ENSAM-Meknès. Rapport de stage à l ONEP. Royaume du Maroc.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ENSAM-Meknès. Rapport de stage à l ONEP. Royaume du Maroc."

Transcription

1 Royaume du Maroc. Université My Ismail Ecole Nationale Supérieure Office Nationale d Arts et Métiers. de L Eau Potable. Meknès. Rapport de stage Réalisé par : Hassan KHADIRI. Assisté par : M.Oulji. Période du stage : Juillet Service : Organisation de la maintenance. Année universitaire :2002/2003. Page 8 -

2 INTRODUCTION L expérience permet d améliorer les connaissances pratiques d un individu, comme elle sert à tester ces informations théoriques. Certes, mon stage qui s est déroulé à l office nationale de l eau potable (ONEP) à Meknès pendant un mois m a permis d acquérir cette expérience. J ai ainsi pu me familiariser avec tous les personnels de l office, surtout avec le service organisation de la maintenance. Ce rapport traite les points suivants : Aperçu sur l office. Service organisation de la maintenance. Les stations de pompages. La recherche des fuites. Relation de l ONEP avec l ONE (office nationale d électricité). Travail effectué. Page 9 -

3 Remerciements : Avant d entamer la rédaction de ce rapport, je tiens à adresser mes vifs remerciements à Monsieur Le Directeur régional et les agents de l office nationale de l eau potable direction régionale centre sud à Meknès précisément à :? M M.OUILJI (chef de service maintenance.)? M H.MOUSSALLI (Technicien supérieure.)? M E.AROUCHE (Technicien principal.)? M O.OUZZINE (Technicien principal.)? M T.AIT BEL ARBI (chef de service exploitation.) Ainsi que l ensemble des personnels de la direction régionale qui nous ont donné une vue générale sur le fonctionnement des entités et des services de l office. J adresse également mes sincères remerciements à Monsieur le Directeur de l ENSAM, à tous les professeurs et les dirigeants de cet école pour les efforts qu ils consacrent pour ma formation. Page 10 -

4 SOMMAIRE Introduction 4 Partie 1 : Aperçu sur l office. Brcf historique. 6 Organisation de l ONEP L alimentation en eau potable d un centre..7 Partie 2 : Service organisation de la maintenance Introduction. 10 Les activités du service 11 Partie 3 : Les stations de pompages. Introduction Les sources d eau 14 Les groupes électropompes...14 Les postes de chloration Les armoires de commande..18 Les équipements hydromécaniques 19 Les postes de transformation.. 19 Les réservoirs...19 Partie 4 : La recherche des fuites. Introduction La recherche et la localisation des fuites 21 La réparation des fuites 23 Partie 5 : Relation de l ONEP avec l office nationale d électricité (ONE). Introduction Tarification de l énergie électrique. 26 Actions pour réduire le coût de l énergie 27 Partie 6 : Travail effectué Assistance de résolution d un problème au niveau d une station de pompage. 29 Conclusion.30 Annexes..31 Bibliographie Page 11 -

5 INTRODUCTION L expérience permet d améliorer les connaissances pratiques d un individu, comme elle sert à tester ces informations théoriques. Certes, mon stage qui s est déroulé à l office nationale de l eau potable (ONEP) à Meknès pendant un mois m a permis d acquérir cette expérience. J ai ainsi pu me familiariser avec tous les personnels de l office, surtout avec le service organisation de la maintenance. Ce rapport traite les points suivants : Aperçu sur l office. Service organisation de la maintenance. Les stations de pompages. La recherche des fuites. Relation de l ONEP avec l ONE (office nationale d électricité). Travail effectué. Page 12 -

6 I- Bref historique : L office nationale de l eau potable (ONEP) a été crée en 1972 par le Dahir du Safar 1392, c est un établissement semi-public a caractère commercial et industriel, il est doté de l autonomie financière et soumis au contrôle du ministre des finances et sous la tutelle du ministère de l équipement. Avant la création de l ONEP à Meknès, l alimentation en eau potable de la ville (Production et distribution) était assurée premièrement par la municipalité, ensuite par la régie autonome de distribution d eau Meknès (RADEM). L intervention de l ONEP a été en 1982 pour renforcer la capacité de production d eau à Meknès. II- Organisation de l ONEP : La direction générale de l ONEP se trouve à Rabat (DG). Chaque région a une direction régionale (DR) : DR1: direction régionale à Agadir. DR2: direction régionale Tanssifte Al Haouz à Marrakech. DR3: direction régionale à Khouribga. DR4: direction régionale nord ouest à Kenitra. DR5: direction régionale centre nord à Fès. DR6: direction régionale à Oujda. DR7: direction régionale centre sud à Meknès. DR8: direction de province Saharienne à Layaune. DRC : direction régionale cote atlantique. Chaque DR a des directions provinciales (DP). Pour la DR7 on trouve deux DP, l une à ERRACHIDIA et l autre à KHENIFRA. L organigramme de l ONEP au niveau de la DR7 est présenté par la figure 1.1 suivante : Page 13 -

7 Direction régionale Division technique Division de distribution Division exploitation Service étude Service d exploitation Service travaux Service production Service gérance et assainissement Service organisation maintenance Bureau Bureau Bureau d entretien de méthodes de gestion stocks Figure 1.1 : Organigramme de l ONEP au niveau de la DR7. III- L alimentation en eau potable d un centre (AEP) : Les attributions de l ONEP ont été définies comme suit : La planification de l approvisionnement en eau. L étude, la réalisation et la gestion des productions d eau potable. Le contrôle de pollution des points d eau destinés à la consommation. Le suivi de la qualité des eaux distribuées. Page 14 -

8 Pour satisfaire ces conditions, plusieurs directions ont été établies :? Direction d étude : étudie les projets, comprend généralement : - Etude d avant projet sommaire(aps). - Etude d avant projet détaillé (APD). - Etablissement des dossiers de consultation (DCE).? Direction d équipement : réalise les travaux techniques de l ONEP.? Direction d exploitation : contient les sous directions suivantes : - Direction de la gestion d exploitation. - Direction de la gestion de la maintenance. - Direction de la gestion du contrôle et métrologie.? Direction de qualité : contrôle la qualité de l eau.? Direction du commerce : s occupe de la gestion commerciale.? Direction financière.? Direction de formation : assure la formation des cadres de l organisation. Page 15 -

9 I- Introduction : Le service organisation de la maintenance joue un rôle très important au niveau de la DR7, il réalise un ensemble d actions permettant de rétablir un bien dans un état spécifié ou en mesure d assurer un service déterminé. La figure 2.1 présente les différents formes de la maintenance : Maintenance Ronde Automaintenance Visite maintenance Rénovation Préventive Systématique Révision Reconstruction Conditionnelle Inspection D acquisition Contrôle Conceptuelle Améliorative Corrective Conception pour maintenabilité Conception pour non maintenance Dépannage Réparation Modernisation Conception améliorative Figure 2.1 : les différents formes de la maintenance. Page 16 -

10 II-Les activités du service : Les activités du service de maintenance sont : - Préparation des travaux (la maintenance est principalement corrective). - Etablissement et actualisation des inventaires des équipements. - Suivi des prestations effectuées par la division des ateliers de CASA. - Réception du matériel. - Bons de travail et rapports d intervention. - Lancement et jugements des bons et lettres de commande. - Réalisation des interventions conformément au bon de travail. - Rédaction des rapports d intervention. - Suivi des marchés des travaux neufs d équipement. Page 17 -

11 I- Introduction : Les stations de pompages constituent la partie essentiel de l ONEP car elles représentent le départ de la production de l eau. Le synoptique suivant (figure 3.1) donne une idée générale sur la constitution d une station de pompage : Réservoir Equipements hydromécaniques Chloration Groupes électropompes Armoires de commande Poste de transformation Source d eau Vers le réseau ou la régie de distribution. Figure 3.1 : Synoptique d une station de pompage. Page 18 -

