Section Casinos et Cercles de Jeux

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Section Casinos et Cercles de Jeux"

Transcription

1 Section Casinos et Cercles de Jeux Monsieur Manuel VALLS Ministre de l'intérieur Place Beauvau Paris cedex 8 Lettre recommandée AR N 1A HH/JCT/SA 01/2014 Paris, le vendredi 10 janvier 2014 Objet : Situation des casinos français Monsieur le Ministre de l'intérieur, Par la présente, nous tenons à vous alerter de la situation dans laquelle se retrouvent plongés les casinos français. Le présent rapport présente la situation générale, et tire des enseignements au regard des pratiques actuelles. Nous vous demandons de l'étudier avec minutie, car la pérennité de l'activité et de ses emplois, ne pourra être assurée que par un changement radical de cap. I - SITUATION ÉCONOMIQUE DE LA BRANCHE DES CASINOS 1) 1993/1994 à l exercice 2006/2007: de records en records Les casinos français ont connu une croissance continue et forte depuis 1993/1994. De 2002/2003 à 2006/2007, les casinos ont globalement continué à bénéficier d une croissance soutenue et ceci même si elle n était plus à 2 chiffres. 2) Exercice 2007/2008 à 2008/2009 : le marché se contracte Durant cette période, le produit brut des jeux (PBJ) a fortement baissé. Outre les phénomènes de crise économique, la Branche a été directement impactée par de nombreux éléments. S e c t i o n F é d é r a l e d e s C a s i n o s F o r c e O u v r i è r e Page 1

2 Tout d'abord, les casinotiers ont décidé de reporter une grande partie de leurs investissements, ce qui a directement nuit à la qualité d'accueil de nos clients (restrictions de personnel, suppression des offerts, non renouvellement des parcs MAS, etc.). Cette gestion a minima s'est faite au détriment de notre vocation première, la qualité de service. Ensuite, les casinotiers n'ont pas anticipé le retournement de marché sur les MAS. Beaucoup de parcs sont totalement obsolètes et non attractifs, les nouvelles machines étant de leur côté particulièrement complexes. Enfin, l'apparition du poker, "remède miracle" vanté par les entrepreneurs, n'a pas eu l'effet escompté sur les chiffres des entreprises. Son implantation s'est faite au détriment des jeux traditionnels, qui eux, au regard de la libre circulation progressaient de manière conséquente. Par ailleurs, la spécificité de la clientèle Poker, a pu rebuter une grande partie des clients désirant jouer en toute quiétude. Un autre constat vient expliquer cette baisse inéluctable du PBJ, le nombre trop important de casinos en France. Les casinotiers multiplient les ouvertures (récemment Fort Mahon ou Beaulieu), sur un marché déjà fortement saturé. La clientèle est ainsi disséminée entre les nombreuses enseignes, les mettant en position de concurrence agressive. Nous pensons que le nombre de casinos et d'autorisations d'ouvertures doit être régulé de manière draconienne. Pour ce faire, il nous semblerait plus cohérent que les demandes soient effectuées à l'échelon départemental et non communal comme aujourd'hui. Néanmoins, afin de mieux appréhender la réalité économique des casinos français, nous considérons que le PBJ n'est pas l'indicateur le plus pertinent. Ce dernier, même en baisse, ne se traduit pas obligatoirement par des pertes financières pour le casino concerné. Seuls les bénéfices de l'exercice se voient réduits. De plus, la rentabilité des entreprises a fortement progressé, car les effectifs généraux de la Branche ont été réduits, passant de à La masse salariale, la réduction des avantages historiques, le gel des salaires sont devenus de véritables variables d'ajustement de la compétitivité des casinos. L'apparition de fonds de pension dans les capitaux des principaux groupes n'est pas étranger à cette nouvelle gestion. 3) A partir de l'exercice 2009/2010 : La forte baisse est endiguée Durant cette période, la baisse du PBJ a été fortement endiguée. De très nombreux casinos sont revenus de leur politique "tout Poker", et certains ont S e c t i o n F é d é r a l e d e s C a s i n o s F o r c e O u v r i è r e Page 2

3 recommencé à dynamiser les jeux traditionnels, ce qui s'avère particulièrement payant. SAISON ÉVOLUTION PRODUIT BRUT TOTAL DES JEUX en ,74% ,79% ,41% ,24% ,66% ,33% O0 12,34% ,78% ,81% ,68% ,60% ,33% ,16% ,07% ,40% ,19% ,13% ,96% ,81% Néanmoins, les casinotiers dramatisent à souhait le tableau économique, afin de pouvoir obtenir davantage d'assouplissements règlementaires, notamment sur les versions électroniques des jeux traditionnels, l'introduction de nouveaux jeux ou la généralisation de la polyvalence. S e c t i o n F é d é r a l e d e s C a s i n o s F o r c e O u v r i è r e Page 3

4 PBJ Les jeux traditionnels progressent : si l'on observe les évolutions du PBJ, une tendance naturelle se dégage des chiffres. Incontestablement, les jeux traditionnels progressent depuis 2008, dans des proportions annuelles variant entre 6 et 7 %. Il résulte de ce constat que les casinotiers n'utilisent pas pleinement ce potentiel de progression, car les salariés de jeux traditionnels disposent d'un savoir-faire (d'où des besoins de formation), et de rémunérations historiques plus élevées que les autres secteurs de l'activité. Quel bon gestionnaire peut se targuer de ne pas profiter d'un secteur économique en pleine expansion? C'est un choix de gestion, et assurément un mauvais choix, qui ne colle pas aux aspirations de notre clientèle. La seule volonté des casinotiers se situe dans l'obtention de jeux automatiques et hautement addictifs, leur permettant de se positionner sur le segment de la Française des Jeux. S e c t i o n F é d é r a l e d e s C a s i n o s F o r c e O u v r i è r e Page 4

5 II. LE NOMBRE DE CASINOS EN FRANCE TROP DE CASINOS TUENT LES CASINOS Ce constat imparable s'impose. Le développement est aujourd'hui totalement anarchique et non maîtrisé. La France est le Pays dans lequel le ratio du nombre de casinos par habitant est le plus important. Aujourd'hui, nous atteignons le seuil record de 206 établissements distincts, et cela est proprement déraisonnable. Or, il est incontestable que le potentiel de clientèle de nos entreprises n'est pas divisible à l'infini. En créant de nouveaux casinos, on le morcelle encore plus, rendant l'activité encore moins rentable. Ouvrir un casino sur un bassin saturé ne crée pas une nouvelle niche de clientèle ; au contraire, il ne fait que diviser et éparpiller un peu plus celle déjà existante. Si l'on observe les chiffres réalisés par région, on s'aperçoit à l'évidence, que la baisse est la plus importante dans les S e c t i o n F é d é r a l e d e s C a s i n o s F o r c e O u v r i è r e Page 5

