- Les marqueurs en TEP

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "- Les marqueurs en TEP"

Transcription

1 TOMOGRAPHIE PAR EMISSION DE POSITONS Remarque : ce cours est un complément du poly Introduction : La TEP est une technique de médecine nucléaire récente : technique de diagnostic, de lutte et de suivi du cancer. Définitions Marqueurs : atomes radioactifs émetteurs gamma ou béta + accrochés à une molécule biologique active (vecteur), l ensemble va aller se fixer sur la zone que l on veut visualiser. On fabrique alors une image en mesurant la radioactivité. Traceur : Vecteur + Marqueur Scintigraphie : distribution 2D ou 3D du traceur. - Les marqueurs en TEP Utilisation médicale des isotopes : - Emetteurs de photons uniques gamma : Ce sont des résidus de produits de fission par réaction nucléaire. Ce sont de gros atomes, il sera donc difficile de marquer les petits atomes. 1- Emetteurs de positons béta + Un atome (Fluor) possède un excès de protons : un proton se transforme en neutron, puis émission d un positon. Celui ci rencontre un électron, avec phénomène d annihilation, et émission de deux photons gamma à 180. Historique : Traceurs principaux en EMP Utilisés en médecine nucléaire. Cf tableau Les marqueurs sont de gros atomes et les vecteurs sont des molécules complexes, crées de manière artificielle, possédant une période relativement longue donc facile à utiliser. Il existe cependant un inconvénient : seules les grosses molécules peuvent être marquées. 1

2 Traceurs principaux en TEP Les marqueurs utilisés permettent de «marquer» les atomes de base de la biochimie (O, C, N) Leur période est courte, la production étant faite au sein de l hôpital, le patient se doit d être à l heure. Production d isotopes Béta + : le cyclotron Principe : On fait entrer un proton dans un noyau d un atome stable, suivi de l émission d un neutron. Il faut pour cela donner au proton une forte énergie cinétique, d où la nécessité d un mini accélérateur de particules : le cyclotron. L ion H- est placé dans un champ magnétique : il décrit une trajectoire spiralée et subit de grandes accélérations par une différence importante de potentiel. Il se charge alors en énergie cinétique et atteint une énergie de 10 MeV, énergie suffisante pour pénétrer le noyau. L ion H- finit par traverser une plaque de carbone qui lui retire 2 électrons (on dit qu il est «épluché»), et constitue alors un proton. Puis on envoie un proton sur l eau lourde --> Formation d un fluor radioactif et d un neutron. Nature du signal en TEP Après le freinage sur 2 à 3mm (causé par un électron), l énergie cinétique du positon est quasi nulle. Il s effectue alors la réaction d annihilation avec émission de deux photons gamma de même énergie, émis à 180 l un de l autre. Remarque : il existe une limitation en résolution qui correspond à la distance de freinage (3mm). - Formation de l image a) Détecteur de photons gamma (Anger) Anger est composé de : _d un cristal de scintillation qui transforme un photon gamma d une forte énergie e plusieurs photons moins énergétiques. Cela se fait par effet Compton (ionisations d électrons et émission e photons de fluorescence (UV)) et par effet photoélectrique. L énergie de tous les photons de fluorescence additionnés correspond a l énergie du photon de départ. _d un photomultiplicateur qui permet la création d un courant électrique proportionnel a l énergie du photon de départ. On obtient une suite de pics (cf poly) et chaque pic correspond à un photon gamma détecté. La sélection de photons est appelée spectrométrie (un pic d intensité plus faible peu correspondre à un proton diffusé). Pour calculer la localisation : 2

3 b) Tomographie en coïncidence 2D On ne s intéresse qu à une coupe : les photons qui ne sont pas dans le plan de la coupe sont arrêtés par le collimateur (il y a donc diminution du rapport signal bruit). Projection (p)= a1+a2+ +an c) Tomographie en coïncidence 3D On supprime le collimateur : on intègre les projections obliques. Ceci permet la reconstitution d un volume 3D. d) Détection en coïncidence Si deux évènements ont été captés par deux détecteurs en même temps (inférieur à quelques ns), on dit qu ils sont en coïncidence. On appelle ligne de réponse la ligne qui relie une paire de détecteurs. Artéfacts 1) Coïncidences fortuites La fenêtre repère une désintégration au lieu de 2 (et dans chaque désintégration, un photon se fait absorber par l organisme). Comment supprimer cet artéfact? 2 possibilités : - l estimation 2- la mesure L estimation : on soustrait le faux signal évalué en dehors du patient (LOR) La mesure : grâce à une fenêtre temporelle décalée, on supprime les coïncidences dues au hasard. Remarque : les coïncidences fortuites sont parfaitement corrigées. 2) Les atténuations photo électriques On ne détecte qu un seul photon gamma sur les deux : l un est absorbé car il doit traverser une épaisseur plus importante de l organisme. Il y a donc une sous estimation des signaux. 3

4 3) Les atténuations Compton Ces atténuations sont responsables de 50% de la détection. Il y a sous estimation de la vraie projection et sur estimation de la projection diffusée (artéfact). Pour minimiser cet effet, il est nécessaire d évaluer les coefficients d atténuation, et donc d évaluer les densités. On utilise pour cela un scanner X qui permet de caractériser les tissus traversés. Tous les TEP sont ainsi équipés d un scanner X : TEP-TDM ou TEP-Scan. Comment corriger ces deux atténuations? - Reconstruction tomographique Reconstruction en TEP Reconstruction 2D de données 2D Réarrangement 2D de données 3D On somme des projections discrètement obliques à une projection transverse, ce qui permet une diminution des bruits. Reconstruction 3D de données 3D - Traitement de l image (cf. poly) Rendu de surface On sélectionne dans chaque direction le signal le plus intense Visualisation multimodale On associe au TEP un scanner pour diminuer les artéfacts et localiser les différents organes. 4

