5 à 7 6 février 2014

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "5 à 7 6 février 2014"

Transcription

1 5 à 7 6 février 2014 Actualités sociales Giovanni TERRANA Consultant en droit social Associé

2 Sommaire I Loi de finances pour 2014 : principales mesures sociales II - Mise en conformité des contrats de prévoyance / santé / retraite supplémentaire d ici le 30/06/2014 III Réforme du travail à temps partiel IV Actualités sociales et jurisprudence récente

3 I - Loi de finances pour 2014 Loi du 29 décembre 2013 JO du 30 Principales mesures sociales qui impactent les entreprises

4 2 modifications législatives importantes impactant la PAIE à compter des revenus 2013 : Fiscalisation des complémentaires «santé» («Mutuelle») ; Baisse de la limite de déductibilité des contributions de prévoyance complémentaire.

5 1) Fiscalisation des complémentaires «santé» («Mutuelle») Assujettissement à l impôt sur le revenu la part patronale aux régimes «frais de santé», même s ils ont un caractère collectif et obligatoire Sont ici visées les garanties portant sur le remboursement ou l'indemnisation de frais occasionnés par une maladie, une maternité ou un accident. Entrée en vigueur : applicable aux revenus 2013 Cette mesure concerne également les cotisations dans le cadre de la portabilité de la prévoyance

6 Fiscalisation des complémentaires «santé» (suite) S il y a lieu, les employeurs doivent donc : ajuster le net imposable 2013 des salariés et en tenir compte pour l établissement de la DADS 2013 (dépôt reporté au 12 février 2014 exceptionnellement), informer chaque salarié concerné de la modification apportée à son net imposable 2013 par rapport au montant mentionné sur le bulletin de paye de décembre 2013 (recommandation)

7 Fiscalisation des complémentaires santé (suite) L exonération d impôt sur le revenu sous plafond ne concerne maintenant que les autres contributions finançant des régimes de prévoyance complémentaire collectifs et obligatoires : contributions salariales (dont celles portant sur des garanties «frais de santé»), contributions patronales (à l exclusion de celles finançant une couverture «frais de santé»).

8 2) Baisse de la limite de déductibilité des contributions de prévoyance complémentaire à compter des revenus 2013 : Le nouveau seuil de déductibilité est fixé à : 5% PASS + 2% RAB dans la limite de 2% de 8 PASS soit une limite maximale de pour 2013 et de pour 2014 (CGI art. 83, 1 quater modifié) PASS = plafond annuel de sécurité sociale PASS 2014 = euros (12 x euros) RAB = rémunération annuelle brute

9 Exemple : rémunération mensuelle brute de de janvier à décembre par souci de clarté, calcul des limites d'exonération fiscale et sociale sur une base mensuelle. Attention : le respect de ces limites s'apprécie sur l'année entière Le contrat de prévoyance souscrit par l'entreprise comporte 3 garanties: 1. une assurance décès, financée en totalité par une contribution patronale de 2 % (soit 50,- / mois); 1. une garantie maintien de salaire finançant, en application de l'accord collectif applicable à l'entreprise, l'obligation pour l'employeur de maintenir le salaire pendant la période prévue par l'accord. Cette garantie est cofinancée par l'employeur (3 %) (soit 75,- ) et le salarié (2,25 %) (soit 56,25 ) ; 2. une garantie frais de santé financée par une cotisation forfaitaire de 80 pour l'employeur et 30 pour le salarié.

10 Seuil fiscal mensuel : (5 % PMSS) + (2 % brut) = (5 % 3 129) + (2 % 2 500) = 206,45. Total des contributions prévoyance (1) Part salariale (1) hors contribution patronale frais de santé Part patronale Soit un excédent fiscal de (211,25-206,45) = 4,80. TOTAL Décès 0 50,- 50,- Incapacité 56,25 75,- 131,25 «Mutuelle» 30,- NA 30,- TOTAL 86,25 125,- 211,25

11 La part patronale de cotisations excédentaires constitue un complément de salaire imposable devant être ajouté à la rémunération brute du salarié La part salariale de cotisations excédentaires est non déductible de cette rémunération. La ventilation de l'excédent fiscal, qui s'effectue au prorata du montant des cotisations supportées respectivement par l'employeur et le salarié, est la suivante :

12 Ventilation de l'excédent fiscal de 4,80 Part salariale Part patronale Total TOTAL 86, ,25 % 40,82 % 59,17 % 100% Soit : 1,96 2,84 4,80 Les 80 de part patronale finançant la garantie frais de santé sont imposables dès le premier euro. Total complément mensuel imposable = ,80 = 84,80.

13 Avant la loi de finances pour 2014 Avec la loi de finances pour % PMSS + 3 % brut, dans la limite de 3 % de 8 PMSS Soit : 294,03. la limite de 3 % de 8 plafonds, soit 750,96, ne joue pas, Total des cotisations patronales et salariales (soit : 291,25 ) Excédent fiscal : NON Seuil fiscal mensuel 5 % PMSS + 2 % brut, dans la limite de 2 % de 8 PMSS. soit : 206,45. la limite de 2 % de 8 plafonds, soit 500,64, ne joue pas. Cotisations sociales prises en compte Total des cotisations patronales et salariales hors contribution patronale frais de santé (soit 211,25 ) Situation au 31 décembre 2014 Excédent fiscal OUI Car 291,25 12 mois = < seuil fiscal (294,03 12 = 3 528,36 ), soit : 84,80 12 mois = 1 017,60.

14 Tableau récapitulatif : prévoyance d entreprise Régime fiscal au regard de l impôt sur le revenu après la réforme Nature du régime Contributions salariales Contributions patronales Régime collectif à adhésion obligatoire «frais de santé» Autre régime de prévoyance collectif à adhésion obligatoire Régime de prévoyance à adhésion facultative ou non collectif Déductibles du revenu imposable dans une certaine limite (1) Déductibles du revenu imposable dans une certaine limite (1) Non déductibles du revenu imposable Imposables Non imposables dans une certaine limite (1) Imposables (1) Les contributions salariales et patronales cumulées sont déductibles à hauteur d'un plafond égal à la somme de 5 % du plafond annuel de la sécurité sociale et de 2 % de la rémunération annuelle brute, dans la limite de 2 % de 8 fois le plafond annuel.

15 Limites d'exonération de cotisations de sécurité sociale (Rappel) le seuil d'exonération (S) de cotisations de sécurité sociale des contributions patronales de prévoyance n'a pas été modifié par la loi de finances pour S = (6 % PMSS) + (1,5 % brut) Exemple (précité) : S = 187,74 (6% x 3129) + 37,50 (1,5 % x 2500) = 225,24. Contribution patronale de prévoyance = 130 (50+80) (1) (1) hors contribution finançant le maintien de salaire en application de l'accord collectif et pour la durée prévue par cet accord, qui ne constitue pas une contribution de prévoyance complémentaire et n'a donc pas à être prise en compte pour apprécier le dépassement du seuil d'exonération de cotisations de sécurité sociale : Circ. Acoss du 8 février 2007). Excédent social = 0

16 II - Nécessité de mettre en conformité les contrats de prévoyance / frais de santé et retraite supplémentaire d ici le 30 juin 2014 synthèse

17 Rappel synthétique de la problématique visant les régimes collectifs et obligatoires : Les contributions des employeurs destinées au financement de prestations de retraite supplémentaire et de prévoyance complémentaire sont exclues de l assiette des cotisations de sécurité sociale dans certaines limites à la condition qu il s agisse d un régime collectif et obligatoire mis en place selon une procédure déterminée Le régime doit viser tous les salariés ou une ou plusieurs catégories de salariés définies à partir de «critères objectifs déterminés par décret» CSS. Article L,242-1, al. 6 Ces critères ont été précisés début 2012 décret du 9 janvier 2012, JO du 11

