LES ARRETS CLEFS DE LECTURE DE LA COUR EUROPEENNE DES DROITS DE L HOMME. ARTICLE 10 Liberté d expression

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES ARRETS CLEFS DE LECTURE DE LA COUR EUROPEENNE DES DROITS DE L HOMME. ARTICLE 10 Liberté d expression"

Transcription

1 LES ARRETS DE LA COUR EUROPEENNE DES DROITS DE L HOMME CLEFS DE LECTURE ARRET SOCIETE DE CONCEPTION DE PRESSE ET D EDITION C. FRANCE (req. n 4683/11), le 25 février ARTICLE 10 Liberté d expression Dans l affaire Société de conception de presse et d édition c. France, la requérante allègue que sa condamnation pour atteinte au droit au respect de la vie privée a entraîné une violation de son droit à la liberté d expression tel que prévu par l article 10 de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l homme et des libertés fondamentales (la Convention). La Cour estime qu ordonner l occultation des photographies d un jeune homme séquestré et torturé ne constitue pas une restriction disproportionnée à la liberté d expression et conclut à la non violation de l article 10 de la Convention.

2 En janvier 2006, I.H., âgé de vingt-trois LES FAITS ans, fut séquestré et torturé pendant vingt-quatre jours. Il succomba à ses blessures. Durant sa détention, une photographie du jeune homme entravé et ayant visiblement subi des sévices, fut envoyée à sa famille à l appui d une demande de rançon. Dans son numéro de juin 2009, à l occasion du procès des personnes soupçonnées d avoir participé à cette affaire, le magazine «Choc», édité par la société requérante, publia la photographie en couverture et quatre fois en pages intérieures. Celle-ci était accompagnée d autres photographies et d un article de plusieurs pages. LA PROCEDURE SUIVIE À la suite de cette publication, la mère et les sœurs d I.H. assignèrent la DEVANT LES JURIDICTIONS société éditrice du magazine en référé FRANÇAISES pour atteinte à leur vie privée. Par une ordonnance de référé, la société éditrice fut condamnée à retirer sous astreinte le numéro du magazine de tous les points de vente et à verser des dommages et intérêts à titre indemnitaire à la mère et aux sœurs d I.H. La cour d appel de Paris confirma l ordonnance pour l essentiel, mais remplaça le retrait du numéro par l occultation, sous astreinte, des reproductions de la photographie litigieuse dans tous les magazines mis en vente. Le 1 er juillet 2010, la Cour de cassation rejeta le pourvoi formé par la société éditrice du magazine «Choc». Après avoir rappelé que les proches d une personne peuvent s opposer à la diffusion de son image après son décès s ils en éprouvent un préjudice en raison d une atteinte à la mémoire ou au respect dû aux morts, elle jugea que la cour d appel avait justement estimé que la publication, qui dénotait une recherche de sensationnel, n était nullement justifiée par les nécessités de l information et que, contraire à la dignité humaine, elle constituait une atteinte à la mémoire ou au respect dû au mort et, dès lors, à la vie privée de ses proches.

3 SUR LE FOND Sur la violation alléguée de l article 10 de la Convention La requérante allègue devant la Cour une violation de son droit à la liberté d expression tel que prévu par l article 10 de la Convention. La Cour constate d emblée l existence d une ingérence dans l exercice par la requérante de son droit à la liberté d expression, qui était prévue par la loi, aux articles 9 et 16 du code civil, et poursuivait un but légitime, à savoir la protection des droits d autrui. Sur la nécessité de cette ingérence dans une société démocratique, dernier critère de légitimation d une atteinte au droit protégé par l article 10 de la Convention, la Cour est amenée à apprécier si un juste équilibre a été aménagé entre le droit au respect de la vie privée et le droit à la liberté d expression. Pour ce faire, la Cour doit notamment examiner la contribution de la publication à un débat d intérêt général, la notoriété de la personne visée et l objet du reportage, le mode d obtention des informations, le contenu, la forme et les répercussions de l article et enfin la gravité de la sanction. Ainsi, la Cour constate tout d abord que l article dans son ensemble, qui concernait une affaire judiciaire et des crimes commis, avait notamment pour objet une information de nature à contribuer à un débat d intérêt général. Elle relève ensuite que la photographie concernait un simple particulier et qu une distinction pouvait être faite entre la publication d un article portant sur une affaire criminelle et la reproduction d une photographie interférant avec la vie privée d une personne. Sur le mode d obtention de l information, elle note que la photographie, qui n avait pas vocation à être présentée au public, malgré sa brève diffusion lors d une émission de télévision, a été publiée sans l autorisation des proches d I.H. Elle rappelle à ce titre l importance que revêt à ses yeux le respect par les journalistes de leurs responsabilités et obligations déontologiques. Quant au contenu, à la forme et aux répercussions de l article, elle partage le constat des juridictions nationales, selon lequel la publication a constitué une atteinte grave au sentiment d affliction de la famille du jeune homme, autrement dit à la vie privée de la mère et des sœurs d I.H. Sur ce point, elle souligne qu il incombe aux journalistes de prendre en compte l impact des informations et des images qu ils publient, en particulier lorsqu elles sont susceptibles d affecter la vie privée et familiale d autres personnes, que protège l article 8 de la Convention. Elle ajoute que la souffrance ressentie par les proches d I.H. devait conduire les journalistes à faire preuve de prudence et de précaution, dès lors que le

