ASPECTS MEDICO-LEGAUX DES TRAUMATISMES SEVERES NIMES 8 JANVIER Département de médecine légale Pôle URGENCES CHU de Montpellier

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ASPECTS MEDICO-LEGAUX DES TRAUMATISMES SEVERES NIMES 8 JANVIER 2015. Département de médecine légale Pôle URGENCES CHU de Montpellier"

Transcription

1 ASPECTS MEDICO-LEGAUX DES TRAUMATISMES SEVERES NIMES 8 JANVIER 2015 Département de médecine légale Pôle URGENCES CHU de Montpellier

2 REORGANISATION DE LA MEDECINE LEGALE CREATION en 2011 UNITES MEDICOJUDICIAIRES (U.M.J) INSTITUTS MEDICOLEGAUX (I.M.L)

3 ASPECTS MEDICO-LEGAUX LES DECES LES CERTIFICATS (Décès, ITT, Assurances) LES AVP (prélèvements toxicologiques) PRECAUTIONS SUR UNE SCENE DE CRIME LES PLAIES PAR ARME A FEU LES PLAIES PAR ARME BLANCHE

4 Définitions Mort violente Elle s oppose à la mort naturelle donc toute mort ne résultant pas d une maladie Mort suspecte Mort dont les circonstances ne sont pas élucidées et pouvant résulter de l intervention d un tiers

5 CAUSES DU DECES / MODE DE DECES 5 MODES DE DECES : Naturel Accidentel Suicide Homicide Inconnu DES CENTAINES DE CAUSES DU DECES: Infarctus du myocarde,hémorragie par blessure abdominale par coup de couteau, asphyxie par pendaison, Contusion cérébrale post A.VP

6 Critères d une mort suspecte Pas de critères juridiques ou médicaux Recherche par le médecin de signes de mort violente ou en leur absence recherche d indices pouvant faire suspecter l intervention d un tiers Conséquence OBSTACLE MEDICO-LEGAL

7

8

9

10 CERTIFICATION ELECTRONIQUE DES DECES https://sic.certdc.inserm.fr/login.php

11 Obstacle médico-légal Art 74 du Code de procédure pénale Art 81 du Code civil «morts dont la cause est inconnue ou suspecte et signes ou indices de morts violentes» Enquête par un officier de police judiciaire assisté d une personne qualifiée pour apprécier la nature des circonstances de décès (expert ou non) Levée de corps, autopsie, expertises complémentaires puis permis d inhumer

12 Problématiques en extrahospitalier Sujet et antécédents médico-chirurgicaux non toujours connus du médecin Famille pas toujours présente Pas toujours de témoin du décès En l absence de ces éléments anamnestiques: La mort est suspecte que le corps porte ou non des lésions

13 En pratique Cocher la case «obstacle médico-légal» Prévenir les forces de l ordre Maintenir la scène en l état Etablir une fiche de liaison pour le médecin légiste qui sera requis aux fins d examiner le cadavre

14 FICHE DE LIAISON Tentatives de réanimation Entourage - pompiers - médecin - SMUR A l arrivée : vivant - mort apparente - cadavre Ventilation au masque (durée) Massage cardiaque externe (technique) Intubation (technique), site de perfusion (à entourer), drainage, PAC, Défibrillation DESCRIPTION SOMMAIRE DE LA REA AVEC TRACES ECG, DROGUES UTILISEES, DUREE, EFFICACITE (.) Autres commentaires ( )

15 Fiche de liaison SMUR-Médecin-Légiste Nom du médecin :., téléphone :.. Heure.. et date d examen du corps Circonstances de découvertes ( ) Positions du corps et d éventuels objets avant réanimation, état vestimentaire ( ) Si vivant, description des signes fonctionnels et cliniques (.) ATCD médico-chirugicaux, prise de toxiques, de stupéfiants (.)

16 FICHE DE LIAISON CHAMPIGNON DE MOUSSE NOYADE VITALE

17 Examen externe insuffisant HEMATOME EN ZONE DE PRISE

18 L article L de la loi n du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé «le secret médical ne fait pas obstacle à ce que les informations concernant une personne décédée soient délivrées à ses ayants droit, dans la mesure où elles leur sont nécessaires pour leur permettre de connaître les causes de la mort, de défendre la mémoire du défunt ou de faire valoir leurs droits, sauf volonté contraire exprimée par la personne avant son décès».

19 EN PRATIQUE (1) Ne jamais adresser un certificat médical directement à un médecin conseil d assurance, et a fortiori à l entreprise d assurance elle-même. Leur renvoyer demande et formulaire barré de la mention «non conforme aux articles et 14 du code pénal». Prévenir les ayants droit à l avance

20 EN PRATIQUE (2) C est une obligation Que de faire ces certificats sur papier libre A la demande des ayants droit Après avoir vérifié leur identité et lien de parenté En mentionnant : «Naturel ou Accident ou Accident de la voie publique» ET RIEN D AUTRE E t de le faire parvenir aux ayants droit : «en mains propres» ou par courrier. -

21 CAS DU CERTIFICAT POST MORTEM" A la suite du décès d un contractant, les assureurs désirent vérifier que la cause du décès est " étrangère à une éventuelle clause d exclusion de garantie figurant dans le contrat, ou que le " contractant n a pas omis, lors de la souscription, de signaler tel ou tel antécédent. " Le médecin traitant ou le médecin qui a constaté le décès sont alors contactés, soit " directement, soit par l intermédiaire des ayants droit pour rédiger un certificat détaillé " mentionnant : les antécédents du patient, la cause du décès, la date d apparition des premiers symptômes, la date de diagnostic de la maladie. " La position du CNOM a été jusqu à présent de soutenir que le médecin lié par le secret " médical ne devait pas répondre à ce type de question. On admettait, tout au plus, qu il dise si " la mort avait été naturelle, due à une maladie, ou à un accident, ou encore qu elle était " étrangère à une clause d exclusion du contrat qui lui avait été communiqué. " Aucune modification de nos règles déontologiques ne nous conduit actuellement à changer " une attitude basée sur le principe d intérêt public du secret médical. " Cependant la loi du 4 mars 2002 permet aux ayants droit d un patient décédé d accéder à son " dossier médical, dans la mesure où cela est nécessaire à : faire valoir leurs droits, connaître la " cause de la mort, défendre la mémoire du défunt. Les médecins des compagnies d assurance " peuvent ainsi accéder aux données qu elles recherchent lorsque ces documents leurs sont " ensuite transmis. Se trouvent ainsi souvent révélés plus d éléments qu il n en était demandé à " l origine.bien que les documents médicaux fournis aux ayants droit ne doivent pas aller au- " delà de ce qui est nécessaire pour faire valoir leurs droits (art L du code de la santé, " Conseil d Etat, 26 septembre 2005, Conseil national de l Ordre des médecins n ).

