ACTU ÉLEVAGE LES SOLUTIONS DE MONITORING INFO LAIT P INFO viande P N 6 - JUIN analyser ses fourrages. stratégie de sélection

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ACTU ÉLEVAGE LES SOLUTIONS DE MONITORING INFO LAIT P. 8-11. INFO viande P. 12-13 N 6 - JUIN 2013. analyser ses fourrages. stratégie de sélection"

Transcription

1 INFO LAIT P MEILLEURES MOYENNES stratégie de sélection INFO viande P COMplémentation AU pâturage INFO CAPRINE P. 14 analyser ses fourrages ACTU ÉLEVAGE Le magazine d information d Élevage Conseil Loire Anjou N 6 - JUIN 2013 LE DOSSIER LES SOLUTIONS DE MONITORING SE Démocratisent P4

2 Du côté de chez nous ÉLEVAGE CONSEIL LOIRE ANJOU P 2 Du côté de chez nous La Quinzaine du conseil en élevage une opération qui a mobilisé le réseau national Du 4 au 17 mars dernier, partout en France, les entreprises du réseau France Conseil Elevage ont démontré leur expertise au travers de plus d'une centaine de rendez-vous : des journées portes-ouvertes, des journées techniques présentant les dernières innovations mises au service des éleveurs, la présentation des métiers d'expertises à des étudiants... la quinzaine du conseil d'élevage conseil loire anjou Deux opérations spécifiques ont été menées par Elevage Conseil Loire Anjou : deux portes-ouvertes qui ont mobilisé 269 élèves des écoles d'agriculture des deux départements ; une animation autour du conseil sur le choix d'un reproducteur de race à viande dans le cadre de la vente de CHENILLE-CHANGE. Cette opération a permis de renforcer notre positionnement d'entreprises de conseil en élevage. Nouveau service : le " KIT COPRO " Le " kit copro " est une analyse simple, rapide et utile. Il s'agit d'une analyse coproscopique. Elle permet de connaître l'état parasitaire des animaux (coccidiose, strongles digestifs, douve, paramphistome,...) à partir d'un prélèvement de matières fécales. L'objectif est de juger de la nécessité ou non d'un traitement et d'optimiser le choix du produit à utiliser. composition du " kit " Un mode d'emploi Deux sachets de prélèvements Une enveloppe d'expédition pré-affranchie (retour des résultats en moins d'une semaine) Petites annonces sur le site La rubrique " petites annonces " permet à nos adhérents de déposer des offres sur notre site. Elles sont regroupées dans différentes catégories : aliment, fourrage, paille, matériel, animaux... et sont ensuite consultables par les éleveurs de notre zone et des départements voisins.

3 ÉLEVAGE CONSEIL LOIRE ANJOU Du côté de chez nous P 3 ELEVAGE CONSEIL LOIRE ANJOU en Chine Yvelyse MATHIEU, expert nutrition, a été sollicitée par le bureau de la coopération internationale de l Institut de l Elevage pour une mission sur la production laitière dans une province du Sud de la Chine. une etude de developpement de la production laitiere L étude a été commandée par une entreprise privée de la Province du Jiangxi, la société Guowang, qui possède hectares répartis en riziculture, production de fruits et légumes, pisciculture et production de canards. La demande concerne l étude technique et économique de l implantation de 900 élevages familiaux pour approvisionner une usine (à construire) d une capacité de tonnes. Ces élevages seraient «complétés» par une unité de vaches dédiée à la démonstration, la formation et l expérimentation. Yvelyse MATHIEU est intervenue en tant qu'expert nutrition, fourrages et systèmes de production. Elle s est rendue sur place en février, accompagnée par un ingénieur du BTPL, pour mesurer le niveau de technicité et les contraintes locales pour la production laitière. l'elevage laitier chinois La Chine produit 6 % de la production mondiale de lait alors que sa population représente 20 % de la population mondiale et que la consommation de produits laitiers augmente très fortement. La production laitière est surtout concentrée dans le nord du pays avec de très grosses unités bâties sur des modèles américains ou australiens. Cependant les deux tiers des exploitations chinoises comptent moins de 4 vaches et la surface moyenne est de 0,5 hectare. La technicité des éleveurs est faible. En revanche, le prix du lait payé aux producteurs et le prix des aliments concentrés sont du même niveau qu en France, avec une main d œuvre qui coûte 10 fois moins cher. M. CHEN, directeur de la société Guowang, Boris PATIN (Bureau Technique de Promotion Laitière) et Yvelyse MATHIEU Dans les élevages visités, les animaux sont à l attache dans des bâtiments sans litière. Dans ces situations, combinées avec la chaleur humide, les Holsteins sont pratiquement toutes atteintes d arthrose. Les croisées de race Simmental sur la «race locale jaune» sont résistantes mais moins productives. Une des conclusions de l étude est de croiser ces dernières avec la Montbéliarde pour améliorer la production tout en gardant la résistance à la chaleur et à l humidité. La sous valorisation des fourrages entraîne une forte consommation de concentrés. Les animaux productifs sont en acidose permanente. L étude recommande d'utiliser au moins 60 % de fourrage dans les rations en distribuant les fourrages locaux. Vaches à l attache, faible technicité des éleveurs De grandes unités plus fréquentes au Nord du Pays + d'infos Détail du voyage d'étude d'yvelyse MATHIEU sur notre site

4 LE DOSSIER ÉLEVAGE CONSEIL LOIRE ANJOU P4 LE DOSSIER Les solutions de monitoring se démocratisent La taille des troupeaux est en augmentation et les éleveurs sont de moins en moins disponibles pour surveiller correctement leurs animaux, surtout pendant les périodes de pointe. De plus, nombre d entre eux recherchent des solutions de confort de travail. Le Vel'Phone pour l'alerte au vêlage Le Vel'Phone est une solution fondée sur une analyse de l évolution de la température pour suivre le vêlage à distance. L'éleveur est informé par un SMS. L'utilisation du Vel'Phone est très simple : une fois le thermomètre mis en place dans le canal vaginal, il informe l éleveur par SMS de l'évolution quotidienne de la température, de l'imminence du vêlage et surtout de l'expulsion de la poche des eaux. De jour comme de nuit et en tous lieux, l éleveur peut rester serein car il est informé, lui ou ses associés, dès le début du vêlage. C est une solution confortable : plus besoin de se lever pour rien la nuit, plus besoin de s inquiéter quand on est absent de l exploitation! De plus, étant prévenu par SMS dès l'expulsion de la poche des eaux, l éleveur peut intervenir au bon moment. mode d'utilisation Le thermomètre vaginal est positionné sur l'animal 7 jours avant le vêlage. Il communique en permanence les températures à la base. L éleveur paramètre sa base en fonction de son organisation : Choix de un à trois numéros de téléphones portables en fonction du nombre d associés à informer ; Choix des horaires d'envoi et du nombre de relevés de températures envoyés (jusqu'à deux par jour) ; Retardement de l'envoi des messages pendant la nuit (de quelques minutes à deux heures). Le thermomètre est placé dans le vagin, ce qui nécessite une bonne hygiène lors de la mise en place. En revanche, les éleveurs, parfois réticents au départ sur la pose, s habituent très rapidement au geste. évolutions à venir Le San'Phone, qui permet la prédiction des troubles de santé, est en cours de validation. L'analyse de la rumination est en cours de test. Plus d'infos sur notre site. en chiffres 53 HeatPhone et 47 Vel'Phone ont été installés à ce jour par nos conseillers dont la ferme expérimentale ARVALIS - Institut du Végétal à La Chapelle Saint Sauveur (44).

5 ÉLEVAGE CONSEIL LOIRE ANJOU LE DOSSIER P 5 david fremondiere earl des palmiers, la jumelliere (49) Eleveur en race Blonde d'aquitaine Témoignage la jumelliere Nantes TRÉLAZÉ comment avez-vous connu le vel'phone? «J'avais vu le Vel'Phone dans un élevage et je cherchais un système de surveillance. Mon conseiller d'elevage Conseil Loire Anjou, Nicolas JEAUNEAU, m'en avait aussi parlé. Au départ, je pensais installer des caméras mais il n'y a pas de réseau Internet chez moi. De plus, avec une caméra il faut tout de même se réveiller la nuit et l'investissement est plus important.» quel est votre avis sur les performances du vel'phone? «J'ai 100 vêlages par an, la moitié de février à avril puis d'août à octobre. Je suis équipé du Vel'Phone depuis un peu plus d'un an, j'ai donc du recul. Dans 98 % des cas, il m'a informé pour de vraies expulsions. Je n'ai eu que deux " fausses alertes " : les araignées étaient trop petites et il y a eu expulsion dans l'heure après la pose. En vache allaitante, il faut parfois des araignées plus grosses. Ensuite, je fais surtout attention à l'alerte SMS " attendu 48 h ", c'est le plus fiable.» comment se passe la pose des thermomètres? «Lors de l'installation du matériel, Jonathan SUREAU, le spécialisé en monitoring d'elevage Conseil Loire Anjou, m'a montré comment faire. Ensuite on prend vite le coup de main, ce n'est pas compliqué. En revanche, il faut impérativement avoir un système de contention, sinon on risque de prendre un coup de pied. On introduit un thermomètre dans le vagin. Il faut donc être propre et méticulieux. Si on respecte les consignes, il n'y a aucun risque sanitaire. Aussi, il ne faut pas le mettre trop longtemps à l'avance. En monte naturelle ce n'est pas facile de savoir quel jour la vache va vêler. J'essaye de le mettre le plus tard possible, quand je vois que la vache se prépare.» pour vous, le vel'phone c'est du confort et de la sécurité! «Ce qui est le plus confortable, c'est de ne pas se lever inutilement la nuit. Avant je me levais dix fois pour un seul vêlage. A la fin de la période des vêlages j'étais sur les rotules! Quand je suis en déplacement, c'est mon père ou mon voisin qui reçoit le SMS et qui se déplace. Aussi, la nuit j'interviens beaucoup plus qu'avant : si la vache n'a pas vêlé, je l'aide. En fait je sais que la poche des eaux a été expulsée depuis peu, donc le veau et la vache ne sont pas fatigués. Je n'hésite pas à utiliser la vêleuse. Du coup, mes dernières périodes de vêlage se sont très bien passées, pour moi et pour mes vaches et mes veaux.»

