BACHELOR EN ADMINISTRATION DES AFFAIRES DEDICACE. Ce mémoire est dédié : Institut Britannique de Management et de Technologie (IBM-T) 2

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BACHELOR EN ADMINISTRATION DES AFFAIRES DEDICACE. Ce mémoire est dédié : Institut Britannique de Management et de Technologie (IBM-T) 2"

Transcription

1 DEDICACE Ce mémoire est dédié : Institut Britannique de Management et de Technologie (IBM-T) 2

2 à mon Sauveur et Seigneur Jésus-Christ à mon Père et à ma mère pour leur soutien indéfectible à ma Grand-mère qui nous vient de nous quitter à la famille ANON à la famille AYECOUE À tous ceux qui de près où de loin nous ont soutenu. Institut Britannique de Management et de Technologie (IBM-T) 3

3 REMERCIEMENT S Institut Britannique de Management et de Technologie (IBM-T) 4

4 Nous voudrions exprimer toute notre reconnaissance et nos remerciements à tous ceux qui ont contribué de près ou de loin à l élaboration du présent mémoire. Nous pensons notamment : à Monsieur UMBERTO BOTTARI et à tout le personnel de l Entreprise SIBAGEC pour nous avoir donné les moyens de réaliser ce mémoire ; à Monsieur LOGBO DODO FRANCK, notre maître de stage pour sa précieuse participation et le suivi de tout le travail abattu Enfin à Monsieur PETER DJAMAN AMESAN et l ensemble du personnel de l Institut Britannique de Management et de Technologie (IBM-T) pour la qualité de la formation reçue. Que chacun trouve ici la confirmation de nos sincères remerciements. Institut Britannique de Management et de Technologie (IBM-T) 5

5 TABLES DES MATIERES Institut Britannique de Management et de Technologie (IBM-T) 6

6 DEDICACE.. 3 REMERCIEMENTS TABLE DES MATIERES... 7 AVANT-PROPOS INTRODUCTION CHAPITRE 1 : PROBLEMATIQUE Justification du choix du thème et intérêt de l étude Identification et formulation du problème Objectifs de recherche Questions de recherche Hypothèses de recherche CHAPITRE 2 : DEFINITIONS DES CONCEPTS ET PRESENTATION DE L ENTREPRISE Définition des concepts Présentation de L Entreprise Les activités de SIBAGEC Organisation structurelle et système de management Organisation de la Communication Interne à SIBAGEC 31 Institut Britannique de Management et de Technologie (IBM-T) 7

7 CHAPITRE 3 : CONSIDERATIONS D ORDRE METHODOLOGIQUE Description de la Grille d Analyse Etape 1 : Pré enquête Etape 2 : Enquêtes Population d étude Instrument de travail...40 CHAPITRE 4 : PRESENTATION, ANALYSE ET INTERPRETATION DES RESULTATS Les résultats de la pré enquête Les résultats de l enquête par questionnaire L identité des enquêtés Les relations de Communication entre la Direction Générale et les employés Les relations de communication entre les supérieurs hiérarchiques et leurs collaborateurs Les relations de communication entre les employés Les suggestions du personnel pour une meilleure Communication au sein de SIBAGEC Les conclusions de l enquête. RECOMMENDATIONS CONCLUSION 75 ANNEXE...76 BIBLIOGRAPHIE. Institut Britannique de Management et de Technologie (IBM-T) 8

8 AVANT-PROPOS La formation à l Institut Britannique de Management et de Technologie (IBM-T) exige de l étudiant en fin de cycle, l écriture d un mémoire. Aussi, avons-nous décidé au terme des quatre années passées dans cet établissement de porter notre attention sur les problèmes liés au bon fonctionnement de la communication en entreprise. L entreprise SIBAGEC, spécialisée dans la construction en bâtiment et dans le Génie civil a servi ainsi de cadre de recherche. L enquête menée au sein de cette structure nous permettra d observer SIBAGEC dans son fonctionnement, de diagnostiquer les éventuels problèmes de communication qui existent en son sein afin d élaborer une stratégie de communication interne adaptée au besoin du personnel. Ce travail se veut une invitation à la réflexion, un modeste apport dans le domaine de la recherche sur la communication interne. Il est aussi pour nous une occasion de sensibiliser les chefs d entreprises qui trop souvent attachent peu d importance à la communication. Il permettra, nous l espérons, d attirer leur attention sur le fait qu une bonne politique de communication interne participe pour beaucoup à l essor de l entreprise. De même, ce travail pourrait être utile à toutes les personnes qui s intéressent à l audit de la communication interne. Institut Britannique de Management et de Technologie (IBM-T) 9

9 INTRODUCTION Institut Britannique de Management et de Technologie (IBM-T) 10

10 INTRODUCTION La communication est un acte social essentiel à la vie communautaire. Si nous considérons que l entreprise est une communauté de personnes, la communication apparaît nécessaire entre tous les employés et à tous niveaux de responsabilité. Cependant, elle doit fait face à une exigence fondamentale : informer, motiver et faire adhérer les acteurs de l entreprise à un même objectif. Or, cette communication ne peut être mise en œuvre sans heurts ; les rapports interpersonnels aboutissent quelques fois à des conflits qui peuvent mettre en péril la vie de l entreprise si l on n y prend garde. Il est donc indispensable d avoir une bonne maîtrise de la circulation de l information et le fonctionnement de la communication interne Nous nous sommes intéressés au fonctionnement de la communication et de l information dans l entreprise SIBAGEC afin de mieux les apprécier ainsi que leurs effets sur le personnel. Il s agit ici d observer, de comprendre et de faire l état des lieux de la communication interne dans cette entreprise. Ce travail se construit autour de quatre chapitres. La première partie met en relief la problématique de notre recherche ; La seconde partie analyse les concepts essentiels nécessaires à la compréhension de notre étude et présente l entreprise, La troisième précise la méthode utilisée. Enfin, la quatrième analyse et interprète les résultats obtenus, et fait des recommandations à l endroit de l équipe dirigeante. Institut Britannique de Management et de Technologie (IBM-T) 11

11 CHAPITRE 1 : PROBLEMATIQUE Institut Britannique de Management et de Technologie (IBM-T) 12

12 CHAPITRE 1 : PROBLEMATIQUE JUSTIFICATION DU CHOIX DU THEME ET INTERET DE L ETUDE L homme a aujourd hui un formidable besoin de communiquer. Chaque jour, nous constatons des changements dans la vie de chacun à chaque fois que la communication a joué son rôle.qu on le veuille ou non, la communication est devenue nécessité, l entreprise est tenue de s exprimer. Cette expression ne pourra être perçue à l extérieur que si ceux qui y travaillent comprennent ce qu ils font et savent où ils vont. C est là, le but premier de toute politique de communication interne qui est d informer les travailleurs sur leurs tâches et leurs responsabilités dans l œuvre collective afin qu ils adhèrent aux objectifs d ensemble qui leur auront été transmis. En effet, il ne pourra avoir de participation cohérente au sein de l entreprise que si ceux qui y travaillent sont informés sur le rôle important qu ils ont à jouer. C est à la communication interne de les faire adhérer aux valeurs et aux objectifs de l entreprise, de les motiver et de faciliter le travail en commun en donnant à chacun les informations dont il a besoin pour travailler. L on se rend compte qu une communication interne bien organisée réduit les imperfections, impacte positivement sur les prestations des travailleurs et par ricochet sur la production de l entreprise. Si l objectif de toute entreprise est de faire des profits et si la bonne communication conditionne le rendement du personnel, l on ne saurait Institut Britannique de Management et de Technologie (IBM-T) 13

