des porcs L alimentation est très importante pour la réussite de l élevage de porcs. Quelques données sur l alimentation des porcs Le porc n est pas très exigeant quant

Plus en détail

Une alimentation adaptée pour un entraînement optimal 1

Une alimentation adaptée pour un entraînement optimal 1 Une alimentation adaptée pour un entraînement optimal 1 Les (sucres lents) sont essentiels à la résistance de l organisme pour un effort d endurance. Si vous manquez de réserves, vous vivrez le «mur du

Plus en détail

Utilisation des légumineuses à graines

Utilisation des légumineuses à graines Colloque Utilisation des légumineuses dans les systèmes de production animale JL Peyraud, JY Dourmad, M Lessire, F Médale, C Peyronnet Les légumineuses pour des systèmes agricoles et alimentaires durables

Plus en détail

Alimentation pratique du lapin nain

Alimentation pratique du lapin nain Alimentation pratique du lapin nain Introduction Le lapin est un herbivore, il convient de respecter sa nature. De plus, son tube digestif est très fragile et toute perturbation de la nature des aliments

Plus en détail

Stratégies d échantillonnage

Stratégies d échantillonnage Agence de l eau Rhône Méditerranée et Corse INSA de Lyon Stratégies d échantillonnage Optimisation des stratégies d échantillonnage des eaux résiduaires industrielles et urbaines Echantillonneur automatique

Plus en détail

FORMATIONS en production caprine 2013-2014

FORMATIONS en production caprine 2013-2014 FORMATIONS en production caprine 2013- Titre du cours Durée Lieu Alimentation des petits ruminants : moutons et chèvres Élevage de chevreaux de boucherie Gérer la traite et la qualité du lait en production

Plus en détail

Ainsi le travail par intervalles permet une augmentation des charges de travail sans risque de surentraînement.

Ainsi le travail par intervalles permet une augmentation des charges de travail sans risque de surentraînement. LA SURCOMPENSATION La surcompensation est le phénomène de base sans lequel s entraîner serait inefficace : je m entraîne, je suis fatigué, je me repose, je suis capable de reproduire ce que j ai fait avec

Plus en détail

BON ETAT DES TOISONS POUR DES VIANDES SURES

BON ETAT DES TOISONS POUR DES VIANDES SURES BON ETAT DES TOISONS POUR DES VIANDES SURES Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire Editeur responsable: Gil Houins Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire WTC III 21

Plus en détail

L ALIMENTATION SOMMAIRE

L ALIMENTATION SOMMAIRE L ALIMENTATION SOMMAIRE I. Conception de base de la nutrition du sportif II. Les calories III. Les lipides 1. Le tissu adipeux 2. Les acides gras saturés 3. Les acides gras mono saturés 4. Les acides gras

Plus en détail

Édition n 16 : Opérations de couverture

Édition n 16 : Opérations de couverture www.bdo.ca CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 16 : Opérations de couverture Les normes IFRS et les PCGR du Canada constituent des cadres fondés sur

Plus en détail

La gestion de l alimentation des

La gestion de l alimentation des L alimentation des nouveaunés est d une importance capitale sur leur croissance pendant la première année de vie et toute la durée de leur vie. Alimentation des chevreaux: de la naissance à la reproduction

Plus en détail

11) L évaluation des politiques publiques

11) L évaluation des politiques publiques 1 FIPECO, le 14.04.2016 Les fiches de l encyclopédie V) Les dépenses publiques 11) L évaluation des politiques publiques Les objectifs, les techniques et les conditions institutionnelles de réalisation

Plus en détail

CONTRAT D INTÉRESSEMENT en production de veaux de lait

CONTRAT D INTÉRESSEMENT en production de veaux de lait CONTRAT D INTÉRESSEMENT en production de veaux de lait Ce document, élaboré par la Fédération des producteurs de bovins du Québec, vise à démystifier les différents contrats utilisés en production de veaux

Plus en détail

La physiologie de la reproduction caprine

La physiologie de la reproduction caprine La physiologie de la reproduction caprine Une bonne compréhension des mécanismes de la physiologie de la reproduction est un préalable indispensable pour optimiser la gestion de la reproduction dans son

Plus en détail

Table des matières. Partie I Aspects généraux et administratifs de la production caprine. Chapitre 1. Généralités et étude des marchés

Table des matières. Partie I Aspects généraux et administratifs de la production caprine. Chapitre 1. Généralités et étude des marchés Table des matières Préface de Franck Moreau........................................ XIII Préface de Joël Rigal............................................. XV Remerciements.................................................

