Fiche conseil n : Consultation et communication

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Fiche conseil n 8. 4.4.3 : Consultation et communication"

Transcription

1 Fiche conseil n 8 COMMUNICATION 1. Ce qu exigent les référentiels Environnement ISO : Communication EMAS Article 3 : Participation à l'emas, 2 Annexe I.-A.4.3 : Communication Annexe I.-B.3 : Communication et relations avec le monde extérieur Annexe I.-B.4 : Participation du personnel SST OHSAS : Consultation et communication Correspondance avec ILO OSH : Participation des travailleurs 3.6 : Communication 2. Introduction et points particuliers Le partage de l information constitue un élément fondamental pour garantir la maîtrise des risques SSE en général, tant en terme de retour d expérience que d implication du personnel, sources d amélioration continue. Au même titre que la communication descendante, de la hiérarchie vers l ensemble du personnel, il convient d organiser la communication ascendante et transversale. La communication, pour être efficace, peut faire l objet d une analyse alimentée notamment par l écoute des parties intéressées internes et externes en particulier le personnel, l administration, les assurances, les fournisseurs, les entreprises extérieures qui interviennent sur le site, ou encore les clients et les utilisateurs des produits, services ou activités de l organisme, les actionnaires... Cette analyse permettra de définir la stratégie de communication. Le référentiel OHSAS impose un processus de consultation du personnel dont les exigences font écho à celles du code du travail. Par ailleurs, les référentiels environnementaux, demandent de prendre en compte systématiquement les demandes externes jugées pertinentes et d y répondre. Il peut s agir de réclamations ou de plaintes qui doivent être analysées, le plus souvent dans le cadre de la procédure relative au traitement des écarts. Ce peut être également des sollicitations diverses émanant par exemple des médias, des écoles et de clients ou usagers... Pour les entreprises cotées en bourse, ce peut être des demandes des actionnaires ou des agences de notation. A noter, l existence de la récente norme ISO relative à la communication environnementale. Différence entre sensibilisation et communication Renvoi Fiche n 7. Communication vers les fournisseurs et sous-traitants. Les des référentiels, relatifs à la maîtrise opérationnelle, imposent une communication, vers les fournisseurs et soustraitants, des procédures et exigences pertinentes concernant les AES identifiables et les risques pour la SST des biens, équipements et services utilisés. Cette communication est abordée dans le cadre de la maîtrise opérationnelle [Renvoi Fiche n 11]. Différence entre ISO et EMAS FC8_V1 1 / 13

2 L une des différences importantes entre l ISO et l EMAS concerne la communication externe. En effet, l EMAS va plus loin que l ISO sur ce plan en exigeant une déclaration environnementale (cf. 4). FC8_V1 2 / 13

3 3. Vue synthétique des actions à réaliser Attentes des parties intéressées internes Attentes des parties intéressées externes Exigences réglementaires en matière de communication Risques SST et aspects environnementaux Politique Objectifs, Indicateurs Résultats : Procédure exigée Définir la stratégie de communication: Plan de communication Organiser la communication vers le personnel Organiser la communication ascendante, consulter et impliquer en interne Organiser la communication vers l'externe Répondre aux demandes, consulter en externe Réunions Affichage Journaux internes Intranet Notes CHSCT, correspondants SSE Registres Boites à idées Fiches d'écart, d'amélioration Sondages, enquêtes Déclaration environnement (EMAS) Rapport annuel Site Internet Salons, journée portes ouvertes... Articles, plaquettes Politique à disposition Décision/AES... Registre des demandes externes Forum Internet Réunions de concertation Sondages Evaluer l'efficacité de la communication et exploiter les résultats Indicateurs de performance de la communication Opportunités d'amélioration de la communication FC8_V1 3 / 13

4 4. Actions à mettre en œuvre ➊ DEFINIR LA STRATEGIE DE COMMUNICATION La communication est un exercice difficile. Son efficacité dépend de la bonne identification des cibles (parties intéressées), de leurs attentes, des messages à faire passer et des media les plus adaptés pour le faire. C est pourquoi il est pertinent (mais non exigé comme tel) d élaborer une stratégie, en concertation avec le personnel, avant d engager des actions de communication tout azimut. La communication en matière d environnement et/ou de SST doit tenir compte des orientations de l entreprise dans ces domaines et doit s inscrire dans sa stratégie globale de communication. Celle-ci est elle-même fonction de nombreux facteurs tels que taille de l'organisme, activité, culture d'entreprise, environnement culturel local et/ou national, législation applicable, situation géographique, etc. Quelles données d'entrée pour la stratégie? Pour définir sa stratégie en matière de communication environnement et SST, l organisme se base essentiellement sur une analyse des demandes, attentes et besoins des diverses parties intéressées internes et externe et de l importance de ces différentes parties intéressées vues de l organisme. Il doit notamment tenir compte des exigences réglementaires dans ce domaine (DRIRE, inspection du travail), et autres exigences éventuelles auxquelles il aurait souscrit (assurances, contrats particuliers...). Les risques SST, AES, retour d expérience, accidents et presqu accidents alimenteront également la réflexion sur les éventuels besoins en communication. Il est extrêmement important, pour les unités appartenant à de grands groupes, de rester en cohérence avec les directives définies par le groupe notamment concernant la politique ainsi qu'en matière de procédures de communication externe (en particulier en cas de crise). Quel contenu pour la stratégie? Objectifs de la communication La communication, en interne ou en externe pourra, par exemples, avoir pour objectif de : - Faciliter la compréhension de la politique et des objectifs, - Minimiser les conflits interne ou externe, - Améliorer la confiance des clients, actionnaires - Renforcer les valeurs environnementales ou SST ou sein de l'organisme et favoriser l implication des personnes, - Réduire la crainte, en interne ou en externe, d'être exposé à un risque sans qu'il soit prévu et maîtrisé - Informer le personnel et les autres parties intéressées des objectifs de l'organisme et de ses résultats environnement et/ou SST, -... Identification des parties intéressées Le personnel, leurs représentants légaux et les autorités administratives seront nécessairement visés. En environnement, les demandes des parties intéressées externes (riverains, associations, public, élus, autorités ) doivent être prises en compte. Au-delà, les clients, actionnaires, fournisseurs, concurrents, media, assureurs, banques, associations diverses de protection de l environnement, entreprises extérieures intervenant sur le site pourront également être des cibles de la communication environnementale ou SST. C est à l organisme de juger l intérêt pour lui de communiquer vers ses différentes parties intéressées. Pour cela, il est intéressant d identifier l importance de chaque partie intéressée en ce qu elle peut aider ou remettre en cause l organisme. Naturellement, il est probable que la stratégie de communication visera à s intéresser aux attentes des parties intéressées les plus importantes. La médecine du travail et la CRAM ne doivent pas être oubliées dans le cas de la SST. Définition des moyens et calendrier Comme pour toute planification, il est pertinent de définir les moyens humains et financiers, ainsi que les échéances nécessaires à l'atteinte des objectifs fixés dans le cadre de la stratégie de communication de l'organisme. Quelle formalisation? Le plan de communication de l entreprise, s il existe, pourra intégrer les objectifs fixés pour la communication environnementale et SST. Si l'organisme n'établit pas de plan de communication, il peut être intéressant d en élaborer un spécifique à l'environnement et/ou la SST (qui fait quoi, quand et comment), ou d intégrer ces objectifs dans le programme environnemental. PLAN DE COMMUNICATION FC8_V1 4 / 13

5 ➋ ORGANISER LA COMMUNICATION VERS LE PERSONNEL Sur quels sujets? La mise à disposition d informations appropriées auprès du personnel est un levier important de la motivation. Elle peut éviter les incompréhensions et aider à mieux comprendre les efforts demandés en matière de performance SSE. Informations obligatoires Le Code du Travail impose que le personnel reçoive une information sur les risques pour la SST et leur maîtrise. Ces éléments sont traités dans le cadre de la Fiche n 7 Sensibilisation. Pour faciliter l identification des interlocuteurs en matière de SST, les coordonnées de l inspecteur du travail doivent être affichées ainsi que, par exemple, la liste des secouristes, les coordonnées du médecin du travail (CdT Art. R ), les membres du CHSCT (CdT Art. R ). A noter que certaines consignes de sécurité doivent être obligatoirement affichées (incendie : Art. R ). Pour les installations classées soumises à autorisation, l arrêté préfectoral d autorisation d'exploiter doit en général être affiché. Par ailleurs, un certain nombre de documents tels que le document unique d'identification des risques ou bien le rapport du bilan annuel HSCT doivent être tenu à disposition ou transmis aux représentants du personnel. Une liste plus complète des obligations d'informations issues du Code du Travail est donnée au chapitre 5.Compléments. Informations sur le système Exemples d'informations à communiquer : - avancement des objectifs et des programmes d actions, - indicateurs de performances, - retour d expérience sur les incidents, accidents, presqu accidents, situations d urgence, - suivi et bilan des écarts et actions correctives/préventives, - liste des personnes relais en terme de communication (correspondants environnement ou SST ), - résultats d'audits, - conclusions de la revue de direction Les référentiels imposent que la politique Environnement et/ou SST soit communiquée au personnel [Renvoi Fiche n 1]. Les objectifs d amélioration assignés à chaque personne, service ou direction et les résultats obtenus par rapport à ces objectifs méritent également d être périodiquement diffusés pour que le personnel concerné soit informé des résultats de ses efforts. Comment? L information à communiquer vers le personnel peut l être via différents types de media (réunion, affichage ). Il peut être intéressant d utiliser plusieurs media pour diffuser une même information afin de garantir de meilleurs résultats, chaque individu étant plus ou moins réceptif au mode de communication utilisé (conversation, image, texte, ). Les réunions d équipe intégrant un temps consacré à la SSE sont un moyen qui peut s avérer très efficace. Il est nécessaire de prendre garde à bien associer à chaque media, un objectif de communication. Il convient par exemple de s interroger périodiquement sur l utilité de certaines réunions ou affichages. De plus, il est important de s'attacher à la lisibilité des informations diffusées en fonction des cibles, quitte à en réduire la quantité. Il est nécessaire d'adapter la communication au public visé en utilisant un langage approprié, éventuellement en faisant usage d'exemples et de supports visuels et attractifs permettant une meilleure compréhension des informations complexes. L affichage de la nature des risques SST au poste de travail et les moyens de s en préserver est souhaitable. REUNIONS (ENCADREMENT, COMITE DE DIRECTION, QUART D HEURE SECURITE / ENVIRONNEMENT, COMITE DE PILOTAGE ) AFFICHAGE JOURNAL INTERNE MESSAGERIE ELECTRONIQUE INTERNE NOTE INTERNE... FC8_V1 5 / 13

