Une discipline en pleine évolution

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Une discipline en pleine évolution"

Transcription

1 Sommaire Berger/Phanie et Airelle-Joubert/Phanie Maladies rhumatismales : des coûts conséquents Douleur : un symptôme toujours présent Lombalgies : la plainte la plus fréquente Arthrose : un problème de santé publique croissant Ostéoporose : gare aux conséquences d un mauvais dépistage Maladie de Paget : empêcher les complications Polyarthrite rhumatoïde : des traitements qui changent tout Rhumatologie Une discipline en pleine évolution Ces dernières années, on peut observer une attention particulière portée aux maladies rhumatismales. Devenues une priorité de santé publique en raison de leur retentissement fonctionnel et du handicap qu elles peuvent engendrer, ces affections ont un impact majeur, tant humain que financier. La mobilisation est générale et la recherche particulièrement vive. Aujourd hui, si la prise en charge se donne des objectifs plus exigeants, c est que, au travers des nouveaux traitements, les résultats sont au rendez-vous. Interview du Pr Bernard Combe, du CHU de Montpellier. Dans la maladie rhumatismale, la douleur est un signe d appel constant. Elle génère l automédication, au mieux le recours à un médecin. On dit que c est normal avec l âge. Quand faut-il consulter un spécialiste? Pr Bernard Combe : Quel que soit l âge, quand la douleur perdure, il est important d en repérer la cause. Car aujourd hui, la précocité et la finesse du diagnostic permettent de ralentir, voire de stopper l évolution de la maladie. Les douleurs rhumatismales ne sont pas uniquement réservées aux personnes âgées. Ainsi, la pathologie inflammatoire ne peut attendre d être soulagée sans prendre le risque d abîmer précocement l articulation chez un sujet jeune et de précipiter un handicap fonctionnel. Le gonflement d une articulation est une urgence médicale. En ce qui concerne les douleurs osseuses, elles sont du champ de la discipline. En effet, des douleurs inhabituelles dans la colonne vertébrale, par exemple, doivent être prises en charge très tôt. Car la douleur osseuse peut être un symptôme qui révèle un cancer des os. Il est d autant plus dommage d attendre que le temps joue contre la maladie. Les rhumatologues ont une bonne connaissance des affections et des nouveaux traitements qui sont à leur disposition. Une mauvaise orientation clinique au départ entraîne des errements thérapeutiques regrettables. Quelles sont les affections le plus souvent rencontrées par le rhumatologue? Pr B.C. Il y a deux familles de pathologies : les affections inflammatoires des articulations et celles des os. La polyarthrite rhumatoïde (PR), qui atteint plutôt les femmes, et les spondylarthrites, qui touchent plutôt les hommes, concernent chacune 0,5 à 1 % de la population. Elles bénéficient de nouveaux traitements. L arthrose est importante de par sa fréquence. Neuf à 10 millions de personnes sont atteintes en France, plus particulièrement après 40 ans et au niveau des genoux, des hanches et des mains. Bien sûr, l arthrose est un phénomène normal inhérent au vieillissement. Mais, comme il y a de plus en plus de personnes âgées, le phénomène est amplifié. Le mal de dos est très courant. C est une conséquence de l arthrose, du vieillissement mais, il atteint également des personnes en activité, dont certaines sont soumises à des travaux pénibles. Quant à l ostéoporose, elle concerne 40 % des personnes de plus de 50 ans. Ses conséquences sont graves, car les nombreuses fractures, notamment celles du col du fémur et des vertèbres, sont sources d alitement, avec toutes les consé- Dossier réalisé avec la collaboration de 19

2 Rhumatologie quences délétères qui en découlent. Malheureusement, le dépistage n est pas encore suffisamment pratiqué, alors que l examen existe et que des médicaments peuvent enrayer le processus. Les maladies rhumatismales deviennent une priorité de santé publique et sont la première cause de perte de qualité de vie. Est-ce une fatalité ayant pour origine la génétique? Y a-t-il une place pour la prévention? Pr B.C. Ce ne sont pas des maladies héréditaires, mais le facteur génétique joue son rôle. La maladie rhumatismale, notamment inflammatoire, est polygénique. Les douleurs et la réduction de motricité contribuent à amoindrir la qualité de vie. La maladie rhumatismale détient d ailleurs le triste record de première place en matière d atteinte à la qualité de vie. Il ne peut exister de prévention au sens où on l entend. En revanche, ce qui est évitable désormais, ce sont les complications. Par exemple, certains médicaments préviennent les fractures dues à l ostéoporose. La prévention peut s exercer au niveau alimentaire, grâce à un régime équilibré riche en calcium et en vitamine D. Dans la PR, un diagnostic précoce et un traitement approprié permettent de limiter la destruction de l os et de prévenir les facteurs d atteinte mécanique. Le patient souffrant de mal de dos peut être éduqué en lui faisant réviser la façon d exécuter certains gestes, surtout quand ceux-ci sont répétitifs. L exercice physique est reconnu comme bénéfique. Le sport, s il n est pas violent, est vivement recommandé. Il entretient les ligaments et renforce les contraintes mécaniques. Quelle est la place de la morphine pour soulager la douleur? Quels sont, en bref, les nouveaux traitements? Pr B.C. Je suis réservé, personnellement, quant à cette trop grande médiatisation de la morphine. Dire que celle-ci peut tout soulager n est pas vrai. Il ne faut pas l utiliser en amont sans que les soignants se posent les vraies questions. Après un diagnostic précis, il faut toujours chercher la cause de la douleur et adapter le traitement très précisément à la personne. La morphine n est pas toujours bien tolérée, et il existe des cas de iatrogénie, notamment chez les personnes âgées, auxquelles on a tendance à en donner de façon ni raisonnable ni raisonnée. Il ne faut pas non plus occulter certains phénomènes psychosomatiques, qui peuvent induire des prescriptions mal adaptées. Aujourd hui, en ce qui concerne les maladies articulaires, il existe des traitements dont les études les concernant reconnaissent unanimement l efficacité. Ils soulagent la douleur mais agissent également sur l évolution de la maladie. Pour l instant, on ne peut parler de guérison, sinon à longue échéance. Pour les maladies osseuses, l objectif du soin est, d une part, de limiter la destruction de l os (c est le rôle des biphosphonates), d autre part de reconstruire l os par des agents anabolisants. L os étant en perpétuel renouvellement, le but d un tel traitement est d améliorer ce couple destruction/reconstruction. De plus, ces médicaments sont en général bien tolérés. Bientôt, on aura à disposition ce type de traitement dans lequel on peut moduler l effet en fonction de l évolution. Les SERMS (agonistes-antagonistes des estrogènes de type raloxifène) qui préviennent la perte osseuse postménopausique entraînent quelquefois des risques de nausées. Mais le bénéfice est pratiquement toujours supérieur aux inconvénients. Pour les maladies inflammatoires, l arrivée des coxibs a inauguré une nouvelle classe d AINS. Ces médicaments font preuve d un excellent rapport bénéfice/risque, notamment grâce à leur bonne tolérance digestive. Il ne faut pas oublier que les douleurs digestives sont également une source d angoisse pour le patient, ce qui s ajoute à la douleur initiale. Et, bien sûr, on ne peut parler de PR sans citer le développement des biothérapies, avec les agents anti-tnfa qui ont été la révélation de ces dernières années. Ils ralentissent de façon significative les lésions structurales ostéoarticulaires. La qualité de vie des patients se trouve transformée, car ces médicaments améliorent les manifestations cliniques inflammatoires et les capacités fonctionnelles. Quel est le rôle de l infirmière? Pr B.C. Comme dans toutes les pathologies chroniques générant douleur et handicap, le rôle infirmier se trouve d abord dans l écoute et aussi dans le suivi de l observance. On l a vu dans la transcription de la douleur, qui n est pas toujours facile. Ensuite, il faut distinguer les médicaments administrés à l hôpital de ceux prescrits en ville. Dans le traitement de la PR à l hôpital, on emploie des médicaments par voie injectable, qui nécessitent une surveillance de deux heures à cause des répercussions allergiques. A domicile, les injections sous-cutanées doivent être administrées selon un certain mode. Elles peuvent entraîner des intolérances locales et, surtout, un risque infectieux. Pour cela, il faut bien éduquer le patient qui souhaite effectuer seul son injection sur le bon geste et sur les précautions à prendre. Propos recueillis par Andrée-Lucie Pissondes 20

