DESENGAGEMENT DE L ETAT DU BURUNDI DE LA FILIERE CAFE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DESENGAGEMENT DE L ETAT DU BURUNDI DE LA FILIERE CAFE"

Transcription

1 REPUBLIQUE DU BURUNDI PROJET D APPUI A LA GESTION ECONOMIQUE (PAGE) DESENGAGEMENT DE L ETAT DU BURUNDI DE LA FILIERE CAFE RAPPORT DE STRATEGIE VERSION FINALE 12 DECEMBRE 2008

2 Abréviations ABEC ABUCO ACPC ADExpert AEB AFT AGE AGO AGRER AGRIFOR AO ARNOLAC BANCOBU BBCI BBN BCB BCC BCD BGF BICOR BM BNDE BPB BRB CA CBC CC CCIB Association Burundaise des Exportateurs du Café Association Burundaise des Consommateurs Association des Pays Producteurs de café Bureau d étude Association des employeurs du Burundi Actualisation des Flux de Trésorerie Assemblée Générale Extraordinaire Assemblée générale Ordinaire Bureau d étude Bureau d étude Appel Offres Armement du Nord du Lac Banque Commerciale du Burundi Banque Burundaise pour le Commerce et l Investissement Bureau Burundais de Normalisation et Contrôle de la Qualité Banque de Crédit de Bujumbura Burundi Coffee Company Banque de Commerce et de Développement Banque de Gestion et de Financement Burundi Insurance Corporation Banque Mondiale Banque Nationale pour le Développement Economique Banque Populaire du Burundi Banque de la République du Burundi Conseil d Administration Coffee Business Center Campagne café Chambre de Commerce, d Industrie, d Agriculture et de l Artisanat du Burundi Groupement Marlagne Capital Advisors, AGRER, EUREKA Consulting Page 2

3 CDM CIDE CIP CNAC COFIDE Cts/lb CV CV DA DAF DE DG DP DPAE DSRP EAC EAFCA EAN EPA EPB EPIC FBU FCPB FINBANK FMI FOB FOT FW FW AA GRQ Hr IBB Centre de Dépulpage Manuel Centre de Développement des Entreprises Comité Interministériel de Privatisation Confédération Nationale des Associations des Caféiculteurs Compagnie Financière de Développement Cents par livre Cheval Vapeur Curriculum Vitae Directeur Agronomique Directeur Administratif et Financier Directeur Economique Directeur Général Directeur du Patrimoine Direction Provinciale de l Agriculture et de l Elevage Document stratégique de Réduction de la Pauvreté East African Community East African FineCoffee Association Evaluation de L Actif Net Etablissement Public à caractère Administratif Exploitation du Port de Bujumbura Etablissement Public à Caractère Industriel et Commercial Franc Burundais Fonds commun des produits de base Banque Commerciale Fonds Monétaire International Free On Bord Free On Truck Fully Washed Fully Washed AA Grille de Rémunération Qualitative Heure Interbank Burundi Groupement Marlagne Capital Advisors, AGRER, EUREKA Consulting Page 3

4 ICB ICO IDA IDH INADES INSS ISABU ISTEEBU Kg KVA NY NYC OCIBU OFAB OIAC OIC OM ONG OP OPA OPV PAGE PIB PPTE PRASAB PNUD PRC PV RCA RDC SBF SCAA Institut Commercial de Bujumbura International Coffee Organization Association Internationale pour le Développement Indice de Développement Humain Institut Africain de Développement Economique et Social Institut National de Sécurité Sociale Institut des Sciences Agronomiques du Burundi Institut des Statistiques et d Etudes Economiques du Burundi Kilogramme Kilo Volt Ampère New-York New York City Office du Café du Burundi Observatoire des Filières Agricoles du Burundi Organisation Interafricaine du Café Organisation Internationale du Café Ordonnance Ministérielle Organisation Non Gouvernementale Ordre de Paiement Organisation des Producteurs Agricoles Offre Publique de Vente Projet d Appui à la Gestion Economique Produit Intérieur Brut Pays Pauvre Très Endetté Projet de Réhabilitation Agricole et de Gestion Durable des Terres Programme des Nations-Unies pour le Développement Programme de Relance de la Caféiculture Prix de Vente Redevance Connue d Avance République Démocratique du Congo Société Burundaise de Financement Specialty Coffee Association of America Groupement Marlagne Capital Advisors, AGRER, EUREKA Consulting Page 4

5 SCAE SCAJ SCEP SDL SIVCA SMS SOCABU SODECO SOGESTAL SONICOFF SPO SRD STABEX SURL Tn UCODE UE USA US $ VIH/SIDA W Specialty Coffee Association of Europe Specialty Coffee Association of Japan Service Chargé des Entreprises Publiques Station De Lavage Société Industrielle de Valorisation de Café Short Message Service Société d Assurance du Burundi Société de Déparchage et de Conditionnement Société de Gestion des Stations de Lavage Source Niles s Coffee Service du Patrimoine de l OCIBU Société Régionale de Développement Système de Stabilisation des recettes d Exportations Societe Unipersonnelle a Responsabilité limitée Tonne Union pour la Coopération et le Développement Union Européenne United States Of America United States Dollar Virus de l Immunodéficience Humaine/Syndrome de l Immunodéficience Acquise Washed Groupement Marlagne Capital Advisors, AGRER, EUREKA Consulting Page 5

6 TABLE DES MATIERES Abréviations...2 NOTE IMPORTANTE Résumé executif Contexte de la Privatisation au Burundi La Loi sur la privatisation Les aspects généraux Les principaux aspects de la Loi de Privatisation Organes compétents Déroulement de la procédure Les différentes techniques de privatisation au Burundi La stratégie de privatisation poursuivie par l Etat du Burundi La privatisation de la filière café Les textes important Etudes et propositions antérieures Diagnostic des entites de la filiere cafe Résultats de la Due Diligence Légale Points importants Solutions proposées Résultats de la Due Diligence Financière Points important La SOGESTAL de Ngozi L Évolution du compte d exploitation de Ngozi L évolution des états financiers de Ngozi La SOGESTAL de Kayanza L évolution du compte d exploitation de Kayanza L évolution des états financiers de Kayanza La SOGESTAL de Kirundo-Muyinga L évolution du compte d exploitation de Kirundo-Muyinga L évolution des états financiers de Kirundo-Muyinga La SOGESTAL de Mumirwa L Évolution du compte d exploitation de Mumirwa L évolution des états financiers de Mumirwa La SOGESTAL de Kirimiro L Évolution du compte d exploitation de Kirimiro L évolution des états financiers de Kirimiro La SODECO Le compte d exploitation de la SODECO L évolution des états financiers de la SODECO...53 Groupement Marlagne Capital Advisors, AGRER, EUREKA Consulting Page 6

7 3.2.8 L OCIBU Le compte d exploitation de l OCIBU L évolution des états financiers de l OCIBU Le Service du Patrimoine de l OCIBU (SPO) L évolution de l état du Fonds de Stabilisation L évolution de l état du Fonds de Couverture de Risques de Change Dette historique des SOGESTALS, de la SODECO et de l OCIBU Impact de la créance de l Etat sur les fonds propres des SOGESTALS, de l OCIBU et de la SODECO Analyse et Solutions pour l endettement des entités envers l Etat Solutions Proposées OPTION A : Ne rien faire OPTION B : Pardonner la Dette OPTION C : Recapitaliser les entités Résultats de la due diligence Industrielle Diagnostic de la production Les aspects agronomiques Les Associations des producteurs La gestion des Stations de lavage Analyse de la production de cerise Analyse de la production de la parche Analyse de compétitivité des SOGESTALs Prix de revient moyen des SOGESTALs Prix de revient d un opérateur de Station de lavage privé au Burundi Prix de revient d un opérateur de Station de lavage Privé au Rwanda Analyse de Compétitivité Analyse de Compétitivité de la SODECO Résultats de la campagne de marketing Tendances générales Les acteurs Tendances du marché de l arabica Synthèse des résultats de la Campagne de Marketing Les remarques des repreneurs potentiels Intérêt, Motivation des repreneurs Autres facteurs L actionnariat des producteurs Aspects Régulatoire et Institutionnels Une filière chroniquement déficitaire Une organisation génératrice de surcoûts de fonctionnement Le calendrier du désengagement La campagne Le calendrier politique La stratégie de desengagement Objectifs importants Augmentation du revenu des producteurs...98 Groupement Marlagne Capital Advisors, AGRER, EUREKA Consulting Page 7