5 V- Imagerie du glucose Le vecteur : 18FDG La captation cellulaire de cette molécule est identique à celle du glucose. Rappel sur le métabolisme cellulaire du glucose Des récepteurs membranaires captent le glucose. S ensuit une chaîne de réactions biochimiques : la glycolyse. Ceci permet au final, en condition d aérobiose, et dans la mitochondrie, la production d ATP. La glycolyse utilise 3 types d enzymes : - l hexo/gluco kinase o PFK (qui subit un effet Pasteur, c est à dire un rétrocontrôle négatif par l ATP) - la pyruvate kinase Dans une cellule normale, il existe parallèlement la voie des pentoses qui rejoint la glycolyse. Dans la plupart des cancers, la cellule exprime des facteurs de croissance et des oncogènes (protéines) qui augmentent le nombre de récepteurs membranaires, donc la capacité de pompage du glucose. De plus l intensité du fonctionnement des enzymes est modifiée : l activité de l hexokinase augmente, l effet Pasteur est inhibé, et la pyruvate kinase «bloquée» (son action n augmente pas en proportion des deux autres). On a donc une accumulation de G6P et de glycéraldéhyde 3P. Ces deux molécules partent vers la voie des pentoses, entraînant une formation très importante de ribose et donc d ADN (au lieu d ATP). Métabolisme du FDG Difficultés FP= Faux positif FN= Faux négatif Pour la suite, nous vous renvoyons au polycopié, car il n y a pas plus de détails. 5

L ANTI-MATIERE : UN OUTIL DE LUTTE CONTRE LE CANCER

L ANTI-MATIERE : UN OUTIL DE LUTTE CONTRE LE CANCER L ANTI-MATIERE : UN OUTIL DE LUTTE CONTRE LE CANCER Denis MARIANO-GOULART Département de biophysique et médecine nucléaire Faculté de médecine de Montpellier PLAN 1 L anti-matière 2 La médecine nucléaire

Plus en détail

Imagerie nucléaire. Isabelle Bloch Télécom ParisTech - CNRS UMR 5141 LTCI Paris - France.

Imagerie nucléaire. Isabelle Bloch Télécom ParisTech - CNRS UMR 5141 LTCI Paris - France. Imagerie nucléaire Isabelle Bloch Isabelle.Bloch@enst.fr http://www.tsi.enst.fr/ bloch Télécom ParisTech - CNRS UMR 5141 LTCI Paris - France Imagerie nucléaire p.1/27 Imagerie nucléaire : principe général

Plus en détail

Dr David LUSSATO Dr Mathieu QUENEAU. 14 Octobre 2010

Dr David LUSSATO Dr Mathieu QUENEAU. 14 Octobre 2010 Dr David LUSSATO Dr Mathieu QUENEAU 14 Octobre 2010 1.1 La médecine nucléaire c est quoi? Spécialité médicale qui utilise les rayonnements ionisants en sources non scellées à des fins : biologiques thérapeutiques

Plus en détail

Bases physiques et biologiques de la radiothérapie

Bases physiques et biologiques de la radiothérapie Bases physiques et biologiques de la radiothérapie L3 : UE cancérologie Pr I. Peretti Service de Biophysique et Médecine Nucléaire CHU Lariboisière Université Paris 7 1. Les rayonnements utilisés en médecine

Plus en détail

Tomographie d'emission de Positons (TEP ou PET)

Tomographie d'emission de Positons (TEP ou PET) Tomographie d'emission de Positons (TEP ou PET) Service Hospitalier Frédéric Joliot, DEA Neurosciences 06.02.04 1 é g i R Imagerie fonctionnelle (TEP) et imagerie morphologique (TDM ou CT) Tomodensitométrie

Plus en détail

Métabolisme glucidique

Métabolisme glucidique Métabolisme glucidique Introduction générale A. Rappel de thermodynamique B. Energétique cellulaire Métabolisme du glucose A. Digestion/absorption B. Glycolyse C. Interconnexion des oses : Fructose/galactose

Plus en détail

Place de la Médecine Nucléaire en cancérologie. Principes de base

Place de la Médecine Nucléaire en cancérologie. Principes de base Place de la Médecine Nucléaire en cancérologie Principes de base Pr I. Peretti Service de Biophysique et Médecine Nucléaire CHU Lariboisière Université Paris 7 médecine nucléaire : Médecine Nucléaire =

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section i-prépa LS1 - Olivier CAUDRELIER oc.polyprepas@orange.fr Partie exercices exercice 1 : Le coefficient d absorption linéique du Plomb

Plus en détail

15/12/2014 FAHEM Djena L2 CR : BORG Manon BTIME D. Taïeb 8 pages Les explorations par émission. Plan. A. Introduction. I. Fonctionnement TEP

15/12/2014 FAHEM Djena L2 CR : BORG Manon BTIME D. Taïeb 8 pages Les explorations par émission. Plan. A. Introduction. I. Fonctionnement TEP 15/12/2014 FAHEM Djena L2 CR : BORG Manon BTIME D. Taïeb 8 pages Les explorations par émission Plan A. Introduction I. Fonctionnement TEP II. Les cyclotrons B. Le fluoro-désoxy-glucose I. Rappels II. Effet

Plus en détail

Tournez la page S.V.P.

Tournez la page S.V.P. 8 9 Tournez la page S.V.P. ANNEXE 3 : La tomographie par émission de positons Document 1 : La production de radiotraceurs Source :http://www.sv.cea.fr/var/plain/storage/original/media//art/images/web_dsvdir/11se

Plus en détail

TD 1 L IMAGERIE CEREBRALE

TD 1 L IMAGERIE CEREBRALE TD 1 L IMAGERIE CEREBRALE INTRODUCTION Pour comprendre la structure et le rôle des différentes parties du cerveau, on a dû s en remettre pendant longtemps à des méthodes indirectes. La dissection post-mortem

Plus en détail

PET-scan et cancers. La Tomographie d Émission de Positons est arrivée en Aquitaine. Pr Dominique Ducassou Dr Françoise Bonichon

PET-scan et cancers. La Tomographie d Émission de Positons est arrivée en Aquitaine. Pr Dominique Ducassou Dr Françoise Bonichon PET-scan et cancers La Tomographie d Émission de Positons est arrivée en Aquitaine Pr Dominique Ducassou Dr Françoise Bonichon Historique 1950 s: Premières applications des positons en Médecine (Wrenn