12 II- Les sources d eau : Les forages constituent la source d eau la plus utilisée à l ONEP, ce sont des trous profonds de diamètres environ 30 cm, de profondeur varie selon la situation de la nappe d eau, qui peut atteindre dans certaines cas jusqu à 700 mètres (voir annexe 1). Les autres sources qu on peut avoir aussi sont : les barrages, les rivières, les sources, la mer, les eaux usées..etc. La différence entre ces différents sources se situe au niveau du traitement d eau. III- Les groupes électropompes : 1- Introduction : Les groupes électropompes sont constitués de deux parties : - Le moteur :permet un mouvement de rotation pour faire tourner la pompe. - La pompe : c est la partie entraînée par le moteur pour aspirer l eau et faire le refoulement. 2- Le moteur : La plupart des moteurs utilisés sont triphasés ; pour cela leur montage est bien défini(voir annexe 2). Le démarrage du moteur se fait par plusieurs méthodes : - Le démarrage étoile/triangle : le moteur reçoit la tension en commençant par le couplage étoile pour une durée d environ 3 secondes, ensuite passe à l état triangle pour fonctionner normalement (figure 3.2). M Figure 3.2 : Schéma du démarrage étoile triangle. Page 19 -

13 - Le démarrage par résistances : c est le plus utilisé à l ONEP, il consiste a lier trois résistances en série avec les 3 phases, pour une durée de 3 ou 4 secondes, puis lier le moteur sans résistances (figure 3.3). Phases : Résistances : M Figure 3.3 : Schéma du démarrage avec résistances. Le moteur est identifié par une plaque signalétique située sur son corps (figure 3.4). Moteur immergé Fréquence d alimentation = 50Hz S = 60Hz Diamètre nominal en pouces Puissance du moteur en CH Spécialité = aucune indication S = spécialités diverses. M MC 6 10 MH S S MK Page 20 -

14 Figure 3.4 : plaque signalétique du moteur. 3- La pompe : On rencontre 3 types de pompes : Pompe à axe horizontal (voir annexe 3). Pompe à axe vertical (voir annexe 4). Pompe immergée (voir annexe 5). Le choix d utilisation entre ces trois types dépend d abord de la hauteur d aspiration Ha (la distance entre l axe du moteur et le niveau d eau) : * Si Ha < 8 mètres on utilise la pompe à axe horizontal grâce à son meilleur rendement et un entretien plus facile. * Si Ha > 8mètres on a le choix entre la pompe à axe vertical et la pompe immergée selon les propriétés suivantes : La pompe à axe vertical convient aux : - puits de profondeur environ inférieure à 30 mètres. - puits de faibles tranche d eau inférieure à 30 mètres. La pompe immergée convient aux : - puits profonds avec une tranche d eau intéressante. - forages. Ces deux pompes présentent des avantages et des inconvénients (figure 3.5). Avantages Inconvénients Pompe à axe vertical - Meilleur rendement - Réparation et entretien faciles du moteur. - Peut travailler dans les faibles tranches d eau. - Peut être entraînée par un moteur - Pertes de rendement dans la ligne d arbre - Nécessité de main d oeuvre qualifiée. Pompe immergée - Montage et démontage faciles. - Convient pour les forages et puits profonds. - Entretien difficil. Figure 3.5 : avantages et inconvénients de deux types de pompes. Page 21 -

15 IV- Les postes de chloration : 1-Principe : La chloration se fait par l injection du chlore dans la conduite d eau. La figure 3.6 présente le synoptique des installations de chloration : Chlorométre Manomètre(pression bouteille) Conduite d eau. Dépression Hydroéjecteur Chlore Pompe de surpression. Figure 3.6 : Synoptique d un poste de chloration. Le chlore est emmagasiné dans la bouteille, puis le chlorométre dose une quantité bien définie du chlore qui sera éjectée dans la conduite d eau à l aide de l hydroéjecteur par effet de dépression créé par la pompe de surpression. Page 22 -

16 2- Maintenance des installations de chloration : Des visites systématiques mensuelle s effectuent pour l entretien courant, la vérification du bon fonctionnement de l installation et la vérification des automatismes et des sécurités. En plus des opérations de fréquence mensuelle, on procède aussi à des opérations semestrielles d entretien plus approfondies comme suit :? Robinets et vannes : - Vérification de l étanchéité des conduites. - Graissage de la vanne motorisée.? Chlorométres : - Démontage de la vanne d entrée et nettoyage du filtre céramique. Remplacement des joints d étanchéité des chlorométres et des hydroéjecteurs.? Conduite de chlore pression : - Vérification. - Nettoyage du filtre à chlore. - Démontage éventuel. V- Les armoires de commande : Les armoires de commande représentent le cerveau d une station de pompage. En effet tous les défauts qui peuvent arriver lors du fonctionnement sont indiqués à l aide des voyants existant dans ces armoires, ce qui facilite la tache pour les employés. En plus de ça, elles permettent la commande du station de pompage, comme ils protégent l installation contre les surtensions et les surintensités. Page 23 -

17 VI- Les équipements hydromécaniques : Vanne : permet d isoler les équipements, elle fonctionne beaucoup lorsqu il existe un défaut. Vanne motorisée : c est une vanne équipée d un moteur qui assure l ouverture et la fermeture de la vanne, en respectant les conditions de sécurité suivantes : - Arrêt en position et fermeture sur contact fin course. - Limiteur d effort en sécurité, avec réarment, qui sert à arrêter le moteur s il existe des obstacles à l intérieur de la vanne, comme le sable. Altimètre : c est une vanne commandée par le niveau d eau dans le réservoir. Ventouse : permet d éviter les poches d air existant à l intérieur de la conduite. Manomètre : mesure la pression à l aspiration et au refoulement. Régulateur de pression : comme son nom l indique il sert à régler la pression. Clapet anti-retour : permet l écoulement dans un seul sens. Anti-bélier : sert à éviter les coups de bélier dues à la modification de pression, à l intérieur de la conduite, d une façon sinusoïdale. VII- Les postes de transformation : Ils se composent essentiellement d un transformateur triphasé de haute tension qui donne de l énergie électrique pour la station, cela est réalisé par un contrat d abonnement avec l ONE (Voir partie 5 : relation de l ONEP avec l ONE). VIII- Les réservoirs : Ils permettent un stockage de l eau, pour stabiliser le fonctionnement des groupes électropompes et le besoin des clients aussi. A l intérieur de ces réservoirs on trouve deux flottants arrêtent les groupes à un certain niveau d eau. Page 24 -

18 I- Introduction : La fuite est une maladie qui accompagne la plupart des réseaux de distribution d eau, elle peut rester invisible pendant une longue période. Elle s infiltre dans le sol ou se fraye un chemin jusqu à l égout, le fossé ou le cours d eau le plus proche. Elle peut aussi apparaître en surface et devenir un bris (voir annexe 6). Dans certains cas la fuite n apparaît pas en surface (voir annexe 7) mais donne des indices de sa présence comme un bruit audible chez un usager ou autour d une borne d incendie. En présence d un bris identifié en surface, il est nécessaire d en localiser précisément la source afin de minimiser l excavation pour réparer. Les techniques de détection de fuites sont alors utilisées en mode localisation. A l opposé, la recherche de fuites vise a identifier les fuites souterraines. Les techniques de détection de fuite sont alors utilisées en mode recherche. Le terme détection est utilisé pour définir cette activité. Une fois trouvée, la fuite sera localisée précisément. II- La recherche et la localisation des fuites : 1- Localisation par observation directe : On peut localiser directement les fuites en se basant sur les observations suivantes :? Les déformations de la chaussée, des bordures et des trottoirs ainsi que les bruits audibles près des bornes d incendie sont d autres indices pertinents.? Les observations de citoyen.? L observation visuelle en surface.? Pour les fuites les plus importantes, des remontées de bassin d égout. 2- La sectorisation : L isolation temporaire et la mesure du débit de nuit de secteurs constituent un moyen très efficace d identifier les groupes de conduites présentant des fuites. Page 25 -

