Démarches et méthodes de communication interne au sein de l entreprise

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Démarches et méthodes de communication interne au sein de l entreprise"

Transcription

1 Démarches et méthodes de communication interne au sein de l entreprise Aujourd hui, la notion de communication est devenue nécessaire, caractérisée par publicité. Il faut COM-MU-NI-QUER. Les attentes de la com : il s agit d organiser, de structurer le management des hommes dans l entreprise. Comment il faut s occuper des hommes? Par la recherche de l excellence, grâce à une communication généralisée ou grâce à un management fondé sur l écoute. Les présupposés liés à la CI reposent sur l harmonie et un consensus, efficacité à créer pour dynamiser tous les membres de l entreprise. La communication n est pas un état mais suppose un contenu d informations qui passe par l échange et qui repose sur une relation interne individuelle : dans l entreprise, il s agit d «être en communication avec» selon des trajectoires descendantes ou ascendantes, ou des trajectoires globales ou latérales. Les progrès de l informatique : l informatique a multiplié et complexifié les moyens de com Partie 1 : L entreprise communicante On observe une évolution de l environnement quant au fonctionnement des entreprises et au changement des organisations. La CI, pour être efficace, doit mettre en œuvre des notions d ouvertures, d interactivités et de cohésion. I/ La communication interne (CI), pour quoi faire? La communication interne n est plus linéaire. On doit généraliser une relation d échanges en faisant du contenu un outil utilitaire et persuasif. La CI doit renforcer la réactivité individuelle comme la solidarité collective. 1. STIMULER LA REACTIVITE On est obligé de constater le caractère incertain et aléatoire de l environnement économique, donc les organisations doivent s orienter vers une plus grande autonomisation où chacun ait plus (+) de responsabilités, où chacun doit s inciter lui-même à réagir de manière pertinente et rapide. A. UN ENVIRONNEMENT DE PLUS EN PLUS COMPLEXE ET ALEATOIRE Les marchés sont de plus en plus ouverts mais aussi de plus en plus difficiles d accès, à cause de la mondialisation de la production, mais aussi des protectionnismes comme réaction de défense. Peut-on dégager des mesures éphémères ou durables? Comment chercher une voie de communication? La veille active, la vigilance sont les premières conditions pour permettre à chacun d être capable de réagir le plus vite possible à un événement «porteur d avenir». B. UNE ORGANISATION OU L AUTONOMIE SOIT DE PLUS EN PLUS IMPORTE La décentralisation de l entreprise diversifie et multiplie les situations de travail. Il faut répondre aux attentes des clients et de répondre aux fluctuations des marchés. L entreprise ainsi que chacun de répondre de façon appropriée au client dont je dois me sentir le plus proche. L écoute du client influencera sur la qualité de la réponse. On doit éviter face à la pression du marché le risque d isolement de l organisation. Faire face aux aléas du fonctionnement interne. - La réactivité de l individu a une place plus ou moins déterminante en fonction du degré d initiative personnel. La personne doit diagnostiquer, comprendre et maitriser les aléas. Il faut être capable d entrer en contact avec le bon interlocuteur. On doit être à la fois animateur, et coordonateur (il faut que je trouve ma place dans le projet)

2 - Aujourd hui, impérative de flexibilité : deux conséquences : on envisage plus (plu) d organisation planifiée et on demande des capacités d initiatives. - L efficacité est proportionnelle à la possibilité de mobilisation des ressources utilisées. 2. DEVELOPPER LA SOLIDARITE ET LA COHESION La taille des entreprises, les problèmes de décentralisation augmentent les distances au sein même des organisations. Il faut donc mémoriser la gestion, la cohérence et l efficacité A. L EFFICACITE DE L ORGANISATION POUR UNE MEILLEURE COLLABORATION ET UNE MEILLEURE SOLIDARITE Il faut favoriser des initiatives mais en même temps, éviter la dispersion. - Il s agit de repérer des fonctions, de les différencier mais aussi de les intégrer à un but commun. - Il s agit de favoriser des microdécisions pour nouer et améliorer des échanges avec l extérieur - Ces microdécisions, partielles, doivent entrer en synergie, de manière à donner la parole à tous les groupes de travail. - Il faut être capable de faire corps avec l entreprise pour être plus dynamique et efficace B. LA SOLIDARITE POUR RENDRE L ORGANISATION PLUS ACCEPTABLE. Il est nécessaire de créer un sentiment d appartenance pour soutenir l individu dans l entreprise en valorisant ses efforts. La communication interne poursuit deux objectifs : elle travaille sur un aspect individuel et collectif. L information doit circuler. Pour ceci, elle doit être fluide, pour qu individuellement, on soit les capacités d agir. Et pour faciliter l interaction RESUME DU I : Il s agit de créer une identité collective - un sentiment d appartenance. - Il faut susciter la motivation de chacun. - Il s agit d être efficace en améliorant les capacités d écoute pour susciter la meilleure réaction La communication est un langage - Elle est message de l entreprise sur elle-même - Elle doit transmettre une identité de l entreprise dans un souci de cohésion - Elle doit souder des énergies particulières pour que chacun se dispose dans les entités d une entité supérieure. II/ Les composantes de la CI L ouverture en CI s applique à 3 degrés : tout d abord l organisation par rapport à l extérieur la direction par rapport à la base l ensemble des salariés par rapport à leur propre activité La communication entre dans l interactivité pour assurer une meilleure coordination. Enfin, communiquer, c est être ensemble, cad, participer à une même réalité sociale, à une même identité. 1. L OUVERTURE Il s agit, pour l entreprise, d être ouverte à/sur l environnement pour que chacun comprenne la place de l entreprise dans le monde, et ce qui concerne sa propre fonction. A. LA COMMUNICATION PERMET LA COMPREHENSION DE LA TACHE La standardisation des tâches laisse la place à une meilleure maitrise des processus de production.

