G.SCOPE G E S T I O N ( S ) D U R I S Q U E. LE MAGAZINE DE GRAS SAVOYE - N 58 - Décembre 2011

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "G.SCOPE G E S T I O N ( S ) D U R I S Q U E. LE MAGAZINE DE GRAS SAVOYE - N 58 - Décembre 2011"

Transcription

1 . G.SCOPE. G E S T I O N ( S ) D U R I S Q U E LE MAGAZINE DE GRAS SAVOYE - N 58 - Décembre 2011

2 S O M M A I R E G. S C O P E N 5 8 G E S T I O N ( S ) D U R I S Q U E E D I T O Patrick Werner D O S S I E R L A G O U V E R N A N C E D E S R I S Q U E S Supply Chain Anticiper les risques pour mieux maîtriser son activité Universe Le hub version gestion des risques Rencontre Suez Environnement s ouvre à Universe Rencontre avec Frank Grimonpont Protection des données numériques Un enjeu majeur FO C U S Responsabilité de l employeur Nouvel enjeu, nouvelle solution Gras Savoye Assurances de personnes Travailler aux Etats-Unis : descente au coeur du business de la santé Patrimoine Sotheby s au coeur du marché de l Art Rencontre avec Guillaume Cerutti L I B R E E X P O S I T I O N Camille Wielanek G S. A C T U À L A F F I C H E L A V I S I O N D U R I S Q U E S E L O N Patrick Werner PAGE 1 PAGE 4-7 PAGE 8-9 PAGE PAGE PAGE PAGE PAGE PAGE PAGE PAGE PAGE 32 E D I T O Depuis le 29 août, j exerce la responsabilité de Directeur Général de Gras Savoye. Les actionnaires du Groupe ont en effet dissocié la fonction de Président non exécutif, exercée par Patrick Lucas, et la fonction exécutive de Directeur Général. Pour assurer la continuité de l entreprise, la transmission de son savoir-faire, la connaissance de ses clients et sa modernisation, cette formule est à coup sûr une excellente solution. Patrick Lucas, qui est resté 37 ans à la tête de l entreprise, en a fait le premier courtier français et le dixième mondial. C est remarquable. Une entreprise, cela n existe que par et pour ses clients. Et pour développer ses relations avec ses clients, il faut leur apporter de la valeur ajoutée, un service incontestable, d autant plus que les temps sont durs pour les entreprises et que la compétition entre courtiers n a jamais été aussi forte. C est parce que je suis convaincu que Gras Savoye dispose des meilleurs atouts pour gagner cette bataille que j ai rejoint ce groupe, fort du talent de ses 3700 collaborateurs, de sa présence unique au plus près des entreprises petites et grandes, de son réseau international dans plus de 40 pays, et de son partenariat renforcé avec Willis, troisième courtier mondial. Mais le monde change si vite que mon rôle est surtout de construire le Gras Savoye des années à venir, plus que de me retourner sur ce qui a été fait et bien fait. Pour cela, l essentiel est de bien connaître ses clients et leurs besoins, de les écouter et de mettre à leur service notre savoir-faire en matière de gestion et de couverture de leurs risques. C est à cela que doivent s attacher tous les collaborateurs et collaboratrices de Gras Savoye. J y veillerai personnellement. PA T R I C K W E R N E R Retrouvez la vision du risque selon Patrick Werner en page 32 de ce numéro. Ppage 1 edito

3 L a g o u v e r n a n c e d u r i s q u e S u p p l y C h a i n Anticiper les risques pour mieux maîtriser son activité Face à l'accroissement des interdépendances entre les entreprises, quelles sont les solutions possibles pour protéger son activité contre les aléas de la Supply Chain? U N I V E R S E Le hub version gestion des risques Gras Savoye Risk Consulting et Enablon proposent un système d'information et de gestion des risques qui gère les données de risques et d'assurances pour les entreprises dans le monde entier. Visite guidée! D O S S I E R R E N C O N T R E Suez Environnement s ouvre à Universe Partageons la vision et l expérience de Franck Grimonpont, Directeur des assurances. P R O T E C T I O N D E S D O N N É E S N U M É R I Q U E S Un enjeu majeur! Comment protéger les données personnelles stockées sur les serveurs électroniques? Comment les entreprises peuvent-elles prévenir les cyber risques et rétablir une relation de confiance avec leurs clients en cas de piratage?..

4 Les événements survenus au Japon en mars 2011, et leurs conséquences sur l activité de millions d entreprises dans le monde ont souligné à la fois l interdépendance des économies et l importance d une gestion encadrée de la Supply Chain. Par DOMITILLE MARCHAL LEMOINE PIERRE MARCHON s u p p l y c h a i n : a n t i c i p e r l e s r i s q u e s p o u r m i e u x m a î t r i s e r s o n a c t i v i t é Une récente étude du cabinet Mc Kinsey 1 montre que la perception du risque lié à la Supply Chain augmente considérablement. Les deux tiers des répondants, particulièrement dans les secteurs de l industrie, du commerce et de l énergie, ont souligné que la plus grande complexité des produits et des services, l accroissement des coûts de l énergie et l augmentation de la volatilité financière influencent leurs stratégies de Supply Chain. Ces mêmes répondants ont exprimé leur inquiétude quant à la manière avec laquelle leurs entreprises évoluent : réduction des coûts, des délais etc Dans le même temps, le Harvard Business Review 2 reportait des résultats semblables suite à une enquête menée auprès de dirigeants de grandes entreprises qui considéraient à 70% le risque de Supply Chain comme le plus important. La Supply Chain, ou gestion de la chaîne logistique, regroupe toutes les actions liées à la fabrication d un produit, de la matière première brute à sa livraison au consommateur final. Avec la mondialisation des activités, et l augmentation de la sous-traitance, il est devenu très rare qu une entreprise produise seule sur toute la ligne. L analyse de la Supply Chain souligne les interdépendances entre fournisseurs et sous-traitants, entre les différentes unités de production au sein d une même entreprise, mais aussi lors de la livraison et de la distribution du produit fini. Les flux de production sont de plus en plus interdépendants. Il est désormais nécessaire de prendre en compte les aléas des fournisseurs, mais aussi ceux de leurs fournisseurs. Et lors de la distribution, des entreprises peuvent être atteintes d un retard de livraison par ricochet : il devient de plus en plus difficile de tracer clairement les étapes de fabrication du produit de la matière brute jusqu à sa livraison. Pour illustrer ces difficultés et les répercussions possibles d une rupture de la chaîne, les événements récents au Japon ont été très parlants. Dans le secteur des composants électriques, les entreprises japonaises interviennent pour 40% de la production mondiale et maîtrisent un savoirfaire très spécifique dans la fabrication des semi-conducteurs. La rupture d approvisionnement des cartes mémoire Flash suite aux événements du mois de mars 2011 a entraîné un retard important dans la livraison de l Ipad 2 d Apple. Dans le secteur automobile, beaucoup de sous-traitants sont japonais ou alimentés par des entreprises japonaises. La rupture de livraison a forcé General Motors à cesser sa production dans une usine en Louisiane, et Audi a dû annoncer un retard de 45 semaines sur les livraisons du Q5. L analyse de la Supply Chain souligne les interdépendances entre fournisseurs et soustraitants, entre les différentes unités de production au sein d une même entreprise Des solutions assurancielles existent, mais elles sont encore incomplètes. En ce qui concerne les préjudices subis par les industriels, les extensions de garantie sur les carences de fournisseurs n ont pas permis de couvrir toutes les pertes d exploitation. Les garanties ne s appliquent généralement que si la carence résulte d un dommage garanti. De la même manière, les programmes d assurance responsabilité civile ne garantissent pas toujours les préjudices causés à des tiers du fait de retard de livraison ou non livraison, alors même que la responsabilité du fournisseur peut être engagée. Dans le cas du tremblement de terre au Japon, certaines entreprises auraient pu invoquer la force majeure pour s exonérer de leur responsabilité. Mais en droit français, parmi les 3 conditions requises pour justifier cette force majeure, il en existe une qui oblige l entreprise à démontrer qu elle est dans l incapacité de se fournir ailleurs, quel que soit le prix. Cette restriction limite grandement le recours à la force majeure La gouvernance du risque 1 Mc Kinsey Quarterly, Building the Supply Chain of the Future, Janvier Harvard Business Review on Managing Supply Chains, 15 June 2011 Ppage 5

5 La gouvernance du risque Les programmes d assurance actuels, même très perfectionnés, ne couvrent donc pas toujours les préjudices subis ou causés pour retard ou défaut de livraison. L entreprise doit alors chercher des solutions alternatives. Or, on l a vu, l identification de tous les rouages de la Supply Chain est de plus en plus complexe avec l apparition quasi permanente de nouveaux risques, le développement du «juste à temps» et des impacts qui se propagent de plus en plus facilement. La multiplication des maillons dans une économie mondialisée : risques politiques, environnementaux, catastrophes naturelles etc, rend les risques de plus en plus difficiles à anticiper. En outre, des événements peuvent atteindre par ricochet des entreprises voisines géographiquement d une entreprise sinistrée, même si leurs activités sont très différentes. Face à ces difficultés, il est nécessaire de disposer d une cartographie précise des interdépendances de la Supply Chain. L entreprise doit avoir une connaissance parfaite de son réseau d intervenants pour en connaître tous les maillons, du fournisseur de la matière première de chaque composant à l utilisateur final. Les équipes spécialisées de Gras Savoye Risk Consulting sont en mesure d identifier et d évaluer les vulnérabilités des entreprises, leurs risques et les conséquences possibles de la réalisation de ces risques. Leur expérience montre qu une entreprise va avoir intérêt à se concentrer sur ce qui représente 80% de sa marge ou de son chiffre d affaires plutôt que de balayer l ensemble des risques : elle doit évaluer les impacts sur sa marge et son chiffre d affaires. Une fois que cette évaluation des risques a été menée, l entreprise pourra juger des actions prioritaires à mener pour valoriser les plans d action par rapport à des enjeux financiers que l entreprise devra arbitrer. Le traitement des risques dépend de leur valorisation. Une politique de suivi est mise en place par les équipes de Gras Savoye Risk Consulting pour contrôler et suivre l évolution des risques. Il est indispensable de disposer d outils et d indicateurs pour agir le plus tôt possible quand un problème de Supply Chain se produit. Une décision anticipée est en effet toujours moins coûteuse pour l entreprise que le blocage ou la rupture de la Supply Chain. La mise en œuvre d un système de Gestion Informatisée des Risques comme celui développé par Gras Savoye et Enablon, Universe ( voir article suivant ) devient donc cruciale pour les entreprises : disposer d un outil permettant de recenser, valoriser les risques, de suivre un plan de traitement, connaître les risques et de tracer un produit en un «clic», permet de tendre vers une organisation de risk management optimisée. L entreprise doit se projeter en imaginant comment faire pour continuer à travailler malgré les obstacles dans sa Supply Chain, plutôt que d imaginer uniquement les compensations possibles, et agir donc en amont ou en complément de ses programmes d assurance. Une étroite relation entre assurance et conseil permet de perfectionner les offres de couverture. Pour un courtier comme Gras Savoye, proposer un service de conseil permettant à ses clients d avoir un état des lieux précis de leur Supply Chain, d identifier les problèmes possibles, d avoir les moyens de tracer toute la chaîne est une base de service aux clients. En cas de retrait de produit, un travail aussi précis sur la Supply Chain permet de gagner en efficacité, les temps de réaction étant plus courts, le retrait pouvant être parfaitement ciblé, afin ainsi de moins perdre en termes d image. Gras Savoye Risk Consulting regroupe toutes les activités de conseil de Gras Savoye : un pôle de conseil en prévention des risques, un pôle de fusions-acquisitions et financement de projet, le département de financement des risques. page 6 Une décision anticipée est toujours moins coûteuse que le blocage ou la rupture de la Supply Chain

