Fiche conseil n : Surveillance et mesure des performances

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Fiche conseil n 13. 4.5.1 : Surveillance et mesure des performances"

Transcription

1 Fiche conseil n 13 SURVEILLANCE ET MESURE 1. Ce qu'exigent les référentiels Environnement ISO : Surveillance et mesurage EMAS Annexe I.-A.5.1 : Surveillance et mesurage SST OHSAS : Surveillance et mesure des performances Correspondance avec ILO OSH : Surveillance et mesure de l'efficacité 2. Introduction et points particuliers La surveillance est définie comme l "ensemble des actes par lesquels on exerce un contrôle suivi" (Le petit robert) et le mesurage, terme employé par les référentiels environnementaux, comme l "action de mesurer" ("mesure" : détermination de la valeur de certaines grandeurs Le petit robert). La surveillance recouvre donc les opérations de mesurage, mais également, par exemple, des rondes, des inspections, des contrôles périodiques Dans le cadre de la mise en place des systèmes de management, il est important de se rappeler qu il est nécessaire de s assurer que les améliorations programmées sont effectivement atteintes. Il est également fondamental de bien avoir à l esprit qu une fois les progrès réalisés, le plus dur reste à faire : maintenir le niveau de performance atteint, autrement dit, s assurer qu il n y a pas de dérives dans le temps. Perf. Niveau en deçà duquel la performance est insuffisante Dérive t C est notamment pour cela que les référentiels, au-delà des résultats concernant les objectifs, s attachent aux aspects environnementaux significatifs pour l environnement, ainsi qu'à la détérioration de la santé et aux incidents en SST. Un lien direct est naturellement établi entre l analyse de risques SSE et la surveillance qui doit donc s intéresser en premier lieu aux dérives potentielles par rapport aux risques les plus importants. Ainsi, la surveillance a comme finalité de fournir de l information concernant la performance, afin notamment d éclairer la prise de décision. D une manière générale, elle doit permettre : le suivi des objectifs : la réalisation et l'efficacité des actions planifiées, l'atteinte des résultats escomptés, l amélioration et/ou le maintien d un niveau déterminé de performance opérationnelle au travers du suivi par exemple de la consommation d eau, d énergie, de la quantité de déchets produits, des taux de fréquence et de gravité des accidents du travail l amélioration et/ou le maintien d un niveau déterminé de performance du système de management au travers du suivi par exemple du nombre d heures de formation SSE, de la réalisation des audits planifiés, du traitement des non-conformités, de la bonne réalisation de la maintenance préventive... L objectif, à la mise en place du SM, est d identifier les informations nécessaires et de définir comment les obtenir. Les indicateurs Pour assurer la surveillance, il convient de bien identifier les indicateurs nécessaires pour pouvoir effectuer le suivi pertinent des performances, analyser les situations et prendre les décisions adéquates en fonction des résultats. La difficulté réside bien évidemment dans le choix des bons indicateurs ainsi que dans leur quantité qui doit être suffisante mais non excessive! Il est important pour cela de toujours avoir à l esprit qu un indicateur doit répondre à un besoin (suivre la réalisation d actions, vérifier l atteinte d un résultat, s assurer de l attribution de moyens ). FC13_V1 1 / 10

2 Définitions Performance environnementale (ISO 14001) : résultats mesurables du management des aspects environnementaux d'un organisme Note : dans le contexte des systèmes de management environnemental, les résultats peuvent être mesurés par rapport à la politique environnementale de l'organisme, aux objectifs environnementaux, aux cibles environnementales et aux autres exigences de performance environnementale. Performance (OHSAS 18001) : résultats mesurables du système de management de la santé et de la sécurité au travail, en relation avec la maîtrise par l organisme, sur la base de sa politique et de ses objectifs en matière de santé et de sécurité au travail, des risques pour la santé et la sécurité au travail. Note : La mesure des performances comprend la mesure des activités et des résultats du management de la SST. Indicateur de performance environnementale (ISO 14031) : expression spécifique qui fournit des informations sur la performance environnementale d un organisme. Indicateurs de performance de management (ISO 14031) : indicateur de performance environnementale qui fournit des informations sur les efforts de la direction pour influencer la performance environnementale d un organisme. Indicateurs de performance opérationnelle (ISO 14031) : indicateur de performance environnementale qui fournit des informations sur la performance environnementale relative aux opérations d un organisme. FC13_V1 2 / 10

3 3. Vue synthétique des actions à réaliser : Procédure exigée Politique Exigences réglementaires et autres Objectifs et cibles AES / Risques SST Eléments du SM : processus, procédures, Identifier les besoins en surveillance Caractéristiques à surveiller : Besoins en indicateurs Surveillance et contrôles réglementaires Contrôles opérationnels Identifier les équipements de surveillance et mesure Construire les indicateurs de performance Indicateurs : Liste des équipements de surveillance et mesure - de performance opérationnelle - de performance du SM - liés aux objectifs Définir le suivi nécessaire à chaque équipement de surveillance et mesure Organiser la surveillance et le suivi des indicateurs Fiches de vie Modes opératoires d étalonnages et de vérifications Modes opératoires d entretiens Enregistrements d étalonnages et de vérifications Enregistrements d entretiens Programme d étalonnage et d entretien Tableaux de bord des indicateurs Programme(s) de surveillance FC13_V1 3 / 10

4 4. Actions à mettre en œuvre ➊ IDENTIFIER LES BESOINS EN SURVEILLANCE La surveillance vise a fournir des résultats exploitables relatifs au respect de la politique, à l atteinte ou non des objectifs, à la maîtrise des risques SSE (donc de la performance) et au (bon) fonctionnement du système de management. Comme il a été dit pour l identification des compétences [Renvoi Fiche n 6] et des procédures opérationnelles [Renvoi Fiche n 10], il convient que la présente étape se fasse à la lumière des autres dispositions convenues pour maîtriser les activités [Renvoi Fiche n 10 : Exemple de tableau global d identification des éléments de maîtrise]. Identifier les besoins issus de la réglementation La réglementation impose de nombreux contrôles ou mesures qui sont identifiés lors de l'étape d'identification des exigences applicables [Renvoi Fiche n 3]. Il est conseillé, au fur et à mesure du passage en revue des textes réglementaires applicables, de les rassembler afin d'alimenter directement cette étape. On peut noter : En environnement, le suivi des émissions polluantes est principalement défini au sein de l arrêté préfectoral d'autorisation d'exploiter au titre des installations classées, de l'arrêté ministériel du 2/2/98 ou de ses équivalents sectoriels, des arrêtés ministériels de prescriptions générales pour les installations soumises à déclaration et de l'arrêté ministériel du 24/12/2002 concernant la déclaration annuelle des émissions polluantes des installations classées soumises à autorisation. Ces textes visent l ensemble des rejets et la consommations d eau... Ils précisent les types de mesures, les méthodes, les fréquences, les seuils à respecter. Des contrôles périodiques d'équipements peuvent également être exigés dans des textes spécifiques environnementaux ou dans l'arrêté préfectoral d'autorisation d'exploiter : obligations de vérification de l étanchéité des cuvettes de rétention, de contrôle de l état des canalisations, contrôle périodique du rendement des chaudières Les vérifications techniques périodiques et essais fonctionnels des différents équipements de travail concernant la SST sont listés dans le Code du Travail et dans certains arrêtés ministériels spécifiques. Ils concernent, entre autres, les appareils à pression, les ascenseurs, les appareils de levage, les chariots, la surveillance des atmosphères de travail La brochure INRS «Principales vérifications périodiques» présente une synthèse de l ensemble des contrôles à réaliser. Les indicateurs réglementaires demandés en SST tels que le taux de fréquence, le taux de gravité. Le Code du Travail impose la réalisation d'examens médicaux périodiques pour l'ensemble du personnel (art. R ), mais aussi une surveillance médicale renforcée dans certains cas (art. R241-50) notamment en cas d'exposition à des agents biologiques (R et suiv.), à des rayonnements ionisants (R et suiv.), à des agents cancérigènes, mutagènes ou toxiques pour la reproduction (art. R ). Le CHSCT procède à des inspections périodiques (art. L ). Identifier les besoins en indicateurs Les indicateurs mis en place le seront pour répondre à un besoin précis. En premier lieu, il y a naturellement les indicateurs associés aux objectifs. Le niveau de performance à atteindre est défini par rapport à l indicateur retenu. Les indicateurs peuvent aussi être définis pour suivre le bon fonctionnement de certains éléments du système. Il peut s agir par exemple de s assurer que les dispositions définies pour identifier et traiter les non-conformités donnent satisfaction. Enfin les indicateurs peuvent permettre de suivre l évolution de la performance au niveau opérationnel : évolution des consommations d eau, du taux de fréquence des accidents Les données d entrée sont a minima ici les risques SST les plus importants et les impacts significatifs par rapport auxquels l organisme souhaite s assurer qu il n y a pas de dégradation de la performance (dérives). Une question qui peut être posée pour identifier ces besoins est : peut-on définir des indicateurs qui permettent de détecter le plus en amont possible des «signaux faibles» ou des «signes avant coureurs» qui conduiront, si rien n est fait, à une dégradation de la performance? Identifier les besoins en contrôles opérationnels La maîtrise des risques, le maintien de la performance passe également par la détection des dérives grâce à des contrôles réguliers au niveau du terrain. Ces contrôles peuvent par exemple viser à s assurer de l état de propreté des locaux et installations (c est le B.A.BA), le respect des procédures, le bon fonctionnement et/ou l intégrité de certains équipements de sécurité (vannes, obturateurs, alarmes, détecteurs, rétention, EPI ). Ces différents besoins doivent être identifiés en fonction de l importance des risques et des dérives potentielles et de leurs conséquences. Ici la même question se pose concernant les «signaux faibles». FC13_V1 4 / 10

