Séminaire Premup «Pathologies maternelles et grossesse» 4 avril 2013 Dr E Letamendia

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Séminaire Premup «Pathologies maternelles et grossesse» 4 avril 2013 Dr E Letamendia"

Transcription

1 Séminaire Premup «Pathologies maternelles et grossesse» 4 avril 2013 Dr E Letamendia

2 Diabète HTA Transplantation rénale Pathologie thyroïdienne, myasthénie, thrombopénie, LEAD Epilepsie Traitement antalgique Toxicomanies Traitement par benzodiazépines Situation de handicap Pathologies maternelles et grossesse - Avril

3 Risque malformatif (1) Diabète préexistant Risque de malformations congénitales sévères x2 Effet tératogène de l hyperglycémie maternelle Types Cardiaques : AOU, TGV, défects septaux, CoAo Système nerveux central: anencéphalie, dysplasie caudale, spina bifida Squelettiques (hémivertèbre) Urogénitales (hydronéphrose, agénésie rénale, duplication urétérale) et digestives (atrésie duodénale, microcolon G) Pathologies maternelles et grossesse - Avril

4 Risque malformatif (2) Diabète gestationnel (DG) Risque modérément augmenté Corrélations entre risque malformatif et Niveau de glycémie maternelle AG au diagnostic de DG Obésité maternelle Mêmes malformations que diabète préexistant Cas de diabète de type II méconnus, diagnostiqués en cours de grossesse Pathologies maternelles et grossesse - Avril

5 Macrosomie Définitions: PN > 4000 g à 4500 g ou Large for Gestational Age (PN 90ep ou > +2DS (>97ep) pour l AG) Hyperinsulinisme fœtal dû à l hyperglycémie maternelle (+/- autres facteurs associés: IMC, hyperlipémie) Nouveau-né de mère diabétique :excès de masse grasse, aspect «infiltré», masse musculaire, taille du cerveau non augmentée Parfois hypotrophie (anomalies vasculaires, néphropathie) Cardiomyopathie Hypertrophie des parois ventriculaires (septum) Pas de corrélation avec la glycémie maternelle Pathologies maternelles et grossesse - Avril

6 Conséquences périnatales Mort fœtale in utero 2 à 4% Causes : anomalies placentaires, hypoxie fœtale chronique Facteurs : diabète préexistant +++, déséquilibre du diabète Mort périnatale Risque x5 si diabète de type I Risque x6 si diabète type II méconnu / diabète gestationnel Prématurité Asphyxie périnatale Hyperinsulinisme : anabolisme fœtal et consommation O2 ; macrosomie Difficultés d adaptation, acidose Traumatismes obstétricaux : rares Fracture de clavicule, de l humérus ; plexus brachial Facteur de risque principal = macrosomie Pathologies maternelles et grossesse - Avril

7 Détresse respiratoire néonatale Facteurs de risque : retard de maturation du surfactant (hyperinsulinisme fœtal), prématurité, extraction avant début de travail, asphyxie périnatale et difficulté d adaptation Diabète préexistant, ou gestationnel avec macrosomie Pathologies maternelles et grossesse - Avril

8 Hypoglycémie Pas de définition stricte mais seuils d intervention H24 : 1,7 à 2 mmol/l > H24 : 2,5 mmol/l Diabète gestationnel «simple» : risque faible d hypoglycémie sévère Facteurs de risque Hyperinsulinisme fœtal : macrosomie +++ Diabète mal équilibré les jours ou les heures précédant l accouchement Survenue précoce, transitoire, résolutive en qqs jours Hypocalcémie Risque corrélé au taux d HbA1c maternelle Lien avec prématurité et asphyxie périnatale Pathologies maternelles et grossesse - Avril

9 Complications hématologiques Hyperbilirubinémie Polyglobulie Liée à l d EPO par hyperinsulinisme En général bien tolérée Rares cas d accident vasculaire avec Hte>60% Complications à long terme Empreinte métabolique Réponse adaptative permanente du fœtus aux stimuli délétères intrautérins changements structurels et fonctionnels de certains organes, irréversibles Pancréas, centre hypothalamique de l appétit, foie, masse grasse, muscles Risques associés à long terme : obésité, diabète, syndrome X Régulation épigénétique : plasticité du génome Pathologies maternelles et grossesse - Avril

10 Lieu d accouchement Diabète gestationnel sans pathologie maternelle ou fœtale associée : toute maternité Diabète préexistant à la grossesse : maternité pouvant Surveiller les glycémies capillaires et veineuses Prendre en charge les hypoglycémies par apport oral ou intraveineux de sucre Disposer de protocoles de prise en charge des hypoglycémies néonatales Pathologies maternelles et grossesse - Avril

11 Risque hypoglycémique Alimentation précoce M30, toutes les 2-3h : Nné auprès de sa mère, peau-à-peau. Allaitement maternel (protides et lipides) néoglucogénèse et cétogénèse Surveillance de la glycémie A quel moment débuter? Si signes cliniques : sans délai Si RAS : juste avant le 2 e repas Dans quels cas? diabète gestationnel traité par régime, avec NNé de PN normal: pas de surveillance systématique Diabète gestationnel avec insuline, ou avec NNé macrosome ou hypotrophe : surveillance systématique Diabète préexistant : surveillance systématique Pathologies maternelles et grossesse - Avril

12 Risque hypoglycémique Objectifs de glycémie Seuils raisonnés d intervention en préprandial H24 : > H24 : 1,7 à 2 mmol/l 2,5 mmol/l Objectif après traitement : 3 mmol/l Mesures avec lecteurs de glycémie capillaires Peu fiables, peu reproductibles, Se et Sp insuffisantes Autosurveillance des sujets diabétiques (Gly normales ou élevées) Erreurs de mesure liées à l hématocrite et aux agents désinfectants Vérifier toute valeur inférieure au seuil par un dosage au laboratoire sur tube fluoré (inhibe les enzymes de la glycolyse), après ponction veineuse Etalonner régulièrement les lecteurs Pathologies maternelles et grossesse - Avril

13 Risque hypoglycémique «Programme de surveillance» glycémique des Nnés à risque Glycémie capillaire Juste avant le 2 e, le 3 e et le 4 e repas Si 3 résultats normaux : espacer /6h Après 24h : 2 contrôles maximum puis arrêt si Résultats normaux Alimentation «installée» Glycémie labo sur tube fluoré si résultat < 2,5 mmol/l Pathologies maternelles et grossesse - Avril

14 Risque hypoglycémique En cas de résultat inférieur au seuil : étapes successives Faire boire Sein ou biberon Si persistance hypoglycémie 15 à 60 mn après (selon intensité) Enrichir progressivement l alimentation Lait artificiel puis dextrine-maltose 2 à 4%, puis Liquigen 2% Nutrition entérale (NE) sur sonde Nné avec mauvaise prise alimentaire : NE en discontinu Echec de l enrichissement de l alimentation orale : NE en continu Perfusion de sérum glucosé à 10%, débit de base de 3 ml/kg/j + Poursuivre ou reprendre voie entérale En cas d hypoglycémie profonde : traitement parentéral immédiat Pose VVP pour bolus de 2 ml/kg de sérum glucosé 10%, puis poursuivre IVC Glucagon IM ou SC possible si macrosomie et difficulté de voie veineuse Pathologies maternelles et grossesse - Avril

15 Régulation de la calcémie Dosage de calcémie A l occasion du test de Guthrie En cas de facteur de risque (macrosomie, hypotrophie) ou signes cliniques Traitement curatif d une hypocalcémie Encourager l allaitement maternel Supplémentation en Gluconate de calcium per os Traitement par Un-Alfa-OH-D3 per os :0,5 à 2 µg/j Perfusion de gluconate de calcium iv si hypocalcémie sévère Dépistage de l hyperbilirubinémie Surveillance habituelle Traitement selon indications habituelles Recherche de polyglobulie : selon signes cliniques Pathologies maternelles et grossesse - Avril

