JEAN-FRANÇOIS BOUFFARD COMPARAISON DES PROCÉDÉS DE DÉBITAGE SECONDAIRE SELON UNE OPTIMISATION SUR LA SURFACE ET EN VALEUR

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "JEAN-FRANÇOIS BOUFFARD COMPARAISON DES PROCÉDÉS DE DÉBITAGE SECONDAIRE SELON UNE OPTIMISATION SUR LA SURFACE ET EN VALEUR"

Transcription

1 JEAN-FRANÇOIS BOUFFARD COMPARAISON DES PROCÉDÉS DE DÉBITAGE SECONDAIRE SELON UNE OPTIMISATION SUR LA SURFACE ET EN VALEUR Mémoire présenté à la Faculté des études supérieures de l Université Laval dans le cadre du programme de maîtrise en Sciences du bois pour l obtention du grade de maître ès sciences (M.Sc.) FACULTÉ DE FORESTERIE ET DE GÉOMATIQUE UNIVERSITÉ LAVAL QUÉBEC Avril 2005 Jean-François Bouffard, 2005

2 TABLE DES MATIÈRES TABLE DES MATIÈRES... ii LISTE DES TABLEAUX... iv LISTE DES FIGURES...v RÉSUMÉ... vi AVANT-PROPOS... vii INTRODUCTION...1 CHAPITRE I...5 REVUE DE LA LITTÉRATURE Les procédés d usine Le rendement Définition Facteurs qui influencent le rendement Qualité du bois Carnet de commande Largeur des planches Courbure des planches Carnet de commande et rendement Les logiciels d optimisation...19 CHAPITRE II...25 MATÉRIEL ET MÉTHODES Matériel Les planches Méthode Système de vision numérique Base de données Logiciels d optimisation Carnets de commande et modes d optimisation Qualité des composants Analyse statistique Détermination du nombre de répétitions Analyse factorielle avec un modèle d ANOVA...36 CHAPITRE III...37 BOREALSCAN, ROMI-RIP AND ROMI-CROSS YIELD COMPARISON FOR HARDWOOD ROUGH MILL OPTIMIZATION Résumé Abstract Introduction Objectives Material and Methods Lumber Sample Database Cutting bill Software Simulation parameters Statistical analysis Results and Discussion Yield and parts distribution comparison between ROMI-RIP and BorealScan by area prioritization...48 ii

3 3.6.2 Yield and parts distribution comparison between USDA software and BorealScan by CDE optimization Conclusion...60 CHAPTER IV...61 A COMPARISON BETWEEN ROMI-RIP, ROMI-CROSS AND BOREALSCAN USING VALUE PRIORITIZATION Résumé Abstract Introduction Objectives Methods Lumber Sample Database Cutting bill Software Simulation parameters Statistical analysis Results and Discussion Comparison between ROMI-RIP and BorealScan for Rip-first Comparison between ROMI-CROSS and BorealScan for Crosscut-first Rip-first and Crosscut-first comparison Value comparison between Rip-first, Crosscut-first and the flexible cell Conclusion...82 CONCLUSION GÉNÉRALE...83 RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES...86 ANNEXE I...94 COMPOSANTS DU CARNET DE COMMANDE...94 ANNEXE II...96 HISTOGRAMMES DES DISTRIBUTIONS DE LARGEUR DES PLANCHES CONSTITUANT LA BASE DE DONNÉES...96 ANNEXE III TABLEAUX DES DONNÉES BRUTES DU RENDEMENT OBTENU AU COURS DES SIMULATIONS iii

4 LISTE DES TABLEAUX Tableau 1.1 : Liste des facteurs affectant le rendement des usines de débitage secondaire...9 Tableau 1.2 : Principales caractéristiques des règles de classement NHLA (1998) Tableau 1.3 : Sommaire de la qualité des composants en bois solide utilisés (Araman et al. 1982)...13 Tableau 1.4 : Distribution longueur/largeur des composants de 4/4 et clairs de défauts pour les fabricants de meubles, cabinets et moulure architecturale. (Adapté d Araman et al. 1982)...13 Tableau 1.5 : Matrice des rendements pour les simulations de délignage et tronçonnage en tête sur des planches de chêne rouge...18 Tableau 1.6 : Rendement obtenu selon la stratégie de priorité utilisée...22 Tableau 1.7 : Stratégie de débitage de BorealScan...23 Tableau 2.1 : Description de la banque de planches...26 Tableau 2.4 : Liste de correspondance des défauts...30 Tableau 2.2 : Liste des de simulations réalisées et des critères d évaluation utilisés...33 Tableau 2.3 : Description de la qualité des composants...34 Tableau 2.5 : Nombre de répétitions à effectuer pour détecter une variation de 1 %...35 Table 3.1: Database description...41 Table 3.2: Definition of defect groups...41 Table 3.3 : Cutting bill with CDE coefficient associated with each component...44 Table 3.4: List of corresponding defect types...45 Table 3.5: Yield comparison between ROMI-RIP and BorealScan for Rip-first area optimization...48 Table 3.6: Average number of components produced in Rip-first using the area part prioritization...49 Table 3.7: Yield comparison between ROMI-RIP and BorealScan by CDE optimization...51 Table 3.8: Yield comparison between ROMI-CROSS and BorealScan by CDE optimization...52 Table 3.9 : Average width and percent of boards narrower than 5 inches for Red Oak, Black Cherry and Sugar Maple boards...55 Table 3.10: Average number of components obtained in Rip-first and Crosscut-first (CDE)...57 Table 4.1: Database description...64 Table 4.2: Cutting bill with parts value in $ per board feet Table 4.3: Value comparison between BorealScan and ROMI-RIP in Rip-first when using a value prioritization strategy...69 Table 4.4: Average number of components produced by BorealScan and ROMI-RIP in Rip-first when using a value prioritization strategy...70 Table 4.5: Yield comparison between ROMI-RIP and BorealScan in Rip-first when using a value prioritization strategy...70 Table 4.6: Value comparison between ROMI-CROSS and BorealScan in Crosscut-first...74 Table 4.7: Average number of components produced by BorealScan and ROMI-CROSS in Crosscutfirst when using a value prioritization strategy...75 Table 4.8: Yield comparison between ROMI-CROSS and BorealScan when optimizing for value in Crosscut-first...75 Table 4.9: Value comparison using BorealScan between Rip-first, Crosscut-first and the Flexible Cell...81 Table 4.10: Percentage of boards cut in Rip-first and Crosscut-first when using the Flexible Cell cut-up process...81 iv

5 LISTE DES FIGURES Figure 1.1: Nomogramme des rendements pour du chêne rouge No. 1 Commun (adapté de Englerth et Schumann 1969)...17 Figure 2.1 : Exemple de marquage, segmentation (polygone) et transformation en rectangles pour une planche d érable à sucre...27 Figure 2.2 : Exemple de marquage, segmentation (polygone) et transformation en rectangle pour une planche de cerisier avec coloration pâle...28 Figure 2.3 : Exemple de marquage, segmentation (polygone) et transformation en rectangle pour une planche de cerisier avec coloration foncée...28 Figure 2.4 : Exemple de marquage, segmentation (polygone) et transformation en rectangle pour une planche de cerisier avec un défaut inacceptable à purger (rouge) ainsi que deux nœuds à tête d épingle Figure 2.5 : Représentation graphique des planches en format a) ROMI-RIP et b) BorealScan...31 Figure 2.6 : Représentation graphique des planches en format a) BorealScan et b) ROMI CROSS...31 Statut du défaut dans le grade des composants...34 Definition...41 Figure 3.1: Example of defect marks, transformed into polygons and then into rectangles on a Black Cherry board Figure 3.2: Board representation in a) ROMI-RIP, b) ROMI-CROSS and c) BorealScan formats Grade...49 ROMI RIP...49 Figure 3.3: ROMI-RIP and BorealScan Rip-first parts distribution for Sugar Maple by area optimization Figure 3.5: a) ROMI-CROSS and b) BorealScan cut-up solutions with CDE optimization Figure 3.6: Example of a) Rip-first and b) Crosscut-first cut-up operation on a crooked board using the BorealScan software Figure 3.7: Crosscut-first parts distribution (ROMI-CROSS and BorealScan) for Sugar Maple...58 Figure 3.8: Rip-first parts distribution (ROMI-RIP and BorealScan) for Black Cherry...59 Figure 4.1: BorealScan and ROMI-RIP components distribution when optimizing for value in Sugar Maple...72 Figure 4.2: BorealScan and ROMI-RIP components distribution when optimizing for value in Black Cherry...73 Figure 4.3: BorealScan and ROMI-CROSS Crosscut-first components distribution when optimizing for value in Sugar Maple...77 Figure 4.4: BorealScan and ROMI-CROSS Crosscut-first components distribution when optimizing for value in Black Cherry...78 Figure 4.5: Schematic representation of the Flexible Cell process...80 v