19 3- L écoute de la fuite : C est la plus ancienne des méthodes de détection et de localisation des fuites. L écoute est facilitée par un équipement qui capte le bruit émis par la fuite et le transmet amplifié à l oreille du dépisteur.? Les trois bruits de la fuite : * Le premier bruit tire son origine de la vibration de l orifice de la fuite dans la conduite. La fréquence de ce bruit se situe dans la gamme 500 à 800 Hz. * Les deux autres bruits se situent plutôt dans la gamme de 20 à 250 Hz, le premier correspond à l impact du jet d eau sur le sol et le second à la circulation de l eau dans le sol. Les deux derniers bruits sont présents dans le voisinage immédiat de la fuite. Ils pourront être utilisés pour la localisation précise de la fuite.? La transmission du bruit : Plusieurs facteurs effectuent la transmission du bruit ou son écoute :? L amortissement du bruit augmente avec le diamètre de la conduite.? Le type de matériaux de la conduite affecte la vitesse de propagation.? Pour une écoute au sol, l amortissement augmente avec la profondeur de la conduite.? La présence de bruits d origine hydraulique (vannes de réduction de pression) ou mécanique (pompe) peut gêner considérablement l écoute.? La détection et la localisation des fuites : Le principe d écoute est le plus utilisé en recherche ou en localisation d une fuite. 4- Appareils de recherche de fuite : La plupart des appareils utilisés en recherche de fuite sont basés sur la corrélation acoustique : la comparaison des signaux reçus par deux capteurs situés de part et d autre d une fuite donne le décalage temporel entre ces Page 26 -

20 signaux et permet de localiser cette fuite entre les deux capteurs (figure 4.1). Oscilloscope pour la visualisation des signaux. Les capteurs Fuite Conduite d eau. Figure 4.1 : Principe de corrélation acoustique. III- La réparation des fuites :? Réparation des ruptures et des fissures : Les ruptures et les fissures circonférentielles peuvent se réparer à l aide des manchons (voir annexe 8).Les manchons les plus utilisés sont en acier inoxydable et d une longueur au moins égale au diamètre de la conduite à réparer. Page 27 -

21 ? Réparation de joints : Lorsqu il n est pas possible de remettre le joint en bon état, il est nécessaire de couper et de remplacer les conduites de chaque coté du joint.? Fuite au raccordement de service : Le raccordement défectueux est bouché et on effectue un autre.? Pose de manchons : Le nettoyage de la surface externe de la conduite devant recevoir un manchon est particulièrement important. On s assurera également de la continuité de la conductivité électrique. IL est recommandé dans tous les cas d écouter à nouveau sur les lieux de la réparation dans les semaines qui suivent. Etant donné que l apparition de fuites est un phénomène continu, il faut penser à exercer un suivi des réparations et à planifier chaque année un certain nombre d activités de prévention. Page 28 -

22 Relation de l ONEP avec L ONE. I- Introduction : L ONEP établit un contrat d abonnement avec l office nationale d électricité (ONE) pour avoir de l énergie électrique qui est une source très coûteuse. En effet L ONEP dépense environ 25 à 30% de son budget de fonctionnement pour couvrir la facture d énergie, ce qui représente une charge très lourde. Page 29 -

23 La bonne gestion de l énergie électrique consiste à :? Faire fonctionner les installations pendant les heures creuses, ensuite les heures pleines et éviter si possible les heures de pointes.? Eviter toute sorte de pénalité (dépassement de puissance souscrite, cosinus phi inférieur à 0.8)? Adaptation de la puissance souscrite en cas de remplacement des récepteurs.? Fiabilité des appareils de comptage. II- Tarification de l énergie électrique : La facture d électricité (voir annexe 9) a 4 composantes principales : 1. Les frais de la consommation d énergie électrique (kwh). 2. Les redevances de puissance. 3. Les pénalités. 4. Les taxes. 1- Les frais de la consommation : Les frais de l énergie électrique consommée (kwh) sont basés sur l existence de trois tarifs correspondant à trois tranches horaires : Tranches Heures creuses Heures pleines Heures de pointe Périodes Hiver (du 1 ér Oct au 31 Mars) 22h à 7h 7h à 17h 17h à 22h Eté (du 1 ér Avril au 31 Sept) 23h à 7h 7h à 18h 18h à 23h 2- Redevance de puissance : La redevance de puissance souscrite dont le montant est fixé par les clauses particulières du contrat est payable en 12 mois suivant le nombre de kva. 3- Taxe comptage et branchement : Page 30 -

24 Les taxes de comptage et branchement dépendent du mode de comptage. En effet, on distingue trois types de comptage relatifs à la haute et moyenne tension : a- Comptage monophasé effectué au niveau de la haute tension (désigné dans la facture par le chiffre 04). b- Comptage moyenne tension qui se fait en amont du transformateur. Il est exigé si le poste contient au moins un transformateur de puissance supérieure à 630 kva (désigné dans la facture par le chiffre 03). c- Comptage aval effectué au niveau de la basse tension en aval du transformateur (désigné par le chiffre 02). Dans ce mode de comptage, les pertes joules et les pertes vides actives dissipées dans le transformateur sont estimées. III- Actions pour réduire le coût d énergie : Ajustement de la puissance souscrite : En vue de réduire les redevances de puissance sans provoquer des pénalités de dépassement, la puissance à souscrire doit être choisie de manière judicieuse. En effet une puissance souscrite élevée est soumise à des redevances de puissance inutiles, et une puissance souscrite basse engendre des pénalités de dépassement. Ainsi la puissance optimale à souscrire doit être la plus proche possible de la puissance appelée par l installation. Installation de batteries de condensateurs : Le facteur de puissance (cosinus phi) d une installation donnée doit être au minimum égal à 0.8 sinon le fournisseur d énergie applique des pénalités, pour cela on installe des batteries de condensateurs pour améliorer le cosinus phi. Bénéficier du tarif heures creuses. Contrôle de la fiabilité des appareils de comptage. Page 31 -

25 Travail effectué Assistance de résolution d un problème au niveau d une Station de pompage. Page 32 -

26 Pour éviter la diminution de l eau existant à Fès et Meknès, une nouvelle station de pompage a été réalisé à Sais a côté de Fès. Lorsque Meknès n a pas besoin d eau, un débordement se passe au niveau d une cheminée qui sert à éviter les problèmes dues au pression. La figure 6.1 schématise le problème : Cheminée Débordement Station de pompage excès Pas de demande d eau Fès Meknès Figure 6.1 : Problème de débordement. Après une journée de recherche de la solution, les ingénieurs ont trouvé que les flottants du réservoir de la station ne marchent plus, ce qui provoque une pression très importante qui est la cause du problème. Page 33 -

27 CONCLUSION Ce stage a été très bénéfique, car il m a permet de découvrire le monde de travail, d approfondir mes connaissances acquises pendant mon cursus d études, tant sur le plan pratique que sur le plan théorique. J espère avoir traiter dans ce rapport les points essentiels concernant le fonctionnement du travail dans l office, surtout le service d organisation de maintenance qui a une fonction très importante au sein de l entreprise. Page 34 -

28 BIBLIOGRAPHIE Audit de la maintenance. Etude diagnostique de la fonction maintenance à l ONEP. Le contrôle des fuites. Manuel de recherche de fuites. Manuel de formation (Pompage). Dossier technique. Page 35 -

Transformer L énergie

Transformer L énergie Chapitre IV : Les récepteurs hydrauliques. IV.1 Introduction : Les récepteurs hydrauliques transforment l énergie hydraulique en énergie mécanique. On distingue : - Les récepteurs pour mouvement de translation

Plus en détail

REGIE MUNICIPALE DU SERVICE DES EAUX DE LA COMMUNE DE PAULHAN RAPPORT 2013

REGIE MUNICIPALE DU SERVICE DES EAUX DE LA COMMUNE DE PAULHAN RAPPORT 2013 REGIE MUNICIPALE DU SERVICE DES EAUX DE LA COMMUNE DE PAULHAN RAPPORT 2013 La Commune de Paulhan exploite en régie directe le service des eaux, dont le siège social est situé dans les locaux administratifs

Plus en détail

Influence de la variation de débit sur les performances d une pompe solaire

Influence de la variation de débit sur les performances d une pompe solaire Revue des Energies Renouvelables SIENR 12 Ghardaïa (2012) 23 28 Influence de la variation de débit sur les performances d une pompe solaire H. Ammar 1*, M.T. Bouziane 2 et Y. Bakelli 1 1 Unité de Recherche

Plus en détail

DIAGNOSTIC ECLAIRAGE PUBLIC. Cahier des charges

DIAGNOSTIC ECLAIRAGE PUBLIC. Cahier des charges DIAGNOSTIC ECLAIRAGE PUBLIC Cahier des charges SOMMAIRE I Objet page 2 II Objectifs page 2 III Champs du diagnostic page 2 IV Inventaire technique page 2 V Inventaire financier page 3 VI Schéma directeur

