Quels sont les paramètres techniques, économiques et humains à prendre en compte lorsqu une entreprise souhaite glocaliser son activité?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Quels sont les paramètres techniques, économiques et humains à prendre en compte lorsqu une entreprise souhaite glocaliser son activité?"

Transcription

1 Université Paris 1 Panthéon Sorbonne Master 2 Sciences du Management Spécialité Logistique Sabine Allard Quels sont les paramètres techniques, économiques et humains à prendre en compte lorsqu une entreprise souhaite glocaliser son activité? Mémoire de fin d études Monsieur Patrice Vol Maitre de conférences associé Université Paris I Panthéon-Sorbonne 2010

2 "

3 Remerciements En préambule de ce mémoire, je souhaite adresser mes remerciements à l ensemble des personnes qui m'ont, de près ou de loin, apporté leur aide et leur soutien et contribué à son élaboration. Je tiens tout particulièrement à remercier Monsieur Patrice Vol, mon maître de mémoire pour avoir accepté de tenir ce rôle, m avoir consacré de son temps et offert de précieux conseils quant à la rédaction de ce mémoire et à la méthodologie de travail à adopter. Mes remerciements s adressent également à Monsieur Alexandre Fauvet et Madame Sophie Lucas de la société Lacoste, respectivement Directeur international logistique et marketing et Chef de produit international senior, pour avoir répondu à mes interrogations et apporté des éléments d analyse pertinents. Je remercie aussi ma camarade de classe, Olena Shybitska, Assistante logistique au sein de l entreprise Yves Rocher pour avoir accepté de répondre avec gentillesse à mes nombreuses questions.

4 Sommaire Remerciements... 3 Sommaire... 4 Tables des illustrations... 6 Introduction... 7 Origine et concept de la glocalisation... 9 I. Les paramètres techniques A. L adaptation technique du produit Définition et caractéristiques intrinsèques du produit La composition et la structure du produit Les performances adaptées aux contraintes et attentes des consommateurs Le conditionnement et l esthétique Le conditionnement L esthétique La dénomination commerciale du produit L adaptation des services liés au produit B. L environnement légal et administratif Les réglementations relatives à l accès au marché Les réglementations au niveau des produits Normalisation Protection des marques et des brevets La protection des marques La protection des brevets Emballage et étiquetage : conception, recyclage, et mentions obligatoires C. L implantation dans le pays ciblé Le choix du mode d implantation Le sourcing #

5 3. La production II. Les paramètres économiques A. Le marché et les concurrents Les critères d accessibilité au marché Les critères de potentialité L analyse du marché L analyse des concurrents Les critères de sécurité B. Le coût de la glocalisation Les produits Les prix La communication La distribution III. Les paramètres humains A. La prise en compte des valeurs et différences culturelles B. Les employés Le recours à la main d œuvre locale et à l expatriation Management interculturel La formation Le droit du travail C. Éthique Conclusion Références bibliographiques Annexes $

6 Tables des illustrations PARTIE I : LES PARAMÈTRES TECHNIQUES Tableau 1: Présentation des différences de nom du produit Cajoline selon les pays p. 25 Tableau 2 : Un nouveau type de stratégie, la stratégie glocale p. 51 Figure 1 : Structure de la nomenclature - déclaration en douane p. 31 Figure 2 : Processus de choix d un mode d implantation p. 46 PARTIE II : LES PARAMÈTRES ÉCONOMIQUES Figure 3: Les cinq forces de Porter p. 64 Figure 4 : La détermination du prix à partir du coût, de la demande et de la concurrence p. 74 Figure 5 : Adaptation de la communication de la marque Givenchy au Moyen-Orient p. 76 PARTIE III : LES PARAMÈTRES HUMAINS Tableau 6 : Différences entre distance hiérarchique élevée et faible p. 85 Tableau 7 : Différences entre pays à fort et faible contrôle de l incertitude p. 86 Tableau 8 : Pays à fort indice de masculinité versus pays à culture féminine p. 88 Tableau 9 : Management comparé et management interculturel p. 92 Tableau 10 : Salaire minimum légal en 2007 dans différents pays p. 101 Tableau 11 : Réglementations sur la durée des périodes d essais p. 100 Tableau 12 : Travail des enfants âgés entre 5 et 14 ans p. 104 Figure 6 : La typologie des formations interculturelles p. 97 %

7 Introduction L internationalisation consiste «à rendre quelque chose international, faire en sorte qu'il concerne plusieurs nations» 1 et suppose donc l existence de nations. Malgré les phénomènes de mondialisation et de globalisation, ces dernières continuent de se distinguer les unes des autres. Il n existe pas à l heure actuelle de réelle uniformisation des processus de consommation. On constate toujours des divergences dans les besoins et attentes des consommateurs et de fortes disparités en termes de goût, culture et coutumes qui représentent des enjeux essentiels pour les entreprises souhaitant s exporter sur de nouveaux marchés. Toutefois, nombreuses d entre elles n hésitent pas à relever ces défis. Une des questions majeures à laquelle doivent alors faire face les entreprises réside en la stratégie déployée hors des frontières. Doit-elle être répliquée à l identique ou être adaptée aux nombreuses spécificités locales (réglementations, modes de distribution, environnement géographique et climatique, situation économique et politique, et plus important encore exigences et attentes des consommateurs)? La glocalisation, concept dernièrement développé, s oriente vers cette seconde approche. Tandis que de nombreuses théories prônent le concept de standardisation 2, jusqu'où l'entreprise doit-elle uniformiser ses produits ainsi que les autres éléments de son marketing mix, la glocalisation, au contraire soulève la question suivante : jusqu'où les adapter aux différents marchés individuels? La glocalisation est une position médiane entre la standardisation et l adaptation. Elle se définie comme la conception et le développement d une stratégie globale, mais qui intégrera les spécificités du contexte local. A ce titre, les entreprises qui glocalisent leurs activités, conçoivent des produits de façon universelle et les adaptent localement. & '(()*++,,,-./ (7199/ /98/73+79(409/(719/.7340+#:;%< "

8 Pourtant, la glocalisation ne concerne pas uniquement les produits et affecte l ensemble de l activité de l entreprise. Dans un pays étranger, il est nécessaire de s'adapter aux attentes de la population locale mais également au marché, à la culture et aux différentes réglementations en vigueur. A ce jour, il n'existe pas de marketing global ni même de consommateur international. Chaque pays revêt des spécificités techniques qui lui sont propres et l'entreprise qui souhaite s'y implanter avec succès, doit les prendre en compte avec attention. Le succès de la glocalisation de l activité sur de nouveaux territoires suppose aussi la considération des aspects économiques, et plus souvent négligés des paramètres humains. De nombreuses variables doivent donc être analysées préalablement à toute internationalisation. Ces éléments, d ordre technique, économique et humain doivent être minutieusement analysés afin de faciliter les nombreuses décisions stratégiques qui en découlent. Ainsi, nous présenterons dans une première partie les paramètres techniques à considérer puis, dans une deuxième partie nous analyserons les paramètres économiques à prendre en compte. Enfin, au cours d une troisième et dernière partie, nous détaillerons les paramètres humains. <

9 Origine et concept de la glocalisation Si l on s en tient aux propos de Théodore Levitt en 1983, la globalisation désigne «la convergence des marchés dans le monde entier». Ainsi, elle se résumerait à la tendance de toute chose à devenir comme les autres. Les goûts, les préférences mais aussi les attentes des consommateurs tendraient donc à devenir universels et l offre des entreprises consisterait alors à proposer des produits et des services de plus en plus standardisés, voire identiques, quelque soit le marché. La globalisation, en ce sens, ignorerait dès lors toutes différences nationales 3. Pourtant, tous les théoriciens ne sont pas d accord avec cette définition. Nederveen Pieterse a par exemple, introduit dans ce débat la notion d hybridation, mélange naturel qui se produit quand le mondial rencontre le local 4. Ailleurs, les auteurs Heather Voisey et Tim O Riordan considèrent que le concept de globalisation n est plus suffisant pour décrire le monde dans lequel nous vivons : «Nous n appartenons plus qu à un seul monde. Nous expérimentons des versions locales du monde et, en le faisant, nous devons nous localiser dans le contexte le plus large du global» 5. Un nouveau concept est donc né, celui de la glocalisation. Ce mot provient d une expression japonaise «dochakuka» signifiant devenir autochtone («originaire du pays qu'il habite, dont les ancêtres ont vécu dans ce pays» 6 ), à l origine «dochaku» («autochtone, vivant sur sa propre terre»). Le terme correspondait à cette époque, au processus d adaptation des techniques agricoles étrangères aux conditions locales, mais fut repris dans les années 1980 par les hommes d affaires nippons dans le sens de «localisation globale» c est-à-dire comme technique d adaptation des pratiques mondiales aux conditions locales 7. : # U74(4034?M-V-?"WWA?"#$%"&'%(&#)*%)+*,-"(-./0*1"#$%"*23"%)1/?=/9'/C?KX?S1,C/9Y=7(( ? D67(719?)-;& $ )-"$ % F(()*++,,,-./ (7199/ /98/73+/2(18'(194 ; \/./P/0? V-? \4)(4CO40 "WW%? HI)407C49(79N,7(' ]N.18/. 4('91N0/)'L^ /3 / C4('161.1NL (1 3(26L (12073C 79 _37/ /96 O4L196? B97>4037(L15U4993L.>/97/

