L ASSOCIATION DE DÉVELOPPEMENT POUR L INTÉRÊT SOCIAL «ADIS»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L ASSOCIATION DE DÉVELOPPEMENT POUR L INTÉRÊT SOCIAL «ADIS»"

Transcription

1 L ASSOCIATION DE DÉVELOPPEMENT POUR L INTÉRÊT SOCIAL «ADIS» ETUDE DE BASE AFIN DE DETERMINER LES INDICATEURS A SUBVENTIONNER DANS LA MISE EN ŒUVRE DE LA POLITIQUE DE FINANCEMENT BASE SUR LES PERFORMANCES EN MILIEU SCOLAIRE DANS LA PROVINCE DE BUBANZA RAPPORT PROVISOIRE Mai 2013 SEBEREGE Pierre-Claver Sociologue Consultant, B.P. 536 Bujumbura,

2 PLAN DU RAPPORT Sigles et abréviations Liste des tableaux, des graphiques et des figures Remerciements I. INTRODUCTION II. CONTEXTE GENERALE DE L ETUDE III. BREVE PRESENTATION DE «ADIS» IV. METHODOLOGIE DE L ETUDE V. RESULTATS DE L ETUDE 5.1. Brève présentation de la province de Bubanza 5.2.État des lieux de la situation actuelle de l enseignement à Bubanza 5.3. État de scolarisation des filles et des vulnérables 5.4. État des relations enseignant-enseigné, école-parents 5.5. Priorités pour améliorer la qualité de l enseignement à Bubanza en élucidant la valeur ajoutée du PBF VI. VII. VIII. CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES ANNEXES 2

3 SIGLES ET ABRÉVIATIONS ADIS : Association de Développement pour l Intérêt Social CORDAID : Catholic Organisation for Relief and Development Aid TBS TNS EP DPE PBF LP : Taux Brut de Scolarisation : Taux Net de Scolarisation : École Primaire : Direction Provinciale de l Enseignement : Financement basée sur les performances : Lycée Pédagogique 3

4 LISTE DES TABLEAUX, GRAPHIQUES ET FIGURES Tableau 1 : Découpage administratif de la province Bubanza Tableau 2 : Population de Bubanza d après le recencement de 2008 Tableau 3 : Effectifs des élèves Batwas Figure 1 : Carte de découpage administratif de la province Bubanza Graphique 1 : Répartition des écoles secondaires dans les provinces du Burundi 4

5 REMERCIEMENTS Nos remerciements sont d abord adressés à la représentation de l ONG ADIS, en particulier à son Représentant Légal et à au Secrétaire du Comité Exécutif, qui nous ont accompagnés du début à la fin de l étude en nous assurant un appui technique et logistique d une très grande utilité. Cette étude n aurait pas réussi sans la bonne collaboration des autorités administratives locales, qui se sont généreusement prêtées aux interviews et ont fourni toutes les informations nécessaires pour la réalisation de cette étude. Nous leur adressons notre grande reconnaissance. Nos remerciements sont particulièrement adressés aux différents responsables scolaires et aux autres personnalités interviewées de ces localités sans lesquelles l évaluation aurait été impossible. Nous tenons à remercier toutes les personnes qui, de près ou de loin, ont permis la réalisation de cette étude. Leurs contributions vont, nous l espérons, influencer l amélioration de la scolarisation dans la province de Bubanza. SEBEREGE Pierre-Claver Sociologue Consultant 5

6 I. INTRODUCTION Ce rapport présente les résultats de l étude de base afin de déterminer les indicateurs à subventionner dans la mise en œuvre de la politique de financement basé sur les performances en milieu scolaire. Nous présentons en premier lieu le contexte général de l étude, ses objectifs ainsi que la méthodologie utilisée pour mener à bon port ce travail. Une présentation sommaire de l Association de Développement pour l Intérêt Social (ADIS) sera esquissée afin de bien cadrer cette étude parmi les autres opérations que ADIS a déjà réalisées. Ensuite, nous présentons les résultats de l analyse documentaire et des interviews qui ont été réalisés auprès des personnes ressources dans le domaine de l Education et dans la zone concernée par l étude. Ces résultats seront regroupés sous 5 thèmes principaux à savoir : (1) une brève présentation de la province de Bubanza; (2) l état des lieux de la situation actuelle de l enseignement à Bubanza; (3) l état de scolarisation des filles et des vulnérables; (4) l état des relations enseignant-enseigné, école-parents; (5) les priorités pour améliorer la qualité de l enseignement à Bubanza en élucidant la valeur ajoutée du PBF. Enfin, une conclusion est tirée à partir des résultats obtenus et des recommandations sont dégagées. 6

7 II. CONTEXTE GENERAL DE L ETUDE Cette étude est faite dans le but d établir une base constituant une référence afin de déterminer les indicateurs à subventionner dans la mise en œuvre de la politique de financement basé sur les performances en milieu scolaire dans la province Bubanza. Les résultats attendus de cette étude sont principalement un état des lieux sur la situation actuelle de l enseignement à Bubanza. Cet état des lieux doit mettre en exergue l état de scolarisation des filles et des vulnérables, montrer l état des relations écoles-parents et enseignants-enseignés, montrer les priorités pour améliorer la qualité de l enseignement à Bubanza en élucidant la valeur ajoutée du PBF, avant d en déduire les recommandations. III. BREVE PRESENTATION DE «ADIS». L association de Développement pour l Intérêt Social «ADIS» est une organisation locale qui a été agréée le 01/04/2010 par l ordonnance ministérielle N 530/580. Elle a son siège au centre de BUBANZA. Son objectif principal est de promouvoir le Développement des secteurs sociaux par la mise en œuvre de la politique nationale du financement basé sur la performance. Cette politique a été initiée et appliquée au Ministère de la Santé Publique et de la lutte contre le sida par l ONG CORDAID (Catholic Organisation for Relief and Development Aid: Organisation catholique d aide au développement) à travers les Agences d Achat des Performances. Compte tenu des bienfaits de cette politique, l ADIS compte l instaurer dans d autres secteurs sociaux pour satisfaire sa mission qui est de : - Éclairer la population sur l importance du financement basé sur la performance dans la vie communautaire; - Assurer la vérification, par des professionnels en la matière, du niveau des performances des services sociaux opérant dans toute la Province de BUBANZA ; - Mener l enquête de vérification des prestations des services sociaux, par des personnes physiques ou morales ; - Assurer la validation des résultats de cette vérification, ensemble avec les principaux partenaires en la matière, en l occurrence l Administration ; - Mener la mobilisation des financements auprès des partenaires techniques et financiers ; 7

8 - Faire le plaidoyer en faveur de l investissement dans les secteurs sociaux et dans d autres domaines à identifier. IV. METHODOLOGIE DE L ETUDE La méthodologie pour cette étude de base afin de déterminer les indicateurs à subventionner dans la mise en œuvre de la politique de financement basé sur les performances dans le milieu scolaire, est essentiellement basée sur l analyse documentaire et sur les entretiens avec les parties prenantes du domaine. Les étapes qui ont été suivies pour tout le travail sont les suivantes : Une méthodologie adaptée à l étude a été élaborée avant de prendre contact avec les responsables de ADIS pour en discuter et orienter le travail. Après quoi, les documents relatant la situation éducative dans la province de Bubanza ont été recherchés et analysés. Les outils de collecte des données ont été élaborés et des entretiens ont été effectués avec les principaux responsables de l Education. Enfin, le présent rapport présentant les résultats de l étude a été rédigé. En ce qui concerne les difficultés rencontrées dans cette étude, nous pouvons signaler les problèmes dans la collecte des données. Il n y avait pas de financement prévu par ADIS pour les investigations de terrain. Comme c était incontournable, nous avons essayé d avoir des données de terrain par nos propres moyens. Cela n a pas été facile et a ralenti le rythme de travail de telle sorte que la méthodologie a dû être réadaptée. Les entretiens avec les responsables dans le domaine ont été faits lors de l atelier organisé pour discuter des premiers résultats de l étude, lesquels résultats provenaient essentiellement de l analyse documentaire. Néanmoins, un rapport a pu être élaboré, présentant l état des lieux et les recommandations pour améliorer la scolarisation dans la province de Bubanza. 8