Plus en détail

ALIMENTATION EN EAU POTABLE DES COMMUNES RURALES

ALIMENTATION EN EAU POTABLE DES COMMUNES RURALES ALIMENTATION EN EAU POTABLE DES COMMUNES RURALES NATURE DES OPERATIONS - Infrastructures liées à la protection de la ressource, au traitement et à la distribution de l eau potable. BENEFICIAIRES Communes

Plus en détail

Volcane II Récupérateur de Chaleur Notice d Installation d Utilisation de Maintenance

Volcane II Récupérateur de Chaleur Notice d Installation d Utilisation de Maintenance NT 1166 C 1 /16 20/11/2008 MANUEL D INSTALLATION NORMES DE SECURITE ET MARQUAGE CE Nos techniciens sont régulièrement engagés dans la recherche et le développement de produits de plus en plus efficace

Plus en détail

CONVENTION TYPE D INDIVIDUALISATION DES CONTRATS DE FOURNITURE D EAU

CONVENTION TYPE D INDIVIDUALISATION DES CONTRATS DE FOURNITURE D EAU CONVENTION TYPE D INDIVIDUALISATION DES CONTRATS DE FOURNITURE D EAU Entre Le propriétaire (nom et adresse) de l immeuble situé composé de logements et autre. désigné dans la présente convention par «le

Plus en détail

Fiche de lecture de PFE Guillaume HEMMERTER

Fiche de lecture de PFE Guillaume HEMMERTER 1. INTRODUCTION Les maîtres d ouvrage ou propriétaires de patrimoine immobilier qui s engagent dans la construction ou la rénovation d installations climatiques veulent avoir la certitude d obtenir le

Plus en détail

PLANS DE MAINTENANCE DU COMPRESSEUR D AIR INGERSOLL-RAND SSR ML 15

PLANS DE MAINTENANCE DU COMPRESSEUR D AIR INGERSOLL-RAND SSR ML 15 PLANS DE MAINTENANE DU OMPRESSEUR D AIR INGERSOLL-RAND SSR ML 15 Sami Bellalah 29 1- Présentation de la machine : Pour générer l air comprimé on fait appel à des compresseurs qui portent l air à la pression

Plus en détail

BW : Pompes de surface auto-amorçantes

BW : Pompes de surface auto-amorçantes BW : Pompes de surface auto-amorçantes Epuisement de liquides chargés Conçu pour la vie Des solutions éprouvées pour des conditions d utilisation difficiles En tant que fournisseur de solutions de pompage,

Plus en détail

PARTICIPATIONS FINANCIERES H.T. DES ADHERENTS POUR L ANNEE 2010 ADOPTEES PAR LE COMITE SYNDICAL DU 19 FEVRIER

PARTICIPATIONS FINANCIERES H.T. DES ADHERENTS POUR L ANNEE 2010 ADOPTEES PAR LE COMITE SYNDICAL DU 19 FEVRIER ANNEXE COMPETENCES A LA CARTE DE LA BRANCHE EAU PARTICIPATIONS FINANCIERES H.T. DES ADHERENTS POUR L ANNEE 2010 ADOPTEES PAR LE COMITE SYNDICAL DU 19 FEVRIER 2010 Page 1 /14 26/02/2010 OPTION MAINTENANCE

Plus en détail

Vitesse variable ADDUCTION D EAU SURPRESSION

Vitesse variable ADDUCTION D EAU SURPRESSION Vitesse variable Aquontroller 304 Variateur de fréquence pour moteurs monophasés jusqu à 1,5 kw L Hydrovar : principe de fonctionnement 306 Série HV 2.015-4.110 307 Variateurs de fréquence HYDROVAR pour

Plus en détail

BURKINA FASO CAHIER 3 : LA GESTION DES AEPS/PEA

BURKINA FASO CAHIER 3 : LA GESTION DES AEPS/PEA BURKINA FASO CAHIER 3 : LA GESTION DES AEPS/PEA Pour les AEPS/PEA, la Réforme exclut le principe de gestion communautaire, et préconise une délégation de gestion à un opérateur privé compétent. La Réforme

Plus en détail

MAINTENANCE ET ENTRETIEN DES RÉSEAUX D EAU POTABLE ET EAUX USÉES

MAINTENANCE ET ENTRETIEN DES RÉSEAUX D EAU POTABLE ET EAUX USÉES MAINTENANCE ET ENTRETIEN DES RÉSEAUX D EAU POTABLE ET EAUX USÉES Grup Heracles MAINTENANCE ET ENTRETIEN DES RÉSEAUX D EAU POTABLE ET EAUX USÉES INDEX 1.- PRÉSENTATION... 7 1.1 _ Histoire... 8 1.2 _ Mission,

Plus en détail

Introduction à la maintenance

Introduction à la maintenance 1/- Introduction : Le maintien des équipements de production est un enjeu clé pour la productivité des usines aussi bien que pour la qualité des produits. C est un défi industriel impliquant la remise

Plus en détail

Organisation Sécurité-Santé et Plan de Prévention et de Secours PPS

Organisation Sécurité-Santé et Plan de Prévention et de Secours PPS Organisation Sécurité-Santé et Plan de Prévention et de Secours PPS Les nécessités d une bonne exploitation soucieuse de la Sécurité et de la Santé exigent d appliquer les règles légales avec une connaissance

Plus en détail

Equipement d un forage d eau potable

Equipement d un forage d eau potable Equipement d un d eau potable Mise en situation La Société des Sources de Soultzmatt est une Société d Economie Mixte (SEM) dont l activité est l extraction et l embouteillage d eau de source en vue de

Plus en détail

Mise en service et entretien d un surpresseur incendie

Mise en service et entretien d un surpresseur incendie Mise en service et entretien d un surpresseur incendie Lire attentivement cette notice avant l installation. A conserver à proximité de l équipement pour son fonctionnement et entretien. www.calpeda.com

Plus en détail

Le service de l éclairage public *** Présenté par Mr Kheiriddine AOMARI, Chef de Division des Equipements et Services 09 Octobre 2014

Le service de l éclairage public *** Présenté par Mr Kheiriddine AOMARI, Chef de Division des Equipements et Services 09 Octobre 2014 Royaume du Maroc Ministère de l Intérieur Direction Générale des Collectivités Locales Direction de la Planification et de l Equipement Le service de l éclairage public *** Présenté par Mr Kheiriddine

Plus en détail

Catalogue 2014 OFFRE DE SERVICES. Solutions de services CVC complètes et sur-mesure pour vos installations SERVICE

Catalogue 2014 OFFRE DE SERVICES. Solutions de services CVC complètes et sur-mesure pour vos installations SERVICE Catalogue 2014 OFFRE DE SERVICES Solutions de services CVC complètes et sur-mesure pour vos installations SERVICE 1 Sommaire Vous êtes entre de bonnes mains! Un service de proximité Une équipe à votre

Plus en détail

Entretien préventif du forage de la Mance

Entretien préventif du forage de la Mance Entretien préventif du forage de la Mance Localisation du forage de la Mance. Le forage de la Mance est exploité depuis 1994 (date d exécution du 09/03/1994 au 19/04/1994). Cet ouvrage présente les caractéristiques

Plus en détail

Maintenance Industrielle

Maintenance Industrielle Maintenance Industrielle et Gestion des Risques Industriels Maintenance Industrielle Chapitre 2: Organisation de la fonction maintenance Dr. N.LABJAR Année universitaire 2013-2014 Processus de Production

Plus en détail

EAU REGARD REGARD. Ses avantages. Descriptif général. Le regard compact nouvelle génération :

EAU REGARD REGARD. Ses avantages. Descriptif général. Le regard compact nouvelle génération : 95% EAU REGARD REGARD Le regard compact nouvelle génération : AQUAFLEX est une nouvelle gamme de regards de comptage destinée au raccordement des abonnés au réseau de distribution de l eau. Regard compact

Plus en détail

Anémomètre/Débimètre Moulinet FA Vitesse / Débit Air - Gaz

Anémomètre/Débimètre Moulinet FA Vitesse / Débit Air - Gaz Anémomètre/Débimètre Vitesse / Débit Air - Gaz Le capteur à est idéal pour la mesure de vitesse et de débit d écoulement de l air ou de gaz. Caractéristiques techniques - Mesure de vitesse et débit d écoulement

Plus en détail

Guide pratique du Branchement Basse Tension individuel à 36 kva

Guide pratique du Branchement Basse Tension individuel à 36 kva Guide pratique du Branchement Basse Tension individuel à 36 kva Branchement Basse tension individuel Page 1 / 14 Sommaire 1- Normes :... 3 2- Politiques et règles techniques... 3 2.1 Branchement aérien

Plus en détail

Circuit fluidique d un climatiseur : (source Daikin).

