DE LA COMPAGNIE DISSOLUTION ET LIQUIDATION AU QUÉBEC ET AU CANADA

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DE LA COMPAGNIE DISSOLUTION ET LIQUIDATION AU QUÉBEC ET AU CANADA"

Transcription

1 DE LA COMPAGNIE DISSOLUTION ET LIQUIDATION AU QUÉBEC ET AU CANADA par Eleni Yiannakis 1 1 L auteure aimerait remercier Marie Blanchard, Constantinos Ragas et Jonathan Cohen pour tout leur travail dans le cadre de la rédaction du présent chapitre. -i-

2 I. LA DISSOLUTION ET LA LIQUIDATION DES COMPAGNIES : INTRODUCTION A. Principes généraux et définitions 1. La dissolution. «Une compagnie, être intangible et incorporel, n existe qu en vertu du fait d une autorité souveraine et continue d exister jusqu à ce que cette autorité lui retire sa reconnaissance. [L]a compagnie, personne morale, ne peut disposer unilatéralement de sa vie. Elle doit demander la permission de mettre fin à son existence» 2. La dissolution d une compagnie est l action par laquelle il est mis fin à l existence de la compagnie 3. Elle est donc la suppression du lien, de la communauté d intérêts existant entre les actionnaires La liquidation. La liquidation d une compagnie est quant à elle l opération par laquelle il est mis fin aux opérations courantes de la compagnie, il est disposé de ses actifs, ses dettes sont payées et le reliquat est éventuellement distribué entre les actionnaires proportionnellement à leurs droits Distinction entre les concepts de «dissolution» et «liquidation». Le concept de «dissolution» est donc relié à la fin de l existence corporative d une compagnie tandis que le concept de «liquidation» est relié à la disposition des actifs d une compagnie. La liquidation n entraîne pas nécessairement la dissolution d une compagnie, soit donc la fin de son existence juridique. En effet, une compagnie pourrait être liquidée sans pour autant être dissoute et donc demeurer une «coquille vide». Par exemple, on pourrait avoir intérêt à garder en vie une compagnie puisque cette dernière bénéficie de pertes fiscales importantes, de la propriété intellectuelle intéressante, tels des accords de licence ou mêmes des crédits d impôt. Néanmoins, tel que nous le verrons, en principe, la liquidation mènera à la dissolution de la compagnie. B. Législation applicable 4. Régime législatif. - Au Québec, le régime législatif applicable aux dissolutions et liquidations d entreprises se trouve dans diverses lois provinciales, notamment la Loi 2 Paul Martel, La compagnie au Québec, vol. I, Montréal : Wilson & Lafleur, 2009, n 34-1, cité par Lambert c. Minerve Canada, Cie de transport aérien Inc., [1998] R.J.Q au para. 23 (CA Qué.). 3 Raymonde Crête et Stéphane Rousseau, Droit des sociétés par actions, 2 e éd., Montréal, Thémis, 2008 au para Hubert Reid, Dictionnaire de droit québécois et canadien, 3 e éd., Montréal, Wilson & Lafleur, 2004, s.v. «dissolution». 5 Raymonde Crête et Stéphane Rousseau, Droit des sociétés par actions, 2 e éd., Montréal, Thémis, 2008 au para

3 - 2 - sur les compagnies («LCQ») 6 et la Loi sur la liquidation des compagnies («LLQ») 7. Nous trouvons aussi utiles quelques dispositions de la Loi sur la publicité légale des entreprises individuelles, des sociétés et des personnes morales («LPL») 8. Certes, les articles du Code civil du Québec («C.c.Q.») 9 ainsi que ceux du Code de procédure civile («C.p.c.») 10 informent le régime québécois aussi. Notre analyse au niveau du Québec se limitera aux compagnies constituées en vertu de la Partie IA de la LCQ. Par contre, le régime fédéral est moins dispersé. Les dispositions qui gèrent la dissolution et la liquidation des compagnies fédérales se trouvent dans la Loi canadienne sur les sociétés par actions 11 («LCSA»). Finalement, nous utiliserons le terme «compagnie» même quand nous traiterons des compagnies fédérales afin d alléger le texte. 5. L insolvabilité d une compagnie. - Lorsque nous traitons des concepts de «dissolution» ou de «liquidation», la question inévitable qui se pose est : Qu en est-il de la Loi sur la faillite et l insolvabilité («LFI») 12? D emblée, il est important de retenir que si une compagnie est insolvable, elle ne pourra se prévaloir des dispositions ciaprès exposées pour se dissoudre ou se liquider. Elle devra nécessairement passer par la LFI, ou dépendamment de son passif, par la Loi sur les arrangements avec les créanciers 13. En effet, une compagnie insolvable ou en faillite, au sens du paragraphe 2(1) LFI ne peut pas mettre fin à son existence de façon unilatérale en vertu de la LCSA 14. La 6 Loi sur les compagnies, L.R.Q. c. C Loi sur la liquidation des compagnies, L.R.Q. c. L-4. 8 Loi sur la publicité légale des entreprises individuelles, des sociétés et des personnes morales, L.R.Q. c. P Code civil du Québec, L.Q., 1991, c Code de procédure civile, L.R.Q. c. C Loi canadienne sur les sociétés par actions, L.R.C. 1985, c. C Loi sur la faillite et l insolvabilité, L.R.C. 1985, c. B Loi sur les arrangements avec les créanciers, L.R.C. (1985) c. C Art. 208(1) LCSA. En vertu de l art. 2 LFI, une personne insolvable est une personne «qui n est pas en faillite et qui réside au Canada ou y exerce ses activités ou qui a des biens au Canada, dont les obligations, constituant à l égard de ses créanciers des réclamations prouvables aux termes de la présente loi, s élèvent à mille dollars et, selon le cas : a) qui, pour une raison quelconque, est incapable de faire honneur à ses obligations au fur et à mesure de leur échéance; b) qui a cessé d acquitter ses obligations courantes dans le cours ordinaire des affaires au fur et à mesure de leur échéance; c) dont la totalité des biens n est pas suffisante, d après une juste estimation, ou ne suffirait

4 - 3 - procédure de dissolution engagée par une telle compagnie est suspendue dès la constatation de son insolvabilité 15. Le même principe vaut pour les compagnies régies par le régime québécois 16. Par conséquent, l analyse qui suit ne s applique que dans les cas de compagnies solvables. C. Plan 6. Structure du texte. La section sur la fin de l existence corporative se divise en deux grandes lignes : la dissolution et la liquidation. Chacune des ces sous-divisions peut être encore sous-divisée en deux selon la nature volontaire ou forcée de la procédure. Mais tout d abord, il faut noter que le régime législatif qui gère la dissolution et la liquidation est aussi divisé par juridiction. Nous terminons notre analyse avec un tableau comparatif des deux régimes qui inclut des références aux dispositions législatives principales. II. LA DISSOLUTION VOLONTAIRE A. La dissolution volontaire au Québec 7. Quatre conditions à la demande de dissolution. Pourquoi faire une dissolution volontaire? L article 28 LCQ stipule que la compagnie doit démontrer au registraire des entreprises : «1 qu'elle n'a ni dettes ni obligations; 2 qu'elle s'est départie de ses biens, a divisé son actif proportionnellement entre ses actionnaires ou membres et n'a pas de dettes ou de passif; ou 3 qu'il a été pourvu à ses dettes et obligations, ou que le paiement en a été assuré, ou que ses créanciers ou leurs ayants cause y consentent; et 4 qu'elle lui a donné avis de son intention de demander sa dissolution en produisant une déclaration à cet effet conformément à la Loi sur la publicité pas, s il en était disposé lors d une vente bien conduite par autorité de justice, pour permettre l acquittement de toutes ses obligations échues ou à échoir». 15 Art. 208(2) LCSA. 16 Art. 24 LLQ.

5 - 4 - légale [ ] et par une annonce à cet effet dans un journal publié dans la localité, ou dans une localité aussi rapprochée que possible de celle où elle a son siège.» Ainsi, pour procéder à une dissolution volontaire, au moment de sa demande auprès du registraire d entreprise, une compagnie ne doit plus avoir de dettes. 8. L acte de dissolution. Si la compagnie s est conformée aux conditions de l article 28 LCQ, elle sera dissoute à partir de la date fixée par le registraire des entreprises qui déposera un acte de dissolution au registre La procédure n est pas déterminée. - L absence d une procédure déterminée est un vide problématique dans la Loi sur les compagnies puisqu il n y a pas de preuve expressément prévu pour démontrer que la compagnie s est conformée aux modalités de l article 28 LCQ. Pouvons-nous se fier sur la procédure prévue dans le Code civil du Québec? L article 334 C.c.Q. à l alinéa 1 indique que si la loi qui constitue ou est applicable à une personne morale n indique aucun autre régime de fonctionnement, de dissolution ou de liquidation, elle sera soumise aux règles du chapitre deuxième qui comprend les deux sections énoncées à l article 334 C.c.Q. 18. Il existe présentement un débat à ce sujet. D un côté, la thèse avancée par la doctrine 19 et supportée par la Cour d appel 20 indique que les articles 355 à 364 C.c.Q. ne s appliquent pas aux compagnies puisque la Loi sur la liquidation des compagnies ainsi que les articles 28 et suivants LCQ touchent directement à la dissolution et la liquidation. De l autre côté, dans une analyse exhaustive du régime de dissolution dans le Code civil du Québec, la Cour suprême a pris la position que «l art. 334, al. 1 C.c.Q., exerce une fonction organisatrice en énonçant que les règles prévues aux articles 355 à 364 C.c.Q. s appliquent à la dissolution et à la liquidation d une personne morale dans la mesure où il est nécessaire de combler les carences d une loi particulière» 21. En retenant qu il nous faut un manquement dans la loi applicable, il nous semble que l absence de règles de procédures dans la Loi sur les compagnies laisse la porte ouverte aux procédures prévues dans le Code civil du Québec mais seulement pour déterminer (1) 17 Art LCQ. 18 Une section sur le fonctionnement des personnes morales (art. 335 à 354) et une deuxième section sur la dissolution et la liquidation des personnes morales (art. 355 à 364). 19 Paul Martel, La compagnie au Québec, vol. I, Montréal : Wilson & Lafleur, 2009, n à la p Citadelle, coopérative de producteurs de sirop d'érable c. Fédération des producteurs acéricoles du Québec, 2005 QCCA 301 (CanLII) au para Fédération des producteurs acéricoles du Québec c. Regroupement pour la commercialisation des produits de l'érable inc., 2006 CSC 50 (CanLII) au para. 30.