5 ➋ CONSTRUIRE LES INDICATEURS DE PERFORMANCE Une fois les besoins en informations identifiés, il convient de réfléchir à comment collecter cette information (étapes souvent menées en parallèle) et comment la mettre en forme pour pouvoir l analyser plus aisément. C est le rôle des indicateurs. Les indicateurs sont des éléments plus ou moins complexes, composés souvent de plusieurs paramètres pour être représentatifs d une problématique donnée. On peut distinguer trois types d indicateurs : Les indicateurs de résultats : consommation d eau, nombre d'accidents du travail, TF ettg, Les indicateurs de moyens (ou d efforts à réaliser par l organisme pour garantir le résultat) : budget formation SSE, nombre de formations sécurité par personne, nombre de réunions sécurité et/ou de causeries sécurité, nombre de fiches de poste réalisées... Les indicateurs de risques : évolution sur 4 ans du nombre de presqu'accidents, nombre de travailleurs intérimaires, nombre de plaintes, nombre de sous-traitants, niveau d ordre, propreté et rangement Par exemple, pour construire des indicateurs relatifs au processus audit, on peut se poser la question «est-ce que le processus d audit mis en place sert à quelque chose et apporte une plus-value?», ce qui peut amener aux indicateurs suivants selon les besoins de l organisme : - indicateurs de résultats : - indicateurs de moyens : Nb d audits réalisés ou, avec plus d informations, Nb d audits réalisés / Nb d audits prévus (intensité de l activité), Nb de recommandations des auditeurs acceptées / Nb total de recommandations (informe sur la pertinence de l audit réalisé et/ou sur la compétence des auditeurs). Nb d audits réalisés Nb d audits déplacés / nb d audits prévus (informe sur le respect des planning donc sur la bonne allocation des ressources aux tâches planifiées), - Indicateurs de risques : Nb de jours d audit / auditeur / an (informe sur la professionnalisation ou non des auditeurs ; un auditeur réalisant un audit tous les 18 mois sera sans doute moins efficace que le même auditeur qui en fait 3 par an). Les indicateurs peuvent être : de nature quantitative : à partir de résultats de mesures ou de recueil de données : par exemple la consommation d eau par heures travaillées, le taux de fréquence des accidents du travail... de nature qualitative : par exemple le niveau de sensibilisation du personnel, la propreté d un atelier... Quelles doivent être les propriétés des indicateurs? L'indicateur est un élément qui permet la conversion de données qualitatives ou quantitatives en informations concises qui vont permettre à l'organisme de juger et prendre des décisions. Par exemple, à partir des relevés bruts de consommations d'électricité dans les ateliers, l'indicateur [Quantité d eau consommée/nombre de pièces fabriquées] permet d'évaluer la performance en la matière et ainsi de la comparer avec celle d'ateliers similaires, de vérifier l'efficacité de mesures d'économie Pour être exploitable et selon les cas, un indicateur peut être constitué : De données brutes : quantité de polluants rejetés, nombre de maladies professionnelles recensées, De données relatives : rapportées à un autre paramètre qui peut être le nombre d'heures travaillées, la quantité de produit fabriqué, le chiffre d'affaire, le nombre de travailleurs De données agrégées : provenant de sources différentes (installations, sites ) De données pondérées : un facteur de pondération est attribué, caractérisant l'importance (plus rare cependant). La pertinence d un indicateur repose sur sa capacité a être fiable, simple, reproductible et représentatif de la situation ; il doit avoir une durée de vie raisonnable et ne pas être modifié à tout moment. En général un seul indicateur ne peut pas répondre à toutes ces exigences ; il convient donc de s appuyer sur un panel d indicateurs et d en faire une analyse claire et objective. Construire les indicateurs liés aux objectifs d'amélioration Le processus d'élaboration des objectifs d'amélioration a permis d'identifier un certain nombre d'indicateurs associés à ces objectifs qu'il convient de suivre [Renvoi Fiche n 4]. FC13_V1 5 / 10

6 Construire les indicateurs de performance opérationnelle Par rapport aux besoins identifiés, l'organisme doit établir ses indicateurs de performance opérationnelle pour maîtriser correctement les opérations qui présentent des risques SST ou des AES réels ou potentiels ; il s agit en particulier de s assurer du maintien d un niveau atteint de performance SSE jugé satisfaisant dans ces domaines par l organisme. Quelques exemples : Thème Entrants - Quantité de matériaux dangereux mis en œuvre dans la fabrication du produit - Quantité d'eau / unité de produit Emissions - Quantités d'émissions spécifiques (ex : COV, CO2) / unité de produit Risques SST - Nombre de postes exposés à des produits chimiques dangereux - Nombre d'équipements bruyants insonorisés / total - Nombre de maladies professionnelles recensées Déchets - Quantités de DIB valorisés ou recyclés/ total Situations d'urgences - Nombre d'incidents ; Nombre de presque accidents Approvisionnement /livraisons / transport - Nombre d'accident de circulation en interne ; lors des trajets professionnels ou domicile - travail - Nombre de livraisons quotidiennes pour chaque mode de transport Produit - Quantité de substances dangereuses contenues dans le produit - % du produit pouvant être recyclé ou réutilisé Exemples d'indicateurs - Quantité produits dangereux / unité de produit - Quantité énergie / unité de produit - Nombre de jours d'arrêt - Nombre de premiers soins ; accidents sans/avec arrêt de travail ; accidents avec incapacité partielle ; permanente - Taux de fréquence ; Taux de gravité - Consommation moyenne de carburant du parc de véhicule / Nombre moyen de km parcourus - Nombre de véhicules à technologie "propre" - Nombre d'unités énergétiques consommées en cours d'utilisation du produit Construire les indicateurs liés à la performance du système de management Différents indicateurs peuvent être mis en place pour s assurer du bon fonctionnement des différents éléments du système en fonction des besoins des différents acteurs. Certains indicateurs pourront ne concerner par exemple que le responsable du système de management ou le responsable de la maintenance ou des responsables de processus Parmi ces indicateurs, certains seront utiles pour la revue de direction pour analyser le fonctionnement et l efficacité du système. Processus Politique Responsabilité Compétence Formation Communication Achats Situations d'urgence Non-conformités, actions correctives, préventives - % de personnes ayant des objectifs individuels en SSE (encadrement ; opérateurs) - Nombre d'objectifs atteints/prévus - Nombre de personnes de l encadrement ayant des responsabilités SSE spécifiées - Nombre d'employés formés/prévus - Budget formation / chiffre d affaires - Nombre des réclamations reçues en interne ou en externe - Nombre de fournisseurs et sous-traitants disposant d'un système de management/nombre total - Nombre de tests réalisés/prévus - Durée moyenne de traitement des non-conformités - Nombre d'actions soldées dans les délais prévus Exemples d'indicateurs - Nombre d'unités au sein de l'organisme qui atteignent 100% des objectifs - Niveau de compétence acquis suite aux formations - Nombre de suggestions d'amélioration en interne - Nombre d'enquêtes réalisées en externe ou en interne - % d'efficacité des actions correctives et préventives Audits - Nombre d'audits réalisés/prévus - % de pertinence des préconisations suite à audit de l'avis des audités Finances - Budget de mise en conformité réglementaire - Retour sur investissement des actions d'amélioration Maintenance et travaux neufs - Nombre d EIPS (équipements importants pour la sécurité) avec gamme de maintenance spécifique gérée via la GMAO - Nombre annuel d'heures de maintenance préventive - Degré de conformité/exigences spécifiées dans les cahier des charges et plans de prévention des interventions d'entreprises extérieures FC13_V1 6 / 10

