L inconscient cognitif

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L inconscient cognitif"

Transcription

1 Vincent Berthet Laboratoire de Psychologie de l'interaction et des Relations Intersubjectives (InterPsy EA4432) Réunion psyphine 27/11/2012

2 Introduction La conscience : une notion difficile Notion familière mais extrêmement difficile à décrire philosophiquement ou scientifiquement Beaucoup de chercheurs (philosophes, neurobiologistes, psychologues) invoquent le mystère : The last surviving mystery (Dennett, 1991) One of the last great mysteries of science (Greenfield, 2000) The most important problem in the biological sciences (Searle, 1997)

3 Introduction La conscience : une notion difficile Qu est-ce qu il y a de mystérieux dans la conscience? le problème corps-esprit dire que la conscience émerge simplement de la stimulation du système nerveux est aussi inacceptable que de croire que le génie émerge lorsque Aladin stimule la lampe (Huxley, 1866) Consciousness is what makes the mind-body problem really intractable. [ ] Without consciousness the mind-body problem would be much less interesting. With consciousness it seems hopeless (Nagel, 1974) le caractère privé et subjectif What is it like to be a bat? (Nagel, 1974)

4 Introduction La conscience : une notion difficile L étude de la conscience fait-elle face à un fossé explicatif?

5 La philosophie de l esprit Le pessimisme Le cerveau humain est inapte à appréhender la conscience notion de cognitive closure «autant se demander si les singes peuvent comprendre la physique quantique» (McGinn, 1989)

6 La philosophie de l esprit Le dualisme Descartes (XVII e s.) : distinction entre "res extensa" (la substance étendue, le corps, l espace) communicant avec la "res cogitans" (la substance pensante, le moi) par le biais de la glande pinéale Popper et Eccles (1977) : interaction entre le monde 1 (matériel) et le monde 2 (spirituel) par le biais des psychons (équivalents mentaux des neurones) On ne peut pas comprendre la conscience si on adhère au cadre matérialiste car la conscience est une substance immatérielle

7 La philosophie de l esprit Le scepticisme D. Dennett : la conscience est une illusion elle n existe pas plus que les possessions démoniaques expliquer la conscience n a pas de sens les soi-disant explications de la conscience n en sont pas si un modèle qui doit expliquer une propriété fait appel à un sous-système qui réalise cette propriété, alors rien n est expliqué au final

8 La philosophie de l esprit Le scepticisme Exemple : nous surestimons le degré de conscience que nous avons des choses, ex : nous surestimons la richesse de la perception visuelle la cécité au changement (change blindness ; Rensink, O Regan & Clark, 1997)

9 La philosophie de l esprit Le scepticisme Exemple : nous surestimons le degré de conscience que nous avons des choses, ex : nous surestimons la richesse de la perception visuelle la cécité au changement (change blindness ; Rensink, O Regan & Clark, 1997)

10 La philosophie de l esprit L optimisme/naturalisme La conscience n est pas un mystère, c est un phénomène naturel que l on peut étudier scientifiquement (naturalisation de l esprit)

11 La philosophie de l esprit Définition de la conscience John Searl : «Par conscience, j'entends les expériences subjectives qui commencent quand je me réveille le matin après un sommeil sans rêve, et qui continuent pendant la journée jusqu'au moment ou je m'endors de nouveau» Les philosophes de l esprit n ont pas cherché à donner une définition précise de la conscience mais plutôt à fournir des outils conceptuels heuristiques

12 La philosophie de l esprit Définition de la conscience Ned Block (1995) a proposé une distinction entre deux types de conscience : la conscience phénoménale conscience «à la première personne» : façon dont les états conscients apparaissent au sujet lui-même contenus de conscience dont le sujet fait l expérience subjective sans pouvoir les rapporter expérience subjective : privée, riche, unique, et peut sembler ineffable Lewis (1929) désigne le contenu d une expérience subjective sous le terme de qualia (ex : le goût du chocolat, le plaisir musical, )

13

14 La philosophie de l esprit Définition de la conscience Ned Block (1995) a proposé une distinction entre deux types de conscience : la conscience d accès conscience «à la troisième personne» : façon dont les états conscients apparaissent à un observateur extérieur contenus de conscience auxquels le sujet peut accéder : ils peuvent être rapportés et donner lieu à des traitements cognitifs (langage, mémoire, etc.)

15 La philosophie de l esprit Définition de la conscience Phénoménalité et accès vont de pair la plupart du temps, mais : il peut y avoir accès sans phénoménalité : patients blindsight il peut y avoir phénoménalité sans accès : le bruit de la tondeuse à gazon La conscience phénoménale (l expérience consciente) précède et dépasse la conscience d accès (ce que nous sommes capables de rapporter) impression de la richesse de la perception consciente

16 La philosophie de l esprit Définition de la conscience Pour David Chalmers (1996), l étude scientifique de la conscience comporte un problème «facile» et un problème «difficile» : problème facile : étude de la conscience d accès décrire les traitements cognitifs opérés sur des informations rapportables problème difficile : étude de la conscience phénoménale expliquer l expérience subjective Thomas Nagel (1974) : on peut décrire objectivement le système d écho-localisation de la chauve-souris mais nous ne pouvons pas ressentir ce que ressent subjectivement une chauve-souris en tant que chauve-souris

17 La philosophie de l esprit Définition de la conscience Position actuelle : ignorons le problème difficile et concentrons-nous sur le problème facile L étude de la conscience d accès consiste à : déterminer les traitements cognitifs spécifiquement conscients déterminer les corrélats neuronaux de la conscience (NCC) Les études appliquent une approche contrastive : comparer les traitements et les bases neuronales relatifs aux informations rapportées (conscientes) avec ceux relatifs aux informations non rapportées (nonconscientes)

18 Existe-t-il des représentations inconscientes? Exemple 1: cas d un patient atteint du syndrome de Korsakoff (Claparède, 1907) l'un des symptômes est l'amnésie antérograde (incapacité à fixer durablement de nouveaux souvenirs) le patient est incapable de reconnaître le médecin d'une visite à l'autre un jour, en serrant la main du patient, Claparède lui pique le doigt avec une épingle lors de la visite suivante, comme d'habitude, le patient ne reconnaît pas Claparède et ne se rappelle pas des événements de la semaine précédente, pourtant, il hésite à lui serrer la main Le patient avait gardé une trace en mémoire de l'épisode de l'épingle mais sans pouvoir y accéder consciemment

