Cœur et diabète Recommandations HAS SFC ALFEDIAM

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cœur et diabète Recommandations HAS SFC ALFEDIAM"

Transcription

1 Recommandations HAS SFC ALFEDIAM Dr Eric Marsaudon

2 Causes de mortalité des diabétiques 50 % Décès 40 65% à 75% de causes cardiovasculaires Cardiopathie Ischémique Autre Cardiopathie Diabète Cancer Accident Vasculaire Cérébral Infection Autre

3 Recommandations «cœur et diabète» 2003 : HTA et diabète : état de la question 2004 : Prise en charge du patient diabétique en cardiologie 2006 : Dépistage de l ischémie myocardique silencieuse chez le patient diabétique de type : Guides médecins : diabétiques de type 1, type 2

4 Guide médecin : diabète et cœur Recherche des facteurs de risque cardio-vasculaire - âge (> 50 ans homme ; > 60 ans femme) - antécédents familiaux d accident cardiovasculaire précoce idm, mort subite avant 55 ans chez père ou parent du 1er degré de sexe masculin idm, mort subite avant 65 ans chez mère ou parent du 1er degré de sexe féminin - antécédents familiaux d AVC constitué précoce (< 45 ans) - tabagisme (tabagisme actuel ou arrêté depuis moins de 3 ans) - HTA permanente traitée ou non - HDL-cholestérol < 0,4 g/l quel que soit le sexe - LDL-cholestérol > 1,60 g/l - microalbuminurie > 30 mg/24 heures

5 Guide médecin : diabète et cœur Recherche d autres facteurs de risque - obésité abdominale (> 102 cm homme et 88 cm chez la femme) ou obésité (IMC > 30 kg/m²) - sédentarité (30 minutes, 3 fois par semaine) - consommation excessive d alcool (> 3 verres de vin/jour homme et 2 verres/jour femme) - aspects psychosociaux (activité professionnelle, problèmes psychologiques, psychosociaux, troubles de l alimentation, dynamique familiale, facilité d adaptation, éducation, emploi).

6 Contrôle lipidique LDL-cholestérol < 1,9 g/l sans autre facteur de risque et dont le diabète < 5 ans. LDL-cholestérol < 1,6 g/l au plus un facteur de risque additionnel. LDL-cholestérol < 1,3 g/l au moins deux facteurs de risque additionnels LDL-cholestérol < 1 g/l patients à hauts risques (AVC, coronarien, protéinurie) TG < 2 g/l HDL-cholestérol > 0,4 g/l intensifier traitement du diabète alimentation limitée en graisses animales si nécessaire prescrire une statine

7 Contrôle lipidique ATCD angor, revascularisation, IDM, AVC ischémique, artériopathie périphérique > stade II albuminurie > 300 mg/24 h ou filtration glomérulaire < 60 ml/min ou diabète > 10 ans et 2 facteurs de risque cardiovasculaire Recommandé d introduire une statine quelque soit le LDL cholestérol

8 Recommadantions HAS Insuffisance rénale Petit rappel Insuffisance rénale débutante DFG : 60 et 90 ml/min Insuffisance rénale modérée DFG : 30 et 60 ml/min Insuffisance rénale sévère DFG : 15 et 30 ml/min Insuffisance rénale terminale DFG : < 15 ml/min Cockroft & Gault ou formule MDRD? Modification of the Diet in Renal Disease

9 Recommadantions HAS Guide médecin diabète de type 2 Petit rappel 70 ans 80 kg créat 10 mg Clearance selon : Cockroft & Gault : 77 ml/min formule MDRD : 78 ml/min 70 ans 80 kg créat 30 mg Clearance selon : Cockroft & Gault : 26 ml/min formule MDRD : 22 ml/min 40 ans 80 kg créat 20 mg Clearance selon : Cockroft & Gault : 55 ml/min formule MDRD : 39 ml/min 30 ans 75 kg créat 15 mg Clearance selon : Cockroft & Gault : 76 ml/min formule MDRD : 58 ml/min

10 Contrôle lipidique Nomalisation du cholestérol améliore la fonction endothéliale vasculaire % Relaxation 0 20 * * * * * 0-10 Diamètre Coronaire (% Base) M Base + Cholestérol - Cholestérol * *p<0,05 vs Base 10-8 M 10-7 M 10-6 M Acétylcholine Acétylcholine (µg/min) Sujets Témoins Hypercholestérolémie Ohara et coll. Circulation 1995; 92: Egashira et coll. Circulation 1994; 89:

11 Contrôle tensionnel PA < 130/80 mm Hg (adapter suivant les patients, risque hypotension orthostatique chez la personne âgée, chez les personnes atteintes de neuropathie cardiaque autonome et suivant les traitements associés) bêta bloquant cardiosélectif diurétique thiazidique IEC ARAII Inhibiteur calcique contrôle de PA aussi important que contrôle glycémique pour prévenir les complications micro et macro-vasculaires si protéinurie > 1g/24h valeur cible : 125/75 mmhg

12 Contrôle tensionnel Protéinurie : marqueur prédictif des évènements cardiovasculaires A : U-Prot < 150 mg/l B : U-Prot mg/l C : U-Prot >300 mg/l Mortalité CV Incidence (%) 40 p< A B Global : p<0.001 C Mois U-Prot = Protéinurie 0 AVC Evénements coronariens Miettinen et al. Stroke 1996

13 Recommadantions HAS Contrôle tensionnel ALFEDIAM & SFC «avantage à prescrire en première intention des bloqueurs du Système Rénine Angiotensine» (IEC ou sartans) associer ensuite un diurétique (thiazidique) d autant que diabète favorise la retention hydro-sodée introduction IEC, AA2 ou diurétique : créatinine et K sur les 7 jours - augmentation de 20 % de créat puis stabilisation : poursuite ttt - augmentation continue de la créatininémie ou > 20 % : arrêt ttt

14 Neuropathie autonome cardiaque Atteinte X cardiaque : tachycardie Atteinte Σ périphérique : hta orthostatique Dipper : TA nocturne diminue de 15 % Extrème dipper : TA diminue > 20 % (ischémie cardiaque, oculaire, cérébrale) Non dipper : TA diminue < 10 % ou pas diminution (HVG, AVC, IR)

15 Neuropathie autonome cardiaque HCTZ améliore le pronostic vital par une action du HTA nocturne jour nuit TA avant HCTZ (25 mg/j) avant HCTZ (25 mg/j) Uzu & Kimura Circ 1999; 100:1635 Dippers Non-Dippers

16 Contrôle risque thrombotique aspirine : 75 mg à 300 mg recommandée en prévention secondaire ou à risque équivalent, en association avec hypolipémiants pondéral IMC < 25 Kg/m 2 Tour de taille homme < 94 cm femme < 80 cm European Group for the Study of Insulin Resistance (EGIR) ALFEDIAM, SFE, SFC, AFERO Obésité androïde Homme : 95 cm ; Femme : 85 cm NCEP-ATP III (National Cholesterol Education Program. Adult Treatment Panel III ) Homme : 102 ; Femme : 88

17 Perte de poids et HTA Perte de 8 Kg en moyenne réduit de 10 mmhg 1 Kg 1 mmhg? Variation de TA Mois de randomisation Contrôle Echec Récidive Succès Stevens VJ.Long-term weight loss and changes in blood pressure: results of the trials of hypertension prevention, phase II. Ann Intern Med 2001;134:1-11.

