L enquête campagne de bilan 2015 : peut (beaucoup) mieux faire!

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L enquête campagne de bilan 2015 : peut (beaucoup) mieux faire!"

Transcription

1 L enquête campagne de bilan 2015 : peut (beaucoup) mieux faire! Initié en 2014, ECF a relancé début juin une nouvelle enquête sur la campagne de bilan afin de mesurer les difficultés rencontrées par l ensemble de la profession lors de cette période particulièrement difficile pour nos cabinets, nos équipes et nous mêmes. L enquête 2014 avait massivement été renseignée puisque plus de consœurs et confrères avaient spontanément répondu sur internet. L exaspération était à son comble puisque 84% des répondants considéraient que la saison 2014 avait été plus compliquée que les années précédentes et avait entrainé pour 3 cabinets sur 4 des dépassements d horaires importants s annonce mieux même si les résultats en valeur absolu restent très inquiétants! Pour 53% des répondants en 2015, la situation s est aggravée par rapport à l année dernière tandis qu elle reste comparable à l année précédente pour 35%. Ainsi, seul 12% estiment que la campagne 2015 était mieux organisée que l année précédente (à comparer aux 2% qui pensaient la même chose en 2014 ).

2 Les difficultés de 2014 étaient nombreuses : mise à disposition tardive des liasses fiscales, rejets intempestifs des liasses lors des télétransmissions, mise en place catastrophique du CICE, télétransmission séparée de la CVAE, etc Parmi les améliorations indispensables, nous proposions la fixation d un délai unique, la mise à disposition plus rapide des liasses fiscales et du barème kilométrique, la simplification du CICE, l intégration de la CVAE dans la liasse et la télétransmission en EDI des déclarations d IR. En terme de priorité, 26% d entre vous privilégiais la mise à disposition plus rapide des liasses fiscales, 19% choisissait le délai unique et le même pourcentage, l EDI pour l IR. Les discussions mises en place avec la Dgfip en liaison avec le Conseil Supérieur de l Ordre n ont abouti qu à moitié compte tenu de contraintes administratives qui semblent insurmontables. C est notamment le cas d une mise à disposition plus rapide (avant le 1 er avril) des millésimes des liasses fiscales de l année. La solution retenue a donc consisté à autoriser l utilisation des imprimés de l année précédente pour télétransmettre dès le 1er janvier. C était sans compter sur la modification de l imprimé CICE (dont le taux passait en 2014 de 4% à 6%) ni sur l impact négatif de transmettre au client une déclaration sur laquelle le millésime de l année est écrit en gros Résultat, parmi les

3 difficultés de 2015, la profession place en tête la mise à disposition tardive et mal organisée de l imprimé CICE 2015 limitant ainsi la possibilité de télétransmettre sur le millésime N 1. La profession plébiscite pourtant les pistes d amélioration qu ECF a portée : 91% se réjouisse d une communication plus rapide du barème des IK, 89% du traitement en EDI de la CVAE, 86% de l utilisation du millésime de l année précédente et de la simplification (relative) du CICE Concernant la fixation d un délai unique, la diversité est de mise dans les approches même si 2 experts comptables sur 3 (66,8% exactement) approuvent la fixation d un délai unique pour toutes les déclarations. Certains souhaitent revenir au système antérieure avec une planification des envois sur la période (SCI au 28 février, IS au 15 avril, etc ) quand d autres souhaitent avancer plus tôt encore la date limite au 15 avril pour toutes les déclarations, certains au contraire voulant la repousser à fin mai Il se dégage néanmoins une majorité importante (plus de 70%) pour souhaiter que la date du 15 mai devienne structurellement la date limite d envoi (l obligation d une mention express n a guère été apprécié, à juste titre, par la profession!), 75% rejetant la date du 30 avril. Entre le 30 avril, le 5 mai et le 15 mai, s il faut choisir, 17% retiennent le 30 avril, 13% le 5 mai et 58% le 15 mai 12% choisissant une autre date (15 avril, 30 mai, etc ). Les réponses dans les régions sont également impactées par l iniquité résultant d une date limite d envoi des déclarations d IR différente. Les régions concernées par la date du 26 mai (département 1 à 19) subissent ainsi un raccourcissement de leur date d envoi de 14 jours par rapport aux régions les

4 mieux loties. Le report au 15 mai de la date limite d envoi des liasses fiscales ne laissent ainsi à nos confrères de ces départements que 9 jours pour télétransmettre les déclarations d IR En synthèse, la profession a l impression d avoir joué le jeu de la télétransmission au seul bénéfice de l administration fiscale qui impose des contraintes à la charge des cabinets en termes de production et de délais sans aucune contrepartie. Les relations avec l administration se tendent également avec l application systématique des pénalités de retard en cas de retard de délai, même d un jour, et l application systématique des majorations pour manquement délibérés de 40% lors des contrôles fiscaux ; le respect auquel notre profession pourrait s attendre compte tenu du rôle citoyen qu elle joue dans la détermination de l assiette fiscale des entreprises et des professions libérales n est pas reconnu à sa juste valeur! Le discours officiel («dites le nous une fois», simplification, allègement des contraintes, ) ne résiste pas à l épreuve des faits. L environnement administratif des entreprises et les obligations déclaratives (non suppression de la DADS 2 chronophage et intransmissible automatiquement en EDI, perte du régime simplifiée au delà de de TVA, déclaration des valeurs locatives à l horizon 2015, DSN, etc ) s intensifient, se complexifient et s amoncellent sur le dos de la profession sans qu on puisse identifier réellement les avantages induits pour nous même ou nos clients. Au contraire, la dématérialisation des imprimés déresponsabilise les clients qui, ne recevant plus d imprimés fiscaux, se détachent de leurs obligations qui reposent désormais uniquement sur notre profession. Le désintérêt des clients pour leurs comptes progresse et risque de devenir rapidement le plus grand problème de la profession dans la gestion des obligations légales de nos clients. Que faire, quelles propositions défendre en 2015 pour tenter d améliorer la prochaine campagne 2016? Il ressort de vos réponses qu une date limite structurellement fixé au 15 mai est un impératif en termes d organisation des cabinets. Cette demande sera portée et défendue par ECF. Il semble que l idée d une télétransmission dès le 1 er janvier sur les millésimes de l année précédente rencontre également l adhésion des confrères : il importe par contre que les imprimés soient complets dès le 1 er janvier et que ceux ci ne soient pas pré imprimé avec l année fiscale. Il convient donc qu avant la fin de l année 2015, un jeu complet de liasse fiscale non millésimé soit mis à la disposition de la profession. Cette demande sera portée et défendue par ECF. La télétransmission en un seul envoi unique doit être encore renforcée avec l ajout des acomptes d IS en une seule fois, des paiements de la CVAE de l année, etc Cette demande sera portée et défendue par ECF.

