Photos: Griet Hendrickx

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Photos: Griet Hendrickx"

Transcription

1 Rapport annuel 2009

2 2 Photos: Griet Hendrickx

3 Table des matières 1. Avant-propos : MSV est unique! 2. Notre mission - Qui est Médecins Sans Vacances - Notre mission 3. Nos activités en Afrique - Pays partenaires et aperçu de nos activités par pays - Volontaires sur le terrain - Envoi de matériel - Projets (chirurgie de la fistule, FE, diabète, ) - Programme triennal - Complémentarité et synergie avec d'autres acteurs 3 4. Communication externe - Site Internet - Médias - Événements - Assemblée annuelle Ressources - Revenus de la collecte de fonds - Subventions 6. Gestion générale - Frais de fonctionnement - Nouvelles formes de gestion et organigramme - Bonne gouvernance 7. Comptes annuels Bilan - Compte de résultat 8. Programme et budget Missions et projets - Recettes et dépenses 9. Organes de gestion 10. Contacts Rapport annuel 2009

4 1. Avant-propos MSV est unique! 4 Nos équipes de volontaires sont vraiment uniques au monde! En effet, nos spécialistes (médecins et paramédicaux) sont parfaitement organisés et s emploient à transmettre leurs connaissances partout sur le terrain. Ces dernières années, Médecins Sans Vacances a connu un tournant majeur, l association humanitaire de volontaires ayant fait place à une organisation structurelle qui défend le droit universel à la santé en tant qu instrument de lutte contre la pauvreté. Médecins Sans Vacances entend améliorer l efficacité de ses interventions tout en pérennisant sa coopération avec les hôpitaux partenaires. Le plan d action 2009 a été mené à bien : 146 équipes, soit au total un peu plus de 340 volontaires de terrain, ont offert leur aide dans les 57 hôpitaux partenaires. Si ce plan d action 2009 a été réalisé, c est grâce à nos milliers de fidèles donateurs qui ont continué à nous soutenir. À ce propos, rappelons que des mesures ont par ailleurs été prises en 2009 afin d'augmenter notre base de donateurs. En 2009, le budget affecté à nos Actions-Sud s est élevé à euros, les subventions de la DGCD atteignant quant à elles euros. Le début 2009 a également été marqué par un renouvellement de notre équipe : à la fin décembre 2008, Jan Goossens a été nommé directeur, tandis que le Conseil d administration approuvait la création de 3 départements Actions-Sud, Collecte de fonds et Administration dirigés, respectivement par Natascha Vos, Erwin Reynaert et Marti de Waal. Autre nouveauté, l introduction de comités de pilotage. Grâce à l intégration de cette nouvelle équipe dans notre nouvelle structure organisationnelle, l organisation dispose à présent d une capacité d action et de réaction sans précédent. L arrivée du Dr Kathia van Egmond, coordinateur médical, est une excellente chose pour le département Actions-Sud, qui s en trouve renforcé. Le Comité Actions-Sud a entre-temps également atteint sa vitesse de croisière. Au niveau du Conseil d'administration également, la présidence assurée par le Dr Patrick Peeters a mis l accent sur la bonne gouvernance. Dans ce contexte, l Assemblée Générale a été étendue et compte 8 nouveaux membres. Bref, toutes les conditions étaient en place pour que l organisation poursuive sa croissance. En 2009, un nouveau jalon a été posé. Médecins Sans Vacances est une organisation solide, garante d une aide au développement durable et structurelle et dotée d un cadre de gestion moderne. L organisation est prête à relever les défis qui s annoncent dans les années à venir et à répondre toujours mieux aux demandes des hôpitaux d'afrique! Jan Goossens Directeur Dr. Patrick Peeters Président

5 2. Notre mission Qui est Médecins Sans Vacances? Médecins Sans Vacances est une organisation d'aide médicale belge qui, chaque année, envoie plus de 350 médecins et personnel paramédical, tous volontaires, dans des hôpitaux africains pour y former le personnel médical local. L association a son siège à Mechelen. Médecins Sans Vacances est active au Bénin, au Burkina Faso, au Burundi, en RD Congo, au Cameroun, au Rwanda et en Tanzanie (nous avons mis fin à notre mission en Zambie en 2009). Elle apporte également un soutien dans le domaine de la gestion et de l hygiène hospitalière et fournit un soutien technique ainsi que du matériel médical Mission et vision 5 Les activités de Médecins Sans Vacances s inscrivent dans le cadre d un programme de développement durable et reposent sur le principe du droit à la santé et aux soins de santé. Elles poursuivent les objectifs suivants, eux-mêmes articulés autour de 5 grands axes : 1. Promotion des soins de santé en Afrique 2. Mise en place d un partenariat de nature à renforcer le système des soins de santé 3. Déploiement d équipes médicales pour des missions de courte durée, à la demande des partenaires locaux 4. Transfert de connaissances et de matériel (médical et paramédical) aux médecins et personnel paramédical locaux afin de renforcer la capacité interne de nos partenaires, au bénéfice surtout des plus démunis. 5. Sensibilisation de la population belge Promotion des soins de santé en Afrique Médecins Sans Vacances défend le droit à la santé, le droit à l éducation à la santé, le droit de dispenser des soins et le droit de recevoir des soins. Mise en place d un partenariat de nature à renforcer le système des soins de santé Médecins Sans Vacances répond à la demande des partenaires locaux. Ceux-ci formulent une demande précise de coopération. En partenariat avec ledit partenaire, MSV s'emploie à améliorer et à renforcer leur fonctionnement interne, toujours dans le cadre des choix stratégiques de la politique nationale de la santé. Chaque fois que nous le pouvons, nous nous efforçons également de coopérer avec des tiers (autres ONG, autorités locales ) afin d améliorer et de renforcer ce travail en partenariat. Déploiement d équipes médicales En réponse à une demande (locale) précise, Médecins Sans Vacances envoie sur le terrain des équipes de volontaires composées de médecins spécialistes, d infirmiers, de sage-femmes, de kinésithérapeutes et de laborantins, et parfois, de gestionnaires et de techniciens. Ces volontaires travaillent main dans la main avec le partenaire local, répondent à ses questions, examinent avec lui comment apporter des améliorations et formulent des recommandations pour les équipes qui prendront le relais. Une fois terminée, la mission fait toujours l objet d une discussion avec le partenaire local. Un rapport est rédigé pour MSV et un résumé des conclusions est envoyé au partenaire. Missions de courte durée MSV a choisi d opter pour des missions de courte durée (de deux à trois semaines) qui peuvent se répéter et s'inscrire ainsi dans le cadre d'un accompagnement à plus long terme du partenaire. Lorsque l'évaluation montre que le partenaire local a acquis suffisamment de connaissances et que son Rapport annuel 2009

6 organisation interne s'est améliorée, nous organisons ensemble la clôture de la mission. Cela laisse ainsi la possibilité à d autres hôpitaux locaux de nouer un partenariat avec Médecins Sans Vacances, s ils sont demandeurs. Transfert de connaissances (para)médicales Chaque mission met l accent sur l échange de connaissances, d expérience et d expertise, l objectif étant de renforcer les capacités du personnel soignant local. Outre le traitement des patients, chaque équipe offre surtout la chance au partenaire local de découvrir et de se familiariser avec de nouvelles techniques de base et méthodes. Ce transfert de connaissances se fait au travers de «bed side teaching», de formation en cours d emploi, d ateliers, de cours, de mise à disposition d'ouvrages de référence et de revues spécialisées et de l utilisation de l internet. Nous veillons aussi à ce que les patients les plus vulnérables aient la possibilité de se faire examiner ou soigner lorsque les équipes de MSV sont présentes. Transfert de matériel 6 Le matériel est incontestablement primordial, d une part pour le bon fonctionnement de l'hôpital et d'autre part pour que les équipes de MSV puissent mener à bien les objectifs de leur mission. MSV envoie donc du matériel et en expliquera le fonctionnement si nécessaire. MSV crée ainsi avec ses partenaires un environnement propice à l amélioration des soins de santé. Sensibilisation de la population belge Par le biais d activités de communication et de collecte de fonds, Médecins Sans Vacances informe la population belge sur la situation dans les hôpitaux africains partenaires. Le résultat Médecins Sans Vacances contribue au développement d un système de soins de santé (notamment dans les hôpitaux partenaires) capable d'offrir des soins de santé de qualité et accessibles, de manière efficace et durable. Elle répond ainsi aux besoins de l hôpital partenaire. Médecins Sans Vacances contribue donc indirectement à la lutte contre la pauvreté et à l'amélioration du bien-être général de la population.

