BURKINA FASO. MINISTERE DE L ENV1RONNEMENT El DE L EAU DIRECTION GENERALE DE L HYDRAULIQUE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BURKINA FASO. MINISTERE DE L ENV1RONNEMENT El DE L EAU DIRECTION GENERALE DE L HYDRAULIQUE"

Transcription

1 BURKINA FASO MINISTERE DE L ENV1RONNEMENT El DE L EAU DIRECTION GENERALE DE L HYDRAULIQUE r r ETUDE POUR LA DEFINITION ET LA MISE EN PLACE D UN NOUVEAU SYSTEME D EXPLOITATION ET DE MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS HYDRAULIQUES D EXHAURE EN MILIEU RURAL ET SEMIURBAIN ASSOCIANT DES OPERATEURS PRIVES RAPPORT N 1 DIAGNOSTIC I SEMIS B.P. 652 Dakar SENEGAL BURGEAP 27 rue de Vanves BoulogneBillancourt FRANCE R.2053a/A Juillet ~ 824BF 16788

2 Sommaire 1. INTRODUCTION RAPPEL DES OBJECTIFS DE LA MISSION ET DEMARCHE DE L ETUDE LEs ENJEUX DE L ETUDE METHODOLOGIE 2 2. LE CONTEXTE DE LA DECENTRALISATION 3 3. HYDRAULIQUE VILLAGEOISE AU BURKINA APERçU HISTORIQUE MOYENS MIS EN OEUVRE CADRE LEGAL CADRE ADMINISTRATIF 10 ORGANTURAMME 10 RESSOI.JRCES FINANCHERES 11 REssuIrkcE~~FI~!, [r TES 12 STRATEGIE SYNTHESE APPROVISIONNEMENT EN EAU SITUATION GENERALE GEOLOGIE ET CARACTERISTIQUES DES FORAGES NOMBRE El NATURE DES EQUIPEMENTS Co~iTioNs DE DESSERTE 16 DISPARITE DE SITUATIONS 16 P( )PI TLATI()N 19 DENSITES D EQUTPEMENTS P0MPES A MOTRICITE HUMAINE 23 MARQITES ET TYPES DE POMPES 23 REPARTITION SPATIALE 24 CARACTERISTIQIJES ETAT DES EQUIPEMENTS 25 FONCTIONNEMENT 25 DIJREE DES PANNES AGE I)ES POMPES ET PANNES LIBRARY IRC pa Box 93190, 2509 AD THE HA(~ 4.7. SYNTIIESE Tel Fax: BARCODE: Identification dun nouveau système dexploitation et de maintenance des equipements hydrauliques dexhaure en milieu rural et semiurbain Rapport 1 Diagnostic

3 BURGEAP/SEMIS EXPLOITATION DES POINTS D EAU 5.1. POMPES A MOTRICITE I{UMAINE ORGANIsAlIC )N MOI3ILLSATION FINANCIERE PER.SPECTIVES PoUR LES COMITES DE POINT D EAU 5.2. LA DYNAMIQUE DES AEP CONTEXTE PRINCIPALES CARACTERISTIQUES MODALrrES DE GESTION L EXPERIENCE DE L ONEA DANS LES CENTRES.AUXILIAIRES 6. ENVIRONNEMENT TECHNIOUE LES ARTISANS GENERALITES ACTIVITE LIENS COMMERCLAUX ORGANISATION, DEGRE DE STRUCTURATION DU SECTEUR ENVIRONNEMENT COMMERCIAL: LES FOURNISSEURS MARCHES DE FOIJRNITURE El SERVICE APRESVENTE FISCALITE ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE : SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES STRUCTURES SERVICES OFFERTS El ACTIVITE SYNERGIES AVEC LE SECTEUR DE L EAU DESCRIPTION DU SYSTEME DE MAINTENANCE SITUATION ACTUELLE PROPOSITIONS FAITES PAR LES OPERATEIJRS ET REFERENCES SYNTHESE PREIDENTIFICATION D UNE ZONE PILOTE CRITERES DE CHOIX DESCRIPTION DE LA ZONE RETENUE CONCLUSION ANNEXES ldent~ficationdun nouveau système d exploitation et de maintenance des èquipernents hydrauliques dexhaure en milieu rural et semiurbain Rapport 1 Diagnostic

4 BURGEAP/SEMIS 16/07/97 Liste des cartes CARTE I: DEco )I JPAGE DU TERRITOIRE EN 30 PROVINCES 5 CARTE 2 : DECOUPAGE DU TERRITOIRE EN 45 PROvINCES 5 CARTE 3: BUDoETs PROVINCIAE.JX PAR HABITANT 7 CARTE 4 : TAt JX I)E REC )I JVREMENT DES BUDGETS?ROVINCIAUX 7 CARTE 5: FORAiIES A DEBIl SIJ[ ERIEIJR A 2 M 3/HEURE 17 CARTE 6 : F( )RA( UES A DEBIT St JPERIEUR A 5 M3/HEURE 17 7 : INVESTISSEMENTS RECENTS EN HYDRAULIQUE VILLACIEOISE 18 CARTE S : REPARTITI )N DE LA P()PIJLATION 19 CARTE 9 : Ex )DE RURAL 20 CARTE 10: P( )PI JLATI( )N SEMIURBAINE 20 CARTE 1 1: N( )M13RE DE P()MPES PAR VILLAGE 21 CARTE 12 : CONCENTRATION [)E P()MPES 22 CARTE 13: TYPES DE POMYES 25 CARTE 14 : ETAT DES POMPES 26 CARTElS: CENTRES ONEA 36 CARTE 16 : IMI LANTATI( )N DES SYSTEMES FINANCIERSDECENTRALISES 43 CARTE 17 : CREDITS [)ISTRIBIJESPAR LES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES 44 CARTE 18 : ZONE PIL( )TE 53 ldentiuic~tiondun nouveau système dexploitation et de maintenance ~eséquipements hydrauliques dexhaure en milieu rural et serniurbain Rapport 1 Diagnostic

5 ~UH1~It~tMI~ ioiuu~ 1. Introduction 1.1. Rappel des objectifs de Ia mission et démarche de l étude Les termes de référence de l étude en définissent ainsi l objectif général : elle ~vise a identifier et concevoir un système d exploitation et de maintenance des équipements d exhaure en milieu rural et semiurbain susceptible de garantir Ia preservation sur le long terme des investissements réalisés, ceci par le biais d une repartition mieux adaptée, et moms coqteuse pour l Etat, des responsabilités entre l Etat, les usagers et le secteur privé. > La premiere étape dans Ia mise en oeuvre de cette étude, objet du present rapport, consiste a faire un diagnostic général de Ia situation actuelle, dont l objectif sera de mettre en evidence les dynamiques en jeu, d identifier les opérateurs en presence, et d évaluer les principales contraintes et atouts du système en place Les grandes lignes dii diagnostic ayant dté ainsi dessinées, une zone de test de la réforme sera définie. Dans une deuxième étape, on réalisera des enquêtes apprqfondies sur cette zone test : les inforrnations détaillées qui seront ainsi collectées sur le Lonctionnement du système actuel permettront d affiner le diagnostic et notamment de définir les enjeux économiques de Ia réforme. Entin, les résultats de I analyse des propositions des opérateurs économiques identifies lors d un coizcoiirs d kj~es,et des capacités d investissement du secteur privé dans le secteur de l eau, viendront completer ce diagnostic et permettront d émettre les propositions répondant aux objectifs cites plus haut et qui seront plus tard testées dans le cadre d un projet pilote Les enjeux de l étude Depuis 25 ans les éléments d une veritable dynamique se sont développés autour de l approvisionnement en eau potable des populations Des milliers de points d eau ont été créés et équipés de systèmes d exhaure, des milliards de FCFA ont été investis, qui représentent pour le pays un veritable capital de développement. Des centaines d artisans ont été formés et génèrent des emplois en milieu rural. Des milliers de villages ont été mobilisés a travers Ia creation de Comités de Points d Eau (CPE). Leur fonctionnement ne répond peutêtre pas toujours aux attentes, mais ils n en constituent pas moms un relai unique auprès des usagers, capables de mobiliser leurs ressources. En outre, l eau, dont le paiement est de mieux en mieux accepté, est désormais perçue comme une ressource économique. Des sociétés privées ont investi et se sont spécialisées dans Ia fabrication, Ia fourniture de systèmes d exhaure et I organisation de services aprèsvente. Le ralentissement des programmes d équipement au fur et a mesure que I on approche de niveaux de desserte optima les pousse a rechercher activernent un nouveau positionnement dans le secteur de l eau. Icentification dun nouveau système dexploitation et de maintensnce des equipements hydrauliques dexhaure en milieu rural et semiurbain Rappcrt 1 Diagnostic

