FASCICULE 18 Protection des employés ou salariés et conventions collectives

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "FASCICULE 18 Protection des employés ou salariés et conventions collectives"

Transcription

1 FASCICULE 18 Protection des employés ou salariés et conventions collectives Philippe H. BÉLANGER Avocat, McCarthy Tétrault Bogdan-Alexandru DOBROTA McCarthy Tétrault À jour au 8 novembre 2010 POINTS-CLÉS 1. En vertu de la Loi sur le Programme de protection des salariés, les employés d une entreprise en faillite peuvent s adresser directement au gouvernement fédéral pour obtenir compensation jusqu à concurrence d un montant de $ (V. n o 1). 2. La couronne sera subrogée dans les droits des employés ayant reçu compensation en vertu du Programme de protection des salariés. En vertu de cette subrogation, la couronne deviendra un créancier superprioritaire dans la faillite de l employeur, bénéficiant de la sûreté pour salaires non payés (V. n os 24 et 25). 3. Les réclamations pour non-remises aux fonds de pension sont des réclamations superprioritaires dans le cadre de la faillite ou de la mise sous séquestre de l employeur (V. n o 27). 4. La compensation des employés pour salaires impayés et non-remises aux fonds de pension est une condition essentielle de la proposition ou de l arrangement de l employeur insolvable (V. n os 29 et 30). 5. La faillite de l employeur et la vente subséquente de l entreprise par le syndic ne mettent pas fin au contrat de travail auquel seront liés les tiers acquéreurs de l entreprise (V. n os 34 à 37). 6. Les acheteurs subséquents seraient toutefois en droit de résilier les contrats de travail en suivant les dispositions applicables de résiliation unilatérale d un contrat d emploi (V. n os 38 et 39). (5994) 18 / 1

2 IV. Divers thèmes communs à la LFI et à la LACC 7. Le syndic ou le séquestre qui continue l exploitation de l entreprise faillie ou lui succède comme employeur est dégagé de toute responsabilité à titre d employeur successeur (V. n os 41 à 43). 8. Il est interdit de procéder à la résiliation d une convention collective à laquelle est partie une personne insolvable (V. n o 47). 9. Le maintien de la convention collective durant la restructuration de l employeur n octroie pas aux employés un statut distinct ou prioritaire et n empêche pas la partie patronale de suspendre l exécution de certaines obligations (V. n os 54 et 55). TABLE DES MATIÈRES I. Salaires impayés en contexte de faillite (Programme de protection des salariés) : 1-28 A. Introduction : 1-2 B. Conditions d admissibilité : Salaires admissibles : Fin d emploi : 6 3. Personnes non admissibles : 7-9 C. Montant des prestations : 10 D. Administration du programme : Demande de prestations : Détermination d admissibilité : Ordre de paiement : Fonctions et devoirs du syndic et du séquestre : Pouvoirs du ministre : Procédure de révision des décisions ministérielles : E. Droits de la couronne en vertu de la subrogation : F. Protection des remises aux fonds de pension : II. Salaires impayés et remises aux fonds de pension en contexte de proposition ou d arrangement : III. Sort des conventions collectives et des contrats d emploi en contexte de faillite : A. Conventions collectives et contrats d emploi en contexte de faillite de l employeur : B. Responsabilité personnelle du syndic et du séquestre : IV. Sort des conventions collectives et des contrats d emploi en contexte de restructuration : A. Interdiction de résilier une convention collective : B. Effet du maintien de la convention collective durant la restructuration : (5994) 18 / 2

3 Fasc. 18 Protection des employés ou salariés et conventions collectives INDEX ANALYTIQUE Arrangement avec les créanciers Remises aux fonds de pension, 30 Salaires impayés, 29 Convention collective Incessible, 56 Couronne Créance prioritaire, 26 Créanciers garantis (et), 26 Subrogée aux droits des employés, 24 Superpriorité, 25 Demande de prestations Exigence formelle, 11 Exigence temporelle, 12 Entreprise Notion, 32 Fin d emploi, 6 Loi sur le Programme de protection des salariés, voir aussi Programme de protection des employés Fonction et objectif, 1 Loi sur la faillite et l insolvabilité (et), 2 Maintien de la convention collective Faillite Code civil du Québec, 33, 36 Code du travail, 33, 34 Immunité du syndic ou du séquestre, Jurisprudence de common law, 35 Ordre public, 37 Principes du droit contractuel (et), 38 Responsabilité du tiers acquéreur des biens de l entreprise, 31, 44 Vente de l entreprise (et), 39 Maintien de la convention collective Restructuration, 45, 51 Avis de négociations collectives, 48 Conditions d autorisation, 49 Effet, 50 Jurisprudence, 52 Pouvoirs de l agent négociateur, 53 Résiliation unilatérale de contrats (et), 46 Statuts des employés, 54 Suspension de l exécution des obligations patronales (et), 55 Maintien du contrat d emploi, voir Maintien de la convention collective Faillite, Maintien de la convention collective Restructuration Ministre Décision, 13 Appel devant arbitre, 23 Révision ministérielle, 22 Large discrétion, 21 Prestations Calcul et défalcation, 10 Programme de protection des employés Admissibilité, 3, voir aussi Demande de prestations, Fin d emploi, Ministre, Salaires admissibles Fonctions du syndic ou du séquestre, 15, voir aussi Syndic ou séquestre Personnes non admissibles Actionnaires, 8 Administrateurs et cadres, 7 Avec un lien de dépendance, 9 Protection des remises aux fonds de pension, voir Remises aux fonds de pension Subrogation de la couronne, voir Couronne Proposition, voir Arrangement Remises aux fonds de pension Créanciers garantis (et), 28 Superpriorité, 27 Salaires admissibles, 29 Limitation temporelle, 5 Portée matérielle, 4 Séquestre et syndic Défaut, 18 Devoir de renseignement envers le ministre, 16 Devoir de renseignement envers les employés, 17 Honoraires et dépenses, 20 Responsabilité en vertu de la Loi sur la faillite et l insolvabilité, 19 (5994) 18 / 3

4 IV. Divers thèmes communs à la LFI et à la LACC I. SALAIRES IMPAYÉS EN CONTEXTE DE FAILLITE (PROGRAMME DE PROTECTION DES SALARIÉS) A. Introduction 1. Fonction et objectif de la Loi sur le Programme de protection des salariés La Loi sur le Programme de protection des salariés 1 établit et régit un programme administré par le gouvernement fédéral pour la compensation des salariés dans le cadre de la faillite de leur employeur. Le Programme de protection des salariés (ci-après «Programme») est une avenue de compensation qui est à la fois rapide, efficace et qui ne dépend pas des actifs de l employeur failli 2. Depuis l entrée en vigueur de la Loi en juillet 2008, les employés peuvent s adresser directement au gouvernement fédéral pour recevoir compensation jusqu à concurrence d un montant maximal de l ordre de $ pour salaires non payés lors de la faillite ou de la mise sous séquestre de leur employeur L.C. 2005, c. 47, art. 1 (ci-après «Loi» ou «L.p.p.s.»). 2. «Le gouvernement du Canada dépose un projet de loi sur l insolvabilité et la protection des salariés», 3 juin 2005 (www.ic.gc.ca). Voir aussi : Jacob ZIEGEL, «The Travails of Bill C-55» (2005) 42 Can. Bus. L.J Art. 7 L.p.p.s. 2. Relation de la Loi sur le Programme de protection des salariés avec la Loi sur la faillite et l insolvabilité La Loi sur la faillite et l insolvabilité 1 prévoit que les employés bénéficient d une superpriorité sur les «actifs à court terme» de l employeur failli jusqu à concurrence de $ pour salaires non payés 2. Si la valeur de la réalisation des actifs grevés par la superpriorité est inférieure à la somme de $ par employé, les employés bénéficient d une priorité pour la différence jusqu à concurrence de $ 3. Bien que la Loi et la Loi sur la faillite et l insolvabilité prévoient deux avenues distinctes de recouvrement prioritaire d une proportion des salaires dus, le législateur a toutefois découragé le cumul de ces deux options 4. En pratique, puisque la Loi offre une avenue de compensation plus rapide et plus avantageuse pour les employés que celle de la Loi sur la faillite et l insolvabilité, tant la superpriorité que la priorité, édictées par la Loi sur la faillite et l insolvabilité, bénéficieront le plus souvent à la couronne, subrogée dans les droits des employés qui auront déjà reçu une compensation en vertu de la Loi, peu de temps après la faillite de leur employeur, un des objectifs de la Loi étant de payer rapidement aux employés les salaires dus au moment de la faillite de l employeur L.R.C. (1985), c. B-3 (ci-après «L.f.i.»). 2. Art et 81.4 L.f.i. 3. Par. 136d) L.f.i. 4. Le paragraphe 7(1) L.p.p.s. et l article 6 du Règlement sur le programme de protection des salariés, DORS/ (ci-après «Règlement») prévoient qu aux fins des montants des prestations en vertu de la Loi, défalcation devra être faite de toute somme perçue par la personne en raison d une créance à titre de salaire admissible. Voir aussi l article 36 L.p.p.s., sur la subrogation de la couronne dans les droits des employés prévus par l article 81.3 L.f.i., et Patrick SHEA, «The Wage Earner Protection Program» (2009) 24 N.C.D. Rev. 21, Article 36 L.p.p.s. Voir infra section E. (5994) 18 / 4

