EVALUATION DES SERVICES DE SANTÉ MATERNELLE NÉONATALE ET INFANTILE AU GABON

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "EVALUATION DES SERVICES DE SANTÉ MATERNELLE NÉONATALE ET INFANTILE AU GABON"

Transcription

1 EVALUATION DES SERVICES DE SANTÉ MATERNELLE NÉONATALE ET INFANTILE AU GABON SEPTEMBRE

2

3 SOMMAIRE Introduction...3 Les chiffres de la santé maternelle et infantile au Gabon...5 Organisation du système de santé...7 État des lieux des maternités...9 Infrastructures...9 Equipements...13 Offre de soins...17 Ressources humaines de santé...21 Conclusion...26 Recommandations...29 Sources et glossaire...30

4

5 INTRODUCTION Aujourd hui encore, trop de Gabonaises ne bénéficient pas des compétences d une sage-femme, d une salle d accouchement, des médicaments nécessaires pour éviter des complications lors de l accouchement. Nombre d entre elles, pendant leur grossesse, ne consultent pas de médecin, ne vont pas à l hôpital. Pourtant, la santé maternelle et infantile constitue un des jalons essentiels pour construire l avenir de notre pays. Pour cette raison, les équipes de la Fondation Sylvia Bongo Ondimba pour la Famille ont souhaité mener une évaluation des structures existantes. Cette évaluation, dont le rapport présente ici une synthèse, a été menée en deux temps. Le temps des entretiens, celui du recueil de données, de l étude statistique et de l analyse, en partenariat avec l AMREF (Association pour la médecine et la recherche en Afrique), ONG africaine de santé publique ayant pour objet de renforcer les systèmes de santé publique et communautaire. Notre évaluation conjointe FSBO-AMREF 2014 s est déroulée à tous les niveaux du système de santé. Elle a concerné 84 structures sanitaires du secteur public civil, militaires, para étatique et privé à but non lucratif. Plus de 200 prestataires de santé impliqués dans les maternités et les services de SMI ont été rencontrés au cours d entretiens dans l ensemble des provinces du Gabon. Plus de 1000 femmes ayant consulté ces services, avant ou après leur accouchement, ont également fait part de leur perception de ces derniers. Les entretiens avec les informateurs clés ont concerné 11 services, directions et institutions du niveau central et 10 directions régionales. Le temps du terrain, en parallèle, celui des visites, du constat, lors de notre tournée «Gabon Profond», avec le soutien du groupe SOCOTEC, qui nous a également soumis un rapport de vérifications techniques et nous a consigné leurs avis relatifs à trois centres médicaux : Ntoum, Mitzic et Minvoul. Ce travail d enquête nous permet de retranscrire ce que nous avons observé, ceux que nous avons écouté et de retransmettre aujourd hui des vécus, des silences, des espoirs, des attentes. Etayée par des données synthétisées et des images de nos visites, cette évaluation constitue notre plaidoyer. La compilation de l ensemble de ces données, a pour objet de fournir une photographie de l état des services de santé maternelle, néo natale et infantile dans toutes les provinces du Gabon. 3

6 4

7 L E S C H I F F R E S D E L A S A N T É M AT E R N E L L E E T I N FA N T I L E AU GABON INDICATEUR OMD 5 ETAT INITIAL EN 1990 OBJECTIF 2015 SITUATION Réduire la mortalité maternelle décès pour NV 129 décès pour NV 316 décès pour NV (EDSG 2012) Réduire la mortalité des enfants de moins de 5 ans 93 pour 1000 NV 31 pour 1000 NV 56 pour 1000 NV (Rapport UN Inter-agency Group - Child Mortality - Septembre 2014) Au moins 30 % des femmes et des adolescents utilisent une méthode moderne de contraception (PF) 14 % en 1996 Analyse de situation des services SR 30 % 31 % des femmes de ans en union (EDSG 2012) 90 % des femmes enceintes effectuent au moins 4 visites prénatales Atteindre un taux d accouchement assisté par du personnel qualifié d au moins 90 % 80 % des complications de l accouchement aussi bien chez la mère sont prises en charge selon les protocoles nationaux 63 % 90 % 78 % (EDSG 2012) 90 % 90 % (EDSG 2012) - 80 % 15 % (PNDS 2010) 80 % des complications de l accouchement chez le nouveauné sont prises en charge selon les protocoles nationaux - 80 % 76 % (Rapport National de supervision 2014) 1 Cet objectif a deux cibles qui sont de i) réduire de trois quarts, entre 1990 et 2015, le taux de mortalité maternelle et de ii) rendre l accès à la médecine procréative universelle d ici à

8

9 O R G A N I S AT I O N D U S Y S T È M E DE SANTÉ Libreville compte de nombreuses maternités : CHU de Libreville, CHU d Agondjè, Hôpital Egypto- Gabonais, Hôpital Sino- Gabonais, Centre de santé de Nzeng Ayong, Centre de Santé d Okala. Libreville Centre Hospitalier Régional, Centre de Santé Maternelle et Infantile Centre Médical Le pays compte environ 959 structures de soins depuis les cases de santé jusqu aux hôpitaux nationaux, tous secteurs de santé confondus. Il existe près de 700 structures de premier contact (dispensaires, infirmeries, cabinets de soins) et 5 hôpitaux nationaux 1. Le nombre de lits est estimé à environ 4000, soit un ratio de 25 lits pour habitants 2. Tous les CHU, CHR et les centres médicaux disposent de maternités mais seuls certains centres de santé en sont pourvues. Niveau central ou stratégique, comprend l ensemble des directions centrales y compris les programmes de santé, les instituts Niveau intermédiaire ou d appui technique, composé de directions régionales de santé, centres hospitaliers régionaux, coordination provinciale SMI, Service provinciale du Génie sanitaire, bases épidémiologiques Niveau périphérique ou opérationnel : composé de centres médicaux, centres de santé, de santé maternelle et infantile, dispensaires et de cases de santé 2 Carte sanitaire 2008, Ministère de la Santé 3 Estimation nationale. 7

10

11 ÉTAT DES LIEUX DES MATERNITÉS INFRASTRUCTURES Libreville Maternités aux normes ou s en approchant Maternités qui ne sont pas aux normes Source : Rapport Général de Supervision Nationale SMI (Ministère de la santé, février 2014) D après le Rapport Général de Supervision Nationale SMI (Ministère de la santé, février 2014) : 70 % des maternités gabonaises ne sont pas aux normes en termes d infrastructures ; Seuls 14 % des centres médicaux sont dotés d infrastructures en adéquation avec les normes nationales. Exceptés les Centres Hospitaliers Régionaux récemment construits, la majorité des structures du premier niveau du secteur public méritent une réhabilitation : de nombreux dispensaires sont fermés et/ou ne répondent à aucune norme ; les centres médicaux sont majoritairement dans un état de décrépitude ; les formations sanitaires du premier niveau présentent des insuffisances en équipements. Il se pose de surcroît des problèmes de maintenance. Par ailleurs, la capitale est bien mieux dotée en infrastructures que les autres régions. En effet plus de 23 % des structures sont basées à Libreville comprenant plus de 35 % des hôpitaux du pays. 9

12 Pour illustration CENTRE MÉDICAL DE MINVOUL Bâtiment vétuste, inapproprié et difficilement accessible. L audit conduit conclut que le centre ne devrait pas être en exploitation. Une nouvelle maternité a été réhabilitée à proximité du centre en Son ouverture est cependant repoussée en raison d un contentieux entre l entreprise et le maitre d ouvrage. CENTRE MÉDICAL DE MITZIC La maternité est dans un état de délabrement complet : salle d accouchement exiguë, très mal éclairée, sans accès à l eau et sans aucun respect de normes d hygiène et de sécurité. L audit conduit indique qu il présente des risques graves et imminents d affaissement d éléments de structure (plafonds charpentes, cloison) et qu il ne devrait pas être exploité. L ancienne maternité, réhabilitée en 2012, n est toujours pas ouverte en raison de malfaçons qui ont bloqué les finalisations des travaux et font l objet d un contentieux entre l entreprise, le maitre d ouvrage et la Direction Générale des Marchés Publics. 10

13 CENTRE MÉDICAL DE NTOUM Le centre ne répond à aucune norme d hygiène et de sécurité. Il présente des risques graves d affaissement d éléments de structure et ne correspond en rien aux besoins de l importante population qu il couvre. Le rapport conclut sur un avis défavorable à son exploitation. Pourtant, une structure nouvelle existe : terminée à près de 90 %, une structure moderne et adaptée à la population a été construite à proximité. Les travaux sont bloqués depuis fin 2012 et aucune date de réception du bâtiment n est fixée. Les données détaillées sont consultables en annexes, dans les rapports techniques «Gabon Profond» et SOCOTEC 11