8 4.1.2 L augmentation de la compétitivité de la filière café Valorisation du patrimoine de l Etat Stratégie générale Pour les Stations de Lavage Stratégie de désengagement Paramètres et hypothèses Groupements des stations de lavage Fusions/ fermetures de Stations de lavage Rôle futur des SOGESTALs Aspects Sociaux Pour les Usines de Déparchage Stratégie de désengagement Plan d affaires proposé Autres Actifs L OCIBU et le Service du Patrimoine Autres Actifs Stratégie pour la cession des actifs de l Etat Cession des Groupes de Stations de Lavage Principes généraux Cession à l actionnariat industriel Parts réservataires des producteurs Options de L Etat pour la vente des Stations de Lavage Usines de déparchage Principes Option de vente individuelle Option de vente intégrée Gestion des actifs invendus Cession des autres actifs La preparation du processus La restructuration des entités de la filière La restructuration financière des SOGESTALs et de la SODECO Choix de l option de restructuration financière OPTION B : Pardonner la Dette OPTION C : Recapitaliser les entités Le plan social des SOGESTALs et de la SODECO Caractères généraux du Plan Social Le coût du Plan social par entité Mesures de bonne gouvernance et légale A L OCIBU Au Service du Patrimoine de l OCIBU Pour les Entités Programmation du Désengagement de l Etat de la Filière Café Programmation générale Considérations pour la campagne Préparation des Mémoires d information et Engagement de Confidentialité Groupement Marlagne Capital Advisors, AGRER, EUREKA Consulting Page 8

9 Préparation des dossiers de Cahier des Charges d Appel d Offre et lancement Instructions aux Soumissionnaires (IAS) Due Diligence des repreneurs Autres actifs Calendrier provisoire du désengagement Campagne de communication ciblée Principes pour cette campagne de communication Messages important Groupement Marlagne Capital Advisors, AGRER, EUREKA Consulting Page 9

10 LISTES DES TABLEAUX Tableau 1 : Fonds propres réels des entités (Fbu)...15 Tableau 2 : La dette de la filière (Fbu)...15 Tableau 3 : Actionnariat de l OCIBU...33 Tableau 4 : Composition du Conseil d Administration de l OCIBU...35 Tableau 5 : Capital et Actionnariat des SOGESTALs...36 Tableau 6 : Compte d'exploitation de la SOGESTAL de Ngozi (FBu)...42 Tableau 7 : Etats financiers de la SOGESTAL de Ngozi (Fbu)...43 Tableau 8 : Compte d'exploitation de la SOGESTAL de Kayanza (FBu)...44 Tableau 9 : Etats financiers de la SOGESTAL de Kayanza (Fbu)...45 Tableau 10 : Compte d'exploitation de la SOGESTAL de Kirundo-Muyinga (FBu)...46 Tableau 11 : Etats financiers de la SOGESTAL de Kirundo-Muyinga (Fbu)...47 Tableau 12 : Compte d'exploitation de la SOGESTAL de Mumirwa (FBu)...48 Tableau 13 : Etats financiers de la SOGESTAL de Mumirwa (Fbu)...49 Tableau 14 : Compte d'exploitation de la SOGESTAL de Kirimiro (FBu)...50 Tableau 15 : Etats financiers de la SOGESTAL de Kirimiro (Fbu)...51 Tableau 16 : Compte d'exploitation de la SODECO (Fbu)...52 Tableau 17 : Etats financiers de la SODECO (Fbu)...53 Tableau 18 : Compte d'exploitation de l OCIBU (Fbu)...54 Tableau 19 : Etats financiers de l OCIBU (Fbu)...55 Tableau 20 : Compte d exploitation du Fonds de Stabilisation (Fbu)...57 Tableau 21 : Etats financiers du Fonds de Stabilisation (Fbu)...58 Tableau 22 : Compte d exploitation du fonds de couverture des risques de change (Fbu)...59 Tableau 23 : Etats financiers du fonds de couverture des risques de change (Fbu)...59 Tableau 24 : La dette de la filière (Fbu)...61 Tableau 25 : Répartition des obligations du Trésor pour les entités (Fbu)...62 Tableau 26 : Impact sur les fonds propres des entités (FBu)...63 Tableau 27 : Fonds propres réels des entités (Fbu)...64 Tableau 28 : Résultats Net des Entités ( ) (Fbu)...65 Tableau 29 : Évolution des récoltes de cerises de la SOGESTAL de Kayanza...76 Tableau 30 : Évolution des récoltes de cerises de la SOGESTAL de Kirimiro...77 Tableau 31 : Évolution des récoltes de cerises de la SOGESTAL de Kirundo-Muyinga...78 Tableau 32 : Évolution des récoltes de cerises de la SOGESTAL de Mumirwa...79 Tableau 33 : Évolution des récoltes de cerises de la SOGESTAL de Ngozi...80 Tableau 34 : Analyse de la production de la parche pour les 3 dernières campagnes...81 Tableau 35 : Prix de revient moyen des SOGESTAL (en Fbu)...83 Tableau 36 : Prix de revient moyen d un opérateur privé (en Fbu)...84 Tableau 37 : Frais variables pour une Station de lavage FBu/Kg café vert...85 Tableau 38 : Prix de revient d un Kg de café vert (FBU/kg)...85 Tableau 39 : Analyse des coûts de production à la SODECO (Fbu)...88 Tableau 40 : Compte d'exploitation du producteur de café ou compte de résultat prévisionnel (Fbu)...99 Tableau 41 : Évolution du parche dans un lot de stations de lavage Tableau 42 : Évolution des paramètres financiers d un lot de stations de lavage Tableau 43 : Prix de revient par Tn de Parche (US$) Tableau 44 : Évolution du compte d exploitation du Lot (US$) Tableau 45 : Allotement des Stations de lavage pour les Lots 1 à Tableau 46 : Allotement des Stations de lavage pour les Lots 11 à Tableau 47 : Allotement des Stations de lavage pour les Lots 20 à Tableau 48 : Moyenne de production des stations à fermer Tableau 49 : Proposition de réduction des effectifs pour les usines de déparchage Tableau 50 : Frais variables d un déparcheur (en US$) Tableau 51 : Paramètres de base d opération d un déparcheur (en US$) Tableau 52 : Compte d exploitation d un déparcheur Washed (en 000 US$) Groupement Marlagne Capital Advisors, AGRER, EUREKA Consulting Page 10

11 Tableau 53 : Paramètres de base d opération d un déparcheur (en US$) Tableau 54 : Compte d exploitation d un déparcheur Fully- Washed (en 000 US$) Tableau 55 : Lot de stations allouées à l Usine de Butere Tableau 56 : Lot de stations allouées à l Usine de Songa Tableau 57 : Estimation préliminaire du coût d un plan social au niveau des entités Groupement Marlagne Capital Advisors, AGRER, EUREKA Consulting Page 11

12 INDEX DES GRAPHIQUES Graphique n 1 : Evolution de la production de café arabica (W, FW et total) de 1983 à Graphique n 2 Evolution de la récolte totale des cerises des SOGESTALs (Kg)...39 Graphique n 3 Evolution des récoltes totales des cerises par SOGESTAL (Kg)...40 Graphique n 4 : Evolution de la production de café arabica (W, FW et total) sur la période de 1983 à Graphique n 5 : Evolution de la production de parche (tn/campagne)...81 Graphique n 6 : Evolution du revenu par habitant Graphique n 7 : Répartition provinciale des pieds de café. Meilleure compétitivité de la filière Graphique n 8 : Evolution de la collecte totale de cerises des 29 Lots Graphique 9 : Plan de désengagement de l Etat du Burundi de la Filière Café Groupement Marlagne Capital Advisors, AGRER, EUREKA Consulting Page 12