5 Fasc. 18 Protection des employés ou salariés et conventions collectives B. Conditions d admissibilité 3. Règle générale Une personne sera admissible à recevoir les prestations prescrites par la Loi si les conditions suivantes sont réunies : la personne est titulaire d une créance à titre de «salaire admissible» à l endroit de son ancien employeur 1 ; son emploi auprès de cet employeur a pris fin 2 ; et l ancien employeur est en faillite ou fait l objet d une mise sous séquestre 3. Par ailleurs, l admissibilité aux prestations peut être limitée dans les cas de personnes ayant une relation de contrôle avec la compagnie faillie Par. 5c) L.p.p.s. 2. Par. 5a) L.p.p.s. 3. Par. 5b) L.p.p.s. 4. Art. 6 L.p.p.s. 1. Salaires admissibles 4. Portée matérielle Le salaire visé aux fins de la compensation en vertu de la Loi est désigné par l expression «salaires admissibles», qui inclut dans sa portée non seulement les salaires, les gages, les commissions et la rémunération pour services fournis, mais aussi l indemnité de vacances, l indemnité de départ et l indemnité de préavis 1. Il importe toutefois de noter que la définition de «rémunération» au paragraphe 81.3(9) L.f.i., aux fins de l application de la superpriorité, précise que l indemnité de vacances, mais non l indemnité de départ ou de préavis, est considérée dans le calcul de la créance bénéficiant de la superpriorité. En ce sens, l indemnité de départ ou celle de préavis est donc incluse dans le calcul des montants payables en vertu de la Loi mais ne bénéficie pas de la superpriorité prévue par la Loi sur la faillite et l insolvabilité. Par ailleurs, la jurisprudence a favorisé une interprétation large et libérale des termes «salaires admissibles», pour y inclure les bénéfices que l employeur doit payer aux tierces parties en vertu du contrat de travail. Dans l affaire Le Roy Trucking Ltd. c. Century Services 2, la Cour d appel de la Colombie-Britannique a maintenu la décision de la Cour supérieure ordonnant la compensation, en vertu de la Loi, des bénéfices dus à un syndicat de travail par l employeur failli 3. La Cour d appel a notamment, écarté l argument selon lequel l inclusion de ces bénéfices dans les salaires visés par la Loi aurait pour effet d accorder au syndicat de travail une superpriorité au détriment des créanciers garantis. La Cour a décidé que ces bénéfices, quoiqu ils puissent faire l objet d un transfert à une partie tierce au contrat de travail, doivent néanmoins être considérés comme partie de l «obligation de compensation de l employeur», tombant ainsi sous la portée des termes «salaires admissibles» Par. 2(1) L.p.p.s BCCA 223, [2010] B.C.J. No LeRoy Trucking Ltd. c. Century Services, 2010 BCCA 223, [2010] B.C.J. No LeRoy Trucking Ltd. c. Century Services, 2010 BCCA 223, au par. 33, [2010] B.C.J. No Limitation temporelle Le salaire visé aux fins de compensation en vertu de la Loi est celui gagné au cours de la période de six mois se terminant à la date de la faillite 1 ou à celle de l entrée en fonction du séquestre. Il demeure incertain si l indemnité de vacances (5994) 18 / 5

6 IV. Divers thèmes communs à la LFI et à la LACC est sujette à cette limitation temporelle. La décision du législateur de ne pas exclure explicitement l indemnité de vacances des salaires assujettis à la limitation de six mois semble le suggérer 2. Vraisemblablement, seule l indemnité de vacances due pour les six mois précédant la date de la faillite ou l entrée en fonction du séquestre serait admissible à compensation en vertu de la Loi. 1. Par. 2(1)a) L.p.p.s. Pour la définition de la date de la faillite, voir l article 2 L.f.i. Par «la date à laquelle le débiteur devient failli», on entend la date à laquelle la cession de biens ou l ordonnance de faillite est produite auprès du séquestre officiel, ou la date du fait en raison duquel le débiteur est réputé avoir fait cession de ses biens. Les faits en raison desquels le débiteur est réputé avoir fait cession de ses biens sont les suivants : le défaut de déposer dans les 10 jours suivant l état de l évolution de l encaisse (par. 50.4(2) et 50.4(8) L.f.i.) ; le défaut de déposer une proposition avant le délai prescrit (par. 50.4(8) L.p.p.s.) ; le délai interrompu à la demande d un créancier (par. 50.4(11) L.f.i.) ; la cession volontaire des biens de la personne insolvable (art. 49 L.f.i.) ; la proposition présumée rejetée par le tribunal avant l assemblée des créanciers (par. 50(12) L.f.i.) ; le rejet de la proposition en assemblée (art. 57 L.p.p.s.) ; le refus du tribunal d approuver une proposition (par. 59(2) L.p.p.s.) ; et le défaut d exécution d une proposition approuvée par le tribunal (art. 63 L.p.p.s.). 2. Comparer les paragraphes 2(1) et 2(1)a) L.p.p.s. 2. Fin d emploi 6. Motifs de fin d emploi Depuis janvier 2009, lorsque la Loi d exécution du budget de a modifié la Loi, les motifs de fin d emploi qui peuvent donner ouverture à l applica tion de la Loi sont la démission, la retraite, le licenciement ou le congédiement 2. La fin d emploi à durée déterminée donne aussi ouverture à l application de la Loi L.C. 2009, c Art. 3 Règlement. 3. Art. 3 Règlement. 3. Personnes non admissibles 7. Administrateurs et cadres Les administrateurs et les dirigeants de l employeur failli ne sont pas admissibles à la compensation prévue par la Loi pour tout salaire qu ils ont gagné durant la période de leur fonction 1. Il en est ainsi des personnes qui ont occupé une fonction de cadre auprès de leur ancien employeur, soit les personnes qui pouvaient prendre des décisions exécutoires d ordre financier ayant une influence sur les affaires de la compagnie ou portant sur le paiement ou le non-paiement des salaires Par. 6a) L.p.p.s. 2. Par. 6c) L.p.p.s. ; art. 5 Règlement. 8. Actionnaires Le salarié qui est aussi actionnaire de son employeur n est pas admissible à recevoir une compensation pour tout salaire gagné au cours de la période durant laquelle il détenait une participation au capital-actions lui assurant le contrôle dans les affaires de son ancien employeur 1. Une personne a une participation lui assurant le contrôle des affaires de son ancien employeur : si elle détient plus de 40 % des actions ayant un droit (5994) 18 / 6

7 Fasc. 18 Protection des employés ou salariés et conventions collectives de vote 2 ; si elle détient un bloc d actions suffisamment important pour qu aucun autre actionnaire ou une coalition d actionnaires puisse faire opposition à ses motions 3 ; ou si elle détient un nombre suffisant d actions pour contrôler les politiques de son employeur Par. 6b) L.p.p.s. 2. Par. 4a) Règlement. 3. Par. 4b) Règlement. 4. Par. 4c) Règlement. 9. Personnes avec lien de dépendance Le salarié n est pas admissible à recevoir une compensation pour tout salaire gagné au cours de la période durant laquelle il avait un lien de dépendance avec un administrateur, dirigeant ou cadre de la compagnie, ou avec un actionnaire ayant une participation lui assurant le contrôle dans les affaires de la compagnie Par. 6d) L.p.p.s. Sur le critère de contrôle, voir supra n o 8. C. Montant des prestations 10. Calcul et défalcations Le montant maximal des prestations en vertu de la Loi est le montant du salaire admissible dû à la personne jusqu à concurrence de $ ou de la somme correspondant à quatre fois le maximum de la rémunération hebdomadaire assurable, au sens de la Loi sur l assurance-emploi 1, soit, en date des présentes, de $ 2. À partir de ce montant, défalcation devra être faite de la somme perçue par le salarié en raison d une créance à titre de salaires admissibles après la date de la faillite 3 ou la date de l entrée en vigueur d un séquestre officiel, plus une déduction à la source de 6,82 % de la somme perçue, le cas échéant 4. Cela rend moins attrayante la possibilité pour l employé de se prévaloir à la fois du Programme et des priorités prévues par la Loi sur la faillite et l insolvabilité 5, car tout montant qu il aura reçu en réalisant la garantie superprioritaire prévue par la Loi sur la faillite et l insolvabilité sera déduit du montant qu il pourra recevoir en vertu de la Loi. 1. L.C. 1996, c Art. 7 L.p.p.s. Voir aussi : 3. Pour la définition du terme «date de la faillite», voir l article 2 L.f.i. Voir aussi supra n o Par. 7(1) L.p.p.s. ; art. 6 Règlement. Le 6,82 % représente le montant des déductions à la source excluant les impôts sur les revenus, selon E. Patrick SHEA, «The Wage Earner Protection Program», (2009) 24 N.C.D. Rev. 21, Art L.f.i. ; par. 136d) L.f.i. D. Administration du programme 1. Demande de prestations 11. Exigence formelle Tout employé intéressé à demander les prestations prévues par la Loi devra préalablement déposer, auprès du syndic, une preuve de réclamation pour les salaires qui lui sont dus 1. Il pourra alors recevoir du syndic le formulaire prescrit pour les demandes de prestations en vertu de la Loi 2. Toute demande doit être faite par écrit au (5994) 18 / 7

8 IV. Divers thèmes communs à la LFI et à la LACC ministre sur ce formulaire 3. L employé doit y joindre la copie de sa preuve de réclamation 4. Les demandes peuvent aussi être faites par Internet sur le site de Service Canada Art. 124 L.f.i. ; formulaire 33 L.f.i. Voir aussi : Ressources humaines et Développement des compétences du Canada, Programme de protection des salariés, en ligne : gc.ca/fra/travail/normes_travail/pps/apropos.shtml. 2. Par.16(1)d) Règlement. 3. Art. 10 Règlement. 4. Voir : Ressources humaines et Développement des compétences du Canada, Programme de protection des salaries, en ligne : apropos.shtml Exigence temporelle Les demandes de prestations en vertu de la Loi doivent être faites dans les 56 jours après la plus tardive de ces dates : la date de la faillite ou la date de la mise sous séquestre de l ancien employeur 1 ; la date à laquelle l emploi du demandeur prend fin 2 ; la date à laquelle le séquestre met fin à l emploi du demandeur 3. Un délai plus long pourra toutefois être accordé si des circonstances indépendantes de la volonté du demandeur le justifient Art. 9 Règlement. 2. Par. 9a) Règlement. 3. Par. 9b) Règlement. 4. Par. 9c) Règlement. 2. Détermination d admissibilité 13. Décision ministérielle La détermination d admissibilité des demandeurs aux prestations prévue par la Loi se fait par décision ministérielle prise sur la base des renseignements transmis au ministre par le syndic 1. Le ministre doit aviser le demandeur de sa décision, qu elle lui soit favorable ou non Art. 9 L.p.p.s. Sur les renseignements que le syndic doit transmettre au ministre, voir infra n o 16. Voir aussi les articles 15(1) et 21(1)d) L.p.p.s. 2. Art. 10 L.p.p.s. 3. Ordre de paiement 14. Règle Le paiement de prestations à une personne en vertu de la Loi se fait selon l ordre suivant : (1) les sommes dues pour rémunération à l employé, excluant les déboursés et les indemnités 1 ; (2) les sommes déboursées par le voyageur de commerce 2 ; (3) l indemnité de vacances 3 ; (4) l indemnité de préavis 4 ; (5) l indemnité de départ 5. Cet ordre de paiement a pour effet de maximiser la valeur de la créance superprioritaire ou prioritaire de la couronne après avoir été subrogée dans les droits des employés ayant reçu une compensation en vertu de la Loi 6. Le positionnement à la fin de l ordre de priorité des deux indemnités qui ne sont pas couvertes par les priorités créées par la Loi sur la faillite et l insolvabilité 7 assure en effet qu une valeur maximale des prestations versées en vertu de la Loi sera affectée au remboursement des montants versés aux employés la couronne. (5994) 18 / 8