3 L ouverture suppose l écoute. Celui qui peut avoir besoin d information doit faire appel à celui qui détient le savoir. Il est important de maintenir dans l entreprise un équilibre entre les générations. B. LA COMMUNICATION FACILITE LA CONNAISSANCE DE L ORGANISATION La méconnaissance de l entreprise peut entrainer une forme de retrait et finalement aussi de frustration. Il est important de connaitre le contexte socio-économique pour l avenir de l entreprise et son propre avenir (le mien) dans l entreprise. Les limites de l ouverture. - L ouverture n est pas synonyme de transparence totale parce que tout n est pas significatif pour le salarié - Il est important d être informé des enjeux de l entreprise pour que le salarié soit plus attentif, pour que la réactivité de chacun soit meilleure. C. L OUVERTURE, C EST L ECOUTE L écoute dans l entreprise concerne tout le monde. Il faut comprendre la manière dont chaque salarié se situe dans l entreprise. - Perception de sa place - Son rôle dans l organisation, dans l entreprise. Connaitre les attentes qu on a de moi. Connaitre les inquiétudes et désirs de l employé Il faut aussi percevoir la différence. - Une des premières conditions de l ouverture, c est d accepter l idée que la réalité humaine n est pas homogène. - Le corps social de l entreprise n est pas indifférencié. - Le statut du salarié peut devenir atypique. Des enquêtes d opinion menées sur les rémunérations sur la politique de l entreprise. Ecoute et reconnaissance. La communication repose sur un aspect cognitif et affectif. Il est de l intérêt de l entreprise d avoir une bonne connaissance des types de sa population interne. Pour un salarié, il est important d être écouté : il a le sentiment d être pris en compte. Conclusion du C. : La dimension relationnelle est très importante. D. C EST QUOI L OUVERTURE Ouverture = vigilance. Il faut surveiller et anticiper sur les conditions de survie de l entreprise. L ouverture sur le monde extérieure doit concerner tout le monde parce que l attitude d un seul homme risque d être inopérante. La vigilance doit veiller à perdre le minimum d informations. Conclusion du 1. : Il faut améliorer cette vigilance externe pour être à l écoute des menaces ou des opportunités de l environnement économique, social, et politique. 2. L INTERACTIVITE Démarche plus dynamique p/r à l écoute. On atteint un résultat, vite. Doit permettre une meilleure coordination grâce à une meilleure circulation de l info grâce à des acteurs convaincus de la nécessité du dialogue. A. LA COMMUNICATION CREE DES CIRCUITS ET DES RESEAUX DE TRANSMISSION L électronique s est démultiplié et finalement, les réseaux de transmission aussi. La coordination humaine sera plus importante et en fait, l Homme doit se déplacer vers les aspects stratégiques et aléatoires aussi bien de l info que de l organisation Ces échanges entre personnes ont longtemps été démontrés par des structures figées au sein d une entreprise. Echanges et fonctions qui doivent être décloisonnées. Pour une meilleure circulation de l info, il faut décloisonner. Réunions d informations, de groupe de travail, au-delà de l affichage. B. L INTERACTIVITE SUPPOSE DES ACTEURS CONVAINCUS DE LA NECESSITE DU DIALOGUE.

4 On ne doit pas se contenter de la simple diffusion de l info. Pourquoi? Elle risque de supprimer la dimension relationnelle. Ce qu on recherche, c est l interactivité. Il faut veiller à limiter le risque de pertes de l information. C. LA COMMUNICATION DOIT LIBERER DES STRATEGIES INDIVIDUELLES Avant, la place de chacun était prévu et délimité. Aujourd hui, on demande que chacun libère ses potentialités. L introduction de la communication dans l entreprise sert à tester ses propres stratégies. La communication doit aboutir à un résultat en favorisant l implication et la coabitation de tous. 3. L IDENTIFICATION La communication d une organisation peut faciliter s il y a identification avec une réalité vécue. La communication interne à une dimension opératoire, affective et symbolique. Il faut donner à ce discours de communication une cohérence qui confortera l identification A. LA COMMUNICATION DOIT CONSTRUIRE UN PARTAGE DE REFERENCE COMMUNE Des repères physiques : dans l implantation des bureaux à tel ou tel étage. Des repères économiques : différence de travail entre entreprises. Des repères symboliques : au dela des structures et des fonctionnements d entreprises, le repère symbolique construit une idée que chacun se fait de l entreprise cad une référence commune. Communiquer consistera donc à expliquer, à dire les structures, les modalités de fonctionnement. Et à expliquer l image de l entreprise La communication doit avoir une fonction éclairante : tout doit être lisible. CAD le nom, l emblème, le logo et l architecture, ils doivent être reconnaissables. Avoir une identité, c est imposer sa marque de manière visuelle et répétitive. L identité donne un langage commun. B. L IDENTIFICATION FAVORISE LA COHESION L entreprise ne peut fonctionner avec des acteurs indifférenciés et juxtaposés. La communication doit trouver un message commun. L entreprise peut suppléer au vide provoqué par des défaillances sociales ou familiales ou religieuses. Pour beaucoup, l entreprise est un lien d implication ou chacun peut trouver une identité en participant à un collectif de travail qui le dépasse. Enfin, elles peuvent avoir un rôle structurant pour beaucoup de personnes. Le message de l entreprise sur elle-même doit favoriser l identification de l employé au groupe à l entreprise III/ Le paradoxe de la CI Qu est-ce qu une entreprise communicante? 1. LES PROGRES DES CAPACITES INDIVIDUELLES A. MULTIPLICITE DE L INFORMATION ET MEME SURINFORMATION Une société sans information qui manque de jugement ne développe pas ses capacités de jugements et de références. Une société dans laquelle l information prédomine sera plus exigeante. Mais le risque de la surinformation réside dans le manque d outils d analyse. B. D AUTRES OUTILS DE FORMATION DE L INDIVIDU L enseignement et la formation doivent développer une autonomie individuelle.

5 Dans l entreprise, le commerce avec autrui n est possible que s il n y a aucune crainte. L idéal serait donc une communication qui prendrait en compte vis-à-vis des uns et des autres. Mais l entreprise est cernée par les relations du marché qui régulent les rapports sociaux. 2. GENERALISATION DES RELATIONS DE MARCHE A. DEREGULATION ECONOMIQUE. La société souffre de plus en plus aux relations de marché au dépend des anciennes relations d appartenance. B. DES CONSEQUENCES DE LA DEREGULATION SOCIALE DANS L ENTREPRISE On demande aujourd hui une plus grande autonomie de chacun, une plus grande initiative personnelle. 3. ROLE DES NOUVELLES TECHNOLOGIES A. UN AUTRE UNIVERS AUJOURD HUI L entreprise sait aujourd hui que tout ne peut être ni prescrit, ni organisé. Les nouvelles technologies libèrent du temps pour l échange de l information dans un souci d amélioration. Les conditions de travail doivent être optimisées pour qu on puisse greffer une politique de communication. B. LA COMMUNICATION EST-ELLE SATISFAISANTE AUJOURD HUI Le premier enjeu de l entreprise est d ordre économique. La communication devra alors se doter d une dimension affective pour lutter contre le sentiment d isolement de la personne. 4. MENACE DE L ISOLEMENT A. SOLITUDE DE L HOMME MODERNE La prolifération de l information, la suppression des hiérarchies ont supprimé le sentiment de sécurité à cause de la politique d ouverture. L illusion d un contact a été créée par la multiplication de la communication des moyens mis à ma disposition et du manque de recul. B. IMPORTANCE D UNE VRAIE COMMUNICATION Dans la dimension interindividuelle, Dans la nécessité de : se connaitre soi-même, de se reconnaître, de s affirmer comme soimême. Partie 2 : La communication interne au cœur de l entreprise Elle s inscrit dans l identité de l entreprise. L entreprise a une histoire et a développé une culture. La com interne est inscrite dans cette histoire. Mais la culture d entreprise doit parfois changer de langage face au changement de mentalité de la société. 1. L ENTREPRISE COMME MOSAÏQUE CULTURELLE A. DEFINITION DE LA CULTURE D ENTREPRISE Les groupes de travail qui constituent le corps de la société se forge des représentations, des valeurs, des codes, des règles. Cette culture spécifique est plus ou moins conscientes, plus ou moins formalisées. Même informelle, elle existe. Formalisation de la culture d entreprise dans :

