Les sujets âgés ( dont l âge est supérieur à 65 ans ) représente une population en pleine expansion : 20% en l an 2000, environ 33% en 2030.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les sujets âgés ( dont l âge est supérieur à 65 ans ) représente une population en pleine expansion : 20% en l an 2000, environ 33% en 2030."

Transcription

1 «AUTONOMIE : QUELLE NUTRITION?» Introduction : L alimentation permet de couvrir nos différents besoins qualitatifs et quantitatifs en nutriments, mais aussi de développer des liens sociaux et affectifs. La France dispose de nombreuses ressources alimentaires, ce qui permet à la grande majorité de la population de ne pas souffrir de sous-alimentation. Les sujets âgés ( dont l âge est supérieur à 65 ans ) représente une population en pleine expansion : 20% en l an 2000, environ 33% en Parmi cette population, on peut distinguer des sujets âgés en bonne santé ( environ 65% ), des sujets âgés fragiles ( environ 20% ) et des sujets âgés malades ( environ 15%). Ceux-ci ont un risque de 50% de dénutrition protéino-énergétique, d où l importance de corriger la malnutrition le plus rapidement possible. Chez les personnes âgées en bonne santé seulement 4% présentent une dénutrition. Sujets âgés en bonne santé : Ils représentent : 80% des 70 ans 65% des 80 ans 20 à 25% des 90 ans VIEILLISSEMENT PHYSIOLOGIQUE LES SENS On constate une modification du goût et de l odorat qui entraîne une modification du comportement alimentaire. le goût : les bourgeons du goût sont modifiés entraînant une baisse du seuil de la perception du goût, plus important pour le salé, ensuite l amer, l acide et en dernier le sucré, ainsi qu une baisse de la discrimination des saveurs. L odorat : baisse de la capacité à percevoir les odeurs et baisse de la capacité à discriminer les odeurs. En conséquence l appétit baisse, les préparations étant perçues comme fades, d où l intérêt d utiliser des épices, des aromates, de choisir des fruits mûrs L APPETIT Il existe une dysrégulation de l appétit, c est-à-dire une incapacité à adapter sa consommation alimentaire aux consommations antérieures, aussi bien à court terme qu à long terme :

2 Si une personne âgée prend un aliment avant le repas, il n y a pas de modification de la consommation au repas suivant. Lors d une restriction calorique il n y a pas de phénomène de rattrapage par la suite, donc la perte de poids est très lentement corrigée ; de même après une alimentation forcée il n y a pas de baisse de la consommation, donc le gain de poids n est pas spontanément perdu. En conséquence le plaisir et la consommation alimentaire baisse petit à petit sans que le sujet âgé s en rende compte. Il peut survenir des subcarences chez les personnes âgées en bonne santé, notamment au niveau de certaines vitamines (B6, B1, B9, C). FONCTIONS NUTRITIONNELLES ET METABOLIQUES digestion et absorption : ralentissement de la vidange gastrique et baisse des sécrétions acides gastriques, mais peu de diminution d absorption. métabolisme : glucose : retard de la sécrétion post-prandiale d insuline résistance périphérique à l insuline anomalie des transporteurs musculaires de glucose qui entraîne une moindre entrée de glucose au niveau musculaire et un moindre stockage sous forme de glycogène, essentiellement chez les personnes âgées qui ont une augmentation de la masse abdominale ( ( phénomène peu important chez les sujets minces ). Lipides : Augmentation du cholestérol total avec baisse du HDL, plus important chez les sujets ayant une masse adipeuse abdominale augmentée. Protides : Baisse de l anabolisme protidique à la suite d un repas protéiné. Energie : La dépense énergétique de repos est peu modifiée chez le sujet âgé en bonne santé, corrélée à la masse musculaire. La dépense de thermogénèse liée à la prise alimentaire n est pas modifiée.

3 La dépense liée à l activité physique est augmentée ( à activité égale les besoins en énergie sont plus élevés que chez l adulte ), donc il faut être vigilant envers la personne âgée sportive qui ne mange souvent pas d avantage que le sédentaire, d où un risque de malnutrition. BESOINS DES SUJETS AGES EN BONNE SANTE Les besoins énergétiques ne diminuent pas chez le sujet âgé, ils sont comparables à ceux de l adulte et majorés en cas d activité physique importante. Besoins sujet adulte Besoins sujet âgé Calories Protéines (g/kg/jour) Fibres (g/jour) Eau (litre) Répartition Homme : 2500 en moyenne Femme : 2000 en moyenne 1 à 1,2 30 à 40 2 à 3 P : 12 à 15% L : 30 à 35% G : 50 à 55% Besoins sujet adulte

4 Homme : 2100 Femme : à 1,2 20 à 25 2 P : 12 à 15% L : 30 à 35% G : 50 à 55% Vitamines E (mg) C (mg) A (µg rétinol) B1(mg) B2 (mg) B3 (mg niacine) B5 (mg) B6 (mg) B8 (µg) B9 (mg) B12 (mg) Homme/Femme

5 800/600 1,3/1,2 1,6/1,5 14/11 5 1,8/1, /300 2,4 15 à ,3 1, ,2 100 à Minéraux Sodium (g) Potassium (g)

6 Calcium (mg) Phosphore (mg) Magnésium (mg) Zinc (mg) Fer (mg) Cuivre (mg) Iode (µg) Chrome (µg) Sélénium (µg) Homme/Femme 4/3 3,5/ /360 12/10 9/16 2/1, /

7 Il est important de conserver une alimentation diversifiée qui apporte au minimum 1800 Calories pour les femmes et 2100 Calories pour les hommes. Il faut éviter toute restriction d apport ( calorique, sodé...), surtout au long court. En cas de surpoids il faut rééquilibrer la ration souvent mal équilibrée. Ne pas oublier non plus la pratique d un exercice physique régulier, qui permet de bien s oxygéner, d améliorer le coeur, les vaisseaux et les fonctions cérébrales, d entretenir le corps, la mobilité, de limiter la perte osseuse et de stimuler l appétit et le transit. Il faut puiser dans les différents groupes d aliments : lait et produits laitiers : apport en protéines, calcium, vitamine A et B, vitamine D pour les produits entiers (carence fréquente qui accentue l ostéoporose). L apport en calcium doit être important pour prévenir l ostéoporose, surtout chez les femmes ménauposées. Nécessité de consommer 1 produit à chaque repas viande-poisson-oeuf : apport en protéines, fer (héminique), vitamine A et B, vitamine D. Nécessité d un apport par jour, privilégier les poissons gras riches en oméga3.

