Mémo technique MODELES GENERIQUES DE SCORE DE CREDIT ou Le scoring de crédit «prêt à l emploi»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mémo technique MODELES GENERIQUES DE SCORE DE CREDIT ou Le scoring de crédit «prêt à l emploi»"

Transcription

1 Mémo technique MODELES GENERIQUES DE SCORE DE CREDIT ou Le scoring de crédit «prêt à l emploi» 46, rue de la Tour Paris tél. (33) fax (33)

2 Sommaire 1. SYNTHESE : CE QU IL FAUT SAVOIR 1 2. PRESENTATION GENERALE ET ENJEUX 2 3. DESCRIPTION DES MODELES DE SCORE GENERIQUES3 3.1 Principe de fonctionnement Liste des modèles Soft Computing disponibles Modèles de score d octroi pour les particuliers Modèles de score de comportement (=surveillance récurrente pour les dossiers ouverts disposant d un historique) pour les particuliers Modèles de score d octroi et de comportement pour les TPE/PME 5 4. LE MARCHE Les utilisations MISE EN ŒUVRE OPERATIONNELLE : PROCESSUS, COUTS, LIMITES ET BENEFICES POUR L ENTREPRISE Processus Cadrage du contexte de mise en œuvre du modèle de score : Adaptation du modèle au contexte identifié : Aide à la définition des éléments de la politique de crédit impactés par le score : Aide à la définition des rapports et des procédures de suivi du score : Limites essentielles FICHE D IDENTITE 10 30/04/2004 Mémo Scoring.doc I

3 1. Synthèse : ce qu il faut savoir 1. Les modèles génériques de score de crédit sont des grilles de score de crédit «toutes prêtes» qui n ont pas été développées spécifiquement pour un organisme de crédit particulier. Tout organisme de crédit peut alors les contracter, sans avoir recours à une modélisation statistique du risque de crédit sur son portefeuille de clients ou de prospects. 2. Chaque modèle générique est adapté à un contexte précis de risque de crédit, à savoir : a. Un produit ou un groupe de produits particulier (prêt à la consommation, carte de crédit, compte courant bancaire, crédit immobilier, prêts et crédits aux TPE/PME, etc.), b. Une clientèle définie (particuliers ou TPE/PME), c. Une utilisation particulière (octroi ou surveillance) 3. Les modèles génériques sont élaborés en s inspirant de différents modèles développés statistiquement pour le contexte de risque de crédit identifié. Chaque modèle générique constitue une sorte de généralisation des éléments communs observés au travers de différents modèles élaborés pour des organismes de crédit différents, mais toujours pour le même contexte de risque de crédit. L évaluation et l assemblage des tendances et orientations communes aux différents modèles collectés (caractéristiques, modalités, pondérations, ) requièrent une importante expérience du développement de modèles de score de crédit. 4. Les modèles génériques de score de crédit sont généralement utilisés par des organismes : a. Ne disposant pas des données historisées nécessaires au développement statistique d un score (implantation sur un nouveau marché, nouveau produit de crédit, etc.) b. Ne disposant pas du volume ou de la qualité de données requises pour le développement statistique d un score (portefeuille limité, niche, faible qualité/diversité/représentativité des données disponibles, données inaccessibles, etc.) c. Ne disposant pas du temps nécessaire au développement statistique d un score 5. Les modèles génériques de score de crédit comportent certaines limitations significatives, comparativement aux modèles développés statistiquement et spécifiquement pour le portefeuille de l organisme utilisateur, spécialement en terme de pilotage dans la politique de crédit. 6. Les modèles génériques de score de crédit proposés par Soft Computing sont rarement livrés en l état au client. Ils servent de base de travail et sont ajustés pour tenir compte des contraintes opérationnelles du client (extraction ou ajout 30/04/2004 Mémo Scoring.doc 1 Synthèse : ce qu il faut savoir

4 de variables ou de modalités, changement des bornes des modalités, ajustement des pondérations, ). 7. La mise en œuvre opérationnelle de modèles de score de crédit est extrêmement sensible. Elle doit se faire de façon incrémentielle et demande un suivi très rigoureux et des ajustements réguliers. 8. L utilisation de modèles génériques de score de crédit est souvent une étape transitoire, dans l attente de la constitution d un historique de dossiers dont le volume et la qualité permettent le développement de modèles statistiques, qui viendront remplacer les modèles génériques. 2. Présentation générale et enjeux L utilisation de modèles de score de crédit est devenue incontournable pour la quasi-totalité des organismes de crédit, compte tenu de leur apport en terme de productivité, d efficacité et d objectivité, ainsi que de pilotage et de contrôle de la politique de crédit. Mais les portefeuilles de chaque organisme de crédit sont sensiblement différents, en terme de profil de population, de données disponibles ou de risque à estimer. Le développement statistique des scores de crédit, à partir de l analyse des données spécifiques à chaque portefeuille, permet de disposer de modèles optimisés pour le contexte opérationnel spécifique de l organisme de crédit utilisateur. Cependant, les exigences sur les données d étude requises pour le développement d un score statistique sont relativement élevées et ne peuvent être satisfaites sur tous les portefeuilles. Dans de tels cas de figure, l organisme de crédit désireux d implémenter des scores de crédit sera alors amené à contracter, auprès d un prestataire spécialisé, un modèle «clé en main» qui, même si il n a pas été développé spécifiquement sur ses données, est adapté à son portefeuille et à son risque de crédit. Un tel modèle de score est dit générique, par opposition à un modèle spécifique, puisqu il est «généralisable» à différents portefeuilles de crédit. Seul un prestataire spécialisé, disposant de sources variées et représentatives des différents contextes de crédit, ainsi que d une importante expérience dans le développement et la mise en œuvre de modèles de score de crédit, pourra justifier de sa capacité à produire des scores génériques. Les enjeux d un modèle de score génériques sont de retrouver au mieux les capacités et la puissance d un modèle de score statistique spécifique : 30/04/2004 Mémo Scoring.doc 2 Présentation générale et enjeux

5 1. Capacité à fournir une note qui discrimine fortement entre les «Bons» et les «Mauvais» dossiers, conformément à la définition de «Bons» et de «Mauvais» dossiers établie par l organisme créditeur, 2. Stabilité à travers le temps, 3. Utilisation exclusivement des données disponibles opérationnellement dans le processus décisionnel de l organisme de crédit, Capacité à simuler et anticiper l impact du score sur la population traitée, en terme de distributions, d exceptions, de seuils, de taux de défaut et d acceptation associés, etc. 3. Description des modèles de score génériques 3.1 Principe de fonctionnement Chaque modèle de score est constitué de 10 à 15 caractéristiques telles que «Age de l emprunteur», «CSP de l emprunteur», etc. Chacune de ces caractéristiques est décomposée en différentes modalités, chaque modalité identifiant un ensemble de valeurs pouvant être prises par la caractéristique en question. En face de chacune de ces modalités se trouve une pondération en nombre entier positif. Ainsi pour une caractéristique telle que «Age de l emprunteur» les modalités et les pondérations peuvent prendre la forme suivante :! < 24 ans 0! 24 ans -< 33 ans 31! 33 ans -< 45 ans 41! 45 ans -< 60 ans 51! 60 ans et plus 60! NON DONNE 0! NON INFORMATION 33 Le score de chaque dossier traité se calcule en additionnant les pondérations attribuées à ce dossier compte tenu des valeurs qu il présente pour chacune des caractéristiques du modèle de score. Plus le score obtenu est élevé, plus il est estimé que le risque de devenir «Mauvais» est faible, relativement à la définition «Bon»/«Mauvais» retenue pour le modèle. Exemple : 30/04/2004 Mémo Scoring.doc 3 Description des modèles de score génériques

