LABO PROJET : IMPLEMENTATION D UN MODEM ADSL SOUS MATLAB

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LABO 5-6 - 7 PROJET : IMPLEMENTATION D UN MODEM ADSL SOUS MATLAB"

Transcription

1 LABO PROJET : IMPLEMENTATION D UN MODEM ADSL SOUS MATLAB 5.1 Introduction Au cours de séances précédentes, nous avons appris à utiliser un certain nombre d'outils fondamentaux en traitement du signal : générateurs (et échantillonneurs), analyseurs, et filtres. Ces outils vont maintenant nous permettre de modéliser et synthétiser des signaux audio-numériques. Plus précisément, le but de ce projet sera de réaliser un système de transmission numérique basé sur le principe DMT (Discrete Multitone Transmission), avec modulation QAM de chaque porteuse. En clair : le principe d un modem ADSL. Le codeur-décodeur ADSL sera réalisé sous MATLAB, pour des raisons évidentes de temps de développement. Il ne sera par conséquent pas «temps réel» : il fonctionnera en deux étapes : codage d une information numérique sous la forme d un fichier.wav ; décodage du fichier.wav et vérification du résultat. Pour ce faire, nous commencerons par créer un signal simple, que nous soumettrons au codeur. Cette première étape permettra de mieux comprendre le principe de ce codeur. Chaque étape du processus de codage sera analysée (dans les domaines temporels et fréquentiels). Nous utiliserons ensuite le codeur et le décodeur correspondant sur un signal numérique réel. 5.2 Notions Théoriques Transmissions numériques Il est difficilement envisageable d envoyer, à longue distance, un signal numérique sous la forme d une simple suite d impulsions rectangulaires analogiques (ce que l on appelle transmission en bande de base dans le jargon des télécoms). Le spectre d un tel signal est en effet très large, et contient en général des fréquences pour lesquelles le milieu de transmission (air, fils) possède une mauvais réponse en fréquence. La transmission correcte d un signal en bande de base requiert donc l utilisation de filtres complexes, appelés filtres égaliseurs, qui compensent la fonction de transfert du canal.

2 2 LABORATOIRES DE TRAITEMENT DU SIGNAL Un modem est un appareil qui transforme un signal numérique (suite de bits) en un signal analogique possédant des propriétés facilitant sa transmission sur un canal donné. La transmission s effectue en général par modulation d une porteuse sinusoïdale, dont on modifie l amplitude, la phase ou la fréquence, au rythme du signal à envoyer (Fig 5.1). De l autre côté de la chaîne de transmission, le modem récepteur détecte les modifications apportées à la porteuse, et en déduit le signal modulant. Fig 5.1 Exemples de modulations (d après [Agilent 97]). Dans le cas où le signal à transmettre est lui-même analogique, on parle de modulation d amplitude, de fréquence (AM, FM 1 ) ; s il est numérique, on parle plutôt modulation par saut d amplitude, de fréquence ou de phase (QAM : quadrature amplitude modulation, FSK : frequency shift keying, PSK : phase shift keying 2 ), car les modifications d amplitude, de phase, ou de fréquence, sont brutales et discrètes. La méthode de modulation utilisée dans un modem ADSL est de type DMT/QAM. Dans les paragraphes suivants, nous donnons une explication des principes associés à la modulation AM, QAM, puis du principe de la transmission DMT Modulation d amplitude (AM) 1 En analogique, modifier la phase d une cisoïde de façon continue revient à en modifier la fréquence (qui est en effet la dérivée de la phase). 2 En numérique, une modification instantanée de fréquence ne conduit pas au même résultat qu une modification instantanée de phase (cf. les deux ondes au centre de la Fig 5.1).

3 LABORATOIRES DE TRAITEMENT DU SIGNAL 3 Soit x(t) un signal réel, et cos(ω 0 t) une porteuse de pulsation fondamentale ω 0 (ω 0 = 2πf 0 ). Le spectre du signal y(t)=x(t)cos(ω 0 t) résulte de la translation, sur l axe des pulsations, de + et ω 0 du spectre de x(t) (Fig 5.2). x(t) a X(f) A(0) t f cos(w 0 t) A(f) 1 1/2 1/2 t f -f 0 0 f 0 a y(t)=x(t)cos(w 0 t) Y(f) A(0)/2 f -f 0 f 0 Fig 5.2 Modulation d amplitude. En effet le développement en séries de Fourier de cos(ω 0 t) comprend deux termes d amplitude ½: F cos( ω 1 0t) δ( f f0) + δ( f + f0) 2 [ ] On sait par ailleurs que le produit x(t)cos(ω 0 t) correspond à la convolution des transformées de Fourier de x(t) et cos(ω 0 t), et que la convolution d un signal par une impulsion de Dirac correspond au déplacement de ce signal au droit de l impulsion, et à une multiplication par son poids. Ceci explique la Fig 5.2. Le signal y(t) peut alors être envoyé au démodulateur, qui effectuera simplement une multiplication par la même porteuse pour obtenir z(t)=y(t)cos(ω 0 t)= x(t)cos²(ω 0 t)= x(t)/2[1+cos(2ω 0 t)]. Ceci peut s interpréter spectralement comme la convolution entre Y(f) et les deux raies de la porteuse. On constate donc que, si l on fait suivre le démodulateur d un filtre passe-bas de fréquence de coupure f 0 on retrouve x(t) à un facteur ½ près Saut de phase en quadrature (QPSK : Quadrature Phase Shift Keying) Le principe de la modulation d amplitude peut être facilement transformé en modulation de phase pour la transmission de signaux numériques. Le principe le plus simple est celui d une modulation «d amplitude» sur deux porteuses de même fréquence mais déphasées de 90 : un cos(ω 0 t) et un

4 4 LABORATOIRES DE TRAITEMENT DU SIGNAL sin(ω 0 t). La première porteuse est appelée porteuse en phase ; la seconde est dite en quadrature. Si x(n) est la suite de bits (0/1) à envoyer, on constitue deux signaux analogiques binaires x Q (t) et x I (t) prenant des valeurs +1/-1 et représentant respectivement des bits d indices pairs et impairs de x(n), et on crée deux signaux modulés y Q (t)= x Q (t)cos(ω 0 t) et y I (t)= x I (t)cos(ω 0 t). On envoie alors le signal y(t)= y I (t)+ y Q (t) sur le canal de transmission (Fig 5.3). x I (n) x I (t) y I (t) x(n) y(t) x Q (n) x Q (t) y Q (t) Fig 5.3 Principe de la modulation QPSK. On comprend que cette double modulation «d amplitude» correspond en fait à une modulation de phase des deux porteuses, puisqu on les multiplie simplement par 1 ou 1. D où le nom de cette technique. Le spectre du signal y(t) est alors la somme complexe des spectres de y Q (t) et y I (t), eux-mêmes obtenus pas modulation AM de x Q (t) et x I (t) sur des porteuses en quadrature (Fig 5.4). S Q (f) Re Im S I (f) Y I (f) Y Q (f) -f 0 f 0 f Fig 5.4 Effet spectral de la modulation QPSK Dans le démodulateur, on peut retrouver x Q (t) et x I (t) en remultipliant y(t) par les deux porteuses séparément 3 : z Q (t)=y(t)cos(ω 0 t)= x Q (t)cos²(ω 0 t)+ x I (t)sin(ω 0 t)cos(ω 0 t) =x Q (t)/2[1+cos(2ω 0 t)] + x I (t)/2sin(2ω 0 t) 3 On peut également retrouver les expressions qui suivent en considérant que le démodulateur effectue une convolution entre le spectre de y(t) et celui des deux porteuses.