3 Maladies rhumatismales Des coûts conséquents L exercice de la rhumatologie s est profondément modifié depuis ces dix dernières années. Un nombre croissant des motifs de consultation ou d hospitalisation apparaît comme étant d ordre rhumatologique. Pourtant, l incidence des maladies rhumatismales est encore sous-évaluée en France. Une faible létalité, loin derrière les maladies cardiovasculaires, les infections, le sida, en est peut-être l une des causes. L a rhumatologie est une discipline prenant en charge les maladies, les douleurs et les dysfonctionnements de l appareil locomoteur et des tissus conjonctifs qui lui sont associés, de même que les affections touchant les régions périarticulaires. Ainsi, cette spécialité implique un savoir multidisciplinaire. Des notions de pronostic et de prophylaxie, une expérience des indications chirurgicales font partie de ce savoir. Mais la dimension médicosociale de ces affections particulièrement douloureuses et invalidantes, mettant en jeu la qualité de vie, ne peut pas être occultée. C est souvent à la fin d une consultation pour hypertension artérielle, pour hyperlipémie ou autre que le patient signale des douleurs articulaires. Cela participe à la méconnaissance de l incidence des maladies rhumatismales, qui sont souvent associées à plusieurs pathologies. Elles ne sont pas toujours en première ligne et ne présentent donc pas une importance évolutive dans la durée, pas plus qu une urgence de l instant. Douleur et handicap La rhumatologie est au deuxième rang des pathologies les plus coûteuses. Cependant, calculer, en termes d économie de santé, son coût réel n est pas simple. Or, les rhumatismes sont cause d un handicap majeur du fait de l importance des douleurs et de l invalidité motrice pour certaines affections, d autant plus croissantes que la population vieillit. En tête de liste des diagnostics lésionnels, existent deux maladies chroniques que sont l arthrose du genou (12,9 % des motifs de consultation) et la polyarthrite rhumatoïde (11,8 %) suivies par les deux maladies aiguës que sont la tendinobursite du membre supérieur (1,8 %) et la sciatique commune (9,8 %). Viennent ensuite l ostéoporose (7 %) et la spondylarthropathie (6,1 %). Ces six diagnostics, relatifs à des pathologies fortement invalidantes, représentent près de 60 % des diagnostics principaux en rhumatologie*. Demri-Sellem-Voisin/Phanie A cela s ajoutent les prises en charge d autres pathologies liées à l appareil locomoteur : arthrose de la hanche, arthrite infectieuse, fibromyalgie, maladie de Paget, etc. Pour tenter d évaluer l importance des coûts liés à la pathologie, il faut tenir compte de plusieurs facteurs. Ceux liés aux coûts directs concernent l argent dépensé en consultations médicales, en examens de laboratoires, en explorations radiologiques, en achats de médicaments. A côté de ces coûts directs, les coûts indirects consistent en indemnités journalières pour incapacité de travail liée à l affection, ceux résultant de la perte de productivité (plus difficilement chiffrables dans une population active en partie seulement). Enfin, les coûts intangibles sont liés à l évaluation de la douleur, de la souffrance physique et morale, du vécu au quotidien du handicap. Leur calcul est encore plus complexe, leur interprétation bien délicate. La pathologie rhumatismale, deuxième source de dépenses de santé du pays par ses coûts directs (après les maladies cardiovasculaires), se place en tête quand les coûts indirects sont indifférenciés. Jacques Bidart * Source : Société française de rhumatologie. 21

4 Rhumatologie Douleur Un symptôme toujours présent Dans les maladies rhumatismales, on distingue classiquement les traitements symptomatiques et les traitements de fond. Les premiers n ont aucun effet sur la maladie. Ils visent surtout à soulager les douleurs toujours présentes, à un moment ou l autre de l évolution de la maladie, et qui peuvent être intenses, voire invalidantes. L a maladie rhumatoïde est très souvent douloureuse, douleur qui peut aller jusqu à être la cause d un syndrome dépressif. C est pourquoi l écoute prend de l importance, d autant que les patients veulent en savoir plus sur leur maladie, sur les traitements et les effets indésirables de ces derniers. Entre autres exemples, il faut savoir que le méthotrexate peut être responsable de troubles digestifs (nausées, vomissements), sanguins (baisse du nombre des globules blancs et des plaquettes), hépatiques ou respiratoires, avec une traduction clinique. Ces troubles doivent être dépistés le plus tôt possible. De même, la prescription de plus en plus fréquente des traitements biologiques comme les médicaments anti-tnfa, administrés par voie injectable, demande un dépistage précoce des signes infectieux qui justifieront l arrêt momentané de ces médicaments et une consultation médicale rapide. Les infirmiers sont bien placés pour relayer l information au médecin généraliste et au rhumatologue, mais en s informant aussi auprès des kinésithérapeutes et des ergothérapeutes. Les traitements Dans les maladies rhumatismales chroniques, on distingue les médicaments qui traitent des symptômes et ceux qui agissent sur la progression de l affection. Dans tous les cas, il s agit de soulager la douleur, pratiquement toujours présente et plus ou moins intense à un moment de l évolution de la maladie. Les traitements contre la douleur s administrent en tenant compte des paliers douloureux qui peuvent se mesurer à l aide d échelles visuelles analogiques (EVA). Les antalgiques utilisés en premier lieu sont le paracétamol, antalgique pur utilisé soit seul, soit associé à la codéine ou aux opiacés. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), malgré leurs effets secondaires possibles, sont préférables à l aspirine, qui nécessiterait des doses trop importantes. La nouvelle classe des anti-inflammatoires que constituent les cox-2 semble mieux tolérée sur le plan digestif. Les anti-inflammatoires stéroïdiens ou les corticoïdes peuvent s imposer devant des formes sévères de polyarthrite rhumatoïde (PR), soit face à des formes résistantes aux autres antalgiques, soit en cas de contre-indication absolue aux AINS. L Organisation mondiale de la santé (OMS) a défini trois paliers de douleur, eux-mêmes divisés en phases, auxquels elle associe certaines familles de médicaments. Les médicaments de palier I Les médicaments de palier I sont à utiliser pour traiter les douleurs faibles à modérées, d origines nociceptives, et en l absence de contre-indication. Le paracétamol est un analgésique d une durée d action de 4 à 6 heures. Par voie orale ou rectale, il fait preuve d une bonne tolérance (rares cas d allergie). L insuffisance hépatique sévère est une contre-indication. Le proparacétamol est utilisé par voie parentérale. Son utilisation ne se conçoit que si la voie orale est impossible, car son efficacité est identique à celle du paracétamol par voie orale. Le port de gants est nécessaire (risque d eczéma de contact). L acide acétylsalicylique (aspirine) est antalgique, antipyrétique, anti-inflammatoire, mais aussi antiagrégant plaquettaire à partir de 50 mg par heure. Les présentations existantes sont disponibles à divers dosages par voie orale ou injectable. Les effets secondaires sont : une toxicité digestive, des saignements aggravés par l effet antiagrégant plaquettaire, des réactions d hypersensibilité, des bourdonnements d oreille. L ulcère gastroduodénal en évolution, les maladies hémorragiques constitutionnelles ou acquises, l allergie avérée aux salicylés, une grossesse à partir du sixième mois sont des contre-indications. La floctafénine, à la dose de 400 à 800 mg par jour, présente l avantage d une absence d effet ulcérogène et d interférence avec les anticoagulants mais de possibles réactions allergiques interdisent les prises uniques itératives. Les médicaments de palier II Les opioïdes faibles de palier II sont à utiliser pour les douleurs modérées à intenses. 24

