Comment les TIC servent et transforment l organisation : l exemple de la MAIF

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Comment les TIC servent et transforment l organisation : l exemple de la MAIF"

Transcription

1 Comment les TIC servent et transforment l organisation : l exemple de la MAIF Créée en 1934 par des instituteurs, la MAIF est rapidement devenue la mutuelle d assurance de référence du monde enseignant. Au fil du temps, son sociétariat s est diversifié et le groupe MAIF compte actuellement plus de 2,9 millions de sociétaires et adhérents. 1 La MAIF se démarque de ses concurrents dans le monde de l assurance par une organisation humaine originale. En effet, des «militants» (administrateurs, correspondants départementaux et délégués) travaillent aux côtés des «salariés» (professionnels de l'assurance, de l informatique, de la comptabilité, de la logistique, etc.). Par ailleurs, le Conseil d administration de la MAIF est composé de 24 membres dont 21 sont élus par les sociétaires et les 3 autres par le personnel. Les sociétaires sont donc au cœur de la vie démocratique de la mutuelle. Ils maîtrisent les choix d orientation de la MAIF et contrôlent la mise en œuvre de leurs décisions par l intermédiaire de leurs élus. Tout en conservant cette originalité, la MAIF a vu évoluer la pratique du métier d assureur avec l usage généralisé des Technologies de l'information et de la Communication (TIC). Comme dans d autres organisations, les évolutions actuelles sont en partie la poursuite d évolutions organisationnelles déjà largement engagées. Cependant, on assiste aujourd hui également à une véritable rupture organisationnelle liée aux technologies de coordination. À la MAIF en particulier, ce sont les relations mêmes avec les sociétaires qui ont changé avec la généralisation de l usage des TIC. En effet, que ce soit au niveau de l assurance des biens et des personnes ou à celui de l assistance, les techniques de communication ont permis à l organisation de s affranchir de l espace. Dans un objectif de réactivité, de meilleure qualité de service et de meilleure coordination, la MAIF cherche actuellement à accompagner les changements organisationnels liés aux TIC pour continuer à exercer son métier tout en respectant les valeurs qui lui sont chères. Pour illustrer les démarches mises en œuvre à la MAIF afin d'intégrer les TIC à l'organisation tout en servant ses objectifs, nous nous intéressons ici à deux outils dont les usages ont été récemment modifiés : l'échange de données informatisées et l'expertise à distance (EAD), puis la mise en place d'une coordination entre les appels téléphoniques et le traitement des dossiers sociétaires. De l'échange de données informatisées (EDI) à l expertise à distance (EAD) pour le traitement des sinistres automobiles : la suite d une évolution déjà largement engagée Description de l outil Depuis plus de 10 ans, la MAIF utilise les services de l entreprise D Arva 2 pour le traitement des dossiers de sinistre. D'Arva traite les messages échangés entre la MAIF, les réparateurs et les experts, par échange de données informatisées (EDI). L'expertise à distance (EAD) a été mise en place il y a trois ans environ, dans un souci d'optimisation du processus de réparation (lors de sinistres automobiles) par EDI. 1 L historique de la MAIF est consultable sur le site de la mutuelle. 2 L histoire de l entreprise D Arva est intéressante pour illustrer le phénomène d interdépendance des systèmes d information. En effet, elle a été créée, en 1988, par plusieurs sociétés d assurance (dont la MAIF, et MACIF, MAAF, MATMUT), dans le but de développer l'échange de données informatisées pour le compte de ces sociétés avec leurs partenaires extérieurs. Aujourd hui, d autres compagnies moins mutualistes sont venues les rejoindre (Alliance, Groupe Azur, PFA, Le Continent, Les Mutuelles du Mans). D Arva représente actuellement 60% des échanges sinistres automobiles et offre une large gamme de services en ligne. Voir aussi: D Arva et l indice GEMA : Educnet 1

2 Pour décrire la façon dont se déroule un échange sur un dossier de sinistre, il est utile de présenter les acteurs qui interviennent dans le processus. Prenons l exemple d un accrochage en voiture. Le sociétaire victime du sinistre dépose son véhicule pour réparation chez un garagiste (agréé) où un technicien le prend en charge. Le garage est missionné par la MAIF (donneur d ordre) ; il constate le sinistre et effectue des clichés grâce à un appareil-photo numérique (un cliché pour les renseignements administratifs du véhicule, les autres pour le dommage déclaré). Le dossier sinistre est donc constitué chez le garagiste; il comporte des photos et un chiffrage du montant des réparations à réaliser. Le dossier est ensuite transmis via D Arva à un expert (ou unité d expertise). Le cabinet d expertise étudie le dossier numérique (photos et éléments d identification) et valide le chiffrage. Dans la grande majorité des cas, il retourne le dossier au réparateur dans la demi-journée du lendemain après réception des photos. Cependant, si le chiffrage n est pas validé ou si la nature des dommages ne permet pas l expertise à distance (très faibles rayures ou dommages de structure par exemple), l'expert doit se déplacer. D un point de vue fonctionnel, les flux échangés peuvent être représentés de la façon suivante : Ordre de mission garage sociétaire Signale le sinistre Gestion des sinistres «VE» 3 à la MAIF Compte-rendu Accord Photos + chiffrage Validation chiffrage Rapport d'expertise Unité d'expertise Modèle de contexte du domaine «Gestion des sinistres Véhicules endommagés» 3 Les flux d'information liés à l'utilisation de la technique de l'ead sont ceux échangés entre le garage et l'expert. Ils ont été ici notés en pointillés car ils représentent des flux échangés entre deux acteurs externes et ne sont pas en relation directe avec le domaine d étude. Il est cependant intéressant de les faire apparaître sur ce schéma pour illustrer le fait que la technique de l EAD ne modifie pas la nature des flux échangés entre la MAIF et ses partenaires. En effet, avant l'utilisation de l'ead, il y avait un chiffrage des réparations à effectuer par le garagiste (si les réparations n'excédaient pas un certain seuil) ou une demande d'expertise pour le chiffrage. L EAD ne change donc pas les flux d information du point de vue du donneur d'ordre pour gérer les sinistres. Le recours à l'ead a pourtant des effets conséquents à la MAIF : L expertise à distance permet d accélérer le processus en optimisant les traitements opérés lors des échanges entre le garage et l expert. Par ailleurs, il y a systématiquement une expertise (à distance ou pas) alors qu'avant, l'expertise n'avait lieu que pour les réparations dépassant un certain montant. 3 Il existe plusieurs types de cas de prise en charge d un véhicule par un expert, définis par la loi (Code de la route) : - VE : véhicules endommagés (articles L à 327-6) ; - VGA : véhicules gravement accidentés (articles R à R 327-5) ; - VEI : véhicules économiquement irréparables (articles R327-6 et 327-9). Educnet 2