Plus en détail

Physique. Chapitre 3 : Interactions Matière-Rayonnement. Eva PEBAY-PEYROULA

Physique. Chapitre 3 : Interactions Matière-Rayonnement. Eva PEBAY-PEYROULA Physique Chapitre 3 : Interactions Matière-Rayonnement Eva PEBAY-PEYROULA MED@TICE PCEM1 - Année 2006/2007 Faculté de Médecine de Grenoble - Tous droits réservés. III-1 Les mécanismes physiques III-2 Les

Plus en détail

Instrumentation en médecine nucléaire. Pr Pierre-Yves SALAUN Médecine Nucléaire et Biophysique CHRU Brest - UBO

Instrumentation en médecine nucléaire. Pr Pierre-Yves SALAUN Médecine Nucléaire et Biophysique CHRU Brest - UBO Instrumentation en médecine nucléaire Pr Pierre-Yves SALAUN Médecine Nucléaire et Biophysique CHRU Brest - UBO I. Principes et généralités Principe Médecine nucléaire Détection de la distribution spatiale

Plus en détail

2. Les modalités de l'imagerie Médicale. utilisant des rayonnements. utilisant des rayonnements Modalités utilisant des rayonnements X et gamma

2. Les modalités de l'imagerie Médicale. utilisant des rayonnements. utilisant des rayonnements Modalités utilisant des rayonnements X et gamma 2. Les modalités de l'imagerie Médicale Dr J.M. Rocchisani CHU de Bobigny. 93. J.M. Rocchisani Imagerie Médicale par Rayonnements 1 2. Les modalités de l'imagerie Médicale Modalités X et gamma Physique

Plus en détail

La physique pour la santé : du diagnostic à la thérapie (26-29 aout 2002) Jean-Philippe VUILLEZ Inserm Faculté de Médecine et CHU de GRENOBLE

La physique pour la santé : du diagnostic à la thérapie (26-29 aout 2002) Jean-Philippe VUILLEZ Inserm Faculté de Médecine et CHU de GRENOBLE La physique pour la santé : du diagnostic à la thérapie (26-29 aout 2002) Jean-Philippe VUILLEZ Inserm 00-08 Faculté de Médecine et CHU de GRENOBLE Se définit par l utilisation in vivo de médicaments radioactifs

Plus en détail

INTERACTIONS RAYONNEMENT MATIERE. Dr. CHAKOURI M.

INTERACTIONS RAYONNEMENT MATIERE. Dr. CHAKOURI M. 1 INTERACTIONS RAYONNEMENT MATIERE Dr. CHAKOURI M. 3 DEFINITION Tout phénomène se produisant lorsqu un rayonnement traverse un milieu quel qu il soit. Se manifeste par des échanges d énergies. La présence

Plus en détail

2. Les modalités de l'imagerie Médicale utilisant des rayonnements

2. Les modalités de l'imagerie Médicale utilisant des rayonnements 2. Les modalités de l'imagerie Médicale utilisant des rayonnements Dr J.M. Rocchisani CHU de Bobigny. 93. 1/14 2. Les modalités de l'imagerie Médicale utilisant des rayonnements Modalités utilisant des

Plus en détail

TD 13 CAP PACES intéraction onde matière. Intéraction onde matière. E ph = h

TD 13 CAP PACES intéraction onde matière. Intéraction onde matière. E ph = h Structure des rayonnements Intéraction onde matière Pour notre présentation, on considérera le modèle corpusculaire de la lumière, le modèle ondulatoire s appliquant préférentiellement aux phénomènes de

Plus en détail

Chapitre 1 Matière, atome et radiation Caractéristiques de la matière Structure de l atome Sources de radiation.

Chapitre 1 Matière, atome et radiation Caractéristiques de la matière Structure de l atome Sources de radiation. vii Table des matières Chapitre 1 Matière, atome et radiation. 3 1.1 Caractéristiques de la matière. 3 1.1.1 Degré d organisation de la matière........................... 3 1.1.2 Composition de la matière...............................

Plus en détail

BIOPHYSIQUE / RADIOACTIVITE

BIOPHYSIQUE / RADIOACTIVITE BIOPHYSIQUE / RDIOCTIVITE Connaissances essentielles du cours Découverte par Becquerel en 898 Résulte de la désintégration de noyaux instables avec émission de particules et d énergie Le noyau. Un noyau

Plus en détail

Imagerie fonctionnelle et métabolique: diagnostic: imagerie. Radiothérapie interne vectorisée: traitement

Imagerie fonctionnelle et métabolique: diagnostic: imagerie. Radiothérapie interne vectorisée: traitement Imagerie métabolique. Radiothérapie vectorisée. Détection per-opératoire. Radio-immunologie Imagerie fonctionnelle et métabolique: diagnostic: imagerie Radiothérapie interne vectorisée: traitement Détection

Plus en détail

Tomographie par émission de positons : marquage au fluor 18

Tomographie par émission de positons : marquage au fluor 18 Tomographie par émission de positons : marquage au fluor Par sa demi-vie et ses caractéristiques physico-chimiques, le fluor permet de marquer des molécules d intérêt biologique et d obtenir des radiopharmaceutiques

Plus en détail

La Médecine Nucléaire. Dr S.Becker Centre Eugène Marquis

La Médecine Nucléaire. Dr S.Becker Centre Eugène Marquis La Médecine Nucléaire Dr S.Becker Centre Eugène Marquis Définitions La médecine nucléaire : utilisation de molécules radioactives administrées à des patients à des fins diagnostiques ou thérapeutiques

Plus en détail

Quels rayonnements recevons-nous? CSNSM CNRS-IN2P3

Quels rayonnements recevons-nous? CSNSM CNRS-IN2P3 Quels rayonnements recevons-nous? 1 Rayonnements d origine naturelle Les radioéléments naturels : particules alpha, électrons, photons X et gamma, neutrons origine : granit,corps, Le rayonnement cosmique

Plus en détail

Item 5 : Imagerie par tomographie d émission de positons (TEP) des tumeurs endocrines

Item 5 : Imagerie par tomographie d émission de positons (TEP) des tumeurs endocrines Item 5 : Imagerie par tomographie d émission de positons (TEP) des tumeurs endocrines Collège des Enseignants d'endocrinologie, Diabète et Maladies Métaboliques (CEEDMM) Date de création du document 2010-2011

Plus en détail

LA RADIOACTIVITE. Dr CHAKOURI M. 2013/2014

LA RADIOACTIVITE. Dr CHAKOURI M. 2013/2014 1 LA RADIOACTIVITE Dr CHAKOURI M. 2013/2014 2 OBJECTIFS Utiliser la loi de décroissance et loi de filiations radioactives Calculer l activité, période, constante radioactive. Convertir les unités en radioactivité.