5 LABORATOIRES DE TRAITEMENT DU SIGNAL 5 z I (t)=y(t)sin(ω 0 t)= x Q (t)sin(ω 0 t)cos(ω 0 t)+ x I (t)sin²(ω 0 t) = x Q (t)/2sin(2ω 0 t) + x I (t)/2[1-cos(2ω 0 t)] On retrouve donc facilement x Q (t) et x I (t) (à un facteur ½ près) en passant z Q (t) et z I (t) par un filtre passe-bas de fréquence de coupure f 0. z I (t) Low- Pass (f 0 ) +1-1 x I (t) x I (n) x(n) y(t) z Q (t) Low- Pass (f 0 ) +1-1 x Q (t) x Q (n) Fig 5.5 Principe de la démodulation QPSK. En pratique, le signal que l on obtient en sortie des filtres passe-bas peut être fort différent des signaux x Q (t) et x I (t), pour trois raisons principales: le milieu de transmission possède une réponse en fréquence non constante sur l étendue spectrale des signaux ; les filtres passe-bas ne sont pas idéaux ; le milieu de transmission ajoute du bruit au signal transmis Modulation d amplitude en quadrature (QAM) On peut facilement généraliser cette idée, en augmentant à N le nombre de bits encodés dans le signal modulé à tout instant. Il suffit pour ce faire de segmenter le signal x(n) en mots (ou symboles) s(i) de N bits successifs, et d associer chaque mot parmi les 2 N possibles à une amplitude et une phase dans un diagramme polaire appelé diagramme de constellation (Fig 5.6). Chacune des deux porteuses est alors modulée en fonction des parties réelles et imaginaires des valeurs obtenues dans ce diagramme pour chaque mot. Comme les points dans ce diagramme de constellation ont des phases et des modules différents, on parle de modulation d amplitude en quadrature (QAM) 4. Il en résulte un débit en bits par secondes (bps) égal à N/T, où T est le temps d une impulsion élémentaire (+1 ou 1). La seule limitation à ce principe est celle liée à la possibilité d une détection efficace des bits à la réception. En effet, si on augmente trop le nombre de niveaux de modulation : le bruit apporté par la ligne risque de rendre difficile l interprétation de x I (t) ou x Q (t) en x(n) ; l effet de filtrage induit par la ligne de transmission, et qui tend à distordre la forme des signaux x Q (t) et x I (t) à la réception, crée de l interférence 4 Il est clair, dans ces conditions, que QPSK pourrait aussi bien s appeler QAM4, puisqu il y a 4 points dans le diagramme de constellation d un modulateur QPSK.

6 6 LABORATOIRES DE TRAITEMENT DU SIGNAL entre symboles : la valeur prise par un bit à un instant du passé de x Q (t-τ) ou x I (tτ) influence la forme courante de x Q (t) ou x I (t) et risque de produire une erreur d interprétation. Le taux d erreur au niveau du bit (BER : bit error rate) commence alors à augmenter. Fig 5.6 Diagramme de constellation QAM 32 : 5 bits par mot ; 32 valeurs : Q= axe imaginaire et I=axe réel (d après [Agilent 97]) Transmission DMT (Discrete Multitone Transmission) Il est en principe facile de généraliser encore la modulation QAM en faisant passer le nombre de porteuses de 2 à 2M, chaque couple de porteuses fonctionnant à une fréquence différente des autres. Si chaque couple de porteuses envoie un signal à N/T bps, la somme des porteuses correspond en principe à un débit de M.N/T bps. Le problème est évidemment celui de l interférence entre canaux : les spectres des M signaux modulés se recouvrent toujours partiellement (et d autant plus qu on veut n occuper qu une faible bande passante globale, ce qui conduit à ne pas trop espacer les couples de porteuses en fréquence). Ce recouvrement spectral se traduit par le fait qu un symbole sur une couple de porteuses donné (sur un «canal» donné) peut induire une erreur sur le symbole porté au même instant par un autre couple (sur une autre «canal»). La modulation DMT permet de résoudre ce problème en réalisant la modulation (et la démodulation) multi-porteuses dans le domaine des fréquences, à l aide d une IFFT (et d une FFT). La modulation est obtenue très simplement : On découpe le signal x(n) en symboles s(i) de N bits chacun ; On assigne aux symboles successifs les valeurs complexes s Q (i)+j s I (i) obtenues dans le diagramme de constellation ; On utilise ces valeurs complexes comme coefficients d une FFT créée de toute pièce. On prend bien soin, lors de cette opération, à ce que la FFT créée soit bien celle d un signal réel. Il faut pour ce faire que la FFT possède la propriété de symétrie hermitienne. Rappelons en effet que le

7 LABORATOIRES DE TRAITEMENT DU SIGNAL 7 signal {y(n)} correspondant à une FFT {Y(k)} (sur NFFT points) donnée est obtenu par IFFT : NFFT 1 1 nk y( n) = Y ( k) WNFFT ( n = 0... NFFT 1) NFFT avec WNFFT = e k = 0 2π j NFFT Pour que y(n) soit réel, il faut que : Y k Y NFFT k k NFFT * ( ) = ( ) ( = 1... / 2 1) On constitue dès lors «artificiellement» une FFT {Y(k)} sur NFFT=2(M+1) points : Y (0) = 0 Y ( k) = sq( k) + jsi( k) ( k = 1... NFFT /2 1) Y ( NFFT /2) = 0 * Y ( NFFT k) = Y ( k) ( k = 1... NFFT / 2 1) On calcule le signal modulé y(n) par IFFT. Ces opérations sont répétées en boucle, de façon à constituer un signal y(n) par paquets de NFFT points. Le signal y(n) est alors converti en un signal analogique y(t) par passage à travers un convertisseur D/A. La démodulation est alors en principe immédiate : En supposant que le démodulateur reçoit bien y(t) 5, on échantillonne y(t) à la même fréquence d échantillonnage F e que celle utilisée dans le modulateur, et on obtient y(n) ; On soumet chaque paquet de NFFT échantillons y(n) à une FFT, et on obtient les NFFT/2-1 valeurs complexes s Q (i)+j s I (i) correspondantes. On en déduit les valeurs des symboles correspondants, par examen du diagramme de constellation. Le débit obtenu par cette technique est de (NFFT/2-1).N bits par trame de NFFT échantillons, soit (NFFT/2-1).N.F e /NFFT, soit à peu près (si NFFT est suffisamment grand): D=F e* N/2 bps En pratique, il est clair que pour que la démodulation se passe correctement, il faut que le démodulateur puisse retrouver avec suffisamment de précision l horloge utilisée au modulateur (c est-à-dire les instants d échantillonnage). On intercale donc en général, et à intervalles périodiques, dans le signal y(n) transmis par le modulateur un ensemble d échantillons de synchronisation, qui font légèrement tomber le débit (puisqu ils ils n apportent aucune information en terme de symbole transmis). Ces échantillons de synchronisation permettent également de minimiser les risques d interférence entre trames successives de NFFT échantillons, due à l effet de filtrage de la ligne Modem ADSL 5 Ce qui suppose que le milieu de transmission ne dégrade pas trop le signal et n apporte pas de bruit additif.

8 8 LABORATOIRES DE TRAITEMENT DU SIGNAL Un modem ADSL (Asymetric Digital Subscriber Line) utilise la paire torsadée téléphonique qui relie l abonné au central le plus proche pour transmettre des informations numériques dans les deux sens (on parle de full duplex). Pour ne pas perturber les communications téléphoniques, les canaux fréquentiels utilisés pour les communications montantes et descendantes se situent au delà de la bande passante téléphonique. Ils sont de plus asymétriques : le canal «upstream» est classiquement plus étroit que le canal «downstream» (Fig 5.7). Chaque canal correspond à une modulation DMT/QAM. Fig 5.7 Occupation du spectre sur une ligne ADSL (d après [Caleca 02]). POTS est mis pour «plain old telephone service» Le nombre de couples de porteuses (NFFT/2) et le nombre de bits par symbole (N) ne peuvent évidemment pas être choisis n importe comment. Comme pour la modulation QAM en général, si N est trop important, la distance entre les différents points constituant la constellation diminue, et le bruit apporté par le milieu de transmission risque d augmenter le taux d erreur binaire. Il y a cependant une nouvelle contrainte à prendre en compte ici : le délai de transmission. Une valeur trop importante de NFFT ou de N implique en effet un délai important à la tranmission : on ne peut pas envoyer de symbole tant qu on n en n a pas accumulé (NFFT/2-1) symboles de N bits chacun. En pratique, on utilise typiquement les valeurs suivantes : Downstream : QAM 64 ou 128 (6 ou 7 bits par symbole) Upstream : QPSK (2 bits par symbole) ou QAM 16 (4 bits par symbole). Les canaux utilisés par DMT sont de 4 khz de large. Le nombre de couples de porteuses ne dépasse pas 256 (ce qui correspond à des FFT sur 512 points). Enfin, dans un vrai modem ADSL, les constellations sont adaptées à chaque porteuse, en fonction de sa qualité de transmission (analysée en temps réel par le modem), de façon à s adapter aux caractéristiques du milieu de transmission, très variables d une ligne à l autre. Ainsi, on attribuera peu (voire pas) de bits à une porteuse dont on constate qu elle passe mal. C est d ailleurs là la caractéristique la plus intéressante de ce système. On remarque en effet que le débit D=F e* N/2 bps est en pratique assez indépendant du nombre de porteuses. Par contre, l utilisation de plusieurs porteuse sur des bandes de fréquence adjacentes permet un mécanisme d allocation dynamique des bits en fonction de la fréquence des porteuses.