16 Recherche de malformations : si signes cliniques (y penser!) Échocardiographie si souffle, cyanose, insuffisance cardiaque ETF si anomalie clinique Recherche d anomalie sacrée si anomalie clinique Traumatismes obstétricaux Examen systématique attentif, + radio Prise en charge Fracture : Pas de traitement spécifique Traitement antalgique, manipulation douce et prudente Plexus brachial : Traitement antalgique en maternité Avis orthopédique Testing musculaire précis avant J7 Suivi systématique Pathologies maternelles et grossesse - Avril

17 Indications d hospitalisation = complications Soins intensifs Détresse respiratoire Asphyxie périnatale avec encéphalopathie Hypocalcémie requérant une perfusion de calcium Service spécialisé Malformation sévère urgente Myocardiopathie Néonatalogie ou unité Kangourou Hypoglycémie requérant nutrition entérale ou perfusion Polyglobulie symptomatique Ictère sévère Prématurité Pathologies maternelles et grossesse - Avril

18 Prévention des complications à long terme Allaitement maternel = 1 des facteurs protecteurs les plus importants pour les maladies cardiovasculaires Suivi de l évolution pondérale infantile Pathologies maternelles et grossesse - Avril

19 Retentissement Fœtal : restriction de croissance fœtale, HRP Néonatal Prématurité ; hypotrophie (Aténolol ) Effets des traitements maternels : Bêta-blocage persistant chez l enfant (passage placentaire) Apparition dans les 1ères 24 h, durée jusqu à J5 + marqués avec Avlocardyl qu avec Trandate Effets Cardiovasculaires : bradycardie, hypotension, avec incapacité d adaptation à une situation de stress hypoglycémie Allaitement : passage dans le lait selon les molécules À long terme : syndrome métabolique Pathologies maternelles et grossesse - Avril

20 Accueil du nouveau-né : en pratique Prise en charge spécifique de l hypotrophie Alimentation fréquente Surveillance métabolique (régulation glycémique et calcémique) Surveillance des effets secondaires des bêta-bloquants Monitorage de FC et TA pendant 48h Surveillance glycémique pendant 48h (traitement par Glucagon efficace) Allaitement POSSIBLE avec Avlocardyl, Trandate, Trasicor Contre-indiqué avec Sectral, Corgard, Seloken, Lopressor, Sotalex Pathologies maternelles et grossesse - Avril

21 Grossesse Programmée (délai 24 mois; absence de rejet ou d infection virale en cours; fonction rénale stable; tension artérielle normale ou HTA contrôlée par un seul traitement, compatible) Risque d altération de la fonction rénale Risque fœtal Transmission virale +++ Toxicité des traitements Corticothérapie prolongée IMUREL : atteintes hématologiques, RCIU Ciclosporine : RCIU Tacrolimus (PROGRAF ) : RCIU, hyperkaliémie Pathologies maternelles et grossesse - Avril

22 Accueil du nouveau-né : en pratique Tenir compte des traitements maternels Corticothérapie à forte dose IMUREL : NFS à J3 Tacrolimus : iono sang (kaliémie) à J3 Prévention de la transmission virale, et suivi Allaitement maternel contre-indiqué Prise en charge globale Pathologies maternelles et grossesse - Avril

23

24 Rappels physiologiques Développement A 10 SA : détection de T4 dans la thyroïde fœtale Maturation de l axe hypothalamo-hypophyso-thyroïdien Vers SA : TRH détectée dans l hypothalamus, TSH dans les cellules pituitaires A SA : maturation du système hypothalamo-hypophysaire : contrôle de TSH par TRH, et taux hormones thyroïdiennes Hormones thyroïdiennes fœtales Principale = T4 (80%) = forme de réserve Une faible partie est d origine maternelle : cette contribution maternelle à la concentration en T4 est importante pour la maturation normale du fœtus, en particulier pour son développement neurologique À terme, taux fœtal > taux maternel T3 = 20% = forme active au niveau cellulaire Concentration basse jusqu à 30 SA Puis augmentation modérée Pathologies maternelles et grossesse - Avril

25 Rappels physiologiques Passage placentaire Hormones thyroïdiennes maternelles : T4 seulement (et TRH) T3, TSH, TBG ne passent pas Iode : apport maternel ( carences) Anticorps anti-thyroïdiens Ac anti-récepteur à la TSH Empêchent liaison de TSH à son récepteur thyroïdien Basedow : effet stimulant (parfois mélangés à Ac bloquants) Dosage au cordon = prédictif de l hyperthyroïdie néonatale Ac anti-tpo Non dangereux pour le fœtus Utiles au diagnostic chez la mère Antithyroïdiens de synthèse (ATS): passage Néomercazole tératogène donc proscrit les 8 1es semaines de grossesse Propyl-Thio-Uracile passage + faible Pathologies maternelles et grossesse - Avril

26 Hormones thyroïdiennes du nouveau-né Taux «spécifiques du nouveau-né» brutale du taux sérique de TSH entre M20 et M120 taux sériques de T3 et T4 dans les ères h de vie T4 taux très élevé, jusqu à 3 semaines de vie T3 très faible dans le sang de cordon, rapide puis stabilisation à quelques jours de vie Taux au cordon Reflète le statut thyroïdien fœtal N aide pas à la prise en charge post-natale Pathologies maternelles et grossesse - Avril

27 Physiopathologie et conséquences Pathologie auto-immune : Ac anti-récepteurs de la TSH (TRAK) Le plus souvent stimulants Passage transplacentaire surtout après SA ; récepteur fœtal à la TSH sensible à partir de 20 SA Hyperthyroïdie fœtale Persistance à distance de la naissance après élimination des anti-thyroïdiens de synthèse Pathologies maternelles et grossesse - Avril

28 Physiopathologie et conséquences Hyperthyroïdie fœtale : RCIU, tachycardie fœtale ( insuffisance cardiaque), goître hypervasculaire ( compression voies aériennes) Risque d hypothyroïdie fœtale Si TRAK peu élevés et transfert des ATS > TRAK Signes fœtaux Goître éventuellement compressif Bradycardie insuffisance cardiaque Pathologies maternelles et grossesse - Avril

29 Prise en charge anténatale Détermination du taux de TRAK en début de grossesse : repérage des femmes à risque de transmettre une hyperthyroïdie fœtale mères avec ATCD de Basedow, Thyroïdectomie Eu- voire hypothyroïdiennes TRAK parfois persistants élevés TRAK + si traitement par ATS : maintenir T4 limite supérieure de la Nle si pas d ATS : risque faible de dysthyroïdie : surveillance écho TRAK -, pas d ATS : pas de risque fœtal surveillance fœtale échographique, dosages hormonaux traitement du fœtus : ATS +/- T4 en cas d hyperthyroïdie dose ATS +/- ajout T4 en cas d hypothyroïdie Pathologies maternelles et grossesse - Avril

30 Prise en charge néonatale Si TRAK négatifs chez la mère pendant la grossesse : pas de bilan au cordon, le dépistage lors du Guthrie suffit Si TRAK positifs chez la mère pendant la grossesse : au cordon : dosage des TRAK dépistage des Nnés à risque d hyperthyroïdie + T4 TSH Statut thyroïdien du fœtus : hypo ou hyperthyroïdie Pathologies maternelles et grossesse - Avril

31 Prise en charge néonatale Examen clinique attentif Signes d hyperthyroïdie RCIU, +/- craniosténose ; goître 50% Exophtalmie, éclat du regard Troubles digestifs, hyperthermie, tachycardie sinusale Signes d hypothyroïdie Hypothermie, bradycardie Difficultés d alimentation, hypotonie, retard 1 er méconium Ictère prolongé Exploration de la fonction thyroïdienne du nouveau-né A J3, J8, J15 : prélever T3,T4, TSH ; suivre aussi le dosage des TRAK Traitement maternel par ATS? Oui : risque d hypothyroïdie transitoire (ATS) puis d hyperthyroïdie retardée (TRAK persistants) Non : risque d hyperthyroïdie Pathologies maternelles et grossesse - Avril