22 ACCIDENTS DE CIRCULATION Imprégnation alcoolique (Fiches A, B, C) Conduite sous stupéfiants (Fiches D, E, F) Kits de dépistage fournis par les forces de l ordre (alcool et stupéfiants) Dépistage Salivaire/Urinaire des Stupéfiants cannabis, amphétamines, cocaïne, opiacés Si positif : prélèvement sanguin (seuils de positivité pour caractériser le délit)

23 Code de la santé publique Article L Les officiers ou agents de la police judiciaire doivent, lors de la constatation d'un crime, d'un délit ou d'un accident de la circulation, faire procéder, sur la personne de l'auteur présumé, aux vérifications prévues au I de l'article L du code de la route destinées à établir la preuve de la présence d'alcool dans son organisme lorsqu'il semble que le crime, le délit ou l'accident a été commis ou causé sous l'empire d'un état alcoolique. Ces vérifications sont obligatoires dans tous les cas de crimes, délits ou accidents suivis de mort. Dans tous les cas ou elles peuvent être utiles, elles sont également effectuées sur la victime.

24 ALCOOL ET CONDUITE AUTOMOBILE Contravention de 4ème classe alcoolémie 0,5gr/l-0,8gr/l ou Concentration de 0,25mg/l à 0,40mg/l d alcool par litre d air expiré

25 ALCOOL ET CONDUITE AUTOMOBILE (2) DELIT ALCOOLEMIE SUPERIEURE A 0,8gr/l Ou 0,40mg/l d alcool par litre d air expiré

26 ALCOOL ET CONDUITE AUTOMOBILE (3) MISE EN EVIDENCE DE L ETAT D IMPREGNATION ETHYLIQUE DEPISTAGE ETHYLOTESTS CAT A OU B CONFIRMATION ETHYLOMETRE ou ALCOOLEMIE (attention méthode de dosage prescrite par la loi) FICHES A,B,C au JO N 0056 du 06/03/96 Page 3464 a 3467 (arrêté du 6 février 1996)

27

28

29 ALCOOL ET CONDUITE DEPISTAGE CHEZ LE VIVANT DEPISTAGE CHEZ LE MORT (PROSCRIRE LA PONCTION CARDIAQUE) ê Ponction sous clavière droite

30 CONDUITE SOUS L INFLUENCE DES STUPEFIANTS LISTE DES STUPEFIANTS 4 PRINCIPAUX STUPEFIANTS CANNABIS (Delta9tetrahydrocannabinol), OPIACES, AMPHETAMINES, COCAINE MODALITES DE DEPISTAGE FICHES D,E,F DEPISTAGE SALIVAIRE CONFIRMATION PAR PRELEVEMENTS SANGUINS, CONCENTRATION POSITIVE FIXEE PAR DECRETS

31 Kit de dépistage salivaire

32 DECES LORS DES ACCIDENTS DE CIRCULATION Sites de prélèvement : Sous-clavier droit, fémoral, périphérique Flacons avec conservateur (conservation à +4 C) Mort : Proscrire la ponction intracardiaque Rupture de l estomac et contamination des organes intrathoraciques, Inhalation du contenu gastrique Risque de lésions cardiaques (autopsie)

33 PAS DE PONCTION CARDIAQUE

34 Ponction sous Clavière Corps en décubitus dorsal, tête tournée du coté opposé à la ponction (plutôt à D) Si possible, le moignon de l épaule est abaissé par traction du membre vers le bas Ponction au bord inférieur de la clavicule, jonction 1/3 moyen-1/3 interne, à D ou G L aiguille, connectée une seringue de 20 ml maintenue en aspiration, est dirigée en dedans, vers le haut avec un angle de 60 vers l arrière par rapport au plan cutané L aiguille longe la face inférieure de la clavicule puis sa face postérieure en visant l épaule controlatérale

35 LES CERTIFICATS CERTIFICAT médical initial ITT Blessures par armes à feu, armes blanches I.T.T > 8 jours Délit, Tribunal Correctionnel I.T.T 8 jours Contravention, Tribunal de Police Importance de la description initiale (CMI)

36

37 ITT ET EVALUATION SELON LES MEDECINS F. Niort et al. Médecine&Droit 2014 (2014) Dossiers ITT URGENCES/LEGISTES 1/3 réévalués ITT>8 jours 367 Dossiers ITT M.T/LEGISTES 1/3 réévalués ITT< 8 jours Sigles utilisés problématiques

38

39 ITT ET ATTENTES DES UTILISATEURS F.Niort et al. Médecine&Droit 2014(2014)74-78! Le légiste doit déterminer l ITT Peu de valeur du certificat du MT Doute sur certificat rédigé par les urgences OPJ attendent le plus de renseignements possibles, les avocats plus ou moins, les magistrats surtout la description des lésions et la durée (pas d enquête) Pour les 3, circonstances aggravantes sont intéressantes

40 ITT ET ATTENTE DES UTILISATEURS F.Niort et al. Médecine&Droit 2014(2014)74-78! Notion floue mais utile, trop compliqué de changer, pas de définition sauf jurisprudentielle, nécessité de neutralité, exercice difficile, l avis de l expert est prédominant par rapport aux autres médecins Certificat lu entièrement par magistrats et avocats, les OPJ vont directement à la durée Les limites de durée doivent être clairement établies (8 jours ou 3 mois), confusion sur le sigle

41 I.T.T AVP BLESSURES INVOLONTAIRES ITT supérieure à 3 mois : art : 2 ans euros art : 3 ans euros 5 ans euros ITT inférieure ou égale à 3 mois

42 L incapacité totale de travail Le contenu du certificat Date, âge, identité, profession Prestation de serment si réquisiton Antécédents, Etat antérieur Circonstances, commémoratifs, dires Examen clinique, description des lésions, orienter/repères anatomiques, Photos possibles (H.A.S 2011)

43 L incapacité totale de travail Conclusion : en toutes lettres, une ITT de X jours est à prévoir au sens pénal sous réserves de complications (si ITT < 8 jours) Révision possible avec allongement ou diminution Remise du certificat à l autorité requérante ou à la victime (formule) Certificat médical initial concernant une personne victime de violences H.A.S oct 2011

44 PRECAUTIONS SUR UNE SCENE DE CRIME Economiser ses pas Ne pas déplacer les objets sauf si nécessité Utiliser des gants car risque de contamination de l environnement Eviter d aérer une pièce (intérêt de la température pour l heure du décès)

45 PLAIES PAR ARMES A FEU Sécurisation de l arme +++ et port de gants Noter la position (victime et arme) Déshabillage et respect des vêtements (orifices) pour l analyse balistique Eviter de nettoyer les orifices sur le corps Ne pas laver les mains pour la recherche de résidus de tir et de l ADN sous les ongles Recueil des projectiles (peau/vêtements et orifices naturels) avec pince en plastique. Sur la VP : attention aux projectiles perdus lors du ramassage de la victime

46

47

48 Précautions sur la scène de crime Découpage des vêtements lors des opérations de réanimation Respecter les orifices

49 Précautions sur une scène de crime Corps déplacé? Rôle primordial des premiers intervenants Importance d une fiche de liaison

50

51 SECURISATION DE L ARME

52 PLAIES PAR ARME BLANCHE Respect des vêtements lors du déshabillage (orifices) Utilisation de gants pour manipuler l arme

