Commentaires de COFACE sur la directive relative aux droits des consommateurs 1

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Commentaires de COFACE sur la directive relative aux droits des consommateurs 1"

Transcription

1 Commentaires de COFACE sur la directive relative aux droits des consommateurs 1 Adoptés par le Conseil d administration de la COFACE le 25 mars ) Le logique sous jacente de la Directive sur le Droit des Consommateurs La principale raison invoquée pour la création de cette directive est l existence d obstacles aux échanges transfrontaliers (qui, selon les dernières statistiques de la Commission, se chiffrent à 7 %). La directive vise à «créer des conditions de concurrence équitables» pour les fournisseurs de biens et de services, leur permettant ainsi de se mettre en conformité avec les dispositions législatives nationale et de réduire les coûts administratifs liés à l adaptation de leurs contrats aux règles juridiques, et de renforcer la confiance des consommateurs qui effectuent des achats en ligne. Ces affirmations sont quelque peu trompeuses car elles ne reflètent pas la réalité des pratiques des entreprises concernant le commerce transfrontalier. Tout d abord, la Commission présente cette directive comme une avancée majeure. Cependant, après un examen approfondi, il apparait que de nombreuses clauses contenues dans ce projet de Directive sont des clauses qui existaient déjà dans des Directives antérieures, seulement rehaussée d'une harmonisation minimum à une harmonisation maximum. Par ailleurs, la directive suppose que des milliers d entreprises se trouvent actuellement dans l incapacité de «pénétrer le marché électronique» en raison du coût qu implique la «mise en conformité» avec 27 cadres législatifs en matière de protection des consommateurs. Cela ne reflète pas la réalité constatée. Si nous examinons les sites de vente en ligne à travers l UE, nous constatons qu un grand nombre d entre eux n ont qu un seul contrat à la consommation et n appliquent qu une seule garantie, mais qu ils 1 1

2 garantissent par défaut un niveau élevé de protection du consommateur afin de se conformer aux exigences de tous les États membres 2. En outre, compte tenu des frais de livraison à l étranger, auxquels il convient d ajouter les frais liés à la gestion d un site et d un service à la clientèle multilingues, aux différences dues au niveau du calcul de la TVA et à d autres charges administratives sans rapport avec les contrats, il est improbable que, grâce à la directive, les PME se voient dotées automatiquement des ressources nécessaires pour s'engager dans le commerce transfrontalier des biens et services. Quant à la volonté de la Commission de «créer des conditions de concurrence équitables», cette proposition ne correspond pas à la réalité de la concurrence dans les échanges transfrontaliers. L objectif premier des fournisseurs de biens et services est de se différencier de leurs concurrents en proposant des garanties et conditions de vente différentes susceptibles de convaincre le consommateur d acheter leur bien ou service. Les industriels plaident d ailleurs en faveur de la possibilité pour eux de continuer à se différencier et à proposer de nouvelles conditions de vente en fonction de l évolution du marché. Ils ont apparemment convaincu la Commission qui n est pas favorable à une standardisation des contrats de crédits afin de ne pas brider l innovation commerciale. Si l argument de l innovation commerciale est recevable dans le cas particulier des contrats financiers, il l est tout autant, voire plus encore, dans d autres secteurs de la distribution. Il faudrait donc harmoniser aussi les politiques en faveur de la protection des consommateurs! En outre, les garanties ne sont que l un des aspects de la confiance du consommateur et, à notre avis, pas l'aspect le plus crucial. Tout d abord, il convient de souligner qu il n existe pas de principes communs demandant aux fournisseurs de biens et services d afficher clairement sur leurs sites les garanties qu ils offrent en matière de protection des consommateurs, ni les conditions de livraison, et ainsi de suite. 2 Tel est le cas, par exemple, du détaillant allemand «Music Store» (www.musicstore.com), établi à Cologne, qui vend ses produits dans les différents pays de l UE et garantit le remboursement dans un délai de 30 jours pour tous les pays. Choix du pays dans le menu principal, par un lien visible en haut de la page =ZiGrfsPxOw-rfoianKYgms0y7OAA80P1xLU= Informations relatives aux livraisons, pour les pays membres de l UE Conditions de vente TermsConditions#ThirtyDaysMoneyBackGuarantee Principaux éléments remboursement dans un délai de 30 jours, garantie de 3 ans. Remarques: la protection des consommateurs ne pose problème qu en cas de rétractation et de retour d un produit pour les consommateurs résidant en dehors du territoire allemand. Les conditions de vente stipulent que, dans certains cas, le consommateur, s il se trouve en dehors du territoire allemand, doit prendre à sa charge les frais de renvoi du produit. Il est donc indispensable d instaurer une harmonisation complète des politiques de droits de rétractation, de livraison et de retour au niveau européen. Toutefois, le reste du contrat ne prévoit pas de conditions de vente différentes selon les États membres, bien que ce magasin livre ses produits dans de nombreux pays de l UE, ce qui signifie qu il n y a pas de raison de procéder à une harmonisation dans d autres domaines. 2

3 Souvent, les consommateurs doivent passer leur temps à rechercher ces informations et, parfois, ce n est qu après avoir dûment rempli le formulaire de commande qu ils sont informés que le fournisseur en question ne livre pas dans leur pays! De nombreux sites ne fournissent pas cette information, ou ne la fournissent qu'une fois arrivé à la page du payement, ce qui cause une forte perte de temps et une frustration chez le consommateur 3. Selon nous, l objectif prioritaire est dès lors de clarifier les conditions de livraison et autres informations utiles pour le consommateur avant de s intéresser à la teneur de ces conditions. Si le consommateur n est même pas informé correctement des possibilités et du coût de livraison dans son pays, il est peu probable que sa confiance se renforce. La question de la résolution des litiges bloque la confiance des consommateurs ainsi que l assurance de disposer d un service de payement securisé, payement avant la livraison ainsi que remboursement en l absence de satisfaction. Enfin, l une des façons de renforcer la confiance des consommateurs dans le commerce en ligne est de mettre en place une plate-forme centralisée de comparaison et d évaluation, sur laquelle les consommateurs pourraient comparer les différentes offres et donner leur avis sur les différents fournisseurs (livraison, service à la clientèle) et produits (fiabilité, qualité, etc.). Des sites de ce type existent déjà mais ils sont consacrés à des secteurs spécifiques 4. Il existe également des sites qui permettent de comparer des offres en ligne 5, mais ils doivent être intégrés et centralisés. Ce dont les consommateurs ont le plus grand besoin en ligne, c est d information. Étant donné qu ils ne peuvent pas physiquement voir le bien, ni le toucher et l essayer, ils ont besoin d informations supplémentaires qui leur permettront de décider d acheter le produit en toute confiance. Dans ce sens, les avis de consommateurs et de professionnels ainsi que la comparaison des prix et des offres sont essentiels. Ce ne sont pas les droits qui préoccupent le plus les consommateurs. Pour preuve, posons-nous simplement la question suivante : combien de consommateurs lisent-ils réellement les clauses d un contrat? En revanche, ils préféreraient certainement lire les avis de consommateurs ou d organisations de consommateurs les mettant en garde contre des escroqueries en ligne. Il est important de souligner qu'afin de garantir une information de qualité au consommateur, des systèmes de contrôle doivent être mis en place sur les sites rassemblant les avis des consommateurs de façon à éviter que seuls les avis positifs ne soient repris et affichés ou que les professionnels eux-mêmes ne "polluent" ces sites avec des commentaires biaisés. 3 Tel est le cas, par exemple de dont la page relative aux conditions de livraison est très complexe et qui, en outre, ne respecte pas les conditions proposées! Ainsi, la rubrique «autres produits» mentionne un délai de livraison de 2-3 jours pour la Belgique, pour un coût de 4. Or, pour l achat d un réveil, le site annonce au moment de payer que ce produit n est pas livré en Belgique. 4 comme qui est un portail dédié aux biens audio, sur lequel les consommateurs peuvent donner leur avis sur un produit. Exemple d avis des consommateurs d Audiofanzine DELL propose également sur son site une section consacrée à l avis des consommateurs (voir le bas de la page) 545/pd.aspx?refid=desktop-inspiron-545&s=dhs&cs=bedhs1#reviews 5 par exemple 3

