Formation des médecins généralistes communautaires (MGC) à la prise en charge de l épilepsie en zone rurale : Mali, Madagascar, Bénin

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Formation des médecins généralistes communautaires (MGC) à la prise en charge de l épilepsie en zone rurale : Mali, Madagascar, Bénin"

Transcription

1 Formation des médecins généralistes communautaires (MGC) à la prise en charge de l épilepsie en zone rurale : Mali, Madagascar, Bénin P. Genton, K. Nimaga, A. Raharivelo, T. Adoukonou, G. Farnarier et les réseaux RARE, REM et REB AMC (Mali) AMC-Mad (Madagascar) AMGCB (Bénin) Santé-Sud, Marseille

2 L'épilepsie dans le monde Facteurs communs, universels, accentués en Afrique et dans les pays les plus pauvres - dangerosité (accidents, mort subite ) - handicap social, sous-emploi, misère - stigmatisation et exclusion - "hiatus thérapeutique" (et diagnostique) (peu de personnes ont accès aux soins) et pourtant traitement peu coûteux et efficace possible!

3 L'épilepsie dans le monde La prévalence : population personnes épileptiques Monde 6 milliards millions France 62 millions RDCongo 64 millions Mali 13 millions >

4 Les programmes Santé Sud Installation de médecins généralistes communautaires (MGC) en zones rurales Programmes pour la prise en charge de maladies chroniques épilepsie, SIDA, paludisme, hypertension, maladies psychiatriques (Sanofi) Epilepsie : partenariat avec Sanofi, branche "accès aux médicaments" Mise en place d'un réseau de volontaires au sein des MGC du pays fomation approfondie et suivie pour le diagnostic et le suivi des patients établissement d'une base de données sur les patients traités fourniture des médicaments antiépileptiques à un prix préférentiel logistique de distribution des médicaments

5 Les programmes «épilepsie» Santé Sud (partenariat avec Sanofi, branche "accès aux médicaments") Mali début en 2003 avec 6 MGC volontaires et une "tête de réseau" Réseau "Action Recherche Epilepsie" (RARE) élargissement en 2008 à 30 médecins du RARE Madagascar début en 2007 avec 10 MGC volontaires et une "tête de réseau" Réseau Epilepsie Madagascar (REM) collaboration avec l'hôpital universitaire élargissement à 15 MGC en 2011 Bénin début en janvier 2013 avec 6 MGC, région Centre/Nord (Parakou) Réseau Epilepsie Bénin (REB) partenariat avec l université de Parakou

6 Les formations Principes : deux formations / an : une formation Nord-Sud une formation Sud-Sud intercalée Pour chaque réseau : un neurologue du pays référent/expert spécialiste en épileptologie un MGC tête de réseau, formé à l épilepsie Pour les formations Nord-Sud : participation d un référent/expert français spécialiste en épileptologie

7 Exemple du Mali : les formations Nord-Sud Un séminaire par an pour les membres du RARE Contrôle des connaissances Contrôle des acquisitions pendant le séminaire Point de la situation, de la recherche mai sept Formation des formateurs RARE élargi oct nov 28 fév-1 er mars 9-10 déc 7-8 déc Symposium épilepsie de Bamako

8 BAMAKO 1er séminaire MAI 2003 G. Farnarier, P. Genton, K. Nimaga, A. Togora - pré-test - définitions de l épilepsie - épidémiologie - clinique, sémiologie, classifications - atelier vidéo - bilan clinique et paraclinique - thérapeutique - atelier diagnostic et traitement, étude de documents - situations particulières - post-test Le premier Prise de contact Référent malien (Dr Togora) Tête du RARE (Dr Nimaga) - protocole de suivi, fiches, recueil des données, recherche

9 BAMAKO MAI 2003 G. Farnarier, P. Genton, K. Nimaga, A. Togora Test des connaissances 40 questions les performances initiales! Performances: maximum 40 points, correction anonyme Globale: Score Pré-Test Moy 11,7 Score Post-Test Moy 20,6 Individuelle: Le meilleur: Pré: 21 Post: 25 Le moins bon: Pré: 7 Post: 11 Progression: La meilleure + 13 La moins bonne + 4 (les extrêmes!)

10 BAMAKO NOVEMBRE 2006 Bilan de 3 ans Pré et Post-tests Test des connaissances 80 questions RARE vs non RARE! Performances: maximum 80 points, correction anonyme Globale: Moy RARE: 44 RARE: 28,9 non Individuelle: Le meilleur: RARE : 54,5 19 non RARE: 35 Le moins bon: RARE: 28,5 non RARE:

11 BAMAKO FEVRIER, 1 er MARS 2008 Formation des formateurs Diaporama éducatif «Impact Epilepsy» Préparation des QCM Tous Rédaction des QCM Mise en place des évaluations pour les séminaires Sud-Sud Distribution des sujets pour les exposés Rédaction des diaporamas Définitions, épidémiologie, physiopathologie O. Camara Etiologies, évaluation sociale et explorations ML Coulibaly Classification des crises et des épilepsies K. Nimaga Traitement des épilepsies M. Mariko Organisation des séminaires Sud-Sud Tous Actualités en épileptologie Exposé du sujet de la bourse/jfe 2008 ML Coulibaly Fiche d observation minimale pour les patients Tous Rédaction du programme des séminaires Sud-Sud la formation en cascade!

12 BAMAKO 9-10 DECEMBRE 2010 RARE élargi Test des connaissances 40 questions résultats du réseau RARE élargi! Performances: maximum 40 points, correction anonyme Globale: Moyenne 18,6 Individuelle: Le meilleur: 34,5 Le moins bon: 10 5 ont 25 et plus. 13 ont 20 et plus Séries1

13 Sur les formations: résultats à long terme Notions bien acquises: Diagnostic d'une crise GTC 26,5/29 Diagnostic d'une myoclonie physio 20/29 Diagnostic d'une absence typique 23/29 Notions mal acquises: Crise non épileptique caricaturale 8 ou 12 /29 Diagnostic syndromique

14 En conclusion L'effort de formation paye! Très importante amélioration des connaissances théoriques et pratiques chez les praticiens formés mais Principales difficultés mises en évidence : Diagnostic différentiel entre épilepsie et crises psychogènes Diagnostic des crises épileptiques mineures Gestion des interaction et effets secondaires des médications antiépileptiques