53

54

55

56

57 LESION DITE DE DEFENSE PAR SAISIE D UNE LAME

58

59 SCENE DE CRIME Economiser ses pas Section des 2 carotides, plaie transfixiante

60

61 CHUTE DE GRANDE HAUTEUR Corps ayant heurté lors de la chute des obstacles entraînant l apparition de lésions spécifiques

62 CHUTE DE GRANDE HAUTEUR ORIGINE DE LA CHUTE Suicide, accident, crime? Confrontation des données de levée de corps, autopsiques, toxicologique

63 CONCLUSION CONNAITRE LES CONSEQUENCES DE L OBSTALE MEDICO-LEGAL COOPERATION RENFORCEE MEDECINE PREHOSPITALIERE/MEDECINE LEGALE (IML : 04/67/33/85/86) INTERET DE L ETABLISSEMENT DE LA FICHE DE LIAISON

64 MERCI DE VOTRE ATTENTION

65

LES CERTIFICATS MEDICAUX

LES CERTIFICATS MEDICAUX Dr Jean Louis VANGI CDOM 73 22 octobre 2012 1 Préambule Banalisation de l acte médical rattaché au certificat médical Engage la responsabilité du médecin Rédaction prudente et respectueuse de certains

Plus en détail

MODE D EMPLOI DES REQUISITIONS POUR POUVOIR Y FAIRE FACE!

MODE D EMPLOI DES REQUISITIONS POUR POUVOIR Y FAIRE FACE! MODE D EMPLOI DES REQUISITIONS POUR POUVOIR Y FAIRE FACE! VOUS ETES REQUISITIONNE EN TANT QU AUXILIAIRE DE JUSTICE Textes juridiques : Article 4124-2 du Code de la santé publique Article 101 à 108 du Code

Plus en détail

POLICE FEDERALE Deux services différents mais souvent associés

POLICE FEDERALE Deux services différents mais souvent associés POLICE FEDERALE Deux services différents mais souvent associés Présentation Cellule Personnes Disparues - Version 2013 SOMMAIRE 1. Cellule Personnes Disparues et DVI 1.1. Situation 2. Cellule Personnes

Plus en détail

Dossier de Presse MISE EN PLACE D UN DÉPISTAGE SYSTÉMATIQUE DES STUPÉFIANTS POUR LES CONDUCTEURS IMPLIQUÉS DANS UN ACCIDENT MORTEL

Dossier de Presse MISE EN PLACE D UN DÉPISTAGE SYSTÉMATIQUE DES STUPÉFIANTS POUR LES CONDUCTEURS IMPLIQUÉS DANS UN ACCIDENT MORTEL Dossier de Presse MISE EN PLACE D UN DÉPISTAGE SYSTÉMATIQUE DES STUPÉFIANTS POUR LES CONDUCTEURS IMPLIQUÉS DANS UN ACCIDENT MORTEL Paris, le 28 août 2001 Quel est le contexte? - La France a enregistré

Plus en détail

Les prélèvements pour expertise toxicologique Docteur E. Saussereau Expert près la Cour d Appel de Rouen Laboratoire de Toxicologie Groupe Hospitalier du Havre Introduction Toxicologie médico-légale Examen

Plus en détail

Expertise Médicale en Maladies Infectieuses

Expertise Médicale en Maladies Infectieuses Expertise Médicale en Maladies Infectieuses Dr Stéphane CHADAPAUD SNMInf Centre Hospitalier de Hyères 1 ers EGI - 14/01/2011 - PARIS Différentes juridictions françaises Ordre administratif Traite les problèmes

Plus en détail

Quoi de neuf sur l ITT?

Quoi de neuf sur l ITT? Quoi de neuf sur l ITT? Patrick O BYRNE Service de Médecine Légale CHRU de Tours Hôpital Trousseau 37044 TOURS Cedex 9 46èmes Journées de FMC Département de FMC Faculté de Médecine de Tours 11 septembre

Plus en détail

Quand et comment rédiger un certificat pour coups et blessures?

Quand et comment rédiger un certificat pour coups et blessures? 9ème journée pluridisciplinaire FMC Quand et comment rédiger un certificat pour coups et blessures? Service de Médecine Légale CHU ANGERS Pr. C. ROUGÉ-MAILLART Dr A. GAUDIN rappels Exercice de la médecine

Plus en détail

Compilation de 4073 dosages sanguins de stupéfiants obtenus par 17 experts judiciaires toxicologues dans le cadre d accidents de la voie publique

Compilation de 4073 dosages sanguins de stupéfiants obtenus par 17 experts judiciaires toxicologues dans le cadre d accidents de la voie publique 3èmes ateliers européens de pharmacodépendance Biarritz, le 27/10/03. Compilation de 4073 dosages sanguins de stupéfiants obtenus par 17 experts judiciaires toxicologues dans le cadre d accidents de la

Plus en détail

Installer en position de sécurité en lien avec la situation et l état du patient

Installer en position de sécurité en lien avec la situation et l état du patient RÉFÉRENTIEL COMPÉTENCES AMBULANCIERS COMPÉTENCES SAVOIR-FAIRE 1. Assurer les gestes d urgences adaptés à l état du patient Protéger le patient face à son environnement, Installer en position de sécurité

Plus en détail

Prise en charge infirmière D un polytraumatisé

Prise en charge infirmière D un polytraumatisé D un polytraumatisé v Pose d un collier cervical v Déshabillage avec découpage des vêtements si nécessaire v Pose de l 02 au masque v Prise des constantes (TA, pls, saturation, score de glasgow) v Evaluation

Plus en détail

PARCOURS D UN DOSSIER RELATIF A UN ACCIDENT DE ROULAGE

PARCOURS D UN DOSSIER RELATIF A UN ACCIDENT DE ROULAGE PARCOURS D UN DOSSIER RELATIF A UN ACCIDENT DE ROULAGE Document explicatif réalisé à l intention des parents-formateurs 17 novembre 2006 PARCOURS D UN DOSSIER ACCIDENT DE ROULAGE avant l élaboration du

Plus en détail

Constats et certificats de décès à domicile ou sur site privé ou public : aspects éthiques et déontologiques

Constats et certificats de décès à domicile ou sur site privé ou public : aspects éthiques et déontologiques Rapport adopté lors de la session du Conseil national de l Ordre des médecins d octobre 2013 Section éthique et déontologie Constats et certificats de décès à domicile ou sur site privé ou public : aspects

Plus en détail

Le dossier médical. du médecin libéral. Patrice MARIE LE GUIDE DE L ENTRÉE DANS LA VIE PROFESSIONNELLE

Le dossier médical. du médecin libéral. Patrice MARIE LE GUIDE DE L ENTRÉE DANS LA VIE PROFESSIONNELLE du médecin libéral Patrice MARIE, c est l ensemble des documents concernant la santé d un patient donné que le médecin garde, en temps que médecin traitant. La loi, promulguée le 4 mars 2002, réaffirme

Plus en détail

Table des matières. Sommaire... 5. Quelques mots des auteurs... 9. Introduction... 11. Chapitre I. Biologie et médecine... 13 Jean-Pol Beauthier

Table des matières. Sommaire... 5. Quelques mots des auteurs... 9. Introduction... 11. Chapitre I. Biologie et médecine... 13 Jean-Pol Beauthier Table des matières Sommaire... 5 Quelques mots des auteurs... 9 Introduction... 11 Chapitre I. Biologie et médecine... 13 Section 1. Anatomie, physiologie, biologie, physiopathologie, génétique... 13 Section