6 BURGEAP/SEMIS 16/07/97 Page 2 Parallèlement, l Etat se trouve engage dans une lutte contre l exode rural dont les résultats conditionnent fortement l avenir du pays. Le maintien des populations en milieu rural exige: elle inclut l accès pour tous a une eau potable, a Une amelioration de leurs conditions de vie : l électricité, mais aussi Ia rnise en oeuvre de moyens de communication qui sortent les villages de leur isolement, Ia réalisation d infrastructures sanitaires et éducatives. La creation d emplois et le développement de capacités de production décentralisés. La présente étude se situe donc dans un contexte o~iprédomine le souci de renforcer les dynamiques dans le secteur de l eau afin qu elles garantissent Ia preservation a long terme les investissements réalisés, mais aussi dans l attente qu elles contribuent a ralentir le flux des populations vers les villes Methodologie La démarche adoptée vise a prendre en cornpte les analyses les plus variées et a associer étroitement les responsables de Ia DGH a Ia réalisation de l étude, afin que les propositions qui en émaneront constituent pour elle un outil pertinent de mise en oeuvre d une stratégie de développement durable dans le domaine de l approvisionnement en eau en milieux rural et semiurbain. Les activités menées au cours de Ia premiere phase de cette étude comprennent donc Des rencontres avec entre autres les responsables de Ia DGH, des bailleurs de fonds, des ONG, des fournisseurs d équipernents hydrauliques. Une prise en compte des analyses et réflexions suggérées par les programmes d hydraulique viflageoise, par un travail de bibliographie portant sur une cinquantaine de titres, et l exploitation des données d inventaire sur les points d eau. Des reunions de travail avec Ies responsables du Ministère de l Environnement et de l Eau. Reunions de travail 09/12196 Prise de contact entre l Cquipe de consultants etla commission de Suivi de l étude. 13/12196 Discussion avec Ia commission de suivi de l étude sur les lignes de force du diagnostic et sur les principes de choix d une zone pilote sur laquelle sera testd le nouveau système propose. 20/12/96 Rencontre avec Ies Directeurs Régionaux de l Hvdraulique. Presentation a Ia commission de suivi de [étude des principaux résultats du diagnostic. Une invitation des opérateurs économiques a participer a Ia réflexion menée dans le cadre de l étude. Les 12 et 13 ddceinbre a etc lance wi Concours d idées. par voie de presse et radiophonique et relayc par les Directions RCgionales de I Hvdraulique. Les contributions qui en émaneront seront exploitées au cours de Ia deuxicme phase de lctude. lors de l analyse des capacités des opérateurs économiques a s investir dans Ic sectcur de [eau. ldentificaticn dun nouveau système dexploitation et de maintenance des équipements hydrauliques dexhaure en milieu rural et semiuroain Rapport 1 Diagnostic

7 BURGEAP/SEM~S 16/07/97 Page 3 2. Le contexte de Ia décentralisation La loi /ADP du 7 mai 1993 fixe l organisation du territoire du BurkinaFaso. Le territoire national es: subdivisé en collectivités territoriales dotées de Ia personnalité morale et de l autonomie financière~ce sont les provinces (45)1 et les communes. II y a 33 communes de plein exercice aujourd hui lieux des quinze fonctionrielles nouvelies provinces. (maire élu et conseillers municipaux) auxquels ii faut ajouter les chefs On considère comme communes de plein exercice celles qui regroupent plus de habitants et ont un budget annuel de plus de 5 millions FCFA. Elles sont administrées par un maire élu. Celles qui ne répondent pas a ces critéres, mais regroupent néanmoins plus de habitants sont ciassées comme communes de moyen exercice, ou communes rurales, et sont administrées par un préfetmaire assisté d un conseil communal. Les ~~illagesne bénéficient pas d une personnalité juridique. Ils sont gérés par un conseil de village et désignent un délégué administratif qui les représente dans le cadre d un conseil département. Actuellement une politique de décentralisation est en cours. La Commission Nationale de Décentralisation, en charge de ce travail, a remis debut 1997 des projets de lois et de décrets qui fonderait Ia nouvelle division du territoire sur les principes suivants: les collectivités territoriales décentralisées : provinces et communes, Ies circonscriptions administratives : Ia region, le département et le village. Cette Ioi fixera précisément les domaines de compétences des collectivités décentralisées. La province devrait recevoir les compétences suivantes avis stir les plans délectrification dans Ies zones non érigées en communes, avis stir Ies prograrnnies dapprovisionnement en eau, participation a Fentretien et a Ia gestion des cours d eau, réalisation et entretien des retenues, des barrages et des puits et forages. La commune assurerait Ies compétences suivantes avis stir le plan d électrification, réalisation et gestion de l éclairage public, avis stir le schema directeur d adduction d eau, parl/ci/jalloil ci Ia /)rodiic/io!i el oil disiiihziiioii de / eau polable, réalisation et gestion de puits et forages et de bornesfontaines. Lt s ~jun,wt.~pres( nwe.v (Ions I e,z.venthle de cc do.sr,cr.vc réfereni a I ancien dccoupage. en 30 prot inccs, du pays. Identification dun nouveau système dexploitation et de maintenance des équipements hydrauliques dexhaure en milieu rural et semiurbain Rapport 1 Diagnostic

8 BURGEAP/SEMIS 16/07/97 Page 4 Le gouverriement dispose d un délai de 5 ans pour Ia réalisation effective du transfert des compétences en matlére de gestion des points d eau: aux inunicipalités (maires pour les communes urbaines, préfetsmaires pour les communes rurales) pour les points d eau situés dans les communes (urbaines comme rurales), aux hautscommissaires (province) qui peuvent déléguer aux préfets, pour les points d eau situés hors communes. La possibilité de conceder a des opérateurs, personne physique ou morale, publique ou privée, Ia gestion du service public de l teau est reconnue. On notera que dans cette nouvelle repartition de compétences le village na toujours pas de personnalité morale et ne dispose d aucune competence propre en matière de gestion des infrastructures locales, ni de capacité a contracter et a accéder au credit. Dans le cadre dii transfert des compétences de I Etat aux structures locales, l attribution de Ia gestion des infrastructures hydrauliques aux collectivités décentralisées (province ou commune) est au stade de projet de loi elle doit encore être I objet de discussions avec les administrations ayant en charge Ia politique de I eau. Toutefois, on notera qu ii n existe pas eflcore de disposi~fadapt~ capable de gara~d~la pérennisation d un service de l eau de qualité Le cornité de point d eau et le village ne sont pas des structures dotées de Ia personnalité morale, et ne peuvent jouer un role juridique contraignant dans Ia gestion de l eau. L interface avec I Etat se situe done au niveau du département, ce qui suppose une capacité de développer a cette échelle tin cadre de concertation générateur d un consensus fort. La province et de Ia commune sont dotées de Ia personnalité juridique et peuvent done être~ pleinement responsabilisées dans Ia gestion des ouvrages hydrauliques ; toutefois il n est pas assure que les provinces disposent de capacités de mobilisation financière suffisantes pour mettre en oeuvre tine gestion efficace de l eau : il ne semble pas qu il y ait de correlation positive entre Ie nombre de forages d une province et les previsions budgétaires globales (voir tableau ciaprès). On notera que ce sont les provinces du Sourou, de Ia Kossi, de Ia Bougouriba, du Poni, de I Oubritenga et du Nahouri qui présentent les meilleurs taux de recouvrement de leurs budgets (voir carte,), et done, a priori, Ies meilleures capacités de gestion au stade actuel. Identificat on dun nouveau système dexploitation et de maintenance des equipements hydrauliques dexhaure en milieu rural et semk~rbain Rapport 1 C~agnostic

9 BURGEAP/SEMIS 16/07197 Page 5 Décentralisation et nouveau découpage provincial Carte I : Découpage du territoire en 30 Provinces Directions regionales de IHydraulique et ancien découpage provincial en 30 provinces Carte 2 : Découpage du territoire en 45 Provinces Directions regionates de Hydraulique et nouveau découpage provincial en 45 provinces Source: Service Infom~atiquede Ia DGII Identification dun nouveau système dexploitation et de maintenance des équipements hydrauliques dexhaure en milieu rural et serniurbain Rapport 1 Diagnostic

10 BURGEAP/SEMIS 16/07/97 Page 6 Budgets provinciaux Provinces classées par ordre de budget décroissant Provinces: ~ :Previo~.btidgétaires96~ HOUET BOULGOU SANMATENGA OUBRITENGA BOULKIEMDE BAZEGA COMOE GOLJRMA PASSORE KOSSI SENO MOUHOUN BOUGOLJRIBA PONI ~ BAM SANGUIE KOLTRITENGA NAMENTENGA KENEDOUGOU GNAGNA OUDALAN GANZOURGOU KADIOGO NAHOURI Source : Miuisl&e de a D~cen1raIisatiou.4 Ia date de I./i,a~eIe.v Jonnees no writ pox disponihies pour 6 provinces. Identification dun nouveau système dexploitation et de maintenance des equipements hydrauliques :exhaure en milieu ruraletsemiurbain Rapport 1 Diagnostic

11 BURGEAP/SEMIS 16/07/97 Page 7 Carte 3: Budgets provinciaux par habitant Carte 4: Taux de recouvrernent des budgets provinciaux Taux de recouvrement des budgets provinciaux en juin a 100% 40 a 60% 20 a 40% 0à20% Identification dun nouveau système dexploitation et de maintenance des equipements hydrauliques d exhaure en milieu rural et semiurbain Rapport 1 Diagnostic

12 BURGEAP/SEMIS 16/07/97 Page 8 3. Hydraulique villageoise au Burkina 3.1. Aperçu historique L urgence des années de sécheresse est a I origine des grands programmes d hydraulique villageoise qui ont vu le jour dans Ies années 70. La décennie de I eau, en fixant un objectif a court terme de fournir a tous de I eau potable, a suscité une accélération très rapide des rythmes d équipement. Cette dynamique a constitué une opportunité incontestable pour Ies sociétés privées, permettant Ic développement d une fabrication locale 2 et Ic renforcement de Ieurs representations nationales. Aujourd hui ces sociétés sont trés actives et cherchent a se positionner pour conserver un role majeur dans ce secteur. Période nb villages /période Nb forages /période ( > Total Forages /village ~ 11.~fl i 11.$~8$$889 J ~ Source : Politique ci strategies en!uati~redeau D(iil Evolution des programmes déquipement en hydraulique villageoise forages villages >1990 A partir de 1990 s est amorcé un ralentissement du rythme d équipement ; I action s est concentrée au niveau d un nombre plus restreint de villages, visant a améliorer Ic taux de desserte. Ce ralentissement est appelé a s accentuer au coors des années a venir au fir et a mesure de Ia saturation des besoins de base. Programmation des investissements pour les 15 années a venir: Période Nouveaux forages Rehabilitations AEP rnilliards FCFA (R) ( Total Source! Action dii gouvemenient dans Ic secteur de I eau potable DGH décembre Simultanément, alors que le parc de pompes vieillit, on se rend compte des dysfonctionnements des schémas d organisation de Ia maintenance, de leur incapacité a assurer Ia prise en charge des reparations lourdes. Cette situation devient telle que l on estime qu au cours des 5 dernières années de cette décennie les ouvrages a réhabiliter représenteront en nombre 7007o des points d eau concernés par les financements a rnettre en oeuvre. 2 Les marques DI.iPl, lolint.1, 1N1)L~von! fiibriqiiées au Burkina Ia ponipe VERGNET. aujourd hui iinportée a eiie niênie c~tèc:onçue (fails les an/lees nit Burkina. Identification dun nouveau système dexploitation et de maintenance des equipements hydrauliques dexhaure en milieu rural et serniurbain Rapport 1 Diagnostic

