LE FINANCEMENT PRIVÉ-PUBLIC UN MODÈLE DE CROISSANCE PRODUCTIVE POUR L ÉCONOMIE WALLONNE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE FINANCEMENT PRIVÉ-PUBLIC UN MODÈLE DE CROISSANCE PRODUCTIVE POUR L ÉCONOMIE WALLONNE"

Transcription

1 J E U D I 2 4 A V R I L LE FINANCEMENT PRIVÉ-PUBLIC UN MODÈLE DE CROISSANCE PRODUCTIVE POUR L ÉCONOMIE WALLONNE

2 PROGRAMME Horaire Orateurs Sujet 8h30-9h 9h - 9h15 9h15-10h Jean-Sébastien Belle, Sowalfin, Président du Conseil d Administration Bruno Colmant, Roland Berger, Associé Accueil Contexte et objectifs de la matinée Bilan de l activité de l écosystème SOWALFIN - Invests sur les 10 dernières années 10h - 10h15 Markus Schladt, KfW, Vice-Président Enseignements concernant le modèle allemand (KfW) et les points de convergence avec le modèle SOWALFIN - Invests 10h15-10h30 10h30-11h15 11h15-12h Pierre Gustin, ING Christine Lhoste, UCM Jean-Noël Tilman, Tilman Luc Vansteenkiste, Febelfin Jean-Claude Marcourt, Ministre de l Économie Benoît Mélot, BNP Paribas Fortis Yves Noël, NMC Vincent Reuter, UWE Markus Schladt, Kfw Pause café La création entrepreneuriale en Wallonie : quelles perspectives? Le financement mixte des entreprises en Wallonie : quelles opportunités? 12h -12h30 Pierre H. Rion, Business Angel Challenges futurs À partir de 12h30 Lunch

3 ORATEURS Jean-Sébastien Belle Jean-Sébastien Belle est Président du Conseil d Administration du Groupe SOWALFIN. Il est également Administrateur délégué du Groupe Invest Mons-Borinage-Centre (IMBC), Président du Groupe S.A. Herstal et actif comme Administrateur dans divers organismes. Bruno Colmant Bruno Colmant enseigne l économie dans différentes universités belges (UCL, Vlerick Business School, etc.). Membre de l Académie Royale de Belgique et auteur de nombreuses publications financières, il est Associé auprès du cabinet de consultance stratégique Roland Berger. Pierre Gustin Pierre Gustin est Directeur Entreprises et Institutionnels Wallonie chez ING Il est Administrateur de plusieurs PME, Invests et fonds de capital à risque. Christine Lhoste Christine Lhoste est Secrétaire générale de l UCM depuis septembre Elle a auparavant travaillé au sein du Cabinet de la Ministre en charge des Classes moyennes et des PME où elle était depuis 2011 Directrice de cabinet adjointe, en charge de la cellule stratégique «PME-statut social des indépendants». Benoît Mélot Benoît Mélot est le Directeur Wallonie Commercial Banking chez BNP Paribas Fortis. Il est actif dans le soutien des «Mid Corp» depuis Auparavant, il a géré différents secteurs de la clientèle Corporate de Fortis, puis de BNP Paribas Fortis : Metals & Mining, puis Food, Beverages and Consumer Goods et enfin Industry.

4 Yves Noël Yves Noël est Président de NMC, un groupe industriel spécialisé dans le domaine des mousses synthétiques et basé à Eynatten, occupant plus de 1200 collaborateurs dans une douzaine de sites en Europe. Administrateur de plusieurs sociétés industrielles, il est également membre du Conseil d Administration d Investsud et d Ostbelgieninvest. Vincent Reuter Vincent Reuter est Administrateur délégué de l Union Wallonne des Entreprises, organisation interprofessionnelle d employeurs, membre de diverses associations professionnelles dont la FEB, Président du Conseil économique et social de Wallonie et Président du Conseil d Administration du Ducroire. Pierre H.Rion Pierre H.Rion, Ingénieur Civil Électronicien de formation, est un multi-entrepreneur (IRIS, PROGECOO, D-CINEX,...). Depuis 1999, il est également un Business Angel actif principalement en Wallonie où il soutient l économie régionale et occupe plusieurs mandats d Administrateur indépendant privé ou public (EVS Broadcast Equipment, CPH Banque, Agence du Commerce Extérieur,...). Markus Schladt Markus Schladt est responsable d une division de la KfW dont la mission est de financer avec des investisseurs privés des participations en capital dans de jeunes entreprises allemandes. Son équipe est également responsable du développement d EuroQuity, un service mis sur pied en coopération avec Bpifrance et qui vise à mettre en relation des sociétés françaises, allemandes et des investisseurs. Jean-Noël Tilman Jean-Noël Tilman dirige le laboratoire Tilman, spécialisé en phytothérapie (médicaments à base de plantes). Il est pharmacien d industrie et principal actionnaire de Tilman SA. Tilman est l Entreprise de l Année Luc Vansteenkiste Luc Vansteenkiste, ancien CEO de Recticel ( ) et ancien Président de la FEB, est actuellement actif comme Président de Sioen, membre de plusieurs Conseils de sociétés et Président du jury des Pôles de compétitivité du Plan Marshall. Il est aussi Président de la Plate-forme de financement des entreprises (Febelfin).

5 Présentation de l écosystème Sowalfin/Invests : Bilan et défis futurs SYNTHÈSE DE L ÉTUDE RÉALISÉE PAR ROLAND BERGER ENTRE OCTOBRE ET DÉCEMBRE 2013

6 I.Contexte et objectifs de l étude La présente étude a été réalisée par le cabinet de conseil en stratégie Roland Berger entre octobre et décembre 2013 à la demande de la Sowalfin afin : > d une part, de réaliser le bilan macro-économique, financier et opérationnel de la Sowalfin et ses filiales, ainsi que des Invests; > d autre part, d identifier des pistes d optimisation au niveau de la structure de l écosystème, de l offre de produits, de la communication et de l articulation des organismes publics de financement en Wallonie, notamment via un exercice de comparaison avec les modèles de financement des Petites et Moyennes Entreprises (PME) en France et en Allemagne. Le présent document est structuré en six chapitres: > Caractérisation de l activité des PME en Wallonie et de leurs modes de financement > Bilan global de l écosystème Sowalfin-Invests > Bilan détaillé des activités de la Sowalfin et de ses filiales > Bilan détaillé de l activité des Invests > Enseignements tirés de la comparaison internationale du financement des PME (France et Allemagne) > Réflexion sur les défis futurs de l écosystème Sowalfin-Invests PRÉSENTATION DE L ÉCOSYSTÈME SOWALFIN/INVESTS BILAN ET DÉFIS FUTURS

7 II.Caractérisation des PME et de leurs modes de financement en Wallonie Les Petites et Moyennes Entreprises (PME) représentent un moteur économique crucial pour la Région wallonne : > En nombre d entreprises : les PME représentent 99.6% des entreprises en Région wallonne, à savoir 72,600 entreprises 1. > En nombre d emplois : les PME wallonnes représentent 78% des emplois en entreprises, à savoir 529,000 emplois directs 2. Pour se financer, ces PME peuvent faire appel à plusieurs catégories d acteurs, différentes selon qu il s agit de financement en fonds propres ou en dettes : > Pour du financement en fonds propres, les PME wallonnes peuvent recourir à de l autofinancement ou à du financement externe (capital-investissement) proposé par : Les acteurs publics wallons : SRIW et Sogepa Les acteurs mixtes privés/publics wallons : les 9 Invests Les acteurs privés : les fonds de «Private Equity» et les «Business Angels» (parmi les premiers cités : Profinpar, Indufin, E-Capital, Nausicaa Ventures) Les acteurs publics européens : le Fonds Européen d Investissement (FEI) Les marchés financiers : via l émission d actions (méthode encore peu utilisée en Wallonie) > En matière de financement par dettes, les PME peuvent s adresser à des banques, à la Sowalfin, aux Invests, au Fonds de Participation (intégré à la Sowalfin d ici le 1 er juillet 2014), à la Banque Européenne d Investissement (BEI) ou au FEI (les prêts de la BEI et du FEI étant principalement accordés par l intermédiaire de banques locales). Ces prêts peuvent être garantis par des acteurs privés comme les Sociétés de Cautionnement Mutuel (surtout pour les TPE 3 ) ou par des acteurs publics (Sowalfin, FEI). De manière concrète, l ensemble de ces acteurs proposent aux PME différents types de produits de financement, l offre de chacun variant selon son positionnement (décrit ci-dessus) : > Concernant le financement par fonds propres, il s agit des interventions en capital (prises de participation dans le capital de la PME) et des obligations convertibles; 1 Source : UWE 2013 (sur base de chiffres ONSS) / 2 Source : UWE 2013 (sur base de chiffres ONSS) / 3 Très Petites Entreprises PRÉSENTATION DE L ÉCOSYSTÈME SOWALFIN/INVESTS BILAN ET DÉFIS FUTURS

