Démarches et méthodes de communication interne au sein de l entreprise

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Démarches et méthodes de communication interne au sein de l entreprise"

Transcription

1 Démarches et méthodes de communication interne au sein de l entreprise Aujourd hui, la notion de communication est devenue nécessaire, caractérisée par publicité. Il faut COM-MU-NI-QUER. Les attentes de la com : il s agit d organiser, de structurer le management des hommes dans l entreprise. Comment il faut s occuper des hommes? Par la recherche de l excellence, grâce à une communication généralisée ou grâce à un management fondé sur l écoute. Les présupposés liés à la CI reposent sur l harmonie et un consensus, efficacité à créer pour dynamiser tous les membres de l entreprise. La communication n est pas un état mais suppose un contenu d informations qui passe par l échange et qui repose sur une relation interne individuelle : dans l entreprise, il s agit d «être en communication avec» selon des trajectoires descendantes ou ascendantes, ou des trajectoires globales ou latérales. Les progrès de l informatique : l informatique a multiplié et complexifié les moyens de com Partie 1 : L entreprise communicante On observe une évolution de l environnement quant au fonctionnement des entreprises et au changement des organisations. La CI, pour être efficace, doit mettre en œuvre des notions d ouvertures, d interactivités et de cohésion. I/ La communication interne (CI), pour quoi faire? La communication interne n est plus linéaire. On doit généraliser une relation d échanges en faisant du contenu un outil utilitaire et persuasif. La CI doit renforcer la réactivité individuelle comme la solidarité collective. 1. STIMULER LA REACTIVITE On est obligé de constater le caractère incertain et aléatoire de l environnement économique, donc les organisations doivent s orienter vers une plus grande autonomisation où chacun ait plus (+) de responsabilités, où chacun doit s inciter lui-même à réagir de manière pertinente et rapide. A. UN ENVIRONNEMENT DE PLUS EN PLUS COMPLEXE ET ALEATOIRE Les marchés sont de plus en plus ouverts mais aussi de plus en plus difficiles d accès, à cause de la mondialisation de la production, mais aussi des protectionnismes comme réaction de défense. Peut-on dégager des mesures éphémères ou durables? Comment chercher une voie de communication? La veille active, la vigilance sont les premières conditions pour permettre à chacun d être capable de réagir le plus vite possible à un événement «porteur d avenir». B. UNE ORGANISATION OU L AUTONOMIE SOIT DE PLUS EN PLUS IMPORTE La décentralisation de l entreprise diversifie et multiplie les situations de travail. Il faut répondre aux attentes des clients et de répondre aux fluctuations des marchés. L entreprise ainsi que chacun de répondre de façon appropriée au client dont je dois me sentir le plus proche. L écoute du client influencera sur la qualité de la réponse. On doit éviter face à la pression du marché le risque d isolement de l organisation. Faire face aux aléas du fonctionnement interne. - La réactivité de l individu a une place plus ou moins déterminante en fonction du degré d initiative personnel. La personne doit diagnostiquer, comprendre et maitriser les aléas. Il faut être capable d entrer en contact avec le bon interlocuteur. On doit être à la fois animateur, et coordonateur (il faut que je trouve ma place dans le projet)

2 - Aujourd hui, impérative de flexibilité : deux conséquences : on envisage plus (plu) d organisation planifiée et on demande des capacités d initiatives. - L efficacité est proportionnelle à la possibilité de mobilisation des ressources utilisées. 2. DEVELOPPER LA SOLIDARITE ET LA COHESION La taille des entreprises, les problèmes de décentralisation augmentent les distances au sein même des organisations. Il faut donc mémoriser la gestion, la cohérence et l efficacité A. L EFFICACITE DE L ORGANISATION POUR UNE MEILLEURE COLLABORATION ET UNE MEILLEURE SOLIDARITE Il faut favoriser des initiatives mais en même temps, éviter la dispersion. - Il s agit de repérer des fonctions, de les différencier mais aussi de les intégrer à un but commun. - Il s agit de favoriser des microdécisions pour nouer et améliorer des échanges avec l extérieur - Ces microdécisions, partielles, doivent entrer en synergie, de manière à donner la parole à tous les groupes de travail. - Il faut être capable de faire corps avec l entreprise pour être plus dynamique et efficace B. LA SOLIDARITE POUR RENDRE L ORGANISATION PLUS ACCEPTABLE. Il est nécessaire de créer un sentiment d appartenance pour soutenir l individu dans l entreprise en valorisant ses efforts. La communication interne poursuit deux objectifs : elle travaille sur un aspect individuel et collectif. L information doit circuler. Pour ceci, elle doit être fluide, pour qu individuellement, on soit les capacités d agir. Et pour faciliter l interaction RESUME DU I : Il s agit de créer une identité collective - un sentiment d appartenance. - Il faut susciter la motivation de chacun. - Il s agit d être efficace en améliorant les capacités d écoute pour susciter la meilleure réaction La communication est un langage - Elle est message de l entreprise sur elle-même - Elle doit transmettre une identité de l entreprise dans un souci de cohésion - Elle doit souder des énergies particulières pour que chacun se dispose dans les entités d une entité supérieure. II/ Les composantes de la CI L ouverture en CI s applique à 3 degrés : tout d abord l organisation par rapport à l extérieur la direction par rapport à la base l ensemble des salariés par rapport à leur propre activité La communication entre dans l interactivité pour assurer une meilleure coordination. Enfin, communiquer, c est être ensemble, cad, participer à une même réalité sociale, à une même identité. 1. L OUVERTURE Il s agit, pour l entreprise, d être ouverte à/sur l environnement pour que chacun comprenne la place de l entreprise dans le monde, et ce qui concerne sa propre fonction. A. LA COMMUNICATION PERMET LA COMPREHENSION DE LA TACHE La standardisation des tâches laisse la place à une meilleure maitrise des processus de production.