13 BURGEAP/SEMIS 16/07/97 i~age Moyens mis en oeuvre Avant Ia devaluation du FCFA, Ic coqt moycn d un forage équipé d une pompc a motricité humaine variait entre 4 et 5 MFCFA 3, ct se décomposait de Ia façon suivante: Structure des budgets Conseil de Programme des programmes hydrauliques 1 Entente SudOuest Période avant 1994 après 1994 lngéiiieurconscil 18% 15% Amnialion 7% 5% Cellule de suivi. administration 1,2% O.8% Forage 63% 54% Pompe 11% 17% liuprévus 4% Le budget moyen affecté a l animation pour Ia misc en place d un système de gestion et de maintenance est de I ordre de FCFA par pompe. La plupart des projets sont mus par des objectifs quantitatifs et les plannings d exécution imposent les iythmes de mise en oeuvre : les financements sont en général mobilisés sur des durées limitées au maximum a 5 années. Dans cc contexte, il est dilticile de mettre en oeuvre une strategic visant a influer sur une evolution profonde des comportements par rapport a l eau potable. La formaticn des CPE est souvent insuffisante, et se traduit par un manque d appropriation du point d eau par les populations. La mobilisation financière exigée des populations ( FCFA en general) na pas évolué avec le temps et n a done pas suivi l amélioration du service visée par une plus grande c~ensité des points d eau. La piupart des projets cc~~en~ ~a ~ or~iationdes ar.~sac.~aux fournisseurs, ~ :~ c.;i~ole ~ ne fait pas l objet de budgets spécifiques Cadre legal La notion de < maintenance des équipements~n a été introduite dans les programmes d hydraulique villageoise que depuis les années 1980, dans Ic cadre de Ia décennie de l eau. En 1992, dans Ic cadre do PAS, Ia lettre de politique sectorielle de l eau introduit Ia prise en compte de Ia ~valeur éconornique de l eau ~ >. C est sur ces bases qu ont été définis les grands axes de cette politique, qui vise notamment La misc en oeuvre d un système de maintenance décentralisé et base sur Ia logique commerciale. La promotion de l énergie solaire. Le développement d AEP sur les points d eau a debit important. La source principale qui definit Ic cadre législatifdu secteur de I eau est Ia loi no 14/96 ADP du 23 mai Mais les décrets d application nayant pas encore été édités, les outils légaux du développement du secteur de l eau sont aujourd hui pratiquement inexistants ( tout se passe comme s il n y avait pas de cadre juridique réglementaire a d accés a l eau4 ) ; une étude est en cours, stir financernent danois, dont l objet est de recenser et d analyser la pertinerce de l ensemble des textes Iégislatifs relatifs a Ia gestion de I eau. ~ II est esti,,th ô 7.t IF( P1 ci 1996 in ~Poliüque c/.vtrateg!es eli inaliere (lean ~ DGH 1996 Identification dun nouveau système dexploitation et de maintenance ces équipements hydrauliques dexhaure en milieu rural et seriurbain Rapport 1 Diagnostic

14 BURGEAP/SEMIS 16/07/97 Page 10 Dans Ia situation préscntc, on rctiendra les éléments suivants: La nouvelle réorganisation agrairc et foncière admet que <(des concessions dc service public fondées sur l utilisation des eaux peuvent &re accordées aux personnes physiques ou morales de droit public ou privé Si Ia demande présente on caractére d intérêt général. Ces concessions sont approuvées par décret pris en conseil des ministres >. La legislation en vigueur fixe les normes de potabilité de l eau et les conditions de son controle 5, et établit des mesures de protection des ressources en eau, mais die n aborde pas de facon spécifique Ia question du mode de gestion et de maintenance des équipements hydrauliques. Les forages sont Ia propriété de l Etat. Les textes en preparation ne prévoient qu une <mise a disposition xi. et non on transfert de propriété de ces ouvrages de l Etat aux collectivités locales. Une telle situation risque de freiner Ia mobilisation financière des populations en vue de leur prise en charge du renouvellement des systèmes d exhaure. Uric Lois tin ouvrage réceptionné, les partenaires en presence sont Ic MEE, Ic fournisseur (sur qui pése une obligation de SAy), les artisans réparateurs et Ic comité de point d eau. Le MEE est propriétaire de l ouvrage. Le fournisseur a trés souvent pris ses engagements visàvis du bailleur, dans des conditions trés variables, et il n y a done rien juridiquemem qui Ic lie au MEE, permettant a cc dernier d exercer des pressions judiciaires. Le comité de point d eau n a pas de personnalité morale. Seuls les Comités de Gestion des Equipements Solaires (CGES) et Comités de Suivi de Ia Gestion des Equipements Solaires (CSGES), créés dans Ic cadre du Programme Regional Solaire do CILSS (PRS), font i objet d un arrété conjoint des ministeres de ieau et de I Administration Territoriale (n l/eau/mat) qui définit Ieurs attributions et compositions. Cela coristitue une reconnaissance importante par l Etat du role des comités villageois, mais qui n a pas été prise en compte dans Ic cadre de Ia décentralisation. Les artisans réparateurs sont de simples prestataires de services sur qui ne péserit aucune obligation Cadre administratif Organigramme On peut classer les organes de Ia Direction Générale de l Hydraulique en trois groupes 3 directions centrales A Ia difference de Ia DAEP et de Ia DHA dont les 4 divisions correspondent a un découpa~e administratif dii tcrritoirc (rcgroupcincnt de plusieurs directions régionales). Ia DIRH est organisãe stir Ia base dii dccoupage dii territoire en 4 b:issins hvdrographiques. 10 directions régionales, ayant chacune en charge l administration délocalisée de 3 ~ 5 provinces. 2 services généraux Ia cellule d assistance a Ia DGH, et Ic Centre de Documentation stir I Eau. Raaha an I 7 9 F1.E4 ( 1.~lC. ilit Yjit ricr / 990 D~fini:ion(k s nornies de potahilitc de I eau (non pubilé au J.O.). ~oent~ication dun nouveau système dexploitation et de maintenanca des equipements hydrauliques d exhaure en milieu rural et setn~urbain Raooot Diaanostic

15 BURGEAP/SEMIS 16/07/97 rage ii Par ailleurs, un certain nombre de services sont rattachés directcment au Secretariat General du Ministère de l Environnemcnt et de l Eau : on compte notammcnt parmi eux Ic FEER (Fonds de I Eau et de l Equipemcnt Rural). L ONEA (Office National des Eaux et de l Assainissement), qui a en charge I approvisionnemcnt en eau potable de 42 centres, est une société d Etat dont Ia supervision technique est assurée par diverses entités, dont Ia DGH. D.G.H. Cellule dassistance Etudes et V V V V I D.A.E.P :lo.~d.r.h.:..) D.I.R.H. ~4divisions Publicationsli:. Mouhoun Comoe Niger Nakanbe V ~4division si Division Centre Division Nord Division Quest Division j. Est Centre centre Ouest ~Sahel ~Nord.Centre Nord ~ rhauts Bassin~ Mouhoun LSud Quest.Est Centre Est [ D.H.A.~)r ~4:~diFsions) Division Centre Division Nord ) Division Quest Division 1 Est DGH Conception. coordination, misc en oeuvre de Ia politique nationale de l eau DIRH Direction dc linventaire des ressources hvdrauliques DA.EP : Direction dc I Approvisionneinent en Eati Potable, en charge de I Hydrau!ique urbaine. semiurbaine. villageoise et pastorale DIIA Direction de l Hvdraulique agricole CDE : Centre de Documentation de I Eau Ressources financières La part de I investissement total inscrit au Budget de l Etat et allant au secteur de l eau est passée de 24% en 1994 a 12% en ElIe représentait 10% d un investissement estimé, par habitant, a en moyenne 1619 FCFA cette annéeià. Stir Ic plan budgétaire, il a été inscrit au titre du budget 1996, 1240 MFCFA pour les dépenses de personnel et de fonctionnement de I ensemble du Ministére de I Environnement et de I Eau. Sur cc montant, Ic budget moyen des Directions Régionales de l Hydraulique est de l ordre de 1 a 1.5 ~v~fcfa. Les moyens de l admiriistration sont done extrêmement réduits (ils equivalent, en moyenne, a environ FCFA/anlforage pour les frais de personnel et de fonctionnement), cc qui Ia rend étroitement dépendante des subventions qu eiie recoit dans Ic cadre des différents projets : dies atteignent FCFA!forage pour Ia période d exécution d un projet, soit 25 a FCFAlanlforage (voir chapitre 3.2). Ident~ficationdun nouveau système dexploitation et de maintenance des èquipements hydrauliques dexhaure en milieu rural et semiurbain Rapport I Diagnostic