5 Le dextropropoxyphène est un dérivé morphinique qui peut être administré en association avec le paracétamol, par voie orale ou rectale. Il existe des risques de : nausées, vomissements, douleurs abdominales, constipation, céphalées, vertiges, somnolence, désorientation, euphorie, hypoglycémie chez le sujet âgé et/ou diabétique, hépatite cholestatique. Les contre-indications sont l insuffisance rénale ou hépatique sévère, l allergie au produit ou au paracétamol associé, la prescription à l enfant de moins de 15 ans et en cas d allaitement, de même que la prise concomitante de dérivés agonistes/antagonistes de carbamazépine et d inhibiteurs de la mono-amineoxydase (IMAO). La codéine est un analgésique central de type morphinique pris en association avec le paracétamol et/ou l aspirine, par voies orale et rectale. On peut craindre la constipation et un risque de dépendance si la prise est prolongée. La prudence est de mise en cas d hypothyroïdie, d insuffisance rénale ou de traitement associé par dépresseurs du système nerveux central, en cas de grossesse ou d allaitement, et chez les moins de 15 ans (sauf le sirop pédiatrique). Parmi les contre-indications : l insuffisance respiratoire, l asthme, l insuffisance hépatique ou rénale sévère, l enfant âgé de moins d un an, l hypersensibilité à la codéine (croisée avec la dihydrocodéine) ou aux produits associés. La dihydrocodéine est un antalgique central dont les précautions d emploi sont proches de celles de la codéine et de la morphine. Le tramadol est un analgésique central de type morphinique qui se présente par voie orale, à libération immédiate ou prolongée, et par voie injectable. Sa tolérance est de type morphinique. Il faut prendre garde aux précautions d emploi chez des malades dépendants des opioïdes et chez ceux présentant un traumatisme crânien, un état de choc, une altération de la conscience, une hypertension intracrânienne, une insuffisance respiratoire, des risques de convulsions. Le tramadol est à éviter en cas d hypersensibilité, de sevrage aux opiacés, d épilepsie non contrôlée, d allaitement, et chez l enfant de moins de 15 ans. La buprénorphine est un agoniste-antagoniste morphinique qui se présente en solution injectable ou en comprimé à placer sous la langue sans le croquer ni l avaler. Le néfopam est un analgésique central non morphinique ne provoquant ni accoutumance, ni dépendance, sans action antipyrétique ou anti-inflammatoire. Il ne faut pas l associer aux atropiniques. Il ne faut pas arrêter les morphiniques brutalement chez un malade dépendant à cause d un risque de sevrage. L épilepsie, l adénome prostatique, le glaucome sont des contre-indications. Les médicaments de palier III Les opioïdes forts de palier III sont à utiliser pour les douleurs intenses. La morphine sulfate est un agoniste morphinique actif sur les récepteurs mu, delta et kappa. La morphine bloque les synapses dans le cheminement central de la douleur. Elle inhibe notamment les relais thalamiques et les projections corticales. La dose initiale doit être faible puis augmentée progressivement, jusqu à l obtention du meilleur compromis efficacité/tolérance. Elle génère de nombreux effets secondaires qu il faut savoir anticiper (surtout la constipation). Le myosis serré aréactif est un signe de surdosage. La dose maximale est atteinte lorsque les effets indésirables ne sont plus contrôlés et que la douleur n est pas soulagée. Les contre-indications absolues sont l hypersensibilisation à la morphine et l association aux agonistes-antagonistes, aux agonistes partiels, et aux IMAO. Toute douleur intense, quel que soit le stade de la maladie, soit après échec des traitements antalgiques antérieurs, soit, d emblée, en cas de douleur intense, doit la faire prescrire. La voie orale est à privilégier, car elle est efficace chez 80 % des malades. La morphine chlorhydrate est à réserver aux difficultés de la déglutition, aux vomissements et nausées non contrôlés, à la malabsorption digestive, aux troubles de la conscience. L hydromorphone chlorhydrate est un agoniste morphinique spécifique des récepteurs mu. Le fentanyl chlorhydrate est un analgésique morphinomimétique et agoniste pur prescrit chez les patients naïfs et les patients déjà traités par les morphiniques, en faisant la conversion des doses morphiniques en équivalent fentanyl. Il s administre en cas de douleur chronique stable intense ou rebelle aux autres antalgiques, la douleur aiguë étant une des contreindications. La péthidine est un analgésique morphinomimétique dont la prescription est actuellement limitée aux douleurs intenses et/ou rebelles. D autres médicaments sont des coanalgésiques. Ce sont : les antidépresseurs tricycliques ; les antidépresseurs antisérotoninergiques dominants qui agissent par inhibition du recaptage de la noradrénaline et/ou de la sérotonine ; les 25

6 Rhumatologie antiépileptiques dont l action s exerce sur le blocage des canaux sodiques. Les AINS Tous les AINS présentent des propriétés antalgiques, antipyrétiques et anti-inflammatoires par inhibition de la cyclo-oxygénase (cox), qui est une prostaglantine-synthétase. La découverte de la cox de type 2 a permis de distinguer les AINS classiques, inhibiteurs de la cox-1 et de la cox-2, et les coxibs, qui n inhibent que la cox 2. Les propriétés de ces produits sont fonction des propriétés des deux types de cox, et donc du type de la cox qui est inhibée. Les AINS sont nombreux, se présentent sous diverses formes galéniques, ont une durée d action variable et, de ce fait, permettent le changement de médicaments en fonction de leur tolérance et de leur efficacité. Ils appartiennent à diverses familles : salicylés, pyrazolés, indoliques, propioniques, arylcarboxyliques, fénamates, oxicams, et coxibs, plus récemment. Le risque majeur des AINS est leur toxicité digestive, avec le risque d ulcère gastroduodénal, d hémorragies et/ou de perforations, d anémie. Ces risques sont moindres avec les coxibs. Actuellement, seuls deux coxibs sont commercialisés en France (célécoxib et rofécoxib), avec, pour chacun, deux indications : la PR et l arthrose. Toutes les études confirment leur supériorité d action par rapport à celle du placebo et leur action comparable à celle des AINS classiques de référence. De plus, l efficacité est globalement superposable aux AINS de référence : le diclofénac et le naproxène. Les nouveaux coxibs, l étoricoxib et le valdécoxib se sont également montrés efficaces dans le traitement de l arthrose et de la PR. Les coxibs ont pour avantage la réduction du risque digestif et du risque pseudo-allergique. En revanche, les troubles fonctionnels (dyspepsies, nausées, gastralgie) restent courants et presque aussi fréquents qu avec les AINS dans les essais cliniques. La toxicité rénale des coxibs est comparable à celle des AINS classiques et se développe surtout chez les sujets à risque. La rétention sodée peut être à l origine d un œdème périphérique et d une hypertension artérielle. Récemment, une étude américaine, l étude VIGOR, est venue semer le trouble sur l intérêt des coxibs en mettant en évidence une augmentation des infarctus du myocarde dans un groupe de malades traités par le rofécoxib comparativement au naproxène. Comme il est impossible, aujourd hui, de conclure quant à l origine de l augmentation de ces accidents coronariens, il existe un consensus sur la nécessité d une prescription concomitante d aspirine à faibles doses s il y a une indication cardiovasculaire lors d une prescription de coxibs. Cependant, compte tenu de leur coût, les coxibs se limitent aux malades présentant un risque au niveau digestif. Les glucocorticoïdes Les glucocorticoïdes ont une action antiinflammatoire qui s exerce par induction de la synthèse de lipocortines. Ceux-ci bloquent l action de la phospholipase A2, enzyme clé de la production des eicosanoïdes et, en particulier, des prostaglandines E2 et des leucotriènes B4 pro-inflammatoires. L effet immunomodulateur est dû à une inhibition de la sécrétion des cytokines impliqués dans la réponse immunitaire, à la modulation des récepteurs membranaires des cellules immunocompétentes et à un effet toxique direct sur les lymphocytes activés. Les produits sont divers mais le corticoïde de référence reste la prednisone, dont le métabolite actif est la prednisolone. La posologie varie selon les indications, et les effets secondaires sont nombreux : métaboliques, cutanés, ostéoarticulaires, infectieux, oculaires, digestifs. L insuffisance surrénale constitue un risque en cas de corticothérapie prolongée à fortes doses et le syndrome de sevrage est parfois difficile à distinguer d une poussée de la maladie traitée. Certaines précautions sont à prendre : régimes hyposodés, pauvres en graisses et en glucides, riches en protides et en potassium. Une mobilisation est recommandée ainsi qu une prescription de calcium et de vitamine D. Il en est de même pour une protection gastrique en cas de gastralgie ou d antécédent ulcéreux ou hémorragique digestif. La corticothérapie locale connaît des complications (arthrite septique, atrophie locale avec dépigmentation, ostéonécrose, hypercorticisme). Ses indications sont nombreuses en pathologie articulaire (rhumatismes inflammatoires). Les contre-indications absolues sont l infection locale ou générale, la présence de prothèse, l allergie vraie et un état d hypocoagulabilité sévère ; plus relativement : le diabète de type 1, l ulcère gastroduodénal évolutif, l immunosupression et autres contre-indications de la corticothérapie générale. A.-L.P. D après les communications lors du Congrès de la SFR. 26