3 L ouverture suppose l écoute. Celui qui peut avoir besoin d information doit faire appel à celui qui détient le savoir. Il est important de maintenir dans l entreprise un équilibre entre les générations. B. LA COMMUNICATION FACILITE LA CONNAISSANCE DE L ORGANISATION La méconnaissance de l entreprise peut entrainer une forme de retrait et finalement aussi de frustration. Il est important de connaitre le contexte socio-économique pour l avenir de l entreprise et son propre avenir (le mien) dans l entreprise. Les limites de l ouverture. - L ouverture n est pas synonyme de transparence totale parce que tout n est pas significatif pour le salarié - Il est important d être informé des enjeux de l entreprise pour que le salarié soit plus attentif, pour que la réactivité de chacun soit meilleure. C. L OUVERTURE, C EST L ECOUTE L écoute dans l entreprise concerne tout le monde. Il faut comprendre la manière dont chaque salarié se situe dans l entreprise. - Perception de sa place - Son rôle dans l organisation, dans l entreprise. Connaitre les attentes qu on a de moi. Connaitre les inquiétudes et désirs de l employé Il faut aussi percevoir la différence. - Une des premières conditions de l ouverture, c est d accepter l idée que la réalité humaine n est pas homogène. - Le corps social de l entreprise n est pas indifférencié. - Le statut du salarié peut devenir atypique. Des enquêtes d opinion menées sur les rémunérations sur la politique de l entreprise. Ecoute et reconnaissance. La communication repose sur un aspect cognitif et affectif. Il est de l intérêt de l entreprise d avoir une bonne connaissance des types de sa population interne. Pour un salarié, il est important d être écouté : il a le sentiment d être pris en compte. Conclusion du C. : La dimension relationnelle est très importante. D. C EST QUOI L OUVERTURE Ouverture = vigilance. Il faut surveiller et anticiper sur les conditions de survie de l entreprise. L ouverture sur le monde extérieure doit concerner tout le monde parce que l attitude d un seul homme risque d être inopérante. La vigilance doit veiller à perdre le minimum d informations. Conclusion du 1. : Il faut améliorer cette vigilance externe pour être à l écoute des menaces ou des opportunités de l environnement économique, social, et politique. 2. L INTERACTIVITE Démarche plus dynamique p/r à l écoute. On atteint un résultat, vite. Doit permettre une meilleure coordination grâce à une meilleure circulation de l info grâce à des acteurs convaincus de la nécessité du dialogue. A. LA COMMUNICATION CREE DES CIRCUITS ET DES RESEAUX DE TRANSMISSION L électronique s est démultiplié et finalement, les réseaux de transmission aussi. La coordination humaine sera plus importante et en fait, l Homme doit se déplacer vers les aspects stratégiques et aléatoires aussi bien de l info que de l organisation Ces échanges entre personnes ont longtemps été démontrés par des structures figées au sein d une entreprise. Echanges et fonctions qui doivent être décloisonnées. Pour une meilleure circulation de l info, il faut décloisonner. Réunions d informations, de groupe de travail, au-delà de l affichage. B. L INTERACTIVITE SUPPOSE DES ACTEURS CONVAINCUS DE LA NECESSITE DU DIALOGUE.

4 On ne doit pas se contenter de la simple diffusion de l info. Pourquoi? Elle risque de supprimer la dimension relationnelle. Ce qu on recherche, c est l interactivité. Il faut veiller à limiter le risque de pertes de l information. C. LA COMMUNICATION DOIT LIBERER DES STRATEGIES INDIVIDUELLES Avant, la place de chacun était prévu et délimité. Aujourd hui, on demande que chacun libère ses potentialités. L introduction de la communication dans l entreprise sert à tester ses propres stratégies. La communication doit aboutir à un résultat en favorisant l implication et la coabitation de tous. 3. L IDENTIFICATION La communication d une organisation peut faciliter s il y a identification avec une réalité vécue. La communication interne à une dimension opératoire, affective et symbolique. Il faut donner à ce discours de communication une cohérence qui confortera l identification A. LA COMMUNICATION DOIT CONSTRUIRE UN PARTAGE DE REFERENCE COMMUNE Des repères physiques : dans l implantation des bureaux à tel ou tel étage. Des repères économiques : différence de travail entre entreprises. Des repères symboliques : au dela des structures et des fonctionnements d entreprises, le repère symbolique construit une idée que chacun se fait de l entreprise cad une référence commune. Communiquer consistera donc à expliquer, à dire les structures, les modalités de fonctionnement. Et à expliquer l image de l entreprise La communication doit avoir une fonction éclairante : tout doit être lisible. CAD le nom, l emblème, le logo et l architecture, ils doivent être reconnaissables. Avoir une identité, c est imposer sa marque de manière visuelle et répétitive. L identité donne un langage commun. B. L IDENTIFICATION FAVORISE LA COHESION L entreprise ne peut fonctionner avec des acteurs indifférenciés et juxtaposés. La communication doit trouver un message commun. L entreprise peut suppléer au vide provoqué par des défaillances sociales ou familiales ou religieuses. Pour beaucoup, l entreprise est un lien d implication ou chacun peut trouver une identité en participant à un collectif de travail qui le dépasse. Enfin, elles peuvent avoir un rôle structurant pour beaucoup de personnes. Le message de l entreprise sur elle-même doit favoriser l identification de l employé au groupe à l entreprise III/ Le paradoxe de la CI Qu est-ce qu une entreprise communicante? 1. LES PROGRES DES CAPACITES INDIVIDUELLES A. MULTIPLICITE DE L INFORMATION ET MEME SURINFORMATION Une société sans information qui manque de jugement ne développe pas ses capacités de jugements et de références. Une société dans laquelle l information prédomine sera plus exigeante. Mais le risque de la surinformation réside dans le manque d outils d analyse. B. D AUTRES OUTILS DE FORMATION DE L INDIVIDU L enseignement et la formation doivent développer une autonomie individuelle.

5 Dans l entreprise, le commerce avec autrui n est possible que s il n y a aucune crainte. L idéal serait donc une communication qui prendrait en compte vis-à-vis des uns et des autres. Mais l entreprise est cernée par les relations du marché qui régulent les rapports sociaux. 2. GENERALISATION DES RELATIONS DE MARCHE A. DEREGULATION ECONOMIQUE. La société souffre de plus en plus aux relations de marché au dépend des anciennes relations d appartenance. B. DES CONSEQUENCES DE LA DEREGULATION SOCIALE DANS L ENTREPRISE On demande aujourd hui une plus grande autonomie de chacun, une plus grande initiative personnelle. 3. ROLE DES NOUVELLES TECHNOLOGIES A. UN AUTRE UNIVERS AUJOURD HUI L entreprise sait aujourd hui que tout ne peut être ni prescrit, ni organisé. Les nouvelles technologies libèrent du temps pour l échange de l information dans un souci d amélioration. Les conditions de travail doivent être optimisées pour qu on puisse greffer une politique de communication. B. LA COMMUNICATION EST-ELLE SATISFAISANTE AUJOURD HUI Le premier enjeu de l entreprise est d ordre économique. La communication devra alors se doter d une dimension affective pour lutter contre le sentiment d isolement de la personne. 4. MENACE DE L ISOLEMENT A. SOLITUDE DE L HOMME MODERNE La prolifération de l information, la suppression des hiérarchies ont supprimé le sentiment de sécurité à cause de la politique d ouverture. L illusion d un contact a été créée par la multiplication de la communication des moyens mis à ma disposition et du manque de recul. B. IMPORTANCE D UNE VRAIE COMMUNICATION Dans la dimension interindividuelle, Dans la nécessité de : se connaitre soi-même, de se reconnaître, de s affirmer comme soimême. Partie 2 : La communication interne au cœur de l entreprise Elle s inscrit dans l identité de l entreprise. L entreprise a une histoire et a développé une culture. La com interne est inscrite dans cette histoire. Mais la culture d entreprise doit parfois changer de langage face au changement de mentalité de la société. 1. L ENTREPRISE COMME MOSAÏQUE CULTURELLE A. DEFINITION DE LA CULTURE D ENTREPRISE Les groupes de travail qui constituent le corps de la société se forge des représentations, des valeurs, des codes, des règles. Cette culture spécifique est plus ou moins conscientes, plus ou moins formalisées. Même informelle, elle existe. Formalisation de la culture d entreprise dans :