6 LE DOSSIER ÉLEVAGE CONSEIL LOIRE ANJOU P6 Le HeatPhone pour la détection des chaleurs Le HeatPhone permet la détection des chaleurs des génisses, des vaches laitières et des vaches allaitantes. Sa fiabilité est supérieure à 90 % (cf. étude de la Ferme des Trinottières). Simple d'utilisation, le HeatPhone informe l éleveur sur son téléphone portable. MEDRIA a développé une plate-forme Internet, appelée Daily Web Services (DWS), sur laquelle l éleveur retrouve un tableau de bord, les courbes des mesures réalisées sur ses animaux et l'historique des événements. Un SMS informe l éleveur au début des chaleurs. Il peut ainsi planifier l insémination au meilleur moment. mode d'utilisation Le capteur est monté sur un collier. Il mesure et enregistre en continu l'activité de l animal. Il communique ces données à la base radio lorsque l'animal passe dans un rayon de 200 mètres de celle-ci. Ces informations sont transmises à un serveur par liaison GSM et sont analysées en continu pour détecter les chaleurs. L accès à ces informations par Internet permet des consultations à distance et par plusieurs associés de l élevage si besoin. Une base évolutive La même base permet d'utiliser Vel'Phone et HeatPhone. L'avantage est que l'éleveur peut s'équiper progressivement (achat d'un HeatPhone complété ensuite par un Vel'Phone). Le principal intérêt est que la base est évolutive sans avoir besoin d'investir dans du nouveau matériel : les évolutions informatiques (logiciels et algorithmes) et les nouveaux produits (San'Phone,...) ne demandent pas un nouvel investissement dans la base. Les + d'elevage Conseil Loire Anjou la proximité Nos conseillers spécialisés en solutions de monitoring sont présents sur le territoire. Ils assurent les démonstrations, les installations et le Service Après Vente. Ils restent en relation avec les éleveurs et leurs conseillers référents. Ils sont informés des évolutions des solutions MEDRIA. le lien entre les données Notre base de données Osmos est en lien avec le DWS de MEDRIA. Ainsi, lors de l installation du matériel, la base est initialisée ce qui évite à l éleveur de saisir les informations concernant son cheptel. De même, lorsqu il y a des mouvements d animaux, la base reste à jour. des évolutions pour améliorer le conseil Certaines données de suivi des détections de chaleur pourront être récupérées dans le logiciel Osmos utilisé en élevage par nos conseillers. Ceci nous permettra d avoir des éléments complémentaires pour mieux conseiller les éleveurs dans leur maîtrise de la reproduction. résultats d'essai Les essais menés à la Ferme des Trinottières (49) donnent une très bonne détection pour le HeatPhone : entre 96 et 98 %. Plus d'infos sur notre site.

7 ÉLEVAGE CONSEIL LOIRE ANJOU LE DOSSIER P 7 christophe civel earl violain, grandchamps des fontaines (44) Eleveur en race Prim'Holstein Témoignage GRANDCHAMP DES FONTAINES Nantes TRÉLAZÉ depuis QUAND êtes-vous équipé? «Je suis équipé depuis octobre Au départ, j'avais un problème de détection des chaleurs sur les génisses. Elles sont dans le même bâtiment que les taurillons. Dès qu'on y entre, tout le monde se lève et il est impossible de détecter quoi que ce soit. J'en ai surveillé cinq tout l'été dernier sans jamais les voir en chaleur! ça m'a décidé à trouver une solution. Luc ERRAUD, mon conseiller d'elevage Conseil Loire Anjou, m'a parlé du HeatPhone. L'avantage : avec un rayon de détection de 200 mètres, je fais les vaches et les génisses qui sont dans deux bâtiments séparés.» êtes-vous satisfaits des résultats? «Entre la fin de traite du soir et celle du matin, ça fait 11 heures sans voir les vaches. Parfois je reçois des SMS de " chaleur confirmée " à 21 h 30 : je ne les aurais pas vues sans l'appareil. De plus, en ce moment on court partout, on n'a pas le temps de tout bien observer. Ce matin (jour de l'interview), il m'a indiqué 4 vaches en chaleur, confirmées par l'inséminateur, alors que j'en avais vu une seule. Sur les génisses, deux tiers des chaleurs confirmées par le HeatPhone sont la nuit.» comment gérez-vous les informations dont vous disposez? «Je ne consulte les courbes sur le site Internet que si une vache a un cycle anormal. Sinon, je me sers des alertes SMS. Je vois 50 à 60 % des chaleurs des vaches. Le HeatPhone me donne alors une confirmation et je surveille un peu plus. Il n'y a que pour celles observées le samedi soir que je n'attends pas la confirmation du HeatPhone : il faut faire l'ia avant 18 h 00. Pour les génisses, je ne vais même plus les voir quand je reçois le SMS. Si la chaleur est confirmée, j'appelle l'inséminateur.» comment utilisez-vous les colliers? «Je mets les colliers 30 jours après le vêlage. Ainsi je suis sûr de détecter la deuxième chaleur cyclée. Pour les génisses, je mets le collier autour des 380 kg. Je fais deux pesées par an, ça m'aide à approcher le bon poid!» vous êtes également équipé du vel'phone! «L'investissement supplémentaire était limité. L'année dernière j'ai eu plusieurs vêlages difficiles, avec de gros veaux. Quand une génisse se préparait, je me levais les 5 nuits avant. Le Vel'Phone c'est la tranquillité : être présent au vêlage pour aider quand le veau est gros. C'est " royal " et je ne reviendrais pas en arrière!»

8 l info lait ÉLEVAGE CONSEIL LOIRE ANJOU P 8 BIO CAPRINS L info lait VHP LAIT Campagne laitière Classement des meilleures moyennes d étable BOVINS Le classement des meilleures moyennes d étable sur la campagne laitière est établi sur les productions en lait standard. Il concerne les élevages en race pure Prim Holstein, Normande, Montbéliarde et Jersiaise, qui ont donné leur accord à Élevage Conseil Loire Anjou pour diffuser leurs résultats. Les 40 meilleures moyennes d étable en race Prim Holstein Rang Élevage Commune Dépt Lait à 7 % (kg) Lait Brut (kg) 1 GAEC GERMON-GIRARD VALANJOU ,3 32, EARL BOUVET SAINTE GEMMES D'ANDIGNE ,3 31, GAEC DE LA PAPIONNIERE LES TOUCHES ,3 33,7 81 BIO 4 GAEC DE LA TOUTIERE SAINT PAUL DU BOIS ,8 32, EARL DES ECOBUTS LES TOUCHES ,5 31, GAEC DE LA RAMEE MESANGER ,7 31, GAEC DES EAUX CALMES CORCOUE SUR LOGNE ,2 32, EARL ROCHARD JALLAIS ,7 33, EARL BIROT CHOLET ,4 32, EARL DES BUTTES FREIGNE ,5 32, EARL DES FRESCHES SAINT GEORGES DES GARDES ,6 33, GAEC VIGNAIS GREZ NEUVILLE ,2 33, EARL PIET SAINT GEORGES DES GARDES ,9 31, EARL DE LA CROISEE SAINT HILAIRE DE CHALEONS VHP ,8 33, EARL DE L'EAU VIVE JANS ,9 33, EARL DE L'HORIZON LA MEILLERAYE DE BRETAGNE ,6 32, GAEC LE PICHAVOT SAINT HILAIRE DE CLISSON ,6 32, SCEA MERAND CHARRIER LA RENAUDIERE ,9 32, GAEC DES CHAMPS LAIT TOUVOIS ,7 32, GAEC DE LA GAUTRIE LA PREVIERE ,6 32, GAEC JOCTRIE LA MEMBROLLE SUR LONGUENEE ,0 31, GAEC HUMEAU LA SALLE DE VIHIERS ,6 31, GAEC DU BEAU SOLEIL HERIC ,1 32, M BEZIAU LOIC POUILLE LES COTEAUX ,5 33, GAEC DES PEUPLIERS LE LOROUX BOTTEREAU ,0 34, EARL LE POINT DU JOUR TREFFIEUX ,3 32, EARL DE LA MOUESSERIE SAINT VINCENT DES LANDES ,2 33, EARL CONNEBUERE AUVERSE ,8 33, GFA DE COAT-DAN PLESSE ,0 32, SCEA GRASSET FREDDY SAINT MACAIRE EN MAUGES ,2 32, GAEC DES PUITS CHOLET ,4 31, GAEC ROCHERS DE LA SEVRE GETIGNE ,8 33, EARL DE RANLIEU SAINT ANDRE DES EAUX ,4 33, SCEA DE LA DAVITIERE NORT SUR ERDRE ,8 33, EARL HAUTE BOITELLERIE SAINT LEZIN ,7 33, M VAN DER KALLEN JAN CHATEAUBRIANT ,2 33, EARL BIDET-MENARD VALANJOU ,2 32, M BOULESTREAU LUC BOURGNEUF EN MAUGES ,7 33, EARL DE LA PIRAUDAIS MOISDON LA RIVIERE ,7 33, GAEC DE L'HORIZON FRESNAY EN RETZ ,8 32,9 98 TB (g/kg) TP (g/kg) Effectif

