ENSAM-Meknès. Rapport de stage à l ONEP. Royaume du Maroc.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ENSAM-Meknès. Rapport de stage à l ONEP. Royaume du Maroc."

Transcription

1 Royaume du Maroc. Université My Ismail Ecole Nationale Supérieure Office Nationale d Arts et Métiers. de L Eau Potable. Meknès. Rapport de stage Réalisé par : Hassan KHADIRI. Assisté par : M.Oulji. Période du stage : Juillet Service : Organisation de la maintenance. Année universitaire :2002/2003. Page 8 -

2 INTRODUCTION L expérience permet d améliorer les connaissances pratiques d un individu, comme elle sert à tester ces informations théoriques. Certes, mon stage qui s est déroulé à l office nationale de l eau potable (ONEP) à Meknès pendant un mois m a permis d acquérir cette expérience. J ai ainsi pu me familiariser avec tous les personnels de l office, surtout avec le service organisation de la maintenance. Ce rapport traite les points suivants : Aperçu sur l office. Service organisation de la maintenance. Les stations de pompages. La recherche des fuites. Relation de l ONEP avec l ONE (office nationale d électricité). Travail effectué. Page 9 -

3 Remerciements : Avant d entamer la rédaction de ce rapport, je tiens à adresser mes vifs remerciements à Monsieur Le Directeur régional et les agents de l office nationale de l eau potable direction régionale centre sud à Meknès précisément à :? M M.OUILJI (chef de service maintenance.)? M H.MOUSSALLI (Technicien supérieure.)? M E.AROUCHE (Technicien principal.)? M O.OUZZINE (Technicien principal.)? M T.AIT BEL ARBI (chef de service exploitation.) Ainsi que l ensemble des personnels de la direction régionale qui nous ont donné une vue générale sur le fonctionnement des entités et des services de l office. J adresse également mes sincères remerciements à Monsieur le Directeur de l ENSAM, à tous les professeurs et les dirigeants de cet école pour les efforts qu ils consacrent pour ma formation. Page 10 -

4 SOMMAIRE Introduction 4 Partie 1 : Aperçu sur l office. Brcf historique. 6 Organisation de l ONEP L alimentation en eau potable d un centre..7 Partie 2 : Service organisation de la maintenance Introduction. 10 Les activités du service 11 Partie 3 : Les stations de pompages. Introduction Les sources d eau 14 Les groupes électropompes...14 Les postes de chloration Les armoires de commande..18 Les équipements hydromécaniques 19 Les postes de transformation.. 19 Les réservoirs...19 Partie 4 : La recherche des fuites. Introduction La recherche et la localisation des fuites 21 La réparation des fuites 23 Partie 5 : Relation de l ONEP avec l office nationale d électricité (ONE). Introduction Tarification de l énergie électrique. 26 Actions pour réduire le coût de l énergie 27 Partie 6 : Travail effectué Assistance de résolution d un problème au niveau d une station de pompage. 29 Conclusion.30 Annexes..31 Bibliographie Page 11 -

5 INTRODUCTION L expérience permet d améliorer les connaissances pratiques d un individu, comme elle sert à tester ces informations théoriques. Certes, mon stage qui s est déroulé à l office nationale de l eau potable (ONEP) à Meknès pendant un mois m a permis d acquérir cette expérience. J ai ainsi pu me familiariser avec tous les personnels de l office, surtout avec le service organisation de la maintenance. Ce rapport traite les points suivants : Aperçu sur l office. Service organisation de la maintenance. Les stations de pompages. La recherche des fuites. Relation de l ONEP avec l ONE (office nationale d électricité). Travail effectué. Page 12 -

6 I- Bref historique : L office nationale de l eau potable (ONEP) a été crée en 1972 par le Dahir du Safar 1392, c est un établissement semi-public a caractère commercial et industriel, il est doté de l autonomie financière et soumis au contrôle du ministre des finances et sous la tutelle du ministère de l équipement. Avant la création de l ONEP à Meknès, l alimentation en eau potable de la ville (Production et distribution) était assurée premièrement par la municipalité, ensuite par la régie autonome de distribution d eau Meknès (RADEM). L intervention de l ONEP a été en 1982 pour renforcer la capacité de production d eau à Meknès. II- Organisation de l ONEP : La direction générale de l ONEP se trouve à Rabat (DG). Chaque région a une direction régionale (DR) : DR1: direction régionale à Agadir. DR2: direction régionale Tanssifte Al Haouz à Marrakech. DR3: direction régionale à Khouribga. DR4: direction régionale nord ouest à Kenitra. DR5: direction régionale centre nord à Fès. DR6: direction régionale à Oujda. DR7: direction régionale centre sud à Meknès. DR8: direction de province Saharienne à Layaune. DRC : direction régionale cote atlantique. Chaque DR a des directions provinciales (DP). Pour la DR7 on trouve deux DP, l une à ERRACHIDIA et l autre à KHENIFRA. L organigramme de l ONEP au niveau de la DR7 est présenté par la figure 1.1 suivante : Page 13 -

7 Direction régionale Division technique Division de distribution Division exploitation Service étude Service d exploitation Service travaux Service production Service gérance et assainissement Service organisation maintenance Bureau Bureau Bureau d entretien de méthodes de gestion stocks Figure 1.1 : Organigramme de l ONEP au niveau de la DR7. III- L alimentation en eau potable d un centre (AEP) : Les attributions de l ONEP ont été définies comme suit : La planification de l approvisionnement en eau. L étude, la réalisation et la gestion des productions d eau potable. Le contrôle de pollution des points d eau destinés à la consommation. Le suivi de la qualité des eaux distribuées. Page 14 -

8 Pour satisfaire ces conditions, plusieurs directions ont été établies :? Direction d étude : étudie les projets, comprend généralement : - Etude d avant projet sommaire(aps). - Etude d avant projet détaillé (APD). - Etablissement des dossiers de consultation (DCE).? Direction d équipement : réalise les travaux techniques de l ONEP.? Direction d exploitation : contient les sous directions suivantes : - Direction de la gestion d exploitation. - Direction de la gestion de la maintenance. - Direction de la gestion du contrôle et métrologie.? Direction de qualité : contrôle la qualité de l eau.? Direction du commerce : s occupe de la gestion commerciale.? Direction financière.? Direction de formation : assure la formation des cadres de l organisation. Page 15 -

9 I- Introduction : Le service organisation de la maintenance joue un rôle très important au niveau de la DR7, il réalise un ensemble d actions permettant de rétablir un bien dans un état spécifié ou en mesure d assurer un service déterminé. La figure 2.1 présente les différents formes de la maintenance : Maintenance Ronde Automaintenance Visite maintenance Rénovation Préventive Systématique Révision Reconstruction Conditionnelle Inspection D acquisition Contrôle Conceptuelle Améliorative Corrective Conception pour maintenabilité Conception pour non maintenance Dépannage Réparation Modernisation Conception améliorative Figure 2.1 : les différents formes de la maintenance. Page 16 -

10 II-Les activités du service : Les activités du service de maintenance sont : - Préparation des travaux (la maintenance est principalement corrective). - Etablissement et actualisation des inventaires des équipements. - Suivi des prestations effectuées par la division des ateliers de CASA. - Réception du matériel. - Bons de travail et rapports d intervention. - Lancement et jugements des bons et lettres de commande. - Réalisation des interventions conformément au bon de travail. - Rédaction des rapports d intervention. - Suivi des marchés des travaux neufs d équipement. Page 17 -

11 I- Introduction : Les stations de pompages constituent la partie essentiel de l ONEP car elles représentent le départ de la production de l eau. Le synoptique suivant (figure 3.1) donne une idée générale sur la constitution d une station de pompage : Réservoir Equipements hydromécaniques Chloration Groupes électropompes Armoires de commande Poste de transformation Source d eau Vers le réseau ou la régie de distribution. Figure 3.1 : Synoptique d une station de pompage. Page 18 -