7 ➌ ORGANISER LA SURVEILLANCE ET LE SUIVI DES INDICATEURS Planifier la surveillance Lorsque toutes les opérations de mesure et surveillance ont été identifiées, il faut planifier leur réalisation, par exemple dans le cadre d un ou plusieurs programmes de surveillance. Quels types d opérations de surveillance? En fonction des différents besoins identifiés, on pourra mettre en œuvre : - Des mesures (de polluants, de bruit ), des relevés (de compteurs ), - Des actions de contrôles de type inspection. Ces opérations sont aussi l occasion de sensibiliser les acteurs, notamment en les associant aux inspections : inspections croisées entre ateliers, association d une entreprise extérieure à l inspection du chantier d une autre entreprise extérieure : les rondes : parcours défini au préalable et systématique en différents points du site pour vérifier des points précis (fonctionnement des alarmes, fermetures des accès, repérage des fuites ). Les anomalies constatées sont souvent reportées sur un cahier dédié (cahier de quart ou cahier d anomalies) et traités au fil de l eau. les inspections, audits de poste : moins fréquents que les rondes et effectués par rapport à une activité précise (de l entreprise ou lors d un chantier d une entreprise extérieure) pour s assurer qu un certain nombre d exigences (souvent prédéfinies dans une check-list) sont respectées (respect du plan de prévention pour un sous-traitant, respect des consignes au poste de travail, respect du port des EPI). Les anomalies constatées sont souvent traitées via la procédure de gestion des non-conformités. les visites de l encadrement : même principe que les inspections mais avec une portée supplémentaire montrant l implication de la direction et de l ensemble de l encadrement. - Des opérations périodiques de type contrôle technique d équipement Quelle planification? Il est nécessaire de prendre en compte les points suivants : Désigner un responsable et/ou un acteur (des opérations peuvent être sous-traitées : analyses, rondes, etc..), Définir une fréquence pour les opérations périodiques, Identifier le mode opératoire associé, s'il est nécessaire à la réalisation de l'opération de surveillance et/ou de mesure, Préciser le type d'enregistrement pour les résultats : référence/nom du formulaire interne, du registre, rapport externe Chaque service ou direction planifie les opérations sous sa responsabilité. Dans le cas d une petite entreprise, il peut être intéressant de rassembler l ensemble de ces dispositions dans un seul document du type : Objet Périodicité Responsable Moyen : sous-traitant, mode opératoire Réglementaire Enregistrement des résultats ECME Equipement de Contrôle, Mesure et Essai Inspections Mesures Rondes journalier Dla Check list Gardien / Cahier de quart Néant Visite de l'encadrement mensuel Dla MO 231 / CR visite Néant Rejets Nox Continu Rdu MO 567 X Fichier NOX Analyseur Rejets Nox mensuel RDu Entreprise X X Rapport Entreprise X Externe Contrôle détecteurs doubles enveloppes semestre SVt MO 124 / GMAO Néant Opérations périodiques Contrôle étanchéité rétentions Annuel SVt MO 128 X GMAO Néant Contrôle électrique Annuel SVt Entreprise Y X Rapport Entreprise Y Néant Des seuils d alerte, qui correspondent éventuellement aux seuils réglementaires à respecter ou aux objectifs recherchés, peuvent être reportés sur les formulaires d enregistrement. L intérêt de ces seuils est de détecter rapidement une dérive afin de réagir rapidement et éviter ainsi une dégradation de la performance, un accident ou l apparition de non-conformité [Renvoi Fiche n 14]. Si le service maintenance dispose de son propre outil de planification, ce dernier doit être utilisé pour les actions qui le concernent. En particulier, s il dispose d une GMAO (Gestion de la maintenance assistée par ordinateur), cette dernière peut être utilisée de manière efficace pour déclencher les contrôles et autres opérations périodiques, qu ils soient réalisés par l entreprise ou par une entreprise extérieure. PROGRAMME DE SURVEILLANCE, PROGRAMME DE MAINTENANCE PREVENTIVE, GMAO FC13_V1 7 / 10

8 Organiser la surveillance médicale La surveillance médicale des salariés (art. R et suiv. du Code du Travail) est organisée par le service médical (infirmiers, secrétaires médicaux ) de l organisme et effectuée par le médecin du travail, qui peut, en cas de besoin, prescrire des consultations spécialisées ou examens complémentaires. Cette surveillance inclus divers type d examens : - La visite médicale périodique (tous les 24 mois) pour l ensemble des employés, - La visite médicale à l embauche (permettant de délivrer la fiche d aptitude) et en cas de reprise (après une absence d au moins 8 jours pour cause d accident du travail, après une absence pour cause de maladie professionnelle, quelle qu en soit la durée, après une maladie ou un accident non professionnel ayant entraîné une absence d au moins 21 jours, après un congé de maternité), - La surveillance médicale renforcée pour les salariés : affectés aux travaux comportant des exigences ou des risques spéciaux (exposition à des rayonnements ionisants, à des agents cancérigènes, mutagènes ou toxiques pour la reproduction ), handicapés, femmes enceintes, mères d un enfant de moins de 2 ans, travailleurs de moins de 18 ans, migrants et travailleurs venant de changer de type d activité, des entreprises de travail temporaire.. Suivre les indicateurs Les différents indicateurs établis doivent être suivis par les acteurs qui en sont responsables (en général ceux qui en ont besoin). Il y a tout intérêt à rassembler ces indicateurs dans un tableau de bord (par acteur) afin d avoir une vision globale de la performance. Il est usuel que pour le pilotage de l entreprise, des tableaux de bord existent déjà (au niveau du comité de direction, du responsable de processus, des responsables de service ). Les indicateurs spécifiques SSE peuvent donc naturellement être intégrés dans ces tableaux de bord. TABLEAUX DE BORD DEFINIR LES MODALITES DE SURVEILLANCE ET MESURE Les modalités générales de surveillance et mesurage ne font pas nécessairement l'objet d'une procédure spécifique, il est possible de décrire dans le manuel la façon dont sont identifiées les caractéristiques à surveiller ainsi que l'élaboration de la planification qui en découle. MANUEL PROCEDURE DE SURVEILLANCE ET MESURE ➍ IDENTIFIER LES EQUIPEMENTS DE SURVEILLANCE ET DE MESURE Les exigences des référentiels SST et environnement en matière de métrologie (gestion des équipements de surveillance et de mesure) reprennent en partie les exigences de l'iso Les référentiels environnementaux sont quant à eux moins contraignants puisqu'ils n exigent pas de procédure d étalonnage de l ensemble des appareils de mesure au sens strict du terme (raccordement aux étalons primaires). Les organismes peuvent mettre en œuvre une procédure de maintenance ou de vérification interne ou externe de ces équipements. Le recensement des appareils de mesure nécessaires peut se faire directement sur le document de planification de la surveillance. Il est également possible d'établir une liste des équipements concernés, notamment si celle-ci existe en qualité. La terminologie ECME : "équipement de contrôle, mesure et essai" est issue de la qualité. Dans le cas où il est fait appel à des organismes extérieurs pour des opérations de mesure, il faut s assurer que les appareils utilisés répondent aux exigences définies pour les équipements internes. LISTE DES ECME Il est possible d'attribuer à chaque appareil (et à ses accessoires participant à la mesure) une référence, éventuellement apposée sur l'appareil, permettant de l'identifier de façon non équivoque. La signalisation de l'aptitude à l'emploi peut se faire, à l'aide de codes couleurs. Quels types d'instruments sont concernés? Les appareils de mesures usuellement rencontrés en environnement et SST et pouvant faire l'objet d'étalonnage ou vérification sont : les analyseurs de gaz (NOx, SOx, poussières, COV ) en sortie de cheminée ou pour des mesures d ambiance, y compris détecteurs, les analyseurs de DBO, DCO, MES, ph, etc, pour les rejets aqueux, les balances, ponts bascules, les détecteurs de niveaux, les sonomètres, les compteurs FC13_V1 8 / 10

9 ➎ DEFINIR LE SUIVI NECESSAIRE A CHAQUE EQUIPEMENT DE SURVEILLANCE ET MESURE Etalonnage ou vérification? Etalonner un appareil, c'est établir la correspondance entre la valeur donnée par l'appareil et la valeur réelle (raccordée à l étalon primaire). Cet étalonnage peut être utilisé en tant que tel par la suite pour convertir systématiquement les valeurs lues en valeurs réelles. 6 5 Plage d'erreur tolérée Etalon Appareil Valeurs mesurées Etalonnage (NF X ) : Il s'agit de l'ensemble des opérations établissant, dans des conditions spécifiées, la relation entre les valeurs de la grandeur indiquées par un appareil de mesure ( ) et les valeurs correspondantes de la grandeur réalisées par des étalons. Valeurs réelles Cependant, cette conversion n'est pas toujours utilisable aisément, c'est pourquoi il est possible de réaliser, dans un second temps, une vérification, qui va consister à s'assurer que les valeurs données par l'appareil sont bien comprises dans une plage d'erreur tolérée. Si c'est effectivement le cas, on utilisera directement la valeur lue en précisant le pourcentage d'incertitude associé. Ceci peut donner lieu à l'établissement de classes d'appareils, fonctions du degré d'incertitude de la mesure. Lorsqu'il est nécessaire de s'assurer de la validité des résultats (exigence réglementaire, exigence des parties intéressées, dérive probable de l'équipement ), il est préférable de procéder à l étalonnage des appareils. A noter que si l'ohsas parle uniquement d'étalonnage, il faut entendre, comme dans la version 2004 de l'iso 14001, étalonnage ou vérification. Quelle planification pour le contrôle métrologique? Il convient de définir pour chaque appareil : - le type de contrôles métrologiques à réaliser : étalonnage seul ou suivi d'une vérification, en fonction du besoin en terme de précision de mesure, - la méthode à utiliser : dans le cas où la mesure est réglementaire, le texte cite la norme de mesure dans laquelle est très souvent décrite la façon de procéder pour l'étalonnage ou à la vérification des appareils (par exemple l'arrêté du 02/02/98 indique que le ph doit être mesuré selon la norme NF T , qui décrit l'étalonnage), - la périodicité : elle est fonction du type d'appareil (par exemple à chaque utilisation pour le phmètre), de la fréquence et des conditions d'utilisation ; plus fréquente en début de vie de l'appareil, elle peut s'espacer lorsque la dérive des caractéristiques de l'équipement est appréhendée. Pour une meilleure maîtrise, il est possible d'apposer sur l'appareil la date du prochain contrôle, - les limites d'erreurs tolérées pour les vérifications : elles peuvent être normées (par exemple pour les balances et les appareils de mesure électriques), - les responsabilités : l'étalonnage et la vérification peuvent être faits en interne ou en externe ; les laboratoires accrédités COFRAC pour l'étalonnage disposent d'une reconnaissance officielle, et peuvent être imposés dans le cas de mesures réglementaires Quelle planification pour l'entretien? Au-delà de l'étalonnage et de la vérification, il est également nécessaire d'assurer l'entretien des ECME, c'est à dire de définir les responsabilités, la périodicité, les modes opératoires de maintenance préventive. Il peut s'agir d'opérations de nettoyage, remplacement de pièces usées, vérifications des conditions d'installation : aplomb, perpendicularité au flux FC13_V1 9 / 10