9 Les 5 meilleures moyennes d étable en race Jersiaise Rang Élevage Commune Dépt Lait à 7 % (kg) ÉLEVAGE CONSEIL LOIRE ANJOU l info lait P 9 Lait Brut (kg) 1 EARL GIRARD-HEULIN LA TOURLANDRY ,3 40, GAEC DU PATIS CANDE SAINT GEORGES SUR LOIRE ,6 40, GAEC MANCEAU JEAN-NOEL VEZINS ,6 40, GAEC DE LA JUTIERE CHANZEAUX ,0 39, SCEA GABORIT MAULEVRIER ,7 39,1 103 Les 25 meilleures moyennes d étable en race Normande Rang Élevage Commune Dépt Lait à 7 % (kg) Lait Brut (kg) 1 EARL DE TREHERMAIN SAINT GILDAS DES BOIS ,7 35, GAEC PIOU - TOUBLANC BOTZ EN MAUGES ,5 37, GAEC DE LA BELLE ETOILE BOURGNEUF EN RETZ ,0 36, GAEC DE LA CATHELLERAIS FROSSAY ,3 35, EARL DES ACACIAS LE FUILET ,4 36, EARL BOURREAU YANNICK FROSSAY ,5 35, M PIPAUD CHRISTIAN SAINT HILAIRE DE CHALEONS ,7 35, M ROUE VINCENT FROSSAY ,8 35, GAEC DES SEPT LIEUX FROSSAY ,0 35, GAEC BELLEIL-BOURE JOUE SUR ERDRE ,8 35, M MAISONNEUVE J-NOEL PONTCHATEAU ,6 35, EARL KER MARIA LA CHEVALLERAIS ,1 33, GAEC CORBET LANDEMONT ,2 34, GAEC DES TAILLIS ORVAULT ,7 33, GAEC HOUIS LA CLAVELAIS SAINT GILDAS DES BOIS ,2 34, GAEC DU PRE D'IF ROUANS ,3 34, GAEC DE LA PIONNERIE FAY DE BRETAGNE ,8 35, GAEC GRAVOUIL BURGAUD PORT SAINT PERE ,5 34, GAEC DES JONQUILLES BOUVRON ,5 35, GAEC DE LA GAUDINIERE ROUANS ,6 34, M REPUSSARD MICKAEL CORZE ,7 34, GAEC DU BAS GUE AU BOUIN CHOLET ,9 35, EARL ROCHE JONQUILLE MAZIERES EN MAUGES ,4 35, EARL SAINT JOSEPH SAINT GILDAS DES BOIS ,1 35, EARL DU MESNIL BEGROLLES EN MAUGES ,5 35,6 39 TB (g/kg) TB (g/kg) Les 25 meilleures moyennes d étable en race Montbéliarde Rang Élevage Commune Dépt Lait à 7 % (kg) Lait Brut (kg) 1 GAEC DU VIEUX CHENE TEILLE ,6 34, EARL LES LILAS LA ROUXIERE ,6 33, M BARBEAU LUCIEN FILS TOUTLEMONDE ,2 33, GAEC DU TILLEUL AVESSAC ,1 33, GAEC TIGNON CHOLET ,3 34, SCEA GASNIER ABBARETZ ,1 34, GAEC DU GRAND BUISSON CHOLET ,7 34, SCEA BRIAND-LEDUC PETIT-MARS ,4 34, GAEC DES MONTBELIARDES FEGREAC ,2 33, GAEC DE LA GARENNE NYOISEAU ,2 33, EARL DE LA GOUPILLIERE SAINT QUENTIN EN MAUGES ,0 33, EARL PROVOST NORT SUR ERDRE ,7 32, EARL LUCAS FROSSAY ,3 33, GAEC DE LA BROSSE MARIE CHOLET ,8 34, EARL LERIDON SAINTE GEMMES D'ANDIGNE ,0 34, GAEC DU GRAND CORMIER CHEMILLE ,9 34, GAEC JONCHERAY LE LOROUX BECONNAIS ,0 34, EARL DU PLAISIR NEUVY EN MAUGES ,6 33, M PASQUIER VINCENT BELLIGNE ,5 34, GAEC DES CHAMPS PIERRIC ,8 33, M BREGEON JOSEPH TREMENTINES ,3 34, GAEC DE LA MEE CHATEAUBRIANT ,9 32, EARL ROBERT LE TREMBLAY ,1 34, GAEC DU MUGUET NYOISEAU ,5 34, M MARTIN PAUL ANTOINE GRAND AUVERNE ,9 33,3 37,0 TB (g/kg) TP (g/kg) TP (g/kg) TP (g/kg) Effectif Effectif Effectif

10 l info lait ÉLEVAGE CONSEIL LOIRE ANJOU P 10 CAPRINS Bilan génétique et stratégie de sélection LAIT Grâce à la génomique mâle et femelle, à l arrivée de nouveaux index et à l amélioration des méthodes de calcul, la génétique évolue à grands pas. Les éleveurs doivent saisir ces outils pour adapter le potentiel de leur troupeau à leurs objectifs. Les conseillers vont prochainement remettre le bilan génétique du troupeau aux éleveurs. C'est l'occasion d'analyser ce document et d'échanger sur la stratégie de BOVINS sélection. LE bilan génétique Le bilan génétique, édité annuellement par Elevage Conseil Loire Anjou, permet d avoir une image du potentiel des vaches laitières. La liste des index permettant cette analyse a été étendue aux index fonctionnels et aux index de synthèse morphologique. Chaque éleveur peut se situer en se comparant aux troupeaux de la même race. Avec l effet troupeau annuel, il peut visualiser le niveau d expression du potentiel génétique de son troupeau. BIO VHP Les choix génétiques sont étudiés au travers des inséminations réalisées et des index des taureaux choisis. Il s agit de vérifier la cohérence entre ces pratiques et les objectifs à moyen terme de l éleveur.

11 ÉLEVAGE CONSEIL LOIRE ANJOU l info lait P 11 Enfin l évolution des index de production morphologique et fonctionnel des générations à venir est représentée sous forme graphique. L éleveur peut ainsi prévoir le potentiel de son troupeau et vérifier la cohérence des accouplements. La stratégie de sélection En complément de l analyse du bilan génétique, nos conseillers accompagnent les éleveurs dans leur stratégie de sélection. La démarche consiste à trier les femelles les plus intéressantes en fonction des orientations génétiques choisies et du nombre de femelles nécessaires pour le renouvellement. Après cette première étape, un type de taureau est conseillé en fonction des points forts et des points faibles des femelles retenues. L analyse est réalisée sur les vaches laitières et les génisses. Témoignage «J ai demandé un conseil en stratégie de sélection parce que j avais besoin d une aide pour raisonner la génétique du troupeau. La première étape a été l analyse du bilan génétique. Cela permet de voir si le troupeau exprime bien son potentiel. Il permet également de connaître l évolution de la génétique au travers des différentes générations de génisses. Ensuite j ai défini mes orientations génétiques et nous avons vérifié, avec Arnaud*, si les choix des taureaux utilisés depuis un an étaient cohérents.» «Mes orientations génétiques prioritaires sont liées à la traite robotisée. Je fais attention à la mamelle : je veux une longueur de trayons suffisante et éviter le croisement des trayons. Je fais également attention aux membres et aux cellules. Sinon, je préfère maintenant lever le pied sur l index et privilégier les taux.» «Suite à cette démarche, j envisage d utiliser de la semence sexée. Je demanderai à Arnaud de trier les femelles à conserver pour le troupeau et les souches moins intéressantes pour du croisement industriel.» anthony MENARD GAEC DU BUISSON, ST LAMBERT LA POTHERIE (49) 5 associés, de référence laitière, 115 vaches Prim'Holstein, 2 robots DELAVAL L'équipe de nos conseillers spécialisés en stratégie de sélection est composée d'arnaud MORICE*, Antoine LAFROGNE et Patrick MICHé. Dominique BOURGEAIS Référent génétique nouvelle puce Pour le génotypage femelle, la nouvelle puce LD Customs permet des retours de résultats plus rapides et des critères supplémentaires. Plus d'infos sur notre site.

12 L'info viande élevage conseil loire anjou P 12 L info VIANDE Complémentation des veaux au pâturage Les retards de croissance mesurés au moment du sevrage sont difficilement rattrapables. Par conséquent, les performances des veaux sous la mère doivent être suivies de manière à atteindre les poids de références propres à chaque race. Pour ce faire, les éleveurs possèdent plusieurs leviers dont le plus important : la conduite alimentaire du couple mère-veau. En cette période de pâturage, les éleveurs peuvent complémenter les veaux de manière à atteindre les performances souhaitées. Cependant, cette complémentation a un coût et mérite donc d être raisonnée afin que l éleveur s'y retrouve en fonction de ses objectifs : poids des femelles au sevrage, poids des mâles avant l engraissement en jeunes bovins, poids des broutards. plusieurs leviers avant une complémentation Nous savons que «le gain de poids du veau augmente avec la quantité de lait dont il dispose» (AGABRIEL, 2007). Ce phénomène reste significatif jusqu au sevrage et tend à diminuer à partir du 4 ème mois (Cf. tableau). Ainsi pour un veau de 6 mois, 1 kg de lait ingéré permet un gain de croissance de l ordre de 90 g/j. Age (mois) kg de lait g/j + 90 g/j + 65 g/j Gain de poids permis par l'ingestion d'1 kg de lait en fonction de l'âge du veau (Agabriel, INRA 2007) Par conséquent, le premier levier pour bien nourrir les veaux au pâturage est de mettre en place une stratégie (pâturage tournant) qui permettra à la vache de pâturer une herbe de qualité et ainsi de produire du lait en quantité. De plus, le jeune veau possède une capacité d ingestion, en plus du lait ingéré, qui augmente avec son gain de poids. L herbe ingérée participe donc significativement au gain de croissance de l animal. Ainsi, dans de bonnes conditions de pâturage (herbe de qualité), les veaux peuvent être nourris uniquement par le lait de leur mère et les quantités d herbe ingérées. D autant plus que le concentré se substituera toujours à la quantité d herbe plus intéressante d un point de vue économique. Peser les veaux, c'est notamment contrôler la croissance des animaux pour adapter au mieux l'alimentation du couple mère-veau.