6 Une solution globale pour la maîtrise des risques, le pilotage et le partage de l information clé en main? C est ce que propose Gras Savoye avec Universe, un système informatisé de gestion des risques élaboré avec Enablon, l un des premiers éditeurs mondiaux de solutions logicielles de maîtrise des risques. Prenez les commandes! U N I V E R S E : L E H U B V E R S I O N G E S T I O N D E S R I S Q U E S Par ANNE-LISE FONTAN PIERRE MARCHON / CHANTAL CARNEL Comme désormais la plupart des fonctions dans l entreprise, le risk management n échappe pas à la problématique d une gestion performante des données et des informations. Face à la multiplication des risques, à leur complexité et interdépendance grandissantes, à la mondialisation des activités, impliquant une dispersion des sites des entreprises dans de nombreux pays, l appréhension exhaustive et globale des risques pesant sur une organisation relève du casse-tête. Une vision continue des expositions et des protections sans rupture Certes, les outils technologiques aident les risk managers à s y retrouver mais, dans la plupart des cas, ces derniers sont contraints de naviguer entre des systèmes différenciés, incapables de communiquer entre eux. Cela implique des retraitements, des consolidations, des agrégations nécessitant des moyens et du temps selon que l on veut traiter des contrats, de la prévention, de la gestion des sinistres, des différents courtiers ou assureurs... C est pour lever cet obstacle que Gras Savoye, et plus particulièrement Gras Savoye Risk Consulting, s est associé à Enablon, un des premiers éditeurs mondiaux de solutions logicielles de maîtrise des risques environnementaux, sociaux, financiers et juridiques. Enablon intervient auprès de 75% des entreprises du CAC 40 et de nombreuses PME innovantes. De la combinaison de ces deux expertises est né le SIGR Universe ( Universal Enterprise Risk Software ), un système d information de gestion des risques qui gère les données de risques et d assurances dans le monde entier. Ce nouveau système informatisé a été pensé comme une plateforme unique permettant de collecter et de gérer des données ( sites, polices, sinistres, moyens de prévention, courtiers, assureurs et experts, etc. ), d analyser les informations recueillies ( garantir que les risques assurables le sont correctement, optimiser les couvertures ), de communiquer en interne auprès de l ensemble des acteurs concernés et en externe, afin d assurer une bonne gouvernance dans la gestion des risques. «Universe est le seul outil couvrant tous les aspects de la gestion des risques : du contrôle interne au plan de continuité, avec des modules cartographie des risques, assurances, prévention/ protection.» précise Pierre Marchon, directeur de Gras Savoye Risk Consulting, qui ajoute : «Universe offre une vision en temps réel du coût total des risques et de leur maîtrise à l échelle mondiale.» Les risk managers disposent enfin d une vision continue des expositions et des protections de leur entreprise, sans rupture dans la compréhension, et donc en maîtrisant leurs enjeux de risques. Ce SIGR permet de réaliser des économies de temps et des gains financiers grâce à l amélioration des processus. Par exemple, la collecte des informations simplifiée, automatisée et centralisée permettant aux gestionnaires de dégager plus de temps au profit de l analyse. L outil est adaptable aux besoins de chaque client et est totalement personnalisable. Livré clés en main, Universe bénéficie également d un accompagnement et d un suivi assuré par une équipe spécialisée aussi bien en gestion des risques qu en gestion de projet. Bref, les gestionnaires des risques ont avec Universe un véritable hub pour suivre tout leur univers des risques dans le monde entier et les piloter depuis un centre unique de données. UNIVERSE : UNIVersal Entreprise Risk SoftwarE Cartographie des risques : identification et enrichissement de la cartographie des risques assurables ou non assurables Modélisation des risques : optimisation de l analyse des risques Prévention/Protection face aux risques : déploiement de questionnaires de prévention, émission de recommandations et suivi des plans d action Gestion des assurances : collecte et gestion des polices d assurance et de leur périmètre, gestion multi-lignes et co-assurances, ventilation des primes selon des critères de valorisation, sinistres, prévention Gestion des sinistres et des incidents : déclaration, collecte d incidents et gestion des sinistres identifiés par les parties prenantes, gestion et suivi des préjudices réglementaires, triangulation Plan de continuité d activité et gestion de crise La gouvernance du risque Ppage 9

7 Rencontre avec Franck Grimonpont, Directeur des assurances de Suez Environnement. S U E Z E N V I R O N N E M E N T S O U V R E À U N I V E R S E Par ANNE-LISE FONTAN PIERRE MARCHON / CHANTAL CARNEL Développer une gouvernance globale des risques IARD dans un groupe aussi complexe que Suez Environnement est un exercice délicat. Franck Grimonpont, Directeur des assurances d un leader mondial exclusivement dédié aux métiers de l eau et des déchets a néanmoins très tôt opté pour «une démarche d intégration de l assurance au processus de gestion des risques, dans des contextes de marché différents : parfois soft et parfois hard.» Pour amener l ensemble des acteurs des quelque six cents sites concernés du secteur déchet ( SITA ) à participer à ce processus, «le système d assurance et de gestion des risques doit être appréhendé comme une aide et non comme une contrainte et doit reposer sur une mutualisation réelle des risques comme des moyens au sein du groupe» souligne Franck Grimonpont. DÉVELOPPER UNE APPROCHE TRANSVERSALE Un montage d assurance à trois étages un niveau de franchise pour chaque site, la captive Groupe en première ligne, puis le transfert à l assurance permet la mutualisation du financement des risques et légitime le déploiement d un programme commun. «En effet, chacun se sent concerné car les niveaux de franchises des sites sont pondérés selon la conformité du site au référentiel prevention-protection du groupe» commente Franck Grimonpont. Le principe du programme baptisé PPS : Prévention/Production/Sinistres engagé depuis 2005 est donc bien l intégration de toutes les composantes de la gestion de risques ( les programmes de prévention, les niveaux de transfert et de franchise, les statistiques sinistres ) au sein d un système dynamique global visant à l amélioration de chacune d entre d elles. Ceci doit conduire à la création d un cercle vertueux et développer l approche transversale en associant et en responsabilisant des niveaux d intervention aussi variés et distincts que des responsables hygiène et sécurité, environnement, assurance. à l échelle du groupe, le challenge est de taille! En 5 ans la fréquence des incendies a été divisée par 3. D autres risques plus complexes suivent la même voie. FORMATION, COMMUNICATION ET CONVICTION «Une telle approche ne s impose pas en un jour et s accompagne d un dispositif important en matière de formation, de communication et d une forte conviction pour faire adhérer les équipes sur le terrain» témoigne Franck Grimonpont qui précise «Toute démarche collective exige de définir des référentiels et des objectifs partagés». Au nombre de huit aujourd hui, correspondant aux huit profils d activités ( centre de tri de déchet, incinérateur, valorisation de biogaz, etc. ), ces règles du jeu communes, pour être efficaces et respectées doivent faire l objet de suivi sur chacun des trois volets : Prévention/Production/Sinistres. À l échelle du groupe, un outil de gouvernance s avère indispensable pour collecter, compiler les données et faciliter ainsi l analyse des vulnérabilités, dans le but d effectuer les arbitrages nécessaires aux investissements prioritaires. «Une bonne visibilité permet aussi une meilleure pédagogie» ajoute Franck Grimonpont. «le système d assurance et de gestion des risques doit être appréhendé comme une aide et non comme une contrainte et doit reposer sur une mutualisation réelle des risques comme des moyens au sein du groupe» Gras Savoye Risk Consulting a donc présenté Universe, SIGR développé en collaboration avec Enablon. Jusqu à présent, ce type d outil faisait cruellement défaut à Suez Environnement et le pilotage de PPS demandait beaucoup d efforts à tous niveaux «Nous avons choisi Universe pour la rapidité, la fiabilité, la simplicité, la sécurité qu il nous apportera». Six cents sites, dix pays, sept langues, huit types d activité : Universe va permettre à tous de continuer à jouer la partition du programme PPS plus simplement et plus efficacement. Franck Grimonpont, qui travaille avec Gras Savoye sur les risques Dommages et RC depuis 1998, voit là «une nouvelle étape dans la politique de gestion de risques de Suez Environnement». La gouvernance du risque Ppage 11

8 Par DOMITILLE MARCHAL LEMOINE Jean-Laurent Santoni P R O T É G E R L E S D O N N É E S N U M É R I Q U E S : U N E N J E U M A J E U R!

