Les sociétés sont accusées

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les sociétés sont accusées"

Transcription

1 Prime de partage des profits PRIME DE DIVIDENDE Sylvain Niel et Nadia Hamida procèdent au décryptage complet de la nouvelle prime de dividende et expliquent comment procéder en pratique pour la mettre en place. Les sociétés sont accusées de mener des politiques très généreuses en matière de distribution de dividendes. Certaines puisent même dans leurs réserves pour maintenir un niveau de rémunération élevé de leurs actionnaires. Dans ce contexte, le Chef de l état a déclaré en avril 2011 : «Je voudrais que l on imagine un système qui fait qu au moment où l on augmente ce que l on donne aux actionnaires [ ] les salariés en aient une partie aussi». Le principe de prime «de dividende du travail» dénommée injustement «prime Lagarde» était né, et en juin 2011, le projet de loi adopté par le conseil des ministres. En résumé, ce texte impose que toute hausse des dividendes versés aux actionnaires soit accompagnée du versement à tous les salariés d une prime exonérée de charges sociales, hors CSG et CRDS, dans la limite de euros par an. Que prévoit exactement le projet de loi? Quelles sont les entreprises et groupes concernés? Quelles marges de manœuvre ont-ils? Quelles sont les entreprises et groupes concernés? Cette mesure concerne les sociétés commerciales qui emploient au moins cinquante salariés. Les GIE et les succursales de sociétés étrangères ne seraient pas concernés. En revanche, les sociétés appartenant au secteur public sont visées par ce dispositif, sauf dans les cas où elles bénéficient de subventions d exploitation, sont en situation de monopole ou sont soumises à des prix réglementés. Dans les groupes, c est la société dominante qui est seule retenue pour apprécier si la distribution de dividendes est en progression. Ce qui exclut : la société de tête, qui bien que distribuant des dividendes, n est pas dans le périmètre du comité de groupe, tel qu il a été négocié lors de la signature de l accord de configuration du groupe ; les sociétés mères étrangères. Lorsqu une société dominante se trouve hors de la France, elle n est pas tenue de mettre en place la prime, dans la mesure où elle ne rentre pas dans le champ d application territorial de la loi. Dans ce cas, l obligation s appréciera au niveau de chaque filiale française. Le groupe ainsi retenu est celui dans lequel une entreprise dominante est tenue de constituer un comité de groupe en application de l article L du Code Par Sylvain Niel Vice-Président Directeur du département d Avosial Directeur GRH FIDAL du département GRH 14, bd FIDAL du Général Leclerc 14, bd du Neuilly-sur-Seine Général LeclercCedex Tél. : 01 Neuilly-sur-Seine Cedex Tél. : dal.fr dal.fr et Nadia Hamida Avocate en droit social Cabinet Fidal 3

2 du travail. Celui-ci est en principe constitué au sein du groupe formé par une entreprise appelée entreprise dominante, dont le siège social est situé sur le territoire français, et les entreprises qu elle contrôle (1). La configuration du groupe est établie soit par voie d accord entre les parties intéressées soit, à défaut, par une décision de justice (2). En l absence de comité de groupe, la rédaction du projet de loi conduit à penser que le niveau du groupe sera quand même retenu pour apprécier l obligation légale, même si l absence du comité de groupe s inscrit dans le cadre de sa suppression suite à la mise en place d un comité d entreprise européen (3). Notons que les entreprises de moins de 50 salariés pourront, si le dividende par action augmente par rapport à la moyenne des deux années précédentes, distribuer volontairement la prime à leurs salariés avec les mêmes exonérations de charges sociales. Pour ce faire, les dirigeants peuvent soit s y soumettre volontairement à leur seule initiative, soit conclure un accord selon l une des modalités prévues pour les accords de participation (4). Quelles sont les dispositions spécifiques prévues pour les groupes? Lorsqu une société appartient à un groupe, elle procède au versement d une prime au bénéfice de l ensemble de ses salariés, dès lors que l entreprise dominante du groupe distribue des dividendes en progression (5). Cela signifie qu aucune filiale n est tenue de négocier cette prime, alors que ses dividendes progressent, si la société dominante n a pas de dividendes ou si, à son niveau, ils ne progressent pas par rapport aux deux exercices de référence. Le principe est celui de «la règle unique dans le groupe» : cela signifie qu au lieu de raisonner entité par entité, on se réfère à la progression des dividendes de la seule société dominante du groupe au sens de l article L En sens contraire, si les dividendes augmentent au niveau de la société dominante, la prime devra être versée dans toutes les filiales du groupe, et ce même si les dividendes n ont pas augmenté dans certaines fi liales, y compris pour les filiales de moins de 50 salariés. Pour celles-ci, le Ministère envisagerait une négociation avec les délégués du personnel, le projet de texte actuel ne le précisant toutefois pas. Dès lors que la société dominante distribue des dividendes, toutes les filiales dotées de délégués syndicaux doivent d abord obligatoirement négocier cette prime. Le projet de loi devrait prévoir la possibilité de négocier un accord de groupe, ce que n envisage pas pour l heure la version actuelle du projet de loi. (1) Les conditions de contrôle à satisfaire sont celles qui sont définies à l article L , aux I et II de l article L et au deuxième alinéa de l article L du Code de commerce. (2) C. trav., art. L (3) C. trav., art. L (4) Selon l article L du Code du travail, il peut s agir d un accord collectif de droit commun, ou d un accord conclu avec un salarié mandaté, avec le comité d entreprise ou ratifié par les deux tiers du personnel. (5) Article II, alinéa 2, du projet de loi. 4

3 Prime de partage des profits Quel est l élément déclencheur du versement de la prime? Selon le projet de loi, lorsqu une société commerciale attribue à ses associés ou actionnaires, en application de l article L du Code de commerce, des dividendes dont le montant par part sociale ou par action est en augmentation par rapport à la moyenne des deux exercices précédents, elle verse une prime au bénéfice de l ensemble de ses salariés. Pour être tenue de verser cette prime, les dividendes doivent donc avoir augmenté par rapport à la moyenne des deux exercices précédents. En d autres termes, la valeur du dividende envisagé doit dépasser la valeur moyenne des dividendes accordés au titre des deux exercices précédents. Ainsi, par exemple, 5 euros de dividendes prévus par action pour 2010 ne dépassent pas la valeur moyenne des dividendes versés sur les deux exercices précédents, s ils ont été respectivement égaux à 6 euros en 2009 et 4,5 euros en Dans ce cas, la moyenne des deux exercices précédents est de 5,25 euros, soit un dividende en baisse en 2011 de 4,76 %. La prime n est pas due. La prime est due sur les dividendes versés en 2011 au titre de l exercice 2010, en les comparants à la moyenne des dividendes versés en 2009 et 2010 au titre des exercices 2008 et Lorsqu une société distribue pour la première fois des dividendes, elle n est pas soumise au versement de la prime. Il faut attendre la fin de la troisième année pour calculer la moyenne des deux premières années de versement des dividendes afi n d apprécier le critère de la hausse de ces derniers. Que recouvre le terme «dividende»? Les seuls dividendes à prendre en considération sont ceux distribués aux actionnaires. Le projet de loi vise l article L du Code du commerce dont le premier alinéa précise que «après approbation des comptes annuels et constatation de l existence de sommes distribuables, l assemblée générale détermine la part attribuée aux associés sous forme de dividendes». Quelle modalité de versement de la prime choisir? La direction a le choix entre deux options, selon qu elle envisage de verser cet élément financier sans connaitre les dividendes qu elle va distribuer ou s il elle préfère attendre de savoir ce qu elle décide de distribuer à ses associés. Elle peut choisir entre : le versement d une prime une fois l exercice clos et le montant des dividendes connus. C est le mode retenu en premier lieu par le législateur ; ou prévoir, au cours de l année concernée, le principe du versement d un avantage pécuniaire si les dividendes augmentent. C est un mode alternatif à la fois plus contraignant dans sa forme et plus souple dans sa formule. Première option : la prime de partage des profits Dans le premier cas, seul le versement d une prime est envisagé par l article II du projet de loi. L employeur ne peut pas prévoir autre chose qu une prime, tel un supplément d intéressement ou une majoration de la participation aux titres restaurant ou encore une contribution patronale plus élevée à une mutuelle. D ailleurs, on voit mal comment décliner cette obligation autrement que par une prime si, à l occasion de l exercice suivant, les dividendes baissent. Comment dès lors réduire la participation patronale accordée l année d avant? Le versement d une prime, une fois l exercice clos, permet aussi de déterminer le montant de la prime par rapport à l importance de l augmentation des dividendes. Toutefois, le projet de loi n impose aucune règle de proportionnalité entre la valeur des dividendes et celle de la prime. Il n existe aucun montant minimum à la prime «de dividende du travail». Le Ministère attache une importance toute particulière sur ce point. Il estime qu en moyenne elle devrait représenter 800 euros par salarié. Deuxième option : l avantage pécuniaire L entreprise peut être dispensée du versement de la prime «de dividende du travail» si elle négocie durant l année en cours un accord collectif qui prévoit le versement d un 5