6 o Des croyances, des systèmes de valeur, idées, des comportements collectifs. o On raconte des anecdotes sur l origine de la création de l entreprise. Cette culture peut se traduire en mythes, en histoires. Récit de l épopée héroïque de la création de l entreprise. o Des pratiques rituelles dans l entreprise peuvent en scander la vie : des pots d anniversaire, la fête des vœux, des collectes pour des mariages et des deuils, des maladies, des naissances. Mais des sujets peuvent être tabous. La personne nouvellement embauchée doit s adapter très vite à cet environnement culturel pour éviter toute marginalisation. Il faut connaitre les codes de la maison. La culture d entreprise est un facteur d intégration, mais aussi de sécurisation collective. Elle est supposée motiver les salariés pour les inciter à agir individuellement et collectivement pour permettre d atteindre et de dépasser les objectifs de l entreprise. B. DES REMARQUES SUR LA CULTURE D ENTREPRISE Des groupes d influence peuvent exister dans l entreprise et se poser à l idéologie dominante. Ce sont des sous cultures, ou des contre cultures. L entreprise est constituée d une mosaïque de cultures aux interactions multiples. Mais ces différences affirment l identité de l entreprise qui a développé un patrimoine de signes, de codes et de symboles. 2. ASSUMER L HERITAGE ET GERER LA MODERNITE. A. CONFORTER L IDENTITE CULTURELLE DE L ENTREPRISE Un héritage à conserver et à valoriser. La communication interne doit se mouler dans la culture d entreprise pour en exprimer l identité B. AUJOURD HUI Il est important de modifier la perception qu ont les salariés de l identité de leur entreprise. La communication interne doit créer et valoriser cette nouvelle identité. C. Y A-T-IL HARMONIE ENTRE LA CULTURE D ENTREPRISE ET LES COMPORTEMENTS DES PERSONNES A L INTERIEUR DE L ENTREPRISE? Les individus doivent s approprier la mutation culturelle de l entreprise. Chacun doit être à l écoute des personnes des groupes et doit faire l apprentissage du changement. La communication est donc un problème de formation. La communication doit suivre le courant imposé par la culture d entreprise. Elle devient un élément important de la stratégie de l entreprise.

BORDEAUX Conseil 41 Rue Morton 33200 BORDEAUX E-mail : contact@bordeauxconseil.com

BORDEAUX Conseil 41 Rue Morton 33200 BORDEAUX E-mail : contact@bordeauxconseil.com La communication interne de l entreprise Sommaire 1/ Introduction Sources 2/ L impératif de cohérence 3/ Les circuits de communication interne 4/ Les objectifs de la communication interne 5/ Les processus

Plus en détail

fiche d accompagnement pédagogique

fiche d accompagnement pédagogique fiche d accompagnement pédagogique Les compétences développées par la pratique des ateliers philosophiques en maternelle PS/MS/GS Fiche écrite par Jean-Charles Pettier, docteur en sciences de l éducation

Plus en détail

LE JEU A L ECOLE MATERNELLE. Introduction

LE JEU A L ECOLE MATERNELLE. Introduction LE JEU A L ECOLE MATERNELLE Introduction L enfant passe six heures par jour de trois à six ans à l école maternelle. On doit donc de lui proposer des activités qui, au fur et à mesure de l évolution de

Plus en détail

Les prochaines formations de l École de la médiation. Gérer un projet de médiation (2j) 15 et 16 septembre 2016

Les prochaines formations de l École de la médiation. Gérer un projet de médiation (2j) 15 et 16 septembre 2016 Les prochaines formations de l École de la médiation Gérer un projet de médiation (2j) 15 et 16 septembre 2016 Réaliser des médiations pour tous les publics (2j) 26 et 27 septembre 2016 Modèles d apprentissage

Plus en détail

Développer son empathie

Développer son empathie Sarah Famery Développer son empathie, 2003, 2007 ISBN : 978-2-212-53833-5 Sommaire Introduction. L empathie au cœur des relations humaines....... 1 Un besoin croissant d empathie...........................

Plus en détail

RÈGLEMENTS - POLITIQUES - PROCÉDURES

RÈGLEMENTS - POLITIQUES - PROCÉDURES RÈGLEMENTS - POLITIQUES - PROCÉDURES OBJET : Politique de gestion des ressources humaines COTE : DP 2005-01 APPROUVÉE PAR : Le Conseil d administration EN VIGUEUR LE : 22 juin 2005 RESPONSABLE DE L APPLICATION

Plus en détail

Diplôme Interuniversitaire. Management des équipes et des projets en milieu industriel. Programme de la formation

Diplôme Interuniversitaire. Management des équipes et des projets en milieu industriel. Programme de la formation Diplôme Interuniversitaire Management des équipes et des projets en milieu industriel Programme de la formation 1 Du "sur mesure" pour l'entreprise Deux universités complémentaires, un projet pour les

Plus en détail

S. EL MENDILI. Université Mohammed V - Rabat Faculté des Lettres et des Sciences Humaines elmendilisoumaya@hotmail.com

S. EL MENDILI. Université Mohammed V - Rabat Faculté des Lettres et des Sciences Humaines elmendilisoumaya@hotmail.com ADAPTATION DE LA FORMATION EN COMMUNICATION AUX NOUVEAUX METIERS S. EL MENDILI Université Mohammed V - Rabat Faculté des Lettres et des Sciences Humaines elmendilisoumaya@hotmail.com INTRODUCTION Un des

Plus en détail

L'HUMANISME MÉTHODOLOGIQUE CONCEPTION ET INGÉNIERIE DU TOURISME TERRITORIAL UNE MUTATION RADICALE

L'HUMANISME MÉTHODOLOGIQUE CONCEPTION ET INGÉNIERIE DU TOURISME TERRITORIAL UNE MUTATION RADICALE SENS ET COHÉRENCES HUMAINES L'HUMANISME MÉTHODOLOGIQUE Roger NIFLE Panneau d'information - Accueil du site - Télécharger le texte au format PDF - Adobe Acrobat Reader CONCEPTION ET INGÉNIERIE DU TOURISME

Plus en détail

ESTIME DE SOI. Quelques repères théoriques

ESTIME DE SOI. Quelques repères théoriques ESTIME DE SOI L école n est pas une nécessité naturelle pour l enfant mais il y trouve une aide et une compréhension du monde qui l entoure et des réponses aux questions qui naissent en lui. Cependant

Plus en détail

Leadership efficace Carolyn Cohen, CA, CRHA Consultante en formation et en ressources humaines

Leadership efficace Carolyn Cohen, CA, CRHA Consultante en formation et en ressources humaines Leadership efficace Carolyn Cohen, CA, CRHA Consultante en formation et en ressources humaines Programme Gestion et leadership Vision Intelligence émotionnelle Influence et pouvoir Confiance Auto-perfectionnement

Plus en détail

L animation des hommes

L animation des hommes L animation des hommes 1.Le management 2.Les styles de management 3.La culture d entreprise 4.La mobilisation des hommes 1 1.Le management Définition : le management est l art ou la manière de conduire