6 ➌ ORGANISER LA COMMUNICATION ASCENDANTE, CONSULTER ET IMPLIQUER EN INTERNE Identifier les représentants du personnel L'OHSAS impose que les employés soient représentés pour les questions SST et informés de l'identité de ces représentants. La réglementation du travail comporte des exigences équivalentes. Ainsi, l'organe essentiel de représentation des travailleurs concernant la SST est le CHSCT, s'il existe (obligatoire pour les entreprises de plus de 50 salariés) ou, à défaut, les délégués du personnel. Le CHSCT est un acteur fondamental et incontournable pour la communication interne, en particulier en terme de remontée d'information, de consultation et d'implication du personnel en matière de SST. CHSCT, DELEGUES DU PERSONNEL Organiser la communication ascendante interne Dans quel but? Dans le cadre d une démarche volontaire, la prise en compte des préoccupations, constatations et propositions du personnel concernant les AE et la SST contribuera à sa réelle participation. Cette communication peut notamment participer à la détection des petits dysfonctionnements (signaux faibles) qui pris en considération limiteront le risque de survenue d un incident. Par ailleurs, le Code de Travail demande à l'employeur de prendre des dispositions pour que, dans certaines situations, le travailleur fasse remonter des informations importantes pour la prise en compte des risques ; par exemple : - les travailleurs doivent signaler immédiatement tout accident ou incident mettant en cause un agent biologique pathogène (art. R ), - les femmes doivent déclarer le plus précocement possible leur état de grossesse en cas d'exposition à l'action d'agents cancérogène, mutagène ou toxique pour la reproduction (art. R ). Comment? La remontée d informations se fait généralement oralement, par le biais des responsables hiérarchiques, en particulier à l occasion de réunions. Ces derniers jouent ici un rôle majeur pour le bon fonctionnement du système. Cependant, il peut être intéressant de mettre en place des «relais» tels que les correspondants environnement et/ou sécurité [Renvoi Fiche n 5] vers qui l ensemble du personnel pourra plus facilement se tourner (sans pour autant négliger le CHSCT) et qui auront un rôle d animation local plus marqué. CHSCT, CORRESPONDANTS SSE Les informations peuvent également être remontées par écrit, via des enregistrements (dont certains sont réglementaires) : CAHIERS DE RONDE, DE QUART, REGISTRES (SECURITE, ACCIDENTS BENINS, ETC...), FICHES D'ECART, DE SUGGESTION Il est également possible de mettre en place des outils, tels que : BOITE A IDEES REUNIONS, GROUPES D EXPRESSION (METHODE 5S, PAR EXEMPLE) La mise en œuvre de ces outils nécessite une animation importante pour réussir. Il est important, sous peine de décrédibiliser toute démarche visant à impliquer le personnel et afin de bien montrer au personnel que ces suggestions ne sont pas restées lettre morte, de donner une suite aux demandes ou informations recueillies quelles qu elles soient, et ce dans un délai acceptable (l acceptabilité dépendant bien sûr de la difficulté du problème posé). Organiser la consultation du personnel Au delà des outils de remontée d'informations, l'ohsas demande que les employés, en direct ou à travers leurs représentants, soient : - consultés (= émettent un avis) lors de la mise en place de tout changement affectant la SST : par exemple, la méthodologie et les résultats concernant l'évaluation des risques sont présentés au CHSCT, il émet un avis qui sera ou non intégré dans la prise de décision finale, - impliqués (= prennent part) dans le développement et la revue des politiques et des procédures de gestion des risques : par exemple, des représentants du personnel prennent part au choix de la méthode pour l analyse des risques au poste de travail et participent à l'évaluation des risques en allant interroger les employés à leur poste de travail. FC8_V1 6 / 13

7 L'EMAS exige également la participation du personnel et notamment qu'il soit "associé au processus d'amélioration continue des résultats obtenus par l'organisation en matière d'environnement", éventuellement à travers des "comités environnement" ou des représentants du personnel. Sur quels sujets? Initialement, il est essentiel (pour la réussite de la démarche mais aussi la pertinence des résultats) d associer le personnel pour : - la réalisation de l'évaluation des risques SST au poste de travail. Il faut noter que l'analyse des risques professionnels auxquels peuvent être exposés les salariés de l'établissement fait partie des missions légales du CHSCT (CdT - art. L 236-2), - la phase de collecte des informations concernant l'identification des aspects environnementaux. Ponctuellement, les employés peuvent être consultés ou impliqués à l occasion des : - transformations importantes des postes de travail : modification d'équipements, de produit ou de l'organisation du travail, en particulier des cadences (CdT - art. L : consultation obligatoire du CHSCT), - accidents, incidents, - sujets concernant l'amériation des performances environnement/sst (élaboration des objectifs, actions suite à problème ), - choix des EPI (Equipements de Protection Individuelle) PROCEDURE DE GESTION DES MODIFICATIONS [Renvoi Fiche n 18] FICHES D'ECART, D'AMELIORATION, DE PRESQUE ACCIDENT L'article L du Code du Travail précise toutes les circonstances dans lesquelles le CHSCT doit être consulté. Comment impliquer et consulter? Le personnel sera consulté soit directement via la hiérarchie, soit indirectement via le CHSCT ou d'éventuels correspondants SSE. CHSCT, DELEGUES DU PERSONNEL, CORRESPONDANTS SSE, COMITÉS SSE Les modes de consultation ou d'implication du personnel, ainsi que la propension de la direction à plus ou moins impliquer les employés, et en particulier le CHSCT, dans le processus décisionnel de l'entreprise sont variables selon les organismes et leur culture. La mise en place d objectifs SSE individuels est un très bon moyen pour impliquer plus avant le personnel à tous les niveaux dans la démarche et pour l atteinte des résultats SSE. Concernant des problématiques collectives, on peut citer les modes de consultation et d implication du personnel suivants : QUESTIONNAIRE DE CONSULTATION GROUPES D EXPRESSION (METHODE 5S, PAR EXEMPLE) PRIMES COLLECTIVES SUR OBJECTIFS SONDAGES, ENQUETES, CONCOURS, JEUX... Sur des problématiques plus spécifiques et ponctuelles, telles que modification d un poste de travail, d une activité, d un produit, etc, la ou les personne(s) concernée(s) peut(vent) être consulté(es) ou impliqué(es) à des degrés divers en fonction de la complexité des situations et de leurs enjeux. GROUPES DE TRAVAIL SUR L ANALYSE DES RISQUES AU POSTE DE TRAVAIL, SUR LE RETOUR D EXPERIENCE APRES ACCIDENT OU INCIDENT, SUR DES THEMATIQUES SPECIFIQUES VISITES MÉDICALES Dans tous les cas, il est essentiel que la direction témoigne de son implication au travers de son exemplarité à respecter les règles en place. FC8_V1 7 / 13

