Evaluation du Risque Pays par les Agences de Rating :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Evaluation du Risque Pays par les Agences de Rating :"

Transcription

1 Evaluation du Risque Pays par les Agences de Rating : Transparence et Convergence des Méthodes Yasmine GUESSOUM Doctorante au Centre d Economie et de Finances Internationales (CEFI) CNRS Université de la Méditerranée (Aix-Marseille II) Château Lafarge Route des Milles Aix en Provence France Tél : (0) Fax : (0) Résumé Le rating permettant d évaluer le risque pays est de nos jours un outil indispensable aux yeux des investisseurs et autres acteurs sur les marchés financiers. Cependant, les processus de notation mis au point par les organismes de rating dans le monde (Fitch Rating, Moody s, Standard & Poor s), ne sont pas toujours explicites et manquent parfois de transparence. Ces entités ont des systèmes de notation que l on pourrait assimiler à des boites noires. Elles produisent des notes que les agents considèrent fiables d emblée : ils les intègrent systématiquement dans leurs opérations sur les marchés mondiaux et se laissent influencer par leur tendance au cours de leurs transactions. Seulement, ces notes ne convergent pas forcément, ce qui suscite une comparaison entre les méthodologies employées actuellement par les agences de rating dans leur évaluation des risques. L objectif étant de savoir si elles aboutissent à des conclusions proches, quant à l élaboration des profils pays, puis d arriver à un moyen de normaliser la démarche empruntée par ces agences dans le processus de notation. Il est donc question de juxtaposer les critères de rating ainsi que les poids qui leur sont attribués, d une part et les méthodes de calcul ainsi que les modèles, d autre part. Ceci en vue de déterminer les sources éventuelles de divergence entre les résultats de ces agences. Mots clés Convergence, Méthodologies de notation, Rating, Risque pays, Test de cointégration. Classification JEL Finance Internationale. Février 2004

2 Country Risk Evaluation by Rating Agencies: Transparency and Convergence of the Methods Abstract Nowadays, the evaluation of country risk through sovereign ratings is becoming an essential tool for investors and other agents on the international marketplace. However, the evaluation processes built by rating institutions all over the world (such as Fitch Rating, Moody s, Standard & Poor s), are not always clear and explicit. The rating systems of these entities can be assimilated to black boxes. The different notes they produce are straight away used by markets operators, who consider them directly trustable: they introduce them systematically in their financial operations and let them influence their transactions. Nevertheless, when rating agencies publish their risk evaluation, they do not necessarily obtain the same notes. This is why a comparison between the methodologies used by rating institutions for country risk estimation must be conducted. The present paper aims to demonstrate if the agencies come approximately to the same conclusions regarding evaluation of country profiles. In fact, this study will try to find a mean to normalize the rating process. Therefore, the idea is to compare the different rating criteria, the weighting systems, the methods and the models of calculation, in order to determine the eventual sources of divergence between the different results of rating agencies estimations. Key words Cointegration test, Convergence, Country risk, Methodologies of evaluation, Rating. JEL classification International Finance. February

3 1. Introduction. La succession des crises due notamment à l expansion des mouvements de capitaux à l échelle internationale durant la décennie 90, met en évidence une sensibilité croissante des pays aux variations économiques externes réelles et monétaires du système mondial actuel. Ces bouleversements financiers survenus en conséquence de l ouverture de plus en plus poussée des économies se sont pour la plupart, transformés en crises financières internationales. C est au cœur de ce contexte d instabilité que le concept de risque pays est devenu pour les agents économiques une préoccupation majeure, entraînant en parallèle une forte demande d informations concernant l évaluation des profils pays et des effets des différentes manifestations du risque. C est en réponse à cette pression exercée par les agents économiques que le rating a été envisagé. Le rating ou la notation consiste donc en l évaluation du risque pays encouru par les entités économiques ayant conclu un contrat à l échelle internationale. Cette démarche est entreprise par des institutions spécialisées issues de différents secteurs d activité. Les institutions chargées d élaborer les ratings, assurent donc la diffusion d informations concernant l évaluation des risques, à travers communiqués de presse, publications ou encore, services en ligne. Ces entités sont en majeure partie des agences de rating (Fitch Ratings, Political Risk Services, Moody s et Standard & Poor s), pour le reste il s agit des assureurs crédit (Compagnie Française d Assurance pour le Commerce Extérieur), des cabinets de consulting (Business Environment Risk Intelligence, Nord Sud Export) ou d expertise ( Economic Intelligence Unit) et des journaux financiers (Institutional Investor, Euromoney Publications). Le contenu informationnel du rating permet aux entités pouvant être sujettes au risque pays mais aussi celles qui en sont à l origine, de mieux l appréhender. Les analyses risque pays sont donc un instrument tactique, tant pour les émetteurs de titres que pour les agents économiques attendant un retour sur capitaux investis, prêtés ou issus de créances commerciales. En effet, ces notes permettent aux émetteurs de diversifier l éventail des sources de financement et par la même occasion, d en optimiser le choix suivant leurs priorités et leurs opportunités. La notation peut aussi contribuer à aider les dirigeants dans la prise de décisions majeures, en mesurant le niveau moyen de risque d impayé présenté par les entreprises. Elle indique notamment, dans quelle mesure les engagements financiers d une entité sont influencés par les perspectives économiques, financières et politiques de son pays d origine ou d accueil. Si la notion de risque pays est fréquemment évoquée dans la littérature économique ayant trait aux échanges financiers internationaux, elle n est cependant pas explicité de manière exhaustive impliquant de la sorte, une grande variété des définitions y afférentes. Il existe effectivement autant de définitions qu il y a d analystes du risque pays. Les divergences pouvant apparaître entre ces définitions découlent principalement de la volonté de cerner le concept de risque pays via une otique plutôt tournée vers les préoccupations des exportateurs, des investisseurs ou encore, des financiers. Harmoniser l ensemble des définitions relatives au risque pays reste difficile. Son aspect multidimensionnel, l existence de diverses catégories de relations internationales, sans oublier leurs corrélations, ne facilitent en rien la mise en place d une définition synthétique du risque pays et de ses composantes. 3

4 Afin de pouvoir cerner la notion de risque pays, d en saisir les déterminants et d en distinguer les composantes, trois points de vue sont généralement adoptés : le type d acteur économique touché par le risque, la nature du risque, et enfin le type de crise conduisant à la manifestation du risque 1. Ces trois optiques ne sont que des approches différenciées de la même notion qu est le risque pays. Par conséquent, elles en donnent une appréciation générale plus subtile et permettent de délimiter les paramètres qui concourent à son évaluation, dans le but de réduire les confusions couramment faites entre le contenant (le risque pays) et le contenu (ses approches). - Du point de vue du créditeur national : la définition du risque pays suivant cette première approche, consiste à se positionner du côté de l entité économique nationale qui subit le risque pays. Dans ce sens, trois types d agents sont mis en avant (les banques, les investisseurs et les exportateurs), permettent de répartir le risque pays en trois catégories (le risque bancaire, le risque financier et industriel, le risque commercial). - Du point de vue du débiteur étranger : c est la nature du risque qui est mise en avant à travers cette seconde approche. Le risque pays y est apprécié en fonction des caractéristiques de l entité économique qui en est à l origine. Il se manifeste sous forme de risque souverain, suite aux défaillances des Etats, leur incapacité ou leur refus de convertir de la monnaie locale en devises pour des entreprises pourtant solvables. Il peut aussi se manifester sous forme de risque systémique, suite aux défauts de paiement des entités privées, qui se répercutent directement sur la solvabilité générale des pays. - Du point de vue du fait générateur de crise : cette approche du risque pays se focalise sur les faits générant les crises. L idée consiste à mettre en avant l origine des événements qui ont impulsé le risque pays. Dans ce sens, le risque politique aura pour source un incident politique et le risque économique sera engendré par un problème économique. Ainsi, les frontières séparant ces différentes approches restent floues. C est pourquoi, chaque agent économique touché par le risque, peut avoir recours à une institution spécialisée dans son segment d activité. Les agences de rating par exemple, s occupent du risque souverain, la Coface s intéresse au risque commercial, Nord Sud Export aux risques des exportateurs et des investisseurs industriels, et les banques au risque bancaire. La diversité de ces entités démontre que les sources d informations mises à la disposition des agents sont multiples et variées. Dans ce sens, l objectif principal du présent article est de mettre au point une analyse comparative des méthodologies employées par les organismes chargés de la notation. Pour ce faire, nous allons de prime abord, établir un parallèle entre les procédures d évaluation des risques, permettant d identifier les différentes approches du risque pays prises en compte au niveau de chaque agence de rating. Nous allons ensuite, juxtaposer les familles de critères retenus par ces agences ainsi que leurs contenus respectifs, afin d en faire ressortir l approche du risque prônée par chacune d elles. Pour finir, il sera procédé à une comparaison des méthodes de calcul ou des modèles utilisés pour aboutir aux notes définitives attribuées aux pays. Ceci en vue de déterminer les sources éventuelles de divergence entre les résultats des agences de notation dans leur évaluation du risque pays. 1 Gautrieaud S., Le Risque Pays : Approche Conceptuelle et Approche Pratique, Centre d Economie du Développement, Université Montesquieu Bordeaux IV, Juin 2002, p