7 Lombalgies La plainte la plus fréquente Les lombalgies représentent en France le deuxième motif de consultation médicale. Elles sont à l origine de 25 à 35 pour des consultations en médecine générale, 8 % des actes radiologiques, 30 % des actes de kinésithérapie. Si l on interroge la population française, 70 % des personnes ont souffert ou souffrent du dos. affection est aiguë, mais elle devient vite récurrente puisque le taux de rechute se situe L en moyenne entre 60 et 85 %. Cette prise en charge dans son ensemble représente un coût conséquent, car elle est responsable de 12 millions de jours d arrêt de travail (13 % de l ensemble) avec, pour 20 % de personnes atteintes, l obtention d une rente au titre de l invalidité. Conduite à tenir Le diagnostic d une lombalgie est facile dès l interrogatoire, sinon à l examen clinique montrant la limitation douloureuse des mouvements rachidiens. La conduite à tenir est codifiée par une recommandation de juin 1990 de l ANAES : en dehors d une urgence, il n y a pas lieu de demander d examen d imagerie dans les 7 premières semaines d évolution, sauf quand les modalités du traitement choisi (manipulation et infiltration) exigent d éliminer formellement toute lombalgie spécifique. Dans la lombalgie aiguë, comme dans la lombosciatique, les traitements médicaux visant à contrôler la douleur sont indiqués. Ce sont les antalgiques, les antiinflammatoires non stéroïdiens, et les décontracturants musculaires. Le traitement est donc essentiellement médical au début. Les antalgiques de niveau 1 sont utilisés à ce stade, avec une escalade thérapeutique qui est fonction de l évolution des symptômes. Le repos au lit n est plus de mise, il peut même être facteur de risque de passage à la chronicité. A ce stade, l efficacité des massages est nulle, l intérêt des manipulations non négligeable. Ce n est qu au bout de 7 semaines, si la douleur persiste, que l imagerie médicale est appelée à la rescousse, soit 7 % des lombalgies. La radiographie standard n est pas utilisée à titre diagnostique mais essentiellement pour éliminer une pathologie telle qu une spondylodiscite infectieuse, un tassement vertébral bénin ou métastatique. Les clichés doivent comprendre une incidence de profil et un grand cliché lombaire en position debout. Selon les références médicales opposables de 1993 : il n y a pas lieu de pratiquer un scanner et/ou une IRM lombaire devant une lombalgie aiguë ou un lumbago d effort en dehors des cas où les données cliniques et/ou paracliniques font craindre une lombalgie symptomatique (infectieuse, tumorale, inflammatoire). Lorsque le traitement médical s avère insuffisant, la crainte est d avoir affaire à une protrusion discale ou hernie (cf. encadré). Un geste technique peut alors être engagé : une infiltration sous contrôle scopique par le spécialiste, voire une intervention chirurgicale curative. Les signes de hernie discale Chez un patient aux antécédents de lumbago, la survenue est brutale, souvent déclenchée par un effort violent. On retrouve l existence d une attitude antalgique et la coexistence d anomalies des réflexes et de troubles sensitivomoteurs à l examen. Infiltrations rachidiennes Effectuées dans le cadre de lombalgies communes chroniques, les infiltrations sont de pratique courante en rhumatologie. Elles nécessitent un certain nombre de précautions pour atteindre, sans risque, leur efficacité thérapeutique. Devant une lombalgie chronique résistant aux traitements anti-inflammatoires et antalgiques classiques, l indication d infiltrer peut être portée par le praticien. Il peut s agir également d une lombalgie commune, d une sciatique, liée ou non à un conflit discoradiculaire, à une arthrose postérieure, à un canal médullaire étroit. Avant de pratiquer une infiltration, il faut d abord s assurer de l absence de contre-indications, à savoir l existence d une métastase osseuse ou d une infection locale ou générale. Il faut aussi s assurer de l absence de troubles de la coagulation, qui peuvent être liés à la prise d anticoagulants per os. Le cas échéant, un relais doit être pratiqué au moyen des HBPM (héparines de bas poids molé- 27

L appareil locomoteur

L appareil locomoteur L appareil locomoteur Plan Introduction Anatomie physiologie Orthopédie - Traumatologie Rhumatologie Pathologies infectieuses Pathologies tumorales Pathologies neuro- dégénératives Répercussions de ces

Plus en détail

L arthrose, ses maux si on en parlait!

L arthrose, ses maux si on en parlait! REF 27912016 INFORMER UPSA BROCH ARTHROSE V2 08-12.indd 2 30/08/12 11:48 Qu est-ce que l arthrose? L arthrose est une maladie courante des articulations dont la fréquence augmente avec l âge. C est une

Plus en détail

Accidents des anticoagulants

Accidents des anticoagulants 30 Item 182 Accidents des anticoagulants Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer un accident des anticoagulants. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise en charge. COFER

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN RHUMATOLOGIE

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN RHUMATOLOGIE RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN RHUMATOLOGIE Diagnostic de l ostéoporose en rhumatologie chez les femmes ménopausées Juillet 2004 I. PROMOTEURS Société de rhumatologie de l'ouest (SRO) Société

Plus en détail

Rôle et principe de l articulation coxo-fémorale

Rôle et principe de l articulation coxo-fémorale Rôle et principe de l articulation coxo-fémorale Elle est composée du cotyle et de la tête fémorale. Le cotyle fait partie de l os iliaque, qui est l os du bassin. La tête fémorale est située à la partie

Plus en détail

Item 182 : Accidents des anticoagulants

Item 182 : Accidents des anticoagulants Item 182 : Accidents des anticoagulants COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Cruralgie par hématome

Plus en détail

Moi ou mon enfant sous cortisone

Moi ou mon enfant sous cortisone Moi ou mon enfant sous cortisone Quelles conséquences? Isabelle Koné-Paut Pédiatrie Générale, Rhumatologie CHU de Bicêtre 94270 Le Kremlin-Bicêtre La cortisone, une hormone H H Organe 1 Organe 2 H Sang

Plus en détail

Tumeurs osseuses secondaires (154e) Professeur Jean-Philippe Vuillez Octobre 2003

Tumeurs osseuses secondaires (154e) Professeur Jean-Philippe Vuillez Octobre 2003 Pré-Requis : Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble Tumeurs osseuses secondaires (154e) Professeur Jean-Philippe Vuillez Octobre 2003 Physiologie et histologie osseuses Cancérologie fondamentale

Plus en détail

23/10/2012. Enoncé. Enoncé

23/10/2012. Enoncé. Enoncé Module Transversal 4 Déficience, Incapacité, Handicap Cas clinique ED MT4/7.2 Items 49-50-51-53 Fédération de Médecine Physique et de Réadaptation, CHU Montpellier-Nîmes, Sous la direction des Professeurs

Plus en détail

C. Rachis. Sommaire 01 C 02 C 03 C 04 C 05 C 06 C 07 C 08 C 09 C

C. Rachis. Sommaire 01 C 02 C 03 C 04 C 05 C 06 C 07 C 08 C 09 C C. Rachis Sommaire 1 C 2 C 3 C 4 C 5 C 6 C 7 C 8 C 9 C Affections congénitales... 1 Syndrome médullaire... 1 Possibilité de subluxation atloïdo-axoïdienne... 1 Cervicalgie commune... 1 Névralgie cervico-brachiale...