9 V. RESULTATS DE L ETUDE 5.1. Brève présentation de la province de Bubanza Situation géographique Située au Nord-Ouest du Burundi, la province de Bubanza est limitée au Nord par la province de Cibitoke, à l Ouest par la République Démocratique du Congo, au Sud par la province de Bujumbura et à l Est par les provinces de Kayanza et de Muramvya. Elle a une superficie de 1.089,04 km² représentant 3,9 % de la superficie nationale. Ce qui lui confère la 13 ème position sur le plan national. Elle s étend sur trois régions naturelles à savoir : Mugamba, Mumirwa et Imbo Organisation administrative La province de Bubanza, dont le chef-lieu porte le même nom, est découpée en 5 communes à savoir Bubanza, Gihanga, Mpanda, Musigati et Rugazi. Ces Communes sont subdivisées en 15 zones. Ces dernières sont subdivisées à leur tour en 90 collines de recensement. Tableau n 1 : Découpage administratif de la province Bubanza Communes Superficie (en km²) Nombre de Nombre de collines zones Bubanza 224, Gihanga 287, Mpanda 125, Musigati 293, Rugazi 157, Province 1.089, Il ressort de ce tableau que la commune Musigati est la plus grande au point de vue superficie suivie respectivement par Gihanga et Bubanza. Mpanda est la plus petite commune avec une superficie inférieure à 150 km². 9

10 Figure1 :Carte de découpage administratif de la province 10

11 Démographie de la province Bubanza. Le recensement général de la population de 2008 nous donne l effectif de habitants de la Province Bubanza dans les proportions suivantes : Tableau 2 : La population de la province de Bubanza d après le recensement de 2008 Communes Ménages ordinaires Effectifs masculins Effectifs féminins Population totale Taille moyenne/ Rapport de masculinité en % ménage Bubanza Gihanga Mpanda Musigati Rugazi État des lieux de la situation actuelle de l enseignement à Bubanza Avant de relater la situation qui prévaut à Bubanza en matière d éducation, nous tenons à brosser le contexte général du système éducatif au niveau national. Tout d abord, concernant les budgets, les dépenses publiques de l Etat en 2011 étaient de 700,4 milliards de FBU. 23,7% de ce budget était alloué au Secteur Éducation. La part de préscolaire par rapport aux dépenses total en Education était de 0,06%. Elle était de 53,8% pour le primaire, 29,9%pour le secondaire et 16,1% pour le supérieur. La synthèse de la situation scolaire à la fin de l année scolaire montre un effectif total de élèves répartis dans 209 écoles primaires et élèves dans 48 écoles secondaires. Le nombre total d enseignants est de dont 1900 à l école primaire et 685 au secondaire. Les Directions scolaires sont 11

12 à 111 pour le niveau primaire et 48 pour le niveau secondaire. 16 directeurs sont de sexe féminin, conte 95 de sexe masculin. En ce qui concerne la répartition des écoles secondaires, la Province de Bubanza est dans la moyenne des autres provinces comme le montre ce graphique qui suit (graphique 1). Les écoles publiques communales prédominent par rapport aux écoles publiques étatiques qui sont restés stables depuis quelques années. En effet, seules les communes construisent des structures d enseignement secondaire. Ces écoles communales avoisinent la quarantaine, la moyenne dans toutes les autres provinces, à part, Bururi, Gitega, Makamba et Bujumbura Mairie qui doublent ou même triplent cette moyenne. Quant aux écoles secondaires privées, elles sont rares ou même inexistantes partout à l exception de la Bujumbura Mairie, Gitega et Bururi qui en ont respectivement 102, 15 et 14. A Bubanza, il n y en a que 2. Graphique 1 : Répartition des écoles secondaires dans les provinces du Burundi Concernant les effectifs d enseignants qualifiés au niveau de l école primaire, la province de Bubanza comptait enseignants qualifiés sur un total de enseignants reconnus par le Ministère, soit 93,5 % d enseignants qualifiés. Ces enseignants étaient répartis comme suit :1398 étaient de niveau D6, 332 étaient de niveau D7, 6 étaient de niveau A2, 47 étaient de niveau D4 et 27 de niveau A3. Nous constatons qu il y avait plus de 12

13 femmes (1003) que d hommes (897). Les 90 restants étaient des qualifications qui n existent plus ou qui tendent à disparaitre (ES6, ES4, ES3, ES2, A4, EMPP, 6PP, 5PP, 4PP, 3PP, 2PP, CAP). Parmi ces enseignants, nous retrouvons deux nationalités étrangères à savoir les rwandais (2 enseignants) et les congolais (7 enseignants). Le ratio élèves/enseignant était de 43 sur une moyenne nationale de 45. Quant à la ration élève/enseignants qualifiés, elle est aussi légèrement inférieure à la moyenne nationale, c est à-dire 46 à Bubanza contre 48 de moyenne nationale. Le ratio élèves/salle de classe publique s est amélioré petit à petit. Pour exemple, nous avons la période de 2007 à 2011 qui a évolué comme suit : 77 en 2007, 76 en 2008, 75 en 2009, 70 en 2010 et 64 en Cet indicateur mérite d être encouragé, car l évolution est positive. En ce qui concerne les taux de scolarisation dans la province Bubanza, le rapport annuel de la DPE pour l année montre un taux brut de scolarisation de 124,8 (124,1 pour les filles et 125,5 pour les garçons) et un taux net de scolarisation de 94,8 (95,4 pour les filles et 93,9 pour les garçons). Bubanza vient donc en 12 ème position pour le taux brut de scolarisation et en 6 ème position pour le taux net de scolarisation. La première place est occupée par la Province de Makamba, que ce soit pour le taux brut (159,6) ou le taux net (118,4) de scolarisation, suivi de près par la Province Bururi (TBS : 156,0 et TNS :114,4). La dernière place est occupée par la province Karuzi (TBS : 110,3, TNS : 77,4%). Signalons que le taux brut de scolarisation est de 133,5 au niveau national tandis que le taux net de scolarisation est de 94,5%. Quant aux abandons scolaires, une moyenne de 6,3% d élèves abandonne l école dans la province Bubanza tandis que le taux d abandon au niveau national est de 8,5%. Bubanza vient donc en 8 ème position après Karuzi (16,0%), Kirundo (15%), Ngozi (14%), Muyinga (13%), Kayanza (11,6%), Ruyigi (12,6%), Cankuzo (11,3%) et Rutana (7,8%). En , l effectif des abandons au primaire s élevait à dont de sexe féminin et 2746 de sexe masculin. Pour la première année primaire, il y a eu en , 10% d abandons pour les filles, 10,5 pour les garçons et en moyenne 10,3 d abandon pour cette classe. Dans les autres classes, il y a eu un peu moins d abandons. Ainsi donc, c est dans les deux premières années que nous trouvons un grand nombre d abandons scolaires. Cela est dû au fait que c est au premier degré qu il y a des grands effectifs par rapport aux deuxième et troisième degrés. Aussi, parmi ces enfants se trouvent beaucoup d écoliers qui ne comprennent pas l importance de continuer les études. 13

