ASPECTS MEDICO-LEGAUX DES TRAUMATISMES SEVERES NIMES 8 JANVIER Département de médecine légale Pôle URGENCES CHU de Montpellier

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ASPECTS MEDICO-LEGAUX DES TRAUMATISMES SEVERES NIMES 8 JANVIER 2015. Département de médecine légale Pôle URGENCES CHU de Montpellier"

Transcription

1 ASPECTS MEDICO-LEGAUX DES TRAUMATISMES SEVERES NIMES 8 JANVIER 2015 Département de médecine légale Pôle URGENCES CHU de Montpellier

2 REORGANISATION DE LA MEDECINE LEGALE CREATION en 2011 UNITES MEDICOJUDICIAIRES (U.M.J) INSTITUTS MEDICOLEGAUX (I.M.L)

3 ASPECTS MEDICO-LEGAUX LES DECES LES CERTIFICATS (Décès, ITT, Assurances) LES AVP (prélèvements toxicologiques) PRECAUTIONS SUR UNE SCENE DE CRIME LES PLAIES PAR ARME A FEU LES PLAIES PAR ARME BLANCHE

4 Définitions Mort violente Elle s oppose à la mort naturelle donc toute mort ne résultant pas d une maladie Mort suspecte Mort dont les circonstances ne sont pas élucidées et pouvant résulter de l intervention d un tiers

5 CAUSES DU DECES / MODE DE DECES 5 MODES DE DECES : Naturel Accidentel Suicide Homicide Inconnu DES CENTAINES DE CAUSES DU DECES: Infarctus du myocarde,hémorragie par blessure abdominale par coup de couteau, asphyxie par pendaison, Contusion cérébrale post A.VP

6 Critères d une mort suspecte Pas de critères juridiques ou médicaux Recherche par le médecin de signes de mort violente ou en leur absence recherche d indices pouvant faire suspecter l intervention d un tiers Conséquence OBSTACLE MEDICO-LEGAL

7

8

9

10 CERTIFICATION ELECTRONIQUE DES DECES https://sic.certdc.inserm.fr/login.php

11 Obstacle médico-légal Art 74 du Code de procédure pénale Art 81 du Code civil «morts dont la cause est inconnue ou suspecte et signes ou indices de morts violentes» Enquête par un officier de police judiciaire assisté d une personne qualifiée pour apprécier la nature des circonstances de décès (expert ou non) Levée de corps, autopsie, expertises complémentaires puis permis d inhumer

12 Problématiques en extrahospitalier Sujet et antécédents médico-chirurgicaux non toujours connus du médecin Famille pas toujours présente Pas toujours de témoin du décès En l absence de ces éléments anamnestiques: La mort est suspecte que le corps porte ou non des lésions

13 En pratique Cocher la case «obstacle médico-légal» Prévenir les forces de l ordre Maintenir la scène en l état Etablir une fiche de liaison pour le médecin légiste qui sera requis aux fins d examiner le cadavre

14 FICHE DE LIAISON Tentatives de réanimation Entourage - pompiers - médecin - SMUR A l arrivée : vivant - mort apparente - cadavre Ventilation au masque (durée) Massage cardiaque externe (technique) Intubation (technique), site de perfusion (à entourer), drainage, PAC, Défibrillation DESCRIPTION SOMMAIRE DE LA REA AVEC TRACES ECG, DROGUES UTILISEES, DUREE, EFFICACITE (.) Autres commentaires ( )

15 Fiche de liaison SMUR-Médecin-Légiste Nom du médecin :., téléphone :.. Heure.. et date d examen du corps Circonstances de découvertes ( ) Positions du corps et d éventuels objets avant réanimation, état vestimentaire ( ) Si vivant, description des signes fonctionnels et cliniques (.) ATCD médico-chirugicaux, prise de toxiques, de stupéfiants (.)

16 FICHE DE LIAISON CHAMPIGNON DE MOUSSE NOYADE VITALE

17 Examen externe insuffisant HEMATOME EN ZONE DE PRISE

18 L article L de la loi n du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé «le secret médical ne fait pas obstacle à ce que les informations concernant une personne décédée soient délivrées à ses ayants droit, dans la mesure où elles leur sont nécessaires pour leur permettre de connaître les causes de la mort, de défendre la mémoire du défunt ou de faire valoir leurs droits, sauf volonté contraire exprimée par la personne avant son décès».

19 EN PRATIQUE (1) Ne jamais adresser un certificat médical directement à un médecin conseil d assurance, et a fortiori à l entreprise d assurance elle-même. Leur renvoyer demande et formulaire barré de la mention «non conforme aux articles et 14 du code pénal». Prévenir les ayants droit à l avance

20 EN PRATIQUE (2) C est une obligation Que de faire ces certificats sur papier libre A la demande des ayants droit Après avoir vérifié leur identité et lien de parenté En mentionnant : «Naturel ou Accident ou Accident de la voie publique» ET RIEN D AUTRE E t de le faire parvenir aux ayants droit : «en mains propres» ou par courrier. -

21 CAS DU CERTIFICAT POST MORTEM" A la suite du décès d un contractant, les assureurs désirent vérifier que la cause du décès est " étrangère à une éventuelle clause d exclusion de garantie figurant dans le contrat, ou que le " contractant n a pas omis, lors de la souscription, de signaler tel ou tel antécédent. " Le médecin traitant ou le médecin qui a constaté le décès sont alors contactés, soit " directement, soit par l intermédiaire des ayants droit pour rédiger un certificat détaillé " mentionnant : les antécédents du patient, la cause du décès, la date d apparition des premiers symptômes, la date de diagnostic de la maladie. " La position du CNOM a été jusqu à présent de soutenir que le médecin lié par le secret " médical ne devait pas répondre à ce type de question. On admettait, tout au plus, qu il dise si " la mort avait été naturelle, due à une maladie, ou à un accident, ou encore qu elle était " étrangère à une clause d exclusion du contrat qui lui avait été communiqué. " Aucune modification de nos règles déontologiques ne nous conduit actuellement à changer " une attitude basée sur le principe d intérêt public du secret médical. " Cependant la loi du 4 mars 2002 permet aux ayants droit d un patient décédé d accéder à son " dossier médical, dans la mesure où cela est nécessaire à : faire valoir leurs droits, connaître la " cause de la mort, défendre la mémoire du défunt. Les médecins des compagnies d assurance " peuvent ainsi accéder aux données qu elles recherchent lorsque ces documents leurs sont " ensuite transmis. Se trouvent ainsi souvent révélés plus d éléments qu il n en était demandé à " l origine.bien que les documents médicaux fournis aux ayants droit ne doivent pas aller au- " delà de ce qui est nécessaire pour faire valoir leurs droits (art L du code de la santé, " Conseil d Etat, 26 septembre 2005, Conseil national de l Ordre des médecins n ).

