Accident Ischémique Transitoire (AIT): Quoi de neuf en imagerie?

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Accident Ischémique Transitoire (AIT): Quoi de neuf en imagerie?"

Transcription

1 Accident Ischémique Transitoire (AIT): Quoi de neuf en imagerie? C Rodriguez-Régent¹, C Oppenheim¹, M Tisserand¹, D Calvet², AD Devauchelle¹, X Leclerc³, E Touzé², JP Pruvo³, JF Méder¹. ¹ Service de neuroradiologie, Centre hospitalier Sainte-Anne, Paris. ² Service de neurologie, Centre hospitalier Sainte-Anne, Paris. ³ Service de neuroradiologie, Lille.

2 OBJECTIFS: Connaître la place de l IRM pour le diagnostic des patients suspects d AIT Savoir que l IRM, examen recommandé, présente des limites Savoir que l IRM permet de prédire le risque de récidive Connaître la nouvelle définition de l AIT

3 Au cours de cet exposé, nous entendons par Accident ischémique transitoire (AIT): tout déficit neurologique régressif en moins de 24h, présumé d origine vasculaire, indépendamment des données de l imagerie (ancienne définition) AIT avec lésion: déficit neurologique transitoire associé à un hypersignal diffusion et diminution du coefficient apparent de diffusion en IRM. AIT sans lésion: déficit neurologique transitoire d origine présumée vasculaire associé à une diffusion normale.

4 1. BILAN D UN AIT LA PLACE DE L IRM

5 Quel examen est recommandé en cas de suspicion d AIT?

6 Quel examen est recommandé en cas de suspicion d AIT? IRM cérébrale en urgence avec séquence de diffusion

7 Quel examen est recommandé en cas de suspicion d AIT? IRM cérébrale en urgence avec séquence de diffusion En effet, l interrogatoire est très difficile et de nombreux diagnostics différentiels existent : hypoglycémie, aura migraineuse, vertige périphérique, SEP Le scanner cérébral est le plus souvent normal: des lésions compatibles avec les symptômes sont retrouvées dans 2 à 48 % des patients suspects d AIT. Ceci serait en rapport avec la petite taille des lésions (Dennis 1990; Evans, 1991). L IRM avec séquence de diffusion objective une lésion ischémique dans 39% des AIT (Redgrave Stroke 2007).

8 Un exemple: Patient de 35 ans ayant présenté 3 crises comitiales en 6 jours Un scanner cérébral est réalisé: IRM ARM vue frontale TDM normal Diffusion Il s agissait d un AIT avec lésion sur une sténose de l artère cérébrale moyenne G en M1

9 Que signifie une diffusion positive??

10 Que signifie une diffusion positive? Chez un patient ayant présenté un déficit neurologique d apparition brutale, la présence d une lésion en hypersignal diffusion, dont la localisation est compatible avec la clinique et dont le coefficient apparent de diffusion (ADC) est diminué: Il s agit d un déficit d origine vasculaire ischémique! 36% ¹ des AIT ont une diffusion positive? ¹Oppenheim; AJNR 2006

11 Que signifie une diffusion positive? Chez un patient ayant présenté un déficit neurologique d apparition brutale, la présence d une lésion en hypersignal diffusion, dont la localisation est compatible avec la clinique et dont le coefficient apparent de diffusion (ADC) est diminué: Il s agit d un déficit d origine vasculaire ischémique! Voici un exemple de patient qui présente une lésion en hypersignal diffusion de la capsule externe droite à la phase aiguë. Le suivi en IRM permet d objectiver la présence d une nécrose en hyposignal T1 et hypersignal T2. Il s agissait bien d un infarctus. IRM initiale Suivi Diffusion T1 T2 ¹Oppenheim; AJNR 2006

12 Que signifie une diffusion positive? Chez un patient ayant présenté un déficit neurologique d apparition brutale, la présence d une lésion en hypersignal diffusion, dont la localisation est compatible avec la clinique et dont le coefficient apparent de diffusion (ADC) est diminué: Il s agit d un déficit d origine vasculaire ischémique! Plus la durée du déficit est importante et plus la probabilité qu il existe une lésion sur la séquence de diffusion est élevée². % Diffusion Durée du déficit (heures) ² Kidwell 1999

13 Que signifie une diffusion positive? Chez un patient ayant présenté un déficit neurologique d apparition brutale, la présence d une lésion en hypersignal diffusion, dont la localisation est compatible avec la clinique et dont le coefficient apparent de diffusion (ADC) est diminué: Il s agit d un déficit d origine vasculaire ischémique! Plus la durée du déficit est importante et plus la probabilité qu il existe une lésion sur la séquence de diffusion est élevée². Pour le pronostic, une diffusion positive multiplie par 7 le risque de récidive ischémique précoce³. ² Kidwell 1999 ³ Ay Stroke 2009

14 Quelles sont les caractéristiques des lésions en diffusion si déficit transitoire?

15 Quelles sont les caractéristiques des lésions en diffusion si déficit transitoire? Diffusion positive dans 39% des cas¹ Les lésions sont le plus souvent multiples, de petite taille et la localisation est compatible avec la clinique². Déficit moteur transitoire de la main gauche. IRM à H10 DIFFUSION Hémianopsie latérale homonyme G. IRM à H7 FLAIR DIFFUSION FLAIR ¹ Redgrave Stroke 2007 ²Ay et al. Ann Neurol 2005; Lamy et al. Eur Radiol 2007

16 Quelle est la valeur de l ADC?

17 Quelle est la valeur de l ADC? L hypersignal diffusion n est associé à une baisse de l ADC que dans 21 à 30% des cas¹. Diffusion Cartographie ADC L ADC est moins diminué que dans les déficits persistants². Ceci est probablement lié à la taille des lésions et à la profondeur de l ischémie qui rendent le calcul de l ADC moins fiable. Le calcul de l ADC est donc le plus souvent inutile. Il ne faut pas en tenir compte. Baisse modérée de l ADC = 15% ¹Oppenheim AJNR 2006; Kidwell Stroke 1999 ²Lamy et al. Eur Radiol 2005

18 Est-ce que tout hypersignal diffusion correspond à un accident ischémique? NON! Exemple n 1: Femme de 24 ans ayant présenté un déficit brachio-facial gauche brutal régressif en 6 h. L IRM réalisée 4 heures après le début des symptômes met en évidence un hypersignal du bras postérieur de la capsule interne droite. Il s agissait d une hypoglycémie sévère à 2.2 mmol/l secondaire à un insulinome pancréatique. Cordonnier et al. Neurology 2005

19 Est-ce que tout hypersignal diffusion correspond à un accident ischémique? NON! Exemple n 2: déficit moteur transitoire des deux membres inférieurs IRM: hypersignaux diffusion linéaires frontaux bilatéraux. Il s agissait d un œdème post-critique. Ces modifications sont souvent étendues, mal systématisées et régressent à distance de la crise épileptique.

20 Est-ce que tout hypersignal diffusion correspond à un accident ischémique? NON! Exemple n 3: ictus amnésique IRM: hypersignaux diffusion punctiformes hippocampiques. Dans 85% des ictus amnésiques sans récidive, sont observés des hypersignaux diffusion hippocampiques. Il n existe pas de consensus sur l origine de ces hypersignaux. Elle n est probablement pas ischémique.