12 II- Les sources d eau : Les forages constituent la source d eau la plus utilisée à l ONEP, ce sont des trous profonds de diamètres environ 30 cm, de profondeur varie selon la situation de la nappe d eau, qui peut atteindre dans certaines cas jusqu à 700 mètres (voir annexe 1). Les autres sources qu on peut avoir aussi sont : les barrages, les rivières, les sources, la mer, les eaux usées..etc. La différence entre ces différents sources se situe au niveau du traitement d eau. III- Les groupes électropompes : 1- Introduction : Les groupes électropompes sont constitués de deux parties : - Le moteur :permet un mouvement de rotation pour faire tourner la pompe. - La pompe : c est la partie entraînée par le moteur pour aspirer l eau et faire le refoulement. 2- Le moteur : La plupart des moteurs utilisés sont triphasés ; pour cela leur montage est bien défini(voir annexe 2). Le démarrage du moteur se fait par plusieurs méthodes : - Le démarrage étoile/triangle : le moteur reçoit la tension en commençant par le couplage étoile pour une durée d environ 3 secondes, ensuite passe à l état triangle pour fonctionner normalement (figure 3.2). M Figure 3.2 : Schéma du démarrage étoile triangle. Page 19 -

13 - Le démarrage par résistances : c est le plus utilisé à l ONEP, il consiste a lier trois résistances en série avec les 3 phases, pour une durée de 3 ou 4 secondes, puis lier le moteur sans résistances (figure 3.3). Phases : Résistances : M Figure 3.3 : Schéma du démarrage avec résistances. Le moteur est identifié par une plaque signalétique située sur son corps (figure 3.4). Moteur immergé Fréquence d alimentation = 50Hz S = 60Hz Diamètre nominal en pouces Puissance du moteur en CH Spécialité = aucune indication S = spécialités diverses. M MC 6 10 MH S S MK Page 20 -

14 Figure 3.4 : plaque signalétique du moteur. 3- La pompe : On rencontre 3 types de pompes : Pompe à axe horizontal (voir annexe 3). Pompe à axe vertical (voir annexe 4). Pompe immergée (voir annexe 5). Le choix d utilisation entre ces trois types dépend d abord de la hauteur d aspiration Ha (la distance entre l axe du moteur et le niveau d eau) : * Si Ha < 8 mètres on utilise la pompe à axe horizontal grâce à son meilleur rendement et un entretien plus facile. * Si Ha > 8mètres on a le choix entre la pompe à axe vertical et la pompe immergée selon les propriétés suivantes : La pompe à axe vertical convient aux : - puits de profondeur environ inférieure à 30 mètres. - puits de faibles tranche d eau inférieure à 30 mètres. La pompe immergée convient aux : - puits profonds avec une tranche d eau intéressante. - forages. Ces deux pompes présentent des avantages et des inconvénients (figure 3.5). Avantages Inconvénients Pompe à axe vertical - Meilleur rendement - Réparation et entretien faciles du moteur. - Peut travailler dans les faibles tranches d eau. - Peut être entraînée par un moteur - Pertes de rendement dans la ligne d arbre - Nécessité de main d oeuvre qualifiée. Pompe immergée - Montage et démontage faciles. - Convient pour les forages et puits profonds. - Entretien difficil. Figure 3.5 : avantages et inconvénients de deux types de pompes. Page 21 -

15 IV- Les postes de chloration : 1-Principe : La chloration se fait par l injection du chlore dans la conduite d eau. La figure 3.6 présente le synoptique des installations de chloration : Chlorométre Manomètre(pression bouteille) Conduite d eau. Dépression Hydroéjecteur Chlore Pompe de surpression. Figure 3.6 : Synoptique d un poste de chloration. Le chlore est emmagasiné dans la bouteille, puis le chlorométre dose une quantité bien définie du chlore qui sera éjectée dans la conduite d eau à l aide de l hydroéjecteur par effet de dépression créé par la pompe de surpression. Page 22 -

16 2- Maintenance des installations de chloration : Des visites systématiques mensuelle s effectuent pour l entretien courant, la vérification du bon fonctionnement de l installation et la vérification des automatismes et des sécurités. En plus des opérations de fréquence mensuelle, on procède aussi à des opérations semestrielles d entretien plus approfondies comme suit :? Robinets et vannes : - Vérification de l étanchéité des conduites. - Graissage de la vanne motorisée.? Chlorométres : - Démontage de la vanne d entrée et nettoyage du filtre céramique. Remplacement des joints d étanchéité des chlorométres et des hydroéjecteurs.? Conduite de chlore pression : - Vérification. - Nettoyage du filtre à chlore. - Démontage éventuel. V- Les armoires de commande : Les armoires de commande représentent le cerveau d une station de pompage. En effet tous les défauts qui peuvent arriver lors du fonctionnement sont indiqués à l aide des voyants existant dans ces armoires, ce qui facilite la tache pour les employés. En plus de ça, elles permettent la commande du station de pompage, comme ils protégent l installation contre les surtensions et les surintensités. Page 23 -

17 VI- Les équipements hydromécaniques : Vanne : permet d isoler les équipements, elle fonctionne beaucoup lorsqu il existe un défaut. Vanne motorisée : c est une vanne équipée d un moteur qui assure l ouverture et la fermeture de la vanne, en respectant les conditions de sécurité suivantes : - Arrêt en position et fermeture sur contact fin course. - Limiteur d effort en sécurité, avec réarment, qui sert à arrêter le moteur s il existe des obstacles à l intérieur de la vanne, comme le sable. Altimètre : c est une vanne commandée par le niveau d eau dans le réservoir. Ventouse : permet d éviter les poches d air existant à l intérieur de la conduite. Manomètre : mesure la pression à l aspiration et au refoulement. Régulateur de pression : comme son nom l indique il sert à régler la pression. Clapet anti-retour : permet l écoulement dans un seul sens. Anti-bélier : sert à éviter les coups de bélier dues à la modification de pression, à l intérieur de la conduite, d une façon sinusoïdale. VII- Les postes de transformation : Ils se composent essentiellement d un transformateur triphasé de haute tension qui donne de l énergie électrique pour la station, cela est réalisé par un contrat d abonnement avec l ONE (Voir partie 5 : relation de l ONEP avec l ONE). VIII- Les réservoirs : Ils permettent un stockage de l eau, pour stabiliser le fonctionnement des groupes électropompes et le besoin des clients aussi. A l intérieur de ces réservoirs on trouve deux flottants arrêtent les groupes à un certain niveau d eau. Page 24 -

18 I- Introduction : La fuite est une maladie qui accompagne la plupart des réseaux de distribution d eau, elle peut rester invisible pendant une longue période. Elle s infiltre dans le sol ou se fraye un chemin jusqu à l égout, le fossé ou le cours d eau le plus proche. Elle peut aussi apparaître en surface et devenir un bris (voir annexe 6). Dans certains cas la fuite n apparaît pas en surface (voir annexe 7) mais donne des indices de sa présence comme un bruit audible chez un usager ou autour d une borne d incendie. En présence d un bris identifié en surface, il est nécessaire d en localiser précisément la source afin de minimiser l excavation pour réparer. Les techniques de détection de fuites sont alors utilisées en mode localisation. A l opposé, la recherche de fuites vise a identifier les fuites souterraines. Les techniques de détection de fuite sont alors utilisées en mode recherche. Le terme détection est utilisé pour définir cette activité. Une fois trouvée, la fuite sera localisée précisément. II- La recherche et la localisation des fuites : 1- Localisation par observation directe : On peut localiser directement les fuites en se basant sur les observations suivantes :? Les déformations de la chaussée, des bordures et des trottoirs ainsi que les bruits audibles près des bornes d incendie sont d autres indices pertinents.? Les observations de citoyen.? L observation visuelle en surface.? Pour les fuites les plus importantes, des remontées de bassin d égout. 2- La sectorisation : L isolation temporaire et la mesure du débit de nuit de secteurs constituent un moyen très efficace d identifier les groupes de conduites présentant des fuites. Page 25 -

19 3- L écoute de la fuite : C est la plus ancienne des méthodes de détection et de localisation des fuites. L écoute est facilitée par un équipement qui capte le bruit émis par la fuite et le transmet amplifié à l oreille du dépisteur.? Les trois bruits de la fuite : * Le premier bruit tire son origine de la vibration de l orifice de la fuite dans la conduite. La fréquence de ce bruit se situe dans la gamme 500 à 800 Hz. * Les deux autres bruits se situent plutôt dans la gamme de 20 à 250 Hz, le premier correspond à l impact du jet d eau sur le sol et le second à la circulation de l eau dans le sol. Les deux derniers bruits sont présents dans le voisinage immédiat de la fuite. Ils pourront être utilisés pour la localisation précise de la fuite.? La transmission du bruit : Plusieurs facteurs effectuent la transmission du bruit ou son écoute :? L amortissement du bruit augmente avec le diamètre de la conduite.? Le type de matériaux de la conduite affecte la vitesse de propagation.? Pour une écoute au sol, l amortissement augmente avec la profondeur de la conduite.? La présence de bruits d origine hydraulique (vannes de réduction de pression) ou mécanique (pompe) peut gêner considérablement l écoute.? La détection et la localisation des fuites : Le principe d écoute est le plus utilisé en recherche ou en localisation d une fuite. 4- Appareils de recherche de fuite : La plupart des appareils utilisés en recherche de fuite sont basés sur la corrélation acoustique : la comparaison des signaux reçus par deux capteurs situés de part et d autre d une fuite donne le décalage temporel entre ces Page 26 -