14

15 EQUIPEMENTS Disponibilités du matériel & équipement de santé dans les maternités Matériels et équipements de la salle d'accouchement Matériel de transfusion sanguine Ocytociques et antibiotiques Anticonvulsifiants Sulfate de magnéisum injectable Arthéméther Source : Evaluation des besoins en soins obstétricaux et néonataux d urgence (SONU) dans les structures sanitaires, Ministere de la santé, UNFPA, Mai 2010 Les structures sanitaires qui offrent les services Obstétricaux et Néonataux d Urgence, ne disposent pas toutes du matériel nécessaire conformes aux normes OMS. L analyse des équipements a révélé un déficit notoire de matériel. Les hôpitaux répondent en majorité aux normes fixées par l OMS. Cependant les centres médicaux, pour la plupart en milieu rural, manquent de matériel. Les difficultés d approvisionnement, les problèmes de maintenance, la mauvaise gestion du budget qui leur est alloué, ou la polarisation de ce budget sur les structures sanitaires urbaines en sont les causes principales. Toutefois, une autre cause peut être soulignée : il existe une sur-dotation de certains établissements, pourtant peu fréquentés car situés dans des zones très peu peuplées. Cela pénalise la dotation en matériel de structures délaissées mais néanmoins très fréquentées. 13

16 Pour illustration La maternité du centre médical de Ngouni, visitée dans le cadre de la Tournée «Gabon Profond» illustre cette situation : le centre médical, suréquipé, offre un plateau technique comparable à celui d un hôpital régional, avec des équipements de dernière génération. Le centre ne couvre cependant qu environ 7800 habitants, et est situé à moins de 20 minutes du Centre Hospitalier Régional de Franceville. MATERNITÉ DU CENTRE MÉDICAL DE NGOUNI 14

17 Les maternités de Lekonie et Akieni, située également dans la Province du Haut-Ogooué sont, elles, dénuées du minimum d équipements. Certains matériels (couveuses notamment) ont été fournies à ces structures il y a plus de 4 ans. Sans formation, elles sont pourtant restées totalement inutilisées depuis lors. Ces maternités sont pourtant situées dans des localités isolées nécessitant des services de proximité. MATERNITÉ DE LEKONIE 15

18

19 OFFRE DE SOINS Offre de soins par structures (%) Hôpitaux Centres médicaux SMI Offre de soins pré natals Offre de soins lors de l accouchement Offre de soins post-natals Offre des soins néo-natals L offre de soins lors de l accouchement est faible dans les SMI parce que celles-ci n ont pas vocation de réaliser des accouchements. Source graphique: rapport FSBO - AMREF CADRE DE RÉFÉRENCE Afin de réduire la mortalité maternelle et infantile, un paquet d intervention efficace contre les décès des mères, des bébés et des enfants de moins de 5 ans a fait ses preuves, lorsqu elles sont bien menées et à temps. Il s agit de : la Planification Familiale ; la prévention de la Transmission du VIH de la mère à l enfant (PTME) ; des consultations prénatales (CPN recentrée) ; des accouchements sécurisés, des consultations post natales et des interventions pour la santé de l enfant. PLANIFICATION FAMILIALE Les résultats de l offre de service en planification familiale par région sanitaire montrent que la majeure partie des structures du pays offre ce service. Seule la région Centre EST présente une offre limitée avec 60 % des infrastructures mobilisées. L offre de planification familiale est disponible dans l ensemble des SMI visités alors que seuls 87 % des hôpitaux et 79 % des centres médicaux offrent ce service. 17

20 AU COURS DE LA GROSSESSE L analyse révèle qu aucune région du Gabon n offre dans la totalité de ses structures l ensemble des interventions essentielles au cours de la grossesse. 100 % des hôpitaux prennent en charge les services essentiels offerts au cours de la grossesse alors que ce taux est moins important pour les centres médicaux. En revanche, les ruptures prématurées des membranes, les prises en charge des grossesses non désirées et la prise en charge des avortements sont presque exclusivement offertes par les services des hôpitaux. SOINS AU COURS DE LA GROSSESSE HOPITAUX CENTRES MEDICAUX SMI Soins prénatals 16 (100 %) 57 (91.0 %) 6 (100 %) Supplémentation fer 15 (93.0 %) 53 (85.0 %) 6 (100 %) Vaccination antitétanique 15 (93 %) 55 (88.0 %) 5 (83.0 %) Prévention Palu 15 (93.0 %) 54 (87.0 %) 6 (100 %) Prévention VIH (Nouveau Né) 16 (100 %) 45 (73.0 %) 4 (66.0 %) Prévention PTME 16 (100 %) 45 (73.0 %) 6 (100 %) Prévention HTA 15 (93.0 %) 49 (79.0 %) 4 (66.0 %) PEC ruptures membranes 15 (93.0 %) 31 (50.0 %) 2 (33.0 %) PEC grossesse non désirées 10 (62.0 %) 28 (45.0 %) 3 (50.0 %) Source : Evaluation Amref 2014 AU COURS DE L ACCOUCHEMENT En termes d assistance à l accouchement par un prestataire formé, l OMS préconise l assistance d au moins un prestataire formé : les médecins et sages-femmes composent la majorité des effectifs de ces prestataires. La distinction des offres de services d accouchements met en avant la grande disparité entre les différents types de structure, en corrélation avec le manque de sages-femmes, de médecins et de spécialistes dans ces structures. Trois catégories émergent : Libreville, l Ogooué Maritime et le Haut Ogooué obtiennent des résultats satisfaisants. Plus de neuf femmes sur dix qui accouchent sont assistées par un personnel qualifié. Les résultats des provinces du Centre et du Sud du Gabon sont encore perfectibles, bien qu ils ne soient pas alarmants. L Ogooué Ivindo décroche, le pourcentage (50,9 %) d accouchements assistés par un personnel médical formé y est plus faible. 18

21 Pourcentage dont l accouchement a été assisté par un prestataire formé Inférieur à 80 % Compris entre 80 % et 90 % Supérieur à 90 % Source : EDSG 2012 POST NATAL Le paquet d interventions offert en post accouchement est disponible dans tous les types de structure avec un dépistage initiale du VIH faible dans les centres médicaux (49 %) et SMI (45 %). NOUVEAU-NÉ Il a été constaté une grande disparité entre la disponibilité du service au niveau des hôpitaux et celle au niveau des SMI et centres médicaux, même si les soins du nouveau-né sont disponibles dans la majorité des structures de toutes les régions, à l exception de l Est avec un taux de 50 % environ. Les infections néo-natales sont elles, prises en charge dans la majorité des structures. Ainsi, 50 % des structures offrent un service de réanimation néonatale à l Ouest, au Nord et au Sud-est, mais ce service reste faible au niveau des autres régions. Parallèlement, il a été observé un manque considérable de matériels pour la protection thermique : les méthodes kangourou n existaient que dans le quart des hôpitaux et centres médicaux. JEUNE ENFANT L analyse des résultats par région sanitaire montre que seules les structures de la région de l Est n offrent pas ces services de prise en charge du jeune enfant. 19

22

23 RESSOURCES HUMAINES DE SANTÉ Ratio de médecins pour habitants Nord Norme OMS Moyenne Gabonaise Libreville Source graphique: rapport FSBO AMREF Ecart entre le personnel d accouchement qualifié effectif et recommandé pour habitants Situation effective au Gabon Norme OMS Un personnel formé pour moins de 1000 femmes en âge de reproduire Un personnel formé pour plus de 1000 femmes en âge de reproduire Absence de personnel formé Non renseigné Source : FSBO d après les statistique de la COSP(MS)