21 Pourquoi est-il URGENT de réaliser l IRM puisque le déficit a régressé? Parce que la durée du déficit est moins importante que l étiologie pour le traitement et le pronostic L AIT est une URGENCE DIAGNOSTIQUE ET THÉRAPEUTIQUE car ¹ : Le risque de survenue d un AVC ischémique après un AIT est élevé en particulier au décours immédiat de l épisode (2,5-5 % à 48 heures, 5-10 % à 1 mois, % à 1 an) Nécessité d identifier les patients à haut risque d AVC Il existe des traitements d efficacité démontrée en prévention secondaire après un AIT: antiagrégants plaquettaires, chirurgie carotide précoce, traitement des facteurs de risque vasculaires ¹Anaes.fr

22 Quels sont les patients à haut risque d AVC après un AIT? Le score clinique ABCD² permet de prédire ce risque A. AGE > 60 ans 1 pt B. PA syst 140 ou diast 90 1 pt C. CLINIQUE Faiblesse unilatérale 2 pt Trouble langage sans faiblesse 1 pt Autres signes 0 pt D. Durée 60 min 2 pt min 1 pt Diabète 1 pt Si le score est inférieur à 4, le risque d AVC est faible (1.4%) à 7 jours. Johnston, Lancet 2007

23 Quels sont les patients à haut risque d AVC après un AIT? Les facteurs indépendants de survenue d un AVC à 3 mois sont¹: - Un score ABCD 2 > 5, - Une lésion en hypersignal sur la séquence diffusion¹, - La présence d athérosclérose au niveau des gros vaisseaux². D où l intérêt de faire un bilan diagnostique et étiologique en urgence afin d identifier les patients à haut risque de récidive. ¹ Calvet et al. CVD, 2007; Stroke 2008 ² Purroy et al, stroke 2007

24 Dans quels délais doit-on réaliser ce bilan? L IRM doit être réalisée d autant plus rapidement que l on est proche du déficit! Sur ce schéma est représentée la probabilité de survie sans évènement (AVC) en fonction du temps: elle décroit très rapidement dans les 7 premiers jours suivant l AIT. Le risque de survenue d un AVC dans les 7 jours suivant un AIT est donc important et diminue au-delà. L AIT crescendo est par ailleurs une grande URGENCE! Stroke. 2009;40:

25 Dans quels délais doit-on réaliser ce bilan? Les recommandations de l AHA 2009 sont: - Un bilan de neuroimagerie doit être réalisé dans les 24 h suivant l AIT: Idéalement par IRM (incluant une Diffusion et un polygone de Willis) Imagerie non invasive des troncs supra-aortiques et du Willis À la recherche de sténoses des TSA et intracrâniennes Stroke. 2009;40:

26 Dans quels délais doit-on réaliser ce bilan? Les recommandations de l AHA 2009 sont: - Un bilan de neuroimagerie doit être réalisé dans les 24 h suivant l AIT: Idéalement par IRM (incluant une Diffusion et un polygone de Willis) Imagerie non invasive des troncs supra-aortiques et du Willis - L hospitalisation est raisonnable si: AIT < 72 heures et le score ABCD2 3 (haut risque de récidive précoce) Et le bilan en externe rapidement est impossible! Stroke. 2009;40:

27 2. LES LIMITES DE L IRM

28 Que signifie une diffusion normale? CELA N EXCLUE PAS L ORIGINE VASCULAIRE! Il peut s agir d une ischémie peu sévère n ayant pas entrainé de modification de l ADC, d une imagerie réalisée trop tardivement ou bien d une lésion de trop petite taille Ceci est d autant plus vrai que le déficit est de courte durée H13 H36 IRM trop tardive?

29 Que signifie une diffusion normale? CELA N EXCLUE PAS L ORIGINE VASCULAIRE! Il peut s agir d une ischémie peu sévère n ayant pas entrainé de modification de l ADC, d une imagerie réalisée trop tardivement ou bien d une lésion de trop petite taille Ceci est d autant plus vrai que le déficit est de courte durée En revanche, si le déficit est de longue durée (>12h) et la diffusion est normale, il s agit probablement d un déficit non vasculaire. Il faut alors penser aux diagnostics différentiels: hypoglycémie, aura migraineuse, crise comitiale, vertige périphérique Et le déficit n est pas d origine vasculaire

30 3. PERSPECTIVES

31 Perspectives: nouvelles séquences IRM? L optimisation de la séquence de diffusion à 1,5 T ¹ : - permet d augmenter sa sensibilité pour la détection de lésions au décours d un AIT, - et d augmenter la concordance inter-observateur. Le but est d augmenter la résolution spatiale. Elle est donc obtenue en diminuant l épaisseur de coupe, en augmentant le nombre d excitations et le nombre de directions. Bertrand et al. AJNR 2008

32 Perspectives: nouvelles séquences IRM? L optimisation de la séquence de diffusion à 1,5 T ¹ : Diffusion Standard 3directions NEX = 2 Epaisseur : 6 mm 50 secondes Diffusion optimisée 9 directions NEX = 3 Epaisseur : 3 mm 4.30 minutes L hypersignal du pédoncule cérébral droit est bien mieux visible sur la diffusion optimisée que sur la diffusion standard Bertrand et al. AJNR 2008

33 Perspectives: nouvelles séquences IRM? La séquence de diffusion à 3 T: A 3 Tesla, la séquence de diffusion présente un rapport signal/ bruit élevé et ne dure qu une minute! Les lésions ischémiques de petite taillle sont visibles comme dans cet exemple au niveau du bras postérieur de la capsule interne gauche.

34 Perspectives: nouvelles séquences IRM? Les séquences de perfusion: avec injection de Gadolinium seraient plus sensibles que la diffusion chez 10-15% des patients Dans cet exemple extrait de la littérature¹, la diffusion réalisée à 11 h est normale. La séquence de perfusion précoce met en évidence une anomalie de perfusion au niveau du noyau lenticulaire droit. Sur la diffusion réalisée à 48 h: hypersignal en lieu et place de l anomalie perfusionnelle: il s agissait bien d une ischémie. H11 H 48 Diffusion Perfusion Diffusion ¹ Mlynash, Neurology 2009

35 Perspectives: nouvelles séquences IRM? Les séquences de perfusion SANS INJECTION : ASL peuvent également être utilisées à la phase aiguë? Diffusion normale Carte de perfusion avec injection Carte de perfusion sans injection La perfusion pourrait donc être plus sensible que la séquence de diffusion à la phase précoce des AIT en montrant une anomalie de la perfusion.