15 Merci pour votre attention.

1 er Congrès de Médecine Générale francophone de l Océan Indien

1 er Congrès de Médecine Générale francophone de l Océan Indien Rafaliarivony N, Rakotoarivelo RA, Razakarison C, Gottot S, Ravony Harintsoa L, Andriamanjato D, Harilalarisoa H, Ramaniraka I, Rakotondramanga J, Ranaivoson F, Rakotonirina JF, Desplats D 1 er Congrès

Plus en détail

Médecine d urgence en milieu isolé Conception d un module de formation pour la médecine générale communautaire. Dr E.Kras - Santé Sud 7 Octobre 2016

Médecine d urgence en milieu isolé Conception d un module de formation pour la médecine générale communautaire. Dr E.Kras - Santé Sud 7 Octobre 2016 Conception d un module de formation pour la médecine générale communautaire Dr E.Kras - Santé Sud 7 Octobre 2016 I. Etats des lieux et problématiques En pratique, en cabinet du médecin géneraliste communautaire

Plus en détail

CŒUR ET TRAVAIL PRISE EN CHARGE DU PATIENT INSUFFISANT CARDIAQUE (PARAMEDICAUX) Méthodologie du programme de DPC

CŒUR ET TRAVAIL PRISE EN CHARGE DU PATIENT INSUFFISANT CARDIAQUE (PARAMEDICAUX) Méthodologie du programme de DPC Méthodologie du programme de DPC L objectif de ce programme de formation sur l insuffisance cardiaque est de permettre aux personnels paramédicaux travaillant dans les services de cardiologie ou de réadaptation

Plus en détail

Sommaire CHAPITRE 1 RÉACTION INFLAMMATOIRE : ASPECTS 17 CLINIQUES ET BIOLOGIQUES. CONDUITE À TENIR

Sommaire CHAPITRE 1 RÉACTION INFLAMMATOIRE : ASPECTS 17 CLINIQUES ET BIOLOGIQUES. CONDUITE À TENIR Sommaire CHAPITRE 1 RÉACTION INFLAMMATOIRE : ASPECTS 17 CLINIQUES ET BIOLOGIQUES. CONDUITE À TENIR Module 8. Immunopathologie Réaction inflammatoire Question 112 I. DÉFINITION INTRODUCTION 17 II. PRINCIPAUX

Plus en détail

Table des matières. Liste des collaborateurs... Abréviations... Préface... Hémodynamique, maladie coronaire, athéromatose

Table des matières. Liste des collaborateurs... Abréviations... Préface... Hémodynamique, maladie coronaire, athéromatose Table des matières Liste des collaborateurs... Abréviations... Préface... V VI X Hémodynamique, maladie coronaire, athéromatose 1. Athérome, épidémiologie et physiopathologie, le malade polyathéromateux...

Plus en détail

Les pratiques avancées en soins infirmiers

Les pratiques avancées en soins infirmiers Les pratiques avancées en soins infirmiers Enzo LEVEAU Infirmier D.E Master 1 Sciences cliniques infirmières UE 4.8.S6 : Qualité des soins, évaluation des pratiques IFSI Thonon 12.03.2013 Objectifs de

Plus en détail

0.00 Janv. 1986 Janv. 1988 Janv. 1990 Janv. 1992 Janv. 1994 Janv. 1996 Janv. 1998 Janv. 2000 Janv. 2002 Janv. 2004 Janv. 2006 Janv. 2008 Janv.

0.00 Janv. 1986 Janv. 1988 Janv. 1990 Janv. 1992 Janv. 1994 Janv. 1996 Janv. 1998 Janv. 2000 Janv. 2002 Janv. 2004 Janv. 2006 Janv. 2008 Janv. COMPARAISON DES TAUX FIXES ET DES TAUX VARIABLES ET TAUX MOYEN DES PRÊTS HYPOTHÉCAIRES À L HABITATION À 5 ANS 2 Taux fixes Taux variables Réservé à l usage interne de. TAUX FIXES DES 25 DERNIÈRES ANNÉES

Plus en détail

Descriptif d une séquence de formation. Plan du cours : «Urologie Néphrologie»

Descriptif d une séquence de formation. Plan du cours : «Urologie Néphrologie» Descriptif d une séquence de formation Plan du cours : 2013 2014 «Urologie Néphrologie» 1. Informations de base - Matière d enseignement: Urologie Néphrologie - Public cible : Cinquième année médecine

Plus en détail

Comment la sécurité des patients peut-elle être enseignée et apprise?

Comment la sécurité des patients peut-elle être enseignée et apprise? Comment la sécurité des patients peut-elle être enseignée et apprise? Etat des lieux: Hôpitaux Universitaires de Genève et Faculté de Médecine Dr M Nendaz, MD, MHPE Bienne, novembre 2008 Plan Conditions

Plus en détail

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 9 mai 2001 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de trois ans

Plus en détail

Les expressions psychiatriques du SIDA. Dr. Gilles P. DELATOUR, Psychiatre

Les expressions psychiatriques du SIDA. Dr. Gilles P. DELATOUR, Psychiatre Les expressions psychiatriques du SIDA Dr. Gilles P. DELATOUR, Psychiatre objectifs Présenter succintement l épidemiologie du VIH/SIDA; Sensibiliser l auditoire à l augmentation des risques de troubles

Plus en détail

Vision de la relève en médecine familiale sur la collaboration médecin-pharmacien

Vision de la relève en médecine familiale sur la collaboration médecin-pharmacien Vision de la relève en médecine familiale sur la collaboration médecin-pharmacien Luc Côté, MSS, PhD (ed) Michelle Normandeau, B. Pharm., M. Sc. Brigitte Maheux, MD, PhD Andrée Gilbert, MD Louise Authier,

Plus en détail

MIGRAINE SANS AURA : critères diagnostiques selon l International Headache Society (IHS)

MIGRAINE SANS AURA : critères diagnostiques selon l International Headache Society (IHS) LES MIGRAINES 1 M. sans aura 2 Aura avec céphalée migraineuse ou non 3 Aura sans céphalée 4 M. hémiplégique 5 M. rétinienne 6 M. basilaire 7 M. compliquée 8 Equivalents migraineux chez l enfant 9 M. probable

Plus en détail

Les nouveaux rôles des infirmières cliniciennes et praticiennes dans le suivi des clientèles

Les nouveaux rôles des infirmières cliniciennes et praticiennes dans le suivi des clientèles Les nouveaux rôles des infirmières cliniciennes et praticiennes dans le suivi des clientèles Carole Mercier, inf., M.Sc. Directrice-conseil Direction des affaires externes et des statistiques sur l effectif,

Plus en détail

Nephrologie pédia. La formation. Diplôme : Diplôme Inter-Universitaire (D. DIU Santé

Nephrologie pédia. La formation. Diplôme : Diplôme Inter-Universitaire (D. DIU Santé InterUniversitaire (D La formation Il est créé à l'université de LYON I, un Diplôme Interuniversitaire de NEPHROLOGIE PEDIATRIQUE, en association avec les Universités de NICE et PARIS V et MONTPELLIER.

