L indispensable révolution fiscale

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L indispensable révolution fiscale"

Transcription

1 1 de 9 Infolettre N 10 - Juillet / Août 2011 Chers amis, Comme chaque mois, j'ai choisi 4 articles récents pour cette infolettre de l'été. Vous y retrouverez 2 interventions que j'ai faites au nom du groupe Forces Aquitaine, lors de la dernière séance plénière du Conseil Régional, le 27 juin. La première porte sur le dispositif d'aide à l'export pour les PME. Je l'ai intitulé "Un premier pas, pour un léger mieux" tant le chemin qui reste à faire dans ce domaine est important. La seconde intervention retracée ici concerne le très haut débit. Il s'agit là d'un enjeu vital pour nos territoires, dont nous n'avons peut-être pas suffisemment conscience: Le numérique bouleversera tant les usages, les habitudes, les modes de consommation, ou les modes de travail qu'il affectera la cohésion sociale de nos territoires. Mon troisième billet traite de l'installation de panneaux photovoltaïques au sol et de la conjugaison souhaitable entre agriculture et production d'énergie. Enfin, à l'approche des élections présidentielles de 2012, j'ai décidé de publier tous les mois une tribune sur un des sujets qui m'apparaissent comme absolument prioritaires pour les 5 prochaines années. Ce mois-ci, je commence par la révolution fiscale qui est tout à fait indispensable, tant notre système fiscal actuel et inefficace d'une part, et injuste d'autre part. Comme toujours, j'espère vos réactions et commentaires sur mon blog-notes. Bonne lecture, Patrick Beauvillard L indispensable révolution fiscale Notre système fiscal actuel est injuste Dans 8 mois seulement, nous serons tous amenés à faire des choix politiques importants pour l avenir de notre pays, à l occasion de la prochaine élection présidentielle. J attends des prochaines semaines qu elles permettent aux différents candidats de faire des propositions concrètes sur un sujet essentiel pour la bonne santé de notre démocratie : la fiscalité. La remise à plat de la fiscalité est absolument indispensable car l impôt sur le revenu actuel n est ni compréhensible, ni efficace, ni juste. En début d année, 3 économistes, Camille Landais, Thomas Piketty et Emmanuel Saez, ont publié «Pour une révolution fiscale Un impôt sur le revenu pour le XXIème siècle». Cet

2 2 de 9 ouvrage a l immense mérite de rendre passionnant un sujet pourtant assez rébarbatif, et grâce à un site internet qui permet de simuler les effets de sa propre réforme fiscale, de rendre accessible à tous un sujet particulièrement complexe. L une des intentions des auteurs est que leur travail puisse servir de base aux propositions des candidats à la Présidence de la République : souhaitons que leur souhait soit exaucé! La fiscalité doit respecter trois critères fondamentaux : elle doit être lisible, équitable et progressive. Malheureusement aujourd hui, aucun de ces critères n est réellement satisfait. Lisibilité Le système actuel est incroyablement complexe. Il existe plusieurs régimes d imposition qui peuvent être empilés les uns sur les autres. Le nombre de niches fiscales est impressionnant. L impôt prend des formes multiples (impôts sur le revenu, CSG, impôts sur le patrimoine, taxes et cotisations diverses, TVA ) Au bout du compte, nul ne sait précisément combien il paye d impôt, et encore moins combien son voisin en paye. Or pour être accepté, un système doit avant tout être lisible pour être compréhensible par tous, et prédictif pour permettre à chacun d en connaître les résultats à partir des données de départ. Equité «A revenu égal, impôt égal» : Ce principe devrait être un principe absolu. Or il est bien loin d être respecté. En effet, il n échappe à personne que les revenus du capital par exemple sont beaucoup moins taxés que les revenus du travail, que les niches fiscales permettent de soustraire des revenus à l impôts, ou que les situations familiales peuvent modifier l imposition. Tant que ces disparités ne seront pas gommées, notre fiscalité restera inéquitable. Progressivité Le livre «Pour une révolution fiscale» bat en brèche l idée reçue comme quoi les bas salaires sont des assistés! Au contraire, l ouvrage démontre l incroyable régressivité de notre régime fiscal. En clair, dans la France d aujourd hui, plus on a de revenu et/ou de patrimoine, moins on paye d impôts : Les 50% des Français les plus modestes font face à des taux effectifs d imposition de 41 à 48%. Les 40% suivants sont taxés de 48% à 50%. Alors que les 0.1% les plus riches sont imposés à 35% seulement. Notre système fiscal est injuste, et son injustice a été accentuée lors du quinquennat qui s achève, avec l impensable «bouclier fiscal» (rappelons ici que le bouclier fiscal fut en place en 2006 par Dominique de Villepin). Des propositions pour un impôt d avenir Je ne doute pas que la fiscalité sera en 2012 un sujet central pour la campagne électorale. Ce n est pas (ou plutôt ne devrait pas être) un sujet technique. C est un sujet politique, qui pose la question de la répartition des efforts pour construire, entretenir et améliorer notre société. Les points suivants seront pour moi des critères importants pour le choix que nous devrons faire en 2012 : Taxer tous les revenus de la même façon L un des chapitre de l ouvrage cité en référence s intitule (et le démontre) «Quand les chômeurs sont plus imposés que les actionnaires». En effet, la presque totalité des revenus du travail est soumise à l impôt, alors que l est moins de la moitié des revenus du capital. Ce n est simplement pas acceptable.

3 3 de 9 C est pour cette raison que je suis pour la fusion de l impôt sur le revenu et de la CSG, faite sur la base de l assiette actuelle de la CSG, qui bien qu imparfaite, est plus large que celle de l impôt sur le revenu. D autre part, le fait d avoir une seule assiette pour le calcul de l impôt permettra de gagner en lisibilité. Cela devrait également permettre le prélèvement à la source, plus simple, plus moderne, et plus économique. Supprimer progressivement les niches Le nombre impressionnant de niches fiscales est responsable de l opacité du système actuel. D importantes sommes échappent totalement à l impôt, pour une efficacité parfois nulle, souvent douteuse. Une fois l assiette de la CSG adoptée, il conviendra progressivement de l élargir en supprimant les niches fiscales qui sont les premières responsables de la régressivité de notre système actuel. Plus de progressivité Evidemment, le barème d imposition devra également être revu. Le site internet permet de faire soi-même ses simulations et de voir l impact du barème choisi sur les inégalités, et la réduction du déficit de l état. A mes yeux, le barème choisi devra répondre à trois critères : La tranche la plus faible ne doit pas être à 0%. L impôt, s il doit être progressif, doit également être payé par tous. Une tranche de plus doit être créée pour les très hauts revenus Le barème doit permettre de corriger les inégalités et rétablir une progressivité globale de l impôt Individualisation de l impôt J adhère également à l idée que l impôt sur le revenu doit être individualisé et ne doit ni dépendre du «quotient conjugal», ni de la manière dont les gens vivent. Dans le cas où les revenus des deux membres d un couple sont à peu près équivalents, l individualisation ne changerait rien par rapport au système actuel. En revanche, si les deux revenus d un couple sont très inégaux, le système actuel conduit à diminuer l impôt du ménage. Comme en grande majorité, c est l épouse qui gagne moins que l époux, de là à dire «moins Madame gagne, moins Monsieur paye d impôts» il n y a qu un pas. En revanche, le taux d imposition de Madame est bien plus élevé que si l imposition était individualisée. En fait, le système actuel du quotient conjugal contribue à l inégalité homme-femme. Le cas de la fiscalité du patrimoine Reste la question de la fiscalité du patrimoine. Idéologiquement, je suis plutôt contre une telle fiscalité. Taxer les revenus du patrimoine : évidemment. Mais il me semble que taxer le patrimoine lui-même conduit à payer l impôt plusieurs fois, dans la mesure où le patrimoine a été construit progressivement, à l aide de revenus eux-mêmes imposés. Si l impôt sur le patrimoine se justifie, c est simplement parce qu une grande part des revenus (ceux du capital), échappe encore à l impôt. Dans un monde idéal, où tous les revenus seraient taxés de manière identique, la fiscalité du patrimoine n aurait je crois pas lieu d être. Mais nous sommes bien loin de cela, et cela justifie de conserver l ISF.