Plus en détail

Pour obtenir l image d un plan de coupe par résonance magnétique, on réalise une séquence d écho de spin avec les paramètres suivants :

Pour obtenir l image d un plan de coupe par résonance magnétique, on réalise une séquence d écho de spin avec les paramètres suivants : Exercices sur l IRM Exercice Pour obtenir l image d un plan de coupe par résonance magnétique, on réalise une séquence d écho de spin avec les paramètres suivants : temps de répétition TR = 600 ms temps

Plus en détail

Imagerie Médicale. Structure de la Matière

Imagerie Médicale. Structure de la Matière Imagerie Médicale Structure de la Matière L ATOME DE CARBONE rayonnement émission de noyaux d hélium noyaux lourds en excès de proton rayonnement émission d un électron -) ou d un positron +) ( +) concerne

Plus en détail

La TOMOGRAPHIE PAR EMISSION DE POSITRONS (TEP)

La TOMOGRAPHIE PAR EMISSION DE POSITRONS (TEP) La TOMOGRAPHIE PAR EMISSION DE POSITRONS (TEP) La tomographie d émission positronique (PET : positron emission tomography) repose sur l emploi de radiopharmaceutiques comprenant un radio-isotope émetteur

Plus en détail

UE 3A : Organisation des appareils et des systèmes : Aspects fonctionnels et méthodes d étude

UE 3A : Organisation des appareils et des systèmes : Aspects fonctionnels et méthodes d étude UE 3A : Organisation des appareils et des systèmes : Aspects fonctionnels et méthodes d étude MODULE 1: Etats de la matière et leur caractérisation MODULE 2: Méthodes d'étude en électrophysiologie jusqu'à

Plus en détail

Contrôle cinétique/thermodynamique?

Contrôle cinétique/thermodynamique? fiche 53 Contrôle cinétique/thermodynamique? Lors de la mise en contact de réactifs, plusieurs produits peuvent être obtenus, menant souvent à une mauvaise sélectivité et à un faible rendement en produit

Plus en détail

Neuro-Imagerie. Neurophysiologie

Neuro-Imagerie. Neurophysiologie Neurophysiologie. 2017 Neuro-Imagerie Florence Perrin Université Montpellier INSERM U 1198 MMDN Molecular mechanisms of Neurodegenerative diseases @:florence.perrin@umontpellier.fr Imagerie Anatomique

Plus en détail

Imagerie fonctionnelle nucléaire

Imagerie fonctionnelle nucléaire Imagerie fonctionnelle nucléaire Philippe Ciuciu (CEA/SHFJ) ciuciu@shfj.cea.fr http://www.madic.org/people/ciuciu CEA/SHFJ 1 Principe général de l imagerie fonctionnelle nucléaire 1. Traceur caractéristique

Plus en détail

L IMAGERIE MÉDICALE. Margaux Hamonet Doctorante équipe imxgam CPPM

L IMAGERIE MÉDICALE. Margaux Hamonet Doctorante équipe imxgam CPPM 1 L IMAGERIE MÉDICALE Margaux Hamonet Doctorante équipe imxgam CPPM 2 La radiographie Dispositif de radiographie 3 La radiographie Photographie de main Radiographie de main 4 La radiographie Les rayonnements

Plus en détail

une ambition, être leader en imagerie moléculaire

une ambition, être leader en imagerie moléculaire une ambition, être leader en imagerie moléculaire www.cyclopharma.fr 1 SOMMAIRE 1. Un acteur majeur en imagerie moléculaire... 3 2. Le TEP-Scan, une technique d imagerie innovante... 6 Principe de fonctionnement...

Plus en détail

TP de radioactivité. Rappels Radioprotection Applications de la radioactivité Expériences L énergie nucléaire Chambre à brouillard

TP de radioactivité. Rappels Radioprotection Applications de la radioactivité Expériences L énergie nucléaire Chambre à brouillard TP de radioactivité Rappels Radioprotection Applications de la radioactivité Expériences L énergie nucléaire Chambre à brouillard Rappels TP de radioactivité Notations Masse atomique Numéro atomique A

Plus en détail

4. La Médecine Nucléaire. 4. Médecine Nucléaire. 4.1. Introduction. Dr J.M. Rocchisani CHU de Bobigny. 93.

4. La Médecine Nucléaire. 4. Médecine Nucléaire. 4.1. Introduction. Dr J.M. Rocchisani CHU de Bobigny. 93. 4. La Médecine Nucléaire Dr J.M. Rocchisani CHU de Bobigny. 93. J.M. Rocchisani Scintigraphie 1 4. Médecine Nucléaire 1. Introduction 2. Principes 3. Imagerie scintigraphique 4. Tomographie d émission

Plus en détail

Correction des exercices Chapitre La radioactivité

Correction des exercices Chapitre La radioactivité Correction des exercices Chapitre La radioactivité Exercices d application 1. Mots manquants a. isotopes noyau père ; noyau fils ; une particule c. de la charge électrique d. le nombre de désintégrations

Plus en détail

Chapitre 1 : La photosynthèse

Chapitre 1 : La photosynthèse Chapitre 1 : La photosynthèse Introduction: Les végétaux sont des êtres vivants car ils sont composés d une ou plusieurs cellules. Une cellule végétale est composée d une membrane, d un cytoplasme, d un

Plus en détail

1) Définition Deux isotopes ont les mêmes nombres de charge (Z) mais des nombres de masse (A) différents.

1) Définition Deux isotopes ont les mêmes nombres de charge (Z) mais des nombres de masse (A) différents. Méthodologies, désintégrations et contrôle métabolique I_ Utilisation d'isotopes. Molécules marquées par isotopes radioactifs 1) Définition Deux isotopes ont les mêmes nombres de charge (Z) mais des nombres

Plus en détail

LA MEDECINE NUCLEAIRE

LA MEDECINE NUCLEAIRE LA MEDECINE NUCLEAIRE A) Généralités Définition C est la discipline qui regroupe les utilisations médicales des substances radioactives (ou radionucléides) présentées en sources non scellées, c est-à-dire

Plus en détail

La dosimétrie. Dosimétrie interne. Principales grandeurs dosimétriques Dosimétrie externe. Les dosimètres. I. Les différentes expositions II. III. IV.