6 o Des croyances, des systèmes de valeur, idées, des comportements collectifs. o On raconte des anecdotes sur l origine de la création de l entreprise. Cette culture peut se traduire en mythes, en histoires. Récit de l épopée héroïque de la création de l entreprise. o Des pratiques rituelles dans l entreprise peuvent en scander la vie : des pots d anniversaire, la fête des vœux, des collectes pour des mariages et des deuils, des maladies, des naissances. Mais des sujets peuvent être tabous. La personne nouvellement embauchée doit s adapter très vite à cet environnement culturel pour éviter toute marginalisation. Il faut connaitre les codes de la maison. La culture d entreprise est un facteur d intégration, mais aussi de sécurisation collective. Elle est supposée motiver les salariés pour les inciter à agir individuellement et collectivement pour permettre d atteindre et de dépasser les objectifs de l entreprise. B. DES REMARQUES SUR LA CULTURE D ENTREPRISE Des groupes d influence peuvent exister dans l entreprise et se poser à l idéologie dominante. Ce sont des sous cultures, ou des contre cultures. L entreprise est constituée d une mosaïque de cultures aux interactions multiples. Mais ces différences affirment l identité de l entreprise qui a développé un patrimoine de signes, de codes et de symboles. 2. ASSUMER L HERITAGE ET GERER LA MODERNITE. A. CONFORTER L IDENTITE CULTURELLE DE L ENTREPRISE Un héritage à conserver et à valoriser. La communication interne doit se mouler dans la culture d entreprise pour en exprimer l identité B. AUJOURD HUI Il est important de modifier la perception qu ont les salariés de l identité de leur entreprise. La communication interne doit créer et valoriser cette nouvelle identité. C. Y A-T-IL HARMONIE ENTRE LA CULTURE D ENTREPRISE ET LES COMPORTEMENTS DES PERSONNES A L INTERIEUR DE L ENTREPRISE? Les individus doivent s approprier la mutation culturelle de l entreprise. Chacun doit être à l écoute des personnes des groupes et doit faire l apprentissage du changement. La communication est donc un problème de formation. La communication doit suivre le courant imposé par la culture d entreprise. Elle devient un élément important de la stratégie de l entreprise.

BORDEAUX Conseil 41 Rue Morton 33200 BORDEAUX E-mail : contact@bordeauxconseil.com

BORDEAUX Conseil 41 Rue Morton 33200 BORDEAUX E-mail : contact@bordeauxconseil.com La communication interne de l entreprise Sommaire 1/ Introduction Sources 2/ L impératif de cohérence 3/ Les circuits de communication interne 4/ Les objectifs de la communication interne 5/ Les processus

Plus en détail

Information Communication à destination des élus et du public Claude Horenkryg

Information Communication à destination des élus et du public Claude Horenkryg Information Communication à destination des élus et du public Claude Horenkryg Consultant expert en viabilité hivernale 1 La communication, paramètre de réussite ou d échec de la VH Les principes de la

Plus en détail

S. EL MENDILI. Université Mohammed V - Rabat Faculté des Lettres et des Sciences Humaines elmendilisoumaya@hotmail.com

S. EL MENDILI. Université Mohammed V - Rabat Faculté des Lettres et des Sciences Humaines elmendilisoumaya@hotmail.com ADAPTATION DE LA FORMATION EN COMMUNICATION AUX NOUVEAUX METIERS S. EL MENDILI Université Mohammed V - Rabat Faculté des Lettres et des Sciences Humaines elmendilisoumaya@hotmail.com INTRODUCTION Un des

Plus en détail

La posture managériale

La posture managériale d ALAIN RENAULT COMMUNICATION La posture managériale d ALAIN RENAULT COMMUNICATION Entre les nouveaux modèles et concepts de management, il est parfois bien difficile de s y retrouver pour les managers

Plus en détail

Document de référence. La gestion des conflits

Document de référence. La gestion des conflits Document de référence La gestion des conflits Table des matières Introduction 2 Les types de conflit 2 Les phases d un conflit 2 Les raisons sous-jacentes aux conflits 3 Les 5 stratégies de gestion directe

Plus en détail

les conflits que cela représente, mais aussi pour ce type de jeux dans lequel le leader doit laisser de côté l envie de pouvoir.

les conflits que cela représente, mais aussi pour ce type de jeux dans lequel le leader doit laisser de côté l envie de pouvoir. LA PROBLEMATIQUE En ce qui concerne le rôle du leader d une équipe et leurs rapports de travail qui se déroulent dans une entreprise, on peut envisager s ils pouvaient apparaître des différents problèmes

Plus en détail

Marketing social et communication externe dans le secteur social et médico-social

Marketing social et communication externe dans le secteur social et médico-social Marketing social et communication externe dans le secteur social et médico-social Les échanges de bonnes pratiques dans le secteur social et médico-social trouvent aujourd hui un vecteur privilégié au

Plus en détail

Le pouvoir d agir. La participation des habitants ; de quoi parle-t-on? Comment s y prendre?

Le pouvoir d agir. La participation des habitants ; de quoi parle-t-on? Comment s y prendre? Offre de formation 2013 Le pouvoir d agir Appui à la vie associative Projets sociaux des collectivités locales Projet associatif Actions citoyennes Bénévolat Développement social local La participation

Plus en détail

Rencontre avec. Yves Michaud philosophe

Rencontre avec. Yves Michaud philosophe Rencontre avec Philosophe amoureux des sciences et des arts, Yves Michaud a fondé, en 2000, l Université de tous les savoirs, qui organise pour un large public des cycles de conférences par les meilleurs

Plus en détail

ATELIER: LES AVANTAGES DU TRAVAIL EN ÉQUIPE DÉROULEMENT

ATELIER: LES AVANTAGES DU TRAVAIL EN ÉQUIPE DÉROULEMENT ATELIER: LES AVANTAGES DU TRAVAIL EN ÉQUIPE 1.0 Mot de bienvenue (5 minutes); 2.0 Les objectifs de la session (5 minutes): Présentation PPT (Acétates 1, 2). 3.0 Ce qui fait équipe (10 minutes) : Activité

Plus en détail

SOMMAIRE. L amélioration de l enseignement de l anglais, langue seconde, au primaire : un équilibre à trouver. Conseil supérieur de l éducation