22 ACCIDENTS DE CIRCULATION Imprégnation alcoolique (Fiches A, B, C) Conduite sous stupéfiants (Fiches D, E, F) Kits de dépistage fournis par les forces de l ordre (alcool et stupéfiants) Dépistage Salivaire/Urinaire des Stupéfiants cannabis, amphétamines, cocaïne, opiacés Si positif : prélèvement sanguin (seuils de positivité pour caractériser le délit)

23 Code de la santé publique Article L Les officiers ou agents de la police judiciaire doivent, lors de la constatation d'un crime, d'un délit ou d'un accident de la circulation, faire procéder, sur la personne de l'auteur présumé, aux vérifications prévues au I de l'article L du code de la route destinées à établir la preuve de la présence d'alcool dans son organisme lorsqu'il semble que le crime, le délit ou l'accident a été commis ou causé sous l'empire d'un état alcoolique. Ces vérifications sont obligatoires dans tous les cas de crimes, délits ou accidents suivis de mort. Dans tous les cas ou elles peuvent être utiles, elles sont également effectuées sur la victime.

24 ALCOOL ET CONDUITE AUTOMOBILE Contravention de 4ème classe alcoolémie 0,5gr/l-0,8gr/l ou Concentration de 0,25mg/l à 0,40mg/l d alcool par litre d air expiré

25 ALCOOL ET CONDUITE AUTOMOBILE (2) DELIT ALCOOLEMIE SUPERIEURE A 0,8gr/l Ou 0,40mg/l d alcool par litre d air expiré

26 ALCOOL ET CONDUITE AUTOMOBILE (3) MISE EN EVIDENCE DE L ETAT D IMPREGNATION ETHYLIQUE DEPISTAGE ETHYLOTESTS CAT A OU B CONFIRMATION ETHYLOMETRE ou ALCOOLEMIE (attention méthode de dosage prescrite par la loi) FICHES A,B,C au JO N 0056 du 06/03/96 Page 3464 a 3467 (arrêté du 6 février 1996)

27

28

29 ALCOOL ET CONDUITE DEPISTAGE CHEZ LE VIVANT DEPISTAGE CHEZ LE MORT (PROSCRIRE LA PONCTION CARDIAQUE) ê Ponction sous clavière droite

30 CONDUITE SOUS L INFLUENCE DES STUPEFIANTS LISTE DES STUPEFIANTS 4 PRINCIPAUX STUPEFIANTS CANNABIS (Delta9tetrahydrocannabinol), OPIACES, AMPHETAMINES, COCAINE MODALITES DE DEPISTAGE FICHES D,E,F DEPISTAGE SALIVAIRE CONFIRMATION PAR PRELEVEMENTS SANGUINS, CONCENTRATION POSITIVE FIXEE PAR DECRETS

31 Kit de dépistage salivaire

32 DECES LORS DES ACCIDENTS DE CIRCULATION Sites de prélèvement : Sous-clavier droit, fémoral, périphérique Flacons avec conservateur (conservation à +4 C) Mort : Proscrire la ponction intracardiaque Rupture de l estomac et contamination des organes intrathoraciques, Inhalation du contenu gastrique Risque de lésions cardiaques (autopsie)

33 PAS DE PONCTION CARDIAQUE

34 Ponction sous Clavière Corps en décubitus dorsal, tête tournée du coté opposé à la ponction (plutôt à D) Si possible, le moignon de l épaule est abaissé par traction du membre vers le bas Ponction au bord inférieur de la clavicule, jonction 1/3 moyen-1/3 interne, à D ou G L aiguille, connectée une seringue de 20 ml maintenue en aspiration, est dirigée en dedans, vers le haut avec un angle de 60 vers l arrière par rapport au plan cutané L aiguille longe la face inférieure de la clavicule puis sa face postérieure en visant l épaule controlatérale

35 LES CERTIFICATS CERTIFICAT médical initial ITT Blessures par armes à feu, armes blanches I.T.T > 8 jours Délit, Tribunal Correctionnel I.T.T 8 jours Contravention, Tribunal de Police Importance de la description initiale (CMI)

36

37 ITT ET EVALUATION SELON LES MEDECINS F. Niort et al. Médecine&Droit 2014 (2014) Dossiers ITT URGENCES/LEGISTES 1/3 réévalués ITT>8 jours 367 Dossiers ITT M.T/LEGISTES 1/3 réévalués ITT< 8 jours Sigles utilisés problématiques

38

39 ITT ET ATTENTES DES UTILISATEURS F.Niort et al. Médecine&Droit 2014(2014)74-78! Le légiste doit déterminer l ITT Peu de valeur du certificat du MT Doute sur certificat rédigé par les urgences OPJ attendent le plus de renseignements possibles, les avocats plus ou moins, les magistrats surtout la description des lésions et la durée (pas d enquête) Pour les 3, circonstances aggravantes sont intéressantes

40 ITT ET ATTENTE DES UTILISATEURS F.Niort et al. Médecine&Droit 2014(2014)74-78! Notion floue mais utile, trop compliqué de changer, pas de définition sauf jurisprudentielle, nécessité de neutralité, exercice difficile, l avis de l expert est prédominant par rapport aux autres médecins Certificat lu entièrement par magistrats et avocats, les OPJ vont directement à la durée Les limites de durée doivent être clairement établies (8 jours ou 3 mois), confusion sur le sigle

41 I.T.T AVP BLESSURES INVOLONTAIRES ITT supérieure à 3 mois : art : 2 ans euros art : 3 ans euros 5 ans euros ITT inférieure ou égale à 3 mois

42 L incapacité totale de travail Le contenu du certificat Date, âge, identité, profession Prestation de serment si réquisiton Antécédents, Etat antérieur Circonstances, commémoratifs, dires Examen clinique, description des lésions, orienter/repères anatomiques, Photos possibles (H.A.S 2011)

43 L incapacité totale de travail Conclusion : en toutes lettres, une ITT de X jours est à prévoir au sens pénal sous réserves de complications (si ITT < 8 jours) Révision possible avec allongement ou diminution Remise du certificat à l autorité requérante ou à la victime (formule) Certificat médical initial concernant une personne victime de violences H.A.S oct 2011

44 PRECAUTIONS SUR UNE SCENE DE CRIME Economiser ses pas Ne pas déplacer les objets sauf si nécessité Utiliser des gants car risque de contamination de l environnement Eviter d aérer une pièce (intérêt de la température pour l heure du décès)