4 avantage pécuniaire collectif, tel qu un intéressement (6). La Commission des affaires sociales de l Assemblée nationale, après audition de Xavier Bertrand, a proposé un amendement permettant, à titre expérimental jusqu au 31 décembre 2014, aux entreprises employant habituellement moins de 50 salariés de conclure un accord d intéressement d une durée d un an (au lieu de trois ans normalement) dans les mêmes conditions que tout accord d intéressement. Le Gouvernement a donné un avis favorable à cet amendement soutenu par la CGPME. S agissant d une disposition pérenne, la notion «d année en cours» est retenue sciemment pour constituer un mode alternatif suffisamment souple qui peut être interprété comme l année correspondant à l exercice en cours, c est-à-dire celui au titre duquel des dividendes se rattachent, mais pas forcément. Des précisions sur ce point sont attendues. C est l article VI du projet de loi qui prévoit que ne sont pas soumises à la prime «de dividende du travail» les entreprises ayant attribué, au titre de l année en cours, au bénéfice de l ensemble de leurs salariés, par accord d entreprise, un avantage pécuniaire, non obligatoire en vertu des règles légales ou conventionnelles, alloué en tout ou en partie en contrepartie de l augmentation des dividendes (7). Cette exonération du versement de la prime n est possible que si un accord collectif est signé, même s il s agit d un intéressement. L accord collectif est le seul support possible. À défaut, l entreprise devra soit concéder d autres avantages pour conclure cet accord, soit verser la prime issue de la première option. Dans tous les cas, l accord doit remplir les deux conditions suivantes : il doit faire apparaître un élément nouveau (exemple : une formule d intéressement avec un delta additionnel en cas de dividende à la hausse) qui prouve que c est un avantage financier plus favorable ; il doit mentionner expressément le lien avec la hausse des dividendes. Si l accord prévoit l attribution d un supplément d intéressement, il doit l être au bénéfice des salariés au titre de l année en cours. Cela signifie que le supplément doit être attribué dans l année, mais son versement peut avoir lieu l année d après. Ainsi, pour 2011, le versement peut donc avoir lieu en 2012, dès lors qu il a été attribué en Si l on décide par accord collectif d attribuer un supplément d intéressement, mais qu au final le calcul de l intéressement initial conduit à aucun versement et donc à aucun supplément d intéressement, alors, selon nos sources, la société n aurait pas à distribuer d avantage pécuniaire supplémentaire dans la mesure où elle a satisfait à ses obligations légales. Il est à noter que la distribution de la prime-partage du profit dans ce cadre ne permet pas aux sociétés cotées de remplir les conditions fixées par la loi du 3 décembre 2008 en vue (6) Article VI du projet de loi. (7) Article VI du projet de loi. 6

5 Prime de partage des profits de l attribution de stock-options et d actions gratuites aux mandataires sociaux. Dans le cadre de cette législation, une société cotée doit améliorer, au titre du même exercice, ses accords d intéressement ou de participation, pour distribuer des stock-options à ses dirigeants. La prime «de dividende du travail» n étant pas l une des modalités d amélioration prévue par cette législation, elle n entre pas en considération de cette obligation. Dans le cas d un groupe, il est possible d avoir des accords différents selon les filiales et donc des primes différentes. Dans ce cadre, il est fortement conseillé d établir un cadre commun rassemblant les dispositions partagées par toutes les filiales, tel que par exemple l objectif de la prime, ses modalités d attribution, sa répartition individuelle Le choix d une personnalisation apparaît possible au niveau de chaque filiale étant donné que le principe d égalité de traitement n a pas vocation à s appliquer au niveau du groupe (8). On peut même imaginer des règles différentes en fonction de chaque entité s il s agit d une usine, d un centre de recherche, d un siège ou d un entrepôt. Cette différenciation serait même possible au niveau de chaque établissement d une même société, sous réserve qu elle soit justifiée par un élément objectif étranger à toute discrimination. En effet, d après la jurisprudence, l établissement distinct ne peut constituer le cadre pertinent d application du principe d égalité de traitement que si c est au niveau de l établissement que sont négociées les conditions de rémunérations (9). Dans le cadre de l article VI, la législation admet la possibilité de négocier un mode de calcul en fonction de l évolution future des dividendes. Dans ce cadre, le montant final de la prime ne serait pas forcément attaché aux seuls niveaux des dividendes, même si l obligation de négocier celleci en dépend. Si son principe reste acquis avec la progression des dividendes en trois ans, elle pourrait être modulée en fonction d objectifs particuliers. Ainsi, la prime peut être l ébauche d une récompense financière plus ou moins élevée en fonction de la créativité, du dynamisme ou de l engagement du personnel dans sa société. Cela permettrait de faire le lien entre la performance des femmes et des hommes qui travaillent dans l entreprise et les dividendes que perçoivent ses actionnaires. Pas de substitution aux augmentations de salaire La prime ne peut pas se substituer à des augmentations de rémunération prévues par la convention ou l accord de branche, un accord salarial antérieur ou le contrat de travail. Elle ne peut pas non plus se substituer à aucun des éléments de rémunération versés par l employeur ou qui deviennent obligatoires en vertu de règles légales, ou de clauses conventionnelles ou contractuelles. Nature juridique de la prime Avec la prime «de dividende du travail», les cadres juridiques connus volent en éclat. Ce n est pas un élément de rémunération appartenant à la sphère contractuelle, dans la mesure où son existence est conditionnée par la progression des dividendes sur trois exercices et que son montant n est pas forcément proportionné à leur augmentation. Ce n est pas non plus un intéressement, dès lors qu elle fluctue d une année sur l autre au gré des négociations et des décisions patronales, si aucun accord n est trouvé. Ce n est pas non plus un complément de participation, même si le Ministre considère que «la prime aux salariés relève de la même logique que la participation ; c est d ailleurs pourquoi nous avons retenu le même critère d application» (10). Ce ne peut être ni une gratification, ni une libéralité, dès lors que l employeur est obligé de la verser avec l augmentation des dividendes de ses actionnaires. Ce n est pas plus une distribution de dividendes, puisqu il manque pour les bénéficiaires la condition de détention de parts sociales de la société. C est un véritable «Ovni» qui interroge sur sa nature juridique (8) Cass. soc., 1 er juin 2005, n o (9) Cass. soc., 27 oct. 1999, n o ; Cass. soc., 18 janv. 2006, n o (10) Déb. AN, 14 juin