10 Quelle documentation associée? Chaque appareil fait en général l'objet d'un dossier regroupant : la fiche de vie : y sont consignées les informations relatives aux caractéristiques techniques de l'appareil, ainsi que les éléments de planification du contrôle métrologique et de l'entretien, les enregistrements attestant des interventions de maintenance sur l'appareil, les enregistrements attestant des interventions de contrôles métrologiques : certificats ou PV d'étalonnage, constats de vérification, les notices ou modes opératoires d'utilisation, les éventuels modes opératoires de maintenance préventive ou curative, les éventuels modes opératoires d'étalonnage et vérification, les éventuelles normes FICHE DE VIE CERTIFICATS, PV D'ETALONNAGE, CONSTATS DE VERIFICATION, MODES OPERATOIRES, METHODE NORMALISEE Quid des ECME utilisés ou appartenant à une entreprise extérieure? Il est fréquent que certaines mesures soient confiées à une entreprise extérieure. Dans ce cas, il peut être efficace de demander dans le cahier des charges qu une copie du certificat d étalonnage soit jointe au rapport de mesure. Dans tous les cas, ces entreprises sont souvent soit accréditées, soit certifiées ISO 9001, ce qui peut être considéré comme une preuve suffisante. Par ailleurs, certains compteurs à demeure sur les sites n appartiennent pas à l organisme (ex : compteurs d eau, d électricité). Pour ceux-ci, il faut reconnaître qu il n est pas aisé d obtenir une preuve de leur bon étalonnage ou au moins calibrage. DEFINIR LES MODALITES D'ETALONNAGE, DE VERIFICATION ET D ENTRETIEN DES EQUIPEMENTS D'une façon générale, il convient de définir les responsabilités en ce qui concerne un certain nombre de tâches : - L'achat des ECME : définition des caractéristiques métrologiques attendues (appartenance à une classe, erreurs maximales d'indication, de justesse ou de fidélité) et contrôle à la réception de l'équipement en lui-même ou de la présence d'un certificat attestant des caractéristiques de l'ecme, - L identification et la mise au rebus des ECME - La définition du suivi technique nécessaire pour tout nouvel équipement, - la création et le suivi du dossier, - Le suivi des interventions, - L'analyse des résultats des contrôles et les décisions qui en découlent : l acceptation, le réforme, la révision, l ajustage, la réparation, changement de classe Les dispositions adoptées peuvent être décrites au sein d'une ou plusieurs procédures : PROCEDURE(S) DE GESTION DES EQUIPEMENTS DE SURVEILLANCE ET MESURE OU ECME PROCEDURE ACHAT Il est possible de mettre en place un programme permettant le suivi de l'ensemble des opérations de contrôles métrologiques ainsi que l'entretien des appareils de mesure. L'ensemble des tâches se partage, selon les organismes, entre le service métrologie s'il existe, le service maintenance et/ou les laboratoires ou encore des prestataires extérieurs. PROGRAMME D ETALONNAGE PROGRAMME D ENTRETIEN DES ECME, GMAO 5. Compléments Documents utiles - NF EN ISO (V 2000) : Management environnemental Evaluation de la performance environnementale Lignes directrices - Recommandation de la commission du 10 juillet 2003 relative à des orientations pour la mise en œuvre du règlement (CE) n 761/2001 du Parlement européen et du Conseil permettant la participation volontaire des organisations à un système communautaire de management environnemental et d'audit (EMAS) concernant la sélection et l'utilisation d'indicateurs de performance environnementale. - "Principales vérifications périodiques" -.Edition INRS -. ED 828, 1999, - ISO (V 2003) : Systèmes de management de la mesure - Exigences pour les processus et les équipements de mesure - NF X (V 1994) : Normes fondamentales - Vocabulaire international des termes fondamentaux et généraux de métrologie FC13_V1 10 / 10

Fiche conseil n 16 Audit

Fiche conseil n 16 Audit AUDIT 1. Ce qu exigent les référentiels Environnement ISO 14001 4.5.5 : Audit interne EMAS Article 3 : Participation à l'emas, 2.b Annexe I.-A.5.4 : Audit du système de management environnemental SST OHSAS

Plus en détail

PRINCIPES ET ENJEUX DU MANAGEMENT INTEGRE QSE

PRINCIPES ET ENJEUX DU MANAGEMENT INTEGRE QSE PRINCIPES ET ENJEUX DU MANAGEMENT INTEGRE QSE Convergences et spécificités des référentiels ISO 9001 / 14001 / OHSAS 18001 Vianney BOCK 14, rue Cassini 06300 NICE Phone : +33 4 93 56 46 92 Mobile : +33

Plus en détail

Annexe sur la maîtrise de la qualité

Annexe sur la maîtrise de la qualité Version du 09/07/08 Annexe sur la maîtrise de la qualité La présente annexe précise les modalités d'application, en matière de maîtrise de la qualité, de la circulaire du 7 janvier 2008 fixant les modalités

Plus en détail

Annexe n 6 des Conditions particulières d'achat EQUIPEMENTS

Annexe n 6 des Conditions particulières d'achat EQUIPEMENTS EQUIPEMENT MESURE AUTOMATE MAINTENANCE Annexe n 6 des Conditions particulières d'achat EQUIPEMENTS Nom Fonction Date et Signature Référent Métrologie Maintenance Examens Rédaction Gilles LE MAILLOT de

Plus en détail

Fiche conseil n 8. 4.4.3 : Consultation et communication

Fiche conseil n 8. 4.4.3 : Consultation et communication Fiche conseil n 8 COMMUNICATION 1. Ce qu exigent les référentiels Environnement ISO 14001 4.4.3 : Communication EMAS Article 3 : Participation à l'emas, 2 Annexe I.-A.4.3 : Communication Annexe I.-B.3

Plus en détail

Fiche n 15. SST 4.5.3.1 : Enquête en cas d incidents 4.5.3.2 : Non-conformité, actions correctives et actions préventives

Fiche n 15. SST 4.5.3.1 : Enquête en cas d incidents 4.5.3.2 : Non-conformité, actions correctives et actions préventives INERIS DVM-11-121612-08005A - HPa Fiche n 15 NON-CONFORMITE, ACTION CORRECTIVE ET ACTION PREVENTIVE ACCIDENTS ET INCIDENTS 1. Ce qu'exigent les référentiels Environnement ISO 14001 4.5.3 : Non-conformité,

Plus en détail

Référentiel Qualité INRA ALIMENTATION AGRICULTURE ENVIRONNEMENT

Référentiel Qualité INRA ALIMENTATION AGRICULTURE ENVIRONNEMENT Référentiel Qualité INRA ALIMENTATION AGRICULTURE ENVIRONNEMENT Sommaire 1 Domaine d application... 1 1.1 Généralités... 1 1.2 Périmètre d application... 1 2 Management de la Qualité et responsabilité

Plus en détail

POLITIQUE ET LIGNES DIRECTRICES EN MATIERE DE TRACABILITE DES RESULTATS DE MESURE

POLITIQUE ET LIGNES DIRECTRICES EN MATIERE DE TRACABILITE DES RESULTATS DE MESURE BELAC 2-003 Rev 1-2014 POLITIQUE ET LIGNES DIRECTRICES EN MATIERE DE TRACABILITE DES RESULTATS DE MESURE Les versions des documents du système de management de BELAC telles que disponibles sur le site

Plus en détail

Audit interne. Audit interne

Audit interne. Audit interne Définition de l'audit interne L'Audit Interne est une activité indépendante et objective qui donne à une organisation une assurance sur le degré de maîtrise de ses opérations, lui apporte ses conseils