24 Les ressources humaines pour la santé sont estimées à environ personnes pour l ensemble du pays, dont 9500 pour le secteur public. En termes de taux, il y a dans le secteur public 4 médecins, 50 infirmiers et 4 sages-femmes pour habitants 4. Les normes de l OMS établissent 1 médecin pour habitants. La région nord, ( ratio de 0.60 pour habitants ) fait encore partie de ces régions qui, à défaut de ce type de personnel, devrait être prioritaire dans l affectation des infirmiers accoucheurs ou le renforcement de capacité en SONU. Les régions de l Ogooué Maritime et de Libreville présentent les meilleurs ratios avec respectivement 9.97 et 7.01 médecin pour habitants. La forte concentration des médecins dans ces deux dernières provinces sanitaires explique les déséquilibres au sein du pays, notamment en référence à la norme OMS. Aussi, ce ratio est bien plus élevé pour les CHU et CHR que pour les CM. En conséquence de cela, la moitié des provinces sanitaires du pays n atteint pas cette norme d un médecin pour habitants. Pourtant, il y a suffisamment de médecins au Gabon pour répondre aux normes conseillées par l OMS. Si l on prend en compte l ensemble du système de santé, ces chiffres passent à environ 6 médecins et 4 sages-femmes pour habitants. 56 % de ce personnel travaille en milieu hospitalier, 43 % au niveau des centres médicaux et 1 % au niveau SMI. Si toutes les structures enquêtées disposent de médecins généralistes, en ce qui concerne les gynécologues, ils sont au nombre de 34 dans les hôpitaux contre 5 dans les centres médicaux et aucun dans les SMI. Une insuffisance de pédiatres a été aussi notée dans les centres médicaux tout comme les chirurgiens, dont 27 sur 32 travaillent en hôpital. Normes exigées par l Organisation Mondiale de la Santé, en rapport avec la population : 1 médecin pour habitants 1 sage-femme pour 300 femmes en âge de reproduction 4 Source : Plan national de développement sanitaire 2011_

25

26 FOCUS : LES SAGES-FEMMES Ratio de Sages-Femmes pour 300 FAR 1,6 1,4 1,2 1 0,8 0,6 0,4 0,2 0 Nord Norme OMS Moyenne Gabonaise Libreville Source : amref % des sages-femmes sont plus particulièrement concentrées à Libreville pour 39 % de la population. 63 % des sages-femmes du pays officient dans des hôpitaux alors que plus de 70 % des infirmiers accoucheurs officient au niveau des centres médicaux. Libreville présente un ratio de 0,61 sages-femmes pour 300 femmes en âge de reproduction, en deçà des normes de l OMS (1SF/300FAR). Les régions du Nord, de l Est, du Centre Sud et Maritime, présentent le plus grand déficit, ces régions mêmes où il a été noté l insuffisance plus globale de personnel médical. L existence d institutions de formation (Faculté de Médecine, Institut National de Formation d Action Sanitaire et Sociale, Ecole Nationale d Administration et Ecole de Préparation aux Carrières Administratives) devrait contribuer à accroître les ressources humaines dans le secteur de la santé ainsi que leur niveau de connaissances et de formation. 24

27 Pour Illustration La maternité du Centre Médical d Ovan, dans la Province de l Ogoué Ivindo, ne compte aucun médecin et aucune sage-femme. L infirmière en charge de la maternité, ne peut compter sur l aide que de deux matrones qui ne possèdent pas le niveau de formation adéquat pour assurer les accouchements sans risques. Le personnel théoriquement affecté à cette structure n a pu s installer dans le village d Ovan, faute de logement. Pourtant, deux bâtiments d habitation modernes ont été construits. Les travaux, achevés à 80 % sont également bloqués depuis 2 ans. A ce jour, une analyse approfondie des connaissances et des attitudes des sages-femmes en face des signes d urgence durant la grossesse a révélé des résultats très insatisfaisants : ainsi, 1 % seulement des sages-femmes ont cité les 8 signes d urgence de la grossesse et 1 % seulement des sages-femmes ont cité les 4 signes sur les signes de danger de la grossesse. 25

28 CONCLUSION Il convient en conclusion de cette enquête de mettre en avant certains points positifs dans le fonctionnement du dispositif : l existence d un régime d assurance maladie obligatoire qui constitue une grande opportunité d accès aux services offerts aux mères et aux enfants ; l existence d une Direction en charge des services de santé maternel et infantile ; l existence de points focaux à tous les niveaux du système de santé; la définition d un cadre de participation communautaire aux activités de santé. Plus particulièrement, la motivation des personnels de santé est à souligner, notamment au sein de structures et provinces sanitaires rencontrant le plus de difficultés, illustrant que l engagement du personnel peut être indépendant du cadre d exercice et mériterait d être encouragé. Cependant, au vu de l analyse du cadre réglementaire, de l état des lieux des infrastructures, équipements et ressources humaines, et de l offre des services de manière globale, de nombreux dysfonctionnements apparaissent. 1 Le secteur hospitalier a été surdimensionné aux dépens des soins de santé de base L offre du premier niveau de recours aux soins est peu développée. Il n y a pas de mesures adéquates incitant la population à respecter le recours aux soins en fonction du niveau hiérarchique de la pyramide sanitaire. Le secteur hospitalier a été surdimensionné aux dépens des soins de santé de base avec une orientation préférentielle des investissements au détriment des structures de base. Le volet préventif et promotionnel demeure ainsi insuffisamment soutenu. Il existe un clivage entre les secteurs public et privé et peu d initiatives locales des niveaux sanitaires régionaux ou départementaux permettent de susciter un partenariat. 2 Les insuffisances réglementaires nécessitent un renforcement à très court terme Il s agit notamment de : l insuffisance d organisation de la Direction de la Santé de la Mère et de l Enfant ; l absence d un plan stratégique national de la Santé de la Reproduction ; la faible coordination des activités de lutte contre la mortalité maternelle et infantile ; l absence d un plan d action budgétisé SMNI au niveau des régions sanitaires; la non maitrise des lignes budgétaires par les responsables des structures sanitaires. 3De faibles indicateurs de performance Les taux de mortalité maternelle et néonatale collectés dans les structures sont largement en deçà des taux nationaux et témoignent d une insuffisance du système de collecte de données et d une faible notification des décès survenant au niveau de la communauté. 4De faibles proportions de structures qui offrent les services essentiels Les actes essentiels de planification familiale restent insuffisants, se résumant à la contraception orale et aux méthodes locales Aucune région n offre dans la totalité de ses structures l ensemble des interventions essentielles au cours de la grossesse. Plus de 30 % des accouchements ne sont pas encore assistés par du personnel qualifié et la césarienne est très peu offerte par les structures des régions visitées à l exception de la région Maritime où elle est disponible au niveau de 50 % des structures. Les soins du nouveau né de faible poids de naissance restent très insatisfaisants au niveau des structures visitées. 26

29 5La participation communautaire est très faible Il n y a ni organisation, ni programme d action à assise communautaire. Or, la participation communautaire aux actions locales de santé constitue un complément nécessaire aux actions à mener par les centres de santé, notamment en matière de prévention, mais également en terme d augmentation de la demande. 7 Le financement des services de santé ne répond pas aux enjeux La proportion du budget de l Etat consacré à la santé avoisine en moyenne les 6 % du budget national. Le taux d exécution, estimé par la Banque Mondiale aux 6Le déficit de personnels L absence d une réelle politique formelle de développement des ressources humaines est à l origine du déficit en personnels dans les domaines prioritaires parmi lesquels la chirurgie, la gynécologie obstétrique, la pédiatrie, l anesthésie-réanimation. Par ailleurs, si rien n est fait pour rendre la profession plus attractive, le Gabon court le risque d un déficit grandissant en sages femmes avec pour conséquences la non sécurisation des accouchements. L inexistence d un plan de développement des ressources humaines fait que la formation de base et la formation en cours d emploi des personnels de santé sont souvent inadaptées par rapport aux besoins. alentours de 3 %, est manifestement loin des 15 % de la part du budget national que les Etats doivent consacrer à la santé, conformément aux objectifs fixés par l OMS. Dépenses effectives en santé publique / PIB (%) 6 4 2,9 3,3 3,7 3,8 3,4 3 3,2 3,3 2,7 3,7 3,5 3,4 3,

30

31 RECOMMANDATIONS Agir sur les 30% de décès maternels du1 er retard Information/Education/ Communication (IEC) Agir sur les 30% de décès maternels du 2 ème retard. Accès aux structures (axe routier, couverture). Accès financier: assurance maladie, mobilisation des fonds. Accès culturel, IEC/mobilisation sociale Agir sur les 40% de décès maternels du 3 ème retard Normalisation ; Equipement ; Développement des compétences (approche par compétence) formation/recherche ; Instauration d un système efficace de Références/contre références ; Assoir une politique de maintenance des équipements ; Développement d un SAMU de la maternité sans risque ; Audit des décès maternels ; Développement d actions communautaires. Source : FSBO, Gabon Profon, Juin 2014 Pour lutter efficacement contre la mortalité maternelle, concept des trois retards développé par Déborah MAINE basé sur les trois retards est éloquent : Retard dans la prise de décision d aller accoucher dans une structure de santé: barrières socio-culturelles ; Retard d accès aux soins lié à l accessibilité physique, financière, et culturelle ; Retard dans la prise en charge de la femme dans la structure sanitaire. Le constat général sur le terrain est que 40 % des décès lors de l accouchement sont dus aux 3 retards. 1/3 de mères meurent avant l accouchement (1 er et 2 ème retard) 40 % meurent pendant l accouchement (3ème retard) 29