6 RÉSUMÉ Le débitage secondaire de bois franc est une opération qui nécessite une attention particulière afin de maintenir des rendements élevés. Contrairement aux industries de bois résineux, les usines de débitage secondaire sont encore très manuelles, mais les logiciels d optimisation font de plus en plus leur apparition. Ainsi, afin de maintenir un rendement matière élevé, il faut tenir compte de plusieurs facteurs parmi lesquels figurent la composition du carnet de commande, la dimension et la qualité des sciages à utiliser. L objectif premier du projet était de comparer le logiciel d optimisation du débitage secondaire développé par le CRIQ, BorealScan, avec les logiciels du USDA, ROMI-RIP et ROMI- CROSS. Ces derniers constituent une référence dans la littérature sur la modélisation des usines de débitage secondaire. Les comparaisons dans la présente étude ont été réalisées par l optimisation du rendement matière et de la valeur. Le second objectif visait à vérifier si l utilisation en parallèle du délignage et du tronçonnage en tête, dans le cadre d une cellule de débitage flexible, permettrait d obtenir des gains appréciables. Les comparaisons, dans ce cas, ont été réalisées uniquement avec BorealScan pour l optimisation en matière et en prix. Un dispositif expérimental factoriel à quatre facteurs pour la comparaison de BorealScan avec les logiciels du USDA a été utilisé et un dispositif à trois facteurs pour comparer la cellule de débitage flexible. Les essais ont été effectués avec des planches de cerisier tardif et d érable à sucre de trois qualités soit du No. 1 Commun, du No. 2A Commun et du No. 3A Commun. BorealScan a obtenu de façon générale des rendements matière supérieurs par rapport aux logiciels du USDA. En optimisant sur la surface, des différences variant entre 8.1% et 13.7% ont été observées en délignage en tête et selon une optimisation basée sur l application d un coefficient, les différences observées variaient entre 2,9% et 5,8% en délignage. En comparant les rendements matière de BorealScan en délignage avec le tronçonnage, nous avons constaté que le tronçonnage est préférable, par contre les comparaisons par prix démontrent le contraire. La cellule de débitage flexible permet d accroître le rendement matière et la valeur totale produite entre 2,79% et 6,38%. Les comparaisons en rendement matière démontrent qu il est plus avantageux d utiliser ce procédé avec des sciages de qualité supérieure, par contre en prix, il devient plus favorable avec les sciages de plus basse qualité. Jean-François BOUFFARD Candidat Robert BEAUREGARD Directeur vi

7 AVANT-PROPOS Ces études graduées représentaient pour moi un rêve que je caressais depuis mes études en Biologie. En changeant de domaine d étude, je m étais promis qu un jour je le réaliserais. Après deux années sur le marché du travail et quelques circonstances favorables, j ai décidé enfin de faire le saut. Cette expérience d études graduées m a permis d apprécier davantage la recherche et de me familiariser avec ce domaine qu est la seconde transformation du bois. J ai également appris que de gérer et réaliser un tel projet demande une certaine discipline. Cette étude n aurait pas été réalisée sans l intervention de certaines personnes dont Robert Beauregard, mon directeur, qui en me suggérant ce projet, m a permis de me décider à faire le saut. Il m a également dirigé afin que je ne dévie pas trop. Je le remercie pour la grande liberté et la confiance qu il m a accordées. Je tiens aussi à remercier Torsten Lihra qui m a fourni une place au sein du Département de la valeur ajoutée chez Forintek et qui m a permis de participer à certains congrès très formateurs hors du pays. Je veux également remercier les intervenants du CRIQ, Martin Caron et Michel R. Bouchard, premièrement pour avoir conçu le logiciel d optimisation, sans quoi je n aurais pas réalisé ce projet. Ils m ont énormément aidé et conseillé pour la réalisation des simulations. Je tiens aussi à remercier tous les employés du Département de valeur ajoutée chez Forintek pour m avoir supporté durant ces deux années, surtout Pierre Blanchet qui m a très bien orienté et surtout qui m a beaucoup aidé dans la réalisation de mes tests statistiques. Je tiens à remercier les intervenants financiers qui m ont permis de subsister pendant ces deux années. Premièrement, il y a le CRSNG et Forintek qui m ont donné une bourse à incidence industrielle. La SGF-REXFOR qui a considéré que mon projet valait la peine d être soutenu. Je remercie la compagnie Foresbec pour avoir fourni le bois et les carnets de commande nécessaires à la réalisation de ce projet. vii

8 Je tiens également à remercier mes parents pour m avoir encouragé à poursuivre mes études universitaires. Enfin je veux remercier ma conjointe qui depuis le début de mes études m a apporté son soutien tant psychologique que financier. Que voulez-vous, être étudiant c est également faire vœux de fin de mois difficiles. Le paragraphe suivant présente la structure du présent mémoire car ce dernier est en partie de type «conventionnel» et en partie de type «article». Ce mémoire contient deux articles qui seront soumis pour publication dans le Forest Products Journal. La structure du présent mémoire est la suivante : Introduction présente le projet ainsi que les objectifs spécifiques de l étude; Chapitre I présente une revue de la littérature; Chapitre II présente le matériel ainsi que la méthodologie utilisée; Chapitre III est constitué du premier article dont le titre est : «BorealScan, ROMI- RIP and ROMI-CROSS yield comparison for hardwood rough mill optimization». Les auteurs de cet article sont : Jean-François Bouffard, Robert Beauregard et Torsten Lihra; Chapitre IV est constitué du second article dont le titre est : «Acomparison between ROMI-RIP, ROMI-CROSS and BorealScan using value prioritization». Les auteurs de cet article sont : Jean-François Bouffard, Robert Beauregard et Torsten Lihra; Conclusion générale; Références bibliographiques; Annexe I présente les composants du carnet de commande; Annexe II présente les histogrammes de distribution des largeurs de planches constituant la base de données; Annexe III présente les tableaux des données brutes obtenues au cours des simulations. Concernant les deux articles présentés dans ce mémoire, il est important de spécifier que le premier auteur a réalisé le travail expérimental, les simulations, qu il a compilé et analysé les résultats et rédigé la première ébauche des articles. Le second et troisième auteurs ont fourni la direction au projet et des corrections aux manuscrits, chacun à partir de son expertise. viii

9 INTRODUCTION D après St-Pierre (2001) l industrie des produits forestiers contribue grandement à la balance commerciale positive du Québec, grâce à des exportations atteignant plusieurs milliards de dollars. Néanmoins même si la valeur des importations est beaucoup plus faible, elle touche un nombre élevé de produits. Ces produits peuvent constituer des opportunités pour de nouvelles productions au Québec. Chaque année, le Québec importe pour environ $ de billes d érable et pour $ de billes de cerisier des États-Unis ce qui représente 50% des importations canadiennes pour ces deux essences. Le Québec importe aussi des sciages d érable ( $) et de cerisier ( $). Depuis 1998, les importations de sciages sont restées sensiblement les mêmes, tandis que dans l ensemble du Canada ces importations ont subi des hausses de 35 % et de 26 %. D après Statistiques Canada en 2000, le volume importé d érable à sucre est à la baisse mais le prix moyen est à la hausse. Depuis 1992, les volumes de bois ronds de feuillus durs consommés par les scieries québécoises sont en évolution (Giguère, 2001). Des m 3 consommés, près de 45% proviennent des forêts publiques et 35% de l extérieur du Canada. En terme de sciage de feuillus durs, les scieries québécoises ont produit Mpmp en C est Mpmp de plus qu en L industrie du meuble au Québec représentait en 1999, emplois et 1,9 milliards $ en expéditions (Turcotte 2001). Depuis 1991, la valeur des expéditions de meubles résidentiels en bois est en constante évolution. La part du Québec dans ce segment de l industrie canadienne est de 50% en terme de livraisons et d exportations. Du côté des Américains, le marché du meuble de maison représente 40 milliards $ US (Turcotte 2001). Aux États-Unis, 1

10 l érable à sucre était utilisé à près de 16.3% dans la fabrication de meubles en 1999 et seulement 4% du cerisier était utilisé à cette fin. L industrie des planchers de bois franc représente environ 210 millions $ en expéditions dont 15% sont destinées à l extérieur du Canada. De plus, le Québec produit plus de 70% des lames de planchers de bois franc au Canada. Aux États-Unis, les manufacturiers ont enregistré des ventes de 1,35 milliards $ US. La demande a augmenté de plus de 10% par année depuis 1997 (Turcotte 2001). Afin de produire la quantité requise à un moindre coût, l industrie de la seconde transformation a développé et adopté différentes technologies et systèmes : le délignage en tête; les optimiseurs de débitage; des changements dans la spécification des produits et une meilleure utilisation des bas grades (Wiedenbeck et Thomas 1995b). Aujourd hui, la recherche est très avancée sur les algorithmes d optimisation (Thomas 1996a et 1997), les systèmes de vision (Conners et al. 1997) et la technique de coupe avec des scies minces. Une usine de composants consiste en une série de machines et d équipements pour convertir le bois séché en diverses dimensions pour l industrie du meuble, du plancher, de la composante etc. Afin de produire les dimensions requises, les industries se servent de carnets de commande. Le carnet de commande contient la largeur et la longueur, le grade et la quantité requise de chacun des composants à fabriquer. L objectif des usines étant de produire le carnet de commande au coût le plus bas tout en respectant la qualité et la quantité demandées, les usines utilisent généralement le rendement matière pour mesurer leur efficacité. Le rendement matière est le ratio de surface de composants à la sortie sur la surface de planches à l entrée, multiplié par 100. Avec la grande quantité de bois consommée par année, le prix du bois à la hausse et la qualité à la baisse, il devient crucial d améliorer le procédé pour rentabiliser les opérations. Ainsi, une augmentation du rendement matière de 1 % peut représenter pour une usine moyenne de meubles au Québec consommant 5 Mpmp, une économie de $ sur les coûts de matière 2

