AMVOQ. Publicité et pratiques de commerce LE MAGAZINE DOSSIER ASSOCIATION DES MARCHANDS DE VÉHICULES D OCCASION DU QUÉBEC VOLUME 17, NUMÉRO 1

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "AMVOQ. Publicité et pratiques de commerce LE MAGAZINE DOSSIER ASSOCIATION DES MARCHANDS DE VÉHICULES D OCCASION DU QUÉBEC VOLUME 17, NUMÉRO 1"

Transcription

1 LE MAGAZINE AMVOQ PRINTEMPS ASSOCIATION DES MARCHANDS DE VÉHICULES D OCCASION DU QUÉBEC 2007 DOSSIER Publicité et pratiques de commerce Envoi de Poste-Publications / Numéro de convention

2

3 CONSEIL D ADMINISTRATION DE L AMVOQ M. Michel Noël, président Garage Michel Noël enr., 180, de l Anse Beaumont, Bellechasse QC G0R 1C0 Tél. : (418) / Cell. : (418) M. Gilles Deschenaux, vice-président GilJean Deschenaux inc., 6170, Vézina Saint-Émile QC G3E 1P3 Tél. : (418) / Cell. : (418) M. Claude Malo, secrétaire Automobiles Claude Malo inc., 914, route 343 Saint-Ambroise de Kildare QC J0K 1C0 Tél. : (450) / Cell. : (450) M. Roger Hébert, trésorier Hébert et Vachon Automobiles inc., 9205, boul. Lacroix Saint-Georges QC G5Y 2B6 Tél. : (418) / Cell. : (418) / Fax : (418) M. André Hébert, directeur Saulnier Automobiles inc., 410, Dubois Saint-Eustache QC J7P 4W9 Tél. : (450) / Cell. : (514) / Fax : (450) M. Denis Forest, directeur Libre Entretien Denis inc., 3623, Mont-Royal Saint-Hubert (région de Montréal) QC J4T 2G9 Tél. : (450) / Cell. : (514) M. Daniel Gervais, directeur Gervais auto inc., 300, 108 e avenue Saint-Georges-de-Champlain QC G9T 3M7 Tél. : (819) / Cell. : (819) M. Christian Simard, directeur Gestion Christian Simard, 1129, boul. Saint-Paul Saguenay QC G7J 3Y2 Tél. : (418) / Cell. : (418) M. Rhéal Sicard, directeur Auto Lavalloise ltée, 5045, boul. des Laurentides Laval QC H7K 2J7 Tél. : (450) / Cell. : (514) PRINTEMPS Commentaire du président PUBLICITÉ ET PRATIQUES DE COMMERCE 6 LES RÈGLES ENCADRANT LE COMMERCE D AUTOMOBILES 11 POURQUOI ATTENDRE À MERCREDI POUR VISITER ADESA? 12 TRANSIGER AVEC UN MARCHAND DE L AMVOQ : UNE VALEUR AJOUTÉE POUR LES CONSOMMATEURS À VOUS DE LE FAIRE VALOIR! 15 GÉRER LE FACTEUR HUMAIN POUR RÉUSSIR LE TRANSFERT D ENTREPRISE SOMMAIRE La revue AMVOQ est publiée par l Association des marchands de véhicules d occasion du Québec (AMVOQ). Elle est distribuée aux membres de l AMVOQ ainsi qu à certains organismes du domaine de l automobile et aux encans. Direction de la publication M e Richard Cliche Directeur général et conseiller juridique Publicité et développement Yves Lapierre Assistant à la rédaction M e Jean-François Cavanagh Conception graphique Steve Harrison Impression Offset Beauce Dépôt légal Bibliothèque nationale du Québec Envoi de publication canadienne Convention no Pour vos placements publicitaires, contactez l'amvoq afin de connaître les formats et spécifications de publication. 16 Commentaire ALERTES 19 AUTOCHECK, HISTORIQUE DE LA SAAQ, RDPRM UN INSTANT! 21 NOS PARTENAIRES VOS ASSOCIÉS 23 BID 1.ca : L AVENIR EST ICI! 24 LA PLAQUE «X» HORS QUÉBEC 25 L IDENTIFICATION 5600, boulevard des Galeries, bureau 220 Québec (Québec) G2K 2H6 Téléphone : (418) / Sans frais : Télécopieur : (418) / 27 VÉHICULES KATRINA 3

4 «Je salue le travail de monsieur Yvan Turcotte, président de l Office de la Protection du Consommateur, et de son équipe.» PUBLICITÉ ET PRATIQUES DE COMMERCE Commentaire du président Michel Noël JE PEUX LES ASSURER DE L ENTIÈRE COLLABORATION DE L AMVOQ. NOUS SOUHAITONS QU À COURT TERME TOUT LE SECTEUR DE LA VENTE AUTOMOBILE AIT À RÉPONDRE D UN MÊME ENCADREMENT ET À TRAVAILLER À L INTÉRIEUR DE BALISES TOUTES AUSSI CONTRAIGNANTES QUE CELLES À L INTÉRIEUR DESQUELLES NOUS DEVONS MAINTENANT AGIR. 4

5 Nous avons obtenu ce que nous souhaitions depuis longtemps, soit que tous les marchands de véhicules d occasion au Québec soient régis par les mêmes règles. Il aurait été préférable que ça arrive trois ans plus tôt, avant que les grandes surfaces ne se taillent d importantes parts de marché en misant sur une publicité non conforme à l éthique, mais quand même, c est maintenant en place et nous n avons qu à profiter au maximum de ce nouvel environnement. Évidemment, ça apporte certaines contraintes ; plusieurs seront obligés de modifier portails Internet, publicités, enseignes, mais c est le prix à payer par ceux qui ont vu un avantage à utiliser eux aussi des formules, désignations ou expressions qui ne sont plus permises. La mise en vigueur de ces nouvelles règles, le 11 janvier dernier, a réveillé tout le monde. Les associations de consommateurs et l APA ont entrepris de renforcer leur surveillance des marchands non seulement pour s assurer que les marchands de véhicules appliquent les nouvelles règles, mais aussi pour s assurer qu ils respectent les dispositions qui étaient déjà en vigueur depuis Les publicités écrites des marchands de véhicules d occasion de la région de Montréal sont actuellement scrutées à la loupe et des avis sont envoyés à tous ceux qui ne sont pas conformes. L OPC est aussi à pied d œuvre! Le ménage est entrepris, nous souhaitions qu il se fasse, et nous collaborerons à cette corvée. Il en va de la crédibilité de notre secteur commercial et de son avenir. Si un tel encadrement a été rendu nécessaire, c est en raison des abus et aussi parce que notre secteur d activités est en profonds changements. Notre avenir dépend de notre capacité à nous adapter à ces changements et à en tirer le meilleur parti. Résister, faire du sur place ou se fermer les yeux sur la réalité qui évolue ne nous mènera nulle part ; il ne faut surtout pas être en retard. Tôt ou tard les concessionnaires vont ouvrir la fin de semaine, les grandes surfaces sont là pour rester, les attentes des consommateurs sont beaucoup plus grandes que par le passé. Ils sont mieux informés, leurs droits sont mieux protégés, ils attendent des marchands de véhicules d occasion des produits et des services de qualité qui se poursuivent dans le temps. Les consommateurs ont besoin de sentir qu on les respecte! Nous travaillons à convaincre les acheteurs de faire affaire avec vous en toute confiance, que vous êtes des professionnels qui leur assurent qualité et sécurité. Le respect strict des règles du jeu tant en matière de publicité que des pratiques de commerce ne fera que renforcer cette conviction. 5

6 Yvan Turcotte président de l Office de la Protection du Consommateur LE 11 JANVIER 2007, UNE SÉRIE DE NOUVELLES RÈGLES PORTANT SUR LE COMMERCE D AUTOMOBILES D OCCASION EST ENTRÉE EN VIGUEUR. CES RÈGLES REPRÉSENTENT UN PAS DANS LA BONNE DIRECTION POUR ASSURER LA PROTECTION DES CONSOMMATEURS ET LE MAINTIEN D UNE CONCURRENCE LOYALE ENTRE LES COMMERÇANTS. ELLES DEVRONT ÊTRE COMPLÉTÉES PAR UNE SURVEILLANCE VIGILANTE AFIN D EN ASSURER LE RESPECT ET PAR L ADOPTION ET LA MISE EN VIGUEUR DE RÈGLES ÉQUIVALENTES POUR LE DOMAINE DU COMMERCE D AUTOMOBILES NEUVES. LES RÈGLES ENCADRANT LE COMMERCE D AUTOMOBILES Une démarche bien amorcée qu il importe de compléter 6

