Dosage de l'azote ammoniacal

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Dosage de l'azote ammoniacal"

Transcription

1 Page 1 / 15 Version : 2014 Date de création : 3 décembre 2007 Date de dernière modification : 1er décembre 2012 Dosage de l'azote ammoniacal Rédigé par : Thierry Cariou Eric Macé Visé par : Nicole Garcia, responsable qualité national Le 06 janvier 2015 Les produits et marques commerciales mentionnés appartiennent à leurs propriétaires respectifs.

2 Page 2 / 15 I- Introduction : L azote minéral dissous dans l eau de mer existe sous forme d azote gazeux et d ions ammonium, nitrite et nitrate. Dans le cycle de l azote, l ammoniac dissous (sous forme d ion ammonium) occupe une place particulière. D une part, le phytoplancton utilise l ammonium préférentiellement comme source nutritive azotée, d autre part, la dégradation de l azote particulaire et de l azote dissous par l activité hétérotrophique donne lieu à la formation d ammoniac oxydé ensuite en nitrite puis en nitrate. Enfin, le zooplancton contribue à enrichir l eau de mer en ammoniac par excrétion directe. Les teneurs en ammoniac dissous dans l eau de mer sont comprises généralement entre 0 et 3 µmoles.l -1. Le dosage est basé sur la réaction de Berthelot (1859). En milieu alcalin (8 < ph < 11.5), l ammoniac dissous réagit sur l hypochlorite pour former une monochloramine. Ce composé, en présence de phénol et en milieu oxydant, donne lieu à la formation d un bleu d indophénol. A 20 C, la réaction catalysée par l ion nitroprussiate demande 6 heures pour se développer. L absorption est mesurée par spectrophotométrie à 630 nm. La méthode a été appliquée à l eau de mer, en particulier par L. Solorzano et F. Koroleff en L analyse par fluorimétrie développée par Holmes commence à se répandre dans la communauté des analystes de l eau de mer. Cette méthode apporte des avantages (par exemple le non-emploi de phénol). Cette méthode ne sera pas décrite dans ce protocole car la majorité des laboratoires utilisent encore la méthode de Koroleff. Précision et limite de détection : Etant donné l influence de la turbidité à la longueur d onde de mesure (630 nm), ainsi que les nombreuses sources de contaminations potentielles de ce paramètre, les écarts-types relatifs obtenus sur des triplicats peuvent être très variables. S ils se situent généralement entre 1 et 5 % au delà de 1 µmole.l -1, ils peuvent atteindre facilement 20 à 50 % en dessous de 0.5 µmole.l -1. La limite de détection se situe aux alentours de 0.02 µmole.l -1 (= 3xs 0, écart type sur le blanc analytique) pour un trajet optique de 10 cm avec une limite de détection de unité DO. La loi de Beer-Lambert est respectée dans la gamme de concentration allant de 0 à 70 µmoles.l -1. Au delà de cette concentration il est possible de diluer l échantillon. Pour les faibles concentrations (0 à 5 µmoles.l -1 ) il est conseillé d utiliser des cuves de 10 cm. Au delà, à moins de diluer, des cuves de 5 cm ou 1 cm seront nécessaires. II Précautions particulières Le risque de contamination est un des paramètres déterminant dans la réussite ou non de la mesure. Les réactifs utilisés sont à conserver à l obscurité et au réfrigérateur jusqu à utilisation. Une attention particulière sera apportée lors du prélèvement, mais également au niveau de la manipulation et du stockage du matériel et des échantillons. Le risque majeur est lié à la pollution atmosphérique du laboratoire aussi bien que du lieu de prélèvement (vapeurs azotées, proximité de produits chimiques, présence de fumeurs ou rejets du bateau ) mais également à la manipulation (contact avec la peau de l échantillon, du flaconnage, bouchons ) ainsi qu au matériel de pré-filtration (lorsque celui-ci est indispensable). Le port de gants à usage unique peut être une bonne solution à condition d être bien ajustés et d être changés régulièrement. Certains caoutchoucs sont également des sources de contaminations notables d ammonium et il convient donc de les éviter au niveau du bouchage des flacons aussi bien qu au niveau des tendeurs des bouteilles Niskin.

3 Page 3 / 15 III Matériel et appareillage utilisé : Prélèvement : - Bouteilles de prélèvement à clapet Niskin. - Flacons ronds gradués en verre de 100ml (type fisherbrand grande ouverture, sans bague anti-goutte) : généralement gradués jusqu à 80 ml, les 100 ml correspondent souvent au rétrécissement du goulot qui assure alors une précision satisfaisante sur le volume d échantillon analysé. Dans les milieux très turbides (e.g. estuaires de la Gironde) un flacon de 30 ml peut être utilisé. - 1 système de préfiltration (de type Swinnex Millipore en PP) équipé d une soie de 50 µm décontaminée, par niveau de prélèvement, pour les milieux turbides ou système de filtration («cocotte» de filtration avec filtre en fibre de verre) dans les systèmes très turbides. - Bac de transport et conservation opaque (pendant la réaction). - 2 dispensettes pour l addition des réactifs (3ml réactif/100 ml ; 1ml réactif/30 ml). Préparation des réactifs : - Balance au centième de gramme. - Hotte aspirante. - 1 spatule. - Agitateur magnétique avec barreaux et tige aimantés. - 2 béchers de 500 ml + béchers de 250, 50 ml. - 2 fioles jaugées de 500 ml à bouchon rodé. - 1 éprouvette graduée. - 1 pissette. - 2 dispensettes à volume fixe de 3 ml. Préparation des standards : - Balance de précision au centième de milligramme et spatule. - Etuve réglée à 105 C. - Dessicateur et silicagel. - Petit bécher. - 1 fiole jaugée d un litre (classe A+) à bouchon rodé. - 4 fioles jaugées de classe A à bouchons rodés de 500 ou 1000ml. - Pipettes automatiques et embouts correspondants. - Pissette. Mesure : - Spectrophotomètre (630nm) acceptant des cuves de 10 cm de trajet optique, situé sous extracteur. - 1 cuve de 10 cm en verre optique spécialisé (2 cuves appariées si possible en cas de double faisceau). - Papier absorbant et papier optique. Contrôle qualité : Filtre Holmium pour vérification des longueurs d onde. Référence : filtre Holmium Hellma, 666-F1. Filtres de vérification des densités optiques. Référence : filtre gris Hellma, 666-F2. Elimination des déchets : Recueillir les effluents contenant les réactifs dans un bidon qui sera ensuite retraité avec les déchets chimiques aromatiques. IV Produits chimiques et réactifs utilisés Produits chimiques : Eau déminéralisée de très bonne qualité de type Milli-Q fraîchement soutirée.

4 Page 4 / 15 Acide chlorhydrique 32%, d=1.16 (HCl) : Prolabo RP (ref ). Sulfate d ammonium ((NH 4 ) 2 SO 4 ) : Merck PA (ref. : xxxx). Citrate trisodique dihydraté (Na 3 C 6 H 5 O 7, 2H 2 O) : Merck PA (ref xxxx). Hydroxyde de sodium ( NaOH) : Merck PA (ref xxxx). Solution aqueuse d hypochlorite de sodium à 3.5% env. de chlore actif (NaClO) : Prolabo GPR Rectapur (ref ). Nitroprussiate de sodium dihydraté (Na 2 [Fe(CN) 5 NO],2H 2 O) : Merck PA (ref xxxx). Thiosulfate de sodium pentahydraté (Na 2 S 2 O 3, 5H 2 O) : Merck PA (ref xxxx). Phénol (C 6 H 5 OH) : Merck PA (ref xxxx) ou phénol liquide 85 %. Iodure de sodium (NaI) : Merck PA (ref xxxx). Silicagel. NaCl : Merck PA. Pour les fiches de sécurité, consulter le site de l Institut National de Recherche et de Sécurité : Conservation des réactifs : Chacun des réactifs préparés est transvasé dans un flacon brun de 500ml et surmonté d un distributeur automatique réglé sur 3 ou 1ml (ou de préférence à volume fixe), spécifique et identifié (R1 NH 4 + et R2 NH 4 + ). Ils sont conservés au froid (4 C) et à l obscurité. Dans ces conditions, le réactif 1 est stable un mois, mais le réactif 2 sera préparé tous les quinze jours. Lors des manipulations sur le terrain, les réactifs R1 et R2 sont transportés, si possible, dans une glacière équipée de blocs de froid et sont replacés au réfrigérateur dès le retour au laboratoire. V Préparation du matériel Vérifier que les tendeurs de rappel des clapets des bouteilles «Niskin» n ont pas été remplacés par un caoutchouc ordinaire (source de contamination importante en ammonium). Flaconnage : Les flacons neufs seront systématiquement remplis d acide chlorhydrique 1N et laissés à tremper une nuit avant d être vidés puis parfaitement rincés à l eau déminéralisée de qualité Milli-Q (entre 5 et 10 fois). Un blanc de contrôle sera alors effectué. Entretien courant : Entre 2 sorties de prélèvement peu espacées dans le temps, on peut conserver le mélange du dernier prélèvement avec les réactifs. Cela évite les éventuelles contaminations. En cas de blanc trop fort, les flacons seront à nouveau lavés à l acide puis à l eau déminéralisée. Un soin tout particulier sera apporté à la manipulation des bouchons et tout contact manuel avec le goulot des flacons sera évité. Le stockage des flacons devra alors se faire dans un endroit exempt de toute contamination potentielle. Prévoir un bac de transport opaque avec couvercle et correctement équipé pour le transport en toute sécurité de ces flacons. Distributeurs de réactifs : Ils seront régulièrement vidés et rincés afin d éviter une détérioration du piston et d en maintenir le bon fonctionnement. Une vérification des volumes distribués sera également effectuée par pesée et reportée sur la fiche de contrôle correspondante.(annexe 1).