10 De nombreux auteurs ont depuis évoqué le terme glocalisation, néologisme à priori paradoxal combinant les mots global («tendance des entreprises multinationales à concevoir des stratégies à l'échelle planétaire, conduisant à la mise en place d'un marché mondial unifié 8») et local («adaptation d'un produit, d'une activité productrice ou commerciale à une zone géographique, en fonction de divers facteurs naturels, techniques, économiques, culturels et sociaux 9»). Dans les théories sociales, la glocalisation fut développée et popularisée par le sociologue Roland Robertson 10. Celui-ci décrit cette dernière comme «la simultanéité (ou coprésence) de tendances à universaliser et à particulariser 11». D après cet auteur, bien que le glocal et le local soient liés, le rapport entre les deux n est jamais direct et passe par de nombreux processus d adaptation et d interprétation. «The idea of glocalization in its business sense is closely related to what in some contexts is called, in more straightforwardly economic terms, micro marketing: the tailoring and advertising of goods and services on a global or near-global basis to increasingly differentiated local and particular markets 12. Au lieu de «se comprimer» mutuellement, le global et le local s interpénètrent afin de produire un résultat unique dans chaque zone géographique. Dès lors, l hétérogénéité prime sur l homogénéité 13. Pour Khondker, la glocalisation est un processus combinant les concepts de macro localisation et micro globalisation 14. Giddens a une vision différente de la relation entre global et local. Pour lui, la glocalisation provoque le renouveau des identités culturelles locales. En ce sens, le local serait la réponse aux forces dites globales 15. Le concept de glocalisation offre de multiples dimensions plus ou moins complexes selon les auteurs, mais tous soulignent l importance de l adaptation. < F(()*++,,,-./ (7199/ /98/73+N.1O/.73/(719+:;&$% A F(()*++,,,-./ (7199/ /98/73+.18/.73/(719 &W `4/('403(194?K-?=/3'?\-?S1O40(319?S-?&AA$?"#$%"*2#+/.)&(&/4?\_aHU2O.78/(719?)-"< && &" `4/('403(194?K-?=/3'?\-?S1O40(319?S-?&AA$?"#$%"*2#+/.)&(&/4?\_aHU2O.78/(719?)-"< &: S7(P40?a-?"WW#?>=/*A,B#)%"+&'%(&#)*#C*?#,&/(7*D?U794`10N4?)-&%% &# K/L9/06?K-?"WW:?`01Ca.1O/.(1=18/.*F1,a7..4((4[3\49310HI84./881CC16/(4(1M/)/9?b471c1CC2978/(719S4>74,9T"$?)-" &$ F(()*++N.1O/.7P/(719-78//)-10N+819(49(+><-&+\'/0C/-)65 &W

11 «La glocalisation est l adoption des stratégies globales et locales en partant du principe que la globalisation d un produit nécessite dans tous les cas, une adaptation à la région dans laquelle il va être vendu si l entreprise veut réussir 16». Cette première définition révèle la condition nécessaire au succès d un produit global : l adaptation du produit à la région où il sera commercialisé. La glocalisation est également un concept qui explique l interaction des dimensions globales et locales de toute stratégie commerciale et marketing, de communication, etc. En effet, il est possible de définir, en marketing, la glocalisation de la manière suivante : «la conception et le développement d une stratégie globale, mais qui intégrera la spécificité du contexte local». Un produit destiné à un marché global bénéficiera d une adaptation ou d une personnalisation aux caractéristiques, attentes et contraintes éventuelles du marché où il sera commercialisé provoquant l ajustement de toute la stratégie de l entreprise. De nombreux échecs de stratégie seraient ainsi dûs à un manque d attention vis-à-vis de la diversité culturelle et de la dimension locale, renforçant ainsi l idée du concept «think global, act local». La notion de culture est également intimement liée à celle de glocalisation. Son importance, bien que souvent négligée à travers le concept de globalisation, révèle ici toute son importance. Souvent, même les marques leader en apparence globale glocalisent leurs activités sur de nouveaux marchés d une manière ou d une autre. Jean Noël Kapferer explique que «Même quand une marque est en apparence globale, distribuée et connue partout dans le monde, l examen révèle qu on est souvent loin de la standardisation du produit ; on doit parler de métissage, d hybridation du produit, d adaptation forte 17». En terme économique, la glocalisation (ou encore standardisation adaptée) signifie faire du «micro marketing, à partir d une conception globale pour la production et la distribution &% F(()*++,,,-75/C/-10N+(/C2+7/C/ "WW;c \LC)1372CU/)403d57.43+&&:$dU/)40-)65 &; =4'2?M-K?"WW#?5E/),7,"#;3+&/*+-*A%.F/(&)1?H67(71936[Z0N/973/(719?"WW#?)-:%A &&

12 d un produit à une grande échelle, viser divers consommateurs et inventer différentes traditions de consommation» 18 et rejoint la définition proposée par Roland Robertson. L'adaptation du produit domestique aux marchés étrangers consiste à offrir un produit adapté aux goûts, aux préférences et aux besoins spécifiques des consommateurs visés. Il est essentiel de se mettre à la place des consommateurs potentiels locaux afin d anticiper leurs réactions et leurs comportements face au produit «global» proposé. L entreprise doit donc être en mesure de considérer à la fois les variables globales et locales afin de proposer un produit satisfaisant les attentes de ses divers consommateurs tout en dégageant un bénéfice financier. Après avoir brièvement expliqué les origines et le concept de glocalisation, on s intéressera aux paramètres techniques que doivent prendre en compte les entreprises souhaitant glocaliser leurs activités. &< X7C7(01>/?_-?"WW$?=4]e42^49( /.4(.4N.1O/.*62/.7(D4(67/.48(7f2464./N.1O/.73/(719?g7..4JK1964?9T&% &"

13 I. Les paramètres techniques Les adaptations techniques concernent toutes les modifications que doivent effectuer les entreprises afin de permettre la «mise à la consommation» de leurs produits sur le marché considéré. Elles sont souvent nécessaires du fait de nombreuses différences d ordre légal, réglementaire, géographique, climatique, culturel et religieux, ou encore linguistique entre les marchés. Ces adaptations techniques sont d une importance capitale pour les entreprises qui souhaitent glocaliser leurs activités car toute inadaptation dans le marché visé aux facteurs précédemment cités peut avoir un impact néfaste sur la profitabilité ou l image de l entreprise: impossibilité de pénétrer le marché, échec du produit ou encore détérioration de l image de marque de l entreprise. Dès lors, les adaptations techniques sont les principaux éléments que doivent étudier et ajuster les organisations. A. L adaptation technique du produit 1. Définition et caractéristiques intrinsèques du produit Un produit est «une entité susceptible de satisfaire un besoin ou un désir» 19. Afin de glocaliser son activité, l entreprise doit se demander : - Le produit répond-il aux besoins et attentes des populations locales? - Si tel n est pas le cas, le produit est-il glocalisable? - Quels sont les critères essentiels que l entreprise doit prendre en compte pour répondre aux différentes spécificités du marché local et de ses consommateurs? - A quel(s) niveau(x) ces critères influencent-t-ils les différentes caractéristiques du produit? L objectif de cette partie est de montrer que le produit est un paramètre technique que l entreprise ne doit en aucun cas négliger car il peut être soumis à de nombreux ajustements lors de la glocalisation de l activité. &A b1(.40?u-?x2o173?r-?"ww%?a%.f/(&)1*2%)%1/2/)(?u4/0319h67(7193?&& hc4 D67(719 &:

14 1. 1. La composition et la structure du produit La composition d un produit peut être définie comme «la proportion et la nature des éléments qui rentrent dans un corps, un tout» 20. Ce sont, à titre d exemple, les matières premières ou les ingrédients d un produit. Avant de glocaliser son activité, l entreprise doit veiller à ce que les différents composants de ses produits soient compatibles avec les habitudes, les normes religieuses ainsi que les réglementations en vigueur sur le marché. Dès lors, la glocalisation de la composition du produit peut s avérer indispensable. Tout d abord, les normes sociales, religieuses et culturelles en sont la première raison. En effet, ces dernières peuvent être déterminantes des habitudes de consommation et, glocaliser une activité dans une nouvelle région sans y adapter les composants des produits qui seront commercialisés peut devenir désastreuse pour l entreprise, d autant plus si la culture du marché local (les valeurs et les croyances) est profondément distincte de celle du pays d origine. La religion, par exemple, a un impact important sur les produits, et plus particulièrement sur les ingrédients qui peuvent entrer dans leur composition. Mc Donald s, entreprise américaine est le parfait exemple d une glocalisation réussie. Elle a su s installer avec succès dans des pays tels que l Inde et l Israël où les habitudes alimentaires de ces populations locales sont très différentes des américains. Pour cela, Mc Donald s s est adapté en proposant des aliments répondant aux croyances, valeurs, traditions et habitudes des populations locales ciblées, en glocalisant certains composants de son produit phare, «l hamburger». En Inde, où par croyance religieuse la grande majorité des Hindous ne mangent pas de bœuf, Mc Donald s commercialise des hamburgers végétariens ou à base de poulet et d agneau. Ailleurs, au Maroc où les populations locales mangent surtout de la viande halal, celle-ci est certifiée 100% halal tout comme en Israël où la viande est 100% kasher dans l ensemble de ses restaurants. De plus, les hamburgers à base de viande ne comprennent pas de fromage en Israël, du fait des croyances religieuses de la population locale (où il ne "W F(()*++,,,-./ (7199/ /98/73+81C)137(719 &#

15 faut pas selon la tradition juive mélanger viande et produits laitiers) 21. Les restrictions religieuses sur certains produits peuvent donc nécessiter des adaptations des produits. Les préférences et attentes des consommateurs sont le second critère pour expliquer le recours à la glocalisation de la composition des produits. En effet, les individus n ont pas les mêmes habitudes de consommation. Il est important de rappeler que si le produit ne correspond pas aux exigences du consommateur, celui-ci ne l achètera pas. Mc Donald s glocalise également la composition de ses hamburgers pour proposer des produits au plus proche des attentes et habitudes alimentaires des populations locales de différents pays : - Norvège : le «McLaks» pain complet composé de saumon grillé et sauce à l aneth. - Pays-Bas : le «Groenteburger» un hamburger végétarien. - Uruguay : le «Mc Huevos» hamburger à base d œufs pochés. - Japon : le «Chicken Tatsuta Sandwich» composé de poulet frit épicé, sauce au soja et au gingembre, salade et mayonnaise. - Philippines : le «Mc Spaghetti» à base de saucisses de Francfort et de sauce tomate ou bolognaise Arabie Saoudite : le «Mc Arabia» composé de kefta, de tahina, de salade, de tomates et d oignons, le tout enroulé dans du pain kebab. Les composants d un produit peuvent également faire l objet de modifications si ces derniers ne respectent pas les réglementations locales établies par les pouvoirs publics, sans quoi le produit pourrait ne pas être commercialisé. En effet, de nombreuses règlementations propres à chaque pays et qui sont par définition, d application obligatoire, peuvent contraindre les entreprises à adapter leurs composants pour autoriser le produit à la "& F(()*++,,,-'1,3(255,10Q3-81C+N.18/.7P/(719-'(C+)079(/O.4 "" S7(P40?a-?"WW#?>=/*A,B#)%"+&'%(&#)*#C*?#,&/(7*D?U794`10N4?)-&%% &$

16 vente. Si l entreprise ne respecte pas ces réglementations nationales ou locales, ses produits peuvent être retirés du marché et/ou faire l objet de lourdes sanctions financières. Les entreprises doivent donc considérer ce paramètre en se renseignant sur les réglementations en vigueur dans le pays ciblé. Les produits alimentaires sont souvent les plus réglementés du fait du risque pour la santé des consommateurs. Les boissons énergisantes de la marque Red Bull ont été pendant des années interdites sur le territoire français du fait de deux de ces composants interdits en France, la taurine et le glucuronolactone. Pour contourner ce problème, l entreprise a glocalisé ses produits en remplaçant les deux substances interdites par de l arginine, composant autorisé en France avant d être finalement accepté sous sa forme initiale un an plus tard 23. De nombreux autres paramètres doivent être pris en compte selon les marchés et l activité de l entreprise. L état des routes et le climat d un pays peuvent par exemple, contraindre les constructeurs automobiles à modifier la structure des pneus ou la peinture des voitures. En Suède par exemple, où il neige abondamment en hiver, le sel déversé sur les routes, endommage la peinture des voitures. Les composants des peintures sont donc adaptés afin de permettre une plus grande résistance de celles-ci. La structure d un produit peut être définie comme la «manière dont les parties d'un tout sont arrangées entre elles» 24. Des études en amont de la glocalisation de l activité de l entreprise, doivent être réalisées. En effet, les habitudes de consommation jouent également un rôle important sur la structure d un produit. Si l on prend l exemple du secteur de l électroménager, secteur très complexe où les modes de consommation sont très différents selon les marchés, la glocalisation de la structure du produit devient alors un facteur indispensable de succès. En ce qui concerne les lave-linge, en Europe, en Amérique Latine et en Russie le chargement frontal du linge est particulièrement apprécié des consommateurs, excepté en France où le chargement vertical est privilégié. Au Japon, les machines à laver sont à ": F(()*++()4046O2..-4JC1937(4-81C+02O07f24&J81C)13/9(3J4(J4554(3?&:&WW;-'(C. 24 &%

17 chargement vertical mais le tambour tourne perpendiculairement au sol. Quant aux États- Unis, les consommateurs privilégient les machines à grande capacité. La place des composants est donc largement susceptible d être un facteur important de succès selon l activité de l entreprise. Les grandes entreprises de l'électroménager telles que Whirlpool ou Electrolux doivent donc adapter leur offre 25 dans chacun des pays où ils commercialisent leurs produits. L adaptation de la structure d un produit est souvent nécessaire du fait d un grand nombre de paramètres spécifiques à un territoire donné. Les contraintes géographiques notamment, peuvent limiter l espace disponible et la configuration des habitats comme cela est le cas au Japon. Ainsi, les entreprises spécialisées dans le secteur de l électroménager peuvent être amenées à modifier la taille des appareils ménagers ou de leurs mobiliers. Aux États- Unis au contraire, les contraintes d agencement et cette culture du «gros» ont contraint Ikea à adapter 50 % de sa gamme, suite à un premier échec sur le territoire. Les lits étaient trop étroits, les placards et tiroirs de cuisine n étaient pas assez profonds, les verres non adaptés à la quantité de glace qu aime mettre les américains... Ikea a donc adapté sa gamme de produits en faisant appel à des fournisseurs américains 26. Les adaptations requises sont souvent propres à chaque pays. De ce fait, les entreprises qui souhaitent glocaliser leurs activités, doivent faire une étude de marché approfondie du produit et du pays ciblé Les performances adaptées aux contraintes et attentes des consommateurs Les consommateurs recherchent des produits de qualité, conformes à leurs attentes et capables de satisfaire leurs besoins. Ainsi, les performances attendues d un produit peuvent être très homogènes et sont donc susceptibles d'être perçues différemment en fonction du marché sur lequel le produit est commercialisé. Les entreprises doivent donc s intéresser à satisfaire les besoins spécifiques des consommateurs locaux avec des produits adaptés aux performances attendues par ces derniers. "$ U/381JR40'1?c-?"WW"?A%.F/(&)1*&)(/.)%(&#)%"?X2916?# hc4 D67(719 "% =401L?`-?"WW<?5/4*4(.%(31&/4*+/*"E/)(./;.&4/?: hc4 D67(719?)-;" &;