11 première. Pour une usine de plancher consommant 20 Mpmp, cela peut représenter une économie de $ (Beauregard 2001). Dans les industries de débitage secondaire, les planches peuvent être débitées soit par délignage en tête ou par tronçonnage en tête afin d obtenir les pièces demandées dans le carnet de commande tout en maximisant le rendement matière. Le processus est complexe car le bois est un matériau hétérogène, les dimensions et la surface des défauts varient entre les planches (Brunner et al. 1990). Dans bien des usines, les décisions de coupe sont encore réalisées par des humains avec un peu d'aide technique. Plusieurs industries intègrent des optimiseurs afin d améliorer le rendement matière. Les logiciels d optimisation sont également de plus en plus utilisés afin de représenter et corriger des problèmes de production. Kline et al. (1998) ont comparé le rendement d une usine typique avec un logiciel d optimisation. Les résultats démontrent que le rendement de l usine est 3,5 % inférieur au rendement obtenu par le logiciel d optimisation. Thomas et Buehlmann (2002) ont validé ROMI-RIP dans une usine de débitage secondaire. Ces derniers ont démontré que ROMI-RIP, après des ajustements qui ne sont pas à la portée de l utilisateur moyen, arrive à bien reproduire les résultats de l industrie et qu en utilisant les fonctions d optimisation dynamique, il est possible d obtenir des rendements supérieurs à ceux obtenus dans l industrie. Avec des systèmes de vision numérique plus performants, les décisions optimales deviendront réalité (Conners et al. 1997). L intégration des systèmes automatisés et optimisés assure la constance dans les décisions, ce qui n est pas toujours le cas avec des opérateurs. Le carnet de commande est un facteur déterminant du rendement matière (Wengert et Lamb 1994). Une étude réalisée par Wiedenbeck et Thomas (1995a) démontre que la prédominance de certaines combinaisons de composants (longs et larges, longs et étroits, courts et larges, courts et étroits) dans la composition du carnet de commande influence le rendement matière. La dimension et le grade des planches utilisées influencent également le rendement. L utilisation de planches étroites de grade No. 3A Commun va certainement donner des 3

12 rendements inférieurs à l utilisation de planches larges de grade No. 1 Commun. Ainsi, le choix de la matière première devient un facteur important dans la quête de l amélioration du rendement. Un article de Wiedenbeck (2001a) montre bien la différence de rendement obtenu par simulation entre du No. 1 Commun et du No. 2A Commun pour des composants clairs 2 faces et clairs 1 face. Les logiciels d optimisations permettent donc de faciliter la gestion des différents facteurs par la réalisation d essais sans nuire à la production. C est pourquoi, il devient important lors du développement d un nouveau logiciel d optimisation, de le comparer avec les systèmes existants afin d en vérifier les performances et valider les résultats obtenus. Le but de cette étude est donc de comparer le rendement matière et le rendement en valeur obtenu avec trois procédés de débitage secondaire pour un carnet de commande, trois qualités de sciage et deux essences soit le cerisier tardif et l érable à sucre. Les objectifs spécifiques sont de : Comparer les rendements matière et en valeur obtenus en délignage en tête et en tronçonnage en tête avec les logiciels du USDA (ROMI-RIP et ROMI-CROSS) en comparaison avec celui du CRIQ (BorealScan). Faire l analyse comparative avec BorealScan des rendements et de la valeur totale de trois stratégies de débitage, soit le tronçonnage en tête, le délignage en tête et la cellule de débitage flexible. 4

13 CHAPITRE I REVUE DE LA LITTÉRATURE 1.1 Les procédés d usine Le débitage secondaire permet de produire des composants de dimensions finies. Ce procédé fait suite au séchage, au classement du bois et au rabotage des surfaces. Il existe deux types de configuration d usine de débitage secondaire soit : tronçonnage en tête et délignage en tête. La différence vient de la séquence dans laquelle les pièces sont débitées. En délignage en tête, les pièces sont d abord délignées afin d obtenir des largeurs fixes, puis elles sont tronçonnées pour donner la longueur finale. Ce procédé est généralement utilisé, entre autres, dans la production des lames de plancher. En tronçonnage en tête, les pièces sont d abord tronçonnées pour donner la longueur des composants puis elles sont délignées afin d obtenir la largeur finale. Ce procédé est surtout utilisé dans les usines de panneaux de bois solide. En tronçonnage en tête, les pièces sont délignées en largeurs variables car elles sont généralement collées pour faire des panneaux. Pour les deux types de procédé, il existe la possibilité de réaliser une troisième étape appelée coupe de récupération. Il s agit d un retour pour répéter la première étape de la séquence afin d enlever les défauts et découper des composants de plus faibles dimensions sur les pièces rejetées par les deux premières coupes. Ce système de recirculation permet d accroître le rendement matière d environ 4 %. (Anderson et al. 1992). Bien que peu fréquente, la possibilité d opérer les deux procédés en parallèle existe. Cette 5

14 approche, appelée cellule flexible de débitage, permet de maximiser le rendement sur chacune des planches. Selon Hall et al. (1980), plusieurs dirigeants croient que l utilisation simultanée des deux systèmes en parallèle pourrait présenter des avantages appréciables. Avec l outil d optimisation 2 axes développé par le CRIQ, et appelé BorealScan, il est possible de démontrer cette affirmation. Plusieurs chercheurs ont étudié la différence de rendement entre les deux systèmes (Harding 1991, Pepke 1980, Hall et al. 1980), mais aucune réponse générale n a été obtenue. Une étude de Buehlmann et al. (1999) a démontré une différence significative entre les deux, mais aucune des deux ne surclasse l autre dans tous les cas. Wiedenbeck et Thomas (1995 a et b) démontrent avec le regroupement des carnets de commande selon la prédominance des composants, que les procédés offrent une meilleure performance dépendamment du type de composants prédominants dans le carnet de commande. Les rendements pour chacune des stratégies dépendent de la qualité du bois, du carnet de commande et des paramètres spécifiques à la configuration de l usine. Clément (2004 a et b) obtient des rendements supérieurs en tronçonnage en tête pour différents carnets de commande avec sa base de données de bouleau blanc. Deux des carnets de commande utilisés sont des adaptations de Steele et al (1999). En moyenne, les rendements sont supérieurs de 4.7 % par rapport au délignage en tête. La différence avec les autres études menées aux États-Unis provient de la base de données utilisée. La base de données américaine de chêne rouge contient uniquement des planches droites, toute courbure de plus du quart de pouce a été éliminée et ces planches ont une largeur moyenne bien supérieure aux planches de bouleau blanc du Québec utilisées par Clément dans son projet. La configuration la plus répandue des usines de débitage secondaire date de plus de 50 ans. Elle consiste en une ou deux lignes manuelles de tronçonnage en tête suivies de quatre ou cinq déligneuses simples manuelles. Toutes les décisions sont prises par des opérateurs. C est le procédé de débitage le plus répandu dans les usines de débitage secondaire mais, la tendance d aujourd hui est au développement du délignage en tête (Mullin 1990). Les usines modernes possèdent une ligne de délignage en tête optimisée et des tronçonneuses optimisées et semiautomatisées (Mitchell 1997). Ce type de procédé avec délignage en tête permet d après 6

15 certains auteurs d obtenir des rendements supérieurs, ainsi que des composants plus longs à partir de pièces de grade inférieur comme du No. 2A Commun et du No. 3A Commun (Gatchell 1987). Selon Mullin (1990), 90% des nouvelles installations aux États-Unis sont à délignage en tête. Dans les usines à délignage en tête modernes, on retrouve 4 types de configuration de scies: 1) scies fixes avec barrière stationnaire, 2) scies fixes avec barrière mobile, 3) scies fixes avec scies extérieures mobiles, 4) arbre à scies mobiles. Le système de scies fixes avec barrière mobile (fixed arbor best feed) est sans aucun doute le plus utilisé dans les usines qui se sont modernisées récemment (Mitchell 1997). La configuration des scies de l arbre est un facteur déterminant pour obtenir un rendement optimal. Idéalement, on voudrait pour chacune des pièces, avoir la combinaison de scies qui fait toute la largeur. Comme c est impossible avec des scies fixes, il faut optimiser l espacement des scies afin d obtenir le meilleur rendement. Les déligneuses à scies mobiles optimisées déterminent les endroits ou placer les scies selon la largeur de la planche et la largeur des composants à produire. Ainsi, les scies sont positionnées de manière optimale pour chacune des planches ce qui permet d obtenir un rendement maximum (Mitchell 1997). C est ce type de configuration de scies qui sera utilisé pour réaliser les simulations dans le présent travail, ainsi nous éliminerons l influence de ce paramètre sur le rendement matière. 1.2 Le rendement Définition Le rendement matière est une mesure d efficacité d une usine de débitage secondaire. La définition du rendement matière dans une usine est le ratio de la surface des composants à la sortie sur celle des planches à l entrée multiplié par 100 (Gatchell, 1985). Même avec cette simple définition, le rendement peut être utilisé pour exprimer différents concepts entre les usines et aussi à l intérieur d une même usine. Un outil utile pour les usines de débitage secondaire est de définir le pourcentage de rendement comme une somme des volumes 7