7 Le fruit de la concertation On avait assisté, au cours des dernières années, dans le domaine du commerce au détail d automobiles d occasion, à l apparition puis à la prolifération plus ou moins rapide de certaines pratiques susceptibles de tromper le consommateur et de fausser le jeu de la concurrence loyale entre commerçants. L usage de ces pratiques, qui prenaient en particulier la forme de représentations fausses, trompeuses, incomplètes ou ambiguës, avait en effet tendance à s étendre, plusieurs commerçants estimant qu ils n avaient d autre choix que d emboîter le pas afin d éviter de subir une perte de leurs parts de marché. On assistait en quelque sorte au syndrome «Tout le monde le fait, fais-le donc!» Afin de contrer cette dynamique, qui soulevait un nombre grandissant de plaintes provenant de toutes parts et qui risquait d entraîner une détérioration marquée des relations entre les détaillants d automobiles et les consommateurs, l Office de la protection du consommateur a mis sur pied une table de concertation réunissant les associations de commerçants, dont l AMVOQ, et les associations de consommateurs. Cette table, à laquelle participait également la Société de l assurance automobile du Québec, a identifié les différentes pratiques faisant problème et a élaboré un ensemble de règles claires destinées à mettre fin à ces pratiques. Ces règles ont été regroupées dans un engagement volontaire que plus de commerçants, dont plus de 600 membres de l AMVOQ, ont souscrit auprès de l Office de la protection du consommateur. Il est intéressant de signaler qu il a été évalué, à partir des données de la SAAQ, que les commerçants signataires de l engagement volontaire avaient réalisé en 2005 près des deux tiers de toutes les ventes d automobiles d occasion effectuées par des détaillants auprès de particuliers. Ces règles ont par la suite été étendues, par décret, à l ensemble des commerçants d automobiles d occasion du Québec. Des règles communes à tous Les nouvelles règles entrées en vigueur le 11 janvier 2007 visent les activités de commerce au détail d automobiles d occasion. Elles doivent donc être observées par tous les commerçants lorsqu ils réalisent de telles activités, y compris par ceux pour lesquels il ne s agit pas de leur principale ou de leur seule activité commerciale. Ces règles portent notamment sur la publicité et les autres formes de représentations faites au consommateur. Elles ont entre autre trait à : l obligation de n annoncer que des automobiles d occasion disponibles et prêtes à la vente ou à la location à long terme, au moment où l annonce est commandée, et à l obligation d indiquer dans l annonce la quantité d automobiles disponibles ; l obligation d annoncer un prix de vente ou une valeur au détail qui comprenne tous les frais à l exception de la TVQ et de la TPS ; l obligation d annoncer de façon prédominante le prix de vente avant TVQ et TPS et le kilométrage effectivement parcouru pour toute automobile d occasion annoncée ; l obligation d indiquer, en caractères aussi importants et visibles que ceux utilisés pour tout autre prix et kilométrage, le prix ou la valeur au détail le plus élevé et le kilométrage le plus élevé parmi les automobiles faisant partie d un lot ; l interdiction d utiliser, dans le cadre du commerce d automobiles d occasion, les termes «grossiste», «encan» ou l expression «liquidation de saisie», sauf dans certaines 7

8 circonstances où cette utilisation peut être justifiée ; l interdiction d utiliser des expressions comme «retour des fabricants d automobiles» ou «directement du fabricant», ou des expressions équivalentes, sauf lorsque la véracité de cette représentation peut être démontrée ; l interdiction de faire des représentations pouvant raisonnablement laisser croire à la tenue d un encan, notamment en utilisant l enregistrement sonore ou visuel d un encan, sauf dans certaines circonstances où cette représentation peut être justifiée ; l interdiction d inclure des mentions illisibles dans un message publicitaire portant sur une automobile d occasion ou sur le commerce d automobiles d occasion ; l obligation de n utiliser, dans une annonce portant sur une automobile d occasion, qu une photo ou une vidéo de l automobile annoncée qui soit contemporaine à l annonce et qui constitue une représentation fidèle de l automobile offerte. Les nouvelles règles portent également sur d autres pratiques commerciales. Elles ont ainsi trait à : l obligation de permettre au consommateur de faire l essai routier de toute automobile offerte en vente ou en location à long terme ; l obligation de permettre au consommateur de faire procéder sans frais, avant l achat ou la location à long terme d une automobile d occasion, à l inspection de l automobile par un technicien choisi par le consommateur ; l obligation de remettre au consommateur sur simple demande de celui-ci une copie des contrats, de l étiquette ainsi que tout autre document pertinent, notamment les documents relatifs aux garanties et aux garanties supplémentaires offertes ; l interdiction de diffuser, ailleurs qu à son établissement, les 6 derniers chiffres des numéros d identification des automobiles offertes en vente ou en location à long terme ; l obligation d indiquer, dans toute annonce portant sur la vente ou la location d une automobile reconstruite, le fait qu il s agit d une automobile reconstruite, sans égard au fait que cette mention doive ou non apparaître au certificat d immatriculation de l automobile. Le texte complet du décret édictant ces nouvelles règles, de même qu une lettre d affaires destinée aux commerçants et précisant la portée et la raison d être de ces différentes règles, sont disponibles sur le site Internet de l Office de la protection du consommateur, à l adresse Des règles dont il faut assurer le respect L objectif visé par l établissement de cet ensemble de règles claires et communes à tous est évidemment de favoriser l exercice honnête et compétent du commerce d automobiles d occasion et d assurer ainsi la protection des consommateurs. Mais pour que cet objectif soit atteint, encore faut-il que les règles soient connues de tous, commerçants et consommateurs, et qu elles soient respectées par tous. L Office de la protection du consommateur s est donc employé, en étroite concertation avec les associations de consommateurs et les associations de commerçants participant à la table de concertation, à assurer une large diffusion de l information portant sur ces nouvelles règles. À cette fin, une conférence de presse, à laquelle les médias ont donné un large écho, a été tenue à Montréal en janvier 2007, en présence des associations de consommateurs et de commerçants, dont l AMVOQ. Une lettre d affaires a été adressée à tous les détenteurs de licences de commerçants d automobiles d occasion et un avis décrivant les règles relatives à la publicité a également été transmis à plus de 400 médias diffusant des annonces d automobiles d occasion. Par ailleurs, l Office a également mis sur pied un programme de surveillance comportant notamment un examen systématique des publicités diffusées par les médias, de même qu un mécanisme de suivi des signalements provenant des consommateurs, des associations de consommateurs ou des associations de commerçants. Quelques semaines après l entrée en vigueur des nouvelles règles, il est déjà possible de constater que celles-ci sont très largement respectées. Plusieurs commerçants ont ainsi mis fin à certaines de leurs représentations qui allaient à l encontre des nouvelles règles. Toutefois, un nombre non négligeable de situations de non-respect de ces règles ont également été observées par l Office ou ont été portées à son attention. Les écarts les plus fréquents avaient trait à l absence, dans la publicité, du kilométrage ou encore du prix ou de la valeur au détail de l automobile offerte. Dans ces derniers cas, la publicité véhiculait généralement un montant correspondant à un versement mensuel ou hebdomadaire pour une location à long terme ou pour une vente à tempérament. En outre, plusieurs de ces publicités ne respectaient pas l article 86 de la Loi sur la protection du consommateur, en ne comprenant pas l ensemble des mentions qui y sont exigées. De même, quoique de façon moins fréquente, l Office a identifié des situations où, lorsqu un lot d automobiles était annoncé, le prix le plus élevé ou le kilométrage le plus élevé, n était pas annoncé, ou encore faisait 8

9 l objet d une mention en caractère plus petit que celles portant sur le prix ou le kilométrage le moins élevé. L Office a aussi relevé des publicités où il n était pas fait mention du nombre d automobiles disponibles. Il est aussi à signaler que l on a identifié un nombre nettement plus élevé de publicités ne respectant pas une ou plusieurs des dispositions prévues au décret dans des médias publiés à l extérieur de la grande région de Montréal, ce qui est paradoxal compte tenu de la taille relative des marchés en cause. Face à ces situations, l Office de la protection du consommateur a généralement privilégié, dans un premier temps, l envoi d un avis pénal au commerçant, l enjoignant de corriger la publicité en question et de respecter l ensemble des règles. Toutefois, au-delà d une période d ajustement au cours de laquelle il peut être compréhensible que les nouvelles règles ne soient pas pleinement connues ou correctement interprétées, si les cas de non-respect devaient se poursuivre, l Office n hésitera pas à mener des enquêtes et à déposer, le cas échéant, des constats d infraction. Il y va, en effet, de l atteinte de l objectif de protéger les consommateurs, mais également d assurer un traitement équitable de tous les commerçants, en ne tolérant pas que certains tentent de tirer un avantage concurrentiel en se soustrayant à des règles qui, pour être pleinement efficaces, doivent être observées par tous. Des règles pour le commerce des automobiles neuves Le décret entré en vigueur le 11 janvier 2007 représente le premier volet d une démarche destinée à mieux encadrer le commerce d automobiles. Les règles qui y sont édictées ne portent en effet que sur le commerce d automobiles usagées. Or, le commerce d automobiles neuves présente lui aussi un certain nombre de problématiques, en particulier en matière de publicité, qui doivent elles aussi faire l objet d un examen attentif et qui commanderont sans aucun doute l adoption de règles communes à tous les commerçants de ce secteur d activités. C est pourquoi la table de concertation qui a présidé à l élaboration des règles sur le commerce d automobiles d occasion mènera au cours des tous prochains mois une démarche similaire concernant la vente et la location à long terme d automobiles neuves. Et, pour des raisons évidentes, les fabricants d automobiles seront invités à se joindre à ces travaux, pour lesquels l AMVOQ a déjà assuré l Office de la protection du consommateur de sa pleine collaboration. 9

10

11 POURQUOI ATTENDRE À MERCREDI POUR VISITER ADESA? DEPUIS LES DÉBUTS DE L INTERNET, ADESA MONTRÉAL S EST DÉMARQUÉ COMME ÉTANT LE LEADER DE L INDUSTRIE DANS LA REVENTE DE VÉHICULES EN LIGNE. Déjà, à la fin des années quatre-vingtdix, ADESA Montréal offrait des solutions en ligne pour ses marchands afin d acquérir des véhicules 24 heures sur 24, sur Internet. Depuis le lancement du site ADESA.ca au début des années 2000, nous connaissons maintenant l explosion des services en ligne avec les listes d encan, le guide du marché, le LiveBlock, le DealerBlock et l Inventaire virtuel. Et ce n est pas fini! D autres services innovateurs et exclusifs seront offerts aux commerçants de véhicules d occasion d ici la fin de l année. De plus en plus, l Internet jouera un rôle important dans la réussite d un commerçant automobile. Aujourd hui, tous les marchands se doivent d être branchés pour demeurer compétitifs. Mais quels sont les avantages de tous ces services en ligne pour les marchands de véhicules d occasion? Voici une brève description des services en ligne ADESA : Listes d encan et Guide du marché Commençons par les listes d encan et le guide du marché. L internet offre aux marchands la chance d avoir accès à des listes d encan et à un guide du marché mis à jour régulièrement. Plus question de manquer des véhicules parce que les listes ne sont pas mises à jour! Plus question de chercher à l aveuglette les valeurs des véhicules! Ces deux outils simplifient grandement la tâche des marchands en leur fournissant de l information factuelle et précise dans un format convivial. LiveBlock Nos ventes aux enchères sont maintenant retransmises en direct sur Internet. C est ce que nous appelons le LiveBlock. Des centaines d acheteurs se branchent sur notre site Internet et entrent en compétition avec les marchands sur place pour acheter les véhicules. Le marchand affairé, qui ne peut se déplacer, peut maintenant participer aux ventes aux enchères tout en demeurant chez lui, en toute sécurité. ADESA et LiveBlock ont amené l encan jusqu à chez vous! DealerBlock Pourquoi attendre au mercredi pour acheter des véhicules à l encan? Avec le DealerBlock, c est jour d encan tous les jours. En effet, à chaque jour des centaines de véhicules provenant de manufacturiers, de compagnies de crédit, des véhicules de location et de marchands sont mis en vente, exclusivement sur Internet, pour nos clients. Trouvez le véhicule dont vous avez besoin et achetez-le aujourd hui. Plusieurs de ces véhicules ne seront jamais offerts le mercredi ; c est peutêtre votre seule chance de les acheter! Inventaire virtuel Vous avez toujours voulu être en mesure d offrir plus de véhicules à vos clients? Avec l Inventaire virtuel, c est maintenant possible! ADESA vous offre la possibilité d insérer un hyperlien sur votre site web qui dirigera votre client sur l inventaire disponible sur Internet chez ADESA. Disponible par abonnement, l inventaire virtuel est un site internet qui permet à vos clients de visionner l ensemble de l inventaire Internet d ADESA. Le client peut, par la suite, communiquer avec vous avec sa liste de véhicules préférés. Offrez plus de véhicules et faites plus de ventes sans en assumer les coûts d inventaire. N est-ce pas là une bonne idée? En conclusion, ADESA Montréal met toutes ses énergies à vous fournir des services en ligne de qualité qui facilitent votre travail. Pour en connaître d avantage sur nos services Internet, allez sur notre site web au ou communiquez avec l un de nos représentants. ADESA s efforce d offrir des solutions efficaces pour tous vos besoins en matière de revente de véhicules. Et, n oubliez pas, visitez ADESA.ca aujourd hui! 11

