Seguin-Billancourt. L avenir commence aujourd hui

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Seguin-Billancourt. L avenir commence aujourd hui"

Transcription

1 Seguin-Billancourt L avenir commence aujourd hui Douze ans, jour pour jour, après la sortie de la dernière Renault Express des chaînes de l île Seguin, l un des plus importants chantiers d aménagement urbain de l Ouest parisien du 21 e siècle démarre. Les premiers coups de pioche ont été portés le 29 mars côté Meudon, où une brèche a été ouverte pour permettre l évacuation des gravats par barge. Quinze mille tonnes de ferrailles seront envoyées en fonderie pour être recyclées.

2 29 mars mars avril avril avril avril avril 2004 La démolition Les premiers coups des bulldozers, grues et autres pelleteuses ont été portés sur l île Seguin, le 29 mars dernier, côté Billancourt et côté Meudon. Le chantier a démarré par l ouverture d une brèche dans le mur d enceinte du bâtiment pour permettre l évacuation des gravats par voie d eau, sans gêne pour la circulation automobile. Prévu pour durer plusieurs mois, ce chantier de déconstruction est placé sous le contrôle et la responsabilité de Sicofram, filiale immobilière de Renault, qui a désigné la société MGS comme maître d œuvre et nommé la société HCI coordonnateur sécurité. En clair : Trois sociétés françaises de démolition se partagent le travail, Brunel, Prodemo et CFD. Au total, une vingtaine de personnes et six à huit machines ultra performantes, de type pinces mécaniques et bras articulés, sont mobilisées. L enlèvement des gravats se fait par barge, vers le port de Gennevilliers et sont ensuite acheminés vers des centres de valorisation. L entreprise a pris toutes les dispositions nécessaires, en accord avec le Port autonome de Paris et les services de la navigation, pour éviter les gênes éventuelles dues aux travaux réalisés en limite du fleuve. En outre, les entreprises utilisent des tapis pour empêcher les chutes de gravats dans la Seine. La démolition s arrête au niveau du socle de l île, qui est conservé. Sur les 11 hectares au sol, les travaux s effectuent sur une Surface hors œuvre nette (SHON) de m 2. Enlèvement de tonnes de ferraille (soit deux fois l équivalent du tonnage de la Tour Eiffel) qui seront recyclées en fonderie. Trois tranches de démolition sont prévues, la 1 ère concerne la pointe aval de l île et représente environ m 2. Elle est prévue pour durer environ huit mois, au rythme de m 2 déconstruits par mois. Les demandes de permis de démolir des 2 e et 3 e tranches, ont été déposés. Enfin, en terme de dépollution, l île a fait l objet d une première tranche de travaux de 1996 à 1999 selon les termes d un arrêté Préfectoral délivré en 1995, qui impose les seuils et les modalités de dépollution. Une seconde tranche de travaux sur des zones ponctuelles sera effectuée après démolition des bâtiments Jean-Jaurès : le point info est ouvert Depuis le 9 avril dernier, un nouveau point d info est né en centre-ville. Située au 202, boulevard Jean-Jaurès, la boutique «Seguin-Billancourt : le projet d aménagement» va informer les Boulonnais, comme son nom l indique, sur le futur programme d urbanisation du sud de la ville. À commencer par la date d édification de la future Fondation Pinault, les Boulonnais, c est légitime, se posent de nombreuses questions sur la transformation que va vivre le quartier de Billancourt dans les quinze ou vingt prochaines années. Les réponses arrivent sur 80 m 2, à deux pas du métro Marcel-Sembat avec un espace d exposition et d explication permanent. Ouverte six jours sur sept, la nouvelle «boutique» de communication est équipée de panneaux d information, d un diaporama et d un film en boucle retraçant l évolution historique et technique du lieu. Outre les deux postes Internet en libre accès sur le site de la ville, un registre et un questionnaire sont également mis à la disposition du public, qui peut ainsi y inscrire les questions auxquelles l hôtesse n a pas pu répondre en direct. Une réponse individualisée sera faite selon la demande, par courriel ou par courrier. Sur place, le plan vivant, que chacun fait évoluer grâce à un système de transparent coulissant sur une vue panoramique de la ville actuelle, permet de situer et de visualiser avec précision les projets d aménagements et d équipements du futur huitième quartier boulonnais. Une manière supplémentaire de faire le point sur les 74 hectares que compte la Zone d aménagement concerté Seguin - Rives de Seine (Voir encadré). Boutique «Seguin-Billancourt : le projet d aménagement», 202, boulevard Jean-Jaurès. Ouvert du lundi au vendredi de 14h à 18h, le samedi de 10h à 18h. Tél. : La reconstruction Prévus pour durer une quinzaine d années, les travaux d aménagement des terrains Renault vont se faire progressivement d ouest en est. D ici 2008, m 2 SHON devraient être construits, soit m 2 sur le Trapèze et m 2 sur l île Seguin. À peine terminés les travaux de démolition de la pointe aval de l île, les travaux démarrent pour permettre la réalisation des nouveaux programmes selon l échéancier suivant : Deuxième semestre Reconstitution et renforcement des berges, et aménagement d une promenade basse pour les piétons tout autour de l île. Fin Renault transforme le bâtiment industriel appelé 57 Métal en centre de communication Renault Nissan. Appelé Square- Com Renault, ce centre, équipé de plusieurs amphithéâtres et d espaces d exposition, accueillera toutes les manifestations internes et celles à destination des médias du groupe Renault (lancement de nouveaux produits, présentation des résultats financiers, conventions commerciales...). Ouverture des portes tout début Parallèlement, les travaux de la Fondation d art contemporain de François Pinault doivent commencer. Conçue par l architecte japonais Tadao Ando, elle occupera la pointe aval de l île Seguin sur une superficie de m 2, dont la moitié réservée aux espaces d exposition. Son ouverture au public est prévue fin Construction d un nouveau pont enjambant le grand bras de la Seine et reliant la rive droite de la ville et l île Seguin. Conçu par l architecte Marc Barani, il constituera à terme, grâce à un système de badges, le seul accès réglementé automobile de l île Réalisation du cours de l île Seguin, d une largeur allant de 33 à 68 m. Élément de liaison entre le quartier du Pont-de-Sèvres, le Trapèze, la RD 1 et l île Seguin, il est également l épine dorsale de la première phase d aménagement Création d une passerelle reliant l île Seguin à Sèvres, au niveau du parvis d entrée La SAEM Val-de-Seine L aménagement et l équipement de la ZAC Seguin-Rives de Seine ont été confiés à une société anonyme d économie mixte, SAEM Val-de-Seine aménagement constituée en juillet La ville de Boulogne-Billancourt en est actionnaire majoritaire avec 60,97 % du capital, aux côtés du département des Hauts-de-Seine (10 %), des villes de Meudon, Issy-les-Moulineaux et Sèvres (2 % chacune), la Caisse des dépôts et consignations (15 %), Dexia et la Caisse d Épargne d Ile-de-France (5 % chacune). Elle est chargée par la ville de piloter l opération d aménagement sur l ensemble du périmètre de la ZAC (île Seguin, Trapèze, îlots épars et quartier du Pont-de-Sèvres). Ses missions sont notamment les suivantes : maîtrise d ouvrage et de conduite des travaux ; actions foncières et commerciales ; gestion des interfaces entre les chantiers publics et privés. Sur les 14 administrateurs composant ce conseil, six sont nommés par Boulogne-Billancourt, deux par le département, un par ville associée, deux par la Caisse des dépôts et consignations, deux par Dexia et la Caisse d Épargne. Les six représentants de la ville au conseil d administration sont : Jean-Pierre Fourcade, Gérard de Vassal, Pierre-Mathieu Duhamel, Dorothée Pineau, Bernard Monginet pour la majorité et Pierre Gaborit pour l opposition. Gérard de Vassal et Bernard Monginet (suppléant) ont été désignés pour siéger aux assemblées de la société ellemême, dont l urbaniste Jean-Louis Subileau a été nommé directeur général délégué (voir page 4). de la Fondation Pinault, assurant la liaison avec la rive gauche de la Seine et le tramway T2. Sa réalisation sera pilotée par la nouvelle communauté d agglomération Val-de-Seine Une première liaison à travers le quartier du Pont-de-Sèvres sera constituée depuis l avenue du Général-Leclerc jusqu aux terrains Renault, en passant par le Forum haut : réalisation de la Montée, accès direct depuis l avenue au Forum haut, réaménagement du Forum haut, création d une passerelle qui passera au-dessus de la rue du Les futures berges de Billancourt font la part belle aux espaces verts. La ZAC Seguin-Rives de Seine Une Zone d aménagement concerté (ZAC) a été créée en juillet 2003 par le conseil municipal. Son périmètre délimite environ 74 hectares. Elle inclut non seulement le Trapèze, l île Seguin et les îlots épars restant à urbaniser, mais aussi le quartier et l échangeur du Pont-de-Sèvres. Elle prévoit la construction de m 2 de Surface hors œuvre nette (SHON) et fixe le programme des équipements publics à réaliser dans son périmètre. À noter, avec la réalisation de m 2 de constructions sur les ilôts épars de Renault situés en dehors du périmètre de la ZAC, que le programme total atteint m 2. La ZAC est constituée de l ensemble des infrastructures de la zone : toutes les voies, tous les espaces libres et destinés aux piétons (et, notamment, le parc central, l aménagement des berges, la terrasse-jardin de l île Seguin...), les ouvrages de franchissement (nouveau pont, remise en état des ponts existants, passerelle côté Boulogne-Billancourt) et les parkings publics (environ places) ; des équipements publics de proximité dont, notamment quatre crèches et halte-garderies, trois groupes scolaires, un gymnase, une bibliothèque... La procédure de ZAC, très couramment utilisée pour toutes les grandes opérations d aménagement, permet de réaliser le projet dans les meilleures conditions juridiques, administratives et financières, tout en garantissant la cohérence et la qualité des réalisations. Vieux-Pont-de-Sèvres pour arriver au pied du nouveau Square-Com Renault. L ensemble des ces premières infrastructures doit être achevé fin 2007, de façon simultanée à l ouverture de la Fondation d art contemporain de François Pinault. Sur le Trapèze, les premiers programmes de logements et de bureaux verront également le jour d ici 2007/2008. Ils seront accompagnés des premiers équipements de proximité : une crèche avec halte-garderie et un groupe scolaire. Amélia Vilar Del Peso 20 21