7 3. Nos activités en Afrique 1. Pays partenaires et aperçu de nos activités par pays Les équipes de Médecins Sans Vacances sont actives dans 8 pays partenaires et ont effectué au total 146 missions. 7 Ces 146 missions ont été réalisées auprès de 57 partenaires (hôpitaux et centres pour personnes handicapées). Rapport annuel 2009

8 En 2009, nous avons pu envoyer 6 missions de plus qu'en 2008 (140). Au total, 146 équipes médicales de volontaires sont parties en Afrique. Ces volontaires étaient au nombre de 341. L instabilité latente à l Est du Congo ne nous a pas empêchés de poursuivre notre engagement dans la région en 2009, bien au contraire! La DGCD nous a octroyé, au titre de son fonds d urgence, une subvention de euros pour un projet technique dans les hôpitaux du BDOM de Bukavu. Cette subvention nous a permis de sécuriser des câbles électriques et de réparer ou remplacer ensuite une série d appareils. Un volet «formation» était également inclus dans ce projet. Aperçu MISSIONS PARTENAIRES VOLONTAIRES BÉNIN BURKINA FASO BURUNDI CONGO CAMEROUN RWANDA TANZANIE ZAMBIE ÉTHIOPIE TOTAAL Nos volontaires sur le terrain En 2009, 341 volontaires au total sont partis en Afrique avec MSV, avec pour principales missions : la formation de confrères africains («Le savoir guérit»), l'organisation de petites séances de formation et la réalisation d'interventions ou d'examens «en attente», faute de compétences locales suffisantes. 52% des volontaires sont des paramédicaux (infirmières, sages-femmes, laborantins, kinésithérapeutes, ergothérapeutes..) et des techniciens. 48% sont des spécialistes, principalement des chirurgiens (gynécologie, chirurgie générale, orthopédie,...) mais aussi des pédiatres, des radiologues et des anesthésistes. Ensemble, ils ont presté durant journées La valeur de ces prestations est estimée à euros.

9 9 3. L envoi de matériel Chaque équipe qui part en mission emporte avec elle du matériel qui l aidera à réaliser sa mission et à assurer le bon fonctionnement du partenaire local : - Chaque équipe emporte avec elle un kit de base (spécifique à chaque discipline) ainsi que les médicaments essentiels nécessaires au bon déroulement de la mission et à la réalisation de ses objectifs. Une fois la mission terminée, le partenaire conserve ce matériel. - Les appareils envoyés sont «basiques», simples, solides et peu sophistiqués, si possible réparables sur place et ayant une longue durée de vie. Les consommables que nécessitent ces appareils seront de préférence disponibles au niveau local. - S il s agit de nouveaux appareils, nos équipes en expliquent le fonctionnement et le matériel est accompagné de protocoles clairs. - MSV travaille en coopération avec un réseau de conseillers techniques (volontaires) et envoie en mission des techniciens expérimentés afin de procéder à l évaluation du matériel du partenaire. - MSV s emploie à développer en permanence un réseau de fournisseurs en Belgique et dans les pays partenaires capables d'offrir un bon rapport qualité-prix ainsi qu'un service après-vente. Nous développons par ailleurs une logistique efficace de transport maritime et aérien, en nous attachant à obtenir une exonération maximale des droits d importation. - Si possible, nous achetons également du matériel au niveau local L envoi de matériel offre un double avantage. D abord un avantage indispensable au patient (diminution du risque, plus grande efficacité, confort accru...). D autre part, ce matériel et ces appareils améliorent l infrastructure de base de l'hôpital partenaire et permettent au personnel local de faire vraiment du bon travail. L utilisation des appareils améliore par ailleurs la situation financière du partenaire, car ils sont pour lui une source de revenus. Ces envois sont décidés en concertation avec le partenaire afin d éviter tout doublon au niveau des médicaments et du matériel (importations/achats). Au total, les envois de matériel liés aux missions ont atteint les euros, auxquels il faut ajouter euros de matériel structurel. Les frais de transport se sont élevés à euros. Rapport annuel 2009

10 4. Projets Outre la réalisation de missions «classiques» en faveur des hôpitaux partenaires, nous avons poursuivi les projets suivants en Fixateur externe 10 Ce système de stabilisation permet la guérison de fractures compliquées et évite des amputations inutiles. La pénurie de fixateurs occidentaux en Afrique s explique surtout par le prix très élevé de ces systèmes. Cette pénurie est encore aggravée par le manque d expérience des médecins locaux dans ce domaine. MSV a ainsi eu l idée de faire fabriquer sur place ces dispositifs et de les présenter, avec le savoir-faire médical nécessaire, à un maximum d hôpitaux. Quatre-vingt cinq hôpitaux possèdent à présent du matériel de fixation et participent à ce projet. Clinique de la fistule Depuis octobre 2007, l Hôpital St Joseph, à Kinshasa, dispose d une aile entièrement dédiée au traitement des fistules vésico-vaginales. L aménagement de cette aile, baptisée «Fistula Clinic» est le fruit de plusieurs années de coopération avec MSV. La Fistula Clinic n est que le deuxième centre du continent capable d'offrir un tel niveau de traitement des fistules. Les fistules vaginales sont souvent la conséquence d un accouchement difficile, qui aurait dû se faire par césarienne. Or, la plupart des Africaines accouchent à la maison, car le coût d une hospitalisation est trop élevé ou parce qu elles habitent vraiment très loin d un hôpital. Des femmes perdent donc la vie en accouchant ou mettent au monde un enfant mort-né. Une fistule vaginale peut également se former dans ces circonstances. Les femmes qui en sont victimes souffrent d incontinence urinaire et parfois fécale. Elles sont par ailleurs victimes d'exclusion sociale. Un viol particulièrement brutal peut également entraîner l'apparition d'une fistule. Comme la plupart des femmes n ont pas d argent pour se faire opérer et que les médecins africains maîtrisant cette technique opératoire sont peu nombreux, la fistule reste

11 un problème très présent en Afrique. Grâce à la Fistula Clinic, des femmes sont opérées par le personnel chirurgical local lorsqu il s agit d une intervention simple. Les cas plus difficiles sont opérés lorsque nos équipes sont sur place. La Fistula Clinic est ainsi devenue un centre d expertise où les médecins africains et les spécialistes de MSV peuvent continuent à se perfectionner dans les techniques opératoires de cette pathologie difficile. Diabète Le problème du diabète dans les pays tropicaux est largement sous-estimé alors que, dans les grandes villes surtout, son incidence dépasse celle du sida. Il est donc important d organiser des ateliers de prévention et de traitement dans les villes où nous pouvons travailler en coopération avec une structure existante parfaitement opérationnelle (comme le BDOM de Bukavu). Ces ateliers sont intégralement organisés par nos collaborateurs locaux. En 2009, 2 missions conjointes de ce type ont été organisées, l une en Ituri et l autre à Bukavu. Congo Médical 11 Nous avons cessé de soutenir la publication de la seule revue médicale congolaise, «Congo Médical». Le conseil de rédaction n'a pas réussi à obtenir des fonds suffisants pour garantir le tirage de Congo Médical. Plan «livres» Pour Médecins Sans Vacances, le partage des connaissances est l un des moyens de contribuer à l amélioration de la santé. En 2009, nous avons équipé 20 hôpitaux partenaires congolais d une Bibliothèque médicale. Ces ouvrages sont sélectionnés par des spécialistes et des collaborateurs de MSV. Il s'agit d'ouvrages de référence en rapport avec les différentes problématiques de santé auxquelles sont confrontés les hôpitaux du continent africain. L hôpital bénéficiaire reçoit ainsi un colis de livres destinés aussi bien aux médecins qu au personnel infirmier. Ces livres sont accessibles aux membres du personnel médical et paramédical qui souhaitent les consulter. Rapport annuel 2009

12 5. Programme triennal En 2007, Médecins Sans Vacances avait soumis un nouveau programme d une durée de six ans, dont la mise en œuvre s est étalée sur deux programmes triennaux, l un pour la période et l autre pour Les grandes lignes de ce programme sont les suivantes : - Soutien plus permanent aux hôpitaux partenaires - Augmentation du nombre de missions - Poursuite des efforts d amélioration de la qualité grâce au développement de procédures, à l organisation de modules de formation, à l intervention de conseillers médiaux, à l élaboration d une fiche d évaluation et à la rédaction d un plan pluriannuel avec les partenaires locaux. Globalement, le plan d action précédent (2007) a été jugé qualitativement «bon». Sa fiche d évaluation ainsi que le dialogue stratégique ont mis en avant une série de points méritant une attention particulière. Au cours de l'année écoulée, Médecins Sans Vacances en a tenu compte et des améliorations ou des changements ont ainsi été introduits. 12 Les discussions menées dans le cadre du dialogue stratégique et de suivi avec la DGCD ont mis en avant les conclusions suivantes: Médecins Sans Vacances peut s appuyer sur une série de points forts : - un solide cadre stratégique et un dossier de qualité, tant sur le plan du fond que de la forme, qui donne une très bonne vue d ensemble des activités de MSV et de sa coopération avec ses partenaires. - le dossier montre que MSV a évolué dans la bonne direction et que les activités purement humanitaires ont fait place à une stratégie d'accompagnement de l amélioration de la qualité des soins dans l'hémisphère Sud. - Même si elles ne sont pas toujours clairement dissociées, les interventions humanitaires et structurelles sont quand même complémentaires. - L intervention de MSV a pour effet d améliorer l accessibilité des soins de santé. Il s agit là d un véritablement élément d impact. - MSV a décidé d investir davantage dans le suivi de la qualité, une décision qui mérite d être soutenue. - MSV est une organisation en évolution, entre autres dans le domaine de la coopération avec les partenaires. Il s'agit donc d'une coopération dynamique.