SOMMAIRE. L amélioration de l enseignement de l anglais, langue seconde, au primaire : un équilibre à trouver. Conseil supérieur de l éducation AVIS AU MINISTRE DE L ÉDUCATION, DU LOISIR ET DU SPORT L amélioration de l enseignement de l anglais, langue seconde, au primaire : un équilibre à trouver SOMMAIRE AOÛT 2014 Conseil supérieur de l éducation

Plus en détail

DANIEL WEBER CONSEIL, FORMATION, COACHING: LE SAVOIR-ÊTRE EN PLUS. www.synthesia.info. 103 B, Rue Mélanie F- 67000 STRASBOURG

DANIEL WEBER CONSEIL, FORMATION, COACHING: LE SAVOIR-ÊTRE EN PLUS. www.synthesia.info. 103 B, Rue Mélanie F- 67000 STRASBOURG CONSEIL, FORMATION, COACHING: LE SAVOIR-ÊTRE EN PLUS. Conseil, formateur et coach, c est la chance que j ai eu de pouvoir accumuler des expériences et outils méthodologiques d un début de carrière riche

Plus en détail

CALENDRIER PREVISIONNEL

CALENDRIER PREVISIONNEL Formation des Cadres et futurs Cadres de la filière automobile en région Nord Pas de Calais et Picardie CALENDRIER PREVISIONNEL 1/2 journée TITRE DE NIVEAU II RNCP «Responsable en Management d Unité et/ou

Plus en détail

People First : notre priorité!

People First : notre priorité! People First : notre priorité! Notre mission est d apporter du sourire dans toutes les familles par le plaisir et le meilleur du lait. Un sourire venant du cœur des collaborateurs Bel qui se réalisent

Plus en détail

L animation des hommes

L animation des hommes L animation des hommes 1.Le management 2.Les styles de management 3.La culture d entreprise 4.La mobilisation des hommes 1 1.Le management Définition : le management est l art ou la manière de conduire

Plus en détail

Guide d'entretien Wave Styles Professionnels Jack Taylor

Guide d'entretien Wave Styles Professionnels Jack Taylor Guide d'entretien Wave Styles Professionnels Jack Taylor Styles Professionnels Généré le : 30-nov.-2011 Page 2 2009 Saville Consulting Group Ltd. Tous droits réservés. Sommaire Introduction au Guide d'entretien...

Plus en détail

Gestionnaire responsable (Titre) Date de mise en œuvre prévue. Conclusions Recommandations Réponse de la direction Plan d action

Gestionnaire responsable (Titre) Date de mise en œuvre prévue. Conclusions Recommandations Réponse de la direction Plan d action RÉPONSE DE LA DIRECTION ET DE PLAN D ACTION TITRE DU PROJET : Évaluation du services du droit fiscal CENTRE DE RESPONSABILITÉ : services du droit fiscal () Conclusions Recommandations Réponse de la direction

Plus en détail

RÈGLEMENTS - POLITIQUES - PROCÉDURES

RÈGLEMENTS - POLITIQUES - PROCÉDURES RÈGLEMENTS - POLITIQUES - PROCÉDURES OBJET : Politique de gestion des ressources humaines COTE : DP 2005-01 APPROUVÉE PAR : Le Conseil d administration EN VIGUEUR LE : 22 juin 2005 RESPONSABLE DE L APPLICATION

Plus en détail

COPROPRIETE LE CONSEIL SYNDICAL

COPROPRIETE LE CONSEIL SYNDICAL COPROPRIETE LE CONSEIL SYNDICAL LE CONSEILLER SYNDICAL COLLECTION CE QUE TOUT PROPRIÉTAIRE OU COPROPRIÉTAIRE DOIT CONNAÎTRE C.S.A.B LE CONSEIL SYNDICAL 2 Exposé La loi du 10 juillet 1965 et son décret

Plus en détail

Cours «Mesure des résultats et des impacts des processus de développement régional»

Cours «Mesure des résultats et des impacts des processus de développement régional» regiosuisse filière de formation en management régional (MR) Cours «Mesure des résultats et des impacts des processus de développement régional» Condensé des trois jours de cours du 22 au 24 novembre 2010,

Plus en détail

Enquête auprès de salariés et de Responsables des Ressources Humaines. Témoignage d une équipe de professionnels de l accompagnement.

Enquête auprès de salariés et de Responsables des Ressources Humaines. Témoignage d une équipe de professionnels de l accompagnement. Regards croisés sur la gestion des parcours professionnels dans les entreprises Enquête auprès de salariés et de Responsables des Ressources Humaines. Témoignage d une équipe de professionnels de l accompagnement.

Plus en détail

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL SUR LE STRESS AU TRAVAIL 1. Introduction Le stress au travail est considéré sur le plan international, européen et national comme une préoccupation à la fois, des employeurs

Plus en détail

Accord collectif national de la branche Caisse d Epargne sur l amélioration des Conditions de Travail.

Accord collectif national de la branche Caisse d Epargne sur l amélioration des Conditions de Travail. Accord collectif national de la branche Caisse d Epargne sur l amélioration des Conditions de Travail. 1 ère partie :! Evaluation de la charge! Mesure et maitrise du temps de travail! Espaces d autonomie!

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique Sommaire 0 Préambule 1 Approche et Démarche Diagnostic stratégique 3 Scenarii d évolution 4 Positionnement cible 0 Préambule 3 Préambule L analyse stratégique repose sur

Plus en détail

Pourquoi réfléchir sur le tutorat? Pourquoi réfléchir sur le tuteur? 16 février 2012. Pourquoi réfléchir sur le tutoré?

Pourquoi réfléchir sur le tutorat? Pourquoi réfléchir sur le tuteur? 16 février 2012. Pourquoi réfléchir sur le tutoré? Pourquoi réfléchir sur le tutorat? Pourquoi réfléchir sur le tuteur? 16 février 2012 Pourquoi réfléchir sur le tutoré? Pourquoi réfléchir sur notre rôle? 1 Place et rôle du tuteur dans les dispositifs

Plus en détail

Transmettre l expérience des seniors grâce au tutorat

Transmettre l expérience des seniors grâce au tutorat Transmettre l expérience des seniors grâce au tutorat Cette fiche s attachera surtout à décrire une modalité particulière de transmission des compétences : le tutorat. Ou comment un salarié expérimenté

Plus en détail

ANNEXE 1 CONTENU DE LA FORMATION ET MOYENS PEDAGOGIQUES

ANNEXE 1 CONTENU DE LA FORMATION ET MOYENS PEDAGOGIQUES ANNEXE 1 CONTENU DE LA FORMATION ET MOYENS PEDAGOGIQUES THEME 1 : LE MARCHE ET L OFFRE (56 heures) 1. Le marché du jeu et du jouet Objectif : Connaître le marché du jeu et du jouet, découvrir les tendances

Plus en détail

Recueil des données par les registres du cancer Situation au regard de la loi informatique et libertés