3 Enfin, le nombre de dossiers «à problème» pour lesquels la MAIF doit s intéresser de près au rapport d expertise est limité (la majorité des petits sinistres étant réglés par EAD entre le garage et l'expert). Bien qu'indirects, les avantages du système pour le donneur d'ordre sont donc nombreux. Ils s'expriment en termes de rapidité et d'exhaustivité de traitement. Ceci permet de comprendre pourquoi la MAIF est une des premières mutuelles à avoir instrumentalisé l EAD via D Arva. D un point de vue technique, l échange des données de sinistre entre la MAIF, le réparateur et l expert se fait via D Arva. Le schéma ci-dessous représente les principales opérations réalisées pour l EDI : Soumission Contrôle Télétransmission Retransmission Réception Importation Acteur A (ex : expert) Serveur D Arva Acteur B (ex : MAIF) Le cabinet d expertise par exemple saisit le rapport d expertise. Son système informatique est équipé d un logiciel de gestion adapté aux services EDI. Il s agit de la soumission des messages émis au logiciel EDITEL de D Arva, via un fichier intermédiaire «EXPORT». Le logiciel de gestion du cabinet d expertise utilise des procédures de soumission à EDITEL. Le logiciel EDITEL de D Arva contrôle les messages (contrôle des formats, des données et des codes). Remarque : la plupart des «rejets» sont liés à des dysfonctionnements des logiciels de gestion utilisés par l entreprise ce qui a conduit la société D Arva à proposer la certification des logiciels de gestion. Les messages contrôlés sont transmis au serveur D Arva, qui les archive. Remarque : l émetteur du message reste tout de même le propriétaire des données soumises. Le serveur se charge, si besoin, de la traduction du message émis en fonction du protocole de télétransmission exigé par le destinataire. Avant la retransmission, les messages réémis sont archivés. Remarque : le destinataire devient propriétaire des messages qui lui sont destinés. D Arva transmet le message vers le destinataire. C est le logiciel EDITEL de D Arva qui réceptionne les messages transmis et les enregistre dans un fichier «IMPORT». Le fichier «IMPORT» est pris en compte par le logiciel de gestion du destinataire. Le rapport d expertise est consultable à la MAIF Remarque : Les opérations 3 à 7 sont sous la responsabilité de D Arva. Educnet 3

4 Les facteurs à l origine du passage à l'ead La MAIF utilise l expertise à distance (EAD) depuis maintenant plus de trois ans. Dès le départ, elle a mesuré les enjeux de cette solution et a eu une démarche volontaire dans sa mise en application (d autres assureurs étaient plus réticents). Les facteurs à l origine de ce choix sont de plusieurs types : Des facteurs endogènes et voulus : Le recours à l'ead pour renforcer l efficience des ressources : Ainsi que cela a été décrit dans la première partie, l EAD a permis à la MAIF d automatiser la majorité des traitements relatifs au traitement des sinistres VE - véhicules endommagés (jusqu au paiement des garagistes). Les gains de productivité réalisés ont permis de reporter des ressources sur des tâches plus lourdes comme le traitement des dossiers en anomalie ou plus stratégiques comme le soutien et le conseil aux sociétaires. Le recours à l'ead pour asseoir sa stratégie : Si les avantages de l EAD pour le sociétaire sont évidents (gain de temps, pas d immobilisation systématique du véhicule sinistré), ils existent aussi pour la MAIF, donneur d ordre : - amélioration du service au sociétaire (réduction des délais, rapidité des travaux ), - réduction des délais d immobilisation du véhicule, - réduction des délais des rapports d expertise. Dans une stratégie de réaffirmation de sa dimension mutualiste, la MAIF renforce le lien avec ses sociétaires en leur proposant des services de meilleure qualité, recentrés sur le conseil. Le recours à l'ead s'inscrit également dans une volonté du groupe de contrôler les déclarations de sinistre et les coûts. Globalement, il semble que la baisse des coûts d'expertise liée à la diminution de frais de déplacement compense l'augmentation due au fait que tous les véhicules sont désormais étudiés par un expert (par photo ou déplacement). Des facteurs exogènes et subis : Parmi les changements environnementaux à l origine du recours à l EAD, il est intéressant de s intéresser aux évolutions de la technologie automobile et de la sinistralité. En effet, le marché automobile en constante évolution conduit à la mise en circulation de véhicules de plus en plus complexes, qui donnent lieu à des réparations de plus en plus conséquentes. Par ailleurs, depuis une dizaine d années, suite à une forte politique de prévention et de répression routière, on constate une diminution des «gros» sinistres (identifiés VGA pour «Véhicules gravement endommagés» et VEI pour «Véhicules économiquement irréparables») au profit des «petits» (identifiés VE pour «Véhicules endommagés»). La réduction des délais de traitement de ce type de sinistre était un réel enjeu pour la MAIF. Le recours à l expertise à distance s est donc imposé comme une évolution nécessaire de l'outil basé sur l'edi. Aujourd hui le recours à l'expertise à distance se généralise chaque jour un peu plus parmi les professionnels de la gestion des sinistres sur véhicules automobiles. Educnet 4

5 Les moyens de cette évolution Si la MAIF avait pressenti les enjeux et les avantages de l EAD pour l optimisation du processus de gestion de sinistre, la phase de mise en œuvre ne s est pas faite sans quelques réticences, notamment de la part des partenaires. La communication en mode EDI repose en effet sur plusieurs conditions, et notamment l'existence d'un langage commun (norme commune) et de réseaux. C'est cependant D'Arva qui a eu (et a encore) en charge la mission de normalisation et de certification EAD pour assurer l'interopérabilité des solutions présentes sur le marché. Du côté des cabinets d expertise et des garages, il y a eu une adaptation des procédures et des outils. Ils doivent en effet disposer, pour la mise en œuvre de l expertise à distance, d outils de gestion particuliers : logiciels d exploitation intégrant la gestion de photographies, logiciel de communication D Arva, appareils photos numériques. Du point de vue de la MAIF, le passage à l EAD a consisté en un travail d'accompagnement et de communication pour assurer la continuité des relations avec les partenaires puisqu ils travaillaient déjà avec D Arva avant l EAD. Il a fallu en particulier expliciter, en étroite collaboration avec D'Arva, la phase de normalisation. Du côté des réparateurs Les réparateurs «agréés MAIF» sont des garages avec lesquels la MAIF signe des conventions. La transition au système EAD s est donc progressivement imposée à eux, mais les avantages de leur point de vue sont vite apparus : - réduction des délais d'immobilisation du véhicule sinistré, - possibilité de gérer les rendez-vous sans tenir compte des jours de passage de l expert en automobile, - accélération du traitement de l'expertise, - satisfaction des clients. L EAD permet aux réparateurs de s adapter aux évolutions du marché (leur chiffre d affaires étant aujourd hui constitué à plus de 90 % de petites et moyennes réparations). Ils s'orientent actuellement vers des processus plus automatisés, aussi bien pour la partie administrative (réception, planification, informatique, ), que pour la partie atelier afin de suivre l'évolution de la sinistralité et des services clients. Du côté des experts Les experts avec lesquels la MAIF travaillent sont des cabinets libéraux. Des conventions tarifaires sont signées avec eux. Ce sont eux qui ont montré le plus de réticences au passage à l'expertise à distance. En effet, quand un expert signe un rapport d'expertise, il engage sa responsabilité. Travailler sur photos change la façon de travailler et se pose la question de la faisabilité de l'exercice d'expertise et de la définition du rôle de l' «expert EAD». Il a fallu définir clairement ce rôle ainsi que la capacité d'action de l'expert lors de l'utilisation de l'ead. À n'importe quel moment, dès qu'il a un doute, l'expert peut être amené à se déplacer. Il reste le seul habilité à décider s'il doit ou non se déplacer. Finalement, à la MAIF, le passage à l'ead semble s'être inscrit, sans rupture, dans la continuité logique d'une évolution débutée il y a plus de 10 ans avec la mise en place de l'edi et la création de D'Arva. Le processus de suivi des sinistres entre les différents acteurs avait déjà été réorganisé à ce moment là. Le passage à l'ead marque un pas de plus dans l'homogénéisation des pratiques au sein du réseau MAIF. La difficulté a surtout été de faire changer les façons de travailler avec les partenaires en évitant de mécaniser d'anciennes pratiques : l'expertise à distance ne remplace pas l'expertise, elle permet de traiter des cas nombreux et adaptés à l'outil dans une optique de rationalisation. Educnet 5