4 2) Une harmonisation maximale dogmatique La COFACE n est pas systématiquement opposée à une harmonisation complète ; toutefois, si une telle harmonisation est mise en œuvre, elle devra garantir un niveau de protection élevé et à l épreuve du temps car elle aura pour effet de plafonner la protection des consommateurs! Par exemple, une harmonisation complète concernant les informations devant obligatoirement figurer dans les contrats, si elle n est pas totale, empêcherait les États membres d ajouter des clauses telles que la communication obligatoire d informations sur l interopérabilité pour les biens numériques (tels que les programmes, etc.). La COFACE est convaincue que les chapitres 1 et 3 de la proposition de directive peuvent rester entièrement harmonisés, en admettant que le niveau de protection soit relevé. Pour ces deux derniers chapitres, une clause de non-régression pourrait être prévue afin d'éviter une diminution du niveau de protection des consommateurs. La COFACE ne pense pas qu une harmonisation complète soit la voie à suivre pour les chapitres 2, 4 et 5. La COFACE prône, dès lors, une harmonisation mixte ou maximum ciblée. 3) Liste non exhaustive des problèmes mis en évidence dans la directive Au point 7, p de la version française, la proposition stipule que «[ces disparités] augmentent les coûts de mise en conformité pour les entreprises qui souhaitent s'engager dans la vente transfrontalière de biens ou la fourniture transfrontalière de services. La fragmentation nuit également à la confiance des consommateurs dans le marché intérieur, cet effet négatif étant renforcé par un niveau inégal de protection des consommateurs dans la Communauté». Cette affirmation est pour le moins catégorique et, bien qu elle s appuie sur des études, elle est incompatible avec plusieurs points mentionnés précédemment, notamment le pourcentage peu élevé de consommateurs qui lisent effectivement les clauses des contrats, et dont la confiance ne peut donc pas être «influencée» par quelque chose qu ils ne connaissent pas. Ensuite, le fait que les entreprises qui vendent leurs biens ou services en ligne n appliquent pas 27 types de contrats différents mais adoptent une norme de garantie plus stricte qui couvre les différentes dispositions des autres États membres, ce qui remet en question les coûts soi-disant «considérables» qui empêchent les entreprises de vendre leurs biens et services à l étranger, nonobstant les autres «coûts», qui sont beaucoup plus élevés. Au point 11, p. 14, la proposition stipule que «les dispositions de la présente directive ne couvrent les contrats concernant des services financiers que dans la mesure nécessaire pour combler les lacunes de la réglementation». Cette disposition reste très floue quant à l impact sur les services financiers et requiert davantage d attention. Au point 24, p. 16, la proposition stipule clairement que les délais mentionnés dans la directive doivent s entendre en jours calendaires, ce qui pourrait correspondre à une protection moins forte que dans certains Etats membres. Ce point doit être examiné afin de 4

5 s'assurer que le concept des «jours ouvrables» ne prévoit pas de délais plus longs que celui des jours calendriers. De plus, il est à souligné que le professionnel a un délai de 30 jours pour livrer le bien ou commencer le service, alors que le consommateur a seulement 14 jours pour renvoyer le produit. Au point 27, p. 17, ainsi qu au chapitre III, article 13, p. 29, la proposition stipule que «Si le professionnel a omis d'informer le consommateur de son droit de rétractation avant la conclusion d'un contrat à distance ou hors établissement, le délai de rétractation [doit être prolongé de] trois mois». Ce délai est inférieur à celui prévu dans certains États membres. Au point 31, p. 17, la proposition stipule que le consommateur peut «s'assurer de la nature et du bon fonctionnement d'un bien [ ] d une manière qui lui serait également permise en magasin». Cette disposition limite fortement la possibilité d «essayer» un produit, et est sujette à interprétation (pendant combien de temps un consommateur peut-il essayer un article dans un magasin?). Au point 32, p. 17, et au chapitre III, article 12, point 1, p. 29, la proposition exige du consommateur qu il «renvoie les biens dans un délai de quatorze jours après notification au professionnel de sa décision de se rétracter». Comme mentionné plus haut, cela est beaucoup plus court que le délai du professionnel pour livrer le produit. Au point 34, p , la limitation du droit de rétraction pour certains biens tels que les biens numériques, est source de problèmes car elle «verrouille» les droits du consommateur pour l avenir. Les questions telles que l interopérabilité et la compatibilité des systèmes, les problèmes de matériel et de logiciels informatiques pourraient nécessiter un droit de rétraction pour le consommateur. La COFACE ne veut pas dire que tous produits doivent être remboursables (pour éviter des problèmes de produits retournés après utilisation tels que la "robe de la mariée") mais demande à ce que les Etats membres aient la possibilité d'édicter des dispositions et des lois adaptées aux situations problématiques lorsqu'elles apparaissent. Au point 40, p. 19, non seulement la proposition modifie l harmonisation minimale de la directive précédente en harmonisation maximale mais elle réduit la protection des consommateurs en laissant au professionnel la liberté de choisir entre réparation et remplacement. Ceci montre clairement que la directive actuelle ne fait que reprendre les dispositions d harmonisation minimale existantes pour les transformer en dispositions d harmonisation complète, abaissant ainsi les normes plus élevées dans les États membres. Au point 42, p. 19, et au chapitre IV, article 26, p. 35, la proposition stipule que le consommateur «doit avoir le droit de choisir librement l'un des modes de réparation disponibles» si le professionnel «a refusé ou omis plus d'une fois de remédier au défaut de conformité». Tout d abord, qui détermine quels modes de réparation sont disponibles? La réponse n est pas claire. Ensuite, cette disposition indique clairement que le consommateur doit laisser le professionnel choisir deux fois des modes de réparation qui ne lui conviennent peut-être pas avant de pouvoir lui-même revendiquer quoi que ce soit pour son propre compte. Cela signifie que le consommateur pourra attendre très longtemps avant d être remboursé, par exemple. En outre, les termes utilisés sont relativement vagues (points 3-4 de ce chapitre ainsi que tout le point 5) et donnent lieu à de gros problèmes d interprétation: «Le consommateur ne peut prétendre à la résolution du contrat pour un défaut de conformité mineur» (que signifie «mineur»?), «[ ] le professionnel n'a pas remédié au défaut 5

