Dosage de l'azote ammoniacal

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Dosage de l'azote ammoniacal"

Transcription

1 Page 1 / 15 Version : 2014 Date de création : 3 décembre 2007 Date de dernière modification : 1er décembre 2012 Dosage de l'azote ammoniacal Rédigé par : Thierry Cariou Eric Macé Visé par : Nicole Garcia, responsable qualité national Le 06 janvier 2015 Les produits et marques commerciales mentionnés appartiennent à leurs propriétaires respectifs.

2 Page 2 / 15 I- Introduction : L azote minéral dissous dans l eau de mer existe sous forme d azote gazeux et d ions ammonium, nitrite et nitrate. Dans le cycle de l azote, l ammoniac dissous (sous forme d ion ammonium) occupe une place particulière. D une part, le phytoplancton utilise l ammonium préférentiellement comme source nutritive azotée, d autre part, la dégradation de l azote particulaire et de l azote dissous par l activité hétérotrophique donne lieu à la formation d ammoniac oxydé ensuite en nitrite puis en nitrate. Enfin, le zooplancton contribue à enrichir l eau de mer en ammoniac par excrétion directe. Les teneurs en ammoniac dissous dans l eau de mer sont comprises généralement entre 0 et 3 µmoles.l -1. Le dosage est basé sur la réaction de Berthelot (1859). En milieu alcalin (8 < ph < 11.5), l ammoniac dissous réagit sur l hypochlorite pour former une monochloramine. Ce composé, en présence de phénol et en milieu oxydant, donne lieu à la formation d un bleu d indophénol. A 20 C, la réaction catalysée par l ion nitroprussiate demande 6 heures pour se développer. L absorption est mesurée par spectrophotométrie à 630 nm. La méthode a été appliquée à l eau de mer, en particulier par L. Solorzano et F. Koroleff en L analyse par fluorimétrie développée par Holmes commence à se répandre dans la communauté des analystes de l eau de mer. Cette méthode apporte des avantages (par exemple le non-emploi de phénol). Cette méthode ne sera pas décrite dans ce protocole car la majorité des laboratoires utilisent encore la méthode de Koroleff. Précision et limite de détection : Etant donné l influence de la turbidité à la longueur d onde de mesure (630 nm), ainsi que les nombreuses sources de contaminations potentielles de ce paramètre, les écarts-types relatifs obtenus sur des triplicats peuvent être très variables. S ils se situent généralement entre 1 et 5 % au delà de 1 µmole.l -1, ils peuvent atteindre facilement 20 à 50 % en dessous de 0.5 µmole.l -1. La limite de détection se situe aux alentours de 0.02 µmole.l -1 (= 3xs 0, écart type sur le blanc analytique) pour un trajet optique de 10 cm avec une limite de détection de unité DO. La loi de Beer-Lambert est respectée dans la gamme de concentration allant de 0 à 70 µmoles.l -1. Au delà de cette concentration il est possible de diluer l échantillon. Pour les faibles concentrations (0 à 5 µmoles.l -1 ) il est conseillé d utiliser des cuves de 10 cm. Au delà, à moins de diluer, des cuves de 5 cm ou 1 cm seront nécessaires. II Précautions particulières Le risque de contamination est un des paramètres déterminant dans la réussite ou non de la mesure. Les réactifs utilisés sont à conserver à l obscurité et au réfrigérateur jusqu à utilisation. Une attention particulière sera apportée lors du prélèvement, mais également au niveau de la manipulation et du stockage du matériel et des échantillons. Le risque majeur est lié à la pollution atmosphérique du laboratoire aussi bien que du lieu de prélèvement (vapeurs azotées, proximité de produits chimiques, présence de fumeurs ou rejets du bateau ) mais également à la manipulation (contact avec la peau de l échantillon, du flaconnage, bouchons ) ainsi qu au matériel de pré-filtration (lorsque celui-ci est indispensable). Le port de gants à usage unique peut être une bonne solution à condition d être bien ajustés et d être changés régulièrement. Certains caoutchoucs sont également des sources de contaminations notables d ammonium et il convient donc de les éviter au niveau du bouchage des flacons aussi bien qu au niveau des tendeurs des bouteilles Niskin.

3 Page 3 / 15 III Matériel et appareillage utilisé : Prélèvement : - Bouteilles de prélèvement à clapet Niskin. - Flacons ronds gradués en verre de 100ml (type fisherbrand grande ouverture, sans bague anti-goutte) : généralement gradués jusqu à 80 ml, les 100 ml correspondent souvent au rétrécissement du goulot qui assure alors une précision satisfaisante sur le volume d échantillon analysé. Dans les milieux très turbides (e.g. estuaires de la Gironde) un flacon de 30 ml peut être utilisé. - 1 système de préfiltration (de type Swinnex Millipore en PP) équipé d une soie de 50 µm décontaminée, par niveau de prélèvement, pour les milieux turbides ou système de filtration («cocotte» de filtration avec filtre en fibre de verre) dans les systèmes très turbides. - Bac de transport et conservation opaque (pendant la réaction). - 2 dispensettes pour l addition des réactifs (3ml réactif/100 ml ; 1ml réactif/30 ml). Préparation des réactifs : - Balance au centième de gramme. - Hotte aspirante. - 1 spatule. - Agitateur magnétique avec barreaux et tige aimantés. - 2 béchers de 500 ml + béchers de 250, 50 ml. - 2 fioles jaugées de 500 ml à bouchon rodé. - 1 éprouvette graduée. - 1 pissette. - 2 dispensettes à volume fixe de 3 ml. Préparation des standards : - Balance de précision au centième de milligramme et spatule. - Etuve réglée à 105 C. - Dessicateur et silicagel. - Petit bécher. - 1 fiole jaugée d un litre (classe A+) à bouchon rodé. - 4 fioles jaugées de classe A à bouchons rodés de 500 ou 1000ml. - Pipettes automatiques et embouts correspondants. - Pissette. Mesure : - Spectrophotomètre (630nm) acceptant des cuves de 10 cm de trajet optique, situé sous extracteur. - 1 cuve de 10 cm en verre optique spécialisé (2 cuves appariées si possible en cas de double faisceau). - Papier absorbant et papier optique. Contrôle qualité : Filtre Holmium pour vérification des longueurs d onde. Référence : filtre Holmium Hellma, 666-F1. Filtres de vérification des densités optiques. Référence : filtre gris Hellma, 666-F2. Elimination des déchets : Recueillir les effluents contenant les réactifs dans un bidon qui sera ensuite retraité avec les déchets chimiques aromatiques. IV Produits chimiques et réactifs utilisés Produits chimiques : Eau déminéralisée de très bonne qualité de type Milli-Q fraîchement soutirée.

4 Page 4 / 15 Acide chlorhydrique 32%, d=1.16 (HCl) : Prolabo RP (ref ). Sulfate d ammonium ((NH 4 ) 2 SO 4 ) : Merck PA (ref. : xxxx). Citrate trisodique dihydraté (Na 3 C 6 H 5 O 7, 2H 2 O) : Merck PA (ref xxxx). Hydroxyde de sodium ( NaOH) : Merck PA (ref xxxx). Solution aqueuse d hypochlorite de sodium à 3.5% env. de chlore actif (NaClO) : Prolabo GPR Rectapur (ref ). Nitroprussiate de sodium dihydraté (Na 2 [Fe(CN) 5 NO],2H 2 O) : Merck PA (ref xxxx). Thiosulfate de sodium pentahydraté (Na 2 S 2 O 3, 5H 2 O) : Merck PA (ref xxxx). Phénol (C 6 H 5 OH) : Merck PA (ref xxxx) ou phénol liquide 85 %. Iodure de sodium (NaI) : Merck PA (ref xxxx). Silicagel. NaCl : Merck PA. Pour les fiches de sécurité, consulter le site de l Institut National de Recherche et de Sécurité : Conservation des réactifs : Chacun des réactifs préparés est transvasé dans un flacon brun de 500ml et surmonté d un distributeur automatique réglé sur 3 ou 1ml (ou de préférence à volume fixe), spécifique et identifié (R1 NH 4 + et R2 NH 4 + ). Ils sont conservés au froid (4 C) et à l obscurité. Dans ces conditions, le réactif 1 est stable un mois, mais le réactif 2 sera préparé tous les quinze jours. Lors des manipulations sur le terrain, les réactifs R1 et R2 sont transportés, si possible, dans une glacière équipée de blocs de froid et sont replacés au réfrigérateur dès le retour au laboratoire. V Préparation du matériel Vérifier que les tendeurs de rappel des clapets des bouteilles «Niskin» n ont pas été remplacés par un caoutchouc ordinaire (source de contamination importante en ammonium). Flaconnage : Les flacons neufs seront systématiquement remplis d acide chlorhydrique 1N et laissés à tremper une nuit avant d être vidés puis parfaitement rincés à l eau déminéralisée de qualité Milli-Q (entre 5 et 10 fois). Un blanc de contrôle sera alors effectué. Entretien courant : Entre 2 sorties de prélèvement peu espacées dans le temps, on peut conserver le mélange du dernier prélèvement avec les réactifs. Cela évite les éventuelles contaminations. En cas de blanc trop fort, les flacons seront à nouveau lavés à l acide puis à l eau déminéralisée. Un soin tout particulier sera apporté à la manipulation des bouchons et tout contact manuel avec le goulot des flacons sera évité. Le stockage des flacons devra alors se faire dans un endroit exempt de toute contamination potentielle. Prévoir un bac de transport opaque avec couvercle et correctement équipé pour le transport en toute sécurité de ces flacons. Distributeurs de réactifs : Ils seront régulièrement vidés et rincés afin d éviter une détérioration du piston et d en maintenir le bon fonctionnement. Une vérification des volumes distribués sera également effectuée par pesée et reportée sur la fiche de contrôle correspondante.(annexe 1).