13 - MSV apparaît être bien préparée à intervenir dans le fonctionnement des structures locales et à travailler en réseau avec d'autres acteurs du monde médical, qu'il s'agisse d'organisations locales ou belges. Points à surveiller, auxquels MSV s emploie à remédier - se concentrer encore davantage sur les résultats via les protocoles et les procédures. - clarifier encore le contenu des formations. Le volet «formation» est suffisamment documenté (pourquoi et pourquoi telle approche). Également : - envisager des scénarios de sortie avec les partenaires actuels, en concertation ou non avec d autres ONG et en tenant parfaitement compte de la réalité locale. - Plus d impact sur l amélioration des connaissances des partenaires locaux. 13 Un des fondements de la Déclaration de Paris est l engagement des bailleurs de fonds et des donateurs à aligner leur aide sur les stratégies, instances et procédures de développement des pays partenaires. Pour Médecins Sans Vacances, l alignement de l aide n est toutefois pas un objectif en soi : l ambition est bien d accroître l efficacité de l aide. Une des approches les plus efficaces en matière de renforcement des capacités est le transfert de connaissances. Ce qui est précisément une des priorités de Médecins Sans Vacances, comme en témoigne d ailleurs son slogan : «Le Savoir guérit!» 6. Complémentarité et synergie avec d autres acteurs MSV a une longue tradition et une réelle culture de la coopération avec les partenaires du Nord comme du Sud. De par sa spécificité, MSV est également amenée à se concerter très souvent avec d'autres ONG et d'autres acteurs. Cette synergie lui permet de développer en permanence son expertise. Il s ensuit une série d avantages pour MSV comme pour les autres parties : - Les organisations avec qui nous collaborons invitent MSV à coopérer avec de nouveaux partenaires ou dans de nouveaux pays car ils ont besoin de notre soutien - La complémentarité des données, venant tant de l ONG que du partenaire, permet à MSV d affiner ses objectifs généraux mais aussi les objectifs de ses différentes missions et d ainsi mieux répondre aux besoins réels du partenaire local - À leur retour d'un hôpital partenaire, les volontaires de MSV assurent un feedback qui est également très précieux pour l'ong avec laquelle nous coopérons - Ces concertations mettent l accent sur la complémentarité avec MSV, de façon à éviter tout chevauchement d activités. Parmi les organisations avec lesquelles MSV coopère, citons : - Memisa - Handicap International - Caraes, - Croix-Rouge Internationale Rapport annuel 2009

14 Médecins Sans Vacances coopère également avec des organisations comme Energy Assistance ou Ex- Change qui disposent d une plus grande expertise interne dans le domaine du soutien technique ou de la gestion. 4. Communication externe Pour ce département, l'amélioration de la visibilité de l organisation est le grand défi! 1. Site Internet 14 Depuis la mise en service du nouveau site Internet en 2007, nous avons encouragé les équipes parties en mission à créer des blogs afin de partager leurs expériences sur le terrain une idée qui a été bien accueillie. La mobilisation des volontaires de terrain vise à améliorer notre visibilité et à accroître ainsi nos ressources Nous voulons encore encourager un plus grand nombre de volontaires à créer leur blog. En effet, une de nos ambitions clé est de continuer à sensibiliser nos volontaires et nos sympathisants. Le site Internet est aussi un instrument au service de la collecte de fonds : une communication claire et de qualité renforce en effet la confiance des donateurs. 2. Médias Presse En 2009, la presse s'est intéressée à plusieurs reprises à Médecins Sans Vacances. Nous retiendrons les articles suivants : - Weekend Knack: août : Dr Nele Vangeheluwe - De Standaard et De Morgen: billets d humeur en juin sur les craintes de MSV à propos de la politique belge et son impact sur les soins de santé au Congo - Libelle du 20 août - Christel Bosmans, sage-femme, a mis MSV à l honneur - Plus Magazine: Guy Declercq, médecin NGO - Vlamingen in de Wereld: Linda Vanrietvelde, infirmière, dans le numéro d octobre - Journal des pharmaciens : présentation de MSV dans le numéro d octobre - Spirit (Brussels Airlines) a consacré quelques pages aux activités de MSV dans son numéro de mars/avril

15 En 2009, nous avons également envoyé un dossier au Standaard, dans le cadre de son Prix de solidarité (Solidariteitsprijs), mais sans succès. Télévision TV-Oost (chaîne de Flandre orientale) a diffusé un reportage sur le Dr Ivo Corthouts, pédiatre, et sur Christel Bosmans, sagefemme, qui ont mis en œuvre un projet de santé mèreenfant à l Est du Rwanda (projet mené en coopération avec Ingobyi.) 15 Christel Segaert, infirmière pédiatrique, est passée sur WTV-Focus (Flandre occidentale) au sujet de sa mission à Kimbondo, en RDC. Radio Le 7 août, le Dr Nele Vangheluwe a accordé une interview sur Radio 1, au cours de laquelle elle a évoqué son engagement auprès de MSV. Le 20 août, en marge du débat sur la question de l impact de la crise sur les ONG, Joke Daelemans été interviewée lors du journal de la VRT. MSV entend aller encore plus loin et s investir davantage pour accroître sa visibilité. Nous voulons également mieux nous faire connaître en Wallonie. Il s agit là d un défi majeur et d un objectif concret pour 2010 et les années à venir. 3. Evénements Médecins Sans Vacances figurait parmi les 10 nominés pour le «Prijs voor het Vrijwilligerswerk» annuel décerné le 14 mai à Bruxelles au KVS. Le dernier dimanche de mai, 60 coureurs ont participé aux 20 kilomètres de Bruxelles sous les couleurs de Médecins Sans Vacances. Cette initiative nous a rapporté euros. Au total, en 2009, 15 sympathisants ont donné des exposés au niveau local sur Médecins Sans Vacances, le but étant à nouveau d améliorer la visibilité de notre organisation. 4. Réunion annuelle 2009 L Assemblée annuelle de MSV a eu lieu le samedi 28 novembre, dans les bâtiments de la KBC, à Bruxelles, qui avaient été mis gratuitement à notre disposition. 233 personnes y ont participé. Outre la présentation annuelle des faits et chiffres de MSV, la collecte de fonds a également été mise en avant. Parmi les invités qui ont pris la parole, notons la présence d'ine Roox, journaliste au Standaard, qui a évoqué sa récente expérience à l Est du Congo. Ludo Longin, directeur de DSC, partenaire de MSV pour les mailings externes, a mis en lumière les principes généraux régissant la collecte de fonds. Rapport annuel 2009

16 5. Ressources 1. Collecte de fonds Généralités Au cours de l exercice comptable précédent, Médecins Sans Vacances a distribué à tous les donateurs nous ayant fait un don d'au moins 30 euros une attestation fiscale, soit attestations au total, c està-dire 947 de moins qu en Cette diminution est toutefois inférieure à celle que nous avions enregistrée entre 2007 et 2008 (à l époque, les attestations avaient chuté de à ). Cette évolution montre cependant clairement la nécessité de continuer à investir dans nos activités de collecte de fonds. À plus ou moins long terme, la diminution du nombre de donateurs entraînera inévitablement une diminution des dons et partant, des fonds disponibles pour l'afrique. 16 Globalement, nous pouvons conclure que la collecte de fonds a reposé sur des bases financières saines en Avec des coûts représentant 20,1% (pour l exercice 2009) des recettes issues de la collecte de fonds, cette activité est largement restée dans les limites prescrites (ratio de maximum 30%). Le ratio Frais d'exploitation / Recettes totales avoisine les 13% et est donc nettement sous le seuil autorisé des 20%. Mailings aux donateurs Au total, nous avons rédigé et envoyé 16 mailings (soit lettres) à nos donateurs. Il convient toutefois de souligner que les donateurs ne reçoivent pas nécessairement toujours tous les mailings; les destinataires des mailings sont sélectionnés sur la base, entre autres, de l'importance de leur dernier don et du temps qui s'est écoulé depuis. Nos mailings directs ont rapporté au cours de 2009 un montant brut de euros, soit, après déduction des coûts, euros nets (soit 66,9%). Notons qu il s agit là d une augmentation de euros par rapport à l exercice précédent On remarquera cependant une chute du nombre de donateurs actifs, qui est passé de en 2008 à en Le don moyen a lui aussi légèrement diminué, passant de 45,32 euros en 2008 à 43,36 euros en Dès lors, si les revenus de la collecte de fonds ont augmenté, c est surtout grâce à l amélioration du taux de réponse à nos mailings. Très concrètement, cela signifie que pour un peu plus de courriers envoyés, une moyenne de 10,4% donateurs ont réagi en nous faisant un don (contre 9% en 2008). Autre conséquence, le rapport don/envoi a légèrement progressé, passant de 4,06 euros à 4,50 euros. La diminution du nombre de donateurs démontre clairement la nécessité d'investir en permanence dans la recherche de nouveaux donateurs. Même si nos mailings ont gagné en efficacité, en termes d'atteinte et de mobilisation, il nous faut continuer à recruter des donateurs..

