EVALUATION DES SERVICES DE SANTÉ MATERNELLE NÉONATALE ET INFANTILE AU GABON

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "EVALUATION DES SERVICES DE SANTÉ MATERNELLE NÉONATALE ET INFANTILE AU GABON"

Transcription

1 EVALUATION DES SERVICES DE SANTÉ MATERNELLE NÉONATALE ET INFANTILE AU GABON SEPTEMBRE

2

3 SOMMAIRE Introduction...3 Les chiffres de la santé maternelle et infantile au Gabon...5 Organisation du système de santé...7 État des lieux des maternités...9 Infrastructures...9 Equipements...13 Offre de soins...17 Ressources humaines de santé...21 Conclusion...26 Recommandations...29 Sources et glossaire...30

4

5 INTRODUCTION Aujourd hui encore, trop de Gabonaises ne bénéficient pas des compétences d une sage-femme, d une salle d accouchement, des médicaments nécessaires pour éviter des complications lors de l accouchement. Nombre d entre elles, pendant leur grossesse, ne consultent pas de médecin, ne vont pas à l hôpital. Pourtant, la santé maternelle et infantile constitue un des jalons essentiels pour construire l avenir de notre pays. Pour cette raison, les équipes de la Fondation Sylvia Bongo Ondimba pour la Famille ont souhaité mener une évaluation des structures existantes. Cette évaluation, dont le rapport présente ici une synthèse, a été menée en deux temps. Le temps des entretiens, celui du recueil de données, de l étude statistique et de l analyse, en partenariat avec l AMREF (Association pour la médecine et la recherche en Afrique), ONG africaine de santé publique ayant pour objet de renforcer les systèmes de santé publique et communautaire. Notre évaluation conjointe FSBO-AMREF 2014 s est déroulée à tous les niveaux du système de santé. Elle a concerné 84 structures sanitaires du secteur public civil, militaires, para étatique et privé à but non lucratif. Plus de 200 prestataires de santé impliqués dans les maternités et les services de SMI ont été rencontrés au cours d entretiens dans l ensemble des provinces du Gabon. Plus de 1000 femmes ayant consulté ces services, avant ou après leur accouchement, ont également fait part de leur perception de ces derniers. Les entretiens avec les informateurs clés ont concerné 11 services, directions et institutions du niveau central et 10 directions régionales. Le temps du terrain, en parallèle, celui des visites, du constat, lors de notre tournée «Gabon Profond», avec le soutien du groupe SOCOTEC, qui nous a également soumis un rapport de vérifications techniques et nous a consigné leurs avis relatifs à trois centres médicaux : Ntoum, Mitzic et Minvoul. Ce travail d enquête nous permet de retranscrire ce que nous avons observé, ceux que nous avons écouté et de retransmettre aujourd hui des vécus, des silences, des espoirs, des attentes. Etayée par des données synthétisées et des images de nos visites, cette évaluation constitue notre plaidoyer. La compilation de l ensemble de ces données, a pour objet de fournir une photographie de l état des services de santé maternelle, néo natale et infantile dans toutes les provinces du Gabon. 3

6 4

7 L E S C H I F F R E S D E L A S A N T É M AT E R N E L L E E T I N FA N T I L E AU GABON INDICATEUR OMD 5 ETAT INITIAL EN 1990 OBJECTIF 2015 SITUATION Réduire la mortalité maternelle décès pour NV 129 décès pour NV 316 décès pour NV (EDSG 2012) Réduire la mortalité des enfants de moins de 5 ans 93 pour 1000 NV 31 pour 1000 NV 56 pour 1000 NV (Rapport UN Inter-agency Group - Child Mortality - Septembre 2014) Au moins 30 % des femmes et des adolescents utilisent une méthode moderne de contraception (PF) 14 % en 1996 Analyse de situation des services SR 30 % 31 % des femmes de ans en union (EDSG 2012) 90 % des femmes enceintes effectuent au moins 4 visites prénatales Atteindre un taux d accouchement assisté par du personnel qualifié d au moins 90 % 80 % des complications de l accouchement aussi bien chez la mère sont prises en charge selon les protocoles nationaux 63 % 90 % 78 % (EDSG 2012) 90 % 90 % (EDSG 2012) - 80 % 15 % (PNDS 2010) 80 % des complications de l accouchement chez le nouveauné sont prises en charge selon les protocoles nationaux - 80 % 76 % (Rapport National de supervision 2014) 1 Cet objectif a deux cibles qui sont de i) réduire de trois quarts, entre 1990 et 2015, le taux de mortalité maternelle et de ii) rendre l accès à la médecine procréative universelle d ici à

8

9 O R G A N I S AT I O N D U S Y S T È M E DE SANTÉ Libreville compte de nombreuses maternités : CHU de Libreville, CHU d Agondjè, Hôpital Egypto- Gabonais, Hôpital Sino- Gabonais, Centre de santé de Nzeng Ayong, Centre de Santé d Okala. Libreville Centre Hospitalier Régional, Centre de Santé Maternelle et Infantile Centre Médical Le pays compte environ 959 structures de soins depuis les cases de santé jusqu aux hôpitaux nationaux, tous secteurs de santé confondus. Il existe près de 700 structures de premier contact (dispensaires, infirmeries, cabinets de soins) et 5 hôpitaux nationaux 1. Le nombre de lits est estimé à environ 4000, soit un ratio de 25 lits pour habitants 2. Tous les CHU, CHR et les centres médicaux disposent de maternités mais seuls certains centres de santé en sont pourvues. Niveau central ou stratégique, comprend l ensemble des directions centrales y compris les programmes de santé, les instituts Niveau intermédiaire ou d appui technique, composé de directions régionales de santé, centres hospitaliers régionaux, coordination provinciale SMI, Service provinciale du Génie sanitaire, bases épidémiologiques Niveau périphérique ou opérationnel : composé de centres médicaux, centres de santé, de santé maternelle et infantile, dispensaires et de cases de santé 2 Carte sanitaire 2008, Ministère de la Santé 3 Estimation nationale. 7

10

11 ÉTAT DES LIEUX DES MATERNITÉS INFRASTRUCTURES Libreville Maternités aux normes ou s en approchant Maternités qui ne sont pas aux normes Source : Rapport Général de Supervision Nationale SMI (Ministère de la santé, février 2014) D après le Rapport Général de Supervision Nationale SMI (Ministère de la santé, février 2014) : 70 % des maternités gabonaises ne sont pas aux normes en termes d infrastructures ; Seuls 14 % des centres médicaux sont dotés d infrastructures en adéquation avec les normes nationales. Exceptés les Centres Hospitaliers Régionaux récemment construits, la majorité des structures du premier niveau du secteur public méritent une réhabilitation : de nombreux dispensaires sont fermés et/ou ne répondent à aucune norme ; les centres médicaux sont majoritairement dans un état de décrépitude ; les formations sanitaires du premier niveau présentent des insuffisances en équipements. Il se pose de surcroît des problèmes de maintenance. Par ailleurs, la capitale est bien mieux dotée en infrastructures que les autres régions. En effet plus de 23 % des structures sont basées à Libreville comprenant plus de 35 % des hôpitaux du pays. 9

12 Pour illustration CENTRE MÉDICAL DE MINVOUL Bâtiment vétuste, inapproprié et difficilement accessible. L audit conduit conclut que le centre ne devrait pas être en exploitation. Une nouvelle maternité a été réhabilitée à proximité du centre en Son ouverture est cependant repoussée en raison d un contentieux entre l entreprise et le maitre d ouvrage. CENTRE MÉDICAL DE MITZIC La maternité est dans un état de délabrement complet : salle d accouchement exiguë, très mal éclairée, sans accès à l eau et sans aucun respect de normes d hygiène et de sécurité. L audit conduit indique qu il présente des risques graves et imminents d affaissement d éléments de structure (plafonds charpentes, cloison) et qu il ne devrait pas être exploité. L ancienne maternité, réhabilitée en 2012, n est toujours pas ouverte en raison de malfaçons qui ont bloqué les finalisations des travaux et font l objet d un contentieux entre l entreprise, le maitre d ouvrage et la Direction Générale des Marchés Publics. 10