19 Existe-t-il des représentations inconscientes? Exemple 2: patient blindsight (hémi-négligence visuo-spatiale) (Marshall & Halligan, Nature, 1988) le patient n est pas conscient de la partie gauche de son champ visuel

20 Existe-t-il des représentations inconscientes? Exemple 2: patient blindsight (hémi-négligence visuo-spatiale) (Marshall & Halligan, Nature, 1988) le patient n est pas conscient de la partie gauche de son champ visuel

21 Existe-t-il des représentations inconscientes? Exemple 2: patient blindsight (hémi-négligence visuo-spatiale) (Marshall & Halligan, Nature, 1988) le patient n est pas conscient de la partie gauche de son champ visuel Expérimentateur : «Y a-t-il une différence entre les deux maisons?» Patient : «Non, aucune.» Expérimentateur : «Dans laquelle de ces deux maisons préféreriez-vous habiter?» Patient : «Dans la maison du haut.» (14 fois sur 17)

22 Existe-t-il des représentations inconscientes? Exemple 3: patiente souffrant d une agnosie visuelle aperceptive (Goodale, Milner, Jakobson, & Carey, Nature, 1991)

23 Existe-t-il des représentations inconscientes? Tâche «orienter» Tâche «poster»

24 Existe-t-il des représentations inconscientes? Sur la base de cette expérience, un NCC a été proposé : le modèle voie ventrale (traitement inconscient)/voie dorsale (traitement conscient)

25 Existe-t-il des représentations inconscientes? Kilhström (1987) : l'inconscient cognitif est l ensemble des processus de traitement de l'information et des représentations mentales dont le sujet n'a pas conscience mais qui influencent néanmoins son comportement

26 Distinction entre «inconscient» et «implicite» Traitement inconscient : traitement d un stimulus inconscient le traitement est «réellement» non-conscient Traitement implicite : traitement non-conscient d un stimulus conscient on ne peut pas être sûr que le traitement est non-conscient

27 Distinction entre «inconscient» et «implicite» Exemple 1: l apprentissage implicite apprendre des règles sans savoir qu on les apprend on définit un algorithme qui génère des séquences de lettres suivant un ensemble de règles (ex: TSSXS, TSXXTKPS, PTTKK) les sujets doivent apprendre une liste de séquences de lettres générées par l algorithme ensuite, on montre aux sujets des nouvelles séquences de lettres et ils doivent dire pour chacune si elle a été générée ou non par l algorithme la performance des sujets est au-dessus du niveau du hasard

28 Distinction entre «inconscient» et «implicite» Exemple 2: les stéréotypes implicites (Bargh, 1996) les sujets réalisaient une tâche qui consistait à reformer des phrases à partir de mots donnés dans le désordre pour un groupe de sujets, la plupart des mots étaient associés au stéréotype de la personne âgée (ex : «gris», «lent») pour un autre groupe de sujets, les mots n étaient pas liés à ce stéréotype (groupe contrôle) une fois le test terminé, on enregistrait à l insu des sujets le temps qu ils mettaient pour traverser le couloir menant à la sortie les sujets du groupe «stéréotype» étaient plus lents que les sujets du groupe contrôle

29 Les méthodes d étude de l inconscient cognitif Etudier les traitements psychologiques non-conscients revient à étudier la profondeur du traitement non-conscient (Kouider & Dehaene, 2007) L étude des traitements réalisés sur des informations non-conscientes requiert : des techniques pour rendre des stimuli non-conscients l utilisation de l amorçage les amorces sont rendues non-conscientes la présence d un effet d amorçage indique que les amorces ont été traitées (à un certain niveau en fonction du type d amorçage)

30 Les méthodes d étude de l inconscient cognitif Deux techniques principales pour rendre des stimuli inconscients : le masquage exemple : masquage de mots

31 Les méthodes d étude de l inconscient cognitif Deux techniques principales pour rendre des stimuli inconscients : le masquage exemple : masquage de visages

32 Les méthodes d étude de l inconscient cognitif Deux techniques principales pour rendre des stimuli inconscients : le Continuous Flash Suppression (CFS ; Tsuchiya & Koch, 2004)

33 Les méthodes d étude de l inconscient cognitif Combinaison CFS et amorçage :

34 Les méthodes d étude de l inconscient cognitif Combinaison CFS et amorçage :

35 Les résultats L inconscient cognitif est capable de traiter le sens amorçage subliminal sémantique

36 Les résultats L inconscient cognitif est capable de traiter le sens amorçage subliminal sémantique

37 Les résultats L inconscient cognitif est capable de superviser (contrôle exécutif)

38 Les résultats Mais existence de résultats contradictoires :

39 Les résultats L inconscient cognitif est sensible à la valeur

40 Les résultats L inconscient cognitif est sensible à la valeur

41 Les résultats L inconscient cognitif serait-il aussi performant que sa contrepartie consciente? version modérée : Hassin, R.R. (2012). Yes it can: On the functional abilities of the human unconscious. Perspectives in Psychological Science unconscious processes can perform the same fundamental, high-level functions that conscious processes can perform version forte : la conscience est un épiphénomène, elle n a pas de pouvoir causal (hypothèse des zombies cognitifs)

42 Les résultats Malgré ces résultats, les choses ne sont pas aussi simples car : les effets d amorçage inconscients (de haut niveau) sont peu robustes toutes choses égales par ailleurs, les effets inconscients ont toujours tendance à être plus faibles que leurs équivalents conscients Vicary (1957) Elections USA 2000

43 Les résultats Pourquoi? En fait, le masquage et le CFS rendent une stimulation nonconsciente en réduisant drastiquement le signal Donc : ces résultats reflètent-ils les limites réelles de l inconscient cognitif? ou le caractère inapproprié de ces deux méthodes?