17 En 2009, aucune grande activité de recrutement n'a été lancée en raison des résultats décevants des tests menés en juillet. Nous avons donc décidé de reporter à 2010 la grande campagne de recrutement. En janvier, nous avons envoyé un premier mailing-test, dont les résultats se sont révélés très prometteurs. Ordres permanents grâce au recrutement dans la rue En 2007, nous avons décidé de mettre fin à la collaboration avec DDF (Direct Dialogue Fundraising). Un grand nombre des donateurs recrutés à l époque ont entre-temps été fidélisés, nous garantissant encore la somme de euros en 2009 (contre euros en 2008). Hormis les frais de gestion du fichier donateurs, plus aucun frais n est aujourd hui lié à ces donateurs. La diminution, par rapport à 2008, du nombre de donateurs inclus dans cette catégorie montre à nouveau que nous devons consentir des efforts et continuer à investir dans «ces piliers» afin de pouvoir disposer des ressources nécessaires à nos interventions dans le Sud. Un exercice de calcul a mis en évidence que cette méthode de collecte de fonds nécessite à court terme 17 d importants investissements, mais qu'elle porte ses fruits, à moyen et à long terme. Une campagne de qualité est amortie après un an. Et c est la raison pour laquelle nous avons décidé de reprendre la coopération avec DDF en En Wallonie, nous comptons recruter nouveaux donateurs d ici la fin Nous avions prévu de réaliser, vers la fin 2009, des entretiens téléphoniques en vue d accroître le montant des ordres permanents déjà en cours d une part, et de relancer les donateurs qui avaient mis fin à leur ordre permanent en faveur de MSV. Dans le cadre de ces deux actions, nous avons contacté à chaque fois donateurs. Les premiers résultats semblent d ores et déjà très prometteurs Dons divers et legs Ce poste regroupe essentiellement les dons effectués suite à des conférences, des dons lors d'un événement particulier (naissances, anniversaires..) et les legs. Cette rubrique a enregistré une forte progression, atteignant plus de euros en 2009 contre euros en Nous constatons ici l'émergence d'une tendance très nettement positive, que MSV entend bien continuer à exploiter. Et nous comptons bien ici encourager nos sympathisants et volontaires de terrain à soutenir nos efforts. 2. Subventions La DGCD nous a accordé des Rapport annuel 2009

18 subventions à hauteur de euros est la deuxième année de notre programme triennal de la DGCD, qui est assorti d une subvention totale de euros. La DGCD a demandé une adaptation à notre programme 2009 : une série d hôpitaux partenaires du Benin, du Congo et du Rwanda ont ainsi été inclus dans le programme. Nous avons pu ainsi mieux cibler et affecter intégralement les ressources de la DGCD pour En 2010, nous soumettrons la deuxième partie ( ) de notre programme d action sur 6 ans. Nous veillerons à présenter un dossier encore plus solide, afin d encourager les autorités à nous octroyer des montants à la mesure de nos interventions. L'analyse de l évolution au cours de ces dernières années tend à indiquer que les ressources de MSF ont diminué mais que nous réalisons toujours plus de missions avec proportionnellement toujours moins de subsides. 18 année missions Subsides Au titre du Fonds d urgence de la DGCD, nous avons reçu une somme forfaitaire de euros pour la mise en œuvre d un projet technique en coopération avec le BDOM Bukavu dans l Est du Congo. 6. Gestion générale

19 1. Frais de fonctionnement Les frais généraux de fonctionnement se sont élevés à euros, soit 16,6% de l ensemble des coûts. Ce pourcentage reste largement inférieur au ratio autorisé pour la délivrance d attestations fiscales. La direction de Médecins Sans Vacances a volontairement choisi d exploiter de manière optimale les moyens financiers disponibles pour nos interventions en Afrique. 2. Nouvelles forme d administration et organigramme Le Conseil d administration du 16 décembre 2008 a pris les décisions suivantes, qui se sont concrètement répercutées sur les activités en 2009, l objectif étant de jeter les bases d'un développement harmonieux et durable de MSV. 1. Désignation de Jan Goossens au poste de directeur. 2. Les principales activités de l organisation sont gérées par les comités de pilotage. Chaque comité est présidé par le directeur et se compose d un chef de département et de personnes qui apportent une réelle valeur ajoutée dans la matière en question, qu il s agisse ou non d administrateurs. L objectif est que l organisation soit gérée par des personnes qui restent proches de la pratique mais capables de prendre les distances nécessaires. Les comités de pilotage suivants ont été créés : a. Comité de pilotage Actions-Sud b. Comité de pilotage Collecte de fonds et Communication externe c. Comité de pilotage Finances, Personnel et Administration d. Comité de pilotage général Les trois premiers comités assurent la bonne exécution de la stratégie dans leur domaine de compétences ; le comité de pilotage général se concentre sur l ensemble de l organisation. Il est plutôt à rapprocher du comité de direction ou du comité de gestion quotidienne des autres organisations. La composition de ces comités de pilotage figure dans l organigramme en annexe. 3. Un règlement d ordre intérieur actualisé a été adopté ; celui-ci intègre les dispositions relatives au fonctionnement de l assemblée générale et du conseil d administration, ainsi que celles en rapport avec la direction et les comités de pilotage de l organisation. 19 Rapport annuel 2009

20 20

Rapport annuel I 2013

Rapport annuel I 2013 Rapport annuel I 2013 MSV - Rapport Annuel 2013 I 1 Vision Le savoir guérit! Médecins Sans Vacances renforce les capacités de ses partenaires en Afrique subsaharienne pour contribuer activement à des soins

Plus en détail

SAM/TES Samenwerken voor een meer rechtvaardige maatschappij Travailler ensemble pour une société plus juste

SAM/TES Samenwerken voor een meer rechtvaardige maatschappij Travailler ensemble pour une société plus juste DESCRIPTIF DE VISION SAM/TES Samenwerken voor een meer rechtvaardige maatschappij Travailler ensemble pour une société plus juste Un centre d expertise en tant que balise pour le huissier de justice soucieux

Plus en détail

Legs & Donations PlaquetteMSF.indd 1 15/05/09 16:41

Legs & Donations PlaquetteMSF.indd 1 15/05/09 16:41 Legs & Donations Mot de la Présidente Madame, Monsieur, Je tiens à vous remercier chaleureusement pour l intérêt que vous portez à notre association. Consentir un legs à Médecins Sans Frontières est un

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. La microfinance : un outil important de réinsertion sociale en Belgique depuis 10 ans

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. La microfinance : un outil important de réinsertion sociale en Belgique depuis 10 ans COMMUNIQUÉ DE PRESSE 14,7% de la population belge sous le seuil de pauvreté 1 La microfinance : un outil important de réinsertion sociale en Belgique depuis 10 ans Forte hausse des demandes de microcrédits

Plus en détail

Directeur Général de l association ALIMA

Directeur Général de l association ALIMA Directeur Général de l association ALIMA L ASSOCIATION ALIMA Lors de la création d ALIMA, en juin 2009, l objectif était de produire des secours médicaux lors de situations d urgences ou de catastrophes

Plus en détail

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A ONUSIDA/CCP (36)/15.12 Date de publication : 24 juin 2015 TRENTE-SIXIÈME RÉUNION Date : 30 juin - 2 juillet 2015 Lieu : Salle du conseil exécutif,

Plus en détail

CRÉATION DE MÉDECINS DU MONDE LUXEMBOURG. Dossier de presse - 27 mai 2014 LA SANTÉ EST-ELLE ACCESSIBLE À TOUS?