6 - 5 - qui doit approuver la dissolution au nom de la compagnie; et (2) les éléments de preuve nécessaires pour démontrer que la compagnie s est conformée aux exigences de l article 28 LCQ. 10. Les actionnaires doivent approuver la dissolution. C est un principe bien reconnu : une personne morale est dirigée par son conseil d administration qui gère les affaires de la personne morale et exerce tous les pouvoirs nécessaires à cette fin 22. Par contre, l article 37 al. 1 LPL exige qu une compagnie qui veut se dissoudre volontairement doit produire une déclaration à cet effet, mais ne nous donne aucune direction sur la source de cette déclaration. Se basant sur la décision de la Cour suprême dans Fédération des producteurs acéricoles, nous pouvons appliquer les articles 355 à 364 C.c.Q. dans le cas où il existe une déficience dans la loi. En l espèce, l article 356 C.c.Q. mentionne qu une compagnie peut-être dissoute par le consentement d'au moins les deux tiers des voix des actionnaires exprimées lors d une assemblée convoquée expressément à cette fin. 11. La preuve nécessaire pour démontrer la conformité avec les conditions de 28 LCQ. - Généralement, la résolution des actionnaires approuvant la dissolution volontaire doit être accompagnée d une demande de dissolution adressée au registraire des entreprises avec un affidavit d un membre du conseil d administration affirmant que la compagnie s est conformée aux exigences de l article 28 LCQ. Cependant, le pouvoir de dissoudre reste avec le registraire 23. En surplus d une copie certifiée de la résolution et la demande de dissolution, le registraire pourra demander à la compagnie de produire d autres informations pertinentes sur les affaires de la compagnie ou bien l acte constitutif 24. Le registraire présumera la véracité des documents soumis par la compagnie pour démontrer qu elle s est conformée aux exigences de l article 28 LCQ La dissolution n efface pas les dettes et les administrateurs en sont responsables. Une condition non-équivoque de l article 28 LCQ est que la compagnie ne peut être dissoute tant qu elle lui reste des obligations ou des dettes. S il existe des dettes lors de la dissolution de la compagnie, elles seront assumées par les administrateurs personnellement, conséquence de l article 29 LCQ. En effet, l article 29 LCQ crée une responsabilité conjointe et solidaire des administrateurs pour les dettes existantes lors 22 Art. 335, al. 1, C.c.Q. 23 Nous notons l utilisation du mot «peut» dans l article 28.1 LCQ: «Le registraire des entreprises peut, si la compagnie s'est conformée à l'article 28, accepter de la dissoudre». 24 Paul Martel, La compagnie au Québec, vol. I, Montréal : Wilson & Lafleur, 2009, n 34-9 à la p Art , al. 4 LCQ. Voir aussi Paul Martel, La compagnie au Québec, vol. I, Montréal : Wilson & Lafleur, 2009, n à la p

7 - 6 - de la dissolution 26. Cependant, un administrateur peut décharger cette responsabilité en établissant sa bonne foi Responsabilité personnelle des actionnaires. - Contrairement au régime fédéral, il n y a pas de disposition précise dans le régime québécois tenant les actionnaires personnellement responsables du passif de la compagnie à concurrence des sommes qu ils ont reçues 28. Par contre, on pourrait tenir responsables les actionnaires dans un scénario de fraude où la levée du voile corporatif serait justifié L opposabilité de la dissolution volontaire. - L article 82 LPL liste quinze types d informations qui sont opposables aux tiers. À l alinéa 15 de cet article, nous trouvons que «la date de sa continuation ou de toute autre transformation» sera opposable aux tiers. Dans l arrêt Martineau, la Cour d appel confirme qu une dissolution n est pas «strictement parlant» une transformation et que de toute façon l opposabilité énoncée à l article 82 LPL est relative 30. En d autres termes, la Cour conclut que l article 82 LPL crée une présomption quant à la connaissance de la dissolution par le tiers, mais cette présomption peut être repoussée en prouvant la connaissance réelle de la tierce partie Limitation de responsabilité des administrateurs dans le cas d une filiale à part entière. La compagnie mère d une filiale à part entière peut prendre en charge des dettes de cette dernière. Ceci est une possibilité, nous dit la Cour supérieure 32 mais ce n est pas une novation des dettes 33. Dans le cas où la compagnie mère néglige de payer les dettes de sa filiale dissoute, les administrateurs de la filiale seront toujours tenus responsables solidairement Élection des administrateurs. L article 85 LCQ précise que la faute des membres de la compagnie d élire un ou plusieurs administrateurs, peu importe le temps, ne peut pas causer la dissolution. Autrement dit, la compagnie ne peut pas «tomber» en dissolution pour n avoir pas procéder à une élection d un administrateur. Les 26 Martineau c. Canada (Procureure générale), J.E (C.A.) au para A.S.M. Canada c. Créalise Conditionnement Inc., J.E (C.S.). 28 Voir sous le régime fédéral l art. 226(4) LCSA. 29 Voir Art. 316 et 317 C.c.Q. 30 Martineau c. Canada (Procureure générale), J.E (C.A.), au para. 32; Canada (Procureure générale) c. Auberge Bon Conseil (1988) inc., [2001] R.J.Q (C.S.). Renversé en appel. 31 Martineau c. Canada (Procureure générale), J.E (C.A.), au para Garmaise c. Nun's Island Investments Inc., J.E , 2004 CanLII 5850 (C.S.). 33 Paul Martel, La compagnie au Québec, vol. I, Montréal : Wilson & Lafleur, 2009, n à la p Art. 29 LCQ.

8 - 7 - administrateurs sortant de charge demeurent en place «jusqu'à ce que leurs successeurs soient élus» 35. B. La dissolution volontaire sous le régime fédéral a) Les motifs et la procédure de dissolution 17. Motifs d une dissolution volontaire et régime d adoption. L article 210 LCSA énonce les situations où il peut y avoir dissolution volontaire de la compagnie. Ainsi, la mise en œuvre du régime de dissolution varie selon les caractéristiques de la compagnie : a. Une compagnie qui n a émis aucune action peut être dissoute sur décision du conseil d administration 36. La dissolution est alors autorisée par une résolution de tous les administrateurs décrétant la dissolution de la compagnie. b. Une compagnie qui a émis des actions mais qui n a ni biens ni dettes peut être dissoute par résolution spéciale soit des actionnaires (deux tiers des voix exprimées) soit en présence des détenteurs d actions de chaque catégorie assorties ou non du droit de vote 37. c. Lorsque la compagnie a émis des actions et possède des biens ou a des dettes, les actionnaires doivent autoriser les administrateurs à régler préalablement les dettes et à répartir les biens. Il faut que la répartition des biens et le règlement des dettes soient faits avant l envoi des clauses de dissolution au Directeur 38. Une résolution spéciale, soit des actionnaires (deux tiers des voix exprimées), soit en présence des détenteurs d actions de chaque catégorie assorties ou non du droit de vote, est également nécessaire Art. 85 LCQ. 36 Art. 210(1) LCSA. 37 Art. 210(2) LCSA. 38 Art. 210(3)(a) et (b) LCSA. 39 Art. 210(3) LCSA.

9 Procédure : clauses de dissolution. Lorsque la dissolution a été approuvée, le conseil d administration prépare des clauses de dissolution qui sont ensuite envoyées au Directeur Procédure : certificat de dissolution. - Sur réception des clauses de dissolution, le Directeur émet un certificat de dissolution qui est envoyé à la compagnie 41. Si le Directeur refuse de délivrer le certificat de dissolution, il doit donner, un avis motivé de son refus, par écrit 42. La compagnie cesse alors d exister à partir de la date mentionnée dans le certificat de dissolution 43. b) Les effets de la dissolution sur les poursuites contre/par la compagnie 20. Fin de la personnalité morale de la compagnie. La compagnie cesse d exister à la date mentionnée sur le certificat de dissolution 44. La dissolution met donc fin à sa personnalité morale. Cela a pour conséquence, par exemple, que les chèques émis à l ordre d une compagnie dissoute doivent être considérés comme faits à une personne inexistante et sont donc considérés comme payables au porteur et négociables par simple livraison sans endossement Poursuite des procédures intentées avant la dissolution. Toutes les procédures civiles, criminelles ou administratives intentées par ou contre la compagnie avant sa dissolution sont poursuivies comme si la dissolution n avait pas eu lieu 46. Le terme «procédure» est interprété au sens large et inclut le droit de la compagnie dissoute de faire appel ou de se défendre lors d un appel 47. De même, une notification d arbitrage débute une procédure administrative qui peut continuer même après la dissolution Art. 210(4) LCSA Voir Industrie Canada, Formulaire 19, Clauses de dissolution, en ligne : Industrie Canada <http://www.ic.gc.ca/eic/site/cd-dgc.nsf/vwapj/f pdf/$file/f pdf>. 41 Art. 210(5) et 262 LCSA. 42 Art. 245 LCSA. 43 Art. 210(6) LCSA. 44 Art. 212(4) et 213(5) LCSA. 45 Banque Laurentienne du Canada c. Caisse populaire St-Mathieu, [2005] J.Q. nº 9913 aux para Art. 226(2) LCSA. 47 ADI Ltd. c N.B. Inc., (2000) 22 C.B.R. (4th) 1 aux para. 1 et 80 (N.B. C.A.), rendu à propos de l art. 152(2) de la Loi sur les corporations commerciales, L.N.-B. 1981, c. B-9.1 dont les dispositions sont semblables à celle de l art. 226(2) de la LCSA. Voir également : Canadian Engineering Services Ltd. c. Doraty, 1999 ABQB 709 rendu à propos de l art. 219(2) de la Alberta Business Corporations Act, R.S.A. 1981, c. B Associated Asbestos Services Ltd. c. Canadian Occidental Petroleum Ltd., (2004) 43 B.L.R. (3d) 221 au para. 17 (Alta. C.A.).

10 Poursuite des procédures intentées après la dissolution. - En revanche, la compagnie dissoute ne peut pas intenter de poursuites après sa dissolution, sous réserve des dispositions applicables à la reconstitution 49. Si elle est poursuivie, elle peut néanmoins présenter une défense à l action, en demandant par exemple un cautionnement pour frais Droit des tiers à poursuivre la compagnie dans les deux ans de sa dissolution. En vertu de l article 226(2)(b) LCSA, les tiers ont par ailleurs le droit de poursuivre la compagnie jusqu à deux ans après sa dissolution pour des motifs antérieurs à la dissolution 51. La signification se fait alors à toute personne figurant sur la dernière liste d administrateurs déposée auprès du Directeur 52. La prescription de deux ans peut par ailleurs être interrompue lorsqu un tiers demandeur démontre qu il était dans l impossibilité d agir au sens de l article 2904 C.c.Q Action en recouvrement contre les actionnaires de la compagnie dissoute. La dissolution de la compagnie ne fait pas disparaître son passif et ses cautions restent tenues à leurs obligations 54. En effet, selon l article 226(4) LCSA, les actionnaires de la compagnie dissoute sont personnellement responsables du passif à concurrence de la somme qu ils ont reçue lors de la répartition des biens 55. Comme nous l avons déjà souligné, sous le régime québécois se sont les administrateurs et non les actionnaires qui pourront être tenus responsables du passif lors de la dissolution de la compagnie 56. Dans Samson Bélair Deloitte & Touche c. Crespin 57, l actionnaire unique d une compagnie a été condamné à supporter le passif d une compagnie dissoute sur le fondement de la levée du voile corporatif. Le juge a en effet estimé que «[d]ès sa dissolution, l actif et le passif d une compagnie sont assumés par l actionnaire. Ce dernier amasse tous les biens, se les approprie, mais assume le paiement des créances. La dissolution emporte la levée du voile corporatif pour tout ce qui concerne l actif et le passif, qui retournent entre les mains de l actionnaire» Voir art. 209 LCSA. 50 Interpar Investments Ltd. c. Magnan, J.E au para. 23 (QC C.S.). 51 Art. 226(2)(b) LCSA. 52 Art. 226(3) LCSA. 53 Royal Lepage Commercial Inc. c. Henderson, [2004] J.Q. nº 1562 aux para Stephen c. Banque de Montréal (1990), 81 D.L.R. (4th) 421 (C.A. N.-B.) à la p Art. 226(4) LCSA. 56 Voir l article 29 LCQ, où les administrateurs sont solidairement responsables des dettes existantes de la compagnie. 57 Samson Bélair Deloitte & Touche c. Crespin, J.E (C.Q.). 58 Samson Bélair Deloitte & Touche c. Crespin, J.E (C.Q.).