9 Fasc. 18 Protection des employés ou salariés et conventions collectives 1. Par. 8a) Règlement. 2. Par. 8b) Règlement. 3. Par. 8c) Règlement. 4. Par. 8d) Règlement. 5. Par. 8e) Règlement. 6. Sur le mécanisme de subrogation, voir supra section E. 7. Voir les paragraphes 81.3(9) et 81.4(9) L.f.i. qui prévoient que l indemnité de départ et l indemnité de préavis ne sont pas couvertes par les articles 81.3 et 81.4 L.f.i. 4. Fonctions et devoirs du syndic et du séquestre 15. Fonctions générales De manière générale, le syndic ou le séquestre, selon le cas, est tenu d assister le ministre dans l administration du Programme. Il doit, notamment, identifier les personnes ayant une créance au titre de salaire admissible 1, déterminer le montant du salaire admissible qui est dû à chacune et transmettre au ministre et aux employés les informations nécessaires pour administrer le Programme ou pour pouvoir en bénéficier. 1. Par. 21(1)a) L.p.p.s. 16. Devoir de renseignement envers le ministre Le syndic ou le séquestre, selon le cas, a le devoir de transmettre au ministre les renseignements suivants concernant l employeur : la date de la faillite ou de la mise sous séquestre, selon le cas 1 ; le nom des dirigeants, des administrateurs et des propriétaires de celui-ci, ainsi que le nom de la personne responsable de la paie 2. Concernant les employés du failli, le syndic ou le séquestre a le devoir de transmettre au ministre les informations suivantes : les renseignements personnels de chacun d eux 3 ; la date où les salaires ont été gagnés et la base du calcul 4 ; la date à laquelle a pris fin l emploi relativement à l indemnité de départ ou à celle de préavis 5 ; une déclaration indiquant si chaque employé a remis ou non une preuve de réclamation pour salaires dus 6. Le syndic ou le séquestre a le devoir de transmettre ces informations 45 jours après la date de la faillite ou après celle de l entrée en fonction du séquestre 7. Un délai plus long pourra être accordé si des circonstances indépendantes de la volonté du syndic ou du séquestre le justifient 8, notamment, lorsque le syndic ou le séquestre doit demander les renseignements mentionnés ci-dessus auprès de tierces personnes ; le syndic ou le séquestre dispose d un délai de 15 jours après la réception de ces informations pour les transmettre au ministre Par. 15(1)a) Règlement. 2. Par. 15(1)e) Règlement. 3. Notamment, le nom, l adresse, le numéro de téléphone, le numéro d assurance sociale, le numéro d employé et le titre du poste de la personne : par. 15(1)b) Règlement. 4. Par. 15(1)c) Règlement. 5. Par. 15(1)c.1) Règlement. 6. Par. 15(1)d) Règlement. 7. Par. 15(2)a) Règlement. 8. Par. 15(2)a) Règlement. 9. Par. 15(2)b) Règlement. 17. Devoir de renseignement envers les employés présumés Le syndic ou le séquestre a le devoir de transmettre aux employés présumés du failli les renseignements nécessaires (5994) 18 / 9

10 IV. Divers thèmes communs à la LFI et à la LACC afin de leur permettre de déposer une demande en vertu de la Loi pour salaires dus. Le syndic ou le séquestre doit, notamment, informer les employés présumés de l existence du Programme et des conditions auxquelles ils peuvent percevoir des prestations en vertu de la Loi 1. Le syndic ou le séquestre doit transmettre aux employés le formulaire de demande de prestations 2. Il devra aussi renseigner les employés présumés du failli sur la date de la faillite ou de la mise sous séquestre 3 et quant à la nécessité de produire une preuve de réclamation pour salaire dû 4. Le délai pour transmettre ces renseignements est identique à celui applicable à la transmission de renseignements au ministre Par. 21(1)c) L.p.p.s. 2. Par. 16(1)d) Règlement. 3. Par. 16(1)a) Règlement. 4. Par. 16(1)b) Règlement. 5. Voir supra n o 17. Voir aussi le paragraphe 16(2) Règlement. 18. Défaut du syndic ou du séquestre Le défaut du syndic ou du séquestre d informer le ministre ou les employés du failli peut constituer une infraction qui l expose à une peine allant d une amende à l emprisonnement pour une période maximale de six mois Art. 38(1)d) L.p.p.s. Pour les peines prévues, voir aussi l article 40 L.p.p.s. 19. Responsabilité en vertu de la Loi sur la faillite et l insolvabilité En plus des devoirs qui leur incombent en vertu de la Loi, le syndic et le séquestre sont aussi responsables personnellement de la réclamation superprioritaire des employés s ils disposent des actifs grevés par la sûreté prévue aux articles 81.3 et 81.4 L.f.i. 1. Les employés pourront alors réclamer directement du syndic ou du séquestre les sommes perçues à même la réalisation des actifs à court terme jusqu à concurrence de $ 2. Cette responsabilité incombe aussi au séquestre lorsqu il entre en possession des biens grevés par la sûreté prévue par la Loi sur la faillite et l insolvabilité 3. Le syndic ou le séquestre deviendront subrogés dans les droits des employés jusqu à concurrence des sommes ainsi payées Par. 81.3(5) et 81.4(5) L.f.i. 2. Par. 81.3(5) et 81.4(5) L.f.i. Voir aussi : Bank of Montreal c. Grafikom Limited Partnerships, 2009 CanLII 55117, par (Ont. S.C.). 3. Art. 81.3(5) et 81.4(5) L.f.i. 4. Art. 81.3(5) et 81.4(5) L.f.i. 20. Honoraires et dépenses Les honoraires et les dépenses que le syndic ou le séquestre auront encourus pour remplir les devoirs qui leur incombent en vertu de la Loi seront payés à même les actifs de l employeur failli ou les biens de l employeur insolvable, selon le cas 1. Toutefois, puisque ni la Loi ni la Loi sur la faillite et l insolvabilité ne prévoient une garantie pour cette réclamation du syndic ou du séquestre, celle-ci sera traitée comme une réclamation prioritaire subordonnée aux réclamations des créanciers garantis 2. Dans certains cas, notamment, lorsque aucune garantie n a été accordée par un créancier de l employeur pour couvrir les honoraires et les dépenses du syndic ou du séquestre, le ministre les paiera jusqu à concurrence d un montant établi par le Règlement 3. (5994) 18 / 10

11 Fasc. 18 Protection des employés ou salariés et conventions collectives 1. Art. 22(1) L.p.p.s. 2. Par. 136(1)b)(i) L.f.i. ; E. Patrick SHEA, «The Wage Earner Protection Program», (2009) 24 N.C.D. Rev. 21, Art. 22(2) L.p.p.s. ; art. 18(1) Règlement. Ce montant ne doit pas dépasser celui obtenu par l addition de 600 $ pour la première créance salariale et du produit de la multiplication de 35 $ par le nombre de créances salariales supplémentaires. 5. Pouvoirs du ministre 21. Large discrétion En plus du pouvoir de décision relatif aux demandes de prestations, le ministre dispose aussi d une large gamme de pouvoirs discrétionnaires qui facilitent l application de la Loi et l administration du Programme. Il a, notamment, le pouvoir de donner des instructions aux syndics et séquestres relativement à l exercice de leurs fonctions en application de la Loi 1. Le ministre dispose également d un pouvoir d assignation de témoins 2 et d un pouvoir d inspection des locaux des employeurs afin d y examiner les documents pouvant contenir des renseignements relatifs à l application de la Loi 3. Par ailleurs, il peut également procéder à la vérification d office d une décision d octroyer la compensation prévue par la Loi dans les trois ans suivant le versement Par. 23(1) L.p.p.s. 2. Art. 24 L.p.p.s. 3. Par. 25(1) L.p.p.s. Voir aussi le paragraphe 25(3) L.p.p.s. qui prévoit qu un mandat judiciaire est toutefois nécessaire pour procéder à l inspection d un local d habitation. 4. Art. 31 L.p.p.s. 6. Procédure de révision des décisions ministérielles 22. Révision ministérielle Toute personne ayant fait une demande en vertu de la Loi peut demander au ministre de réviser la décision rendue à son égard dans un délai de 30 jours suivant la date à la laquelle elle est informée de la décision 1. Lorsque saisi d une telle demande, le ministre peut confirmer ou infirmer sa décision 2. Il peut aussi la modifier et verser toute prestation à laquelle la personne aurait droit ou encore réclamer les montants perçus en trop, le cas échéant 3. La décision ministérielle révisée est définitive et ne peut faire l objet de recours judiciaires Art. 11 Règlement. 2. Art. 12 L.p.p.s. 3. Art. 12 L.p.p.s. Sur la réclamation de montants perçus en trop, voir aussi l article 32 L.p.p.s. 4. Art. 13 L.p.p.s. 23. Appel devant arbitre Le demandeur peut se pourvoir en appel contre la décision révisée du ministre, mais uniquement sur une question de droit ou de compétence et devant un arbitre nommé par le ministre 1. Le demandeur dispose d un délai de 60 jours suivant la date à laquelle il est informé de la décision révisée pour interjeter appel 2. Aucun nouvel élément de preuve ne sera admissible devant l instance arbitrale d appel 3. L action de l arbitre ne pourra être limitée ou contestée par voie de recours judiciaires 4, et sa décision sera définitive et non susceptible de recours judiciaires 5. (5994) 18 / 11