8 ➍ ORGANISER LA COMMUNICATION VERS L'EXTERNE Communiquer les informations réglementaires L'identification des exigences applicables [Renvoi Fiche n 3] permet de déterminer l'ensemble des éléments sur lesquels il est réglementairement obligatoire de communiquer. Vers qui? Selon le domaine, les informations seront communiquées à l'organisme compétent : - Préfecture, Inspection des Installations Classées, Mairie, - Inspection du Travail, Agents de prévention des organismes de sécurité sociale, Caisse Primaire d'assurance Maladie, Inspection générale de la médecine du travail, services de secours (pompiers), gendarmerie... Sur quels sujets? Communications périodiques (exemples) : Informations à fournir définies par l'arrêté Préfectoral d'autorisation d'exploiter (quantités de déchets, rejets ) pour les installations soumises à autorisation au titre des IC, Déclaration annuelle des émissions polluantes des installations classées soumises à autorisation, définie par l'arrêté du 24/12/2002, Déclaration annuelle à l'agence de l'eau, Informations SST et environnement au sein du Rapport annuel pour les entreprises cotées en bourses au premier marché (dans le cadre de la loi sur les Nouvelles Régulations Economiques, cf 5-Compléments), Programme annuel de prévention des risques professionnels et d'amélioration des conditions de travail (art L236-4 du Code du Travail), Ordre du jour et procès verbal des réunions du CHSCT (art. L 236-5), Informations éventuellement définies par l'inspection du Travail (rapports de contrôle),. Taux de fréquence et de gravité des accidents pour le calcul des cotisations sociales. Communications ponctuelles (exemples) : Echanges ponctuels avec par exemple l'inspection des Installations Classées ou l Inspection du Travail, suite à une inspection, Communication en cas d accident ou de pollution accidentelle, au minimum déclaration à l inspection des installations classées ou selon ce qui est défini dans les éventuels POI ou PPI [Renvoi Fiche n 12], Déclaration en cas d'accident du travail ou de trajet, Plan de démolition, de retrait ou de confinement pour les travaux concernant l'amiante préalablement au démarrage du chantier (Décret n du 07/02/1996) Une liste plus complète des obligations d'informations issues du Code du Travail est donnée au chapitre 5.Compléments. Communiquer sur les aspects environnementaux ou les risques SST Sur quels sujets? La stratégie de communication de l'organisme définit les thématiques sur lesquelles sera menée la communication externe : - l'information peut porter sur une problématique particulière, par exemple : objectif de réduire les conflits avec les riverains : communication sur un type de rejet atmosphérique, le bruit objectif de restaurer la confiance des élus et riverains : communication sur la prévention du risque incendie ou légionellose - ou sur la politique globale en matière d'environnement / SST, au travers des objectifs d'amélioration, des indicateurs, des résultats obtenus : objectif d'améliorer la perception des clients, des actionnaires : communication des taux de gravité, taux de fréquence, communication sur la maîtrise des entreprises extérieures intervenantes, sur la formation SST FC8_V1 8 / 13

9 Cas de l'emas L'EMAS est le seul référentiel à imposer des exigences dans ce domaine. L'organisme souhaitant adhérer à l'emas se doit de produire une Déclaration Environnementale destinée à fournir aux public et autres parties intéressées, des informations relatives à ses impacts et résultats environnementaux. Le document est tenu à disposition du public. La Déclaration Environnementale et validée par le vérificateur lors de l'audit d'enregistrement EMAS. L annexe II.-3.2 de l EMAS définit le contenu de la déclaration environnementale. La Recommandation "2001/680/CE-Annexe I- Orientations pour la Déclaration Environnementale" donne des compléments pouvant aider à la rédaction. DECLARATION ENVIRONNEMENTALE Cas de l'iso : décision concernant la communication sur les AES L'ISO exige simplement que l organisme décide s il souhaite ou non communiquer vers l extérieur à propos de ses AES. La direction doit être en mesure d expliciter cette position qui doit rester cohérente, lorsque l organisme appartient à un groupe industriel, avec la politique de ce groupe dans ce domaine. Cette décision doit être consignée par écrit, par exemple, dans le compte rendu de revue de direction. La communication dont il est question ici porte sur les AES, c est à dire sur les thèmes vis à vis desquels les performances environnementales de l organisme sont les moins bonnes. Les AES étant une des données d entrée du programme, la communication sur les AES est donc souvent directement liée à la volonté ou non de communiquer en externe sur les engagements d amélioration pris à travers les objectifs. Cas des produits et/ou services. A noter que les normes ISO et suivantes définissent les principes de développement et d'utilisation de l étiquetage et des déclarations environnementales. Il s'agit là des informations, affichées sous forme textuelle ou graphique, concernant un produit ou un service, par rapport à son profil environnemental global, ou un, voire plusieurs aspects environnementaux. Vers qui? Là encore, la stratégie de communication définira les cibles : actionnaires, riverains, clients, public en fonction de l analyse d une part, de leurs attentes et d autre part de leur pouvoir d influence vis-à-vis de l organisme. Comment communiquer? Dans le cas ou l'organisme décide de communiquer en externe sur ses AES, les référentiels environnementaux imposent de définir et mettre en œuvre une méthode pour cette communication. Au-delà des AES, si l'organisme a choisi de mettre en œuvre une communication volontariste vers l'externe sur l'environnement et/ou la SST, il est libre quant au contenu et à la forme. Exemples de moyens de communication externes : RAPPORT, BROCHURE D'INFORMATION, PUBLICITE, VIDEOS, SITE INTERNET ARTICLES DE JOURNAUX, INTERVIEW RADIO OU TELEVISEES, LETTRE D'INFORMATION JOURNEES PORTES OUVERTES, PARTICIPATION A DES CONFERENCES, A UNE ASSOCIATION D INDUSTRIELS, A DES INITIATIVES DES COLLECTIVITES LOCALES Communiquer en cas de crise Au-delà de la communication strictement réglementaire en cas d'accident (défini par l'arrêté préfectoral, le POI, le PPI ), la communication en cas de crise est un exercice d autant plus délicat et périlleux si elle n'a pas été sérieusement préparée. Ainsi il est fortement conseillé de définir qui est autorisé à diffuser les informations et qui ne l'est pas, quelles informations seront communiquées et à quel public (riverains, autorités, médias ). Il est recommandé d'intégrer ce type de consignes au sein des plans d'urgence éventuels qui existent dans l'organisme. PLAN D'URGENCE, PLAN D'OPERATION INTERNE, CONSIGNES EN CAS D'ACCIDENT FC8_V1 9 / 13

10 ➎ REPONDRE AUX DEMANDES, CONSULTER EN EXTERNE Recevoir et documenter les demandes des parties intéressées externes Les référentiels environnementaux demandent aux organismes de ne pas se limiter à la simple diffusion d informations auprès des parties externes mais imposent de répondre à leurs préoccupations et demandes jugées pertinentes. Les demandes externes peuvent contribuer à l identification des attentes des parties intéressées et constituer ainsi une donnée d'entrée pour la définition d une stratégie proactive en matière de communication. L analyse de ces demandes est importante car elle peut bien souvent permettre de désamorcer une future crise ou plainte ; elle peut également contribuer à l évaluation de la performance de l organisme en matière de communication externe. Le référentiel OHSAS ne détaille pas particulièrement ce point, cependant il semble logique d appliquer la même démarche qu en environnement. Quelles demandes? L'organisme doit prendre en compte les demandes pertinentes. Aucun élément du référentiel ne spécifie les critères qu il convient de prendre en compte pour juger de la pertinence d une demande. La sélection peut s appuyer sur le jugement du responsable désigné dans la mesure ou celui-ci a la compétence nécessaire [Renvoi Fiche n 6]. Il peut être envisagé cependant de définir la notion de pertinence bien que l exercice soit délicat. Il est conseillé de répondre à toutes les demandes, même non fondées, ne serait-ce que par politesse. Certains organismes ne considèrent pertinentes que les demandes écrites (mais ne perd-on pas déjà de l information et du temps à ne pas s intéresser aux demandes orales?). Les demandes peuvent être des réclamations, plaintes, suggestions, questions, demandes d'information A noter que les demandes de l'autorité compétente sont forcément pertinentes. La politique du SM [Renvoi Fiche n 1] est le seul document pour lequel il existe, au niveau des référentiels, une obligation de communication vers l extérieur. En l'occurrence, il s'agit de la mettre à disposition des parties intéressées. Comment? Toutes les demandes sont réceptionnées par les personnes concernées (poste d accueil, standard, service courrier ) et communiquées à un responsable désigné (Responsable communication, environnement, sécurité ). La demande est ensuite transmise à la personne compétente pour y répondre [Renvoi Fiche n 6]. Toute demande pertinente doit être documentée, c'est à dire enregistrée sur support papier ou informatique. La réponse prendra éventuellement en compte les critères de confidentialité établis par l organisme (sur les AES par exemple). FORMULAIRE D ENREGISTREMENT DES DEMANDES EXTERNES / REGISTRE DES DEMANDES EXTERNES / BASE CHRONO Consulter les parties intéressées externes L'EMAS impose à l'organisme de démontrer qu'il est engagé "dans un dialogue ouvert avec le public et les autres parties intéressées, notamment les collectivités locales et leurs clients, et ce afin de déterminer les préoccupations du public et des autres parties intéressées". Les autres référentiels sont moins contraignants. L'organisme peut cependant, bien évidemment, décider d'aller plus loin que la simple diffusion d'informations, en consultant et impliquant les parties intéressées externes sur certaines problématiques. Il est possible, par exemple, de consulter les riverains du site pour établir un objectif d amélioration "concerté" concernant un aspect sur lequel ils sont particulièrement attentifs et d'améliorer ainsi le dialogue. Ou bien, dans le cas où l organisme fait appel a des sociétés de travail intérimaire, il est intéressant de faire en sorte que ces sociétés s impliquent ou tout du moins s intéressent à la politique HSE de l organisme. Comment? NUMERO DE TELEPHONE VERT FORUM INTERNET REUNIONS DE CONCERTATION QUESTIONNAIRES D'OPINION Réglementairement, certains types d'installations ont l obligation de mettre en œuvre des commissions d'information incluant les riverains et les autorités locales : CLIS (Commission Locale d'information et de Surveillance) pour les installations de traitement de déchets, CLIC (Commission Locale d'information et de Concertation) pour les installations SEVESO seuil haut. FC8_V1 10 / 13