Plus en détail

Sommaire PARTIE 1 : GÉNÉRALITÉS... 15

Sommaire PARTIE 1 : GÉNÉRALITÉS... 15 Sommaire PARTIE 1 : GÉNÉRALITÉS... 15 N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée...17 Rappel sémiologique...18 Les troubles mentaux...20 La gravité

Plus en détail

LE BON USAGE DES ANTIBIOTIQUES EN EHPAD FORMATION ET ÉVALUATION. J.Birgé. 14 avril 2016

LE BON USAGE DES ANTIBIOTIQUES EN EHPAD FORMATION ET ÉVALUATION. J.Birgé. 14 avril 2016 1 LE BON USAGE DES ANTIBIOTIQUES EN EHPAD FORMATION ET ÉVALUATION Mes liens d intérêts 2 Spécialiste en médecine générale en activité Membre de la commission de transparence de la HAS Vice président d

Plus en détail

Face à une pathologie accidentogène Rôle du soignant pour préserver les droits du patient: L exemple de l épilepsie. Philippe Derambure

Face à une pathologie accidentogène Rôle du soignant pour préserver les droits du patient: L exemple de l épilepsie. Philippe Derambure Face à une pathologie accidentogène Rôle du soignant pour préserver les droits du patient: L exemple de l épilepsie Philippe Derambure Brodie et al, Lancet 2009 Epilepsie: épidemiologie Définition de l

Plus en détail

Le réseau infirmier de la francophonie

Le réseau infirmier de la francophonie 6 e Rendez-vous Santé en français Journée pré-rendez-vous 21 novembre 2012, Ottawa (Canada) Le réseau infirmier de la francophonie UNE EXPRESSION DE LEADERSHIP Présentée par Hélène Salette, inf., M. Sc.

Plus en détail

CALENDRIER ACADEMIQUE DES ACTIVITES DE L ANNEE 2015/2016

CALENDRIER ACADEMIQUE DES ACTIVITES DE L ANNEE 2015/2016 RÉPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix - Travail Patrie ------------ UNIVERSITE DE YAOUNDE I ----------- FACULTE DE MEDECINE ET DES SCIENCES BIOMEDICALES ---------- REPUBLIC OF CAMEROON Peace Work Fatherland ------------

Plus en détail

L ARNS ET LA RECHERCHE SUR LES HEPATITES VIRALES AU CAMEROUN. Pr Magloire BIWOLE SIDA Gastro-entérologue

L ARNS ET LA RECHERCHE SUR LES HEPATITES VIRALES AU CAMEROUN. Pr Magloire BIWOLE SIDA Gastro-entérologue L ARNS ET LA RECHERCHE SUR LES HEPATITES VIRALES AU CAMEROUN Pr Magloire BIWOLE SIDA Gastro-entérologue LES HEPATITES VIRALES DANS LES PAYS DU SUD Améliorer la prévention et la prise en charge des patients

Plus en détail

Intérêt d une prise en charge conjointe somatique et psychiatrique chez l adolescent : pluridisciplinarité ou interdisciplinarité?

Intérêt d une prise en charge conjointe somatique et psychiatrique chez l adolescent : pluridisciplinarité ou interdisciplinarité? Intérêt d une prise en charge conjointe somatique et psychiatrique chez l adolescent : pluridisciplinarité ou interdisciplinarité? Dr Clara MOTTEAU Médecin généraliste Clinique de Saumery Contexte d exercice

Plus en détail

CEC Alzheimer et Maladies Apparentées - Programme de l enseignement théorique

CEC Alzheimer et Maladies Apparentées - Programme de l enseignement théorique S1 06 et 07/01 CEC Alzheimer et Maladies Apparentées - Programme de l enseignement théorique 2016- Séminaire Titre du Séminaire Date Titre du cours Heures matin 06/01 Déclin cognitif de l adulte matin

Plus en détail

Diplôme- Inter universitaire de pédagogie médicale. Formation des internes d ORL : Cas du Mali

Diplôme- Inter universitaire de pédagogie médicale. Formation des internes d ORL : Cas du Mali Diplôme- Inter universitaire de pédagogie médicale Université Paris-Descartes Mémoire Pour le Diplôme Inter Universitaire de Pédagogie Médicale DIU Formation des internes d ORL : Cas du Mali Soutenu publiquement

Plus en détail

Syncope: Qui hospitaliser? Quel bilan?

Syncope: Qui hospitaliser? Quel bilan? Syncope: Qui hospitaliser? Quel bilan? Jérémie BARRAUD Unité Rythmologie et Stimulation Cardiaque Service de Cardiologie, CHU NORD Aix-Marseille Université Définition - Epidémiologie Syncope = Perte de

Plus en détail

Traitement 2.0 AIDE-MEMOIRE

Traitement 2.0 AIDE-MEMOIRE AIDE-MEMOIRE Traitement 2.0 L ONUSIDA considère que le Traitement 2.0 constitue une plateforme thérapeutique extrêmement simplifiée contre le VIH. Ce traitement réduit sensiblement le nombre des décès

Plus en détail

Relation de soin et alliance Soignant/Soigné à Saint Denis

Relation de soin et alliance Soignant/Soigné à Saint Denis Relation de soin et alliance Soignant/Soigné à Saint Denis COOPERATION SANITAIRE NORD-SUD : EXPERIENCE SAINT DENIS- KAYES (MALI) Dr Denis Mechali mars 2010 1990/1995 : SIDA: maladie toujours mortelle Création

Plus en détail

CONTRIBUTION A L AMELIORATION DE LA PRISE EN CHARGE DU DIABETE SUCRE AUX COMORES

CONTRIBUTION A L AMELIORATION DE LA PRISE EN CHARGE DU DIABETE SUCRE AUX COMORES CONTRIBUTION A L AMELIORATION DE LA PRISE EN CHARGE DU DIABETE SUCRE AUX COMORES Dr KAMIL TOILIBOU Dr SIMON ABSUR ABDALLAH Saint-Gilles-Les-Bains, les 22 et 23 avril 2016 2 e congrès de Médecine Générale