5 Page 5 / 15 VI - Préparation des réactifs Ils seront préparés à partir d eau déminéralisée de haute qualité fraîchement soutirée : eau Milli Q par exemple, et essentiellement de produits pro analysis. Les conserver au réfrigérateur et à l abri de la lumière. Réactif 1 (R1) : solution de phénol nitroprussiate, à préparer sous hotte aspirante. Dissoudre successivement 17,5g de phénol et 200 mg de nitroprussiate de sodium, dans 400 ml d eau déminéralisée. Compléter à 500ml en fiole jaugée avec l eau et homogénéiser. Dans le cas de l utilisation de phénol liquide, remplacer les 17.5 g de phénol en cristaux par 20 ml de phénol liquide. Réactif2 (R2) : solution alcaline complexante au chlore. Dissoudre 11g de soude et 140g d acide trisodique dans 400ml d eau. Ajouter la quantité d hypochlorite nécessaire pour réaliser une solution contenant 0,14% de chlore, soit 22 ml de solution fraîche d hypochlorite. Compléter à 500 ml par de l eau déminéralisée. La solution d hypochlorite peut être remplacée par un autre réactif : le dichloroisocyanurate de sodium dihydraté. La préparation de ce réactif ne sera pas décrite (se reporter au manuel Aminot-Kerouel pour plus de détails). Quantité de solution d hypochlorite commerciale à ajouter : Le titre de la solution commerciale est contrôlé périodiquement de la façon suivante : A 1ml de la solution commerciale, on ajoute 50ml de KI à 1% et 0,25ml HCL concentré. L iode libéré est titré par une solution de thiosulfate de sodium 0,1N. A 1ml de thiosulfate 0,1N correspond 3,54mg de chlore. VII Prélèvement et conditionnement Le prélèvement des échantillons se fera aussitôt après ceux effectués pour l analyse de l oxygène et du ph. Tout contact manuel avec l eau de prélèvement aussi bien qu avec toute partie du matériel entrant en contact avec cette eau sera soigneusement évité tout au long de la procédure (voir chapitre II). Après avoir vérifié l absence de toute contamination potentielle (fumée) sur le lieu de prélèvement, vider dans la poubelle de déchets 1 à 3 flacons identifiés de leur mélange réactifs-échantillons précédents (ou eau déminéralisée) avant d en effectuer un triple rinçage avec l eau de prélèvement. Veiller au rinçage correct des bouchons et utiliser le système de pré-filtration ou de filtration prévu à cet effet, si nécessaire selon le site étudié (le changer pour chaque niveau de prélèvement). Remplir les flacons (+ 1 flacon «turbidité») avec pré-filtration ou filtration (si nécessaire) en ajustant le volume prélevé à ( ) ml et ajouter successivement les réactifs 1 puis 2 (3 ml) au moyen des distributeurs correspondants, en prenant soin d homogénéiser énergiquement après chaque ajout. Réaliser le blanc de réactifs de la même manière au laboratoire avec de l eau milliq. VIII Conservation et stockage Aussitôt après le dernier ajout, placer les flacons à l obscurité dans le bac de transport correspondant. Conserver ce dernier à température ambiante mais à l abri du soleil et de toute contamination potentielle jusqu au moment de l analyse. Le temps de réaction, dépendant de la température, est de 6 heures minimum à environ 20 C.

6 Page 6 / 15 Il est préférable de la laisser se poursuivre une nuit. Le bleu d indophénol formé étant stable quelques jours, la lecture des échantillons sera effectuée si possible le lendemain du prélèvement mais peut attendre un week-end lorsque le prélèvement a lieu le vendredi. IX - Préparation de l appareil et étalonnage Procéder de façon régulière (tous les 3 mois) à la vérification de votre spectrophotomètre (annexe 3), en utilisant un filtre Holmium qui permettra de contrôler la bonne position des longueurs d'onde du spectre. Vérifier également l'absorbance de filtres étalons. Cela permet de tester l'optique du spectro ou l'état de la lampe... Etalonnage : Utiliser de l eau déminéralisée de très bonne qualité et fraîchement soutirée pour préparer la solution mère et utiliser de la verrerie décontaminée. Les solutions étalons seront de préférence préparées dans de l eau de mer appauvrie et filtrée. En milieu de salinité fortement variable (e.g. estuaires), les solutions peuvent être préparées dans de l eau Milli-Q légèrement salée (dans l eau Milli-Q pure, l ammonium peut s adsorber sur le flacon). Il est conseillé de préparer ces solutions dans la même matrice que celle des échantillons mesurés par la suite. Il faut également essayer de travailler avec de l eau contenant le moins d ammonium possible. C est en hiver que l on aura les eaux marines les moins riches en ammonium. Solution d eau Milli-Q légèrement salée : Diluer 0.5 g de NaCl dans un litre d eau Milli-Q ou diluer 100 ml d eau de mer appauvrie en ammonium dans 900 ml d eau milli-q. Solution mère primaire : Sécher du sulfate d ammonium ((NH 4 ) 2 SO 4, M = g/mol) 1 heure à 105 C et laisser refroidir au dessicateur. En peser 661mg précisément (au centième de mg) et les dissoudre dans 200ml d eau. On apportera un soin particulier à la complète récupération des cristaux avant de compléter (avec de l'eau déionisée fraîche) à 1 litre en fiole jaugée de classe A+ : 1ml = 10 µmol d ammonium. Homogénéiser et transvaser dans un flacon en verre correctement nettoyé et préalablement rincé 3 fois au moyen de cette même solution. Conservée au frais, à l abri de la lumière, cette solution sera utilisable toute une année sous réserve d éviter toute évaporation. Il est tout de même conseillé de la renouveler au bout de 6 mois. Solution mère secondaire : Cette solution sera préparée avec de l'eau déionisée fraîche juste avant usage. Diluer 20 fois la solution primaire (5 ml/100 ml dans une fiole jaugée de classe A+) : 1 ml = 0.5 µmol d ammonium. Solutions étalons : La gamme étalon dépend des concentrations normalement mesurées dans le milieu étudié. Cela va également déterminer les volumes utilisés pour préparer les solutions étalons. L exemple suivant correspond à une mesure dans une gamme de 0 à 1 µmole.l -1 et est simplement indicatif. A partir de la solution secondaire, réaliser au minimum 4 solutions étalons à EDM+0,25; EDM+0.50; EDM+0.75, EDM+1.00 µmole N-NH 4 + /1 suivant les concentrations habituellement rencontrées, dans de l eau de mer filtrée pauvre en ammonium. En milieu estuarien, EDM peut être remplacée par de l eau Milli-Q légèrement salée. Traiter ces solutions étalons, sans oublier ni l eau de mer non dopée, ni le blanc réactif réalisé à partir de l eau Milli-Q, de la même façon que les échantillons (cf VII), dans le même type de flacons : Une solution étalon de 1000 ml permet d effectuer le rinçage des flacons et 3 réplicats de chacune des solutions.