3 La mairie Actualités en bref 5 juin : «Familles en fête» le rendez-vous des familles La fête des mères a lieu le 6 juin, «Familles en fête», le 5 : «Cette manifestation se tient traditionnellement et volontairement la veille de la fête des mères, explique la directrice de la Famille de la ville. C est une aprèsmidi récréative ouverte à toutes les familles boulonnaises où diverses animations et activités sont proposées aux jeunes enfants. Cette fois, le thème choisi est la Chine. La nouveauté 2004? Une représentation théâtrale en plein air.» Chaque année depuis 1996 surtout si le soleil est aussi de la partie cette fête rassemble près de personnes au parc de Boulogne-Edmond-de-Rothschild, transformé pour l occasion en un gigantesque jardin d enfants. Un jardin qui, cette fois, prendra la couleur de l Empire du milieu. Avec un programme toujours aussi riche : ateliers maquillage, jeux chinois, calligraphies, pochoirs, marionnettes chinoises, acrobates, échassiers, jongleurs, parade musicale chinoise, etc. À cette occasion, le sénateur maire remettra des médailles de la Famille française ainsi que des médailles de la ville à des mères de quatre enfants et plus. Bref, quand les enfants s amuseront, les mères seront récompensées. Une vraie journée de la famille. Parc de Boulogne-Edmond-de-Rothschild, de 14h30 à 18h. Animations gratuites. À 21h, dans la cour du château Buchillot, représentation gratuite de La Veuve rusée de Goldoni par le théâtre du Tilleul. Les places sont à réserver auprès de la direction de la Famille. Tél. : Élections européennes Le vote électronique a été testé le 18 novembre pour les élections du CCEJ, en présence des maires adjoints Christine Bruneau et Pierre-Mathieu Duhamel. Canicule la ville prépare l été «Recevez-vous fréquemment des visites de vos proches, de vos voisins, de votre gardien d immeuble?», «Connaissez-vous des difficultés pour accéder à votre logement?», «Utilisez-vous votre téléphone et vous appelle-t-on souvent?», «Avez-vous un médecin traitant, à quel rythme le voyez-vous?», «Connaissez-vous les services à domicile de la ville?»... Autant d interrogations, écrites sur un questionnaire adressé par la ville à près de Boulonnais âgés de plus de 75 ans. Le but? Prévenir, informer et recenser les personnes les plus isolées avant une éventuelle canicule estivale. Une lecture attentive des réponses que recevront les services municipaux concernés (CCAS, Famille, Logement...) devrait permettre de réagir aux demandes formulées par des seniors particulièrement vulnérables fiches canicule Parallèlement à cette première opération, une campagne d information ciblée se mettra en œuvre dès le mois de juin prochain. Avec la réalisation ( exemplaires) d une fiche pratique intitulée, «Conseils préventifs en cas de grosse chaleur cet été», et sa distribution dans divers points d accueil comme les pharmacies. Sur cette fiche canicule, se succéderont les premiers gestes d urgence à suivre en cas de chaleur extrême. À savoir : boire beaucoup, ne pas sortir aux heures les plus chaudes de la journée (entre 10 h et 17 h), se mettre un linge humide sur la nuque... Enfin, durant les mois de juillet et août 2004, la mairie mettra en place une cellule de veille prête à réagir en cas de canicule, pourvue d une ligne téléphonique spécifique, destinée à répondre à toutes les demandes (besoin d aide, de visite...) pour soi, pour un proche, pour un voisin. Car, la canicule, cela reste aussi l affaire de chacun d entre nous. Location de salles municipales le dépliant Vous souhaitez célébrer les fiançailles de votre fille, organiser un séminaire ou tenir une assemblée générale? Le service du patrimoine immobilier de la ville a édité un petit dépliant illustré présentant les différentes salles de la ville pouvant être louées pour une réunion, une conférence, un spectacle ou une fête familiale. Emplacement, capacité, prix et conditions de location y sont indiqués. Les tarifs sont votés chaque année par le conseil municipal. Ils varient suivant la salle, les heures et les jours d occupation. Vous retrouvez les mêmes informations sur le site Internet de la ville avec la possibilité de réservation en ligne : Renseignements : service du patrimoine immobilier. Tél. : vote électronique, une première pour les Boulonnais! Un décret du 18 mars 2004 fixe une liste de 27 communes françaises (+ de habitants) autorisées à utiliser des machines à voter : Marseille, Nice, Dijon, Lorient, Brest, etc. Dans les Hauts-de-Seine, elles sont trois, Boulogne-Billancourt, Suresnes et Issy-les-Moulineaux. À l occasion des élections européennes du 13 juin prochain, certains Boulonnais vont pouvoir élire leur député via une machine à voter électronique, et ce pour la première fois. Une machine sera effectivement installée à titre d essai dans un bureau de chacun des sept quartiers. La ville va donc tester la valise à voter. Une valise qui assure plusieurs fonctions simultanément : elle sert de table à bulletins, présentant l ensemble des candidats ou des listes, d isoloir l électeur se trouve seul derrière la valise d urne et de compteur. Quant à la procédure du vote, elle ne change pas : l électeur fait contrôler son droit de vote par le président du bureau qui reçoit la carte d électeur de l assesseur puis le président libère la valise à voter pour un vote à l aide de son boîtier d ouverture. L électeur passe alors derrière la valise et vote électroniquement. À la clôture du scrutin, les membres du bureau procèdent au dépouillement à l aide de l imprimante intégrée dans la valise. Temps du dépouillement? Deux minutes! En moins de deux minutes, le procès-verbal est prêt, signé et la valise à voter peut être refermée. Un record en la matière. Le groupe scolaire Ferdinand-Buisson teste «l Espace numérique des savoirs» Dans une lettre à Pierre-Mathieu Duhamel, maire-adjoint aux Affaires scolaires, le ministre de l Éducation nationale vient d annoncer son intention d implanter dans une école de Boulogne-Billancourt un «Espace numérique des savoirs». Après avoir souligné «l engagement de la ville de Boulogne- Billancourt dans le développement de l informatique pédagogique», le ministre indique notamment «que la direction de la technologie du ministère mettra gracieusement à disposition du groupe scolaire Ferdinand-Buisson un accès à l ENS (...)» L Espace numérique des savoirs (ENS) est un projet piloté par le ministère de l Éducation nationale qui met à la disposition des élèves et des enseignants une gigantesque base de données multimédia (images, son et textes) consultable à partir d un site Internet. Cette base de données regroupe de multiples sites numériques de qualité et libres de droits (éditeurs multimédias, INSEE, INA, AFP, le Louvre, des journaux etc.) pour un usage pédagogique accessible à tous depuis un établissement scolaire. Depuis mars 2003, l Espace numérique des savoirs a progressivement été mis en place dans plusieurs établissements scolaires secondaires tels que des collèges, des lycées, des IUFM... Avec Boulogne-Billancourt, c est la première fois que cette technologie pédagogique investit une école primaire, et ce, à dater de ce mois de mai. La ville a choisi l école élémentaire Pierre-Grenier du groupe scolaire Ferdinand-Buisson pour tenter cette expérience. Résultat : les 224 élèves des dix classes (du CP au CM2) de Pierre-Grenier vont donc profiter de la salle informatique équipée de 9 PC pour accéder à cette nouvelle base de données. Via une liaison haut débit. Boulognebillancourt.com le nouveau site de la ville est en ligne Depuis le début du mois d avril, Boulognebillancourt.com présente un nouveau visage. Plusieurs nouveautés ont été introduites parmi lesquelles la possibilité de s exprimer sur des forums ou de consulter les informations selon un profil défini. Pour le consulter, il est recommandé d être à jour de ses plugin (flash 7 chargeable et dans la version de son navigateur. Pour Mac : netscape 7 chargeable sur ; pour PC : Internet Explorer 5.5 chargeable sur et le plugin : flash 6. Conseil municipal Les décisions du 8 avril Adoption du Plan local d urbanisme Engagée en septembre 2001, l élaboration du Plan local d urbanisme se termine ce 8 avril avec son approbation. Ce document déterminera la physionomie de la ville pour les 20 ans à venir. Il prend en compte les réserves formulées par la commission d enquête et intègre une partie de ses recommandations. Voir l intégralité des débats sur le site de la ville et la carte du PLU en pages centrales de ce BBI. Zac Seguin c est parti Le programme des équipements publics qui seront réalisés sur la Zac Seguin créée le 10 juillet dernier sur les terrains Renault du Trapèze, de l île Seguin et incluant le quartier du Pont-de-Sèvres est approuvé ainsi que le dossier de réalisation. Ce dossier décrit les équipements envisagés, l ensemble des infrastructures (voies, ouvrages de franchissement et parkings publics), le programme global des constructions à réaliser pour un maximum de m 2 et leur répartition entre logements, bureaux, activités et équipements collectifs. Il fixe également les modalités prévisionnelles de financement de l opération. L aménagement et l équipement de ces terrains ont été confiés à la société d économie mixte Val-de-Seine Aménagement. La convention publique d aménagement qui fixe les liens entre la SEM et la ville est approuvée ainsi qu une convention d avance temporaire de trésorerie. Carte scolaire trois ouvertures de classe La création de trois nouvelles classes est annoncée pour la prochaine rentrée scolaire : une à la nouvelle école maternelle du centre-ville, 113, rue d Aguesseau qui ouvrira ainsi avec trois classes (une petite et deux moyennes sections) ; une à l école élémentaire modulaire du centre-ville, rue de la Belle-Feuille qui comportera donc trois classes, un CP et deux CE1, les classes maternelles accueillies l année dernière étant transférées rue d Aguesseau. Cette ouverture nouvelle marque la poursuite de la préfiguration de l école qui sera réalisée sur le terrain Maître-Jacques. une CLIS ou classe d intégration scolaire dans une école élémentaire. Cette classe permettra d accueillir des enfants présentant un handicap scolaire marquant ainsi une étape significative pour une meilleure intégration des enfants handicapés à Boulogne-Billancourt. En revanche, le conseil prend acte de la fermeture de la classe de perfectionnement de l école Thiers. Cette classe accueille à la fois des enfants ayant des difficultés scolaires pour des raisons d ordre social et des enfants ayant un handicap. Ces derniers seront orientés vers la CLIS, tandis que les premiers seront intégrés dans des classes normales. Logements sociaux 25 logements rue Nationale La ville accorde la garantie communale à la SA d H.L.M. les Maisons saines - Air et Lumière pour lui permettre d acquérir et d aménager au 33, rue Nationale, 25 logements et trois locaux commerciaux. En contrepartie, la ville bénéficiera d un droit de réservation de cinq logements. Questions orales demandeurs d emploi en baisse Le taux de chômage à Boulogne-Billancourt se situe toujours à un niveau inférieur au niveau national même si l écart s est resserré l an passé. En février 2004, on comptait demandeurs d emploi inscrits à l ANPE, situant le taux de chômage à 8,9 %, en légère diminution depuis le mois de septembre 2003 où il avait atteint 9,4 %. Parmi les inscrits, 38,5 %sont des cadres, 8,1 % sont des jeunes en recherche d emploi, un demandeur d emploi sur cinq est âgé de plus de 50 ans et près de un sur trois (1 602) est en chômage de longue durée. Toutefois, le chômage des jeunes diminue de 11,5 % sur un an. Sur les deux derniers mois, des baisses significatives sont enregistrées pour les cadres (3 %) et pour les chômeurs de longue durée (5,8 %). Sur un an, si les sorties pour reprise d emploi diminuent de 3,4 %, les inscriptions sont en baisse de 36,5 %. Conseil municipal Prochains rendez-vous Les prochaines réunions du conseil municipal auront lieu le jeudi 6 mai et le jeudi 10 juin à 19 heures dans les salons d honneur de l hôtel de ville, au premier étage. Elles sont publiques. Retrouvez, comme chaque mois, les décisions prises par le conseil municipal, sur le site Internet de la ville :