18 L entreprise qui souhaite glocaliser son activité doit réaliser une étude de marché en s intéressant notamment aux attentes du consommateur envers un produit et au bénéfice que ce dernier va retirer de son utilisation. A partir de là, l entreprise sait si le produit correspond ou non à ce que recherchent les consommateurs, et peut alors modifier le produit pour le rendre au plus près des performances attendues par ceux-ci. Bien que très coûteuse, cette analyse reste pourtant le moyen le plus efficace pour les entreprises d éviter tout échec lors de la glocalisation de leur activité. Une étude menée en Asie, en Inde, et au Japon a révélé de grandes différences de performances attendues par les consommatrices locales sur des soins pour le visage par rapport à l Occident. Cela a conduit les marques dites «globales» à s adapter à des espaces culturels spécifiques, selon la manière dont les utilisatrices locales se représentent la beauté du visage. En effet, bien que toutes les marques, internationales comme locales, communiquent sur l éclat du teint, leurs communications vont diverger d un pays à l autre sur les bienfaits du produit selon les performances attendues par les utilisatrices locales dans ces pays, à savoir une peau claire. On trouve alors, Pond s White Beauty (Unilever), L Oréal Paris White Perfect, Dior Snow, Lancôme blanc expert, etc. 27 Les entreprises souhaitant glocaliser leurs activités doivent également prendre en compte l ensemble des contraintes liées à un marché. La lessive liquide de la société Procter & Gamble avait été conçue, dans un premier temps pour être commercialisée dans les pays asiatiques, où la majorité des machines à laver ne consomment pas d eau chaude. L eau froide ne permettait pas à la lessive en poudre de correctement se diluer. Bien que les performances attendues du produit fussent les mêmes, le résultat était différent puisque les vêtements étaient, une fois sortis de la machine à laver, encore pleins de lessive non dissoute. Procter & Gamble a donc dû adapter les performances de son produit, à savoir laver le linge sans résidu de poudre. L entreprise a revu la formule du produit et créé une lessive liquide. "; 81931CC/(719 &<

19 De la même manière, Downy Single Rinse, également produit de la marque Procter & Gamble a été spécialement lancé au Mexique puis dans de nombreux autres pays dont le Pérou, la Chine et les Philippines pour répondre aux performances attendues par les consommateurs locaux, à savoir une lessive qui nécessite peu d eau (dans ces pays l accès à l eau est considérablement précieux par rapport à d autres marchés). Cette lessive a pour principal avantage de moins «mousser», ce qui permet d utiliser de plus faibles quantités d eau lors du rinçage. Il faut donc tenir compte des conditions d utilisation sur les différents marchés tout comme des performances attendues par les utilisateurs. Si le produit domestique ne peut pas être utilisé tel quel, il faudra apporter les modifications nécessaires de façon à le rendre utilisable, en jouant notamment sur les performances attendues. De plus, il est essentiel que ces performances soient objectivement observables par les clients lors de l'utilisation de celui-ci sinon le produit sera un échec Le conditionnement et l esthétique Le conditionnement Le conditionnement peut être défini comme l enveloppe matérielle du produit. Il englobe le produit et d autres composants annexes tels que la notice d utilisation. Il contient et protège le produit mais doit également servir à le présenter, informer le consommateur, et déclencher l acte d achat. L entreprise, dès lors qu elle souhaite glocaliser son activité sur de nouveaux marchés doit s interroger sur les caractéristiques du conditionnement : - Est-il adapté aux habitudes d'achat et de consommation (tailles et quantités les plus fréquemment demandées)? - Est-il approprié vis-à-vis des conditions climatiques locales? - Est-il conforme aux législations en vigueur dans le territoire visé? &A

20 Tout d abord, l adaptation du conditionnement est primordiale pour respecter les habitudes des consommateurs locaux. En Chine par exemple, Danone a commercialisé des yoghourts à boire à la paille puisque les habitants n utilisent pas de cuillère. Le conditionnement a été adapté afin que le couvercle soit facilement transperçable tout en étant suffisamment solide pour résister aux chocs. Le conditionnement a également été modifié afin d être vendu en bouteille, puisque le yoghourt est plutôt considéré comme un «soft drink» 28. Proposer sur ce marché un yoghourt dans des pots individuels comme cela est le cas en France pourrait être un échec total pour l entreprise. Aux Etats-Unis, le conditionnement est également revu puisque les yoghourts ne sont pas vendus par quatre, huit ou douze comme en France mais dans des pots d environ 500 grammes. Dans les pays à faible pouvoir d achat, les consommateurs ont tendance à acheter des produits (shampoing, lessive, etc.) en petits conditionnements (à usage individuel) car leurs coûts sont plus abordables. En Inde notamment, 70 % des produits pour les cheveux sont vendus en sachets individuels. Procter & Gamble a ainsi lancé ses shampoings Pantene et Head & Shoulders dans des conditionnements de 7,5 ml 29. Plus récemment, Colgate a lancé un sachet de dentifrice de 35 ml à un coût très bas (0,15 euros) 30. "< b/607?v-?x4k110?\-?"ww<?j (./3(0/(dn746[79(409/(719/.73/(71964x/9194)/00/))10(/2i)01627(3./7(740350/73e? B97>4037(DU/073&WV/9(4004 "A '(()*++,,,-)NJ7967/-81C+ :W '(()*++,,,-2O750/ /2.(-'(C. "W

Etudes de Marché à l Internationale

Etudes de Marché à l Internationale Etudes de Marché à l Internationale Hofstede / Mesurer la culture via 5 indices : - Individualisme vs. Collectivisme - Masculinité vs. Féminité - Incertainty avoidance - Power distance - Court terme vs.

Plus en détail

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL :

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : ANALYSE CONCURRENTIELLE ET STRATEGIE MARKETING INTERNATIONAL : L entreprise a le choix entre 3 grands types de stratégie : La standardisation

Plus en détail

IMPORTEURS - EXPORTATEURS

IMPORTEURS - EXPORTATEURS Août 2013 IMPORTEURS - EXPORTATEURS Service Etudes CCI Indre Importateurs - Exportateurs Toute reproduction interdite sans l autorisation de l auteur Page 1 SOMMAIRE Page LES OPERATEURS DU COMMERCE INTERNATIONAL

Plus en détail

Définition: La politique de distribution consiste à choisir le réseau, les partenaires qui seront chargés de distribuer le produit sur le marché.

Définition: La politique de distribution consiste à choisir le réseau, les partenaires qui seront chargés de distribuer le produit sur le marché. Définition: La politique de distribution consiste à choisir le réseau, les partenaires qui seront chargés de distribuer le produit sur le marché. Les étapes de la commercialisation Les opérations d acheminement

Plus en détail

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales»

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les chaînes d activité mondiales (CAM) Les chaînes d activité recouvrent la gamme complète des fonctions et des tâches

Plus en détail

Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise

Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise On ne peut concevoir l entreprise comme une entité isolée du milieu dans lequel elle agit. L entreprise

Plus en détail

Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011

Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011 Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011 PRESENTATION Le groupe ALTIOS International Une société leader dans le conseil et le développement opérationnel

Plus en détail

Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation

Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation Deux chocs importants ont affecté le comportement des prix de détail des principaux pays

Plus en détail

Épreuve composée. II sera tenu compte, dans la notation, de la clarté de l'expression et du soin apporté à la présentation.