6 de conformité dans un délai raisonnable» (que signifie «délai raisonnable?»). Ces interprétations doivent être harmonisées, sinon l'harmonisation maximale n'a pas de sens. Au point 43, p. 19, encore une fois, la proposition relève à un maximum de deux mois l obligation pour le consommateur d informer le professionnel de la non-conformité d un produit à partir de la date à laquelle il a constaté le problème, tandis que la directive précédente (1999/44/CE) prévoyait un minimum de deux mois. Ici encore, l harmonisation minimale devient une harmonisation maximale. Définitions, chapitre I, article 2, p. 23. Ces définitions doivent être réexaminées si elles doivent entraîner une harmonisation maximale, notamment en consultant les parlements des États membres et des experts juridiques, afin de veiller à ce qu elles ne posent pas de problèmes. Au chapitre II, article 5, p.26, les obligations d information générales ne peuvent être complètement harmonisées car cela empêcherait les Etats membres d adapter leur législation nationale aux nouveaux produits et aux obligations d information correspondantes. Au chapitre III, article 11, point 4, p. 28, la proposition stipule que le «consommateur reçoit confirmation de toutes les informations visées à l'article 9, points a) à f) [ ] au plus tard au moment de la livraison du bien». Cela semble bien tard pour informer le consommateur de ses droits de rétraction, entre autres. Au chapitre III, article 14, point 2, p. 30, le professionnel doit donner au consommateur la possibilité de «remplir et de transmettre le formulaire de rétractation standard» sur son site. Cette disposition ne précise pas l accessibilité ou la visibilité que doit avoir ce formulaire. Il est déjà difficile, sur de nombreux sites, d avoir accès aux informations relatives à la livraison et aux conditions générales de vente. Il est donc indispensable de préciser où ce formulaire doit se trouver, par exemple en prévoyant un «bouton» standard dans le coin supérieur droit ou gauche du site du professionnel. Au chapitre III, article 16, point 1, p. 30, la proposition prévoit que le «professionnel rembourse tout paiement reçu de la part du consommateur dans les trente jours suivant la date de réception de la communication de la rétractation». Cette disposition doit être réexaminée afin de s assurer que les législations nationales ne prévoient pas des délais plus courts. Par ailleurs, pourquoi le remboursement devrait-il prendre plus de temps que le renvoi du bien par le consommateur? (voir article suivant). Au chapitre III, article 17, point 1, p. 30, la proposition accorde au consommateur un délai de quatorze jours pour renvoyer un bien après la notification de rétractation. Cette disposition doit, elle aussi, être réexaminée, tout comme l'article 12 du même chapitre. Au chapitre IV, article 21, point 4, la proposition précise que les biens d occasion ne sont pas visés. Une harmonisation minimale devrait au moins être prévue concernant ces biens, surtout compte tenu du succès de sites spécialisés. Par ailleurs, ces sites ne sont pas seulement une plateforme de vente et achat entre particuliers mais aussi entre professionnels. Enfin, la contribution au développement durable du commerce de "seconde main" peut être considérable et devrait dès lors faire partie de la directive sur le droit des consommateurs. 6

7 Au chapitre IV, article 28, point 1-2-3, la proposition limite la garantie à deux ans et au moins un an pour les biens d occasion. Cette limite de deux ans est en contradiction avec les différentes garanties que les États membres ont appliquées au fil des ans afin de s adapter aux spécificités de biens tels que les voitures par exemple, dont la garantie doit couvrir une période beaucoup plus longue. En outre, cette disposition est incompatible avec certaines dispositions nationales telles que le concept de «vice caché» dans la législation française. Au chapitre V, article 34-39, p , le contenu doit être supprimé dans sa totalité. La liste fixe de clauses contractuelles abusives est clairement insuffisante par rapport à de nombreuses listes en vigueur dans les États membres, comme l a souligné l Assemblée nationale française, et n est pas évolutive.. Il n'est pas envisageable que des clauses reconnues comme abusives dans un Etat membre deviennent "légales" si elles ne sont pas inclues dans la Directive. La façon dont elle est supposée être modifiée, à savoir via une procédure de comitologie, est un mythe et une lourdeur extrême puisque la plupart des institutions de l UE ont presque abandonné ce concept et ont restreint son utilisation. Au chapitre VII, article 48, p. 42, un réexamen qui aurait probablement lieu dans cinq ans ne serait pas adapté aux réalités de la législation relative à la protection des consommateurs, qui est appelée à changer et qui doit s adapter rapidement aux nouvelles pratiques commerciales ou aux nouveaux biens. La COFACE tient à souligner que ces remarques sont des remarques préliminaires et non définitives. L examen de la proposition de directive est actuellement en cours. 4) Conclusion Harmoniser le droit des consommateurs passe nécessairement par une harmonisation des conditions d application de ce droit. Jusqu à présent, les directives traduites dans des cultures différentes et appliquées par des ordres juridiques différents peuvent donner lieu à des interprétations diverses qui peuvent continuer à donner un avantage concurrentiel à un Etat membre par rapport à d autres. Dans ces conditions, la lisibilité du droit n est pas forcément améliorée. Par ailleurs, la confiance du consommateur n est pas acquise tant qu il est impossible d obtenir une réparation ou l application du droit en dehors de son territoire national. Les Institutions européennes doivent veiller à une bonne acceptabilité de règles qu elles voudraient imposer aux consommateurs, c est à dire aux citoyens, par une organisation du marché qui réponde aux vœux de ces derniers. Ainsi, la COFACE recommande: - Que les directives d harmonisation minimum qui sont déjà d application à l égard du droit des consommateurs et desquelles la présente directive à harmonisation maximale s inspire, soient mieux appliquées et conduisent à des études plus approfondies sur l impact de l interprétation différentiée dont elles font l objet quand à leur application. 7

8 - Que la Commission établisse une harmonisation de l interprétation des règles et de leur application plutôt que de se focaliser essentiellement sur le contenu, ce qui pourrait mener à des situations où le droit des consommateurs ne serait de toute façon pas harmonisé, étant donné les divergences entre les cultures et les systèmes judiciaires 6. - Que, dans les chapitres où une harmonisation maximale est souhaitable (les chapitres 1 et 3), un réexamen important des clauses et des articles prenne place avec les parties prenantes impliquées, à savoir les autorités judiciaires nationales ainsi que les organisations de consommateurs afin de s assurer que des protection clé comme le concept français de vice caché ou l interdit belge sur la vente couplée ne soit pas perdus. La COFACE souligne enfin que: - Cette initiative ne doit pas jeter une ombre sur d autres aspects qui, au moment présent, restreignent tout autant la confiance des consommateurs en ligne à travers par exemple le manque d informations comparatives et critique sur des produits et services en ligne: o Manque d avis critique (certifiés véritables) de la part des consommateurs. o Marque d informations sur les conditions de livraison dans les pays d origine du consommateur. o Manque de sécurisation des paiements. o Manque d informations sur l aptitude commerciale et financière du vendeur/prestataire à procurer le produit/service acheté. o Manque de traductions dans la langue des pays cibles. - De plus, la COFACE insiste sur le fait qu une harmonisation maximum n atteindra certainement pas le but visé d une plus grande clarté dans le droit des consommateurs. Ainsi, il est évident que les entreprises continueront à se concurrencer avec des contrats destinés à mettre en avant leurs qualités réelles ou supposés. Une variété de contrats de consommateurs continuera nécessairement à exister. COMMISSION EUROPEENNE DG Emploi, Affaires sociales et Egalité des chances La COFACE bénéficie du soutien du programme communautaire pour l emploi et la solidarité sociale PROGRESS ( ). 6 Par exemple, de nombreux consommateurs français viennent acheter des machines à laver en Allemagne en passant la frontière. Cependant, nombre d entre eux, après avoir signé un contrat de vente, décident de se rétracter. Les représentants de vente Allemands protestent vigoureusement vis-à-vis de cette attitude et certains juristes utilisent cet argument pour œuvrer en faveur d une harmonisation des droits des consommateurs au niveau Européen. Pourtant, si l on y regarde de plus prêt, la loi en France ne permet pas de se rétracter non plus unilatéralement d un contrat seulement les représentants de vente français sont plus laxistes sur cette disposition. Ainsi, la barrière principale est ici la culture et non la loi. Exemple donné par la MEP Gebhardt. 8