6 régions où les casinos sont le plus nombreux et le marché fortement concurrentiel. A titre d'exemple, la Côte d'azur est le marché le plus saturé que nous connaissions ; cependant des autorisations d'ouverture ont été prononcées pour les casinos de Fréjus, Sanary sur Mer, La Seyne sur Mer et Beaulieu. De telles décisions administratives relèvent du non-sens économique le plus absolu. METHODE D'ATTRIBUTION : L'OUVERTURE D'UN CASINO COMME PERSPECTIVE DU FINANCEMENT DES POLITIQUES LOCALES Initialement, afin de pouvoir ouvrir un casino, il fallait se situer dans une station thermale. Peu à peu, la règlementation des jeux a assoupli les conditions élargissant le périmètre des autorisations aux sites touristiques puis climatiques, et enfin aux villes de plus de habitants. Ainsi, une immense majorité des communes peut prétendre aujourd'hui à l'ouverture d'un casino. S e c t i o n F é d é r a l e d e s C a s i n o s F o r c e O u v r i è r e Page 6

7 La Municipalité concernée peut imposer une redevance allant jusqu'à 15 % des recettes du casino. Ainsi, la Mairie peut succomber à la tentation d'ouvrir un établissement de jeux sur son territoire, indifféremment de l'environnement économique local. Dans un tel contexte, peu importe la rentabilité de l'entreprise (car 15 % d'un PBJ, même maigre, créent une richesse supplémentaire pour la commune), et peu importe les dommages collatéraux sur l'activité des entreprises de proximité. La méthode actuelle contribue largement à la prolifération anarchique des casinos sur le territoire français. Il faut donc revenir sur ce modèle, où chaque commune veut son casino. Ce n'est pas un modèle économique viable et aujourd'hui, seuls les salariés de la Branche supportent le coût de cette politique désastreuse. LA NECESSITE D'UNE REGULATION DU MARCHE A L'ECHELON REGIONAL OU DEPARTEMENTAL Au regard de ces éléments, l'activité des casinos peut fortement évoluer dans les années à venir, et ce, à la condition exclusive que les opérateurs axent leur activité sur les secteurs en pleine progression (JDT), et réduisent le nombre d'ouverture. Les casinos n'ont pas vocation à se transformer en entreprises de loterie. S e c t i o n F é d é r a l e d e s C a s i n o s F o r c e O u v r i è r e Page 7

8 Pour ce faire, il est déterminant que la méthode d'attribution fasse l'objet d'une régulation à l'échelon régional. Les municipalités ne peuvent plus être les seules décisionnaires sur un projet d'implantation de casino. Nous pourrions envisager : que les demandes d'ouverture soient mutualisées régionalement ou départementalement (C'est d'ailleurs cette organisation qui nous apparaît la plus cohérente). Au niveau de la région, le décisionnaire serait le Président de la Région, et au niveau du Département le Préfet, représentant direct de l'etat. que la Mairie du site choisi perçoive une grande partie de la redevance et que le reste abonde un fond spécifique destiné aux actions des communes de la zone géographique ne disposant pas de casino. Par ailleurs, il nous semble absolument nécessaire de déterminer des quotas en termes de casino par habitant. Dès le quota atteint, aucune autre ouverture ne pourra voir le jour sur le bassin géographique concerné : fixation d'un Numerus Clausus sur la zone géographique choisie ; au-delà de ce plafond, toute ouverture supplémentaire sera interdite. En tout état de cause ce ne sont que quelques pistes de réflexion, en l'attente de la mise en place d'une véritable concertation structurée avec les différents acteurs du secteur. Le système doit changer, il en va de l'avenir de plus de salariés. En outre, des ouvertures maîtrisées seront assurément un gage de création d'emplois stables et pérennes. III. MISE EN PLACE D'UN MORATOIRE EN L'ATTENTE DE MODIFICATIONS REGLEMENTAIRES Par la présente, il nous semble incontournable de mettre en place un moratoire sur la méthode d'implantation des casinos en France. Durant cette période : toute nouvelle décision d'ouverture de casino sera mise en suspend en l'attente de la fixation de la nouvelle règle ; une expertise par zone géographique dressera le bilan actuel ; une étude de marché sera lancée pour déterminer les zones où l'implantation de casinos reste possible ; S e c t i o n F é d é r a l e d e s C a s i n o s F o r c e O u v r i è r e Page 8

9 des concertations seront ouvertes avec les acteurs de la Branche des casinos. En conclusion, nous sollicitons un rendez-vous avec vos services afin de faire le point sur ce dossier. Nous ne doutons pas un instant de la réponse favorable qui nous sera formulée devant un dossier déterminant pour la consolidation de nos emplois. En tout état de cause, sachez qu'une discussion et la prise de décisions urgentes sur ce dossier constituent, pour Force Ouvrière, une priorité absolue et sur laquelle nous allons communiquer de manière intensive. En l'attente de votre réponse, veuillez agréer, Monsieur le Ministre de l'intérieur, l'expression de notre haute considération. Jean-Christophe TIRAT Secrétaire Fédéral Au titre de la Section Casinos Hervé HOBBE Secrétaire de la Section Fédérale des Casinos Nous contacter : Section Fédérale des Casinos Fédération des Employés et Cadres FORCE OUVRIERE 28 rue des Petits Hôtels Paris Tél : Mail : S e c t i o n F é d é r a l e d e s C a s i n o s F o r c e O u v r i è r e Page 9

I - QU EST-CE QU UN CASINO?

I - QU EST-CE QU UN CASINO? LES CASINOS I - QU EST-CE QU UN CASINO? Un casino est «un établissement comportant trois activités distinctes» : Le spectacle, La restauration Le jeu Sous une même direction L IMPLANTATION I DES CASINOS

Plus en détail

Les observations provisoires retenues par la Chambre vous ont été communiquées par lettre du 5 juin 2001.

Les observations provisoires retenues par la Chambre vous ont été communiquées par lettre du 5 juin 2001. Monsieur le Maire, Dans le cadre d'une enquête nationale interjuridictions portant sur les relations entre les collectivités publiques et les casinos, la Chambre régionale des comptes de Picardie a examiné

Plus en détail

DSP CASINO. CM du 16 septembre 2015

DSP CASINO. CM du 16 septembre 2015 DSP CASINO CM du 16 septembre 2015 Présentation de la DSP et du casino Contrat de DSP signé en janvier 1998 pour 18 ans à compter du 31/12/2002, donc à renouveler en 2020. Contrat qui prévoit la construction

Plus en détail

Risque et assurance vieillesse

Risque et assurance vieillesse Risque et assurance vieillesse Plan d Intervention > La protection sociale La protection sociale entre assurance et solidarité La protection sociale en chiffres Le projet de Loi de Financement de la Sécurité

Plus en détail

Madame le Maire, Je vous prie d'agréer, Madame le Maire, l'expression de ma considération la plus distinguée. Bernard LEVALLOIS. Madame Denise Shelley

Madame le Maire, Je vous prie d'agréer, Madame le Maire, l'expression de ma considération la plus distinguée. Bernard LEVALLOIS. Madame Denise Shelley Madame le Maire, Par lettre citée en référence, je vous ai communiqué le rapport d'observations définitives de la chambre régionale des comptes concernant l'examen de la délégation de service public du