9 LABORATOIRES DE TRAITEMENT DU SIGNAL Réalisation d un modulateur-démodulateur QPSK numérique On se propose dans un premier temps de réaliser un modem QPSK, que l on testera sur un signal de test simple pour en vérifier le bon fonctionnement, puis sur un signal réel Signal de test On commencera par supposer qu on veut envoyer un signal binaire x(n)= , ce qui correspond à deux signaux de test x Q (t) et x I (t) périodiques de fréquences doubles l une de l autre (Fig. 5.8). On supposera ici que l intervalle de temps associé à un bit est de 1 ms et que la fréquence d échantillonnage est de Hz. x I (t)) t (ms) x Q (t)) t (ms) Fig. 5.8 Signaux de test x Q (t) et x I (t) Pour fixer les idées, nous commencerons par utiliser la fonction square pour créer les deux ondes carrées et nous en vérifierons le contenu spectral sous MATLAB. Rappelons que la décomposition en séries de Fourier d un signal carré peut être obtenue par calcul de la transformée de Fourier de sa période (Fig. 5.9), en utilisant par exemple la méthode de Guillemin (Fig. 5.9). x 0 (t) 2 x 0 (t) T/2 t -1-1 t Fig. 5.9 Une période de l onde carrée et sa dérivée

10 10 LABORATOIRES DE TRAITEMENT DU SIGNAL On en déduit alors la décomposition en séries de Fourier de la fonction périodique carrée : x'() t = δ( t+ T /2) + 2 δ() t δ( t T /2) X f e e T 2 2cos( ωt /2) X0( f) = jω 1 X( f) = S0( kf0) δ ( f kf0) T k = 1 2 2cos( kπ ) = δ ( f k/ T) T jk2π k = T 1 cos( kπ ) = δ ( f k/ T) jkπ 0 jωt/2 jωt/2 '( 0 ) = 2 ( + ) = 2 2cos( ω /2) k = (5.1) Le résultat (5.1) permet de prédéterminer par calcul l amplitude des harmoniques d un signal carré. On demande de retrouver ces valeurs sur le spectre des signaux x Q (t) et x I (t), obtenu avec freqz. Quantifier l importance théorique du phénomène d aliasing? Constate-t-on son effet? Et si on échantillonne le tout à 10200Hz? Codage QPSK du signal de test On demande d implémenter sous Matlab une version numérique du codeur dont le principe est donné à la Fig 5.3, en utilisant un couple de porteuses à 2000 Hz. Pour ce faire, le plus simple est de créer une fonction Matlab : function[y,xi,xq,yi,yq]=qpskmod(s,t,f0,fs); % Performs QPSK modulation % % s=bit stream (characters; ex : ) % y=modulated signal % T=bit period % f0=carrier freq % fs=sampling freq On vérifiera le bon fonctionnement du codeur : en examinant les sauts de phase dans les signaux y Q (t) et y I (t) en examinant, avec la fonction freqz, le spectre du signal de test codé (séparément : avant et après sommation des signaux en quadrature). On écoutera également le signal original et le signal codé (fonction sound sous Matlab). 5.4 Réalisation du décodeur dans le domaine temporel Décodage QPSK du signal de test On demande d implémenter sous Matlab une version numérique du décodeur dont le principe est donnée à la Fig 5.5.

11 LABORATOIRES DE TRAITEMENT DU SIGNAL 11 Pour ce faire, le plus simple est de créer une fonction Matlab : function[s,zi,zq,zif,zqf]=qpskdemod(y,t,f0,fs); % Performs QPSK demodulation % % y=modulated signal % s=bit stream % T=bit period % f0=carrier freq % fs=sampling freq % zi,zq = demodulated signals, not filtered % zif,zqf = demodulated signals, filtered Cette étape nécessite la synthèse d un filtre numérique passe-bas de fréquence de coupure 2000 Hz. On utilisera une synthèse de Cauer (fonctions ellipord et ellip), dont on s imposera les spécifications de façon à ce que l ordre du filtre ne soit pas trop élevé, tout en coupant suffisamment au delà de 2000 Hz. On examinera dans quelle mesure les signaux démodulés z i (t) et z q (t) ressemblent bien aux signaux originaux (dans le domaine temporel et fréquentiel). On comparera également ces deux signaux auditivement. Pourquoi la forme des signaux après démodulation et filtrage est-elle assez différente de la forme des signaux de départ? Utiliser un filtre FIR à phase symétrique (synthèse par remezord constater la différence. et remez) et Pour la détection finale du signal binaire à partir des signaux z i (t) et z q (t), on utilisera une simple mesure du signe de z i (t) et z q (t) au centre de chaque impulsion rectangulaire 6. Quel est le débit binaire? Quel est le taux d erreur binaire (BER : bit error rate)? Décodage d un signal réel On répétera l opération de décodage pour un signal numérique (une suite de caractères ASCII formant un message) fourni sur disquette ( message.wav ). On se servira de la commande 7 suivante pour segmenter la suite de bits s en nchar caractères : char(bin2dec(reshape(s,7,length(s)/7)'))) Chaque paquet de 7 bits correspond à un nombre entre 0 et 127 (obtenu sous Matlab par la fonction bin2dec), et chaque nombre correspond à un caractère ASCII (obtenu facilement grâce à la fonction char de Matlab). Le signal décodé est-il de bonne qualité? NB : on utilisera pour la suite les fonctions wavread et wavwrite de Matlab pour charger/sauver les données audio. (NB : le fichier son stocké sur disquette a subi une division par 2 avant enregistrement). 6 En réalité, la détection du bit peut se faire de façon beaucoup plus complexe et fiable, mais cela sort du cadre d un cours d introduction au traitement du signal. 7 Cette commande ne fonctionne que si le nombre de bits est multiple de 7. Si pas, il faut tronquer s.

12 12 LABORATOIRES DE TRAITEMENT DU SIGNAL Décodage d un signal de test transmis en audio Afin de se placer dans des conditions de bruit et de désynchronisation plus réalistes, on enverra d un PC à un autre le signal audio généré par codage 8. Le second PC procèdera à l échantillonnage du signal envoyé par le premier, sous la forme d un fichier.wav à Hz. On répétera les opérations de démodulation et décodage, en ajustant le point de synchronisation à l œil. On cherchera ensuite à estimer le rapport signal sur bruit de la transmission. La PSD du bruit sera obtenue en ne transmettant aucun signal sur la ligne, et en mesurant ce qui est reçu. La PSD du signal sera obtenue par calcul, puis par mesure sur le signal reçu lorsqu un signal de test est transmis (ce qui revient en fait à calculer un rapport «(signal+bruit)/bruit»). Pourquoi ne parvient-on finalement pas à bien démoduler le signal? Le signal décodé est-il sensible à ce point de synchro? 5.5 Simulation simple d un modem ADSL Codage du signal de test On demande d implémenter sous Matlab un modulateur DMT à 7 canaux (M=7; NFFT=16), où chaque canal est modulé en QPSK (N=2). Pour ce faire, le plus simple est de créer une fonction Matlab : Function y=dmtmod(s); % Performs DMT modulation % % s=bit stream (characters; ex : ) % y=modulated signal On examinera (et on écoutera) le signal y, pour y constater la présence des porteuses à plusieurs fréquences différentes Décodage du signal de test On demande d implémenter sous Matlab un démodulateur correspondant au modulateur précédent et de lui présenter le signal modulé au point précédent pour vérifier son bon fonctionnement. Pour ce faire, le plus simple est de créer une fonction Matlab : Function s=dmtdemod(y); % Performs DMT demodulation % % s=bit stream (characters; ex : ) % y=modulated signal 8 Le signal sera par exemple envoyé depuis le PC étudiant et enregistré sur le portable du professeur.