13 comprendre pourquoi la communication est mal exploitée et fonctionne si mal au sein des entreprises. C est avant tout ce paradoxe qui nous motive à entreprendre cette étude sur la communication interne de l entreprise SIBAGEC. Considérons dès à présent l intérêt de notre étude. INTERET DE L ETUDE Intérêt personnel Cette recherche est guidée par deux motivations principales : - Manager des hommes c est communiquer constamment avec ceux-ci. Il s agira pour nous donc d éprouver nos connaissances dans ce domaine et de jauger notre capacité d analyse des questions de la communication ; - cette recherche sera pour nous une occasion de mieux appréhender les réalités socioprofessionnelles de l entreprise et de mieux nous préparer dans l optique d une éventuelle intégration en son sein ; Cette étude a également un intérêt scientifique et social. Intérêt scientifique L enquête de perception de la communication interne est un sujet neuf et très peu de travaux dans ce domaine particulier ont été effectués. En ce sens, l enquête de perception de la communication interne appliquée à une entreprise africaine en général et ivoirienne en particulier permettra aux chercheurs en sciences de la communication de disposer d éléments de base pour une réflexion générale sur la problématique de la communication interne dans le cas d une entreprise africaine ou ivoirienne. Institut Britannique de Management et de Technologie (IBM-T) 14

14 Intérêt social Nul n ignore que l entreprise est le cadre d expression de l employé et donc le lieu où il passe la majeure partie de son temps. Cette recherche aidera sans doute à faire prendre conscience aux chefs d entreprises et à leurs collaborateurs de l importance de la communication au sein de l entreprise en tant que facteur de cohésion sociale IDENTIFICATION ET FORMULATION DU PROBLEME La notion d entreprise est polysémique et peut être abordée sous divers angles. Retenons pour notre étude que l entreprise n est pas seulement un lieu de travail ; elle est aussi une communauté dans laquelle les membres sont unis par des intérêts communs. Pour trouver dans leur tâche quotidienne des raisons de mieux s impliquer dans l entreprise, il leur faut prendre conscience de cette solidarité. Les moyens de communication et d information mis en œuvre dans l entreprise participent à cette prise de conscience. Ainsi, l information et la communication sont appelées à jouer un rôle décisif en vue de favoriser la cohésion entre les agents, de dénouer les conflits interpersonnels et d instaurer un climat favorable au dialogue. En somme, l information et la communication, si elles sont bien menées, permettent d améliorer les performances du personnel et d atteindre les objectifs fixés par l entreprise. Force est de constater malheureusement que très souvent au lieu d être des espaces d échanges et d adhésion à l œuvre collective, les entreprises se transforment en des terrains de conflits récurrents du fait de nombreux problèmes qui se développent en leur sein. L on peut citer entre autres, l absence d esprit de collaboration, l insuffisance de relations interpersonnelles et de Institut Britannique de Management et de Technologie (IBM-T) 15

15 relations interservices, des rivalités érigées en règle d or sous prétexte d émulation. Ces problèmes sont généralement à mettre au compte de la mauvaise circulation de l information ou même d une mauvaise politique de communication au sein de l entreprise. Aujourd hui de nombreuses personnes ont conscience de l importance de la communication dont le double rôle est de servir les salariés et l entreprise. Pourtant dans bon nombre d entre elles, l information et la communication fonctionnent mal. L on peut alors se poser la question de savoir pourquoi les responsables d entreprises ne font-ils pas de la question de l information et de la communication une priorité? Dans nombres de cas, les dirigeants captivés par les problèmes techniques et financiers n agissent dans le domaine de la communication que sous la pression d évènements graves qui mettent en péril la vie de leur entreprise. Et même là encore, une autre difficulté peut apparaître ; En effet lorsqu un conflit né d un problème de communication survient au sein de l entreprise, les dirigeants, au lieu de chercher les raisons profondes qui les ont suscitées, ont trop souvent tendance à les traiter de façon superficielle. Aussi les conflits persistent toujours dans les entreprises et les conséquences d une telle situation peuvent être préjudiciables au rendement des travailleurs et aux résultats de l entreprise. C est en cela que l enquête de perception de la communication interne qui permet d observer, d identifier les problèmes de communication et de proposer des solutions idoines est utile. Notre mémoire veut alors emprunter cette démarche en vue d étudier le fonctionnement de la communication interne dans l entreprise SIBAGEC, d identifier les éventuels problèmes liés au fonctionnement de Institut Britannique de Management et de Technologie (IBM-T) 16

16 l information, du processus de communication qui et enfin proposer d éventuelles solutions OBJECTIFS DE RECHERCHE Objectif général - Poser le diagnostic de la communication interne de l entreprise SIBAGEC. Objectifs spécifiques - Analyser l état de fonctionnement de la communication telle qu elle est menée dans cette entreprise ; - Identifier les éventuels obstacles, dysfonctionnements à la bonne communication interne à SIBAGEC; - Proposer des solutions pour un meilleur fonctionnement de la communication à SIBAGEC. Ces objectifs conduisent à envisager des questions de recherche LES QUESTIONS DE RECHERCHE - Existe t-il une stratégie de la communication interne au sein de l entreprise SIBAGEC? - existe t-il des problèmes liés au fonctionnement de la communication interne? - sous quelles conditions la communication à SIBAGEC peut-elle s avérer efficace? Ces interrogations nous conduisent à dégager des hypothèses. Institut Britannique de Management et de Technologie (IBM-T) 17

17 1.5 - LES HYPOTHESES DE RECHERCHE Hypothèse principale - Il existe au sein de l entreprise SIBAGEC une stratégie de communication formelle et structurée qui intègre l ensemble du personnel aux objectifs de l entreprise. Hypothèse secondaire - les outils de communication utilisés à SIBAGEC sont adéquats car ils permettent aux agents d accéder rapidement aux informations. Institut Britannique de Management et de Technologie (IBM-T) 18

18 CHAPITRE 2 : DEFINITIONS DES CONCEPTS ET PRESENTATION DE L ENTREPRISE Institut Britannique de Management et de Technologie (IBM-T) 19

19 CHAPITRE 2 : DEFINITIONS DES CONCEPTS ET PRESENTATION DE L ENTREPRISE 2.1-DEFINITIONS DES CONCEPTS Communication, La communication interne, La perception de la communication interne et l entreprise telles sont les notions que nous éclaircirons dans ce chapitre. LA COMMUNICATION INTERNE Avant d aborder la question de la communication interne, intéressonsnous d abord au concept " Communication ". La notion de communication est l objet de plusieurs sens aussi bien dans le langage ordinaire que dans de nombreuses disciplines. A l origine, l étymologie latine «communicare» renvoie selon JACQUES GESTLE 1 à deux notions principales : partager et transmettre. Cette vision de l auteur prend en compte l échange, la transmission qui intègre les écrits, les paroles et les paras langages. Le Dictionnaire FRANÇAIS LAROUSSE 2 avance que le terme communiquer c est à dire «être en relation avec» est apparu au 14 ème siècle et signifiait à cette époque «participer à». Au fur et à mesure de son évolution il a été investi de significations nouvelles. Par exemple dans le domaine des moyens de communication, l on fait allusion au train, à la route, au cinéma, à la presse, à la radio, à la télévision Pour FRANÇOIS GONDRAND 3 la communication suppose le dialogue, l échange d information, l adhésion, la modification du comportement des interlocuteurs. Cette approche de la communication est partagée par de 1 1 JACQUES GESTLE, (1992), La Communication Politique, Paris, PUF, Que sais-je n 2652, p DICTIONNAIRE FRANÇAIS LAROUSSE, (1990), édition originale. 3 FRANÇOIS GONDRAND, (1978), L information dans L entreprise : pourquoi et comment? Les éditions organisations, p Institut Britannique de Management et de Technologie (IBM-T) 20