7 Page 7 / 15 Ces standards préparés avant le départ ou après le retour de la mission seront ainsi mesurés en même temps que les échantillons c'est-à-dire après être restés une nuit à l obscurité et à température ambiante. La densité optique des solutions est mesurée à 630 nm avec un préchauffage du spectrophotomètre d une demi-heure minimum avant les mesures. Vérifier la date du dernier contrôle de bon fonctionnement de l appareil : longueurs d ondes (filtre Holmium) et densités optiques mesurées (filtre DO à 630 nm si possible) et effectuer ces vérifications si nécessaire (cf : dossier métrologie de l appareil). Commencer par effectuer l auto-zéro de l appareil sans présence de cuves afin de vérifier l absence de problème optique ou électronique. Faire l auto-zéro avec la (ou les) cuve(s) remplie(s) d eau déionisée (blanc de cuve), selon le cas d un simple ou double faisceau optique. Vider la cuve de mesure et y transférer le contenu du blanc réactif préparé au même moment que les étalons (eau déionisée +les réactifs R1 et R2), lire la mesure d absorbance (Br = blanc des réactifs) et la consigner sur les fiches appropriées somlit (cf. annexes 2) Vider de nouveau la cuve de mesure et effectuer les mesures des différentes solutions étalons. Précautions particulières : Spectropohotomètre à double faisceau : Une fois l auto-zéro effectué, ne plus toucher à la cuve de référence ; travailler soigneusement avec la même cuve de mesure par rapport à la même cuve de référence. Toutes les mesures seront effectuées par rapport à l eau dé-ionisée. Positionner la cuve de mesure toujours de la même façon sur le support en veillant à en maintenir les parois propres et sèches sans les rayer (égoutter et tamponner plutôt qu essuyer et utiliser du papier spécifique) Surveiller la valeur du blanc des réactifs, lorsque les réactifs sont trop âgés, la valeur de ce blanc devient importante. Par exemple un blanc réalisé avec des réactifs «neufs» a une valeur de Densité Optique (DO) de 0,005 (cuve de 10 cm). Au delà d une valeur de 0,015, prévoir de refaire les réactifs. Effectuer les lectures des différents étalons dans l ordre croissant des concentrations, en prenant soin de rincer préalablement la cuve chaque fois avec l étalon à mesurer, et consigner les valeurs sur la fiche appropriée. Tracer la droite d étalonnage : Absorbance = f (concentration). Ne pas omettre de vérifier les valeurs de l eau déionisée non dopée (blanc de réactifs). On obtient ce type de tableau permettant le tracé de la courbe d étalonnage : R1 R2 R3 blancs réactifs 0,008 0,008 0,007 EDM pauvre 0,052 0,052 0,053 EDM+0,25 0,099 0,099 0,098 EDM+0,50 0,149 0,15 0,15 EDM+0,75 0,198 0,198 0,197 EDM+1,00 0,245 0,246 0,245

8 Page 8 / 15 X - Mesure Pour les mesures des échantillons d'eau de mer, procéder de la manière suivante : Vérifier l'auto-zéro de l'appareil, le blanc de cuve et le blanc de réactifs. Effectuer les mesures du blanc de turbidité (Bt) de chacun des échantillons à analyser (échantillon sans addition de réactifs) par rapport à l eau dé-ionisée (cuve de référence) après avoir préalablement rincé la cuve de mesure à l eau dé-ionisée et vérifié l auto-zéro. Comme pour les étalons, rincer la cuve avec l échantillon suivant avant la mesure. Mesurer ensuite chacun des échantillons fixés en allant dans l ordre croissant des colorations obtenues en prenant les mêmes précautions que pour les étalons. Consigner les mesures d absorbance (A brut) sur la fiche appropriée. Le blanc de réactifs sera préparé le même jour que les prélèvements des échantillons d eau de mer. XI - Calcul Etalonnage : Etablir l équation A = a (cf. graphique X) ; la pente (a) de cette équation servira à calculer les concentrations des échantillons mesurés (mesure cf. XI). Noter les valeurs du blanc de réactif (ainsi que les coefficients de calibration obtenus sur la fiche de suivi de ce paramètre) et vérifier la validité de cet étalonnage. Calculs des concentrations des échantillons : Les absorbances (corrigées du blanc de cuves) sont : A brut : l absorbance mesurée pour l échantillon traité ; Bt : l absorbance mesurée pour le blanc de turbidité Br : l absorbance mesurée pour le blanc de réactifs [Ammonium] (µmole/l) = (A brut- Bt Br) / a = A nette corrigée/a a est la pente de la droite d'étalonnage, Evaluation de l effet de sel Es: L intensité de la coloration obtenue pour une même concentration en ammonium varie en fonction de la salinité, c est l effet de sel. Selon les réactifs utilisés et les conditions opératoires il peut varier sensiblement. L effet de sel est de l ordre de 10 à 20 % sur toute la gamme des salinités, mais il n est pas nécessairement linéaire. Pour les travaux en estuaire chaque laboratoire doit l évaluer en fonction

9 Page 9 / 15 de ses propres conditions de travail. Pour déterminer la correction due à l effet de sel, opérer de la façon suivante : - Prélever ou préparer, par dilution d eau de mer avec de l eau déionisée, des eaux dont la salinité couvre la gamme de salinité usuelle des échantillons et dont la teneur en ammonium reste faible elles identique à celle avec laquelle a été faite la courbe d étalonnage (eau de mer ou eau douce). - Préparer, pour chacune des salinités, un étalon d ammonium de même concentration (par - Effectuer deux analyses de chacun de ces étalons, ainsi que des eaux non dopées correspondantes, et prendre la moyenne des absorbances. Soustraire l absorbance des eaux non dopées de celles des eaux dopées. - Calculer le facteur correctif de l effet de sel en fonction de la salinité : A E = Absorbance nette de l étalon préparé avec de l eau de salinité identique à celle qui a servi à établir la courbe d étalonnage, A S = Absorbance nette d un étalon à la salinité S. Le facteur correctif de l effet de sel à la salinité S est : *Es = Ae/As L absorbance sera multipliée par Es avant conversion en concentration à l aide de la courbe d étalonnage. A nette corrigée en tenant compte de l'effet de sel = Es x (A brut- Bt Br) *Es : facteur correctif de l effet de sel à la salinité S (il est égal à 1 pour des échantillons de même gamme de salinité que l eau de mer utilisée pour la préparation des étalons). XII - Entretien du matériel Les bouteilles de prélèvement (Niskin) doivent être vidées à la fin des manipulations. Un séjour prolongé d'eau de mer à l intérieur de celles-ci pourrait les contaminer. Vérifier que les flacons de prélèvement sont propres, Il arrive qu'au bout d'un certains temps d'utilisation un dépôt se fixe sur les parois des flacons. Dans ce cas, procéder à un nettoyage à l'acide. Cf. V. Vérifier l'état des dispensettes de réactifs. Les réactifs peuvent cristalliser dans le piston. Conserver les flacons à l'abri de toutes contaminations, Lorsque l'on fait des mesures régulières, garder dans les flacons le reliquat de l'échantillon avec ses réactifs à l'abri de la lumière. XIII - Conservation et entretien de l appareillage Ne pas oublier de retirer les cuves du porte-cuve de l'appareil. L'atmosphère saline et les réactifs pourraient dégrader l'optique. Faire régulièrement des étalonnages de l'optique à l'aide de filtres adaptés cf. X. XIV Evacuation des essais et déchets Recueillir les échantillons et les effluents contenant les réactifs dans un bidon prévu à cet effet. Les déchets recueillis devront être retraités par une société spécialisée. Pour les fiches de sécurité, consulter le site de l Institut National de Recherche et de Sécurité :

10 Page 10 / 15 XV - Bibliographie Aminot A., Kérouel R., Hydrologie des écosystèmes marins. Paramètres et analyses. Ed. Ifremer, 336 p. Berthelot M., Répertoire de chimie appliquée. p254. Koroleff F., Direct determination of ammonia in natural waters as indophenol blue, ICES/CM/1969/C : 9, Hydrography Commitee, Ref. : L (Plankton C.), 4p. Le Corre P. et Tréguer P. Travaux pratiques Chimie Marine, Université de Bretagne Occidentale, Brest. Solorzano L., Determination of ammonia in natural waters by the phenol-hypochloite method. Limnol. Oceanogr., 14,

11 Page 11 / 15 Annexe 1 : fiche de vérification du volume des distributeurs. Date Tc ( C) M dist R1 (g) Volume R1 M dist R2 (g) Volume R2 La vérification des volumes distribués se fait par simple pesée du volume affiché. Cette vérification se fait à l aide d eau ultra-pure. Calcul du volume du distributeur : V Tc = M net * f eau / eau f eau = eau = 0, (6, Tc) (9, Tc 2 ) + ( Tc 3 ) (1, Tc 4 ) + (6, Tc 5 ).

12 Page 12 / 15 Annexe 2 : Fiche de suivi. Date de fabrication des réactifs Date de mesure D.O. blanc Pente de calibration Valeur Incertitude

13 Page 13 / 15 Annexe 3 : Vérifications du spectrophotomètre. Exemple : Etalonnage spectrophotomètre. Date : Modèle : spectrophotomètre UV/VIS Lambda 11/BIO. N série : Mono-faisceau. Cuve de 10 cm. Opérateur : Spectre effectué sur un filtre Holmium, le 23/02/2009. Pics attendus aux longueurs d onde suivantes : / / / / / conditions de calibration : Cuve de 10 cm. Ordinate mode : Absorbance. Slit : 1 nm. Integration time : 0.20 sec. Gain : 1. Référence du filtre : Filtre en verre à l oxyde d holmium. Filtre Nr E1345, Nr de Cat. 666-F1. Dernier étalonnage du filtre le

14 Page 14 / 15 Vérification de l absorbance du spectrophotomètre, le 23/02/2009 : Cuve 10 cm. Ordinate mode : Absorbance. Slit : 1 nm. Integration time : 3 sec. Référence du filtre : Filtre en verre neutre. Filtre Nr E1287, Nr de Cat. 666-F2. Dernier étalonnage du filtre le longueurs d'onde 635,00 590,00 549,00 465,00 440,00 run run run moyenne 0,254 0,253 0,235 0,231 0,263 sd 0,000 0,000 0,000 0,000 0,000 valeurs attendues 0,256 0,254 0,236 0,233 0,265 sd 0,002 0,002 0,002 0,002 0,002 Résultat de la calibration : RAS.