12 IV. Divers thèmes communs à la LFI et à la LACC 1. Art. 14 et 15 L.p.p.s. 2. Art. 13 Règlement. 3. Art. 16 L.p.p.s. 4. Art. 19 L.p.p.s. 5. Art. 20 L.p.p.s. E. Droits de la couronne en vertu de la subrogation 24. Mécanisme de subrogation Lorsque des prestations sont versées aux employés du failli en vertu de la Loi, la couronne devient subrogée dans leurs droits 1. La couronne devient ainsi bénéficiaire de la superpriorité et de la priorité prévues par la Loi sur la faillite et l insolvabilité visant à assurer la compensation de salaires impayés, ainsi que du recours contre les administrateurs de la compagnie faillie Art. 36 L.p.p.s. 2. Art et 81.4 L.f.i. Sur la responsabilité des administrateurs pour salaires non payés, voir l article 96 de la Loi sur les compagnies, L.R.Q. c. C-38, et l article 119 de la Loi canadienne sur les sociétés par actions, L.R.C. (1985), c. C-44. Voir aussi : Louise LALONDE, «La cessation d emploi chez l employeur insolvable : qui en paie le prix?», dans Service de la formation permanente, Barreau du Québec, vol. 227, Un abécédaire des cessations d emploi et des indemnités de départ (2005), Cowansville, Éditions Yvon Blais, 2005, p Superpriorité La couronne, subrogée dans les droits des employés du failli, deviendra un créancier superprioritaire dans la faillite bénéficiant de la sûreté pour salaires non payés prévue à l article 81.3 L.f.i., en cas de faillite et à l article 81.4 L.f.i., en cas de mise sous séquestre. Les biens grevés par cette sûreté sont limités aux «actifs à court terme» du failli 1, soit les sommes en espèce, les équivalents de trésorerie notamment, les effets négociables et dépôts à vue, l inventaire, les comptes à recevoir ou le produit de toute opération relative à ces actifs 2. Cette sûreté confère à son bénéficiaire un rang prioritaire sur tous les autres créanciers, à l exception des fournisseurs impayés 3 et des bénéficiaires des sommes détenues en fiducie 4. La créance superprioritaire de la couronne subrogée dans les droits des employés s élèvera au moins élevé du montant de prestations versées en vertu de la Loi ou du montant de $. La couronne acquerra, par subrogation, une réclamation ordinaire dans la faillite de l employeur pour toute somme excédant $ versée à un employé en vertu de la Loi. Par ailleurs, la sûreté superprioritaire garantissant les salaires impayés au bénéfice des employés ou de la couronne, le cas échéant, garantit seulement le paiement des sommes dues pour salaires et indemnité de vacances. Sa portée n inclut pas l indemnité de départ et l indemnité de préavis, qui sont toutefois couvertes par la Loi 5. Le versement de ces prestations en vertu de la Loi peut seulement donner ouverture, par subrogation, à une réclamation ordinaire de la couronne dans la faillite de l employeur. 1. Par. 81.3(1) et 81.4(1) L.f.i. 2. Art. 2 L.f.i. 3. Par. 81.3(4) L.f.i. ; art et 81.2 L.f.i. 4. Par. 67(3) L.f.i. 5. Par. 81.3(9) L.f.i. Voir aussi le paragraphe 136(1)d) L.f.i. (5994) 18 / 12

13 Fasc. 18 Protection des employés ou salariés et conventions collectives 26. Créance prioritaire Dans le cas où la valeur de la réalisation des actifs à court terme ne suffit pas pour couvrir le montant garanti par la sûreté superprioritaire, les employés ou la couronne, le cas échéant, bénéficieront d une créance prioritaire pour la différence jusqu à concurrence de $ par employé 1. Par ailleurs, les créanciers garantis, titulaires de sûretés contre les «actifs à court terme», bénéficient aussi d une créance prioritaire pour la différence entre le montant qu ils auraient perçu à la suite de la réalisation des actifs grevés par leurs sûretés respectives, n eût été de la superpriorité garantissant les salaires non payés Par. 136d) L.f.i. 2. Par. 136d.01) L.f.i. F. Protection des remises aux fonds de pensions 27. Superpriorité Les réclamations pour non-remises au fonds de pension sont des réclamations superprioritaires dans le cadre de la faillite ou de la mise sous séquestre de l employeur insolvable. Ces réclamations sont garanties par une sûreté légale grevant tous les biens de l employeur insolvable, meubles et immeubles, et non seulement les «actifs à cour terme» 1. La sûreté confère à son bénéficiaire un rang prioritaire sur tous les autres créanciers, à l exception des fournisseurs impayés, des fiducies présumées protégées en vertu de l article 67(3) L.f.i. et des bénéficiaires de la sûreté pour salaires impayés 2. La sûreté garantit le paiement des sommes qui ont été déduites de la rémunération des employés pour versement au fonds, les contributions patronales relatives à des régimes à cotisation déterminée et les coûts normaux, tels que définis au paragraphe 2(1) du Règlement de 1985 sur les normes de prestation de pension 3. La sûreté ne garantit pas les «coûts spéciaux», soit les paiements devant être effectués par l employeur afin de pallier un déficit actuariel d un régime de pension. 1. Par. 81.5(2) L.f.i. 2. Par. 81.5(2) L.f.i. Voir aussi les articles 81.1 et 81.2 L.f.i. sur les droits des fournisseurs impayés et les articles 81.3 et 81.4 L.f.i. sur les droits des employés titulaires d une réclamation pour salaires impayés. 3. Par. 81.5(1) L.f.i. 28. Créance prioritaire Les créanciers garantis qui se trouvent subordonnés, par l effet de la loi, aux titulaires de la sûreté superprioritaire garantissant les remises au fonds de pension bénéficient d une priorité pour la différence entre le montant qu ils auraient perçu à la suite de la réalisation des actifs grevés par leurs sûretés respectives, n eût été de la superpriorité garantissant les remises aux fonds de pension Par. 136d.01) L.f.i. II. SALAIRES IMPAYÉS ET REMISES AU FOND DE PENSION EN CONTEXTE DE PROPOSITION OU D ARRANGEMENT 29. Salaires impayés La compensation des employés pour salaires impayés est une condition essentielle au succès de la proposition ou de l arrangement de l employeur insolvable. Le tribunal appelé à statuer sur une demande d approbation d une proposition concordataire 1 (5994) 18 / 13

14 IV. Divers thèmes communs à la LFI et à la LACC ou sur une demande d homologation d un arrangement 2 peut seulement y donner suite si l employeur a remis à chaque employé : le montant en salaires impayés couvert par la superpriorité en vertu de la Loi sur la faillite et l insolvabilité 3 ; le montant des gages, salaires, commissions ou rémunération pour services fournis entre la date du dépôt de l avis d intention ou, à défaut, de la proposition, et celle de son approbation Par. 60(1.3) L.f.i. 2. Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies, L.R.C. (1985), c. C-36 (ci-après «L.a.c.c.»), par. 6(5). 3. Sur le montant couvert par la superpriorité en vertu de la Loi sur la faillite et l insolvabilité, voir supra n o 25. Voir également les paragraphes 60(1.3)a) L.f.i. et 6(5)a) L.a.c.c. La date jusqu à laquelle le montant de salaires et indemnités est calculé est celle du dépôt de l avis d intention ou, à défaut, de la proposition ; dans le cas d un arrangement en vertu de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies, cette date est la date de l introduction des procédures, et le montant des gages, salaires, commissions ou rémunération se calcule pour la période entre l introduction des procédure et l homologation. 4. Par. 60(1.3)a) L.f.i. 30. Remise au fonds de pension Une règle similaire s applique également en matière de contributions patronales au fond de pension, le tribunal ne pouvant autoriser une proposition ou homologuer un arrangement si les remises au fonds de pension visées par les articles 81.5 et 81.6 L.f.i. n ont pas été effectuées Par. 60(1.5) L.f.i. et 6(6) L.a.c.c. Sur les montants visés par les articles 81.5 et 81.6 L.f.i., voir supra n os 27 et 28. III. SORT DES CONVENTIONS COLLECTIVES ET DES CONTRATS D EMPLOI EN CONTEXTE DE FAILLITE A. Conventions collectives et contrats d emploi en contexte de faillite de l employeur 31. Responsabilité du tiers acquéreur La question se pose de savoir ce qui advient des contrats d emploi et de la convention collective lorsque, à la suite de la faillite de l employeur, les biens servant à l entreprise de l employeur failli sont vendus à un tiers par le syndic : le tiers acquéreur de l entreprise d un employeur failli est-il ou non lié par les contrats d emploi et les dispositions de la convention collective auxquels l employeur failli est partie? 32. Notion d entreprise La notion d «entreprise» a été définie par la Cour suprême du Canada suivant une conception dite «organique», soit une conception rattachée aux moyens permettant la poursuite d activités commerciales. Suivant cette définition, l entreprise est constituée d un ensemble organisé suffisant de moyens qui permettent substantiellement la poursuite en tout ou en partie d activités précises Syndicat national des employés de la CSRO c. UES Local 298, [1988] 2 R.C.S. 1048, [1988] A.C.S. no 101 ; Ivanhoe Inc. c. TUAC section locale 500, [2001] 2 R.C.S. 565, par. 65 à 70, 2001 CSC 47, [2001] A.C.S. no 47 ; Sept Îles (Ville de) c. Québec (Tribunal du travail), [2001] 2 R.C.S. 670, par. 41, 2001 CSC 41, [2001] A.C.S. no 48. (5994) 18 / 14

15 Fasc. 18 Protection des employés ou salariés et conventions collectives 33. Autres références Au Québec, tant le Code du travail 1 que le Code civil du Québec 2 accordent une certaine protection aux conventions collectives et aux contrats d emploi lorsque survient la cession ou l aliénation de l entreprise d un employeur. 1. L.R.Q., c. C-27 (ci-après «C.t.»). 2. L.Q. 1991, c. 64 (ci-après «C.c.Q.»). 34. Protection prévue par le Code du travail Avant les modifications apportées en 2001 à l article 45 C.t., cette disposition précisait que l aliénation de l entreprise «autrement que par vente en justice» (nos soulignés) n invalidait aucune convention collective, ni accréditation. Les mots «autrement que par vente en justice» de l ancien article 45 C.t. avaient mené les tribunaux québécois à conclure qu une vente faite par un syndic de faillite était, aux fins de cette disposition, une «vente en justice» de telle sorte que les biens constituant l entreprise du failli pouvaient être vendus par le syndic à un tiers sans que celui-ci soit tenu de respecter les dispositions de la convention collective. Le tiers acquéreur n assumait donc pas, à titre d employeur successeur, les responsabilités incombant à l employeur failli en vertu de la convention collective 1. En 2001, l article 45 C.t. a toutefois été modifié par le législateur québécois afin de retirer l exception de vente en justice du principe général selon lequel l aliénation de l entreprise n invalide ni l accréditation ni la convention collective. La vente par un syndic de faillite ou par un séquestre ne peut donc entraîner que le tiers acquéreur ne soit pas lié par les dispositions de la convention collective passée par l employeur failli. L exception de vente en justice ne peut donc plus être invoquée par un tiers acquéreur des biens constituant l entreprise d un employeur failli afin d éviter les responsabilités découlant de la convention collective à titre d employeur successeur. 1. Syndicat des employés de métal Sigodec c. St-Arnaud, [1986] R.J.Q. 927 (C.A.) (autorisation d appel refusée, [1986] 1 C.A. 159 (note) (C.S.C.)). 35. Jurisprudence de common law Certaines décisions rendues dans les provinces de common law ont laissé entendre que la faillite entraîne, en soi, une résiliation des contrats d emploi et de la convention collective 1. Plusieurs décisions subséquentes écartent toutefois le principe général selon lequel la convention collective et les contrats d emploi seraient ipso facto résiliés par la faillite de l employeur In Re Ste. Mary s Paper Inc., 26 C.B.R. (3d) 273, [1994] O.J. No (C.A.), conf. par 38 C.B.R. (3th) 88, [1996] S.C.J. No. 3 ; In Re Kemp Products Limited, 27 C.B.R. (N.S.) 1, [1978] O.J. No (S.C.) ; In Re Rizzo & Rizzo Shoes, [1998] 1 R.C.S. 27, [1998] A.C.S. no Associated Freezers of Canada Inc. (Trustee of) c. Retail, Wholesale Canada, Local 1015, (1996) 39 C.B.R (3th) 211 (C.A. N.S.) ; Saan Stores Ltd. c. Nova Scotia (Labour Relations Board), 172 D.L.R. (4th) 134, 151 [1999] N.S.J. No. 31 (C.A.) ; Canada Inc. c. Union des employées et employés de la restauration métallurgistes unis d Amérique, section locale 8470, (1996) C.T.E. 96T-953 ; Royal Crest Lifecare Group Inc., 40 C.B.R. (4th) 146, [2003] O.J. No. 756 (S.C.), conf. par 46 C.B.R. (4th) 126, [2004] O.J. No. 174 (C.A.) (autorisation d appel refusée, (2004) CarswellOnt 2984 (C.S.C.)). (5994) 18 / 15