5 Page 5 / 15 VI - Préparation des réactifs Ils seront préparés à partir d eau déminéralisée de haute qualité fraîchement soutirée : eau Milli Q par exemple, et essentiellement de produits pro analysis. Les conserver au réfrigérateur et à l abri de la lumière. Réactif 1 (R1) : solution de phénol nitroprussiate, à préparer sous hotte aspirante. Dissoudre successivement 17,5g de phénol et 200 mg de nitroprussiate de sodium, dans 400 ml d eau déminéralisée. Compléter à 500ml en fiole jaugée avec l eau et homogénéiser. Dans le cas de l utilisation de phénol liquide, remplacer les 17.5 g de phénol en cristaux par 20 ml de phénol liquide. Réactif2 (R2) : solution alcaline complexante au chlore. Dissoudre 11g de soude et 140g d acide trisodique dans 400ml d eau. Ajouter la quantité d hypochlorite nécessaire pour réaliser une solution contenant 0,14% de chlore, soit 22 ml de solution fraîche d hypochlorite. Compléter à 500 ml par de l eau déminéralisée. La solution d hypochlorite peut être remplacée par un autre réactif : le dichloroisocyanurate de sodium dihydraté. La préparation de ce réactif ne sera pas décrite (se reporter au manuel Aminot-Kerouel pour plus de détails). Quantité de solution d hypochlorite commerciale à ajouter : Le titre de la solution commerciale est contrôlé périodiquement de la façon suivante : A 1ml de la solution commerciale, on ajoute 50ml de KI à 1% et 0,25ml HCL concentré. L iode libéré est titré par une solution de thiosulfate de sodium 0,1N. A 1ml de thiosulfate 0,1N correspond 3,54mg de chlore. VII Prélèvement et conditionnement Le prélèvement des échantillons se fera aussitôt après ceux effectués pour l analyse de l oxygène et du ph. Tout contact manuel avec l eau de prélèvement aussi bien qu avec toute partie du matériel entrant en contact avec cette eau sera soigneusement évité tout au long de la procédure (voir chapitre II). Après avoir vérifié l absence de toute contamination potentielle (fumée) sur le lieu de prélèvement, vider dans la poubelle de déchets 1 à 3 flacons identifiés de leur mélange réactifs-échantillons précédents (ou eau déminéralisée) avant d en effectuer un triple rinçage avec l eau de prélèvement. Veiller au rinçage correct des bouchons et utiliser le système de pré-filtration ou de filtration prévu à cet effet, si nécessaire selon le site étudié (le changer pour chaque niveau de prélèvement). Remplir les flacons (+ 1 flacon «turbidité») avec pré-filtration ou filtration (si nécessaire) en ajustant le volume prélevé à ( ) ml et ajouter successivement les réactifs 1 puis 2 (3 ml) au moyen des distributeurs correspondants, en prenant soin d homogénéiser énergiquement après chaque ajout. Réaliser le blanc de réactifs de la même manière au laboratoire avec de l eau milliq. VIII Conservation et stockage Aussitôt après le dernier ajout, placer les flacons à l obscurité dans le bac de transport correspondant. Conserver ce dernier à température ambiante mais à l abri du soleil et de toute contamination potentielle jusqu au moment de l analyse. Le temps de réaction, dépendant de la température, est de 6 heures minimum à environ 20 C.

6 Page 6 / 15 Il est préférable de la laisser se poursuivre une nuit. Le bleu d indophénol formé étant stable quelques jours, la lecture des échantillons sera effectuée si possible le lendemain du prélèvement mais peut attendre un week-end lorsque le prélèvement a lieu le vendredi. IX - Préparation de l appareil et étalonnage Procéder de façon régulière (tous les 3 mois) à la vérification de votre spectrophotomètre (annexe 3), en utilisant un filtre Holmium qui permettra de contrôler la bonne position des longueurs d'onde du spectre. Vérifier également l'absorbance de filtres étalons. Cela permet de tester l'optique du spectro ou l'état de la lampe... Etalonnage : Utiliser de l eau déminéralisée de très bonne qualité et fraîchement soutirée pour préparer la solution mère et utiliser de la verrerie décontaminée. Les solutions étalons seront de préférence préparées dans de l eau de mer appauvrie et filtrée. En milieu de salinité fortement variable (e.g. estuaires), les solutions peuvent être préparées dans de l eau Milli-Q légèrement salée (dans l eau Milli-Q pure, l ammonium peut s adsorber sur le flacon). Il est conseillé de préparer ces solutions dans la même matrice que celle des échantillons mesurés par la suite. Il faut également essayer de travailler avec de l eau contenant le moins d ammonium possible. C est en hiver que l on aura les eaux marines les moins riches en ammonium. Solution d eau Milli-Q légèrement salée : Diluer 0.5 g de NaCl dans un litre d eau Milli-Q ou diluer 100 ml d eau de mer appauvrie en ammonium dans 900 ml d eau milli-q. Solution mère primaire : Sécher du sulfate d ammonium ((NH 4 ) 2 SO 4, M = g/mol) 1 heure à 105 C et laisser refroidir au dessicateur. En peser 661mg précisément (au centième de mg) et les dissoudre dans 200ml d eau. On apportera un soin particulier à la complète récupération des cristaux avant de compléter (avec de l'eau déionisée fraîche) à 1 litre en fiole jaugée de classe A+ : 1ml = 10 µmol d ammonium. Homogénéiser et transvaser dans un flacon en verre correctement nettoyé et préalablement rincé 3 fois au moyen de cette même solution. Conservée au frais, à l abri de la lumière, cette solution sera utilisable toute une année sous réserve d éviter toute évaporation. Il est tout de même conseillé de la renouveler au bout de 6 mois. Solution mère secondaire : Cette solution sera préparée avec de l'eau déionisée fraîche juste avant usage. Diluer 20 fois la solution primaire (5 ml/100 ml dans une fiole jaugée de classe A+) : 1 ml = 0.5 µmol d ammonium. Solutions étalons : La gamme étalon dépend des concentrations normalement mesurées dans le milieu étudié. Cela va également déterminer les volumes utilisés pour préparer les solutions étalons. L exemple suivant correspond à une mesure dans une gamme de 0 à 1 µmole.l -1 et est simplement indicatif. A partir de la solution secondaire, réaliser au minimum 4 solutions étalons à EDM+0,25; EDM+0.50; EDM+0.75, EDM+1.00 µmole N-NH 4 + /1 suivant les concentrations habituellement rencontrées, dans de l eau de mer filtrée pauvre en ammonium. En milieu estuarien, EDM peut être remplacée par de l eau Milli-Q légèrement salée. Traiter ces solutions étalons, sans oublier ni l eau de mer non dopée, ni le blanc réactif réalisé à partir de l eau Milli-Q, de la même façon que les échantillons (cf VII), dans le même type de flacons : Une solution étalon de 1000 ml permet d effectuer le rinçage des flacons et 3 réplicats de chacune des solutions.