12 Transiger avec un marchand de l AMVOQ : une valeur ajoutée pour les consommateurs À VOUS DE LE FAIRE VALOIR! Il vous faut vous démarquer, vous distinguer par rapport à une transaction effectuée entre particuliers et le faire valoir aux consommateurs. Voici quelques points dont la mise en évidence pourrait vous apporter un plus grand achalandage. La crédibilité Tout d abord, vous faites partie d une association qui a une bonne réputation et qui est présente pour vous guider et pour vous informer sur différents sujets en ce qui concerne les transactions de ventes automobiles. En achetant chez vous, le consommateur est certain de ne pas se faire berner par un «faux particulier». De plus, chaque marchand possède un «bond» (bon de cautionnement) minimal qui assure le paiement au consommateur en cas de recours juridique contre un commerçant qui ferait faillite par exemple. Et surtout, n oubliez pas de mentionner aux membres CAA-Québec l existence du programme de conciliation/ médiation entre l AMVOQ et CAA- Québec. En connaissant ces éléments, vos clients constateront que, légalement, ils sont mieux protégés. Garantie Contrairement à une transaction entre particuliers, les véhicules que vous vendez sont, souvent, encore sujets à la garantie de bon fonctionnement, en vertu des articles 159 et 160 de la Loi sur la protection du consommateur. En effet, si un consommateur fait l acquisition d un véhicule qui a moins de 5 ans d âge et dont l odomètre affiche moins de kilomètres, la garantie de bon fonctionnement s applique. Article 159 La vente ou la location à long terme d une automobile d occasion comporte une garantie de bon fonctionnement de l automobile : a) durant six mois ou kilomètres, selon le premier terme atteint, si l automobile est de la catégorie A ; b) durant trois mois ou kilomètres, selon le premier terme atteint, si l automobile est de la catégorie B ; c) durant un mois ou kilomètres, selon le premier terme atteint, si l automobile est de la catégorie C ; d) aucune garantie. Article 160 Pour l application de l article 159, les automobiles d occasion sont réparties selon les catégories suivantes : a) automobile de catégorie A si moins de 2 ans/ kilomètres se sont écoulés depuis la date de mise en marché de ce modèle ; b) automobile de catégorie B si moins de 3 ans/ kilomètres se sont écoulés depuis la date de mise en marché de ce modèle ; c) automobile de catégorie C si moins de 5 ans/ kilomètres se sont écoulés depuis la date de mise en marché de ce modèle ; d) automobile de catégorie D lorsqu elle n est visée dans aucun des paragraphes a, b ou c. Dans le cas où le véhicule concerné ne fait plus partie des catégories mentionnées précédemment, certains autres articles de cette même loi pourraient venir en aide à un consommateur dont le véhicule acheté comporterait, par exemple, des vices cachés ou aurait une durabilité non raisonnable (articles 37, 38 et 53 LPC). Le fait de transiger avec un commerçant offre donc des avantages juridiques aux consommateurs. Par contre, l idéal serait que vos clients n aient pas à se servir de ces articles de loi contre vous! Il est aussi très important d afficher l étiquette de vitre dans le véhicule et de vous assurer que toutes les informations requises par la loi y soient inscrites Rappelez-vous que la transparence a toujours sa place! Par ailleurs, plusieurs d entre vous peuvent offrir une garantie prolongée que le consommateur peut acheter à votre établissement lors de l acquisition d une voiture d occasion. De plus, dans le cas où le véhicule vendu est couvert par une balance de garantie du constructeur, il est facile pour vous d effectuer le transfert de cette garantie. 12

13 IL EST PEUT-ÊTRE ÉVIDENT POUR VOUS, MARCHANDS DE L AMVOQ, QUE LE SEUL FAIT DE FAIRE L ACQUISITION D UN VÉHICULE D OCCASION À L UN DE VOS ÉTABLISSEMENTS EST UN «PLUS» POUR LE CONSOMMATEUR. CEPENDANT, SI VOUS NE PRENEZ PAS LE TEMPS DE METTRE CERTAINS AVANTAGES EN VALEUR, LE CONSOMMATEUR NE VERRA POSSIBLEMENT PAS EN QUOI IL EST SI AVANTAGEUX DE TRANSIGER CHEZ VOUS. Kacya Cotton Membre du comité de conciliation/ médiation de l AMVOQ et de CAA-Québec Je me dois ici de vous faire part d une problématique souvent abordée par les consommateurs. Ces derniers sont en général très conscients de l importance de l entretien du véhicule. Cependant, l information requise pour faire effectuer l entretien nécessaire au bon fonctionnement du véhicule tel que prescrit par le constructeur automobile est difficilement accessible par le deuxième ou le troisième propriétaire d un véhicule. Au moment d acquérir un véhicule à revendre, il serait à votre avantage, et à celui de votre futur client, de tenter de récupérer le «manuel du propriétaire» (guide d entretien) dans lequel apparaissent les spécifications concernant l entretien requis sur le véhicule. En facilitant l accès à cette information, vous aurez contribué à rendre la transaction (achat du véhicule) plus attrayante pour votre client. Facilités et choix pour le consommateur En achetant chez vous, votre clientèle a, en général, plus facilement accès à diverses conditions de financement et parfois à des taux concurrentiels. Lorsque la transaction s effectue entre particuliers, le consommateur pourrait devoir contracter un prêt personnel avec son institution financière, à un taux d intérêt possiblement plus élevé. Également, en transigeant avec vous ou en consultant votre site Internet, les consommateurs se voient offrir un plus grand éventails de véhicules leur choix est donc plus varié. Il vous revient de bien cibler les besoins de vos clients et de leur conseiller un véhicule qui leur conviendra. La première impression Parlons maintenant du véhicule convoité par un consommateur. N oubliez pas que la première impression joue un rôle très important dans la vente possible d un véhicule d occasion. En effet, si les voitures qui sont en vente dans votre cour montrent des signes de mauvaise condition, il vous sera beaucoup plus difficile de les vendre. Par exemple, des composantes de freins rouillées, des pneus sous-gonflés, la présence de rouille sur du métal à nu au niveau de la carrosserie, une peinture non restaurée, un pare-brise fissuré, un intérieur sale ou un compartiment moteur qui n est pas lavé sont autant d exemples de facteurs qui peuvent nuire au succès d une vente Une première impression exempte de ces problèmes contribuera, au contraire, au succès de la vente. De plus, encore trop souvent, des commerçants de vente de voitures d occasion négligent de procéder aux réparations nécessaires avant la vente du véhicule. Il faut bien faire la distinction entre un véhicule qui a été inspecté et un véhicule qui a été inspecté ET réparé. Même si le prix du véhicule doit être légèrement augmenté en raison de ces réparations, la transaction ne s en portera que mieux si les travaux ont été effectués préalablement à la prise de possession dudit véhicule. La vente de véhicules attrayants et bien préparés vous paraîtra moins ardue et vous évitera bien des problèmes légaux. En bref Le consommateur a très souvent, en effet, un budget plus limité à la suite de son achat et il n a aucune envie de devoir assumer des réparations imprévues dans les premiers mois d utilisation du véhicule d occasion acquis. Si vous livrez un véhicule qui est bien préparé (et réparé), même à un coût légèrement supérieur le consommateur fera l acquisition d un véhicule plus fiable et il saura qu il a été bien servi. En tant que marchands de véhicules d occasion membres de l AMVOQ, vous avez le pouvoir et le devoir d agir et de faire valoir tous ces avantages aux consommateurs. Ces derniers devront bien se rendre à l évidence : une transaction chez un marchand membre de l AMVOQ est réellement une valeur ajoutée! 13

14 Lemaire MÉLANIE LEMAIRE, passionnée de plein air L EXPERTISE. LA SOLUTION DE FINANCEMENT. LE PLAISIR DE CONDUIRE. Le Prêt auto+ de Desjardins est le mode de financement le mieux adapté à vos clients. Ils trouveront chez Desjardins la gamme la plus complète d'assurances lors de l'achat d'une automobile. En tant que partenaire des marchands membres de l'amvoq, Desjardins vous offre des solutions de paiement et de financement simples et efficaces avec un accompagnement tout désigné pour favoriser le développement de vos affaires. Communiquez dès maintenant avec votre représentant de Desjardins. C est plus qu une banque. C est Desjardins.