15 Page 15 / 15 Annexe 4 : fiches de sécurité des produits chimiques

Mesure du ph en milieu littoral

Mesure du ph en milieu littoral Page 1 / 5 Version : 2015 Date de création : 22 octobre 2007 Date de dernière modification : 22 février 2013 Mesure du ph en milieu littoral Rédigé par : Thierry Cariou Visé par : Nicole Garcia, responsable

Plus en détail

LABORATOIRES DE CHIMIE Préparation des solutions

LABORATOIRES DE CHIMIE Préparation des solutions LABORATOIRES DE CHIMIE Préparation des solutions La préparation des solutions est un des actes majeurs de la chimie. Une solution se prépare toujours dans une fiole jaugée. Tout prélèvement se fait avec

Plus en détail

(aq) sont colorées et donnent à la solution cette teinte violette, assimilable au magenta.»

(aq) sont colorées et donnent à la solution cette teinte violette, assimilable au magenta.» Chapitre 5 / TP 1 : Contrôle qualité de l'eau de Dakin par dosage par étalonnage à l'aide d'un spectrophotomètre Objectif : Vous devez vérifier la concentration massique d'un désinfectant, l'eau de Dakin.

Plus en détail

E-II-6V1 : DÉTERMINATION DE L AZOTE NITREUX PAR ANALYSE EN FLUX ET DETECTION SPECTROMETRIQUE

E-II-6V1 : DÉTERMINATION DE L AZOTE NITREUX PAR ANALYSE EN FLUX ET DETECTION SPECTROMETRIQUE E-II-6V1 : DÉTERMINATION DE L AZOTE NITREUX PAR ANALYSE EN FLUX ET DETECTION SPECTROMETRIQUE 1. Objet La présente méthode de référence spécifie une méthode de détermination de l azote nitreux dans l eau

Plus en détail

Sciences physiques et chimiques

Sciences physiques et chimiques bac pro Philippe Adloff Hervé Gabillot Eyrolles Éducation / Gep Éditions, 2014 ISBN : 978-2-84425-946-2 Sciences physiques et chimiques Seconde professionnelle 100 % Exercices expérimentaux science et

Plus en détail

pka D UN INDICATEUR COLORE

pka D UN INDICATEUR COLORE TP SPETROPHOTOMETRIE Lycée F.BUISSON PTSI pka D UN INDIATEUR OLORE ) Principes de la spectrophotométrie La spectrophotométrie est une technique d analyse qualitative et quantitative, de substances absorbant

Plus en détail

33-Dosage des composés phénoliques

33-Dosage des composés phénoliques 33-Dosage des composés phénoliques Attention : cette manip a été utilisée et mise au point pour un diplôme (Kayumba A., 2001) et n a plus été utilisée depuis au sein du labo. I. Principes Les composés

Plus en détail

4. Conditionnement et conservation de l échantillon

4. Conditionnement et conservation de l échantillon 1. Objet S-II-3V1 DOSAGE DU MERCURE DANS LES EXTRAITS D EAU RÉGALE Description du dosage du mercure par spectrométrie d absorption atomique de vapeur froide ou par spectrométrie de fluorescence atomique

Plus en détail

Rapport de TP Phytochimie : Spectrométrie d Absorption Atomique (SAA)

Rapport de TP Phytochimie : Spectrométrie d Absorption Atomique (SAA) Rapport de TP Phytochimie : Spectrométrie d Absorption Atomique (SAA) Di Pascoli Thomas Mouton Julia (M1 S2 VRV) I) Introduction L eau minérale Contrex est connue pour être riche en minéraux, notamment

Plus en détail

E-I-4V1 : DÉTERMINATION DES MATIERES EN SUSPENSION METHODE PAR FILTRATION SUR FILTRE EN FIBRES DE VERRE ET GRAVIMETRIE

E-I-4V1 : DÉTERMINATION DES MATIERES EN SUSPENSION METHODE PAR FILTRATION SUR FILTRE EN FIBRES DE VERRE ET GRAVIMETRIE E-I-4V1 : DÉTERMINATION DES MATIERES EN SUSPENSION METHODE PAR FILTRATION SUR FILTRE EN FIBRES DE VERRE ET GRAVIMETRIE 1. Objet La présente méthode de référence spécifie une méthode de détermination gravimétrique

Plus en détail

Méthode. l azote total Kjeldahl (NTK) dans l eau Page : 1 de 9

Méthode. l azote total Kjeldahl (NTK) dans l eau Page : 1 de 9 dans l eau Page : 1 de 9 AVERTISSEMENT : Avant d appliquer cette méthode, consulter les manuels d instructions, les fiches signalétiques et autres documents portant sur la sécurité. Le timbre d'encre coloré

Plus en détail

I. Principe des dosages :

I. Principe des dosages : Dans les cours d'eau, notamment canalisés, et dans les régions densément habitées ou d'agriculture intensive, les nitrites sont souvent un paramètre important de déclassement des cours d'eau. Chez l'homme

Plus en détail

SurTec 650 ChromitAL TCP

SurTec 650 ChromitAL TCP SurTec 650 ChromitAL TCP Propriétés Passivation sans chrome VI pour aluminium à base de chrome III Liquide concentré Très bonne protection anticorrosion sur pièces non peintes comparable à celle du chrome

Plus en détail

CONCOURS GÉNÉRAL DES LYCÉES SESSION DE 2005 CHIMIE DE LABORATOIRE ET DES PROCÉDÉS INDUSTRIELS PARTIE B CHIMIE INORGANIQUE

CONCOURS GÉNÉRAL DES LYCÉES SESSION DE 2005 CHIMIE DE LABORATOIRE ET DES PROCÉDÉS INDUSTRIELS PARTIE B CHIMIE INORGANIQUE CONCOURS GÉNÉRAL DES LYCÉES SESSION DE 2005 CHIMIE DE LABORATOIRE ET DES PROCÉDÉS INDUSTRIELS (Classes de Terminales STL - CLPI) PARTIE B CHIMIE INORGANIQUE Deux méthodes de dosage d une solution de dichromate

Plus en détail

Exercice I: solution tampon (7 points)

Exercice I: solution tampon (7 points) Classes : SG Année scolaire : 2010/2011 Matière : Chimie Cette épreuve est constituée de trois exercices. Elle comporte trois pages numérotées de 1 à 3. L usage d une calculatrice non programmable est

Plus en détail

Amélioration des pratiques intégrées des opérateurs en prélèvement et analyses chimiques

Amélioration des pratiques intégrées des opérateurs en prélèvement et analyses chimiques Partenariat 2011 Outils pour la mise en œuvre des politiques de l eau Action I-A-03 (20) Amélioration des pratiques intégrées des opérateurs en prélèvement et analyses chimiques Rapport sur le bilan de

Plus en détail

Etude de Ca 2+ par absorption atomique avec flamme et Dosage de Cd 2+ par absorption atomique sans flamme

Etude de Ca 2+ par absorption atomique avec flamme et Dosage de Cd 2+ par absorption atomique sans flamme Travaux Pratique Chimie Analytique Semestre d hiver 1999 Julien Hutin Laurent Beget Alexandre Myalou Etude de Ca 2+ par absorption atomique avec flamme et Dosage de Cd 2+ par absorption atomique sans flamme

Plus en détail

Méthode A : dosage du cadmium, chrome, cobalt, cuivre, plomb, manganèse, nickel et zinc par spectrométrie d absorption atomique avec flamme.