4 4 de 9 Photovoltaïque au sol: dépassons les préjugés, ne laissons pas passer une opportunité pour notre agriculture Ces jours-ci, je regarde quotidiennement avec perplexité les travaux d installation du seul champ photovoltaïque au sol autorisé en Lot-et-Garonne. Il est tout proche de chez moi, en quittant Tombeboeuf sur la route de Sainte Livrade, sur la gauche. Le maintien de l activité agricole est un enjeu stratégique pour notre pays. Or, nous sommes tous sensibles, dans nos territoires ruraux, à la diminution des surfaces cultivées. En 2009, le Ministère de l Agriculture et de la Pêche estimait cette diminution entre et hectares par an, du fait de l urbanisation (pour 50%), de l achat de propriétés rurales par des non-agriculteurs pour 10 à 15%, mais aussi pour environ ha, de l arrêt de la culture par l exploitant. Le champ photovoltaïque de Tombeboeuf a été autorisé dès A ce moment, et dans la foulée du Grenelle de l environnement, les tarifs de rachat de l électricité par ERDF et l absence de règles encadrant ces installations ont créé un effet d aubaine : Il était nettement plus intéressant de louer ces terres à un producteur d énergie qui pourrait y installer des panneaux, plutôt que de la cultiver. Cette situation a fait craindre une spéculation sur les terres agricoles et cela a rapidement conduit le Ministère de l Environnement à publier une circulaire en décembre 2009 qui rappelle que «Les projets de centrales solaires au sol n ont pas vocation à être installés en zones agricoles, notamment cultivées ou utilisées pour des troupeaux d élevage», sauf dans le cas où «des terrains qui, bien que situés en zone classée agricole, n ont pas fait l objet d un usage agricole dans une période récente.» Ces instructions se sont généralisées. En Région Aquitaine par exemple, l appel à projet régional photovoltaïque pour 2011 exclus les «centrales solaires au sol sur des espaces agricoles, forestiers ou naturels». Une menace qui n existe pas vraiment A première vue, l émotion suscitée par la concurrence sur l usage des terres est légitime, et ces restrictions sont de bons sens. En même temps, il me semble important de dépasser les préjugés et de regarder les risques réels de concurrence d usage des terrains agricoles d une part, et d autre part les possibilités d usage mixte du territoire. Savez-vous qu à l heure actuelle, la filière biocarburant utilise déjà ha. Le respect de l objectif de 10% de biocarburants en 2015 entraînerait la mobilisation de 3,4M d ha. Comparativement, l objectif fixé lors du Grenelle de l environnement pour le photovoltaïque (300MW) mobiliserait seulement ha, soit seulement la moitié de la surface annuellement abandonnée à la culture. On voit bien que dès que l on regarde les faits, la question de la concurrence d usage devient très relative et ne justifie plus l émotion qu elle suscite, d autant plus que cet usage est réversible.

5 5 de 9 Comparaison des usages (source Quattrolibri) Si de plus on regarde l efficacité énergétique, ce n est certainement pas le photovoltaïque qu il faut accuser: Photon International a comparé l énergie produite sur 1 ha. Le résultat est étonnant : 1 ha cultivé pour du biodiesel permet à une voiture de parcourir km. En biogaz, la distance parcourue augmente de manière significative avec 67,o600 km. Mais l énergie produite par 1 ha de photovoltaïque avec un véhicule hybride permettra de multiplier cette distance par 50 avec 3,25 millions de kilomètres. En marge de cet article, il ne me semble pas inutile d ouvrir le procès des biocarburants, à la fois en termes de bilan carbone global, d usage de l espace agricole, sans même évoquer les aspects sociaux et environnementaux liés à cette culture en Amérique Latine (voir notamment cet article de Actu Environnement). Photovoltaïque ou agriculture, doit-on choisir? Nous venons de voir que finalement, le photovoltaïque ne représente pas une menace pour l agriculture. Dans le cas du champ de Tombeboeuf, un choix clair a été fait pour passer d un usage purement agricole de l espace, à un usage totalement dédié au photovoltaïque. Mais ce choix est-il inéluctable? Ne peut-on pas envisager un partage de l espace, avec à la fois une production agricole, et en même temps une production d énergie? De nombreux travaux ont été fait en ce sens, notamment en Allemagne, en avance sur ces sujets, mais également dans les territoires de l Océan Indien, où le problème de indépendance énergétique est encore plus crucial que chez nous. L étude très détaillée du cabinet QuattroLibri (accessible ici) analyse plusieurs scénari de production agricole, combinée avec une production photovoltaïque au sol. L usage le plus courant de double production est celui de l élevage ovin. De nombreuses installations de ce type ont été réalisée dès 2005 en Allemagne. D autres sont également présentes en Italie, en Espagne ou au Portugal. Malgré le peu de recul, il semble que la présence des panneaux ne nuise de manière significative à la croissance de la prairie. D autres combinaisons sont possibles, notamment pour les cultures maraîchère. Il s agit alors d implanter les panneaux entre les zones de culture. Les contraintes liées à l exploitation d un tel site le rende propice à une culture sans labour, et donc parfaitement adapté à une culture bio.