13 NOTE IMPORTANTE Ce rapport a été préparé par un Groupement comprenant, Marlagne Capital Advisors, AGRER, Eureka Consulting (le «Groupement») dans leur rôle conjoint de Conseiller pour la transaction du Désengagement de l Etat du Burundi dans la Filière Café ( la «Filière Café») financé par le Projet PAGE («PAGE») et dirigé par le Comité de Pilotage de la Filière Café(«CDP). Le Groupement a préparé ce rapport sur base des informations fournies par la Direction des SOGESTALS, de la SODECO, de l OCIBU et du Service du Patrimoine de l OCIBU (les «Entités») ou sur base des sources secondaires fournies par PAGE ou d autres. Nous avons estimé que toutes ces informations obtenues sont complètes et précises. Nous avons considéré que toutes les copies qui nous été envoyées sont complètes et conformes à l original. En outre, nous avons considéré véritables toutes les signatures se trouvant sur tous les documents ainsi que le caractère complet et l authenticité de tous les documents originaux fournis par la direction des Entités ou de leurs représentants. Bien qu il soit admis que les informations dans ce rapport sont précises, aucune représentation ou garantie, exprimée ou sous-entendue, n est ou ne sera donnée, et aucune responsabilité ou le fait d être comptable, ne sera accepté(e) par le Gouvernement du Burundi (le «Gouvernement») ou par aucun de ses dirigeants, employés, agents, conseillers, consultants ou sous-traitants, quant à l exactitude ou le caractère complet des informations ou opinions se trouvant dans le rapport ou toute autre information écrite ou orale qui a été ou pourrait être mise à la disposition de toute partie intéressée. Aucune responsabilité ou fait d être comptable exprimé(e) ou sous-entendu(e) n est accepté(e) pour des erreurs, omissions ou rapports inexacts, négligence ou autres, pour toute information ou opinions(contenues dans ce rapport ou autre) et toute responsabilité en liaison avec ces informations ou toute inexactitude, ou omission qui découlerait de ce rapport. Particulièrement, mais sans porter préjudice à la généralité de ce qui précède, aucune représentation ou garantie (exprimée ou sous-entendue) n est donnée et aucune responsabilité (exprimée ou sous-entendue) n est acceptée pour l accomplissement ou le caractère raisonnable de toutes projections, évaluations, perspectives ou estimations de retour sur l investissement contenues dans ce rapport ou dans toute autre information écrite ou orale. Par conséquent, aucune des organisations PAGE, CDP, les Entités, le Groupement, ou aucun de leurs employés respectifs, actionnaires, agents, Conseillers, consultants, ou sous-traitants ne sera tenu(e) responsable, pour toute perte ou dommage directe, indirect ou subséquent subit par toute personne par le fait de compter sur toute déclaration ou omission dans toute information se trouvant dans ce rapport, sauf dans la mesure où la responsabilité est expressément et spécifiquement acceptée sous les termes de tout contrat éventuel de vente. Le rapport est destiné à l utilisation du projet PAGE, du CDP, de la Banque Mondiale, de la Commission Interministérielle de Privatisation (CIP) et du Gouvernement du Burundi et ne constitue pas une offre ou une invitation pour achat ou acquisition des actions dans les Entités. Groupement Marlagne Capital Advisors, AGRER, EUREKA Consulting Page 13

14 1 RÉSUMÉ EXECUTIF La Stratégie de Désengagement de l Etat du Burundi de la Filière Café a été préparée avec toute l attention nécessaire eu égard à l importance stratégique de ce secteur pour l économie du pays, ses ressources en devises et aux conséquences que cette décision aura pour près de 590,000 producteurs. Cette Stratégie a été construite sur des éléments d analyse objectifs qui ont été (iv) (v) (vi) Les Due Diligences (légale, financière, Industrielle) portant sur 8 entités de la filière café (OCIBU, Service du Patrimoine, les 5 SOGESTALS et la SODECO) ; Le respect du cadre législatif de la privatisation et la stratégie de l Etat du Burundi pour la privatisation, L augmentation des revenus des producteurs à l issue du processus de désengagement, L appétit des repreneurs pour les différents actifs à mettre en vente et leur feed-back préliminaire à l issue de la campagne de promotion du désengagement de l Etat de la filière café faites auprès de repreneurs internationaux et nationaux, La compétitivité et la durabilité de la filière exportatrice dans un environnement de marché, La création de valeur pour les repreneurs mais aussi pour le Budget, Les Due Diligence comme il est d accoutumée dans un processus de transaction ont mis en exergue très rapidement de sérieux problèmes au niveau des entités de la filière café. Les Due Diligence légales ont permis d identifier principalement un certain nombre de difficultés de gouvernance qui peuvent avoir un effet de frein dans la mise en œuvre de la transaction. On notera que A l OCIBU, l Etat n a pas le quorum nécessaire pour faire voter en Assemblée Générale Extraordinaire les mesures qui vont s imposer pour enclencher le processus de désengagement. L Etat devra donc convaincre ses coactionnaires pour faire voter les mesures, Au Service du Patrimoine de l OCIBU qui est une régie de l Etat sous tutelle de l OCIBU, il sera principalement nécessaire de mettre en œuvre les inscriptions au cadastre pour le foncier de toutes les 133 Stations de Lavage et de l Usine de Songa, Les SOGESTALS et la SODECO sont les preneurs d un contrat de bail à long terme avec le Service du Patrimoine de l OCIBU qui n est pas conforme à la loi sur la privatisation et dont certains articles (exclusivité, droit de préemption et préavis) seront des obstacles lors de mise œuvre des cessions. Ces contrats doivent être renégociés avant les transactions. Groupement Marlagne Capital Advisors, AGRER, EUREKA Consulting Page 14

15 Les Due Diligence financières ont confirmé l état calamiteux des comptes des entités qui pour certains étaient en faillite depuis plusieurs années. Au terme de l analyse financière, toutes les entités sont, à la fin de leur dernier exercice, en état de faillite et il est donc exclu de les privatiser 1, Tableau 1 : Fonds propres réels des entités (Fbu) ENTITES FONDS PROPRES RESULTATS NET FONDS PROPRES REEVALUES SOGESTAL KIRIMIRO -1,565,182, ,479,599-1,810,661,883 SOGESTAL KIRUNDO- MUYINGA 143,749,878-98,358,349 45,391,529 SOGESTAL KAYANZA 250,118, ,331,227-48,212,930 SOGESTAL NGOZI 153,563, ,606, ,042,653 SOGESTAL MUMIRWA -812,074,574-30,498, ,572,751 SODECO -2,472,205, ,850,121-2,760,055,503 OCIBU -2,272,070, ,577,280-3,145,647,399 TOTAL -6,574,100,338-2,182,597,553-8,671,422,619 Source Rapport d Audit des Entités Par ailleurs, comme le montre le tableau ci-dessous l Etat a, depuis , épongé, à plusieurs reprises et par cession de créance, la dette des entités envers le Consortium des banques commerciales qui finance le campagne ( des obligations du Trésor ont été émises). La créance de l Etat à l encontre de ces entités est aujourd hui de 15, 6 Milliards de Fbu et il est donc illusoire d espérer récupérer cette dette étant donné la capacité de service de dette des entités. Tableau 2 : La dette de la filière (Fbu) CAMPAGNES ENTITES 1999/ / / / /2004 TOTAL OCIBU 398,649, ,554, ,987,597 1,990,191,862 SODECO 2,499,135,204 1,282,573, ,642,036 1,298,065,190 5,520,416,009 S.KAYANZA 0 37,875, ,881, ,390, ,146,840 S.KIRIMIRO 261,420, ,663, ,941, ,841,981 1,344,867,023 S.KIRUNDO 369,292, ,757,345 1,077,587, ,265,086 2,084,902,469 S.NGOZI 263,187, ,010, ,879, ,030,832 1,615,108,716 S.MUMIRWA 412,938, ,851, ,515, ,163, ,782,208 2,246,250,219 TOTAL DETTES 2,912,073,211 2,793,975,329 1,743,376,093 4,509,095,008 3,647,363,497 15,605,883,138 Source OCIBU- Consortium des Banques - Etat 1 Kirundo Muyinga a des fonds propres légèrement positifs car elle a comptabilisé un subside qui ne lui est pas dû. Groupement Marlagne Capital Advisors, AGRER, EUREKA Consulting Page 15

16 (iv) Depuis 2000, les entités sont rémunérées sur la base d un système appelé la Redevance Connue d Avance (lui même modifiée en 2004) lequel distribue les revenus de la vente centralisée du café vert à l OCIBU selon une clef qui attribue un pourcentage aux producteurs (72 % ) et autres acteurs (28%). Ce système a souffert des récoltes irrégulières, d une application arbitraire et du manque d adaptabilité des coûts de productions des entités, S agissant de la dette historique, l Etat devra prendre avant la mise œuvre de la Stratégie une mesure de restructuration financière qui pourrait être, soit un pardon, soit une recapitalisation laquelle aboutissant à la nationalisation ad intérim pour permettre les conditions d un processus organisé dans un environnement serein sur fond de campagne café. Les Due Diligence industrielles, ont confirmé que bien que la récolte de cerise soit favorable cette année, il est observé une chute de productivité de la filière : Les raisons sont connues ; absence du verger, manque de soins et d intrants et démobilisation au niveau du producteur et des entités ; La concurrence de la sous filière washed a contribué aux résultats moins bon qu espérés des SOGESTALS tandis que la SODECO a pu déparcher une quantité insuffisante étant donné la concurrence sévère des autres déparcheurs ( le Burundi a une capacité de déparchage qui avoisine 92, 000 Tn) pour une production moyenne de 43,300 Tn ces 3 dernières années ; L analyse de compétitivité au niveau des stations a démontré que les coûts de productions des SOGESTALS dépassent largement ceux des Stations de lavage privées qui opèrent en moyenne à des coûts de l ordre de 64% de ceux des SOGESTALS. Cette constatation est le résultat de plusieurs effets dont on peut citer la mauvaise gouvernance, le staff pléthorique et les frais liés à la gestion d un territoire trop large pour une productivité individuelle des stations trop faibles (remettant en cause les économies d échelles). Il y aura lieu de repenser le modèle des stations de lavage avec des lots plus petits (3-5 stations) et des coûts compétitifs. Groupement Marlagne Capital Advisors, AGRER, EUREKA Consulting Page 16