16 produits qui remplissent le carnet de commande, lequel inclut le volume des composants à longueurs et largeurs fixes et le volume des composants de panneaux à largeurs variables, divisé par le volume de bois sec utilisé pour produire les composants requis. Ainsi, la formule devient : Rendement (%) = Volume des composants + Volume des panneaux (PMP) X 100 Volume de bois sec (PMP) Souvent, des composants courts sont produits en excès et conservés pour utilisation future. Ces composants n ont pas été inclus dans le calcul du rendement. De plus, certaines usines spécifient une quantité de composants avec une marge de composants en excès. Le rendement doit dans ce cas être calculé en tenant compte que l usine va produire ces composants supplémentaires (Mitchell 1997). Une étude de Yun (1989) montre que le rendement peut être considéré en terme de valeur au lieu de le traiter comme une mesure de surface ou de volume. Dans son étude, elle définit la valeur comme le coût du matériel nécessaire pour produire le carnet de commande. Lorsque le rendement est défini en valeur, on peut considérer d autres spécifications telles que l urgence de produire un composant particulier ou le prix du composant lors de sa vente. Bien d autres définitions de rendement sont possible et peuvent être utilisées lors de la définition de la stratégie définissant les priorités de production (Thomas 1996b). Dans plusieurs usines au Québec, le rendement se calcule comme étant le ratio de surface du composants à la sortie sur la surface de planches à l entrée de l usine. Il faut savoir que le rendement matière seul ne permet pas d obtenir un portrait complet de la profitabilité pour une usine de débitage secondaire (Mitchell 2001). C est pourquoi, bien des manufacturiers préfèrent regarder la valeur produite plutôt que le rendement matière. Le prix des composants étant généralement fonction de la surface des composants, les résultats sont certainement différents entre une optimisation en surface et en valeur. En surface, en régime de demande infinie, les plus petits composants sont produits en premier et en plus grande quantité ce qui permet d obtenir des rendements matière supérieurs. En valeur, par contre, les composants de plus grande 8

17 dimension sont produits en premier étant donné leur valeur supérieure. Ainsi, le rendement matière d une optimisation en valeur sera plus faible que pour une optimisation en surface. Les études utilisant le mode d optimisation en valeur sont peu nombreuses, outre les travaux de Yun (1989) on trouve plus récemment ceux de Caron et al. (2004) Facteurs qui influencent le rendement Plusieurs facteurs peuvent influencer le rendement d une usine de débitage secondaire. Certains auteurs (Wengert et Lamb 94, Gatchell 85, Anonyme 85) en ont dressé la liste (Tableau 1.1). Tableau 1.1 : Liste des facteurs affectant le rendement des usines de débitage secondaire Facteurs Wengert et Lamb 1994 Gatchell 1985 Anonyme 1985 Qualité du bois Oui Oui Oui Qualité de séchage Oui Oui Carnet de commande Oui Oui Oui Habileté de l opérateur Oui Oui Oui Qualité des composants Oui Oui Design de l usine Oui Oui Trait de scie Oui Dimension planches Oui Oui Oui Constance dans le classement du bois Oui Oui Oui Dans le tableau 1.1, les facteurs sont présentés en ordre d importance tel que classés par Wengert et Lamb (1994). Plusieurs ont une influence sur les autres ce qui en rend difficile l évaluation individuelle (Buehlmann 1998). Dans le présent projet, deux des facteurs mentionnés seront pris en considération soit, la qualité du bois et le carnet de commande. Nous allons également nous attarder à la géométrie des planches, lors de l évaluation de la meilleure stratégie de débitage. 9

18 Qualité du bois La qualité du bois affecte le rendement et la productivité. Plusieurs auteurs ont déterminé que la qualité du bois utilisé avait un impact important sur le rendement matière (Buehlmann et al et 1999, Gatchell et Thomas 1997, Wengert et Lamb 1994, Gatchell 1985). Les attributs utilisés pour décrire le bois sont définis par des règles bien établies. Ceci est très important, car les entreprises qui utilisent les bois feuillus comme matière première, s approvisionnent généralement en bois sans l avoir vu préalablement. Il faut donc à ces entreprises un moyen précis pour décrire la qualité du bois commandé, ce qui leur donnera la certitude relative que le bois livré correspondra à la qualité demandée (École forestière de Duchesnay, 1995). C est dans ce contexte que les normes de classification NHLA (1998) ont été établies. Ces normes sont précises. Elles laissent peu de place à l interprétation. Les plus importants critères de classification des bois durs se trouvent au tableau 1.2. Tableau 1.2 : Principales caractéristiques des règles de classement NHLA (1998). Grade du bois Dimension minimum des planches Dimension minimum des débits Rendement minimum Nombre de débits acceptés FAS 6" x 8' 4" x 5' 83 1/3 % 4 max 3" x 7' F1F 6" x 8' Meilleure face = FAS Mauvaise face = 1C MF = FAS MaF = 1C MF = FAS MaF = 1C Sélect 4" x 6' Meilleure face = FAS Mauvaise face = 1C MF = FAS MaF = 1C MF = FAS MaF = 1C No. 1 Commun 3" x 4' 4" x 2' 66 2/3 % 5 max 3" x 3' No. 2A & 2B 3" x 4' 3" x 2' 50 % 7 max Commun No.3A Commun 3" x 4' 3" x 2' 33 1/3 % Aucune limite No. 3B Commun 3" x 4' >1 ½ large avec 36po 2 25 % Aucune limite Il faut noter que la classification se fait sur la mauvaise face sauf dans les opérations de débitage qui requièrent une face claire, auquel cas la classification s effectue sur la meilleure 10

19 face. Ce tableau des règles de classement permet de faire certains commentaires à propos du classement du bois franc. Premièrement, le grade FAS nécessite une grande plage de bois clair et peu de débits peuvent être utilisés pour couvrir cette plage (Mitchell 1997). À l opposé, le grade No. 2A Commun n a besoin que de 50% ou plus de bois clair et plusieurs débits peuvent être utilisés. On constate un grand intervalle dans chacun des grades. Par exemple, le No. 2A Commun nécessite un minimum de 50% jusqu à 66 2/3 % de surface claire. En moyenne, la majorité des grades ont une plage de 16 2/3% de rendement, ce qui représente un grand intervalle de variation. Ainsi, pour chaque qualité, il y a une limite supérieure et une limite inférieure (Mitchell 1997). Gatchell et Thomas (1997) dans une étude expérimentale sur la variation de qualité à l intérieur d un même grade ont observé que seulement 54% des planches de No. 1 Commun avaient une surface incluse dans l intervalle de 66 2/3% à 83 1/3%, alors que 46% des planches avaient une surface claire supérieure à 83 1/3%, et auraient donc pu être classées FAS. Pour le No. 2A Commun 54,7% des planches avaient une surface claire appartenant à l intervalle du No. 1 Commun. Ces résultats démontrent que lors de la classification des planches, bien des surfaces claires sont omises, ce qui ne permet pas d obtenir la qualité réelle des planches. Une autre étude de Gatchell et al. (1996) démontre que dans les planches de chêne rouge, il y a un meilleur et un moins bon bout. Des différences de rendement de l ordre de 10% ont été obtenues entre les planches débitées à partir du meilleur bout par rapport à celles débitées par le mauvais bout. En utilisant des grades supérieurs, il est plus facile d obtenir un meilleur rendement. Par contre, les prix de la matière première sont plus élevés. Ainsi, pour une différence de rendement de 16 % entre le No. 1 Commun et le No. 2A Commun, bien des industriels sont prêts à payer de 90% à 125% de plus pour acheter du No. 1 Commun (Gatchell 1985). Un calcul simple de Mitchell (2001) montre que pour obtenir 1000 pmp de composants, il en coûte $ avec du No. 1 Commun, considérant le prix du No. 1 Commun à 900 $/mpmp pour un rendement de 53 %. L utilisation de No. 2 Commun réduit le coût à $ avec un prix de bois à 600 $/mpmp et un rendement de 38%. Ceci équivaut à une baisse de 0.12 $/pmp de composants produits. Donc, pour une usine de délignage en tête, l utilisation de No. 2A Commun peut représenter des gains significatifs. L obstacle majeur à l utilisation du bois de grade No. 2A Commun est la perception des dirigeants qui croient ne pouvoir obtenir 11

20 que des composants courts avec ce grade (Gatchell 1985). Une autre étude de Gatchell (1991) démontre qu en utilisant du No. 2A Commun, il a été possible de produire plus de longs composants que prévu dans le carnet de commande et pas assez de composants courts. Par contre l utilisation de planches de qualité No. 2A Commun, nécessite généralement l utilisation de plus de planches pour produire le même carnet de commande, il faut donc avoir plus de capacité de production, le coût de la main d œuvre ira augmentant de même que la consommation d électricité Carnet de commande Le carnet de commande est une liste de débits de dimensions connues à produire où chacun des débits peut être produit pendant une production de débitage secondaire (Manalan et al. 1980). Dans un carnet de commande, on retrouve pour chaque composant, la largeur, la longueur, la qualité et la quantité à produire. Le seul projet de recherche décrivant de façon extensive des carnets de commande en usage dans l industrie date de 1982 (Araman et al. 1982, Araman 82). Araman et ses collaborateurs ont proposé un nouveau système de production des composants de dimension appelé «Standard-size hardwood blanks». Ces auteurs suggèrent de produire avec les délignages, des collages de bois massif. Les panneaux ainsi produits pourraient alors servir à couper les dimensions nécessaires au lieu d utiliser des planches individuelles. Afin de déterminer la dimension des panneaux, Araman a fait un sondage dans l industrie. Il a récolté et analysé les dimensions, les quantités et les qualités utilisées par les industries américaines du meuble, de l ébénisterie et des armoires (Araman et al. 1982). Les auteurs ont recueilli des exemples de carnets de commande provenant de 32 industriels. Le tableau 1.3 montre les besoins en terme de composants solides pour les industries utilisant du bois franc en utilisation d apparence. 12