Plus en détail

JECO journée des éco-entreprises. Présentation de l événement

JECO journée des éco-entreprises. Présentation de l événement JECO journée des éco-entreprises Présentation de l événement Atelier Valoriser sa démarche environnementale UN LEVIER DE CROISSANCE POUR L ENTREPRISE Objectifs Faire un panorama des différents référentiels

Plus en détail

Page 1. Le Plan de Prévention

Page 1. Le Plan de Prévention Page 1 Le Plan de Prévention 01 LA REGLEMENTATION Rappel : Le document Unique d Evaluation des Risques Dans toute entreprise, le chef d entreprise a pour obligation d assurer la sécurité et la santé de

Plus en détail

CERTIFICAT D ACCREDITATION ET DOMAINE D APPLICATION D UNE ACCREDITATION : Lignes directrices générales pour la formulation et l évaluation

CERTIFICAT D ACCREDITATION ET DOMAINE D APPLICATION D UNE ACCREDITATION : Lignes directrices générales pour la formulation et l évaluation BELAC 2-002 Rev 2-2014 CERTIFICAT D ACCREDITATION ET DOMAINE D APPLICATION D UNE ACCREDITATION : Lignes directrices générales pour la formulation et l évaluation Les dispositions de la présente procédure

Plus en détail

Rapport d'audit étape 2

Rapport d'audit étape 2 Rapport d'audit étape 2 Numéro d'affaire: Nom de l'organisme : CMA 76 Type d'audit : audit de renouvellement Remarques sur l'audit Normes de référence : Autres documents ISO 9001 : 2008 Documents du système

Plus en détail

REGLES D ATTRIBUTION ET DE SUIVI DE LA CERTIFICATION AMIANTE 1552

REGLES D ATTRIBUTION ET DE SUIVI DE LA CERTIFICATION AMIANTE 1552 REGLES D ATTRIBUTION ET DE SUIVI DE LA CERTIFICATION AMIANTE 1552 Date d application : 4 février 2013 DOC-PC 024 version 02 1/13 SOMMAIRE PAGES 1 OBJET 3 2 TERMINOLOGIE 3 et 4 3 DOCUMENTS DE REFERENCE

Plus en détail

1 la loi: la loi du 4 août 1996 relative au bien-être des travailleurs lors de l'exécution de leur travail;

1 la loi: la loi du 4 août 1996 relative au bien-être des travailleurs lors de l'exécution de leur travail; Arrêté royal du 30 août 2013 fixant des dispositions générales relatives au choix, à l'achat et à l'utilisation d'équipements de protection collective (M.B. 7.10.2013) Chapitre I er. - Dispositions relatives

Plus en détail

Qualité Aptitude d'un ensemble de caractéristiques intrinsèques à satisfaire des exigences

Qualité Aptitude d'un ensemble de caractéristiques intrinsèques à satisfaire des exigences Termes et définitions Un terme dans une définition ou une note qui est défini ailleurs dans cet article figure en caractères gras, suivi de son numéro de référence entre parenthèses Ce terme en caractères

Plus en détail

Système de Management Intégré Qualité, Sécurité et Environnement. Un atout pour l entreprise

Système de Management Intégré Qualité, Sécurité et Environnement. Un atout pour l entreprise CCI Moselle, le16 avril 2013 Système de Management Intégré Qualité, Sécurité et Environnement Un atout pour l entreprise Intervention de Olivier Rousseaux, Auditeur QSE, Expert en organisation et management

Plus en détail

Comité réglementation et simplification du conseil national de l industrie 16 mai 2014

Comité réglementation et simplification du conseil national de l industrie 16 mai 2014 Comité réglementation et simplification du conseil national de l industrie 16 mai 2014 Transposition de l article 8 de la directive européenne 2012/27 relatif à l obligation d audit énergétique Yann MENAGER

Plus en détail

Département Energie Santé Environnement. DESE/Santé N 2012-086R Mai 2012. Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs

Département Energie Santé Environnement. DESE/Santé N 2012-086R Mai 2012. Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs Département Energie Santé Environnement Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs DESE/Santé N 0-086R Mai 0 GUIDE D APPLICATION POUR LA SURVEILLANCE DU CONFINEMENT DE L AIR DANS LES ETABLISSEMENTS

Plus en détail

11/2006 - Photos : VWS - Photothèque VE. www.veoliaeaust.com Consulter nos experts : info@veoliawater.com. ISO 14001 de votre exploitation.

11/2006 - Photos : VWS - Photothèque VE. www.veoliaeaust.com Consulter nos experts : info@veoliawater.com. ISO 14001 de votre exploitation. chemise 20/02/07 16:49 Page 1 VEOLINK Votre contact : tout au long de votre projet VEOLINK Com VEOLINK Tech VEOLINK Advanced Control VEOLINK Star VEOLINK Data Base VEOLINK Maintenance VEOLINK Pro VEOLINK

Plus en détail

Référentiel du Baccalauréat professionnel MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS INDUSTRIELS

Référentiel du Baccalauréat professionnel MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS INDUSTRIELS Référentiel du Baccalauréat professionnel MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS INDUSTRIELS Juin 2005 SOMMAIRE DES ANNEXES DE L ARRÊTÉ DE CRÉATION DU DIPLÔME ANNEXE I : RÉFÉRENTIELS DU DIPLÔME I a. Référentiel

Plus en détail

Transposition de l article 8 de la directive européenne 2012/27 relative à l efficacité énergétique

Transposition de l article 8 de la directive européenne 2012/27 relative à l efficacité énergétique Pollutec 2013 Atelier ATEE AUDIT ENERGETIQUE EN ENTREPRISE Transposition de l article 8 de la directive européenne 2012/27 relative à l efficacité énergétique Laurent Cadiou DGEC/SCEE Bureau Économies

Plus en détail

Informations sur la NFS 61-933

Informations sur la NFS 61-933 Les évolutions apportées par la nouvelle norme NFS 61-933 relative à l exploitation et la maintenance des systèmes de sécurité incendie. Intervention Olivier BUFFET Ingénieur sécurité CHU ANGERS Sommaire

Plus en détail

Baccalauréat professionnel. Maintenance des Équipements Industriels

Baccalauréat professionnel. Maintenance des Équipements Industriels Baccalauréat professionnel Maintenance des Équipements Industriels 2005 SOMMAIRE DES ANNEXES DE L ARRÊTÉ DE CRÉATION DU DIPLÔME ANNEXE I : RÉFÉRENTIELS DU DIPLÔME I a. Référentiel des activités professionnelles...7

Plus en détail

AUDIT ÉNERGÉTIQUE ET SYSTÈMES DE MANAGEMENT DE L ÉNERGIE ISO 50001: Quels sont les liens et comment évoluer de l un à l autre?

AUDIT ÉNERGÉTIQUE ET SYSTÈMES DE MANAGEMENT DE L ÉNERGIE ISO 50001: Quels sont les liens et comment évoluer de l un à l autre? Réunion CCI Franche-Comté - Besançon 13 mai 2014 AUDIT ÉNERGÉTIQUE ET SYSTÈMES DE MANAGEMENT DE L ÉNERGIE ISO 50001: Quels sont les liens et comment évoluer de l un à l autre? Paule.nusa @afnor.org Nour.diab@afnor.org

Plus en détail

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel N 38 Développement durable n 2 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 19/02/2013 ISSN 1769-4000 CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L

Plus en détail

1 / 6. TD 1 Qualité - le plan qualité logiciel

1 / 6. TD 1 Qualité - le plan qualité logiciel / 6 TD Qualité - le plan qualité logiciel - Définitions Qualité La qualité d'un produit est l'ensemble de ses caractéristiques qui lui confèrent l'aptitude à satisfaire les besoins exprimés ou implicites

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION

PROGRAMME DE FORMATION Innovation - Prévention conseil - accompagnement - formation Innovation-Prévention 19 rue Paul Séramy 77300 Fontainebleau N SIRET : 48155965600030 Tel : 09.88.99.99.59 www.innoprev.com Contact Direct avec

Plus en détail

Obligation de fournir au CHSCT les informations qui lui sont nécessaires pour l'exercice de ses missions ( C. trav., art. L. 4614-9).