13 CENTRE MÉDICAL DE NTOUM Le centre ne répond à aucune norme d hygiène et de sécurité. Il présente des risques graves d affaissement d éléments de structure et ne correspond en rien aux besoins de l importante population qu il couvre. Le rapport conclut sur un avis défavorable à son exploitation. Pourtant, une structure nouvelle existe : terminée à près de 90 %, une structure moderne et adaptée à la population a été construite à proximité. Les travaux sont bloqués depuis fin 2012 et aucune date de réception du bâtiment n est fixée. Les données détaillées sont consultables en annexes, dans les rapports techniques «Gabon Profond» et SOCOTEC 11

14

15 EQUIPEMENTS Disponibilités du matériel & équipement de santé dans les maternités Matériels et équipements de la salle d'accouchement Matériel de transfusion sanguine Ocytociques et antibiotiques Anticonvulsifiants Sulfate de magnéisum injectable Arthéméther Source : Evaluation des besoins en soins obstétricaux et néonataux d urgence (SONU) dans les structures sanitaires, Ministere de la santé, UNFPA, Mai 2010 Les structures sanitaires qui offrent les services Obstétricaux et Néonataux d Urgence, ne disposent pas toutes du matériel nécessaire conformes aux normes OMS. L analyse des équipements a révélé un déficit notoire de matériel. Les hôpitaux répondent en majorité aux normes fixées par l OMS. Cependant les centres médicaux, pour la plupart en milieu rural, manquent de matériel. Les difficultés d approvisionnement, les problèmes de maintenance, la mauvaise gestion du budget qui leur est alloué, ou la polarisation de ce budget sur les structures sanitaires urbaines en sont les causes principales. Toutefois, une autre cause peut être soulignée : il existe une sur-dotation de certains établissements, pourtant peu fréquentés car situés dans des zones très peu peuplées. Cela pénalise la dotation en matériel de structures délaissées mais néanmoins très fréquentées. 13

16 Pour illustration La maternité du centre médical de Ngouni, visitée dans le cadre de la Tournée «Gabon Profond» illustre cette situation : le centre médical, suréquipé, offre un plateau technique comparable à celui d un hôpital régional, avec des équipements de dernière génération. Le centre ne couvre cependant qu environ 7800 habitants, et est situé à moins de 20 minutes du Centre Hospitalier Régional de Franceville. MATERNITÉ DU CENTRE MÉDICAL DE NGOUNI 14

17 Les maternités de Lekonie et Akieni, située également dans la Province du Haut-Ogooué sont, elles, dénuées du minimum d équipements. Certains matériels (couveuses notamment) ont été fournies à ces structures il y a plus de 4 ans. Sans formation, elles sont pourtant restées totalement inutilisées depuis lors. Ces maternités sont pourtant situées dans des localités isolées nécessitant des services de proximité. MATERNITÉ DE LEKONIE 15

18

19 OFFRE DE SOINS Offre de soins par structures (%) Hôpitaux Centres médicaux SMI Offre de soins pré natals Offre de soins lors de l accouchement Offre de soins post-natals Offre des soins néo-natals L offre de soins lors de l accouchement est faible dans les SMI parce que celles-ci n ont pas vocation de réaliser des accouchements. Source graphique: rapport FSBO - AMREF CADRE DE RÉFÉRENCE Afin de réduire la mortalité maternelle et infantile, un paquet d intervention efficace contre les décès des mères, des bébés et des enfants de moins de 5 ans a fait ses preuves, lorsqu elles sont bien menées et à temps. Il s agit de : la Planification Familiale ; la prévention de la Transmission du VIH de la mère à l enfant (PTME) ; des consultations prénatales (CPN recentrée) ; des accouchements sécurisés, des consultations post natales et des interventions pour la santé de l enfant. PLANIFICATION FAMILIALE Les résultats de l offre de service en planification familiale par région sanitaire montrent que la majeure partie des structures du pays offre ce service. Seule la région Centre EST présente une offre limitée avec 60 % des infrastructures mobilisées. L offre de planification familiale est disponible dans l ensemble des SMI visités alors que seuls 87 % des hôpitaux et 79 % des centres médicaux offrent ce service. 17

20 AU COURS DE LA GROSSESSE L analyse révèle qu aucune région du Gabon n offre dans la totalité de ses structures l ensemble des interventions essentielles au cours de la grossesse. 100 % des hôpitaux prennent en charge les services essentiels offerts au cours de la grossesse alors que ce taux est moins important pour les centres médicaux. En revanche, les ruptures prématurées des membranes, les prises en charge des grossesses non désirées et la prise en charge des avortements sont presque exclusivement offertes par les services des hôpitaux. SOINS AU COURS DE LA GROSSESSE HOPITAUX CENTRES MEDICAUX SMI Soins prénatals 16 (100 %) 57 (91.0 %) 6 (100 %) Supplémentation fer 15 (93.0 %) 53 (85.0 %) 6 (100 %) Vaccination antitétanique 15 (93 %) 55 (88.0 %) 5 (83.0 %) Prévention Palu 15 (93.0 %) 54 (87.0 %) 6 (100 %) Prévention VIH (Nouveau Né) 16 (100 %) 45 (73.0 %) 4 (66.0 %) Prévention PTME 16 (100 %) 45 (73.0 %) 6 (100 %) Prévention HTA 15 (93.0 %) 49 (79.0 %) 4 (66.0 %) PEC ruptures membranes 15 (93.0 %) 31 (50.0 %) 2 (33.0 %) PEC grossesse non désirées 10 (62.0 %) 28 (45.0 %) 3 (50.0 %) Source : Evaluation Amref 2014 AU COURS DE L ACCOUCHEMENT En termes d assistance à l accouchement par un prestataire formé, l OMS préconise l assistance d au moins un prestataire formé : les médecins et sages-femmes composent la majorité des effectifs de ces prestataires. La distinction des offres de services d accouchements met en avant la grande disparité entre les différents types de structure, en corrélation avec le manque de sages-femmes, de médecins et de spécialistes dans ces structures. Trois catégories émergent : Libreville, l Ogooué Maritime et le Haut Ogooué obtiennent des résultats satisfaisants. Plus de neuf femmes sur dix qui accouchent sont assistées par un personnel qualifié. Les résultats des provinces du Centre et du Sud du Gabon sont encore perfectibles, bien qu ils ne soient pas alarmants. L Ogooué Ivindo décroche, le pourcentage (50,9 %) d accouchements assistés par un personnel médical formé y est plus faible. 18

21 Pourcentage dont l accouchement a été assisté par un prestataire formé Inférieur à 80 % Compris entre 80 % et 90 % Supérieur à 90 % Source : EDSG 2012 POST NATAL Le paquet d interventions offert en post accouchement est disponible dans tous les types de structure avec un dépistage initiale du VIH faible dans les centres médicaux (49 %) et SMI (45 %). NOUVEAU-NÉ Il a été constaté une grande disparité entre la disponibilité du service au niveau des hôpitaux et celle au niveau des SMI et centres médicaux, même si les soins du nouveau-né sont disponibles dans la majorité des structures de toutes les régions, à l exception de l Est avec un taux de 50 % environ. Les infections néo-natales sont elles, prises en charge dans la majorité des structures. Ainsi, 50 % des structures offrent un service de réanimation néonatale à l Ouest, au Nord et au Sud-est, mais ce service reste faible au niveau des autres régions. Parallèlement, il a été observé un manque considérable de matériels pour la protection thermique : les méthodes kangourou n existaient que dans le quart des hôpitaux et centres médicaux. JEUNE ENFANT L analyse des résultats par région sanitaire montre que seules les structures de la région de l Est n offrent pas ces services de prise en charge du jeune enfant. 19

22

23 RESSOURCES HUMAINES DE SANTÉ Ratio de médecins pour habitants Nord Norme OMS Moyenne Gabonaise Libreville Source graphique: rapport FSBO AMREF Ecart entre le personnel d accouchement qualifié effectif et recommandé pour habitants Situation effective au Gabon Norme OMS Un personnel formé pour moins de 1000 femmes en âge de reproduire Un personnel formé pour plus de 1000 femmes en âge de reproduire Absence de personnel formé Non renseigné Source : FSBO d après les statistique de la COSP(MS)