L'aire commune 073-01 contribue directement à l'approvisionnement de dix (10) usines de transformation du bois. Ces usines se décrivent comme suit:

L'aire commune 073-01 contribue directement à l'approvisionnement de dix (10) usines de transformation du bois. Ces usines se décrivent comme suit: 4. ÉLÉMENTS ÉCONOMIQUES 4.1. Description des usines Contexte L'aire commune 073-01 contribue directement à l'approvisionnement de dix (10) usines de transformation du bois. Ces usines se décrivent comme

Plus en détail

Evaluation du LIDAR et de solutions innovantes pour la chaîne d approvisionnement du bois : les résultats du projet européen FlexWood

Evaluation du LIDAR et de solutions innovantes pour la chaîne d approvisionnement du bois : les résultats du projet européen FlexWood Evaluation du LIDAR et de solutions innovantes pour la chaîne d approvisionnement du bois : les résultats du projet européen FlexWood Le projet de recherche européen FlexWood («Flexible wood supply chain»)

Plus en détail

À qui pouvons-nous vendre nos feuillus nobles?

À qui pouvons-nous vendre nos feuillus nobles? À qui pouvons-nous vendre nos feuillus nobles? (exportation) Par Bruno Couture, ing. F., MBA 11 février 2015 À ceux qui en veulent et qui sont en mesure de se les payer! Canada 1,2 % États-Unis 0,7 %

Plus en détail

PRODUIT. nouveau. uniboard.com. Sans formaldéhyde ajouté / ULEF - Particule brut Sans formaldéhyde ajouté / ULEF - Mélamine thermofusionnée (TFL)

PRODUIT. nouveau. uniboard.com. Sans formaldéhyde ajouté / ULEF - Particule brut Sans formaldéhyde ajouté / ULEF - Mélamine thermofusionnée (TFL) Sans formaldéhyde ajouté / ULEF - Particule brut Sans formaldéhyde ajouté / ULEF - Mélamine thermofusionnée (TFL) MC nouveau PRODUIT uniboard.com La référence en développement durable Pourquoi le panneau

Plus en détail

L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada 1

L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada 1 Affaires étrangè et Commerce International Canada Le Bureau de l économiste en chef Série de papiers analytiques L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada

Plus en détail

Marteloscope Gounamitz 2

Marteloscope Gounamitz 2 Marteloscope Gounamitz 2 Description du dispositif Michel Soucy et André Cyr Faculté de foresterie, Université de Moncton, Campus d Edmundston Jean-Martin Lussier Centre canadien sur la fibre de bois,

Plus en détail

CES TABLETTES DE FENÊTRE SONT GÉNIALES.

CES TABLETTES DE FENÊTRE SONT GÉNIALES. CES TABLETTES DE FENÊTRE SONT GÉNIALES. POUR TOUJOURS ET EN TOUS LIEUX. WERZALIT. Que ce soit à l intérieur pour des tablettes de fenêtre ou à l extérieur pour balcon et façade Werzalit offre des solutions

Plus en détail

Pour diffusion immédiate. Nouveau sondage CROP : LES AIRES PROTÉGÉES, UNE PRIORITÉ SELON LES QUÉBÉCOIS

Pour diffusion immédiate. Nouveau sondage CROP : LES AIRES PROTÉGÉES, UNE PRIORITÉ SELON LES QUÉBÉCOIS COMMUNIQUÉ Pour diffusion immédiate Nouveau sondage CROP : LES AIRES PROTÉGÉES, UNE PRIORITÉ SELON LES QUÉBÉCOIS Montréal, le 6 mars 2007 Un sondage réalisé du 28 février au 4 mars 2007 par la maison CROP

Plus en détail

Angle mort organisationnel : Le rôle des processus métiers documentaires dans la croissance du chiffre d affaires

Angle mort organisationnel : Le rôle des processus métiers documentaires dans la croissance du chiffre d affaires Livre blanc IDC réalisé pour Ricoh Septembre 2012 Synthèse Angle mort organisationnel : Le rôle des processus métiers documentaires dans la croissance du chiffre d affaires Angèle Boyd // Joseph Pucciarelli

Plus en détail

L État du commerce électronique dans l industrie du sport au Canada

L État du commerce électronique dans l industrie du sport au Canada L État du commerce électronique dans l industrie du sport au Canada Mars 2002 icongo, Inc 740, rue St Maurice, bureau 602 Montréal, (Québec) Canada H3C 1L5 Tél. : 514-866-2664 Télécopieur : 514-866-8404

Plus en détail

Infolettre #18 : Les graphiques avec Excel 2010

Infolettre #18 : Les graphiques avec Excel 2010 Infolettre #18 : Les graphiques avec Excel 2010 Table des matières Introduction... 1 Hourra! Le retour du double-clic... 1 Modifier le graphique... 4 Onglet Création... 4 L onglet Disposition... 7 Onglet

Plus en détail

Chapitre 1. L algorithme génétique

Chapitre 1. L algorithme génétique Chapitre 1 L algorithme génétique L algorithme génétique (AG) est un algorithme de recherche basé sur les mécanismes de la sélection naturelle et de la génétique. Il combine une stratégie de survie des

Plus en détail

Sommaire. Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos»)

Sommaire. Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos») Sommaire Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos») Novembre 2013 Table des matières 1. CONTEXTE ET OBJECTIFS... 3 2. MÉTHODES DE RECHERCHE...

Plus en détail

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Janone Ong, département des Marchés financiers La Banque du Canada a créé un nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien,

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD

COMMENTAIRE. Services économiques TD COMMENTAIRE Services économiques TD 16 juillet 213 LES MÉNAGES CANADIENS SONT PLUS ENDETTÉS QUE LES MÉNAGES AMÉRICAINS, MAIS UNIQUEMENT PAR SUITE DU RÉCENT DÉSENDETTEMENT AUX ÉTATS-UNIS Faits saillants

Plus en détail

Présentation assistée par ordinateur

Présentation assistée par ordinateur Présentation assistée par ordinateur (PowerPoint) Guide d élaboration à l intention des conférenciers Colloque sur la sécurité civile et incendie Résumé Taille et disposition o 20 diapositives au maximum

Plus en détail

Investissement en capital dans la transformation alimentaire canadienne

Investissement en capital dans la transformation alimentaire canadienne PROGRAMME DE RECHERCHE SUR LE SECTEUR DE LA TRANSFORMATION ALIMENTAIRE PROGRAMME DE RECHERCHE DE LA TRANSFORMATION ALIMENTAIRE / PROJET 6A PROJET 6a : CONNAISSANCES EN MATIÈRE D INNOVATION Investissement

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015 Sommaire de gestion Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015 L'Association canadienne du commerce des valeurs mobilières (ACCVM) est reconnaissante

Plus en détail

Webinaire ICCA/RBC : Tendances conjoncturelles Les opérations de change : un risque ou une occasion d affaires?

Webinaire ICCA/RBC : Tendances conjoncturelles Les opérations de change : un risque ou une occasion d affaires? Webinaire ICCA/RBC : Tendances conjoncturelles Les opérations de change : un risque ou une occasion d affaires? Vue d ensemble Le marché des changes : comment ça fonctionne Mythes Études de cas Gestion

Plus en détail

Évaluation des bénéfices économiques et financiers d une récolte de 400 000 mètres cubes de bois dans les Laurentides. Présentation des résultats

Évaluation des bénéfices économiques et financiers d une récolte de 400 000 mètres cubes de bois dans les Laurentides. Présentation des résultats Évaluation des bénéfices économiques et financiers d une récolte de 400 000 mètres cubes de bois dans les Laurentides Présentation des résultats Sant-Jérôme, septembre 2014 Marcel LeBreton Bac et maîtrise

Plus en détail

et idées sur le marché du pétrole Diversification de styles dans les placements en revenu fixe : défis et solutions Septembre 2015

et idées sur le marché du pétrole Diversification de styles dans les placements en revenu fixe : défis et solutions Septembre 2015 Point de Analyse vue sur le marché du pétrole Septembre 2015 Diversification de styles dans les placements en revenu fixe : défis et solutions Les investisseurs en obligations ne seront pas étonnés de

Plus en détail

Narration : Christian Reber : Jacques Marchand : Kathleen Gilmour : Nigel Roulet : Jacques Marchand :

Narration : Christian Reber : Jacques Marchand : Kathleen Gilmour : Nigel Roulet : Jacques Marchand : TRANSCRIPTION Conseils sur la présentation d une demande de subvention à la découverte du CRSNG Narration : Pour obtenir des fonds de recherche dans un milieu concurrentiel, vous devez présenter vos idées

Plus en détail

LA NOTATION STATISTIQUE DES EMPRUNTEURS OU «SCORING»

LA NOTATION STATISTIQUE DES EMPRUNTEURS OU «SCORING» LA NOTATION STATISTIQUE DES EMPRUNTEURS OU «SCORING» Gilbert Saporta Professeur de Statistique Appliquée Conservatoire National des Arts et Métiers Dans leur quasi totalité, les banques et organismes financiers