Plus en détail

Casino de Vannes SAS au capital de 50 000 RCS de VANNES (56) n 790 586 986

Casino de Vannes SAS au capital de 50 000 RCS de VANNES (56) n 790 586 986 Casino de Vannes SAS au capital de 50 000 RCS de VANNES (56) n 790 586 986 RAPPORT D ACTIVITES COMPTE RENDU ANNUEL I/ LE RAPPORT DU DELEGATAIRE Ce rapport est adressé à la Collectivité tous les ans avant

Plus en détail

La filière française compte 195 casinos autorisés sur le territoire national pour l exercice 2010/2011 (Source : les casinos.org). Il en existait 155

La filière française compte 195 casinos autorisés sur le territoire national pour l exercice 2010/2011 (Source : les casinos.org). Il en existait 155 "Rechute de l activité de la filière casinos" Analyse et traitement par Coach Omnium Extrait de notre grande étude prospective sur les casinos français, réalisée pour le FAFIH et ses partenaires. L OFFRE

Plus en détail

L activité des casinos en Alsace

L activité des casinos en Alsace L activité des casinos en Alsace Une analyse de l Observatoire Régional du Tourisme d Alsace (ORTA) Les casinos en France Un casino est «un établissement comportant trois activités distinctes, le spectacle,

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 1066. Délégation de service public - Casino - Rapport d activité 2007

BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 1066. Délégation de service public - Casino - Rapport d activité 2007 BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 1066 Délégation de service public - Casino - Rapport d activité 2007 M. l Adjoint MARIOT, Rapporteur : La Société Touristique et Thermale de la Mouillère (STTM)

Plus en détail

Conseil général du Doubs Session du 16 juin 2014 (Compte administratif 2013 DM1) Allocution de M. le Président

Conseil général du Doubs Session du 16 juin 2014 (Compte administratif 2013 DM1) Allocution de M. le Président 1 Conseil général du Doubs Session du 16 juin 2014 (Compte administratif 2013 DM1) Allocution de M. le Président Mes chers collègues, 2013, à n en point douter, aura constitué une véritable année de transition

Plus en détail

Madame la Maire, Je vous prie d agréer, Madame la Maire, l expression de ma considération la plus distinguée.

Madame la Maire, Je vous prie d agréer, Madame la Maire, l expression de ma considération la plus distinguée. La Présidente Lyon, le 22 Juillet 2013 N Recommandée avec A.R. REF : ma lettre n 508 du 20 juin 2013 P.J. : 1 Madame la Maire, Par lettre citée en référence, je vous ai communiqué le rapport d observations

Plus en détail

L activité des casinos en Alsace

L activité des casinos en Alsace L activité des casinos en Novembre 2015 1 Les casinos en France Un casino est «un établissement comportant trois activités distinctes, le spectacle, la restauration et le jeu sous une même direction sans

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 1559. 14 - Délégation de Service Public - Casino de Besançon - Rapport sur l exercice 2010

BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 1559. 14 - Délégation de Service Public - Casino de Besançon - Rapport sur l exercice 2010 BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 1559 14 - Délégation de Service Public - Casino de Besançon - Rapport sur l exercice 2010 M. l Adjoint MARIOT, Rapporteur : 1. Les principales caractéristiques

Plus en détail

En tout état de cause, il vous est loisible de communiquer ce rapport d'observations définitives au conseil d'administration de l'adefpat.

En tout état de cause, il vous est loisible de communiquer ce rapport d'observations définitives au conseil d'administration de l'adefpat. CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE MIDI-PYRENEES N/Réf. : GO510401 TOULOUSE, le 20 avril 2005 Monsieur le président, Conformément à l'article L. 241-11 du code des juridictions financières, je vous adresse,

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL 2010 SUR LA POLITIQUE DE REMUNERATION DE LA SOCIETE EUROLAND FINANCE

RAPPORT ANNUEL 2010 SUR LA POLITIQUE DE REMUNERATION DE LA SOCIETE EUROLAND FINANCE RAPPORT ANNUEL 2010 SUR LA POLITIQUE DE REMUNERATION DE LA SOCIETE EUROLAND FINANCE Préambule Le présent document a été établi en application des articles 43.1 et 43.2 du règlement n 97-02 relatif au contrôle

Plus en détail

LA TRIBUNE FO INFORMATION-EXPRESS

LA TRIBUNE FO INFORMATION-EXPRESS LA TRIBUNE FO DES SERVICES PUBLICS ET DES SERVICES DE SANTÉ ORGANE DE LA FÉDÉRATION DES PERSONNELS DES SERVICES PUBLICS ET DES SERVICES DE SANTÉ - 153 RUE DE ROME 75017 PARIS - PUBLICATION TRIMESTRIELLE

Plus en détail

Chambre régionale des comptes de Bourgogne. EG/FB Dijon, le 19.07.2000 n 00.OD.017 RECOMMANDE AVEC A.R. Monsieur le Maire,

Chambre régionale des comptes de Bourgogne. EG/FB Dijon, le 19.07.2000 n 00.OD.017 RECOMMANDE AVEC A.R. Monsieur le Maire, Chambre régionale des comptes de Bourgogne EG/FB Dijon, le 19.07.2000 n 00.OD.017 RECOMMANDE AVEC A.R. Monsieur le Maire, Par lettre en date du 8 février 2000, j'ai porté à votre connaissance les observations

Plus en détail

PROTOCOLE D'ACCORD PORTANT SUR LE CENTRE DE RELATION CLIENTS

PROTOCOLE D'ACCORD PORTANT SUR LE CENTRE DE RELATION CLIENTS PROTOCOLE D'ACCORD PORTANT SUR LE CENTRE DE RELATION CLIENTS ENTRE : La Caisse d'epargne et de Prévoyance d'auvergne et du Limousin, représentée par Monsieur Alain BONGIORNI, Directeur Général, d'une part,

Plus en détail

Décision n 10-DCC-97 du 30 août 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de Groupe Lucien Barrière par la famille Desseigne-Barrière

Décision n 10-DCC-97 du 30 août 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de Groupe Lucien Barrière par la famille Desseigne-Barrière RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 10-DCC-97 du 30 août 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de Groupe Lucien Barrière par la famille Desseigne-Barrière L Autorité de la concurrence, Vu le dossier

Plus en détail

ENTREPRISE DE NETTOYAGE

ENTREPRISE DE NETTOYAGE ENTREPRISE DE NETTOYAGE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'ENTREPRISE DE NETTOYAGE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'ENTREPRISE DE NETTOYAGE... 5 L'ACTIVITÉ DE L'ENTREPRISE DE NETTOYAGE... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DE

Plus en détail

Lutte contre les pollutions déversées à l'égout : Signature d'une convention avec l'agence de l'eau Rhône Méditerranée et Corse