16 BURGEAP/SEMIS 1&V7/97 Page 12 A titre de comparaison, Ic coqt d une animation auprès des comités villagcois dans Ic cadre d actions de suivi postprogramme est estimé a FCFA par pompe et par an. Certains projets. comme Ic PIHVES (Boulgou) proposent que les contributions initiales des villages ( FCFA) allmentent un fonds de suivi a disposition de Ia DRII. Un compte en banque special a été ouvert a cet effet par Ic projet, mais les modalités pratiques de son utilisation n ont pas encore été définies. Ressources humaines L effectif total du personnel de Ia DGH et des DRH s élève a 161 agents: 40% sont des ingénieurs (les 2/3 spécialisés en genie rural, 1/3 en hydrogéologie). 40% sont des techniciens ou techniciens supérieurs. 20% sont des administratifs. On ne compte qu un seul sociologue : Ia spécialité des services de l hydraulique est l exploitation de Ia ressource et Ia conception des ouvrages de captage ou de distribution ; ils ne disposent donc pas de compétences pour mettre en oeuvre un schema de gestion performant des équipements mis en place. Stratégie Le bassin hydro~raphique est désormais retenu cornme cadre de planification, de mobilisation et d exploitation des ressources en eau. Au niveau de chaque sousbassin sera créé un comité de bassin compose d usa~zers,de planificateurs et de décideurs politiques, qui se verra confier l ensemble des tâches relatives a Ia gestion de Ia ressource. Ces nouvelles entités constitueront done un cadre de décentralisation de l Hydraulique, dont Ia misc en oeuvre pourrait entralner une redefinition des missions des DRH et de leur découpage. La DGH se trouve par ailleurs confrontée a Ia nécessité de développer une coherence entre les actions, de plus en plus nombreuses, initiées par d autres institutions et organismes dans Ic domaine de l hydraulique Le Ministère de I Administration Territoriale, maître d oeuvre de Ia politique de décentralisation. Le Ministère de l Agriculture et des Ressources Animates (MARA), qui met en oeuvrc des projets de développement intégré comprenant des volets hydrauliques patlois importants (PDI de Ia Comoé, de Ia Tapoa, du Zoundwdogo, du Ganzourgou, de Piélé Bilanga, Projet de conservation des eaux et du sol/agroforesterie, Projet d Aménagement des terroirs et conservation des ressources dans Ic plateau central, Projet de gestion des ressources naturclles du Bazéga). Les ONG intervenant dans Ic secteur de l eau (les plus aetives sont au nombre de 466). Elles agissent de façon trés indépendante, se contentant dans Ic meilleur des cas de retourner a Ia DRH de leur zone d action Ies informations techniques relatives aux points d eau qu elles ont eréé. Elles s intéressent a Ia structuration du monde rural et pourraientjouer tin role actifdans Ia professionnalisation et l organisation des artisans ruraux. Pro/c! d ~:lppui :1 /0 L)( 11! Identification dun nol/eau système d exploitation et de maintenance des équipemerts hydrauliques d exhaure en milieu rural et serniurbain Rapport 1 Diagnostic

17 BURGEAP/SEMIS 16/07/97 Page 13 Le Conseil des Ministres a donné son accord au principe de creation d un Comité Techniciue de l Eau (CTE). Ses attributions sont en cours de definition (étude financée par Danida), mais d ores et déjà on peut établir que, placéc directement sous l autorité de Ia Présidence du Faso, cette instance seta en mesure: Dc coordonner les actions dans Ic domainc de l eau, quelque soit Ic ministère qui en assure Ia tutelle. De diriger Ia misc en oeuvre opérationnelle des comités de bassins, organisations indépendantes des découpa.ges administratifs et pluridisciplinaires. Cette nouvelle organisation découle de Ia place que Ic Burkina Faso accorde a Ia concertation dans Ic processus de déccntralisation en cours. La recherche de Ia participation active des acteurs de terrain apparait en effet commc Ia seule solution viable dans un pays oi:i I administration est dépourvue des moyens qui seraient nécessaires pour imposer les orientations décidées. Elle dolt étre fonctionncllc a I horizon 2005 (d oã, dans les previsions, one reduction des financements consacrés aux rehabilitations malgré un vieillissement accru do parc). Dans cc nouvel environnement I administration pourra reccntrer l utilisation de ses rcssourccs sur Ics actions de suivi et dcvaluation qu irnposent Ic role essentiel, qui ne peut revenir qu à die seulc, de garante d un accés ouvert a tous a une eau de qualité en quantité suffisante Synthèse L analyse des condh~onsde m~se en oeuvre des programmes hvdrauliques met en év~dencede ~x constats majeurs Au niveau des vil1a~zes Les programmes d hydraulique villageoise ont été motives par I urgence de sécuriser Ics conditions d approvisionnement en eau puis de garantir a tous, dans les meilleurs délais, un accès a I eau potable. Les actions d accompagnement a I implantation de systèmes d exhaurc dans les villages n ont souvent pas eu l attention qu clles méritaient en regard du volume des investissements réalisés. Les budgets consacrés a cet effet, les temps impartis, n ont pas permis aux villageois de maitriser les rcsponsabilités qui leur étaient assignees, ni aux artisansréparateurs de structurer leur activité. En outre cc n est que trés tardivement quc l on a pris en consideration Ics populations en tant qu ii.cage/~vdes points d eau, et done la façon s exprime leur demande et surtout la facon dont celleci se relativise par rapport aux autres priorités des villages. Or cc sont elles qui déterminent leur adhesion aux services proposes. Au niveau de I administration Les moyens dont disposent l administration pour assurer un accompagnement des actions en hydraulique ruralc n ont pas pu suivre Ic rythrne d équipement. II en résulte une grande disparité dans les procedures d intervention des bailleurs de fonds, une absence d obligations contractuciles du fournisseur visávis de I administration en rnatière de service aprésvente (pourtant propriétaire des ouvrages et garante d un service public), et enfin une multiplication de gestionnaires de points d eau (CPE) dépourvus de capacitéjuridique. Identification dun nouveau système d exploitation et de maintenance des èquipements hydrauliques dexhaure en milieu rural et semiurbain Rapport 1 Diagnostic

18 BURGEAP/SEMIS 16107/97 Page 14 La conjugaison dc ces facteurs expliquc certainement pour unc large part Ia situation actuelle, caractérisée par un degré d organisation insuffisant du secteur face aux exigences dc pérennisation du fonctionnement des équipcments, sc traduisant par un besoin croissant dc rehabilitation de systèmes d cxhaure. Au vu dc ces constats. Ia rcmise en cause des capacités des opérateurs de terrain, qui est fréquemment Ic point de depart des réflexions sur Ic système d exploitation et de maintenance, ne semble pas jusre. 11 est en effet beaucoup plus probable que Ia situation présente soit essentiellement due a on défaut de moyens ; on devra des lors, plutôt que de bouleverser les schémas actuels, rechercher les synergies avec Ieur environnement qui permettront aux opératcurs de I hydrauliquc villageolse d atteindre Ies niveaux de performance requis. Par contre, Ia reduction progressive de l ampleur des programmes d investissement en hydraulique villageoise. au für et a mcsure de Ia saturation des besoins, laisse entrevoir one degradation dc l environnement des DRH. II sera done important qu à l avenir leur role soit parfaitement circonscrit a des tãches qui ne peuvent revenir qu I dies seules, telles que Ic suiviévaluation des mécanismes mis en place, et Ia validation de l activité des opérateurs du service de I eau en regard des exigences du service public. que l on définisse de nouveaux systèrnes de génération de ressources qui permettront d accroitre leur niveau d autonomie finaneiére. La creation d un Comité Technique de l Eau et Ia déeentraisation de Ia gestion de Ia ressource au niveau des bassins hydrographiques ouvre des perspectives dynamiques de développement de I hvdraulique rurale et semiurbaine. Ces initiatives vont permettre d offrir on cadre global de concertation et de misc en coherence de leurs actions a des intervenants aux proflis très varies, capables de mobiliser des financements importants au profit do secteur de l eau. 4. Approvisionnement en eau 4.1. Situation genérale Le Burkina Faso se earactérise par une saison des pities de relative courte durée, 4 a 6 mois scion Ia latitude, et une longue saison séche. Cc clirnat est Ia cause principale de Fabsence de cours d eau permanents si on excepte Ic Mouhouri. Pour pourvoir a son alimentation en eau, Ia population rutale fait majoritairement appel aux eaux souterraines. A certaines périodes de I année, dans les regions oii méme les mares stagnantes disparaissent, l abreuvement do bétail est assure par les eaux souterraines et depend fréquemment du rnême ouvrage que celui alimentant les hommes. En hivernage, les eaux de surface restent une source d approvisionnement en eau utilisée encore fréquemment pour Ia boisson~les barrages, nombreux, sont utilisés en priorité poor Ic bétail mais certains villages sy approvisionnent. Le pouts traditionnel exploltant les eaux souterraines reste, encore aujourd hui, Ic mode d alimentation dominant des ruraux. ldentifica~ondun nouveau système d~xpioitation et de maintenance des èquipements hydrauliques dexhaure en milieu rural et semiurbain Rapport 1 Diagnostic