36 4. DEFINITION DE L AIT

37 Quelle est aujourd hui la définition d un accident ischémique transitoire (AIT)? «Il s agit d un déficit neurologique transitoire, causé par une ischémie focale cérébrale, médullaire ou rétininenne, sans infarctus récent.» TIA working group; http//anaes.fr; AHA May 2009 Cette définition a été modifiée récemment. Selon l ancienne définition, le déficit neurologique devait avoir duré moins de 24 heures. Or, cette limite était arbitraire et plusieurs équipes ont montré qu un déficit de moins de 24 h pouvait être associé à une diffusion positive. Donc désormais, tout déficit, quelle que soit sa durée, associé à une Diffusion = infarctus cérébral

38 MESSAGES A RETENIR: L imagerie cérébrale, idéalement par IRM avec séquence de diffusion, doit être effectuée dans les 24 heures en cas de suspicion d AIT récent (<72h). Un déficit brutal est le plus souvent d origine vasculaire, ce que confirmera une diffusion positive dans environ 40% des cas. Une diffusion positive, et en particulier si les lésions sont multiples, multiplie par 7 le risque de récidive ischémique précoce. Nécessité d identifier les patients à haut risque d AVC pour mettre en place un traitement adapté. Une IRM normale n écarte pas l origine vasculaire du déficit. Et si nous n avons pas été clairs, les recommandations de l HAS sur l AIT sont disponibles sur leur site:

Une imagerie cérébrale en urgence est indispensable devant une suspicion

Une imagerie cérébrale en urgence est indispensable devant une suspicion REVUES GENERALES Neurologie D. CALVET 1, C. OPPENHEIM 2, J.L. MAS 1 1 Service de Neurologie, 2 Service de Neuroradiologie, Hôpital Sainte-Anne, PARIS. Infarctus cérébral et AIT: scanner ou IRM en première

Plus en détail

ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL

ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL Docteur Wolff V., Docteur Bindila D., Unité Neuro-vasculaire, HUS En France, il y a 130 000 nouveaux cas d accident vasculaire cérébral (AVC) par an. Avec 40 000 décès, il

Plus en détail

Ictus amnésique: l IRM au bon moment!

Ictus amnésique: l IRM au bon moment! Ictus amnésique: l IRM au bon moment! M. Lahutte-Auboin, E. Pons, B. Ba, L. Valbousquet, A. Frison-Roche, P. Calcina. Service de Radiologie H.I.A. du Val-de-Grâce PARIS INTRODUCTION Patient âgé de 57 ans

Plus en détail

Epilepsie. Catherine Lamy Service de neurologie Hôpital Sainte-Anne, Paris

Epilepsie. Catherine Lamy Service de neurologie Hôpital Sainte-Anne, Paris Epilepsie Catherine Lamy Service de neurologie Hôpital Sainte-Anne, Paris DU prise en charge des situations d urgence médico-chirurgicales Paris, novembre 2013 Les crises: un symptôme L épilepsie: une

Plus en détail

Illustration/figure 1 : IRM incidence axiale, séquence Flair. Hypersignaux de la substance blanche non évolutifs, classés OBNI.

Illustration/figure 1 : IRM incidence axiale, séquence Flair. Hypersignaux de la substance blanche non évolutifs, classés OBNI. Diagnostic des hypersignaux de la substance blanche Publié le 14 Fév 2011 P. LABAUGE, Service de Neurologie, CHU de Nîmes La mise en évidence d hypersignaux de la substance blanche est très fréquente en

Plus en détail

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Généralités 20% de diabétiques parmi les AVC x 2 à lui seul le risque d AVC Encore plus chez les

Plus en détail

Annexe 12. Recommandations pour le codage des séjours MCO des accidents vasculaires cérébraux (Groupe codage du COTRIM Ile de France, juin 2006)

Annexe 12. Recommandations pour le codage des séjours MCO des accidents vasculaires cérébraux (Groupe codage du COTRIM Ile de France, juin 2006) Annexe 12 Recommandations pour le codage des séjours MCO des accidents vasculaires cérébraux (Groupe codage du COTRIM Ile de France, juin 2006) A91 Recommandations pour le codage des séjours MCO des accidents

Plus en détail

LA DOULEUR THORACIQUE AIGUË UNE PLACE POUR LE SCANNER CARDIAQUE ET CORONAIRE?

LA DOULEUR THORACIQUE AIGUË UNE PLACE POUR LE SCANNER CARDIAQUE ET CORONAIRE? LA DOULEUR THORACIQUE AIGUË UNE PLACE POUR LE SCANNER CARDIAQUE ET CORONAIRE? DR JÉRÔME CAUDRON IMAGERIE MÉDICALE, HÔPITAL PRIVÉ DE L ESTUAIRE, LE HAVRE IMAGERIE MÉDICALE, HÔPITAL CHARLES NICOLLE, ROUEN

Plus en détail

Stratégie diagnostique devant une douleur thoracique aiguë suspecte : quels examens complémentaires?

Stratégie diagnostique devant une douleur thoracique aiguë suspecte : quels examens complémentaires? Stratégie diagnostique devant une douleur thoracique aiguë suspecte : quels examens complémentaires? Pr Christian Spaulding duction 2ics ite. Département de cardiologie Hôpital Européen Georges Pompidou,

Plus en détail

Angio-IRM. Vue d ensemble des troncs supra-aortiques et des artères cérébrales

Angio-IRM. Vue d ensemble des troncs supra-aortiques et des artères cérébrales Artère cérébrale antérieure Artère cérébrale moyenne Tronc basilaire Carotide interne Carotide externe Artère vertébrale Bifurcation carotidienne Carotide commune Artère sous-clavière Tronc brachio-céphalique

Plus en détail

L accident Vasculaire Cérébral «AVC»

L accident Vasculaire Cérébral «AVC» L accident Vasculaire Cérébral «AVC» Conception-Rédaction : Dr Ludovic MORIN, service de neurologie, C. H. Sainte Anne - 75 674 Paris Relecture : Pr Jean-Louis MAS, Dr Catherine LAMY, Dr Valérie DOMIGO,

Plus en détail

Prise en charge pré-hospitalière des AVC

Prise en charge pré-hospitalière des AVC Urgences Pr Eric Wiel, Dr Christian Delbart, Dr Alain Facon, Dr Patrick Goldstein Prise en charge pré-hospitalière des AVC SAMU Régional de Lille, Pôle de l Urgence, CHRU de Lille, 5 avenue Oscar Lambret

Plus en détail

Congrès cœur et sport 31 Mai - 1 er juin 2013 Lyon-Bron

Congrès cœur et sport 31 Mai - 1 er juin 2013 Lyon-Bron PLACE DE L IRM CARDIAQUE DANS LE DIAGNOSTIC DU CŒUR D ATHLÈTE Congrès cœur et sport 31 Mai - 1 er juin 2013 Lyon-Bron Vivien THOMSON - Radiologue Centre d imagerie de la Sauvegarde - IRM des Sources LYON

Plus en détail

Imagerie des atteintes axiales des articulations sacro-iliaques dans la spondylarthrite ankylosante (SPA) E Pluot, J Rousseau, A Feydy, JL Drapé

Imagerie des atteintes axiales des articulations sacro-iliaques dans la spondylarthrite ankylosante (SPA) E Pluot, J Rousseau, A Feydy, JL Drapé Imagerie des atteintes axiales des articulations sacro-iliaques dans la spondylarthrite ankylosante (SPA) R Bazeli, F Thévenin, G Lenczner, E Pluot, J Rousseau, A Feydy, JL Drapé Spondylarthrite ankylosante