TABLE DES MATIÈRES Volume I TABLES LOI SUR LA FAILLITE ET L INSOLVABILITÉ (PARTIES I À V) NOTIONS GÉNÉRALES

TABLE DES MATIÈRES Volume I TABLES LOI SUR LA FAILLITE ET L INSOLVABILITÉ (PARTIES I À V) NOTIONS GÉNÉRALES Volume I Introduction................................................................... iii Remerciements................................................................ v TABLES Table de la jurisprudence........................................................

Plus en détail

FAILLITE ET RESTRUCTURATION

FAILLITE ET RESTRUCTURATION 139 FAILLITE ET RESTRUCTURATION Selon la législation constitutionnelle canadienne, le gouvernement fédéral exerce un contrôle législatif exclusif sur les faillites et l insolvabilité. Au Canada, les procédures

Plus en détail

FAILLITE ET RESTRUCTURATION

FAILLITE ET RESTRUCTURATION Loi sur la faillite et l insolvabilité (LFI) 177 Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies (LACC) 181 Par James Gage Faillite et restructuration 177 Selon la législation constitutionnelle

Plus en détail

Faillite et insolvabilité. Les renseignements donnés dans le présent bulletin vous seront utiles si vous êtes :

Faillite et insolvabilité. Les renseignements donnés dans le présent bulletin vous seront utiles si vous êtes : Avril 2007 Bulletin fiscal Faillite et insolvabilité Les renseignements donnés dans le présent bulletin vous seront utiles si vous êtes : un syndic de faillite un contrôleur un séquestre un créancier garanti

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...1. A. Les principes directeurs de la Réforme... 1. B. Le processus d adoption de la Réforme... 3

TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...1. A. Les principes directeurs de la Réforme... 1. B. Le processus d adoption de la Réforme... 3 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION........................................1 A. Les principes directeurs de la Réforme............... 1 B. Le processus d adoption de la Réforme............... 3 C. Évolution

Plus en détail

Convention de partage de la prime Modèle

Convention de partage de la prime Modèle Convention de partage de la prime Modèle Les parties détiennent conjointement le contrat d assurance vie. Le titulaire du capital-décès (CD) (normalement, le capital assuré) paie «un montant raisonnable»

Plus en détail

I. Résumé des changements apportés à la Loi sur la faillite et à la LACC

I. Résumé des changements apportés à la Loi sur la faillite et à la LACC Dispositions de la Loi sur la faillite et l insolvabilité et de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies qui entrent en vigueur le 18 septembre 2009 Le 14 septembre 2009 Le texte

Plus en détail

Table des matières. Avant-propos... 1. Partie introductive... 3

Table des matières. Avant-propos... 1. Partie introductive... 3 Table des matières Avant-propos... 1 Partie introductive... 3 Le partage des compétences législatives... 3 Les pouvoirs de juridiction fédérale... 6 Les pouvoirs de juridiction provinciale... 7 Les compagnies

Plus en détail

Table des matières TABLE DES MATIÈRES. Introduction... 9 1- L historique... 9 2- Les lois fédérales... 9

Table des matières TABLE DES MATIÈRES. Introduction... 9 1- L historique... 9 2- Les lois fédérales... 9 Table des matières 1 TABLE DES MATIÈRES Introduction... 9 1- L historique... 9 2- Les lois fédérales... 9 A- La Loi sur la faillite et l insolvabilité... 10 B- La Loi sur les arrangements avec les créanciers...

Plus en détail

Programme de protection des salariés ( Loi sur le programme de protection des salariés)

Programme de protection des salariés ( Loi sur le programme de protection des salariés) Programme de protection des salariés ( Loi sur le programme de protection des salariés) s) Michel Belhumeur, CA, CIRP Syndic Cette loi vise à indemniser les personnes physiques dont l emploi l a pris fin

Plus en détail

Société DH. Régime de réinvestissement des dividendes

Société DH. Régime de réinvestissement des dividendes Société DH Régime de réinvestissement des dividendes 1. Introduction Le régime de réinvestissement des dividendes (le «régime») de Société DH (la «Société») offre aux porteurs admissibles d actions ordinaires

Plus en détail

Mise à jour #16.1 Révisé Août 2004 Saisie-arrêt des Crédits de Prestations de Pension aux Fins d Exécution des Ordonnances Alimentaires

Mise à jour #16.1 Révisé Août 2004 Saisie-arrêt des Crédits de Prestations de Pension aux Fins d Exécution des Ordonnances Alimentaires Commission des pensions Mise à jour #16.1 Révisé Août 2004 Saisie-arrêt des Crédits de Prestations de Pension aux Fins d Exécution des Ordonnances Alimentaires Source: Loi sur les prestations de pension,

Plus en détail

Dans les faits, Mabe a déclaré elle-même la faillite, sans qu un ou plusieurs créanciers l aient forcé à le faire.

Dans les faits, Mabe a déclaré elle-même la faillite, sans qu un ou plusieurs créanciers l aient forcé à le faire. COMMUNIQUÉ Mercredi 8 octobre 2014 À tous les ex-employés de Mabe Canada Voici un résumé de l assemblée qui s est tenue le 25 septembre dernier. D abord, nous tenons à souligner la forte participation

Plus en détail

CORPORATION DE PROTECTION DES INVESTISSEURS DE L ACFM DIRECTIVE RELATIVE À LA COUVERTURE

CORPORATION DE PROTECTION DES INVESTISSEURS DE L ACFM DIRECTIVE RELATIVE À LA COUVERTURE CORPORATION DE PROTECTION DES INVESTISSEURS DE L ACFM DIRECTIVE RELATIVE À LA COUVERTURE La Corporation de protection des investisseurs de l ACFM (la «CPI») protège les clients des membres (les «membres»)

Plus en détail

La réalisation des garanties et les fiducies présumées

La réalisation des garanties et les fiducies présumées La réalisation des garanties et les fiducies présumées Retour à la case départ? Éric Vallières, McMillan S.E.N.C.R.L, s.r.l. Conférence sur le Financement et les sûretés, Institut Canadien Le 31 janvier

Plus en détail

POLITIQUE MINISTÉRIELLE EN MATIÈRE DE RECOUVREMENT

POLITIQUE MINISTÉRIELLE EN MATIÈRE DE RECOUVREMENT POLITIQUE MINISTÉRIELLE EN MATIÈRE DE RECOUVREMENT 1. CONTEXTE Dans un souci d équité et de saine gestion des fonds publics, le ministère de l Emploi et de la Solidarité sociale (MESS) se doit de recouvrer

Plus en détail

La force du nombre Vous souhaitez obtenir plus d information au sujet de l Entente?

La force du nombre Vous souhaitez obtenir plus d information au sujet de l Entente? La force du nombre Depuis plusieurs années, la Fédération du commerce (CSN) et son partenaire, SSQ Groupe financier, allient leurs forces et leur expertise afin d offrir les meilleurs avantages possibles

Plus en détail

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance Le 2 décembre 2009, l Assemblée nationale du Québec a adopté le projet de loi 60, intitulé Loi modifiant la

Plus en détail

Projet de loi n o 58 (2015, chapitre 20)

Projet de loi n o 58 (2015, chapitre 20) PREMIÈrE SESSION QUARANTE ET UNièmE LéGISLATURE Projet de loi n o 58 (2015, chapitre 20) Loi regroupant la Commission administrative des régimes de retraite et d assurances et la Régie des rentes du Québec

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES TITRE I- LES ÉTATS FINANCIERS... 17 TITRE II- LA FISCALITÉ CORPORATIVE... 65 TITRE III- LA FAILLITE... 109

TABLE DES MATIÈRES TITRE I- LES ÉTATS FINANCIERS... 17 TITRE II- LA FISCALITÉ CORPORATIVE... 65 TITRE III- LA FAILLITE... 109 TABLE DES MATIÈRES TITRE I- LES ÉTATS FINANCIERS...................................... 17 TITRE II- LA FISCALITÉ CORPORATIVE.................................. 65 TITRE III- LA FAILLITE............................................