CRÉATION DE MÉDECINS DU MONDE LUXEMBOURG. Dossier de presse - 27 mai 2014 LA SANTÉ EST-ELLE ACCESSIBLE À TOUS? CRÉATION DE MÉDECINS DU MONDE LUXEMBOURG Dossier de presse - 27 mai 2014 LA SANTÉ EST-ELLE ACCESSIBLE À TOUS? 3 SOMMAIRE Le mot du Président p. 3 Communiqué de presse Création de Médecins du Monde Luxembourg

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

Par Maitre Innocent NTAKOBANJIRA BISIMWA. Consultant en Droits des Autochtones Pygmées

Par Maitre Innocent NTAKOBANJIRA BISIMWA. Consultant en Droits des Autochtones Pygmées Garantir un accès aux soins de santé des Peuples Autochtones Pygmées expulsés dans le PNKB dans la province du Sud Kivu : Capitalisation du thème de la journée internationale des Peuples Autochtones 2015

Plus en détail

PLACE DE L ASSURANCE PRIVEE DANS LA MISE EN ŒUVRE D UNE ASSURANCE MALADIE DITE UNIVERSELLE

PLACE DE L ASSURANCE PRIVEE DANS LA MISE EN ŒUVRE D UNE ASSURANCE MALADIE DITE UNIVERSELLE PLACE DE L ASSURANCE PRIVEE DANS LA MISE EN ŒUVRE D UNE ASSURANCE MALADIE DITE UNIVERSELLE 37 ème Assemblée Générale de la FANAF YAOUDE (CAMEROUN) 23-28 Février 1 ASSURANCE MALADIE 2 - Un des principaux

Plus en détail

Plan de l exposé L assurance maladie obligatoire pour tous: Cas particulier de la république du Rwanda

Plan de l exposé L assurance maladie obligatoire pour tous: Cas particulier de la république du Rwanda Plan de l exposé L assurance maladie obligatoire pour tous: Cas particulier de la république du Rwanda!"#$%&'()*"#+," &-).!!/&01&23425,)&6778 Données générales du pays Contexte historique des mutuelles

Plus en détail

Consolidation du budget l Etat répercussions sur le secteur communal. Prise de position du SYVICOL

Consolidation du budget l Etat répercussions sur le secteur communal. Prise de position du SYVICOL mc14 036 Consolidation du budget l Etat répercussions sur le secteur communal Prise de position du SYVICOL Suite à la réunion du Conseil supérieur des finances communales du 20 mai 2014, le SYVICOL souhaite

Plus en détail

Projet de santé. Nom du site : N Finess : (Sera prochainement attribué par les services de l ARS) Statut juridique : Raison Sociale :

Projet de santé. Nom du site : N Finess : (Sera prochainement attribué par les services de l ARS) Statut juridique : Raison Sociale : Projet de santé Nom du site : N Finess : (Sera prochainement attribué par les services de l ARS) Statut juridique : Raison Sociale : Adresse du siège social : Téléphone : Mail : Version : Etablie en date

Plus en détail

Note sur l extension de la couverture d assurance maladie au Rwanda

Note sur l extension de la couverture d assurance maladie au Rwanda Note sur l extension de la couverture d assurance maladie au Rwanda Alexandra Panis, BIT / STEP. Kigali, Janvier 2008 1) Contexte historique des mutuelles de santé au Rwanda En 1999, le gouvernement rwandais

Plus en détail

Compte rendu de la journée d étude sur la diversité culturelle et la médiation interculturelle dans les hôpitaux du 23 mai 2006

Compte rendu de la journée d étude sur la diversité culturelle et la médiation interculturelle dans les hôpitaux du 23 mai 2006 Compte rendu de la journée d étude sur la diversité culturelle et la médiation interculturelle dans les hôpitaux du 23 mai 2006 Organisation : Cellule Médiation interculturelle (DG1, SPF Santé publique),

Plus en détail

Œuvrer en tant qu'union à la réalisation d «Un seul Programme» de l UICN

Œuvrer en tant qu'union à la réalisation d «Un seul Programme» de l UICN Œuvrer en tant qu'union à la réalisation d «Un seul Programme» de l UICN Approuvé par le Conseil de l'uicn (76e Réunion, mai 2011) et le Congrès mondial de la nature 2012 (la décision 19). Exposé succinct

Plus en détail

M 1795. Secrétariat du Grand Conseil. Proposition de motion Moins d'attente pour se faire opérer à l'hôpital!

M 1795. Secrétariat du Grand Conseil. Proposition de motion Moins d'attente pour se faire opérer à l'hôpital! Secrétariat du Grand Conseil M 1795 Proposition présentée par les députés : M mes et MM. Patrick Saudan, Gabriel Barrillier, Michèle Ducret, Michel Ducret, Pierre Kunz et Jean- Marc Odier Date de dépôt

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE 1. Chiffre d affaires : 243,6 M (- 6%) Résultat d exploitation : 3,2 M (+ 53%) Résultat net de la période : 2,3 M (+ 64%)

COMMUNIQUE DE PRESSE 1. Chiffre d affaires : 243,6 M (- 6%) Résultat d exploitation : 3,2 M (+ 53%) Résultat net de la période : 2,3 M (+ 64%) COMMUNIQUE DE PRESSE 1 RESULTATS 2014 : Le 20 février 2015, 16 h 30 INFORMATION REGLEMENTEE Chiffre d affaires : 243,6 M (- 6%) Résultat d exploitation : 3,2 M (+ 53%) Résultat net de la période : 2,3

Plus en détail

ASSOCIATION RENCONTRES AFRICAINES ASSOCIATION LOI 1901 Sous-Préfecture de Grasse n 91/09753 STATUTS

ASSOCIATION RENCONTRES AFRICAINES ASSOCIATION LOI 1901 Sous-Préfecture de Grasse n 91/09753 STATUTS ASSOCIATION RENCONTRES AFRICAINES ASSOCIATION LOI 1901 Sous-Préfecture de Grasse n 91/09753 STATUTS ARTICLE 1 DÉNOMINATION Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par

Plus en détail

Une transformation s impose : changeons d attitude

Une transformation s impose : changeons d attitude Une transformation s impose : changeons d attitude Colloque sur le marché des hôpitaux et du réseau de la santé au Québec 27 mai 2009 Aujourd hui, au Canada Le Canada dépense plus pour les soins de santé

Plus en détail

BONNE GOUVERNANCE PUBLIQUE : RAPPORT ANNUEL DU COMITÉ D AUDIT 2011

BONNE GOUVERNANCE PUBLIQUE : RAPPORT ANNUEL DU COMITÉ D AUDIT 2011 BONNE GOUVERNANCE PUBLIQUE : RAPPORT ANNUEL DU COMITÉ D AUDIT 2011 AVANT-PROPOS L ONAFTS poursuit l objectif d une bonne gestion et souhaite optimaliser sa légitimité et son intégrité. C est la raison

Plus en détail

Intervention de Marisol TOURAINE. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des. femmes. Maison de Santé Pluridisciplinaire

Intervention de Marisol TOURAINE. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des. femmes. Maison de Santé Pluridisciplinaire 1 Intervention de Marisol TOURAINE Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Maison de Santé Pluridisciplinaire Magny-en-Vexin Vendredi 20 février 2015 Seul le prononcé fait

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTé, social ET MéDICO-SOCIAL. Partageons plus que l assurance

ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTé, social ET MéDICO-SOCIAL. Partageons plus que l assurance ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTé, social ET MéDICO-SOCIAL Partageons plus que l assurance Partageons plus que l assurance Plus d accompagnement Les établissements de santé sont aujourd hui

Plus en détail

Association loi 1901 - BP 82056-25402 AUDINCOURT CEDEX // 06.13.81.96.71 - www.crmfc.fr

Association loi 1901 - BP 82056-25402 AUDINCOURT CEDEX // 06.13.81.96.71 - www.crmfc.fr 1 TITRE I CONSTITUTION, OBJET, SIEGE SOCIAL, DUREE Article 1 : Constitution et dénomination Il est fondé entre les personnes physiques ou morales qui adhérent ou adhéreront aux présents statuts, une association

Plus en détail

OUVRIR LA VOIE À DE MEILLEURS SOINS DE SANTÉ À TRAVERS L EUROPE

OUVRIR LA VOIE À DE MEILLEURS SOINS DE SANTÉ À TRAVERS L EUROPE Commission européenne European Commission Enterprise publication OUVRIR LA VOIE À DE MEILLEURS SOINS DE SANTÉ À TRAVERS L EUROPE Proposition de directive du Parlement européen et du Conseil relative à

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DU COMITÉ D AUDIT 2009

RAPPORT ANNUEL DU COMITÉ D AUDIT 2009 RAPPORT ANNUEL DU COMITÉ D AUDIT 2009 Conformément à la Charte du Comité d audit, le Comité d audit doit établir chaque année un rapport dans lequel sa composition et ses compétences sont mentionnées et

Plus en détail

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics DOSSIER DE PRESSE PARTENARIAT CCCA-BTP et PRO BTP Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics Bernard Charpenel / CCCA-BTP Signature de la convention et point presse 10 mars 2010 0 SOMMAIRE