18 Le décret du 9 janvier 2012 prévoyait que les régimes mis en place avant le 11 janvier 2012 et conformes à la circulaire de 2009 (essentiellement lié au formalisme de la mise en place + catégories objectives + cas de dispense + part significative au moins 30% de contribution patronale) devait être mis en conformité pour le 31 décembre Ce délai a été repoussé au 30 juin 2014 Les entreprises concernées ont donc jusqu'à cette date pour les mettre en conformité, s il y a lieu. A défaut, à compter du 1 er juillet 2014 risque de redressement URSSAF des contributions patronales c est-à-dire l assujettissement des contributions patronales qui financent ces régimes aux cotisations sociales. Redressement calculé sur 3 ans

19 En résumé, ce qu il faut retenir : Le régime doit être mis en place par : convention ou accord collectif Référendum Décision unilatérale (DU) constatée dans un écrit et remis aux salariés ( = preuve à aménager) Attention : si présence d IRP (CE ou DP) prévoir une consultation et la rédaction d un avis. A défaut risque de redressement URSSAF. Le principe : l ensemble des salariés doit être couvert (y compris par le biais de plusieurs régimes qui cohabiteraient).

20 Par exception : un régime de protection sociale complémentaire peut couvrir une ou plusieurs catégories de salariés MAIS définies à partir de 5 critères objectifs limitatifs : 1. Catégories non cadres et cadres (articles 4,4bis et 36 au sens de la CCN AGIRC de 1947) 2. Les tranches de rémunération fixées pour le calcul des cotisations aux régimes AGIRC (TA/TB/TC) et ARRCO (T1 et T2) 3. Catégories et classifications professionnelles CCN (ex: niveau) 4. Niveau de responsabilité, type de fonctions ou degré d autonomie dans le travail des salariés correspondant aux sous-catégories fixées par la CCN (ex : échelon) 5. Catégories définies clairement et de manière non restrictives à partir des usages constants généraux et fixes dans la profession.

21 Conclusion (provisoire) : Mise en conformité = démarche de diagnostic à mener en amont (en collaboration avec l assureur) + Formalisation juridique (DU + catégories objectives + cas de dispense)

22 Evolution du dispositif de la portabilité prévoyance / santé (en cas de rupture du contrat ouvrant droit à l assurance chômage) Rappel : obligation de maintien des couvertures de prévoyance et de santé pour les salariés dont le contrat est rompu (sauf licenciement pour faute lourde) 3 infos à retenir : Extension de la portabilité aux entreprises hors ANI Durée maximale de portabilité est portée de 9 à 12 mois au 1 er juin 2014 (santé) et 1 er juin 2015 pour la prévoyance Passage à la mutualisation (fin du cofinancement) donc surcoût pour les entreprises

23 III Réforme du travail à temps partiel depuis le 1 er janvier 2014

24 Introduction : 3 problèmes principaux se posent depuis le 1 er janvier Fixation de la durée minimale du travail à temps partiel, 2. Le paiement des heures complémentaires à un taux majoré, 3. La mise en conformité des contrats de travail

25 Pour mémoire : Le contrat de travail à temps partiel peut être un CDI ou un CDD ; Obligatoirement constaté par écrit. A défaut, présomption simple d emploi à temps plein ; Doit contenir les mentions obligatoires suivantes : la qualification, les éléments de la rémunération, la durée du travail, sa répartition entre les jours de la semaine ou les semaines du mois, les conditions de la modification de cette répartition, les modalités selon lesquelles les horaires de travail, pour chaque journée travaillée, sont communiqués par écrit au salarié les limites dans lesquelles peuvent être effectuées des heures complémentaires.

26 Contrats conclus depuis le 1 er janvier 2014 : Obligation de fixer la durée minimale à 24 heures hebdomadaires ou l équivalent au mois (104 heures) ou annuelle (selon l accord de branche) Attention : Report de cette obligation par le Ministère du travail au 1 er juillet 2014.

27 En d autres termes, en l état actuel du projet de loi sur la «formation emploi démocratie sociale» à retenir : q les contrats à temps partiel conclus entre le 1er janvier 2014 et le 21 janvier 2014 seraient soumis à la durée minimale de travail de 24 heures, sauf dérogation conventionnelle ou demande du salarié (application du régime définitif) ; q les contrats de travail à temps partiel conclus entre le 22 janvier et le 30 juin 2014 ne seraient pas assujettis à la durée minimale (période de suspension) ; q les contrats de travail à temps partiel conclus à partir du 1er juillet 2014 devront respecter la durée minimale, sauf dérogation conventionnelle ou demande du salarié (régime définitif).

28 la majoration de salaire de 10 % applicable aux heures complémentaires accomplies dans la limite du dixième de la durée de travail ne sera pas suspendue entre le 22 janvier et le 30 juin 2014 Amendement 5/02/2014 Le gouvernement table sur une adoption définitive fin février.

29 Tableau récapitulatif relatif au projet du Gouvernement : Mesures Entre le 1 er janvier 2014 et le 21 janvier 2014 Entre le 22 janvier et le 30 juin 2014 À compter du 1 er juillet 2014 Durée minimale obligatoire fixée à 24 heures/semaine Obligatoire sauf CCN ou demande du salarié Facultatif (période de suspension) Obligatoire (régime définitif) Majoration HC 10% Obligatoire

30 Dérogations possibles : Sur demande du salarié par une demande écrite et motivée en raison de : «contraintes personnelles» ou parce qu il souhaite cumuler plusieurs emplois afin d atteindre un temps plein ou lui permettant d atteindre au moins 24 heures / semaine Conseil : indiquer dans l avenant les raisons de la dérogation et les modalités du regroupement des horaires En effet, si l employeur accepte c est à la condition que les horaires soient regroupés sur des journées ou des ½ journées régulières ou complètes, Chaque année l entreprise doit communiquer au CE ou aux DP le nombre de demandes de dérogations

31 Attention : les deux premières exceptions ne peuvent s appliquer qu à condition de regrouper les horaires de travail du salarié sur des journées ou demi-journées régulières ou complètes Par convention ou accord de branche étendu. L accord doit comporter des garanties quant à la mise en œuvre d horaires réguliers ou permettant au salarié de cumuler plusieurs activités (pour atteindre un temps plein ou 24 heures hebdomadaires). Attention à la lecture attentive des conventions collectives! Si le salarié = étudiant de moins de 26 ans Si l employeur = particulier

32 Contrats conclus avant le 1 er janvier 2014 : En l absence d accord de branche étendu, la durée minimale de 24 heures n est pas applicable jusqu au 1 er janvier 2016, Période transitoire de 2 ans (jusqu au 31 décembre 2015) prévue pour ajuster la durée de travail des contrats dont la durée de travail est inférieure à 24 heures hebdomadaires. Pendant cette période «transitoire» repoussée au 1 er juillet 2014 (en principe sous réserve des dispositions ci-dessus), un salarié peut néanmoins demander à travailler 24 heures hebdomadaires minimum, l employeur est en droit de refuser cette demande s il justifie «d une impossibilité d y faire droit compte tenu de l activité économique de l entreprise». Dans cette dernière hypothèse : écrit nécessaire a minima pour des questions de preuve en cas de litige (source de contestation possible devant le CPH).

33 A compter du 1 er janvier 2016 : Tous les salariés à temps partiel (y compris ceux dont le contrat a été conclu avant le 1 er janvier 2014) seront soumis d office au plancher de 24 heures hebdomadaires sauf dérogations : q Dérogations individuelles précitées, q Étudiant de moins de 26 ans, q Salariés d une association intermédiaire, q Salarié relevant d un particulier employeur, q Accord de branche étendu dérogatoires comportant des garanties, contraintes personnelles, cumul d activités salariés.