5 Il semblerait a priori, que ces agences aient des systèmes de notation qui se ressemblent, puisqu il s agit dans tous les cas d attribuer des notes alphabétiques ou numériques, de long terme et de court terme. Il reste à savoir si ces systèmes convergent réellement pour ce qui est des conclusions relatives au niveau de risque pays estimé. 2. Typologie des critères de notation : une répartition par thème et par agence. Compte tenu du nombre d agents économiques ayant recours à la notation, du niveau d importance qu occupe celle-ci à leurs yeux, du nombre d entités proposant l élaboration de rating pays ainsi que du nombre d approches à travers lesquelles le risque pays peut être décomposé, il en résulte une multitude de sources relatives à l évaluation des profils pays, mettant à la disposition des agents un panel varié d analyses du risque. Les divergences éventuelles entre les résultats émis par les institutions chargées du rating, ont pour principale origine trois facteurs : les critères utilisés pour traduire les différents risques, la méthodologie employée pour les évaluer et les notes qui leur sont attribuées pour les estimer. Nous allons dans ce qui suit, nous pencher sur chacun de ces facteurs en empruntant à chaque fois, un exemple concret inspiré de la réalité des organismes de rating introduits précédemment. Les critères sur lesquels se basent les analyses risque pays sont pour la plupart d ordre quantitatif, tels que les ratios. Ils s inspirent de données directement issues de sources nationales (Banque Centrale, Ministère des Finances ) ou internationales (Banque Mondiale, FMI, OCDE ). D autres critères notamment liés à la dette gouvernementale ou à l endettement externe, s inspirent de données estimées à partir de séries statistiques. Ce type d indicateurs permet de disposer d informations chronologiques quant aux performances des économies et aux caractéristiques de leurs structures. Celles-ci peuvent mettre en évidence d éventuelles tendances et faire ressortir certains évènements cycliques. Cependant, les analyses risque pays se basent aussi sur des critères d ordre qualitatif. Ainsi, les différents avis et jugements émis par les experts du domaine, bien que subjectifs, rivalisent avec les données numériques, si bien que l on reproche actuellement aux agences de rating leur manque de transparence. Chaque indicateur résulte donc de l interaction entre précision des analyses quantitatives et complexité des faits réels. Le regroupement des critères utilisés par les organismes de notation, au sein de différentes familles, suiuvant diverses thématiques, dépend de l optique à travers laquelle le risque pays y est approché. Par ailleurs, un système de poids propre à chacun, permet de mettre l accent sur un certain nombre de critères jugés plus importants que d autres. Les pondérations varient aussi selon le niveau économique du pays concerné par le rating : pays industrialisés, caractérisés par une stabilité structurelle ou pays en développement, caractérisés par une rapidité des changements structurels. De plus, la disponibilité des données utilisées, dépend de ces deux types de configurations : les économies développées disposent surtout d informations détaillés concernant leur politique fiscale, alors que les économies émergentes disposent plutôt de données relatives à leur dette externe et balance des paiements. Il faut toutefois préciser qu au niveau de la répartition des critères, les institutions chargées de la notation se rejoignent pour la plupart, sur les échéances des titres émis ainsi que sur les principaux thèmes abordés. En effet, dans le premier cas ces institutions élaborent des ratings concernant des titres de court terme et de long terme. Pour ce qui est de la seconde répartition, deux grands axes reviennent en général, à savoir les domaines politique et économicofinancier. 5

6 Tableau 1 : Nature, types et sources des critères utilisés dans le rating risque pays Risques PRS PRS Institutional Moody s S&P BERI EIU (ICRG) (CORS) Investor Euromoney Politique Qual Qual Quant/Qual Qual Qual Qual Qual Financier Quant/Qual Quant/Qual Quant Qual Quant Economique Quant/Qual Quant/Qual Quant Quant Quant Qual Quant Opérationnel Quant/Qual De non-transfert Quant/Qual Crédit Quant/Qual Commercial Quant/Qual Industriel Quant/Qual Types Ordinal Scalaire Sources Panel d experts Enquêtes Analyses du staff Bases de données Quant : Critères quantitatifs. Qual : Critères qualitatifs. Quant/Qual : Mix des deux. Source : Erb C., Harvey C. and Viskanta T., Political Risk, Economic Risk and Financial Risk, Financial Analysts Journal, November- December 1996, Table 4. (http://www.duke.edu/~charvey/country_risk/pol/poltab4.htm). Tableau 2 : Principales composantes des critères utilisés dans le rating risque pays Facteurs PRS (ICRG) PRS (CORS) Moody s S&P BERI EIU Institutional Investor Compte courant et balance des paiements 7 Niveau d endettement 7 Niveau de déficit 6 Structure et croissance économique 6 Taux de change et convertibilité des devises 5 PIB et PIB par tête 5 Coût du facteur travail et productivité 4 Niveau des réserves 4 Taux d intérêt 4 Accès aux marchés des capitaux 4 Niveau des liquidités 3 Marché parallèle 3 Taux d inflation 3 Comportements et anticipations des agents 7 Environnement politique 7 Accords internationaux et intégration régionale 6 Hétérogénéité des politiques, ethnies et religions 6 Niveau de corruption et flexibilité des lois 5 Taux de criminalité et sécurité militaire 4 Législation 4 Nationalisation 4 Politiques régionales 4 Gestion des infrastructures et des Collectivités locales Récurrence du facteur 3 Régimes coercitifs et conformité des lois 2 Source : Erb C., Harvey C. and Viskanta T., Political Risk, Economic Risk and Financial Risk, Financial Analysts Journal, November- December 1996, Table 5. (http://www.duke.edu/~charvey/country_risk/pol/poltab5.htm). 6

7 Il est intéressant de procéder à l identification des données utilisées pour mesurer le risque dans les différents ratings : leur nature quantitative ou qualitative, leur type scalaire ou ordinal, ainsi que leurs sources de provenance respectives. En se référant au tableau 1, il s avère que les organismes de rating utilisent globalement autant de facteurs quantitatifs (appelés aussi critères objectifs) que qualitatifs (subjectifs). Un cas extrême sort toutefois du lot : il s agit d Institutional Investor qui n introduit que des variables qualitatives. Concernant le type des données, celui-ci est réparti de manière équitable entre ordinal (notation alphabétique) pour les agences de rating et scalaire (notation numérique) pour le reste des institutions spécialisées dans l évaluation des risques. Enfin, pour ce qui est des sources d informations, elles proviennent essentiellement de bases de données officielles, ce qui à première vue joue en faveur des organismes de notation par rapport aux reproches qui leur sont destinés, quant au manque de transparence. En se référant au tableau 2 qui met en évidence le type de facteurs spécifiques entrant dans la compositions de l indice de risque, on parvient à distinguer les thèmes traités par chacune des entités, en vue d estimer le risque pays. A cet effet, les facteurs spécifiques ont été regroupés au sein de 24 catégories synthétiques, dont 13 touchent essentiellement à la sphère économico-financière, alors que les 11 autres relèvent de la sphère politique. Les facteurs récurrents au sein de la première sphère sont «Compte courant et balance des paiements» et «Niveau d endettement». Les facteurs «Comportements et anticipations des agents» et «Environnement politique» sont les plus fréquents au sein de la seconde sphère. Cependant, nous n omettrons pas de relever que le problèmes de transparence n intervient que bien plus loin dans le processus de rating : l utilisation d une Black Box se fait lors du traitement des intrants. Les analyses risque pays sont généralement précédées d études sur le potentiel de marché, qui prennent en compte une série de critères ayant trait au niveau de développement économique des pays concernés. Les facteurs utilisés à cet effet, relèvent de la structure démographique, du marché de l emploi, de la production, des transactions commerciales, du poids du secteur privé, de l équilibre de l offre et de la demande, ainsi que de la croissance. On y retrouve entre autre des indicateurs macroéconomiques tel que le PIB, le solde courant, les flux de capitaux, le taux d inflation et le taux de chômage. Tous ont pour objectif de faire le point sur la situation qui règne au sein des pays sujets au rating, sans toutefois émettre de jugement. L ensemble de ces indicateurs est à titre informationnel, la notation intervient bien après, par le biais d autres paramètres. Nous allons à présent étudier de manière exhaustive, les familles de critères proposées par trois agences de rating que nous avons sélectionné par rapport à leur notoriété, au fait qu elles utilisent une notation de type alphabétique, qu elles ciblent le même types d agents et que leur rating se base sur la seconde approche (notation du risque souverain). Il s agit donc des agences Fitch Ratings, Moody s et S&P. a. Les critères du rating Fitch. Il s agit d une liste des sujets abordés lors des entretiens de notation effectués par les experts de Fitch avec les autorités compétentes des pays sujets au rating. Ce processus étant par nature prospectif, les besoins d information s étendent généralement sur au moins cinq années révolues et deux années prévisionnelles, la première étant l année de la mise en place de l étude. 7