Plus en détail

Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE. Association du personnel de l École Polytechnique

Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE. Association du personnel de l École Polytechnique Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE Association du personnel de l École Polytechnique 1 DISPOSITIONS GÉNÉRALES Afin de ne pas alourdir le texte, tous les termes faisant référence à des personnes

Plus en détail

RÉGIME D ACHAT D ACTIONS À L INTENTION DES PARTENAIRES DES RÉSEAUX DE DISTRIBUTION DU GROUPE INDUSTRIELLE ALLIANCE

RÉGIME D ACHAT D ACTIONS À L INTENTION DES PARTENAIRES DES RÉSEAUX DE DISTRIBUTION DU GROUPE INDUSTRIELLE ALLIANCE RÉGIME D ACHAT D ACTIONS À L INTENTION DES PARTENAIRES DES RÉSEAUX DE DISTRIBUTION DU GROUPE INDUSTRIELLE ALLIANCE Janvier 2013 99-36 (13-01) 1 DÉFINITIONS Dans le présent Régime et les formulaires qui

Plus en détail

CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3247 Convention collective nationale IDCC : 1513. ACTIVITÉS DE PRODUCTION DES

Plus en détail

1.4 Inciter les contribuables à acquitter leurs comptes, selon l échéance.

1.4 Inciter les contribuables à acquitter leurs comptes, selon l échéance. POLITIQUE RELATIVE À LA PERCEPTION DES CRÉANCES Unité administrative : Ressources financières 1. LES OBJECTIFS DE LA POLITIQUE 1.1 Mettre en place des mécanismes qui permettent à la Commission scolaire

Plus en détail

Les régimes d avantages sociaux au Canada

Les régimes d avantages sociaux au Canada Les régimes d avantages sociaux au Canada Les Canadiens vivent de plus en plus longtemps et doivent plus que jamais faire face à leur responsabilité d épargner pour la retraite. Leur espérance de vie étant

Plus en détail

Comparaison des régimes d épargne-retraite :

Comparaison des régimes d épargne-retraite : Comparaison des régimes : où se situe le RVER? enregistré retraite Qui peut offrir ce régime? Les organisations à ou sans but lucratif, les syndicats et les associations sont admissibles. Les sociétés

Plus en détail

Notes explicatives Propositions législatives concernant l impôt sur le revenu. Loi de l impôt sur le revenu

Notes explicatives Propositions législatives concernant l impôt sur le revenu. Loi de l impôt sur le revenu Article 1 Notes explicatives Propositions législatives concernant l impôt sur le revenu Compagnies d assurance Loi de l impôt sur le revenu 138 L article 138 de la Loi de l impôt sur le revenu (la Loi)

Plus en détail

RÉGIME GÉNÉRAL D ÉPARGNE ET D ACHAT DE TITRES DE LA BANQUE ROYALE DU CANADA

RÉGIME GÉNÉRAL D ÉPARGNE ET D ACHAT DE TITRES DE LA BANQUE ROYALE DU CANADA RÉGIME GÉNÉRAL D ÉPARGNE ET D ACHAT DE TITRES DE LA BANQUE ROYALE DU CANADA 1. Définitions Pour les fins du présent régime, les termes énumérés ci-dessous ont le sens suivant : «actions ordinaires» désigne

Plus en détail

Conditions générales pour les prêts chirographaires. Du 20 mars 2014 (état au 21 mars 2014)

Conditions générales pour les prêts chirographaires. Du 20 mars 2014 (état au 21 mars 2014) pour les prêts chirographaires Du 0 mars 04 (état au mars 04) du 0.0.04 (état au.0.04) TABLE DES MATIERES Article Principes généraux Article Décision d octroi ou de refus du prêt Article Documents à signer

Plus en détail

Notes explicatives concernant la Loi de l impôt sur le revenu, la Loi de 2001 sur l accise et la Loi sur la taxe d accise

Notes explicatives concernant la Loi de l impôt sur le revenu, la Loi de 2001 sur l accise et la Loi sur la taxe d accise Notes explicatives concernant la Loi de l impôt sur le revenu, la Loi de 2001 sur l accise et la Loi sur la taxe d accise Publiées par L honorable James M. Flaherty, c.p., député Ministre des Finances

Plus en détail

LES DROITS A PENSION DES ORPHELINS MAJEURS INFIRMES

LES DROITS A PENSION DES ORPHELINS MAJEURS INFIRMES LES DROITS A PENSION DES ORPHELINS MAJEURS INFIRMES SERVICE DES RETRAITES DE l ETAT - 0810 10 33 35 - www.pensions.bercy.gouv.fr - Edition du 1 er mai 2013 En application de l article L. 40 du code des

Plus en détail

RÈGLEMENT RÉGISSANT LE COMPTE CLIENT

RÈGLEMENT RÉGISSANT LE COMPTE CLIENT RÈGLEMENT RÉGISSANT LE COMPTE CLIENT 2015 www.iccrc-crcic.ca Version : 2015-002 Dernière modification : 3 juillet 2015 Page 2 de 13 Table des matières MODIFICATIONS DE SECTIONS... 4 Section 1 INTRODUCTION...

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LA PROCÉDURE DE CONCILIATION ET D ARBITRAGE DES COMPTES DES MEMBRES DE L ORDRE DES HYGIÉNISTES DENTAIRES DU QUÉBEC

RÈGLEMENT SUR LA PROCÉDURE DE CONCILIATION ET D ARBITRAGE DES COMPTES DES MEMBRES DE L ORDRE DES HYGIÉNISTES DENTAIRES DU QUÉBEC RÈGLEMENT SUR LA PROCÉDURE DE CONCILIATION ET D ARBITRAGE DES COMPTES DES MEMBRES DE L ORDRE DES HYGIÉNISTES DENTAIRES DU QUÉBEC SECTION I CONCILIATION Code des professions (L.R.Q., c. C-26, a. 88; 1994,

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Demande de permission d en appeler

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Demande de permission d en appeler [TRADUCTION] Citation : K. U. c. Ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences, 2014 TSSDA 38 N o d appel : AD-13-169 ENTRE : K. U. Demanderesse et Ministre des Ressources humaines

Plus en détail

GUIDE SUR L UTILISATION DES VÉHICULES DE GARANTIE

GUIDE SUR L UTILISATION DES VÉHICULES DE GARANTIE PROJET GUIDE SUR L UTILISATION DES VÉHICULES DE GARANTIE Juillet 2013 Guide sur l utilisation des véhicules de garantie Autorité de marchés financiers Page 1 Juillet 2013 Introduction Ce guide présente

Plus en détail

Le compte épargne temps

Le compte épargne temps Le compte épargne temps La loi n 2008 789 du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps de travail procède à une profonde clarification des modalités de mise en place

Plus en détail

Organisme d arbitrage autorisé par la Régie du bâtiment : Centre canadien d arbitrage commercial (CCAC)

Organisme d arbitrage autorisé par la Régie du bâtiment : Centre canadien d arbitrage commercial (CCAC) ARBITRAGE En vertu du Règlement sur le plan de garantie des bâtiments résidentiels neufs (Décret 841-98 du 17 juin 1998, c. B-1.1, r.0.2, Loi sur le bâtiment, Lois refondues du Québec (L.R.Q.), c. B-1.1,

Plus en détail

- et - RAPPORT AU SUJET DE L ADMINISTRATION PRÉLIMINAIRE DU SYNDIC

- et - RAPPORT AU SUJET DE L ADMINISTRATION PRÉLIMINAIRE DU SYNDIC Province de QUÉBEC COUR SUPÉRIEURE District de Montréal «En matière de faillite et d insolvabilité» N o Division : 01-MONTRÉAL N o Cour : 755-11-002875-132 DANS L AFFAIRE DE LA FAILLITE DE : N o Dossier

Plus en détail

Conciliation Droit de la famille et faillite

Conciliation Droit de la famille et faillite Conciliation Droit de la famille et faillite Formation AJBL 14 mars 2014 Lynda Lalande, CIRP, Syndic Olivier Noiseux, Conseiller Table des matières 2 Déclaration de résidence familiale. Réclamations alimentaires.

Plus en détail

Bulletin de l'autorité des marchés financiers 6.8. Offres publiques. .. 19 février 2015 - Vol. 12, n 7 515

Bulletin de l'autorité des marchés financiers 6.8. Offres publiques. .. 19 février 2015 - Vol. 12, n 7 515 6.8 Offres publiques.. 19 février 2015 - Vol. 12, n 7 515 6.8 OFFRES PUBLIQUES 6.8.1 Avis Aucune information. 6.8.2 Dispenses Compagnie de chemins de fer nationaux du Canada Vu la demande présentée par

Plus en détail

Régime québécois d assurance parentale

Régime québécois d assurance parentale Régime québécois d assurance parentale Table des matières 1. Caractéristiques du RQAP 3 2. Conditions d admissibilité 4 3. Types de prestations offerts 4 4. Moment pour faire une demande de prestations

Plus en détail

Introduction Processus Impôts couverts Biens couverts Personnes visées recours QUIZ VRAI OU FAUX CHOIX DE RÉPONSES MISE EN SITUATION

Introduction Processus Impôts couverts Biens couverts Personnes visées recours QUIZ VRAI OU FAUX CHOIX DE RÉPONSES MISE EN SITUATION Introduction Processus Impôts couverts Biens couverts Personnes visées recours QUIZ VRAI OU FAUX CHOIX DE RÉPONSES MISE EN SITUATION INTRODUCTION Sources Politiques Droit commun: provincial et droit fédéral

Plus en détail

À L INTENTION DE VOTRE FAMILLE

À L INTENTION DE VOTRE FAMILLE À L INTENTION DE VOTRE FAMILLE Votre conjoint ou vos proches auront de nombreuses décisions à prendre au moment de votre décès. Nous espérons que la présente brochure leur facilitera la tâche lorsque

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À LA PERCEPTION DES CRÉANCES Adoptée le 3 juin 2014

POLITIQUE RELATIVE À LA PERCEPTION DES CRÉANCES Adoptée le 3 juin 2014 VERSION OFFICIELLE POLITIQUE RELATIVE À LA PERCEPTION DES CRÉANCES Adoptée le 3 juin 2014 Par la résolution no C-163-06-14 Service des ressources financières www.csp.qc.ca TABLE DES MATIÈRES 1. But de

Plus en détail

Projet de loi n o 34 (2015, chapitre 7)

Projet de loi n o 34 (2015, chapitre 7) PREMIÈrE SESSION QUARANTE ET UNièmE LéGISLATURE Projet de loi n o 34 (2015, chapitre 7) Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite relativement au financement et à la restructuration

Plus en détail

La Régie des rentes du Québec

La Régie des rentes du Québec La Régie des rentes du Québec La Régie des rentes du Québec est chargée d appliquer la Loi sur le régime de rentes du Québec et la Loi sur les régimes complémentaires de retraite. De plus, elle administre

Plus en détail

Planification de la relève Troisième partie : La vente de l entreprise à un tiers

Planification de la relève Troisième partie : La vente de l entreprise à un tiers Planification de la relève Troisième partie : La vente de l entreprise à un tiers par LORI MATHISON Voici le dernier d une série de trois articles rédigés par Lori Mathison et publiés sur le Reper portant

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 12768 FRA Québec, le : 10 juillet 2013 Membres : Marie Rinfret, présidente Sophie Raymond, commissaire Personne salariée Partie plaignante et Maçonnerie Pigeon

Plus en détail

Propriété réputée des actions d une société par les fiduciaires et les bénéficiaires d une fiducie

Propriété réputée des actions d une société par les fiduciaires et les bénéficiaires d une fiducie Dossier Propriété réputée des actions d une société par les fiduciaires et les bénéficiaires d une fiducie Alexandra Fortin, avocate, LL.M. fisc. L utilisation des fiducies comporte plusieurs avantages

Plus en détail

RÉGIME JURIDIQUE DU CRÉDIT À LA CLIENTÈLE TABLE DES MATIÈRES 1.00 INTRODUCTION... 3 2.00 UTILITÉ D UNE POLITIQUE DE CRÉDIT... 3

RÉGIME JURIDIQUE DU CRÉDIT À LA CLIENTÈLE TABLE DES MATIÈRES 1.00 INTRODUCTION... 3 2.00 UTILITÉ D UNE POLITIQUE DE CRÉDIT... 3 RÉGIME JURIDIQUE DU CRÉDIT À LA CLIENTÈLE TABLE DES MATIÈRES PAGE 1.00 INTRODUCTION... 3 2.00 UTILITÉ D UNE POLITIQUE DE CRÉDIT... 3 3.00 ÉVALUATION DU RISQUE... 3 3.01 Demande d ouverture de crédit...