45 PLAIES PAR ARMES A FEU Sécurisation de l arme +++ et port de gants Noter la position (victime et arme) Déshabillage et respect des vêtements (orifices) pour l analyse balistique Eviter de nettoyer les orifices sur le corps Ne pas laver les mains pour la recherche de résidus de tir et de l ADN sous les ongles Recueil des projectiles (peau/vêtements et orifices naturels) avec pince en plastique. Sur la VP : attention aux projectiles perdus lors du ramassage de la victime

46

47

48 Précautions sur la scène de crime Découpage des vêtements lors des opérations de réanimation Respecter les orifices

49 Précautions sur une scène de crime Corps déplacé? Rôle primordial des premiers intervenants Importance d une fiche de liaison

50

51 SECURISATION DE L ARME

52 PLAIES PAR ARME BLANCHE Respect des vêtements lors du déshabillage (orifices) Utilisation de gants pour manipuler l arme

53

54

55

56

57 LESION DITE DE DEFENSE PAR SAISIE D UNE LAME

58

59 SCENE DE CRIME Economiser ses pas Section des 2 carotides, plaie transfixiante

60

61 CHUTE DE GRANDE HAUTEUR Corps ayant heurté lors de la chute des obstacles entraînant l apparition de lésions spécifiques

62 CHUTE DE GRANDE HAUTEUR ORIGINE DE LA CHUTE Suicide, accident, crime? Confrontation des données de levée de corps, autopsiques, toxicologique

63 CONCLUSION CONNAITRE LES CONSEQUENCES DE L OBSTALE MEDICO-LEGAL COOPERATION RENFORCEE MEDECINE PREHOSPITALIERE/MEDECINE LEGALE (IML : 04/67/33/85/86) INTERET DE L ETABLISSEMENT DE LA FICHE DE LIAISON

64 MERCI DE VOTRE ATTENTION

65

LES CERTIFICATS MEDICAUX

LES CERTIFICATS MEDICAUX Dr Jean Louis VANGI CDOM 73 22 octobre 2012 1 Préambule Banalisation de l acte médical rattaché au certificat médical Engage la responsabilité du médecin Rédaction prudente et respectueuse de certains

Plus en détail

Les prélèvements pour expertise toxicologique Docteur E. Saussereau Expert près la Cour d Appel de Rouen Laboratoire de Toxicologie Groupe Hospitalier du Havre Introduction Toxicologie médico-légale Examen

Plus en détail

Expertise Médicale en Maladies Infectieuses

Expertise Médicale en Maladies Infectieuses Expertise Médicale en Maladies Infectieuses Dr Stéphane CHADAPAUD SNMInf Centre Hospitalier de Hyères 1 ers EGI - 14/01/2011 - PARIS Différentes juridictions françaises Ordre administratif Traite les problèmes

Plus en détail

A PROPOS DE QUELQUES CAS CLINIQUES : SECRET PROFESSIONNEL SEVICES A ENFANTS CERTIFICAT DE DECES VIOLENCES CONJUGUALES

A PROPOS DE QUELQUES CAS CLINIQUES : SECRET PROFESSIONNEL SEVICES A ENFANTS CERTIFICAT DE DECES VIOLENCES CONJUGUALES A PROPOS DE QUELQUES CAS CLINIQUES : SECRET PROFESSIONNEL SEVICES A ENFANTS CERTIFICAT DE DECES VIOLENCES CONJUGUALES Expert : Dr Cécile Manaouil Animateur : Dr Corinne Belvalette VRAI FAUX ITT est une

Plus en détail

PARCOURS D UN DOSSIER RELATIF A UN ACCIDENT DE ROULAGE

PARCOURS D UN DOSSIER RELATIF A UN ACCIDENT DE ROULAGE PARCOURS D UN DOSSIER RELATIF A UN ACCIDENT DE ROULAGE Document explicatif réalisé à l intention des parents-formateurs 17 novembre 2006 PARCOURS D UN DOSSIER ACCIDENT DE ROULAGE avant l élaboration du

Plus en détail

Constats et certificats de décès à domicile ou sur site privé ou public : aspects éthiques et déontologiques

Constats et certificats de décès à domicile ou sur site privé ou public : aspects éthiques et déontologiques Rapport adopté lors de la session du Conseil national de l Ordre des médecins d octobre 2013 Section éthique et déontologie Constats et certificats de décès à domicile ou sur site privé ou public : aspects

Plus en détail

Questionnaires de santé, certificats et assurances

Questionnaires de santé, certificats et assurances Rapport adopté lors de la session du Conseil national de l Ordre des médecins d avril 2015 Questionnaires de santé, certificats et assurances Les médecins sont régulièrement sollicités en vue de la rédaction

Plus en détail

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé F13. FORMULAIRES ET CERTIFICATS

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé F13. FORMULAIRES ET CERTIFICATS LES DIX QUESTIONS DU MEDECIN LIBERAL SUR LES FORMULAIRES ET CERTIFICATS REQUIS PAR LES COMPAGNIES D ASSURANCE DES PATIENTS «L information médicale est nécessaire à l assureur que ce soit pour l évaluation

Plus en détail

Le dossier médical. du médecin libéral. Patrice MARIE LE GUIDE DE L ENTRÉE DANS LA VIE PROFESSIONNELLE

Le dossier médical. du médecin libéral. Patrice MARIE LE GUIDE DE L ENTRÉE DANS LA VIE PROFESSIONNELLE du médecin libéral Patrice MARIE, c est l ensemble des documents concernant la santé d un patient donné que le médecin garde, en temps que médecin traitant. La loi, promulguée le 4 mars 2002, réaffirme

Plus en détail

les principales infractions au code de la route et leurs sanctions

les principales infractions au code de la route et leurs sanctions Pour connaître le nombre de points sur votre permis, connectez-vous sur le site : www.interieur.gouv.fr les principales infractions au code de la route et leurs sanctions En savoir plus? www.securite-routiere.gouv.fr

Plus en détail

Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif)

Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif) Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif) Contenu de la formation PSE1 LE SECOURISTE : 1 h 30 Indiquer le rôle et les responsabilités d un secouriste. Indiquer les connaissances

Plus en détail

Evaluation d'une I.T.T. (Incapacité Totale de Travail) en cas de coups et blessure volontaires

Evaluation d'une I.T.T. (Incapacité Totale de Travail) en cas de coups et blessure volontaires Evaluation d'une I.T.T. (Incapacité Totale de Travail) en cas de coups et blessure volontaires ITT AU SENS PÉNAL I.T.T.: DÉNOMINATION - CHAMP D'APPLICATION Anciennement appelée ITTP (Incapacité Totale