34 Depuis le 1 er janvier 2014 : majoration à 10% des heures complémentaires jusqu à 1/10 ème de l horaire hebdomadaire (contre 0 précédemment) Rappels préalables : le salarié peut travailler au-delà de sa durée contractuelle de travail et effectuer des heures complémentaires à la demande de l employeur, le régime de ces heures complémentaires se différencie de celui des heures supplémentaires accomplies au-delà de la durée légale (35 heures), le recours aux heures complémentaires par l employeur est possible dans la limite de 1/10e de la durée hebdomadaire de travail prévue au contrat du salarié.

35 La limite peut aller jusqu au 1/3 de la durée contractuelle du travail si la convention collective ou un accord collectif l autorise. Attention : les heures complémentaires ne peuvent pas avoir pour effet de porter la durée du travail accomplie par le salarié au niveau de la durée légale du travail (35 heures) Les heures complémentaires sont obligatoirement payées et non récupérées (ou faire l objet d un repos). Le paiement des heures complémentaires doivent apparaître distinctement sur le bulletin de paie. A défaut risque de sanction pénale pour travail dissimulé.

36 Création d un dispositif du «complément d heures» depuis le 1 er janvier 2014 : Principe : augmenter temporairement la durée contractuelle du salarié à temps partiel via un avenant au contrat de travail initial. Condition : existence d un accord de branche étendu qui l autorise. Avantage : les heures effectuées dans le cadre du complément d heures ne sont pas majorées sauf disposition contraire contenues dans l accord de branche

37 possibilité d aller jusqu au temps plein? silence de la loi! les précisions administratives seront les bienvenues Exemple : le salarié passe de 18h à 25h hebdomadaires dans le cadre d un avenant «complément d heures» les heures entre 18 et 25 ne sont pas des heures complémentaires (donc pas de majoration sauf si l avenant en dispose autrement), des heures complémentaires sont possibles au-delà de 25 heures (soit 10% minimum c est-à-dire 2,5 heures / semaine) majorée obligatoirement à 25%

38 Régime des coupures : L'horaire de travail du salarié à temps partiel ne peut comporter, au cours d'une même journée, plus d'une interruption d'activité ou une interruption supérieure à 2 heures (C. trav. art. L ) Sauf en présence d un accord collectif qui doit fixer des contreparties (alors qu auparavant = facultatif). Conséquence : les accords de branche négociées avant la loi ne respectent plus forcément la loi (ex : HCR!)

39 Tableau récapitulatif Rémunération des heures complémentaires et des compléments d'heures Jusqu'à 10 % de la durée contractuelle Heures complémentaires Au-delà de 10 % de la durée contractuelle Avenant de complément d'heures Avant la réforme Pas de majoration (1) Majoration de 25 % (1) Dispositif inexistant Après la réforme Majoration de 10 % à partir du 1 er janvier 2014 (1) Majoration de 25 % (1) À partir de l'entrée en vigueur de la loi, une convention ou un accord de branche étendu peut prévoir un taux différent, éventuellement à la baisse, mais d'au moins 10 % Pas de majoration, sauf disposition conventionnelle contraire Majoration de 25 % pour les heures effectuées audelà de la durée fixée par l'avenant (1) (1) Sous réserve des dispositions conventionnelles ou des usages plus favorables pour le salarié.

40 III - Actualités sociales et jurisprudence récente

41 Mesures de simplification Affichages, période d essai, transmission de documents, participation construction Loi du 2 janvier 2014 JO du 3 ordonnances à paraître

42 En matière sociale, 3 volets sont envisagés (en attente d ordonnances à paraître) : 1. Affichage et transmission de documents à l'administration 2. Règles applicables à la rupture du contrat de travail pendant la période d'essai 3. la suppression de la déclaration fiscale spécifique à la participation à l effort de construction (déclaration 2080)

43 1) Affichage et transmission de documents à l'administration Ces mesures relatives aux affichages pourraient porter sur les modalités d affichage relatives aux élections des délégués du personnel, à certaines sanctions pénales ou au plan de sauvegarde de l entreprise. Les obligations d affichage identifiées comme non pertinentes dans ces domaines seront pour l essentiel remplacées par une obligation d information par tout moyen. La priorité de réembauche, qui est par ailleurs adressée à chaque salarié concerné ferait l objet d une suppression d obligation d affichage

44 En matière de transmission de documents à l administration, les mesures pourront porter, entre autres, sur les domaines suivants : délégués du personnel, comité d entreprise, temps de travail et temps de repos, santé et sécurité au travail, CHSCT, professions et activités particulières. Les obligations de transmission identifiées comme non pertinentes seront pour l essentiel transformées en un droit de communication sur demande de l administration.

45 2) Règles applicables à la rupture du contrat de travail pendant la période d'essai En pratique, il s agirait simplement de clarifier l articulation du délai de prévenance à respecter en cas de rupture de la période d essai avec le principe selon lequel ce délai ne doit pas avoir pour effet de prolonger la durée de ladite période. Remarque : le gouvernement a jusqu au 3 juillet 2014 pour prendre les ordonnances relatives à ces deux premiers volets

46 3) Suppression de la déclaration fiscale spécifique à la participation à l effort de construction (déclaration 2080) Le gouvernement doit prendre son ordonnance au plus tard le 3 mai 2014 À cet égard, rappelons que le terrain est déjà prêt pour cette mesure, puisque l employeur est d ores et déjà tenu de déclarer dans la DADS des données relatives à cette participation (c. séc. soc. art. D ). Création d un support de paiement de la cotisation de 2 % pour les seules entreprises défaillantes au regard de leur obligation d'investissement.

47 Comité d'entreprise : Délais de consultation et base de données Décret n du 27 décembre 2013

48 A défaut d'accord entre l'employeur et le comité (délai minimum 15 jours), ce dernier est réputé avoir été consulté et avoir rendu un avis négatif à l'expiration d'un délai d'un mois à compter de la date cidessus. Ce délai est porté à : 2 mois en cas d'intervention d'un expert ; 3 mois en cas de saisine d'un ou de plusieurs CHSCT ; 4 mois si une instance de coordination des CHSCT est mise en place à cette occasion. En cas de saisine d'un ou de plusieurs CHSCT, ou de mise en place d'une instance de coordination des CHSCT, les délais de 3 et 4 mois s'appliquent que le CE soit assisté ou non d'un expert. L'avis du ou des CHSCT doit être transmis au CE au plus tard 7 jours avant l'expiration de ce délai (C. trav. art. R nouveau).

49 Mise en place d'une base de données économiques et sociales (BDES) dans les entreprises d'au moins 50 salariés Le décret du 27 décembre 2013 fixe les modalités d'application de cette nouvelle obligation.

50 Conformément à la loi de sécurisation de l'emploi, la base de données est mise en place à compter du : 14 juin 2014 pour les entreprises > 300 salariés 14 juin 2015 pour celles de < 300 salariés Ainsi, au plus tard aux dates précitées, les entreprises concernées devront avoir mis en place la base de données. Contenu : informations nécessaires à la consultation sur les orientations stratégiques ainsi que, à compter du 31 décembre 2016, les informations communiquées de manière récurrente au CE.

51 Jurisprudence récente et marquante

52 Le reçu pour solde de tout compte ne peut avoir d'effet libératoire que pour les sommes qu'il détaille Cass. soc. 18 décembre 2013 n (n 2246 FS-PB), société pharmacie du centre commercial de Wasquehal c/ L. Rappel : l'article L du Code du travail dispose d'une part, que le solde de tout compte, établi par l'employeur et dont le salarié lui donne reçu, fait l'inventaire des sommes versées au salarié lors de la rupture du contrat de travail ; d'autre part, que le reçu en question peut être dénoncé dans les six mois suivant sa signature. Au-delà de ce délai, il devient libératoire pour l'employeur pour les sommes qui y sont mentionnées. Application stricte : la Cour de cassation limite l'effet libératoire du solde de tout compte aux seules sommes qui y sont expressément mentionnées.