32 Prise en charge néonatale : suivi endocrinopédiatrique spécialisé En cas d hyperthyroïdie : hospitalisation du nouveau-né Traitement par ATS Néo-Mercazole : 1 mg/kg/j PTU : 5 à 10 mg/kg/j Avlocardyl 2 mg/kg/j en 3 prises per os Apports hydriques et caloriques augmentés Surveillance Échocardiographique Biologique : arrêt des ATS à la disparition des TRAK En cas d hypothyroïdie Traitement par L-Thyroxine Durée, dose : selon la surveillance clinique et biologique Pathologies maternelles et grossesse - Avril

33 Allaitement maternel possible PTU : concentration faible dans le lait TRAK : passage faible dans le lait Pathologies maternelles et grossesse - Avril

34 Risque fœtal HTA gravidique et prééclampsie : risques évités si hypothyroïdie équilibrée dès le 1 er trimestre Développement cérébral fœtal Thyroïdite de Hashimoto : Autoanticorps (anti TGB, anti TPO, mais aussi TRAK) dysfonctionnements thyroïdiens fœtaux exceptionnels Thyroïdectomie pour Basedow Hypothyroïdie maternelle Risque d hyperthyroïdie fœtale si persistance de TRAK + Pathologies maternelles et grossesse - Avril

35 Attitude pratique en cas de thyroïdite de Hashimoto Grossesse : Traitement maternel pour euthyroïdie; recherche d hypothyroïdie fœtale Nouveau-né Pas de dosage au cordon Examen clinique à la recherche de signes d hypothyroïdie Dépistage systématique sur papier buvard à J3 (test de Guthrie) Bilan thyroïdien si TRAK + chez la mère Pathologies maternelles et grossesse - Avril

36 Pathologie auto-immune de la jonction neuro-musculaire Anticorps anti-récepteurs de l acétylcholine (RAch) sur la plaque motrice Signes cliniques : fatigabilité musculaire fluctuante Muscles striés : face, tronc, muscles respiratoires Utérus non concerné Femme en âge de procréer Traitements Anticholinestérasiques, corticostéroïdes Immunoglobulines, plasmaphérèses Immuno-suppresseurs Contre-indications médicamenteuses Aminosides Curares Pathologies maternelles et grossesse - Avril

37 Myasthénie et grossesse Évolution de la maladie imprévisible pdt la grossesse Aggravation + volontiers si maladie récente Périodes critiques : 1 er trimestre et 1 er mois post-partum Les Ac anti-rach passent le placenta Atteinte fœtale grave rare : immobilisme, arthrogrypose Risque de myasthénie néonatale transitoire (MNNT) : 10 à 25% Même si la mère est asymptomatique pendant la grossesse Quel que soit le taux d Ac maternels Indépendamment de la survenue ou non d une MNNT lors d une grossesse précédente Pathologies maternelles et grossesse - Avril

38 Myasthénie néonatale transitoire (MNNT) Signes cliniques Sévérité non corrélée au taux d Ac ni à l intensité de l atteinte maternelle ( pathologie du NNé révélatrice de la maladie maternelle) Dès les 1ères h de vie, parfois d apparition retardée ( J4) Contraste entre Faiblesse musculaire généralisée Hypotonie axiale, faiblesse de succion, mimique faciale Difficultés de déglutition, fausses routes Détresse respiratoire Contact, conscience normales Evolution spontanée transitoire : Pathologie réversible en 3 à 8 semaines Développement neurologique normal Pathologies maternelles et grossesse - Avril

39 Accueil du nouveau-né : en pratique Hospitalisation systématique du nouveau-né pour surveillance pendant 72h Allaitement maternel non contre-indiqué En cas de signes cliniques Test diagnostique : Prostigmine 0,25 mg IM / SC amélioration spectaculaire en mn Traitement Prise en charge symptomatique Éviter facteurs aggravants (aminosides) Nutrition entérale Kinésithérapie respiratoire Ventilation assistée Traitement spécifique : Prostigmine, échanges transfusionnels Suivi du taux des Ac anti-rach Pathologies maternelles et grossesse - Avril

40 Diagnostic 10% des grossesses : découverte d une thrombopénie Seuil : 15G/L au 3 e trimestre Étiologie : causes multiples 75% = thrombopénie «gestationnelle» (isolée) Purpura thrombopénique auto-immun Thrombopénies associées (HELLP, microangiopathie thrombotique, lupus, SAPL) Pathologies maternelles et grossesse - Avril

41 Purpura thrombopénique auto-immun Auto-anticorps IgG /glycoprotéines de la membrane plaquettaire Connu avant la grossesse (2/3) ou découvert pdt grossesse (1/3) Thrombopénie volontiers < 100G/L, dès le 1 er trimestre Traitement corticoïde, +/- Ig IV ; splénectomie Passage transplacentaire des Ac imprévisible Aucune corrélation entre tx de plaqs maternel, tx d Ac maternel, et tx de plaq du NNé Thrombopénie fœtale sévère 9 à 15% ; risque hémorragique sévère < 1% Thrombopénie néonatale : Taux corrélé à celui du NNé d une grossesse précédente Risque maximal après H24 (J3-J4) Guérison définitive en 3 mois Pathologies maternelles et grossesse - Avril

42 Accueil du nouveau-né : en pratique Voie d accouchement : indications obstétricales Surveillance du nouveau-né Thrombopénie gestationnelle : plaquettes au cordon PTAI Recherche d une thrombopénie néonatale< 100G/L contrôle quotidien Conduite à tenir si thrombopénie Recherche de signes hémorragiques (pétéchies, bulles hémorragiques muqueuses) Limiter les gestes «traumatiques» Si plaquettes<50g/l : FO, ETF, échographie abdominale Traitement si plaquettes<30g/l : transfusion plaquettaire + IgIV Si signes hémorragiques : IgIV Surveillance après normalisation car récidive possible Pathologies maternelles et grossesse - Avril

43 Pathologie inflammatoire auto-immune Atteinte du collagène Auto-anticorps Anti-ADN, anti-nucléosomes Anti-antigènes nucléaires solubles :anti-rnp, anti-sm, anti SSA (antiro) et anti SSB (anti-la) Anti-phospholipides, anticoagulants circulants Signes cliniques multiples, divers Maladie de la femme en âge de procréer Pathologies maternelles et grossesse - Avril

44 Lupus maternel et grossesse Aggravation de la pathologie maternelle : poussées Perte fœtale RCIU, prématurité Lupus néonatal : seulement si Ac anti SSA ou SSB Bloc auriculoventriculaire (parfois révélateur de la pathologie maternelle) BAV complet : diagnostic au 2 e trimestre : bradycardie permanente < 100/mn, +/- anasarque Traitement : pacemaker BAV incomplet de découverte post-natale Signes cutanés Atteinte viscérale (hépatique, hématologique) Pathologies maternelles et grossesse - Avril

45 Accueil du nouveau-né : en pratique BAV complet : naissance en milieu spécialisé Cardiopédiatre pour entrainement électrosystolique Réanimation pour anasarque Tout nouveau-né de mère lupique connue ECG après la naissance pour rechercher un BAV incomplet Examen cutané; crème «écran total» Allaitement maternel possible Pathologies maternelles et grossesse - Avril

46 Pathologies maternelles et grossesse - Avril

47 0,4 à 0,8% des femmes enceintes 50% maladie stable 25% aggravation, 25% amélioration Risque fœtal Fausse couche, mort fœtale : crises généralisées, état de mal (50% MFIU) Tératogénèse: traitements anti-épileptiques Risque de malformations x2 à 3, variable selon les molécules Fentes labiales, malformations cardiaques, hypospade, défauts de fermeture du tube neural Facteurs : polythérapie comprenant l acide valproïque ; doses élevées Lamotrigine, benzodiazépines : pas d taux de malformations Pathologies maternelles et grossesse - Avril