13 élevage conseil loire anjou L'info viande P 13 une complémentation raisonnée Cependant, dans nos départements de plus en plus souvent soumis aux sécheresses, la qualité et la quantité d herbe peuvent rapidement être insuffisantes en début d été. Dans ce cas seulement, une complémentation des veaux se justifie. L aliment complémentaire apporté doit répondre à une règle : un équilibre de 110 g de PDIN par UFL. Plusieurs solutions s offrent à l éleveur. La plus simple consiste à alimenter les veaux avec un aliment complet. Une autre, souvent moins onéreuse, consiste à réaliser des mélanges entre matières premières et/ou matière première et aliment du commerce. Cette dernière à l inconvénient de nécessiter une opération de préparation du mélange. Cette complémentation peut avoir des effets bénéfiques pour la suite de la vie de l animal. En effet, elle favorise l adaptation aux régimes d engraissement pour les mâles. Cependant, elle doit être raisonnée pour ne pas atteindre des niveaux trop importants. En effet, une consommation de plus de 5 kg par veau et par jour pénalisera les performances ultérieures de ce dernier (FARRIE, RENON, 2012). La ferme expérimentale des Etablières (Vendée) a démontré que sur race Charolaise une complémentation (50 % blé aplati + 50 % de luzerne déshydratée) des veaux au pâturage à volonté, qui permet des croissances supérieures à 1400 g/j, détériore les performances en engraissement. En-dessous de ce seuil les performances ne sont pas altérées. Ainsi, il est très important pour les naisseurs-engraisseurs de ne pas dépasser ce seuil au risque de pénaliser les performances en engraissement. Ceci peut se traduire de la façon suivante : dès que le veau ingère 3 kg de concentré par jour, l éleveur a tout intérêt à sevrer l animal pour le faire passer en ration d engraissement (CHAIGNEAU, BASTIEN, BENOIT, 2010). Par conséquent, il est fortement conseillé d avoir une idée sur les quantités ingérées par les veaux (quantité et fréquences des distributions). La complémentation peut donc se justifier pour les mâles en cas de sécheresse. Pour les femelles, dont les objectifs de croissances sont inférieurs, la conduite peut être différente. Ainsi, une stratégie d allotement sur le sexe permet de réaliser des économies en concentré sur les femelles sans compromettre les performances des futures reproductrices. Enfin, l intérêt d une complémentation des veaux étant certain, cette dernière ne doit pas se justifier et surtout se systématiser au détriment d une bonne organisation du pâturage et plus globalement du système fourrager. Julien FORTIN Conseiller viande

14 ÉLEVAGE CONSEIL LOIRE ANJOU L'INFO caprine P 14 L info caprine Y a-t-il un intérêt à faire analyser ses fourrages en élevage caprin? La ration de base d une chèvre laitière est constituée de 60 à 70 % de fourrages de graminées et de légumineuses présentés sous différentes formes (foin, ensilage, enrubannage) dont il est utile de connaître la valeur. Vu l importance de la ration de base, il est primordial d avoir une idée des valeurs alimentaires des fourrages. Cela influence la complémentation de la ration. De plus, il y a un intérêt économique. Lorsque nous élaborons des rations sans analyses, nous pouvons surestimer ou sous-estimer les valeurs des fourrages (exemple ci-contre). % MS UFL PDIN PDIE Cellulose UEL Enrubannage RGI (Agrinir) 59,8 0, ,01 Enrubannage RGI (INRA) 55,0 0, ,01 Foin luzerne 2 ème coupe (Agrinir) 86,6 0, ,01 Foin luzerne 2 ème coupe (INRA) 85,0 0, ,03 Exemple de rationnement La ration ci-dessous couvre une production laitière de 4 litres au pic de production. Avec valeur tables INRA 1,5 kg enrubannage RGI 1 kg foin luzerne 600 g maïs grain 200 g orge 700 g chèvre laitière à 25 % MAT 500 g aliment fibreux Coût/chèvre : 0,83 Coût/1 000 litres : 208 Avec valeur AgriNIR 1,5 kg enrubannage RGI 1 kg foin luzerne 600 g maïs grain 200 g orge 500 g chèvre laitière à 25 % MAT 500 g aliment fibreux Coût/chèvre : 0,75 Coût/1 000 litres : 188 Grâce à des valeurs alimentaires de fourrages connues, nous pouvons diminuer la quantité de concentrés de 200 g par jour/chèvre pour couvrir la même quantité de lait produit. Par la même occasion, cela diminue le risque d acidose par un excès de concentrés. Ainsi cette ration distribuée à 200 chèvres pendant 4 mois permet d'économiser 4,8 tonnes de concentrés soit 1920 pour la période (prix moyen du concentré : 390 /tonne). Pour conclure, l analyse AgriNIR est vite rentabilisée. Cependant il faut également optimiser le stade de récolte pour obtenir de très bonnes valeurs alimentaires. Virginie TARDIF Conseillère caprin

15 Élevage conseil loire anjou FOURRAGES P 15 fourrages élevage des génisses au foin, attention aux valeurs alimentaires! Tous les foins ne se valent pas. S il paraît évident qu un foin de marais ne sera jamais aussi nutritif qu un foin de fétuque, des écarts importants de valeur alimentaire peuvent également être constatés parmi des foins à priori équivalents. Il est important de réaliser une analyse des fourrages pour ajuster la complémentation des animaux en fonction des objectifs recherchés. Lorsque le fourrage représente plus de 20 % de la ration, l analyse devient indispensable. Le foin est un fourrage présentant un compromis quantité/qualité particulièrement intéressant pour les animaux à faibles besoins. Il est cependant important de bien respecter certaines étapes, en termes de séchage et de stade de récolte. Le séchage de la plante doit être maximum pour atteindre une matière sèche proche de 90 %. S en approcher permet de confirmer l arrêt de la respiration cellulaire de la plante, de s assurer que le foin ne «chauffera pas» et qu une «caramélisation» ne se produise pas. La réaction de Maillard a pour effet de consommer les sucres et réduire considérablement la valeur du foin en plus de le rendre inappétant. Le choix du stade de récolte est également primordial afin de réaliser un foin de qualité. Comme tous les autres modes de récolte, plus le foin sera réalisé tôt, plus la valeur nutritive sera élevée. Exemple de complémentation en fonction de la qualité du foin Charolaise Limousine Prim'Holstein Objectif 410 kg 14 mois Objectif 410 kg 14 mois Objectif 410 kg 15 mois Bon foin (0,78 UF, 66 PDIN, 46 PDIE) 6,3 6,2 7 Triticale 0 0,1 0 Soja 48 0,6 0,6 0,5 Foin moyen (0,70 UF, 62 PDIN, 44 PDIE) 6,9 6 6,7 Triticale 0,2 0,7 0,4 Soja 48 0,5 0,5 0,6 Foin mauvais (0,60 UF, 59 PDIN, 35 PDIE) 6,1 5,1 6,4 Triticale 1,1 1,7 1 Soja 48 0,6 0,6 0,8 Complémentation en kg pour des GMQ objectif de 700 g/jour. Source : Elevage Conseil Loire Anjou, d'après analyses AgriNIR 2011 et 2012 Connaître la valeur de son foin permet d appliquer la complémentation adéquate en fonction du GMQ objectif. Antoine WEINACHTER Référent fourrages astuce Pensez à nos packs AgriNIR : ils permettent de multiplier les analyses et d'ajuster les rations en fonction des différentes coupes et espèces de vos fourrages.

16 CAPRINS Agenda CAPRINS ÉLEVAGE CONSEIL LOIRE ANJOU P 16 CAPRINS LAIT LAIT BOVINS BOVINS Foire de BÉRÉ du 7 au 10 septembre Lieu BIO: Béré (44) CAPRINS LAIT BOVINS LAIT BOVINS du 10 au 13 septembre Lieu : Rennes (35) BIO SPACE - Hall 1 Stand Ouest Conseil Élevage RINS BIO VHP LAIT Comice de DERVAL VHP BIO VHP FESTIVAL DE LA TERRE VINS BIO VHP 10 août Lieu : Derval (44) VHP TRÉLAZÉ Nantes CAPRINS LAIT BOVINS BIO 31 août et 1 er septembre Lieu : Mozé sur Louet (49) CONCOURS NATIONAL ROUGE DES PRés 6 septembre Lieu : Chemillé (49) Comice de la Presqu ile Guérandaise 4 août Lieu : Guérande (44) Fête de l agriculture 31 août et 1 er septembre Lieu : Nozay (44) VHP Festi élevage du 6 au 8 septembre Lieu : Chemillé (49) + d infos Retrouvez notre agenda et des informations complémentaires sur notre site Trucs & astuces PERSONNE NE PASSE! Un tapis caoutchouc permet d'éviter qu'un veau ne s'engouffre dans le passage d'homme. Comité de rédaction : Myriam ATHIMON, Christophe DESCUNS, Marine Morlet, Frédéric TATTEVIN Mail : Tél. Maine-et-Loire : Tél. Loire-Atlantique : Site : Imprimé sur papier Eco-labellisé

PLAN LA SOCIÉTÉ MEDRIA LA DÉMARCHE MEDRIA LA PLATEFORME MEDRIA LE VEL'PHONE LE HEATPHONE L'INTERFACE DAILY WEB SERVICES

PLAN LA SOCIÉTÉ MEDRIA LA DÉMARCHE MEDRIA LA PLATEFORME MEDRIA LE VEL'PHONE LE HEATPHONE L'INTERFACE DAILY WEB SERVICES MEDRIA ELEVAGE PLAN LA SOCIÉTÉ MEDRIA LA DÉMARCHE MEDRIA LA PLATEFORME MEDRIA LE VEL'PHONE LE HEATPHONE L'INTERFACE DAILY WEB SERVICES LA SOCIÉTÉ MEDRIA Société créée en 2004 40 salariés Des investissements

Plus en détail

MONITORING 100% CONNECTÉ : MEDRIA LANCE LE FEEDPHONE

MONITORING 100% CONNECTÉ : MEDRIA LANCE LE FEEDPHONE MEDRIA 2014 DOSSIER DE PRESSE Alimentation-Reproduction-Santé MONITORING 100% CONNECTÉ : MEDRIA LANCE LE FEEDPHONE 1/18 COMMUNIQUÉ DE PRESSE MEDRIA lance au SPACE 2014 sa dernière innovation, le FeedPhone

Plus en détail

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal GUIDE PRATIQUE DE L'ÉLEVEUR Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal avril 2011 BRETAGNE PAYS DE LA LOIRE SOMMAIRE Paroles d éleveurs 4 Quelle place donner à l herbe Le choix d un système fourrager 8

Plus en détail

L innovation au service de l éleveur Medria veille sur vos animaux et vous informe par sms

L innovation au service de l éleveur Medria veille sur vos animaux et vous informe par sms L innovation au service de l éleveur Medria veille sur vos animaux et vous informe par sms Détection des chaleurs détection du vêlage www.medria.fr M. Gesmond, utilisateur HeatPhone et Vel Phone en Mayenne.