53 En l'espèce, le reçu signé par le salarié à la suite de sa démission détaillait les sommes perçues par lui en paiement notamment de salaires et d'indemnité compensatrice de congés payés. Il comportait également une clause générale aux termes de laquelle cette somme était versée pour solde de tout compte en «paiement des salaires, accessoires, remboursement de frais et indemnités de toute nature dus au titre de l'exécution et de la cessation du contrat de travail», Le salarié avait, après expiration du délai de dénonciation, saisi le conseil de prud'hommes de diverses demandes, dont la requalification de sa démission en prise d'acte et des dommages et intérêts pour harcèlement moral. L'employeur croyait pouvoir invoquer que l'effet libératoire du reçu pour solde de compte privait le salarié du droit de présenter toute contestation en lien avec son contrat de travail.

54 Les juges du fond, approuvés par la chambre sociale de la Cour de cassation, ont rejeté cette argumentation et limité l'effet libératoire de ce reçu aux seules sommes qui y étaient mentionnées Peu importe qu une clause générale ait été intégrée dans le reçu, «selon laquelle le salarié se déclare rempli de l intégralité de ses droits relatifs tant à l exécution qu à la rupture du contrat de travail» (arrêt de la chambre sociale de la Cour de cassation du 18 décembre 2013). Une telle clause est en effet sans portée et ne saurait faire produire au reçu pour solde de tout compte les effets d une transaction. Il résulte de cet arrêt qu'au-delà du délai de dénonciation de 6 mois prévu à l'article précité, le salarié ne peut plus contester les sommes mentionnées sur le reçu pour solde tout compte. En revanche, il ne lui est pas interdit de réclamer d'autres sommes

55 Conseil pratiques : la mention «Pour solde de tout compte» ou «Bon pour acquit des sommes perçues sous réserve d encaissement» doit être obligatoirement écrite de la main du salarié. Il faut également demander au salarié de signer le reçu et le dater. Attention : Si un salarié refuse de signer le reçu pour solde de tout compte, le caractère libératoire ne jouera pas. Le salarié aura donc 3 ans (prescription salariale) pour le contester et non plus 6 mois (effet libératoire).

56 Après une mise à pied conservatoire, il faut engager rapidement la procédure de licenciement Cass. soc. 30 octobre 2013 n (n 1772 F-PB), Association Alter Egaux c/ B. Lorsque la procédure de licenciement est engagée 6 jours après la notification d'une mise à pied conservatoire, cette dernière prend un caractère disciplinaire et le licenciement se trouve privé de cause réelle et sérieuse.

57 La Cour de cassation fait ici application d'une jurisprudence bien établie, selon laquelle la mise à pied d'un salarié ne peut revêtir un caractère conservatoire que si elle est prononcée de manière concomitante à l'engagement de la procédure de licenciement, Cet arrêt illustre une nouvelle fois à quel point l'employeur qui, du fait de la gravité des faits reprochés au salarié, entend l'écarter provisoirement de l'entreprise dans l'attente de sa décision relative à un éventuel licenciement, doit être rigoureux dans sa démarche.

58 Seuils d effectif : l exclusion des contrats aidés contraire au droit de l UE mais opposable au juge En réponse à la question préjudicielle transmise par la Cour de cassation en 2012, la CJUE a conclu, le 15 janvier 2014, à la non-conformité de l article L du Code du travail excluant du décompte de l effectif les apprentis et les titulaires de certains contrats aidés. Néanmoins, la CJUE précise que, techniquement, cette disposition ne peut pas être écartée par le juge français. Seule une indemnisation peut être réclamée à l État par les salariés et syndicats lésés par la nonconformité du droit français.

59 Réponses à vos questions Echanges d expériences Un cocktail dinatoire vous attend Merci pour votre participation

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 CDD : COTISATIONS SUPPLEMENTAIRES POUR LES CDD DE COURTE DUREE À partir du 1er juillet 2013, la cotisation patronale d assurance

Plus en détail

LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI Août 2013

LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI Août 2013 Nous nous proposons de vous présenter les principales évolutions apportées par la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013, parue au Journal Officiel le 16 juin 2013 sous la forme de flashs spéciaux.

Plus en détail

Généralisation des mutuelles santé

Généralisation des mutuelles santé Date de mise à jour : juin 2013 Généralisation des mutuelles santé La loi instaure une couverture complémentaire santé minimale obligatoire pour tous les salariés du secteur privé d ici au 1 janvier 2016.

Plus en détail

Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années

Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années La généralisation de la couverture complémentaire santé à tous les salariés La loi relative à la sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 prévoit

Plus en détail

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 Les changements concernant la protection sociale complémentaire Les dates clés 11 janv. 2013 : Signature de l Accord National Interprofessionnel

Plus en détail

Loi relative à la Sécurisation de l emploi

Loi relative à la Sécurisation de l emploi Synthèse Loi relative à la Sécurisation de l emploi 1 Santé et prévoyance (incapacité de travail, invalidité, décès) => Généralisation de la couverture complémentaire santé => Généralisation de la couverture

Plus en détail

ORA Consultants 30/06/2009 OBJECTIFS. - Faire le point sur les règles en la matière. - Les nouveautés au 1 er janvier 2016

ORA Consultants 30/06/2009 OBJECTIFS. - Faire le point sur les règles en la matière. - Les nouveautés au 1 er janvier 2016 Programme 2 ATELIER RH PAIE 2015 MUTUELLE PREVOYANCE : NOUVEAUTES 2016 OBJECTIFS - Faire le point sur les règles en la matière - Les nouveautés au 1 er janvier 2016 - Mettre en place les différents régimes

Plus en détail

SPÉCIMEN MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Bon à savoir. À jour au 1 er mars 2015

SPÉCIMEN MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Bon à savoir. À jour au 1 er mars 2015 MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Récapitulatif des formalités à respecter Rédiger le document formalisant la Décision Unilatérale. Pour vous aider

Plus en détail

Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013

Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 1 Obligation de négocier au niveau des branches... 3 2 Durée minimale de travail... 3 2.1 Dérogations...

Plus en détail

Sal a on o d es e s se s r e v r i v ce c s e s à à la a personne Fps/2009

Sal a on o d es e s se s r e v r i v ce c s e s à à la a personne Fps/2009 Salon des services à la personne Groupe IRCEM - emplois de la famille - Entreprises privées et associations prestataires : Tout savoir sur vos obligations en matière de protection sociale Salon des services

Plus en détail

Portabilité des couvertures «prévoyance et santé» Art. 14 de l ANI du 11 janvier 2008 et avenant du 18 mai 2009

Portabilité des couvertures «prévoyance et santé» Art. 14 de l ANI du 11 janvier 2008 et avenant du 18 mai 2009 Portabilité des couvertures «prévoyance et santé» Art. 14 de l ANI du 11 janvier 2008 et avenant du 18 mai 2009 30 juin 2009 SOMMAIRE 1. Bénéficiaires de la portabilité 2. Renonciation à la portabilité

Plus en détail

LA LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI : LES PRINCIPALES MESURES

LA LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI : LES PRINCIPALES MESURES LA LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI : LES PRINCIPALES MESURES 17/09/2013 "Matinées de formation" 1 1 - Loin 2013-504du14juin2013relativeàlasécurisationdel'emploi - Publiée aujodu16 - Issue de l ANI du 11

Plus en détail

LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSES ET RETRAITE

LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSES ET RETRAITE LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSES ET RETRAITE COMPLEMENTAIRE SUR UN SALAIRE A TEMPS PLEIN Ludivine LEROUX, juriste au sein des équipes du pôle Veille d ADP, nous propose une lecture synthétique des

Plus en détail

Rationnaliser les procédures de contentieux judiciaires

Rationnaliser les procédures de contentieux judiciaires Rationnaliser les procédures de contentieux judiciaires 3 Conciliation prud homale Conciliation devant le bureau de conciliation Pour les contestations relatives au licenciement (et non sur la rupture

Plus en détail

Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi

Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi SYNTHESE D EXPERTS Juillet 2013 SOMMAIRE 1 Généralisation de la couverture complémentaire santé...