14 Pour l année scolaire , les écoles ont enregistré abandons en un seul trimestre. En effet, à la rentrée, l effectif était de et à la fin du premier trimestre, on comptait seulement Le taux de réussite global dans la province Bubanza est de 67,54 %. En considérant chaque classe, nous avons 66,1% en 1 ère année, 82,5 % en 2 ème, 69,6% en 3 ème,76,6% en 4 ème, 68,9% en 5 ème et 66,53% en 6 ème année. Pour cet indicateur, les écarts sont très grands. Certaines écoles ont un taux relativement élevé et très bas pour d autres. Nous pouvons citer l EP Marahura en commune Mpanda avec un taux de réussite de 51%, l EP Giseza de la commune Rugazi avec 53,7%, l EP Higiro en commune Musigati avec 53,7%, l EP Rugazi II avec 55%, l EP Rundo en commune Bubanza avec 57%. Les facteurs à base de ce taux sont les mauvaises conditions dans lesquelles les écoliers apprennent et le manque ou insuffisance du matériel didactique. Concernant la classe de 6ème année primaire, le nombre de lauréats au concours National édition 2012 dans la province de Bubanza était de dont filles et garçons. Les taux de participation à ce concours étaient respectivement de 95,5 % et 96,1% avec un taux moyen de 95,9 dans tout le pays. Nous relevons donc un taux légèrement inférieur à la moyenne nationale pour les filles à Bubanza. Les points au concours national pour l année sont de 52,36% en moyenne à Bubanza. A ce niveau, Rugazi vient en tête avec une moyenne de 60,36 %. Mpanda figure en dernière position avec 42,06% de moyenne. Le taux de réussite au concours national est très bas à cause de plusieurs facteurs dont les plus saillants sont : - Les effectifs très élevés qui ne facilitent pas un bon encadrement pédagogique; - Le manque criant des supports pédagogiques; - Le manque d initiative et de créativité chez certains enseignants. Pour le taux d admission en 7ème année de l enseignement secondaire, Bubanza occupait la 8 ème place parmi les autres provinces du Burundi, avec un taux de 51,7% contre un taux de 51,5% au niveau national. La première place revenait Makamba avec un taux de 64,8% et la dernière place était occupée par la province de Muramvya avec un taux de 44,8% Etat des lieux de la scolarisation des filles et des vulnérables en province Bubanza Etat des lieux de la scolarisation des filles à Bubanza Pour l année , le taux de scolarisation des filles en province Bubanza était de 50,7 % contre un taux de 49,3% pour les garçons. Ce taux est réparti équitablement dans toutes les communes de Bubanza. Sur écoliers, étaient des garçons et étaient des filles. Nous pouvons affirmer que la scolarisation de la jeune fille a connu des progrès car le nombre de filles est supérieur à celui des garçons 14

15 à l école primaire. Cependant, il reste quelques parents qui n ont pas encore compris le bien fondé de la scolarisation de la fille. Les filles candidates au concours national en province Bubanza étaient de contre garçons en Mais la participation effective des filles à ce concours était plus élevée que chez les garçons, soit 96,8% contre 95,5%respectivement. Quant à l admission en 7eme année de l école secondaire en , le taux était de 45,0% chez les filles alors qu il était de 58,2% pour les garçons à Bubanza. Le taux d admission chez les filles était donc inférieur à la moyenne nationale qui est de 51,5%. En ce qui concerne les abandons scolaires au niveau de l école primaire, on remarque une certaine assiduité chez les filles plus que chez les garçons. En effet, le taux d abandon est inférieur chez les filles à celui des garçons dans toutes les classes de la 1 ère année à la 5 ème année. Aussi le taux moyen d abandon chez les filles (5,3%) est légèrement inférieur au taux moyen de la province (6,3%). Au niveau National, le taux d abandon scolaire chez les filles est de 5,3% donc le même que chez les filles de Bubanza. Les causes de ces abandons scolaires sont la pauvreté, les mariages précoces, les activités génératrices de revenus. Le nombre de grossesses à l école primaire et secondaire est resté stable en Province Bubanza les années scolaires et Elles sont passées respectivement de 51 à 43 au primaire; et de 72 à 76 au secondaire. Le total général sur les deux ans est de 242 grossesses en province Bubanza sur 3764 dans toutes les écoles du pays, soit 6,4%. Ces données peuvent expliquer en partie les abandons scolaires au 3 ème degré du niveau primaire. En outre, elles sont également des indicateurs des violences sexuelles chez les élèves. NB : Ces données ne concernent que les seuls cas qui ont été portés à la connaissance du Ministère, ce qui signifie qu il y a beaucoup d autres qui n ont pas été signalés aux responsables scolaires Etat des lieux de la scolarisation des enfants Batwas en province Bubanza Les seules données disponibles sur la scolarisation des enfants vulnérables concernent les enfants Batwas. Toutefois, les administrateurs communaux délivrent des attestations d indigence qui ne sont enregistrées nulle part. Le tableau qui suit montre les effectifs des élèves Batwas dans les différentes communes de la province de Bubanza. 15

16 Tableau 3 : Effectif des élèves Batwa. Commune Nombre d écoles Nombre d élèves Batwas M F T Bubanza Gihanga Mpanda Musigati Rugazi Total État des relations enseignants-enseignés, écoles-parents Les quelques données objectives que nous avons, relatives à la relation enseignants-enseignés concerne la ratio élève/enseignant qui est de 43 en province Bubanza. Dans l ensemble, la relation enseignantenseignées est bonne. Les élèves respectent les enseignants. Seulement la plupart des enseignants se plaignent de leur statut de fonctionnaire quand ils considèrent leurs rémunérations. D autres enseignants accusent des retards au service à cause des distances qu ils doivent parcourir pour arriver à l école. En effet, peu d écoles ont des homes et même là où cela existe tout le monde ne peut pas être servi. D autres qui ont des familles rentrent chez eux chaque jour, quelques fois dans une autre province, souvent à Bujumbura. Quant à la relation école/parents, beaucoup de parents ne suivent pas ce qui se passe dans les écoles sauf quelques rares parents instruits ou membres des associations qui participent aux réunions des parents et sont élus membres dans des comités de gestion de ces écoles Priorités pour améliorer la qualité de l enseignement à Bubanza Avant de pouvoir mettre en évidence les priorités pour améliorer la qualité de l enseignement à Bubanza, il faudrait d abord relater les différents facteurs à la base de la non réussite des écoliers en général et de ceux de la 6 ème année en particulier. 16

17 Les facteurs causant la non réussite des écoliers en général et la non réussite des ceux de la 6 ème année en particulier dans la province Bubanza Ces facteurs ont été classés en plusieurs catégories à savoir : les facteurs relatifs aux enseignants, ceux relatifs aux Directeurs d écoles, ceux relatifs aux parents, aux élèves eux-mêmes et enfin il y a d autres facteurs qui sont fonctionnels et qui ne peuvent pas être classés parmi les précédents. a) Les facteurs causés par les enseignants sont : - Manque de conscience professionnelle et d esprit d initiative (absence des préparations mentales et écrites) - Incompétence et faible niveau de certains enseignants - Retards et absences - Insuffisance des travaux donnés aux élèves - Longue distance parcourue pour arriver à l école - Salaire démotivant (ils sont physiquement en classe et moralement ailleurs) - Manque d amour envers les élèves (absence des conseils motivants) - Manque de collaboration entre les enseignants (échange d expérience) et les parents des élèves - Solidarité négative des enseignants - Programmes non achevés - Beaucoup de dames à l école (leurs congés de maternité prolongés et le manque de bonnes occasionnant leur présence à l école avec des bébés) - Méconduite de quelques enseignants envers les élèves et la population environnante b) Les facteurs causés par les Directeurs d écoles sont les suivants: - Incompétence et manque d expérience pour certains - Incapacité de tenir les séances d animation pédagogique et de donner - Encadrement administratif et des leçons modèles pédagogique insuffisant - Obligation à l attribution arbitraire des - Irrégularité et non ponctualité au service points aux élèves pour rehausser les taux de réussite 17

18 - Manque de collaboration étroite entre les Directeurs (échanges d expériences), les enseignants et les parents - Favoritisme envers quelques enseignants - Mauvaise affectation des enseignants dans les classes - Solidarité négative entre le directeur et certains enseignants - La non suppléance dans les classes sans titulaires c) Les facteurs inhérents aux parents des élèves eux -mêmes : - Manque de suivi et d encadrement des élèves par leurs parents en dehors de l école - Ignorance de l importance ou intérêt de l école - Manque de collaboration entre les parents, les Directeurs et les enseignants - Refus de donner le matériel scolaire à leurs enfants à cause de la pauvreté ou non - Complicité des parents dans l absentéisme des élèves en faveur des travaux générateurs de revenus - Ignorance des missions des comités des parents - Copinage et mariage précoces soutenus par les parents profitant les dots - Mépris des enseignants par les parents car ils ignorent leur métier d) Les facteurs inhérents aux élèves eux mêmes : - Indiscipline des écoliers - Absences et retards à l école - Fréquentation des maisons de projection des films pendant et en dehors des heures de cours - Activités commerciales et champêtres en dehors des vacances - Quotient intellectuel très bas - Absence d un fonctionnaire de référence dans le milieu à part les commerçants - Différences d âges dans une même classe - Distraction des élèves par le port à l école des téléphones mobiles - Copinage et mariages précoces 18