4 La mairie Gauche.Verts La tribune de l opposition Écologie à Boulogne-Billancourt? Le succès de la Gauche et des Verts aux récentes élections a montré à la fois le refus d une majorité de la population du libéralisme sauvage et de la déréglementation, comme il a apporté la preuve que Rémi Lescœur l écologie est de plus Conseiller municipal en plus au cœur des (Les Verts) préoccupations de nos concitoyens. Mais comment, en matière d écologie, articuler le local et le mondial? Chaque jour amène son lot de nouvelles alarmantes sur l état de la planète. Les plus urgentes pour l instant sont l élévation du niveau des océans et la submersion de terres habitées (Tuvalu, Maldives, Bangladesh). Plus près de nous, il suffit de constater l impact de catastrophes comme celle provoquée par la canicule en Ile-de-France ou par les inondations à répétition dans la Somme et l Hérault, pour s alarmer des conséquences des dérèglements de l environnement. L ensemble des scientifiques suivis en cela au moins dans les discours par les responsables politiques (conférences de Rio, Kyoto, Johannesburg...) considère qu il faut notamment réduire la production de gaz à effet de serre, responsable de l aggravation du réchauffement de la planète et, localement, de la pollution atmosphérique. Bien sûr, la politique menée à Boulogne- Billancourt, dans la région Ile-de-France, ou même en France n est pas directement responsable de tous ces problèmes. En revanche, c est par la prise de conscience et la participation de chacun, comme par l inflexion des politiques publiques, que l on pourra trouver un équilibre entre ce que nous (l humanité) produisons et consommons et ce que la planète peut supporter sans mettre en danger la vie elle-même. En ville, la pollution atmosphérique est responsable d un grand nombre des décès de la canicule d août Elle est également responsable de l accroissement des maladies des voies respiratoires chez les enfants et les personnes fragiles (bronchiolite, bronchite, asthme...) Que peut-on faire concrètement dans l exécutif d une grande ville comme Boulogne- Billancourt pour s attaquer, modestement, mais de façon volontariste à ces problèmes? Il y a une évidence : la pollution atmosphérique est essentiellement provoquée par les combustions dues à l activité humaine, surtout dans les villes, la circulation des véhicules à moteur, le chauffage et l incinération des déchets. Les habitants des villes par leurs habitudes et leur mode de vie, mais aussi les décideurs politiques, peuvent avoir une influence décisive sur la résolution de chacun de ces trois problèmes cruciaux. Or, au-delà du discours, des bonnes résolutions et des slogans, à Boulogne-Billancourt on ne constate pas d engagement politique clair de la majorité municipale sur ces points : Aucune mesure dissuasive n est prise par exemple pour réduire la circulation automobile : ainsi, plus on augmente le nombre et la capacité des parkings y compris dans le futur quartier Renault, plus les habitants et les visiteurs sont incités à les utiliser! La voiture asphyxie peu à peu la ville et la vie sociale, mais continue à régner sans partage, empêchant par exemple nos enfants d aller au collège en toute sécurité, tant le fait de traverser certains axes peut s avérer dangereux! Pour les mêmes raisons, les aménagements de pistes cyclables et de «quartiers calmes» sont au point mort malgré les apparentes bonnes intentions et les nombreux plans. Le débat sur le tram et son trajet tourne à la mascarade à tel point que l on se demande si le maire n est pas simplement incapable d imposer à sa majorité un tram que les usagers des transports en commun réclament. Quant au chauffage, il suffit de voir à quel point les équipements publics sont surchauffés pour comprendre que la réduction de la température n est pas une priorité. Dans l aménagement des terrains Renault on évoque de timides préconisations pour des bâtiments HQE (Haute Qualité Environnementale) conçus de façon à profiter du soleil (orientation, panneaux solaires...) ou du chauffage urbain produit par la TIRU (future nouvelle usine d incinération d Issy-les-Moulineaux) sans que cela n apparaisse concrètement dans le cahier des charges des constructions, ce qui en dit long sur l avenir réservé à ces bonnes intentions. Sur l incinération des déchets, tout le monde a pu constater à quel point le tri sélectif est non seulement en retard sur l ensemble des communes des Hauts-de-Seine mais qu il est ouvertement déclaré comme n étant pas une priorité de la municipalité! Rappelons aux sceptiques de l équipe municipale que le tri sélectif réduit grandement la quantité de déchets à incinérer mais aussi que sa promotion est éducative, car elle favorise la prise de conscience des consommateurs. Une conclusion naturelle de la plupart des gens qui trient leurs déchets est qu il faut les réduire à la source et donc limiter les emballages, par des pressions sur les industriels ou à défaut sur les commerçants qui sauront le répercuter sur les industriels. Les dernières campagnes publicitaires de grandes enseignes montrent que ceux-ci sont mûrs pour accompagner les changements de mode de consommation, le recyclage et l abandon des sacs plastique. La municipalité peut et doit jouer un rôle prescripteur sur ce point. Dans un autre domaine, on sait que l agriculture industrielle, grande utilisatrice d engrais et de produits phytosanitaires, a une influence néfaste à moyen terme sur les sols, les eaux et les aliments. Il est plus que temps de réorienter les politiques dans ce domaine vers une agriculture raisonnée, biologique, préservant les équilibres écologiques. Les collectivités, dont la ville de Boulogne- Billancourt, peuvent avoir une influence décisive en inscrivant dans le cahier des charges des cantines municipales (notamment scolaires), l usage de produits bio. La qualité de l alimentation de nos enfants sera améliorée et cela favorisera l agriculture respectueuse de l environnement. Le léger surcoût induit est de la responsabilité des choix politiques de la municipalité. Trop souvent, l équipe municipale traite ces questions par quelques effets d annonce sans lendemain, révélant le décalage persistant entre la politique et la vie réelle : le bien-être des citoyens et l avenir des ressources naturelles ne sont-ils pas d abord des problèmes politiques? Il est temps que la majorité municipale comprenne que l écologie est moins une mode passagère qu une véritable demande sociale, et que les questions qu elle soulève sont au cœur de la vie de la cité et qu elle conditionne la survie de la planète. Nous considérons pour notre part que les décisions locales qui entrent dans le cadre d un «développement durable» ne sont pas destinées qu aux «autres» et que, outre la préservation de la planète et la protection de la santé de la population, ces décisions auront pour effet d améliorer le cadre de vie du plus grand nombre et notamment des plus fragiles, enfants et personnes âgées. C est dans cet esprit et sur la base de ces principes que les Verts participent au conseil municipal de Boulogne-Billancourt dans le cadre du Gauche.verts. Rémi Lescoeur Permanences Les permanences du gauche.verts ont lieu au 63, rue de Billancourt du lundi au jeudi de 9h30 à 12h30 et de 14h à 19h, et le samedi de 10h à 12h. Fermé le lundi matin. Tél. : Fax : Courriel: La tribune de la majorité municipale Les deux règles du renouveau Les récentes élections régionales et cantonales ont été marquées dans notre ville par une forte hausse de la participation, ce dont nous pouvons tous nous réjouir. Pour autant, Boulogne-Billancourt n a Thierry Solère Maire adjoint pas voté comme le aux Sports reste du pays : alors Conseiller général que la gauche arrive en tête et remporte la quasi totalité des régions de France, notre ville confirme pour sa part son ancrage à droite, tant pour les élections régionales que pour l élection cantonale lors de laquelle vous avez été plus de 66 % à m accorder votre confiance. Aux côtés de Nicolas Sarkozy qui préside le conseil général des Hauts-de-Seine et de notre maire Jean-Pierre Fourcade, je vais maintenant m atteler à assurer la meilleure complémentarité possible entre les actions départementales et municipales, au service de l ensemble des Boulonnais. Le seul intérêt général Boulogne-Billancourt bénéficie depuis les élections municipales de mars 2001 d une municipalité unie. Bien sûr, tout est perfectible, mais au moins la conduite des projets municipaux est-elle redevenue la seule préoccupation de votre équipe municipale. Je veux ici en rendre hommage à Jean-Pierre Fourcade, ainsi qu à Pierre-Mathieu Duhamel qui préside le groupe UMP du conseil municipal. Pendant près de 20 ans, le conseil municipal a été le théâtre de divisions qui ont fait du tort à notre ville. Les querelles de personnes avaient pris le pas sur toute autre considération et seule l obstination de notre maire a permis un aboutissement heureux dans le dossier du centre-ville. Nous allons avoir, dans les années à venir, deux grands défis à relever : aménager harmonieusement les «terrains Renault» et préserver notre cadre de vie en embellissant notre ville. Bien sûr, certains continueront de faire de la petite politique en jouant sur des craintes supposées. Les mêmes qui vous expliquaient que le centre-ville serait un désastre et «Les Passages», un échec, vous affirmeront que les terrains Renault seront bétonnés. Ceux qui vous indiquaient que la nouvelle piscine ne servirait à rien continueront à opposer Boulogne à Billancourt, à fustiger comme l a fait un élu socialiste lors du dernier conseil municipal «les riches du Nord et leurs gouvernantes...». J ai en tout cas pour ma part la conviction simple que rien de grand ni de durable ne pourra se faire sans l unité d une équipe municipale tournée toute entière vers la recherche du seul intérêt général. Bien sûr, certains continueront de faire de la petite politique en jouant sur des craintes supposées. Les mêmes qui vous expliquaient que le centre-ville serait un désastre et «Les Passages», un échec, vous affirmeront que les terrains Renault seront bétonnés. Ceux qui vous indiquaient que la nouvelle piscine ne servirait à rien, continueront à opposer Boulogne à Billancourt. Le courage de choisir nos priorités Si la vague rose n a pas touché les Hauts-de- Seine, ces résultats électoraux doivent, sur un plan national, être analysés sans complaisance et avec lucidité, tant ils ont révélé un profond malaise, un grand doute de nombreux Français pour leur avenir. Beaucoup de Français se rendent compte de la situation difficile de notre pays qui n a pas su évoluer depuis de trop nombreuses années. Pour autant la politique ferme dont notre pays a besoin ne pourra être efficace que si elle est menée sur le long terme et elle ne pourra bénéficier de cette durée que si elle est perçue comme juste. Depuis 30 ans, «l ascenseur social» est de plus en plus difficile à prendre, les injustices ne se résorbent pas, des ghettos se sont constitués, les tentations communautaristes se multiplient, le système d intégration ne fonctionne pas. L action du ministre de l Intérieur aura permis de stopper l impunité à l endroit de jeunes qu on a trop longtemps laissé dériver par complaisance. Pour autant, l immense majorité des jeunes qui ont choisi le droit chemin ont eux aussi droit à un travail, une famille, un logement, un avenir. C est pour cela qu il faudra investir massivement dans la formation, l apprentissage, l éducation. La sanction, quand cela va mal. La chance, quand cela va bien. Pour que cette politique proposée par Nicolas Sarkozy fonctionne durablement, il faudra que nous acceptions deux règles : La première, c est que la société ne peut aider efficacement quelqu un qui n a pas la volonté de fournir le minimum d efforts personnels pour s en sortir. La seconde, c est qu il nous faudra avoir le courage de choisir nos priorités et avoir la force de les assumer. Prétendre tout faire, dans une ville comme dans un pays, c est se contenter de saupoudrer et d éparpiller des moyens financiers considérables et ainsi prendre le risque de tout faire mal. Notre choix est fait. Permanence du Groupe des élus UMP 52 ter, rue de Billancourt - Tél Courriel : Thierry Solère majorité municipale 26 27