32 SOURCES ET GLOSSAIRE FSBO- AMREF, Evaluation des services de santé maternelle, néonatale et infantile au Gabon, Septembre 2014 Rapport «Gabon Profond», Juin 2014 Audit SOCOTEC, Août 2014 SOURCES COMPLÉMENTAIRES Appui à la réforme de santé au Gabon, rapport préliminaire 2012 Enquête démographique et de santé, 2012 Normes des services de santé de la reproduction Normes du secteur de la santé, 2011 Plan stratégique nationale de sécurisation des produits de santé de la reproduction du Gabon Plan stratégique national de lutte contre le VIH / SIDA et les IST Plan stratégique santé Rapport final de l enquête sur l évaluation des besoins en matière des soins obstétricaux et néonataux d urgence (SONU) au Gabon Rapport sur l analyse des goulots d étranglements et des disparités dans la mise en oeuvre des interventions de la PTME au Gabon Revue de la feuille de route pour la réduction de la morbidité et la mortalité maternelles, néonatales, infanto-juvéniles et des adolescents au Gabon Stratégie nationale de lutte contre les fistules obstétricales au Gabon Enquête sur la Sécurisation des produits SR 2013, MS, UNFPA, 2013 Enquête CAP sur les Pratiques familiales essentielles de l enfant, Avril 2013 Evaluation des besoins en soins obstétricaux et néonataux d urgence (SONU) dans les structures sanitaires, Ministere de la sante, des affaires sociale, de la solidarite et de la famille, Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA), Mai 2010 Revue de la feuille de route pour la Réduction de la Morbidité et la Mortalité Maternelles, Néonatales, Infanto-juvéniles et des Adolescents au GABON, Ministère de la Santé, OMS, UNFPA, septembre 2013 Plan National de Développement sanitaire , Ministere de la sante, des affaires sociale, de la solidarite et de la Famille, septembre 2010 Rapport national sur la réponse au VIH, Ministère de la santé, DGPS, Mars 2012 Rapport Général de la Supervision nationale SMI, Ministère de la santé, DSMI, février

33

34

35

36 Crédits photos : Fondation Sylvia Bongo Ondimba

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT Mise à jour avec rétroinformation technique de décembre 2012 Chaque jour, près de 800 femmes meurent durant la grossesse ou l accouchement

Plus en détail

PLAN D ACTION 2012 2016 POUR ACCELER LA REDUCTION DE LA MORTALITE MATERNELLE ET NEONATALE

PLAN D ACTION 2012 2016 POUR ACCELER LA REDUCTION DE LA MORTALITE MATERNELLE ET NEONATALE Royaume du Maroc Ministère de la Santé PLAN D ACTION 2012 2016 POUR ACCELER LA REDUCTION DE LA MORTALITE MATERNELLE ET NEONATALE Fin du Compte à rebours 2015 Avec l appui de Contexte En souscrivant aux

Plus en détail

Evaluation de la politique de gratuité de l accouchement et de la césarienne au Maroc (Approche économique et financière)

Evaluation de la politique de gratuité de l accouchement et de la césarienne au Maroc (Approche économique et financière) Royaume du Maroc Ministère de la Santé Evaluation de la politique de gratuité de l accouchement et de la césarienne au Maroc (Approche économique et financière) C. Boukhalfa, S. Abouchadi, N. Cunden, S.

Plus en détail

Voies d engagements en matière de RHS BENIN

Voies d engagements en matière de RHS BENIN Voies d engagements en matière de RHS BENIN 1) Quelles sont les actions voies en matière de ressources humaines pour la santé (RHS) sur lesquels votre pays/institution peut s engager? Les femmes au Bénin

Plus en détail

Campagne nationale pour l élimination des fistules obstétricales en Mauritanie

Campagne nationale pour l élimination des fistules obstétricales en Mauritanie Campagne nationale pour l élimination des fistules obstétricales en Mauritanie Contexte de la fistule obstétricale Situation en Mauritanie Progrès au niveau Pays/ Mise en œuvre Défis pour les années à

Plus en détail

Z I G U I N C H O R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Ziguinchor

Z I G U I N C H O R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Ziguinchor Z I G U I N C H O R REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE

Plus en détail

DEVELOPPEMENT DU SECTEUR DE LA SANTE/PROJETS. Ministre de la Santé Publique et de la Lutte contre le Sida Hon. Dr. Sabine NTAKARUTIMANA

DEVELOPPEMENT DU SECTEUR DE LA SANTE/PROJETS. Ministre de la Santé Publique et de la Lutte contre le Sida Hon. Dr. Sabine NTAKARUTIMANA DEVELOPPEMENT DU SECTEUR DE LA SANTE/PROJETS Ministre de la Santé Publique et de la Lutte contre le Sida Hon. Dr. Sabine NTAKARUTIMANA Plan de présentation Introduction Etat des lieux du secteur Stratégies

Plus en détail

LES SERVICES DE SAGE-FEMME AU QUÉBEC

LES SERVICES DE SAGE-FEMME AU QUÉBEC LES SERVICES DE SAGE-FEMME AU QUÉBEC UNE PRIORITÉ DE LA POLITIQUE DE PÉRINATALITÉ (2008-2018) Mémoire présenté aux membres de la commission parlementaire de la santé et des services sociaux Préparé par

Plus en détail

ANALYSE INITIALE DE SITUATION DE LA SANTE MATERNELLE NEONATALE ET INFANTILE (SMNI) DANS LE CADRE DES FONDS FRANÇAIS MUSKOKA AU BURKINA FASO

ANALYSE INITIALE DE SITUATION DE LA SANTE MATERNELLE NEONATALE ET INFANTILE (SMNI) DANS LE CADRE DES FONDS FRANÇAIS MUSKOKA AU BURKINA FASO ANALYSE INITIALE DE SITUATION DE LA SANTE MATERNELLE NEONATALE ET INFANTILE (SMNI) DANS LE CADRE DES FONDS FRANÇAIS MUSKOKA AU BURKINA FASO Rapport final Décembre 2012 01 BP 6490 Ouagadougou 01, Burkina

Plus en détail

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE 14 TÉTANOS ET LA ROUGEOLE 14.1 INTRODUCTION Soumaïla MARIKO Comme on l a déjà précisé au chapitre 1, des tests de dépistage de l immunité contre le tétanos et

Plus en détail

Conférence de Presse 11/09/2013. «Système de Surveillance de la Santé Périnatale au Luxembourg»

Conférence de Presse 11/09/2013. «Système de Surveillance de la Santé Périnatale au Luxembourg» Conférence de Presse 11/09/2013 «Système de Surveillance de la Santé Périnatale au Luxembourg» La Santé Périnatale au Luxembourg Etat des lieux Présentation de deux rapports : Surveillance de la Santé

Plus en détail

Couverture Maladie Universelle au Sénégal : Etat de mise en oeuvre et perspectives

Couverture Maladie Universelle au Sénégal : Etat de mise en oeuvre et perspectives République du Sénégal Un Peuple- Un But- Une Foi Ministère de la Santé et de l Action Sociale Couverture Maladie Universelle au Sénégal : Etat de mise en oeuvre et perspectives Symposium sur la Protection

Plus en détail

Médecin Responsable volet hospitalier - Koulikouro - MALI

Médecin Responsable volet hospitalier - Koulikouro - MALI Médecin Responsable volet hospitalier - Koulikouro - MALI L ASSOCIATION ALIMA The Alliance for International Medical Action (ALIMA) est une organisation médicale internationale, fondée en 2009. ALIMA a

Plus en détail

BILAN D EXECUTION AU 30 NOVEMBRE DU PTA 2013 DE LA DDS MONO/COUFFO

BILAN D EXECUTION AU 30 NOVEMBRE DU PTA 2013 DE LA DDS MONO/COUFFO BILAN D EXECUTION AU 30 NOVEMBRE DU PTA 2013 DE LA DDS MONO/COUFFO Plan de présentation Introduction Présentation du PTA 2013 de la DDS Mono/Couffo Bilan physique d activités Bilan financier d activités

Plus en détail

LE SYSTÈME DE PROTECTION SOCIALE EN SANTÉ DU SÉNÉGAL

LE SYSTÈME DE PROTECTION SOCIALE EN SANTÉ DU SÉNÉGAL République du Sénégal Un Peuple Un But Une Foi Ministère de la Santé et de l Action Sociale Cellule d Appui à la Couverture maladie Universelle LE SYSTÈME DE PROTECTION SOCIALE EN SANTÉ DU SÉNÉGAL Par:

Plus en détail

Appui de l OMS aux pays dans le cadre de la Déclaration de Muskoka

Appui de l OMS aux pays dans le cadre de la Déclaration de Muskoka Table ronde ReMed «Améliorer l acc accès aux soins des Femmes et des Enfants» Paris, 4 novembre 2011 Appui de l OMS aux pays dans le cadre de la Déclaration de Muskoka Jean-Marie Trapsida Coordonnateur,

Plus en détail

PROMOUVOIR LA SANTÉ ET LES DROITS SEXUELS ET REPRODUCTIFS

PROMOUVOIR LA SANTÉ ET LES DROITS SEXUELS ET REPRODUCTIFS PROMOUVOIR LA SANTÉ ET LES DROITS SEXUELS ET REPRODUCTIFS Positionnement en vue de la session spéciale des (22 septembre 2014) 2 1. FACE À UN AVENIR INCERTAIN, LES GOUVERNEMENTS DOIVENT SE REMOBILISER

Plus en détail

Evaluation de la Dissémination du Niger. d amélioration des soins obstétricaux et

Evaluation de la Dissémination du Niger. d amélioration des soins obstétricaux et URC/HCI : PROTOCOLE DE RECHERCHE ET D EVALUATION Evaluation de la Dissémination du Niger au Mali des meilleures pratiques de la mise en œuvre du collaboratif d amélioration des soins obstétricaux et néonataux

Plus en détail

REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES

REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES Ont participé à la réalisation de ce document, l Association Nationale des Sages-femmes Cadres,

Plus en détail

TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE)

TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE) TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE) PAYS ET REGION DE MISE EN ŒUVRE DU PROJET Ce projet sera mise en

Plus en détail

Par Maitre Innocent NTAKOBANJIRA BISIMWA. Consultant en Droits des Autochtones Pygmées

Par Maitre Innocent NTAKOBANJIRA BISIMWA. Consultant en Droits des Autochtones Pygmées Garantir un accès aux soins de santé des Peuples Autochtones Pygmées expulsés dans le PNKB dans la province du Sud Kivu : Capitalisation du thème de la journée internationale des Peuples Autochtones 2015

Plus en détail

Le système de protection sociale en santé en RDC

Le système de protection sociale en santé en RDC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE Le système de protection sociale en santé en RDC 13/09/2013 1 I. Contexte national Plan II. Mesures de protection

Plus en détail

FINANCEMENT DE L OFFRE DE SOINS EN AFRIQUE. Prof DIE-KAKOU

FINANCEMENT DE L OFFRE DE SOINS EN AFRIQUE. Prof DIE-KAKOU 1 FINANCEMENT DE L OFFRE DE SOINS EN AFRIQUE Prof DIE-KAKOU 2 PLAN INTRODUCTION I- SITUATION II- FINANCEMENT IV- COUVERTURE MALADIE V- DEFIS CMU CONCLUSION 3 INTRODUCTION Services de santé offerts avec

Plus en détail

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE 2 0 1 3 INTRODUCTION La première stratégie manitobaine de promotion de l allaitement maternel a été conçue à l automne 2006 afin de mettre

Plus en détail

Planification familiale et. Cheickna TOURE Directeur Général Adjoint Union Technique de la Mutualité Malienne UTM

Planification familiale et. Cheickna TOURE Directeur Général Adjoint Union Technique de la Mutualité Malienne UTM Planification familiale et assurance santé Cheickna TOURE Directeur Général Adjoint Union Technique de la Mutualité Malienne UTM - Situation sanitaire Plan de présentation -Description des régimes d assurance

Plus en détail

PLACE DE L ASSURANCE PRIVEE DANS LA MISE EN ŒUVRE D UNE ASSURANCE MALADIE DITE UNIVERSELLE

PLACE DE L ASSURANCE PRIVEE DANS LA MISE EN ŒUVRE D UNE ASSURANCE MALADIE DITE UNIVERSELLE PLACE DE L ASSURANCE PRIVEE DANS LA MISE EN ŒUVRE D UNE ASSURANCE MALADIE DITE UNIVERSELLE 37 ème Assemblée Générale de la FANAF YAOUDE (CAMEROUN) 23-28 Février 1 ASSURANCE MALADIE 2 - Un des principaux

Plus en détail

Appel à communications

Appel à communications Appel à communications 7 ème Conférence Africaine sur la Population JOHANNESBURG AFRIQUE DU SUD, 30 NOV. 4 DEC. 2015 DIVIDENDE DEMOGRAPHIQUE EN AFRIQUE: PERSPECTIVES, OPPORTUNITES ET DEFIS CONTEXTE Organisée

Plus en détail

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation Assistant socio-éducatif 4 diplôme d état d assistant de service social 4 formation diplômante sur 3 ans dont 12 mois de stages pratiques 4 accueil, écoute, évaluation, information, orientation des personnes

Plus en détail

Restitution de l 'atelier 1 Protocoles thérapeutiques et aspects médicaux de la PTME

Restitution de l 'atelier 1 Protocoles thérapeutiques et aspects médicaux de la PTME Restitution de l 'atelier 1 Protocoles thérapeutiques et aspects médicaux de la PTME Modérateur : Dr Didier Koumavi Ekouevi INSERM U-897, Université Bordeaux Segalen, PACCI, Abidjan et Université de Lomé

Plus en détail

OCTOBRE ROSE 2014 Activités de proximité et actions de communication

OCTOBRE ROSE 2014 Activités de proximité et actions de communication OCTOBRE ROSE 2014 Activités de proximité et actions de communication 1 CONTEXTE Octobre Rose Pour la 21 ème année consécutive, Octobre Rose est le mois de sensibilisation dédié aux cancers féminins et

Plus en détail

DESCRIPTION D AFFECTATION DE VOLONTAIRE DES NATIONS UNIES

DESCRIPTION D AFFECTATION DE VOLONTAIRE DES NATIONS UNIES Préambule: DESCRIPTION D AFFECTATION DE VOLONTAIRE DES NATIONS UNIES Le programme des Volontaires des Nations Unies (VNU) est au sein des Nations Unies l organisation qui, au niveau mondial, est chargée

Plus en détail

La problématique des grossesses non-désirées et situation des filles mères en Afrique et dans le monde Projet de rapport

La problématique des grossesses non-désirées et situation des filles mères en Afrique et dans le monde Projet de rapport Document n 16 La problématique des grossesses non-désirées et situation des filles mères en Afrique et dans le monde Projet de rapport Présenté par Mme Mariam Marie Gisèle Guigma/Diasso, députée (Burkina

Plus en détail

Colloque COMORESPOIR 11 juin 2003 à Paris

Colloque COMORESPOIR 11 juin 2003 à Paris Colloque COMORESPOIR 11 juin 2003 à Paris DOCUMENT DE REFLEXION SUR UNE POLITIQUE DE DEVELOPPEMENT SANITAIRE AUX COMORES Intervention de Monsieur MOHAMED Adame Cadre Supérieur de Santé Diplômé en Management

Plus en détail

Projet de suivi et plaidoyer budgétaire des fonds alloués aux politiques de gratuité des soins de santé dans le cercle de Kati

Projet de suivi et plaidoyer budgétaire des fonds alloués aux politiques de gratuité des soins de santé dans le cercle de Kati Projet de suivi et plaidoyer budgétaire des fonds alloués aux politiques de gratuité des soins de santé dans le cercle de Kati Termes de référence de l étude sur la mobilisation, la gestion et l impact

Plus en détail

MANUEL DE FORMATION DES RELAIS COMMUNAUTAIRES EN SANTE MATERNELLE ET NEONATALE ET EN TECHNIQUES DE COMMUNICATION

MANUEL DE FORMATION DES RELAIS COMMUNAUTAIRES EN SANTE MATERNELLE ET NEONATALE ET EN TECHNIQUES DE COMMUNICATION REPUBLIQUE DU NIGER Fraternité - Travail - Progrès ----------- MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ----------- DIRECTION GENERALE DE LA SANTE PUBLIQUE ----------- DIRECTION DE LA SANTE DE LA MERE ET DE L ENFANT

Plus en détail

PLAN D ACTION NATIONAL BUDGETISE POUR LE REPOSITIONNEMENT DE LA PLANIFICATION FAMILIALE 2014-2018 AU BENIN REPUBLIQUE DU BENIN. Ministère de la Santé