19 BURGEAP/SEMIS 16107/97 Page 15 L équipement hydraulique moderne en milieu rural est constitué majoritairement par Ic forage de petit diamétre (100 a 125 mm) équipé d une pompe a motricité humainc. Lautre ouvragc moderne est Ic puits en béton armé dc 1,80 metre de diamètre. Une estimation provisoire des points d eau modernes combinant plusieurs données (inventairc dc 1996 ct 1993, documents do Ministère et de Ia DGH) conduit a rcccnser environ forages positifs avec pompe et puits dont près de permanents Géologie et caracteristiques des forages Le Burkina Faso est constitué pour Ia quasitotalité de son territoire de formations cristallophyliennes anciennes composées de granites et de schistes. Ce vieox socle précambrien est recouvert a l Ouest et au Nord ainsi qu a l extréme Est par des formations sédimentaires constituées pour I essentiel de grés fortement cimcntés dans Ia majorité des cas. Viennent en recouvrement, Ic Continental terminal de Ia plaine du Gondo et les formations dunaires de Ia province de l Oudalan. Dans Ieur quasitotalité, ces formations sont pauvres en eaux souterraines. Les potentialités des grès puirnaires de I Ouest sont meilleures mais imposent de faire appel a des techniques modernes poor leur exploitation tel que Ic forage, technique inaccessible aux villageois. Vu Ic coñt de réalisation des forages et Ia difficulté de les executer systématiquement a proximité des Iieux d habitation. ii semble intéressant de se pencher stir Ia valorisation des ouvrages existants en exploitant au mieux les debits quils sont susceptibles de fournir Les for2.ges fournissant plus de 5 m~/h peuvent our:hr ~ ItaIime ~.ton de oett c~r~ secondaires. Les forages de debit égal ou supérieur a 2 mih pourraient Ctre valorisés en les équipant de petites pompes solaires capables de fournir des debits de Pordre de 7 a 10 m3 par jour. La gainnie des produils de pompage pholovoltaique s est en effet élargie depuis l appel d offres lance par le CILSS dans Ic cadre de son Programme Regional Solaire en Les fabricants proposent aujourd hui des systèmes de faible puissance (411(1 We) permettant d obienir une production allant de 10 m3/jour 15 in a 7 m3/j a 20 m (soit un debit horaire nia~iinaide 1.7 in3fheure). a Les forages (positifs et négatifs) saisis dans Ia banque de données Bewaco et pour lesquels les debits sont connus, sont classes par debit et par province dans Ic tableau donné en annexc. Tout en soulignant que ces debits restent indicatifs tant quils ne sont pas vériflés par un essai de debit, les informations disponibles révèlent que: 15% des forages donneraient plus de 5 m3/h et 36% pius de 2 m3/h. 36% des forages équipés actuellement de pompes a motricité humainc et offrant un debit de plus de 2 m7heure pourraient a priori être équipés de systémes d exhaure solaires, offrant ainsi une amelioration considerable du service offert aux populations. Dans certaines provinces comme Ic Boulgou, Ic Kadiogo, Ic Bazega, Ic Nahouri, Ic Kenedougou, cc serait plus de Ia moitié des forages qui seraient concernés. Pu/san! a plusic :irs, Irs Jeinnies on! one c.apacilé d exhaure in.ctantance pouvant clépasser les 3 iii3/h. II est pro/)a/3/e que (IL S /2/I/IS iiiyeilioi ic S mmmc teniporaires soot des puits permanents faible debit qui s asscchent /0ev (In pin.cai, e intc n. a/dii i/latin. a Identification d~~n nouveau système d exploitation et de maintenance des èquipements hydrauliquesd exhaureen milieu rural et semiurbain Rapport I Diagnostic

20 Page 16 BURGEAP/SEMIS 16/07197 Dc tellcs perpectives sont importantes a prcndre en comptc dans le cadre de Ia réformc a l étude, car dies pcuvcnt être une source de motivation importante de Ia part des populations et, l expérience du PRS au Burkina I a montré, Ic point de depart dc nombreuses dynamiques en milieu rural. Le coüt de tels systèmes (environ 4 MFCFA hors taxes) cst proportionnel a l accroissement de Ia production joornalière d eau par rapport a cellc d une pompe manuellc (2.5 a 3 m3ljour). II doit toutefois y étre ajouté Ic coqt des installations de stockagc et de distribution dc l eau, qui représente finalement Ia valeur de l amélioration qualitative du service dc l eau. Les caries de la page.~iiivaiiielocal/sent, par province, la repartition desforages don! les debits a 2 ci 5 m3/h. so/it Superwzirs 4.3. Nombre et nature des equipements Poor évaluer Ic nombre d ouvrages réalisés, nous avons principalement utilisé 3 sources d information Liiwentaire des points dcati Linventaire des poinis deati 1996 en cours de réalisation par Ia DGH qui totalise. an stade actuel, poinpes. La note dii Minisiêre rolative ~ luniforinisation du parc de pompes. faisant état de pompes iuanuelles. Pour linventaire 1996 en cours, nous avons pu disposer do fichier de saisie. Les donnécs manquantes, non encore transmises a Ia DGH, concernent les provinces des DRH des Hauts Bassins et du Sud Quest. Non encore corrigée, nous navons Pu quéliminer les erreurs évidentes de cette base de donndes et les chit fres disponibles ne peuvent a cc stade que donner des ordres de grandeur. Sur tin ~otai provisc~rede points d eau enreg~strés~i ~nventaire96, dans 2~ ~ on compte: 50% de forages. CquipCs ~i9~% de POIUPCS a moiricité huniainc 29% de puits permanents 21% de puils leluporaires Scion Ia DGH (voir page II) on a finance, entre 1960 et 1996, forages. La conjugaison des chiftres de linventaire 1996 (en coors) et, pour Ies provinces manquantes, de ceux de 1993 permet de dénornbrer pompes manuelles et 105 pompes solaires. Les chiffres définitifs en fin dinventaire devraient étre supdrieurs a pompcs manuelles et 180 pompes solaires. Les inforrnations stir les caractéristiques techniques des forages ne sont disponibles que pour points d eau Conditions de desserte Disparité de situations En 1995, Ic taux de couverture théoriquc des besoins était de 93%, avee en moyenne one pompe pour 470 habitants ruraux. On comptait en 1993 en moyenne 2 ponipes par village et entre 5 et 6 en Mais ces résultats très positifs caehent une grande diversité de situations.4 Ia dale de I Chide IrS do,,i,ce.v a Ia D[?Ii reiaa i~ e.v des Ilauts Bassins lie somit pa.c encore intégrées clans Ia base dc cionnc e.v BEJf.l ( 0. Identification dun nouveau sys~emed exploitation et de maintenance des equipements hydrauiques dexhaure en milieu rural et serniurbain Rapport 1 Diagnostic

REFERENCES DE AC3E EN HYDRAULIQUE VILLAGEOISE ET ALIMENTATION EN EAU POTABLE

REFERENCES DE AC3E EN HYDRAULIQUE VILLAGEOISE ET ALIMENTATION EN EAU POTABLE Références techniques AC3E Hydraulique villageoise et Alimentation en eau potable Page 1 sur 10 REFERENCES DE AC3E EN HYDRAULIQUE VILLAGEOISE ET ALIMENTATION EN EAU POTABLE Références techniques AC3E Hydraulique

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail

4. Création des cadres de concertation des acteurs de l eau et de l assainissement

4. Création des cadres de concertation des acteurs de l eau et de l assainissement 4. Création des cadres de concertation des acteurs de l eau et de l assainissement La mise en place des cadres de concertation des acteurs de l eau et de l assainissement dans les communes contribue à

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

SOMMAIRE. 1 Opération de passation des marchés publics à fin mars 2014 Communication en Conseil des Ministres INTRODUCTION... 2

SOMMAIRE. 1 Opération de passation des marchés publics à fin mars 2014 Communication en Conseil des Ministres INTRODUCTION... 2 333 Mars 2014 MINISTERE AUPRES DU PREMIER MINISTRE, CHARGE DU BUDGET MARCHES PUBLICS COMMUNICATION EN CONSEIL DES MINISTRES RELATIVE A LA SITUATION DES OPERATIONS DE PASSATION DES MARCHES PUBLICS A FIN

Plus en détail

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 1. L expérience analysée L animation de la concertation dans le processus d élaboration du Plan Communal de Développement (PCD) de Jean

Plus en détail

BURKINA FASO CAHIER 3 : LA GESTION DES AEPS/PEA

BURKINA FASO CAHIER 3 : LA GESTION DES AEPS/PEA BURKINA FASO CAHIER 3 : LA GESTION DES AEPS/PEA Pour les AEPS/PEA, la Réforme exclut le principe de gestion communautaire, et préconise une délégation de gestion à un opérateur privé compétent. La Réforme

Plus en détail

BURKINA FASO Unité - Progrès - Justice

BURKINA FASO Unité - Progrès - Justice BURKINA FASO Unité - Progrès - Justice MINISTERE DE L EDUCATION NATIONALE ET DE L ALPHABETISATION SECRETARIAT GENERAL DIRECTION DES ETUDES ET DE LA PLANIFICATION RESULTATS DE L ENQUETE RAPIDE 2012-2013

Plus en détail

LE PRESIDENT DU FASO, PRESIDENT DU CONSEIL DES MINISTRES

LE PRESIDENT DU FASO, PRESIDENT DU CONSEIL DES MINISTRES AS/HO BURKINA FASO --------- Unité - Progrès - Justice DECRET N 2010- /PRES/PM/MAHRH/ 400 MRA/MECV/MEF/MATD portant modalités d élaboration et de validation des chartes foncières locales. LE PRESIDENT

Plus en détail

AUTONOMIE DES ORGANISMES DE FORMATION PROFESSIONNELLE Des solutions variées et nombreuses pour plus de performance dans la FP

AUTONOMIE DES ORGANISMES DE FORMATION PROFESSIONNELLE Des solutions variées et nombreuses pour plus de performance dans la FP Mai 2015 AUTONOMIE DES ORGANISMES DE FORMATION PROFESSIONNELLE Des solutions variées et nombreuses pour plus de performance dans la FP Presentation Marc Ziegler UN ENJEU : LA PERFORMANCE DU SYSTÈME DE

Plus en détail

STRATEGIE DE TRANSFORMATION DU CENTRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE DE L ONEA EN CENTRE DES METIERS DE L EAU

STRATEGIE DE TRANSFORMATION DU CENTRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE DE L ONEA EN CENTRE DES METIERS DE L EAU PLAN DE COMMUNICATION STRATEGIE DE TRANSFORMATION DU CENTRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE DE L ONEA EN CENTRE DES METIERS DE L EAU 1. ONEA BURKINA FASO 2. CONTEXTE PN AEPA 3. PN AEPA 4. Volet Formation

Plus en détail

LA REFORME DU SECTEUR DE L ELECTRICITE AU SENEGAL

LA REFORME DU SECTEUR DE L ELECTRICITE AU SENEGAL LA REFORME DU SECTEUR DE L ELECTRICITE AU SENEGAL Mme Maïmouna SECK NDOYE Expert Economiste Commission de Régulation du Secteur de l Electricité 1 Plan de la présentation Aperçu sur le Sénégal Situation

Plus en détail

7 juin 2010 Journal Officiel de la République Démocratique du Congo Première partie - n spécial

7 juin 2010 Journal Officiel de la République Démocratique du Congo Première partie - n spécial Première partie 51 ème année Numéro spécial JOURNAL OFFICIEL de la République Démocratique du Congo Cabinet du Président de la République Kinshasa - 7 juin 2010 PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE Loi organique

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN PRESTATIRE POUR LE SUIVI POST PROJET DU PROGRAMME D APPLICATION DE LA REFORME

TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN PRESTATIRE POUR LE SUIVI POST PROJET DU PROGRAMME D APPLICATION DE LA REFORME MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L HYDRAULIQUE ET DES RESSOURCES HALIEUTIQUES SECRETARIAT GENERAL DIRECTION GENERALE DES RESSOURCES EN EAU PROGRAMME D APPLICATION DE LA REFORME BURKINA FASO Unité- Progrès-

Plus en détail

Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE

Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE 05 janvier 2012 BUTS DE L ATELIER C est aider à mieux faire comprendre la décision du Conseil Municipal

Plus en détail

Projet Pilote Assainissement

Projet Pilote Assainissement Projet Pilote Assainissement Origine du projet En 2009, Eau Vive a réalisé une étude sur l assainissement en milieu rural auprès de 3.400 ménages au Burkina Faso, Mali, Niger et Sénégal. Les DirecFons

Plus en détail

Délégué/e/s à la formation. Rôle et missions. (version 2012) INAP rôle et missions du délégué à la formation Page 1

Délégué/e/s à la formation. Rôle et missions. (version 2012) INAP rôle et missions du délégué à la formation Page 1 Délégué/e/s à la formation Rôle et missions (version 2012) INAP rôle et missions du délégué à la formation Page 1 Sommaire: 1. Considérations générales sur le rôle et les missions du délégué/e à la formation...