18 Contrôle risque thrombotique aspirine : 75 mg à 300 mg recommandée en prévention secondaire ou à risque équivalent, en association avec hypolipémiants pondéral IMC < 25 Kg/m 2 Tour de taille homme < 94 cm femme < 80 cm Sevrage tabagique & Vaccination grippe pneumocoque European Group for the Study of Insulin Resistance (EGIR) ALFEDIAM, SFE, SFC, AFERO Obésité androïde Homme : 95 cm ; Femme : 85 cm NCEP-ATP III (National Cholesterol Education Program. Adult Treatment Panel III ) Homme : 102 ; Femme : 88

19 Tabac et fonction endothéliale Diamètre Coronaire (% Base) 140 Sujets Témoins 140 Fumeurs 100 * * * * 100 * Base Ach2 Ach1 Ach3 Ach4 DNI Base Ach2 Ach4 Ach1 Ach3 DNI *P<0,001 vs Base * * Diamètre Coronaire (% Base) NS! p<0,001! p<0,001! p<0,001! NS! Nitenberg et coll. Am J Med 1993; 42: Base Ach1 Ach2 Ach3 Ach4 DNI

20 Risque cardiovasculaire global Pression Artérielle (mmhg) Fumeur La partie de l'image avec l'id de relation rid2 rid3 n'a pas été trouvée Cholestérol (mmol/l) Non Fumeur Age 30 Age 40 Age 50 Age 60 Age 70 Risque à 10 ans > 40% 20-40% 10-20% 5-10% < 5% Fumeur Non Fumeur

21 Risque cardiovasculaire global Bien entendu, ne pas oublier un exercice physique modéré!!

Prise en charge du risque cardio-vasculaire chez le patient VIH. Evaluation du risque individuel

Prise en charge du risque cardio-vasculaire chez le patient VIH. Evaluation du risque individuel Evaluation du risque individuel 1) Evaluation du risque cardio-vasculaire global selon le modèle de risque Framingham. 2) Calcul du nombre de facteurs de risque cardio-vasculaires (selon AFSSAPS 2005)

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PATIENTS ADULTES ATTEINTS D HTA ESSENTIELLE HAS

PRISE EN CHARGE DES PATIENTS ADULTES ATTEINTS D HTA ESSENTIELLE HAS PRISE EN CHARGE DES PATIENTS ADULTES ATTEINTS D HTA ESSENTIELLE HAS 2005 La prise en charge du patient hypertendu repose à la fois sur les valeurs de la pression artérielle et sur le niveau de risque cardiovasculaire

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE L HYPERTENSION ARTERIELLE

PRISE EN CHARGE DE L HYPERTENSION ARTERIELLE PRISE EN CHARGE DE L HYPERTENSION ARTERIELLE QUELLES NOUVEAUTES EN 2013? Dr Olivier DUBREUIL Hôpital st Luc St Joseph LYON Premières recommandations ESC en 2003 Secondes recommandations ESC en 2007 Mise

Plus en détail

CAS N 1. données ci-dessus. Quelle stratégie thérapeutique en découle? préconisez-vous pour réduire ce risque?

CAS N 1. données ci-dessus. Quelle stratégie thérapeutique en découle? préconisez-vous pour réduire ce risque? CAS N 1 Monsieur Henri T, 57 ans, vient pour contrôler sa TA. En effet, celle-ci a déjà été mesurée à 3 reprises à la médecine du travail et par vous-même à 155/90 dans les 3 mois précédents. Il fume 5

Plus en détail

INSUFFISANCE RÉNALE CHRONIQUE ET RISQUE CARDIO- VASCULAIRE. Rôle des médecins généralistes dans la prévention

INSUFFISANCE RÉNALE CHRONIQUE ET RISQUE CARDIO- VASCULAIRE. Rôle des médecins généralistes dans la prévention INSUFFISANCE RÉNALE CHRONIQUE ET RISQUE CARDIO- VASCULAIRE Rôle des médecins généralistes dans la prévention Insuffisance Rénale Chronique le risque de mourir d'un accident cardiovasculaire est nettement

Plus en détail

Stratégie thérapeutique dans l hypertension artérielle. Dr. Ioana ZGAIA

Stratégie thérapeutique dans l hypertension artérielle. Dr. Ioana ZGAIA Stratégie thérapeutique dans l hypertension artérielle Dr. Ioana ZGAIA 22 Mars 2012 Définition de l HTA Objectif TA: inferieure à 140/90mmhg au cabinet ou 130/80 pour les diabétiques et les insuffisants

Plus en détail

Professeur Bernard Gay Faculté de Médecine de Bordeaux

Professeur Bernard Gay Faculté de Médecine de Bordeaux Prévention cardiovasculaire Certificat complémentaire Rôle du médecin généraliste en matière de prévention individuelle et collective Professeur Bernard Gay Faculté de Médecine de Bordeaux Les maladies

Plus en détail

Traitement médicamenteux Artériopathie du diabétique. Lyse BORDIER HIA Bégin, Saint Mandé

Traitement médicamenteux Artériopathie du diabétique. Lyse BORDIER HIA Bégin, Saint Mandé Traitement médicamenteux Artériopathie du diabétique Lyse BORDIER HIA Bégin, Saint Mandé Déclaration de conflits d intérêt L orateur déclare avoir effectué des interventions ponctuelles à la demande de

Plus en détail

Recommandations pour la. artérielle

Recommandations pour la. artérielle Recommandations pour la artérielle Marion Gilbert Shazima Vally (HAS 2005) Prise en charge diagnostique Pourquoi mesurer la TA? Augmentation du risque de morbimortalité cardiovasculaire lié à l'élévation

Plus en détail

Cas clinique n 2. Cas clinique N 2. Que rechercher de particulier à l examen clinique? Comment orienter l interrogatoire?

