86 jeunes récompensés par

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "86 jeunes récompensés par"

Transcription

1 Conférence de règlement à l amiable Page 3 Vol. 22 N o 6 - Septembre 2014 SANTÉ ET SERVICES SOCIAUX LE DROIT DE RECEVOIR DES SOINS Semaine des ET DES droits SERVICES des usagers Du 26 APPROPRIÉS septembre au 3 octobre 2014 Semaine des droits du réseau de la santé et des services sociaux 86 jeunes récompensés par des bourses ÉDITION Page 4 des usagers Renseignez-vous auprès de votre comité des usagers ou de résidents

2 Des réalisations de taille en Mot de la directrice générale Danièle Dulude C est toujours avec beaucoup de joie que je vous retrouve en ce début de septembre pour la rentrée! J espère que la période estivale a été ressourçante et reposante pour chacun de vous et que les défis qui s annoncent sauront vous stimuler personnellement et professionnellement. Des réalisations de taille en Comme chaque année, nous avons produit, à la fin juin, le bilan de nos grandes réalisations pour Cet exercice se retrouve dans le Rapport annuel de gestion du Centre jeunesse de Laval et du Centre de réadaptation en dépendance de Laval pour l année Celui-ci sera disponible dans chacun des services d ici les prochaines semaines. Je vous invite à en prendre connaissance, car de Sommaire Septembre 2014 Mot de la directrice générale 2-3 Nouvelles de la DSJF 3-4, 20 Nouvelles de la DSP 5 Nouvelles de la DSR 6 à 8 Les indissociables 9-10 Nouvelles de la DSG Nouvelles de la DRH 12 Nouvelles du conseil d administration 13 à 15 Écho du comité des usagers Au calendrier 18 Nouvelles du centre de documentation 19 Nouvelles du CCPAS 20 Écho du conseil multi Concours-sondage La Capitale 23 Chronique financière La Capitale 24 nombreuses réalisations ont vu le jour et se sont concrétisées au cours de la dernière année. Bravo à tous! Je profite de ma chronique de la rentrée pour vous tracer les grandes lignes de ce bilan et mettre en lumière quelques réalisations plus spécifiques. De façon globale, précisons que tout au long de la dernière année, l établissement a maintenu avec rigueur la gestion de son offre de service et a su gérer ses listes d attentes conformément aux exigences ministérielles dans tous les secteurs des deux missions. Cet équilibre au chapitre de l utilisation de nos ressources a nécessairement eu un effet direct sur le plan financier alors que nous avons visé et obtenu l équilibre budgétaire, et ce, malgré une augmentation croissante de la population et une demande accrue pour la plupart des services. L année a été marquée par le renouvellement de notre troisième agrément par le Conseil québécois d agrément pour une période de quatre ans ainsi que par l élaboration de notre Plan d amélioration , de même que notre Planification stratégique Au cours de l année, monsieur Jacques Dubé a intégré les fonctions de directeur des services aux jeunes et à leur famille ainsi que directeur de la protection de la jeunesse et directeur provincial. De même, au printemps 2014, une nouvelle directrice des ressources humaines, madame Guylaine Prévost, s est jointe à l équipe de direction. Des travaux d envergure mobilisant l ensemble des directions nous ont permis d inaugurer deux ressources d hébergement : Le Passage pour les jeunes âgés de 16 à 19 ans aux prises avec une problématique de santé mentale ainsi que la Maison des navigateurs, un foyer de groupe pour les petits âgés de 3 à 6 ans avec de grands besoins. Dans le premier cas, il s agit d une construction toute neuve et dans le deuxième cas, de la transformation complète du foyer de groupe St-Claude qui accueillait auparavant des jeunes filles de 12 à 17 ans. Nous avons complété le vaste projet d économie d énergie. Grâce à celui-ci, l établissement prend un grand virage vert qui implique l adoption de diverses mesures de réduction de la consommation d énergie. Nous avons poursuivi les nombreuses activités requises pour implanter les paramètres de la Loi sur la représentation des ressources qui viennent changer en profondeur nos liens avec les ressources de type familial ainsi que les rôles de chacun des acteurs impliqués, de même que les modalités de rémunération. Nous nous sommes également dotés d un Programme d identification, de développement et de soutien de la relève des cadres supérieurs, des adjoints et des coordonnateurs, de même que d un Programme de relève des attachées de direction et d un projet en vue d optimiser et de valoriser la fonction d agente administrative au sein de l établissement. En ce qui concerne le Centre de réadaptation en dépendance Laval, l année a été l occasion de revoir en profondeur notre travail en partenariat au sein du continuum d hébergement en dépendance dans notre région. Ainsi, les responsables cliniques et les gestionnaires du Centre de réadaptation en dépendance Laval de même que nos partenaires d Un foyer pour toi et de la Maisonnée Paulette Guinois ont participé à un vaste exercice de consultation afin de faire le point sur le partenariat qui les unit, et ce, dans l optique d avoir une vision commune des services de réadaptation avec hébergement en tenant compte des meilleures pratiques établies. L état de situation réalisé nous a permis d élaborer un projet de rehaussement du continuum d hébergement. Ce projet qui verra le jour dès le début de la nouvelle année, permettra une plus grande fluidité dans la dispensation des services auprès des clients concernés de même que le rehaussement de la qualité et de la sécurité des services offerts. Je compléterais ce portrait par le survol de quelques réalisations plus spécifiques qui, il est essentiel de le souligner, ne sont pas exhaustives : Nomination d une responsable des soins infirmiers, madame Mélanie Laporte, dont le rôle est notamment de surveiller et de contrôler la qualité des soins infirmiers dispensés dans l établissement tant au Centre jeunesse qu au CRD. Travaux préparatoires en vue de regrouper l équipe santé mentale et la Clinique de santé des jeunes, celle-ci devenant au printemps 2014, la Clinique de santé physique et mentale des jeunes. Arrivée d un nouveau médecin, Dre Marie-Hélène Quérin. Tenue de la première assemblée générale annuelle du Conseil consultatif du personnel administratif et de soutien (CCPAS). Implantation de nouvelles routes de travail au Service d hygiène et de salubrité qui a 2 - Journal Le Bon our - Septembre 2014

3 Des réalisations de taille en suite Mot de la directrice générale Danièle Dulude permis le rehaussement de la qualité des services offerts et un meilleur soutien aux milieux d hébergement. Inauguration des nouvelles installations à la cuisine située au Centre Notre-Dame de Laval. Il s agit d une rénovation majeure et d une modernisation de tous les équipements, et ce, selon les normes de sécurité et de durabilité recommandées par le MAPAQ. Mise en œuvre du projet pilote à la cafétéria du Centre Notre-Dame de Laval permettant aux jeunes des unités d encadrement régulier et dynamique de prendre leurs repas en groupe à l extérieur de leur unité. Également, lancement de l activité lunch lors de laquelle les jeunes sont invités à venir assembler leur boîte à lunch du midi, que celui-ci soit chaud ou froid. Réalisation de toutes les étapes de planification du projet d implantation de l approche cognitivo-comportementale à la Direction des services de réadaptation, en collaboration avec Boscoville Lancement officiel du processus clinique intégré (PCI), un ensemble de méthodes et d outils cliniques qui permettra à tous les intervenants d agir de façon concertée en s appuyant sur des valeurs et des pratiques communes centrées sur le client. Poursuite de la mise en œuvre du «modèle d intervention différentielle centré sur les besoins d attachement» par l accréditation de sept spécialistes au sein de notre établissement et de plusieurs autres intervenants dans neuf centres jeunesse à travers la province. Mise en place d un soutien de postvention lors de situations traumatiques ainsi que d un projet pilote à la Direction des services aux jeunes et à leur famille visant à sécuriser le personnel. Adoption du Plan de communication révisé afin notamment d orienter nos activités de communication et de favoriser le développement d une vision stratégique de nos besoins en la matière. En somme, tel que vous pouvez le constater, la dernière année a été des plus productives et très riche en accomplissements, et ce, dans toutes les directions, tant pour la mission jeunesse que pour la mission dépendance. Avec l arrivée de l automne, nous entreprenons de relever les défis inscrits dans l an II de notre Plan d amélioration Nous poursuivrons tous nos travaux notamment ceux en lien avec la sécurité et nous continuerons à progresser dans l implantation d une culture professionnelle, tant au plan clinique qu au plan de la gestion, particulièrement par l intégration de huit nouveaux spécialistes en activité clinique à la Direction des services de réadaptation. De plus, nous ferons vivre encore plus concrètement notre préoccupation relativement au mieux-être de notre personnel en consolidant notre philosophie «Entreprise en santé», et bien plus encore! Conférence de règlement à l amiable Nouvelles de la DSJF Jacques Dubé Directeur des services aux jeunes et à leur famille Le 13 juin dernier avait lieu au Centre jeunesse de Laval une formation sur les Conférences de règlement à l amiable dispensée par l Honorable Claude C. Boulanger, juge en chef adjoint à la Chambre de la jeunesse. La Conférence de règlement à l amiable est un mode de résolution des litiges qui permet aux personnes impliquées (juge, parents, jeunes, intervenants, avocats) de s asseoir ensemble en dehors de l enceinte du tribunal afin de trouver des pistes de solution satisfaisantes pour tous dans une situation qui, sans cela, serait entendue par un juge sous la forme traditionnelle du procès. Cette formation organisée par Me Josée Mayo, chef des services juridiques et Jacques Dubé, directeur des services aux jeunes et à leur famille, a réuni quelque quarante participants : juges, avocats de la pratique privée et de nos services juridiques ainsi que les chefs psychosociaux, réviseurs et superviseurs cliniques. Tous se sont montrés intéressés par cette nouvelle pratique qui favorise l harmonie entre les parties et rend le processus judiciaire plus accessible et convivial aux jeunes et à leurs parents. Journal Le Bon our - Septembre

4 Histoire de collaboration et le Gala Méritas de la DSJF Cette année, nous avons le plaisir de partager avec vous une belle histoire de collaboration qui contribue année après année au succès de la soirée Gala Méritas de la DSJF, soulignant ainsi les efforts et la réussite de nos jeunes sur le plan scolaire. Nous sommes fiers de constater que cette aventure a été le théâtre d un travail d équipe à grande échelle. À cet égard, bénévoles, éducateurs, intervenants sociaux, personnel de soutien, du Service d alimentation et de nutrition, des finances et chefs de service ont tous contribué de près ou de loin à rendre cet évènement des plus flamboyants pour récompenser nos jeunes. De plus, cette belle collaboration s est enrichie cette année par l implication d un de nos partenaires du réseau communautaire. Il s agit de l organisme Diapason Jeunesse et de son café pour les jeunes de ans, le Cafardeur. Pour cette occasion, le groupe de percussion DYNAMIX a pu se produire sur la scène de la salle 1. Le groupe est composé de 12 jeunes et de deux animateurs. Les jeunes participent à un programme qui vise à améliorer la persévérance scolaire par des périodes de soutien à l apprentissage et la pratique du djembé. Ces jeunes accompagnés de leurs animateurs nous en ont mis plein les yeux et plein les oreilles. Ce fut un moment magique qui a contribué à rendre cette soirée mémorable. Nous tenons donc à souligner cette riche collaboration entre les différents acteurs, tant à l interne que dans le milieu, afin de soutenir et encourager les efforts accomplis par nos 86 jeunes dans leurs parcours scolaires. Merci au comité organisateur de l équipe SIM et à tous les bénévoles impliqués dans cet heureux évènement. Aussi, merci à la Fondation du Centre jeunesse de Laval et du Centre de réadaptation en dépendance Laval pour le soutien financier qui permet d octroyer des bourses et des cadeaux aux jeunes. Pour nous tous, le regard étincelant des enfants, petits et grands, fiers de ce qu ils ont accompli demeure une riche récompense. Nouvelles de la DSJF Le comité organisateur de l équipe SIM Angèle St-Pierre, éducatrice Sylvie Langlois, agente administrative Hervé Challos, éducateur Pierre Rousseau, éducateur Marc Lebreux, éducateur Mohsen Romdhani, chef de service 4 - Journal Le Bon our - Septembre 2014