44 Une nouvelle méthode: le GCC Kouider, Berthet, et Faivre (2011) ont proposé une nouvelle technique pour rendre des stimuli non-conscients : le Gaze-Contingent Crowding (GCC) Kouider, S., Berthet, V., & Faivre, N. (2011). Preference is Biased by Crowded Facial Expressions. Psychological Science, 22, Cette nouvelle technique : est basée sur le phénomène de crowding (encombrement visuel) réduit le signal de façon moins drastique que le masquage et le CFS est plus flexible

45 Une nouvelle méthode: le GCC Le phénomène de crowding (Bouma, 1970)

46

47 Une nouvelle méthode: le GCC Effets d amorçage de bas niveau obtenus avec le GCC :

48 Une nouvelle méthode: le GCC Effets d amorçage de haut niveau obtenus avec le GCC :

49 Une nouvelle méthode: le GCC

50 Une nouvelle méthode: le GCC Toutes choses égales par ailleurs, le GCC donne lieu à des effets d amorçage plus importants que le masquage et le CFS Faivre, N., Berthet, V., & Kouider, S. (2012). Nonconscious Influences from Emotional Faces:A Comparison of Visual Crowding, Masking, and Continuous Flash Suppression. Frontiers in Psychology, 3, 1-13.

51 Un test de Turing de la conscience? Comment tester si une machine est consciente? capacité à intégrer des informations bottum-up et top-down (connaissances)

52 Un test de Turing de la conscience?

Les mesures indirectes et implicites

Les mesures indirectes et implicites Les mesures indirectes et implicites Mesures indirectes ou mesures implicites? Critère de distinction : méthode mesures directes : reposent sur les rapports verbaux du sujet mesures indirectes : ne passent

Plus en détail

Partenaires: w w w. c o g m a s t e r. n e t

Partenaires: w w w. c o g m a s t e r. n e t Partenaires: w w w. c o g m a s t e r. n e t Une approche interdisciplinaire et intégrative neuropsychologie psychologie neuroanatomie linguistique philosophie SCIENCES COGNITIVES logique/probas neurosciences

Plus en détail

Psychologie cognitive, Neurosciences et Conscience. Gilles Lafargue http://eugrafal.free.fr

Psychologie cognitive, Neurosciences et Conscience. Gilles Lafargue http://eugrafal.free.fr Psychologie cognitive, Neurosciences et Conscience Gilles Lafargue http://eugrafal.free.fr 1. Introduction : l expérience consciente comme objet d étude scientifique 2. Quelle(s) méthode(s) pour étudier

Plus en détail

Psychologie et Sciences Contemporaines

Psychologie et Sciences Contemporaines Psychologie et Sciences Contemporaines CM DEUG 1 2ème semestre http://dartar.free.fr/deug2005 Dario Taraborelli taraborelli@ens.fr CM7 - Introduction aux Sciences Cognitives 1 Un pas en arrière re René

Plus en détail

PLURIMEDIA. Quelles combinaisons médias pour quel impact sur la mémoire?

PLURIMEDIA. Quelles combinaisons médias pour quel impact sur la mémoire? PLURIMEDIA Quelles combinaisons médias pour quel impact sur la mémoire? Numérique, Internet, + de TV, + de journaux l offre média ne cesse de se diversifier et de s intensifier. 3 médias et + par jour

Plus en détail

Psychologie et Sciences Contemporaines

Psychologie et Sciences Contemporaines Psychologie et Sciences Contemporaines CM DEUG 1 2ème semestre http://dartar.free.fr/deug2005 Dario Taraborelli taraborelli@ens.fr CM8 - L explication L en sciences cognitives: Analyser et localiser 1

Plus en détail

«Les troubles visuels d origine centrale chez l enfant et l adulte : sémiologie, dépistage et prise en charge»

«Les troubles visuels d origine centrale chez l enfant et l adulte : sémiologie, dépistage et prise en charge» PROGRAMME DE LA FORMATION : «Les troubles visuels d origine centrale chez l enfant et l adulte : sémiologie, dépistage et prise en charge» Vendredi matin : Rappels : sémiologie a)amputations du champ visuel

Plus en détail

Association Université Européenne Assomptionniste. Polymorphisme des déficits cognitifs après lésion cérébrale De l analyse clinique à la récupération

Association Université Européenne Assomptionniste. Polymorphisme des déficits cognitifs après lésion cérébrale De l analyse clinique à la récupération Association Université Européenne Assomptionniste Polymorphisme des déficits cognitifs après lésion cérébrale De l analyse clinique à la récupération Jeudi 27 mars 2008 Gilles Rode Université de Lyon,

Plus en détail

Modélisation des apprentissages

Modélisation des apprentissages Modélisation des apprentissages Charles Delbé 2008 charles.delbe@u-bourgogne.fr Objectifs Comprendre les principes et objectifs de la modélisation cognitive Introduction à différents modèles d apprentissage

Plus en détail

Communiquer avec efficacité

Communiquer avec efficacité Communiquer avec efficacité Intégrer les processus d influence Les réactions de chacun, la capacité à intégrer, à analyser une situation, sont directement déterminées par le mode de raisonnement appris.

Plus en détail

chez des élèves avec Trouble du Spectre Autistique 1

chez des élèves avec Trouble du Spectre Autistique 1 L ABSTRACTION chez des élèves avec Trouble du Spectre Autistique 1 Sandrine Marois, enseignante et personne ressource ASH lycée, juillet 2014 Ce qu est l abstraction et ce qu elle n est pas L abstraction

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

Institut Jean-Pierre Lallemand

Institut Jean-Pierre Lallemand Institut Jean-Pierre Lallemand Théorie de la communication Chapitre 6 PNL (2 e partie) (30 périodes) Bachelier Educateur spécialisé Niveau I Approche conceptuelle I Année académique 2011-2012 Cours de

Plus en détail

Chapitre 2 : De la rétine au cerveau

Chapitre 2 : De la rétine au cerveau Chapitre 2 : De la rétine au cerveau Document illusions d optique Les illusions d'optique nous montrent que l'image que nous percevons ne correspond pas toujours à la réalité. En fait, l'œil reçoit les

Plus en détail

Cognition Animale et Psychologie Humaine Licence de Psychologie 2ème Année S4UE6 UE Libre

Cognition Animale et Psychologie Humaine Licence de Psychologie 2ème Année S4UE6 UE Libre Cognition Animale et Psychologie Humaine Licence de Psychologie 2ème Année S4UE6 UE Libre Cognition sociale chez l animal 1. Introduction à la cognition animale 2. Reconnaissance de soi et des congénères,

Plus en détail

La scolarisation des élèves présentant des troubles. cognitives. Anne LECLERC-JACQUET Psychologue Scolaire

La scolarisation des élèves présentant des troubles. cognitives. Anne LECLERC-JACQUET Psychologue Scolaire La scolarisation des élèves présentant des troubles importants des fonctions cognitives Anne LECLERC-JACQUET Psychologue Scolaire INTRODUCTION Une nécessaire coopération entre tous les acteurs présents

Plus en détail

L'apprentissage. La majeure partie des conduites sociales n est pas innée mais acquise par apprentissage.