Plus en détail

À L INTENTION DE VOTRE FAMILLE

À L INTENTION DE VOTRE FAMILLE À L INTENTION DE VOTRE FAMILLE Votre conjoint ou vos proches auront de nombreuses décisions à prendre au moment de votre décès. Nous espérons que la présente brochure leur facilitera la tâche lorsque

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES DU TRAVAIL. Votre employeur a fait faillite?

COMMISSION DES NORMES DU TRAVAIL. Votre employeur a fait faillite? COMMISSION DES NORMES DU TRAVAIL Votre employeur a fait faillite? Quand une entreprise pour laquelle vous travaillez fait faillite, vous devez entreprendre trois démarches en même temps afin de tenter

Plus en détail

Imposition des participations et des avances sur police d assurance vie

Imposition des participations et des avances sur police d assurance vie Imposition des participations et des avances sur police d assurance vie Introduction Le titulaire d un contrat d assurance vie (aussi appelé «police») doit ajouter à son revenu les gains réalisés par suite

Plus en détail

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ)

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ APPLICABLES POUR LA PÉRIODE DU 1ER AVRIL 2015 AU 30 SEPTEMBRE 2015 Avril 2015 FONDS D AIDE À L EMPLOI

Plus en détail

Problèmes pratiques insolvabilité des consommateurs

Problèmes pratiques insolvabilité des consommateurs Problèmes pratiques insolvabilité des consommateurs Par : Nathalie Brault et Virginie Comtois 25 mai 2015 Sujets abordés Le décès d un débiteur Annulation de proposition de consommateur Remises volontaires

Plus en détail

LISTE DES RECOMMANDATIONS

LISTE DES RECOMMANDATIONS LISTE DES RECOMMANDATIONS Recommandation 1 Le Comité recommande la présentation en 2005 d un projet de loi qui créerait une nouvelle entité de l État appelée la Commission de l assurance-emploi. Cette

Plus en détail

Mabe Canada Inc. Pension Plan No. 1

Mabe Canada Inc. Pension Plan No. 1 Régime de retraite Mabe Canada Inc. Pension Plan No. 1 Assemblée annuelle Le 25 septembre 2014 Régie des rentes du Québec Administrateur provisoire 1 Plan de la présentation Situation du régime Administration

Plus en détail

(OSAss 1 ) I. Assurance contre les dommages. du 10 mai 1910 (Etat le 1 er janvier 1997)

(OSAss 1 ) I. Assurance contre les dommages. du 10 mai 1910 (Etat le 1 er janvier 1997) Ordonnance concernant la saisie, le séquestre et la réalisation des droits découlant d assurances d après la loi fédérale du 2 avril 1908 sur le contrat d assurance (OSAss 1 ) du 10 mai 1910 (Etat le 1

Plus en détail

EN CONSÉQUENCE, Le préambule fait partie intégrante de la présente politique. CRÉDIT COMPENSATOIRE

EN CONSÉQUENCE, Le préambule fait partie intégrante de la présente politique. CRÉDIT COMPENSATOIRE POLITIQUE ÉTABLISSANT LES CRITÈRES DU CRÉDIT COMPENSATOIRE AUX PROPRIÉTAIRES D IMMEUBLES SITUÉS DANS LE PARC INDUSTRIEL RÉGIONAL ET ACQUIS DE LA MRC DE MASKINONGÉ QUI AGIT À TITRE DE RÉGIE EN VERTU DE

Plus en détail

Modifications touchant le compte d épargne libre d impôt Notes explicatives LIR 12(1)z.5) Selon le nouvel alinéa 12(1)z.5) de la Loi de l impôt sur

Modifications touchant le compte d épargne libre d impôt Notes explicatives LIR 12(1)z.5) Selon le nouvel alinéa 12(1)z.5) de la Loi de l impôt sur Modifications touchant le compte d épargne libre d impôt Notes explicatives 12(1)z.5) Selon le nouvel alinéa 12(1)z.5) de la Loi de l impôt sur le revenu (la Loi), les sommes découlant de l application

Plus en détail

Liste de vérification de la politique de gestion du risque de liquidité Onglet 5 2010

Liste de vérification de la politique de gestion du risque de liquidité Onglet 5 2010 Liste de vérification Partie A Exigences législatives en matière de politique sur les liquidités La caisse a t elle établi une politique relative à ses liquidités? Par. 85(1) de la Loi. La politique sur

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur l assurance médicaments et d autres dispositions législatives

Loi modifiant la Loi sur l assurance médicaments et d autres dispositions législatives PREMIÈRE SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 130 Loi modifiant la Loi sur l assurance médicaments et d autres dispositions législatives Présentation Présenté par M. Philippe Couillard

Plus en détail

Guide d instruction - Version provisoire

Guide d instruction - Version provisoire Guide d instruction - Version provisoire Objet : Ligne directrice sur la divulgation des renseignements des régimes de retraite à cotisations déterminées Date : Septembre 2009 Introduction La présente

Plus en détail

Loi fédérale sur l organisation de La Poste Suisse

Loi fédérale sur l organisation de La Poste Suisse Loi fédérale sur l organisation de La Poste Suisse (Loi sur l organisation de la Poste, LOP) 783.1 du 17 décembre 2010 (Etat le 1 er octobre 2012) L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu l

Plus en détail

PROGRAMME D APPLICATION DE LA GARANTIE DE REMBOURSEMENT D ENGAGEMENTS FINANCIERS

PROGRAMME D APPLICATION DE LA GARANTIE DE REMBOURSEMENT D ENGAGEMENTS FINANCIERS PROGRAMME D APPLICATION DE LA GARANTIE DE REMBOURSEMENT D ENGAGEMENTS FINANCIERS NOTE AU LECTEUR Le Programme d application de la garantie de est entré en vigueur le 7 septembre 2012 (2012, G.O. 1, 1111).

Plus en détail

Par M e Marc-André Laroche, CRIA

Par M e Marc-André Laroche, CRIA CONTRAT DE TRAVAIL OU CONTRAT DE SERVICE? COMMENT DÉTERMINER LA VÉRITABLE NATURE D UNE RELATION CONTRACTUELLE ET SES CONSÉQUENCES Par M e Marc-André Laroche, CRIA lecorre.com Le 29 novembre 2013 PLAN DE

Plus en détail

RAPPORT DU SYNDIC AUX CRÉANCIERS SUR L ADMINISTRATION PRÉLIMINAIRE

RAPPORT DU SYNDIC AUX CRÉANCIERS SUR L ADMINISTRATION PRÉLIMINAIRE Samson Bélair/Deloitte & Touche Inc. 1, Place Ville Marie Bureau 3000 Montréal QC H3B 4T9 Canada Tél. : 514-393-7115 Téléc. : 514-390-4103 www.deloitte.ca CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE QUÉBEC DIVISION

Plus en détail

Ordonnance sur les formulaires et registres à employer en matière de poursuite pour dettes et de faillite et sur la comptabilité

Ordonnance sur les formulaires et registres à employer en matière de poursuite pour dettes et de faillite et sur la comptabilité Ordonnance sur les formulaires et registres à employer en matière de poursuite pour dettes et de faillite et sur la comptabilité (Oform) 281.31 du 5 juin 1996 (Etat le 1 er janvier 1997) Le Tribunal fédéral

Plus en détail

Projet de loi n o 103 (2005, chapitre 17) Loi modifiant la Loi sur la justice administrative et d autres dispositions législatives

Projet de loi n o 103 (2005, chapitre 17) Loi modifiant la Loi sur la justice administrative et d autres dispositions législatives PREMIÈRE SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 103 (2005, chapitre 17) Loi modifiant la Loi sur la justice administrative et d autres dispositions législatives Présenté le 26 avril 2005

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT RELATIF À LA DIVERSIFICATION DES MARCHÉS DES ENTREPRISES MANUFACTURIÈRES QUÉBÉCOISES INVESTISSEMENT QUÉBEC

CRÉDIT D IMPÔT RELATIF À LA DIVERSIFICATION DES MARCHÉS DES ENTREPRISES MANUFACTURIÈRES QUÉBÉCOISES INVESTISSEMENT QUÉBEC CRÉDIT D IMPÔT RELATIF À LA DIVERSIFICATION DES MARCHÉS DES ENTREPRISES MANUFACTURIÈRES QUÉBÉCOISES INVESTISSEMENT QUÉBEC Direction des mesures fiscales TABLE DES MATIÈRES Nature de l aide fiscale... 3

Plus en détail

Cessation d emploi et protection d assurance collective

Cessation d emploi et protection d assurance collective SOINS MÉDICAUX ET SOINS DENTAIRES / INVALIDITÉ, VIE ET MMA 14-11 Cessation d emploi et protection d assurance collective Le présent bulletin est une mise à jour du numéro 07-02 de l Info- Collective. Parmi

Plus en détail

PAIE PORTÉE. La présente politique s applique à l ensemble du personnel de l Université. DÉFINITIONS

PAIE PORTÉE. La présente politique s applique à l ensemble du personnel de l Université. DÉFINITIONS Date d entrée en vigueur: 22 avril 2002 Remplace/amende: s/o Origine: Service des ressources humaines Numéro de référence: HR-37 PORTÉE La présente politique s applique à l ensemble du personnel de l Université.