5 Qui sont-ils que font-ils Nouvelles de la DSP Marie Christine Labrecque Gestionnaire de risques Je vous présente les membres du comité de gestion des risques du Centre jeunesse de Laval et du Centre de réadaptation en dépendance Laval. Carol Ladouceur, directrice des services professionnels, responsable du comité France Desgagnés, éducatrice, Représentante du conseil multidisciplinaire Johanne Boutin, attachée de direction à la Direction générale Marie-Christine Labrecque, gestionnaire de risques Sophie Bouchard, chef de service en réadaptation en dépendance, représentante du CRD Laval Yvan Foucher, conseiller cadre à la santé et à la sécurité du travail, représentant de la DRH Vaunette Durandisse, présidente de la F.F.A.RIQ, représentante des RI/RTF Josée Lalonde, infirmière, représentante de la DSP Marie-Josée Beaudet, agente de liaison, représentante du comité des usagers Louise Martel, commissaire locale aux plaintes et à la qualité des services Marc Céré, éducateur, représentant des services de réadaptation, secteur garçons Céline Venne, éducatrice, représentante des services de réadaptation, secteur filles Marlène Sgorlon, agente de relations humaines, représentante de la DSJF Absents de la photo : Mario Lefebvre, coordonnateur et représentant des services complémentaires Isabelle Legault, adjointe à la directrice générale Depuis décembre 2002, tous les établissements du réseau de la santé et des services sociaux ont l obligation de mettre en place un comité de gestion des risques. Son mandat vise à rechercher, à développer et à promouvoir des moyens visant à identifier et analyser les risques d incident ou d accident en vue d assurer la sécurité des usagers lors de la prestation des services de santé et de services sociaux. Ce comité doit s intégrer dans le plan d organisation de l établissement et être vu comme un comité de soutien aux intervenants. Il doit favoriser les échanges. Il joue un rôle de vigie pour la mise en place de la gestion des risques dans l établissement. Il se fait le promoteur de la sécurité des soins et des services offerts et apporte son soutien au personnel et aux professionnels dans la recherche et le développement de moyens pour accroître la sécurité des usagers. L analyse des rapports sur les incidents et les accidents survenus l amène à faire des recommandations au conseil d administration sur des mesures de prévention et de contrôle, qui appuient et renforcent les démarches et les interventions déjà faites. Le comité doit assurer une représentativité équilibrée des employés de l établissement, des usagers, des personnes qui, en vertu d un contrat de service, offrent des services aux usagers. Cette composition assure une pluralité de points de vue et fait en sorte que la sécurité des usagers soit une priorité pour tous les acteurs internes et externes de l établissement, incluant les usagers eux-mêmes. Les membres du comité apportent leur contribution personnelle en mettant au service du comité leur expérience de vie et les connaissances qu ils ont acquises dans leur champ d activités respectif. Journal Le Bon our - Septembre

6 Les congés et la mises en liberté de jour pour les adolescents pendant la période de garde fermée Nouvelles de la DSR Jean Fallon Chef de programme LSJPA Depuis quelques années et de façon plus fréquente dans la dernière année, les unités Transit, Tournant, Passerelle et Interlude ont recours à cette fenêtre d intervention lors des placements en garde fermée en vertu de la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents (LSJPA). Les congés et les mises en liberté de jour sont de plus en plus favorisés afin de permettre aux adolescents d être mieux outillés et de posséder de meilleures aptitudes pour respecter les diverses normes, règles et lois régissant la vie en société en ayant expérimenté de nouvelles habitudes de vie. Toutefois, en lisant le titre de la présente rubrique, une contradiction pourrait être présente; comment pouvons-nous parler à la fois de garde fermée et de congé ou de mise en liberté pendant la période de garde? Pour alléger la lecture, nous parlerons ici de mise en liberté pour tous les types de sorties, excluant les comparutions et les visites médicales, dont peuvent bénéficier les adolescents soumis à une peine de garde et surveillance impliquant un placement sous garde en milieu fermé. Le recours aux peines impliquant un placement sous garde est d abord motivé par la nécessité d assurer la protection du public. Pour que cette protection soit durable, c est-à-dire au-delà de la période de placement, l intervention est soutenue par des objectifs de réadaptation et de réinsertion sociale afin de modifier les causes sous-jacentes au comportement délinquant et de diminuer les facteurs de risque de récidive. Ces peines visent ainsi à induire une remise en question chez l adolescent de son mode de vie afin qu il explore de nouvelles avenues. Elles visent également l acquisition par l adolescent de nouvelles compétences dans ses relations avec autrui et la préparation de son retour dans la communauté en déterminant un projet pour sa surveillance ainsi que la mise en place des éléments pour y parvenir. C est dans ce contexte que les mises en liberté de certains de nos jeunes qui sont sous garde fermée, s inscrivent dans une stratégie globale d intervention déployée par l équipe d éducateurs et le délégué à la jeunesse et constitue à la fois un levier motivant pour favoriser l implication de l adolescent dans sa réadaptation, pour lui permettre de parfaire certains apprentissages faits en milieu de garde et pour concrétiser des projets de retour dans la communauté. Les mises en liberté sont également un moyen de vérifier le niveau d intégration des apprentissages de nos jeunes lorsqu ils sont soumis aux réalités de l extérieur. Les objectifs de ces mises en liberté, inscrits dans le plan d intervention, sont généralement en lien avec la formation professionnelle, le développement de compétences en emploi et le développement ou le maintien de liens positifs avec le milieu familial. Les adolescents de nos unités de garde fermée ont donc accès à une mise en liberté de jour après avoir purgé un tiers de leur peine de garde et surveillance et avoir démontré une évolution probante en lien avec leurs objectifs inscrits au plan d intervention. De plus, l évaluation différenciée de leur situation vise à considérer s ils représentent un faible risque pour le public et à s assurer que les activités réalisées lors de ces mises en liberté contribueront à renforcer les facteurs de protection tout en diminuant les facteurs de risque de récidive. Cette avenue dans l intervention en vertu de la LSJPA permet d abord à l adolescent contrevenant de renouer avec l espoir de pouvoir modifier sa trajectoire de vie, de développer ensuite l adhésion aux valeurs sociales par la réalisation d activités prosociales et enfin, de faire un choix éclairé en lien avec son mode de vie. Bien sûr, dans cette démarche d apprentissage, nous avons dû parfois mettre fin à ces mises en liberté. Nous devons nous rappeler que la gestion du risque implique qu il n y a pas de «risque zéro». Par contre, la majorité des adolescents qui ont pu bénéficier de ce type de démarche dans nos unités de garde fermée ont jusqu à présent atteint leurs objectifs. C est pourquoi le regard vers la communauté est maintenant partie prenante de la réadaptation dans les unités de garde en milieu fermé. C est également pourquoi nous pouvons maintenant parler à la fois de mise sous garde fermée et de mise en liberté de jour sans aucune contradiction. 6 - Journal Le Bon our - Septembre 2014

7 Activité camping Nouvelles de la DSR Kristel Jobin Éducatrice au SRE Depuis plusieurs années déjà, au moins 6 ans, le service de réadaptation pour enfants (SRE) quitte chaque été pour une activité de camping de 3 jours et 2 nuits avec certains des jeunes. Eh oui, malgré les grands besoins de notre clientèle qui nécessite cadre et rigueur, certains enfants arrivent, à notre grande surprise et notre immense fierté, à participer à une activité à l extérieur du service. Ce n est toutefois pas sans réflexion et une excellente préparation qu une telle activité peut prendre forme. En effet, plusieurs sphères sont matière à réflexion. Des questionnements sur le type de camping, le lieu de celui-ci, sur les enfants qui sont les plus propices à tirer profit d une telle expérience, le matériel disponible ou manquant et la grande question du budget. Eh oui, parlons-en du budget! Une idée très intéressante venait en tête d un collègue. Faisant des recherches sur internet, il tomba par hasard sur le camping Atlantide. Laissez-moi vous dire qu après avoir vu le site internet, cet endroit se trouvait en tête de liste pour notre projet Première qualité de ce site, beau temps mauvais temps, une panoplie d activités est à notre portée. Passant de la salle de jeux, aux arcades et au module intérieur, aux glissades d eau et jeux d eau (comme le module de pirates à Pointe-Calumet), aux 21 choix de jeux gonflables, aux modules de jeux extérieurs, au minigolf, à la promenade du camping en train, à la piscine chauffée et la variété de sports nous n aurions pas le temps de nous ennuyer. Et croyez-moi, la liste d activités est encore longue! Cette caractéristique s avérait donc très pratique puisque du camping sous la pluie n est pas le contexte le plus favorable et que nous n avons aucun pouvoir sur dame nature. Mais un inconvénient de taille nous ramenait à l ordre, le prix. Il était clair qu un terrain avec autant de services serait quelque peu dispendieux. Par contre, cela ne nous a pas arrêtés. Mon collègue a repris le téléphone afin d essayer de nous obtenir un prix spécial. Nous nous sommes dit que nous ne perdions rien d essayer. Expliquant notre situation et les besoins de nos enfants, la plus belle surprise qui soit nous venait au bout du fil. Le camping nous répondait dans une sincère gentillesse que le camping était heureux de nous recevoir en tant qu invités. Notre projet prenait vie à notre plus grand bonheur. Après le choix du site, venait rapidement le moment de planifier les dates de séjour et la disponibilité des éducateurs-accompagnateurs. Par la suite, la préparation battait son plein et il y en a des choses à penser! Tente, équipements, transport C est à ce moment que le mot collaboration prend son importance. Déjà bien entamé avec les membres du camping, nous avons continué dans ce sens en demandant la collaboration du Service des transports, du Service d alimentation et de nutrition et du SSIR afin de voir ce que chacun pouvait fournir. C est en travaillant en équipe que nous sommes parvenus à bien planifier notre séjour et avoir tout ce dont nous avions besoin. Nous sommes ainsi partis le lundi 4 août dernier pour notre séjour. Ce n est pas sans peine Déjà à l arrivée, un premier pépin se présentait à nous. Le personnel de l endroit ne trouvait pas notre réservation. Je peux vous dire que le stress commençait à augmenter de plus en plus. Après plusieurs minutes d attente, on trouva enfin notre réservation. L aventure continuait. Les enfants se sont gentiment fait offrir une promenade en voiturette de golf jusqu à notre terrain. Déjà à ce moment, les sourires se multipliaient, mais l aventure continuait beaucoup de pluie à l horizon, deux filles qui n ont presque jamais monté de tente (et les gens du camping qui les regardent attentivement se demandant si elles vont y parvenir), nous avions oublié des bols, mais c est ça l aventure. C était à nous de rendre le tout comique et agréable. Vous savez, des céréales dans des sacs ziploc et jouer sous la pluie, il n y a rien là! Finalement, nous n en retirons que du positif, de beaux souvenirs et de belles péripéties. Nous avons profité pleinement de notre séjour n ayant même pas le temps de faire toutes les activités tellement il y en avait. Vous savez, bien qu un tel projet demande temps et énergie et qu on revienne fatigué un peu plus qu à l habitude, les sourires et le bonheur des enfants sont la récompense finale d une telle expérience. Mais cette année, plus que tous les bénéfices que nous retirons, je ne peux passer sous silence cet élan de générosité qui a rendu notre séjour encore plus formidable. Lors de notre départ, reconnaissant de ce que nous avons eu la chance de vivre, nous sommes passés dire merci. Nous trouvions important de le faire en direct et avec la participation des enfants. La réaction émotive (Suite page 8) Journal Le Bon our - Septembre

8 Activité camping... suite Nouvelles de la DSR Kristel Jobin Éducatrice au SRE de la dame du camping, cette chère madame Julie, lorsque les enfants sont venus lui dire merci et lui remettre une carte que nous avions préparée, était éloquente. Elle en avait les larmes aux yeux et nous a mentionné qu elle préférait lire la carte à la maison. Elle semblait touchée par notre geste, pourtant c est elle qui nous a permis de vivre ce moment et de permettre aux enfants d inscrire dans leur histoire de vie une aussi belle expérience. Avant de repartir, elle a demandé aux enfants un câlin de groupe. Septique sur la faisabilité du geste, car vous savez qu à la fin on commence à avoir de la difficulté à s endurer, les enfants se sont tous approchés d elle et avec chaleur ont enlacé la dame. C est à ce moment qu il est bon de se rappeler qu il existe encore des gens au grand cœur, des personnes qui peuvent donner sans trop attendre en retour Un merci sincère à tous les collaborateurs pour notre camping 2014 et surtout toute notre reconnaissance à Julie et les membres du camping Atlantide. Nomination à la DSR André Mayer Directeur des services de réadaptation En juin dernier, la Direction des services de réadaptation a eu le plaisir d accueillir une nouvelle coordonnatrice, madame Kathleen Bilodeau. Kathleen est détentrice d un diplôme d études collégiales en technique policière, d un baccalauréat en criminologie ainsi que d une maîtrise en administration publique. Elle compte plus de 17 années d expérience à titre d éducatrice en centre jeunesse et à titre d intervenante psychosociale à l application des mesures et au secteur évaluation-orientation. Elle a également une expérience significative en tant que gestionnaire en centre jeunesse et en centre de santé et de services sociaux, soit à titre de chef de service ou de coordonnatrice. Elle s est jointe au Centre jeunesse de Laval à titre de coordonnatrice des services de réadaptation, encadrement intensif et LSJPA, poste qu elle occupe depuis le 16 juin dernier. Nous lui souhaitons la bienvenue et sommes assurés que vous lui apporterez toute votre collaboration dans l accomplissement de ses nouvelles fonctions. Kathleen Bilodeau 8 - Journal Le Bon our - Septembre 2014