Plus en détail

Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant

Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant Page1 Volume 4, numéro 1 Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant Extraits de «Endettement étudiant : État des lieux, déterminants et impacts», Fédération étudiante universitaire

Plus en détail

ÉJECTEURS. CanmetÉNERGIE Juillet 2009

ÉJECTEURS. CanmetÉNERGIE Juillet 2009 ÉJECTEURS CanmetÉNERGIE Juillet 2009 ÉJECTEURS 1 ÉJECTEURS INTRODUCTION Les éjecteurs sont activés par la chaleur perdue ou la chaleur provenant de sources renouvelables. Ils sont actionnés directement

Plus en détail

Évaluation du Programme de subventions et de contributions Bibliothèque et Archives Canada Rapport final

Évaluation du Programme de subventions et de contributions Bibliothèque et Archives Canada Rapport final Évaluation du Programme de subventions et de contributions Bibliothèque et Archives Canada Rapport final Préparé par la Division de la vérification et de l évaluation Bibliothèque et Archives Canada Mars

Plus en détail

Incidence des tendances de marketing

Incidence des tendances de marketing Incidence des tendances de marketing La publicité au Canada joue un rôle important dans l économie canadienne avec des dépenses qui devraient atteindre plus de 23,3 milliards de dollars en 211. Dépenses

Plus en détail

INSTALLATION DU BARDEAU DE CÈDRE BLANC

INSTALLATION DU BARDEAU DE CÈDRE BLANC MISE EN GARDE Si un produit est défectueux, ne le posez pas. Les matériaux défectueux seront remplacés sous garantie uniquement si vous en faites la demande avant l installation et si les conditions d

Plus en détail

Produits alimentaires et de consommation du Canada Proposition en vue de la préparation du budget Le 6 août 2014

Produits alimentaires et de consommation du Canada Proposition en vue de la préparation du budget Le 6 août 2014 Produits alimentaires et de consommation du Canada Proposition en vue de la préparation du budget Le 6 août 2014 Résumé L industrie des produits alimentaires et des produits de consommation est le principal

Plus en détail

Développement économique Innovation Exportation. L industrie manufacturière québécoise du meuble de bureau : des marchés et des tendances à exploiter

Développement économique Innovation Exportation. L industrie manufacturière québécoise du meuble de bureau : des marchés et des tendances à exploiter Développement économique Innovation Exportation L industrie manufacturière québécoise du meuble de bureau : Un aperçu de l industrie Les activités économiques de l industrie manufacturière du meuble sont

Plus en détail

Brock. Rapport supérieur

Brock. Rapport supérieur Simplification du processus de demande d aide financière dans les établissementss : Étude de cas à l Université Brock Rapport préparé par Higher Education Strategy Associates et Canadian Education Project

Plus en détail

L ACCÈS À L ÉGALITÉ EN EMPLOI

L ACCÈS À L ÉGALITÉ EN EMPLOI D I G N I T É L I B E R T É S D R O I T S É G A L I T É P R O T E C T I O N L ACCÈS À L ÉGALITÉ EN EMPLOI Analyse des effectifs Guide pour la préparation du rapport Octobre 2011 Dans le cadre de la Loi

Plus en détail

Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada

Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada EN COLLABORATION AVEC : Sondage 2013 des canaux de revente de Direction

Plus en détail

AMÉNAGER UN COMPTOIR DE SERVICE POUR PERMETTRE LA POSITION ASSISE

AMÉNAGER UN COMPTOIR DE SERVICE POUR PERMETTRE LA POSITION ASSISE FICHE TECHNIQUE #54 AMÉNAGER UN COMPTOIR DE SERVICE POUR PERMETTRE LA POSITION ASSISE Entre le bureau et le comptoir conventionnels, il est possible d aménager un comptoir de service permettant d alterner

Plus en détail

AVALOIRS DE TOIT À DÉBIT CONTRÔLÉ (ATDC) ASPE Québec - 11 mars 2014

AVALOIRS DE TOIT À DÉBIT CONTRÔLÉ (ATDC) ASPE Québec - 11 mars 2014 AVALOIRS DE TOIT À DÉBIT CONTRÔLÉ (ATDC) ASPE Québec - 11 mars 2014 Contenu de la présentation Une conséquence du développement urbain La charge hydraulique provenant d une pluie La gestion des eaux pluviales

Plus en détail

Les marchés à terme, plus d une raison de s y intéresser

Les marchés à terme, plus d une raison de s y intéresser Les marchés à terme, plus d une raison de s y intéresser MICHEL MORIN, AGR. AGROÉCONOMISTE (CDPQ) COLLABORATEURS: STÉPHANE D AMATO, AGR., AXIS AGRICULTURE JEAN-DENIS LABRECQUE, CTA 2003 RÉJEAN LEBLANC,

Plus en détail

Table des matières. PREMIÈRE PARTIE Étapes initiales des études marketing 7

Table des matières. PREMIÈRE PARTIE Étapes initiales des études marketing 7 Table des matières Préface Public 1 Structure de l ouvrage 1 Caractéristiques de l ouvrage 3 Contenu 3 Pédagogie 4 Remarques sur l adaptation française 4 Ressources numériques 5 Biographie 6 PREMIÈRE PARTIE

Plus en détail

1. INTRODUCTION 2. DESCRIPTION DE L ETUDE

1. INTRODUCTION 2. DESCRIPTION DE L ETUDE 1. INTRODUCTION Il existe en Suisse de nombreuses installations de récupération de chaleur sur les eaux usées dont le taux de récupération varie entre 30 et 80%. La plupart de ces installations se trouvent

Plus en détail

Le nuage : Pourquoi il est logique pour votre entreprise

Le nuage : Pourquoi il est logique pour votre entreprise Le nuage : Pourquoi il est logique pour votre entreprise TABLE DES MATIÈRES LE NUAGE : POURQUOI IL EST LOGIQUE POUR VOTRE ENTREPRISE INTRODUCTION CHAPITRE 1 CHAPITRE 2 CHAPITRE 3 CONCLUSION PAGE 3 PAGE

Plus en détail

4. Résultats et discussion

4. Résultats et discussion 17 4. Résultats et discussion La signification statistique des gains et des pertes bruts annualisés pondérés de superficie forestière et du changement net de superficie forestière a été testée pour les

Plus en détail

Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires

Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires Principaux défis et facteurs de réussite Dans le cadre de leurs plans stratégiques à long terme, les banques cherchent à tirer profit

Plus en détail

Soit la fonction affine qui, pour représentant le nombre de mois écoulés, renvoie la somme économisée.

Soit la fonction affine qui, pour représentant le nombre de mois écoulés, renvoie la somme économisée. ANALYSE 5 points Exercice 1 : Léonie souhaite acheter un lecteur MP3. Le prix affiché (49 ) dépasse largement la somme dont elle dispose. Elle décide donc d économiser régulièrement. Elle a relevé qu elle

Plus en détail

L évolution de l automatisation.

L évolution de l automatisation. Gestion automatisée de la qualité Livre blanc Octobre 2009 L évolution de l automatisation. Etude de l évolution de l automatisation dans la gestion de la qualité des logiciels Page 2 Sommaire 2 Introduction

Plus en détail

Conférence téléphonique

Conférence téléphonique Conférence téléphonique T2-2015 Énoncés prospectifs et mesure non établie selon les IFRS Mise en garde concernant les déclarations prospectives Cette présentation peut contenir des énoncés prospectifs

Plus en détail

L interchange. Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa.

L interchange. Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa. L interchange Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa. Il n y a pas si longtemps, les consommateurs n avaient d autre choix que d utiliser

Plus en détail

SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE

SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE SEPTEMBRE 2008 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 3 SONDAGE ET ÉCHANTILLONNAGE... 3 SONDAGE... 3 ÉCHANTILLONNAGE... 4 COMPILATION DES RÉSULTATS... 4

Plus en détail

Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits

Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits Les répercussions pour le secteur des logiciels et des services infonuagiques Novembre 2014 L International Accounting Standards Board (IASB)

Plus en détail

Intensifier l aménagement forestier pour un réseau industriel optimisé

Intensifier l aménagement forestier pour un réseau industriel optimisé Intensifier l aménagement forestier pour un réseau industriel optimisé Luc LeBel Directeur Consortium de recherche FORAC 21 Novembre 2012 Colloque sur l intensification de l aménagement forestier au BSL

Plus en détail

SONDAGES RELATIFS AUX SERVICES D INFORMATION ET DE RÉFÉRENCE OFFERTS PAR LA DIRECTION GÉNÉRALE DE LA DIFFUSION DE BANQ

SONDAGES RELATIFS AUX SERVICES D INFORMATION ET DE RÉFÉRENCE OFFERTS PAR LA DIRECTION GÉNÉRALE DE LA DIFFUSION DE BANQ SONDAGES RELATIFS AUX SERVICES D INFORMATION ET DE RÉFÉRENCE OFFERTS PAR LA DIRECTION GÉNÉRALE DE LA DIFFUSION DE BANQ RÉSULTATS DE L ÉTÉ 2008 JUMELÉS À CEUX DE L HIVER 2008 RAPPORT VERSION FINALE Daniel

Plus en détail

Énoncé de la SCO relativement aux valeurs des services non assurés au Canada

Énoncé de la SCO relativement aux valeurs des services non assurés au Canada Énoncé de la SCO relativement aux valeurs des services non assurés au Canada Introduction Un certain nombre de services de santé pour les yeux qu offrent des médecins ne sont pas considérés médicalement

Plus en détail

La monnaie, les banques et les taux d intérêt

La monnaie, les banques et les taux d intérêt Chapitre 10 La monnaie, les banques et les taux d intérêt 1 Objectifs Définir ce qu est la monnaie et décrire ses fonctions Expliquer les fonctions économiques des banques canadiennes et des autres intermédiaires

Plus en détail

Immigration : L Accord Canada-Québec

Immigration : L Accord Canada-Québec Immigration : L Accord Canada-Québec Publication n o 2011-89-F Révisée le 5 juillet 2011 Michel-Ange Pantal Division des affaires sociales Service d information et de recherche parlementaires Immigration

Plus en détail

Comment optimiser l utilisation des ressources Cloud et de virtualisation, aujourd hui et demain?