REFLEXIONS DE LA CGPME

REFLEXIONS DE LA CGPME DROIT DE LA CONSOMMATION REFLEXIONS DE LA CGPME Réponse à la consultation publique sur le Livre Vert relatif à la révision de l acquis communautaire en matière de protection des consommateurs Le 8 février

Plus en détail

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006 AVIS Réf. : CWEDD/06/AV.371 Liège, le 06 avril 2006 Objet : - Avant-projet de décret portant transposition de la Directive 2003/98/CE du Parlement européen et du Conseil du 17 novembre 2003 concernant

Plus en détail

Les attentes des consommateurs sont-elles satisfaites?

Les attentes des consommateurs sont-elles satisfaites? Les attentes des consommateurs sont-elles satisfaites? Point de vue européen Intro Prise en compte des intérêts des consommateurs, par les autorités publiques, n est pas récente, même si différences importantes

Plus en détail

Doc. n D2:91001C04 Bruxelles, le 15.12.1998 A V I S. sur UN AVANT-PROJET D ARRETE ROYAL CONCERNANT LE BON DE COMMANDE DE VEHICULES AUTOMOBILES NEUFS

Doc. n D2:91001C04 Bruxelles, le 15.12.1998 A V I S. sur UN AVANT-PROJET D ARRETE ROYAL CONCERNANT LE BON DE COMMANDE DE VEHICULES AUTOMOBILES NEUFS Doc. n D2:91001C04 Bruxelles, le 15.12.1998 MH/AB/JP A V I S sur UN AVANT-PROJET D ARRETE ROYAL CONCERNANT LE BON DE COMMANDE DE VEHICULES AUTOMOBILES NEUFS *** 2 Par sa lettre du 6 juillet 1998, le Vice-Premier

Plus en détail

COM (2015) 289 final

COM (2015) 289 final COM (2015) 289 final ASSEMBLÉE NATIONALE QUATORZIEME LÉGISLATURE SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2014-2015 Reçu à la Présidence de l Assemblée nationale le 22 juin 2015 Enregistré à la Présidence du Sénat le

Plus en détail

NOTE DES AUTORITÉS FRANÇAISES

NOTE DES AUTORITÉS FRANÇAISES Paris, 23 mars 2016 NOTE DES AUTORITÉS FRANÇAISES Objet : Réponse au livre vert de la Commission européenne sur les services financiers de détail. Réf. : COM(2015) 630 final P. J. : Réponse des autorités

Plus en détail

Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs»

Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs» Conseil National de la Consommation 12 mai 2015 Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs» N NOR : EINC1511480V Trouver un produit, comparer

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

Thème I Qu est-ce que le droit?

Thème I Qu est-ce que le droit? Objectifs du chapitre : - Identifier les sources de droit - Comprendre la hiérarchie des sources de droit Découverte 1 : les sources communautaires du droit Les femmes paieront bientôt leur assurance auto

Plus en détail

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile»

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile» Conférence Le Point «Maison connectée et intelligente» Paris, 28 mars 2013 Peter Hustinx Contrôleur européen de la protection des données «Le partage des données à caractère personnel et le respect de

Plus en détail

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans

Plus en détail

Le régime de l électricité en France Présentation du rapport de la commission présidée par Paul Champsaur daté d avril 2009

Le régime de l électricité en France Présentation du rapport de la commission présidée par Paul Champsaur daté d avril 2009 Le régime de l électricité en France Présentation du rapport de la commission présidée par Paul Champsaur daté d avril 2009 Le gouvernement a créé une commission présidée par Paul Champsaur pour faire

Plus en détail

Domaine CASABIANCA vinscasabianca.com Conditions générales de vente en ligne

Domaine CASABIANCA vinscasabianca.com Conditions générales de vente en ligne Domaine CASABIANCA vinscasabianca.com Conditions générales de vente en ligne Généralités Les ventes en ligne des Vins du Domaine CASABIANCA sur le site vinscasabianca.com sont soumises aux présentes conditions

Plus en détail

2. Les prestations de WKB ont pour objet la fourniture d'informations au client. Ces prestations peuvent être

2. Les prestations de WKB ont pour objet la fourniture d'informations au client. Ces prestations peuvent être Conditions générales 1. Les relations contractuelles entre Wolters Kluwer Belgium S.A., dont le siège social est établi Motstraat 30, à 2800 Mechelen, immatriculée au registre de la T.V.A. sous le numéro

Plus en détail

Cahier des charges. pour la réalisation d une étude. Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D

Cahier des charges. pour la réalisation d une étude. Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D Cahier des charges pour la réalisation d une étude Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D Sommaire Sommaire...2 Article 1 Objet du marché...3 Article 2 Contexte...3

Plus en détail

Guide pour les investisseurs

Guide pour les investisseurs 19 octobre 2012 Guide pour les investisseurs Qu est-ce que l AEMF? L AEMF est l Autorité européenne des marchés financiers. Il s agit d une autorité de régulation indépendante de l Union européenne dont

Plus en détail

Un nouveau régime de qualifications professionnelles pour l Europe

Un nouveau régime de qualifications professionnelles pour l Europe Un nouveau régime de qualifications professionnelles pour l Europe L UE pour la croissance et l emploi Marché intérieur et services Michel Barnier Membre de la Commission européenne en charge du marché

Plus en détail

DIRECTIVE SUR LES DROITS DES CONSOMMATEURS Bilan et présentation des nouvelles règles

DIRECTIVE SUR LES DROITS DES CONSOMMATEURS Bilan et présentation des nouvelles règles DIRECTIVE SUR LES DROITS DES CONSOMMATEURS Bilan et présentation des nouvelles règles La directive 2011/83/UE sur les droits des consommateurs du 25 octobre 2011 visant à accroitre la protection des consommateurs

Plus en détail

Importations parallèles: intérêt du consommateur et intégration communautaire

Importations parallèles: intérêt du consommateur et intégration communautaire «Le traitement des restrictions verticales en droit comparé de la concurrence» Université Paris II Panthéon Assas & University College London Paris, le 23 mai 2008 Importations parallèles: intérêt du consommateur

Plus en détail

PARLEMENT EUROPÉEN. Commission du marché intérieur et de la protection des consommateurs DOCUMENT DE TRAVAIL

PARLEMENT EUROPÉEN. Commission du marché intérieur et de la protection des consommateurs DOCUMENT DE TRAVAIL PARLEMENT EUROPÉEN 2004 2009 Commission du marché intérieur et de la protection des consommateurs 15.2.2008 DOCUMENT DE TRAVAIL sur le rapport d initiative sur certains points concernant l assurance automobile