19 e) D autres facteurs de non réussite : - Effectifs très élevés des élèves dans une même classe - Manque de locaux, matériel didactique et bancs pupitres - Manque du personnel enseignant en suffisance - Temps insuffisant des cours - Programmes non réaménagés (pas de suite logique) - Recrutement tardif des enseignants - Mauvaise affectation des enseignants - Manque de recyclage des directeurs et des enseignants - Ambiguïté et mauvaise interprétation de l ordonnance ministérielle fixant la simple vacation - Lenteur dans le traitement des dossiers par la fonction publique occasionnant les absences des enseignants au service - Non implication active des natifs et de l administration locale dans le développement des écoles - Impunité des cas de viol et autres inflations causées par les éducateurs et les éduqués Solutions proposées pour remédier aux facteurs d échec des écoliers dans la province Bubanza a) Solutions pour résoudre les problèmes inhérents aux enseignants : - Privilégier le recrutement des natifs, - Révision du barème salarial accorder la mutation et affecter les enseignants tout près de leurs familles - Rappeler les notions de civisme lors des réunions administratives ou - Formation et autoformation continue des enseignants pédagogiques pour relever le niveau patriotique des enseignants - Suppression des Lycées pédagogiques en faveur de la section Normale - Sensibiliser à l entraide mutuelle entre parents et enseignants (l enseignant - Retour au respect de la loi et la faire respecter informe le parent des fautes de l élève pour envisager des corrections - Construction des homes pour les non ensemble) résidents - Eviter des solidarités négatives 19

20 - Suivi régulier des directeurs et inspecteurs - Equilibrer le genre dans les affectations - Sensibiliser l esprit d initiative si la grossesse n est pas menaçant pour sa santé - Rappeler la déontologie professionnelle de l enseignant b) Solutions pour résoudre les problèmes inhérents aux Directeurs - Nomination des directeurs expérimentés et compétents ayant enseigné la 5ème et la 6ème année - Suivi rigoureux et régulier du chef hiérarchique - Respect de la loi - Se ressourcer auprès des anciens directeurs ou enseignants - Sensibiliser à l entraide mutuelle Directeurs/enseignants/parents - Multiplier les réunions et favoriser les échanges - Sensibiliser à l équité de tous les enseignants - Les directions scolaires sont invitées à organiser des séances à l endroit de ces comités pour le rappel de leurs missions dans l encadrement des écoliers. - Equilibrer les affectations en tenant compte de l expérience, compétence et genre - Rappeler aux directeurs qu un bon dirigeant doit être impartial et juste - Réduire le travail de bureau en faveur des classes sans titulaires - Sensibiliser les élèves et les enseignants à doubler les efforts pour avoir des résultats meilleurs et mérités - Interdire et punir les contrevenants dans le copinage des élèves c) Solutions pour résoudre les problèmes inhérents aux parents - Sensibiliser les parents à suivre de près leurs enfants à la maison (les forcer (vérifier leurs présences et leurs résultats) /aider à faire les D à D) et à l école - L administration, les comités des parents et les confessions religieuses sont 20

21 appelés à conscientiser les parents sur l utilité de l école pour l avenir de leurs enfants - Sensibiliser les parents à passer régulièrement à l école pour - s informer auprès du directeur et de l enseignant du comportement de l élève et prendre une solution appropriée au problème constaté d) Solutions pour résoudre les problèmes inhérents à l administration - L administration doit envisager des mesures sanctionnant les parents qui ont refusé de donner le matériel scolaire à temps, - L administration en collaboration avec les forces de l ordre doit envisager des mesures interdisant et punissant tout parent ayant participé à l abandon - L administration doit prendre en mains les indigents en leur achetant du scolaire de l élève par un mariage précoce. matériel scolaire nécessaire, - L administration en collaboration avec les - L administration doit envisager des mesures punissant les parents qui sont à l origine des abandons scolaires et de l absentéisme directions scolaires sont invitées de signifier aux parents la place combien importante de l enseignant dans l éducation de leurs enfants. e) Solutions pour résoudre les problèmes inhérents aux élèves : - Les directeurs, les enseignants et les parents doivent donner des conseils de que l argent malgré la pauvreté de leurs ménages redressement et décider ensemble les punitions à infliger aux élèves récalcitrants - Quant à l administration, il faut interdire à toute personne d utiliser ces écoliers dans toute activité génératrice de - Les directeurs, les enseignants et les revenus en dehors des vacances parents doivent donner des conseils amenant les enfants à aimer l école plus - Les directeurs, les enseignants et les parents doivent donner des conseils de redressement à l aide des exemples 21

ÉTAT MATRIMONIAL ET NUPTIALITÉ

ÉTAT MATRIMONIAL ET NUPTIALITÉ RÉPUBLIQUE DU BURUNDI MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR Bureau Central du Recensement RECENSEMENT GÉNÉRAL DE LA POPULATION ET DE L HABITAT DU BURUNDI 2008 VOLUME 3 : ANALYSE TOME 4 ÉTAT MATRIMONIAL ET NUPTIALITÉ

Plus en détail

Une école adaptée à tous ses élèves

Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS Une école adaptée à tous ses élèves PLAN D'ACTION EN MATIÈRE D'ADAPTATION SCOLAIRE Québec Ministère de l'éducation Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS

Plus en détail

RAPPORT DE L ENQUETE SUR LA PERCEPTION DE LA QUALITE DES SOINS DE SANTE PAR LA COMMUNAUTE DANS LES FORMATIONS SANITAIRES, Avril-Juin 2014.

RAPPORT DE L ENQUETE SUR LA PERCEPTION DE LA QUALITE DES SOINS DE SANTE PAR LA COMMUNAUTE DANS LES FORMATIONS SANITAIRES, Avril-Juin 2014. FEDERATION DES MUTUELLES DE SANTE DES CAFEICULTEURS DU BURUNDI «FEMUSCABU» «HARANIRUBUZIMA» NGAGARA Q.9. Avenue GIHAMAGARA N 8 B.P. : 4814 BUJUMBURA BURUNDI Tél. : 22 23 97 81 E-mail : femuscabu@yahoo.fr

Plus en détail

Note sur l extension de la couverture d assurance maladie au Rwanda

Note sur l extension de la couverture d assurance maladie au Rwanda Note sur l extension de la couverture d assurance maladie au Rwanda Alexandra Panis, BIT / STEP. Kigali, Janvier 2008 1) Contexte historique des mutuelles de santé au Rwanda En 1999, le gouvernement rwandais

Plus en détail

Principes de gestion et leadership. Kaoutar Mdarhri Alaoui Chef de division de l observatoire de l emploi public MFPMA

Principes de gestion et leadership. Kaoutar Mdarhri Alaoui Chef de division de l observatoire de l emploi public MFPMA Principes de gestion et leadership Kaoutar Mdarhri Alaoui Chef de division de l observatoire de l emploi public MFPMA Sommaire Expérience du MFPMA en matière d institutionnalisation de l égalité entre

Plus en détail

Plan de l exposé L assurance maladie obligatoire pour tous: Cas particulier de la république du Rwanda

Plan de l exposé L assurance maladie obligatoire pour tous: Cas particulier de la république du Rwanda Plan de l exposé L assurance maladie obligatoire pour tous: Cas particulier de la république du Rwanda!"#$%&'()*"#+," &-).!!/&01&23425,)&6778 Données générales du pays Contexte historique des mutuelles

Plus en détail

Mobilisation contre le décrochage scolaire. Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014

Mobilisation contre le décrochage scolaire. Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014 Mobilisation contre le décrochage scolaire Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014 Mercredi 8 janvier 2014 SOMMAIRE Introduction : la Nation mobilisée contre le

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES RECOPE (Réseau Communautaire Protection de l Enfant)

LIGNES DIRECTRICES RECOPE (Réseau Communautaire Protection de l Enfant) LIGNES DIRECTRICES RECOPE (Réseau Communautaire Protection de l Enfant) Ce document a pour objectif d harmoniser le mandat et le cadre d action des RECOPE ; d orienter et harmoniser l approche des ONG

Plus en détail

Etre citoyen, c'est avoir des droits, mais aussi des devoirs.