Plus en détail

A PROPOS DE QUELQUES CAS CLINIQUES : SECRET PROFESSIONNEL SEVICES A ENFANTS CERTIFICAT DE DECES VIOLENCES CONJUGUALES

A PROPOS DE QUELQUES CAS CLINIQUES : SECRET PROFESSIONNEL SEVICES A ENFANTS CERTIFICAT DE DECES VIOLENCES CONJUGUALES A PROPOS DE QUELQUES CAS CLINIQUES : SECRET PROFESSIONNEL SEVICES A ENFANTS CERTIFICAT DE DECES VIOLENCES CONJUGUALES Expert : Dr Cécile Manaouil Animateur : Dr Corinne Belvalette VRAI FAUX ITT est une

Plus en détail

LES CERTIFICATS MEDICAUX

LES CERTIFICATS MEDICAUX Dr Philippe VITTOZ CDOM 73 Mai 2006 MAJ Avril 2009 1 SOMMAIRE Généralités diapositives 3 à 6 La forme, le contenu diapositives 7 et 8 L obligatoire, le licite et l injustifié diapositives 9 à 11 Le secret

Plus en détail

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé F13. FORMULAIRES ET CERTIFICATS

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé F13. FORMULAIRES ET CERTIFICATS LES DIX QUESTIONS DU MEDECIN LIBERAL SUR LES FORMULAIRES ET CERTIFICATS REQUIS PAR LES COMPAGNIES D ASSURANCE DES PATIENTS «L information médicale est nécessaire à l assureur que ce soit pour l évaluation

Plus en détail

Avant l action de secours Partie 1 les règles de bases. Chapitre 1 Un cadre juridique. Chapitre 2 Des moyens humains

Avant l action de secours Partie 1 les règles de bases. Chapitre 1 Un cadre juridique. Chapitre 2 Des moyens humains Sommaire Avant l action de secours Partie 1 les règles de bases Chapitre 1 Un cadre juridique 1. Mise en place des lois Pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire (fiche 1 :)...4 Comment est votée une

Plus en détail

Responsabilité Médicale Comment éviter le risque de mise en cause judiciaire?

Responsabilité Médicale Comment éviter le risque de mise en cause judiciaire? Responsabilité Médicale Comment éviter le risque de mise en cause judiciaire? Bernard LIVAREK Assises du CNCH 22 novembre 2012 La responsabilité médicale est d ordre CONTRACTUEL: Arrêt MERCIER (1936) Il

Plus en détail

PROJET DE REVISION DES DISPOSITIONS DU CODE CIMA RELATIVES A LA REPARATION DU PREJUDICE CORPOREL: PROPOSITIONS DU GROUPE DE TRAVAIL DE LA FANAF

PROJET DE REVISION DES DISPOSITIONS DU CODE CIMA RELATIVES A LA REPARATION DU PREJUDICE CORPOREL: PROPOSITIONS DU GROUPE DE TRAVAIL DE LA FANAF 1 PROJET DE REVISION DES DISPOSITIONS DU CODE CIMA RELATIVES A LA REPARATION DU PREJUDICE CORPOREL: PROPOSITIONS DU GROUPE DE TRAVAIL DE LA FANAF Yaoundé, le 27 février 2013 0. Introduction 2 Le cas Janine

Plus en détail

Evaluation d'une I.T.T. (Incapacité Totale de Travail) en cas de coups et blessure volontaires

Evaluation d'une I.T.T. (Incapacité Totale de Travail) en cas de coups et blessure volontaires Evaluation d'une I.T.T. (Incapacité Totale de Travail) en cas de coups et blessure volontaires ITT AU SENS PÉNAL I.T.T.: DÉNOMINATION - CHAMP D'APPLICATION Anciennement appelée ITTP (Incapacité Totale

Plus en détail

«FOUDROYÉS EN FRANCE»

«FOUDROYÉS EN FRANCE» 1 «FOUDROYÉS EN FRANCE» Fiche médicale individuelle et confidentielle à remplir par un médecin Enquête 2012 A renvoyer au : Professeur Christian VIRENQUE SAMU 31 Hôpital PURPAN TSA 40031 31059 TOULOUSE

Plus en détail

CONGRES BALISTIQUE MARSEILLE 1-3 DECEMBRE 2008. Je vois un double intérêt à cette manifestation :

CONGRES BALISTIQUE MARSEILLE 1-3 DECEMBRE 2008. Je vois un double intérêt à cette manifestation : Bonjour à tous CONGRES BALISTIQUE MARSEILLE 1-3 DECEMBRE 2008 Je me félicite que ce congrès réunisse des professionnels d horizons divers, magistrats, avocats, médecins, techniciens, experts Je vois un

Plus en détail

CAPACITE DE PRATIQUES MEDICO-JUDICIAIRES DE L INTER-REGION NORD-EST

CAPACITE DE PRATIQUES MEDICO-JUDICIAIRES DE L INTER-REGION NORD-EST CAPACITE DE PRATIQUES MEDICO-JUDICIAIRES DE L INTER-REGION NORD-EST Cette Capacité réunit les enseignants de médecine légale et les candidats des facultés de médecine de BESANCON, DIJON, NANCY, REIMS et

Plus en détail

Formulaires médicaux et assurances

Formulaires médicaux et assurances Rapport adopté lors de la session du Conseil national de l Ordre des médecins de septembre 2007 Docteur François STEFANI Formulaires médicaux et assurances Les médecins sont très souvent sollicités en

Plus en détail

ASSURANCE DES ACCIDENTS CORPORELS SUBIS PAR LES CAVALIERS

ASSURANCE DES ACCIDENTS CORPORELS SUBIS PAR LES CAVALIERS C.S. n 043 a ASSURANCE DES ACCIDENTS CORPORELS SUBIS PAR LES CAVALIERS CONVENTIONS SPÉCIALES N 043 a imp MMA Le Mans COR 6255-5 (12/03) S O M M A I R E Articles Les garanties proposées à l'assuré... 1

Plus en détail

Alcool, stupéfiants et sécurité routière

Alcool, stupéfiants et sécurité routière L organisation de manifestations sur le territoire de la commune Vinça 13 décembre 2012 Alcool, stupéfiants et sécurité routière Didier DELAITRE Médecin enquêteur - BEA et Colonel Bruno MERCIER Médecin

Plus en détail

Les certificats médicaux

Les certificats médicaux Les certificats médicaux Dr BOUDRIES COURS DROIT MEDICAL (BEJAIA) 2013 I - généralités Les certificats médicaux sont de plus en plus demandés par les malades et les non malades pour répondre aux attentes

Plus en détail

Formation obligatoire d adaptation à l emploi

Formation obligatoire d adaptation à l emploi Cycle de formation Praxis Conforme à l arrêté du 16 juillet 2009 Formation obligatoire d adaptation à l emploi Agent de service mortuaire Madame, Monsieur, Depuis l arrêté du 16 juillet 2009 relatif à

Plus en détail

L ACCES AU DOSSIER PATIENT

L ACCES AU DOSSIER PATIENT Assistance Publique Hôpitaux de Marseille L ACCES AU DOSSIER PATIENT 1 - Qui peut demander le dossier d un patient? (cf. ANNEXE 1) le patient concerné, la personne titulaire de l autorité parentale ou

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE. Vous êtes victime de violences dans votre couple et vous vous adressez à la Police Nationale pour faire valoir vos droits.

