MASTER CTU "Aménagement et gouvernance dans les pays des suds"

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MASTER CTU "Aménagement et gouvernance dans les pays des suds""

Transcription

1 MASTER CTU "Aménagement et gouvernance dans les pays des suds" Unité : M1 S1 UE2 TIC et territoires : bilan, enjeux et perspectives pour les Pays des Suds Élément : EC2 : Politiques en matière d'information et de communication, Cyril Masselot Sommaire : 1. Information et Communication : principes théoriques Information & Communication : définitions Cycle de la communication Communication généralisée Conception Evaluation de la communication : Méthode COGITER Construction et moyens de traitement de l information Quelles informations pour le développement territorial? Système Communautaire d Intelligence Territoriale Production du sens Production de la relation Consommation des deux dimensions Matérialisation du sens Conclusion Information et documentation Analyse documentaire Métadonnées Méthodes de recherche d information : sources utiles La classification de Dewey Accès aux technologies de l information et de la communication Conclusion Bibliographie /55

2 MASTER CTU "Aménagement et gouvernance dans les pays des suds" Unité : M1 S1 UE2 TIC et territoires : bilan, enjeux et perspectives pour les Pays des Suds Élément : EC2 : Politiques en matière d'information et de communication, Cyril Masselot Introduction Générale : L objectif de ce cours est de comprendre et maîtriser les enjeux liés à l'accompagnement de l'aménagement et de la gouvernance par les sciences de l'information et de la communication, grâce à un bagage théorique outillé en pratiques. Des expériences de recherche action menées en France, en Espagne et en Europe dans le cadre du réseau européen de l intelligence territoriale (http://www.intelligence- territoriale.eu/) nourrissent ces réflexions. Seront alors convoquées diverses actions réalisées au niveau local comme européen. Elles ont démontré l'utilité et l'apport d'une approche pluridisciplinaire intégrant les Sciences de l Information et de la Communication (SIC), les Sciences du Langage, l'intelligence Territoriale, l'ergonomie etc. Elles ont aussi posé de nouvelles questions comme la place du médium dans les processus de communication. Les chapitres qui suivent prendront régulièrement comme exemple la méthodologie Catalyse (cf. site cité plus haut) et plusieurs de ses applications. Développée sur de multiples territoires aux configurations diverses, sa modélisation depuis 1990 environ a démontré son adaptabilité à des territoires aux contextes forts différents, et sa réplicabilité dans des environnements en développement. Elle contribue actuellement à fortement réinterroger la notion complexe de développement durable, de manière interdisciplinaire. Il s agira ici de comprendre les processus informationnels comme communicationnels, en repartant à la base des définitions de plusieurs concepts (en espérant ne pas décevoir le lecteur déjà au fait de ces disciplines), et de se pencher ensuite sur les aspects de construction et de traitement de l information (incluant celui des métadonnées). Ces points soulèveront la question des cultures informationnelles et communicationnelles, et de l accès aux technologies de l information et de la communication. 2/55

3 1. Information et Communication : principes théoriques Devenir acteur de sa communication : construire l information, la relation, penser et évaluer l usage. Introduction : Le binôme information et communication, souvent remis en cause, pose encore actuellement le problème épistémologique et ontologique de la définition des deux termes, et surtout de leur articulation. Loin de vouloir réduire notre propos à l une ou l autre des approches, il semble actuellement non constructif de prétendre parler d information sans prendre en compte les processus globaux d une instance de communication, tout comme il semble déraisonnable d aborder la communication sans penser la construction de l information. Sans dichotomie ni hiérarchisation, il est ici question de donner quelques définitions théoriques (somme toute générales, il s agit parfois de rappels théoriques en SIC) permettant de positionner une approche systémique de ces processus à la fois informationnels et communicationnels. Certains journalistes estiment par exemple que leur métier est de «produire», de «construire» de l information ; les mêmes journalistes définissent alors la communication comme étant (pour eux) de la publicité, du marketing. Vision réductrice en réalité, comme nous le verrons, mais surtout posture académique qui prend position pour une science pensée comme noble (le processus informationnel), contre une autre qui serait à dédaigner car vulgaire puisque répondant uniquement aux besoins du marché, implicitement désigné comme dangereux (ce qui constitue un jugement politique et non une argumentation scientifique). Rejoints ici par certains professionnels et chercheurs, cette dichotomie a la vie dure et pose régulièrement des difficultés d entente au sein des Sciences de l Information et de la Communication (SIC), que reflètent plusieurs programmes de formation : lorsque par exemple il est question des théories en information et documentation, les processus communicationnels sont souvent (trop souvent) écartés. D autre part, il est des chercheurs pour estimer que nous ne devrions plus parler à notre époque que de Sciences de la Communication, l Information faisant par essence partie des premières, intégrées dans ses processus. Au- delà d un débat épistémologique et ontologique, se profilent ici des difficultés de compréhension, de relations humaines, et d enjeux structurels non négligeables. Nous verrons donc qu ici nous tenterons d adopter une démarche systémique où les deux notions ont toute leur place sans hiérarchisation en terme d importance, et où elles s articulent, encore plus particulièrement lorsqu il s agit d accompagner le changement, vu à la manière du laboratoire Cimeos- Cosmos de l Université de Bourgogne (http://www.u- bourgogne.fr/cimeos/cosmos/index.php), qui a pour objectif : «de développer une approche informationnelle et communicationnelle des importants changements culturels et socio - économiques qui affectent notre société, dans ses identités, ses messages et ses activités. Ces changements sont considérés comme des processus et des productions de signification individuelle et collective, en tant que 3/55

4 témoignages du rapport que les individus, les groupes et les sociétés construisent et entretiennent avec une réalité mouvante et complexe. C est pourquoi les concepts de représentation, de valeur, d identité, de culture(s), de logiques d acteurs, de formes et de symboles, prennent ici une place importante pour traiter des rapports aux savoirs, aux usages et aux pratiques sociales et/ou professionnelles, aux projets, aux changements, aux messages et aux images.» 1.1. Information & Communication : définitions Information Communément, on pense que l acte d information, informer, c est communiquer un message, une connaissance, un savoir (dans l idée de donner, de transmettre). In- former, en séparant les deux composants, renvoi à l idée de donner une forme à une matière, d organiser cette matière, et les éléments entre eux. Selon Daniel Bougnoux [Bougnoux 2001], l'information "recouvre à la fois les données, les nouvelles et la connaissance", (ce que l on retrouve souvent en anglais sous la forme : data, news, knowledge). Cette définition a l avantage de poser au même niveau plusieurs vocables qui viennent naturellement à l esprit lorsque l on évoque cette notion, sans dogmatisme, plutôt dans un esprit de poser un espace au sein du monde des idées montrant ce qu elle recouvre. Les données renvoient précisément à la notion d observation : elles sont entendues ici comme résultat de l analyse d un fait que l on peut observer donc décrire, et qui se renouvelle, donc dont on peut vérifier la description obtenue, voire l améliorer. On dira même, en modèle mathématique de l information, que moins une observation est probable, plus son observation apporte d'information, ce qui se traduit par le théorème suivant : l'information est égale à la valeur moyenne du carré de la dérivée du logarithme de la loi de probabilité étudiée. Ceci devant rester une indication intéressante pour comprendre la suite mais non se révéler comme étant un axiome intangible. Cela aide aussi à imaginer que des faits qui n ont pas encore été observés, sont potentiellement riches en information ; prenant la situation dans le sens inverse, cela revient également à imaginer que si l on manque d informations sur un fait, un phénomène, sans renier son existence, c est qu il a été peu (ou pas) observé. Les nouvelles et les connaissances font allusion aux besoins inhérents à la survie de l humain : se passe- t- il quelque chose qui m est inconnu et qui potentiellement peut s avérer dangereux pour ma survie? Quel savoir, quelles connaissances dois- je acquérir afin de me protéger, ou de me nourrir? Bien entendu, ce sont des notions fortement convoquées dans des situations où la survie existentielle au sens propre n est pas forcément remise en cause Jacques Perriault [Perriault 1989] déclare qu'il s'agit d'"un ensemble de données formatées, d une certaine façon inertes ou inactives". Ces précisions sont ici fortement intéressantes : on retrouve tout d abord la notion de données, sur laquelle la plupart des 4/55