20 signaux et permet de localiser cette fuite entre les deux capteurs (figure 4.1). Oscilloscope pour la visualisation des signaux. Les capteurs Fuite Conduite d eau. Figure 4.1 : Principe de corrélation acoustique. III- La réparation des fuites :? Réparation des ruptures et des fissures : Les ruptures et les fissures circonférentielles peuvent se réparer à l aide des manchons (voir annexe 8).Les manchons les plus utilisés sont en acier inoxydable et d une longueur au moins égale au diamètre de la conduite à réparer. Page 27 -

21 ? Réparation de joints : Lorsqu il n est pas possible de remettre le joint en bon état, il est nécessaire de couper et de remplacer les conduites de chaque coté du joint.? Fuite au raccordement de service : Le raccordement défectueux est bouché et on effectue un autre.? Pose de manchons : Le nettoyage de la surface externe de la conduite devant recevoir un manchon est particulièrement important. On s assurera également de la continuité de la conductivité électrique. IL est recommandé dans tous les cas d écouter à nouveau sur les lieux de la réparation dans les semaines qui suivent. Etant donné que l apparition de fuites est un phénomène continu, il faut penser à exercer un suivi des réparations et à planifier chaque année un certain nombre d activités de prévention. Page 28 -

22 Relation de l ONEP avec L ONE. I- Introduction : L ONEP établit un contrat d abonnement avec l office nationale d électricité (ONE) pour avoir de l énergie électrique qui est une source très coûteuse. En effet L ONEP dépense environ 25 à 30% de son budget de fonctionnement pour couvrir la facture d énergie, ce qui représente une charge très lourde. Page 29 -

23 La bonne gestion de l énergie électrique consiste à :? Faire fonctionner les installations pendant les heures creuses, ensuite les heures pleines et éviter si possible les heures de pointes.? Eviter toute sorte de pénalité (dépassement de puissance souscrite, cosinus phi inférieur à 0.8)? Adaptation de la puissance souscrite en cas de remplacement des récepteurs.? Fiabilité des appareils de comptage. II- Tarification de l énergie électrique : La facture d électricité (voir annexe 9) a 4 composantes principales : 1. Les frais de la consommation d énergie électrique (kwh). 2. Les redevances de puissance. 3. Les pénalités. 4. Les taxes. 1- Les frais de la consommation : Les frais de l énergie électrique consommée (kwh) sont basés sur l existence de trois tarifs correspondant à trois tranches horaires : Tranches Heures creuses Heures pleines Heures de pointe Périodes Hiver (du 1 ér Oct au 31 Mars) 22h à 7h 7h à 17h 17h à 22h Eté (du 1 ér Avril au 31 Sept) 23h à 7h 7h à 18h 18h à 23h 2- Redevance de puissance : La redevance de puissance souscrite dont le montant est fixé par les clauses particulières du contrat est payable en 12 mois suivant le nombre de kva. 3- Taxe comptage et branchement : Page 30 -

24 Les taxes de comptage et branchement dépendent du mode de comptage. En effet, on distingue trois types de comptage relatifs à la haute et moyenne tension : a- Comptage monophasé effectué au niveau de la haute tension (désigné dans la facture par le chiffre 04). b- Comptage moyenne tension qui se fait en amont du transformateur. Il est exigé si le poste contient au moins un transformateur de puissance supérieure à 630 kva (désigné dans la facture par le chiffre 03). c- Comptage aval effectué au niveau de la basse tension en aval du transformateur (désigné par le chiffre 02). Dans ce mode de comptage, les pertes joules et les pertes vides actives dissipées dans le transformateur sont estimées. III- Actions pour réduire le coût d énergie : Ajustement de la puissance souscrite : En vue de réduire les redevances de puissance sans provoquer des pénalités de dépassement, la puissance à souscrire doit être choisie de manière judicieuse. En effet une puissance souscrite élevée est soumise à des redevances de puissance inutiles, et une puissance souscrite basse engendre des pénalités de dépassement. Ainsi la puissance optimale à souscrire doit être la plus proche possible de la puissance appelée par l installation. Installation de batteries de condensateurs : Le facteur de puissance (cosinus phi) d une installation donnée doit être au minimum égal à 0.8 sinon le fournisseur d énergie applique des pénalités, pour cela on installe des batteries de condensateurs pour améliorer le cosinus phi. Bénéficier du tarif heures creuses. Contrôle de la fiabilité des appareils de comptage. Page 31 -

25 Travail effectué Assistance de résolution d un problème au niveau d une Station de pompage. Page 32 -

26 Pour éviter la diminution de l eau existant à Fès et Meknès, une nouvelle station de pompage a été réalisé à Sais a côté de Fès. Lorsque Meknès n a pas besoin d eau, un débordement se passe au niveau d une cheminée qui sert à éviter les problèmes dues au pression. La figure 6.1 schématise le problème : Cheminée Débordement Station de pompage excès Pas de demande d eau Fès Meknès Figure 6.1 : Problème de débordement. Après une journée de recherche de la solution, les ingénieurs ont trouvé que les flottants du réservoir de la station ne marchent plus, ce qui provoque une pression très importante qui est la cause du problème. Page 33 -

27 CONCLUSION Ce stage a été très bénéfique, car il m a permet de découvrire le monde de travail, d approfondir mes connaissances acquises pendant mon cursus d études, tant sur le plan pratique que sur le plan théorique. J espère avoir traiter dans ce rapport les points essentiels concernant le fonctionnement du travail dans l office, surtout le service d organisation de maintenance qui a une fonction très importante au sein de l entreprise. Page 34 -

28 BIBLIOGRAPHIE Audit de la maintenance. Etude diagnostique de la fonction maintenance à l ONEP. Le contrôle des fuites. Manuel de recherche de fuites. Manuel de formation (Pompage). Dossier technique. Page 35 -

PARTICIPATIONS FINANCIERES H.T. DES ADHERENTS POUR L ANNEE 2010 ADOPTEES PAR LE COMITE SYNDICAL DU 19 FEVRIER

PARTICIPATIONS FINANCIERES H.T. DES ADHERENTS POUR L ANNEE 2010 ADOPTEES PAR LE COMITE SYNDICAL DU 19 FEVRIER ANNEXE COMPETENCES A LA CARTE DE LA BRANCHE EAU PARTICIPATIONS FINANCIERES H.T. DES ADHERENTS POUR L ANNEE 2010 ADOPTEES PAR LE COMITE SYNDICAL DU 19 FEVRIER 2010 Page 1 /14 26/02/2010 OPTION MAINTENANCE

Plus en détail

Mise en service et entretien d un surpresseur incendie

Mise en service et entretien d un surpresseur incendie Mise en service et entretien d un surpresseur incendie Lire attentivement cette notice avant l installation. A conserver à proximité de l équipement pour son fonctionnement et entretien. www.calpeda.com

Plus en détail

Influence de la variation de débit sur les performances d une pompe solaire

Influence de la variation de débit sur les performances d une pompe solaire Revue des Energies Renouvelables SIENR 12 Ghardaïa (2012) 23 28 Influence de la variation de débit sur les performances d une pompe solaire H. Ammar 1*, M.T. Bouziane 2 et Y. Bakelli 1 1 Unité de Recherche

Plus en détail

DISTRIBUTION D EAU POTABLE

DISTRIBUTION D EAU POTABLE Département du LOT SYNDICAT D ADDUCTION D EAU POTABLE ET ASSAINISSEMENT DE SARRAZAC CRESSENSAC S/Préfecture de GOURDON Mairie de SARRAZAC 466OO DISTRIBUTION D EAU POTABLE RAPPORT ANNUEL PRIX QUALITE TRANSPARENCE

Plus en détail

PLANS DE MAINTENANCE DU COMPRESSEUR D AIR INGERSOLL-RAND SSR ML 15

PLANS DE MAINTENANCE DU COMPRESSEUR D AIR INGERSOLL-RAND SSR ML 15 PLANS DE MAINTENANE DU OMPRESSEUR D AIR INGERSOLL-RAND SSR ML 15 Sami Bellalah 29 1- Présentation de la machine : Pour générer l air comprimé on fait appel à des compresseurs qui portent l air à la pression