15 GÉRER LE FACTEUR HUMAIN POUR RÉUSSIR Jean-François Gingras M.Ps. Raymond Chabot Ressources Humaines inc. De ces propriétaires d entreprise, 66 % n ont pas de plan de relève, en partie parce que ce sont des gens d action qui ne planifient pas toujours à long terme, mais aussi parce qu ils repoussent l échéance en raison des résistances et des émotions engendrées par le processus de relève. Pour cerner les impacts humains du transfert d entreprise, il faut comprendre en premier lieu qu il n est pas facile pour un propriétaire de se départir de son entreprise après y avoir consacré tant de temps et d énergie. S il n a pas de plan pour sa retraite, ce dernier peut trouver difficile de remplacer tout ce que lui procure son entreprise en termes de statut, de ressources financières, d environnement social et de sentiment d utilité. La situation familiale peut compliquer aussi le processus de relève. Les membres de la famille peuvent avoir des visions différentes concernant le choix des successeurs, les rôles de chacun et les aspects financiers. Les enfants peuvent éviter d aborder le sujet de la relève avec les parents, de crainte de les offusquer. L entrepreneur peut aussi garder ses intentions secrètes ou repousser l échéance parce qu il doute des compétences de gestion de ses enfants ou parce qu il pense que ses décisions peuvent créer des tensions au sein de la famille. Finalement, les résistances peuvent provenir de l entreprise elle-même et du milieu environnant. Il peut être LE TRANSFERT D ENTREPRISE difficile pour les employés et les partenaires externes d établir avec les successeurs une relation de confiance semblable à celle qu ils avaient tissée pendant tant d années avec le prédécesseur. D aucuns peuvent être hésitants à faire confiance à des dirigeants plus jeunes qui ont d autres manières, d autres idées et d autres valeurs. De leur côté, les gestionnaires de l entreprise qui ne font pas partie de la famille peuvent se sentir mis de côté ou mal informés. On comprend donc que la planification de la relève entrepreneuriale est un processus complexe où les aspects humains prennent parfois le pas sur les enjeux financiers et légaux. Chaque situation est unique et il n existe pas de solutions toutes faites, mais certaines règles permettent tout de même de diminuer les résistances. En premier lieu, l entrepreneur doit commencer à penser à sa relève très tôt, dès l âge de 50 ans, non seulement parce que le processus de préparation de la relève est long, mais aussi parce que les changements se gèrent mieux lorsque chacune des personnes impliquées a le temps de les voir venir. L entrepreneur doit préciser ses intentions tout d abord pour lui-même, quitte à en discuter avec des personnes de confiance, sans oublier de préparer son propre plan de retraite. Il doit ensuite établir une communication ouverte avec les successeurs possibles, la famille et les LES CHIFFRES FONT FRÉMIR : 80 % DES ENTREPRISES QUÉBÉ- COISES SONT FAMILIALES, CE QUI REPRÉSENTE 55 % DE TOUS LES SALAIRES AU QUÉBEC. OR ON ESTIME QUE SEPT ENTREPRENEURS SUR DIX PRENDRONT LEUR RETRAITE AU COURS DES DIX PROCHAINES ANNÉES. membres de la direction de l entreprise afin d expliquer ses intentions, de recueillir les points de vue des autres, d identifier leurs craintes et de les sécuriser. Pour ce faire, il peut évaluer la pertinence de mettre en place des comités comme un conseil de famille et un comité consultatif. L étape suivante, soit l identification et la préparation de la relève, représente le coeur du processus : y a-t-il une relève dans la famille ou parmi les cadres? Ces personnes sont-elles intéressées par le défi de l entrepreneuriat? Possèdent-elles les compétences requises, sinon peuvent-elles les développer? Pour répondre à ces questions le plus objectivement possible, l entrepreneur n a souvent pas le choix de faire appel à des professionnels externes en ressources humaines ou en psychologie organisationnelle. Finalement, l entrepreneur doit s entendre avec ses successeurs sur une vision commune et des délais réalistes concernant le transfert des pouvoirs et de la propriété. Dans plusieurs cas, un retrait progressif de l entrepreneur peut augmenter les chances de succès du plan de relève, laissant le temps aux successeurs de développer leurs compétences et de tisser des liens avec leurs partenaires internes et externes. 15

16 Commentaire M e Richard Cliche Règements de la loi sur la protection du consommateur L APA a entrepris de faire une revue de toutes les publicités dans les journaux et autres publications et d envoyer des lettres indiquant les mentions qui ne sont pas conformes et les omissions. Ces avis ont pour objectif que les publicités deviennent conformes aux règlements qui sont en vigueur depuis 1981 et aux nouvelles règles. Même s ils n ont aucune valeur légale, je vous suggère fortement d y donner suite rapidement. N attendez pas que l OPC intervienne, lorsqu elle le fera les commerces non conformes ne pourront invoquer l ignorance, l absence d avis ou la bonne foi. 16 ALERTES Il y a actuellement une volonté ferme de la part de tous les intervenants dans le secteur de la vente automobile, dont l AMVOQ, de faire en sorte que tous respectent, non seulement les nouvelles règles, mais aussi les autres dispositions de la loi sur la protection du consommateur et de ses règlements. Ajustez vous avant de recevoir des rappels à l ordre. Depuis plusieurs années vous nous avez demandé de travailler pour qu il y ait des règles applicables à tout le monde et qu on les fasse respecter. Maintenant qu on a ces règles, on passe à l application.. N hésitez pas à nous contacter au besoin.

17 Circulaire de la SAAQ VOUS AVEZ TOUS REÇU DE LA SAAQ UNE CIRCULAIRE D INFORMATION AVEC MENTION AVIS IMPORTANT. ELLE CONTIENT DES RENSEIGNEMENTS DE PREMIÈRE IMPORTANCE, ET CONSTITUE UN RAPPEL DES RÈGLES DE BASE À SUIVRE. ASSUREZ VOUS DE RESPECTER CE QUI VOUS EST DEMANDÉ, ÇA VOUS ÉVITERA BIEN DES EMBÊTEMENTS. LES CONTRAVENTIONS PEUVENT ENTRAÎNER LA RÉVOCATION DE VOTRE LICENCE EN PLUS DES AMENDES. Renouvellement de licence Selon la réglementation en vigueur, vous devez retourner votre demande de renouvellement de licence 20 jours avant sa date d expiration. Pour accélérer le traitement de votre demande et obtenir le renouvellement de votre licence avant sa date d expiration, assurez-vous d y joindre le paiement ainsi que tous les documents exigés, car nous la traiterons seulement si nous avons tous les documents requis. La Société dispose d un délai de 10 jours ouvrables pour donner suite à votre demande à condition qu elle soit complète. De plus, veuillez prendre note que le SCR ne traitera aucune demande reçue par télécopieur. L AMVOQ n envoie pas votre cautionnement directement à la SAAQ. Vous devez le transmetre vous-même avec votre demande de renouvellement de licence. Nous vous envoyons vos avis de renouvellement de cautionnement 75 jours à l avance, vous n avez donc aucune raison d être en retard. Si vous l êtes, votre cautionnement sera annulé et vous aurez des frais de 100 $ à payer avant sa remise en vigueur. Site de vente Aucune vente de véhicules routiers ou de pièces de véhicules ne doit être faite à un autre endroit qu à l adresse inscrite sur votre licence. Le non-respect de cette obligation peut entraîner la suspension de votre licence. Si vous avez un autre terrain de vente, ça vous prend une autre licence. Pas besoin d avoir un bureau ou une salle de montre sur ce terrain, il suffit qu il ait son adresse civique et que vous y placiez des véhicules prêts pour la vente, avec leurs étiquettes de vitre ou que vous y ameniez des clients.. Transit 10 jours Ce certificat doit être utilisé uniquement pour permettre au nouvel acquéreur de circuler avec son véhicule et d en demander l immatriculation à l intérieur d un délai de 10 jours civils. Il doit être accompagné du formulaire ATAC remis lors de la vente Toute autre utilisation est illégale et passible d une amende. Ce certificat n est jamais renouvelable puisque l acquéreur doit immatriculer le véhicule à l intérieur d un délai de 10 jours civils. Vérifications importantes La SAAQ reprend dans son documents des conseils que nous vous avons donnés à plusieurs reprises. Pour éviter des problèmes avec les véhicules routiers dont vous faites le commerce, nous vous conseillons : de vérifier auprès de la Société si un véhicule routier peut être immatriculé avant de l acheter, de le vendre ou de le louer ; de vérifier auprès de la Société la validité du permis de conduire d un client avant de lui confier un de vos véhicules ; de consulter le Registre des droits personnels et réels mobiliers (RDPRM) avant d acheter un véhicule routier pour vous assurer qu il n y a aucun lien sur celui-ci. Les vérifications auprès de la Société peuvent être faites en composant le ou en consultant le site Internet de la Société. Des frais de 1,50 $ par appel ou par demande sont exigés. Note : les italiques sont des extraits de la circulaire de la SAAQ. 17