11 ➏ EVALUER L'EFFICACITE DE LA COMMUNICATION ET EXPLOITER LES RESULTATS Dans la mesure où une stratégie de communication a été définie, il est pertinent d'évaluer si les objectifs fixés dans ce cadre ont été atteints (à condition que ces derniers aient été fixés et qu ils soient mesurables). Différents types d'indicateurs peuvent être mis en place : - d'une part pour voir si la communication a effectivement touché les cibles visées (nombre de questionnaires remplis, nombre de visites sur un site internet, nombre de suggestions ), - d'autre part pour évaluer l'atteinte des objectifs (meilleure compréhension de la politique, réduction des conflits ). Cette évaluation repose bien souvent sur des critères qualitatifs mais quantifiables au travers de sondages, enquêtes, entretiens individuels... (par exemple le nombre de personnes satisfaites du contenu de la communication interne, de sa fréquence, des supports utilisés, de la lisibilité de l information...). Les résultats obtenus sont examinés, notamment à l'occasion de la revue de direction, et ce afin de statuer sur la performance de ce processus et définir d'éventuels axes d'amélioration. DEFINIR LES MODALITES DE COMMUNICATION Une ou des procédure(s) est (sont) exigée(s) par les référentiels. Ces procédures sont plus ou moins formalisées selon la complexité de l organisation. Elles doivent décrire l ensemble des dispositions prises en matière de communication : quel type d information est diffusé à qui, par qui et par quel moyen, selon quelle périodicité. Un tableau récapitulatif peut être intéressant (et bien souvent suffisant). Il est possible d'avoir une ou plusieurs procédures pour la communication interne et externe. PROCEDURE DE GESTION DES DEMANDES EXTERNES PROCEDURE DE COMMUNICATION INTERNE / DE CONSULTATION 5. Compléments Documents utiles Recommandation "2001/680/CE-Annexe I-Orientations pour la Déclaration Environnementale" Loi relative aux nouvelles régulations économiques : art.l du Code du Commerce et Décret n du 20/02/2002 modifiant le décret n du 23/03/1967 sur les sociétés commerciales Parties intéressées La définition dans le cadre des référentiels est la suivante : «individu ou groupe concerné ou affecté par la performance environnementale ou les performances en matière de santé et de sécurité au travail d un organisme». Il va donc s agir : - en environnement : riverains, communes, associations, autorités compétentes (Préfet, Inspection des Installations Classées), clients, personnel, actionnaires, assureurs - en SST : CHSCT, personnel, entreprises extérieures intervenant sur le site, personnes entrant sur le site (visiteur, prestataire ), autorités compétentes (Inspection du Travail), médecin du travail, actionnaires, assureurs Par ailleurs, un certain nombre d organismes d état peuvent être des interlocuteurs de l entreprise dans la mesure où ils apportent du conseil, voire des subventions : - en environnement : Agence de l Eau, DIREN (Direction Régionale de l Environnement), ADEME (Agence de l Environnement et de la Maîtrise de l Energie) - en SST : CRAM (Caisse Régionale d Assurance Maladie), ANACT (Agence Nationale de l'amélioration des Conditions de Travail), ARACT (Agence Régionale de l'amélioration des Conditions de Travail) FC8_V1 11 / 13

12 Communications réglementaires en SST Exemples de documents à transmettre ou à tenir à disposition. CdT : Code du Travail CSS : Code de la Sécurité Sociale Source réglementaire CdT R CdT R CdT L Quel document Par qui Transmis Tenu à disposition Rapport annuel du médecin du travail Document unique des résultats de l'évaluation des risques La liste des postes de travail présentant des risques particuliers affectés à des salariés sous contrat de travail à durée déterminée ou temporaire Médecin du Travail X CE A qui / Pour qui Chef d'établissement X CHSCT, Délégués du personnel A défaut personnes soumises aux risques, Médecin du travail, Inspection du travail, CRAM CdT R Fiches de données de sécurité Chef d'établissement X Médecin du travail CdT R Dossier de maintenance des lieux de travail CdT R Registre incendie CdT R Déclaration de conformité CE pour les équipements CdT L236-4 Rapport du bilan HSCT Chef d'établissement X CHSCT CdT L236-4 CdT L236-4 CdT L236-4 CdT L236-5 CdT L236-9 CdT R CdT R CdT R CdT R CdT R Programme annuel de prévention des risques professionnels et d'amélioration de CT Avis du CHSCT concernant le Rapport du bilan HSCT et le programme PV de la réunion de discussion du rapport Ordre du jour des réunions du CHSCT PV des réunions du CHSCT Registre des avis du CHSCT sur les dangers graves et imminents Plan de prévention (intervention d'entreprises extérieures) Courrier signalant l'ouverture des travaux pour les intervention soumises à un plan de prévention Plan général de coordination en matière de sécurité et de protection de la santé. Plan particulier de sécurité et de protection de la santé Plan particulier de sécurité et de protection de la santé : opérations de bâtiment ou de génie civil, CHSCT, CE Chef d'établissement X joint à toute demande pour obtenir des marchés publics, des participations publiques, des subventions, des primes ou des avantages sociaux ou fiscaux Chef d'établissement X CHSCT, CRAM Maître d œuvre X Entreprises sous-traitantes Coordonnateur SST X Entrepreneurs génie civil Entrepreneur X Sous-traitants CdT R Fiche d'entreprise Médecin du Travail X Chef d'établissement CHSCT FC8_V1 12 / 13 X Inspection du travail Médecin inspecteur régional du travail et de la main-d'œuvre. CdT R Dossier médical par salarié Médecin du Travail X Médecin inspecteur régional du

13 Source réglementaire Quel document Par qui Transmis Tenu à disposition A qui / Pour qui travail et de la main-d'œuvre. Médecin, à la demande de l'intéressé CdT R Fiche d'aptitude par salarié Médecin du Travail X Salarié concerné CdT L412-16, D CdT L X Chef d'établissement Inspection du travail Médecin inspecteur régional du travail et de la main-d'œuvre. Désignation du délégué syndical Syndicats X Chef d'établissement, Inspecteur du travail Registre des observations et mises en demeure formulées par l'inspecteur du travail, CRAM CdT L Rapports de vérification et contrôle, CRAM CdT R (Registre de sécurité) Chef d'établissement X CHSCT, délégués du personnel, Médecin du travail Dossier de création du service médical CSS L441 Déclaration d'accident Chef d'établissement X CPAM CSS L441-4 Registre des accidents bénins CSS L Déclaration concernant l'utilisation de procédés de travail susceptibles de provoquer les maladies professionnelles Chef d'établissement X CPAM et Inspection du travail FC8_V1 13 / 13

Fiche conseil n 16 Audit

Fiche conseil n 16 Audit AUDIT 1. Ce qu exigent les référentiels Environnement ISO 14001 4.5.5 : Audit interne EMAS Article 3 : Participation à l'emas, 2.b Annexe I.-A.5.4 : Audit du système de management environnemental SST OHSAS

Plus en détail

Fiche n 15. SST 4.5.3.1 : Enquête en cas d incidents 4.5.3.2 : Non-conformité, actions correctives et actions préventives

Fiche n 15. SST 4.5.3.1 : Enquête en cas d incidents 4.5.3.2 : Non-conformité, actions correctives et actions préventives INERIS DVM-11-121612-08005A - HPa Fiche n 15 NON-CONFORMITE, ACTION CORRECTIVE ET ACTION PREVENTIVE ACCIDENTS ET INCIDENTS 1. Ce qu'exigent les référentiels Environnement ISO 14001 4.5.3 : Non-conformité,

Plus en détail

Intitulé du stage. Initiation à l'environnement industriel Jeudi 15 et vendredi 16 septembre 2011

Intitulé du stage. Initiation à l'environnement industriel Jeudi 15 et vendredi 16 septembre 2011 Intitulé du stage Dates Initiation à l'environnement industriel Jeudi 15 et vendredi 16 septembre 2011 Recherche et réduction des rejets de Substances Dangereuses dans l'eau Mardi 20 septembre 2011 Mardi

Plus en détail

Obligation de fournir au CHSCT les informations qui lui sont nécessaires pour l'exercice de ses missions ( C. trav., art. L. 4614-9).