13 LABORATOIRES DE TRAITEMENT DU SIGNAL 13 NB : ici, la détection des bits est encore plus simple : il suffit de comparer chacun des coefficients de la FFT du signal d entrée aux quatre valeurs de la constellation QPSK. On constatera l extrême souplesse de ce type de modulation : que nécessite un changement de valeur de M, ou N? Comment effectuerait-on une allocation dynamique du nombre de bits en fonction du canal (si la ligne présente des défauts à certaines fréquences)? 5.6 Bibliographie [Agilent 97] «Digital Modulation in Communications Systems An Introduction Application Note», Agilent AN 1298, (http://www.web-ee.com/primers/files/ e.pdf) [Caleca 02] «Large Bande», Christian Caleca, 2002, (http://christian.caleca.free.fr/modulation/)

TD1 Signaux, énergie et puissance, signaux aléatoires

TD1 Signaux, énergie et puissance, signaux aléatoires TD1 Signaux, énergie et puissance, signaux aléatoires I ) Ecrire l'expression analytique des signaux représentés sur les figures suivantes à l'aide de signaux particuliers. Dans le cas du signal y(t) trouver

Plus en détail

2. Couche physique (Couche 1 OSI et TCP/IP)

2. Couche physique (Couche 1 OSI et TCP/IP) 2. Couche physique (Couche 1 OSI et TCP/IP) 2.1 Introduction 2.2 Signal 2.3 Support de transmission 2.4 Adaptation du signal aux supports de transmission 2.5 Accès WAN 2.1 Introduction Introduction Rôle

Plus en détail

Chapitre 2 : communications numériques.

Chapitre 2 : communications numériques. Chapitre 2 : communications numériques. 1) généralités sur les communications numériques. A) production d'un signal numérique : transformation d'un signal analogique en une suite d'éléments binaires notés

Plus en détail

Les techniques de multiplexage

Les techniques de multiplexage Les techniques de multiplexage 1 Le multiplexage et démultiplexage En effet, à partir du moment où plusieurs utilisateurs se partagent un seul support de transmission, il est nécessaire de définir le principe

Plus en détail

Transmission de données. A) Principaux éléments intervenant dans la transmission

Transmission de données. A) Principaux éléments intervenant dans la transmission Page 1 / 7 A) Principaux éléments intervenant dans la transmission A.1 Equipement voisins Ordinateur ou terminal Ordinateur ou terminal Canal de transmission ETTD ETTD ETTD : Equipement Terminal de Traitement

Plus en détail

TP Modulation Démodulation BPSK

TP Modulation Démodulation BPSK I- INTRODUCTION : TP Modulation Démodulation BPSK La modulation BPSK est une modulation de phase (Phase Shift Keying = saut discret de phase) par signal numérique binaire (Binary). La phase d une porteuse

Plus en détail

Lexique des termes utilisés en télévision et sur les mesureurs de champ

Lexique des termes utilisés en télévision et sur les mesureurs de champ Lexique des termes utilisés en télévision et sur les mesureurs de champ ANALYSE SPECTRALE : Méthode utilisée pour mettre en évidence les caractéristiques du signal. L'intérêt de cette analyse est donc

Plus en détail

MOdulateur-DEModulateur (MODEM) FSK

MOdulateur-DEModulateur (MODEM) FSK MOdulateur-DEModulateur (MODEM) FSK La FSK (Frequency Shift Keying pour Saut discret de Fréquences) correspond tout simplement à une modulation de fréquence dont le modulant (information) est un signal

Plus en détail

INTRODUCTION A L ELECTRONIQUE NUMERIQUE ECHANTILLONNAGE ET QUANTIFICATION I. ARCHITECTURE DE L ELECRONIQUE NUMERIQUE

INTRODUCTION A L ELECTRONIQUE NUMERIQUE ECHANTILLONNAGE ET QUANTIFICATION I. ARCHITECTURE DE L ELECRONIQUE NUMERIQUE INTRODUCTION A L ELECTRONIQUE NUMERIQUE ECHANTILLONNAGE ET QUANTIFICATION I. ARCHITECTURE DE L ELECRONIQUE NUMERIQUE Le schéma synoptique ci-dessous décrit les différentes étapes du traitement numérique

Plus en détail

Transmission des signaux numériques

Transmission des signaux numériques Transmission des signaux numériques par Hikmet SARI Chef de Département d Études à la Société Anonyme de Télécommunications (SAT) Professeur Associé à Télécom Paris. Transmission en bande de base... E

Plus en détail

Fonctions de la couche physique

Fonctions de la couche physique La Couche physique 01010110 01010110 Couche physique Signal Médium Alain AUBERT alain.aubert@telecom-st-etienne.r 0 Fonctions de la couche physique 1 1 Services assurés par la couche physique Transmettre

Plus en détail

LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION

LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION ) Caractéristiques techniques des supports. L infrastructure d un réseau, la qualité de service offerte,

Plus en détail

La couche physique de l ADSL (voie descendante)

La couche physique de l ADSL (voie descendante) La couche physique de l ADSL (voie descendante) Philippe Ciblat École Nationale Supérieure des Télécommunications, Paris, France Problématique qq kilomètres CENTRAL câble de 0,4mm Objectifs initiaux :

Plus en détail

Signaux numériques : Multiplexage temporel : TDM

Signaux numériques : Multiplexage temporel : TDM Signaux numériques : Multiplexage temporel : TDM Pour la hiérarchie TDM, il y a deux catégorie : Le multiplexage dans les systèmes informatiques : La transmission TDM dans des lignes haute vitesse à partir

Plus en détail

Expérience 3 Formats de signalisation binaire

Expérience 3 Formats de signalisation binaire Expérience 3 Formats de signalisation binaire Introduction Procédures Effectuez les commandes suivantes: >> xhost nat >> rlogin nat >> setenv DISPLAY machine:0 >> setenv MATLABPATH /gel/usr/telecom/comm_tbx

Plus en détail

Systèmes de transmission

Systèmes de transmission Systèmes de transmission Conception d une transmission série FABRE Maxime 2012 Introduction La transmission de données désigne le transport de quelque sorte d'information que ce soit, d'un endroit à un

Plus en détail

1. Présentation général de l architecture XDSL :

1. Présentation général de l architecture XDSL : 1. Présentation général de l architecture XDSL : Boucle locale : xdsl (Data Subscriber Line). Modem à grande vitesse adapté aux paires de fils métalliques. La lettre x différencie différents types, comme

Plus en détail

xdsl Digital Suscriber Line «Utiliser la totalité de la bande passante du cuivre»

xdsl Digital Suscriber Line «Utiliser la totalité de la bande passante du cuivre» xdsl Digital Suscriber Line «Utiliser la totalité de la bande passante du cuivre» Le marché en France ~ 9 millions d abonnés fin 2005 ~ 6 millions fin 2004 dont la moitié chez l opérateur historique et

Plus en détail

Téléinformatique. Chapitre V : La couche liaison de données dans Internet. ESEN Université De La Manouba

Téléinformatique. Chapitre V : La couche liaison de données dans Internet. ESEN Université De La Manouba Téléinformatique Chapitre V : La couche liaison de données dans Internet ESEN Université De La Manouba Les techniques DSL La bande passante du service voix est limitée à 4 khz, cependant la bande passante

Plus en détail

Systèmes de communications numériques 2

Systèmes de communications numériques 2 Systèmes de Communications Numériques Philippe Ciuciu, Christophe Vignat Laboratoire des Signaux et Systèmes cnrs supélec ups supélec, Plateau de Moulon, 9119 Gif-sur-Yvette ciuciu@lss.supelec.fr Université

Plus en détail

LA COUCHE PHYSIQUE EST LA COUCHE par laquelle l information est effectivemnt transmise.