Plus en détail

DOULEUR ET CANCER. Dr Catherine. CIAIS

DOULEUR ET CANCER. Dr Catherine. CIAIS DOULEUR ET CANCER Dr Catherine. CIAIS IFSI le 2 février 2010 OBJECTIFS Savoir évaluer une douleur cancéreuse Connaître les différents types de douleur en cancérologie Mécanismes Étiologies Stratégies thérapeutiques

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 01 avril 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 01 avril 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 01 avril 2009 ABSTRAL 100 microgrammes, comprimé sublingual B/10 Code CIP : 391 042 9 B/30 Code CIP : 391 043 5 ABSTRAL 200 microgrammes, comprimé sublingual B/10 Code

Plus en détail

ARTHROSE, ARTHRITE. Dans l arthrose la primum movens est le cartilage et dans l arthrite c est la synoviale.

ARTHROSE, ARTHRITE. Dans l arthrose la primum movens est le cartilage et dans l arthrite c est la synoviale. Fixe : TOR ARTHROSE, ARTHRITE I/- Généralités : Rhumatisme : maladie articulaire d étiologie multiple = - Dégénérative - Inflammatoire - Infectieuse - Métabolique Parfois limitée aux structures tendineuses

Plus en détail

Polyarthrite rhumatoïde (PR) : prise en charge en phase d état (Septembre 2007)

Polyarthrite rhumatoïde (PR) : prise en charge en phase d état (Septembre 2007) SYNTHESE DE RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Polyarthrite rhumatoïde (PR) : prise en charge en phase d état (Septembre 2007) OBJECTIFS DES RECOMMANDATIONS : Avoir un impact sur la prise en charge quotidienne

Plus en détail

CELEBREX 100 MG ET 200 MG, COMPRIME RAPPORT PUBLIC D EVALUATION

CELEBREX 100 MG ET 200 MG, COMPRIME RAPPORT PUBLIC D EVALUATION CELEBREX 100 MG ET 200 MG, COMPRIME RAPPORT PUBLIC D EVALUATION INTRODUCTION Une extension d indication a été octroyée au laboratoire PFIZER le 02 février 2007 pour sa spécialité Celebrex 100 mg et 200

Plus en détail

SCINTIGRAPHIE OSSEUSE ET RHUMATOLOGIE. Docteur Antoine MONET Jeudi 8 octobre 2009

SCINTIGRAPHIE OSSEUSE ET RHUMATOLOGIE. Docteur Antoine MONET Jeudi 8 octobre 2009 SCINTIGRAPHIE OSSEUSE ET RHUMATOLOGIE Docteur Antoine MONET Jeudi 8 octobre 2009 Maladie de PAGET Fractures ostéoporotiques Rhumatismes inflammatoires Spondylodiscite Fibromyalgies MALADIE DE PAGET Augmentation

Plus en détail

LA DYSPLASIE FIBREUSE : DE QUOI S AGIT-IL?

LA DYSPLASIE FIBREUSE : DE QUOI S AGIT-IL? LA DYSPLASIE FIBREUSE : DE QUOI S AGIT-IL? La dysplasie fibreuse des os (DF) est une maladie osseuse rare pouvant atteindre tous les os. Le nombre d os concernés est très variable : un seul os, deux, trois

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 22 décembre 2004. HYALGAN 20 mg/2 ml, solution injectable par voie intra-articulaire en seringue pré-remplie B/1

AVIS DE LA COMMISSION. 22 décembre 2004. HYALGAN 20 mg/2 ml, solution injectable par voie intra-articulaire en seringue pré-remplie B/1 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 22 décembre 2004 HYALGAN 20 mg/2 ml, solution injectable par voie intra-articulaire en seringue pré-remplie B/1 Laboratoires EXPANSCIENCE

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN HAD

LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN HAD LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN HAD LES REGLES D OR 1. Demander au patient s il a mal et le croire 2. Ecouter sa réponse et respecter ses choix 3. Traiter si possible les causes de la douleur 4. Evaluer

Plus en détail

LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique

LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique Caroline Karras-Guillibert Rhumatologue, Hôpital Saint Joseph, Marseille La lombalgie chronique : le «mal du siècle»?

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE Arrêté du 30 décembre 2008 modifiant la liste des spécialités pharmaceutiques remboursables

Plus en détail

La lombalgie du sujet jeune. Dr Carine Dufauret-Lombard Service Rhumatologie CHU Limoges

La lombalgie du sujet jeune. Dr Carine Dufauret-Lombard Service Rhumatologie CHU Limoges La lombalgie du sujet jeune Dr Carine Dufauret-Lombard Service Rhumatologie CHU Limoges Pré-test 1- quel(s) symptôme(s) vous font suspecter une lombalgie symptomatique? a- douleur importante b- perte de

Plus en détail

Hanche. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient. Dr Maxime-Louis Mencière - 26 juin 2015 ARTHROSE DE LA HANCHE - DR MAXIME-LOUIS MENCIÈRE 1

Hanche. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient. Dr Maxime-Louis Mencière - 26 juin 2015 ARTHROSE DE LA HANCHE - DR MAXIME-LOUIS MENCIÈRE 1 L arthrose de la Hanche Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Dr Maxime-Louis Mencière - 26 juin 2015 ARTHROSE DE LA HANCHE - DR MAXIME-LOUIS MENCIÈRE 1 Définition L arthrose est une maladie

Plus en détail

Les vertèbres cervicales sont très mobiles et forment un angle de 25, les dorsales 60, la lombaire 90.

Les vertèbres cervicales sont très mobiles et forment un angle de 25, les dorsales 60, la lombaire 90. Lésions des parties nobles de la moelle épinière Eléments osseux : corps vertébral articulaires lames épineuses transverses pédicules vertébraux Eléments non osseux (sagittal) : disques ligaments capsules

Plus en détail

STENOSE LOMBAIRE DU CANAL RACHIDIEN OU CANAL LOMBAIRE ETROIT

STENOSE LOMBAIRE DU CANAL RACHIDIEN OU CANAL LOMBAIRE ETROIT STENOSE LOMBAIRE DU CANAL RACHIDIEN OU CANAL LOMBAIRE ETROIT Madame, Monsieur, Vous souffrez d une sténose du canal lombaire, une intervention chirurgicale est envisagée. Afin de prendre une décision en

Plus en détail

La prise en charge de votre polyarthrite rhumatoïde

La prise en charge de votre polyarthrite rhumatoïde G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre polyarthrite rhumatoïde Vivre avec une polyarthrite rhumatoïde Décembre 2008 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

32 Syndrome du tunnel cubital

32 Syndrome du tunnel cubital 32. Syndrome du tunnel cubital 201 32 Syndrome du tunnel cubital SYNDROME CLINIQUE Le syndrome du tunnel cubital est une cause rare de douleur et de faiblesse de la partie latérale de l avant-bras qui

Plus en détail

N 92. Rachialgie. Les dix commandements [N 92] 5. Diagnostiquer une rachialgie. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient.

N 92. Rachialgie. Les dix commandements [N 92] 5. Diagnostiquer une rachialgie. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient. N 92. Rachialgie Diagnostiquer une rachialgie. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient. Statistiques ECN Question déjà tombée 3 fois. En quelques mots-clés Commune/symptomatique

Plus en détail

* Affection bénigne mais extrêmement fréquente (peu y échappent!) avec un coût socio-économique énorme :cinq milliards de francs par an

* Affection bénigne mais extrêmement fréquente (peu y échappent!) avec un coût socio-économique énorme :cinq milliards de francs par an LOMBALGIE 1 1. LA LOMBALGIE BANALE OU COMMUNE * C est une douleur lombaire par Trouble de la mécanique lombaire avec un disque sain ou dégénéré (discopathie, discarthrose) ou par arthrose lombaire postérieure.