20 nombreux auteurs à l image de JEAN MARIE PERETTI qui définit la communication comme «un processus reposant sur des interactions individuelles à l intérieur desquelles il y a transmission d un message ou d une réponse de la part d une personne face à un groupe particulier de personnes» 4. CARL HOVLAND 5 ne semble pas dire autre chose quand il conçoit la communication comme étant le processus par lequel un individu, le communicateur, transmet des stimuli en vue de modifier le comportement d autrui qui, lui, est le récepteur. Devant l abondance de définition du concept communication, nous retiendrons qu elle est une relation interhumaine, faite d actions et de réactions d individus conscients, par laquelle deux ou plusieurs personnes peuvent se comprendre. Il reste que la communication est un processus fondamental pour toute activité humaine ; c est le cas par exemple du travail en entreprise où elle est l affaire de toutes les ressources humaines. Au niveau de l entreprise, l on distingue la communication interne de la communication externe. Pour les besoins de notre recherche, intéressonsnous uniquement à la communication interne. Pour L. DEMONT, A KEMF, M. RAPIDEL et C. SCIBETTA, la communication interne se définit comme «l ensemble des actions de la communication menées au sein de l entreprise entre les membres du personnel» 6. A cet effet, soulignent NICOLE d ALMEIDA et THIERRY LIBAERT, elle «met en commun les informations stratégiques, culturelles, fonctionnelles et opérationnelles afin de renforcer l efficacité de l organisation» 7. Cela fait dire à SEKIOU, FABI, CHAVALIER, BLONDIU et B. DES HORTS que ce qui compte, «c est d être convaincu que la bonne 54 JEAN MARIE PERETTI (Avril 1998), Ressources Humaines et Gestion du personnel, Collection Educapol Gestion, p JUDITH LAZAR, (Mai 1993), la Science de la Communication, Paris, PUF, Que sais-je n Institut Britannique de Management et de Technologie (IBM-T) 21

21 communication interne a une incidence positive et incalculable sur la productivité». 8 Pour ces auteurs, si la communication interne est véritablement ouverte à différents niveaux de l organisation de l entreprise et que son fonctionnement n est pas biaisé, il y aura de réels liens de collaboration qui vont s établir entre les différents membres du personnel. La communication est donc nécessaire entre tous les employés et à tous les niveaux hiérarchiques. C est en cela qu elle s impose comme le pivot des relations sociales et professionnelles au sein de l entreprise. La pratique de la communication interne est utile pour faire connaître les objectifs, les projets, les activités, les stratégies et les procédures de fonctionnement de l entreprise. C est à juste titre que, FRANÇOIS GONDRAND la définit comme étant «l ensemble des moyens de communications et d informations mis en œuvre pour la coordination des activités de l entreprise et pour atteindre les objectifs visés» 9. D une manière générale plusieurs objectifs sont assignés à la communication interne. Pour mieux les appréhender, L. DEMONT et al 10 les matérialisent autour de cinq (5) objectifs généraux. D abord pour eux, la communication interne permet d informer chaque salarié sur sa tâche et sur l organisation de l entreprise. Ensuite, ils affirment qu elle favorise une bonne circulation de l information entre les membres du personnel de l entreprise en vue d une meilleure coordination. De même, ils soutiennent que la communication interne a aussi pour objectif de créer un groupe fort, soudé, solidaire, cohérent et efficace qui partage les mêmes valeurs et qui adhère aux mêmes objectifs. Enfin, ils mettent l accent sur la communication interne comme moyen pour modifier le comportement du personnel et l impliquer dans le cadre de son activité quotidienne. Institut Britannique de Management et de Technologie (IBM-T) 22

22 Ainsi, pour L. DEMONT et al, la communication interne permet de sensibiliser le personnel face aux enjeux de l entreprise, de répondre aux besoins d information des salariés, d aider la hiérarchie à faire descendre et remonter l information. 6 L. DEMONT, A. KEMF, M. RAPIDEL, C. SCIBETTA, (1976), Communication des entreprises, édition Nathan, p N. D ALMEIDA, T. LIBAERT, (2000), La communication interne de l entreprise, Dunod, P SEKIOU, FABI, CHEVALIER, BLONDIU, B. DES HORTS, (1998), Gestion des Ressources Humaines, les éditions ling, p 515 Institut Britannique de Management et de Technologie (IBM-T) 23

23 SEKIOU et al pour leur part perçoivent deux objectifs assignés à la communication interne : «la qualité de la vie au travail et les progrès de l organisation» 11. En effet, ils affirment que la communication cherche à favoriser la cohésion de l équipe, à dénouer les conflits interpersonnels, à valoriser les individus en les obligeant à prendre position face aux autres au sein de l entreprise. Pour atteindre leurs cibles et leurs objectifs, les entreprises utilisent plusieurs moyens de communication interne simultanément. Cependant il faut souligner que chaque organisation développe et adapte sa stratégie de communication interne en fonction de sa nature et de sa taille. D un point de vue général, la communication interne s appuie sur quatre outils à savoir les moyens écrits, oraux, audiovisuels et les nouvelles technologies de l information et de la communication (NTIC). Les moyens écrits apparaissent aux yeux de L. DEMONT et al 12 comme le premier vecteur de communication interne. Ils permettent la diffusion d informations, la transmission d instructions, la publication de résultats, de consignes, de directives. Les moyens écrits sont nombreux (les lettres au personnel, le journal d entreprise, les bulletins spécialisés, les boîtes à idées, les comptes rendus de réunion ) de ce fait ils doivent être utilisés avec prudence. En clair ces moyens doivent être sélectionnés avec soin en fonction de la taille, des moyens financiers de l entreprise et des publics que l on veut toucher. 9 FRANÇOIS GONDRAND, (1978), L Information dans L entreprise : pourquoi et comment? Les éditions organisations, édition ling, p L. DEMONT, A. KEMF, M. RAPIDEL, C. SCIBETTA, (1996), Communication des Entreprises, édition Nathan Institut Britannique de Management et de Technologie (IBM-T) 24

24 Si l écrit procure l information, pour NICOLE d ALMEIDA et Al, «l oral en fournit le sens au travers du dialogue et de l échange» 13. Ces auteurs, estiment en effet que l échange oral est le moyen le plus naturel et le plus immédiat qui favorise les relations interpersonnelles. Au sein de l entreprise, la communication orale peut se faire de manière informelle (échanges cordiaux dans les couloirs de l entreprise) et de manière formelle (réunion d information, entretien individuel, conférence, déjeuner d information.). La communication interne est aussi caractérisée par le développement des moyens audiovisuels et des NTIC. Ces nouveaux outils sont très répandus aujourd hui pour diffuser des informations plus personnalisées. D un point de vue général, lorsque les outils de la communication interne sont bien organisés en entreprise, ils favorisent la clarté du message, la création d un climat favorable au travail. La communication interne peut également être vue sous l angle de ses fonctions. La première fonction associée à la communication interne est la fonction logistique qui assure la circulation de l information au sein de l entreprise. En effet, constatons avec L.DEMONT et al que «toute entreprise quelle que soit sa taille et son activité ne peut fonctionner sans échanges d informations» 14. Institut Britannique de Management et de Technologie (IBM-T) 25