8 > Concernant le financement par dettes, il existe différents types de produits couvrant les prêts subordonnés, les besoins de longue maturité (les prêts long terme avec ou sans garantie, les prêts chirographaires) mais également les échéances à plus court terme (les avances court terme ou «straight loans», les crédits de caisse). Panorama des acteurs du financement des PME en Wallonie pour les volets fonds propres et dettes FONDS PROPRES DETTES Autofinancement DETTES capital-investissement Acteurs publics wallons Acteurs privés/ publics wallons Acteurs privés 1 Acteurs publics européens > Banques > Sowalfin & Invests 2 > Fonds de Participation > BEI & FEI (via banques 3 ) INVESTISSEURS GARANTIES Publiques 2 3 Privées Sociétés de Cautionnement Mutuel INVESTISSEURS MARCHÉS FINANCIERS (ACTIONS) 1 Liste non exhaustive / 2 Financées en partie par des fonds FEDER / 3 Prêts et garanties principalement via les banques PRÉSENTATION DE L ÉCOSYSTÈME SOWALFIN/INVESTS BILAN ET DÉFIS FUTURS

9 III.Bilan global de l écosystème Sowalfin-Invests Dans ce paysage, la Sowalfin agit comme le centre névralgique du financement des PME en Wallonie en occupant un rôle central entre les entités : d une part, elle est responsable de manière directe des activités de Cofinancement & de Garantie et de ses 4 filiales (Sofinex, Novallia, Socamut et Sowaccess 4 ); d autre part, elle coordonne le cadre d interventions des Invests. Le bilan réalisé pour l ensemble de l écosystème Sowalfin-Invests livre les messagesclés suivants: > L écosystème Sowalfin-Invests est un outil efficace et modulaire du financement des PME en Wallonie via le rôle nodal joué entre les différents acteurs régionaux/ locaux (par ex. banques, Private Equity) permettant des effets de levier importants. > Il constitue un moyen de stimulation effective de l économie productive et de proximité. > Il jouit d un équilibre partenarial privé/public et agit comme interface entre les sphères publiques et privées avec une structure légère et souple. > Il couvre la grande majorité des besoins des PME wallonnes en termes de montants et de maturités du financement, de stade de développement de l entreprise bénéficiaire, de la nature du projet sous-jacent ou encore de risque spécifique couvert même si il existe encore un potentiel d amélioration, notamment pour les prêts de longue maturité. 4 Cette filiale, qui a pour objet de faciliter la transmission d entreprises, est hors du cadre de notre étude car elle n accorde pas de prêts ni de garanties; elle n a donc pas été analysée. PRÉSENTATION DE L ÉCOSYSTÈME SOWALFIN/INVESTS BILAN ET DÉFIS FUTURS

10 Visualisation de la couverture des besoins de financement des PME par l écosystème Sowalfin-Invests Visualisation de la couverture des besoins de financement des PME par l'écosys Création Croissance & développement Transmission < 2 ans Entre 2 ans et 9 ans > 9 ans Investissement LT LÉGENDE Cœur de Activité se Incompat > EUR 0.5 m Investissement MT/CT Activité ab Opportun Entre 0.5 m et 0.05 m < 0.05 m Sociétés exogènes 1) Besoins CT BFR, etc. 1 Prêt Innovation Exportation 1) Sociétés non-wallonnes, attirées vers la Wallonie 1) Sociétés non-wallonnes, attirées vers la Wallonie Source: Sowalfin, Roland Berger ture des besoins de financement des PME par l'écosystème Sowalfin-Invests vers < 2 ans Entre 2 ans et 9 ans LÉGENDE > 9 ans Cœur de métier Investissement LT Investissement MT/CT Activité secondaire Incompatibilité Activité absente/ négligeable Opportunité d'optimisation Sociétés exogènes 1) Besoins CT BFR, etc. 1 Prêt 2 Garantie 3 Capital & quasi-capital novation Exportation LIQUIDITÉ la Wallonie version ppt insertions graphiques pour Cible.pptx 2 PRÉSENTATION DE L ÉCOSYSTÈME SOWALFIN/INVESTS BILAN ET DÉFIS FUTURS

11 IV.Bilan détaillé des activités de la Sowalfin et de ses filiales 1. Historique Depuis sa création en 2002 avec pour vocation de devenir la coupole du financement des PME, la Société Wallonne de Financement et de Garantie des petites et moyennes entreprises (Sowalfin) n a cessé de croître et d étendre son périmètre d action. Le cœur de métier de la Sowalfin est la facilitation de l accès au financement pour les PME wallonnes avec un souci de cohérence et de coordination des outils financiers de la Région. Dès sa création, la Sowalfin se concentre sur trois activités financières majeures : > l octroi de garanties en couverture de financements bancaires; > le cofinancement via l octroi de prêts subordonnés adossés à des prêts bancaires; > le capital à risque et le financement haut de bilan par l intermédiaire des Invests. Au fil des ans, et dans une volonté de constante adaptation à la demande des PME et des banques, trois filiales octroyant des concours financiers sont mises sur pied : > la Socamut, dédiée à l aide aux TPE et indépendants via la contre-garantie des Sociétés de Cautionnement Mutuel (SCM) et le produit mixte constitué d une garantie et d un micro-prêt; > la Sofinex, avec pour mission le soutien aux exportations, notamment via l octroi de prêts et garanties directes; > Novallia, entité la plus récente, destinée à soutenir l innovation au travers de financements directs. Tandis que la Sowalfin et la Socamut n interviennent qu à l initiative des banques (principalement), des Invests et des SCM; la Sofinex et Novallia interagissent directement avec les PME. Cette dualité d approche permet de faciliter l accès au prêt pour les PME en limitant le risque supporté par les banques et les Invests, tout en répondant à des besoins directs de financement des exportations et de l innovation sans recours aux sources classiques de financement, parfois insatisfaisantes sur ce type d activité. 2. Bilan par filiale La force principale de la Sowalfin et de ses filiales réside dans l unicité de son positionnement sur un marché du financement des PME impacté par la crise et la réglementation en matière de fonds propres et de liquidité des banques (Bâle III), rendant la disponibilité des sources de financement classiques plus limitée. PRÉSENTATION DE L ÉCOSYSTÈME SOWALFIN/INVESTS BILAN ET DÉFIS FUTURS

12 I. Activités de Cofinancement et de Garantie Directe Les activités de cofinancement et de garantie illustrent parfaitement le rôle nodal de la Sowalfin, avec un fonctionnement en étroite collaboration avec les banques (et les Invests), ce qui permet de réduire le risque de celles-ci et par conséquent de les encourager à soutenir des PME qui se seraient dans certains cas vues refuser un prêt bancaire souvent nécessaire à leur développement. Deuxièmement, les activités de cofinancement et de garantie présentent l effet de levier (multiplicateur entre l engagement de la Sowalfin et le montage financier final) le plus élevé (7.9) de toutes les entités de l écosystème, soulignant à nouveau leur rôle crucial dans les bouclages financiers des PME wallonnes. Les autres forces principales de ces activités résident dans l efficacité du processus, louée par les banques partenaires, avec des délais de réponse rapides et un taux d intérêt compétitif permis par la «garantie 1/3 5» des banques. S agissant de points d amélioration, les entretiens conduits avec les principales banques présentes en Wallonie ont mis en exergue une demande allant dans le sens d une augmentation des plafonds d octroi, jugés trop bas pour permettre un bouclage sans l implication d acteurs autres que la Sowalfin. II. Socamut Le principal atout de la Socamut réside dans le degré élevé d automaticité du traitement de ses dossiers qui a construit sa notoriété auprès des banques, et qui permet de traiter plus de 700 demandes par an avec une équipe réduite. L autre force de la Socamut est son rôle fondamental dans la stimulation de l entreprenariat avec un public-cible quasiment exclusivement composé de très petites entreprises (TPE) et d indépendants, souvent actifs dans des secteurs de l économie à risque élevé où le soutien des banques s avère être délicat à obtenir. III. Sofinex La Sofinex dispose d une large palette de produits, avec une offre de subventions en plus du financement direct et de la garantie. Ses rapports privilégiés avec l AWEX, un de ses actionnaires, la positionnent stratégiquement pour soutenir les PME wallonnes dans leurs projets d exportation. Sa rapidité d exécution est également appréciée des PME avec lesquelles elle traite, en matière de prêts et de subventions, sans passer par l intermédiaire des banques. Les deux principaux points à améliorer pour la Sofinex concernent sa notoriété insuffisante auprès des PME, et l épuisement de certaines de ses lignes de subventions. 5 Garantie émise par la banque pour une partie (33,3%) du montant du prêt subordonné accordé par la Sowalfin dans le cadre de son activité. PRÉSENTATION DE L ÉCOSYSTÈME SOWALFIN/INVESTS BILAN ET DÉFIS FUTURS