8 Fitch intervient dans 75 pays et couvre tous les principaux secteurs économiques. Elle se charge de noter prés de 70 Etats souverains et plus de 100 collectivités locales. Les thèmes abordés à cet effet, se présentent sous forme de 14 groupes au sein desquels 103 critères sont réunis, faisant de Fitch l agence de rating disposant de l éventail de critère le plus large et le plus détaillé. Tableau 3 : Les familles de critères du rating Fitch Thème Effectif Politique et Etat 10 critères Position internationale 5 critères Facteurs démographiques, structurels et d éducation 9 critères Analyse du marché de l emploi 7 critères Structure de la production et du commerce 6 critères Dynamisme du secteur privé 7 critères Equilibre de l offre et de la demande 7 critères Balance des paiements 12 critères Analyse des freins à la croissance à moyen terme 5 critères Politique macroéconomique 10 critères Commerce et politique en matière d investissement étranger 8 critères Banque et finance 5 critères Actifs en devises 5 critères Dette extérieure 7 critères Source : Fitch Ratings, Méthodologie de Notation des Risques Souverains, Fitch Sovereign Ratings, Fitch Inc., New York, 2002, p b. Les critères du rating Moody s. Le champs d étude de Moody s couvre un échantillon de 100 pays, par le biais d un système d évaluation du risque basé sur des variables d ordre politique et économique. Celles-ci sont au nombre de 50, réparties sur 5 grandes familles de critères. Tableau 4 : Les familles de critères du rating Moody s Thème Effectif Dynamique politique et interaction sociale 14 critères Structure et performances économiques 16 critères Indicateurs fiscaux 5 critères Paiements externes et dette 8 critères Indicateurs monétaires, de vulnérabilité et de liquidité 7 critères Source : Moody s, Moody s Rating Methodology Handbook, Sovereign, Moody s Investor Service Inc., New York, April 2002, p Erb C., Harvey C. and Viskanta T., Political Risk, Economic Risk and Financial Risk, Financial Analysts Journal, November- December 1996, Appendix A. c. Les critères du rating S&P. Le champ d étude de S&P couvre un échantillon de 77 pays et se base sur un système d évaluation du risque souverain composé de 47 critères répartis sur 9 espaces couvrant les plans politique et économique. 8

9 Tableau 5 : Les familles de critères du rating S&P Thème Risque politique Relations internationales Environnement social Structure économique et perspectives de croissance Flexibilité du système fiscal Flexibilité de la Balance des Paiements Dette externe et liquidité Charges de l endettement Stabilité des prix Effectif 8 critères 4 critères 7 critères 6 critères 5 critères 3 critères 5 critères 4 critères 5 critères Source : Beers D., Cavanaugh M. and Ogawa T., Sovereign Credit Rating : A Primer, Standard & Poor s Sovereigns, The McGraw-Hill Companies Inc., New York,April 2002, p. 3. Erb C., Harvey C. and Viskanta T., Political Risk, Economic Risk and Financial Risk, Financial Analysts Journal, November- December 1996, Appendix A. Signalons que le contenu des tableaux 3, 4 et 5, correspond aux thèmes traités par les trois agences de rating étudiées. Pour plus de détails concernant la composition de ces familles de critères, il faut se référer à l annexe Déroulement du rating ICRG : une démarche méthodologique explicite. La méthode empruntée pour le rating dépend directement de la nature des données prises en compte. Elle peut donc suivre une démarche quantitative, qualitative ou encore un mix des deux. En général, se sont les critères politiques qui nécessitent un traitement d ordre qualitatif. Celui-ci suppose l utilisation de questionnaires soumis à des spécialistes du domaine, dans le but d attribuer à chaque critère une note subjective basées sur leur expérience mais toutefois délimitée par une échelle fixée au préalable par l organisme de rating (souvent de 0 à 100). Il existe un grand nombre d institutions spécialisées dans l évaluation du risque pays et du risque de crédit. Bien que les critères utilisés à cet effet ainsi que les agents ciblés par leurs études varient, ces entités ont à travers leurs démarches méthodologiques respectives, certains points communs qui pourraient s avérer très significatifs. La procédure de transformation des indicateurs économiques en un indice estimateur du risque, est approximativement similaire, à une différence près : les facteurs spécifiques inclus dans les composantes qualitatives de l indice estimateur du risque peuvent varier. De façon générale, les organismes chargés des ratings risque pays ne délivrent quasiment aucune information concernant les opérations effectuées sur les composantes entrant dans la Black Box et aboutissant à la notation. Seule l agence PRS met à la disposition du grand public la procédure ICRG en toute transparence : définition et pondération des critères, modélisation et calculs, construction et interprétation des notes. C est pourquoi, il est nécessaire d exposer cette méthode incontournable afin de se faire une première idée de la manière dont s opère un rating. 9

10 a. Définition et pondération des critères. L ICRG décompose le risque pays en trois catégories. Tout d abord, le risque politique reflétant le niveau de stabilité d un pays et l éventualité d une exposition aux tensions susceptible de toucher à sa souveraineté. Ensuite, le risque économique mettant en évidence les avantages et inconvénients de la politique économique engagée dans un pays. Enfin, le risque financier traduisant la capacité d un pays à honorer ses engagements et à recouvrir ses dettes. A partir de là, il ressort un total de 22 critères (12 politiques, 5 économiques et 5 financières). Tableau 6 : Contenu et pondération des catégories du rating ICRG Catégorie Composantes Score maximum Stabilité du gouvernement 12 Conditions socio-économiques 12 Conditions de l investissement 12 Conflits internes 12 Conflits externes 12 Risque politique Corruption 6 Influence militaire sur la politique 6 Influence des religions sur la politique 6 Loi et régulation 6 Pression des ethnies 6 Responsabilité démocratique 6 Bureaucratie et stabilité des institutions 4 PIB par tête 5 Croissance du PIB réel 10 Risque économique Taux d inflation annuelle 10 Solde budgétaire (% du PIB) 10 Solde courant (% du PIB) 15 Dette externe (% du PIB) 10 Service de la dette externe (% du PIB) 10 Risque financier Solde courant (% des exports de biens et services) 15 Liquidité internationale nette (mois de couverture des imports) 5 Stabilité du taux de change 10 Source : Précisons que ces critères ne sont pas pondérés au sens propre du terme, car il n est pas question de leur attribuer des poids mais plutôt des points allant de 0 à 4, 6, 10, 12 ou 15. Il s agit de bornes permettant de totaliser un score maximum de 100 pour le risque politique, 50 pour le risque économique et 50 pour le risque financier. On retrouve ainsi une symétrie entre les plan politique et économico-financier comparable à celle évoquée au niveau des autres agences de rating (Fitch, Moody s et S&P). b. Modélisation et calculs. L équipe ICRG collecte des informations relatives au domaine politique ainsi que des données économique et financière. Après quoi, des points sont attribuées pour quantifier les risques politique, économique et financier, de sorte qu à chacune des composantes des trois types de risque, on associe un score (risk point). Au niveau de chaque catégorie, les scores des différentes composantes sont additionnés. On obtient alors, trois indices spécifiques relatifs aux trois types de risque (political risk rating, economic risk rating, financial risk rating). 10

11 Ceux-ci sont combinés à l aide d une formule mathématique permettant d en faire ressortir une note synthétique reflétant le risque pays (composite risk rating) : plus cette note est élevée, plus le risque est faible. Soit : pr i : le score attribué à une composante i de la catégorie risque politique. er j : le score attribué à une composante j de la catégorie risque économique. fr k : le score attribué à une composante k de la catégorie risque financier. 12 PR : l indice spécifique relatif à la catégorie risque politique ( PR = pr [ 0,100] 1 i ). 5 ER : l indice spécifique relatif à la catégorie risque économique ( = er [ 0,50] 1 j 5 FR : l indice spécifique relatif à la catégorie risque financier ( FR = fr [ 0,50] 1 k ). CR : la note synthétique reflétant le risque pays ( CR [ 0,100] ). ER ). Par conséquent : pr 1 i + er fr 1 j + 1 k PR + ER + FR CR = = 2 2 Il s agit donc de la somme des indices spécifiques relativement à leurs proportions respectives dans la note synthétique, soit 100% pour PR, 50% pour ER et 50% pour FR. c. Construction et interprétation des notes. D après la formule introduite ci-haut, la note synthétique CR varie obligatoirement entre 0 et 100. Elle n est pas transformée en note alphabétique, ce qui distingue la démarche ICRG des méthodologies employées par les trois autres agences de rating (Fitch, Moody s et S&P). Cependant, cette démarche partage l intervalle [0,100] en cinq niveaux de risque, permettant de classer les pays sujets au rating en fonction de l intensité du risque qui leur est associé. Tableau 7 : Les catégories de risque du rating ICRG Source : Intervalle Niveau de risque [0, 49.5] Risque très élevé [50, 59.5] Risque élevé [60, 69.5] Risque modéré [70, 79.5] Risque faible [80, 100] Risque très faible Résumons pour finir, la démarche méthodologique de l ICRG, en empruntant un schéma simple et synthétique, retraçant l intégralité des opérations décrite précédemment : 11