Cas clinique n 2. Cas clinique N 2. Que rechercher de particulier à l examen clinique? Comment orienter l interrogatoire? Cas clinique n 2 Cas clinique N 2 Anne Wojtusciszyn CCA Maladies Endocriniennes CHU Lapeyronie Monsieur P. 72 ans, artisan à la retraite, vous consulte. Il vient d être dêtre grand père et voudrait se

Plus en détail

Traiter le cholestérol ou les patients à risque cardiovasculaire? Sur quelles preuves?

Traiter le cholestérol ou les patients à risque cardiovasculaire? Sur quelles preuves? Traiter le cholestérol ou les patients à risque cardiovasculaire? Sur quelles preuves? Rémy Boussageon Département de Médecine Générale de Poitiers Conseil scientifique du CNGE Un Exemple Un homme de 50

Plus en détail

Nouvelles recommandations concernant l hypercholestérolémie et le rôle des stérols végétaux. PH LE METAYER Hôpital Saint André CHU Bordeaux

Nouvelles recommandations concernant l hypercholestérolémie et le rôle des stérols végétaux. PH LE METAYER Hôpital Saint André CHU Bordeaux Nouvelles recommandations concernant l hypercholestérolémie et le rôle des stérols végétaux PH LE METAYER Hôpital Saint André CHU Bordeaux Il existe une relation évidente et démontrée entre le niveau

Plus en détail

Diabète de type 2 Nouveaux médicaments Nouvelles stratégies. Dr Michel Varroud-Vial Mai 2005

Diabète de type 2 Nouveaux médicaments Nouvelles stratégies. Dr Michel Varroud-Vial Mai 2005 Diabète de type 2 Nouveaux médicaments Nouvelles stratégies Dr Michel Varroud-Vial Mai 2005 Les glitazones - rosiglitazone - pioglitazone Mécanismes d action Les glitazones Améliorent la Sensibilité du

Plus en détail

Cœur et Diabète Une prise en charge ciblée. Dr Michel Varroud-Vial CHSF

Cœur et Diabète Une prise en charge ciblée. Dr Michel Varroud-Vial CHSF Cœur et Diabète Une prise en charge ciblée Dr Michel Varroud-Vial CHSF Complications du diabète Etudes ECODIA 1999-2005 Complication Rétinopathie Protéinurie Polynévrite Cardiopathie ischémique Artérite

Plus en détail

Cas pratique Session 1 Cardiologie et métabolisme

Cas pratique Session 1 Cardiologie et métabolisme Cas pratique Session 1 Cardiologie et métabolisme Une femme qui veut améliorer son hygiène de vie... Alain Wajman Things we knew, things we did Things we have learnt, things we should do 2 Vidéo Françoise

Plus en détail

Hypertension artérielle et diabète. Plan

Hypertension artérielle et diabète. Plan Plan I.- Qu est-ce que la pression artérielle? a) ne pas confondre avec la tension nerveuse b) Pression artérielle systolique et diastolique c) Définition de l hypertension artérielle II.- III.- IV.- V.-

Plus en détail

Quel pourcentage de malchance de toucher les verres?

Quel pourcentage de malchance de toucher les verres? Vous Votre patient Quel pourcentage de malchance de toucher les verres? Vide Enfermement Feu Gravité Vulnérabilité Incertitudes Craintes Comment passer d une conception scientifique à une appropriation

Plus en détail

EVALUATION de la Fonction Rénale Cockroft MDRD ou CKD/EPI

EVALUATION de la Fonction Rénale Cockroft MDRD ou CKD/EPI EVALUATION de la Fonction Rénale Cockroft MDRD ou CKD/EPI COCKROFT GAULT HOMME 1.23 x poids x 140 âge / créatininémie (µmols/litre) FEMME 1.04 x poids x 140 âge / créatininémie (µmols/litre) MDRD LA MOINS

Plus en détail

Activités physiques et HTA «du niveau de preuves aux recommandations» Dr JM GUY CRCRL St Priest en Jarez

Activités physiques et HTA «du niveau de preuves aux recommandations» Dr JM GUY CRCRL St Priest en Jarez Activités physiques et HTA «du niveau de preuves aux recommandations» Dr JM GUY CRCRL St Priest en Jarez recommandations «fraîches» Effets bénéfiques des mesures hygiénodiététiques sur la PA Modifications

Plus en détail

HTA Quel bénéfice est obtenu avec le traitement pharmacologique? Apports de l étude ASCOT - HTA

HTA Quel bénéfice est obtenu avec le traitement pharmacologique? Apports de l étude ASCOT - HTA HTA Quel bénéfice est obtenu avec le traitement pharmacologique? Apports de l étude ASCOT - HTA Novembre 2005 François Diévart 1 Pression artérielle et âge 2 Prévalence de l hypertension artérielle (>160/95

Plus en détail

Mesure de la Pression Artérielle

Mesure de la Pression Artérielle Mesure de la Pression Artérielle rielle Daniel Herpin (Poitiers) 24 Janvier 2009 1 Tracé de pression artérielle rielle mesurée e de manière continue au doigt à l aide de Finapres chez un adulte en position

Plus en détail

VASCULAIRES et ce, au moins aux périodes clés de la vie de la femme : - Première contraception - Grossesse - Ménopause

VASCULAIRES et ce, au moins aux périodes clés de la vie de la femme : - Première contraception - Grossesse - Ménopause Les maladies cardiovasculaires sont la principale cause de mortalité chez la femme dans le monde occidental. C est la raison pour laquelle il faut favoriser : 1 la PRÉVENTION CARDIOVASCULAIRE CHEZ LA FEMME.

Plus en détail

RÉFÉRENTIELS. Prise en charge thérapeutique du patient dyslipidémique : les trois points-clés de la recommandation de l'afssaps (2005) 1

RÉFÉRENTIELS. Prise en charge thérapeutique du patient dyslipidémique : les trois points-clés de la recommandation de l'afssaps (2005) 1 Cette recommandation, diffusée par l'afssaps en mars 2005, est une actualisation des recommandations Prise en charge des dyslipidémies (Afssaps, septembre 2000) et Modalités de dépistage et de diagnostic

Plus en détail

Hypertension artérielle essentielle chez l adulte

Hypertension artérielle essentielle chez l adulte Hypertension artérielle essentielle chez l adulte Recommandations pour la pratique clinique HAS - Actualisation 2005 1 Hypertension artérielle 13,5 % actes médicaux 11 millions de personnes en France Prévalence

Plus en détail

Néphropathie diabétique et facteurs de risque cardiovasculaire S. Khalfi, S. Mimouni Zerguini, S. Aouiche, A. Khellaf, R. Djekaoua, A.