Comment optimiser l utilisation des ressources Cloud et de virtualisation, aujourd hui et demain? DOSSIER SOLUTION Solution CA Virtual Placement and Balancing Comment optimiser l utilisation des ressources Cloud et de virtualisation, aujourd hui et demain? agility made possible La solution automatisée

Plus en détail

SOMMAIRE. AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES

SOMMAIRE. AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES Faits saillants du sondage 2 Contexte et méthode de sondage 3 Profil des répondants 3 Investissements

Plus en détail

Introduction à l évaluation des besoins en compétences essentielles

Introduction à l évaluation des besoins en compétences essentielles Introduction à l évaluation des besoins en compétences essentielles Cet outil offre aux conseillers en orientation professionnelle : un processus étape par étape pour réaliser une évaluation informelle

Plus en détail

POUR UN ENCADREMENT DES PÉNALITÉS HYPOTHÉCAIRES AU CANADA. Richard Beaumier, FCA, CFA, MBA VICE-PRÉSIDENT, COMITÉ RELATIONS GOUVERNEMENTALES

POUR UN ENCADREMENT DES PÉNALITÉS HYPOTHÉCAIRES AU CANADA. Richard Beaumier, FCA, CFA, MBA VICE-PRÉSIDENT, COMITÉ RELATIONS GOUVERNEMENTALES POUR UN ENCADREMENT DES PÉNALITÉS HYPOTHÉCAIRES AU CANADA Richard Beaumier, FCA, CFA, MBA VICE-PRÉSIDENT, COMITÉ RELATIONS GOUVERNEMENTALES FÉDÉRATION DES CHAMBRES IMMOBILIÈRES DU QUÉBEC Novembre 2010

Plus en détail

LE RÔLE DE LA STATISTIQUE DANS UN PROCESSUS DE PRISE DE DÉCISION

LE RÔLE DE LA STATISTIQUE DANS UN PROCESSUS DE PRISE DE DÉCISION LE RÔLE DE LA STATISTIQUE DANS UN PROCESSUS DE PRISE DE DÉCISION Sylvie Gervais Service des enseignements généraux École de technologie supérieure (sylvie.gervais@etsmtl.ca) Le laboratoire des condensateurs

Plus en détail

REER, CELI ou prêt hypothécaire : comment faire le bon choix?

REER, CELI ou prêt hypothécaire : comment faire le bon choix? REER, CELI ou prêt hypothécaire : comment faire le bon choix? Jamie Golombek L épargne est une pratique importante. Elle nous permet de mettre de côté une partie de nos revenus actuels afin d en profiter

Plus en détail

L investissement en fonction du passif : qu en est-il de son usage à travers le monde?

L investissement en fonction du passif : qu en est-il de son usage à travers le monde? GROUPE DE RECHERCHE SUR LES PRATIQUES DE GESTION DES RÉGIMES DE RETRAITE L investissement en fonction du passif : qu en est-il de son usage à travers le monde? SOMMAIRE Le Groupe de recherche sur les pratiques

Plus en détail

Résumé camp forestier février 2012

Résumé camp forestier février 2012 Résumé camp forestier février 2012 Lundi 13 février 2012 Visite du chantier de SOLIFOR, secteur Waco à Rivière aux Rats. SOLIFOR s est porté acquéreur des lots privés que possédait Abitibi Bowater lors

Plus en détail

Système de management H.A.C.C.P.

Système de management H.A.C.C.P. NM 08.0.002 Norme Marocaine 2003 Système de management H.A.C.C.P. Exigences Norme Marocaine homologuée par arrêté du Ministre de l'industrie, du Commerce et des Télécommunications N 386-03 du 21 Février

Plus en détail

INF6304 Interfaces Intelligentes

INF6304 Interfaces Intelligentes INF6304 Interfaces Intelligentes filtres collaboratifs 1/42 INF6304 Interfaces Intelligentes Systèmes de recommandations, Approches filtres collaboratifs Michel C. Desmarais Génie informatique et génie

Plus en détail

Vision industrielle et télédétection - Détection d ellipses. Guillaume Martinez 17 décembre 2007

Vision industrielle et télédétection - Détection d ellipses. Guillaume Martinez 17 décembre 2007 Vision industrielle et télédétection - Détection d ellipses Guillaume Martinez 17 décembre 2007 1 Table des matières 1 Le projet 3 1.1 Objectif................................ 3 1.2 Les choix techniques.........................

Plus en détail

PROGRAMME D HABILETÉS EN FAUTEUIL ROULANT (WSP-F)

PROGRAMME D HABILETÉS EN FAUTEUIL ROULANT (WSP-F) PROGRAMME D HABILETÉS EN FAUTEUIL ROULANT (WSP-F) LIGNES DIRECTRICES POUR LE PARCOURS À OBSTACLES VERSION 4.1 CANADIENNE-FRANÇAISE Les activités d entraînement et d évaluation du WSP-F 4.1 peuvent se dérouler

Plus en détail

GUIDE DE L'UTILISATEUR

GUIDE DE L'UTILISATEUR GUIDE DE L'UTILISATEUR LE PLAN D AUTOGESTION DU DÉVELOPPEMENT PROFESSIONNEL CONTINU EN CINQ ÉTAPES Pour pouvoir donner des soins de qualité aux patients tout au long de sa carrière professionnelle, le

Plus en détail

Rapport. Examen des méthodes de paiement et des tendances des paiements au Canada Octobre 2012

Rapport. Examen des méthodes de paiement et des tendances des paiements au Canada Octobre 2012 Rapport Examen des méthodes de paiement et des tendances des paiements au Canada Octobre 2012 Remerciements Plusieurs organismes ont fourni des données et de l information à l ACP, l ont aidée à formuler

Plus en détail

EXPLOITATIONS PEDAGOGIQUES DU TABLEUR EN STG

EXPLOITATIONS PEDAGOGIQUES DU TABLEUR EN STG Exploitations pédagogiques du tableur en STG Académie de Créteil 2006 1 EXPLOITATIONS PEDAGOGIQUES DU TABLEUR EN STG Commission inter-irem lycées techniques contact : dutarte@club-internet.fr La maquette

Plus en détail

Principes de Finance

Principes de Finance Principes de Finance 12. Théorie des options I Daniel Andrei Semestre de printemps 211 Principes de Finance 12. Théorie des options I Printemps 211 1 / 43 Plan I Introduction II Comprendre les options

Plus en détail

Concours de recrutement interne PLP 2009

Concours de recrutement interne PLP 2009 Concours de recrutement interne PLP 2009 Le sujet est constitué de quatre exercices indépendants. Le premier exercice, de nature pédagogique au niveau du baccalauréat professionnel, porte sur le flocon

Plus en détail

RÉGIME QUÉBÉCOIS D ASSURANCE PARENTALE : UN DÉBAT QUI NOUS CONCERNE

RÉGIME QUÉBÉCOIS D ASSURANCE PARENTALE : UN DÉBAT QUI NOUS CONCERNE RÉGIME QUÉBÉCOIS D ASSURANCE PARENTALE : UN DÉBAT QUI NOUS CONCERNE Position du Regroupement des jeunes gens d'affaires du Québec sur le projet de loi no 140 Loi sur l assurance parentale Document soumis

Plus en détail

L'intelligence d'affaires: la statistique dans nos vies de consommateurs

L'intelligence d'affaires: la statistique dans nos vies de consommateurs L'intelligence d'affaires: la statistique dans nos vies de consommateurs Jean-François Plante, HEC Montréal Marc Fredette, HEC Montréal Congrès de l ACFAS, Université Laval, 6 mai 2013 Intelligence d affaires

Plus en détail

Commentaires. Michael Narayan. Les taux de change à terme

Commentaires. Michael Narayan. Les taux de change à terme Commentaires Michael Narayan L étude de Levin, Mc Manus et Watt est un intéressant exercice théorique qui vise à extraire l information contenue dans les prix des options sur contrats à terme sur le dollar

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

Test de réalisation Mathématiques au quotidien 12 e année. Cahier de l élève

Test de réalisation Mathématiques au quotidien 12 e année. Cahier de l élève Test de réalisation Mathématiques au quotidien 12 e année Cahier de l élève Juin 2014 Données de catalogage avant publication Éducation et Enseignement supérieur Manitoba Test de réalisation, Mathématiques

Plus en détail

PRÉPARATION DU BACCALAURÉAT MATHÉMATIQUES. SÉRIE ES Obligatoire et Spécialité

PRÉPARATION DU BACCALAURÉAT MATHÉMATIQUES. SÉRIE ES Obligatoire et Spécialité PRÉPARATIN DU BACCALAURÉAT MATHÉMATIQUES SÉRIE ES bligatoire et Spécialité Décembre 0 Durée de l épreuve : heures Coefficient : ou L usage d une calculatrice électronique de poche à alimentation autonome,

Plus en détail

Rapport d enquête 24 octobre 2008

Rapport d enquête 24 octobre 2008 Impact du management de la qualité sur la performance financière des entreprises lauréates des Grands Prix québécois de la qualité Rapport d enquête 24 octobre 2008 Table des matières 1. Introduction 3

Plus en détail

Le Data Mining au service du Scoring ou notation statistique des emprunteurs!