12 Schèma 1 : Résumé de la démarche méthodologique de l ICRG 22 Composantes = 3 Catégories Risque politique Risque économique Risque financier (12 facteurs) (5 facteurs) (5 facteurs) Scores Political Risk Point (pr i) Economic Risk Point (er j) Financial Risk Point (fr k) Indices spécifiques Political Risk Rating (PR) Economic Risk Rating (ER) Financial Risk Rating (FR) (100 %) (50 %) (50 %) Note synthétique Composite Risk Rating (CR) pr 1 i + er fr 1 j + 1 k PR + ER + FR CR = = 2 2 [0, 49.5] [50, 59.5] [60, 69.5] [70, 79.5] [80, 100] Risque très élevé Risque élevé Risque modéré Risque faible Risque très faible Source : En somme, l approche du risque pays par PRS, via la démarche ICRG, favorise l identification des sources éventuelles d instabilité (grâce aux composantes) ainsi que la nature de celles-ci (grâce aux catégories). Autrement dit, le rating ICRG fait ressortir clairement tant les effets d une variable individuelle, que ceux d un groupe de variables. 4. Convergence des systèmes de notes : une étude comparative. Quel que soit le système de notes employé par les organismes de rating dans leur évaluation des risques, ils ont pour point commun d engendrer un classement des pays suivant une évaluation scalaire ou ordinale. Dans ce dernier cas et avant d en arriver à ce stade, la notation est tout d abord déduite sous forme numérique à partir de données quantitatives ou qualitatives. Ce qui rend plus accessible l application du système de pondération, les notes devant être multipliées par les poids. La conversion des notes numériques en notes alphabétiques n est pas systématique pour tous les organismes chargés de la notation. Pour les agences de rating, cette conversion existe et implique l utilisation d une échelle propre à chacune d elles, comme c est le cas de Fitch Ratings, Moody s et S&P. Pour les autres organismes (assureurs crédit, cabinets d expertise ou de consulting, journaux financiers), le rating est directement émis sous sa forme de base, soit des notes numériques allant de 0 à 100. Nous allons examiner de plus près le premier cas de figure, à savoir les agences de rating. A cet effet, nous allons comparer les systèmes de notation de Fitch Ratings, Moody s et S&P, pour ensuite tester leur convergence dans le temps, sur la base d exemples concrets. Autrement dit, après avoir établi un parallèle entre les échelles de notes, nous allons sélectionner un échantillon de pays, à partir duquel il sera procédé à un test de convergence. 12

13 a. Comparaison des échelles de notes. La répartition des notes attribuées aux titres de long terme et de court terme par les agences de rating tel que le montre le tableau 8, se fait globalement sur deux grandes catégories : la première (Investment grade, Catégorie investissement ou Niveau d investissement de sécurité) permet de classer les titres de qualité, la seconde (Speculative grade, Catégorie spéculative ou Niveau d investissement spéculatif) répertorie les titres à l égard desquels une attitude prudentielle est fortement recommandée. Tableau 8 : Systèmes de notes employés par les agences Moody s, S&P et Fitch Moody s S&P Fitch Long terme Court terme Long terme Court terme Long terme Court terme Investment grade Catégorie investissement Niveau d investissement de sécurité Aaa Prime-1 AAA A-1 AAA F1 Aa Prime-2 AA A-2 AA F2 A Prime-3 A A-3 A F3 Baa BBB BBB Speculative grade Catégorie spéculative Niveau d investissement spéculatif Ba No Prime BB B BB B B B C B C Caa CCC CCC D Ca CC CC C C C D DDD DD D Source : Fitch Ratings, Méthodologie de Notation des Risques Souverains, Fitch Sovereign Ratings, Fitch Inc., New York, 2002, p.15. Moody s, Moody s Rating Methodology Handbook, Sovereign, Moody s Investor Service Inc., New York, April 2002, p Soulignons en outre que les notes de long terme introduites ci-dessus sont des notes de base. C est la raison pour laquelle chaque agence de rating propose des nuances supplémentaires à son système de départ : - Moody s stratifie davantage son échelle en associant aux catégories allant de Aa à Caa, les indices 1, 2 et 3 afin de déterminer la position exacte de chaque émetteur au sein de la catégorie à laquelle il appartient (1 : tête de catégorie, 2 : milieu de catégorie, 3 : fin de catégorie). - S&P en fait autant avec l adjonction des signes + et aux catégories allant de AA à CCC afin de déterminer avec plus de précision la position relative d un émetteur dans l échelle des notes (+ : tête de catégorie, aucun : milieu de catégorie, : fin de catégorie). - Fitch applique aussi les nuances + et aux catégories allant de AA à CCC (+ : tête de catégorie, aucun : milieu de catégorie, : fin de catégorie). Par ailleurs, en tenant compte de ces nouvelles échelles, il est possible de regrouper les notes en sous-catégories suivant la qualité du titre sujet au rating, en préservant toutefois la limite entre les catégories d investissement de sécurité et spéculatif. 13

14 Tableau 9 : Interprétation des échelles employés par les agences Moody s, S&P et Fitch Moody s S&P Fitch Interprétation Investment grade Catégorie investissement Niveau d investissement de sécurité 1 ère Catégorie Aaa AAA AAA Qualité maximale (probabilité de risque minimale) Aa1 AA+ AA+ Aa2 AA AA Qualité élevée (probabilité de risque très faible) Aa3 AA AA A1 A+ A+ A2 A A Qualité favorable (probabilité de risque faible) A3 A A Baa1 BBB+ BBB+ Baa2 BBB BBB Baa3 BBB BBB Qualité correcte (probabilité de risque normalement faible) Speculative grade Catégorie spéculative Niveau d investissement spéculatif 2 ème Catégorie Ba1 BB+ BB+ Faible protection contre les éléments spéculatifs Ba2 BB BB (probabilité d évolution du risque) Ba3 BB BB B1 B+ B+ B2 B B B3 B B Caa1 CCC+ CCC+ Caa2 CCC CCC Caa3 CCC- CCC- CC CC Ca C C C D DDD DD D Faible probabilité de respect des engagements (Risque significatif avec marge de sécurité) Eventualité d un défaut proche (risque considérable) Eventualité d un défaut imminent (risque élevé) En défaut (risque excessif) Source : Fitch Ratings, Méthodologie de Notation des Risques Souverains, Fitch Sovereign Ratings, Fitch Inc., New York, 2002, p.15. Moody s, Moody s Rating Methodology Handbook, Sovereign, Moody s Investor Service Inc., New York, April 2002, p Il ne faut pas perdre de vue que tout rating représente une image ponctuelle de la situation politique et économico-financière d un pays. C est pourquoi, afin de lui donner un caractère dynamique, les agences de notation effectuent une mise sous surveillance permettant de signaler les tendances éventuelles que pourrait subir le rating ultérieurement. Pour ce faire, chaque note est systématiquement associée à l un des qualificatifs suivants : positive (indiquant la possibilité d une hausse), negative (pour une baisse), evolutive (pour un changement dont la direction n est pas déterminée) et stable (pour un maintient de la note au niveau actuel). En somme, les agents économiques disposent d une grille de lecture détaillée permettant de se faire une idée précise du niveau de risque encouru lors de l investissement dans un titre ou un pays sujet au rating. Nous avons cependant relevé que certaines agences notamment Fitch et S&P, proposent un système de notes plus stratifié, composé d une sous-catégorie supplémentaire (D). Il reste à vérifier si en dépit de cela, les ratings convergent. b. Test de convergence des notes. Dans ce qui suit, nous allons appliquer un test économétrique sur des séries temporelles de notes attribuées à un échantillon de pays par les trois agences sus-citées. Nous avons sélectionné les données à prendre en compte, sur la base des deux conditions suivantes : - La disponibilité et la fréquence régulière des données, essentielles à alimenter le modèle économétrique en intrants et accroître la robustesse des résultats. 14

15 - Le rapprochement des familles de critères, car nous ne pouvions prétendre comparer leurs systèmes de notation, si les agences en question ne se rejoignaient pas sur les thèmes traités, ceci n aurait aucun sens. Afin d éviter que notre test soit biaisé, nous avons choisi de travailler sur des blocs de pays, pour minimiser les effets des économies atypiques. De plus, ceci permet de restreindre le nombre de variables à introduire et par conséquent, optimiser la lecture des résultats. Nous n avons posé aucune condition sur la forme des notes. Autrement dit, nous avons toléré que les agences sélectionnées divergent dans la formulation de leurs notes. En effet, à partir du moment où ils se rejoignent au niveau de l échelle, les systèmes de notes alphabétiques (de Aaa ou AAA à D), ont pu être convertis en systèmes numériques (de 1 à 22), plus adaptés aux calculs. Nous aurons recours aux moyennes des notes, puisque notre test cible des blocs de pays. D après les documents officiels de Fitch, Moody s et S&P, nous avons pu constater que la première agence couvre d un éventail de 86 pays notés, la seconde agence, 142 pays et la troisième, 93 pays notés. Quant à notre base de données, il faut souligner que l échantillon sélectionné est constitué de 59 pays, car il a fallu tenir compte des facteurs suivants : - Les pays notés tout récemment, généralement qualifiés de new ratings, n ont pas été retenus (les séries temporelles y afférentes ne sont pas suffisamment longues). - Les notes sont relatives à des ratings de long terme en monnaie étrangère (foreign currency ratings). A partir de là, nous avons regroupé les pays appartenant à la même zone géographique et avons obtenu les six groupes suivants (voir annexe 2) : - Zone 1 : Amérique du Nord et Océanie (5 pays). - Zone 2 : Amérique du Sud (7 pays). - Zone 3 : Asie du Sud Est et Iles du Pacifique (10 pays). - Zone 4 : Europe Occidentale (18 pays). - Zone 5 : Europe Orientale (9 pays). - Zone 6 : Méditerranée Sud, Est et Afrique du Sud (10 pays). Dans un souci d uniformité, nous avons fait en sorte que l étendue des séries temporelles soit identique pour les pays faisant partie du même groupe, au niveau des trois agences. La détermination de l échantillon de pays à inclure au sein de chacun de ces six groupes, a donc pris pour référence le rating de Fitch, car il s agit d une agence nouvellement créée (1991, contre 1900 pour Moody s et 1860 pour S&P). Après avoir fait le tri dans notre base de données, nous avons calculé pour chaque trimestre, une moyenne par région, reprenant l intégralité des ratings relatifs aux économies y appartenant (voir annexe 3). L idée étant d élaborer un test économétrique pour en déduire la convergence ou non des notes émises par les agences de rating dans le monde. 15