Méthode A : dosage du cadmium, chrome, cobalt, cuivre, plomb, manganèse, nickel et zinc par spectrométrie d absorption atomique avec flamme. S-II-2.1V1 DOSAGE DES ELEMENTS METALLIQUES EN TRACE DANS LES EXTRAITS À L EAU RÉGALE : MÉTHODE PAR ABSORPTION ATOMIQUE AVEC FLAMME ET ATOMISATION ÉLECTROTHERMIQUE (AAS/GF) 1. Objet Dosage des éléments

Plus en détail

Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire :

Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire : Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire : 1. Prélever ml de la solution mère à la pipette jaugée. Est-ce que je sais : Mettre une propipette sur une pipette

Plus en détail

DETERMINATION DE LA TENEUR EN AZOTE TOTAL DANS LES ENGRAIS : METHODE DEVARDA. Version 04 Date d application 22/09/2014

DETERMINATION DE LA TENEUR EN AZOTE TOTAL DANS LES ENGRAIS : METHODE DEVARDA. Version 04 Date d application 22/09/2014 Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire Laboratoires de Liège METLFSAL050 IMET DETERMINATION DE LA TENEUR EN AZOTE TOTAL DANS LES ENGRAIS : METHODE DEVARDA Version 04 Date d application

Plus en détail

Spectrophotométrie appliquée aux biomolécules

Spectrophotométrie appliquée aux biomolécules UNIVERSITE FRANCOIS RABELAIS FACULTE DES SCIENCES ET TECHNIQUES TOURS Licence L1 Science et Technologies Mention Sciences du Vivant TRAVAUX PRATIQUES: BIOCHIMIE STRUCTURALE Spectrophotométrie appliquée

Plus en détail

La date d édition actuelle se trouve dans le mode opératoire ou l évaluation.

La date d édition actuelle se trouve dans le mode opératoire ou l évaluation. Principe L azote organique est attaqué par de l acide sulfurique fumant à chaud en présence d un catalyseur pour être transformé en ammonium. elui-ci est entrainé par distillation à la vapeur d eau avec

Plus en détail

101 Adoptée : 12 mai 1981

101 Adoptée : 12 mai 1981 LIGNE DIRECTRICE DE L OCDE POUR LES ESSAIS DE PRODUITS CHIMIQUES 101 Adoptée : 12 mai 1981 «Spectres d'absorption UV-VIS» (Méthode spectrophotométrique) 1. I N T R O D U C T I O N I n f o r m a t i o n

Plus en détail

ABSORPTION ATOMIQUE DE FLAMME : DETERMINATION DE LA TENEUR EN CUIVRE ET FER DANS DE L HUILE DE VIDANGE

ABSORPTION ATOMIQUE DE FLAMME : DETERMINATION DE LA TENEUR EN CUIVRE ET FER DANS DE L HUILE DE VIDANGE TP ANA3 INSA DE ROUEN Laboratoire de chimie analytique ABSORPTION ATOMIQUE DE FLAMME : DETERMINATION DE LA TENEUR EN CUIVRE ET FER DANS DE L HUILE DE VIDANGE Les huiles lubrifiantes sont cruciales pour

Plus en détail

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S 8 (b) Un entretien d embauche autour de l eau de Dakin Type d'activité Activité expérimentale avec démarche d investigation Dans cette version, l élève est

Plus en détail

Méthode. Détermination des composés phénoliques totaux dans l eau par colorimétrie à ph 10

Méthode. Détermination des composés phénoliques totaux dans l eau par colorimétrie à ph 10 Page : 1 de 12 AVERTISSEMENT : Avant d appliquer cette méthode, consulter les manuels d instructions, les fiches signalétiques et autres documents portant sur la sécurité. Le timbre d'encre coloré indique

Plus en détail

I. Principe des dosages :

I. Principe des dosages : Dans les cours d'eau, notamment canalisés, et dans les régions densément habitées ou d'agriculture intensive, les nitrites sont souvent un paramètre important de déclassement des cours d'eau. Chez l'homme

Plus en détail

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE DE TRAVAUX PRATIQUES DE SCIENCES PHYSIQUES SUJET CI. 17

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE DE TRAVAUX PRATIQUES DE SCIENCES PHYSIQUES SUJET CI. 17 CI.17 Page 1/5 BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE DE TRAVAUX PRATIQUES DE SCIENCES PHYSIQUES SUJET CI. 17 Ce document comprend : - une fiche descriptive du sujet destinée à l examinateur : Page 2/5 - une

Plus en détail

CODEX ŒNOLOGIQUE INTERNATIONAL. Mesure de la viscosité COEI-2-VISCPE : 2009

CODEX ŒNOLOGIQUE INTERNATIONAL. Mesure de la viscosité COEI-2-VISCPE : 2009 DETERMINATION DE LA CAPACITE D'UNE PREPARATION ENZYMATIQUE A COUPER LES CHAINES PECTIQUES PAR LA MESURE DE LA VISCOSITE (OIV-Oeno 351-2009) 1. PRINCIPE On se propose ici de mesurer la quantité d'enzyme

Plus en détail

MC11 Mélanges d acides et de bases ; solutions tampons

MC11 Mélanges d acides et de bases ; solutions tampons MC11 Mélanges d acides et de bases ; solutions tampons Les définitions d acidité et de basicité ont beaucoup évoluées depuis leur apparition. Aujourd hui, on retient deux définitions valables. Celle donnée

Plus en détail

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION)

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Terminale S CHIMIE TP n 2b (correction) 1 SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Objectifs : Déterminer l évolution de la vitesse de réaction par une méthode physique. Relier l absorbance

Plus en détail

Didactique Kit de chimie

Didactique Kit de chimie Kit de chimie Français p 1 Version : 1110 1 Description 1.1 Généralités Le kit effet d un azurant sur le coton permet la mise en œuvre d une réaction photochimique en utilisant un azurant optique. Cette

Plus en détail

Devoir de chimie : Analyse spectrale et dosage par étalonnage (1 décembre 2014)

Devoir de chimie : Analyse spectrale et dosage par étalonnage (1 décembre 2014) Devoir de chimie : Analyse spectrale et dosage par étalonnage (1 décembre 2014) Exercice 1 : Etude de l acide lactique (6,5 pts) La formule semi-développée de l acide lactique est la suivante : 1.1. Étude

Plus en détail

La spectrophotométrie permet l'étude de solutions colorées dans l'infrarouge (1 100 nm au maximum), dans le visible et dans l'ultraviolet (190 nm).

La spectrophotométrie permet l'étude de solutions colorées dans l'infrarouge (1 100 nm au maximum), dans le visible et dans l'ultraviolet (190 nm). Spectrophotométrie Spectrophotométrie La spectrophotométrie permet l'étude de solutions colorées dans l'infrarouge (1 100 nm au maximum), dans le visible et dans l'ultraviolet (190 nm). Spectre d'absorption

Plus en détail

Méthode. sulfures totaux dans l eau par colorimétrie Page : 1 de 16

Méthode. sulfures totaux dans l eau par colorimétrie Page : 1 de 16 par colorimétrie Page : 1 de 16 AVERTISSEMENT : Avant d appliquer cette méthode, consulter les manuels d instructions, les fiches signalétiques et autres documents portant sur la sécurité. Le timbre d'encre

Plus en détail

RECUEIL INTERNATIONAL DES METHODES D ANALYSES OIV Glucose et fructose. Glucose et fructose

RECUEIL INTERNATIONAL DES METHODES D ANALYSES OIV Glucose et fructose. Glucose et fructose Méthode OIV-MA-AS311-02 Méthode Type II 1. Définition Le glucose et le fructose peuvent être dosés individuellement par une méthode enzymatique, en vue seulement du calcul du rapport glucose/fructose.

Plus en détail

S-II-1V2 EXTRACTION DES ÉLÉMENTS MÉTALLIQUES EN TRACE (ETM) SOLUBLES DANS L EAU RÉGALE

S-II-1V2 EXTRACTION DES ÉLÉMENTS MÉTALLIQUES EN TRACE (ETM) SOLUBLES DANS L EAU RÉGALE S-II-1V2 EXTRACTION DES ÉLÉMENTS MÉTALLIQUES EN TRACE (ETM) SOLUBLES DANS L EAU RÉGALE 1. Objet Méthode pour l extraction des éléments en traces présents dans les sols (y compris les sédiments), les matières

Plus en détail

Comment suivre l évolution d une transformation chimique? + S 2 O 8 = I 2 + 2 SO 4

Comment suivre l évolution d une transformation chimique? + S 2 O 8 = I 2 + 2 SO 4 Afin d optimiser leurs procédés, les industries chimiques doivent contrôler le bon déroulement de la réaction de synthèse menant aux espèces voulues. Comment suivre l évolution d une transformation chimique?

Plus en détail

RÉSOLUTION OIV-OENO 488-2013

RÉSOLUTION OIV-OENO 488-2013 RÉSOLUTION OIV-OENO 488-2013 REVISION DE LA MONOGRAPHIE SUR LA DETERMINATION DE L'ACTIVITE Β-GLUCANASE (Β 1-3, Β 1-6) DANS LES PREPARATIONS ENZYMATIQUES (OIV-OENO 340-2010) L'ASSEMBLÉE GÉNÉRALE, Vu l'article

Plus en détail

Les ions nitrate dans l eau. Type de ressources : Activité : résolution de problème à partir de résultats expérimentaux

Les ions nitrate dans l eau. Type de ressources : Activité : résolution de problème à partir de résultats expérimentaux PhysiqueChimie Programme de Terminale S Les ions nitrate dans l eau Thème : Agir Economiser les ressources et respecter l environnement Contrôle de la qualité par dosage Type de ressources : Activité :

Plus en détail

TP 3 diffusion à travers une membrane

TP 3 diffusion à travers une membrane TP 3 diffusion à travers une membrane CONSIGNES DE SÉCURITÉ Ce TP nécessite la manipulation de liquides pouvant tacher les vêtements. Le port de la blouse est fortement conseillé. Les essuie tout en papier

Plus en détail

Utilisation d un tableur dans l exploitation des courbes de dosage spectrophotométrique.