LA COUCHE PHYSIQUE EST LA COUCHE par laquelle l information est effectivemnt transmise. M Informatique Réseaux Cours bis Couche Physique Notes de Cours LA COUCHE PHYSIQUE EST LA COUCHE par laquelle l information est effectivemnt transmise. Les technologies utilisées sont celles du traitement

Plus en détail

Chaine de transmission

Chaine de transmission Chaine de transmission Chaine de transmission 1. analogiques à l origine 2. convertis en signaux binaires Échantillonnage + quantification + codage 3. brassage des signaux binaires Multiplexage 4. séparation

Plus en détail

DOSSIER ADSL. DEMARCHE DE TRAVAIL : Consultez rapidement le dossier avant de commencer Complétez le dossier en suivant les indications du document

DOSSIER ADSL. DEMARCHE DE TRAVAIL : Consultez rapidement le dossier avant de commencer Complétez le dossier en suivant les indications du document DOSSIER ADSL OBJECTIFS DU DOSSIER : Dans le dossier suivant, nous vous proposons de découvrir les spécificités des lignes à haut débit. Nous verrons notamment deux dossiers : L ADSL (Asymmetric Digital

Plus en détail

Digital Subscriber Line

Digital Subscriber Line Digital Subscriber Line Bernard Cousin Présentation d'adsl But : Offrir l'accès à l'internet à partir d'un domicile personnel Le cout des réseaux d'accès est très important par rapport à celui du réseau

Plus en détail

Transmission d informations sur le réseau électrique

Transmission d informations sur le réseau électrique Transmission d informations sur le réseau électrique Introduction Remarques Toutes les questions en italique devront être préparées par écrit avant la séance du TP. Les préparations seront ramassées en

Plus en détail

ADSL. Étude d une LiveBox. 1. Environnement de la LiveBox TMRIM 2 EME TRIMESTRE LP CHATEAU BLANC 45120 CHALETTE/LOING NIVEAU :

ADSL. Étude d une LiveBox. 1. Environnement de la LiveBox TMRIM 2 EME TRIMESTRE LP CHATEAU BLANC 45120 CHALETTE/LOING NIVEAU : LP CHATEAU BLANC 45120 CHALETTE/LOING THEME : ADSL BAC PROFESSIONNEL MICRO- INFORMATIQUE ET RESEAUX : INSTALLATION ET MAINTENANCE ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS 2 EME TRIMESTRE NIVEAU : TMRIM Étude d une LiveBox

Plus en détail

TP N 1 MODULATION D AMPLITUDE DEMODULATION D AMPLITUDE

TP N 1 MODULATION D AMPLITUDE DEMODULATION D AMPLITUDE Polytech'Nice, Dép. Elec 4ème année T.P. d'electronique TP N 1 MODULATION D AMPLITUDE DEMODULATION D AMPLITUDE GENERALITES SUR LA MODULATION Les ondes électromagnétiques de fréquence élevée ont la propriété

Plus en détail

Architectures et Protocoles des Réseaux

Architectures et Protocoles des Réseaux Chapitre 5 - Les réseaux xdsl Claude Duvallet Université du Havre UFR Sciences et Techniques 25 rue Philippe Lebon - BP 540 76058 LE HAVRE CEDEX Claude.Duvallet@gmail.com Claude Duvallet 1/32 Plan de la

Plus en détail

Année 2010-2011. Transmission des données. Nicolas Baudru mél : nicolas.baudru@esil.univmed.fr page web : nicolas.baudru.perso.esil.univmed.

Année 2010-2011. Transmission des données. Nicolas Baudru mél : nicolas.baudru@esil.univmed.fr page web : nicolas.baudru.perso.esil.univmed. Année 2010-2011 Réseaux I Transmission des données Nicolas Baudru mél : nicolas.baudru@esil.univmed.fr page web : nicolas.baudru.perso.esil.univmed.fr 1 Plan 1 Notions de signaux 2 Caractéristiques communes

Plus en détail

SYSTEME DE PALPAGE A TRANSMISSION RADIO ETUDE DU RECEPTEUR (MI16) DOSSIER DE PRESENTATION. Contenu du dossier :

SYSTEME DE PALPAGE A TRANSMISSION RADIO ETUDE DU RECEPTEUR (MI16) DOSSIER DE PRESENTATION. Contenu du dossier : SYSTEME DE PALPAGE A TRANSMISSION RADIO ETUDE DU RECEPTEUR (MI16) DOSSIER DE PRESENTATION Contenu du dossier : 1. PRESENTATION DU SYSTEME DE PALPAGE A TRANSMISSION RADIO....1 1.1. DESCRIPTION DU FABRICANT....1

Plus en détail

Chapitre I La fonction transmission

Chapitre I La fonction transmission Chapitre I La fonction transmission 1. Terminologies 1.1 Mode guidé / non guidé Le signal est le vecteur de l information à transmettre. La transmission s effectue entre un émetteur et un récepteur reliés

Plus en détail

Université de La Rochelle. Réseaux TD n 6

Université de La Rochelle. Réseaux TD n 6 Réseaux TD n 6 Rappels : Théorème de Nyquist (ligne non bruitée) : Dmax = 2H log 2 V Théorème de Shannon (ligne bruitée) : C = H log 2 (1+ S/B) Relation entre débit binaire et rapidité de modulation :

Plus en détail

Technologies xdsl. 1 Introduction 2 1.1 Une courte histoire d Internet... 2 1.2 La connexion à Internet... 3 1.3 L évolution... 3

Technologies xdsl. 1 Introduction 2 1.1 Une courte histoire d Internet... 2 1.2 La connexion à Internet... 3 1.3 L évolution... 3 Technologies xdsl Table des matières 1 Introduction 2 1.1 Une courte histoire d Internet.......................................... 2 1.2 La connexion à Internet..............................................

Plus en détail

ENSIL Troisième Année ELT

ENSIL Troisième Année ELT IFORMATIQUE APPLIQUEE TD1 Dans le cadre de ces TD, nous procédons à la simulation d'un système de télécommunication numérique. Cette opération va nous permettre d'étudier la performance du système sous

Plus en détail

Telecommunication modulation numérique

Telecommunication modulation numérique Telecommunication modulation numérique Travaux Pratiques (MatLab & Simulink) EOAA Salon de Provence Françoise BRIOLLE c Édition 2013 Table des matières 1 Modulation/démodulation en bande de base 6 1.1

Plus en détail

Traitement du signal avec Scilab : transmission numérique en bande de base

Traitement du signal avec Scilab : transmission numérique en bande de base Traitement du signal avec Scilab : transmission numérique en bande de base La transmission d informations numériques en bande de base, même si elle peut paraître simple au premier abord, nécessite un certain

Plus en détail

M1107 : Initiation à la mesure du signal. T_MesSig

M1107 : Initiation à la mesure du signal. T_MesSig 1/81 M1107 : Initiation à la mesure du signal T_MesSig Frédéric PAYAN IUT Nice Côte d Azur - Département R&T Université de Nice Sophia Antipolis frederic.payan@unice.fr 15 octobre 2014 2/81 Curriculum

Plus en détail

Telecommunication modulation numérique

Telecommunication modulation numérique Telecommunication modulation numérique Travaux Pratiques (MatLab & Simulink) EOAA Salon de Provence Stéphane BRASSET, Françoise BRIOLLE Édition 2012 Table des matières 1 Modulation/démodulation en bande

Plus en détail

UE 503 L3 MIAGE. Initiation Réseau et Programmation Web La couche physique. A. Belaïd