Plus en détail

Bovins viande. Effectifs troupeaux et animaux par région en 2013. Total élevages. Nbre de veaux pesés en VA0. Nbre de veaux pesés en VA4

Bovins viande. Effectifs troupeaux et animaux par région en 2013. Total élevages. Nbre de veaux pesés en VA0. Nbre de veaux pesés en VA4 Bovins viande Effectifs troupeaux et animaux par région en 2013 Chif Régions Nbre de Nbre de Nbre de troupeaux troupeaux troupeaux adhérents adhérents suivis en en VA4 en VA0 engraissement Nbre de troupeaux

Plus en détail

MEDRIA 2013 DOSSIER DE PRESSE MEDRIA INVESTIT LA SANTÉ ANIMALE ET LANCE SON APPLICATION MOBILE

MEDRIA 2013 DOSSIER DE PRESSE MEDRIA INVESTIT LA SANTÉ ANIMALE ET LANCE SON APPLICATION MOBILE MEDRIA 2013 DOSSIER DE PRESSE MEDRIA INVESTIT LA SANTÉ ANIMALE ET LANCE SON APPLICATION MOBILE 1 2 Retrouvez-nous Au SPACE 2013 HALL 1 STAND E46 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Depuis près de 10 ans, MEDRIA met au

Plus en détail

Une offre de taureaux toujours en augmentation sur GENIVAL. Nombre de taureaux inscrits sur GENIVAL. novembre. mars 2011 mai 2011 2010

Une offre de taureaux toujours en augmentation sur GENIVAL. Nombre de taureaux inscrits sur GENIVAL. novembre. mars 2011 mai 2011 2010 Le GIE Elevage envoie aux partenaires GENIVAL une lettre d information sur l évolution de l outil et l offre en taureaux d élevage. Merci de la diffuser auprès de tous les techniciens et éleveurs de votre

Plus en détail

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS CLBV AQMP02 CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS 2 UMO sur 39 ha avec 200 chèvres produisant 160 000 litres de lait et engraissement de 40 génisses Ce système se rencontre principalement dans

Plus en détail

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier Itinéraire cultural Type de sol et préparation avant semis Le sorgho grain sucrier est relativement peu exigeant par rapport au

Plus en détail

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie Capacité d adaptation des systèmes en Agriculture Biologique aux épisodes de sécheresse AUTONOMIE ALIMENTAIRE Maître d œuvre : Chambres d Agriculture

Plus en détail

Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique

Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique Conjoncture retenue pour la construction des cas-types Prix de la viande bovine Conjoncture 1 er trimestre 2012 Prix des

Plus en détail

Aide à l Utilisation du site «Mon Monitoring»

Aide à l Utilisation du site «Mon Monitoring» Aide à l Utilisation du site «Mon Monitoring» Mise à jour Aout 2013 Identifiant :... Mot de passe :.. Lorsque vous mettez les colliers aux animaux prenez garde à la petite flèche gravée (colorée en noir

Plus en détail

mon maïs fourrage, (GNIS) rassemble toutes les parties prenantes de la filière semences française, soit 72 entreprises de sélection,

mon maïs fourrage, (GNIS) rassemble toutes les parties prenantes de la filière semences française, soit 72 entreprises de sélection, Ma vache, mon maïs fourrage, et moi 50 ans de progrès! Depuis maintenant 50 ans, le maïs fourrage a bénéficié avec succès du progrès génétique et de l innovation variétale. Il a su s inscrire durablement

Plus en détail

POURQUOI VISIOLYS? SOMMAIRE VOUS PROPOSE : Un monde qui bouge COMPRENDRE. Analyses et adaptations SE REPÉRER SE PROJETER ET CHOISIR

POURQUOI VISIOLYS? SOMMAIRE VOUS PROPOSE : Un monde qui bouge COMPRENDRE. Analyses et adaptations SE REPÉRER SE PROJETER ET CHOISIR POURQUOI VISIOLYS? EXPERTISE STRATÉGIE ÉCONOMIE Visiolys est né de la volonté commune des deux entreprises de conseil en élevage Clasel et Eilyps de se projeter dans un monde en pleine mutation, de permettre

Plus en détail

Génétique et génomique Pierre Martin

Génétique et génomique Pierre Martin Génétique et génomique Pierre Martin Principe de la sélections Repérage des animaux intéressants X Accouplements Programmés Sélection des meilleurs mâles pour la diffusion Index diffusés Indexation simultanée

Plus en détail

L intérêt technico-économique. avec simulations à l'appui

L intérêt technico-économique. avec simulations à l'appui L intérêt technico-économique Titre de du l'engraissement diaporama des mâles avec simulations à l'appui Christèle PINEAU Institut de l'elevage Christele.Pineau@idele.fr Matthieu COUFFIGNAL ARVALIS, Institut

Plus en détail

GAEC La Plaine de Foumard : «une exploitation fermière caprine bio»

GAEC La Plaine de Foumard : «une exploitation fermière caprine bio» 300 chèvres -65 ha de SAU - 3 associés Système mixte laitier fermier - fromage bio (AB) Route du Chabichou et Biosèvres. Fiche n 8 GAEC La Plaine de Foumard : «une exploitation fermière caprine bio» L

Plus en détail

Produire des veaux bio de qualité

Produire des veaux bio de qualité LOIRE ATLANTIQUE GAB 44 02-40-79-46-57 gab-44@wanadoo.fr MAINE ET LOIRE GABBAnjou 02-41-37-19-39 gabbanjou@wanadoo.fr MAYENNE CIVAM Bio 53 02-43-53-93-93 La filière veaux bio est à la recherche d une certaine

Plus en détail

EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE

EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE CONCOURS DE RECRUTEMENT DE PROFESSEURS DE LYCEE PROFESSIONNELS AGRICOLE (PLPA) SESSION 2011 Concours : INTERNE Section : Sciences économiques et sociales et gestion Option A : Sciences économiques et sociales

Plus en détail

AVEZ-VOUS PENSÉ À L ALIMENTATION À LA DÉROBÉE?

AVEZ-VOUS PENSÉ À L ALIMENTATION À LA DÉROBÉE? AVEZ-VOUS PENSÉ À L ALIMENTATION À LA DÉROBÉE? Traduit de: PRODUCERS MIGHT WANT TO CONSIDER CREEP FEEDING Auteur: Stephen B. Blezinger, Ph.D., PAS (Copyright 2015 Dr. Stephen B. Blezinger) Adapté en français

Plus en détail

Politique Agricole Commune. Programme 2015-2020

Politique Agricole Commune. Programme 2015-2020 Politique Agricole Commune Programme 2015-2020 DPB Paiement redistributif Jeunes Agriculteurs Verdissement Aides couplées Aides couplées Sommaire : Principe... 3 Aides animales : - Aides Ovines... 5 -

Plus en détail

La nutrition simple et rentable. Catalogue FORMATIONS. N Formateur : 83 63 04246 63

La nutrition simple et rentable. Catalogue FORMATIONS. N Formateur : 83 63 04246 63 La nutrition simple et rentable Catalogue FORMATIONS N Formateur : 83 63 04246 63 Introduction FORMATIONS Vous tenez dans vos mains le catalogue de formations BDM. Leader français du Conseil Indépendant

Plus en détail

les cinq étapes pour calculer les jours d avance

les cinq étapes pour calculer les jours d avance À retenir l expérience, acquise grâce à ces outils, permet également une bonne évaluation de la ressource disponible. une fois les mesures réalisées, la quantité d herbe disponible pour le lot se calcule

Plus en détail

L ensilage de maïs en Ardenne? D un point de vue alimentaire. Isabelle Dufrasne Ferme expérimentale Service de Nutrition FMV Université de Liège

L ensilage de maïs en Ardenne? D un point de vue alimentaire. Isabelle Dufrasne Ferme expérimentale Service de Nutrition FMV Université de Liège L ensilage de maïs en Ardenne? D un point de vue alimentaire Isabelle Dufrasne Ferme expérimentale Service de Nutrition FMV Université de Liège Plan L ensilage de maïs en général Caractéristiques anatomiques

Plus en détail

Le séchage en grange du foin à l énergie solaire PAR MICHEL CARRIER AGR. CLUB LAIT BIO VALACTA

Le séchage en grange du foin à l énergie solaire PAR MICHEL CARRIER AGR. CLUB LAIT BIO VALACTA Le séchage en grange du foin à l énergie solaire PAR MICHEL CARRIER AGR. CLUB LAIT BIO VALACTA Séchage du foin en grange Séchage en grange Technique originaire des zones de montagnes Suisse Autriche Jura

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN NOTICE EXPLICATIVE Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN Ce bilan global de la fertilisation azotée est obligatoire pour toute exploitation située en zone vulnérable et qui a contractualisé

Plus en détail

& Que choisir. favoriser le bien-être

& Que choisir. favoriser le bien-être Label Rouge & Agriculture Biologique Que choisir pour favoriser le bien-être des animaux? Un guide des tiné au consommateur Protection mondiale des animaux de ferme Ce petit guide a pour objectif d aider