Obligation de fournir au CHSCT les informations qui lui sont nécessaires pour l'exercice de ses missions ( C. trav., art. L. 4614-9). Tableau des principaux cas d'information/consultation d'un CHSCT Le tableau ci-dessous recense les principaux cas légaux d'information/consultation d'un CHSCT. Il fait également apparaître les documents

Plus en détail

FORMATIONS EN MATIERE DE SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL

FORMATIONS EN MATIERE DE SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL FORMATIONS EN MATIERE DE SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL Prévention et Sécurité au Travail Fiche Santé et Travail n 111 Date : 01/09/2014 "Un homme averti en vaut deux" Ce proverbe souligne que l on est plus

Plus en détail

Tremplins de la Qualité. Tome 1

Tremplins de la Qualité. Tome 1 Tome 1 CET OUVRAGE EST UN GUIDE D INTERPRETATION DE LA NORME NF EN ISO 9001 VERSION 2000 AVANT-PROPOS Ce guide d aide à la rédaction du Manuel de Management de la Qualité a été rédigé par la Fédération

Plus en détail

A LA DECOUVERTE DES EXIGENCES DE LA NORME OHSAS 18001

A LA DECOUVERTE DES EXIGENCES DE LA NORME OHSAS 18001 A LA DECOUVERTE DES EXIGENCES DE LA NORME OHSAS 18001 BS OHSAS 18001:2007 (british standards) Systèmes de management de la santé et de la sécuritéau travail Exigences SOMMAIRE Introduction Objectifs La

Plus en détail

Le Responsible Care, une démarche accessible aux PME - PMI: Les 9 principes du Responsible Care illustrés par des actions simples et efficaces

Le Responsible Care, une démarche accessible aux PME - PMI: Les 9 principes du Responsible Care illustrés par des actions simples et efficaces Le Responsible Care, une démarche accessible aux PME - PMI: Les 9 principes du Responsible Care illustrés par des actions simples et efficaces 1 Origine du Responsible Care Démarche volontaire de l'industrie

Plus en détail

SPECIFICATION "E" DU CEFRI CONCERNANT LES ENTREPRISES EMPLOYANT DU PERSONNEL DE CATEGORIE A OU B TRAVAILLANT DANS LES INSTALLATIONS NUCLEAIRES

SPECIFICATION E DU CEFRI CONCERNANT LES ENTREPRISES EMPLOYANT DU PERSONNEL DE CATEGORIE A OU B TRAVAILLANT DANS LES INSTALLATIONS NUCLEAIRES 92038 PARIS LA DEFENSE CEDEX Page 1 / 11 SPECIFICATION "E" DU CEFRI CONCERNANT LES ENTREPRISES EMPLOYANT DU PERSONNEL DE CATEGORIE A OU B TRAVAILLANT DANS LES INSTALLATIONS NUCLEAIRES 29/11/00 13 Indice

Plus en détail

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F. Adm.A., CMC Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

FICHE DE FONCTION RESPONSABLE DE SITE

FICHE DE FONCTION RESPONSABLE DE SITE RESPONSBLE DE SITE FOR.RH.003 Créé le :01.02.2010 Page 1 sur 1 * Met en œuvre la politique commerciale, les démarches qualité - sécurité - environnement, l'activité de production, financière et humaine,

Plus en détail

Génie Logiciel LA QUALITE 1/5 LA QUALITE 3/5 LA QUALITE 2/5 LA QUALITE 4/5 LA QUALITE 5/5

Génie Logiciel LA QUALITE 1/5 LA QUALITE 3/5 LA QUALITE 2/5 LA QUALITE 4/5 LA QUALITE 5/5 Noël NOVELLI ; Université d Aix-Marseille; LIF et Département d Informatique Case 901 ; 163 avenue de Luminy 13 288 MARSEILLE cedex 9 Génie Logiciel LA QUALITE 1/5 La gestion de la qualité Enjeux de la

Plus en détail

Recueil des règles de conservation des documents des établissements universitaires québécois 04 RESSOURCES MOBILIÈRES ET IMMOBILIÈRES

Recueil des règles de conservation des documents des établissements universitaires québécois 04 RESSOURCES MOBILIÈRES ET IMMOBILIÈRES 04 RESSOURCES MOBILIÈRES ET IMMOBILIÈRES 04.01 Gestion des ressources immobilières - Fichier informatique Fichier contenant des données utilisées pour contrôler l'inventaire et la gestion des immeubles,

Plus en détail

Processus Conception. Processus SAV. Processus Gestion des stocks. Activité de contrôle production

Processus Conception. Processus SAV. Processus Gestion des stocks. Activité de contrôle production Liste non exhaustive d indicateurs Processus commercial - Nombre de clients visités chaque semaine. - kilométrage moyen parcouru par visite. - Total des heures productions vendues - Indice de Satisfaction

Plus en détail

ANNEXE D relative à l approbation du système d entretien d un exploitant de services aériens

ANNEXE D relative à l approbation du système d entretien d un exploitant de services aériens ANNEXE D relative à l approbation du système d entretien d un exploitant de services aériens 1.- L objet de la présente annexe est de rappeler les obligations de l exploitant en matière d entretien de

Plus en détail

Intitulé du stage. Initiation à l'environnement industriel Jeudi 15 et vendredi 16 septembre 2011

Intitulé du stage. Initiation à l'environnement industriel Jeudi 15 et vendredi 16 septembre 2011 Intitulé du stage Dates Initiation à l'environnement industriel Jeudi 15 et vendredi 16 septembre 2011 Recherche et réduction des rejets de Substances Dangereuses dans l'eau Mardi 20 septembre 2011 Mardi

Plus en détail

Rapport d'audit interne du processus RESSOURCES MATERIELLES NANCY

Rapport d'audit interne du processus RESSOURCES MATERIELLES NANCY Rapport d'audit interne du processus RESSOURCES MATERIELLES Date de l'audit : 23/03/2010 - Processus audité(s) : Système management qualité Site audité : Nancy Référentiel(s) : ISO 9001 : 2008 Équipe d'audit

Plus en détail

HSE MONITOR GESTION DU SYSTÈME DE MANAGEMENT. 8 modules de management intégrés. www.red-on-line.net

HSE MONITOR GESTION DU SYSTÈME DE MANAGEMENT. 8 modules de management intégrés. www.red-on-line.net HSE MONITOR GESTION DU SYSTÈME DE MANAGEMENT 8 modules de management intégrés www.red-on-line.net www.red-on-line.net HSE MONITOR GESTION DU SYSTÈME DE MANAGEMENT 1. 2. 3. 1. 4. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 5. 1.

Plus en détail

Système Qualité Pharmaceutique (ICH Q10)

Système Qualité Pharmaceutique (ICH Q10) 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 Système Qualité Pharmaceutique (ICH Q10) Le document ICH Q10 sur le

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 21 septembre 2015 N/Réf. : CODEP-PRS-2015-035472 Hôpital Robert Debré 48 boulevard Sérurier 75019 PARIS Objet : Inspection sur le thème de la radioprotection

Plus en détail

ToutelaQualite. FAQ Rechercher S enregistrer Profil Membres Groupes Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion

ToutelaQualite. FAQ Rechercher S enregistrer Profil Membres Groupes Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion creer un forum supprimer les publicites ToutelaQualite FAQ Rechercher S enregistrer Profil Membres Groupes Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion ISO 9001 V2008 ToutelaQualite Index du

Plus en détail

POLITIQUE SUR LA SÉCURITÉ LASER

POLITIQUE SUR LA SÉCURITÉ LASER Date d entrée en vigueur: 30 aout 2011 Remplace/amende: VRS-51/s/o Origine: Vice-rectorat aux services Numéro de référence: VPS-51 Les utilisateurs de lasers devront suivre les directives, la politique

Plus en détail

REF01 Référentiel de labellisation des laboratoires de recherche_v3

REF01 Référentiel de labellisation des laboratoires de recherche_v3 Introduction Le présent référentiel de labellisation est destiné aux laboratoires qui souhaitent mettre en place un dispositif de maîtrise de la qualité des mesures. La norme ISO 9001 contient essentiellement

Plus en détail

CENTRE DE PREVENTION ET D'EXAMENS DE SANTE DE CREIL référentiels : ISO9001 date de laudit : 17/12/10 référence organisme : 1091999 Votre chargé daffaires : Elodie CHRETIEN ligne directe : 01 41 62 87 33

Plus en détail

Surveillance de la santé. Brochure d information dans la cadre du "bien-être au travail"

Surveillance de la santé. Brochure d information dans la cadre du bien-être au travail Surveillance de la santé Brochure d information dans la cadre du "bien-être au travail" Sommaire Sommaire 1 1. Introduction 2 2. Analyse des risques 3 2.1. Etablissement de la liste des risques 3 2.2.

Plus en détail

REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF DENTAIRE PARTIE 3 OBTENTION DE LA CERTIFICATION

REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF DENTAIRE PARTIE 3 OBTENTION DE LA CERTIFICATION REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF DENTAIRE PARTIE 3 OBTENTION DE LA CERTIFICATION SOMMAIRE 3.1. Constitution du dossier de demande 3.2. Processus d'évaluation initiale Rev. 9 mai 2012 PROCESSUS D'OBTENTION

Plus en détail

LA QUALITE DU LOGICIEL

LA QUALITE DU LOGICIEL LA QUALITE DU LOGICIEL I INTRODUCTION L'information est aujourd'hui une ressource stratégique pour la plupart des entreprises, dans lesquelles de très nombreuses activités reposent sur l'exploitation d'applications

Plus en détail

Qu est ce qu un matériau de référence?