5 La mairie Urbanisme Le Plan local d urbanisme est adopté La ville, toute la ville Les terrains Renault de Billancourt et de l île Seguin bien sûr, mais aussi l ensemble du territoire boulonnais : le nouveau Plan local d urbanisme adopté par le conseil municipal le 8 avril dernier jette les fondations urbaines d une ville qui maîtrise aujourd hui la totalité de son espace pour la première fois depuis le début du siècle dernier. Développement durable, solidarité et mixité urbaine : explications. «Ce projet de Plan local d urbanisme a été l occasion de mener un dialogue approfondi avec les Boulonnais (...). Il est une pièce essentielle de l aménagement urbain que nous nous apprêtons à réaliser sur les terrains Renault de Billancourt et de l île Seguin : c est lui qui en définit l organisation, répartit les différents programmes et les espaces publics ainsi que les règles en matière de développement durable, de déplacements et d animation urbaine. Au-delà, il concrétise notre vision de la ville, de son avenir, de sa forme, de son fonctionnement et, pour tout dire, de sa vie et de son développement, fondé sur le respect de la solidarité urbaine et de la mixité de l habitat». En concluant ainsi son intervention de présentation du nouveau Plan local d urbanisme au conseil municipal (1), Dorothée Pineau, maire-adjoint à l Urbanisme, aux Grands projets, à l Environnement et aux Espaces verts indiquait clairement le double enjeu de ce document : l aménagement enfin rendu possible des terrains Renault, mais aussi son intégration dans un ville pensée sur le long terme. Six zones urbaines De fait, si l aménagement des terrains Renault à Billancourt et sur l île Seguin peut maintenant démarrer, ce Plan local d urbanisme carte présentée en pages suivantes concerne néanmoins toute la ville : il unifie et remet en cohérence les POS partiels de 2001, de la pointe aval de l île Seguin (2002), du Trapèze et de la pointe amont de l île (1989) ainsi que la ZAC du centre-ville. C est donc le premier document d urbanisme applicable à la totalité du territoire boulonnais. À ce titre, il concerne tous les secteurs d activités de la ville. Il prévoit ainsi les emplacements de tous les équipements collectifs et espaces publics écoles, crèches, espaces verts, rues dont Boulogne-Billancourt va devoir se doter et anticipe l évolution de la circulation et du stationnement pour les quinze prochaines années. Il distribue les ratios logements/bureaux/activités et «dessine» la ville selon une méthode morphologique sans doute unique en France à l échelle de tout un territoire (voir interview de Dorothée Pineau cicontre). Enfin, il préserve de façon accrue le patrimoine urbain boulonnais par rapport à l ancien plan d occupation des sols. Au-delà, il divise la ville en six zones : La zone UA, elle-même divisée en UAa, UAb et UAc, qui concerne la ville autour de Jean-Jaurès et ses secteurs les plus anciens, la partie nord du Trapèze et le centre-ville. La zone UB, située en périphérie du centreville et qui se caractérise par une grande hétérogénéïté des constructions. La zone UC, elle-même divisée en cinq secteurs de UCa à UCd et qui correspond à ce que les urbanistes appellent «le lit majeur du fleuve», au sud et à l ouest de la ville, et qui englobe donc l île Seguin. La zone UD, divisée en deux secteurs UDa et UDb lui-même divisé en 26 sous-secteurs qui comprennent autant de plans masse. UD regroupe les villas et passages répartis dans toute la ville et notamment le «Fond des Princes», improprement appelé quartier du Parc des Princes. Les zones UP et ND qui regroupent respectivement les quais et terrains du domaine public fluvial et les espaces naturels inconstructibles qu il convient de sauvegarder et de mettre en valeur (parcs et jardins, berges de Seine, fleuve, etc.) Au-delà de la carte publiée dans les pages suivantes, la totalité du Plan local d urbanisme est consultable à la mairie (service gestion du droit des sols, au premier étage de l hôtel de ville) et à la sous-préfecture de Boulogne- Billancourt. Il sera bientôt également consultable sur le site Internet de la ville. (1) Lire aussi l éditorial du sénateur-maire et le début des travaux Renault, pages 18 à 21. Dorothée Pineau Maire-adjoint chargée de l Urbanisme, des Grands projets, de l Environnement et des Espaces verts. «L aboutissement d un long travail» BBI : Ce PLU est-il l aboutissement d un long travail? Dorothée Pineau : Ce travail nous l avons commencé en 1996 avec la première mise en révision du POS précédent ce PLU que nous avons décidé de mettre luimême en révision le 27 septembre Depuis, nous avons présenté pas moins de 23 délibérations au conseil municipal, tenu de nombreuses réunions publiques, publié des dizaines d articles d information dans le BBI et sur le site Internet de la ville. De la même manière, nous avons mis à la disposition des Boulonnais les documents d études qui fondaient nos travaux, consulté tous les foyers boulonnais, organisé des expositions et une enquête publique, et j en passe. La ville est aujourd hui dotée d un document global d urbanisme, le premier qui concerne la totalité de son territoire depuis bien longtemps et d un outil d aménagement. BBI : L élaboration du PLU s est faite selon «une démarche morphologique». Qu est-ce que cela veut dire? D. P. : En simplifiant, cela signifie que nous pensons la ville non pas en volumes de construction mais en dessin urbain. Concrètement, nous refusons les coefficients d occupation des sols, remplacés par des filets de couleur distincts et appropriés aux différents quartiers qui délimitent les hauteurs d immeubles. Les avantages sont évidents : le tissu urbain est plus harmonieux et nous pouvons ainsi mieux lisser les perspectives et éviter les décrochages trop brutaux. À ma connaissance, peu de villes ont adopté cette démarche : Paris s y est essayé dans certains arrondissements, mais de façon partielle. BBI : Concrètement, cela n aboutit-il pas à densifier la ville? D. P. : Au contraire. Si nous comparons le PLU aux différents documents d urbanisme tels qu il ont pu exister dans le passé et notamment avant le POS de 2001, on s aperçoit que cette démarche a sensiblement diminué les perspectives de constructions initialement prévues et que le nouveau PLU préserve notre patrimoine urbain. BBI : De quelle façon? D. P. : Dans l ancien POS de 2001, qui marquait déjà un net progrès sur les POS précédents, nous dénombrions 59 bâtiments de référence, c est-à-dire des bâtiments où l accord de la ville doit être sollicité avant travaux. Dans le PLU nous avons porté ce nombre à 67. De la même manière nous avons délimité des périmètres de protection sur des ensembles urbains à caractère patrimonial parcelles sur les que compte Boulogne-Billancourt 25 % de la ville! sont concernées par ces mesures de protection qui impliquent des règles de préservation fortes qui peuvent aller jusqu au refus de la ville d accorder des permis de démolir et, en corollaire, de construire n importe quoi. BBI : Et maintenant? D. P. : Nous avons fait appel aux Boulonnais à de nombreuses reprises, nous les avons beaucoup écoutés et nous avons souvent revu notre copie en fonction des remarques qu ils nous faisaient. Aujourd hui, nous lançons notre projet urbain : regardons-le fonctionner et grandir. 29

6 Le Plan local d urbanisme Le Plan local d urbanisme concerne tous les secteurs d activité. Il prévoit les emplacements des équipements collectifs et des espaces publics dont Boulogne-Billancourt va devoir se doter dans les prochaines années. Cette carte présente les emplacements de ces équipements, les différents secteurs de la ville ainsi que les filets qui délimitent les hauteurs dans les sept quartiers et sur les axes boulonnais. Ce plan est une reproduction et ne peut être tenu pour un document officiel : seul le document d urbanisme original consultable à la mairie et à la sous-préfecture de Boulogne-Billancourt fait foi.