Épreuve composée. II sera tenu compte, dans la notation, de la clarté de l'expression et du soin apporté à la présentation. Épreuve composée Cette épreuve comprend trois parties. 1. Pour la partie 1 (Mobilisation des connaissances), il est demandé au candidat de répondre aux questions en faisant appel à ses connaissances personnelles

Plus en détail

Observatoire des PME exportatrices d Ile-de-France

Observatoire des PME exportatrices d Ile-de-France Observatoire des PME exportatrices d Ile-de-France Enquête 2015 Réalisation : ACTEL Données source : Direction régionale des douanes Ile-de-France Ouest 1 Observatoire des PME exportatrices d Ile-de-France

Plus en détail

Éléments méthodologiques sur le reporting environnemental 2011

Éléments méthodologiques sur le reporting environnemental 2011 1 Nos performances environnementales, sociales et sociétales en 2011 Éléments méthodologiques sur le reporting environnemental 2011 Sur les données environnementales publiées dans le présent rapport, il

Plus en détail

Les régimes douaniers économiques LES AVANTAGES DES REGIMES ECONOMIQUES

Les régimes douaniers économiques LES AVANTAGES DES REGIMES ECONOMIQUES Les régimes douaniers économiques LES AVANTAGES DES REGIMES ECONOMIQUES Définition Un régime douanier correspond à la situation douanière d'une marchandise tierce ou communautaire et doit être distingué

Plus en détail

15. 16. Le droit de la santé au Canada. Répartition constitutionnelle des pouvoirs

15. 16. Le droit de la santé au Canada. Répartition constitutionnelle des pouvoirs Le droit de la santé au Canada Les soins de santé au Canada représentent un sujet complexe. En effet, certains services de soins de santé sont publics alors que d autres sont privés et un certain nombre

Plus en détail

www.duranleaulegal.ca

www.duranleaulegal.ca www.duranleaulegal.ca Chili Montréal Cadre législatif APPLICATION, MISE EN OEUVRE: OMC, OMD ALÉ CANADA-CHILI Centaines de lois domestiques PLAN Enjeux critiques Coûts et délais liés au douanes Inscription

Plus en détail

Présentation du Groupe IKEA

Présentation du Groupe IKEA Présentation du Groupe IKEA IKEA dans le monde en quelques chiffres En 62 ans, le Groupe IKEA est devenu le leader mondial sur le marché du meuble. En tant que spécialiste de l ameublement et de la décoration

Plus en détail

MARKETING INTERNATIONAL

MARKETING INTERNATIONAL Anne-Gaëlle Jolivot MARKETING INTERNATIONAL 2 e édition Conseiller éditorial Christian Pinson Dunod, Paris, 2013 ISBN 978-2-10-059918-9 SOMMAIRE Avant-propos 7 CHAPITRE 1 Démarche marketing et internationalisation

Plus en détail

Service ARBURG dans le monde

Service ARBURG dans le monde Aperçu Service ARBURG dans le monde Rapide, complète, orientée sur la recherche de solution : la prise encharge complète et directe par ARBURG www.arburg.com ARBURG pour un moulage par injection efficace

Plus en détail

E41 - Analyse diagnostique des marchés étrangers

E41 - Analyse diagnostique des marchés étrangers Brevet de Technicien Supérieur COMMERCE INTERNATIONAL à référentiel commun européen Session 2011 E41 - Analyse diagnostique des marchés étrangers Éléments de CORRIGÉ - La société des vins du Jura (SVDJ)

Plus en détail

Stratégie d entreprise : cas Jurassic toys.

Stratégie d entreprise : cas Jurassic toys. Stratégie d entreprise : cas Jurassic toys. Rappel : Diagnostique stratégique S (force) W (faiblesse) O (opportunité) T (menace) Il s agit d une analyse externe, de l environnement. Une filière industrielle

Plus en détail

1.3 Propriétés, fonctions et processus culturels clés... 8 1.4 Toutes les cultures évoluent dans la mondialisation... 11

1.3 Propriétés, fonctions et processus culturels clés... 8 1.4 Toutes les cultures évoluent dans la mondialisation... 11 Table des matières Introduction........................................................................... 1 Chapitre 1. Analyse de l environnement international...................... 5 Introduction................................................................................

Plus en détail

Quel est le temps de travail des enseignants?

Quel est le temps de travail des enseignants? Quel est le temps de travail des enseignants? Dans les établissements publics, les enseignants donnent, en moyenne et par an, 779 heures de cours dans l enseignement primaire, 701 heures de cours dans

Plus en détail

Les opérateurs du commerce extérieur Année 2008 Résultats provisoires http://lekiosque.finances.gouv.fr

Les opérateurs du commerce extérieur Année 2008 Résultats provisoires http://lekiosque.finances.gouv.fr Les opérateurs du commerce extérieur Année 2008 Résultats provisoires http://lekiosque.finances.gouv.fr En 2008, la baisse du nombre d exportateurs engagée depuis 2003 s accentue (-3,1 %), quelle que soit

Plus en détail

Tableau de bord de l industrie française

Tableau de bord de l industrie française Tableau de bord de l industrie française Mars 11 Document réalisé par Coe-Rexecode Groupe des Fédérations Industrielles - 55 av. Bosquet - 7533 Paris Cedex 7 - Tél. 1 53 59 18 6 - Fax 1 53 59 18 88 - gfi@gfi.asso.fr

Plus en détail

COMBIEN NOUS COÛTE L APPRÉCIATION DE L EURO?

COMBIEN NOUS COÛTE L APPRÉCIATION DE L EURO? COMBIEN NOUS COÛTE L APPRÉCIATION DE L EURO? Département analyse et prévision de l OFCE L année 2003 aura été assez désastreuse pour la zone euro sur le plan des échanges extérieurs, qui ont contribué

Plus en détail

«Une approche globale de la protection des données à caractère personnel dans l'union européenne» Contribution du Groupe Carrefour - Janvier 2011

«Une approche globale de la protection des données à caractère personnel dans l'union européenne» Contribution du Groupe Carrefour - Janvier 2011 «Une approche globale de la protection des données à caractère personnel dans l'union européenne» Contribution du Groupe Carrefour - Janvier 2011 Numéro au registre des représentants d intérêts : 2921139621-18

Plus en détail

Le cours mondial du coût du chercheur d entreprise devient une réalité. Les Etats-Unis continuent à faire «cavalier seul».

Le cours mondial du coût du chercheur d entreprise devient une réalité. Les Etats-Unis continuent à faire «cavalier seul». COMPARAISON INTERNATIONALE SUR LE COURS DU CHERCHEUR COMPTABILISÉ PAR LES GROUPES BÉNÉFICIAIRES DU CIR EN 2014 ANRT, 1 er septembre 2015 Le cours mondial du coût du chercheur d entreprise devient une réalité.

Plus en détail

DIAGNOSTIC EXPORT. Mode d emploi. 17 février 2011

DIAGNOSTIC EXPORT. Mode d emploi. 17 février 2011 DIAGNOSTIC EXPORT Mode d emploi 17 février 2011 I.Introduction 1. 1. Les avantages de l export 2. 2. Les défis de l export 3. 3. Qu est ce qu un «Diagnostic Export»? II. Analyse de l entreprise 1. 1. Une

Plus en détail

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, )

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, ) Chap 12 : Les firmes multinationales dans l économie mondiale Les entreprises qui produisaient et se concurrençaient autrefois sur leur marché national agissent désormais au niveau mondial. La plupart

Plus en détail

Domination par les coûts. Différenciation Champ concurrentiel. Concentration fondée sur des coûts réduits

Domination par les coûts. Différenciation Champ concurrentiel. Concentration fondée sur des coûts réduits 1. INTRODUCTION AU CONCEPT DE STRATEGIE GENERIQUE Chapitre 3 : LE CHOIX D'UNE STRATEGIE GÉNÉRIQUE La troisième étape (choix d'une stratégie générique) de la démarche classique de la réflexion stratégique

Plus en détail

De succès dans l internationalisation des entreprises

De succès dans l internationalisation des entreprises De succès dans l internationalisation des entreprises Présence Internationale 50 Pays Afrique du Sud Algérie Allemagne Angola Arabie Saoudite Argentine Autriche Azerbaïdjan Belgique Brésil Bulgarie Canada

Plus en détail

LE DRAWBACK RELATIF AUX VÉHICULES AUTOMOBILES EXPORTÉS

LE DRAWBACK RELATIF AUX VÉHICULES AUTOMOBILES EXPORTÉS Ottawa, le 21 octobre 2009 MÉMORANDUM D7-3-2 En résumé LE DRAWBACK RELATIF AUX VÉHICULES AUTOMOBILES EXPORTÉS 1. Le présent mémorandum a été révisé conformément à l Initiative de réduction de la paperasserie