Lutte contre les pollutions déversées à l'égout : Signature d'une convention avec l'agence de l'eau Rhône Méditerranée et Corse Dossier de presse Lutte contre les pollutions déversées à l'égout : Signature d'une convention avec l'agence de l'eau Rhône Méditerranée et Corse Contacts VILLE DE BESANÇON Directeur de l'eau et de l'assainissement

Plus en détail

Fédération des Employés et Cadres Force Ouvrière Section fédérale des OSDD

Fédération des Employés et Cadres Force Ouvrière Section fédérale des OSDD Fédération des Employés et Cadres Force Ouvrière Section fédérale des OSDD LETTRE CIRCULAIRE N 13/11/2008 Paris, le 5 novembre 2008 Aux Délégués Syndicaux Mutualité Aux Secrétaires de Syndicats OSDD Chers

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME F REGL PROF - Qualifications prof. A2 Bruxelles, 26 mai 2011 MH/JC/JP A V I S sur LA REFORME DE LA DIRECTIVE RELATIVE A LA RECONNAISSANCE DES QUALIFICATIONS

Plus en détail

L immobilier d entreprise artisanale

L immobilier d entreprise artisanale e s c a L immobilier d entreprise artisanale n l B e E n j e u x L i v r S t r a t é g i P r o p o s i t i o n s Ile-de-France Rhône-Alpes Le Livre Blanc de l immobilier d entreprise artisanale Pourquoi?

Plus en détail

LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE

LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE TABLEAU DE BORD LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE DEFINITION Le tableau de bord est un support (papier ou informatique) qui sert à collecter de manière régulière des informations permettant de

Plus en détail

En particulier, le montant des frais de personnel est nettement plus important : 2 788 F/habitant en 1998, contre 1 396 F pour la moyenne nationale.

En particulier, le montant des frais de personnel est nettement plus important : 2 788 F/habitant en 1998, contre 1 396 F pour la moyenne nationale. COMMUNE D'EYMOUTIERS EXAMEN DE LA GESTION OBSERVATIONS DEFINITIVES 1 - Situation financière : Le montant du budget de fonctionnement (environ 17 millions de francs) est atypique par rapport aux communes

Plus en détail

Communiqué de presse. Naissance du groupe Aprionis. Vendredi 9 janvier 2009

Communiqué de presse. Naissance du groupe Aprionis. Vendredi 9 janvier 2009 page 1 Communiqué de presse Vendredi 9 janvier 2009 Naissance du groupe Aprionis Le groupe de protection sociale Aprionis est né le 8 janvier 2009. Les Conseils d administration des organismes membres

Plus en détail

Projet intersyndical d accord collectif portant sur la sécurité des entreprises et établissements relevant de la convention collective nationale des

Projet intersyndical d accord collectif portant sur la sécurité des entreprises et établissements relevant de la convention collective nationale des Projet intersyndical d accord collectif portant sur la sécurité des entreprises et établissements relevant de la convention collective nationale des casinos de jeux Projet du 06 Mai 2011 1 Préambule Les

Plus en détail

ORDONNANCE. relative au portage salarial. NOR : ETST1503259R/Bleue-1 ------ RAPPORT AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE

ORDONNANCE. relative au portage salarial. NOR : ETST1503259R/Bleue-1 ------ RAPPORT AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social TEXTE SOUMIS A LA DELIBERATION DU CONSEIL DES MINISTRES ORDONNANCE relative au portage salarial

Plus en détail

A Clermont-Ferrand, le 3 juillet 2002. La Présidente. Monsieur le Maire. Hôtel de ville 43800 VOREY-SUR-ARZON. Monsieur le Maire,

A Clermont-Ferrand, le 3 juillet 2002. La Présidente. Monsieur le Maire. Hôtel de ville 43800 VOREY-SUR-ARZON. Monsieur le Maire, A Clermont-Ferrand, le 3 juillet 2002 La Présidente à Monsieur le Maire Hôtel de ville 43800 VOREY-SUR-ARZON Monsieur le Maire, Le rapport d'observations arrêté par la Chambre régionale des comptes sur

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : FCPE1431100D Intitulé du texte : décret n 2015- du 2015 relatif aux dispositions du code général des collectivités territoriales concernant les prélèvements

Plus en détail

Q&A Novembre 2012. A. Le marché de la location meublée. B. Le marché de la location touristique. C. La location meublée, un marché lucratif?

Q&A Novembre 2012. A. Le marché de la location meublée. B. Le marché de la location touristique. C. La location meublée, un marché lucratif? Q&A Novembre 2012 A. Le marché de la location meublée. B. Le marché de la location touristique. C. La location meublée, un marché lucratif? D. La location meublée est elle légale? A. Le marché de la location

Plus en détail

III - Des recettes «économiques» dynamiques

III - Des recettes «économiques» dynamiques Un phénomène nouveau devrait cependant venir tempérer ce constat sur la dette à long et moyen terme : il s'agit du recours de plus en plus fréquent à des produits financiers nouveaux, du type CLTR (crédit

Plus en détail

Chapitre 4: Les facteurs de production: le travail et le capital.

Chapitre 4: Les facteurs de production: le travail et le capital. Chapitre 4: Les facteurs de production: le travail et le capital. I. Le facteur travail. A. Aspect quantitatif: la population active. 1. La population active. Si on suit les définitions du bureau international

Plus en détail

TABLEAU DE BORD DES INVESTISSEMENTS TOURISTIQUES EN PACA

TABLEAU DE BORD DES INVESTISSEMENTS TOURISTIQUES EN PACA TABLEAU DE BORD DES INVESTISSEMENTS TOURISTIQUES EN PACA RESUME DE L EDITION 2013 DONNEES 2012 Le Tableau de bord des investissements touristiques en France a été mis en place en 2006 par Atout France.

Plus en détail

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux ASSEMBLÉE NATIONALE Suite à l Audition du 20 juillet 2010 de la FÉDÉRATION CFDT SANTÉ-SOCIAUX Représentée par Nathalie CANIEUX, Secrétaire générale

Plus en détail

Le (bon) bilan des 35 heures

Le (bon) bilan des 35 heures Le (bon) bilan des 35 heures Eric Heyer, directeur adjoint au Département analyse et prévision de l'ofce Alternatives Economiques Hors-série n 092 - février 2012 Les 35 heures n'ont pas entamé la compétitivité

Plus en détail

Les observations retenues à titre définitif sont détaillées en neuf pages jointes à cette lettre de transmission.