9 Évaluation provinciale des processus d accès aux services spécialisés en dépendance jeunesse : des recommandations qui impliquent tous les acteurs du réseau jeunesse Les indissociables : Des connaissances à la pratique Geneviève Barlow Conseillère cadre en planification et programmation Répondante à la recherche Le contexte Le modèle de guichet centralisé d accueil des jeunes dépendant aux drogues et à l alcool ont fait figure de pratique innovante dès sa première mise sur pied en Les mécanismes d accès jeunesse en toxicomanie, communément appelé «MAJT», répondaient alors à un besoin réel de centralisation des demandes d aide de cette clientèle afin de leur assurer une orientation rapide et simplifiée vers les services les mieux adaptés à leurs besoins. C est ainsi que dix ans plus tard, Joël Tremblay, Ph. D., chercheur principal de l Université du Québec à Trois-Rivières, accompagné d une équipe de chercheurs 1, met sur pied un projet de recherche pour évaluer le fonctionnement de ces mécanismes d accès. L objectif principal est de documenter les conditions favorables et défavorables à l implantation de tels guichets centralisés et d en évaluer leur efficacité. Les étapes de réalisation du projet Phase 1 Des entrevues téléphoniques avec des représentants des centres de réadaptation en dépendance (CRD) ont permis de dresser un portrait du fonctionnement des MAJT pour chacune des seize régions sociogéographiques du Québec. Dans six de ces régions, des entrevues ont été menées auprès de 188 participants issus des établissements-référents (CSSS, centres jeunesse, écoles, organismes communautaires), des CRD, des parents et des jeunes utilisateurs des services, des ressources et des établissements offrant de l hébergement, en plus de l Agence de la santé et des services sociaux. Phase 2 Les thématiques abordées concernaient tous les aspects liés aux processus de détection, d orientation et de référence vers les MAJT, d accueil et d évaluation-orientation au sein des «MAJT» et d orientation vers les services spécialisés. Les entrevues ont été transcrites, et des analyses thématiques ont été menées. Des données sociodémographiques et de parcours dans les services ont été colligées par les CRD concernant tous les jeunes faisant une demande d aide entre le 1 er janvier et le 30 novembre 2012 pour un échantillon total de 1510 jeunes. Phase 3 Finalement, des groupes de discussion ont été organisés dans quatre des régions participantes où les résultats préliminaires obtenus en phase 1 ont été présentés, permettant ainsi de recueillir leurs réactions sur la justesse ou non des conclusions en comparaison à leur réalité territoriale. Les recommandations les plus importantes Les analyses quantitatives et qualitatives ont conduit à la production de 27 pistes d action 2 portant sur les multiples aspects des «MAJT». Parmi les plus importantes, il est recommandé : de poursuivre et d intensifier les activités de détection, d intervention brève, et de référence auprès des jeunes; que les CRD assurent une formation continue à leurs partenairesréférents; que les établissements-référents aient du personnel dédié à la problématique de la dépendance; que des protocoles d ententes intraétablissements ou interétablissements soient établis, clarifiant les moments, les stratégies et les rôles de chacun quant à la référence et à l intervention et spécifiant les moyens, les moments et les contenus des communications entre partenaires; de soutenir les comités de suivis cliniques et administratifs des MAJT et toutes autres rencontres structurées favorisant la compréhension mutuelle des acteurs entourant les jeunes toxicomanes; que les intervenants du CRD soient présents au sein des établissements-référents, tout spécifiquement en milieu scolaire et en centre jeunesse; d améliorer l offre de service aux jeunes ayant des problèmes sévères de consommation de substances en diversifiant le continuum de l offre de service. Cela fait référence au développement d une intensité de services qui se situent entre le suivi en externe et la réadaptation avec hébergement, ou encore les services se situant à la frontière de la 1 re ligne et ceux des CRD et implantés en partenariat avec les services de première ligne; d améliorer l accès à des services spécialisés plus intensifs par exemple les services internes, notamment pour les jeunes dans les régions où cet accès est actuellement faible; d uniformiser les critères d orientation et leur utilisation à la suite de l évaluation spécialisée, dont une attention particulière qui doit être portée aux critères d orientation vers des services internes; que lorsqu un jeune est orienté vers une ressource d hébergement, de privilégier la rapidité d accès plutôt que la justesse de l appariement si des délais d attente sont importants; de multiplier les moyens utilisés pour aider un jeune à accepter une orientation vers des services internes lorsque cela est cliniquement indiqué; (Suite page 10) 1 Joël Tremblay, Ph. D., UQTR; Natacha Brunelle, Ph. D., UQTR; Nadine Blanchette-Martin, M.S.Soc., CRDCA/CRDQ; Michel Landry, Ph. D., CDC-IUD; Nadia L Espérance, Ph. D., CRD Domrémy MCQ; Myriam Laventure, Ph. D., U. de Sherbrooke; Francine Ferland, Ph. D., CRDQ/CRDCA; Steve Jacob, Ph. D., U. Laval; Geneviève Demers-Lessard, Étudiante maîtrise service social, U. Laval; Annie-Claude Savard, candidate au doctorat en service social, U. Laval. 2 Cet article est un extrait du résumé d une page du rapport complet disponible dans les nouveautés du site : Journal Le Bon our - Septembre

10 Évaluation provinciale des processus d accès aux services spécialisés en dépendance jeunesse : des recommandations qui impliquent tous les acteurs du réseau jeunesse... suite Les indissociables : Des connaissances à la pratique Geneviève Barlow Conseillère cadre en planification et programmation Répondante à la recherche que les CRD et leurs partenaires travaillent à bonifier les éléments d organisation des services des MAJT en fonction des critères suivants : la rapidité d accès, la simplicité des procédures, la proximité géographique des services offerts et le côtoiement personnalisé entre les intervenants du CRD et les référents. La région de Laval demeure privilégiée par une condition de proximité des missions de deuxième ligne jeunesse et dépendance ainsi que par une trajectoire régionale de services jeunesse déjà définie et fonctionnelle. Il ne tient qu à nous, en tant que collaborateurs privilégiés, de regarder nos forces et écarts de pratique aux regards de ces recommandations afin de nous ajuster pour offrir aux jeunes lavallois qui nous sont confiés les meilleurs services appropriés à leur besoin, et ce, au moment le plus souhaitable de leur processus de réadaptation. Chapeau à l équipe du Service d hygiène et de salubrité Nouvelles de la DSG Yanina Tremblay Directrice des services de gestion Le Service d hygiène et de salubrité travaille depuis deux ans à rehausser le soutien apporté aux milieux de vie, tout en suivant les lignes directrices émises par le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec. C est à partir de ces deux mandats que les routines et les méthodes de travail ont été ajustées. Nous nous sommes également engagés dans une culture de contrôle de la qualité. Une firme externe est d ailleurs chargée d évaluer l état des lieux selon certains critères préétablis. Grâce aux efforts déployés par toutes les personnes concernées, la restructuration du service a porté fruit. En effet, le rapport d inspection de cette année démontre une nette amélioration des indices de propreté. C est avec grand plaisir que nous vous faisons part des résultats. Donc, pour tous les sites confondus soit le siège social, les centres Notre-Dame de Laval et Cartier, le centre sportif, le SRJM, le CRD Laval, Le Passage, le 189, avenue Laval et Centre multiservice, nous sommes passés d un indice de propreté de 65,8 %, en 2012, à 90,5 %, en Félicitations à toute l équipe du Service d hygiène et de salubrité! Merci pour votre engagement dans cette démarche d amélioration continue de la qualité. L hygiène et la salubrité sont l affaire de tous. La contribution au quotidien, tant de la clientèle que du personnel, est essentielle! 10 - Journal Le Bon our - Septembre 2014

11 Info Travaux septembre 2014 Nouvelles de la DSG TRAVAUX RÉALISÉS CENTRE NOTRE-DAME DE LAVAL - Inspection des façades - Réaménagement de la petite cafétéria CENTRE CARTIER - Grand nettoyage des unités de vie SIÈGE SOCIAL - Inspection des façades - Réparation d asphalte dans les stationnements sur le campus TRAVAUX EN COURS CENTRE NOTRE-DAME DE LAVAL - Remplacement des bases de lit à La Passerelle et à L Interlude - Réaménagement du local Nutri-ados - Remplacement du revêtement de plancher de la salle d apaisement au SRE SIÈGE SOCIAL - Réaménagement des bureaux des services juridiques et de la Direction des services professionnels TRAVAUX à venir CENTRE NOTRE-DAME DE LAVAL - Peinture des unités Le Mirabel, L Interlude, L Agora et La Parenthèse - Réaménagement des cuisinettes des unités Le Mirabel, L Interlude, L Agora et La Parenthèse. - Mise aux normes des portes de balcon des unités Le Mirabel, L Interlude, L Agora et La Parenthèse. CENTRE CARTIER - Mise aux normes des ascenseurs - Remplacement des revêtements de plancher dans les unités de vie MAISON LENNOX - Remplacement des fenêtres SIÈGE SOCIAL - Mise aux normes de la conformité handicapée au 304, boulevard Cartier - Mise aux normes de l ascenseur au 304, boulevard Cartier - Remplacement du panneau d incendie au siège social - Réfection du réseau de drainage au 304 et au 308, boulevard Cartier Journal Le Bon our - Septembre

12 Valorisation et optimisation de la fonction d agente administrative Projet opérationnel Le contexte du projet est de s assurer d avoir du personnel qualifié visant de meilleures pratiques dans leur fonction de soutien au personnel clinique et de gestion (engagement qualité). Les principaux objectifs sont d optimiser le rôle des agentes administratives, d améliorer la satisfaction du personnel utilisateur de leurs services, de développer leurs connaissances et leurs compétences et d augmenter leur niveau de supervision et d encadrement. Ce projet opérationnel a débuté officiellement par une activité de lancement le 11 juin dernier où 35 agentes administratives et 3 attachées de direction étaient présentes. Lors de cette rencontre, nous avons présenté les résultats de l étude sur l analyse de la fonction ainsi que la démarche du projet. Un groupe pilote a aussi été mis en place au CRD Laval afin d appliquer concrètement les étapes du projet et de diffuser au fur et à mesure leurs réalisations. De plus, un sondage a été élaboré et transmis aux agentes administratives le 20 juin dernier. Ce sondage a permis de recueillir leurs commentaires, leurs perceptions et leurs degrés de satisfaction dans leur fonction (taux de participation de 78 %). Durant la période estivale, toutes les réponses ont été recensées et seront très utiles pour la suite de nos travaux. Nouvelles de la DRH L équipe du projet Brigitte Champagne, coordonnatrice des ressources humaines Sylvie Laflamme, chef de secteur du Service de dotation, rémunération et avantages sociaux Josée Jolicoeur, attachée de direction, Direction des ressources humaines Mariette Koro, agente administrative, Direction des services professionnels Finalement, nous avons convoqué à nouveau, le 10 septembre prochain, toutes les agentes administratives afin de leur faire un compte rendu des réponses obtenues du sondage. À cette rencontre, des tables de discussion en petits groupes seront aussi organisées pour favoriser les échanges entre les différents services. Nous vous invitons donc à nous suivre tout au long du processus et nous vous assurons que le succès de ce projet opérationnel sera aux bénéfices de tous. La reconnaissance un petit pas à la fois Chaque geste, chaque parole, chacune de vos interventions, chacune de vos initiatives, et votre soutien laissent une empreinte de GÉANT. Si vous êtes témoins de petits pas qui laissent des empreintes positives autour de vous, nous vous offrons l opportunité de les partager avec tous. Tout simplement, profitez de cette page pour dire merci. L apport de chacun mérite d être souligné. À qui s adresse ce message : Votre message : Votre nom : Service : Retournez ce coupon à Josée Jolicoeur à la Direction des ressources humaines ou faites-lui parvenir un message par courriel à 12 - Journal Le Bon our - Septembre 2014