13 IV. Novallia Novallia jouit d un positionnement unique en tant qu organisme de financement de l innovation en Wallonie, en proposant des taux avantageux et inversement proportionnels au risque du projet sous-jacent avec le soutien des fonds FEDER 6. La visibilité importante de Novallia est liée à son recours systématique à la procédure d appel à projet publique. Fin 2013, la principale piste d amélioration de Novallia résidait dans son manque de moyens pour couvrir équitablement la Wallonie et répondre aux besoins de toutes les PME innovantes suite à l épuisement de l enveloppe «Compétitivité» (dédiée à la Wallonie hors Hainaut). Depuis lors, cette enveloppe a été réalimentée par le Gouvernement wallon. 3. Chiffres-clés de l activité dans son ensemble Le volume annuel d interventions de la Sowalfin et ses filiales a crû de EUR 25 millions en 2002 à EUR 101 millions en 2012, soit un taux de croissance annuel moyen (TCAM) de 15%. L activité de prêt a crû le plus significativement entre 2004 et 2008 (22% par an), représentant jusqu à 42% des montants engagés en 2008, mais elle a été lourdement impactée par la crise et a connu une décroissance moyenne annuelle de 2% depuis A l inverse, les volumes d intervention en garantie ont stagné durant la période , pour ensuite connaître un essor conséquent depuis 2008 avec une croissance annuelle moyenne de 11%. Une analyse des montants octroyés par entité met en avant le fait que les activités historiques de cofinancement et de garantie directe restent prépondérantes par rapport aux autres activités, avec une part dans les interventions annuelles agrégées de la Sowalfin et ses filiales oscillant entre 59% et 96% au cours des dix dernières années. La diversification de la Sowalfin via la création de filiales a permis une forte croissance des montants engagés: la Socamut a vu sa production annuelle multipliée par 4 en 8 ans, la Sofinex a vu sa production annuelle multipliée par 2.5 en 8 ans et Novallia a atteint un pic de production à EUR 15 millions en Au total, la Sowalfin et ses filiales totalisent plus de 6,840 interventions sur les 10 dernières années ( ). Les interventions cumulées de la Sowalfin et ses filiales ont ainsi permis de créer et soutenir plus de 73,800 emplois depuis Fonds Européen de Développement Régional PRÉSENTATION DE L ÉCOSYSTÈME SOWALFIN/INVESTS BILAN ET DÉFIS FUTURS

14 En matière de types d entreprises bénéficiant des interventions de la Sowalfin et de ses filiales, 45% des montants octroyés au cours des 3 dernières années sont allés à des TPE, soulignant le rôle fondamental du groupe Sowalfin dans le support de la plus fine maille du tissu économique wallon. CHIFFRES-CLÉS DES ACTIVITÉS DE LA SOWALFIN & SES FILIALES ET MESSAGES-CLÉS DU BILAN (ACTIVITÉS DE PRÊTS ET DE GARANTIES ) CHIFFRES-CLÉS Montants octroyés sur les 10 dernières années Nombre d interventions sur les 10 dernières années TCAM 1) des montants octroyés sur les 10 dernières années Nombre d emplois créés et soutenus sur les 10 dernières années EUR 776 m 6,846 15% 73,800 Effet de levier 2) (2012) x 7.9 MESSAGES-CLÉS AU BILAN > Positionnement unique et complémentaire en support de l activité des banques et des Invests afin de partager le risque > Taux compétitif grâce à la garantie 1/3 des banques > Délai de réponse court et délégation de pouvoir totale pour le comité de crédit > Rôle fondamental dans la stimulation de l entrepreneuriat risqué : Soutien à des TPE et indépendants de secteurs dans lesquels les banques sont réticentes à intervenir (risque élevé) (Socamut) Soutien à des entreprises innovantes (avec un taux inversément proportionnel au risque afin d encourager l innovation) (Novallia) 1) Taux de Croissance Annuel Moyen / 2) Pour les activités de cofinancement et de garantie PRÉSENTATION DE L ÉCOSYSTÈME SOWALFIN/INVESTS BILAN ET DÉFIS FUTURS

15 V. Bilan détaillé de l activité des Invests 1. Historique Depuis leur création il y a environ 20 ans (pour les premiers d entre eux), les Invests ont comme mission principale de soutenir le tissu économique wallon via l accompagnement des PME dans leur financement. Ces 9 acteurs de capital à risque répartis dans toute la Wallonie ont été créés en 4 vagues dans des contextes d économie locale différents : > Investsud a été le premier Invest, créé en 1983 et suivi en 1985 par Sambrinvest et Meusinvest. Tous trois ont été mis sur pied dans le but de soutenir une économie locale fortement impactée par les crises sidérurgiques naissantes. > Nivelinvest, IMBC, Wapinvest et Osbelgieninvest ont vu le jour entre 1987 et A l exception de Nivelinvest, créé à la suite de la fermeture du site sidérurgique de Clabeq, les autres sont apparus dans des régions qui ne disposaient pas encore d outil de financement au service des PME. > En 1995, Namur Invest a résulté de la restructuration de la SA Société d Invest de la Basse Sambre (société de capital à risque). > Enfin, en 2003, Luxembourg Développement a été déployé afin d utiliser les fonds FEDER destinés à la province du Luxembourg. D un point de vue géographique, les 9 Invests sont répartis sur les cinq provinces wallonnes, chacun couvrant en tout ou en partie une province. Plus précisément, les Invests ont pour objectif de maintenir et de développer le tissu économique de leur zone d influence, de manière complémentaire aux autres acteurs financiers en présence dans leur région, à savoir les banques, les éventuels autres organismes publics et les acteurs privés tels que les Business Angels ou les fonds de Private Equity. Les 9 Invests ont la particularité de posséder des structures de capital mixtes : une part majoritaire est détenue par des actionnaires privés (essentiellement des entreprises importantes ou de référence dans l économie locale) et le restant par la Sowalfin représentant la Région wallonne. L actionnariat privé est de l ordre de 60%. Pour remplir leur objectif, les Invests ont par ailleurs reçu des fonds de la Région wallonne et du FEDER selon une convention de financement entre la Région wallonne et les Invests. En 2012, les 9 Invests disposaient de moyens financiers de l ordre de EUR 821 millions provenant de ces trois sources de financement (Capital FEDER- Région wallonne) ainsi que de réserves et bénéfices reportés. PRÉSENTATION DE L ÉCOSYSTÈME SOWALFIN/INVESTS BILAN ET DÉFIS FUTURS

16 D un point de vue opérationnel, le fonctionnement des Invests est assuré d une part par les équipes décentralisées et autonomes présentes dans chacun des Invests (petites équipes d environ 10 personnes, tous statuts confondus) et d autre part, par une équipe centrale au sein de la Sowalfin (9 ETP 7 ) responsable principalement des avis de conformité sur les dossiers des Invests et des obligations administratives relatives à l utilisation des fonds européens. Les Invests interagissent directement avec les PME. Lorsque le contact est créé grâce à une banque (cas représentant 50% des dossiers pour certains Invests), l Invest établit toujours un contact direct avec la PME (analyse du dossier, suivi de l entreprise, etc.). Les Invests interagissent également avec la Sowalfin (cofinancement, garantie et prêts Novallia) en vue de boucler des montages financiers tout en veillant à une répartition équilibrée des risques. Ainsi, à titre d illustration, dans le portefeuille Novallia de prêts libérés à la date du 30/09/2013, 40% des dossiers comprenaient une intervention d un Invest dans le montage financier. 2. Bilan des Invests Tout comme pour la Sowalfin et ses filiales, les forces principales des Invests résident dans : > leur positionnement unique sur un marché du financement des PME impacté par la crise et la réglementation en matière de fonds propres et de liquidité des banques (Bâle III), rendant la disponibilité des sources de financement classiques plus limitée. En effet, les Invests représentent un modèle efficace de financement jouant un rôle nodal entre une série d acteurs locaux (par ex. les banques, les fonds privés), et générant, avec des moyens (comparativement) limités, un effet de levier important sur leurs interventions (x 5.1 entre le montant accordé par l Invest et le montant final du montage financier). > la proximité géographique leur permettant de jouer un rôle d induction au sein de l économie locale grâce à leur présence dans leur tissu économique respectif mais également à la stabilité et à la compétence des équipes ainsi qu à l accompagnement offert aux entrepreneurs. > la modularité d interventions qu ils proposent. Grâce à une large gamme de produits et à des conditions généralement plus souples que celles du marché, ils couvrent l ensemble des besoins de financement des PME et jouent un rôle crucial tant en période de haute conjoncture qu en période de récession pendant laquelle ils interviennent comme stabilisateurs économiques. > leur modèle mixte privé/public leur permettant de bénéficier d une gouvernance alliant le meilleur des «deux sphères». 7 Equivalents Temps Plein PRÉSENTATION DE L ÉCOSYSTÈME SOWALFIN/INVESTS BILAN ET DÉFIS FUTURS