Etre citoyen, c'est avoir des droits, mais aussi des devoirs. Etre citoyen, c'est avoir des droits, mais aussi des devoirs. Le sens actuel du mot citoyen est hérité de la révolution française qui a initié le droit de vote. La citoyenneté confère des droits, mais

Plus en détail

SOMMAIRE. I. Questions relatives aux métier, rôles, fonctions. L obtention du CAP Petite Enfance est-elle une condition pour devenir ATSEM?...

SOMMAIRE. I. Questions relatives aux métier, rôles, fonctions. L obtention du CAP Petite Enfance est-elle une condition pour devenir ATSEM?... SOMMAIRE I. Questions relatives aux métier, rôles, fonctions 1 Quelles ont été les évolutions importantes du métier d ATSEM?... 15 2 Comment devient-on ATSEM?... 16 3 L obtention du CAP Petite Enfance

Plus en détail

FONDATION PANZI Gestionnaire de Programme Adjoint

FONDATION PANZI Gestionnaire de Programme Adjoint Panzi Fondation : Assistant Program Manager FONDATION PANZI Gestionnaire de Programme Adjoint La Fondation Panzi RDC était créée en 2OO8 pour la gestion et la Coordination des projets qui vont au- delà

Plus en détail

VERSION 2.1. / 27 MAI 2012. Proposition de stratégie nationale de la formation continue des instituteurs du primaire au Burundi Page 1

VERSION 2.1. / 27 MAI 2012. Proposition de stratégie nationale de la formation continue des instituteurs du primaire au Burundi Page 1 Proposition de stratégie nationale de la formation continue des instituteurs du primaire au Burundi VERSION 2.1. / 27 MAI 2012 Proposition de stratégie nationale de la formation continue des instituteurs

Plus en détail

MODULE 1 : INTRODUCTION A LA GESTION D UNE MUTUELLE DE SANTE

MODULE 1 : INTRODUCTION A LA GESTION D UNE MUTUELLE DE SANTE MODULE 1 : INTRODUCTION A LA GESTION D UNE MUTUELLE DE SANTE 1. L IMPORTANCE DE SYSTEME DE GESTION D UNE MUTUELLE DE SANTE Une mutuelle de santé est une organisation et de solidarité ; elle constitue un

Plus en détail

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE 2 0 1 3 INTRODUCTION La première stratégie manitobaine de promotion de l allaitement maternel a été conçue à l automne 2006 afin de mettre

Plus en détail

action sociale en faveur des personnels de l académie de Paris et des retraités résidant à Paris

action sociale en faveur des personnels de l académie de Paris et des retraités résidant à Paris action sociale en faveur des personnels de l académie de Paris et des retraités résidant à Paris 2014 2015 Sommaire - Les bénéficiaires de l action sociale 3 - Les différentes allocations proposées aux

Plus en détail

DÉMARCHE QUALITÉ À L UNIVERSITÉ DU BURUNDI: ENJEUX ET DÉFIS

DÉMARCHE QUALITÉ À L UNIVERSITÉ DU BURUNDI: ENJEUX ET DÉFIS DÉMARCHE QUALITÉ À L UNIVERSITÉ DU BURUNDI: ENJEUX ET DÉFIS Prof Dr Pierre-Célestin KARANGWA EAC - Coordinateur Qualité, Université du Burundi, Burundi Colloque du G3 La qualité dans tous ses états ULB

Plus en détail

info@diasporaburundaise-belgique.org 23 juli 2013 PROJET DE RELEVE DU NIVEAU DES ELEVES DU CYCLE SUPÉRIEUR DU SECONDAIRE.

info@diasporaburundaise-belgique.org 23 juli 2013 PROJET DE RELEVE DU NIVEAU DES ELEVES DU CYCLE SUPÉRIEUR DU SECONDAIRE. PROJET DE RELEVE DU NIVEAU DES ELEVES DU CYCLE SUPÉRIEUR DU SECONDAIRE. 1. Introduction Plusieurs événements importants ont marqué le monde au cours de ces vingt dernières années : la mondialisation, l

Plus en détail

Égalité des chances pour toutes et tous

Égalité des chances pour toutes et tous Égalité des chances pour toutes et tous L égalité des chances pour toutes les personnes vivant en Suisse et un des piliers centraux d une société juste et solidaire. L égalité des chances signifie d abord

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant programmeur-webdesigner. Octobre 2014

Termes de référence pour le recrutement d un consultant programmeur-webdesigner. Octobre 2014 Termes de référence pour le recrutement d un consultant programmeur-webdesigner Plan de Communication Octobre 2014 Ligne budgétaire : DP3 Plan de Communication, 4.2.1 1) Contexte et justification Selon

Plus en détail

Plus de 43 000 recrutements et deux concours externes

Plus de 43 000 recrutements et deux concours externes Plus de 43 000 recrutements et deux concours externes 2013 marque le début de la refondation de la formation initiale des enseignants > Pour remplacer les départs des enseignants en 2013, 22 100 postes

Plus en détail

Projet Etablissement : Années scolaires 2013/2016

Projet Etablissement : Années scolaires 2013/2016 E.R.E.A. Alain Fournier 99 rue des Blanches Fleurs - BP 20190 21205 BEAUNE Tél : 03 80 22 33 21 Fax : 03 80 22 82 86 Courriel : erea21@ac-dijon.fr Académie de Dijon Date de transmission au rectorat Vie

Plus en détail

CONCOURS DE REDACTEUR PRINCIPAL DE 2 ème CLASSE TERRITORIAL

CONCOURS DE REDACTEUR PRINCIPAL DE 2 ème CLASSE TERRITORIAL FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE CONCOURS DE REDACTEUR PRINCIPAL DE 2 ème CLASSE TERRITORIAL CENTRE DE GESTION DU JURA 5 avenue de la République BP 86 39303 CHAMPAGNOLE CEDEX Tél : 03 84 53 06 39 Fax : 03

Plus en détail

Le système de protection sociale en santé en RDC

Le système de protection sociale en santé en RDC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE Le système de protection sociale en santé en RDC 13/09/2013 1 I. Contexte national Plan II. Mesures de protection

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 4 décembre 2009 Français Original: anglais E/C.12/CHE/Q/2-3 Comité des droits économiques, sociaux et culturels Groupe de travail de présession

Plus en détail

Séminaire régional. L achat de services de santé, le financement basé sur les résultats, le financement basé sur la performance ;

Séminaire régional. L achat de services de santé, le financement basé sur les résultats, le financement basé sur la performance ; Séminaire régional L achat de services de santé, le financement basé sur les résultats, le financement basé sur la performance ; Partage des expériences de République Démocratique du Congo, du Burundi,

Plus en détail

COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal

COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal Plus de 500 délégués venant de 44 pays africains et

Plus en détail

Centre d Appel «Tukinge Watoto»

Centre d Appel «Tukinge Watoto» RAPPORT ANNUEL 2014 INTRODUCTION Les violations des droits de l enfant continuent à être régulières dans l ensemble de la République Démocratique du Congo (RDC). L impact des conflits armés sur les enfants

Plus en détail

Circulaire cadre relative à l année scolaire 2015/2016.

Circulaire cadre relative à l année scolaire 2015/2016. Circulaire cadre relative à l année scolaire 2015/2016. La rentrée scolaire 2015/2016 s inscrit dans le cadre de la programmation et l exécution des opérations du plan de développement quinquennal du secteur

Plus en détail

Pièces à joindre RENTREE 2015-2016. Qui peut bénéficier de la bourse de lycée?