13 Résumé des séances du conseil d administration Nouvelles du conseil d administration 15 avril 2014 Présentation du projet de rehaussement du continuum d hébergement en dépendance Le président invite le coordonnateur du Centre de réadaptation en dépendance Laval, Stéphane Chartrand, à présenter le projet de rehaussement du continuum d hébergement en dépendance. Les membres reçoivent séance tenante le sommaire exécutif de ce projet. M. Chartrand explique ce projet à l aide d une présentation assistée par ordinateur et répond aux questions des membres. RAPpORT DU COMITÉ DE VIGILANCE ET DE LA QUALITÉ Le président du comité de vigilance et de la qualité, Roland Plante, transmet le compte rendu des points discutés à la réunion du 15 avril 2014, soit : Suivi du traitement des plaintes et des recommandations Suivi du Plan d amélioration Présentation du rapport d étape au 31 mars au CQA présentation du rapport d étape au 31 mars 2014 au Conseil québécois d agrément À la suite des recommandations émises dans le rapport du Conseil québécois d agrément, un rapport d étape au 31 mars 2014 leur a été transmis à leur demande. Ce rapport a été entièrement présenté aux membres du comité de vigilance et de la qualité à leur rencontre du 15 avril La directrice générale transmet l information nécessaire aux membres du conseil d administration et répond à leurs questions. Les membres se déclarent satisfaits de ce rapport d étape et M. Plante recommande son approbation. Les membres adoptent une résolution en ce sens. En ce qui concerne le suivi du Plan d amélioration , la directrice générale mentionne qu un état de situation leur sera fait à la séance du 23 septembre prochain et qu un document leur sera transmis précédemment. RAPpORT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET D ÉTHIQUE Les membres ont préalablement reçu les résultats de leur autoévaluation au sein du conseil d administration. Il les remercie de leur implication. Il tient également à remercier madame Johanne Boutin, attachée de direction à la Direction générale, pour son excellente collaboration dans ce dossier. Le président mentionne que le comité de gouvernance et d éthique se réunira prochainement pour analyser ces résultats et proposer des pistes d amélioration. Un rapport synthèse sera fait à la séance du 10 juin prochain. Il invite les membres à lui transmettre leurs suggestions et commentaires. RAPpORT DU COMITÉ DE VÉRIFICATION Le président, Yvon Shedleur, transmet le compte rendu des points discutés à la réunion du 8 avril 2014, soit : Rapports financiers internes Info travaux Travaux au 304 Contrats à autoriser Contrat de construction du réseau sanitaire Dépôt de la liste des contrats Information sur le budget Dépôt des projets et activités en ressources informationnelles (PARI) Dépôt du règlement numéro 12 sur la budgétisation Conseil sans papier Voitures électriques Budget Il fait un résumé des points avec la collaboration de la directrice générale et de Yanina Tremblay, directrice des services de gestion. En ce qui concerne le budget , étant donné le retard attribuable aux élections provinciales d avril dernier, le ministère demande aux établissements de faire parvenir leur budget à l Agence pour juillet L établissement soumettra un budget provisoire pour approbation par les membres lors de la séance du 10 juin prochain, en tenant compte des compressions budgétaires et des taux d indexation annoncés informellement, tout en visant l équilibre budgétaire. En ce qui concerne le site Web pour un conseil d administration sans papier, Mme Tremblay informe les membres qu une petite formation leur sera transmise à la prochaine séance. RÈGLEMENT SUR LE PROCEsSUS DE BUDGÉTISATION Les membres ont préalablement reçu le règlement sur la budgétisation. Madame Yanina Tremblay explique les principaux changements apportés à ce règlement, conformément aux exigences du ministère et répond aux questions des membres. Par la suite, les membres procèdent à l approbation de ce règlement. PRÉSENTATION DE LA LISTE DES CONTRATS Les membres ont préalablement reçu la liste des contrats Mme Tremblay remet cependant une nouvelle liste séance tenante à la suite de précisions demandées par les membres du comité de vérification. Elle transmet les explications et répond aux questions des membres. Cet exercice sera fait annuellement. (Suite page 14) Journal Le Bon our - Septembre

14 Résumé des séances du conseil d administration... suite Nouvelles du conseil d administration PROJETS ET ACTIVITÉS EN REsSOURCES INFORMATIONNELLES (PARI) Madame Yanina Tremblay transmet les explications relativement aux projets et activités en ressources informationnelles (PARI) et répond aux questions des membres. Les membres s en déclarent satisfaits et procèdent à son approbation. PLANIFICATION STRATÉGIQUE Les membres ont préalablement reçu la version révisée de la Planification stratégique à la suite de leurs commentaires lors de la dernière séance du conseil d administration. Un aperçu de la version imprimée leur est remis séance tenante. La directrice générale transmet les explications et répond aux questions des membres. Les membres se déclarent satisfaits de cette planification stratégique et procèdent à la résolution. ORGANIGRAMME Les membres reçoivent séance tenante l organigramme révisé. La directrice générale les informe des principales modifications qui ont été apportées et transmet les explications nécessaires. Les membres sont d accord avec ce nouvel organigramme et procèdent à son approbation. 10 juin 2014 RÈGLEMENT NUMÉRO 3 SUR L ApPLICATION DES MESURES DISCIPLINAIRES À L ÉGARD DES ENFANTS QUI REÇOIVENT DES SERVICES DE RÉADAPTATION À L INTÉRIEUR DES INSTALLATIONS DU CENTRE JEUNESsE DE LAVAL Le président invite le directeur des services de réadaptation, monsieur André Mayer, à présenter les modifications apportées au règlement numéro 3. Les membres ont préalablement reçu ce document. M. Mayer fait un court historique des faits qui ont amené à cette révision majeure et répond aux questions des membres. Les membres se déclarent satisfaits de cette révision importante, en félicitent M. Mayer et procèdent à la résolution. RAPpORT DU COMITÉ DE VIGILANCE ET DE LA QUALITÉ Le président du comité de vigilance et de la qualité, M. Roland Plante, transmet le compte rendu des points discutés à la réunion du 10 juin 2014, soit : Suivi du traitement des plaintes et des recommandations Rapport annuel de la commissaire locale aux plaintes et à la qualité des services Suivi des travaux du comité de gestion des risques Présentation de la politique relative à la santé des clients recevant des services au Centre jeunesse de Laval (DSP 016) L élaboration de cette politique fait suite aux travaux issus de l enquête du coroner dans la situation survenue au Centre jeunesse Chaudière-Appalaches. Elle vise, entre autres, à s assurer de la communication au sein de l établissement en regard à la santé de la clientèle. La directrice des services professionnels, madame Carol Ladouceur, fait un résumé de cette politique et répond aux questions des membres. Les membres se déclarent satisfaits de cette politique et procèdent à la résolution. Conseil québécois d agrément Suivi au 30 juin 2014 Ce deuxième rapport d étape, suivant les recommandations émises par le Conseil québécois d agrément, a été présenté et déposé aux membres du comité de vigilance et de la qualité à leur rencontre du 10 juin La directrice générale transmet l information nécessaire aux membres du conseil d administration et répond à leurs questions. Les membres se déclarent satisfaits de ce rapport d étape et procèdent à la résolution. RApPORT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET D ÉTHIQUE Le président fait part aux membres des travaux qui ont suivi la compilation des résultats de l autoévaluation au sein du conseil d administration. Trois thèmes sont retenus, car ils ont reçu l adhésion d une majorité de membres : attentes de la population et de la clientèle, gestion de crises ainsi que les enjeux du réseau de la santé et des services sociaux. Le président précise que ces thèmes devront être abordés au cours de la prochaine année. Un courriel sera envoyé aux membres afin de leur demander de préciser leurs attentes sur d autres questions soulevées lors de l exercice d autoévaluation. Dans l éventualité d un autre sondage de ce type, il est suggéré que les questions soient simplifiées. RAPpORT DU COMITÉ DE VÉRIFICATION Le président, Yvon Shedleur, transmet le compte rendu des points discutés à la réunion du 3 juin 2014, soit : Rapport des auditeurs externes Dépôt de la reddition de comptes ministériels sur les contrats Bilan des zones grises Radiation des créances Budget Info travaux M. Shedleur fait un résumé des points avec la collaboration de la directrice générale et de Mme Yanina Tremblay, directrice des services de gestion. En ce qui concerne les travaux de drainage du réseau sanitaire, la directrice des services de gestion devra procéder à un deuxième appel d offres Journal Le Bon our - Septembre 2014

15 Résumé des séances du conseil d administration... suite Nouvelles du conseil d administration ÉTATS FINANCIERS VÉRIFIÉS DE L AnNÉE Madame Yanina Tremblay présente les états financiers vérifiés de l exercice Elle transmet l information nécessaire à la compréhension des états financiers et ajoute qu ils sont le reflet du rapport financier annuel AS471. Elle répond aux questions des membres à leur satisfaction. M. Shedleur indique que les membres du comité de vérification recommandent l adoption du rapport financier annuel AS-471 ainsi que des états financiers au 31 mars 2014 après les avoir analysés lors de leur dernière séance tenue le 3 juin dernier en présence des auditeurs. Il termine en soulignant que les auditeurs ont été fort élogieux envers l organisation et ont tenu à transmettre leur grande appréciation du professionnalisme et de la collaboration du personnel ainsi que la clarté de l information transmise. La directrice générale rappelle que le rapport financier annuel AS471 et les états financiers au 31 mars 2014 doivent être signés par deux administrateurs, dont la directrice générale. Elle recommande que le trésorier soit également autorisé à signer les états financiers pour et au nom du Centre jeunesse de Laval. Par la suite, une résolution est adoptée. BUDGET PROVISOIRE Les membres reçoivent séance tenante la proposition de budget provisoire pour l exercice Mme Tremblay explique les hypothèses de calcul pour la prochaine année et répond aux questions des membres. Le budget final sera confirmé le 27 juin Une séance du conseil d administration sera planifiée par téléconférence dans la semaine du 14 juillet pour l adoption du budget Les membres sont d accord avec ce budget provisoire et procèdent à son approbation. La directrice générale invite les membres à prendre connaissance de l entente de gestion et d imputabilité Elle leur remet un sommaire exécutif du suivi de cette entente de gestion à la période 1. Une résolution à cet égard sera prise à la séance du conseil d administration de juillet prochain. ÉVALUATION DU STATIONNEMENT La directrice générale informe les membres que Mme Tremblay a pris en charge le dossier du stationnement à la suite du départ de la coordonnatrice des ressources matérielles. Des actions ont été entreprises et des discussions avec ville de Laval sont en cours. Une résolution est nécessaire afin de mandater Mme Tremblay à poursuivre les démarches entreprises. Les membres sont d accord avec cette proposition et procèdent à son approbation. SUBSTITUT DU DIRECTEUR DE LA PROTECTION DE LA JEUNEsSE (2 e substitut) La directrice générale informe les membres qu un deuxième substitut au directeur de la protection de la jeunesse doit être désigné en cas d absence de l un ou l autre. Cette responsabilité serait confiée à madame Danielle Mercier, adjointe au directeur des services aux jeunes et à leur famille. Les membres sont tout à fait d accord et procèdent à l approbation de cette désignation. TOUR DE TABLE Maryse Bélanger informe les membres du conseil d administration de sa démission, étant aux prises avec un horaire trop chargé pour poursuivre. Les membres se joignent au président et à la directrice générale pour la remercier pour son implication et lui souhaiter bonne chance. TRAVAUX DU 304 CARTIER (CSsS DE LAVAL) Mme Tremblay présente les résultats de la soumission concernant le réaménagement des locaux du 304, boulevard Cartier. Les membres du comité de vérification recommandent l octroi du contrat au plus bas soumissionnaire. Tout travail non inclus ou prévu dans le contrat sera au frais du CSSS de Laval. D autre part, le bail sera refait, mais selon le modèle du ministère. Les membres sont d accord avec cette proposition et procèdent à son approbation. ENTENTE DE GESTION ET D IMPUTABILITÉ Suivi de l entente de gestion et d imputabilité à la période 13 La directrice générale transmet les explications relativement au suivi de l entente de gestion à la période 13. Le bilan est très positif. Tous les indicateurs de gestion ont été atteints. Présentation de l entente de gestion et d imputabilité Les membres reçoivent séance tenante l entente de gestion et d imputabilité (Suite page 16) Journal Le Bon our - Septembre