Plus en détail

La prise en charge. de votre affection de longue durée

La prise en charge. de votre affection de longue durée La prise en charge de votre affection de longue durée Comment fonctionne la prise en charge à 100 %? Quels sont les avantages pour vous? À quoi vous engagez-vous? Comment êtes-vous remboursé? Votre médecin

Plus en détail

Annexe 2 241. Vu la loi spéciale du 12 janvier 1989 relative aux Institutions bruxelloises, notament les articles 42 et 63;

Annexe 2 241. Vu la loi spéciale du 12 janvier 1989 relative aux Institutions bruxelloises, notament les articles 42 et 63; Annexe 2 241 Annexe 2 Accord de coopération entre l'etat fédéral, les Communautés et les Régions relatif à la continuité de la politique en matière de pauvreté L'accord de coopération entre l'etat fédéral,

Plus en détail

Le FMI et son rôle en Afrique

Le FMI et son rôle en Afrique Le FMI et son rôle en Afrique M a r k P l a n t, V a l e r i a F i c h e r a, N o r b e r t F u n k e D a k a r, l e 3 n o v e m b r e 2 0 1 0 Sommaire Comment fonctionne le FMI? Comment l Afrique a-t-elle

Plus en détail

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A ONUSIDA/CCP (34)/14.14 Date de publication: 27 juin 2014 TRENTE-QUATRIEME REUNION Date: 1 er -3 juillet 2014 Lieu: Salle du Conseil exécutif, OMS,

Plus en détail

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION Distr.: GÉNÉRALE E/ECA/CM.38/6 6 avril 2005 NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE Vingt-quatrième réunion du Comité d experts de la

Plus en détail

Il est constitué entre les soussignés une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901 ayant pour titre : Gixe.

Il est constitué entre les soussignés une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901 ayant pour titre : Gixe. Gixe Statuts d association conforme à la loi du 1er juillet 1901 1 Constitution Il est constitué entre les soussignés une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901 ayant

Plus en détail

LA SANTÉ DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ. Agence Régionale de Santé

LA SANTÉ DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ. Agence Régionale de Santé AMÉLIORER LA SANTÉ DE LA POPULATION ET ACCROÎTRE L EFFIcacité DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ Agence Régionale de Santé Une réforme indispensable, les ars pourquoi? Nos dépenses de santé ne cessent d augmenter,

Plus en détail

PV Comité de pilotage 1 octobre 2013

PV Comité de pilotage 1 octobre 2013 PV Comité de pilotage 1 octobre 2013 Présents : Wim, Ndudi, Caroline, Lut (PV), Jessica, Elies, Karel, Dirk Excusés : Gaëlle, Ignace 1. Approbation PV du 30 mai Approuvé, mais points à clarifier : - Compte

Plus en détail

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE 2 0 1 3 INTRODUCTION La première stratégie manitobaine de promotion de l allaitement maternel a été conçue à l automne 2006 afin de mettre

Plus en détail

La culture du résultat au sein des systèmes statistiques nationaux des Etats membres d AFRISTAT

La culture du résultat au sein des systèmes statistiques nationaux des Etats membres d AFRISTAT La culture du résultat au sein des systèmes statistiques nationaux des Etats membres d AFRISTAT SOMMAIRE Introduction... 2 I. Aperçu sur le fondement de la gestion axée sur les résultats... 3 1.1. De nouveaux

Plus en détail

Le point sur la couverture du risque maladie au Niger

Le point sur la couverture du risque maladie au Niger REPUBLIQUE DU NIGER MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE LA LUTTE CONTRE LES ENDEMIES Le point sur la couverture du risque maladie au Niger I PLACE ACTUELLE DE L ASSURANCE MALADIE 1. Recensement des dispositions

Plus en détail

Projet de création d'un centre de santé (dispensaire - maternité) à Diabal - Sénégal

Projet de création d'un centre de santé (dispensaire - maternité) à Diabal - Sénégal Projet de création d'un centre de santé (dispensaire - maternité) à Diabal - Sénégal Organisme sollicitant la demande Association Pour le Développement de Diabal - Sénégal 10 rue de vannes 29 200 Brest

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE DU 9 AVRIL 2015 -------------------------- RAPPORT FINANCIER CONCERNANT LES COMPTES DE 2014

ASSEMBLEE GENERALE DU 9 AVRIL 2015 -------------------------- RAPPORT FINANCIER CONCERNANT LES COMPTES DE 2014 ASSEMBLEE GENERALE DU 9 AVRIL 2015 -------------------------- RAPPORT FINANCIER CONCERNANT LES COMPTES DE 2014 Les comptes de l année 2014 sont présentés sous la même forme que ceux des années précédentes

Plus en détail

Évaluation et recommandations

Évaluation et recommandations ÉVALUATION ET RECOMMANDATIONS 13 Évaluation et recommandations Les personnes souffrant de troubles mentaux s intègrent mal sur le marché du travail. En Belgique, par rapport aux personnes qui ont une bonne

Plus en détail

Centre d Appel «Tukinge Watoto»

Centre d Appel «Tukinge Watoto» RAPPORT ANNUEL 2014 INTRODUCTION Les violations des droits de l enfant continuent à être régulières dans l ensemble de la République Démocratique du Congo (RDC). L impact des conflits armés sur les enfants

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne

CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne Les patients ont besoin d une réponse de proximité et d une prise en charge globale qui nécessite une

Plus en détail

www.trustteam.be T +32 56 23 46 06 info@trustteam.be

www.trustteam.be T +32 56 23 46 06 info@trustteam.be www.trustteam.be T +32 56 23 46 06 info@trustteam.be Table des matières 1 Introduction...3 2 Pourquoi choisir Health@Work?...3 2.1 Concentrez-vous désormais sur vos activités clés...4 2.2 Nombreuses fonctionnalités

Plus en détail

Le CPAS (Centre Public d Action Sociale), qu est-ce que c est?

Le CPAS (Centre Public d Action Sociale), qu est-ce que c est? Le CPAS (Centre Public d Action Sociale), qu est-ce que c est? Version n : 1 Dernière actualisation : 13-10-2006 1) A quoi sert cette fiche? 2) Qu est-ce qu un CPAS (Centre Public d Action Sociale)? 3)

Plus en détail

Mobiliser l épargne pour l investissement productif. Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle

Mobiliser l épargne pour l investissement productif. Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle Mobiliser l épargne pour l investissement productif Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle 18 Juin 2014 1. Introduction La frilosité de l épargnant belge suite

Plus en détail

Session du Conseil des Affaires Générales (Cohésion) Bruxelles, 19 novembre 2014

Session du Conseil des Affaires Générales (Cohésion) Bruxelles, 19 novembre 2014 Conseil de l'union Européenne PRESSE FR CONCLUSIONS DU CONSEIL Bruxelles, le 19 novembre 2014 Conclusions du Conseil concernant le sixième rapport sur la cohésion économique, sociale et territoriale: investissement

Plus en détail

LUTTER POUR UNE MEILLEURE SANTÉ : QUE PEUT-ON FAIRE DANS NOTRE QUARTIER?

LUTTER POUR UNE MEILLEURE SANTÉ : QUE PEUT-ON FAIRE DANS NOTRE QUARTIER? LUTTER POUR UNE MEILLEURE SANTÉ : QUE PEUT-ON FAIRE DANS NOTRE QUARTIER? Résumé des trois enjeux présentés lors de l Assemblée publique du comité de lutte en santé de la Clinique communautaire de Pointe-Saint-Charles

Plus en détail

SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE. p. 3. p. 4 LE CESU. p. 5. Les outils. p. 6. Le centre de simulation. Quelques chiffres

SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE. p. 3. p. 4 LE CESU. p. 5. Les outils. p. 6. Le centre de simulation. Quelques chiffres SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE p. 3 LE CESU Les outils Le centre de simulation Quelques chiffres Un exemple : la formation à l emploi des infirmiers des services d urgences En annexe p. 4 p. 5 p. 6 p. 6

Plus en détail

Statuts de l Association «Humanium» au 24 février 2009

Statuts de l Association «Humanium» au 24 février 2009 Statuts de l Association «Humanium» au 24 février 2009 Sommaire : Art. 1 : Personnalité Art. 2 : Siège et durée Art. 3 : Buts Art. 4 : Etendue géographique et fonctionnement Art. 5 : Les Membres Art. 6

Plus en détail

Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé

Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des RH Page 1 Introduction

Plus en détail

Le groupement de coopération sociale et médico-sociale (GCSMS)

Le groupement de coopération sociale et médico-sociale (GCSMS) Mois AAAA Mois AAAA mai 2009 mise à jour décembre 2010 Le groupement de coopération sociale et médico-sociale (GCSMS) En bref Le secteur social et médico-social est actuellement en proie à de profondes

Plus en détail

APPEL A PROJET ARS DE CORSE GROUPE D ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES CEREBRO LESEES CAHIER DES CHARGES

APPEL A PROJET ARS DE CORSE GROUPE D ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES CEREBRO LESEES CAHIER DES CHARGES APPEL A PROJET ARS DE CORSE GROUPE D ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES CEREBRO LESEES CAHIER DES CHARGES Les Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) ont pour objet d offrir aux personnes adultes handicapées un

Plus en détail

ACTED. Bien que les guerres soient officiellement terminées, il persiste des conflits localisés à l Est du territoire.