5 La profession doit être mieux reconnue dans son rôle au service de l état lorsqu elle accompagne les entreprises dans la détermination de l assiette imposable. Il importe que l administration fasse preuve d une plus grande mansuétude lorsqu une réclamation est adressée par un professionnel de l expertise comptable. La profession doit être respectée et reconnue pour ce qu elle est et pour ce qu elle fait. Cette demande sera portée et défendue par ECF La situation de la profession est particulièrement préoccupante et les pouvoirs publics doivent prendre conscience du rôle indispensable que nous remplissons dans la simplification administrative des entreprises en absorbant le coût de la complexité ; la pression exercée sur nos collaborateurs et nos cabinets atteint désormais, compte tenu de l inflation législative et administrative et du durcissement des relations Etat Entreprise, un niveau alarmant. Afin de mesurer l état d esprit des professionnels de l expertise comptable, nous avons rajouté cette année une question sur l appréciation de leur situation : 36% des cabinets voient ainsi leur rentabilité se dégrader d année en année provoquant un surcroît d activité difficilement supportable entrainant une souffrance importante pour eux mêmes et leurs collaborateurs. Ces confrères sont pessimistes pour l avenir. 43% subissent la pression mais conserve encore une activité rentable tout en étant inquiet pour l avenir. Seul 21% de nos confrères estiment s en sortir correctement et restent optimistes pour l avenir. Un tiers de la profession en souffrance et pessimiste pour leur avenir, c est beaucoup trop lorsqu on exerce une profession libérale dont l accès a nécessité sept années d études et beaucoup d efforts. Défendre l unité de la profession, sa cohésion, accompagner tous les professionnels vers un exercice serein et apaisé tout en évitant la fracture subi par les cabinets isolés est l ambition de notre syndicat. Porter vos revendications et défendre vos propositions sont le moteur de notre action.

Création des sociétés :

Création des sociétés : COPY-LIASSE Une solution simple, rapide et économique pour saisir et télétransmettre vos liasses fiscales à la Direction Générale des Finances Publiques (DGFiP), aux organismes de gestion agréés et à la

Plus en détail

ENQUETE AFDCC 2014 SUR LES COMPORTEMENTS

ENQUETE AFDCC 2014 SUR LES COMPORTEMENTS ENQUETE AFDCC 2014 SUR LES COMPORTEMENTS DE PAIEMENT DES ENTREPRISES RESULTATS DE LA 12 EME EDITION L Association Française des Credit Managers et Conseils présente la 12 ème édition de son enquête annuelle.

Plus en détail

«SAISIE 2035» Mode d emploi

«SAISIE 2035» Mode d emploi «SAISIE 2035» Mode d emploi En 2015 saisissez en ligne et télétransmettez votre déclaration n 2035 sur le site de l ARAPL : www.araplbn.org Complétez en ligne sur notre site www.araplbn.org votre déclaration

Plus en détail

Communiqué de lancement CAMPAGNE FISCALE 2012

Communiqué de lancement CAMPAGNE FISCALE 2012 Communiqué de lancement Sage 100 Etats Comptables & Fiscaux V16.50 CAMPAGNE FISCALE 2012 Disponibilité commerciale : 15 Mars 2012 Edition spéciale : Campagne fiscale 2012 I. Les Versions requises : Mises

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

Option EDI-TDFC/PAIEMENT

Option EDI-TDFC/PAIEMENT Option EDI-TDFC/PAIEMENT pour ETAFI Millésime 2016 (v.28.1) Sommaire 1. Télétransmission 2016... 3 Date Limite de dépôt - liasse, déclaration CVAE et Loyers... 3 Ouverture campagne 2016 - Tdfc et Paiement

Plus en détail

Réunion des Investisseurs du 11 avril 2014

Réunion des Investisseurs du 11 avril 2014 Réunion des Investisseurs du 11 avril 2014 Les Centres de Gestion Agréés? Les Centres de Gestion Agréés : Un dispositif créé en 1975 pour permettre aux petites entreprises de bénéficier d avantages fiscaux

Plus en détail

Comme les années précédentes, Belnet a mené une enquête de satisfaction auprès des organisations connectées à son réseau

Comme les années précédentes, Belnet a mené une enquête de satisfaction auprès des organisations connectées à son réseau Comme les années précédentes, Belnet a mené une enquête de satisfaction auprès des organisations connectées à son réseau afin d évaluer leur niveau de satisfaction. En 2013, l enquête a été effectuée par

Plus en détail

Sondage : les résultats!