4 décès était survenu dans des circonstances particulièrement violentes et traumatisantes pour la famille de la victime et qu au contraire, la publication de cette photographie, en couverture et à quatre reprises dans un magazine à très large diffusion, a eu pour conséquence d aviver le traumatisme subi par ces derniers. Enfin, sur la gravité de la sanction, elle estime que le fait d ordonner uniquement que soient occultées les reproductions de la photographie litigieuse constituait une sanction adaptée aux circonstances de l espèce et à l atteinte à la vie privée subie par les proches d I.H., tout en emportant des restrictions proportionnées à l exercice des droits de la société requérante. Elle juge en outre que les sommes allouées à titre de provision, n étaient pas, au regard des circonstances de l affaire, excessives ou de nature à emporter un effet dissuasif pour l exercice de la liberté de la presse. En conclusion, la Cour estime que la restriction imposée par les juridictions nationales à l exercice des droits de la société éditrice a été justifiée par des motifs pertinents et suffisants, qu elle était proportionnée au but légitime poursuivi et donc nécessaire au bon fonctionnement d une société démocratique. SOLUTION APPORTEE PAR LA COUR La Cour conclut à l unanimité à une non violation de l article 10 de la Convention européenne des droits de l homme

5 Avertissement Ce document a été écrit par le secrétariat général de la Commission nationale consultative des droits de l homme, et n est pas un document officiel de la Cour européenne des droits de l homme. Il s inscrit dans les missions de la CNCDH d éducation et de suivi du respect de ses engagements internationaux par la France.

ARTICLE 10 Liberté d expression

ARTICLE 10 Liberté d expression LES ARRETS DE LA COUR EUROPEENNE DES DROITS DE L HOMME CLEFS DE LECTURE ARRET CAROLIS ET FRANCE TELEVISIONS C. FRANCE (req. n 29313/10), le 21 janvier 2016 http://hudoc.echr.coe.int/eng/?i=001-160220#{"itemid":["001-160220"]}

Plus en détail

LES ARRETS CLEFS DE LECTURE DE LA COUR EUROPEENNE DES DROITS DE L HOMME. ARTICLE 10 Liberté d expression

LES ARRETS CLEFS DE LECTURE DE LA COUR EUROPEENNE DES DROITS DE L HOMME. ARTICLE 10 Liberté d expression LES ARRETS DE LA COUR EUROPEENNE DES DROITS DE L HOMME CLEFS DE LECTURE ARRET COUDERC ET HACHETTE FILIPACCHI ASSOCIES C. FRANCE (req. n 40454/07), le 10 novembre 2015, Grande Chambre http://hudoc.echr.coe.int/fre#{"respondent":["fra"],"document

Plus en détail

ARRET DUCEAU C. FRANCE (req. n 29151/11), le 30 juin 2016

ARRET DUCEAU C. FRANCE (req. n 29151/11), le 30 juin 2016 LES ARRETS DE LA COUR EUROPEENNE DES DROITS DE L HOMME CLEFS DE LECTURE ARRET DUCEAU C. FRANCE (req. n 29151/11), le 30 juin 2016 http://hudoc.echr.coe.int/eng?i=001-164204 ARTICLE 6 1 Droit à un procès

Plus en détail

ARRET VERSINI-CAMPINCHI ET CRASNIANSKI C. FRANCE (req. n 49176/11), le 16 juin 2016

ARRET VERSINI-CAMPINCHI ET CRASNIANSKI C. FRANCE (req. n 49176/11), le 16 juin 2016 LES ARRETS DE LA COUR EUROPEENNE DES DROITS DE L HOMME CLEFS DE LECTURE ARRET VERSINI-CAMPINCHI ET CRASNIANSKI C. FRANCE (req. n 49176/11), le 16 juin 2016 http://hudoc.echr.coe.int/eng?i=001-163612 ARTICLE

Plus en détail

CINQUIÈME SECTION. AFFAIRE SOCIÉTÉ DE CONCEPTION DE PRESSE ET D ÉDITION c. FRANCE. (Requête n o 4683/11) ARRÊT STRASBOURG.

CINQUIÈME SECTION. AFFAIRE SOCIÉTÉ DE CONCEPTION DE PRESSE ET D ÉDITION c. FRANCE. (Requête n o 4683/11) ARRÊT STRASBOURG. CINQUIÈME SECTION AFFAIRE SOCIÉTÉ DE CONCEPTION DE PRESSE ET D ÉDITION c. FRANCE (Requête n o 4683/11) ARRÊT STRASBOURG 25 février 2016 Cet arrêt deviendra définitif dans les conditions définies à l article

Plus en détail

ARRET R.C. ET V.C. C. FRANCE

ARRET R.C. ET V.C. C. FRANCE LES ARRETS DE LA COUR EUROPEENNE DES DROITS DE L HOMME CLEFS DE LECTURE ARRET R.C. ET V.C. C. FRANCE (req. n 76491/14), le 12 juillet 2016 http://hudoc.echr.coe.int/eng?i=001-164685 ARTICLE 3 Interdiction

Plus en détail

ARRET MANDET C. FRANCE (req. n 30955/12), le 14 janvier 2016

ARRET MANDET C. FRANCE (req. n 30955/12), le 14 janvier 2016 LES ARRETS DE LA COUR EUROPEENNE DES DROITS DE L HOMME CLEFS DE LECTURE ARRET MANDET C. FRANCE (req. n 30955/12), le 14 janvier 2016 http://hudoc.echr.coe.int/fre?i=001-159795 ARTICLE 8 Respect de la vie

Plus en détail

ARRET CHAPIN ET CHARPENTIER C. FRANCE (req. n 40183/07), le 9 juin 2016

ARRET CHAPIN ET CHARPENTIER C. FRANCE (req. n 40183/07), le 9 juin 2016 LES ARRETS DE LA COUR EUROPEENNE DES DROITS DE L HOMME CLEFS DE LECTURE ARRET CHAPIN ET CHARPENTIER C. FRANCE (req. n 40183/07), le 9 juin 2016 http://hudoc.echr.coe.int/eng#{"itemid":["001-163436"]} ARTICLE

Plus en détail

ARRET R.D. C. FRANCE (req. n 34648/14), le 16 juin 2016

ARRET R.D. C. FRANCE (req. n 34648/14), le 16 juin 2016 LES ARRETS DE LA COUR EUROPEENNE DES DROITS DE L HOMME CLEFS DE LECTURE ARRET R.D. C. FRANCE (req. n 34648/14), le 16 juin 2016 http://hudoc.echr.coe.int/eng?i=001-163615 ARTICLE 3 Interdiction de la torture