8 légumes et fruits : apport en fibres, vitamine C (favorise l absorption du fer), Bcarotène, calcium, magnésium, potassium, fer (non héminique) ; nécessaire de consommer au moins un légume cuit par jour et une crudité par repas. pain-féculents-céréales : apport d énergie (glucides), de protéines, minéraux, fibres et vitamine B ; nécessaire de consommer un féculent par jour et du pain à chaque repas. matières grasses : apport d énergie, de vitamine A et D (MG animale), de vitamine E et acides gras essentiels (MG végétales) Il est important de ne pas faire de régime hypocholestérolémiant trop strict chez les personnes âgées, sauf pour les sujets à risque. Consommer chaque jour environ 10 à 20 g de beurre et 20 à 30 g d huiles, en variant les origines. produits sucrés : source d énergie et de plaisir, ils peuvent être consommer en quantité raisonnable. Boissons : il convient d être vigilant car avec l âge la sensation de soif diminue, le rein retient moins bien l eau et la quantité d eau contenue dans le corps est moindre, d où un risque de déshydratation. Les besoins sont de 30 ml/kg soit au moins 1,5 litre par jour (éviter de trop boire au moment du repas afin de ne pas trop diluer les sucs gastriques). Exemple de quantité journalière à 2000 Calories ( 75 g de protéines, 70 g de lipides, 270 g de glucides ) : Viande, poisson, oeuf : 100 g Pain : 150 g Pomme de terre ou équivalent : 250 g Lait : ½ litre + 2 yaourts Fromage : 30 g Légumes verts : 400 g Fruits : 200 g Sucre : 50 g

9 Huile : 20 g + beurre : 20 g Exemple de répartition journalière de cette ration : Petit déjeuner : Lait 300 ml + sucre 5 g Pain 50 g + beurre 10 g + confiture 20 g 1 yaourt + 10 g de sucre midi : crudités + huile 10 g viande, poisson, oeuf : 100 g + 10 g d huile féculents 200 g ou légumes verts 200 g + 5 g de beurre fromage : 30 g 1 fruit : 100 g pain 30 g + boisson goûter : entremet avec lait 200 ml et céréales 30 g (=40 g de pain) + sucre 10 g + boisson soir : potage avec 50 g de pomme de terre et légumes verts féculents ou légumes verts, selon le repas de midi, + 5 g de beurre 1 yaourt + 10 g de sucre 1 fruit : 100 g pain 30 g + boisson LES ELEMENTS DE SURVEILLANCE Marqueurs anthropométriques : poids, IMC, périmètre du mollet et circonférence brachiale ( évaluation de la masse musculaire ), épaisseur des plis cutanés pour la masse grasse.

10 Une perte de 2 kg en 1 mois ou de 4 kg en 6 mois est signe de dénutrition Une IMC inférieure à 21 indique une malnutrition modérée, une IMC inférieure à 17 indique une malnutrition sévère. IMC = poids (kg) / taille2 (m2). Apports alimentaires : nombre de repas, nombre de plats par repas, capacité à préparer les repas, capacité à s alimenter seul, fréquence de consommation de certains produits par jour ( viande, laitages, fruits et légumes...) marqueurs biologiques : albuminémie, CRP Un taux d albumine compris entre 30 et 35 g/l ou un taux de pré-albumine compris entre 140 et 220 mg/l (normale = 300 mg/l) indique une dénutrition modérée ; un taux d albumine inférieur à 38 g/l doit faire penser à une malnutrition débutante (normale = 42 g/l) Une dénutrition sévère est indiquée par un taux d albumine inférieur à 30 g/l ou un taux de pré-albumine inférieur à 140 mg/l. La CRP indique le degré d inflammation, elle doit être inférieure ou égale à 5 mg/l marqueurs médico-sociaux : entourage social, fonctions cognitives Le test de dépistage le plus utilisé est le MNA ( Mini Nutritional Assessment ) : MNA de dépistage A perte d appétit récente (<3 mois) 0= anorexie grave 1= anorexie modérée 2= pas d anorexie B perte récente de poids (<3 mois)

11 0= perte de poids >3 kg 1= ne sait pas 2= perte de poids entre 1 et 3 kg 3= pas de perte de poids C motricité 0= du lit au fauteuil 1= autonomie à l intérieur 2= sort du domicile D maladie aiguë ou stress psychologique lors des 3 derniers mois 0= oui 1=non E problèmes neuropsychologiques 0= démence ou dépression grave 1= démence ou dépression modérée

12 2= pas de problème psychologique F index de masse corporelle 0= IMC<19 1= 19<IMC<21 2= 21<IMC<23 3= IMC>23 TOTAL Si le total des scores A à F est inférieur à 12 il faut faire un MNA complet. MNA complet G le patient vit-il de façon indépendante à domicile? 0= non 1= oui H plus de 3 médicaments? 0= non 1= oui

13 I escarres ou plaies cutanées? 0= non 1= oui J combien de véritables repas le patient prend-il par jour? 0= 1 repas 1= 2 repas 2= 3 repas K consomme-t-il :. 1 fois par jour au moins des produits laitiers? O/N. 1 fois par semaine des oeufs ou des légumineuses? O/N. chaque jour de la viande, du poisson ou de la volaille? O/N 0= si 0 ou 1 oui 0,5 = si 2 oui 1= si 3 oui

14 L consomme-t-il 2 fois par jour au moins des fruits ou des légumes? 0= non 1= oui M combien de verres de boissons consomme-t-il par jour ( eau, jus de fruits, café, thé, lait, vin, bière...)? 0= moins de 3 verres 0,5 = de 3 à 5 verres 1= plus de 5 verres N manière de se nourrir 0= nécessite une assistance 1= se nourrit seul avec difficulté 2= se nourrit seul sans difficulté O le patient se considère-t-il bien nourri? 0= manutrition grave 1= ne sait pas ou malnutrition modérée 2= pas de problème de malnutrition

15 P le patient se sent-il en meilleure ou en moins bonne santé que la plupart des personnes de son âge? 0= moins bonne 0,5= ne sait pas 1= aussi bonne 2= meilleure Q circonférence brachiale ( en cm ) 0= CB<21 0,5= CB entre 21 et 22 1= CB>22 R circonférence du mollet ( en cm ) 0= CM<31 1= CM>31 TOTAL

16 Si le résultat est compris entre 17 et 23,5, il y a un risque nutritionnel. Un résultat inférieur à 17 est signe de dénutrition. Sujets âgés fragiles Les personnes âgées deviennent fragiles de plus en plus tardivement, surtout après 80 années. On assiste à une baisse de l activité, aussi bien physique qu intellectuelle ou sociale, qui entraîne une baisse de la consommation alimentaire avec risque de carences, surtout en micronutriments et parfois en protéines. Il faut être vigilant surtout si l activité physique est conservée. La consommation alimentaire baisse dans la plupart des cas. La polymédication liée à la polypathologie peut avoir des conséquences sur la nutrition du patient. La fragilisation augmente les perturbations métaboliques ( goût, odorat, appétit) entraînant une modification importante de la consommation alimentaire avec rejet de certains aliments : viande, fruits, légumes. L équilibre alimentaire se trouve ainsi modifié avec risques de désordres métaboliques : troubles glycémiques entraînant un diabète, baisse de l anabolisme protidique entraînant une sarcopénie, augmentation des troubles du transit avec constipation. Il existe souvent un état dépressif associé. La baisse des apports en micronutriments protecteurs et l augmentation des processus oxydatifs entraînent une accélération du processus de vieillissement, avec augmentation de la production des radicaux libres d où une altération cellulaire. Le déficit immunitaire engendre une baisse des capacités de défense du sujet âgé en cas d agression. Les besoins sont au moins aussi important que ceux du sujet âgé en bonne santé : 30 à 35 Calories/kg/jour 1,2 à 1,5 g de protéines/kg/jour. Les besoins en anti-oxydants ( vitamines A, E, C, B6, B9, B12, zinc, sélénium) sont peut-être augmentés, mais pour l instant il n existe pas d études sur la quantité précise. On sait que de très fortes quantités de vitamine E entraîne une baisse de la production des radicaux libres. Le sujet âgé malade La maladie entraîne une fragilisation importante difficilement réversible, d où un état polypathologique ( organes usés, troubles métaboliques non équilibrés). Les sujets âgés institutionnalisés sont souvent des sujets âgés malades. L hypercatabolisme a pour conséquence une mobilisation des réserves nutritionnelles de l organisme ( masse musculaire protéique, masse graisseuse, masse osseuse calcique) d où des modifications :