Sondage : les résultats! Sondage : les résultats! Avec 104 réponses, le sondage réalisé par le Parti libéral radical de Troistorrents-Morgins s est révélé un franc succès. Sans pouvoir être représentatif, il constitue néanmoins

Plus en détail

La dématérialisation fiscale

La dématérialisation fiscale La dématérialisation fiscale Mondial Assistance met en place la facture électronique, ou dématérialisation fiscale. Ce document a pour objectif de vous présenter les normes qui encadrent un nouveau mode

Plus en détail

Au sommaire. Sommaire. Lettre d information. EDI-TDFC (Transfert des Données Fiscales et Comptables) L équipe du portail ASPOne.fr.

Au sommaire. Sommaire. Lettre d information. EDI-TDFC (Transfert des Données Fiscales et Comptables) L équipe du portail ASPOne.fr. Lettre d information Février 2015 - n 48 Sommaire Au sommaire Chers déclarants, L actualité télé-déclarative reste chargée en ce début d année 2015 avec de nombreuses nouveautés sur le plan des télé-procédures,

Plus en détail

Gestion de votre compte Extranet :

Gestion de votre compte Extranet : Gestion de votre compte Extranet : - Connexion - Saisie 2035 Connexion Connexion sur www.aplrl.fr Connexion Espace adhérent 3 Codes envoyés par l APLRL 4 Saisie de votre déclaration 2035 (2) Choix de saisie

Plus en détail

Vos téléprocédures en toute simplicité! Télétransmission sécurisée des données au format EDI. Service EBP Télédéclaration

Vos téléprocédures en toute simplicité! Télétransmission sécurisée des données au format EDI. Service EBP Télédéclaration EBP Télédéclaration Vos téléprocédures en toute simplicité! EBP a mis en place un nouveau service pour aider les entreprises à télédéclarer leurs éditions légales de manière simple, rapide et sécurisée.

Plus en détail

Téléprocédures Fiscales des Professionnels DDFIP 78 DIVISION DES PROFESSIONNELS

Téléprocédures Fiscales des Professionnels DDFIP 78 DIVISION DES PROFESSIONNELS Téléprocédures Fiscales des Professionnels DDFIP 78 DIVISION DES PROFESSIONNELS Téléprocédures : Les procédures existantes 1 L'EFI - mode simplifié 2 L'EFI - mode expert 3 L'EDI Téléprocédures : L'obligation

Plus en détail

Nos 6 engagements de services. Entreprises

Nos 6 engagements de services. Entreprises RETRAITE COMPLÉMENTAIRE Nos 6 engagements de services Entreprises Déclaration des salaires 2011 Deux moyens existent : la déclaration en ligne (aucune inscription préalable). le dépôt d une DADS-U sur

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME - Vague 5 - Contacts : Frédéric Dabi / Flore-Aline Colmet Daâge Avril 2010 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon

Plus en détail

Horizon PME. Synthèse. Etude des besoins pour la croissance des PME. Croissance des PME de l Edition de logiciels et Solutions internet :

Horizon PME. Synthèse. Etude des besoins pour la croissance des PME. Croissance des PME de l Edition de logiciels et Solutions internet : Horizon PME Etude des besoins pour la croissance des PME Synthèse Croissance des PME de l Edition de logiciels et Solutions internet : Quels besoins pour financer leurs activités innovantes? Auteurs :

Plus en détail

Sage 100 Etats Comptables & Fiscaux

Sage 100 Etats Comptables & Fiscaux Communiqué de lancement Sage 100 Etats Comptables & Fiscaux V16.02 Disponibilité commerciale : Mars 2010 Nouveautés V16.02 I. Sommaire II. NOUVELLE VERSION MAJEURE V16.02 : MISES A JOUR LEGALES... 3 PRECONISATIONS

Plus en détail

technique : jedeclare.com s occupe de tout.

technique : jedeclare.com s occupe de tout. Édito Le mouvement est aujourd hui véritablement lancé pour faciliter via jedeclare.com, la dématérialisation des échanges de relevés bancaires et de liasses fiscales entre les cabinets d expertise comptable

Plus en détail

Attention : cette mise à jour fiscale ne peut être effectuée que sur une version 7.00 de l application Etats comptables et fiscaux.

Attention : cette mise à jour fiscale ne peut être effectuée que sur une version 7.00 de l application Etats comptables et fiscaux. DOSSIER REVENDEUR Loi de Finance 2012 La mise à jour fiscale vous permet d adapter votre logiciel à la loi de finances en vigueur. Elle est obligatoire pour le dépôt des liasses à la DGFiP en édition laser

Plus en détail

- PROFESSIONNELS - LES NOUVEAUX SEUILS D UTILISATION OBLIGATOIRE DES TELEPROCEDURES DES PROFESSIONNELS

- PROFESSIONNELS - LES NOUVEAUX SEUILS D UTILISATION OBLIGATOIRE DES TELEPROCEDURES DES PROFESSIONNELS Page 1 - PROFESSIONNELS - LES NOUVEAUX SEUILS D UTILISATION OBLIGATOIRE DES DES PROFESSIONNELS 1. La dynamique des téléprocédures des professionnels - Quelques statistiques... - Rappel des procédures existantes

Plus en détail

Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête

Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête 1. Les faits L enquête sous forme de questionnaire a été menée durant le mois d octobre 2011 auprès des assistants diplômés

Plus en détail

FRANCE GESTION. Commerçants et Artisans. CENTRE DE GESTION AGRÉÉ de membres de l Ordre des Experts-Comptables

FRANCE GESTION. Commerçants et Artisans. CENTRE DE GESTION AGRÉÉ de membres de l Ordre des Experts-Comptables FRANCE GESTION Commerçants et Artisans CENTRE DE GESTION AGRÉÉ de membres de l Ordre des Experts-Comptables Centre de gestion agréé par l administration fiscale A été créé à l initiative de membres de

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de Rhône-Alpes. Suivez l activité UNE ACTIVITE ECONOMIQUE EN LEGERE BAISSE. N 12 - Edition Lyon Rhône Mai 2015