18

19 Pour les véhicules provenant du Canada ou fabriqués pour y être vendus, c est AUTOCHECK. La recherche d antécédents et d accidents antérieurs à l aide de AutoCheck est valable pour les véhicules provenant du Canada ou fabriqués pour y être vendus. Il y a toutefois un certain nombre de véhicules provenant des États-Unis qui y sont répertoriés, mais AutoCheck est d abord un regroupement de banques des données canadiennes. Ainsi, il ne faut pas y rechercher des véhicules provenant des États-Unis sauf s ils ont déjà été immatriculés au Canada. Notez que pour identifier un véhicule canadien, l étiquette du manufacturier porte une «feuille d érable» et est apposée à l intérieur de la portière conducteur et aussi parfois celle du passager. AutoCheck vous est offert via le site Internet de l AMVOQ. Pour les véhicules provenant des États-Unis n ayant jamais été immatriculés au Canada, c est CARFAX. La recherche d antécédents et d accidents antérieurs à l aide de Carfax s impose lorsque qu un véhicule provient des États-Unis. Carfax regroupe la plupart banques de données américaines, mais pas toutes celles du Canada. Pour utiliser le service Carfax, vous devez vous inscrire sur Carfax.com et payer directement par carte de crédit. Carfax ne signe aucune entente pour la revente de ses services. Les banques de données de AutoCheck et Carfax ont leurs limites. En effet, ces outils sont des regroupements des diverses banques d accidents, d inondations, d immatriculation, de vol, etc., provenant selon le cas, de ministères de départements, ou agences canadiennes et américaines ainsi que de la plupart des compagnies d assurances. Il est important de mentionner que les compagnies d assurances ne rapportent pas toujours tous les accidents ou autres sinistres, elles n ont généralement pas l obligation de le faire. Les lois étant différentes dans chaque province et dans chaque état, ça complique la création des registres de telle sorte que parfois votre recherche sera négative malgré un accident antérieur. Toutefois les recherches faites avec ces outils sont normalement très fiables, mais malgré ce fait, nous vous recommandons de toujours effectuer un examen visuel attentif de chaque véhicule que vous achetez. Historique de la SAAQ, ou Dossier du véhicule Le rapport d historique de la SAAQ vous indique uniquement les transactions avec changement de propriétaire et immatriculation. Si l une des parties, vendeur ou acheteur est une compagnie, vous y verrez son nom. Si c est un particulier, vous y verrez la mention «Particulier», car il n y a aucune identification des individus. Le kilométrage est indiqué en regard de chacune des transactions depuis le 10 septembre On y retrouve aussi la provenance, l utilisation, les périodes d utilisation, les dates de fin d immatriculation et la raison (gravement accidenté ou autre). RDPRM, pour ne pas acheter les dettes des autres Le rapport RDPRM vous indique s il y a un droit ou une créance enregistrée sur le véhicule ; généralement c est une hypothèque sans dépossession, une créance ou réserve de propriété. Avant d acheter ou de prendre un échange, assurez-vous que le véhicule est libre de toute dette ou droit. Si ce n est pas le cas, communiquez avec le créancier qui s est inscrit contre le véhicule, afin de le payer directement et d obtenir une quittance. S il y a une inscription au RDPRM et que le créancier vous indique que la dette est déjà payée, demandez lui une confirmation écrite et de radier son droit ou sa créance, c est sans frais. Les rapports du RDPRM sont bien faits et sont complets, prenez le temps de bien les lire. N achetez jamais sans une vérification au RDPRM. N hésitez pas à nous consulter, nous sommes là pour vous et nos services sont gratuits. AUTOCHECK, HISTORIQUE DE LA SAAQ, RDPRM UN INSTANT! M e Jean- François Cavanagh Directeur général adjoint et conseiller juridique IL Y A LIEU D EFFECTUER CERTAINES MISES AU POINT CONCERNANT LES OUTILS DISPONIBLES POUR LA RECHERCHE DES ANTÉCÉDENTS D UN VÉHICULE OU DES ACCIDENTS ANTÉRIEURS. 19

20

AIDE-MÉMOIRE COMPLÉMENT D INFORMATION

AIDE-MÉMOIRE COMPLÉMENT D INFORMATION AIDE-MÉMOIRE COMPLÉMENT D INFORMATION Identifiez vos besoins et votre capacité financière En tant qu acheteur, vous devez vous assurer que le véhicule correspond vraiment à vos besoins et à votre capacité

Plus en détail

ACHAT DANS UN MÉGACENTRE D AUTOS USAGÉES

ACHAT DANS UN MÉGACENTRE D AUTOS USAGÉES ACHAT DANS UN MÉGACENTRE D AUTOS USAGÉES Traditionnellement, pour acheter un véhicule d occasion, on allait chez un concessionnaire de voitures neuves, un marchand spécialisé ou encore, on achetait d un

Plus en détail

Jeu de la conso : 8 L'achat d'un véhicule d'occasion

Jeu de la conso : 8 L'achat d'un véhicule d'occasion Jeu de la conso : 8 L'achat d'un véhicule d'occasion Que prévoit la Loi sur la protection du consommateur (LPC) si j'achète mon véhicule d'un particulier? Comment protéger ce type d'achat? La Loi sur la

Plus en détail

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers présenté à l Autorité des marchés financiers dans le cadre de la consultation relative à la distribution de produits d assurance par les concessionnaires et autres marchands d automobiles Octobre 2006

Plus en détail

Ma première assurance auto. Je suis en contrôle!

Ma première assurance auto. Je suis en contrôle! Ma première assurance auto Je suis en contrôle! L assurance auto, c est obligatoire! Obligatoire L assurance auto sert d abord à couvrir les dommages que tu pourrais causer aux autres. Ça s appelle la

Plus en détail

COMMISSION D ACCÈS À L INFORMATION

COMMISSION D ACCÈS À L INFORMATION Siège Bureau de Montréal Bureau 1.10 Bureau 18.200 575, rue Saint-Amable 500, boulevard René-Lévesque Ouest Québec (Québec) G1R 2G4 Montréal (Québec) H2Z 1W7 Tél. : (418) 528-7741 Tél. : (514) 873-4196

Plus en détail

Comment passer un contrat avec les agents de commercialisation du gaz naturel et les détaillants d électricité

Comment passer un contrat avec les agents de commercialisation du gaz naturel et les détaillants d électricité Ontario Energy Commission de l énergie Board de l Ontario P.O. Box 2319 C.P. 2319 2300 Yonge Street 2300, rue Yonge 26th. Floor 26 e étage Toronto ON M4P 1E4 Toronto ON M4P 1E4 Telephone: (416) 481-1967

Plus en détail

Déposer une plainte. Guide à l intention des investisseurs

Déposer une plainte. Guide à l intention des investisseurs Déposer une plainte Guide à l intention des investisseurs Le présent guide contient de l information sur ce qui suit : des conseils sur la façon de déposer des plaintes efficaces; le rôle de la Commission

Plus en détail

À quoi vous attendre si vous devez présenter une demande de règlement

À quoi vous attendre si vous devez présenter une demande de règlement À quoi vous attendre si vous devez présenter une demande de règlement Votre assurance protection du revenu RBC Assurances reconnaît qu une maladie ou une blessure invalidante peut poser des défis sur les

Plus en détail

RÈGLEMENT N O 10 SUR LE STATIONNEMENT

RÈGLEMENT N O 10 SUR LE STATIONNEMENT RÈGLEMENT N O 10 SUR LE STATIONNEMENT Adopté par le conseil d administration le 22 mai 2001 Modification entérinée par le conseil d administration le 10 février 2015 TABLE DES MATIÈRES 1. Droit de stationnement...

Plus en détail

CONNAÎTRE VOS RISQUES ET RESPONSABILITÉS HYPOTHÉCAIRES

CONNAÎTRE VOS RISQUES ET RESPONSABILITÉS HYPOTHÉCAIRES CONNAÎTRE VOS RISQUES ET RESPONSABILITÉS HYPOTHÉCAIRES L obtention d un prêt hypothécaire est souvent l engagement financier le plus important qu un Canadien prendra. Les prêts hypothécaires présentent

Plus en détail

Immatriculation et assurances. Immatriculation et assurances

Immatriculation et assurances. Immatriculation et assurances 7 171 7 Le chapitre 7 contient des renseignements sur l immatriculation des véhicules et d autres renseignements utiles pour les propriétaires de véhicules. 172 Avant de conduire un véhicule sur le réseau

Plus en détail

Retour table des matières

Retour table des matières TABLE DES MATIÈRES Ouvrir un compte 1 Créer votre nom utilisateur et votre mot de passe 1 Ouvrir une session 3 Faire une commande / Légende de prix 3 1. Avec l option «Mes favoris» 4 2. Avec l option «Items

Plus en détail

Programme des Sociétés de capital de démarrage

Programme des Sociétés de capital de démarrage Programme des Sociétés de capital de démarrage Bourse de croissance TSX Programme des Sociétés de capital de démarrage Êtes-vous prêt pour l inscription en Bourse? L entrepreneuriat est en pleine effervescence

Plus en détail

COMMENT LIRE L AFFICHAGE DES RÉSULTATS D UN EXERCICE D ÉQUITÉ SALARIALE?

COMMENT LIRE L AFFICHAGE DES RÉSULTATS D UN EXERCICE D ÉQUITÉ SALARIALE? COMMENT LIRE L AFFICHAGE DES RÉSULTATS D UN EXERCICE D ÉQUITÉ SALARIALE? Information à l intention des personnes salariées travaillant dans une entreprise de 10 à 49 personnes salariées La Loi sur l équité

Plus en détail

Offre d adhésion exclusive! Forfait Services juridiques

Offre d adhésion exclusive! Forfait Services juridiques Février 2015 Offre d adhésion exclusive! Forfait Services juridiques Bonjour, Il nous fait plaisir de vous transmettre une proposition d adhésion aux services juridiques personnalisés de l AQCPE. Ces services

Plus en détail

Que faire quand on embauche un entrepreneur?

Que faire quand on embauche un entrepreneur? Que faire quand on embauche un entrepreneur? De nombreux entrepreneurs expérimentés et fiables travaillent dans votre région, des professionnels hautement qualifiés, qui font des affaires selon les règles.