Pièces à joindre RENTREE 2015-2016. Qui peut bénéficier de la bourse de lycée? INFORMATIONS PRATIQUES A DESTINATION DES FAMILLES Ouverture de la campagne de bourse de lycée RENTREE 2015-2016 Pièces à joindre Qui peut bénéficier de la bourse de lycée? Où peut- on retirer un formulaire

Plus en détail

Étapes suivantes du plan d action du Manitoba

Étapes suivantes du plan d action du Manitoba Juillet 2005 Pour aller de l avant : L apprentissage et la garde des jeunes enfants Étapes suivantes du plan d action du Manitoba Introduction En novembre 1999, le gouvernement du Manitoba a confirmé son

Plus en détail

PROJET PEDAGOGIQUE 45

PROJET PEDAGOGIQUE 45 PROJET PEDAGOGIQUE 45 1. OBJECTIFS GÉNÉRAUX a) L enseignement spécialisé secondaire professionnel a pour objectif de donner aux élèves une formation générale, sociale et professionnelle les amenant à s

Plus en détail

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Toute personne accède à une activité professionnelle en devenant salarié, fonctionnaire ou travailleur indépendant. Chacun de ces trois régimes juridiques

Plus en détail

Cadre logique du Programme National de Promotion des Mutuelles de Santé 2009-2010

Cadre logique du Programme National de Promotion des Mutuelles de Santé 2009-2010 1 Cadre logique du Programme National de Promotion des Mutuelles de Santé 2009-2010 Objectif global : Le Programme National de Promotion des Mutuelles de Santé contribue effectivement à la mise en place

Plus en détail

proposant des formations et enseignements professionnels

proposant des formations et enseignements professionnels proposant des formations et enseignements professionnels proposant des formations et enseignements professionnels Sommaire Introduction 5 Le contexte et les enjeux 5 La cible du guide 6 La valeur-ajoutée

Plus en détail

Évaluation de la phase 2 d IFADEM au Burundi Termes de référence - Appel d offres

Évaluation de la phase 2 d IFADEM au Burundi Termes de référence - Appel d offres Évaluation de la phase 2 d IFADEM au Burundi Termes de référence - Appel d offres 1 Sommaire 1. Éléments de contexte... 3 1.1 Données générales sur le Burundi... 3 1.2 Organisation du système éducatif

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE PREAMBULE L égalité professionnelle doit être un axe fort de la politique des ressources humaines au sein

Plus en détail

Mr Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières Ministère de l Économie et des Finances Québec, Septembre 2008

Mr Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières Ministère de l Économie et des Finances Québec, Septembre 2008 Le Budget Genre au Maroc, une perspective stratégique pour l égalité des sexes et l habilitation des femmes Mr Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières Ministère de l Économie

Plus en détail

Pierre Marchand Consultant

Pierre Marchand Consultant Pierre Marchand Consultant 1 Avant-propos Mot de bienvenue Présentation du formateur Logistique Mise en garde Modifications par rapport à 2012-2013 Les exemples présentés proviennent des paramètres de

Plus en détail

Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants. A. Les conditions d accès à la fonction publique

Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants. A. Les conditions d accès à la fonction publique Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants En France, l Administration emploie plus de cinq millions de personnes, réparties dans les trois grandes fonctions publiques : la fonction publique

Plus en détail

Evaluation du programme Tayssir : Transferts Monétaires Conditionnels

Evaluation du programme Tayssir : Transferts Monétaires Conditionnels Evaluation du programme Tayssir : Transferts Monétaires Conditionnels Rabat 5 juin 2014 Sommaire Fondements Configuration et Gestion Evolution du projet Évaluation d impact Difficultés rencontrées Pistes

Plus en détail

AVIS DE VACANCE DE POSTE TEMPORAIRE

AVIS DE VACANCE DE POSTE TEMPORAIRE UNITED NATIONS NATIONS UNIES Réf : HRSS/15/09/1366 AVIS DE VACANCE DE POSTE TEMPORAIRE P-3 Assistant spécial du Directeur de la Division de l administration Classe du poste Titre fonctionnel Commission

Plus en détail

Les Fiches de projet et leur canevas

Les Fiches de projet et leur canevas Les Fiches de projet et leur canevas République du Burundi Ministère de la Sécurité Publique Agence nationale d exécution : Fiche de Projet1 Titre du Projet : Renforcement des capacités de planification

Plus en détail

Le Parlement jeunesse du Québec PARLEMENT JEUNESSE DU QUÉBEC 64 E LÉGISLATURE. Projet de loi n 1

Le Parlement jeunesse du Québec PARLEMENT JEUNESSE DU QUÉBEC 64 E LÉGISLATURE. Projet de loi n 1 Le Parlement jeunesse du Québec PARLEMENT JEUNESSE DU QUÉBEC 64 E LÉGISLATURE Projet de loi n 1 Loi sur la représentativité des sexes sur le marché du travail Présenté par Mme Jade Boivin Ministre du Travail

Plus en détail

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF SOMMAIRE PREAMBULE P. 4 DISPOSITIONS GENERALES : I. Généralités P. 05 I.1. Définition de la classification P. 05 I.2. Relation classification emploi P. 05 I.3.

Plus en détail

Burkina Faso Profil pays EPT 2014

Burkina Faso Profil pays EPT 2014 Burkina Faso Profil pays EPT 14 Contexte général Situé au cœur de l Afrique occidentale, dans la boucle du Niger, le Burkina Faso est l un pays des pays les plus peuplés de la sous-région Ouest-africaine

Plus en détail

Fonction Publique Territoriale

Fonction Publique Territoriale Fonction Publique Territoriale Filière Catégorie Administrative B Concours Rédacteur Principal 2 ème classe Mise à jour : juillet 2014 SOMMAIRE L'EMPLOI La fonction... 2 La rémunération... 2 LES CONDITIONS

Plus en détail

Fonds pour la recherche en Ontario

Fonds pour la recherche en Ontario Chapitre 4 Section 4.10 Ministère de la Recherche et de l Innovation Fonds pour la recherche en Ontario Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.10 du Rapport annuel 2009 Contexte

Plus en détail

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES MAI 2008 POLITIQUE D EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES 1. LE CONTEXTE L égalité entre les femmes et les hommes est une condition essentielle au développement

Plus en détail

Le statut des agents de la fonction publique : expérience du Burkina Faso

Le statut des agents de la fonction publique : expérience du Burkina Faso Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA) Le statut des agents de la fonction publique : expérience du Burkina Faso Quels statuts pour motiver les personnels et soutenir les efforts de développement

Plus en détail

Appel à communications

Appel à communications Appel à communications 7 ème Conférence Africaine sur la Population JOHANNESBURG AFRIQUE DU SUD, 30 NOV. 4 DEC. 2015 DIVIDENDE DEMOGRAPHIQUE EN AFRIQUE: PERSPECTIVES, OPPORTUNITES ET DEFIS CONTEXTE Organisée

Plus en détail

en faveur des personnels de l académie de Paris éduc et des retraités résidant à Paris action sociale

en faveur des personnels de l académie de Paris éduc et des retraités résidant à Paris action sociale action sociale en faveur des personnels de l académie de Paris et des retraités résidant à Paris éduc 2013 2014 de Paris/:/:/:/:/:/:/:/:/:/:/ Sommaire Les bénéficiaires de l action sociale... 3 Les différentes

Plus en détail

Plateforme électorale Ecolo Elections communales du 14 octobre 2012

Plateforme électorale Ecolo Elections communales du 14 octobre 2012 Plateforme électorale Ecolo Elections communales du 14 octobre 2012 Fiche 10 ENSEIGNEMENT Faire de nos écoles des lieux d apprentissage, de métissage, d ouverture et d émancipation, en favorisant le mieux-vivre

Plus en détail

RAPPORT DE L OBSERVATION DE L ENROLEMENT DES ELECTEURS POUR LES ELECTIONS DE 2015 SYNERGIE CEJP/COSOME

RAPPORT DE L OBSERVATION DE L ENROLEMENT DES ELECTEURS POUR LES ELECTIONS DE 2015 SYNERGIE CEJP/COSOME RAPPORT DE L OBSERVATION DE L ENROLEMENT DES ELECTEURS POUR LES ELECTIONS DE 2015 SYNERGIE CEJP/COSOME Du 24 Novembre au 12 Décembre 2014 0 i. Sigles et abréviations CECI : Commission Electorale Communale

Plus en détail

Petit guide des aides sociales à l usage des contractuels et assistants éducation (AVSi AVScol)

Petit guide des aides sociales à l usage des contractuels et assistants éducation (AVSi AVScol) 2012 Petit guide des aides sociales à l usage des contractuels et assistants éducation (AVSi AVScol) Yves Briand -référent précaires EVS-AVS sgen-cfdt Bretagne 02/01/2012 QUI PEUT BENEFICIER DE L ACTION