Plus en détail

Référentiels en Médecine d urgence

Référentiels en Médecine d urgence REPUBLQIUE TUNSIENNE Ministère de la Santé Publique Direction Générale de la Santé Unité de la Médecine d Urgence Stratégie Nationale de Développement des Urgences PRISE EN CHARGE DE L ACCIDENT VASCULAIRE

Plus en détail

Myélites au cours de vascularites: aspects neuroradiologiques

Myélites au cours de vascularites: aspects neuroradiologiques Myélites au cours de vascularites: aspects neuroradiologiques Zaghouani.H, Braham.R Service d imagerie médicale CHU Fattouma Bourguiba Monastir-Tunisie Pr. Hulusi Behçet en 1937 INTRODUCTION *La myélite

Plus en détail

IMAGERIE CEREBRALE DES ENFANTS SECOUES: APPORT DE L IRM DE DIFFUSION INTRODUCTION

IMAGERIE CEREBRALE DES ENFANTS SECOUES: APPORT DE L IRM DE DIFFUSION INTRODUCTION IMAGERIE CEREBRALE DES ENFANTS SECOUES: APPORT DE L IRM DE DIFFUSION J Baud, F Belloy, B Richter, G de la Gastine, M Jokic, M Hamon CHU Caen France Service de Neuroradiologie INTRODUCTION Le syndrome des

Plus en détail

IMAGERIE DE L ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AIGU

IMAGERIE DE L ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AIGU IMAGERIE DE L ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AIGU JUIN 2002 SERVICE EVALUATION DES TECHNOLOGIES JUIN 2002 Imagerie de l accident vasculaire cérébral aigu AVANT-PROPOS La médecine connaît un développement

Plus en détail

Accidents Ischémiques Transitoires

Accidents Ischémiques Transitoires Accidents Ischémiques Transitoires ou AVC Où est la frontière? Tae-Hee Cho Urgences neurovasculaires Hôpital Pierre Wertheimer Université Lyon 1 AIT: ancienne définition AIT: Dysfonction neurologique brève

Plus en détail

Imagerie cérébrale actuelle du sujet âgé. Service d'imagerie Morphologique et Fonctionnelle Pr MEDER CH Sainte-Anne Paris

Imagerie cérébrale actuelle du sujet âgé. Service d'imagerie Morphologique et Fonctionnelle Pr MEDER CH Sainte-Anne Paris Imagerie cérébrale actuelle du sujet âgé Service d'imagerie Morphologique et Fonctionnelle Pr MEDER CH Sainte-Anne Paris 1. Faut-il explorer une démence en imagerie? Imaging the brain in dementia : expensive

Plus en détail

Table des matières. Connaissances. I. Orientation diagnostique devant

Table des matières. Connaissances. I. Orientation diagnostique devant Avant-propos à la troisième édition................................................ Avant-propos à la deuxième édition................................................ Les auteurs...................................................................

Plus en détail

Pertes de connaissance inexpliquées

Pertes de connaissance inexpliquées De quoi parle-t-on? Pertes de connaissance inexpliquées es DC1, 2007 / 2008 Module cardio-vasculaire Terminologie populaire Malaise vagal Malaise vaso-vagal Syncope (vaso-vagale) Hypotension orthostatique

Plus en détail

Cancer de la Prostate Quoi de neuf?

Cancer de la Prostate Quoi de neuf? Cancer de la Prostate Quoi de neuf? CAFCIM -10 décembre 2011 Y. LE BRAS Imagerie Diagnostique et Thérapeutique de L adulte CHU Bordeaux Généralités 350 000 nouveaux cas/an en Europe 25% des cancers chez

Plus en détail

Embolie pulmonaire. Dg positif. Image/Défect endoluminal/intravasculaire Unilatéral/bilatéral Épanchement pleural.

Embolie pulmonaire. Dg positif. Image/Défect endoluminal/intravasculaire Unilatéral/bilatéral Épanchement pleural. Embolie pulmonaire Dg positif Image/Défect endoluminal/intravasculaire Unilatéral/bilatéral Épanchement pleural Signes cardiaques droits: Signes de gravité - Dilatation de l artère pulmonaire - Dilatation

Plus en détail

Rapport d évaluation

Rapport d évaluation SAISINE DISPOSITIFS MEDICAUX ÉVALUATION DES ENDOPROTHÈSES UTILISÉES DANS L ANGIOPLASTIE DES STÉNOSES ATHÉROMATEUSES INTRACRÂNIENNES Rapport d évaluation Janvier 2013 L argumentaire scientifique de cette

Plus en détail

Cancers Digestifs : Philippe Soyer. Service de Radiologie. ti Hôpital Lariboisière GRIVIL

Cancers Digestifs : Philippe Soyer. Service de Radiologie. ti Hôpital Lariboisière GRIVIL Cancers Digestifs : Quelle Imagerie? Philippe Soyer Service de Radiologie Viscérale et Interventionnelle ti Hôpital Lariboisière GRIVIL Détection ti tumorale Extension locale Extension à distance Surveillance

Plus en détail

Dossier. Vous suspectez un accident ischémique cérébral. Dans quel territoire artériel pensez-vous qu il se situe?

Dossier. Vous suspectez un accident ischémique cérébral. Dans quel territoire artériel pensez-vous qu il se situe? Dossier 1 Il est 10 h 00 du matin. Une patiente de 42 ans, droitière, vient aux urgences de votre hôpital pour une hémiparésie gauche apparue brutalement. Elle n a pas d antécédent particulier. Depuis

Plus en détail

Les indicateurs de pratique clinique : mode d emploi Etats généraux de l AVC 21 octobre 2010

Les indicateurs de pratique clinique : mode d emploi Etats généraux de l AVC 21 octobre 2010 Les indicateurs de pratique clinique : mode d emploi Etats généraux de l AVC 21 octobre 2010 Marie Erbault Yann L Hermitte Haute Autorité de Santé Direction de l amélioration de la qualité et de la sécurité

Plus en détail

Lexique : Petit glossaire de terminologie épileptique et neurologique

Lexique : Petit glossaire de terminologie épileptique et neurologique Lexique : Petit glossaire de terminologie épileptique et neurologique Asthénie : fatigue Céphalée : mal de tête Comitialité : épilepsie Co-morbidité : association de deux maladies Cortex : partie du cerveau

Plus en détail

L AVC : une urgence pédiatrique aussi. Stéphane Chabrier & Manoëlle Kossorotoff

L AVC : une urgence pédiatrique aussi. Stéphane Chabrier & Manoëlle Kossorotoff L AVC : une urgence pédiatrique aussi Stéphane Chabrier & Manoëlle Kossorotoff L AVC de l enfant : une triple spécificité Spécificité épidémiologique Spécificité étiologique artériopathie ++ cardioembolie

Plus en détail

ACTION NATIONALE DE SENSIBILISATION AU RISQUE CARDIOVASCULAIRE

ACTION NATIONALE DE SENSIBILISATION AU RISQUE CARDIOVASCULAIRE ACTION NATIONALE DE SENSIBILISATION AU RISQUE CARDIOVASCULAIRE LE RISQUE CARDIOVASCULAIRE Commission nationale sport santé Qu est ce qu un accident cardio-vasculaire? Et quelle en est la cause? L athérosclérose

Plus en détail

Item 182 : Accidents des anticoagulants

Item 182 : Accidents des anticoagulants Item 182 : Accidents des anticoagulants Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Cruralgie par hématome du psoas...1 1. 1 Signes évocateurs d un hématome du psoas devant une cruralgie...