6 Le modèle de score générique utilisé pour le calcul du score ci-dessous est destiné à évaluer le risque de d impayés graves (3 mensualités cumulées impayées ou plus) sur des demandes de crédit revolving, de la part de particuliers. Caractéristiques du modèle Sujet 8 Age de l emprunteur 52 ans 51 Situation maritale Concubinage ou PACS 19 Statut résidentiel Locataire 24 Lieu de résidence Provence-Alpes-Côte d'azur 20 Ancienneté à l'adresse actuelle 9 ans 17 Nature du contrat de travail ET Ancienneté à CDI ET 25 ans 56 l emploi actuel de l emprunteur CSP de l emprunteur Agent de Service 31 CSP du conjoint Agent de Sécurité et de 11 Surveillance Nature du contrat de travail ET Ancienneté à CDD ET 5 mois 0 l emploi actuel du conjoint Revenu du ménage ET Nombre de personnes 2200 ET 2 personnes 67 du ménage Pourcentage actuel des remboursements 0% 89 mensuels du ménage SCORE FINAL Liste des modèles Soft Computing disponibles Soft Computing propose onze modèles génériques de score de crédit, respectivement pour les contextes de risque de crédit suivant : Modèles de score d octroi pour les particuliers # Score d octroi de prêt immobilier pour les particuliers (estimation du risque d impayés graves dans les 4 ans qui suivent l ouverture du prêt) # Score d octroi de crédit revolving pour les particuliers (estimation du risque d impayés graves dans les 12 mois qui suivent l obtention du crédit) # Score d octroi de prêt amortissable affecté ou non affecté pour les particuliers (estimation du risque d impayés graves dans les 12 mois qui suivent l obtention du crédit) # Score d octroi de prêt automobile pour les particuliers (estimation du risque d impayés graves dans les 12 mois qui suivent l obtention du crédit) 30/04/2004 Mémo Scoring.doc 4 Description des modèles de score génériques

7 3.2.2 Modèles de score de comportement (=surveillance récurrente pour les dossiers ouverts disposant d un historique) pour les particuliers # Scores de comportement pour compte courant (estimation du risque de découvert non autorisé dans les 6 mois qui suivent l évaluation)! Clients ayant eu au moins un «découvert non autorisé» au cours des 24 derniers mois précédents l évaluation! Clients ne possédant pas de prêt dans l établissement, et n ayant pas eu de «découvert non autorisé» au cours des 24 derniers mois précédents l évaluation! Clients possédant au moins un prêt dans l établissement, et n ayant pas eu de «découvert non autorisé» au cours des 24 derniers mois précédents l évaluation # Scores de comportement pour compte revolving (estimation du risque d impayés graves dans les 6 mois qui suivent l évaluation)! Clients avec un impayé en cours mais toujours en gestion courante! Clients sans impayé en cours Modèles de score d octroi et de comportement pour les TPE/PME # Score d octroi de crédit court terme (estimation du risque d impayés graves dans les 12 mois qui suivent l évaluation) # Score de comportement sur court terme (estimation du risque d impayés graves dans les 12 mois qui suivent l évaluation) 4. Le marché 4.1 Les utilisations Les modèles de score génériques sont généralement utilisés comme des solutions aux problématiques suivantes : # Développement d une offre de crédit sur un nouveau marché (nouveau pays, nouvelle population, etc.). Les caractéristiques d un dossier ou d un compte qui sont prédictives de son risque de crédit peuvent grandement varier d un pays à l autre, et plus généralement d une clientèle à une autre. 30/04/2004 Mémo Scoring.doc 5 Le marché

8 Si un organisme de crédit lance une offre de crédit sur une nouvelle clientèle, il ne dispose alors pas, par définition, de données historisées sur cette clientèle, et donc de la capacité à développer un score statistique spécifique pour cette population. Plutôt que d utiliser sur cette nouvelle clientèle un modèle de score développé statistiquement sur une autre population, il peut s avérer plus adapté, plus sûr et plus efficace d utiliser un score générique élaboré pour la clientèle en question. Les modèles de score génériques dont dispose Soft Computing sont adaptés au marché français. Ils permettent donc à des organismes de crédit étranger de monter en France une offre de crédit gérée par des modèles de score # Développement d une nouvelle offre de crédit. Les caractéristiques d un dossier ou d un compte qui sont prédictives de son risque de défaut varient aussi grandement suivant le produit de crédit concerné. Si un organisme de crédit lance un nouveau produit de crédit, il ne dispose alors pas de données historisées sur ce produit, et donc de la capacité à développer un score statistique spécifique pour ce produit. Pour mettre en œuvre sur cette nouvelle offre une politique de crédit basée sur des scores, il devra donc avoir recours à des modèles de score génériques, élaborés spécialement pour ce produit. Les modèles de score génériques dont dispose Soft Computing couvrent une gamme importante de produit de crédit. # Volume de données historisées trop faible pour constituer un fichier de développement d un modèle de score statistique. Le développement statistique d un score requiert de disposer d au moins 400 ou 500 dossiers «Mauvais» et 400 ou 500 dossiers «Bons», dont le profil historique est disponible un certain nombre de mois avant cette classification récente en «Bons» et «Mauvais». Il peut arriver assez fréquemment que ces quotas ne soient pas atteints pour les dossiers mauvais, spécialement pour certains produits de crédit (leasing, prêts au TPE/PME, etc.) et/ou des organismes de crédit de petite taille. Le développement de score statistique risque alors de fournir des modèles peu fiables et peu stables. L utilisation de modèles de score génériques s offre alors comme une alternative pour les organismes de crédit concernés. # Diversité des données historisées trop limitée comparativement aux données disponibles opérationnellement. 30/04/2004 Mémo Scoring.doc 6 Le marché

9 Certains organismes de crédit ne sauvegardent et/ou n archivent qu une partie limitée des données disponibles sur un dossier à un instant donné. Si ils souhaitent développer un score statistique, ces organismes devront alors limiter les caractéristiques candidates à l entrée dans le modèle de score aux variables régulièrement archivées et historisées. Cette limitation amènera alors à se priver d un nombre significatif de caractéristiques disponibles dans le processus décisionnel, et prédictives du risque. L efficacité et la puissance prédictive du modèle de score obtenu s en trouveront alors grandement réduites. Dés lors, un modèle de score générique peut s avérer plus efficace et plus discriminant qu un tel modèle statistique, même si il n a pas été développé spécifiquement pour le portefeuille et la population sur lesquels il sera appliqué. # Qualité et fiabilité des données historisées trop limitée pour qu elles servent de source au développement statistique d un modèle de score. Un des principes bien connus du développement statistique d un score est «garbage in, garbage out», qui traduit le fait que la qualité, la fiabilité et la stabilité d un modèle de score développé statistiquement sont directement liées à la qualité des données analysées. Pour des organismes disposant de données d étude fortement dégradées (mal codées, peu renseignées, largement frauduleuses, ), l utilisation de modèles de score génériques fournira alors des modèles plus efficace qu un modèle développé statistiquement sur ces données d étude. # Mise en œuvre extrêmement urgente d un modèle de score de crédit. Un modèle de score générique peut être implémenté extrêmement rapidement dans la mesure où il ne requiert aucune extraction de données, aucune préparation d une matrice de travail, et aucune analyse statistique de données, à l opposé du développement d un modèle de score statistique. Le cadrage du contexte opérationnel et métier du client et l adaptation du modèle de score générique à ses besoins peut être effectué très rapidement. Ceci peut parfois être un critère d orientation vers l utilisation temporaire d un modèle de score générique. 30/04/2004 Mémo Scoring.doc 7 Le marché