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de Rhône-Alpes. Suivez l activité UNE ACTIVITE ECONOMIQUE EN LEGERE BAISSE. N 12 - Edition Lyon Rhône Mai 2015 Suivez l activité des entreprises de Rhône-Alpes NOTE DE CONJONCTURE N 12 - Edition Lyon Rhône Mai UNE ACTIVITE ECONOMIQUE EN LEGERE BAISSE L activité économique des entreprises artisanales du Rhône rencontrent

Plus en détail

Nouvelles obligations, nouveaux dispositifs : Les enjeux

Nouvelles obligations, nouveaux dispositifs : Les enjeux Nouvelles obligations, nouveaux dispositifs : Les enjeux 1 Plan de l intervention 1. Panorama des nouvelles missions dévolues aux centres de gestion agréés 2. Les enjeux 3. Une nouvelle collaboration 2

Plus en détail

Lettre d information des contrôleurs qualité

Lettre d information des contrôleurs qualité COMMISSION QUALITÉ 1 er trimestre 2012 Numéro 2 Lettre d information des contrôleurs qualité Le Conseil Supérieur a mis en place cette lettre pour faciliter votre information et vous aider dans votre mission.

Plus en détail

FRANCE GESTION. Professions Libérales ASSOCIATION AGRÉÉE

FRANCE GESTION. Professions Libérales ASSOCIATION AGRÉÉE FRANCE GESTION Professions Libérales ASSOCIATION AGRÉÉE Association agréée par l'administration fiscale A été créée à l initiative de membres de l Ordre des Experts-Comptables le 17 décembre 1977. Notre

Plus en détail

L accès à l emploi et les seniors

L accès à l emploi et les seniors L accès à l emploi et les seniors Rapport d une étude menée entre octobre 2013 & mars 2014 Avec le soutien de Regionsjob, le Centre des Jeunes Dirigeants & le Medef Ile de France De L utilité de cette

Plus en détail

Sage 100 Etats Comptables & Fiscaux

Sage 100 Etats Comptables & Fiscaux Communiqué de lancement Sage 100 Etats Comptables & Fiscaux V16.02 CAMPAGNE FISCALE 2011 Disponibilité commerciale : Mars 2011 Edition spéciale : Campagne fiscale 2011 I. Sommaire I. SOMMAIRE... 2 II.

Plus en détail

VERSEMENT À TORT DES CONTRIBUTIONS AUX URSSAF DÉPASSEMENT DU FORFAIT JOURS : QUELLE RÉMUNÉRATION?

VERSEMENT À TORT DES CONTRIBUTIONS AUX URSSAF DÉPASSEMENT DU FORFAIT JOURS : QUELLE RÉMUNÉRATION? N-Nour VERSEMENT À TORT DES CONTRIBUTIONS AUX URSSAF MARS 2011 Depuis le 1 er janvier 2011, les contributions d assurance chômage sont versées aux Urssaf (voir Infos d Experts janvier 2011). Certaines

Plus en détail

UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE

UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE DOSSIER DE PRESSE 24 OCTOBRE 2014 UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE «Le régime étudiant comme pilier d une politique de santé des jeunes» CONTACT PRESSE LISA RIBEAUD 06 15 86 43 41 lribeaud@unef.fr presse@unef.fr

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES. applicable à la fourniture des prestations d aide au traitement & à l Analyse des documents. par les Experts-Comptables

CAHIER DES CHARGES. applicable à la fourniture des prestations d aide au traitement & à l Analyse des documents. par les Experts-Comptables CAHIER DES CHARGES applicable à la fourniture des prestations d aide au traitement & à l Analyse des documents par les Experts-Comptables Correspondants du CGL Page 1 sur 6 PREAMBULE Conformément aux textes

Plus en détail

Service de l informatique pour les paroisses des Diocèses de Québec et de Trois-Rivières 1073, boul. René-Lévesque Ouest Québec (Québec) G1S 4R5

Service de l informatique pour les paroisses des Diocèses de Québec et de Trois-Rivières 1073, boul. René-Lévesque Ouest Québec (Québec) G1S 4R5 Service de l informatique pour les paroisses des Diocèses de Québec et de Trois-Rivières 1073, boul. René-Lévesque Ouest Québec (Québec) G1S 4R5 DESCRIPTION DES LOGICIELS PAROISSIAUX COMPTABILITÉ Ce logiciel

Plus en détail

Menu : Permet l accès à l ensemble des fonctions du programme

Menu : Permet l accès à l ensemble des fonctions du programme Dans ce document nous allons voir comment faire une facture. Nous supposons donc que l ensemble des fichiers (clients, animaux, articles ) sont correctement paramétrés. Quelques rappels : Veto_win est

Plus en détail

LES PRIORITES DE SIMPLIFICATION VUES PAR LES USAGERS LES ENTREPRISES I. EN BREF :

LES PRIORITES DE SIMPLIFICATION VUES PAR LES USAGERS LES ENTREPRISES I. EN BREF : LES PRIORITES DE SIMPLIFICATION VUES PAR LES USAGERS LES ENTREPRISES La Direction Général de la Modernisation de l Etat souhaite faire de l écoute des usagers (particuliers, entreprises, collectivités

Plus en détail

Un climat des affaires conforté

Un climat des affaires conforté JUILLET 2015 Un climat des affaires conforté Même si une part toujours importante de TPE/PME enregistre un recul du chiffre d affaires, le bilan du 2 e trimestre marque une amélioration sensible, confirmée

Plus en détail

Fonctionnement : ça marche, mais ce n est pas très juste

Fonctionnement : ça marche, mais ce n est pas très juste Financement de la protection sociale : l avis des Français 1 Fonctionnement : ça marche, mais ce n est pas très juste Illustrations Marc Guerra On a beau nous parler sur tous les tons du trou de la Sécu

Plus en détail

Réformes dans la Fonction publique

Réformes dans la Fonction publique Réformes dans la Fonction publique Lors des entrevues de janvier et de février 2012 avec les associations professionnelles et syndicats de la CGFP, les ministres de la Fonction publique avaient fait savoir

Plus en détail

// Enquête de satisfaction. Résultats 2014-2015

// Enquête de satisfaction. Résultats 2014-2015 // Enquête de satisfaction Résultats 2014-2015 Des résultats encourageants Nos clients ont eu l amabilité de bien vouloir répondre à notre enquête de satisfaction annuelle et nous les en remercions chaleureusement.