Les observations retenues à titre définitif sont détaillées en neuf pages jointes à cette lettre de transmission. Par lettre du 18 septembre 2000, j'ai porté à votre connaissance les observations provisoires de la chambre régionale des comptes sur la gestion de votre commune, conformément à la procédure contradictoire

Plus en détail

Cas n COMP/M.3373 - ACCOR / COLONY / DESSEIGNE-BARRIERE / JV. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS

Cas n COMP/M.3373 - ACCOR / COLONY / DESSEIGNE-BARRIERE / JV. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS FR Cas n COMP/M.3373 - ACCOR / COLONY / DESSEIGNE-BARRIERE / JV Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS Article 6, paragraphe

Plus en détail

L approche politique de la FEM en matière de restructurations d entreprise socialement responsables

L approche politique de la FEM en matière de restructurations d entreprise socialement responsables L approche politique de la FEM en matière de restructurations d entreprise socialement responsables (approuvée par le 100 ième Comité Exécutif de la FEM Luxembourg, les 7 et 8 juin 2005) 1. Ces dernières

Plus en détail

Projet de loi de réforme des retraites Les avancées au Sénat

Projet de loi de réforme des retraites Les avancées au Sénat Projet de loi de réforme des retraites Les avancées au Sénat Le projet de loi de réforme des retraites a été adopté par le Parlement le 27 octobre 2010, après examen par l Assemblée Nationale, le Sénat

Plus en détail

CHIFFRE D AFFAIRES ET ACTIVITE COMMERCIALE 2009

CHIFFRE D AFFAIRES ET ACTIVITE COMMERCIALE 2009 Communiqué de presse Paris, 15 février 2010 CHIFFRE D AFFAIRES ET ACTIVITE COMMERCIALE 2009 Activité commerciale 2009 très soutenue dans toutes les classes d actifs Maintien du chiffre d affaires à hauteur

Plus en détail

LA MUNICIPALITE DE CORSEAUX AU CONSEIL COMMUNAL

LA MUNICIPALITE DE CORSEAUX AU CONSEIL COMMUNAL LA MUNICIPALITE DE CORSEAUX AU CONSEIL COMMUNAL Préavis no 10-2011 Fixation de plafonds en matière d endettement et de risques pour cautionnements pour la législature 2011-2016 Monsieur le Président, Mesdames,

Plus en détail

MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION

MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION INTRODUCTION Plusieurs entreprises tentent de compenser les coupures au niveau de la rémunération par l'introduction d'avantages moins coûteux, comme une plus grande

Plus en détail

Le Groupement National des Indépendants GNI

Le Groupement National des Indépendants GNI Le Groupement National des Indépendants GNI TAXE DE SEJOUR LES PROPOSITIONS DU GNI 4 propositions pour réformer la taxe de séjour et donner à la France les moyens d une politique touristique équitable,

Plus en détail

La stratégie du Groupe BPCE

La stratégie du Groupe BPCE La stratégie du Groupe BPCE 2 edito Groupe BPCE est né en juillet 2009 de la volonté des groupes Banque Populaire et Caisse d Epargne de construire ensemble le deuxième groupe bancaire en France, un groupe

Plus en détail

Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008

Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008 Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008 Nouvelles tendances de localisation de population et des activités sur le territoire I - Artisanat et territoire 1. Les artisans sont présents sur tout le

Plus en détail

N 297 SENAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1989-1990. Annexe au procès-verbal de la séance du 15 mai 1990. PROJET DE LOI

N 297 SENAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1989-1990. Annexe au procès-verbal de la séance du 15 mai 1990. PROJET DE LOI N 297 SENAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1989-1990 Annexe au procès-verbal de la séance du 15 mai 1990. PROJET DE LOI modifiant l'ordonnance du 21 octobre 1986 relative à intéressement et à la participation

Plus en détail

ACCÉDER ET SE MAINTENIR EN HÉBERGEMENT D'URGENCE 1. LE DROIT À L'HÉBERGEMENT D'URGENCE, C'EST QUOI?

ACCÉDER ET SE MAINTENIR EN HÉBERGEMENT D'URGENCE 1. LE DROIT À L'HÉBERGEMENT D'URGENCE, C'EST QUOI? ACCÉDER ET SE MAINTENIR EN HÉBERGEMENT D'URGENCE 1. LE DROIT À L'HÉBERGEMENT D'URGENCE, C'EST QUOI? 2. QUELLES DÉMARCHES POUR ACCÉDER OU SE MAINTENIR EN HÉBERGEMENT D URGENCE? 3. EN L'ABSENCE DE PROPOSITION

Plus en détail

POUR UNE TARIFICATION DE L ELECTRICITE MIEUX ADAPTEE AUX REALITES SAISONNIERES DES STATIONS DE SKI DU QUEBEC

POUR UNE TARIFICATION DE L ELECTRICITE MIEUX ADAPTEE AUX REALITES SAISONNIERES DES STATIONS DE SKI DU QUEBEC Mémoire de l Association POUR UNE TARIFICATION DE L ELECTRICITE MIEUX ADAPTEE AUX REALITES SAISONNIERES DES STATIONS DE SKI DU QUEBEC Présenté dans le cadre de la consultation publique sur les enjeux énergétiques

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

CODE GENERAL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES (Partie Législative) PREMIÈRE PARTIE DISPOSITIONS GÉNÉRALES

CODE GENERAL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES (Partie Législative) PREMIÈRE PARTIE DISPOSITIONS GÉNÉRALES CODE GENERAL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES (Partie Législative) PREMIÈRE PARTIE DISPOSITIONS GÉNÉRALES LIVRE VI DISPOSITIONS FINANCIÈRES ET COMPTABLES TITRE UNIQUE CHAPITRE II ADOPTION ET EXECUTION DES

Plus en détail

BILAN GESTION DE LA DETTE 2012

BILAN GESTION DE LA DETTE 2012 BILAN GESTION DE LA DETTE 2012 Conformément à la délibération du 15 février 2012 relative à la délégation du Conseil Municipal à Monsieur le Maire en matière de gestion de la dette, il est prévu de présenter

Plus en détail

Nouveaux enjeux du mandat. Vincent AUBELLE, professeur associé à l Université Paris Est Marne la Vallée

Nouveaux enjeux du mandat. Vincent AUBELLE, professeur associé à l Université Paris Est Marne la Vallée Nouveaux enjeux du mandat Vincent AUBELLE, professeur associé à l Université Paris Est Marne la Vallée - 121,8-117,1 Déficit budget Etat (en milliards d'euros) - 130,0-120,0-110,0-100,0-90,0-80,0-70,0-60,0-50,0-40,0-30,0-20,0-10,0

Plus en détail

Réunion d information collective sur la création - reprise d entreprise PASS CREATION. En partenariat avec

Réunion d information collective sur la création - reprise d entreprise PASS CREATION. En partenariat avec Réunion d information collective sur la création - reprise d entreprise PASS CREATION En partenariat avec Objectifs de la réunion Vous donner les éléments pour décider si vous vous lancez dans votre projet

Plus en détail

Mesures d allègement en faveur de l investissement et de l entreprise

Mesures d allègement en faveur de l investissement et de l entreprise Agence Nationale de Développement de l Investissement 3 ème édition du Forum de la Femme Cheffe d Entreprise «Le Rôle de la Femme dans la relance des activités productives» Annaba, 13 Juin 2013 Mesures

Plus en détail

Monsieur le Directeur,

Monsieur le Directeur, Monsieur le Directeur, Par envoi en date du 13 mai 2004, la Chambre a porté à votre connaissance son rapport d'observations définitives concernant la gestion de la régie municipale des sports et loisirs

Plus en détail

Cadeaux et bons d achats du CE : attention aux seuils URSSAF!