16 La problématique posée ne peut être cernée directement, étant donné que la notion de convergence en économétrie suppose l existence d une modélisation des variables, or l évolution des notes émises par les agences de rating à travers le temps, n est pas modélisable (il n existe pas de formulation mathématique exprimant la dynamique du comportement de ce type de variables). Par conséquent, nous allons procéder à un test de cointégration en vue de vérifier si les variables évoluent de façon autonomes (auquel cas elles ne sont pas cointégrées), ou si elles évoluent sans s écarter durablement les unes des autres (auquel cas elles sont cointégrées). La non cointégration des variables suppose qu elles évoluent dans des directions différentes et pas nécessairement au même moment : il y a forcément un écart entre les séries temporelles et donc, divergence. La cointégration des variables en revanche, n implique pas systématiquement une convergence, elle suppose seulement que les séries évoluent en même temps : il y a une relation de long terme entre les variables. Dans ce cas de figure, nous pourrons éventuellement avancer qu il existe un écart entre les séries temporelles et allons à cet effet, compléter le test de cointégration par une analyse des écarts entre les systèmes de notation des trois agences concernées. En premier lieu, il est utile de présenter l ensemble des variables sous forme de graphiques pour mieux rendre compte de leur évolution (voir graphiques 1 à 6). Il apparaît clairement qu au niveau des six zones étudiées, les séries de données ne sont pas stationnaires. Autrement dit, elles n évoluent pas régulièrement autours d une moyenne. Elles ont un comportement parfois aléatoire, dû notamment aux chocs pouvant survenir en période de crises. Nous observons ce genre d effet au niveau de la zone Amérique du Sud (graphique 2), où le degré de risque a très vite augmenté entre 2001 et 2002 : il s agit de la crise argentine. La même remarque est formulée au sujet de la zone Asie du Sud Est et Iles du Pacifique (graphique 3), où le niveau de risque a rapidement augmenté en fin d année 1997 : il s agit de la crise asiatique. Quant à la zone Europe Orientale (graphique 5), c est l effet inverse qui s est produit dès 2001, à savoir qu une régression du niveau de risque est intervenue, en raison de l amélioration des standards économiques et financiers avec pour perspective de postuler à l adhésion de l Union Européenne. Le même effet est observé dès 1999 au niveau de la zone Méditerranée Sud, Est et Afrique du Sud (graphique 6), dû à la convergence politique, économique et sociale des pays de la région dans le cadre des accords d association euroméditerranéens. Un comportement beaucoup plus stable est constaté pour la zone Amérique du Nord et Océanie (graphique 1) ainsi que pour la zone Europe Occidentale (graphique 4). Dans ce dernier cas, on note une régression du niveau de risque dès 1998, due au resserrement des écarts entre les standards économiques et financiers, avec pour perspective une intégration parfaite dans le cadre d une Union Monétaire. A présent, nous pouvons procéder au tests de cointégration relatifs aux six zones ciblées, concernant les séries Fitch, Moody s et S&P. Nous utiliserons pour ce faire, le logiciel Pc- Give à six reprises et nous appuierons à chaque fois, sur la procédure de Johansen. Ces tests couvrent respectivement, 34 période pour la zone 1 (T T4 2003), 36 période pour la zone 2 (T T4 2003), 27 période pour la zone 3 (T T4 2003), 38 période pour la zone 4 (T T4 2003), 31 période pour la zone 5 (T T4 2003) et 33 périodes pour la zone 6 (T T4 2003). 16

17 Rating Fitch Rating Moody s Rating S&P

18 Le test de cointégration effectué ci-après, se décline en trois étapes : le test de Schwartz / Hannan-Quinn / Akaike déterminant le nombre de retards à retenir, le test de Fisher déterminant l ordre du VAR et le test de la trace déterminant le nombre de relations de cointégration existant entre les séries temporelles. A partir d un nombre initial de quatre retards et après exécution du logiciel, les résultats obtenus respectivement au niveau des trois tests, sont les suivants 2 : - Zone 1 : quatre retards retenus, possibilité de passage du VAR4 au VAR3, deux relations de cointégration. - Zone 2 : quatre retards retenus, conservation du VAR4, deux relations de cointégration. - Zone 3 : deux retards retenus, possibilité de passage du VAR4 au VAR2, deux relations de cointégration. - Zone 4 : un retard retenu, possibilité de passage du VAR4 au VAR1, deux relations de cointégration. - Zone 5 : quatre retards retenus, possibilité de passage du VAR4 au VAR3, deux relations de cointégration. - Zone 6 : un retard retenu, possibilité de passage du VAR4 au VAR2, deux relations de cointégration. Au vue des résultats énoncés ci-dessus, il apparait que les trois variables (notations Fitch, Moody s et S&P) sont cointégrées. Par conséquent, nous sommes amenés à calculer les écarts types entre les trois séries de ratings relative à chaque région, afin de mettre en avant l intensité des décalages éventuels entre les systèmes de notation, si toutefois il y en avait. Il s agit donc de faire de la statistique descriptive, en construisant au niveau de chacune des six zones, une courbe d écarts types ainsi que sa tendance linéaire, sorte de lissage de la courbe (car il est difficile à première vue, d en déduire directement l évolution des écarts). En se référant aux graphiques 7 à 12, il s avère que les écarts types entre les trois séries temporelles ont tendance à augmenter. Cette croissance est très légère (de l ordre de 0,20 au plus, sur une échelle de 22), ce qui semble d ailleurs assez logique, car il s agit de notes déterminées par une échelle limitée, elles ne peuvent donc pas s écarter indéfiniment, autrement elles sortiraient du cadre de cette échelle. En définitive, les ratings pays évoluent en même temps, avec toutefois un très léger décalage, qui tend à augmenter dans la durée et qui signifie que sur les trois agences, il y aurait un surévaluateur du risque (agence pessimiste) et un sous-évaluateur du risque (agence optimiste). Ceci est sans doute dû aux nuances qui existent entre les méthodologies respectives des agences de notation, étant donné que du côté des critères, des périodes ainsi que des zones de couverture, le problème ne se pose pas, ils sont similaires. 2 Pour plus de détails, se référer à l annexe 4.

19 Ecarts types Tendance linéaire

20 5. Conclusion. Les conséquences néfastes des crises survenues au cours de la dernière décennie, le poids de la désintermédiation bancaire, ainsi que l influence de l internationalisation des besoins de financements, ont incontestablement motivé le recours à des sources d informations capables de prévenir les phénomènes d instabilité pouvant entraver le bon déroulement des opérations sur la scène internationale. Sous la pression des investisseurs revendiquant l accès à une information plus exhaustive quant à l appréciation des risques, ainsi que celle de certains émetteurs aspirant à se bâtir une notoriété sur les marchés financiers, la notation (ou le rating) est devenue un outil nécessaire. Ces préoccupations croissantes ont ainsi généré une divercification des analyses cherchant non seulement à étudier les manifestations du risque pays, mais aussi à prévenir ce dernier. C est là qu interviennent les institutions spécialisées dans l évaluation des risques encourus par les entités économiques ayant conclu un contrat avec une contrepartie étrangère. Les notes attribuées en majeure partie par des agences de rating, bénéficient actuellement d une reconnaissance mondiale extrêmement forte et informent les agents, les entreprises ainsi que les gouvernements de la qualité de l environnement au sein duquel ils comptent investir. L avantage décisionnel qu offre la notation aux agents économiques, est incontestable. En effet, les organismes de rating publient régulièrement une évaluation des risques, dispensée sous forme de notes alphabétiques ou numériques, simples à interpréter, synthétiques et directement accessibles. Elles sont souvent accompagnées de rapports explicatifs, complétant les études de marché et permettant de procéder à un arbitrage entre risque et rendement. Il s agit donc d un instrument tactique, tant pour les créditeurs (investisseurs, banquiers, exportateurs), que pour les débiteurs (émetteurs de titres, importateurs). Le contenu informationnel du rating permet ainsi aux agents pouvant subir le risque pays mais aussi à ceux qui en sont à l origine, de mieux l appréhender. Bien que l évaluation des risques soit fréquemment mise en avant par la littérature économique ayant trait aux échanges internationaux, elle reste toutefois en proie à des divergences de points de vue, impliquant une grande variété des définitions y afférentes. Les différentes approches du risque pays (suivant le type d acteurs économiques qui le subissent, sa nature ou le type de crises y conduisant), mettent en relief l amplitude des déterminants entrant en jeu dans sa composition. Les événement venant bouleverser les paramètres sur lesquels se basent les engagements financiers internationaux au moment de la conclusion d un accord, ont tous pour point commun de déstabiliser politiquement, économiquement ou socialement un pays et ont directement ou indirectement, une action sur les contrats commerciaux, les investissements directs et de portefeuilles, les transactions bancaires ou encore, la dette extérieure. Compte tenu du rôle attribué au rating vis-à-vis des agents économiques, de la multitude d entités proposant l élaboration de notation ainsi que de la diversité des approches du risque, il en résulte une quantité non négligeable de sources destinées à l évaluation des profils pays. Ce panel d études engendre des résultats d autant plus divergents que les critères utilisés pour traduire les risques, les méthodologies employées pour les évaluer et les notes qui leur sont attribuées sont variés. S agissant d un outil d évaluation, le rating tolère un quota d éléments subjectifs, où la transparence est supposée primer sur l objectivité. Seulement, il n est pas si simple de départager critères objectifs qui ont le mérite d être faciles à interpréter car quantifiables, et critères subjectifs qui bien que difficiles à traduire, décrivent plus subtilement la réalité. Le processus de notation des agences est ainsi sujet à un problème de transparence, car non seulement ces entités ne révèlent pas explicitement leurs modèles d évaluation respectifs, mais il n est pas certain qu elles suivent une méthode de calcul commune. 20

Chapitre 1. Introduction

Chapitre 1. Introduction ISBN 92-64-01565-5 L assurance-maladie privée dans les pays de l OCDE OCDE 2004 Chapitre 1 Introduction Ce chapitre introductif du rapport explique pourquoi l OCDE a décidé d entreprendre une étude sur

Plus en détail

En millions CHF ou selon indication 2014 2013

En millions CHF ou selon indication 2014 2013 32 Distribution de dividendes Les réserves distribuables sont déterminées sur la base des capitaux propres statutaires de la maison mère Swisscom SA et non sur les capitaux propres figurant dans les états

Plus en détail

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS L objet de ce document est de vous présenter un panorama des principaux instruments financiers utilisés par CPR AM dans le cadre de la fourniture d un service

Plus en détail

Déclassement d'actifs et stock brut de capital

Déclassement d'actifs et stock brut de capital Extrait de : La mesure du capital - Manuel de l'ocde 2009 Deuxième édition Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264067752-fr Déclassement d'actifs et stock brut de capital Merci

Plus en détail

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Le paragraphe 27 est modifié. Les paragraphes 27A et 27B sont ajoutés. Importance des instruments

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

Comment mieux comprendre les agences de notation financière?