6 6 de 9 Dans le cas de cultures sous serres, on peut installer des panneaux entre les tunnels de culture bien sûr, mais également sur les serres. Cette combinaison prend du sens pour des cultures qui ne nécessite pas trop de lumière : salades, courgettes, concombres En Lot-et-Garonne, les Cressonnières d Aquitaine de François et Odile Viot, expérimentent à Boé cette approches avec succès (lire l article récent de La Dépêche ici). La dernière combinaison analysée en détail par QuattroLibri est celle du photovoltaïque avec l apiculture. Elle consiste à installer des ruches sous les panneaux ce qui est pour ma part beaucoup plus utile que de les installer sur le toit du Conseil Régional d Aquitaine, et coûte beaucoup moins cher! Le champ photovoltaïque devient alors une jachère apicole, qui «participe au renforcement des populations d insectes butineurs». Ces champs deviennent alors un atout pour préserver la biodiversité. Une opportunité pour l agriculture : En offrant à l agriculteur une possibilité de revenu complémentaire significatives (au dessus de 2000 par hectare et par an), le photovoltaïque représente une opportunité réelle pour l agriculture, à condition de trouver la manière de concilier les deux activités. Ce revenu peut en effet permettre d augmenter la rentabilité de parcelles peu propices à la culture et d éviter ainsi leur mise en jachère, de compenser le prix d un fermage, ou simplement d augmenter la rentabilité à l hectare. Photo Agrosolar La R&D pour concilier agriculture et photovoltaïque Cette opportunité est d autant plus claire que des nouvelles technologies viennent renforcer les possibilités de conjugaison des deux activités avec l arrivée des «trackers» solaires. Les panneaux deviennent mobiles, et pivotent pour suivre la course du soleil. Ceci à deux effets : d une part, la diminution de l ombre portée (en moyenne, 16% de la surface du terrain seulement) et d autre part, l augmentation du rendements. Sur le site pilote de Virgilio, en Lombardie, les panneaux sont installés au haut de mats de 4,5m, espacés de 12m. Sous les panneaux, l agriculteur cultive du blé, et des tomates. L expérimentation est relatée sur le site de l entreprise Agrosolar. La Région doit assouplir son appel à projet En commençant cet article, j étais en colère contre les projets qui détournent les terres agricoles de leur usage premier, et j avais envie d écrire sur ce sujet des installations photovoltaïques au sol. J ai fait quelques recherches pour étayer mon propos et ces recherches m amène à porter un autre regard sur la question. Oui, il faut interdire les installations photovoltaïques au sol dès lors qu elles se substituent à un usage agricole. Mais non, il ne faut pas les interdire si elles permettent de se conjuguer à un usage agricole et de contribuer ainsi à la pérennisation d une exploitation et je souhaite que la Région Aquitaine modifie son appel à projets photovoltaïques pour tenir compte de cela.

7 7 de 9 Aide à l export: Un premier pas pour un léger mieux Le nouveau règlement d intervention est destiné à aider les entreprises aquitaines à ce développer à l international, en rendant l action de la Région à l export plus lisible et en présentant un dispositif d intervention dédié, regroupant l ensemble des outils d accompagnement individuel et collectif. Il a été voté lors de la plénière du 27 juin Le texte peut-être téléchargé ici. Au nom des élus du groupe Forces Aquitaine, j ai soutenu cette qui apporte une aide plus construite et mieux structurée, par rapport au règlement d intervention actuellement en vigueur. Nous partageons également l idée qu un effort doit être fait pour aider les entreprises aquitaines à conquérir des marchés hors de nos frontières nationales. Pour autant, nous avons souhaité apporter quelques remarques sur un texte qui, s il va dans la bonne direction, est encore largement perfectible. Oublions les détails (bénéficiaires non nommés pour certaines actions, aides sans plafond, etc) et concentrons-nous sur 3 points. L embauche d un cadre export ne suffira pas En premier lieu, sur l action N 2, destinée à aider les entreprises à structurer une fonction développement international. Le développement international d une entreprise ne se limite pas à l embauche d un responsable export. L entreprise doit s interroger sur l adaptation nécessaire tant au niveau des produits, qu au niveau des connaissances (apprentissage des langues par exemple) ou des savoir-être pour prendre en compte les facteurs multiculturels. Nous croyons opportun d attirer l attention des entrepreneurs sur ces points fondamentaux. Le CESER fait d ailleurs une remarque en ce sens. Il nous semblerait alors opportun que l action N 2 soit élargie, par exemple en proposant le financement partiel d études destinées à élaborer un plan d actions opérationnel pour adapter l ensemble de l entreprise à l export, et à le mettre en œuvre. Incitons les acteurs à bâtir une «stratégie» Sur l axe 2, la partie «actions collectives» n est pas claire. De quoi s agit-il? Il manque très certainement le texte introductif qui présente l intention même du dispositif. Nous sommes d accord avec l avis du CESER qui estime «indispensable de revisiter fondamentalement leur contenu». C est une bonne intention d inciter des filières professionnelles, des clusters, voire des groupements territoriaux à mettre en œuvre un programme d actions à l export. Encore faut-il que ce programme soit le résultat d une véritable stratégie concertée, pensée, construite. Nous pensons nécessaire de fixer un cadre méthodologique plus précis à ces actions collectives, d autant plus exigeant que le montant de l aide est passé de 50% à 80%. Faisons levier sur l agence régionale Interco Enfin, nous souhaiterions avoir des éclaircissements sur le rôle que l agence régionale de coopération internationale INTERCO pourrait jouer dans ce dispositif, notamment au regard des actions de l axe 2 (salons, actions collectives, études de marché).

8 8 de 9 Très haut débit: un enjeu pour la cohésion sociale des territoires Lors de la séance plénière du Conseil Régional d Aquitaine du 28 juin, un état des lieux a été dressé sur l état d avancement des activités contribuant au développement du numérique en région Aquitaine, et mises en œuvre par la Délégation TIC. Au nom du groupe Forces Aquitaine, j ai émis des réserves sur ce document. Confusion Sur la forme d abord, de lecture particulièrement difficile, il fallait un certain courage pour aller au bout des 31 pages du document, et relire certaines phrases plus d une fois si l on souhaitait en saisir le sens! D autre part, le document restait très général, posant certes des questions de fond, mais ne proposant pas des actions claires, concrètes, et bien délimitées. Enfin, il donnait, comme c est malheureusement trop souvent le cas, l impression de parler un peu de tout (on reparle ici de TV7, sujet largement évoqué lors de la même session), et même si le numérique est effectivement pervasif et s insinue dans tout, notre assemblée régionale a besoin pour se prononcer de délimiter clairement ce qu elle décide, ce qui en l état, n était absolument pas claire. D ailleurs, nous n étions pas certains de savoir ce que l exécutif attendait de nous en présentant ce document : s agissait-il d une simple information, comme annoncée sur la page de garde? Ou s agissait-il d une délibération autorisant le Président à mettre en œuvre les actions énoncées, comme mentionné sur la dernière page? Si tel avait été le cas, notre groupe se serait abstenu. En fait, il s agissait simplement d un état des lieux. La fracture numérique sera mortelle avec le très haut débit Sur le fond maintenant, j ai profité de cette communication pour souligner deux risques majeurs, très importants, qui pèsent sur la cohésion sociale de nos territoires, du fait l invasion du numérique qui entre partout, et qui est partout sous-jacent. Je veux parler bien sûr de ce que l on appelle la fracture numérique, mais en soulignant qu il n y a pas une fracture, mais deux. Tout d abord, la fracture du fait des infrastructures. Le rapport souligne avec justesse que le risque de fracture est beaucoup plus important avec le très haut débit qu il l était avec le haut débit. Pourquoi? Pour deux raisons simples : le coût des infrastructures est tel qu elles ne seront pas rentables dans les zones à faible densité de population. Le rapport mentionne les analyses faites par les opérateurs qui prévoient leurs investissements en considérant uniquement le critère de rentabilité et qui parlent de 4,7% du territoire, pour 37% de la population. C est gravissime, car du fait de l incroyable champ des possibles qu ouvre le THD, il y aura très rapidement des modes de communication que l on ne pourra avoir qu avec le THD, des métiers que l on ne pourra exercer que si on dispose du THD, plus important encore, des services d importance vitale, je pense à la e-santé par exemple. Donc cette fracture-là risque d être mortelle pour les territoires. J ai bien conscience que ce problème dépasse la région. Cependant, nous devrons le traiter et probablement inventer des modes de financement nouveaux, comme nous avons su le faire pour le TGV. C est du même ordre d importance. Une fracture peut en cacher une autre La deuxième fracture est celle des usages : elle concerne «davantage les inégalités dans les