Circuit fluidique d un climatiseur : (source Daikin). TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT D AIR Tâche T3.3 : câblage et raccordement électrique des appareils. Compétence C1.2 : s informer, décider, traiter. Thème :S2 : communication technique. Séquence

Plus en détail

Chauffe-eau Notice Technique

Chauffe-eau Notice Technique Présentation du chauffe-eau 1 - Tubulure de puisage en acier inoxydable 2 - Protection intérieure par émaillage 3 - Résistance stéatite 4 - Générateur de courant (technique Thermor) 5 - Anode active en

Plus en détail

Bepac eau chaude sanitaire à capteur sol. Bepac. Ecs 300LT CAPTEUR SoL

Bepac eau chaude sanitaire à capteur sol. Bepac. Ecs 300LT CAPTEUR SoL Ecs 300LT CAPTEUR SoL 1 Pose du Capteur Manuel d installation et utilisation Le capteur se pose à 80 cm de profondeur, il doit être installé dans le sol et sera recouvert de terre.(tolérance du terrassement

Plus en détail

Amélioration du rendement du réseau d eau potable de la Ville de Fès

Amélioration du rendement du réseau d eau potable de la Ville de Fès Amélioration du rendement du réseau d eau potable de la Ville de Fès Najib Lahlou- Mimi Directeur Général NRW reduction in urban water utilities Center for Mediteranean Integration Marseille January 22-23,

Plus en détail

Quels sont mes avantages si je me raccorde au réseau CAD?

Quels sont mes avantages si je me raccorde au réseau CAD? Qu est-ce que le Chauffage à Distance? Le Chauffage à Distance (CAD) est un réseau énergétique urbain qui a pour objectif de fournir de la chaleur d une façon centralisée à tous les consommateurs de chaleur

Plus en détail

ERDF À VOTRE SERVICE BRETAGNE

ERDF À VOTRE SERVICE BRETAGNE ERDF À VOTRE SERVICE BRETAGNE SOMMAIRE Qui est ERDF? 3 ERDF au service des clients 4 Les éléments qui composent votre installation 5 Vous souhaitez être dépanné 6 Vous emménagez dans un nouveau logement

Plus en détail

Réseau International des Centres de formations aux métiers de l Eau Assemblée Constitutive du Réseau Paris 19-21 novembre 2008 Expérience de l

Réseau International des Centres de formations aux métiers de l Eau Assemblée Constitutive du Réseau Paris 19-21 novembre 2008 Expérience de l Réseau International des Centres de formations aux métiers de l Eau Assemblée Constitutive du Réseau Paris 19-21 novembre 2008 Expérience de l Algérienne des Eaux en matière de formation ZAIER Hocine Sommaire

Plus en détail

Niveau 4 Le matériel http://www.antonysub.fr. Alain GOTAINER

Niveau 4 Le matériel http://www.antonysub.fr. Alain GOTAINER LE MATERIEL 1 PLAN DE LA PRESENTATION Les compresseurs Les bouteilles tampons Les bouteilles de plongée Les détendeurs 2 LE MATERIEL Les compresseurs Les bouteilles tampons Les bouteilles de plongée Les

Plus en détail

LIFTSON M-LIX L. MODULES DE RELEVAGE Eaux usées domestiques 50 Hz Conforme à la norme EN 12050-1 PLAGES D UTILISATION APPLICATIONS AVANTAGES

LIFTSON M-LIX L. MODULES DE RELEVAGE Eaux usées domestiques 50 Hz Conforme à la norme EN 12050-1 PLAGES D UTILISATION APPLICATIONS AVANTAGES PLAGES D UTILISATION Débits jusqu à : 40 m 3 /h Hauteurs mano. jusqu à : 22 m Température maxi eau: + 3 à 40 C Granulométrie : 45 mm Arrivée collecteur : DN 40/50/100/150 Refoulement : DN 80 Event : DN

Plus en détail

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL MAINTENANCE DES VÉHICULES AUTOMOBILES OPTION A : VOITURES PARTICULIÈRES

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL MAINTENANCE DES VÉHICULES AUTOMOBILES OPTION A : VOITURES PARTICULIÈRES BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL MAINTENANCE DES VÉHICULES AUTOMOBILES OPTION A : VOITURES PARTICULIÈRES SESSION 2015 ÉPREUVE E2 : ÉPREUVE TECHNOLOGIQUE ÉTUDE DE CAS - EXPERTISE TECHNIQUE Durée : 3 heures Coefficient

Plus en détail

OPTIMISATION D ADDUCTION DDUCTION D EAU POTABLE. Ville de Thouars. Deux Sèvres

OPTIMISATION D ADDUCTION DDUCTION D EAU POTABLE. Ville de Thouars. Deux Sèvres OPTIMISATION DU RESEAU D ADDUCTION DDUCTION D EAU POTABLE Ville de Thouars Deux Sèvres La Régie R de l Eaul Crée e fin 2001 ( reprise en Régie R suite à fin d un d contrat d affermage d ) Petite structure

Plus en détail

CODEP-OLS-2010-059203 Orléans, le 29 octobre 2010

CODEP-OLS-2010-059203 Orléans, le 29 octobre 2010 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION D'ORLÉANS CODEP-OLS-2010-059203 Orléans, le 29 octobre 2010 Monsieur le Directeur du Centre Nucléaire de Production d Electricité de BELLEVILLE SUR LOIRE BP 11 18240 LERE

Plus en détail

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO I.1. Introduction : Le caractère stratégique de la panne, préoccupe de plus en plus les responsables de la production ayant à faire face aux équipements complexes qui ne cessent de prendre de l ampleur

Plus en détail

Guide pratique du Branchement Basse Tension collectif

Guide pratique du Branchement Basse Tension collectif Guide pratique du Branchement Basse Tension collectif Branchement collectif Page 1 / 10 Sommaire 1- Normes...3 2- Politiques et règles techniques...3 2.1 Branchement aérien ou souterrain...3 2.2 Branchement

Plus en détail

vous avez souscrit un contrat unique avec un prix intégrant à la fois la part fourniture

vous avez souscrit un contrat unique avec un prix intégrant à la fois la part fourniture vous avez souscrit un contrat unique avec un prix intégrant à la fois la part fourniture 1/9 1. EDF Entreprises Coordonnées postales de l'entité d'edf qui assure la gestion de votre contrat. 2. Votre contact

Plus en détail

Puissances, énergies : que paye t-on lors de la recharge d un véhicule électrique? Thème Energie

Puissances, énergies : que paye t-on lors de la recharge d un véhicule électrique? Thème Energie LYCÉE JULES VIETTE MONTBELIARD Spécialité Energie et Environnement Puissances, énergies : que paye t-on lors de la recharge d un véhicule électrique? Thème Energie Objectifs de formation. EE2 : Valider

Plus en détail

1- Maintenance préventive systématique :

1- Maintenance préventive systématique : Page 1/9 Avant toute opération vérifier que le système soit correctement consigné. Avant de commencer toute activité, vous devez être en possession d une attestation de consignation 1- Maintenance préventive

Plus en détail

C est en Côte d Or (21), dans la commune de Nesle-et-Massoult, que SALMSON vient de réaliser son premier réseau ramifié sous pression en France.