Cadeaux et bons d achats du CE : attention aux seuils URSSAF! BULLETIN D INFORMATION DU GROUPE CEOLIS DECEMBRE 2015 Cadeaux et bons d achats du CE : attention aux seuils URSSAF! Les cadeaux et bons d achats offerts par le comité d entreprise aux salariés sont devenus

Plus en détail

Bordeaux, le 17 mars 2009. Monsieur le Maire,

Bordeaux, le 17 mars 2009. Monsieur le Maire, Bordeaux, le 17 mars 2009 Références à rappeler : JNG/RODII 040 021 157 Monsieur le Maire, Par lettre du 1 er août 2008, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes d Aquitaine allait procéder

Plus en détail

ETUDE URBAINE ET PAYSAGERE PRE-OPERATIONNELLE DU CŒUR DE LANSLEVILLARD, DU QUARTIER DE LA MAIRIE ET DE LA RUE ST ROCH

ETUDE URBAINE ET PAYSAGERE PRE-OPERATIONNELLE DU CŒUR DE LANSLEVILLARD, DU QUARTIER DE LA MAIRIE ET DE LA RUE ST ROCH CAHIER DES CHARGES Commune de Lanslevillard MAI 2013 ETUDE URBAINE ET PAYSAGERE PRE-OPERATIONNELLE DU CŒUR DE LANSLEVILLARD, DU QUARTIER DE LA MAIRIE ET DE LA RUE ST ROCH SOMMAIRE 1/ Modalités d intervention

Plus en détail

Travail à faire. 2. Construire le compte de surplus réel (formation et répartition) pour N. Que peut-on en déduire?

Travail à faire. 2. Construire le compte de surplus réel (formation et répartition) pour N. Que peut-on en déduire? Cas NACRAY S.A. La société anonyme NACRAY a été créée, il y a plus de vingt ans, par un entrepreneur qui venait de déposer un brevet pour un nouveau type de mobilier de rangement, destiné aussi bien aux

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES AU SEIN DES PETITES ENTREPRISES

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES AU SEIN DES PETITES ENTREPRISES Stéphanie JALLUT 19/01/2005 Dominique BOURDIAU LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES AU SEIN DES PETITES ENTREPRISES Les petites et très petites entreprises représentent un enjeu majeur en termes de développement

Plus en détail

OUTIL D'AIDE A LA PRISE DE DECISION:Analyse SWAT

OUTIL D'AIDE A LA PRISE DE DECISION:Analyse SWAT GESTION DES RESSOURCES HUMAINES OUTIL D'AIDE A LA PRISE DE DECISION:Analyse SWAT CHOIX DE SOLUTION - HYPOTHESE SCENARIO A l'origine de toute décision réside le choix entre plusieurs possibilités. Nous

Plus en détail

DETACHEMENT FIN REINTEGRATION AVANT TERME. 1- Détachement interrompu par l'administration d'origine ou par l'organisme d'accueil

DETACHEMENT FIN REINTEGRATION AVANT TERME. 1- Détachement interrompu par l'administration d'origine ou par l'organisme d'accueil DETACHEMENT FIN Le détachement est toujours prononcé pour une durée déterminée (art. 64 loi n 84-53 du 26 janv. 1984) ; il prend alors normalement fin au terme initialement prévu, si aucun renouvellement

Plus en détail

APPEL A PROJET SOUTIEN A LA CRÉATION DE SOCIÉTÉS COOPÉRATIVES DINTÉRÊT COLLECTIF (SCIC) DOSSIER DE CANDIDATURE

APPEL A PROJET SOUTIEN A LA CRÉATION DE SOCIÉTÉS COOPÉRATIVES DINTÉRÊT COLLECTIF (SCIC) DOSSIER DE CANDIDATURE APPEL A PROJET SOUTIEN A LA CRÉATION DE SOCIÉTÉS COOPÉRATIVES DINTÉRÊT COLLECTIF (SCIC) DOSSIER DE CANDIDATURE 2015 A retourner à la Communauté d'agglomération jusqu'au 15 septembre au plus tard, par voie

Plus en détail

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc Bilan économique Bilan économique 2009 BASSIN D EMPLOI VENDÉE EST Après une année 2009 éprouvante, l économie vendéenne semble enfin s engager sur le chemin de la reprise Après avoir débuté dans un climat

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES ETUDE DE FAISABILITE POUR LA CREATION D UNE ACTIVITE DE RESTAURATION SUR LA COMMUNE DE SAZOS

CAHIER DES CHARGES ETUDE DE FAISABILITE POUR LA CREATION D UNE ACTIVITE DE RESTAURATION SUR LA COMMUNE DE SAZOS CAHIER DES CHARGES ETUDE DE FAISABILITE POUR LA CREATION D UNE ACTIVITE DE RESTAURATION SUR LA COMMUNE DE SAZOS Le contexte : La commune de Sazos située dans le canton de Luz Saint Sauveur sur la route

Plus en détail

Comparaison des chiffres d affaires des marchés français, italien et espagnol Données de supervision. Direction des agréments et de la supervision

Comparaison des chiffres d affaires des marchés français, italien et espagnol Données de supervision. Direction des agréments et de la supervision Comparaison des chiffres d affaires des marchés français, italien et espagnol Données de supervision Direction des agréments et de la supervision Publication des bilans 2012 de l AAMS et du DGOJ L autorité

Plus en détail

Notes de cours/cahier 2 préparées par Monique Vaillancourt Marc Caron Joanne Lafond

Notes de cours/cahier 2 préparées par Monique Vaillancourt Marc Caron Joanne Lafond Notes de cours/cahier 2 préparées par Monique Vaillancourt Marc Caron Joanne Lafond Permet de voir les occasions de marché c est-à-dire les places qui restent sur la carte perceptuelle. Enables to see

Plus en détail

ADIL 67 / ACCESSION AIDÉE DANS LE BAS-RHIN Et en France en 2011 /Des effets de la réforme...