25 11 SEKIOU, FABI, CHEVALIER, BLONDIOU, B. DES HORTS, (1998), Gestion des Ressources Humaines, les éditions ling, L. DEMOND, A. KEMF, M. RAPIDEL, C. SCIBETTA, (1976) Communication des Entreprises, édition Nathan p.21. Ainsi, l on dénombre dans l entreprise généralement quatre réseaux d informations associés à la communication interne : les informations descendantes qui sont transmises d un niveau hiérarchique supérieur vers un niveau hiérarchique inférieur. Il s agit d ordres, de consignes, de directives, de données opérationnelles émanant de la direction. Le second réseau d information est dit ascendant. Il permet à la hiérarchie d écouter le personnel pour savoir si l information descendante est bien passée, de connaître ses attentes, ses propositions. L information ascendante part d un niveau hiérarchique inférieur vers un niveau hiérarchique supérieur. Le troisième réseau d information est appelé information horizontale ou latérale. Son rôle est de favoriser un cadre d échanges entre les agents d un même niveau hiérarchique. Au sein de l entreprise, elle favorise le décloisonnement des services et permet ainsi au personnel de mieux adhérer aux objectifs de l entreprise. Le dernier réseau d information est dit " information oblique ". C est un réseau de communication qui se déroule dans une situation de crise au sein d une entreprise. Ici, les employés ne tiennent plus compte des relais hiérarchiques et communiquent directement avec la Direction Générale. La seconde fonction de la communication interne est dénommée fonction managériale. Elle consiste à s assurer de l adhésion de la hiérarchie aux objectifs de l entreprise car dans le système d information de toute entreprise les cadres jouent un rôle essentiel. Ils sont les relais de communication entre la base et le sommet de l organisation et par conséquent «la bonne circulation de Institut Britannique de Management et de Technologie (IBM-T) 26

26 l information dépend beaucoup de leur compétence et de leur implication» estiment L. DEMONT et al 15. La fonction économique est la troisième fonction identifiée au niveau de la communication interne. Elle consiste à motiver le personnel, à construire une équipe gagnante et solidaire, à fédérer le personnel autour des objectifs de l entreprise pour accroître son rendement. La dernière fonction est celle là sociale ; elle permet au personnel de manifester, par l intermédiaire de ses représentants, ses opinions, ses attentes sur ses conditions de travail et l évolution des carrières. Il s agit en réalité de prendre en compte la dimension sociale de la vie des travailleurs et de répondre à leurs attentes en vue de préserver un bon climat social favorable à l intégration du personnel. Ainsi, il apparaît difficile d imaginer une entreprise sans une politique de communication. En fait la communication interne est à la fois utile et inhérente à la vie de l entreprise. En effet, elle permet au personnel de s affirmer ; elle est aussi un instrument de gestion et un facteur de cohésion. Au total, elle sert le personnel et l entreprise. La communication interne n est pas seulement un ensemble de techniques et d outils, elle est aussi l expression d une volonté, celle d une entreprise forte, efficace et créatrice. 13 N. DALMEIDA, T. LIBAERT, (2000), La Communication Interne de L entreprise, Dunod, p L. DEMOND, A. KEMF, M. RAPIDEL, C. SCIBETTA, (1976) Communication des Entreprises, édition Nathan P L. DEMOND, A. KEMF, M. RAPIDEL, C. SCIBETTA, (1976) Communication des Entreprises, édition Nathan P.230 Institut Britannique de Management et de Technologie (IBM-T) 27

27 Toutefois, il peut subvenir au sein d une entreprise des obstacles au bon fonctionnement de la communication. Face à cette situation, l entreprise dispose de différentes méthodes pour les identifier, les analyser et les surmonter. Parmi ceux-ci nous pouvons citer l audit de la communication interne. Dans notre cas il ne s agit pas d un audit dans le sens propre du terme mais plutôt d une enquête sur le fonctionnement de la communication interne. PERCEPTION DE LA COMMUNICATION La perception est le phénomène physio-psychologique qui nous relie au monde sensible par l intermédiaire de nos sens. Le mot perception a un double sens : il désigne soit l activité de perception par les sens et par l esprit, soit le résultat de cette activité. En psychologie, la perception est le processus de recueil et de traitement de l information sensorielle. En psychologie expérimentale, chez l être humain, on distingue la perception consciente de la perception inconsciente, dite aussi implicite ou subliminale. Cette distinction a été étendue aux animaux dans la mesure où ceux-ci peuvent être entraînés à indiquer s ils ont perçu ou non un stimulus. La perception d une situation se fait à la fois au sens et à l esprit. L ENTREPRISE L entreprise est une organisation qui s appuie sur des hommes, des machines et un capital pour fonctionner. Elle est régie par un ensemble de principes sur lesquels elle base toute sa stratégie et ses actions ; cela voudra dire Institut Britannique de Management et de Technologie (IBM-T) 28

28 que le facteur le plus important de réussite d une entreprise est une adhésion loyale à ses principes. L économiste COURCELLE SENUEIL la définit c o m m e «toutes les applications de l activité humaine qui consiste à combiner l emploi des forces diverses pour atteindre un but déterminé» 23. Une communauté, c est précisément ce qu est l entreprise. «L entreprise n est pas seulement un lieu de travail, elle est un lieu de vie» atteste FRANÇOIS GONDRAND 24. En approfondissant son approche de l entreprise, il l assimile à un groupe social qui a sa raison d être, sa vocation, son style particulier, ses traditions, ses objectifs. Pour l auteur, «travailler en entreprise c est avoir le sentiment d appartenir à une communauté». Or une communauté ne peut vivre sans communiquer. On comprend dès lors pourquoi l information et la communication sont appelées à jouer un rôle prépondérant au sein de l entreprise. Voilà une réalité sociologique qui s impose à la vie de l entreprise et même s y confond. En somme, l information et la communication, si elles sont bien menées, permettent d améliorer les performances du personnel et d atteindre les objectifs fixés par l entreprise. Force est de constater malheureusement que très souvent au lieu d être des espaces d échanges et d adhésion à l œuvre collective, les entreprises se transforment en des terrains de conflits récurrents du fait de nombreux problèmes qui se développent en leur sein. L on peut citer entre autres, l absence d esprit de collaboration, l insuffisance de relations interpersonnelles et de Institut Britannique de Management et de Technologie (IBM-T) 29

A quoi sert un plan de communication

A quoi sert un plan de communication Séminaire-atelier Bujumbura 8-9 Octobre 2014 La Communication Parlementaire A quoi sert un plan de communication 1. La communication c est quoi? Même si ces concepts sont connus il n est pas inutile de

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

Documents mis à disposition par : http://www.marketing-etudiant.fr. Attention

Documents mis à disposition par : http://www.marketing-etudiant.fr. Attention Documents mis à disposition par : http://www.marketing-etudiant.fr Attention Ce document est un travail d étudiant, il n a pas été relu et vérifié par Marketing-etudiant.fr. En conséquence croisez vos

Plus en détail

Accompagner le changement et mieux communiquer

Accompagner le changement et mieux communiquer Accompagner le changement et mieux communiquer Catalogue Formations 2009/2010 Dédiées aux acteurs du monde de la communication Management opérationnel des équipes de communication Manager efficacement

Plus en détail

Communication interne. 01infomaths.com Prof :Zakaria

Communication interne. 01infomaths.com Prof :Zakaria Communication interne 01infomaths.com Prof :Zakaria PLAN INTRODUCTION HISTORIQUE COMMUNICATION ET INFORMATION COMMUNICATION INTERNE ET COMMUNICATION EXTERNE LES CHEMAINS DE LA COOMUNICATION AU SEIN DES

Plus en détail

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION Introduction L a question de la rémunération se situe, par nature, au fondement même des pratiques de gestion du personnel. Aussi peu développée soit-elle, toute gestion des ressources humaines s organise

Plus en détail

La dimension humaine du changement

La dimension humaine du changement La dimension humaine du changement Un triptyque indissociable : Responsabilité Engagement Performance Créateur de performance La dimension humaine du changement et les défis de l entreprise Gérer une forte

Plus en détail

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation?