7 Page 7 / 15 Ces standards préparés avant le départ ou après le retour de la mission seront ainsi mesurés en même temps que les échantillons c'est-à-dire après être restés une nuit à l obscurité et à température ambiante. La densité optique des solutions est mesurée à 630 nm avec un préchauffage du spectrophotomètre d une demi-heure minimum avant les mesures. Vérifier la date du dernier contrôle de bon fonctionnement de l appareil : longueurs d ondes (filtre Holmium) et densités optiques mesurées (filtre DO à 630 nm si possible) et effectuer ces vérifications si nécessaire (cf : dossier métrologie de l appareil). Commencer par effectuer l auto-zéro de l appareil sans présence de cuves afin de vérifier l absence de problème optique ou électronique. Faire l auto-zéro avec la (ou les) cuve(s) remplie(s) d eau déionisée (blanc de cuve), selon le cas d un simple ou double faisceau optique. Vider la cuve de mesure et y transférer le contenu du blanc réactif préparé au même moment que les étalons (eau déionisée +les réactifs R1 et R2), lire la mesure d absorbance (Br = blanc des réactifs) et la consigner sur les fiches appropriées somlit (cf. annexes 2) Vider de nouveau la cuve de mesure et effectuer les mesures des différentes solutions étalons. Précautions particulières : Spectropohotomètre à double faisceau : Une fois l auto-zéro effectué, ne plus toucher à la cuve de référence ; travailler soigneusement avec la même cuve de mesure par rapport à la même cuve de référence. Toutes les mesures seront effectuées par rapport à l eau dé-ionisée. Positionner la cuve de mesure toujours de la même façon sur le support en veillant à en maintenir les parois propres et sèches sans les rayer (égoutter et tamponner plutôt qu essuyer et utiliser du papier spécifique) Surveiller la valeur du blanc des réactifs, lorsque les réactifs sont trop âgés, la valeur de ce blanc devient importante. Par exemple un blanc réalisé avec des réactifs «neufs» a une valeur de Densité Optique (DO) de 0,005 (cuve de 10 cm). Au delà d une valeur de 0,015, prévoir de refaire les réactifs. Effectuer les lectures des différents étalons dans l ordre croissant des concentrations, en prenant soin de rincer préalablement la cuve chaque fois avec l étalon à mesurer, et consigner les valeurs sur la fiche appropriée. Tracer la droite d étalonnage : Absorbance = f (concentration). Ne pas omettre de vérifier les valeurs de l eau déionisée non dopée (blanc de réactifs). On obtient ce type de tableau permettant le tracé de la courbe d étalonnage : R1 R2 R3 blancs réactifs 0,008 0,008 0,007 EDM pauvre 0,052 0,052 0,053 EDM+0,25 0,099 0,099 0,098 EDM+0,50 0,149 0,15 0,15 EDM+0,75 0,198 0,198 0,197 EDM+1,00 0,245 0,246 0,245

8 Page 8 / 15 X - Mesure Pour les mesures des échantillons d'eau de mer, procéder de la manière suivante : Vérifier l'auto-zéro de l'appareil, le blanc de cuve et le blanc de réactifs. Effectuer les mesures du blanc de turbidité (Bt) de chacun des échantillons à analyser (échantillon sans addition de réactifs) par rapport à l eau dé-ionisée (cuve de référence) après avoir préalablement rincé la cuve de mesure à l eau dé-ionisée et vérifié l auto-zéro. Comme pour les étalons, rincer la cuve avec l échantillon suivant avant la mesure. Mesurer ensuite chacun des échantillons fixés en allant dans l ordre croissant des colorations obtenues en prenant les mêmes précautions que pour les étalons. Consigner les mesures d absorbance (A brut) sur la fiche appropriée. Le blanc de réactifs sera préparé le même jour que les prélèvements des échantillons d eau de mer. XI - Calcul Etalonnage : Etablir l équation A = a (cf. graphique X) ; la pente (a) de cette équation servira à calculer les concentrations des échantillons mesurés (mesure cf. XI). Noter les valeurs du blanc de réactif (ainsi que les coefficients de calibration obtenus sur la fiche de suivi de ce paramètre) et vérifier la validité de cet étalonnage. Calculs des concentrations des échantillons : Les absorbances (corrigées du blanc de cuves) sont : A brut : l absorbance mesurée pour l échantillon traité ; Bt : l absorbance mesurée pour le blanc de turbidité Br : l absorbance mesurée pour le blanc de réactifs [Ammonium] (µmole/l) = (A brut- Bt Br) / a = A nette corrigée/a a est la pente de la droite d'étalonnage, Evaluation de l effet de sel Es: L intensité de la coloration obtenue pour une même concentration en ammonium varie en fonction de la salinité, c est l effet de sel. Selon les réactifs utilisés et les conditions opératoires il peut varier sensiblement. L effet de sel est de l ordre de 10 à 20 % sur toute la gamme des salinités, mais il n est pas nécessairement linéaire. Pour les travaux en estuaire chaque laboratoire doit l évaluer en fonction

9 Page 9 / 15 de ses propres conditions de travail. Pour déterminer la correction due à l effet de sel, opérer de la façon suivante : - Prélever ou préparer, par dilution d eau de mer avec de l eau déionisée, des eaux dont la salinité couvre la gamme de salinité usuelle des échantillons et dont la teneur en ammonium reste faible elles identique à celle avec laquelle a été faite la courbe d étalonnage (eau de mer ou eau douce). - Préparer, pour chacune des salinités, un étalon d ammonium de même concentration (par - Effectuer deux analyses de chacun de ces étalons, ainsi que des eaux non dopées correspondantes, et prendre la moyenne des absorbances. Soustraire l absorbance des eaux non dopées de celles des eaux dopées. - Calculer le facteur correctif de l effet de sel en fonction de la salinité : A E = Absorbance nette de l étalon préparé avec de l eau de salinité identique à celle qui a servi à établir la courbe d étalonnage, A S = Absorbance nette d un étalon à la salinité S. Le facteur correctif de l effet de sel à la salinité S est : *Es = Ae/As L absorbance sera multipliée par Es avant conversion en concentration à l aide de la courbe d étalonnage. A nette corrigée en tenant compte de l'effet de sel = Es x (A brut- Bt Br) *Es : facteur correctif de l effet de sel à la salinité S (il est égal à 1 pour des échantillons de même gamme de salinité que l eau de mer utilisée pour la préparation des étalons). XII - Entretien du matériel Les bouteilles de prélèvement (Niskin) doivent être vidées à la fin des manipulations. Un séjour prolongé d'eau de mer à l intérieur de celles-ci pourrait les contaminer. Vérifier que les flacons de prélèvement sont propres, Il arrive qu'au bout d'un certains temps d'utilisation un dépôt se fixe sur les parois des flacons. Dans ce cas, procéder à un nettoyage à l'acide. Cf. V. Vérifier l'état des dispensettes de réactifs. Les réactifs peuvent cristalliser dans le piston. Conserver les flacons à l'abri de toutes contaminations, Lorsque l'on fait des mesures régulières, garder dans les flacons le reliquat de l'échantillon avec ses réactifs à l'abri de la lumière. XIII - Conservation et entretien de l appareillage Ne pas oublier de retirer les cuves du porte-cuve de l'appareil. L'atmosphère saline et les réactifs pourraient dégrader l'optique. Faire régulièrement des étalonnages de l'optique à l'aide de filtres adaptés cf. X. XIV Evacuation des essais et déchets Recueillir les échantillons et les effluents contenant les réactifs dans un bidon prévu à cet effet. Les déchets recueillis devront être retraités par une société spécialisée. Pour les fiches de sécurité, consulter le site de l Institut National de Recherche et de Sécurité :

10 Page 10 / 15 XV - Bibliographie Aminot A., Kérouel R., Hydrologie des écosystèmes marins. Paramètres et analyses. Ed. Ifremer, 336 p. Berthelot M., Répertoire de chimie appliquée. p254. Koroleff F., Direct determination of ammonia in natural waters as indophenol blue, ICES/CM/1969/C : 9, Hydrography Commitee, Ref. : L (Plankton C.), 4p. Le Corre P. et Tréguer P. Travaux pratiques Chimie Marine, Université de Bretagne Occidentale, Brest. Solorzano L., Determination of ammonia in natural waters by the phenol-hypochloite method. Limnol. Oceanogr., 14,

11 Page 11 / 15 Annexe 1 : fiche de vérification du volume des distributeurs. Date Tc ( C) M dist R1 (g) Volume R1 M dist R2 (g) Volume R2 La vérification des volumes distribués se fait par simple pesée du volume affiché. Cette vérification se fait à l aide d eau ultra-pure. Calcul du volume du distributeur : V Tc = M net * f eau / eau f eau = eau = 0, (6, Tc) (9, Tc 2 ) + ( Tc 3 ) (1, Tc 4 ) + (6, Tc 5 ).