ADIL 67 / ACCESSION AIDÉE DANS LE BAS-RHIN Et en France en 2011 /Des effets de la réforme... ADIL 67 / ACCESSION AIDÉE DANS LE BAS-RHIN Et en France en 2011 /Des effets de la réforme... Objectif «solvabilisation du plus grand nombre» : record historique de primo-accédants depuis 2005, mais essentiellement

Plus en détail

MUNICIPALITE PREAVIS N 4/2005 AU CONSEIL COMMUNAL

MUNICIPALITE PREAVIS N 4/2005 AU CONSEIL COMMUNAL MUNICIPALITE PREAVIS N 4/2005 AU CONSEIL COMMUNAL Vente de la parcelle communale n 350, sise à l'avenue du Général-Guisan 16, à l Etablissement cantonal d assurance contre l incendie (ECA) Séance de la

Plus en détail

LE LICENCIEMENT. Présenté par: AITOUYHYANE Hamza ZAKI Ghita Encadré par: Mr Larhzal

LE LICENCIEMENT. Présenté par: AITOUYHYANE Hamza ZAKI Ghita Encadré par: Mr Larhzal LE LICENCIEMENT Présenté par: AITOUYHYANE Hamza ZAKI Ghita Encadré par: Mr Larhzal Introduction Votre qualité d'employeur vous autorise à sanctionner un salarié fautif. Cette sanction peut prendre la forme

Plus en détail

Outil GC1 - Positionner vos collaborateurs dans l organisation selon la classification professionnelle BJOC. Octobre 2014

Outil GC1 - Positionner vos collaborateurs dans l organisation selon la classification professionnelle BJOC. Octobre 2014 Outil GC1 - Positionner vos collaborateurs dans l organisation selon la classification professionnelle BJOC Octobre 2014 1 AVANT-PROPOS La classification professionnelle consiste à regrouper les fonctions

Plus en détail

Il est accompagné de la réponse reçue à la Chambre dans le délai prévu par l'article L. 241-11, alinéa 4, du Code des juridictions financières.

Il est accompagné de la réponse reçue à la Chambre dans le délai prévu par l'article L. 241-11, alinéa 4, du Code des juridictions financières. Le Président N /G/150/06-0655 E NOISIEL, le 30 mai 2006 N 06-0210 R RECOMMANDE AVEC A.R. Monsieur le Maire, Je vous prie de bien vouloir trouver ci-joint le rapport comportant les observations définitives

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES CASINOS DU 29 MARS 2002. ETENDUE PAR ARRETE DU 2 AVRIL 2003 JORF 29 AVRIL 2003. CASINOS BROCHURE N 3167 RESUME

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES CASINOS DU 29 MARS 2002. ETENDUE PAR ARRETE DU 2 AVRIL 2003 JORF 29 AVRIL 2003. CASINOS BROCHURE N 3167 RESUME CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES CASINOS DU 29 MARS 2002. ETENDUE PAR ARRETE DU 2 AVRIL 2003 JORF 29 AVRIL 2003. CASINOS BROCHURE N 3167 RESUME Champ d application : Le champ d'application de la convention

Plus en détail

Répartition intercantonale des bénéfices des compagnies d'assurance

Répartition intercantonale des bénéfices des compagnies d'assurance Répartition intercantonale des bénéfices des compagnies d'assurance Circulaire du Comité du 23 juin 1999 1. Remarque préliminaire La présente circulaire remplace les circulaires 2.33 (du 14 août 1973),

Plus en détail

Comment les entreprises anticipent-elles le vieillissement de l emploi?

Comment les entreprises anticipent-elles le vieillissement de l emploi? Emploi 3 Comment les entreprises anticipent-elles le vieillissement de l emploi? François Brunet* Inévitablement les générations nombreuses du baby-boom nées entre 1946 et 1973 s approchent de l âge légal

Plus en détail

PRESENTATION DES RESULTATS ANNUELS 2007-2008 REUNION SFAF. Mardi 10 mars 2009 10H. Salons Hoche

PRESENTATION DES RESULTATS ANNUELS 2007-2008 REUNION SFAF. Mardi 10 mars 2009 10H. Salons Hoche PRESENTATION DES RESULTATS ANNUELS 2007-2008 REUNION SFAF Mardi 10 mars 2009 10H Salons Hoche PLAN DE PRESENTATION 1- Les évolutions du secteur 2- Les résultats de l exercice 2007-2008 3- Évolutions récentes

Plus en détail

2 LE PROJET PERSONNEL. Avant tout. il y a vous

2 LE PROJET PERSONNEL. Avant tout. il y a vous Avant tout il y a vous POUR METTRE TOUTES LES CHANCES DE VOTRE CÔTÉ, IL CONVIENT DE VÉRIFIER LA COHÉRENCE DE VOTRE PROJET DE CRÉATION D'ENTREPRISE AVEC VOTRE PROJET PERSONNEL : QUELLE VIE VOULEZ-VOUS AVOIR?

Plus en détail

édito Le classement des meublés de tourisme la Somme Espace naturel de rencontres

édito Le classement des meublés de tourisme la Somme Espace naturel de rencontres Le classement des meublés de tourisme Espace naturel de rencontres Situé entre la région Ile de France, le bassin londonien et la Belgique, le département de se positionne comme une destination fréquentée

Plus en détail

Vu le code des postes et télécommunications, et notamment son article L. 36 7 ;

Vu le code des postes et télécommunications, et notamment son article L. 36 7 ; Avis n 01 165 de l'autorité de régulation des télécommunications en date du 9 février 2001 sur les décisions tarifaires n 2000396 et n 2001423 relatives au prix des communications à destination de certains

Plus en détail

L Entreprise : Activité principale : Siège de l entreprise : Code APE : Responsable de stage : Fonction : Téléphone : E-mail :

L Entreprise : Activité principale : Siège de l entreprise : Code APE : Responsable de stage : Fonction : Téléphone : E-mail : 1 CONVENTION DE STAGE EN ENTREPRISE Obligatoire Facultatif Entre les soussignés L Entreprise : Activité principale : Siège de l entreprise : Code APE : Responsable de stage : Fonction : Téléphone : E-mail

Plus en détail

TEMPS CHOISI. COMPTE EPARGNE - TEMPS ENTREPRISES DE 20 SALARIES ET MOINS

TEMPS CHOISI. COMPTE EPARGNE - TEMPS ENTREPRISES DE 20 SALARIES ET MOINS SOCIAL N 73 SOCIAL N 39 En ligne sur le site www.fntp.fr / le 24 mai 2005 ISSN 1769-4000 TEMPS CHOISI. COMPTE EPARGNE - TEMPS ENTREPRISES DE 20 SALARIES ET MOINS La loi du 31 mars 2005 portant réforme

Plus en détail

COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS

COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS Principaux enseignements de l audit financier réalisé en octobre 2014 26 JANVIER 2015 4 rue Galilée 75782 PARIS cedex 16 Tél. : 01 43 06 08 10 Web : www.cabinetmichelklopfer.fr

Plus en détail

Une présentation au nom du secteur canadien des courses de chevaux

Une présentation au nom du secteur canadien des courses de chevaux Compétitivité et légalité du marché canadien du jeu Recommandations au Comité sénatorial permanent des affaires juridiques et constitutionnelles au sujet du projet de loi C-290 Une présentation au nom

Plus en détail

Le Conseil Municipal est désireux de faire bénéficier la Commune de Soultz-les-Bains d'un service public de distribution de gaz.