Néphropathie diabétique et facteurs de risque cardiovasculaire S. Khalfi, S. Mimouni Zerguini, S. Aouiche, A. Khellaf, R. Djekaoua, A. Néphropathie diabétique et facteurs de risque cardiovasculaire S. Khalfi, S. Mimouni Zerguini, S. Aouiche, A. Khellaf, R. Djekaoua, A. Boudiba; Service de Diabétologie, CHU Mustapha - Alger Centre. Introduction:

Plus en détail

Dyslipidémies en 2014 Recommendations Pr Jean Ferrières

Dyslipidémies en 2014 Recommendations Pr Jean Ferrières Dyslipidémies en 2014 Recommendations Pr Jean Ferrières Secrétaire Général de la Société Française de Cardiologie Service de Cardiologie B, CHU de Toulouse 2 cet intervenant : a déclaré n avoir aucun lien

Plus en détail

Facteurs de risques associés aux évènements cardiovasculaires dans une population de diabétiques de type 2

Facteurs de risques associés aux évènements cardiovasculaires dans une population de diabétiques de type 2 Facteurs de risques associés aux évènements cardiovasculaires dans une population de diabétiques de type 2 A.SALAH MANSOUR, K.ABERKANE, S.DAHLIZ, H.MERABET, Z.LAKABI, S.OUERDANE 21ème Congrès National

Plus en détail

Item 129 : Facteurs de risque cardiovasculaire et prévention (Evaluations)

Item 129 : Facteurs de risque cardiovasculaire et prévention (Evaluations) Item 129 : Facteurs de risque cardiovasculaire et prévention (Evaluations) Auteur(s) BONGARD Vanina FERRIERES Jean Date de création du document 2008-2009 QCM QUESTION 1/5 : L hypertension artérielle :

Plus en détail

QUELS OBJECTIFS GLYCÉMIQUES POUR QUELS PATIENTS DIABÉTIQUES? Dr Lobinet Emilie Service de diabétologie et Maladie Métabolique CHU Toulouse Rangueil

QUELS OBJECTIFS GLYCÉMIQUES POUR QUELS PATIENTS DIABÉTIQUES? Dr Lobinet Emilie Service de diabétologie et Maladie Métabolique CHU Toulouse Rangueil QUELS OBJECTIFS GLYCÉMIQUES POUR QUELS PATIENTS DIABÉTIQUES? Dr Lobinet Emilie Service de diabétologie et Maladie Métabolique CHU Toulouse Rangueil GLYCÉMIE / HBA1C - Défini chez 507 patients DT1, DT2

Plus en détail

Hypertension artérielle (item 130)

Hypertension artérielle (item 130) Cardiologie 17 Référence Hypertension artérielle (item 130) Recommandations de la Société Européenne d Hypertension Artérielle et de la Société Européenne de Cardiologie (2007). Contexte La morbi-mortalité

Plus en détail

TRAITEMENT DE L HTA Ce qu il ne faut pas oublier. EL MENIA 2 Mai 2009

TRAITEMENT DE L HTA Ce qu il ne faut pas oublier. EL MENIA 2 Mai 2009 TRAITEMENT DE L HTA Ce qu il ne faut pas oublier Professeur M.TEMMAR Centre de Cardiologie le Télomère Ghardaia EL MENIA 2 Mai 2009 Significant regional differences in prevalence emerged SOUTH- EAST; 39,5

Plus en détail

Prise en charge thérapeutique des cofacteurs de risque dans le diabète de type 2. Dr Stéphanie Malvaux Octobre 2007

Prise en charge thérapeutique des cofacteurs de risque dans le diabète de type 2. Dr Stéphanie Malvaux Octobre 2007 Prise en charge thérapeutique des cofacteurs de risque dans le diabète de type 2 Dr Stéphanie Malvaux Octobre 2007 Introduction RCV plus important chez le DT2 DT2 par 2 à 4 le risque de maladie coronaire

Plus en détail

Optimisation du traitement antihypertenseur

Optimisation du traitement antihypertenseur Optimisation du traitement antihypertenseur Rappel d éd études importantes Mode d action d des produits Bien fondé des associations Cas particuliers Les recommandations Hypertension Optimal Treatment International

Plus en détail

HTA d origine rénale parenchymateuse. Alexandre Karras Néphrologie HEGP

HTA d origine rénale parenchymateuse. Alexandre Karras Néphrologie HEGP HTA d origine rénale parenchymateuse Alexandre Karras Néphrologie HEGP INTRODUCTION Les néphropathies chroniques parenchymateuses sont la 1 ère cause d HTA secondaire (3 à 5 %) Toute HTA doit conduire

Plus en détail

ECN INTERREGIONAL 2009 DOSSIER N 9

ECN INTERREGIONAL 2009 DOSSIER N 9 ECN INTERREGIONAL 2009 DOSSIER N 9 Mr X... âgé de 42 ans, présente à son domicile à 7h45 un malaise avec perte de connaissance brève, associée à une oppression thoracique avec douleur atypique, médio-thoracique,

Plus en détail

SEXE, MENSONGE et CARDIOLOGIE ou Que faire devant un patient «cardiaque» avec DE. Pr Franck PAGANELLI Service de Cardiologie CHU Nord, Marseille

SEXE, MENSONGE et CARDIOLOGIE ou Que faire devant un patient «cardiaque» avec DE. Pr Franck PAGANELLI Service de Cardiologie CHU Nord, Marseille SEXE, MENSONGE et CARDIOLOGIE ou Que faire devant un patient «cardiaque» avec DE Pr Franck PAGANELLI Service de Cardiologie CHU Nord, Marseille ETAT DE LA QUESTION CAT devant DE iatrogène? : Diurétique,

Plus en détail

Traitement du diabète de type 2. Actualisation des recommandations ANAES et AFSSAPS Novembre 2006

Traitement du diabète de type 2. Actualisation des recommandations ANAES et AFSSAPS Novembre 2006 Traitement du diabète de type 2 Actualisation des recommandations ANAES et AFSSAPS Novembre 2006 Objectifs idéaux du traitement du diabète de type 2 La prévention et le traitement de la microangiopathie

Plus en détail

Dyslipidémies Comment respecter les objectifs en prévention secondaire

Dyslipidémies Comment respecter les objectifs en prévention secondaire Dyslipidémies Comment respecter les objectifs en prévention secondaire Dr Michel Issa-Sayegh Unité d Endocrinologie-Diabétologie et Maladies Métaboliques Clinique Médicale Plein Ciel Groupe Tzanck-Mougins

Plus en détail

La maladie rénale chronique

La maladie rénale chronique La maladie rénale chronique R.E.I.N. Réseau Epidémiologique et Informatique en Néphrologie N W E S Insuffisance rénale chronique terminale : Prévalence Martinique 2010 500 HD (1000 pmh) 50 DP (100 pmh)

Plus en détail

Un nouveau regard sur les stratégies antihypertensives (le risque résiduel)

Un nouveau regard sur les stratégies antihypertensives (le risque résiduel) Un nouveau regard sur les stratégies antihypertensives (le risque résiduel) Pr P. Lantelme Lyon L HTA : Un facteur de risque cardio-vasculaire majeur Lewington et al. 22 1 L HTA : Les succès de la prise

Plus en détail

Faut-il prendre en charge l hypertension du sujet très âgé?