UE 503 L3 MIAGE. Initiation Réseau et Programmation Web La couche physique. A. Belaïd UE 503 L3 MIAGE Initiation Réseau et Programmation Web La couche physique A. Belaïd abelaid@loria.fr http://www.loria.fr/~abelaid/ Année Universitaire 2011/2012 2 Le Modèle OSI La couche physique ou le

Plus en détail

Quelques points de traitement du signal

Quelques points de traitement du signal Quelques points de traitement du signal Introduction: de la mesure au traitement Source(s) BRUIT BRUIT Système d acquisition Amplitude (Pa) Temps (s) Amplitude (Pa) Mesure Opérations mathématiques appliquées

Plus en détail

Fiche technique expérimentale 5. Notions sur l acquisition numérique

Fiche technique expérimentale 5. Notions sur l acquisition numérique Fiche technique expérimentale 5 Notions sur l acquisition numérique D.Malka MPSI 2014-2015 Lycée Saint-Exupéry Ce bref guide traite de quelques éléments important sur l acquisition numérique des signaux

Plus en détail

J AUVRAY Systèmes Electroniques TRANSMISSION DES SIGNAUX NUMERIQUES : SIGNAUX EN BANDE DE BASE

J AUVRAY Systèmes Electroniques TRANSMISSION DES SIGNAUX NUMERIQUES : SIGNAUX EN BANDE DE BASE RANSMISSION DES SIGNAUX NUMERIQUES : SIGNAUX EN BANDE DE BASE Un message numérique est une suite de nombres que l on considérera dans un premier temps comme indépendants.ils sont codés le plus souvent

Plus en détail

LABO 5 ET 6 TRAITEMENT DE SIGNAL SOUS SIMULINK

LABO 5 ET 6 TRAITEMENT DE SIGNAL SOUS SIMULINK LABO 5 ET 6 TRAITEMENT DE SIGNAL SOUS SIMULINK 5.1 Introduction Simulink est l'extension graphique de MATLAB permettant, d une part de représenter les fonctions mathématiques et les systèmes sous forme

Plus en détail

Les bases théoriques du numérique

Les bases théoriques du numérique Les bases théoriques du numérique 1. Différences entre signaux analogiques et signaux numériques L analogique et le numérique sont deux procédés pour transporter et stocker des données. (de type audio,

Plus en détail

Chapitre 2 : Techniques de transmission

Chapitre 2 : Techniques de transmission Chapitre 2 : Techniques de transmission /home/kouna/d01/adp/bcousin/repr/cours/2.fm - 14 Janvier 1998 20:09 Plan. Introduction. Phénomènes caractéristiques. Les éléments de la transmission. La modulation.

Plus en détail

GEL-3006 Systèmes de communications Examen de mi-session (automne 2009)

GEL-3006 Systèmes de communications Examen de mi-session (automne 2009) GEL-3006 Examen de mi-session (automne 2009) page de 5 Enseignant : Jean-Yves Chouinard Durée : heure 50 minutes GEL-3006 Systèmes de communications Examen de mi-session (automne 2009) Remarques importantes

Plus en détail

Projet audio. Analyse des Signaux ELE2700

Projet audio. Analyse des Signaux ELE2700 ÉCOLE POLYTECHNIQUE DE MONTRÉAL Département de Génie Électrique Projet audio Analyse des Signaux ELE2700 Saad Chidami - 2014 Table des matières Objectif du laboratoire... 4 Caractérisation du bruit...

Plus en détail

Communications numériques

Communications numériques Communications numériques 1. Modulation numérique (a) message numérique/signal numérique (b) transmission binaire/m-aire en bande de base (c) modulation sur fréquence porteuse (d) paramètres, limite fondamentale

Plus en détail

codage correcteur d erreurs convolutionnel 1. Définition...2 2. représentation en treillis...3 3. Décodage : algorithme de Viterbi...3 4.

codage correcteur d erreurs convolutionnel 1. Définition...2 2. représentation en treillis...3 3. Décodage : algorithme de Viterbi...3 4. codage correcteur d erreurs convolutionnel. éfinition.... représentation en treillis...3 3. écodage : algorithme de Viterbi...3 4. istance libre...5 5. iagramme d état. Fonction de transfert...5 6. écodage

Plus en détail

Théorie et Codage de l Information (IF01) exercices 2013-2014. Paul Honeine Université de technologie de Troyes France

Théorie et Codage de l Information (IF01) exercices 2013-2014. Paul Honeine Université de technologie de Troyes France Théorie et Codage de l Information (IF01) exercices 2013-2014 Paul Honeine Université de technologie de Troyes France TD-1 Rappels de calculs de probabilités Exercice 1. On dispose d un jeu de 52 cartes

Plus en détail

TELEVISION NUMERIQUE

TELEVISION NUMERIQUE REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix - Travail Patrie --------------------- UNIVERSITE DE YAOUNDE I ---------------------- ECOLE NATIONALE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE ---------------------- REPUBLIC OF CAMEROUN Peace

Plus en détail

TF, DIRAC, CONVOLUTION, ET TUTTI QUANTI

TF, DIRAC, CONVOLUTION, ET TUTTI QUANTI TF, DIRAC, CONVOLUTION, ET TUTTI QUANTI J.-F. BERCHER École Supérieure d Ingénieurs en Électrotechnique et Électronique Octobre 2 version.2 L A TRANSFORMÉE DE FOURIER est l un des outils, sinon l outil

Plus en détail

Microscopie à Force Atomique

Microscopie à Force Atomique M1 SCIENCES DE LA MATIERE - ENS LYON ANNEE SCOLAIRE 2009-2010 Microscopie à Force Atomique Compte-rendu de Physique Expérimentale Réalisé au Laboratoire de Physique de l ENS Lyon sous la supervision de

Plus en détail

Filtrage - Intégration - Redressement - Lissage

Filtrage - Intégration - Redressement - Lissage PCSI - Stanislas - Electrocinétique - TP N 3 - Filtrage - Intégration - Redressement - Lissage Filtrage - Intégration - Redressement - Lissage Prenez en note tout élément pouvant figurer dans un compte-rendu

Plus en détail

Mesures en réception télévision

Mesures en réception télévision 1. Télévision terrestre analogique Rappels En bande terrestre analogique pour une prise utilisateur le niveau doit être compris entre 57 et 74 dbµv Ces niveaux sont donnés pour un signal de grande qualité.

Plus en détail

Systèmes de communications numériques 2

Systèmes de communications numériques 2 Systèmes de Communications Numériques Philippe Ciuciu, Christophe Vignat Laboratoire des Signaux et Systèmes CNRS SUPÉLEC UPS SUPÉLEC, Plateau de Moulon, 91192 Gif-sur-Yvette ciuciu@lss.supelec.fr Université

Plus en détail

ISO/CEI 11172-3 NORME INTERNATIONALE

ISO/CEI 11172-3 NORME INTERNATIONALE NORME INTERNATIONALE ISO/CEI 11172-3 Première édition 1993-08-01 Technologies de l information - Codage de l image animée et du son associé pour les supports de stockage numérique jusqu à environ Ii5 Mbit/s

Plus en détail

TV NUMERIQUE MOBILE : DU DVB-T AU DVB-H

TV NUMERIQUE MOBILE : DU DVB-T AU DVB-H 115189_TechnoN32 21/11/05 16:11 Page 56 56-57 : DU DVB-T AU DVB-H Gérard POUSSET, V.P. Marketing : Business Development chez DiBcom Grâce à ses circuits de traitement de signal spécifiques, DiBcom propose

Plus en détail

BASES DE TRANSMISSIONS NUMERIQUES Les modulations numériques

BASES DE TRANSMISSIONS NUMERIQUES Les modulations numériques - ENSEIRB - BASES DE TRANSMISSIONS NUMERIQUES Les modulations numériques Patrice KADIONIK adioni@enseirb.fr http://www.enseirb.fr/~adioni 1 / 41 TABLE DES MATIERES 1. Introduction...4. Les modulations