Obligation de fournir au CHSCT les informations qui lui sont nécessaires pour l'exercice de ses missions ( C. trav., art. L. 4614-9). Tableau des principaux cas d'information/consultation d'un CHSCT Le tableau ci-dessous recense les principaux cas légaux d'information/consultation d'un CHSCT. Il fait également apparaître les documents

Plus en détail

Fiche conseil n 13. 4.5.1 : Surveillance et mesure des performances

Fiche conseil n 13. 4.5.1 : Surveillance et mesure des performances Fiche conseil n 13 SURVEILLANCE ET MESURE 1. Ce qu'exigent les référentiels Environnement ISO 14001 4.5.1 : Surveillance et mesurage EMAS Annexe I.-A.5.1 : Surveillance et mesurage SST OHSAS 18001 4.5.1

Plus en détail

Les obligations de l'exploitant

Les obligations de l'exploitant Guide technique : Sécurité > Les obligations de l'exploitant > Les obligations de l'exploitant Les obligations de l'exploitant L exploitant assiste aux visites de la commission de sécurité, ou s y fait

Plus en détail

Page 1. Le Plan de Prévention

Page 1. Le Plan de Prévention Page 1 Le Plan de Prévention 01 LA REGLEMENTATION Rappel : Le document Unique d Evaluation des Risques Dans toute entreprise, le chef d entreprise a pour obligation d assurer la sécurité et la santé de

Plus en détail

Le Responsible Care, une démarche accessible aux PME - PMI: Les 9 principes du Responsible Care illustrés par des actions simples et efficaces

Le Responsible Care, une démarche accessible aux PME - PMI: Les 9 principes du Responsible Care illustrés par des actions simples et efficaces Le Responsible Care, une démarche accessible aux PME - PMI: Les 9 principes du Responsible Care illustrés par des actions simples et efficaces 1 Origine du Responsible Care Démarche volontaire de l'industrie

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION

PROGRAMME DE FORMATION Innovation - Prévention conseil - accompagnement - formation Innovation-Prévention 19 rue Paul Séramy 77300 Fontainebleau N SIRET : 48155965600030 Tel : 09.88.99.99.59 www.innoprev.com Contact Direct avec

Plus en détail

INSTRUCTION GENERALE. relative à l Hygiène, à la Sécurité et à l Environnement. Version initiale-1 1/14

INSTRUCTION GENERALE. relative à l Hygiène, à la Sécurité et à l Environnement. Version initiale-1 1/14 INSTRUCTION GENERALE relative à l Hygiène, à la Sécurité et à l Environnement. Version initiale-1 1/14 SOMMAIRE 1 - La réglementation 3 2 - Principes généraux 2.1 Principes fondamentaux en matière d hygiène

Plus en détail

PRINCIPES ET ENJEUX DU MANAGEMENT INTEGRE QSE

PRINCIPES ET ENJEUX DU MANAGEMENT INTEGRE QSE PRINCIPES ET ENJEUX DU MANAGEMENT INTEGRE QSE Convergences et spécificités des référentiels ISO 9001 / 14001 / OHSAS 18001 Vianney BOCK 14, rue Cassini 06300 NICE Phone : +33 4 93 56 46 92 Mobile : +33

Plus en détail

GUIDE JURIDIQUE RISQUE INDUSTRIEL. Ouvrage collectif

GUIDE JURIDIQUE RISQUE INDUSTRIEL. Ouvrage collectif GUIDE JURIDIQUE RISQUE INDUSTRIEL Ouvrage collectif TABLE DES MATIERES Liste des abréviations 7 Introduction 9 Première partie : la prévention du risque identifié I. La délimitation du risque 17 A. L'encadrement

Plus en détail

SPECIFICATION "E" DU CEFRI CONCERNANT LES ENTREPRISES EMPLOYANT DU PERSONNEL DE CATEGORIE A OU B TRAVAILLANT DANS LES INSTALLATIONS NUCLEAIRES

SPECIFICATION E DU CEFRI CONCERNANT LES ENTREPRISES EMPLOYANT DU PERSONNEL DE CATEGORIE A OU B TRAVAILLANT DANS LES INSTALLATIONS NUCLEAIRES 92038 PARIS LA DEFENSE CEDEX Page 1 / 11 SPECIFICATION "E" DU CEFRI CONCERNANT LES ENTREPRISES EMPLOYANT DU PERSONNEL DE CATEGORIE A OU B TRAVAILLANT DANS LES INSTALLATIONS NUCLEAIRES 29/11/00 13 Indice

Plus en détail

REGLES D ATTRIBUTION ET DE SUIVI DE LA CERTIFICATION AMIANTE 1552

REGLES D ATTRIBUTION ET DE SUIVI DE LA CERTIFICATION AMIANTE 1552 REGLES D ATTRIBUTION ET DE SUIVI DE LA CERTIFICATION AMIANTE 1552 Date d application : 4 février 2013 DOC-PC 024 version 02 1/13 SOMMAIRE PAGES 1 OBJET 3 2 TERMINOLOGIE 3 et 4 3 DOCUMENTS DE REFERENCE

Plus en détail

Partie IV. Identifier les carences informationnelles d'une PME / PMI

Partie IV. Identifier les carences informationnelles d'une PME / PMI Partie IV. Identifier les carences informationnelles d'une PME / PMI 222 Partie IV. Identifier les carences informationnelles d'une PME / PMI Chapitre A. Représentation de l'utilisation de l'information

Plus en détail

Annexe sur la maîtrise de la qualité

Annexe sur la maîtrise de la qualité Version du 09/07/08 Annexe sur la maîtrise de la qualité La présente annexe précise les modalités d'application, en matière de maîtrise de la qualité, de la circulaire du 7 janvier 2008 fixant les modalités

Plus en détail

A1 GESTION DE LA RELATION AVEC LA CLIENTELE

A1 GESTION DE LA RELATION AVEC LA CLIENTELE Référentiel des Activités Professionnelles A1 GESTION DE LA RELATION AVEC LA CLIENTELE L assistant prend en charge l essentiel du processus administratif des ventes. Il met en place certaines actions de

Plus en détail

Pour la gestion du personnel Norme simplifiée n 46

Pour la gestion du personnel Norme simplifiée n 46 Pour la gestion du personnel Norme simplifiée n 46 1. Les finalités suivantes : La gestion administrative des personnels : gestion du dossier professionnel des employés, tenu conformément aux dispositions

Plus en détail

Référentiel Compétences de base en prévention

Référentiel Compétences de base en prévention Référentiel Compétences de base en prévention Participants : Mme Brunet Marie Thérèse, Cram Normandie Mme Niveau Jacqueline, Cram Bourgogne Franche Comté M. Demarcq Bernard, Cram Nord Picardie M. Bozier

Plus en détail

CERTIFICATION CERTIPHYTO

CERTIFICATION CERTIPHYTO CONDITIONS GENERALES DE CERTIFICATION MONOSITE Indice 2 Page 1/12 «Distribution de produits phytopharmaceutiques, Application en prestation de service de produits phytopharmaceutiques, Conseil à l utilisation

Plus en détail

Mél : Nom de l ACMO : Mél ACMO :

Mél : Nom de l ACMO : Mél ACMO : Etat des lieux en hygiène et sécurité dans un établissement scolaire Rectorat Inspection en Hygiène et sécurité Dossier suivi par M. Gilbert ROUSSEAU Téléphone 05 57 57 39 82 Fax 05 57 57 87 40 Mél: Gilbert.rousseau@acbordeaux.fr

Plus en détail

Les 5 étapes du management des. risques routiers. pour les entreprises et les collectivités

Les 5 étapes du management des. risques routiers. pour les entreprises et les collectivités Les 5 étapes du management des risques routiers pour les entreprises et les collectivités Qu'est-ce que le C.P.A.T.S.? Le C.P.A.T.S., Centre de Psychologie Appliquée aux Transports et à leur Sécurité,

Plus en détail

Guide pour la mise en place par étapes d un système de management de la santé et de la sécurité au travail

Guide pour la mise en place par étapes d un système de management de la santé et de la sécurité au travail Guide pour la mise en place par étapes d un système de management de la santé et de la sécurité au travail 1 Ce document méthodologique a été élaboré par un groupe de travail animé par Pierre-Olivier Viac,

Plus en détail

CHSCT. des points de repères pour y voir plus clair

CHSCT. des points de repères pour y voir plus clair Direction régionale du travail, de l emploi et de la formation professionnelle du Centre Novembre 2008 CHSCT des points de repères pour y voir plus clair DIRECTION RÉGIONALE DU TRAVAIL, DE L'EMPLOI ET

Plus en détail

Recours aux entreprises extérieures

Recours aux entreprises extérieures RECOMMANDATION R429 Recommandations adoptées par le Comité technique national de la chimie, du caoutchouc et de la plasturgie le 21 novembre 2006. Cette recommandation annule et remplace la recommandation

Plus en détail

FORMATIONS EN MATIERE DE SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL

FORMATIONS EN MATIERE DE SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL FORMATIONS EN MATIERE DE SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL Prévention et Sécurité au Travail Fiche Santé et Travail n 111 Date : 01/09/2014 "Un homme averti en vaut deux" Ce proverbe souligne que l on est plus

Plus en détail

Les badges de chantier*

Les badges de chantier* Fabienne Muller Université de Strasbourg - Octobre 2013 Les badges de chantier* * Travail réalisé à partir de l'exploitation des questionnaires envoyés aux partenaires concernés par les dispositifs, éventuellement

Plus en détail

Surveillance de la santé. Brochure d information dans la cadre du "bien-être au travail"

Surveillance de la santé. Brochure d information dans la cadre du bien-être au travail Surveillance de la santé Brochure d information dans la cadre du "bien-être au travail" Sommaire Sommaire 1 1. Introduction 2 2. Analyse des risques 3 2.1. Etablissement de la liste des risques 3 2.2.