16 La Semaine des droits des usagers Écho du comité des usagers Louise Martel, commissaire locale aux plaintes et à la qualité des services Marie-Josée Beaudet, agente de liaison du comité des usagers La Semaine des droits des usagers qui se tient chaque automne est l occasion de travailler ensemble à promouvoir les droits des usagers et à faire connaître le travail des comités d usagers et de résidents ainsi que le rôle de la commissaire locale aux plaintes et à la qualité des services. L évènement est une initiative du regroupement provincial des comités d usagers du Québec (RPCU) et on le souligne dans tous les établissements du réseau de la santé et des services sociaux. Cette année, la Semaine des droits se tient sous le thème «Le droit de recevoir des soins et des services appropriés». Il s agit d un droit reconnu par la Loi sur les services de santé et les services sociaux 1. L usager exerce ce droit en questionnant ou en demandant des explications auprès des professionnels de l établissement qui s occupe de lui. Il doit collaborer avec eux en donnant toutes les informations nécessaires afin que ses besoins soient correctement évalués et qu un plan de service soit élaboré. Au Centre jeunesse de Laval et au Centre de réadaptation en dépendance Laval, certaines activités de promotion seront organisées pour souligner l évènement qui se tiendra cette année du 26 septembre au 3 octobre L agente de liaison du comité des usagers et la commissaire locale aux plaintes et à la qualité des services profiteront de l occasion pour faire la promotion des droits, entre autres, auprès de la clientèle des jeunes hébergés en centre de réadaptation. Ce sera d ailleurs l occasion de leur remettre un petit présent ainsi que de la documentation sur leurs droits et leurs obligations et de les inciter à participer à un concours sur le sujet. Dans une perspective plus large, nous sommes tous, à un moment ou à un autre de notre vie, des usagers du réseau de la santé et des services sociaux, donc bonne semaine à tous! Les droits des tout petits Nous avons pensé suggérer quelques livres pouvant soutenir les intervenants dans l animation auprès des jeunes enfants lorsqu il s agit de parler de leurs droits. Ces livres seront bientôt disponibles au Centre de documentation. Bonne lecture! Les droits de l enfant, réalisé par Galimard Jeunesse, sous la collection «Mes premières découvertes», pour la clientèle enfants 2 à 5 ans Livre cartonné, très bien illustré, avec ajout de feuilles transparentes colorées. Bref survol portant sur les droits des enfants tel qu ils sont adoptés par la Convention des nations unies relativement aux enfants. En abordant les droits universels des enfants de par le monde, ce petit livre peut devenir un outil pédagogique intéressant à utiliser avec une jeune clientèle ne sachant pas encore lire. J ai bien le droit, de Tom Tirabosco, sous la collection «La joie de lire» Ce livre a été initié par le département de la cohésion sociale de la jeunesse et des sports de la Ville de Genève, à l occasion de la journée mondiale des droits de l enfant de novembre Les dix droits des enfants, tels qu ils sont définis dans la Convention des Nations unies, sont présentés et bien imagés à l intention d une clientèle pré scolaire et primaire. L auteur expose aussi, à travers différentes situations enfantines, comment les droits et les besoins des enfants peuvent s exprimer dans le quotidien. J ai le droit d être un enfant, d Alain Serres, édition du monde Ce livre vise à informer les enfants de niveau primaire de l ensemble de leurs droits retrouvés dans la Convention internationale des droits de l enfant ayant été adoptée par 192 pays à travers le monde. En faisant référence au droit à la sécurité, à la scolarité ou à vivre en santé, l auteur aborde différents sujets tels que la diversité culturelle, la violence, l exploitation des enfants, la paix dans le monde, etc. Très beau livre qui requiert une animation selon l âge de l enfant tout en suscitant dialogue et échange avec celui-ci. 1 Gouvernement du Québec Loi sur les services de santé et les services sociaux (art. 5 et 7), chapitre S Journal Le Bon our - Septembre 2014

17 SANTÉ ET SERVICES SOCIAUX LE DROIT DE RECEVOIR DES SOINS ET DES SERVICES APPROPRIÉS Semaine des droits des usagers du réseau de la santé et des services sociaux ÉDITION Renseignez-vous auprès de votre comité des usagers ou de résidents Du 26 septembre au 3 octobre 2014 Pour information, Marie-Josée Beaudet au poste 3848.

18 Septembre à décembre Au calendrier septembre : Conférence midi du conseil multidisciplinaire L automutilation chez les adolescentes Une vision de l intervention à partager, par Richard Arpin, psychologue et Yvette Montminy, psychoéducatrice 16 : Lancement du numéro 4 de la collection Les cahiers du Centre jeunesse de Laval, L automutilation à l adolescence Une vision de l intervention à partager 19 : Journée des gestionnaires 22 : Bilan des DPJ 25 : Activité reconnaissance Pommes 24 : Soirée d information pour le recrutement de familles d accueil 26 au 3 octobre : Semaine des droits des usagers 30 : Séance du conseil d administration octobre : Assemblée générale annuelle du CCPAS Du 19 au 25 : Semaine des familles d accueil 21 : Conférence midi du conseil multidisciplinaire Projet de recherche Extraction 2013 : Gestion fondée sur les indicateurs de suivi clinique par Tonino Esposito, Ph. D., directeur associé, Centre de recherche sur l enfance et la famille, Université McGill novembre : Assemblée générale annuelle de l établissement 4 : Séance du conseil d administration 16 au 22 : Semaine de reconnaissance, Semaine des centres jeunesse, Semaine de prévention de la toxicomanie 25 : Conférence midi du conseil multidisciplinaire Les demandes d aide des hommes Voir au-delà! par Daniel Beaulieu, Carrefour d Hommes en Changement (CHOC) 26 : Soirée d information pour le recrutement de familles d accueil décembre : Coquetel de Noël de la directrice générale 16 : Séance du conseil d administration 18 - Journal Le Bon our - Septembre 2014

19 Nouveautés Centre de documentation Lucie Trudeau Jean-François Roussel. Gérer la formation. Viser le transfert. Éditions Guérin pages. Dans Gérer la formation - Viser le transfert, M. Roussel livre le fruit de plus de dix années de recherche, d enseignement et de pratique liées au transfert des apprentissages. Il propose ici une vision contemporaine du transfert, en cherchant à approfondir sa compréhension et à alimenter la réflexion. Dans une perspective de responsabilisation, il place l apprenant au coeur même du processus de transfert des apprentissages. Rédigé tant à l intention des professionnels de la formation et du développement des milieux organisationnel, communautaire et institutionnel que des étudiants, ce livre traite à la fois des principales recherches et de la pratique en matière de transfert des apprentissages. À chacune des étapes du processus d ingénierie de la formation, il présente un éclairage théorique afin de mieux gérer la formation ainsi que des outils souvent inédits afin de viser le transfert. Yann Serreau. Accompagner la personne en formation. Dunod éditeur pages. S orienter et se professionnaliser : dans un monde en perpétuel changement, jeunes et moins jeunes sont assujettis à d incessantes adaptations. L auteur de cet ouvrage livre ici les clés de sa pratique d accompagnement lors des transitions professionnelles, dans le cadre de la formation. Rassemblant, dans une vision globale et pratique, les différents aspects de la construction identitaire professionnelle et de son accompagnement, cet ouvrage apportera des repères déterminants à tous les acteurs des processus de formation, notamment par l apprentissage et l alternance. Germain Dulac. Aider les hommes aussi VLB éditeur pages. Dans certains groupes de la population, les hommes utilisent les services de santé deux fois moins que les femmes. Serait-ce qu ils sont mieux portants? Ou est-ce parce que les services sont moins bien adaptés à cette clientèle? En fait, si les hommes apprennent jeunes à «endurer leur mal», l auteur note aussi que les services de santé sont en quelque sorte façonnés par l idée d un client idéal qui posséderait des caractéristiques dites féminines, ce qui soulève la question des stéréotypes sexuels dans l offre de services faite aux hommes. Modalités d emprunt Vous pouvez contacter le Centre de documentation par courrier électronique ou par téléphone au poste Les heures d ouverture sont variables d une semaine à l autre et elles sont annoncées par le message d accueil de la boîte vocale. Vous pouvez aussi prendre rendez-vous pour choisir les ouvrages sur place. Journal Le Bon our - Septembre

20 Assemblée générale annuelle et élections Nouvelles du CCPAS Hakima El Haoul Nadine Charles Le comité consultatif du personnel administratif et de soutien annonce la tenue de son assemblée générale le 16 octobre 2014 de 11 h 30 à 14 h, à la salle 1 du siège social. Vous êtes cordialement invités à cet évènement qui vous est destiné et a été bâti afin de répondre à vos attentes et à vos besoins. Aussi, dans les prochains jours, les mises en candidatures pour élire les nouveaux membres du prochain comité exécutif auront lieu et la démarche vous sera annoncée par courriel et affiches. Nous invitons donc toute personne désireuse de s impliquer dans notre comité exécutif à poser sa candidature le moment venu. Le dépouillement des votes aura lieu la même journée, et les noms des membres élus vous seront dévoilés lors de l assemblée générale. Enfin, un espace dans l Info-Hebdo de l ACJQ, sera prévu dans les prochaines parutions afin que les responsables des CCPAS à tour de rôle y présentent des nouvelles et des avancées dans leurs établissements respectifs. Notre présence à l ACJQ Le 19 juin dernier a eu lieu à l ACJQ la rencontre provinciale annuelle des Conseils consultatifs du personnel administratif et de soutien. Lors de cette rencontre, 16 représentants des CCPAS de la province furent présents afin d échanger sur des sujets convergents, de présenter nos réalisations respectives et de faire connaître nos attentes à l ACJQ. Aussi, notre CCPAS a maintenant accès à l extranet de l ACJQ qui est une merveilleuse plate-forme riche en partages et en échange d informations! Les Ateliers du Frère Toc La classe , une cuvée exceptionnelle Nouvelles de la DSJF L équipe PQJ Julien Chauret, Gilles Lagrois Cliff Dezeeuw, Liliane Show Corinne Bergeron d Amours Alain Després, Moshen Romdhani, chef du Service d intervention milieu Pendant deux sessions, chacune composée de douze périodes, les jeunes ont appris les notions de base en art culinaire, dans un climat teinté d humour, de gaieté et de camaraderie. Disons que Chef Étienne a grandement contribué à ce que cette atmosphère règne dans la cuisine. Nous avons également obtenu le soutien d une stagiaire en psychoéducation, Isabelle Normand, qui nous a aidés à instaurer un nouveau système pour évaluer nos participants. Le but était d identifier les qualités de chacun ainsi que les forces à développer durant l année. L objectif ultime était de faire un parallèle avec le marché du travail, la vraie vie quoi! Au cours de l année, nos jeunes talentueux ont réalisé des recettes succulentes. Voulant pousser leurs limites, Chef Étienne a fait la dernière activité style «MasterChef». Chacune des équipes devait préparer une recette à partir des ingrédients disponibles. Les équipes étaient évaluées en fonction du temps alloué, la présentation de l assiette, la cuisson, le goût et leur inspiration. Nos jeunes sont extraordinaires, ce fut un franc succès. Finalement, le 9 avril, ce fut la remise des méritas à l Institut d Hôtellerie de Laval pour nos participants. Les jeunes étaient vêtus comme s ils participaient à leur bal de finissants. Le plus beau cadeau de cette activité était de voir les jeunes s épanouir et de vivre du succès. Un pas de plus vers l autonomie. Le 17 septembre, c est avec beaucoup d enthousiasme que nous entreprendrons une nouvelle année avec la mise sur pied d un tout nouveau groupe de jeunes Journal Le Bon our - Septembre 2014

CONSEIL D ADMINISTRATION DU 18 MARS 2015 SÉANCE 506-15 PRÉSENCES : INVITÉS :

CONSEIL D ADMINISTRATION DU 18 MARS 2015 SÉANCE 506-15 PRÉSENCES : INVITÉS : 2581 CONSEIL D ADMINISTRATION DU 18 MARS 2015 SÉANCE 506-15 Procès-verbal d une séance ORDINAIRE du conseil d administration du Centre de réadaptation en dépendance Domrémy-de-la-Mauricie - Centre-du-Québec,

Plus en détail

CONSEIL D ADMINISTRATION DU 19 MARS 2014 SÉANCE 500-14 PRÉSENCES : ABSENCE MOTIVÉE : INVITÉS :

CONSEIL D ADMINISTRATION DU 19 MARS 2014 SÉANCE 500-14 PRÉSENCES : ABSENCE MOTIVÉE : INVITÉS : 2535 CONSEIL D ADMINISTRATION DU 19 MARS 2014 SÉANCE 500-14 Procès-verbal d une séance ORDINAIRE du conseil d administration du Centre de réadaptation en dépendance Domrémy-de-la-Mauricie - Centre-du-Québec,

Plus en détail

DELISLE, Johanne, DSPQR par intérim HALLÉ, Régis, DRFMI PAQUET, Jocelyne

DELISLE, Johanne, DSPQR par intérim HALLÉ, Régis, DRFMI PAQUET, Jocelyne Procès-verbal de la quatre-vingt-dix-huitième séance ordinaire du conseil d administration du Centre de réadaptation en déficience intellectuelle et en troubles envahissants du développement de Chaudière-Appalaches,

Plus en détail

Direction des services d hébergement Description de fonction

Direction des services d hébergement Description de fonction Direction des services d hébergement Description de fonction ASSISTANT(E)-INFIRMIER(ÈRE)-CHEF SUPÉRIEUR IMMÉDIAT : STATUT : QUART DE TRAVAIL : CHEF D UNITÉ ET/OU CHEF D ACTIVITÉS EN SERVICE POSTE SYNDIQUÉ

Plus en détail

Planification stratégique 2012-2015

Planification stratégique 2012-2015 DE CHAUDIÈRE-APPALACHES Planification stratégique 2012-2015 Reprendre du pouvoir sur sa vie. 23681_CRDCA_Planification 2012.indd 1 Description de la démarche La démarche de planification stratégique du

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL 2010-2011 DU CONSEIL D ÉTABLISSEMENT

RAPPORT ANNUEL 2010-2011 DU CONSEIL D ÉTABLISSEMENT Centre Saint-Louis Centre Conrad-Barbeau 262, rue Racine 500, rue de la Faune Québec (Québec) G2B 1E6 Québec (Québec) G1G 5E4 Téléphones : 418 847-7170 poste 6300 418 622-7100 poste 5250 Télécopieurs :

Plus en détail

CAAPTIVANT Le bulletin du CAAP-AT numéro 2 Édition de septembre 2015

CAAPTIVANT Le bulletin du CAAP-AT numéro 2 Édition de septembre 2015 CAAPTIVANT Le bulletin du CAAP-AT numéro 2 Édition de septembre 2015 Déjà, la routine d automne a repris sa place Pour la majorité d entre nous, le travail, l école, la garderie ont recommencé de façon

Plus en détail

Plan. stratégique 2015-2020

Plan. stratégique 2015-2020 Plan stratégique 2015-2020 Table des matières 1 2 3 5 Mot du recteur par intérim Mission Vision Valeurs Enjeu 1 Leadership et positionnement Enjeu 2 Études et formations distinctives 7 9 11 13 Enjeu 3

Plus en détail

La supervision des stagiaires. Dans le cadre du programme de stage du baccalauréat spécialisé et de la maîtrise en criminologie.