10 5. Mise en œuvre opérationnelle : processus, limites et bénéfices pour l entreprise 5.1 Processus Cadrage du contexte de mise en œuvre du modèle de score : # Description des objectifs économiques et opérationnels de la mise en œuvre du modèle de score, # Identification du produit et de la population sur lesquels le modèle de score sera appliqué, # Définition du risque de crédit («Bon»/«Mauvais») à estimer par le modèle, # Recensement des caractéristiques et des agrégats disponibles au sein du processus décisionnel pour être utilisé par le modèle de score, # Investigation de la qualité, de la fiabilité, du taux de remplissage et du degré de disponibilité de ces caractéristiques et agrégats, # Détermination de la capacité du système décisionnel à utiliser opérationnellement le modèle de score dans le cadre des objectifs à atteindre (décision en temps réel, ), # Détermination des capacités à produire régulièrement les rapports pertinents de suivis des scores, # Préparation éventuelle d un échantillon de dossier, même limité et récent (sans recul d observation), pouvant être scoré par le modèle en vue d effectuer des simulations Adaptation du modèle au contexte identifié : # Ajout, suppression ou modification des :! Caractéristiques! Modalités! Pondérations du modèle générique retenu comme base de travail pour le contexte de risque de crédit identifié, sur la base des conclusions élaborées suite aux investigations de la phase précédente, # Echange des nouvelles versions du modèle proposé avec le client, pour un regard et une validation opérationnelle et métier, jusqu à obtention d un modèle jugé équilibré par les deux parties (efficace, fiable, stable, lisible et intuitif, implémentable, ), 30/04/2004 Mémo Scoring.doc 8 Mise en œuvre opérationnelle : processus, limites et bénéfices pour l entreprise

11 # Approbation par le client de la version définitive du modèle de score qui sera livrée Aide à la définition des éléments de la politique de crédit impactés par le score : # Application éventuelle du modèle sur l échantillon de simulation préparé lors de la phase 1, # Etude de la distribution de score obtenue et des taux d acceptation obtenus suivant la note de score retenue comme seuil d acceptation, # Etude de cette distribution de score et d autres tests effectués sur l échantillon de simulation pour recommander des orientations et certains éléments des règles de décisions et de traitements exceptionnels devant encadrer le score, # A défaut de disponibilité d un échantillon de validation, exposition d une méthodologie progressive et incrémentielle d identification et de contrôle du score seuil et des règles de décisions, permettant de satisfaire à terme les objectifs économiques du client Aide à la définition des rapports et des procédures de suivi du score : # Présentation de la liste des rapports à générer et à implémenter pour effectuer un suivi pertinent de l efficacité du modèle de score ou de ces composants à travers le temps, # Exposition des procédures (fréquence, sources, ) de mise en œuvre de ces rapports, de la façon de les interpréter et des différentes types d actions et d ajustements qu ils peuvent susciter en fonction des résultats obtenus. 5.2 Limites essentielles Comme exposé en 5.2, l absence dans la plupart des cas de données sur les dossiers du portefeuille qui sera traité par le modèle de score livré ne permet pas de simuler l impact futur du score dans le processus décisionnel. Il s avère alors impossible de déterminer de façon précise des éléments importants tels que des scores seuils ou des modalités de traitement exceptionnel, permettant d optimiser les objectifs économiques de l organisme utilisateur, dés la mise en œuvre du système de score. L identification de ces éléments devra alors se faire de façon expérimentale et progressive, suivant une méthodologie rigoureuse, qui sera détaillée à chaque fois par Soft Computing et permettra de fiabiliser et optimiser ces éléments de la politique de crédit au plus vite. 30/04/2004 Mémo Scoring.doc 9 Mise en œuvre opérationnelle : processus, limites et bénéfices pour l entreprise

12 6. Fiche d identité Raison sociale : Soft Computing Forme juridique : SA au K de ,20 (RCS : B : NAF : 721 Z, Conseil en systèmes informatiques) Société cotée au nouveau marché de la bourse de Paris depuis le 26 avril 2000 (Code ISIN FR ) (Reuters : SFTC.LN, Bloomberg : SOFT NM) Date de création : 1984 Effectif : 280 personnes (prévision de recrutements pour 2004 : 50 personnes) Activité : Conseil et solutions pour transformer l information en performance notamment appliqués à la Gestion de la Relation Client et du Risque. Dirigeants : Président directeur général : Eric FISCHMEISTER Directeur Général : Gilles VENTURI Secrétaire Général : Arnaud MALLAT DESMORTIERS Directeur Général Adjoint : René LEFEBURE Directeur d activité Conseil : Fabrice OTANO Directeur d activité Datamining : Didier RICHAUDEAU Directeur d activité Ingénierie : Jean-François KLEINFINGER Contact presse : Adresse : Soft Computing Valérie Parent 46, rue de la Tour Paris Téléphone : Site Web : 30/04/2004 Mémo Scoring.doc 10 Fiche d identité

13 Ouvrages de références : Titre : «Gestion de la relation Client» «Le datamining» Panorama des produits et conduite de projets Auteurs : Gilles Venturi et René Lefébure Gilles Venturi et René Lefébure Collection : EYROLLES réédition en 2004 EYROLLES /04/2004 Mémo Scoring.doc 11 Fiche d identité

CALCUL D UN SCORE ( SCORING) Application de techniques de discrimination LES OBJECTIFS DU SCORING

CALCUL D UN SCORE ( SCORING) Application de techniques de discrimination LES OBJECTIFS DU SCORING CALCUL D UN SCORE ( SCORING) Application de techniques de discrimination LES OBJECTIFS DU SCORING SÉLECTION DES RISQUES PRÉVISION DES DÉFAUTS SUIVI ET CONTRÔLE Pierre-Louis GONZALEZ Différents types de

Plus en détail

Préparé par : Wafaa ELBARAKA Siham MOUATABIR Mariam ZAHIRI. encadré par : MME LIDDER

Préparé par : Wafaa ELBARAKA Siham MOUATABIR Mariam ZAHIRI. encadré par : MME LIDDER Préparé par : Wafaa ELBARAKA Siham MOUATABIR Mariam ZAHIRI encadré par : MME LIDDER 1-INTRODUCTION a- Définition du crédit b- Les fournisseurs de crédits aux particuliers c- L importance de l activité

Plus en détail

ETUDE AUPRÈS DE PERSONNES EN SITUATION DE SURENDETTEMENT

ETUDE AUPRÈS DE PERSONNES EN SITUATION DE SURENDETTEMENT ASSOCIATION CRESUS ETUDE AUPRÈS DE PERSONNES EN SITUATION DE SURENDETTEMENT - Synthèse de l'institut CSA - N 1101469 Octobre 2011 2, rue de Choiseul BP 6571 75065 Paris cedex 02 CSA Politique-Opinion Tél.

Plus en détail

ANALYSE DU RISQUE DE CRÉDIT

ANALYSE DU RISQUE DE CRÉDIT ANALYSE DU RISQUE DE CRÉDIT Banque & Marchés Cécile Kharoubi Professeur de Finance ESCP Europe Philippe Thomas Professeur de Finance ESCP Europe TABLE DES MATIÈRES Introduction... 15 Chapitre 1 Le risque

Plus en détail

«Credit scoring» : une approche objective dans l'octroi de crédit?