Faut-il prendre en charge l hypertension du sujet très âgé? Faut-il prendre en charge l hypertension du sujet très âgé? DONNEES EPIDEMIOLOGIQUES Evolution de la PA avec l âge La systolique augmente avec l âge La diastolique augmente jusqu à 60 ans puis se stabilise

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NÉPHROLOGIE

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NÉPHROLOGIE RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NÉPHROLOGIE Repérage et prise en charge du patient adulte atteint de maladie rénale chronique Novembre 2005 I. PROMOTEURS Société de Néphrologie ; Haute Autorité

Plus en détail

Maladie Rénale. Y. Dimitrov Néphrologie CH Haguenau

Maladie Rénale. Y. Dimitrov Néphrologie CH Haguenau Maladie Rénale Y. Dimitrov Néphrologie CH Haguenau FMC Haguenau 09 avril 2015 LA NEPHROLOGIE, VUE DE L EXTERIEUR ON N Y COMPREND RIEN ON NE REVOIT JAMAIS LE PATIENT ON N A JAMAIS DE RENSEIGNEMENTS QUE

Plus en détail

Les 10 commandements HTA

Les 10 commandements HTA Formation HTA-OASIS II Sous l égide de l EMST Touggourt le 07/01/2016 Les 10 commandements HTA Formation intensive en hypertensiologie Touggourt 24-25-26 Décembre 2015 07-08-09 Janvier 2016 Facebook: Docteurbenaouda

Plus en détail

Traitement hypolipémiant en Algérie : quelles recommandations suivre? D. Nibouche, MD, PHD,FESC

Traitement hypolipémiant en Algérie : quelles recommandations suivre? D. Nibouche, MD, PHD,FESC Traitement hypolipémiant en Algérie : quelles recommandations suivre? D. Nibouche, MD, PHD,FESC Recommandations Problématique - Pratique courante: référence, couverture nécessité de pratique. - Recommandations

Plus en détail

Coronaropathie et Grossesse

Coronaropathie et Grossesse Coronaropathie et Grossesse Dr Durand M. Réanimation Cardiovasculaire et Thoracique Pole Anesthésie Réanimation CHU de Grenoble 1 Introduction Fréquence basse des pathologies coronaires chez les femmes

Plus en détail

Thionville, le 29 avril 2008

Thionville, le 29 avril 2008 HTA Thionville, le 29 avril 2008 L HTA, c est : La première cause d activité médicale 36 000 000 de C en médecine générale 2 000 000 de Cs en cardiologie la pathologie la plus fréquemment prise en charge

Plus en détail

La micro-albuminurie : quelle place dans le bilan de l'hypertendu?

La micro-albuminurie : quelle place dans le bilan de l'hypertendu? La micro-albuminurie : quelle place dans le bilan de l'hypertendu? Pr JP FAUVEL Hôpital E. Herriot Lyon Que représente une microalbuminurie? La microalbuminurie dans l HTA La microalbuminurie dans le diabète

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 23 juillet 2003

AVIS DE LA COMMISSION. 23 juillet 2003 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 23 juillet 2003 COZAAR 50 mg, comprimé enrobé sécable (B/28 ; B/50) COZAAR 100 mg, comprimé enrobé sécable (B/28 ; B/50) Laboratoires

Plus en détail

Nouvelles recommandations HAS 2017 dyslipidémies : la place des statines réaffirmée

Nouvelles recommandations HAS 2017 dyslipidémies : la place des statines réaffirmée Nouvelles recommandations HAS 2017 dyslipidémies : la place des statines réaffirmée La Haute Autorité de Santé (HAS) propose, à la demande de la CNAMTS, une nouvelle mouture de ses recommandations sur

Plus en détail

JAMA 2004 ; 291 :

JAMA 2004 ; 291 : JAMA 2004 ; 291 : 1342-49 MORTALITE CARDIOVASCULAIRE : comparaison MAPA PA de consultation Hansen, Hypertension 2005;45:499-504 EFFET BLOUSE BLANCHE et risque d AVC 4406 hypertendus et 1549 normotendus

Plus en détail

Jeudi 13 février 2014. François Silhol. Unité d HTA CHU Timone Marseille. Centre de compétence des maladies Vasculaires rares

Jeudi 13 février 2014. François Silhol. Unité d HTA CHU Timone Marseille. Centre de compétence des maladies Vasculaires rares Jeudi 13 février 2014 Centre de compétence des maladies Vasculaires rares François Silhol Unité d HTA CHU Timone Marseille Confirmer l hypertension Quelle PA en dehors du cabinet médical? Effet blouse

Plus en détail

ROLE de L ASPIRINE dans la PREVENTION PRIMAIRE et SECONDAIRE de l ATHEROCLEROSE

ROLE de L ASPIRINE dans la PREVENTION PRIMAIRE et SECONDAIRE de l ATHEROCLEROSE ROLE de L ASPIRINE dans la PREVENTION PRIMAIRE et SECONDAIRE de l ATHEROCLEROSE MEDICAMENTS ANTIPLAQUETTAIRES points d'impact 3 Liaison IIbIIIa- fibrinogène 1 Reconnaissance du signal Ca ++ 2 Transmission

Plus en détail

Z.Arbouche, CHU M.L.Debaghine, BEO, Alger N.Marniche-Sollah, EPSP BEO S.Belkacem, CHU M.L.Debaghine, BEO, Alger

Z.Arbouche, CHU M.L.Debaghine, BEO, Alger N.Marniche-Sollah, EPSP BEO S.Belkacem, CHU M.L.Debaghine, BEO, Alger Le risque résiduel chez le diabétique de type 2 Z.Arbouche, CHU M.L.Debaghine, BEO, Alger N.Marniche-Sollah, EPSP BEO S.Belkacem, CHU M.L.Debaghine, BEO, Alger Introduction Bien que les statines aient

Plus en détail

Qu est-ce qu un facteur de risque?

Qu est-ce qu un facteur de risque? Edito Cette enquête est le fruit d une collaboration exemplaire de l Union Régionale des Médecins Libéraux et de l Union Régionale des Caisses d Assurance Maladie de Corse. Elle témoigne de la volonté

Plus en détail

Les révélations d Hyvet A 80ans: Cela A 80ans: Cela vaut encore le vaut encore le coup!!!! coup!!!