Plus en détail

TROISIÈME SECTION EN FAIT. Requête n o 41773/09 présentée par Georgeta CRĂIŢĂ contre la Roumanie introduite le 20 juin 2009 EXPOSÉ DES FAITS

TROISIÈME SECTION EN FAIT. Requête n o 41773/09 présentée par Georgeta CRĂIŢĂ contre la Roumanie introduite le 20 juin 2009 EXPOSÉ DES FAITS TROISIÈME SECTION Requête n o 41773/09 présentée par Georgeta CRĂIŢĂ contre la Roumanie introduite le 20 juin 2009 EXPOSÉ DES FAITS EN FAIT La requérante, M me Georgeta Crăiţă, est une ressortissante roumaine,

Plus en détail

RÉPARATION DES DOMMAGES CAUSÉS PAR DES PRATIQUES ANTICONCURRENTIELLES

RÉPARATION DES DOMMAGES CAUSÉS PAR DES PRATIQUES ANTICONCURRENTIELLES ISSN 1769-4000 N 62 MARCHES n 9 Sur www.fntp.fr le 8 juin 2017 - Abonnez-vous RÉPARATION DES DOMMAGES CAUSÉS PAR DES PRATIQUES ANTICONCURRENTIELLES L essentiel L ordonnance du 9 mars 2017 relative aux

Plus en détail

Délibération n du 21 mars 2011

Délibération n du 21 mars 2011 Délibération n 2011-37 du 21 mars 2011 Délibération relative à une rupture de période d essai en raison des convictions religieuses de la réclamante Convictions religieuses Emploi Emploi secteur privé

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE 4 mars 2016 AMENDEMENT

ASSEMBLÉE NATIONALE 4 mars 2016 AMENDEMENT Amendement permettant l'application des dispositions des deux derniers alinéas de l'article 99 du Règlement ART. 1ER TER ASSEMBLÉE NATIONALE 4 mars 2016 LIBERTÉ, INDÉPENDANCE ET PLURALISME DES MÉDIAS -

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 19 mars 2013 N de pourvoi: 12-81676 ECLI:FR:CCASS:2013:CR01086 Publié au bulletin Cassation sans renvoi M. Louvel (président), président SCP Piwnica

Plus en détail

2 ) de faire droit à leur demande de première instance ;

2 ) de faire droit à leur demande de première instance ; CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux N 374528 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE SARL Les Productions de la Plume et M. Dieudonné M Bala M Bala Ordonnance du 10 janvier 2014 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LE JUGE DES RÉFÉRÉS

Plus en détail

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME Communiqué du Greffier. ARRÊT DANS L AFFAIRE ASSOCIATION EKIN c. FRANCE

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME Communiqué du Greffier. ARRÊT DANS L AFFAIRE ASSOCIATION EKIN c. FRANCE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME 533 17.7.2001 Communiqué du Greffier ARRÊT DANS L AFFAIRE ASSOCIATION EKIN c. FRANCE Par un arrêt communiqué aujourd hui 1 par écrit dans l affaire Association Ekin

Plus en détail

LE DROIT A L IMAGE D UNE PERSONNE : FONDEMENTS ET SANCTIONS

LE DROIT A L IMAGE D UNE PERSONNE : FONDEMENTS ET SANCTIONS LE DROIT A L IMAGE D UNE PERSONNE : FONDEMENTS ET SANCTIONS Article juridique publié le 04/12/2010, vu 39486 fois, Auteur : MAITRE ANTHONY BEM Nous envisagerons ci-après : - Les fondements légal et jurisprudentiel

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTREUIL N RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M. X. AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Simon Rapporteur

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTREUIL N RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M. X. AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Simon Rapporteur TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTREUIL N 1310173 M. X. M. Simon Rapporteur M. Gobeill Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Montreuil, (9 ème Chambre)

Plus en détail

3 ) de condamner l Etat à lui verser la somme de euros en application de l'article L du code de justice administrative.

3 ) de condamner l Etat à lui verser la somme de euros en application de l'article L du code de justice administrative. TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LILLE N 1608070 GROUPE D'INFORMATION ET DE SOUTIEN DES IMMIGRE-E-S M. Paganel Juge des référés RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le juge des référés Ordonnance du

Plus en détail

CINQUIÈME SECTION. AFFAIRE HADDAD c. FRANCE. (Requête n o 10485/13) ARRÊT STRASBOURG. 21 mai 2015

CINQUIÈME SECTION. AFFAIRE HADDAD c. FRANCE. (Requête n o 10485/13) ARRÊT STRASBOURG. 21 mai 2015 CINQUIÈME SECTION AFFAIRE HADDAD c. FRANCE (Requête n o 10485/13) ARRÊT STRASBOURG 21 mai 2015 Cet arrêt est définitif. Il peut subir des retouches de forme. ARRÊT HADDAD c. FRANCE 1 En l affaire Haddad

Plus en détail

FR UNIDROIT 2017 C.D. (96) 7 Add. Original: anglais avril 2017

FR UNIDROIT 2017 C.D. (96) 7 Add. Original: anglais avril 2017 CONSEIL DE DIRECTION 96 ème session Rome, 10 12 mai 2017 FR UNIDROIT 2017 C.D. (96) 7 Add. Original: anglais avril 2017 Point n 8 de l ordre du jour: Procédure civile transnationale formulation de règles

Plus en détail

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, dix juin deux mille dix.

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, dix juin deux mille dix. N 43 / 10. du 10.6.2010. Numéro 2761 du registre. Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, dix juin deux mille dix. Composition: Marie-Paule ENGEL, présidente de

Plus en détail

Décision n QPC 17 décembre (M. David M.)