La dosimétrie. Dosimétrie interne. Principales grandeurs dosimétriques Dosimétrie externe. Les dosimètres. I. Les différentes expositions II. III. IV. La dosimétrie I. Les différentes expositions II. III. IV. Principales grandeurs dosimétriques Dosimétrie externe Dosimétrie interne V. Mesure des doses de rayonnements Les dosimètres III - Dosimétrie externe

Plus en détail

Imagerie du petit animal. ******** Un exemple d imagerie moléculaire

Imagerie du petit animal. ******** Un exemple d imagerie moléculaire Imagerie du petit animal ******** Un exemple d imagerie moléculaire Pr Pierre-Olivier Kotzki Certificat optionnel: Imagerie métabolique et moléculaire I- La transgénèse Addition d'un gène étranger, appelé

Plus en détail

Qu'est ce que la médecine nucléaire? Qu'est ce qu'elle explore?

Qu'est ce que la médecine nucléaire? Qu'est ce qu'elle explore? 19/11/2013 CATHIARD Elena L2 BMCP David Taïeb Relecteur 5 14 pages Médecine nucléaire Plan A. Quelques notions de radioprotection I. Protection des patients II. Protection du personnel III. Irradiation

Plus en détail

TEP Tomoscintigraphie par Emission de Positons - Applications en Oncologie

TEP Tomoscintigraphie par Emission de Positons - Applications en Oncologie Nancy, 27 janvier 2009 DU de Pharmacie Oncologique DU de Pharmacie Oncologique 2011/2012 TEP Tomoscintigraphie par Emission de Positons - Applications en Oncologie Pierre OLIVIER Médecine Nucléaire - CHU

Plus en détail

L3 UE3 : Appareil digestif Médecine Nucléaire: principes et applications. Rachida Lebtahi Hôpital Beaujon

L3 UE3 : Appareil digestif Médecine Nucléaire: principes et applications. Rachida Lebtahi Hôpital Beaujon L3 UE3 : Appareil digestif Médecine Nucléaire: principes et applications Rachida Lebtahi Hôpital Beaujon Principe Imagerie Gamma Caméra: scintigraphie à l Octreoscan Imagerie TEP TEP 18 FDG TEP 18FDOPA

Plus en détail

A1. Nature des rayonnements

A1. Nature des rayonnements Accélérateurs CERF 2015 - balduyck.s@chu-toulouse.fr n A1. Nature des rayonnements a b - g ev 10 6 Naturels Artificiels p b + X UV 10 3 IR µ-onde RF onde radio 1 10-3 10-6 US Corpuscules Photon CE = capture

Plus en détail

Médecine Nucléaire. Rouzet Service de Biophysique - Médecine Nucléaire CHU Bichat

Médecine Nucléaire. Rouzet Service de Biophysique - Médecine Nucléaire CHU Bichat Médecine Nucléaire François Rouzet Service de Biophysique - Médecine Nucléaire CHU Bichat Introduction Médecine Nucléaire = utilisation à des fins médicales de radioéléments artificiels Domaines d application

Plus en détail

ETUDE RETROSPECTIVE DE FAUX POSITIFS ET NEGATIFS DE LA TEP-TDM DANS LE CANCER DU POUMON. APPORT DE LA TOMODENSITOMETRIE.

ETUDE RETROSPECTIVE DE FAUX POSITIFS ET NEGATIFS DE LA TEP-TDM DANS LE CANCER DU POUMON. APPORT DE LA TOMODENSITOMETRIE. ETUDE RETROSPECTIVE DE FAUX POSITIFS ET NEGATIFS DE LA TEP-TDM DANS LE CANCER DU POUMON. APPORT DE LA TOMODENSITOMETRIE. J Bréhant, M Foinant, AC Souteyrand, A Lhoste et JL Michel Radiologie A CHU Gabriel

Plus en détail

Chapitre 4 Interaction rayonnement-matière

Chapitre 4 Interaction rayonnement-matière Chapitre 4 Interaction rayonnement-matière 1 Interaction Particule-Matière 1.1 Généralités et définitions 1.2 Cas des particules lourdes 1.3 Cas des particules légères 1.4 Rayonnement de freinage (Bremsstrählung)

Plus en détail

Médecine Nucléaire. François Rouzet Service de Biophysique - Médecine Nucléaire CHU Bichat

Médecine Nucléaire. François Rouzet Service de Biophysique - Médecine Nucléaire CHU Bichat Médecine Nucléaire François Rouzet Service de Biophysique - Médecine Nucléaire CHU Bichat Introduction Médecine Nucléaire = utilisation à des fins médicales de radioéléments artificiels Domaines d application

Plus en détail

Professeur Eva PEBAY-PEYROULA

Professeur Eva PEBAY-PEYROULA UE 3-1 : Physique Chapitre 10 : Interactions Professeur Eva PEBAY-PEYROULA Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Finalité du chapitre Après avoir vu

Plus en détail

Médecine Nucléaire Radioprotection

Médecine Nucléaire Radioprotection Médecine Nucléaire Radioprotection Bardia Farman Physicien Médical Hôpital La Timone Marseille 1 Médecine Nucléaire Le service ayant le droit de détenir et de délivrer des sources non scellées Secteurs

Plus en détail

6 Les neutrons et leurs interactions

6 Les neutrons et leurs interactions 6 Les neutrons et leurs interactions Les neutrons sont nécessaires au fonctionnement des réacteurs nucléaires. Les collisions de ces particules provoquent les fissions qui engendrent la chaleur dans les

Plus en détail

A-/ Les réactions nucléaires spontanées ou Radioactivité

A-/ Les réactions nucléaires spontanées ou Radioactivité I-/ -/ Les réactions nucléaires spontanées ou Radioactivité I- La radioactivité La radioactivité est la transformation spontanée d'un noyau atomique instable en noyau d'une autre espèce chimique avec émission

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Sections : L1 Santé - Olivier CAUDRELIER oc.polyprepas@orange.fr 1 SOMMAIRE Partie A : Interaction des Particules non chargées avec la matière