Plus en détail

Comptes rendus d Activités Techniques et Financières du Service de l Eau Potable Année 2004

Comptes rendus d Activités Techniques et Financières du Service de l Eau Potable Année 2004 Service de l Eau Potable Année 2004 1 Ville de VENELLES Comptes rendus d activités Techniques et financières du Service de l Eau Potable Destinataire : Monsieur le Maire de la commune de VENELLES (13770)

Plus en détail

RAPPORT D ENQUÊTE DE PIPELINE P05H0061 DÉFAILLANCE D UN AUTOMATE PROGRAMMABLE

RAPPORT D ENQUÊTE DE PIPELINE P05H0061 DÉFAILLANCE D UN AUTOMATE PROGRAMMABLE RAPPORT D ENQUÊTE DE PIPELINE P05H0061 DÉFAILLANCE D UN AUTOMATE PROGRAMMABLE FOOTHILLS PIPE LINES LTD. STATION DE DÉCOMPRESSION/RECOMPRESSION BP CANADA ENERGY COMPANY INSTALLATION DE TRAITEMENT DES LIQUIDES

Plus en détail

Règlement du service public d assainissement collectif Prescriptions techniques

Règlement du service public d assainissement collectif Prescriptions techniques REGLEMENT D ASSAINISSEMENT COLLECTIF ANNEXE PLANCHES DESCRIPTIVES Règlement du service public d assainissement collectif Prescriptions techniques PLANCHES DESCRIPTIVES Etanchéité des installations ; protection

Plus en détail

2 Trucs et Astuces 2

2 Trucs et Astuces 2 Trucs et Astuces 2 2 Le chauffe-eau solaire 1.Les capteurs 2.Les circuits solaires 3.Le circuit sanitaire 4.Les systèmes d appoint 5.Fiches synthèse 6.Bon à savoir Trucs et Astuces 3 1 Les capteurs Trucs

Plus en détail

MAINTENANCE PREVENTIVE ET CORRECTIVE DES INSTALLATIONS D EAUX USEES ET PLUVIALES ET DES INSTALLATIONS ATTENANTES DU CENTRE HOSPITALIER DE MEAUX

MAINTENANCE PREVENTIVE ET CORRECTIVE DES INSTALLATIONS D EAUX USEES ET PLUVIALES ET DES INSTALLATIONS ATTENANTES DU CENTRE HOSPITALIER DE MEAUX . MAINTENANCE PREVENTIVE ET CORRECTIVE DES INSTALLATIONS D EAUX USEES ET PLUVIALES ET DES INSTALLATIONS ATTENANTES DU CENTRE HOSPITALIER DE MEAUX NOMENCLATURE : 81-17 CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE DE L EAU 1

RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE DE L EAU 1 REGIE DES EAUX DE VENELLES Service de l Eau Potable Année 2006 RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE DE L EAU 1 RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE DE L EAU Etabli par Max

Plus en détail

Systèmes de stockage simples à installer et économiques

Systèmes de stockage simples à installer et économiques Systèmes de stockage simples à installer et économiques Parallèlement à l accroissement et à l ampleur des événements pluviométriques, l accélération et l augmentation des débits de pointe accentuent de

Plus en détail

ETABLISSEMENT PUBLIC A CARACTERE INDUSTRIEL ET COMMERCIAL Rue Félix CHABAUD 13770 VENELLES N SIRET : 493 587 471 00019 Code APE : 410 Z

ETABLISSEMENT PUBLIC A CARACTERE INDUSTRIEL ET COMMERCIAL Rue Félix CHABAUD 13770 VENELLES N SIRET : 493 587 471 00019 Code APE : 410 Z REGIE DES EAUX DE VENELLES ETABLISSEMENT PUBLIC A CARACTERE INDUSTRIEL ET COMMERCIAL Rue Félix CHABAUD 13770 VENELLES N SIRET : 493 587 471 00019 Code APE : 410 Z Service de l Eau Potable Année 2007 RAPPORT

Plus en détail

Une onzième machine pour 200 mégawatts supplémentaires de courant de pointe

Une onzième machine pour 200 mégawatts supplémentaires de courant de pointe «Société Électrique de l Our» Une onzième machine pour 200 mégawatts supplémentaires de courant de pointe Pour un meilleur équilibre entre production d électricité et pointes de consommation Afin d'augmenter

Plus en détail

Equipement d un forage d eau potable

Equipement d un forage d eau potable Equipement d un d eau potable Mise en situation La Société des Sources de Soultzmatt est une Société d Economie Mixte (SEM) dont l activité est l extraction et l embouteillage d eau de source en vue de

Plus en détail

ETABLISSEMENT PUBLIC A CARACTERE INDUSTRIEL ET COMMERCIAL Rue Félix CHABAUD 13770 VENELLES N SIRET : 493 587 471 00019 Code APE : 3600 Z

ETABLISSEMENT PUBLIC A CARACTERE INDUSTRIEL ET COMMERCIAL Rue Félix CHABAUD 13770 VENELLES N SIRET : 493 587 471 00019 Code APE : 3600 Z REGIE DES EAUX DE VENELLES ETABLISSEMENT PUBLIC A CARACTERE INDUSTRIEL ET COMMERCIAL Rue Félix CHABAUD 13770 VENELLES N SIRET : 493 587 471 00019 Code APE : 3600 Z Service de l Eau Potable Année 2013 Elaboré

Plus en détail

GRUNDFOS ASSAINISSEMENT MINI PUST STATION DE RELEVAGE DES EAUX USÉES

GRUNDFOS ASSAINISSEMENT MINI PUST STATION DE RELEVAGE DES EAUX USÉES GRUNDFOS ASSAINISSEMENT MINI PUST STATION DE RELEVAGE DES EAUX USÉES Grundfos MINI PUST Station de relevage enterrable pour eaux grises et eaux noires > Applications La station MiniPust est une station

Plus en détail

Jean-Claude Chazelon. Les eaux pluviales

Jean-Claude Chazelon. Les eaux pluviales Jean-Claude Chazelon Les eaux pluviales Ce cahier technique a été réalisé avec le concours de : l'agence de l'eau Adour-Garonne l'agence de l'eau Loire-Bretagne Et avec le soutien de Limoges Métropole

Plus en détail

DISTRIBUTION D EAU POTABLE RAPPORT ANNUEL Prix Qualité Transparence 2010 1 Le présent rapport a pour objet de Présenter les différents éléments techniques et financiers relatif au prix et à la qualité

Plus en détail

INJECTION DIESEL. Page : Savoir S 3.3 1 DATE : CLASSE : Electronique. L injection à rampe commune :

INJECTION DIESEL. Page : Savoir S 3.3 1 DATE : CLASSE : Electronique. L injection à rampe commune : 1 L injection à rampe commune : 1.Mise en situation : 2. Définition : - On entend par système «common rail», un système d injection Diesel dont les injecteurs sont alimentés par une rampe commune et pilotés

Plus en détail

RÉSUMÉ DES PRINCIPALES RÈGLES CONCERNANT LE RACCORDEMENT D UNE RÉSIDENCE AU NOUVEAU RÉSEAU D AQUEDUC ET D ÉGOUT DU VILLAGE

RÉSUMÉ DES PRINCIPALES RÈGLES CONCERNANT LE RACCORDEMENT D UNE RÉSIDENCE AU NOUVEAU RÉSEAU D AQUEDUC ET D ÉGOUT DU VILLAGE RÉSUMÉ DES PRINCIPALES RÈGLES CONCERNANT LE RACCORDEMENT D UNE RÉSIDENCE AU NOUVEAU RÉSEAU D AQUEDUC ET D ÉGOUT DU VILLAGE Des règles différentes peuvent s appliquer dans le cas d un commerce. Informez-vous

Plus en détail

VILLE DE FIGEAC SERVICE MUNICIPAL DE L EAU ET DE L ASSAINISSEMENT RAPPORT SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE SUR L EXERCICE 2012

VILLE DE FIGEAC SERVICE MUNICIPAL DE L EAU ET DE L ASSAINISSEMENT RAPPORT SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE SUR L EXERCICE 2012 VILLE DE FIGEAC SERVICE MUNICIPAL DE L EAU ET DE L ASSAINISSEMENT RAPPORT SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE SUR L EXERCICE 2012 ETABLI EN APPLICATION : - DE LA LOI DU 2 FEVRIER 1995 RELATIVE AU RENFORCEMENT

Plus en détail

2. Les indicateurs de performance traduisant les pertes

2. Les indicateurs de performance traduisant les pertes La lutte contre les pertes du réseau d eau potable Le point au 1 er juin 2010 1. La lutte contre les pertes, en enjeu d actualité Le thème des pertes des réseaux d eau potable est un sujet d actualité.