6 réelle pour l instant inclassable. Toutefois, cette observation ne vaut que pour la prime telle qu elle est déclinée par l article II du projet de loi. Cette analyse ne peut être transposée à «l avantage pécuniaire» prévu par l article VI du même texte, dans la mesure où celui-ci doit respecter les conditions prévues par l avantage retenu par l entreprise, tel qu un supplément d intéressement ou des actions gratuites. Mais au fond, la prime ne serait-elle pas l ébauche d un nouveau mode de rétribution dans l entreprise? En d autres termes, ne faut-il pas rechercher avec la prime «de dividende du travail» une forme de récompense financière favorisant le développement et la performance de l entreprise en lieu et place de la rémunération à l heure de travail effectuée? Au XXI e siècle, le salaire du seul temps de travail semble un concept bien inhibé face aux enjeux économiques futurs des firmes et des groupes français. Ainsi, au salaire horaire, norme juridique européenne incontournable, il semble possible d y ajouter une récompense financière nouvelle pour les équipes ou les salariés qui contribuent à l évolution et à la progression de leur entreprise. C est aussi faire du salarié barricadé sur sa fiche de poste un collaborateur ouvert sur l innovation, la responsabilisation et l évolution de son travail. Peut-être que la prime «de dividende du travail» offre l opportunité aux entreprises de partager les dividendes d une entreprise en associant les salariés aux enjeux actuels de la société. Comment transformer la prime «de dividende du travail» en récompense collective? La prime de partage des profits offre l opportunité de porter une nouvelle réflexion sur les récompenses financières données aux collaborateurs, à côté des modes traditionnels de rémunération. Ainsi, le principe de la prime peut être acquis en fonction de l évolution triennale des dividendes, mais le dirigeant peut très bien moduler son montant en fonction d autres paramètres. Dans ce cas, l option prévue par l article VI du projet de loi, c est-à-dire la négociation d un accord collectif durant l exercice concerné, semble la plus appropriée aux déclinaisons d un ou de plusieurs objectifs collectifs. Pour répondre aux détracteurs qui critiquent le dispositif «en affirmant qu il est cher et ne va rien rapporter aux salariés, tout en protestant contre le fait que trop de salariés vont se trouver exclus du champ d application de la prime» (11), on peut imaginer un montant symbolique sur le principe de la prime, majorée jusqu au seuil d exonération de euros si un ou plusieurs objectifs sont atteints. (11) Déclaration de Xavier Bertrand lors de la séance au Parlement du 14 juin

7 Prime de partage des profits Quels objectifs retenir? L approche nouvelle de ce mode de rétribution doit prendre en compte des objectifs originaux, susceptibles de doper le résultat de l entreprise. Le défi consiste à trouver un objectif commun à tous pour lequel le personnel a une influence déterminante. Ainsi, par exemple, si l on admet que la performance d une firme n est plus exclusivement liée à sa croissance, mais doit aussi prendre en compte d autres enjeux, tels que la protection de l environnement, la recherche d énergies renouvelables, le développement de matériaux recyclables et l amélioration de la qualité de vie au travail, il semble possible de retenir certains de ceux-ci comme objectif. La baisse de la consommation d énergie, le remplacement de produits néfastes pour la nature ou l organisation d une collecte de déchets triés peuvent constituer des enjeux partagés par tous les salariés où la prime sera majorée en fonction du résultat atteint. Dès lors, si l on connaît, au niveau de l entreprise, les éléments qui vont contribuer à l amélioration de ces nouveaux enjeux, pourquoi ne pas les retenir comme des facteurs de progression de la prime «de dividende du travail»? Premier exemple : économie énergétique % d augmentation des dividendes Deuxième exemple : innovation Une commission interne étudie les innovations présentées par le personnel et retient celles dont le ou les inventeurs seront consacrés lauréats de l année. Le concours est ouvert à tous les salariés de la société. La prime dividende-innovation est donc calculée en fonction du nombre de lauréats. Nombre de lauréats Baisse de la facture énergétique Montant de la prime dividendeinnovation Jusqu à 3 lauréats 500 De 4 à 7 lauréats 800 Plus de 7 lauréats Troisième exemple : développement durable La prime est fonction du taux de remplacement des produits ou agents chimiques dangereux utilisés par l entreprise. Taux de remplacement en % Montant de la prime dividende De 0 à 20 % 50 De 21 à 30 % 200 De 31 à 40 % 400 De 41 à 50 % 800 Plus de 50 % à 3 % 4 à 6 % 7 à 9 % Plus de 10 % Quatrième exemple : actionnariat Le partage des profits peut aussi prendre la forme d une attribution d actions gratuites au personnel. Il est conseillé d envisager de proposer un choix au salarié entre une prime ou des actions, sous réserve que le montant de la prime corresponde à la valeur des actions. % d augmentation des dividendes De 0 à 5 % De 6 à 7 % De 8 à 10 % Plus de 10 % Nombre d actions convertissables en prime au choix du salarié 1 action 2 actions 3 actions 4 actions D autres sociétés ou groupes peuvent préférer retenir des éléments de calcul prenant en compte l importance de la progression des dividendes ou celle du bénéfice distribuable. Cinquième exemple : prime sur dividende La prime est fonction de l importance de l augmentation des dividendes distribués par action. Augmentation des dividendes en % Montant de la prime dividende De 1 à 2 % 50 De 3 à 6 % 200 De 7 à 11 % 400 De 12 à 14 % 800 Plus de 15 % Jusqu à 10 % De 10 à 15 % Plus de 15 % Le versement à chaque salarié de la prime peut être uniforme ou modulée selon des modalités identiques 9

8 à celles applicables à la participation, c est-à-dire en fonction du salaire et de la durée de présence des salariés. Aucune condition d ancienneté n est envisagée, elle est donc due aux personnes présentes à l occasion de son versement. Une condition de présence semble en effet implicitement admise par le projet de loi, tel qu est libellé l article II. Comment négocier la prime? La prime de partage des profits est instituée par un accord négocié dans les mêmes formes que la participation légale. Ces accords sont conclus selon l une des modalités suivantes : par convention ou accord collectif de travail. Ce mode de conclusion fait référence à l accord d entreprise conclu dans le cadre du droit commun de la négociation collective. A priori, le Ministère exclut la possibilité de conclure des accords de branche sur ce sujet. D ailleurs, le mécanisme de la prime semble incompatible avec une négociation de branche ; par accord entre l employeur et les représentants d organisations syndicales représentatives dans l entreprise. Il s agit d un accord signé par des salariés qui ne sont pas des délégués syndicaux, mais qui détiennent le pouvoir de négocier et de conclure à l aide d un mandat spécifique d une organisation syndicale représentative ; par accord conclu au sein du comité d entreprise. Dans ce cas, l accord est accepté par la majorité des membres salariés présents lors de la réunion du comité ; à la suite de la ratification, à la majorité des deux tiers du personnel, d un projet de contrat proposé par l employeur. S il existe dans l entreprise une ou plusieurs organisations syndicales représentatives ou un comité d entreprise, la ratification est demandée conjointement par l employeur et une ou plusieurs de ces organisations ou ce comité. Par cette référence, le législateur n entend pas imposer une négociation collective avec les syndicats représentatifs, dont ne relève d ailleurs pas cette prime, qui n est ni un salaire, ni un intéressement. Ce n est donc pas l un des sujets inscrits dans le cadre de la négociation annuelle obligatoire sur les salaires (12) ou dans celle sur l intéressement/participation (13). En d autres termes, si l accord doit être recherché, cela peut être aussi bien avec les syndicats ou avec le comité d entreprise ou, à défaut, au moyen d un referendum si les premiers le proposent. Le choix est dès lors tactique pour ne pas heurter les susceptibilités syndicales tout en prévoyant une négociation réaliste et au plus près des intérêts de l entreprise. L accord sur la prime de partage des profits est déposé auprès de l autorité administrative, en l occurrence la Direccte. À défaut de ce dépôt, la (12) C. trav., art. L (13) C. trav., art. L