17 3. Chiffres-clés de l activité dans son ensemble Sur les 9 dernières années (de 2004 à 2013), les 9 Invests ont contribué au financement des PME wallonnes à hauteur de EUR 877 millions au rythme de 275 interventions par an. Sur cette période, le volume d interventions annuel des 9 Invests a triplé, passant de EUR 53.4 millions en 2004 à EUR millions en 2013, soit un taux de croissance annuelle moyen (TCAM) de 13%. Le nombre cumulé d interventions des 9 Invests a augmenté de quasi 50%, passant de 231 en 2004 à 353 en Cette évolution a été possible grâce à une augmentation des moyens des Invests et de leurs plafonds d intervention. Compte tenu de ce volume d interventions annuel, et toutes choses étant égales par ailleurs pour le futur, les Invests disposent de moyens financiers adéquats pour assurer une couverture de leurs besoins avec une rotation de leurs fonds de l ordre de 6 ans. En matière d emploi, depuis leur création, les Invests ont contribué à la création d environ 17,000 emplois en Région wallonne et sur les 5 dernières années, près de 30,000 emplois ont été soutenus par leurs interventions. La crise financière de 2008 a eu deux impacts majeurs sur l activité des Invests : > d une part, une forte augmentation du nombre d interventions et des montants octroyés depuis 2007 avec des taux de croissance annuels moyens (TCAM) de respectivement 6.1% et 14.3%; > d autre part, une évolution des mécanismes de financement caractérisée par une croissance élevée des prêts garantis, des avances court terme et du leasing tout en conservant les produits «historiques» (participations au capital et prêts subordonnés). La crise a également confirmé que, outre un rôle nécessaire en période de haute conjoncture, les Invests présentent également un caractère contracyclique, permettant notamment le maintien et le développement de l emploi. CHIFFRES-CLÉS DES ACTIVITÉS DES INVESTS ET MESSAGES-CLÉS DU BILAN ( ) CHIFFRES-CLÉS Montants octroyés sur les 10 dernières années Nombre d interventions sur les 10 dernières années TCAM 1) des montants octroyés sur les 10 dernières années Nombre d emplois créés sur les 7 dernières années ( ) EUR 877 m 2,746 12,8% 5,509 Effet de levier (2012) x 5.1 MESSAGES-CLÉS AU BILAN > Outil majeur de financement des PME via le rôle nodal joué entre les différents acteurs régionaux : Effet de levier important sur le tissu économique local malgré des moyens financiers (comparativement) limités > Large couverture des besoins de financement des PME > Rôle positif de stabilisateur économique, notamment via le soutien (indirect) du maintien et/ou de la création d emplois en période de basse conjoncture > Rôle d induction au sein de l économie locale - qui résulte de la proximité des Invests par rapport à leur tissu économique 1) Taux de Croissance Annuel Moyen PRÉSENTATION DE L ÉCOSYSTÈME SOWALFIN/INVESTS BILAN ET DÉFIS FUTURS

18 VI. Enseignements tirés de la comparaison internationale du financement des PME (France et Allemagne) Les défis auxquels fait face la Sowalfin ont déjà fait l objet à maintes reprises d un questionnement approfondi dans d autres pays européens. En particulier, les systèmes mis en place en Allemagne, un pays où la PME est le moteur de la croissance, et en France, où les mécanismes de financement des PME sont à maturité, sont comparés à ce qui se fait en Wallonie. Ils permettent d identifier certaines pistes de réflexion pour l évolution future du financement wallon au niveau de : > l équilibre privé/public; > le mode de fonctionnement opérationnel; > l offre de produits et de services. I. Equilibre privé/public > L importance du privé se traduit de manière différente entre la France et l Allemagne : En Allemagne, les organismes de financement public (KfW) se positionnent comme facilitateurs et accélérateurs du financement privé sans lui faire concurrence. Au niveau local, les banques (Hausbank) agissent comme intermédiaires entre les organismes publics de financement et les PME tout en intégrant fortement les objectifs de développement économique. En France, l importance du privé est plus forte dans l actionnariat des organismes responsables du financement en fonds propres (FSI, CDC Entreprises et Qualium) que dans celui des organismes responsables du financement en dettes (OSEO). Néanmoins, il faut noter que depuis fin 2013, les différents outils de financement existants en France ont été regroupés sous une coupole unique, Bpifrance. II. Fonctionnement opérationnel > Les organismes publics de financement attachent, tant en Allemagne qu en France, une importance élevée à la proximité locale et à la visibilité des outils de financement : En France, ceci est réalisé directement via un démarchage proactif des organismes publics qui envoient leurs représentants régionaux sur le terrain et identifient les PME de croissance par le système «PME+». En Allemagne, la banque de la PME («Hausbank») est responsable de la distribution opérationnelle des moyens financiers libérés par les organismes fédéraux. PRÉSENTATION DE L ÉCOSYSTÈME SOWALFIN/INVESTS BILAN ET DÉFIS FUTURS

19 > En Allemagne comme en France, les différents types de produits de financement sont proposés par différentes filiales afin d éviter la concurrence et les chevauchements. En Allemagne, par exemple, la «Bürgschaftsbank» n émet que des garanties et n accorde pas de prêts à décaissement. > Le refinancement externe des organismes publics de financement est un facteur d importance en Allemagne, ainsi la KfW obtient 90% de ses moyens sur les marchés financiers. III. Offre de produits et de services > Tant en France qu en Allemagne : les activités publiques pour le volet fonds propres sont plus importantes qu en Wallonie avec la mobilisation de moyens importants et une forte coopération avec les acteurs privés du capital à risque. les organismes publics de financement évitent la concurrence directe avec les banques, ce qui se traduit par l absence de prêts garantis standards dans leur offre de produits. les organismes publics de financement actifs au niveau régional présentent d importantes activités de conseil aux directions de PME. certains organismes publics sont responsables de l allocation de subsides pour le compte de l Etat (et du Land dans le cas de l Allemagne). > En Allemagne, des liens plus importants existent entre les pôles de compétitivité, les chambres de commerce et les organismes de financement. PRÉSENTATION DE L ÉCOSYSTÈME SOWALFIN/INVESTS BILAN ET DÉFIS FUTURS

20 VII. Défis futurs pour l écosystème Sowalfin-Invests Le bilan des activités et la comparaison internationale ont permis l identification d une série de pistes pour le futur de l écosystème Sowalfin-Invests, ayant trait à ses principes directeurs, à son offre de produits de financement, à sa visibilité et communication vers l extérieur et à l articulation des organismes publics de financement en Wallonie : I. Principes directeurs : > Renforcer l ancrage du privé dans la structure actionnariale de l écosytème Sowalfin- Invests en identifiant les acteurs privés à impliquer dans l actionnariat de chaque outil de l écosystème (capitaines d industrie locaux/régionaux, acteurs du Private Equity/Venture Capital, fonds privés). > Renforcer la coordination de l écosystème Sowalfin-Invests avec les 6 Pôles de Compétitivité wallons en matière de priorités d investissement, de compétences, d expertise sectorielle et de réseau. II. Offre et type d interventions : > Intégrer de manière appropriée la gamme de produits (types d interventions) du Fonds de Participation et veiller à une communication transparente pour les entrepreneurs et PME. > Accroître l offre de produits de maturité longue de la Sowalfin (maturités supérieures à 10 ans) pour remédier aux effets de Bâle III et examiner l opportunité de relever certains plafonds d intervention tant en prêts qu en garanties en coordination avec les autres outils de financement (SRIW/Invests). III. Visibilité et communication : > Améliorer la notoriété et la lisibilité de l offre : Multiplier les actions de communication dans le but de se forger un positionnement «top of mind» sur les problématiques de financement des PME. Proposer une communication transversale renforçant le positionnement de «guichet unique» avec points d entrée multiples. Veiller à simplifier l offre en réponse à une perception de complexité de la gamme de produits proposée par la Sowalfin, ses filiales et les Invests. IV. Articulation des organismes publics de financement en Wallonie : > Renforcer les synergies et collaborations mises en place depuis plusieurs années, entre les trois outils publics wallons de financement (SRIW Sogepa- Sowalfin) de manière à prévenir des concurrences non productives et à intensifier le partage des expériences et des connaissances au bénéfice des entreprises. A cet égard, le Comité Stratégique mis en place par le Ministre de l Economie est appelé à jouer un rôle décisif. PRÉSENTATION DE L ÉCOSYSTÈME SOWALFIN/INVESTS BILAN ET DÉFIS FUTURS

1. Contexte et objectifs de la matinée. Jean-Sébastien BELLE du Conseil d'administration, Groupe SOWALFIN

1. Contexte et objectifs de la matinée. Jean-Sébastien BELLE du Conseil d'administration, Groupe SOWALFIN 1. Contexte et objectifs de la matinée Président Jean-Sébastien BELLE du Conseil d'administration, Groupe SOWALFIN 2. Bilan de l'écosystème Sowalfin-Invests Prof. Dr. Bruno COLMANT Associé, Roland Berger

Plus en détail

LES SOLUTIONS DE FINANCEMENT DU GROUPE SOWALFIN POUR LES ENTREPRISES ET LES INDÉPENDANTS

LES SOLUTIONS DE FINANCEMENT DU GROUPE SOWALFIN POUR LES ENTREPRISES ET LES INDÉPENDANTS LES SOLUTIONS DE FINANCEMENT DU GROUPE SOWALFIN POUR LES ENTREPRISES ET LES INDÉPENDANTS Le Groupe SOWALFIN apporte une réponse aux besoins financiers des entreprises wallonnes et ce, aux moments clés

Plus en détail

Plateforme EUROQUITY. Bernard LIEBIN, Membre du CD Sowalfin. Conférence Presse, 6 février 2015