Les révélations d Hyvet A 80ans: Cela A 80ans: Cela vaut encore le vaut encore le coup!!!! coup!!! Les révélations r d Hyvet A A 80ans: 80ans: Cela Cela vaut vaut encore encore le le coup!!!! coup!!!! HYVET Méthodologie 3 845 hypertendus 80 ans Etude internationale, multicentrique, randomisée en double

Plus en détail

L Innovation à l IUCPQ Université Laval. Denis Bouchard Président-Directeur Général IUCPQ-Université Laval

L Innovation à l IUCPQ Université Laval. Denis Bouchard Président-Directeur Général IUCPQ-Université Laval L Innovation à l IUCPQ Université Laval Denis Bouchard Président-Directeur Général IUCPQ-Université Laval Ce qui nous distingue Notre mission Trois grands axes cliniques etde recherche Cardiologie Pneumologie

Plus en détail

la prévalence de l hypotension orthostatique chez les diabétiques de la ville de Sidi Bel Abbes

la prévalence de l hypotension orthostatique chez les diabétiques de la ville de Sidi Bel Abbes République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère République de l Enseignement Algérienne Supérieur Démocratique et de la Recherche et Populaire Scientifique Ministère de l Enseignement Faculté

Plus en détail

Christian Combe Inserm U889 Université et Centre Hospitalier Universitaire de Bordeaux

Christian Combe Inserm U889 Université et Centre Hospitalier Universitaire de Bordeaux La place de la nutrition dans la prise en charge de la néphropathie diabétique Christian Combe Inserm U889 Université et Centre Hospitalier Universitaire de Bordeaux Les objectifs d'une "bonne" nutrition

Plus en détail

Comment évaluer le cœur du patient cirrhotique avant une chirurgie?

Comment évaluer le cœur du patient cirrhotique avant une chirurgie? Comment évaluer le cœur du patient cirrhotique avant une chirurgie? Ateliers de printemps - ACHBT 16 Mai 2014 Z. Schmitt Département d Anesthésie-Réanimation Hôpital de la Croix-Rousse, CHU Lyon Introduction

Plus en détail

Différents stades de l insuffisance rénale chronique chez l adulte

Différents stades de l insuffisance rénale chronique chez l adulte Différents stades de l insuffisance rénale chronique chez l adulte Recommandations de l ANAES de 2002 17/09/10 1 Objectifs Aider le praticien à reconnaître -l insuffisance rénale -les marqueurs d atteinte

Plus en détail

L HYPERTENSION ARTERIELLE. Connaissances actuelles

L HYPERTENSION ARTERIELLE. Connaissances actuelles L HYPERTENSION ARTERIELLE. Connaissances actuelles PROFESSEUR Daniel Herpin Poitiers, 13 Octobre 2014 DEFINITION L HTA est définie par la mise la mise en évidence à plusieurs reprises: d une pression artérielle

Plus en détail

CAS CLINIQUE 1. Il a pris 5kgs en 1 an. Il a peu d activité physique. Son père, âgé de 70 ans, est traité pour diabète depuis 10 ans.

CAS CLINIQUE 1. Il a pris 5kgs en 1 an. Il a peu d activité physique. Son père, âgé de 70 ans, est traité pour diabète depuis 10 ans. CAS CLINIQUE 1 1) Mr Michel, 45 ans, magasinier, 86 kgs pour 1,76m, père de 2 enfants, vous consulte à la suite de la découverte d une glycosurie en médecine du travail. Il a pris 5kgs en 1 an. Il a peu

Plus en détail

DIABÈTE DE TYPE 2 : Dr Y.HADJALI (Mougins) Y.HADJALI

DIABÈTE DE TYPE 2 : Dr Y.HADJALI (Mougins) Y.HADJALI DIABÈTE DE TYPE 2 : ETUDES D INTENSIFICATION conséquences pratiques Dr (Mougins) J ai entendu dire que trop baisser la glycémie était dangereux chez le diabétique de type 2!!!!???? Contrôle g glycémique:

Plus en détail

Cas Clinique n 1 YA, 73 ans, a été hospitalisé en cardiologie pour une ACFA d étiologie indéterminée. Il est mis sous Cordarone

Cas Clinique n 1 YA, 73 ans, a été hospitalisé en cardiologie pour une ACFA d étiologie indéterminée. Il est mis sous Cordarone Cas Clinique n 1 YA, 73 ans, a été hospitalisé en cardiologie pour une ACFA d étiologie indéterminée. Il est mis sous Cordarone, d abord à une dose de charge, puis à une dose d entretien de 5 comprimés

Plus en détail

Traitement médicamenteux du diabète de type 2 (actualisation) Recommandations de bonne pratique (synthèse)

Traitement médicamenteux du diabète de type 2 (actualisation) Recommandations de bonne pratique (synthèse) Recommandations Sang Thrombose Vaisseaux 2007 ; 19, n 3 : 152-9 Copyright 2017 John Libbey Eurotext. Téléchargé par un robot venant de 46.3.205.197 le 11/08/2017. Traitement médicamenteux du diabète de

Plus en détail

HTA >= 140 >= >= 130/80). HTA

HTA >= 140 >= >= 130/80). HTA HTA (1) PAS >= 140 mmhg et/ou PAD >= 90 mmhg, au cabinet et confirmée, 2 mesures par consultation, au cours de 3 consultations en 3 à 6 mois (hors diabète ou insuffisance rénale, HTA si >= 130/80). HTA

Plus en détail

Pharmacothérapie du diabète

Pharmacothérapie du diabète Pharmacothérapie du diabète FARM 22 (Pharmacothérapie) Anne Spinewine 15.12.2005 Objectifs A la fin du cours l étudiant sera capable de: citer les objectifs précis du traitement chez un patient diabétique

Plus en détail

Néphroprotection. Quoi de neuf depuis l HAS 2004? Vincent Esnault CHU de Nice

Néphroprotection. Quoi de neuf depuis l HAS 2004? Vincent Esnault CHU de Nice Néphroprotection Quoi de neuf depuis l HAS 2004? Vincent Esnault CHU de Nice M. Côme d HAB, âgé de 58 ans, Poids 95 kg, taille 1m70, tour de taille 109 cm Diabète type 2 : Insuline depuis 2 ans HTA 145/92

Plus en détail

AVC et diabète de type 2 au Service de Médecine Interne / Diabétologie HCA. D. Lounis; N. Deméne-Debih; S. Khalfa; D.E.