9 Prime de partage des profits société ne bénéficie pas de l exonération des charges sociales. Si, au terme de la négociation, aucun accord n a été conclu, un procès-verbal de désaccord est établi dans lequel sont consignées en leur dernier état les propositions respectives des parties et la prime que l employeur s engage à appliquer unilatéralement, après avis du comité d entreprise ou, à défaut, des délégués du personnel, s ils existent. Quelle est la durée de l accord? L accord collectif doit-il être à durée indéterminée ou à durée déterminée? La problématique est d autant plus délicate que la condition de hausse des dividendes sur trois ans doit être revue annuellement. Ce sont donc des conditions qui s analysent chaque année. Il serait donc logique de prévoir un accord à durée déterminée d un an. L obligation de négocier nait à chaque fois qu à l occasion d un exercice l assemblée générale attribue des dividendes en progression par rapport à la moyenne des deux exercices précédents. Un amendement pourrait prévoir que l entreprise ou le groupe est dispensé de cette négociation obligatoire, dès lors qu un accord collectif est conclu et que sa formule permet de prendre en considération l évolution des dividendes. Quelles sont les sanctions encourues? Pour l instant, le projet de loi n envisage qu une seule sanction. En cas de défaut d engagement de négociations, la sanction est le délit d entrave (14). Le refus de négocier vise aussi bien les entreprises dotées de syndicats que celles qui n en n ont pas dans la mesure où ces dernières peuvent négocier avec un salarié mandaté ou le comité d entreprise. En revanche, on peut se demander comment le juge répressif pourra éventuellement retenir le délit d entrave à l encontre d un dirigeant qui, en l absence de syndicat et de représentation du personnel élu, à refusé de recourir au referendum. À noter que le refus de verser une prime en cas d échec des négociations collectives n est pas expressément sanctionné. Une sanction civile est toujours possible, dont on peut se demander comment elle sera formulée et évaluée par le juge : dommagesintérêts pour non-application des textes ou perte d une chance pour le personnel évincé de ce dispositif? Quel est le régime social de la prime? La prime devrait être exonérée de cotisations sociales dans la limite de par salarié et par an. En revanche, elle devrait être soumise à la CSG et à la CRDS (au taux de 8 % sur 97 % de son montant) et au forfait social (au taux de 6 %) applicables en matière d intéressement et de participation. Le régime fi scal de la prime n est pas envisagé par le projet de loi de financement rectificatif, qui ne traite que des mesures liées à la sécurité sociale. Entrée en vigueur Le projet de prime «de dividende du travail» est applicable aux attributions de dividendes intervenues à compter du 1 er janvier 2011 au titre du dernier exercice clos. Pour les dividendes attribués en 2011, le délai de trois mois prévu pour l engagement des négociations devrait courir à compter de la date de publication de la loi. La prime dividende suscite des réactions exacerbées, mais interpelle aussi sur le sens de la rémunération des salariés d une entreprise et fait voler en éclats les cadres antédiluviens de la participation légale et de l intéressement collectif. (14) Article V du projet de loi. 11

La nouvelle prime de partage des profits : Mode d emploi

La nouvelle prime de partage des profits : Mode d emploi La nouvelle prime de partage des profits : Mode d emploi La Loi n 2011-894 du 28 juillet 2011 de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2011 institue une prime de partage des profits, ou

Plus en détail

Actualité Juridique Épargne Salariale

Actualité Juridique Épargne Salariale Actualité Juridique Épargne Salariale PRIME DE PARTAGE DES PROFITS - ACCORDS D INTÉRESSEMENT D UN AN La loi n 2011-894 du 28 juillet 2011 de financement rectificative de la Sécurité sociale pour 2011 a

Plus en détail

DIRECTION GENERALE DU TRAVAIL Sous-direction de la négociation collective Bureau RT3

DIRECTION GENERALE DU TRAVAIL Sous-direction de la négociation collective Bureau RT3 Ministère de l emploi, de la cohésion sociale et du logement Ministère de la santé et des solidarités DIRECTION GENERALE DU TRAVAIL Sous-direction de la négociation collective Bureau RT3 DIRECTION DE LA

Plus en détail

Toute modification de l accord de Participation doit faire l objet d un avenant à l accord initial conclu selon les mêmes modalités et d un dépôt à

Toute modification de l accord de Participation doit faire l objet d un avenant à l accord initial conclu selon les mêmes modalités et d un dépôt à La Participation Dispositif d épargne collectif obligatoire dans les entreprises de 50 salariés qui consiste à distribuer une partie des bénéfices annuels. 1 Champ d application La participation est obligatoire

Plus en détail

les apports De la circulaire DU 29 JUilleT 2011 sur la prime

les apports De la circulaire DU 29 JUilleT 2011 sur la prime Actualité Juridique Épargne Salariale les apports De la circulaire DU 29 JUilleT 2011 sur la prime De partage Des profits la circulaire administrative du 29 juillet 2011 (nor : etst1121460c) commente,

Plus en détail

Régime social et fiscal des primes d intéressement

Régime social et fiscal des primes d intéressement Régime social et fiscal des primes d intéressement Les primes d intéressement constituent pour le salarié un complément de rémunération. Cependant, afin de favoriser la mise en place d un régime d intéressement

Plus en détail

Convention ou accord collectif

Convention ou accord collectif ENGAGEMENT INTERNE A L ENTREPRISE DIFFERENTES METHODES DE MISE EN PLACE UN CONTRAT L article L.911-1 du Code de la sécurité sociale précise que les garanties collectives relevant de la protection sociale

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2006-040

LETTRE CIRCULAIRE N 2006-040 PARIS, le 15/02/2006 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2006-040 OBJET : Bonus exceptionnel d'un montant maximum de 1.000 euros L'article 17 de la loi

Plus en détail

Ministère de l emploi, de la cohésion sociale et du logement. Ministère de la santé et des solidarités

Ministère de l emploi, de la cohésion sociale et du logement. Ministère de la santé et des solidarités Ministère de l emploi, de la cohésion sociale et du logement Ministère de la santé et des solidarités Direction générale du travail Bureau RT3 - Durée et Revenus du Travail Section participation financière

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2005-167

LETTRE CIRCULAIRE N 2005-167 PARIS, le 29/11/2005 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2005-167 OBJET : Loi du 26 juillet 2005 pour la confiance et la modernisation de l'économie.