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation? THÈME DE L INDIVIDU À L ACTEUR L organisation, que ce soit une association, une administration ou une entreprise, ne peut pas fonctionner sans la mise en œuvre de processus de gestion assurant la coordination

Plus en détail

Dix valeurs pour les soins infirmiers

Dix valeurs pour les soins infirmiers Dix valeurs pour les soins infirmiers La valeur n attendant pas le nombre des années, deux étudiantes en soins infirmiers se sont interrogées sur les valeurs dont l infirmière a besoin pour mieux adapter

Plus en détail

1 De la logique de l entreprise au projet managérial

1 De la logique de l entreprise au projet managérial De la logique de l entreprise au projet managérial Caisse à outils du manager en quête de performances managériales!. Rappel de ce qu est la logique de l entreprise Une entreprise se définit comme la somme

Plus en détail

Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire

Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire 1. Ce que disent les plans d études vaudois Dans la partie consacrée aux finalités de l école vaudoise, le Plan d Etudes Vaudois (PEV) note à propos

Plus en détail

Management Interculturel

Management Interculturel Management Interculturel La mondialisation et l ouverture des marchés ont permis l interconnexion des mondes. Ces phénomènes ont en même temps accéléré la mutation des modes de pensée et de consommation.

Plus en détail

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE I. LE CAS CHOISI Gloria est une élève en EB4. C est une fille brune, mince avec un visage triste. Elle est timide, peureuse et peu autonome mais elle est en même temps, sensible, serviable et attentive

Plus en détail

CONNAISSANCE DE SOI APPRENDRE A AVOIR CONFIANCE EN SOI

CONNAISSANCE DE SOI APPRENDRE A AVOIR CONFIANCE EN SOI CONNAISSANCE DE SOI APPRENDRE A AVOIR CONFIANCE EN SOI Comprendre ses propres stratégies d échec et de réussite Mettre à jour ses freins, ses propres croyances Développer son potentiel et repousser ses

Plus en détail

"DÉVELOPPER LA PERFORMANCE MANAGÉRIALE : CE QUE FONT VRAIMENT LES ENTREPRISES"

DÉVELOPPER LA PERFORMANCE MANAGÉRIALE : CE QUE FONT VRAIMENT LES ENTREPRISES "DÉVELOPPER LA PERFORMANCE MANAGÉRIALE : CE QUE FONT VRAIMENT LES ENTREPRISES" ENQUÊTE RÉALISÉE PAR HOMMES & PERFORMANCE ET EMLYON BUSINESS SCHOOL EN PARTENARIAT AVEC L'APEC Juin 2011 OBJECTIFS DE L ÉTUDE

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1 LES FICHES OUTILS RESSOURCES HUMAINES L évaluation 360 Feed-back INTRODUCTION Aujourd hui les ressources humaines sont considérées par les entreprises comme un capital. La notion de «capital humain» illustre

Plus en détail

Les jeunes et les métiers de l industrie

Les jeunes et les métiers de l industrie Novembre 2013 Institut Lilly N 111442 Contacts : Damien Philippot / Esteban Pratviel 01 45 84 14 44 jerome.fourquet@ifop.com Sommaire 1 - La méthodologie 2 - Les résultats de l étude A - B - C - D - Le

Plus en détail

Révélatrice de talents. Développement personnel

Révélatrice de talents. Développement personnel Révélatrice de talents Développement personnel Révélatrice de talents Une entreprise à votre écoute pour vous accompagner de manière professionnelle dans tous vos projets Le développement personnel Notre

Plus en détail

Plan de communication

Plan de communication Groupe Xérès immobilier Plan de communication Projet national de réorganisation des relations intersalariales Plan de communication sollicité par le comité de direction mis en place par le département

Plus en détail

CONFÉRENCE DE PRESSE 4 septembre 2013 à Paris

CONFÉRENCE DE PRESSE 4 septembre 2013 à Paris CONFÉRENCE DE PRESSE 4 septembre 2013 à Paris UNE PHOTOGRAPHIE DE L APPRENTISSAGE EN FRANCE EN 2013 À l occasion de la rentrée des jeunes en apprentissage Résultats et analyse du BAROMÈTRE DE LA VIE DE

Plus en détail

Le système d accréditation n est pas un système basé sur la conformité à la. de ce fait, il se différencie

Le système d accréditation n est pas un système basé sur la conformité à la. de ce fait, il se différencie Système d accreditation des organismes de formation Origine, objectifs et méthodologie du système d accréditation Carlos Capela Coordinateur du projet INOFOR - Institut pour l innovation dans la formation

Plus en détail

Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11734-5

Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11734-5 Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11734-5 Chapitre 6 La gestion des incidents Quelles que soient la qualité du système d information mis en place dans l entreprise ou les compétences des techniciens

Plus en détail

LE MANAGEMENT DE LA FORCE DE VENTE

LE MANAGEMENT DE LA FORCE DE VENTE LE MANAGEMENT DE LA FORCE DE VENTE Carine PETIT Sophie GALILE 12/01/2005 0 LE MANAGEMENT DE LA FORCE DE VENTE L organisation, système humain ouvert, fonctionne dans des environnements souvent instables,

Plus en détail

Les Français ais et l assurance l

Les Français ais et l assurance l Mai 2013 Contacts: 01 45 84 14 44 Jérôme Fourquet Magalie Gérard prénom.nom@ifop.com Les Français ais et l assurance l santé pour Note méthodologique Etude réalisée pour : Groupama Assurances Echantillon

Plus en détail

Plan de travail du Bureau de l audit et de la surveillance du FIDA pour 2011

Plan de travail du Bureau de l audit et de la surveillance du FIDA pour 2011 Cote du document: EB 2010/101/R.41 Point de l'ordre du jour: 17 b) Date: 9 novembre 2010 Distribution: Publique Original: Anglais F Plan de travail du Bureau de l audit et de la surveillance du FIDA pour

Plus en détail

BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES GUIDE DU TUTEUR

BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES GUIDE DU TUTEUR BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES GUIDE DU TUTEUR Vous êtes tuteur d un étudiant en BTS management des unités commerciales. Ce guide vous est destiné : il facilite votre préparation de l arrivée du

Plus en détail

Code d éthique de l ATTrueQ

Code d éthique de l ATTrueQ Code d éthique de l ATTrueQ Version 2009 Table des matières Introduction..3 1. Devoirs et obligations..4 1.1 Déclarations du travailleur de rue...4 1.2 Dispositions générales du travailleur de rue...6

Plus en détail

MASTER 2 PROFESSIONNEL

MASTER 2 PROFESSIONNEL UNIVERSITE DE NICE - SOPHIA ANTIPOLIS Faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines Département «SCIENCES DE LA COMMUNICATION» MASTER 2 PROFESSIONNEL Ingénierie de la Création Multimédia et Direction