PLAN D ACTION NATIONAL BUDGETISE POUR LE REPOSITIONNEMENT DE LA PLANIFICATION FAMILIALE 2014-2018 AU BENIN REPUBLIQUE DU BENIN. Ministère de la Santé REPUBLIQUE DU BENIN Ministère de la Santé Direction de la Santé de la Mère et l Enfant (DSME) PLAN D ACTION NATIONAL BUDGETISE POUR LE REPOSITIONNEMENT DE LA PLANIFICATION FAMILIALE 2014-2018 AU BENIN

Plus en détail

Réseau National de Laboratoires * * * * * * * * * *

Réseau National de Laboratoires * * * * * * * * * * République du Sénégal Ministère de la Santé et de l Action Sociale Direction Générale de la Santé Direction des Laboratoires Réseau National de Laboratoires * * * * * * * * * * PLAN DE FORMATION DES PERSONNELS

Plus en détail

Nations Unies Haut Commissariat aux Droits de l Homme, réf: NVebU mes 2011

Nations Unies Haut Commissariat aux Droits de l Homme, réf: NVebU mes 2011 Nations Unies Haut Commissariat aux Droits de l Homme, réf: NVebU mes 2011 Initiatives montrant des bonnes pratiques ainsi que des pratiques efficaces dans l adoption d une approche fondée sur les droits

Plus en détail

La gratuité des services aux mères et aux enfants au Burkina Faso améliore fortement et durablement l accès et la fréquentation des services

La gratuité des services aux mères et aux enfants au Burkina Faso améliore fortement et durablement l accès et la fréquentation des services COMMISSION EUROPÉENNE Aide humanitaire et Protection civile La gratuité des services aux mères et aux enfants au Burkina Faso améliore fortement et durablement l accès et la fréquentation des services

Plus en détail

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO. PLANIFICATION FAMILIALE Plan stratégique national à vision multisectorielle ( 2014-2020 )

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO. PLANIFICATION FAMILIALE Plan stratégique national à vision multisectorielle ( 2014-2020 ) REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO PLANIFICATION FAMILIALE Plan stratégique national à vision multisectorielle ( 2014-2020 ) REMERCIEMENTS L adoption le 10 janvier 2014 du Plan stratégique national de planification

Plus en détail

pas de santé sans ressources humaines

pas de santé sans ressources humaines Résumé Une vérité universelle : pas de santé sans ressources humaines + alliance mondiale pour les personnels de santé Résumé Objectif Le présent rapport est destiné à éclairer les débats du troisième

Plus en détail

resultats EVALUATION PLANIFICATION FAMILIALE Plan stratégique national à vision multisectorielle Elaborée en Octobre 2014 Les 6 Sous-Objectifs

resultats EVALUATION PLANIFICATION FAMILIALE Plan stratégique national à vision multisectorielle Elaborée en Octobre 2014 Les 6 Sous-Objectifs EVALUATION EVALUATION DU PLAN DU PLAN DES DES RESULTATS 2014 POUR LA LA MISE MISE EN EN OEUVRE OEUVRE DU PNSPF DU PNSPF 2014-2020 2014-2020 Elaborée en Octobre 2014 Design by Grace NZOLO REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE

Plus en détail

Evolution de la Fécondité et de la Planification familiale

Evolution de la Fécondité et de la Planification familiale Evolution de la Fécondité et de la Planification familiale A la Conférence Internationale sur la Population et le Développement, tenue au Caire en 1994, 179 pays ont approuvé un Programme d action qui

Plus en détail

Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde

Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde Résumé d orientation La tuberculose reste l une des maladies transmissibles causant le plus de décès dans le monde. En 2013, selon les estimations,

Plus en détail

Réduction de la Mortalité Infantile : Expérience de la Tunisie et Perspectives. Présentée par Dr. Mounira Garbouj - Tunisie

Réduction de la Mortalité Infantile : Expérience de la Tunisie et Perspectives. Présentée par Dr. Mounira Garbouj - Tunisie Réduction de la Mortalité Infantile : Expérience de la Tunisie et Perspectives Présentée par Dr. Mounira Garbouj - Tunisie * Superficie 154530 Km2 * Population générale : 9 779 000 habitants * Taux de

Plus en détail

Dossier de Presse SAFETY FIRST

Dossier de Presse SAFETY FIRST Dossier de Presse SAFETY FIRST 10 Février 2015 Pour vous médias, votre rôle primordial est de nous accompagner tout au long de cette campagne. Votre pierre à l édifice se traduirait par votre rôle de relais

Plus en détail

Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé

Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des RH Page 1 Introduction

Plus en détail

LES OMD EN CHIFFRES. Par Raulin Lincifort CADET INTRODUCTION

LES OMD EN CHIFFRES. Par Raulin Lincifort CADET INTRODUCTION 1 LES OMD EN CHIFFRES Par Raulin Lincifort CADET INTRODUCTION Faisant suite à la Déclaration du Millénaire, le bureau du PNUD en Haïti s est attelé à faire la promotion des Objectifs du Millénaire pour

Plus en détail

pour les citoyens non communautaires

pour les citoyens non communautaires Progetto cofinanziato da UNIONE EUROPEA Fondo Europeo per l Integrazione dei Cittadini dei Paesi Terzi pour les citoyens non communautaires www.inmp.it TABLE DES MATIÈRES Glossaire 2 Informations générales

Plus en détail

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES?

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Mai 2010 POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Direction Générale des Statistiques Ministère de l Economie, du Commerce, de l Industrie et du Tourisme Pourquoi le Gabon a-t-il besoin

Plus en détail

Protection Maternelle et Infantile Santé scolaire (33b) Professeur Dominique PLANTAZ Septembre 2004

Protection Maternelle et Infantile Santé scolaire (33b) Professeur Dominique PLANTAZ Septembre 2004 Protection Maternelle et Infantile Santé scolaire (33b) Professeur Dominique PLANTAZ Septembre 2004 Objectifs : indiquer les objectifs de prévention du Service départemental de Protection Maternelle et

Plus en détail

Suivi de la grossesse et orientation des femmes enceintes en fonction des situations à risque identifiées

Suivi de la grossesse et orientation des femmes enceintes en fonction des situations à risque identifiées Suivi de la grossesse et orientation des femmes enceintes en fonction des situations à risque identifiées Grossesse a priori «normale» Quelle prise en charge? Sécurité médicale RPC EBM Opinion des usagers

Plus en détail

Bénin. Enquête Démographique et de Santé 2006. Rapport de synthèse

Bénin. Enquête Démographique et de Santé 2006. Rapport de synthèse Bénin Enquête Démographique et de Santé 2006 Rapport de synthèse Ce rapport résume les principaux résultats de l Enquête Démographique et de Santé (EDSB-III), réalisée au Bénin du 3 août au 18 novembre

Plus en détail

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008)

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Excellences, Chers collègues, Mesdames et Messieurs, Chers amis, Quelles méthodes, quels instruments pour

Plus en détail

LE DIABETE GESTATIONNEL

LE DIABETE GESTATIONNEL Document de synthèse sur le diabète gestationnel DOCUMENT DE SYNTHESE LE DIABETE GESTATIONNEL Preface Document de synthèse sur le diabète gestationnel Cher lecteur, chère lectrice Ce document est un guide

Plus en détail

«PROJET PRIORITAIRE DE L OUEST GUYANAIS : LA CONSTRUCTION D UN D HÔPITAL A SAINT LAURENT DU MARONI»

«PROJET PRIORITAIRE DE L OUEST GUYANAIS : LA CONSTRUCTION D UN D HÔPITAL A SAINT LAURENT DU MARONI» Présentation : Réunion de présentation aux élus de Guyane - 11 juin 2011 «PROJET PRIORITAIRE DE L OUEST GUYANAIS : LA CONSTRUCTION D UN D NOUVEL HÔPITAL A SAINT LAURENT DU M. F-L BERTHOU, Directeur MARONI»

Plus en détail

Ministère de la Santé Publique et de la Population

Ministère de la Santé Publique et de la Population Ministère de la Santé Publique et de la Population Formation et Insertion au travail des Agents de Santé Communautaire Polyvalents Dr Brunel DELONNAY Directeur de l Unité de Coordination des Programmes

Plus en détail

tratégie ectorielle de Santé 2012-2016 Sommaire

tratégie ectorielle de Santé 2012-2016 Sommaire Sommaire Préface...5 Section 1 : Contexte et Profil de la Santé au Maroc...7 I- Profil de la Santé au Maroc...9 1.Les acquis...9 1.1 Maîtrise de l accroissement démographique...9 1.2 Gain important en

Plus en détail

Soins du post-partum

Soins du post-partum Diplôme Inter Universitaire de Soins Obstétricaux et Néonatals d Urgence SONU Soins du post-partum Prise en charge des complications lors de la grossesse et de l accouchement Objectifs de la séance Définir