Recueil des données par les registres du cancer Situation au regard de la loi informatique et libertés Rapport adopté par le Conseil national de l Ordre des médecins lors de la session de décembre 2003 Dr. François STEFANI Recueil des données par les registres du cancer Situation au regard de la loi informatique

Plus en détail

CYCLE DE FORMATION. Management pour dirigeants d entreprise

CYCLE DE FORMATION. Management pour dirigeants d entreprise CYCLE DE FORMATION Management pour dirigeants d entreprise Gouvernorat de Monastir Ce cycle de formation managériale s adresse aux dirigeants d entreprise. Il a été conçu en fonction des attentes et des

Plus en détail

BEAUBOIS POLITIQUE DE VALORISATION DU TRAVAIL SCOLAIRE AU SECONDAIRE

BEAUBOIS POLITIQUE DE VALORISATION DU TRAVAIL SCOLAIRE AU SECONDAIRE BEAUBOIS POLITIQUE DE VALORISATION DU TRAVAIL SCOLAIRE AU SECONDAIRE 1. Contexte - travail scolaire et projet éducatif Le travail scolaire occupe une place de choix dans le projet éducatif de Beaubois,

Plus en détail

- Le code de la famille (loi n 84 11 du 9 juin 1984, modifiée et complétée, portant code de la famille)

- Le code de la famille (loi n 84 11 du 9 juin 1984, modifiée et complétée, portant code de la famille) Réponses de la Commission Nationale Consultative de Promotion et de Protection des Droits de l Homme Algérie au rapport du secrétaire général de l Assemblée générale des Nations Unies concernant «le suivi

Plus en détail

Une réflexion et une action partagées sur des réponses technologiques adaptées au «!bien!vivre à domicile!»

Une réflexion et une action partagées sur des réponses technologiques adaptées au «!bien!vivre à domicile!» Projet Une réflexion et une action partagées sur des réponses technologiques adaptées au «!bien!vivre à domicile!» Retour sur les Travaux du groupe BiVACS «Quelles technologies pour maintenir / développer

Plus en détail

Le management de programmes

Le management de programmes www.apmginternational.com Le management de programmes Réussir une transformation majeure pour réaliser des bénéfices d importance stratégique Jean-Baptiste AVRILLIER Ministère de l économie et des finances

Plus en détail

PRÉVENTION des RISQUES PROFESSIONNELS

PRÉVENTION des RISQUES PROFESSIONNELS PROTOCOLE D ACCORD pour l'enseignement de la PRÉVENTION des RISQUES PROFESSIONNELS Ministère de l Éducation Nationale, de la Recherche et de la Technologie Caisse Nationale de l Assurance Maladie des Travailleurs

Plus en détail

POLITIQUE DE COMMUNICATION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES NAVIGATEURS

POLITIQUE DE COMMUNICATION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES NAVIGATEURS 3.12 POLITIQUE DE COMMUNICATION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES NAVIGATEURS 1.0 ÉNONCÉ La Commission scolaire des Navigateurs considère que la communication est une partie intégrante de sa gestion. En conséquence,

Plus en détail

Les Communautés de pratique et d apprentissage pour les PME et les groupes de codéveloppement

Les Communautés de pratique et d apprentissage pour les PME et les groupes de codéveloppement Les Communautés de pratique et d apprentissage pour les PME et les groupes de codéveloppement Jean-François DUMAIS et Benoît LEDUC Conférence rence-compétences Chaire de gestion des compétences, ÉSG, UQÀM

Plus en détail

FEMIX SPORTS EXCELLENCE ENSEMBLE

FEMIX SPORTS EXCELLENCE ENSEMBLE Coachs professionnelles certifiées FEMIX SPORTS EXCELLENCE ENSEMBLE 1 Un engagement, des objectifs, une démarche «Evolution des ligues, Pourquoi et comment s adapter?» Notre situation actuelle, Nos nouveaux

Plus en détail

Quel accompagnement pour les groupes de jeunes professionnels? Jeunes professionnels / jeunes actifs, Paris 2 avril 2016

Quel accompagnement pour les groupes de jeunes professionnels? Jeunes professionnels / jeunes actifs, Paris 2 avril 2016 Quel accompagnement pour les groupes de jeunes professionnels? Jeunes professionnels / jeunes actifs, Paris 2 avril 2016 1-Qu est ce que je retiens de cette journée? Qu est ce qui m a intéressé, éclairé.?

Plus en détail

Politique d information et de communication. Secrétariat général. Code d'identification: P. SG. 02. Numéro de résolution: CC: 18/09/07

Politique d information et de communication. Secrétariat général. Code d'identification: P. SG. 02. Numéro de résolution: CC: 18/09/07 Politique d information et de communication ϖϖϖϖϖ Service: Secrétariat général Code d'identification: P. SG. 02 Numéro de résolution: CC: 18/09/07 Date d'entrée en vigueur: 18 septembre 2007 /ll Novembre

Plus en détail

La RSE est elle une réponse aux contraintes et changements des organisations? quelles leçons peut on tirer de la RSE dans le monde de l entreprise?

La RSE est elle une réponse aux contraintes et changements des organisations? quelles leçons peut on tirer de la RSE dans le monde de l entreprise? Le 3 avril àlyon La RSE est elle une réponse aux contraintes et changements des organisations? quelles leçons peut on tirer de la RSE dans le monde de l entreprise? François Fatoux Présentation de l ORSE

Plus en détail

La Gestalt-thérapie. Conférence organisée par L Association des Psychologues de l Enfance et de l Adolescence

La Gestalt-thérapie. Conférence organisée par L Association des Psychologues de l Enfance et de l Adolescence La Gestalt-thérapie Conférence organisée par L Association des Psychologues de l Enfance et de l Adolescence Mardi 16 février 2016 Nanterre Université Intervenants : Arnaud Sébal, directeur de l IFAS-

Plus en détail

Innovation Process Présentation de la recherche

Innovation Process Présentation de la recherche Innovation Process Présentation de la recherche Présentation du projet Innovation Process Qui fait partie du projet? : Une équipe pluridisciplinaire (sociologie, gestion, psychologie) de l Ulg, active

Plus en détail

Les outils de vie scolaire. Mélissa MARTINEZ

Les outils de vie scolaire. Mélissa MARTINEZ Mélissa MARTINEZ Samia SENOUCI TIC Master 2 CPE Ali HAMMOUDA 17 décembre 2013 PLAN Introduction 1. Les outils non informatisés : a) Les outils d information b) Les outils de communication 2. Les outils

Plus en détail

ACCORD SUR LE MAINTIEN DANS L EMPLOI DES SENIORS DANS LA VENTE A DISTANCE

ACCORD SUR LE MAINTIEN DANS L EMPLOI DES SENIORS DANS LA VENTE A DISTANCE ACCORD SUR LE MAINTIEN DANS L EMPLOI DES SENIORS DANS LA VENTE A DISTANCE Entre La Fédération nationale du personnel d encadrement des industries chimiques et connexes Branche VAD CFE/CGC, la Fédération