Plus en détail

Déploiement des Télésoins dans l Insuffisance Cardiaque en Basse-Normandie

Déploiement des Télésoins dans l Insuffisance Cardiaque en Basse-Normandie Déploiement des Télésoins dans l Insuffisance Cardiaque en Basse-Normandie Phase 2 financée par ARH, URCAM et CRBN Dr Sabatier, Dr Belin, Pr Grollier CHU de CAEN / APRIC Épidémiologie Épidémiologie ICC

Plus en détail

Plaies et cicatrisations

Plaies et cicatrisations Formation extra-muros Plaies et cicatrisations Programme DPC n 47341500008 Hôtel Ibis Paris Porte de Versailles 15 avenue Jean Jaurès - 92130 Issy s Moulineaux Prise en charge des plaies et des cicatrisations

Plus en détail

Faculté de Médecine - Clermont-Ferrand

Faculté de Médecine - Clermont-Ferrand Faculté de Médecine - Clermont-Ferrand DEPISTAGE DE LA BRONCHO-PNEUMOPATHIE CHRONIQUE OBSTRUCTIVE EN MEDECINE GENERALE PAR MINI-SPIROMETRIE ELECTRONIQUE ETUDE DE PREVALENCE parmi des patients à risque

Plus en détail

STAGES DE MEDECINE «HUMANITAIRE» AU SEIN DES MISSSIONS INTERNATIONALES DE LA CROIX-ROUGE FRANCAISE. Document d information.

STAGES DE MEDECINE «HUMANITAIRE» AU SEIN DES MISSSIONS INTERNATIONALES DE LA CROIX-ROUGE FRANCAISE. Document d information. STAGES DE MEDECINE «HUMANITAIRE» AU SEIN DES MISSSIONS INTERNATIONALES DE LA CROIX-ROUGE FRANCAISE Document d information Lutte contre le VIH/Sida Contexte Dans le monde, l Afrique est le continent le

Plus en détail

Epilepsies. Cas particulier chez le sujet âgé

Epilepsies. Cas particulier chez le sujet âgé Epilepsies Cas particulier chez le sujet âgé Epilepsies : Généralités Epilepsie Gériatrie Epilepsies : Définitions Crise d épilepsie : manifestations cliniques dues à décharge anormale hypersynchrone de

Plus en détail

Les tableaux et les calendriers récapitulatifs de crises (Seizure Recording Forms)

Les tableaux et les calendriers récapitulatifs de crises (Seizure Recording Forms) Les tableaux et les calendriers récapitulatifs de crises (Seizure Recording Forms) Pourquoi tenir un journal récapitulatif de crises? Afin de mieux comprendre les crises affectant quelqu un, il est important

Plus en détail

Bilan scientique du 3 e Congrès franco-panafricain de pathologie vasculaires. Dr Evariste Bouenizabila CHU de Brazzaville

Bilan scientique du 3 e Congrès franco-panafricain de pathologie vasculaires. Dr Evariste Bouenizabila CHU de Brazzaville Bilan scientique du 3 e Congrès franco-panafricain de pathologie vasculaires Dr Evariste Bouenizabila CHU de Brazzaville Pas de conflit d interêt SOUS LE HAUT PATR du Ministre de la Santé et de la Population

Plus en détail

Régulation des douleurs thoraciques: expérience du SAMU 84. Dr. Privat A. Chef de service: Bourgeois S.

Régulation des douleurs thoraciques: expérience du SAMU 84. Dr. Privat A. Chef de service: Bourgeois S. Régulation des douleurs thoraciques: expérience du SAMU 84 Dr. Privat A. Chef de service: Bourgeois S. Régulation des Douleurs thoraciques Procédure de régulation de la douleur thoracique Guide la prise

Plus en détail

MAÎTRISES EN SCIENCES DE LA SANTÉ

MAÎTRISES EN SCIENCES DE LA SANTÉ MAÎTRISES EN SCIENCES DE LA SANTÉ BIOCHIMIE (2), BIOLOGIE CELLULAIRE (2), IMMUNOLOGIE (1), MICROBIOLOGIE (1), PHARMACOLOGIE (5), PHYSIOLOGIE (1), RADIOBIOLOGIE (2), SCIENCES CLINIQUES (4), SCIENCES CLINIQUES

Plus en détail

Prise en charge des plaies et des cicatrisations

Prise en charge des plaies et des cicatrisations Formation extra-muros Prise en charge des plaies et des cicatrisations Programme DPC n 47341400029 Hôtel Ibis Montpellier Centre 95 place Vauban, bd d Antigone - 34000 Montpellier constat La prise en charge

Plus en détail

En collaboration avec : Ecole Internationale Rééducation Plancher Pelvien

En collaboration avec : Ecole Internationale Rééducation Plancher Pelvien En collaboration avec : Ecole Internationale Rééducation Plancher Pelvien Intervenant et concepteur du programme: Loïc DABBADIE PROGRAMME DETAILLE PREMIER DEGRE EN REEDUCATION PERINEO-SPHINCTERIENNE (2

Plus en détail

Que pensez du traitement médicamenteux dans la Maladie d Alzheimer de stade modéré à sévère? Apport de l étude DOMINO

Que pensez du traitement médicamenteux dans la Maladie d Alzheimer de stade modéré à sévère? Apport de l étude DOMINO Que pensez du traitement médicamenteux dans la Maladie d Alzheimer de stade modéré à sévère? Apport de l étude DOMINO Christian COFFINET, Nadir KADRI Les Médicales de Saint Julien Jeudi 27 Septembre 2012

Plus en détail

Rapport de recommandations Dhumeaux 2014 :

Rapport de recommandations Dhumeaux 2014 : Rapport de recommandations Dhumeaux 2014 : Quelle actualité sur la prise en charge des personnes détenues infectées par le virus de l hépatite B ou de l hépatite C? Dr Laura Harcouët Pharmacien PH GH Cochin

Plus en détail

Maladies rénales : les nouveaux enjeux

Maladies rénales : les nouveaux enjeux Maladies rénales : les nouveaux enjeux Pierre Ronco Unité INSERM UMR_S 702 Service de Néphrologie et Dialyses, Hôpital Tenon, Paris, France Société Médicale des Hôpitaux 16 mars 2012 Epidémiologie Entre