12 Page 12 / 15 Annexe 2 : Fiche de suivi. Date de fabrication des réactifs Date de mesure D.O. blanc Pente de calibration Valeur Incertitude

13 Page 13 / 15 Annexe 3 : Vérifications du spectrophotomètre. Exemple : Etalonnage spectrophotomètre. Date : Modèle : spectrophotomètre UV/VIS Lambda 11/BIO. N série : Mono-faisceau. Cuve de 10 cm. Opérateur : Spectre effectué sur un filtre Holmium, le 23/02/2009. Pics attendus aux longueurs d onde suivantes : / / / / / conditions de calibration : Cuve de 10 cm. Ordinate mode : Absorbance. Slit : 1 nm. Integration time : 0.20 sec. Gain : 1. Référence du filtre : Filtre en verre à l oxyde d holmium. Filtre Nr E1345, Nr de Cat. 666-F1. Dernier étalonnage du filtre le

14 Page 14 / 15 Vérification de l absorbance du spectrophotomètre, le 23/02/2009 : Cuve 10 cm. Ordinate mode : Absorbance. Slit : 1 nm. Integration time : 3 sec. Référence du filtre : Filtre en verre neutre. Filtre Nr E1287, Nr de Cat. 666-F2. Dernier étalonnage du filtre le longueurs d'onde 635,00 590,00 549,00 465,00 440,00 run run run moyenne 0,254 0,253 0,235 0,231 0,263 sd 0,000 0,000 0,000 0,000 0,000 valeurs attendues 0,256 0,254 0,236 0,233 0,265 sd 0,002 0,002 0,002 0,002 0,002 Résultat de la calibration : RAS.

15 Page 15 / 15 Annexe 4 : fiches de sécurité des produits chimiques

Mesure du ph en milieu littoral

Mesure du ph en milieu littoral Page 1 / 5 Version : 2015 Date de création : 22 octobre 2007 Date de dernière modification : 22 février 2013 Mesure du ph en milieu littoral Rédigé par : Thierry Cariou Visé par : Nicole Garcia, responsable

Plus en détail

(aq) sont colorées et donnent à la solution cette teinte violette, assimilable au magenta.»

(aq) sont colorées et donnent à la solution cette teinte violette, assimilable au magenta.» Chapitre 5 / TP 1 : Contrôle qualité de l'eau de Dakin par dosage par étalonnage à l'aide d'un spectrophotomètre Objectif : Vous devez vérifier la concentration massique d'un désinfectant, l'eau de Dakin.

Plus en détail

pka D UN INDICATEUR COLORE

pka D UN INDICATEUR COLORE TP SPETROPHOTOMETRIE Lycée F.BUISSON PTSI pka D UN INDIATEUR OLORE ) Principes de la spectrophotométrie La spectrophotométrie est une technique d analyse qualitative et quantitative, de substances absorbant

Plus en détail

33-Dosage des composés phénoliques

33-Dosage des composés phénoliques 33-Dosage des composés phénoliques Attention : cette manip a été utilisée et mise au point pour un diplôme (Kayumba A., 2001) et n a plus été utilisée depuis au sein du labo. I. Principes Les composés

Plus en détail

4. Conditionnement et conservation de l échantillon

4. Conditionnement et conservation de l échantillon 1. Objet S-II-3V1 DOSAGE DU MERCURE DANS LES EXTRAITS D EAU RÉGALE Description du dosage du mercure par spectrométrie d absorption atomique de vapeur froide ou par spectrométrie de fluorescence atomique

Plus en détail

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S 8 (b) Un entretien d embauche autour de l eau de Dakin Type d'activité Activité expérimentale avec démarche d investigation Dans cette version, l élève est

Plus en détail

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION)

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Terminale S CHIMIE TP n 2b (correction) 1 SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Objectifs : Déterminer l évolution de la vitesse de réaction par une méthode physique. Relier l absorbance

Plus en détail

Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire :

Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire : Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire : 1. Prélever ml de la solution mère à la pipette jaugée. Est-ce que je sais : Mettre une propipette sur une pipette

Plus en détail

101 Adoptée : 12 mai 1981

101 Adoptée : 12 mai 1981 LIGNE DIRECTRICE DE L OCDE POUR LES ESSAIS DE PRODUITS CHIMIQUES 101 Adoptée : 12 mai 1981 «Spectres d'absorption UV-VIS» (Méthode spectrophotométrique) 1. I N T R O D U C T I O N I n f o r m a t i o n

Plus en détail

I. Principe des dosages :

I. Principe des dosages : Dans les cours d'eau, notamment canalisés, et dans les régions densément habitées ou d'agriculture intensive, les nitrites sont souvent un paramètre important de déclassement des cours d'eau. Chez l'homme

Plus en détail

Comment suivre l évolution d une transformation chimique? + S 2 O 8 = I 2 + 2 SO 4

Comment suivre l évolution d une transformation chimique? + S 2 O 8 = I 2 + 2 SO 4 Afin d optimiser leurs procédés, les industries chimiques doivent contrôler le bon déroulement de la réaction de synthèse menant aux espèces voulues. Comment suivre l évolution d une transformation chimique?

Plus en détail

CODEX ŒNOLOGIQUE INTERNATIONAL. Mesure de la viscosité COEI-2-VISCPE : 2009

CODEX ŒNOLOGIQUE INTERNATIONAL. Mesure de la viscosité COEI-2-VISCPE : 2009 DETERMINATION DE LA CAPACITE D'UNE PREPARATION ENZYMATIQUE A COUPER LES CHAINES PECTIQUES PAR LA MESURE DE LA VISCOSITE (OIV-Oeno 351-2009) 1. PRINCIPE On se propose ici de mesurer la quantité d'enzyme

Plus en détail

LABORATOIRES DE CHIMIE Techniques de dosage

LABORATOIRES DE CHIMIE Techniques de dosage LABORATOIRES DE CHIMIE Techniques de dosage Un dosage (ou titrage) a pour but de déterminer la concentration molaire d une espèce (molécule ou ion) en solution (généralement aqueuse). Un réactif de concentration

Plus en détail

Chapitre 7 Les solutions colorées

Chapitre 7 Les solutions colorées Chapitre 7 Les solutions colorées Manuel pages 114 à 127 Choix pédagogiques. Ce chapitre a pour objectif d illustrer les points suivants du programme : - dosage de solutions colorées par étalonnage ; -

Plus en détail

Utilisation d un tableur dans l exploitation des courbes de dosage spectrophotométrique.

Utilisation d un tableur dans l exploitation des courbes de dosage spectrophotométrique. Utilisation d un tableur dans l exploitation des courbes de dosage spectrophotométrique. A METHODE DE LA GAMME D ETALONNAGE... 1 1. Saisie des valeurs... 1 2. Tracé de la gamme d étalonnage... 2 3. Modélisation

Plus en détail

TP : Suivi d'une réaction par spectrophotométrie

TP : Suivi d'une réaction par spectrophotométrie Nom : Prénom: n groupe: TP : Suivi d'une réaction par spectrophotométrie Consignes de sécurité de base: Porter une blouse en coton, pas de nu-pieds Porter des lunettes, des gants (en fonction des espèces

Plus en détail

259 VOLUMETRIE ET TITRATION DOSAGE DU NaOH DANS LE DESTOP

259 VOLUMETRIE ET TITRATION DOSAGE DU NaOH DANS LE DESTOP 259 VOLUMETRIE ET TITRATION DOSAGE DU NaOH DANS LE DESTOP A d a p t a t i o n : A. - M. F o u r n i e r ( C o p a d ), M. C a s a n o v a & H. J e n n y ( C d C ) 2 0 0 1 C o n c e p t i o n D. M a r g

Plus en détail

CODEX ŒNOLOGIQUE INTERNATIONAL. SUCRE DE RAISIN (MOUTS DE RAISIN CONCENTRES RECTIFIES) (Oeno 47/2000, Oeno 419A-2011, Oeno 419B-2012)