Plus en détail

Cas-cliniques céphalées

Cas-cliniques céphalées Cas-cliniques céphalées Cas N 1 Un homme de 48 ans sans antécédent, présente brutalement lors d un éternuement, une céphalée diffuse et d emblée très intense, suivie de vomissements Vous le voyez 1 heure

Plus en détail

Services de radiologie, Anatomie Pathologique, Chirurgie et Hépatologie- CHU BORDEAUX GREF,Inserm, U889,Université Bordeaux 2 et * Inserm U674, PARIS

Services de radiologie, Anatomie Pathologique, Chirurgie et Hépatologie- CHU BORDEAUX GREF,Inserm, U889,Université Bordeaux 2 et * Inserm U674, PARIS H Laumonier, P Bioulac-Sage, Christophe Laurent, Antonio Sa Cunha, J Zucman-Rossi*, C Balabaud, H Trillaud Services de radiologie, Anatomie Pathologique, Chirurgie et Hépatologie- CHU BORDEAUX GREF,Inserm,

Plus en détail

Imagerie des syndromes démentiels

Imagerie des syndromes démentiels Imagerie des syndromes démentiels Jean-Christophe Ferré B. Carsin-Nicol, M. Carsin, J-Y Gauvrit Unité de Neuroradiologie, Département de Radiologie et Imagerie Médicale CHU Rennes Remerciements au Dr S.

Plus en détail

IMAGERIE THORACIQUE. Principales causes des examens inutiles. Doses délivrées dans le cadre de radiodiagnostics. Prescription d un examen d imagerie

IMAGERIE THORACIQUE. Principales causes des examens inutiles. Doses délivrées dans le cadre de radiodiagnostics. Prescription d un examen d imagerie Septembre 2008 ; N 17 IMAGERIE THORACIQUE Principales causes des examens inutiles Doses délivrées dans le cadre de radiodiagnostics Prescription d un examen d imagerie Grossesse et protection de l embryon

Plus en détail

Apport de l imagerie de Diffusion dans le Diagnostic de la maladie de Creutzfeldt-Jacob : à propos de 3 cas

Apport de l imagerie de Diffusion dans le Diagnostic de la maladie de Creutzfeldt-Jacob : à propos de 3 cas Apport de l imagerie de Diffusion dans le Diagnostic de la maladie de Creutzfeldt-Jacob : à propos de 3 cas S. Chanalet 1, C. Raffaelli 1, M. Borg 2, C. Wattine 1, B. Padovani 1 1: Service de Radiologie,

Plus en détail

Peut-on reconnaître une tumeur de bas-grade en imagerie conventionnelle? S. Foscolo, L. Taillandier, E. Schmitt, A.S. Rivierre, S. Bracard, CHU NANCY

Peut-on reconnaître une tumeur de bas-grade en imagerie conventionnelle? S. Foscolo, L. Taillandier, E. Schmitt, A.S. Rivierre, S. Bracard, CHU NANCY Peut-on reconnaître une tumeur de bas-grade en imagerie conventionnelle? S. Foscolo, L. Taillandier, E. Schmitt, A.S. Rivierre, S. Bracard, CHU NANCY A quoi sert l imagerie conventionnelle dans le diagnostic

Plus en détail

LES ACCICENTS VASCULAIRES CEREBRAUX

LES ACCICENTS VASCULAIRES CEREBRAUX LES ACCICENTS VASCULAIRES CEREBRAUX Dr F. ROUHART Service de Neurologie (CHU de BREST) Lundis de la santé : 30 mai 2005 Définitions Epidémiologie Rappels anatomiques Sémiologie Diagnostic différentiel

Plus en détail

HÉMATURIES. Interrogatoire

HÉMATURIES. Interrogatoire HÉMATURIES Nous ne décrirons que les hématuries macroscopiques, c'est-à-dire visibles, seules à pouvoir être retenues dans le cadre d un abord clinique en urologie. L hématurie est révélatrice d une lésion

Plus en détail

IRM mammaire. Isabelle Leconte Cliniques universitaires St Luc Bruxelles

IRM mammaire. Isabelle Leconte Cliniques universitaires St Luc Bruxelles IRM mammaire Isabelle Leconte Cliniques universitaires St Luc Bruxelles Principe Etude de la néovascularisation tumorale => corrélation entre la densité des vaisseaux et la prise de contraste» Frouge et

Plus en détail

Traitement endovasculaire des anévrismes intracrâniens

Traitement endovasculaire des anévrismes intracrâniens Traitement endovasculaire des anévrismes intracrâniens R Anxionnat, AL Derelle, S Bracard Service de Neuroradiologie diagnostique et thérapeutique CHU de Nancy Anévrismes artériels intracrâniens Dilatation

Plus en détail

BAS VOLUME SANGUIN CEREBRAL ET HEMATOME INTRAPARENCHYMATEUX APRES UN ACCIDENT VASCULAIRE CEREBRAL ISCHEMIQUE (BASE DE DONNEES EUROPEENNE I-KNOW)

BAS VOLUME SANGUIN CEREBRAL ET HEMATOME INTRAPARENCHYMATEUX APRES UN ACCIDENT VASCULAIRE CEREBRAL ISCHEMIQUE (BASE DE DONNEES EUROPEENNE I-KNOW) BAS VOLUME SANGUIN CEREBRAL ET HEMATOME INTRAPARENCHYMATEUX APRES UN ACCIDENT VASCULAIRE CEREBRAL ISCHEMIQUE (BASE DE DONNEES EUROPEENNE I-KNOW) L. Hermitte, TH. Cho, N. Nighoghossian, Y. Berthezène Université

Plus en détail

Hypertension intracrânienne idiopathique: à propos de 3 cas B. IBAÑEZ, C. BILLON-GRAND, A. DAVID, E. PEARSON

Hypertension intracrânienne idiopathique: à propos de 3 cas B. IBAÑEZ, C. BILLON-GRAND, A. DAVID, E. PEARSON Hypertension intracrânienne idiopathique: à propos de 3 cas B. IBAÑEZ, C. BILLON-GRAND, A. DAVID, E. PEARSON F. CATTIN, J.F. BONNEVILLE Service de Neuroradiologie. CHU Besançon. France INTRODUCTION Synonymes:

Plus en détail

Guide pratique des urgences neurovasculaires

Guide pratique des urgences neurovasculaires Guide pratique des urgences neurovasculaires Springer Paris Berlin Heidelberg New York Hong Kong Londres Milan Tokyo Guillaume Saliou Marie Théaudin Claire Join-Lambert Vincent Raphaëlle Souillard-Scemama

Plus en détail

PRESSION ARTERIELLE ET PAROI VASCULAIRE. Docteur Etienne SAVIN Sce. Expl. Fonctionnelles Hôpital Lariboisière

PRESSION ARTERIELLE ET PAROI VASCULAIRE. Docteur Etienne SAVIN Sce. Expl. Fonctionnelles Hôpital Lariboisière PRESSION ARTERIELLE ET PAROI VASCULAIRE Docteur Etienne SAVIN Sce. Expl. Fonctionnelles Hôpital Lariboisière INTRODUCTION Quelques définitions 1. Pression artérielle Lorsque, dans le langage courant, on

Plus en détail

Généralités. Imagerie du cancer de l endomètre. Diagnostic. Echographie pelvienne. Métrorragies : étiologie? Echographie pelvienne

Généralités. Imagerie du cancer de l endomètre. Diagnostic. Echographie pelvienne. Métrorragies : étiologie? Echographie pelvienne Généralités Imagerie du cancer de DES de gynécologie 09 février 2007 Edouard Poncelet, Pr D Vinatier Service d Imagerie médicale, JDF Service de Chirurgie gynécologique, JDF 3 cancer chez la femme (sein,

Plus en détail

Structure spatiale et modes de croissance tumorale des gliomes. Conséquences diagnostiques et corrélations avec l l imagerie.