«Credit scoring» : une approche objective dans l'octroi de crédit? «Credit scoring» : une approche objective dans l'octroi de crédit? Le credit scoring, ou encore scoring d'octroi, est un des outils mis en oeuvre lors de l'analyse risque d'une demande de crédit par les

Plus en détail

Fonds de prêts à l économie réelle

Fonds de prêts à l économie réelle Septembre 2014 Fonds de prêts à l économie réelle Chiffres clés du «prêt entre particuliers» au niveau mondial 10 8 6 4 2 0 Production annuelle de crédits pour les 5 premières plateformes de prêts (en

Plus en détail

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Au Canada, en vertu de la loi, les prêteurs assujettis à la réglementation fédérale et la plupart des institutions financières assujetties à une

Plus en détail

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit Le scoring

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit Le scoring ESSEC Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit Le scoring Les méthodes d évaluation du risque de crédit pour les PME et les ménages Caractéristiques Comme les montants des crédits et des

Plus en détail

Présentation à l ORHL copropriété du 16 mars 2012

Présentation à l ORHL copropriété du 16 mars 2012 Ville de MONTPELLIER - DAP - Service renouvellement urbain OBSERVATOIRE des COPROPRIETES Présentation à l ORHL copropriété du 16 mars 2012 PACT Hérault Sommaire Présentation : cadrage du champ de l étude

Plus en détail

Connaissance du dispositif. Projet. État civil. Les renseignements communiqués sont confidentiels. Ils serviront à répondre au mieux à la demande

Connaissance du dispositif. Projet. État civil. Les renseignements communiqués sont confidentiels. Ils serviront à répondre au mieux à la demande Connaissance du dispositif Les renseignements communiqués sont confidentiels. Ils serviront à répondre au mieux à la demande Affiche dans un centre d aide sociale Affiche dans une agence bancaire Panneau

Plus en détail

à rebondir le mini-prêt qui vous aide Paris Ile-de-France LE MICROCRÉDIT PERSONNEL, Nom et prénom du demandeur : Cachet de la structure instructrice :

à rebondir le mini-prêt qui vous aide Paris Ile-de-France LE MICROCRÉDIT PERSONNEL, Nom et prénom du demandeur : Cachet de la structure instructrice : Nom et prénom du demandeur : Paris Ile-de-France LE MICROCRÉDIT PERSONNEL, le mini-prêt qui vous aide à rebondir Cachet de la structure instructrice : Nom et prénom de l instructeur : Coordonnées de l

Plus en détail

Crédit à la consommation, un bon outil pour la rentrée?

Crédit à la consommation, un bon outil pour la rentrée? Crédit à la consommation, un bon outil pour la rentrée? Contexte Empruntis intervient sur le crédit depuis 15 ans 370 000 ménages nous sollicitent chaque année pour leur besoin en crédit à la consommation

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change

Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change 2015-R-04 du 2 mars 2015 1. Contexte de la recommandation 2012-R-01 publiée le 6 avril 2012 Des établissements

Plus en détail

4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance

4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance 4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance OUTILS DÉCISIONNELS DU FIDA EN MATIÈRE DE FINANCE RURALE 4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance Action: Mener à bien le

Plus en détail

Le Crédit Agricole. s engage pour un monde plus vert. Une relation durable, ça change la vie.

Le Crédit Agricole. s engage pour un monde plus vert. Une relation durable, ça change la vie. Le Crédit s engage pour un monde plus vert Une relation durable, ça change la vie. ÉÉdito L Engagement en faveur des Economies d Energie Eco-Prêt à taux zéro, Prêt Économies d Énergies, Éco-enerJ+ ou

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

Institutions de dépôts - Recueil d instructions Relevé des prêts (nouveaux et existants) (A4)

Institutions de dépôts - Recueil d instructions Relevé des prêts (nouveaux et existants) (A4) RELEVÉ DES PRÊTS (NOUVEAUX ET EXISTANTS) OBJET Le présent relevé a pour objet de fournir de l information sur les taux d intérêt imputés et les fonds avancés à l égard des nouveaux prêts comptabilisés

Plus en détail

A quoi sert une banque? corrigé 1 Le micro trottoir : «A quoi sert une banque?»

A quoi sert une banque? corrigé 1 Le micro trottoir : «A quoi sert une banque?» 1 Le micro trottoir : «A quoi sert une banque?» Lien avec la finance pour tous : à quoi sert une banque? (http:///-la-banque-a-quoi-ca-sert-.html) sur le site Synthèse commune sous forme de schéma ROLE

Plus en détail

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit ESSEC Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit Plan de la séance 3 : Le risque de crédit (1) Les opérations de crédit Définition d un crédit La décision de crédit Les crédits aux petites

Plus en détail

Utilisations des mathématiques à des fins opérationnelles

Utilisations des mathématiques à des fins opérationnelles Utilisations des mathématiques à des fins opérationnelles Michael Vandenbossche mvn@softcomputing.com Soft Computing 165 avenue de Bretagne 59000 Lille 1. Présentation 2. Indicateurs statistiques de base

Plus en détail

LE PASS-TRAVAUX. Edition 2008. Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007.

LE PASS-TRAVAUX. Edition 2008. Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007. Edition 2008 LE PASS-TRAVAUX Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007. A la demande de l ANPEEC, MV2 Conseil a réalisé, en 2007,

Plus en détail

LA CONDUITE DE L ACTION COMMERCIALE

LA CONDUITE DE L ACTION COMMERCIALE LA CONDUITE DE L ACTION COMMERCIALE Une fois les objectifs fixés pour son équipe, le manageur doit définir une stratégie et mettre en place un plan d actions. Outil de prévision et de planification, ce

Plus en détail

PRÊT SOCIAL Pour les agents de l AP-HP

PRÊT SOCIAL Pour les agents de l AP-HP DOSSIER N :. PRÊT SOCIAL Pour les agents de l AP-HP Emprunteur Co-emprunteur Mr Mme Mr Mme Nom d usage (en majuscules) :..... Nom de famille (nom de jeune fille) :.. Prénoms :.. Nom d usage (en majuscules)

Plus en détail

CODE DE TRANSPARENCE. Pour les fonds ISR ouverts au public FEDERAL CONVICTION ISR EURO

CODE DE TRANSPARENCE. Pour les fonds ISR ouverts au public FEDERAL CONVICTION ISR EURO CODE DE TRANSPARENCE Pour les fonds ISR ouverts au public FEDERAL CONVICTION ISR EURO 1. DONNEES GENERALES... 3 1.A) DONNEZ LE NOM DE LA SOCIETE DE GESTION EN CHARGE DU OU DES FONDS AUXQUELS S APPLIQUE

Plus en détail

PRÊT SINISTRE IMMOBILIER

PRÊT SINISTRE IMMOBILIER PRÊT SINISTRE IMMOBILIER 1 - OBJET Le prêt sinistre immobilier est destiné à couvrir des dépenses liées au logement occasionnées par des situations de catastrophe ou de sinistre majeur (tel qu incendie,

Plus en détail

Le métier de Chargé(e) d Etudes Statistiques

Le métier de Chargé(e) d Etudes Statistiques Le métier de Chargé(e) d Etudes Statistiques Nicolas Cabaj Sommaire Présentation du chargé d études statistiques 3 exemples de missions réalisées: Le scoring, illustré par un outil de détection des fraudes