11 La responsabilité personnelle des actionnaires à l égard des dettes de la compagnie dissoute «n est qu un recours minimal, et ne se substitue pas [à] un engagement contractuel plus large» 59. Par conséquent, la prescription de deux ans prévue à l article 226(4) LCSA «se limite au recours exercé contre un actionnaire d une compagnie dissoute, qui n a pas assumé contractuellement le paiement entier de la dette dont le paiement lui est réclamé [ ] mais qui a néanmoins bénéficié de la distribution de ses biens en vue de la dissolution de cette compagnie» 60. Lorsqu un actionnaire a accepté contractuellement d acquitter toutes les dettes d une compagnie dissoute, les droits des tiers résultent de l engagement contractuel et sont soumis au droit québécois des contrats 61. Ainsi, la prescription applicable est celle de droit commun (trois ans) et peut être suspendue dans les conditions prévues par le Code civil du Québec Conservation des livres et documents financiers. Suite à la dissolution, la compagnie a l obligation de conserver ses livres et documents financiers pendant six ans Répartition des biens. Les biens à remettre à un créancier ou un actionnaire introuvable sont réalisés en numéraire et le produit est versé au Receveur général 64. Les biens dont il n a pas été disposé à la date de la dissolution sont dévolus à la Couronne 65. III. LA DISSOLUTION FORCÉE A. La dissolution forcée au Québec 27. Principes généraux. La dissolution forcée au Québec peut être effectuée soit à la demande d un tiers ou peut être faite d office par le registraire des entreprises. Par contre, sur demande, le registraire pourra révoquer la radiation faite d office d une compagnie Québec inc. c. Gravel, [2000] J.Q. nº 7280 au para Québec inc. c. Gravel, [2000] J.Q. nº 7280 au para Québec inc. c. Gravel, [2000] J.Q. nº 7280 au para. 27. Le juge rappelle que, conformément aux articles 4 C.c.Q. et 4, 15 et 16 LCSA, «la LCSA ne supplante pas le droit québécois des contrats, bien qu elle puisse le modifier» Québec inc. c. Gravel, [2000] J.Q. nº 7280 aux para Art. 223(5)(b) et art. 225 LCSA; art. 230(4) de la Loi de l impôt sur le revenu, L.R.C (5 e supp.), c.1 et art de la Loi sur le ministère du Revenu, L.R.Q. c. M Art. 227 LCSA. 65 Art. 228 LCSA et art. 5 de la Loi sur les biens en déshérence, L.R.C. 1985, c. E-13. Voir par ex. Fernand Gilbert ltée c. La Baie (Ville de), [2004] J.Q. nº au para. 51 (C.S. Qué.). Des terrains dévolus à la Couronne en vertu de l art. 228 LCSA ne deviennent pas automatiquement une propriété publique au sens de l art. 91(1A) de la Loi constitutionnelle de 1867 (R.-U), 30 & 31 Vict., c. 3, reproduite dans L.R.C. 1985, app. II, nº 5, Burrardview Neighbourhood c. Vancouver (City of), 2002 BCSC 1412.

12 a) À la demande d un tiers 28. Disposition législative pertinente. L article LCQ donne le pouvoir au tribunal d annuler les statuts d une compagnie; un pouvoir qui peut être exercé à la demande de tout intéressé Motifs de dissolution forcée. En vertu de l article al. 1 LCQ, pour procéder à la dissolution, il y a deux possibilités : a) le certificat d incorporation a été obtenu illégalement, par dol ou dans l'ignorance de quelque fait essentiel ; ou b) les statuts contiennent des dispositions illégales ou des énonciations mensongères ou erronées Le registraire des entreprises. Lors d une demande d un tiers sous l article LCQ, le registraire des entreprises est mis en cause 68. Lorsque le tribunal transmet une copie du jugement au registraire, ce dernier dépose un avis à cet effet au registre La date de la dissolution forcée. L article al. 4 LCQ indique que la date de la dissolution est celle qui est prévue dans le jugement. À défaut, c est la date du jugement. 32. Différence entre «irrégularité» et «illégalité». L article al. 1 LCQ mentionne clairement qu un des motifs de dissolution est la commission d un acte illégal tel une déclaration mensongère. Ainsi, une irrégularité dans l acte constitutif n est pas un motif de dissolution 70. Cette notion «d irrégularité» peut causer de la confusion. Quelle est la différence entre une «irrégularité» et une «illégalité»? L irrégularité semble être un vice non-offensif comme une faute typographique. Par contre, une «illégalité» est d une nature plus substantive et impliquerait une certaine mauvaise foi puisque les termes «dol» ou «mensongère» sont employés à l article LCQ L article LCQ régit les compagnies constituées sous la Partie 1A. Pour ce qui est des compagnies régies par la Partie I, voir les articles C.p.c. 67 Art , al. 1 LCQ. 68 Art al. 2 LCQ. 69 Art al. 3 LCQ. 70 Art. 5 LCQ. 71 Paul Martel, La compagnie au Québec, vol. I, Montréal : Wilson & Lafleur, 2009, n à la p

13 b) La dissolution administrative ou d office 33. La radiation d office. Le registraire des entreprises peut radier d office l immatriculation d une compagnie qui a omis de faire ses déclarations annuelles ou modificatives. Le régime de la dissolution administrative est régi par la Loi sur la publicité légale. 34. Omission de déclaration annuelle. Le fait qu une compagnie a omis de déposer sa déclaration annuelle avec le registraire des entreprises n emporte pas la dissolution immédiate. Ce n est qu après le défaut de la compagnie de déposer deux déclarations annuelles consécutives que son immatriculation sera radiée La procédure de radiation. Avant la période désignée pour produire une déclaration annuelle, le registraire envoie un avis à la compagnie immatriculée qui a omis de présenter sa déclaration annuelle pour l'année précédente 73. Cet avis indique que l immatriculation de la compagnie pourra être radiée pour deux causes : (1) le défaut de remédier au manquement original et (2) l omission de déposer la prochaine déclaration 74. Le registraire dépose ensuite une copie de cet avis au registre Omission de déposer une déclaration modificative. Selon l article 38 LPL, le registraire des entreprises peut demander à la compagnie de corriger certaines informations apparaissant au registre. Cette demande, qui est aussi déposée au registre, indique que la compagnie a 60 jours à compter de la date du dépôt de la demande de s y conformer et produire une déclaration modificative 76. À défaut de se conformer, le registraire pourra radier l immatriculation La radiation emporte la dissolution. L article 50, al. 2 LPL explique que la radiation de l'immatriculation d'une personne morale constituée au Québec emporte sa dissolution. 38. Les effets de la radiation d office. Tout d abord, le curateur public assume l'administration provisoire des biens 78. En second lieu, comme la compagnie est dissoute, ses créanciers ne peuvent pas la poursuivre 79. De plus, la loi ne prévoit aucune 72 Art. 29 LPL. 73 Art. 29, al. 1 LPL. 74 Art. 29, al. 2 LPL. 75 Art. 29, al. 3 LPL. 76 Art. 38 LPL. 77 Art. 38 LPL. 78 Loi sur le curateur public, art. 24, al Gilbert c. Québec (Sous-ministre du Revenu), [2005] R.D.F.Q. 311 (C.Q.).

14 responsabilité des administrateurs qui protégerait les créanciers dans le contexte d une dissolution administrative Exceptions à l absence de responsabilité des administrateurs. La règle générale sur l absence de responsabilité des administrateurs souffre de deux exceptions. Premièrement, les administrateurs qui continuent les affaires de la compagnie radiée seront tenues personnellement responsables 81. La deuxième exception est la responsabilité fixée par une loi, ou la responsabilité statutaire des administrateurs. Par exemple, l article 96 LCQ précise que les administrateurs sont tenus responsables du salaire impayé des employés 82. c) Révocation de la radiation d office 40. Révoquer la radiation. Le registraire peut, sur demande, révoquer la radiation de l immatriculation de la compagnie faite en vertu de l art. 50 LPL 83. Donc, un créancier qui veut poursuivre une compagnie dissoute par radiation d office peut la faire revivre si sa demande est accompagnée des droits prescrits par règlement 84. Ce pouvoir de révoquer la radiation n existe non seulement pour corriger les erreurs d une administration incompétente d une compagnie, mais aussi pour s assurer qu une compagnie ne pourra pas éviter de payer ses dettes en se laissant tomber en dissolution par voie de radiation d office. Quand la demande en révocation de la radiation d office est soumise au registraire des entreprises, le registraire peut révoquer la radiation en déposant un arrêté à cet effet au registre 85. Une copie de l arrêté est transmise à la compagnie, et elle reprend son existence à compter de la date de dépôt de cet arrêté Effets de la révocation. Il y a deux effets de la révocation expressément prévus à l article 57 LPL. Premièrement, la radiation de l immatriculation est réputée n'avoir 80 Timba Inc. c. Mainro Ltée, J.E (C.P.); Imprimeries Transcontinental inc. c. Salouros, 98BE-434 (C.Q.); Équipement Cardonne Canada inc. c. Litho Expert 1995 inc., 99BE-320 (C.Q.). Voir aussi : Paul Martel, La compagnie au Québec, vol. I, Montréal : Wilson & Lafleur, 2009, n à la p Voir art. 317 C.c.Q. et A&A Environnement inc. c. Stepas, REJB (C.Q.). 82 Voir aussi Commission des normes du travail c. Mercier, J.E (C.Q.). Le même principe est répété dans l art. 122(1) de la Loi sur les relations du travail, la formation professionnelle et la gestion de la main-d'oeuvre dans l'industrie de la construction, L.R.Q. c. R Art. 54, al. 1 LPL. 84 Art. 54, al. 2 LPL. Les droits sont de $200. Voir l art 13(1) du Règlement d'application de la Loi sur la publicité légale des entreprises individuelles, des sociétés et des personnes morales, R.Q. c. P-45, r Art. 56, al. 1 LPL. 86 Art. 56, al. 1 et 2 LPL.