Plus en détail

Click to edit Master title style

Click to edit Master title style Le Service des délégués commerciaux MAECI: Orientation et rôle Investissement étranger direct (IED) Anderson Blanc Délégué commercial Click to edit Master title style Investissement & Innovation Coordonnateur

Plus en détail

TARIFS DOUANIERS DU MONDE ENTIER

TARIFS DOUANIERS DU MONDE ENTIER Guide base de données douanière, Taric, Tares TARIFS DOUANIERS DU MONDE ENTIER OFFICIAL PROGRAMS Actualisé Janvier 2015 Sommaire 1. INTRODUCTION 3 2. BASE DE DONNÉES DOUANIÈRE (TARIFS DOUANIERS DU MONDE

Plus en détail

Normes du CAD pour une évaluation de qualité. (pour période d application)

Normes du CAD pour une évaluation de qualité. (pour période d application) Réseau du CAD sur l évaluation Normes du CAD pour une évaluation de qualité (pour période d application) Les normes présentées dans ce document ont été approuvées par les membres du Réseau CAD sur l Évaluation

Plus en détail

Dîner Maroc Entrepreneurs

Dîner Maroc Entrepreneurs Entrepreneurs Conseil Dîner Maroc Entrepreneurs Enjeux et tendances des investissements directs étrangers au Maroc 19 avril 2004 1 Sommaire 1. Synthèse des enjeux et des tendances 2. Chiffres clefs Importations

Plus en détail

APPROCHE AU DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL À L INTERNATIONAL

APPROCHE AU DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL À L INTERNATIONAL international business experts APPROCHE AU DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL À L INTERNATIONAL OUTILS ET CLÉS DE SUCCÈS Par Jalal Benbrahim, MD - Wink Consulting OBJECTIF DU SÉMINAIRE Partager les éléments à prendre

Plus en détail

Accord de libre échanges Maroc-USA Maroc/USA

Accord de libre échanges Maroc-USA Maroc/USA Conseil National du Commerce Extérieur Accord de libre échanges Maroc-USA Maroc/USA Anticiper Partager Agir 2006 www.cnce.org.ma SOMMAIRE A. Vers une importante ouverture du marché marocain des produits

Plus en détail

Guide de l importateur sur l établissement de la valeur Comment déterminer la valeur en douane

Guide de l importateur sur l établissement de la valeur Comment déterminer la valeur en douane BSF5000(F) Guide de l importateur sur l établissement de la valeur Comment déterminer la valeur en douane Dans cette publication toutes les expressions désignant les personnes visent à la fois les hommes

Plus en détail

MARKETING MIX. Politique Produit. Les composantes d un produit POLITIQUE PRODUIT

MARKETING MIX. Politique Produit. Les composantes d un produit POLITIQUE PRODUIT MARKETING MIX POLITIQUE PRODUIT Sandrine Monfort Politique Produit! Les composantes d un produit! Les classifications produit! Lancement produit! Politique de gamme! Politique de marque Les composantes

Plus en détail

MESURER LA MONDIALISATION: LE POIDS DES MULTINATIONALES DANS LES ÉCONOMIES DE L'OCDE

MESURER LA MONDIALISATION: LE POIDS DES MULTINATIONALES DANS LES ÉCONOMIES DE L'OCDE ORGANISATION DE COOPÉRATION ET DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUES ORGANISATION FOR ECONOMIC CO-OPERATION AND DEVELOPMENT MESURER LA MONDIALISATION: LE POIDS DES MULTINATIONALES DANS LES ÉCONOMIES DE L'OCDE GUIDE

Plus en détail

Programme de compensation volontaire des gaz à effet de serre (GES)

Programme de compensation volontaire des gaz à effet de serre (GES) Programme de compensation volontaire des gaz à effet de serre (GES) Volet déplacements professionnels L Université et la lutte aux changements climatiques L Université Laval souhaite contribuer à la lutte

Plus en détail

1. Observations: Comment peut- on améliorer la compétitivité?

1. Observations: Comment peut- on améliorer la compétitivité? «Aperçu de la transformation alimentaire» Pour mieux comprendre la compétitivité au sein de diverses industries 1. Observations: Comment peut- on améliorer la compétitivité? Le présent rapport fait appel

Plus en détail

PARTIE 1 : LA DEMARCHE D EXPORTATION

PARTIE 1 : LA DEMARCHE D EXPORTATION PARTIE 1 : LA DEMARCHE D EXPORTATION Pour réussir à l export, trois actions préalables sont nécessaires : Définition d une stratégie Etude de marchés Prospection des marchés I- DEFINITION D UNE STRATEGIE

Plus en détail

Matières Appliquées Master 1

Matières Appliquées Master 1 Appliquées Master 1 SPÉCIALITÉ COMMERCE INTERNATIONAL Semestre 7 UE LA0C142X Droit des contrats du commerce international Circuits de distribution à l international Douanes Analyse d exploitation Marketing

Plus en détail

Analyse de l image touristique de la France et de son positionnement à l étranger

Analyse de l image touristique de la France et de son positionnement à l étranger Analyse de l image touristique de la France et de son positionnement à l étranger Ipsos / Maison de la France Synthèse Jeudi 18 janvier 2007 Ipsos Public Affairs Contacts : Joachim Soëtard 01 41 98 92

Plus en détail

REFLEXIONS DE LA CGPME

REFLEXIONS DE LA CGPME DROIT DE LA CONSOMMATION REFLEXIONS DE LA CGPME Réponse à la consultation publique sur le Livre Vert relatif à la révision de l acquis communautaire en matière de protection des consommateurs Le 8 février

Plus en détail

Faire de la liberté d'investissement un vecteur de croissance verte Table ronde sur la liberté d'investissement Avril 2011

Faire de la liberté d'investissement un vecteur de croissance verte Table ronde sur la liberté d'investissement Avril 2011 Faire de la liberté d'investissement un vecteur de croissance verte Table ronde sur la liberté d'investissement Avril 2011 Organisation de coopération et de développement économiques Division de l'investissement,

Plus en détail

SD Worx Connect Erasing the borders of payroll

SD Worx Connect Erasing the borders of payroll SD Worx Connect Erasing the borders of payroll Systèmes Échelon paneuropéen La gestion de paie Tax & Legal Think Global, Act Local Services Solution intégrée Service transparent Outil sur mesure Votre

Plus en détail

Le marché des cosmétiques aux Émirats-arabes. arabes-unis

Le marché des cosmétiques aux Émirats-arabes. arabes-unis Le marché des cosmétiques aux Émirats-arabes arabes-unis Service du commerce extérieur 2010 ANALYSE DU MARCHE Parfumerie/cosmétique = principal bien de consommation Le pouvoir d achat et les habitudes

Plus en détail

MOUVEMENTS MIGRATOIRES

MOUVEMENTS MIGRATOIRES PARTIE 5 MOUVEMENTS page 363 5 MOUVEMENTS page 364 SOMMAIRE MOUVEMENTS n Répartition par nationalité des travailleurs entrés en France au cours de l année 29 366 n L immigration familiale 367 à 37 n Les

Plus en détail

Transfert de technologie vers la Chine: lignes directrices à l usage des entreprises

Transfert de technologie vers la Chine: lignes directrices à l usage des entreprises Transfert de technologie vers la Chine: lignes directrices à l usage des entreprises Transfert de technologie vers la Chine pourquoi s inquiéter? Les entreprises européennes souhaitent pénétrer le marché

Plus en détail

CONCLUSIONS DU COMITE PERMANENT SUR LA CHAINE ALIMENTAIRE ET LA SANTÉ ANIMALE

CONCLUSIONS DU COMITE PERMANENT SUR LA CHAINE ALIMENTAIRE ET LA SANTÉ ANIMALE 14 décembre 2007 ORIENTATIONS RELATIVES À LA MISE EN ŒUVRE DU RÈGLEMENT N 1924/2006 CONCERNANT LES ALLÉGATIONS NUTRITIONNELLES ET DE SANTÉ PORTANT SUR LES DENRÉES ALIMENTAIRES CONCLUSIONS DU COMITE PERMANENT

Plus en détail

ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE

ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE RESTRICTED AG/DOC/7/JPN/2 Z^lll^L^ DOCUMENTATION CONCERNANT L'AGRICULTURE CATALOGUE DES MESURES NON TARIFAIRES Nonnes de commercialisation et règles

Plus en détail

4 prestations essentielles pour vous accompagner à l international

4 prestations essentielles pour vous accompagner à l international PERFORMANCE EXPORT Développement à l'international V 4 prestations essentielles pour vous accompagner à l international Si on en parlait? Vous recherchez de nouveaux débouchés à l international? Vous entretenez

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

COMMENT EXTERNALISER SA e-logistique?