9 Le développement d Internet et des services électroniques conduit les entreprises à stocker dans leurs bases de données des informations personnelles et bancaires concernant leurs clients. Au printemps 2011, le piratage de plusieurs plateformes de jeux en réseaux et le vol des données bancaires privées a mis Sony dans la tourmente et l affaire, très médiatisée, a posé la question de l indemnisation des victimes et, plus généralement, de la couverture assurancielle en matière de données personnelles dans un univers dématérialisé. À l issue d un piratage, les coûts pour l entreprise peuvent être très lourds ; aux pertes couvertes par les assurances s ajoutent toutes les dépenses engagées pour l expertise, la remise en état des bases de données, les heures supplémentaires et autres coûts humains pour accélérer la reprise et les coûts de sécurisation et de re-certification des systèmes et des réseaux, les coûts de réémission des cartes bancaires, et les éventuelles amendes issues de la réglementation ( par exemple des pénalités CNIL ). Enfin, il faut considérer le manque à gagner pendant l arrêt des plateformes de jeu et, une fois l incident réglé, les dépenses engagées pour rétablir l image et neutraliser l impact sur le cours de bourse La gouvernance du risque PIRATAGES EN SÉRIE Entre le 16 et le 19 avril 2011, Sony a subi le piratage du PlayStation Network (77 millions d inscrits), de la plate-forme de jeu pour PC Sony Online Entertainment (24 millions de comptes) et du service de téléchargement Qriocity. Ce piratage concernait des données personnelles et des données de cartes bancaires : informations financières - dont relevés de prélèvements bancaires automatiques - auraient été infiltrées selon la firme. Par la suite, son concurrent Sega s est vu pirater les données personnelles de 1,29 million de comptes sur sa base de données et Nintendo a admis une intrusion illégale sur son serveur. De son côté, l éditeur de jeux Electronic Arts a déploré la fuite d informations ( noms d utilisateurs, mots de passe chiffrés, adresses , noms, numéros de téléphone, numéros de clés d activation de CD de jeux ), en déclarant toutefois qu aucune donnée bancaire n avait été dérobée... Les données personnelles sont désormais couramment demandées et stockées sur les serveurs électroniques de nombreuses entreprises et administrations : de l inscription à la cantine des enfants aux jeux électroniques en réseau, du commerce en ligne à l abonnement aux outils mobiles et à leurs applications, l internaute laisse ses données personnelles et bancaires à de nombreux intervenants. Ces informations sont une cible stratégique pour des pirates, et requièrent donc des mesures de protection accrues. Les entreprises et les collectivités publiques ont le plus souvent mis en œuvre des techniques de sécurité informatiques visant à garantir la continuité de services ou l intégrité des traitements, mais la protection des données privées prend une forte dimension, devenant dans cette démarche un enjeu majeur, notamment en termes d image. Sur le plan réglementaire, les règles se durcissent avec l évolution concomitante de la législation française de la CNIL en matière de protection des données à caractère personnel, de son équivalent en Europe dans le cadre de la Directive Européenne, et le renforcement aux Etats-Unis dans le cadre de la Privacy Breach. Sur le plan commercial enfin, on constate également un durcissement des règles de protection des données lors du paiement par carte de crédit. À l'issue d'un piratage, les coûts pour l'entreprise peuvent être très lourds INSPIRER CONFIANCE Les entreprises et les administrations doivent à la fois comprendre les formes de cette nouvelle cybercriminalité et adopter des politiques de prévention et de protection adéquates. Gras Savoye, qui définit son rôle de courtier autour des trois piliers que sont le conseil, l intermédiation et la gestion, propose des solutions sur mesure. Dans une démarche de conseil, les équipes de Gras Savoye Risk Consulting, spécialisées dans l analyse des risques liés aux Nouvelles Technologies ont réalisé des études d impact permettant d approcher le risque par les pertes pécuniaires que ces cyber attaques sont susceptibles de générer, en dessinant les garanties à agréger pour couvrir l ensemble des enjeux. Les risques de piratage des données personnelles peuvent être couverts par différents types de solutions assurancielles : dommages ( préjudices subis par le détenteur des informations ), responsabilité civile ( couverture des réclamations des tiers lésés ), assurance spécifique comme le produit de Gras Savoye protégeant l identité numérique, assurance de masse souscrite par l utilisateur final ou pour son compte par le fournisseur de services, incluant des préjudices directs ou indirects. La protection idéale pourrait résulter d une sorte de co-responsabilité entre le titulaire des données numériques Le rôle du courtier est aussi de contribuer à rassurer son client et les clients de son client qui ne les confie pas à n importe qui, n importe comment - et l entité à laquelle ces données numériques sont confiées pour traitement qui ne les détient pas sans faire de réels efforts de mise en sécurité! Néanmoins, en proposant au moment de l adhésion au service une garantie de protection de l identité numérique, on renforce la confiance dans le dispositif technologique et on protège l activité d un risque de masse pouvant excéder la capacité du marché des assurances. Gras Savoye a développé des solutions spécifiques en ce domaine, qui complètent les garanties dédiées aux risques immatériels et aux données. C est le rétablissement de la confiance chez les clients qui est primordial pour l entreprise ou l administration sinistrée : si les clients perdent confiance suite à une opération de piratage de leurs données, ils ne reviendront pas La gestion de ces attaques suppose donc à la fois prévention et préparation à un événement de grande ampleur, et gestion rapide et efficace de la crise pour recouvrer la confiance des clients. Le rôle du courtier est aussi de contribuer à rassurer son client et les clients de son client La gouvernance du risque Ppage 14 Ppage 15

10 R e s p o n s a b i l i t é d e l e m p l o y e u r Nouvel enjeu, nouvelle solution Gras Savoye Comment les entreprises peuvent-elles faire face, grâce à l assurance, aux réclamations liées à l emploi? T R AVA I L L E R A U X É T A T S - U N I S Descente au coeur du business de la santé. Quelles sont les principales évolutions du système de santé suite à la réforme de Barack Obama? Quel impact pour les salariés en mobilité internationale? F O C U S P A T R I M O I N E Sotheby s au coeur du marché de l art! Entretien avec Guillaume Cerutti, Président-Directeur-Général de Sotheby s France.

11 Dans un contexte de crise et d environnement juridique source de litiges de plus en plus fréquents en matière sociale, les réclamations liées à l emploi progressent. Pour Gras Savoye, l assurance doit répondre à ces nouveaux enjeux de risques. G.Scope vous propose un point rapide sur la question et la nouvelle offre de Gras Savoye. U N E G A R A N T I E À L A L O U P E : R E S P O N S A B I L I T É D E L E M P L O Y E U R N O U V E L E N J E U, N O U V E L L E S O L U T I O N G R A S S AV O Y E. Par ANNE-LISE FONTAN Christine Becue Les chiffres parlent d eux mêmes : litiges devant les Prud hommes en 2010, un licenciement sur quatre contesté en France : les réclamations liées à l emploi se multiplient. La Halde ( Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l Egalité devenue, depuis mars 2011, la Mission de Lutte contre les discriminations et la promotion de l égalité ) est saisie de plus en plus souvent, le nombre de réclamations progressant sur un rythme annuel de près de 20% depuis 3 ans. Près de la moitié des réclamations portent sur des discriminations en matière d emploi. Aux Etats-Unis, l EEOC ( Equal Employement Opportunity Commission ) a également pour mission de supprimer toutes formes de discrimination dans l emploi. Saisie par les salariés, elle étudie plus de dossiers chaque année. Les motifs de mise en cause sont multiples : licenciements abusifs, harcèlement, discrimination, stress La réglementation très prolifique en ce domaine, que ce soit aux Etats-Unis ou en Europe, donne lieu à des procédures dont la fréquence mais aussi le montant des indemnités réclamées et accordées par les tribunaux explosent. En 2008, le total des indemnisations obtenues suite à des réclamations auprès de l EEOC s est élevé à 102 millions d US Dollars. Dans un environnement de crise économique pesant sur les rapports sociaux, le risque de mise en cause de l entreprise en sa qualité d employeur s accroît. La personne morale employeur comme les dirigeants eux-mêmes peuvent faire l objet de réclamations. Or ce type de réclamation est exclu des contrats «RC Générale» ou «RC Professionnelle». Les dirigeants peuvent être couverts par les contrats «Responsabilité des Dirigeants» ( aussi appelés RCMS ). Pour les entreprises, est apparue sur le marché la garantie «Rapports Sociaux». Gras Savoye a pour sa part développé pour ses clients des solutions permettant la prise en charge des frais de défense et des dommages et intérêts réclamés suite à une mise en cause de l entreprise dans le cadre des relations du travail. Les pratiques discriminatoires liées à l âge, au sexe... le harcèlement, les licenciements abusifs, les refus abusifs d emploi ou de promotion, la violation de la vie privée comptent parmi les événements garantis. L offre de Gras Savoye permet de répondre aux besoins des entreprises en fonction de leur taille et de leur présence à l international notamment aux États-Unis. Pour les entreprises dont le chiffre d affaires est compris entre 25 et 500 M, Gras Savoye propose aujourd hui la garantie «Rapports Sociaux» en extension à sa «Solution Responsabilité des Dirigeants». 1/4 1 licenciement sur 4 contesté litiges déposés devant les Prud hommes en réclamations déposées et enregistrées par la HALDE en réclamation sur 2, porte sur des discriminations en matière d emploi C est le montant le plus important des dommages et intérêt alloués en 2010 par les Prud hommes pour discrimination fondée sur le sexe. 6% des salariés présentent une réclamation devant l EEOC L EEOC traite plus de dossiers par an dont 20% pour discrimination. 60% donnent lieu à une indemnisation $ Plus de 100 millions d US Dollars versés au titre des indemnisations en 2008 Responsabilité de l employeur Ppage 19

12 Par PATRICIA HOUDARt GERAUD DE LA ROCQUE Le système de santé aux Etats-Unis est un marché sélectif et coûteux. Selon les estimations, environ 40% des Américains ne sont pas ou insuffisamment assurés. Barack Obama s est engagé à le réformer. C est l objet de la loi votée en mars 2010 qui constitue la réforme la plus importante depuis la création, en 1965, par le Président Lyndon Johnson, des programmes Medicare et Medicaid. Quelles vont être les répercussions de cette réforme sans précédent sur les usagers des services médicaux, les entreprises nationales ou internationales et les assureurs? L OBAMACARE : UNE RÉFORME POUR LES AMÉRICAINS. Le 30 mars 2010 par 219 voix contre 212, la «loi sur la protection des patients et l accès aux soins» a donc été votée. Le PPACA ou le «Patient Protection and Affordable Care Act» a été élaboré pour donner accès à l assurance maladie à des millions de familles et de propriétaires de petites entreprises n ayant pas les moyens de s assurer correctement. Jusqu à présent deux programmes publics, «Medicare», réservé aux plus de 65 ans et aux invalides, et «Medicaid» pour les plus pauvres permettent à 25% des Américains d être protégés. Le reste de la population doit recourir à des systèmes privés, principalement par le biais des entreprises. Ainsi, 60% des Américains sont couverts par leurs employeurs grâce à des contrats d assurances privées subventionnées à l aide d abattements fiscaux. Quelques uns s assurent directement et 16% ne bénéficient d aucune couverture. L idée de Barack Obama est de proposer un système pour permettre à 95% de la population de bénéficier d une assurance médicale et donc de garantir une couverture santé aux 32 millions d Américains qui en sont actuellement dépourvus. ront protéger leurs enfants jusqu à 26 ans. Le coût de la réforme est estimé à 848 milliards de dollars répartis sur 10 ans. Le système destiné aux Américains tendra à devenir un système «tous payeurs» où chacun paiera un même prix encadré pour une couverture santé de base rendue obligatoire. LES CONSÉQUENCES POUR LES SALARIÉS EN MOBILITÉ INTERNATIONALE Les assurés qui ne sont pas de nationalité américaine ou les personnes en mobilité internationale n entrent pas dans le champ de la réforme et risquent de voir le coût de leurs assurances exploser. Pour maîtriser ces coûts, le recours à un PPO («Preferred Provider Organisation») qui négocie, en amont, les frais de santé auprès de chaque centre hospitalier et valide la qualité des prestations au meilleur coût, est une option à étudier. Pour accompagner au mieux ses clients, Gras Savoye s est associé à Global Excel qui intervient en tant que PPO. Au-delà de la qualité des garanties proposées et du suivi des prestations, ces solutions offrent aux salariés en mobilité internationale un contrôle des tarifs afin de limiter les dérives et leur permettent également de bénéficier d un tiers payant. T R AVA I L L E R A U X E TAT S - U N I S : D E S C E N T E A U C O E U R D U B U S I N E S S D E L A S A N T É Le PPACA contient environ 92 dispositions. La moitié d entres elles sont déjà entrées en vigueur. Les dispositions restantes seront appliquées dans les six prochaines années. Elles concernent à la fois les personnes, les entreprises et les assureurs. Parmi les principales mesures, on peut souligner l obligation pour chaque personne de souscrire une assurance maladie. Cette obligation s accompagne d un ensemble de subventions et de crédits d impôts pour les familles dont les revenus ne dépassent pas un certain seuil. Les entreprises de plus de 50 salariés doivent désormais fournir une protection à leurs salariés, celles qui contreviendront seront pénalisées à raison de 2000 dollars par an et par salarié non couvert. Enfin, les assureurs ne pourront plus refuser de couvrir les soins de personnes malades et les parents pour- Barack Obama a fait de cette réforme le fer de lance de son mandat et la loi est bien en marche. Et pour de bonnes raisons : Medicare et Medicaid seront en faillite dans moins de 10 ans. Le coût des soins continuera à augmenter dans un cadre où les primes seront contrôlées. Et enfin, les régimes seront confrontés aux conséquences du vieillissement et à l aggravation de l état de santé des Américains. Les coûts de la santé aux Etats-Unis sont et resteront au cœur des réflexions des grandes sociétés internationales pendant encore quelques années. Conscients des impacts significatifs pour leurs clients, Gras Savoye et son partenaire Willis les accompagnent chaque jour dans la définition et la mise en place des solutions les plus adaptées. assurances de personnes Ppage 21