15 jamais été radiée. Deuxièmement, la compagnie est réputée n'avoir jamais été dissoute. Cependant, ces deux effets sont sous réserves des droits acquis par un tiers. 42. Effets de la révocation sur les biens. - Une conséquence d être réputée n avoir jamais été dissoute est que la compagnie peut reprendre ses biens auprès du curateur public. Par contre, ce pouvoir n est pas opposable aux tiers qui ont acquis des droits sur les biens de la compagnie. Ainsi, par exemple, la compagnie ne pourra pas poursuivre un tiers qui a obtenu les biens vendus par le curateur public en vertu de l article 37 de la Loi sur le curateur public. Cette réserve s applique aussi à tout titre, hypothèque et priorité acquis par un tiers Les effets rétroactifs de la révocation sur le droit d ester en justice. Une compagnie dissoute est une compagnie qui n existe plus. Mais si la radiation d office est révoquée par le registraire des entreprises, quel effet aura-t-elle sur le droit d ester en justice de la compagnie? L auteur Paul Martel énonce : «Il y a donc un effet rétroactif à la reprise d'existence, mais pas un effet rétroactif complet. Cette reprise d'existence se fait sous réserve des droits acquis par quiconque, ce qui inclut notamment les tiers ayant acquis une prescription contre la compagnie, ou encore un titre, une hypothèque ou une priorité sur ses biens entre sa dissolution et sa reconstitution, ainsi que les tiers ayant commencé à utiliser un nom identique ou similaire à celui de la compagnie durant cette période.» 88 Dans l affaire Intermodal Crane Services Inc. c. Démolitions Mega inc. 89, le juge Guibault conclut qu une action intentée par une compagnie dissoute n interrompt pas la prescription. Le juge a conclu que la compagnie Intermodal ne pouvait poursuivre ses cocontractantes en dommages-intérêts même si elle avait intenté sa poursuite «trois jours avant que la prescription ne soit acquise». Selon la Cour, le fait que Intermodal était dissoute, conséquence d une radiation d office, l empêchait de poursuivre ses débitrices tant que cette radiation n était pas révoquée. La compagnie a reçu un arrêté de révocation de la radiation huit mois après que la prescription était acquise par les parties débitrices Paul Martel, La compagnie au Québec, vol. I, Montréal : Wilson & Lafleur, 2009, n à la p Paul Martel, La compagnie au Québec, vol. I, Montréal : Wilson & Lafleur, 2009, n à la p Intermodal Crane Services Inc. c. Démolitions Mega inc. [2000] R.J.Q (C.S.). 90 Nous notons que la Cour supérieure se penche sur une décision de la Cour d appel interprétant la section 209(4) LCSA; Entreprises Jacques Lebeau inc. c. Compagnie d'assurance Victoria du Canada, 1996 CanLII 5795 (QC C.A.).

16 Par contre, dans une autre cause, Fondation chrétienne Le Rocher, la Cour supérieure reconnait comme valide une inscription pour une enquête et audition par une compagnie qui était radiée d office, mais avant la révocation de cette radiation 91. La Cour a décidé que la révocation de la radiation qui a eu lieu quelques mois après l inscription avait comme effet de valider cette inscription puisque la compagnie était réputée n'avoir jamais été dissoute. Afin de réconcilier les deux décisions, l'auteur Paul Martel suggère qu une distinction ait été faite entre une situation de «simple procédure» et celle de droit substantif comme dans l affaire Intermodal 92. Cette controverse jurisprudentielle semble maintenant réglée. En effet, depuis le législateur a modifié l article 50 LPL pour venir préciser que la «personne morale est toutefois réputée conserver son existence afin de terminer toute procédure judiciaire ou administrative» 94. Ainsi, grâce à ce changement, même radiée, une compagnie pourra continuer des procédures judiciaires. 44. Inexistence d un régime «général» de reconstitution de la compagnie au Québec. Il serait utile de préciser que la «révocation» prévue à l article 54 LPL se limite à une radiation d office effectuée en vertu de l article 50 de ladite loi 95. Il n existe présentement, en droit québécois (par opposition au droit fédéral) 96, aucun régime général prévoyant la reconstitution d une compagnie dissoute. B. La dissolution forcée sous le régime fédéral 45. Principes généraux. En vertu de la LCSA, la dissolution peut être effectuée par le Directeur, sur émission d un certificat de dissolution, ou par un tribunal, à la demande du Directeur ou de tout intéressé. Par contre, tout intéressé pourra demander au Directeur de procéder à la reconstitution de la compagnie sous certaines conditions. a) Dissolution forcée par le Directeur 46. Motifs de dissolution. En vertu de l article 212 LCSA, le Directeur peut dissoudre directement une compagnie dans trois cas : 91 Fondation chrétienne Le Rocher c. Magny Gilles, 2002 CanLII (C.S.). 92 Paul Martel, La compagnie au Québec, vol. I, Montréal : Wilson & Lafleur, 2009 à la p , n L.Q. 2005, c. 14, art. 24. Voir l art. 50 al. 3 LPL. 94 Québec (Procureur général) (Office de la protection du consommateur) c Québec inc., 2007 QCCQ 312 (CanLII). 95 Art. 54 LPL. 96 Art. 209 LCSA.

17 a) le Directeur est autorisé à dissoudre la compagnie d office lorsqu elle n a pas commencé ses opérations dans les trois ans suivant la date figurant sur son certificat de constitution ou qu elle n a pas exercé ses activités commerciales pendant trois années consécutives 97. Il peut ainsi éliminer les compagnies inopérantes du registre et rendre disponibles les noms commerciaux aux personnes désirant incorporer de nouvelles compagnies 98 ; b) le Directeur peut dissoudre une compagnie qui a omis, pendant un an, de lui envoyer les droits, avis ou documents exigés par la LCSA (notamment la déclaration annuelle, les avis de changement d administrateurs, les états financiers ) 99. Il peut également dissoudre d office une compagnie n ayant pas payé les droits requis pour la délivrance d un certificat de constitution 100 ; c) le Directeur peut dissoudre une compagnie sans administrateur ou dont les administrateurs ont démissionné ou ont été révoqués sans être remplacés 101. Ce motif de dissolution introduit par la réforme de 2001 permet la dissolution rapide des compagnies sans administrateurs Publication. Avant de procéder à la dissolution, le Directeur doit donner, à chacun des administrateurs, un préavis de 120 jours de sa décision et diffuser un avis de son intention dans une publication accessible au public 103. b) Dissolution forcée par le tribunal 48. Notion de personne intéressée. En vertu de l article 213(1) LCSA, la dissolution peut être demandée au tribunal par le Directeur ou tout intéressé. Constitue une personne «intéressée», une personne ayant un intérêt économique légitime tels les administrateurs, officiers, actionnaires, liquidateurs, créanciers ou employés de la compagnie Art. 212(1)(a)(i) et (ii) LCSA. 98 Canada Corporations Law Reporter, vol. 1, North York, CCH Canadian Limited, 2003 au titre «Involontary liquidation and dissolution», no Art. 212(1)(a)(iii) LCSA Voir par exemple pour un cas de dissolution pour non-production des rapports annuels, Dinasaurium Productions inc. c. Montréal (Ville), [2000] J.Q. nº Art. 212(3.1) LCSA. En vertu de l art. 262(2)(b) LCSA, le Directeur peut également choisir de ne pas délivrer de certificat de constitution lorsque les droits correspondants n ont pas été payés. 101 Art. 212(1)(a) LCSA. 102 Canada Corporations Law Reporter, vol. 1, North York, CCH Canadian Limited, 2003 au titre «Involontary liquidation and dissolution», no Art. 212(2) LCSA. 104 Canada Corporations Law Reporter, vol. 1, North York, CCH Canadian Limited, 2003 au titre «Revival», no

18 Motifs de dissolution. Le Directeur ou toute personne intéressée peut présenter au tribunal une demande de dissolution de la compagnie lorsque : a) la compagnie a omis de tenir une assemblée annuelle pendant deux ans consécutifs 105 ; b) la compagnie a exercé des pouvoirs ou des activités commerciales en violation de ses statuts 106 ; c) la compagnie a obtenu un certificat sur présentation de faits erronés 107 ; ou d) la compagnie n a pas respecté les dispositions de la LCSA relatives à la préparation, à la conservation et à la communication des documents et des informations concernant la compagnie Avis au Directeur. Lorsque la demande est faite par une autre personne que le Directeur, le demandeur en donne avis au Directeur Ordonnance de dissolution. Le tribunal rend toute ordonnance qu il estime pertinente 110. Il peut ainsi prononcer la dissolution de la compagnie ou en prescrire la dissolution ou la liquidation sous sa surveillance, notamment lorsque la compagnie a des biens et des dettes. 52. Certificat de dissolution. La compagnie cesse d exister à la date mentionnée sur le certificat de dissolution Effets de la dissolution forcée. Les effets de la dissolution forcée sont les mêmes que ceux traités pour la dissolution volontaire Art. 213(1)(a) LCSA. 106 Art. 213(1)(b) et 16(2) LCSA. 107 Art. 213(1)(c) LCSA. 108 Pour les livres de la compagnie et la liste des actionnaires, voir les articles 21 et 213(1)(b) LCSA; pour les états financiers et les renseignements d ordre financier, voir les art. 157, 159(1), 213(1)(b). 109 Art. 213(3) LCSA. 110 Art. 212(3) LCSA. 111 Art. 213(5) LCSA. 112 Voir notamment les articles 212 et 226 LCSA.

19 c) Reconstitution d une compagnie dissoute 54. Personnes fondées à demander la reconstitution de la compagnie. Quand une compagnie a été dissoute en vertu de la partie XVIII de la LCSA, donc soit par dissolution volontaire ou forcée, tout intéressé peut demander au Directeur de procéder à sa reconstitution 113. Notons que ce régime «général» de reconstitution au fédéral n a pas de pendant québécois 114. Selon l article 209(6) LCSA, les personnes intéressées sont notamment les actionnaires, les administrateurs, les dirigeants, les employés et les créanciers, toute personne ayant un lien contractuel avec la compagnie, toute personne qui deviendrait actionnaire, administrateur, dirigeant, employé ou créancier de la compagnie si elle était reconstituée et le syndic de faillite de la compagnie 115. L intéressé envoie les clauses de reconstitution au Directeur, avec les droits exigibles de 200 $ Absence de limitation de temps. La LCSA ne prévoit pas de limite au-delà de laquelle une personne intéressée ne pourrait pas demander la reconstitution de la compagnie. En Ontario, les récentes modifications du Business Corporations Act, entrées en vigueur en 2007, prévoient que la demande de reconstitution doit être présentée dans les vingt ans de la date de la dissolution de la compagnie Compagnies insolvables. La demande de reconstitution peut concerner une compagnie insolvable depuis la réforme de Ainsi, le Directeur peut également procéder à la reconstitution d une compagnie insolvable sur demande du syndic, celuici faisant partie des «intéressés» autorisés à procéder à une telle demande 119. À notre connaissance, les tribunaux n ont pas encore statué sur une telle demande. 113 Une compagnie ayant été dissoute en vertu de l art. 268 de LCSA pour défaut de prorogation avant le 15 décembre 1980 peut également faire l objet d une procédure de reconstitution. 114 Au Québec, on peut juste faire «revivre» une compagnie qui a été radiée d office : art. 50, LPL. 115 Paul Martel, La réforme de la Loi canadienne sur les sociétés par actions, 2001, Fasken Martineau, à la p. 77. [non publié]. Voir par exemple Interpar Investments Ltd. c. Magnan, [2003] J.Q. nº1991 au para. 22 (C.S. Qué.). 116 Art. 209(2) LCSA. Voir Industrie Canada, Formulaire 15, Clauses de reconstitution, en ligne : Industrie Canada < 02_F.pdf/$FILE/Form15_ _F.pdf >. 117 Art. 241(5.1) Ontario Business Corporations Act, R.S.O. 1990, c. B Loi modifiant la Loi canadienne sur les Sociétés par actions et la Loi canadienne sur les coopératives ainsi que d'autres lois en conséquence, (Projet de loi S-11), L.C. 2001, ch Art. 209(6)(d) LCSA. Voir aussi : Wayne Gray, Guide to CBCA Reform : Analysis and Precedents, Carswell, 2002, à la p. 61.