Plus en détail

PROBLEME DE RADIOACTIVITE La radioactivité dans le corps humain

PROBLEME DE RADIOACTIVITE La radioactivité dans le corps humain Université Joseph Fourier Grenoble-I 16 juin 2011, durée 1h30 UE PHY11a Feuille manuscrite recto verso et calculatrice autorisés PROBLEME DE RADIOACTIVITE La radioactivité dans le corps humain Par le biais

Plus en détail

Corrigé QCM BIOCHIMIE Biotech 1

Corrigé QCM BIOCHIMIE Biotech 1 " Corrigé QCM BICHIMIE Biotech 1 Consignes : - répondre en utilisant la grille prévue - les documents et la calculatrice sont interdits. Notation : - les QCS comportent 1 seule réponse exacte - QCS juste

Plus en détail

Chapitre 7 La radiation

Chapitre 7 La radiation Chapitre 7 La radiation - 7.1 la désintégration radioactive - Radioactivité une propriété que possède une substance d émettre des particules et/ou des rayons de haute énergie. - Rayonnement l émission

Plus en détail

LES RAYONNEMENTS ÉLECTROMAGNÉTIQUES & PARTICULAIRES. Dr CHAKOURI M.

LES RAYONNEMENTS ÉLECTROMAGNÉTIQUES & PARTICULAIRES. Dr CHAKOURI M. 1 LES RAYONNEMENTS ÉLECTROMAGNÉTIQUES & PARTICULAIRES Dr CHAKOURI M. 2 PLAN INTRODUCTION DESCRIPTION DU REM CONSTITUTION DU REM CLASSIFICATION DES REM RAYONNEMENT PARTICULAIRE UTILISATION DES RAYONNEMENTS

Plus en détail

Bases biophysiques de l utilisation des rayonnements dans les professions de santé

Bases biophysiques de l utilisation des rayonnements dans les professions de santé UE3-1 : Biophysique Chapitre 1 : Bases biophysiques de l utilisation des rayonnements dans les professions de santé Professeur Jean-Philippe VUILLEZ Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier

Plus en détail

La structure atomique. Chimie 11

La structure atomique. Chimie 11 La structure atomique Chimie 11 L'atome Un atome est constitué d'électrons qui gravitent autour d'un noyau. Le noyau est composé de protons et de neutrons. Stabilité : nombre de protons = nombre d'électrons

Plus en détail

A1. Nature des rayonnements

A1. Nature des rayonnements n A1. Nature des rayonnements α β γ ev 10 6 Naturels Artificiels p β + X UV 10 3 Accélérateurs IR µ-onde RF 1 10-3 10-6 US onde radio Corpuscules Photon Origine des rayonnements alpha, beta, gamma Vallée

Plus en détail

PLACE DE LA MEDECINE NUCLEAIRE EN ONCOLOGIE THORACIQUE. Dr CARRIER Patricia 1 décembre 2016

PLACE DE LA MEDECINE NUCLEAIRE EN ONCOLOGIE THORACIQUE. Dr CARRIER Patricia 1 décembre 2016 PLACE DE LA MEDECINE NUCLEAIRE EN ONCOLOGIE THORACIQUE Dr CARRIER Patricia 1 décembre 2016 TEP/TDM La TEP est une technique d imagerie biologique permettant de rendre compte de manière quantitative et

Plus en détail

Métabolisme des glucides. La Glycolyse. Vue d ensemble du métabolisme des glucides

Métabolisme des glucides. La Glycolyse. Vue d ensemble du métabolisme des glucides La Glycolyse I. Introduction Le métabolisme des glucides est l'ensemble des processus biochimiques responsables de la formation, la dégradation et de l'interconversion des glucides chez les organismes

Plus en détail

TD 2 BIOPHYSIQUE Photon Niveaux d énergie dans un atome Interaction matière-rayonnement Radioactivité Dosimétrie

TD 2 BIOPHYSIQUE Photon Niveaux d énergie dans un atome Interaction matière-rayonnement Radioactivité Dosimétrie TD 2 BIOPHYSIQUE Photon Niveaux d énergie dans un atome Interaction matière-rayonnement Radioactivité Dosimétrie Exercice 1 Effet photoélectrique On considère les résultats d une expérience sur l effet

Plus en détail

}Innée Vniversitaire. 2008/2009

}Innée Vniversitaire. 2008/2009 Université de Tunis El Manar Institut Supérieur des technologies Médicales de Tunis Centre National des Sciences et Technologies Nucléaires o - (, :MfE9J10ICJ(tE (j)p, CJXI(OJP/T (j)p, P!:JV (j) 'p,tv(}yes

Plus en détail

Médecine Nucléaire UE biopathologie. Paolo Zanotti Fregonara

Médecine Nucléaire UE biopathologie. Paolo Zanotti Fregonara Médecine Nucléaire UE biopathologie Paolo Zanotti Fregonara Définition Utilisation de sources radioactives non scellées dans un but Diagnostique (photons gamma) Thérapeutique (particules beta, alpha) Radioactivité

Plus en détail

LA RADIOACTIVITE. 1. Le noyau de l atome 1.1 Composition d un noyau atomique Le noyau est composé de nucléons : les protons et les neutrons.

LA RADIOACTIVITE. 1. Le noyau de l atome 1.1 Composition d un noyau atomique Le noyau est composé de nucléons : les protons et les neutrons. L RDIOCTIVITE. Le noyau de l atome. Composition d un noyau atomique Le noyau est composé de nucléons : les protons et les neutrons. On appelle nombre de masse le nombre de nucléons d'un noyau, et nombre

Plus en détail

Bases physiques de la tomographie d émission de positons (TEP)

Bases physiques de la tomographie d émission de positons (TEP) Bases physiques de la tomographie d émission de positons (TEP) Pr JN. TALBOT Service de Médecine Nucléaire et Centre TEP AP-HP Hôpital Tenon Paris Radionucléides émettant des positons Positon : particule

Plus en détail

TUMEURS OSSEUSES: Quel examen en Médecine Nucléaire? Pauline CHAMBON, Manipulatrice Dr Matthieu John OUVRIER Département de Médecine Nucléaire