6 Le suivi sociétaire grâce à la coordination des appels et des dossiers informatisés : la rupture organisationnelle Description de l'outil La MAIF est une grande entreprise organisée en 145 délégations départementales et en 12 centres de gestion (le siège social est situé à Niort). 7 centres d accueil téléphonique - CSAT - répartis sur l ensemble du territoire national permettent d organiser l assistance téléphonique. En outre, les délégations sont interconnectées. L'utilisation du téléphone est au cœur de la relation avec les sociétaires. Le téléphone est en effet un moyen d'accès à l'information rapide et personnalisé. Ces critères sont décisifs lorsqu'il s'agit d'assurance et d'assistance. Pour illustrer l'importance de ce moyen de communication, on peut s'intéresser à la part des appels téléphoniques dans les flux entrants. À titre d'exemple, voici les chiffres concernant une délégation en région parisienne : Nature des flux entrants Part des flux entrants en novembre 2007 Appels téléphoniques traités 47% Visites 12% D'Arva 23% Traitements 18% L'utilisation des centres d'appels (CSAT) et la mise en interconnexion des délégations a permis à la MAIF de gérer des flux téléphoniques de plus en plus nombreux tout en optimisant les ressources. Lorsqu'un sociétaire téléphone à sa délégation, son appel peut effectivement aboutir à la délégation mais il a une chance sur trois d être redirigé vers un centre d appels. Son dossier est également traité dans les deux cas. Comment cela est-il réalisé? D'un point de vue technique Les CSAT et les délégations sont équipés d'un autocommutateur privé (PABX - Private Automatic Branch exchange) et d'un serveur Genesys pour la TAO (Téléphonie Assistée par Ordinateur). La gestion des appels se fait entre autres grâce à un logiciel de gestion des appels (ACD : Automatic Call Distribution). Pour chaque numéro (par exemple, celui d'une délégation) ont été définies des règles de distribution. Lorsqu'un sociétaire téléphone à ce numéro, son appel est pris en compte en fonction des disponibilités des opérateurs et des règles de priorité déterminées. Il y a ainsi peu de risques que son appel soit non traité. D'un point de vue organisationnel À la distribution automatique des appels, vient s'ajouter la possibilité pour les collaborateurs d'agir sur les dossiers sociétaires, même lorsqu'ils sont éloignés géographiquement de la délégation responsable du dossier sociétaire. L'organisation des plateaux téléphoniques n'est pas récente. En revanche, depuis peu de temps (2007), tous les opérateurs, où qu'ils soient, ont la possibilité d'agir sur le dossier sociétaire dès lors qu'ils ont pris l'appel en charge. Cette récente évolution permet de coupler la téléphonie, principal canal de communication avec le sociétaire, et le système informatique de la MAIF, source de connaissance du sociétaire (couplage téléphonie-informatique). Educnet 6

7 Les raisons de ce changement La création des CSAT et la mise en interconnexion des délégations ont essentiellement été des réponses à la croissance explosive des flux téléphoniques. La modification des attributions données aux opérateurs, plus récente relève d'un projet plus vaste et entraîne de véritables bouleversements organisationnels. Des facteurs exogènes et subis L'explosion de la téléphonie mobile : assez récemment, une diminution du taux de prise d'appel a été constatée (alors que ce taux avait été amélioré il y a 5 ans). La gestion des flux téléphoniques s'est en effet vue bouleversée par l'utilisation massive des téléphones mobiles. Désormais, les sociétaires contactent la MAIF à n'importe quel moment de la journée et de l'année. À titre d'exemple : il y a une quinzaine d'années, dans les délégations, les flux téléphoniques étaient très faibles pendant les vacances. Aujourd'hui, seule une très légère diminution des flux entrants est enregistrée au tout début du mois d'août. Avec une concurrence accrue des compagnies d'assurance et des «bancassurances», les sociétaires sont demandeurs d une plus grande accessibilité de l entreprise, et leurs besoins ont évolué. Dans ce contexte, l'organisation en CSAT a permis de gagner en souplesse dans les horaires. Il est par exemple possible, désormais, de rappeler des sociétaires vers 18h30. Des facteurs endogènes et voulus Pour renforcer l efficience des ressources : Il y a 5 ou 6 ans, le taux de prise d'appel était en deçà des attentes (environ 60 %). La création des CSAT a permis de le porter à 80 %. L'interconnexion des délégations permet en outre une optimisation des ressources pour apporter une réponse au sociétaire. Ainsi, lorsqu'une délégation prévoit une réunion, tous les appels peuvent être redirigés vers une autre délégation. Outre le couplage téléphonie-informatique, les centres d'appels se caractérisent par une organisation du travail particulière. Les tendances actuelles s orientent vers une meilleure qualité de service des opérateurs des centres ainsi qu'une diversification de leur activité, par l intégration de services web (Web Call Back par exemple) et de messagerie électronique. Pour asseoir sa stratégie : Le recours au couplage téléphonie-informatique s'inscrit comme outil de réalisation d'un certain nombre d'objectifs stratégiques : «L'ambition à 10 ans» présentée en 2004 fixe comme objectif primordial la satisfaction des assurés. Extrait du rapport annuel 2006 : «D'ici à 2014, le groupe doit trouver des réponses innovantes à l évolution de leurs besoins. [...] Pour enrichir son service de base, l assurance, la MAIF investit de nouveaux territoires : le conseil, l entraide, les services à la personne et les services financiers». Développer les compétences des collaborateurs, où qu'ils soient et qui qu ils soient, pour répondre aux demandes des sociétaires semble s'inscrire dans ce projet. La «Nouvelle donne sociale» : il s'agit d'un projet initié en 2006 qui a pour objectif de faire évoluer le modèle social d'ici Donner plus de responsabilités aux collaborateurs dans le suivi sociétaire paraît s'inscrire dans cette démarche. Extrait du rapport annuel 2006 : «La Nouvelle donne sociale doit aboutir en 2008 à l émergence d un nouveau modèle, capable de préserver les équilibres économiques et de servir les objectifs stratégiques du groupe, mais cela dans le plus grand respect des intérêts des salariés. Il est impératif que les bénéfices de cette nouvelle donne soient partagés. Les sociétaires étant demandeurs d une plus grande accessibilité de l entreprise, l enjeu pour le groupe est d adapter sa politique sociale aux nouvelles exigences du marché, sans trahir pour autant son identité. C est comme cela que le Educnet 7