Plus en détail

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance Le 2 décembre 2009, l Assemblée nationale du Québec a adopté le projet de loi 60, intitulé Loi modifiant la

Plus en détail

MINIMISEZ VOS IMPÔTS Juillet 2009. Les automobiles et la fiscalité

MINIMISEZ VOS IMPÔTS Juillet 2009. Les automobiles et la fiscalité MINIMISEZ VOS IMPÔTS Juillet 2009 À propos de l auteur Guillaume Charron, CA, M. Fisc. est Comptable Agréé et détient une Maitrise en Fiscalité de l Université de Sherbrooke. M. Charron est chargé de cours

Plus en détail

JInvestors. Groupe. Imagine. Consultation relative à l offre d assurance par internet au Québec. Objet: Madame, A. Commentaires généraux

JInvestors. Groupe. Imagine. Consultation relative à l offre d assurance par internet au Québec. Objet: Madame, A. Commentaires généraux Groupe JInvestors Le 23 mai 2012 Anne-Marie Beaudoin Secrétaire générale Autorité des marchés financiers 800, square Victoria, 22e étage C.P. 246, tour de la Bourse Montréal (Québec) H4Z 1G3 Télécopieur:

Plus en détail

Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP. Un guide étape par étape pour les décideurs de l industrie du plastique

Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP. Un guide étape par étape pour les décideurs de l industrie du plastique Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP Un guide étape par étape pour les décideurs de l industrie du plastique Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP // Introduction Introduction

Plus en détail

Dépêche 2010-03 OBJET : PROJET DE MODIFICATION DES RÈGLEMENT INTÉRIEUR ET RÈGLEMENTS DE L ACI

Dépêche 2010-03 OBJET : PROJET DE MODIFICATION DES RÈGLEMENT INTÉRIEUR ET RÈGLEMENTS DE L ACI Dépêche 2010-03 Le présent document contient des renseignements qui intéresseront vos membres. Nous vous remercions à l avance de votre collaboration en leur transmettant ces renseignements. OBJET : PROJET

Plus en détail

Pour la lecture de ces termes de réservation et de paiement, les mots ou expressions suivants ont le sens qui leur est donné ci après :

Pour la lecture de ces termes de réservation et de paiement, les mots ou expressions suivants ont le sens qui leur est donné ci après : Termes et conditions Termes de réservation et de paiement 1. Introduction Les présentes constituent les termes et conditions selon lesquelles nous acceptons des réservations en ligne à l un de nos stationnements.

Plus en détail

Procédures et lignes directrices en cas de cessation des activités d un programme

Procédures et lignes directrices en cas de cessation des activités d un programme ecap MC Education Completion Assurance Plan (régime d assurance pour l achèvement des études) SEAF Student Education Assurance Fund (fonds d assurance études pour les étudiants) Procédures et lignes directrices

Plus en détail

L utilisation et le contenu d un devis d événement

L utilisation et le contenu d un devis d événement Chapitre 4 Annexe B L utilisation et le contenu d un devis d événement Les formules de gestion pour la réalisation ont été discutées à l annexe 4A. Une de ces formules est le lancement, par le promoteur,

Plus en détail

Demande d inscription

Demande d inscription Demande d inscription Le guide fournit les explications et la marche à suivre ligne par ligne. Toute demande d inscription incomplète (par exemple une demande non signée, une demande sans procuration)

Plus en détail

Guide de rédaction du document narratif Investisseurs, entrepreneurs et travailleurs autonomes. Renseignements généraux

Guide de rédaction du document narratif Investisseurs, entrepreneurs et travailleurs autonomes. Renseignements généraux Guide de rédaction du document narratif Investisseurs, entrepreneurs et travailleurs autonomes A-8100-F0 (2014-12) Renseignements généraux En appui à sa demande de Certificat de sélection du Québec dans

Plus en détail

NOM DE L ENTREPRISE NO, RUE MUNICIPALITÉ (QUÉBEC) CODE POSTAL Téléphone d entreprise

NOM DE L ENTREPRISE NO, RUE MUNICIPALITÉ (QUÉBEC) CODE POSTAL Téléphone d entreprise NOM DE L ENTREPRISE NO, RUE MUNICIPALITÉ (QUÉBEC) CODE POSTAL Téléphone d entreprise Nom du promoteur Terminé le : insérer DATE TABLE DES MATIÈRES NOTE AU LECTEUR...4 1. LE PROJET...5 1.1 RÉSUMÉ DU PROJET...5

Plus en détail

MODALITÉS RÉGISSANT L UTILISATION DE LA CARTE ENTREPRISE MASTERCARD MD BANQUE NATIONALE DU CANADA

MODALITÉS RÉGISSANT L UTILISATION DE LA CARTE ENTREPRISE MASTERCARD MD BANQUE NATIONALE DU CANADA MODALITÉS RÉGISSANT L UTILISATION DE LA CARTE ENTREPRISE MASTERCARD MD BANQUE NATIONALE DU CANADA Chaque Carte Entreprise est régie par les modalités énoncées dans cette Convention. Votre première utilisation

Plus en détail

Décret 686-2008, 25 juin 2008

Décret 686-2008, 25 juin 2008 3988 GAZETTE OFFICIELLE DU QUÉBEC, 9 juillet 2008, 140 e année, n o 28 Partie 2 Cet avis doit préciser en termes généraux les effets de la continuation ou de la formation, notamment quant à la responsabilité

Plus en détail

RÉGIME JURIDIQUE DU CRÉDIT À LA CLIENTÈLE TABLE DES MATIÈRES 1.00 INTRODUCTION... 3 2.00 UTILITÉ D UNE POLITIQUE DE CRÉDIT... 3

RÉGIME JURIDIQUE DU CRÉDIT À LA CLIENTÈLE TABLE DES MATIÈRES 1.00 INTRODUCTION... 3 2.00 UTILITÉ D UNE POLITIQUE DE CRÉDIT... 3 RÉGIME JURIDIQUE DU CRÉDIT À LA CLIENTÈLE TABLE DES MATIÈRES PAGE 1.00 INTRODUCTION... 3 2.00 UTILITÉ D UNE POLITIQUE DE CRÉDIT... 3 3.00 ÉVALUATION DU RISQUE... 3 3.01 Demande d ouverture de crédit...

Plus en détail

MINIMISEZ VOS IMPÔTS. À propos de l auteur 50743939%52723549 3465074393954823294 253465074393954 264185027% 409745. Chronique fiscale Juillet 2009

MINIMISEZ VOS IMPÔTS. À propos de l auteur 50743939%52723549 3465074393954823294 253465074393954 264185027% 409745. Chronique fiscale Juillet 2009 52%86 264185027452867253 3294097452 264185%02272354926418 548232940927%2 4%3939548$2329272354926 2723%549264185027 850%27452867253%46507 %5272354$9264185%02272 0227235492%641850 452867253465%074%39395

Plus en détail

Réponses aux questions des titulaires sur les Services en ligne et la réception des relevés

Réponses aux questions des titulaires sur les Services en ligne et la réception des relevés Réponses aux questions des titulaires sur les Services en ligne et la réception des relevés Pour en savoir plus à ce sujet, veuillez communiquer avec l administrateur de votre programme ou le Service à

Plus en détail

Obtenez jusqu à 1 000 visiteurs ciblés par jour, en provenance de Google!

Obtenez jusqu à 1 000 visiteurs ciblés par jour, en provenance de Google! Obtenez jusqu à 1 000 visiteurs ciblés par jour, en provenance de Google! En seulement 2 étapes faciles! Imprimez ce document 1 Mention Légale Tous les efforts ont été déployés afin de représenter avec

Plus en détail

Prévenir la fraude au point de vente. Solutions de paiement et de financement. Services de cartes Desjardins

Prévenir la fraude au point de vente. Solutions de paiement et de financement. Services de cartes Desjardins Prévenir la fraude au point de vente Solutions de paiement et de financement Services de cartes Desjardins MODULE Prévenir la fraude au point de vente Comme vous le savez, personne n est complètement à

Plus en détail

L éducation financière. Manuel du participant Les notions de base du crédit

L éducation financière. Manuel du participant Les notions de base du crédit L éducation financière Manuel du participant Les notions de base du crédit 2 Contenu DOCUMENT 6-1 Les types de crédit Type de crédit Prêteur Usages Modalités Crédit renouvelable Carte de crédit (garantie

Plus en détail

Énoncé sur la protection des renseignements personnels de TeleCheck Services Canada, Inc.

Énoncé sur la protection des renseignements personnels de TeleCheck Services Canada, Inc. Énoncé sur la protection des renseignements personnels de TeleCheck Services Canada, Inc. Merci de vous procurer et de lire l énoncé sur la protection des renseignements personnels de TeleCheck Services

Plus en détail

DEMANDE DE RECONNAISSANCE

DEMANDE DE RECONNAISSANCE Renseignements généraux et directives Ce formulaire vous permet de procéder à une demande de reconnaissance de cours de tutorat privé. À qui s adresse ce formulaire? Le formulaire s adresse au postulant

Plus en détail

Réaliser des achats en ligne

Réaliser des achats en ligne 2 décembre 2013 p 1 Réaliser des achats en ligne La période de Noël approche. Vous avez peut-être envie d effectuer des achats sur internet, mais vous n osez pas, de peur qu on vous vole vos informations

Plus en détail

POLITIQUE SUR LES OPÉRATIONS D INITIÉS

POLITIQUE SUR LES OPÉRATIONS D INITIÉS Page : 1 de 7 POLITIQUE SUR LES OPÉRATIONS D INITIÉS Page : 2 de 7 Table des matières 1. OBJET... 3 2. DÉFINITIONS... 3 3. OPÉRATIONS PAR UN INITIÉ SUR LES TITRES DE LA SOCIÉTÉ INTERDITES EN TOUT TEMPS...

Plus en détail

2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail

préparé par votre équipe du Centre local de développement (CLD) MRC de Matawinie 3184, 1 re Avenue Rawdon (Québec) J0K 1S0

préparé par votre équipe du Centre local de développement (CLD) MRC de Matawinie 3184, 1 re Avenue Rawdon (Québec) J0K 1S0 LE SOMMAIRE EXÉCUTIF DE MON PROJET D AFFAIRES préparé par votre équipe du Centre local de développement (CLD) MRC de Matawinie 3184, 1 re Avenue Rawdon (Québec) J0K 1S0 Téléphone : 450 834-5222 Sans frais

Plus en détail

MANUEL DE GESTION GESTION DU CENTRE DE DOCUMENTATION

MANUEL DE GESTION GESTION DU CENTRE DE DOCUMENTATION SCECR-DIR-07-01 MANUEL DE GESTION TITRE : GESTION DU CENTRE DE DOCUMENTATION TYPE DE DOCUMENT : DIRECTIVE ET PROCÉDURE Expéditeur : Conseillère-cadre à l évaluation, aux communications et à la recherche

Plus en détail

Le processus d achat résidentiel

Le processus d achat résidentiel Ce guide a été produit grâce à la généreuse contribution de l Alberta Real Estate Foundation Le processus d achat résidentiel Cette brochure vous aidera à comprendre le processus d achat immobilier résidentiel.