Décision n QPC 17 décembre (M. David M.) Les Nouveaux Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Décision n 2010-62 QPC 17 décembre 2010 (M. David M.) Le Conseil constitutionnel a été saisi par la Cour de cassation le 20 septembre 2010, d

Plus en détail

Cass. soc., 1 er févr. 2017, pourvoi n o , arrêt n o 201 F-D. Les faits

Cass. soc., 1 er févr. 2017, pourvoi n o , arrêt n o 201 F-D. Les faits Sur la possibilité de suspendre une procédure de reclassement pour inaptitude d origine professionnelle dans l attente de l organisation des élections professionnelles L employeur, qui n a pas l obligation

Plus en détail

Cassation. Arrêt n 1987 du 14 avril 2015 (U ) - Cour de cassation -Chambre criminelle - ECLI:FR:CCASS:CR01987

Cassation. Arrêt n 1987 du 14 avril 2015 (U ) - Cour de cassation -Chambre criminelle - ECLI:FR:CCASS:CR01987 Arrêt n du 14 avril 2015 (U 14-85.334) - Cour de cassation -Chambre criminelle - ECLI:FR:CCASS:CR0 Cassation Demandeur(s) : l Association locale de la défense des victimes de l amiante... ; et autres Vu

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 19 mai 2016 N de pourvoi: 15-19792 ECLI:FR:CCASS:2016:C200775 Publié au bulletin Rejet Mme Flise (président), président SCP Baraduc, Duhamel et Rameix,

Plus en détail

Cour de cassation. chambre criminelle. Audience publique du 27 octobre 2009 REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Cour de cassation. chambre criminelle. Audience publique du 27 octobre 2009 REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 27 octobre 2009 N de pourvoi: 09 82346 Publié au bulletin REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE,

Plus en détail

CONSEIL D ETAT ORDONNANCE 9 janvier Société Les Productions de la Plume et M. D. (requête numéro )

CONSEIL D ETAT ORDONNANCE 9 janvier Société Les Productions de la Plume et M. D. (requête numéro ) CONSULTA ONLINE CONSEIL D ETAT ORDONNANCE 9 janvier 2014 Société Les Productions de la Plume et M. D. (requête numéro 374508) Vu le recours, enregistré le 9 janvier 2014 au secrétariat du contentieux du

Plus en détail

ANCIENNE TROISIÈME SECTION. AFFAIRE GROSSI ET AUTRES c. ITALIE. (Requête n o 18791/03) ARRÊT (révision) STRASBOURG.

ANCIENNE TROISIÈME SECTION. AFFAIRE GROSSI ET AUTRES c. ITALIE. (Requête n o 18791/03) ARRÊT (révision) STRASBOURG. ANCIENNE TROISIÈME SECTION AFFAIRE GROSSI ET AUTRES c. ITALIE (Requête n o 18791/03) ARRÊT (révision) STRASBOURG 30 octobre 2012 Cet arrêt deviendra définitif dans les conditions définies à l article 44

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 18 OCTOBRE 2011 P.11.0910.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N P.11.0910.F T.R., condamné, demandeur en réouverture de la procédure, ayant pour conseils Maîtres Luc Misson et Julien Pierre, avocats

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 25 février 2016 N de pourvoi: 14-25729 ECLI:FR:CCASS:2016:C100189 Publié au bulletin Cassation Mme Batut, président Mme Wallon, conseiller apporteur

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 19 MARS 2015 C.13.0218.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.13.0218.F VILLE DE DINANT, représentée par son collège communal, dont les bureaux sont établis à Dinant, en l hôtel de ville, rue Grande,

Plus en détail

Le Comité des Ministres, en vertu de l'article 15.b du Statut du Conseil de l'europe,

Le Comité des Ministres, en vertu de l'article 15.b du Statut du Conseil de l'europe, https://wcd.coe.int/viewdoc.jsp?ref=rec%282000%297&language=lanfrench&ver=original&site=c M&BackColorInternet=DBDCF2&BackColorIntranet=FDC864&BackColorLogged=FDC864 CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

Plus en détail

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS QUATRIÈME SECTION. AFFAIRE PINTO DE OLIVEIRA c. PORTUGAL. (Requête n 39297/98)

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS QUATRIÈME SECTION. AFFAIRE PINTO DE OLIVEIRA c. PORTUGAL. (Requête n 39297/98) CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS QUATRIÈME SECTION AFFAIRE PINTO DE OLIVEIRA c. PORTUGAL (Requête n 39297/98) ARRÊT STRASBOURG

Plus en détail

Chapitre 1. Organisation de la profession de psychologue clinicien... 7

Chapitre 1. Organisation de la profession de psychologue clinicien... 7 Table des matières Sommaire... Liste des auteurs... V VII Préface... 1 Introduction... 5 Chapitre 1. Organisation de la profession de psychologue clinicien... 7 Section I. Formation, titres et activités

Plus en détail

AD-Enquêtes indépendantes-la 1ÉP f 1 épreuve f_V1

AD-Enquêtes indépendantes-la 1ÉP f 1 épreuve f_V1 DEUXIÈME SESSION TRENTE-NEUVIÈME LéGISLATURE Projet de loi n o 46 Loi concernant les enquêtes policières indépendantes Présentation Présenté par M. Robert Dutil Ministre de la Sécurité publique Éditeur

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, statuant en ASSEMBLEE PLENIERE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, statuant en ASSEMBLEE PLENIERE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation Assemblée plénière Audience publique du 9 mai 1984 N de pourvoi: 80-93481 Publié au bulletin Rejet P.Pdt. Mme Rozès, président Rapp. M. Fédou, conseiller apporteur P.Av.Gén. M. Cabannes,

Plus en détail

M. Blatman (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président Me Balat, SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE

M. Blatman (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président Me Balat, SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 12 février 2014 N de pourvoi: 12-29208 Non publié au bulletin M. Blatman (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président Me Balat,

Plus en détail

La possibilité de refuser de travailler le dimanche. Par Antoine Ferreira. Page 1