24 Les ressources humaines pour la santé sont estimées à environ personnes pour l ensemble du pays, dont 9500 pour le secteur public. En termes de taux, il y a dans le secteur public 4 médecins, 50 infirmiers et 4 sages-femmes pour habitants 4. Les normes de l OMS établissent 1 médecin pour habitants. La région nord, ( ratio de 0.60 pour habitants ) fait encore partie de ces régions qui, à défaut de ce type de personnel, devrait être prioritaire dans l affectation des infirmiers accoucheurs ou le renforcement de capacité en SONU. Les régions de l Ogooué Maritime et de Libreville présentent les meilleurs ratios avec respectivement 9.97 et 7.01 médecin pour habitants. La forte concentration des médecins dans ces deux dernières provinces sanitaires explique les déséquilibres au sein du pays, notamment en référence à la norme OMS. Aussi, ce ratio est bien plus élevé pour les CHU et CHR que pour les CM. En conséquence de cela, la moitié des provinces sanitaires du pays n atteint pas cette norme d un médecin pour habitants. Pourtant, il y a suffisamment de médecins au Gabon pour répondre aux normes conseillées par l OMS. Si l on prend en compte l ensemble du système de santé, ces chiffres passent à environ 6 médecins et 4 sages-femmes pour habitants. 56 % de ce personnel travaille en milieu hospitalier, 43 % au niveau des centres médicaux et 1 % au niveau SMI. Si toutes les structures enquêtées disposent de médecins généralistes, en ce qui concerne les gynécologues, ils sont au nombre de 34 dans les hôpitaux contre 5 dans les centres médicaux et aucun dans les SMI. Une insuffisance de pédiatres a été aussi notée dans les centres médicaux tout comme les chirurgiens, dont 27 sur 32 travaillent en hôpital. Normes exigées par l Organisation Mondiale de la Santé, en rapport avec la population : 1 médecin pour habitants 1 sage-femme pour 300 femmes en âge de reproduction 4 Source : Plan national de développement sanitaire 2011_

25

26 FOCUS : LES SAGES-FEMMES Ratio de Sages-Femmes pour 300 FAR 1,6 1,4 1,2 1 0,8 0,6 0,4 0,2 0 Nord Norme OMS Moyenne Gabonaise Libreville Source : amref % des sages-femmes sont plus particulièrement concentrées à Libreville pour 39 % de la population. 63 % des sages-femmes du pays officient dans des hôpitaux alors que plus de 70 % des infirmiers accoucheurs officient au niveau des centres médicaux. Libreville présente un ratio de 0,61 sages-femmes pour 300 femmes en âge de reproduction, en deçà des normes de l OMS (1SF/300FAR). Les régions du Nord, de l Est, du Centre Sud et Maritime, présentent le plus grand déficit, ces régions mêmes où il a été noté l insuffisance plus globale de personnel médical. L existence d institutions de formation (Faculté de Médecine, Institut National de Formation d Action Sanitaire et Sociale, Ecole Nationale d Administration et Ecole de Préparation aux Carrières Administratives) devrait contribuer à accroître les ressources humaines dans le secteur de la santé ainsi que leur niveau de connaissances et de formation. 24

27 Pour Illustration La maternité du Centre Médical d Ovan, dans la Province de l Ogoué Ivindo, ne compte aucun médecin et aucune sage-femme. L infirmière en charge de la maternité, ne peut compter sur l aide que de deux matrones qui ne possèdent pas le niveau de formation adéquat pour assurer les accouchements sans risques. Le personnel théoriquement affecté à cette structure n a pu s installer dans le village d Ovan, faute de logement. Pourtant, deux bâtiments d habitation modernes ont été construits. Les travaux, achevés à 80 % sont également bloqués depuis 2 ans. A ce jour, une analyse approfondie des connaissances et des attitudes des sages-femmes en face des signes d urgence durant la grossesse a révélé des résultats très insatisfaisants : ainsi, 1 % seulement des sages-femmes ont cité les 8 signes d urgence de la grossesse et 1 % seulement des sages-femmes ont cité les 4 signes sur les signes de danger de la grossesse. 25

28 CONCLUSION Il convient en conclusion de cette enquête de mettre en avant certains points positifs dans le fonctionnement du dispositif : l existence d un régime d assurance maladie obligatoire qui constitue une grande opportunité d accès aux services offerts aux mères et aux enfants ; l existence d une Direction en charge des services de santé maternel et infantile ; l existence de points focaux à tous les niveaux du système de santé; la définition d un cadre de participation communautaire aux activités de santé. Plus particulièrement, la motivation des personnels de santé est à souligner, notamment au sein de structures et provinces sanitaires rencontrant le plus de difficultés, illustrant que l engagement du personnel peut être indépendant du cadre d exercice et mériterait d être encouragé. Cependant, au vu de l analyse du cadre réglementaire, de l état des lieux des infrastructures, équipements et ressources humaines, et de l offre des services de manière globale, de nombreux dysfonctionnements apparaissent. 1 Le secteur hospitalier a été surdimensionné aux dépens des soins de santé de base L offre du premier niveau de recours aux soins est peu développée. Il n y a pas de mesures adéquates incitant la population à respecter le recours aux soins en fonction du niveau hiérarchique de la pyramide sanitaire. Le secteur hospitalier a été surdimensionné aux dépens des soins de santé de base avec une orientation préférentielle des investissements au détriment des structures de base. Le volet préventif et promotionnel demeure ainsi insuffisamment soutenu. Il existe un clivage entre les secteurs public et privé et peu d initiatives locales des niveaux sanitaires régionaux ou départementaux permettent de susciter un partenariat. 2 Les insuffisances réglementaires nécessitent un renforcement à très court terme Il s agit notamment de : l insuffisance d organisation de la Direction de la Santé de la Mère et de l Enfant ; l absence d un plan stratégique national de la Santé de la Reproduction ; la faible coordination des activités de lutte contre la mortalité maternelle et infantile ; l absence d un plan d action budgétisé SMNI au niveau des régions sanitaires; la non maitrise des lignes budgétaires par les responsables des structures sanitaires. 3De faibles indicateurs de performance Les taux de mortalité maternelle et néonatale collectés dans les structures sont largement en deçà des taux nationaux et témoignent d une insuffisance du système de collecte de données et d une faible notification des décès survenant au niveau de la communauté. 4De faibles proportions de structures qui offrent les services essentiels Les actes essentiels de planification familiale restent insuffisants, se résumant à la contraception orale et aux méthodes locales Aucune région n offre dans la totalité de ses structures l ensemble des interventions essentielles au cours de la grossesse. Plus de 30 % des accouchements ne sont pas encore assistés par du personnel qualifié et la césarienne est très peu offerte par les structures des régions visitées à l exception de la région Maritime où elle est disponible au niveau de 50 % des structures. Les soins du nouveau né de faible poids de naissance restent très insatisfaisants au niveau des structures visitées. 26

29 5La participation communautaire est très faible Il n y a ni organisation, ni programme d action à assise communautaire. Or, la participation communautaire aux actions locales de santé constitue un complément nécessaire aux actions à mener par les centres de santé, notamment en matière de prévention, mais également en terme d augmentation de la demande. 7 Le financement des services de santé ne répond pas aux enjeux La proportion du budget de l Etat consacré à la santé avoisine en moyenne les 6 % du budget national. Le taux d exécution, estimé par la Banque Mondiale aux 6Le déficit de personnels L absence d une réelle politique formelle de développement des ressources humaines est à l origine du déficit en personnels dans les domaines prioritaires parmi lesquels la chirurgie, la gynécologie obstétrique, la pédiatrie, l anesthésie-réanimation. Par ailleurs, si rien n est fait pour rendre la profession plus attractive, le Gabon court le risque d un déficit grandissant en sages femmes avec pour conséquences la non sécurisation des accouchements. L inexistence d un plan de développement des ressources humaines fait que la formation de base et la formation en cours d emploi des personnels de santé sont souvent inadaptées par rapport aux besoins. alentours de 3 %, est manifestement loin des 15 % de la part du budget national que les Etats doivent consacrer à la santé, conformément aux objectifs fixés par l OMS. Dépenses effectives en santé publique / PIB (%) 6 4 2,9 3,3 3,7 3,8 3,4 3 3,2 3,3 2,7 3,7 3,5 3,4 3,