17 Graphique n 1 : Évolution de la production de café arabica (W, FW et total) de 1983 à 2008 Source OCIBU (iv) Au niveau de la SODECO, la taille et le personnel des usines sont tels que les coûts de production ne sont pas compétitifs. Le système actuel ou le service de déparchage est la source de revenu n est pas rentable. Mais par contre, une usine qui achète sa parche (washed /fully washed) et revend le café vert peut espérer être rentable pour autant que ses frais de personnels soit drastiquement réduits ainsi que certains frais variables, L enquête de Marketing pour l évaluation de l intérêt des repreneurs effectuée auprès de 75 participants a permis de distinguer (iv) Des opérateurs Burundais présents aux différents niveaux de la filière ou bien ayant le projet de participer au désengagement, Les négociants de café vert de premier plan très actif dans la région. Pour ces opérateurs (souvent présents au Burundi) la stratégie générale est de devenir un opérateur stratégique dans la région des grands Lacs et de s assurer d un approvisionnement stable de café de bonne et de très bonne qualité, D autres négociants de café vert ayant un intérêt particulier pour le Burundi car, présents dans les pays voisins ; Des organisations liées des torréfacteurs actifs dans la filière de café éthique, Groupement Marlagne Capital Advisors, AGRER, EUREKA Consulting Page 17

18 (v) (vi) Des torréfacteurs de taille globale qui ont inscrit au centre de leur stratégie d entreprise l éthique et la responsabilité sociale qui souhaite faire une action au titre de la responsabilité sociale et éthique ; D autres torréfacteurs et commerçants d arabica et de café de spécialité. Ces opérateurs sont de petites et moyennes tailles et achètent en majorité de l arabica de bonne et de très bonne qualité. Les principales remarques 2 des repreneurs potentiels en fonction de leur objet et par ordre de priorité sont les suivantes : L engagement du gouvernement à conduire la transaction au terme ; La communication du Gouvernement concernant le désengagement ; La création d un cadre institutionnel et régulatoire vecteur d investissements ; (iv) La nécessité de l implication des producteurs dans le processus au niveau des stations de lavage ; (v) La possibilité d avoir un choix large parmi les actifs à reprendre ; (vi) La santé financière des actifs que l Etat mettra en vente ; (vii) La possibilité de trouver des partenaires locaux de qualité. L intérêt des repreneurs pour le désengagement de la filière café au Burundi est très perceptible et au stade de la campagne de marketing on note que : a. 6 négociants de café vert internationaux 3 considèrent sérieusement aujourd hui participer à un processus d appel d offre pour la vente des actifs de l Etat ; b. 2-3 investisseurs nationaux ont également émis le souhait de participer au processus ; c. 2-3 opérateurs du commerce équitable sont intéressés également par le désengagement. Sans nulle surprise, cet intérêt est concentré au niveau des stations de lavage et à leur bassin de production de caféiculteurs. Les repreneurs ne s intéressent pas aux SOGESTALS qui, pour la plupart d entre eux, ont une structure particulière au Burundi. Par contre, ils ont dans leur ensemble, souhaité acquérir des stations de lavage par groupe de 3-5 unités. La motivation principale des repreneurs est d assurer à leurs clients un approvisionnement fiable et régulier de café vert de bonne qualité. Si les repreneurs intéressés reconnaissent tous la qualité et le potentiel des cafés du Burundi, ils déplorent son manque de régularité et le peu de crédibilité de la chaine de commercialisation jusqu'à présent. Cet Investissement en amont est donc, pour eux, l opportunité de résoudre ce problème et leur permettra de demander à leurs clients, une prime sur prix du fully washed qui pourrait aller de 10-15% du prix FOB du café vert. 2 Lors d une transaction, il ya normalement une fois l appel d offre lancé beaucoup de nouvelles questions et remarques 3 SUPREMO, ECOM, SOCAFINA, OLAM, VOLCAFE, NEUMANN Groupement Marlagne Capital Advisors, AGRER, EUREKA Consulting Page 18

19 La Stratégie de désengagement Face à cette situation de la filière très préoccupante, la stratégie proposée à l Etat est de faire une rupture avec la passé et de transformer la filière café, par une structuration optimale de la transaction et par la restructuration des entités, en une réelle opportunité d investissement attractive, compétitive et durable. S agissant des Stations de Lavage, nous proposons à l Etat une stratégie qui est une rupture totale avec le modèle des SOGESTALs afin de se désengager des actifs physiques des Stations de Lavage et non des participations de l Etat dans les SOGESTALs. (iv) (v) Les Stations de lavage sont regroupées en lots de 3 à 6 unités voisines et formant un ensemble gérable et rentable 4. Nous pensons en effet que dans une logique de recherche de la meilleure qualité et de compétitivité des maillons de la filière, de plus petits ensembles peuvent être plus à même de valoriser leur bassin de cafiers respectifs, de s adapter aux variations de la production et des prix au travers d une relation plus étroite avec les producteurs dans leur voisinage notamment en terme de paquet technologique et éventuellement de support aux intrants. Un tel groupe de stations aura des frais de gestion moindre étant donné la simplicité des opérations et donc pourra mieux garantir l emploi des personnes qui y travaillent. Cette concurrence des groupes de stations sera bénéfique pour les producteurs qui pourront avoir le choix pour la vente de leur cerise et une plus grande transparence pour l information sur les prix. L industrie des stations de lavage ainsi créé mettra sur le marché des plus petits lots de parches permettant une meilleure traçabilité, différenciation, taxation et valorisation de la qualité de la cerise qui est amenée à la station. Ceci est une étape vers un café de plus haute qualité (de spécialité ) qui ne pourra à terme qu augmenter les prix du café vert, les revenus des producteurs et le stock de devises pour l Etat. La mise en vente de groupes de stations de taille moyenne permet de proposer aux repreneurs la gamme, la plus large de possibilité d investissement, donc de créer le plus grand intérêt possible et d espérer un désengagement très significatif de l Etat pour ce segment de la filière. Cet allotement nous a conduit à déterminer 29 Lots pour un total de 117 stations ( les autres seront fermées/fusionnées car non-rentables). Ces lots de 3 à 6 stations ont eu une récolte moyenne de 3,156 Tn de cerise pour la période de L analyse financière de ce modèle a confirmé, en général, la compétitivité de cette option. 4 C est par ailleurs la taille moyenne des dépulpeurs Privés au Burundi et au Rwanda ainsi qu en Ouganda. Groupement Marlagne Capital Advisors, AGRER, EUREKA Consulting Page 19

20 Le désengagement de l Etat pour le déparchage doit se faire au niveau des actifs et non au niveau des participations l étude de compétitivité montre que ces usines ne pourront pas survivre en pratiquant uniquement un service de déparchage car leur structure de coût est supérieure à celle des SIVCA, SONICOFF et CBC 5, elles ont néanmoins une carte à jouer si elles redeviennent capable d acheter de la parche et de vendre leur propre café vert 6 ; Ces usines disposent d actifs anciens mais en bon état de marche et ont une capacité d adaptation de leur processus industriel à de plus petits lots de parche, ce qui leur permet d envisager sérieusement un avenir ; Il sera nécessaire que chaque usine restructure drastiquement ces coûts, notamment au niveau du personnel mais également pour certains frais variables et fixes ; (iv) Chaque usine, en fonction de la stratégie du repreneur, pourra soit : Se focaliser sur la sous filière Washed achat de 1,100 tn / an-particulièrement si le repreneur n a pas de partenaire(s) en amont au niveau des stations de lavage ; Se développer principalement dans la filière Fully Washed (2,500 tn / an) comme le second segment d un ensemble intégré lié à 3 ou 4 groupes de stations de lavage (15-20 stations de lavage) ; S agissant des autres actifs (ancienne Usine de Ceduca, l usine Unicafe, les Hangars du port, la chaine de torréfaction ) l Etat pourrait procéder à la vente sur le marché local selon des procédures déjà utilisées. Les bâtiments sont vétustes mais leur localisation est bonne. La méthode de cession des actifs de l Etat Pour les 29 Lots/Groupes de Stations de Lavage, il est proposé à l Etat d offrir à la vente par Appel d Offres jusqu'à 29 Lots de 3 à 6 Stations de lavage. En tenant compte (iv) (v) de la fragilité financière conjoncturelle de la filière et de l urgence d une solution permettant sa résolution ; de l importance stratégique du secteur en termes de devises et de revenu monétaire pour 590,000 petits producteurs ; de la nécessité de créer un environnement concurrentiel, compétitif et durable pour la filière ; d assurer un débouché au meilleur prix pour la cerise de qualité afin d encourager les producteurs à développer et à entretenir le verger ; de la nécessité de mener à bien dans les meilleures conditions, la première opération de désengagement significatif et au caractère irrémédiable ; 5 Et de tout autre nouvel acteur qui opère à partir d une usine moderne et plus flexible 6 Ceci est donc incompatible avec le maintien de la clef de répartition. Groupement Marlagne Capital Advisors, AGRER, EUREKA Consulting Page 20