Plus en détail

Avis du CCRE. Sur le plan d action européen 2011-2015 pour l administration en ligne

Avis du CCRE. Sur le plan d action européen 2011-2015 pour l administration en ligne COUNCIL OF EUROPEAN MUNICIPALITIES AND REGIONS CONSEIL DES COMMUNES ET REGIONS D EUROPE Inscrit au registre des représentants d intérêts de la Commission européenne. Numéro d inscription : 81142561702-61

Plus en détail

RÉPONSE DU CCBE À LA CONSULTATION PAR LA DG MARKT SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES

RÉPONSE DU CCBE À LA CONSULTATION PAR LA DG MARKT SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES Conseil des barreaux européens Council of Bars and Law Societies of Europe Association internationale sans but lucratif Rue Joseph II, 40 /8 1000 Bruxelles T. : +32 (0)2 234 65 10 F. : +32 (0)2 234 65

Plus en détail

Doc. : Th-Franchise A 4 Bruxelles, le 16.3.2001 MH/RHdG/JP A V I S. concernant LES CONTRATS DE COLLABORATION COMMERCIALE (LA FRANCHISE) ***

Doc. : Th-Franchise A 4 Bruxelles, le 16.3.2001 MH/RHdG/JP A V I S. concernant LES CONTRATS DE COLLABORATION COMMERCIALE (LA FRANCHISE) *** Doc. : Th-Franchise A 4 Bruxelles, le 16.3.2001 MH/RHdG/JP A V I S concernant LES CONTRATS DE COLLABORATION COMMERCIALE (LA FRANCHISE) *** 2 Après avoir consulté la commission permanente «Politique générale

Plus en détail

Conseil des Notariats de l Union Européenne

Conseil des Notariats de l Union Européenne Conseil des Notariats de l Union Européenne Réponses du CNUE au Livre Vert de la Commission européenne sur la révision de l acquis communautaire en matière de protection des consommateurs COM (2006) 744

Plus en détail

A quel type d'intervenant convient-il de s'adresser selon les difficultés rencontrées?

A quel type d'intervenant convient-il de s'adresser selon les difficultés rencontrées? Direction générale de l'enseignement postobligatoire La fin du contrat d apprentissage A-t-on le droit de mettre fin à un contrat d apprentissage? Dans le présent document, le terme «apprenti» s entend

Plus en détail

Les Crédits et ouverture de crédit

Les Crédits et ouverture de crédit Les Crédits et ouverture de crédit Contexte général Besoin d une nouvelle voiture, votre machine à lessiver tombe en panne ou besoin d effectuer quelques travaux dans votre maison? De grosses dépenses

Plus en détail

FICHE PRATIQUE RELATIVE A LA PROTECTION DES CONSOMMATEURS Les contrats conclus à distance

FICHE PRATIQUE RELATIVE A LA PROTECTION DES CONSOMMATEURS Les contrats conclus à distance FICHE PRATIQUE RELATIVE A LA PROTECTION DES CONSOMMATEURS Les contrats conclus à distance Edition 2014 Cette fiche pratique est élaborée sur la base des dispositions de la loi 31-08 édictant des mesures

Plus en détail

EN SAVOIR PLUS SUR LA CAMPAGNE «GAZ MOINS CHER ENSEMBLE»

EN SAVOIR PLUS SUR LA CAMPAGNE «GAZ MOINS CHER ENSEMBLE» EN SAVOIR PLUS SUR LA CAMPAGNE «GAZ MOINS CHER ENSEMBLE» Pourquoi l UFC-QUE CHOISIR lance de nouveau la campagne «Gaz moins cher ensemble»?... 2 En quoi la transmission à l ensemble des fournisseurs de

Plus en détail

Règlement sur les normes d accessibilité intégrées

Règlement sur les normes d accessibilité intégrées sur les normes d accessibilité intégrées s de chaque conseil scolaire Date d entrée 2013 Établissement de politiques en matière d accessibilité Le conseil élabore, met en œuvre et tient à jour des politiques

Plus en détail

Reconnaissance transfrontalière des méthodes d authentification/des signatures électroniques

Reconnaissance transfrontalière des méthodes d authentification/des signatures électroniques Insert picture 4.77 x 10.83 Reconnaissance transfrontalière des méthodes d authentification/des signatures électroniques Robert Boekhorst, Madrid, 15 décembre 2005 0 Introduction Reconnaissance transfrontalière

Plus en détail

OBSERVATIONS INTRODUCTION

OBSERVATIONS INTRODUCTION Comité d experts gouvernementaux d UNIDROIT sur l applicabilité des clauses de compensation avec déchéance du terme Deuxième session FR UNIDROIT 2013 C.E.G/Netting/2/W.P. 5 Original: anglais Rome, 4-8

Plus en détail

Extrait des conditions générales des entreprises du Groupe Rossel

Extrait des conditions générales des entreprises du Groupe Rossel Extrait des conditions générales des entreprises du Groupe Rossel La version complète des conditions générales des entreprises du Groupe Rossel est disponible à l adresse web : www.sillonbelge.be Lorsque

Plus en détail

FICHE RECAPITULATIVE COMPAREE Démarchage à domicile d un artisan allemand. Quelle est la différence entre un contrat et un devis?

FICHE RECAPITULATIVE COMPAREE Démarchage à domicile d un artisan allemand. Quelle est la différence entre un contrat et un devis? FICHE RECAPITULATIVE COMPAREE Démarchage à domicile d un artisan allemand Avec le retour des beaux jours, nombreux sont les consommateurs qui souhaitent faire effectuer des travaux de toiture, peinture

Plus en détail

Prise de position du CNUE concernant la proposition de directive horizontale relative aux droits des consommateurs

Prise de position du CNUE concernant la proposition de directive horizontale relative aux droits des consommateurs Prise de position du CNUE concernant la proposition de directive horizontale relative aux droits des consommateurs Les notaires d Europe réunis au sein du CNUE suivent avec grand intérêt les travaux des

Plus en détail

L'AGENT COMMERCIAL I. DEFINITION ET STATUT II. CONTRAT D AGENCE COMMERCIALE III. CESSATION DU CONTRAT 30/07/2015

L'AGENT COMMERCIAL I. DEFINITION ET STATUT II. CONTRAT D AGENCE COMMERCIALE III. CESSATION DU CONTRAT 30/07/2015 L'AGENT COMMERCIAL 30/07/2015 L agent commercial est un intermédiaire de commerce indépendant et qui agit au nom et pour le compte d une autre entité. Son statut est régi par les articles L134-1 et suivants

Plus en détail

VALEUR JURIDIQUE DES ECRITS SUR SUPPORT ELECTRONIQUE

VALEUR JURIDIQUE DES ECRITS SUR SUPPORT ELECTRONIQUE VALEUR JURIDIQUE DES ECRITS SUR SUPPORT ELECTRONIQUE 14/11/2008 L écrit est associé depuis des siècles à son support, le papier. Le développement des nouvelles technologies de l information et de la communication

Plus en détail

Commission des affaires juridiques. sur l'exploitation du potentiel de l'informatique en nuage en Europe

Commission des affaires juridiques. sur l'exploitation du potentiel de l'informatique en nuage en Europe PARLEMENT EUROPÉEN 2009-2014 Commission des affaires juridiques 25.6.2013 2013/2063(INI) PROJET D'AVIS de la commission des affaires juridiques à l'intention de la commission de l'industrie, de la recherche