C est en Côte d Or (21), dans la commune de Nesle-et-Massoult, que SALMSON vient de réaliser son premier réseau ramifié sous pression en France. SALMSON ÉQUIPE LA COMMUNE DE NESLE ET MASSOULT EN RÉSEAU RAMIFIÉ SOUS PRESSION. Mars 2007. C est en Côte d Or (21), dans la commune de Nesle-et-Massoult, que SALMSON vient de réaliser son premier réseau

Plus en détail

SYSTÈMES DE PLOMBERIE (ÉGOUTS PLUVIAUX ET SANITAIRES) MODULE 6

SYSTÈMES DE PLOMBERIE (ÉGOUTS PLUVIAUX ET SANITAIRES) MODULE 6 SYSTÈMES DE PLOMBERIE (ÉGOUTS PLUVIAUX ET SANITAIRES) MODULE 6 LES PRÉCISIONS A. Diagnostiquer des problèmes simples de fonctionnement : d un système de drainage Reconnaître les composants d un système

Plus en détail

PREFET DES ALPES MARITIMES

PREFET DES ALPES MARITIMES Direction Régionale de l'environnement, de l'aménagement et du Logement Provence Alpes Côte d'azur PREFET DES ALPES MARITIMES Nice, le 2 septembre 2014 Société SUD EST ASSAINISSEMENT Route de La Gaude

Plus en détail

Jean-Claude Chazelon. Les eaux pluviales

Jean-Claude Chazelon. Les eaux pluviales Jean-Claude Chazelon Les eaux pluviales Ce cahier technique a été réalisé avec le concours de : l'agence de l'eau Adour-Garonne l'agence de l'eau Loire-Bretagne Et avec le soutien de Limoges Métropole

Plus en détail

DOSSIER CIRCULATEUR ORGANE DU CIRCUIT CHAUFFAGE LE ROLE DU CIRCULATEUR LES CARACTERISTIQUES PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT DIMENSIONNER UN CIRCULATEUR

DOSSIER CIRCULATEUR ORGANE DU CIRCUIT CHAUFFAGE LE ROLE DU CIRCULATEUR LES CARACTERISTIQUES PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT DIMENSIONNER UN CIRCULATEUR DOSSIER CIRCULATEUR ORGANE DU CIRCUIT CHAUFFAGE LE ROLE DU CIRCULATEUR LES CARACTERISTIQUES RINCIE DE FONCTIONNEMENT DIMENSIONNER UN CIRCULATEUR CHOIX DU CIRCULATEUR RACCORDEMENT HYDRAULIQUE RACCORDEMENT

Plus en détail

DES COUTS DES FACTEURS COMPETITIFS

DES COUTS DES FACTEURS COMPETITIFS DES COUTS DES FACTEURS COMPETITIFS Depuis la dévaluation du franc CFA en janvier 1994, les coûts des facteurs sont devenus encore plus compétitifs. Néanmoins, le Gouvernement ivoirien s est engagé à poursuivre

Plus en détail

omécanicien de Maintenance Industrielle

omécanicien de Maintenance Industrielle AT1_SQ7_Circuit hydraulique Electromécani omécanicien cien(ne) de Maintenance Industrielle Notice Technique : Circuit hydraulique Centre de formation de : Foulayronnes Gagnez en compétences EMI-AFPA Foulayronnes

Plus en détail

Données techniques système start/stop automatique AT206

Données techniques système start/stop automatique AT206 EUROPOWER manuel AT206 1 1. Description tableau AT206 Avec ce système vous pouvez contrôler toutes les fonctions d un groupe. Le module commande le fonctionnement du moteur diesel ou essence du groupe

Plus en détail

Le service de L eau potable à CARHAIX PLOUGUER

Le service de L eau potable à CARHAIX PLOUGUER Le service de L eau potable à CARHAIX PLOUGUER Achat, distribution d eau potable, gestion clientele Note pour une mission d assistance à maîtrise d ouvrage pour l étude des modes de gestion du service

Plus en détail

ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012

ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012 ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012 Pour faciliter la correction et la surveillance, merci de répondre aux 3 questions sur des feuilles différentes et d'écrire immédiatement votre nom sur toutes

Plus en détail

LA PURGE DES CIRCUITS HYDRAULIQUES J-M R. D-BTP

LA PURGE DES CIRCUITS HYDRAULIQUES J-M R. D-BTP LA PURGE DES CIRCUITS HYDRAULIQUES J-M R. D-BTP 2006 1 Solubilité de l air dans l eau Les causes de la présence des gaz Effet de la présence des gaz L élimination des gaz Les différents systèmes de purge

Plus en détail

OPERATIONS D INSTALLATION, DE REPARATION ET ENTRETIEN

OPERATIONS D INSTALLATION, DE REPARATION ET ENTRETIEN OPERATIONS D INSTALLATION, DE REPARATION ET ENTRETIEN UNITÉ CLIMATISÉE HORIZONTALE EHW 518, 725, 830, 1036, 1042, 1250, 1657, 2069, 2476, 3097, 35110 SOMMAIRE Consignes de Sécurité... 3 Réception de l

Plus en détail

NOTICE DE MISE EN SERVICE

NOTICE DE MISE EN SERVICE NOTICE DE MISE EN SERVICE Dispositif de Surpression à Variation, pompe de 2,2kW 1. GENERALITES Avant de procéder à l installation, lire attentivement cette notice de mise en service. CONTROLE PRELIMINAIRE

Plus en détail

Compensation d énergie réactive

Compensation d énergie réactive Compensation d énergie réactive Condensateurs et armoires de rephasage Panoramique de gamme Infos & conseils Aide au choix Compensation tarif jaune Gamme ENERCAPTJ Compensation tarif vert Gamme ENERPACK

Plus en détail

RENSEIGNER LE COMPTE-RENDU DE MANIERE FIABLE

RENSEIGNER LE COMPTE-RENDU DE MANIERE FIABLE RENSEIGNER LE COMPTE-RENDU DE MANIERE FIABLE Maintenance industrielle Niveau V CAFOC - GIP de l académie de Lyon - 39, rue Pierre Baizet - CP201-69336 Lyon cedex 09 04 72 19 80 21-04 78 47 27 11 - gipal-cafoc@ac-lyon.fr

Plus en détail

LYCÉE JULES VIETTE MONTBELIARD. Choix d un tarif en vue de l implantation d une borne de recharge chez un particulier.

LYCÉE JULES VIETTE MONTBELIARD. Choix d un tarif en vue de l implantation d une borne de recharge chez un particulier. BTS ÉLECTROTECHNIQUE LYCÉE JULES VIETTE MONTBELIARD Choix d un tarif en vue de l implantation d une borne de recharge chez un particulier. BTS Electrotechnique Thème 8 : la gestion des coûts THEME 8 :

Plus en détail

MOTOPOMPE AUTO-AMORÇANTE MODÈLES KDP20, KDP30, KDP40

MOTOPOMPE AUTO-AMORÇANTE MODÈLES KDP20, KDP30, KDP40 MOTOPOMPE AUTO-AMORÇANTE MODÈLES KDP20, KDP30, KDP40 I N T R O D U C T I O N Merci de nous avoir fait confiance en acquerrant ce produit KIPOR. La série des motopompes KDP présente les caractéristiques

Plus en détail

Québec, le 6 novembre 2012

Québec, le 6 novembre 2012 Québec, le 6 novembre 2012 1 L'aquaresponsabilité municipale Une approche intégrée Englobe toutes les actions réalisées par une ville Pour garantir : la gestion responsable de la ressource eau sur son

Plus en détail

INSTALLATION DU SYSTÈME DE DISTRIBUTION D EAU FROIDE ET D EAU CHAUDE MODULE 8

INSTALLATION DU SYSTÈME DE DISTRIBUTION D EAU FROIDE ET D EAU CHAUDE MODULE 8 INSTALLATION DU SYSTÈME DE DISTRIBUTION D EAU FROIDE ET D EAU CHAUDE MODULE 8 LES PRÉCISIONS D ÉLEMENTS DE A. Prendre connaissance du travail à faire et effectuer la planification d un système de distribution

Plus en détail

Ballons d eau chaude électriques à circuit fermé Z.., AQ.., IND/IDE.., ID.., HR-N/HR-T.., STA.., HB..