L'apprentissage. La majeure partie des conduites sociales n est pas innée mais acquise par apprentissage. L'apprentissage 1 Définitions a. Approche globale La majeure partie des conduites sociales n est pas innée mais acquise par apprentissage. Un apprentissage est l acquisition d un nouveau savoir. Dans la

Plus en détail

Psychologie 12 e année. Programme d études : cadre manitobain des résultats d apprentissage

Psychologie 12 e année. Programme d études : cadre manitobain des résultats d apprentissage Psychologie 12 e année Programme d études : cadre manitobain des résultats d apprentissage PSYCHOLOGIE 12 e ANNÉE Programme d études : cadre manitobain des résultats d'apprentissage 2011 Éducation Manitoba

Plus en détail

Androids as an Experimental Apparatus: Why Is There an Uncanny Valley and Can we Exploit It?

Androids as an Experimental Apparatus: Why Is There an Uncanny Valley and Can we Exploit It? Androids as an Experimental Apparatus: Why Is There an Uncanny Valley and Can we Exploit It? Karl F. MacDorman 1 The Uncanny Valley : Le terme d Uncanny Valley a été défini par Masahiro Mori, chercheur

Plus en détail

Effets non conscients des stéréotypes sur les comportements et les performances.

Effets non conscients des stéréotypes sur les comportements et les performances. Effets non conscients des stéréotypes sur les comportements et les performances. Jean-Baptiste Légal Laboratoire ACCOLADE Université de Reims Champagne-Ardenne 57 rue Pierre Taittinger 51096 Reims Cedex

Plus en détail

Université Sidi Mohammed Ben Abdallah L école supérieure de technologie. la programmation neurolinguistique(pnl)

Université Sidi Mohammed Ben Abdallah L école supérieure de technologie. la programmation neurolinguistique(pnl) Université Sidi Mohammed Ben Abdallah L école supérieure de technologie. la programmation neurolinguistique(pnl) Introduction Plan Introduction Définition de la PNL Que veut dire la programmation neuro

Plus en détail

Ensemble d informations codées au sein d un système de manière à permettre leur conservation et leur rappel MÉMOIRE(S) Mémoire à Court Terme MCT

Ensemble d informations codées au sein d un système de manière à permettre leur conservation et leur rappel MÉMOIRE(S) Mémoire à Court Terme MCT Ensemble d informations codées au sein d un système de manière à permettre leur conservation et leur rappel Capacité à se rappeler ou à reconnaître une expérience antérieure MÉMOIRE(S) Mémoire (Sensorielle)

Plus en détail

Au bout du rouleau: Comprendre le burnout et la dépression

Au bout du rouleau: Comprendre le burnout et la dépression Au bout du rouleau: Comprendre le burnout et la dépression Camillo Zacchia, Ph.D. Psychologue Conseiller principal Bureau d éducation en santé mentale Institut Douglas 6 décembre, 2011 À l agenda C est

Plus en détail

Chapitre 3 : l apprentissage et la mémorisation

Chapitre 3 : l apprentissage et la mémorisation Chapitre 3 : l apprentissage et la mémorisation Le consommateur affine sa connaissance du monde au fur et à mesure des stimuli reçus : c est un processus continu Les théories behavioristes Elles s appuient

Plus en détail

Le comportement humain

Le comportement humain Le comportement humain " Qu'est-ce que le comportement? C'est une action visible ou invisible et qui se passe à un moment donné. Le comportement est la résultante de 3 éléments : - les besoins, - les caractéristiques

Plus en détail

Mise en place d activités de stimulation et maintient du lien social. Accompagnement de la vie aide aux repères temps et espace

Mise en place d activités de stimulation et maintient du lien social. Accompagnement de la vie aide aux repères temps et espace Mise en place d activités de stimulation et maintient du lien social. Accompagnement de la vie aide aux repères temps et espace Circuit de l'émotion Fonctions Cognitives Définition : Ensemble des processus

Plus en détail

Jeu problématique / pathologique: quels mécanismes psychologiques? Martial Van der Linden

Jeu problématique / pathologique: quels mécanismes psychologiques? Martial Van der Linden Jeu problématique / pathologique: quels mécanismes psychologiques? Martial Van der Linden Unité de Psychopathologie et Neuropsychologie Cognitive, Université de Genève Jeu problématique / pathologique:

Plus en détail

Quelles sont les caractéristiques de la perception tactile manuelle chez les jeunes enfants et leurs conséquences cognitives?

Quelles sont les caractéristiques de la perception tactile manuelle chez les jeunes enfants et leurs conséquences cognitives? Quelles sont les caractéristiques de la perception tactile manuelle chez les jeunes enfants et leurs conséquences cognitives? Par Edouard GENTAZ Professeur de Psychologie, Université de Genève Habituellement,

Plus en détail

L'arbre de Noël. Objectifs et limites: Par Philippe Dupont, Novembre 2003.