Plus en détail

DACHSER Code de conduite

DACHSER Code de conduite DACHSER Code de conduite 1. Préambule Toute action chez Dachser repose sur le respect des dispositions juridiquement contraignantes aux niveaux national et international ainsi que sur tous les engagements

Plus en détail

Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT

Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT CCTT CENTRES COLLÉGIAUX DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIE Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT Septembre Pour tout renseignement sur

Plus en détail

Renouveler et renégocier votre prêt hypothécaire

Renouveler et renégocier votre prêt hypothécaire Série L ABC des prêts hypothécaires Renouveler et renégocier votre prêt hypothécaire Comment prendre de bonnes décisions en matière d hypothèques Table des matières Aperçu 1 Le processus de renouvellement

Plus en détail

Revendre sa voiture dans les meilleures conditions

Revendre sa voiture dans les meilleures conditions Revendre sa voiture dans les meilleures conditions Vous avez pris la décision de vendre votre voiture. Pour faire une «bonne affaire», il faut prendre quelques renseignements et avoir un minimum de préparation.

Plus en détail

Demande d inscription

Demande d inscription Demande d inscription Le guide fournit les explications et la marche à suivre ligne par ligne. Toute demande d inscription incomplète (par exemple une demande non signée) perd sa priorité de traitement.

Plus en détail

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. INTRODUCTION A. Objet et objectifs Le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec Inc. (la «Société») est responsable de

Plus en détail

RAPPORT DE VÉRIFICATION FINALE D ATTESTATION DE QUALITÉ

RAPPORT DE VÉRIFICATION FINALE D ATTESTATION DE QUALITÉ AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET COMMERCE INTERNATIONAL BUREAU DE L INSPECTEUR GÉNÉRAL VÉRIFICATION DES SERVICES FINANCIERS DÉPENSES PAYÉES D AVANCE RAPPORT DE VÉRIFICATION FINALE D ATTESTATION DE QUALITÉ Octobre

Plus en détail

Les Crédits et ouverture de crédit

Les Crédits et ouverture de crédit Les Crédits et ouverture de crédit Contexte général Besoin d une nouvelle voiture, votre machine à lessiver tombe en panne ou besoin d effectuer quelques travaux dans votre maison? De grosses dépenses

Plus en détail

Gestion des liquidités Rapport de vérification final Rapport n o 2/13 25 juin 2013

Gestion des liquidités Rapport de vérification final Rapport n o 2/13 25 juin 2013 Gestion des liquidités Rapport de vérification final Rapport n o 2/13 25 juin 2013 Diffusion Destinataires : Président et chef de la direction par intérim Premier vice-président et chef de la direction

Plus en détail

Santé Manitoba GUIDE DU PROGRAMME DE PAIEMENT PAR MENSUALITÉS DE LA FRANCHISE DU RÉGIME D ASSURANCE-MÉDICAMENTS

Santé Manitoba GUIDE DU PROGRAMME DE PAIEMENT PAR MENSUALITÉS DE LA FRANCHISE DU RÉGIME D ASSURANCE-MÉDICAMENTS Santé Manitoba GUIDE DU PROGRAMME DE PAIEMENT PAR MENSUALITÉS DE LA FRANCHISE DU RÉGIME D ASSURANCE-MÉDICAMENTS Juin 2010 Remarque : Les renseignements fournis dans ce guide étaient à jour au moment de

Plus en détail

Le processus de vente résidentielle

Le processus de vente résidentielle Ce guide a été produit grâce à la généreuse contribution de l Alberta Real Estate Foundation Le processus de vente résidentielle Cette brochure vous aidera à comprendre le processus de vente immobilière

Plus en détail

POLITIQUE SUR L ACCÈS AUX DOCUMENTS ET LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS DE L ORDRE DES ARCHITECTES DU QUÉBEC

POLITIQUE SUR L ACCÈS AUX DOCUMENTS ET LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS DE L ORDRE DES ARCHITECTES DU QUÉBEC POLITIQUE SUR L ACCÈS AUX DOCUMENTS ET LA PROTECTION DES PERSONNELS DE L ORDRE DES ARCHITECTES DU QUÉBEC ADOPTÉ PAR LE COMITÉ EXÉCUTIF LE 28 AOÛT 2014 Table des matières 3 1. Introduction 3 2. Champs d

Plus en détail

LE GUIDE DE VOS AVANTAGES. Voici votre. carte Dollars US CIBC Visa MC

LE GUIDE DE VOS AVANTAGES. Voici votre. carte Dollars US CIBC Visa MC LE GUIDE DE VOS AVANTAGES Voici votre carte Dollars US CIBC Visa MC Voici la carte Dollars US CIBC Visa. Une carte de crédit qui offre une expérience complètement différente. Votre nouvelle carte Dollars

Plus en détail

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR SUR L AQTIS

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR SUR L AQTIS TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR SUR L AQTIS A Q T I S 533, O n t a r i o E s t, # 3 0 0 M o n t r é a l, Q C H 2 L 1 N 8 T. : 5 1 4 8 4 4-2 1 1 3 F : 5 1 4 8 4 4-3 5 4 0 Pour toute information complémentaire,

Plus en détail

51 Idées pour créer son entreprise

51 Idées pour créer son entreprise Écrit et réalisé par William Le Rolland 51 Idées pour créer son entreprise Première impression : janvier 2011 Dernière édition le : 7 mars 2013 Ce même livre a été créé pour le format ebook et livre papier

Plus en détail

La Régie des rentes du Québec

La Régie des rentes du Québec La Régie des rentes du Québec La Régie des rentes du Québec est chargée d appliquer la Loi sur le régime de rentes du Québec et la Loi sur les régimes complémentaires de retraite. De plus, elle administre

Plus en détail

Conditions régissant les demandes en ligne de RBC Banque Royale

Conditions régissant les demandes en ligne de RBC Banque Royale Conditions régissant les demandes en ligne de RBC Banque Royale Veuillez passer en revue les conditions ci-après régissant les demandes en ligne de RBC Banque Royale (les «conditions»). Vous devez les

Plus en détail

Régime québécois d assurance parentale

Régime québécois d assurance parentale Régime québécois d assurance parentale Table des matières 1. Caractéristiques du RQAP 3 2. Conditions d admissibilité 4 3. Types de prestations offerts 4 4. Moment pour faire une demande de prestations

Plus en détail

desjardinssecuritefinanciere.com

desjardinssecuritefinanciere.com Assurance collective efficaces simples sécurisés desjardinssecuritefinanciere.com Votre régime entre vos mains Les services en ligne offerts par Desjardins Sécurité financière vous permettent de prendre

Plus en détail

SOUSCRIPTEURS DE L EST

SOUSCRIPTEURS DE L EST PROPOSITION D ASSURANCE AUTOMOBILE F.P.Q. N o 1 FORMULE DES PROPRIÉTAIRES SOUSCRIPTEURS DE L EST 4405, boul. Lapinière, Brossard, QC J4Z 3T5 ASSUREUR : LA COMPAGNIE D ASSURANCE JEVCO COURTIER : Ref. N

Plus en détail

LES ASPECTS LÉGAUX DE L ACHAT D UNE FRANCHISE CHOSES À FAIRE AVANT D ACHETER UNE FRANCHISE EN 11 ÉTAPES

LES ASPECTS LÉGAUX DE L ACHAT D UNE FRANCHISE CHOSES À FAIRE AVANT D ACHETER UNE FRANCHISE EN 11 ÉTAPES LES ASPECTS LÉGAUX DE L ACHAT D UNE FRANCHISE CHOSES À FAIRE AVANT D ACHETER UNE FRANCHISE EN 11 ÉTAPES PAR ME FRANÇOIS ALEPIN ALEPIN GAUTHIER AVOCATS INC. Étape 1 : Fixer les objectifs visés par la réalisation

Plus en détail

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers GUIDE DE PRÉSENTATION PORTANT SUR LA CONFORMITÉ D UNE CESSION D ENTREPRISE PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC Mars 2008 Autorité des marchés financiers Ce document a été produit par la Surintendance

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca La recherche antérieure a montré que la majorité des consommateurs canadiens affichent une préférence marquée pour l achat de produits alimentaires canadiens par rapport aux produits d importation. Est-ce

Plus en détail

Bâtir son entreprise sur du SOLIDE

Bâtir son entreprise sur du SOLIDE Bâtir son entreprise sur du SOLIDE Pieux Vistech possède une solide équipe à travers le Québec. Elle recherche actuellement de nouveaux distributeurs pour le reste du Canada et à l international. Avec

Plus en détail

Que rechercher dans une garantie de remplacement de portes et fenêtres?

Que rechercher dans une garantie de remplacement de portes et fenêtres? GUIDE DU PROPRIÉTAIRE Que rechercher dans une garantie de remplacement de portes et fenêtres? 5 conseils qui pourront vous faire économiser des milliers de dollars lors du remplacement de vos portes et

Plus en détail

Concours de Commerce électronique des espèces en devises CIBC RÈGLEMENT OFFICIEL

Concours de Commerce électronique des espèces en devises CIBC RÈGLEMENT OFFICIEL Concours de Commerce électronique des espèces en devises CIBC 1. Période du concours RÈGLEMENT OFFICIEL Le concours de l équipe Commerce électronique des espèces en devises CIBC (le «Concours») commence

Plus en détail

Norme canadienne 23-101 Règles de négociation

Norme canadienne 23-101 Règles de négociation Norme canadienne 23-101 Règles de négociation PARTIE 1 DÉFINITION ET INTERPRÉTATION 1.1 Définition 1.2 Interprétation PARTIE 2 LE CHAMP D APPLICATION DE LA RÈGLE 2.1 Le champ d application de la règle

Plus en détail

Demande pour le Programme de soutien au démarrage d entreprises pour les compagnons

Demande pour le Programme de soutien au démarrage d entreprises pour les compagnons Demande pour le Programme de soutien au démarrage d entreprises pour les compagnons Section A : Renseignements personnels et commerciaux Numéro de référence : AVIS SUR LA PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE La

Plus en détail

LISTE DE CONTRÔLE DU LIQUIDATEUR

LISTE DE CONTRÔLE DU LIQUIDATEUR PLANIFICATION FISCALE ET SUCCESSORALE LISTE DE CONTRÔLE DU LIQUIDATEUR Liste de contrôle étape par étape des tâches et des responsabilités d un liquidateur Le travail de liquidateur peut être exigeant

Plus en détail

POLITIQUE. Immatriculation temporaire OBJECTIFS PRÉALABLES MODALITÉS D APPLICATION. 1. Immatriculation et droit de circuler temporaires de dix jours

POLITIQUE. Immatriculation temporaire OBJECTIFS PRÉALABLES MODALITÉS D APPLICATION. 1. Immatriculation et droit de circuler temporaires de dix jours POLITIQUE 2009-11-20 PO-IM 08 Immatriculation temporaire OBJECTIFS Cette politique a pour objectifs de : préciser dans quels cas les certificats d'immatriculation temporaire sont délivrés; préciser les

Plus en détail

Procédure Agri-investissement. et Agri-Québec

Procédure Agri-investissement. et Agri-Québec Procédure Agri-investissement et Agri-Québec Section 10 Fermeture de dossiers Préparé par DIRECTION DE L INTÉGRATION DES PROGRAMMES Applicable à partir de l année d assurance 2010 (Date de mise à jour

Plus en détail

CNW Telbec code 1 Sous embargo jusqu à 10 h 45 le 21 novembre 2006. Une industrie à surveiller de très près!