48 Risque néonatal Médicaments à effet sédatif (Benzodiazépines) Imprégnation médicamenteuse (Urbanyl, Rivotril ) Syndrome de sevrage secondaire (rare) Troubles liés à l induction enzymatique de certaines molécules (Carbamazépine, Phénobarbital) Syndrome hémorragique par avitaminose K Hypocalcémie par hypovitaminose D Anémie macrocytaire par anomalie métabolisme acide folique Toxicité spécifique Valproate, Lamotrigine : hépatite Valproate: afibrinogénémie, agrégation plaquettaire Valproate : retard du développement cognitif Pathologies maternelles et grossesse - Avril

49 Attitude pratique Examen clinique rigoureux à la recherche de malformations Mère sous benzodiazépines (Urbanyl, Rivotril ) : Surveillance attentive du nouveau-né en Unité Kangourou Suivi organisé après le séjour en maternité sage-femme à domicile, PMI, consultation pédiatrique Informer la mère des signes de syndrome de sevrage ( J10-J15) Préparer le retour à domicile Équilibration du traitement de la mère Présence d autres personnes à ses côtés Allaitement Possible avec Dépakine Déconseillé avec Lamictal Déconseillé avec benzodiazépines (effet sédatif +++) Pathologies maternelles et grossesse - Avril

50 Traitement prolongé en cours de grossesse Opiacés palier 2 (Codéine, Tramadol): syndrome de sevrage Morphine Imprégnation (détresse respiratoire néonatale) si fortes doses juste avant ou pendant accouchement Syndrome de sevrage Différé Irritabilité, insomnie, pleurs Amitriptyline : imprégnation +/- sevrage si fortes doses et arrêt brutal Allaitement Opiacés palier 2 : Jusqu à J2-J3 : préférertramadol ; Codéine possible Après J3, traitement court possible Opiacés palier 3 : Jusqu à J2-J3 : Nalbuphine et Morphine Après J3 : suspendre l allaitement jusqu à 4h après la dernière prise Laroxyl : allaitement possible Pathologies maternelles et grossesse - Avril

51 Alcool Prise en charge multidisciplinaire EN AMONT Suivi de la consommation ; traitements associés Encadrement social, psychologique Programmation de l accueil du Nné Entretiens obstétrico-pédiatriques Equipe prévenue (sage-femmes, unité Kangourou) Risques spécifiques RCIU Syndrome d alcoolisation foetale Accueil à la naissance Unité Kangourou Soutien à l allaitement maternel Lien mère-enfant Après la maternité Suivi pédiatrique (dépistages sensoriels) Soutien psychosocial ; mesures éducatives; placement éventuel Pathologies maternelles et grossesse - Avril

52 Opiacés Prise en charge multidisciplinaire EN AMONT Risques RCIU, prématurité Syndrome de sevrage in utero Infections maternelles associées Syndrome de sevrage du nouveau-né Fréquence élevée : 70-90% si héroïne, 70% si Méthadone ou Buprénorphine Rare si doses de substitution faibles Début précoce < J3, parfois retardé avec Méthadone Signes neurologiques et digestifs Traitement efficace, guérison complète en quelques jours Pathologies maternelles et grossesse - Avril

53 Opiacés Accueil du nouveau-né Naissance : pédiatre présent si prise récente Syndrome de sevrage Dépistage par score de Finnegan Traitement Nursing +++ si Finnegan 7 Allaitement possible selon les cas Bercement, portage Emmaillotage Mise à l abri des stimuli Hospitalisation en néonatalogie (unité Kangourou) pour traitement médicamenteux Indication :Finnegan > 8 à 2 reprises, ou > 11 Modalités : solution orale de morphine (sulfate de morphine ORAMORPH flacon 5 ml=10 mg) Paliers selon évolution du score de Finnegan Lien mère-enfant : équipe bienveillante Observation Soutien Pathologies maternelles et grossesse - Avril

54 A demi-vie longue ( 24h): Valium, Urbanyl, Rivotril, Lysanxia, Tranxène Effet sédatif imprégnation médicamenteuse Parfois intervalle libre Réversible en 10 à 20 jours Mauvaise succion voire hypotonie, baisse de vigilance, jusqu à apnées, détresse respiratoire Rare mais risque si posologies maternelles importantes en fin de grossesse Syndrome de sevrage moins fréquent Délai 10 à 15 j Hyperexcitabilité, difficulté de succion Pathologies maternelles et grossesse - Avril

55 A demi-vie courte (< 24h) Témesta, Séresta, Xanax, Lexomil Effet sédatif imprégnation médicamenteuse Parfois intervalle libre Réversible en 24 à 48h Mauvaise succion voire hypotonie, baisse de vigilance, jusqu à apnées, détresse respiratoire Rare mais risque si posologies maternelles importantes en fin de grossesse Syndrome de sevrage + fréquent Délai 2 à 5 jours Hyperexcitabilité, difficulté de succion Pathologies maternelles et grossesse - Avril

56 Accueil du nouveau-né Surveillance attentive 1ers jours : risque d imprégnation Ensuite : syndrome de sevrage Allaitement Possible en prise unique Contre-indiqué si traitement au long cours Possible avec Séresta 10 mgx3/jour Pathologies maternelles et grossesse - Avril

57

58 Selon le handicap : restaurer l image narcissique Mère malvoyante : favoriser la rencontre avec l enfant, soutenir l allaitement, accompagner les soins Mère malentendante Mère en fauteuil roulant En pratique Pas d improvisation ou de minimisation! Edith Thoueille : «Le handicap, c est une différence qu il faut prendre en compte» Accueil personnalisé Unités Kangourou Equipes spécialisées : Service d Accompagnement à la Parentalité des Personnes en Situation de Handicap : «un endroit où on est vue comme une mère, pas comme une handicapée qui devient mère» Pathologies maternelles et grossesse - Avril

59 Pathologie maternelle. In Pédiatrie en maternité, C Francoual, J Bouillié, S Parat-Lesbros. 2008, 3 e Edition, Médecine-Sciences Flammarion Ontogenèse de la régulation glycémique et conséquences pour la prise en charge du nouveau-né. Mitanchez D. Arch Pédiatr 2008;15:64-74 Déterminisme des troubles nutritionnels et métaboliques : impact de l environnement diabétique durant la gestation. E Motte et al. Arch Pédiatr 2010;17:60-70 Particularités de la prise en charge du nouveau-né de mère avec diabète gestationnel. Environnement pédiatrique. Mitanchez D. Journal de Gynécologie Obstétrique et Biologie de la Reproduction 2010;39:S281-S288 Fœtus et nouveau-né de mère Basedow. M Castanet et al. Arch Pediatr 2011;18:27-28 Congenital hyperthyroidism : the fetus as a patient. Polak M et al. Horm Res 2006 ;654:1-8 Myasthénie et grossesse : l atteinte du nouveau-né peut être révélatrice. C Belasco et al. Arch Pédiatr 2000;7:263-6 Thrombopénie et grossesse. Schaal JV et al. Le praticien en anesthésie et réanimation 2012;16: Pregnancy implications for systemic lupus erythematosus and the antiphospholipid syndrome. Andreoli et al. Journal of autoimmunity 2012;J197-J208 Conséquences périnatales des connectivites maternelles : étude prospective de 73 cas. C. Renaud, et al. Arch Pédiatr 2006;13: Antiepileptic drug use during pregnancy :perinatal outcomes. Kulaga S et al. Seizure 2011;20: Cognitive function at 3 years of age after fetal exposure to antiepileptic drugs. Meador et al, NEJM 2009;16: Le CRAT, Centre de Référence sur les Agents Tératogènes. HAS. Recommandations de bonne pratique. Grossesses à risque : orientation des femmes enceintes entre les maternités en vue de l accouchement. Décembre 2009 Pathologies maternelles et grossesse - Avril