Plus en détail

ATELIER: LES AVANTAGES DU TRAVAIL EN ÉQUIPE DÉROULEMENT

ATELIER: LES AVANTAGES DU TRAVAIL EN ÉQUIPE DÉROULEMENT ATELIER: LES AVANTAGES DU TRAVAIL EN ÉQUIPE 1.0 Mot de bienvenue (5 minutes); 2.0 Les objectifs de la session (5 minutes): Présentation PPT (Acétates 1, 2). 3.0 Ce qui fait équipe (10 minutes) : Activité

Plus en détail

La posture managériale

La posture managériale d ALAIN RENAULT COMMUNICATION La posture managériale d ALAIN RENAULT COMMUNICATION Entre les nouveaux modèles et concepts de management, il est parfois bien difficile de s y retrouver pour les managers

Plus en détail

DOSSIER THEMATIQUE «ACHATS RESPONSABLES»

DOSSIER THEMATIQUE «ACHATS RESPONSABLES» LES DOSSIERS THEMATIQUES DE L APESA DOSSIER THEMATIQUE «ACHATS RESPONSABLES» Juillet 2012 INTRODUCTION : L ACHAT, LEVIER EFFICACE POUR UN DEVELOPPEMENT PLUS DURABLE! La définition précise de ses besoins

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique Sommaire 0 Préambule 1 Approche et Démarche Diagnostic stratégique 3 Scenarii d évolution 4 Positionnement cible 0 Préambule 3 Préambule L analyse stratégique repose sur

Plus en détail

Guide d'entretien Wave Styles Professionnels Jack Taylor

Guide d'entretien Wave Styles Professionnels Jack Taylor Guide d'entretien Wave Styles Professionnels Jack Taylor Styles Professionnels Généré le : 30-nov.-2011 Page 2 2009 Saville Consulting Group Ltd. Tous droits réservés. Sommaire Introduction au Guide d'entretien...

Plus en détail

DANIEL WEBER CONSEIL, FORMATION, COACHING: LE SAVOIR-ÊTRE EN PLUS. www.synthesia.info. 103 B, Rue Mélanie F- 67000 STRASBOURG

DANIEL WEBER CONSEIL, FORMATION, COACHING: LE SAVOIR-ÊTRE EN PLUS. www.synthesia.info. 103 B, Rue Mélanie F- 67000 STRASBOURG CONSEIL, FORMATION, COACHING: LE SAVOIR-ÊTRE EN PLUS. Conseil, formateur et coach, c est la chance que j ai eu de pouvoir accumuler des expériences et outils méthodologiques d un début de carrière riche

Plus en détail

CALENDRIER PREVISIONNEL

CALENDRIER PREVISIONNEL Formation des Cadres et futurs Cadres de la filière automobile en région Nord Pas de Calais et Picardie CALENDRIER PREVISIONNEL 1/2 journée TITRE DE NIVEAU II RNCP «Responsable en Management d Unité et/ou

Plus en détail

FORMATION MANAGEMENT CYCLE CERTIFIANT

FORMATION MANAGEMENT CYCLE CERTIFIANT FORMATION MANAGEMENT CYCLE CERTIFIANT Table des matières PROGRAMME DU PARCOURS DE CERTIFICATION... 5 MODULE 1 : LES FONDAMENTAUX DU MANAGEMENT... 6 MODULE 2 : COMMUNICATION PROFESSIONNELLE... 8 MODULE

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée contributive : La société face à la métamorphose numérique Junior ESSEC 04/02/2015

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée contributive : La société face à la métamorphose numérique Junior ESSEC 04/02/2015 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 4ème journée Compte-rendu de l atelier 4 : Le modèle social français face au numérique Thème de la journée contributive

Plus en détail

Document de référence. La gestion des conflits

Document de référence. La gestion des conflits Document de référence La gestion des conflits Table des matières Introduction 2 Les types de conflit 2 Les phases d un conflit 2 Les raisons sous-jacentes aux conflits 3 Les 5 stratégies de gestion directe

Plus en détail

Vous présente Alerte sur la banquise un outil pour accompagner le changement par John Kotter

Vous présente Alerte sur la banquise un outil pour accompagner le changement par John Kotter Vous présente Alerte sur la banquise un outil pour accompagner le changement par John Kotter Alerte sur la banquise est un livre qui raconte l histoire d un groupe de pingouins qui vivait depuis très longtemps

Plus en détail

L importance du Facteur Humain dans une Démarche Qualité

L importance du Facteur Humain dans une Démarche Qualité L importance du Facteur Humain dans une Démarche Qualité Bernadette Jouguet Institut de Recherches sur la Catalyse et l Environnement de Lyon Plan Introduction Eléments essentiels au succès d une démarche

Plus en détail

CHARTE D ACCUEIL PETITE ENFANCE HANDICAP

CHARTE D ACCUEIL PETITE ENFANCE HANDICAP CHARTE D ACCUEIL PETITE ENFANCE HANDICAP Perspectives et protocole d accueil des enfants en situation de handicap dans les établissements de la petite enfance Document à enrichir par vos observations et

Plus en détail

Quel est le rôle des parents dans la motivation à apprendre?

Quel est le rôle des parents dans la motivation à apprendre? Union des Fédérations des Associations de Parents de l'enseignement Catholique Avenue des Combattants, 24-1340 Ottignies 010.42.00.50 010.42.00.59 Siège social : rue Belliard, 23A - 1040 Bruxelles Compte

Plus en détail

L apprentissage, une affaire de coeur

L apprentissage, une affaire de coeur Psychoéducateur et orthopédagogue L apprentissage, une affaire de coeur 1 1 Les recherches démontrent que la façon dont l enseignant s occupe de sa classe et fait travailler ses élèves a un effet direct

Plus en détail

LE MODÈLE CONCEPTUEL DE VIRGINIA HENDERSON. UE 3.1 S1 Raisonnement clinique et démarche clinique infirmière Promotion

LE MODÈLE CONCEPTUEL DE VIRGINIA HENDERSON. UE 3.1 S1 Raisonnement clinique et démarche clinique infirmière Promotion LE MODÈLE CONCEPTUEL DE VIRGINIA HENDERSON UE 3.1 S1 Raisonnement clinique et démarche clinique infirmière Promotion 2016-2019 PLAN Introduction 1. Les postulats 2. Les valeurs 3. Les éléments 4. Les concepts

Plus en détail

Les nouveaux programmes pour l école maternelle : quels enjeux? quelles évolutions?