Utilisation d un tableur dans l exploitation des courbes de dosage spectrophotométrique. Utilisation d un tableur dans l exploitation des courbes de dosage spectrophotométrique. A METHODE DE LA GAMME D ETALONNAGE... 1 1. Saisie des valeurs... 1 2. Tracé de la gamme d étalonnage... 2 3. Modélisation

Plus en détail

MA. 100 S.T. 1.1. Détermination des solides totaux et des solides totaux volatils : méthode gravimétrique

MA. 100 S.T. 1.1. Détermination des solides totaux et des solides totaux volatils : méthode gravimétrique Centre d'expertise en analyse environnementale du Québec MA. 100 S.T. 1.1 Détermination des solides totaux et des solides totaux volatils : méthode gravimétrique 2015-05-14 (révision 4) Comment fonctionne

Plus en détail

259 VOLUMETRIE ET TITRATION DOSAGE DU NaOH DANS LE DESTOP

259 VOLUMETRIE ET TITRATION DOSAGE DU NaOH DANS LE DESTOP 259 VOLUMETRIE ET TITRATION DOSAGE DU NaOH DANS LE DESTOP A d a p t a t i o n : A. - M. F o u r n i e r ( C o p a d ), M. C a s a n o v a & H. J e n n y ( C d C ) 2 0 0 1 C o n c e p t i o n D. M a r g

Plus en détail

TP 05 : Spectre visible d une espèce colorée Spectres IR

TP 05 : Spectre visible d une espèce colorée Spectres IR TP 05 : Spectre visible d une espèce colorée Spectres IR Ce TP s étale sur une séance de 2 heures (spectre visible), puis une séance d 1 heure (spectre infrarouge). Objectifs : - Identifier un colorant

Plus en détail

CODEX ŒNOLOGIQUE INTERNATIONAL. SUCRE DE RAISIN (MOUTS DE RAISIN CONCENTRES RECTIFIES) (Oeno 47/2000, Oeno 419A-2011, Oeno 419B-2012)

CODEX ŒNOLOGIQUE INTERNATIONAL. SUCRE DE RAISIN (MOUTS DE RAISIN CONCENTRES RECTIFIES) (Oeno 47/2000, Oeno 419A-2011, Oeno 419B-2012) SUCRE DE RAISIN (MOUTS DE RAISIN CONCENTRES RECTIFIES) (Oeno 47/2000, Oeno 419A-2011, Oeno 419B-2012) 1. OBJET, ORIGINE ET DOMAINE D APPLICATION Le sucre de raisin est obtenu exclusivement à partir du

Plus en détail

Identification et dosage de 8 organo-étains par GC/ICP/MS dans les eaux

Identification et dosage de 8 organo-étains par GC/ICP/MS dans les eaux Identification et dosage de 8 organo-étains par GC/ICP/MS dans les eaux Références de la méthode Norme dont est tirée la méthode Niveau de validation selon Norman Code SANDRE de la méthode (suivant niveau

Plus en détail

TP : Suivi d'une réaction par spectrophotométrie

TP : Suivi d'une réaction par spectrophotométrie Nom : Prénom: n groupe: TP : Suivi d'une réaction par spectrophotométrie Consignes de sécurité de base: Porter une blouse en coton, pas de nu-pieds Porter des lunettes, des gants (en fonction des espèces

Plus en détail

On cherche à contrôler une eau minérale afin de vérifier qu'elle correspond bien aux informations figurant sur l'étiquette.

On cherche à contrôler une eau minérale afin de vérifier qu'elle correspond bien aux informations figurant sur l'étiquette. CONTROLE D'UNE EAU On cherche à contrôler une eau minérale afin de vérifier qu'elle correspond bien aux informations figurant sur l'étiquette. Données : couleur des complexes : Ca-NET : rouge ; Mg-NET

Plus en détail

LABORATOIRES DE CHIMIE Techniques de dosage

LABORATOIRES DE CHIMIE Techniques de dosage LABORATOIRES DE CHIMIE Techniques de dosage Un dosage (ou titrage) a pour but de déterminer la concentration molaire d une espèce (molécule ou ion) en solution (généralement aqueuse). Un réactif de concentration

Plus en détail

Objectif : Effectuer le traitement chimique d une solution dont la composition est représentative de déchets de travaux pratiques.

Objectif : Effectuer le traitement chimique d une solution dont la composition est représentative de déchets de travaux pratiques. OLYMPIADES DE LA CHIMIE 005 EPREUVE PRATIQUE DES ELIMINATOIRES REGIONALES POITOU-CHARENTES le février 005 Traitement de déchets minéraux "D'après la préparation aux olympiades de l'académie de Nancy-Metz

Plus en détail

S O 2H O S SO 3H O. une solution de thiosulfate de sodium de concentration en ion thiosulfate [S 2

S O 2H O S SO 3H O. une solution de thiosulfate de sodium de concentration en ion thiosulfate [S 2 PARTIE 3 : Réactions chimiques et milieux biologiques TP 15 La chimie des facteurs cinétiques OBJECTIFS : Mettre en œuvre une démarche expérimentale pour mettre en évidence quelques paramètres influençant

Plus en détail

GRAVIMETRIE + NO. 1 - Principe de la gravimétrie. a - Quelques exemples. b - Facteurs influençant la solubilité

GRAVIMETRIE + NO. 1 - Principe de la gravimétrie. a - Quelques exemples. b - Facteurs influençant la solubilité GRAVIMETRIE 1 - Principe de la gravimétrie Cette méthode d analyse quantitative a pour but d obtenir une séparation quantitative (c'est-àdire totale) d'un cation ou d'un anion (en solution aqueuse) par

Plus en détail

Chapitre 7 Les solutions colorées

Chapitre 7 Les solutions colorées Chapitre 7 Les solutions colorées Manuel pages 114 à 127 Choix pédagogiques. Ce chapitre a pour objectif d illustrer les points suivants du programme : - dosage de solutions colorées par étalonnage ; -

Plus en détail

BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE - SESSION 2012 SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LABORATOIRE

BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE - SESSION 2012 SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LABORATOIRE BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE - SESSION 2012 SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LABORATOIRE Spécialité : Chimie de Laboratoire et de Procédés industriels Epreuve Techniques de laboratoire Durée : 4 heures Coefficient

Plus en détail

Méthode de dosage de phtalates dans les vins par couplage en chromatographie gazeuse et spectrométrie de masse (Résolution Oeno 477/2013)

Méthode de dosage de phtalates dans les vins par couplage en chromatographie gazeuse et spectrométrie de masse (Résolution Oeno 477/2013) Méthode OIV-MA-AS323-10 Méthode Type IV (Résolution Oeno 477/2013) 1. DOMAINE D'APPLICATION Cette méthode s applique à la recherche et au dosage de phtalates dans les vins. 2. PRINCIPE L échantillon est

Plus en détail

L'ASSIMILATION DU NITRATE PAR LES PLANTES

L'ASSIMILATION DU NITRATE PAR LES PLANTES Université de Neuchâtel Laboratoire de Physiologie végétale Travaux pratiques de Physiologie végétale L'ASSIMILATION DU NITRATE PAR LES PLANTES En général, les plantes couvrent leur besoin en azote par

Plus en détail

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Marc DUBERNET* et Françoise GRASSET* Laboratoire DUBERNET - 9, quai d Alsace - 11100 Narbonne France 1. Objet Méthode

Plus en détail

Le NITRATEST OUTIL DE CONDUITE DE LA FERTILISATION AZOTÉE

Le NITRATEST OUTIL DE CONDUITE DE LA FERTILISATION AZOTÉE Réactualisation octobre 2004 Le NITRATEST OUTIL DE CONDUITE DE LA FERTILISATION AZOTÉE Le sol est-il pauvre, bien pourvu ou riche en nitrates? La plante montre-t-elle un manque ou un excès de vigueur?