L'arbre de Noël. Objectifs et limites: Par Philippe Dupont, Novembre 2003. L'arbre de Noël Par Philippe Dupont, Novembre 2003. Objectifs et limites: Cet ensemble d articles se veut une présentation métaphorique permettant d expliquer le fonctionnement de l organisme humain en

Plus en détail

Solvabilité II Solution elearning

Solvabilité II Solution elearning Solvabilité II Solution Solvabilité II Solution Jusqu à présent les programmes Solvabilité II se sont surtout concentrés sur les éléments quantitatifs. La mise en place réussie de Solvabilité II exige

Plus en détail

Développement d habiletés de gestion ATTITUDES, COMPORTEMENTS, CROYANCES SOCIALES

Développement d habiletés de gestion ATTITUDES, COMPORTEMENTS, CROYANCES SOCIALES Développement d habiletés de gestion ATTITUDES, COMPORTEMENTS, CROYANCES SOCIALES ❶ Bref retour sur la session précédente portant sur les présentations orales et les synthèses écrites ➋ Exposé sur les

Plus en détail

Thème 1: Voyage dans le Cerveau Musicien

Thème 1: Voyage dans le Cerveau Musicien 2014 Thème 1: Voyage dans le Cerveau Musicien Grand témoin Natalie Dessay Invités plateau Hervé Platel (Le cerveau transparent la révolution des techniques de neuroimagerie cérébrale) Emmanuel Bigand (Historique

Plus en détail

Les émotions. Introduction historique et psychométrie. cours L3 option psychologie différentielle et de la santé - Nicole RASCLE

Les émotions. Introduction historique et psychométrie. cours L3 option psychologie différentielle et de la santé - Nicole RASCLE Les émotions Introduction historique et psychométrie Qu est ce qu une émotion? (1) William James (1884): «des stimuli particuliers issus de l environnement déclenchent, par le biais de mécanismes génétiquement

Plus en détail

LE CERVEAU ET LA MEMOIRE. Jean-Marc Devaud. Centre de Recherches sur la Cognition Animale CNRS-Université Paul Sabatier Toulouse

LE CERVEAU ET LA MEMOIRE. Jean-Marc Devaud. Centre de Recherches sur la Cognition Animale CNRS-Université Paul Sabatier Toulouse LE CERVEAU ET LA MEMOIRE Jean-Marc Devaud Centre de Recherches sur la Cognition Animale CNRS-Université Paul Sabatier Toulouse LE CERVEAU ET LA MEMOIRE Qu est-ce-que la mémoire? «LA» MEMOIRE N EXISTE PAS,

Plus en détail

Les politiques à la loupe du neuromarketing

Les politiques à la loupe du neuromarketing Les politiques à la loupe du neuromarketing Charmeur! Sexy! Test d associations non-conscientes à 2 personnalités politiques Synthèse des principaux résultats Introduction Les dernières avancées en termes

Plus en détail

SEQUENCE : LES 5 SENS

SEQUENCE : LES 5 SENS SEQUENCE : LES 5 SENS Groupe concerné : Groupe sciences Nombre de séances prévues : 8 Compétence 3 du Palier 2 du socle commun : La culture scientifique et technologique - Pratiquer une démarche scientifique

Plus en détail

Générateur de Nombres Aléatoires

Générateur de Nombres Aléatoires Générateur de Nombres Aléatoires Les générateurs de nombres aléatoires sont des dispositifs capables de produire une séquence de nombres dont on ne peut pas tirer facilement des propriétés déterministes.

Plus en détail

La mémoire (en bref)

La mémoire (en bref) Lamémoire(enbref) Les modèles développés en psychologie cognitive conçoivent l individu comme une «entité»quitraitedel information.danscestraitements,lamémorisationtientuneplace particulièrement importante

Plus en détail

Introduction. Groupe Eyrolles

Introduction. Groupe Eyrolles Introduction Il existe plus d une centaine de définitions du mot «émotion». En fait, le seul point sur lequel tout le monde s accorde, c est que le concept est difficile à définir. Une première difficulté

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

Profil du candidat et connaissances techniques à connaître/maîtriser

Profil du candidat et connaissances techniques à connaître/maîtriser Utilisation d algorithmes de deep learning pour la reconnaissance d iris. jonathan.milgram@morpho.com Dans ce cadre, l'unité de recherche et technologie a pour but de maintenir le leadership Au sein de

Plus en détail

Transformez votre relation au monde!

Transformez votre relation au monde! Transformez votre relation au monde! Formations certifiantes PNL QUEST interactive 2013-2014 Qu est-ce que la PNL? La PNL (Programmation Neuro-linguistique) est une discipline développée dans les années

Plus en détail

Prendre l intimidateur par les cornes Cahier d exercices

Prendre l intimidateur par les cornes Cahier d exercices Page # 1 Vitae Dynamics Inc. Prendre l intimidateur par les cornes Cahier d exercices Introduction Le cahier d exercice qui suit est conçu pour vous aider à clarifier les émotions que vous ressentez à

Plus en détail

LA TECHNOLOGIE ET L INSERTION SOCIALE

LA TECHNOLOGIE ET L INSERTION SOCIALE LA TECHNOLOGIE ET L INSERTION SOCIALE A.Idrissi REGRAGUI TAZA Maroc PLAN : I. L INSERTION SOCIALE I.1. INSERTION PROFESSIONNELLE I.1.1. LE BRAILLE CLE DU SAVOIR I.1.2. LA COMPENSATION DU HANDICAP ET LA

Plus en détail

Intelligence Artificielle. Dorra BEN AYED

Intelligence Artificielle. Dorra BEN AYED Intelligence Artificielle Dorra BEN AYED Chapitre 1 Introduction et Présentation Générale Sommaire Introduction Historique Définitions de l IAl Domaines d applicationd Les approches de l IA cognitive,

Plus en détail

Recherche sur les dessins des enfants

Recherche sur les dessins des enfants Recherche sur les dessins des enfants Reiko KITAHARA, Takeshi MATSUISHI Yokohama National University Benjamin Franklin considérait les êtres humains comme des animaux équipés d'outils. D'abord créés uniquement

Plus en détail

le scepticisme, 1 Philosophie de la connaissance séance 6

le scepticisme, 1 Philosophie de la connaissance séance 6 le scepticisme, 1 Philosophie de la connaissance séance 6 M. Cozic 1. le scepticisme et les arguments sceptiques 1.1. les formes du scepticisme le scepticisme scepticisme = conception selon laquelle nous

Plus en détail

Le chien domestique est-il capable de discriminer les visages? Visages de chiens Visages d humains

Le chien domestique est-il capable de discriminer les visages? Visages de chiens Visages d humains Anaïs Racca - Doctorante University of Lincoln (UK) Department of Biological Sciences Department of Psychology Le chien domestique est-il capable de discriminer les visages? Visages de chiens Visages d