Plus en détail

UTILISATION ET PRECAUTION D EMPLOI DES AINS Professeur Philippe BERTIN, Chef de Service de Rhumatologie, CHU Limoges Octobre 2009

UTILISATION ET PRECAUTION D EMPLOI DES AINS Professeur Philippe BERTIN, Chef de Service de Rhumatologie, CHU Limoges Octobre 2009 UTILISATION ET PRECAUTION D EMPLOI DES AINS Professeur Philippe BERTIN, Chef de Service de Rhumatologie, CHU Limoges Octobre 2009 Objectifs pédagogiques : 1 ) Connaître les mécanismes d action des AINS

Plus en détail

Prévenir... le mal de dos

Prévenir... le mal de dos Prévenir... le mal de dos 5 Mal de dos mal du siècle Qui n a pas un jour souffert du mal de dos? 8 personnes sur 10 souffrent ou souffriront du dos Plus d un français sur trois déclare avoir souffert du

Plus en détail

LES SCIATALGIES. DR EKOUELE MBAKI HB UPR de NEUROCHIRURGIE RABAT, MAROC Avril 2013

LES SCIATALGIES. DR EKOUELE MBAKI HB UPR de NEUROCHIRURGIE RABAT, MAROC Avril 2013 LES SCIATALGIES DR EKOUELE MBAKI HB UPR de NEUROCHIRURGIE RABAT, MAROC Avril 2013 Introduction! Motif fréquent de consultation en neurochirurgie et en rhumatologie! Elle correspond le plus souvent à une

Plus en détail

La rotation des opioïdes

La rotation des opioïdes La rotation des opioïdes Prof. Omar BOUDEHANE - UNITE D EVALUATION ET DE TRAITEMENT DE LA DOULEUR - Faculté de médecine & CHU Constantine Université «3» de Constantine 9 ème Congrés de la SAETD Université

Plus en détail

Déminéralisations Ostéoporose. IFSI Croix Rouge Dr Jacquier 23 mars 2009

Déminéralisations Ostéoporose. IFSI Croix Rouge Dr Jacquier 23 mars 2009 Déminéralisations Ostéoporose Ostéomalacie IFSI Croix Rouge Dr Jacquier 23 mars 2009 Le tissu osseux - rappels Rôle de charpente Rôle métabolique - Réserve en Ca - Régulation phospho-calcique Remaniement

Plus en détail

Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical

Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical Par Pierre Antonietti Chirurgien orthopédiste Clinique Jouvenet, Paris Il existe deux types de scolioses de l adulte : des scolioses de

Plus en détail

Bien vous soigner. avec des médicaments disponibles sans ordonnance. juin 2008. Douleur. de l adulte

Bien vous soigner. avec des médicaments disponibles sans ordonnance. juin 2008. Douleur. de l adulte Bien vous soigner avec des médicaments disponibles sans ordonnance juin 2008 Douleur de l adulte Douleur de l adulte Ce qu il faut savoir La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable,

Plus en détail

Définition. remaniements de l os sous chondral, à la production d ostéophytes, et à des épisodes d inflammation du liquide synovial

Définition. remaniements de l os sous chondral, à la production d ostéophytes, et à des épisodes d inflammation du liquide synovial Arthrose Définition n Dégradation du cartilage associée à des remaniements de l os sous chondral, à la production d ostéophytes, et à des épisodes d inflammation du liquide synovial n Touche tous les éléments

Plus en détail

Pr Bernard Combe. Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de Montpellier

Pr Bernard Combe. Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de Montpellier Journal de L ANDAR (Association Nationale de Défense contre l Arthrite Rhumatoîde) octobre2008 Le Mabthéra dans la polyarthrite rhumatoïde Pr Bernard Combe Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de

Plus en détail

La Codéine? Parlons-en INFORMER

La Codéine? Parlons-en INFORMER La Codéine? Parlons-en INFORMER Qu est-ce que la codéine? La Codéine, ou méthylmorphine, est l'un des alcaloïdes contenus dans le pavot (papaverum somniferum). La codéine est un antalgique puissant (de

Plus en détail

QU EST CE QU EST UNE HERNIE DISCALE LOMBAIRE?

QU EST CE QU EST UNE HERNIE DISCALE LOMBAIRE? QU EST CE QU EST UNE HERNIE DISCALE? La colonne vertébrale est constituée d un empilement de vertèbres. Les cinq vertèbres du bas constituent la colonne lombaire ou rachis lombaire qui repose sur le sacrum.

Plus en détail

chez la personne âgée.

chez la personne âgée. PROMOTION DE L AMÉLIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES dans le cadre du programme MobiQual Prévenir, évaluer, Prendre en charge La douleur chez la Personne âgée FIche pratique utilisation des opioïdes

Plus en détail

Vivez et Bougez! Schéma de traitement. Conseils pratiques aux patients souffrant d arthrose

Vivez et Bougez! Schéma de traitement. Conseils pratiques aux patients souffrant d arthrose Schéma de traitement OSTENIL, OSTENIL PLUS et OSTENIL MINI sont des dispositifs médicaux stériles, disponibles sur prescription auprès de votre pharmacien. D autres canaux de distribution existent également,

Plus en détail

Avis de la Commission. 15 septembre 2004

Avis de la Commission. 15 septembre 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE Avis de la Commission 15 septembre 2004 HUMIRA 40 mg, solution injectable en seringue pré-remplie (Boîte de 2 seringues) Laboratoires ABBOTT FRANCE Liste

Plus en détail

La pathologie méniscale

La pathologie méniscale Dr. KABBACHE Morhaf Chirurgie Orthopédique 39 1 01260 6 00 3 30 1 41 Membre de la Société Française de Chirurgie Orthopédie et traumatologie Tél. 0384798062 La pathologie méniscale Les ménisques, au nombre

Plus en détail

Q U EST CE QU UNE DISCOPATHIE DEGENERATIVE LOMBAIRE?

Q U EST CE QU UNE DISCOPATHIE DEGENERATIVE LOMBAIRE? Q U EST CE QU UNE DISCOPATHIE? La colonne vertébrale est constituée d un empilement de vertèbres. Les cinq vertèbres du bas constituent la colonne lombaire ou rachis lombaire qui repose sur le sacrum.

Plus en détail

Nodule thyroïdien sans hyperthyroïdie. Quel est mon parcours de soins?

Nodule thyroïdien sans hyperthyroïdie. Quel est mon parcours de soins? Nodule thyroïdien sans hyperthyroïdie Quel est mon parcours de soins? Nodule thyroïdien sans hyperthyroïdie Votre médecin peut adapter et compléter ces informations en fonction de votre situation personnelle.

Plus en détail

Item 180 : Prescription d'une cure thermale

Item 180 : Prescription d'une cure thermale Item 180 : Prescription d'une cure thermale COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...2 SPECIFIQUE :...2 I Définition et

Plus en détail

La polyarthrite rhumatoïde est-elle une maladie courante parmi la patientèle d'un rhumatologue?

La polyarthrite rhumatoïde est-elle une maladie courante parmi la patientèle d'un rhumatologue? Association Française des Polyarthritiques & des Rhumatismes Inflammatoires Chroniques 9, rue de Nemours - 75011 Paris E-mail : afp@nerim.net - www.polyarthrite.org Tél. : 01 400 30 200 - Fax : 01 400

Plus en détail

Anti-inflammatoires non stéroidiens en pratique quotidienne. A. Tebaibia

Anti-inflammatoires non stéroidiens en pratique quotidienne. A. Tebaibia Anti-inflammatoires non stéroidiens en pratique quotidienne A. Tebaibia Introduction AINS : anti-inflammatoire, analgésique, antipyrétique, AAP AINS : 3-5% prescriptions 20-25% des accidents Information:

Plus en détail

Votre médecin et ou votre chirurgien par l analyse de vos symptômes et un examen médical précis (tests de conflit) évoqueront le diagnostic.

Votre médecin et ou votre chirurgien par l analyse de vos symptômes et un examen médical précis (tests de conflit) évoqueront le diagnostic. LE CONFLIT SOUS ACROMIAL a) Fonction Lors des mouvements du membre supérieur, les tendons de la coiffe des rotateurs passent sous un élément osseux et ligamentaire (arche) composé de la face inférieure

Plus en détail

Pseudopolyarthrite rhizomélique

Pseudopolyarthrite rhizomélique Pseudopolyarthrite rhizomélique C est l histoire D une vieille dame de 76 ans, sans problème particulier, jusqu au jour où. CLINIQUE -Elle se plaint de douleurs des épaules et des hanches avec des épisodes

Plus en détail

Prescription des Morphiniques

Prescription des Morphiniques Prescription des Morphiniques Dr Jean-Pierre CORBINAU - Lille Cet exposé se veut essentiellement pratique ayant pour objectif de faire passer 3 messages afin d apporter une aide dans la prescription de

Plus en détail

testez-vous! «24 dossiers D4 par pôle» pour réussir vos ECN et votre classement!

testez-vous! «24 dossiers D4 par pôle» pour réussir vos ECN et votre classement! : t i u t a r g t i a Extr testez-vous! «24 dossiers D4 par pôle» pour réussir vos ECN et votre classement! Collection 24 heures / Pôle : Appareil locomoteur 8 Dossier N 1 2 Mme T, âgée de 65 ans se présente

Plus en détail

Pour quelles raisons avons-nous, ainsi que plus de 100 kinésithérapeutes belges, choisi Mastercare la table thérapeutique suédoise?