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE UNE NOUVELLE GAMME DE SERVICES GRATUITS ET INNOVANTS POUR OPTIMISER CONSOMMATIONS ET FACTURES D EAU

DOSSIER DE PRESSE UNE NOUVELLE GAMME DE SERVICES GRATUITS ET INNOVANTS POUR OPTIMISER CONSOMMATIONS ET FACTURES D EAU DOSSIER DE PRESSE UNE NOUVELLE GAMME DE SERVICES GRATUITS ET INNOVANTS POUR OPTIMISER CONSOMMATIONS ET FACTURES D EAU DOSSIER DE PRESSE - LANCEMENT NOUVELLE GAMME DE SERVICES NOVEO 1/11 Paris, le 5 octobre

Plus en détail

À LA RENCONTRE D UN CHERCHEUR DE FUITE

À LA RENCONTRE D UN CHERCHEUR DE FUITE Eau France Le 17 mars 2015 À LA RENCONTRE D UN CHERCHEUR DE FUITE SUEZ environnement s engage pour gérer durablement la ressource Préserver la ressource en eau représente pour SUEZ environnement plus qu

Plus en détail

Règlement numéro LA GESTION DES EAUX DE SURFACE ET LES RACCORDEMENTS AUX SERVICES D AQUEDUC ET D ÉGOUT. Avril 2011

Règlement numéro LA GESTION DES EAUX DE SURFACE ET LES RACCORDEMENTS AUX SERVICES D AQUEDUC ET D ÉGOUT. Avril 2011 Règlement numéro 346 LA GESTION DES EAUX DE SURFACE ET LES RACCORDEMENTS AUX SERVICES D AQUEDUC ET D ÉGOUT Avril 2011 VOS RESPONSABILITÉS LIÉES AUX SERVICES D AQUEDUC ET D ÉGOUT DE VOTRE IMMEUBLE Protection

Plus en détail

Fiche technique. Vannes thermostatiques à eau de refroidissement Type AVTA. Septembre 2002 DKACV.PD.500.A4.04 520B1429

Fiche technique. Vannes thermostatiques à eau de refroidissement Type AVTA. Septembre 2002 DKACV.PD.500.A4.04 520B1429 Fiche technique Vannes thermostatiques à eau de refroidissement Septembre 2002 DKACV.PD.500.A4.04 520B1429 Table des matières Page Introduction... 3 Caractéristiques techniques... 3 AVTA pour fluides neutres...

Plus en détail

Le moteur asynchrone triphasé

Le moteur asynchrone triphasé Cours d Electricité 2 Électrotechnique Le moteur asynchrone triphasé I.U.T Mesures Physiques Université Montpellier 2 Année universitaire 2008-2009 Table des matières 1 Définition et description 2 2 Principe

Plus en détail

Dossier technique du CRTA. Dossier n 1 Les performances de vos machines

Dossier technique du CRTA. Dossier n 1 Les performances de vos machines Dossier technique du CRTA Dossier n 1 Les performances de vos machines CRTA Avignon 2003 Table des matières Mesurer le rendement des machines...3 1. Taux de rendement...3 2. Méthode de calcul...3 3. Taux

Plus en détail

Agences de Bassins Hydrauliques & Gouvernance de l eau

Agences de Bassins Hydrauliques & Gouvernance de l eau ROYAUME DU MAROC Secrétariat d État chargé de l Eau et de l Environnement Agences de Bassins Hydrauliques & Gouvernance de l eau Mohamed HACHIMI Du 08 au 09/07/2009 à Tunis Gouvernance au niveau des Agences

Plus en détail

jusqu à 250 bar jusqu à 12,6 l/min adapté pour: durées de service réduites S2 service intermittent S3 HYDAC Générateur hydraulique CA

jusqu à 250 bar jusqu à 12,6 l/min adapté pour: durées de service réduites S2 service intermittent S3 HYDAC Générateur hydraulique CA jusqu à 250 bar jusqu à 12,6 l/min adapté pour: durées de service réduites S2 service intermittent S3 HYDAC Générateur hydraulique CA 1. DONNEES TECHNIQUES 1.1 GENERALITES Utilisation en service réduit

Plus en détail

MASTER IASIG. Les Egouts. Réseau d'assainissement. Année 2005 2006

MASTER IASIG. Les Egouts. Réseau d'assainissement. Année 2005 2006 MASTER IASIG 1 Les Egouts Réseau d'assainissement Année 2005 2006 2 Sommaire Introduction I- Les différents systèmes d'assainissement II- Les composants des réseaux III- Gestion et Entretien Conclusion

Plus en détail

Réhabilitation des canalisations EU et EP, travaux sans tranchées. Anthony Decamp Clément Desodt Adèle Ferrazzini

Réhabilitation des canalisations EU et EP, travaux sans tranchées. Anthony Decamp Clément Desodt Adèle Ferrazzini Réhabilitation des canalisations EU et EP, travaux sans tranchées Anthony Decamp Clément Desodt Adèle Ferrazzini Les travaux de canalisation avec tranchées ouvertes Des travaux longs, nécessitant du matériel

Plus en détail

Serrure Motorisée Asservie - Mise en Applique

Serrure Motorisée Asservie - Mise en Applique ZD313357 Ve B MAJ le 21.03.13 Serrure Motorisée Asservie - Mise en Applique Notice d installation Verrouillage motorisé 1 / 2 point (s). Système à sécurité positive (rupture de courant) Conforme à la norme

Plus en détail

LES CONTRATS D ENTRETIEN ET D EXPLOITATION DE CHAUFFAGE J-M R. D-BTP

LES CONTRATS D ENTRETIEN ET D EXPLOITATION DE CHAUFFAGE J-M R. D-BTP LES CONTRATS D ENTRETIEN ET D EXPLOITATION DE CHAUFFAGE J-M R. D-BTP 2006 1 Généralités Terminologie Les solutions pour le client Les marchés La prestation L évaluation des postes Les entreprises Durée

Plus en détail

Pompe solaire Lorentz immergée Unité de pompage à centrifuge

Pompe solaire Lorentz immergée Unité de pompage à centrifuge Pompe solaire Lorentz immergée Unité de pompage à centrifuge PS4000 C Aperçu débit jusqu'á 70 m3/h hauteur manométrique jusqu'à 170 m sans entretien efficacité excellente grâce à moderne technologie de

Plus en détail

Diamètres 3" 4" 6" 8" Type de Bride PN 16 PN 16 PN 16 PN 16. Orangé-rouge (RAL 2002) Agrément CE/APSAD CE/APSAD CE/APSAD CE/APSAD

Diamètres 3 4 6 8 Type de Bride PN 16 PN 16 PN 16 PN 16. Orangé-rouge (RAL 2002) Agrément CE/APSAD CE/APSAD CE/APSAD CE/APSAD Description En général, un poste d'alarme à eau est composé de:. Un clapet d'alarme relié à un gong hydraulique.. Un ensemble de vannes et by-pass permettant l'essai du système.. Une vanne de vidange..

Plus en détail

DES COUTS DES FACTEURS COMPETITIFS

DES COUTS DES FACTEURS COMPETITIFS DES COUTS DES FACTEURS COMPETITIFS Depuis la dévaluation du franc CFA en janvier 1994, les coûts des facteurs sont devenus encore plus compétitifs. Néanmoins, le Gouvernement ivoirien s est engagé à poursuivre

Plus en détail

SDLi. POMPES SUBMERSIBLES DILACERATRICES Relevage d eaux chargées Collectif 2 pôles 50 Hz PLAGES D UTILISATION APPLICATIONS AVANTAGES.