17 sur la composition corporelle : baisse des réserves nutritionnelles notamment baisse des réserves protéiques d où perte de poids. Même après la guérison il est difficile de refaire des réserves, donc maladie après maladie les réserves s épuisent, avec apparition d une sarcopénie (fonte importante de la masse musculaire) et si le processus continue une cachectie (perte aussi de la masse grasse) sur le métabolisme : hypoinsulinisme, catabolisme musculaire et osseux avec un diabète transitoire, une fonte musculaire et osseuse. Besoins nutritionnels : il faut apporter au sujet âgé malade des protéines en quantité suffisante et l énergie nécessaire à leur métabolisme, ce qui nécessite souvent une alimentation artificielle, entérale ou parentérale : 35 à 45 Calories/kg/jour 1,5 à 2 g de protéines/kg/jour besoins en anti-oxydants multipliés par 2 ou 3 (car hyperproduction de radicaux libres). L apport en glucides doit être important pour permettre le métabolisme protidique, d où un risque de diabète transitoire. La phase de convalescence est très importante pour reconstruire les réserves et est 3 à 4 fois plus longue que la phase aiguë. Les besoins à ce moment-là sont ceux du sujet âgé fragile. Cas particulier de la maladie d Alzheimer La maladie d Alzheimer est la démence la plus fréquemment rencontrée chez la personne âgée. L alimentation peut jouer un rôle à titre préventif ( un déficit en vitamine B et antioxydants pourrait favoriser le processus de survenue de cette maladie ), ainsi que lutter contre les complications liées à cette maladie. Il est important de surveiller le poids de près ( pesée toutes les 1 à 2 semaines ). Les causes de perte de poids peuvent être nombreuses : difficulté à faire les courses, les repas, à déterminer ses envies, à rythmer ses repas... Des troubles du comportement alimentaire sont souvent présents : dysfonctionnement dans les systèmes de régulation des prises alimentaires, contrôle de la faim et la satiété perturbé. Par ailleurs les besoins énergétiques sont augmentés, à cause d un hypercatabolisme secondaire aux désordres métaboliques. L entourage joue un rôle important et doit lui-même avoir une bonne hygiène de vie. Quelques recommandations : avoir un apport calorique correct : environ 2100 Calories pour les hommes et 1800 pour les femmes.

18 - consommer des protéines de bonne qualité : les acides aminés essentiels sont apportés par le groupe des viandes-poissons-oeufs et des produits laitiers ; quand un dégoût de la viande s installe, il faut penser à enrichir les préparations avec du lait en poudre, du gruyère rapé jaune d oeuf... L apport en protéines d origine animale doit rester supérieur à l apport en protéines végétales. apport en acides gras oméga3 quotidien : les études concernant leur action sont en cours, mais il semblerait que les oméga3 limitent l évolution de la maladie d Alzheimer, alors qu un déficit aggrave la maladie ( altération des fonctions et des structures des membranes des neurones ). - Les apports en vitamine B doivent être couverts, notamment au niveau B6, B9, B12 ; en cas de déficit risque d apparition de troubles neurologiques et d anémie avec risque cérébrovasculaire. - l alimentation doit être riche en antioxydants : vitamine E, C, Bcarotène L augmentation du taux des radicaux libres entraîne une dégénérescence neurologique et un apport supplémentaire en vitamine E pourrait ralentir l évolution de cette maladie (mais à dose élevée la vitamine E peut devenir pro-oxydante ). Les flavonoïdes pourraient également diminuer le risque de démence. ne pas oublier les apports hydriques ( perte de sensation de soif ). L alimentation peut permettre de bien structurer la journée et de créer des liens sociaux. Elle doit être saine et variée pour couvrir les besoins nutritionnels, sans oublier d apporter le plaisir de manger. Conclusion On a souvent sous-estimé les besoins de la personne âgée, alors qu ils restent importants même si l activité physique diminue. En institution on se retrouve souvent devant des patients anorexiques pour qui les habitudes alimentaires sont bouleversées par l hospitalisation, et dont les désirs ne sont pas suffisamment pris en compte. Il devient difficile en pratique d arriver à la ration calorique souhaitée, le recours aux compléments alimentaires est souvent indispensable. Il faut souligner l importance d une prise en charge précoce pour corriger la dénutrition le plus rapidement possible afin d améliorer le pronostic. Ne pas oublier que le moment du repas doit être un moment de plaisir. Bibliographie

19 - Traité de nutrition clinique de l adulte Arnaud Basdevant / Martine Laville / Eric Lerebours éditions Flammarion Médecine-Sciences, 2001 Nutrition de la personne âgée M.Ferry / E.Alix éditions Masson Nutrition : principes et conseils Laurent Chevallier éditions Masson, 2005

Item 61 : Troubles nutritionnels chez le sujet âgé

Item 61 : Troubles nutritionnels chez le sujet âgé Item 61 : Troubles nutritionnels chez le sujet âgé Collège des Enseignants de Nutrition Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...2 SPECIFIQUE :...2 I Généralités... 3 II Diagnostic

Plus en détail

L ALIMENTATION DE L ENFANT ET ADOLESCENT SPORTIF. le 29/03/08 WIECZOREK Valérie 1

L ALIMENTATION DE L ENFANT ET ADOLESCENT SPORTIF. le 29/03/08 WIECZOREK Valérie 1 L ALIMENTATION DE L ENFANT ET ADOLESCENT SPORTIF le 29/03/08 WIECZOREK Valérie 1 PLAN LES NUTRIMENTS MACRONUTRIMENTS MICRONUTRIMENTS HYDRATATION LA JOURNEE ALIMENTAIRE DU JEUNE SPORTIF DEPISTAGE DES TCA

Plus en détail

LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS D HERBALIFE

LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS D HERBALIFE LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS D HERBALIFE 59 HERBANEWS SOMMAIRE Le calcium Rôles et besoin en calcium dans notre organisme Les recommandations et les sources alimentaires de calcium Les alternatives

Plus en détail

COMMENT RENUTRIR UNE PERSONNE AGÉE EN INSTITUTION? Expérience du Centre Hospitalier du Mont Dore Melles Fabre Marion et Coste Mélanie diététiciennes

COMMENT RENUTRIR UNE PERSONNE AGÉE EN INSTITUTION? Expérience du Centre Hospitalier du Mont Dore Melles Fabre Marion et Coste Mélanie diététiciennes COMMENT RENUTRIR UNE PERSONNE AGÉE EN INSTITUTION? Expérience du Centre Hospitalier du Mont Dore Melles Fabre Marion et Coste Mélanie diététiciennes Melles Fabre Marion et Coste Mélanie, diététiciennes,

Plus en détail

L alimentation peut-elle aider à préserver la mémoire?

L alimentation peut-elle aider à préserver la mémoire? L alimentation peut-elle aider à préserver la mémoire? Pr JC Desport Réseau LINUT / ARS du Limousin Isle Unité de nutrition et Centre de l Obésité Sévère CHU Limoges INSERM UMR 1094 Faculté de Médecine

Plus en détail

http://www.herbajovis.com/informations-cles-nutritionnelles-de-la-menopause-pxl-14_18.html Clés nutritionnelles de la ménopause

http://www.herbajovis.com/informations-cles-nutritionnelles-de-la-menopause-pxl-14_18.html Clés nutritionnelles de la ménopause http://www.herbajovis.com/informations-cles-nutritionnelles-de-la-menopause-pxl-14_18.html Clés nutritionnelles de la ménopause Clés nutritionnelles de la ménopause La nutrition est un des éléments du

Plus en détail

La prise en charge intégrée du patient âgé à l hôpital: Le point de vue de la diététicienne. Frère Caroline

La prise en charge intégrée du patient âgé à l hôpital: Le point de vue de la diététicienne. Frère Caroline La prise en charge intégrée du patient âgé à l hôpital: Le point de vue de la diététicienne. Frère Caroline PLAN Besoins nutritionnels. Apports alimentaires. Dénutrition. Régime sans sel. Régime diabétique.