8 groupe pourra offrir le meilleur service possible à ses assurés, et se développer. Mais, pour relever ce défi, il a besoin de ses salariés. Ce n est qu en reconnaissant leurs qualités et leur professionnalisme, en valorisant les compétences, les talents et les résultats obtenus que la MAIF pourra s adjoindre les meilleurs collaborateurs. Les nouvelles règles du jeu doivent donc leur garantir que leur travail sera récompensé et que l on saura leur proposer de véritables perspectives d évolution et d épanouissement professionnel.» Les moyens mis en œuvre pour accompagner ce changement La création des CSAT puis la mise en interconnexion des délégations est une réponse aux récents bouleversements de la gestion des flux téléphoniques. L'optimisation de ces ressources a conduit à la mise en place d'un couplage téléphonie-informatique pour lequel le choix a été fait de donner plus de responsabilités aux collaborateurs en leur permettant d'agir sur les dossiers sociétaires. Cela conduit à une prise en charge systématique de l'appel sociétaire par un collaborateur, même décentré, sans avoir à router à nouveau son appel. Cette évolution est en fait une véritable rupture par rapport aux pratiques d'il y a 15 ans, où chacun gérait «son» dossier. Le suivi du sociétaire dépendait alors essentiellement des disponibilités de son gestionnaire. Aujourd'hui, le suivi du dossier sociétaire est continu, sans perte d'information puisqu'il est partagé. Cela constitue un gain énorme pour le sociétaire. Cette rupture organisationnelle s'est faite en deux étapes : En 2003/2004, cela a débuté par la possibilité de lire à distance les dossiers locaux des autres entités. Ainsi, le sociétaire en demande pouvait être informé, même en l'absence de son responsable. Son dossier ne pouvait cependant pas être modifié par d autres entités. Depuis 2007, n'importe quel collaborateur a la possibilité d'incrémenter un dossier sociétaire, lorsque son appel aboutit ailleurs que dans sa délégation. Actuellement, un opérateur situé dans un CSAT a la possibilité de modifier des contrats ou de renseigner des dossiers de sinistre. Entre ces deux étapes, plusieurs années ont été nécessaires pour harmoniser les pratiques. En effet, plus que technique ou informatique, ce passage a été essentiellement organisationnel. Il est vrai que les technologies d'accès et de partage des bases de données sont quelque peu en contradiction avec les logiques de séparation des fonctions et de contrôle. À la MAIF, le couplage téléphonie-informatique s'est accompagné d'un bouleversement des pratiques : accorder des droits d'opération sur les données sociétaires à un plus grand nombre de collaborateurs du groupe afin que le suivi sociétaire soit optimisé a conduit à une redistribution des rôles et des responsabilités, notamment en termes d'encadrement et de contrôle. En effet, ces pratiques reposent sur des principes plus coopératifs que hiérarchiques. Cette évolution technologique a dû être intégrée à l'organisation par un ensemble de mesures visant à accompagner les bouleversements organisationnels liés. Sous une apparente dilution des responsabilités, une réelle politique mise en œuvre par la hiérarchie a constitué en un ajustement de la présentation des dossiers sociétaires afin qu'ils soient exploitables par tous les opérateurs ainsi qu'en une harmonisation des pratiques. Cet encadrement par le centre de décision s'est avéré très structurant et a conduit à mettre en place : des tests de process sur quelques délégations, menés afin d'appréhender la faisabilité du projet ; des formations, après les tests, avec recours aux avis des opérateurs devenus «utilisateurs» lors des tests. D'après les responsables, cette étape de formation est décisive et les témoignages d'utilisateurs ont une grande valeur dans l'accompagnement du changement ; la présentation de la généralisation des pratiques s'est faite en partie par des acteurs des phases test. Corollaire de ce changement, la formation et l'harmonisation des pratiques ont conduit les équipes d'encadrement à accompagner les techniciens. La récente étape d'incrémentation des dossiers sociétaires par les techniciens a largement modifié les attributions des cadres de proximité. Il a donc fallu repenser la fonction de contrôle et mettre en œuvre une nouvelle approche pour suivre et mesurer les contributions de chacun dans le cadre d'un travail partagé. Educnet 8

9 S'il est difficile de mesurer précisément les effets réels des TIC à la MAIF, il est néanmoins possible de les identifier. L'étude des deux outils «expertise à distance» et «couplage téléphonie-informatique» a mis en évidence les effets suivants : Ces outils ont transformé qualitativement les services rendus aux sociétaires. Cela explique peut-être en partie le fait que la MAIF se soit vu décerner le premier prix du podium national de la relation client 4 (catégorie assurance) pour la quatrième année consécutive en L'intégration de ces outils à l'organisation a nécessité un accompagnement pour que leur usage ne s'éloigne pas des objectifs recherchés. Le couplage téléphonie-informatique, basé sur des technologies de coordination, a entraîné des bouleversements organisationnels de l'ordre de la redéfinition des responsabilités et des attributions. L'expertise à distance s'inscrit quant à elle plus dans une évolution que dans une révolution organisationnelle. Il semble actuellement que les moyens mis en œuvre pour intégrer ces TIC à l'organisation ont permis de répondre à la problématique de la mutuelle qui cherche à exercer son métier en respectant des valeurs qui font partie intégrante de son image et de son identité. En effet, le recours à l'expertise à distance et le couplage téléphonie-informatique ont permis un recentrage des services rendus aux sociétaire sur le conseil et l'accompagnement. Par ailleurs, en enrichissant les activités des collaborateurs, la MAIF améliore la qualité de l'environnement de travail des salariés. Des étapes restent à franchir, dans la mise en place du couplage téléphonie-informatique et certaines problématiques liées apparaissent : la mise en œuvre des moyens de suivi du travail collaboratif ; l'évaluation de tâches réalisées en coordination. Par ailleurs, il serait intéressant d'évaluer les coûts réels de ces technologies (notamment en termes de formation et d'accompagnement) afin de les comparer aux résultats attendus de leur usage. Cela semble pourtant délicat étant donnée l'imbrication de plus en plus étroite entre la technologie et l'organisation. Article rédigé avec la collaboration de M. Beaugeois (correspondant départemental MAIF) 4 Ce classement est issu d'une enquête de satisfaction menée chaque année par les instituts TNS Sofres et Bearing Point, auprès d'un échantillon de consommateurs jugeant les pratiques d'une centaine d'entreprises. Educnet 9

La Matmut, un assureur innovant et compétitif

La Matmut, un assureur innovant et compétitif La Matmut, un assureur innovant et compétitif La conception de notre métier d'assureur est d'accompagner au mieux nos assurés à chaque étape de leur vie. Cela nous conduit à rechercher en permanence des

Plus en détail

La gestion des flux d information : EDI

La gestion des flux d information : EDI La gestion des flux d information : EDI Introduction EDI (définition, composants, types et domaines d application) Les enjeux de l EDI La mise en œuvre de l EDI Conclusion Introduction Tâches Création

Plus en détail

Conférence Gestion des Sinistres Quelle industrialisation des approches adopter en sinistres de masse?

Conférence Gestion des Sinistres Quelle industrialisation des approches adopter en sinistres de masse? Conférence Gestion des Sinistres Quelle industrialisation des approches adopter en sinistres de masse? 5 avril 2012 L industrialisation de la gestion des sinistres, une nécessité pour les assureurs Un

Plus en détail

BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES

BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES 1 FINALITÉ 1 Soutien à la communication et aux relations internes et externes L assistant facilite la communication à tous les niveaux (interpersonnel,

Plus en détail

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit EXPERTISE COMPTABLE (1/3) Les cabinets de grande taille sont affectés par des évolutions similaires à celles qui touchent les cabinets de petite taille. Cette page reprend la description donnée pour les

Plus en détail

1. Processus management et stratégie. Retour

1. Processus management et stratégie. Retour Retour Les principales fonctions du Siège social sont définies suivant un ensemble de processus dont la responsabilité est assurée par le Directeur Général de l Association. La mise en œuvre des activités

Plus en détail

LOI SUR SÉCURISATION DE L EMPLOI INCIDENCES SUR LE FONCTIONNEMENT DU CHSCT

LOI SUR SÉCURISATION DE L EMPLOI INCIDENCES SUR LE FONCTIONNEMENT DU CHSCT NOTE D INFORMATION-juillet 2013 LOI SUR SÉCURISATION DE L EMPLOI INCIDENCES SUR LE FONCTIONNEMENT DU CHSCT La loi du 14 Juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi (n 2013-504) a introduit plusieurs

Plus en détail

Comment intégrer les évolutions de la gestion des sinistres dans vos processus métiers.