Plus en détail

CRÉER UN COURS EN LIGNE

CRÉER UN COURS EN LIGNE Anne DELABY CRÉER UN COURS EN LIGNE Deuxième édition, 2006, 2008 ISBN : 978-2-212-54153-3 2 Que recouvre le concept d interactivité? Dans une perspective de cours en ligne, une activité interactive est

Plus en détail

Mention «Psychologie»

Mention «Psychologie» Diplôme Bac + 3 Parcours - - - - - Contacts UFR LLSHS Lettres, Langues, Sciences Humaines et des Sociétés /lshs/ Secrétariat Licence "Psychologie" - Bureau C313 : tél.: 01 49 40 44 65 / 31 66 Contact formation

Plus en détail

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO 3 ème séminaire international BIE - UNESCO Dialogue politique et stratégies de mise en œuvre du changement du curriculum de l éducation de base pour lutter contre la pauvreté. Ouagadougou 13-17 mars 2006

Plus en détail

praxisa PSYCHOLOGIE GENERALE plan de formation

praxisa PSYCHOLOGIE GENERALE plan de formation praxisa PSYCHOLOGIE GENERALE plan de formation Livret 1 : "connais-toi toi même". "ETRE BIEN DANS SA TETE, ETRE BIEN DANS SON CORPS". Vous étudiez les différentes méthodes historiques pour apprendre à

Plus en détail

L approche des nombres en maternelle

L approche des nombres en maternelle L approche des nombres en maternelle I. Du côté théorique et didactique: A. Le nombre ça sert à quoi? a) Les nombres servent à mémoriser les quantités et à construire ainsi des collections ayant le même

Plus en détail

LES CONSEQUENCES DE L INTOXICATION DU FŒTUS

LES CONSEQUENCES DE L INTOXICATION DU FŒTUS LES CONSEQUENCES DE L INTOXICATION DU FŒTUS Quelque soit la gravité de l atteinte, les troubles neurologiques et comportementaux sont constants et ce, indépendamment du quotient intellectuel et de l environnement

Plus en détail

Le syndrome de Benson. F Etcharry-Bouyx

Le syndrome de Benson. F Etcharry-Bouyx Le syndrome de Benson F Etcharry-Bouyx Atrophie corticale Postérieure n Benson, 1988 n Origine dégénérative n Cortex occipital avec extension L atrophie corticale postérieure = syndrome de Benson n Atrophie

Plus en détail

Troubles cognitifs et accès au Web

Troubles cognitifs et accès au Web Troubles cognitifs et accès au Web Claude Touzet Université de Provence, UMR 6149 Neurobiologie Intégrative et Adaptative, Case 362, F-13397 Marseille Cedex 20, France Claude.Touzet@up.univ-mrs.fr Pierre

Plus en détail

PETIT GUIDE DU BÉNÉVOLE AUPRÈS DES PERSONNES AGÉES

PETIT GUIDE DU BÉNÉVOLE AUPRÈS DES PERSONNES AGÉES PETIT GUIDE DU BÉNÉVOLE AUPRÈS DES PERSONNES AGÉES Réseau de bénévoles auprès des personnes âgées à domicile ou en établissements, à Rumilly L être humain a des besoins physiques (manger, boire, respirer,

Plus en détail

Chapitre 2. Usages et mésusages

Chapitre 2. Usages et mésusages Chapitre 2 Usages et mésusages Si la faculté de voyance existe, si effectivement des hommes et des femmes peuvent capter directement des informations exactes dans l espace et dans le temps, les questions

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

A LA DECOUVERTE DE L HYPNOSE 1

A LA DECOUVERTE DE L HYPNOSE 1 A LA DECOUVERTE DE L HYPNOSE 1 JULIA LEGRAND, Psychologue- Psychothérapeute L hypnose est un terme qui entraine un grand nombre d idées reçues, d inquiétudes et de méfiance. On donne parfois à l hypno-thérapeute

Plus en détail

Contrer l épuisement... S apprivoiser au stress

Contrer l épuisement... S apprivoiser au stress Contrer l épuisement... S apprivoiser au stress Textes recueillis et préparés par Serge Marquis Cahier du participant Table des matières Présentation de l animateur p. 1 Objectifs p. 2 Introduction p.

Plus en détail

DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement.

DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement. DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement. Centre - Pays de Loire CHRU Tours COMMUNICATION «Conflits internes et Cohérence personnelle» SOMMAIRE Introduction page 3 Communication Page 4 Les paramètres d

Plus en détail

OPTION Neurobiologie. Les Emotions

OPTION Neurobiologie. Les Emotions OPTION Neurobiologie Les Emotions 1. Situation du Problème a. Qu est-ce qu une émotion? C est une sensation plus ou moins nette de plaisir ou de déplaisir que l on peut reconnaître en soi ou prêter aux

Plus en détail

Optimiser la recherche d informations dans deux des Bases de Données internes et Accroître la productivité des analystes

Optimiser la recherche d informations dans deux des Bases de Données internes et Accroître la productivité des analystes Optimiser la recherche d informations dans deux des Bases de Données internes et Accroître la productivité des analystes Mémoire de stage Promotion 2010 Priscillia VON HOFMANN Abstract Today, the importance

Plus en détail

Cours. Les limites du traitement subliminal. Le propre de la conscience

Cours. Les limites du traitement subliminal. Le propre de la conscience L inconscient cognitif et la profondeur des opérations subliminales Stanislas Dehaene Chaire de Psychologie Cognitive Expérimentale Cours Les limites du traitement subliminal Le propre de la conscience

Plus en détail

Mécanismes cérébraux de la lecture. Second Cours. Vers une physiologie de la lecture

Mécanismes cérébraux de la lecture. Second Cours. Vers une physiologie de la lecture Mécanismes cérébraux de la lecture Stanislas Dehaene Chaire de Psychologie Cognitive Expérimentale Second Cours Vers une physiologie de la lecture Résumé du premier cours et plan du second cours La lecture

Plus en détail

Note sur le projet CEFRIO de formation de base en entreprise à l aide des TIC

Note sur le projet CEFRIO de formation de base en entreprise à l aide des TIC Note sur le projet CEFRIO de formation de base en entreprise à l aide des TIC Quelques constats et remarques formulés à partir de l examen de trois rapports d activités (juin 2008, avril et juin 2009)