Les nouveaux programmes pour l école maternelle : quels enjeux? quelles évolutions? Les nouveaux programmes pour l école maternelle : quels enjeux? quelles évolutions? Illfurth, 13 octobre 2015 Viviane BOUYSSE Inspectrice générale de l éducation nationale 1 Plan 1. Repérer les évolutions

Plus en détail

Management & Communication

Management & Communication 1 Catalogue Formations 2016 Management & Communication FORMATION N 1 : Formation management et communication Présentation 2 Public Pré-requis Objectifs Cadres managers Cadres fonctionnels ou techniques

Plus en détail

Formation. «Faire rimer épanouissement personnel et efficacité collective» CATALOGUE DES FORMATIONS

Formation. «Faire rimer épanouissement personnel et efficacité collective» CATALOGUE DES FORMATIONS Formation «Faire rimer épanouissement personnel et efficacité collective» CATALOGUE DES FORMATIONS PREAMBULE AYOA conçoit et réalise des formations sur mesure en développement personnel, communication

Plus en détail

Recueil des données par les registres du cancer Situation au regard de la loi informatique et libertés

Recueil des données par les registres du cancer Situation au regard de la loi informatique et libertés Rapport adopté par le Conseil national de l Ordre des médecins lors de la session de décembre 2003 Dr. François STEFANI Recueil des données par les registres du cancer Situation au regard de la loi informatique

Plus en détail

T I T R E D U P R O J E T

T I T R E D U P R O J E T SECRETARIAT DU FONDS FRANÇAIS POUR L ENVIRONNEMENT MONDIAL RAPPORT D EVALUATION (Spécifier à mi-parcours ou finale) (Ce modèle de rapport doit être annexé aux TDR des évaluations) T I T R E D U P R O J

Plus en détail

ANNEXE 1 CONTENU DE LA FORMATION ET MOYENS PEDAGOGIQUES

ANNEXE 1 CONTENU DE LA FORMATION ET MOYENS PEDAGOGIQUES ANNEXE 1 CONTENU DE LA FORMATION ET MOYENS PEDAGOGIQUES THEME 1 : LE MARCHE ET L OFFRE (56 heures) 1. Le marché du jeu et du jouet Objectif : Connaître le marché du jeu et du jouet, découvrir les tendances

Plus en détail

Comment accompagner le changement?

Comment accompagner le changement? Comment accompagner le changement? Intervention au SDITEC Le 29 avril 2010 Société Démarche Conseil - Comment accompagner le changement - Intervention au SDITEC - Version 2 complétée 1 L accompagnement

Plus en détail

Le pouvoir d agir. La participation des habitants ; de quoi parle-t-on? Comment s y prendre?

Le pouvoir d agir. La participation des habitants ; de quoi parle-t-on? Comment s y prendre? Offre de formation 2013 Le pouvoir d agir Appui à la vie associative Projets sociaux des collectivités locales Projet associatif Actions citoyennes Bénévolat Développement social local La participation

Plus en détail

Formation Savoir Etre

Formation Savoir Etre Athéna Conseil Luxembourg - http://athenaconseillux.com Édition, Numéro 1 Formation Savoir Etre NOTRE AMBITION Contribuer à l efficience et à l efficacité de votre organisation en accompagnant vos efforts

Plus en détail

Rencontre avec. Yves Michaud philosophe

Rencontre avec. Yves Michaud philosophe Rencontre avec Philosophe amoureux des sciences et des arts, Yves Michaud a fondé, en 2000, l Université de tous les savoirs, qui organise pour un large public des cycles de conférences par les meilleurs

Plus en détail

ENJEUX, POSTURES ET MEDIATION DE L AVS F. FONDEVILLE CRFMS ERASME

ENJEUX, POSTURES ET MEDIATION DE L AVS F. FONDEVILLE CRFMS ERASME ENJEUX, POSTURES ET MEDIATION DE L AVS F. FONDEVILLE CRFMS ERASME 1 LA FONCTION D AVS Différentes dimension de la fonction : affective de réassurance, technique d assistance, sociale de médiation (PUIG,

Plus en détail

AGIR SUR SOI, ACQUERIR DES CLES POUR REUSSIR. Vous êtes : Cette formation concerne Chefs, cadres dirigeants, managers.

AGIR SUR SOI, ACQUERIR DES CLES POUR REUSSIR. Vous êtes : Cette formation concerne Chefs, cadres dirigeants, managers. STAGE MANAGER LEADER AGIR SUR SOI, ACQUERIR DES CLES POUR REUSSIR Vous êtes : Cette formation concerne Chefs, cadres dirigeants, managers. Pré-requis : Ressentir le besoin de faire un travail sur soi pour

Plus en détail

FORMATION CONSEIL MANAGEMENT- RH EFFICACITE PROFESSIONNELLE COMMERCE - VENTE

FORMATION CONSEIL MANAGEMENT- RH EFFICACITE PROFESSIONNELLE COMMERCE - VENTE FORMATION CONSEIL MANAGEMENT- RH EFFICACITE PROFESSIONNELLE COMMERCE - VENTE CONTACT Dominique PASSEPORT passeportperformances@gmail.com +33(0)6.03.77.83.59 www.passeportperformances.fr PRESENTATION Expérience

Plus en détail

Gouvernance et développement durable : mode d emploi

Gouvernance et développement durable : mode d emploi Les guides gouvernance du Club DDEP Gouvernance et développement durable : mode d emploi Gouvernance et indicateurs GOUVERNANCE ET Dialogue Gouvernance et valeurs développement durable des établissements

Plus en détail

APPRÉCIATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL. Nom de la personne évaluée : Titre d emploi : Nom des évaluateurs : Date de la rencontre d évaluation :

APPRÉCIATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL. Nom de la personne évaluée : Titre d emploi : Nom des évaluateurs : Date de la rencontre d évaluation : APPRÉCIATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL Nom de la personne évaluée : Titre d emploi : Nom des évaluateurs : Date de la rencontre d évaluation : VOLET 1 Les connaissances : Elles correspondent aux

Plus en détail

Contribution de la Région wallonne et de la Communauté française de Belgique au débat sur la future stratégie «UE 2020»

Contribution de la Région wallonne et de la Communauté française de Belgique au débat sur la future stratégie «UE 2020» Contribution de la Région wallonne et de la Communauté française de Belgique au débat sur la future stratégie «UE 2020» Introduction L Europe est au carrefour de ses propres ambitions. Le choix des voies

Plus en détail

Une réflexion et une action partagées sur des réponses technologiques adaptées au «!bien!vivre à domicile!»

Une réflexion et une action partagées sur des réponses technologiques adaptées au «!bien!vivre à domicile!» Projet Une réflexion et une action partagées sur des réponses technologiques adaptées au «!bien!vivre à domicile!» Retour sur les Travaux du groupe BiVACS «Quelles technologies pour maintenir / développer

Plus en détail

Transmettre l expérience des seniors grâce au tutorat

Transmettre l expérience des seniors grâce au tutorat Transmettre l expérience des seniors grâce au tutorat Cette fiche s attachera surtout à décrire une modalité particulière de transmission des compétences : le tutorat. Ou comment un salarié expérimenté

Plus en détail

Marketing social et communication externe dans le secteur social et médico-social

Marketing social et communication externe dans le secteur social et médico-social Marketing social et communication externe dans le secteur social et médico-social Les échanges de bonnes pratiques dans le secteur social et médico-social trouvent aujourd hui un vecteur privilégié au

Plus en détail

Réalisé par : Kafaf KHEYILI Hind LOMO Ikram OUAKRIM Souad OURRARHI

Réalisé par : Kafaf KHEYILI Hind LOMO Ikram OUAKRIM Souad OURRARHI Réalisé par : Kafaf KHEYILI Hind LOMO Ikram OUAKRIM Souad OURRARHI artie I : Notions et contextes I - La diversité culturelle dans l'entreprise II - L'équipe interculturelle artie II : Le management interculturel