20 Statuts de la compagnie reconstituée. Les statuts de la compagnie reconstituée doivent être les mêmes qu au moment de sa dissolution. Si des changements ont été apportés aux renseignements figurant dans les statuts de la compagnie, la compagnie dépose un formulaire de modification des statuts une fois que le certificat de reconstitution a été délivré. 58. Administrateurs. En raison de la rétroactivité de la reconstitution de la compagnie, les administrateurs de la compagnie reconstituée sont indiqués dans les dossiers publics à la date de la dissolution de la compagnie. Il n est pas nécessaire de déposer de formulaire indiquant les changements concernant les administrateurs 120. Lorsque des changements ont été apportés au conseil d administration de la compagnie reconstituée, il est nécessaire de déposer un formulaire de changement concernant les administrateurs avec la demande de reconstitution. Ainsi, si un administrateur de la compagnie dissoute est décédé, en faillite ou interdit depuis la dissolution mais avant la reconstitution, une nouvelle liste des administrateurs doit être adressée au Directeur Rapports annuels. Le Directeur peut exiger que la compagnie remplisse certaines conditions préalablement à sa reconstitution 122. Il peut notamment demander le dépôt des rapports annuels ou d autres documents dont le défaut de production avait entrainé la dissolution de la compagnie 123. En pratique, le Directeur exige que soient déposés les rapports annuels des deux années précédant la reconstitution en même temps que la demande de reconstitution Certificat de reconstitution. Sur réception des clauses de reconstitution, le Directeur délivre le certificat de reconstitution si la compagnie a rempli les conditions préalables qu il estime raisonnables et s il n y a aucun motif valable de refuser de la reconstituer Voir Industrie Canada, Formulaire 6, Changements concernant les administrateurs, en ligne : Industrie Canada < >. 121 Voir Industrie Canada, Formulaire 6, Changements concernant les administrateurs, en ligne : Industrie Canada < >. 122 Art. 209(3)(a) LCSA. 123 Paul Martel, La compagnie au Québec, vol. I, Montréal : Wilson & Lafleur, 2009, n à la p Industrie Canada, La loi canadienne sur les sociétés par actions : Politique de reconstitution (Énoncé de politique), 2007, en ligne : Industrie Canada < >. 125 Art. 209(3) LCSA.

Dissolution d un organisme sans but lucratif

Dissolution d un organisme sans but lucratif Dissolution d un organisme sans but lucratif En théorie, nous savons que nos organisations ne peuvent et ne devraient vivre éternellement. Mais dans la pratique, nous avons tendance à présumer que l objectif

Plus en détail

AVANT-PROJET DE RÈGLEMENT PORTANT SUR L INSCRIPTION ET COMMENTAIRES

AVANT-PROJET DE RÈGLEMENT PORTANT SUR L INSCRIPTION ET COMMENTAIRES PORTANT SUR L INSCRIPTION ET COMMENTAIRES PARTIE I INTERPRÉTATION 1. (1) Sauf indication contraire, les mots et expressions utilisés dans le présent règlement ont le sens qui leur est donné dans la Loi

Plus en détail

FAILLITE ET RESTRUCTURATION

FAILLITE ET RESTRUCTURATION 139 FAILLITE ET RESTRUCTURATION Selon la législation constitutionnelle canadienne, le gouvernement fédéral exerce un contrôle législatif exclusif sur les faillites et l insolvabilité. Au Canada, les procédures

Plus en détail

FAILLITE ET RESTRUCTURATION

FAILLITE ET RESTRUCTURATION Loi sur la faillite et l insolvabilité (LFI) 177 Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies (LACC) 181 Par James Gage Faillite et restructuration 177 Selon la législation constitutionnelle

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF L.S.A.Q. / L.C.S.A.

TABLEAU COMPARATIF L.S.A.Q. / L.C.S.A. TABLEAU COMPARATIF. / L.C.S.A. TABLE DES MATIÈRES PAGE 1.00 CONSTITUTION...6 1.01 Qualités des fondateurs... 6 1.02 Formalités... 6 1.03 Contenu des statuts... 8 1.04 Modification des statuts... 9 1.05

Plus en détail

Liquidation des compagnies, Loi sur la, L.R.Q. c - L-4

Liquidation des compagnies, Loi sur la, L.R.Q. c - L-4 Liquidation des compagnies, Loi sur la, L.R.Q. c - L-4 Dernière mis à jour: avril 2007 L.R.Q., chapitre L-4 Loi sur la liquidation des compagnies SECTION I DU MODE DE LIQUIDATION VOLONTAIRE Liquidation

Plus en détail

ont établi, ainsi qu il suit, les statuts d une société par actions simplifiée devant exister entre eux.

ont établi, ainsi qu il suit, les statuts d une société par actions simplifiée devant exister entre eux. Statuts d une SAS [Avertissement : Les présents statuts sont proposés par les auteurs. Ils n ont qu un caractère indicatif. En aucun cas, il ne s agit de statuts types. Les personnes désirant rédiger les

Plus en détail

BUREAU DES RÉGISSEURS Régie du bâtiment du Québec

BUREAU DES RÉGISSEURS Régie du bâtiment du Québec BUREAU DES RÉGISSEURS Régie du bâtiment du Québec No du dossier : 5698-9585 No du rôle : 28.d-C-15 Licence RBQ : 5698-9585-01 Date : 14 septembre 2015 DEVANT : M e Claude Gilbert, régisseur RÉGIE DU BÂTIMENT

Plus en détail

Articles de la loi suisse sur les associations

Articles de la loi suisse sur les associations Articles de la loi suisse sur les associations Vous trouverez ci-dessous les articles 60 à 79 du code civil cuisse, référent à la forme juridique des associations. Pour alléger la lecture, les observations

Plus en détail

I. Raison sociale But Durée Siège

I. Raison sociale But Durée Siège VAUDOISE ASSURANCES HOLDING SA Statuts I. Raison sociale But Durée Siège Art. 1 Art. 2 Art. 3 VAUDOISE ASSURANCES HOLDING SA VAUDOISE VERSICHERUNGEN HOLDING AG VAUDOISE ASSICURAZIONI HOLDING SA VAUDOISE

Plus en détail

SECTION 1 : ADMINISTRATION

SECTION 1 : ADMINISTRATION Un règlement traitant de manière générale de l exécution et de la gestion des affaires du Council of Atlantic University Libraries - Conseil des bibliothèques universitaires de l Atlantique (la «société»)

Plus en détail

Les rapports entre la personne morale et les membres sont de nature contractuelle :

Les rapports entre la personne morale et les membres sont de nature contractuelle : Aux membres du CRIPHASE Bonjour, Depuis quelques temps plusieurs personnes se posent des questions sur les pouvoirs, les rôles et les responsabilités des membres et des administrateurs du CRIPHASE, et

Plus en détail

Règlement administratif

Règlement administratif Règlement administratif La Société des obstétriciens et gynécologues du Canada 780, promenade Echo, Ottawa (Ontario) K1S 5R7 Tél. : 613-730-4192 ou 1 800 561-2416 Téléc. : 613-730-4314 www.sogc.org RÈGLEMENT

Plus en détail

Ma transaction a des conséquences fiscales défavorables : comment y remédier?

Ma transaction a des conséquences fiscales défavorables : comment y remédier? Ma transaction a des conséquences fiscales défavorables : comment y remédier? Conférenciers : Me François Barette et Me Serge Gloutnay Date : mercredi, le 8 juin 2011 7 h 30 à 8 h Petit-déjeuner réseautage

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES Volume I TABLES LOI SUR LA FAILLITE ET L INSOLVABILITÉ (PARTIES I À V) NOTIONS GÉNÉRALES

TABLE DES MATIÈRES Volume I TABLES LOI SUR LA FAILLITE ET L INSOLVABILITÉ (PARTIES I À V) NOTIONS GÉNÉRALES Volume I Introduction................................................................... iii Remerciements................................................................ v TABLES Table de la jurisprudence........................................................

Plus en détail

Article 6 Article 7 Article 8

Article 6 Article 7 Article 8 Loi n 98-4 du 2 février 1998, relative aux sociétés de recouvrement des créances telle que modifiée par les textes subséquents et notamment la loi n 2003-42 du 9 juin 2003. Article premier- La présente

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 37080 FRA Québec, le : 11 juin 2015 Membre : Sophie Raymond, commissaire Commission de l équité salariale et Toiture bon prix Abitibi inc. Partie mise en

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR L EXERCICE DE LA PROFESSION DE TRADUCTEUR, TERMINOLOGUE OU INTERPRÈTE AGRÉÉ EN SOCIÉTÉ

RÈGLEMENT SUR L EXERCICE DE LA PROFESSION DE TRADUCTEUR, TERMINOLOGUE OU INTERPRÈTE AGRÉÉ EN SOCIÉTÉ RÈGLEMENT SUR L EXERCICE DE LA PROFESSION DE TRADUCTEUR, TERMINOLOGUE OU INTERPRÈTE AGRÉÉ EN SOCIÉTÉ Code des professions (L.R.Q., c. C-26, a. 93 par. g et h et a. 94 par. p) SECTION I DISPOSITIONS GÉNÉRALES

Plus en détail

Statuts de la Société suisse de crédit hôtelier (SCH)

Statuts de la Société suisse de crédit hôtelier (SCH) Statuts de la Société suisse de crédit hôtelier (SCH) (statuts de la SCH) du xx juin 2015 L assemblée générale de la SCH (société), vu l art. 12, al. 1, de la loi fédérale du 20 juin 2003 sur l encouragement

Plus en détail

MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOINS DE LONGUE DURÉE PROGRAMME DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE SCOLARITÉ DES INFIRMIÈRES ENTENTE DE SERVICES EN RETOUR

MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOINS DE LONGUE DURÉE PROGRAMME DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE SCOLARITÉ DES INFIRMIÈRES ENTENTE DE SERVICES EN RETOUR MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOINS DE LONGUE DURÉE PROGRAMME DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE SCOLARITÉ DES INFIRMIÈRES ENTENTE DE SERVICES EN RETOUR AVEC LA COURONNE DU CHEF DE LA PROVINCE D ONTARIO, REPRÉSENTÉE

Plus en détail

BONNE FOI : LOUIS-FRÉDÉRICK CÔTÉ, LL.M. (L.S.E.) MENDELSOHN TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 233 1. CONTEXTE LÉGISLATIF... 233

BONNE FOI : LOUIS-FRÉDÉRICK CÔTÉ, LL.M. (L.S.E.) MENDELSOHN TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 233 1. CONTEXTE LÉGISLATIF... 233 CHRONIQUE TPS/TVQ 231 BONNE FOI : CRÉDITS ET REMBOURSEMENTS DE TAXE SUR INTRANTS LOUIS-FRÉDÉRICK CÔTÉ, LL.M. (L.S.E.) MENDELSOHN TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 233 1. CONTEXTE LÉGISLATIF... 233 2.