9 9 de 9 usages des TIC que celles portant sur les inégalités de connexion. Dans ce cadre, l accent est mis sur la manière dont les acteurs économiques et sociaux s approprient et utilisent les TIC pour satisfaire des besoins différents.» (*) Le rapport évoque les «laissés pour compte» de la révolution numérique. Il cite un chiffre de 20% dont je ne sais pas d où il vient, mais que je crois très optimiste. Il ne suffit pas d utiliser internet Les réponses proposées dans le document traitent des TPE et des PME, des personnes en situation de handicap. Il évoque le laboratoire des usages. C est bien. Mais je pense simplement aux personnes plus âgées, aux personnes n ayant financièrement pas accès à la technologie, aux environnements défavorisés d un point de vue éducatif et social Il ne sera pas tolérable de partir dans la révolution numérique sans traiter ce sujet en profondeur si nous ne voulons pas accroître les injustices déjà trop grandes dans notre pays, et condamner toute une partie de la population. Vous pouvez télécharger cette infolettre au format PDF ici Rejoignez ceux qui "aiment" ma page Facebook d'actualités Suivez mes réactions sur mon micro-blog Twitter A tout moment, vous pouvez choisir de ne plus recevoir cette infolettre, en cliquant ici :{LINKS} Pour vous réabonner, il suffit de vous inscrire sur

«Notre ambition pour Total à l horizon 2035 est cohérente avec le scénario 2 C de l AIE» PATRICK POUYANNÉ. Président-Directeur général de Total

«Notre ambition pour Total à l horizon 2035 est cohérente avec le scénario 2 C de l AIE» PATRICK POUYANNÉ. Président-Directeur général de Total intégrer le climat à notre stratégie - 5 «Notre ambition pour Total à l horizon 2035 est cohérente avec le scénario 2 C de l AIE» ENTRETIEN AVEC PATRICK POUYANNÉ Président-Directeur général de Total Le

Plus en détail

CECODHAS Conference «sustainable energy and social housing 21 avril 2008-Anconna Teatro delle muse

CECODHAS Conference «sustainable energy and social housing 21 avril 2008-Anconna Teatro delle muse CECODHAS Conference «sustainable energy and social housing 21 avril 2008-Anconna Teatro delle muse Stratégie du CECODHAS sur l efficacité énergétique et la prévention de la précarité énergétique dans le

Plus en détail

élection présidentielle - 1 er tour le 22 avril 2012 Pour défendre le pouvoir d achat

élection présidentielle - 1 er tour le 22 avril 2012 Pour défendre le pouvoir d achat élection présidentielle - 1 er tour le 22 avril 2012 Pour défendre le pouvoir d achat Pour défendre le pouvoir d achat > revalorisation de + 25 % de l allocation de rentrée scolaire grâce à un quotient

Plus en détail

UNE FISCALITE DEFAVORABLE AU FINANCEMENT DES ENTREPRISES ET QUI AFFECTE LEUR COMPETITIVITE

UNE FISCALITE DEFAVORABLE AU FINANCEMENT DES ENTREPRISES ET QUI AFFECTE LEUR COMPETITIVITE UNE FISCALITE DEFAVORABLE AU FINANCEMENT DES ENTREPRISES ET QUI AFFECTE LEUR COMPETITIVITE Partant d une situation déjà défavorable au financement des entreprises par fonds propres, les mesures fiscales

Plus en détail

Le Statut Auto-Entrepreneur

Le Statut Auto-Entrepreneur Le Statut Auto-Entrepreneur Le Statut Auto-Entrepreneur en 10 points http://www.declaration-auto-entrepreneur.com L auto-entrepreneur est caractérisé par différents points clés. Lorsque l ont décide de

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

Priorités de l ACIC. pour le budget fédéral de 2015. La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie

Priorités de l ACIC. pour le budget fédéral de 2015. La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie Priorités de l ACIC pour le budget fédéral de 2015 La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie Mémoire présenté au Comité permanent des finances Association

Plus en détail

Argumentaire sur la «TVA sociale»

Argumentaire sur la «TVA sociale» 1 Argumentaire sur la «TVA sociale» La proposition de transférer une partie des cotisations sociales sur des impositions est à nouveau au cœur du débat public. Une augmentation de la TVA, souvent dénommée

Plus en détail

Discours du Président de la CGPME Jean-François Roubaud

Discours du Président de la CGPME Jean-François Roubaud 5 ème CONFÉRENCE ANNUELLE DES ENTREPRENEURS lundi 12 novembre 2012 Paris Discours du Président de la CGPME Jean-François Roubaud Monsieur le Ministre, Mesdames et messieurs, «L avenir est quelque chose

Plus en détail

Réponses de la Fédération des chambres de commerce du Québec

Réponses de la Fédération des chambres de commerce du Québec Réponses de la Fédération des chambres de commerce du Québec Consultation du Groupe conseil sur l actualisation de la Stratégie québécoise de la recherche et de l innovation 8 septembre 2009 Préambule

Plus en détail

PÉTITION NATIONALE ADRESSÉE AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE --------------------------------

PÉTITION NATIONALE ADRESSÉE AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE -------------------------------- PÉTITION NATIONALE ADRESSÉE AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE -------------------------------- Retraités agricoles: non à l injustice et à l inéquité! Confrontés à la faiblesse des retraites agricoles, à la

Plus en détail

Signature officielle du projet Rehabitasystem, Lauréat des investissements d avenir. Lundi 19 mars 2012 à 14H 15

Signature officielle du projet Rehabitasystem, Lauréat des investissements d avenir. Lundi 19 mars 2012 à 14H 15 Signature officielle du projet Rehabitasystem, Lauréat des investissements d avenir Lundi 19 mars 2012 à 14H 15 «seul le prononcé fait foi» Mesdames et Messieurs les présidents, Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

http://www.economie.gouv.fr

http://www.economie.gouv.fr PIERRE MOSCOVICI MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES http://www.economie.gouv.fr Discours de Pierre MOSCOVICI, Ministre de l Economie et des Finances Conférence de presse pour le lancement de la Banque

Plus en détail

PLAN BIO MIDI-PYRENEES 2014-2020, UN PLAN SANS AMBITION

PLAN BIO MIDI-PYRENEES 2014-2020, UN PLAN SANS AMBITION PLAN BIO MIDI-PYRENEES 2014-2020, UN PLAN SANS AMBITION Pourquoi les élu-es EELV au Conseil Régional ne voteront pas le Plan Bio Midi-Pyrénées 2014-2020 en l état? Plan Bio Midi-Pyrénées, un plan sans

Plus en détail

Intervention au Sénat le 1 er juin 2010 Commission de l Economie, du Développement Durable et de l Aménagement du Territoire - Groupe Energie

Intervention au Sénat le 1 er juin 2010 Commission de l Economie, du Développement Durable et de l Aménagement du Territoire - Groupe Energie Intervention au Sénat le 1 er juin 2010 Commission de l Economie, du Développement Durable et de l Aménagement du Territoire - Groupe Energie Messieurs les présidents Emorine et Poniatowski, Mesdames les

Plus en détail

Communiqué 8 novembre 2012

Communiqué 8 novembre 2012 Communiqué 8 novembre 2012 Les conditions du déploiement de l Internet à très haut débit en France et en Europe Coe-Rexecode mène depuis plusieurs années un programme de recherche approfondi sur l impact