Plus en détail

Projet de réinsertion socio-scolaire et professionnelle

Projet de réinsertion socio-scolaire et professionnelle Projet de réinsertion socio-scolaire et professionnelle RESUME DU PROJET Titre du projet : Réinsertion socio-scolaire et professionnelle des enfants et jeunes qui ont de la déficience intellectuelle de

Plus en détail

Avant projet de texte légal portant régime de l intégration du genre dans les politiques nationales de croissance et de l emploi

Avant projet de texte légal portant régime de l intégration du genre dans les politiques nationales de croissance et de l emploi Avant projet de texte légal portant régime de l intégration du genre dans les politiques nationales de croissance et de l emploi Préambule Le Cameroun a révisé son DSRP i 2003 en lui adressant une direction

Plus en détail

LA SCOLARISATION À LA MAISON. Orientations

LA SCOLARISATION À LA MAISON. Orientations LA SCOLARISATION À LA MAISON Orientations Gouvernement du Québec Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, 2010 ISBN 978-2-550-57703-4 (PDF) Dépôt légal - Bibliothèque et Archives nationales du

Plus en détail

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE I. LE CAS CHOISI Gloria est une élève en EB4. C est une fille brune, mince avec un visage triste. Elle est timide, peureuse et peu autonome mais elle est en même temps, sensible, serviable et attentive

Plus en détail

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente 1 Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE 2 TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE SOMMAIRE Qui peut embaucher un apprenti et quelles

Plus en détail

Évaluation du programme Agents et courtiers en assurance de personnes (LCA.1P) conduisant à l'attestation d'études collégiales (AEC)

Évaluation du programme Agents et courtiers en assurance de personnes (LCA.1P) conduisant à l'attestation d'études collégiales (AEC) Évaluation du programme Agents et courtiers en assurance de personnes (LCA.1P) conduisant à l'attestation d'études collégiales (AEC) au Collège O Sullivan de Québec Décembre 2007 Introduction L évaluation

Plus en détail

ASSOCIATION DES COMPTABLES GÉNÉRAUX ACCRÉDITÉS DU CANADA. Norme de formation Professionnelle continue Version 1.1

ASSOCIATION DES COMPTABLES GÉNÉRAUX ACCRÉDITÉS DU CANADA. Norme de formation Professionnelle continue Version 1.1 ASSOCIATION DES COMPTABLES GÉNÉRAUX ACCRÉDITÉS DU CANADA Norme de formation Professionnelle continue Version 1.1 Association des comptables généraux accrédités du Canada 100 4200 North Fraser Way Burnaby

Plus en détail

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Déclaration finale de la Réunion mondiale sur l EPT 2014 Accord de Mascate Préambule 1. Nous, ministres, chefs de délégations,

Plus en détail

L assistant de direction, en fonction de son emploi, peut exercer des activités diverses dans les domaines cités précédemment.

L assistant de direction, en fonction de son emploi, peut exercer des activités diverses dans les domaines cités précédemment. L Y C E E 18 rue Delayant - BP 534-17022 La Rochelle Cedex 1-05 46 28 05 70-05 46 41 51 31 ce.0170028n@ac-poitiers.fr - http://hebergement.ac-poitiers.fr/l-jd-larochelle D A U T E T PRESENTATION GENERALE

Plus en détail

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 05

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 05 8 Article 1er. Le présent décret a pour objet de modifier le décret exécutif n 11-19 du 20 Safar 1432 correspondant au 25 janvier 2011, susvisé. Art. 2. La dénomination de la «direction de wilaya de l'industrie,

Plus en détail

Délibération n 407/CP du 23 mai 1995 relative aux bourses territoriales de formation professionnelles continue

Délibération n 407/CP du 23 mai 1995 relative aux bourses territoriales de formation professionnelles continue Délibération n 407/CP du 23 mai 1995 relative aux bourses territoriales de formation professionnelles continue Historique : Créée par Délibération n 407/CP du 23 mai 1995 relative aux bourses territoriales

Plus en détail

BILAN DE L EDUCATION PHYSIQUE A L ECOLE PRIMAIRE RAPPORT DE LA COMMISSION DES INSPECTEURS DU VALAIS ROMAND (CPI)

BILAN DE L EDUCATION PHYSIQUE A L ECOLE PRIMAIRE RAPPORT DE LA COMMISSION DES INSPECTEURS DU VALAIS ROMAND (CPI) Département de l'éducation, de la culture et du sport Service de l enseignement Inspectorat de la scolarité obligatoire BILAN DE L EDUCATION PHYSIQUE A L ECOLE PRIMAIRE RAPPORT DE LA COMMISSION DES INSPECTEURS

Plus en détail

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance La vieillesse est une étape de l existence pendant laquelle chacun poursuit

Plus en détail

Par Maitre Innocent NTAKOBANJIRA BISIMWA. Consultant en Droits des Autochtones Pygmées

Par Maitre Innocent NTAKOBANJIRA BISIMWA. Consultant en Droits des Autochtones Pygmées Garantir un accès aux soins de santé des Peuples Autochtones Pygmées expulsés dans le PNKB dans la province du Sud Kivu : Capitalisation du thème de la journée internationale des Peuples Autochtones 2015

Plus en détail

Domaine 1. «Conduite de la définition et de la mise en œuvre du projet d établissement ou de service»

Domaine 1. «Conduite de la définition et de la mise en œuvre du projet d établissement ou de service» Domaine 1. «Conduite de la définition et de la mise en œuvre du projet d établissement ou de service» DANS LE RESPECT DU PROJET ET DU FONCTIONNEMENT DE LA PERSONNE MORALE, EN CONFORMITE AVEC LA LEGISLATION

Plus en détail

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Version provisoire - Mars 2010 La Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Placée sous l autorité

Plus en détail

BANQUE CENTRALE DU CONGO

BANQUE CENTRALE DU CONGO BANQUE CENTRALE DU CONGO Allocution prononcée par Monsieur J-C. MASANGU MULONGO Gouverneur de la Banque Centrale du Congo à l occasion du lancement officiel de la Journée Internationale de l Epargne en

Plus en détail

PBF et Mutuelles de Santé

PBF et Mutuelles de Santé PBF et Mutuelles de Santé Par Dr NIMPAGARITSE Manassé MD,MPH HNTPO Introduction De nombreux pays Africains sont en train d adopter le FBP pour redynamiser leurs secteurs de santé Au Burundi, cette stratégie

Plus en détail

Loi provinciale n 15 du 19 mars 1991

Loi provinciale n 15 du 19 mars 1991 CRITÈRES DE FINANCEMENT DES INTERVENTIONS DIRECTES DE LA PROVINCE AUTONOME DE BOLZANO DANS LE CADRE DE LA COOPÉRATION AU DÉVELOPPEMENT MAIS ÉGALEMENT À LA CULTURE DE LA PAIX ET DE LA SOLIDARITÉ Loi provinciale

Plus en détail

REGLEMENT DES ETUDES

REGLEMENT DES ETUDES P a g e 1 REGLEMENT DES ETUDES INSTITUT DON BOSCO HUY Enseignement ordinaire de plein exercice rue des Cotillages 2-4500 HUY - Tél.: 085/27.07.50 - Fax: 085/23.55.29 E-Mail: direction@donboscohuy.be Site

Plus en détail

L endettement chez les jeunes Rapport final

L endettement chez les jeunes Rapport final L endettement chez les jeunes Rapport final Résultats du sondage pour le secteur d Alma L école secondaire Séminaire Marie-Reine-du-Clergé ainsi que le Collège d Alma Remis au : Service budgétaire de Lac-

Plus en détail

République Démocratique du Congo

République Démocratique du Congo TERMES DE REFERENCE Pour une étude finale du projet Intégration des messages sur la santé dans les émissions radiophoniques et télévisées avec C-Change, FHI360 Search for Common Ground (Centre Lokole),

Plus en détail

Articulation entre la vie professionnelle et l exercice de la responsabilité parentale

Articulation entre la vie professionnelle et l exercice de la responsabilité parentale Articulation entre la vie professionnelle et l exercice de la responsabilité parentale Objectif de progression Actions Indicateurs chiffrés Rendre plus compatibles les modalités d organisation du temps

Plus en détail

11 janvier 2003. DÉCRET-LOI n 003-2003 portant création et organisation de l Agence nationale de renseignements.