CNW Telbec code 1 Sous embargo jusqu à 10 h 45 le 21 novembre 2006. Une industrie à surveiller de très près! Secrétariat général Communiqué de presse CNW Telbec code 1 Sous embargo jusqu à 10 h 45 le 21 novembre 2006 Commerce itinérant d appareils de chauffage et de climatisation Une industrie à surveiller de

Plus en détail

Assurance automobile. Une protection adaptée à vos besoins, pour votre auto

Assurance automobile. Une protection adaptée à vos besoins, pour votre auto Assortie de notre garantie de satisfaction relative au service d indemnisation Assurance automobile Une protection adaptée à vos besoins, pour votre auto Tranquillité d esprit au volant L assurance automobile

Plus en détail

FOIRE AUX QUESTIONS : LA NOUVELLE DÉFINITION DE «VÉHICULE LOURD»

FOIRE AUX QUESTIONS : LA NOUVELLE DÉFINITION DE «VÉHICULE LOURD» Bulletin n : 08.12.09 Date : Le 22 décembre 2009 FOIRE AUX QUESTIONS : LA NOUVELLE DÉFINITION DE «VÉHICULE LOURD» Une nouvelle définition légale de «véhicule lourd» doit entrer en vigueur au printemps

Plus en détail

Simulateur de coûts de médicaments Foire aux questions

Simulateur de coûts de médicaments Foire aux questions ASSURANCE COLLECTIVE Simulateur de coûts de médicaments Foire aux questions Pour une vue détaillée de l outil, consultez l aide-mémoire qui est accessible à partir de la section «Liens utiles» du simulateur.

Plus en détail

2.2.5 LA SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC

2.2.5 LA SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC 2.2.5 LA SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC 139 LA SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC La Société de l assurance automobile du Québec «a pour mission d assurer et de protéger les personnes

Plus en détail

Le Programme de licences multipostes pour entreprises de l App Store

Le Programme de licences multipostes pour entreprises de l App Store Le Programme de licences multipostes pour entreprises de l App Store L App Store offre des milliers applications d affaires conçues pour améliorer la productivité de votre entreprise. Grâce au Programme

Plus en détail

VÉHICULES ACHETÉS D UN PARTICULIER

VÉHICULES ACHETÉS D UN PARTICULIER BULLETIN N O 054 Publié en juin 2010 Révisé en juin 2015 LOI DE LA TAXE SUR LES VENTES AU DÉTAIL VÉHICULES ACHETÉS D UN PARTICULIER Le présent bulletin contient des renseignements concernant le prélèvement

Plus en détail

Traitement comptable des instruments financiers Rapport de vérification final Rapport n o 23/12 Le 6 mars 2013

Traitement comptable des instruments financiers Rapport de vérification final Rapport n o 23/12 Le 6 mars 2013 Diffusion Traitement comptable des instruments financiers Rapport de vérification final Rapport n o 23/12 Le 6 mars 2013 Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef

Plus en détail

CMC MARKETS UK PLC CMC MARKETS CANADA INC. Document d information sur la relation. Decembre 2014

CMC MARKETS UK PLC CMC MARKETS CANADA INC. Document d information sur la relation. Decembre 2014 CMC MARKETS UK PLC et CMC MARKETS CANADA INC. Document d information sur la relation Decembre 2014 Société immatriculée en Angleterre sous le numéro 02448409 Société autorisée et réglementée par la Financial

Plus en détail

Société par actions Instructions et renseignements additionnels

Société par actions Instructions et renseignements additionnels Registre d'entreprise 1301, avenue Premier Regina, Saskatchewan S4R 8H2 Société par actions Instructions et renseignements additionnels téléphone: 306.787.2962 Télécopieur: 306.787.8999 Courriel: corporateregistry@isc.ca

Plus en détail

POLITIQUE DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE DÉPLACEMENT ET DE SÉJOUR

POLITIQUE DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE DÉPLACEMENT ET DE SÉJOUR POLITIQUE DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE DÉPLACEMENT ET DE SÉJOUR ADOPTÉE PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION LE 14 FÉVRIER 2012 Production : Denis Bernier Directeur des services administratifs Collaboration

Plus en détail

Politique de gestion des plaintes et des commentaires

Politique de gestion des plaintes et des commentaires Politique de gestion des plaintes et des commentaires 03.01.0 Page 1 de 6 DATE DE LA MISE À JOUR 2010-11-03 RÉSUMÉ Cette politique vise à encadrer et harmoniser la gestion des plaintes et des commentaires

Plus en détail

Si votre véhicule est déclaré perte totale

Si votre véhicule est déclaré perte totale Si votre véhicule est déclaré perte totale Juste valeur marchande Règles particulières pour les pertes totales Qu est-ce qu une perte totale? Une perte totale signifie qu un véhicule a fait l objet d un

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIAGNOCURE INC. (la «Société») MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (le «Conseil») Le rôle du Conseil consiste à superviser la gestion des affaires et les activités commerciales de la Société afin d en assurer

Plus en détail

Cartes de crédit avec garantie

Cartes de crédit avec garantie Cartes de crédit avec garantie Une carte de crédit avec garantie pourrait vous être utile si : Vous devez établir des antécédents en matière de crédit ou vous désirez remédier à une mauvaise cote de solvabilité

Plus en détail

CHAPITRE V III: LES RESSOURCES MATÉRIELLES

CHAPITRE V III: LES RESSOURCES MATÉRIELLES CHAPITRE V III: LES RESSOURCES MATÉRIELLES SECTION 8.3 : LA GESTION DES BIENS MEUBLES ET IMMEUBLES PAGE : 1 POLITIQUE SUR LES TRANSPORTS AVEC UN VÉHICULE LOURD Adoptée : CAD-8927 (14 10 08) Modifiée :

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

Régime de rentes du Québec

Régime de rentes du Québec RETRAITE QUÉBEC Guide du bénéficiaire Régime de rentes du Québec Pour connaître vos droits et vos obligations Tout sur le Web Les renseignements contenus dans ce document se trouvent également sur notre

Plus en détail

Direction générale adjointe des ressources humaines (DGARH) Juillet 2014. Personnel des intervenants externes

Direction générale adjointe des ressources humaines (DGARH) Juillet 2014. Personnel des intervenants externes Direction générale adjointe des ressources humaines (DGARH) Juillet 2014 Personnel des intervenants externes 1. INTRODUCTION 1.1 Introduction générale L application «Services en lignes des intervenants

Plus en détail

GUIDE À L INTENTION DES ENTREPRENEURS ACCRÉDITÉS

GUIDE À L INTENTION DES ENTREPRENEURS ACCRÉDITÉS Note importante : Ce guide sera mis à jour régulièrement. Veuillez consulter notre site web pour obtenir la version la plus récente. GUIDE À L INTENTION DES ENTREPRENEURS ACCRÉDITÉS 1. FORMULAIRES A. CONTRATS

Plus en détail

Plein de bonnes raisons d épargner pour la retraite QU EST-CE QU UN RVER? ET SURTOUT POUR DES RAISONS FINANCIÈRE SUN LIFE POUR DES RAISONS FINANCIÈRES

Plein de bonnes raisons d épargner pour la retraite QU EST-CE QU UN RVER? ET SURTOUT POUR DES RAISONS FINANCIÈRE SUN LIFE POUR DES RAISONS FINANCIÈRES G UI D E EMPL YÉ POUR DES RAISONS FINANCIÈRES Plein de bonnes raisons d épargner pour la retraite Dans certaines grandes entreprises, des milliers de Québécois participent déjà à un régime d épargneretraite

Plus en détail

EXAMEN DU CHAPITRE CINQ RAPPORT À LA TNMP GT n o 7 APPELS D OFFRES ÉLECTRONIQUES

EXAMEN DU CHAPITRE CINQ RAPPORT À LA TNMP GT n o 7 APPELS D OFFRES ÉLECTRONIQUES EXAMEN DU CHAPITRE CINQ RAPPORT À LA TNMP GT n o 7 APPELS D OFFRES ÉLECTRONIQUES Compte rendu des décisions de la réunion de la TNMP à Québec (les 20 et 21 novembre 2003) : Les Parties ont présenté un

Plus en détail

Tout sur les chèques Ce que vous devez savoir

Tout sur les chèques Ce que vous devez savoir 03 Tout sur les chèques Ce que vous devez savoir Plusieurs banques au Canada offrent désormais le service de dépôt de chèque mobile. Le Canada dispose de l un des systèmes de compensation des chèques les

Plus en détail

Examen d analyse et de raisonnement déductif (A R D T - A R D P) Exemples de questions

Examen d analyse et de raisonnement déductif (A R D T - A R D P) Exemples de questions Examen d analyse et de raisonnement déductif (A R D T - A R D P) Pour approfondir vos connaissances sur les emplois dans la fonction publique, consultez le site www.carrieres.gouv.qc.ca. Vous pouvez obtenir

Plus en détail