WP Board 1062/10. 17 juin 2010 Original : anglais. Projet/Fonds commun. Contexte

WP Board 1062/10. 17 juin 2010 Original : anglais. Projet/Fonds commun. Contexte WP Board 1062/10 17 juin 2010 Original : anglais Projet/Fonds commun F Comité exécutif / Conseil international du Café 21 24 septembre 2010 Londres, Angleterre Amélioration de la transformation et de l

Plus en détail

POLITIQUE SUR LES ACHATS

POLITIQUE SUR LES ACHATS POLITIQUE SUR LES ACHATS Adoption : Conseil d administration du RCDR, 24 février 2006 Dernière révision : Conseil d administration du RCDR, 19 mars 2014 1. OBJET Définir les responsabilités et les obligations

Plus en détail

Projet du Code de l Investissement

Projet du Code de l Investissement République Tunisienne Ministère du Développement, de l Investissement et de la Coopération Internationale Projet du Code de l Investissement Version préliminaire 22 mai 2015 Article1premier. TITRE PREMIER.

Plus en détail

LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS

LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS Lois sur les investissements étrangers 13 LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS La Loi sur Investissement Canada (LIC) est la seule loi fédérale sur les investissements étrangers d application générale.

Plus en détail

Textes Juridiques Décret exécutif n 98-355 du 20 Rajab 1419 correspondant au 10 novembre 1998 portant création, organisation et fonctionnement du

Textes Juridiques Décret exécutif n 98-355 du 20 Rajab 1419 correspondant au 10 novembre 1998 portant création, organisation et fonctionnement du Textes Juridiques Décret exécutif n 98-355 du 20 Rajab 1419 correspondant au 10 novembre 1998 portant création, organisation et fonctionnement du fonds national de développement de l apprentissage et de

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC»

ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC» ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC» Par Pierre-Claver NZOHABONAYO SECRETAIRE GENERAL ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES «OPC» 1. OBJECTIFS Dès sa création, l OPC vise une régulation articulée

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION

PROGRAMMES DE GESTION RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION DIRECTION GÉNÉRALE DU CYCLE PREPARATOIRE & DE L'ENSEIGNEMENT SECONDAIRE Direction de la Pédagogie & des Normes du cycle préparatoire et de l'enseignement

Plus en détail

FICHE PRATIQUE SCPI QU EST-CE QU UNE SCPI? AVANTAGES DE L INVESTISSEMENT IMMOBILIER CONTRAINTES DE LA GESTION «EN DIRECT» LES ATOUTS DES SCPI

FICHE PRATIQUE SCPI QU EST-CE QU UNE SCPI? AVANTAGES DE L INVESTISSEMENT IMMOBILIER CONTRAINTES DE LA GESTION «EN DIRECT» LES ATOUTS DES SCPI FICHE PRATIQUE SCPI QU EST-CE QU UNE SCPI? La Société Civile de Placement Immobilier est un organisme de placement collectif qui a pour objet l acquisition et la gestion d un patrimoine immobilier locatif

Plus en détail

------------------ Travail Justice - Solidarité SECRETARIAT GENERAL DU GOUVERNEMENT

------------------ Travail Justice - Solidarité SECRETARIAT GENERAL DU GOUVERNEMENT PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE REPUBLIQUE DE GUINEE ------------------ Travail Justice - Solidarité SECRETARIAT GENERAL DU GOUVERNEMENT DECRET D/2012/ /PRG/SGG PORTANT ORGANISATION ET MODALITÉS DE FONCTIONNEMENT

Plus en détail

INSTRUCTION PORTANT REGLEMENT DU MARCHE DES TITRES DU TRESOR AU BURUNDI

INSTRUCTION PORTANT REGLEMENT DU MARCHE DES TITRES DU TRESOR AU BURUNDI : BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI INSTRUCTION PORTANT REGLEMENT DU MARCHE DES TITRES DU TRESOR AU BURUNDI I. DISPOSITIONS GENERALES Article 1 : Objectif Dans le cadre de la gestion de sa trésorerie,

Plus en détail

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL 1. Généralités GROUPE TMX LIMITÉE (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité

Plus en détail

Le réviseur d entreprises : une valeur ajoutée pour votre PME. une valeur ajoutée pour votre PME. Entreprendre 2010

Le réviseur d entreprises : une valeur ajoutée pour votre PME. une valeur ajoutée pour votre PME. Entreprendre 2010 Le réviseur d entreprises : une valeur ajoutée pour votre PME 31.03.2010 Entreprendre 2010 Le réviseur d entreprises : une valeur ajoutée pour votre PME Jean NICOLET 31.03.2010 Membre de la Commission

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE DE NORMANDIE SEINE

CREDIT AGRICOLE DE NORMANDIE SEINE CREDIT AGRICOLE DE NORMANDIE SEINE Société coopérative à capital et personnel variables Siège social : Cité de l Agriculture - chemin de la Bretèque - 76230 BOIS-GUILLAUME Siret 433 786 738 00016 - APE

Plus en détail

L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics

L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics FICHE 19 L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics 1. Qu est ce qu une entreprise en difficulté financière? 1.1. L entreprise en procédure de sauvegarde Les articles L. 620-1 et suivants

Plus en détail

Rappel du PARCOURS DE LA BOURSE D ALGER.

Rappel du PARCOURS DE LA BOURSE D ALGER. Journée de restitution des Travaux relatifs a la Reforme du Marché Financier Intervention du Directeur National du Projet de la Reforme du Marché Financier en Algérie Messieurs les ministres, les PDG des

Plus en détail

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS La grande majorité des membres du conseil d administration de la Banque seront indépendants au sens de la présente politique. Le

Plus en détail

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE Charte du réseau «boutique métiers d art» PREAMBULE La FNAA, soutenue par des institutionnels publics, a lancé un réseau de

Plus en détail

Cabinet indépendant d Audit, d expertise et de conseil dédié aux...

Cabinet indépendant d Audit, d expertise et de conseil dédié aux... Cabinet indépendant d Audit, d expertise et de conseil dédié aux... Directions Financières dirigeants d entreprise fonds d investissement Avocats, mandataires & liquidateurs judiciaires Notre mission Répondre

Plus en détail

Statuts de l Association du Pôle scientifique et technologique du canton de Fribourg (PST-FR)

Statuts de l Association du Pôle scientifique et technologique du canton de Fribourg (PST-FR) Page 1 / 8 Statuts de l Association du Pôle scientifique et technologique du canton de Fribourg (PST-FR) Art. 1 Constitution I. Constitution, siège Sous la dénomination «Pôle scientifique et technologique

Plus en détail

PROPOSITION DE PROGRESSION - BACCALAUREAT PROFESSIONNEL DE COMPTABILITE EN 3 ANS

PROPOSITION DE PROGRESSION - BACCALAUREAT PROFESSIONNEL DE COMPTABILITE EN 3 ANS PROPOSITION DE PROGRESSION - BACCALAUREAT PROFESSIONNEL DE COMPTABILITE EN 3 ANS 1 ère ANNEE (30 semaines + 4 semaines de stage) POLE 1 COMPTABILITE ET DES L ENTREPRISE. Notions générales sur l. Les principes

Plus en détail

Rapports du Corps commun d inspection

Rapports du Corps commun d inspection COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Vingt et unième réunion Point 3.5 de l ordre du jour provisoire EBPBAC21/6 31 octobre 2014 Rapports du Corps commun d inspection

Plus en détail

STATUTS DU GROUPEMENT D EMPLOYEURS DES ASSOCIATIONS DU PAYS D AIX Modification du 12 septembre 2005

STATUTS DU GROUPEMENT D EMPLOYEURS DES ASSOCIATIONS DU PAYS D AIX Modification du 12 septembre 2005 STATUTS DU GROUPEMENT D EMPLOYEURS DES ASSOCIATIONS DU PAYS D AIX Modification du 12 septembre 2005 Article 1 : Dénomination. Il est fondé, entre les personnes morales adhérentes aux présents statuts,