Plus en détail

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION 1. CHAMP D'APPLICATION Cette directive traite du paiement d intérêts par la Société de l assurance automobile du Québec (la Société). 2. CADRE LÉGAL ET RÉGLEMENTAIRE Cette directive découle de la Loi sur

Plus en détail

Projet de loi n o 34 (2015, chapitre 7)

Projet de loi n o 34 (2015, chapitre 7) PREMIÈrE SESSION QUARANTE ET UNièmE LéGISLATURE Projet de loi n o 34 (2015, chapitre 7) Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite relativement au financement et à la restructuration

Plus en détail

Les formes d organisation de l entreprise au Canada

Les formes d organisation de l entreprise au Canada Les formes d organisation de l entreprise au Canada Plusieurs formes d organisation de l entreprise peuvent être mises à contribution pour gérer une entreprise au Canada, chacune comportant ses propres

Plus en détail

1.4 Inciter les contribuables à acquitter leurs comptes, selon l échéance.

1.4 Inciter les contribuables à acquitter leurs comptes, selon l échéance. POLITIQUE RELATIVE À LA PERCEPTION DES CRÉANCES Unité administrative : Ressources financières 1. LES OBJECTIFS DE LA POLITIQUE 1.1 Mettre en place des mécanismes qui permettent à la Commission scolaire

Plus en détail

La dissolution d une asbl

La dissolution d une asbl FICHE PRATI QUE La dissolution d une asbl La dissolution d une association sans but lucratif est un acte qui a pour but de mettre juridiquement fin à son existence. Pouvant résulter d une action volontaire

Plus en détail

LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES

LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES Objectif: Examiner la réglementation des rapports entre le client et le banquier à travers l étude des contrats bancaires. LES CONTRATS BANCAIRES : La banque, comme

Plus en détail

Bulletin des Services Financiers

Bulletin des Services Financiers novembre 2015 Bulletin des Services Financiers La Cour suprême du Canada a confirmé aujourd hui la prépondérance de la Loi sur la faillite et l insolvabilité sur les régimes de refus d immatriculation

Plus en détail

ARQ RBQ. Comment s y retrouver? Attestation de revenu Québec. La licence restreinte. Le Registre des entreprises non-admissibles RENA

ARQ RBQ. Comment s y retrouver? Attestation de revenu Québec. La licence restreinte. Le Registre des entreprises non-admissibles RENA ARQ Attestation de revenu Québec La licence restreinte RBQ Le Registre des entreprises non-admissibles RENA Comment s y retrouver? Version juillet 2012 1 Les attestations fiscales de revenu Québec(ARQ)

Plus en détail

Le non-paiement répété par la société de la dette d impôt en matière de TVA, est, sauf preuve du contraire, présumé résulter d une faute.

Le non-paiement répété par la société de la dette d impôt en matière de TVA, est, sauf preuve du contraire, présumé résulter d une faute. 23. Je suis dirigeant d une société. Existe-t-il des cas dans lesquels je peux être tenu des dettes de ma société vis-à-vis de la TVA ou du précompte professionnel? Cette situation peut effectivement se

Plus en détail

MEMORANDUM RECOUVREMENT D UNE CREANCE EN SUISSE (27-3-2007)

MEMORANDUM RECOUVREMENT D UNE CREANCE EN SUISSE (27-3-2007) MEMORANDUM RECOUVREMENT D UNE CREANCE EN SUISSE (27-3-2007) Recommandation préalable: il est recommandé de faire signer le mandat de traduction par le donneur d ouvrage. Le mandat doit fixer les modalités

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR De l Orchestre Universitaire de Lille

REGLEMENT INTERIEUR De l Orchestre Universitaire de Lille REGLEMENT INTERIEUR De l Orchestre Universitaire de Lille Conformément à l article 14 de ses statuts, le «Orchestre Universitaire de Lille» arrête son Règlement Intérieur d association. ARTICLE 14 - Règlement

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION CHARTE CORPORATIVE Date de publication 2005-11-17 Date de révision 2014-06-10 Émise et approuvée par Conseil d administration de Uni-Sélect inc. CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

Plus en détail

SUR LA PROPOSITION DE, IL EST RÉSOLU :

SUR LA PROPOSITION DE, IL EST RÉSOLU : EXTRAIT du procès-verbal d une séance ordinaire du Conseil d administration du CENTRE DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX DE BORDEAUX-CARTIERVILLE-SAINT-LAURENT tenue à le à compter de heures et à laquelle

Plus en détail

Statuts. de la Chambre de commerce, d industrie et des services de Genève

Statuts. de la Chambre de commerce, d industrie et des services de Genève Statuts de la Chambre de commerce, d industrie et des services de Genève Avril 2010 1 I. DÉNOMINATION, SIÈGE, BUT Article 1 er : Dénomination Il est constitué, sous la dénomination «Chambre de commerce,

Plus en détail

Les affaires et le droit

Les affaires et le droit Les affaires et le droit Chapitre 20 Le cautionnement Me Micheline Montreuil 1 1 Contenu Le cautionnement Le cautionnement conventionnel Le cautionnement légal Le cautionnement judiciaire Le cautionnement

Plus en détail

RÉGIME GÉNÉRAL D ÉPARGNE ET D ACHAT DE TITRES DE LA BANQUE ROYALE DU CANADA

RÉGIME GÉNÉRAL D ÉPARGNE ET D ACHAT DE TITRES DE LA BANQUE ROYALE DU CANADA RÉGIME GÉNÉRAL D ÉPARGNE ET D ACHAT DE TITRES DE LA BANQUE ROYALE DU CANADA 1. Définitions Pour les fins du présent régime, les termes énumérés ci-dessous ont le sens suivant : «actions ordinaires» désigne

Plus en détail

Règlement sur la transformation de sociétés mutuelles (assurancevie),

Règlement sur la transformation de sociétés mutuelles (assurancevie), Règlement sur la transformation de sociétés mutuelles (assurancevie), pris par le gouverneur en conseil par le décret C.P. 1999-422, enregistré DORS/99-128 et publié dans la Gazette du Canada, Partie II,

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE

CHARTE DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE CHARTE CORPORATIVE Date de publication 2005-11-17 Date de révision 2014-06-10 Émise et approuvée par Conseil d administration de Uni-Sélect inc. CHARTE DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE PARTIE I. STRUCTURE

Plus en détail

GUIDE SUR L UTILISATION DES VÉHICULES DE GARANTIE

GUIDE SUR L UTILISATION DES VÉHICULES DE GARANTIE PROJET GUIDE SUR L UTILISATION DES VÉHICULES DE GARANTIE Juillet 2013 Guide sur l utilisation des véhicules de garantie Autorité de marchés financiers Page 1 Juillet 2013 Introduction Ce guide présente

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION ALLIANCE SEP GENÈVE-RÉGION

STATUTS DE L ASSOCIATION ALLIANCE SEP GENÈVE-RÉGION STATUTS DE L ASSOCIATION ALLIANCE SEP GENÈVE-RÉGION I. DISPOSITIONS GENERALES ART. 1 NOM ET SIÈGE Sous le nom «ALLIANCE SEP» une association est constituée à but non lucratif régie par les présents statuts

Plus en détail

L organisme sans but lucratif. Pouvoirs, rôles et responsabilités des administrateurs

L organisme sans but lucratif. Pouvoirs, rôles et responsabilités des administrateurs L organisme sans but lucratif Pouvoirs, rôles et responsabilités des administrateurs Une personne morale Distinctions Incorporée Au sens du code civil du Québec Obligations de l organisme Posséder un patrimoine

Plus en détail

Document de travail. Business Corporations Act Securities Transfer Act

Document de travail. Business Corporations Act Securities Transfer Act Document de travail Business Corporations Act Securities Transfer Act 1.0 Introduction La Division de la consommation, du travail et des services financiers du ministère de l Environnement, du Travail

Plus en détail

Ordre des CPA du Québec TABLE DES MATIÈRES GÉNÉRALE RÉFÉRENTIEL ASPECTS LÉGAUX DES AFFAIRES INTRODUCTION

Ordre des CPA du Québec TABLE DES MATIÈRES GÉNÉRALE RÉFÉRENTIEL ASPECTS LÉGAUX DES AFFAIRES INTRODUCTION GÉNÉRALE INTRODUCTION MODULE 1 Les modes juridiques d exploitation d une entreprise MODULE 2 La constitution et l organisation d une société par actions MODULE 3 Les affaires internes de la société MODULE

Plus en détail

FEDERATION EUROPEENNE DE FINANCES ET BANQUES ETHIQUES et ALTERNATIVES STATUTS

FEDERATION EUROPEENNE DE FINANCES ET BANQUES ETHIQUES et ALTERNATIVES STATUTS FEDERATION EUROPEENNE DE FINANCES ET BANQUES ETHIQUES et ALTERNATIVES Association Internationale Sans But Lucratif STATUTS Approuvé par l Assemblée Générale du 16/06/2015 Dénomination, but et objectif

Plus en détail

AUTORITÉ CANADIENNE POUR LES ENREGISTREMENTS INTERNET POLITIQUE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS RELATIFS AUX NOMS DE DOMAINE PLAINTE

AUTORITÉ CANADIENNE POUR LES ENREGISTREMENTS INTERNET POLITIQUE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS RELATIFS AUX NOMS DE DOMAINE PLAINTE AUTORITÉ CANADIENNE POUR LES ENREGISTREMENTS INTERNET POLITIQUE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS RELATIFS AUX NOMS DE DOMAINE PLAINTE Différend numéro: 03-0303 Nom de domaine: Plaignant: Titulaire: Membre unique

Plus en détail

Propriété réputée des actions d une société par les fiduciaires et les bénéficiaires d une fiducie

Propriété réputée des actions d une société par les fiduciaires et les bénéficiaires d une fiducie Dossier Propriété réputée des actions d une société par les fiduciaires et les bénéficiaires d une fiducie Alexandra Fortin, avocate, LL.M. fisc. L utilisation des fiducies comporte plusieurs avantages