AVC et diabète de type 2 au Service de Médecine Interne / Diabétologie HCA. D. Lounis; N. Deméne-Debih; S. Khalfa; D.E. AVC et diabète de type 2 au Service de Médecine Interne / Diabétologie HCA D. Lounis; N. Deméne-Debih; S. Khalfa; D.E. Talbi ( HCA ) Introduction (1) Tous les ans, ~ 15 M de personnes dans le monde subissent

Plus en détail

Traitement Pharmacologique du Diabète de type 2

Traitement Pharmacologique du Diabète de type 2 Traitement Pharmacologique du Diabète de type 2 Des recommandations... aux données factuelles... Rémy Boussageon, Alain Moreau FORGENI @ Juin 2010 Ce document est protégé par la licence Creative Commons

Plus en détail

Prise en charge du risque cardiovasculaire du patient diabétique. M. BALICE PASQUINELLI Réadaptation cardiaque, HPJC, Massy

Prise en charge du risque cardiovasculaire du patient diabétique. M. BALICE PASQUINELLI Réadaptation cardiaque, HPJC, Massy Prise en charge du risque cardiovasculaire du patient diabétique M. BALICE PASQUINELLI Réadaptation cardiaque, HPJC, Massy Epidémiologie Le diabète: un fléau pour la santé publique et les maladies cardiovasculaires,

Plus en détail

Recommandations canadiennes le traitement de l hypertension artérielle RECOMMANDATIONS DE 2005 HYPERTENSION

Recommandations canadiennes le traitement de l hypertension artérielle RECOMMANDATIONS DE 2005 HYPERTENSION 2005 pour Recommandations canadiennes le traitement de RECOMMANDATIONS DE 2005 HYPERTENSION Mesure élevée de la TA prise en dehors du cabinet du médecin Visite 1 - Hypertension Mesure de la TA Historique

Plus en détail

Epidemiologie du Syndrome Métabolique et du risque cardiovasculaire...

Epidemiologie du Syndrome Métabolique et du risque cardiovasculaire... Epidemiologie du Syndrome Métabolique et du risque cardiovasculaire... Jean Dallongeville Epidémiologie et Santé Publique Institut Pasteur de Lille INSERM U744 - LILLE Syndrome Métabolique une pathologie

Plus en détail

A u congrès de l American

A u congrès de l American Diabète de type 2 : pas de bénéfice à intensifier le traitement antihypertenseur et hypolipémiant Données de l étude ACCORD Marie VIRALLY Copyright 217 John Libbey Eurotext. Téléchargé par un robot venant

Plus en détail

Le choix de l association indapamide + perindopril dans HYVET Arguments pharmacologiques et cliniques

Le choix de l association indapamide + perindopril dans HYVET Arguments pharmacologiques et cliniques Le choix de l association indapamide + perindopril dans HYVET Arguments pharmacologiques et cliniques Pr Jean-Philippe Baguet Clinique de Cardiologie - CHU Grenoble 14es Assises du CNCHG, Paris, 2008 PAS

Plus en détail

XII - TRAITEMENT DES FACTEURS DE RISQUE ASSOCIES AU DIABÈTE

XII - TRAITEMENT DES FACTEURS DE RISQUE ASSOCIES AU DIABÈTE XII - TRAITEMENT DES FACTEURS DE RISQUE ASSOCIES AU DIABÈTE La plupart des patients diabétiques décèderont d une complication cardiovasculaire. La moitié des diabétiques sont hypertendus, et plus de 30%

Plus en détail

Prise en charge HTA Synthése

Prise en charge HTA Synthése Formation HTA-OASIS II Sous l égide de l EMST Touggourt le 08 /01/2016 Prise en charge HTA Synthése Formation intensive en hypertensiologie Touggourt 24-25-26 Décembre 2015 07-08-09 Janvier 2016 Facebook:

Plus en détail

Le risque cardio-vasculaire, pour qui, comment, pourquoi,

Le risque cardio-vasculaire, pour qui, comment, pourquoi, Cœur et travail 2013 Le risque cardio-vasculaire, pour qui, comment, pourquoi, R. Brion «Centre Bayard», 69 100 Villeurbanne «Dieulefit-Santé», 26 260 Dieulefit? Quantifier le risque Risque cardio-vasculaire

Plus en détail

CONGRES MAGHREBIN D ENDOCRINOLOGIE FMED 2013 ETUDE MULTICENTRIQUE MAGHREBINE

CONGRES MAGHREBIN D ENDOCRINOLOGIE FMED 2013 ETUDE MULTICENTRIQUE MAGHREBINE CONGRES MAGHREBIN D ENDOCRINOLOGIE FMED 2013 Critères d inclusion : ETUDE MULTICENTRIQUE MAGHREBINE - Diabète de type 1 apparu avant l âge de 15 ans - Age au moment de l étude supérieur à 20 ans A. IDENTIFICATION

Plus en détail

Prévention secondaire après un infarctus cérébral ou un accident ischémique cérébral transitoire. Recommandations de l HAS

Prévention secondaire après un infarctus cérébral ou un accident ischémique cérébral transitoire. Recommandations de l HAS Prévention secondaire après un infarctus cérébral ou un accident ischémique cérébral transitoire. Recommandations 2007 2008 de l HAS Dr JF ALBUCHER Service de Neurologie Vasculaire (Pr F Chollet) CHU TOULOUSE

Plus en détail

Structurer le dossier médical des diabétiques. Module FMC à distance ANCRED N 1

Structurer le dossier médical des diabétiques. Module FMC à distance ANCRED N 1 Structurer le dossier médical des diabétiques Module FMC à distance ANCRED N 1 1 Objectifs du module (1) Savoir analyser, et (2) Classer selon leur gravité dans le dossier médical, les informations collectées

Plus en détail

La microalbuminurie: quelle place pour l optimisation du traitement. Jean-Michel Halimi, Tours

La microalbuminurie: quelle place pour l optimisation du traitement. Jean-Michel Halimi, Tours La microalbuminurie: quelle place pour l optimisation du traitement antihypertenseur? Jean-Michel Halimi, Tours Montpellier, 19 juin 2008 COOPERATE : Effet sur le doublement de la créatinine ou la dialyse

Plus en détail

Revue critique du traitement de l hypertension artérielle chez le sujet âgé

Revue critique du traitement de l hypertension artérielle chez le sujet âgé Revue critique du traitement de l hypertension artérielle chez le sujet âgé Pr Xavier Girerd Pôle d Endocrinologie Unité de Prévention Cardio-Vasculaire Hôpital de la Pitié-Salpêtrière, Paris Université

Plus en détail

Définition et classification des maladies rénales chroniques

Définition et classification des maladies rénales chroniques Définition et classification des maladies rénales chroniques Christian Combe Centre Hospitalier Universitaire & Université Victor Segalen Bordeaux, France Définitions «L insuffisance rénale chronique est