Pour quelles raisons avons-nous, ainsi que plus de 100 kinésithérapeutes belges, choisi Mastercare la table thérapeutique suédoise? Article rédigé par Madame Karin Timmermans (en 2003), directrice du centre du dos 'Mastercare Rugcentrum' près d Anvers où elle exerce la profession de kinésithérapeute. Madame Timmermans a près de 20

Plus en détail

Prescription de morphiniques chez le sujet âgé. Cas clinique

Prescription de morphiniques chez le sujet âgé. Cas clinique Prescription de morphiniques chez le sujet âgé Cas clinique Clinique 1 Me G. 71 ans. Mariée, 2 enfants Algies diffuses depuis l âge l de 14 ans. Début des douleurs par des cervicalgies et scapulalgies

Plus en détail

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PR-ULI-URG-PEC-N 108 Version n 1 Crée le 01-02-2011 DIFFUSION : Urgences site d Etampes OBJET ET DEFINITIONS Organiser et protocoliser

Plus en détail

GESTION DES EFFETS SECONDAIRES DES TRAITEMENTS OPIOÏDES. DU de Médecine palliative et d accompagnement Dr Sophie TOUSSAINT-MARTEL Février 2014

GESTION DES EFFETS SECONDAIRES DES TRAITEMENTS OPIOÏDES. DU de Médecine palliative et d accompagnement Dr Sophie TOUSSAINT-MARTEL Février 2014 GESTION DES EFFETS SECONDAIRES DES TRAITEMENTS OPIOÏDES DU de Médecine palliative et d accompagnement Dr Sophie TOUSSAINT-MARTEL Février 2014 Les opioïdes partagent tous globalement les mêmes effets indésirables.

Plus en détail

Prise en charge des métastases osseuses Approche médicamenteuse

Prise en charge des métastases osseuses Approche médicamenteuse Prise en charge des métastases osseuses Approche médicamenteuse S Lozano Hôpital Larrey 08 Octobre 2010 Les métastases osseuses Fréquentes 3 ème localisation (poumon, foie) 30 à 50% des patients 40% dans

Plus en détail

La pseudo polyarthrite rhizomélique

La pseudo polyarthrite rhizomélique La pseudo polyarthrite rhizomélique Journée de formation médicale continue Jeudi 29 janvier 2015 Béatrice Bouvard Conflits d intérêts de l orateur en rapport avec le thème de la conférence AUCUN La PPR

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE L OSTEOPOROSE EN MEDECINE GENERALE. SENG Anne-Sophie

PRISE EN CHARGE DE L OSTEOPOROSE EN MEDECINE GENERALE. SENG Anne-Sophie PRISE EN CHARGE DE L OSTEOPOROSE EN MEDECINE GENERALE SENG Anne-Sophie L ostéoporose est une maladie diffuse du squelette caractérisée par une faible masse osseuse et une détérioration de la microarchitecture

Plus en détail

2. Quelles sont les informations à connaitre avant d utiliser XILONIBSA 2%?

2. Quelles sont les informations à connaitre avant d utiliser XILONIBSA 2%? 1. Qu est-ce que XILONIBSA 2% et dans quel cas est-il utilisé? XILONIBSA 2% est un anesthésique local (agent qui réduit ou élimine la sensation dans une région particulière) qui appartient au sous-groupe

Plus en détail

1 - SEMIOLOGIE OSSEUSE

1 - SEMIOLOGIE OSSEUSE GENERALITES 1 - SEMIOLOGIE OSSEUSE FORMATION OSSEUSE Elle est le fait des ostéoblastes et de la minéralisation de l ostéoide. Ce processus s accompagne d une augmentation des phosphatases alcalines plasmatiques.

Plus en détail

Chapitre 7: Arthrose et polyarthrite rhumatoïde

Chapitre 7: Arthrose et polyarthrite rhumatoïde Chapitre 7: Arthrose et polyarthrite rhumatoïde DE QUOI S AGIT- IL230? L arthrose L arthrose est la pathologie la plus fréquente de toutes les pathologies rhumatismales. Elle se caractérise par la perte

Plus en détail

Soins palliatifs et Ostéopathie. Prise en charge alternative de la douleur

Soins palliatifs et Ostéopathie. Prise en charge alternative de la douleur Soins palliatifs et Ostéopathie Prise en charge alternative de la douleur DÉFINITION Méthode thérapeutique jeune qui consiste, «dans une compréhension globale du patient, à prévenir, diagnostiquer, et

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pour toute information complémentaire, vous pouvez contacter votre médecin traitant, votre médecin spécialiste ou l infirmière référente de la clinique de l anticoagulation LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

Plus en détail

charge de la douleur

charge de la douleur Les Antiinflammatoires nonsétoïdiens dans la prise en charge de la douleur Prof. P.M. Tulkens Phien A. Spinewine (M. Clin. Pharm.) Unité de pharmacologie cellulaire et moléculaire Université catholique

Plus en détail

Colloque médical du jeudi CHU Grenoble

Colloque médical du jeudi CHU Grenoble Questions de douleur et de refus de traitement pour un patient atteint de cancer métastatique Vignette clinique: prise en charge douleur Dr N. Béziaud aspects éthiques Pr G. Laval Colloque médical du jeudi

Plus en détail

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise.

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise. Qu est-ce qu une arthroscopie? Il s agit d une intervention chirurgicale mini-invasive dont le but est d explorer l articulation du genou et de traiter la lésion observée dans le même temps. Comment se

Plus en détail

C. Rachis. Sommaire 01 C 02 C 03 C 04 C 05 C 06 C 07 C 08 C 09 C 10 C

C. Rachis. Sommaire 01 C 02 C 03 C 04 C 05 C 06 C 07 C 08 C 09 C 10 C C. Rachis Sommaire 1 C 2 C 3 C 4 C 5 C 6 C 7 C 8 C 9 C 1 C Affections congénitales... 1 Syndrome médullaire... 1 Possibilité de subluxation atloïdo-axoïdienne... 1 Cervicalgie commune... 1 Névralgie cervico-brachiale...

Plus en détail

Pharmacothérapie de la douleur

Pharmacothérapie de la douleur Pharmacothérapie de la douleur Comment utiliser les différentes formes de médicaments? Conseils pratiques à l officine 1 Paracétamol en forme mono Toxicité gastrique peu probable Hépatotoxicité: intoxication

Plus en détail

Vous allez avoir une saccoradiculographie

Vous allez avoir une saccoradiculographie Vous allez avoir une saccoradiculographie Madame, Monsieur, Votre médecin vous a proposé un examen radiologique. Il sera pratiqué avec votre consentement. Vous avez en effet la liberté de l accepter ou

Plus en détail

LA PSEUDO-POLYARTHRITE RHIZOMELIQUE

LA PSEUDO-POLYARTHRITE RHIZOMELIQUE LA PSEUDO-POLYARTHRITE RHIZOMELIQUE I. INTRODUCTION II. DIAGNOSTIC POSITIF 1. SIGNES GENERAUX 2. SIGNES ARTICULAIRES 3. SIGNES OPHTALMOLOGIQUES SI MALADIE DE HORTON ASSOCIEE 4. SIGNES BIOLOGIQUES 5. RADIOGRAPHIES

Plus en détail

Arthrite psoriasique quand le psoriasis s attaque aux articulations et à la colonne vertébrale

Arthrite psoriasique quand le psoriasis s attaque aux articulations et à la colonne vertébrale MÉDECINE LPS 1/2016 Arthrite psoriasique quand le psoriasis s attaque aux articulations et à la colonne vertébrale CHRISTA INGLIN Le Dr Thomas Langenegger est médecin-chef de la clinique médicale de rhumatologie

Plus en détail

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN Le Cancer du rein Le cancer du rein représente 3% des cancers de l adulte. Il s agit du troisième cancer urologique après le cancer de prostate et celui de la vessie. L

Plus en détail

23/10/2012. Mme B. 72 ans, vient vous voir en consultation pour une gonalgie droite.