TUMEURS OSSEUSES: Quel examen en Médecine Nucléaire? Pauline CHAMBON, Manipulatrice Dr Matthieu John OUVRIER Département de Médecine Nucléaire TUMEURS OSSEUSES: Quel examen en Médecine Nucléaire? Pauline CHAMBON, Manipulatrice Dr Matthieu John OUVRIER Département de Médecine Nucléaire Tumeurs osseuses primitives Tumeurs osseuses secondaires -

Plus en détail

À partir du document : La décroissance radioactive, une maladie génétique des atomes

À partir du document : La décroissance radioactive, une maladie génétique des atomes Chapitre II RADIOACTIVITE & REACTIONS NUCLEAIRES NOTIONS ET CONTENUS Cohésion du noyau, stabilité. Radioactivité naturelle et artificielle. Activité. Réactions de fission et de fusion. Lois de conservation

Plus en détail

CHAP VII : PHYSIQUE NUCLEAIRE

CHAP VII : PHYSIQUE NUCLEAIRE 1 CHAP VII : PHYSIQUE NUCLEAIRE I- INTRODUCTION ET RAPPEL 2 1) Le noyau 2 2) L'unité de masse atomique: uma 3 II- LE DÉFAUT DE MASSE 3 III- L ÉNERGIE DE LIAISON 3 1) L énergie de liaison par nucléon 4

Plus en détail

Cours n 7 : Médecine Nucléaire

Cours n 7 : Médecine Nucléaire UE2 : Biophysique Pr Francois Rouzet Le 4/10 /2016 de 10h30 à 12H30 Ronéotyper : Arien Allahverdi Roneolecteur : Paul Nicolas-Vullierme Cours n 7 : Médecine Nucléaire Le prof a accepté de relire et corrigé

Plus en détail

CH 2 MEDECINE NUCLEAIRE

CH 2 MEDECINE NUCLEAIRE CH 2 MEDECINE NUCLEAIRE Pr N BEN RAIS AOUAD Chef de service de médecine nucléaire Centre hospitalier IBN SINA Directeur de l équipe de recherche en oncologie nucléaire Pr N Ben Rais Aouad 1 Ch 2 MEDECINE

Plus en détail

Principes de la géochronologie

Principes de la géochronologie Principes de la géochronologie 1. INTRODUCTION Au cours du 19 et du 20 ème siècle, trois grands débats mobilisent les spécialistes des sciences de la Terre. Ces interrogations scientifiques ont affirmé

Plus en détail

La dosimétrie. Rôle fondamental en radioprotection, radiothérapie et en situations accidentelles. Dr Michelle Dabadie - Université de Bordeaux

La dosimétrie. Rôle fondamental en radioprotection, radiothérapie et en situations accidentelles. Dr Michelle Dabadie - Université de Bordeaux La dosimétrie La dosimétrie a pour but de mesurer la quantité d énergie déposée dans un matériau ou un tissu vivant lors d une exposition à des rayonnements ionisants. Indispensable pour prévoir les effets

Plus en détail

Imagerie de la réponse r thérapeutique en cancérologie. M Seridi, SE Bendib Service d imagerie d CPMC

Imagerie de la réponse r thérapeutique en cancérologie. M Seridi, SE Bendib Service d imagerie d CPMC Imagerie de la réponse r thérapeutique en cancérologie M Seridi, SE Bendib Service d imagerie d médicale m CPMC Introduction L imagerie a un rôle primordial en oncologie pour guider le thérapeute dans

Plus en détail

Points essentiels. Historique. Historique. L expérience de Rutherford. Les types d émission radioactives 8/10/10. Historique de la radioactivité

Points essentiels. Historique. Historique. L expérience de Rutherford. Les types d émission radioactives 8/10/10. Historique de la radioactivité Points essentiels Historique de la radioactivité La désintégration alpha L effet tunnel (section facultative) La désintégration bêta La désintégration gamma 1 Historique Historique Figure 4-3 Dec 1904

Plus en détail

Imagerie Médicale : Fondements. Biophysique des radiations

Imagerie Médicale : Fondements. Biophysique des radiations Imagerie Médicale : Fondements Biophysique des radiations Master 2 MultiMedia : Image et Son Numériques Pascal Desbarats (desbarats@labri.fr) IMF : Biophysique des radiations p.1 Biophysique des radiations

Plus en détail

C1 Ondes et particules : supports d information. En AP N 19, 22 et 26 P.22-27

C1 Ondes et particules : supports d information. En AP N 19, 22 et 26 P.22-27 C1 Ondes et particules : supports d information En AP N 19, 22 et 26 P.22-27 L échelle logarithmique permet de réduire l échelle des valeurs caractérisant les séismes possibles. a ) Qualités : -Très grande

Plus en détail

Cours de Radioactivité

Cours de Radioactivité Année 29 Licence de Sciences et Technologies - Mention Sciences et Vie de la Terre er Semestre Cours de Radioactivité II. La radioactivté Arnaud Serres Ateliers arnaud.serres@univ-nc.nc . introduction

Plus en détail

MEDECINE NUCLEAIRE SCINTIGRAPHIE OSSEUSE, FEV ET PET-SCAN

MEDECINE NUCLEAIRE SCINTIGRAPHIE OSSEUSE, FEV ET PET-SCAN MEDECINE NUCLEAIRE SCINTIGRAPHIE OSSEUSE, FEV ET PET-SCAN Madame Dominique ROTA-BETAIN, Cadre de Pôle Imagerie, CHU de Besançon MEDECINE NUCLEAIRE la scintigraphie est une technique d imagerie fonctionnelle.

Plus en détail

Qu est-ce que la médecine nucléaire?