Plus en détail

PROGRAMME D APPUI A LA MEDICALISATION DES ZONES RURALES DU MALI

PROGRAMME D APPUI A LA MEDICALISATION DES ZONES RURALES DU MALI PROGRAMME D APPUI D A LA MEDICALISATION DES ZONES RURALES DU MALI Dr COULIBALY Seydou Coordinateur Général G Santé Sud Mali Dr SY Cheick Mohamed Mansour Chef projet médcamp CONTEXTE DE L ACTION L Jusqu

Plus en détail

Le rôle du médecin généraliste dans l éducation thérapeutique du patient infecté par le VIH

Le rôle du médecin généraliste dans l éducation thérapeutique du patient infecté par le VIH Le rôle du médecin généraliste dans l éducation thérapeutique du patient infecté par le VIH Docteur Olivier Brasse Médecin généraliste Praticien Attaché Pôle Addiction-Prévention-Education thérapeutique

Plus en détail

3 septembre 2013 Swiss ehealth Summit Etude de l impact médicoéconomique. télémédecine au Mali. David Pécoul et Laurence Thévoz

3 septembre 2013 Swiss ehealth Summit Etude de l impact médicoéconomique. télémédecine au Mali. David Pécoul et Laurence Thévoz 3 septembre 2013 Swiss ehealth Summit 2013 Etude de l impact médicoéconomique d un projet de télémédecine au Mali David Pécoul et Laurence Thévoz Problématique Télémédecine Télémédecine comme réponse à

Plus en détail

LIVRET POUR LES STAGES de M1 et M2 DU MASTER DE THERAPIES COMPORTEMENTALES ET COGNITIVES

LIVRET POUR LES STAGES de M1 et M2 DU MASTER DE THERAPIES COMPORTEMENTALES ET COGNITIVES LIVRET POUR LES STAGES de M1 et M2 DU MASTER DE THERAPIES COMPORTEMENTALES ET COGNITIVES NOM et prénom de l étudiant : Master de Thérapies Comportementales et Cognitives Faculté de Psychologie, 12 rue

Plus en détail

Partenaires jusqu au dernier souffle Soins de fin de vie pour les maladies pulmonaires chroniques (MPC)

Partenaires jusqu au dernier souffle Soins de fin de vie pour les maladies pulmonaires chroniques (MPC) Soins de fin de vie pour les maladies pulmonaires chroniques (MPC) Présenté par : Nathalie Painchaud, Inf., B.Sc. Diane Nault, Inf., M.Sc. Service régional de soins pulmonaires à domicile (SRSAD) Hôpital

Plus en détail

Descriptif d une séquence de formation. Plan du cours : «Hématologie clinique Maladies de système Cancérologie générale»

Descriptif d une séquence de formation. Plan du cours : «Hématologie clinique Maladies de système Cancérologie générale» Descriptif d une séquence de formation Plan du cours : 2013 2014 «Hématologie clinique Maladies de système Cancérologie générale» 1. Informations de base - Matière d enseignement: Hématologie clinique

Plus en détail

Termes de références

Termes de références Termes de références Mission n 12INI144 République de / Appui ausecrétariat Exécutif du Comité National de Lutte contre le Sida pour optimiser la prise en charge thérapeutique et renforcer le dispositif

Plus en détail

CRISES SANITAIRES : ASSURER LA CONTINUITÉ DES SOINS

CRISES SANITAIRES : ASSURER LA CONTINUITÉ DES SOINS CRISES SANITAIRES : ASSURER LA CONTINUITÉ DES SOINS POUR LES MALADIES CHRONIQUES LE DÉFI DES APPROVISIONNEMENTS EN PRODUITS DE SANTÉ XXI ACTUALITÉS DU PHARO Marseille, jeudi 6 octobre Etienne Guillard

Plus en détail

Les déterminants de l abandon du traitement anti bacillaire au Maroc

Les déterminants de l abandon du traitement anti bacillaire au Maroc Les déterminants de l abandon du traitement anti bacillaire au Maroc Tachfouti N*, Berraho M*, Benjelloun MC**, ELfakir S*, El Rhazi K*, Nejjari C* *:Laboratoire d Epidémiologie, de Recherche Clinique

Plus en détail

Pour un autre regard sur la santé mentale. Organisé par le

Pour un autre regard sur la santé mentale. Organisé par le Pour un autre regard sur la santé mentale. Organisé par le Les SISM qu est-ce que c est? Créée en 1990, la Semaine d Information sur la santé mentale est un événement annuel qui s adresse au grand public,

Plus en détail

Les essais cliniques dans les maladies rares. Cécile COLOMBAN Plateforme OrphanDev/FCRIN

Les essais cliniques dans les maladies rares. Cécile COLOMBAN Plateforme OrphanDev/FCRIN Les essais cliniques dans les maladies rares Cécile COLOMBAN Plateforme OrphanDev/FCRIN Explique-moi les essais cliniques 13-14 déc 2016 ORPHANDEV www.orphan-dev.org Plateforme nationale dédiée au DEVeloppement

Plus en détail

ENSEIGNEMENT D OPHTALMOLOGIE DEUXIÈME CYCLE

ENSEIGNEMENT D OPHTALMOLOGIE DEUXIÈME CYCLE ENSEIGNEMENT D OPHTALMOLOGIE DEUXIÈME CYCLE POLYCOPIÉ NATIONAL DU COLLÈGE DES OPHTALMOLOGISTES UNIVERSITAIRES DE FRANCE ANNÉE UNIVERSITAIRE 2004-2005 - 1 - Ce polycopié national est basé sur le nouveau

Plus en détail

Table des matières. Module 8. Immunopathologie Réaction inflammatoire I. DÉFINITIONS GÉNÉRALITÉS 14 II. PHYSIOPATHOLOGIE 14 III.