30

31 RECOMMANDATIONS Agir sur les 30% de décès maternels du1 er retard Information/Education/ Communication (IEC) Agir sur les 30% de décès maternels du 2 ème retard. Accès aux structures (axe routier, couverture). Accès financier: assurance maladie, mobilisation des fonds. Accès culturel, IEC/mobilisation sociale Agir sur les 40% de décès maternels du 3 ème retard Normalisation ; Equipement ; Développement des compétences (approche par compétence) formation/recherche ; Instauration d un système efficace de Références/contre références ; Assoir une politique de maintenance des équipements ; Développement d un SAMU de la maternité sans risque ; Audit des décès maternels ; Développement d actions communautaires. Source : FSBO, Gabon Profon, Juin 2014 Pour lutter efficacement contre la mortalité maternelle, concept des trois retards développé par Déborah MAINE basé sur les trois retards est éloquent : Retard dans la prise de décision d aller accoucher dans une structure de santé: barrières socio-culturelles ; Retard d accès aux soins lié à l accessibilité physique, financière, et culturelle ; Retard dans la prise en charge de la femme dans la structure sanitaire. Le constat général sur le terrain est que 40 % des décès lors de l accouchement sont dus aux 3 retards. 1/3 de mères meurent avant l accouchement (1 er et 2 ème retard) 40 % meurent pendant l accouchement (3ème retard) 29

32 SOURCES ET GLOSSAIRE FSBO- AMREF, Evaluation des services de santé maternelle, néonatale et infantile au Gabon, Septembre 2014 Rapport «Gabon Profond», Juin 2014 Audit SOCOTEC, Août 2014 SOURCES COMPLÉMENTAIRES Appui à la réforme de santé au Gabon, rapport préliminaire 2012 Enquête démographique et de santé, 2012 Normes des services de santé de la reproduction Normes du secteur de la santé, 2011 Plan stratégique nationale de sécurisation des produits de santé de la reproduction du Gabon Plan stratégique national de lutte contre le VIH / SIDA et les IST Plan stratégique santé Rapport final de l enquête sur l évaluation des besoins en matière des soins obstétricaux et néonataux d urgence (SONU) au Gabon Rapport sur l analyse des goulots d étranglements et des disparités dans la mise en oeuvre des interventions de la PTME au Gabon Revue de la feuille de route pour la réduction de la morbidité et la mortalité maternelles, néonatales, infanto-juvéniles et des adolescents au Gabon Stratégie nationale de lutte contre les fistules obstétricales au Gabon Enquête sur la Sécurisation des produits SR 2013, MS, UNFPA, 2013 Enquête CAP sur les Pratiques familiales essentielles de l enfant, Avril 2013 Evaluation des besoins en soins obstétricaux et néonataux d urgence (SONU) dans les structures sanitaires, Ministere de la sante, des affaires sociale, de la solidarite et de la famille, Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA), Mai 2010 Revue de la feuille de route pour la Réduction de la Morbidité et la Mortalité Maternelles, Néonatales, Infanto-juvéniles et des Adolescents au GABON, Ministère de la Santé, OMS, UNFPA, septembre 2013 Plan National de Développement sanitaire , Ministere de la sante, des affaires sociale, de la solidarite et de la Famille, septembre 2010 Rapport national sur la réponse au VIH, Ministère de la santé, DGPS, Mars 2012 Rapport Général de la Supervision nationale SMI, Ministère de la santé, DSMI, février

33

34

35

36 Crédits photos : Fondation Sylvia Bongo Ondimba

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est 28 Objectifs du millénaire pour le développement : rapport de 2013 Objectif 5 Améliorer la santé maternelle Faits en bref XX En Asie de l Est, en Afrique du Nord et en, la mortalité maternelle a diminué

Plus en détail

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT Mise à jour avec rétroinformation technique de décembre 2012 Chaque jour, près de 800 femmes meurent durant la grossesse ou l accouchement

Plus en détail

Evaluation de la politique de gratuité de l accouchement et de la césarienne au Maroc (Approche économique et financière)

Evaluation de la politique de gratuité de l accouchement et de la césarienne au Maroc (Approche économique et financière) Royaume du Maroc Ministère de la Santé Evaluation de la politique de gratuité de l accouchement et de la césarienne au Maroc (Approche économique et financière) C. Boukhalfa, S. Abouchadi, N. Cunden, S.

Plus en détail

Contribution en stratégie avancée en matière de santé de reproduction : cas de l unité mobile dans le district sanitaire de Katiola (CNO)

Contribution en stratégie avancée en matière de santé de reproduction : cas de l unité mobile dans le district sanitaire de Katiola (CNO) MEMPD Contribution en stratégie avancée en matière de santé de reproduction : cas de l unité mobile dans le district sanitaire de Katiola (CNO) Titre 14. Programmes et politiques Présenté par : 14.4. Evaluation

Plus en détail

TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE)

TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE) TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE) PAYS ET REGION DE MISE EN ŒUVRE DU PROJET Ce projet sera mise en

Plus en détail

Ministère de la Famille et de la Solidarité Nationale ****

Ministère de la Famille et de la Solidarité Nationale **** Ministère de la Famille et de la Solidarité Nationale **** 1 «DONNER AUX FEMMES LES MOYENS DE VIVRE EN MEILLEURE SANTE» 2 Introduction 1. Etat des lieux de la santé des femmes au Bénin 2.Causes essentielles

Plus en détail

SOINS APRES AVORTEMENT AU BENIN. 6 au 11 octobre 2013 Saly, SENEGAL Equipe Bénin

SOINS APRES AVORTEMENT AU BENIN. 6 au 11 octobre 2013 Saly, SENEGAL Equipe Bénin SOINS APRES AVORTEMENT AU BENIN 6 au 11 octobre 2013 Saly, SENEGAL Equipe Bénin PLAN Introduction Les avortements en chiffre au Bénin Historique des SAA Etapes de la mise en oeuvre des SAA Faiblesses/contraintes

Plus en détail

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE 14 TÉTANOS ET LA ROUGEOLE 14.1 INTRODUCTION Soumaïla MARIKO Comme on l a déjà précisé au chapitre 1, des tests de dépistage de l immunité contre le tétanos et

Plus en détail

Stratégie de la couverture maladie universelle au Sénégal Etat des lieux et Perspectives

Stratégie de la couverture maladie universelle au Sénégal Etat des lieux et Perspectives REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ----------------------------------------------------------------------------------------- Stratégie de la couverture maladie universelle au Sénégal Etat des

Plus en détail

SANTÉ DE LA MÈRE ET L ENFANT

SANTÉ DE LA MÈRE ET L ENFANT ALIBORI 57 ATACORA 37 SANTÉ DE LA MÈRE ET L ENFANT DONGA 53 BORGOU 36 Enquête Démographique et de Santé du Bénin 2011 2012 (EDSB-IV) COLLINES 53 ZOU 62 PLATEAU 29 Décès d enfants de moins d un an pour

Plus en détail

Z I G U I N C H O R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Ziguinchor

Z I G U I N C H O R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Ziguinchor Z I G U I N C H O R REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

Société des Gynécologues et Obstétriciens du Burkina. Objectif 1 : Influences. Succès

Société des Gynécologues et Obstétriciens du Burkina. Objectif 1 : Influences. Succès Objectif 1 : Influences Succès Participation à la révision des documents de Politique, Normes et Protocoles Formation des membres de la en technique de plaidoyer par FCI Plaidoyer auprès de la Première

Plus en détail

PLAN D ACTION 2012 2016 POUR ACCELER LA REDUCTION DE LA MORTALITE MATERNELLE ET NEONATALE

PLAN D ACTION 2012 2016 POUR ACCELER LA REDUCTION DE LA MORTALITE MATERNELLE ET NEONATALE Royaume du Maroc Ministère de la Santé PLAN D ACTION 2012 2016 POUR ACCELER LA REDUCTION DE LA MORTALITE MATERNELLE ET NEONATALE Fin du Compte à rebours 2015 Avec l appui de Contexte En souscrivant aux

Plus en détail

1. Hospitalisation : analyse de la répartition des services offerts.

1. Hospitalisation : analyse de la répartition des services offerts. Hospitalisation L information sur l offre en hospitalisation d un pays (nombre de lits par habitant, répartition géographique ou par spécialité médicale) est utile pour déterminer la différence entre l

Plus en détail

: Médecins du Monde Belgique (MdM BE) : Coordinateur/trice du programme en Santé Sexuelle et Reproductive. : 12 mois. : 1 er janvier 2015

: Médecins du Monde Belgique (MdM BE) : Coordinateur/trice du programme en Santé Sexuelle et Reproductive. : 12 mois. : 1 er janvier 2015 Descriptif de poste : Coordinateur de projet en santé reproductive HAÏTI (h/f) ORGANISATION TITRE DU POSTE LOCALISATION DU POSTE DUREE DU POSTE DATE D ENTREE EN FONCTION : Médecins du Monde Belgique (MdM