Plus en détail

LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE

LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE 43 SOMMAIRE Le contrôle de poids Les chiffres clés Les principes du contrôle de poids Les objectifs Les habitudes alimentaires à adopter Le contrôle de poids

Plus en détail

L eau : la seule boisson indispensable

L eau : la seule boisson indispensable L eau : la seule boisson indispensable Pourquoi faut-il boire de l eau? EAU = CONSTITUANT N 1 DU CORPS Pourquoi faut-il boire de l eau? EAU = CONSTITUANT N 1 DU CORPS Nourrisson : 75 % Adulte : 60 % Adulte

Plus en détail

Nutrition et Ostéoporose

Nutrition et Ostéoporose Objectifs Nutrition et Ostéoporose Que faut-il savoir? Savoir conseiller une alimentation adéquate pour prévenir l ostéoporose Identifier les patients à risque Intégrer à une consultation au cabinet une

Plus en détail

L'ALIMENTATION DU JEUNE SPORTIF

L'ALIMENTATION DU JEUNE SPORTIF L'ALIMENTATION DU JEUNE SPORTIF Fiches sur le rôle des groupes d'aliments lors d'une activité physique Fiche enseignant alimentation 1 2009 LE JEUNE SPORTIF SON ALIMENTATION L'alimentation d'un sportif

Plus en détail

La prise en charge nutritionnelle à domicile ou en institution des patients présentant une maladie d Alzheimer ou apparentée

La prise en charge nutritionnelle à domicile ou en institution des patients présentant une maladie d Alzheimer ou apparentée La prise en charge nutritionnelle à domicile ou en institution des patients présentant une maladie d Alzheimer ou apparentée Par Eva MILESI Diététicienne DE Janvier 2011 Pourquoi cette prise en charge

Plus en détail

Proposées par. Crème biscuitée et délice de dattes. Crème persane

Proposées par. Crème biscuitée et délice de dattes. Crème persane Proposées par Crème biscuitée et délice de dattes Crème persane Mousse à la cannelle sur lit de pommes Mousse au chocolat à la noix de coco Mousse au citron Riz au lait au chocolat Riz au lait aux abricots

Plus en détail

LA NUTRITION LES ADOS

LA NUTRITION LES ADOS BRIGITTE LASTRADE Brigitte Lastrade a été, de 1988 à 2000, membre de l équipe canadienne de judo. Elle est détentrice de 9 titres canadiens dont 6 en senior dans 3 catégories de poids différentes. Athlète

Plus en détail

PARTIE 1 L ALIMENTATION AU QUOTIDIEN POUR LES PERSONNES ACTIVES

PARTIE 1 L ALIMENTATION AU QUOTIDIEN POUR LES PERSONNES ACTIVES Présentation Remerciements XIII XV PARTIE 1 L ALIMENTATION AU QUOTIDIEN POUR LES PERSONNES ACTIVES 1 Élaborer un régime alimentaire riche en énergie 3 Définir un plan d attaque 4 Ne vous contentez pas

Plus en détail

Au moins 5 par jour. A chaque repas selon l appétit. 3 par jour. 1 à 2 fois par jour

Au moins 5 par jour. A chaque repas selon l appétit. 3 par jour. 1 à 2 fois par jour UNE ALIMENTATION EQUILIBREE ET DIVERSIFIEE POUR LES INSUFFISANTS RENAUX CHRONIQUES DEFINITI ION Une alimentation équilibrée consiste à privilégier les aliments permettant de couvrir les besoins nutritionnels

Plus en détail

-> Point de repère : Le programme national nutrition santé (PNNS) recommande de consommer 5 fruits et légumes par jour.

-> Point de repère : Le programme national nutrition santé (PNNS) recommande de consommer 5 fruits et légumes par jour. I OUI! Riz, pâtes, pommes de terre, pain, légumes secs, les féculents sont la base de notre alimentation et sont nécessaires à chaque repas, en quantités adaptées à l âge et de l appétit de chacun des

Plus en détail

Les troubles du comportement alimentaire et le risque de dénutrition dans la maladie d Alzheimer ou apparentée

Les troubles du comportement alimentaire et le risque de dénutrition dans la maladie d Alzheimer ou apparentée Les troubles du comportement alimentaire et le risque de dénutrition dans la maladie d Alzheimer ou apparentée 1 Une recommandation L alimentation est un soin de base. Elle doit être une priorité absolue

Plus en détail

Le rôle du diététicien. Conseils et suivi pour une alimentation «aidante»

Le rôle du diététicien. Conseils et suivi pour une alimentation «aidante» Le rôle du diététicien Conseils et suivi pour une alimentation «aidante» Virginie DUBOIS Diététicienne-nutritionniste (Paris) Observations et Rôles du diététicien Interrogations et remarques de patients

Plus en détail

Alimentation du jeune enfant

Alimentation du jeune enfant Alimentation du jeune enfant I. Alimentation des nourrissons 1. Les besoins alimentaires Besoins nutritionnels moyens : Nouveau-né : 80 cal / Kg 1 er : 120 cal / Kg 3 ème mois : 120 cal / Kg 6 ième : 100

Plus en détail

Vincent MORVAN, BEES 2 Roller skating Louis MORVAN, Ostéopathe D.O.

Vincent MORVAN, BEES 2 Roller skating Louis MORVAN, Ostéopathe D.O. Vincent MORVAN, BEES 2 Roller skating Louis MORVAN, Ostéopathe D.O. L ALIMENTATION DU SPORTIF Les groupes alimentaires La digestion Planification des repas L ALIMENTATION DU SPORTIF Les groupes alimentaires

Plus en détail

ALIMENTATION EQUILIBRÉE. - IFSI Étudiants 1ère année

ALIMENTATION EQUILIBRÉE. - IFSI Étudiants 1ère année ALIMENTATION EQUILIBRÉE - IFSI Étudiants 1ère année 1 Rôle de l IDE Extrait du référentiel d activités: Observation et recueil de données cliniques Mesure des paramètres corporels Recueil de données portant

Plus en détail

LE BUREAU Présidente Vices-Présidents Secrétaire Trésorier Nathalie Vallognes Christophe Rohée Gisèle Riou Jacques Riou Patrick Lamothe

LE BUREAU Présidente Vices-Présidents Secrétaire Trésorier Nathalie Vallognes Christophe Rohée Gisèle Riou Jacques Riou Patrick Lamothe L LE BUREAU Présidente Vices-Présidents Secrétaire Trésorier Nathalie Vallognes Christophe Rohée Gisèle Riou Jacques Riou Patrick Lamothe LES COMMISSIONS Financière Statuts et Règlements Arbitrage Jacques

Plus en détail

Nutrition : L équilibre alimentaire

Nutrition : L équilibre alimentaire Nutrition : L équilibre alimentaire Module 1 Sources : dossier «Cap sciences 2004» http : //www.nutrition-sante.com http : //www.inpes.santé.fr http : //www.mangerbouger.fr/pnns 1 Nutrition et équilibre

Plus en détail

Bannir, substituer un groupe d aliments quelles conséquences nutritionnelles? Exemple des produits laitiers

Bannir, substituer un groupe d aliments quelles conséquences nutritionnelles? Exemple des produits laitiers Bannir, substituer un groupe d aliments quelles conséquences nutritionnelles? Exemple des produits laitiers Brigitte Coudray diététicienne nutritionniste, Les groupes d aliments Groupes d aliments Produits