Concertation sur le projet d aménagement «Route de Toulouse»

Concertation sur le projet d aménagement «Route de Toulouse» Concertation sur le projet d aménagement «Route de Toulouse» Compte-rendu de la 2 e du groupe de travail I. Rappel du contexte général Société Publique Locale, la Fabrique Métropolitaine de La Cub («La

Plus en détail

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme)

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) 1) Les modalités de la Concertation 2) Plan de situation 3) Contexte 4) Les études

Plus en détail

VILLE DE BORDEAUX REALISATION DU NOUVEAU STADE

VILLE DE BORDEAUX REALISATION DU NOUVEAU STADE VILLE DE BORDEAUX REALISATION DU NOUVEAU STADE PROTOCOLE D ACCORD ENTRE : La Ville de Bordeaux, représentée par Monsieur Alain Juppé, maire, Ci-après désignée: «la Ville» ET : La Communauté urbaine de

Plus en détail

Plan de prévention des risques littoraux (PPRL) de la petite mer de Gâvres. Réunion Publique à Port-Louis DDTM56/SPACES/PRN

Plan de prévention des risques littoraux (PPRL) de la petite mer de Gâvres. Réunion Publique à Port-Louis DDTM56/SPACES/PRN Plan de prévention des risques littoraux (PPRL) de la petite mer de Gâvres Réunion Publique à Port-Louis DDTM56/SPACES/PRN 12 octobre 2015 Plan de prévention des risques littoraux Introduction Les littoraux

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

CASERNE SULLY A SAINT-CLOUD

CASERNE SULLY A SAINT-CLOUD Dossier de presse Le 5 avril 2012 CASERNE SULLY A SAINT-CLOUD Le Conseil général des Hauts-de-Seine et la Ville de Saint-Cloud présentent le projet de valorisation du site Dossier de presse Contacts presse

Plus en détail

La gestion durable des eaux au service des habitants des Hauts-de-Seine

La gestion durable des eaux au service des habitants des Hauts-de-Seine La gestion durable des eaux au service des habitants des Hauts-de-Seine Schéma départemental 2005-2020 Le mot du Président Lors de sa réunion du 16 décembre 2005, l Assemblée départementale a approuvé

Plus en détail

Contribuer à l aménagement du territoire départemental

Contribuer à l aménagement du territoire départemental Contribuer à l aménagement du territoire départemental Point presse 16 octobre 2009 Aube Immobilier en quelques chiffres Au service des collectivités Aube Immobilier gère 9400 logements implantés sur quelque

Plus en détail

L avenir de notre ville, parlons-en. publique. Projet de. hôtel de ville. Enquête

L avenir de notre ville, parlons-en. publique. Projet de. hôtel de ville. Enquête L avenir de notre ville, parlons-en Projet de > Enquête publique 5 MARS > 5 AVRIL 2012 hôtel de ville QU EST-CE QUE LE PLU? 2 3 AMÉNAGEMENT ET DÉVELOPPEMENT DURABLE LES OBJECTIFS DU PADD (Projet d aménagement

Plus en détail

DOSSIER D ENQUETE PUBLIQUE. Aménagement De la place de la Gare de Clamart Dans le cadre de l arrivée de la ligne 15 Grand Paris Express

DOSSIER D ENQUETE PUBLIQUE. Aménagement De la place de la Gare de Clamart Dans le cadre de l arrivée de la ligne 15 Grand Paris Express Ville de CLAMART DOSSIER D ENQUETE PUBLIQUE Aménagement De la place de la Gare de Clamart Dans le cadre de l arrivée de la ligne 15 Grand Paris Express RELATIF AU DECLASSEMENT D UNE EMPRISE COMMUNALE située

Plus en détail

Plan Local d Urbanisme (PLU) patrimonial. Séminaire des élus. Vendredi 6 Septembre 2013

Plan Local d Urbanisme (PLU) patrimonial. Séminaire des élus. Vendredi 6 Septembre 2013 Plan Local d Urbanisme (PLU) patrimonial Séminaire des élus Vendredi 6 Septembre 2013 La démarche L élaboration du PLU Mise en révision du Plan d Occupation des Sols (POS) approuvé en Février 2001 Nécessité

Plus en détail

ZAC Pompidou Le Mignon à Bois-Colombes (92)

ZAC Pompidou Le Mignon à Bois-Colombes (92) à Bois-Colombes (92) Opération certifiée phase 1 à 4 du SMO Marie Catherine BARIGAULT : Directrice des Services Techniques, Ville de Bois Colombes Skander MEZGAR : Responsable Technique, Montage & Aménagement

Plus en détail

Ordre du jour. Date et lieu. Participants

Ordre du jour. Date et lieu. Participants Ordre du jour Présentation et débat autour des grands principes du règlement et du zonage du projet de Plan local d urbanisme Date et lieu Mardi 19 mars 2013 de 18h30 à 20h30 à l espace Gérard Philipe.

Plus en détail

LE PLAN LOCAL D URBANISME

LE PLAN LOCAL D URBANISME LE PLAN LOCAL D URBANISME PRESENTATION DU 4 février 2009 Conseil Municipal LE DOCUMENT ACTUEL: LE POS PLAN D OCCUPATION DES SOLS: Issu de la Loi d Orientation Foncière du 30 Décembre 1967, les POS fixe

Plus en détail

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 26 JUIN 2007. COMPTE-RENDU DE LA SEANCE du 8 février 2007 CONCLUSION DU CONTRAT URBAIN DE COHESION SOCIALE DE DRAP

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 26 JUIN 2007. COMPTE-RENDU DE LA SEANCE du 8 février 2007 CONCLUSION DU CONTRAT URBAIN DE COHESION SOCIALE DE DRAP DEPARTEMENT DES ALPES MARITIMES (Arrondissement de NICE) REPUBLIQUE FRANCAISE MAIRIE DE DRAP SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 26 JUIN 2007 COMPTE-RENDU DE LA SEANCE du 8 février 2007 Lecture est donnée du

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR ACCUEIL PERISCOLAIRE

REGLEMENT INTERIEUR ACCUEIL PERISCOLAIRE REGLEMENT INTERIEUR ACCUEIL PERISCOLAIRE PREAMBULE : La ville de GODERVILLE organise au sein de ses écoles un service d accueil périscolaire. Ces prestations regroupent : les activités périscolaires mises

Plus en détail

Agora 2012. Prix d architecture

Agora 2012. Prix d architecture Agora 2012 Prix d architecture Règlement du concours Présentation...3 Objet du concours...3 Cahier des Charges...3 Conditions de participation...3 Candidature...3 Modalités d inscription et de participation...4

Plus en détail

LE REAMENAGEMENT DU QUARTIER DU PONT DE SEVRES AMENAGEMENT DU QUARTIER DU PONT DE SEVRES Ville de Boulogne-Billancourt Commission Seguin Rives de

LE REAMENAGEMENT DU QUARTIER DU PONT DE SEVRES AMENAGEMENT DU QUARTIER DU PONT DE SEVRES Ville de Boulogne-Billancourt Commission Seguin Rives de AMENAGEMENT DU QUARTIER DU PONT DE SEVRES Ville de Boulogne-Billancourt Commission Seguin Rives de Seine du 29 mai 2007 SOMMAIRE 1. Le quartier du Pont de Sèvres aujourd hui 2. Le projet d aménagement

Plus en détail

Nom du service 2013 - Ville de Rezé 1

Nom du service 2013 - Ville de Rezé 1 Nom du service 2013 - Ville de Rezé 1 La nouvelle équipe municipale 2 Le nouveau conseil municipal 3 La refonte du Dialogue citoyen 4 La nouvelle organisation du Dialogue Citoyen 5 Conférences citoyennes

Plus en détail

Raccordements électriques : les conséquences de la réforme du code de l urbanisme et de la loi électricité par les lois SRU UH

Raccordements électriques : les conséquences de la réforme du code de l urbanisme et de la loi électricité par les lois SRU UH Raccordements électriques : les conséquences de la réforme du code de l urbanisme et de la loi électricité par les lois SRU UH Le contexte politique Le législateur cherche la cohérence entre le droit de

Plus en détail

PLAN LOCAL D URBANISME MODIFICATION SIMPLIFIEE

PLAN LOCAL D URBANISME MODIFICATION SIMPLIFIEE DEPARTEMENT DU NORD PLAN LOCAL D URBANISME MODIFICATION SIMPLIFIEE NOTICE EXPLICATIVE Approbation : Vu pour être annexé à la délibération du Conseil Municipal en date du : Ville de Valenciennes Direction