Structure spatiale et modes de croissance tumorale des gliomes. Conséquences diagnostiques et corrélations avec l l imagerie. Structure spatiale et modes de croissance tumorale des gliomes. Conséquences diagnostiques et corrélations avec l l imagerie. P.Varlet. Hopital Sainte Anne et Inserm U752 Paris V. PLAN Structure spatiale

Plus en détail

Neuroradiologie CHU BREST

Neuroradiologie CHU BREST Dr Douraied BEN SALEM Dr Douraied BEN SALEM Neuroradiologie CHU BREST Définition Principaux artéfacts Artéfacts de déplacement chimique Artéfacts de troncature (artéfact de Gibbs) Artéfacts de susceptibilité

Plus en détail

Imagerie des hématomes survenus sous anticoagulants

Imagerie des hématomes survenus sous anticoagulants Imagerie des hématomes survenus sous anticoagulants S. Ennouchi, A. Henon, A. Belkacem, L. Monnier-Cholley, JM. Tubiana, L. Arrivé Service de Radiologie - Hôpital Saint-Antoine Introduction Les complications

Plus en détail

Imagerie de l hypotension intracrânienne. Dr Sandrine Molinier CHU de Bordeaux Service de Neuroimagerie du Pr V. Dousset

Imagerie de l hypotension intracrânienne. Dr Sandrine Molinier CHU de Bordeaux Service de Neuroimagerie du Pr V. Dousset Imagerie de l hypotension l intracrânienne Dr Sandrine Molinier CHU de Bordeaux Service de Neuroimagerie du Pr V. Dousset PHYSIOPATH Fuite de LCS par rupture d éd étanchéité des membranes arachnoïdiennes

Plus en détail

L IRM dans le. cancer du sein

L IRM dans le. cancer du sein L IRM dans le cancer du sein J.P. BRETTES Hôpitaux Universitaires de Strasbourg FAFEM Alger 2009 IRM généralités Apport diagnostique de l IRM dynamique - injection d un produit de contraste le gadolinium

Plus en détail

Efficacité des infiltrations péri radiculaires et péridurales de corticoïdes scano-guidées dans le traitement des lombo- sciatalgies

Efficacité des infiltrations péri radiculaires et péridurales de corticoïdes scano-guidées dans le traitement des lombo- sciatalgies CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE HOPITAL IBN ROCHD ANNABA ALGERIE SERVICE DE RADIOLOGIE ET D IMAGERIE MEDICALE Journées françaises de Radiologie Paris Octobre 2011 Efficacité des infiltrations péri radiculaires

Plus en détail

a. Rappels généraux sur le cholestéatome en IRM:

a. Rappels généraux sur le cholestéatome en IRM: Calcul de l ADC: un nouvel outil dans le diagnostic de cholestéatome. S. THIRIAT, S. RIEHM, S. KREMER, F. VEILLON PLAN: 1. Introduction. 2. Protocole. 3. Résultats. 4. Discussion. 5. Conclusion. 6. Bibliographie.

Plus en détail

Facteurs de retard au diagnostic. du mélanome cutané

Facteurs de retard au diagnostic. du mélanome cutané Rapport d orientation sur les facteurs de retard au diagnostic du Mélanome cutané RAPPORT D ORIENTATION Facteurs de retard au diagnostic du mélanome cutané Juillet 2012 SYNTHESE Ce rapport d orientation

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DE LA LEGIONELLOSE EN PRATIQUE DE VILLE

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DE LA LEGIONELLOSE EN PRATIQUE DE VILLE DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DE LA LEGIONELLOSE EN PRATIQUE DE VILLE Dr Elisabeth BOUVET Hôpital Bichat - Claude Bernard, Paris Mon domaine de compétence habituelle appartient plus à la pratique hospitalière

Plus en détail

Suspicion de maladie d Alzheimer chez une femme de 75 ans

Suspicion de maladie d Alzheimer chez une femme de 75 ans Enoncé Suspicion de maladie d Alzheimer chez une femme de 75 ans Vous recevez en consultation Mme D., âgée de 75 ans, accompagnée de son fils. Celui-ci vous explique qu il craint que sa mère n ait la maladie

Plus en détail

Introduction... 9. N 86. Trouble aigu de la parole. Dysphonie... 11 Caractériser le trouble du langage...12 Déterminer la cause...

Introduction... 9. N 86. Trouble aigu de la parole. Dysphonie... 11 Caractériser le trouble du langage...12 Déterminer la cause... Sommaire Introduction... 9 N 86. Trouble aigu de la parole. Dysphonie... 11 Caractériser le trouble du langage...12 Déterminer la cause...14 N 89. Déficit neurologique récent (voir item 335)... 15 Caractériser

Plus en détail

DR VALÉRIE FOUSSIER. Diabète de type 1

DR VALÉRIE FOUSSIER. Diabète de type 1 Introduction Le diabète de type 1 et 2 concerne 3 millions de personnes en 2011 avec une prépondérance marquée pour le diabète de type 2. Véritable épidémie, cette maladie est un problème de santé publique,

Plus en détail

www.urgencemonastir.com Cas clinique

www.urgencemonastir.com Cas clinique Cas clinique Une femme de 56 ans s est présentée au SAU pour des céphalées intenses d installation brutale évoluant depuis 10 jours. Elle s est réveillée avec une douleur vive à l'arrière de son cou se

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE. R. MAZA SACOT Décembre 2010

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE. R. MAZA SACOT Décembre 2010 DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE R. MAZA SACOT Décembre 2010 INTRODUCTION Tumeurs malignes développées aux dépens du tissu conjonctif extra squelettique (adipeux musculaire

Plus en détail

Haute Autorité de Santé 2007

Haute Autorité de Santé 2007 Recommandations professionnelles pour la prise en charge en cas de mort inattendue du nourrisson ( 2ans) Haute Autorité de Santé 2007 www.has-sante.fr Montpellier, 21 novembre 2008 E. Briand-Huchet, centre

Plus en détail

Méthodes Schéma de l essai. de la PA selon les recommandations actuelles),

Méthodes Schéma de l essai. de la PA selon les recommandations actuelles), Diminution rapide de la pression artérielle chez des patients présentant une hémorragie cérébrale aiguë (Article traduit et modifié d après N Engl J Med 2013;368:2355-65). L hémorragie cérébrale aiguë