Plus en détail

«La Suggestion Equilibre du jour»

«La Suggestion Equilibre du jour» «La Suggestion Equilibre du jour» L équilibre alimentaire Les principes de base Ce document est conforme au Mise à jour Février 2008 www.sodexho.com www.sodexo.com SOMMAIRE 1 La composition des aliments

Plus en détail

Équilibre alimentaire et. Dr jm Lagarde octobre santé

Équilibre alimentaire et. Dr jm Lagarde octobre santé 2015 Équilibre alimentaire et Dr jm Lagarde octobre 2015 santé POURQUOI CET EXPOSE CHANGEMENT ALIMENTATION DIMINUTION DES DEPENSES CALORIQUES MODIFICATION DES ALIMENTS INTOLERANCE LAIT GLUTEN PERTE DES

Plus en détail

DEMENCE ET DENUTRITION. A Massoulard Médecin coordonnateur Réseau LINUT

DEMENCE ET DENUTRITION. A Massoulard Médecin coordonnateur Réseau LINUT DEMENCE ET DENUTRITION A Massoulard Médecin coordonnateur Réseau LINUT Maladie d Alzheimer et perte de poids la perte de poids touche 30 à 40 % des patients atteints des patients atteints des formes légères

Plus en détail

DENUTRITION: DU DEPISTAGE A LA PRISE EN CHARGE

DENUTRITION: DU DEPISTAGE A LA PRISE EN CHARGE Eliminer toute source d inconfort (douleurs, besoins impérieux ) Prévoir un temps suffisant pour le repas: 45 mn environ en évitant toute sollicitation intempestive è gain de 25% des apports alimentaires

Plus en détail

idnutri Préparations nutritionnelles de nouvelles générations L innovation en action Vivez la différence! Qualités organoleptiques exceptionnelles

idnutri Préparations nutritionnelles de nouvelles générations L innovation en action Vivez la différence! Qualités organoleptiques exceptionnelles idnutri Préparations nutritionnelles de nouvelles générations L innovation en action Vivez la différence!. Sans OGM. Sans aspartame. Sans édulcorants artificiels. Sans irradiation. Sans ionisation Les

Plus en détail

Notions De Base En Nutrition. Dr Decline

Notions De Base En Nutrition. Dr Decline Notions De Base En Nutrition Dr Decline 14/12/2016 Composition Du Repas Répartitions Lipides : 25 à 30 % Glucides : 50 à 55 % Protides : 25 a 30 % Répartition des principaux Nutriments Lipides Glucides

Plus en détail

CAS CLINIQUE. Dr Lydie CUCHE Diversification alimentaire (1)

CAS CLINIQUE. Dr Lydie CUCHE Diversification alimentaire (1) CAS CLINIQUE 1 Diversification alimentaire (1) HISTOIRE DE LA MALADIE Clara 6 mois est amenée par sa mère pour des conseils sur son alimentation. Elle lui donne depuis quelques jours une préparation de

Plus en détail

Alimentation : des besoins qui évoluent au fil des ans

Alimentation : des besoins qui évoluent au fil des ans Alimentation : des besoins qui évoluent au fil des ans Bien vieillir Le corps se transforme De quoi s'agit-il? Au fil des ans, la composition corporelle change ; la masse musculaire se réduit au profit

Plus en détail

A. LES GLUCIDES... 2 B. LES PROTIDES... 3 C. LES LIPIDES... 3 D. LES VITAMINES... 4 E. LES ELEMENTS MINERAUX... 4 F. L EAU ET LES FIBRES...

A. LES GLUCIDES... 2 B. LES PROTIDES... 3 C. LES LIPIDES... 3 D. LES VITAMINES... 4 E. LES ELEMENTS MINERAUX... 4 F. L EAU ET LES FIBRES... A. LES GLUCIDES... 2 B. LES PROTIDES... 3 C. LES LIPIDES... 3 D. LES VITAMINES... 4 E. LES ELEMENTS MINERAUX... 4 F. L EAU ET LES FIBRES... 5 1. L EAU... 5 2. LES FIBRES... 5 G. LES GROUPES ALIMENTAIRES...

Plus en détail

L ALIMENTATION DU PATIENT DIABÉTIQUE

L ALIMENTATION DU PATIENT DIABÉTIQUE L ALIMENTATION DU PATIENT DIABÉTIQUE Comment? *Diminution des graisses *Contrôle des sucres et féculents *Au moins 3 repas par jour *Faire un vrai petit-déjeuner *Augmenter l'activité physique! Dans quels

Plus en détail

Que l on soit grand ou petit L équilibre alimentaire, c est facile!

Que l on soit grand ou petit L équilibre alimentaire, c est facile! Que l on soit grand ou petit L équilibre alimentaire, c est facile! Notre corps a besoin: de lipides qui apportent de l énergie et permettent la croissance des cellules, de glucides qui donnent de l'énergie,

Plus en détail

Alimentation Les groupes d aliments

Alimentation Les groupes d aliments Alimentation Les groupes d aliments Au nombre de sept, les groupes d aliments permettent une classification simplifiée des aliments. Ce classement se fait par leurs teneurs en nutriments (protéines, lipides,

Plus en détail

Ce carnet personnel t a été remis par ton médecin. Tu trouveras notamment : des informations utiles sur l alimentation, le rôle de l eau dans l

Ce carnet personnel t a été remis par ton médecin. Tu trouveras notamment : des informations utiles sur l alimentation, le rôle de l eau dans l Carnet personnel 2 Ce carnet personnel t a été remis par ton médecin. Tu trouveras notamment : des informations utiles sur l alimentation, le rôle de l eau dans l organisme et des reins pour comprendre

Plus en détail

Objectifs. L alimentation du sportif. Introduction. L objectif est d initier les stagiaires aux grandes règles d une nutrition équilibrée.

Objectifs. L alimentation du sportif. Introduction. L objectif est d initier les stagiaires aux grandes règles d une nutrition équilibrée. L alimentation du sportif Introduction Les aliments Les aliments Objectifs L objectif est d initier les stagiaires aux grandes règles d une nutrition équilibrée. Les rations alimentaires Conclusion Version

Plus en détail

Impact nutritionnel sur la prise en charge du cancer du sujet âgé

Impact nutritionnel sur la prise en charge du cancer du sujet âgé Impact nutritionnel sur la prise en charge du cancer du sujet âgé Bruno BLOT Diététicien CHR Orléans Powerpoint Templates Page 1 Sommaire Dénutrition : facteur pronostique Prévalence de la dénutrition

Plus en détail

LA PRÉVENTION DU VIEILLISSEMENT dans la vie quotidienne

LA PRÉVENTION DU VIEILLISSEMENT dans la vie quotidienne LA PRÉVENTION DU VIEILLISSEMENT dans la vie quotidienne Présentée par le Dr MATAS M.L Du CH-LE BLANC Au CODERPA du 19 Avril 2012 I.Définition II.Les constats chiffrés du vieillissement III.Les conséquences

Plus en détail

Compte rendu de la conférence «La nutrition, la clé pour mieux vieillir Savoir conjuguer alimentation et exercice physique»

Compte rendu de la conférence «La nutrition, la clé pour mieux vieillir Savoir conjuguer alimentation et exercice physique» Compte rendu de la conférence «La nutrition, la clé pour mieux vieillir Savoir conjuguer alimentation et exercice physique» I. L impact du vieillissement physique sur la nutrition A. Les effets du vieillissement

Plus en détail

TRAITEMENT DIETETIQUE DU DIABETE SUCRE. Prof. Ag. THOT O Amani Sroboua

TRAITEMENT DIETETIQUE DU DIABETE SUCRE. Prof. Ag. THOT O Amani Sroboua TRAITEMENT DIETETIQUE DU DIABETE SUCRE Prof. Ag. THOT O Amani Sroboua I. INTRODUCTION (1) L OMS définit le diabète sucré comme étant un état d hyperglycémie chronique en rapport avec des facteurs, les

Plus en détail

APPROCHE DIETETIQUE. 1. Les glucides ou hydrates de carbones ou sucres lents

APPROCHE DIETETIQUE. 1. Les glucides ou hydrates de carbones ou sucres lents APPROCHE DIETETIQUE L équilibre alimentaire au quotidien fait partie des règles de base de la pratique d un sport. Il est important d avoir une alimentation naturelle, équilibrée, et variée. Le poids doit

Plus en détail

Partie 2 - Alimentation et environnement.