60 Merci

61

62 Seuils raisonnés d intervention en préprandial H24 : 1,7 à 2 mmol/l > H24 : 2,5 mmol/l Objectif après traitement : 3 mmol/l En cas de résultat inférieur au seuil : étapes successives Faire boire Au sein ou au biberon Si persistance hypoglycémie 15 à 60 mn après (selon intensité) Enrichir progressivement l alimentation Lait artificiel puis dextrine-maltose 2 à 4%, puis Liquigen 2% Nutrition entérale (NE) sur sonde Nné avec mauvaise prise alimentaire : NE en discontinu Echec de l enrichissement de l alimentation orale : NE en continu Perfusion de sérum glucosé à 10%, débit de base de 3 ml/kg/j + Poursuivre ou reprendre voie entérale ; ou perfuser aussi autres substrats (Pediaven) En cas d hypoglycémie profonde : traitement parentéral immédiat Perfusion pour bolus de 2 ml/kg de sérum glucosé 10%, puis poursuivre 3 ml/kg/j Glucagon IM ou SC possible si macrosomie et difficulté de voie veineuse (0.3 mg/kg ; 1 ampoule = 1 ml = 1 mg) Pathologies maternelles et grossesse - Avril

63 Test diagnostique à la Prostigmine Méthylsulfate de Néostigmine 0,25 mg voie IM ou SC Régression spectaculaire des symptômes en mn, transitoire Traitement anticholinestérasique : Prostigmine 0,1 à 0,25 mg Voie IM ou SC Toutes les 6h À adapter aux signes cliniques Pathologies maternelles et grossesse - Avril

LE DIABETE GESTATIONNEL

LE DIABETE GESTATIONNEL Document de synthèse sur le diabète gestationnel DOCUMENT DE SYNTHESE LE DIABETE GESTATIONNEL Preface Document de synthèse sur le diabète gestationnel Cher lecteur, chère lectrice Ce document est un guide

Plus en détail

Atelier N 2. Consultation de patientes porteuses d une maladie générale

Atelier N 2. Consultation de patientes porteuses d une maladie générale Atelier N 2 Consultation de patientes porteuses d une maladie générale Contre indica,ons à la grossesse Hypertension artérielle pulmonaire >30mmHg Maladie de Marfan (dilatation aortique>4 cm) Rétrécissement

Plus en détail

Cordarone et Thyroïde par François Boustani

Cordarone et Thyroïde par François Boustani Physiologie de la thyroïde : l hormonosynthèse thyroïdienne se fait à partir de l iode essentiellement d origine digestive et de la thyroglobuline qui est une protéine synthétisée par la thyroïde à partir

Plus en détail

Grossesse et HTA. J Potin. Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours

Grossesse et HTA. J Potin. Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours Grossesse et HTA J Potin Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours HTA et grossesse Pathologie fréquente : 2 à 5 % des grossesses (2 à 3 % des multipares, 4 à 8 % des primipares)

Plus en détail

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE 1- Définition : Le diabète sucré se définit par une élévation anormale et chronique de la glycémie. Cette anomalie est commune à tous les types de diabète sucré, mais

Plus en détail

Dépistage, prise en charge et. Journée du médecin de famille, 10 juin 2004

Dépistage, prise en charge et. Journée du médecin de famille, 10 juin 2004 Diabète gestationnel Dépistage, prise en charge et recommandations Journée du médecin de famille, 10 juin 2004 Diabète gestationnel Prévalence: 3 à 6% Quel test? Quel seuil? Quelle population? A quel moment

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES. Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière.

PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES. Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière. PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière. 75 Pas de conflits d intérêts. Définitions Pré éclampsie Définitions

Plus en détail

Lundis de la Santé - Brest 12 Décembre 2005. Tabac et Grossesse M. COLLET

Lundis de la Santé - Brest 12 Décembre 2005. Tabac et Grossesse M. COLLET Lundis de la Santé - Brest 12 Décembre 2005 Tabac et Grossesse M. COLLET Tabac et grossesse Problème majeur de santé publique 25 à 33 % des femmes fument pendant la grossesse Nombreuses conséquences obstétricales

Plus en détail

Maternité et activités sportives

Maternité et activités sportives Maternité et activités sportives L obstétricien est de plus en plus souvent interrogé sur les avantages et les risques de maintenir ou de débuter une APS ou de loisir pendant la grossesse. Transformations

Plus en détail

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne.

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne. Pathologies chroniques et séjour en altitude : Recommandations pour le médecin généraliste D après la thèse du Dr Gilles de Taffin Les recommandations d usage à rappeler : Éviter l arrivée directe à des

Plus en détail

Les tests thyroïdiens

Les tests thyroïdiens Les tests thyroïdiens Mise à jour de juin 2007 par S. Fatio Réf: les images et les graphiques sont tirés de www.endotext.org (textbook d endocrinologie online et libre d accès) QuickTime et un décompresseur

Plus en détail

HTA et grossesse. Dr M. Saidi-Oliver chef de clinique-assistant CHU de Nice

HTA et grossesse. Dr M. Saidi-Oliver chef de clinique-assistant CHU de Nice HTA et grossesse Dr M. Saidi-Oliver chef de clinique-assistant CHU de Nice Définition HTA gravidique: Après 20 SA Systole> 140mmHg et/ou Diastole>90mmHg A 2 reprises séparées de plus de 6 heures Résolutive

Plus en détail

7- Les Antiépileptiques

7- Les Antiépileptiques 7- Les Antiépileptiques 1 Définition L épilepsie est un trouble neurologique chronique caractérisé par la survenue périodique et imprévisible de crises convulsives dues à l émission de décharges électriques

Plus en détail

Les différentes maladies du coeur

Les différentes maladies du coeur Auteur : Dr Pascal AMEDRO Les différentes maladies du coeur 1. Le cœur normal L oxygène capté dans l air va dans les poumons, où le sang «bleu» est alors oxygéné et devient «rouge». Il est conduit par

Plus en détail

GROSSESSE et lupus/sapl

GROSSESSE et lupus/sapl GROSSESSE et lupus/sapl Nathalie Costedoat-Chalumeau Centre de référence maladies autoimmunes et systémiques rares Service Médecine Interne Hôpital Cochin Paris Rappels et définitions Critères cliniques

Plus en détail

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Dominique GENDREL Necker-Enfants Malades Traiter en urgence en présence de trophozoïtes Plus de 80% des paludismes d importation en

Plus en détail

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie.

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. 1. Qu est-ce que le diabète? L APS ET LE DIABETE Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. Cette hyperglycémie est avérée si à 2 reprises

Plus en détail

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Plan Quelles sont les personnes âgées et/ou les situations à risque de dénutrition? Quels sont les outils de

Plus en détail

Indications de la césarienne programmée à terme

Indications de la césarienne programmée à terme Indications de la césarienne programmée à terme Janvier 2012 Quelles sont les indications de la césarienne programmée? Utérus cicatriciel Transmissions mère-enfant d infections maternelles Grossesse gémellaire

Plus en détail

Diabète Gestationnel

Diabète Gestationnel Situation du problème 1. Définition du diabète gestationnel Diabète Gestationnel (à partir des RPC du CNGOF, 1996) Le diabète gestationnel (DG) est un trouble de la tolérance glucidique de gravité variable,

Plus en détail

Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer

Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer DOCUMENT D INFORMATION POUR LES PROFESSIONNELS Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer Septembre 2009 DÉFINITION ET OBJECTIF Dès lors qu ils expriment un projet de

Plus en détail

Diabète de type 1 de l enfant et de l adolescent

Diabète de type 1 de l enfant et de l adolescent GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE Diabète de type 1 de l enfant et de l adolescent Juillet 2007 Juillet 2007 1 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication

Plus en détail

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE Objet : Sevrage d une dépendance physique aux opiacés ou apparentés Ce protocole tient compte de la sécurité du patient qui doit être optimale à son domicile comme en

Plus en détail

Aspect nutritionnel chez le sujet âgé

Aspect nutritionnel chez le sujet âgé Aspect nutritionnel chez le sujet âgé Définition Etat pathologique résultant d apports nutritionnels insuffisants en regard des dépenses énergétiques de l organisme: diminution des apports alimentaires

Plus en détail

Principales complications de la grossesse Hypertension artérielle gravidique Item 17 - Module 2