Plus en détail

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PR-ULI-URG-PEC-N 108 Version n 1 Crée le 01-02-2011 DIFFUSION : Urgences site d Etampes OBJET ET DEFINITIONS Organiser et protocoliser

Plus en détail

Quand demander un TEP? Situations actuelles et émergentes

Quand demander un TEP? Situations actuelles et émergentes Quand demander un TEP? Situations actuelles et émergentes Eric ZERBIB Médecine Nucléaire, CIMEN Centre Chirurgical Val d Or, 92210 Saint-Cloud, Eric.zerbib@cimen.fr Conflit d intérêt : aucun Quand demander

Plus en détail

Yves Gandon CANCER DU RECTUM

Yves Gandon CANCER DU RECTUM Yves Gandon CANCER DU RECTUM Enjeux Problème de santé publique: 2 nd K pays développés, 1/3 des CCR 15000 nouveaux cas/ an en France Mauvais pronostic selon : extension locale T, CRM et lymphonoeuds N

Plus en détail

quelles conditions? quelles recommandations? Marc GIROUD Paris, le 19 décembre 2013

quelles conditions? quelles recommandations? Marc GIROUD Paris, le 19 décembre 2013 quelles conditions? quelles recommandations? Marc GIROUD Paris, le 19 décembre 2013 - Rédigé à partir des travaux de Samu-Urgences de France, - Enrichi après concertation au sein du CNUH (La régulation

Plus en détail

EVALUATION DES COUTS DE L APPAREILLAGE DE MEMBRE INFERIEUR

EVALUATION DES COUTS DE L APPAREILLAGE DE MEMBRE INFERIEUR EVALUATION DES COUTS DE L APPAREILLAGE DE MEMBRE INFERIEUR Un amputé : Quel coût pour l Assurance Maladie? Le prix de la prothèse est il le facteur prépondérant du coût? Docteur Louis Philippe COUTIER

Plus en détail

Foscolo (1), J Felblinger (2), S Bracard (1) CHU Hôpital central, service de neuroradiologie, Nancy (1) CHU BRABOIS, Centre d investigation clinique

Foscolo (1), J Felblinger (2), S Bracard (1) CHU Hôpital central, service de neuroradiologie, Nancy (1) CHU BRABOIS, Centre d investigation clinique S A l (1) G H (2) S S Aptel (1), G Hossu (2), S Foscolo (1), J Felblinger (2), S Bracard (1) CHU Hôpital central, service de neuroradiologie, Nancy (1) CHU BRABOIS, Centre d investigation clinique innovation

Plus en détail

Imagerie par résonance magnétique (IRM)

Imagerie par résonance magnétique (IRM) Imagerie par résonance magnétique (IRM) SÉMIOLOGIE S N C JY GAUVRIT I- IRM généralités Méthode numérique d imagerie Principe de la Résonance Magnétique Nucléaire Basée sur la richesse du corps en eau Et

Plus en détail

FIBRILLATION AURICULAIRE *

FIBRILLATION AURICULAIRE * FIBRILLATION AURICULAIRE * ET AVC La fibrillation auriculaire provoque UN AVC TOUTES LES 0 MINUTES 1 *ou atriale stopavc I PRENEZ VOTRE FA À CŒUR I Qu est-ce que la fibrillation auriculaire ou FA? Pourquoi

Plus en détail

Etude de la réserve vasculaire cérébrale par 3D pseudocontinuous. chez des patients porteurs de sténoses artérielles symptomatiques

Etude de la réserve vasculaire cérébrale par 3D pseudocontinuous. chez des patients porteurs de sténoses artérielles symptomatiques Etude de la réserve vasculaire cérébrale par 3D pseudocontinuous Arterial Spin Labeling chez des patients porteurs de sténoses artérielles symptomatiques M Tisserand (1,3), S Foscolo (1,3), E Schmitt (1),

Plus en détail

admission aux urgences

admission aux urgences Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : admission

Plus en détail

TRAUMATISMES HEPATIQUES GRAVES. DESC réa, dec.2006 H.VINOUR

TRAUMATISMES HEPATIQUES GRAVES. DESC réa, dec.2006 H.VINOUR TRAUMATISMES HEPATIQUES GRAVES DESC réa, dec.2006 H.VINOUR Epidémiologie Traumatisme abdominal: fréquent AVP 75%, chutes, accidents de sport Rate: 46% Foie: 33% Gravité: Hémorragie+++ Lésions associées

Plus en détail

Surveillance par imagerie des seins et des ovaires

Surveillance par imagerie des seins et des ovaires GENEPY Réseau de prise en charge des personnes à risque GENEtique de Cancer en Midi-Pyrénées Référentiel Régional Syndrome Seins - Ovaires Surveillance par imagerie des seins et des ovaires Janvier 2016

Plus en détail

Pour ou Contre le dépistage du cancer de la prostate?

Pour ou Contre le dépistage du cancer de la prostate? Pour ou Contre le dépistage du cancer de la prostate? H. QUINTENS Institut A TZANCK Saint Laurent du Var 25 Mars 2014 Classification TNM Score de GLEASON L'antigène prostatique spécifique L'antigène prostatique

Plus en détail

Diagnotic différentiel

Diagnotic différentiel CEC Labial Lésion ulcérée plus ou moins infiltrante, saignotante persistante: biopsie+++ 90% de cancers de la lèvre Plus fréquent sur la lèvre inférieure H>F Après 60 ans 2 étiologies Chéliite actinique

Plus en détail

Surdité (294) Docteur Dinh-Qui NGUYEN Novembre 2005

Surdité (294) Docteur Dinh-Qui NGUYEN Novembre 2005 Surdité (294) Docteur Dinh-Qui NGUYEN Novembre 2005 Pré-requis : Polycopié d ORL, Pr Reyt, Pr Charachon Précis d ORL. M. Portmann, Ed. Masson 1982 Décision en ORL, F. Chabolle, E-N Garabédian, Ed. Vigot

Plus en détail

La myélite radique mythe ou risque réel

La myélite radique mythe ou risque réel Centre de Lutte Contre le Cancer Paul Strauss www.centre-paul-strauss.fr La myélite radique mythe ou risque réel Pr Georges Noël 2ème AFSOS Paris14-17 septembre 2010 Une inquiétude permanente Mars 2010

Plus en détail

IRM du cancer de la prostate. François CORNUD, Paris

IRM du cancer de la prostate. François CORNUD, Paris IRM du cancer de la prostate François CORNUD, Paris IRM du CaP en 2009 1990-2000 : détection des T3 occultes 2000-2010 : évolution technologique IRM fonctionnelle : localiser la tumeur lympho-irm : méts

Plus en détail

METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS. Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin

METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS. Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS Dr Marie-Ange Mouret-Reynier Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin QU EST CE QU UNE UNE METASTASE OSSEUSE? Foyer tumoral dans les structures osseuses Multiplication

Plus en détail

ACCIDENT ISCHÉMIQUE AIGU ET NON OPACIFICATION CAROTIDIENNE SUR L ANGIOSCANNER. VRAIE OU FAUSSE OCCLUSION?