Plateforme EUROQUITY. Bernard LIEBIN, Membre du CD Sowalfin. Conférence Presse, 6 février 2015 Plateforme EUROQUITY Bernard LIEBIN, Membre du CD Sowalfin Conférence Presse, 6 février 2015 Ordre du jour 1. Contexte & Enjeux 2. La plateforme EUROQUITY 3. Le concept des Communautés 4. En pratique pour

Plus en détail

Basse-Meuse Développement 28/10/2014

Basse-Meuse Développement 28/10/2014 Basse-Meuse Développement 28/10/2014 Introduction La SOWALFIN Société anonyme d intérêt public créée par le Décret du 11 juillet 2002 qui en a organisé le statut. Mise en place pour favoriser la création,

Plus en détail

Le PRODUIT MIXTE, un nouvel outil pour le financement des micro-entreprises et des indépendants

Le PRODUIT MIXTE, un nouvel outil pour le financement des micro-entreprises et des indépendants Le PRODUIT MIXTE, un nouvel outil pour le financement des micro-entreprises et des indépendants Comment optimaliser vos montages financiers avec les produits de la SOCAMUT? 1. Introduction Le groupe SOWALFIN

Plus en détail

Investissements d Avenir Premier bilan du FSN PME, le Fonds Ambition Numérique, fonds dédié aux PME innovantes du domaine numérique,

Investissements d Avenir Premier bilan du FSN PME, le Fonds Ambition Numérique, fonds dédié aux PME innovantes du domaine numérique, MINISTERE DELEGUEE CHARGEE DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES, DE L INNOVATION ET DE L ECONOMIE NUMERIQUE COMMISSARIAT GENERAL A L INVESTISSEMENT C o m m u n i q u é d e p r e s s e C o m m u n i q u

Plus en détail

STRATEGIE D INVESTISSEMENT

STRATEGIE D INVESTISSEMENT EVALUATION EX-ANTE RELATIVE AU SOUTIEN ACCORDÉ À DES INSTRUMENTS FINANCIERS DANS LE CADRE DU PROGRAMME OPERATIONNEL FEDER-FSE LORRAINE ET MASSIF DES VOSGES 2014-2020 STRATEGIE D INVESTISSEMENT 0 INTRODUCTION

Plus en détail

Accès au financement

Accès au financement Accès au financement Objectif de cette enquête L accès au financement est d une importance cruciale pour la réussite d une entreprise et un facteur important de la croissance économique en Europe suite

Plus en détail

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014 Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville Août 2014 2014, année de la nouvelle loi de programmation pour la ville et la cohésion

Plus en détail

Bpifrance, partenaire des entreprises innovantes. Véronique Jacq Directrice Investissement Numérique, Bpifrance Janvier 2014

Bpifrance, partenaire des entreprises innovantes. Véronique Jacq Directrice Investissement Numérique, Bpifrance Janvier 2014 Bpifrance, partenaire des entreprises innovantes Véronique Jacq Directrice Investissement Numérique, Bpifrance Janvier 2014 01. Bpifrance en bref 02. L offre pour les entreprises innovantes L investissement

Plus en détail

Contribuer au financement de l économie Sociale et Solidaire : Renforcer l existant, Approfondir les partenariats, Innover.

Contribuer au financement de l économie Sociale et Solidaire : Renforcer l existant, Approfondir les partenariats, Innover. Contribuer au financement de l économie Sociale et Solidaire : Renforcer l existant, Approfondir les partenariats, Innover. -- Rapport d étape à l attention du Ministre délégué auprès du ministre de l

Plus en détail

VIII. financement. Comment financer son entreprise et quels documents présenter à un investisseur ou à une banque

VIII. financement. Comment financer son entreprise et quels documents présenter à un investisseur ou à une banque VIII. financement Comment financer son entreprise et quels documents présenter à un investisseur ou à une banque Ce chapitre expose les différentes sources de financement à disposition ainsi que leurs

Plus en détail

Financer votre projet en fonds propres : acteurs

Financer votre projet en fonds propres : acteurs Acteur majeur du capital investissement pour les PME Forum 1ers contacts Financer votre projet en fonds propres : acteurs et modalités juin 2011 LES ACTIONS ET MOYENS DE CDC ENTREPRISES CDC Entreprises,

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE Résultats financiers au 30 juin 2013 de BGL BNP Paribas Performance solide dans un environnement en mutation

COMMUNIQUE DE PRESSE Résultats financiers au 30 juin 2013 de BGL BNP Paribas Performance solide dans un environnement en mutation Luxembourg, le 30 août 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE Résultats financiers au 30 juin 2013 de BGL BNP Paribas Performance solide dans un environnement en mutation Progression des revenus commerciaux La Banque

Plus en détail

«Les aides financières à la création et au développement d entreprises»

«Les aides financières à la création et au développement d entreprises» «Les aides financières à la création et au développement d entreprises» par Dominique DETHY Responsable PME-Service Union des Classes Moyennes 1 Les aides financières à la préparation du projet Les aides

Plus en détail

création oseo.fr Pour financer et accompagner les PME

création oseo.fr Pour financer et accompagner les PME création oseo.fr OSEO Document non contractuel Réf. : 6522-02 Janvier 2007 Pour financer et accompagner les PME création oser pour gagner! Que la création porte sur une activité traditionnelle avec un

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 10-DCC-172 du 29 novembre 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Crédit Foncier et Communal d Alsace et de Lorraine Banque par la société Crédit Mutuel

Plus en détail

Vade-Mecum. des demandes de crédit. Business Angel+

Vade-Mecum. des demandes de crédit. Business Angel+ 1 Vade-Mecum des demandes de crédit 2 TABLE DES MATIERES A. Terminologie 3 B. Le groupe-cible et les caractéristiques 7 C. Critères a) Critères de recevabilité b) Critères d évaluation 9 D. La demande

Plus en détail

WAGRALIM, le 27 avril 2012

WAGRALIM, le 27 avril 2012 1 WAGRALIM, le 27 avril 2012 I. Introduction Actionnariat : 40% 20% 40% «Société wallonne de financement de l exportation et de l internationalisation des entreprises wallonnes» 2 Structure de la SOFINEX

Plus en détail

Mobiliser l épargne pour l investissement productif. Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle

Mobiliser l épargne pour l investissement productif. Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle Mobiliser l épargne pour l investissement productif Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle 18 Juin 2014 1. Introduction La frilosité de l épargnant belge suite

Plus en détail

La Région des Pays de la Loire se dote d un fonds souverain régional pour le financement des PME

La Région des Pays de la Loire se dote d un fonds souverain régional pour le financement des PME La Région des Pays de la Loire se dote d un fonds souverain régional pour le financement des PME DOSSIER DE PRESSE Communiqué de presse.................................. p.2 et 3 Bilan des P2RI en Pays

Plus en détail

Création de Fonds Communs de Placement à Risque

Création de Fonds Communs de Placement à Risque LA RÉGION SOUTIENT LES ENTREPRISES LOCALES Création de Fonds Communs de Placement à Risque Pour mieux accompagner la création d entreprise, pour soutenir sa croissance et faciliter sa reprise DOSSIER DE

Plus en détail

AFD Danielle Segui. Financer les petites et très petites entreprises des pays du Sud

AFD Danielle Segui. Financer les petites et très petites entreprises des pays du Sud L AFD et la mésofinance AFD Danielle Segui Financer les petites et très petites entreprises des pays du Sud Besoins de financements 100 000 Grandes PME Banque traditionnelle TPE/PE {Chaînon manquant Les

Plus en détail

Réforme du Code des assurances :

Réforme du Code des assurances : Réforme du Code des assurances : orienter l épargne des Français vers les entreprises Pierre Moscovici, ministre de l économie et des finances «Une des priorités de mon action est de réconcilier l épargne

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE S ENGAGENT AUX CÔTÉS D INITIATIVE FRANCHE-COMTÉ POUR ACCÉLÉRER LA CROISSANCE DES PETITES ENTREPRISES.