Plus en détail

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 L UCM a créé un indicateur de conjoncture pour les PME wallonnes et bruxelloises. Ce "baromètre" est réalisé chaque trimestre, sur base des réponses

Plus en détail

Ressources humaines Epreuves

Ressources humaines Epreuves Examen modulaire SVF-ASFC Edition Printemps 2009 Ressources humaines Epreuves Durée de l examen: 60 minutes Moyens auxiliaires autorisés: aucun Collez ici votre timbre d identification SVP! Points: Note:

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

La dématérialisation des procédures de marchés publics

La dématérialisation des procédures de marchés publics La dématérialisation des procédures de marchés publics Définition La dématérialisation des procédures de marchés publics consiste en l utilisation de la voie électronique pour les échanges d informations

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

LES TÉLÉPROCÉDURES DES PROFESSIONNELS

LES TÉLÉPROCÉDURES DES PROFESSIONNELS LES TÉLÉPROCÉDURES DES PROFESSIONNELS Une solution simple, économique et sécurisée qui vous permet de : CONSULTER VOTRE COMPTE FISCAL TÉLÉDÉCLARER ET TÉLÉPAYER VOS PRINCIPAUX IMPÔTS TÉLÉTRANSMETTRE VOTRE

Plus en détail

ARAPL GUIDE DE SAISIE EN LIGNE DE LA TVA

ARAPL GUIDE DE SAISIE EN LIGNE DE LA TVA ARAPL GUIDE DE SAISIE EN LIGNE DE LA TVA 1 DECLARER EN LIGNE LA TVA DANS VOTRE EXTRANET ARAPL Cet espace vous permet : De saisir en ligne la déclaration de TVA et de procéder à sa dématérialisation vers

Plus en détail

Livret fiscal du créateur d entreprise. Sociétés civiles immobilières de gestion

Livret fiscal du créateur d entreprise. Sociétés civiles immobilières de gestion Livret fiscal du créateur d entreprise Sociétés civiles immobilières de gestion Régime d imposition Les sociétés civiles immobilières (SCI) ont pour objet la gestion d'un patrimoine immobilier. Leur activité

Plus en détail

L EIRL. Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée

L EIRL. Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée L EIRL. Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée Présentation de l EIRL Pourquoi? -Ce nouveau statut vient répondre à la principale préoccupation des entrepreneurs en nom propre : protéger les

Plus en détail

A propos des conclusions de l Informateur Didier Reynders, à Sa Majesté le Roi Albert II

A propos des conclusions de l Informateur Didier Reynders, à Sa Majesté le Roi Albert II A propos des conclusions de l Informateur Didier Reynders, à Sa Majesté le Roi Albert II Bruxelles, le 1 er mars 2011 A propos des conclusions définitives de la mission d information de Didier REYNDERS

Plus en détail

Page d accueil (home page)

Page d accueil (home page) Page d accueil (home page) Page d accueil (home page) Une barre de navigation en haut pour un accès aux rubriques à tout moment et n importe où 4 Grands espaces : Profession Jeune Entreprise Non marchand

Plus en détail

Le pacte de responsabilité et de solidarité. DDFiP 82

Le pacte de responsabilité et de solidarité. DDFiP 82 Le pacte de responsabilité et de solidarité DDFiP 82 1. Un effort financier massif Allègement du coût du travail : 30 milliards 2 2. Le Crédit d Impôt Compétitivité Emploi (CICE) - Simple : 4% (6% en 2014)

Plus en détail

Enquête sur les allégations visant l Association des

Enquête sur les allégations visant l Association des Enquête sur les allégations visant l Association des pompiers autochtones du Manitoba 2014 Contexte La Direction générale des services d examen et d enquête du Ministère a reçu des allégations de détournement

Plus en détail

Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp

Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp D après une initiative de Champ AGJIR Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp www.remplachamp.fr Contacts : Sylvain DURIEZ, Président de Champ AGJIR, president@champagjir.fr Jacques

Plus en détail

Campagne fiscale 2012

Campagne fiscale 2012 Campagne fiscale 2012 DOCUMENTS A ADRESSER AU CECOGIR I. LES TABLEAUX OG (dématérialisés) L OG00 : Données d identification de l adhérent. C est un document paramétré, qui ne nécessite aucun travail particulier

Plus en détail

LES PROFESSIONNELS DE SANTE ET LE TIERS PAYANT COMPLEMENTAIRE Enquête Mut Santé/TNS Healthcare auprès de 150 pharmaciens

LES PROFESSIONNELS DE SANTE ET LE TIERS PAYANT COMPLEMENTAIRE Enquête Mut Santé/TNS Healthcare auprès de 150 pharmaciens LES PROFESSIONNELS DE SANTE ET LE TIERS PAYANT COMPLEMENTAIRE Enquête Mut Santé/TNS Healthcare auprès de 150 pharmaciens Nouvel opérateur de la gestion du Tiers Payant Complémentaire, Mut Santé a souhaité

Plus en détail

Simulateur EIRL Notice et exemple commenté

Simulateur EIRL Notice et exemple commenté Simulateur EIRL Notice et exemple commenté 1 er janvier 2011 1 Sommaire 1. Données relatives à l entreprise... 4 2. Renseignements relatifs au foyer fiscal... 5 3. Le comparatif... 6 4. Détails du calcul...