Comment mieux comprendre les agences de notation financière? Comment mieux comprendre les agences de notation financière? Document pédagogique AXA Group Solutions Web Shared Service/Digital Studio - Decembre 2012 Contact: Group Communications comint@axa.com + 33

Plus en détail

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE 1 Qui cherche à prévoir? Les entreprises Les banques Les fonds d investissement Les investisseurs institutionnels Pourquoi chercher à prévoir? Créances et dettes en devises

Plus en détail

Gestion de trésorerie

Gestion de trésorerie Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET Gestion de trésorerie Optimiser la gestion financière de l entreprise à court terme Jack FORGET Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3250-4

Plus en détail

Cornèr Banque (Luxembourg) S.A. Risques associés aux profils de gestion

Cornèr Banque (Luxembourg) S.A. Risques associés aux profils de gestion Cornèr Banque (Luxembourg) S.A. Risques associés aux profils de gestion 1 Introduction Gestion patrimoniale mobilière Gestion patrimoniale fonds d investissement Gestion en placements alternatifs Gestion

Plus en détail

Allianz, un groupe solide

Allianz, un groupe solide Allianz, un groupe solide Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Direction de la Communication - Allianz France Achevé de rédiger le 19 mars 2014 AVERTISSEMENT: Ce document

Plus en détail

Exposition à 100 % de la prime nette investie via un dépôt auprès de BNP Paribas Fortis SA 1

Exposition à 100 % de la prime nette investie via un dépôt auprès de BNP Paribas Fortis SA 1 AG Protect+ Select Observation 1 Exposition à 100 % de la prime nette investie via un dépôt auprès de BNP Paribas Fortis SA 1 Obtenez le meilleur du potentiel des actions européennes 2! Les actions européennes

Plus en détail

GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT

GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT La Banque de Luxembourg met à votre service son expertise en matière de gestion

Plus en détail

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Les paragraphes qui suivent présentent les principaux changements en ce qui a trait aux

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés*

Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés* Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés* Chris D Souza et Alexandra Lai Jusqu à récemment, la réglementation en vigueur au

Plus en détail

ANALYSE DU RISQUE DE CRÉDIT

ANALYSE DU RISQUE DE CRÉDIT ANALYSE DU RISQUE DE CRÉDIT Banque & Marchés Cécile Kharoubi Professeur de Finance ESCP Europe Philippe Thomas Professeur de Finance ESCP Europe TABLE DES MATIÈRES Introduction... 15 Chapitre 1 Le risque

Plus en détail

MiFID Markets in Financial Instruments Directive

MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Les principales dispositions de la directive Les objectifs de la Directive MiFID L objectif de l Union européenne en matière de services financiers

Plus en détail

Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT)

Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT) Portefeuille de trésorerie de l Université d Ottawa Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT) 1. But L Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie

Plus en détail

Bloomfield Investment Corporation

Bloomfield Investment Corporation Bloomfield Investment Corporation Le Département d Analyses Economiques et Boursières Président Directeur Général 1 Pourquoi un département dédié aux analyses économiques et boursières? Le Département

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

LE PROCESSUS D OCTROI D UN CREDIT COMMERCIAL ET LES CRITERES DE DECISION

LE PROCESSUS D OCTROI D UN CREDIT COMMERCIAL ET LES CRITERES DE DECISION LE PROCESSUS D OCTROI D UN CREDIT COMMERCIAL ET LES CRITERES DE DECISION Marija Vukmanovic, Director, chef de secteur clientèle entreprises Office de Promotion Economique du Canton de Genève Petit-déjeuner

Plus en détail

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit ESSEC Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit Plan de la séance 3 : Le risque de crédit (1) Les opérations de crédit Définition d un crédit La décision de crédit Les crédits aux petites

Plus en détail

DIRECTIVE 2007/16/CE DE LA COMMISSION

DIRECTIVE 2007/16/CE DE LA COMMISSION 20.3.2007 Journal officiel de l Union européenne L 79/11 DIRECTIVES DIRECTIVE 2007/16/CE DE LA COMMISSION du 19 mars 2007 portant application de la directive 85/611/CEE du Conseil portant coordination

Plus en détail

1. Les risques individuels (corporates et institutions financières)

1. Les risques individuels (corporates et institutions financières) Gestion des Risques Nos métiers par activité La Gestion des Risques consiste principalement à maîtriser et à contrôler l ensemble des risques de Crédit Agricole CIB afin de minimiser le coût du risque

Plus en détail

Allianz, un groupe solide

Allianz, un groupe solide Allianz, un groupe solide Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Direction de la Communication - Allianz France Achevé de rédiger le 21 mars 2013 AVERTISSEMENT: Ce document

Plus en détail

JOURNEE MONDIALE DE LA STATISTIQUE UNE MEILLEURE STATISTIQUE AU SERVICE DE LA POLITIQUE MONETAIRE ET DE LA STABILITE FINANCIERE

JOURNEE MONDIALE DE LA STATISTIQUE UNE MEILLEURE STATISTIQUE AU SERVICE DE LA POLITIQUE MONETAIRE ET DE LA STABILITE FINANCIERE JOURNEE MONDIALE DE LA STATISTIQUE UNE MEILLEURE STATISTIQUE AU SERVICE DE LA POLITIQUE MONETAIRE ET DE LA STABILITE FINANCIERE Abdellatif Jouahri Wali de Bank Al-Maghrib Rabat, 20 octobre 2015 1 Je tiens

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Traitement du financement du commerce dans le cadre du dispositif de Bâle sur les fonds propres

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Traitement du financement du commerce dans le cadre du dispositif de Bâle sur les fonds propres Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Traitement du financement du commerce dans le cadre du dispositif de Bâle sur les fonds propres Octobre 2011 Le présent document est traduit de l anglais. En cas

Plus en détail

Avis relatif à la désignation du Mouvement Desjardins à titre d institution financière d importance systémique intérieure

Avis relatif à la désignation du Mouvement Desjardins à titre d institution financière d importance systémique intérieure Avis relatif à la désignation du Mouvement Desjardins à titre d institution financière d importance systémique intérieure Contexte Le présent avis constitue un complément aux diverses lignes directrices

Plus en détail

Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa

Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa 1. But de l Énoncé L Énoncé des principes et objectifs de placement («l EPOP») décrit les objectifs,

Plus en détail

Etude empirique de la valeur d utilité de l immobilier des entreprises : un actif associé à la gestion du risque des sociétés

Etude empirique de la valeur d utilité de l immobilier des entreprises : un actif associé à la gestion du risque des sociétés Les nouveaux enjeux et défis du marché immobilier : comment y contribuer? Chaire Ivanhoé Cambridge ESG UQÀM Etude empirique de la valeur d utilité de l immobilier des entreprises : un actif associé à la

Plus en détail

Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées

Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées Norme 16 : Risques de garde et d investissement Objectif

Plus en détail

Elle s effectuera sans frais et n aura aucune incidence sur la date de disponibilité de vos avoirs.

Elle s effectuera sans frais et n aura aucune incidence sur la date de disponibilité de vos avoirs. Lettre d information relative à la transformation du FCPE «Destination bon port» en FCPE nourricier du Fonds d Investissement à Vocation Générale (FIVG) Maître «MONESOR» A Malakoff, le 22/04/2015, Madame,

Plus en détail

ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT. septembre 2006

ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT. septembre 2006 ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT septembre 2006 1 Énoncé de politique de placement (septembre 2006) 1. Objet de la politique Le présent document énonce la politique, approuvée par le ministre des Finances

Plus en détail

3 ) Les limites de la création monétaire

3 ) Les limites de la création monétaire 3 ) Les limites de la création monétaire Si un banquier n a besoin que de son stylo pour créer de la monnaie, on peut se demander ce qui empêche une création infinie de monnaie. En fait, la création monétaire

Plus en détail

Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels

Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels 07/10/2014 Le présent document énonce les risques associés aux opérations sur certains instruments financiers négociés

Plus en détail

Comprendre les produits structurés

Comprendre les produits structurés Comprendre les produits structurés Sommaire Page 3 Introduction Page 4 Qu est-ce qu un produit structuré? Quels sont les avantages des produits structurés? Comment est construit un produit structuré? Page

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE. Aide d État N 677/A/2007 - France Méthode de calcul de l élément d aide contenu dans les prêts publics

COMMISSION EUROPÉENNE. Aide d État N 677/A/2007 - France Méthode de calcul de l élément d aide contenu dans les prêts publics COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, 16.07.2008 C(2008) 3473 final Objet: Aide d État N 677/A/2007 - France Méthode de calcul de l élément d aide contenu dans les prêts publics Monsieur le Ministre, 1. PROCEDURE

Plus en détail

Politique de gestion des swaps du gouvernement du Canada

Politique de gestion des swaps du gouvernement du Canada Politique de gestion des swaps du gouvernement du Canada Table des matières 1. Objet de la politique...1 2. Objet du programme de swaps...1 3. Gouvernance...1 4. Documentation...1 5. Instruments autorisés...2

Plus en détail

La planification financière

La planification financière La planification financière La planification financière est une phase fondamentale dans le processus de gestion de l entreprise qui lui permet de limiter l incertitude et d anticiper l évolution de l environnement.