Plus en détail

PROTOCOLE D'ACCORD RELATIF A LA PREVENTION DE LA PENIBILITE AU TRAVAIL A L'UGECAM NORD - PAS-DE-CALAIS - PICARDIE

PROTOCOLE D'ACCORD RELATIF A LA PREVENTION DE LA PENIBILITE AU TRAVAIL A L'UGECAM NORD - PAS-DE-CALAIS - PICARDIE n^ GROUPE NORD PAS-DE-CALAIS PICARDIE OÛGËCÂM Soigner, rééduquer, réinsérer : la santé sans préjugés PROTOCOLE D'ACCORD RELATIF A LA PREVENTION DE LA PENIBILITE AU TRAVAIL A L'UGECAM NORD - PAS-DE-CALAIS

Plus en détail

Mise en place des élections des Délégués du Personnel

Mise en place des élections des Délégués du Personnel Les fiches pratiques de législation Mise en place des élections des Délégués du Personnel Chambre de Commerce et d Industrie de Rouen Espace Emploi Compétences Quai de la Bourse BP 641 76007 ROUEN Cedex

Plus en détail

8 règles d or pour mettre en place le CHSCT et optimiser son fonctionnement

8 règles d or pour mettre en place le CHSCT et optimiser son fonctionnement 8 règles d or pour mettre en place le CHSCT et optimiser son fonctionnement Livre blanc Octobre 2009 www.editions-tissot.fr - 1 - Définition du CHSCT Le CHSCT (Comité d hygiène, de sécurité et des conditions

Plus en détail

BASE DE DONNEES ECONOMIQUES ET SOCIALES : C'EST MAINTENANT! Tout savoir sur les orientations stratégiques de l'entreprise!

BASE DE DONNEES ECONOMIQUES ET SOCIALES : C'EST MAINTENANT! Tout savoir sur les orientations stratégiques de l'entreprise! Groupe CEolis Le spécialiste des comités d'entreprises, des CHSCT et des Syndicats Newsletter SPECIALE avril 2014 Édito : Eclairer l'avenir de l'entreprise BASE DE DONNEES ECONOMIQUES ET SOCIALES : C'EST

Plus en détail

Certification OHSAS 18001 Santé et sécurité au travail : exemple d'application dans une AASQA (AIRFOBEP)

Certification OHSAS 18001 Santé et sécurité au travail : exemple d'application dans une AASQA (AIRFOBEP) Certification OHSAS 18001 Santé et sécurité au travail : exemple d'application dans une AASQA (AIRFOBEP) BouAlem MESBAH - AIRFOBEP? 3 Questions avant de commencer Du document unique au SMS Du SMS à l OHSAS

Plus en détail

LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES

LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES Il décline les activités/compétences qui peuvent être partagées par d autres métiers et d autres familles

Plus en détail

Systèmes de transport public guidés urbains de personnes

Systèmes de transport public guidés urbains de personnes service technique des Remontées mécaniques et des Transports guidés Systèmes de transport public guidés urbains de personnes Principe «GAME» (Globalement Au Moins Équivalent) Méthodologie de démonstration

Plus en détail

BEP métiers des services administratifs BREVET D'ÉTUDES PROFESSIONNELLES MÉTIERS DES SERVICES ADMINISTRATIFS

BEP métiers des services administratifs BREVET D'ÉTUDES PROFESSIONNELLES MÉTIERS DES SERVICES ADMINISTRATIFS BREVET D'ÉTUDES PROFESSIONNELLES MÉTIERS DES SERVICES ADMINISTRATIFS ANNEXE I a RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES I. APPELLATION DU DIPLÔME BEP métiers des services administratifs RÉFÉRENTIEL

Plus en détail

Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise

Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise Source : "Comptable 2000 : Les textes de base du droit comptable", Les Éditions Raouf Yaïch. Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise Le nouveau système comptable consacre d'importants

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : SANTE ET SECURTE AU TRAVAIL

FICHE TECHNIQUE : SANTE ET SECURTE AU TRAVAIL SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL Mesurer et prévenir les risques professionnels Liés aux conditions générales de travail, les risques professionnels font peser sur les salariés la menace d une altération de

Plus en détail

POLITIQUE DE BIOSÉCURITÉ

POLITIQUE DE BIOSÉCURITÉ Date d entrée en vigueur: Mai 2006 Remplace/amende: VRS-52/s/o Origine: Vice-rectorat aux services Numéro de référence: VPS-52 DÉFINITION Une substance biologique dangereuse se définit comme un organisme

Plus en détail

Clinique vétérinaire 58, Avenue du Docteur Arnold Netter 75012 PARIS

Clinique vétérinaire 58, Avenue du Docteur Arnold Netter 75012 PARIS RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 7 février 2014 N/Réf. : CODEP-PRS-2014-004998 Clinique vétérinaire 58, Avenue du Docteur Arnold Netter 75012 PARIS Objet : Inspection sur le thème de la

Plus en détail

Département du Val-de-Marne. Charte départementale de partenariat sécurité routière. entre l État,

Département du Val-de-Marne. Charte départementale de partenariat sécurité routière. entre l État, Département du Val-de-Marne Charte départementale de partenariat sécurité routière entre l État, la Caisse Régionale d Assurance Maladie d Ile-de-France (CRAMIF) et la profession du transport routier de

Plus en détail

MISE EN PLACE D'UN SYSTEME QUALITE ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001.

MISE EN PLACE D'UN SYSTEME QUALITE ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001. MISE EN PLACE D'UN SYSTEME QUALITE ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001. Public : Objectif : Direction Membres du comité de direction - Responsable de service Responsables qualité Ensemble du personnel

Plus en détail

Partie législative QUATRIÈME PARTIE SANTÉ ET SECURITÉ AU TRAVAIL LIVRE SIXIÈME INSTITUTIONS ET ORGANISMES DE PRÉVENTION

Partie législative QUATRIÈME PARTIE SANTÉ ET SECURITÉ AU TRAVAIL LIVRE SIXIÈME INSTITUTIONS ET ORGANISMES DE PRÉVENTION CHSCT Partie législative QUATRIÈME PARTIE SANTÉ ET SECURITÉ AU TRAVAIL LIVRE SIXIÈME INSTITUTIONS ET ORGANISMES DE PRÉVENTION TITRE I COMITÉ D HYGIÈNE, DE SÉCURITÉ ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL CHAPITRE

Plus en détail

AUDIT SUR L UTILISATION ET L IMPACT DU DOCUMENT UNIQUE DANS L ENTREPRISE

AUDIT SUR L UTILISATION ET L IMPACT DU DOCUMENT UNIQUE DANS L ENTREPRISE AUDIT SUR L UTILISATION ET L IMPACT DU DOCUMENT UNIQUE DANS L ENTREPRISE EN45b/a39 Version 0 le 03/09/12 Date de l audit : / / Nom : N adhérent : Adresse : ENTREPRISE AUDITEE : Nature de l activité : Nombre

Plus en détail

Annexe A : tableau des Indicateurs GRI

Annexe A : tableau des Indicateurs GRI Annexe A : tableau des Indicateurs GRI Ce tableau présente les indicateurs de la Global Reporting Initiative (GRI) ayant été utilisés dans la préparation de notre rapport. Symboles I Inclus P Partiellement

Plus en détail

Les moteurs de progrès

Les moteurs de progrès MANAGEMENT PILOTAGE Les moteurs de progrès Si le management par les processus connaît une certaine réussite, le pilotage et les processus qui lui sont liés restent précaires. Pourtant là aussi, appliquer

Plus en détail

Agenda annuel des informations / consultations du CE

Agenda annuel des informations / consultations du CE La question du DRH Agenda annuel des informations / consultations du CE Un certain nombre d informations et/ou consultations annuelles ou trimestrielles obligatoires doivent être mises en œuvre par l employeur,

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR APPLICABLE AUX STAGIAIRES

REGLEMENT INTERIEUR APPLICABLE AUX STAGIAIRES REGLEMENT INTERIEUR APPLICABLE AUX STAGIAIRES article 1 Dispositions générales Le présent règlement est établi conformément aux dispositions des articles L 6352-3 et L. 6352-4 et R 6352-1 à R 6352-15 du

Plus en détail

Fonctionnalités HSE PILOT. Groupe QFI www.hse-pilot.com

Fonctionnalités HSE PILOT. Groupe QFI www.hse-pilot.com Fonctionnalités HSE PILOT Groupe QFI www.hse-pilot.com Module produit chimique RECENSEMENT DES PRODUITS Les produits chimiques sont omniprésents dans les entreprises. La gestion qui leur est associée peut

Plus en détail

Livre Blanc Risques professionnels. «Gestion Rapport des Risques Professionnels»

Livre Blanc Risques professionnels. «Gestion Rapport des Risques Professionnels» Livre Blanc Risques professionnels la thématique à l épreuve de la réalité des entreprises Résultats de l enquête Rapport final sur les résultats de l enquête menée par Alma CG en novembre 2014 auprès

Plus en détail

Politique sur l accès aux documents et sur la protection des renseignements personnels