Plus en détail

3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL

3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL 3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL 3.1. CONCEPT La formation professionnelle doit être envisagée comme un moyen de fournir aux étudiants les connaissances théoriques et pratiques requises

Plus en détail

Kiosque Mission : Transmission du cabinet. Dernière actualisation HF: 01/06/2007

Kiosque Mission : Transmission du cabinet. Dernière actualisation HF: 01/06/2007 : Transmission du cabinet Dernière actualisation HF: 01/06/2007 Déroulé de l intervention Propos introductifs Êtes-vous prêt à transmettre votre cabinet? Se couvrir contre la transmission subie Faire prendre

Plus en détail

Vaste réforme de la fiscalité immobilière

Vaste réforme de la fiscalité immobilière Vaste réforme de la fiscalité immobilière 26 septembre 2012 Dépôt et mise en consultation de cinq projets de lois A. Estimation fiscale des immeubles Projet de loi sur les estimations fiscales de certains

Plus en détail

FICHe nouveautés LIgNE PME JanVIeR 2015 www.ebp.com

FICHe nouveautés LIgNE PME JanVIeR 2015 www.ebp.com FICHE NOUVEAUTés Ligne PME JANVIER 2015 www.ebp.com SOMMAIRE Contexte légal DSN La Déclaration Sociale Nominative... 2 0Les grands principes... 2 0Calendrier légal... 2 0Phase intermédiaire... 3 0Anticiper

Plus en détail

L OGID00 : Données d identification de l adhérent Vérifier que la rubrique «Situation au regard de la TVA» (codes 1-2-3-4) est bien renseignée.

L OGID00 : Données d identification de l adhérent Vérifier que la rubrique «Situation au regard de la TVA» (codes 1-2-3-4) est bien renseignée. Document modifié le 20/03/2015 Guide des Tableaux OG Campagne fiscale 2015 I. LES TABLEAUX OG (dématérialisés) L OGID00 : Données d identification de l adhérent Vérifier que la rubrique «Situation au regard

Plus en détail

Un climat des affaires incertain

Un climat des affaires incertain AVRIL 2015 Un climat des affaires incertain Au premier trimestre, 39 % des TPE-PME rhônalpines ont observé une baisse de chiffre d affaires par rapport à la même période de 2014 et seulement 24 % une hausse.

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 17/06/2014 Angoulême 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national: la reprise économique se dessine, mais le chômage frappe encore trop fort notre pays.

Plus en détail

APPLICATION N 7 LE CAS FINANCE SA (Adapté d un sujet d expertise comptable de l INTEC)

APPLICATION N 7 LE CAS FINANCE SA (Adapté d un sujet d expertise comptable de l INTEC) APPLICATION N 7 LE CAS FINANCE SA (Adapté d un sujet d expertise comptable de l INTEC) Venant de prendre la Présidence d un important groupe financier français, le nouveau président est alerté par certains

Plus en détail

Questions de révision Gestion de projet Janvier- février 2010

Questions de révision Gestion de projet Janvier- février 2010 CHAPITRE 1 1. Quel est le rôle du promoteur? Le promoteur est celui qui veut que le projet se réalise. C est lui qui conçoit l idée et qui détermine les paramètres clés du projet. Il doit aussi déterminer

Plus en détail

Sicard et Attias pour un barreau pénal digne

Sicard et Attias pour un barreau pénal digne Sicard et Attias pour un barreau pénal digne Anne MOREAUX - publié le 19 mai 2015 - Actualité [1] Envoyer par mail [2] Imprimer Pour leur 8e Bar à Idées, les jeunes avocats du mouvement «BAI» (bousculer-animer-innover),

Plus en détail

Introduction et contexte légal Campagne fiscale 2015

Introduction et contexte légal Campagne fiscale 2015 Introduction et contexte légal Campagne fiscale 2015 Simplification administrative pour les PME - Dans le cadre des 200 mesures sur la simplification administrative, une date butoir a été fixée au 31 décembre

Plus en détail

Soirée Débat: Entrepreneurs individuels, auto-entrepreneurs : pourquoi ne pas changer de structure juridique pour l EIRL?

Soirée Débat: Entrepreneurs individuels, auto-entrepreneurs : pourquoi ne pas changer de structure juridique pour l EIRL? Soirée Débat: Entrepreneurs individuels, auto-entrepreneurs : pourquoi ne pas changer de structure juridique pour l EIRL? Intervenant :Nicolas CAMPELS PRESENTATION DE L EIRL Pourquoi? Ce nouveau statut

Plus en détail

Associations : construisez aujourd hui votre formation de demain

Associations : construisez aujourd hui votre formation de demain ORLY CHAMPIGNY-SUR-MARNE NOGENT-SUR-MARNE VILLECRESNES VILLEJUIF Associations : construisez aujourd hui votre formation de demain Synthèse des résultats du questionnaire BONNEUIL-SUR-MARNE SUCY-EN-BRIE

Plus en détail

Employé CSP compta fournisseurs

Employé CSP compta fournisseurs LA GESTION DU DEVELOPPEMENT INDIVIDUEL Employé CSP compta fournisseurs EVALUATION GDI DU SALARIE Employé CSP compta fournisseurs NOM : PRENOM : Période d'activité : Matricule : Date de l'entretien : Préambule

Plus en détail

Observatoire de la performance des PME-ETI 11 ème édition Novembre 2011. OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges

Observatoire de la performance des PME-ETI 11 ème édition Novembre 2011. OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges Observatoire de la performance des PME-ETI 11 ème édition Novembre 2011 OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Méthodologie Étude quantitative