Plus en détail

PARTICULARITÉS DE LA SANTÉ MATERNELLE DANS LES PAYS À RESSOURCES LIMITÉES. Julie TORT 04/04/2014 DIU Médecine tropicale Santé Internationale

PARTICULARITÉS DE LA SANTÉ MATERNELLE DANS LES PAYS À RESSOURCES LIMITÉES. Julie TORT 04/04/2014 DIU Médecine tropicale Santé Internationale 1 PARTICULARITÉS DE LA SANTÉ MATERNELLE DANS LES PAYS À RESSOURCES LIMITÉES Julie TORT 04/04/2014 DIU Médecine tropicale Santé Internationale Plan 2 Santé maternelle dans les pays à ressources limitées:

Plus en détail

BILAN D EXECUTION AU 30 NOVEMBRE DU PTA 2013 DE LA DDS MONO/COUFFO

BILAN D EXECUTION AU 30 NOVEMBRE DU PTA 2013 DE LA DDS MONO/COUFFO BILAN D EXECUTION AU 30 NOVEMBRE DU PTA 2013 DE LA DDS MONO/COUFFO Plan de présentation Introduction Présentation du PTA 2013 de la DDS Mono/Couffo Bilan physique d activités Bilan financier d activités

Plus en détail

La Prévention médico-sociale en Finistère

La Prévention médico-sociale en Finistère ODPE du Finistère La Prévention médico-sociale en Finistère La protection maternelle et infantile (PMI) mène une mission de prévention et de promotion de la L ESSENTIEL santé des futurs parents et des

Plus en détail

Evolution de la Fécondité et de la Planification familiale

Evolution de la Fécondité et de la Planification familiale Evolution de la Fécondité et de la Planification familiale A la Conférence Internationale sur la Population et le Développement, tenue au Caire en 1994, 179 pays ont approuvé un Programme d action qui

Plus en détail

FINANCEMENT DE L OFFRE DE SOINS EN AFRIQUE. Prof DIE-KAKOU

FINANCEMENT DE L OFFRE DE SOINS EN AFRIQUE. Prof DIE-KAKOU 1 FINANCEMENT DE L OFFRE DE SOINS EN AFRIQUE Prof DIE-KAKOU 2 PLAN INTRODUCTION I- SITUATION II- FINANCEMENT IV- COUVERTURE MALADIE V- DEFIS CMU CONCLUSION 3 INTRODUCTION Services de santé offerts avec

Plus en détail

Le Financement des soins de santé en Haïti: Une Nouvelle Perspective

Le Financement des soins de santé en Haïti: Une Nouvelle Perspective Conférence sur le Financement de la Santé, Port-au-Prince 28-29 Avril, 2015 Le Financement des soins de santé en Haïti: Une Nouvelle Perspective Dr. Georges Dubuche, DG, MSPP MSPP Le problème Haïti a fortement

Plus en détail

Campagne nationale pour l élimination des fistules obstétricales en Mauritanie

Campagne nationale pour l élimination des fistules obstétricales en Mauritanie Campagne nationale pour l élimination des fistules obstétricales en Mauritanie Contexte de la fistule obstétricale Situation en Mauritanie Progrès au niveau Pays/ Mise en œuvre Défis pour les années à

Plus en détail

Conférence de Presse 11/09/2013. «Système de Surveillance de la Santé Périnatale au Luxembourg»

Conférence de Presse 11/09/2013. «Système de Surveillance de la Santé Périnatale au Luxembourg» Conférence de Presse 11/09/2013 «Système de Surveillance de la Santé Périnatale au Luxembourg» La Santé Périnatale au Luxembourg Etat des lieux Présentation de deux rapports : Surveillance de la Santé

Plus en détail

Aide à la réduction de la Mortalité Maternelle et Néonatale: Participation Communautaire Cas de «Dar Al Oumouma»

Aide à la réduction de la Mortalité Maternelle et Néonatale: Participation Communautaire Cas de «Dar Al Oumouma» Royaume du Maroc Ministère de la santé Direction de la Population المملكة المغربية وزارة الصحة مديرية السكان Aide à la réduction de la Mortalité Maternelle et Néonatale: Participation Communautaire Cas

Plus en détail

LUTTE CONTRE LA MORTALITÉ MATERNELLE ET NÉONATALE DANS LES PAYS EN DÉVELOPPEMENT

LUTTE CONTRE LA MORTALITÉ MATERNELLE ET NÉONATALE DANS LES PAYS EN DÉVELOPPEMENT DOSSIER DE PRESSE Février 2014 LUTTE CONTRE LA MORTALITÉ MATERNELLE ET NÉONATALE DANS LES PAYS EN DÉVELOPPEMENT WIVES ID M G IN T C E CONN SOMMAIRE 02 Chiffres clés 03 Lancement de la plateforme internationale

Plus en détail

Réf. : 811.1 Date : 07 09 10 Cadre stratégique pour le champ d activités Santé Introduction

Réf. : 811.1 Date : 07 09 10 Cadre stratégique pour le champ d activités Santé Introduction Bureau de la coopération suisse au Bénin Réf. : 811.1 Date : 07 09 10 Cadre stratégique pour le champ d activités Santé Introduction Selon l Organisation Mondiale de la Santé «la santé est un état complet

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES?

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Mai 2010 POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Direction Générale des Statistiques Ministère de l Economie, du Commerce, de l Industrie et du Tourisme Pourquoi le Gabon a-t-il besoin

Plus en détail

République du Burundi

République du Burundi République du Burundi Ministère: Santé Publique et lutte contre le SIDA Agence nationale d exécution : Cellule Technique Nationale FBP Accès financier aux soins de santé pour la couverture universelle

Plus en détail

Couverture Maladie Universelle au Sénégal : Etat de mise en oeuvre et perspectives

Couverture Maladie Universelle au Sénégal : Etat de mise en oeuvre et perspectives République du Sénégal Un Peuple- Un But- Une Foi Ministère de la Santé et de l Action Sociale Couverture Maladie Universelle au Sénégal : Etat de mise en oeuvre et perspectives Symposium sur la Protection

Plus en détail

Voies d engagements en matière de RHS BENIN

Voies d engagements en matière de RHS BENIN Voies d engagements en matière de RHS BENIN 1) Quelles sont les actions voies en matière de ressources humaines pour la santé (RHS) sur lesquels votre pays/institution peut s engager? Les femmes au Bénin

Plus en détail

Aperçu de l utilisation de l information environnementale par la Banque africaine de développement

Aperçu de l utilisation de l information environnementale par la Banque africaine de développement Atelier sur les statistiques de l'environnement en appui à la mise en œuvre du Cadre pour le Développement des Statistiques de l'environnement Lomé, 19-23 novembre 2015 Aperçu de l utilisation de l information

Plus en détail

Analyse de l offre de soins dans le cadre de la mise en œuvre de l Assurance Maladie Obligatoire (AMO) au Mali

Analyse de l offre de soins dans le cadre de la mise en œuvre de l Assurance Maladie Obligatoire (AMO) au Mali Analyse de l offre de soins dans le cadre de la mise en œuvre de l Assurance Maladie Obligatoire (AMO) au Mali B DAOU, M KOUAME, C ATIM Institut National de recherche en santé Publique (INRSP)- Bamako,

Plus en détail

L ETME au cœur de la politique nationale de santé maternelle, néonatale et infantile : l exemple du Rwanda

L ETME au cœur de la politique nationale de santé maternelle, néonatale et infantile : l exemple du Rwanda Conférence internationale pour l Afrique de l Ouest et du Centre «Eliminons la transmission du VIH de la mère à l enfant» Paris, 16-17 Novembre 2011 L ETME au cœur de la politique nationale de santé maternelle,

Plus en détail

Termes de références Consultant National. Elaboration du plan opérationnel budgétisé du plan stratégique National 2014-2017

Termes de références Consultant National. Elaboration du plan opérationnel budgétisé du plan stratégique National 2014-2017 Termes de références Consultant National Elaboration du plan opérationnel budgétisé du plan stratégique National 2014-2017 I. Cadre et justification : Le Programme National de Lutte contre le Sida (PNLS),

Plus en détail

Prévention de la transmission du VIH en Afrique Subsaharienne, expérience eu Burundi.