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi»

«seul le prononcé fait foi» «seul le prononcé fait foi» Discours à l occasion du séminaire transition énergétique et écologique Services de l Etat en Aquitaine Lundi 15 décembre 2014 Messieurs les Préfets, Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA sur l économie par Frank Bodmer Economiste indépendant et chargé de cours, Université de Bâle Etude demandée par l Administration fédérale des

Plus en détail

Extension Retraite Supplémentaire. Pour que chacun y gagne : vous, vos collaborateurs, votre entreprise LES SOLUTIONS ASSURANCES DES PROFESSIONNELS

Extension Retraite Supplémentaire. Pour que chacun y gagne : vous, vos collaborateurs, votre entreprise LES SOLUTIONS ASSURANCES DES PROFESSIONNELS LES SOLUTIONS ASSURANCES DES PROFESSIONNELS COMPLÉMENT DE RETRAITE Février 2006 Extension Retraite Supplémentaire Pour que chacun y gagne : vous, vos collaborateurs, votre entreprise Extension Retraite

Plus en détail

Sommaire. 1. Concept Page 3 2. Les données Page 11 3. Exemple Page 14

Sommaire. 1. Concept Page 3 2. Les données Page 11 3. Exemple Page 14 Energie de Nous! 1 Sommaire 1. Concept Page 3 2. Les données Page 11 3. Exemple Page 14 2 1. Concept 3 Energie de Nous Détectez, partagez et faites prospérer vos gisements d énergie! Imaginons qu'on propose

Plus en détail

Le compte administratif 2014 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2014 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2014 de la Région Alsace Avis 17 juin 2015 Avis Le compte administratif 2014 de la Région Alsace 17 juin 2015 2 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

Gérer son patrimoine. Édition. Organiser son épargne pour réussir ses projets

Gérer son patrimoine. Édition. Organiser son épargne pour réussir ses projets Gérer son patrimoine Édition 2013 Organiser son épargne pour réussir ses projets Gérer son patrimoine 1 2 Placer son épargne pour financer ses projets 05 Se constituer une épargne de précaution Acquérir

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du à

Le Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du à Le Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du à 1 Présentation générale Annoncé le 14 janvier 2014 par le Président de la République puis présenté par le Premier ministre lors de sa déclaration

Plus en détail

FORUM ECONOMIQUE ALGERO-ESPAGNOL. Organisé par la Confédération des Entreprises Espagnoles (CEOE)

FORUM ECONOMIQUE ALGERO-ESPAGNOL. Organisé par la Confédération des Entreprises Espagnoles (CEOE) FORUM ECONOMIQUE ALGERO-ESPAGNOL Organisé par la Confédération des Entreprises Espagnoles (CEOE) Madrid, 20 Juillet 2015 ----------------------------------------- Intervention de Monsieur Ali HADDAD Président

Plus en détail

Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014

Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014 Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014 INTRODUCTION : Le projet de loi de finances est bâti sur une prévision de croissance de +0,1 % en 2013 et de +0,9 % en 2014. Cette dernière

Plus en détail

Comment éviter un effet néfaste à court terme sur les prix de l immobilier consécutif à l instauration d un impôt sur la plus-value?

Comment éviter un effet néfaste à court terme sur les prix de l immobilier consécutif à l instauration d un impôt sur la plus-value? Imposition des plus-values immobilières Comment éviter un effet néfaste à court terme sur les prix de l immobilier consécutif à l instauration d un impôt sur la plus-value? Appelons «période transitoire»

Plus en détail

Il faut que tout le monde travaille ensemble pour supprimer ces problèmes. Aujourd hui, je vous demande de faire confiance au Gouvernement.

Il faut que tout le monde travaille ensemble pour supprimer ces problèmes. Aujourd hui, je vous demande de faire confiance au Gouvernement. Le mardi 3 juillet 2012, le Premier Ministre de la France a parlé aux Députés. Le Premier Ministre est le chef du Gouvernement de la France. Il y a plusieurs Ministres dans le Gouvernement. Le Premier

Plus en détail

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME NICOLAS SARKOZY 2007-2012 : LE DEPOT DE BILAN POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME Par Daniel Vasseur Le 17 février 2012 Jusqu au plan de rigueur du Gouvernement annoncé le 7 novembre 2011, l Etat avait

Plus en détail

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités Simulations de l impact de politiques économiques sur la pauvreté et les inégalités L analyse de l évolution des conditions de vie et des comportements des classes moyennes, à la lumière de l observation

Plus en détail

DISCOURS de Sylvia PINEL Séminaire de lancement de la programmation des fonds européens 2014-2020 Montpellier

DISCOURS de Sylvia PINEL Séminaire de lancement de la programmation des fonds européens 2014-2020 Montpellier Cabinet de la Ministre du Logement, de l Egalité des territoires et de la Ruralité Seul le prononcé fait foi Paris, le vendredi 14 novembre DISCOURS de Sylvia PINEL Séminaire de lancement de la programmation

Plus en détail

Le rôle d un tableau de bord

Le rôle d un tableau de bord CHAPITRE 1 Le rôle d un tableau de bord Introduction «Trop d informations tue l information.» Proverbe japonais Sur le plan théorique, un tableau de bord est un outil de reporting regroupant différents

Plus en détail

Morvilliers Sentenac Avocats

Morvilliers Sentenac Avocats Newsletter n 13... Février 2013 Morvilliers Sentenac Avocats Actualités fiscales Les lois de finance votées en fin d année modifient sensiblement le paysage fiscal en accroissant les charges fiscales pesant

Plus en détail

MoneyTalk - Personal Finance Day du 27 septembre 2008

MoneyTalk - Personal Finance Day du 27 septembre 2008 21/09/2008 Existe-t-il un niveau de chiffre d'affaires à partir duquel il est intéressant de passer en société? Mise en garde : cette note a servi de support à la présentation d un exposé lors de la journée

Plus en détail

LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME

LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME Par le Pôle Economie de Terra Nova Le 6 mars 2012 Le quinquennat a opéré des redistributions budgétaires importantes de la puissance publique (Etat et sécurité sociale)

Plus en détail

Fédération des Mouvements Personne D Abord du Québec

Fédération des Mouvements Personne D Abord du Québec Fédération des Mouvements Personne D Abord du Québec VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET ÉQUITABLE Bonjour, je me présente, Louise Bourgeois, présidente de la Fédération des Mouvements Personne

Plus en détail

L accompagnement public pour le développement de la filière AB en Languedoc-Roussillon

L accompagnement public pour le développement de la filière AB en Languedoc-Roussillon L accompagnement public pour le développement de la filière AB en Languedoc-Roussillon Par Florence FOREST, DRAAF Cindy SCHULTZ, Conseil Régional L-R En termes de bilan sur l année 2010, les interventions

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 17/06/2014 Angoulême 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national: la reprise économique se dessine, mais le chômage frappe encore trop fort notre pays.