5 chercheurs en SIC semblent s accorder : pré- existe à l information un fait, observable, donc quantifiable, qualifiable, et interprétable. La précision importante réside ici dans le terme «formatée» : des faits, donc, à qui on a donné une forme. Où l on rejoint l idée première d informer, qui n est donc pas communiquer. La qualification d inertie et d inactivité de ces données formatées renforce la définition du fait originel : il existe, on peut l observer, il n a pas encore de forme, c est donc une donnée qui n est pas dynamique, vivante, inactive. Ce qui sous- entend donc que l acte de transformation ou plutôt de mise en forme donne vie à ce fait, à cette donnée. Notion que nous retrouvons plus loin Communication : Selon Daniel Bougnoux à nouveau [Bougnoux 2001], c'est «l'homme agissant sur (les représentations de) l'homme par le détour des signes. Où l on voit donc qu il s agit ici avant tout d une action, ainsi la communication est un acte de transformation de l autre : lorsque l on communique, on est dans une démarche de modification de l autre, qui sort «différent» de l acte de communication, changé : dans son stock de connaissance (par enrichissement), dans son comportement (par une modification de son jugement, de sa représentation du monde ). C est donc un acte comptant de lourdes responsabilités, comportant de lourds enjeux, ce dont nous ne sommes pas toujours conscients. C est un concept fondamental en SIC, qui posera donc les processus communicationnels comme faisant partie des gouvernances des relations humaines, incluant des conséquences éventuellement politiques. Le détour des signes pose ici une relation épistémologique avec d autres approches communicationnelles : le modèle langagier avec la linguistique et la définition du Signe selon Ferdinand de Saussure, revue et en quelque sorte augmentée par la sémiologie dans ce qui s appelle le triangle sémiotique. Notre propos doit dès lors suivre ces notions de signe sur le chemin de la communication! Saussure expliquait le signe comme étant la plus petite unité de sens d une langue et surtout comme l union d un signifiant (SA) et d un signifié (SE) [S = SA U SE]. Par exemple, le mot français arbre est un signe linguistique associant le concept d'arbre (SE) à la forme sonore /arbr/ (SA). Le Signifiant (SA) est alors l image sonore et mentale du son, l expression phonique : l image de l'arbre, de la table Le langage texto est un langage signifiant (seulement par les sons entendus qui donnent une image mentale du mot SE). Le Signifié (SE) est une idée générale, un concept, c est le sens du mot. La traduction est une illustration de cette notion de signe : le concept d arbre peut avoir la même définition en français, en anglais ou en espagnol, et prendre une forme sonore comme graphique différentes. Il y a deux sortes de signifiés : les dénotations et les connotations. La dénotation a le même sens pour tout le monde, c est la définition du dictionnaire. La connotation peut avoir plusieurs sens (secondaires, et contextuels). Le cas du symbole est intéressant : c est le sens dénoté plus (+) le sens connoté. La colombe est un oiseau, et pourtant, elle est aussi un symbole de paix. À cette première explication, la sémiologie ajoute un élément qui lui semble primordial : l objet réel, tangible, existant au même titre que les signifié et signifiant, en somme le référent (R), situé dans l univers extra- sémiotique, celui où le sens ne se créé pas ni ne s interprète : l objet est, sans plus. Reprenant l exemple classique de la traduction, on peut 5/55

6 objecter que non, le concept d arbre ne renverra pas exactement la même image mentale, en fonction des cultures non seulement linguistiques mais surtout individuelles. Demander à quelle image mentale renvoi l idée de l arbre à un Japonais, à un Français, ou à Sénégalais, donnera certainement des réponses fort différentes, liées aux expériences individuelles. Le concept général de l arbre restera le même (classification dans le monde de la flore et non de le faune, notions de racines, de troncs, branches, feuilles etc.) mais sa référence au monde réel, à l objet auquel il renvoi peut être fort différent. C est ce genre de divergences sur le rapport au réel qui est source de malentendus et d incompréhensions : la polysémie des signes provoque parfois de mauvais choix de référence, on ne parle pas de la même chose, du même sujet, du même objet (c est selon!) on n est pas sur la même longueur d onde, d où quiproquo. On observe alors une relation ternaire, représentable par un triangle relationnel, et non plus comme une relation d union binomiale. Cela implique que ces trois éléments, intimement liés, ne sont pas décomposables les uns des autres, et ont des rôles différents mais complémentaires. Leurs systèmes de relations servent différemment le processus de communication : les parcours entre ces trois pôles ne sont pas les mêmes lorsque l on opère un encodage ou un décodage, qu il soit linguistique ou iconique. 6/55

7 En parcours linguistique, l opération mentale de décodage va consister à choisir dans son propre référentiel de signifiés celui qui correspondra le mieux au signifiant décrypté (entendu, lu, senti, touché éprouvé). C est à partir de ce signifié que l on pourra se représenter le référent, le comprendre, et revenir à l objet premier. L encodage (production liunguistique) suivra le chemin inverse : le référent étant la base, l objet à décrire, on choisira le signifié adéquat, qui donnera le lien l associant au signifiant, afin de pouvoir articuler le son ou écrire la graphie correspondantes, par exemple. Le cheminement lorsqu il s agit d images et non plus de langue semble selon les sémioticiens différents : le décodage passe du signifiant au référent directement (certainement par un phénomène d analogie, cf. Watzlawick) avant de se relier au signifié. L encodage se produira directement du référent au signifiant, permettant ensuite d atteindre le signifié. Ces parcours forcément réducteurs n ont pas pour ambition de modéliser la construction de la réalité par les signes. Ce que Bougnoux exprime ici est plutôt l indication directe des outils dont l humain dispose pour réussir à «agir» sur l autre, sur ces représentations comme il est indiqué : communiquer modifie chez l autre sa manière de se représenter ce 7/55

8 qui l entoure, ce qu il est, son contexte. Il est bien question de construction du sens, le lien avec la sémiologie est avéré. Cherchant à pousser le positionnement de l information et de la communication vis à vis l une de l autre, Daniel Bougnoux encore [Bougnoux 2001] évoquera l opposition «données informationnelles vs "glu relationnelle"» : l expression données informationnelles faisant référence à sa définition de l information, la glu relationnelle représentant ici la communication. Il aborde ici une notion fondamentale, celle de la relation présente dans toute communication. Beaucoup de chercheurs vont dans ce sens, posant même que sa fonction première est de mettre en relation des humains entre eux, nous y reviendrons. La communication serait alors un procédé permettant de «coller» des humains entre eux, de servir la relation entre des individus, mais aussi (cf. ci- dessous) de faire coller des informations, à des humains. La communication serait la parure, l habillage donné à de l information afin de la mettre en relation avec des individus Cycle de la communication Poursuivant ces réflexions, on peut repositionner une vision de la gestion des données à l usage d un processus de communication empruntée à Alex Mucchielli, qui permet d envisager plusieurs étapes dans la construction globale d un acte de communication. Cet auteur, partant de l analogie avec le cycle de la consommation connu en économie comme en écologie, a établi une proposition de cycle de la communication : Cycle de la communication, A. Mucchielli 2003, Notre matière, ce sont les fameuses données telles que définies plus haut. Informes, inactives, ce sont des faits observables, non communicables en l état : il faut les mettre en forme si l on veut transmettre ce que l on a vu, vécu, notre expérience en somme, à quelqu un. Il faut donc créer de l information à partir de ces données, et cet acte de mise en MAGPS M1S1UE2EC2 : Politiques en matière d'information et de communication, C. Masselot 8/55

9 forme est une étape de production du sens. On assigne du sens à des données, créant ainsi de l information. À ce stade, le fait observé est décrit, cette description est mise en forme, du sens est produit. Rien de tout cela n est transmis au sens physique du terme à un autre humain. D où le quart de cercle suivant, débouchant sur la communication en fin d une étape où l on produit de la relation. Ce qui se travaille ici, selon cet auteur, c est bien la manière de mettre en relation des individus avec des informations, incluant au passage les supports qui vont le permettre. Si l on prend l image du journalisme, on pourrait décrire le processus ainsi : un incendie a lieu, un journaliste est sur place, constate par ses propres sens la réalité du fait, vit l événement, puis le transcrit (écrit, filme, photographie, raconte, peint ) ou plus exactement le représente, travaille sa représentation en cherchant à la mettre en relation avec un public, publie son papier dans le journal, qui est distribué ensuite. Le troisième quart de cercle va représenter alors l usage de ce produit complexe par le public, acte très important car ce qui est avancé ici est que cette étape représente la consommation des deux dimensions précédentes, celle de production de sens et celle de production de la relation. Ainsi le lecteur est amené à comprendre une partie de la situation de communication par la manière dont cela est amené, l autre partie résidant justement dans le «cela», l information produite initialement. La mise en relation peut faciliter la consommation de l information, ou au contraire en être un frein Le dernier quart de cercle justifie enfin qu à partir de ces deux éléments, on peut re- construire le monde de référence initial, les données, le fait, l incendie dans notre exemple : la matérialisation du sens Communication généralisée À partir de ces notions, on comprend alors que construire l information ne veut pas seulement dire collecter des données. Les opérations à effectuer sont souvent plus complexes, même si on les nomme souvent ainsi par raccourci usuel. Principalement, sans s appesantir tout de suite sur les méthodes et les outils, il convient de garder en mémoire que cette construction est une production de sens, de signification (en tout cas du point de vue de l émetteur, la réception sera impliquée ensuite). Et que cela est inséparable de la mise en relation, de la consommation, et des usages. Alex Mucchielli définit ainsi le concept de communication généralisée [Mucchielli 2001] : "on peut dire qu'une «communication» généralisée est une expression d'un acteur social, porteuse d'une intentionnalité, analysable du point de vue d'un observateur-lecteur capable d'en comprendre le sens, dans un contexte pertinent pour l'acteur concerné." Tout résultat d'un travail mené dans le cadre d une politique d aménagement est considéré comme une expression, inscrite dans un contexte, et produite au sein d une démarche procédurale. Non seulement les productions écrites comme les rapports d'activité, les bilans, les cartes, les procédures, sont des expressions, mais on doit prendre en compte également toute organisation logistique comme révélant des intentionnalités de communication (l aspect comportemental, non verbal), et, comme énoncé précédemment, 9/55