CODEX ŒNOLOGIQUE INTERNATIONAL. SUCRE DE RAISIN (MOUTS DE RAISIN CONCENTRES RECTIFIES) (Oeno 47/2000, Oeno 419A-2011, Oeno 419B-2012) SUCRE DE RAISIN (MOUTS DE RAISIN CONCENTRES RECTIFIES) (Oeno 47/2000, Oeno 419A-2011, Oeno 419B-2012) 1. OBJET, ORIGINE ET DOMAINE D APPLICATION Le sucre de raisin est obtenu exclusivement à partir du

Plus en détail

TP 3 diffusion à travers une membrane

TP 3 diffusion à travers une membrane TP 3 diffusion à travers une membrane CONSIGNES DE SÉCURITÉ Ce TP nécessite la manipulation de liquides pouvant tacher les vêtements. Le port de la blouse est fortement conseillé. Les essuie tout en papier

Plus en détail

DETERMINATION DE LA CONCENTRATION D UNE SOLUTION COLOREE

DETERMINATION DE LA CONCENTRATION D UNE SOLUTION COLOREE P1S2 Chimie ACTIVITE n 5 DETERMINATION DE LA CONCENTRATION D UNE SOLUTION COLOREE Le colorant «bleu brillant FCF», ou E133, est un colorant artificiel (de formule C 37 H 34 N 2 Na 2 O 9 S 3 ) qui a longtemps

Plus en détail

SP. 3. Concentration molaire exercices. Savoir son cours. Concentrations : Classement. Concentration encore. Dilution :

SP. 3. Concentration molaire exercices. Savoir son cours. Concentrations : Classement. Concentration encore. Dilution : SP. 3 Concentration molaire exercices Savoir son cours Concentrations : Calculer les concentrations molaires en soluté apporté des solutions désinfectantes suivantes : a) Une solution de 2,0 L contenant

Plus en détail

Perrothon Sandrine UV Visible. Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6

Perrothon Sandrine UV Visible. Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6 Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6 1 1.But et théorie: Le but de cette expérience est de comprendre l'intérêt de la spectrophotométrie d'absorption moléculaire

Plus en détail

EXERCICE I : Où il est question de lumière (8 points) PARTIE A. Figure 2

EXERCICE I : Où il est question de lumière (8 points) PARTIE A. Figure 2 EXERCICE I : Où il est question de lumière (8 points) PARTIE A 1. Figure 2 D On observe sur l'écran un étalement du faisceau laser, perpendiculaire à la direction du fil, constitué d'une tache centrale

Plus en détail

Indicateur d'unité Voyant Marche/Arrêt

Indicateur d'unité Voyant Marche/Arrêt Notice MESURACOLOR Colorimètre à DEL Réf. 22020 Indicateur d'unité Voyant Marche/Arrêt Indicateur Etalonnage Bouton Marche/Arrêt Indicateur de sélection de la longueur d'onde Indicateur de mode chronomètre

Plus en détail

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Marc DUBERNET* et Françoise GRASSET* Laboratoire DUBERNET - 9, quai d Alsace - 11100 Narbonne France 1. Objet Méthode

Plus en détail

DÉTERMINATION DU POURCENTAGE EN ACIDE D UN VINAIGRE. Sommaire

DÉTERMINATION DU POURCENTAGE EN ACIDE D UN VINAIGRE. Sommaire BACCALAURÉAT SÉRIE S Épreuve de PHYSIQUE CHIMIE Évaluation des compétences expérimentales Sommaire I. DESCRIPTIF DU SUJET DESTINÉ AUX PROFESSEURS... 2 II. LISTE DE MATÉRIEL DESTINÉE AUX PROFESSEURS ET

Plus en détail

TP n 1: Initiation au laboratoire

TP n 1: Initiation au laboratoire Centre Universitaire d El-Tarf Institut des Sciences Agronomiques 3 ème année Contrôle de Qualité en Agroalimentaire TP n 1: Initiation au laboratoire Introduction L analyse de la matière vivante au laboratoire

Plus en détail

TPG 12 - Spectrophotométrie

TPG 12 - Spectrophotométrie TPG 12 - Spectrophotométrie Travail par binôme Objectif : découvrir les conditions de validité et les utilisations possibles de la loi de Beer-Lambert I- Tracé de la rosace des couleurs Choisir un des

Plus en détail

EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points)

EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points) Bac S 2015 Antilles Guyane http://labolycee.org EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points) La benzocaïne (4-aminobenzoate d éthyle) est utilisée en médecine comme anesthésique local

Plus en détail

Matériel de laboratoire

Matériel de laboratoire Matériel de laboratoire MATERIAUX UTILISE... 1 L'APPAREILLAGE DE LABORATOIRE... 1 a) Les récipients à réaction... 2 b) La verrerie Graduée... 2 MATERIEL DE FILTRATION... 6 FILTRATION SOUS VIDE AVEC UN

Plus en détail

BAC BLANC SCIENCES PHYSIQUES. Durée : 3 heures 30

BAC BLANC SCIENCES PHYSIQUES. Durée : 3 heures 30 Terminales S1, S2, S3 2010 Vendredi 29 janvier BAC BLANC SCIENCES PHYSIQUES Durée : 3 heures 30 Toutes les réponses doivent être correctement rédigées et justifiées. Chaque exercice sera traité sur une

Plus en détail

Capteur à CO2 en solution

Capteur à CO2 en solution Capteur à CO2 en solution Référence PS-2147CI Boîtier adaptateur Sonde ph Sonde température Sonde CO2 Page 1 sur 9 Introduction Cette sonde est conçue pour mesurer la concentration de CO 2 dans les solutions

Plus en détail

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie TECHNIQUES: Principes de la chromatographie 1 Définition La chromatographie est une méthode physique de séparation basée sur les différentes affinités d un ou plusieurs composés à l égard de deux phases

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUESDE BIOCHIMIE L1

TRAVAUX PRATIQUESDE BIOCHIMIE L1 TRAVAUX PRATIQUESDE BICHIMIE L1 PRINTEMPS 2011 Les acides aminés : chromatographie sur couche mince courbe de titrage Etude d une enzyme : la phosphatase alcaline QUELQUES RECMMANDATINS IMPRTANTES Le port

Plus en détail

10. Instruments optiques et Microscopes Photomètre/Cuve

10. Instruments optiques et Microscopes Photomètre/Cuve 0. Instruments s et Microscopes GENERAL CATALOGUE 00/ Cuve à usage unique pour spectrophotomètre Cuve jetable, moulée en et en pour UV. Avec parois traitées Kartell ment pour une transparence optimale

Plus en détail

Meine Flüssigkeit ist gefärbt*, comme disaient August Beer (1825-1863) et Johann Heinrich Lambert (1728-1777)

Meine Flüssigkeit ist gefärbt*, comme disaient August Beer (1825-1863) et Johann Heinrich Lambert (1728-1777) 1ère S Meine Flüssigkeit ist gefärbt*, comme disaient August Beer (1825-1863) et Johann Heinrich Lambert (1728-1777) Objectif : pratiquer une démarche expérimentale pour déterminer la concentration d une

Plus en détail

Bleu comme un Schtroumpf Démarche d investigation

Bleu comme un Schtroumpf Démarche d investigation TP Bleu comme un Schtroumpf Démarche d investigation Règles de sécurité Blouse, lunettes de protection, pas de lentilles de contact, cheveux longs attachés. Toutes les solutions aqueuses seront jetées

Plus en détail

Fiche 19 La couleur des haricots verts et cuisson

Fiche 19 La couleur des haricots verts et cuisson Fiche 19 La couleur des haricots verts et cuisson Objectif : Valider ou réfuter des «précisions culinaires»* permettant de "conserver une belle couleur verte" lors la cuisson des haricots verts frais (gousses

Plus en détail

Classe : 1 ère STL Enseignement : Mesure et Instrumentation. d une mesure. Titre : mesure de concentration par spectrophotométrie

Classe : 1 ère STL Enseignement : Mesure et Instrumentation. d une mesure. Titre : mesure de concentration par spectrophotométrie Classe : 1 ère STL Enseignement : Mesure et Instrumentation THEME du programme : mesures et incertitudes de mesures Sous-thème : métrologie, incertitudes Extrait du BOEN NOTIONS ET CONTENUS Mesures et

Plus en détail

Exemple de cahier de laboratoire : cas du sujet 2014

Exemple de cahier de laboratoire : cas du sujet 2014 Exemple de cahier de laboratoire : cas du sujet 2014 Commentaires pour l'évaluation Contenu du cahier de laboratoire Problématique : Le glucose est un nutriment particulièrement important pour le sportif.