Plus en détail

Évolution des contrôles routiers et des infractions

Évolution des contrôles routiers et des infractions Le point sur la recherche en cours La réponse pénale à la conduite sous influence (alcool et stupéfiants) tendances Décembre 213 1 Ivana Obradovic Dans un contexte général de hausse des condamnations judiciaires

Plus en détail

ASSURANCE DES ACCIDENTS CORPORELS SUBIS PAR LES CAVALIERS

ASSURANCE DES ACCIDENTS CORPORELS SUBIS PAR LES CAVALIERS C.S. n 043 a ASSURANCE DES ACCIDENTS CORPORELS SUBIS PAR LES CAVALIERS CONVENTIONS SPÉCIALES N 043 a imp MMA Le Mans COR 6255-5 (12/03) S O M M A I R E Articles Les garanties proposées à l'assuré... 1

Plus en détail

Formation obligatoire d adaptation à l emploi

Formation obligatoire d adaptation à l emploi Cycle de formation Praxis Conforme à l arrêté du 16 juillet 2009 Formation obligatoire d adaptation à l emploi Agent de service mortuaire Madame, Monsieur, Depuis l arrêté du 16 juillet 2009 relatif à

Plus en détail

Formulaires médicaux et assurances

Formulaires médicaux et assurances Rapport adopté lors de la session du Conseil national de l Ordre des médecins de septembre 2007 Docteur François STEFANI Formulaires médicaux et assurances Les médecins sont très souvent sollicités en

Plus en détail

Responsabilité professionnelle des Infirmiers

Responsabilité professionnelle des Infirmiers Responsabilité professionnelle des Infirmiers Diplômés s d Etatd Direction des Affaires Juridiques et des Droits du Patient Bureau de la Responsabilité Médicale et du Contentieux des Personnels Emily THIBAULT

Plus en détail

Les stupéfiants sont, en droit français, des substances vénéneuses dont l usage, la détention, la culture, l importation et la cession sont interdits

Les stupéfiants sont, en droit français, des substances vénéneuses dont l usage, la détention, la culture, l importation et la cession sont interdits Les stupéfiants sont, en droit français, des substances vénéneuses dont l usage, la détention, la culture, l importation et la cession sont interdits ou réglementés. Cela concerne toutes les drogues illégales,

Plus en détail

Assurance vie. La Positive de 18 à 80 ans

Assurance vie. La Positive de 18 à 80 ans Assurance vie La Positive de 18 à 80 ans La Positive Une assurance vie permanente pouvant atteindre 25 000 $, sans examen médical Si vous avez entre 18 et 80 ans, La Positive de La Capitale peut vous faire

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/TRANS/WP.1/2010/5 Distr. générale 12 janvier 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité des transports intérieurs Groupe de

Plus en détail

Assurance vie permanente. Avantage simplifié Pour les personnes de 40 à 80 ans, sans examen médical

Assurance vie permanente. Avantage simplifié Pour les personnes de 40 à 80 ans, sans examen médical Assurance vie permanente Avantage simplifié Pour les personnes de 40 à 80 ans, sans examen médical Avantage simplifié Jusqu à 100 000 $ 1 d assurance vie par assuré, sans examen médical Avantage simplifié

Plus en détail

THEME : L ACCIDENT DE TRAVAIL

THEME : L ACCIDENT DE TRAVAIL THEME : L ACCIDENT DE TRAVAIL DÉFINITION DE L ACCIDENT DU TRAVAIL Il faut rappeler que tout ce qui arrive sur le lieu du travail n est pas constitutif d un accident du travail au sens légal du terme. La

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE. Vous êtes victime de violences dans votre couple et vous vous adressez à la Police Nationale pour faire valoir vos droits.

NOTICE EXPLICATIVE. Vous êtes victime de violences dans votre couple et vous vous adressez à la Police Nationale pour faire valoir vos droits. NOTICE EXPLICATIVE Vous êtes victime de violences dans votre couple et vous vous adressez à la Police Nationale pour faire valoir vos droits. écrit. Vous allez être reçu(e) pour relater des faits qui seront

Plus en détail

Les Certificats Médicaux

Les Certificats Médicaux LES LABORATOIRES LUNDBECK VOUS ONT PRESENTE SEROPLEXEMENT POUR CALFORMED Les Certificats Médicaux Docteur Pierre DUTRIEUX Le 11 avril 2006 SEROPLEXEMENT POUR CALFORMED Un certificat médical : Pourquoi?

Plus en détail

Suspension 3 ans (sans sursis) Annulation 3 ans. 6 Suspension 3 ans - Annulation 3 ans. 6 Suspension 3 ans. 6 Suspension 3 ans - Annulation 3 ans

Suspension 3 ans (sans sursis) Annulation 3 ans. 6 Suspension 3 ans - Annulation 3 ans. 6 Suspension 3 ans. 6 Suspension 3 ans - Annulation 3 ans Conduite en état d'ivresse ou sous l'emprise d'un état alcoolique (de 0,8 g/l de sang ou 0,4 mg/l d'air expiré Refus de se soumettre au contrôle d'alcoolémie ou de produits stupéfiants. Conduite sous l'influence

Plus en détail

Les produits psychoactifs. Prev. Prévention des. 2 r Risques Routiers. Modèle déposé Prev2r Copyrigth 2014 - reproduction interdite

Les produits psychoactifs. Prev. Prévention des. 2 r Risques Routiers. Modèle déposé Prev2r Copyrigth 2014 - reproduction interdite Les produits psychoactifs Prev Prévention des 2 r Risques Routiers Les produits psychoactifs L alcool Les contrôles préventifs, Les contrôles lors des accidents corporels, Les contrôles lors des accidents

Plus en détail

Secret professionnel Déontologie Responsabilité de l infirmière. Dr Jérôme LANGRAND Centre Antipoison de Paris

Secret professionnel Déontologie Responsabilité de l infirmière. Dr Jérôme LANGRAND Centre Antipoison de Paris Secret professionnel Déontologie Responsabilité de l infirmière Dr Jérôme LANGRAND Centre Antipoison de Paris 1 SECRET PROFESSIONNEL 2 Secret professionnel Bases juridiques - Code pénal - article 226-13

Plus en détail

GUIDE DE L ASSURÉ. Optez pour l assurance. qui peut regrouper maladies graves et assurance vie

GUIDE DE L ASSURÉ. Optez pour l assurance. qui peut regrouper maladies graves et assurance vie GUIDE DE L ASSURÉ Optez pour l assurance qui peut regrouper maladies graves et assurance vie Ne laissez rien au hasard AU CANADA ON ESTIME QUE À chaque heure : 16,65 personnes apprendront qu elles sont