Plus en détail

Une opportunité de diversification et des coupons élevés en livre turque.

Une opportunité de diversification et des coupons élevés en livre turque. Crédit Agricole (A+ / Aa3) Une opportunité de diversification et des coupons élevés en livre turque. À QUOI VOUS ATTENDRE? P. Crédit Agricole CIB est une obligation émise en livre turque (TRY) par Crédit

Plus en détail

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 SOMMAIRE Synthèse et Conclusion... 1 Introduction... 4 1. La description

Plus en détail

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Coface - Natixis a décidé d internationaliser son activité d assurance crédit en Amérique Latine en 1997. Le

Plus en détail

LES STRATEGIES DE REEQUILIBRAGE OU DE LAISSER-FAIRE

LES STRATEGIES DE REEQUILIBRAGE OU DE LAISSER-FAIRE LES STRATEGIES DE REEQUILIBRAGE OU DE LAISSER-FAIRE Dr. Jean Benetti, Dr. Andreas Reichlin 13 FEVRIER 2002 La gestion du risque au niveau stratégique dans les caisses de pension Introduction Plusieurs

Plus en détail

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DES MINES PROJET D APPUI AU SECTEUR MINIER PROMINES

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DES MINES PROJET D APPUI AU SECTEUR MINIER PROMINES REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DES MINES PROJET D APPUI AU SECTEUR MINIER PROMINES Conception et Mise en place d un Système National d informations Statistiques du Secteur Minier Termes de

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 99 -

TABLEAU COMPARATIF - 99 - - 99 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Vu la proposition de règlement du Parlement européen et du Conseil sur les exigences prudentielles applicables aux établissements

Plus en détail

ANANTA PATRIMOINE PRESENTATION

ANANTA PATRIMOINE PRESENTATION ANANTA PATRIMOINE PRESENTATION ANNEE 2011 1 ANANTA PATRIMOINE S.A. (Genève) est une société de gestion affiliée à l O.A.R.G. (Organisme d Autorégulation des Gérants de patrimoine) sous le numéro d agrément

Plus en détail

Diagnostic financier - Corrigé

Diagnostic financier - Corrigé Diagnostic financier - Corrigé Nous effectuerons ce diagnostic financier en présentant d abord une étude de rentabilité et de profitabilité du groupe Nestor, ensuite une étude de la structure financière

Plus en détail

Règlement de placement de la Fondation collective Perspectiva pour la prévoyance professionnelle. Édition janvier 2015

Règlement de placement de la Fondation collective Perspectiva pour la prévoyance professionnelle. Édition janvier 2015 Règlement de placement de la Fondation collective Perspectiva pour la prévoyance professionnelle Édition janvier 2015 2 Règlement de placement de la Fondation collective Perspectiva pour la prévoyance

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS D EXANE

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS D EXANE POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS D EXANE 1. OBJET La présente politique vise à garantir la conformité D EXANE SA, EXANE DERIVATIVES, EXANE OPTIONS, EXANE LIMITED et leurs succursales concernées

Plus en détail

Global Competitiveness Report 2008-2009: Le Luxembourg parvient à maintenir sa position compétitive selon le World Economic Forum

Global Competitiveness Report 2008-2009: Le Luxembourg parvient à maintenir sa position compétitive selon le World Economic Forum Global Competitiveness Report 2008-2009: Le Luxembourg parvient à maintenir sa position compétitive selon le World Economic Forum Selon le rapport annuel établi pour l année 2008-2009 par le World Economic

Plus en détail

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles La lutte contre la fraude aux finances publiques a été renforcée ces dernières années et a

Plus en détail

CONINCO Master Class Le rating obligataire

CONINCO Master Class Le rating obligataire CONINCO Master Class Le rating obligataire 4 et 5 novembre 2013 Sommaire Agences de notation financière Définitions Limites Rôle de la notation dans le processus d investissement Conclusion Annexes Questions/Réponses

Plus en détail

La réforme de l organisation prudentielle

La réforme de l organisation prudentielle Réglementation 7 La réforme de l organisation prudentielle La mise en place de ces dispositifs prudentiels a incontestablement amélioré la sécurité du système financier. Il ne permet cependant plus aujourd

Plus en détail

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES*

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* R. GESTION DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* Le Groupe de travail des politiques de coopération en matière de et de normalisation: Reconnaissant que l atténuation du risque qui peut avoir une incidence

Plus en détail

Tactical Currency Allocation Revisited: Four Simple Currency Trading Rules

Tactical Currency Allocation Revisited: Four Simple Currency Trading Rules Tactical Currency Allocation Revisited: Four Simple Currency Trading Rules Travail de gestion des investissements internationaux Présenté Kodjovi Assoé Par Patrick Drouot Etienne Desmarais Jean-François

Plus en détail

UE 6 Finance d entreprise Le programme

UE 6 Finance d entreprise Le programme UE 6 Finance d entreprise Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. La valeur (15 heures)

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

Chapitre 1. La mise en œuvre du système d information comptable.

Chapitre 1. La mise en œuvre du système d information comptable. Chapitre 1 La mise en œuvre du système d information comptable. L analyse des opérations économiques Missions et rôle de la comptabilité Le système comptable Droit et comptabilité Une entreprise est une

Plus en détail

11) L évaluation des politiques publiques

11) L évaluation des politiques publiques 1 FIPECO, le 14.04.2016 Les fiches de l encyclopédie V) Les dépenses publiques 11) L évaluation des politiques publiques Les objectifs, les techniques et les conditions institutionnelles de réalisation

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

QUELLES REGULATIONS POUR L INDUSTRIE DE LA NOTATION?

QUELLES REGULATIONS POUR L INDUSTRIE DE LA NOTATION? QUELLES REGULATIONS POUR L INDUSTRIE DE LA NOTATION? Norbert Gaillard* La crise financière qui a éclaté en 2007 et la grave récession économique qui a suivi ont conduit les principaux dirigeants politiques

Plus en détail

3. Des données financières globalement positives en 2010

3. Des données financières globalement positives en 2010 3. Des données financières globalement positives 3.1 Une nouvelle progression du bilan À fin 2010, le total de bilan agrégé de l ensemble des organismes d assurance et de réassurance contrôlés par l Autorité

Plus en détail

LES RISQUES DEUXIÈME PARTIE

LES RISQUES DEUXIÈME PARTIE DEUXIÈME PARTIE LES RISQUES Les opérations de marché présentent des risques qui doivent être identifiés et mesurés. En matière de finance internationale, on pense d abord au risque de change. Celui-ci

Plus en détail

Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite

Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée aux états financiers présentés par les régimes

Plus en détail

Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT)

Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT) Portefeuille de trésorerie de l Université d Ottawa Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT) 1. But L Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie

Plus en détail

EDC. Analyse des risques bancaires 5 ème année Finances Dominique Soulier. Durée de l épreuve : 2 heures

EDC. Analyse des risques bancaires 5 ème année Finances Dominique Soulier. Durée de l épreuve : 2 heures EDC Analyse des risques bancaires 5 ème année Finances Dominique Soulier Durée de l épreuve : 2 heures Calculatrice autorisée Pas de documentation autorisée Notation Questions à choix multiples (25) Une

Plus en détail

La Française PEA Flex

La Française PEA Flex Accédez à la gestion flexible Patrimoine Flexible PEA Flex De la souplesse pour votre épargne Des marchés financiers incertains Une exposition figée aux marchés actions peut générer une performance décevante.

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission - 53 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution, Vu la proposition de règlement du Conseil confiant à la Banque centrale européenne

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 LES INSTRUMENTS FINANCIERS DE LA POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 La Commission européenne a adopté des propositions législatives concernant la politique de cohésion 2014-2020

Plus en détail

Utilisateurs de l information comptable et financière. Les états financiers satisfont les besoins d information de nombreux utilisateurs, qui sont :

Utilisateurs de l information comptable et financière. Les états financiers satisfont les besoins d information de nombreux utilisateurs, qui sont : Introduction La Commission européenne impose désormais aux entreprises de l Union européenne (UE) qui recourent à l épargne publique de présenter leurs comptes selon les normes de l IASB (International

Plus en détail

Introduction : Problématique de l évaluation

Introduction : Problématique de l évaluation Introduction : Problématique de l évaluation Nous évoquerons d abord les utilisateurs de l évaluation des sociétés, ensuite les méthodes classiques d évaluation que nous prolongerons par l approche générale

Plus en détail

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël Nations Unies Conseil économique et social ECE/CES/GE.2/214/3 Distr. générale 12 février 214 Français Original: russe Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Groupe d

Plus en détail

Capital Life est une assurance-vie de la branche 23 dont le rendement est lié à des fonds d investissement internes.