13 PAT R I M O I N E : S O T H E B Y ' S A U C O E U R D U M A R C H É D E L ' A R T! Par DOMITILLE MARCHAL LEMOINE Diana des MoutIs

14 Sotheby s, acteur primordial du marché de l art, offre son expertise dans 70 différents domaines de collection, ce qui lui permet de proposer à ses clients les plus belles œuvres d art au monde. Guillaume Cerutti, Président-Directeur-Général de Sotheby s France a accepté de répondre aux questions de G.Scope. Sotheby s est la plus ancienne maison de vente aux enchères au monde. Plus de deux siècles après sa création, pouvez-vous nous présenter cette illustre maison? Sotheby s a effectivement été créée à Londres en Sotheby s a désormais son siège à New York, où la société est cotée en Bourse, dispose de 90 bureaux dans 40 pays et organise des ventes aux enchères à New-York, Paris, Londres et Hong-Kong, mais aussi à Genève et Milan. Sotheby s France, filiale de Sotheby s, a une centaine de collaborateurs, dont environ les deux tiers sont des experts dans les différentes disciplines artistiques. Nous sommes implantés dans huit villes françaises et à Monaco, et organisons environ 30 ventes par an à Paris, essentiellement dans les domaines de l art contemporain, de l art moderne, des arts d Afrique, d Océanie et des tableaux anciens. Les ventes à Paris représentent un chiffre d affaires de 175 millions d euros en 2010, auxquels s ajoutent les opérations menées avec les autres bureaux dans le monde. Notre métier a pour moteur le développement d une relation personnalisée avec les clients. Le principal actif de Sotheby s, c est notre main d œuvre et la qualité de la relation avec nos clients! L expérience, la protection des œuvres et le conseil aux particuliers ont pris une dimension plus importante sur le domaine du marché de l art Comment définiriez-vous votre collaboration avec Gras Savoye Patrimoine? La collaboration de Sotheby s avec Gras Savoye Patrimoine est à la fois ancienne et naturelle. C est une alliance évidente pour nous : le cœur de notre activité consiste à conseiller et accompagner nos clients. En parallèle, il est fréquent que les courtiers fassent appel à nous pour des expertises de sinistres ( tableaux, objets d art, bijoux ). Nos deux mondes sont proches. Notre collaboration avec Gras Savoye Patrimoine et Diana des Moutis connaît néanmoins une dimension particulièrement forte, à la mesure du rôle de Gras Savoye sur le marché des objets d arts et des bijoux. Quand nous sommes appelés, le département des inventaires ( experts généralistes ) fait intervenir les spécialistes de Sotheby s pour dresser la liste des objets avec leur valeur de remplacement. Cela permet ensuite de fixer le coût des assurances. Au cours des dernières années, la dimension de la gestion s est fortement accrue dans notre métier et nous le ressentons dans les questions de nos clients. Gras Savoye et Sotheby s France seront partenaires lors des Journées de l Ingénierie Patrimoniale les 2 et 3 février prochains, manifestation réunissant tous les intervenants du secteur de l acquisition et de la vente d objets d art. dans nos expertises et en offrant des prestations de conseil de très haute qualité. Identifier les œuvres permet par ailleurs de mieux les protéger. Pendant très longtemps, les questions liées à l assurance étaient regardées avec interrogation car elles pouvaient être perçues comme des entraves à sa liberté : le propriétaire est jaloux de la confidentialité de ses collections. Aujourd hui, la réglementation et les techniques d assurance permettent de rassurer les propriétaires sur la confidentialité et la discrétion nécessaires. La fragilité de l œuvre n est pas toujours suffisamment prise en compte : l assurance en valeur de remplacement est primordiale dans le monde. Les œuvres d art ne rentrent pas dans le calcul de l ISF depuis sa création en Régulièrement, le sujet de l élargissement de l assiette au patrimoine privé réapparaît lors des discussions sur les lois de finances. Quels en seraient les risques selon vous? Effectivement, c est un sujet rituel de discussion budgétaire en France. Selon moi, cette inclusion aurait des conséquences désastreuses. Intégrer les œuvres d art au calcul de l ISF affaiblirait tout d abord le patrimoine français: les collectionneurs iraient placer leurs œuvres dans les pays offrant une fiscalité plus amicale. Par ailleurs, tout changement de fiscalité a des conséquences sur la vitalité du marché de l art. Cette mesure affaiblirait donc aussi le marché de l art français. Il y a une dimension psychologique forte dans la constitution d une collection d art. Les œuvres d art ne rapportent pas d intérêt, on ne peut prévoir l évolution de leur valeur dans le temps. La majorité des collectionneurs sont des passionnés. La fiscalité doit les encourager, non les inquiéter. Pour conclure, quelles sont les tendances du marché de l art en 2011? Le marché de l art a connu depuis une dizaine d années un bouleversement remarquable : jusqu en 2000, le marché était essentiellement européen et américain. Désormais, il est international. Les acheteurs sont maintenant localisés partout dans le monde. Pour la première fois, au premier semestre 2011, le nombre d acheteurs extra européens a d ailleurs excédé le nombre d acheteurs européens à Paris. On assiste à l émergence de l Asie comme acteur de premier plan sur le marché de l art. Il y a un appétit chinois notamment pour constituer ou reconstituer des collections. De plus, le marché de l art reste un La majorité des collectionneurs sont des passionnés. La fiscalité doit les encourager, non les inquiéter. marché particulier, où la dimension d acquisition d un bien (plaisir, envie) l emporte sur les paramètres financiers. Ces caractéristiques particulières me rendent raisonnablement optimiste sur le maintien de la vitalité du marché dans la période économique actuelle. Les premières Journées de l Ingénierie Patrimoniale se tiendront à Paris les 2 et 3 février 2012, sur le thème «Protection et Valorisation du Patrimoine : les Clés». À cette occasion, Sotheby s et Gras Savoye Patrimoine seront associés le 2 février pour la conférence «Les Œuvres d Art dans les successions» et la Table-Ronde «Gestion Financière et Fiscale d une Collection». Diana des Moutis, directeur de Gras Savoye Patrimoine, animera aussi une Table-Ronde sur les Monuments Historiques le 3 février. Ppage 24 patrimoine Votre équipe est constituée en majorité d experts, dont le métier est d identifier et de valoriser les œuvres d art. Quels sont les enjeux de cette expertise? L expertise des œuvres d art est essentielle. Le marché de l art évolue très vite, ce n est pas un marché de commodities, mais de spécialistes. De ce fait, l expérience, la protection des œuvres et le conseil aux particuliers ont pris une dimension plus importante sur le domaine du marché de l art. Les propriétaires ont besoin d information et de conseil, et c est notre métier de répondre à cette attente en étant toujours plus rigoureux Ppage 25 patrimoine

15 L I B R E E X P O Gras Savoye accueille dans le hall de son siège des artistes pour des expositions temporaires. Cet automne, Camille Wielanek, «photographiste», présente ses oeuvres. Il cherche au travers de la photographie à exprimer un certain regard sur le monde urbain et actuel. Ppage 26 libre expo