Plus en détail

Les fistules obstétricales sont des communications anormales entre les voies urinaires ou digestives et l'appareil génital. ou d une manœuvre abortive

Les fistules obstétricales sont des communications anormales entre les voies urinaires ou digestives et l'appareil génital. ou d une manœuvre abortive ROLE DE LA SAGE FEMME DANS LA PREVENTION, LE DIAGNOSTIC ET ORIENTATION DES FISTULES Présenté par Mme Atchoumi Annie Hortense Sage-femme DU épidémiologie-bordeaux CHU de Yaoundé Introduction Définition

Plus en détail

DES SUPERVISEURS DES SERVICES A BASE COMMUNAUTAIRE (AC/SBC) EN GESTION DES INFORMATIONS DE LA PLANIFICATION FAMILIALE ET DE LA SANTE MATERNELLE

DES SUPERVISEURS DES SERVICES A BASE COMMUNAUTAIRE (AC/SBC) EN GESTION DES INFORMATIONS DE LA PLANIFICATION FAMILIALE ET DE LA SANTE MATERNELLE MSHP MODULE D ORIENTATION DES SUPERVISEURS DES SERVICES A BASE COMMUNAUTAIRE (AC/SBC) EN GESTION DES INFORMATIONS DE LA PLANIFICATION FAMILIALE ET DE LA SANTE MATERNELLE Réalisé en mai 2012 avec l appui

Plus en détail

DROITS A L ASSURANCE MATERNITE

DROITS A L ASSURANCE MATERNITE I. Ouverture des droits DROITS A L ASSURANCE MATERNITE Les conditions d ouverture des droits tant aux prestations en nature qu aux prestations en espèce de l assurance maternité s apprécient soit au début

Plus en détail

PROBLEMATIQUE DE LA MAINTENANCE BIOMEDICALE ET HOSPITALIERE

PROBLEMATIQUE DE LA MAINTENANCE BIOMEDICALE ET HOSPITALIERE PROBLEMATIQUE DE LA MAINTENANCE BIOMEDICALE ET HOSPITALIERE PLAN INTRODUCTION I- ETAT DES LIEUX II- DIFFICULTES III-PERSPECTIVES ET RECOMMANDATIONS CONCLUSION INTRODUCTION La conception, la réalisation

Plus en détail

SIGNATURE DU COMPACT NATIONAL APPROPRIATION, ALIGNEMENT, HARMONISATION, GESTION AXEE SUR LES RESULTATS ET RESPONSABILITE MUTUELLE POUR UN IMPACT REEL

SIGNATURE DU COMPACT NATIONAL APPROPRIATION, ALIGNEMENT, HARMONISATION, GESTION AXEE SUR LES RESULTATS ET RESPONSABILITE MUTUELLE POUR UN IMPACT REEL N 20 le 09 mai 2012 SIGNATURE DU COMPACT NATIONAL APPROPRIATION, ALIGNEMENT, HARMONISATION, GESTION AXEE SUR LES RESULTATS ET RESPONSABILITE MUTUELLE POUR UN IMPACT REEL L e Ministre de la Santé SEM Ba

Plus en détail

COUVERTURE UNIVERSELLE: QUEL MODELE POUR LA RDCONGO?

COUVERTURE UNIVERSELLE: QUEL MODELE POUR LA RDCONGO? COUVERTURE UNIVERSELLE: QUEL MODELE POUR LA RDCONGO? Commission Présidentielle Bruxelles, Aout t2010 Plan de présentation ti 1. Système de santé en RDC et situation actuelle de la sécurité sociale ( santé)

Plus en détail

Grossesse et HTA. J Potin. Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours

Grossesse et HTA. J Potin. Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours Grossesse et HTA J Potin Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours HTA et grossesse Pathologie fréquente : 2 à 5 % des grossesses (2 à 3 % des multipares, 4 à 8 % des primipares)

Plus en détail

Santé des étudiants et précarité : éléments de contexte

Santé des étudiants et précarité : éléments de contexte Santé des étudiants et précarité : éléments de contexte Dossier de synthèse documentaire et bibliographique Réactualisation - novembre 2011 Marseille : 18, rue Stanislas Torrents 13006 Marseille Tél. :

Plus en détail

Note sur l extension de la couverture d assurance maladie au Rwanda

Note sur l extension de la couverture d assurance maladie au Rwanda Note sur l extension de la couverture d assurance maladie au Rwanda Alexandra Panis, BIT / STEP. Kigali, Janvier 2008 1) Contexte historique des mutuelles de santé au Rwanda En 1999, le gouvernement rwandais

Plus en détail

TRAVAUX DU GROUPE GUINEE/CONAKRY ET BISSAO

TRAVAUX DU GROUPE GUINEE/CONAKRY ET BISSAO TRAVAUX DU GROUPE GUINEE/CONAKRY ET BISSAO PLAN DE PRESENTATION BREVE PRESENTATION DES DEUX PAYS - GUINEE/CONAKRY GUINEE BISSAO Population = 7 156 406hbts dont 51% de femmes et 46% de jeunes, - 1 200 000

Plus en détail

Compte-rendu de l atelier savoirs communs Lundi 21 octobre 2013 - CEFOD

Compte-rendu de l atelier savoirs communs Lundi 21 octobre 2013 - CEFOD Compte-rendu de l atelier savoirs communs Lundi 21 octobre 2013 - CEFOD Rappel : Cet atelier s inscrit dans le cadre plus large de la seconde édition de la campagne de sensibilisation et de promotion de

Plus en détail

La gestion des risques en hygiène hospitalière

La gestion des risques en hygiène hospitalière La gestion des risques en hygiène hospitalière Rappels des fondamentaux Dr J-L. Quenon Comité de Coordination de l Évaluation Clinique et de la Qualité en Aquitaine Séminaire de la SF2H, 19 novembre 2013,

Plus en détail

Donnons sa chance à chaque nouveau-né de l Afrique

Donnons sa chance à chaque nouveau-né de l Afrique Donnons sa chance à chaque nouveau-né de l Afrique Résumé analytique Messages de Donnons sa chance à chaque nouveau-né de l Afrique 1. Chaque année en Afrique subsaharienne, 1,6 millions de bébés meurent

Plus en détail

«Réduire la fécondité précoce à Madagascar : quel impact sur la santé maternelle et infantile?»

«Réduire la fécondité précoce à Madagascar : quel impact sur la santé maternelle et infantile?» «Réduire la fécondité précoce à Madagascar : quel impact sur la santé maternelle et infantile?» Bénédicte Gastineau (IRD) France benedicte.gastineau@ird.fr Clotilde Binet (Université Paris X) France Lina

Plus en détail

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins La gestion des risques associés aux soins Théorie et pratique de l analyse approfondie des causes Staff santé publique 4 avril 2012 Virginie Migeot Objectifs pédagogiques Connaître la définition et les

Plus en détail

d une Dr Ei Eric Peterman

d une Dr Ei Eric Peterman d une Dr Ei Eric Peterman Implantations de MDM MALI: 1994-2010 TCHAD: 2009-2010 - 2-3 millions de fistules obstétricales dans le monde - 90% en Afrique (source OMS) MDM Yaoundé 2010 MOPTI MDM BERLIN 2010

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S REGARD SUR L EPIDEMIE DU VIH D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S Photo: ONUSIDA Levier de la riposte au sida, l ONUSIDA s emploie à bâtir l action politique et à promouvoir les droits de tous les

Plus en détail

COMPÉTENCES CANADIENNES POUR LES SAGES-FEMMES

COMPÉTENCES CANADIENNES POUR LES SAGES-FEMMES COMPÉTENCES CANADIENNES POUR LES SAGES-FEMMES Veillez prendre note qu afin d alléger le texte le féminin est utilisé pour désigner les deux sexes et que les termes sage-femme et sages-femmes désignent

Plus en détail

Dr Traoré Awa Marcelline, DNS/DSR Pr. K.Ouattara - Service d Urologie,Hôpital d. Fistulq Pqrtners Meeting Accra,15 17 avril 2008

Dr Traoré Awa Marcelline, DNS/DSR Pr. K.Ouattara - Service d Urologie,Hôpital d. Fistulq Pqrtners Meeting Accra,15 17 avril 2008 ORGANISATION ET STRATEGIES DE LA PRISE EN CHARGE CHIRURGICALE DE LA FISTULE OBSTETRICALE AU MALI Dr Traoré Awa Marcelline, DNS/DSR Pr. K.Ouattara - Service d Urologie,Hôpital d du Point G Fistulq Pqrtners

Plus en détail

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée Rapport de situation 2013 RÉSUMÉ L UNICEF s est engagé à publier des rapports annuels de situation relatifs à la survie de l enfant en soutien

Plus en détail

Transfusions sanguines sécuritaires et chirurgie humanitaire à Haïti : utopique ou réaliste

Transfusions sanguines sécuritaires et chirurgie humanitaire à Haïti : utopique ou réaliste Transfusions sanguines sécuritaires et chirurgie humanitaire à Haïti : utopique ou réaliste Dickens Saint-Vil MD, FACS, FRCS Chirurgien pédiatrique CHU Sainte-Justine, Montréal (Québec) 1 Objectifs Comprendre

Plus en détail

VACANCES DE POSTES. I. Lieu d affectation : La préfecture de la KEMO avec des déplacements ponctuels dans la province (République centrafricaine).