Plus en détail

CONTRIBUTION DE L ADLR AU DEVELOPPEMENT LOCAL

CONTRIBUTION DE L ADLR AU DEVELOPPEMENT LOCAL ASSOCIATION POUR LE DEVELOPPEMENT LOCAL ADL- Rabat CONTRIBUTION DE L ADLR AU DEVELOPPEMENT LOCAL Octobre 2006 ADL, B.P. 6447, Rabat-Madinat Al Irfane 10.100, Al Massira III, Avenue Al Majd, Imb 14, Apt

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

LA GESTION DE L EGOUTTAGE DU POINT DE VUE DE LA SPGE. Michel CORNELIS Septième édition des Assises de l eau en Wallonie Mercredi 18 mars 2015

LA GESTION DE L EGOUTTAGE DU POINT DE VUE DE LA SPGE. Michel CORNELIS Septième édition des Assises de l eau en Wallonie Mercredi 18 mars 2015 LA GESTION DE L EGOUTTAGE DU POINT DE VUE DE LA SPGE Michel CORNELIS Septième édition des Assises de l eau en Wallonie Mercredi 18 mars 2015 ORDRE DU JOUR 1. RAPPEL 2. LE CONSTAT D AUJOURD HUI 3. SOLUTIONS

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail

Valeur ajoutée et rentabilité

Valeur ajoutée et rentabilité 6 e Forum Mondial de l Eau Solutions Existantes Titre de la Solution : Gestion sociale des forages en zone rurale Cas d étude : Tchad Groupe-cible 1.1.2: D ici à 20xx, garantir que la population rurale

Plus en détail

ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005)

ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005) ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005) ETAT DES LIEUX DE LA GESTION STRATEGIQUE DU SYSTEME STATISTIQUE NATIONAL DU MALI 1 1. Introduction

Plus en détail

La réforme du contrôle interne et de l audit interne dans les administrations d Etat en France. Ministère de l Economie et des Finances

La réforme du contrôle interne et de l audit interne dans les administrations d Etat en France. Ministère de l Economie et des Finances La réforme du contrôle interne et de l audit interne dans les administrations d Etat en France Séminaire des 12 et 13 février 2013 Danièle LAJOUMARD, Inspecteur général des Finances C.I.A (Certified Internal

Plus en détail

DARNETS. Mairie de SEPTEMBRE 2002. Corrèze A. UNE OBLIGATION B. ROLE DES ELUS C. LA GESTION DE L ASSAINISSEMENT D. LES RESPONSABILITES

DARNETS. Mairie de SEPTEMBRE 2002. Corrèze A. UNE OBLIGATION B. ROLE DES ELUS C. LA GESTION DE L ASSAINISSEMENT D. LES RESPONSABILITES Mairie de DARNETS Corrèze SEPTEMBRE 2002 19300 Darnets Tél. : 05.55.93.09.91 Fax. : 05.55.93.13.06 Email : mairiededarnets@wanadoo.fr A. UNE OBLIGATION B. ROLE DES ELUS C. LA GESTION DE L ASSAINISSEMENT

Plus en détail

Electrification rurale (PERG) au Maroc Avril 2013

Electrification rurale (PERG) au Maroc Avril 2013 Electrification rurale (PERG) au Maroc Avril 2013-1 - Sommaire Présentation; Cadre géographique; Population habitat; Avant le PERG; Le PERG (Configuration institutionnelle, Montage financier, Mode de contractualisation

Plus en détail

Durabilité financière des organisations paysannes Les OP peuvent-elles être financièrement plus autonomes? CSA 30/11/2012

Durabilité financière des organisations paysannes Les OP peuvent-elles être financièrement plus autonomes? CSA 30/11/2012 Durabilité financière des organisations paysannes Les OP peuvent-elles être financièrement plus autonomes? CSA 30/11/2012 Principales idées et conclusions issues de l Atelier OP AgriCord organisé à Cotonou,

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET

REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET 2004 LOI ORGANIQUE N 2004-42 DU 13 MAI 2004 PORTANT MODIFICATION ET COMPLETANT LA LOI ORGANIQUE DU BUDGET N 67-53 DU 8 DECEMBRE 1967

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

Rareté de la ressource, étiages sévères / Crues soudaines parfois dévastatrices

Rareté de la ressource, étiages sévères / Crues soudaines parfois dévastatrices 1 Rareté de la ressource, étiages sévères / Crues soudaines parfois dévastatrices Les constats sont les suivants : Une eau globalement abondante à l échelle de la Région mais très inégalement répartie

Plus en détail

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement)

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Sommaire 1. Cadre de l étude...1 2. Objectif de l étude...2 3. Questionnements à étudier...2 4. Méthodologie...3

Plus en détail

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE La gestion axée sur la Performance et les Résultats appliquée à la gestion des Finances Publiques: Préparation et Mise en place du Budget axée sur la performance et les résultats Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Plus en détail

LOI D ORIENTATION n 2009-20 du 4 mai 2009 sur les agences d exécution.

LOI D ORIENTATION n 2009-20 du 4 mai 2009 sur les agences d exécution. LOI D ORIENTATION n 2009-20 du 4 mai 2009 LOI D ORIENTATION n 2009-20 du 4 mai 2009 sur les agences d exécution. EXPOSE DES MOTIFS La complexité des procédures administratives et l exigence accrue des

Plus en détail

Le partenariat public privé dans une stratégie de développement de l électrification rurale. Dr Amadou SOW, ADG/ASER

Le partenariat public privé dans une stratégie de développement de l électrification rurale. Dr Amadou SOW, ADG/ASER Cder IEPF Le partenariat public privé dans une stratégie de développement de l électrification rurale Dr Amadou SOW, ADG/ASER Définition Un PPP consiste en l association entre une autorité publique et

Plus en détail

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA»

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA» REPUBLIQUE DU SENEGAL =-=-=-= PRIMATURE =-=-=-= ECOLE NATIONALE D ADMINISTRATION =-=-=-= «LES MERCREDI DE L ENA» Edition spéciale Termes de référence THEME : «REFORMES DES FINANCES PUBLIQUES DANS LES PAYS

Plus en détail

REFERENCES DE AC3E EN GENIE CIVIL ET MAITRISE D ŒUVRE

REFERENCES DE AC3E EN GENIE CIVIL ET MAITRISE D ŒUVRE REFERENCES DE AC3E EN GENIE CIVIL ET MAITRISE D ŒUVRE REFERENCES DU CABINET AC3E L Agence Conseils pour l Equipement, l Eau et l Environnement (AC3E) est un cabinet d études en ingénierie (études et contrôles

Plus en détail

METHODOLOGIE D'EVALUATION DE LA PRODUCTION CEREALIÈRE ET

METHODOLOGIE D'EVALUATION DE LA PRODUCTION CEREALIÈRE ET Ministère de l'agriculture Secrétariat Général Direction des Etudes et de la Planification Service des Statistiques Agricoles METHODOLOGIE D'EVALUATION DE LA PRODUCTION CEREALIERE ET D'ELABORATION DES

Plus en détail

I INTRODUCTION GENERALE

I INTRODUCTION GENERALE RÔLE DU RESEAU DE FORESTERIE COMMUNAUTAIRE (RFC) DANS LA PROMOTION ET LA MISE EN PLACE EFFECTIVE DES FORETS COMMUNAUTAIRE AU CAMEROUN ET DANS LA SOUS- REGION AFRIQUE CENTRALE. Par Mr Jean ABBE ABESSOLO

Plus en détail

Plan d'action de la 2ème phase du projet de coopération franco-chinois sur la gestion intégrée des ressources en eau de la Haihe

Plan d'action de la 2ème phase du projet de coopération franco-chinois sur la gestion intégrée des ressources en eau de la Haihe Plan d'action de la ème phase du projet de coopération franco-chinois sur la gestion intégrée des ressources en eau de la Haihe 1. Objectifs Sur le long terme, le projet vise à consolider une démarche

Plus en détail

CONNAISSANCES DE GESTION DE BASE

CONNAISSANCES DE GESTION DE BASE MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION CONNAISSANCES

Plus en détail

3F4/2 Modalités de renfort en personnels dans les domaines non sanitaires

3F4/2 Modalités de renfort en personnels dans les domaines non sanitaires FICHE-MESURE Plan pandémie grippale 3F4/2 Modalités de renfort en personnels dans les domaines non sanitaires Validation : 13/10/2011 Ministère-pilote et rédacteur : Ministère chargé de l intérieur Ministères