Plus en détail

L'expertise Médicale. Journée d étude Médecin Magistrat Assureur Indemnisation du préjudice corporel

L'expertise Médicale. Journée d étude Médecin Magistrat Assureur Indemnisation du préjudice corporel L'expertise Médicale Journée d étude Médecin Magistrat Assureur Indemnisation du préjudice corporel L'expertise Médicale Définition L'expertise est un moyen d'investigations qui éclaire une juridiction

Plus en détail

Les certificats médicaux

Les certificats médicaux Les certificats médicaux Dr BOUDRIES COURS DROIT MEDICAL (BEJAIA) 2013 I - généralités Les certificats médicaux sont de plus en plus demandés par les malades et les non malades pour répondre aux attentes

Plus en détail

Alcool au volant : tous responsables? La question de la co-responsabilité sera enfin posée au Tribunal de Saint Nazaire

Alcool au volant : tous responsables? La question de la co-responsabilité sera enfin posée au Tribunal de Saint Nazaire DOSSIER DE PRESSE 01/09/2014 Alcool au volant : tous responsables? La question de la co-responsabilité sera enfin posée au Tribunal de Saint Nazaire Avec l appui de la Ligue Contre la Violence Routière,

Plus en détail

Donneur ou pas... Pourquoi et comment je le dis à mes proches.

Donneur ou pas... Pourquoi et comment je le dis à mes proches. L Agence de la biomédecine DON D ORGANES le guide L Agence de la biomédecine, qui a repris les missions de l Etablissement français des Greffes, est un établissement public national de l Etat créé par

Plus en détail

AVENANTS ET DES GARANTIES

AVENANTS ET DES GARANTIES SOMMAIRE DES AVENANTS ET DES GARANTIES COMPLÉMENTAIRES Garanties présentées Décès et mutilation accidentels Protection maladies graves pour enfants Protection vie pour enfants Assurabilité garantie Exonération

Plus en détail

Ken Bell s Sommaire des Abréviations

Ken Bell s Sommaire des Abréviations Ken Bell s Sommaire des Abréviations AUG: CSAM: DSA: PUI: RCP: RIA: SCR: Arrêt Urgence Général CERN Safety Alarm Monitoring Défibrillateur Semi-Automatique Plan Urgence D Intervention Réanimation Cardio-Pulmonaire

Plus en détail

CLASSIFICATION DES INFRACTIONS / ALCOOL, DROGUES ET MEDICAMENTS 14

CLASSIFICATION DES INFRACTIONS / ALCOOL, DROGUES ET MEDICAMENTS 14 CLASSIFICATION DES INFRACTIONS / ALCOOL, DROGUES ET MEDICAMENTS 14 Classification des infractions 14.1 La loi sur la circulation prévoit une catégorisation des infractions en quatre degrés, des moins graves

Plus en détail

Don d organes et mort cérébrale. Drs JL Frances & F Hervé Praticiens hospitaliers en réanimation polyvalente Hôpital Laennec, Quimper

Don d organes et mort cérébrale. Drs JL Frances & F Hervé Praticiens hospitaliers en réanimation polyvalente Hôpital Laennec, Quimper Don d organes et mort cérébrale Drs JL Frances & F Hervé Praticiens hospitaliers en réanimation polyvalente Hôpital Laennec, Quimper La mort cérébrale Cessation irréversible de toute fonction cérébrale

Plus en détail

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Mai 2012 Préambule Le contenu et les qualités de l information Les modalités de la délivrance de l information L information du mineur, du

Plus en détail

accident du travail ou maladie professionnelle du

accident du travail ou maladie professionnelle du accidents travail et maladies définis et prescrits par le en avec le médecin conseil volet 1 à conserver par le médecin traitant nom de naissance (suivi s'il y a lieu nom d'usage)-prénom accident travail

Plus en détail

Les sanctions relatives au permis de conduire

Les sanctions relatives au permis de conduire Les sanctions relatives au permis de conduire 1- Présentation des sanctions relatives au permis de conduire : Les sanctions relatives au permis de conduire peuvent être de deux ordres : Administratives

Plus en détail

Faculté de Médecine de Marseille

Faculté de Médecine de Marseille Certificats médicaux. Décès et législation. Prélèvements d'organes et législation (08) G. Leonetti Mars 2005 Objectifs Pédagogiques : Préciser les règles générales d'établissement des certificats médicaux

Plus en détail

DROGUES ET LOI. Dr F. PAYSANT CHU GRENOBLE

DROGUES ET LOI. Dr F. PAYSANT CHU GRENOBLE DROGUES ET LOI Dr F. PAYSANT CHU GRENOBLE contexte Drogue licite (tabac, alcool, jeu, internet, ) Organisation, ou prise en compte des effets Drogue illicite (héroïne, cannabis, cocaine,.) Production,

Plus en détail

Le trafic et la consommation des stupéfiants se trouvent classés dans le livre intitulé «Crimes et délits contre les personnes.

Le trafic et la consommation des stupéfiants se trouvent classés dans le livre intitulé «Crimes et délits contre les personnes. Drogues et loi Le trafic et la consommation des stupéfiants se trouvent classés dans le livre intitulé «Crimes et délits contre les personnes. Loi du 31 décembre 1970 Interdit et pénalise l usage de toute

Plus en détail

MARTINIQUE PDASR 2013 FICHE ACTION SECURITE ROUTIERE/ACCES AU DROIT

MARTINIQUE PDASR 2013 FICHE ACTION SECURITE ROUTIERE/ACCES AU DROIT ACTION SECURITE ROUTIERE/ ACCES AU DROIT DU MERCREDI 25 SEPTEMBRE 2013 1/6 MARTINIQUE PDASR 2013 FICHE ACTION SECURITE ROUTIERE/ACCES AU DROIT EDUCATION, FORMATION, COMMUNICATION, CONTROLE, ETUDE, INFRASTRUCTURE,

Plus en détail

LE DEPISTAGE DE L'IMPREGNATION ALCOOLIQUE

LE DEPISTAGE DE L'IMPREGNATION ALCOOLIQUE LE DEPISTAGE DE L'IMPREGNATION ALCOOLIQUE PLAN DU COURS 1. Définitions. Le DIA La CEA La CEI 2. Quels sont les personnes et les véhicules concernés? 3. Quand effectue - ton un DIA? Le DIA est obligatoire

Plus en détail

aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de Santé

aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de Santé Champ référentiel 1.2 Chapitre 1, domaine 2 : Juridique Les principes généraux du droit d accès aux données de santé aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de

Plus en détail

COMMENT SE PREPARER A «SUBIR» UNE EXPERTISE?