Comment intégrer les évolutions de la gestion des sinistres dans vos processus métiers. Comment intégrer les évolutions de la gestion des sinistres dans vos processus métiers. Comment intégrer les évolutions de la gestion des sinistres dans vos processus métiers. Sommaire Présentation de

Plus en détail

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR «Rien ne sert de bien sélectionner, il faut aussi savoir intégrer à point!» Si un recrutement réussi dépend avant toute chose d une solide procédure de sélection,

Plus en détail

Ils ont vocation, sous l autorité fonctionnelle d'un ou plusieurs médecins de prévention coordonnateurs régionaux (MPCR) à :

Ils ont vocation, sous l autorité fonctionnelle d'un ou plusieurs médecins de prévention coordonnateurs régionaux (MPCR) à : INTRODUCTION La présente doctrine d emploi a pour objet de préciser les missions et le positionnement des assistants régionaux à la médecine de prévention (ARMP). Les ARMP participent à l'amélioration

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

LE TRAVAIL COLLABORATIF

LE TRAVAIL COLLABORATIF LE TRAVAIL COLLABORATIF I. Le développement du travail collaboratif Le travail collaboratif, entendu comme situation de travail et de communication de groupe impliquant coopération et coordination, est

Plus en détail

Fiche méthodologique Qu'est-ce que l'e-business?

Fiche méthodologique Qu'est-ce que l'e-business? Fiche méthodologique Qu'est-ce que l'e-business? Plan de la fiche : 1 : Présentation de la fiche 2 : Définition de l'e-business 3 : Les moteurs de l'e-business 4 : Choix stratégique et la proposition de

Plus en détail

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché INFO # 28 Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché CONTEXTE ACTUEL DE LA DÉLÉGATION DE GESTION Une accélération sensible des mutations autour de l activité de délégation

Plus en détail

V 1 Février Mars Avril

V 1 Février Mars Avril Brevet de Technicien Supérieur Assistant de gestion PME-PMI A1.1 Recherche de clientèle et contacts Définir et mettre en place une méthode de prospection Repérer et qualifier les prospects Veiller à la

Plus en détail

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Neuf pôles d activité La majorité des assistantes ont des activités couvrant ces différents pôles, à des niveaux différents, à l exception

Plus en détail

Expertise à distance (EAD)

Expertise à distance (EAD) Expertise à distance (EAD) 1. Principe Les méthodes traditionnelles d expertise ne sont plus suffisantes pour absorber le volume des sinistres qui ne cesse d augmenter. La procédure d expertise à distance

Plus en détail

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines?

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Chapitre 1 La gestion des ressources humaines (GRH) peut être définie comme la gestion des hommes au travail dans des organisations (Martory et Crozet,

Plus en détail

3 Les premiers résultats des plans d'actions

3 Les premiers résultats des plans d'actions 3 Les premiers résultats des plans d'actions Les résultats que nous avons obtenus en ce qui concerne les plans d'action, résultent de l'analyse de 48 entreprises seulement. Revenons sur notre échantillon.

Plus en détail

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Application Services France the way we do it Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Chaque direction informatique

Plus en détail

Programme détaillé BTS ASSISTANT DE MANAGER. Objectifs de la formation DIPLÔME D ETAT

Programme détaillé BTS ASSISTANT DE MANAGER. Objectifs de la formation DIPLÔME D ETAT Programme détaillé BTS ASSISTANT DE MANAGER Objectifs de la formation Le Brevet de Technicien Supérieur d'assistant de Manager est un diplôme national de l enseignement supérieur dont le titulaire exerce

Plus en détail

COMMENT LE BPM MODERNISE LE SECTEUR PUBLIC

COMMENT LE BPM MODERNISE LE SECTEUR PUBLIC COMMENT LE BPM MODERNISE LE SECTEUR PUBLIC Découvrez comment la mise en place de Bonita BPM a permis d optimiser les processus au sein du secteur public, tant pour les agents que pour les usagers. Le grand

Plus en détail

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise?

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Les décideurs ont beaucoup à gagner de l intégration des données de gestion externes et internes, afin d assurer la disponibilité des informations

Plus en détail

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE Commission paritaire nationale de l'emploi de la Métallurgie Qualification : MQ 2007 10 89 0264 FICHE D IDENTITE DE LA QUALIFICATION VALIDEE TITRE DE LA QUALIFICATION : Coordonnateur (trice) du développement

Plus en détail

Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise)

Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise) Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise) Nos engagements et nos actions pour les générations futures Les questions liées au Développement Durable et à la RSE sont

Plus en détail

C o m m u n i q u é d e P r e s s e. A D U C T I S

C o m m u n i q u é d e P r e s s e. A D U C T I S A R T O P, j u i n 2 0 1 3 / p. 1. Annonceur : ADUCTIS. Responsable : Jean DEL GOLETO. Adresse : 1 Parc Burospace - 91571 BIEVRES Cedex. Tél. : 01 69 35 30 00. Fax : 01 69 35 30 01. web : www.aductis.com.

Plus en détail

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé Les défis du développement du gouvernement électronique Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé La révolution numérique a engendré une pression sur les gouvernements qui doivent améliorer leurs prestations

Plus en détail

1. Un partenariat innovant

1. Un partenariat innovant 1. Un partenariat innovant Foncière des Régions et AOS Studley ont en commun le succès du projet immobilier d un utilisateur, Suez environnement. Grâce au conseil expert d AOS Studley et aux savoir-faire

Plus en détail

Services Professionnels Centre de Contacts Mitel

Services Professionnels Centre de Contacts Mitel Services Professionnels Centre de Contacts Mitel Débutez un voyage vers la modernisation et l évolutivité : Elevez le niveau de votre performance commerciale Pour moderniser votre centre de contact : Passez

Plus en détail

Nouvelle Version! FIDUCIAL Vulcain 5.8

Nouvelle Version! FIDUCIAL Vulcain 5.8 Lyon, le 13 mars 2013 Nouvelle Version! FIDUCIAL Vulcain 5.8 L outil informatique doit tirer le meilleur parti des ressources humaines et matérielles, afin de répondre aux attentes des clients et aux objectifs

Plus en détail

Création de Centres de Services Partagés au sein de la branche retraite. Instance nationale de concertation du 1 er Octobre 2015

Création de Centres de Services Partagés au sein de la branche retraite. Instance nationale de concertation du 1 er Octobre 2015 Création de Centres de Services Partagés au sein de la branche retraite Instance nationale de concertation du 1 er Octobre 2015 Sommaire Origine et pertinence du projet Orientations générales Modalités

Plus en détail

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez Organisation et planification des activités du service Gestion des ressources matérielles Gestion et coordination des informations Relations professionnelles Rédaction et mise en forme de documents professionnels

Plus en détail

INTRODUCTION (Eric BERTHOUX Directeur Délégué Administratif et Financier MAIF)

INTRODUCTION (Eric BERTHOUX Directeur Délégué Administratif et Financier MAIF) JOURNEES D ETUDES IARD 20 et 21 mars 2014 «Les nouveaux défis de la tarification» INTRODUCTION (Eric BERTHOUX Directeur Délégué Administratif et Financier MAIF) Quelques réflexions sur le contexte, le

Plus en détail

EXPERTISE COMPTABLE. Libérer. Développer. de la Gestion Quotidienne, la Stratégie d Entreprise.