Le Conseil Municipal est désireux de faire bénéficier la Commune de Soultz-les-Bains d'un service public de distribution de gaz. REPUBLIQUE FRANÇAISE DEPARTEMENT DU BAS-RHIN COMMUNE DE SOULTZ-LES- BAINS Délégation de service public de distribution de gaz sous la forme d'une concession de travaux et de service publics Le Conseil

Plus en détail

Schéma régional de développement du tourisme et des loisirs. [ pour un tourisme innovant et durable ]

Schéma régional de développement du tourisme et des loisirs. [ pour un tourisme innovant et durable ] Schéma régional de développement du tourisme et des loisirs [ pour un tourisme innovant et durable ] Sommaire Un véritable enjeu Construire un tourisme innovant et durable Engager une démarche participative

Plus en détail

Livre blanc HÔTELLERIE INDÉPENDANTE COMMENT RECONQUÉRIR SON AUTONOMIE COMMERCIALE? Ou les moyens de mieux résister à la pression des OTA

Livre blanc HÔTELLERIE INDÉPENDANTE COMMENT RECONQUÉRIR SON AUTONOMIE COMMERCIALE? Ou les moyens de mieux résister à la pression des OTA Livre blanc HÔTELLERIE INDÉPENDANTE COMMENT RECONQUÉRIR SON AUTONOMIE COMMERCIALE? Ou les moyens de mieux résister à la pression des OTA en développant ses réser vations directes. I - OTA & Hôtel indépendants..page

Plus en détail

PARTIE I DIAGNOSTIC FINANCIER DE L ENTREPRISE

PARTIE I DIAGNOSTIC FINANCIER DE L ENTREPRISE PARTIE I DIAGNOSTIC FINANCIER DE L ENTREPRISE CHAPITRE I ACTEURS, OBJECTIFS ET MODALITES DU DIAGNOSTIC FINANCIER 1) Les champs d application et les acteurs du diagnostic financier ACTEURS CONCERNES Dirigeants

Plus en détail

RENCONTRE TRIPARTITE DU 18 FEVRIER 2009 : 30 MESURES URGENTES POUR FAIRE FACE A LA CRISE

RENCONTRE TRIPARTITE DU 18 FEVRIER 2009 : 30 MESURES URGENTES POUR FAIRE FACE A LA CRISE RENCONTRE TRIPARTITE DU 18 FEVRIER 2009 : 30 MESURES URGENTES POUR FAIRE FACE A LA CRISE La CFTC demande l organisation d un marathon social. Il s agira d élaborer une liste lors de cette réunion du 18

Plus en détail

Un football professionnel toujours bénéficiaire 5

Un football professionnel toujours bénéficiaire 5 76 I LFP Un football professionnel toujours bénéficiaire 5 5.1 LA TRANSPARENCE FINANCIÈRE DU FOOTBALL FRANÇAIS 5.2 UN FOOTBALL PROFESSIONNEL BÉNÉFICIAIRE QUI INVESTIT DES RÉSULTATS FINANCIERS TOUJOURS

Plus en détail

TRANSPORT SANITAIRE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1

TRANSPORT SANITAIRE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1 TRANSPORT SANITAIRE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU TRANSPORT SANITAIRE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU TRANSPORT SANITAIRE... 4 L'ACTIVITÉ DU TRANSPORT SANITAIRE... 6 LES POINTS DE VIGILANCE DU TRANSPORT SANITAIRE...

Plus en détail

Entretien avec Jean-Paul Betbéze : chef économiste et directeur des études économiques du Crédit agricole, est membre du Conseil d'analyse économique

Entretien avec Jean-Paul Betbéze : chef économiste et directeur des études économiques du Crédit agricole, est membre du Conseil d'analyse économique Faut-il reculer l âge de la retraite? Entretien avec Jean-Paul Betbéze : chef économiste et directeur des études économiques du Crédit agricole, est membre du Conseil d'analyse économique Entretien avec

Plus en détail

Compte-rendu de la commission paritaire départementale vendredi 28 novembre 2013. 1 Installation de la Commission Paritaire Départementale.

Compte-rendu de la commission paritaire départementale vendredi 28 novembre 2013. 1 Installation de la Commission Paritaire Départementale. Compte-rendu de la commission paritaire départementale vendredi 28 novembre 2013 Participaient à la réunion : Collège employeur : Christine VALENTIN, Patrice BOULET, Francis CHABALIER, Collège salariés

Plus en détail

Une épargne toujours importante, objectif prioritaire pour les collectivités locales

Une épargne toujours importante, objectif prioritaire pour les collectivités locales Une épargne toujours importante, objectif prioritaire pour les collectivités locales Depuis maintenant plusieurs années, les collectivités locales s'efforcent d'augmenter leur épargne afin d'autofinancer

Plus en détail

La rémunération des secrétaires chez Héternel, compagnie d'assurance-vie

La rémunération des secrétaires chez Héternel, compagnie d'assurance-vie Centre de cas 9 30 1993 004 La rémunération des secrétaires chez Héternel, compagnie d'assurance-vie Cas produit par Line COURTEMANCHE sous la supervision de la professeure Sylvie ST-ONGE. La compagnie

Plus en détail

Objet: la gestion des ouvriers de l'état au ministère de la défense Réf.: no 68139

Objet: la gestion des ouvriers de l'état au ministère de la défense Réf.: no 68139 Le Premier président Paris,le 2 4 OCT. 2013 à Monsieur Jean-Marc A YRAUL T Premier ministre Objet: la gestion des ouvriers de l'état au ministère de la défense Réf.: no 68139 En application de l'article

Plus en détail

Transformation sociale. Renouveler les structures de rémunération. 33, rue Vivienne, 75 002 Paris 01 47 33 03 12 www.altairconseil.

Transformation sociale. Renouveler les structures de rémunération. 33, rue Vivienne, 75 002 Paris 01 47 33 03 12 www.altairconseil. Transformation sociale Renouveler les structures de rémunération 33, rue Vivienne, 75 002 Paris 01 47 33 03 12 www.altairconseil.fr Notre cabinet 18 ans d expérience dans le domaine du Conseil 2 associés

Plus en détail

MISSION D ACCOMPAGNEMENT POUR LA TRANSFORMATION D UN OFFICE DE TOURISME ASSOCIATIF ET LA CREATION D UNE STRUCTURE COMMERCIALE

MISSION D ACCOMPAGNEMENT POUR LA TRANSFORMATION D UN OFFICE DE TOURISME ASSOCIATIF ET LA CREATION D UNE STRUCTURE COMMERCIALE MISSION D ACCOMPAGNEMENT POUR LA TRANSFORMATION D UN OFFICE DE TOURISME ASSOCIATIF ET LA CREATION D UNE STRUCTURE COMMERCIALE Commune de Cauterets Cahier des Charges 1 1 GENERALITES 1.1 Contexte Nichée

Plus en détail

Thierry GROSJEAN Le 27 novembre 2013 Président. déposé auprès de M. le Maire de St-Gengoux le National Mairie avenue de la Promenade 71460

Thierry GROSJEAN Le 27 novembre 2013 Président. déposé auprès de M. le Maire de St-Gengoux le National Mairie avenue de la Promenade 71460 Thierry GROSJEAN Le 27 novembre 2013 Président Recours gracieux Lettre recommandée AR déposé auprès de M. le Maire de St-Gengoux le National Mairie avenue de la Promenade 71460 par la CAPEN 71, association

Plus en détail