Qu est ce qu un matériau de référence? Qu est ce qu un matériau de référence? Guide ISO 30 : Matériau de référence (ou MR) = Matériau ou substance dont certaines propriétés sont suffisamment homogènes et bien définies pour permettre de les

Plus en détail

Bureautique Conseil Midi-Pyrénées - Perret Bureautique

Bureautique Conseil Midi-Pyrénées - Perret Bureautique Certification ISO 9001 : 2008 Rapport d'audit de renouvellement Date(s) de l'audit : 4 & 5 décembre 2012 Bureautique Conseil Midi-Pyrénées - Perret Bureautique A l attention de Madame Fabienne MORALY Suzanne

Plus en détail

Mise en place d un Système de Management Environnemental sur la base de la Norme ISO 14001. SARRAMAGNAN Viviane

Mise en place d un Système de Management Environnemental sur la base de la Norme ISO 14001. SARRAMAGNAN Viviane Mise en place d un Système de Management Environnemental sur la base de la Norme ISO 14001 SARRAMAGNAN Viviane Master II Économie et Gestion de l Environnement Année universitaire 2008/2009 Sommaire Présentation

Plus en détail

Système de management H.A.C.C.P.

Système de management H.A.C.C.P. NM 08.0.002 Norme Marocaine 2003 Système de management H.A.C.C.P. Exigences Norme Marocaine homologuée par arrêté du Ministre de l'industrie, du Commerce et des Télécommunications N 386-03 du 21 Février

Plus en détail

Les moteurs de progrès

Les moteurs de progrès MANAGEMENT PILOTAGE Les moteurs de progrès Si le management par les processus connaît une certaine réussite, le pilotage et les processus qui lui sont liés restent précaires. Pourtant là aussi, appliquer

Plus en détail

PROCEDURE ENREGISTREMENT

PROCEDURE ENREGISTREMENT Page 1 sur 7 ANNULE ET REMPLACE LES DOCUMENTS SUIVANTS référence 04/PR/001/02/V01 04/PR/001/02/V02 04/PR/001/02/V03 04/PR/001/02/V04 04/PR/001/02/V05 04/PR/001/02/V06 04/PR/001/02/V07 04/PR/001/02/V08

Plus en détail

RAPPORT DE LA PRESIDENTE DU CONSEIL DE SURVEILLANCE A L'ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE ANNUELLE DU 15 JUIN

RAPPORT DE LA PRESIDENTE DU CONSEIL DE SURVEILLANCE A L'ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE ANNUELLE DU 15 JUIN " PRECIA " Société Anonyme à Directoire et à Conseil de Surveillance Au capital de 2 200 000 Siège social à VEYRAS - 07000 PRIVAS R.C.S. AUBENAS B. 386.620.165 (1966 B 16) RAPPORT DE LA PRESIDENTE DU CONSEIL

Plus en détail

La démarche qualité dans sa dimension humaine

La démarche qualité dans sa dimension humaine La démarche qualité dans sa dimension humaine Fédérer, responsabiliser votre personnel autour d un projet commun. Un outil intelligent de management. Séminaire démarche qualité en hôtellerie, 23/01/07

Plus en détail

Certification OHSAS 18001 Santé et sécurité au travail : exemple d'application dans une AASQA (AIRFOBEP)

Certification OHSAS 18001 Santé et sécurité au travail : exemple d'application dans une AASQA (AIRFOBEP) Certification OHSAS 18001 Santé et sécurité au travail : exemple d'application dans une AASQA (AIRFOBEP) BouAlem MESBAH - AIRFOBEP? 3 Questions avant de commencer Du document unique au SMS Du SMS à l OHSAS

Plus en détail

Le développement durable clé en main

Le développement durable clé en main Le développement durable clé en main Le développement durable au cœur de la stratégie d Assa Abloy 2 de la sécurité est un marché dynamique, tiré par les évolutions sociétales (besoins de sécurité grandissants,

Plus en détail

MISE EN PLACE D'UN SYSTEME QUALITE ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001.

MISE EN PLACE D'UN SYSTEME QUALITE ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001. MISE EN PLACE D'UN SYSTEME QUALITE ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001. Public : Objectif : Direction Membres du comité de direction - Responsable de service Responsables qualité Ensemble du personnel

Plus en détail

Annexe I b. Référentiel de certification

Annexe I b. Référentiel de certification Annexe I b Référentiel de certification Page 15 sur 45 CORRESPONDANCE ENTRE ACTIVITÉS ET COMPÉTENCES ACTIVITÉS ET TÂCHES A1. S ORGANISER, S INTEGRER à une EQUIPE A1-T1 Préparer son intervention et/ou la

Plus en détail

Fonctionnalités HSE PILOT. Groupe QFI www.hse-pilot.com

Fonctionnalités HSE PILOT. Groupe QFI www.hse-pilot.com Fonctionnalités HSE PILOT Groupe QFI www.hse-pilot.com Module produit chimique RECENSEMENT DES PRODUITS Les produits chimiques sont omniprésents dans les entreprises. La gestion qui leur est associée peut

Plus en détail

Les obligations de l'exploitant

Les obligations de l'exploitant Guide technique : Sécurité > Les obligations de l'exploitant > Les obligations de l'exploitant Les obligations de l'exploitant L exploitant assiste aux visites de la commission de sécurité, ou s y fait

Plus en détail

Nom-Projet MODELE PLAN DE MANAGEMENT DE PROJET

Nom-Projet MODELE PLAN DE MANAGEMENT DE PROJET Nom-Projet MODELE PLAN DE MANAGEMENT DE PROJET Glossaire La terminologie propre au projet, ainsi que les abréviations et sigles utilisés sont définis dans le Glossaire. Approbation Décision formelle, donnée

Plus en détail

Les «bonnes pratiques de laboratoire» Les «bonnes pratiques de laboratoire» De quoi s'agit-il?

Les «bonnes pratiques de laboratoire» Les «bonnes pratiques de laboratoire» De quoi s'agit-il? Les «bonnes pratiques de laboratoire» De quoi s'agit-il? 1 Résumé Aujourd'hui, les conséquences du scandale du thalidomide sont encore visibles et le seront encore par les générations futures. Or, les

Plus en détail

Conditions Générales d Intervention du CSTB pour la délivrance d une HOMOLOGATION COUVERTURE

Conditions Générales d Intervention du CSTB pour la délivrance d une HOMOLOGATION COUVERTURE DEPARTEMENT ENVELOPPES ET REVETEMENTS Constructions Légères et Couvertures Conditions Générales d Intervention du CSTB pour la délivrance d une HOMOLOGATION COUVERTURE Livraison Cahier V1 de Mars 2010

Plus en détail

CAP Serrurier-métallier REFERENTIEL D ACTIVITES PROFESSIONNELLES PRESENTATION DES ACTIVITES ET TACHES

CAP Serrurier-métallier REFERENTIEL D ACTIVITES PROFESSIONNELLES PRESENTATION DES ACTIVITES ET TACHES REFERENTIEL D ACTIVITES PROFESSIONNELLES PRESENTATION DES ACTIVITES ET TACHES ACTIVITES : TACHES 1 - Prendre connaissance des documents, des consignes écrites et orales. 2 - Relever des cotes pour l'exécution

Plus en détail

Réf. : Code de l environnement, notamment ses articles L.592-21 et L.592-22 Code de la santé publique, notamment ses articles L.1333-17 et R.

Réf. : Code de l environnement, notamment ses articles L.592-21 et L.592-22 Code de la santé publique, notamment ses articles L.1333-17 et R. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE NANTES N/Réf. : CODEP-NAN-2014-012919 Nantes, le 19 mars 2014 MARIE SAS Etablissement de Sablé sur Sarthe ZI de l Aubrée 72300 SABLE SUR SARTHE Objet : Inspection de la

Plus en détail

Guide pour la mise en place par étapes d un système de management de la santé et de la sécurité au travail

Guide pour la mise en place par étapes d un système de management de la santé et de la sécurité au travail Guide pour la mise en place par étapes d un système de management de la santé et de la sécurité au travail 1 Ce document méthodologique a été élaboré par un groupe de travail animé par Pierre-Olivier Viac,

Plus en détail

REFERENTIEL DES ACTIVITES PROFESSIONNELLES

REFERENTIEL DES ACTIVITES PROFESSIONNELLES PREAMBULE Le baccalauréat professionnel Electrotechnique Energie Equipements Communicants traite des secteurs d activités : de l industrie, des services, de l habitat, du tertiaire et des équipements publics.