Plus en détail

ZAC SEGUIN-RIVES DE SEINE PROJET DE RENOVATION URBAINE DU QUARTIER DU PONT DE SEVRES

ZAC SEGUIN-RIVES DE SEINE PROJET DE RENOVATION URBAINE DU QUARTIER DU PONT DE SEVRES ZAC SEGUIN-RIVES DE SEINE PROJET DE RENOVATION URBAINE DU QUARTIER DU PONT DE SEVRES ESPACES AJOUTES - CAUE 92 Mardi 9 décembre 2014 SEVRES- CAUE 92 9 décembre 2014 1 1/6- CONTEXTE SEVRES- CAUE 92 9 décembre

Plus en détail

Règlement Intérieur de la Commission de Soins Infirmiers, de Rééducation et Médico-techniques

Règlement Intérieur de la Commission de Soins Infirmiers, de Rééducation et Médico-techniques Règlement Intérieur de la Commission de Soins Infirmiers, de Rééducation et Médico-techniques Article 1 : Composition -Art.R 6146-52 II. La Commission des Soins Infirmiers, de rééducation et médico-techniques

Plus en détail

Relocalisation des services de proximité Rive gauche

Relocalisation des services de proximité Rive gauche Relocalisation des services de proximité Rive gauche 1- Présentation du projet - Localisation La ville d Amiens souhaite regrouper différentes activités du Secteur Rive Gauche aujourd hui «éclatées» sur

Plus en détail

LA DEFENSE / SEINE ARCHE OIN LA DEFENSE

LA DEFENSE / SEINE ARCHE OIN LA DEFENSE LA DEFENSE / SEINE ARCHE Le périmètre d intervention de l EPAD créé en 1958, est devenu périmètre d Opération d Intérêt National en 1983. Celui-ci a été scindé en deux le 19 décembre 2000 entre d une part

Plus en détail

Guide du représentant des parents d élèves au conseil d école

Guide du représentant des parents d élèves au conseil d école Guide du représentant des parents d élèves au conseil d école ÉDITO Vous êtes élu au conseil d école et nous vous en félicitons. Les partenaires éducatifs dans leur diversité et au premier plan la famille,

Plus en détail

Inauguration de l Espace Information Logement d ACM HABITAT

Inauguration de l Espace Information Logement d ACM HABITAT Jeudi 2 juillet 2015 Inauguration de l Espace Information Logement d ACM HABITAT ACM HABITAT fait évoluer ses services afin d organiser de façon optimale l information et l accueil des demandeurs conformément

Plus en détail

Dossier de presse. Exposition ERDRE PORTERIE 2013-2016. Nantes, le 21 février 2013

Dossier de presse. Exposition ERDRE PORTERIE 2013-2016. Nantes, le 21 février 2013 Nantes, le 21 février 2013 Exposition ERDRE PORTERIE 2013-2016 Dossier de presse Contact service presse Tél. : 02 40 41 64 36 Fax : 02 40 41 64 10 presse@mairie-nantes.fr Sommaire Communiqué de synthèse

Plus en détail

AMÉNAGEMENT & HABITAT DOSSIER DE CONCERTATION 2015. La Madeleine. Reconversion de l ancienne chaufferie «Huet» en équipement culturel municipal

AMÉNAGEMENT & HABITAT DOSSIER DE CONCERTATION 2015. La Madeleine. Reconversion de l ancienne chaufferie «Huet» en équipement culturel municipal AMÉNAGEMENT & HABITAT DOSSIER DE CONCERTATION 2015 La Madeleine Reconversion de l ancienne chaufferie «Huet» en équipement culturel municipal Sommaire I - Introduction - Le contexte : un ancien bâtiment

Plus en détail

ACCES AU LOGEMENT SOCIAL : GARANTIR L EGALITE

ACCES AU LOGEMENT SOCIAL : GARANTIR L EGALITE Analyse et recueil des bonnes pratiques Accès au logement social : garantir l égalité Janvier 2011 1. Nature de l action La Ville d Aubervilliers développe une politique de prévention des discriminations,

Plus en détail

LOCAL À LOUER. «ZAC SEGUIN RIVES DE SEINE» Quartier du Trapèze BOULOGNE BILLANCOURT Ilot B1 Passage Pierre Bézier

LOCAL À LOUER. «ZAC SEGUIN RIVES DE SEINE» Quartier du Trapèze BOULOGNE BILLANCOURT Ilot B1 Passage Pierre Bézier LOCAL À LOUER «Quartier du Trapèze BOULOGNE BILLANCOURT Ilot B1 Passage Pierre Bézier 152, bd Haussmann 75008 Paris Tél. : 01 53 53 23 23 Fax : 01 53 53 23 29 Email : contact@devim-commercialisation.fr

Plus en détail

PLUi HI PLAN LOCAL D URBANISME INTERCOMMUNAL TENANT LIEU DE PROGRAMME LOCAL DE L HABITAT CONCERTATION DU PUBLIC

PLUi HI PLAN LOCAL D URBANISME INTERCOMMUNAL TENANT LIEU DE PROGRAMME LOCAL DE L HABITAT CONCERTATION DU PUBLIC I PLAN LOCAL D URBANISME INTERCOMMUNAL TENANT LIEU DE PROGRAMME LOCAL DE L HABITAT CONCERTATION DU PUBLIC CAHIER N 1 / AVRIL 2015 LANCEMENT DE LA PROCÉDURE Le a pour objectif de définir un projet urbain

Plus en détail

2013 DF 86 DU 305 Parc des Expositions de la Porte de Versailles (15è) Résiliation anticipée de la convention. Autorisation Signature.

2013 DF 86 DU 305 Parc des Expositions de la Porte de Versailles (15è) Résiliation anticipée de la convention. Autorisation Signature. Direction des Finances Direction de l Urbanisme 2013 DF 86 DU 305 Parc des Expositions de la Porte de Versailles (15è) Résiliation anticipée de la convention. Autorisation Signature. PROJET DE DÉLIBÉRATION

Plus en détail

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Mémoire intitulé : «Le patrimoine bâti : une autre approche» Présenté par : Le Service d aide-conseil

Plus en détail

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS Compte rendu de la réunion - 22 novembre 2012 - L atelier se déroule dans les locaux de la Maison des Associations à Riom ATELIER 1 : Social : insertion, jeunesse, seniors,

Plus en détail

REGLEMENT DEPARTEMENTAL

REGLEMENT DEPARTEMENTAL REGLEMENT DEPARTEMENTAL des Transports Scolaires Département de l Indre D.G.A/R.T.P.E. Service Départemental des Transports Hôtel du Département CS20639 36020 Châteauroux Cedex REGLEMENT DEPARTEMENTAL

Plus en détail

ATELIER CITOYEN LA CHAPELLE 19 juin 2012 Compte rendu de séance

ATELIER CITOYEN LA CHAPELLE 19 juin 2012 Compte rendu de séance ATELIER CITOYEN LA CHAPELLE 19 juin 2012 Compte rendu de séance Cette cinquième séance de travail de l atelier «la Chapelle» a été organisée dans le cadre de la co-élaboration du projet d aménagement du

Plus en détail

I. Le Forum mondial de l eau

I. Le Forum mondial de l eau Evénements soutenus par le 6 ème Forum Mondial de l Eau I. Le Forum mondial de l eau Historique Co-organisé tous les trois ans par le Conseil Mondial de l Eau d une part, un pays et une ville hôte d autre

Plus en détail

Secteur de projets Albert 1 er

Secteur de projets Albert 1 er DEPARTEMENT DES HAUTS-DE-SEINE VILLE DE SCEAUX Secteur de projets Albert 1 er *** ORIENTATIONS D AMENAGEMENT *** Secteur de projet Albert 1 er orientations d aménagement 1/6 La ville de Sceaux s investit

Plus en détail

TEXTE ADOPTE no 511 Petite loi ASSEMBLEE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 ONZIEME LEGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 1999-2000 23 mai 2000 PROJET DE LOI ADOPTE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE EN NOUVELLE

Plus en détail

Le projet d aménagement et de développement durable

Le projet d aménagement et de développement durable 5 Améliorer l accessibilité des territoires en diversifiant les modes de déplacement et réaménager le cadre de vie Les transformations de la ville, et plus spécifiquement encore ses extensions périphériques,

Plus en détail

vers une accessibilité généralisée accès à tout pour tous

vers une accessibilité généralisée accès à tout pour tous vers une accessibilité généralisée accès à tout pour tous Guide Sommaire La réglementation... 3 A savoir...... 4 Le calendrier... 5 Le coût... 6 Les démarches... 6 Les dérogations... 7 Exemples... 8 Les

Plus en détail

LOCAL À LOUER. «ZAC SEGUIN RIVES DE SEINE» RESTAURATION Quartier du Trapèze BOULOGNE BILLANCOURT Ilot D3 Lots 37 C-D-E

LOCAL À LOUER. «ZAC SEGUIN RIVES DE SEINE» RESTAURATION Quartier du Trapèze BOULOGNE BILLANCOURT Ilot D3 Lots 37 C-D-E LOCAL À LOUER «RESTAURATION Quartier du Trapèze BOULOGNE BILLANCOURT Ilot D3 Lots 37 C-D-E 152, bd Haussmann 75008 Paris Tél. : 01 53 53 23 23 Fax : 01 53 53 23 29 Email : contact@devim-commercialisation.fr

Plus en détail

Plan Climat énergie Territorial. notre défi pour l avenir du territoire!