Plus en détail

TROUBLES PSYCHOLOGIQUES

TROUBLES PSYCHOLOGIQUES TROUBLES PSYCHOLOGIQUES DANS LA SEP Pr Michèle Montreuil Professeur de psychologie Université Paris 8 La dépression, l anxiété et la labilité émotionnelle ne sont pas rares Dans la sclérose en plaques,

Plus en détail

mentale Monsieur Falize la création et l utilisation d imagerie interactive, les associations noms-visages, la méthode des lieux.

mentale Monsieur Falize la création et l utilisation d imagerie interactive, les associations noms-visages, la méthode des lieux. Pr Anne-Marie Ergis le vieillissement entraîne le déclin d un certain nombre de fonctions cognitives, comme la vitesse de traitement, les ressources attentionnelles, la mémoire de travail, la mémoire épisodique

Plus en détail

Introduction à l analyse de concept. Cogmaster - Quinzaine de rentrée

Introduction à l analyse de concept. Cogmaster - Quinzaine de rentrée Introduction à l analyse de concept Cogmaster - Quinzaine de rentrée L art de la distinction Une partie de la philosophie consiste à faire des distinctions pour éviter que soient confondues des entités

Plus en détail

LES APPRENTISSAGES DES ELEVES Qu est-ce qu apprendre?

LES APPRENTISSAGES DES ELEVES Qu est-ce qu apprendre? LES APPRENTISSAGES DES ELEVES Qu est-ce qu apprendre? 1- Pensées et aphorismes 2- Les réseaux neuronaux en Intelligence Artificielle 3- Parallèles avec les apprentissages humains 4- Qu est-ce qu une situation

Plus en détail

LA GESTION D Module 0 3 : u STRESS Module 03 :

LA GESTION D Module 0 3 : u STRESS Module 03 : Module 03 : la gestion du stress Module 03 : LA GESTION DU STRESS Ce module comprend les sections suivantes : Messages clés Aider votre enfant à reconnaître le stress Conseils provenant de familles sur

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

mots pour maux burnout

mots pour maux burnout mots pour maux burnout burnout Définition Le terme de burnout était primairement utilisé pour définir le surchauffement d une fusée résultant de l épuisement de carburant. Puis H. Freudenberg, un psychanalyste

Plus en détail

Tiré à Part du BDP volume 7 n 1

Tiré à Part du BDP volume 7 n 1 Tiré à Part du BDP volume 7 n 1 LE ROLE DE L INFIRMIERE DE DIALYSE PERITONEALE DANS L EDUCATION DU PATIENT Ghislaine VENIEZ Infirmière - Unité de Dialyse Péritonéale C.H. René Dubos - 95300 Pontoise 1997

Plus en détail

PRÉSENTATION TRAVAIL EN COURS - APPRENTISSAGE INTERACTIF. Ianis Lallemand, 21 janvier 2013

PRÉSENTATION TRAVAIL EN COURS - APPRENTISSAGE INTERACTIF. Ianis Lallemand, 21 janvier 2013 PRÉSENTATION TRAVAIL EN COURS - APPRENTISSAGE INTERACTIF Ianis Lallemand, 21 janvier 2013 APPRENTISSAGE INTERACTIF definition Contours encore assez flous dans le champ de l apprentissage automatique. Néanmoins,

Plus en détail

LES AVeNTURIERS DU CERVEAU Congrès des Jeunes Chercheurs

LES AVeNTURIERS DU CERVEAU Congrès des Jeunes Chercheurs La Cité des Sciences ouvre ses portes aux jeunes Savanturiers Du 16 au 22 mai 2015, c est la semaine du cerveau! Pour cette occasion, les Savanturiers et Universcience vous invitent à découvrir le cerveau

Plus en détail

TRAITEMENT DE L INFORMATION SENSORIELLE : PRINCIPES GENERAUX. Plan du cours I ORGANISATION GENERALE DU SYSTEME NERVEUX CENTRAL

TRAITEMENT DE L INFORMATION SENSORIELLE : PRINCIPES GENERAUX. Plan du cours I ORGANISATION GENERALE DU SYSTEME NERVEUX CENTRAL TRAITEMENT DE L INFORMATION SENSORIELLE : PRINCIPES GENERAUX Plan du cours I ORGANISATION GENERALE DU SYSTEME NERVEUX CENTRAL 1. Principe général du fonctionnement cérébral 2. Notions de base en physiologie

Plus en détail

Plan de formation 2nd degré 2015 2016 CREER, INNOVER

Plan de formation 2nd degré 2015 2016 CREER, INNOVER Plan de formation 2nd degré 2015 2016 La carte heuristique, un outil au service des apprentissages PN009406 Les cartes heuristiques sont un réel outil pour apprendre à apprendre, et s avèrent un atout

Plus en détail

Formation «Développer l Art du Langage et la Créativité» niveau 2

Formation «Développer l Art du Langage et la Créativité» niveau 2 Formation «Développer l Art du Langage et la Créativité» niveau 2 Programme Praticien en Hypnose Ericksonienne Cette formation très spécialisée sur l Art du langage et la créativité comporte deux niveaux.

Plus en détail

Les pronoms affirmatifs et négatifs

Les pronoms affirmatifs et négatifs Les pronoms affirmatifs et négatifs Annonces Merci à ceux qui ont assisté au film jeudi dernier! Cette semaine: Présentation culturelle le mercredi 4 mars, 3h-4h, LSC 372 Groupe de lecture le jeudi 5 mars,

Plus en détail

LE SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE

LE SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE LE SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE Comment faire appel à un psychologue? Demande du patient Orientation par un professionnel A quel moment de la prise en charge peut-on le solliciter? A tout moment de la maladie

Plus en détail

L Evolution du Social Learning

L Evolution du Social Learning Dossier de recherche L Evolution du Social Learning Les challenges de la collaboration et de la technologie Par: David Wentworth, Analyste principal Brandon Hall Group 2013 2013 Brandon Hall Group. Licensed