10 comme des manifestations du traitement de l'information, et du traitement de la communication dans laquelle nous baignons. Le caractère généralisé de cette communication réside d une part dans la prise en compte des quatre pôles présentés précédemment, et de l autre dans la prise de conscience des contextes l englobant : Contexte spatial : le sens est lié au lieu et à ses contraintes Contexte physique et sensoriel : le sens est en rapport avec nos sens : vue, ouïe, proprioception, odorat, toucher Contexte temporel : moment de l'énonciation, avant, après Contexte des positions respectives des acteurs : positionnement entre eux Contexte relationnel social immédiat : qualité de la relation et système interactionnel Contexte culturel ou subculturel : normes et règles collectivement partagées ou construites Contexte expressif des identités : ce que l'on sait ou ce qui est affiché des intentions et enjeux Ces contextes seront plus largement détaillés en deuxième année de Master. Plus loin, en citant E. Morin (1999), le même auteur précise que : "l'hollogrammatisme ou l'articulation des niveaux d'observation ( ) énonce qu'une partie d'un phénomène peut contenir, en réduction, la totalité du phénomène global auquel il appartient." Ce qui présuppose que l'on soit capable dans un premier temps d'imaginer la situation de communication dans son aspect global, systémique, et généralisé ; qu'on puisse ensuite en déterminer les composants, et les analyser séparément ; qu'on ait enfin la possibilité réflexive (en termes de théories, méthodes et outils) d effectuer un va et vient analytique et interprétatif entre les différents niveaux, sans en perdre l'articulation globale. Nous utilisons régulièrement cette théorie sans le savoir, sur le terrain, quand une réflexion d'un partenaire attire notre attention sur un fait non compris, une difficulté intervenant dans une étape, un manque de formation, ou au contraire un élément parfaitement intégré, une interprétation d'un phénomène pouvant être réplicable. Ce discernement demande une évaluation comparée, tant les situations professionnelles sont distinctes, et tant les compétences individuelles comme structurelles sont diverses : une étape totalement maîtrisée par un acteur en particulier ne signifie pas pour autant que tous ses collègues sont au même niveau ; la qualification d'un fait par quelqu'un demande à être examinée par le regard d'autres acteurs avant de pouvoir être validée. Maintenant, l'expérience montre que plusieurs situations de communication repérées à un niveau pouvaient être observées à nouveau dans un niveau englobant, et se répéter ainsi de manière identique. Il faudrait ici analyser idéalement les contextes et les situations dans une observation experte organisée, afin d'en extraire une modélisation efficace, ce qui a été fait plutôt de manière intuitive jusqu'à présent mais qui mériterait une recherche à part entière (si cela ouvre l appétit de quelqu un ce serait parfait!). 10/55

11 L hollogrammatisme a pour conséquence dans notre cas qu il est possible parfois de rationnaliser la communication : présenter académiquement un diagnostic territorial exhaustif et sérieux, dans l optique de faire comprendre un point précis, est peut- être dommageable. En extraire quelques parties, parler de tendances plutôt que de fatalité, montrer certains détails donnent suffisamment l idée du global, tout en respectant son auditoire. Eviter ainsi une surcharge cognitive est souvent facteur de meilleure compréhension, donc de meilleure appropriation. C est donc un des éléments pertinents de l évaluation des usages de la communication Conception Evaluation de la communication : Méthode COGITER Ces diverses réflexions m ont amené à penser l articulation des SIC dans la conception comme dans l évaluation des systèmes de communication intervenant dans la gouvernance des territoires (lato sensu), et des implications avec l intelligence territoriale ; j ai alors proposé la méthode COGITER (Communication, Gouvernance et Intelligence TERritoriale), dont l'innovation réside dans l'approche résolument pluridisciplinaire des problématiques liées à la conception, à l utilisation et à l appropriation de systèmes de communication au service de la gouvernance et de l intelligence territoriale. L'accompagnement au développement comme à l'évaluation des stratégies et plans de communication organisent l'intervention de plusieurs méthodes ci- dessous explicitées : analyse ergonomique, analyse sémiologique, analyse des usages, approche didactique, et évaluation qualitative des publics. Méthode d'analyse et d'évaluation «sémiocom» Il s'agit ici d'utiliser ce que la sémiologie et les sciences de l information et de la communication peuvent apporter à la conception et à l'analyse de systèmes d'informations et de communication multimédia, en exploitant les articulations et complémentarités possibles entre analyse ergonomique et analyse sémiocom. Dans cette optique, nous nous attachons à étudier la déclinaison des valeurs et du positionnement des contenus portés par l objet concerné en relation avec l'analyse des représentations renvoyées vers les utilisateurs, et de leur construction des connaissances. Fonctionnalités de ce média, degré d'interactivité, stratégies argumentatives, type(s) de relation(s) construites avec les destinataires de la communication, définition d'un territoire de communication : autant de points qui sont intégrés et discutés dans notre recherche. Nous nous appuyons principalement sur les récentes recommandations de Stockinger (MSH Paris), mais également sur les méthodes d analyse de l image fixe et/ou animée préconisée par Floch, le groupe µ, Eco etc. Par la structure narrative choisie, renforcée de certaines isotopies, se définit un territoire de communication où la déclinaison des valeurs et le positionnement des contenus sont questionnés. La mise en scène qui en découle construit la représentation que les acteurs (internautes, utilisateurs) ont de leur activité dans un contexte culturel et socio- économique 11/55

12 particulier ; il participe également à la construction des références du monde (social, culturel, économique ). Nous étudions les productions selon un angle sémiotique et systémique : le processus de conception d'un système d'information, et de communication en questionnant l'objectif de communication (son émergence, son élaboration, sa place dans l'appareil d'observation) et la réalisation concrète de ce système comme étant un acte de communication, enjeu d'une appropriation des systèmes informationnels et documentaires (appropriation méthodologique comme technologique) les objets de communication en résultant : ils dénotent une intention de communication particulière dont les enjeux peuvent être éclairés par l'analyse de l'activation des horizons d'attente (supposés) des publics concernés. la manière dont les objectifs institutionnels mettent en jeu les logiques de communication et d'information nécessaires à l'optimisation des pratiques. Méthodes d'analyse des usages L analyse s inspire ici des recherches les plus récentes en sociologie des usages (Jouet, Perriault) et sociopolitiques des usages (Vitalis, Vedel). Deux méthodes qualitatives sont plus particulièrement explorées : Une méthode centrée sur un travail d observation directe des usages, Une méthode centrée sur les usagers et leurs discours. La première méthode, inspirée de l ethnographie, est appliquée depuis plus de 20 ans à la sociologie des techniques. Elle permet d observer directement les pratiques et les usages mais également les détournements (de Certeau, Jouet) dont Internet fait l objet par les différents utilisateurs, notamment en fonction de leur profil sociologique et culturel et de leurs motivations (âge, cadre socioculturel ). La seconde méthode, complémentaire de la précédente, nécessite de mettre en place des entretiens de type semi- directifs approfondis avec un nombre important d utilisateurs des objets, choisis selon la méthode des quotas. Cela permet de mettre en évidence les conceptions des objet, les manières de faire et de s approprier l outil, les éventuelles attitudes de rejet Mais cette analyse de discours permet également d interroger le rapport au savoir de chacun et les stratégies d appropriation mises en œuvre dans ces contextes. Ces méthodes d analyse des usages et des discours utilisent le support de cartographie dynamiques et qualitatives des informations collectées lors des différentes étapes du projet (de type text- mining et map- mining). Approche didactique : la transposition des savoirs devient le savoir- faire des utilisateurs Il s'agit ici de favoriser la reconstruction de la compréhension du "contenu de savoir" par l'apprenant, dans son contexte propre. L'idéal didactique voudrait que l'apprenant redécouvre à son tour le savoir, par son propre cheminement intellectuel. La transposition 12/55

13 didactique (Chevallard 1994) entend re- penser le contenu de savoir, afin de faciliter les recherches individuelles et de permettre aux apprenants la modélisation structurant le savoir dans leurs schémas conceptuels. On dé- modélise, ou dé- structure un savoir, en fonction de multiples paramètres (public, besoins ), pour en faciliter l'approche. Méthodes d'évaluation ergonomique Les bonnes pratiques préconisées par les recherches en Interface Homme- Machine (IHM) et plus généralement en sémionet (sémiologie appliquée aux objets multimédia) jouent un rôle primordial dans l'accessibilité de l'information. Les systèmes d'information et de communication, basés sur le Web ou non, ont pour vocation d'être au service des utilisateurs ; structurant l'information, ils en organisent aussi son accès, ainsi que sa diffusion, ses évolutions, sa sauvegarde, sa consommation sa communication. Il est donc indispensable que ces systèmes obéissent à des règles de convivialité permettant d'en guider la réalisation, mais aussi de l'évaluer : les concepteurs comme les réalisateurs ont un besoin grandissant de méthodes et d'outils d'analyse pertinents, scientifiquement validés, clairs et concis, didactiquement travaillés, et rapidement opérationnels. Des méthodes ont vu le jour sur ce sujet, décrites ainsi par Bastien et Scapin (Bastien, J. M. C., & Scapin, D. L. (2001). Évaluation des systèmes d'information et Critères Ergonomiques. In C. Kolski (Ed.), Systèmes d'information et interactions homme- machine. Environnement évolués et évaluation de l'ihm. Interaction homme- machine pour les SI (Vol. 2, pp ). Paris : Hermès.) : «Une procédure éprouvée consiste à fournir à un panel d'utilisateurs une série d'objectifs à remplir (parcours, recherche d'information, identification d'un élément spécifique en un temps imparti, réalisation d'actions précises ) et d'évaluer par un dispositif d'observation directe et un recueil de données en temps réel permettant de mesurer comme de qualifier les tests effectués.» Les résultats sont ensuite traités selon les principes des techniques d'enquête et de l'analyse de données, commentés puis interprétés avant de donner lieu à un rapport d'observation prenant en compte le dispositif mis en place, les moyens utilisés, et les résultats obtenus dans ce contexte explicité. Chaque étape doit s'accompagner d'une phase d'auto- évaluation des activités réalisées (méthodes, déroulement, résultats, selon les critères recommandés par la Commission Européenne dans le cadre de l'évaluation des programmes européens). Une approche experte peut être menée en amont comme en aval à cette pratique centrée sur les usages : un professionnel de l'ergonomie, dit expert en la matière, mènera une analyse ergonomique à partir des recommandations en usage (cf. critères de Bastien et Scapin en particulier). 13/55