Plan Climat énergie Territorial. notre défi pour l avenir du territoire! Plan Climat énergie Territorial notre défi pour l avenir du territoire! La Communauté Urbaine en 2050... Celle de nos enfants, petits-enfants,... Quels objectifs pour ce Plan Climat? Vous rêvez pour eux

Plus en détail

inventaire des mesures existantes définition de la famille

inventaire des mesures existantes définition de la famille 2 POLITIQUE FAMILIALE 3 4 5 6 7 8 8 9 mot du maire mot de la conseillère déléguée à la famille introduction inventaire des mesures existantes portraits de famille mission générale de la politique générale

Plus en détail

- BEAUCOURT ANALYSE DE LA CONSOMMATION DES ESPACES NATURELS, AGRICOLES ET FORESTIERS

- BEAUCOURT ANALYSE DE LA CONSOMMATION DES ESPACES NATURELS, AGRICOLES ET FORESTIERS - BEAUCOURT ANALYSE DE LA CONSOMMATION DES ESPACES NATURELS, AGRICOLES ET FORESTIERS 1. Évolution de la tache urbaine Cette analyse est basée sur le travail réalisé par la Direction Régionale de l Environnement,

Plus en détail

La Maison du développement durable Inauguration le 7 octobre 2010 à 18 h

La Maison du développement durable Inauguration le 7 octobre 2010 à 18 h I N F O R M A T I O N A L A P R E S S E La Maison du développement durable Inauguration le 7 octobre 2010 à 18 h Du 7 au 19 octobre 2010, la Ville de Niort accueille la Maison du Développement Durable

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

AVIS D APPEL A PROJET. CESSION D UNE PROPRIETE IMMOBILIERE SUR LA BASE D UN PROJET DE LOGEMENTS Site Annappes Madagascar à LILLE

AVIS D APPEL A PROJET. CESSION D UNE PROPRIETE IMMOBILIERE SUR LA BASE D UN PROJET DE LOGEMENTS Site Annappes Madagascar à LILLE AVIS D APPEL A PROJET CESSION D UNE PROPRIETE IMMOBILIERE SUR LA BASE D UN PROJET DE LOGEMENTS Site Annappes Madagascar à LILLE Etablissement Organisateur de la consultation Métropole Européenne de Lille

Plus en détail

Secteur des Bayonnes Programme d aménagement d ensemble

Secteur des Bayonnes Programme d aménagement d ensemble Secteur des Bayonnes Programme d aménagement d ensemble 2. Programme et coût des équipements publics CONSEIL MUNICIPAL du 12 mai 2011 Ville d Herblay Services Techniques Subdivision Aménagement et Développement

Plus en détail

Vous êtes exploitant d un Etablissement Recevant du

Vous êtes exploitant d un Etablissement Recevant du Vous êtes exploitant d un Etablissement Recevant du Public (E.R.P.) par exemple un restaurant, une salle de spectacles, un magasin, ou vous souhaitez devenir exploitant d un tel établissement, et vous

Plus en détail

MAISON DES SERVICES PUBLICS DU LAC DE MAINE

MAISON DES SERVICES PUBLICS DU LAC DE MAINE MAISON DES SERVICES PUBLICS DU LAC DE MAINE Conseil consultatif de quartier du Lac de Maine Séance plénière du 5 décembre 2005 AVIS 1 Conseil consultatif de quartier du Lac de Maine Séance du 5 décembre

Plus en détail

L ASCENSEUR NUMERIQUE

L ASCENSEUR NUMERIQUE L ASCENSEUR NUMERIQUE DOSSIER DE PRESSE COMMUNIQUE DE PRESSE Alfortville, le 23 juin 2009 L ascenseur numérique : une innovation mondiale chez un bailleur social à Alfortville pour un Nouveau Vivre ensemble

Plus en détail

Gestion des déchets de chantiers du BTP :

Gestion des déchets de chantiers du BTP : Jeudi 14 novembre 2013 9H 12H30 Cabinet Enckell Avocats 250, rue Saint Jacques 75005 Paris Gestion des déchets de chantiers du BTP : Comment maîtriser l évolution des filières et de la réglementation?

Plus en détail

Conclusions concernant la Demande d institution de servitudes d utilité publique

Conclusions concernant la Demande d institution de servitudes d utilité publique Document 3 Conclusions concernant la Demande d institution de servitudes d utilité publique ENQUÊTE PUBLIQUE RELATIVE à : - la demande d autorisation d exploiter l installation de stockage de déchets non

Plus en détail

Check upon delivery. Discours. prononcé par. Monique Barbut, directrice générale et présidente. Fonds pour l environnement mondial

Check upon delivery. Discours. prononcé par. Monique Barbut, directrice générale et présidente. Fonds pour l environnement mondial Check upon delivery Fonds pour l environnement mondial Discours prononcé par Monique Barbut, directrice générale et présidente Fonds pour l environnement mondial Conférence africaine des ministres de l

Plus en détail

CONFERENCE SUR L ELABORATION DU PLAN LOCAL D URBANISME

CONFERENCE SUR L ELABORATION DU PLAN LOCAL D URBANISME CONFERENCE SUR L ELABORATION DU PLAN LOCAL D URBANISME MERCREDI 6 OCTOBRE 2010 Compte-rendu de la conférence qui s est tenue en public, en salle des fêtes de l Hôtel de Ville, le 6 octobre en présence

Plus en détail

Le présent document a pour objet de définir les modalités d organisation de l élection des délégués du personnel (ou du C E) de

Le présent document a pour objet de définir les modalités d organisation de l élection des délégués du personnel (ou du C E) de Le présent document a pour objet de définir les modalités d organisation de l élection des délégués du personnel (ou du C E) de Article 1 er : Effectif de l entreprise Nombre de sièges à pourvoir L effectif

Plus en détail

Orgères quartier des Prairies d orgères. Habitez un quartier Haut en couleur

Orgères quartier des Prairies d orgères. Habitez un quartier Haut en couleur Orgères quartier des Prairies d orgères Habitez un quartier Haut en couleur Une ville d histoire tournée vers l avenir entre bois et cours d eau, champs et haies bocagères, vergers et jardins familiaux,

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

CENTRE INFORMATION JEUNESSE! " " # $ % *!+, (

CENTRE INFORMATION JEUNESSE!   # $ % *!+, ( CENTRE INFORMATION JEUNESSE! " " # $ % & ' ()(( *!+, ( 461 rue Saint Léonard 49000 ANGERS Tél : 02.41.66.52.52. Fax : 02.41.66.53.66. Site internet : http://www.boutiques-de-gestion.com E.mail : bganjou@wanadoo.fr

Plus en détail

Expérimentation collecte du carton en centre-ville d Agen

Expérimentation collecte du carton en centre-ville d Agen Expérimentation collecte du carton en centre-ville d Agen Conférence de presse 4 ma1 2015-11h30 Place Wilson 1ères Explication chez les commerçants du Centre Ville Rappel du contexte Un nouveau mode de

Plus en détail

A quoi est soumis l aménagement d un garage en studio? Est-ce un changement de destination?

A quoi est soumis l aménagement d un garage en studio? Est-ce un changement de destination? A quoi est soumis l aménagement d un garage en studio? Est-ce un changement de destination? La transformation d un garage attenant à une habitation ne constitue pas un changement de destination en vertu

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

Règlement relatif aux plans d utilisation du sol de la Ville de Genève LC 21 211. Dispositions générales

Règlement relatif aux plans d utilisation du sol de la Ville de Genève LC 21 211. Dispositions générales Règlement relatif aux plans d utilisation du sol de la Ville de Genève LC 21 211 Adopté par le Conseil municipal le 20 février 2007 Approuvé par le Conseil d Etat le 27 février 2008 Avec les dernières

Plus en détail

Guide des animations scolaires sur le tri et le recyclage des déchets ménagers Proposé par le SMICTOM LGB

Guide des animations scolaires sur le tri et le recyclage des déchets ménagers Proposé par le SMICTOM LGB Guide des animations scolaires sur le tri et le recyclage des déchets ménagers Proposé par le SMICTOM LGB Animations scolaires sur le tri et le recyclage des déchets - Animations scolaires sur le tri et

Plus en détail

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU Institut de leadership en éducation OUTIL D AUTOÉVALUATION DU L EADERSHIP Instructions Ministère de l Éducation INSTRUCTIONS ET RECOMMANDATIONS POUR L UTILISATION EFFICACE DE L OUTIL Les recherches montrent

Plus en détail

Le conseil municipal a voté courant juillet la révision du plan local d urbanisme (PLU). Cette révision devra être terminée au plus tard le 1 er

Le conseil municipal a voté courant juillet la révision du plan local d urbanisme (PLU). Cette révision devra être terminée au plus tard le 1 er Le conseil municipal a voté courant juillet la révision du plan local d urbanisme (PLU). Cette révision devra être terminée au plus tard le 1 er janvier 2017. Le conseil après en avoir délibéré a fixé

Plus en détail

CONSULTATION PROMOTEURS POUR LA REALISATION D UNE OPERATION DE CONSTRUCTION DE LOGEMENTS ET DE COMMERCES

CONSULTATION PROMOTEURS POUR LA REALISATION D UNE OPERATION DE CONSTRUCTION DE LOGEMENTS ET DE COMMERCES REGLEMENT DU CONCOURS Maître d'ouvrage : Ville de Bruyères-Le-Châtel 2 rue des Vignes 91 680 Bruyères-Le-Châtel Objet de la consultation : CONSULTATION PROMOTEURS POUR LA REALISATION D UNE OPERATION DE

Plus en détail

LE LOGEMENT SOCIAL À CRAN-GEVRIER

LE LOGEMENT SOCIAL À CRAN-GEVRIER LE LOGEMENT SOCIAL À CRAN-GEVRIER «500 à 600 logements sociaux vont être construits dans notre ville entre 2014 et 2020» L édito de Pierre GEAY, Adjoint au maire chargé du Logement LE LOGEMENT, C EST NOTRE

Plus en détail

CONVENTION PACTE LOGEMENT IVL

CONVENTION PACTE LOGEMENT IVL CONVENTION PACTE LOGEMENT IVL Entre l Etat du Grand-Duché de Luxembourg, représenté par son ministre ayant le Logement dans ses attributions, Monsieur Fernand BODEN, et son ministre ayant l Intérieur dans

Plus en détail

PROJET EDUCATIF TERRITORIAL COMMUNE DE CHAULGNES Année scolaire 2014/2015

PROJET EDUCATIF TERRITORIAL COMMUNE DE CHAULGNES Année scolaire 2014/2015 PROJET EDUCATIF TERRITORIAL COMMUNE DE CHAULGNES Année scolaire 2014/2015 Introduction Depuis plusieurs années, CHAULGNES s est fortement engagée en faveur de la jeunesse considérée comme un champ d action

Plus en détail

La démarche de conception et de concertation

La démarche de conception et de concertation Ont contribué à cet atelier : Paris Batignolles Aménagement : Catherine CENTLIVRE, Marie JOUDINAUD, Corinne MARTIN Atelier Grether : François GRETHER DAC communication : Gaëlle BARBE et Gilles VRAIN. Environ