Plus en détail

L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 15 avril 2015 1 arrête:

L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 15 avril 2015 1 arrête: (Droit du registre du commerce) Projet Modification du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 15 avril 2015 1 arrête: I 1. Le titre trentième du code des obligations

Plus en détail

La Société Anonyme (SA)

La Société Anonyme (SA) Les différents types de sociétés commerciales reconnus au Maroc Les sociétés de personnes : société en nom collectif société en commandite simple société en participation. Ces sociétés se caractérisent

Plus en détail

952.111 Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les banques étrangères en Suisse

952.111 Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les banques étrangères en Suisse Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les banques étrangères en Suisse (Ordonnance de la FINMA sur les banques étrangères, OBE-FINMA) 1 du 21 octobre 1996 (Etat le

Plus en détail

SOCIÉTÉ DE DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL DE SAINTE-ANNE-DE-BELLEVUE RÈGLEMENTS DE RÉGIE INTERNE

SOCIÉTÉ DE DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL DE SAINTE-ANNE-DE-BELLEVUE RÈGLEMENTS DE RÉGIE INTERNE SOCIÉTÉ DE DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL DE SAINTE-ANNE-DE-BELLEVUE RÈGLEMENTS DE RÉGIE INTERNE TEL QUE DÛMENT ADOPTÉ LE 25 MARS 2015 PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION Page 1 sur 17 S.D.C. DE SAINTE-ANNE-DE-BELLEVUE

Plus en détail

MODÈLE DE CAPITAL-ACTIONS SOCIÉTÉ PAR ACTIONS FÉDÉRALE

MODÈLE DE CAPITAL-ACTIONS SOCIÉTÉ PAR ACTIONS FÉDÉRALE MODÈLE DE CAPITAL-ACTIONS SOCIÉTÉ PAR ACTIONS FÉDÉRALE 1- ACTIONS ORDINAIRES Un nombre illimité d actions ordinaires, sujettes aux droits, privilèges, conditions et restrictions suivants. A- Droit de vote

Plus en détail

LES OBLIGATIONS D UN ADMINISTRATEUR

LES OBLIGATIONS D UN ADMINISTRATEUR LES OBLIGATIONS D UN ADMINISTRATEUR Vs avez incorporé une compagnie vs y songez sérieusement? Plusieurs bonnes raisons vs incitent en effet à exploiter votre entreprise ss une forme incorporée 1. Les compagnies

Plus en détail

Demande d ouverture de compte pour une personne autre qu un consommateur. Identification du requérant. Nom, prénom ou raison sociale du requérant :

Demande d ouverture de compte pour une personne autre qu un consommateur. Identification du requérant. Nom, prénom ou raison sociale du requérant : Demande d ouverture de compte pour une personne autre qu un consommateur Identification du requérant Nom, prénom ou raison sociale du requérant : (ci-après appelé le «requérant») Nom du commerce ou de

Plus en détail

EUTERPE ASSOCIATION POUR LE RAYONNEMENT DE L ORCHESTRE PHILHARMONIQUE DE STRASBOURG STATUTS

EUTERPE ASSOCIATION POUR LE RAYONNEMENT DE L ORCHESTRE PHILHARMONIQUE DE STRASBOURG STATUTS EUTERPE ASSOCIATION POUR LE RAYONNEMENT DE L ORCHESTRE PHILHARMONIQUE DE STRASBOURG STATUTS DISPOSITIONS GENERALES ARTICLE 1 Entre les adhérents aux présents statuts est constituée une association qui

Plus en détail

Comores Décret relatif aux marques

Comores Décret relatif aux marques Comores Décret relatif aux marques Décret n 65-621 du 27 juillet 1965 [NB - Décret n 65-621 du 27 juillet 1965 portant application de la loi du 31 décembre 1964 sur les marques de fabrique, de commerce

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE TITRES REGLEMENT RELATIF A L ORGANISATION DU MARCHE DES CERTIFICATS COOPERATIFS D ASSOCIES (CCA)

CREDIT AGRICOLE TITRES REGLEMENT RELATIF A L ORGANISATION DU MARCHE DES CERTIFICATS COOPERATIFS D ASSOCIES (CCA) CREDIT AGRICOLE TITRES REGLEMENT RELATIF A L ORGANISATION DU MARCHE DES CERTIFICATS COOPERATIFS D ASSOCIES (CCA) Préambule La loi du 13 juillet 1992 a modifié la loi du 10 septembre 1947 portant statut

Plus en détail

ISF-INVEST. - article 1 : Constitution et Dénomination. - article 2 : Objet. - article 3 : Siège social. - article 4 : Durée de l association

ISF-INVEST. - article 1 : Constitution et Dénomination. - article 2 : Objet. - article 3 : Siège social. - article 4 : Durée de l association ISF-INVEST Club STATUTS DE L'ASSOCIATION - article 1 : Constitution et Dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret

Plus en détail

S T A T U T S. 2.2 L Association ne poursuit aucun but lucratif et n exerce aucune activité commerciale.

S T A T U T S. 2.2 L Association ne poursuit aucun but lucratif et n exerce aucune activité commerciale. S T A T U T S Article 1 - Dénomination 1.1 Sous la dénomination "distributeurs d eau romands", il est constitué une association (ci-après l «Association») régie par les présents Statuts et par les Articles

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À LA PERCEPTION DES CRÉANCES Adoptée le 3 juin 2014

POLITIQUE RELATIVE À LA PERCEPTION DES CRÉANCES Adoptée le 3 juin 2014 VERSION OFFICIELLE POLITIQUE RELATIVE À LA PERCEPTION DES CRÉANCES Adoptée le 3 juin 2014 Par la résolution no C-163-06-14 Service des ressources financières www.csp.qc.ca TABLE DES MATIÈRES 1. But de

Plus en détail

Groupe WSP Global Inc. Régime de réinvestissement des dividendes

Groupe WSP Global Inc. Régime de réinvestissement des dividendes Groupe WSP Global Inc. Régime de réinvestissement des dividendes APERÇU Le régime de réinvestissement des dividendes (le «régime») de Groupe WSP Global Inc. (la «Société») offre aux porteurs admissibles

Plus en détail

Décret 362-2008, 16 avril 2008

Décret 362-2008, 16 avril 2008 Editeur officiel du Québec, 2008 1856 GAZETTE OFFICIELLE DU QUÉBEC, 30 avril 2008, 140 e année, n o 18 Partie 2 peut cependant faire parvenir au secrétaire ses observations écrites en tout temps avant

Plus en détail

S T A T U T S DE LA CONFERENCE DES PREPOSES AUX POURSUITES ET FAILLITTES DE LA SUISSE. (fondée le 22 novembre 1925) Version du 24 mai 2013

S T A T U T S DE LA CONFERENCE DES PREPOSES AUX POURSUITES ET FAILLITTES DE LA SUISSE. (fondée le 22 novembre 1925) Version du 24 mai 2013 1 S T A T U T S DE LA CONFERENCE DES PREPOSES AUX POURSUITES ET FAILLITTES DE LA SUISSE (fondée le 22 novembre 1925) Version du 24 mai 2013 2 I. Nom, siège et but Art. 1 Est constituée sous le nom de «Conférence

Plus en détail

Avant-projet de loi. Loi modifiant le Code civil et d autres dispositions législatives en matière d adoption et d autorité parentale

Avant-projet de loi. Loi modifiant le Code civil et d autres dispositions législatives en matière d adoption et d autorité parentale PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Avant-projet de loi Loi modifiant le Code civil et d autres dispositions législatives en matière d adoption et d autorité parentale Déposé par Madame Kathleen

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LA PROCÉDURE DE CONCILIATION ET D'ARBITRAGE DES COMPTES DES SEXOLOGUES

RÈGLEMENT SUR LA PROCÉDURE DE CONCILIATION ET D'ARBITRAGE DES COMPTES DES SEXOLOGUES RÈGLEMENT SUR LA PROCÉDURE DE CONCILIATION ET D'ARBITRAGE DES COMPTES DES SEXOLOGUES NOTE IMPORTANTE Conformément à l alinéa 1 de l article 12 des Lettres patentes constituant l Ordre professionnel des

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 36455 FRA Québec, le : 17 février 2015 Membre : Sophie Raymond, commissaire Commission de l équité salariale et 9061 1674 Québec inc. (connue sous le nom

Plus en détail

LES SUCCESSIONS VACANTES

LES SUCCESSIONS VACANTES Avec la collaboration des Instituts du C.S.N LES SUCCESSIONS VACANTES Textes Loi du 23 juin 2006 Articles 809 à 810-12 du Code civil Articles 1342 à 1353 du Code de procédure civile SOMMAIRE 1. L OUVERTURE

Plus en détail

CAUTIONNEMENT ET SUBORDINATION DE CRÉANCES. (Prêts aux particuliers)

CAUTIONNEMENT ET SUBORDINATION DE CRÉANCES. (Prêts aux particuliers) CAUTIONNEMENT ET SUBORDINATION DE CRÉANCES DEST. : BANQUE ROYALE DU CANADA DÉFINITIONS (Prêts aux particuliers) Les mots dont les définitions apparaissent ci-dessous sont utilisés tout au long de ce document.

Plus en détail

STATUTS SOCIETE EN PARTICIPATION

STATUTS SOCIETE EN PARTICIPATION STATUTS SOCIETE EN PARTICIPATION Entre les soussignés : - - M (indiquer identité et adresse) - M (indiquer identité et adresse) Il est établi, ainsi qu il suit, les statuts de la société en participation

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT Décret n o 2015-215 du 25 février 2015 relatif aux conditions et modalités d agrément des groupements

Plus en détail

BUREAU BELGE DES ASSUREURS AUTOMOBILES

BUREAU BELGE DES ASSUREURS AUTOMOBILES AGREMENT DES CORRESPONDANTS REGLEMENT Préambule Conformément à l article 4 du Règlement Général 1 du Conseil des Bureaux qui a pour objet de régir les relations entre les Bureaux nationaux d assurance

Plus en détail

LIBERTE SOCIALE STATUTS LIBERTE SOCIALE

LIBERTE SOCIALE STATUTS LIBERTE SOCIALE LIBERTE SOCIALE STATUTS Article 1 : CONSTITUTION Il est constitué entre les adhérents aux présents statuts, ayant participé à l assemblée constitutive du 12 février 2014, une association régie par la loi

Plus en détail

- et - RAPPORT AU SUJET DE L ADMINISTRATION PRÉLIMINAIRE DU SYNDIC

- et - RAPPORT AU SUJET DE L ADMINISTRATION PRÉLIMINAIRE DU SYNDIC Province de QUÉBEC COUR SUPÉRIEURE District de Montréal «En matière de faillite et d insolvabilité» N o Division : 01-MONTRÉAL N o Cour : 755-11-002875-132 DANS L AFFAIRE DE LA FAILLITE DE : N o Dossier

Plus en détail

Convention réglant les rapports judiciaires en matière civile et commerciale entre la Suisse et la Turquie

Convention réglant les rapports judiciaires en matière civile et commerciale entre la Suisse et la Turquie Texte original Convention réglant les rapports judiciaires en matière civile et commerciale entre la Suisse et la Turquie 0.274.187.631 Conclue le 1 er juin 1933 Approuvée par l Assemblée fédérale le 12

Plus en détail

Fondée le 12 juin 1979 à la demande de Sœur Emmanuelle, l association ne poursuit pas de but politique, confessionnel ou commercial.