DOSSIER DE PRESSE S ENGAGENT AUX CÔTÉS D INITIATIVE FRANCHE-COMTÉ POUR ACCÉLÉRER LA CROISSANCE DES PETITES ENTREPRISES. DOSSIER DE PRESSE LA RÉGION FRANCHE-COMTÉ ET LA CAISSE DES DÉPÔTS S ENGAGENT AUX CÔTÉS D INITIATIVE FRANCHE-COMTÉ POUR ACCÉLÉRER LA CROISSANCE DES PETITES ENTREPRISES 22 janvier 2015 Région Franche-Comté

Plus en détail

Poursuite de la restructuration du groupe Dexia

Poursuite de la restructuration du groupe Dexia Information réglementée* Bruxelles, Paris, 20 octobre 2011 7h30 Poursuite de la restructuration du groupe Dexia Le conseil d'administration de Dexia s est réuni ce jour et a pris connaissance de l évolution

Plus en détail

FONDS D INVESTISSEMENT DES INDUSTRIES CREATIVES SYNTHESE DE L ETUDE

FONDS D INVESTISSEMENT DES INDUSTRIES CREATIVES SYNTHESE DE L ETUDE FONDS D INVESTISSEMENT DES INDUSTRIES CREATIVES SYNTHESE DE L ETUDE 1. Contexte territorial A l initiative du Pôle Media Grand Paris, et en relation avec les Pôles et Clusters franciliens concernés 1,

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES POUR L OCTROI DU LABEL «MÉTROPOLE FRENCH TECH»

CAHIER DES CHARGES POUR L OCTROI DU LABEL «MÉTROPOLE FRENCH TECH» CAHIER DES CHARGES POUR L OCTROI DU LABEL «MÉTROPOLE FRENCH TECH» POUR LA CROISSANCE ET LE RAYONNEMENT DE L ÉCOSYSTÈME NUMÉRIQUE FRANÇAIS POUR ÊTRE LABELLISÉE «MÉTROPOLE FRENCH TECH», UNE MÉTROPOLE DOIT

Plus en détail

FONDS AQUI-INVEST. I. Présentation de l action. Contexte Développement de l action et enjeux

FONDS AQUI-INVEST. I. Présentation de l action. Contexte Développement de l action et enjeux FONDS AQUI-INVEST I. Présentation de l action AQUI-INVEST, est le premier fonds de co-investissement en capital risque régional français. Il s'agit d une nouvelle génération d investissement public impulsée

Plus en détail

Lignes directrices sur les modalités des interventions en prêt et en capital de la SOGEPA

Lignes directrices sur les modalités des interventions en prêt et en capital de la SOGEPA Lignes directrices sur les modalités des interventions en prêt et en capital de la SOGEPA Les présentes lignes directrices formalisent les principes généraux de bonne gestion et de bonne administration

Plus en détail

En quelques années dans les. Les Due dilligences. le magazine de L investisseur. Capital-Investissement

En quelques années dans les. Les Due dilligences. le magazine de L investisseur. Capital-Investissement Les due diligences sont un passage obligé pour tout entrepreneur désireux de lever des fonds, d ouvrir son capital ou de vendre sa société. Il s agit surtout d une étape cruciale car elle se situe, juste

Plus en détail

Conférence Accés de la PME au financement en Tunisie 2015

Conférence Accés de la PME au financement en Tunisie 2015 Conférence Accés de la PME au financement en Tunisie 2015 Rapport de synthèse CONECT 2015 1. Problématique de l'étude L objectif de cette étude est de faire ressortir la problématique et la complexité

Plus en détail

Financement d une entreprise étrangère qui exerce des activités au Canada

Financement d une entreprise étrangère qui exerce des activités au Canada Financement d une entreprise étrangère qui exerce des activités au Canada Le Canada offre des occasions d affaire à ceux qui souhaitent financer une entreprise étrangère au pays et présente tout un éventail

Plus en détail

1 MILLIARD D EUROS DE FINANCEMENT DE L INNOVATION EN 2014, +30 %

1 MILLIARD D EUROS DE FINANCEMENT DE L INNOVATION EN 2014, +30 % COMMUNIQUE DE PRESSE 30 JANVIER 2014 LA NOUVELLE DONNE DE L INNOVATION PAR BPIFRANCE : NOUVEAUX MOYENS, NOUVEAUX DISPOSITIFS, NOUVEAUX PRODUITS 1 MILLIARD D EUROS DE FINANCEMENT DE L INNOVATION EN 2014,

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * *

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * * Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 Le Crédit Agricole relève les défis Il s appuie sur le leadership de ses banques de proximité et des métiers qui leur sont associés Il renforce sa solidité

Plus en détail

LES PLATEFORMES D INITIATIVE LOCALE ET LA CREATION D ENTREPRISE INNOVANTE EN FRANCE QUELLE PERTINENCE POUR LA TUNISIE?

LES PLATEFORMES D INITIATIVE LOCALE ET LA CREATION D ENTREPRISE INNOVANTE EN FRANCE QUELLE PERTINENCE POUR LA TUNISIE? LES PLATEFORMES D INITIATIVE LOCALE ET LA CREATION D ENTREPRISE INNOVANTE EN FRANCE QUELLE PERTINENCE POUR LA TUNISIE? Anne CHATAURET Volet Interfaçage QU EST-CE QU UNE PLATEFORME INITIATIVE? 2 Les «Plateformes

Plus en détail

Présentation de la Note d analyse «Renforcer l amorçage» par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique

Présentation de la Note d analyse «Renforcer l amorçage» par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique Paris, le 27 février 2012 Présentation de la Note d analyse «Renforcer l amorçage» Lundi 27 février 2012 par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique Seul le prononcé fait foi

Plus en détail

Le rôle de Bpifrancedans le Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi. Le 24 Septembre 2013 CMA Melun

Le rôle de Bpifrancedans le Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi. Le 24 Septembre 2013 CMA Melun Le rôle de Bpifrancedans le Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi Le 24 Septembre 2013 CMA Melun PRÉSENTATION DE LA Créée par la loi du 31 décembre 2012, le groupe Bpifrance est

Plus en détail

Les chartes de France Investissement

Les chartes de France Investissement Les chartes de France Investissement Introduction : le dispositif France Investissement Les PME les plus dynamiques ou à fort potentiel de croissance apportent une contribution essentielle au développement

Plus en détail

L INITIATIVE «FRENCH TECH»

L INITIATIVE «FRENCH TECH» L INITIATIVE «FRENCH TECH» POUR LA CROISSANCE ET LE RAYONNEMENT DE L ÉCOSYSTÈME NUMÉRIQUE FRANÇAIS La French Tech en actions Mobilisation des écosystèmes sur les territoires : labellisation de quelques

Plus en détail

Petit-déjeuner conférence ADL Comblain-au-Pont

Petit-déjeuner conférence ADL Comblain-au-Pont Petit-déjeuner conférence ADL Comblain-au-Pont LES AIDES FINANCIERES 09/11/2012 1 STRUCTURE DE L EXPOSE 1. Agence de Stimulation Economique (ASE) A. Bourse de préactivité B. Bourse Innovation C. Bourse

Plus en détail

Les fonds d investissement

Les fonds d investissement Un objectif commun la croissance des PME Les fonds d investissement Le manque de maturité de certaines entreprises, les techniques de pointe qu elles développent, rendent difficile l appréciation de leur

Plus en détail

Stratégie d investissement responsable

Stratégie d investissement responsable Stratégie d investissement responsable 2 Introduction Dès 2003, le Conseil de surveillance a requis un engagement fort du Fonds de Réserve pour les Retraites dans le domaine de l investissement responsable

Plus en détail

NOVEMBRE 2010. L accompagnement du secteur privé : Présentation des dispositifs et d OSEO

NOVEMBRE 2010. L accompagnement du secteur privé : Présentation des dispositifs et d OSEO NOVEMBRE 2010 L accompagnement du secteur privé : Présentation des dispositifs de l AFD l et d OSEO Les outils de soutien au financement des entreprises Les produits AFD et OSEO Les fonds de garantie AFD

Plus en détail

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE J O U R N É E S A J B E F N I A M E Y M A I 2 0 1 2 P R É S E N T É P A R M R D A O B A B A ( F G H M. S A / M A L I ) Préambule L objectif de la présente communication

Plus en détail

27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort Cedex Tél. : 01 41 79 80 00

27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort Cedex Tél. : 01 41 79 80 00 27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort Cedex Tél. : 01 41 79 80 00 Ce plan stratégique présente les axes de développement et les objectifs stratégiques que Bpifrance se met en capacité d

Plus en détail

Principes d octroi de crédit et rôle des garanties. Eric Schneider 25.01.2008

Principes d octroi de crédit et rôle des garanties. Eric Schneider 25.01.2008 Principes d octroi de crédit et rôle des garanties Eric Schneider 25.01.2008 Introduction «Mieux vaut un bon crédit en blanc qu un crédit mal garanti» Vieil adage bancaire Responsabilité Principes d octroi

Plus en détail

CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France

CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France Communiqué de presse Paris, le 20 novembre 2012 CDC Entreprises, filiale de la Caisse des Dépôts, gère dans

Plus en détail

Indicateurs macroéconomiques

Indicateurs macroéconomiques DEVELOPPEMENT DE L INVESTISSEMENT EN ALGERIE Atelier 2 Alger, le 11 Mai 2011 Indicateurs macroéconomiques Au vu des caractéristiques suivantes de l économie algérienne dépendante des hydrocarbures (Statistiques

Plus en détail

Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes?

Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes? Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes? Yves MARTIN-CHAVE Conseil financier ymc@innovatech.fr 06 27 28 53 34 innovatech-conseil.com Innovatech Conseil Les documents

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DE L APPEL A PROJETS REGIONAL «INNOVATION» SESSION PLENIERE DES 19 ET 20 JUIN 2014

CAHIER DES CHARGES DE L APPEL A PROJETS REGIONAL «INNOVATION» SESSION PLENIERE DES 19 ET 20 JUIN 2014 CAHIER DES CHARGES DE L APPEL A PROJETS REGIONAL «INNOVATION» I.Contexte : Convaincue de l intérêt stratégique de l innovation pour le renforcement de la compétitivité des entreprises, la a lancé un appel

Plus en détail

L Institut du Mentorat Entrepreneurial Wallon (IMEW) Cap sur la croissance!