Plus en détail

INSTRUCTION DE TRAVAIL ATTRIBUTION DE LOGEMENT Règlement Intérieur Commission d attribution de logements SA HABITAT DU NORD

INSTRUCTION DE TRAVAIL ATTRIBUTION DE LOGEMENT Règlement Intérieur Commission d attribution de logements SA HABITAT DU NORD Page : 1 sur 5 ARTICLE 1 CREATION & COMPETENCE GEOGRAPHIQUE En vertu des dispositions de l article R 441.9 du Code de la Construction et de l Habitation, il a été créé et validé par le Conseil d Administration

Plus en détail

Les hauts de Chambéry

Les hauts de Chambéry Les hauts de Chambéry JANVIER 011 Les hauts de Chambéry Un quartier de ville, un quartier de vie La rénovation urbaine des Hauts de Chambéry vient de franchir une étape capitale. Parallèlement à la réalisation

Plus en détail

Marchés publics : une méga plateforme en Ile-de-France

Marchés publics : une méga plateforme en Ile-de-France Rencontre Ville-Entreprises, vendredi 7 juin 2013 à 8h30 au 18ème étage de la Mairie Le service économique La lettre au format PDF Les archives de la lettre L annuaire économique 2013 est à votre disposition

Plus en détail

ACCESSIBILITÉ VERS UNE. Accès à tout pour tous. généralisée

ACCESSIBILITÉ VERS UNE. Accès à tout pour tous. généralisée PRÉFET DE LA SARTHE Direction Départementale des Territoires de la Sarthe Sous-Commission Départementale d Accessibilité VERS UNE ACCESSIBILITÉ généralisée Accès à tout pour tous La loi handicap du 11

Plus en détail

Objet : Archives de l intercommunalité. Modèles de convention P.J. : 3

Objet : Archives de l intercommunalité. Modèles de convention P.J. : 3 Paris, le 21 juillet 2009 Le ministre de la culture et de la communication à Mesdames et Messieurs les préfets de régions Mesdames et Messieurs les préfets de départements Mesdames et Messieurs les présidents

Plus en détail

VERS UNE ACCESSIBILITÉ. généralisée. Accès à tout pour tous

VERS UNE ACCESSIBILITÉ. généralisée. Accès à tout pour tous VERS UNE ACCESSIBILITÉ généralisée Accès à tout pour tous La loi handicap du 11 février 2005 précise que les conditions d accès des personnes handicapées dans les E.R.P.* doivent être les mêmes que celles

Plus en détail

APPEL À PROJETS QUARTIERS DURABLES CITOYENS MODALITÉS

APPEL À PROJETS QUARTIERS DURABLES CITOYENS MODALITÉS APPEL À PROJETS QUARTIERS DURABLES CITOYENS 2015 MODALITÉS PRÉSENTATION DE L APPEL À PROJETS L appel à projets Quartiers Durables Citoyens encourage et soutient les habitants qui s engagent dans leur quartier

Plus en détail

LOCAL À LOUER. «ZAC SEGUIN RIVES DE SEINE» Quartier du Trapèze Place Jules Guesde BOULOGNE BILLANCOURT Ilot A4 EST B

LOCAL À LOUER. «ZAC SEGUIN RIVES DE SEINE» Quartier du Trapèze Place Jules Guesde BOULOGNE BILLANCOURT Ilot A4 EST B LOCAL À LOUER «Quartier du Trapèze Place Jules Guesde BOULOGNE BILLANCOURT Ilot A4 EST B 152, bd Haussmann 75008 Paris Tél. : 01 53 53 23 23 Email : contact@devim-commercialisation.com PRÉSENTATION SURFACES

Plus en détail

Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale. Ministre délégué au Logement et à la Ville

Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale. Ministre délégué au Logement et à la Ville Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale Ministre délégué au Logement et à la Ville Paris, le 9 novembre 2004 Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale Ministre délégué

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REGION LANGUEDOC - ROUSSILLON DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL Réunion du 10 décembre 2004 N 01.13 ADHÉSION DE LA RÉGION À UN SYNDICAT MIXTE DE GESTION ET D'AMÉNAGEMENT DES DIGUES DU DELTA DU RHÔNE Vu

Plus en détail

9Engagements. pour vous reloger dans les meilleures conditions

9Engagements. pour vous reloger dans les meilleures conditions 9Engagements pour vous reloger dans les meilleures conditions Le projet de renouvellement urbain pour 2011-2015 va modifier profondément le site Petit Pré-Sablières Pour le Quartier Petit Pré-Sablières,

Plus en détail

Les principes fondamentaux du Projet d Aménagement et de Développement Durable

Les principes fondamentaux du Projet d Aménagement et de Développement Durable Réglement du PLAN Local d Urbanisme Les principes fondamentaux du Projet d Aménagement et de Développement Durable ORGANISER UNE ÉVOLUTION DE CROL, DANS UNE LOGIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE, QUI GARANTISSE

Plus en détail

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

Concertation sur le projet d aménagement «Route de Toulouse»

Concertation sur le projet d aménagement «Route de Toulouse» Concertation sur le projet d aménagement «Route de Toulouse» Compte-rendu de la réunion publique du 20 mai 2015 I. Rappel du contexte général Société Publique Locale, la Fabrique Métropolitaine de La Cub

Plus en détail

Le financement de l enseignement privé par les collectivités territoriales

Le financement de l enseignement privé par les collectivités territoriales www.jeanclaudegaudin.net Juillet 2006 Le financement de l enseignement privé par les collectivités territoriales Une polémique a récemment surgi à propos du financement de l enseignement privé par les

Plus en détail

Questionnaire à destination des professionnels de l urbanisme, mandataires et organisations

Questionnaire à destination des professionnels de l urbanisme, mandataires et organisations Questionnaire à destination des professionnels de l urbanisme, mandataires et organisations DÉFIS Climat 1. Pensez-vous que ce soit utile de réduire nos déplacements afin de lutter contre les changements

Plus en détail

Le livret d accueil du conseil syndical

Le livret d accueil du conseil syndical Le livret d accueil du conseil syndical Association des Responsables de Copropriété www.unarc.asso.fr L ARC et l UNARC ASSOCIATION DES RESPONSABLES DE COPROPRIÉTÉ L ARC, Association des Responsables de

Plus en détail

Des Murs aux toits, dispositif d auto-réhabilitation accompagnée

Des Murs aux toits, dispositif d auto-réhabilitation accompagnée Le réseau francilien de lutte contre les précarités énergétiques Fiche Action Des Murs aux toits, dispositif d auto-réhabilitation accompagnée Territoire concerné >> Ville des Mureaux (78) Date de mise

Plus en détail

Règlement d Ordre Intérieur du service «Accueil Assistance» Remplacement de personnel dans les milieux d accueil

Règlement d Ordre Intérieur du service «Accueil Assistance» Remplacement de personnel dans les milieux d accueil Règlement d Ordre Intérieur du service «Accueil Assistance» Remplacement de personnel dans les milieux d accueil A. Utilité Le Règlement d Ordre Intérieur proposé informe chaque partie des différents aspects

Plus en détail

Vénissy, Un nouveau quartier se dessine

Vénissy, Un nouveau quartier se dessine Dossier de Presse Vénissy, Un nouveau quartier se dessine GRAND LYON Marie-Laure OUDJERIT Tel. 04 78 63 40 40 Mél. MOUDJERIT@grandlyon.org SERL - Peggy LECUELLE Tel. 04 72 61 50 39 GSM 06 03 98 55 71 Mél.

Plus en détail

Densité d établissements industriels à risque

Densité d établissements industriels à risque Thème : Santé publique, prévention et gestion des risques Orientation : Prévenir et gérer les risques majeurs et chroniques, technologiques et naturels Densité d établissements industriels à risque par

Plus en détail

Espace Périscolaire des Roses Haguenau

Espace Périscolaire des Roses Haguenau Espace Périscolaire des Roses Haguenau Accueil périscolaire Restauration scolaire Centre d éducation routière Inauguration le 15 novembre 2012 à 15h D O S S I E R D E P R E S S E Après 18 mois de travaux,

Plus en détail

1. Contexte de la réunion publique. 2. Introduction

1. Contexte de la réunion publique. 2. Introduction Compte-rendu de la réunion publique du 24 novembre 2014 1. Contexte de la réunion publique Une vingtaine de personnes s est réunie à Bordeaux Métropole le 24 novembre 2014 pour prendre connaissance du

Plus en détail

Réunion publique du 14 Juin 2011. Équo-quartier de la Remise présentation des rendus de l appel à idées

Réunion publique du 14 Juin 2011. Équo-quartier de la Remise présentation des rendus de l appel à idées Réunion publique du 14 Juin 2011 Équoquartier de la Remise présentation des rendus de l appel à idées Les temps du projet de la Remise CONCERTATION pendant toute la phase d élaboration du projet Les temps

Plus en détail

Extension de l école de la deuxième chance à Marseille

Extension de l école de la deuxième chance à Marseille Extension de l école de la deuxième chance à Marseille CONTEXTE La notion d Ecole de la Deuxième Chance La notion d école de la seconde chance fait suite à la parution, en 1995, d un Livre Blanc de la

Plus en détail

Dispositif Scellier : L évolution des plafonds de loyers - Délivrance d agréments en zone C

Dispositif Scellier : L évolution des plafonds de loyers - Délivrance d agréments en zone C Dispositif Scellier : L évolution des plafonds de loyers - Délivrance d agréments en zone C 26 août 2010 Sommaire Un constat : des plafonds de loyers parfois supérieurs aux loyers du marché Révision des

Plus en détail

Règlement intérieur du service périscolaire 2013-2014

Règlement intérieur du service périscolaire 2013-2014 Règlement intérieur du service périscolaire 2013-2014 Contact : - Service scolaire mairie : Horaire : tous les jours de 8h30 à 12h30 et de 13h30 à 18h Coordonnées : 05 58 41 79 10 / ccas@hossegor.fr -

Plus en détail