Plus en détail

LIVRET D EPARGNE SALARIALE, Livret individuel à l entrée dans l entreprise

LIVRET D EPARGNE SALARIALE, Livret individuel à l entrée dans l entreprise LIVRET D EPARGNE SALARIALE, Livret individuel à l entrée dans l entreprise ARTICLE L.3341-6 DU CODE DU TRAVAIL Conformément à l'article L. 3341-6 du Code du travail «Tout salarié d'une entreprise proposant

Plus en détail

FICHE OBLIGATIONS LEGALES

FICHE OBLIGATIONS LEGALES FICHE OBLIGATIONS LEGALES L article 99 de la loi n 2010-1330 du 9 novembre 2 010 portant réforme des retraites a instauré, à compter du 1 er janvier 2012, pour les entreprises dont l effectif est au moins

Plus en détail

Généralisation des mutuelles santé

Généralisation des mutuelles santé Date de mise à jour : juin 2013 Généralisation des mutuelles santé La loi instaure une couverture complémentaire santé minimale obligatoire pour tous les salariés du secteur privé d ici au 1 janvier 2016.

Plus en détail

De quelques questions/réponses relatives à la prime de partage des profits

De quelques questions/réponses relatives à la prime de partage des profits De quelques questions/réponses relatives à la prime de partage des profits (Loi n 2011-894 du 28 juillet 2011 de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2011 art 1 er I à XI, XIII à XIV,

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

TRAVAIL EMPLOI FORMATION

TRAVAIL EMPLOI FORMATION TRAVAIL EMPLOI FORMATION Rémunération MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ Direction générale du travail Bureau RT3 MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Direction générale

Plus en détail

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------- LES FORFAITS JOURS

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------- LES FORFAITS JOURS Groupement des Métiers de l Imprimerie ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------- JUIN 2014 NOTE N 12 LES FORFAITS JOURS (Articles

Plus en détail

Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013

Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 1 Obligation de négocier au niveau des branches... 3 2 Durée minimale de travail... 3 2.1 Dérogations...

Plus en détail

NOTE D INFORMATION 2009/09 du 25/07/2009

NOTE D INFORMATION 2009/09 du 25/07/2009 NOTE D INFORMATION 2009/09 du 25/07/2009 La réforme de l épargne salariale (circulaire DGT 2009-13 du 19/05/2009) I Intéressement : A) Modalités de calcul du crédit d impôt Les entreprises qui concluent

Plus en détail

MODE D EMPLOI LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle...

MODE D EMPLOI LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle... MODE D EMPLOI Valérie Coutteron LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle... LA LOI N 2008-111 DU 8 FÉVRIER 2008 pour le pouvoir

Plus en détail

REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS

REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Guide juridique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Cette fiche vous présente le régime juridique des exonérations de cotisations de sécurité sociale

Plus en détail

AVENANT N 2 DU 25 OCTOBRE 2011 CHAPITRE I ER

AVENANT N 2 DU 25 OCTOBRE 2011 CHAPITRE I ER MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel CAISSE D ÉPARGNE AVENANT N 2 DU 25 OCTOBRE 2011 À L ACCORD DU 24 NOVEMBRE 2005 RELATIF AUX FRAIS DE SOINS DE

Plus en détail

COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES»

COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES» COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES» Le système interprofessionnel de Sécurité Sociale est obligatoire : le

Plus en détail

AVENANT N (XX) A L ACCORD DE PARTICIPATION

AVENANT N (XX) A L ACCORD DE PARTICIPATION AVENANT N (XX) A L ACCORD DE PARTICIPATION Ce document est fourni à titre indicatif et doit être soumis à votre conseiller juridique habituel qui le complètera de toutes les spécificités propres à votre

Plus en détail

REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE PREVOYANCE ET DE RETRAITE SUPPLEMENTAIRE

REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE PREVOYANCE ET DE RETRAITE SUPPLEMENTAIRE REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE PREVOYANCE ET DE RETRAITE SUPPLEMENTAIRE Contexte : Loi FILLON du 23 Août 2003 : - modification des limites d exonération, - fixation de nouvelles caractéristiques

Plus en détail

VERSEMENT À TORT DES CONTRIBUTIONS AUX URSSAF DÉPASSEMENT DU FORFAIT JOURS : QUELLE RÉMUNÉRATION?

VERSEMENT À TORT DES CONTRIBUTIONS AUX URSSAF DÉPASSEMENT DU FORFAIT JOURS : QUELLE RÉMUNÉRATION? N-Nour VERSEMENT À TORT DES CONTRIBUTIONS AUX URSSAF MARS 2011 Depuis le 1 er janvier 2011, les contributions d assurance chômage sont versées aux Urssaf (voir Infos d Experts janvier 2011). Certaines

Plus en détail

OBRE 2013 OCT 2012-25 9 2012 COMPLÉTÉ PAR LA CIRCULAIRE DU 25 SEPTEMBRE

OBRE 2013 OCT 2012-25 9 2012 COMPLÉTÉ PAR LA CIRCULAIRE DU 25 SEPTEMBRE OCTOBRE 2013 Décret n 2012-25 du 9 janvier 2012 COMPLÉTÉ PAR LA CIRCULAIRE DU 25 SEPTEMBRE 2013 Avant-propos Afin d encourager la mise en place des régimes collectifs de protection sociale complémentaire

Plus en détail

Le compte épargne temps

Le compte épargne temps Le compte épargne temps La loi n 2008 789 du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps de travail procède à une profonde clarification des modalités de mise en place

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE PROTECTION SOCIALE

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE PROTECTION SOCIALE PROTECTION SOCIALE SÉCURITÉ SOCIALE : ORGANISATION, FINANCEMENT MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA RÉFORME DE L

Plus en détail

LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI Août 2013

LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI Août 2013 Nous nous proposons de vous présenter les principales évolutions apportées par la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013, parue au Journal Officiel le 16 juin 2013 sous la forme de flashs spéciaux.

Plus en détail

Avenant n 2 à l Accord Collectif National relatif aux frais de soins de santé du 24 novembre 2005 du 25.10.2011

Avenant n 2 à l Accord Collectif National relatif aux frais de soins de santé du 24 novembre 2005 du 25.10.2011 Avenant n 2 à l Accord Collectif National relatif aux frais de soins de santé du 24 novembre 2005 du 25.10.2011 Chapitre 1 : Champ d application et objet de l accord Le présent accord s applique à l ensemble

Plus en détail

Vos obligations d employeur FICHE CONSEIL. Nom du Document : L EXERCICE DES FONCTIONS DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL : VOS

Vos obligations d employeur FICHE CONSEIL. Nom du Document : L EXERCICE DES FONCTIONS DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL : VOS L EXERCICE DES FONCTIONS DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL : Vos obligations d employeur FICHE CONSEIL Les salariés de votre entreprise ont élu leur(s) délégué(s) du personnel. Vous avez pu constater que la loi

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > Le forfait social

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > Le forfait social Le forfait social Textes de référence : Articles L137-15 à L. 137-17 du Code de la Sécurité sociale créés par l article 13 de la loi n 2008-1330 du 17 décembre 2008 de financement de la sécurité sociale

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > L'intéressement

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > L'intéressement L'intéressement Textes de référence : Loi n 2001-152 du 19 /02/2001 Lettre circulaire Acoss n 2001-056 du 10 avril 2001 rappelant les modifications apportées aux mécanismes de l épargne salariale Circulaire

Plus en détail

MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016

MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016 MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016 Le Conseil Social du Mouvement Sportif qui représente les employeurs du sport a lancé un appel d offre s agissant de la couverture complémentaire santé

Plus en détail

Avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi

Avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi Avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi Le 11 février 2013, l'avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi transposant les dispositions de l'accord national interprofessionnel

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI TEXTE ADOPTÉ n 205 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2008-2009 19 novembre 2008 PROJET DE LOI en faveur des revenus du travail.