Plus en détail

POINT DE VUE SUR... L INTERCULTURALITÉ COMME ENJEU D INTÉGRATION ET/OU DE PRÉVENTION DES L INTERCULTURALITÉ ELEMENTS DE CADRAGE

POINT DE VUE SUR... L INTERCULTURALITÉ COMME ENJEU D INTÉGRATION ET/OU DE PRÉVENTION DES L INTERCULTURALITÉ ELEMENTS DE CADRAGE POINT DE VUE SUR... L INTERCULTURALITÉ COMME ENJEU D INTÉGRATION ET/OU DE PRÉVENTION DES DISCRIMINATIONS SEPTEMBRE 2009 Par cette contribution, les membres du réseau RECI (ARIFOR Champagne Ardenne - CID

Plus en détail

Programme éducatif. Garderie École Marie-Clarac

Programme éducatif. Garderie École Marie-Clarac Programme éducatif Garderie École Marie-Clarac 1 PROGRAMME ÉDUCATIF 1.1 Orientations générales de l établissement Permettre aux enfants de 3-4 ans de vivre dans un milieu chaleureux et stimulant afin qu

Plus en détail

KM ET MANAGEMENT DU CHANGEMENT

KM ET MANAGEMENT DU CHANGEMENT MANAGEMENT DES CONNAISSANCES Levier des grandes fonctions stratégiques de l'entreprise KM ET MANAGEMENT DU CHANGEMENT Les ECHOS Avril 2001 1 La pratique mondiale du KM d aprd après s Steve Denning de la

Plus en détail

Auprès des professionnels :

Auprès des professionnels : CHARTE PARTENARIALE Historique : En 2004, un diagnostic de territoire réalisé sur la Communauté de Communes d Erdre et Gesvres avait mis en évidence la présence de nombreux services à destination des personnes

Plus en détail

Baromètre 2016 MACOM IN - INERGIE de la fonction communication interne au Maroc

Baromètre 2016 MACOM IN - INERGIE de la fonction communication interne au Maroc Baromètre 2016 MACOM IN - INERGIE de la fonction communication interne au Maroc Mars 2016 Toute publication totale ou partielle doit impérativement utiliser la mention complète suivante : «Baromètre 2016

Plus en détail

Information Communication à destination des élus et du public Claude Horenkryg

Information Communication à destination des élus et du public Claude Horenkryg Information Communication à destination des élus et du public Claude Horenkryg Consultant expert en viabilité hivernale 1 La communication, paramètre de réussite ou d échec de la VH Les principes de la

Plus en détail

Indicateurs de qualité en maison de repos Infor Homes Wallonie asbl

Indicateurs de qualité en maison de repos Infor Homes Wallonie asbl Indicateurs de qualité en maison de repos Infor Homes Wallonie asbl Qu entend-on par «Indicateur de qualité»? Indicateur = élément repérable Indicateur de qualité = élément repérable dans la pratique de

Plus en détail

SARAH FAMERY LE POUVOIR DE L EMPATHIE. Comment obtenir le meilleur et éviter le pire? ISBN : Groupe Eyrolles, 2014

SARAH FAMERY LE POUVOIR DE L EMPATHIE. Comment obtenir le meilleur et éviter le pire? ISBN : Groupe Eyrolles, 2014 SARAH FAMERY LE POUVOIR DE L EMPATHIE Comment obtenir le meilleur et éviter le pire?, 2014 ISBN : 978-2-212-55938-5 Introduction L empathie, une «compétence» Il peut sembler paradoxal d évoquer l empathie

Plus en détail

AVIS AUX FABRICANTS DE DISPOSITIFS MEDICAUX DE RADIOTHERAPIE

AVIS AUX FABRICANTS DE DISPOSITIFS MEDICAUX DE RADIOTHERAPIE Direction de l'évaluation des dispositifs médicaux Département Surveillance du Marché Unité évaluation et contrôle du marché des dispositifs médicaux Dossier suivi par Pascal Di Donato Email: pascal.di-donato@afssaps.sante.fr

Plus en détail

Repères didactiques EDUCATION MORALE ET CIVIQUE Cycle 2 Cycle 3

Repères didactiques EDUCATION MORALE ET CIVIQUE Cycle 2 Cycle 3 Repères didactiques EDUCATION MORALE ET CIVIQUE Cycle 2 Cycle 3 LA SENSIBILITE : SOI ET LES AUTRES - Identifier et exprimer en les régulant ses émotions et ses sentiments - S estimer et être capable d

Plus en détail

2013-2015. Table de concertation Lutte contre la pauvreté et l exclusion sociale Domaine-du-Roy 2013-2015. Plan d action local

2013-2015. Table de concertation Lutte contre la pauvreté et l exclusion sociale Domaine-du-Roy 2013-2015. Plan d action local Table de concertation Lutte contre la pauvreté et l exclusion sociale Domaine-du-Roy 2013-2015 2013-2015 Mandat : Avec la concertation des acteurs du territoire et des actions novatrices, répondre aux

Plus en détail

Techniques d entretien. Sébastien DAVID Enquêteur de sécurité Techniques d entretien

Techniques d entretien. Sébastien DAVID Enquêteur de sécurité Techniques d entretien Techniques d entretien Sébastien DAVID Enquêteur de sécurité! L entretien dans l enquête de sécurité! Problématiques et inconvénients de l entretien! Avantages de l entretien! Les témoins ou interlocuteurs!

Plus en détail

De l intelligence relationnelle à l intelligence collective

De l intelligence relationnelle à l intelligence collective De l intelligence relationnelle à l intelligence collective Le développement durable intervient sur 3 sphères : la sphère environnementale, la sphère économique et la sphère sociale. Sur la sphère sociale,

Plus en détail

Place et rôle de la communication dans la gestion de risque. Bernard Motulsky, titulaire. Entretiens Jacques-Cartier Le 26 novembre 2013

Place et rôle de la communication dans la gestion de risque. Bernard Motulsky, titulaire. Entretiens Jacques-Cartier Le 26 novembre 2013 Place et rôle de la communication dans la gestion de risque Bernard Motulsky, titulaire Entretiens Jacques-Cartier Le 26 novembre 2013 Plan de la présentation 1. La place et le rôle de la communication

Plus en détail

Enseignement d exploration

Enseignement d exploration Annexe Programme d informatique et création numérique en classe de seconde générale et technologique Enseignement d exploration Préambule L informatique est, en premier lieu, une science et une technologie

Plus en détail

L ANOREXIE. Est-ce que l anorexie est une maladie propre aux sociétés occidentales?