Plus en détail

«LE PARCOURS DE LA FORMATION JALMALV»

«LE PARCOURS DE LA FORMATION JALMALV» «LE PARCOURS DE LA FORMATION JALMALV» Textes élaborés par la Commission Formation en coordination avec la Commission Bénévolat Mars 1999 à 2002 LA FORMATION : principes généraux - Septembre 2000 Présentation

Plus en détail

Programme de 2 ème Année Secondaire ECONOMIE & SERVICES

Programme de 2 ème Année Secondaire ECONOMIE & SERVICES RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION ET DE LA FORMATON DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES ET DE LA FORMATION CONTINUE -------------------------- DIRECTION DES PROGRAMMES ET DES MANUELS SCOLAIRES

Plus en détail

Maîtriser les techniques du consultant

Maîtriser les techniques du consultant Maîtriser les techniques du consultant > Développer son réseau relationnel > Respect mutuel et management > PNL et conseil > Parcours coach professionnel > Les fondamentaux de la gestion de projet 16 >

Plus en détail

Définition. Caractéristiques

Définition. Caractéristiques RESPONSABILISER LES GESTIONNAIRES La responsabilisation des gestionnaires constitue la pierre angulaire de la démarche de modernisation de la gestion publique, cependant elle suscite de nombreuses interrogations

Plus en détail

le télétravail chez econocom

le télétravail chez econocom le télétravail chez econocom avril 2013 Définition et contexte La loi définit le télétravail comme un travail à distance qui s effectue pour un employeur à l aide de l informatique et des télécommunications,

Plus en détail

Prévention et objets connectés Détecter et réduire les risques

Prévention et objets connectés Détecter et réduire les risques Lyon, le 25 mars 2015 Prévention et objets connectés Détecter et réduire les risques Présentation des conclusions de l observatoire Blue@picil, créé par Bluelinea et le Groupe APICIL Une étude née de la

Plus en détail

Cette note propose des outils pratiques afin de faire de l'évaluation une étape positive à la fois pour l'apprenti(e) et la collectivité.

Cette note propose des outils pratiques afin de faire de l'évaluation une étape positive à la fois pour l'apprenti(e) et la collectivité. Fiche pratique RH Direction Expertise statutaire et ressources humaines Pôle Recrutement et conseil RH 05 59 90 18 23 apprentissage@cdg-64.fr CONTRATS D'APPRENTISSAGE - Evaluer le travail de l'apprenti

Plus en détail

Conduire avec méthodes vos projets pastoraux

Conduire avec méthodes vos projets pastoraux Conduire avec méthodes vos projets pastoraux La journée en pratique 08h45 09h00 Accueil Laudes Pause 12h00 12h30 13h30 Messe Déjeuner Reprise Pause 17h30 Clôture Objectifs de la journée Connaître les fondamentaux

Plus en détail

L éducation aux droits humains pour apprendre à vivre ensemble

L éducation aux droits humains pour apprendre à vivre ensemble L éducation aux droits humains pour apprendre à vivre ensemble L éducation aux droits humains permet d acquérir des connaissances concernant les droits humains, mais aussi de développer des habiletés et

Plus en détail

Sommaire. Mettre en place le contrôle interne. Une mesure nécessaire? Qu est-ce que le contrôle interne? Qu est-ce que le contrôle interne?

Sommaire. Mettre en place le contrôle interne. Une mesure nécessaire? Qu est-ce que le contrôle interne? Qu est-ce que le contrôle interne? Samedi 2 octobre 2010 Sommaire Mettre en place le contrôle interne Une mesure nécessaire? Définition du contrôle interne Les composantes du contrôle interne L environnement de contrôle Identifier les risques

Plus en détail

Feuille1. Vous découvrirez la puissance de la PNL en termes de développement personnel et de communication interpersonnelle.

Feuille1. Vous découvrirez la puissance de la PNL en termes de développement personnel et de communication interpersonnelle. BASE PNL 3 jours, soit 21 heures, en salle. Vous découvrirez la puissance de la PNL en termes de développement personnel et de communication interpersonnelle. "C est dans la qualité de nos échanges que

Plus en détail

Évolution de la communication interne

Évolution de la communication interne Évolution de la communication interne Un cas particulier : le secteur hospitalier François Nélis Responsable du Service Communication CHR de Namur 13 juin 2014 - Tu fais quoi comme boulot? - Wouaw! C est

Plus en détail

Prévenir la violence, gérer les conflits les 3 questions à garder à l esprit

Prévenir la violence, gérer les conflits les 3 questions à garder à l esprit Prévenir la violence, gérer les conflits les 3 questions à garder à l esprit 1 - Comment devenir crédible aux yeux de l élève, des élèves, de l enfant/adolescent? 2 - Comment développer chez l enfant /

Plus en détail

ENQUETE. Les pratiques d'entreprises en matière de Droit Individuel à la Formation (DIF)

ENQUETE. Les pratiques d'entreprises en matière de Droit Individuel à la Formation (DIF) ENQUETE Les pratiques d'entreprises en matière de Droit Individuel à la Formation (DIF) Enquête menée d Octobre 2011 à Mars 2012 sur un panel de151 sociétés. Extrait de l analyse réalisée par Jean-Pierre

Plus en détail

Rendez-vous des générations. Rapport des Cafés des âges Centre-du-Québec MRC Nicolet-Yamaska

Rendez-vous des générations. Rapport des Cafés des âges Centre-du-Québec MRC Nicolet-Yamaska Rendez-vous des générations Rapport des Cafés des âges Centre-du-Québec MRC Nicolet-Yamaska Mars 2010 RENDEZ-VOUS DES GÉNÉRATIONS DE L INSTITUT DU NOUVEAU MONDE RAPPORT DU CAFÉ DES ÂGES Compte tenu de

Plus en détail

Mention complémentaire services financiers SAVOIRS ASSOCIÉS S.1 : COMMUNICATION PROFESSIONNELLE - RELATION CLIENTÈLE

Mention complémentaire services financiers SAVOIRS ASSOCIÉS S.1 : COMMUNICATION PROFESSIONNELLE - RELATION CLIENTÈLE SAVOIRS ASSOCIÉS S.1 : COMMUNICATION PROFESSIONNELLE - RELATION CLIENTÈLE S.2 : SERVICES FINANCIERS S.3 : ENVIRONNEMENT ÉCONOMIQUE ET JURIDIQUE DES SERVICES 21 S.1 : COMMUNICATION PROFESSIONNELLE RELATION

Plus en détail

LE JEU A L ECOLE MATERNELLE. Introduction

LE JEU A L ECOLE MATERNELLE. Introduction LE JEU A L ECOLE MATERNELLE Introduction L enfant passe six heures par jour de trois à six ans à l école maternelle. On doit donc de lui proposer des activités qui, au fur et à mesure de l évolution de

Plus en détail

Formation Savoir Etre

Formation Savoir Etre Athéna Conseil Luxembourg - http://athenaconseillux.com Édition, Numéro 1 Formation Savoir Etre NOTRE AMBITION Contribuer à l efficience et à l efficacité de votre organisation en accompagnant vos efforts

Plus en détail

Relation hiérarchique des documents concernant l organisation de la politique de sécurité de l information INTRODUCTION.