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

GUIDE DU PROGRAMME IMTIAZ

GUIDE DU PROGRAMME IMTIAZ GUIDE DU PROGRAMME IMTIAZ 1 ère Edition 2014 Mars 2014 Tous droits réservés ANPME Page 1 Introduction Cette note de présentation a pour objet de guider toute entreprise candidate au programme Imtiaz en

Plus en détail

ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005)

ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005) ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005) ETAT DES LIEUX DE LA GESTION STRATEGIQUE DU SYSTEME STATISTIQUE NATIONAL DU MALI 1 1. Introduction

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

pratiques Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Qui peut exercer le droit d alerte?

pratiques Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Qui peut exercer le droit d alerte? pratiques [comité d entreprise] Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Le comité d entreprise peut exercer un droit d alerte lorsqu il considère que la situation économique

Plus en détail

RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société»)

RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société») RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société») AUTORITÉ Le conseil d administration de la Société (le «conseil») établit les politiques générales de la Société,

Plus en détail

LOI n 2014-288 du 5 mars 2014 «relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie sociale» : les impacts (2)

LOI n 2014-288 du 5 mars 2014 «relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie sociale» : les impacts (2) LOI n 2014-288 du 5 mars 2014 «relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie sociale» : les impacts (2) Le Parlement a adopté, le jeudi 27 février, une loi dont l article 30 procède

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration Règles Du Conseil D administration Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS DU CONSEIL... 3 A. Stratégie et budget... 3 B. Gouvernance... 3 C. Membres du Conseil et des comités...

Plus en détail

Décret exécutif n 04-103. Du 15 Safar 1425. Correspondant au 5 avril 2004. Portant création et fixant les statuts du. Fonds de Garantie Automobile.

Décret exécutif n 04-103. Du 15 Safar 1425. Correspondant au 5 avril 2004. Portant création et fixant les statuts du. Fonds de Garantie Automobile. JOURNAL OFFICIEL N 21 DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE Du 7 avril 2004 Décret exécutif n 04-103 Du 15 Safar 1425 Correspondant au 5 avril 2004 Portant création et fixant les statuts du Fonds de Garantie Automobile.

Plus en détail

REGLEMENT SUR LE SERVICE D AUDIT INTERNE DE LA SOCIETE ANONYME «COMPAGNIE NATIONALE «ASTAN EXPO-2017»

REGLEMENT SUR LE SERVICE D AUDIT INTERNE DE LA SOCIETE ANONYME «COMPAGNIE NATIONALE «ASTAN EXPO-2017» «Approuvé» Par la décision du Conseil des Directeurs de la SA «CN «Astana EXPO-2017» du 29 août 2013 Protocole N 6 avec des amendements introduits par la décision du Conseil des Directeurs de la SA «CN

Plus en détail

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE A COMPTER DU 1ER JANVIER 2009 Par Sarah TEMPLE-BOYER (Décembre 2008) La nouvelle Autorité de concurrence, créée par l article 95 de la Loi du 4 août 2008 de modernisation

Plus en détail

Synthèse des principales caractéristiques de l opération Programme de rachat d actions

Synthèse des principales caractéristiques de l opération Programme de rachat d actions 1 CONSTRUCTIONS INDUSTRIELLES DE LA MEDITERRANEE (CNIM) Société anonyme à Directoire et Conseil de Surveillance au capital de 6 056 220 Euros Siège social : PARIS (75008) 35, rue de Bassano RCS PARIS 662

Plus en détail

Directive de la Présidence

Directive de la Présidence Directive de la Présidence Date : 5 mars 2004 DIRECTIVE RELATIVE À LA CONSTITUTION DE FONDS D AFFECTATION SPÉCIALE DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE Section première Dispositions générales 1.1. La présente

Plus en détail

4 - L affectation du résultat des sociétés

4 - L affectation du résultat des sociétés Les écritures liées à la vie d une société 3.2 4 - L affectation du résultat des sociétés Référence Internet Saisissez la «Référence Internet» dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À LA PERCEPTION DES CRÉANCES Adoptée le 3 juin 2014

POLITIQUE RELATIVE À LA PERCEPTION DES CRÉANCES Adoptée le 3 juin 2014 VERSION OFFICIELLE POLITIQUE RELATIVE À LA PERCEPTION DES CRÉANCES Adoptée le 3 juin 2014 Par la résolution no C-163-06-14 Service des ressources financières www.csp.qc.ca TABLE DES MATIÈRES 1. But de

Plus en détail

GLOSSAIRE. Actif. Annexe. Balance

GLOSSAIRE. Actif. Annexe. Balance GLOSSAIRE Actif «Un actif est un élément identifiable du patrimoine ayant une valeur économique positive pour l entité, c est-à-dire un élément générant une ressource que l entité contrôle du fait d événements

Plus en détail

Position recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI

Position recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI Textes de référence : articles 313-18 à 313-22 du règlement général de l AMF

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION & DE LA FORMATION DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES & DE LA FORMATION CONTINUE Direction des Programmes & des Manuels Scolaires PROGRAMMES DE GESTION 3 ème

Plus en détail

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ET BANQUE CENTRALE DU CONGO

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ET BANQUE CENTRALE DU CONGO REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ET BANQUE CENTRALE DU CONGO Janvier 2004 CONVENTION DU CAISSIER DE LA REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ENTRE La REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO, représentée par le Ministre

Plus en détail

Direction Générale des Douanes et Droits Indirects. Programme des épreuves. Concours d inspecteur des douanes interne

Direction Générale des Douanes et Droits Indirects. Programme des épreuves. Concours d inspecteur des douanes interne Direction Générale des Douanes et Droits Indirects Programme des épreuves Concours d inspecteur des douanes interne CONCOURS INTERNE Analyse, parmi plusieurs sujets proposés, d un dossier sur l organisation,

Plus en détail

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT Décembre 2014 CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT 1. CRÉATION Le Conseil d administration de la Banque du Canada (le «Conseil») est constitué en vertu de l article 5 de la Loi sur la Banque du Canada (la «Loi»).

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE ET DES RESSOURCES HUMAINES

MANDAT DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE ET DES RESSOURCES HUMAINES MANDAT DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE ET DES RESSOURCES HUMAINES 1. Interprétation «administrateur indépendant» désigne un administrateur qui n entretient pas avec la Compagnie ou avec une entité reliée,

Plus en détail

Procédures collectives : comment protéger ses informations?

Procédures collectives : comment protéger ses informations? Procédures collectives : comment protéger ses informations? Pascal VINCENT, Président, M2GS SAS Raphaël PEUCHOT, avocat associé FOURMANN & PEUCHOT 1 Sommaire Partie I: procédure de sauvegarde et continuité

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES PARTIE I NOTIONS GÉNÉRALES PARTIE II LE BUDGET CHAPITRE I. LE BUDGET... 15 CHAPITRE II. LE BUDGET ET LA GESTION PUBLIQUE...

TABLE DES MATIÈRES PARTIE I NOTIONS GÉNÉRALES PARTIE II LE BUDGET CHAPITRE I. LE BUDGET... 15 CHAPITRE II. LE BUDGET ET LA GESTION PUBLIQUE... TABLE DES MATIÈRES PAGES Sommaire... 5 Introduction générale... 7 PARTIE I NOTIONS GÉNÉRALES CHAPITRE I. LE BUDGET... 15 CHAPITRE II. LE BUDGET ET LA GESTION PUBLIQUE... 16 SECTION 1. Autoriser... 16 SECTION

Plus en détail

la séparation totale des activités des postes et télécommunications;

la séparation totale des activités des postes et télécommunications; LE CADRE GENERAL D ASSISTANCE PAR CONSULTANTS POUR L ELABORATION ET LA MISE EN OEUVRE D UN CADRE LEGAL APPROPRIE POUR LE SECTEUR DES TELECOMMUNICATIONS CONTEXTE GENERAL Le Gouvernement [PAYS] a adopté,

Plus en détail

Règlement financier et comptable du Secrétariat permanent de la Convention alpine

Règlement financier et comptable du Secrétariat permanent de la Convention alpine NEU NOUVEAU NUOVO NOVO 12.03.2009 Règlement financier et comptable du Secrétariat permanent de la Convention alpine Entré en vigueur le 1er avril 2009 Titre I er Dispositions générales Article 1er - Objet

Plus en détail

Plan de présentation à suivre & informations à rassembler pour formuler une offre de reprise dans le cadre d un projet de plan de cession