16 GS ACTU Ppage 28 G S A C T U H O M M A G E Daniel Naftalski, ancien Directeur Général de Gras Savoye puis Associé Gérant commandité, nous a quittés le 12 août dernier. Entré chez Gras Savoye en 1989, il n a cessé ces 20 dernières années d exercer un rôle considérable au sein de notre groupe. 2 5 A N S D E G R A S S AV O Y E L U X E M B O U R G C est dès 1986 que Gras Savoye a choisi de s implanter dans le Grand-Duché du Luxembourg en créant dès l origine deux structures : la société de courtage d assurance Gras Savoye Luxembourg et une filiale dédiée à la gestion de captives d assurance et de réassurance, aujourd hui Gras Savoye Willis Management Services. Gras Savoye Luxembourg exerce tous les métiers présents dans le Groupe : le courtage, l intermédiation et la gestion. GSWMS gère les captives de groupes bancaires, industriels et de société de services et accompagne ses clients dans leur démarche de rationalisation de leurs programmes d assurance et de maîtrise du coût de financement de leurs risques. En 25 années d activités, Gras Savoye Luxembourg a su saisir les opportunités offertes par un marché de l assurance luxembourgeois solide et florissant pour croître et se développer. Aujourd hui, avec ses 20 collaborateurs toutes lignes de métiers confondues, avec un portefeuille de 3000 clients, comprenant particuliers, entreprises du secondaire et du tertiaire mais aussi collectivités locales et établissements publics, Gras Savoye Luxembourg est le premier courtier du Grand-Duché. C est dans le cadre prestigieux du centre thermal de Mondorf - les - Bains que Christian Théodose, administrateur délégué et toute l équipe de nos filiales ont accueilli leurs clients venus nombreux, et entourés de Patrick Lucas, président de Gras Savoye, qui a ouvert cette soirée anniversaire en évoquant ces 25 années de développement et d Olivier Dubois, directeur des filiales internationales. L E S N O U V E L L E S F R O N T I È R E S D U M A R C H É D E L A S S U R A N C E La conférence organisée par Gras Savoye «Les Nouvelles Frontières du Marché de l Assurance» s est tenue le 15 septembre 2011 à la Maison des Polytechniciens. C est Patrick Werner, nouveau Directeur Général de Gras Savoye, qui a ouvert la conférence dont la première partie a été consacrée à une présentation des tendances des différents marchés. Luc Malâtre, Directeur Général Délégué de Gras Savoye a présenté l état des marchés Vie/Non-Vie français, internationaux et de réassurance, ainsi que leurs perspectives en analysant les impacts possibles des catastrophes naturelles récentes et des soubresauts des marchés financiers. Paolo Crestani, Directeur du Département Risques et Solutions, Direction des Grandes Entreprises de Gras Savoye et James Nicholson, Managing Director, Risk Solutions, Willis ont pour leur part abordé en détail les tendances en cette fin d année des marchés français et londonien des risques d entreprises, et ce pour chaque branche d assurance. La deuxième partie de la conférence a permis d explorer «les nouvelles frontières du marché de l assurance» : la couverture des risques immatériels, des pertes financières sans dommage matériel assuré. L année 2011 a en effet mis en lumière la vulnérabilité de nombreuses entreprises, dont la production a été stoppée par l arrêt de la fourniture de certains composants à la suite de la catastrophe du Japon et l impact financier majeur d attaques de réseaux informatiques et de piratage de données personnelles. ( voir article sur la gouvernance des risques ) Renaud de Pressigny, Directeur Général Adjoint, Gras Savoye a conclu cette conférence en décrivant la volonté de Gras Savoye d accompagner ses clients dans la gestion de leurs risques : - en les conseillant, en les aidant à identifier, quantifier et prévenir ces derniers - en négociant au mieux les solutions de couverture sur les différents marchés mondiaux - en innovant ( nouveau contrat Gras Savoye Responsabilité des Dirigeants, garantie «ecoverisk» Gras Savoye des atteintes à l environnement, Universe : système informatisé de gestion des risques développé par Gras Savoye et Enablon, etc. ). Un déjeuner a réuni les participants à l issue des débats, sous la présidence de Patrick Lucas, président de Gras Savoye. O U V E R T U R E D U R I S K & G O V E R N A N C E C L U B E N T U R Q U I E Gras Savoye Turquie, filiale du Groupe Gras Savoye, lance la première communauté de décideurs dédiée à la Gouvernance et au risk management, le «Risk & Corporate Governance Club». Ce Club se veut un espace de dialogue et de débat pour les chefs d entreprises membres, et propose une plateforme d échanges et de réflexions basée sur des expériences pratiques et des témoignages directs de dirigeants. Les réflexions porteront sur tous les aspects de la gouvernance d entreprise : questions juridiques, ressources humaines, éthique et déontologie, ERM analyse des risques spécifiques ( comme le risque environnemental ou politique par exemple ). Le R&G Club a d ores et déjà un site web et une lettre d information qui sera diffusée mensuellement. P U B L I C AT I O N D U G U I D E «C O M P R E N D R E & P R É PA R E R M A R E T R A I T E» Les équipes spécialisées de la Direction Prévoyance et Retraite de Gras Savoye ont publié un livret d information à destination des salariés récapitulant toutes les informations utiles sur la retraite. Ce livret se présente sous forme de questions pratiques auxquelles les experts de Gras Savoye apportent des réponses précises, en relation avec les dernières modifications apportées par la réforme des retraites N O M I N AT I O N S Paul-Emile Leroy est nommé Directeur des Grandes Entreprises. Antoine Jacquot, 42 ans, est nommé Directeur Général de Gras Savoye Méditerranée. Il remplace Didier de Lassus qui a rejoint Gras Savoye Willis Vietnam en tant que Directeur général adjoint, aux côtés de Philippe Robineau, Directeur général. Nathalie Dautry est nommée co-directeur du département Entreprises et Construction. GS ACTU Ppage 29

17 DirectEUR de la publication Patrick Werner REDACTEUR EN CHEF Anne-Lise Fontan REDACTEUR EN CHEF ADJOINT Domitille Marchal Lemoine A collaboré à ce numéro Patricia Houdart Avec le concours de Cathy Armanet E D I T O Patrick Werner N O S I N V I T É S Franck Grimonpont Directeur des Assurances Suez Environnement Guillaume Cerutti Président-Directeur-Général Sotheby's France Camille Wielanek Photographiste V O S C O N TA C T S Pierre Marchon Supply Chain / Universe Chantal Carnel Universe Jean-Laurent Santoni Données numériques Géraud de la Rocque Santé des Expatriés Christine Becue Garantie des Rapports Sociaux Diana des Moutis Patrimoine Ppage 30 À L AFFICHE À L A F F I C H E L A R É D A C T I O N Anne-Lise Fontan Domitille Marchal Lemoine Patricia Houdart Ppage 31 À L AFFICHE

18 L A V I S I O N D U R I S Q U E S E L O N Patrick Werner d i r e c t e u r G é n é r a l d e G r a s S av o y e Quelle est votre définition du risque? Le risque, pour moi, c est inhérent à toute activité humaine. Sauf à se dire qu on ne fera rien de sa vie, il faut donc l accepter. Mais pas dans n importe quelle condition. Il faut l identifier, l évaluer, le gérer et si, on le peut et si on le veut, le couvrir. C est toute la noblesse du métier de courtier d assurance que d être le spécialiste de la gestion et de la couverture des risques. Car quand on le fait bien, on donne à l entrepreneur la possibilité de développer son activité. Bien gérer ses risques, au bout du compte, c est pouvoir en faire plus, c est créer de la richesse et de l emploi. Quel est le plus grand risque que vous ayez jamais pris? vision du risque Ppage 32 Prendre des risques maîtrisés est pour moi un immense plaisir. Et il est un domaine où le risque est palpable et où la maîtrise du risque est visible : la tauromachie. C est sans doute pour cela que j en suis passionné. Peut être que le plus grand risque que j aie jamais pris, c est d aller courir chaque année devant les taureaux de combat dans les rues de Pampelune pour l Encierro. Mais en réalité, je suis sûr que le plus grand risque que j aie jamais pris, c est un risque dont je n ai pas été conscient et que donc je n ai pas pu gérer. Quel est pour vous le plus grand risque de demain? Le plus grand risque de demain me paraît être de ne pas prendre de risque. Nous vivons dans un monde dur, dangereux, volatil, où il n y a plus de repères. Ceci peut conduire à se replier sur soi, à limiter au maximum les risques que l on décide de prendre. Une telle attitude, déjà sans doute à l œuvre dans la «vieille» Europe, serait synonyme de décadence profonde. I M A G E S A paratrooper descends through the sky Getty Hans Richter Testing His Glider Corbis Plastic Shopping Bag, Justin Hutchinson, Corbis Businessman at beach with umbrella and laptop, Corbis 49 of the World s best paragliding pilots from 39 nations descended on the small country town of Manilla..., Tim Clayton, Corbis Doctor with Little Girl, H. Armstrong Roberts, Corbis Vente Sotheby s, James Bort Mia, Camille Wielanek Patrick Werner, Eric Dudan T Y P O G R A P H I E Ce magazine est composé avec le caractère Archer dessiné et distribué par la fonderie Hoefler & Frere-Jones. I M P R E S S I O N Ce magazine est imprimé en France par les soins de l imprimerie Caractères. D I R E C T I O N A R T I S T I Q U E Prudence Dudan G.scope est une publication de Gras Savoye, société de courtage en assurances 2 à 8 rue Ancelle Neuilly sur Seine Cedex Téléphone: Télécopie: ISSN

19

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché INFO # 28 Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché CONTEXTE ACTUEL DE LA DÉLÉGATION DE GESTION Une accélération sensible des mutations autour de l activité de délégation

Plus en détail

Atelier A6 DECROISSANCE DES FOURNISSEURS, COMMENT SE PREMUNIR, SE PROTEGER DE LEURS DEFAILLANCES

Atelier A6 DECROISSANCE DES FOURNISSEURS, COMMENT SE PREMUNIR, SE PROTEGER DE LEURS DEFAILLANCES Atelier A6 DECROISSANCE DES FOURNISSEURS, COMMENT SE PREMUNIR, SE PROTEGER DE LEURS DEFAILLANCES 1 2 INTERVENANTS Cédric LENOIRE Manager Business Risk Consulting Frédéric DUROT Directeur Technique Dommages

Plus en détail

Comment me protéger face aux risques liés à ma fonction de dirigeant d'entreprise?

Comment me protéger face aux risques liés à ma fonction de dirigeant d'entreprise? Comment me protéger face aux risques liés à ma fonction de dirigeant d'entreprise? PASS RC des Dirigeants d'entreprise Prévention juridique ASSistance pénale d urgence Responsabilité Civile des Dirigeants

Plus en détail

LES NOTES D ALTAÏR. L intégration des œuvres d art dans l ISF : une mesure lourde de conséquences.

LES NOTES D ALTAÏR. L intégration des œuvres d art dans l ISF : une mesure lourde de conséquences. LES NOTES D ALTAÏR L intégration des œuvres d art dans l ISF : une mesure lourde de conséquences. Altair Think tank culture médias interpelle les parlementaires afin qu ils prennent le temps de la réflexion

Plus en détail

LIFE MOBILITY. épargne patrimoniale

LIFE MOBILITY. épargne patrimoniale épargne patrimoniale LIFE MOBILITY evolution UN CONTRAT D ASSURANCE VIE ÉMIS AU GRAND-DUCHÉ DU LUXEMBOURG AU SERVICE DE LA MOBILITÉ PARCE QUE VOUS SOUHAITEZ Un contrat sur-mesure pour une stratégie patrimoniale

Plus en détail

GRAS SAVOYE CONSEIL ET COURTAGE EN ASSURANCES. Risques Supply Chain : le point sur le marché de l'assurance

GRAS SAVOYE CONSEIL ET COURTAGE EN ASSURANCES. Risques Supply Chain : le point sur le marché de l'assurance GRAS SAVOYE CONSEIL ET COURTAGE EN ASSURANCES Risques Supply Chain : le point sur le marché de l'assurance Le 3 juin 2014 Gérard GUENDAFA Risques Supply Chain Vulnérabilité dans la chaîne d approvisionnement

Plus en détail

PROGRAMME RESPONSABILITE CIVILE PROFESSIONNELLE POUR LES MEMBRES DU SNJV. Conseils & Risques Financiers 22 février 2010 1

PROGRAMME RESPONSABILITE CIVILE PROFESSIONNELLE POUR LES MEMBRES DU SNJV. Conseils & Risques Financiers 22 février 2010 1 PROGRAMME RESPONSABILITE CIVILE PROFESSIONNELLE POUR LES MEMBRES DU SNJV Conseils & Risques Financiers 22 février 2010 1 METHODOLOGIE Notre position de courtier spécialisé sur les risques encourus par