La supervision des stagiaires. Dans le cadre du programme de stage du baccalauréat spécialisé et de la maîtrise en criminologie. La supervision des stagiaires Dans le cadre du programme de stage du baccalauréat spécialisé et de la maîtrise en criminologie. Coordonnatrices de stage Joanne Cardinal 120 Université/University(14002)

Plus en détail

Une école adaptée à tous ses élèves

Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS Une école adaptée à tous ses élèves PLAN D'ACTION EN MATIÈRE D'ADAPTATION SCOLAIRE Québec Ministère de l'éducation Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS

Plus en détail

Code d éthique. Équité. Équité. Initiative et créativité Équité. Reconnaissance. Transparence. Cohére. Équité. Transparence. Équité.

Code d éthique. Équité. Équité. Initiative et créativité Équité. Reconnaissance. Transparence. Cohére. Équité. Transparence. Équité. Code d éthique Transparence Initiative Respect et humanité Initiative Reconnaissance Respect et hum Professionnalisme Transparence Professionnalisme Reconnaissance Cohére Professionnalisme Respect et humanit

Plus en détail

DEVIS D ÉVALUATION. Efficacité du système d assurance qualité du Collège Shawinigan. Automne 2013

DEVIS D ÉVALUATION. Efficacité du système d assurance qualité du Collège Shawinigan. Automne 2013 DEVIS D ÉVALUATION Efficacité du système d assurance qualité du Collège Shawinigan Automne 2013 La mise en contexte de l évaluation Depuis sa création en 1993, la commission d évaluation de l enseignement

Plus en détail

Me Johanne Denis, Me Annie Gaudreault, Mme Sylvie Thibaudeau, Mme Suzanne Drolet. 36 e Congrès de la Société de criminologie du Québec Novembre 2013

Me Johanne Denis, Me Annie Gaudreault, Mme Sylvie Thibaudeau, Mme Suzanne Drolet. 36 e Congrès de la Société de criminologie du Québec Novembre 2013 Me Johanne Denis, Me Annie Gaudreault, Mme Sylvie Thibaudeau, Mme Suzanne Drolet 36 e Congrès de la Société de criminologie du Québec Novembre 2013 1 VILLE DE QUÉBEC Cour municipale de la Ville de Québec

Plus en détail

Bilan 2012-2013 et plan d action 2013-2014 à l égard des personnes handicapées. Plan d action à l égard des personnes handicapées 2013-2014 1

Bilan 2012-2013 et plan d action 2013-2014 à l égard des personnes handicapées. Plan d action à l égard des personnes handicapées 2013-2014 1 Bilan 2012-2013 et plan d action 2013-2014 à l égard des personnes handicapées de Loto-Québec Plan d action à l égard des personnes handicapées 2013-2014 1 Table des matières 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9.

Plus en détail

Plan de travail 2012-2013

Plan de travail 2012-2013 Plan de travail 2012-2013 Bilan des réalisations Juin 2013 DOSSIERS ÉMERGEANTS. Calendriers scolaires;. Modification à la politique sur le transport (chemins privés);. Implantation des maternelles 4 ans;.

Plus en détail

RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE

RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE CENTRE D'HÉBERGEMENT ET DE SOINS DE LONGUE DURÉE (CHSLD) Région : Mauricie et Centre-du-Québec Établissement : Centre de santé et de services

Plus en détail

Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques

Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques Élaboré par la Direction de la qualité, de la mission universitaire et de la pratique multidisciplinaire Approuvé par le Comité de

Plus en détail

RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE

RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE CENTRE D'HÉBERGEMENT ET DE SOINS DE LONGUE DURÉE (CHSLD) Région : Lanaudière Établissement : Centre de santé et de services sociaux du Sud

Plus en détail

SOINS DE PREMIÈRE LIGNE

SOINS DE PREMIÈRE LIGNE AGRÉMENT DES PROGRAMMES DE FORMATION D INFIRMIÈRE PRATICIENNE SPÉCIALISÉE (IPS) SOINS DE PREMIÈRE LIGNE QUESTIONNAIRE PRÉPARATOIRE À LA VISITE D AGRÉMENT DU PROGRAMME SEPTEMBRE 2011 Ordre des infirmières

Plus en détail

EMPLOI. CDC Longueuil COURSIER EMPLOI 28/06/2011 page 1 sur 8 ÉCHÉANCIER. Date limite pour faire parvenir vos informations à insérer dans le Coursier

EMPLOI. CDC Longueuil COURSIER EMPLOI 28/06/2011 page 1 sur 8 ÉCHÉANCIER. Date limite pour faire parvenir vos informations à insérer dans le Coursier EMPLOI ÉCHÉANCIER Date limite pour faire parvenir vos informations à insérer dans le Coursier Avant midi (12h00) le jeudi de chaque semaine Date limite pour faire parvenir vos informations à insérer dans

Plus en détail

Journée exceptionnelle à l Hôpital Laval : trois transplantations cardiaques en 24 heures, une première au Québec!

Journée exceptionnelle à l Hôpital Laval : trois transplantations cardiaques en 24 heures, une première au Québec! 16 juin 2006 Volume 2, N o 7 Journée exceptionnelle à l Hôpital Laval : trois transplantations cardiaques en 24 heures, une première au Québec! L Hôpital Laval, institut universitaire de cardiologie et

Plus en détail

Le Centre jeunesse Gaspésie/Les Îles

Le Centre jeunesse Gaspésie/Les Îles Règlement sur les modalités d adoption et de révision des plans d intervention des usagers Le Centre jeunesse Gaspésie/Les Îles Règlement N o 11 Adopté le 15.02.2011 Assemblée publique et conseil d administration

Plus en détail

SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES

SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES Compétences pour les intervenants canadiens en toxicomanie SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES Cette documentation est publiée

Plus en détail

Gabie Paré Jean-Marc Sauvé SECRÉTAIRE DE ORDRE DU JOUR

Gabie Paré Jean-Marc Sauvé SECRÉTAIRE DE ORDRE DU JOUR PROCÈS-VERBAL DE LA SÉANCE ORDINAIRE DU CONSEIL D'ADMINISTRATION DE L AGENCE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DE L OUTAOUAIS TENUE LE JEUDI 26 FÉVRIER 2009 À 18 HEURES PRÉSENCES : ABSENCES : PERSONNES-

Plus en détail

Objet : Réponse à la lettre et pétition reçues le 5 avril 2013 des professionnels du SAD membres de l APTS

Objet : Réponse à la lettre et pétition reçues le 5 avril 2013 des professionnels du SAD membres de l APTS Le 2 mai 2013 Aux professionnels du SAD membres de l APTS, Objet : Réponse à la lettre et pétition reçues le 5 avril 2013 des professionnels du SAD membres de l APTS Madame, Monsieur, Nous accusons réception

Plus en détail

AGRÉMENT DES PROGRAMMES DE FORMATION D INFIRMIÈRE PRATICIENNE SPÉCIALISÉE (IPS)

AGRÉMENT DES PROGRAMMES DE FORMATION D INFIRMIÈRE PRATICIENNE SPÉCIALISÉE (IPS) AGRÉMENT DES PROGRAMMES DE FORMATION D INFIRMIÈRE PRATICIENNE SPÉCIALISÉE (IPS) NÉONATALOGIE QUESTIONNAIRE PRÉPARATOIRE À LA VISITE D AGRÉMENT DU PROGRAMME NOVEMBRE 2010 Ordre des infirmières et infirmiers

Plus en détail

SPORTSQUÉBEC est heureux de

SPORTSQUÉBEC est heureux de Club médaille d or Fondation Nordiques SPORTSQUÉBEC est heureux de vous présenter le programme d assistance financière pour les athlètes des catégories «Excellence, Élite, Relève et Espoir». Ce programme

Plus en détail

Compilation des textes reçus par les lauréats du concours pour participer au Congrès du SIDIIEF 2015

Compilation des textes reçus par les lauréats du concours pour participer au Congrès du SIDIIEF 2015 Compilation des textes reçus par les lauréats du concours pour participer au Congrès du SIDIIEF 2015 Jonathan Séguin Au départ, lorsque j ai appris que je venais de gagner une bourse pour aller au Congrès

Plus en détail

Politique de scolarisation à la maison

Politique de scolarisation à la maison Code : 2521-02-12-01 POLITIQUE X DIRECTIVE RÈGLEMENT PROCÉDURE Politique de scolarisation à la maison Date d approbation : 12 juin 2012 Service dispensateur : Date d entrée en vigueur : 13 juin 2012 Services

Plus en détail

L'Association des Étudiant(e)s Infirmier(ère)s du Canada

L'Association des Étudiant(e)s Infirmier(ère)s du Canada L'Association des Étudiant(e)s Infirmier(ère)s du Canada Documents constitutifs Dans le présent document, les termes utilisés au masculin incluent le féminin et inversement. Comité sur l informatique Diffuser

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉPÔT D UN PROJET

GUIDE POUR LE DÉPÔT D UN PROJET GUIDE POUR LE DÉPÔT D UN PROJET dans le cadre du Programme de soutien à la mobilité enseignante en formation professionnelle Programme financé par le ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport Éducation

Plus en détail

Café urbain : mode d emploi

Café urbain : mode d emploi Document du Centre Saint-Pierre, Montréal Café urbain : mode d emploi Qu est-ce qu un Café urbain? Cette appellation désigne une série de rencontres pouvant être organisées chaque année par un ou plusieurs

Plus en détail

Politique et procédure de dotation de la Ville d Alma

Politique et procédure de dotation de la Ville d Alma Politique et procédure de dotation de la Ville d Alma Service des ressources humaines 15 février 2010 Résolution : 078-04-2010 TABLE DES MATIÈRES POLITIQUE... 1 BUT DE LA POLITIQUE... 1 OBJECTIFS... 1

Plus en détail

Centre de formation professionnelle

Centre de formation professionnelle Centre de formation professionnelle 3750, rue Jean Bourdon Trois-Rivières (Québec) G8Y 2A5 Tél. : (819) 691-3366 Procès-verbal de la 61 e séance régulière du Conseil d établissement du Centre de formation

Plus en détail

Rapport d agrément Centre jeunesse de l Abitibi-Témiscamingue

Rapport d agrément Centre jeunesse de l Abitibi-Témiscamingue l Rapport d agrément Centre jeunesse de l Abitibi-Témiscamingue 16 mars 2015 La reproduction, par quelque procédé que ce soit, la traduction ou la diffusion du présent document, même partielles, sont interdites

Plus en détail

Adoptée : En vigueur : Amendement :

Adoptée : En vigueur : Amendement : SCOLARISATION À LA MAISON Adoptée : En vigueur : Amendement : 9 novembre 2010 (CC-2010-463) 9 novembre 2010 TABLE DES MATIÈRES 1. DISPOSITIONS GÉNÉRALES.. 3 1.1 Objet et but de la politique 3 1.2 Champ

Plus en détail

DÉFINITION DES TERMES Pour une compréhension commune, voici quelques définitions. Usager Toute personne qui reçoit des soins ou des services du CSSS

DÉFINITION DES TERMES Pour une compréhension commune, voici quelques définitions. Usager Toute personne qui reçoit des soins ou des services du CSSS DÉFINITION DES TERMES Pour une compréhension commune, voici quelques définitions. Usager Toute personne qui reçoit des soins ou des services du CSSS d Ahuntsic et Montréal-Nord. Lorsque le processus de