Plus en détail

Avis de la Chambre des Métiers

Avis de la Chambre des Métiers CdM/18/04/2012-133-11 Proposition de Directive relative au règlement extrajudiciaire des litiges de consommation. Proposition de Règlement relatif au règlement en ligne des litiges de consommation. Avis

Plus en détail

Prise de position du CNUE concernant la proposition de directive horizontale relative aux droits des consommateurs

Prise de position du CNUE concernant la proposition de directive horizontale relative aux droits des consommateurs Prise de position du CNUE concernant la proposition de directive horizontale relative aux droits des consommateurs Les notaires d Europe réunis au sein du CNUE suivent avec grand intérêt les travaux des

Plus en détail

2. Comment se déclenche un contrôle fiscal?

2. Comment se déclenche un contrôle fiscal? 2. Comment se déclenche un contrôle fiscal? Qui ne s est pas un jour posé la question de savoir à quel moment son entreprise fera l objet d un contrôle? Voilà une question à laquelle il est bien difficile

Plus en détail

1. Délai de réflexion : le délai durant lequel le consommateur peut utiliser son droit de rétraction ;

1. Délai de réflexion : le délai durant lequel le consommateur peut utiliser son droit de rétraction ; Conditions générales SHOP.BELGIANREDDEVILS.BE Table des matières Article 1 - Définitions Article 2 Identité de l entreprise Article 3 - Domaine d application Article 4 L'offre Article 5 La convention Article

Plus en détail

INTÉGRATION DES MARCHÉS DU CRÉDIT HYPOTHÉCAIRE DE L UE. Rapport du groupe de discussion sur le crédit hypothécaire (Forum Group on Mortgage Credit)

INTÉGRATION DES MARCHÉS DU CRÉDIT HYPOTHÉCAIRE DE L UE. Rapport du groupe de discussion sur le crédit hypothécaire (Forum Group on Mortgage Credit) INTÉGRATION DES MARCHÉS DU CRÉDIT HYPOTHÉCAIRE DE L UE Rapport du groupe de discussion sur le crédit hypothécaire (Forum Group on Mortgage Credit) Commission européenne Direction générale du Marché intérieur

Plus en détail

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS Dernière modification en vigueur le 1 er mars 2014 Ce document a valeur officielle chapitre V-1.1, r. 7.1 RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS A.M.

Plus en détail

2- Avant la commande

2- Avant la commande FICHE PRATIQUE : LES ACHATS EN LIGNE 1- Des règles particulières Article L121-16 et suivants du Code de la Les achats sur internet se généralisent en France. Pourtant un client sur deux aurait rencontré

Plus en détail

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ COMMUNAUTAIRE ET DES SERVICES CORRECTIONNELS 4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées (Suivi de la section 3.09 du Rapport annuel

Plus en détail

CONFÉRENCE SUR L ÉCONOMIE DES AÉROPORTS ET DES SERVICES DE NAVIGATION AÉRIENNE

CONFÉRENCE SUR L ÉCONOMIE DES AÉROPORTS ET DES SERVICES DE NAVIGATION AÉRIENNE Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL CEANS-WP/5 15/4/08 CONFÉRENCE SUR L ÉCONOMIE DES AÉROPORTS ET DES SERVICES DE NAVIGATION AÉRIENNE Montréal, 15 20 septembre 2008 Point 1

Plus en détail

Règles d entreprise visant à légitimer un transfert de données à caractère personnel vers des pays non membres de la communauté européenne.

Règles d entreprise visant à légitimer un transfert de données à caractère personnel vers des pays non membres de la communauté européenne. ROYAUME DE BELGIQUE Bruxelles, le Adresse : Av. de la porte de Hal, 5-8, B-1060 Bruxelles Tél.: +32(0)2/542.72.00 Email : commission@privacy.fgov.be Fax.: +32(0)2/542.72.12 http://www.privacy.fgov.be/

Plus en détail

F Planificateur financier A2 Bruxelles, le 27 mars 2014 MH/SL-EDJ/JP 717-2014 AVIS. sur

F Planificateur financier A2 Bruxelles, le 27 mars 2014 MH/SL-EDJ/JP 717-2014 AVIS. sur F Planificateur financier A2 Bruxelles, le 27 mars 2014 MH/SL-EDJ/JP 717-2014 AVIS sur UN PROJET DE LOI RELATIF AU STATUT ET AU CONTRÔLE DES PLANIFICATEURS FINANCIERS INDEPENDANTS ET A LA FOURNITURE DE

Plus en détail

Code des obligations. (Bail à loyer) Modification du 13 décembre 2002. Délai référendaire: 3 avril 2003

Code des obligations. (Bail à loyer) Modification du 13 décembre 2002. Délai référendaire: 3 avril 2003 Délai référendaire: 3 avril 2003 Code des obligations (Bail à loyer) Modification du 13 décembre 2002 L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 15 septembre 1999

Plus en détail

Commission du marché intérieur et de la protection du consommateur DOCUMENT DE TRAVAIL

Commission du marché intérieur et de la protection du consommateur DOCUMENT DE TRAVAIL PARLEMENT EUROPÉEN 2009-2014 Commission du marché intérieur et de la protection du consommateur 3.3.2010 DOCUMENT DE TRAVAIL sur la proposition de directive relative aux droits des consommateurs - COM(2008)614/3-2008/0196(COD)

Plus en détail

TAUX DE TRANSFORMATION

TAUX DE TRANSFORMATION Table des matières 1 Le choix des produits...2 2 La politique tarifaire...4 Introduction Afin de convertir efficacement vos visiteurs en acheteurs, il faut veiller à ne jamais les décevoir. La cause première

Plus en détail

comparaison France-Allemagne

comparaison France-Allemagne Démarchage à domicile d un artisan : comparaison France-Allemagne Centres Européens des Consommateurs France et Allemagne angieconscious / pixelio.de Actualisé en octobre 2014 Avec le retour des beaux

Plus en détail

CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR Position de la Fédération des Étudiant(e)s Francophones (F.E.F.) discutée puis adoptée lors des Conseils du 25 septembre

Plus en détail

DÉFAUTS DE PAIEMENT. Dans le cas d'une vente à tempérament, le commerçant peut :

DÉFAUTS DE PAIEMENT. Dans le cas d'une vente à tempérament, le commerçant peut : DÉFAUTS DE PAIEMENT COMPLÉMENT DU CHAPITRE 9 (PAGE 70) ET CHAPITRE 26 (PAGE 214) Cette section traite des règles prévues dans la Loi de la protection du consommateur (LPC) en cas de défaut du consommateur

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. accompagnant le document: Recommandation de la Commission

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. accompagnant le document: Recommandation de la Commission COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 14.7.2014 SWD(2014) 233 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT accompagnant le document: Recommandation de la Commission

Plus en détail

1/ L obligation générale de conformité

1/ L obligation générale de conformité LES GARANTIES DU VENDEUR A la suite de l achat de divers biens de consommation courante (canapé, véhicule, frigidaire, machine à laver, téléviseur ), il peut arriver que le consommateur ait besoin d invoquer

Plus en détail

KELIP S ASSURANCE. Société par Actions Simplifiée au capital de 6 000 euros Siège social : 42 rue Sergent Michel BERTHET 69009 LYON