Principales complications de la grossesse Hypertension artérielle gravidique Item 17 - Module 2 Objectifs : Principales complications de la grossesse Hypertension artérielle gravidique Item 17 - Module 2 Diagnostiquer et connaître les principes de prévention et de prise en charge de l hypertension

Plus en détail

INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES

INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES QU EST-CE QUE LE MDRD? Il s agit d une formule permettant d estimer le débit de filtration glomérulaire et donc la fonction rénale La formule est la suivante :

Plus en détail

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas HEPATITES VIRALES 22/09/09 Mme Daumas Infectieux Introduction I. Hépatite aigu II. Hépatite chronique III. Les différents types d hépatites A. Hépatite A 1. Prévention de la transmission 2. Vaccination

Plus en détail

:: Atrésie de l œsophage

:: Atrésie de l œsophage :: Atrésie de l œsophage Définition : L atrésie de l œsophage est une malformation congénitale caractérisée par une interruption de continuité de l œsophage. Dans 50 % des cas, elle est associée à d autres

Plus en détail

PRESENTATION PROJET 2010-2015. Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN

PRESENTATION PROJET 2010-2015. Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN PRESENTATION PROJET 2010-2015 Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN Bilan d activité du RSN année 2009 Population cible : 18000 couple mère enfant Professionnels impliqués dans le réseau :

Plus en détail

MÉDICAMENTS CONTENANT DU VALPROATE ET DÉRIVÉS

MÉDICAMENTS CONTENANT DU VALPROATE ET DÉRIVÉS MÉDICAMENTS CONTENANT DU VALPROATE ET DÉRIVÉS GUIDE À DESTINATION DES MÉDECINS PRESCRIPTEURS Ce guide est remis dans le cadre des mesures de minimisation du risque mises en place pour le valproate, dans

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

Maladies neuromusculaires

Maladies neuromusculaires Ministère de la Santé et des Solidarités Direction Générale de la Santé Informations et conseils Maladies neuromusculaires Lisez attentivement ce document et conservez-le soigneusement avec la carte de

Plus en détail

Enseignement secondaire technique

Enseignement secondaire technique Enseignement secondaire technique Régime technique Division des professions de santé et des professions sociales Formations spécialisées Section de la formation de l'infirmier / infirmière en pédiatrie

Plus en détail

LE GRAND LIVRE Du. Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel. Prévenir les complications. et surveiller la maladie

LE GRAND LIVRE Du. Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel. Prévenir les complications. et surveiller la maladie Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel LE GRAND LIVRE Du diabète Vivre avec le diabète à tout âge Traiter et surveiller la maladie Prévenir les complications, 2012 ISBN : 978-2-212-55509-7

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

TD La régulation de la glycémie

TD La régulation de la glycémie TD La régulation de la glycémie Comme nous l avons vu dans le chapitre 1, le milieu intérieur subit en permanence des modifications dues à l activité cellulaire ou aux apports extérieurs. Cependant, un

Plus en détail

Soins du post-partum

Soins du post-partum Diplôme Inter Universitaire de Soins Obstétricaux et Néonatals d Urgence SONU Soins du post-partum Prise en charge des complications lors de la grossesse et de l accouchement Objectifs de la séance Définir

Plus en détail

Prise en charge du nouveau-né prématuré «attendu» atteint d un syndrome de Bartter

Prise en charge du nouveau-né prématuré «attendu» atteint d un syndrome de Bartter Prise en charge du nouveauné prématuré «attendu» atteint d un syndrome de Bartter Docteur JeanFrançois Magny Institut de Puériculture et de Périnatalogie Problématique double Prise en charge de la prématurité

Plus en détail

Guide de référence sur les Lignes directrices de pratique clinique 2013

Guide de référence sur les Lignes directrices de pratique clinique 2013 Guide de référence sur les Lignes directrices de pratique clinique 2013 (Mise à jour juillet 2015) 426569-15 guidelines.diabetes.ca DÉPISTAGE ET DIAGNOSTIC Chez quelles personnes faut-il faire un dépistage

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 octobre 2011

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 octobre 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 19 octobre 2011 PEDIAVEN AP-HP G15, solution pour perfusion 1000 ml de solution en poche bi-compartiment, boîte de 4 (CIP: 419 999-0) PEDIAVEN AP-HP G20, solution pour

Plus en détail

10/12/2009 DIABETE. Dr LEVEZIEL CHU HENRI MONDOR SERVICE DU PR SOUIED FRANCE

10/12/2009 DIABETE. Dr LEVEZIEL CHU HENRI MONDOR SERVICE DU PR SOUIED FRANCE DIABETE Dr LEVEZIEL CHU HENRI MONDOR SERVICE DU PR SOUIED FRANCE 1 Diabète Définition: Augmentation du taux de glucose dans le sang Dépistage: 1,20 g/l (6,7 mmol/l) si prélèvement plus de 2 heures après

Plus en détail

Chapitre II La régulation de la glycémie

Chapitre II La régulation de la glycémie Chapitre II La régulation de la glycémie Glycémie : concentration de glucose dans le sang valeur proche de 1g/L Hypoglycémie : perte de connaissance, troubles de la vue, voire coma. Hyperglycémie chronique

Plus en détail

Cholestérol. Précautions de prélèvement. Valeurs usuelles. Clinique. Cholestérol total. HDL-cholestérol. LDL-cholestérol. Hypocholestérolémies

Cholestérol. Précautions de prélèvement. Valeurs usuelles. Clinique. Cholestérol total. HDL-cholestérol. LDL-cholestérol. Hypocholestérolémies Cholestérol 89 Cholestérol L hypercholestérolémie est un facteur de risque d athérosclérose comme l ont établi de grandes enquêtes épidémiologiques. Dans le sang, le cholestérol est transporté par des

Plus en détail

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Dr Solène de Gaalon Service de neurologie- CHU Nantes Société française des migraines et céphalées Céphalées de tension

Plus en détail

Horaires Généralités et évaluation Intervenants 08.30 08.45 08.45 09.45 09.45 10.00 10.00 11.00 11.00 12.00

Horaires Généralités et évaluation Intervenants 08.30 08.45 08.45 09.45 09.45 10.00 10.00 11.00 11.00 12.00 Session 1 Lundi 5 novembre 2012 Visioconférence Horaires Généralités et évaluation Intervenants 08.30 08.45 08.45 09.45 10.00 11.00 11.00 12.00 14.00 15.00 15.00 16.00 16.00 16.15 16.00 16.30 16.30 17.15

Plus en détail

Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS. ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT

Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS. ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT UNE DYSLIPIDEMIE 1 Conduite à tenir devant une dyslipidémie PLAN

Plus en détail

À compter de 2010 les codes du chapitre XVI ne doivent plus être employés au-delà de 2 ans. Créé le 1 er Mars 2011

À compter de 2010 les codes du chapitre XVI ne doivent plus être employés au-delà de 2 ans. Créé le 1 er Mars 2011 FASCICULE VI AFFECTIONS DU NOUVEAU-NÉ Emploi des codes du chapitre XVI Le chapitre XVI est celui de Certaines affections dont l origine se situe dans la période périnatale. La définition de la période

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2 GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2 Vivre avec un diabète de type 2 Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous remet ce guide, La

Plus en détail

Bienvenue aux Soins Intensifs Pédiatriques

Bienvenue aux Soins Intensifs Pédiatriques SIP Août 2010 Route : 354 Bienvenue aux Soins Intensifs Pédiatriques Août 2010 1 Table des matières 1. Présentation du service p 3 2. Pathologies les plus courantes aux SIP. P 5 3. Objectifs de stage p

Plus en détail

Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie. Recommandations générales

Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie. Recommandations générales Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie La diversité des étiologies et la variété des traitements utilisés en hépatologie rendent difficile la

Plus en détail

Accidents des anticoagulants

Accidents des anticoagulants 30 Item 182 Accidents des anticoagulants Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer un accident des anticoagulants. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise en charge. COFER