ACTED. Bien que les guerres soient officiellement terminées, il persiste des conflits localisés à l Est du territoire. Chargé de Logistique RDC Closing date: 04 Sep 2015 I. ACTED ACTED ACTED est une association de solidarité internationale française qui a pour vocation de soutenir les populations vulnérables de par le

Plus en détail

A SEARCH FOR FAME : INITIATIVES POUR UN DEVELOPPEMENT INTEGRE DURABLE IDID : A LA RECHERCHE D UNE NOTORIÉTÉ : LE CHEMIN DE L ONG IDID AU BÉNIN

A SEARCH FOR FAME : INITIATIVES POUR UN DEVELOPPEMENT INTEGRE DURABLE IDID : A LA RECHERCHE D UNE NOTORIÉTÉ : LE CHEMIN DE L ONG IDID AU BÉNIN A SEARCH FOR FAME : INITIATIVES POUR UN DEVELOPPEMENT INTEGRE DURABLE IDID : A LA RECHERCHE D UNE NOTORIÉTÉ : LE CHEMIN DE L ONG IDID AU BÉNIN Introduction Initiatives pour un Développement Intégré Durable

Plus en détail

PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS

PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS FR PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS Déclarons 2012 Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations The European Older People s Platform La Plate-forme européenne

Plus en détail

Fonds pour la recherche en Ontario

Fonds pour la recherche en Ontario Chapitre 4 Section 4.10 Ministère de la Recherche et de l Innovation Fonds pour la recherche en Ontario Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.10 du Rapport annuel 2009 Contexte

Plus en détail

APERÇU DE LA POLITIQUE EN FAVEUR DES PERSONNES HANDICAPEES EN BELGIQUE

APERÇU DE LA POLITIQUE EN FAVEUR DES PERSONNES HANDICAPEES EN BELGIQUE APERÇU DE LA POLITIQUE EN FAVEUR DES PERSONNES HANDICAPEES EN BELGIQUE - 1 - Les fondements de la politique belge actuelle en faveur des personnes handicapées datent des années 60. Ils répondaient à une

Plus en détail

NOTE SUR LES SUBVENTIONS. - Récapitulatif des obligations des associations subventionnées

NOTE SUR LES SUBVENTIONS. - Récapitulatif des obligations des associations subventionnées NOTE SUR LES SUBVENTIONS - Récapitulatif des obligations des associations subventionnées - Les produits de la tarification ne sont pas des subventions A. Récapitulatif des obligations des associations

Plus en détail

MUTUELLE DE NATIXIS. l adhésion du salarié au régime est obligatoire, comme par le passé, celle de ses ayants-droit éventuels est facultative ;

MUTUELLE DE NATIXIS. l adhésion du salarié au régime est obligatoire, comme par le passé, celle de ses ayants-droit éventuels est facultative ; MUTUELLE DE NATIXIS Résumé des garanties du contrat obligatoire de complémentaire santé de la Mutuelle de Natixis «Régime unifié» des salariés mis en place le 1 er juillet 2010 Concerne les salariés de

Plus en détail

Tableaux de bord de gestion du risque Rapport d audit permanent

Tableaux de bord de gestion du risque Rapport d audit permanent www.coopami.org Tableaux de bord de gestion du risque Rapport d audit permanent TUNIS 17 décembre 2013 Michel Vigneul Conseiller Actuaire La bonne gestion financière d un système d assurance de soins de

Plus en détail

CONSEIL CENTRAL DE L'ECONOMIE CENTRALE RAAD VOOR HET BEDRIJFSLEVEN

CONSEIL CENTRAL DE L'ECONOMIE CENTRALE RAAD VOOR HET BEDRIJFSLEVEN CONSEIL CENTRAL DE L'ECONOMIE CENTRALE RAAD VOOR HET BEDRIJFSLEVEN AVIS CONCERNANT L ACCORD DE COOPÉRATION ENTRE L ETAT FÉDÉRAL, LA RÉGION FLAMANDE, LA RÉGION WALLONNE ET LA RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE

Plus en détail

Développement des compétences humaines de la Cour des comptes en République Démocratique du Congo

Développement des compétences humaines de la Cour des comptes en République Démocratique du Congo Développement des compétences humaines de la Cour des comptes en République Démocratique du Congo I. OBJECTIFS POURSUIVIS DANS LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES HUMAINES. Dans la réalisation de leur noble

Plus en détail

F RSE Plan d action A04 Bruxelles, le 14.09.2006 MH/JC/LC A V I S. sur

F RSE Plan d action A04 Bruxelles, le 14.09.2006 MH/JC/LC A V I S. sur F RSE Plan d action A04 Bruxelles, le 14.09.2006 MH/JC/LC A V I S sur L AVANT-PROJET DE PLAN D ACTION EN MATIERE DE RESPONSABILITE SOCIETALE DES ENTREPRISES EN BELGIQUE *** 2 Dans sa lettre du 10 juillet

Plus en détail

RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE

RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 13 mars 2012 RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE Bonne résistance du PNB et du RBE en 2011, solidité financière confirmée, poursuite de la dynamique de développement

Plus en détail

Concerne : Protocole Orientation usagers SPF Sécurité sociale et autorité fédérale

Concerne : Protocole Orientation usagers SPF Sécurité sociale et autorité fédérale Service public fédéral Sécurité sociale Service public fédéral Sécurité sociale Place Victor Horta 40 boîte 20 1060 Bruxelles Personne de contact Machteld Ory 02/528.63.18 machteld.ory@minsoc.fed.be Concerne

Plus en détail

Commentaire des articles du modèle de contrat de gestion entre une commune et son asbl communale

Commentaire des articles du modèle de contrat de gestion entre une commune et son asbl communale Union des Villes et Communes de Wallonie asbl Commentaire des articles du modèle de contrat de gestion entre une commune et son asbl communale Le modèle de contrat de gestion entre une commune et son asbl

Plus en détail

UN REGARD PRÉVOYANT SUR VOTRE AVENIR

UN REGARD PRÉVOYANT SUR VOTRE AVENIR UN REGARD PRÉVOYANT SUR VOTRE AVENIR RAPPORT AUX MEMBRES 2005 EXERCICE 2005 ACTIF DU BILAN Continuité a été le maître mot de 2005 pour la CPP, aussi bien pour son fonctionnement interne que pour son environnement:

Plus en détail

Statuts Association Ethno-médias Suisse

Statuts Association Ethno-médias Suisse Statuts Association Ethno-médias Suisse (Version à l intention de l assemblée constituante du 1 ier nov. 2012) 0. MISSION Une bonne information et une participation sociale authentique des migrants et

Plus en détail

agrément DES professions paramédicales

agrément DES professions paramédicales agrément DES professions paramédicales LES ERGOTHÉRAPEUTES Table des matières Pourquoi agréer les ergothérapeutes?...3 Un ergothérapeute au sens de la loi : de qui s'agit-il?...4 L'agrément est obligatoire...5

Plus en détail

Siréas asbl. La cohérence des politiques de coopération au développement en Belgique : vœu pieux ou réalité? 2012/05

Siréas asbl. La cohérence des politiques de coopération au développement en Belgique : vœu pieux ou réalité? 2012/05 2012/05 La cohérence des politiques de coopération au développement en Belgique : vœu pieux ou réalité? par Noemie Nyst Analyses & Études Monde et Droits de l Homme 1 Siréas asbl Nos analyses et études,

Plus en détail

1 Nom association : ------------------------------------ Discipline : ------------------------------- Page N Nous sommes là pour vous aider

1 Nom association : ------------------------------------ Discipline : ------------------------------- Page N Nous sommes là pour vous aider 1 Nom association : ------------------------------------ Discipline : ------------------------------- Page N Nous sommes là pour vous aider A ssociation Loi du 1 er juillet 1901 relative au contrat d association

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION Octobre 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

Cadre logique du Programme National de Promotion des Mutuelles de Santé 2009-2010

Cadre logique du Programme National de Promotion des Mutuelles de Santé 2009-2010 1 Cadre logique du Programme National de Promotion des Mutuelles de Santé 2009-2010 Objectif global : Le Programme National de Promotion des Mutuelles de Santé contribue effectivement à la mise en place