Plus en détail

- PROFESSIONNELS - LES NOUVEAUX SEUILS D UTILISATION OBLIGATOIRE DES TELEPROCEDURES DES PROFESSIONNELS

- PROFESSIONNELS - LES NOUVEAUX SEUILS D UTILISATION OBLIGATOIRE DES TELEPROCEDURES DES PROFESSIONNELS Page 1 - PROFESSIONNELS - LES NOUVEAUX SEUILS D UTILISATION OBLIGATOIRE DES DES PROFESSIONNELS 1. La dynamique des téléprocédures des professionnels - Quelques statistiques... - Rappel des procédures existantes

Plus en détail

BORDEREAU DE RENSEIGNEMENTS COMPLEMENTAIRES Exercice :.../.../20... AU.../.../20... ou ANNEE 20...

BORDEREAU DE RENSEIGNEMENTS COMPLEMENTAIRES Exercice :.../.../20... AU.../.../20... ou ANNEE 20... CPGA Centre Phocéen de Gestion Agréé Association Régie par la loi du 1 er Juillet 1901 30 rue Victor Leydet 13100 AIX en PROVENCE Tél. 04 42 26 55 26 Fax 04 42 26 99 66 www.cpga-asso.com Agrément par décision

Plus en détail

Sage Simpl-ECF 2014, La gestion simplifiée des Etats Comptables & Fiscaux

Sage Simpl-ECF 2014, La gestion simplifiée des Etats Comptables & Fiscaux 2013, La gestion simplifiée des Etats Comptables & Fiscaux Conformément aux nouvelles exigences de la Direction Générale des Impôts 2013- Annulation, remplacement Toute annulation ou report d inscription

Plus en détail

Les guides permettent d offrir une saisie rapide sur les opérations comptables les plus courantes.

Les guides permettent d offrir une saisie rapide sur les opérations comptables les plus courantes. La saisie comptable Une bonne gestion d entreprise commence par une bonne saisie des écritures comptables. C est pourquoi, le logiciel EBP Compta PRO Open Line TM propose différents types de saisie adaptés

Plus en détail

2.02 Cotisations Cotisations des indépendants à l AVS, à l AI et aux APG

2.02 Cotisations Cotisations des indépendants à l AVS, à l AI et aux APG 2.02 Cotisations Cotisations des indépendants à l AVS, à l AI et aux APG Etat au 1 er janvier 2016 En bref L assurance-vieillesse et survivants (AVS), l assurance-invalidité (AI) et le régime des allocations

Plus en détail

Baromètre Dématérialisation Finances

Baromètre Dématérialisation Finances Baromètre Dématérialisation Finances 2014 Edition Spéciale PME & ETI Baromètre dématérialisation finances 2014 - Édition PME & ETI Les sujets Principaux objectifs Processus prioritaires Processus les plus

Plus en détail

OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE

OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE Edition 2014 Perception du risque et comportement d investissement 3 décembre 2014 Pourquoi un Observatoire UFF/IFOP de la clientèle patrimoniale? Parce

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du à

Le Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du à Le Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du à 1 Présentation générale Annoncé le 14 janvier 2014 par le Président de la République puis présenté par le Premier ministre lors de sa déclaration

Plus en détail

MICRO CONFÉRENCE. «l auto-entrepreneur, avantages et inconvénients» Intervenants :

MICRO CONFÉRENCE. «l auto-entrepreneur, avantages et inconvénients» Intervenants : MICRO CONFÉRENCE «l auto-entrepreneur, avantages et inconvénients» Intervenants : DIRECCTE-LR L EFFET DU LOGIS BOUTIQUE DE GESTION ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES MICRO CONFÉRENCE «l auto-entrepreneur, avantages

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vos salariés - Vos cotisations > Infos pratiques

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vos salariés - Vos cotisations > Infos pratiques Infos pratiques Base de calcul Eléments soumis à cotisations Toutes les sommes et avantages attribués en contrepartie ou à l'occasion du travail sont soumis à cotisations tels que : - les salaires et assimilés,

Plus en détail

LA GESTION DU MAGASIN

LA GESTION DU MAGASIN LA GESTION DU MAGASIN Sommaire Sommaire... 2 1 Choix du client a facturer... 4 1.1 Client déjà enregistré dans la base... 4 1.2 Nouveau client... 4 1.3 Client de passage... 5 2 Création d un devis, bon

Plus en détail

Le Microcrédit Relance

Le Microcrédit Relance La Ministre Céline Fremault soutient une nouvelle aide pour favoriser la relance des petites entreprises bruxelloises Le Microcrédit Relance Un partenariat CEd Crédal Conférence de presse du 17 décembre

Plus en détail

ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS

ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS REGARDS CROISÉS DES ACTEURS DE LA GOUVERNANCE Administrateurs Présidents de conseil d administration/surveillance

Plus en détail

INVESTIR POUR LA SANTE DES JEUNES ET LEUR AUTONOMIE

INVESTIR POUR LA SANTE DES JEUNES ET LEUR AUTONOMIE Contribuer au bien-être des étudiants et créer les conditions de leur réussite INVESTIR POUR LA SANTE DES JEUNES ET LEUR AUTONOMIE LE REGIME ETUDIANT CONSTITUE UNE TRANSITION VERS LA VIE D ADULTE CONTACT

Plus en détail

Synthèse des observations de la Cour

Synthèse des observations de la Cour Synthèse des observations de la Cour L Association pour la recherche sur le cancer a fait l objet pour la deuxième fois d un contrôle de la Cour, portant sur les années 1998 à 2002. Cette association,

Plus en détail

Les Français et le pouvoir d achat

Les Français et le pouvoir d achat Contacts CSA Pôle Opinion Corporate : Jérôme Sainte-Marie, Directeur général adjoint Yves-Marie Cann, Directeur d études Les Français et le pouvoir d achat Sondage CSA pour Cofidis Septembre 2012 Sommaire

Plus en détail

Enquête de satisfaction 2015 réalisée du 8 au 26 juin 2015. À votre écoute pour progresser!