Plus en détail

www.pwc.lu/secteur-public Gestion des risques, contrôle interne et audit interne

www.pwc.lu/secteur-public Gestion des risques, contrôle interne et audit interne www.pwc.lu/secteur-public Gestion des risques, contrôle interne et audit interne Contexte Depuis plusieurs années, les institutions publiques doivent faire face à de nouveaux défis pour améliorer leurs

Plus en détail

Atelier B 06. Les nouveaux risques de la cybercriminalité

Atelier B 06. Les nouveaux risques de la cybercriminalité Atelier B 06 Les nouveaux risques de la cybercriminalité 1 Atelier Cybercriminalité Intervenants Eric Freyssinet Etienne de Séréville Luc Vignancour Guillaume de Chatellus Modérateur Laurent Barbagli Pôle

Plus en détail

Novembre 2012 Assurance et Réassurance du Crédit Inter-Entreprises

Novembre 2012 Assurance et Réassurance du Crédit Inter-Entreprises Novembre 2012 Assurance et Réassurance du Crédit Inter-Entreprises 1 Sommaire : Situation Assurance et Réassurance Crédit Evolution de l Assurance Crédit Evolution de la Réassurance Crédit Evolution des

Plus en détail

CONTRAT D ASSURANCE VIE ASSURANCE

CONTRAT D ASSURANCE VIE ASSURANCE Ligne Beta Ligne Alpha CONTRAT D ASSURANCE VIE LOI ASSURANCE MADELIN VIE Version Arborescence Retraite Essentielle Madelin 1 unité 20 X X Notice Logotype La retraite est un sujet d actualité pour bon nombre

Plus en détail

Forticiel Génération 2

Forticiel Génération 2 Forticiel Génération 2 Donnez de la couleur à votre retraite Contrat Retraite - Loi Madelin Vous exercez une profession libérale, êtes artisan, commerçant ou travailleur indépendant? Les prestations offertes

Plus en détail

La conformité et la sécurité des opérations financières

La conformité et la sécurité des opérations financières La conformité et la sécurité des opérations financières Au service de vos systèmes d information critiques www.thalesgroup.com/security-services Des services financiers plus sûrs, même dans les passes

Plus en détail

Quelles assurances proposer? Focus sur le cloud computing

Quelles assurances proposer? Focus sur le cloud computing ACTUALITÉ DU DROIT DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION Quelles assurances proposer? Focus sur le cloud computing Jean-Laurent SANTONI, Docteur en Droit, Président de Clever Courtage, IT risk insurance broker

Plus en détail

HySIO : l infogérance hybride avec le cloud sécurisé

HySIO : l infogérance hybride avec le cloud sécurisé www.thalesgroup.com SYSTÈMES D INFORMATION CRITIQUES ET CYBERSÉCURITÉ HySIO : l infogérance hybride avec le cloud sécurisé Le cloud computing et la sécurité au cœur des enjeux informatiques L informatique

Plus en détail

EXCESS RC PME - PMI. Georges BORKOWSKI. Février 2006. ACE Europe

EXCESS RC PME - PMI. Georges BORKOWSKI. Février 2006. ACE Europe EXCESS RC PME - PMI Georges BORKOWSKI Février 2006 ACE Europe ACE Group Début des années 1980, crise de la Responsabilité Civile aux USA 1985 : création d ACE, Assureur spécialisé en Excess 1999 : acquisition

Plus en détail

NEWSLETTER DU SOCIAL

NEWSLETTER DU SOCIAL NEWSLETTER DU SOCIAL Les chiffres clés La Garantie Minimale de Points 2014 : Les cotisations minimales annuelles de retraite complémentaire AGIRC sont fixées à 796,08. Ces cotisations correspondent à un

Plus en détail

Prestataires de services

Prestataires de services Prestataires de services Découvrez les solutions d assurance et d assistance destinées à protéger votre activité professionnelle et à préserver votre vie privée. www.allianz.fr Avec vous de A à Z 2 Allianz,

Plus en détail

Gestion des programmes d assurance multinationaux

Gestion des programmes d assurance multinationaux Gestion des programmes d assurance multinationaux Gestion des programmes d assurance multinationaux Dans une économie mondialisée liée par la livraison de nuit, les télécommunications avancées et l Internet,

Plus en détail

En collaboration avec LA GESTION DES RISQUES AU SEIN DU SECTEUR PUBLIC LOCAL EN 2013

En collaboration avec LA GESTION DES RISQUES AU SEIN DU SECTEUR PUBLIC LOCAL EN 2013 En collaboration avec LA GESTION DES RISQUES AU SEIN DU SECTEUR PUBLIC LOCAL EN 2013 MARS 2013 INTRODUCTION, METHODOLOGIE Primo France, association dédiée à la gouvernance et à la gestion du risque public,

Plus en détail

Indicateur - Coût de traitement des risques assurables 80, Boulevard Haussmann 75008 PARIS

Indicateur - Coût de traitement des risques assurables 80, Boulevard Haussmann 75008 PARIS Risk Manager Indicateur - Coût de traitement des risques assurables 80, Boulevard Haussmann 75008 PARIS Avant - Propos Chers Membres de l Amrae, Nous réfléchissons depuis quelques temps à la manière de

Plus en détail

Comment avoir accès à la valeur de rachat de votre police d assurance vie universelle de RBC Assurances

Comment avoir accès à la valeur de rachat de votre police d assurance vie universelle de RBC Assurances Comment avoir accès à la valeur de rachat de votre police d assurance vie universelle de RBC Assurances Découvrez les avantages et désavantages des trois méthodes vous permettant d avoir accès à vos fonds.

Plus en détail

demandez plus à votre Banque Privée

demandez plus à votre Banque Privée demandez plus à votre Banque Privée 2009125E LCL_COUV_brochure.qxd 21/09/09 10:35 Page 2 Nos implantations Lcl Banque Privée Vous êtes unique demandez plus à votre Banque Privée Chez LCL Banque Privée,

Plus en détail

Note Conflagration. Janvier 2010

Note Conflagration. Janvier 2010 Janvier 2010 Note Conflagration De nombreux sinistres de caractère événementiel dans le monde mettent en jeu plusieurs risques en Dommages, sans qu il s agisse d évènements naturels. On parle en général

Plus en détail

Votre partenaire en gestion privée

Votre partenaire en gestion privée Votre partenaire en gestion privée Société Générale Private Banking 2 800 collaborateurs Une présence dans 22 pays 75,4 milliards d euros d actifs sous gestion, au 31 décembre 2009 Nos récompenses 2010

Plus en détail

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la responsabilité civile. Printemps 2007 Présentation du

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la responsabilité civile. Printemps 2007 Présentation du Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la responsabilité civile Printemps 2007 Présentation du Qu est-ce que la responsabilité civile? Responsabilité civile = reddition de comptes Cette responsabilité

Plus en détail

PEA Performance 2. Faites passer votre épargne à l action!

PEA Performance 2. Faites passer votre épargne à l action! PEA Performance 2 Faites passer votre épargne à l action! Avec le PEA PERFORMANCE 2, Le Plan d Épargne en Actions (PEA) est un placement plébiscité par les épargnants, plus de 7 millions de Français en

Plus en détail

QBE France. Votre partenaire en gestion de risques

QBE France. Votre partenaire en gestion de risques QBE France Votre partenaire en gestion de risques QBE, un savoir-faire reconnu et des équipes professionnelles à l écoute des entreprises et des courtiers QBE, un leader mondial de l assurance et de la

Plus en détail

Assurance des risques divers

Assurance des risques divers L assurance du terrorisme en Tunisie : où en sommes-nous? Nabil Ben Azzouz D.U en Droit des assurances de l IAL Etudiant en Master 2 Droit des assurances à l IAL Assurance des risques divers Depuis quelques

Plus en détail

PARTENAIRE DES COLLECTIVITÉS ET DES ÉTABLISSEMENTS HOSPITALIERS

PARTENAIRE DES COLLECTIVITÉS ET DES ÉTABLISSEMENTS HOSPITALIERS PARTENAIRE DES COLLECTIVITÉS ET DES ÉTABLISSEMENTS HOSPITALIERS pour la protection sociale et la performance publique Assurances et services des collectivités locales Groupe Sofaxis Groupe Sofaxis Partenaire

Plus en détail

Continent africain / Evaluation de préjudice Les économistes apportent des réponses à 360 degrés lors des procédures litigieuses

Continent africain / Evaluation de préjudice Les économistes apportent des réponses à 360 degrés lors des procédures litigieuses Tribune Paris, le 19 janvier 2015 Continent africain / Evaluation de préjudice Les économistes apportent des réponses à 360 degrés lors des procédures litigieuses Par Gildas de Muizon (Directeur associé)

Plus en détail

La Gestion de Portefeuilles de Projets d Entreprise : quatre moyens d accroître le retour sur investissement dans les industries gérant de multiples

La Gestion de Portefeuilles de Projets d Entreprise : quatre moyens d accroître le retour sur investissement dans les industries gérant de multiples La Gestion de Portefeuilles de Projets d Entreprise : quatre moyens d accroître le retour sur investissement dans les industries gérant de multiples actifs Livre Blanc Oracle Octobre 2009 Livre Blanc Oracle

Plus en détail

LIVRET D ÉPARGNE SALARIALE

LIVRET D ÉPARGNE SALARIALE LIVRET D ÉPARGNE SALARIALE Tout ce que vous devez savoir sur les dispositifs d épargne salariale 2 - Tout ce que vous devez savoir sur les dispositifs d épargne salariale Sommaire Les dispositifs de participation

Plus en détail

Atelier B01. Nouvelle stratégie d utilisation de captives : quelles diversifications?

Atelier B01. Nouvelle stratégie d utilisation de captives : quelles diversifications? Atelier B01 Nouvelle stratégie d utilisation de captives : quelles diversifications? 1 Atelier B01 Intervenants Hugh ROSENBAUM Towers Watson Retired Principal Fabrice FRERE Aon Global Risk Consulting (Luxembourg)

Plus en détail

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT LFP Europimmo SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT Les parts de SCPI sont des supports de placement à long terme et doivent être acquises dans une optique de diversification de votre patrimoine.

Plus en détail

Présentation de XL Catlin Nos cinq atouts pour vous soutenir dans votre développement.

Présentation de XL Catlin Nos cinq atouts pour vous soutenir dans votre développement. Présentation de XL Catlin Nos cinq atouts pour vous soutenir dans votre développement. Avant même leur rapprochement, XL et Catlin étaient deux sociétés solides, très innovantes. Ensemble, nous sommes

Plus en détail

Five in One Solutions ciblées pour les PME. Un seul contrat pour prémunir votre entreprise contre cinq risques majeurs

Five in One Solutions ciblées pour les PME. Un seul contrat pour prémunir votre entreprise contre cinq risques majeurs Five in One Solutions ciblées pour les PME Un seul contrat pour prémunir votre entreprise contre cinq risques majeurs Five in One Vaudoise Prévoir l'essentiel pour protéger votre entreprise En Suisse,

Plus en détail

Qualification et quantification des risques en vue de leur transfert : la notion de patrimoine informationnel.