Plus en détail

Baromètre Inergie-Afci 2012 de la fonction Communication Interne

Baromètre Inergie-Afci 2012 de la fonction Communication Interne Baromètre Inergie-Afci 2012 de la fonction Communication Interne Contact Afci Aurélie Renard Déléguée Générale de l Afci arenard@afci.asso.fr Contacts Inergie Luc Vidal DGA Directeur associé pôle Opinion

Plus en détail

La communication interne gagne en importance dans les entreprises belges

La communication interne gagne en importance dans les entreprises belges La communication interne gagne en importance dans les entreprises belges Corporate Creative Strategies (www.ccstrategies.be), une agence belge de communication spécialisée en communication corporate, a

Plus en détail

PROGRAMME ROCARE DES SUBVENTIONS POUR LA REHCERCHE EN EDUCATION, 9 ième EDITION OU EDITION 2014 : Appel à propositions et termes de référence

PROGRAMME ROCARE DES SUBVENTIONS POUR LA REHCERCHE EN EDUCATION, 9 ième EDITION OU EDITION 2014 : Appel à propositions et termes de référence Réseau Ouest et Centre Africain de Recherche en Education Educational Research Network for West and Central Africa PROGRAMME ROCARE DES SUBVENTIONS POUR LA REHCERCHE EN EDUCATION, 9 ième EDITION OU EDITION

Plus en détail

MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION

MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION Fiche de lecture : MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION I. PRESENTATION GENERALE «Management situationnel Vers l autonomie et la responsabilisation» (nouvelle édition enrichie),

Plus en détail

Introduction générale...15 Chapitre 1 Problématique de la gestion de la communication interne entre les fonctions-clé de l entreprise...

Introduction générale...15 Chapitre 1 Problématique de la gestion de la communication interne entre les fonctions-clé de l entreprise... Sommaire Introduction générale...15 Chapitre 1 Problématique de la gestion de la communication interne entre les fonctions-clé de l entreprise...21 Objectifs du chapitre 1...23 Les enjeux des acteurs du

Plus en détail

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF SOMMAIRE PREAMBULE P. 4 DISPOSITIONS GENERALES : I. Généralités P. 05 I.1. Définition de la classification P. 05 I.2. Relation classification emploi P. 05 I.3.

Plus en détail

Les Français et l assurance santé

Les Français et l assurance santé Mai 2013 Contacts : 01 45 84 14 44 Jérôme Fourquet Magalie Gérard prénom.nom@ifop.com Les Français et l assurance santé pour Note méthodologique Etude réalisée pour : Groupama Assurances Echantillon :

Plus en détail

La mobilité interne. COLLECTION «Les diagnostics de l emploi territorial»

La mobilité interne. COLLECTION «Les diagnostics de l emploi territorial» La mobilité interne Julie Araneder Catherine Leput Céline Prevost Benoit Saidi Sandrine Taupin Emmanuelle Thuong-Hime COLLECTION «Les diagnostics de l emploi territorial» hors série n 4 Sommaire 1 - Avant-propos...p

Plus en détail

Etude Afci Andrh Inergie sur la communication managériale (3 ème édition)

Etude Afci Andrh Inergie sur la communication managériale (3 ème édition) Etude Afci Andrh Inergie sur la communication managériale (3 ème édition) L appropriation de la stratégie et sa démultiplication par les managers Juillet 2011 Contact Inergie Luc Vidal DGA Directeur associé

Plus en détail

Pratiques des entreprises en matière de communication managériale

Pratiques des entreprises en matière de communication managériale Pratiques des entreprises en matière de communication managériale Etude Afci - Andrh Inergie Mardi 14 décembre 2010 Contact Inergie - pôle opinion : Luc Vidal Directeur associé lvidal@inergie.com 01 41

Plus en détail

Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé

Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des RH Page 1 Introduction

Plus en détail

AVENIR FINANCE Société anonyme au capital de 1.253.160 Siège Social à LYON (69009) - 57 rue de Saint Cyr 402 002 687 RCS LYON

AVENIR FINANCE Société anonyme au capital de 1.253.160 Siège Social à LYON (69009) - 57 rue de Saint Cyr 402 002 687 RCS LYON AVENIR FINANCE Société anonyme au capital de 1.253.160 Siège Social à LYON (69009) - 57 rue de Saint Cyr 402 002 687 RCS LYON RAPPORT DU PRESIDENT A L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ORDINAIRE DU 1er JUIN 2004 SUR

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC METTRE EN PLACE UNE GPEC Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Cette fiche technique aborde la mise en place d une démarche GPEC sous l angle de la description d un processus. Elle présente

Plus en détail

LE COACHING. Texte communiqué par. Norbert CASAS. MONTPELLIER Mars 2005

LE COACHING. Texte communiqué par. Norbert CASAS. MONTPELLIER Mars 2005 LE COACHING Texte communiqué par Norbert CASAS MONTPELLIER Mars 2005 Le terme de «coaching» recouvre aujourd hui une réalité disparate car il et utilisé dans de nombreux domaines aussi divers que la gestion

Plus en détail

BILAN GENERAL. Les enjeux de la santé qui préoccupent le plus les familles pour l avenir sont la proximité et la qualité des soins.

BILAN GENERAL. Les enjeux de la santé qui préoccupent le plus les familles pour l avenir sont la proximité et la qualité des soins. BILAN GENERAL Analyse générale A partir des 380 personnes enquêtées dans la région Auvergne, on a pu constater, au travers de cette enquête de l URAF, que 77% des familles interrogées sont globalement

Plus en détail

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat Objectifs : Être au plus près des entreprises et de leurs salariés en proposant des services et outils adaptés à leurs besoins. 12 fiches «service» synthétiques, répertoriées en 5 grands thèmes : PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

Cohésion d Equipe - Team Building

Cohésion d Equipe - Team Building Public concerné : Cadres et cadres supérieurs. Cohésion d Equipe - Team Building Objectifs : Comprendre les mécanismes de fonctionnement d une équipe. Comprendre les rôles de chacun et le rôle de l encadreur.

Plus en détail

Observatoire des politiques publiques :

Observatoire des politiques publiques : Observatoire des politiques publiques : Les Français et l économie sociale et solidaire Sondage Ifop pour Acteurs Publics Contact Ifop : Damien Philippot Directeur des Etudes Politiques Département Opinion

Plus en détail

Conform. Le Manager Coach Le Coach Professionnel

Conform. Le Manager Coach Le Coach Professionnel Conform Le Manager Coach Le Coach Professionnel 1 : Le Leadership Identifier les clés essentielles du leadership Exercer son leadership au quotidien Stimuler et mettre en mouvement ses équipes grâce à

Plus en détail

COMMISSARIAT À LA PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE DU CANADA. Vérification de la gestion des ressources humaines

COMMISSARIAT À LA PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE DU CANADA. Vérification de la gestion des ressources humaines COMMISSARIAT À LA PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE DU CANADA Vérification de la gestion des ressources humaines 13 mai 2010 Préparée par le Centre de gestion publique Inc. TABLE DES MATIÈRES 1.0 Sommaire...

Plus en détail

Le banquier idéal des Français et des Américains

Le banquier idéal des Français et des Américains pour Le banquier idéal des Français et des Américains Février 2011 1 La méthodologie 2 2 Note méthodologique Etude réalisée pour : Groupama Banque Echantillons : France : Echantillon de 1000 personnes,

Plus en détail

Management. Qualité Totale. Ressources Humaines. Finance. Marketing. Fiscalité. Environnement PROGRAMME DES FORMATIONS MODULAIRES QUALIFIANTES

Management. Qualité Totale. Ressources Humaines. Finance. Marketing. Fiscalité. Environnement PROGRAMME DES FORMATIONS MODULAIRES QUALIFIANTES AFRIQUE N CONSEIL ET FORMATION ACF ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Management.