Partie 2 - Alimentation et environnement. Partie 2 - Alimentation et environnement. Chapitre 1 Comportement alimentaire et satisfaction des besoins. 1. Les aliments. Comme tous les animaux, l Homme se nourrit de matière issue d autres êtres vivants,

Plus en détail

Alimentation, le petit déjeuner

Alimentation, le petit déjeuner Alimentation, le petit déjeuner Action d éducation et de prévention Séance avec les Secondes SEN Groupe EIE et ASI Généralités sur l alimentation I-LES NUTRIMENTS Les Protéines ==> Nutriments qui composent

Plus en détail

L alimentation du jeune sportif. Aurélie Demierre Diététicienne diplômée HES

L alimentation du jeune sportif. Aurélie Demierre Diététicienne diplômée HES L alimentation du jeune sportif Aurélie Demierre Diététicienne diplômée HES Problématique 1 adolescent sur 5 en surpoids Alimentation trop riche en sucre et en graisse et manque de fibres, vitamines et

Plus en détail

ALIMENTATION DES PERSONNES AGEES

ALIMENTATION DES PERSONNES AGEES ALIMENTATION DES PERSONNES AGEES Année universitaire 2008 Auteur : Dr. Nadia Charfi Sellami Coordinateur : Chef de section Professeur Mohamed ABID Spécialité : Thérapeutique Etablissement : Faculté de

Plus en détail

LES 7 GROUPES ALIMENTAIRES. Nicole MINATCHY - Frédérique STEIN DAAF de la Réunion / Service Alimentation

LES 7 GROUPES ALIMENTAIRES. Nicole MINATCHY - Frédérique STEIN DAAF de la Réunion / Service Alimentation LES 7 GROUPES ALIMENTAIRES Nicole MINATCHY - Frédérique STEIN DAAF de la Réunion / Service Alimentation Les groupes d'aliments Aucun aliment n est complet aucun des aliments que nous mangeons ne nous apporte

Plus en détail

PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE DES CANCERS BRONCHIQUES. B. Bailleau diététicienne 31 mai 2012

PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE DES CANCERS BRONCHIQUES. B. Bailleau diététicienne 31 mai 2012 PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE DES CANCERS BRONCHIQUES B. Bailleau diététicienne 31 mai 2012 PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE Dans le plan cancer 2003-2007 la mesure 42 prévoit le développement des soins

Plus en détail

PAS DE RETRAITE POUR LA FOURCHETTE

PAS DE RETRAITE POUR LA FOURCHETTE PAS DE RETRAITE POUR LA FOURCHETTE Mardi 24 mai 2016 à 15 heures salle Alain Fournier PERSONNE AGEE : AFSSAPS : + de 55 ans OMS : + de 65 ans Nous : + de 70-75 ans 9.5 des patients sont dénutris 29.4 des

Plus en détail

Ces fiches sont à adapter et peuvent constituer une référence pour conduire des activités adaptées au niveau des enfants.

Ces fiches sont à adapter et peuvent constituer une référence pour conduire des activités adaptées au niveau des enfants. Éducation à la santé Pique nique et goûter équilibré. Voir livret manger bouger pour la santé C2 (p10) et C3 (p17) et fiches en complément du livret sur le site USEP. Vous trouverez en annexe : Une fiche

Plus en détail

Prise en charge nutritionnelle d un patient atteint de maladie d Alzheimer. Emmanuelle Combe Pôle de gérontologieg CHU Toulouse

Prise en charge nutritionnelle d un patient atteint de maladie d Alzheimer. Emmanuelle Combe Pôle de gérontologieg CHU Toulouse Prise en charge nutritionnelle d un patient atteint de maladie d Alzheimer Anne Ghisolfi-Marque Emmanuelle Combe Pôle de gérontologieg CHU Toulouse Première rencontre Mme A. 75 ans bénéficie b pour la

Plus en détail

Vieillissement nutritionnel besoins du sujet âgé

Vieillissement nutritionnel besoins du sujet âgé Vieillissement nutritionnel besoins du sujet âgé Bruno Lesourd (Clermont-Ferrand) La nutrition = apports énergétiques Entrées énergétiques : alimentation GLP (Glucides, Lipides, Protides) + cofacteurs

Plus en détail

Qu est-ce que l équilibre alimentaire?

Qu est-ce que l équilibre alimentaire? Je m'informe sur l'équilibre alimentaire Notre bonne santé est en grande partie liée à notre alimentation. Il est donc essentiel d avoir une alimentation équilibrée, même lorsqu on ne souffre d aucune

Plus en détail

ALIMENTATION ET GROSSESSE

ALIMENTATION ET GROSSESSE ALIMENTATION ET GROSSESSE o Objectifs de l'alimentation de la femme enceinte o Adaptations métaboliques o Des besoins spécifiques o Alimentation de la femme enceinte o La prise de poids o Adaptations pour

Plus en détail

FAO A. BESOINS NUTRITIONNELS

FAO A. BESOINS NUTRITIONNELS 1 FAO A. BESOINS NUTRITIONNELS Energétique alimentaire : Le corps humain a besoin d énergie pour accomplir toutes ses fonctions physiologiques, y compris le travail et autres activités, le maintien de

Plus en détail

Le Sport. Problème N 1 du Sportif : la constitution de ses réserves énergétiques. Les règles de base de l alimentation du sportif

Le Sport. Problème N 1 du Sportif : la constitution de ses réserves énergétiques. Les règles de base de l alimentation du sportif Le Sport L Alimentation des Sportifs Problème N 1 du Sportif : la constitution de ses réserves énergétiques Les règles de base de l alimentation du sportif Pendant la période d entraînement Composition

Plus en détail

Je suis à risque d'ostéoporose et je fais attention à mon hygiène de vie

Je suis à risque d'ostéoporose et je fais attention à mon hygiène de vie Je suis à risque d'ostéoporose et je fais attention à mon hygiène de vie Face à l ostéoporose, le respect d une bonne hygiène de vie peut aider à préserver son capital osseux. L ostéoporose entraîne une

Plus en détail

Les bases de la nutrition dans le sport / hockey

Les bases de la nutrition dans le sport / hockey Les bases de la nutrition dans le sport / hockey 16.8.11 19.00, Poya Kaserne Alain Blanc Who am I Alain Blanc Master en sciences du Sport Travail de master: Performances de coordination visuomotrice chez

Plus en détail

VIN Boissons vin - thé jus d orange - café - eau - soda

VIN Boissons vin - thé jus d orange - café - eau - soda VIN Boissons vin - thé jus d orange - café - eau - soda THE Boissons vin - thé jus d orange - café - eau - soda JUS D ORANGE Boissons vin - thé jus d orange - café - eau - soda CAFE Boissons vin - thé

Plus en détail

Problématique : Comment gérer ses achats alimentaires pour conserver une alimentation équilibrée et réduire sa production de déchets?