Enquête de satisfaction 2015 réalisée du 8 au 26 juin 2015. À votre écoute pour progresser! Enquête de satisfaction 2015 réalisée du 8 au 26 juin 2015 PREFECTURE DES DEUX-SEVRES 116 questionnaires collectés / 20 questions Résultats en % des exprimés 1. Le contexte de l étude À votre écoute pour

Plus en détail

LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL

LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL 1. Le budget communal est l acte fondamental de la gestion municipale car il détermine chaque année l ensemble des actions qui seront entreprises.

Plus en détail

Votre Profil.. p.3. Présentation.. p.4. Les avantages... p.5. La rémunération. p.6. Un métier d avenir... p.7. Comment ca marche?... p.

Votre Profil.. p.3. Présentation.. p.4. Les avantages... p.5. La rémunération. p.6. Un métier d avenir... p.7. Comment ca marche?... p. 1 Sommaire : Votre Profil.. p.3 Présentation.. p.4 Les avantages... p.5 La rémunération. p.6 Un métier d avenir... p.7 Comment ca marche?... p.8 Charges et dépenses p.11 2 Passionné par l immobilier Vous

Plus en détail

Guide technique EDI TDFC : Les Etats Comptables et Fiscaux et Sage DirectDéclaration

Guide technique EDI TDFC : Les Etats Comptables et Fiscaux et Sage DirectDéclaration Guide technique EDI TDFC : Les Etats Comptables et Fiscaux et Sage DirectDéclaration Ce guide a pour vocation de vous aider dans la génération et l envoi de votre déclaration fiscale au format EDI-TDFC

Plus en détail

L USPO LE PROGRAMME DE 2016-2020 VALORISONS NOS COMPÉTENCES. Élections URPS Pharmaciens 2015

L USPO LE PROGRAMME DE 2016-2020 VALORISONS NOS COMPÉTENCES. Élections URPS Pharmaciens 2015 Élections URPS Pharmaciens 2015 LE PROGRAMME DE L USPO 2016-2020 UN PROJET OUVERT, SOUMIS À LA CONCERTATION, POUR DEVENIR LE PROJET DE TOUS LES PHARMACIENS VALORISONS NOS COMPÉTENCES LE PROGRAMME DE L

Plus en détail

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 Juillet 11 OBJECTIF DE L ENQUÊTE Tous les six mois, l Apec interroge un échantillon représentatif de 1 cadres du secteur privé

Plus en détail

PLAN DE LA PRÉSENTATION

PLAN DE LA PRÉSENTATION DES OUTILS POUR FAVORISER LE TRANSFERT DE FERME : RAPPORT D ÉTUDE Par Marie-Eve Bourdeau Colloque sur l établissement et le retrait en agriculture Le 18 mars 2015 PLAN DE LA PRÉSENTATION 1. Contexte 2.

Plus en détail

et de solidarité Châteauroux Jeudi 26 juin 2014

et de solidarité Châteauroux Jeudi 26 juin 2014 Pacte de responsabilité et de solidarité Châteauroux Jeudi 26 juin 2014 1 Une volonté gouvernementale réaffirmée é «Quevontfaireleschefsd entreprise de ce soutien qui n est pas une mesure ponctuelle mais

Plus en détail

3 ans d existence, 1 million d auto-entrepreneurs inscrits! Bilan et perspectives

3 ans d existence, 1 million d auto-entrepreneurs inscrits! Bilan et perspectives 4 ème édition Paris, le 27 janvier 2012 3 ans d existence, 1 million d auto-entrepreneurs inscrits! Bilan et perspectives Les points clés Le régime de l auto-entrepreneur, un potentiel énorme de croissance

Plus en détail

N 1825 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 1825 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 1825 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 8 juillet 2009. PROPOSITION DE LOI visant à reconnaître la profession

Plus en détail

DOSSIER STANDARD DE SOUSCRIPTION EDI Utilisable par toutes les entreprises ne relevant pas de la gestion de la Direction des Grandes Entreprises

DOSSIER STANDARD DE SOUSCRIPTION EDI Utilisable par toutes les entreprises ne relevant pas de la gestion de la Direction des Grandes Entreprises DOSSIER STANDARD DE SOUSCRIPTION EDI Utilisable par toutes les entreprises ne relevant pas de la gestion de la Direction des Grandes Entreprises Désignation du représentant légal ou du mandataire habilité

Plus en détail

Les échéances sociales de la rentrée 2015-2016

Les échéances sociales de la rentrée 2015-2016 Les échéances sociales de la rentrée 2015-2016 Sondage réalisé par pour 1 Méthodologie Recueil Echantillon de chefs d entreprises interrogé par téléphone du 15 au 25 juin 2015. Echantillon Echantillon

Plus en détail

CONTRÔLE DES COMPTABILITÉS INFORMATISÉES M SUR LE FEC CE QU IL FAUT SAVOIR - POINTS DE VIGILANCE - BONNES PRATIQUES

CONTRÔLE DES COMPTABILITÉS INFORMATISÉES M SUR LE FEC CE QU IL FAUT SAVOIR - POINTS DE VIGILANCE - BONNES PRATIQUES i ZO M SUR LE FEC CE QU IL FAUT SAVOIR - POINTS DE VIGILANCE - BONNES PRATIQUES CE QU IL FAUT SAVOIR Depuis le 1er janvier 2014, les entreprises faisant l objet d un contrôle fiscal doivent être en mesure

Plus en détail