Plus en détail

DECISION UNILATERALE Instituant un Régime de Prévoyance Complémentaire «FRAIS DE SANTE»

DECISION UNILATERALE Instituant un Régime de Prévoyance Complémentaire «FRAIS DE SANTE» DECISION UNILATERALE Instituant un Régime de Prévoyance Complémentaire «FRAIS DE SANTE» Document remis à chaque salarié, pour la mise en place de garanties collectives couvrant les frais médicaux. Préambule

Plus en détail

CATÉGORIES OBJECTIVES

CATÉGORIES OBJECTIVES CATÉGORIES OBJECTIVES Les régimes de protection sociale mis en place par les employeurs sont soumis à une nouvelle réglementation concernant la définition de leurs catégories de personnel. Le décret du

Plus en détail

Décision unilatérale de l employeur instituant une garantie complémentaire de remboursement de frais médicaux

Décision unilatérale de l employeur instituant une garantie complémentaire de remboursement de frais médicaux Décision unilatérale de l employeur instituant une garantie complémentaire de remboursement de frais médicaux Sur papier à en-tête de l entreprise M A, le Objet : Mise en place de garanties collectives

Plus en détail

REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE PREVOYANCE ET DE RETRAITE SUPPLEMENTAIRE

REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE PREVOYANCE ET DE RETRAITE SUPPLEMENTAIRE REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE PREVOYANCE ET DE RETRAITE SUPPLEMENTAIRE Contexte : Loi FILLON du 23 Août 2003 : - modification des limites d exonération, - fixation de nouvelles caractéristiques

Plus en détail

Décision unilatérale de l employeur instituant une garantie complémentaire de remboursement de frais médicaux

Décision unilatérale de l employeur instituant une garantie complémentaire de remboursement de frais médicaux Décision unilatérale de l employeur instituant une garantie complémentaire de remboursement de frais médicaux Sur papier à en-tête de l entreprise M À, le Objet : Généralisation de la complémentaire santé

Plus en détail

Panorama DECRET DU 9 JANVIER 2012 PROTECTION SOCIALE ET ASSIETTE DE COTISATIONS SOCIALES QUELLE SECURITE JURIDIQUE POUR LES REGIMES D ENTREPRISES?

Panorama DECRET DU 9 JANVIER 2012 PROTECTION SOCIALE ET ASSIETTE DE COTISATIONS SOCIALES QUELLE SECURITE JURIDIQUE POUR LES REGIMES D ENTREPRISES? GRAS SAVOYE PROTECTION COMPLEMENTAIRE & AVANTAGES SOCIAUX Mars La lettre d information des Assurances de Personnes DECRET DU 9 JANVIER PROTECTION SOCIALE ET ASSIETTE DE COTISATIONS SOCIALES QUELLE SECURITE

Plus en détail

PREVOYANCE OBLIGATOIRE - EXONERATIONS FISCALES ET SOCIALES ENGAGEMENT UNILATERAL

PREVOYANCE OBLIGATOIRE - EXONERATIONS FISCALES ET SOCIALES ENGAGEMENT UNILATERAL PREVOYANCE OBLIGATOIRE - EXONERATIONS FISCALES ET SOCIALES ENGAGEMENT UNILATERAL La prévoyance fait partie de la protection sociale complémentaire qui est constituée de l'ensemble des garanties collectives

Plus en détail

Qu en est-il des contrats complémentaires facultatifs? Sont-ils concernés par le dispositif?

Qu en est-il des contrats complémentaires facultatifs? Sont-ils concernés par le dispositif? QUESTIONS SUR L OBJET DE LA PORTABILITE La mensualisation est-elle exclue du dispositif? L obligation de maintien de salaire à la charge de l employeur n est pas concernée : en effet, il ne s agit pas

Plus en détail

Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail

Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail En principe, l ensemble des sommes versées aux salariées en contrepartie ou à l occasion du travail sont considérées comme une

Plus en détail

Le compte épargne temps

Le compte épargne temps Le compte épargne temps La loi n 2008 789 du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps de travail procède à une profonde clarification des modalités de mise en place

Plus en détail

LES HEURES SUPPLEMENTAIRES

LES HEURES SUPPLEMENTAIRES LES HEURES SUPPLEMENTAIRES Définition Les heures supplémentaires sont toujours celles effectuées au-delà de la durée légale hebdomadaire de 35 heures ou d une durée considérée comme équivalente dans certaines

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3090 Convention collective nationale IDCC : 1527. IMMOBILIER (Administrateurs

Plus en détail

Guide technique relatif aux contrats collectifs obligatoires complémentaires frais de santé bénéficiant d aides fiscales et sociales

Guide technique relatif aux contrats collectifs obligatoires complémentaires frais de santé bénéficiant d aides fiscales et sociales Guide technique relatif aux contrats collectifs obligatoires complémentaires frais de santé bénéficiant d aides fiscales et sociales Exonération sociale et déductibilité fiscale du financement patronal

Plus en détail

CABINET. Audit & Expertise Comptable.

CABINET. Audit & Expertise Comptable. CABINET Audit & Expertise Comptable. ASSURANCE COLLECTIVE Prévoyance Santé Retraite 2 1/ Prévoyance a/ Prévoyance Classique b/ Prévoyance Conventionnelle c/ Prévoyance 1,50 Cadres d/ Prestations e/ Fiscalité

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3246 Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION AVENANT N 137 DU 26 SEPTEMBRE 2011 RELATIF AU TEMPS PARTIEL

Plus en détail

Décision unilatérale de l employeur instituant des garanties complémentaires "incapacité, invalidité et décès"

Décision unilatérale de l employeur instituant des garanties complémentaires incapacité, invalidité et décès Décision unilatérale de l employeur instituant des garanties complémentaires "incapacité, invalidité et décès" Sur papier à en-tête de l entreprise M A., le Objet : Mise en place de garanties collectives

Plus en détail

Le contrat de travail à temps partiel

Le contrat de travail à temps partiel Le contrat de travail à temps partiel 1) Travail à temps partiel : de quoi s agit-il? Est considéré comme salarié à temps partiel le salarié dont la durée du travail est inférieure : - à la durée légale

Plus en détail

La lettre du. La Réforme des Heures Supplémentaires. La réforme des heures supplémentaires est entrée en vigueur le 1 er octobre 2007.

La lettre du. La Réforme des Heures Supplémentaires. La réforme des heures supplémentaires est entrée en vigueur le 1 er octobre 2007. La lettre du N 6 Décembre 2007 La Réforme des Heures Supplémentaires La réforme des heures supplémentaires est entrée en vigueur le 1 er octobre 2007. Elle prévoit : Pour le salarié : une réduction des

Plus en détail

REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS

REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Guide juridique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Cette fiche vous présente le régime juridique des exonérations de cotisations de sécurité sociale

Plus en détail

LE CABINET HÉBERT & ASSOCIÉS VOUS INFORME... Les heures supplémentaires et complémentaires

LE CABINET HÉBERT & ASSOCIÉS VOUS INFORME... Les heures supplémentaires et complémentaires LE CABINET HÉBERT & ASSOCIÉS VOUS INFORME... Les heures supplémentaires et complémentaires Limoges, le 17 octobre 2007 Madame, Monsieur et Cher Client, La Loi 2007-1223 du 21 août 2007 en faveur du Travail,

Plus en détail

Le guide. juridique. www.menages-prevoyants.fr LA MUTUELLE QUI VA BIEN!