Table des matières. Module 8. Immunopathologie Réaction inflammatoire I. DÉFINITIONS GÉNÉRALITÉS 14 II. PHYSIOPATHOLOGIE 14 III. Table des matières CHAPITRE 1. ALLERGIES ET HYPERSENSIBILITÉS CHEZ L ENFANT 13 ET L ADULTE : ASPECTS ÉPIDÉMIOLOGIQUES, DIAGNOSTIQUES ET PRINCIPES DE TRAITEMENT I. DÉFINITIONS GÉNÉRALITÉS 14 II. PHYSIOPATHOLOGIE

Plus en détail

Psychiatrie et santé mentale Actualités de la HAS Journées de la Bussière. 22 septembre 2016

Psychiatrie et santé mentale Actualités de la HAS Journées de la Bussière. 22 septembre 2016 Psychiatrie et santé mentale Actualités de la HAS Journées de la Bussière 22 septembre 2016 1 La démarche HAS depuis 2013 Souhait d organiser une démarche prenant en compte les enjeux de la qualité et

Plus en détail

SOURIEZ, IL Y A DE L ESPOIR

SOURIEZ, IL Y A DE L ESPOIR ACCES AUX ANTIRETROVIRAUX EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE EXEMPLE DU MALI MARSEILLE / 3 AVRIL 2007 Couverture des antirétroviraux en Afrique subsaharienne : 23 % Gratuité : Bénin, Mali, Niger, Sénégal Volonté

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE DES DOULEURS NEUROPATHIQUES AU CENTRE DE TRAITEMENT DE LA DOULEUR DE l HOPITAL LA RABTA - Tunis

EPIDEMIOLOGIE DES DOULEURS NEUROPATHIQUES AU CENTRE DE TRAITEMENT DE LA DOULEUR DE l HOPITAL LA RABTA - Tunis 8 ème congrès national et 3 ème congrès panarabe de lutte contre la douleur EPIDEMIOLOGIE DES DOULEURS NEUROPATHIQUES AU CENTRE DE TRAITEMENT DE LA DOULEUR DE l HOPITAL LA RABTA - Tunis Alger, le 4 octobre

Plus en détail

GROUPES QUALITE PRISE EN CHARGE DE LA DEPRESSION DOSSIER DOCUMENTAIRE FEVRIER Comité de relecture. Groupe de travail

GROUPES QUALITE PRISE EN CHARGE DE LA DEPRESSION DOSSIER DOCUMENTAIRE FEVRIER Comité de relecture. Groupe de travail GROUPES QUALITE PRISE EN CHARGE DE LA DEPRESSION DOSSIER DOCUMENTAIRE FEVRIER 2009 Groupe de travail René LE JEUNE Jean BATTINI Arnaud GANNE Jean-Yves HASCOET Comité de relecture Didier MYHIE Hervé LE

Plus en détail

VIH/SIDA Améliorer le dépistage XIIème rencontre des Amicales de Paris 17 janvier 2015

VIH/SIDA Améliorer le dépistage XIIème rencontre des Amicales de Paris 17 janvier 2015 VIH/SIDA Améliorer le dépistage XIIème rencontre des Amicales de Paris 17 janvier 2015 Professeur Alain Sobel Président du Corevih Ile de France Sud Centre de Diagnostic et de Thérapeutique Hôtel-Dieu

Plus en détail

Biais et niveaux de preuve en Pharmaco-épidémiologie

Biais et niveaux de preuve en Pharmaco-épidémiologie Biais et niveaux de preuve en Pharmaco-épidémiologie David Braunstein Service de pharmacologie clinique et pharmacovigilance AP-HM DESC de Pharmacologie médicale et évaluation des thérapeutiques 18 Mai

Plus en détail

Descriptif d une séquence de formation. Plan du cours : «Hématologie clinique Maladies de système Cancérologie générale»

Descriptif d une séquence de formation. Plan du cours : «Hématologie clinique Maladies de système Cancérologie générale» Descriptif d une séquence de formation Plan du cours : 2013 2014 «Hématologie clinique Maladies de système Cancérologie générale» 1. Informations de base - Matière d enseignement: Hématologie clinique

Plus en détail

Unité d enseignement 4 Perception - Système nerveux - Revêtement cutané. DFASM 2

Unité d enseignement 4 Perception - Système nerveux - Revêtement cutané. DFASM 2 Université de Caen Normandie UFR de Médecine Année universitaire 2016-2017 Unité d enseignement 4 Perception - Système nerveux - Revêtement cutané. DFASM 2 TOTAL : 60h de cours magistraux Responsable UE

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE DES PLAIES ET DE LA CICATRISATION

LA PRISE EN CHARGE DES PLAIES ET DE LA CICATRISATION LA PRISE EN CHARGE DES PLAIES ET DE LA CICATRISATION 1 1. OBJECTIFS PEDAGOGIQUES Analyser la pratique des participants dans le domaine des plaies et de la cicatrisation Actualiser les connaissances médicales

Plus en détail

Plan d étude. COURS : 180-CM1-HY Communication et soins en médecine-chirurgie 1. Appendicite, grippe, lombalgies, hernie discale, ITS

Plan d étude. COURS : 180-CM1-HY Communication et soins en médecine-chirurgie 1. Appendicite, grippe, lombalgies, hernie discale, ITS Plan d étude COURS : 180-CM1-HY Communication et soins en médecine-chirurgie 1 COMPÉTENCE : ÉVALUATION : 01Q8 Interpréter une situation clinique en se référant aux pathologies et aux problèmes relevant

Plus en détail

Le réseau de santé des maladies rénales rares de l enfant et de l adulte

Le réseau de santé des maladies rénales rares de l enfant et de l adulte Le réseau de santé des maladies rénales rares de l enfant et de l adulte 1. La filière ORKiD Contexte national La création des filières de santé maladies rares vise à développer les synergies entre acteurs

Plus en détail

Les Jeudis de l'europe

Les Jeudis de l'europe DIAGNOSTIC PRÉCOCE POLYARTHRITE RHUMATOÏDE Dr S. MARTINON Centre Hospitalier St Joseph. St Luc LYON samedi 11 mars 2006 Dr Stéphane Martinon 1 QUESTIONS POLYARTHRITE RHUMATOÏDE OUI / NON Le diagnostic

Plus en détail

Ecriture du protocole de recherche

Ecriture du protocole de recherche Ecriture du protocole de recherche Dr Julien Mancini julien.mancini@univmed.fr Laboratoire d Enseignement et de Recherche sur le Traitement de l Information Médicale Faculté de Médecine de Marseille, Université

Plus en détail

Programme. Tout comprendre sur les rythmes biologiques pour améliorer votre pratique clinique

Programme. Tout comprendre sur les rythmes biologiques pour améliorer votre pratique clinique Programme Tout comprendre sur les rythmes biologiques pour améliorer votre pratique clinique PLACE ET ENJEUX DE LA PROBLEMATIQUE TRAITEE 1 Contexte scientifique Si les troubles circadiens du sommeil et

Plus en détail

Dépistage rapide du VIH aux points de service

Dépistage rapide du VIH aux points de service Dépistage rapide du VIH aux points de service Jane Greer, clinique Hassle Free Satellite CATIE, conférence de l ACSP de juin 2009 Clinique Hassle Free Clinique communautaire au centre-ville de Toronto