L ANOREXIE. Est-ce que l anorexie est une maladie propre aux sociétés occidentales? L ANOREXIE Est-ce que l anorexie est une maladie propre aux sociétés occidentales? Introduction Aux XIXème Siècle, les femmes qui avaient des rondeurs féminines montraient un signe de richesse ; on le

Plus en détail

Pour une véritable mixité sociale dans l arrondissement Ville-Marie

Pour une véritable mixité sociale dans l arrondissement Ville-Marie Pour une véritable mixité sociale dans l arrondissement Ville-Marie Mémoire présenté à l Office de consultation publique de Montréal dans le cadre de la consultation publique sur le Projet immobilier de

Plus en détail

Importance des repères et des rythmes pour les enfants de 3 à 6 ans sur le temps périscolaire. La Talaudière, 5 novembre 2014

Importance des repères et des rythmes pour les enfants de 3 à 6 ans sur le temps périscolaire. La Talaudière, 5 novembre 2014 Importance des repères et des rythmes pour les enfants de 3 à 6 ans sur le temps périscolaire. La Talaudière, 5 novembre 2014 Introduction Pas de réponses mais surtout des questions Approche systémique

Plus en détail

Programme pilote d aide à la désaccoutumance au tabac chez les jeunes : étude exploratoire

Programme pilote d aide à la désaccoutumance au tabac chez les jeunes : étude exploratoire Consultation Santé Jeunes Programme pilote d aide à la désaccoutumance au tabac chez les jeunes : étude exploratoire «La dépendance, elle ne me semble pas réelle. Elle n est qu illusion. Chaque homme est

Plus en détail

SOMMAIRE. L amélioration de l enseignement de l anglais, langue seconde, au primaire : un équilibre à trouver. Conseil supérieur de l éducation

SOMMAIRE. L amélioration de l enseignement de l anglais, langue seconde, au primaire : un équilibre à trouver. Conseil supérieur de l éducation AVIS AU MINISTRE DE L ÉDUCATION, DU LOISIR ET DU SPORT L amélioration de l enseignement de l anglais, langue seconde, au primaire : un équilibre à trouver SOMMAIRE AOÛT 2014 Conseil supérieur de l éducation

Plus en détail

De l audit à la stratégie de communication

De l audit à la stratégie de communication Cours 7 Audit de la communication interne 1 De l audit à la stratégie de communication Écoute / Audit Connaissance du marché interne Connaissance du marché externe Connaissance du marché financier É S

Plus en détail

La coordination entre Infirmiers-ères et autres professionnels-les du milieu hospitalier et ses conséquences pour la formation professionnelle

La coordination entre Infirmiers-ères et autres professionnels-les du milieu hospitalier et ses conséquences pour la formation professionnelle La coordination entre Infirmiers-ères et autres professionnels-les du milieu hospitalier et ses conséquences pour la formation professionnelle Nicole Nadot Ghanem M Sc., DESS, candidate au doctorat, Professeure

Plus en détail

People First : notre priorité!

People First : notre priorité! People First : notre priorité! Notre mission est d apporter du sourire dans toutes les familles par le plaisir et le meilleur du lait. Un sourire venant du cœur des collaborateurs Bel qui se réalisent

Plus en détail

ACCORD SUR LE MAINTIEN DANS L EMPLOI DES SENIORS DANS LA VENTE A DISTANCE

ACCORD SUR LE MAINTIEN DANS L EMPLOI DES SENIORS DANS LA VENTE A DISTANCE ACCORD SUR LE MAINTIEN DANS L EMPLOI DES SENIORS DANS LA VENTE A DISTANCE Entre La Fédération nationale du personnel d encadrement des industries chimiques et connexes Branche VAD CFE/CGC, la Fédération

Plus en détail

Arts du Cirque. Fiche Sport N 1. Mise à jour : 13 juillet 2014. Page 1 sur 12

Arts du Cirque. Fiche Sport N 1. Mise à jour : 13 juillet 2014. Page 1 sur 12 Arts du Cirque Fiche Sport N 1 Mise à jour : 13 juillet 2014 Page 1 sur 12 Sommaire Introduction Page 3 I. Rencontres Page 4 II. Responsabilisation Page 7 III. Innovation Page 10 IV. Formation Page 11

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Educateur de Jeunes Enfants

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Educateur de Jeunes Enfants A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Educateur de Jeunes Enfants 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

Définition. Caractéristiques

Définition. Caractéristiques RESPONSABILISER LES GESTIONNAIRES La responsabilisation des gestionnaires constitue la pierre angulaire de la démarche de modernisation de la gestion publique, cependant elle suscite de nombreuses interrogations

Plus en détail

Programme de 2 ème Année Secondaire ECONOMIE & SERVICES

Programme de 2 ème Année Secondaire ECONOMIE & SERVICES RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION ET DE LA FORMATON DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES ET DE LA FORMATION CONTINUE -------------------------- DIRECTION DES PROGRAMMES ET DES MANUELS SCOLAIRES

Plus en détail

CM1 CM2 6e Transversale au 3 thèmes. Des valeurs humaines

CM1 CM2 6e Transversale au 3 thèmes. Des valeurs humaines EMC cycle 3 : Des valeurs humaines Etre et devenir un CM1 CM2 6e Transversale au 3 thèmes La fraternité (solidarité/tolérance). Coopérer.» Savoir Respecter autrui et accepter les travailler en respectant

Plus en détail

Linda TURCOTTE Conseillère en gestion des ressources humaines Psychothérapeute. CSSS des Aurores-Boréales

Linda TURCOTTE Conseillère en gestion des ressources humaines Psychothérapeute. CSSS des Aurores-Boréales Linda TURCOTTE Conseillère en gestion des ressources humaines Psychothérapeute CSSS des Aurores-Boréales Plan de présentation Climat harmonieux La force d un climat harmonieux Définition d un conflit Les

Plus en détail

LES MISSION, VISION ET VALEURS DE LA MRC DE KAMOURASKA

LES MISSION, VISION ET VALEURS DE LA MRC DE KAMOURASKA LES MISSION, VISION ET VALEURS DE LA MRC DE KAMOURASKA 1. PRÉAMBULE Depuis sa constitution au début des années 1980, l organisation de la MRC de Kamouraska a considérablement évoluée, notamment en raison

Plus en détail

Association pour Personnes en Situation de Handicap

Association pour Personnes en Situation de Handicap OFFRE D EMPLOI APPEL A CANDIDATURE INTERNE ET EXTERNE Territoire : MONTPELLIER AGGLOMERATION Plateforme Wallon Lainé Poste : Adjoint de Direction (H/F) Nature du contrat : CDI à Temps Plein Missions :

Plus en détail

Etude de dossier - PACOT Angélique

Etude de dossier - PACOT Angélique Introduction La laïcité est l une des valeurs fondamentales de notre Ecole. Elle est nécessaire et participe au bon vivre ensemble dans les établissements scolaires. La circulaire de 2004, ainsi que la

Plus en détail

PLAN STRATEGIQUE (Version approuvée par le CA du 20/10/2014)

PLAN STRATEGIQUE (Version approuvée par le CA du 20/10/2014) Cercle de Coopération des ONG de développement du Luxembourg a.s.b.l. 13, av. Gaston Diderich L 1420 Luxembourg Pour un monde solidaire et responsable Tél : +352 26 02 09 11 Fax : +352 26 02 09 26 www.cercle.lu

Plus en détail

Accord collectif national de la branche Caisse d Epargne sur l amélioration des Conditions de Travail.