Plus en détail

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique Sommaire 1. Sémiologie... 1 Auscultation cardiaque... 1 Foyers d auscultation cardiaque... 1 Bruits du cœur... 1 Souffles fonctionnels... 2 Souffles organiques... 2 Souffle cardiaque chez l enfant... 3

Plus en détail

Evaluation du statut nutritionnel chez les personnes âgées

Evaluation du statut nutritionnel chez les personnes âgées Evaluation du statut nutritionnel chez les personnes âgées Place du Mini Nutritional Assessment (MNA) Gaëlle Soriano, Sophie Guyonnet Besoins nutritionnels chez la PA Les besoins énergétiques correspondent

Plus en détail

Pathologie VIH. Service maladies infectieuses Archet 1. Françoise ALEXIS, infirmière Monique BORGHI, infirmière 15 octobre 2013

Pathologie VIH. Service maladies infectieuses Archet 1. Françoise ALEXIS, infirmière Monique BORGHI, infirmière 15 octobre 2013 Pathologie VIH Service maladies infectieuses Archet 1 Françoise ALEXIS, infirmière Monique BORGHI, infirmière 15 octobre 2013 Les traitements antirétroviraux Sont classés en 5 familles selon leur mode

Plus en détail

Maladie hémolytique du nouveau né. Dr Emmanuel RIGAL Unité d hématologie transfusionelle GENEVE Présentation du 13 janvier 2012.

Maladie hémolytique du nouveau né. Dr Emmanuel RIGAL Unité d hématologie transfusionelle GENEVE Présentation du 13 janvier 2012. Maladie hémolytique du nouveau né. Dr Emmanuel RIGAL Unité d hématologie transfusionelle GENEVE Présentation du 13 janvier 2012. HISTORIQUE Période de DESCRIPTION : -Ictère, Anasarque 1609 Louyse BOURGEOIS

Plus en détail

Migraine et Abus de Médicaments

Migraine et Abus de Médicaments Migraine et Abus de Médicaments Approches diagnostiques et thérapeutiques des Céphalées Chroniques Quotidiennes Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot Plan du cours Phlébite Définition Rappel anatomique Physiopathologie de la thrombose veineuse Diagnostic Complications des phlébites Embolie pulmonaire Maladie veineuse post-phlébitique Traitement Traitement

Plus en détail

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD Dénutrition de la personne âgée en EHPAD CONSTAT DEFINITION DE LA DENUTRITION «La dénutrition est la conséquence d une insuffisance d apport protéique (dénutrition exogène) ou d un hypercatabolisme lié

Plus en détail

RÉFÉRENCES ET RECOMMANDATIONS MEDICALES

RÉFÉRENCES ET RECOMMANDATIONS MEDICALES CHAPITRE VI RÉFÉRENCES ET RECOMMANDATIONS MEDICALES I - Situation juridique La notion de références médicales opposables (RMO) est apparue dans la convention nationale des médecins de 1993. La réforme

Plus en détail

Point d Information. Le PRAC a recommandé que le RCP soit modifié afin d inclure les informations suivantes:

Point d Information. Le PRAC a recommandé que le RCP soit modifié afin d inclure les informations suivantes: Point d Information Médicaments à base d ivabradine, de codéine, médicaments contenant du diméthyl fumarate, du mycophénolate mofétil/acide mycophénolique, de l octocog alpha, spécialité Eligard (contenant

Plus en détail

Carnet de suivi Lithium

Carnet de suivi Lithium Carnet de suivi Lithium Brochure d information sur les troubles bipolaires et leur traitement par lithium Nom : Ce carnet est important Si vous le trouvez, merci de le faire parvenir à l adresse cidessous

Plus en détail

E04a - Héparines de bas poids moléculaire

E04a - Héparines de bas poids moléculaire E04a - 1 E04a - Héparines de bas poids moléculaire Les héparines de bas poids moléculaire (HBPM) sont un mélange inhomogène de chaînes polysaccharidiques obtenues par fractionnement chimique ou enzymatique

Plus en détail

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé Document destiné aux professionnels de santé Agence relevant du ministère de la santé La maladie rénale chronique Un risque pour bon nombre de vos patients Clés pour la dépister et ralentir sa progression

Plus en détail

TRAITEMENT DE LA CRISE D ASTHME DU NOURRISSON. Caroline Thumerelle Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille

TRAITEMENT DE LA CRISE D ASTHME DU NOURRISSON. Caroline Thumerelle Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille TRAITEMENT DE LA CRISE D ASTHME DU NOURRISSON Caroline Thumerelle Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille FACTEURS D ÉXACERBATION DE L ASTHME VIRUS ++++ Allergènes Stress, hypersécrétion Pollution atmosphérique

Plus en détail

Université Montpellier I. A Avignon CHU Montpellier & Université Montpellier1

Université Montpellier I. A Avignon CHU Montpellier & Université Montpellier1 Université Montpellier I A Avignon CHU Montpellier & Université Montpellier1 Les Objectifs Questions posées Personnes et/ou les situations à risque? Outils de dépistage et de diagnostic? Diagnostic de

Plus en détail

Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine

Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine Item 326. Prescription et surveillance des classes de médicaments les plus courantes chez l'adulte et chez l'enfant. Connaître

Plus en détail

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B Actualisation février 2009 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication

Plus en détail

Le diabète gestationnel

Le diabète gestationnel Par D r Marco Gallant, interniste CSSS Drummond. Révisé par Sylvie Jacob, infirmière pharmacie communautaire, Patricia Trépanier, infirmière clinicienne CSSS de l Énergie, Annie Castonguay, nutritionniste

Plus en détail

DIABETE ET SPORT. Dominique HUET Hopital Saint Joseph PARIS

DIABETE ET SPORT. Dominique HUET Hopital Saint Joseph PARIS DIABETE ET SPORT Dominique HUET Hopital Saint Joseph PARIS DIABETE TYPE 1#TYPE 2 Jeunes sportifs Risque hypoglycémie Adaptation schémas Autosurveillance +++ Sports souvent sources de difficultés Contre

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX DU DIABETE DE TYPE 2 (Hors Insuline) MAREDIA Dr Marc DURAND

TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX DU DIABETE DE TYPE 2 (Hors Insuline) MAREDIA Dr Marc DURAND TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX DU DIABETE DE TYPE 2 (Hors Insuline) MAREDIA Dr Marc DURAND PHYSIOPATHOLOGIE DE L HYPERGLYCEMIE DU DT2 Tube digestif Pancréas endocrine α β Tissu adipeux cellules β insuline cellules

Plus en détail

SECRELUX. 100 U poudre et solvant pour solution injectable. Information aux patients Notice

SECRELUX. 100 U poudre et solvant pour solution injectable. Information aux patients Notice SECRELUX 100 U poudre et solvant pour solution injectable Information aux patients Notice SECRELUX Nom du médicament SECRELUX Substance active : penta chlorhydrate de sécrétine Statut réglementaire Sur

Plus en détail

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs B06-1 B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs L ischémie aiguë est une interruption brutale du flux artériel au niveau d un membre entraînant une ischémie tissulaire. Elle constitue

Plus en détail

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE N de version: 01 Date d'application : 13/09/2012 Réf.: CMUB-040 Pagination : 1 de 7 COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Protocole N 040 Rédacteurs Dr Minerva Faddoul (Chalon sur Saone) Date 13/09/2012

Plus en détail

Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis?

Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis? Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis? Nathalie QUILES TSIMARATOS Service de Dermatologie Hôpital Saint Joseph Marseille Ce que nous savons Le psoriasis Affection dermatologique très fréquente,

Plus en détail

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin Thérapeutique anti-vhc et travail maritime O. Farret HIA Bégin Introduction «L hépatite C est une maladie le plus souvent mineure, mais potentiellement cancérigène, qu on peut ne pas traiter et surveiller

Plus en détail

Infection VIH et Grossesse Rédigée par : Laurichesse Hélène, C Jacomet

Infection VIH et Grossesse Rédigée par : Laurichesse Hélène, C Jacomet Procédure qualité : «VIH et grossesse» Page 1 sur 6 CHU de Clermont-Ferrand Service de Gynécologie-obstétrique Pôle Gynécologie-Obstétrique biologie de la reproduction Procédure médicale Infection VIH

Plus en détail

Cas clinique n 1. Y-a-t-il plusieurs diagnostics possibles? Son HTA a t elle favorisé ce problème?