Plus en détail

Contribution au Conseil d analyse économique sur le basculement des cotisations patronales

Contribution au Conseil d analyse économique sur le basculement des cotisations patronales Contribution au Conseil d analyse économique sur le basculement des cotisations patronales Michel Didier et Michel Martinez 1. Les dépenses de Sécurité sociale à caractère universel (maladie, famille)

Plus en détail

Vers un nouveau modèle de société

Vers un nouveau modèle de société Vers un nouveau modèle de société Qu est-ce que la transition énergétique? L énergie est partout dans notre vie quotidienne : pour chauffer nos logements, pour faire fonctionner nos équipements, pour faire

Plus en détail

Le foyer fiscal (cours)

Le foyer fiscal (cours) Le foyer fiscal (cours) Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I La composition du foyer fiscal... 4 Le contribuable... 4 Les personnes à charge... 5 1 - En ce qui concerne les personnes

Plus en détail

Partenariat PSE CELSA «Décrypter l actualité économique»

Partenariat PSE CELSA «Décrypter l actualité économique» Partenariat PSE CELSA «Décrypter l actualité économique» Session de formation du lundi 18 janvier 2010 Première séance, «Décrypter les prélèvements obligatoires»» PSE 48 boulevard Jourdan Grande salle

Plus en détail

OUVERTURE DE LA FOIRE AGRICOLE 2013 24 OCTOBRE 2013 10H00 DISCOURS DE MONSIEUR LE HAUT-COMMISSAIRE DE LA REPUBLIQUE

OUVERTURE DE LA FOIRE AGRICOLE 2013 24 OCTOBRE 2013 10H00 DISCOURS DE MONSIEUR LE HAUT-COMMISSAIRE DE LA REPUBLIQUE OUVERTURE DE LA FOIRE AGRICOLE 2013 24 OCTOBRE 2013 10H00 DISCOURS DE MONSIEUR LE HAUT-COMMISSAIRE DE LA REPUBLIQUE Monsieur le Ministre, Madame la Présidente du Comité organisateur, Mesdames et Messieurs,

Plus en détail

LES DERNIERES DONNEES DISPONIBLES EN MATIERE D ISF ET DE DELOCALISATIONS FISCALES

LES DERNIERES DONNEES DISPONIBLES EN MATIERE D ISF ET DE DELOCALISATIONS FISCALES R E P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E mercredi 14 février 2007 LES DERNIERES DONNEES DISPONIBLES EN MATIERE D ISF ET DE DELOCALISATIONS FISCALES Communication de M. Philippe Marini, rapporteur général

Plus en détail

Fonds Départemental de Gestion de l Espace Rural

Fonds Départemental de Gestion de l Espace Rural Fonds Départemental de Gestion de l Espace Rural ETAT MEMBRE : REGION : FRANCE Provence-Alpes-Côte d Azur Département des Bouches-du-Rhône INTITULE DU REGIME D AIDE : Fonds Départemental de Gestion de

Plus en détail

MINIMISEZ VOS IMPÔTS Juillet 2009. Les automobiles et la fiscalité

MINIMISEZ VOS IMPÔTS Juillet 2009. Les automobiles et la fiscalité MINIMISEZ VOS IMPÔTS Juillet 2009 À propos de l auteur Guillaume Charron, CA, M. Fisc. est Comptable Agréé et détient une Maitrise en Fiscalité de l Université de Sherbrooke. M. Charron est chargé de cours

Plus en détail

BOURSES SCOLAIRES ET PRISE EN CHARGE

BOURSES SCOLAIRES ET PRISE EN CHARGE MARS 2010 BOURSES SCOLAIRES ET PRISE EN CHARGE Aout 2012 Une information de notre partenaire Texte phare de la session parlementaire extraordinaire convoquée en juin dernier par le nouveau président de

Plus en détail

Pacte de responsabilité

Pacte de responsabilité Le 5 mars 2014 Pacte de responsabilité Relevé de conclusions des réunions paritaires du 28 février et du 5 mars 2014 La situation économique et sociale de notre pays est marquée par une forte ambivalence.

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du date Ville

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du date Ville Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du date Ville 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national : début de reprise économique, mais chômage encore trop fort Dans notre région, une problématique

Plus en détail

Casablanca Lundi 21 avril 2014 0/6

Casablanca Lundi 21 avril 2014 0/6 Allocution du Dr. Abdelkader AMARA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement A l occasion de la Cérémonie de lancement du Cluster Solaire Casablanca Lundi 21 avril 2014 0/6 Monsieur

Plus en détail

MINIMISEZ VOS IMPÔTS. À propos de l auteur 50743939%52723549 3465074393954823294 253465074393954 264185027% 409745. Chronique fiscale Juillet 2009

MINIMISEZ VOS IMPÔTS. À propos de l auteur 50743939%52723549 3465074393954823294 253465074393954 264185027% 409745. Chronique fiscale Juillet 2009 52%86 264185027452867253 3294097452 264185%02272354926418 548232940927%2 4%3939548$2329272354926 2723%549264185027 850%27452867253%46507 %5272354$9264185%02272 0227235492%641850 452867253465%074%39395

Plus en détail

Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur. à 150 000 par part de quotient familial.

Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur. à 150 000 par part de quotient familial. ! PARTICULIERS Article du projet de loi Article 3 Article 4 Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur Modifications apportées par l AN Création d une tranche création d une

Plus en détail

Quelques constats sur les incidences des réductions de l impôt sur le revenu

Quelques constats sur les incidences des réductions de l impôt sur le revenu Quelques constats sur les incidences des réductions de l impôt sur le revenu Présentation dans le cadre des consultations prébudgétaires du ministre des Finances du Québec portant sur le budget 2004-2005

Plus en détail

L encadrement des sondages et l élection présidentielle (dissert.)

L encadrement des sondages et l élection présidentielle (dissert.) L encadrement des sondages et l élection présidentielle (dissert.) Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I La loi du 19 Juillet 1977 : une réglementation originelle mise en cause...

Plus en détail

APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015

APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015 APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015 Contexte et enjeux : Depuis plusieurs années la politique économique de la Région Centre - Val de Loire s est fixée comme objectif de soutenir la

Plus en détail

Retraite des libéraux : 2015 l année de tous les changements

Retraite des libéraux : 2015 l année de tous les changements Décembre 2014 Retraite des libéraux : 2015 l année de tous les changements En cette fin d année 2014, le dossier des retraites demeure plus que jamais sur le devant de la scène, en particulier pour les

Plus en détail

La Lettre fiscale n 1 / Juin 2008 Sommaire Editorial

La Lettre fiscale n 1 / Juin 2008 Sommaire Editorial La Lettre fiscale n 1 / Juin 2008 Sommaire Taxe professionnelle 2 Impôt de solidarité sur la fortune 4 Editorial Le cabinet Simon Associés s agrandit et développe un pôle fiscal en accueillant Pierrick

Plus en détail

Déficiences visuelles et accessibilité du patrimoine historique : synthèse des résultats du sondage

Déficiences visuelles et accessibilité du patrimoine historique : synthèse des résultats du sondage Déficiences visuelles et accessibilité du patrimoine historique : synthèse des résultats du sondage D Histoires en Patrimoine J ai fondé D Histoires en Patrimoine en juillet 2013, sous le statut d autoentrepreneur.