Plus en détail

Les préconisations par type de situation

Les préconisations par type de situation Les préconisations par type de situation Le tableau qui suit a été élaboré en mai 2007 à la suite d une étude sur la situation économique et financière des associations d aide aux personnes à domicile.

Plus en détail

Essais vaches laitières : le soja régional en système foin- regain-maïs épi. www.pep.chambagri.fr

Essais vaches laitières : le soja régional en système foin- regain-maïs épi. www.pep.chambagri.fr Essais vaches laitières : le soja régional en système foin- regain-maïs épi www.pep.chambagri.fr PARTENAIRES de l action : Région Rhône-Alpes* ; groupe Dauphinoise*; AFTAlp* ; SUACI- GIS ; Institut de

Plus en détail

Réglementations et organisation de l'alimentation dans les E.A.J.E. Direction de la Petite Enfance et de l'éducation

Réglementations et organisation de l'alimentation dans les E.A.J.E. Direction de la Petite Enfance et de l'éducation Réglementations et organisation de l'alimentation dans les E.A.J.E. Direction de la Petite Enfance et de l'éducation Le GEM RCN. (Groupe d Etude des Marchés de Restauration Collective et de Nutrition)

Plus en détail

) REFERENTIEL 2014 des réseaux d élevage Auvergne, Lozère, Aveyron Conjoncture 2013. Sommaire général : Avertissements

) REFERENTIEL 2014 des réseaux d élevage Auvergne, Lozère, Aveyron Conjoncture 2013. Sommaire général : Avertissements ) REFERENTIEL 2014 des réseaux d élevage Auvergne, Lozère, Aveyron Conjoncture 2013 Sommaire général : Avertissements Fiches techniques - bovins lait - bovins allaitants - cultures Fiches économiques -

Plus en détail

Les prairies multi-espèces produisent plus que le RGA - TB

Les prairies multi-espèces produisent plus que le RGA - TB Les prairies multi-espèces produisent plus que le RGA - TB + 1,5 t MS/ha sur 3 essais Y compris sur sols profonds Rendement annuel (T MS/ha) 11 9 8 7 6 5 4 3 4,2 5,7 8,4,1 3,8 5,2 Essai 1 Essai 2 Essai

Plus en détail

LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE

LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE 49 SOMMAIRE Les seniors Les chiffres clés Les habitudes alimentaires des seniors Les recommandations Les alternatives Herbalife Les compléments alimentaires

Plus en détail

Gestion de l humidité dans le bâtiment de démarrage

Gestion de l humidité dans le bâtiment de démarrage FICHE D INFORMATION Gestion de l humidité dans le bâtiment de démarrage info.hybrid@hendrix-genetics.com www.hybridturkeys.com Une litière humide peut s avérer l une des conditions environnementales les

Plus en détail

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE Encadré PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA Sur la base des informations disponibles au 23 août 2013, les services de la ont réalisé des projections concernant

Plus en détail

La maîtrise de l allaitement a une très forte

La maîtrise de l allaitement a une très forte BIEN MAITRISER L ALLAITEMENT DE VOS VEAUX : POUR UNE CROISSANCE ET POUR UNE QUALITÉ OPTIMALES La maîtrise de l allaitement a une très forte incidence sur la qualité de vos veaux élevés sous la mère (couleur

Plus en détail

Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande

Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande La notion de marché, dans les économies industrialisées contemporaines, est devenue pour une large majorité d économistes la référence

Plus en détail

COPRODUIT de PETIT POIS DE CONSERVERIE

COPRODUIT de PETIT POIS DE CONSERVERIE Comité National des Coproduits Fiche n 25 Coproduit de Fruits et Légumes et Coproduit de Conserverie COPRODUIT de PETIT POIS DE CONSERVERIE Définition Il provient de l utilisation des petits pois pour

Plus en détail

PORTES OUVERTES CONSEIL EN ELEVAGE SCEA DU PAPILLON. Arnaud GRESSET 25/02/2016

PORTES OUVERTES CONSEIL EN ELEVAGE SCEA DU PAPILLON. Arnaud GRESSET 25/02/2016 PORTES OUVERTES CONSEIL EN ELEVAGE SCEA DU PAPILLON Arnaud GRESSET 25/02/2016 Quelles sont les principales maladies métaboliques et leurs impacts? La ration et les frais vétérinaires sur la scea du papillon

Plus en détail