Plus en détail

Systèmes bovins laitiers en Poitou-Charentes

Systèmes bovins laitiers en Poitou-Charentes R E F E R E N C E S Systèmes bovins laitiers en Poitou-Charentes Avril 2008 Les cas-types... mode d emploi R E F E R E N C E S Vous avez dit cas-type? Un cas-type est une exploitation représentative d'un

Plus en détail

L activité agricole sur la communauté de communes Terres de Montaigu

L activité agricole sur la communauté de communes Terres de Montaigu L activité agricole sur la communauté de communes Terres de Montaigu La Bernardière la Boisissiere de Montaigu Boufféré La Guyonnière Montaigu St Goerges de Montaigu St Hilaire de Loulay Treize Septiers

Plus en détail

PAC 2014/2020 : Application des orientations annoncées le 2 octobre à Cournon. Relevé de décisions suite au CSO du 17 décembre 2013

PAC 2014/2020 : Application des orientations annoncées le 2 octobre à Cournon. Relevé de décisions suite au CSO du 17 décembre 2013 PAC 2014/2020 : Application des orientations annoncées le 2 octobre à Cournon Relevé de décisions suite au CSO du 17 décembre 2013 Le Président de la République a annoncé le 2 octobre à Cournon le cadre

Plus en détail

Réussir ses récoltes de luzerne

Réussir ses récoltes de luzerne Réussir ses récoltes de luzerne Travaux 2012-2013 LUZFIL Dans le cadre du Projet régional LUZFIL* financé par : Partenaires : TERRENA, ARVALIS Institut du végétal, IDELE, Chambres d agricultures 44, 49,53

Plus en détail

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Les essentiels du Réseau agriculture durable RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Réseau d information comptable agricole du Ministère de l Agriculture,

Plus en détail

MINISTERE DE L'AGRICULTURE DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT (articles L361-1à 21 et D361-1 à R361-37 du Code rural)

MINISTERE DE L'AGRICULTURE DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT (articles L361-1à 21 et D361-1 à R361-37 du Code rural) MINISTERE DE L'AGRICULTURE DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT (articles L3611à 21 et D3611 à R36137 du Code rural) DEMANDE D INDEMNISATION DES PERTES PROCEDURE DES CALAMITES AGRICOLES PERTES DE RECOLTE

Plus en détail

Organisation des bâtiments dans les grands troupeaux 5 exemples d organisation spatiale en Europe

Organisation des bâtiments dans les grands troupeaux 5 exemples d organisation spatiale en Europe Organisation des bâtiments dans les grands troupeaux 5 exemples d organisation spatiale en Europe Avril 2009 FICHES TECHNIQUES Auteur : Jacques CHARLERY Pôle Herbivores Chambres d agriculture de Bretagne

Plus en détail

Les faits sur la semence ABS SEXATION

Les faits sur la semence ABS SEXATION Les faits sur la semence ABS SEXATION La procédure de sexage La semence sexée est produite en utilisant la technologie de la cytomètrie en flux qui permet de trier les cellules X (femelle) des cellules

Plus en détail

ACTU ÉLEVAGE. machines à traire : Des vérifications indispensables. INFO lait P. 12-13 résultats tech-éco boiteries INFO VIANDE P.

ACTU ÉLEVAGE. machines à traire : Des vérifications indispensables. INFO lait P. 12-13 résultats tech-éco boiteries INFO VIANDE P. INFO caprine P. 9 nouveau protocole CZ INFO VIANDE P. 10-11 PRO'avenir INFO lait P. 12-13 résultats tech-éco boiteries ACTU ÉLEVAGE Le magazine d information d Élevage Conseil Loire Anjou N 13 - février

Plus en détail

CONSERVATION DU PATRIMOINE VIVANT DU MARAIS POITEVIN ENJEUX ET PERSPECTIVES. CREGENE: 2 rue de l église 79510 COULON 05 49 35 15 40 cregene@gmail.

CONSERVATION DU PATRIMOINE VIVANT DU MARAIS POITEVIN ENJEUX ET PERSPECTIVES. CREGENE: 2 rue de l église 79510 COULON 05 49 35 15 40 cregene@gmail. CONSERVATION DU PATRIMOINE VIVANT DU MARAIS POITEVIN ENJEUX ET PERSPECTIVES CREGENE: 2 rue de l église 79510 COULON 05 49 35 15 40 cregene@gmail.com Espèces locales et territoire, un destin commun? Pâturage

Plus en détail

Impact des pratiques alimentaires de fin de gestation sur la lactation publié dans L'égide n 15, 1999

Impact des pratiques alimentaires de fin de gestation sur la lactation publié dans L'égide n 15, 1999 Impact des pratiques alimentaires de fin de gestation sur la lactation publié dans L'égide n 15, 1999 Au cours d'un cycle de production, les semaines qui entourent la mise-bas sont capitales : elles conditionnent

Plus en détail

FAIRE DU BON FOIN POUR LES CHÈVRES!

FAIRE DU BON FOIN POUR LES CHÈVRES! FAIRE DU BON FOIN POUR LES CHÈVRES! INTRODUCTION Dans un contexte économique tendu pour la filière caprine, la valorisation des fourrages dans la ration est un levier important pour gérer le coût alimentaire

Plus en détail

Mise à l herbe, les années se suivent!

Mise à l herbe, les années se suivent! Mise à l herbe, les années se suivent! Les vaches laitières du centre de formation ont été mises à l herbe de-nouveau un jeudi. En 2010 c était le 1 er avril, cette année ce fut le 31 mars 2011. La mise

Plus en détail

En zones herbagères, un système spécialisé lait, tout herbe

En zones herbagères, un système spécialisé lait, tout herbe Cas type HL 1 En zones herbagères, un système spécialisé lait, tout herbe Rouen Évreux Amiens Beauvais Arras Lille Laon Culture à faible densité d'élevage Herbagère à forte densité d'élevage Mixte à moyenne

Plus en détail

Autodiagnostic d'exploitation préalable aux demandes d'aides aux investissements

Autodiagnostic d'exploitation préalable aux demandes d'aides aux investissements PREFET DE LA REGION LIMOUSIN Autodiagnostic d'exploitation préalable aux demandes d'aides aux investissements A remplir par tous les demandeurs sauf les JA et les CUMA/ASA DEMANDEUR Numéro OSIRIS :...

Plus en détail

S engager en conversion AB

S engager en conversion AB Fiche rédigée par Patrick Lemarié (Animateur CAB) mise à jour janvier 2012 LOIRE ATLANTIQUE GAB 44 02-40-79-46-57 accueil@gab44.org MAINE ET LOIRE GABBAnjou 02-41-37-19-39 gabbanjou@wanadoo.fr MAYENNE

Plus en détail

Trajectoires laitières

Trajectoires laitières Trajectoires laitières Yannick PECHUZAL Lot Conseil Elevage 13 mars 2014 Cantal 2100 producteurs de lait 1000 élevages mixtes 420 ML 5 AOP fromagères Filière Collecte : 360 Ml 60% SODIAAL et assimilés

Plus en détail

Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49

Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49 Impact de la variabilité des prix des produits agricoles et des intrants sur les exploitations en France Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49 Colloque

Plus en détail

AUTOUR DE LA MISE BAS

AUTOUR DE LA MISE BAS AUTOUR DE LA MISE BAS Un vêlage ou un agnelage est une des périodes les plus importantes dans la conduite d un élevage. De sa réussite dépendra l entrée d argent quelques mois plus tard. Il est donc impératif

Plus en détail

Réforme de la PAC 2015-2020 Contexte Les aides découplées Simulations incidence nouvelle PAC Les aides couplées Les aides du 2ème pilier

Réforme de la PAC 2015-2020 Contexte Les aides découplées Simulations incidence nouvelle PAC Les aides couplées Les aides du 2ème pilier Réforme de la PAC 2015-2020 Contexte Les aides découplées Simulations incidence nouvelle PAC Les aides couplées Les aides du 2ème pilier Un budget en baisse PAC 2007-2013 PAC 2014-2020 420,7 milliards

Plus en détail

La vie du sol : «Les racines de la fertilité de vos cultures»

La vie du sol : «Les racines de la fertilité de vos cultures» Donner à la nature les moyens d exprimer son potentiel! La vie du sol : «Les racines de la fertilité de vos cultures» BIO3G : 3 rue Basse Madeleine - BP 22-22230 MERDRIGNAC Tél : 02 96 67 41 41 - Fax :

Plus en détail

SPECIAL FINANCEMENT DE L AGRICULTURE

SPECIAL FINANCEMENT DE L AGRICULTURE SPECIAL FINANCEMENT DE L AGRICULTURE L installation, la mise aux normes, le renouvellement d un matériel, ou tout autre investissement sont autant de situations ou d évènements qui nécessitent des besoins

Plus en détail

Définition des variables présentées dans le RICA

Définition des variables présentées dans le RICA Les termes en gras italique sont définis par ailleurs dans le lexique. Les termes en italique désignent des variables explicitement recueillies dans le Rica. A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V

Plus en détail

BÂTIMENTS ET EQUIPEMENTS. Bâtiments et équipements

BÂTIMENTS ET EQUIPEMENTS. Bâtiments et équipements BÂTIMENTS ET EQUIPEMENTS Sommaire Evaluer les besoins...1 Les bâtiments...2 La salle de traite et la laiterie...5 Les autres équipements...9 La gestion des effluents... 10 Pour en savoir plus... 11 EVALUER

Plus en détail

Calcul de la pression en azote organique sur l exploitation

Calcul de la pression en azote organique sur l exploitation Calcul de la pression en azote organique sur l exploitation La pression en azote issue des effluents d élevage est plafonnée à 170 / ha de SAU. Tous les fertilisants azotés d origine animale sont considérés,

Plus en détail

CAS-TYPE BIO : des références systèmes pour sécuriser les conversions et optimiser les systèmes en agriculture biologique

CAS-TYPE BIO : des références systèmes pour sécuriser les conversions et optimiser les systèmes en agriculture biologique FOCUS Économie Février 2012 N 1204 CAS-TYPE BIO : des références systèmes pour sécuriser les conversions et optimiser les systèmes en agriculture biologique L'enjeu de l'élaboration de référence systèmes

Plus en détail

UN VEAU PAR VACHE ET PAR AN

UN VEAU PAR VACHE ET PAR AN RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION THÉMA UN VEAU PAR VACHE ET PAR AN Pour les éleveurs allaitants dont la principale activité est de faire naître des veaux, il est primordial

Plus en détail

Pôle Agriculture Biologique Massif Central Association de coordination de la recherche en agriculture biologique sur le Massif Central

Pôle Agriculture Biologique Massif Central Association de coordination de la recherche en agriculture biologique sur le Massif Central Pôle Agriculture Biologique Massif Central Association de coordination de la recherche en agriculture biologique sur le Massif Central BIO MASSIF Bulletin du Pôle AB Massif Central, Février 2011, N 10

Plus en détail

EM Aktiv + Fourrage carboné. Extraits de plantes fermentées. Produit fermenté et biologiquement activé (ensilage) avec du charbon végétal.