Plus en détail

Le Cadre de référence 2010-2020 pour l e-parlement

Le Cadre de référence 2010-2020 pour l e-parlement Rapport mondial 2010 sur l e-parlement Chapitre 10 Le Cadre de référence 2010-2020 pour l e-parlement La première édition du Rapport mondial sur l e-parlement a montré qu en 2008 seulement quelques assemblées

Plus en détail

Expert International en Gestion des ressources en eau Coresponsable - Maroc

Expert International en Gestion des ressources en eau Coresponsable - Maroc Agence belge de développement, la CTB mobilise ses ressources et son expertise pour éliminer la pauvreté dans le monde. Contribuant aux efforts de la Communauté internationale, la CTB agit pour une société

Plus en détail

Le nouveau modèle de financement du Fonds mondial

Le nouveau modèle de financement du Fonds mondial Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme Quatrième reconstitution des ressources (2014-2016) Le nouveau modèle de financement du Fonds mondial Avril 2013 Introduction 1. Fin

Plus en détail

ASCOMADE Association des Collectivités pour la Maîtrise des Déchets et de l Environnement LES STATUTS. Article 1 - CONSTITUTION ET TITRE

ASCOMADE Association des Collectivités pour la Maîtrise des Déchets et de l Environnement LES STATUTS. Article 1 - CONSTITUTION ET TITRE ASCOMADE Association des Collectivités pour la Maîtrise des Déchets et de l Environnement LES STATUTS Les soussignés Article 1 - CONSTITUTION ET TITRE Membres ayant adhéré aux présents statuts de l association

Plus en détail

Le siège social est fixé à LA ROCHELLE 11 bis, rue des Augustin. Il pourra être transféré par simple décision du Conseil d'administration.

Le siège social est fixé à LA ROCHELLE 11 bis, rue des Augustin. Il pourra être transféré par simple décision du Conseil d'administration. ARTICLE 1 : DENOMINATION Il est fondé, entre les adhérents aux présents statuts, une Association régie par la Loi du 1er juillet 1901, et le décret du 16 août 1901 ayant pour titre : JAZZ ENTRE LES DEUX

Plus en détail

ASSOCIATION DES DISTRICTS ET VILLE POUR L AMELIORATION DE LA SANTE

ASSOCIATION DES DISTRICTS ET VILLE POUR L AMELIORATION DE LA SANTE REPUBLIQUE DU RWANDA ASSOCIATION DES DISTRICTS ET VILLE POUR L AMELIORATION DE LA SANTE PROVINCE DE CYANGUGU ADVAS/ CYANGUGU BILAN D UNE ANNEE DE FONCTIONNEMENT DES QUATRE MUTUELLES DU DISTRICT DE SANTE

Plus en détail

Deuxième Examen global de l Aide pour le commerce

Deuxième Examen global de l Aide pour le commerce Deuxième Examen global de l Aide pour le commerce Activités de la Banque africaine de développement 2008-2009 Groupe de la Banque Africaine de Développement GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

Plus en détail

QUALITÉ EN KINÉSITHÉRAPIE QUALITY IN PHYSICAL THERAPY

QUALITÉ EN KINÉSITHÉRAPIE QUALITY IN PHYSICAL THERAPY QUALITÉ EN KINÉSITHÉRAPIE QUALITY IN PHYSICAL THERAPY Promotion de la qualité avril mai 2010 La promotion de la qualité en kinésithérapie Le cabinet de groupe, le cabinet de l avenir? Promotion de la qualité:

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale 2 GUIDE DE REDACTION D UN PLAN D AFFAIRE D UNE ENTREPRISE COLLECTIVE 1.1 À QUOI CORRESPOND UNE ENTREPRISE COLLECTIVE? Une entreprise d économie sociale est une entité

Plus en détail

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Expérimentation sur un territoire cible : Baillif - Vieux-Habitants Bouillante Patrice RICHARD, Directeur général de l ARS

Plus en détail

SPF SANTE PUBLIQUE, Bruxelles, le 10/09/2009 SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT

SPF SANTE PUBLIQUE, Bruxelles, le 10/09/2009 SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT SPF SANTE PUBLIQUE, Bruxelles, le 10/09/2009 SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT --- Direction générale de l Organisation des Etablissements de Soins --- CONSEIL NATIONAL DES ETABLISSEMENTS

Plus en détail

NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé

NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé L Exploratoire raconte la «belle histoire» d un territoire engagé à maintenir et accroître le niveau de santé de toute sa population,

Plus en détail

Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal

Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal Note d orientation Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal Évaluer comment l adaptation aux changements climatiques contribue à la réduction de la pauvreté

Plus en détail

Une école adaptée à tous ses élèves

Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS Une école adaptée à tous ses élèves PLAN D'ACTION EN MATIÈRE D'ADAPTATION SCOLAIRE Québec Ministère de l'éducation Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS

Plus en détail

Le compte administratif 2014 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2014 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2014 de la Région Alsace Avis 17 juin 2015 Avis Le compte administratif 2014 de la Région Alsace 17 juin 2015 2 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

Préavis No 22-2006 au Conseil communal

Préavis No 22-2006 au Conseil communal VILLE DE PULLY Municipalité Direction Administration générale, finances et affaires culturelles Préavis No 22-2006 au Conseil communal Fixation du plafond d endettement et du plafond pour les cautionnements

Plus en détail

FONDATION PANZI Gestionnaire de Programme Adjoint

FONDATION PANZI Gestionnaire de Programme Adjoint Panzi Fondation : Assistant Program Manager FONDATION PANZI Gestionnaire de Programme Adjoint La Fondation Panzi RDC était créée en 2OO8 pour la gestion et la Coordination des projets qui vont au- delà

Plus en détail

LE SYSTÈME DE PROTECTION SOCIALE EN SANTÉ DU SÉNÉGAL

LE SYSTÈME DE PROTECTION SOCIALE EN SANTÉ DU SÉNÉGAL République du Sénégal Un Peuple Un But Une Foi Ministère de la Santé et de l Action Sociale Cellule d Appui à la Couverture maladie Universelle LE SYSTÈME DE PROTECTION SOCIALE EN SANTÉ DU SÉNÉGAL Par:

Plus en détail

Principales caractéristiques du système de santé en Belgique. Thomas Rousseau 27 novembre 2012

Principales caractéristiques du système de santé en Belgique. Thomas Rousseau 27 novembre 2012 Principales caractéristiques du système de santé en Belgique Thomas Rousseau 27 novembre 2012 Sécurité sociale Introduction: De quoi vais je parler? Exposé: Seulement sur la sécurité sociale au sens strict!

Plus en détail

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France DIRECTION GÉNÉRALE DES RESSOURCES HUMAINES PARIS, LE 25 JANVIER 2010 DIRECTION DES RELATIONS SOCIALES Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France Dans le cadre de sa responsabilité

Plus en détail

Devenir partenaire de la Croix-Rouge vaudoise

Devenir partenaire de la Croix-Rouge vaudoise Devenir partenaire de la Croix-Rouge vaudoise Un lien réel de solidarité et une véritable opportunité d améliorer la vie collective Premier de cordée Mesdames, Messieurs les Dirigeants d Entreprises,

Plus en détail

Le système de protection sociale en santé en RDC

Le système de protection sociale en santé en RDC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE Le système de protection sociale en santé en RDC 13/09/2013 1 I. Contexte national Plan II. Mesures de protection

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Conseil de l'union Européenne PRESSE FR CONCLUSIONS DU CONSEIL Bruxelles, le 1 décembre 2014 Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Session du Conseil Emploi, politique sociale,

Plus en détail

NOR/INT/C/04/00111/C Paris, le 8 septembre 2004. Le ministre de l intérieur de la sécurité intérieure et des libertés locales

NOR/INT/C/04/00111/C Paris, le 8 septembre 2004. Le ministre de l intérieur de la sécurité intérieure et des libertés locales DIRECTION GENERALE DE LA POLICE NATIONALE DIRECTION DE L ADMINISTRATION DE LA POLICE NATIONALE NOR/INT/C/04/00111/C Paris, le 8 septembre 2004 Le ministre de l intérieur de la sécurité intérieure et des

Plus en détail

AGRÉMENT DES PROGRAMMES DE FORMATION D INFIRMIÈRE PRATICIENNE SPÉCIALISÉE (IPS) DOCUMENT DE PRÉSENTATION

AGRÉMENT DES PROGRAMMES DE FORMATION D INFIRMIÈRE PRATICIENNE SPÉCIALISÉE (IPS) DOCUMENT DE PRÉSENTATION AGRÉMENT DES PROGRAMMES DE FORMATION D INFIRMIÈRE PRATICIENNE SPÉCIALISÉE (IPS) DOCUMENT DE PRÉSENTATION NOVEMBRE 2010 PRÉAMBULE L agrément des programmes constitue un exercice important qui permet non

Plus en détail