Plus en détail

Les Français et le développement durable

Les Français et le développement durable Les Français et le développement durable Baromètre Louis-Harris Club RmD2 CLUB R m D 2 Luc BALLEROY DGA 01 55 33 20 54 luc.balleroy@lharris.fr NOTE TECHNIQUE Étude réalisée par l Institut Louis-Harris

Plus en détail

Le financement du logement social :

Le financement du logement social : le financement du logement social : generalites Problématique générale L emprunt constitue le mode de financement principal des investissements locatifs sociaux ; la charge financière doit être couverte,

Plus en détail

Gérants majoritaires des SARL : du nouveau pour le calcul du disponible Madelin

Gérants majoritaires des SARL : du nouveau pour le calcul du disponible Madelin Gérants majoritaires des SARL : du nouveau pour le calcul du disponible Madelin Par GIE Factum Publié : 29 octobre 2009 Depuis plusieurs mois, les experts-comptables et les professionnels de l assurance

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi» Discours du Préfet à l occasion de la. conférence du CECOGEB

«seul le prononcé fait foi» Discours du Préfet à l occasion de la. conférence du CECOGEB «seul le prononcé fait foi» Discours du Préfet à l occasion de la conférence du CECOGEB le lundi 7 octobre 2013 Monsieur le Président du Conseil régional, Messieurs les Présidents des Chambres consulaires,

Plus en détail

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer»

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer Avec le soutien de LOI DE FINANCES 2013 Revue des principales mesures

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

Gérer son patrimoine. Édition. Organiser son épargne pour réussir ses projets

Gérer son patrimoine. Édition. Organiser son épargne pour réussir ses projets Gérer son patrimoine Édition 2015 Organiser son épargne pour réussir ses projets Gérer son patrimoine 1 2 3 4 Placer son épargne pour financer ses projets 05 Se constituer une épargne de précaution Acquérir

Plus en détail

Ne passez pas à coté de la révolution des toitures solaires. Tuile solaire. photovoltaïque

Ne passez pas à coté de la révolution des toitures solaires. Tuile solaire. photovoltaïque Ne passez pas à coté de la révolution des toitures solaires Tuile solaire photovoltaïque Prix du Meilleur produit toutes catégories INTERBUILD 2006 Les récentes incitations financières et les exigences

Plus en détail

Une lettre de motivation efficace en 10 points

Une lettre de motivation efficace en 10 points Une lettre de motivation efficace en 10 points Exercice de style aussi difficile qu indispensable, la lettre de motivation réclame des qualités que tout le monde ne peut maîtriser : esprit synthétique,

Plus en détail

- Loi de finances pour 2016. - Loi de finances rectificative pour 2015

- Loi de finances pour 2016. - Loi de finances rectificative pour 2015 Nouvelles mesures Plus d informations sur www.apce.com Loi de finances pour 2016 Loi n 20151785 du 29 décembre 2015, Journal officiel du 30 décembre 2015 Loi de finances rectificative pour 2015 Loi n 20151786

Plus en détail

PAS SI DUR QUE ÇA! * La super chaussure qui donne envie de faire du sport! Flash basket*

PAS SI DUR QUE ÇA! * La super chaussure qui donne envie de faire du sport! Flash basket* COMMENCER LE SPORT PAS SI DUR QUE ÇA! * La super chaussure qui donne envie de faire du sport! Flash basket* La sédentarité liée à nos modes de vie participe à une augmentation de risques pour la santé

Plus en détail

PRÉLÈVEMENTS SUR LE TRAVAIL : l exception française?

PRÉLÈVEMENTS SUR LE TRAVAIL : l exception française? PRÉLÈVEMENTS SUR LE TRAVAIL : l exception française? Comparaison dans 8 pays européens Pour un couple avec 2 enfants Pour un célibataire 12 septembre 2014 METHODOLOGIE Objectif Evaluer la pression des

Plus en détail

Champ d application des déclarations de révision des évaluations foncières

Champ d application des déclarations de révision des évaluations foncières LA LETTRE DE BAUME CONSULTANTS N 53 08.03.2013 Champ d application des déclarations de révision des évaluations foncières L article 34 de la quatrième loi de finances rectificative pour 2010 organise la

Plus en détail

WT54 La gestion des sols et politiques foncières

WT54 La gestion des sols et politiques foncières Session 1 La vision chinoise Différence fondamentale entre foncier urbain (propriété de l Etat, pouvant être soumis aux lois du marché) et foncier rural (de propriété collective, sur lequel les paysans

Plus en détail

Sensibiliser les collaborateurs des entreprises au handicap : Informations et Communication interne

Sensibiliser les collaborateurs des entreprises au handicap : Informations et Communication interne 1 Sensibiliser les collaborateurs des entreprises au handicap : Informations et Communication interne Introduction De plus en plus d entreprises reconnaissent que les personnes porteuses d un handicap

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi»

«seul le prononcé fait foi» «seul le prononcé fait foi» Discours à l occasion de la réunion du Pacte de Responsabilité et de Solidarité Lundi 26 mai 2014 Lesparre-Médoc Mesdames et Messieurs les Parlementaires Mesdames et Messieurs

Plus en détail

Epargne : prudence et ambition sont-ils conciliables?

Epargne : prudence et ambition sont-ils conciliables? Better thinking. Together. Epargne : prudence et ambition sont-ils conciliables? 1 ère étude annuelle auprès des épargnants clients des réseaux bancaires français Sommaire Fiche technique 3 Objectif Retraite

Plus en détail

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE PAR MADAME CHRISTINE LEROY COMMUNITY MANAGER, AGENCE NETPUB Tout d abord, je voudrais remercier le Professeur Drouot de m avoir invitée à cette passionnante table ronde.

Plus en détail

Séminaire des cadres de l administration centrale. Université René- Descartes lundi 3 juin 2013

Séminaire des cadres de l administration centrale. Université René- Descartes lundi 3 juin 2013 Séminaire des cadres de l administration centrale Université René- Descartes lundi 3 juin 2013 Allocution de Manuel VALLS, ministre de l Intérieur Monsieur le Secrétaire Général, Messieurs les Directeurs

Plus en détail

Le Photovoltaïque en Guadeloupe

Le Photovoltaïque en Guadeloupe Le Photovoltaïque en Guadeloupe Quelles opportunités? Recommandations pour une bonne mise en oeuvre? Coûts et démarches? CAUE Cynthia CAROUPANAPOULLÉ, Responsable Environnement Sommaire Contexte et enjeux

Plus en détail

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis 24 juin 2013 Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis du 24 juin 2013 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

Implantée depuis 2 ans à Bordeaux, Inside RDT fait le point sur ses pratiques et ses ambitions.

Implantée depuis 2 ans à Bordeaux, Inside RDT fait le point sur ses pratiques et ses ambitions. Page 1 COMMUNIQUÉ DE PRESSE À l occasion du Salon de l Entreprise Aquitaine, Inside Révélateur De Talents fête ses 10 ans d innovations dans les domaines de la formation et du coaching pour les entreprises.