Plus en détail

DS de Spécialité n o 4 Extraction & identification de la caféine

DS de Spécialité n o 4 Extraction & identification de la caféine DS de Spécialité n o 4 Extraction & identification de la caféine Selon la légende, le café fut remarqué pour la première fois quelques 850 ans avant notre è r e : u n b e r g e r d u Y é m e n n o t a

Plus en détail

AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE

AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE CONCOURS EXTERNE Session 2005 TRAVAUX PRATIQUES DE BIOCHIMIE PHYSIOLOGIE ALCOOL ET FOIE L éthanol, psychotrope puissant, est absorbé passivement dans l intestin

Plus en détail

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points)

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) BAC S 2011 LIBAN http://labolycee.org EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) Les parties A et B sont indépendantes. A : Étude du fonctionnement d un spectrophotomètre

Plus en détail

La spectrophotométrie

La spectrophotométrie Chapitre 2 Document de cours La spectrophotométrie 1 Comment interpréter la couleur d une solution? 1.1 Décomposition de la lumière blanche En 1666, Isaac Newton réalise une expérience cruciale sur la

Plus en détail

β-galactosidase A.2.1) à 37 C, en tampon phosphate de sodium 0,1 mol/l ph 7 plus 2-mercaptoéthanol 1 mmol/l et MgCl 2 1 mmol/l (tampon P)

β-galactosidase A.2.1) à 37 C, en tampon phosphate de sodium 0,1 mol/l ph 7 plus 2-mercaptoéthanol 1 mmol/l et MgCl 2 1 mmol/l (tampon P) bioch/enzymo/tp-betagal-initiation-michaelis.odt JF Perrin maj sept 2008-sept 2012 page 1/6 Etude de la β-galactosidase de E. Coli : mise en évidence d'un comportement Michaélien lors de l'hydrolyse du

Plus en détail

P-15V1 MÉTHODE DE MESURE IN SITU DU ph DE L EAU PAR LA MÉTHODE ELECTROCHIMIQUE

P-15V1 MÉTHODE DE MESURE IN SITU DU ph DE L EAU PAR LA MÉTHODE ELECTROCHIMIQUE P-15V1 MÉTHODE DE MESURE IN SITU DU ph DE L EAU PAR LA MÉTHODE ELECTROCHIMIQUE 1. Domaine d application Cette méthode concerne la mesure du ph dans des solutions aqueuses : - non salines (conductivité

Plus en détail

SVE 222 & PCL-442. Fascicule de Travaux Pratiques

SVE 222 & PCL-442. Fascicule de Travaux Pratiques SVE 222 & PCL-442 Fascicule de Travaux Pratiques 2014-2015 Institut Supérieur de l Education et de la Formation Continue Bassem Jamoussi & Radhouane Chakroun 1 Sommaire PCL 442/SVE222 - TP N 1 : Etude

Plus en détail

Les médicaments : un médicament générique et un médicament «princeps» contiennent un même principe actif mais se différencient par leur formulation.

Les médicaments : un médicament générique et un médicament «princeps» contiennent un même principe actif mais se différencient par leur formulation. Document du professeur 1/8 Niveau 2 nde THEME : LA SANTE Physique Chimie PRINCIPE DE LA CHROMATOGRAPHIE Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 LA SANTE NOTIONS ET CONTENUS COMPETENCES ATTENDUES Les médicaments

Plus en détail

Masse volumique et densité relative à 20 C

Masse volumique et densité relative à 20 C Méthode OIV-MA-AS2-01A Méthodes Type I Masse volumique et densité relative à 20 C 1. Définition La masse volumique est le quotient de la masse d'un certain volume de vin ou de moût à 20 C par ce volume.

Plus en détail

LE SPECTRE D ABSORPTION DES PIGMENTS CHLOROPHYLLIENS

LE SPECTRE D ABSORPTION DES PIGMENTS CHLOROPHYLLIENS Fiche sujet-élève Les végétaux chlorophylliens collectent l énergie lumineuse grâce à différents pigments foliaires que l on peut classer en deux catégories : - les chlorophylles a et b d une part, - les

Plus en détail

Capteur optique à dioxygène

Capteur optique à dioxygène Capteur optique à dioxygène Référence PS- 2196 Connectique de la sonde mini DIN Tête de la sonde Embout de protection et stockage Port mini DIN du capteur Eléments inclus 1. Capteur à dioxygène optique

Plus en détail

A chaque couleur dans l'air correspond une longueur d'onde.

A chaque couleur dans l'air correspond une longueur d'onde. CC4 LA SPECTROPHOTOMÉTRIE I) POURQUOI UNE SUBSTANCE EST -ELLE COLORÉE? 1 ) La lumière blanche 2 ) Solutions colorées II)LE SPECTROPHOTOMÈTRE 1 ) Le spectrophotomètre 2 ) Facteurs dont dépend l'absorbance

Plus en détail

GUIDE D ENTRETIEN DE VOTRE SPA A L OXYGENE ACTIF

GUIDE D ENTRETIEN DE VOTRE SPA A L OXYGENE ACTIF Actualisé 22/02/2008 - FL GUIDE D ENTRETIEN DE VOTRE SPA A L OXYGENE ACTIF Un bon entretien de votre spa comporte 2 étapes indissociables : le traitement mécanique et le traitement chimique. TRAITEMENT

Plus en détail

Carbone. Carbone. Paramètres : Carbone

Carbone. Carbone. Paramètres : Carbone Carbone Carbone Carbone En dehors des nombreux procédés qui ont déjà largement progressé en matière d élimination de l azote et des phosphates, la fonction principale d une station d épuration réside dans

Plus en détail

Démonstration par l enseignante ou l enseignant/activité par les élèves Le chou rouge comme indicateur

Démonstration par l enseignante ou l enseignant/activité par les élèves Le chou rouge comme indicateur SNC2D/SNC2P Réactions chimiques/réactions chimiques Démonstration par l enseignante ou l enseignant/activité par les élèves Le chou rouge comme indicateur Sujets propriétés des acides et des bases échelle

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

5 ème COURS Chimie Chapitre 3 LES MÉLANGES HOMOGÈNES ET LES CORPS PURS CORRECTION DES EXERCICES. Téléchargé sur http://gwenaelm.free.

5 ème COURS Chimie Chapitre 3 LES MÉLANGES HOMOGÈNES ET LES CORPS PURS CORRECTION DES EXERCICES. Téléchargé sur http://gwenaelm.free. 5 ème COURS Chimie Chapitre 3 LS MÉLANGS HOMOGÈNS T LS CORPS PURS CORRCTION DS XRCICS Téléchargé sur http://gwenaelm.free.fr/2008-9 Correction : xercice 1 p 40 a L'apparence homogène d'une substance ne

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES : ENLEVEMENT ET ELIMINATION DE DECHETS INDUSTRIELS SPECIAUX SUR LE SITE DE L INRA DE JOUY-EN-JOSAS ET DOMAINES RATTACHES

CAHIER DES CHARGES : ENLEVEMENT ET ELIMINATION DE DECHETS INDUSTRIELS SPECIAUX SUR LE SITE DE L INRA DE JOUY-EN-JOSAS ET DOMAINES RATTACHES CAHIER DES CHARGES : ENLEVEMENT ET ELIMINATION DE DECHETS INDUSTRIELS SPECIAUX SUR LE SITE DE L INRA DE JOUY-EN-JOSAS ET DOMAINES RATTACHES DECEMBRE 2006 1. OBJET DE LA PRESTATION L activité du centre

Plus en détail

Un spectromètre à fibre plus précis, plus résistant, plus pratique Concept et logiciel innovants

Un spectromètre à fibre plus précis, plus résistant, plus pratique Concept et logiciel innovants & INNOVATION 2014 NO DRIVER! Logiciel embarqué Un spectromètre à fibre plus précis, plus résistant, plus pratique Concept et logiciel innovants contact@ovio-optics.com www.ovio-optics.com Spectromètre

Plus en détail

PRISE EN MAIN DU SPECTROPHOTOMETRE UV-VISIBLE SHIMADZU U.V. 240

PRISE EN MAIN DU SPECTROPHOTOMETRE UV-VISIBLE SHIMADZU U.V. 240 I.N.S.. DE ROUEN Laboratoire de Chimie nalytique U.V. N PRISE EN MIN DU SPECTROPHOTOMETRE UV-VISIBLE SHIMDZU U.V. 240. OBJECTIFS - Choix des paramètres nécessaires pour un tracé de spectre. - Utilisation