Le guide. juridique. www.menages-prevoyants.fr LA MUTUELLE QUI VA BIEN! Le guide juridique www.menages-prevoyants.fr LA MUTUELLE QUI VA BIEN! sommaire Contexte de l évolution de la «Loi Fillon»... 3 Comment bénéficier des avantages de la «Loi Fillon»?... La participation de

Plus en détail

La généralisation de la complémentaire santé

La généralisation de la complémentaire santé La généralisation de la complémentaire santé istya collectives 7 square Max Hymans - 75015 Paris Numéro ORIAS : 14007239 - www.orias.fr www.istyacollectives.fr Le cadre réglementaire Au plus tard le 1er

Plus en détail

Avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi

Avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi Avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi Le 11 février 2013, l'avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi transposant les dispositions de l'accord national interprofessionnel

Plus en détail

LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT

LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT Textes applicables : LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT Loi n 2008-111 du 8 février 2008 J.O. du 9 février 2008 Circulaire DGT / DSS n 2008-46 du 12 février 2008. Circulaire ACOSS n 2008-039 du 18 mars 2008.

Plus en détail

Modèle de décision unilatérale instituant un système de garanties collectives complémentaire obligatoire frais de santé

Modèle de décision unilatérale instituant un système de garanties collectives complémentaire obligatoire frais de santé Modèle de décision unilatérale instituant un système de garanties collectives complémentaire obligatoire frais de santé La direction de l entreprise.. (forme juridique et dénomination sociale) dont le

Plus en détail

le flash actualité Avril 2014

le flash actualité Avril 2014 le flash actualité Avril 2014 Thème : Conformité des contrats collectifs santé prévoyance retraite Une période transitoire a été instituée par le décret du 9 janvier 2012 pour la mise en conformité des

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3090 Convention collective nationale IDCC : 1527. IMMOBILIER (Administrateurs de biens, sociétés immobilières,

Plus en détail

AVENANTS A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES INGENIEURS ET CADRES ET A L ACCORD NATIONAL SUR LA MENSUALISATION (non-cadres) UIMM 26-07

AVENANTS A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES INGENIEURS ET CADRES ET A L ACCORD NATIONAL SUR LA MENSUALISATION (non-cadres) UIMM 26-07 21 septembre 2010 Période d essai, indemnité de licenciement, indemnité départ à la retraite, GPEC, dialogue social, DIF et chômage partiel, harcèlement moral AVENANTS A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE

Plus en détail

-L employeur et le salarié signent une convention qui fixe, notamment, la date de rupture du contrat.

-L employeur et le salarié signent une convention qui fixe, notamment, la date de rupture du contrat. LA RUPTURE CONVENTIONNELLE 1-LE PRINCIPE La rupture conventionnelle a été instaurée dans le cadre de la loi du 25 juin 2008. Elle constitue un mode de rupture amiable spécifique au contrat de travail à

Plus en détail

Contrat de prévoyance complémentaire et de retraite supplémentaire

Contrat de prévoyance complémentaire et de retraite supplémentaire Contrat de prévoyance complémentaire et de retraite supplémentaire Décret n 2012-25 du 9 janvier 2012 Circulaire du 25 septembre 2013 Circulaire du 4 février 2014 Petit Déjeuner RH CCI Maître Marie-Laure

Plus en détail

OBRE 2013 OCT 2012-25 9 2012 COMPLÉTÉ PAR LA CIRCULAIRE DU 25 SEPTEMBRE

OBRE 2013 OCT 2012-25 9 2012 COMPLÉTÉ PAR LA CIRCULAIRE DU 25 SEPTEMBRE OCTOBRE 2013 Décret n 2012-25 du 9 janvier 2012 COMPLÉTÉ PAR LA CIRCULAIRE DU 25 SEPTEMBRE 2013 Avant-propos Afin d encourager la mise en place des régimes collectifs de protection sociale complémentaire

Plus en détail

12 décembre 2013 UIMM 26-07

12 décembre 2013 UIMM 26-07 12 décembre 2013 UIMM 26-07 LOI DE FINANCEMENT DE LA SECURITE SOCIALE 2014 PROJET DE LOI DE FINANCE 2014 Le contexte Article 1 er loi sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 : Principe de généralisation

Plus en détail

Modèle de décision unilatérale instituant un système de garanties collectives complémentaire obligatoire frais de santé

Modèle de décision unilatérale instituant un système de garanties collectives complémentaire obligatoire frais de santé Modèle de décision unilatérale instituant un système de garanties collectives complémentaire obligatoire frais de santé La direction de l entreprise.. (forme juridique et dénomination sociale) dont le

Plus en détail

DÉCODEZ LA JOURNÉE DE SOLIDARITÉ. Edition 2015

DÉCODEZ LA JOURNÉE DE SOLIDARITÉ. Edition 2015 1 dddd 2 1. vous informe sur DÉCODEZ LA JOURNÉE DE SOLIDARITÉ Edition 2015 Votre salarié a l obligation de réaliser une journée de travail non rémunérée, dites «journée de solidarité». En contrepartie,

Plus en détail

Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS

Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Boite à outils - Juridique Cette fiche vous présente le régime juridique des exonérations de cotisations

Plus en détail

MODIFICATION DU CALCUL DES IJSS CONTRÔLE DES ARRÊTS MALADIE : LES DÉLAIS EN CAS DE SUSPENSION DE VERSEMENT DES IJSS

MODIFICATION DU CALCUL DES IJSS CONTRÔLE DES ARRÊTS MALADIE : LES DÉLAIS EN CAS DE SUSPENSION DE VERSEMENT DES IJSS N-Nour SEPTEMBRE 2010 MODIFICATION DU CALCUL DES IJSS Le ministère de la Santé envisage de modifier le calcul du taux des indemnités journalières de la Sécurité Sociale. Cette modification entrera en vigueur

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 Montreuil, le 16/10/2008 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 OBJET : Loi n 2008-596 du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du

Plus en détail

Service juridique CSFV

Service juridique CSFV Service juridique CSFV COMMENT CALCULER LE MONTANT DE L INDEMNITE DE LICENCIEMENT? La loi de modernisation du marché du travail du 25 juin 2008, reprenant les dispositions de l ANI du 11 janvier 2008,

Plus en détail

Indemnités de rupture (régimes social et fiscal)

Indemnités de rupture (régimes social et fiscal) Régimes social et fiscal des indemnités de rupture du contrat de travail au 1 er janvier 2012 Indemnité compensatrice de préavis, de congés payés, de RTT non pris ; indemnité de non-concurrence Assujettie

Plus en détail

Accord collectif de branche du 14 mai 2010. Régime de prévoyance complémentaire. Garantie Incapacité de travail. Convention Collective Nationale

Accord collectif de branche du 14 mai 2010. Régime de prévoyance complémentaire. Garantie Incapacité de travail. Convention Collective Nationale Accord collectif de branche du 14 mai 2010 Régime de prévoyance complémentaire Garantie Incapacité de travail Convention Collective Nationale des Chaînes de Cafétéria & Assimilés du 28 août 1998 Entre

Plus en détail

Convention ou accord collectif

Convention ou accord collectif ENGAGEMENT INTERNE A L ENTREPRISE DIFFERENTES METHODES DE MISE EN PLACE UN CONTRAT L article L.911-1 du Code de la sécurité sociale précise que les garanties collectives relevant de la protection sociale