EXPERTISE COMPTABLE. Libérer. Développer. de la Gestion Quotidienne, la Stratégie d Entreprise. EXPERTISE EXPERTISE COMPTABLE Libérer de la Gestion Quotidienne, Développer la Stratégie d Entreprise. De l'audit au conseil et à la mise en place de missions d'expertise comptable, S&A vous apporte une

Plus en détail

ANNEXE N 3. Médiateur de la Société générale. Historique du dispositif de médiation. Description. Fonctionnement

ANNEXE N 3. Médiateur de la Société générale. Historique du dispositif de médiation. Description. Fonctionnement ANNEXE N 3 Médiateur de la Société générale Le rapport d activité de la médiation est uniquement interne, nous n avons donc pas pu en avoir connaissance Historique du dispositif de médiation C est le 15

Plus en détail

LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE. Etat des lieux et perspectives

LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE. Etat des lieux et perspectives LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE Etat des lieux et perspectives Contexte de l étude Plus de 30 000 courtiers et agents généraux en France sont au cœur des transformations en cours dans le secteur de l

Plus en détail

La prestation sur mesure Les pôles

La prestation sur mesure Les pôles biomédical La prestation sur mesure Les pôles Le pôle gestion biomédicale Pôle gestion biomédicale Achat, maintenance, matériovigilance, qualité, formation des utilisateurs Des fonctions indispensables,

Plus en détail

A vos côtés pour gérer vos risques professionnels

A vos côtés pour gérer vos risques professionnels ACCIDENTS DU TRAVAIL & MALADIES PROFESSIONNELLES A vos côtés pour gérer vos risques professionnels est le partenaire de votre entreprise en cas d accidents du travail et de maladies professionnelles Un

Plus en détail

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des composantes du métier en lien avec

Plus en détail

Une société d assurance améliore son service à la clientèle et économise sur ses coûts grâce à un nouvel outil de services d applications pour le Web

Une société d assurance améliore son service à la clientèle et économise sur ses coûts grâce à un nouvel outil de services d applications pour le Web Solution client de Microsoft Étude de cas d une solution client Une société d assurance améliore son service à la clientèle et économise sur ses coûts grâce à un nouvel outil de services d applications

Plus en détail

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO I.1. Introduction : Le caractère stratégique de la panne, préoccupe de plus en plus les responsables de la production ayant à faire face aux équipements complexes qui ne cessent de prendre de l ampleur

Plus en détail

Pré-requis. Objectifs. Préparation à la certification ITIL Foundation V3

Pré-requis. Objectifs. Préparation à la certification ITIL Foundation V3 La phase de stratégie de services Page 83 ITIL Pré-requis V3-2011 et objectifs Pré-requis La phase de stratégie de services Maîtriser le chapitre Introduction et généralités d'itil V3. Avoir appréhendé

Plus en détail

LA GESTION DE LA RELATION CLIENT

LA GESTION DE LA RELATION CLIENT Conquérir un prospect coûte beaucoup plus cher que de fidéliser un client. C est la raison pour laquelle un grand nombre d entreprises orientent leur stratégie autour des services proposés à leurs clients.

Plus en détail

Culture d entreprise

Culture d entreprise SYSTEME DE MANAGEMENT DE LA QUALITE Culture d entreprise BP 5158 101 Antananarivo - MADAGASCAR (261) 32 11 225 25 culturedentreprise@univers.mg www.univers.mg www.univers.mg SYSTEME DE MANAGEMENT DE LA

Plus en détail

Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats.

Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats. Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats. DEMATERIALISATION DES FACTURES FOURNISSEURS : PROJET ACHATS OU PROJET D

Plus en détail

CRM et GRC, la gestion de la relation client R A LLER PL US L OI

CRM et GRC, la gestion de la relation client R A LLER PL US L OI 3 R A LLER PL US L OI CRM et GRC, la gestion de la relation client Comment exploiter et déployer une solution de relation client dans votre entreprise? Les usages d une CRM Les fonctionnalités d une CRM

Plus en détail

SOMMAIRE. La dématérialisation de la production comptable : Théorie. AVANT / APRES la mise en place d une solution de dématérialisation

SOMMAIRE. La dématérialisation de la production comptable : Théorie. AVANT / APRES la mise en place d une solution de dématérialisation SOMMAIRE Préambule P. 3 La dématérialisation de la production comptable : Théorie Définition Enjeux Objectifs Investissements Processus de dématérialisation AVANT / APRES la mise en place d une solution

Plus en détail

Intégration de la flotte privée et du transport sous traité

Intégration de la flotte privée et du transport sous traité Intégration de la flotte privée et du transport sous traité Des coûts réduits et un service de meilleure qualité grâce à l'intégration dynamique et multimode de la flotte privée et du transport sous traité

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 14 octobre 2014 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Quarante-deuxième session Vienne, 25-27 novembre

Plus en détail

L entreprise DARVA. La plateforme de services des métiers de l assurance. www.darva.com RSE. Gouvernance. Mission. Les membres du Directoire

L entreprise DARVA. La plateforme de services des métiers de l assurance. www.darva.com RSE. Gouvernance. Mission. Les membres du Directoire www.darva.com L entreprise DARVA La plateforme de services des métiers de l assurance. Mission Gouvernance RSE Jean-Claude WOZNA Directeur Général - Président du Directoire La vocation première de DARVA

Plus en détail

Fiche de l'awt Qu'est-ce que l'e-business?

Fiche de l'awt Qu'est-ce que l'e-business? Fiche de l'awt Qu'est-ce que l'e-business? Que recouvre exactement la notion d'e-business? Les moteurs de l'e-business (gestion orientée client et TIC), proposition de valeur d'une stratégie e-business,

Plus en détail

Implémentation d une solution voyages et notes de frais chez Leoni

Implémentation d une solution voyages et notes de frais chez Leoni Implémentation d une solution voyages et notes de frais chez Leoni A propos de Leoni Equipementier automobile de rang 1 -parmi les plus gros et les plus internationalisés-, Leoni est une société allemande

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE

ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE I. PRESENTATION GENERALE DES ATELIERS II. SYNTHESE DE CHAQUE ATELIER (identification des idées fortes)

Plus en détail

Mutualia devient un Groupe

Mutualia devient un Groupe Mutualia devient un Groupe Dossier de presse 2013 Contact Presse Maider GAICOTCHEA Tél. 01 41 63 77 82 gaicotchea.maider@mutualia.fr Dossier de presse Naissance Dossier de du presse Groupe sponsoring Mutualia

Plus en détail

HMS-GRM. www.hms.com.tn

HMS-GRM. www.hms.com.tn HMS-GRM www.hms.com.tn 1 Optez pour une solution ergonomique d utilisation intuitive La gestion du matériel est en grande partie un exercice d'équilibre. Elle exige aux entreprises de réaliser leurs objectifs