14 Observation des publics : Evaluation et validation des résultats par l'analyse des Données Les méthodes d'observation des usagers de type Catalyse (cf. plus loin) ont permis d'asseoir la nécessité : D'établir une typologie des usages (utilisation des principes de techniques d'enquête et d'analyse des données intégrant l'analyse Factorielle des Correspondances et la Classification Ascendante Hiérarchique), et une interprétation scientifique. D'établir avec les mêmes approches scientifiques un diagnostic des besoins des utilisateurs à mettre en lien avec les études préalables. Les typologies d usage et le diagnostic des besoins sont élaborés au moyen d analyses des cartographies d informations collectées via un portail et des questionnaires de satisfaction. Conclusion L'objectif est ici de construire et d'utiliser des critères pluridisciplinaires permettant d'utiliser ces méthodes d'observation et d'évaluation quantitative et qualitative selon une approche globale, aux divers moments du projet (pré, in et post). De manière transversale, nous prenons en compte des critères d'évaluation transversaux servant d'objectifs positifs à atteindre (recommandés par la Commission Européenne dans le cadre de l'évaluation des programmes européens) : Efficacité (atteindre l objectif fixé) Efficience (dépense de moyens pour atteindre l'objectif fixé) Pertinence (qualité de la relation entre l'objectif et les besoins adéquats), Cohérence (toutes les parties forment un ensemble et contribuent à sa réussite), Impact (résultats obtenus sont liés au projet et pas au contexte), Accessibilité (processus clair et compris par tous), Acceptabilité (freins, accompagnement au changement). Pérennité et reproductibilité (processus inscrit dans le temps, reproductible, et transférable) 14/55

15 2. Construction et moyens de traitement de l information Sens, relation, usage, matérialisation : maîtriser le cycle communicationnel Introduction Les TIC jouent un rôle important à la fois dans la collecte de données, et leur traitement. Le besoin initial de données, et d informations, est indéniable dans les problématiques liées à la gouvernance et à l aménagement des territoires. Il s agit d un besoin diachronique ; pour reprendre l image souvent utilisée, les acteurs territoriaux ont besoin d avoir une vidéo présentant les changements d un territoire plutôt que d une photo à un instant T. Nécessaire, cette vision synchronique doit déboucher sur une mise en perspective, incluant l évaluation des actions en cours et/ou mises en places. Dans cette perspective, il convient alors de structurer des processus informationnels et communicationnels prenant en considération la temporalité des réalités humaines. Les Sciences de l Information et de la Communication et l'intelligence Territoriale entretiennent aujourd'hui de multiples relations. Nous allons ici nous concentrer sur ces expériences pour aborder la problématique de la construction et du traitement de l information. La méthode d'observation territoriale Catalyse, portée par le réseau européen de l'intelligence Territoriale, propose une modélisation sous la forme de ce que Jean- Jacques Girardot appelle un système communautaire d'intelligence territoriale (SCIT) (Girardot 2008). C'est par l'organisation de la structuration de l'information, et par la conception des processus de communication, que ce type de système prend vie, et ce sont ces aspects que nous détaillons ici afin d'illustrer ce que les deux notions s'apportent mutuellement Quelles informations pour le développement territorial? Le constat effectué par les chercheurs au début des années 90 était que le monde du développement territorial (englobant une grande masse des acteurs territoriaux, des décideurs aux référents sociaux) était globalement peu enclin à utiliser les nouvelles technologies, mais surtout paraissait ne pas disposer de beaucoup d'informations, ni d'outils pour les traiter. Certes, de grands organismes chargés de recueillir des statistiques existaient, soit au niveau de l'etat (comme l'insee en France, l'instituto Nacional de Estadistica en Espagne par exemple), soit au niveau de certaines collectivités territoriales. Or la réalité des faits a maintes fois prouvé que même dans des villes de taille respectable, la collecte et le traitement de l'information est sujet à caution. La ville de Huelva, en Espagne (Andalousie) par exemple, compte environ habitants, et ses services municipaux effectuent un recueil d'information de type recensement de sa population tous les 2 ans (loi nationale) nommé "Padron". Celui de 1996 comptait un peu plus de 10% d'erreurs Première action à mener : améliorer la collecte, le traitement, la qualité ainsi que 15/55

16 l'accessibilité de l'information. Un des rôles d'un observatoire socio- économique Catalyse doit être de mener ce travail de fond sur les données contextuelles (indicateurs territoriaux). Connaître la situation sociale ou professionnelle de la population d'une ville comme Huelva a un intérêt non négligeable. Cependant, une association travaillant principalement sur un quartier défavorisé, dont le public est à 95% composé de jeunes issus de ce quartier, se rend bien compte que les informations dont elle dispose sont trop générales, concernant dans le meilleur des cas le quartier dans son ensemble, en général le périmètre urbain. Enfin, et surtout, ces informations générales ne permettent de se faire une idée que sur une série limitée d'indicateurs prédéterminés : les acteurs territoriaux manquent fatalement d'une série d'informations indispensables à leur intervention. Constat d'urgence : une association locale ne connaît pas ses usagers (bénéficiaires), et surtout ne connaît pas les besoins de la population concernée. Elle ne peut donc pas améliorer son intervention, l'éventail des actions possibles, évaluer ce qu'elle effectue chaque année Elle travaille en aveugle, ou plus exactement, à l'intuition. Cet observatoire Catalyse doit donc développer les méthodes et outils permettant d'élaborer un véritable diagnostic des besoins des populations cibles, ainsi que d'évaluer les actions réalisées. En développant une approche des besoins des populations, leur demande, il paraît logique de vouloir les confronter avec l'offre, avec les ressources disponibles sur un même territoire. Cette comparaison permet pour un acteur local d'améliorer son intervention, en sachant par exemple rapidement quel organisme, quelle action intervenant sur la même zone, pourra répondre à tel besoin d'un individu, ou d'un groupe d'usagers. Ce qui entraîne à nouveau la nécessité de qualité et d'accessibilité à l'information. De plus, cette comparaison offre / besoin permet aussi d'évaluer les possibilités, et surtout les manques, d'un territoire. Prenons l'exemple d'un travailleur social, en rendez- vous avec un usager, pour des questions de santé. Lors du diagnostic, il va réaliser que cette personne connaît de gros problèmes de logement, auxquels il ne sait pas répondre. Avoir à disposition l'information qualifiée lui permettra d'orienter l'individu vers une structure spécialisée dans cette problématique, dans la catégorie de population dont il fait partie (les besoins ne sont pas toujours les mêmes, mais surtout les aides possibles non plus), et dans la même zone géographique. Si notre travailleur social se rend compte qu'aucune réponse n'existe pour ce problème, il sera alors possible de mettre en route un travail d'élaboration d'actions de terrain pour pallier ce manque. C est une opération de diagnostic de l existant territorial primordiale dans l optique de l aménagement concerté et cohérent. Un observatoire Catalyse doit donc organiser un répertoire des ressources (structures, actions ) disponibles sur un territoire, et pouvant répondre à des besoins sociaux et économiques : ou information génère communication Cette méthode est schématisée ainsi : 16/55

17 2.2. Système Communautaire d Intelligence Territoriale L optique n est pas ici de présenter les fondements et détails de la méthode, ni de ce premier pôle, mais d attirer l attention sur la construction de l information nécessaire dans nos perspectives. La méthode, les trois pôles, les relations et les outils sont présentés par ailleurs. On aura compris qu il est parfois possible d acheter des données, voire des informations, selon diverses sources officielles. Il est cependant la plupart du temps indispensable de construire soi- même les informations nécessaires : soit elles ne sont pas disponibles à l échelle territoriale souhaitée (par protection par exemple, la granularité est encadrée par le respect de l intimité de l individu, ou encore par simple absence mais existantes à l échelle supérieure), soit les indicateurs nécessaires n ont pas été travaillés, soit la qualité de ce qui est disponible n est pas bonne, soit elles sont trop chères Bref, autant de situation qui obligent à «mettre les mains dans le cambouis»! Fondamentalement, la méthode Catalyse a été modélisée dans ce sens. 17/55