Plus en détail

Accélérer l agilité de votre site de e-commerce. Cas client

Accélérer l agilité de votre site de e-commerce. Cas client Accélérer l agilité de votre site de e-commerce Cas client L agilité «outillée» devient nécessaire au delà d un certain facteur de complexité (clients x produits) Elevé Nombre de produits vendus Faible

Plus en détail

DEMANDE DE PRÊT. 969 Avenue de la République 59700 MARCQ EN BAROEUL

DEMANDE DE PRÊT. 969 Avenue de la République 59700 MARCQ EN BAROEUL 969 Avenue de la République 59700 MARCQ EN BAROEUL DEMANDE DE PRÊT N de dossier : Nom du client : Montant du prêt envisagé : Durée souhaitée (en mois) : Date de dernière modification : 1 Paraphes : Votre

Plus en détail

Evolution des risques sur les crédits à l habitat

Evolution des risques sur les crédits à l habitat Evolution des risques sur les crédits à l habitat n 5 février 2012 1/17 SOMMAIRE 1. PRINCIPALES CARACTÉRISTIQUES DE LA PRODUCTION... 4 2. ANALYSE DÉTAILLÉE DES INDICATEURS DE RISQUE... 8 2.1 Montant moyen

Plus en détail

PACMA006-2014 consultant GPEC Cahier des clauses techniques particulières

PACMA006-2014 consultant GPEC Cahier des clauses techniques particulières PACMA006-2014 consultant GPEC Cahier des clauses techniques particulières Nombre de pages : 4 y compris l annexe Annexe 1 informations à faire figurer dans le rapport de synthèse PACMA006-2014 consultant

Plus en détail

Formation «Le crédit à la consommation»

Formation «Le crédit à la consommation» Formation «Le crédit à la consommation» REFERENCE : 125 1. Objectif général Connaître les principaux aspects juridiques, techniques et commerciaux liés aux crédits à la Familiariser les personnels avec

Plus en détail

NOTE DE MISE EN ŒUVRE

NOTE DE MISE EN ŒUVRE NOTE DE MISE EN ŒUVRE Objet : Gouvernance et surveillance d'entreprise dans les institutions appliquant l'approche NI Catégorie : Fonds propres N o A-1 Date : Janvier 2006 I. Introduction Le présent document

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3248 Convention collective nationale IDCC : 1512. PROMOTION IMMOBILIÈRE ACCORD

Plus en détail

Salon du crédit et de l assurance. Braine-l Alleud 23 février 2015

Salon du crédit et de l assurance. Braine-l Alleud 23 février 2015 Salon du crédit et de l assurance Braine-l Alleud 23 février 2015 Programme Elantis - Votre partenaire pour les années à venir - Financement des crédits hypothécaires - New business model Règles d acceptation

Plus en détail

11. Evaluation de la qualité des essais

11. Evaluation de la qualité des essais 11. Evaluation de la qualité des essais L évaluation de la qualité méthodologique d un essai thérapeutique est une tâche difficile [117]. L essai thérapeutique contrôlé randomisé est considéré comme étant

Plus en détail

Achat immobilier : profil type des acquéreurs en 2012

Achat immobilier : profil type des acquéreurs en 2012 Achat immobilier : profil type des acquéreurs en 2012 1- Profil des acquéreurs, tous dossiers Immoprêt confondus A quel âge achète-t-on, quel est le budget et l apport moyen, seul ou en couple? 2- Profil

Plus en détail

Cadre réservé à nos services Nom du salarié Reçu le N subvention N prêt N adhérent

Cadre réservé à nos services Nom du salarié Reçu le N subvention N prêt N adhérent Cadre réservé à nos services Nom du salarié Reçu le N subvention N prêt N adhérent D e m a n d e Bénéficiaires Les salariés permanents ou temporaires des entreprises du secteur privé non agricole (10 salariés

Plus en détail

UDSG CLASSIFICATION DOSSIER DOCUMENTAIRE

UDSG CLASSIFICATION DOSSIER DOCUMENTAIRE UDSG CLASSIFICATION DOSSIER DOCUMENTAIRE 2 SOMMAIRE I. LES FAMILLES PROFESSIONNELLES... 5 II. LES FONCTIONS GENERIQUES... 12 FAMILLE ETUDES ET CONCEPTION......... 15 ASSISTANT D ETUDES ET CONCEPTION...16

Plus en détail

LE FINANCEMENT DE VOS PROJETS IMMOBILIERS AU LUXEMBOURG ET À L ÉTRANGER. Nos services de banque privée

LE FINANCEMENT DE VOS PROJETS IMMOBILIERS AU LUXEMBOURG ET À L ÉTRANGER. Nos services de banque privée fr LE FINANCEMENT DE VOS PROJETS IMMOBILIERS AU LUXEMBOURG ET À L ÉTRANGER Nos services de banque privée Résidence principale ou secondaire, ou immeuble de rapport, l immobilier est une composante majeure

Plus en détail

LEXIQUE MICROFINANCE

LEXIQUE MICROFINANCE Microfinance et Développement Mali - CIDR LEXIQUE MICROFINANCE Actif (membre) Dans une CVECA, un membre actif est un membre ayant effectué au moins une opération de dépôt ou de crédit pendant une période

Plus en détail

ASSURANCE EMPRUNTEUR DES PRETS IMMOBILIERS AUX PARTICULIERS FICHE STANDARDISEE D INFORMATION. 1. Le distributeur

ASSURANCE EMPRUNTEUR DES PRETS IMMOBILIERS AUX PARTICULIERS FICHE STANDARDISEE D INFORMATION. 1. Le distributeur Société Anonyme au capital de 528 749 122.50 EUR 29 BD HAUSSMANN 75009 PARIS 552 120 222 R. C. S PARIS ASSURANCE EMPRUNTEUR DES PRETS IMMOBILIERS AUX PARTICULIERS FICHE STANDARDISEE D INFORMATION 1. Le

Plus en détail

Les entreprises en Ile de France

Les entreprises en Ile de France Tendances régionales Les entreprises en Ile de France Contexte conjoncturel Bilan 1 Perspectives 1 lndicateur du Climat des Affaires Un indicateur du climat des affaires permet une lecture rapide et simplifiée

Plus en détail

AIDES AUX MENAGES EN DIFFICULTE ARTICLE R. 313-19-3 V DU CCH ----------------------- Conditions de mise en œuvre

AIDES AUX MENAGES EN DIFFICULTE ARTICLE R. 313-19-3 V DU CCH ----------------------- Conditions de mise en œuvre AIDES AUX MENAGES EN DIFFICULTE ARTICLE R. 313-19-3 V DU CCH ----------------------- En application de l article R. 313-12 du code de la construction et de l habitation, l UESL peut déterminer par recommandation

Plus en détail

DEMANDE DE PRÊT PRÊT PA S S - T R AVAU X

DEMANDE DE PRÊT PRÊT PA S S - T R AVAU X DEMANDE DE PRÊT PRÊT PA S S - T R AVAU X ÉTAT CIVIL EMPRUNTEUR CONJOINT OU CO-EMPRUNTEUR Nom - Prénom Nom de jeune fille Né(e) le Lieu et Département Nationalité Adresse actuelle Téléphone personnel Téléphone

Plus en détail

Le Secteur du Logement en France 2013 : Activité et Données de Cadrage. Dernières tendances et perspectives

Le Secteur du Logement en France 2013 : Activité et Données de Cadrage. Dernières tendances et perspectives Le Secteur du Logement en France : Activité et Données de Cadrage Dernières tendances et perspectives Septembre Depuis le début de l année, l activité immobilière se dégrade progressivement, et ce tant

Plus en détail

CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA CREATION D UN REGISTRE NATIONAL DES CREDITS AUX PARTICULIERS

CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA CREATION D UN REGISTRE NATIONAL DES CREDITS AUX PARTICULIERS CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA CREATION D UN REGISTRE NATIONAL DES CREDITS AUX PARTICULIERS Consultation publique : veuillez adresser vos réponses avant le 27 février 2013 à l adresse électronique hcp@dgtresor.gouv.fr.