Plus en détail

nitrate d argent Frédéric ELIE, avril 2006

nitrate d argent Frédéric ELIE, avril 2006 ACCUEIL nitrate d argent Frédéric ELIE, avril 2006 La reproduction des articles, images ou graphiques de ce site, pour usage collectif, y compris dans le cadre des études scolaires et supérieures, est

Plus en détail

SP. 3. Concentration molaire exercices. Savoir son cours. Concentrations : Classement. Concentration encore. Dilution :

SP. 3. Concentration molaire exercices. Savoir son cours. Concentrations : Classement. Concentration encore. Dilution : SP. 3 Concentration molaire exercices Savoir son cours Concentrations : Calculer les concentrations molaires en soluté apporté des solutions désinfectantes suivantes : a) Une solution de 2,0 L contenant

Plus en détail

SOMMMAIRE INTRODUCTION AUX TRAVAUX PRATIQUES DE PEDOLOGIE...2 PREPARATION DES ECHANTILLONS DE TERRE...3 DETERMINATION DE L'HUMIDITE DU SOL...

SOMMMAIRE INTRODUCTION AUX TRAVAUX PRATIQUES DE PEDOLOGIE...2 PREPARATION DES ECHANTILLONS DE TERRE...3 DETERMINATION DE L'HUMIDITE DU SOL... SOMMMAIRE PAGE INTRODUCTION AUX TRAVAUX PRATIQUES DE PEDOLOGIE...2 PREPARATION DES ECHANTILLONS DE TERRE...3 DETERMINATION DE L'HUMIDITE DU SOL...5 LE PH ET LE POUVOIR TAMPON DU SOL...6 LE CALCAIRE TOTAL

Plus en détail

DETERMINATION DE LA TENEUR EN PROTEINES BRUTES (Aliments des animaux crème glacée (non accrédité)) Version 10 Date d application 2012-06-27

DETERMINATION DE LA TENEUR EN PROTEINES BRUTES (Aliments des animaux crème glacée (non accrédité)) Version 10 Date d application 2012-06-27 Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire Administration des Laboratoires MET-LFSAL-003 DETERMINATION DE LA TENEUR EN PROTEINES BRUTES (Aliments des animaux crème glacée (non accrédité))

Plus en détail

OLYMPIADES REGIONALES de LA CHIMIE - XX ème édition PROTOCOLE EXPERIMENTAL

OLYMPIADES REGIONALES de LA CHIMIE - XX ème édition PROTOCOLE EXPERIMENTAL UNIVERSITE DE CAEN 2004-03-03 LYMPIADES REGINALES de LA CHIMIE - XX ème édition PRTCLE EXPERIMENTAL Durée 2 h Au début du XX ème siècle, l industrie des produits cosmétiques connaît un développement exponentiel.

Plus en détail

Stratégie de synthèse et sélectivité en chimie organique.

Stratégie de synthèse et sélectivité en chimie organique. FICHE 14 Stratégie de synthèse et sélectivité en chimie organique. I. Stratégie à employer lors d une synthèse On veut synthétiser un composé au laboratoire. On doit donc imaginer les différentes étapes

Plus en détail

Perrothon Sandrine UV Visible. Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6

Perrothon Sandrine UV Visible. Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6 Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6 1 1.But et théorie: Le but de cette expérience est de comprendre l'intérêt de la spectrophotométrie d'absorption moléculaire

Plus en détail

SESSION 2005. CAPET externe et CAFEP TRAVAUX PRATIQUES. Première partie : Techniques de biochimie

SESSION 2005. CAPET externe et CAFEP TRAVAUX PRATIQUES. Première partie : Techniques de biochimie SESSION 2005 CAPET externe et CAFEP Section : Biotechnologies Option : Biochimie - génie biologique TRAVAUX PRATIQUES Première partie : Techniques de biochimie Durée totale : 4 heures SUIVI DE LA PURIFICATION

Plus en détail

PROTEINE URINE (URP) DIMENSIONS KIT REF 39064 F360 Analyseur F560 Analyseur R1 3x100 ml Σ R1 3x100 ml Σ CAL 1x5 ml.

PROTEINE URINE (URP) DIMENSIONS KIT REF 39064 F360 Analyseur F560 Analyseur R1 3x100 ml Σ R1 3x100 ml Σ CAL 1x5 ml. PROTEINE URINE (URP) USAGE PREVU Pour la détermination quantitative in vitro des Protéines Totales dans l urine et le liquide cérébrospinal (CSF). Ce produit est destiné à l utilisation sur les instruments.

Plus en détail

UE BI 504 Thermodynamique des systèmes biologiques TP de Thermochimie

UE BI 504 Thermodynamique des systèmes biologiques TP de Thermochimie UE BI 504 Thermodynamique des systèmes biologiques TP de Thermochimie Emmanuel Beaudoin Sébastien Béasse 1 TP1 Dosage calorimétrique : détermination d une enthalpie de réaction Introduction La digestion

Plus en détail

Acides et Bases en solution aqueuse. Calculer le ph d une solution d acide chlorhydrique de concentration 0,05 mol.l -1

Acides et Bases en solution aqueuse. Calculer le ph d une solution d acide chlorhydrique de concentration 0,05 mol.l -1 Acides et Bases en solution aqueuse Acides Exercice 1 Calculer le ph d une solution d acide chlorhydrique de concentration 0,05 mol.l -1 Exercice 2 L acide nitrique est un acide fort. On dissout dans un

Plus en détail

Méthode. total dans l eau par colorimétrie automatisée Page : 1 de 11

Méthode. total dans l eau par colorimétrie automatisée Page : 1 de 11 colorimétrie automatisée Page : 1 de 11 AVERTISSEMENT : Avant d appliquer cette méthode, consulter les manuels d instructions, les fiches signalétiques et autres documents portant sur la sécurité. Le timbre

Plus en détail

HI 9811 ph/conductivité/tds-mètre portable

HI 9811 ph/conductivité/tds-mètre portable HI 9811 ph/conductivité/tds-mètre portable NOTICE D UTILISATION Ces instruments sont conformes aux directives de la Communauté Européenne CE Instrument : HI 9811 1/12 Nous vous remercions d avoir choisi

Plus en détail

DETERMINATION DE LA CONCENTRATION D UNE SOLUTION COLOREE

DETERMINATION DE LA CONCENTRATION D UNE SOLUTION COLOREE P1S2 Chimie ACTIVITE n 5 DETERMINATION DE LA CONCENTRATION D UNE SOLUTION COLOREE Le colorant «bleu brillant FCF», ou E133, est un colorant artificiel (de formule C 37 H 34 N 2 Na 2 O 9 S 3 ) qui a longtemps

Plus en détail

Fiche n 1 : DESCRIPTIF DU SUJET DESTINÉ AUX PROFESSEURS. Sujet : Etude d'un produit pour l'entretien des lentilles de contact.

Fiche n 1 : DESCRIPTIF DU SUJET DESTINÉ AUX PROFESSEURS. Sujet : Etude d'un produit pour l'entretien des lentilles de contact. Fiche n 1 : DESCRIPTIF DU SUJET DESTINÉ AUX PROFESSEURS Sujet : Etude d'un produit pour l'entretien des lentilles de contact. Les produits d'entretien pour lentilles sont de différentes natures. Le produit

Plus en détail

la matièr cuivre (II) Donner la 2) Déterminer et Cu 2+ + Correction : ions chlorure. 1) Chlorure de cuivre neutralité CuCl 2. = =

la matièr cuivre (II) Donner la 2) Déterminer et Cu 2+ + Correction : ions chlorure. 1) Chlorure de cuivre neutralité CuCl 2. = = 1) Chlorure de cuivre Le chlorure de cuivre (II) est un composé ionique constitué d'ions chlorure Cl - et d'ions cuivre (II) Cu 2+. Donner la formule statistique de ce composé. Écrire l'équation de sa

Plus en détail

TPG 12 - Spectrophotométrie

TPG 12 - Spectrophotométrie TPG 12 - Spectrophotométrie Travail par binôme Objectif : découvrir les conditions de validité et les utilisations possibles de la loi de Beer-Lambert I- Tracé de la rosace des couleurs Choisir un des

Plus en détail

TP : Détermination de la concentration en glucose d une boisson de réhydratation Deuxième Partie

TP : Détermination de la concentration en glucose d une boisson de réhydratation Deuxième Partie TP : Détermination de la concentration en glucose d une boisson de réhydratation Deuxième Partie Rappel : Lorsque l on chauffe un mélange d une solution de glucose et d une solution d acide 3,5- dinitrosalycilique

Plus en détail

TP 8 Détermination de l activité spécifique d une enzyme.