La possibilité de refuser de travailler le dimanche. Par Antoine Ferreira. Page 1 La possibilité de refuser de travailler le dimanche Par Antoine Ferreira Page 1 Dans une affaire, un salarié a été engagé le 1 er novembre 1994 en tant que serveur par une société exploitant un fonds de

Plus en détail

Vu la requête, enregistrée le 19 août 2014, présentée par M. C... B..., demeurant... ; M. B... demande au tribunal :

Vu la requête, enregistrée le 19 août 2014, présentée par M. C... B..., demeurant... ; M. B... demande au tribunal : TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTREUIL N 1407830 M. C... B... M. Célérier Rapporteur Mme Roussier Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Montreuil (3

Plus en détail

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS CINQUIÈME SECTION AFFAIRE TZVYATKOV c. BULGARIE (Requête n o 20594/02) ARRÊT STRASBOURG 12 juin

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LILLE N RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. ASSOCIATION AVOCATS POUR LA DEFENSE DES DROITS DES ETRANGERS, Me Norbert CLEMENT

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LILLE N RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. ASSOCIATION AVOCATS POUR LA DEFENSE DES DROITS DES ETRANGERS, Me Norbert CLEMENT TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LILLE N 1608056 ASSOCIATION AVOCATS POUR LA DEFENSE DES DROITS DES ETRANGERS, Me Norbert CLEMENT M. Paganel Juge des référés RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le

Plus en détail

RÈGLEMENT 2 : ÉTUDE DES PLAINTES

RÈGLEMENT 2 : ÉTUDE DES PLAINTES RÈGLEMENT 2 : ÉTUDE DES PLAINTES ARTICLE 1 MISSION RÈGLEMENT NO 2 RÈGLEMENT SUR L ÉTUDE DES PLAINTES 1.1 Le présent règlement a pour objet d établir les règles de procédure à suivre dans le traitement

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 14 OCTOBRE 2015 P.15.0483.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N P.15.0483.F D. Ch. prévenu, demandeur en cassation, ayant pour conseil Maître Alexandre Chateau, avocat au barreau de Bruxelles, contre

Plus en détail

Traduit de l Anglais. ROUMANIE 1 - procédures nationales d extradition

Traduit de l Anglais. ROUMANIE 1 - procédures nationales d extradition Traduit de l Anglais ROUMANIE 1 - procédures nationales d extradition Les États parties sont priés de remplir ce tableau avec les informations nécessaires et de le retourner au Secrétariat du PC-OC. Les

Plus en détail

SCP Boré, Salve de Bruneton et Mégret, SCP Meier-Bourdeau et Lécuyer, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Boré, Salve de Bruneton et Mégret, SCP Meier-Bourdeau et Lécuyer, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 07/07/2017 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 15 juin 2017 N de pourvoi: 16-18769 ECLI:FR:CCASS:2017:C100749 Publié au bulletin Rejet Mme Batut (président), président SCP Boré,

Plus en détail

L ASSOCIATION INTERNATIONALE DES PROCUREURS ET POURSUIVANTS

L ASSOCIATION INTERNATIONALE DES PROCUREURS ET POURSUIVANTS L ASSOCIATION INTERNATIONALE DES PROCUREURS ET POURSUIVANTS NORMES DE RESPONSABILITÉ PROFESSIONNELLE ET DÉCLARATION DES DROITS ET DES DEVOIRS ESSENTIELS DES PROCUREURS ET POURSUIVANTS, ADOPTÉES PAR L ASSOCIATION

Plus en détail

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS TROISIÈME SECTION DÉCISION Requête n o 10226/02 présentée par Mustafa CELIK contre la France La

Plus en détail

NOTE EXPLICATIVE. La chambre sociale de la Cour de cassation juge traditionnellement que si un plan de

NOTE EXPLICATIVE. La chambre sociale de la Cour de cassation juge traditionnellement que si un plan de NOTE EXPLICATIVE Arrêt n 1183 (n 16-12.007) du 29 juin 2017 - Soc., 29 juin 2017, P+B+R+I, première espèce Arrêt n 1182 (n 15-21.008) du 29 juin 2017 Soc 29 juin 2017, P+B+R+I, deuxième espèce La chambre

Plus en détail

- la décision est irrégulière en la forme, en tant que non motivée en droit ;

- la décision est irrégulière en la forme, en tant que non motivée en droit ; TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE BASTIA N 1500257 SASP SPORTING CLUB DE BASTIA M. Guillaume Mulsant Juge des référés Audience du 20 mars 2015 Ordonnance du 20 mars 2015 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

Plus en détail

Elle soutient que la décision attaquée est entachée d incompétence et de violation de la liberté de conscience et de culte.

Elle soutient que la décision attaquée est entachée d incompétence et de violation de la liberté de conscience et de culte. TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE DIJON N 1502100, 1502726 LIGUE DE DEFENSE JUDICIAIRE DES MUSULMANS et autres M. A Président-rapporteur RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le tribunal administratif

Plus en détail

CINQUIÈME SECTION. Requête n o 58828/13 Bedrettin ISENC contre la France introduite le 16 septembre 2013 EXPOSÉ DES FAITS

CINQUIÈME SECTION. Requête n o 58828/13 Bedrettin ISENC contre la France introduite le 16 septembre 2013 EXPOSÉ DES FAITS CINQUIÈME SECTION Requête n o 58828/13 Bedrettin ISENC contre la France introduite le 16 septembre 2013 Communiquée le 3 septembre 2014 EXPOSÉ DES FAITS Le requérant, M. Bedrettin Isenc, est un ressortissant

Plus en détail

l'arrêt qui suit : E n t r e : X.), né le ( ) à ( ), demeurant à B-( ), ( ), actuellement détenu au Centre Pénitentiaire de Schrassig, e t :

l'arrêt qui suit : E n t r e : X.), né le ( ) à ( ), demeurant à B-( ), ( ), actuellement détenu au Centre Pénitentiaire de Schrassig, e t : N 32 / 2003 pénal. du 27.11.2003 Numéro 2012 du registre. La Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg, formée conformément à la loi du 7 mars 1980 sur l'organisation judiciaire, a rendu en son audience