Capital Life est une assurance-vie de la branche 23 dont le rendement est lié à des fonds d investissement internes. Fiche Info Financière Assurance-Vie branche 23 Capital Life 1 1 Cette "fiche info financière assurance-vie" décrit les modalités du produit qui s appliquent à partir du 15 décembre 2014. Type d assurance-vie

Plus en détail

Présentation du Plan de Marché Trival. Reproduction et utilisation interdites sans autorisation

Présentation du Plan de Marché Trival. Reproduction et utilisation interdites sans autorisation Présentation du Plan de Marché Trival Associés en Finance : Trival et ses utilisations Une base de données financières reposant sur les prévisions menées par notre équipe indépendante d analystes financiers

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

Transparence budgétaire : Les meilleures pratiques de l OCDE

Transparence budgétaire : Les meilleures pratiques de l OCDE Transparence budgétaire : Les meilleures pratiques de l OCDE OECD, 2002. Software: 1987-1996, Acrobat is a trademark of ADOBE. All rights reserved. OECD grants you the right to use one copy of this Program

Plus en détail

Directives de placement

Directives de placement Directives de placement Valables dès le 1 er novembre 2014 Page 1 de 12 Directives de placement Les directives de placement suivantes sont édictées sur la base de l art. 12, al. 4 des statuts de VZ Fondation

Plus en détail

SINFONI Optima. «La grande stratégie est sans coup d éclat, la grande victoire ne se voit pas» François Jullien. 1er juin 2012

SINFONI Optima. «La grande stratégie est sans coup d éclat, la grande victoire ne se voit pas» François Jullien. 1er juin 2012 18 Bd Montmartre 75009 Paris - Tél : 01 42 68 86 00 SINFONI Optima Fonds diversifié de droit français 1er juin 2012 «La grande stratégie est sans coup d éclat, la grande victoire ne se voit pas» François

Plus en détail

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E. Résultats pour le premier semestre 2014 : Croissance et rentabilité en ligne avec les objectifs

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E. Résultats pour le premier semestre 2014 : Croissance et rentabilité en ligne avec les objectifs Paris, 29 juillet 2014 Résultats pour le premier semestre 2014 : Croissance et rentabilité en ligne avec les objectifs Croissance du chiffre d affaires de +1,8% à périmètre et change constants Taux de

Plus en détail

Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins

Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins Présentation dans le cadre de l événement «Journée carrière PRMIA» 17 mars 2015 Mathieu Derome, M.Sc. Directeur Principal

Plus en détail

La surveillance prudentielle du secteur financier

La surveillance prudentielle du secteur financier La surveillance prudentielle du secteur financier Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre II Chapitre I Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre

Plus en détail

Vérification du Cadre de contrôle de la gestion financière Recettes

Vérification du Cadre de contrôle de la gestion financière Recettes C O N S E I L N A T I O N A L D E R E C H E R C H E S C A N A D A Vérification du Cadre de contrôle de la gestion financière Recettes V é r i f i c a t i o n i n t e r n e, C N R C N O V E M B R E 2011

Plus en détail

Communiqué de presse. Premier semestre 2015 Résultat solide dans un contexte difficile. Berne, le 7 août 2015

Communiqué de presse. Premier semestre 2015 Résultat solide dans un contexte difficile. Berne, le 7 août 2015 Berne, le 7 août 2015 Communiqué de presse Premier semestre 2015 Résultat solide dans un contexte difficile Au cours du premier semestre 2015, la Banque Cantonale Bernoise (BCBE) a développé ses cœurs

Plus en détail

Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel

Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel Obligations Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel AUTEUR : LAETITIA TALAVERA-DAUSSE Tout au long de l année en Europe, plusieurs événements ont

Plus en détail

AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE FR AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 8 décembre 2008 sollicité par le ministère français de l Économie, de l Industrie et de l Emploi sur un projet d ordonnance relative aux instruments financiers

Plus en détail

2. Principes de la politique de placement

2. Principes de la politique de placement Directives générales de la Banque nationale suisse (BNS) sur la politique de placement du 27 mai 2004 (état le 1 er avril 2015) 1. But et champ d application Les présentes directives générales précisent

Plus en détail

Code de conduite dans le cadre de la Loi du.. relative à diverses dispositions concernant le financement des petites et moyennes entreprises

Code de conduite dans le cadre de la Loi du.. relative à diverses dispositions concernant le financement des petites et moyennes entreprises Code de conduite dans le cadre de la Loi du.. relative à diverses dispositions concernant le financement des petites et moyennes entreprises 1 Préambule La Loi du relative à diverses dispositions concernant

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE 22.2.2014 Journal officiel de l Union européenne C 51/3 III (Actes préparatoires) BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 19 novembre 2013 sur une proposition de directive du

Plus en détail

F Th-Eurocents A05 Bruxelles, le 18.11.2004 MH/SL/JP A V I S. concernant LA PROBLEMATIQUE DES PIECES DE 1 ET 2 EUROCENTS

F Th-Eurocents A05 Bruxelles, le 18.11.2004 MH/SL/JP A V I S. concernant LA PROBLEMATIQUE DES PIECES DE 1 ET 2 EUROCENTS F Th-Eurocents A05 Bruxelles, le 18.11.2004 MH/SL/JP A V I S concernant LA PROBLEMATIQUE DES PIECES DE 1 ET 2 EUROCENTS (entériné par le Conseil Supérieur des Indépendants et des PME le 18 novembre 2004)

Plus en détail

LA DIRECTIVE EUROPÉENNE SUR LES MARCHÉS D INSTRUMENTS FINANCIERS (MIFID)

LA DIRECTIVE EUROPÉENNE SUR LES MARCHÉS D INSTRUMENTS FINANCIERS (MIFID) LA DIRECTIVE EUROPÉENNE SUR LES MARCHÉS D INSTRUMENTS FINANCIERS (MIFID) POUR UNE MEILLEURE PROTECTION DE L INVESTISSEUR SOMMAIRE DES SERVICES FINANCIERS PLUS TRANSPARENTS 3 LES PRINCIPAUX THÈMES VISÉS

Plus en détail

je connais mon banquier je connais mon banquier La sélection des valeurs les plus étoilées Investir

je connais mon banquier je connais mon banquier La sélection des valeurs les plus étoilées Investir La sélection des valeurs les plus étoilées Investir Quelles valeurs choisir dans la nébuleuse des placements financiers? Comment composer un portefeuille d actifs en préservant le capital et en visant

Plus en détail

Recommandations. Thèses relatives à l accréditation

Recommandations. Thèses relatives à l accréditation Recommandations Thèses relatives à l accréditation Berne, le 17 décembre 2003 Seite 2 Recommandations aux hautes écoles spécialisées suisse 1. Accréditation et processus de Bologne Dans la Déclaration

Plus en détail

Conseil National de la Comptabilité. Restitution des travaux sur la comptabilité générale de l Etat (CGE) Libreville, le 06 septembre 2013

Conseil National de la Comptabilité. Restitution des travaux sur la comptabilité générale de l Etat (CGE) Libreville, le 06 septembre 2013 Conseil National de la Comptabilité Restitution des travaux sur la comptabilité générale de l Etat (CGE) Libreville, le 06 septembre 2013 1 Sommaire Introduction Principales évolutions de la CGE depuis

Plus en détail

Catégorie d actif Minimum Cible Maximum. Actions 45 % 55 % 70 % Revenu fixe 20 % 30 % 45 % Alternatifs 0 % 15 % 25 %

Catégorie d actif Minimum Cible Maximum. Actions 45 % 55 % 70 % Revenu fixe 20 % 30 % 45 % Alternatifs 0 % 15 % 25 % Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa 1. But de l Énoncé L Énoncé des principes et objectifs de placement («l EPOP») décrit les objectifs,

Plus en détail

INFORM OBLIGATIONS DE PREMIÈRE QUALITÉ ET OBLIGATIONS À HAUT RENDEMENT: AUGMENTER LE RENDEMENT ET DIMINUER LE RISQUE GRÂCE À UNE JUSTE COMBINAISON

INFORM OBLIGATIONS DE PREMIÈRE QUALITÉ ET OBLIGATIONS À HAUT RENDEMENT: AUGMENTER LE RENDEMENT ET DIMINUER LE RISQUE GRÂCE À UNE JUSTE COMBINAISON 2 2002 INFORM INFORMATIONS FINANCIÈRES ESSENTIELLES POUR LES CAISSES DE PENSION OBLIGATIONS DE PREMIÈRE QUALITÉ ET OBLIGATIONS À HAUT RENDEMENT: AUGMENTER LE RENDEMENT ET DIMINUER LE RISQUE GRÂCE À UNE

Plus en détail

Conference Call. Résultats du 1 er timestre 2010

Conference Call. Résultats du 1 er timestre 2010 Conference Call Résultats du 1 er timestre 2010 Le Pavillon Italien à l Expo Shanghai 2010 en Chine avec présentation du nouveau ciment transparent mis au point par Italcementi Ciments 7 mai 2010 Français

Plus en détail

Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie

Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie 2013-R-01 du 8 janvier 2013 1 Contexte Pour la commercialisation

Plus en détail

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises modifié par les règlements n 92 04 du 17 juillet 1992, n 95-04 du 21 juillet 1995,

Plus en détail