Ballons d eau chaude électriques à circuit fermé Z.., AQ.., IND/IDE.., ID.., HR-N/HR-T.., STA.., HB.. Ballons d eau chaude électriques à circuit fermé Z.., AQ.., IND/IDE.., ID.., HR-N/HR-T.., STA.., HB.. Les ballons d eau chaude électriques à circuit fermé HAJDU sont créés pour fournir de l eau chaude

Plus en détail

Détection de fuite d air comprimé. À l écoute de vos économies d énergie » VOTRE SOLUTION PNEUMATIQUE

Détection de fuite d air comprimé. À l écoute de vos économies d énergie » VOTRE SOLUTION PNEUMATIQUE À l écoute de vos économies d énergie Détection de fuite d air comprimé La recherche de fuites d air comprimé par des professionnels utilisant la méthode de détection par ultrasons est la garantie d un

Plus en détail

Optimisation énergétique du réseau hydraulique regional du Languedoc Roussillon

Optimisation énergétique du réseau hydraulique regional du Languedoc Roussillon Optimisation énergétique du réseau hydraulique regional du Languedoc Roussillon Franck Maruéjols franck.maruejols@brl.fr Gaëtan Deffontaines gaetan.deffontaines@brl.fr 1 Plan de la Présentation 1. BRL

Plus en détail

GUIDE D'AIDE A L ÉTABLISSEMENT D'UN DESCRIPTIF DÉTAILLÉ DES RÉSEAUX D'EAU POTABLE

GUIDE D'AIDE A L ÉTABLISSEMENT D'UN DESCRIPTIF DÉTAILLÉ DES RÉSEAUX D'EAU POTABLE GUIDE D'AIDE A L ÉTABLISSEMENT D'UN DESCRIPTIF DÉTAILLÉ DES RÉSEAUX D'EAU POTABLE Groupe de travail : Gestion patrimoniale Evènement : Web conférence Date : novembre 2014 www.astee.org Les maitres d œuvre

Plus en détail

PréParation et gestion d un chantier

PréParation et gestion d un chantier SAS ECS HA3601 Préparation et gestion d un chantier Chapitre 5 Préparation avant les travaux 5.5. Coordination technique Lors de la phase de préparation du chantier, la coordination technique occupe une

Plus en détail

DOUBLE PARK ECO «La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE

DOUBLE PARK ECO «La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE DOUBLE PARK ECO «La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE P2-F et P4-F 185 (Modèle standard) P2-F et P4-F 170 MODELE P2/4-F 170 P2/4-F 185 (Standard) P2/4-F 195 P2-F et P4-F 195 H 325 340 350 DH 156 171 181

Plus en détail

COLLOQUE «SOLAIRE THERMIQUE et HABITAT COLLECTIF»

COLLOQUE «SOLAIRE THERMIQUE et HABITAT COLLECTIF» COLLOQUE «SOLAIRE THERMIQUE et HABITAT COLLECTIF» LE MONITORING AU SERVICE DE LA MAINTENANCE Michel BOURLOUX 06/03/2013) LE MONITORING AU SERVICE DE LA MAINTENANCE Sommaire 1. Préambule 1.1 Les Besoins

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC OFFICE NATIONAL DE L ELECTRICITÉ. «Études d impact environnemental pour les projets hydrauliques II de l ONE»

ROYAUME DU MAROC OFFICE NATIONAL DE L ELECTRICITÉ. «Études d impact environnemental pour les projets hydrauliques II de l ONE» ROYAUME DU MAROC OFFICE NATIONAL DE L ELECTRICITÉ «Études d impact environnemental pour les projets hydrauliques II de l ONE» STEP d Abdelmoumen Synthèse non technique Demande de services n MA/2007/02

Plus en détail

Descriptif. Fonctions. Caractéristiques. Applications. Tests. Vanne de régulation permettant la limitation et la stabilisation hydraulique du débit.

Descriptif. Fonctions. Caractéristiques. Applications. Tests. Vanne de régulation permettant la limitation et la stabilisation hydraulique du débit. DN 50 à 000 - Série K 0 Vanne de régulation permettant la limitation et la stabilisation hydraulique du débit. Fonctions Limiter un débit quelles que soient les variations de la pression amont et de la

Plus en détail

PUISSANCE ELECTRIQUE

PUISSANCE ELECTRIQUE PUISSANCE ELECTRIQUE I COURANT CONTINU 1 absorbée par un récepteur 2 Puissance thermique et effet Joule 3 Bilan des puissances a) Conducteur ohmique Conducteur P abs Ohmique P ut = P j le rendement est

Plus en détail

REFERENCES Ingénierie énergétique

REFERENCES Ingénierie énergétique REFERENCES Ingénierie énergétique INGENIERIE ENERGETIQUE ET INDUSTRIELLE Assistance au Maître d ouvrage pour le suivi des études techniques (électricité et fluides) relatives au centre de maintenance de

Plus en détail

A QUOI SERT LE NIVEAU DE CUVE?

A QUOI SERT LE NIVEAU DE CUVE? LE NIVEAU DE CUVE Les explications et les schémas qui suivent correspondent à ce que j ai compris du fonctionnement du carburateur MIKUNI qui équipe les BETA trial. Elles sont aussi valables pour les autres

Plus en détail

BRANCHES D'ACTIVITES ET QUALIFICATIONS DES ENTREPRISES INTERVENANT DANS LE SECTEUR DE L'AMENAGEMENT DE L ESPACE AGRICOLE RECUEIL DES QUALIFICATIONS

BRANCHES D'ACTIVITES ET QUALIFICATIONS DES ENTREPRISES INTERVENANT DANS LE SECTEUR DE L'AMENAGEMENT DE L ESPACE AGRICOLE RECUEIL DES QUALIFICATIONS ROYAUME DU MAROC MINISTERE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PECHE MARITIME DIRECTION DE L IRRIGATION ET DE L AMENAGEMENT DE L ESPACE AGRICOLE DIVISION DESAMENAGEMENTS BRANCHES D'ACTIVITES ET QUALIFICATIONS DES

Plus en détail

Application de la loi SRU à partir 1 er janvier 2009

Application de la loi SRU à partir 1 er janvier 2009 Application de la loi SRU à partir 1 er janvier 2009 Loi SRU (2000-1208) signifie loi Solidarité et Renouvellement Urbains. Cette loi est issue d un débat national lancé en 1999 ayant pour thème «habiter,

Plus en détail

2 Trucs et Astuces 2

2 Trucs et Astuces 2 Trucs et Astuces 2 2 Le chauffe-eau solaire 1.Les capteurs 2.Les circuits solaires 3.Le circuit sanitaire 4.Les systèmes d appoint 5.Fiches synthèse 6.Bon à savoir Trucs et Astuces 3 1 Les capteurs Trucs

Plus en détail

NOTRE ENERGIE À VOTRE SERVICE!

NOTRE ENERGIE À VOTRE SERVICE! NOTRE ENERGIE À VOTRE SERVICE! Location dron maroc C est faire le choi de l eigence, la qualité et la fiabilité DRON Maroc, ce sont des années de savoir-faire et d epérience, renforcées par une connaissance

Plus en détail

Technicien de réseau VEOLIA COMPÉTENCES. > Les atouts du métier. > Ses missions. > Les spécificités du métier. > Les compétences

Technicien de réseau VEOLIA COMPÉTENCES. > Les atouts du métier. > Ses missions. > Les spécificités du métier. > Les compétences Diversité des missions, relation client, autonomie Le technicien réseau assure la surveillance et les interventions sur le réseau ainsi que toutes les démarches de nature technique nécessitant une ouverture

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE D AGREMENT D UN ETABLISSEMENT A TERRE (en trois exemplaires à déposer auprès du PIE)

DOSSIER DE DEMANDE D AGREMENT D UN ETABLISSEMENT A TERRE (en trois exemplaires à déposer auprès du PIE) DOSSIER DE DEMANDE D AGREMENT D UN ETABLISSEMENT A TERRE (en trois exemplaires à déposer auprès du PIE) 1. NOTE DE PRESENTATION DE L ENTREPRISE 1.1. Organisation générale 1.1.1. Lettre de demande d agrément

Plus en détail

PROJET DE RECONSTRUCTION ET D ENFOUISSEMENT DES RÉSEAUX À LA VILLE DE DRUMMONDVILLE

PROJET DE RECONSTRUCTION ET D ENFOUISSEMENT DES RÉSEAUX À LA VILLE DE DRUMMONDVILLE PROJET DE RECONSTRUCTION ET D ENFOUISSEMENT DES RÉSEAUX À LA VILLE DE DRUMMONDVILLE Julie René, Ing Chef de division gestion des infrastructures TABLE DES MATIÈRES Préambule (mise en contexte des projets

Plus en détail

Alimentation en eau potable et assainissement

Alimentation en eau potable et assainissement Qualité et cadre de vie Environnement Alimentation en eau potable et assainissement Alimentation en eau potable : Cf : tableau page suivante Assainissement Cf : tableau page suivante Contact Les dossiers

Plus en détail

-Projet- Contrat de Maintenance

-Projet- Contrat de Maintenance -Projet- Contrat de Maintenance ENTRE : La société.. dont le siège social est sis à..,., Matricule fiscal N., représentée par son Directeur Général Monsieur.., adresse des sites d interventions :, ci-après