Plus en détail

Management de la Qualité et gestion des Risques

Management de la Qualité et gestion des Risques Management de la Qualité et gestion des Risques Retour d expérience en psychiatrie V. BLY, Directrice clinique Belle Allée 1 Qualité et Gestion des Risques 5 juin 2012 Sommaire La V2010 : retour d expérience

Plus en détail

EDUCATION THERAPEUTIQUE EN INSUFFISANCE RENALE AVANT DIALYSE

EDUCATION THERAPEUTIQUE EN INSUFFISANCE RENALE AVANT DIALYSE EDUCATION THERAPEUTIQUE EN INSUFFISANCE RENALE AVANT DIALYSE D un programme intra hospitalier vers une collaboration avec le réseau TIRCEL Docteur Anne Jolivot, néphrologue, hôpital Edouard-Herriot, Lyon

Plus en détail

Hypertension Artérielle Pulmonaire. Bernard Iung Hôpital Bichat Paris, France

Hypertension Artérielle Pulmonaire. Bernard Iung Hôpital Bichat Paris, France Hypertension Artérielle Pulmonaire Bernard Iung Hôpital Bichat Paris, France 3 Définition de l hypertension artérielle pulmonaire 4 Définitions hémodynamiques Classification de l hypertension artérielle

Plus en détail

Comment fonctionne la CNEDiMTS

Comment fonctionne la CNEDiMTS Comment fonctionne la CNEDiMTS L évaluation des dossiers de demande d inscription sous nom de marque sur la Liste des Produits et Prestations Remboursables La Commission nationale d évaluation des dispositifs

Plus en détail

Éducation thérapeutique. maladies chroniques

Éducation thérapeutique. maladies chroniques Éducation thérapeutique et prise en charge des patients porteurs de maladies chroniques Quels modèles médico-économiques en présence? Maladies chroniques États-unis et maladies chroniques 120 millions

Plus en détail

Les essais cliniques dans les Maladies Rares : Quels besoins et Quelles solutions?

Les essais cliniques dans les Maladies Rares : Quels besoins et Quelles solutions? Les essais cliniques dans les Maladies Rares : Quels besoins et Quelles solutions? Dr Joëlle MICALLEF OrphanDev - Essais cliniques & Maladies rares CIC, Centre de Pharmacologie Clinique et d Evaluations

Plus en détail

CONGRES. Vendredi 30 Octobre 2009 De 8h00 à 18h00 FIBROMYALGIE DE LA PHYSIOPATHOLOGIE AU TRAITEMENT

CONGRES. Vendredi 30 Octobre 2009 De 8h00 à 18h00 FIBROMYALGIE DE LA PHYSIOPATHOLOGIE AU TRAITEMENT CONGRES Vendredi 30 Octobre 2009 De 8h00 à 18h00 Hôpital LA TIMONE 264, rue Saint-Pierre - 13385 Marseille cedex 5 Sous la présidence Du Professeur Jean-Claude PERAGUT Du Docteur Philippe ROUSSEL Sous

Plus en détail

Programme PRISE EN CHARGE DE L INSOMNIE EN PRATIQUE

Programme PRISE EN CHARGE DE L INSOMNIE EN PRATIQUE Programme PRISE EN CHARGE DE L INSOMNIE EN PRATIQUE PLACE ET ENJEUX DE LA PROBLEMATIQUE TRAITEE 1 Contexte L insomnie, source de souffrance pour les patients, est un motif régulier de consultations. Les

Plus en détail

Secours en Mer VHF : 9 Tel : 02 33 23 61 00

Secours en Mer VHF : 9 Tel : 02 33 23 61 00 01-janv-15 4h21 9h49 16h53 22h11 6h38 59 19h07 62 0h59 13h37 5h17 10h51 17h49 23h13 7h34 65 20h01 69 2h04 14h39 6h06 11h44 18h36 0h07* 8h21 73 20h47 76 3h02 15h33 6h50 12h30 19h19 0h51* 9h03 79 21h28 81

Plus en détail

Secours en Mer VHF : 9 Tel :

Secours en Mer VHF : 9 Tel : 01-janv-16 12h04 16h56 - - 1h54 57 14h05 52 8h48 21h10 0h42 5h29 13h02 17h32 2h43 47 14h56 43 9h32 21h57 1h45 6h18 13h48 18h22 3h48 40 16h08 37 10h28 22h58 2h44 7h24 15h07 19h36 5h04 37 17h27 38 11h38

Plus en détail

Secours en Mer VHF : 9 Tel :

Secours en Mer VHF : 9 Tel : 01-janv-17 9h13 14h42 21h43 3h04* 11h26 82 23h50 81 6h18 18h37 9h52 15h19 22h24 3h43* 12h05 79 --:-- --- 6h55 19h15 10h35 15h58 23h09 4h26* 0h30 77 12h46 74 7h34 19h55 11h22 16h41 23h59 5h13* 1h14 71 13h32

Plus en détail

Prise en charge spécialisée des refus scolaires anxieux en TCC en hôpital de jour : résultats et devenir

Prise en charge spécialisée des refus scolaires anxieux en TCC en hôpital de jour : résultats et devenir Prise en charge spécialisée des refus scolaires anxieux en TCC en hôpital de jour : résultats et devenir Dr Hélène DENIS Cécile ARRIBAT CHU Montpellier Refus scolaire anxieux Spectre des pathologies anxieuses

Plus en détail

L Annonce diagnostique en psychiatrie

L Annonce diagnostique en psychiatrie L Annonce diagnostique en psychiatrie 1 Dr DOMINIQUE JANUEL Chef de pole 93 G03 EPS DE VILLE EVRARD À ST DENIS 5 rue du Dr Delafontaine Saint Denis Définition Diagnostic : Identification d une maladie

Plus en détail

CIF Classification internationale du fonctionnement, du handicap et de la santé. Vers un langage commun

CIF Classification internationale du fonctionnement, du handicap et de la santé. Vers un langage commun CIF Classification internationale du fonctionnement, du handicap et de la santé Vers un langage commun Petite présentation Ergothérapeute depuis 1999. Licence et maitrise en gestion en 2006 et surtout

Plus en détail

CÉPHALÉES ET MIGRAINE. Dr Bertrand DELFINER NEUROLOGUE Fondation Rothschild Paris