23/10/2012. Mme B. 72 ans, vient vous voir en consultation pour une gonalgie droite. Module Transversal 4 Déficience, Incapacité, Handicap Cas clinique ED MT4/7.2 Fédération de Médecine Physique et de Réadaptation, CHU Montpellier-Nîmes, Sous la direction des Professeurs Christian Hérisson

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 octobre 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 octobre 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 21 octobre 2009 CELEBREX 100 mg, gélule B/30 - Code CIP 354 368.1 CELEBREX 200 mg, gélule B/30- Code CIP 354 370.6 Laboratoire PFIZER Code ATC : M01AH01 Liste I Date

Plus en détail

Médicaments de la Migraine Pr G.GERAUD

Médicaments de la Migraine Pr G.GERAUD 21 ème Forum de Rangueil Jeudi 15 octobre 2009 Médicaments de la Migraine Pr G.GERAUD L étude des comportements thérapeutiques des patients migraineux montre une surconsommation d antalgiques non-spécifiques,

Plus en détail

Maladie de Blau/Sarcoïdose juvénile

Maladie de Blau/Sarcoïdose juvénile Pædiatric Rheumatology InterNational Trials Organisation Maladie de Blau/Sarcoïdose juvénile De quoi s agit-il? Le syndrome de Blau est une maladie génétique. Les patients souffrent d une combinaison entre

Plus en détail

Claude Ecoffey Anesthésiste. Les obstacles aux opiacés

Claude Ecoffey Anesthésiste. Les obstacles aux opiacés cette image. Claude Ecoffey Anesthésiste QuickTime et un décompresseur Photo - JPEG sont requis pour visualiser Les obstacles aux opiacés Crainte liée au traitement (effets secondaires, accoutumance) Système

Plus en détail

QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale?

QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale? QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale? La «sténose» ou diminution du diamètre de l artère ( d au moins 50% ) peut

Plus en détail

Ostéopathie et lombalgie! en phase aigue" Xavier Dufour" Gilles Barette "

Ostéopathie et lombalgie! en phase aigue Xavier Dufour Gilles Barette Ostéopathie et lombalgie! en phase aigue" Xavier Dufour" Gilles Barette " Définition" # Société Française de Rhumatologie! # Douleur allant de la charnière dorsolombaire au bassin pouvant irradier jusqu$au

Plus en détail

Le guide du bon usage des médicaments

Le guide du bon usage des médicaments Le guide du bon usage des médicaments Les médicaments sont là pour vous aider mais......ils ont parfois du mal à vivre ensemble. Votre médecin et votre pharmacien peuvent adapter votre traitement pour

Plus en détail

Vitalipid Novum Adult contient par ml dl-α-tocoférol (vitamine E) 0,91 mg (1 UI) ergocalciférol (vitamine D) 0,50 µg (20 UI)

Vitalipid Novum Adult contient par ml dl-α-tocoférol (vitamine E) 0,91 mg (1 UI) ergocalciférol (vitamine D) 0,50 µg (20 UI) 1. DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT Vitalipid Novum Adult, solution à diluer pour perfusion Vitalipid Novum Infant, solution à diluer pour perfusion 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Vitalipid Novum

Plus en détail

Quelle est l anatomie d une vertèbre lombaire?

Quelle est l anatomie d une vertèbre lombaire? Quelle est l anatomie d une vertèbre lombaire? 1 La partie lombaire de la colonne vertébrale est composée de 5 vertèbres : de haut en bas L1, L2, L3, L4 et L5. L5 s articule avec le sacrum (vertèbre S1).

Plus en détail

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation Livret des nouveaux anticoagulants oraux Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation DONNÉES DU PATIENT Nom Adresse Tél MÉDECIN TRAITANT Nom Adresse Tél SPÉCIALISTE Nom Hôpital Tél MÉDICAMENT

Plus en détail

LES ACCIDENTS DORSO-LOMBAIRES

LES ACCIDENTS DORSO-LOMBAIRES LES ACCIDENTS DORSO-LOMBAIRES Le mal de dos OBJECTIFS Connaître les différentes pathologies liées aux accidents dorso-lombaires Déterminer les facteurs de risques Identifier et appliquer les techniques

Plus en détail

Introduction. La consultation préconceptionnelle. http://www.univadis.fr

Introduction. La consultation préconceptionnelle. http://www.univadis.fr Surveillance d une grossesse en médecine générale Professeur Bruno LANGER Département de Gynéco-Obstétrique - Hôpital de Hautepierre - CHU de Strasbourg Introduction Mesdames, messieurs, Nous allons voir

Plus en détail

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Plan Quelles sont les personnes âgées et/ou les situations à risque de dénutrition? Quels sont les outils de

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 20 juillet 2005 1 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 767-8 3 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 768-4 12 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 769-0 6 flacon(s) en verre

Plus en détail

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas Cas clinique M. ZAC Observation Mr ZAC ans, 76 ans, 52 kg, est admis aux urgences pour des algies fessières invalidantes, résistantes au AINS. Ses principaux antécédents sont les suivants : une thrombopénie

Plus en détail

Dr Michael WILLERY Pôle Gériatrie CH ROUBAIX

Dr Michael WILLERY Pôle Gériatrie CH ROUBAIX Dr Michael WILLERY Pôle Gériatrie CH ROUBAIX 1. DEFINITIONS-CLASSIFICATIONS 2. RAPPELS ANATOMIQUES 3. L ARTHROSE 4. L ARTHRITE 5. L OSTEOPOROSE 6. CONCLUSION DEFINITIONS -CLASSIFICATION Articulation =

Plus en détail

DENSITOMÉTRIE OSSEUSE : CE QUE LE RADIOLOGUE DOIT SAVOIR

DENSITOMÉTRIE OSSEUSE : CE QUE LE RADIOLOGUE DOIT SAVOIR DENSITOMÉTRIE OSSEUSE : CE QUE LE RADIOLOGUE DOIT SAVOIR C Andreux et F L Huillier H Guerini, A Feydy, X Poittevin, F Thevenin, R Campagna, JL Drapé, A Chevrot Hôpital COCHIN, Paris, France OBJECTIF Proposer

Plus en détail

L ARTHROSE EN 2005? J. Touba, Ph. Thomas

L ARTHROSE EN 2005? J. Touba, Ph. Thomas L ARTHROSE EN 2005? J. Touba, Ph. Thomas La définition de l OMS L arthrose est la résultante des phénomènes mécaniques et biologiques qui déstabilisent l équilibre entre la synthèse et la dégradation du

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 22 décembre 2004 VOGALENE 5 mg, suppositoire sécable (Boîte de 10) Laboratoires SCHWARZ PHARMA métopimazine Liste II Date de l AMM initiale chez

Plus en détail

Lombalgies et Sciatiques - La prise en charge médicale

Lombalgies et Sciatiques - La prise en charge médicale 4 ème Rencontre Médico-Chirurgicale LE RACHIS Lombalgies et Sciatiques - La prise en charge médicale S.A. Amouzougan, Rhumatologue CHU de St Etienne & Hôpital Emile Roux, Le puy Quelques rappels anatomiques

Plus en détail

Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers

Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers Les spondylarthopathies 0.2% de la population en France Arthrites Réactionnelles rares S. Ankylosante

Plus en détail

La pré-éclampsie. Explications et conseils préventifs

La pré-éclampsie. Explications et conseils préventifs La pré-éclampsie Explications et conseils préventifs Introduction Quel objectif? Vous avez souffert d une pré-éclampsie lors de votre grossesse. Ce livret a pour but de vous aider à comprendre ce qu il

Plus en détail