Plus en détail

Congés payés : les points à maîtriser. Octobre 2010

Congés payés : les points à maîtriser. Octobre 2010 Congés payés : les points à maîtriser Octobre 2010 Sommaire Conditions d ouverture des droits à congés Calcul de la durée des congés Décompte des congés Obligation de prise des congés Paiement des congés

Plus en détail

Panorama des CONTRATS de travail

Panorama des CONTRATS de travail Janvier 2010 Panorama des CONTRATS de travail L essentiel contrat par contrat Choisir un contrat selon vos besoins Éléments clés pour gérer vos contrats L essentiel contrat par contrat Signes particuliers

Plus en détail

Documents de contrôle de la durée du travail nécessaires au bénéfice de la loi «TEPA»

Documents de contrôle de la durée du travail nécessaires au bénéfice de la loi «TEPA» SYNTHESE Social Textes et références Loi n 2007-1223 du 21 août 2007 (JO 22 août) : article 1 Décret n 2007-1380 du 24 septembre 2007 (JO 25 septembre) : article D. 241-25 CSS Articles D. 212-18 à 24 du

Plus en détail

L essentiel sur le financement des régimes de prévoyance complémentaire :

L essentiel sur le financement des régimes de prévoyance complémentaire : L essentiel sur le financement des régimes de prévoyance complémentaire : fiscalité et cotisations de Sécurité sociale La protection sociale professionnelle est une création continue Souhaitant encourager

Plus en détail

I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013

I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013 Les salaires minima applicables à compter du 1 er janvier 2015 CCN n 3241 En résumé : I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013 L avenant n 21 sur les salaires minima

Plus en détail

ACCORD DU 22 MAI 2014

ACCORD DU 22 MAI 2014 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3271 Convention collective nationale IDCC : 1631. HÔTELLERIE DE PLEIN AIR ACCORD DU 22 MAI 2014 RELATIF AU TRAVAIL

Plus en détail

NOUVELLES DISPOSITIONS EN MATIERE DE PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE : COMMENT PREPARER VOS DIAGNOSTICS?

NOUVELLES DISPOSITIONS EN MATIERE DE PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE : COMMENT PREPARER VOS DIAGNOSTICS? Club des Repreneurs NOUVELLES DISPOSITIONS EN MATIERE DE PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE : COMMENT PREPARER VOS DIAGNOSTICS? CREATEURS D ENTREPRISE Intervenant : Alain Maurey Quelles assurances? PREAMBULE

Plus en détail

Les congés payés. Synthèse

Les congés payés. Synthèse Les congés payés Synthèse Tout salarié a droit chaque année à un congé payé à la charge de l employeur. Chaque mois de travail ouvre droit à un congé de 2,5 jours ouvrables. C est l employeur qui organise,

Plus en détail

Attention aux salariés à temps partiel (voir exemple ci-après) A/Pour mémoire : situation jusqu au 31/12/2012

Attention aux salariés à temps partiel (voir exemple ci-après) A/Pour mémoire : situation jusqu au 31/12/2012 1/ La contribution patronale de la garantie frais de santé est imposable sur le revenu à effet rétroactif au 1 er Janvier 2013 dès le 1 er, plus : - 0.5% de la prévoyance patronale de l ETAM ; - 0.12%

Plus en détail

MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016

MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016 MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016 Le Conseil Social du Mouvement Sportif qui représente les employeurs du sport a lancé un appel d offre s agissant de la couverture complémentaire santé

Plus en détail

2g - L emploi d une tierce personne

2g - L emploi d une tierce personne 2g - L emploi d une tierce personne Si vous êtes en situation de handicap et souhaitez employer un salarié à votre domicile, vous devez, en tant que particulier-employeur, respecter certaines formalités.

Plus en détail

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME :

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME : 10 Avril 2013 SYNTHESE SUR LA «CORRESPONDANCE» ENTRE L ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 11 JANVIER 2013 SUR LA SECURISATION DE L EMPLOI ET LA VERSION DU PROJET DE LOI ADOPTEE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE

Plus en détail

CABINET GM ASSURANCES

CABINET GM ASSURANCES CABINET GM ASSURANCES Mieux vous accompagner dans vos projets Assurer votre santé et votre prévoyance et celle de vos salariés! Constituer votre retraite et celle de vos salariés! Valoriser votre patrimoine

Plus en détail

COMPTE EPARGNE-TEMPS

COMPTE EPARGNE-TEMPS COMPTE EPARGNE-TEMPS n 2010-531 du 20 mai 2010, qui a modifié le décret n 2004-878 du 26 août 2004 ; on pourra également se référer à la circulaire du 31 mai 2010 présentant la réforme Par rapport à l

Plus en détail

L impact du projet de loi relatif à la sécurisation de l emploi dans les SIAE

L impact du projet de loi relatif à la sécurisation de l emploi dans les SIAE L impact du projet de loi relatif à la sécurisation de l emploi dans les SIAE Le projet de loi sur la sécurisation de l emploi, transposant l accord national interprofessionnel du 11 janvier 2013 1, comporte

Plus en détail

Info Syndicale : complémentaire Santé

Info Syndicale : complémentaire Santé Info Syndicale : complémentaire Santé La complémentaire santé des Salariés non-cadres La complémentaire santé des salariés agricoles non cadre évolue afin de répondre aux obligations mises en place par

Plus en détail

COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES»

COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES» COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES» Le système interprofessionnel de Sécurité Sociale est obligatoire : le

Plus en détail

Avenant n 120 du 15/09/2008 relatif au CET

Avenant n 120 du 15/09/2008 relatif au CET Avenant n 120 du 15/09/2008 relatif au CET Article 1 : Il est créé un chapitre 10 dans la convention collective de l animation intitulé compte épargne temps dont les dispositions sont les suivantes : Préambule

Plus en détail

LES INDEMNITES CONVENTIONNELLES DE LICENCIEMENT A PARTIR DU 1 ER MAI 2010

LES INDEMNITES CONVENTIONNELLES DE LICENCIEMENT A PARTIR DU 1 ER MAI 2010 LES INDEMNITES CONVENTIONNELLES DE LICENCIEMENT A PARTIR DU 1 ER MAI 2010 L avenant du 15 septembre 2009, étendu par un arrêté du 16 avril 2010 (JO du 27 avril 2010) modifie les articles 17 et 18 du chapitre

Plus en détail

Règles d affiliation pour la prévoyance et la garantie «frais de santé» au 1 er janvier 2013 (Contrat avec l AG2R)

Règles d affiliation pour la prévoyance et la garantie «frais de santé» au 1 er janvier 2013 (Contrat avec l AG2R) Règles d affiliation pour la prévoyance et la garantie «frais de santé» au 1 er janvier 2013 (Contrat avec l AG2R) Rappels et Historique Depuis le 1 er février 1974 bénéficient des garanties complémentaires

Plus en détail

L o L bl o igat a i t on o de de g éné né a r l a isa s t a i t on

L o L bl o igat a i t on o de de g éné né a r l a isa s t a i t on GÉNÉRALISATION DE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ : LES GRANDS PRINCIPES 1 L OBLIGATION DE GÉNÉRALISATION 2 L obligation de généralisation Etapes de la généralisation de la complémentaire santé à tous les salariés

Plus en détail

Actualité Juridique et Sociale :

Actualité Juridique et Sociale : Actualité Juridique et Sociale : Septembre 2013 Missions Emploi Ressources Humaines CCI Ariège Mutuelle d entreprise Les échéances à respecter Décret du 9 janvier 2012 : Ce décret modifie plusieurs points

Plus en détail

Notice relative à la mise en place de la couverture santé complémentaire obligatoire à partir du 1er janvier 2016

Notice relative à la mise en place de la couverture santé complémentaire obligatoire à partir du 1er janvier 2016 Notice relative à la mise en place de la couverture santé complémentaire obligatoire à partir du 1er janvier 2016 Préambule Le régime de couverture complémentaire des frais de santé, financé en partie

Plus en détail

La lettre du. Les évolutions du régime de prévoyance

La lettre du. Les évolutions du régime de prévoyance La lettre du N 12 Novembre 2011 Les évolutions du régime de prévoyance Depuis l accord initial du 19 mars 2003 qui a mis en place un régime de prévoyance pour la branche du commerce de détail de l habillement

Plus en détail

particuliers professionnels ENTREPRISES Face à face argumenté de vente

particuliers professionnels ENTREPRISES Face à face argumenté de vente particuliers professionnels ENTREPRISES Face à face argumenté de vente La prévoyance en France La prévoyance sociale obligatoire Les couvertures complémentaires Les prestations de base, complétées par

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 2511.