L Institut du Mentorat Entrepreneurial Wallon (IMEW) Cap sur la croissance! L Institut du Mentorat Entrepreneurial Wallon (IMEW) Cap sur la croissance! Le mentorat entrepreneurial en Wallonie pour : apporter un accompagnement d'excellence pour les PME à haut potentiel de croissance

Plus en détail

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE La Banque Centrale du Congo, Vu la loi n 005/2002 du 07 mai 2002

Plus en détail

Présentation Bpifrance Janvier 2014. Ariane Voyatzakis, Responsable du secteur agroalimentaire

Présentation Bpifrance Janvier 2014. Ariane Voyatzakis, Responsable du secteur agroalimentaire Présentation Bpifrance Janvier 2014 Ariane Voyatzakis, Responsable du secteur agroalimentaire 01. Qui sommes-nous? 02. Le financement bancaire 03. Le soutien à l innovation Titre de la présentation 2 01.

Plus en détail

Innovation Capital annonce le lancement du fonds d investissement sectoriel SISA dédié à la filière Silver économie

Innovation Capital annonce le lancement du fonds d investissement sectoriel SISA dédié à la filière Silver économie Innovation Capital annonce le lancement du fonds d investissement sectoriel SISA dédié à la filière Silver économie Paris, le 25 février 2014 Innovation Capital, société de capital investissement fondée

Plus en détail

Octobre 2009. Les outils de soutien au financement des entreprises

Octobre 2009. Les outils de soutien au financement des entreprises Octobre 2009 Les outils de soutien au financement des entreprises Les outils de soutien au financement des entreprises Les produits AFD et OSEO Les fonds de garantie AFD : Permettent d apporter des garanties

Plus en détail

Très forte progression des concours en prêts et aides (+29%) et en fonds propres (+37%)

Très forte progression des concours en prêts et aides (+29%) et en fonds propres (+37%) COMMUNIQUE DE PRESSE 12 MARS 2015 BPIFRANCE BILAN 2014 FORTE CROISSANCE DE L ACTVITE : 14 MD DE FINANCEMENTS AU TOTAL VS 11 MD EN 2013 RENFORCEMENT DU FINANCEMENT DE L INNOVATION, DE LA TEE ET DE L EXPORT

Plus en détail

www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire

www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire développement économique et économie sociale et solidaire En soutenant la création

Plus en détail

Position recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI

Position recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI Textes de référence : articles 313-18 à 313-22 du règlement général de l AMF

Plus en détail

JEREMIE. Une nouvelle manière d utiliser les Fonds structurels de l UE pour promouvoir l accès des PME aux financements via des fonds de participation

JEREMIE. Une nouvelle manière d utiliser les Fonds structurels de l UE pour promouvoir l accès des PME aux financements via des fonds de participation Une nouvelle manière d utiliser les Fonds structurels de l UE pour promouvoir l accès des PME aux financements via des fonds de participation Qu est-ce que JEREMIE? L initiative JEREMIE (Joint European

Plus en détail

Engagement 2014 : une ambition forte et sereine, une croissance organique rentable

Engagement 2014 : une ambition forte et sereine, une croissance organique rentable Paris, le 17 mars 2011 Engagement 2014 : une ambition forte et sereine, une croissance organique rentable * Crédit Agricole S.A : premier groupe bancaire français à publier un plan stratégique en environnement

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES Copyright Duhamel Blimbaum. Introduction La création récente de la Banque Publique d Investissement reflète la nécessité d une refonte des processus mais aussi et surtout des moyens de financement des

Plus en détail

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 PLAN Situation de la PME au Maroc : Définition, PME en chiffres Forces et faiblesses de la

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2008

RÉSULTATS ANNUELS 2008 RÉSULTATS ANNUELS 2008 SOMMAIRE Carte d identité L année 2008 2008 : des résultats en croissance Une situation financière solide Les atouts du groupe face à la crise Perspectives et conclusion 2 CARTE

Plus en détail

LA CRH EST LA CENTRALE FRANCAISE DE REFINANCEMENT DU LOGEMENT. son unique activité est le refinancement des prêts acquéreurs au Logement des banques

LA CRH EST LA CENTRALE FRANCAISE DE REFINANCEMENT DU LOGEMENT. son unique activité est le refinancement des prêts acquéreurs au Logement des banques LA CRH EST LA CENTRALE FRANCAISE DE REFINANCEMENT DU LOGEMENT son unique activité est le refinancement des prêts acquéreurs au Logement des banques 1 PRÉSENTATION DE LA CRH La CRH est un établissement

Plus en détail

Les dispositifs financiers d innovation en faveur des PME. CISIT 6 novembre 2014

Les dispositifs financiers d innovation en faveur des PME. CISIT 6 novembre 2014 Les dispositifs financiers d innovation en faveur des PME CISIT 6 novembre 2014 01. Qui sommes-nous? Bpifrance plus près des entrepreneurs 42 implantations régionales 90% des décisions prises dans les

Plus en détail

LES MATINALES DE. Avec le Soutien de la Délégation de l Union Européenne

LES MATINALES DE. Avec le Soutien de la Délégation de l Union Européenne LES MATINALES DE Avec le Soutien de la Délégation de l Union Européenne Yazid Taalba Hôtel Hilton - ALGER 3 Juin 2014 SOMMAIRE 1- Qu est ce qu est le capital investissement? 2- Qui intervient dans ce métier?

Plus en détail

RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE

RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 13 mars 2012 RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE Bonne résistance du PNB et du RBE en 2011, solidité financière confirmée, poursuite de la dynamique de développement

Plus en détail

Présentation du rapport :

Présentation du rapport : Présentation du rapport : LE FINANCEMENT PAR CAPITAL-RISQUE DES ENTREPRISES INNOVANTES EN WALLONIE Prof. Armin Schwienbacher Louvain School of Management (LSM) Université catholique de Louvain Universiteit

Plus en détail

Services en ligne : Leader du conseil SICAV & FCP sur internet, Compte-titres, Assurance-vie

Services en ligne : Leader du conseil SICAV & FCP sur internet, Compte-titres, Assurance-vie Choisir l avenir Distribution de produits financiers : Conseil et optimisation du patrimoine privé et professionnel Ingénierie Financière pour PME : Introduction en Bourse, levées de fonds, LBO Private

Plus en détail

Lancement de Nexa Agence Régionale de Développement, d Investissement et d Innovation

Lancement de Nexa Agence Régionale de Développement, d Investissement et d Innovation DOSSIER DE PRESSE 30 janvier 2013 Lancement de Nexa Agence Régionale de Développement, d Investissement et d Innovation Dossier de presse 30 janvier 2013 Une refondation accomplie. Depuis 2010, le Conseil

Plus en détail

CAPITAL INVESTISSEMENT INVESTIR DANS VOTRE CROISSANCE PRÉSERVER VOTRE INDÉPENDANCE

CAPITAL INVESTISSEMENT INVESTIR DANS VOTRE CROISSANCE PRÉSERVER VOTRE INDÉPENDANCE CAPITAL INVESTISSEMENT INVESTIR DANS VOTRE CROISSANCE PRÉSERVER VOTRE INDÉPENDANCE Nouvelle phase de développement Recomposition d actionnariat Optimisation de la structure financière Transmission d entreprise

Plus en détail

Rapport Annuel 2010. Présentation du Groupe CMNE. 6 Profil, Chiffres clés et Faits marquants. 8 Organigramme financier. 9 Organisation du Groupe

Rapport Annuel 2010. Présentation du Groupe CMNE. 6 Profil, Chiffres clés et Faits marquants. 8 Organigramme financier. 9 Organisation du Groupe Rapport Annuel 2010 2 Sommaire Rapport Annuel 2010 Présentation du Groupe CMNE 5 Éditorial 6 Profil, Chiffres clés et Faits marquants 7 Implantation 8 Organigramme financier 9 Organisation du Groupe Rapport

Plus en détail

«FCI Limousin SAS» Société par Action simplifiée au capital de 17 000 000 euros. Siège social : 27, Boulevard de la Corderie - 87031 LIMOGES CEDEX

«FCI Limousin SAS» Société par Action simplifiée au capital de 17 000 000 euros. Siège social : 27, Boulevard de la Corderie - 87031 LIMOGES CEDEX «FCI Limousin SAS» Société par Action simplifiée au capital de 17 000 000 euros Siège social : 27, Boulevard de la Corderie - 87031 LIMOGES CEDEX Charte-cadre du candidat au label «Co-investisseur du FCI

Plus en détail

«Les Fonds Français, une solution pour financer nos PME?»