Plus en détail

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 Juillet 11 OBJECTIF DE L ENQUÊTE Tous les six mois, l Apec interroge un échantillon représentatif de 1 cadres du secteur privé

Plus en détail

Le point de vue de l UNSA

Le point de vue de l UNSA Le point de vue de l UNSA La GPEC, une opportunité pour le dialogue social dans l entreprise La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) est devenue objet de négociation dans l entreprise

Plus en détail

LES TABLEAUX DE BORD DE COORDINATION

LES TABLEAUX DE BORD DE COORDINATION LES TABLEAUX DE BORD DE COORDINATION Trois constats généraux sont encore prépondérants dans bon nombre d organisations actuelles : Un fonctionnement avec une planification a priori et des constats a posteriori.

Plus en détail

V1112 FIDELISER PAR LA GESTION DE LA RELATION CLIENT AU QUOTIDIEN

V1112 FIDELISER PAR LA GESTION DE LA RELATION CLIENT AU QUOTIDIEN V1112 FIDELISER PAR LA GESTION DE LA RELATION CLIENT AU QUOTIDIEN OBJECTIF FINAL Faire prendre conscience au collaborateur des enjeux de la relation client (satisfaction, fidélisation ) pour l entreprise

Plus en détail

Étude de référence sur la satisfaction de la clientèle : consommateurs à domicile

Étude de référence sur la satisfaction de la clientèle : consommateurs à domicile Résumé du rapport Étude de référence sur la satisfaction de la clientèle : consommateurs à domicile Numéro de contrat : 90030-121581/001/CY Contrat attribué le : 2013-01-18 Préparé pour : Office national

Plus en détail

SOUFFRANCE AU TRAVAIL

SOUFFRANCE AU TRAVAIL Page 1 sur 8 SOUFFRANCE AU TRAVAIL «Un état de stress survient lorsqu il y a déséquilibre entre la perception qu une personne a des contraintes que lui impose son environnement et la perception qu elle

Plus en détail

UN MARCHE DU RECRUTEMENT DU MARCHE COMPTABLE

UN MARCHE DU RECRUTEMENT DU MARCHE COMPTABLE UN MARCHE DU RECRUTEMENT EN PHASE AVEC l EVOLUTION DU MARCHE COMPTABLE RECRUTEMENT 74% DES EMPLOYEURS ONT RECRUTE SUR L ANNEE 2013/2014 Raisons des recrutements quelles évolutions depuis 3 ans? Le recrutement

Plus en détail

Règlement Enquête Eduniversal France Masters MS - MBA

Règlement Enquête Eduniversal France Masters MS - MBA Règlement Enquête Eduniversal France Masters MS - MBA CONTEXTE L enquête menée auprès des entreprises, des établissements d enseignement supérieur français et de leurs étudiants a pour objectif de permettre

Plus en détail

L ENTREPRISE GÉNÉRALE DANS LE BÂTIMENT : UN CHEF D ORCHESTRE AUX MULTIPLES FACETTES

L ENTREPRISE GÉNÉRALE DANS LE BÂTIMENT : UN CHEF D ORCHESTRE AUX MULTIPLES FACETTES L Entreprise générale dans le bâtiment : un chef d orchestre aux multiples facettes L Entreprise générale n a pas de définition légale ou réglementaire ; elle est seulement identifiée dans un certain nombre

Plus en détail

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE METIERS)

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE METIERS) RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE METIERS) Intitulé (cadre 1) Licence professionnelle Management des organisations Spécialité Management opérationnel des entreprises Autorité

Plus en détail

LA DÉMARCHE DE VEILLE S.A. MARCHAND PREMIERE PARTIE : AUDIT SUR LA COMMUNICATION INTERNE

LA DÉMARCHE DE VEILLE S.A. MARCHAND PREMIERE PARTIE : AUDIT SUR LA COMMUNICATION INTERNE LA DÉMARCHE DE VEILLE S.A. MARCHAND PREMIERE PARTIE : AUDIT SUR LA COMMUNICATION INTERNE La question posée s inscrit dans une démarche d amélioration de la circulation de l information. questionnaire d

Plus en détail

SELECTION D UN CONSULTANT CHARGE DE LA MISE EN PLACE DES REFERENTIELS DE CONTROLE INTERNE ET DE LA MISE A JOUR DES MANUELS DE PROCEDURES DU GIM-UEMOA

SELECTION D UN CONSULTANT CHARGE DE LA MISE EN PLACE DES REFERENTIELS DE CONTROLE INTERNE ET DE LA MISE A JOUR DES MANUELS DE PROCEDURES DU GIM-UEMOA TERMES DE REFERENCE SELECTION D UN CONSULTANT CHARGE DE LA MISE EN PLACE DES REFERENTIELS DE CONTROLE INTERNE ET DE LA MISE A JOUR DES MANUELS DE PROCEDURES DU GIM-UEMOA TDR : REFERENTIELS ET PROCEDURES

Plus en détail

5.6 Concertation pour l emploi

5.6 Concertation pour l emploi 5.6 Concertation pour l emploi Soutien à la gestion des ressources humaines 5.6 CONCERTATION POUR L EMPLOI 2012-07-12 Table des matières Section 4 : p. 2 sur 13 Table des matières RÉFÉRENCE Table des matières...

Plus en détail

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE»

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE» Confédération Européenne des Syndicats 1 Union des Confédérations de l Industrie et des Employeurs d Europe UNICE/UEAPME 2 Centre Européen des Entreprises à Participation Publique et des Entreprises d

Plus en détail

Écoutez ce qui se dit sur l épargne-retraite au Canada

Écoutez ce qui se dit sur l épargne-retraite au Canada MARS 2014 ÉCHEC ET MAT! LES RÉGIMES D ÉPARGNE EN MILIEU DE TRAVAIL : UNE SOLUTION GAGNANTE POUR LES CANADIENS EN VUE DE LA RETRAITE Notre 6 e sondage annuel Indice canadien de report de la retraite montre

Plus en détail

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines?

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Chapitre 1 La gestion des ressources humaines (GRH) peut être définie comme la gestion des hommes au travail dans des organisations (Martory et Crozet,

Plus en détail

Conditions gagnantes pour démarrer sa transition Agile

Conditions gagnantes pour démarrer sa transition Agile Conditions gagnantes pour démarrer sa transition Agile 1 4 Les De plus en plus d organisations voient l Agilité comme une piste de solution aux problèmes auxquels elles sont confrontées. Par ailleurs,

Plus en détail

Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives. Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire

Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives. Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire Avril 2011 1 1. RESUME Consciente de la nécessité de capitaliser sur le retour d expérience des 15 dernières années, la Fneci a engagé avec

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Le tableau de bord, outil de pilotage de l association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône-Alpes) Difficile d imaginer la conduite d un bateau sans boussole

Plus en détail

Les relations intergé né rationnelles

Les relations intergé né rationnelles 5 Les relations intergé né rationnelles Rencontre avec Claudine Attias-Donfut 1, directrice de recherche, Ehess Les changements dans les relations intergénérationnelles La mutation importante observée

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs Appendice 2 (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs NOTE Dans les propositions de Texte identique, XXX désigne un qualificatif de norme

Plus en détail

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Introduction Le monde du travail est plus que familier avec la notion de changement. Synonyme d innovation

Plus en détail

OUTILS DE GESTION ET D EVALUATION AU POSTE : Collecte/réparation/vente d électroménager. Assistant(e) secrétaire commercial(e)

OUTILS DE GESTION ET D EVALUATION AU POSTE : Collecte/réparation/vente d électroménager. Assistant(e) secrétaire commercial(e) OUTILS DE GESTION ET D EVALUATION AU POSTE : Collecte/réparation/vente d électroménager Assistant(e) secrétaire commercial(e) Référentiel d activités+analyse d activités Référentiel de compétences Référentiel

Plus en détail

Pas d installations ou d équipement particuliers.