Plus en détail

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 Les changements concernant la protection sociale complémentaire Les dates clés 11 janv. 2013 : Signature de l Accord National Interprofessionnel

Plus en détail

EPARGNE SALARIALE : PEE PERCO FICHE CONSEIL

EPARGNE SALARIALE : PEE PERCO FICHE CONSEIL EPARGNE SALARIALE : FICHE CONSEIL EPARGNE SALARIALE : Le plan d épargne salariale est un système d'épargne collectif ouvrant au personnel de l'entreprise la faculté de participer, avec l'aide de celle-ci,

Plus en détail

LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT

LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT Textes applicables : LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT Loi n 2008-111 du 8 février 2008 J.O. du 9 février 2008 Circulaire DGT / DSS n 2008-46 du 12 février 2008. Circulaire ACOSS n 2008-039 du 18 mars 2008.

Plus en détail

Loi relative au dialogue social et à l emploi dite «Loi Rebsamen» Suite au vote à l assemblée nationale du 23 juillet 2015

Loi relative au dialogue social et à l emploi dite «Loi Rebsamen» Suite au vote à l assemblée nationale du 23 juillet 2015 Loi relative au dialogue social et à l emploi dite «Loi Rebsamen» Suite au vote à l assemblée nationale du 23 juillet 2015 SOMMAIRE Création de CPRI (commissions paritaires régionales interprofessionnelles)

Plus en détail

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes L égalité professionnelle entre hommes et femmes est un enjeu historique. En effet, il fait l objet de toutes les attentions

Plus en détail

Réforme des règles du contentieux prud homal

Réforme des règles du contentieux prud homal Loi de sécurisation de l emploi n 2013-504 du 14 juin 2013 5 e avertissement sur la loi entrant en vigueur au 1 er juillet Réforme des règles du contentieux prud homal Si les dispositions relatives au

Plus en détail

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME :

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME : 10 Avril 2013 SYNTHESE SUR LA «CORRESPONDANCE» ENTRE L ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 11 JANVIER 2013 SUR LA SECURISATION DE L EMPLOI ET LA VERSION DU PROJET DE LOI ADOPTEE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE

Plus en détail

Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l économie et des finances

Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l économie et des finances Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l économie et des finances Direction de la sécurité sociale Sous-direction du financement de la sécurité sociale Bureau de la législation financière

Plus en détail

Résolutions à titre ordinaire

Résolutions à titre ordinaire COFACE SA CONSEIL D ADMINISTRATION DU 17 FEVRIER 2015 Rapport du Conseil d administration sur les résolutions présentées à l Assemblée Générale Mixte Le rapport a pour objet de présenter les résolutions

Plus en détail

Le compte épargne-temps (CET)

Le compte épargne-temps (CET) Le compte épargne-temps (CET) Synthèse Le principe du compte épargne temps (CET) : permettre au salarié d accumuler des droits à congé rémunéré ou de bénéficier d une rémunération, immédiate ou différée,

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3175 Convention collective nationale IDCC : 1909. ORGANISMES DE TOURISME

Plus en détail

ACCORD NATIONAL DU 7 JUIN 2007

ACCORD NATIONAL DU 7 JUIN 2007 MINISTÈRE DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord de branche ENSEIGNEMENT AGRICOLE (SECTEUR DES ÉTABLISSEMENTS CATHOLIQUES) ACCORD NATIONAL DU 7 JUIN 2007 RELATIF AUX ÉQUIVALENCES

Plus en détail

LES DELEGUES SYNDICAUX

LES DELEGUES SYNDICAUX LES DELEGUES SYNDICAUX Chaque syndicat représentatif dans une entreprise ou un établissement de 50 salariés ou plus peut désigner un délégué syndical (DS). Nommé pour une durée indéterminée, le délégué

Plus en détail

Le régime social des cotisations patronales de protection sociale complémentaire

Le régime social des cotisations patronales de protection sociale complémentaire Le régime social des cotisations patronales de protection sociale complémentaire SOMMAIRE 1 Assujettissement à cotisations sociales... 3 1.1 Cotisations concernées par l exemption d assiette... 3 1.2 Limites

Plus en détail

L ESSENTIEL SUR LA GENERALISATION DE LA COUVERTURE COMPLEMENTAIRE SANTE DANS LES ENTREPRISES

L ESSENTIEL SUR LA GENERALISATION DE LA COUVERTURE COMPLEMENTAIRE SANTE DANS LES ENTREPRISES L ESSENTIEL SUR LA GENERALISATION DE LA COUVERTURE COMPLEMENTAIRE SANTE DANS LES ENTREPRISES Sommaire Introduction 1 er tiroir : La négociation au niveau des branches professionnelles 2 ème tiroir : La

Plus en détail

CIRCULAIRE COMMUNE 2006-1 -DRE Paris, le 08/02/2006. Objet : Assiette des cotisations Contributions patronales aux régimes de retraite complémentaire

CIRCULAIRE COMMUNE 2006-1 -DRE Paris, le 08/02/2006. Objet : Assiette des cotisations Contributions patronales aux régimes de retraite complémentaire CIRCULAIRE COMMUNE 2006-1 -DRE Paris, le 08/02/2006 Objet : Assiette des cotisations Contributions patronales aux régimes de retraite complémentaire Madame, Monsieur le directeur, L article 113 de la loi

Plus en détail

PREVOYANCE OBLIGATOIRE - EXONERATIONS FISCALES ET SOCIALES ENGAGEMENT UNILATERAL

PREVOYANCE OBLIGATOIRE - EXONERATIONS FISCALES ET SOCIALES ENGAGEMENT UNILATERAL PREVOYANCE OBLIGATOIRE - EXONERATIONS FISCALES ET SOCIALES ENGAGEMENT UNILATERAL La prévoyance fait partie de la protection sociale complémentaire qui est constituée de l'ensemble des garanties collectives

Plus en détail

Le plan d épargne entreprise (ou PEE)

Le plan d épargne entreprise (ou PEE) Pégase 3 Le plan d épargne entreprise (ou PEE) Dernière révision le 18/05/2009 http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr Sommaire Versement des participants... 4 Versement de l intéressement sur le

Plus en détail

ACCORD SUR LA CREATION D UN COMPTE EPARGNE TEMPS (CET)

ACCORD SUR LA CREATION D UN COMPTE EPARGNE TEMPS (CET) ACCORD SUR LA CREATION D UN COMPTE EPARGNE TEMPS (CET) ENTRE LES SOUSSIGNES : L'Office International de l'eau, Association loi 1901, dont le siège social est situé 21 rue de Madrid 75008 PARIS, immatriculée

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective IDCC : 2511. SPORT

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective IDCC : 2511. SPORT MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3328 Convention collective IDCC : 2511. SPORT Journal officiel du 25 novembre 2006 Arrêté du 21 novembre

Plus en détail

Journée de solidarité

Journée de solidarité Pégase 3 Journée de solidarité Dernière révision le 21/03/2008 http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr Sommaire Principe...4 Mention sur le bulletin...4 Salariés concernés...4 Particularité des

Plus en détail

Sommaire L ACCORD D INTERESSEMENT... 1 LE SUPPLEMENT D INTERESSEMENT... 4 LE CREDIT D IMPOT EN FAVEUR DE L INTERESSEMENT... 5