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 17/09/2012 Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 3 décembre 2002 N de pourvoi: 01-85466 Publié au bulletin Rejet M. Cotte, président Mme Mazars., conseiller apporteur M. Launay.,

Plus en détail

Vu la requête, enregistrée le 7 avril 2009, présentée pour Mme JulienneB..., élisant domicile..., par MeA... ;

Vu la requête, enregistrée le 7 avril 2009, présentée pour Mme JulienneB..., élisant domicile..., par MeA... ; TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE BASSE-TERRE N 0900206 Mme Julienne B... Mme Buseine Rapporteur M. Porcher Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Basse-Terre

Plus en détail

LES SPÉCIFICITÉS DU STATUT SOCIAL DES POLICIERS. Laurence MARKEY et Laura BERTRAND Avocates au Barreau de Nivelles Janssens & Associés

LES SPÉCIFICITÉS DU STATUT SOCIAL DES POLICIERS. Laurence MARKEY et Laura BERTRAND Avocates au Barreau de Nivelles Janssens & Associés LES SPÉCIFICITÉS DU STATUT SOCIAL DES POLICIERS Laurence MARKEY et Laura BERTRAND Avocates au Barreau de Nivelles Janssens & Associés SOCIAL DES POLICIERS I. Introduction PLAN II. Les droits et obligations

Plus en détail

SCP Piwnica, Moliné, SCP Célice, Blancpain, Soltner, Avocat, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Piwnica, Moliné, SCP Célice, Blancpain, Soltner, Avocat, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d Etat statuant au contentieux N 181718 Publié au recueil Lebon 1 / 4 SSR Mme Aubin, président M. Lafouge, rapporteur Mme Maugüé, commissaire du gouvernement SCP Piwnica, Moliné, SCP Célice, Blancpain,

Plus en détail

Décision n QPC 17 décembre (M. Boubakar B.)

Décision n QPC 17 décembre (M. Boubakar B.) Les Nouveaux Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Décision n 2010-81 QPC 17 décembre 2010 (M. Boubakar B.) La Cour de cassation a renvoyé au Conseil constitutionnel, le 28 septembre 2010, une

Plus en détail

Responsabilité pénale: principes et mise en œuvre

Responsabilité pénale: principes et mise en œuvre Responsabilité : principes et mise en œuvre Paul RAMACKERS Directeur du travail DIRECCTE UT 30 L amiante dans tous ses Etats - Repérer pour agir Journée d information du 26 septembre 2013 L amiante un

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE SOCIALE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE SOCIALE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 25 novembre 2015 N de pourvoi: 14-16067 ECLI:FR:CCASS:2015:SO02044 Publié au bulletin Cassation partielle M. Frouin (président), président SCP Didier

Plus en détail

1 ) de condamner le département du Nord à lui verser la somme de 5 965, 96 euros augmentée des intérêts au taux légal ;

1 ) de condamner le département du Nord à lui verser la somme de 5 965, 96 euros augmentée des intérêts au taux légal ; TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LILLE N 1303777 Société EUROFIL Mme Agnès Eliot Rapporteur Mme Sophie Bergerat Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Lille

Plus en détail

Le tribunal administratif de Montpellier (5 ème chambre) M. X Rapporteur public

Le tribunal administratif de Montpellier (5 ème chambre) M. X Rapporteur public ldb TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTPELLIER N 1506696 PREFET DE L HERAULT Mme Rapporteur REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le tribunal administratif de Montpellier (5 ème chambre) M. Rapporteur

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 11/05/2017 Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 7 février 2017 N de pourvoi: 15-86343 ECLI:FR:CCASS:2017:CR05946 Non publié au bulletin Cassation partielle sans renvoi M. Guérin

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD

Décision du Défenseur des droits MLD Décision du Défenseur des droits MLD-2013-187 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à la présentation d observations en justice Domaine(s) de compétence de l Institution : Lutte contre les

Plus en détail

Conseil d État N Publié au recueil Lebon. 5ème et 4ème sous-sections réunies. M. Stirn, président. M. Philippe Ranquet, rapporteur

Conseil d État N Publié au recueil Lebon. 5ème et 4ème sous-sections réunies. M. Stirn, président. M. Philippe Ranquet, rapporteur Conseil d État N 320581 Publié au recueil Lebon 5ème et 4ème sous-sections réunies M. Stirn, président M. Philippe Ranquet, rapporteur M. Thiellay Jean-Philippe, rapporteur public SCP BLANC, ROUSSEAU ;

Plus en détail

Par une requête et un mémoire, enregistrés le 11 juin 2015 et le 3 août 2016, M. Mme épouse M. M. et Mme représentés par Me demandent au tribunal :

Par une requête et un mémoire, enregistrés le 11 juin 2015 et le 3 août 2016, M. Mme épouse M. M. et Mme représentés par Me demandent au tribunal : TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LILLE N 1504884 M. et autres Mme Le Duc Rapporteur M. Larue Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le tribunal administratif de Lille (6 ème chambre)

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 2 février 2017 N de pourvoi: 16-13505 ECLI:FR:CCASS:2017:C200147 Non publié au bulletin Rejet Mme Flise (président), président SCP Boullez, SCP Fabiani,

Plus en détail

REVUE DE JURISPRUDENCE «RESTRUCTURATION SOCIALE» (Septembre 2015)

REVUE DE JURISPRUDENCE «RESTRUCTURATION SOCIALE» (Septembre 2015) 1 REVUE DE JURISPRUDENCE «RESTRUCTURATION SOCIALE» (Septembre 2015) Différences de traitement dans les PSE : Vivement que la Cour de cassation clarifie sa position p. 3 Cour de Cassation 9 juillet 2015

Plus en détail

Commentaire de la décision n QPC du 2 juillet Section française de l Observatoire international des prisons