Plus en détail

LETTRE D'INFORMATION AU CE - JUILLET & AOUT 2011 -

LETTRE D'INFORMATION AU CE - JUILLET & AOUT 2011 - LETTRE D'INFORMATION AU CE - JUILLET & AOUT 2011 - Que peut demander le CE en juillet et en août? Au mois de juillet ou août le CE peut demander à être consulté sur plusieurs points: À noter, qu'il est

Plus en détail

Information Presse. Paris, le 19 octobre 2005

Information Presse. Paris, le 19 octobre 2005 Information Presse Paris, le 19 octobre 2005 Tokheim se concentre sur la gestion des interventions afin d optimiser son Service Après-Vente au niveau européen : pour atteindre son objectif, il choisit

Plus en détail

REMISE DES MANIFESTATION D'INTERET AVANT LE 4 DECEMBRE 2012

REMISE DES MANIFESTATION D'INTERET AVANT LE 4 DECEMBRE 2012 REGION POITOU-CHARENTES GESTION DE LA FUTURE RESERVE NATURELLE REGIONALE DU BOCAGE DES ANTONINS APPEL A MANIFESTATION D'INTERET CAHIER DES CHARGES REGION POITOU-CHARENTES 15 rue de l'ancienne Comédie 86000

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

1. Eléments récapitulatifs de la demande

1. Eléments récapitulatifs de la demande Aide à la Recherche Programme Eureka - Demande de financement Page: 1/26 1. Eléments récapitulatifs de la demande Ce formulaire doit être complété en français. Veillez à sauvegarder régulièrement votre

Plus en détail

RESSOURCES HUMAINES. Yourcegid Ressources Humaines, des solutions pour les entreprises qui s investissent dans leur capital humain.

RESSOURCES HUMAINES. Yourcegid Ressources Humaines, des solutions pour les entreprises qui s investissent dans leur capital humain. Yourcegid Ressources Humaines, des solutions pour les entreprises qui s investissent dans leur capital humain. Solutions de gestion RESSOURCES HUMAINES Parce que votre entreprise est unique, parce que

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : D Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Responsable d affaires I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

Devenir agent général d assurance. Collaborateurs. Relation onseiller. Entrepreneur. Assurance. Écoute. Proximité

Devenir agent général d assurance. Collaborateurs. Relation onseiller. Entrepreneur. Assurance. Écoute. Proximité Devenir agent général d assurance Entrepreneur Indépendant Relation onseiller Écoute Clients Libre Proximité Collaborateurs Assurance Quelques chiffres... 13 000 Les agents généraux d assurance sont au

Plus en détail

AgriTic : une formation au Web 2.0 pour les agriculteurs de La Réunion

AgriTic : une formation au Web 2.0 pour les agriculteurs de La Réunion La fiche descriptive d un processus d innovation AgriTic : une formation au Web 2.0 pour les agriculteurs de La Réunion Le projet L origine et description de votre projet Les mots clés de votre action

Plus en détail

Dossier de presse L'archivage électronique

Dossier de presse L'archivage électronique Dossier de presse L'archivage électronique Préambule Le développement massif des nouvelles technologies de l information et de la communication (TIC) a introduit une dimension nouvelle dans la gestion

Plus en détail

Forum International de l Assurance

Forum International de l Assurance Forum International de l Assurance La dématérialisation des échanges en assurance santé Enjeux Retours d expériences Perspectives Antoine AIZPURU Président Cegedim Assurances 19 Avril 2013 Introduction

Plus en détail

Qui sommes-nous? 171 M 750 M CHIFFRES CLÉS. À propos de Nord Europe Assurances. Le Crédit Mutuel Nord Europe. Le Groupe Crédit Mutuel - CIC

Qui sommes-nous? 171 M 750 M CHIFFRES CLÉS. À propos de Nord Europe Assurances. Le Crédit Mutuel Nord Europe. Le Groupe Crédit Mutuel - CIC Qui sommes-nous? Nord Europe Life Luxembourg S.A. est une société d assurance vie luxembourgeoise créée en 2003, dont les produits sont disponibles sur le marché belge. CHIFFRES CLÉS au 31 décembre 2014

Plus en détail

Assurance automobile et. nouvelles technologies (TIC) Intervenant(e): Raqui Wane

Assurance automobile et. nouvelles technologies (TIC) Intervenant(e): Raqui Wane Assurance automobile et nouvelles technologies (TIC) Intervenant(e): Raqui Wane S O M M A I R E ANALYSE ENVIRONNEMENTALE: Etat des lieux Le marché africain Les apports des tic LES NOUVEAUX COMPORTEMENTS

Plus en détail

PROFITEZ-EN POUR DIGITALISER VOS PARCOURS DE PAIEMENT

PROFITEZ-EN POUR DIGITALISER VOS PARCOURS DE PAIEMENT PROFITEZ-EN POUR DIGITALISER VOS PARCOURS DE PAIEMENT DOCAPOST - SAS au capital de 69 705 520 euros 493 376 008 RCS Créteil - Siège social : 10-12 Avenue Charles de Gaulle - 94220 ChARENTON-LE-PONT - ref

Plus en détail

CONVENTION SECURITE SERENITE. Entre les Partenaires

CONVENTION SECURITE SERENITE. Entre les Partenaires CONVENTION SECURITE SERENITE Entre les Partenaires VIVAUTO SA Société Anonyme au capital de 152.000 euros Immatriculée au RCS de BOBIGNY sous le numéro 391 863 008 Dont le siège social est situé au 102

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

Organisme de recherche et d information sur la logistique et le transport LES TECHNIQUES DE SUIVI DES ARTICLES ET DES STOCKS

Organisme de recherche et d information sur la logistique et le transport LES TECHNIQUES DE SUIVI DES ARTICLES ET DES STOCKS LES TECHNIQUES DE SUIVI DES ARTICLES ET DES STOCKS La gestion et la maîtrise des flux entrants et sortants du magasin nécessite la mise en œuvre d un dispositif à trois composantes : la classification

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

Profil de l entreprise

Profil de l entreprise Profil de l entreprise Caron, Trépanier & associés inc., firme d experts comptables ayant sa place d affaires à Sherbrooke depuis plus de 25 ans, a pour mission : D offrir à sa clientèle, composée de petites

Plus en détail

Action de soutien à la mobilité

Action de soutien à la mobilité UNION EUROPÉENNE Fonds social européen Investit pour votre avenir PROGRAMME DEPARTEMENTAL D INSERTION 2012-2016 APPEL A PROJETS 2015 Action de soutien à la mobilité Date de lancement de l appel à projets

Plus en détail

ITSM - Gestion des Services informatiques

ITSM - Gestion des Services informatiques Chapitre 1 - COMPRENDRE LE MARCHÉ ITSM - Gestion des Services informatiques Copyright 2011 CXP. 1 ITSM - Gestion des Services informatiques L'étude a été réalisée par : Dalila Souiah OBJECTIF DU DOCUMENT.