11 janvier 2003. DÉCRET-LOI n 003-2003 portant création et organisation de l Agence nationale de renseignements. 11 janvier 2003. DÉCRET-LOI n 003-2003 portant création et organisation de l Agence nationale de renseignements. TITRE Ier DE LA CRÉATION ET DE LA MISSION Art. 1er. Il est créé un service public doté de

Plus en détail

Réponses des autorités françaises

Réponses des autorités françaises Juin 2012 Réponses des autorités françaises OBJET : Consultation publique sur la question de l accès des femmes aux Conseils d administration des entreprises - Equilibre hommes-femmes dans les organes

Plus en détail

Guide d utilisateur AmplifyChange #2: Démystifier le suivi des projets pour AmplifyChange

Guide d utilisateur AmplifyChange #2: Démystifier le suivi des projets pour AmplifyChange Guide d utilisateur AmplifyChange #2: Démystifier des projets pour AmplifyChange Narratrice : Rolla Khadduri Directrice adjointe du Fonds (technique), AmplifyChange Le suivi : les bases 1. Qu est-ce que?

Plus en détail

4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance

4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance 4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance OUTILS DÉCISIONNELS DU FIDA EN MATIÈRE DE FINANCE RURALE 4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance Action: Mener à bien le

Plus en détail

Désignation d organisations non gouvernementales aux fins de l article 77 du Règlement intérieur du Conseil

Désignation d organisations non gouvernementales aux fins de l article 77 du Règlement intérieur du Conseil Nations Unies Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement Distr. restreinte 2 octobre 2013 Original: français TD/B/EX(58)/R.1 Conseil du commerce et du développement Cinquante-huitième

Plus en détail

Voies d engagements en matière de RHS BENIN

Voies d engagements en matière de RHS BENIN Voies d engagements en matière de RHS BENIN 1) Quelles sont les actions voies en matière de ressources humaines pour la santé (RHS) sur lesquels votre pays/institution peut s engager? Les femmes au Bénin

Plus en détail

Santé et sécurité des adjoints techniques territoriaux des établissements d enseignement (ATTEE)

Santé et sécurité des adjoints techniques territoriaux des établissements d enseignement (ATTEE) Point réglementation N 1 Santé et sécurité des adjoints techniques territoriaux des établissements d enseignement (ATTEE) (anciennement TOS, exerçant dans les lycées et collèges) Mis à jour en septembre

Plus en détail

DEONTOLOGIE ET ETHIQUE EN SCIENCES MEDICO SANITAIRE CHEZ LES INFIRMIERES, LES SAGES FEMMES ET LES TECHNICIENS MEDICO SANITAIRES

DEONTOLOGIE ET ETHIQUE EN SCIENCES MEDICO SANITAIRE CHEZ LES INFIRMIERES, LES SAGES FEMMES ET LES TECHNICIENS MEDICO SANITAIRES DEONTOLOGIE ET ETHIQUE EN SCIENCES MEDICO SANITAIRE CHEZ LES INFIRMIERES, LES SAGES FEMMES ET LES TECHNICIENS MEDICO SANITAIRES I. INTRODUCTION Dans le cadre du séminaire d imprégnation des personnels

Plus en détail

Résultats des Comptes de la Santé 2012 en RD Congo

Résultats des Comptes de la Santé 2012 en RD Congo REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE Secrétariat Général PROGRAMME NATIONAL DES COMPTES NATIONAUX DE LA SANTE «PNCNS» Résultats des Comptes de la Santé 2012 en RD Congo Pr ELOKO

Plus en détail

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes L égalité professionnelle entre hommes et femmes est un enjeu historique. En effet, il fait l objet de toutes les attentions

Plus en détail

NTRODUCTION. Guide de gestion des ressources humaines

NTRODUCTION. Guide de gestion des ressources humaines NTRODUCTION La rémunération est une activité ayant un impact important sur la performance de l entreprise. Une gestion efficace de la rémunération permet de contrôler les coûts liés à la main-d œuvre,

Plus en détail

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945 Exposé des motifs Il est peu de problèmes aussi graves que ceux qui concernent la protection de l enfance, et parmi eux, ceux qui ont trait au sort de l enfance traduite

Plus en détail

Lexique de la CIMR. Les termes les plus courants sur la retraite et leur définition

Lexique de la CIMR. Les termes les plus courants sur la retraite et leur définition Lexique de la CIMR Les termes les plus courants sur la retraite et leur définition Plus d informations sur 0522 424 888 ou sur www.cimr.ma - www.cimrpro.ma EDITO Pour vous aider à comprendre les termes

Plus en détail

L éducation au Québec : L état de la situation

L éducation au Québec : L état de la situation Préscolaire Primaire Secondaire Collégial Universitaire 43101 45 509 93969 68 331 110 297 151 845 241019 251 612 240 980 251 237 L éducation au Québec : L état de la situation L éducation est un des sujets

Plus en détail

Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo

Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo Numéro WHH du projet: AF 1519 / COD 1063-07 Numéro KfW du projet : KfW 2007 65 537

Plus en détail

CHAPITRE IV. ENSEIGNEMENT SECONDAIRE TECHNIQUE

CHAPITRE IV. ENSEIGNEMENT SECONDAIRE TECHNIQUE CHAPITRE IV. ENSEIGNEMENT SECONDAIRE TECHNIQUE ORGANISATION GÉNÉRALE ÉTUDES ET PÉDAGOGIE GÉNÉRALITÉS PROMOTION EXAMENS ET DIPLÔMES ÉLÈVES (voir: Chapitre III. Enseignement secondaire) PERSONNEL (voir:

Plus en détail

CADRE D EMPLOIS DES RÉDACTEURS TERRITORIAUX Concours et examens d accès au grade de rédacteur principal de 2 ème classe

CADRE D EMPLOIS DES RÉDACTEURS TERRITORIAUX Concours et examens d accès au grade de rédacteur principal de 2 ème classe CADRE D EMPLOIS DES RÉDACTEURS TERRITORIAUX Concours et examens d accès au grade de rédacteur principal de 2 ème classe Mise à jour : 16 janvier 2015 PRÉSENTATION DU CADRE D EMPLOIS ET PRINCIPALES FONCTIONS

Plus en détail

L ÉCOLE PRIMAIRE PASSE DE SIX À NEUF ANS AU BURUNDI

L ÉCOLE PRIMAIRE PASSE DE SIX À NEUF ANS AU BURUNDI LIBÉRAT NTIBASHIRAKANDI L ÉCOLE PRIMAIRE PASSE DE SIX À NEUF ANS AU BURUNDI UNE FAUSSE SOLUTION À UN VRAI PROBLÈME! 05/01/2011 NTIBASHIRAKANDI@YAHOO.FR 1. PRÉAMBULE Le projet du gouvernement burundais

Plus en détail

DIAGNOSTIC PARTAGÉ DES INTERNATS EN LYCÉES, LYCÉES PROFESSIONNELS ET EREA. rapport d étape CAVL du 7 mars 2012

DIAGNOSTIC PARTAGÉ DES INTERNATS EN LYCÉES, LYCÉES PROFESSIONNELS ET EREA. rapport d étape CAVL du 7 mars 2012 DIAGNOSTIC PARTAGÉ DES INTERNATS EN LYCÉES, LYCÉES PROFESSIONNELS ET EREA rapport d étape CAVL du 7 mars 2012 RAPPEL DE LA DEMARCHE Choix du CAVL de travailler sur l internat tout au long de l année scolaire

Plus en détail

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc Bienvenue à l âge de la majorité! l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes fondamentaux de la République à travers «Le Livret du Citoyen» Nom... Prénom... Date de naissance...

Plus en détail

Une analyse démographique de l industrie de l assurance de dommages au Canada 2007 2017. Résumé de synthèse

Une analyse démographique de l industrie de l assurance de dommages au Canada 2007 2017. Résumé de synthèse Une analyse démographique de l industrie de l assurance de dommages au Canada 2007 2017 Résumé de synthèse Une analyse démographique de l industrie de l assurance de dommages au Canada 2007-2017 APERÇU

Plus en détail