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION, DU LOISIR ET DU SPORT SUIVI DU RAPPORT DU VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL RELATIVEMENT AUX SERVICES DE GARDE EN MILIEU SCOLAIRE

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION, DU LOISIR ET DU SPORT SUIVI DU RAPPORT DU VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL RELATIVEMENT AUX SERVICES DE GARDE EN MILIEU SCOLAIRE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION, DU LOISIR ET DU SPORT SUIVI DU RAPPORT DU VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL RELATIVEMENT AUX AVRIL 2005 Note au lecteur : Le texte en caractères blancs indique les modifications apportées

Plus en détail

G1-4340 PAR COURRIER ÉLECTRONIQUE

G1-4340 PAR COURRIER ÉLECTRONIQUE 1725 G1-4340 PAR COURRIER ÉLECTRONIQUE PROCÈS-VERBAL DE LA 215 e SÉANCE DU CONSEIL D'ADMINISTRATION des Centres jeunesse de l'outaouais (CJO) tenue le 12 novembre 2014, à l édifice Marc-Sénéchal 105, boulevard

Plus en détail

Politique d inclusion des enfants ayant des besoins particuliers

Politique d inclusion des enfants ayant des besoins particuliers Politique d inclusion des enfants ayant des besoins particuliers Mars 2011 Table des matières Présentation du milieu 3 But de la politique d inclusion 3 Définition de la clientèle 3 Objectifs spécifiques

Plus en détail

CONSEIL DES COMMISSAIRES

CONSEIL DES COMMISSAIRES Conseil des commissaires (séance régulière) Procès verbal du 26 septembre 2007 PROVINCE DE QUÉBEC COMMISSION SCOLAIRE de PORTNEUF CONSEIL DES COMMISSAIRES Procès-verbal de la séance régulière du conseil

Plus en détail

BULLETIN D INFORMATION

BULLETIN D INFORMATION LEG9 NUMÉRO 9 JUIN 2012 BULLETIN D INFORMATION Ce 9 e bulletin G9 vous présente le projet de Modernisation du modèle de gestion du Centre de santé et de services sociaux Jardins-Roussillon. Il s agit de

Plus en détail

Politique institutionnelle d évaluation des programmes (PIEP) Cégep de Saint-Jérôme. Recommandée par la Commission des études le 18 mai 2011

Politique institutionnelle d évaluation des programmes (PIEP) Cégep de Saint-Jérôme. Recommandée par la Commission des études le 18 mai 2011 Politique institutionnelle d évaluation des programmes (PIEP) Cégep de Saint-Jérôme Recommandée par la Commission des études le 18 mai 2011 Adoptée à la réunion du Conseil d administration le 21 juin 2011

Plus en détail

SOMMAIRE EXÉCUTIF. Page 1

SOMMAIRE EXÉCUTIF. Page 1 SOMMAIRE EXÉCUTIF L Université McGill a pour mission de faire progresser l acquisition de connaissances par son enseignement, par ses travaux de recherche et par les services qu elle rend à la société.

Plus en détail

Bienvenue au centre de réadaptation. Table des matières

Bienvenue au centre de réadaptation. Table des matières vie Table des matières 3 Bienvenue au centre de réadaptation 4 Loi sur la protection de la jeunesse 5 Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents 7 La réadaptation, pour t aider à évoluer

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION ~ ~ Superviser la qualité et l intégrité de l information financière de la Banque ~ ~ Principales responsabilités Assurer

Plus en détail

Une expérience de codéveloppement au Service de police de la ville de Montréal

Une expérience de codéveloppement au Service de police de la ville de Montréal Une expérience de codéveloppement au Service de police de la ville de Montréal Vincent Arseneau, M.A.P. Chef de la formation au SPVM vincent.arseneau@spcum.qc.ca RÉSUMÉ Ce texte rend compte d une expérience

Plus en détail

Bilan 2014-2015 et plan d action 2015-2016 à l égard des personnes handicapées

Bilan 2014-2015 et plan d action 2015-2016 à l égard des personnes handicapées Bilan 2014-2015 et plan d action 2015-2016 à l égard des personnes handicapées Plan d action 2015-2016 à l égard des personnes handicapées de Loto-Québec 1 Page 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. Introduction

Plus en détail

Madame Lise Montagne, directrice générale adjointe et directrice des soins infirmiers Monsieur David Busque, directeur des ressources financières

Madame Lise Montagne, directrice générale adjointe et directrice des soins infirmiers Monsieur David Busque, directeur des ressources financières PROCÈS-VERBAL D UNE SÉANCE ORDINAIRE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DU CENTRE DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX LA POMMERAIE TENUE LE MERCREDI, 19 MARS 2014 À 18 H, À LA SALLE RIVE GAUCHE AU CLSC DE COWANSVILLE

Plus en détail

Sommaire. Introduction...3. 1. Les principes d action de l effort éthique...4. 2. Les valeurs... 5. 3. La philosophie de gestion...

Sommaire. Introduction...3. 1. Les principes d action de l effort éthique...4. 2. Les valeurs... 5. 3. La philosophie de gestion... Adopté par le conseil d administration le 31 mars 2009 CADRE DE RÉFÉRENCE EN MATIÈRE D ÉTHIQUE Sommaire Introduction...3 1. Les principes d action de l effort éthique...4 2. Les valeurs................................

Plus en détail

2008-2009. SURVOL des ACTIVITÉS

2008-2009. SURVOL des ACTIVITÉS SURVOL des ACTIVITÉS 2008-2009 Apporter un soutien direct à l élève qui vit une période de crise financière ou de diff icultés personnelles et encourager l élève à poursuivre ses études jusqu à l obtention

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Composition du comité... 3. Tenue des réunions... 3. Participation au conseil d administration et autres comités...

TABLE DES MATIÈRES. Composition du comité... 3. Tenue des réunions... 3. Participation au conseil d administration et autres comités... BILAN DES ACTIVITÉS 2013-2014 Comité des usagers Centre de réadaptation La Maison Mars 2014 TABLE DES MATIÈRES Composition du comité... 3 Tenue des réunions... 3 Participation au conseil d administration

Plus en détail

Plan de réussite et convention de gestion et de réussite éducative BILAN 2013-2014

Plan de réussite et convention de gestion et de réussite éducative BILAN 2013-2014 Commission scolaire des Draveurs Découvrir, grandir, devenir Plan de réussite et convention de gestion et de réussite éducative BILAN 2013-2014 Au service de la réussite de chacun 100, rue de la Baie Gatineau

Plus en détail

Directives canadiennes sur la formation clinique en ergothérapie (DCFCE)

Directives canadiennes sur la formation clinique en ergothérapie (DCFCE) Comité des coordonnateurs universitaires de la formation clinique de l Association canadienne des programmes universitaires en ergothérapie Directives canadiennes sur la formation clinique en ergothérapie

Plus en détail

Section 3 Quelques éléments à prendre en considération à court terme à l égard des ressources humaines

Section 3 Quelques éléments à prendre en considération à court terme à l égard des ressources humaines COLLECTION Implantation des centres de santé et de services sociaux Guide d implantation des centres de santé et de services sociaux Volume 1 Section 3 Quelques éléments à prendre en considération à court

Plus en détail

Richard Bernier, Jonathan Redmond, Diane Brouillet et Sylvain Lefebvre. 4.1 Identification des présences et constatation du quorum

Richard Bernier, Jonathan Redmond, Diane Brouillet et Sylvain Lefebvre. 4.1 Identification des présences et constatation du quorum COMPTE RENDU DE LA 4 e RÉUNION DE LA COMMISSION DES ÉTUDES POUR L ANNÉE SCOLAIRE 2009-2010 TENUE LE MARDI 1 er DÉCEMBRE 2009 À 13 H 30, AU LOCAL F-240 Présences: Absences motivées : Invité : Présidente

Plus en détail

Mandat du Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie VIA Rail Canada inc.

Mandat du Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie VIA Rail Canada inc. Mandat du Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie VIA Rail Canada inc. 1. OBJET Le conseil d administration a délégué au Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie les fonctions

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION ~ ~ Superviser la qualité et l intégrité de l information financière de la Banque ~ ~ Principales responsabilités assurer

Plus en détail

Présenté au conseil d administration Le 10 novembre 2008. TABLEAU DE BORD DE GESTION pour le conseil d administration

Présenté au conseil d administration Le 10 novembre 2008. TABLEAU DE BORD DE GESTION pour le conseil d administration Présenté au conseil d administration Le 10 novembre 2008 TABLEAU DE BORD pour le conseil d administration INTRODUCTION L augmentation de la population âgée vulnérable, l augmentation incontournable des

Plus en détail

Évaluation périodique du programme MBA coop Résumé Faculté d administration

Évaluation périodique du programme MBA coop Résumé Faculté d administration Évaluation périodique du programme MBA coop Résumé Faculté d admini istration Mai 2012 1 Le programme de maîtrise en administration des affaires, cheminement coopératif (MBA Coop) de la Faculté d administration

Plus en détail

COMPTE RENDU DE LA 80 e ASSEMBLÉE ORDINAIRE DE L ANNÉE SCOLAIRE 2010-2011 DU CONSEIL D ÉTABLISSEMENT DU CÉGEP RÉGIONAL DE LANAUDIÈRE À L ASSOMPTION

COMPTE RENDU DE LA 80 e ASSEMBLÉE ORDINAIRE DE L ANNÉE SCOLAIRE 2010-2011 DU CONSEIL D ÉTABLISSEMENT DU CÉGEP RÉGIONAL DE LANAUDIÈRE À L ASSOMPTION COMPTE RENDU DE LA 80 e ASSEMBLÉE ORDINAIRE DE L ANNÉE SCOLAIRE 2010-2011 DU CONSEIL D ÉTABLISSEMENT DU CÉGEP RÉGIONAL DE LANAUDIÈRE À L ASSOMPTION tenue le mercredi 23 février 2011 à 18 h, au local F-240

Plus en détail

RECUEIL DES POLITIQUES ET PROCÉDURES

RECUEIL DES POLITIQUES ET PROCÉDURES DESTINATAIRES : ÉMISE PAR : APPROUVÉE PAR : Le personnel Les médecins, dentistes et pharmaciens Les résidents, stagiaires et étudiants Les chercheurs Les bénévoles Les contractuels Les usagers et visiteurs

Plus en détail

INTERVENANTS ET MÉCANISMES DE PARTICIPATION

INTERVENANTS ET MÉCANISMES DE PARTICIPATION FICHE TECHNIQUE #38 LÉGISLATION ET INTERVENANTS EN SANTÉ ET EN SÉCURITÉ DU TRAVAIL INTERVENANTS ET MÉCANISMES DE PARTICIPATION L efficacité en prévention passe inévitablement par l implication et la concertation

Plus en détail

Guide de correspondance entre les normes d agrément du CQA et les normes de promotion de la santé

Guide de correspondance entre les normes d agrément du CQA et les normes de promotion de la santé Guide de correspondance entre les normes d agrément du CQA et les normes de promotion de la santé OMS-HPS Un outil à l usage des organisations Agence de la santé et des services sociaux de Montréal guide

Plus en détail

Offrir des services de surveillance pour les jeunes handicapés de 12-21 ans au Québec : un défi à relever

Offrir des services de surveillance pour les jeunes handicapés de 12-21 ans au Québec : un défi à relever Offrir des services de surveillance pour les jeunes handicapés de 12-21 ans au Québec : un défi à relever Conférence dans le cadre du Symposium Le bien-être des familles vivant avec leur enfant handicapé

Plus en détail

Annie Stipanicic, M.Ps. Ph.D. Département de psychologie, Université du Québec à Trois-Rivières Pierre Nolin, M.A., Ph.D.

Annie Stipanicic, M.Ps. Ph.D. Département de psychologie, Université du Québec à Trois-Rivières Pierre Nolin, M.A., Ph.D. Annie Stipanicic, M.Ps. Ph.D. Département de psychologie, Université du Québec à Trois-Rivières Pierre Nolin, M.A., Ph.D. Département de psychologie, Université du Québec à Trois-Rivières Gilles Fortin,

Plus en détail

La relève. Notre région

La relève. Notre région 1 Montréal est le milieu de vie de 575 000 jeunes 1, qu ils soient étudiants ou travailleurs, qu ils viennent des régions ou des quatre coins du globe, ils contribuent à leur manière au développement de

Plus en détail

CONSEIL D ÉTABLISSEMENT

CONSEIL D ÉTABLISSEMENT Adopté CONSEIL D ÉTABLISSEMENT PROCÈS-VERBAL DE LA 6 e RÉUNION DU CONSEIL D ÉTABLISSEMENT TENUE LE JEUDI 12 MARS 2015, à 19 h, au local 4109 de l école secondaire De Rochebelle, 1095, De Rochebelle, Québec.