COMMENT EXTERNALISER SA e-logistique? COMMENT EXTERNALISER SA e-logistique? Lorraine La logistique, maillon essentiel du e-commerce, a un impact direct sur la satisfaction du client. Néanmoins, face à l accumulation des commandes, nombre d

Plus en détail

III. La segmentation du marche de l automobile et la stratégie de Dacia

III. La segmentation du marche de l automobile et la stratégie de Dacia III. La segmentation du marche de l automobile et la stratégie de Dacia A. La macro segmentation La mission de la marque est clairement définie sur son site internet : «Dacia a comme objectif la production

Plus en détail

UN MESSAGE DE L ASSOCIATION DE L INDUSTRIE TOURISTIQUE DU CANADA UN MESSAGE DE L ASSOCIATION DES VIGNERONS DU CANADA

UN MESSAGE DE L ASSOCIATION DE L INDUSTRIE TOURISTIQUE DU CANADA UN MESSAGE DE L ASSOCIATION DES VIGNERONS DU CANADA UN MESSAGE DE L ASSOCIATION DES VIGNERONS DU CANADA L industrie vinicole canadienne sait comment laisser une impression à la fois agréable et durable. Dès les premiers instants où un visiteur planifie

Plus en détail

Comment expliquer les différences d efforts de recherche et développement (R&D) entre les pays?

Comment expliquer les différences d efforts de recherche et développement (R&D) entre les pays? Comment expliquer les différences d efforts de recherche et développement (R&D) entre les pays? Le but de ce dossier pédagogique est de mieux comprendre les écarts constatés entre pays en matière d effort

Plus en détail

Propriété Industrielle

Propriété Industrielle 6 l organisation de la Propriété Industrielle Le 0 mars 88, les pays signataires de la Convention d Union de Paris se sont engagés à créer un service spécial de Propriété Industrielle. C est dans ces conditions

Plus en détail

REXEL, LEADER SUR UN MARCHÉ PORTEUR. Réunion à Strasbourg le 2 juin 2014

REXEL, LEADER SUR UN MARCHÉ PORTEUR. Réunion à Strasbourg le 2 juin 2014 REXEL, LEADER SUR UN MARCHÉ PORTEUR Réunion à Strasbourg le 2 juin 2014 REXEL EN BREF Rexel, leader mondial de la distribution professionnelle de produits et services pour le monde de l énergie La mission

Plus en détail

Conseils pratiques pour la gestion des risques fiscaux de l entreprise. Jean-Luc Wuidard Droit de rencontres 4 mai 2011 Liège Airport

Conseils pratiques pour la gestion des risques fiscaux de l entreprise. Jean-Luc Wuidard Droit de rencontres 4 mai 2011 Liège Airport Conseils pratiques pour la gestion des risques fiscaux de l entreprise Jean-Luc Wuidard Droit de rencontres 4 mai 2011 Liège Airport Le facteur fiscal = Un coût inhérent à l'activité de l'entreprise qu'il

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE FRANCE ZONE EURO 1. Crédits nouveaux au secteur privé en septembre 2012 : tassement pour les entreprises, contraction pour les ménages 2. Déficit

Plus en détail

LA CONFIANCE DES MARCHÉS ÉMERGENTS EST EN HAUSSE TANDIS QUE CELLE DES MARCHÉS DÉVELOPPÉS RECULE

LA CONFIANCE DES MARCHÉS ÉMERGENTS EST EN HAUSSE TANDIS QUE CELLE DES MARCHÉS DÉVELOPPÉS RECULE Le 20 janvier 2011 LA CONFIANCE DES MARCHÉS ÉMERGENTS EST EN HAUSSE TANDIS QUE CELLE DES MARCHÉS DÉVELOPPÉS RECULE ***La confiance des marchés asiatiques se rapproche de son niveau d avant la crise***

Plus en détail

Les Français et leurs dépenses en voyage

Les Français et leurs dépenses en voyage Les Français et leurs dépenses en voyage Etude Visa Europe menée par TNS Sofres en Novembre 14 Sommaire 1 Rappel méthodologique 3 Résultats détaillés 5 3 Annexes 1 1 Rappel Méthodologique Rappel du dispositif

Plus en détail

Pour tout renseignement concernant l ISQ, le MDEIE ainsi que les données statistiques dont ils disposent, s adresser à :

Pour tout renseignement concernant l ISQ, le MDEIE ainsi que les données statistiques dont ils disposent, s adresser à : Pour tout renseignement concernant l ISQ, le MDEIE ainsi que les données statistiques dont ils disposent, s adresser à : Institut de la statistique du Québec Ministère du Développement économique, 200,

Plus en détail

Etude d un réseau de distribution Une enseigne du groupe Beaumanoir

Etude d un réseau de distribution Une enseigne du groupe Beaumanoir Le Clerc de la Herverie Maxime Master 2 services en réseau et e-business Etude d un réseau de distribution Une enseigne du groupe Beaumanoir R. Perrigaut Cours de Réseaux de distribution 2007-2008 1 Résumé

Plus en détail

Négociations bilatérales Union européenne Etats-Unis De réelles opportunités mais aussi des lignes rouges pour l industrie chimique en France

Négociations bilatérales Union européenne Etats-Unis De réelles opportunités mais aussi des lignes rouges pour l industrie chimique en France Juin 2014 Négociations bilatérales Union européenne Etats-Unis De réelles opportunités mais aussi des lignes rouges pour l industrie chimique en France Les industriels de la chimie en France mettent en

Plus en détail

Les Échanges. Internationaux. de l Aquitaine

Les Échanges. Internationaux. de l Aquitaine Les Échanges Internationaux de l Aquitaine en 2009 2009 : Tendances et faits marquants Baisse généralisée des exportations et importations Exportations Importations Aquitaine Valeur 2009 12 083 9 664 Evolution

Plus en détail

LA DIVERSITÉ LINGUISTIQUE DES FILMS DE LONG MÉTRAGE

LA DIVERSITÉ LINGUISTIQUE DES FILMS DE LONG MÉTRAGE LA DIVERSITÉ LINGUISTIQUE DES FILMS DE LONG MÉTRAGE BULLETIN D'INFORMATION DE L'ISU FÉVRIER 202, N 7 Cette fiche d information de l ISU présente les dernières données de l enquête sur les films de long

Plus en détail

Liste des tableaux. I. Évolution du commerce mondial

Liste des tableaux. I. Évolution du commerce mondial Liste des tableaux I. Évolution du commerce mondial 1. Aperçu général Tableau I.1 Croissance du volume des exportations et de la production mondiales de marchandises, 2005-2013 21 Tableau I.2 Croissance

Plus en détail

Marketing mix. Service du commerce extérieur 22 février 2011

Marketing mix. Service du commerce extérieur 22 février 2011 Marketing mix Service du commerce extérieur 22 février 2011 Stratégie marketing Bien avant d avoir en main votre première commande, il vous faudra préparer un plan de marketing pour l exportation. À cette

Plus en détail

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul Le nombre de dépôts de demandes en matière de propriété intellectuelle a poursuivi sur sa lancée d avant la crise, celui des dépôts de demandes de brevet augmentant à son rythme le plus fort en près de

Plus en détail

Se préparer pour le défi des retraites. Sebastian Paris-Horvitz Directeur de la Stratégie d Investissement

Se préparer pour le défi des retraites. Sebastian Paris-Horvitz Directeur de la Stratégie d Investissement Se préparer pour le défi des retraites. Sebastian Paris-Horvitz Directeur de la Stratégie d Investissement Le Défi des retraites S. PARIS-HORVITZ - 26/04/2006 1 Sommaire Le défi démographique Le défi des

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Rapport intérimaire sur la mise en œuvre de Bâle III

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Rapport intérimaire sur la mise en œuvre de Bâle III Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Rapport intérimaire sur la mise en œuvre de Bâle III Octobre 2011 Le présent document est traduit de l anglais. En cas de doute ou d ambiguïté, se reporter à l original.