«Les Fonds Français, une solution pour financer nos PME?» Entreprendre Financer Réussir «Les Fonds Français, une solution pour financer nos PME?» Raphaël Abou Administrateur Délégué Allyum 20 octobre 2010 Forum Financier Mons Introduction Notre métier : Accompagner

Plus en détail

Présentation Bpifrance à l ADEZAC Laure Reinhart Directeur des Partenariats Bpifrance Innovation

Présentation Bpifrance à l ADEZAC Laure Reinhart Directeur des Partenariats Bpifrance Innovation Présentation Bpifrance à l ADEZAC Laure Reinhart Directeur des Partenariats Bpifrance Innovation 01. Qui sommes-nous? 02. Nos métiers 03. Au cœur des régions 04. Bpifrance à date 05. Focus sur l innovation

Plus en détail

I N V I T A T I O N Cycle de formation

I N V I T A T I O N Cycle de formation I N V I T A T I O N Cycle de formation Comprendre les conditions de financement des PME post-crise De 8h30 à 14h - CGPME 75 19 rue de l Amiral d Estaing 75116 Paris OBJECTIF DU SEMINAIRE : Les PME sont

Plus en détail

Investissements d avenir Action : «Prêts à l industrialisation des projets de R&D issus des pôles de compétitivité» (PIPC)»

Investissements d avenir Action : «Prêts à l industrialisation des projets de R&D issus des pôles de compétitivité» (PIPC)» Investissements d avenir Action : «Prêts à l industrialisation des projets de R&D issus des pôles de compétitivité» (PIPC)» Cahier des charges version 2014 1. Contexte et objectifs de l appel à projets

Plus en détail

financement stragégie

financement stragégie 10.FINANCEMENT DES ENTREPRISES INNOVANTES (À TOUS LES STADES DE LEUR DÉVELOPPEMENT) Au même titre qu'ils développent des stratégies commerciales et technologiques, les entrepreneurs (porteurs de projet,

Plus en détail

L empreinte carbone des banques françaises. Résultats commentés

L empreinte carbone des banques françaises. Résultats commentés L empreinte carbone des banques françaises Résultats commentés Le cabinet de conseil Utopies et l association Les Amis de la Terre publient le 22 novembre 2010 l empreinte carbone des groupes bancaires

Plus en détail

Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020

Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020 Union européenne Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020 Une nouvelle politique de cohésion en réponse aux défis

Plus en détail

Les instruments de la SNCI et de la Mutualité de Cautionnement et d Aide aux Commerçants, société coopérative. Présentation Horesca du 18 juin 2012

Les instruments de la SNCI et de la Mutualité de Cautionnement et d Aide aux Commerçants, société coopérative. Présentation Horesca du 18 juin 2012 Les instruments de la SNCI et de la Mutualité de Cautionnement et d Aide aux Commerçants, société coopérative Présentation Horesca du 18 juin 2012 03/12/09 L entrepreneur et le financement de son projet

Plus en détail

Cardif Lux Vie en bref

Cardif Lux Vie en bref Cardif Lux Vie en bref Compagnie d assurance née de la fusion de deux acteurs historiques au Luxembourg, Cardif Lux International et Fortis Luxembourg Vie. - Depuis le 31 décembre 2011, Cardif Lux Vie

Plus en détail

Montage et Financement d une acquisition

Montage et Financement d une acquisition Montage et Financement d une acquisition Philippe GALLEGO Chargé d affaire au centre d affaire du CIC de Meaux Animateur : Jean-Baptiste DREVET-DUPRE CCI Seine et Marne Conseiller en reprise et transmission

Plus en détail

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 L UCM a créé un indicateur de conjoncture pour les PME wallonnes et bruxelloises. Ce "baromètre" est réalisé chaque trimestre, sur base des réponses

Plus en détail

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI note nº 08 NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI 1. Résumé SOUTIEN AUX PME ET À LEURS EMPLOYÉS PENDANT LA CRISE La crise financière et économique mondiale érige un certain nombre d obstacles

Plus en détail

Création et développement des petites et très petites entreprises

Création et développement des petites et très petites entreprises Création et développement des petites et très petites entreprises L EXPERIENCE DE FRANCE INITIATIVE Séminaire Tunis 11-14/12/06 1 1 - Généralités Nous parlons de la «très petite et de la petite entreprise»

Plus en détail

AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME?

AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME? AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME? Propositions de la CGPME Introduction : Nombre d adhérents à votre organisation : Avant propos : Compte tenu du niveau d information qui peut être

Plus en détail

L AFD et LA MICROFINANCE

L AFD et LA MICROFINANCE AFD André Pouillès-Duplaix L AFD et LA MICROFINANCE Plus de vingt ans d expérience Encourager l extension géographique et la diversification des services de microfinance en République Démocratique du Congo

Plus en détail

Le financement de l entreprise

Le financement de l entreprise Le financement de l entreprise Lors de sa création, puis au cours de son développement, l entreprise au moment opportun, doit détenir les ressources financières nécessaires pour faire face à ses échéances,

Plus en détail

4. Quels sont les investissements réalisés par les fonds de private equity?

4. Quels sont les investissements réalisés par les fonds de private equity? 1. Qu est ce que le private equity? Le private equity ou capital investissement désigne une forme spécifique d investissement institutionnel dans des entreprises privées avec comme objectif de financer

Plus en détail

NEGOCIER AVEC UN FONDS

NEGOCIER AVEC UN FONDS REPRISE D ENTREPRISE NEGOCIER AVEC UN FONDS INTERVENANT : Laurent JULIENNE HEC ENTREPRENEURS 9 septembre 2014 A. LE MONTAGE FINANCIER Obligations convertibles A. LA STRUCTURE TYPE 1. Structure financière

Plus en détail

PIERRE MOSCOVICI, MINISTRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES, PRÉSENTE SON PLAN POUR LE RENFORCEMENT DE LA TRÉSORERIE DES ENTREPRISES

PIERRE MOSCOVICI, MINISTRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES, PRÉSENTE SON PLAN POUR LE RENFORCEMENT DE LA TRÉSORERIE DES ENTREPRISES PIERRE MOSCOVICI, MINISTRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES, PRÉSENTE SON PLAN POUR LE RENFORCEMENT DE LA TRÉSORERIE DES ENTREPRISES 1. Le constat : la trésorerie est l une des premières préoccupations des

Plus en détail

PETIT DEJEUNER D INFORMATION SUR LES NOUVEAUX OUTILS DE FINANCEMENT. Mardi 28 Janvier 2014 8h30 à 10h00

PETIT DEJEUNER D INFORMATION SUR LES NOUVEAUX OUTILS DE FINANCEMENT. Mardi 28 Janvier 2014 8h30 à 10h00 PETIT DEJEUNER D INFORMATION SUR LES NOUVEAUX OUTILS DE FINANCEMENT Mardi 28 Janvier 2014 8h30 à 10h00 Pourquoi une intervention publique? Pour garantir les banques dans leurs interventions les plus risquées

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE CREATION, TRANSMISSION, FINANCEMENT : LA REGION ACCOMPAGNE LES ENTREPRENEURS À CHAQUE ETAPE

DOSSIER DE PRESSE CREATION, TRANSMISSION, FINANCEMENT : LA REGION ACCOMPAGNE LES ENTREPRENEURS À CHAQUE ETAPE DOSSIER DE PRESSE Contacts presse Région Rhône-Alpes Clémence CAPRON 04 26 73 49 57 06 87 56 05 48 + CREATION, TRANSMISSION, FINANCEMENT : LA REGION ACCOMPAGNE LES ENTREPRENEURS À CHAQUE ETAPE SALON DES

Plus en détail

Le dispositif de financement des jeunes entreprises de création

Le dispositif de financement des jeunes entreprises de création Le dispositif de financement des jeunes entreprises de création Pour la première fois en association avec le ministère du Redressement productif, des établissements bancaires associés, le DEFI (comité

Plus en détail

ACCORD DE PLACE SUR LA MEDIATION DU CREDIT AUX ENTREPRISES

ACCORD DE PLACE SUR LA MEDIATION DU CREDIT AUX ENTREPRISES ACCORD DE PLACE SUR LA MEDIATION DU CREDIT AUX ENTREPRISES Entre : - L Etat, représenté par Madame Christine LAGARDE, Ministre de l économie, de l industrie et de l emploi, - La Médiation du crédit aux

Plus en détail

Le build-up est-il la solution?

Le build-up est-il la solution? Développement des Entreprises de Taille Intermédiaire (ETI) en France Le build-up est-il la solution? Paris - 10 janvier 2012 Oliver Gottschalg Pierre Mestchersky Stéphane Gilet Dominique Degand Observatoire

Plus en détail

Provence Alpes Côte d Azur Investissement

Provence Alpes Côte d Azur Investissement Provence Alpes Côte d Azur Investissement Société par actions simplifiée au capital de 19 450 050 euros Siège social : 27 place Jules Guesde 13 481 Marseille cedex 20 521 872 911 RCS MARSEILLE Prolongation

Plus en détail

PARTIE 1 Analyse financière, besoins de financement et conditions d octroi des crédits... 17

PARTIE 1 Analyse financière, besoins de financement et conditions d octroi des crédits... 17 Préface... 5 Le Centre de Connaissances du Financement des PME Le CeFiP... 5 Un vade-mecum pour réussir le financement d un projet... 6 Conclusion... 7 Les auteurs... 9 Serge Peffer... 9 Édouard Abbeloos...

Plus en détail