Plus en détail

Grands problèmes de santé en France: Les maladies cardio-vasculaires

Grands problèmes de santé en France: Les maladies cardio-vasculaires Grands problèmes de santé en France: Les maladies cardio-vasculaires Marion ALBOUY-LLATY SF 1ère année 3 novembre 2009 1 Définitions Athérosclérose perte d'élasticité des artères due à la sclérose provoquée

Plus en détail

Comment diminuer la mortalité des diabétiques? Enseignements pour la pratique Pr. Jean Jacques Mourad, Médecine interne & HTA, Bobigny

Comment diminuer la mortalité des diabétiques? Enseignements pour la pratique Pr. Jean Jacques Mourad, Médecine interne & HTA, Bobigny Comment diminuer la mortalité des diabétiques? Enseignements pour la pratique Pr. Jean Jacques Mourad, Médecine interne & HTA, Bobigny «Diabetic men and women 50y and older lived on average 7.5 & 8.2 years

Plus en détail

Syndrome métabolique : Le point de vue du cardiologue. François DELAHAYE

Syndrome métabolique : Le point de vue du cardiologue. François DELAHAYE Syndrome métabolique : Le point de vue du cardiologue François DELAHAYE Syndrome métabolique Ensemble d anomalies métaboliques et de facteurs de risque vasculaire Anomalies interconnectées: la présence

Plus en détail

ÉvAluAtion du risque de décès

ÉvAluAtion du risque de décès ÉvAluAtion du risque de décès par maladie vasculaire «Systematic Cerebrovascular and coronary Risk Evaluation» penser risque vasculaire global Établir le risque Connaître les cibles Agir pour les atteindre

Plus en détail

Athérosclérose et risque cardiovasculaire

Athérosclérose et risque cardiovasculaire Athérosclérose et risque cardiovasculaire Dr Adel Rhouati 1Epidémiologie : Athérosclérose :Principale étiologie des maladies cardio-vasculaires (MCV) - ~ 90% des SCA - ~ 50% des AVC Maladies cardiovasculaires

Plus en détail

Comment éviter l accident cardiaque chez nos patients artéritiques. Benoît GERARDIN Hôpital Marie Lannelongue

Comment éviter l accident cardiaque chez nos patients artéritiques. Benoît GERARDIN Hôpital Marie Lannelongue Comment éviter l accident cardiaque chez nos patients artéritiques Benoît GERARDIN Hôpital Marie Lannelongue JIFA Janvier 2016 De quoi meurent nos patients artéritiques? Etude prospective française (Royat):

Plus en détail

d hypertension artérielle essentielle

d hypertension artérielle essentielle SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Prise en charge des patients adultes atteints d hypertension artérielle essentielle La prise en charge du patient hypertendu repose à la fois sur les valeurs

Plus en détail

DPC Prise en charge du risque cardiovasculaire du patient hypertendu en médecine générale. Dr Walid Amara Dr Chantal Amoudry 2014

DPC Prise en charge du risque cardiovasculaire du patient hypertendu en médecine générale. Dr Walid Amara Dr Chantal Amoudry 2014 DPC Prise en charge du risque cardiovasculaire du patient hypertendu en médecine générale Dr Walid Amara Dr Chantal Amoudry 2014 2011 Programme de la soirée : Présentation des participants: tour de table

Plus en détail

DÉPISTAGE DES HYPERCHOLESTÉROLÉMIES CHEZ LES ADULTES EN

DÉPISTAGE DES HYPERCHOLESTÉROLÉMIES CHEZ LES ADULTES EN DÉPISTAGE DES HYPERCHOLESTÉROLÉMIES CHEZ LES ADULTES EN PRÉVENTION PRIMAIRE I. PROMOTEUR Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé. II. III. SOURCE Recommandations ANAES : «Modalités de

Plus en détail

O.Henry Hôpital E. Roux 94 Limeil- Brevannes Mars 2009

O.Henry Hôpital E. Roux 94 Limeil- Brevannes Mars 2009 Facteurs de risque vasculaires après 75 ans O.Henry Hôpital E. Roux 94 Limeil- Brevannes Mars 2009 La gériatrie: i 3 défis La nouvelle géographie de l âge La poussée aigüe des maladies chroniques La poly-pathologie

Plus en détail

Que retenir des essais thérapeutiques dans le diabète? Pr François MAILLOT DIU d HTA Décembre 2010

Que retenir des essais thérapeutiques dans le diabète? Pr François MAILLOT DIU d HTA Décembre 2010 Que retenir des essais thérapeutiques dans le diabète? Pr François MAILLOT DIU d HTA Décembre 2010 PLAN Diabète de type 1 DCCT/EDIC Diabète de type 2 UKPDS ACCORD ADVANCE VADT Steno-2 Conclusions Diabète

Plus en détail

Prévention de la maladie coronarienne et substitution hormonale postménopausique

Prévention de la maladie coronarienne et substitution hormonale postménopausique Département de gynécologie et d'obstétrique Prévention de la maladie coronarienne et substitution hormonale postménopausique Quelles évidences épidémiologiques? G. Girardet Nendaz Mars 2000 Plan Introduction

Plus en détail

I. Définitions importantes (vu en cours le 5 mars)

I. Définitions importantes (vu en cours le 5 mars) I. Définitions importantes (vu en cours le 5 mars) II. Facteurs de risque biologiques des pathologies cardiométaboliques A) Sédentarité (début vu en cours le 5 mars jusqu à la Fig 11 - p 7) Fig 12 p 7

Plus en détail

Parmi les dosages biologiques qui avaient été réalisés, on a retenu :

Parmi les dosages biologiques qui avaient été réalisés, on a retenu : Cas clinique relatif au module 9. Une femme de 56 ans est suivie pour Une hypertension artérielle évoluant depuis 10 ans, Un diabète de type II depuis sept ans. Son traitement médicamenteux habituel associe

Plus en détail

Avis 8 janvier 2014. LIPUR 450 mg, comprimé pelliculé Boîte de 60 (CIP : 34009 326 063 5 1) Laboratoire PFIZER. Gemfibrozil

Avis 8 janvier 2014. LIPUR 450 mg, comprimé pelliculé Boîte de 60 (CIP : 34009 326 063 5 1) Laboratoire PFIZER. Gemfibrozil COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 8 janvier 2014 LIPUR 450 mg, comprimé pelliculé Boîte de 60 (CIP : 34009 326 063 5 1) Laboratoire PFIZER DCI Code ATC (2013) Motif de l examen Liste concernée Indication(s)

Plus en détail