Accord collectif national de la branche Caisse d Epargne sur l amélioration des Conditions de Travail. Accord collectif national de la branche Caisse d Epargne sur l amélioration des Conditions de Travail. 1 ère partie :! Evaluation de la charge! Mesure et maitrise du temps de travail! Espaces d autonomie!

Plus en détail

Ci-dessous, un résumé des compétences visées lors de nos animations.

Ci-dessous, un résumé des compétences visées lors de nos animations. Les animations proposées par le CRIE de Modave visent et développent des compétences relatives à l apprentissage du français, à l éveil scientifique, géographique et historique ainsi qu à l éducation physique

Plus en détail

Code de conduite. Maternelle à la 4 e année. Je, promets de faire de mon mieux de respecter le code de conduite. signature de l élève

Code de conduite. Maternelle à la 4 e année. Je, promets de faire de mon mieux de respecter le code de conduite. signature de l élève Code de conduite Maternelle à la 4 e année Je, promets de faire de mon mieux de respecter le code de conduite. signature de l élève signature d un parent signature de l enseignant.e date Vision de l École

Plus en détail

En 2010, «A CŒUR D AGIR Le déclic pour réussir» a été créé pour proposer son expertise en Coaching, Conseil et Formation.

En 2010, «A CŒUR D AGIR Le déclic pour réussir» a été créé pour proposer son expertise en Coaching, Conseil et Formation. En 2010, «A CŒUR D AGIR Le déclic pour réussir» a été créé pour proposer son expertise en Coaching, Conseil et Formation. Sa vocation est de contribuer à la réussite des Entreprises, en favorisant l épanouissement

Plus en détail

formation en médiationm

formation en médiationm http://www.mediations.ch/ formations-gpm@mediations.ch MINISTERE DE LA JUSTICE CENTRE DE RECHERCHE JURIDIQUE ET JUDICIAIRE COLLOQUE INTERNATIONAL SUR LES PRATIQUES DE MEDIATIONS Les défis d de la formation

Plus en détail

Prévenir la violence, gérer les conflits les 3 questions à garder à l esprit

Prévenir la violence, gérer les conflits les 3 questions à garder à l esprit Prévenir la violence, gérer les conflits les 3 questions à garder à l esprit 1 - Comment devenir crédible aux yeux de l élève, des élèves, de l enfant/adolescent? 2 - Comment développer chez l enfant /

Plus en détail

La communication dans un contexte de soins. Le grands modèles. IFSI CHGR 2013 Gérard Guingouain

La communication dans un contexte de soins. Le grands modèles. IFSI CHGR 2013 Gérard Guingouain La communication dans un contexte de soins Le grands modèles IFSI CHGR 2013 Gérard Guingouain 1 La communication Il existe 2 grands modèles d analyse de la communication : Ø Le modèle techniciste de SHANNON

Plus en détail

«Les outils pédagogiques dans l ETP-1»

«Les outils pédagogiques dans l ETP-1» AGO INGÉNERIE FORMATION-MC LLORCA «Les outils pédagogiques dans l ETP-1» Marie-Christine LLORCA AGO Ingénierie-Formation - 18 rue du Languedoc 31000 Toulouse www.ago-formation.fr contact@ago-formation.fr

Plus en détail

Construire la confiance en entreprise : pourquoi et comment?

Construire la confiance en entreprise : pourquoi et comment? Construire la confiance en entreprise : pourquoi et comment? CLUB RH PÔLE EMPLOI MARS 2013 Laurent KARSENTY Consultant senior Chercheur associé au CRTD-CNAM laurent.karsenty@ergomanagement.fr Plan 1. L

Plus en détail

PROJET EDUCATIF MFR CHAPEAU CORNU

PROJET EDUCATIF MFR CHAPEAU CORNU PROJET EDUCATIF MFR CHAPEAU CORNU Code DOC-MFR-REA-24 Indice A Date 10/02/12 Ce projet s adresse aux : - Jeunes - Familles - Maîtres de stage Il est la déclinaison des ambitions de l association. Il s

Plus en détail

POLITIQUE DE COMMUNICATION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES NAVIGATEURS

POLITIQUE DE COMMUNICATION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES NAVIGATEURS 3.12 POLITIQUE DE COMMUNICATION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES NAVIGATEURS 1.0 ÉNONCÉ La Commission scolaire des Navigateurs considère que la communication est une partie intégrante de sa gestion. En conséquence,

Plus en détail

ATELIER 4 «Mise en réseau des acteurs»

ATELIER 4 «Mise en réseau des acteurs» ATELIER 4 «Mise en réseau des acteurs» Constituer un réseau professionnel de l orientation Pour le développement des compétences individuelles et collectives! Intervention : Valérie PADRA - AGEFMA Les

Plus en détail

Quel accompagnement pour les groupes de jeunes professionnels? Jeunes professionnels / jeunes actifs, Paris 2 avril 2016

Quel accompagnement pour les groupes de jeunes professionnels? Jeunes professionnels / jeunes actifs, Paris 2 avril 2016 Quel accompagnement pour les groupes de jeunes professionnels? Jeunes professionnels / jeunes actifs, Paris 2 avril 2016 1-Qu est ce que je retiens de cette journée? Qu est ce qui m a intéressé, éclairé.?

Plus en détail

De l encadrement d un projet doctoral au devenir professionnel du docteur

De l encadrement d un projet doctoral au devenir professionnel du docteur Formation continue et développement de carrière des enseignants- chercheurs De l encadrement d un projet doctoral au devenir professionnel du docteur Paule Biaudet, UPMC Arielle Santé, Ascéo Dossier de

Plus en détail

Formation Alternée de Longue Durée FALD Communication

Formation Alternée de Longue Durée FALD Communication Formation Alternée de Longue Durée FALD Communication Module 01 : Les techniques de Base de la communication : Identifier les bases de la communication Développer une écoute active. : 1. Repérer, ce qui

Plus en détail

Principes de base de La therapie familiale stratégique

Principes de base de La therapie familiale stratégique Roselyne Kattar Psychologue et coach http://www.coaching-kattar.com 1 Principes de base de La therapie familiale stratégique La thérapie familiale stratégique : La thérapie familiale stratégique se concentre

Plus en détail

Les 11 compétences clés du coach selon ICF

Les 11 compétences clés du coach selon ICF www.coachfederation.fr Les 11 compétences clés du coach selon ICF Selon le processus d'accréditation d'international Coach Federation. A. Établir les fondations : 1. Respecter les directives éthiques et

Plus en détail

METTRE EN ŒUVRE LE CONTRÔLE INTERNE DANS UN CONTEXTE RÉGLEMENTAIRE MOUVANT OÙ EN SONT LES ENTREPRISES?

METTRE EN ŒUVRE LE CONTRÔLE INTERNE DANS UN CONTEXTE RÉGLEMENTAIRE MOUVANT OÙ EN SONT LES ENTREPRISES? METTRE EN ŒUVRE LE CONTRÔLE INTERNE DANS UN CONTEXTE RÉGLEMENTAIRE MOUVANT OÙ EN SONT LES ENTREPRISES? La démarche de contrôle interne est permanente Toute démarche de contrôle interne doit être initiée

Plus en détail