Plus en détail

ET LA DÉLIVRANCE DU CERTIFICAT

ET LA DÉLIVRANCE DU CERTIFICAT RÉFÉRENTIEL POUR L'ATTRIBUTION ET LE SUIVI D'UNE QUALIFICATION PROFESSIONNELLE D'ENTREPRISE ET LA DÉLIVRANCE DU CERTIFICAT Date d'application : 29 octobre 2014 DOCUMENT QUALIBAT 005 VERSION 06 OCTOBRE

Plus en détail

Comment choisir les indicateurs ISO 27001

Comment choisir les indicateurs ISO 27001 Comment choisir les indicateurs ISO 27001 Alexandre Fernandez Alexandre Fernandez Introduction ISO 27001 Système de Management de la Sécurité de l'information 2 / 24 ISO 17799

Plus en détail

BOC/PP 31 juillet 2006 Nº17 texte 11

BOC/PP 31 juillet 2006 Nº17 texte 11 texte 11 CONTRÔLE GÉNÉRAL DES ARMÉES. NOTE-CIRCULAIRE N 1993/DEF/CGA/CRM relative au cahier des clauses administratives particulières communes relatives au traitement d une non conformité, à l émission

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE SOMMAIRE Paragraphes Introduction... 1-4 Personnes

Plus en détail

Questionnaire de vérification pour l implantation de la norme ISO 14001 dans une entreprise

Questionnaire de vérification pour l implantation de la norme ISO 14001 dans une entreprise Questionnaire de vérification pour l implantation de la norme ISO 14001 dans une entreprise Questionnaire de vérification pour l implantation de la norme ISO 14001 dans une entreprise La politique environnementale

Plus en détail

LEXIQUE. Extraits du document AFNOR (Association Française de Normalisation) www.afnor.fr. NF EN ISO 9000 octobre 2005

LEXIQUE. Extraits du document AFNOR (Association Française de Normalisation) www.afnor.fr. NF EN ISO 9000 octobre 2005 LEXIQUE DEFINITIONS NORMALISEES (ISO 9000) Extraits du document AFNOR (Association Française de Normalisation) www.afnor.fr NF EN ISO 9000 octobre 2005 DEFINITIONS NORMALISEES (ISO 9000) - GENERAL ISO

Plus en détail

La certification pour améliorer l organisation de votre entreprise

La certification pour améliorer l organisation de votre entreprise Du mardi 3 décembre au vendredi 6 décembre 2013 La certification pour améliorer l organisation de votre entreprise Eric PIBOYEUX Président de la commission Jeunes FEDEREC Anne-Claire BEUCHER Responsable

Plus en détail

La gestion durable du chantier en pratique

La gestion durable du chantier en pratique Formation Bâtiment Durable : La gestion durable du chantier en pratique Bruxelles Environnement Le coût de la gestion durable du chantier Marc Vanderick Les Entreprises Louis De Waele Le coût de la gestion

Plus en détail

MAINTENANCE PREVENTIVE ET CORRECTIVE DES INSTALLATIONS D EAUX USEES ET PLUVIALES ET DES INSTALLATIONS ATTENANTES DU CENTRE HOSPITALIER DE MEAUX

MAINTENANCE PREVENTIVE ET CORRECTIVE DES INSTALLATIONS D EAUX USEES ET PLUVIALES ET DES INSTALLATIONS ATTENANTES DU CENTRE HOSPITALIER DE MEAUX . MAINTENANCE PREVENTIVE ET CORRECTIVE DES INSTALLATIONS D EAUX USEES ET PLUVIALES ET DES INSTALLATIONS ATTENANTES DU CENTRE HOSPITALIER DE MEAUX NOMENCLATURE : 81-17 CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

Plus en détail

La démarche qualité dans sa dimension humaine

La démarche qualité dans sa dimension humaine La démarche qualité dans sa dimension humaine Agadir-Maroc 15 décembre 2007 Thierry LONGEAU www.alcantis.fr Thierry LONGEAU Dirigeant du cabinet Alcantis Experts en systèmes d informations et de gestion

Plus en détail

LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE

LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE I - CODE DU TRAVAIL A - LES PRINCIPES GENERAUX DE PREVENTION L obligation générale de sécurité incombe

Plus en détail

BELAC 2-201 Rev 5-2006. Note valable uniquement pour la version en français:

BELAC 2-201 Rev 5-2006. Note valable uniquement pour la version en français: BELAC 2-201 Rev 5-2006 CRITERES GENERAUX ET LIGNES DIRECTRICES POUR LA MISE EN OEUVRE DE LA NORME NBN EN ISO/IEC 17020 PAR LES ORGANISMES D'INSPECTION CANDIDATS A UNE ACCREDITATION. Note valable uniquement

Plus en détail

RÈGLES DE CERTIFICATION D ENTREPRISE

RÈGLES DE CERTIFICATION D ENTREPRISE RÈGLES DE CERTIFICATION D ENTREPRISE Fabrication et transformation de matériaux et d emballages destinés au contact des aliments : respect des règles d hygiène (méthode HACCP) Réf. Rédacteur LNE PP/GLB

Plus en détail

Supports de formation du GCE Inventaires nationaux des gaz à effet de serre. Assurance qualité/contrôle qualité

Supports de formation du GCE Inventaires nationaux des gaz à effet de serre. Assurance qualité/contrôle qualité Supports de formation du GCE Inventaires nationaux des gaz à effet de serre Assurance qualité/contrôle qualité Version 2, avril 2012 Public cible et objectif des supports de formation Ces supports de formation

Plus en détail

Annexe A : tableau des Indicateurs GRI

Annexe A : tableau des Indicateurs GRI Annexe A : tableau des Indicateurs GRI Ce tableau présente les indicateurs de la Global Reporting Initiative (GRI) ayant été utilisés dans la préparation de notre rapport. Symboles I Inclus P Partiellement

Plus en détail

Mise en œuvre de la radioprotection dans les entreprises: Certification d'entreprise et formation du personnel.

Mise en œuvre de la radioprotection dans les entreprises: Certification d'entreprise et formation du personnel. Mise en œuvre de la radioprotection dans les entreprises: Certification d'entreprise et formation du personnel. Alain BONTEMPS, Directeur du CEFRI -NOMBRE DE TRAVAILLEURS EXPOSES (Nucléaire): Total: 60

Plus en détail

Mesurer, collecter et monitorer pour agir

Mesurer, collecter et monitorer pour agir Mesurer, collecter et monitorer pour agir Services de gestion de l'énergie Lausanne, 6 novembre 2014 Antoine Hayek, Energy Management Services Eric Magnin, Energy Management Specialist Michael Grelier,

Plus en détail

POLITIQUE DE BIOSÉCURITÉ

POLITIQUE DE BIOSÉCURITÉ Date d entrée en vigueur: Mai 2006 Remplace/amende: VRS-52/s/o Origine: Vice-rectorat aux services Numéro de référence: VPS-52 DÉFINITION Une substance biologique dangereuse se définit comme un organisme

Plus en détail

Tremplins de la Qualité. Tome 2

Tremplins de la Qualité. Tome 2 Tome 2 CET OUVRAGE EST UN GUIDE D INTERPRETATION DE LA NORME NF EN ISO 9001 VERSION 2000 AVANTPROPOS Ce guide d aide à la rédaction du Manuel de Management de la Qualité a été rédigé par la Fédération

Plus en détail

FICHE EXPLICATIVE Système de management de l Énergie (SMÉ)

FICHE EXPLICATIVE Système de management de l Énergie (SMÉ) Certificats d économies d énergie Fiche explicative n FE 50 FICHE EXPLICATIVE Système de management de l Énergie (SMÉ) Fiches d opérations standardisées concernées : N BAT-SE-02 et IND-SE-01. Ce document

Plus en détail

Référentiel professionnel CQPI Technicien de Maintenance Industrielle

Référentiel professionnel CQPI Technicien de Maintenance Industrielle Référentiel professionnel CQPI Technicien de Maintenance Industrielle Dans le respect des procédures, des règles d hygiène et de sécurité, afin de satisfaire les clients ou fournisseurs internes/externes

Plus en détail

REFERENTIEL POUR L ATTRIBUTION DE LA MENTION RGE :

REFERENTIEL POUR L ATTRIBUTION DE LA MENTION RGE : REFERENTIEL POUR L ATTRIBUTION DE LA MENTION RGE : RECONNU GARANT DE L ENVIRONNEMENT Date de mise en application : 20/02/2014 QUALIFELEC RE/0010 indice A 1 SOMMAIRE 1. DOMAINE D APPLICATION... 4 1.1 Objet...

Plus en détail

Amendement de la norme ISO 9001

Amendement de la norme ISO 9001 Amendement de la norme ISO 9001 François BOUCHER AFNOR Normalisation Repris par Claude GIRARD AFNOR Délégation Bretagne Un toilettage? SOMMAIRE Pourquoi une révision de la norme? Ce qui ne change pas Ce

Plus en détail

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Depuis la création de Syngenta en 2000, nous avons accordé la plus haute importance à la santé, à la sécurité et à l environnement (SSE) ainsi qu

Plus en détail

Technicien Qualité QUALIFICATION UIMM N MQ 92 11 89 01 01

Technicien Qualité QUALIFICATION UIMM N MQ 92 11 89 01 01 Technicien Qualité QUALIFICATION UIMM N MQ 92 11 89 01 01 Finalité professionnelle Sous le contrôle du responsable qualité (et/ou sécurité-environnement), de l animateur qualité (et/ou sécurité-environnement)

Plus en détail

Mise au point sur LA MAINTENANCE DES DISPOSITIFS MEDICAUX. Octobre 2011. www.afssaps.fr. Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé

Mise au point sur LA MAINTENANCE DES DISPOSITIFS MEDICAUX. Octobre 2011. www.afssaps.fr. Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé Octobre 2011 Mise au point sur LA MAINTENANCE DES DISPOSITIFS MEDICAUX Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé 143-147 boulevard Anatole France F-93285 Saint-Denis Cedex www.afssaps.fr

Plus en détail

DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES?

DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES? DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES? DOSSIER N 5 MARS 2013 DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFERENCES? POURQUOI RÉALISER UN DPE? Qui réalise un DPE? Le Diagnostic de Performance Energétique

Plus en détail