Qu est-ce que la médecine nucléaire? Par Elsa Clément Les radiographies durant la 1 er Guerre Mondiale En 1914, la Première Guerre mondiale éclate. Marie Curie ainsi que sa fille, Irène Joliot-Curie, se rendront au front afin d aider les

Plus en détail

Récupération en temps réel de coïncidences diffuses triples dans un scanner TEP à l aide d un réseau de neurones artificiels

Récupération en temps réel de coïncidences diffuses triples dans un scanner TEP à l aide d un réseau de neurones artificiels UNIVERSITÉ DE SHERBROOKE Faculté de génie Département de génie électrique et de génie informatique Récupération en temps réel de coïncidences diffuses triples dans un scanner TEP à l aide d un réseau de

Plus en détail

NT UE3. ELECTROPHYSIOLOGIE Rayonnements X et γ

NT UE3. ELECTROPHYSIOLOGIE Rayonnements X et γ NT UE3 ELECTROPHYSIOLOGIE Rayonnements X et γ 1_ Origine des RX produits par le tube: 1_ Origine des RX produits par le tube:rayonnement de freinage 1_ Origine des RX produits par le tube:rayonnement

Plus en détail

Lycée Saint Joseph Izmir. Le flux d'énergie chez les Êtres Vivants La respiration et la fermentation des cellules. Introduction...p.

Lycée Saint Joseph Izmir. Le flux d'énergie chez les Êtres Vivants La respiration et la fermentation des cellules. Introduction...p. Le flux d'énergie chez les Êtres Vivants La respiration et la fermentation des cellules Table des matières Introduction...p.2 I. Dégradation des métabolites énergétiques...p.4 I.1 Les rendements énergétiques...p.4

Plus en détail

Les noyaux qui ont un excès de neutrons par rapport à la forme stable émettent des électrons : 0 1 n 1 1 p e - + ν (antineutrino)

Les noyaux qui ont un excès de neutrons par rapport à la forme stable émettent des électrons : 0 1 n 1 1 p e - + ν (antineutrino) La radiochimie I_ Radioactivité A. Découverte La radioactivité a été découverte par Becquerel en 1886, lorsqu'il découvre que des plaques photographiques laissées près de sels d'uranium ont été impressionnées.

Plus en détail

Préface... 15. Introduction NANOBIOTECHNOLOGIES ET NANOBIOLOGIE... 17 PARTIE I : LES NANO-OBJETS BIOLOGIQUES

Préface... 15. Introduction NANOBIOTECHNOLOGIES ET NANOBIOLOGIE... 17 PARTIE I : LES NANO-OBJETS BIOLOGIQUES TABLE DES MATIÈRES Remerciements... 14 Préface... 15 Introduction NANOBIOTECHNOLOGIES ET NANOBIOLOGIE... 17 PARTIE I : LES NANO-OBJETS BIOLOGIQUES Chapitre 1 RÉGULATION STRUCTURALE ET FONCTIONNELLE DE

Plus en détail

PLACE DE LA TEP DANS LE DIAGNOSTIC ET LE SUIVI DES VASCULARITES SYSTEMIQUES

PLACE DE LA TEP DANS LE DIAGNOSTIC ET LE SUIVI DES VASCULARITES SYSTEMIQUES PLACE DE LA TEP DANS LE DIAGNOSTIC ET LE SUIVI DES VASCULARITES SYSTEMIQUES Réseau de compétences «maladies systémiques & auto-immunes rares de l adulte» Journée régionale du 27 avril 2012 Denis Mariano-Goulart

Plus en détail

L atome dans le modèle standard

L atome dans le modèle standard L atome dans le modèle standard Le modèle standard : Fermions et Bosons Bosons : particules échangées lors d interactions entre particules de la matière Fermions : particules élémentaires de la matière

Plus en détail

DIGESTIF Explorations isotopiques en pathologie digestive. Explorations isotopiques en pathologie digestive

DIGESTIF Explorations isotopiques en pathologie digestive. Explorations isotopiques en pathologie digestive 28 avril 2014 Tiphaine Coma L2 Digestif Relecteur 6 10 pages Explorations isotopiques en pathologie digestive Plan A. La médecine nucléaire I. Définition II. Réalisation III. Sémiologie B. Examens isotopiques

Plus en détail

Physique Radiologique

Physique Radiologique Physique Radiologique Première Partie : Radiologie Cours Physique MEM 2ème Année 1 Plan 1. Production de Rayons X en radiologie 2. Formation de l image radiologique 3. Qualité de l image radiologique Cours

Plus en détail

Interaction des rayonnements avec la matière vivante

Interaction des rayonnements avec la matière vivante Interaction des rayonnements avec la matière vivante Interaction des rayonnements avec la matière vivante: Radiobiologie: Effets biologiques des rayonnements ionisants Dosimétrie Mesure et évaluation des

Plus en détail

L image scintigraphique. Pr J-N Talbot et Pr J-Y Devaux Médecine Nucléaire Université Pierre et Marie Curie

L image scintigraphique. Pr J-N Talbot et Pr J-Y Devaux Médecine Nucléaire Université Pierre et Marie Curie L image scintigraphique Pr J-N Talbot et Pr J-Y Devaux Médecine Nucléaire Université Pierre et Marie Curie Mars 2006 Les domaines de la Médecine Nucléaire Utilisation de radioéléments en sources non scellées

Plus en détail

TUTORAT UE3A Biophysique CORRECTION Annales 2013/2014 Semaine du 16/11/2015

TUTORAT UE3A Biophysique CORRECTION Annales 2013/2014 Semaine du 16/11/2015 TUTORAT UE3A 2015-2016 Biophysique CORRECTION Annales 2013/2014 Semaine du 16/11/2015 QCM n 1 : A, B, E A Vrai Ces deux grandeurs physiques font partie des 7 grandeurs de bases du SI qui sont : la longueur

Plus en détail

Chapitre 3 : Dosimétrie

Chapitre 3 : Dosimétrie 3-1 : Biophysique Chapitre 3 : Dosimétrie Professeur Jean-Philippe VUILLEZ Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Rayonnements - électromagnétiques

Plus en détail

Pr N BEN RAIS AOUAD Chef de service de médecine nucléaire

Pr N BEN RAIS AOUAD Chef de service de médecine nucléaire BIOPHYSIQUE I Pr N BEN RAIS AOUAD Chef de service de médecine nucléaire Centre hospitalier IBN SINA Directeur de l équipe de recherche en oncologie nucléaire Pr N BEN RAIS AOUAD 1 LES RADIOELEMENTS I -Structure

Plus en détail

LES RAYONNEMENTS IONISANTS

LES RAYONNEMENTS IONISANTS LES RAYONNEMENTS IONISANTS 1. Définitions La radioactivité est un phénomène physique, d origine naturelle ou artificielle, correspondant à l émission spontanée d énergie sous forme d un rayonnement (particulaire

Plus en détail