Plus en détail

Radiocommunication numérique terrestre ISDB-T au Japon

Radiocommunication numérique terrestre ISDB-T au Japon RADIODIFFUSION Générateur de signaux test TV R&S SFQ / R&S SFL Radiocommunication numérique terrestre ISDB-T au Japon Le passage de l analogique au numérique concerne désormais toutes les formes de radiocommunication

Plus en détail

( ) ( ) = a 0 ( ) 1 - PARTIE THÉORIQUE. ù û. v t. a n. cos( nwt ) + b n. + A n. v t. sin( nwt +j n ) = A n. sin j n b n. cos j n

( ) ( ) = a 0 ( ) 1 - PARTIE THÉORIQUE. ù û. v t. a n. cos( nwt ) + b n. + A n. v t. sin( nwt +j n ) = A n. sin j n b n. cos j n T.P. d'electronique 3 ème année 1 - PARTIE THÉORIQUE ANALYSE SPECTRALE DE SIGNAUX PAR FFT 1.1 RAPPEL SUR LES SÉRIES DE FOURIER. SPECTRE D'UN SIGNAL. La série de Fourier joue un rôle considérable en électronique,

Plus en détail

Transmission ADSL. Dominique PRESENT Dépt S.R.C. - I.U.T. de Marne la Vallée

Transmission ADSL. Dominique PRESENT Dépt S.R.C. - I.U.T. de Marne la Vallée Transmission ADSL Dominique PRESENT Dépt S.R.C. - I.U.T. de Marne la Vallée Hauts débits sur paires torsadées Fournir un accès haut débit à des serveurs sur paires téléphoniques ; Assurer la simultanéïté

Plus en détail

NOUVELLES TECHNOLOGIES RESEAUX

NOUVELLES TECHNOLOGIES RESEAUX NOUVELLES TECHNOLOGIES RESEAUX ADSL Asymmetric Digital Subscriber Line (ligne numérique à paires asymétriques) Réseau ATM DSLAM BAS Internet DSLAM HERVE Steve PETAS Vincent BOUZON Elodie Informatique Réseaux

Plus en détail

Connaissances VDI 1 : Chapitres 1 2 3 4 5 6 7 + annexe

Connaissances VDI 1 : Chapitres 1 2 3 4 5 6 7 + annexe Connaissances VDI 1 : Chapitres 1 2 3 4 5 6 7 + annexe Page 1 sur 8 COMMENT FONCTIONNE UN RESEAU DOMESTIQUE COMMUNIQUANT? BEP : Identifier les composants et S informer sur l évolution des matériels. BAC

Plus en détail

T.P. n 11. polytech-instrumentation.fr 0,15 TTC /min à partir d un poste fixe

T.P. n 11. polytech-instrumentation.fr 0,15 TTC /min à partir d un poste fixe T.P. n 11 polytech-instrumentation.fr 0 825 563 563 0,15 TTC /min à partir d un poste fixe Utilisation de l oscilloscope à mémoire numérique I. Introduction Avec un oscilloscope numérique, le signal étudié

Plus en détail

Numérisation du signal

Numérisation du signal Chapitre 12 Sciences Physiques - BTS Numérisation du signal 1 Analogique - Numérique. 1.1 Définitions. Signal analogique : un signal analogique s a (t)est un signal continu dont la valeur varie en fonction

Plus en détail

Cours n 12. Technologies WAN 2nd partie

Cours n 12. Technologies WAN 2nd partie Cours n 12 Technologies WAN 2nd partie 1 Sommaire Aperçu des technologies WAN Technologies WAN Conception d un WAN 2 Lignes Louées Lorsque des connexions dédiées permanentes sont nécessaires, des lignes

Plus en détail

I. TRANSMISSION DE DONNEES

I. TRANSMISSION DE DONNEES TD I. TRANSMISSION DE DONNEES 1. QU'EST-CE QU'UN CANAL DE TRANSMISSION? 1.1 Rappels Une ligne de transmission est une liaison entre les deux machines. On désigne généralement par le terme émetteur la machine

Plus en détail

ANALYSE MULTI CAPTEUR DE SIGNAUX TRANSITOIRES ISSUS DES SYSTEMES ELECTRIQUES

ANALYSE MULTI CAPTEUR DE SIGNAUX TRANSITOIRES ISSUS DES SYSTEMES ELECTRIQUES ANALYSE MULTI CAPTEUR DE SIGNAUX TRANSITOIRES ISSUS DES SYSTEMES ELECTRIQUES Bertrand GOTTIN Directeurs de thèse: Cornel IOANA et Jocelyn CHANUSSOT 03 Septembre 2010 Problématique liée aux Transitoires

Plus en détail

LeCroy. Recherche de défauts sur circuits logiques à l aide d oscilloscopes numériques

LeCroy. Recherche de défauts sur circuits logiques à l aide d oscilloscopes numériques LeCroy Recherche de défauts sur circuits logiques à l aide d oscilloscopes numériques Avec la constante évolution industrielle, les ingénieurs d études doivent aujourd hui caractériser en permanence de

Plus en détail

Étude des Corrélations entre Paramètres Statiques et Dynamiques des Convertisseurs Analogique-Numérique en vue d optimiser leur Flot de Test

Étude des Corrélations entre Paramètres Statiques et Dynamiques des Convertisseurs Analogique-Numérique en vue d optimiser leur Flot de Test 11 juillet 2003 Étude des Corrélations entre Paramètres Statiques et Dynamiques des Convertisseurs Analogique-Numérique en vue d optimiser leur Flot de Test Mariane Comte Plan 2 Introduction et objectif

Plus en détail

Projet de Traitement du Signal Segmentation d images SAR

Projet de Traitement du Signal Segmentation d images SAR Projet de Traitement du Signal Segmentation d images SAR Introduction En analyse d images, la segmentation est une étape essentielle, préliminaire à des traitements de haut niveau tels que la classification,

Plus en détail

TP: Représentation des signaux binaires. 1 Simulation d un message binaire - Codage en ligne

TP: Représentation des signaux binaires. 1 Simulation d un message binaire - Codage en ligne Objectifs : Ce TP est relatif aux différentes méthodes de codage d une information binaire, et à la transmission en bande de base de cette information. Les grandes lignes de ce TP sont l étude des méthodes

Plus en détail

Technique de codage des formes d'ondes

Technique de codage des formes d'ondes Technique de codage des formes d'ondes Contenu Introduction Conditions préalables Conditions requises Composants utilisés Conventions Modulation par impulsions et codage Filtrage Échantillon Numérisez

Plus en détail

TP filtres électriques

TP filtres électriques P filtres électriques Objectif : Étudier les caractéristiques de gain et de phase de quelques filtres classiques 1 Introduction oute cette partie est informative : la non compréhension de certains paragraphes

Plus en détail

Chapitre 13 Numérisation de l information

Chapitre 13 Numérisation de l information DERNIÈRE IMPRESSION LE 2 septembre 2013 à 17:33 Chapitre 13 Numérisation de l information Table des matières 1 Transmission des informations 2 2 La numérisation 2 2.1 L échantillonage..............................