Prévention de la transmission du VIH en Afrique Subsaharienne, expérience eu Burundi. Prévention de la transmission du VIH en Afrique Subsaharienne, expérience eu Burundi. W E B I N A R D U 2 4 AV R I L 2 0 1 4 U N I C E F, E S T H E R, S F L S, C H U D E R E N N E S D R C É D R I C A R

Plus en détail

UNION DES COMORES Unité solidarité - développement

UNION DES COMORES Unité solidarité - développement UNION DES COMORES Unité solidarité - développement PROJET DE CREATION D UNE ASSURANCE MALADIE OBLIGATOIRE POUR LES FONCTIONNAIRES EN UNION DES COMORES - Ministère de la Santé Publique et de la Solidarité

Plus en détail

La réponse de l UNFPA à la Crise Humanitaire au niveau des frontieres Tuniso - Libyennes

La réponse de l UNFPA à la Crise Humanitaire au niveau des frontieres Tuniso - Libyennes La réponse de l UNFPA à la Crise Humanitaire au niveau des frontieres Tuniso - Libyennes United Nations Population Fund Mars Décembre 2011 Suite à la crise libyenne survenue en février 2011, la frontière

Plus en détail

Evaluation de base sur les vulnérabilités socio-économiques et sanitaires des migrants pour un accès effectif aux services de santé en Tunisie

Evaluation de base sur les vulnérabilités socio-économiques et sanitaires des migrants pour un accès effectif aux services de santé en Tunisie Evaluation de base sur les vulnérabilités socio-économiques et sanitaires des migrants pour un accès effectif aux services de santé en Tunisie Termes de référence Contexte et justification : Dans le cadre

Plus en détail

DEVELOPPEMENT DU SECTEUR DE LA SANTE/PROJETS. Ministre de la Santé Publique et de la Lutte contre le Sida Hon. Dr. Sabine NTAKARUTIMANA

DEVELOPPEMENT DU SECTEUR DE LA SANTE/PROJETS. Ministre de la Santé Publique et de la Lutte contre le Sida Hon. Dr. Sabine NTAKARUTIMANA DEVELOPPEMENT DU SECTEUR DE LA SANTE/PROJETS Ministre de la Santé Publique et de la Lutte contre le Sida Hon. Dr. Sabine NTAKARUTIMANA Plan de présentation Introduction Etat des lieux du secteur Stratégies

Plus en détail

Elimination de la Transmission DU VIH de la mère à l enfant au Bénin Point 31 décembre 2014

Elimination de la Transmission DU VIH de la mère à l enfant au Bénin Point 31 décembre 2014 Elimination de la Transmission DU VIH de la mère à l enfant au Bénin Point 31 décembre 2014 DNSP(PNLS)-DSME Cotonou, 26 mars 2015 Plan Introduction Rappel du processus PTME Quelques indicateurs Grandes

Plus en détail

Kigali 5 décembre 2006 REPUBLIQUE DU RWANDA PROVINCE DE L OUEST DISTRICTS DE KARONGI & RUTSIRO

Kigali 5 décembre 2006 REPUBLIQUE DU RWANDA PROVINCE DE L OUEST DISTRICTS DE KARONGI & RUTSIRO REPUBLIQUE DU RWANDA Districts de Karongi et Rutsiro Province de l Ouest/Rwanda PROVINCE DE L OUEST DISTRICTS DE KARONGI & RUTSIRO Présentation synthétique du document de Programme de renforcement de la

Plus en détail

Réseau National de Laboratoires * * * * * * * * * *

Réseau National de Laboratoires * * * * * * * * * * République du Sénégal Ministère de la Santé et de l Action Sociale Direction Générale de la Santé Direction des Laboratoires Réseau National de Laboratoires * * * * * * * * * * PLAN DE FORMATION DES PERSONNELS

Plus en détail

Appui de l OMS aux pays dans le cadre de la Déclaration de Muskoka

Appui de l OMS aux pays dans le cadre de la Déclaration de Muskoka Table ronde ReMed «Améliorer l acc accès aux soins des Femmes et des Enfants» Paris, 4 novembre 2011 Appui de l OMS aux pays dans le cadre de la Déclaration de Muskoka Jean-Marie Trapsida Coordonnateur,

Plus en détail

Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali.

Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali. Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali. Initiative conjointe CEDLAS - DNACPN Février 2011 1 Résumé... 3 Description de l étude... 3

Plus en détail

Plan d accélération de Réduction de la Mortalité Maternelle et Néonatale au Burkina Faso (Feuille de Route)

Plan d accélération de Réduction de la Mortalité Maternelle et Néonatale au Burkina Faso (Feuille de Route) MINISTERE DE LA SANTE ----------- SECRETARIAT GENERAL ----------- DIRECTION GENERALE DE LA SANTE --------- DIRECTION DE LA SANTE DE LA FAMILLE BURKINA FASO Unité Progrès Justice Plan d accélération de

Plus en détail

Projet de prise en charge globale du VIH et de la tuberculose dans les prisons en Côte d Ivoire

Projet de prise en charge globale du VIH et de la tuberculose dans les prisons en Côte d Ivoire Projet de prise en charge globale du VIH et de la tuberculose dans les prisons en Côte d Ivoire Nathalie Cartier, Program manager 27/10/2015 1 Présentation d Expertise France Opérateur publiquede référence

Plus en détail

INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES. Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs

INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES. Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs En urgence, en consultation, en hospitalisation, que payerez-vous? Quels frais

Plus en détail

Action de soutien à la mobilité

Action de soutien à la mobilité UNION EUROPÉENNE Fonds social européen Investit pour votre avenir PROGRAMME DEPARTEMENTAL D INSERTION 2012-2016 APPEL A PROJETS 2015 Action de soutien à la mobilité Date de lancement de l appel à projets

Plus en détail

La Campagne e Mondiale»

La Campagne e Mondiale» La Campagne e Mondiale «Pour éliminer les fistules» Le Coût de l Enfantement Chaque minute, 1 femme meurt des complications de la grossesse ou de la naissance Pour chaque femme qui meurt, 20 à 30 autres

Plus en détail

PROBLEMATIQUE DE LA MAINTENANCE BIOMEDICALE ET HOSPITALIERE

PROBLEMATIQUE DE LA MAINTENANCE BIOMEDICALE ET HOSPITALIERE PROBLEMATIQUE DE LA MAINTENANCE BIOMEDICALE ET HOSPITALIERE PLAN INTRODUCTION I- ETAT DES LIEUX II- DIFFICULTES III-PERSPECTIVES ET RECOMMANDATIONS CONCLUSION INTRODUCTION La conception, la réalisation

Plus en détail

Modèle SAA de l USAID, Cadre des résultats et Indicateurs mondiaux et nationaux

Modèle SAA de l USAID, Cadre des résultats et Indicateurs mondiaux et nationaux Modèle de l USAID, Cadre des résultats et Indicateurs mondiaux et nationaux COMPOSANTES CENTRALES DU MODÈLE DE L USAID Le concept original des soins après avortement a été articulé pour la première fois

Plus en détail

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit :

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Synthèse des résultats de l audit croisé et interhospitalier 2008 à propos de l isolement thérapeutique Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Type d établissement Nombre EPSM 4 CH Général

Plus en détail

APPEL A PROJETS 2011 Date limite d'envoi des dossiers : 31 mars 2011

APPEL A PROJETS 2011 Date limite d'envoi des dossiers : 31 mars 2011 APPEL A PROJETS 2011 Date limite d'envoi des dossiers : 31 mars 2011 Dans le cadre de cet appel à projets 2011, la Fondation GlaxoSmithKline soutiendra des programmes en direction d équipes soignantes

Plus en détail

PRESENTATION DES ACTIVITES DU CENTRE POUR LE BIEN ETRE DES FEMMES (CBF/GK) «GISELE KAMBOU»

PRESENTATION DES ACTIVITES DU CENTRE POUR LE BIEN ETRE DES FEMMES (CBF/GK) «GISELE KAMBOU» PRESENTATION DES ACTIVITES DU CENTRE POUR LE BIEN ETRE DES FEMMES (CBF/GK) «GISELE KAMBOU» The image part with relationship ID rid2 was not found in the file. BUT: Promotion de la Santé Sexuelle et de

Plus en détail

Hygiène hospitalière et sécurité des patients en Côte d Ivoire

Hygiène hospitalière et sécurité des patients en Côte d Ivoire Hygiène hospitalière et sécurité des patients en Côte d Ivoire Bilan des activités Esther et perspectives dans le cadre APPS Partenariat ESTHER- CHU de BORDEAUX- OMS Colloque Geres/ESTHER/ISSA Lomé, Togo