18 La mise en œuvre d'expériences de cet ordre prouve que les pratiques des acteurs sociaux intègrent désormais une démarche informationnelle et communicationnelle qui fait appel à différentes notions élaborées au sein du champ des SIC. La première plus- value de l'application de la méthode qu'ils constatent est la construction de partenariat, ce qui correspond à l'amélioration de la mise en relation et de la qualité de cette relation, donc à un processus communicationnel. Le deuxième apport identifié est une meilleure connaissance des besoins des citoyens, des ressources disponibles, du contexte territorial, et donc la définition de meilleures procédures de décisions et d'applications des politiques territoriales : où le sens (processus informationnel) reprend corps La méthode Catalyse organisée dans un SCIT s'intéresse tout d'abord à deux moments très précis d'un processus de communication : celui de la production de sens, qui a lieu lors de la formalisation des données en informations (redondance sémantique obligée ) puis lors de l'élaboration de la communication à proprement parler, en fonction des données initiales et des informations produites. Il convient donc de structurer ces étapes dans une visée communicationnelle, sans omettre pour autant la quatrième dimension des usages. Le schéma global des SCIT modélise donc une procédure d'observation territoriale, de la collecte des données à la diffusion des résultats (Girardot 2006, 2007 et 2008) : En résumé, à partir d'un questionnaire, nommé ici guide de diagnostic et d'évaluation, un observatoire organise sur un territoire (avant tout humain) la collecte des données brutes, qui sont alors saisies soit en ligne dans la brique logicielle repérée par «Icasit» sur le MAGPS M1S1UE2EC2 : Politiques en matière d'information et de communication, C. Masselot 18/55

19 schéma, soit dans une version hors ligne du logiciel Pragma (en vert). Interviennent alors une série de traitements des données, étape de formalisation décrite ci- dessous. Il est indéniable qu'il ne s'agit pas seulement de ranger des données dans des cases - catégories, mais que l'action de donner une forme à cette matière, est en elle- même porteuse de sens : dès la collecte des données, l'acteur social produit du sens. Ce qui peut sembler une évidence en SIC relève de la prise de conscience dans les pratiques d'observation territoriales : la formation initiale comme continue prend ici tout son intérêt, en explicitant un processus de communication généralisée par exemple Production du sens La première étape, dite de production du sens, doit être conçue en fonction des différentes communications nécessaires : internes à l'équipe qui porte le projet : le traitement doit être le plus complet possible, le plus poussé, s'autorisant par exemple de multiples explorations statistiques à des fins d'amélioration des connaissances produites. C'est ici que l'on produit le plus de tris à plat (du bilan brut au bilan qualifié, puis au bilan reflétant la sélection des caractères, incluant les profils d'individus calculés), de tris croisés (permettant de mieux comprendre les phénomènes quantitatifs comme qualitatifs), d'indexations des réponses, de graphiques illustrant les résultats Cette équipe acquiert ici une compréhension fine des données initiales, par appropriation, ainsi qu'une première vision des résultats à communiquer, ce qui lui permet une première mise en forme semi- publique, encore à l'état de documents de travail. internes au Groupe Opérationnel (silhouette orange vers le milieu du schéma des SCIT) : une sélection dans les éléments produits précédemment doit être effectuée afin d'en conserver les plus intéressants pour être soumis à une plus large discussion. Ces résultats préparés pour une relecture collective permettent aux participants d'analyser en commun les statistiques obtenues, sans avoir à revenir maintes fois en arrière. C'est cette étape qui produit réellement l'intelligence territoriale utile à l'observatoire. externe : cette étape permet au Groupe Opérationnel d'organiser une publication publique, donc une communication dont les destinataires sont moins connus et dont on sait moins contrôler les horizons d'attente. L'objectif est ici d'établir des documents finaux pour rendre compte de ces résultats quantitatifs comme qualitatifs, au grand public, et surtout, aux financeurs. Il s'agit ici de dépasser la mission première d'un observatoire au sens classique du terme, qui est avant tout de collecter de manière structurée des données. Les agences qui réalisent ce type d'étude se positionnent généralement comme un expert externe au projet. Le résultat obtenu est alors un rapport souvent conséquent, rédigé par ces experts, dont la lecture reste âpre et nécessite la plupart du temps un accompagnement de la part de ces mêmes experts afin d'en comprendre le contenu. Concrètement, les descripteurs territoriaux choisis par ces experts peuvent ne pas s'avérer pertinents pour les acteurs de terrain confrontés à une réalité mouvante, que les statistiques globalisées au niveau d'un territoire d'une échelle supérieure n'éclairent pas. 19/55

20 Il est donc évident que la manière même d'observer influence cette étape de production d'information. L'objectif réel du diagnostic est ici dénaturé : il s'agit réellement pour les acteurs de connaître les besoins d'une population et d'un territoire ; il s'agit pour les experts de produire un rapport Les horizons d'attente (Jauss 1978 et Iser 1985) activés par ces deux catégories professionnelles ne sont donc pas en phase. À cette seule étape de production de l'information à partir de faits existants, la méthode Catalyse explicitée dans le schéma des SCIT permet de modifier cette approche d'observation : les descripteurs et modalités permettant de structurer les faits en données, puis les données en information, sont collectivement construits par les acteurs territoriaux, accompagnés (et seulement accompagnés) par des experts ; ces experts adhèrent aux objectifs premiers de l'observation, à savoir la mise en place d'actions de terrain dans le but d'améliorer les situations des usagers des structures (institutionnelles ou non) ; la collecte, moment important de la structuration, est elle aussi effectuée par les acteurs, conscients du double processus de transformation en cours, et des biais interprétatifs possibles ; cette collecte, organisée collectivement, est à elle seule un processus de communication à la fois avec les usagers, et interne : le formulaire permettant de dérouler dans le temps ce processus est également un produit permettant l'échange avec les usagers (il peut être renseigné en plusieurs rencontres, au fur et à mesure de l'élaboration du projet individuel et de son suivi). Le respect de cette approche métier génère un processus de communication au service de l'aide à la décision et de l'action territoriale. la collecte, toujours, est un processus en flux tendu, contrairement à une étude de type photographique, l'observation étant par définition permanente. L'évolution de la situation du territoire est cependant visible par une série de traitements statistiques opérés à divers instants «T», généralement à mi- parcours et en fin d'année civile par exemple. Des tableaux de bord automatiques quotidiens, hebdomadaires, mensuels ou par période sont également disponibles, afin d'avoir une vision synthétique et globale de certains indicateurs clés pour un territoire donné. Le processus informationnel décrit ici est à considérer comme un élément de gouvernance incontournable : les acteurs écrivent eux- mêmes les indicateurs qui leur permettent de piloter l'intervention territoriale, les actions à mettre en place, à reformuler, ou à requalifier. Les experts ont un rôle d'accompagnement scientifique (étant par essence expérimentés), mais aussi de transfert, donc de formation. Ils ne sont plus traditionnellement externes à la démarche, mais réellement impliqués aux divers moments de l'observation. Ainsi, la définition des contenus du guide de l Accem a été effectuée en même temps que celle d un guide européen au sein de la caenti. Cela a permis aux deux projets des profits mutuels, s alimentant l un de l autre sur des points spécifiques : l Accem apporte son expertise dans les thématiques liées aux migrations intra et extra- européennes, les autres participants nourrissant le guide espagnol de thématiques comme la santé, le handicap, le logement L'Adapei élabore les contenus de son système d'information en commençant par ce qui est commun à tous les secteurs d'activité (cinq au total), puis détaille par secteur, par 20/55

Université de Haute Alsace. Domaine. Sciences Humaines et Sociales. MASTER Mention Éducation, Formation, Communication UHA, ULP, Nancy 2

Université de Haute Alsace. Domaine. Sciences Humaines et Sociales. MASTER Mention Éducation, Formation, Communication UHA, ULP, Nancy 2 Centre Universitaire de Formation des Enseignants & des Formateurs Laboratoire Interuniversitaire de Sciences de l Education et de la Communication Université de Haute Alsace Domaine Sciences Humaines

Plus en détail

Comment parler de sa pratique pour la faire partager?

Comment parler de sa pratique pour la faire partager? pour la faire partager? 1. Profiter de l expérience des autres 2. Comment raconter son expérience? 2.1. Théoriser sous forme de récit 2.2. Les ingrédients de la théorisation de pratique 3. Élargir le récit

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

M2 GST SPÉCIALITÉ CARTHAGÉO DESCRIPTIF DÉTAILLÉS DES ENSEIGNEMENTS

M2 GST SPÉCIALITÉ CARTHAGÉO DESCRIPTIF DÉTAILLÉS DES ENSEIGNEMENTS M2 GST SPÉCIALITÉ CARTHAGÉO DESCRIPTIF DÉTAILLÉS DES ENSEIGNEMENTS UE 1 : Tronc commun Carthagéo-Géoprisme Un certain nombre d enseignements de la formation professionnelle Carthagéo est mutualisée avec

Plus en détail

ÉCONOMIE ET GESTION LYCÉES TECHNOLOGIQUE ET PROFESSIONNEL

ÉCONOMIE ET GESTION LYCÉES TECHNOLOGIQUE ET PROFESSIONNEL ÉCONOMIE ET GESTION LYCÉES TECHNOLOGIQUE ET PROFESSIONNEL Au niveau du second degré, l'économie et gestion recouvre un ensemble de champs disciplinaires relevant de l'économie, du droit, des sciences de

Plus en détail

En outre 2 PDD sont impliqués dans le développement de politiques locales destinées à favoriser l'insertion des personnes handicapées.

En outre 2 PDD sont impliqués dans le développement de politiques locales destinées à favoriser l'insertion des personnes handicapées. PHOES Version : 2.0 - ACT id : 3813 - Round: 2 Raisons et Objectifs Programme de travail et méthodologie Dispositions financières Dispositions organisationnelles et mécanismes décisionnels Procédures de

Plus en détail

ATELIER 7 La notion d innovation, d expérimentation. Comment monter un projet innovant? Quel appel à projet pour 2015?