Politique sur l accès aux documents et sur la protection des renseignements personnels Recueil de gestion POLITIQUE Code : 1511-00-12 Nombre de pages : 6 Politique sur l accès aux documents et sur la protection des renseignements personnels Amendée par le Comité exécutif le 4 octobre 2006

Plus en détail

Réf. Ifremer N 12/2 212 838. Surveillance et gardiennage du Centre Ifremer de Bretagne. Cahier des Clauses Techniques Particulières (CCTP)

Réf. Ifremer N 12/2 212 838. Surveillance et gardiennage du Centre Ifremer de Bretagne. Cahier des Clauses Techniques Particulières (CCTP) Réf. Ifremer N 12/2 212 838 Surveillance et gardiennage du Centre Ifremer de Bretagne Cahier des Clauses Techniques Particulières (CCTP) 1. OBJET...3 2. RESPONSABLES HABILITES...3 3. DEFINITION DES PRESTATIONS

Plus en détail

CHARTE QUALITE & DEVELOPPEMENT DURABLE. France Congrès

CHARTE QUALITE & DEVELOPPEMENT DURABLE. France Congrès CHARTE QUALITE & DEVELOPPEMENT DURABLE France Congrès La Charte s adresse à tous les sites d accueil de manifestations des Villes membres de France Congrès désirant intégrer la qualité et le développement

Plus en détail

Activité : Élaboration, mise en forme et renseignement de documents

Activité : Élaboration, mise en forme et renseignement de documents ACTIVITÉS ADMINISTRATIVES À CARACTÈRE TECHNIQUE Activité : Élaboration, mise en forme et renseignement de documents Tâche : Rédaction de messages et de courriers professionnels simples liés à l activité

Plus en détail

GUIDE INTERMINISTERIEL SUR LES SYSTEMES D'INFORMATION ET APPLICATIONS SENSIBLES

GUIDE INTERMINISTERIEL SUR LES SYSTEMES D'INFORMATION ET APPLICATIONS SENSIBLES REPUBLIQUE FRANÇAISE PREMIER MINISTRE Secrétariat Général de la Défense Nationale N 730/ SCSSI Issy-les-Moulineaux, le 13 janvier 1997 GUIDE INTERMINISTERIEL SUR LES SYSTEMES D'INFORMATION ET APPLICATIONS

Plus en détail

JECO journée des éco-entreprises. Présentation de l événement

JECO journée des éco-entreprises. Présentation de l événement JECO journée des éco-entreprises Présentation de l événement Atelier Valoriser sa démarche environnementale UN LEVIER DE CROISSANCE POUR L ENTREPRISE Objectifs Faire un panorama des différents référentiels

Plus en détail

Page 1. Page 2. Système de gestion de la vérification - HempAge AG - Juin 2011 2/10 Indice 1. Introduction. 2. Résumé. 3. Des résultats positifs

Page 1. Page 2. Système de gestion de la vérification - HempAge AG - Juin 2011 2/10 Indice 1. Introduction. 2. Résumé. 3. Des résultats positifs Object 1 Page 1 Traduction web du document officiel de la fair wear foundation Dixième Rapport de gestion du système d'audit Hempage Juin 2011 Membre depuis FWF 1 Octobre 2009 Sources d'information Entretien

Plus en détail

du CLIC à... la Commission de Suivi de Site

du CLIC à... la Commission de Suivi de Site du CLIC à... la Commission de Suivi de Site en Rhône-Alpes, 36 CLIC et une quarantaine de CLIS vont évoluer en CSS la Commission de Suivi de Site articles L125-2, L125-2-1, L515-8, R125-8-1 à R125-8-5,

Plus en détail

Siège national. L'UNSA et internet. Les délégués du personnel. UNSA 21, rue Jules Ferry 93177 Bagnolet Cedex Tél : 01 48 18 88 00 Fax : 01 48 18 88 99

Siège national. L'UNSA et internet. Les délégués du personnel. UNSA 21, rue Jules Ferry 93177 Bagnolet Cedex Tél : 01 48 18 88 00 Fax : 01 48 18 88 99 Siège national UNSA 21, rue Jules Ferry 93177 Bagnolet Cedex Tél : 01 48 18 88 00 Fax : 01 48 18 88 99 L'UNSA et internet Le site web www.unsa.org Le courriel unsa@unsa.org page 2 les délégués du personnel

Plus en détail

Guide du tuteur en entreprise

Guide du tuteur en entreprise Brevet de Technicien Supérieur Assistant Gestion PME - PMI Guide du tuteur en entreprise LYCEE LA MENNAIS 2 rue Général Dubreton (site général-technologique) Directeur : Ihsan JAAFAR 3 rue de Guibourg

Plus en détail

Paris, le 8 août 2011. Le ministre de la fonction publique

Paris, le 8 août 2011. Le ministre de la fonction publique MINISTERE DE LA FONCTION PUBLIQUE Paris, le 8 août 2011 Direction générale de l administration et de la fonction publique B9 n 11- NOR : MFPF1122325C Le ministre de la fonction publique A Monsieur le ministre

Plus en détail

S3CP. Socle commun de connaissances et de compétences professionnelles

S3CP. Socle commun de connaissances et de compétences professionnelles S3CP Socle commun de connaissances et de compétences professionnelles Référentiel Le présent socle décrit un ensemble de connaissances et compétences devant être apprécié dans un contexte professionnel.

Plus en détail

Appendice A I. Mission II. Domaine d'activité A. VÉRIFICATION

Appendice A I. Mission II. Domaine d'activité A. VÉRIFICATION Appendice A Charte du Bureau de l'inspecteur général I. Mission 1. Le Bureau de l'inspecteur général assure la supervision des programmes et des opérations de l'organisation, par des opérations de vérification

Plus en détail

SYSTÈME DE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL

SYSTÈME DE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL 15 e École d été en évaluation environnementale Évaluation de la durabilité du développement urbain et industriel : outils d analyse de l empreinte écologique et des impacts sociaux et sanitaires Douala,Hôtel

Plus en détail

LE PLAN DE PREVENTION

LE PLAN DE PREVENTION 1 Association des Directeurs et Responsables de Services Généraux Facilities Manag ers Association LE PLAN DE PREVENTION Avertissement : ce document est un exemple établi pour un besoin particulier. Il

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE de en Martinik NOTICE HYGIENE ET SECURITE BUREAU VERITAS ASEM Dossier n 6078462 Révision 2 Octobre 2014 Page 1 de en Martinik SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 1.1 OBJET DE LA NOTICE... 3 1.2 CADRE REGLEMENTAIRE...

Plus en détail

BTS - Assistant de gestion PME-PMI

BTS - Assistant de gestion PME-PMI Impression à partir du site https://offredeformation.picardie.fr le 07/10/2015. Fiche formation BTS - Assistant de gestion PME-PMI - N : 15854 - Mise à jour : 24/07/2015 BTS - Assistant de gestion PME-PMI

Plus en détail

Registre Santé et Sécurité au Travail Ecole

Registre Santé et Sécurité au Travail Ecole Registre Santé et Sécurité au Travail Tel : Mail : Directeur Circonscription Cachet de l école Assistant de prévention de circonscription Le guide pour la mise en place du registre santé et sécurité au

Plus en détail

A LA DECOUVERTE DES EXIGENCES DE LA NORME OHSAS 18001

A LA DECOUVERTE DES EXIGENCES DE LA NORME OHSAS 18001 A LA DECOUVERTE DES EXIGENCES DE LA NORME OHSAS 18001 BS OHSAS 18001:2007 (british standards) Systèmes de management de la santé et de la sécuritéau travail Exigences SOMMAIRE Introduction Objectifs La

Plus en détail

Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011

Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011 Bilan annuel 2011 Etienne Lacroix Tous Artifices S.A. Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011 Page 1 SOMMAIRE Actions réalisées pour la prévention des risques Compte-rendu des

Plus en détail

MODALITÉS D'UTILISATION DES LOCAUX SCOLAIRES

MODALITÉS D'UTILISATION DES LOCAUX SCOLAIRES MODALITÉS D'UTILISATION DES LOCAUX SCOLAIRES A/ EN DEHORS DU TEMPS SCOLAIRE 1. PRÉALABLE Il arrive que des associations, des personnes physiques morales de droit public ou privé, demandent à occuper régulièrement

Plus en détail

Réussir la Démarche de Management

Réussir la Démarche de Management Formation à la norme ISO 9001, V 2008 Formateur Dr Mohammed Yousfi Formateur Auditeur Consultant QSE Réussir la Démarche de Management Réussir le Projet ISO 9001, Version 2008 1 Programme Introduction

Plus en détail

LES OBLIGATIONS DE L'EMPLOYEUR EN MATIÈRE D'HYGIÈNE ET DE SÉCURITÉ AU TRAVAIL

LES OBLIGATIONS DE L'EMPLOYEUR EN MATIÈRE D'HYGIÈNE ET DE SÉCURITÉ AU TRAVAIL > Santé et sécurité au travail : obligations et responsabilités de l'employeur LES OBLIGATIONS DE L'EMPLOYEUR EN MATIÈRE D'HYGIÈNE ET DE SÉCURITÉ AU TRAVAIL L'ÉVALUATION DES RISQUES DANS L'ENTREPRISE...