EM Aktiv + Fourrage carboné. Extraits de plantes fermentées. Produit fermenté et biologiquement activé (ensilage) avec du charbon végétal. EM Aktiv + Extraits de plantes fermentées Fourrage carboné Produit fermenté et biologiquement activé (ensilage) avec du charbon végétal. EM Aktiv+ pour chevaux Application et dosage: Administrer chaque

Plus en détail

En 2014, les cours des matières premières ont reculé, entraînant une baisse

En 2014, les cours des matières premières ont reculé, entraînant une baisse Agreste Synthèses Moyens de production Mars 215 n 215/261 Mars 215 Moyens de production Synthèses n 215/261 En 214, la baisse des prix à la production des produits animaux n est que partiellement compensée

Plus en détail

Matériels et méthodes Résultats

Matériels et méthodes Résultats Réseau PRO, référencement des Produits Résiduaires Organiques dans un système d information mutualisé Bell Alix 1, Michaud Aurélia 1, Schaub Anne 2, Trochard Robert 3, Sagot Stéphanie 4, Dumont Solène

Plus en détail

Panorama de l agriculture des Pays de la Loire Données régionales et spécificités départementales

Panorama de l agriculture des Pays de la Loire Données régionales et spécificités départementales Panorama de l agriculture des Pays de la Loire Données régionales et spécificités départementales Décembre 211 Pôle Economie et Prospective 1 Ce panorama a été produit par le Pôle Economie et Prospective

Plus en détail

RECUEIL SOMMET DE L ÉLEVAGE 2009 IDENTIFICATION ÉLECTRONIQUE DES BOVINS, OVINS ET CAPRINS

RECUEIL SOMMET DE L ÉLEVAGE 2009 IDENTIFICATION ÉLECTRONIQUE DES BOVINS, OVINS ET CAPRINS RECUEIL IDENTIFICATION ÉLECTRONIQUE DES BOVINS, OVINS ET CAPRINS SOMMET DE L ÉLEVAGE 2009 Institut de l Élevage, 149 rue de Bercy, 75595 PARIS Cedex 12 Boucle électronique officielle : questions-réponses

Plus en détail

Élevage Le bénéfice des Systèmes d information et des technologies numériques

Élevage Le bénéfice des Systèmes d information et des technologies numériques 10:07 Page 29 Élevage Le bénéfice des Systèmes d information et des technologies numériques Les Systèmes d information (SI) d élevage répondent aux besoins de l «entreprise élevage» au sens large. Cette

Plus en détail

LA DYNAMIQUE DES TROUPEAUX LAITIERS FRANÇAIS À L APPROCHE DE LA FIN DES QUOTAS

LA DYNAMIQUE DES TROUPEAUX LAITIERS FRANÇAIS À L APPROCHE DE LA FIN DES QUOTAS > Les synthèses de FranceAgriMer février 2013 numéro LAIT / 1 LA DYNAMIQUE DES TROUPEAUX LAITIERS FRANÇAIS À L APPROCHE DE LA FIN DES QUOTAS 12 12 rue rue Henri Henri Rol-Tanguy / TSA / TSA 20002 20002

Plus en détail

COMITE REGIONAL COMITE REGIONAL INSTALLATION TRANSMISSION INSTALLATION TRANSMISSION. 28 mai 2015

COMITE REGIONAL COMITE REGIONAL INSTALLATION TRANSMISSION INSTALLATION TRANSMISSION. 28 mai 2015 COMITE 28 mai 2015 Actualité sur le PDR Poitou-Charentes Examen dossiers individuels Ordre du jour Questions diverses 2 Actualité sur le PDR Poitou-Charentes Quelques difficultés pour l'ouverture de l'osiris

Plus en détail

Les 5 à 7 du SYRPA. Photographie et évolution de la population agricole professionnelle française

Les 5 à 7 du SYRPA. Photographie et évolution de la population agricole professionnelle française Les 5 à 7 du SYRPA Photographie et évolution de la population Quels enseignements en tirer pour vos actions de communication? Christophe SEMONT 1. Hyltel en quelques mots 2. Les concepts du recensement

Plus en détail

Introduction. CRA-W- Département Productions et Filières, Unité Mode d élevage, bien être et qualité

Introduction. CRA-W- Département Productions et Filières, Unité Mode d élevage, bien être et qualité Gestion raisonnée du parasitisme gastro-intestinal chez le jeune bétail laitier à l herbe Remience Virginie, attachée scientifique 1 ;Vanvinckenroye Caroline, assistante 2 ; Decruyenaere Virginie, attachée

Plus en détail

Fertiliser le maïs autrement

Fertiliser le maïs autrement Fertiliser le maïs autrement Dans un contexte de renchérissement des ressources en azote organique et de recherche de plus d autonomie, les agriculteurs biologiques picards et leurs conseillers au sein

Plus en détail

Un expérience pluridisciplinaire de l intensification écologique en Agriculture Familiale

Un expérience pluridisciplinaire de l intensification écologique en Agriculture Familiale Le développement du semis-direct sous couverture végétale pour les agriculteurs des exploitations familiales des biomes Cerrados (2005-2009) et Amazonia (2008-2013) Un expérience pluridisciplinaire de

Plus en détail

Pour une meilleure santé

Pour une meilleure santé Pour une meilleure santé LA CONSOMMATION QUOTIDIENNE DE VIANDE APPORTE DES GRAISSES SATURÉES. => AUGMENTATION TAUX DE CHOLESTÉROL ET MALADIES CARDIO-VASCULAIRES. => RISQUE DE SURPOIDS ET D'OBÉSITÉ. LES

Plus en détail

Jeunes en recherche d'un contrat en alternance pour la rentrée 2011

Jeunes en recherche d'un contrat en alternance pour la rentrée 2011 Jeunes en recherche d'un contrat en alternance pour la rentrée 2011 Former un jeune motivé, qui deviendra peut-être un futur collaborateur......mais aussi, faire une rencontre au-delà des différences!

Plus en détail

Télédéclaration de la demande d'aides bovines (campagne 2015)

Télédéclaration de la demande d'aides bovines (campagne 2015) Notice de présentation Télédéclaration de la demande d'aides bovines (campagne 2015) Mars 2015 A savoir avant de commencer Les aides bovines 2015 que vous pouvez demander par télédéclaration sont les suivantes

Plus en détail

Bien débuter dans l'élevage bovin

Bien débuter dans l'élevage bovin Bien débuter dans l'élevage bovin Vous êtes nombreux à vouloir vous lancer dans l'élevage bovin. Vous trouverez dans cette aide, des informations pour vous aidez à bien débuter. Attention tout de même,

Plus en détail

Carte de fidélité ESPACE TERRENA Septembre 2013. Conditions générales de la carte de fidélité Espace Terrena

Carte de fidélité ESPACE TERRENA Septembre 2013. Conditions générales de la carte de fidélité Espace Terrena Carte de fidélité ESPACE TERRENA Septembre 2013 Conditions générales de la carte de fidélité Espace Terrena La carte de fidélité Espace Terrena est développée par la société Espace Terrena, société par

Plus en détail

CONCEPTION (DIMENSIONNEMENT) D UN OUVRAGE DE STOCKAGE DE FUMIER 20736

CONCEPTION (DIMENSIONNEMENT) D UN OUVRAGE DE STOCKAGE DE FUMIER 20736 D. NAUD 1 INSTRUCTIONS COMPLÈTES CONCEPTION (DIMENSIONNEMENT) D UN OUVRAGE DE STOCKAGE DE FUMIER 20736 2007 11 La Direction de l'environnement et du développement durable du ministère de l'agriculture,

Plus en détail

Présentation de références Corpen simplifiées pour l évaluation des rejets et des pressions d azote et de phosphore des troupeaux bovins

Présentation de références Corpen simplifiées pour l évaluation des rejets et des pressions d azote et de phosphore des troupeaux bovins Fourrages (2008) 195, 357-372 Présentation de références Corpen simplifiées pour l évaluation des rejets et des pressions d azote et de phosphore des troupeaux bovins R. Giovanni 1, J.-P. Dulphy 2 Bien

Plus en détail

«Développement de l assurance agraire en Russie»

«Développement de l assurance agraire en Russie» «Développement de l assurance agraire en Russie» Conférence Internationale «Gestion des risques et des crises dans l assurance agraire» 15,16 et 17 mars 2010 Liudmila Kosholkina Directrice du Département

Plus en détail

Catalogue de formations - Printemps 2014

Catalogue de formations - Printemps 2014 Groupement des Agriculteurs Biologiques des Alpes de Haute Provence Catalogue de formations - Printemps 2014 9 Production de petits fruits rouges en AB. 9 Itinéraire technique du blé bio : du semis au

Plus en détail

Réforme de la PAC 2015. Réunion d information Septembre 2014

Réforme de la PAC 2015. Réunion d information Septembre 2014 Réforme de la PAC 2015 Réunion d information Septembre 2014 DE NOMBREUX DEFIS POUR LA PAC : LES PROPOS DE D. CIOLOS Juillet 2010 Le contexte : -> fin de la programmation 2007-2013 -> contexte de crise

Plus en détail

Contrôlabilité du taux de chargement et des effectifs animaux des mesures 10, 11 et 12 des programmes de développement rural 2015-2020

Contrôlabilité du taux de chargement et des effectifs animaux des mesures 10, 11 et 12 des programmes de développement rural 2015-2020 Contrôlabilité du taux de chargement et des effectifs animaux des mesures 10, 11 et 12 des programmes de développement rural 2015-2020 Cette note a pour objet de définir les animaux et les surfaces pris

Plus en détail

Guide utilisateurs SYNel WEB MOBILE Version V100

Guide utilisateurs SYNel WEB MOBILE Version V100 Page 1 sur 25 Guide utilisateurs SYNel WEB MOBILE Version V100 1 INTRODUCTION... 3 2 ACCES A SYNEL WEB MOBILE... 4 3 AUTHENTIFICATION... 4 3.1 CONNEXION... 4 3.2 MULTI-CHEPTELS... 4 4 ACCUEIL... 5 5 IDENTIFICATION...