Plus en détail

Caisse d Epargne Rhône Alpes Licence Econométrie Lyon 2

Caisse d Epargne Rhône Alpes Licence Econométrie Lyon 2 Caisse d Epargne Rhône Alpes Licence Econométrie Lyon 2 22 Novembre 2013 - Valérie Rousvoal Direction Etudes Commerciales Sommaire de la rencontre Présentation de la Caisse d épargne Rhône Alpes Présentation

Plus en détail

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Au Canada, en vertu de la loi, les prêteurs assujettis à la réglementation fédérale et la plupart des institutions financières assujetties à une

Plus en détail

«Regroupement de crédits : halte aux idées reçues» C O N F E R E N C E D E P R E S S E, 1 7 d é c e m b r e 2 0 1 3

«Regroupement de crédits : halte aux idées reçues» C O N F E R E N C E D E P R E S S E, 1 7 d é c e m b r e 2 0 1 3 «Regroupement de crédits : halte aux idées reçues» C O N F E R E N C E D E P R E S S E, 1 7 d é c e m b r e 2 0 1 3 INTRODUCTION : RAPPELS SUR LE REGROUPEMENT DE CREDITS 1 LE REGROUPEMENT DE CRÉDITS, QUAND?

Plus en détail

Distribution du crédit consommation en magasin : les établissements discrédités. UFC-Que Choisir de Redon

Distribution du crédit consommation en magasin : les établissements discrédités. UFC-Que Choisir de Redon Distribution du crédit consommation en magasin : les établissements discrédités UFC-Que Choisir de Redon 1 Introduction Rappel : notre enquête de début 2009 73 associations locales de l UFC-Que Choisir

Plus en détail

ANNEXE 2 OBJECTIFS PAR MODULE DE FORMATION

ANNEXE 2 OBJECTIFS PAR MODULE DE FORMATION ANNEXE 2 OBJECTIFS PAR MODULE DE FORMATION CYCLE 1 «LA COMPTABILITE DES ORGANISMES» : (8 modules obligatoires pour le parcours donnant lieu à l obtention de l attestation nationale de réussite Ucanss)

Plus en détail

Du diagnostic au plan marketing stratégique - - dossier 3 - .I. Les études de marché - La phase exploratoire et l organisation générale de l étude -

Du diagnostic au plan marketing stratégique - - dossier 3 - .I. Les études de marché - La phase exploratoire et l organisation générale de l étude - Du diagnostic au plan marketing stratégique - - dossier 3 -.I. Les études de marché - La phase exploratoire et l organisation générale de l étude - 1.1 - La recherche ou phase exploratoire : Définir précisément

Plus en détail

DOSSIER DE PRESENTATION

DOSSIER DE PRESENTATION DOSSIER DE PRESENTATION Ce dossier est destiné à vous présenter à la fois l activité du cabinet de courtage A2C GROUPE, les services mis à la disposition de ses partenaires. Ce dossier se présente sous

Plus en détail

Les tarifs. bnpparibas-personalinvestors.lu. A new way to invest. Expatriés Applicable à partir du 01.07.2011 (Les tarifs affichés sont TTC)

Les tarifs. bnpparibas-personalinvestors.lu. A new way to invest. Expatriés Applicable à partir du 01.07.2011 (Les tarifs affichés sont TTC) Les tarifs Expatriés Applicable à partir du 01.07.2011 (Les tarifs affichés sont TTC) A new way to invest bnpparibas-personalinvestors.lu Ce document est destiné à informer sur les tarifs des opérations

Plus en détail

Chapitre 1 : contexte et environnement des crédits bancaires aux particuliers

Chapitre 1 : contexte et environnement des crédits bancaires aux particuliers GESTION DE CREDIT Chapitre 1 : contexte et environnement des crédits bancaires aux particuliers Quand les dépenses projetés par les particuliers dépassent les ressources envisagées, autrement dit quand

Plus en détail

CONFIDENTIEL. 13, avenue de l Opéra F-75001 PARIS. Rapport sur la situation de trésorerie de l UMP. Présentation des conclusions.

CONFIDENTIEL. 13, avenue de l Opéra F-75001 PARIS. Rapport sur la situation de trésorerie de l UMP. Présentation des conclusions. 13, avenue de l Opéra F-75001 PARIS Rapport sur la situation de trésorerie de l UMP Présentation des conclusions 8 juillet 2014 ETENDUE ET LIMITES Le Cabinet Advolis, conformément à la mission qui lui

Plus en détail

DEMANDE DE PRET. NOM :...Prénom :... Collectivité :...Code Collectivité :.

DEMANDE DE PRET. NOM :...Prénom :... Collectivité :...Code Collectivité :. DEMANDE DE PRET NOM :...Prénom :... Code tiers :... Collectivité :...Code Collectivité :. - Montant : de 400 à 6000 - Durée : de 12 à 48 Mois - Taux : entre 0% et 2,50% (en fonction de la catégorie de

Plus en détail

Votre passeport logement. Édition février 2011

Votre passeport logement. Édition février 2011 Votre passeport logement Édition février 2011 Madame, Monsieur, Vous êtes agent statutaire et vous travaillez à EDF SA. Sous certaines conditions, vous pouvez bénéficier d aides au logement. Vous trouverez

Plus en détail

Une agente administrative à temps complet, madame Kathy Laperrière, est maintenant affectée exclusivement au soutien des activités du CÉS et du CÉR;

Une agente administrative à temps complet, madame Kathy Laperrière, est maintenant affectée exclusivement au soutien des activités du CÉS et du CÉR; PROCÉDURE POUR LA SOUMISSION D UN PROJET DE RECHERCHE AU COMITÉ D ÉVALUATION SCIENTIFIQUE ET AU COMITÉ D ÉTHIQUE DE LA RECHERCHE DE L HÔPITAL LOUIS-H. LAFONTAINE Tel que présenté lors de l Assemblée des

Plus en détail

M_CONTRAN Contrats nouveaux

M_CONTRAN Contrats nouveaux M_CONTRAN Contrats nouveaux Présentation Le document M_CONTRAN recense, de manière exhaustive, les nouveaux contrats de crédit libellés en euros, conclus avec les particuliers, les sociétés non financières,

Plus en détail

Copyright Michel d'agata 2012 www.dagata.fr

Copyright Michel d'agata 2012 www.dagata.fr Les métiers de l activité d intermédiation L activité d intermédiation bancaire telle que la pratique une banque classique recouvre trois métiers : Le métier de collecteur procure des ressources à un coût

Plus en détail

Dans le cadre du projet régional portant sur le logement abordable et le financement de l habitat.