COMMENT SE PREPARER A «SUBIR» UNE EXPERTISE? COMMENT SE PREPARER A «SUBIR» UNE EXPERTISE? Dr C. MANAOUIL, M. GIGNON, D. MONTPELLIER XXIIIème Journée d Anesthésie Réanimation de Picardie Amiens - 16 juin 2006 COMMENT SE PREPARER A UNE En anesthésiste

Plus en détail

STUPÉFIANTS ET ACCIDENTS MORTELS (PROJET SAM)

STUPÉFIANTS ET ACCIDENTS MORTELS (PROJET SAM) F O C U S Consommations et conséquences STUPÉFIANTS ET ACCIDENTS MORTELS (PROJET SAM) ANALYSE ÉPIDÉMIOLOGIQUE Bernard LAUMON, Blandine GADEGBEKU, Jean-Louis MARTIN avec la participation du groupe SAM Avril

Plus en détail

GUIDE. de distribution. Assurance vie 50+ est un produit individuel d assurance

GUIDE. de distribution. Assurance vie 50+ est un produit individuel d assurance ASSURANCE VIE 50+ GUIDE de distribution Assurance vie 50+ est un produit individuel d assurance Desjardins Assurances désigne Desjardins Sécurité financière, compagnie d assurance vie. 1 Avis émis par

Plus en détail

Aspects juridiques de la transplantation hépatique. Pr. Ass. F. Ait boughima Médecin Légiste CHU Ibn Sina, Rabat

Aspects juridiques de la transplantation hépatique. Pr. Ass. F. Ait boughima Médecin Légiste CHU Ibn Sina, Rabat Aspects juridiques de la transplantation hépatique Pr. Ass. F. Ait boughima Médecin Légiste CHU Ibn Sina, Rabat CONTEXTE - La greffe, longtemps image expérimentale, est une thérapeutique éprouvée - Première

Plus en détail

DECLARATION D ACCIDENT DU TRAVAIL DOCUMENT DESTINE A LA VICITME

DECLARATION D ACCIDENT DU TRAVAIL DOCUMENT DESTINE A LA VICITME DEPARTEMENT DE L ADMINISTRATION FINANCIERE (D.A.F.) SERVICE DES ASSURANCES - CP 150 Email : assurulb@admin.ulb.ac.be DECLARATION D ACCIDENT DU TRAVAIL DOCUMENT DESTINE A LA VICITME Madame, Monsieur, Vous

Plus en détail

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS N T 10-81.568 F-P+B+I N 255 CI/CV 8 FÉVRIER 2011 REJET M. LOUVEL président, R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE, en son audience publique

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Circulaire du 6 juillet 2011 relative à la présentation des dispositions de droit pénal et de procédure pénale relatives à la lutte contre la violence routière résultant de la loi n 2011-267 du 14 mars

Plus en détail

La responsabilité des infirmiers et des établissements de santé

La responsabilité des infirmiers et des établissements de santé La responsabilité des infirmiers et des établissements de santé I. Généralités Notion de responsabilité : Seules les personnes sont juridiquement responsables : o Personnes physiques (particuliers, professionnels)

Plus en détail

Portefeuille des produits d assurance individuelle à prestations du vivant. Protection du revenu personnel, du style de vie et de l entreprise

Portefeuille des produits d assurance individuelle à prestations du vivant. Protection du revenu personnel, du style de vie et de l entreprise Portefeuille des produits d assurance individuelle à prestations du vivant Protection du revenu personnel, du style de vie et de l entreprise MARCHÉ DES PROFESSIONNELS Police de la Série Professions OBJECTIF

Plus en détail

PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE

PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE SYNTHESE Le 15 septembre 2003, Madame Anne D HAUTEVILLE, professeur

Plus en détail

Extrait du Guide d aide à la codification du BAAC. Document réalisé par l ONISR et le SETRA Avec la collaboration du CETE du Sud-Ouest

Extrait du Guide d aide à la codification du BAAC. Document réalisé par l ONISR et le SETRA Avec la collaboration du CETE du Sud-Ouest Extrait du Guide d aide à la codification du BAAC Document réalisé par l ONISR et le SETRA Avec la collaboration du CETE du Sud-Ouest Décembre 2012 Définition de l accident corporel de la circulation routière

Plus en détail

TABLEAU DES INFRACTIONS ROUTIÈRES ET DE LEURS SANCTIONS. Délits

TABLEAU DES INFRACTIONS ROUTIÈRES ET DE LEURS SANCTIONS. Délits TABLEAU DES INFRACTIONS ROUTIÈRES ET DE LEURS SANCTIONS Délits Délits Article code CR: code de la route CP: code pénal maxi en Retrait de permis Perte de Conduite en état d'ivresse manifeste ou sous l'empire

Plus en détail

SECRET MEDICAL ET ASSURANCES

SECRET MEDICAL ET ASSURANCES SECRET MEDICAL ET ASSURANCES Rapport actualisé lors de la session d octobre 1998 F. GAZIER, B. HŒRNI RÉSUMÉ Le secret médical est fait pour protéger les intérêts légitimes des malades, non pour les empêcher

Plus en détail

La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes victime. Ministère de la Justice

La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes victime. Ministère de la Justice La Justice et vous Les acteurs de la Justice Les institutions S informer Justice pratique Ministère de la Justice Vous êtes victime Vous pouvez, en tant que victime d une infraction, déposer une plainte

Plus en détail

Assurance vie permanente. Horizon 50+ pour les personnes de 50 à 75 ans, sans examen médical

Assurance vie permanente. Horizon 50+ pour les personnes de 50 à 75 ans, sans examen médical Assurance vie permanente Horizon 50+ pour les personnes de 50 à 75 ans, sans examen médical Horizon 50+ Jusqu à 20 000 $ d assurance vie, sans examen médical Avec Horizon 50+, une assurance vie permanente

Plus en détail

République française. Tribunal de Grande Instance de Paris

République française. Tribunal de Grande Instance de Paris République française Au nom du Peuple français Tribunal de Grande Instance de Paris 28eme chambre N d'affaire : Jugement du : 27 septembre 2010, 9h n : 3 NATURE DES INFRACTIONS : CONDUITE DE VEHICULE SOUS

Plus en détail

>Associations. Conventions spéciales. Assurance spéciale associations Tous risques objet

>Associations. Conventions spéciales. Assurance spéciale associations Tous risques objet >Associations Conventions spéciales Assurance spéciale associations Tous risques objet SOMMAIRE ASSURANCE TOUS RISQUES OBJET ART. 1 - Objet de l assurance 2 ART. 2 - Étendue de la garantie 2 ART. 3 -

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 14 juin 2012 N de pourvoi: 11-13951 Non publié au bulletin Rejet M. Loriferne (président), président Me Bouthors, SCP Baraduc et Duhamel, avocat(s)