Qualification et quantification des risques en vue de leur transfert : la notion de patrimoine informationnel. Qualification et quantification des risques en vue de leur transfert : la notion de patrimoine informationnel. Jean-Laurent Santoni Marsh Risk Consulting France 1 Introduction Pour les systèmes d information,

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. 23 novembre 2010

DOSSIER DE PRESSE. 23 novembre 2010 DOSSIER DE PRESSE 23 novembre 2010 GROUPAMA, 1 er assureur des communes, au Salon des Maires et des Collectivités Locales 2010 : une édition placée sous le signe de l innovation et de la prévention RELATIONS

Plus en détail

Employee Benefits Easy Plan L assurance de groupe pour la petite entreprise

Employee Benefits Easy Plan L assurance de groupe pour la petite entreprise Employee Benefits L assurance de groupe pour la petite entreprise : l assurance de groupe pour la petite entreprise Ma petite entreprise, j en suis fier. Je l ai créée et je l ai développée avec beaucoup

Plus en détail

AVENANT N 18-2014 DU 29 OCTOBRE 2014

AVENANT N 18-2014 DU 29 OCTOBRE 2014 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3381 Convention collective nationale IDCC : 2941. AIDE, ACCOMPAGNEMENT, SOINS

Plus en détail

La modernisation de la gestion publique au sein des EPSCP. Colloque des Agents Comptables. 05 juin 2015

La modernisation de la gestion publique au sein des EPSCP. Colloque des Agents Comptables. 05 juin 2015 La modernisation de la gestion publique au sein des Colloque des Agents Comptables 05 juin 2015 EPSCP Frédéric Dehan Directeur Général des Services Université de Strasbourg 1) Des éléments de contexte

Plus en détail

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 1211122 GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 RAPPORT SOMMAIRE Cette proposition présente les recommandations de Genworth Financial Canada («Genworth») au Comité permanent des

Plus en détail

souscrire un contrat luxembourgeois

souscrire un contrat luxembourgeois souscrire un contrat luxembourgeois Au Grand-Duché, les souscripteurs de contrat d assurance vie ou de capitalisation qui bénéficient d un régime de protection contrôlé par les pouvoirs publics ont, en

Plus en détail

L Edition Pilotée XL

L Edition Pilotée XL L Edition Pilotée XL Piloter son activité, une nécessité Processus décisionnel: «Exploiter les données de l entreprise dans le but de faciliter la prise de décision» Etre informé en permanence sur l état

Plus en détail

Universit 2014. Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales

Universit 2014. Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales Universit niversités s des maires 2014 Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales De la réponse aux attentes des agents à la généralisation

Plus en détail

Avec Euler Hermes, assurez le succès de vos échanges commerciaux

Avec Euler Hermes, assurez le succès de vos échanges commerciaux Euler Hermes France Avec Euler Hermes, assurez le succès de vos échanges commerciaux *Notre savoir au service de votre réussite www.eulerhermes.fr * Cap sur la croissance rentable! Comment anticiper l

Plus en détail

Pour plus d informations sur les Livrets Blancs Chartis: nicole.gesret@chartisinsurance.com

Pour plus d informations sur les Livrets Blancs Chartis: nicole.gesret@chartisinsurance.com Pour plus d informations sur les Livrets Blancs Chartis: nicole.gesret@chartisinsurance.com L indemnisation des risques liés au travail Colloque Sinistres du 10 Mars 2011 Le 10 Mars 2011, à l initiative

Plus en détail

Ce que les élus vont trouver dans la BDES

Ce que les élus vont trouver dans la BDES Ce que les élus vont trouver dans la BDES La BDES doit être le support de la consultation sur la stratégie de l entreprise. Elle doit réunir d ici fin 2016 toutes les informations soumises jusque-là de

Plus en détail

C11 : Principes et pratique de l assurance

C11 : Principes et pratique de l assurance Spécimen de questionnaire d examen C11 : Principes et pratique de l assurance IMPORTANT : Vous disposez de 3 heures pour passer cet examen. Total : 200 points Lorsque vous quittez la salle d examen, vous

Plus en détail

Magasins Filière BIO Assurément Durable

Magasins Filière BIO Assurément Durable Magasins Filière BIO Assurément Durable 1 Madame, Monsieur, Voil{ maintenant plus de 15 ans qu un certain nombre d entre vous, ont osé développer leurs activités dans le domaine des produits naturels,

Plus en détail

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 CDD : COTISATIONS SUPPLEMENTAIRES POUR LES CDD DE COURTE DUREE À partir du 1er juillet 2013, la cotisation patronale d assurance

Plus en détail

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives?

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? La pratique sportive est génératrice de risque et d accident matériel ou corporel. C est pourquoi il existe de nombreuses

Plus en détail

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales.

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales. Chapitre 11 LA FONCTION CONTRÔLE DE GESTION REPORTING AUDIT INTERNE Un système de reporting homogène dans toutes les filiales permet un contrôle de gestion efficace et la production d un tableau de bord

Plus en détail

Juin. Modernisation du Marché du Travail

Juin. Modernisation du Marché du Travail Juin Modernisation du Marché du Travail 2008 les fiches argumentaires du medef Les dispositions de l accord national interprofessionnel du 11 janvier 2008, dont la mise en œuvre requiert un support législatif,

Plus en détail

COMMENT OPTIMISER SA GESTION DE DEVISES?

COMMENT OPTIMISER SA GESTION DE DEVISES? Dossier spécial Après une reprise observée en 2012 et 2013 (de l ordre de 2 et 2,5 %), l Organisation Mondiale du Commerce prévoit une croissance du commerce international de l ordre de 4 à 4,5 % en 2014.

Plus en détail

D&O Plan. Parce qu'entreprendre c'est oser prendre des risques

D&O Plan. Parce qu'entreprendre c'est oser prendre des risques D&O Plan Parce qu'entreprendre c'est oser prendre des risques 2 D&O Plan rassure les dirigeants Parce qu un acte posé aujourd hui peut avoir de lourdes conséquences demain Allianz - D&O Plan Entreprendre,

Plus en détail

PACA FORMATION THANATOLOGY

PACA FORMATION THANATOLOGY PACA FORMATION THANATOLOGY Quelle est la définition d assurance? 2 Définition d assurance L'assuranceest l'activité qui consiste à protéger moyennant une cotisation (prime) un individu, une association

Plus en détail

La Banque Postale lance une offre d assurance multirisque professionnelle 100 % en ligne dédiée aux auto-entrepreneurs

La Banque Postale lance une offre d assurance multirisque professionnelle 100 % en ligne dédiée aux auto-entrepreneurs COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 9 décembre 2009 La Banque Postale lance une offre d assurance multirisque professionnelle 100 % en ligne dédiée aux auto-entrepreneurs Premier partenaire de l'état et de

Plus en détail

Membre du Groupe AG2R LA MONDIALE

Membre du Groupe AG2R LA MONDIALE PIERRE DE LUNE Membre du Groupe AG2R LA MONDIALE PIERRE DE LUNE PARCE QUE VOUS SOUHAITEZ Optimiser la fiscalité de votre patrimoine Accéder à une gestion financière sur mesure Diversifier votre épargne

Plus en détail

Atelier B8. La gestion des risques et des assurances dans les ETI

Atelier B8. La gestion des risques et des assurances dans les ETI Atelier B8 La gestion des risques et des assurances dans les ETI Intervenants Hélène DUVIVIER Philippe LABEY Responsable Régional Lyon SET Risques et Assurances Xavier MARY Bernard DURAND Modérateur Nicolas

Plus en détail

Rendez-vous avec le Lloyd s, partenaire local

Rendez-vous avec le Lloyd s, partenaire local < Picture to go here > Rendez-vous avec le Lloyd s, partenaire local Lloyd s France Guy-Antoine de La Rochefoucauld, Directeur Général Gloria Rolland, Responsable du Développement et des Relations de Marché

Plus en détail

Assurance de GARANTIE DE PASSIF ENVIRONNEMENTAL Comment sécuriser une opération foncière?

Assurance de GARANTIE DE PASSIF ENVIRONNEMENTAL Comment sécuriser une opération foncière? Ce document doit être considéré comme un support de présentation commerciale n ayant aucune valeur contractuelle 2013 02 06 Assurance de GARANTIE DE PASSIF ENVIRONNEMENTAL Comment sécuriser une opération

Plus en détail

LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME)

LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME) LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME) Latifa ECHIHABI (Directeur Général, ANPME, 10, rue Ghandi, BP : 211, Rabat,

Plus en détail

ASSURANCE DE LA RESPONSABILITÉ CIVILE PROFESSIONNELLE

ASSURANCE DE LA RESPONSABILITÉ CIVILE PROFESSIONNELLE ASSURANCE DE LA RESPONSABILITÉ CIVILE PROFESSIONNELLE Au fur et à mesure que le Canada passe à une économie tertiaire, les travailleurs du savoir prospèrent. Aidés par la technologie et exploitant leur

Plus en détail

Application COBOL sur le Web

Application COBOL sur le Web Application COBOL sur le Web Roger Engel Éditions Eyrolles ISBN : 2-212-09116-8 2000 Avant-propos En informatique, nous vivons actuellement des temps fort captivants, caractérisés par de profonds bouleversements,

Plus en détail

POINTS D ATTENTION ET PRÉCAUTIONS À PRENDRE LORS DE LA NÉGOCIATION ET DE LA CONCLUSION D UN CONTRAT DE CLOUD COMPUTING

POINTS D ATTENTION ET PRÉCAUTIONS À PRENDRE LORS DE LA NÉGOCIATION ET DE LA CONCLUSION D UN CONTRAT DE CLOUD COMPUTING SALON MED-IT CASABLANCA 13-15.11.2012 POINTS D ATTENTION ET PRÉCAUTIONS À PRENDRE LORS DE LA NÉGOCIATION ET DE LA CONCLUSION D UN CONTRAT DE CLOUD COMPUTING Me Cathie-Rosalie JOLY Avocat Associé Cabinet

Plus en détail

Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration

Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration 1 1/ Qu est ce qu un accord de branche? Un accord de branche est un acte juridique issu d'une négociation

Plus en détail

L assurance de la FFE et de ses pratiquants. Présentation du 20 septembre 2014

L assurance de la FFE et de ses pratiquants. Présentation du 20 septembre 2014 L assurance de la FFE et de ses pratiquants Présentation du 20 septembre 2014 1 Vos interlocuteurs Courtier gestionnaire: Aiac courtage Assureur: La Sauvegarde GMF 2 Deux idées fortes : Se protéger Les

Plus en détail

La responsabilité sociétale de l entreprise numérique

La responsabilité sociétale de l entreprise numérique La responsabilité sociétale de l entreprise numérique Comme toute organisation, l entreprise numérique génère des attentes fortes en matière de responsabilité sociale, environnementale et de respect des

Plus en détail

Ressources. APIE Agence du patrimoine immatériel de l état. Les paiements sur Internet. l immatériel. Pour agir. En bref

Ressources. APIE Agence du patrimoine immatériel de l état. Les paiements sur Internet. l immatériel. Pour agir. En bref Ressources de l immatériel APIE Agence du patrimoine immatériel de l état En bref Valoriser le patrimoine immatériel invite l État à développer des approches nouvelles et, parfois, à céder contre paiement

Plus en détail

Faire de l infrastructure informatique une source de valeur ajoutée pour l entreprise.