ATELIER 7 La notion d innovation, d expérimentation. Comment monter un projet innovant? Quel appel à projet pour 2015? ATELIER 7 La notion d innovation, d expérimentation. Comment monter un projet innovant? Quel appel à projet pour 2015? Introduction Tour de table rapide : Établissement, discipline et thème du projet envisagée

Plus en détail

Master 2 : Didactique des disciplines. Spécialité Mathématiques. Parcours Professionnel

Master 2 : Didactique des disciplines. Spécialité Mathématiques. Parcours Professionnel Master 2 : Didactique des disciplines Spécialité Mathématiques Parcours Professionnel Année 2010-2011 M2 : Didactique des disciplines Spécialité : Mathématiques Parcours Professionnel Année 2010-2011 PRESENTATION

Plus en détail

Master "Generating Eco Innovation"

Master Generating Eco Innovation International chair in "Generating Eco-innovation" Master "Generating Eco Innovation" Programme pédagogique 2009-2010 UE 1 : Prospective et compétitivité internationale (88 heures) UE 11 : Nature de l

Plus en détail

Management de l Innovation

Management de l Innovation Management de l Innovation Mention du Master Sciences et Technologies de l Université Pierre et Marie Curie Directeur du Département de Formation : Patrick Brézillon Contact secrétariat : 01 44 39 08 69

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES

ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES référence pour les langues ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES Activités de production et stratégies PRODUCTION ORALE GÉNÉRALE MONOLOGUE SUIVI : décrire l'expérience MONOLOGUE SUIVI : argumenter

Plus en détail

Document d accompagnement pour le référentiel national du C2i niveau 2 Métiers de l environnement et de l aménagement durables

Document d accompagnement pour le référentiel national du C2i niveau 2 Métiers de l environnement et de l aménagement durables Document d accompagnement pour le référentiel national du C2i niveau 2 Métiers de l environnement et de l aménagement durables A - Compétences générales et transversales liées à l exercice des métiers

Plus en détail

L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s

L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s Stéphane Safin Psychologue - Ergonome Lucid Group -

Plus en détail

Référentiel de compétences

Référentiel de compétences Version du 13 Mars 2006 Page 1 Titre de Formateur-Responsable d'actions de formation (DUFRES) (Inscrit au Répertoire National des Certifications Professionnelle - niveau II) Référentiel de compétences

Plus en détail

O b s e r v a t o i r e E V A P M. Taxonomie R. Gras - développée

O b s e r v a t o i r e E V A P M. Taxonomie R. Gras - développée O b s e r v a t o i r e E V A P M É q u i p e d e R e c h e r c h e a s s o c i é e à l ' I N R P Taxonomie R. Gras - développée Grille d'analyse des objectifs du domaine mathématique et de leurs relations

Plus en détail

Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif»

Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif» Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif» Chaque parcours pourra compléter ce cadrage général par un cadrage spécifique au parcours prenant

Plus en détail

C H A R T E D E S M A I S O N S D E S E R V I C E S P U B L I C S

C H A R T E D E S M A I S O N S D E S E R V I C E S P U B L I C S C H A R T E D E S M A I S O N S D E S E R V I C E S P U B L I C S P r é a m b u l e Proximité Singularité de la personne Universalité du service De nombreux territoires ruraux et urbains se situent en

Plus en détail

Construire un tableau de bord par Marc Maisonneuve

Construire un tableau de bord par Marc Maisonneuve Construire un tableau de bord par Marc Maisonneuve Le tableau de bord On peut le définir comme la présentation synoptique d indicateurs relatifs au suivi d une bibliothèque, d un projet, d un service.

Plus en détail

Architecture d'entreprise : Guide Pratique de l'architecture Logique

Architecture d'entreprise : Guide Pratique de l'architecture Logique Guides Pratiques Objecteering Architecture d'entreprise : Guide Pratique de l'architecture Logique Auteur : Version : 1.0 Copyright : Softeam Equipe Conseil Softeam Supervisée par Philippe Desfray Softeam

Plus en détail

Projet en entreprise Cadrage du Projet de Fin d Etudes «Un projet informatique.»

Projet en entreprise Cadrage du Projet de Fin d Etudes «Un projet informatique.» Projet en entreprise Cadrage du Projet de Fin d Etudes «Un projet informatique.» Projet de fin d études 2 Sommaire OBJET DU DOCUMENT... 3 LES ETAPES DU PROJET... 4 ETUDE PREALABLE...5 1 L étude d opportunité...

Plus en détail

Entrepôt de données 1. Introduction

Entrepôt de données 1. Introduction Entrepôt de données 1 (data warehouse) Introduction 1 Présentation Le concept d entrepôt de données a été formalisé pour la première fois en 1990 par Bill Inmon. Il s agissait de constituer une base de

Plus en détail

L IMPACT DES N.T.I.C. DANS LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES CADRES DE L INSTITUTION MILITAIRE

L IMPACT DES N.T.I.C. DANS LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES CADRES DE L INSTITUTION MILITAIRE N 198 PETREIN Olivier L IMPACT DES N.T.I.C. DANS LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES CADRES DE L INSTITUTION MILITAIRE Introduction L'emploi des Nouvelles Technologies de l'information et de la Communication

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

LA PROCEDURE D'EVALUATION A.NA.PSY.p.e. EST LE RESULTAT D'UNE RECHERCHE

LA PROCEDURE D'EVALUATION A.NA.PSY.p.e. EST LE RESULTAT D'UNE RECHERCHE LA PROCEDURE D'EVALUATION A.NA.PSY.p.e. EST LE RESULTAT D'UNE RECHERCHE CETTE RECHERCHE A ETE FINANCEE PAR Le Ministère des Affaires Sociales et de l'emploi, Direction Générale de la Santé,Sous- Direction

Plus en détail

Mastère spécialisé MS : «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau

Mastère spécialisé MS : «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau Mastère spécialisé MS : «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau De l idée à la mise en marché» 1- Présentation détaillée du programme d enseignement Répartition par modules et crédits ECTS :

Plus en détail

Intitulé de la formation

Intitulé de la formation Intitulé de la formation La fonction managériale dans les structures du spectacle vivant : parcours de formation comprenant 4 modules. Module 1 Construire et porter une vision de structure : y faire adhérer

Plus en détail

O RMATION. Ingénierie Système Management de Projet Évaluation de la Maturité

O RMATION. Ingénierie Système Management de Projet Évaluation de la Maturité PLANS F de O RMATION Ingénierie Système Management de Projet Évaluation de la Maturité O R G A N I S A T I O N ACTEURS CONCERNÉS Les concepteurs de systèmes doivent détecter, analyser les besoins des utilisateurs,

Plus en détail

Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches

Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches Niveau C1 Descripteur global Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches La personne peut : comprendre en détail de longs discours et des échanges complexes

Plus en détail

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes)

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes) Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE SUR L EVALUATION AU 31 DECEMBRE 2010 REDIGEE PAR

Plus en détail

Synthèse du questionnaire en ligne

Synthèse du questionnaire en ligne èmes Rencontres Régionales pour la Biodiversité VENDREDI SEPTEMBRE 0 Université de Caen Basse-Normandie Amphithéâtre Oresme Vers un observatoire régional de la biodiversité en Basse-Normandie Synthèse

Plus en détail

Baccalauréat technologique

Baccalauréat technologique Baccalauréat technologique Épreuve relative aux enseignements technologiques transversaux, épreuve de projet en enseignement spécifique à la spécialité et épreuve d'enseignement technologique en langue

Plus en détail

Les moteurs de progrès

Les moteurs de progrès MANAGEMENT PILOTAGE Les moteurs de progrès Si le management par les processus connaît une certaine réussite, le pilotage et les processus qui lui sont liés restent précaires. Pourtant là aussi, appliquer

Plus en détail

360 feedback «Benchmarks»

360 feedback «Benchmarks» 360 feedback «Benchmarks» La garantie d un coaching ciblé Pour préparer votre encadrement aux nouveaux rôles attendus des managers, Safran & Co vous propose un processus modulable, adapté aux réalités

Plus en détail

Nouvelles fiches métier en BAP F : Analyse et traitement des données scientifiques

Nouvelles fiches métier en BAP F : Analyse et traitement des données scientifiques 23 23 Nouvelles fiches métier en BAP F : Analyse et traitement des données scientifiques Assistant Ingénieur en traitement de données scientifiques Ingénieur d'études en traitement de données scientifiques

Plus en détail

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F. Adm.A., CMC Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

PRÉSENTATION GÉNÉRALE

PRÉSENTATION GÉNÉRALE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Cadrage institutionnel : Arrêté du 27 août 2013 fixant le cadre national des formations dispensées au sein des masters «métiers de l enseignement, de l éducation et de la formation»

Plus en détail

Guide méthodologique

Guide méthodologique Communauté d Agglomération de NIORT du GRAND NANCY PLAN DE DEPLACEMENTS URBAINS Plan de Déplacement Entreprise Guide méthodologique Septembre 2007 m u n i c i p a l i t é s e r v i c e 7 1, a v e n u e

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS Le Master 1 : Management Public Environnemental forme aux spécialités de Master 2 suivantes : - Management de la qualité o Parcours

Plus en détail

4.3 L exploitation d un document vidéo. Outils pour la classe.

4.3 L exploitation d un document vidéo. Outils pour la classe. 4.3 L exploitation d un document vidéo. Outils pour la classe. Utiliser un document vidéo en classe de langue ce n est pas regarder ensemble la télévision mais le visionner en organisant sa découverte

Plus en détail

Référentiel C2i niveau 1 Version 2 :

Référentiel C2i niveau 1 Version 2 : Référentiel C2i niveau 1 Version 2 : Domaine D1 : Travailler dans un environnement numérique évolutif Tout au long de sa vie, l'usager travaille dans un environnement numérique. La virtualisation des ressources,

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

Projet d'accessibilité au multimédia.