Fondée le 12 juin 1979 à la demande de Sœur Emmanuelle, l association ne poursuit pas de but politique, confessionnel ou commercial. STATUTS ASASE ASSOCIATION SUISSE DES AMIS DE SŒUR EMMANUELLE 19, rue du Rhône 1204 Genève T: +41 (0)22 311 20 22 F: + 41 (0)22 310 21 93 info@asase.org www.asase.org VERSION 2011 A. Raison sociale, but,

Plus en détail

CONTRAT. PARTICIPANT, personne morale légalement constituée sous le régime des lois du Canada, ayant un établissement au (Québec),

CONTRAT. PARTICIPANT, personne morale légalement constituée sous le régime des lois du Canada, ayant un établissement au (Québec), CONTRAT ENTRE : PARTICIPANT, personne morale légalement constituée sous le régime des lois du Canada, ayant un établissement au (Québec), ci-après nommée le «Participant», ET : HYDRO-QUÉBEC, personne morale

Plus en détail

Comores. Décret d application de la loi fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis

Comores. Décret d application de la loi fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis Décret d application de la loi fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis Décret n 67-223 du 17 mars 1967 [NB - Décret n 67-223 du 17 mars 1967 portant règlement d administration publique pour

Plus en détail

MOUVEMENT D ÉDUCATION

MOUVEMENT D ÉDUCATION MOUVEMENT D ÉDUCATION ET DE DÉFENSE DES ACTIONNAIRES RÈGLEMENT INTERNE Approuvé lors de l assemblée annuelle et extraordinaire des membres le 29 mai 2005 Modifié lors de l assemblée annuelle et extraordinaire

Plus en détail

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU COMITÉ DE RISQUE ET DE VÉRIFICATION

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU COMITÉ DE RISQUE ET DE VÉRIFICATION CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU COMITÉ DE RISQUE ET DE VÉRIFICATION 1. Généralités Le conseil d administration de la société (le «conseil») a formé un

Plus en détail

Document d information. Règlement sur l exercice de la profession de dentiste en société et modifications au Code de déontologie

Document d information. Règlement sur l exercice de la profession de dentiste en société et modifications au Code de déontologie Document d information Règlement sur l exercice de la profession de dentiste en société et modifications au Code de déontologie Introduction Le présent document énumère les principales conditions et modalités

Plus en détail

Conditions générales de prestations de services

Conditions générales de prestations de services Conditions générales de prestations de services Article 1 Objet Les présentes conditions générales (ci-après les «Conditions Générales») ont pour objet de préciser les modalités d intervention de GEVERS

Plus en détail

Conditions générales pour les prêts chirographaires. Du 20 mars 2014 (état au 21 mars 2014)

Conditions générales pour les prêts chirographaires. Du 20 mars 2014 (état au 21 mars 2014) pour les prêts chirographaires Du 0 mars 04 (état au mars 04) du 0.0.04 (état au.0.04) TABLE DES MATIERES Article Principes généraux Article Décision d octroi ou de refus du prêt Article Documents à signer

Plus en détail

AVIS D ACQUISITION FORCÉE

AVIS D ACQUISITION FORCÉE Le présent document est important et exige votre attention immédiate. Si vous avez des doutes sur la façon d y donner suite, vous devriez consulter votre courtier en valeurs mobilières, votre avocat ou

Plus en détail

Organisme d arbitrage autorisé par la Régie du bâtiment : Centre canadien d arbitrage commercial (CCAC)

Organisme d arbitrage autorisé par la Régie du bâtiment : Centre canadien d arbitrage commercial (CCAC) ARBITRAGE En vertu du Règlement sur le plan de garantie des bâtiments résidentiels neufs (Décret 841-98 du 17 juin 1998, c. B-1.1, r.0.2, Loi sur le bâtiment, Lois refondues du Québec (L.R.Q.), c. B-1.1,

Plus en détail

On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main!

On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main! Finances Achats e-commerce Santé Tourisme Véhicules Shutterstock Immobilier énergie Justice On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main! brochure réalisée

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR L'EXERCICE DE LA PROFESSION MÉDICALE EN SOCIÉTÉ

RÈGLEMENT SUR L'EXERCICE DE LA PROFESSION MÉDICALE EN SOCIÉTÉ RÈGLEMENT SUR L'EXERCICE DE LA PROFESSION MÉDICALE EN SOCIÉTÉ Loi médicale (L.R.Q., c. M-9, a. 3) Code des professions (L.R.Q., c. C-26, a. 93, pars. g et h et 94, par. p) SECTION I OBJET 1. Un médecin

Plus en détail

La réalisation des garanties et les fiducies présumées

La réalisation des garanties et les fiducies présumées La réalisation des garanties et les fiducies présumées Retour à la case départ? Éric Vallières, McMillan S.E.N.C.R.L, s.r.l. Conférence sur le Financement et les sûretés, Institut Canadien Le 31 janvier

Plus en détail

Association PME et Créateurs d Entreprises Arc jurassien. Statuts

Association PME et Créateurs d Entreprises Arc jurassien. Statuts Association PME et Créateurs d Entreprises Arc jurassien Statuts I. Dénomination, siège, objet social, durée ARTICLE 1 - Fondation Avec le parrainage de RET SA, il avait été créé en 1984 une Association

Plus en détail

Projet de loi n o 156

Projet de loi n o 156 PREMIÈRE SESSION TRENTE-SIXIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 156 Loi modifiant la Loi sur la qualité de l environnement et d autres dispositions législatives relativement à la protection et à la réhabilitation

Plus en détail

Elle peut également animer, gérer, administrer et représenter d autres structures de spectacles similaires ou apparentées.

Elle peut également animer, gérer, administrer et représenter d autres structures de spectacles similaires ou apparentées. Association loi 1901- Statuts type avec objet plus large ARTICLE 1 : CONSTITUTION Création Il est fondé, entre les adhérents aux présents statuts, une association régie par la loi du 1er juillet 1901,

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 6453 Québec, le : 10 août 2011 Membres : Marie Rinfret, présidente Sophie Raymond, commissaire Carol Robertson, commissaire Personne salariée et Partie plaignante

Plus en détail

POLITIQUE MINISTÉRIELLE EN MATIÈRE DE RECOUVREMENT

POLITIQUE MINISTÉRIELLE EN MATIÈRE DE RECOUVREMENT POLITIQUE MINISTÉRIELLE EN MATIÈRE DE RECOUVREMENT 1. CONTEXTE Dans un souci d équité et de saine gestion des fonds publics, le ministère de l Emploi et de la Solidarité sociale (MESS) se doit de recouvrer

Plus en détail

Décret 686-2008, 25 juin 2008

Décret 686-2008, 25 juin 2008 3988 GAZETTE OFFICIELLE DU QUÉBEC, 9 juillet 2008, 140 e année, n o 28 Partie 2 Cet avis doit préciser en termes généraux les effets de la continuation ou de la formation, notamment quant à la responsabilité

Plus en détail

RAPPORT DU SYNDIC AUX CRÉANCIERS SUR L ADMINISTRATION PRÉLIMINAIRE

RAPPORT DU SYNDIC AUX CRÉANCIERS SUR L ADMINISTRATION PRÉLIMINAIRE Samson Bélair/Deloitte & Touche Inc. 1, Place Ville Marie Bureau 3000 Montréal QC H3B 4T9 Canada Tél. : 514-393-7115 Téléc. : 514-390-4103 www.deloitte.ca CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE QUÉBEC DIVISION

Plus en détail

UN TOIT A SOI ASBL. N d entreprise 0462.796.601 STATUTS COORDONNES. approuvés par l Assemblée générale extraordinaire du 22 novembre 2007

UN TOIT A SOI ASBL. N d entreprise 0462.796.601 STATUTS COORDONNES. approuvés par l Assemblée générale extraordinaire du 22 novembre 2007 UN TOIT A SOI ASBL N d entreprise 0462.796.601 STATUTS COORDONNES approuvés par l Assemblée générale extraordinaire du 22 novembre 2007 CHAPITRE I - Dénomination et siège Art. 1. L association est dénommée

Plus en détail

DEMANDE DE PREMIER PERMIS SOUS LA LOI SUR LES COMPAGNIES DE PRÊT ET DE FIDUCIE

DEMANDE DE PREMIER PERMIS SOUS LA LOI SUR LES COMPAGNIES DE PRÊT ET DE FIDUCIE Financial and Consumer Services Commission Financial Institutions Division 200-225 King Street Fredericton, NB E3B 1E1 Telephone: (506) 453-2315 Commission des services financiers et des services aux consommateurs

Plus en détail

Règlement des prêts (Adopté par le Conseil d administration par la Résolution 1562, le 14 novembre 2013)

Règlement des prêts (Adopté par le Conseil d administration par la Résolution 1562, le 14 novembre 2013) Règlement des prêts (Adopté par le Conseil d administration par la Résolution 1562, le 14 novembre 2013) Edition mise à jour en novembre 2014 CHAPITRE 1 er Objet du Règlement des prêts ARTICLE 1.1 Objet

Plus en détail

Règlement de l ARMC 31-501 Obligations et dispenses d inscription et sujets connexes

Règlement de l ARMC 31-501 Obligations et dispenses d inscription et sujets connexes Règlement de l ARMC 31-501 Obligations et dispenses d inscription et sujets connexes PARTIE 1 DÉFINITIONS ET INTERPRÉTATION 1. Définitions 2. Interprétation PARTIE 2 OBLIGATIONS D INSCRIPTION 3. Auditeur

Plus en détail

ENTENTE SUR LE PROJET PILOTE DE L EXPERT UNIQUE POUR LE DISTRICT JUDICIAIRE DE LAVAL

ENTENTE SUR LE PROJET PILOTE DE L EXPERT UNIQUE POUR LE DISTRICT JUDICIAIRE DE LAVAL ENTENTE SUR LE PROJET PILOTE DE L EXPERT UNIQUE POUR LE DISTRICT JUDICIAIRE DE LAVAL ENTRE : LE BARREAU DU QUÉBEC, ayant son siège social au 445, boul. Saint-Laurent, Montréal, Québec, H2Y 3T8 (Ici représenté

Plus en détail

Le soussigné(e) 1 : Né(e) le : Demeurant : Déclare déléguer au profit de : Représentée par En qualité de

Le soussigné(e) 1 : Né(e) le : Demeurant : Déclare déléguer au profit de : Représentée par En qualité de DELEGATION DE CREANCE D UN CONTRAT D ASSURANCE VIE RACHETABLE Le soussigné(e) 1 : Né(e) le : Demeurant : Ci-après dénommé «le Délégant», Déclare déléguer au profit de : Représentée par En qualité de Ci-après

Plus en détail