Cas clinique n 1. Y-a-t-il plusieurs diagnostics possibles? Son HTA a t elle favorisé ce problème? Cas clinique n 1 Michel que vous suivez de longue date a l impression depuis quelques jours, d entendre des battements irréguliers le soir en se couchant ; il va parfaitement bien par ailleurs et rapporte

Plus en détail

Informations du Patient. Entourage (personnes référentes) Médecin traitant. Consultation demandée par. Motif de la consultation. Situation familiale

Informations du Patient. Entourage (personnes référentes) Médecin traitant. Consultation demandée par. Motif de la consultation. Situation familiale Date du jour de l inclusion : N Informations du Patient Nom Date de naissance Sexe Commune de naissance CP Prénom Age Adresse actuelle Ville Téléphone CP Portable Entourage (personnes référentes) Nom Lien

Plus en détail

Femmes enceintes ayant une complication au cours de leur grossesse : transferts en urgence entre les établissements de santé

Femmes enceintes ayant une complication au cours de leur grossesse : transferts en urgence entre les établissements de santé RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Femmes enceintes ayant une complication au cours de leur grossesse : transferts en urgence entre Méthode «Recommandations pour la pratique clinique» RECOMMANDATIONS Novembre

Plus en détail

TRAITEMENT DE L ASTHME. dr U de Pontbriand, Nantes le 3/12/2011

TRAITEMENT DE L ASTHME. dr U de Pontbriand, Nantes le 3/12/2011 TRAITEMENT DE L ASTHME DEFINITION du GINA (global initiative for asthma) «Maladie inflammatoire chronique des voies aériennes dans laquelle de nombreuses cellules jouent un rôle, notamment les mastocytes,

Plus en détail

Fiche Produit Profils Médicalisés PHMEV

Fiche Produit Profils Médicalisés PHMEV Guide méthodologique développé par l équipe de projets ci-dessous : Fiche Produit Profils Médicalisés PHMEV EQUIPE PROJET Chef de projet : Maryline CHARRA, Pharmacien Conseil Responsable de la mission

Plus en détail

Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline

Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline (Valeur énergétique : 38 kcal/10 g) Composition nutritionnelle Composition pour 10 g Rôle Protéines (végétales) 55 à 70 % Construction

Plus en détail

Carte de soins et d urgence

Carte de soins et d urgence Direction Générale de la Santé Carte de soins et d urgence Emergency and Healthcare Card Porphyries Aiguës Hépatiques Acute Hepatic Porphyrias Type de Porphyrie* Déficit en Ala déhydrase Ala Dehydrase

Plus en détail

Ordonnance collective

Ordonnance collective Centre de Santé et de Services sociaux de Québec-Nord NUMÉRO DE L ORDONNANCE: OC-31 Ordonnance collective Nom de l ordonnance: Initier des analyses de laboratoire pour le suivi de la clientèle présentant

Plus en détail

Médicaments et grossesse

Médicaments et grossesse 5 Médicaments et grossesse 120 questions en gynécologie-obstétrique 2014 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. 5. Médicaments et grossesse 151 Question 32 Elle est enceinte et doit prendre des médicaments

Plus en détail

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NACO) dans la maladie thrombo embolique veineuse INTRODUCTION Thrombose veineuse

Plus en détail

Recommandation Pour La Pratique Clinique

Recommandation Pour La Pratique Clinique Recommandation Pour La Pratique Clinique Prise en charge diagnostique et thérapeutique de la migraine chez l adulte ( et chez l enfant) : aspects cliniques (et économiques) Octobre 2002 1 La migraine de

Plus en détail

DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES

DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES 327 Allaitement maternel inefficace (00104) 327 Allaitement maternel interrompu (00105) 328 Motivation à améliorer l allaitement maternel (00106) 329 Tension dans l exercice

Plus en détail

DEFINITION. Douleur aigüe Douleur chronique Titration de la morphine PCA. Composantes de la douleur. Sensation. Emotion Cognition.

DEFINITION. Douleur aigüe Douleur chronique Titration de la morphine PCA. Composantes de la douleur. Sensation. Emotion Cognition. Douleur aigüe Douleur chronique Titration de la morphine PCA DR C. Waintrop Service d anesthésie -Réanimation Hôpital Saint-Louis, Paris 10è DEFINITION Douleur: «Expérience sensorielle et émotionnelle

Plus en détail

d e s Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique

d e s Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique COL L ÈGE N ATIONAL DES GYNÉ COLOGUES E T OBS TÉ TRICIENS FR A NÇ A IS Président : Professeur F. P u e ch EXTRAIT d e s Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique Publié le 10 décembre 2010 N o t a. Le

Plus en détail

PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU PATIENT DYSLIPIDÉMIQUE

PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU PATIENT DYSLIPIDÉMIQUE PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU PATIENT DYSLIPIDÉMIQUE RECOMMANDATIONS Ce document est une actualisation des Recommandations de Bonne Pratique "Prise en charge des dyslipidémies" publiées par l'afssaps

Plus en détail

MISES EN GARDE ET PRECAUTIONS PARTICULIERES D'EMPLOI

MISES EN GARDE ET PRECAUTIONS PARTICULIERES D'EMPLOI 1 MISES EN ARDE ET PRECAUTIONS PARTICULIERES D'EMPLOI Mises en garde Ce médicament est TERATOENE. Une contraception efficace est obligatoire chez les femmes en âge de procréer. Ce médicament est soumis

Plus en détail

Unité d enseignement 4 : Perception/système nerveux/revêtement cutané

Unité d enseignement 4 : Perception/système nerveux/revêtement cutané Énoncés Unité d enseignement 4 : Perception/système nerveux/revêtement cutané N 109 Dermatoses faciales : acné, rosacée, dermatite séborrhéique Diagnostiquer l acné, la rosacée, la dermatite séborrhéique.

Plus en détail

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Annexe A Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Adultes atteints de grippe légère ou sans complications Aucun facteur

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

Conférence de Presse 11/09/2013. «Système de Surveillance de la Santé Périnatale au Luxembourg»

Conférence de Presse 11/09/2013. «Système de Surveillance de la Santé Périnatale au Luxembourg» Conférence de Presse 11/09/2013 «Système de Surveillance de la Santé Périnatale au Luxembourg» La Santé Périnatale au Luxembourg Etat des lieux Présentation de deux rapports : Surveillance de la Santé

Plus en détail

V2b/MO-LAB-03 Version N 02 Mode opératoire Protocoles d explorations

V2b/MO-LAB-03 Version N 02 Mode opératoire Protocoles d explorations CH - NIORT Laboratoire de biologie V2b/MO-LAB-03 Version N 02 Mode opératoire Protocoles d explorations I OBJET : Ce mode opératoire décrit les différentes étapes à suivre pour réaliser les prélèvements

Plus en détail

Les Jeudis de l'europe

Les Jeudis de l'europe LE DIABETE SUCRE EST DEFINI EN DEHORS DE TOUT EPISODE DIABETOGENE : 1.26 g/l SOIT 7 mmol/l PREVALENCE DU DIABETE DE TYPE 2 EN FRANCE METROPOLITAINE 3.4 % AGE = 63 ANS HOMMES = 54% 25% > 75 ans OUTRE MER

Plus en détail

Gestion de l insuline iv. : version pour les Soins continus de médecine

Gestion de l insuline iv. : version pour les Soins continus de médecine CENTRE HOSPALIER UNIVERSAIRE VAUDOIS - 1011 Lausanne Service de médecine Centre des Maladies Cardio-vasculaires et métaboliques Service d endocrinologie, diabétologie et métabolisme Gestion de l insuline

Plus en détail