KELIP S ASSURANCE. Société par Actions Simplifiée au capital de 6 000 euros Siège social : 42 rue Sergent Michel BERTHET 69009 LYON P a g e 1 KELIP S ASSURANCE Société par Actions Simplifiée au capital de 6 000 euros Siège social : 42 rue Sergent Michel BERTHET 69009 LYON Immatriculée au Registre de Commerce de Lyon sous le numéro

Plus en détail

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance Le 2 décembre 2009, l Assemblée nationale du Québec a adopté le projet de loi 60, intitulé Loi modifiant la

Plus en détail

La solution équitable et économique pour la récupération de vos emballages

La solution équitable et économique pour la récupération de vos emballages La solution équitable et économique pour la récupération de vos emballages Qu est ce qu INTERSEROH? INTERSEROH organise et garantit aux producteurs allemands et étrangers de différentes branches (bâtiment,

Plus en détail

ACHAT D UN VÉHICULE DANS L UNION EUROPÉENNE

ACHAT D UN VÉHICULE DANS L UNION EUROPÉENNE ACHAT D UN VÉHICULE DANS L UNION EUROPÉENNE CENTRE EUROPÉEN DES CONSOMMATEURS GIE LUXEMBOURG Décembre 2014 INTRODUCTION L achat d une nouvelle voiture représente dans la majorité des cas une acquisition

Plus en détail

Synthèse de rapport. (Version française)

Synthèse de rapport. (Version française) www.fondation-droitcontinental.org Synthèse de rapport La protection contre l appropriation illicite des secrets d affaires et des informations commerciales confidentielles (Version française) Rapport

Plus en détail

Master Métier du livre jeunesse

Master Métier du livre jeunesse Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Métier du livre jeunesse Institut catholique de Toulouse Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin,

Plus en détail

11 juillet 2014. 1. La capacité pour les collectivités de recouvrer les coûts d investissements ;

11 juillet 2014. 1. La capacité pour les collectivités de recouvrer les coûts d investissements ; Contribution de la Caisse des Dépôts à la consultation publique de l ARCEP sur le modèle générique de tarification de l accès aux réseaux en fibre optique jusqu à l abonné en dehors des zones très denses

Plus en détail

L OPINION PUBLIQUE EN EUROPE : LES SERVICES FINANCIERS

L OPINION PUBLIQUE EN EUROPE : LES SERVICES FINANCIERS Eurobaromètre spécial Commission européenne L OPINION PUBLIQUE EN EUROPE : LES SERVICES FINANCIERS Terrain : Novembre-Décembre 2003 Publication : Juin 2004 Eurobaromètre spécial 202 / Vague 60.2 - European

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE 22.2.2014 Journal officiel de l Union européenne C 51/3 III (Actes préparatoires) BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 19 novembre 2013 sur une proposition de directive du

Plus en détail

Wink - Conditions générales de vente Points de retrait

Wink - Conditions générales de vente Points de retrait Wink - Conditions générales de vente Points de retrait En vigueur à partir du 13/04/2016 1 Généralités 1.1 Les présentes conditions générales régissent les ventes en ligne conclues via le site internet

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 11.3.2013 SWD(2013) 67 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION Résumé de l analyse d impact concernant les dispositions sur l expérimentation animale

Plus en détail

Convention de base Convention Opérations sur marge Convention Options et Contrats à terme

Convention de base Convention Opérations sur marge Convention Options et Contrats à terme Convention de base Convention Opérations sur marge Convention Options et Contrats à terme Partie 1: Convention de base Les Parties 1. Le(s) soussigné(s) du «Formulaire d ouverture de compte LYNX»; ci-après

Plus en détail

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Groupe de travail Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Les participants ont tous reçu une copie du rapport particulièrement riche du précédent groupe de travail. A l issue des rapports des représentantes

Plus en détail

Nous ne partageons pas et ne vendons pas vos informations confidentielles auprès de sociétés tierces.

Nous ne partageons pas et ne vendons pas vos informations confidentielles auprès de sociétés tierces. CONDITIONS GENERALES DE VENTE NOVOENGLISH Applicables à compter du 20 avril 2013 NovoEnglish 15 rue Taitbout 75009 Paris France www.novoenglish.com info@novoenglish.com SARL au capital de 10.000 Euros

Plus en détail

INSTITUT BELGE DES SERVICES POSTAUX ET DES TÉLÉCOMMUNICATIONS

INSTITUT BELGE DES SERVICES POSTAUX ET DES TÉLÉCOMMUNICATIONS INSTITUT BELGE DES SERVICES POSTAUX ET DES TÉLÉCOMMUNICATIONS Référence : JVN/2012/m2m/03 DÉCISION DU CONSEIL DE L'IBPT DU 4 SEPTEMBRE 2012 CONCERNANT LA MODIFICATION DE LA DÉCISION DU CONSEIL DE L IBPT

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES RECOMMANDATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES RECOMMANDATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL FR FR FR COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le XXX SEC(2009) yyy final RECOMMANDATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL visant à autoriser la Commission à ouvrir des négociations en vue de la

Plus en détail

FOIRE AUX QUESTIONS. Tout savoir sur le groupement de commandes organisé par le SDEHG pour l achat d électricité

FOIRE AUX QUESTIONS. Tout savoir sur le groupement de commandes organisé par le SDEHG pour l achat d électricité FOIRE AUX QUESTIONS Tout savoir sur le groupement de commandes organisé par le SDEHG pour l achat d électricité 1. Qui est concerné par la fin des tarifs réglementés de vente de l électricité (TRV)?...

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données (article 32)

Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données (article 32) www.coe.int/tcy Strasbourg, 19 février 2013 (projet pour examen) T-CY (2013) 7 F Comité de la Convention sur la Cybercriminalité (T-CY) Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données

Plus en détail

F Th-Eurocents A05 Bruxelles, le 18.11.2004 MH/SL/JP A V I S. concernant LA PROBLEMATIQUE DES PIECES DE 1 ET 2 EUROCENTS

F Th-Eurocents A05 Bruxelles, le 18.11.2004 MH/SL/JP A V I S. concernant LA PROBLEMATIQUE DES PIECES DE 1 ET 2 EUROCENTS F Th-Eurocents A05 Bruxelles, le 18.11.2004 MH/SL/JP A V I S concernant LA PROBLEMATIQUE DES PIECES DE 1 ET 2 EUROCENTS (entériné par le Conseil Supérieur des Indépendants et des PME le 18 novembre 2004)

Plus en détail

CESSION DE PARTS SOCIALES ET ACTIONS : LE NOUVEAU RÉGIME DE DÉTERMINATION DE LA VALEUR DES DROITS SOCIAUX

CESSION DE PARTS SOCIALES ET ACTIONS : LE NOUVEAU RÉGIME DE DÉTERMINATION DE LA VALEUR DES DROITS SOCIAUX CESSION DE PARTS SOCIALES ET ACTIONS : LE NOUVEAU RÉGIME DE DÉTERMINATION DE LA VALEUR DES DROITS SOCIAUX LA RÉFORME DE L ARTICLE 1843-4 DU CODE CIVIL : BRIS DE JURISPRUDENCE ET REGAIN DE LA LIBERTÉ CONTRACTUELLE

Plus en détail

Foire aux questions (FAQ)

Foire aux questions (FAQ) Règlement (CE) n 924/2009 concernant les paiements transfrontaliers dans la Communauté (Règlement concernant l égalité des frais pour les paiements nationaux et transfrontaliers) Foire aux questions (FAQ)

Plus en détail

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS?