NOTICE EXPLICATIVE. Vous êtes victime de violences dans votre couple et vous vous adressez à la Police Nationale pour faire valoir vos droits. NOTICE EXPLICATIVE Vous êtes victime de violences dans votre couple et vous vous adressez à la Police Nationale pour faire valoir vos droits. écrit. Vous allez être reçu(e) pour relater des faits qui seront

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/TRANS/WP.1/2010/5 Distr. générale 12 janvier 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité des transports intérieurs Groupe de

Plus en détail

Secret professionnel Déontologie Responsabilité de l infirmière. Dr Jérôme LANGRAND Centre Antipoison de Paris

Secret professionnel Déontologie Responsabilité de l infirmière. Dr Jérôme LANGRAND Centre Antipoison de Paris Secret professionnel Déontologie Responsabilité de l infirmière Dr Jérôme LANGRAND Centre Antipoison de Paris 1 SECRET PROFESSIONNEL 2 Secret professionnel Bases juridiques - Code pénal - article 226-13

Plus en détail

L anesthésiste face à l expert!! Docteur D.MONTPELLIER

L anesthésiste face à l expert!! Docteur D.MONTPELLIER L anesthésiste face à l expert!! Docteur D.MONTPELLIER Conflits d intérêts de l Expert Corporatisme, Copinage avec les avocats. Expertise judiciaire + assurance + associations. Accepter une expertise en

Plus en détail

L'expertise Médicale. Journée d étude Médecin Magistrat Assureur Indemnisation du préjudice corporel

L'expertise Médicale. Journée d étude Médecin Magistrat Assureur Indemnisation du préjudice corporel L'expertise Médicale Journée d étude Médecin Magistrat Assureur Indemnisation du préjudice corporel L'expertise Médicale Définition L'expertise est un moyen d'investigations qui éclaire une juridiction

Plus en détail

Questionnaires de santé, certificats et assurances

Questionnaires de santé, certificats et assurances Rapport adopté lors de la session du Conseil national de l Ordre des médecins d avril 2015 Questionnaires de santé, certificats et assurances Les médecins sont régulièrement sollicités en vue de la rédaction

Plus en détail

Les stupéfiants sont, en droit français, des substances vénéneuses dont l usage, la détention, la culture, l importation et la cession sont interdits

Les stupéfiants sont, en droit français, des substances vénéneuses dont l usage, la détention, la culture, l importation et la cession sont interdits Les stupéfiants sont, en droit français, des substances vénéneuses dont l usage, la détention, la culture, l importation et la cession sont interdits ou réglementés. Cela concerne toutes les drogues illégales,

Plus en détail

la temporaire emprunteur

la temporaire emprunteur CONDITIONS GÉNÉRALES la temporaire emprunteur Le présent contrat est régi par le Code des assurances et repose sur la bonne foi des déclarations du Contractant et de l Assuré. Il est constitué par : Les

Plus en détail

les principales infractions au code de la route et leurs sanctions

les principales infractions au code de la route et leurs sanctions Pour connaître le nombre de points sur votre permis, connectez-vous sur le site : www.interieur.gouv.fr les principales infractions au code de la route et leurs sanctions En savoir plus? www.securite-routiere.gouv.fr

Plus en détail

USAGE DE PRODUITS STUPEFIANTS - DES DEPISTAGES PLUS PERFORMANTS ET RAPIDES

USAGE DE PRODUITS STUPEFIANTS - DES DEPISTAGES PLUS PERFORMANTS ET RAPIDES Les conditions de dépistage de l alcoolémie par les différents corps de contrôle sont connues de tous. Rapides et sans équivoque, les dépistages permettent de constater rapidement si un conducteur est

Plus en détail

PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE

PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE SYNTHESE Le 15 septembre 2003, Madame Anne D HAUTEVILLE, professeur

Plus en détail

AES. Stop au massacre! Accident d Exposition au Sang. Avec la participation de l ARLIN PACA http://fr.ap-hm.fr/site/arlin-paca

AES. Stop au massacre! Accident d Exposition au Sang. Avec la participation de l ARLIN PACA http://fr.ap-hm.fr/site/arlin-paca Petit g de u s bon nes p AES ide ratiqu e s Accident d Exposition au Sang Stop au massacre! Avec la participation de l ARLIN PACA http://fr.ap-hm.fr/site/arlin-paca www.urps-infirmiere-paca.fr https://www.facebook.com/urps.infirmiere.paca

Plus en détail

Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif)

Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif) Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif) Contenu de la formation PSE1 LE SECOURISTE : 1 h 30 Indiquer le rôle et les responsabilités d un secouriste. Indiquer les connaissances

Plus en détail

Les Certificats Médicaux

Les Certificats Médicaux LES LABORATOIRES LUNDBECK VOUS ONT PRESENTE SEROPLEXEMENT POUR CALFORMED Les Certificats Médicaux Docteur Pierre DUTRIEUX Le 11 avril 2006 SEROPLEXEMENT POUR CALFORMED Un certificat médical : Pourquoi?

Plus en détail

Module 1 : Le Fait criminel

Module 1 : Le Fait criminel PROGRAMME D.U PLURIDISCIPLINARITE ET SCIENCES CRIMINELLES Enseignement les jeudis Bibliothèque Institut de Médecine Légale 12 Avenue Rockefeller 69008 LYON Période du 03 Décembre 2016 à début juillet 2016

Plus en détail

Assurance vie. La Positive de 18 à 80 ans

Assurance vie. La Positive de 18 à 80 ans Assurance vie La Positive de 18 à 80 ans La Positive Une assurance vie permanente pouvant atteindre 25 000 $, sans examen médical Si vous avez entre 18 et 80 ans, La Positive de La Capitale peut vous faire

Plus en détail

Institutions Acteurs Procédures Vos droits. Les violences conjugales

Institutions Acteurs Procédures Vos droits. Les violences conjugales Institutions Acteurs Procédures Vos droits Les violences conjugales F i c h e P r a t i q u e Les violences conjugales Toute personne qui subit des violences physiques, verbales, psychologiques ou sexuelles

Plus en détail

Alcool au volant : tous responsables? La question de la co-responsabilité sera enfin posée au Tribunal de Saint Nazaire

Alcool au volant : tous responsables? La question de la co-responsabilité sera enfin posée au Tribunal de Saint Nazaire DOSSIER DE PRESSE 01/09/2014 Alcool au volant : tous responsables? La question de la co-responsabilité sera enfin posée au Tribunal de Saint Nazaire Avec l appui de la Ligue Contre la Violence Routière,