Projet d'accessibilité au multimédia. L Adapei - les papillons blancs d Ille-et-Vilaine, une association familiale créée en 1961 autour de valeurs communes : Soutenir, rencontrer et accompagner les personnes et leur famille Promouvoir des

Plus en détail

Communication publique, communication politique

Communication publique, communication politique Master Retic Master CPI Communication publique, communication politique B. Lafon, 2013-2014 1. La consubstantialité communication politique 2. Les sources des pratiques professionnelles en communication

Plus en détail

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales.

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales. Chapitre 11 LA FONCTION CONTRÔLE DE GESTION REPORTING AUDIT INTERNE Un système de reporting homogène dans toutes les filiales permet un contrôle de gestion efficace et la production d un tableau de bord

Plus en détail

CHAPITRE 2 Définir le périmètre d'application

CHAPITRE 2 Définir le périmètre d'application CHAPITRE 2 Définir le périmètre d'application Pour que le projet de carte d'achat puisse être mis en œuvre de manière efficace, il importe de déterminer précisément le périmètre d'application. En effet,

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Les Bases de Données occupent aujourd'hui une place de plus en plus importante dans les systèmes informatiques. Les Systèmes de Gestion de Bases de Données

Plus en détail

A quoi sert un plan de communication

A quoi sert un plan de communication Séminaire-atelier Bujumbura 8-9 Octobre 2014 La Communication Parlementaire A quoi sert un plan de communication 1. La communication c est quoi? Même si ces concepts sont connus il n est pas inutile de

Plus en détail

Types de REA produites dans le cadre de la séquence pédagogique

Types de REA produites dans le cadre de la séquence pédagogique Scénario pédagogique APPRENDRE À ENSEIGNER AUTREMENT Description générale du scénario Titre Les bases de données relationnelles Résumé Dans le cadre d'un cours à distance, la visioconférence est une REA

Plus en détail

&203$6'\QDPLTXH 0DQXHOG $GRSWLRQ. GUIDE POUR L ADOPTION DU COMPAS Qualité ET DU COMPAS Dynamique

&203$6'\QDPLTXH 0DQXHOG $GRSWLRQ. GUIDE POUR L ADOPTION DU COMPAS Qualité ET DU COMPAS Dynamique GUIDE POUR L ADOPTION DU COMPAS Qualité ET DU COMPAS Dynamique Page 1/ 17 Page 2/ 17 6RPPDLUH,1752'8&7,21 A QUI S ADRESSE CE MANUEL?... 6 QUEL EST L OBJECTIF DE CE MANUEL?... 6 /(6)$&7(856'(5(866,7(3285/

Plus en détail

Processus informatiques de l'administration fédérale Organisation fonctionnelle de l'informatique

Processus informatiques de l'administration fédérale Organisation fonctionnelle de l'informatique Processus informatiques de l'administration fédérale Organisation fonctionnelle de l'informatique Unité de stratégie informatique de la Confédération USIC Friedheimweg 14, 3003 Berne Téléphone 031 32 245

Plus en détail

Fiche méthodologique Rédiger un cahier des charges

Fiche méthodologique Rédiger un cahier des charges Fiche méthodologique Rédiger un cahier des charges Plan de la fiche : 1 : Présentation de la fiche 2 : Introduction : les grands principes 3 : Contenu, 1 : positionnement et objectifs du projet 4 : Contenu,

Plus en détail

L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes

L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes Les 3 objectifs sont poursuivis aussi bien à l'école maternelle, qu'à l école primaire MATERNELLE * Favoriser la construction des actions motrices

Plus en détail

Depuis 2009, l'éducation nationale s'est déjà mobilisée pour développer des banques de stages et des outils associés.

Depuis 2009, l'éducation nationale s'est déjà mobilisée pour développer des banques de stages et des outils associés. Pôles de stages Mise en place dans les académies de pôles de stages NOR : MENE1505070C circulaire n 2015-035 du 25-2-2015 MENESR - DGESCO A2-2 Texte adressé aux rectrices et recteurs d'académie Que ce

Plus en détail

Trousse d information Novembre 2004. Des outils pour s informer

Trousse d information Novembre 2004. Des outils pour s informer Trousse d information Novembre 2004 Des outils pour s informer Des outils pour s informer Ce cahier présente des outils qui permettent de pousser plus loin la recherche d'information. Une grande partie

Plus en détail

Evaluation des cursus «Information & Communication» 2009-2010

Evaluation des cursus «Information & Communication» 2009-2010 Evaluation des cursus «Information & Communication» 2009-2010 RAPPORT FINAL DE SYNTHÈSE Université Catholique de Louvain (UCL) Comité des experts : M. Pascal LARDELLIER, président Mme Martine SIMONIS,

Plus en détail

Fiche de l'awt Rédiger un cahier des charges

Fiche de l'awt Rédiger un cahier des charges Fiche de l'awt Rédiger un cahier des charges Quels sont les éléments principaux dont il faut tenir compte pour la rédaction d'un cahier des charges dans le cadre d'un projet lié aux TIC (technologies de

Plus en détail

وزارة السكنى والتعمير وسياسة المدينة

وزارة السكنى والتعمير وسياسة المدينة وزارة السكنى والتعمير وسياسة المدينة Phase 3 Planification de la solution retenue et stratégie de changement Elaboration du Schéma Directeur du Système d Information des agences urbaines 2013 Sommaire

Plus en détail

Bienvenue dans ce troisième numéro de Novatris News!

Bienvenue dans ce troisième numéro de Novatris News! L actualité des études online Numéro 3 Mai - Juin 2006 Bienvenue dans ce troisième numéro de Novatris News! Pour ce nouveau numéro, nous vous proposons de partager notre expérience sur deux outils d'études

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention,

Plus en détail

Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise

Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise Source : "Comptable 2000 : Les textes de base du droit comptable", Les Éditions Raouf Yaïch. Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise Le nouveau système comptable consacre d'importants

Plus en détail

La méthode des cas et le plan marketing : énoncé seul

La méthode des cas et le plan marketing : énoncé seul La méthode des cas et le plan marketing : énoncé seul 12_07_2011 Table des matières Table des matières 3 I - 1. Point méthodologique 7 A. 1.1. Définitions...7 B. 1.2. Plan d'analyse type...8 C. 1.3. Synthèse...13

Plus en détail

La boite à outils du dirigeant, Dispositif packagé ou modularisable en fonction des besoins

La boite à outils du dirigeant, Dispositif packagé ou modularisable en fonction des besoins La boite à outils du dirigeant, Dispositif packagé ou modularisable en fonction des besoins Durée : Minimum 14h Maximum 182h (Ce choix permet de valider 10% du Titre de niveau II «chef d entreprise développeur

Plus en détail

Structure du cours : Il existe de nombreuses méthodes intéressantes qui couvrent l Analyse des Données

Structure du cours : Il existe de nombreuses méthodes intéressantes qui couvrent l Analyse des Données Structure du cours : Il existe de nombreuses méthodes intéressantes qui couvrent l Analyse des Données et le Data Mining Nous suivons le plan suivant : Fonctionnement de Spad Catalogue des méthodes (statistiques

Plus en détail

Mastère spécialisé. «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau De l idée à la mise en marché»

Mastère spécialisé. «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau De l idée à la mise en marché» Mastère spécialisé «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau De l idée à la mise en marché» I- Présentation détaillée du programme d enseignement Répartition par modules et crédits ECTS : Intitulé

Plus en détail

MASTER 2 PROFESSIONNEL

MASTER 2 PROFESSIONNEL UNIVERSITE DE NICE - SOPHIA ANTIPOLIS Faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines Département «SCIENCES DE LA COMMUNICATION» MASTER 2 PROFESSIONNEL Ingénierie de la Création Multimédia et Direction

Plus en détail

de vue MANAGEMENT ET GESTION DES HOMMES Le rôle de la DRH dans la conduite du changement

de vue MANAGEMENT ET GESTION DES HOMMES Le rôle de la DRH dans la conduite du changement point de vue MANAGEMENT ET GESTION DES HOMMES Le rôle de la DRH dans la conduite du changement La conduite du changement est une dimension essentielle de tout grand projet de transformation des entreprises.

Plus en détail

Domaine 1 : S approprier un environnement informatique de travail. Domaine 3 : Créer, produire, traiter et exploiter des données.

Domaine 1 : S approprier un environnement informatique de travail. Domaine 3 : Créer, produire, traiter et exploiter des données. Les différents domaines sont : Domaine 1 : S approprier un environnement informatique de travail. Domaine 2 : Adopter une attitude responsable. Domaine 3 : Créer, produire, traiter et exploiter des données.