Commentaire de la décision n QPC du 2 juillet Section française de l Observatoire international des prisons Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Commentaire de la décision n 2010-9 QPC du 2 juillet 2010 Section française de l Observatoire international des prisons Le Conseil constitutionnel a été

Plus en détail

Expulsion en urgence d un occupant du domaine public

Expulsion en urgence d un occupant du domaine public Expulsion en urgence d un occupant du domaine public Dans un arrêt récent, le Conseil d Etat vient de rappeler que lorsqu il est saisi d une demande d expulsion d un occupant du domaine public, le juge

Plus en détail

Par une requête enregistrée le 30 octobre 2015, Mme Amel C...épouse B..., représentée par Me Dieudonné, demande au tribunal :

Par une requête enregistrée le 30 octobre 2015, Mme Amel C...épouse B..., représentée par Me Dieudonné, demande au tribunal : TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LYON N 1509279 Mme Amel C... épouse B... Mme Burnichon Rapporteur M. Stillmunkes Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de

Plus en détail

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME. Communiqué du Greffier. ARRÊT DE CHAMBRE DUPUIS ET AUTRES c. FRANCE

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME. Communiqué du Greffier. ARRÊT DE CHAMBRE DUPUIS ET AUTRES c. FRANCE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME 390 7.6.2007 Communiqué du Greffier ARRÊT DE CHAMBRE DUPUIS ET AUTRES c. FRANCE La Cour européenne des Droits de l Homme a communiqué aujourd hui par écrit son arrêt

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 14/06/2016 Conseil d État N 380105 ECLI:FR:CESEC:2016:380105.20160309 Publié au recueil Lebon Section du Contentieux Mme Clémence Olsina, rapporteur Mme Suzanne von Coester, rapporteur public lecture

Plus en détail

eda TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE STRASBOURG N RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M. Henk-Jan D.G. AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS M. Kintz Juge des référés

eda TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE STRASBOURG N RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M. Henk-Jan D.G. AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS M. Kintz Juge des référés N 0901613 TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE STRASBOURG M. Henk-Jan D.G. M. Kintz Juge des référés Ordonnance du 3 avril 2009 eda RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le juge des référés 54-035-03 C Vu

Plus en détail

du Grand-Duché de Luxembourg Inscrit le 25 juillet 2012 Audience publique du 31 juillet 2012

du Grand-Duché de Luxembourg Inscrit le 25 juillet 2012 Audience publique du 31 juillet 2012 Tribunal administratif N 30950 du rôle du Grand-Duché de Luxembourg Inscrit le 25 juillet 2012 Audience publique du 31 juillet 2012 Requête en institution d une mesure provisoire introduite par Monsieur...,,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 6 novembre 2013 N de pourvoi: 13-84320 ECLI:FR:CCASS:2013:CR04923 Publié au bulletin Cassation M. Louvel (président), président SCP Waquet, Farge

Plus en détail

RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF. CRIB 22 6 Octobre 2016

RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF. CRIB 22 6 Octobre 2016 RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF CRIB 22 6 Octobre 2016 L ASSOCIATION: Construction humaine, Construction juridique. RAPPEL Un cadre législatif fondamental: article 1 loi du 1 juillet

Plus en détail

Cour de cassation. Chambre civile 2

Cour de cassation. Chambre civile 2 Cour de cassation Chambre civile 2 Audience publique du 9 juillet 2015 Pourvoi n 14-20679 Non publié au bulletin Cassation partielle sans renvoi Cour de cassation Chambre civile 2 Audience publique du

Plus en détail

2 ) de condamner l Etat à lui verser une somme de 2000 euros au titre des frais exposés et non compris dans les dépens.

2 ) de condamner l Etat à lui verser une somme de 2000 euros au titre des frais exposés et non compris dans les dépens. TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE GRENOBLE N 1407725 COMMUNAUTE DE COMMUNES DU PAYS ROUSSILLONNAIS M. Ban Rapporteur RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le tribunal administratif de Grenoble (1ère chambre)

Plus en détail

L obligation de sécurité de l employeur et la faute inexcusable : définition, législation, jurisprudences, procédure au TASS

L obligation de sécurité de l employeur et la faute inexcusable : définition, législation, jurisprudences, procédure au TASS L obligation de sécurité de l employeur et la faute inexcusable : définition, législation, jurisprudences, procédure au TASS L obligation de sécurité de résultat oblige l employeur de prendre toutes les

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 22 AVRIL 2014 P.14.0410.N/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N P.14.0410.N A. E., personne faisant l objet d une demande d extradition, demandeur, ayant pour conseil Maître Raf Jespers, avocat au barreau

Plus en détail

du Grand-Duché de Luxembourg Inscrit le 4 juin e chambre Audience publique du 8 avril 2015

du Grand-Duché de Luxembourg Inscrit le 4 juin e chambre Audience publique du 8 avril 2015 Tribunal administratif N 34623 du rôle du Grand-Duché de Luxembourg Inscrit le 4 juin 2014 3 e chambre Audience publique du 8 avril 2015 Recours formé par Monsieur..., contre des décision du ministre du

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE GRENOBLE N RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M. E.D. S. B. Mme Danièle Paquet Juge des référés. Ordonnance du 4 août 2017

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE GRENOBLE N RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M. E.D. S. B. Mme Danièle Paquet Juge des référés. Ordonnance du 4 août 2017 TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE GRENOBLE N 1704488 M. E.D. S. B. Mme Danièle Paquet Juge des référés Ordonnance du 4 août 2017 C Aide juridictionnelle provisoire RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Le juge des référés Vu la

Plus en détail

MEMOIRE AFIN DE QUESTION PRIORITAIRE DE CONSTITUTIONNALITE

MEMOIRE AFIN DE QUESTION PRIORITAIRE DE CONSTITUTIONNALITE CONSEIL D ETAT Recours 352-667 MEMOIRE AFIN DE QUESTION PRIORITAIRE DE CONSTITUTIONNALITE POUR : L Association Cercle de Réflexion et de Proposition d Action sur la psychiatrie, (CRPA) Association régie

Plus en détail

2 ) de mettre à la charge de l Etat une somme de 2000 euros en application de l article L du code de justice administrative.