Plus en détail

DROGUES ET LOI. Dr F. PAYSANT CHU GRENOBLE

DROGUES ET LOI. Dr F. PAYSANT CHU GRENOBLE DROGUES ET LOI Dr F. PAYSANT CHU GRENOBLE contexte Drogue licite (tabac, alcool, jeu, internet, ) Organisation, ou prise en compte des effets Drogue illicite (héroïne, cannabis, cocaine,.) Production,

Plus en détail

MARTINIQUE PDASR 2013 FICHE ACTION SECURITE ROUTIERE/ACCES AU DROIT

MARTINIQUE PDASR 2013 FICHE ACTION SECURITE ROUTIERE/ACCES AU DROIT ACTION SECURITE ROUTIERE/ ACCES AU DROIT DU MERCREDI 25 SEPTEMBRE 2013 1/6 MARTINIQUE PDASR 2013 FICHE ACTION SECURITE ROUTIERE/ACCES AU DROIT EDUCATION, FORMATION, COMMUNICATION, CONTROLE, ETUDE, INFRASTRUCTURE,

Plus en détail

Demande d indemnisation adressée à la. Commission d Indemnisation des Victimes d Infractions 1 (C.I.V.I)

Demande d indemnisation adressée à la. Commission d Indemnisation des Victimes d Infractions 1 (C.I.V.I) Nous sommes là pour vous aider Demande d indemnisation adressée à la N 12825*03 Commission d Indemnisation des Victimes d Infractions 1 (C.I.V.I) (Articles 706-3 à 706-15, R 50-1 à R 50-28 du code de procédure

Plus en détail

THEME : L ACCIDENT DE TRAVAIL

THEME : L ACCIDENT DE TRAVAIL THEME : L ACCIDENT DE TRAVAIL DÉFINITION DE L ACCIDENT DU TRAVAIL Il faut rappeler que tout ce qui arrive sur le lieu du travail n est pas constitutif d un accident du travail au sens légal du terme. La

Plus en détail

Suspension 3 ans (sans sursis) Annulation 3 ans. 6 Suspension 3 ans - Annulation 3 ans. 6 Suspension 3 ans. 6 Suspension 3 ans - Annulation 3 ans

Suspension 3 ans (sans sursis) Annulation 3 ans. 6 Suspension 3 ans - Annulation 3 ans. 6 Suspension 3 ans. 6 Suspension 3 ans - Annulation 3 ans Conduite en état d'ivresse ou sous l'emprise d'un état alcoolique (de 0,8 g/l de sang ou 0,4 mg/l d'air expiré Refus de se soumettre au contrôle d'alcoolémie ou de produits stupéfiants. Conduite sous l'influence

Plus en détail

La responsabilité du sauveteursecouriste

La responsabilité du sauveteursecouriste Page 1 sur 5 La responsabilité du sauveteursecouriste du travail Les sauveteurs-secouristes du travail peuvent s'inquiéter de leur responsabilité e et civile s'ils pratiquent les premiers secours. Cependant,

Plus en détail

aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de Santé

aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de Santé Champ référentiel 1.2 Chapitre 1, domaine 2 : Juridique Les principes généraux du droit d accès aux données de santé aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de

Plus en détail

Donneur ou pas... Pourquoi et comment je le dis à mes proches.

Donneur ou pas... Pourquoi et comment je le dis à mes proches. L Agence de la biomédecine DON D ORGANES le guide L Agence de la biomédecine, qui a repris les missions de l Etablissement français des Greffes, est un établissement public national de l Etat créé par

Plus en détail

IMPREGNATION CANNABIQUE:

IMPREGNATION CANNABIQUE: IMPREGNATION CANNABIQUE: Outils analytiques et aide à l interprétation biologique Dr Damien RICHARD, drichard@chu-clermontferrand.fr Laboratoire de Pharmacologie et de Toxicologie CHU, Gabriel Montpied,

Plus en détail

Prévention et lutte contre les addictions : La FNTV communique, informe, sensibilise, mobilise pour plus et mieux de sécurité dans les autocars.

Prévention et lutte contre les addictions : La FNTV communique, informe, sensibilise, mobilise pour plus et mieux de sécurité dans les autocars. Prévention et lutte contre les addictions : La FNTV communique, informe, sensibilise, mobilise pour plus et mieux de sécurité dans les autocars. ADDICTIONS = DEPENDANCE = DANGER : Nos entreprises assurent

Plus en détail

La transaction amiable, Procédures et indemnisation. Brahim KOBBI FTUSA

La transaction amiable, Procédures et indemnisation. Brahim KOBBI FTUSA , Procédures et indemnisation Brahim KOBBI FTUSA Introduction Les préjudices indemnisables Les modes d indemnisation L indemnisation amiable Conclusion 2 Introduction L assurance automobile est désormais

Plus en détail

Par quoi faut-il commencer le nettoyage du matériel d'intervention utilisé?

Par quoi faut-il commencer le nettoyage du matériel d'intervention utilisé? Choi multiples 14.1 Pour une victime incarcérée, quelle est la première action à entreprendre après avoir assuré la sécurité? A. Evaluer sa conscience B. Palper ses membres C. Trouver son groupe sanguin

Plus en détail

Liberté. Égalité. Fraternité. Direction Générale de la Santé. Direction de l Hospitalisation et de l Organisation des Soins

Liberté. Égalité. Fraternité. Direction Générale de la Santé. Direction de l Hospitalisation et de l Organisation des Soins Liberté. Égalité. Fraternité RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la santé, de la famille, et des personnes handicapées Direction Générale de la Santé Direction de l Hospitalisation et de l Organisation des

Plus en détail

les principales infractions au code de la route et leurs sanctions

les principales infractions au code de la route et leurs sanctions les principales infractions au code de la route et leurs sanctions Les infractions liées à l alcoolémie CONTRAVENTION Conduite avec une alcoolémie égale ou supérieure à 0,5 et inférieure à 0,8 g/ l de

Plus en détail

GUIDE DE L ASSURÉ. Optez pour l assurance. qui peut regrouper maladies graves et assurance vie

GUIDE DE L ASSURÉ. Optez pour l assurance. qui peut regrouper maladies graves et assurance vie GUIDE DE L ASSURÉ Optez pour l assurance qui peut regrouper maladies graves et assurance vie Ne laissez rien au hasard AU CANADA ON ESTIME QUE À chaque heure : 16,65 personnes apprendront qu elles sont

Plus en détail

Évolution des contrôles routiers et des infractions

Évolution des contrôles routiers et des infractions Le point sur la recherche en cours La réponse pénale à la conduite sous influence (alcool et stupéfiants) tendances Décembre 213 1 Ivana Obradovic Dans un contexte général de hausse des condamnations judiciaires

Plus en détail

Formulaire de Notification

Formulaire de Notification Formulaire de Notification Référence de notification de la réclamation : Informations personnelles : Nom : Type de réclamation : Date : Adresse : (Réservé au bureau) Numéro de contact : Adresse électronique

Plus en détail

RAPPORT MEDICAL. de M

RAPPORT MEDICAL. de M ALLOCATION TEMPORAIRE D INVALIDITE DES AGENTS DES COLLECTIVITES LOCALES RAPPORT MEDICAL de M 1 re concession N.I.R de la Sécurité Sociale Clé Révision nouvel évènement (accident, maladie) Révision quinquennale

Plus en détail

La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes victime. Ministère de la Justice

La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes victime. Ministère de la Justice La Justice et vous Les acteurs de la Justice Les institutions S informer Justice pratique Ministère de la Justice Vous êtes victime Vous pouvez, en tant que victime d une infraction, déposer une plainte

Plus en détail

PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT. relatif à diverses dispositions en matière de sécurité routière. et en matière de contraventions.

PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT. relatif à diverses dispositions en matière de sécurité routière. et en matière de contraventions. PROJET DE LOI adopté le 15 juin 1989 N 99 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1988-1989 PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT relatif à diverses dispositions en matière de sécurité routière et en matière de

Plus en détail

Responsabilité professionnelle des Infirmiers

Responsabilité professionnelle des Infirmiers Responsabilité professionnelle des Infirmiers Diplômés s d Etatd Direction des Affaires Juridiques et des Droits du Patient Bureau de la Responsabilité Médicale et du Contentieux des Personnels Emily THIBAULT

Plus en détail

accident du travail ou maladie professionnelle du

accident du travail ou maladie professionnelle du accidents travail et maladies définis et prescrits par le en avec le médecin conseil volet 1 à conserver par le médecin traitant nom de naissance (suivi s'il y a lieu nom d'usage)-prénom accident travail

Plus en détail

Ken Bell s Sommaire des Abréviations

Ken Bell s Sommaire des Abréviations Ken Bell s Sommaire des Abréviations AUG: CSAM: DSA: PUI: RCP: RIA: SCR: Arrêt Urgence Général CERN Safety Alarm Monitoring Défibrillateur Semi-Automatique Plan Urgence D Intervention Réanimation Cardio-Pulmonaire

Plus en détail

COMMENT SE PREPARER A «SUBIR» UNE EXPERTISE?

COMMENT SE PREPARER A «SUBIR» UNE EXPERTISE? COMMENT SE PREPARER A «SUBIR» UNE EXPERTISE? Dr C. MANAOUIL, M. GIGNON, D. MONTPELLIER XXIIIème Journée d Anesthésie Réanimation de Picardie Amiens - 16 juin 2006 COMMENT SE PREPARER A UNE En anesthésiste

Plus en détail

Assurance vie permanente. Avantage simplifié Pour les personnes de 40 à 80 ans, sans examen médical

Assurance vie permanente. Avantage simplifié Pour les personnes de 40 à 80 ans, sans examen médical Assurance vie permanente Avantage simplifié Pour les personnes de 40 à 80 ans, sans examen médical Avantage simplifié Jusqu à 100 000 $ 1 d assurance vie par assuré, sans examen médical Avantage simplifié

Plus en détail

- de mettre à la charge de l Etat la somme de 1 500 euros au titre de l article L. 761-1 du code de justice administrative ;

- de mettre à la charge de l Etat la somme de 1 500 euros au titre de l article L. 761-1 du code de justice administrative ; TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE RENNES N 1003077 M. Yves Alain LXXXX M. Vennéguès Magistrat désigné M. Bernard Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Rennes

Plus en détail

Les sanctions relatives au permis de conduire

Les sanctions relatives au permis de conduire Les sanctions relatives au permis de conduire 1- Présentation des sanctions relatives au permis de conduire : Les sanctions relatives au permis de conduire peuvent être de deux ordres : Administratives

Plus en détail

AVENANTS ET DES GARANTIES

AVENANTS ET DES GARANTIES SOMMAIRE DES AVENANTS ET DES GARANTIES COMPLÉMENTAIRES Garanties présentées Décès et mutilation accidentels Protection maladies graves pour enfants Protection vie pour enfants Assurabilité garantie Exonération

Plus en détail

République française. Tribunal de Grande Instance de Paris

République française. Tribunal de Grande Instance de Paris République française Au nom du Peuple français Tribunal de Grande Instance de Paris 28eme chambre N d'affaire : Jugement du : 27 septembre 2010, 9h n : 3 NATURE DES INFRACTIONS : CONDUITE DE VEHICULE SOUS

Plus en détail

SEMINAIRES IRIS. Dr B. Claessens, SMUR- CHU St Pierre 14 octobre 2003. Amiante. Du grec «amiantos» : imputrescible nom masculin,

SEMINAIRES IRIS. Dr B. Claessens, SMUR- CHU St Pierre 14 octobre 2003. Amiante. Du grec «amiantos» : imputrescible nom masculin, Smur et amiante Dr B. Claessens, SMUR- CHU St Pierre 14 octobre 2003 Amiante Du grec «amiantos» : imputrescible nom masculin, Famille de minéraux très répandue à la surface du globe, Largement utilisée

Plus en détail

Les produits psychoactifs. Prev. Prévention des. 2 r Risques Routiers. Modèle déposé Prev2r Copyrigth 2014 - reproduction interdite

Les produits psychoactifs. Prev. Prévention des. 2 r Risques Routiers. Modèle déposé Prev2r Copyrigth 2014 - reproduction interdite Les produits psychoactifs Prev Prévention des 2 r Risques Routiers Les produits psychoactifs L alcool Les contrôles préventifs, Les contrôles lors des accidents corporels, Les contrôles lors des accidents

Plus en détail

CONDUITE A TENIR EN CAS D ACCIDENT AVEC EXPOSITION AU SANG (AES)

CONDUITE A TENIR EN CAS D ACCIDENT AVEC EXPOSITION AU SANG (AES) Pour la santé au travail CONDUITE A TENIR EN CAS D ACCIDENT AVEC EXPOSITION AU SANG (AES) Risques d AES Piqûre Coupure Projection sur visage yeux peau lésée Avec l aimable autorisation des sociétés SITA

Plus en détail

LA RESPONSABILITE DU MEDECIN DU SPORT. par le Dr. Marc LEWINSKI EXPERTISES MEDICALES 5bis, rue ANTOINE CHANTIN 75014 PARIS

LA RESPONSABILITE DU MEDECIN DU SPORT. par le Dr. Marc LEWINSKI EXPERTISES MEDICALES 5bis, rue ANTOINE CHANTIN 75014 PARIS LA RESPONSABILITE DU MEDECIN DU SPORT par le Dr. Marc LEWINSKI EXPERTISES MEDICALES 5bis, rue ANTOINE CHANTIN 75014 PARIS INTRODUCTION la responsabilité médicale,c est l obligation morale ou juridique

Plus en détail

Le trafic et la consommation des stupéfiants se trouvent classés dans le livre intitulé «Crimes et délits contre les personnes.