Plus en détail

Géographie des goûts alimentaires

Géographie des goûts alimentaires Géographie en première bac professionnel Propositions de séquence Géographie des goûts alimentaires Contenu : -étude de situation sur la géographie des goûts alimentaires; -utilisation des TICE; -Prolongement

Plus en détail

DU NORD-PAS DE CALAIS ET L INTERNATIONAL

DU NORD-PAS DE CALAIS ET L INTERNATIONAL / LES ENTREPRISES 2008 DU NORD-PAS DE CALAIS ET L INTERNATIONAL /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////2008 Observatoire

Plus en détail

Le commerce extérieur de la Belgique

Le commerce extérieur de la Belgique Le commerce extérieur de la Belgique janvier-septembre 2010 Le commerce extérieur de la Belgique à l issue des 9 premiers mois de 2010 (Source: BNB concept communautaire*) Analyse des chiffres des 9 premiers

Plus en détail

La solution pour l Europe : la prise de charge de type 2 avec ou sans obturateur

La solution pour l Europe : la prise de charge de type 2 avec ou sans obturateur La solution pour l Europe : la prise de charge de type 2 avec ou sans obturateur L un des facteurs clés du succès de l électromobilité est la recharge facile de véhicules électriques partout en Europe.

Plus en détail

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES Claude MULSANT, Directrice adjointe du réseau MAGELLAN INTERNATIONAL J ai donc la lourde responsabilité

Plus en détail

EXAMEN ANNUEL PAR LA COMMISSION

EXAMEN ANNUEL PAR LA COMMISSION COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 17.3.2015 COM(2015) 130 final EXAMEN ANNUEL PAR LA COMMISSION des rapports d activité annuels des États membres en matière de crédits à l exportation au sens du règlement

Plus en détail

glossaire Appellation commerciale Voir nom de marque.

glossaire Appellation commerciale Voir nom de marque. glossaire Accessibilité financière Le coût d un traitement par rapport au revenu de la population. dans cette enquête, le salaire journalier minimum d un employé non-qualifié du secteur public est comparé

Plus en détail

Le rôle des technologies de l information dans la performance logistique

Le rôle des technologies de l information dans la performance logistique Le rôle des technologies de l information dans la performance logistique Prof. Dr. Werner DELFMANN Département planification opérationnelle et logistique, Université de Cologne (Allemagne) Dipl- Kfm. Martin

Plus en détail

L IMMATÉRIEL DES PAYS, AVANTAGE COMPÉTITIF DANS LA MONDIALISATION?

L IMMATÉRIEL DES PAYS, AVANTAGE COMPÉTITIF DANS LA MONDIALISATION? L IMMATÉRIEL DES PAYS, AVANTAGE COMPÉTITIF DANS LA MONDIALISATION? W, Havas Design, HEC Paris, Ernst & Young et Cap présentent un classement inédit des pays : (enquête réalisée par l institut Harris Interactive)

Plus en détail

SOFT TAGGING : UNE REVOLUTION POUR LES SERVICES MARKETING

SOFT TAGGING : UNE REVOLUTION POUR LES SERVICES MARKETING Online Intelligence Solutions SOFT TAGGING : UNE REVOLUTION POUR LES SERVICES MARKETING Par Stéphanie Legrand, chef de produit marketing WHITE PAPER SOMMAIRE CONTEXTE 3 Le projet Web Analytics actuel 4

Plus en détail

Initiative pour des denrées alimentaires produites de manière durable (Initiative sur les denrées alimentaires)

Initiative pour des denrées alimentaires produites de manière durable (Initiative sur les denrées alimentaires) Initiative pour des denrées alimentaires produites de manière durable (Initiative sur les denrées alimentaires) Projet à l intention de l examen juridique La version allemande fait foi. Texte de l initiative

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

Le commerce international des oléagineux et de l arachide- Place et enjeux pour la filière sénégalaise

Le commerce international des oléagineux et de l arachide- Place et enjeux pour la filière sénégalaise Le commerce international des oléagineux et de l arachide- Place et enjeux pour la filière sénégalaise Le contexte mondial des filières oléagineuses- Principales caractéristiques L analyse du secteur mondial

Plus en détail

Chapitre 5. La conclusion et les recommandations

Chapitre 5. La conclusion et les recommandations Chapitre 5 La conclusion et les recommandations 5.1 L introduction Ce chapitre montre les conclusions obtenus à partir de la réalisation de l investigation littéraire ainsi que de la l investigation pratique.

Plus en détail

Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013

Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013 Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013 Perspectives de croissance de l industrie des Médias et des Loisirs 25 Juin 2009 01 François ANTARIEU, Associé PwC, Responsable France de l Industrie Médias

Plus en détail

COURS ENTREPRENEURIAT: APPROCHES ET OUTILS BUSINESS MODEL. Page 1/26

COURS ENTREPRENEURIAT: APPROCHES ET OUTILS BUSINESS MODEL. Page 1/26 COURS ENTREPRENEURIAT: APPROCHES ET OUTILS BUSINESS MODEL Page 1/26 Rappel des objectifs de la séance 1. Apprentissage des notions clés Business model composantes clés et typologie Innovation et création

Plus en détail

CHINE CONTINENTALE ET HONG KONG : LA REFORME DE LA FISCALITÉ S INTENSIFIE

CHINE CONTINENTALE ET HONG KONG : LA REFORME DE LA FISCALITÉ S INTENSIFIE De nombreuses réformes fiscales sont en cours en Chine afin d encadrer une économie mature et en phase de consolidation. Ces réformes sont profondes et fondamentales mais n en sont pas moins d abord testées

Plus en détail

Chapitre 1. Analyse de l environnement international...

Chapitre 1. Analyse de l environnement international... Table des matières Introduction....................................................................... 1 Remerciements....................................................................... 2 Chapitre

Plus en détail

LE CERTIFICAT D'ORIGINE (CO)

LE CERTIFICAT D'ORIGINE (CO) LE CERTIFICAT D'ORIGINE (CO) 1. DEFINITION Quoi? Le certificat d origine UE est la carte d identité des marchandises qu il mentionne. Il s agit souvent du pays de fabrication ou plutôt de transformation

Plus en détail

Presse internationale

Presse internationale Pour tout complément d information, appelez le du lundi au vendredi, de 8 h 30 à 19 h 30. 0,34 TTC/mn à partir d un téléphone fixe ou votre contact commercial habituel. ou connectez-vous sur notre site

Plus en détail

Succursale Auto Hall à Marrakech

Succursale Auto Hall à Marrakech Succursale Auto Hall à Marrakech DOSSIER DE PRESSE JEUDI 27 MAI 2004 Voitures Véhicules utilitaires Véhicules industriels Matériel agricole Engins de Travaux Publics p l u s d e s e r v i c e s à p r o

Plus en détail

MiniKonf 2007 Marketing: Passer d un produit technologique à un produit marketing

MiniKonf 2007 Marketing: Passer d un produit technologique à un produit marketing MiniKonf 2007 Marketing: Passer d un produit technologique à un produit marketing Stéphanie MICHEL AMATO Consultante AJEM Consultants Avec le témoignage de François CHALUMEAU Directeur GlobaWare International

Plus en détail

Chap 12 : Le prix. I. La fixation du prix dans les unités commerciales. A. Les étapes. 1. La prise en compte de l objectif de l enseigne

Chap 12 : Le prix. I. La fixation du prix dans les unités commerciales. A. Les étapes. 1. La prise en compte de l objectif de l enseigne Chap 12 : Le prix I. La fixation du prix dans les unités commerciales A. Les étapes 1. La prise en compte de l objectif de l enseigne En fonction de la cible à atteindre et du positionnement de l enseigne,

Plus en détail

Thème Sens et portée de l étude Notions Thème EM 3 - Les principes de fonctionnement d une organisation 3.3 Les stratégies de l organisation

Thème Sens et portée de l étude Notions Thème EM 3 - Les principes de fonctionnement d une organisation 3.3 Les stratégies de l organisation Thème Sens et portée de l étude Notions Thème EM 3 - Les principes de fonctionnement d une organisation 3.3 Les stratégies de l organisation Les stratégies sont globales ou de domaine. Les stratégies globales

Plus en détail