Plus en détail

Les consommations d énergie en bâtiments d élevage laitier

Les consommations d énergie en bâtiments d élevage laitier Les consommations d énergie en bâtiments d élevage laitier Quelques repères sur les consommations énergétiques dans les bâtiments d élevages laitiers bourguignons Années de références 2007-2008 Une action

Plus en détail

LE REFERENTIEL DE COMPETENCES

LE REFERENTIEL DE COMPETENCES LE REFERENTIEL DE FINALITE Liste des missions EXPLOITANT ARBORICULTEUR Organise et supervise l'ensemble des opérations techniques liées à la production de fruits en fonction de ses objectifs quantitatifs

Plus en détail

Notre sortie à la ferme de LA BERTINE

Notre sortie à la ferme de LA BERTINE Notre sortie à la ferme de LA BERTINE Dans cette ferme ils y avaient toutes sortes d'animaux différents comme une cinquantaine de brebis et de chèvres, 2 vaches, 1 poney une dizaine de poules ou encore

Plus en détail

ANAIS LE LOGICIEL DE GESTION PRÉVISIONNELLE DE L ENTREPRISE AGRICOLE ET RURALE. Laboratoire Informatique de l ENITA de Bordeaux Tél.

ANAIS LE LOGICIEL DE GESTION PRÉVISIONNELLE DE L ENTREPRISE AGRICOLE ET RURALE. Laboratoire Informatique de l ENITA de Bordeaux Tél. LE LOGICIEL DE GESTION PRÉVISIONNELLE DE L ENTREPRISE AGRICOLE ET RURALE Laboratoire Informatique de l ENITA de Bordeaux Tél. 05 57 35 07 95 PHILOSOPHIE DU LOGICIEL - CONCEPTS DE BASE ET MECANISMES 1.

Plus en détail

Fiche-conseil C5 Production d eau chaude sanitaire

Fiche-conseil C5 Production d eau chaude sanitaire Service d information sur les économies d énergie Fiche-conseil C5 Production d eau chaude sanitaire 1 Préparation de l eau chaude sanitaire 2 1) Différents systèmes de production A Chaudière combinée

Plus en détail

Yves PYTHON 1, Sylvain MORVAN 2 et Dominique TRISTANT 2, Ferme expérimentale de AgroParisTech - Août 2013

Yves PYTHON 1, Sylvain MORVAN 2 et Dominique TRISTANT 2, Ferme expérimentale de AgroParisTech - Août 2013 Ferme expérimentale de AgroParisTech 2013 Essai CH 4 COOP DE FRANCE Déshydratation Thiverval-Grignon 78850 Evaluation des effets de deux modalités alimentaires différentes incluant de l ensilage de graminées

Plus en détail

En voiture (*) de Sylvain BRISON

En voiture (*) de Sylvain BRISON En voiture (*) de Sylvain BRISON Pour demander l'autorisation à l'auteur : sylvain@kava.fr Durée approximative : 8 minutes Personnages - A, homme ou femme - B, homme ou femme Synopsis Un voyage pour Issoudun

Plus en détail

L ALIMENTATION ROBOTISÉE, POUR PRODUIRE PLUS ET MIEUX!

L ALIMENTATION ROBOTISÉE, POUR PRODUIRE PLUS ET MIEUX! L ALIMENTATION ROBOTISÉE, POUR PRODUIRE PLUS ET MIEUX! US -VO EZ IFI IE PL LA V SIM 1 DÉFINITION DE LA RECETTE ET DES SÉQUENCES DE CHARGEMENT/DÉCHARGEMENT VIA : L opérateur configure avec le logiciel «TMR

Plus en détail

Formulaire de demande d une phytolicence

Formulaire de demande d une phytolicence Formulaire de demande d une phytolicence Veuillez compléter toutes les données en MAJUSCULES et joindre à ce formulaire tous les documents demandés avant de l envoyer. Les demandes reçues électroniquement

Plus en détail

L agriculture luxembourgeoise en chiffres 2013

L agriculture luxembourgeoise en chiffres 2013 L agriculture luxembourgeoise en chiffres 2013 (données disponibles au 1 ier avril 2013) MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE LA VITICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL SERVICE D ECONOMIE RURALE L agriculture

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES D UNE DEMONSTRATION CHIENS DE TROUPEAU DANS UNE MANIFESTATION PROFESSIONNELLE

CAHIER DES CHARGES D UNE DEMONSTRATION CHIENS DE TROUPEAU DANS UNE MANIFESTATION PROFESSIONNELLE CAHIER DES CHARGES D UNE DEMONSTRATION CHIENS DE TROUPEAU DANS UNE MANIFESTATION PROFESSIONNELLE 1. OBJECTIFS DE LA DEMONSTRATION Une démonstration correctement réalisée doit : Montrer dans quelles situations

Plus en détail

L AGRICULTURE BIOLOGIQUE EN ELEVAGE PORCIN : exercice technico économique

L AGRICULTURE BIOLOGIQUE EN ELEVAGE PORCIN : exercice technico économique Réalisé par Anne - Sophie DELASSUS et Anna BORDES Chambres d Agriculture des Pays de la Loire Cas concret Cas CONVERSION VERS concret L AGRICULTURE BIOLOGIQUE EN ELEVAGE PORCIN : exercice technico économique

Plus en détail

Samedi 23 Mai 2015 Marché des animaux de la ferme & ferme pédagogique

Samedi 23 Mai 2015 Marché des animaux de la ferme & ferme pédagogique Samedi 23 Mai 2015 Marché des animaux de la ferme & ferme pédagogique REGLEMENT GENERAL Le Clos du Verger organise cette année les Champêtreries a Jasseron le 23 Mai 2015. Au programme : Marché des animaux

Plus en détail

Résumé. Déterminer la cause d un problème sur l IC Il y a un certain nombre de facteurs qui peuvent influencer négativement l IC d un troupeau :

Résumé. Déterminer la cause d un problème sur l IC Il y a un certain nombre de facteurs qui peuvent influencer négativement l IC d un troupeau : Optimisation de l indice de consommation du poulet de chair ROSS Cet article a été écrit spécifiquement pour les producteurs d Amérique Latine. Cependant, les recommandations données peuvent être utiles

Plus en détail

SENEGAL GENETIQUE LAITIERE

SENEGAL GENETIQUE LAITIERE SENEGAL GENETIQUE LAITIERE Enquête de référence auprès des ménages- Chef de ménage 1. INFORMATIONS GENERALES Date (JJ/MM/AAAA) Nom du l'enquêteur Nom du chef de ménage Est-ce que le chef de ménage (et

Plus en détail

J'Ai TELLEMENT FAiM QUE JE POURRAiS MANGER UN ARBRE!

J'Ai TELLEMENT FAiM QUE JE POURRAiS MANGER UN ARBRE! J'Ai TELLEMENT FAiM QUE JE POURRAiS MANGER UN ARBRE! Les liens hypertextes vers d'autres sites de l'internet ne signifient nullement que l'organisation approuve officiellement les opinions, idées, données

Plus en détail

Agri-stabilité GUIDE DE DÉCLARATION DES UNITÉS PRODUCTIVES 2012

Agri-stabilité GUIDE DE DÉCLARATION DES UNITÉS PRODUCTIVES 2012 Ce guide contient toutes les informations nécessaires pour déclarer vos unités productives pour l année de participation 2012. Guide de déclaration des unités productives...p. 3 Liste des unités productives...p.

Plus en détail

Journée d information Capacités de stockage des effluents d élevage Pré-Dexel et DeXeL

Journée d information Capacités de stockage des effluents d élevage Pré-Dexel et DeXeL Journée d information Capacités de stockage des effluents d élevage Pré-Dexel et DeXeL Le dimensionnement des ouvrages de stockage Règles de base au dimensionnement Les effectifs LE NBRE D ANIMAUX < AU

Plus en détail

VOYAGE EN NORMANDIE TERM PRO 2012-13

VOYAGE EN NORMANDIE TERM PRO 2012-13 VOYAGE EN NORMANDIE TERM PRO 2012-13 Nous allons vous présenter notre voyage filière qui a été réalisé à la fin de notre bac professionnel conduite et gestion d'une exploitation agricole. Nous avons souhaité

Plus en détail

manifeste, chartes, conventions.

manifeste, chartes, conventions. manifeste, chartes, conventions. MANIFESTE POUR L ACCÈS À UNE HAUTE QUALITÉ ALIMENTAIRE AU QUOTIDIEN Slow Food veut promouvoir une nouvelle manière d aborder l alimentation, indissociable de l identité

Plus en détail

Solutions pour l'industrie de nutrition animale

Solutions pour l'industrie de nutrition animale Solutions pour l'industrie de nutrition animale E l e c t r i c i t é A u t o m a t i s m e I n f o r m a t i q u e L'entreprise AGROELEC INDUSTRIES Créée en 1989, la société AGROELEC INDUSTRIES, implantée

Plus en détail