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS? STRUCTURE DU CADRE DE POLITIQUE D INVESTISSEMENT DE LA CEDEAO Dr Jonathan A Aremu Consultant Marché commun d investissement de la CEDEAO Département du Secteur Privé Tel: 234-1-8033061476 E-mail: marketlinkconsults@yahoo.com

Plus en détail

DETAIL DES PRINCIPES RELATIFS AU TRAITEMENT DES DONNEES PERSONNELLES

DETAIL DES PRINCIPES RELATIFS AU TRAITEMENT DES DONNEES PERSONNELLES DETAIL DES PRINCIPES RELATIFS AU TRAITEMENT DES DONNEES PERSONNELLES 1. TRAITEMENT IMPARTIAL ET LEGAL IPSOS s engage à traiter les données personnelles de façon impartiale et légale. Pour se conformer

Plus en détail

Guide de gestion des evaluations ekomi Ltd. Version 3.01 du 14/04/2010

Guide de gestion des evaluations ekomi Ltd. Version 3.01 du 14/04/2010 Guide de gestion des evaluations ekomi Ltd. Version 3.01 du 14/04/2010 Index Illustrations... 2 1.Description du service... 5 2.Réception des évaluations... 7 3.Soumission des évaluations... 8 3.1.Analyse

Plus en détail

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 25.11.2011 COM(2011) 832 final 2007/0229 (COD) COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN conformément à l'article 294, paragraphe 6, du traité sur le fonctionnement

Plus en détail

Avis de la Chambre des Métiers

Avis de la Chambre des Métiers CdM/09/12/11 87-11 Projet de loi modifiant la loi modifiée du 1er août 2007 relative à l organisation du marché de l électricité Avis de la Chambre des Métiers Par sa lettre du 29 juillet 2011, Monsieur

Plus en détail

Saisine : Ministre de la Justice (8 octobre 2013) AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE

Saisine : Ministre de la Justice (8 octobre 2013) AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE Luxembourg, le 22 avril 2014 Objet : 1) Projet de loi portant réforme du régime de publication légale relatif aux sociétés et associations modifiant - la loi modifiée du 19 décembre 2002 concernant le

Plus en détail

Conditions générales de vente

Conditions générales de vente Conditions générales de vente Les présentes conditions régissent les relations commerciales entre les ÉDITIONS DE LA RAMONDA et son client, les deux parties les acceptant sans réserve. Ces conditions générales

Plus en détail

24.01.12. La décision a été prise conformément à l article 45 i du règlement interne du Bundesrat.

24.01.12. La décision a été prise conformément à l article 45 i du règlement interne du Bundesrat. Bundesrat Imprimé 772/11 (Décision) 24.01.12 Décision du Bundesrat - Chambre européenne - Proposition de directive du Parlement européen et du Conseil relative au règlement extrajudiciaire des litiges

Plus en détail

Conditions Générales de Vente en ligne entre professionnels

Conditions Générales de Vente en ligne entre professionnels Conditions Générales de Vente en ligne entre professionnels Préambule : Les présentes conditions générales de vente ont pour objet la conformité aux dispositions visées à l article L.441-6 du Code de commerce

Plus en détail

Conditions générales de vente

Conditions générales de vente Conditions générales de vente Article 1 Objet et champ d application Les conditions générales ont pour objet de définir les droits et obligations des parties dans le cadre de la vente en ligne des biens

Plus en détail

COMMISSION DE REGULATION DE L'ENERGIE EN REGION DE BRUXELLES-CAPITALE

COMMISSION DE REGULATION DE L'ENERGIE EN REGION DE BRUXELLES-CAPITALE COMMISSION DE REGULATION DE L'ENERGIE EN REGION DE BRUXELLES-CAPITALE AVIS (BRUGEL-AVIS-2011-109) relatif aux clients protégés ne répondant plus aux conditions d'application initiales. Etabli en application

Plus en détail

Politique de prêt d équipements et de plateaux aux organismes à but non lucratif (OBNL)

Politique de prêt d équipements et de plateaux aux organismes à but non lucratif (OBNL) Politique de prêt d équipements et de plateaux aux organismes à but non lucratif (OBNL) ADOPTÉE LE : 2014 04 07 RÉSOLUTION : 2014 04 113 TABLE DES MATIÈRES 1. PRÉAMBULE... 2 2. BUT DE LA... 2 3. OBJECTIFS

Plus en détail

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales?

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales? Réunion Informelle des Ministres de la Justice et des Affaires Intérieures Luxembourg, 27-29 janvier 2005 RENFORCER LA JUSTICE - Quelles politiques européennes pour la reconnaissance et l exécution transfrontalières

Plus en détail

Document de vente en automobile

Document de vente en automobile Document de vente en automobile Introduction Le guide de la réparation automobile signé avec le ministère de la consommation le 21/01/1993 a défini plusieurs points qui sont des devoirs du réparateur.

Plus en détail

L EXTERNALISATION DE SERVICES AU MAROC ASPECTS CONTRACTUELS ET LEGAUX

L EXTERNALISATION DE SERVICES AU MAROC ASPECTS CONTRACTUELS ET LEGAUX Commission Droit & Pratiques du Commerce International SEMINAIRE L EXTERNALISATION DE SERVICES AU MAROC ASPECTS CONTRACTUELS ET LEGAUX Sujet de l exposé : Le contrat d externalisation de services & La

Plus en détail

Norme canadienne 23-101 Règles de négociation

Norme canadienne 23-101 Règles de négociation Norme canadienne 23-101 Règles de négociation PARTIE 1 DÉFINITION ET INTERPRÉTATION 1.1 Définition 1.2 Interprétation PARTIE 2 LE CHAMP D APPLICATION DE LA RÈGLE 2.1 Le champ d application de la règle

Plus en détail

Procédure complémentaire

Procédure complémentaire Guide S Procédure complémentaire Dans Admission-Postbac, à l issue des trois phases d affectations de la procédure normale il reste d une part des places disponibles dans certaines formations et d autre

Plus en détail

ACTE CONSTITUTIF du Groupement de Commandes «ENERGIES VIENNE» pour l achat d Energies

ACTE CONSTITUTIF du Groupement de Commandes «ENERGIES VIENNE» pour l achat d Energies ACTE CONSTITUTIF du Groupement de Commandes «ENERGIES VIENNE» pour l achat d Energies PREAMBULE Les tarifs réglementés de vente de gaz naturel et d électricité appliqués en France seront progressivement

Plus en détail

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE)

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) 1 Table des matières Introduction... 3 À propos du Plan pluriannuel d accessibilité de l OQRE... 3

Plus en détail

Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B. Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface

Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B. Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface C O F A C E 9 novembre 2000 Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface Le commerce interentreprise s est considérablement développé

Plus en détail

La dématérialisation des procédures de marchés publics

La dématérialisation des procédures de marchés publics La dématérialisation des procédures de marchés publics Définition La dématérialisation des procédures de marchés publics consiste en l utilisation de la voie électronique pour les échanges d informations

Plus en détail

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Recueil d exigences

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Recueil d exigences Recueil d exigences Version 1.1 Page 1/13 Historique des versions Date Version Évolutions du document 17/12/2010 1.01 Première version. 29/02/2012 1.1 Prise en compte de la date de la publication de l

Plus en détail