2 ) de mettre à la charge de l Etat une somme de 2000 euros en application de l article L du code de justice administrative. TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NANTES N 1600385 Mme X. M. Gille Juge des référés Ordonnance du 21 janvier 2016 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le juge des référés Vu la procédure suivante : Par

Plus en détail

Les faits justificatifs seraient objectifs et agiraient in rem, c est à dire pour tous les individus pris dans la même situation.

Les faits justificatifs seraient objectifs et agiraient in rem, c est à dire pour tous les individus pris dans la même situation. INTRODUCTION : Pour toutes les infractions, le code pénal précise les sanctions applicables. Parfois, les faits constituant l élément matériel d une infraction ont été commis, mais leur auteur ne tombe

Plus en détail

LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL, Vu l ordonnance n du 7 novembre 1958 modifiée portant loi organique sur le Conseil constitutionnel ;

LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL, Vu l ordonnance n du 7 novembre 1958 modifiée portant loi organique sur le Conseil constitutionnel ; Décision n 2015-493 QPC du 16 octobre 2015 (M. Abdullah N.) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 17 juillet 2015 par la Cour de cassation (chambre criminelle, arrêt n 3837 du 8 juillet 2015), dans

Plus en détail

dans la poursuite pénale dirigée contre : en présence du MINISTERE PUBLIC l arrêt qui suit :

dans la poursuite pénale dirigée contre : en présence du MINISTERE PUBLIC l arrêt qui suit : N 57 / 2008 pénal. du 4.12.2008 Numéro 2587 du registre. La Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg, formée conformément à la loi du 7 mars 1980 sur l'organisation judiciaire, a rendu en son audience

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 4 novembre 2010 N de pourvoi: 09-71677 Non publié au bulletin Rejet M. Loriferne (président), président Me Balat, Me Blanc, SCP Boré et Salve de

Plus en détail

L accélération du procès par des délais de procédure devant les juridictions administratives

L accélération du procès par des délais de procédure devant les juridictions administratives COUR SUPREME DU TCHAD L accélération du procès par des délais de procédure devant les juridictions administratives L exemple des juridictions statuant en matière de contentieux administratif au Tchad 1

Plus en détail

LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS ET MANDATAIRES SOCIAUX

LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS ET MANDATAIRES SOCIAUX LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS ET MANDATAIRES SOCIAUX I : RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE GENERALITES : La Responsabilité Civile : - contractuelle, - délictuelle. La Responsabilité Pénale II : DEFINITION

Plus en détail

La Déclaration des devoirs et des droits du / de la journaliste

La Déclaration des devoirs et des droits du / de la journaliste La Déclaration des devoirs et des droits du / de la journaliste Préambule Le droit à l information, de même qu à la libre expression et à la critique, est une des libertés fondamentales de tout être humain.

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MELUN N RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MME Z... ET AUTRES AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. Mme Ruiz Rapporteure

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MELUN N RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MME Z... ET AUTRES AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. Mme Ruiz Rapporteure TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MELUN N 1400323 MME Z... ET AUTRES Mme Ruiz Rapporteure M. Rhée Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Melun (9ème chambre)

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE COMMUNIQUE DE PRESSE DROIT AU LOGEMENT OPPOSABLE : PREMIERS JUGEMENTS DU TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS SUR LES RECOURS INDEMNITAIRES Trois requérants, tous désignés en 2008 par la commission de médiation

Plus en détail

DEUXIÈME SECTION. AFFAIRE CROCI ET AUTRES c. ITALIE. (Requête n o 14828/02) ARRÊT (Satisfaction équitable) STRASBOURG.

DEUXIÈME SECTION. AFFAIRE CROCI ET AUTRES c. ITALIE. (Requête n o 14828/02) ARRÊT (Satisfaction équitable) STRASBOURG. DEUXIÈME SECTION AFFAIRE CROCI ET AUTRES c. ITALIE (Requête n o 14828/02) ARRÊT (Satisfaction équitable) STRASBOURG 24 juillet 2012 Cet arrêt deviendra définitif dans les conditions définies à l article

Plus en détail

des Libertés fondamentales

des Libertés fondamentales Fac UNIVERSITÉS EXOS lmd Droit des Libertés fondamentales 25 exercices corrigés Vanessa barbé François-Xavier MILLET 3 e édition à jour des dernières évolutions législatives et jurisprudentielles THÈME

Plus en détail

COUR ADMINISTRATIVE D'APPEL DE MARSEILLE

COUR ADMINISTRATIVE D'APPEL DE MARSEILLE COUR ADMINISTRATIVE D'APPEL DE MARSEILLE bb N 11MA02939 M. K. Mme Paix Rapporteur M. Deliancourt Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS La Cour administrative d'appel de Marseille

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, TROISIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, TROISIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 27 mai 2010 N de pourvoi: 09-15412 Publié au bulletin Rejet M. Lacabarats (président), président SCP Bénabent, SCP Lyon-Caen, Fabiani et Thiriez,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 331950 Publié au recueil Lebon Juge des référés M. Daël, président M. Serge Daël, rapporteur BALAT, avocat(s) lecture du jeudi 17 septembre 2009 REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Plus en détail

LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL, Vu l ordonnance n du 7 novembre 1958 modifiée portant loi organique sur le Conseil constitutionnel ;

LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL, Vu l ordonnance n du 7 novembre 1958 modifiée portant loi organique sur le Conseil constitutionnel ; Décision n 2016-535 QPC du 19 février 2016 (Ligue des droits de l homme) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 18 janvier 2016 par le Conseil d État (décision n 395091 du 15 janvier 2016), dans les

Plus en détail