Plus en détail

Journée technique organisée par les distributeurs d eau romands

Journée technique organisée par les distributeurs d eau romands Journée technique organisée par les distributeurs d eau romands Mercredi Aqua pro gaz Bulle Le compteur d eau dans tous ses états Cas pratique: Révision de la calibration des compteurs: méthode et réalisation

Plus en détail

Séance du Conseil Municipal du 21/02/2013

Séance du Conseil Municipal du 21/02/2013 Direction Générale des Ressources / Direction des Achats et de la Commande Publique Question n 064 DACP REF : DACP2013013 Signataire : OL/ED Séance du Conseil Municipal du 21/02/2013 RAPPORTEUR : Jean

Plus en détail

«La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE

«La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE «La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE P2-f & P4-f - 185/180 - Standard P2-f & P4-f - 170/165 - Compact P2-f & P4-f - 200/195 - Confort MODELE H DH P2f-4f - 185/180 - Standard 340 171 P2f-4f - 170/165 - Compact

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE UNE NOUVELLE GAMME DE SERVICES GRATUITS ET INNOVANTS POUR OPTIMISER CONSOMMATIONS ET FACTURES D EAU

DOSSIER DE PRESSE UNE NOUVELLE GAMME DE SERVICES GRATUITS ET INNOVANTS POUR OPTIMISER CONSOMMATIONS ET FACTURES D EAU DOSSIER DE PRESSE UNE NOUVELLE GAMME DE SERVICES GRATUITS ET INNOVANTS POUR OPTIMISER CONSOMMATIONS ET FACTURES D EAU DOSSIER DE PRESSE - LANCEMENT NOUVELLE GAMME DE SERVICES NOVEO 1/11 Paris, le 5 octobre

Plus en détail

IMMERSON D4. POMPES DE FORAGE 4 2 pôles - 50 Hz Adduction - surpression PLAGES D UTILISATION APPLICATIONS AVANTAGES

IMMERSON D4. POMPES DE FORAGE 4 2 pôles - 50 Hz Adduction - surpression PLAGES D UTILISATION APPLICATIONS AVANTAGES PLAGES D UTILISATION Débits jusqu à : 26m 3 /h auteurs mano. jusqu à : 3 m Température maxi de l eau : + 3 C Teneur en sable maxi : 5 g/m 3 DN orifice refoulement : G1 1/4 Profondeur immersion maxi : 2

Plus en détail

1 ) Charge résistive triphasée. 1.1) Couplage étoile. Mesures:

1 ) Charge résistive triphasée. 1.1) Couplage étoile. Mesures: Etude de deux récepteurs triphasés équilibrés en couplage étoile et triangle. Mesure du facteur de puissance. Mesure des puissances active et réactive. Relèvement du facteur de puissance. Nous étudierons

Plus en détail

LA télégestion L o u t i l p o u r l e con t rô l e et l a g e s t i on à d i s ta n ce de v o s i n s ta l l at i on s

LA télégestion L o u t i l p o u r l e con t rô l e et l a g e s t i on à d i s ta n ce de v o s i n s ta l l at i on s LA TÉLÉGESTION L o u t i l p o u r l e c o n t r ô l e e t l a g e s t i o n à d i s t a n c e de vos installations La télégestion : VOS BESOINS Sécurité des installations Etre alerté à tout moment d un

Plus en détail

Maîtrise des pertes en eau sur le réseau d eau potable

Maîtrise des pertes en eau sur le réseau d eau potable Maîtrise des pertes en eau sur le réseau d eau potable Pour la gestion durable de l eau La réduction des volumes de pertes en eau sur le réseau représente, pour le sevice de l eau, un enjeu majeur qui

Plus en détail

Les régimes du neutre

Les régimes du neutre Chapitre 1 Les régimes du neutre Dans tout système triphasé Haute ou Basse Tension existent trois tensions simples, mesurées entre chacune des phases et un point commun appelé "point neutre". Physiquement,

Plus en détail

SOMMAIRE 1 - GÉNÉRALITÉS 2. 1-1. Présentation de l'opération 2 1-2. Limites de prestations 2 2 - DESCRIPTION DES OUVRAGES 3

SOMMAIRE 1 - GÉNÉRALITÉS 2. 1-1. Présentation de l'opération 2 1-2. Limites de prestations 2 2 - DESCRIPTION DES OUVRAGES 3 SOMMAIRE 1 - GÉNÉRALITÉS 2 1-1. Présentation de l'opération 2 1-2. Limites de prestations 2 2 - DESCRIPTION DES OUVRAGES 3 2-1. Groupe électrogène 3 2-2. Contrat de maintenance 5 MATH Ingénierie Page 1/5

Plus en détail

Instructions de montage et d entretien pour les Types 39, 46, 48, 49, 50, 51, 53, 55, 56, 57

Instructions de montage et d entretien pour les Types 39, 46, 48, 49, 50, 51, 53, 55, 56, 57 Instructions de montage et d entretien pour les Types 39, 6, 8, 9, 50, 51, 53, 55, 56, 57 Les manchons sont équipés de brides tournantes suivant les normes (DIN, ASA, BS etc.). Ils sont livrés prêt à être

Plus en détail

DIL. POMPES IN-LINE DOUBLES Chauffage - Climatisation 50 Hz PLAGES D UTILISATION APPLICATIONS AVANTAGES D I L

DIL. POMPES IN-LINE DOUBLES Chauffage - Climatisation 50 Hz PLAGES D UTILISATION APPLICATIONS AVANTAGES D I L PLAGES D UTILISATION Débits jusqu à : 11 m 3 /h Hauteurs mano. jusqu à : 7 m Pression de service maxi : 13 bar jusqu à 1 C bar jusqu à C Température : à 1 C DN orifices : 3 à DIL POMPES IN-LINE DOUBLES

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE ENERGIE «Air Comprimé»

FICHE TECHNIQUE ENERGIE «Air Comprimé» FICHE TECHNIQUE ENERGIE «Air Comprimé» A. ETAT DE L ART 1. Caractéristiques générales De façon générale, tous secteurs d activités confondus, l air comprimé représente en moyenne 10 à 15 % de la facture

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières

Cahier des Clauses Techniques Particulières MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES VILLE DE SEES Hôtel de Ville Place du Général de GAULLE 61000 SEES Tél: 02.33.81.79.70 ACHAT D UN VEHICULE UTILITAIRE SANS PERMIS A MOTORISATION ELECTRIQUE

Plus en détail

TP Numéro 1. AUTOMATIQUE LOGIQUE (programmation et simulation) Durée: 2 heures

TP Numéro 1. AUTOMATIQUE LOGIQUE (programmation et simulation) Durée: 2 heures TP Numéro 1 AUTOMATIQUE LOGIQUE (programmation et simulation) Durée: 2 heures On considère dans ce sujet un dispositif de remplissage de bacs. Le dispositif concerné est représenté sur la figure ci-dessous,

Plus en détail

CHAUFFE-EAU INSTANTANÉ ÉLECTRIQUE

CHAUFFE-EAU INSTANTANÉ ÉLECTRIQUE CHAUFFE-EAU INSTANTANÉ ÉLECTRIQUE EPS - 3,5 EPS - 4,4 EPS - 5,5R Lire et suivre attentivement les instructions d installation et d utilisation afin d assurer un fonctionnement et une durée de vie optimales

Plus en détail

Organisme de recherche et d information sur la logistique et le transport LES TECHNIQUES DE SUIVI DES ARTICLES ET DES STOCKS

Organisme de recherche et d information sur la logistique et le transport LES TECHNIQUES DE SUIVI DES ARTICLES ET DES STOCKS LES TECHNIQUES DE SUIVI DES ARTICLES ET DES STOCKS La gestion et la maîtrise des flux entrants et sortants du magasin nécessite la mise en œuvre d un dispositif à trois composantes : la classification

Plus en détail

Pompes à chaleur géothermiques TELLUS

Pompes à chaleur géothermiques TELLUS Pompes à chaleur s Pompes à chaleur eau/eau Le meilleur de la Géothermie : - maîtrise d œuvre unique (pompe à chaleur - forage) - captage adapté aux terrains paysagés, même de petite taille - installation

Plus en détail