Plus en détail

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO ELABORATION D UN PLAN DE DEVELOPPEMENT COMMUNAL Par : LEGONOU François, Directeur SYDEL AFRIQUE, Consultant En guise d introduction La décentralisation

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Décret n o 2013-727 du 12 août 2013 portant création, organisation et attributions d un secrétariat général

Plus en détail

Cahier des Charges de l étude de définition de l observatoire de l eau de la Martinique

Cahier des Charges de l étude de définition de l observatoire de l eau de la Martinique Cahier des Charges de l étude de définition de l observatoire de l eau de la Martinique I. Présentation générale du contexte : Afin de faciliter aux aménageurs, aux décideurs et au grand public l accès

Plus en détail

Direction Générale de la Cohésion Sociale

Direction Générale de la Cohésion Sociale Fiche technique : Présentation du décret n 2013-994 du 7 novembre 2013 organisant la transmission d informations entre départements en application de l article L. 221-3 du code de l action sociale et des

Plus en détail

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre COMMISSION DE LA CEDEAO Note méthodologique Task Force «Instrument de financement des intrants» Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plus en détail

MISSION D APPUI EN CONCEPT GIRE AUX PROGRAMMES GWI- AFRIQUE DE L OUEST :

MISSION D APPUI EN CONCEPT GIRE AUX PROGRAMMES GWI- AFRIQUE DE L OUEST : MISSION D APPUI EN CONCEPT GIRE AUX PROGRAMMES GWIAFRIQUE DE L OUEST : Projet GWIAfrique de l Ouest: BurkinaFaso, Ghana, Mali, Niger et Sénégal Expérience réussie de Gestion Intégrée des Ressources en

Plus en détail

REFERENCES DE AC3E EN ASSAINISSEMENT, ANIMATION, FORMATION ET INTERMEDIATION SOCIALE

REFERENCES DE AC3E EN ASSAINISSEMENT, ANIMATION, FORMATION ET INTERMEDIATION SOCIALE REFERENCES DE AC3E EN ASSAINISSEMENT, ANIMATION, FORMATION ET INTERMEDIATION SOCIALE AC3E Ingénieurs conseils 878 rue 29 34 09 BP 532 09 Tél 50 36 36 42 e-mail : ac3eigr@fasonet.bf REFERENCES DU CABINET

Plus en détail

L'étape de planification de votre projet technologique

L'étape de planification de votre projet technologique L'étape de planification de votre projet technologique Résumé : Pour gérer l ensemble des contraintes de votre projet - humaines, matérielles, temporelles et surtout financières et accroître ses chances

Plus en détail

Programme d Application de la Réforme du système de gestion des infrastructures d alimentation en eau potable en milieux rural et semi urbain

Programme d Application de la Réforme du système de gestion des infrastructures d alimentation en eau potable en milieux rural et semi urbain CONVENTION DE DELEGATION DE GESTION DES POMPES A MOTRICITE HUMAINE (PMH) ENTRE UNE COMMUNE ET UNE ASSOCIATION DES USAGERS DE L EAU ENTRE D UNE PART, La Commune de... (province de..) Représentée par le

Plus en détail

10 ème programme 2013-2018 Agence de l eau Adour-Garonne

10 ème programme 2013-2018 Agence de l eau Adour-Garonne 10 ème programme 2013-2018 Agence de l eau Adour-Garonne Bassin Adour-Garonne : 116 000 km² (21% du territoire national métropolitain) Population concernée : 7 millions d habitants Les grands axes du programme

Plus en détail

Chapitre 1. Introduction

Chapitre 1. Introduction ISBN 92-64-01565-5 L assurance-maladie privée dans les pays de l OCDE OCDE 2004 Chapitre 1 Introduction Ce chapitre introductif du rapport explique pourquoi l OCDE a décidé d entreprendre une étude sur

Plus en détail

PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE EXCEPTIONNELLE EPREUVE DE LA NOTE OPERATIONNELLE

PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE EXCEPTIONNELLE EPREUVE DE LA NOTE OPERATIONNELLE PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE EXCEPTIONNELLE EPREUVE DE LA NOTE OPERATIONNELLE RAPPEL DU SUJET : Vous êtes secrétaire administratif de classe exceptionnelle,

Plus en détail

www.pwc.lu/secteur-public Gestion des risques, contrôle interne et audit interne

www.pwc.lu/secteur-public Gestion des risques, contrôle interne et audit interne www.pwc.lu/secteur-public Gestion des risques, contrôle interne et audit interne Contexte Depuis plusieurs années, les institutions publiques doivent faire face à de nouveaux défis pour améliorer leurs

Plus en détail

La mutualisation des fonctions supports

La mutualisation des fonctions supports La mutualisation des fonctions supports Rappel des objectifs des expérimentations de mutualisation Expérimenter un traitement mutualisé de l assistance technique à la gestion du SNV2, des achats, de la

Plus en détail

# 07 Charte de l audit interne

# 07 Charte de l audit interne Politiques et bonnes pratiques # 07 de l audit Direction générale fédérale Service Redevabilité & Qualité Janvier 2015 Approuvé par le Comité des audits Juin 2013 Approuvé par le Directoire fédéral Juillet

Plus en détail

TEXTE ADOPTE no 511 Petite loi ASSEMBLEE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 ONZIEME LEGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 1999-2000 23 mai 2000 PROJET DE LOI ADOPTE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE EN NOUVELLE

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

Un budget 2015 équilibré avec une reprise en main du patrimoine immobilier, mais un avenir suspendu au programme d assainissement de l Etat

Un budget 2015 équilibré avec une reprise en main du patrimoine immobilier, mais un avenir suspendu au programme d assainissement de l Etat COMMUNE DE VAL-DE-RUZ Information aux médias Un budget 2015 équilibré avec une reprise en main du patrimoine immobilier, mais un Le compte de résultat du budget 2015 de la Commune de Val-de-Ruz boucle

Plus en détail

Pastoralisme dans la région du Tadress et le Sud du Ténéré en zone sahélo - saharienne

Pastoralisme dans la région du Tadress et le Sud du Ténéré en zone sahélo - saharienne Réflexion sur les problématiques de l hydraulique pastorale Exemple de la Commune rurale d Aderbissanat au Niger ONG Tidène (Niger) Association Les Puits Du Désert (France) Régie des Eaux de Grenoble (France)

Plus en détail

Le service de l éclairage public *** Présenté par Mr Kheiriddine AOMARI, Chef de Division des Equipements et Services 09 Octobre 2014

Le service de l éclairage public *** Présenté par Mr Kheiriddine AOMARI, Chef de Division des Equipements et Services 09 Octobre 2014 Royaume du Maroc Ministère de l Intérieur Direction Générale des Collectivités Locales Direction de la Planification et de l Equipement Le service de l éclairage public *** Présenté par Mr Kheiriddine

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Code Rural - Recueil des textes Edition 2013

Code Rural - Recueil des textes Edition 2013 REPUBLIQUE DU NIGER CONSEIL SUPREME POUR LA RESTAURATION DE LA DEMOCRATIE MINISTERE DE L EAU, DE L ENVIRONNEMENTET DE LA LUTTE CONTRE LA DESERTIFICATION Arrêté n 0122/MEE/LCD/DGH/DL du 18 octobre 2010

Plus en détail

La distribution publique d électricité

La distribution publique d électricité La distribution publique d électricité ERDF, une expertise nationale Pilotage du réseau à partir de 30 «tours de contrôle» Garantie des missions de service public de la distribution d électricité public

Plus en détail

Routes bien entretenues Financement assuré

Routes bien entretenues Financement assuré Routes bien entretenues Financement assuré Mr. Leon Ramaromanana, Coordinator, Madagascar SOMMAIRE 1.ORIGINE / CREATION DU FER 2. CADRE INSTITUTIONNEL 3. CADRE OPERATIONNEL 4.TERMINOLOGIE 5. MECANISME

Plus en détail

Kigali 5 décembre 2006 REPUBLIQUE DU RWANDA PROVINCE DE L OUEST DISTRICTS DE KARONGI & RUTSIRO

Kigali 5 décembre 2006 REPUBLIQUE DU RWANDA PROVINCE DE L OUEST DISTRICTS DE KARONGI & RUTSIRO REPUBLIQUE DU RWANDA Districts de Karongi et Rutsiro Province de l Ouest/Rwanda PROVINCE DE L OUEST DISTRICTS DE KARONGI & RUTSIRO Présentation synthétique du document de Programme de renforcement de la

Plus en détail

Commission de l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine

Commission de l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine CAS D'EXPÉRIENCE Commission de l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine Présentation du cas d expérience de la Commission de l UEMOA relatif au Projet de renforcement des capacités en matière de

Plus en détail

SPANC de la Communauté de communes de Sablé-sur-Sarthe

SPANC de la Communauté de communes de Sablé-sur-Sarthe SPANC de la Communauté de communes de Sablé-sur-Sarthe Rapport Annuel sur le prix et la qualité du Service Public d Assainissement Non Collectif Année 2012-1 - SOMMAIRE Préambule p.3 I. La vie du service

Plus en détail

TYPES D ESPACES ET STATUTS FONCIERS DES ENSEMBLES DOMANIAUX

TYPES D ESPACES ET STATUTS FONCIERS DES ENSEMBLES DOMANIAUX Règles foncières liées à la GDT Contexte 60% de la population dépend de la terre pour vivre Une mise en culture de plus de 65% des terres arables Un déplacement du front arachidier vers les zones d élevages

Plus en détail

Décret n 2002-254/PRES/PM/SGG-CM du 17 juillet 2002 (JO N 31 2002)

Décret n 2002-254/PRES/PM/SGG-CM du 17 juillet 2002 (JO N 31 2002) Décret n 2002-254/PRES/PM/SGG-CM du 17 juillet 2002 (JO N 31 2002) portant organisation-type des départements ministériels. LE PRESIDENT DU FASO, PRESIDENT DU CONSEIL DES MINISTRES, Vu la Constitution

Plus en détail

------------------ Travail Justice - Solidarité SECRETARIAT GENERAL DU GOUVERNEMENT