Dans le cadre du projet régional portant sur le logement abordable et le financement de l habitat. Dans le cadre du projet régional portant sur le logement abordable et le financement de l habitat. Le Ministère de l Economie et des Finances Direction du Trésor et des Finances Extérieures La Banque Mondiale

Plus en détail

GÉDIA AUDIT & SURVEILLANCE DES COÛTS D ENTRÉE DES ARTICLES FABRIQUÉS

GÉDIA AUDIT & SURVEILLANCE DES COÛTS D ENTRÉE DES ARTICLES FABRIQUÉS GÉDIA AUDIT & SURVEILLANCE DES COÛTS D ENTRÉE DES ARTICLES FABRIQUÉS 1. Pourquoi il est indispensable de surveiller les coûts d entrées des articles fabriqués 1.1. La règle de base de valorisation du stock

Plus en détail

APPEL A PROJET HEBERGEMENT ET ACCOMPAGNEMENT AGNEMENT EDUCATIF MINEURS ISOLES ETRANGERS ET JEUNES MAJEURS ISOLES ETRANGERS

APPEL A PROJET HEBERGEMENT ET ACCOMPAGNEMENT AGNEMENT EDUCATIF MINEURS ISOLES ETRANGERS ET JEUNES MAJEURS ISOLES ETRANGERS APPEL A PROJET HEBERGEMENT ET ACCOMPAGNEMENT AGNEMENT EDUCATIF MINEURS ISOLES ETRANGERS ET JEUNES MAJEURS ISOLES ETRANGERS Appel à projet hébergement et accompagnement éducatif MIE JMIE octobre 2014 1

Plus en détail

DEMANDE DE PRÊT AU LOGEMENT

DEMANDE DE PRÊT AU LOGEMENT Ministère de la Défense SECRÉTARIAT GÉNÉRAL POUR L ADMINISTRATION DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES DU MINISTERE DE LA DEFENSE Service de l'accompagnement professionnel et des pensions Sous-Direction de

Plus en détail

PRÊT POUR LE LOGEMENT D UN ENFANT ÉTUDIANT

PRÊT POUR LE LOGEMENT D UN ENFANT ÉTUDIANT PRÊT POUR LE LOGEMENT D UN ENFANT ÉTUDIANT 1 - OBJET Le prêt pour le logement d un enfant étudiant est alloué aux agents ayant un enfant fiscalement à charge, âgé de 16 à 26 ans durant l année scolaire,

Plus en détail

Outil de veille des PME franciliennes face à la crise

Outil de veille des PME franciliennes face à la crise Outil de veille des PME franciliennes face à la crise Vague 3 Janvier 2010 Méthodologie page 2 Méthodologie Étude réalisée auprès d un échantillon de 171 responsables de PME en Ile de France, constitué

Plus en détail

Table des matières. PREMIÈRE PARTIE Étapes initiales des études marketing 7

Table des matières. PREMIÈRE PARTIE Étapes initiales des études marketing 7 Table des matières Préface Public 1 Structure de l ouvrage 1 Caractéristiques de l ouvrage 3 Contenu 3 Pédagogie 4 Remarques sur l adaptation française 4 Ressources numériques 5 Biographie 6 PREMIÈRE PARTIE

Plus en détail

La procédure de surendettement

La procédure de surendettement JUILLET 2012 N 22 DIFFICULTÉS LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent La procédure de surendettement 1 FBF - 18 rue La Fayette - 75009 Paris cles@fbf.fr

Plus en détail

2 ème Observatoire du regroupement de crédits. Portrait des emprunteurs français

2 ème Observatoire du regroupement de crédits. Portrait des emprunteurs français 2 ème Observatoire du regroupement de crédits Portrait des emprunteurs français Sommaire Une représentation classique du ménage français... 3 Des propriétaires avec de bons revenus... 4 De fortes disparités

Plus en détail

Manuel de l agent de crédit Banco Solidario

Manuel de l agent de crédit Banco Solidario Manuel de l agent de crédit Banco Solidario Extraits sur la prévention du surendettement des clients texte original en espagnol La philosophie «Vivre la solidarité» peut s appliquer à toute notre vie.

Plus en détail

Les travailleurs pauvres et précaires constituent une des populations cibles du microcrédit personnel. Peuton améliorer leur détection?

Les travailleurs pauvres et précaires constituent une des populations cibles du microcrédit personnel. Peuton améliorer leur détection? Les travailleurs pauvres et précaires constituent une des populations cibles du microcrédit personnel. Peuton améliorer leur détection? Séminaire du 18 octobre 2012 Objectifs de l atelier "Ouvrir des pistes

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Date limite de remise des candidatures : Le 27/12/2013 Envoi des offres : aurelie.huby@midi-pyrenees.cci.fr Le

Plus en détail

LinXea Vie Contrat d assurance vie de groupe libellé en euros et/ou unités de compte BuLLETIN d AdhésIoN

LinXea Vie Contrat d assurance vie de groupe libellé en euros et/ou unités de compte BuLLETIN d AdhésIoN LINXEA, Siège social : 22 avenue de suffren, 75015 Paris SAS au capital de 100 000 - Siren : RCS 478 958 762 LinXea est enregistré auprès de l'autorité des Marchés financiers (AMF) et Membre de l'association

Plus en détail

Le Data Mining au service du Scoring ou notation statistique des emprunteurs!

Le Data Mining au service du Scoring ou notation statistique des emprunteurs! France Le Data Mining au service du Scoring ou notation statistique des emprunteurs! Comme le rappelle la CNIL dans sa délibération n 88-083 du 5 Juillet 1988 portant adoption d une recommandation relative

Plus en détail

ACTUALITE MAI 2010 C.N.R.S Hebdo PROJETS DE VIE, LES FINANCER AUTREMENT. Les différents crédits à la consommation

ACTUALITE MAI 2010 C.N.R.S Hebdo PROJETS DE VIE, LES FINANCER AUTREMENT. Les différents crédits à la consommation ACTUALITE MAI 2010 C.N.R.S Hebdo PROJETS DE VIE, LES FINANCER AUTREMENT Les différents crédits à la consommation Aujourd hui, un tiers des ménages - soit 9 millions - ont un crédit à la consommation. Ce

Plus en détail

PRESENTATION SFAF. 21 février 06. Code ISIN FR00000 44752 Bloomberg : ALADO

PRESENTATION SFAF. 21 février 06. Code ISIN FR00000 44752 Bloomberg : ALADO PRESENTATION SFAF 21 février 06 Code ISIN FR00000 44752 Bloomberg : ALADO Adomos étant cotée sur Alternext et les résultats 2005 audités étant communiqués le 26 avril 2006, cette présentation se limitera

Plus en détail

Nos Solutions PME VIPDev sont les Atouts Business de votre entreprise.

Nos Solutions PME VIPDev sont les Atouts Business de votre entreprise. Solutions PME VIPDev Nos Solutions PME VIPDev sont les Atouts Business de votre entreprise. Cette offre est basée sur la mise à disposition de l ensemble de nos compétences techniques et créatives au service

Plus en détail

Pratiques exemplaires en gestion du risque de crédit. Avis sur les règles Note d orientation Règles des courtiers membres

Pratiques exemplaires en gestion du risque de crédit. Avis sur les règles Note d orientation Règles des courtiers membres Avis sur les règles Note d orientation Règles des courtiers membres Destinataires à l interne: Affaires juridiques et conformité Comptabilité réglementaire Crédit Détail Haute direction Institutionnel

Plus en détail

PRÊT POUR LE LOGEMENT D UN ENFANT ÉTUDIANT

PRÊT POUR LE LOGEMENT D UN ENFANT ÉTUDIANT PRÊT POUR LE LOGEMENT D UN ENFANT ÉTUDIANT 1 - OBJET Le prêt pour le logement d un enfant étudiant est alloué aux agents ayant un enfant fiscalement à charge, âgé de 16 à 26 ans durant l année scolaire,

Plus en détail

Crédit Bureaux. des PME. Alger, le 12 mars 2009 Margherita GALLARELLO

Crédit Bureaux. des PME. Alger, le 12 mars 2009 Margherita GALLARELLO Le rôle des Crédit Bureaux pour l accès au crédit des PME 2009 Agenda L activité des Crédit Bureaux Sujets critiques pour les PME Crédit Bureaux: quels avantages pour les PME? Exemple d évaluation Conclusion

Plus en détail

DEMANDE DE PRET. NOM :... Prénom :... Collectivité :... Code Collectivité :.