Plus en détail

Enregistrement et transformation du son. S. Natkin Novembre 2001

Enregistrement et transformation du son. S. Natkin Novembre 2001 Enregistrement et transformation du son S. Natkin Novembre 2001 1 Éléments d acoustique 2 Dynamique de la puissance sonore 3 Acoustique géométrique: effets de diffusion et de diffraction des ondes sonores

Plus en détail

TRANSMISSION NUMERIQUE

TRANSMISSION NUMERIQUE TRANSMISSION NUMERIQUE 1. SYSTEMES ET CANAUX DE TRANSMISSIONS 1.1. Un système complet pour la transmission numérique 1.2. Intérêts de la transmission numérique 1.3. Définitions 2. CODAGE DE VOIE - CODAGE

Plus en détail

Signalisation, codage, contrôle d'erreurs

Signalisation, codage, contrôle d'erreurs Signalisation, codage, contrôle d'erreurs Objectifs: Plan Comprendre les mécanismes utilisés pour transmettre des informations sur un support physique Comprendre la nécessité de regrouper les informations

Plus en détail

Instrumentation électronique

Instrumentation électronique Instrumentation électronique Le cours d électrocinétique donne lieu à de nombreuses études expérimentales : tracé de caractéristiques statique et dynamique de dipôles, étude des régimes transitoire et

Plus en détail

1 Les techniques DSL :

1 Les techniques DSL : A.D.S.L. 1 LES TECHNIQUES DSL :... 2 1.1 HDSL... 3 1.2 SDSL... 3 1.3 ADSL... 3 1.4 RADSL... 4 1.5 VDSL... 4 1.6 SHDSL... 5 2 ADSL... 5 2.1 BANDE PASSANTE :... 5 2.2 DÉBITS :... 6 2.3 ADSL ET TÉLÉPHONIE

Plus en détail

RÉALISATION D'UN ANALYSEUR ----------------------------

RÉALISATION D'UN ANALYSEUR ---------------------------- RÉALISATION D'UN ANALYSEUR DE SPECTRE Par Alain ARBOUET Lycée René Cassin - 64100 Bayonne arbouet.alain@wanadoo.fr ---------------------------- RÉSUMÉ Le programme 1995 de physique de PCSI recommande la

Plus en détail

Cours d Électronique du Tronc Commun S3. Le filtrage optimisé du signal numérique en bande de base. Notion de BRUIT en télécommunication.

Cours d Électronique du Tronc Commun S3. Le filtrage optimisé du signal numérique en bande de base. Notion de BRUIT en télécommunication. IUT MARSEILLE DEPARTEMENT DE GENIE ELECTRIQUE ET INFORMATIQUE INDUSTRIELLE Diplôme Universitaire de Technologie. Cours d Électronique du Tronc Commun S3. Chapitre 8 : Le filtrage optimisé du signal numérique

Plus en détail

CHAPITRE V. Théorie de l échantillonnage et de la quantification

CHAPITRE V. Théorie de l échantillonnage et de la quantification CHAPITRE V Théorie de l échantillonnage et de la quantification Olivier FRANÇAIS, SOMMAIRE I INTRODUCTION... 3 II THÉORIE DE L ÉCHANTILLONNAGE... 3 II. ACQUISITION DES SIGNAUX... 3 II. MODÉLISATION DE

Plus en détail

Câblage des réseaux WAN. www.ofppt.info

Câblage des réseaux WAN. www.ofppt.info Office de la Formation Professionnelle et de la Promotion du Travail Câblage des réseaux WAN C-D-002.doc Mars 1-7 Sommaire 1. Couche physique WAN... 3 1.1. Connexions série WAN... 4 1.2. Routeurs et connexions

Plus en détail

Agilent. Générateur de signaux vectoriel PSG E8267C Générateur de signaux analogiques PSG E8257C Générateur de signaux CW PSG E8247C

Agilent. Générateur de signaux vectoriel PSG E8267C Générateur de signaux analogiques PSG E8257C Générateur de signaux CW PSG E8247C Agilent Générateur de signaux vectoriel PSG E8267C Générateur de signaux analogiques PSG E8257C Générateur de signaux CW PSG E8247C Aérospatial et systèmes de défense Mesures de composants Communications

Plus en détail

LE VDSL 2 EN FRANCE. Source : www.ant.developpement-durable.gouv.fr

LE VDSL 2 EN FRANCE. Source : www.ant.developpement-durable.gouv.fr LE VDSL 2 EN FRANCE Par Jean-Marc Do Livramento Consultant télécom fixe et mobile Mai 2013 Des offres d accès Internet Très Haut Débit par VDSL 2 bientôt disponibles en France? Le 26 avril dernier, le

Plus en détail

Equipement. électronique

Equipement. électronique MASTER ISIC Les générateurs de fonctions 1 1. Avant-propos C est avec l oscilloscope, le multimètre et l alimentation stabilisée, l appareil le plus répandu en laboratoire. BUT: Fournir des signau électriques

Plus en détail

ADSL. C est comme son nom l indique une liaison asymétrique fort bien adaptée à l Internet et au streaming radio et vidéo.

ADSL. C est comme son nom l indique une liaison asymétrique fort bien adaptée à l Internet et au streaming radio et vidéo. A Principes de fonctionnement La technologie de l Asymetric Digital Subscriber Line utilisant à travers un modem spécial votre ligne de téléphone permet une connexion permanente à l Internet atteignant

Plus en détail

Etudier l influence de différents paramètres sur un phénomène physique Communiquer et argumenter en utilisant un vocabulaire scientifique adapté

Etudier l influence de différents paramètres sur un phénomène physique Communiquer et argumenter en utilisant un vocabulaire scientifique adapté Compétences travaillées : Mettre en œuvre un protocole expérimental Etudier l influence de différents paramètres sur un phénomène physique Communiquer et argumenter en utilisant un vocabulaire scientifique

Plus en détail

Mesures de temps de propagation de groupe sur convertisseurs de fréquence sans accès aux OL

Mesures de temps de propagation de groupe sur convertisseurs de fréquence sans accès aux OL Mesures de temps de propagation de groupe sur convertisseurs de fréquence sans accès aux Comment mesurer le temps de propagation de groupe sur des convertisseurs de fréquence dans lesquels le ou les oscillateurs

Plus en détail

Présentation de l ADSL

Présentation de l ADSL Jean Parrend GEii App2 Juin 2004 Présentation de l ADSL France Telecom IUT de Mulhouse 2 rue J.-J. Henner 61 rue A. Camus 68100 Mulhouse 68100 Mulhouse Sommaire Introduction.3 I) Les différentes utilisations

Plus en détail

SUJET ZÉRO Epreuve d'informatique et modélisation de systèmes physiques

SUJET ZÉRO Epreuve d'informatique et modélisation de systèmes physiques SUJET ZÉRO Epreuve d'informatique et modélisation de systèmes physiques Durée 4 h Si, au cours de l épreuve, un candidat repère ce qui lui semble être une erreur d énoncé, d une part il le signale au chef

Plus en détail

Chap17 - CORRECTİON DES EXERCİCES

Chap17 - CORRECTİON DES EXERCİCES Chap17 - CORRECTİON DES EXERCİCES n 3 p528 Le signal a est numérique : il n y a que deux valeurs possibles pour la tension. Le signal b n est pas numérique : il y a alternance entre des signaux divers

Plus en détail

Partie 1: Gestion de l interférence entre symboles

Partie 1: Gestion de l interférence entre symboles Partie 1: Gestion de l interférence entre symboles Philippe Ciblat Télécom ParisTech, France Algo de Viterbi Egalisation OFDM Section 11 : Algorithme de Viterbi Philippe Ciblat Gestion de l interférence

Plus en détail

- Instrumentation numérique -

- Instrumentation numérique - - Instrumentation numérique - I.Présentation du signal numérique. I.1. Définition des différents types de signaux. Signal analogique: Un signal analogique a son amplitude qui varie de façon continue au

Plus en détail

Télécommunications. Plan

Télécommunications. Plan Télécommunications A.Maizate - EHTP 2010/2011 Plan Concepts généraux: Téléinformatique Liaison de Téléinformatique Sens de transmission Types de transmission Parallèle Série Techniques de Transmission

Plus en détail

8563A. SPECTRUM ANALYZER 9 khz - 26.5 GHz ANALYSEUR DE SPECTRE

8563A. SPECTRUM ANALYZER 9 khz - 26.5 GHz ANALYSEUR DE SPECTRE 8563A SPECTRUM ANALYZER 9 khz - 26.5 GHz ANALYSEUR DE SPECTRE Agenda Vue d ensemble: Qu est ce que l analyse spectrale? Que fait-on comme mesures? Theorie de l Operation: Le hardware de l analyseur de

Plus en détail

Traitement du signal avec Scilab : la transformée de Fourier discrète

Traitement du signal avec Scilab : la transformée de Fourier discrète Traitement du signal avec Scilab : la transformée de Fourier discrète L objectif de cette séance est de valider l expression de la transformée de Fourier Discrète (TFD), telle que peut la déterminer un

Plus en détail