Plus en détail

Mathématiciennes d hier et d aujourd hui (Dans le cadre de la semaine des mathématiques du 12 au 18 mars 2012)

Mathématiciennes d hier et d aujourd hui (Dans le cadre de la semaine des mathématiques du 12 au 18 mars 2012) Mathématiciennes d hier et d aujourd hui (Dans le cadre de la semaine des mathématiques du 12 au 18 mars 2012) La semaine des mathématiques a été l occasion de présenter aux élèves des parcours de mathématiciennes

Plus en détail

MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 -

MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 - MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 - Avec un chiffre d affaires total de 3.5 Milliards d euros par an, la formation professionnelle est un secteur apparemment

Plus en détail

Le calcul du barème d impôt à Genève

Le calcul du barème d impôt à Genève Le calcul du barème d impôt à Genève Plan : 1. Historique Passage d un système en escalier à une formule mathématique 2. Principe de l imposition Progressivité, impôt marginal / moyen ; barème couple/marié

Plus en détail

Saisine : Ministre des Finances (5 septembre 2007) AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE

Saisine : Ministre des Finances (5 septembre 2007) AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE Luxembourg, le 30 novembre 2007. Objet: Projet de loi modifiant la loi du 23 décembre 2005 portant introduction d une retenue à la source libératoire sur certains intérêts produits par l épargne mobilière

Plus en détail

Contribution de JEUNES AGRICULTEURS. Organisation Professionnelle Agricole à vocation syndicale

Contribution de JEUNES AGRICULTEURS. Organisation Professionnelle Agricole à vocation syndicale A Paris, le vendredi 07 septembre, REEXAMEN DU REGIME DE L UE APPLICABLE AU SECTEUR DES FRUITS ET LEGUMES - CONSULTATION PUBLIQUE SUR LES OPTIONS PROPOSEES ET L'EVALUATION DE LEURS INCIDENCES Contribution

Plus en détail

Note sur le projet CEFRIO de formation de base en entreprise à l aide des TIC

Note sur le projet CEFRIO de formation de base en entreprise à l aide des TIC Note sur le projet CEFRIO de formation de base en entreprise à l aide des TIC Quelques constats et remarques formulés à partir de l examen de trois rapports d activités (juin 2008, avril et juin 2009)

Plus en détail

Finale. De nombreux commentaires ont été recueillis pendant la réunion. Ils peuvent être résumés comme suit :

Finale. De nombreux commentaires ont été recueillis pendant la réunion. Ils peuvent être résumés comme suit : Finale Lors de la dernière assemblée générale de la communauté d usagers de la marina intérieure d Empuriabrava, il a été demandé aux usagers de donner leur avis (non contraignant) sur la possibilité d

Plus en détail

ZFU - TERRITOIRES ENTREPRENEURS ET MESURES FISCALES DE SOUTIEN AUX COMMERCES DE PROXIMITÉ

ZFU - TERRITOIRES ENTREPRENEURS ET MESURES FISCALES DE SOUTIEN AUX COMMERCES DE PROXIMITÉ ZFU - TERRITOIRES ENTREPRENEURS ET MESURES FISCALES DE SOUTIEN AUX COMMERCES DE PROXIMITÉ DIRECTION DE LA VILLE ET DE LA COHÉSION URBAINE Bureau du développement économique et de l emploi Février 2015

Plus en détail

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO 3 ème séminaire international BIE - UNESCO Dialogue politique et stratégies de mise en œuvre du changement du curriculum de l éducation de base pour lutter contre la pauvreté. Ouagadougou 13-17 mars 2006

Plus en détail

Les TPE et les mesures économiques du gouvernement. Octobre 2012

Les TPE et les mesures économiques du gouvernement. Octobre 2012 Les TPE et les mesures économiques du gouvernement Octobre 2012 METHODOLOGIE Méthodologie Étude quantitative auprès de 506 dirigeants d entreprise de 0 à 19 salariés L échantillon a été raisonné puis redressé

Plus en détail

Nous avons le plaisir de vous adresser ci-joint notre lettre d informations du mois de mars 2010.

Nous avons le plaisir de vous adresser ci-joint notre lettre d informations du mois de mars 2010. Cher(e)s actionnaires et futur(e)s actionnaires, Nous avons le plaisir de vous adresser ci-joint notre lettre d informations du mois de mars 2010. PHOTEUS Solaire 1 Contrat d achat Le contrat d achat du

Plus en détail

Propositions sur les 0-6 ans RFVE.txt Propositions des Assises Nationales pour l éducation. 0-6 ans : un enjeu de société

Propositions sur les 0-6 ans RFVE.txt Propositions des Assises Nationales pour l éducation. 0-6 ans : un enjeu de société Propositions des Assises Nationales pour l éducation 0-6 ans : un enjeu de société Un âge décisif pour l enfant : - Cette tranche d âge est décisive dans le développement et l épanouissement des enfants.

Plus en détail

NOUVEAUX CONTRATS. Le Conseil général, 1 er partenaire de vos projets

NOUVEAUX CONTRATS. Le Conseil général, 1 er partenaire de vos projets NOUVEAUX CONTRATS Le Conseil général, 1 er partenaire de vos projets L Essonne au service des territoires et des Essonniens Des contrats plus simples pour une action concertée Le Conseil général, face

Plus en détail

Le Groupe Socialiste, Radical et Citoyen à l Assemblée nationale

Le Groupe Socialiste, Radical et Citoyen à l Assemblée nationale Le Groupe Socialiste, Radical et Citoyen à l Assemblée nationale Ce document a été réalisé sur la base des études du Président de la Commission des Finances, Didier MIGAUD 1 1 2 3 4 5 Le bouclier fiscal

Plus en détail

Le panneau solaire assure cette conversion d énergie grâce à de nombreuses cellules photovoltaïques étant montées en série ainsi qu en dérivation.

Le panneau solaire assure cette conversion d énergie grâce à de nombreuses cellules photovoltaïques étant montées en série ainsi qu en dérivation. Introduction : La voiture solaire est un thème qui s inscrit dans une problématique et un contexte qui sont devenus récurrents ces dernières années, celle du développement durable. C est une voiture qui

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 INVESTISSEMENT TERRITORIAL INTÉGRÉ POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 Les nouvelles règles et la législation régissant le prochain financement de la politique européenne de cohésion pour la période 2014-2020

Plus en détail

Illustration de la politique immobilière de l EPG dans une région, celle de Plateau-Champagne (Août 2015)

Illustration de la politique immobilière de l EPG dans une région, celle de Plateau-Champagne (Août 2015) Illustration de la politique immobilière de l EPG dans une région, celle de Plateau-Champagne (Août 2015) Ce rapport explique comment la politique immobilière de l EPG est concrètement mise en œuvre dans

Plus en détail

À quoi sert une monnaie locale complémentaire (MLC)? Est-ce que c est contre l Euro? Qui peut l utiliser?

À quoi sert une monnaie locale complémentaire (MLC)? Est-ce que c est contre l Euro? Qui peut l utiliser? À quoi sert une monnaie locale complémentaire (MLC)? Favoriser prioritairement la consommation locale par des circuits courts Redynamiser l économie locale Renforcer le lien social Préserver l environnement

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : FCPT1501409A Intitulé du texte : - Arrêté relatif à la rémunération du plan épargne-logement et à la commission de gestion du prêt d épargne-logement

Plus en détail

Philippe Busquin. Commissaire Européen pour la Recherche. La recherche : une priorité pour l avenir de l Europe

Philippe Busquin. Commissaire Européen pour la Recherche. La recherche : une priorité pour l avenir de l Europe Philippe Busquin Commissaire Européen pour la Recherche La recherche : une priorité pour l avenir de l Europe Discours à la Conférence «Priorité à la science» Lisbonne 31 mai 2004 Monsieur le Président

Plus en détail

Cliquez sur l image pour l agrandir

Cliquez sur l image pour l agrandir Dans le détail, le principal contributeur à l évaluation globale est la qualité de réponse aux besoins. Si les Français sont particulièrement satisfaits par l accueil en mairie (57% en ont une évaluation

Plus en détail