SDLi. POMPES SUBMERSIBLES DILACERATRICES Relevage d eaux chargées Collectif 2 pôles 50 Hz PLAGES D UTILISATION APPLICATIONS AVANTAGES. PLAGES D UTILISATION Débits jusqu à : 6 m 3 /h Hauteurs mano. jusqu à : 36 m Granulométrie : mm DN orifice refoulement : Indice de protection : 68 SDLi POMPES SUBMERSIBLES DILACERATRICES Relevage d eaux

Plus en détail

PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS

PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS Matériel : Un GBF Un haut-parleur Un microphone avec adaptateur fiche banane Une DEL Une résistance

Plus en détail

REGLEMENT DU SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC) DES EAUX USEES DOMESTIQUES

REGLEMENT DU SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC) DES EAUX USEES DOMESTIQUES Ain Angillon Malvaux REGLEMENT DU SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC) DES EAUX USEES DOMESTIQUES REGISSANT LES PRESTATIONS DE CONTROLE ET D ENTRETIEN DES INSTALLATIONS (arrété du 6 mai

Plus en détail

GUIDE TECHNIQUE DE RÉALISATION DU BRANCHEMENT PARTICULIER

GUIDE TECHNIQUE DE RÉALISATION DU BRANCHEMENT PARTICULIER GUIDE TECHNIQUE DE RÉALISATION DU BRANCHEMENT PARTICULIER Mars 2011 GUIDE TECHNIQUE DE RÉALISATION DU BRANCHEMENT PARTICULIER 2/10 SOMMAIRE I. PRÉAMBULE...3 II. PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT ET COMPOSITION

Plus en détail

par Jacques DURANDEAU Ingénieur de l École Nationale Supérieure d Arts et Métiers Directeur de SETRADEX Conseil

par Jacques DURANDEAU Ingénieur de l École Nationale Supérieure d Arts et Métiers Directeur de SETRADEX Conseil Escaliers mécaniques Trottoirs roulants par Jacques DURANDEAU Ingénieur de l École Nationale Supérieure d Arts et Métiers Directeur de SETRADEX Conseil 1. Définitions... C 3 726-2 2. Constitution... 3

Plus en détail

Un forum d échanges pour les professionnels de la construction Un site à l usage des conducteurs de travaux Une plateforme d informations techniques

Un forum d échanges pour les professionnels de la construction Un site à l usage des conducteurs de travaux Une plateforme d informations techniques Rapport technique / Machines Contenu : Système pousse-tube Rédaction Date : Laurent Chevrier / Etudiant ETC 3ème année : 8 janvier 2013 Système pousse-tube Introduction Anciennement, les travaux de mise

Plus en détail

Notice de montage et de maintenance VITOTRONIC 100 VITOTRONIC 333. Vitotronic 100, type GC1. Régulation numérique de chaudière

Notice de montage et de maintenance VITOTRONIC 100 VITOTRONIC 333. Vitotronic 100, type GC1. Régulation numérique de chaudière Notice de montage et de maintenance Vitotronic 100, type GC1 Régulation numérique de chaudière Vitotronic 333, type MW1 Régulation numérique de cascade en fonction de la température extérieure Remarques

Plus en détail

Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013

Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013 Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013 Zones d étude et problématiques Quartiers concernés par l étude 1. Centre ville 2. Schneider Quartier

Plus en détail

Le SPANC. Communauté de communes des Versants d Aime

Le SPANC. Communauté de communes des Versants d Aime Le SPANC Communauté de communes des Versants d Aime Créé en 2012, le Service Public d Assainissement Non Collectif (SPANC) de la communauté de communes des Versants d Aime est un service industriel et

Plus en détail

Nous fabriquons sur mesure selon vos besoins Avantages Caractéristiques générales 17m 7 arrêts 400 Kg 5 personnes 700 x 625mm

Nous fabriquons sur mesure selon vos besoins Avantages Caractéristiques générales 17m 7 arrêts 400 Kg 5 personnes 700 x 625mm Nous fabriquons sur mesure selon vos besoins Ascenseur privatif vertical ayant une vitesse jusqu à 0,15 m/s, conçu pour le transport de passagers aux différents niveaux d un immeuble (résidences individuelles,

Plus en détail

FORMATION. Mot de l équipe formation S O M M A I R E 4 5 6 7 8 9 10-13 14 15 16 17

FORMATION. Mot de l équipe formation S O M M A I R E 4 5 6 7 8 9 10-13 14 15 16 17 Mot de l équipe formation Faire le choix du matériel CATERPILLAR, c est investir dans des outils hauts de gamme et performants. Mais cet investissement doit être préservé et entretenu pour être rentabilisé

Plus en détail

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose Le bac à graisses Schéma de principe Lorsqu on a une longueur de canalisation importante entre la sortie des eaux de cuisine et la fosse septique toutes eaux, il est fortement conseillé d intercaler un

Plus en détail

Devis type pour l installation d une pompe à chaleur

Devis type pour l installation d une pompe à chaleur Devis type pour l installation d une pompe à chaleur Ce document a pour but de faciliter l'analyse des propositions techniques de l'installateur. HESPUL ne peut être tenue pour responsable de la qualité

Plus en détail

Projets de référence Vanne annulaire VAG RIKO

Projets de référence Vanne annulaire VAG RIKO Projets de référence Vanne annulaire VAG RIKO Distribution d eau Industrie Centrales hydrauliques / barrages Stations d épuration Edition 1 / 09-2010 Robinet-vannes et Système BAIO plus Vannes murales

Plus en détail

Catalogue Tarif Eau Froide Domestique

Catalogue Tarif Eau Froide Domestique Pioneering for You Edition 01 Catalogue Tarif Eau Froide Domestique Nos solutions en distribution d eau et relevage pour les bâtiments résidentiels. Agissez pour le recyclage des papiers avec Wilo et Ecofolio.

Plus en détail

Guide d entretien. de votre assainissement non collectif

Guide d entretien. de votre assainissement non collectif juillet 2009 Guide d entretien de votre assainissement non collectif Votre système d assainissement n est pas raccordé au «tout à l égout». Il est dit «non-collectif», «autonome» ou encore «individuel».

Plus en détail

Les résistances de point neutre

Les résistances de point neutre Les résistances de point neutre Lorsque l on souhaite limiter fortement le courant dans le neutre du réseau, on utilise une résistance de point neutre. Les risques de résonance parallèle ou série sont

Plus en détail

Du bon dimensionnement des canalisations

Du bon dimensionnement des canalisations LE THÈME DU MOIS POMPES - VANNES - CANALISATIONS Du bon dimensionnement des canalisations Cédric Masson, GLS Cet article a pour objet la détermination des diamètres des canalisations constituant les différents

Plus en détail

www.almig.de Turbocompresseurs Débit volumique : 25 350 m 3 /min DYNAMIC

www.almig.de Turbocompresseurs Débit volumique : 25 350 m 3 /min DYNAMIC www.almig.de Turbocompresseurs Débit volumique : 25 350 m 3 /min DYNAMIC 2 INTELLIGENTE DRUCKLUFT MADE IN GERMANY ALMiG Kompressoren GmbH est un nom associé à une technologie de haut de gamme en matière

Plus en détail

Délégation du Service Public de l Eau Potable

Délégation du Service Public de l Eau Potable DEPARTEMENT DU RHONE Délégation du Service Public de l Eau Potable Dossier de Consultation des Entreprises Pièce n 2 Mémoire Explicatif 1 PRESENTATION DU SERVICE 1.1 Les ressources 1.1.1 Origine de l eau

Plus en détail

DIAGNOSTIC DU RESEAU D ALIMENTATION EN EAU POTABLE SCHEMA DIRECTEUR

DIAGNOSTIC DU RESEAU D ALIMENTATION EN EAU POTABLE SCHEMA DIRECTEUR COMMUNE DE LA VALLA EN GIER Le Bourg 42131 La Valla-en-Gier DIAGNOSTIC DU RESEAU D ALIMENTATION EN EAU POTABLE SCHEMA DIRECTEUR Rapport de Phase III Juin 2012 ICA ENVIRONNEMENT 6 Rue Emile Noirot - 42300

Plus en détail

Atelier B : Maintivannes

Atelier B : Maintivannes Atelier B : Maintivannes BMA03 : Procédure de réglage de la vanne de régulation CAMFLEX BMA03 : Procédure de réglage de la vanne CAMFLEX Page 1 Buts de l exercice : - Réaliser la manutention d un élément

Plus en détail

eau service Optimiser les performances des réseaux d eau potable Les cahiers p. 2 quel cadre réglementaire? une réglementation en pleine évolution

eau service Optimiser les performances des réseaux d eau potable Les cahiers p. 2 quel cadre réglementaire? une réglementation en pleine évolution Les cahiers supplément technique du magazine eau service N 11 / NOvembre 2010 eau service Optimiser les performances des réseaux d eau potable p. 2 quel cadre réglementaire? une réglementation en pleine

Plus en détail

Conseils pratiques Comment monter son installation REFRIGERATION AND AIR CONDITIONING. Guide du monteur