Sommaire L ACCORD D INTERESSEMENT... 1 LE SUPPLEMENT D INTERESSEMENT... 4 LE CREDIT D IMPOT EN FAVEUR DE L INTERESSEMENT... 5 Eres a créé cette fiche pour vous aider à mettre en place dans les meilleures conditions un accord d intéressement au sein d une entreprise. En effet, l accord d intéressement nécessite un certain formalisme,

Plus en détail

Profitez de la loi sur. t pour vendre du conseil

Profitez de la loi sur. t pour vendre du conseil Profitez de la loi sur l intéressemen t pour vendre du conseil Profitez de la loi sur l intl intéressement pour vendre du conseil Philippe Barré Expert-comptable Isabelle Boileau Isabelle Boileau, consultante

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3265 Convention collective nationale IDCC : 1672. SOCIÉTÉS D ASSURANCES (6 e édition. Juillet 2003) Brochure

Plus en détail

Le contingent d heures supplémentaires et les contreparties

Le contingent d heures supplémentaires et les contreparties Le contingent d heures supplémentaires et les contreparties La loi n 2008-789 du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps de travail rénove les règles en matière de

Plus en détail

LA RÉMUNÉRATION DU SALARIÉ. Chapitre 2 : L épargne salariale, un périphérique de rémunération

LA RÉMUNÉRATION DU SALARIÉ. Chapitre 2 : L épargne salariale, un périphérique de rémunération Epargne salariale : système d épargne associant un cadre collectif défini au niveau de l entreprise et une initiative individuelle du salarié ; Système de l épargne salariale constitué de plusieurs dispositifs

Plus en détail

1. Code de la sécurité sociale

1. Code de la sécurité sociale Points-clés de la loi du 17 décembre 2010 portant réforme du système de soins de santé et modifiant : 1. le Code de la sécurité sociale ; 2. la loi modifiée du 28 août 1998 sur les établissements hospitaliers.

Plus en détail

Epargne Salariale. Participation : l utilisation du TMO et le calcul des intérêts de retard

Epargne Salariale. Participation : l utilisation du TMO et le calcul des intérêts de retard Epargne Salariale Participation : l utilisation du TMO et le calcul des intérêts de retard Pourquoi vous proposer un livre blanc sur l utilisation du TMO en épargne salariale? Toutes les entreprises employant

Plus en détail

Le délégué syndical. Document SPIF-CFTC (extrait de travail.gouv.fr) fiche n 1 Page 1

Le délégué syndical. Document SPIF-CFTC (extrait de travail.gouv.fr) fiche n 1 Page 1 Le délégué syndical Chaque syndicat représentatif dans une entreprise ou un établissement d au moins 50 salariés peut désigner un délégué syndical (DS). Nommé pour une durée indéterminée, le délégué syndical

Plus en détail

A U D I K A G R O U P E

A U D I K A G R O U P E Page 1 sur 8 A U D I K A G R O U P E Société anonyme au capital de 283 500 Siège social : 58 avenue Hoche 75008 Paris SIREN : 310 612 387, R.C.S. Paris Ordre du jour de l assemblée générale ordinaire et

Plus en détail

Base de données. économiques. et sociales. vigilance, exigences. et conquêtes. élus et mandatés. guide pratique

Base de données. économiques. et sociales. vigilance, exigences. et conquêtes. élus et mandatés. guide pratique Base de données économiques et sociales vigilance, exigences et conquêtes guide pratique élus et mandatés L article 8 de la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 a introduit un nouveau dispositif

Plus en détail

Accord collectif relatif au Compte Epargne Temps

Accord collectif relatif au Compte Epargne Temps Accord collectif relatif au Compte Epargne Temps Entre les soussignés La Caisse d'epargne LOIRE CENTRE dont le siège social est situé à ORLEANS, 7 rue d'escures, représentée par adame Dominique LANGUILLAT,

Plus en détail

MODIFICATION DU CALCUL DES IJSS CONTRÔLE DES ARRÊTS MALADIE : LES DÉLAIS EN CAS DE SUSPENSION DE VERSEMENT DES IJSS

MODIFICATION DU CALCUL DES IJSS CONTRÔLE DES ARRÊTS MALADIE : LES DÉLAIS EN CAS DE SUSPENSION DE VERSEMENT DES IJSS N-Nour SEPTEMBRE 2010 MODIFICATION DU CALCUL DES IJSS Le ministère de la Santé envisage de modifier le calcul du taux des indemnités journalières de la Sécurité Sociale. Cette modification entrera en vigueur

Plus en détail

JOURNEE DE SOLIDARITE

JOURNEE DE SOLIDARITE JOURNEE DE SOLIDARITE 15/12/2014 La loi n 2004-626 du 30 juin 2004 a introduit dans le code du travail un article L 212-16 relatif à l institution d une journée de solidarité «en vue d assurer le financement

Plus en détail

La société Mediapost services, représentée par Monsieur Pierre Emmanuel LECLERCO, Directeur Général Adjoint, dûment mandaté

La société Mediapost services, représentée par Monsieur Pierre Emmanuel LECLERCO, Directeur Général Adjoint, dûment mandaté ACCORD RELATIF A L HARMONISATION DES STATUTS DES SALARIES MEDIAPOST TRANSFERES AU SEIN DE MEDIAPOST SA DANS LE CADRE DU RAPPROCHEMENT DES 2 ENTREPRISES Entre les soussignés, Le syndicat C.F.T.C Le syndicat

Plus en détail

actionnariat salarié

actionnariat salarié actionnariat salarié L Actionnariat Salarié est un outil d épargne collective permettant aux salariés d acquérir directement ou indirectement des actions de leur entreprise au travers du Plan d Épargne

Plus en détail

Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS

Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Boite à outils - Juridique Cette fiche vous présente le régime juridique des exonérations de cotisations

Plus en détail

-L employeur et le salarié signent une convention qui fixe, notamment, la date de rupture du contrat.

-L employeur et le salarié signent une convention qui fixe, notamment, la date de rupture du contrat. LA RUPTURE CONVENTIONNELLE 1-LE PRINCIPE La rupture conventionnelle a été instaurée dans le cadre de la loi du 25 juin 2008. Elle constitue un mode de rupture amiable spécifique au contrat de travail à

Plus en détail

PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE, RETRAITE ET PREVOYANCE. Conditions d exonération des charges sociales

PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE, RETRAITE ET PREVOYANCE. Conditions d exonération des charges sociales PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE, RETRAITE ET PREVOYANCE Conditions d exonération des charges sociales PARTIE 1 : CONDITIONS D EXONERATION DE CHARGES SOCIALES DES REGIMES DE PREVOYANCE ET RETRAITE La

Plus en détail

Le contrat de travail à temps partiel

Le contrat de travail à temps partiel Le contrat de travail à temps partiel 1) Travail à temps partiel : de quoi s agit-il? Est considéré comme salarié à temps partiel le salarié dont la durée du travail est inférieure : - à la durée légale

Plus en détail

Documents de contrôle de la durée du travail nécessaires au bénéfice de la loi «TEPA»

Documents de contrôle de la durée du travail nécessaires au bénéfice de la loi «TEPA» SYNTHESE Social Textes et références Loi n 2007-1223 du 21 août 2007 (JO 22 août) : article 1 Décret n 2007-1380 du 24 septembre 2007 (JO 25 septembre) : article D. 241-25 CSS Articles D. 212-18 à 24 du

Plus en détail

MODALITES D ACQUISITION DES CHÈQUES-VACANCES DANS LES ENTREPRISES DE MOINS DE 50 SALARIES

MODALITES D ACQUISITION DES CHÈQUES-VACANCES DANS LES ENTREPRISES DE MOINS DE 50 SALARIES MODALITES D ACQUISITION DES CHÈQUES-VACANCES DANS LES ENTREPRISES DE MOINS DE 50 SALARIES Les Chèques-Vacances, institués par l ordonnance n 82-283 du 26 mars 1982, sont des titres, de 10 et 20 euros,

Plus en détail

Date d application : attributions consenties à compter du 16 octobre 2007.