Plan de présentation à suivre & informations à rassembler pour formuler une offre de reprise dans le cadre d un projet de plan de cession 1 Plan de présentation à suivre & informations à rassembler pour formuler une offre de reprise dans le cadre d un projet de plan de cession Conformément au disposition de l article L642-2 du Code de Commerce

Plus en détail

1. La base de données économiques et sociales : un nouveau support d information

1. La base de données économiques et sociales : un nouveau support d information LOI DE SECURISATION DE L'EMPLOI AVRIL 2014 LA CONSULTATION DU COMITE D ENTREPRISE SUR LES ORIENTATIONS STRATEGIQUES ET LA BASE DE DONNEES ECONOMIQUES ET SOCIALES (BDES) Loi de sécurisation de l emploi

Plus en détail

PROTOCOLE D ACCORD TRANSACTIONNEL

PROTOCOLE D ACCORD TRANSACTIONNEL PROTOCOLE D ACCORD TRANSACTIONNEL ENTRE LES SOUSSIGNEES : La Ville de ROUEN, domiciliée Hôtel de Ville Place du Général de Gaulle à ROUEN (76 000) prise en la personne de son représentant légal, Monsieur

Plus en détail

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Canada Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA)

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- Le Conseil des Ministres REGLEMENT N 04/2007/CM/UEMOA PORTANT CREATION ET MODALITES DE FONCTIONNEMENT DU COMITE CONSULTATIF SUR L

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE SUD RHONE ALPES

CREDIT AGRICOLE SUD RHONE ALPES CREDIT AGRICOLE SUD RHONE ALPES Société coopérative à capital et personnel variables Siège social : 15-17, rue Paul Claudel - 381 GRENOBLE Siret 42 121 958 19 - APE 651 D Note d information émise à l occasion

Plus en détail

SÉNAT PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE

SÉNAT PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE N 22 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2008-2009 Annexe au procès-verbal de la séance du 15 octobre 2008 PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE pour le financement de l économie, ADOPTÉ PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE,

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES N 2007-23 -=-=-=-=-=- Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie :

CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES N 2007-23 -=-=-=-=-=- Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie : Tunis, le 10 octobre 2007 CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES N 2007-23 -=-=-=-=-=- O B J E T / Participation des résidents au capital de sociétés non résidentes établies en Tunisie. Le Gouverneur de

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT Comité d audit 1.1 Membres et quorom Au moins quatre administrateurs, qui seront tous indépendants. Tous les membres du comité d audit doivent posséder des compétences financières

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF. Texte adopté par l Assemblée nationale PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE

TABLEAU COMPARATIF. Texte adopté par l Assemblée nationale PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE 65 TABLEAU COMPARATIF Texte du projet de loi Texte adopté par l Assemblée nationale Propositions de la Commission PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE CONDITIONS GÉNÉRALES DE L ÉQUILIBRE FINANCIER

Plus en détail

I. POURQUOI SOUSCRIRE DES PARTS DE SCPI

I. POURQUOI SOUSCRIRE DES PARTS DE SCPI PRÉAMBULE I. POURQUOI SOUSCRIRE DES PARTS DE SCPI La société Civile de Placement Immobilier est un organisme de placement collectif qui a pour Object l acquisition et la gestion d un patrimoine immobilier

Plus en détail

CERTIFICATION DES COMPTES DE L ASSEMBLEE NATIONALE

CERTIFICATION DES COMPTES DE L ASSEMBLEE NATIONALE Avril 2014 CERTIFICATION DES COMPTES DE L ASSEMBLEE NATIONALE EXERCICE 2013 RAPPORT DE CERTIFICATION La Cour des comptes a réalisé un audit en vue de la certification des comptes de l Assemblée nationale.

Plus en détail

CO 2 SOLUTIONS INC. MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET DES RESSOURCES HUMAINES

CO 2 SOLUTIONS INC. MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET DES RESSOURCES HUMAINES CO 2 SOLUTIONS INC. MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET DES RESSOURCES HUMAINES 1. OBJET Le Comité de gouvernance et de rémunération (le «Comité») est un comité permanent du Conseil d administration de

Plus en détail

LE COMITE DE REGLEMENT DES DIFFERENDS STATUANT EN COMMISSION LITIGES ;

LE COMITE DE REGLEMENT DES DIFFERENDS STATUANT EN COMMISSION LITIGES ; DECISION N 003/13/ARMP/CRD DU 09 JANVIER 2013 DU COMITE DE REGLEMENT DES DIFFERENDS STATUANT EN COMMISSION LITIGES SUR LA DEMANDE SPECIALE D AUGMENTATION DU TAUX DE BAISSE DU MONTANT D UN MARCHE DANS LE

Plus en détail

Plan de concertation locative de l Office Municipal d HLM de Clichy la Garenne Révision du 7 mars 2007

Plan de concertation locative de l Office Municipal d HLM de Clichy la Garenne Révision du 7 mars 2007 Plan de concertation locative de l Office Municipal d HLM de Clichy la Garenne Révision du 7 mars 2007 Préambule L article 193 de la loi 2000-1208 du 13 décembre 2000 relative à la solidarité et au renouvellement

Plus en détail

Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie

Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie (Ordonnance sur l assurance dommages, OAD) Modification du 26 novembre 2003 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 8 septembre

Plus en détail

Responsable en Passation de Marchés Page 1

Responsable en Passation de Marchés Page 1 Le Projet de Renforcement des Capacités Institutionnelles pour l Efficacité Gouvernementale (PRCIEG) Titre : Termes de référence pour le recrutement d un Responsable de Passation de Marchés (RPM) 1. Contexte

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG UE06 FINANCE D ENTREPRISE - session 2013 Proposition de CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DOSSIER 1 DIAGNOSTIC FINANCIER - 11 points 1. Complétez le

Plus en détail

MONTER SON BUSINESS PLAN

MONTER SON BUSINESS PLAN MONTER SON BUSINESS PLAN Le plan de développement («business plan» en anglais) est la description quantitative et qualitative du projet de votre entreprise à moyen terme. C est donc un document fondamental

Plus en détail

Statuts de l Association Régionale pour le Développement Economique Local (ARDEL)

Statuts de l Association Régionale pour le Développement Economique Local (ARDEL) 1 Statuts de l Association Régionale pour le Développement Economique Local (ARDEL) Contexte Le problème de réduction de la pauvreté est au centre des préoccupations du gouvernement de la République de

Plus en détail

Le Conseil canadien des consultants en immigration du Canada États financiers Pour la période du 18 février 2011 (date de création) au 30 juin 2011

Le Conseil canadien des consultants en immigration du Canada États financiers Pour la période du 18 février 2011 (date de création) au 30 juin 2011 Le Conseil canadien des consultants États financiers Pour la période du 18 février 2011 (date de création) au 30 juin 2011 Contenu Rapport d un vérificateur indépendant 2 États financiers Bilan 3 État

Plus en détail

Le plan français pour assurer le financement de l économie et restaurer la confiance

Le plan français pour assurer le financement de l économie et restaurer la confiance Christine LAGARDE, Ministre de l Economie, de l Industrie et de l Emploi Le plan français pour assurer le financement de l économie et restaurer la confiance Lundi 13 octobre 2008 Dossier de presse Communiqué

Plus en détail

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. COMPOSITION ET FONCTIONNEMENT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION 1. Le Comité de la vérification (le «comité»)

Plus en détail

Section 3 Les brevets, les marques et les logiciels...45 1 Aspects comptables...45 A Au moment de l entrée en comptabilité...45

Section 3 Les brevets, les marques et les logiciels...45 1 Aspects comptables...45 A Au moment de l entrée en comptabilité...45 3 SOMMAIRE Introduction : Des origines de la comptabilité...17 Partie I les sources du droit comptable luxembourgeois...19 Chapitre 1 Les sources légales...21 Section 1 Les sources internationales...21

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION 1. COMPOSITION ET QUORUM Le Comité des ressources humaines et de la rémunération (le «Comité») est composé d au moins trois administrateurs,

Plus en détail

Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite

Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée aux états financiers présentés par les régimes

Plus en détail

RÈGLEMENT DE l AGIRC

RÈGLEMENT DE l AGIRC REGLEMENT DE L AGIRC Approuvé par la commission paritaire nationale le 22 septembre 2005 Modifié par la commission paritaire nationale le 21 mars 2006 Modifié par la commission paritaire nationale le 10

Plus en détail

Révision des Statuts de l OMSCLAP

Révision des Statuts de l OMSCLAP O.M.S.C.L.A.P. 67530 BOERSCH Révision des Statuts de l OMSCLAP Article 1 : Nom et siège Entre toutes les personnes qui adhérent aux présents statuts, il est formé une association dénommée : OMSCLAP «Office

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT I. OBJECTIF GÉNÉRAL ET PRINCIPAL MANDAT Le comité d audit (le «comité») est établi par le conseil d administration (le «conseil») d Ovivo Inc. (la «Société») pour l aider à s acquitter

Plus en détail

Elle peut également animer, gérer, administrer et représenter d autres structures de spectacles similaires ou apparentées.