Plus en détail

Lutte contre la fraude

Lutte contre la fraude Lutte contre la fraude Agence pour la Lutte contre la fraude à l assurance 1 Sommaire I. Présentation d ALFAd II. Lutte contre la fraude et expertise III. Le blanchiment de capitaux en IARD 2 L Agence

Plus en détail

LA RESPONSABILITE DU MEDECIN DU SPORT. par le Dr. Marc LEWINSKI EXPERTISES MEDICALES 5bis, rue ANTOINE CHANTIN 75014 PARIS

LA RESPONSABILITE DU MEDECIN DU SPORT. par le Dr. Marc LEWINSKI EXPERTISES MEDICALES 5bis, rue ANTOINE CHANTIN 75014 PARIS LA RESPONSABILITE DU MEDECIN DU SPORT par le Dr. Marc LEWINSKI EXPERTISES MEDICALES 5bis, rue ANTOINE CHANTIN 75014 PARIS INTRODUCTION la responsabilité médicale,c est l obligation morale ou juridique

Plus en détail

Certificat d assurance Aperçu

Certificat d assurance Aperçu Certificat d assurance Aperçu Détails du certificat Police d assurance collective Version du certificat Terminologie Voici les détails du présent certificat d assurance. Élément Assuré Date de naissance

Plus en détail

LA LÉGISLATION ROUTIÈRE

LA LÉGISLATION ROUTIÈRE LA LÉGISLATION ROUTIÈRE LES RÈGLES À APPLIQUER ET LEURS SANCTIONS ALCOOL CONTRAVENTION Conduite avec une alcoolémie comprise entre 0,5 et 0,8 g / litre de sang (0,25 et 0,4 mg/ litre d air expiré) Amende

Plus en détail

CADRES JURIDIQUES D INTERVENTION

CADRES JURIDIQUES D INTERVENTION Etre capable d apprécier le cadre juridique d intervention et mettre en œuvre la procédure judiciaire. Connaître et articuler les cadres juridiques des interventions. Etre capable de situer son action

Plus en détail

L intérêt de l analyse des cheveux

L intérêt de l analyse des cheveux L intérêt de l analyse des cheveux ChemTox est un laboratoire pionnier des investigations toxicologiques et plus particulièrement des analyses de cheveux. Son expertise, basée sur près de 20 années d expérience,

Plus en détail

RESPONSABILITÉ JURIDIQUE DE L INFIRMIER. Dr M.SEGONDY/J.PERRIN

RESPONSABILITÉ JURIDIQUE DE L INFIRMIER. Dr M.SEGONDY/J.PERRIN RESPONSABILITÉ JURIDIQUE DE L INFIRMIER Dr M.SEGONDY/J.PERRIN Définitions PYRAMIDE DE KELSEN : Loi : de portée e générale, g définit d les grandes orientations générales. g Décrets : Autonomes ne relevant

Plus en détail

Apports de la TDM thanatologique dans les décès par armes à feu

Apports de la TDM thanatologique dans les décès par armes à feu Apports de la TDM thanatologique dans les décès par armes à feu T. MARTINELLI 1, V. SCOLAN 2, F. PAYSAN 2, D. COLLOMB 1, L. BARRET 1, G.FERRETTI 1 Services de Radiologie 1 et de Médecine Légale 2 CHU -

Plus en détail

LES ACCIDENTS DUS A L ELECTRICITE. Comité pédagogique SAP SDIS 43

LES ACCIDENTS DUS A L ELECTRICITE. Comité pédagogique SAP SDIS 43 LES ACCIDENTS DUS A L ELECTRICITE Comité pédagogique SAP SDIS 43 DEFINITIONS Electrisation: manifestations physiopathologiques liées au passage du courant dans l organisme Electrocution: décès par électrisation

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES. Transports sanitaires

CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES. Transports sanitaires Marché de service CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES Transports sanitaires - Etablissement contractant : CENTRE HOSPITALIER 858 rue des Drs. Devillers 02120 GUISE 03.23.51.55.55 03.23.51.55.35 Procédure

Plus en détail

La Protection de l'enfance Signalement et information préoccupante

La Protection de l'enfance Signalement et information préoccupante Rapport adopté lors de la session du Conseil national de l Ordre des médecins du 8 octobre 2010 Dr Irène KAHN-BENSAUDE Dr Jean-Marie FAROUDJA La Protection de l'enfance Signalement et information préoccupante

Plus en détail

Réparation du préjudice corporel en Algérie

Réparation du préjudice corporel en Algérie Réparation du préjudice corporel en Algérie Communication en deux parties: 1. Le cadre institutionnel 2. L expertise médicale Première partie Le cadre institutionnel Introduction 1. La réparation du préjudice

Plus en détail

Vous intervenez en équipage SMUR sur un accident de la voie publique : à votre arrivée sur les lieux, vous trouvez un homme d environ 30 ans au sol à

Vous intervenez en équipage SMUR sur un accident de la voie publique : à votre arrivée sur les lieux, vous trouvez un homme d environ 30 ans au sol à Vous intervenez en équipage SMUR sur un accident de la voie publique : à votre arrivée sur les lieux, vous trouvez un homme d environ 30 ans au sol à plat dos, inconscient Glasgow 3, à 20 mètres d une

Plus en détail

Contribution du ministère de la Justice et des Libertés au bilan annuel de la sécurité routière

Contribution du ministère de la Justice et des Libertés au bilan annuel de la sécurité routière Contribution du ministère de la Justice et des Libertés au bilan annuel de la sécurité routière Condamnations et sanctions prononcées en matière de sécurité routière Année 2011 Les condamnations pour infraction

Plus en détail

10 minutes suffisent pour redonner vie à votre entreprise

10 minutes suffisent pour redonner vie à votre entreprise 10 minutes suffisent pour redonner vie à votre entreprise Premiers secours dans les entreprises «Obligations et solutions» par les Docteurs Roch Ogier et Frédéric Lador Êtesvous bien préparé? Saviezvous

Plus en détail

FICHE JURIDIQUE N 5 LES DOMMAGES ET INTERETS. Les dommages et intérêts L indemnisation de la victime

FICHE JURIDIQUE N 5 LES DOMMAGES ET INTERETS. Les dommages et intérêts L indemnisation de la victime Association Réflexion Action Prison et Justice FICHE JURIDIQUE N 5 LES DOMMAGES ET INTERETS L indemnisation de la victime La partie civile dispose des règles du droit civil et des voies d exécution de

Plus en détail

L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ

L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ Plan de la présentation Introduction L enfant Le cathéter court La voie veineuse centrale La voie intra-osseuse Plan de la présentation Le

Plus en détail

Association nationale des victimes de l insécurité routière www.victimes.org AIDE AUX VICTIMES D UN ACCIDENT DE LA ROUTE

Association nationale des victimes de l insécurité routière www.victimes.org AIDE AUX VICTIMES D UN ACCIDENT DE LA ROUTE Association nationale des victimes de l insécurité routière www.victimes.org AIDE AUX VICTIMES D UN ACCIDENT DE LA ROUTE L accueil est assuré 24 h sur 24 au 0 820 30 3000 * ou 06.86.55.24.01 Victimes &

Plus en détail

Prévoyance. Primordial Proposition d Assurance valant note d information

Prévoyance. Primordial Proposition d Assurance valant note d information Prévoyance Primordial Proposition d Assurance valant note d information La présente Proposition d Assurance valant note d information constituera les Conditions Générales de votre contrat. SOMMAIRE 1.