------------------ Travail Justice - Solidarité SECRETARIAT GENERAL DU GOUVERNEMENT PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE REPUBLIQUE DE GUINEE ------------------ Travail Justice - Solidarité SECRETARIAT GENERAL DU GOUVERNEMENT DECRET D/2012/ /PRG/SGG PORTANT ORGANISATION ET MODALITÉS DE FONCTIONNEMENT

Plus en détail

Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur

Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur Vu le décret n 2006-672 du 8 juin 2006 relatif à la création, à la composition et au fonctionnement de commissions

Plus en détail

CADRE DE RECONNAISSANCE ET DE FINANCEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION 1. PREMIER VOLET : LA RECONNAISSANCE DU STATUT D ENTREPRISE D INSERTION

CADRE DE RECONNAISSANCE ET DE FINANCEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION 1. PREMIER VOLET : LA RECONNAISSANCE DU STATUT D ENTREPRISE D INSERTION CADRE DE RECONNAISSANCE ET DE FINANCEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION Le cadre de reconnaissance et de financement des entreprises d insertion comporte deux volets le premier volet comprend les éléments

Plus en détail

LA SANTÉ DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ. Agence Régionale de Santé

LA SANTÉ DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ. Agence Régionale de Santé AMÉLIORER LA SANTÉ DE LA POPULATION ET ACCROÎTRE L EFFIcacité DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ Agence Régionale de Santé Une réforme indispensable, les ars pourquoi? Nos dépenses de santé ne cessent d augmenter,

Plus en détail

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE Commission paritaire nationale de l'emploi de la Métallurgie Qualification : MQ 2007 10 89 0264 FICHE D IDENTITE DE LA QUALIFICATION VALIDEE TITRE DE LA QUALIFICATION : Coordonnateur (trice) du développement

Plus en détail

comité technique académique

comité technique académique CTA comité technique académique Enseignement public - 4 juillet 2012 Préparation de la rentrée 2012 Sommaire Mesures d urgence pour la rentrée 2012 : - dans le 1er degré - dans le 2nd degré Schéma d organisation

Plus en détail

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie.

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres-Energivie dans la mise en œuvre du service d accompagnement BIM DATA auprès des collectivités et des bailleurs sociaux Cette consultation a pour objectif

Plus en détail

GUIDE D ASSISTANCE CONSEIL AUX COMMUNES

GUIDE D ASSISTANCE CONSEIL AUX COMMUNES REPUBLIQUE DU BENIN MINISTERE DE LA DECENTRALISATION, DE LA GOUVERNANCE LOCALE, DE L ADMINISTRATION ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE GUIDE D ASSISTANCE CONSEIL AUX COMMUNES Elaboré par la Direction Générale

Plus en détail

REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE UNION-DISCIPLINE-TRAVAIL LA SITUATION DE L INTEGRATION DU GENRE SUR LE PLAN INSTITUTIONNEL, POLITIQUE ET DE PROJET

REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE UNION-DISCIPLINE-TRAVAIL LA SITUATION DE L INTEGRATION DU GENRE SUR LE PLAN INSTITUTIONNEL, POLITIQUE ET DE PROJET REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE UNION-DISCIPLINE-TRAVAIL LA SITUATION DE L INTEGRATION DU GENRE SUR LE PLAN INSTITUTIONNEL, POLITIQUE ET DE PROJET Introduction A l instar de tous les pays qui ont adhéré à

Plus en détail

Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA)

Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA) Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA) Historique : d abord il y eut la conférence régionale de santé Conférences Régionales de Santé (CRS) installées par les ordonnances du 24 avril 1996

Plus en détail

Dispositif : Entreprenariat et entreprises

Dispositif : Entreprenariat et entreprises Dispositif : Entreprenariat et entreprises Axe 2 Objectif Thématique 3 : Améliorer la compétitivité des PME Investissement prioritaire A : Promotion de l esprit d entreprise, en particulier en facilitant

Plus en détail

AVIS D APPEL A CANDIDATURE POUR LE RECRUTEMENT D UN ASSISTANT ADMINISTRATIF ET FINANCIER

AVIS D APPEL A CANDIDATURE POUR LE RECRUTEMENT D UN ASSISTANT ADMINISTRATIF ET FINANCIER MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT TECHNIQUE ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ------------- 01 BP 3771 Abidjan 01 Tel : 21 21 26 20 / 21 21 26 26 Fax : 21 21 26 36 / 37 AVIS D APPEL A CANDIDATURE POUR LE RECRUTEMENT

Plus en détail

CONSEILLER CITOYEN BOURG-EN-BRESSE. Le guide

CONSEILLER CITOYEN BOURG-EN-BRESSE. Le guide CONSEILLER CITOYEN BOURG-EN-BRESSE Le guide INFOS PRATIQUES w Mon conseil citoyen Secteur :... w Mon co-animateur élu est :... Ses coordonnées :... w Mon co-animateur habitant est :... Ses coordonnées

Plus en détail

Au service des consommateurs d électricité de l Ontario

Au service des consommateurs d électricité de l Ontario Au service des consommateurs d électricité de l Ontario Message du président et chef de la direction Le début d une nouvelle année offre l occasion d envisager la voie à suivre dans une nouvelle perspective.

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES PLAN DE COMMUNICATION

CAHIER DES CHARGES PLAN DE COMMUNICATION CAHIER DES CHARGES PLAN DE COMMUNICATION Maître d ouvrage : Syndicat mixte de gestion du Parc naturel régional de Camargue Objet de la consultation : Passation d'une commande pour prestation de services

Plus en détail

SEMINAIRE DES ANIMATEURS TERRITORIAUX. «Témoignage d un animateur sur l application d un contrat»

SEMINAIRE DES ANIMATEURS TERRITORIAUX. «Témoignage d un animateur sur l application d un contrat» SEMINAIRE DES ANIMATEURS TERRITORIAUX (du 6 au 8 octobre 2010 à Angerville l Orcher) «Témoignage d un animateur sur l application d un contrat» Intervenant : Katy Carville Animatrice du Contrat Global

Plus en détail

Le co-commissariat aux comptes. Commentaire de la norme de l ordre des experts comptables de Tunisie

Le co-commissariat aux comptes. Commentaire de la norme de l ordre des experts comptables de Tunisie Le co-commissariat aux comptes Commentaire de la norme de l ordre des experts comptables de Tunisie Sommaire 1- Désignation 2- Définitions 3- Interventions des co-commissaires aux comptes 4- Conclusion

Plus en détail

RAPPORT GENERAL SYNTHESE DU SEMINAIRE DE DEMARRAGE DU PROGRAMME D APPUI AU DEVELOPPEMENT RURAL (PADER), COTONOU LES 13 ET 14 MARS 2007

RAPPORT GENERAL SYNTHESE DU SEMINAIRE DE DEMARRAGE DU PROGRAMME D APPUI AU DEVELOPPEMENT RURAL (PADER), COTONOU LES 13 ET 14 MARS 2007 RAPPORT GENERAL SYNTHESE DU SEMINAIRE DE DEMARRAGE DU PROGRAMME D APPUI AU DEVELOPPEMENT RURAL (PADER), COTONOU LES 13 ET 14 MARS 2007 2 Du 13 au 14 Mars 2007 a eu lieu au Palais des Congrès de Cotonou,

Plus en détail

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE Les présentes orientations stratégiques ministérielles ont reçu l avis favorable du CHSCT ministériel de l éducation nationale, en sa séance du 10 octobre 2012 Direction générale des ressources humaines

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

Table Ronde «Industrie» Quels partenariats entre sociétés d ingénierie et industriels pour améliorer leurs compétitivités?

Table Ronde «Industrie» Quels partenariats entre sociétés d ingénierie et industriels pour améliorer leurs compétitivités? Table Ronde «Industrie» Quels partenariats entre sociétés d ingénierie et industriels pour améliorer leurs compétitivités? Relations avec des Ingénieries pour mise en œuvre d une partie du plan de développement

Plus en détail

NOUVEL AÉROPORT INTERNATIONAL BLAISE DIAGNE

NOUVEL AÉROPORT INTERNATIONAL BLAISE DIAGNE NOUVEL AÉROPORT INTERNATIONAL BLAISE DIAGNE Révision : 16/04/07 Impression : 16/04/07 NOUVEL AÉROPORT INTERNATIONAL BLAISE DIAGNE 2 JUSTIFICATION DU PROJET Le Sénégal a connu depuis la dévaluation de 1994

Plus en détail

Thème : Vers un Nouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan?

Thème : Vers un Nouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan? Thème : Vers un ouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan? Auteur : Mr Mhamed MOUAACHA, Chef de Division au Haut Commissariat au Plan (HCP)

Plus en détail

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 PV/04/11 CONSEIL DES GOUVERNEURS Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite OLAF : DÉCISION EN MATIÈRE DE LUTTE CONTRE LA

Plus en détail

STRATEGIE POUR LA MAINTENANCE DES POMPES MANUELLES EN SIERRA LEONE

STRATEGIE POUR LA MAINTENANCE DES POMPES MANUELLES EN SIERRA LEONE STRATEGIE POUR LA MAINTENANCE DES POMPES MANUELLES EN SIERRA LEONE L objectif de ce programme, mené dans le district de Bombali, en Sierra Leone, est d accompagner et de former les communautés villageoises

Plus en détail

FICHE DE FONCTION - 04

FICHE DE FONCTION - 04 FICHE DE FONCTION - 04 ANIMATEUR/EDUCATEUR de classe 1 INTITULE DE LA FONCTION : animateur/éducateur RELATIONS HIERARCHIQUES L animateur/éducateur de classe 1 exerce ses fonctions sous la responsabilité

Plus en détail

Stratégie Nationale sur le Changement Climatique

Stratégie Nationale sur le Changement Climatique Publié par la En collaboration avec le Ministère de l Equipement, de l Aménagement du Territoire et du Développement Durable Stratégie Nationale sur le Changement Climatique Synthèse Publié par Bureau

Plus en détail