ACCIDENT ISCHÉMIQUE AIGU ET NON OPACIFICATION CAROTIDIENNE SUR L ANGIOSCANNER. VRAIE OU FAUSSE OCCLUSION? ACCIDENT ISCHÉMIQUE AIGU ET NON OPACIFICATION CAROTIDIENNE SUR L ANGIOSCANNER. VRAIE OU FAUSSE OCCLUSION? Gaha Mehdi md, Roy Daniel md, Raymond Jean md, Letourneau Laurent md, Weill Alain md Département

Plus en détail

Limiter les douleurs liées aux soins et aux actes médicaux

Limiter les douleurs liées aux soins et aux actes médicaux Limiter les douleurs liées aux soins et aux actes médicaux Est-ce que ça va faire mal? Pour que chaque soin se déroule au mieux Les traitements utiles pour éviter ou diminuer la douleur 72 73 75 De nombreux

Plus en détail

compliquée (surinfection aiguë ou chronique, Il faut alors assurer un diagnostic de éventuelles complications, en particulier chez les

compliquée (surinfection aiguë ou chronique, Il faut alors assurer un diagnostic de éventuelles complications, en particulier chez les La lithiase vésiculaire peut être asymptomatique (ASP, échographie) aucune investigation complémentaire douloureuse (colique hépatique) compliquée (surinfection aiguë ou chronique, migration cholédocienne,

Plus en détail

CANCER DE LA PROSTATE

CANCER DE LA PROSTATE CANCER DE LA PROSTATE Il peut se présenter sous la forme d une tumeur localisée (circonscrite à la prostate) ou sous une forme évoluée, avec des métastases ganglionnaires et osseuses. La prostate est une

Plus en détail

IRM mammaire : quelles indications?

IRM mammaire : quelles indications? JIM.fr 05 mars 2015 IRM mammaire : quelles indications? Centre d imagerie médicale JURAS, Paris Service de radiodiagnosic, Hôpital René Huguenin, Institut CURIE L'IRM améliore la détection des tumeurs

Plus en détail

Accidents Vasculaires Cérébraux (AVC)

Accidents Vasculaires Cérébraux (AVC) Accidents Vasculaires Cérébraux (AVC) Introduction/préalables Diagnostiquer un AVC Identifier les situations d urgence et planifier leur prise en charge Argumenter l attitude thérapeutique et planifier

Plus en détail

Quel(s) diagnostic(s)? Quels examens? Quelle prise en charge?

Quel(s) diagnostic(s)? Quels examens? Quelle prise en charge? Cas clinique Patiente de 70 ans Pas d'antécédent Après un cours de danse : troubles du comportement, désorientation temporo-spatiale, questions répétées à son mari Examen clinique : amnésie antérograde,

Plus en détail

Accident ischémique transitoire : un syndrome de menace pour le cerveau. V LAUER, Unité Neuro-Vasculaire 25 Septembre 2008

Accident ischémique transitoire : un syndrome de menace pour le cerveau. V LAUER, Unité Neuro-Vasculaire 25 Septembre 2008 Accident ischémique transitoire : un syndrome de menace pour le cerveau V LAUER, Unité Neuro-Vasculaire 25 Septembre 2008 Cas Clinique 1 Patiente de 42 ans Facteurs de risque : tabac, contraception orale,

Plus en détail

Indicateurs de rendement de base de la Stratégie canadienne de l AVC Mise à jour de 2010

Indicateurs de rendement de base de la Stratégie canadienne de l AVC Mise à jour de 2010 Indicateurs de rendement de base de la Stratégie canadienne de l AVC Mise à jour de 2010 Préparé par le Groupe de travail sur l information et l évaluation Juin 2010 Tableau 1 : Ensemble d indicateurs

Plus en détail

Maladies cardiovasculaires Facteurs de risque et prévention

Maladies cardiovasculaires Facteurs de risque et prévention Maladies cardiovasculaires Facteurs de risque et prévention Présenté par Simon Bérubé, M.D. 8 avril 2008 Plan Les facteurs de risque Les habitudes de vie Signes et symptômes Prise en charge médicale, quand

Plus en détail

Session /Questions réponses Dr Xavier Leleu

Session /Questions réponses Dr Xavier Leleu Journée rencontre Hem-Fr et Waldenström Vienne, 26 septembre 2009. Session /Questions réponses Dr Xavier Leleu Waldenström et hérédité : La MW ne se transmet pas génétiquement. On ne connait pas à l heure

Plus en détail

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter Le pronostic des cancers du sein dépend de divers facteurs, dont la taille du cancer. En France, au cours d une étude, il a été observé un taux de survie plus important chez les femmes ayant un cancer

Plus en détail

Impédance. A. Vocale

Impédance. A. Vocale SURDITES Déficit de l audition Ressentie ou non par le patient Causes variables Diagnostic rapide chez l enfant Prise en charge adéquate Que faire? Objectiver l hypoacousie ressentie Cibler le terrain

Plus en détail

Résultats et valeur pronostique d IRM après trauma cérébral

Résultats et valeur pronostique d IRM après trauma cérébral Résultats et valeur pronostique d IRM après trauma cérébral Yanai H, Tapia-Nieto R, Cherubini GB, et al. JAVMA 2015;246 :1222-1229 Cette étude rétrospective rapporte les résultats d examens IRM réalisés

Plus en détail

Le diabète gestationnel est un trouble de la tolérance glucidique modéré survenant ou diagnostiqué pour la première fois pendant la grossesse

Le diabète gestationnel est un trouble de la tolérance glucidique modéré survenant ou diagnostiqué pour la première fois pendant la grossesse FEDERATION DE GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE Protocole n 10 Validation avril 2011 Diabète gestationnel Le diabète gestationnel est un trouble de la tolérance glucidique modéré survenant ou diagnostiqué pour la

Plus en détail

La douleur en neurologie

La douleur en neurologie La douleur en neurologie Pr. Hamid Ouhabi Chef de pôle Neurologie-Neurophysiologie Hôpital Cheikh Khalifa, Casablanca 22 Mai 2016 DEFINITION : Définition de l IASP : International Association for Study

Plus en détail

QUAND DEMANDER UNE IRM MAMMAIRE?

QUAND DEMANDER UNE IRM MAMMAIRE? QUAND DEMANDER UNE IRM MAMMAIRE? Dr Loïc BOULANGER, Pr Denis VINATIER Service de chirurgie gynécologique et mammaire Dr Marion DEWAILLY, Dr Nathalie FAYE Service d imagerie de la femme Hôpital Jeanne de

Plus en détail

المجلةالصحية لشرق المتوسط منظمة الصحة العالمية المجلد الثالث عشر العدد ٢٠٠٧ ٣ Les maladies cardio-vasculaires sont la cause principale de morbidité et de mortalité dans les pays industrialisés. Elles sont

Plus en détail

Imagerie et diagnostic différentiel de l algodystrophie du pied et de la cheville

Imagerie et diagnostic différentiel de l algodystrophie du pied et de la cheville Imagerie et diagnostic différentiel de l algodystrophie du pied et de la cheville JB Pialat Jean-baptiste.pialat@chu-lyon.fr Radiologie, Hôpital E Herriot, Hospices Civils de Lyon Décembre 2014 Plan Peut-on

Plus en détail