Plus en détail

Présentation Comité des usagers du CSSS de Laval

Présentation Comité des usagers du CSSS de Laval Présentation Comité des usagers du CSSS de Laval Conseil d administration 29 mai 2013 RAPPORT ANNUEL D ACTIVITÉS ET BILAN FINANCIER 2012-2013 1 Mot du Président Il est important de souligner l équipe extraordinaire

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE DE L INSTITUT UNIVERSITAIRE EN SANTÉ MENTALE DOUGLAS

CODE D ÉTHIQUE DE L INSTITUT UNIVERSITAIRE EN SANTÉ MENTALE DOUGLAS CODE D ÉTHIQUE DE L INSTITUT UNIVERSITAIRE EN SANTÉ MENTALE DOUGLAS Note au lecteur : le premier document concernant les droits et responsabilités des patients a été adopté par le Conseil d administration

Plus en détail

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : NUMÉRO : DRH-008. Direction des ressources humaines OBJET : EN VIGUEUR :

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : NUMÉRO : DRH-008. Direction des ressources humaines OBJET : EN VIGUEUR : MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : Direction des ressources humaines OBJET : Accueil et intégration du nouveau personnel et du personnel en période d essai NUMÉRO : DRH-008 EN VIGUEUR : Le

Plus en détail

LE FINANCEMENT DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE «FP 101» 2010-2011

LE FINANCEMENT DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE «FP 101» 2010-2011 LE FINANCEMENT DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE «FP 101» 2010-2011 Présentation par : Lucie Bisson, Agente d administration Commission scolaire de la Rivière-du-Nord 1 LOI SUR L INSTRUCTION PUBLIQUE 2 Loi

Plus en détail

l évaluation participative

l évaluation participative l évaluation participative Mardi du RIOCM par le Centre de formation populaire Décembre 2008 Pourquoi ce thème Maîtriser la notion d évaluation Démystifier ce qu est l évaluation participative Discuter

Plus en détail

Rapport d agrément Centre de réadaptation en dépendance Foster

Rapport d agrément Centre de réadaptation en dépendance Foster Rapport d agrément Centre de réadaptation en dépendance Foster 22 mai 2014 La reproduction, par quelque procédé que ce soit, la traduction ou la diffusion du présent document, même partielles, sont interdites

Plus en détail

École Le Petit Prince

École Le Petit Prince École Le Petit Prince 44, rue de Juan-les-Pins, Gatineau (Québec) J8T 6H2 CONSEIL D ÉTABLISSEMENT Procès verbal Mercredi 9 octobre 2013, à 19 h Sont présents : André Côté Parent Katya Coulombe Parent Martine

Plus en détail

Sondage sur les stages pratiques dans les Services de soutien à l'intégration

Sondage sur les stages pratiques dans les Services de soutien à l'intégration Meilleures pratiques dans les stages pratiques des étudiants dans les Services de soutien à l intégration dans les organismes de services aux personnes ayant une déficience intellectuelle INTRODUCTION

Plus en détail

MESSAGE DU PRÉSIDENT. Dans ce numéro

MESSAGE DU PRÉSIDENT. Dans ce numéro CPNCF NÉGO Numéro spécial du 18 décembre 2014 MESSAGE DU PRÉSIDENT Le CPNCF remet ses propositions aux organisations représentant le personnel des commissions scolaires À la recherche de conventions collectives

Plus en détail

Danielle Graveline Sylvia Poisson-Hodgins

Danielle Graveline Sylvia Poisson-Hodgins PROCÈS-VERBAL DE L ASSEMBLÉE RÉGULIÈRE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DU CENTRE DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX DU PONTIAC TENUE LE LUNDI 16 JANVIER 2012, À 17H30, À LA SALLE DU CONSEIL, AU CLSC, MANSFIELD

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITÉS 2013-2014

RAPPORT D ACTIVITÉS 2013-2014 Dans ce numéro: Mot du Président 2 Mot de la directrice générale 3 RAPPORT D ACTIVITÉS 2013-2014 Notre Mission Nos Valeurs Notre Vision 4 Nos programmes et quelques statistiques 5 Stimulation Jeunesse

Plus en détail

OFFRE DE SERVICE DE FORMATION AU

OFFRE DE SERVICE DE FORMATION AU OFFRE DE SERVICE DE FORMATION AU SOUTIEN À L ORGANISATION DU TRAVAIL DANS LE CADRE DE LA STRATÉGIE MINISTÉRIELLE SUR LA MAIN D ŒUVRE EN SOINS INFIRMIERS La direction des ressources humaines AQESSS Octobre

Plus en détail

Objet : Politique de développement des ressources humaines

Objet : Politique de développement des ressources humaines Page 1 de 6 1. ÉNONCÉ DE LA POLITIQUE La présente politique reflète les valeurs que le conseil d administration et la direction générale du Centre de santé et de services sociaux des Etchemins soutiennent

Plus en détail

Projet des affaires électroniques Vérification du système en développement 2004 Réponses de la gestion (plans d action)

Projet des affaires électroniques Vérification du système en développement 2004 Réponses de la gestion (plans d action) Réponses de la gestion préparées par : Christiane Villemure, directrice de l Initiative des En date du : 14 juin 2004 Suivi des évaluations antérieures 3.1 Vérification de suivi de l Initiative des Septembre

Plus en détail

Robert Pilon, secr. Madame Martine Gagné accompagne les membres issus du Comité des usagers, madame Nathalie Ladouceur et monsieur Louis Charbonneau.

Robert Pilon, secr. Madame Martine Gagné accompagne les membres issus du Comité des usagers, madame Nathalie Ladouceur et monsieur Louis Charbonneau. Tel qu adopté le 29 mars 2011 PROCÈS-VERBAL DE LA CENT-TRENTE-NEUVIÈME SÉANCE ORDINAIRE DU CONSEIL D'ADMINISTRATION DU CRDI NORMAND-LARAMÉE, TENUE LE 1 ER FÉVRIER 2011, À 19 HEURES, AU 304, BOUL. CARTIER

Plus en détail

# Pistes d amélioration recommandées par KPMG État actuel Date cible

# Pistes d amélioration recommandées par KPMG État actuel Date cible 1 Mettre en place les mesures proposées par Loto-Québec : Diffuser une campagne de sensibilisation sur l importance d endosser les billets à l achat. Continu Depuis janvier 2008 Promouvoir le matériel

Plus en détail

MESURES DE REDRESSEMENT

MESURES DE REDRESSEMENT 1 LES MESURES pour l intégration des personnes handicapées au programme d accès à l égalité Le présent document propose des exemples de mesures qui peuvent faire partie du rapport d élaboration pour l

Plus en détail

Rapport d agrément Centre jeunesse de Québec Institut universitaire

Rapport d agrément Centre jeunesse de Québec Institut universitaire Rapport d agrément Centre jeunesse de Québec Institut universitaire 19 avril 2012 Note : Le masculin est utilisé pour alléger la présentation et désigne aussi bien les femmes que les hommes. T a b l e

Plus en détail

Vérification de l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec

Vérification de l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec 69 Vérification de l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec Table des matières Vérification de l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec

Plus en détail

PROFIL DE COMPÉTENCES

PROFIL DE COMPÉTENCES PROFIL DE COMPÉTENCES Direction et direction adjointe à la gestion d un établissement scolaire Bureau du recrutement, des stages et du développement des compétences Service de la gestion des personnes

Plus en détail

SOMMAIRES. PROGRAMME DE FORMATION CHARLIE Sommaires des modules. Programme d accueil et d intégration intervenant

SOMMAIRES. PROGRAMME DE FORMATION CHARLIE Sommaires des modules. Programme d accueil et d intégration intervenant SOMMAIRES PROGRAMME DE FORMATION CHARLIE Sommaires des modules Programme d accueil et d intégration intervenant NOTE AUX LECTEURS Le présent document constitue une version préliminaire et partielle des

Plus en détail

POUR LES MESURES «PRIORITÉ JEUNESSE», «ACTION COMMUNAUTAIRE INTERSECTORIELLE» ET «PROMOTION DE LA SANTÉ ET PRÉVENTION DES TOXICOMANIES»

POUR LES MESURES «PRIORITÉ JEUNESSE», «ACTION COMMUNAUTAIRE INTERSECTORIELLE» ET «PROMOTION DE LA SANTÉ ET PRÉVENTION DES TOXICOMANIES» POUR LES MESURES «PRIORITÉ JEUNESSE», «ACTION COMMUNAUTAIRE INTERSECTORIELLE» ET «PROMOTION DE LA SANTÉ ET PRÉVENTION DES TOXICOMANIES» Année 2010-2011 Répondante pour les organismes de Saint-Laurent A/S

Plus en détail

Bilan Année scolaire 2013-2014

Bilan Année scolaire 2013-2014 Bilan Année scolaire 2013-2014 Clientèle Cette année, l école Sacré-Coeur a accueilli 281 élèves répartis dans 12 classes : 2 groupes de 3 e année, 2 groupe de 4 e année, 1 multi-âge 3 e et 4 e année,

Plus en détail

CÉRÉMONIE DE LA JOURNÉE DU BARREAU DE MONTRÉAL L HONORABLE MORTON S. MINC JUGE-PRÉSIDENT

CÉRÉMONIE DE LA JOURNÉE DU BARREAU DE MONTRÉAL L HONORABLE MORTON S. MINC JUGE-PRÉSIDENT CÉRÉMONIE DE LA JOURNÉE DU BARREAU DE MONTRÉAL L HONORABLE MORTON S. MINC JUGE-PRÉSIDENT 4 SEPTEMBRE 2014 Cérémonie de la Journée du Barreau de Montréal 4 septembre 2014 2 de 10 Madame la Ministre, Mesdames

Plus en détail

STAGE DE SENSIBILISATION AUX DANGERS DE L USAGE DE PRODUITS STUPEFIANTS - CAHIER DES CHARGES -

STAGE DE SENSIBILISATION AUX DANGERS DE L USAGE DE PRODUITS STUPEFIANTS - CAHIER DES CHARGES - STAGE DE SENSIBILISATION AUX DANGERS DE L USAGE DE PRODUITS STUPEFIANTS - CAHIER DES CHARGES - LE CADRE La loi relative à la prévention de la délinquance du 5 mars 2007 introduit de nouvelles dispositions

Plus en détail

Doit-on craindre les impacts du rapport Trudeau sur la fonction de technicienne ou technicien en éducation spécialisée?

Doit-on craindre les impacts du rapport Trudeau sur la fonction de technicienne ou technicien en éducation spécialisée? Doit-on craindre les impacts du rapport Trudeau sur la fonction de technicienne ou technicien en éducation spécialisée? Hélène Le Brun, conseillère septembre 2007 D-11815 Centrale des syndicats du Québec

Plus en détail

BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ. Vérification de la gouvernance ministérielle. Rapport final

BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ. Vérification de la gouvernance ministérielle. Rapport final BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ Vérification de la gouvernance ministérielle Division de la vérification et de l évaluation Rapport final Le 27 juin 2012 Table des matières Sommaire... i Énoncé d assurance...iii

Plus en détail

Une nouvelle gouvernance pour BAnQ

Une nouvelle gouvernance pour BAnQ Une nouvelle gouvernance pour BAnQ Texte de l allocution de la présidente-directrice générale de Bibliothèque et Archives nationales du Québec, madame Christiane Barbe, lors des consultations particulières

Plus en détail

1 re secondaire BIENVENUE A L ECOLE GUIDE DE CHOIX DE COURS 2013-2014 SECONDAIRE DES PATRIOTES ANNÉE SCOLAIRE 2013-2014

1 re secondaire BIENVENUE A L ECOLE GUIDE DE CHOIX DE COURS 2013-2014 SECONDAIRE DES PATRIOTES ANNÉE SCOLAIRE 2013-2014 BIENVENUE A L ECOLE SECONDAIRE DES PATRIOTES GUIDE DE CHOIX DE COURS 2013-2014 1 re année du 1 er cycle du secondaire ANNÉE SCOLAIRE 2013-2014 1 re secondaire Informations École secondaire des Patriotes

Plus en détail

Politique de développement durable

Politique de développement durable Politique de développement durable Responsabilité de gestion : Direction générale Date d approbation : 1996.06.06 C.A. C.E. Direction générale Direction Date d'entrée en vigueur : 1996.06.06 Référence

Plus en détail

Habitudes et pratiques des élèves québécois de 10 ans au regard de la lecture

Habitudes et pratiques des élèves québécois de 10 ans au regard de la lecture Habitudes et pratiques des élèves québécois de 10 ans au regard de la lecture Document synthèse Par Geneviève Rodrigue, en collaboration avec Alain Carpentier, Joanne Munn, Valérie Saysset et Christian

Plus en détail