VACANCES DE POSTES. I. Lieu d affectation : La préfecture de la KEMO avec des déplacements ponctuels dans la province (République centrafricaine). VACANCES DE POSTES Projet : Projet de Réhabilitation nutritionnelle d urgence au sein des populations (déplacés et autochtones) de l axe Dékoa-Sibut, préfecture sanitaire de KEMO, en RCA Postes vacants

Plus en détail

Analyse des coûts et financement des soins de santé primaires dans la zone goavienne en Haïti

Analyse des coûts et financement des soins de santé primaires dans la zone goavienne en Haïti ANALYSE DES COÛTS ET FINANCEMENT DES SOINS DE SANTE PRIMAIRES DANS LA ZONE GOAVIENNE EN HAITI Karna Georges KONE Novembre 2011 La présente étude a été mandatée par Médecins du Monde Suisse, en partenariat

Plus en détail

Sortie de maternité. préparez. votre retour à la maison

Sortie de maternité. préparez. votre retour à la maison Sortie de maternité préparez votre retour à la maison Sommaire 1 Préparez votre retour à la maison avant l accouchement 3 2 Qui solliciter pour assurer mon suivi et celui de mon bébé? 3 3 Combien de jours

Plus en détail

POLITIQUE NATIONALE DE SANTE

POLITIQUE NATIONALE DE SANTE MINISTERE DE LA SANTE REPUBLIQUE TOGOLAISE ------------------------------------ Travail - Liberté - Patrie POLITIQUE NATIONALE DE SANTE Loi d orientation décennale 1 PRÉAMBULE L Etat togolais, conscient

Plus en détail

«Santé maternelle et infantile et planification familiale» «Le post-partum dans le Cambodge contemporain une superposition de savoirs et de pratiques»

«Santé maternelle et infantile et planification familiale» «Le post-partum dans le Cambodge contemporain une superposition de savoirs et de pratiques» Département EHS Séminaire 2014-2016 «Le développement à l épreuve des cultures et des religions» Séance du 13 janvier 2015 Intervenants : Dr Catherine Bonnaud Mme Clémence Schantz Inguenault Compte - rendu

Plus en détail

L ANALYSE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES. Le point de vue de l assureur

L ANALYSE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES. Le point de vue de l assureur 43ÈMES JOURNÉES DE LA SFMP L ANALYSE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES Le point de vue de l assureur 15 novembre 2013, Monaco Marianne Henry-Blanc, Consultante Pôle services Présentation de notre société

Plus en détail

Cameroun. Projet de descriptif de programme de pays 2013-2017

Cameroun. Projet de descriptif de programme de pays 2013-2017 Cameroun Projet de descriptif de programme de pays 2013-2017 Le projet de descriptif de programme de pays relatif au Cameroun (E/ICEF/2012/P/L.35) a été présenté au Conseil d administration pour examen

Plus en détail

BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT FONDS AFRICAIN DE DEVELOPPEMENT ROYAUME DU MAROC

BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT FONDS AFRICAIN DE DEVELOPPEMENT ROYAUME DU MAROC BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT FONDS AFRICAIN DE DEVELOPPEMENT EN ZONES RURALES (PRSSB) RAPPORT D ACHEVEMENT DEPARTEMENT DU DEVELOPPEMENT HUMAIN OCTOBRE 2006 TABLE DES MATIERES Page EQUIVALENCES MONETAIRES,

Plus en détail

PériNatalité et petite enfance

PériNatalité et petite enfance Périnatalité et petite enfance Comment naître dans le 19 e arrondissement? L inscription à la maternité Il est important de s inscrire à la maternité le plus tôt possible pour assurer un suivi de grossesse

Plus en détail

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

M.S - Direction de la réglementation et du contentieux - BASE DE DONNEES. Complété par l arrêté n 2333-12 du 13 juin 2012, B.O n 6084 du 20/09/2012

M.S - Direction de la réglementation et du contentieux - BASE DE DONNEES. Complété par l arrêté n 2333-12 du 13 juin 2012, B.O n 6084 du 20/09/2012 Complété par l arrêté n 2333-12 du 13 juin 2012, B.O n 6084 du 20/09/2012 Référence : B.O n 5958-5 chaabane 1432 (7-7-2011) Arrêté de la ministre de la santé n 1363-11 du 12 joumada II 1432 (16 mai 2011)

Plus en détail

Les jeunes non mariés

Les jeunes non mariés Les jeunes non mariés et les grossesses non désirées Introduction Il est important de veiller à ce que les jeunes non mariés disposent d informations et de services de contraception. Les grossesses non

Plus en détail

COLLECTION PROGRÉS ET IMPACT. Lutte contre le paludisme et vies sauvées : sur la voie des Objectifs du Millénaire pour le Développement

COLLECTION PROGRÉS ET IMPACT. Lutte contre le paludisme et vies sauvées : sur la voie des Objectifs du Millénaire pour le Développement COLLECTION PROGRÉS ET IMPACT Lutte contre le paludisme et vies sauvées : sur la voie des Objectifs du Millénaire pour le Développement RÉSUMÉ DU RAPPORT Décembre 21 sera l heure du bilan de la décennie

Plus en détail

Planification familiale et soins post-avortement en Guinée. Jhpiego (Guinée) Ouagadougou 8-10 février 2011

Planification familiale et soins post-avortement en Guinée. Jhpiego (Guinée) Ouagadougou 8-10 février 2011 Planification familiale et soins post-avortement en Guinée Yolande HYJAZI, Jhpiego (Guinée) Ouagadougou 8-10 février 2011 OBJECTIFS Rappeler brièvement le contexte dans lequel les Soins Après Avortements

Plus en détail

TOUS !"#$ ENSEMBLE REDUCTION DE LA MORTALITE DES ENFANTS DE MOINS DE 5 ANS #!"$& #!"$' RAPPORTS THEMATIQUES 2013

TOUS !#$ ENSEMBLE REDUCTION DE LA MORTALITE DES ENFANTS DE MOINS DE 5 ANS #!$& #!$' RAPPORTS THEMATIQUES 2013 RAPPORTS THEMATIQUES 2013 - OMD 1 ELIMINER L EXTRÊME PAUVRETE ET LA FAIM RAPPORT NATIONAL TOUS ENSEMBLE Union des Comores! " # $ % & ' & () *!"#$%&'"$%()'*+," Le gouvernement de l Union des Comores et

Plus en détail

Des soins après avortement : Amis des Jeunes. Cartes à conseils 1-6

Des soins après avortement : Amis des Jeunes. Cartes à conseils 1-6 Des soins après avortement : Amis des Jeunes Cartes à conseils 1-6 SAA: Avant l intervention Accueillir cordialement la cliente et la mettre à l aise Garantir la confidentialité et l intimité Prendre les

Plus en détail

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Maisons de Santé Pluridisciplinaires Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Les maisons de santé pluridisciplinaires (MSP) visent à offrir à la population, sur un même lieu, un ensemble de

Plus en détail

B Baccalauréat. P en pratique. Ssage- Ffemme

B Baccalauréat. P en pratique. Ssage- Ffemme Josée Lafrance rofessionnelle autonome et responsable, habilitée à dispenser des soins périnataux aux nouveau-nés et aux femmes dont la grossesse, l accouchement et le postnatal ne présentent pas de complication

Plus en détail

À compter de 2010 les codes du chapitre XVI ne doivent plus être employés au-delà de 2 ans. Créé le 1 er Mars 2011

À compter de 2010 les codes du chapitre XVI ne doivent plus être employés au-delà de 2 ans. Créé le 1 er Mars 2011 FASCICULE VI AFFECTIONS DU NOUVEAU-NÉ Emploi des codes du chapitre XVI Le chapitre XVI est celui de Certaines affections dont l origine se situe dans la période périnatale. La définition de la période

Plus en détail