TP 8 Détermination de l activité spécifique d une enzyme. TP 8 Détermination de l activité spécifique d une enzyme. Les objectifs de cette séance : - Apprendre à faire une réaction enzymatique. - Adapter les manipulations de chimie en TP de biologie. - Savoir

Plus en détail

Indicateur d'unité Voyant Marche/Arrêt

Indicateur d'unité Voyant Marche/Arrêt Notice MESURACOLOR Colorimètre à DEL Réf. 22020 Indicateur d'unité Voyant Marche/Arrêt Indicateur Etalonnage Bouton Marche/Arrêt Indicateur de sélection de la longueur d'onde Indicateur de mode chronomètre

Plus en détail

NHCOCH 3 CH 3 + CH 3 CO 2 H

NHCOCH 3 CH 3 + CH 3 CO 2 H FACULTÉ DES SCIENCES DÉPARTEMENT DE CHIMIE CHM 302 Techniques de chimie organique et inorganique Travaux pratiques Coordonnateur: Jean-Marc CHAPUZET Date: Jeudi 30 Novembre 2006 Local: D7-3012; D7-3014

Plus en détail

PCSI 2013/2014. Corrigé du Devoir Surveillé de chimie n 1. I) L éther de diéthyle. La phase liquide contient n E = 4,82 mol d éther.

PCSI 2013/2014. Corrigé du Devoir Surveillé de chimie n 1. I) L éther de diéthyle. La phase liquide contient n E = 4,82 mol d éther. PCSI 2013/2014 Corrigé du Devoir Surveillé de chimie n 1 I) L éther de diéthyle Conservation de l éther dans une bouteille hermétique 1) La bouteille a une capacité de V = 1,000 L. On la remplit avec un

Plus en détail

Matériel de laboratoire

Matériel de laboratoire Matériel de laboratoire MATERIAUX UTILISE... 1 L'APPAREILLAGE DE LABORATOIRE... 1 a) Les récipients à réaction... 2 b) La verrerie Graduée... 2 MATERIEL DE FILTRATION... 6 FILTRATION SOUS VIDE AVEC UN

Plus en détail

Tout savoir sur : L utilisation de votre flaconnage

Tout savoir sur : L utilisation de votre flaconnage Tout savoir sur : L utilisation de votre flaconnage Sommaire Instructions pour l utilisation de votre flaconnage... 3 Recommandations générales sur les prélèvements... 7 Le protocole de cerclage des glacières...

Plus en détail

DÉTERMINATION DU POURCENTAGE EN ACIDE D UN VINAIGRE. Sommaire

DÉTERMINATION DU POURCENTAGE EN ACIDE D UN VINAIGRE. Sommaire BACCALAURÉAT SÉRIE S Épreuve de PHYSIQUE CHIMIE Évaluation des compétences expérimentales Sommaire I. DESCRIPTIF DU SUJET DESTINÉ AUX PROFESSEURS... 2 II. LISTE DE MATÉRIEL DESTINÉE AUX PROFESSEURS ET

Plus en détail

PHYSIQUE & CHIMIE COMPOSITION n 2 PREMIERES S 1, S 2, S 3, S 4 & S 5

PHYSIQUE & CHIMIE COMPOSITION n 2 PREMIERES S 1, S 2, S 3, S 4 & S 5 PYSIQUE & CIMIE COMPOSITION n PREMIERES S 1, S, S 3, S 4 & S 5 Février 014 Total des points : 40 Durée : 3h00 calculatrice autorisée PARTIE 1 Etude d un solide ionique, l iodure de potassium (9 points)

Plus en détail

EXERCICE I : Où il est question de lumière (8 points) PARTIE A. Figure 2

EXERCICE I : Où il est question de lumière (8 points) PARTIE A. Figure 2 EXERCICE I : Où il est question de lumière (8 points) PARTIE A 1. Figure 2 D On observe sur l'écran un étalement du faisceau laser, perpendiculaire à la direction du fil, constitué d'une tache centrale

Plus en détail

Toujours utiliser une seringue propre et sèche pour prélever le réactif

Toujours utiliser une seringue propre et sèche pour prélever le réactif MODE D EMPLOI NAOCL, HTH, NADCC ET EAU DE JAVEL Le contrôle de la qualité de la solution d hypochlorite de sodium produite par WATA est indispensable afin de déterminer le dosage à appliquer en fonction

Plus en détail

TP n 1: Initiation au laboratoire

TP n 1: Initiation au laboratoire Centre Universitaire d El-Tarf Institut des Sciences Agronomiques 3 ème année Contrôle de Qualité en Agroalimentaire TP n 1: Initiation au laboratoire Introduction L analyse de la matière vivante au laboratoire

Plus en détail

EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points)

EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points) Bac S 2015 Antilles Guyane http://labolycee.org EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points) La benzocaïne (4-aminobenzoate d éthyle) est utilisée en médecine comme anesthésique local

Plus en détail

Projet : Ecole Compétences -Entreprise REALISER UNE SPECTROPHOTOMETRIE

Projet : Ecole Compétences -Entreprise REALISER UNE SPECTROPHOTOMETRIE Projet : Ecole Compétences -Entreprise SECTEUR 9 SCIENCES APPLIQUEES ' : ORIENTATION D ETUDES TECHNICIEN / TECHNICIENNE CHIMISTE COMPETENCE PARTICULIERE VISEE : REALISER UNE SPECTROPHOTOMETRIE Formation

Plus en détail

DS N 2 ( 15 Novembre 2012)

DS N 2 ( 15 Novembre 2012) Première VIS Pour JM Podvin DS N 2 ( 15 Novembre 2012) Nom : Prénom : En cette nuit d été du 14 Juillet, JST a cassé sa tirelire pour se rendre à Paris avec sa dulcinée. En bons citoyens, ils assistent

Plus en détail

Etalonnage / vérification v balances et des spectrophotomètres. tres. Comment faire un modèle de présentation??? Monday, January 14, 2008

Etalonnage / vérification v balances et des spectrophotomètres. tres. Comment faire un modèle de présentation??? Monday, January 14, 2008 Etalonnage / vérification v des balances et des spectrophotomètres tres 1 Définitions Etalonnage (traduction française de calibration) Ensemble des opérations établissant, dans des conditions spécifiées,

Plus en détail

Chap2 Tests de reconnaissance de quelques ions.

Chap2 Tests de reconnaissance de quelques ions. Chap2 Tests de reconnaissance de quelques ions. Items Connaissances Acquis Formule des ions sodium, cuivre(ii), fer(ii), fer(iii) et chlorure Domaines d acidité et de basicité en solution aqueuse. Lien

Plus en détail

Capteur à CO2 en solution

Capteur à CO2 en solution Capteur à CO2 en solution Référence PS-2147CI Boîtier adaptateur Sonde ph Sonde température Sonde CO2 Page 1 sur 9 Introduction Cette sonde est conçue pour mesurer la concentration de CO 2 dans les solutions

Plus en détail

Analyse HPLC-ESI-MS/MS du glyphosate et de l AMPA dans les eaux de surface (phase dissoute)

Analyse HPLC-ESI-MS/MS du glyphosate et de l AMPA dans les eaux de surface (phase dissoute) Analyse HPLC-ESI-MS/MS du glyphosate et de l AMPA dans les eaux de surface (phase dissoute) Références de la méthode La méthode qui suit est dérivée de la publication suivante Development of purification

Plus en détail

Les indicateurs colorés naturels : de la cuisine à la chimie

Les indicateurs colorés naturels : de la cuisine à la chimie P a g e 1 TS Chimie Enoncé Les indicateurs colorés naturels : de la cuisine à la chimie Exercice résolu La première utilisation d'un indicateur coloré pour les titrages acido-basiques remonte à 1767 par

Plus en détail

Ajustement de la valeur du ph

Ajustement de la valeur du ph Entretien du spa Ajustement de la valeur du ph Afin de garantir un entretien réussi de l'eau, il est important que la valeur du ph se situe entre 7,0 et 7,4. C est lorsque le ph est situé dans cette fourchette

Plus en détail

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie TECHNIQUES: Principes de la chromatographie 1 Définition La chromatographie est une méthode physique de séparation basée sur les différentes affinités d un ou plusieurs composés à l égard de deux phases

Plus en détail

Comparateur 2000+ Colorimètre pour l analyse des eaux de piscines publiques. www.lovibond.com L analyse des eaux de piscines janvier 2015

Comparateur 2000+ Colorimètre pour l analyse des eaux de piscines publiques. www.lovibond.com L analyse des eaux de piscines janvier 2015 Comparateur 2000+ Colorimètre pour l analyse des eaux de piscines publiques 24 www.lovibond.com L analyse des eaux de piscines janvier 2015 Avec ses accessoires, le Comparateur 2000+ Lovibond constitue

Plus en détail

P-15V1 MÉTHODE DE MESURE IN SITU DU ph DE L EAU PAR LA MÉTHODE ELECTROCHIMIQUE

P-15V1 MÉTHODE DE MESURE IN SITU DU ph DE L EAU PAR LA MÉTHODE ELECTROCHIMIQUE P-15V1 MÉTHODE DE MESURE IN SITU DU ph DE L EAU PAR LA MÉTHODE ELECTROCHIMIQUE 1. Domaine d application Cette méthode concerne la mesure du ph dans des solutions aqueuses : - non salines (conductivité

Plus en détail