Le Data Mining au service du Scoring ou notation statistique des emprunteurs! France Le Data Mining au service du Scoring ou notation statistique des emprunteurs! Comme le rappelle la CNIL dans sa délibération n 88-083 du 5 Juillet 1988 portant adoption d une recommandation relative

Plus en détail

Profil de l industrie interactive canadienne 2012

Profil de l industrie interactive canadienne 2012 Profil de l industrie interactive canadienne 2012 Rapport de recherche final Septembre 2013 Préparé pour : Préparé par : OTHER LOGO OTHER LOGO Traduit par (OPTIONAL) : Semantikos (OPTIONAL) OTHER LOGO

Plus en détail

Première STMG1 2014-2015 progression. - 1. Séquence : Proportion d une sous population dans une population.

Première STMG1 2014-2015 progression. - 1. Séquence : Proportion d une sous population dans une population. Première STMG1 2014-2015 progression. - 1 Table des matières Fil rouge. 3 Axes du programme. 3 Séquence : Proportion d une sous population dans une population. 3 Information chiffrée : connaître et exploiter

Plus en détail

Manuel de référence Options sur devises

Manuel de référence Options sur devises Manuel de référence Options sur devises Groupe TMX Actions Bourse de Toronto Bourse de croissance TSX TMX Select Equicom Produits dérivés Bourse de Montréal CDCC Marché climatique de Montréal Titres à

Plus en détail

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015 LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015 Table des matières Message du président-directeur général 3 Orientation gouvernementale 1 : Informer, sensibiliser, éduquer,

Plus en détail

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO-

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- ALIMENTAIRE AU QUÉBEC RÉSULTATS D UNE CONSULTATION DES ACTEURS DU SECTEUR AGROALIMENTAIRE AU SUJET DE LEUR CONFIANCE ENVERS LEURS PERSPECTIVES FUTURES Préparé pour l Union

Plus en détail

PORTE-FENÊTRE COULISSANTE SYSTÈME 2200 DE REHAU. www.rehau.com. Construction Automobile Industrie

PORTE-FENÊTRE COULISSANTE SYSTÈME 2200 DE REHAU. www.rehau.com. Construction Automobile Industrie PORTE-FENÊTRE COULISSANTE SYSTÈME 2200 DE REHAU www.rehau.com Construction Automobile Industrie PORTE-FENÊTRE: LA PROCHAINE GÉNÉRATION CONCEPTION AXÉE SUR LA PERFORMANCE ET STYLE ATTRAYANT La porte-fenêtre

Plus en détail

les escaliers La pose Guide d installation pour bricoleurs Préparation des outils Prêt à installer Moulé à votre style de vie

les escaliers La pose Guide d installation pour bricoleurs Préparation des outils Prêt à installer Moulé à votre style de vie les escaliers La pose Guide d installation pour bricoleurs Préparation des outils Prêt à installer Moulé à votre style de vie Guide d installation d un escalier pour bricoleurs L escalier représente souvent

Plus en détail

Crédits d impôt pour la recherche scientifique et le développement expérimental («RS&DE»)

Crédits d impôt pour la recherche scientifique et le développement expérimental («RS&DE») Crédits d impôt pour la recherche scientifique et le développement expérimental («RS&DE») Aperçu du programme et occasions à saisir Pascal Martel Yara Bossé-Viola 8 octobre 2014 Objectifs Objectifs du

Plus en détail

TECH. INFOTECH # 34 Solvabilité 2 : Le calcul du capital économique dans le cadre d un modèle interne. Introduction

TECH. INFOTECH # 34 Solvabilité 2 : Le calcul du capital économique dans le cadre d un modèle interne. Introduction INFO # 34 dans le cadre d un modèle interne Comment les méthodes d apprentissage statistique peuvent-elles optimiser les calculs? David MARIUZZA Actuaire Qualifié IA Responsable Modélisation et Solvabilité

Plus en détail

«Silva Cell Investir dans l infrastructure verte»

«Silva Cell Investir dans l infrastructure verte» «Silva Cell Investir dans l infrastructure verte» Silva Cell Module d enracinement pour arbres Application : - Le module Silva Cell crée un espace souterrain permettant l enracinement des arbres en ville.

Plus en détail

Opportunités de valorisation des bois de trituration des forêts privées

Opportunités de valorisation des bois de trituration des forêts privées Créer des solutions pour le secteur forestier Opportunités de valorisation des bois de trituration des forêts privées Établissement de centres de mise en copeaux pour le bois de trituration Serge Constantineau,

Plus en détail

assurance collective Assurance médicaments Des solutions intégrées pour une gestion efficace

assurance collective Assurance médicaments Des solutions intégrées pour une gestion efficace assurance collective Assurance médicaments Des solutions intégrées pour une gestion efficace Notre vision Desjardins Assurances est un acteur canadien important en assurance collective, reconnu pour son

Plus en détail

Cet article s attache tout d abord

Cet article s attache tout d abord Méthodes internationales pour comparer l éducation et l équité Comparaison entre pays des coûts de l éducation : des sources de financement aux dépenses Luc Brière Marguerite Rudolf Bureau du compte de

Plus en détail

ULC-S536-04 Inspection et mise à l essai des réseaux avertisseurs d incendie

ULC-S536-04 Inspection et mise à l essai des réseaux avertisseurs d incendie ULC-S536-04 Inspection et mise à l essai des réseaux avertisseurs d incendie Séminaire technique ACAI 14 novembre 2013 Par : Pierre Noël STRUCTURE DE LA NORME Les réseaux avertisseurs d incendie doivent

Plus en détail

Étude comparative sur les salaires et les échelles salariales des professeurs d université. Version finale. Présentée au

Étude comparative sur les salaires et les échelles salariales des professeurs d université. Version finale. Présentée au Étude comparative sur les salaires et les échelles salariales des professeurs d université Version finale Présentée au Syndicat général des professeurs et professeures de l Université de Montréal (SGPUM)

Plus en détail

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique DOMAINE P3.C3.D1. Pratiquer une démarche scientifique et technologique, résoudre des

Plus en détail

Guide de planification du revenu de retraite

Guide de planification du revenu de retraite Guide de planification du revenu de retraite Guide de planification du revenu de retraite 3 Votre plan de revenu de retraite Comment assurer la stabilité du revenu à la retraite Chaque personne vit la

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD HAUSSES RÉCENTES DES TAUX HYPOTHÉCAIRES AU CANADA RÉPONSES À DES QUESTIONS COURANTES

COMMENTAIRE. Services économiques TD HAUSSES RÉCENTES DES TAUX HYPOTHÉCAIRES AU CANADA RÉPONSES À DES QUESTIONS COURANTES COMMENTAIRE Services économiques TD HAUSSES RÉCENTES DES TAUX HYPOTHÉCAIRES AU CANADA RÉPONSES À DES QUESTIONS COURANTES Dans le contexte d une diminution continue des taux d intérêt depuis le milieu des

Plus en détail

Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES

Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES Communauté locale de la Vallée de la Missisquoi Nord MRC de Memphrémagog Ce que les chiffres

Plus en détail

SESSION DE FORMATION. Gestion Commerciale 1. Session formation NIVEAU 1 (2 ème Journée)

SESSION DE FORMATION. Gestion Commerciale 1. Session formation NIVEAU 1 (2 ème Journée) SESSION DE FORMATION Gestion Commerciale 1 SOMMAIRE Les Clients... 4 Fiche CLIENT... 4 Fiche CLIENT- Paramètres... 4 Fiche CLIENT- Contacts... 5 Fiche CLIENT- banque... 5 Fiche CLIENT- Tarifs... 5 Fiche

Plus en détail

Guide d exploration de métiers et de professions. Approche orientante

Guide d exploration de métiers et de professions. Approche orientante Guide d exploration de métiers et de professions Approche orientante Document rédigé par Yves Jutras Direction régionale d Emploi-Québec de l Île-de-Montréal, 2012 Exploration de métiers et de professions

Plus en détail

Formation 3DS Partie 2. Fascicule 3DS. Partie 2 : Modélisation

Formation 3DS Partie 2. Fascicule 3DS. Partie 2 : Modélisation Fascicule 3DS Partie 2 : Modélisation Formation CIREVE 2007 1 Introduction sur l utilisation de formes 2D...3 1. Avant propos...4 2. Utilisation des splines (formes 2D)...4 3. Les types de sommet...5 4.

Plus en détail

Les 10 grands principes de l utilisation du data mining pour une gestion de la relation client réussie

Les 10 grands principes de l utilisation du data mining pour une gestion de la relation client réussie Les 10 grands principes de l utilisation du data mining pour une gestion de la relation client réussie Découvrir les stratégies ayant fait leurs preuves et les meilleures pratiques Points clés : Planifier

Plus en détail