Plus en détail

FORMATION ASSURANCE QUALITE ET CONTROLES DES MEDICAMENTS QUALIFICATION DES EQUIPEMENTS EXEMPLE : SPECTROPHOTOMETRE UV/VISIBLE

FORMATION ASSURANCE QUALITE ET CONTROLES DES MEDICAMENTS QUALIFICATION DES EQUIPEMENTS EXEMPLE : SPECTROPHOTOMETRE UV/VISIBLE FORMATION ASSURANCE QUALITE ET CONTROLES DES MEDICAMENTS ISO/IEC 17025 Chapitre 5 : EXIGENCES TECHNIQUES QUALIFICATION DES EQUIPEMENTS EXEMPLE : SPECTROPHOTOMETRE UV/VISIBLE Nicole GRABY PA/PH/OMCL (07)

Plus en détail

Dosage des sucres par CLHP dans les vins (Oeno 23/2003)

Dosage des sucres par CLHP dans les vins (Oeno 23/2003) Méthode OIV-MA-AS311-03 Méthode Type II Dosage des sucres par CLHP dans les vins (Oeno 23/2003) 1. DOMAINE D'APPLICATION Cette recommandation spécifie une méthode de dosage du fructose, du glucose et du

Plus en détail

Détermination de la teneur des vins en fluorures a l aide d une électrode sélective et ajouts dosés (Résolution Oeno 22/2004)

Détermination de la teneur des vins en fluorures a l aide d une électrode sélective et ajouts dosés (Résolution Oeno 22/2004) Méthode OIV-MA-AS32-03 Méthode Type II Détermination de la teneur des vins en fluorures a l aide d une électrode sélective et ajouts dosés (Résolution Oeno 22/2004). PORTEE ET CHAMP D APPLICATION Cette

Plus en détail

Cuves pour Spectrophotomètres

Cuves pour Spectrophotomètres Cuves pour Spectrophotomètres Tél : 01.45.12.90.80 Fax : 01.45.12.94.75 info@bioserv.fr Page 25 TRAYCELL Ultra Micro Cuve à Fibres Optiques La TrayCell Hellma est une ultra micro cuve à fibres optiques

Plus en détail

1) Teneur en amidon/glucose. a) (Z F) 0,9, b) (Z G) 0,9, où:

1) Teneur en amidon/glucose. a) (Z F) 0,9, b) (Z G) 0,9, où: L 248/8 Journal officiel de l Union européenne 17.9.2008 RÈGLEMENT (CE) N o 900/2008 DE LA COMMISSION du 16 septembre 2008 définissant les méthodes d analyse et autres dispositions de caractère technique

Plus en détail

Mesures et incertitudes

Mesures et incertitudes En physique et en chimie, toute grandeur, mesurée ou calculée, est entachée d erreur, ce qui ne l empêche pas d être exploitée pour prendre des décisions. Aujourd hui, la notion d erreur a son vocabulaire

Plus en détail

Les solutions. Chapitre 2 - Modèle. 1 Définitions sur les solutions. 2 Concentration massique d une solution. 3 Dilution d une solution

Les solutions. Chapitre 2 - Modèle. 1 Définitions sur les solutions. 2 Concentration massique d une solution. 3 Dilution d une solution Chapitre 2 - Modèle Les solutions 1 Définitions sur les solutions 1.1 Définition d une solution : Une solution est le mélange homogène et liquide d au moins deux espèces chimiques : Le soluté : c est une

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

NETTOYAGE ET CONDITIONNEMENT DU MATERIEL DE SOINS EN VUE DE LA STERILISATION

NETTOYAGE ET CONDITIONNEMENT DU MATERIEL DE SOINS EN VUE DE LA STERILISATION NETTOYAGE ET CONDITIONNEMENT DU MATERIEL DE SOINS EN VUE DE LA STERILISATION OBJECTIFS SPECIFIQUES : ENUMERER SANS ERREUR LES ELEMENTS QUI COMPOSENT LE MATERIEL COURANT DE SOINS EXPLIQUER CHACUNE DES TECHNIQUES

Plus en détail

Formation Initiale du personnel. A l hygiène et à l entretien des locaux

Formation Initiale du personnel. A l hygiène et à l entretien des locaux Formation Initiale du personnel A l hygiène et à l entretien des locaux Formation initiale à l hygiene et l entretien des locaux 1.Principes d hygiène fondamentaux 1.1. Notions de base sur les salissures:

Plus en détail

Mise en pratique : Etude de spectres

Mise en pratique : Etude de spectres Mise en pratique : Etude de spectres Introduction La nouvelle génération de spectromètre à détecteur CCD permet de réaliser n importe quel spectre en temps réel sur toute la gamme de longueur d onde. La

Plus en détail

Construire un plan de nettoyage et de désinfection

Construire un plan de nettoyage et de désinfection Construire un plan de nettoyage et de désinfection Docteur Régine POTIÉ-RIGO Médecin du Travail Mlle Laetitia DAVEZAT IPRP Ingénieur Hygiène/Sécurité Mme Laetitia MARCHE Technicienne des services généraux

Plus en détail

KIT ELISA dosage immunologique anti-bsa REF : ELISA A RECEPTION DU COLIS : Vérifier la composition du colis indiquée ci-dessous en pages 1 et 2

KIT ELISA dosage immunologique anti-bsa REF : ELISA A RECEPTION DU COLIS : Vérifier la composition du colis indiquée ci-dessous en pages 1 et 2 KIT ELISA dosage immunologique anti-bsa REF : ELISA : 0033 (0)169922672 : 0033 (0)169922674 : www.sordalab.com @ : sordalab@wanadoo.fr A RECEPTION DU COLIS : Vérifier la composition du colis indiquée ci-dessous

Plus en détail

FICHE DE TRAVAIL EN LABORATOIRE POUR L'ÉLÈVE EXPÉRIENCE A : NANOMATÉRIAUX NATURELS

FICHE DE TRAVAIL EN LABORATOIRE POUR L'ÉLÈVE EXPÉRIENCE A : NANOMATÉRIAUX NATURELS FICHE DE TRAVAIL EN LABORATOIRE POUR L'ÉLÈVE EXPÉRIENCE A : Nom de l'élève : Date :.. NANOMATÉRIAUX NATURELS OBJECTIF : - Découvrir l'existence des nanomatériaux naturels. - Procéder à une légère interaction

Plus en détail

Solutions pour le calibrage et l entretien Gamme complète d accessoires indispensables

Solutions pour le calibrage et l entretien Gamme complète d accessoires indispensables Solutions laboratoires Solutions pour les laboratoires Tampons ph Étalons de conductivité Solutions de mesure redox et O 2 dissous Solutions de mesure ISE Solutions de maintenance Solutions pour le calibrage

Plus en détail

AGRÉGATION DE SCIENCES DE LA VIE - SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS

AGRÉGATION DE SCIENCES DE LA VIE - SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS AGRÉGATION DE SCIENCES DE LA VIE - SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS CONCOURS EXTERNE ÉPREUVES D ADMISSION session 2010 TRAVAUX PRATIQUES DE CONTRE-OPTION DU SECTEUR A CANDIDATS DES SECTEURS B ET C

Plus en détail

Mode d emploi ph-mètre Basic Sartorius PB-11

Mode d emploi ph-mètre Basic Sartorius PB-11 Mode d emploi ph-mètre Basic Sartorius PB-11 98648-012-09 Sommaire 4 Vue d ensemble 6 Conseils de sécurité 7 Installation et entretien des électrodes 9 Etalonnage pour mesure de ph 13 Menu Setup 15 Etalonnage

Plus en détail

C2 - DOSAGE ACIDE FAIBLE - BASE FORTE

C2 - DOSAGE ACIDE FAIBLE - BASE FORTE Fiche professeur himie 2 - DOSAGE AIDE FAIBLE - BASE FORTE Mots-clés : dosage, ph-métrie, acide faible, base forte, neutralisation, concentration. 1. Type d activité ette expérience permet aux élèves de

Plus en détail

Objectifs pédagogiques : spectrophotomètre Décrire les procédures d entretien d un spectrophotomètre Savoir changer l ampoule d un