Relation hiérarchique des documents concernant l organisation de la politique de sécurité de l information INTRODUCTION. Ce document est la propriété de la Banque Carrefour de la sécurité sociale. La publication de ce document ne préjudicie nullement aux droits de la Banque Carrefour de la sécurité sociale à l'égard de ce

Plus en détail

C h a r t e E t h i q u e

C h a r t e E t h i q u e Charte Ethique 2 1. Principes généraux Notre charte constitue la fondation des rapports de confiance entre les différents membres partenaires du groupe : les résidents ou les clients, leurs familles, les

Plus en détail

LES FORMATIONS CONTINUéES

LES FORMATIONS CONTINUéES 1.1. Encadrement et conduite d équipe Les personnes qui, par évolution de carrière ou promotion, sont amenées (ou vont l être dans un futur proche) à diriger ou encadrer d autres personnes. Les participants

Plus en détail

Diplôme d Etat d éducateur spécialisé. Guide à l'intention des membres de jurys. de validation des acquis de l'expérience

Diplôme d Etat d éducateur spécialisé. Guide à l'intention des membres de jurys. de validation des acquis de l'expérience MINISTERE CHARGE DES AFFAIRES SOCIALES Diplôme d Etat d éducateur spécialisé Guide à l'intention des membres de jurys de validation des acquis de l'expérience 1 / 26 Notice explicative Vous allez prochainement

Plus en détail

Les équations du premier degré

Les équations du premier degré TABLE DES MATIÈRES 1 Les équations du premier degré Paul Milan LMA Seconde le 10 septembre 2010 Table des matières 1 Définition 1 2 Résolution d une équation du premier degré 2 2.1 Règles de base................................

Plus en détail

Pratiques numériques en éducation : L exemple des usages de Twitter en milieu scolaire

Pratiques numériques en éducation : L exemple des usages de Twitter en milieu scolaire Pratiques numériques en éducation : L exemple des usages de Twitter en milieu scolaire Cécile Delesalle (Vérès Consultants) et Gérard Marquié (Institut national de la jeunesse et de l éducation populaire).

Plus en détail

RECOMMANDATIONS POUR LES PROGRAMMES DE LUTTE CONTRE L ILLETTRISME DANS LES BIBLIOTHEQUES : Quelques suggestions pratiques

RECOMMANDATIONS POUR LES PROGRAMMES DE LUTTE CONTRE L ILLETTRISME DANS LES BIBLIOTHEQUES : Quelques suggestions pratiques 1 RECOMMANDATIONS POUR LES PROGRAMMES DE LUTTE CONTRE L ILLETTRISME DANS LES BIBLIOTHEQUES : Quelques suggestions pratiques La section lecture de l IFLA a le plaisir de présenter quelques suggestions pratiques

Plus en détail

FG/MCP N 111711 Contacts IFOP : Fabienne Gomant / Marion Chasles-Parot Tél : 01 45 84 14 44 Fabienne.gomant@ifop.com. pour

FG/MCP N 111711 Contacts IFOP : Fabienne Gomant / Marion Chasles-Parot Tél : 01 45 84 14 44 Fabienne.gomant@ifop.com. pour FG/MCP N 111711 Contacts IFOP : Fabienne Gomant / Marion Chasles-Parot Tél : 01 45 84 14 44 Fabienne.gomant@ifop.com pour Baromètre sur la perception des discriminations au travail Synthèse du focus «Egalité

Plus en détail

LA RELÈVE. ENTREPRENEURIALE DANS LES PME LAVALLOISES, ça se fait

LA RELÈVE. ENTREPRENEURIALE DANS LES PME LAVALLOISES, ça se fait LA RELÈVE ENTREPRENEURIALE DANS LES PME LAVALLOISES, ça se fait SOMMAIRE de l Étude réalisée par ROLANDE PINARD, SOCIOLOGUE Mars 2008 RÉDACTRICE Rolande Pinard Ph. D. en sociologie PARTENAIRES IMPLIQUÉS

Plus en détail

Intégration. Débriefer la session, lui donner du sens et traduire ce qui doit l'être. Solution

Intégration. Débriefer la session, lui donner du sens et traduire ce qui doit l'être. Solution COACHING INDIVIDUEL Coaching Systémique Chaque «problématique» est constituée d un système d éléments reliés entre eux. C est pourquoi, il est indispensable de l appréhender avec une vue large en intégrant

Plus en détail

Gabriel ANDRE gabriel.andre@administrateur-inet.org. Adrien CADIER adrien.cadier@administrateur-inet.org

Gabriel ANDRE gabriel.andre@administrateur-inet.org. Adrien CADIER adrien.cadier@administrateur-inet.org Gabriel ANDRE gabriel.andre@administrateur-inet.org Adrien CADIER adrien.cadier@administrateur-inet.org Gaëlle GALAND gaelle.galand@administrateur-inet.org Alice KAMENKA alice.kamenka@administrateur-inet.org

Plus en détail

Animateur/Coordinateur de réseaux

Animateur/Coordinateur de réseaux CAHIER DES CHARGES Animateur/Coordinateur de réseaux Dossier suivi par : Annabelle Antal Adresses de retour de la proposition avant le vendredi 8 mars 2013 à 16 heures - Envoi par courrier : Centre INRA

Plus en détail

Partie I : La démarche prévisionnelle et la mise en œuvre du contrôle budgétaire

Partie I : La démarche prévisionnelle et la mise en œuvre du contrôle budgétaire Partie I : La démarche prévisionnelle et la mise en œuvre du contrôle budgétaire La démarche prévisionnelle a pour objet de préparer l entreprise à optimiser ses atouts et à affronter les difficultés qu

Plus en détail

Les prochaines formations de l École de la médiation. Gérer un projet de médiation (2j) 15 et 16 septembre 2016

Les prochaines formations de l École de la médiation. Gérer un projet de médiation (2j) 15 et 16 septembre 2016 Les prochaines formations de l École de la médiation Gérer un projet de médiation (2j) 15 et 16 septembre 2016 Réaliser des médiations pour tous les publics (2j) 26 et 27 septembre 2016 Modèles d apprentissage