Problématique : Comment gérer ses achats alimentaires pour conserver une alimentation équilibrée et réduire sa production de déchets? APPROCHE GLOBALE Problématique : Comment gérer ses achats alimentaires pour conserver une alimentation équilibrée et réduire sa production de déchets? APPROCHE GLOBALE L alimentation Emballages Déchets

Plus en détail

Prévenir... par une alimentation équilibrée

Prévenir... par une alimentation équilibrée Prévenir... par une alimentation équilibrée 12 L alimentation, la meilleure alliée pour notre santé Notre alimentation joue un rôle essentiel pour construire notre santé. En revanche, une «alimentation

Plus en détail

Présentation du jeu «La course au bien-manger»

Présentation du jeu «La course au bien-manger» Présentation du jeu «La course au bien-manger» Le but du jeu : Les participants doivent répondre à des questions sur l alimentation. Le vainqueur est celui qui franchit en premier la ligne d arrivée. Le

Plus en détail

Alimentation et besoins nutritionnels

Alimentation et besoins nutritionnels Alimentation et besoins nutritionnels Du nourrisson et de l enfant F Maurin IFIP 2013 1 Les besoins nutritionnels Besoins et apports conseillés : 2 notions différentes Les besoins en nutriments : c est

Plus en détail

UE NUTRITION. L2 Maïeutique. Ce sujet comporte 5 pages (page de garde comprise) et 18 QCM :

UE NUTRITION. L2 Maïeutique. Ce sujet comporte 5 pages (page de garde comprise) et 18 QCM : UE NUTRITION L2 Maïeutique Session Janvier 2013 - Durée de l épreuve : 40 minutes Ce sujet comporte 5 pages (page de garde comprise) et 18 QCM : Pensez à vous identifier (numéro de table, numéro étudiant,

Plus en détail

Prévenir... par une alimentation équilibrée

Prévenir... par une alimentation équilibrée Prévenir... par une alimentation équilibrée 12 Qu est-ce que l équilibre alimentaire? Un apport suffisant en nutriments Les aliments apportent à l organisme diverses substances dénommées nutriments (glucides,

Plus en détail

VOTRE PROGRAMME D ENTRAÎNEMENT DÉBUTANT PRISE DE MASSE

VOTRE PROGRAMME D ENTRAÎNEMENT DÉBUTANT PRISE DE MASSE LA PRISE DE MASSE, QU EST-CE QUE C EST? C est un gain de poids essentiellement sous forme de muscle et probablement d un peu de gras, car ce programme est destiné à ceux qui ont vraiment du mal à grossir

Plus en détail

L ÉQUILIBRE ALIMENTAIRE OU LE «SAVOIR MANGER»

L ÉQUILIBRE ALIMENTAIRE OU LE «SAVOIR MANGER» L ÉQUILIBRE ALIMENTAIRE OU LE «SAVOIR MANGER» évolution de notre mode de vie est à l origine de quelques erreurs alimentaires qui Lpeuvent s ajouter à de mauvaises habitudes. S il est évident que manger

Plus en détail

L ALIMENTATION SANTÉ JEUDI 23 OCTOBRE LES HALLES SOLANID - LODÈVE

L ALIMENTATION SANTÉ JEUDI 23 OCTOBRE LES HALLES SOLANID - LODÈVE L ALIMENTATION SANTÉ JEUDI 23 OCTOBRE 2014 - LES HALLES SOLANID - LODÈVE LA CHARTE DES HALLES SOLANID Une origine des produits : frais, de saison, à maturité, prioritairement locaux, de bonnes filières

Plus en détail

Sommaire Introduction

Sommaire Introduction 2 2 Sommaire Introduction... 5 Le régime du Dr Atkins (ou régime sans glucides)... 7 Régime diététique... 9 Régime dissocié... 11 Régime Dukan... 15 Régime fibres... 19 Régime Fricker (méthode TGV)...

Plus en détail

AUJOURD HUI ON MANGE BIO

AUJOURD HUI ON MANGE BIO AUJOURD HUI ON MANGE BIO EDITO Tout le monde connaît l adage «bien manger c est le début du bonheur». En choisissant d introduire des aliments bio dans les menus proposés aux écoliers, les villes de Stains

Plus en détail

Fiche Pratique - Les collations Les Collations

Fiche Pratique - Les collations Les Collations Les Collations Pourquoi sont-elles importantes? Quand les prendre? Que manger? L équilibre alimentaire de la femme enceinte implique de manger deux fois mieux et non pas deux fois plus. Pendant la grossesse

Plus en détail

- Votre lettre d information n 24 - Juillet 2014 Caisse primaire d Assurance Maladie de l Allier

- Votre lettre d information n 24 - Juillet 2014 Caisse primaire d Assurance Maladie de l Allier AM@llier - Votre lettre d information n 24 - Juillet 2014 Caisse primaire d Assurance Maladie de l Allier U ne alimentation variée et équilibrée, associée à une activité physique régulière, aide à rester

Plus en détail

La Nutrition du Sportif

La Nutrition du Sportif La Nutrition du Sportif A.X. Bigard Professeur agrégé du Val-de-Grâce, Agence française de lutte contre le dopage, Paris Société Française de Médecine de l Exercice et du Sport (SFMES) Quelles règles générales?

Plus en détail

Lifestyle Balanced Solutions

Lifestyle Balanced Solutions Programme Amway Lifestyle Balanced Solutions Informations de fond Dr. Claudia Osterkamp Parcours professionnel : Diplômée de l Université de Munich en Nutrition et Science de l Alimentation. Nutritionniste

Plus en détail

Traité(e) par corticoïdes, je suis quelques conseils nutritionnels

Traité(e) par corticoïdes, je suis quelques conseils nutritionnels Traité(e) par corticoïdes, je suis quelques conseils nutritionnels Le site du Docteur Bertrand COURTIAL Adresse du site : www.docvadis.fr/bertrand-courtial Validé par le Comité Scientifique Rhumatologie

Plus en détail

Séquence 1. Les besoins alimentaires de l organisme

Séquence 1. Les besoins alimentaires de l organisme Séquence 1 Les besoins alimentaires de l organisme Compétences Compétences u Identifier les besoins de la personne. Indicateurs d évaluation Indicateurs d évaluation u Vous devez être capable : - d indiquer

Plus en détail

Le diabète. Qu est- ce que le

Le diabète. Qu est- ce que le Le diabète Le diabète est une maladie insidieuse et sournoise. La plupart des personnes qui entendent le mot diabète pensent tout de suite aux conséquences négatives que le diabète non contrôlé apporte.

Plus en détail

ALIMENTATION DU JEUNE JOUEUR DE TENNIS

ALIMENTATION DU JEUNE JOUEUR DE TENNIS ALIMENTATION DU JEUNE JOUEUR DE TENNIS LES ENFANTS QUI FONT DU SPORT ET SONT EN PÉRIODE DE CROISSANCE ONT-ILS DES BESOINS NUTRITIONNELS PARTICULIERS? Croissance + Sport = Besoins énergétiques Besoins en

Plus en détail

Adaptation de la nutrition: Femme enceinte et Croissance. Réalisé par Dr BENREKIA. Y

Adaptation de la nutrition: Femme enceinte et Croissance. Réalisé par Dr BENREKIA. Y Adaptation de la nutrition: Femme enceinte et Croissance Réalisé par Dr BENREKIA. Y 2015-2016 I/ Alimentation de la femme enceinte 1- Adaptation physiologique à la grossesse: Lors de la grossesse, une

Plus en détail

Après l épreuve sportive. Si l épreuve se déroule l après midi. Bonne compétition!