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE LA POPULATION (MSPP) Unité d Etudes et de Programmation (UEP) ANNUAIRE STATISTIQUE 2012

MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE LA POPULATION (MSPP) Unité d Etudes et de Programmation (UEP) ANNUAIRE STATISTIQUE 2012 MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE LA POPULATION (MSPP) Unité d Etudes et de Programmation (UEP) ANNUAIRE STATISTIQUE 2012 Septembre 2013 REMERCIEMENTS Le Ministère de la Santé Publique et de la Population

Plus en détail

REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES

REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES Ont participé à la réalisation de ce document, l Association Nationale des Sages-femmes Cadres,

Plus en détail

LES SERVICES DE SAGE-FEMME AU QUÉBEC

LES SERVICES DE SAGE-FEMME AU QUÉBEC LES SERVICES DE SAGE-FEMME AU QUÉBEC UNE PRIORITÉ DE LA POLITIQUE DE PÉRINATALITÉ (2008-2018) Mémoire présenté aux membres de la commission parlementaire de la santé et des services sociaux Préparé par

Plus en détail

Approche préventive des dystocies osseuses à Douala, Cameroun

Approche préventive des dystocies osseuses à Douala, Cameroun Approche préventive des dystocies osseuses à Douala, Cameroun Dr ESSOME Henri Gynécologue-Obstétricien Hôpital Laquintinie - Douala Training Course in Reproductive Health Research WHO 2008 Société coopérative

Plus en détail

Projet de suivi et plaidoyer budgétaire des fonds alloués aux politiques de gratuité des soins de santé dans le cercle de Kati

Projet de suivi et plaidoyer budgétaire des fonds alloués aux politiques de gratuité des soins de santé dans le cercle de Kati Projet de suivi et plaidoyer budgétaire des fonds alloués aux politiques de gratuité des soins de santé dans le cercle de Kati Termes de référence de l étude sur la mobilisation, la gestion et l impact

Plus en détail

RETOUR PRECOCE A DOMICILE APRES ACCOUCHEMENT

RETOUR PRECOCE A DOMICILE APRES ACCOUCHEMENT version 1 page 1/5 Référence : RSN/REF/REA.O/002/A Date de 1 ère mise en service : 10/06/2008 N version Date de la modification Suivi des modifications Objet de la modification Faite par : Rédaction Mise

Plus en détail

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

MARDI 03 JUIN 2014 10H30

MARDI 03 JUIN 2014 10H30 CONFéRENCE DE PRESSE MARDI 03 JUIN 2014 10H30 dépistage du cancer du col de l utérus à mayotte SOMMAIRE 1- présentation de l association Fonctionnement de l association Territoire d intervention Population

Plus en détail

en Haiti: Integrer la Santé Reproduction au VIH/SIDA 1995-2007

en Haiti: Integrer la Santé Reproduction au VIH/SIDA 1995-2007 L expérience en Haiti: Integrer la Santé Reproduction au VIH/SIDA 1995-2007 Marie Marcelle Deschamps, MD Faculte de Medecine et Pharmacie de UEH 5-6 Mars 2008 Le contexte Haiti est. le pays le plus affecté

Plus en détail

Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance

Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance CONEPT/RDC Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance Rapport de l Enquête réalisée à Kinshasa Résumé des résultats et recommandations Avec l Appui de Juillet

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

SANTÉ DE LA REPRODUCTION 8

SANTÉ DE LA REPRODUCTION 8 SANTÉ DE LA REPRODUCTION 8 Dr Ahmed Laabid Au cours de l'enquête, des informations ont été collectées sur la santé des mères et sur celle de leurs enfants nés au cours des cinq années qui ont précédé l'enquête.

Plus en détail

THÈME: «INTÉGRATION DU COMMERCE DES SERVICES DANS LES PLANS NATIONAUX ET RÉGIONAUX DE DÉVELOPPEMENT»

THÈME: «INTÉGRATION DU COMMERCE DES SERVICES DANS LES PLANS NATIONAUX ET RÉGIONAUX DE DÉVELOPPEMENT» ATELIER UNION AFRICAINE / COMMUNAUTÉS ECONOMIQUE RÉGIONALES SUR LE COMMERCE DES SERVICES EN COLLABORATION AVEC JEICP ET LA BAD 29-30 MARS 2012, LUSAKA (ZAMBIE) THÈME: «INTÉGRATION DU COMMERCE DES SERVICES

Plus en détail

Projet de Femmes et Familles de l Afrique pour la Préparation au Traitement et l Education en matière de Traitement

Projet de Femmes et Familles de l Afrique pour la Préparation au Traitement et l Education en matière de Traitement Projet de Femmes et Familles de l Afrique pour la Préparation au Traitement et l Education en matière de Traitement GUIDE DE DEMANDE DE SUBVENTION RESERVE AUX RESEAUX NATIONAUX DES FEMMES VIVANT AVEC LE

Plus en détail

Fòk pèp la jwenn! ÉNONCÉ DE POLITIQUE GÉNÉRALE DU PREMIER MINISTRE S.E.M. LAURENT SALVADOR LAMOTHE - CHAMBRE DES DÉPUTÉS LUNDI 14 MAI 2012

Fòk pèp la jwenn! ÉNONCÉ DE POLITIQUE GÉNÉRALE DU PREMIER MINISTRE S.E.M. LAURENT SALVADOR LAMOTHE - CHAMBRE DES DÉPUTÉS LUNDI 14 MAI 2012 Fòk pèp la jwenn! Les modèles de contractualisation relative à la gestion des maternités: Achats de services Atelier national de santé de la reproduction/ planification familiale, 12-14 décembre 2012 Plan

Plus en détail

Financement Basé sur la Performance

Financement Basé sur la Performance Financement Basé sur la Performance et son rôle dans les réformes des systèmes de santé dans les pays en développement: cas de l Argentine, du Burundi et de la Turquie Cycle des conférences de l ENSP Rabat

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2014. Sommaire

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2014. Sommaire Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2014 Ce mémoire est présenté par : Association canadienne des hygiénistes dentaires (ACHD) Sommaire La santé buccodentaire

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 14SANIN162

TERMES DE REFERENCE Mission n 14SANIN162 TERMES DE REFERENCE Mission n 14SANIN162 I. Informations générales Intitulé de la mission Composante Thématique(s) Bénéficiaire(s) Pays Subventions FM concernées Appui au Ministère de la Santé dans la

Plus en détail

Activités sanitaires- région de Kidal

Activités sanitaires- région de Kidal Mission Mali 1 Activités sanitaires- région de Kidal 1 S1 à S20 Année 2013 Médecins du Monde - Belgique 2 Plan de l exposé» Contexte» Réponse à l Urgence Sanitaire» Etat des lieux» Paquet d activités mené

Plus en détail

Rapport de recommandations

Rapport de recommandations Comment s assurer que les personnes souffrant d ostéo-arthrite et d arthrite rhumatoïde reçoivent des soins optimaux de par l Europe: recommandations EUMUSC.NET En partenariat avec EULAR et 22 centres

Plus en détail

Médecin Responsable volet hospitalier - Koulikouro - MALI

Médecin Responsable volet hospitalier - Koulikouro - MALI Médecin Responsable volet hospitalier - Koulikouro - MALI L ASSOCIATION ALIMA The Alliance for International Medical Action (ALIMA) est une organisation médicale internationale, fondée en 2009. ALIMA a

Plus en détail

LA SANTE POUR TOUS :

LA SANTE POUR TOUS : LA SANTE POUR TOUS : Stratégies pour faciliter l accès aux soins, Rôle des ONG dans les pays du Sud. Journée d échange Tours, le 17 mai 2003 Journée co-animée par : Mamadou TOURE, associations «UTILE»,

Plus en détail

Un nouveau cadre d investissement pour la riposte

Un nouveau cadre d investissement pour la riposte ONUSIDA Note d information 2011 Un nouveau cadre d investissement pour la riposte mondiale au VIH Version originale anglaise, UNAIDS / JC2244F, novembre 2011 : A new investment framework for the global

Plus en détail

AIDER AU RENFORCEMENT DE LA COOPERATION MEDICALE A DISTANCE EN AFRIQUE : UN DEFI DU CLUB SANTE AFRIQUE

AIDER AU RENFORCEMENT DE LA COOPERATION MEDICALE A DISTANCE EN AFRIQUE : UN DEFI DU CLUB SANTE AFRIQUE LE PROGRAMME DE TELEMEDECINE AIDER AU RENFORCEMENT DE LA COOPERATION MEDICALE A DISTANCE EN AFRIQUE : UN DEFI DU CLUB SANTE AFRIQUE OBJECTIFS DU MILLENAIRE POUR LE DEVELOPPEMENT N 4-5-6-8 1 CFAO : Membre