Plus en détail

Rapport de la Médiatrice 2006. Bureau international du Travail Genève

Rapport de la Médiatrice 2006. Bureau international du Travail Genève Rapport de la Médiatrice 2006 Bureau international du Travail Genève Rapport de la médiatrice (1 er janvier 31 décembre 2006) L actuelle médiatrice a d abord été nommée à titre intérimaire (pour la période

Plus en détail

Connaissance du cadre d intervention

Connaissance du cadre d intervention MECS du Breuil Priieuré du Breuiill 55200 COMMERCY Grille d auto-évaluation pour Educateur Spécialisé en formation dans le cadre d un stage à responsabilité à la MECS du Breuil Le cadre législatif et réglementaire

Plus en détail

DES QUESTIONS SUR L ÉTABLISSEMENT DE LA «LOI SUR L ÉNERGIE»

DES QUESTIONS SUR L ÉTABLISSEMENT DE LA «LOI SUR L ÉNERGIE» DES QUESTIONS SUR L ÉTABLISSEMENT DE LA «LOI SUR L ÉNERGIE» WANG Haiyuing, directeur général adjoint du département de recherches de la China Law Society L énergie est la base matérielle importante pour

Plus en détail

Total Productive Maintenance - Principes de base - Paris, le 1 er septembre 2010 Version 1.0

Total Productive Maintenance - Principes de base - Paris, le 1 er septembre 2010 Version 1.0 Total Productive Maintenance - - Paris, le 1 er septembre 2010 Version 1.0 Tous Pour la Machine, résume l idée principale de la Total Productive Maintenance TOTAL Transverse à tous les services centrés

Plus en détail

Résumé. Evaluation interne de la modalité Accords de Partenariat opérationnel: Rapport final 9

Résumé. Evaluation interne de la modalité Accords de Partenariat opérationnel: Rapport final 9 Résumé Lux-Development (LuxDev) est le bras opératif de l aide bilatérale de Luxembourg. En 2009, LuxDev a déboursé et géré plus de 70 millions dans les dix pays partenaires du Luxembourg pour l aide bilatéral.

Plus en détail

Dans le cadre du décret Education Permanente. La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE N 17. (8.008 signes)

Dans le cadre du décret Education Permanente. La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE N 17. (8.008 signes) Dans le cadre du décret Education Permanente La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE N 17 (8.008 signes) La reconnaissance du volontariat Quelles responsabilités pour le volontaire

Plus en détail

RESSOURCES HUMAINES. L édition professionnelle

RESSOURCES HUMAINES. L édition professionnelle RESSOURCES HUMAINES LA COMMUNICATION INTERNE Christine DONJEAN L édition professionnelle L éditeur veille à la fiabilité des informations publiées, lesquelles ne pourraient toutefois engager sa responsabilité.

Plus en détail

Code d éthique du CHAU Hôtel-Dieu de Lévis

Code d éthique du CHAU Hôtel-Dieu de Lévis Code d éthique du CHAU Hôtel-Dieu de Lévis Adopté à la séance du Conseil d administration Septembre 2006 Tables des matières PRÉAMBULE 1 INTRODUCTION 2 Les définitions 3 Les valeurs fondamentales 3 Les

Plus en détail

Validation Acquis Expérience

Validation Acquis Expérience FORMATION CONTINUE Théodore MONOD CPSA COMBOURG CENTRE DE PROMOTION SOCIALE AGRICOLE Validation Acquis Expérience La validation des acquis de l expérience, c'est: 1- La possibilité pour une personne d

Plus en détail

Organiser l achat groupé de produits, services ou marchandises

Organiser l achat groupé de produits, services ou marchandises Organiser l achat groupé de produits, services ou marchandises Objectif Assurer un des achats utiles, efficaces et respectueux de l environnement pour des produits, des services, des marchandises ou des

Plus en détail

La cartographie des processus

La cartographie des processus Yvon MOUGIN La cartographie des processus Maîtriser les interfaces Préface de Olivier PEYRAT Directeur Général du groupe AFAQ, 2002 ISBN : 2-7081-2690-3 SOMMAIRE Chapitre 1 Préface.......................................

Plus en détail

Mathématiques appliquées à la gestion - TESTS PARAMÉTRIQUES ET NON PARAMÉTRIQUES

Mathématiques appliquées à la gestion - TESTS PARAMÉTRIQUES ET NON PARAMÉTRIQUES IMBS3 - ISCID-CO, site de Dunkerque, 2015/2016 Mathématiques appliquées à la gestion - TESTS PARAMÉTRIQUES ET NON PARAMÉTRIQUES Fiche de Mathématiques 2 - Notions générales sur les tests. 1 Notions générales

Plus en détail

Chapitre 4. L a communication de crise I. LES DIFFICULTÉS D UNE COMMUNICATION DE CRISE. 1. Un état d urgence

Chapitre 4. L a communication de crise I. LES DIFFICULTÉS D UNE COMMUNICATION DE CRISE. 1. Un état d urgence Chapitre 4 L a communication de crise Une crise est un changement soudain et brutal entre deux états, qui provoque une rupture d équilibre : phénomène grave, mais néanmoins normal, il vient perturber le

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur la base du rapport de la Troisième Commission (A/67/458)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur la base du rapport de la Troisième Commission (A/67/458)] Nations Unies A/RES/67/192 Assemblée générale Distr. générale 3 avril 2013 Soixante-septième session Point 103 de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur la base du rapport de

Plus en détail

Introduction Qu est-ce que le stress au travail? Quelles sont les causes du stress au travail? Les effets du stress au travail

Introduction Qu est-ce que le stress au travail? Quelles sont les causes du stress au travail? Les effets du stress au travail LE STRESS DANS LE MONDE DU TRAVAIL Laura Cipriani TABLE DES MATIÈRES Introduction Qu est-ce que le stress au travail? Quelles sont les causes du stress au travail? Les effets du stress au travail L évaluation

Plus en détail

Les 11 compétences clés du coach selon ICF

Les 11 compétences clés du coach selon ICF www.coachfederation.fr Les 11 compétences clés du coach selon ICF Selon le processus d'accréditation d'international Coach Federation. A. Établir les fondations : 1. Respecter les directives éthiques et

Plus en détail

POLITIQUE D ACHAT LOCAL

POLITIQUE D ACHAT LOCAL POLITIQUE D ACHAT LOCAL 1. VISION... 2. PORTÉE... 3. PÉRIODE D'APPLICATION 4. RESPONSABILITÉS 5. PRINCIPES DIRECTEURS 5.1 VITRINE DE CHOIX POUR LES PRODUITS RÉGIONAUX 5.2 PARTENAIRE PRIVILÉGIÉ DE ALIMENTS

Plus en détail

Les PME face à la RSE!

Les PME face à la RSE! Les PME face à la RSE! Master 2 AEI D. Glaymann, UPEC Manque de moyens humains et de temps. Manque d informations sur les enjeux et les outils. Manque d incitations. Importance du court terme et de la

Plus en détail