Faire de l infrastructure informatique une source de valeur ajoutée pour l entreprise. IBM Global Services Faire de l infrastructure informatique une source de valeur ajoutée pour l entreprise. Les services d infrastructure et d intégration IBM Pour une infrastructure informatique qui participe

Plus en détail

Ne négligez surtout pas les assurances. de votre entreprise

Ne négligez surtout pas les assurances. de votre entreprise Ne négligez surtout pas les assurances de votre entreprise Animé par : Valérie Cadiou, Responsable Commerciale GROUPAMA et Maître Emmanuel Ergan Cabinet LEPORZOU DAVID ERGAN Un diagnostic assurance indispensable

Plus en détail

24 heures. dans la vie d Orrick Rambaud Martel

24 heures. dans la vie d Orrick Rambaud Martel 24 heures dans la vie d Orrick Rambaud Martel Fusions & acquisitions Droit boursier Financements Droit bancaire Marchés de capitaux Titrisation Capital investissement LBO Capital risque Contentieux Arbitrage

Plus en détail

RÉSULTATS 2008 - PERSPECTIVES 2009 DE LA BANQUE POSTALE

RÉSULTATS 2008 - PERSPECTIVES 2009 DE LA BANQUE POSTALE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 24 mars 2008 RÉSULTATS 2008 - PERSPECTIVES 2009 DE LA BANQUE POSTALE En 2008, La Banque Postale a confirmé sa place unique et singulière sur le marché de la banque de détail

Plus en détail

Infirmières, Infirmiers Bienvenue dans votre univers. En partenariat avec Onsil

Infirmières, Infirmiers Bienvenue dans votre univers. En partenariat avec Onsil Infirmières, Infirmiers Bienvenue dans votre univers En partenariat avec Onsil HSBC France s engage aux côtés des Infirmiers Nous savons que votre métier d infirmier libéral, tout en étant passionnant,

Plus en détail

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI note nº 08 NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI 1. Résumé SOUTIEN AUX PME ET À LEURS EMPLOYÉS PENDANT LA CRISE La crise financière et économique mondiale érige un certain nombre d obstacles

Plus en détail

Conseils pratiques pour la gestion des risques fiscaux de l entreprise. Jean-Luc Wuidard Droit de rencontres 4 mai 2011 Liège Airport

Conseils pratiques pour la gestion des risques fiscaux de l entreprise. Jean-Luc Wuidard Droit de rencontres 4 mai 2011 Liège Airport Conseils pratiques pour la gestion des risques fiscaux de l entreprise Jean-Luc Wuidard Droit de rencontres 4 mai 2011 Liège Airport Le facteur fiscal = Un coût inhérent à l'activité de l'entreprise qu'il

Plus en détail

Quels outils pour prévoir?

Quels outils pour prévoir? modeledition SA Quels outils pour prévoir? Les modèles de prévisions sont des outils irremplaçables pour la prise de décision. Pour cela les entreprises ont le choix entre Excel et les outils classiques

Plus en détail

Rapport pour la commission permanente du conseil régional JUIN 2015

Rapport pour la commission permanente du conseil régional JUIN 2015 Rapport pour la commission permanente du conseil régional JUIN 2015 Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france HABILITATION DU PRESIDENT DU CONSEIL REGIONAL A LANCER LA

Plus en détail

DIRECTION DES ACHATS RESPONSABILITÉ SOCIALE ET ENVIRONNEMENTALE. Ensemble, agissons pour des achats responsables

DIRECTION DES ACHATS RESPONSABILITÉ SOCIALE ET ENVIRONNEMENTALE. Ensemble, agissons pour des achats responsables DIRECTION DES ACHATS RESPONSABILITÉ SOCIALE ET ENVIRONNEMENTALE Ensemble, agissons pour des achats responsables CONVICTIONS De l intention à l action systématique André SÉPANIAK Directeur des achats Le

Plus en détail

Présentation des nouveautés Sage i7

Présentation des nouveautés Sage i7 Présentation des nouveautés Sage i7 1 - Nouveautés transverses A. Ergonomie B. La dimension Etendue C. Les éditions pilotées XL 2 - Gestion des Clients A - Sage 30 et Sage 100 Gestion Commerciale i7 1-1

Plus en détail

Protection Juridique Vie Professionnelle

Protection Juridique Vie Professionnelle P R É V O Y A N C E Prévoyance ( Protection ) Juridique Travailleurs Non Salariés La solution pour faire respecter vos droits Vos Garanties - 2007 Un juriste dédié pour vous conseiller Pas de franchise,

Plus en détail

Gemalto : chiffre d affaires du 4 ème trimestre et de l exercice 2006 1

Gemalto : chiffre d affaires du 4 ème trimestre et de l exercice 2006 1 Gemalto : chiffre d affaires du 4 ème trimestre et de l exercice 2006 1 Chiffre d affaires 1 2006 : 1 698 millions d euros, comparable à celui de l exercice précédent Chiffre d affaires du 4 ème trimestre

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

CGV - SOUSCRIPTION ET ACHAT SUR LES SITES INTERNET du Groupe LE MESSAGER

CGV - SOUSCRIPTION ET ACHAT SUR LES SITES INTERNET du Groupe LE MESSAGER CGV - SOUSCRIPTION ET ACHAT SUR LES SITES INTERNET du Groupe LE MESSAGER Entre : le client (ci-après dénommé «le Client») ; Informations Le Client, personne physique ou morale, qui opère, dans le cadre

Plus en détail

Assurance et capital-investissement Directive AIFM et utilité de l assurance RC Professionnelle

Assurance et capital-investissement Directive AIFM et utilité de l assurance RC Professionnelle Assurance et capital-investissement Directive AIFM et utilité de l assurance RC Professionnelle Cahiers les d'acp ASSURANCE & CAPITAL PARTNERS (ACP) est le Département spécialisé du Groupe SIACI SAINT

Plus en détail

COURTIER ET AGENT D ASSURANCE

COURTIER ET AGENT D ASSURANCE COURTIER ET AGENT D ASSURANCE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU COURTIER ET AGENT D ASSURANCE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU COURTIER ET AGENT D ASSURANCE... 4 L'ACTIVITÉ DU COURTIER ET AGENT D ASSURANCE... 7 LES POINTS

Plus en détail

Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit?

Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit? Retour au sommaire Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit? BIM n 32-01 octobre 2002 Frédéric DE SOUSA-SANTOS Le BIM de cette semaine se propose de vous présenter un ouvrage de Mark Schreiner

Plus en détail

L évolution de l automatisation.

L évolution de l automatisation. Gestion automatisée de la qualité Livre blanc Octobre 2009 L évolution de l automatisation. Etude de l évolution de l automatisation dans la gestion de la qualité des logiciels Page 2 Sommaire 2 Introduction

Plus en détail

CGSSI et Société Française de Vente d Assurances 155, Rue de la Pompe - 75116 PARIS Tél: 0147272346 0607050196. DSI, êtes-vous bien assurés?

CGSSI et Société Française de Vente d Assurances 155, Rue de la Pompe - 75116 PARIS Tél: 0147272346 0607050196. DSI, êtes-vous bien assurés? DSI, êtes-vous bien assurés? DSI, êtes-vous bien assurés? Sécurité informatique DSI, dirigeant de fait au sein de l entreprise Les solutions d assurance : Les risques informatiques La responsabilité personnelle

Plus en détail

Avis n 2011-01 du 15 septembre 2011

Avis n 2011-01 du 15 septembre 2011 Avis n 2011-01 du 15 septembre 2011 relatif à l exigence d une assurance de responsabilité civile pour dommages directs ou indirects sous peine de résiliation du contrat La Commission interprofessionnelle

Plus en détail

WHITEPAPER. Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace

WHITEPAPER. Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace 1 Table of Contents 3 Manque de centralisation 4 Manque de données en temps réel 6 Implémentations fastidieuses et manquant de souplesse 7

Plus en détail

CANDIDATURE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR GENERAL DE L ENSAM

CANDIDATURE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR GENERAL DE L ENSAM CANDIDATURE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR GENERAL DE L ENSAM 1 ère partie Déclaration d intention JEAN-PAUL HAUTIER ADMINISTRATEUR PROVISOIRE ET DIRECTEUR DE LA RECHERCHE DE L ENSAM DIRECTEUR ES QUALITE DE

Plus en détail

Guide Pratique. chef d entreprise. Salarié. Entreprise. Droit. Employeur. Délégués du Personnel. Législation. Congés Payés. Obligation...

Guide Pratique. chef d entreprise. Salarié. Entreprise. Droit. Employeur. Délégués du Personnel. Législation. Congés Payés. Obligation... Le Guide Pratique du SOCIAL chef d entreprise Délégués du Personnel Faut il faire une visite d embauche? Droit Quel contrat pour mon salarié? Entreprise La journée de solidarité, c est quand? Obligation...

Plus en détail

Consultation sur le référencement entre assureurs de dommages et carrossiers. Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers

Consultation sur le référencement entre assureurs de dommages et carrossiers. Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers entre assureurs de dommages et carrossiers Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers Novembre 2006 entre assureurs de dommages et carrossiers 2 PRÉAMBULE Le Groupement des assureurs automobiles

Plus en détail

1 Comment organiser son année civile du point de vue social/rh?

1 Comment organiser son année civile du point de vue social/rh? 1 Comment organiser son année civile du point de vue social/rh? «Le social et la RH, vont encore me compliquer la vie» «On ne sait jamais ce qui va nous tomber dessus, il y a toujours quelque chose que

Plus en détail

Ligne 100 pour PME-PMI. La référence pour vos solutions de gestion d entreprise SERVICE. La solution de gestion commerciale avancée pour le Service

Ligne 100 pour PME-PMI. La référence pour vos solutions de gestion d entreprise SERVICE. La solution de gestion commerciale avancée pour le Service Ligne 100 pour PME-PMI La référence pour vos solutions de gestion d entreprise SERVICE La solution de gestion commerciale avancée pour le Service L éditeur partenaire des PME Capitalisez sur l expertise

Plus en détail