DEMANDE DE PRET. NOM :... Prénom :... Collectivité :... Code Collectivité :. DEMANDE DE PRET NOM :... Prénom :... Code tiers :... Collectivité :... Code Collectivité :. - Montant : de 400 à 6000 - Durée : de 12 à 48 Mois - Taux : entre 0% et 2,50% (en fonction de la catégorie de

Plus en détail

16 ème Observatoire du Crédit Immobilier

16 ème Observatoire du Crédit Immobilier 16 ème Observatoire du Crédit Immobilier LES BANQUES ONT-ELLES ARRÊTÉ DE PRÊTER? «BANQUES CHERCHENT EMPRUNTEURS». C O N F E R E N C E D E P R E S S E, 1 5 n o v e m b r e 2 0 1 2 INTRODUCTION : UN MARCHE

Plus en détail

Méthodologie des S.I. : T2A, gouvernance et pilotage *** Les enjeux du Système d Information Décisionnel dans les établissements de santé

Méthodologie des S.I. : T2A, gouvernance et pilotage *** Les enjeux du Système d Information Décisionnel dans les établissements de santé Méthodologie des S.I. : T2A, gouvernance et pilotage *** Les enjeux du Système d Information d Décisionnel dans les établissements de santé Anne GAGNARD, 18 juillet 2007 Le système d'information décisionnel

Plus en détail

Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit?

Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit? Retour au sommaire Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit? BIM n 32-01 octobre 2002 Frédéric DE SOUSA-SANTOS Le BIM de cette semaine se propose de vous présenter un ouvrage de Mark Schreiner

Plus en détail

Conseil de Surveillance du 23 février 2012

Conseil de Surveillance du 23 février 2012 AIDES AUX MENAGES EN DIFFICULTE ARTICLE R. 313-19-3 V DU CCH ---- En application de l article R. 313-12 du code de la construction et de l habitation, l UESL peut déterminer par recommandation les modalités

Plus en détail

Recul de 27,9 % des ventes de logements neufs en France. Trois facteurs sont à l origine de cette baisse selon l analyse de Meilleurtaux.

Recul de 27,9 % des ventes de logements neufs en France. Trois facteurs sont à l origine de cette baisse selon l analyse de Meilleurtaux. Paris, le 29 mai 2008 Recul de 27,9 % des ventes de logements neufs en France. Trois facteurs sont à l origine de cette baisse selon l analyse de Meilleurtaux. Selon les dernières statistiques publiées

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * *

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * * Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 Le Crédit Agricole relève les défis Il s appuie sur le leadership de ses banques de proximité et des métiers qui leur sont associés Il renforce sa solidité

Plus en détail

RENSEIGNEMENTS Rachat de Crédits (Locataire & Propriétaire)

RENSEIGNEMENTS Rachat de Crédits (Locataire & Propriétaire) Votre Partenaire Financier RENSEIGNEMENTS Rachat de Crédits (Locataire & Propriétaire) Etat Civil : Emprunteur : AGE : ADRESSE (N, rue): Né(e) à : Le : Co-Emprunteur : AGE : ADRESSE (N, rue): Né(e) à :

Plus en détail

INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS

INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS Référence : Agnès DALLOZ Date de dernière mise à jour : 30/07/2004 Etat : Définitif Auteur : Objet du document : Destinataires Agnès DALLOZ Simone SCHARLY Objet de la diffusion

Plus en détail

Les moins de 30 ans et le crédit en 2015

Les moins de 30 ans et le crédit en 2015 Les moins de 30 ans et le crédit en 2015 Ont-ils vraiment accès au crédit? Quel est le profil des emprunteurs et leur projet? Quels bons conseils leur apporter? Empruntis accompagne les ménages dans leur

Plus en détail

Méthodologie de conceptualisation BI

Méthodologie de conceptualisation BI Méthodologie de conceptualisation BI Business Intelligence (BI) La Business intelligence est un outil décisionnel incontournable à la gestion stratégique et quotidienne des entités. Il fournit de l information

Plus en détail

Le surendettement des ménages 2011 149

Le surendettement des ménages 2011 149 NORD-PAS-DE-CALAIS 149 Région Nord-Pas-de-Calais en chiffres Surendettement Données 2011 22 409 dossiers déposés 697 dossiers pour 100 000 habitants a) Endettement : 30 689 euros b) Contexte socio-économique

Plus en détail

ASSOCIATION POUR LE LOGEMENT DU PERSONNEL

ASSOCIATION POUR LE LOGEMENT DU PERSONNEL ASSOCIATION POUR LE LOGEMENT DU PERSONNEL DES ADMINISTRATIONS FINANCIÈRES Association régie par la loi du 1er juillet 1901 18 avenue Léon Gaumont Valmy 133 75 977 PARIS Cedex 20 Télécopie : 01.57.53.22.12

Plus en détail

MASTER FINANCE. Faculté de Sciences Économiques et de Gestion Université Lumière Lyon 2

MASTER FINANCE. Faculté de Sciences Économiques et de Gestion Université Lumière Lyon 2 MASTER FINANCE Faculté de Sciences Économiques et de Gestion Université Lumière Lyon 2 Architecture générale du Master mention Finance Semestre 1 Tronc commun de la mention Finance Mention Finance Semestre

Plus en détail

MASTER FINANCE. Faculté de Sciences Économiques et de Gestion Université Lumière Lyon 2. Architecture générale du Master mention Finance

MASTER FINANCE. Faculté de Sciences Économiques et de Gestion Université Lumière Lyon 2. Architecture générale du Master mention Finance MASTER FINANCE Faculté de Sciences Économiques et de Gestion Université Lumière Lyon 2 Architecture générale du Master mention Finance Semestre 1 Tronc commun de la mention Finance Mention Finance Semestre

Plus en détail

Prêts hypothécaires INFORMATIONS GÉNÉRALES RÉSUMÉ MÉTHODOLOGIQUE

Prêts hypothécaires INFORMATIONS GÉNÉRALES RÉSUMÉ MÉTHODOLOGIQUE Prêts hypothécaires INFORMATIONS GÉNÉRALES Statistiques voisines Périodicité Ponctualité Propriété Ce fichier reprend les informations concernant les prêts hypothécaires accordés par la SWCS aux personnes

Plus en détail

Intérim Bancaire Banque, de l Assurance, des Mutuelles et du Secteur Financier connaissance approfondie du secteur pertinence efficacité

Intérim Bancaire Banque, de l Assurance, des Mutuelles et du Secteur Financier connaissance approfondie du secteur pertinence efficacité L Intérim BancAire, une mission d Experts Filiale du groupe Carrières Bancaires, Intérim Bancaire a été créée pour répondre aux besoins spécifiques en travail temporaire du secteur de la Banque, de l Assurance,

Plus en détail