Plus en détail

Nombre de supervision/formatio n pratique en PF/CS Approvisionner les CS en produits contraceptifs District Stock out 0

Nombre de supervision/formatio n pratique en PF/CS Approvisionner les CS en produits contraceptifs District Stock out 0 REPUBLIQUE DU RWANDA PROVINCE DE L'EST DISTRICT DE NYAGATARE HOPITAL DE NYAGATARE Pop: 346726 PLAN OPERATIONNEL DE L'HOPITAL DE NYAGATARE DE JUILLET 2010 A JUIN 2011 Objectifs Résultats atendus Activités

Plus en détail

STRATEGIES DE REDUCTION DE LA MORTALITE MATERNELLE EN REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE *************

STRATEGIES DE REDUCTION DE LA MORTALITE MATERNELLE EN REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE ************* STRATEGIES DE REDUCTION DE LA MORTALITE MATERNELLE EN REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE ************* Abdoulaye SEPOU Eugène SERDOUMA Narcisse Patrice KOMAS Chrysostome GODY Jean ABEYE Boniface KOFFI Jean Pierre

Plus en détail

Focus. Premier tour d horizon de la santé en Brabant wallon

Focus. Premier tour d horizon de la santé en Brabant wallon Focus Un baromètre de la santé en Brabant wallon, une initiative de la Mutualité chrétienne Premier tour d horizon de la santé en Brabant wallon Nous ne pouvons commencer sans une présentation sommaire

Plus en détail

Les Fiches de projet et leur canevas

Les Fiches de projet et leur canevas Les Fiches de projet et leur canevas République du Burundi Ministère de la Sécurité Publique Agence nationale d exécution : Fiche de Projet1 Titre du Projet : Renforcement des capacités de planification

Plus en détail

L ACCES POUR TOUS A LA SANTE REVENDICATION DE L APF

L ACCES POUR TOUS A LA SANTE REVENDICATION DE L APF L ACCES POUR TOUS A LA SANTE REVENDICATION DE L APF La santé est définie par l Organisation Mondiale de la santé comme un «état de complet bien-être physique, mental et social et ne consiste pas seulement

Plus en détail

RAPPORT PRISE EN CHARGE MÉDICAMENTEUSE DANS LES EHPAD FRANCILIENS. Résultats de l enquête menée en 2014

RAPPORT PRISE EN CHARGE MÉDICAMENTEUSE DANS LES EHPAD FRANCILIENS. Résultats de l enquête menée en 2014 RAPPORT PRISE EN CHARGE MÉDICAMENTEUSE DANS LES EHPAD FRANCILIENS Résultats de l enquête menée en 2014 0 Acronymes : ARS IDF : Agence régionale de santé Ile-de-France EHPAD : Etablissements d hébergement

Plus en détail

Projet d appui au. capacités en gestion de la santé en Haïti PARC. Objectifs du projet

Projet d appui au. capacités en gestion de la santé en Haïti PARC. Objectifs du projet Projet d appui au renforcement des capacités en gestion de la santé en Haïti PARC Unité de santé internationale Objectifs du projet Le PARC contribue à l amélioration de la gouvernance du système de santé

Plus en détail

DISCOURS DE MONSIEUR LE MINISTRE DE LA SANTE PUBLIQUE

DISCOURS DE MONSIEUR LE MINISTRE DE LA SANTE PUBLIQUE REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix Travail Patrie ------------------ MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ------------------ SECRETARIAT GENERAL -------------------- DIRECTION DE LA PROMOTION DE LA SANTE ----------------------

Plus en détail

Planification familiale et. Cheickna TOURE Directeur Général Adjoint Union Technique de la Mutualité Malienne UTM

Planification familiale et. Cheickna TOURE Directeur Général Adjoint Union Technique de la Mutualité Malienne UTM Planification familiale et assurance santé Cheickna TOURE Directeur Général Adjoint Union Technique de la Mutualité Malienne UTM - Situation sanitaire Plan de présentation -Description des régimes d assurance

Plus en détail

La première consultation de grossesse: Intérêts du Dossier Périnatal Informatisé de Bourgogne

La première consultation de grossesse: Intérêts du Dossier Périnatal Informatisé de Bourgogne La première consultation de grossesse: Intérêts du Dossier Périnatal Informatisé de Bourgogne Thomas Desplanches Sage-femme (Maïeuticien) Cellule d évaluation du réseau périnatal de Bourgogne C.H.U Dijon.

Plus en détail

PLAN D ACTION TRIMESTRIEL DU CENTRE DE SANTE POUR LA PERIODE ALLANT DE

PLAN D ACTION TRIMESTRIEL DU CENTRE DE SANTE POUR LA PERIODE ALLANT DE 120 Annexe 12 : Plan d action Trimestriel d un Centre de Santé REPUBLIQUE DU BURUNDI MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE PROVINCE DE DISTRICT DE.. NOM DU CDS PLAN D ACTION TRIMESTRIEL DU CENTRE DE SANTE POUR

Plus en détail

Bilan d une action de prévention et de suivi des caries dentaires dans les écoles en Zone Urbaine Sensible (ZUS) de Grenoble FRANCE

Bilan d une action de prévention et de suivi des caries dentaires dans les écoles en Zone Urbaine Sensible (ZUS) de Grenoble FRANCE Bilan d une action de prévention et de suivi des caries dentaires dans les écoles en Zone Urbaine Sensible (ZUS) de Grenoble FRANCE Dr Simone BOUSSUGES médecin conseiller technique Christiane BRUN assistante

Plus en détail

LE FINANCEMENT. MSPD Eric Fretillere Conseil Régional de l Ordre des Médecins d Aquitaine CDOM 47Page 1

LE FINANCEMENT. MSPD Eric Fretillere Conseil Régional de l Ordre des Médecins d Aquitaine CDOM 47Page 1 LE FINANCEMENT Il ne faut pas se le cacher, le financement est une difficulté et de nombreuses maisons médicales dans les 10 dernières années, qui fonctionnaient de manière satisfaisante, sont «décédées»

Plus en détail

PRESENTEE PAR M. YANKHOBA SOW DIRECTEUR DES RESSOURCES HUMAINES

PRESENTEE PAR M. YANKHOBA SOW DIRECTEUR DES RESSOURCES HUMAINES CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LES RESSOURCES HUMAINES EN SANTE EN AFRIQUE EXPERIENCE DU SENEGAL DANS LA REORGANISATION DU MINISTERE DE LA SANTE POUR UNE MEILLEURE PRISE EN CHARGE DE LA GESTION DES RHS

Plus en détail

Processus d amélioration de l unité centrale de stérilisation d une clinique privée tunisienne dans le cadre de sa certification.

Processus d amélioration de l unité centrale de stérilisation d une clinique privée tunisienne dans le cadre de sa certification. 2èmes Journées Internationales Francophone de Stérilisation 12 et 13 Septembre 2014 Marrakech - Maroc Processus d amélioration de l unité centrale de stérilisation d une clinique privée tunisienne dans

Plus en détail

MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES. BURKINA FASO Unité - Progrès - Justice. La région du Centre-Ouest en chiffres

MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES. BURKINA FASO Unité - Progrès - Justice. La région du Centre-Ouest en chiffres MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES BURKINA FASO Unité - Progrès - Justice La région du Centre-Ouest en chiffres Edition 2011 GEOGRAPHIE ET ORGANISATION ADMINISTRATIVE Géographie 0rganisation administrative

Plus en détail

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE 2 0 1 3 INTRODUCTION La première stratégie manitobaine de promotion de l allaitement maternel a été conçue à l automne 2006 afin de mettre

Plus en détail

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S REGARD SUR L EPIDEMIE DU VIH D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S Photo: ONUSIDA Levier de la riposte au sida, l ONUSIDA s emploie à bâtir l action politique et à promouvoir les droits de tous les

Plus en détail

Booster la gouvernance de la santé publique

Booster la gouvernance de la santé publique Booster la gouvernance de la santé publique (Un défi de plus en plus pressant) La gouvernance de la santé influence le droit à la santé en son fondement et sa finalité. Tel que défini dans l article 12

Plus en détail