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 2511. MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3328 Convention collective nationale IDCC : 2511. SPORT AVENANT N 87 DU 15 MAI 2014 RELATIF AU CONTRAT DE TRAVAIL

Plus en détail

La protection sociale en entreprise Alain MASSERET et Anthony JOYEUX 27 octobre 2015

La protection sociale en entreprise Alain MASSERET et Anthony JOYEUX 27 octobre 2015 La protection sociale en entreprise Alain MASSERET et Anthony JOYEUX 27 octobre 2015 1 Assurances Collectives Mes clients et leurs besoins Les particuliers & les professionnels PREVOYANCE Décès Arrêt de

Plus en détail

JOURNEE DE SOLIDARITE CONDITIONS DE MISE EN PLACE

JOURNEE DE SOLIDARITE CONDITIONS DE MISE EN PLACE SOCIAL N 33 SOCIAL N 18 En ligne sur le site www.fntp.fr / le 22 février 2005 ISSN 1769-4000 JOURNEE DE SOLIDARITE CONDITIONS DE MISE EN PLACE Les conditions de mise en place de la journée de solidarité

Plus en détail

AVENANT N 2 DU 25 OCTOBRE 2011 CHAPITRE I ER

AVENANT N 2 DU 25 OCTOBRE 2011 CHAPITRE I ER MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel CAISSE D ÉPARGNE AVENANT N 2 DU 25 OCTOBRE 2011 À L ACCORD DU 24 NOVEMBRE 2005 RELATIF AUX FRAIS DE SOINS DE

Plus en détail

COMPTE EPARGNE TEMPS

COMPTE EPARGNE TEMPS CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DE LA VENDEE Maison des Communes 65, Rue Kepler B.P.239 85006 LA ROCHE-SUR-YON - CEDEX - : 02.51.44.50.60 : 02.51.37.00.66 : www.cdg85.fr : maison.des.communes@cdg85.fr

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel OFFICES PUBLICS DE L HABITAT ACCORD DU 12 JUILLET 2012 RELATIF À LA

Plus en détail

CCN du 15 mars 1966 - Avenant 322

CCN du 15 mars 1966 - Avenant 322 CCN du 15 mars 1966 - Avenant 322 Mémento Prestations Sommaire Rappel des garanties 3 Page Détermination du salaire de référence 5 Constitution et prise en charge des dossiers Arrêts de travail 8 Constitution

Plus en détail

Charges sociales obligatoires sur les salaires

Charges sociales obligatoires sur les salaires Affaires sociales et formation professionnelle Circulaire AS N 07.14 23/01/2014 Charges sociales obligatoires sur les salaires Taux au 1 er janvier 2014 Vous trouverez ci-dessous le tableau des charges

Plus en détail

COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE

COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE SOYEZ PRO ACTIF! Anticipez et transformez cette contrainte en opportunité SALON DES ENTREPRENEURS 2015 5 février 2015 LA GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE DANS

Plus en détail

Décision unilatérale instituant un régime collectif de remboursement de frais médicaux

Décision unilatérale instituant un régime collectif de remboursement de frais médicaux Sur papier à en-tête de la société Décision unilatérale instituant un régime collectif de remboursement de frais médicaux L adaptation de ce modèle dans chaque entreprise relève de la seule responsabilité

Plus en détail

Loi n 2013-504 relative à la sécurisation de l emploi - 14 juin 2013. Petit déjeuner RH du 10 octobre 2013 CCI Cherbourg Cotentin

Loi n 2013-504 relative à la sécurisation de l emploi - 14 juin 2013. Petit déjeuner RH du 10 octobre 2013 CCI Cherbourg Cotentin Loi n 2013-504 relative à la sécurisation de l emploi - 14 juin 2013 Petit déjeuner RH du 10 octobre 2013 CCI Cherbourg Cotentin Maître Florence TOURBIN Maître Marie-Laure LAURENT 1 2 SOMMAIRE I Les obligations

Plus en détail

Heures supplémentaires

Heures supplémentaires Heures supplémentaires Présentation et évolutions des allégements Tepa La loi du 21 août 2007 en faveur du travail, de l emploi et du pouvoir d achat a créé au 1er octobre 2007, une exonération d impôt

Plus en détail

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L ALIMENTATION, DE LA PÊCHE, DE LA RURALITÉ ET DE L AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L ALIMENTATION, DE LA PÊCHE, DE LA RURALITÉ ET DE L AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L ALIMENTATION, DE LA PÊCHE, DE LA RURALITÉ ET DE L AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord collectif national COMPTE ÉPARGNE-TEMPS DANS LES EXPLOITATIONS

Plus en détail

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES. Accord collectif

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES. Accord collectif MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES Accord collectif PROTECTION SOCIALE COMPLÉMENTAIRE FRAIS DE SANTÉ DES SALARIÉS NON CADRES (Picardie et Aisne) (17

Plus en détail

CATÉGORIES OBJECTIVES

CATÉGORIES OBJECTIVES FICHE PRATIQUE CATÉGORIES OBJECTIVES L ESSENTIEL OCTOBRE 2013 Tout régime de protection sociale d entreprise (santé, prévoyance et retraite supplémentaire) doit notamment revêtir un caractère collectif

Plus en détail

- 39 - TABLEAU COMPARATIF. Texte du projet de loi. Proposition de loi visant à organiser le recours aux stages. Article 1 er

- 39 - TABLEAU COMPARATIF. Texte du projet de loi. Proposition de loi visant à organiser le recours aux stages. Article 1 er - 39 - TABLEAU COMPARATIF Code de l éducation TROISIÈME PARTIE Les enseignements supérieurs LIVRE VI L organisation des enseignements supérieurs TITRE I ER L organisation générale des enseignements Proposition

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > Le forfait social

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > Le forfait social Le forfait social Textes de référence : Articles L137-15 à L. 137-17 du Code de la Sécurité sociale créés par l article 13 de la loi n 2008-1330 du 17 décembre 2008 de financement de la sécurité sociale

Plus en détail

HEURES SUPPLEMENTAIRES : LE PAIEMENT

HEURES SUPPLEMENTAIRES : LE PAIEMENT HEURES SUPPLEMENTAIRES : LE PAIEMENT L avenant n 2014-01 du 4 février 2014 contient des dispositions ayant pour objet de restaurer à l identique les dispositions conventionnelles dénoncées ultérieurement

Plus en détail

PORTABILITE DES DROITS Santé et Prévoyance

PORTABILITE DES DROITS Santé et Prévoyance PORTABILITE DES DROITS Santé et Prévoyance GUIDE Article 14 de l Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2008 Article L911-8 du Code de la Sécurité Sociale Mutuelle UMC - 35 rue Saint Sabin

Plus en détail