Plus en détail

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Depuis la création de Syngenta en 2000, nous avons accordé la plus haute importance à la santé, à la sécurité et à l environnement (SSE) ainsi qu

Plus en détail

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France DIRECTION GÉNÉRALE DES RESSOURCES HUMAINES PARIS, LE 25 JANVIER 2010 DIRECTION DES RELATIONS SOCIALES Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France Dans le cadre de sa responsabilité

Plus en détail

MANUEL Q S E. Mise à jour : Mai 2014. Qualité - Sécurité - Environnement

MANUEL Q S E. Mise à jour : Mai 2014. Qualité - Sécurité - Environnement MANUEL Q S E Mise à jour : Mai 2014 Qualité - Sécurité - Environnement Editorial BÂTIMENTS - Privé - Public - Industriel La société RIVASI BTP est implantée dans la Drôme et les Bouches-du-Rhône. Elle

Plus en détail

CHARGÉ(E) DE SÉCURITÉ (60 % - 80 %)

CHARGÉ(E) DE SÉCURITÉ (60 % - 80 %) La Municipalité de Montreux met au concours un poste de : Tâches principales : CHARGÉ(E) DE SÉCURITÉ (60 % - 80 %) Conseiller et aider la Municipalité, les services, les supérieurs hiérarchiques et les

Plus en détail

HSE MONITOR GESTION DU SYSTÈME DE MANAGEMENT. 8 modules de management intégrés. www.red-on-line.net

HSE MONITOR GESTION DU SYSTÈME DE MANAGEMENT. 8 modules de management intégrés. www.red-on-line.net HSE MONITOR GESTION DU SYSTÈME DE MANAGEMENT 8 modules de management intégrés www.red-on-line.net www.red-on-line.net HSE MONITOR GESTION DU SYSTÈME DE MANAGEMENT 1. 2. 3. 1. 4. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 5. 1.

Plus en détail

Cadre de coopération avec les associations de patients et d usagers

Cadre de coopération avec les associations de patients et d usagers Cadre de coopération avec les associations de patients et d usagers 1 Préambule La HAS est une autorité administrative indépendante. Dans le cadre de ses missions 1, elle est amenée à conduire des expertises

Plus en détail

Télétravail, Propositions de la CGT-CIT

Télétravail, Propositions de la CGT-CIT Télétravail, Propositions de la CGT-CIT 1 Table des matières 1 Table des matières... 1 2 Introduction... 3 2.1 Traitement particulier... 3 2.2 Télé-centres... 3 2.3 Modèle avenant en annexe de l accord...

Plus en détail

8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace

8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace Aller plus loin 8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace 8) Certification ISO 14 001 8 La norme ISO 14001 et la certification Cette norme internationale vise à établir dans l organisme

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION OUVERTURE D ACTION. Certificat de Qualification Professionnelle des Services de l Automobile

CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION OUVERTURE D ACTION. Certificat de Qualification Professionnelle des Services de l Automobile CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION OUVERTURE D ACTION Certificat de Qualification Professionnelle des Services de l Automobile A.N.F.A. Département Ingénierie et Compétences Mars 2013 SOMMAIRE INFORMATIONS

Plus en détail

Société Centrale de Réassurance. Avis de recrutement

Société Centrale de Réassurance. Avis de recrutement Société Centrale de Réassurance Avis de recrutement Date : 27 Février 2015 La société Centrale de Réassurance, filiale du Groupe Caisse de Dépôt et de Gestion (CDG) lance un appel à candidature pour pourvoir

Plus en détail

NOR : RDFF1503959C. La ministre de la décentralisation et de la fonction publique

NOR : RDFF1503959C. La ministre de la décentralisation et de la fonction publique RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la décentralisation et de la fonction publique Circulaire du 28 juillet 2015 relative aux dispositions applicables en matière de prévention du risque d exposition à l

Plus en détail

Projet de plateforme collaborative pour la mise en œuvre d'un Système de Management de la Sécurité dans les PE/TPE

Projet de plateforme collaborative pour la mise en œuvre d'un Système de Management de la Sécurité dans les PE/TPE Projet de plateforme collaborative pour la mise en œuvre d'un Système de Management de la Sécurité dans les PE/TPE Evolution de l'offre des Services Interentreprises de Santé au Travail Présentation de

Plus en détail

Charte informatique. Ce document n est qu un exemple. Il doit être adapté à chaque entreprise selon ses moyens et ses nécessités.

Charte informatique. Ce document n est qu un exemple. Il doit être adapté à chaque entreprise selon ses moyens et ses nécessités. Charte informatique Ce document n est qu un exemple. Il doit être adapté à chaque entreprise selon ses moyens et ses nécessités. Préambule L'entreprise < NOM > met en œuvre un système d'information et

Plus en détail

Les prétendus nouveaux pouvoirs de l'inspection du travail

Les prétendus nouveaux pouvoirs de l'inspection du travail Les prétendus nouveaux pouvoirs de l'inspection du travail L assemblée est encombrée : place à l ordonnance! Les tribunaux sont encombrés : place au DIRECCTE 1! D'une manière générale, le contexte est

Plus en détail

Etape 4 : AMELIORATION - Réajustement à la situation de l'entreprise de l'information communiquée

Etape 4 : AMELIORATION - Réajustement à la situation de l'entreprise de l'information communiquée Partie V. Guide méthodologique IPAPE Etape 4 : AMELIORATION - Réajustement à la situation de l'entreprise de l'information communiquée Afin d'appliquer le concept d'amélioration continue, les partenaires

Plus en détail

Archiver dans une entreprise privée commerciale Fiche 4 : au moins 5 ans

Archiver dans une entreprise privée commerciale Fiche 4 : au moins 5 ans Sécurité Livre de paie (applicable jusqu au 31/07/1998) art. L. 143-5). Déclarations préalables à l embauche L. 320). Relevé mensuel des contrats de travail art. R. 320-1-1). Tous documents, en général,

Plus en détail

ToutelaQualite. FAQ Rechercher S enregistrer Profil Membres Groupes Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion

ToutelaQualite. FAQ Rechercher S enregistrer Profil Membres Groupes Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion creer un forum supprimer les publicites ToutelaQualite FAQ Rechercher S enregistrer Profil Membres Groupes Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion ISO 9001 V2008 ToutelaQualite Index du

Plus en détail

Référentiels de formation portant sur la prévention des RPS dans la fonction publique

Référentiels de formation portant sur la prévention des RPS dans la fonction publique MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE ÉDITION 2014 Référentiels de formation portant sur la prévention des RPS dans la fonction publique OUTILS DE LA GRH

Plus en détail

Métiers de la Qualité, Sécurité, Environnement

Métiers de la Qualité, Sécurité, Environnement Les fiches Métiers de l Observatoire du Travail Temporaire Emploi, compétences et trajectoires d intérimaires cadres Métiers de la Qualité, Sécurité, Environnement Ingénieur méthodeordonnancement Qualité

Plus en détail

Guide méthodologique

Guide méthodologique Communauté d Agglomération de NIORT du GRAND NANCY PLAN DE DEPLACEMENTS URBAINS Plan de Déplacement Entreprise Guide méthodologique Septembre 2007 m u n i c i p a l i t é s e r v i c e 7 1, a v e n u e

Plus en détail

Le ministre de l'intérieur, de la sécurité intérieure et des libertés locales

Le ministre de l'intérieur, de la sécurité intérieure et des libertés locales DIRECTION DE LA DEFENSE ET DE LA SECURITE CIVILES SOUS DIRECTION DE LA DEFENSE CIVILE Paris, le 23 avril 2003 ET DE LA PREVENTION DES RISQUES Bureau de la Réglementation Incendie et des Risques pour le

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre Bac+4 certifié Niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 312

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre Bac+4 certifié Niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 312 REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre Bac+4 certifié Niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 312 1 REFERENTIEL DE FORMATION CHEF(FE) DE PROJETS MARKETING ET COMMERCIALE TITRE CERTIFIE

Plus en détail

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel N 38 Développement durable n 2 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 19/02/2013 ISSN 1769-4000 CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L

Plus en détail

Comprendre ITIL 2011

Comprendre ITIL 2011 Editions ENI Comprendre ITIL 2011 Normes et meilleures pratiques pour évoluer vers ISO 20000 Collection DataPro Extrait 54 Comprendre ITIL 2011 Normes et meilleures pratiques pour évoluer vers ISO 20000

Plus en détail

LEGISLATION EN MEDECINE DU TRAVAIL

LEGISLATION EN MEDECINE DU TRAVAIL LEGISLATION EN MEDECINE DU TRAVAIL DOCUMENT PEDAGOGIQUE Rédigé par la Collégiale des enseignants hospitalouniversitaires de Médecine du Travail d'ile-de-france Février 2002 SOMMAIRE page Le monde du travail

Plus en détail

Rapport d'audit étape 2

Rapport d'audit étape 2 Rapport d'audit étape 2 Numéro d'affaire: Nom de l'organisme : CMA 76 Type d'audit : audit de renouvellement Remarques sur l'audit Normes de référence : Autres documents ISO 9001 : 2008 Documents du système

Plus en détail