Plus en détail

L insolvabilité et les régimes de retraite sous la surveillance de la Régie des rentes du Québec

L insolvabilité et les régimes de retraite sous la surveillance de la Régie des rentes du Québec L insolvabilité et les régimes de retraite sous la surveillance de la Régie des rentes du Québec Me Louis Robillard, avocat Direction des affaires juridiques Régie des rentes du Québec Régie des rentes

Plus en détail

Norme canadienne 23-101 Règles de négociation

Norme canadienne 23-101 Règles de négociation Norme canadienne 23-101 Règles de négociation PARTIE 1 DÉFINITION ET INTERPRÉTATION 1.1 Définition 1.2 Interprétation PARTIE 2 LE CHAMP D APPLICATION DE LA RÈGLE 2.1 Le champ d application de la règle

Plus en détail

Décret 686-2008, 25 juin 2008

Décret 686-2008, 25 juin 2008 3988 GAZETTE OFFICIELLE DU QUÉBEC, 9 juillet 2008, 140 e année, n o 28 Partie 2 Cet avis doit préciser en termes généraux les effets de la continuation ou de la formation, notamment quant à la responsabilité

Plus en détail

PROGRAMME INCITATIF POUR LES FIRMES DE NÉGOCIATION POUR COMPTE PROPRE DU QUÉBEC. Termes et conditions et formulaires d inscription

PROGRAMME INCITATIF POUR LES FIRMES DE NÉGOCIATION POUR COMPTE PROPRE DU QUÉBEC. Termes et conditions et formulaires d inscription PROGRAMME INCITATIF POUR LES FIRMES DE NÉGOCIATION POUR COMPTE PROPRE DU QUÉBEC Termes et conditions et formulaires d inscription 1. APERÇU Le programme incitatif pour les firmes de négociation pour compte

Plus en détail

MISE À JOUR DES Pré PROJECTIONS ÉCONOMIQUES ET BUDGÉTAIRES FÉDÉRAL

MISE À JOUR DES Pré PROJECTIONS ÉCONOMIQUES ET BUDGÉTAIRES FÉDÉRAL MISE À JOUR DES Pré PROJECTIONS ÉCONOMIQUES ET BUDGÉTAIRES FÉDÉRAL Le 12 novembre 2014 Préparé par : TABLE DES MATIÈRES Introduction Mesures visant l impôt sur le revenu des particuliers Mesures visant

Plus en détail

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS Dernière modification en vigueur le 1 er mars 2014 Ce document a valeur officielle chapitre V-1.1, r. 7.1 RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS A.M.

Plus en détail

RÈGLES DÉONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX MEMBRES DU PERSONNEL DES DÉPUTÉS ET DES CABINETS DE L ASSEMBLÉE NATIONALE

RÈGLES DÉONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX MEMBRES DU PERSONNEL DES DÉPUTÉS ET DES CABINETS DE L ASSEMBLÉE NATIONALE RÈGLES DÉONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX MEMBRES DU PERSONNEL DES DÉPUTÉS ET DES CABINETS DE L ASSEMBLÉE NATIONALE Loi sur l Assemblée nationale (chapitre A-23.1, a. 124.3) CHAPITRE I APPLICATION 1. Les présentes

Plus en détail

CORPORATIONS ASSOCIÉES

CORPORATIONS ASSOCIÉES BULLETIN N o HE 003 Publié en avril 2001 Révisé en janvier 2008 LOI SUR L IMPÔT DESTINÉ AUX SERVICES DE SANTÉ ET À L ENSEIGNEMENT POSTSECONDAIRE CORPORATIONS ASSOCIÉES Le but de ce bulletin est d aider

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION GROUPE STINGRAY DIGITAL INC.

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION GROUPE STINGRAY DIGITAL INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION GROUPE STINGRAY DIGITAL INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE GROUPE STINGRAY DIGITAL INC. GÉNÉRALITÉS 1. OBJET ET RESPONSABILITÉ DU CONSEIL En approuvant le présent

Plus en détail

INDEX ANALYTIQUE FIQ/2013-1 7-1

INDEX ANALYTIQUE FIQ/2013-1 7-1 INDEX ANALYTIQUE (Note: les références renvoient aux articles de la Loi sur la faillite et l insolvabilité, Les références précédées de la lettre «R» renvoient aux Règles générales sur la faillite et l

Plus en détail

Maître de cérémonie. Avocat (20 minutes)

Maître de cérémonie. Avocat (20 minutes) PROPOSITIONS CONCERNANT LE CONTENU DES INTERVENTIONS DANS LE CADRE DU PROJET «PETITES CRÉANCES» Maître de cérémonie Introduction : o Présentation des participants; Notre avocate et «Maître de cérémonie»,

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT RELATIF À L INTÉGRATION DES TI DANS LES PME DES SECTEURS MANUFACTURIER ET PRIMAIRE INVESTISSEMENT QUÉBEC

CRÉDIT D IMPÔT RELATIF À L INTÉGRATION DES TI DANS LES PME DES SECTEURS MANUFACTURIER ET PRIMAIRE INVESTISSEMENT QUÉBEC CRÉDIT D IMPÔT RELATIF À L INTÉGRATION DES TI DANS LES PME DES SECTEURS MANUFACTURIER ET PRIMAIRE INVESTISSEMENT QUÉBEC Direction des mesures fiscales Table des matières Société admissible... 3 Société

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION 1. Définition des termes Dans la présente charte, les termes suivants ont le sens que voici : «Charte» s entend de la charte du Comité, tel

Plus en détail

Bulletin d information no 2

Bulletin d information no 2 Société de compensation en assurance médicaments du Québec Bulletin d information no 2 Le 13 décembre 2004 À l attention des assureurs et des administrateurs de régimes d avantages sociaux Le système de

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Décision d appel

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Décision d appel [TRADUCTION] Citation : Commission de l assurance-emploi du Canada c. R. B., 2014 TSSDA 226 Appel No : 2012-1851 ENTRE : Commission de l assurance-emploi du Canada Appelante et R. B. Intimé DÉCISION DU

Plus en détail

Régime de garanties collectives obligatoires. Remboursement des frais de santé au personnel salarié.

Régime de garanties collectives obligatoires. Remboursement des frais de santé au personnel salarié. Direction des Ressources Humaines Direction de l'economie RH et des Ressources Destinataires Tous services Contact GASPAR Emilia Tél : Fax : E-mail : Date de validité A partir du 1 er ' janvier 2009 Régime

Plus en détail

BUREAU BELGE DES ASSUREURS AUTOMOBILES

BUREAU BELGE DES ASSUREURS AUTOMOBILES AGREMENT DES CORRESPONDANTS REGLEMENT Préambule Conformément à l article 4 du Règlement Général 1 du Conseil des Bureaux qui a pour objet de régir les relations entre les Bureaux nationaux d assurance

Plus en détail

Projet de loi n o 58. Loi regroupant la Commission administrative des régimes de retraite et d assurances et la Régie des rentes du Québec

Projet de loi n o 58. Loi regroupant la Commission administrative des régimes de retraite et d assurances et la Régie des rentes du Québec PREMIÈrE SESSION QUARANTE ET UNièmE LéGISLATURE Projet de loi n o 58 Loi regroupant la Commission administrative des régimes de retraite et d assurances et la Régie des rentes du Québec Présentation Présenté

Plus en détail

CONVENTION CADRE DE LA COMMERCIALISATION DES SERVICES D ASSURANCE PAR LE RESEAU POSTAL CONDITIONS GENERALES

CONVENTION CADRE DE LA COMMERCIALISATION DES SERVICES D ASSURANCE PAR LE RESEAU POSTAL CONDITIONS GENERALES CONVENTION CADRE DE LA COMMERCIALISATION DES SERVICES D ASSURANCE PAR LE RESEAU POSTAL CONDITIONS GENERALES En vertu de la présente convention, conclue entre l Office National des Postes, établissement

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

Germain Dulac Ph.D. N 2. Les pensions alimentaires payées par les pères au Québec

Germain Dulac Ph.D. N 2. Les pensions alimentaires payées par les pères au Québec Ph.D. N 2 Les pensions alimentaires payées par les pères au Québec Montréal, 1er mai 2008 Les pensions alimentaires payées par les pères au Québec Page 2 Table des matières LA LOI ET LA PERCEPTION DES

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et la Loi sur le recouvrement de certaines créances

Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et la Loi sur le recouvrement de certaines créances DEUXIÈME SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 48 Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et la Loi sur le recouvrement de certaines créances Présentation Présenté par M.

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION La présente Charte établit le rôle du Conseil d administration (le «Conseil») d Innergex énergie renouvelable inc. (la «Société») et est assujettie aux dispositions des

Plus en détail

SPÉCIMEN MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Bon à savoir. À jour au 1 er mars 2015

SPÉCIMEN MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Bon à savoir. À jour au 1 er mars 2015 MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Récapitulatif des formalités à respecter Rédiger le document formalisant la Décision Unilatérale. Pour vous aider

Plus en détail

Convention ou accord collectif

Convention ou accord collectif ENGAGEMENT INTERNE A L ENTREPRISE DIFFERENTES METHODES DE MISE EN PLACE UN CONTRAT L article L.911-1 du Code de la sécurité sociale précise que les garanties collectives relevant de la protection sociale

Plus en détail

PROGRAMME D AIDE FINANCIÈRE ET DE CRÉDIT DE TAXES AUX ENTREPRISES.

PROGRAMME D AIDE FINANCIÈRE ET DE CRÉDIT DE TAXES AUX ENTREPRISES. VILLE DE DOLBEAU-MISTASSINI RÈGLEMENT NUMÉRO 1325-07 (Modifié par 1364-08) PROGRAMME D AIDE FINANCIÈRE ET DE CRÉDIT DE TAXES AUX ENTREPRISES. PRÉAMBULE : ATTENDU que le conseil municipal de la ville de

Plus en détail

ENTENTE ASSURANCE COLLECTIVE

ENTENTE ASSURANCE COLLECTIVE ENTENTE ASSURANCE COLLECTIVE www.fc-csn.ca BV5087F (2014-09) La force du nombre Depuis 1988, la Fédération du commerce (CSN) et son partenaire, SSQ Groupe financier, allient leurs forces et leur expertise

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi [TRADUCTION] Citation : A. E. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 73 Appel n o : GE-14-944 ENTRE : A. E. Appelant Prestataire et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée

Plus en détail