Objectifs pédagogiques : spectrophotomètre Décrire les procédures d entretien d un spectrophotomètre Savoir changer l ampoule d un CHAPITRE 6 : LE SPECTROPHOTOMETRE Objectifs pédagogiques : Citer les principaux éléments d un dun spectrophotomètre Décrire les procédures d entretien d un spectrophotomètre p Savoir changer l ampoule

Plus en détail

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ selon le règlement (CE) 453/2010 modifiant le règlement (CE) 1907/2006 (REACH)

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ selon le règlement (CE) 453/2010 modifiant le règlement (CE) 1907/2006 (REACH) FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ selon le règlement (CE) 453/2010 modifiant le règlement (CE) 1907/2006 (REACH) EAU DE JAVEL CONCENTRÉE A 9,6 % DE CHLORE ACTIF 1- IDENTIFICATION DU MÉLANGE ET DE LA SOCIÉTÉ/ENTREPRISE

Plus en détail

Site : http://www.isnab.com mail : mennier@isnab.fr SUJET ES - session 2003 Page 1 68-(7(6VHVVLRQ

Site : http://www.isnab.com mail : mennier@isnab.fr SUJET ES - session 2003 Page 1 68-(7(6VHVVLRQ Site : http://www.isnab.com mail : mennier@isnab.fr SUJET ES - session 003 Page 1 68-(7(6VHVVLRQ LE JUS E FRUIT 35(0,Ê5(3$57,(%LRFKLPLHSRLQWV L'analyse d'un jus de fruit révèle la présence d'un composé

Plus en détail

Physique Chimie. Réaliser les tests de reconnaissance des ions Cl -,

Physique Chimie. Réaliser les tests de reconnaissance des ions Cl -, Document du professeur 1/5 Niveau 3 ème Physique Chimie Programme A - La chimie, science de la transformation de la matière Connaissances Capacités Exemples d'activités Comment reconnaître la présence

Plus en détail

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG Version 1.0 1 Avant-propos Ce guide de bonnes pratiques a été préparé pour fournir des informations concernant la collecte

Plus en détail

Synthèse et propriétés des savons.

Synthèse et propriétés des savons. Synthèse et propriétés des savons. Objectifs: Réaliser la synthèse d'un savon mise en évidence de quelques propriétés des savons. I Introduction: 1. Présentation des savons: a) Composition des savons.

Plus en détail

«Porte de l Ambière» PREMIER BRASSAGE BIERE & MOI. Méthode par Bière & Moi

«Porte de l Ambière» PREMIER BRASSAGE BIERE & MOI. Méthode par Bière & Moi «Porte de l Ambière» PREMIER BRASSAGE BIERE & MOI Méthode par Bière & Moi MATÉRIEL Matériel et ingrédients de base du kit x Seau de fermentation avec robinet et barboteur (gradué en litre et en degré Celcius)

Plus en détail

ACIDES BASES. Chap.5 SPIESS

ACIDES BASES. Chap.5 SPIESS ACIDES BASES «Je ne crois pas que l on me conteste que l acide n ait des pointes Il ne faut que le goûter pour tomber dans ce sentiment car il fait des picotements sur la langue.» Notion d activité et

Plus en détail

Burette TITRONIC Titrateurs TitroLine

Burette TITRONIC Titrateurs TitroLine Burette TITRONIC Titrateurs TitroLine 22 rue de l'hermite 33520 BRUGES Tél. 05 56 16 20 16 - Fax 05 56 57 68 07 info-devis@atlanticlabo-ics.fr - www.atlanticlabo-ics.fr Un pas en avant pour la titration

Plus en détail

Fiche 23 : Au laboratoire

Fiche 23 : Au laboratoire Fiche 23 : Au laboratoire 05/03/2007 Au laboratoire Le port de la blouse est obligatoire. Le port des lunettes ou surlunettes est obligatoire (attention au port des lentilles de contact, autorisé mais

Plus en détail

Mallette Métrologie Contrôle des spectrophotomètres

Mallette Métrologie Contrôle des spectrophotomètres 1 MATERIEL Mallette Métrologie 2 PRINCIPE Le présent mode opératoire vise à décrire les différentes étapes à suivre afin de : - Vérifier l exactitude de la longueur d onde de 250 à 650 nm sous condition

Plus en détail

Assurance de la qualité analytique pour des résultats reconnus

Assurance de la qualité analytique pour des résultats reconnus RAPPORT D'APPLICATION ANALYSE DE LABORATOIRE & ANALYSE EN CONTINU ASSURANCE DE LA QUALITE ANALYTIQUE Assurance de la qualité analytique pour des résultats reconnus Assurance qualité et analyses sont étroitement

Plus en détail

Olympiade francophone de chimie 2009 : 1 ère épreuve Niveau 1 Correctif

Olympiade francophone de chimie 2009 : 1 ère épreuve Niveau 1 Correctif Olympiade francophone de chimie 2009 : 1 ère épreuve Niveau 1 Correctif 1. Question 1 Etant donné que le germanium (Ge) est dans la même colonne que le carbone, cela implique qu il possède 4 électrons

Plus en détail

GAMME UviLine 9100 & 9400

GAMME UviLine 9100 & 9400 Agro-alimentaire/Biotechnologie/Enseignement/Recherche/Santé/Industrie GAMME UviLine 9100 & 9400 Spectrophotomètres UV & Visible Une combinaison intelligente d innovations n Excellente précision de mesure

Plus en détail

TITRONIC et TitroLine. Les nouveaux titrateurs et burettes

TITRONIC et TitroLine. Les nouveaux titrateurs et burettes TITRONIC et TitroLine Les nouveaux titrateurs et burettes Un pas en avant pour la titration Si vous cherchez l innovation: SI Analytics vous propose ses nouveaux TitroLine 6000 et 7000 et ses nouvelles

Plus en détail

K W = [H 3 O + ] [OH - ] = 10-14 = K a K b à 25 C. [H 3 O + ] = [OH - ] = 10-7 M Solution neutre. [H 3 O + ] > [OH - ] Solution acide

K W = [H 3 O + ] [OH - ] = 10-14 = K a K b à 25 C. [H 3 O + ] = [OH - ] = 10-7 M Solution neutre. [H 3 O + ] > [OH - ] Solution acide La constante d autoprotolyse de l eau, K W, est égale au produit de K a par K b pour un couple acide/base donné : En passant en échelle logarithmique, on voit donc que la somme du pk a et du pk b d un

Plus en détail

Visite à l ICV. En 2009, la création du GIE ICV-VVS permet de franchir un cap en regroupant toutes les ressources disponibles aux filiales ICV et VVS.

Visite à l ICV. En 2009, la création du GIE ICV-VVS permet de franchir un cap en regroupant toutes les ressources disponibles aux filiales ICV et VVS. Visite à l ICV Cette entreprise analyse les échantillons que les viticulteurs leur transmettent de toute la région PACA (départements 13, 83, 84 et un peu du 06, ce sont en général des coopératives viticoles

Plus en détail

Rapport présenté par : Fabien PEREZ. Master 1 : Chimie et Matériaux Option Environnement Année 2010

Rapport présenté par : Fabien PEREZ. Master 1 : Chimie et Matériaux Option Environnement Année 2010 MISE AU POINT ET VALIDATION D UNE METHODE D ANALYSE EN FLUX CONTINU : INDICE CYANURE ET PHENOL. Rapport présenté par : Fabien PEREZ Master 1 : Chimie et Matériaux Option Environnement Année 2010 Maître

Plus en détail

Metrohm Water Solutions

Metrohm Water Solutions Metrohm Water Solutions Commandez avant le 30 juin 2012 et vous recevrez GRATUITEMENT 1 logiciel MagIC Net TM 1 kit d ultrafiltration ou 1 kit de dilution intelligente 1 colonne Metrosep A Supp 7 250/4.0

Plus en détail

Tous les produits de la gamme SAF offrent des résistances :

Tous les produits de la gamme SAF offrent des résistances : Fiche Technique Strengths Are Flex La gamme SAF est basée sur une technologie et des polymères méthacrylates brevetés. Ces adhésifs de nouvelle génération permettent d adhérer sur de nombreux supports

Plus en détail

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur ht ANALYSE SPECTRALE Une espèce chimique est susceptible d interagir avec un rayonnement électromagnétique. L étude de l intensité du rayonnement (absorbé ou réémis) en fonction des longueurs d ode s appelle

Plus en détail