Conseils pratiques Comment monter son installation REFRIGERATION AND AIR CONDITIONING. Guide du monteur Conseils pratiques Comment monter son installation REFRIGERATION AND AIR CONDITIONING Guide du monteur Contenu Page Comment monter son installation?...3 Procédé...3 Planification...3 Positionnement des

Plus en détail

DTUs & Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau

DTUs & Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau DTUs & Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau olivier.correc@cstb.fr Nouveaux Documents Techniques Unifiés DTU 60.1 Plomberie sanitaire pour

Plus en détail

Catalogue 2014 OFFRE DE SERVICES. Solutions de services CVC complètes et sur-mesure pour vos installations SERVICE

Catalogue 2014 OFFRE DE SERVICES. Solutions de services CVC complètes et sur-mesure pour vos installations SERVICE Catalogue 2014 OFFRE DE SERVICES Solutions de services CVC complètes et sur-mesure pour vos installations SERVICE 1 Sommaire Vous êtes entre de bonnes mains! Un service de proximité Une équipe à votre

Plus en détail

Instrumentation électronique

Instrumentation électronique Instrumentation électronique Le cours d électrocinétique donne lieu à de nombreuses études expérimentales : tracé de caractéristiques statique et dynamique de dipôles, étude des régimes transitoire et

Plus en détail

REGLEMENT ND POITIERS

REGLEMENT ND POITIERS EMENT S IS IN A S S A T E U A E REGLEMENT ND POITIERS DE GRA REGLEMENT EAU CHAPITRE I - Dispositions générales ARTICLE 1 - Objet du règlement ARTICLE 2 - Principes généraux relatifs aux modalités de fourniture

Plus en détail

Pour les utilités, le process et l environnement. Les solutions pompes KSB.

Pour les utilités, le process et l environnement. Les solutions pompes KSB. Notre technologie. Votre succès. Pompes n Robinetterie n Service Pour les utilités, le process et l environnement. Les solutions pompes KSB. 2 Solutions d automatisation Les solutions efficaces par KSB

Plus en détail

Minimisation de coût de l énergie de pompage Cas du Canal haut service des Doukkala. Pr. A. Oulhaj 1, A. Aboussaleh 1

Minimisation de coût de l énergie de pompage Cas du Canal haut service des Doukkala. Pr. A. Oulhaj 1, A. Aboussaleh 1 Résumé La hausse continue du coût de l'énergie et la rareté de l'eau rendent plus complexe la gestion de l'eau dans les périmètres irrigués. Ainsi au cours des deux dernières décennies, le prix de l'énergie

Plus en détail

SECTION I - DÉFINITIONS

SECTION I - DÉFINITIONS PROVINCE DE QUÉBEC MRC LES MASKOUTAINS MUNICIPALITÉ DE SAINT-BERNARD-DE-MICHAUDVILLE REGLEMENT 2012-02 RÈGLEMENT SUR LES BRANCHEMENTS À L ÉGOUT SANITAIRE Résolution 2012.04.06 ATTENDU QUE la Municipalité

Plus en détail

CARACTÉRISTIQUES GÉNÉRALES MODÈLE A. De fabrication robuste, il est composé d un réservoir en acier doux où en acier inoxydable (stainless steel).

CARACTÉRISTIQUES GÉNÉRALES MODÈLE A. De fabrication robuste, il est composé d un réservoir en acier doux où en acier inoxydable (stainless steel). CARACTÉRISTIQUES GÉNÉRALES MODÈLE A De fabrication robuste, il est composé d un réservoir en acier doux où en acier inoxydable (stainless steel). Le réservoir galvanisé augmente l espérance de vie du chauffe-eau.

Plus en détail

de l Université Laval Orientations et exigences générales et techniques de construction

de l Université Laval Orientations et exigences générales et techniques de construction de l Université Laval Orientations et exigences générales et techniques de construction Guide de conception de projets GC-3.2.4 Fabrication et distribution de l'air comprimé et de l'eau réfrigérée (11/2007)

Plus en détail

RELEVAGE DES EAUX - STATIONS DE POMPAGE SPM

RELEVAGE DES EAUX - STATIONS DE POMPAGE SPM RELEVAGE DES EAUX - STATIONS DE POMPAGE SPM Nos Nos stations Nos stations Nos stations TOP TOP TOP répondent répondent aux aux aux différents aux différents besoins besoins besoins de de collecte, de de

Plus en détail

CONSTRUCTION D UN NOUVEAU RÉSEAU D AQUEDUC ET D ÉGOUT, D UN SITE DE TRAITEMEMENT DES EAUX USÉE

CONSTRUCTION D UN NOUVEAU RÉSEAU D AQUEDUC ET D ÉGOUT, D UN SITE DE TRAITEMEMENT DES EAUX USÉE Projet N 105576.001 104858.002 Municipalité de Saint-Alphonse-Rodriguez CONSTRUCTION D UN NOUVEAU RÉSEAU D AQUEDUC ET D ÉGOUT, D UN SITE DE TRAITEMEMENT DES EAUX USÉE ET RÉFECTION DES RUES DU VILLAGE (2014-2015)

Plus en détail

RÉSUMÉ NORME NFPA POUR L INSPECTION, L ENTRETIEN ET LE REMPLISSAGE DES EXTINCTEURS PORTATIFS ET BOYAUX D INCENDIE

RÉSUMÉ NORME NFPA POUR L INSPECTION, L ENTRETIEN ET LE REMPLISSAGE DES EXTINCTEURS PORTATIFS ET BOYAUX D INCENDIE RÉSUMÉ NORME NFPA POUR L INSPECTION, L ENTRETIEN ET LE REMPLISSAGE DES EXTINCTEURS PORTATIFS ET BOYAUX D INCENDIE 1.1 INSPECTION 1.1.1 Périodicité : Les extincteurs portatifs doivent être inspectés une

Plus en détail

Tranches en kwh Prix. Tarif de transit 0,0008700 EUR/kWh. Relevé annuel 5,36 EUR/an. de raccordement voir annexes voir annexes

Tranches en kwh Prix. Tarif de transit 0,0008700 EUR/kWh. Relevé annuel 5,36 EUR/an. de raccordement voir annexes voir annexes TARIFS DU GESTIONNAIRE DE RESEAU DE DISTRIBUTION DE GAZ NATUREL GASELWEST Tarifs imposés par la CREG - Valables pour les périodes du 1er janvier au 31 mars, du 1er avril au 30 juin, du 1er juillet au 30

Plus en détail

VÉRIFICATION DES ÉQUIPEMENTS DE PROTECTION INCENDIE

VÉRIFICATION DES ÉQUIPEMENTS DE PROTECTION INCENDIE Numéro 2 Aon Parizeau Inc. LA PROTECTION INCENDIE Guide pratique à l intention des universités VÉRIFICATION DES ÉQUIPEMENTS DE PROTECTION INCENDIE Dans ce bulletin Préambule Entretien des systèmes de gicleurs

Plus en détail

R A P P O R T. Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs, Bref historique

R A P P O R T. Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs, Bref historique Commune de Peseux Conseil communal R A P P O R T du Conseil communal au Conseil général relatif à une demande de crédit de CHF 1'910'000.- pour la rénovation des conduites d'eau, de gaz, d'électricité,

Plus en détail

Les différents éléments d un CESI

Les différents éléments d un CESI Les différents éléments d un CESI 1. Capteur Solaires 1.1. Introduction Un capteur solaire thermique est un dispositif qui transforme le rayonnement solaire en énergie thermique. Les caractéristiques générales

Plus en détail

1- Maintenance préventive systématique :

1- Maintenance préventive systématique : Page 1/9 Avant toute opération vérifier que le système soit correctement consigné. Avant de commencer toute activité, vous devez être en possession d une attestation de consignation 1- Maintenance préventive

Plus en détail

GUIDE TECHNIQUE DE REALISATION DES BRANCHEMENTS PARTICULIERS AUX RESEAUX D ASSAINISSEMENT ET D EAU POTABLE

GUIDE TECHNIQUE DE REALISATION DES BRANCHEMENTS PARTICULIERS AUX RESEAUX D ASSAINISSEMENT ET D EAU POTABLE Communauté d Agglomération Carcassonne Agglo DIRECTION EAU POTABLE & ASSAINISSEMENT 1, rue Pierre GERMAIN 11890 CARCASSONNE CEDEX 9 GUIDE TECHNIQUE DE REALISATION DES BRANCHEMENTS PARTICULIERS AUX RESEAUX