Date d application : attributions consenties à compter du 16 octobre 2007. Ministère du budget, des comptes publics et de la fonction publique Ministère du travail, des relations sociales, de la famille et de la solidarité Ministère de la santé, de la jeunesse, des sports et

Plus en détail

eprésentation du personnel dans les Associations Droit d expression et organisation collective des salariés

eprésentation du personnel dans les Associations Droit d expression et organisation collective des salariés R eprésentation du personnel dans les Associations Droit d expression et organisation collective des salariés Le droit d expression des salariés Dans toutes les entreprises (associations incluses), quel

Plus en détail

Partie I Élections des délégués du personnel

Partie I Élections des délégués du personnel Partie I Élections des délégués du personnel L institution des délégués du personnel n est obligatoire que dans les entreprises comptant au moins onze salariés, tandis qu elle reste facultative dans les

Plus en détail

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires:

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: - A quelles conditions une convention de forfait en jours annuels est elle valable? - Les manquements de

Plus en détail

Base de données économiques et sociales

Base de données économiques et sociales les infos DAS - n 073 4 juin 2015 Base de données économiques et sociales La loi du 14 juin 2013 de sécurisation de l emploi 1 a entériné la création de la base de données économiques et sociales (BDES)

Plus en détail

EXONERATION FISCALE ET SOCIALE DES HEURES SUPPLEMENTAIRES

EXONERATION FISCALE ET SOCIALE DES HEURES SUPPLEMENTAIRES EXONERATION FISCALE ET SOCIALE DES HEURES SUPPLEMENTAIRES Rapport présenté par Madame Claudie PAYET, au nom de la Commission de l emploi et des affaires sociales et adopté au Bureau du 28 juin 2007, selon

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3090 Convention collective nationale IDCC : 1527. IMMOBILIER (Administrateurs

Plus en détail

GENERALE DE SANTE SOCIETE ANONYME AU CAPITAL DE 42.320.396,25 EUROS SIEGE SOCIAL : 96, AVENUE D IENA 75116 PARIS N 383 699 048 RCS PARIS

GENERALE DE SANTE SOCIETE ANONYME AU CAPITAL DE 42.320.396,25 EUROS SIEGE SOCIAL : 96, AVENUE D IENA 75116 PARIS N 383 699 048 RCS PARIS GENERALE DE SANTE SOCIETE ANONYME AU CAPITAL DE 42.320.396,25 EUROS SIEGE SOCIAL : 96, AVENUE D IENA 75116 PARIS N 383 699 048 RCS PARIS ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE ANNUELLE DU 6 JUIN 2012 RESULTATS DES

Plus en détail

Rapport prévu aux articles 43-1 et 43-2 du Règlement CRBF 97-02 modifié relatif au contrôle interne des établissements de crédit.

Rapport prévu aux articles 43-1 et 43-2 du Règlement CRBF 97-02 modifié relatif au contrôle interne des établissements de crédit. Rapport prévu aux articles 43-1 et 43-2 du Règlement CRBF 97-02 modifié relatif au contrôle interne des établissements de crédit. Politique et pratiques de rémunération des collaborateurs dont les activités

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3085 Convention collective nationale IDCC : 16. TRANSPORTS ROUTIERS ET ACTIVITÉS AUXILIAIRES DU TRANSPORT

Plus en détail

Epargne salariale. L épargne salariale après. l essentiel à retenir

Epargne salariale. L épargne salariale après. l essentiel à retenir Epargne Epargne salariale L épargne salariale après la Loi MACRON : l essentiel à retenir 2 Introduction Ce document a pour objet de vous présenter les principales mesures de la Loi n 2015-990 du 6 août

Plus en détail

Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi

Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi Version 2 Fiche n 8 en entreprise Quelques éléments de contexte L objectif de simplification de la loi Rebsamen passait aussi par une rationalisation

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3271 Convention collective nationale IDCC : 1631. HÔTELLERIE DE PLEIN AIR (5 e édition. Novembre 2004) ACCORD

Plus en détail

OPTIMISATIONS FISCALES ET SOCIALES DES REMUNERATIONS L EPARGNE SALARIALE

OPTIMISATIONS FISCALES ET SOCIALES DES REMUNERATIONS L EPARGNE SALARIALE OPTIMISATIONS FISCALES ET SOCIALES DES REMUNERATIONS L EPARGNE SALARIALE Mise à jour mars 2012 Contexte : généralités Pourquoi l épargne salariale? Historique des mesures incitatives : 1959, 1967, 2001,

Plus en détail

Fiche Produit : Article 83 du C.G.I.

Fiche Produit : Article 83 du C.G.I. LE CONTRAT DE RETRAITE À COTISATIONS DÉFINIES(ART. 83 DU C.G.I) Il s agit d un contrat collectif d assurance retraite par capitalisation à adhésion obligatoire souscrit par l entreprise en faveur de l

Plus en détail

SPÉCIMEN MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Bon à savoir. À jour au 1 er mars 2015

SPÉCIMEN MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Bon à savoir. À jour au 1 er mars 2015 MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Récapitulatif des formalités à respecter Rédiger le document formalisant la Décision Unilatérale. Pour vous aider

Plus en détail

Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail

Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail En principe, l ensemble des sommes versées aux salariées en contrepartie ou à l occasion du travail sont considérées comme une

Plus en détail

EPARGNE SALARIALE : PEE PERCO

EPARGNE SALARIALE : PEE PERCO EPARGNE SALARIALE : FICHE CONSEIL Nom du Document : EPARGNE SALARIALE Page : 1/7 EPARGNE SALARIALE : Le plan d épargne salariale est un système d'épargne collectif ouvrant au personnel de l'entreprise

Plus en détail

1. La base de données économiques et sociales : un nouveau support d information

1. La base de données économiques et sociales : un nouveau support d information LOI DE SECURISATION DE L'EMPLOI AVRIL 2014 LA CONSULTATION DU COMITE D ENTREPRISE SUR LES ORIENTATIONS STRATEGIQUES ET LA BASE DE DONNEES ECONOMIQUES ET SOCIALES (BDES) Loi de sécurisation de l emploi

Plus en détail

LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSES ET RETRAITE

LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSES ET RETRAITE LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSES ET RETRAITE COMPLEMENTAIRE SUR UN SALAIRE A TEMPS PLEIN Ludivine LEROUX, juriste au sein des équipes du pôle Veille d ADP, nous propose une lecture synthétique des

Plus en détail

Rapport des commissaires aux comptes sur l autorisation d attribution d options de souscription ou d achat d actions

Rapport des commissaires aux comptes sur l autorisation d attribution d options de souscription ou d achat d actions Rapport des commissaires aux comptes sur l autorisation d attribution d options de souscription ou d achat d actions (Assemblée générale du 26 juin 2014 Résolution n 19) PricewaterhouseCoopers Audit 63

Plus en détail