Le trafic et la consommation des stupéfiants se trouvent classés dans le livre intitulé «Crimes et délits contre les personnes. Drogues et loi Le trafic et la consommation des stupéfiants se trouvent classés dans le livre intitulé «Crimes et délits contre les personnes. Loi du 31 décembre 1970 Interdit et pénalise l usage de toute

Plus en détail

FICHE ETABLIE PAR LE CONSEIL NATIONAL DE L ORDRE DES SAGES-FEMMES

FICHE ETABLIE PAR LE CONSEIL NATIONAL DE L ORDRE DES SAGES-FEMMES FICHE ETABLIE PAR LE CONSEIL NATIONAL DE L ORDRE DES SAGES-FEMMES LES CERTIFICATS MEDICAUX ETABLIS PAR LES SAGES-FEMMES EN VUE DE CONSTATER DES LESIONS ET SIGNES QUI TEMOIGNENT DE VIOLENCES Article R.4127-316

Plus en détail

Incapacité de conduire et sanctions

Incapacité de conduire et sanctions Incapacité de conduire et sanctions Nouvelles réglementations légales au 1er janvier 2005 Conférence de presse du 23 novembre 2004 «0,5 pour mille dès 05» M. Rudolf Dieterle, Directeur Office fédéral des

Plus en détail

les principales infractions au code de la route et leurs sanctions

les principales infractions au code de la route et leurs sanctions les principales infractions au code de la route et leurs sanctions Les infractions liées à l alcoolémie En 2009, 1 200 vies auraient pu être sauvées si tous les conducteurs avaient respecté la limite légale

Plus en détail

Dispositions à prendre en cas d accident et d incident

Dispositions à prendre en cas d accident et d incident Dispositions à prendre en cas d accident et d incident En cas d accident ou d incident, les Chefs de Corps et les Commandants d Unité doivent veiller à appliquer certaines procédures, comme la rédaction

Plus en détail

Le cadre juridique des conduites addictives en milieu du travail

Le cadre juridique des conduites addictives en milieu du travail 1 Le cadre juridique des conduites addictives en milieu du travail Céline CZUBA Juriste droit social ; Doctorante en Droit/Santé/Travail, ISTNF / LILLE 2 Le 6 février 2013, Rencontres «Nucléaire & Santé»,

Plus en détail

FICHE COMMUNE AT-MP N 10 CONDITIONS D ACCÈS AUX PIÈCES DU DOSSIER DE L ACCIDENT DU TRAVAIL ET DE LA MALADIE PROFESSIONNELLE

FICHE COMMUNE AT-MP N 10 CONDITIONS D ACCÈS AUX PIÈCES DU DOSSIER DE L ACCIDENT DU TRAVAIL ET DE LA MALADIE PROFESSIONNELLE FICHE COMMUNE AT-MP N 10 CONDITIONS D ACCÈS AUX PIÈCES DU DOSSIER DE L ACCIDENT DU TRAVAIL ET DE LA MALADIE PROFESSIONNELLE page 225 page 226 Conditions d accès aux pièces du dossier de l accident du travail

Plus en détail

Association nationale des victimes de l insécurité routière www.victimes.org AIDE AUX VICTIMES D UN ACCIDENT DE LA ROUTE

Association nationale des victimes de l insécurité routière www.victimes.org AIDE AUX VICTIMES D UN ACCIDENT DE LA ROUTE Association nationale des victimes de l insécurité routière www.victimes.org AIDE AUX VICTIMES D UN ACCIDENT DE LA ROUTE L accueil est assuré 24 h sur 24 au 0 820 30 3000 * ou 06.86.55.24.01 Victimes &

Plus en détail

DEMANDE DE RÈGLEMENT ASSURANCE VIE

DEMANDE DE RÈGLEMENT ASSURANCE VIE DEMANDE DE RÈGLEMENT ASSURANCE VIE Demande de règlement assurance vie - Directives 1. Pour une demande d assurance vie : Le bénéficiaire (demandeur) doit remplir le formulaire Déclaration du bénéficiaire

Plus en détail

DECLARATION D ACCIDENT DU TRAVAIL DOCUMENT DESTINE A LA VICITME

DECLARATION D ACCIDENT DU TRAVAIL DOCUMENT DESTINE A LA VICITME DEPARTEMENT DE L ADMINISTRATION FINANCIERE (D.A.F.) SERVICE DES ASSURANCES - CP 150 Email : assurulb@admin.ulb.ac.be DECLARATION D ACCIDENT DU TRAVAIL DOCUMENT DESTINE A LA VICITME Madame, Monsieur, Vous

Plus en détail

Numéro du rôle : 4812. Arrêt n 77/2010 du 23 juin 2010 A R R E T

Numéro du rôle : 4812. Arrêt n 77/2010 du 23 juin 2010 A R R E T Numéro du rôle : 4812 Arrêt n 77/2010 du 23 juin 2010 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l'article 63, 4, des lois relatives à la police de la circulation routière, coordonnées par

Plus en détail

D D S P. Guide pratique à l usage des commerçants. Préambule SOMMAIRE. La Direction Départementale de la Sécurité Publique du Rhône

D D S P. Guide pratique à l usage des commerçants. Préambule SOMMAIRE. La Direction Départementale de la Sécurité Publique du Rhône D D S P 69 Guide pratique à l usage des commerçants La Direction Départementale de la Sécurité Publique du Rhône Préambule - Sachez que les vols avec effraction se produisent le plus souvent entre 21h00

Plus en détail

Faculté de Médecine de Marseille

Faculté de Médecine de Marseille Certificats médicaux. Décès et législation. Prélèvements d'organes et législation (08) G. Leonetti Mars 2005 Objectifs Pédagogiques : Préciser les règles générales d'établissement des certificats médicaux

Plus en détail

CODE DE LA ROUTE. Article L121-1

CODE DE LA ROUTE. Article L121-1 CODE DE LA ROUTE Responsabilité du conducteur Article L121-1 Le conducteur d'un véhicule est responsable pénalement des infractions commises par lui dans la conduite dudit véhicule. Toutefois, lorsque

Plus en détail

Don d organes et mort cérébrale. Drs JL Frances & F Hervé Praticiens hospitaliers en réanimation polyvalente Hôpital Laennec, Quimper

Don d organes et mort cérébrale. Drs JL Frances & F Hervé Praticiens hospitaliers en réanimation polyvalente Hôpital Laennec, Quimper Don d organes et mort cérébrale Drs JL Frances & F Hervé Praticiens hospitaliers en réanimation polyvalente Hôpital Laennec, Quimper La mort cérébrale Cessation irréversible de toute fonction cérébrale

Plus en détail

Les motifs de saisine de la commission de réforme

Les motifs de saisine de la commission de réforme Accueil > CDG71 > Santé au travail > Commission de réforme > Les motifs de saisine de la commission de réforme Les motifs de saisine de la commission de réforme Dernière modification le 22/07/2013 L'accident

Plus en détail

PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS

PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS CH de Saint-Quentin Mme Sylvie HAGEAUX Formation en Hygiène destinée aux EHPAD 17 juin 2015 LE PRELEVEMENT SANGUIN MATERIEL Un plateau avec : 1 garrot propre Des

Plus en détail

Module 1 Question 9 MODALITES D HOSPITALISATION EN PSYCHIATRIE. Rédaction commune : JP Lépine, S Arbabzadeh-Bouchez, N.

Module 1 Question 9 MODALITES D HOSPITALISATION EN PSYCHIATRIE. Rédaction commune : JP Lépine, S Arbabzadeh-Bouchez, N. Module 1 Question 9 MODALITES D HOSPITALISATION EN PSYCHIATRIE Rédaction commune : JP Lépine, S Arbabzadeh-Bouchez, N. Lafay, JL Senon Les modalités d hospitalisation en milieu psychiatrique sont régies

Plus en détail