Plus en détail

INSTRUCTIONS D INSTALLATION MODÈLE 300521

INSTRUCTIONS D INSTALLATION MODÈLE 300521 INSTRUCTIONS D INSTALLATION MODÈLE 300521 WWW.BURCAM.COM 2190 Boul. Dagenais Ouest LAVAL (QUEBEC) CANADA H7L 5X9 TÉL: 514.337.4415 FAX: 514.337.4029 info@burcam.com Votre pompe a été soigneusement emballée

Plus en détail

Série FX Série F6-F9 Série XP

Série FX Série F6-F9 Série XP Marteaux hydrauliques Furukawa Série FX Série F6-F9 Série XP Fiabilité et durabilité améliorées Puissance de frappe incomparable Amélioration sensible de l insonorisation Marteaux hydrauliques série compacte

Plus en détail

Variantes du cycle à compression de vapeur

Variantes du cycle à compression de vapeur Variantes du cycle à compression de vapeur Froid indirect : circuit à frigoporteur Cycle mono étagé et alimentation par regorgement Cycle bi-étagé en cascade Froid direct et froid indirect Froid direct

Plus en détail

GUIDE POUR LA REALISATION D UN BRANCHEMENT «EAUX USEES» AU RESEAU PUBLIC D ASSAINISSEMENT

GUIDE POUR LA REALISATION D UN BRANCHEMENT «EAUX USEES» AU RESEAU PUBLIC D ASSAINISSEMENT GUIDE POUR LA REALISATION D UN BRANCHEMENT «EAUX USEES» AU RESEAU PUBLIC D ASSAINISSEMENT PREAMBULE Le principe de l assainissement collectif est d organiser la collecte des eaux usées depuis les logements

Plus en détail

Règlement du service Assainissement non collectif

Règlement du service Assainissement non collectif I E S A G U Canton Î de T E R S Règlement du service Assainissement non collectif Chapitre 1 : Dispositions générales Article 1 : Assainissement non collectif Par assainissement non collectif, on désigne

Plus en détail

Glossaire : définitions des termes utilisés dans les fiches sur les indicateurs de performance

Glossaire : définitions des termes utilisés dans les fiches sur les indicateurs de performance Glossaire : définitions des termes utilisés dans les fiches sur les indicateurs de performance Au sens des fiches de définition des indicateurs de performance : 1. Parties prenantes Autorité organisatrice

Plus en détail

Méthode de monitoring de la corrosion localisée par la technique d émission acoustique : information, diagnostic et aide à la décision.

Méthode de monitoring de la corrosion localisée par la technique d émission acoustique : information, diagnostic et aide à la décision. Matériaux 2014 Méthode de monitoring de la corrosion localisée par la technique d émission acoustique : information, diagnostic et aide à la décision. Alain PROUST, Jean Claude LENAIN, Thierry FAURE -

Plus en détail

Guide destiné aux propriétaires et aux entrepreneurs réalisant des travaux de remplacement, de réparation, de construction ou d abandon de conduites

Guide destiné aux propriétaires et aux entrepreneurs réalisant des travaux de remplacement, de réparation, de construction ou d abandon de conduites Guide destiné aux propriétaires et aux entrepreneurs réalisant des travaux de remplacement, de réparation, de construction ou d abandon de conduites d eau potable ou d égout desservant une propriété privée

Plus en détail

Les toitures-terrasses

Les toitures-terrasses Les toitures-terrasses Le principe consiste à retenir grâce à un parapet en pourtour de toiture, une certaine hauteur d eau puis à la relâcher à faible débit. Le stockage se fait sur toits le plus souvent

Plus en détail

NO-BREAK KS. Système UPS dynamique PRÉSENTATION

NO-BREAK KS. Système UPS dynamique PRÉSENTATION NO-BREAK KS Système UPS dynamique PRÉSENTATION Table des matières Chapitre 1 : Description du système No-Break KS...3 Chapitre 2 : Fonctionnement lorsque le réseau est présent...4 Chapitre 3 : Fonctionnement

Plus en détail

Individualisation de votre contrat de fourniture d eau

Individualisation de votre contrat de fourniture d eau GUIDE PRATIQUE Individualisation de votre contrat de fourniture d eau Édition 2015 1 1 - L ESSENTIEL Vous souhaitez réaliser une demande d individualisation SOMMAIRE Bienvenue chez Eau de Paris! 1 L essentiel

Plus en détail

OPTIMISATION D ADDUCTION DDUCTION D EAU POTABLE. Ville de Thouars. Deux Sèvres

OPTIMISATION D ADDUCTION DDUCTION D EAU POTABLE. Ville de Thouars. Deux Sèvres OPTIMISATION DU RESEAU D ADDUCTION DDUCTION D EAU POTABLE Ville de Thouars Deux Sèvres La Régie R de l Eaul Crée e fin 2001 ( reprise en Régie R suite à fin d un d contrat d affermage d ) Petite structure

Plus en détail

Pour l exécution des travaux, il est nécessaire d utiliser la norme AFNOR du DTU 64.1 de mars 2007.

Pour l exécution des travaux, il est nécessaire d utiliser la norme AFNOR du DTU 64.1 de mars 2007. Communauté de Communes du Pays Foyen 2, Rue Georges Clémenceau BP 74 33220 PINEUILH Compagnie Générale des Eaux 58 Bis, Rue INGRES 33220 PINEUILH Tél : 0811 902 903 MISE EN ŒUVRE DES DISPOSITIFS D ASSAINISSEMENT

Plus en détail

non collectif non collectif Guide pour la réalisation d une installation d assainissement

non collectif non collectif Guide pour la réalisation d une installation d assainissement Conjuguer croissance et environnement www.sicoval.fr Sicoval Assainissement non collectif Guide pour la réalisation d une installation d assainissement non collectif Guide pour la réalisation d une installation

Plus en détail

LOGICIEL GSP 1 ESTIMATION DES COUTS D EXPLOITATION DES SERVICES D EAU POTABLE METHODOLOGIE ET REFERENCES

LOGICIEL GSP 1 ESTIMATION DES COUTS D EXPLOITATION DES SERVICES D EAU POTABLE METHODOLOGIE ET REFERENCES ECOLE NATIONALE DU GENIE DE L'EAU ET DE L'ENVIRONNEMENT DE STRASBOURG LOGICIEL GSP 1 ESTIMATION DES COUTS D EPLOITATION DES SERVICES D EAU POTABLE METHODOLOGIE ET REFERENCES 1 Diadème Ingénierie et Ministère

Plus en détail

CONVENTION TYPE D INDIVIDUALISATION DES CONTRATS DE FOURNITURE D EAU

CONVENTION TYPE D INDIVIDUALISATION DES CONTRATS DE FOURNITURE D EAU CONVENTION TYPE D INDIVIDUALISATION DES CONTRATS DE FOURNITURE D EAU Entre Le propriétaire (nom et adresse) de l immeuble situé composé de logements et autre. désigné dans la présente convention par «le

Plus en détail

Guide Pratique Assainissement Non Collectif

Guide Pratique Assainissement Non Collectif Guide Pratique Assainissement Non Collectif 1 L assainissement non collectif Les immeubles, habitations ne pouvant être raccordés au réseau collectif d assainissement existant (tout à l égout) doivent

Plus en détail

PROPOSITION D'ASSURANCE DES CENTRALES HYDROELECTRIQUES

PROPOSITION D'ASSURANCE DES CENTRALES HYDROELECTRIQUES OTTAVIANI SAS 21 rue Grignan BP 330 13177 Marseille CEDEX 20 Tel : +33 (0)4 91 33 02 55 Fax +33 (0)4 91 54 71 46 contact@groupassurenergies.com PROPOSITION D'ASSURANCE DES CENTRALES HYDROELECTRIQUES 1.

Plus en détail

CIRCUITS DE PUISSANCE PNEUMATIQUES

CIRCUITS DE PUISSANCE PNEUMATIQUES V ACTIONNEURS PNEUMATIQUES : 51 Généralités : Ils peuvent soulever, pousser, tirer, serrer, tourner, bloquer, percuter, abloquer, etc. Leur classification tient compte de la nature du fluide (pneumatique

Plus en détail

Groupe de distribution d'eau domestique avec automate de commande. Multi Eco-Pro. Livret technique

Groupe de distribution d'eau domestique avec automate de commande. Multi Eco-Pro. Livret technique Groupe de distribution d'eau domestique avec automate de commande Multi Eco-Pro Livret technique Copyright / Mentions légales Livret technique Multi Eco-Pro KSB Aktiengesellschaft Tous droits réservés.

Plus en détail