Pas d installations ou d équipement particuliers. COURS MAM1010 : Niveau : Préalable : Description : Paramètres : MARKÉTING ET GESTION Débutant Aucun L élève acquiert des notions de base en gestion et en markéting et donne des indications sur les meilleures

Plus en détail

Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches

Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches Niveau C1 Descripteur global Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches La personne peut : comprendre en détail de longs discours et des échanges complexes

Plus en détail

3 clés pour faire. de la communication managériale un levier de performance. Baromètre Afci-ANDRH-Inergie 2013 sur la communication managériale

3 clés pour faire. de la communication managériale un levier de performance. Baromètre Afci-ANDRH-Inergie 2013 sur la communication managériale 3 clés pour faire de la communication managériale un levier de performance Baromètre Afci-ANDRH-Inergie 2013 sur la communication managériale L Afci, l ANDRH et le cabinet Inergie mènent depuis 2006, tous

Plus en détail

ASSOCIATION DES MEDIATEURS DES PAYS MEMBRES DE L UEMOA (AMP-UEMOA) STATUTS

ASSOCIATION DES MEDIATEURS DES PAYS MEMBRES DE L UEMOA (AMP-UEMOA) STATUTS ASSOCIATION DES MEDIATEURS DES PAYS MEMBRES DE L UEMOA (AMP-UEMOA) STATUTS PREAMBULE Les Médiateurs des pays membres de l UEMOA, conformément à la recommandation de leur première réunion tenue à Ouagadougou

Plus en détail

L ENTRETIEN DE PROSPECTION TÉLÉPHONIQUE EN BTOB

L ENTRETIEN DE PROSPECTION TÉLÉPHONIQUE EN BTOB L ENTRETIEN DE PROSPECTION TÉLÉPHONIQUE EN BTOB Durée : 2J / 14H Groupe de : 6 max Formateur : Consultant expert en relation client et management commercial. Formateur confirmé. Formation à la vente Objectifs

Plus en détail

Questionnaire à transmettre aux employés de la commune. Communication interne. I ) Relations interservices.

Questionnaire à transmettre aux employés de la commune. Communication interne. I ) Relations interservices. Questionnaire sur la communication interne Mairie de Pont de l Arche. Questionnaire à transmettre aux employés de la commune. Communication interne Dénomination du service : Domaine d intervention : I

Plus en détail

Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires

Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires Principaux défis et facteurs de réussite Dans le cadre de leurs plans stratégiques à long terme, les banques cherchent à tirer profit

Plus en détail

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France DIRECTION GÉNÉRALE DES RESSOURCES HUMAINES PARIS, LE 25 JANVIER 2010 DIRECTION DES RELATIONS SOCIALES Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France Dans le cadre de sa responsabilité

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

Décembre 2009. Enquête nationale Officiel du Handicap/Deloitte

Décembre 2009. Enquête nationale Officiel du Handicap/Deloitte Décembre 2009 Enquête nationale Officiel du Handicap/Deloitte Sommaire Introduction La loi handicap Enquête nationale Officiel du Handicap/Deloitte Résultats de l enquête nationale Recrutement, sous-traitance,

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS Synthèse des débats rédigée par : 26 janvier 2012 Dans le cadre de son Tour de France du Dialogue, la CFE-CGC a organisé à Poitiers, le 26 janvier 2012,

Plus en détail

Comment un. accident. peut-il engager la. responsabilité pénale. des élus locaux et des fonctionnaires territoriaux?

Comment un. accident. peut-il engager la. responsabilité pénale. des élus locaux et des fonctionnaires territoriaux? Les cahiers de l Observatoire Comment un accident peut-il engager la responsabilité pénale des élus locaux et des fonctionnaires territoriaux? table des matières Avant-propos de Bernard Bellec... P. 5

Plus en détail

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Centre de Recherche pour l Etude et l Observation des Conditions de Vie LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Anne LOONES Marie-Odile SIMON Août 2004 Département «Evaluation des Politiques Sociales»

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

L Accompagnement Durable

L Accompagnement Durable L Accompagnement Durable Notre objectif: contribuer à la performance de l entreprise créatrice de valeur 1 Sept 2012 L Accompagnement Durable Notre Offre Le coaching systémique global d une organisation

Plus en détail

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO La BCEAO dispose dans chaque Etat membre de l UEMOA, d une agence nationale et des agences auxiliaires. L agence nationale du Niger comprend trois représentations

Plus en détail

Communication MANAGERIALE, comment la renforcer? Convention E&M du 25 novembre 2011 Muriel.humbertjean@tns-sofres.com

Communication MANAGERIALE, comment la renforcer? Convention E&M du 25 novembre 2011 Muriel.humbertjean@tns-sofres.com Communication MANAGERIALE, comment la renforcer? Convention E&M du 25 novembre 2011 Muriel.humbertjean@tns-sofres.com L étude exclusive Echantillon représentatif de1300salariés de GRANDES ENTREPRISES (+

Plus en détail

Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires

Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires Pierre-Yves GOMEZ Professeur EMLYON Directeur de l Institut Français de Gouvernement des Entreprises (IFGE)

Plus en détail

LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN

LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN JEAN-PIERRE BRUN PROFESSEUR CHAIRE EN GESTION DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL UNIVERSITÉ LAVAL http://cgsst.fsa.ulaval.ca Dans quatre

Plus en détail

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France)

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Résumé du rapport réalisé par EUROPA pour la DATAR DATAR EUROPA Etude sur les maisons des services publics en Europe Résumé du rapport

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective nationale IDCC : 1468. CRÉDIT MUTUEL (29 juin 1987) ACCORD DU 9 DÉCEMBRE

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion. Marie Gies - Contrôle de gestion et gestion prévisionnelle - Chapitre 1

Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion. Marie Gies - Contrôle de gestion et gestion prévisionnelle - Chapitre 1 Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion Introduction 2 Contrôle de gestion : fonction aujourd hui bien institutionnalisée dans les entreprises Objectif : permettre une gestion rigoureuse et une

Plus en détail

CONTEXTE ; FORME ; CONTENU ET PERSPECTIVES DES MESURES DE GRATUITE DE SERVICES BANCAIRES POUR LA CLIENTELE DES BANQUES DE L UMOA.

CONTEXTE ; FORME ; CONTENU ET PERSPECTIVES DES MESURES DE GRATUITE DE SERVICES BANCAIRES POUR LA CLIENTELE DES BANQUES DE L UMOA. 1 CONTEXTE ; FORME ; CONTENU ET PERSPECTIVES DES MESURES DE GRATUITE DE SERVICES BANCAIRES POUR LA CLIENTELE DES BANQUES DE L UMOA. Monsieur Cheickh Mbacké Diokhané Secrétaire exécutif de l Association

Plus en détail