Après l épreuve sportive. Si l épreuve se déroule l après midi. Bonne compétition! Si l épreuve se déroule l après midi Le repas doit être terminé 3 heures avant l épreuve - crudités ou cuidités + huile de colza et olive - 150 à 200g de viande ou poisson grillé ou papillote - 150 à 200g

Plus en détail

Une saine alimentation dans son assiette!

Une saine alimentation dans son assiette! Une saine alimentation dans son assiette! Pour grandir en forme et en santé, ton assiette doit être composée d aliments des 4 groupes alimentaires et en quantité suffisante. Pour débuter la journée du

Plus en détail

Besoins alimentaires des seniors

Besoins alimentaires des seniors Besoins alimentaires des seniors L'équilibre alimentaire est indispensable pour prévenir ou empêcher de s'aggraver certains processus liés à l'âge tels que l'ostéoporose, l'artériosclérose, la diminution

Plus en détail

Méthodologie. Apports Nutritionnels conseillés : de la population française. Comment détermine-t-on le besoin énergétique moyen?

Méthodologie. Apports Nutritionnels conseillés : de la population française. Comment détermine-t-on le besoin énergétique moyen? L Alimentation : Un soin à part entière Besoins Nutritionnels Versus Apports nutritionnels conseillés L alimentation est nécessaire à la vie mais entre jeûne et suralimentation où se situe l alimentation

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE DU SUJET AGE EN ONCOLOGIE. Amanda GINES FARANO et Magali GIORGINO Diététiciennes Casselardit Pavillon Junod

LA PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE DU SUJET AGE EN ONCOLOGIE. Amanda GINES FARANO et Magali GIORGINO Diététiciennes Casselardit Pavillon Junod LA PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE DU SUJET AGE EN ONCOLOGIE Amanda GINES FARANO et Magali GIORGINO Diététiciennes Casselardit Pavillon Junod AU DOMICILE : 4 à 10 % des PA sont dénutries * EN INSTITUTION

Plus en détail

Epidémiologie Conséquences de la dénutrition

Epidémiologie Conséquences de la dénutrition Epidémiologie Conséquences de la dénutrition Cours DES. 04/04/09 Pauline HOUSSEL Définition «Apports alimentaires insuffisants pour couvrir les besoins nutritionnels d un patient» «Déficit d apport quantitatif,

Plus en détail

Fiche Conseils Randonnée Marathon, Randonnée, Trail, Trek, Raid, Nordic walking, Triathlon

Fiche Conseils Randonnée Marathon, Randonnée, Trail, Trek, Raid, Nordic walking, Triathlon Fiche Conseils Randonnée Marathon, Randonnée, Trail, Trek, Raid, Nordic walking, Triathlon Le marathon, la randonnée le Trail, le Trek, le Raid le Nordic Walking, le triathlon sont quelques exemples de

Plus en détail

LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE

LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE 17 HERBANEWS SOMMAIRE LES FEMMES ACTIVES Qui sont-elles? Les chiffres clés Leurs besoins en protéines, en lipides, en glucides et en fibres Leurs besoins en

Plus en détail

Qu est-ce que l ostéoporose?

Qu est-ce que l ostéoporose? Qu est-ce que l ostéoporose? L ostéoporose est une maladie caractérisée par une diminution de la quantité de tissus osseux. Les os deviennent fragiles, poreux et se brisent facilement. L os est un tissu

Plus en détail

UNE ALIMENTATION SAINE. Mireille Moreau DtP, MSc Nutrition Humaine

UNE ALIMENTATION SAINE. Mireille Moreau DtP, MSc Nutrition Humaine UNE ALIMENTATION SAINE Mireille Moreau DtP, MSc Nutrition Humaine RECOMMANDATIONS ALIMENTAIRES Manger 3 repas/jour à des heures régulières Mangez lentement et choisissez des aliments nutritifs! Ne pas

Plus en détail

Lifestyle Balanced Solutions

Lifestyle Balanced Solutions Lifestyle Balanced Solutions Un programme proposé par Amway Connaissances générales et informations détaillées Dr. Claudia Osterkamp Parcours professionnel : Diplômée de l Université de Munich en Nutrition

Plus en détail

Diététique du diabète

Diététique du diabète Diététique du diabète Actualités F. ZITO Cadre de Santé Unité diététique Pôle Prestataire CHR Metz-Thionville Date «La diététique c est quand on ne mange pas à sa faim des trucs que de toute façon on n

Plus en détail

L ALIMENTATION DU SPORTIF EN COMPÉTITION

L ALIMENTATION DU SPORTIF EN COMPÉTITION L ALIMENTATION DU SPORTIF EN COMPÉTITION La compétition pour un sportif est l aboutissement de nombreux efforts. C est pourquoi il est important d avoir une alimentation appropriée afin de mette toutes

Plus en détail

Les besoins essentiels pour notre corps et notre bien être

Les besoins essentiels pour notre corps et notre bien être Les besoins essentiels pour notre corps et notre bien être Herman Julie Diététicienne VIVALIA - Clinique St Joseph Arlon Le 18 Mars 2014 1 Besoins nutritionnels Le besoin énergétique d'un individu correspond

Plus en détail

PREVENTION PRIMAIRE DES MALADIES CARDIOVASCULAIRES: L HTA. CONSEILS HYGIENO-DIETETIQUES IDES Blandine SORO 09-03-2016

PREVENTION PRIMAIRE DES MALADIES CARDIOVASCULAIRES: L HTA. CONSEILS HYGIENO-DIETETIQUES IDES Blandine SORO 09-03-2016 PREVENTION PRIMAIRE DES MALADIES CARDIOVASCULAIRES: L HTA CONSEILS HYGIENO-DIETETIQUES IDES Blandine SORO 09-03-2016 PLAN MESURES HYGIENO-DIETETIQUES Le sport L alimentation Tabac et alcool ELEMENTS DE

Plus en détail

La Nutrition. Les aliments et leurs fonctions

La Nutrition. Les aliments et leurs fonctions La Nutrition Les aliments et leurs fonctions Les aliments Les constituants alimentaires Les besoins alimentaires La valeur énergétique des aliments La valeur nutritive des aliments Les constituants aliments

Plus en détail

La composition du pique-nique

La composition du pique-nique Les repas La composition du pique-nique Salle avec tableau extérieur Objectifs de l atelier : Déterminer l origine et classer les aliments. Connaître les aliments préconisés pour un pique-nique. Équilibrer

Plus en détail

SCIENCES. L équilibre alimentaire I) QUE MANGEONS-NOUS?

SCIENCES. L équilibre alimentaire I) QUE MANGEONS-NOUS? I) QUE MANGEONS-NOUS? 1. Citez des exemples d aliments que vous avez l habitude de manger. 2. Peut-on trouver des points communs entre ces aliments? Peut-on regrouper ces aliments par famille? Pyramide

Plus en détail

NUTRITION DE LA PERSONNE ÂGÉE À DOMICILE ET EN STRUCTURE

NUTRITION DE LA PERSONNE ÂGÉE À DOMICILE ET EN STRUCTURE NUTRITION DE LA PERSONNE ÂGÉE À DOMICILE ET EN STRUCTURE Des bases de la nutrition à une approche de la dénutrition Mazoyer Alexis Médecin généraliste et coordonnateur d EHPAD DU nutrition et diététique

Plus en détail