Plus en détail

Responsabilité civile et pénale de l instituteur

Responsabilité civile et pénale de l instituteur Responsabilité civile et pénale de l instituteur 1 Responsabilité civile et pénale de l instituteur Le terme instituteur désigne toute personne mandatée ou agréée par l administration pour assurer un enseignement

Plus en détail

ACCIDENTS DE TRAVAIL. Sessions d'informations 11/2005 1

ACCIDENTS DE TRAVAIL. Sessions d'informations 11/2005 1 ACCIDENTS DE TRAVAIL Sessions d'informations /2005 Récapitulatif des scénarios Scénario : la déclaration d un accident de travail Scénario 2: le rapport mensuel Scénario 3: la reprise du travail Sessions

Plus en détail

Décidezvous. Sinon, vos proches devront le faire pour vous. Informations sur le don d organes, de tissus et de cellules en cas de décès.

Décidezvous. Sinon, vos proches devront le faire pour vous. Informations sur le don d organes, de tissus et de cellules en cas de décès. Informations sur le don d organes, de tissus et de cellules en cas de décès. Décidezvous. Sinon, vos proches devront le faire pour vous. Le court-métrage sur le sujet transplantinfo.ch Vous pouvez être

Plus en détail

Évolution de l accidentalité et futurs enjeux

Évolution de l accidentalité et futurs enjeux COTITA Centre Est 29 mai 2012 Évolution de l accidentalité et futurs enjeux Christian Machu Secrétaire général-adjoint Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR) Sommaire 1.

Plus en détail

Information et conseils. aux familles des victimes d accidents de la route

Information et conseils. aux familles des victimes d accidents de la route Information et conseils aux familles des victimes d accidents de la route Table des matières I. Introduction...6 II. L accident : que se passe-t-il sur place?... 10 III. L intervention des services médicaux...

Plus en détail

EGK-Voyage Votre protection d assurance globale pour les voyages et les vacances

EGK-Voyage Votre protection d assurance globale pour les voyages et les vacances EGK-Voyage Votre protection d assurance globale pour les voyages et les vacances +41 44 283 33 93 www.egk.ch EGK-Voyage: frais de guérison Prestations Frais de guérison non couverts à l étranger en complément

Plus en détail

Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010

Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010 (Peine d annulation du permis de conduire pour conduite en état alcoolique en récidive et

Plus en détail

Demande de règlement assurance vie - Directives

Demande de règlement assurance vie - Directives Demande de règlement assurance vie - Directives **Afin d éviter des retards inutiles dans le traitement de cette demande, veuillez lire attentivement les directives. Pour une réclamation d assurance-vie

Plus en détail

PLAC E DE L AN ALYS E TOXIC OLOG IQUE EN URGE NCE HOSP ITALI ERE

PLAC E DE L AN ALYS E TOXIC OLOG IQUE EN URGE NCE HOSP ITALI ERE PLAC E DE L AN ALYS E TOXIC OLOG IQUE EN URGE NCE HOSP ITALI ERE CHEFIRAT B. Les intoxications aiguës constituent un réel problème de santé publique dont l impact reste encore à évaluer. Le nombre total

Plus en détail

Insécurité routière et délinquance routière en 2012 Observatoire national interministériel de la sécurité routière

Insécurité routière et délinquance routière en 2012 Observatoire national interministériel de la sécurité routière 1 Insécurité routière et délinquance routière en 2012 Observatoire national interministériel de la sécurité routière Introduction L Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR)

Plus en détail

Guide de distribution

Guide de distribution protéger Guide de distribution 2 PROTÉGER Copie du contrat d assurance Le Service à la clientèle d Assurance-vie Banque Nationale peut expédier une copie du contrat au besoin. Vous pouvez joindre notre

Plus en détail

Les motifs de saisine de la commission de réforme

Les motifs de saisine de la commission de réforme Accueil > CDG71 > Santé au travail > Commission de réforme > Les motifs de saisine de la commission de réforme Les motifs de saisine de la commission de réforme Dernière modification le 22/07/2013 L'accident

Plus en détail

Les droits des victimes

Les droits des victimes SERVICE DE L ACCÈS AU DROIT ET À LA JUSTICE ET DE LA POLITIQUE DE LA VILLE Avocat Dépôt de plainte Soutien psychologique? Association d'aide aux victimes Aide juridictionnelle Indemnisation I Les droits

Plus en détail

A S S U R A N C E V I E 5 0+ GUIDE. de distribution. Assurance vie 50+ est un produit individuel d assurance

A S S U R A N C E V I E 5 0+ GUIDE. de distribution. Assurance vie 50+ est un produit individuel d assurance A S S U R A N C E V I E 5 0+ GUIDE de distribution Assurance vie 50+ est un produit individuel d assurance 1 Avis émis par l Autorité des marchés financiers L Autorité des marchés financiers ne s est pas

Plus en détail

> Un cadre législatif spécifique

> Un cadre législatif spécifique R 111 Centre de documentation et d information de l assurance Mars 2007 Accidents de la circulation : l indemnisation des dommages corporels Piéton, cycliste, motard, passager d un véhicule ou conducteur

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Votre partenaire pour la gestion et règlement des sinistres

TABLE DES MATIÈRES. Votre partenaire pour la gestion et règlement des sinistres TABLE DES MATIÈRES Votre partenaire pour la gestion et règlement des sinistres 1 2 Votre partenaire pour la gestion et règlement des sinistres ASSURANCE 1. L aide financière aux victimes d actes intentionnels

Plus en détail

La responsabilité juridique des soignants

La responsabilité juridique des soignants La responsabilité juridique des soignants Les soignants, face à des conditions de travail parfois difficiles et aux aléas de la médecine, songent plus souvent aux risques thérapeutiques qu aux risques

Plus en détail