Plus en détail

Le Management de l Energie Rencontre ATEE du 17/06/2014

Le Management de l Energie Rencontre ATEE du 17/06/2014 Le Management de l Energie Rencontre ATEE du 17/06/2014 SOMMAIRE > La démarche de l entreprise DARVA > Performance du Système de Management de l Environnement et de l énergie La démarche de l entreprise

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE ANNEE : 2009/2010. Filière : Informatique Appliquée

RAPPORT DE STAGE ANNEE : 2009/2010. Filière : Informatique Appliquée ANNEE : 2009/2010 RAPPORT DE STAGE Filière : Informatique Appliquée Titre : Application registre de bureau d ordre Organisme : Mutuelle Assurance de l Enseignement M.A.E Réalisée par : - kefi Ghofrane

Plus en détail

Témoignage utilisateur. Groupe HG Automobiles

Témoignage utilisateur. Groupe HG Automobiles Témoignage utilisateur Groupe HG Automobiles www.hgauto.fr Equipé du DMS Sage icar, V12Web, pilote Module financement Kevin Ginisty Directeur Groupe Novembre 2012 En bref Le Groupe HG Automobiles distribue

Plus en détail

Concilier vie privée et vie professionnelle, un enjeu pour tous les acteurs de l entreprise

Concilier vie privée et vie professionnelle, un enjeu pour tous les acteurs de l entreprise Concilier vie privée et vie professionnelle, un enjeu pour tous les acteurs de l entreprise Stabilité de la confiance des dirigeants de PME-ETI Paris, 17 octobre 2013 La Banque Palatine, banque des moyennes

Plus en détail

Communiqué de presse Lyon, le 30 septembre 2015

Communiqué de presse Lyon, le 30 septembre 2015 Communiqué de presse Lyon, le 30 septembre 2015 Malakoff Médéric analyse les déterminants de la santé et du bien-être des salariés en Rhône-Alpes et évalue leur impact sur la performance des entreprises.

Plus en détail

Partie I Le management des processus, ses caractéristiques et son importance pour l entreprise

Partie I Le management des processus, ses caractéristiques et son importance pour l entreprise Partie I Le management des processus, ses caractéristiques et son importance pour l entreprise 1 Pourquoi s intéresser au management des processus? Résumé Réaliser des prestations d excellente qualité,

Plus en détail

Appel à candidature pour une prestation de service en régie de consultant décisionnel expert sous Qlikview.

Appel à candidature pour une prestation de service en régie de consultant décisionnel expert sous Qlikview. Page 1 Appel à candidature pour une prestation de service en régie de consultant décisionnel expert en développement sous Qlikview à l Observatoire des Sciences et des Techniques (OST) 13 décembre 2013

Plus en détail

AGir dans LE JUSTE INTÉRÊT DEs ASSURÉS

AGir dans LE JUSTE INTÉRÊT DEs ASSURÉS AGir dans LE JUSTE INTÉRÊT DEs ASSURÉS prévenir, conseiller, accompagner 1 Soutien logistique Seule une démarche objective permet de crédibiliser une évaluation de biens ou de risques. À l appui de sa

Plus en détail

Implantée depuis 2 ans à Bordeaux, Inside RDT fait le point sur ses pratiques et ses ambitions.

Implantée depuis 2 ans à Bordeaux, Inside RDT fait le point sur ses pratiques et ses ambitions. Page 1 COMMUNIQUÉ DE PRESSE À l occasion du Salon de l Entreprise Aquitaine, Inside Révélateur De Talents fête ses 10 ans d innovations dans les domaines de la formation et du coaching pour les entreprises.

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Responsable grands comptes de l Université Paris-Est Marne-la-Vallée - UPEM Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation

Plus en détail

Licence professionnelle Gestion technique des interventions en énergie nucléaire

Licence professionnelle Gestion technique des interventions en énergie nucléaire Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Gestion technique des interventions en énergie nucléaire Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations

Plus en détail

P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t. Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement

P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t. Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement L es entreprises opèrent aujourd hui dans un environnement mondialisé et compétitif

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME - Vague 5 - Contacts : Frédéric Dabi / Flore-Aline Colmet Daâge Avril 2010 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon

Plus en détail

Plan de secours. Marie-pascale Delamare d'après "Plan de continuité d'activité publié par le CLUSIF" LE PLAN DE CONTINUITÉ DE SERVICE (PCS)

Plan de secours. Marie-pascale Delamare d'après Plan de continuité d'activité publié par le CLUSIF LE PLAN DE CONTINUITÉ DE SERVICE (PCS) Plan de secours Un plan de continuité de service (PCS) contient à la fois un plan de secours informatique (PSI) et un plan de reprise d'activité (PRA). Avant de commencer une étude de Plan de Secours Informatique,

Plus en détail

Exploration des perceptions et des consommations des services à la personne et bilan prospectif. Présentation du 7 mars 2012

Exploration des perceptions et des consommations des services à la personne et bilan prospectif. Présentation du 7 mars 2012 Exploration des perceptions et des consommations des services à la personne et bilan prospectif Présentation du 7 mars 2012 Rappel de la méthodologie Nous avons réalisé : 5 groupes de 3 heures (7-10 personnes)

Plus en détail

MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 -

MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 - MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 - Avec un chiffre d affaires total de 3.5 Milliards d euros par an, la formation professionnelle est un secteur apparemment

Plus en détail

CBRH. Solutions RH pour PME RESSOURCES HUMAINES

CBRH. Solutions RH pour PME RESSOURCES HUMAINES CBRH Solutions RH pour PME RESSOURCES HUMAINES 1 Yourcegid Ressources Humaines CBRH : Paie et administration du personnel Activité GPEC : Compétences et carrière / Entretien / Formation IDR Contrôle de

Plus en détail

Sont présentés ci-dessous les principaux risques et facteurs de risques auxquels le Groupe est confronté. L analyse et le

Sont présentés ci-dessous les principaux risques et facteurs de risques auxquels le Groupe est confronté. L analyse et le Sont présentés ci-dessous les principaux risques et facteurs de risques auxquels le Groupe est confronté. L analyse et le management des risques constituent un enjeu majeur pour la pérennité du Groupe

Plus en détail

STAGE DE FORMATION ET DE RECYCLAGE SUR LES TECHNIQUES DOCUMENTAIRES ET LA GESTION ELECTRONIQUE DES DOCUMENTS. Organisé par

STAGE DE FORMATION ET DE RECYCLAGE SUR LES TECHNIQUES DOCUMENTAIRES ET LA GESTION ELECTRONIQUE DES DOCUMENTS. Organisé par NOM DE VOTRE INSTITUTION (Logo de l institution) STAGE DE FORMATION ET DE RECYCLAGE SUR LES TECHNIQUES DOCUMENTAIRES ET LA GESTION ELECTRONIQUE DES DOCUMENTS Organisé par L Association Francophone des

Plus en détail

ENTREPRISE CONTENT MANAGEMENT & RECORDS MANAGEMENT ECM & RM

ENTREPRISE CONTENT MANAGEMENT & RECORDS MANAGEMENT ECM & RM ENTREPRISE CONTENT MANAGEMENT & RECORDS MANAGEMENT PLAN Introduction Partie I : le records management Qu est ce que le RM? Les principes du RM Les objectifs du RM Les enjeux du RM Les étapes de la mise

Plus en détail

pour réussir Conseils vos projets de de dématérialisation de documents et processus Démarrez

pour réussir Conseils vos projets de de dématérialisation de documents et processus Démarrez pour réussir vos projets de de dématérialisation de documents et processus Conseils Démarrez 10 conseils pour réussir son projet 2 1. Faire une étude d opportunité 2. Définir le cadre de son projet 3.

Plus en détail

Définition. Caractéristiques. - Du partage des ressources : espace de stockage, imprimantes, lignes de communication.

Définition. Caractéristiques. - Du partage des ressources : espace de stockage, imprimantes, lignes de communication. CONNECTER LES SYSTEMES ENTRE EUX L informatique, au cœur des tâches courantes, a permis de nombreuses avancées technologiques. Aujourd hui, la problématique est de parvenir à connecter les systèmes d information

Plus en détail