Elle peut également animer, gérer, administrer et représenter d autres structures de spectacles similaires ou apparentées. Association loi 1901- Statuts type avec objet plus large ARTICLE 1 : CONSTITUTION Création Il est fondé, entre les adhérents aux présents statuts, une association régie par la loi du 1er juillet 1901,

Plus en détail

Rapport des commissaires aux comptes sur l autorisation d attribution d options de souscription ou d achat d actions

Rapport des commissaires aux comptes sur l autorisation d attribution d options de souscription ou d achat d actions Rapport des commissaires aux comptes sur l autorisation d attribution d options de souscription ou d achat d actions (Assemblée générale du 26 juin 2014 Résolution n 19) PricewaterhouseCoopers Audit 63

Plus en détail

DEMANDE DE CREDIT A RENSEIGNER PAR LE CLIENT

DEMANDE DE CREDIT A RENSEIGNER PAR LE CLIENT DEMANDE DE CREDIT A RENSEIGNER PAR LE CLIENT Réf. Dossier : (A remplir par la Direction du Crédit & Risque) Afin de faciliter l étude de votre demande de crédit et d écourter les délais de réponse, nous

Plus en détail

Journal Officiel - Numéro Spécial - 12 juillet 2008

Journal Officiel - Numéro Spécial - 12 juillet 2008 59 LOI N 08/008 DU 07 JUILLET 2008 PORTANT DISPOSITIONS GENERALES RELATIVES AU DESENGAGEMENT DE L ETAT DES ENTREPRISES DU PORTEFEUILLE EXPOSE DES MOTIFS Le programme de désengagement s inscrit dans le

Plus en détail

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 6 août 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DES RISQUES ASSOCIÉS À LA SÉCURITÉ, AU MILIEU DE TRAVAIL ET AUX PROJETS

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 6 août 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DES RISQUES ASSOCIÉS À LA SÉCURITÉ, AU MILIEU DE TRAVAIL ET AUX PROJETS Page 1 MANDAT DU COMITÉ DES RISQUES ASSOCIÉS À LA SÉCURITÉ, AU MILIEU DE TRAVAIL ET AUX PROJETS Le comité des risques associés à la sécurité, au milieu de travail et aux projets («comité») est un comité

Plus en détail

Avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi

Avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi Avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi Le 11 février 2013, l'avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi transposant les dispositions de l'accord national interprofessionnel

Plus en détail

Action de soutien à la mobilité

Action de soutien à la mobilité UNION EUROPÉENNE Fonds social européen Investit pour votre avenir PROGRAMME DEPARTEMENTAL D INSERTION 2012-2016 APPEL A PROJETS 2015 Action de soutien à la mobilité Date de lancement de l appel à projets

Plus en détail

Transferts. Nombre de titres 33.599 Echéance maximale moyenne Cours moyen de la 86,38 transaction Prix d exercice moyen Montants 2.902.

Transferts. Nombre de titres 33.599 Echéance maximale moyenne Cours moyen de la 86,38 transaction Prix d exercice moyen Montants 2.902. VICAT Société Anonyme au capital de 62.361.600 euros Siège social : Tour MANHATTAN 6 place de l Iris 92095 PARIS LA DEFENSE CEDEX 057 505 539 RCS Nanterre NOTE D INFORMATION RELATIVE A L AUTORISATION DEMANDEE

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE. 1.1 Mission

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE. 1.1 Mission POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE 1.1 Mission Le Centre local de développement (CLD) de Mirabel gère trois (3) fonds destinés à la création et au maintien d emploi par le biais d

Plus en détail

OFFRE CONTRACTUELLE DE RACHAT D ACTIONS PAR. portant sur 365.600 actions 1000mercis. en vue de la réduction de son capital social

OFFRE CONTRACTUELLE DE RACHAT D ACTIONS PAR. portant sur 365.600 actions 1000mercis. en vue de la réduction de son capital social OFFRE CONTRACTUELLE DE RACHAT D ACTIONS PAR portant sur 365.600 actions 1000mercis en vue de la réduction de son capital social Prix de l offre : 25 par action 1000mercis Durée de l offre : du 16 avril

Plus en détail

ACCIMMO PIERRE. Société civile de placement immobilier à capital variable COMMUNICATION À CARACTÈRE PROMOTIONNEL

ACCIMMO PIERRE. Société civile de placement immobilier à capital variable COMMUNICATION À CARACTÈRE PROMOTIONNEL ACCIMMO PIERRE Société civile de placement immobilier à capital variable COMMUNICATION À CARACTÈRE PROMOTIONNEL DIVERSIFIEZ VOTRE PATRIMOINE EN INVESTISSANT INDIRECTEMENT DANS L IMMOBILIER D ENTREPRISE

Plus en détail

URBAN VITALIM SCPI «PINEL»

URBAN VITALIM SCPI «PINEL» URBAN VITALIM La note d information prévue par le Code Monétaire et Financier a obtenu de l Autorité des Marchés Financiers le visa SCPI n 15-06 en date du 12/05/2015. Elle peut être obtenue gratuitement

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION CHARTE CORPORATIVE Date de publication 2005-11-17 Date de révision 2014-06-10 Émise et approuvée par Conseil d administration de Uni-Sélect inc. CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

Plus en détail

VENTE PAR APPEL D OFFRES SOUS PLI CACHETE

VENTE PAR APPEL D OFFRES SOUS PLI CACHETE VENTE PAR APPEL D OFFRES SOUS PLI CACHETE D une propriété appartenant à la ville de Vauréal située : 28 RUE DES LONGUES TERRES 95 490 VAUREAL AVIS D APPEL A CANDIDATURE I. OBJET La commune de Vauréal (95

Plus en détail

Dossier de candidature

Dossier de candidature Dossier de candidature Introduction: Avant d entreprendre la création d une entreprise, mais également à l occasion du développement d une nouvelle activité, il est absolument conseillé d élaborer un business

Plus en détail

CERTIFICATION DES COMPTES DE L ASSEMBLEE NATIONALE

CERTIFICATION DES COMPTES DE L ASSEMBLEE NATIONALE Mai 2015 CERTIFICATION DES COMPTES DE L ASSEMBLEE NATIONALE EXERCICE 2014 RAPPORT DE CERTIFICATION La Cour des comptes a réalisé un audit en vue de la certification des comptes de l Assemblée nationale.

Plus en détail

Programme détaillé BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES. Objectifs de la formation. Les métiers. Durée des études DIPLÔME D ETAT

Programme détaillé BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES. Objectifs de la formation. Les métiers. Durée des études DIPLÔME D ETAT Objectifs de la formation Le BTS Management des unités commerciales a pour perspective de vous permettre de prendre la responsabilité de tout ou partie d une unité commerciale. Une unité commerciale est

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change

Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change 2015-R-04 du 2 mars 2015 1. Contexte de la recommandation 2012-R-01 publiée le 6 avril 2012 Des établissements

Plus en détail

NOR: PMEA0420017D. Version consolidée au 5 août 2011. Sur le rapport du ministre d Etat, ministre de l économie, des finances et de l industrie,

NOR: PMEA0420017D. Version consolidée au 5 août 2011. Sur le rapport du ministre d Etat, ministre de l économie, des finances et de l industrie, Le 5 août 2011 DECRET Décret n 2004-1165 du 2 novembre 2004 relatif aux c onseils de la formation institués auprès des chambres de métiers et de l artisanat de région, des chambres régionales de métiers

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLEES DES ETATS MEMBRES DE L OMPI

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLEES DES ETATS MEMBRES DE L OMPI OMPI A/41/16 ORIGINAL : anglais DATE : 24 août 2005 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F ASSEMBLEES DES ETATS MEMBRES DE L OMPI Quarante et unième série de réunions Genève, 26

Plus en détail

Programme statistique du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO

Programme statistique du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO COMMUNAUTE ECONOMIQUE DES ETATS DE L=AFRIQUE DE L=OUEST ECONOMIC COMMUNITY OF WEST AFRICAN STATES Réunion de lancement du programme de comparaison Internationale pour l Afrique Addis Abéba, 2-4 décembre

Plus en détail

REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET

REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET 2004 LOI ORGANIQUE N 2004-42 DU 13 MAI 2004 PORTANT MODIFICATION ET COMPLETANT LA LOI ORGANIQUE DU BUDGET N 67-53 DU 8 DECEMBRE 1967

Plus en détail