Plus en détail

L approche actionnelle dans l enseignement des langues Douze articles pour mieux comprendre et faire le point

L approche actionnelle dans l enseignement des langues Douze articles pour mieux comprendre et faire le point L approche actionnelle dans l enseignement des langues Douze articles pour mieux comprendre et faire le point Editions Maison des Langues, Paris SOMMAIRE Avant-propos 7 Première partie Regards croisés

Plus en détail

Mention «Mandataire Judiciaire à la protection des majeurs»

Mention «Mandataire Judiciaire à la protection des majeurs» Certificat National de Compétence Mandataires Judiciaires à la Protection des Majeurs Mention «Mandataire Judiciaire à la protection des majeurs» Cette formation complémentaire est visée par la loi n 2007-308

Plus en détail

DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche

DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche 2015 1 PRESENTATION DE LA STRUCTURE RAViV est un réseau solidaire de compagnies et structures franciliennes de spectacle vivant

Plus en détail

FORMATION CONTINUE SUR L UTILISATION D EXCEL DANS L ENSEIGNEMENT Expérience de l E.N.S de Tétouan (Maroc)

FORMATION CONTINUE SUR L UTILISATION D EXCEL DANS L ENSEIGNEMENT Expérience de l E.N.S de Tétouan (Maroc) 87 FORMATION CONTINUE SUR L UTILISATION D EXCEL DANS L ENSEIGNEMENT Expérience de l E.N.S de Tétouan (Maroc) Dans le cadre de la réforme pédagogique et de l intérêt que porte le Ministère de l Éducation

Plus en détail

Qu'est ce que le KM? M. Prax a d'abord défini le KM par la négative. Le KM n'est pas :

Qu'est ce que le KM? M. Prax a d'abord défini le KM par la négative. Le KM n'est pas : Compte-rendu : «Les enjeux des TIC : le Knowledge Management» Conférence du 3 ème millénaire, Salon Initiatives du jeudi 18 octobre 2001 Orateur : Jean-Yves Prax, Directeur de POLIA CONSULTING Face à un

Plus en détail

Introduction à la méthodologie de la recherche

Introduction à la méthodologie de la recherche MASTER DE RECHERCHE Relations Économiques Internationales 2006-2007 Introduction à la méthodologie de la recherche geraldine.kutas@sciences-po.org Les Etapes de la Recherche Les étapes de la démarche Etape

Plus en détail

DEVENIR INTERVENANT CERTIFIE WELLSCAN

DEVENIR INTERVENANT CERTIFIE WELLSCAN DEVENIR INTERVENANT CERTIFIE WELLSCAN Vous êtes un professionnel consultant, coach, formateur et vous accompagnez les individus ou les entreprises dans leurs enjeux de performance sociale, managériale

Plus en détail

Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché

Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché XXIII ème Assemblée régionale Europe Erevan, Arménie 3 au 7 mai 2010 Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché Section Belgique/Communauté

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION

PROGRAMME DE FORMATION SOLUTION PACKS KALITISS PROGRAMME DE FORMATION in&co, 3 avenue Marie Reynoard 38100 Grenoble Tél/Fax 04 76 22 23 85 contact@inandco.com SOMMAIRE 1 - PACKS DE FORMATION... 3 1.1 - Pack Sécurité...3 1.2

Plus en détail

37, rue d Amsterdam 75008 - Paris Tél. : 01 42 26 07 54 Fax : 01 42 26 09 88 http://www.lca-performances.com

37, rue d Amsterdam 75008 - Paris Tél. : 01 42 26 07 54 Fax : 01 42 26 09 88 http://www.lca-performances.com 37, rue d Amsterdam 75008 - Paris Tél. : 01 42 26 07 54 Fax : 01 42 26 09 88 http://www.lca-performances.com Programme de formation Prospection commerciale Contexte de formation 2 Objectifs de formation

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

LE MANAGEMENT STRATEGIQUE

LE MANAGEMENT STRATEGIQUE LE MANAGEMENT STRATEGIQUE I. Introduction au management stratégique... 2 A. Cas de l entreprise Dell... 2 B. Définitions... 2 C. Les décisions stratégiques... 2 D. Processus d élaboration... 3 E. Impact

Plus en détail

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 SOMMAIRE Synthèse et Conclusion... 1 Introduction... 4 1. La description

Plus en détail

Recueil d'avis sur le séminaire des chargés de mission Développement durable des Départements

Recueil d'avis sur le séminaire des chargés de mission Développement durable des Départements Recueil d'avis sur le séminaire des chargés de mission Développement durable des Départements 80 personnes ont participé au séminaire des chargés de mission Développement durable des Départements, qui

Plus en détail

Programme IMPACT BOUSSOLE

Programme IMPACT BOUSSOLE Prendre le temps de réfléchir au long terme lorsqu on est pris dans la gestion de son organisation au quotidien n est pas chose aisée. Il faut pourtant s assurer que la stratégie de développement soit

Plus en détail

ANNEXE 1. Si vous souhaitez ajouter un descriptif plus détaillé de l offre à votre annonce, merci de le joindre accompagné de ce formulaire.

ANNEXE 1. Si vous souhaitez ajouter un descriptif plus détaillé de l offre à votre annonce, merci de le joindre accompagné de ce formulaire. ANNEXE 1 Entreprises, pour proposer un sujet de thèse soutenue par le dispositif CIFRE, merci de remplir les champs suivants, et d envoyer le document à : cifre@anrt.asso.fr Si vous souhaitez ajouter un

Plus en détail

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE Un problème de recherche est l écart qui existe entre ce que nous savons et ce que nous voudrions savoir à propos d un phénomène donné. Tout problème de recherche

Plus en détail

e-demos : Guide d'utilisation

e-demos : Guide d'utilisation Laboratoire de Soutien à l'enseignement Télématique (LabSET) Institut de Formation et de Recherche pour l'enseignement Supérieur (IFRES) Université de Liège (ULg) e-demos : Guide d'utilisation Novembre

Plus en détail

A. Le contrôle continu

A. Le contrôle continu L audit d achat est une action volontaire décidée par l entreprise avec pour objet d apprécier la qualité de l organisation de sa fonction achats et le niveau de performance de ses acheteurs. L audit achat

Plus en détail

Note de Service spéciale "Les modalités d'inspection des enseignants" Année 2014-2015. Classes Nom et émargement Classes Nom et émargement

Note de Service spéciale Les modalités d'inspection des enseignants Année 2014-2015. Classes Nom et émargement Classes Nom et émargement Note de Service spéciale "Les modalités d'inspection des enseignants" Année 2014-2015 Tableau d'émargement Classes Nom et émargement Classes Nom et émargement 1 8 2 9 3 10 4 11 5 12 6 13 7 14 Je demande

Plus en détail

LES INTERFACES HOMME-MACHINE

LES INTERFACES HOMME-MACHINE LES INTERFACES HOMME-MACHINE 1 ère Partie : Introduction aux Interfaces Homme-Machine 2 ème Partie : Notions de base sur les Sciences Cognitives 3 ème Partie : Recommandations ergonomiques 4 ème Partie

Plus en détail

Le système d accréditation n est pas un système basé sur la conformité à la. de ce fait, il se différencie

Le système d accréditation n est pas un système basé sur la conformité à la. de ce fait, il se différencie Système d accreditation des organismes de formation Origine, objectifs et méthodologie du système d accréditation Carlos Capela Coordinateur du projet INOFOR - Institut pour l innovation dans la formation

Plus en détail

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation?

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation? THÈME DE L INDIVIDU À L ACTEUR L organisation, que ce soit une association, une administration ou une entreprise, ne peut pas fonctionner sans la mise en œuvre de processus de gestion assurant la coordination

Plus en détail

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION Introduction L a question de la rémunération se situe, par nature, au fondement même des pratiques de gestion du personnel. Aussi peu développée soit-elle, toute gestion des ressources humaines s organise

Plus en détail

Modulo Bank - Groupe E.S.C Chambéry - prérequis à la formation - doc. interne - Ecoute active.doc Page 1

Modulo Bank - Groupe E.S.C Chambéry - prérequis à la formation - doc. interne - Ecoute active.doc Page 1 Généralités, l'écoute active : présentation et techniques... 3 Introduction... 3 Plan... 3 La présentation de l'écoute active... 4 Définition... 4 Fondement... 4 Application... 4 de l'écoute active...

Plus en détail

Plateforme Mobilité Emploi Insertion De l agglomération lyonnaise

Plateforme Mobilité Emploi Insertion De l agglomération lyonnaise Plateforme Mobilité Emploi Insertion De l agglomération lyonnaise 1 APPEL A PROJET POUR LA MISE A DISPOSITION DE VEHICULES 2014 CONTEXTE ET ENJEUX L importance des questions liées à l absence de mobilité

Plus en détail

Appel à propositions

Appel à propositions Appel à propositions Dispositif de professionnalisation des acteurs de l accueil, l information, l orientation, l emploi, la formation professionnelle initiale (par la voie de l apprentissage) et la formation

Plus en détail

Le projet Créadona : un exemple de support éditorial pour l éducation aux supports médiatiques.

Le projet Créadona : un exemple de support éditorial pour l éducation aux supports médiatiques. Le projet Créadona : un exemple de support éditorial pour l éducation aux supports médiatiques. Anne-Sophie Bellair et Nicole Pignier, Université de Limoges Le projet présenté ici, Créadona, est un exemple

Plus en détail

Groupe de travail Infrastructures de recherche

Groupe de travail Infrastructures de recherche Groupe de travail Infrastructures de recherche Note sur les particularités des infrastructures pour une recherche dans le numérique Version internet - 30/04/2015 Les plates- formes numériques, outils et

Plus en détail

Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes

Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes Le projet de socle de connaissances, de compétences et de culture,

Plus en détail

Formation à la systémique pour consultants et personnels RH

Formation à la systémique pour consultants et personnels RH J.A. Malarewicz Conseil Conseil, Formation, Supervision, Coaching S.A.S. au capital de 8OOO TVA : FR 36478450471 SIRET : 478 450471 00014 N formateur 11921445592 Région IdF 11 rue du Professeur Leroux

Plus en détail