Plus en détail

COACHING WAYS. Un processus intégral, révélateur de coachs de talent

COACHING WAYS. Un processus intégral, révélateur de coachs de talent COACHING WAYS Un processus intégral, révélateur de coachs de talent INTRODUCTION AU PROGRAMME COACHING WAYS Notre programme de formation conduit à devenir coach, à un niveau ACC ou PCC de L International

Plus en détail

Le marchand de sable, ce mystérieux bonhomme qui

Le marchand de sable, ce mystérieux bonhomme qui Préambule Le marchand de sable passera-t-il ce soir? Le marchand de sable, ce mystérieux bonhomme qui saupoudre du sable magique dans les yeux des enfants pour les endormir Sur un petit nuage (assez étroit),

Plus en détail

LES CARTES HEURISTIQUES. Un outil au service des apprentissages

LES CARTES HEURISTIQUES. Un outil au service des apprentissages LES CARTES HEURISTIQUES Un outil au service des apprentissages Fabien Darne, septembre 2015 Plan Heuristique? Vous pouvez répéter? Un peu d histoire Définition Les 6 points clés Intérêts pédagogiques Pour

Plus en détail

THEORIE SUR LES TROIS MODES DE FONCTIONNEMENT DU CERVEAU

THEORIE SUR LES TROIS MODES DE FONCTIONNEMENT DU CERVEAU THEORIE SUR LES TROIS MODES DE FONCTIONNEMENT DU CERVEAU Position du problème Soient O un observateur, X la chose qu il observe et F(X) l expression de l idée qu il se fait de la chose qu il observe. Schéma1

Plus en détail

Équipes LILaC & ADRIA. Représentation des connaissances et formalisation du raisonnement

Équipes LILaC & ADRIA. Représentation des connaissances et formalisation du raisonnement IRIT Thèmes 3 & 4 Thèmes 4 Équipes LILaC & ADRIA Équipe LILaC Modélisation d agents cognitifs Informatique Intelligence Artificielle Représentation des connaissances et formalisation du raisonnement Logique

Plus en détail

Psychologie et épistémologie génétique. Fragments d un entretien avec Jean-Blaise Grize

Psychologie et épistémologie génétique. Fragments d un entretien avec Jean-Blaise Grize ISSN 2291-9805 Psychologie et épistémologie génétique Fragments d un entretien avec Jean-Blaise Grize Denis Apothéloz Université de Lorraine & laboratoire ATILF Abstract We introduce here excerpts of an

Plus en détail

Les compétences de l apprenant en formation à distance : les outils d aide à l autonomie

Les compétences de l apprenant en formation à distance : les outils d aide à l autonomie Les compétences de l apprenant en formation à distance : les outils d aide à l autonomie S t é p h a n i e M a i l l e s - V i a r d M e t z M a î t r e d e C o n f é r e n c e s e n p s y c h o l o g

Plus en détail

La psychologie scientifique au service de l humain

La psychologie scientifique au service de l humain THERAPIES COGNITIVO COMPORTEMENTALES La psychologie scientifique au service de l humain Ces techniques interviennent à 3 niveaux COMPORTEMENT -COGNITIF- EMOTIONNEL Environnement Comportement Cognition

Plus en détail

BILAN ET POURSUITE DE LA FORMATION A L ECOUTE MAI 2012. Sommaire

BILAN ET POURSUITE DE LA FORMATION A L ECOUTE MAI 2012. Sommaire Sommaire Introduction :... 2 I- Déroulement... 2 II- Qu est-ce qui détermine la qualité d écoute?... 3 III- La reformulation... 3 Conclusion... 4 Bibliographie... 5 1 RECit considère «l écoute» comme une

Plus en détail

Enfin une approche nouvelle en formation!

Enfin une approche nouvelle en formation! Enfin une approche nouvelle en formation! Johanne Panneton et Serge Comtois, fondateurs d Autre Chose Formation, sont fiers de vous inviter à participer à cette formation pour la première fois diffusée

Plus en détail

Mustapha Mezzine. Comment supprimer les virus de notre bio-ordinateur

Mustapha Mezzine. Comment supprimer les virus de notre bio-ordinateur Mustapha Mezzine Comment supprimer les virus de notre bio-ordinateur 2 2 Avant-propos L une des métaphores les plus utilisées pour expliquer le fonctionnement du cerveau est de la comparer à un ordinateur.

Plus en détail

Thème 1 Handicap en général - Fiche 1

Thème 1 Handicap en général - Fiche 1 Thème 1 Handicap en général - Fiche 1 Enfants de 9 à 12 ans Elèves de l enseignement secondaire inférieur 1 - Aborder le thème de la différence - Quelle place a la personne handicapée dans la société -

Plus en détail

Stratégies métacognitives. Leur intégration dans la classe de FLE (1) 1- Introduction 2- Domaine d action 3- L apport théorique

Stratégies métacognitives. Leur intégration dans la classe de FLE (1) 1- Introduction 2- Domaine d action 3- L apport théorique Stratégies métacognitives. Leur intégration dans la classe de FLE (1) Raquel Partemi rpartemi@logos.uncu.edu.ar María Cristina Azcona sanchere@speedy.com.ar Noemí Jiménez castellotejimenez@yahoo.com.ar

Plus en détail

Les apports de. l'informatique. La filiation. Le statut de technologie ou de sous-discipline. Le statut de science à part entière est lorsqu il y a :

Les apports de. l'informatique. La filiation. Le statut de technologie ou de sous-discipline. Le statut de science à part entière est lorsqu il y a : Les apports de Aux autres disciplines Le statut de technologie ou de sous-discipline est celui de l importation l et de la vulgarisation Le statut de science à part entière est lorsqu il y a : Rétro-action

Plus en détail

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LE DOMICILE LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LEGISLATION LOI DU 4 MARS 2002:définition des réseaux de santé : «Ils ont pour objet de favoriser l

Plus en détail

Y. Morel. http://xymaths.free.fr/ Rubrique 2nde

Y. Morel. http://xymaths.free.fr/ Rubrique 2nde Mémoire Y. Morel http://xymaths.free.fr/ Rubrique 2nde 1 A propos de l intelligence... 2 Quizz : Connaissez-vous votre mémoire? 3 Objectifs Exercice 1 - Dessin d enfant Exercice 2 - Liste de symboles Exercice

Plus en détail