CÉPHALÉES ET MIGRAINE. Dr Bertrand DELFINER NEUROLOGUE Fondation Rothschild Paris CÉPHALÉES ET MIGRAINE Dr Bertrand DELFINER NEUROLOGUE Fondation Rothschild Paris AMIFORM 17 et 18 Octobre 2012 GÉNÉRALITÉS Pathologie fréquente souvent sous estimée or : Menace parfois vitale Pronostic

Plus en détail

Centre Hospitalier Sainte-Anne

Centre Hospitalier Sainte-Anne EPP «Prise en charge de la douleur physique des patients hospitalisés au CHSA» (référence 42) Docteur Marianne MAZODIER Secteur 15- PARIS Journée FFP 28 Mars 2008 Thème porteur de potentialités d amélioration?:

Plus en détail

La prise en charge partenariale du Paludisme Dr François Bompart, Sanofi Accès au Médicament

La prise en charge partenariale du Paludisme Dr François Bompart, Sanofi Accès au Médicament Solidarités Européennes pour la Santé Mondiale. Paris, 23 La prise en charge partenariale du Paludisme Dr François Bompart, Sanofi Accès au Médicament LE CONTEXTE DE L ACCÈS AU MÉDICAMENT La majorité de

Plus en détail

Présentation du référentiel régional en cancérologie des VADS

Présentation du référentiel régional en cancérologie des VADS Présentation du référentiel régional en cancérologie des VADS Dr Ton Van, Dr. Mouawad 10/12/ Dr TON VAN DONNÉES GÉNÉRALES ET MÉTHODOLOGIE Les enjeux Modification de l incidence Répartition des sites tumoraux

Plus en détail

Le référentiel de formation du 31 juillet 2009.

Le référentiel de formation du 31 juillet 2009. 6 février 2014 Le référentiel de formation du 31 juillet 2009 Les recommandations de l HAS Le projet architectural de l IFSI : le laboratoire de compétences Nécessité de tenir compte de la spécificité

Plus en détail

Conduite à tenir devant une 1 ere crise chez un patient hospitalisé Pr Vincent Navarro

Conduite à tenir devant une 1 ere crise chez un patient hospitalisé Pr Vincent Navarro Conduite à tenir devant une 1 ere crise chez un patient hospitalisé Pr Vincent Navarro Unité d épilepsie et ICM Hôpital de la Pitié-Salpêtrière, Paris, France Contexte Patient admis dans un département

Plus en détail

d autres possibilités thérapeutiques peuvent être envisagées, et vous permettent ainsi d avoir des projets!

d autres possibilités thérapeutiques peuvent être envisagées, et vous permettent ainsi d avoir des projets! Lorsque les médicaments contre l épilepsie ne permettent pas de contrôler les crises, d autres possibilités thérapeutiques peuvent être envisagées, et vous permettent ainsi d avoir des projets! Parlez

Plus en détail

Le programme SHE : une initiative lyonnaise pour les femmes d origine sub saharienne vivant avec le VIH

Le programme SHE : une initiative lyonnaise pour les femmes d origine sub saharienne vivant avec le VIH SFLS 2012 - Symposium BMS «SHE» 9 mois plus tard Le programme SHE : une initiative lyonnaise pour les femmes d origine sub saharienne vivant avec le VIH Dr Florence BRUNEL-DALMAS Service de Maladies Infectieuses,

Plus en détail

FORMATION TECHNICIEN RESPIRATOIRE (PRESTATAIRE DE SANTÉ À DOMICILE) Module 1: Le SAS et la PPC (11 H 30 de formation)

FORMATION TECHNICIEN RESPIRATOIRE (PRESTATAIRE DE SANTÉ À DOMICILE) Module 1: Le SAS et la PPC (11 H 30 de formation) FORMATION TECHNICIEN RESPIRATOIRE (PRESTATAIRE DE SANTÉ À DOMICILE) Module 1: Le SAS et la PPC (11 H 30 de formation) Module 2 : Les insuffisances respiratoires L oxygénothérapie à domicile (12 h 00 de

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION. Formation de base à l éducation thérapeutique du patient vivant avec une pathologie chronique dans un ACT

PROGRAMME DE FORMATION. Formation de base à l éducation thérapeutique du patient vivant avec une pathologie chronique dans un ACT PROGRAMME DE FORMATION Formation de base à l éducation thérapeutique du patient vivant avec une pathologie chronique dans un ACT Formation en 2 temps (total de 6 jours) 1 er session (3 jours) : 26-27-28

Plus en détail

Visite de risques : analyse des risques a priori

Visite de risques : analyse des risques a priori Centre de coordination Sud-Est de la lutte contre les infections nosocomiales & associées aux soins Visite de risques : analyse des risques a priori Elisabeth Laprugne-Garcia Cadre supérieur de santé en

Plus en détail

CYCLE LOCAL SUR LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR

CYCLE LOCAL SUR LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR CYCLE LOCAL SUR LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR RESULTATS GENERAUX DE MARS 2007 A OCTOBRE 2008 NB DE PARTICIPANTS = 99 54 EN 2007 61 EN 2008 POUR LES RESULTATS LES 16 PARTICIPANTS DE NOV 2008 NE SONT

Plus en détail

Université de Claude Bernard, Lyon 1 Diplôme Inter Universitaire Tabacologie et Aide au sevrage tabagique Promotion

Université de Claude Bernard, Lyon 1 Diplôme Inter Universitaire Tabacologie et Aide au sevrage tabagique Promotion Université de Claude Bernard, Lyon 1 Diplôme Inter Universitaire Tabacologie et Aide au sevrage tabagique Promotion 2015 2016 Tabagisme et Tuberculose : état des lieux des connaissances et des pratiques

Plus en détail

Schémas d étude. Dr Julien Mancini Laboratoire d Enseignement et de Recherche sur le Traitement de l Information Médicale

Schémas d étude. Dr Julien Mancini Laboratoire d Enseignement et de Recherche sur le Traitement de l Information Médicale Schémas d étude Dr Julien Mancini julien.mancini@univmed.fr Laboratoire d Enseignement et de Recherche sur le Traitement de l Information Médicale Faculté de Médecine de Marseille, Université de la Méditerranée

Plus en détail

Prise en charge de la tuberculose dans le canton de Vaud

Prise en charge de la tuberculose dans le canton de Vaud Prise en charge de la tuberculose dans le canton de Vaud 25 ème symposium tuberculose de Münchenwiler 2016 Emilie Chevallier Dr. Jesica Mazza-Stalder Prof. Laurent Nicod 1 Source: Global Tuberculosis report

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER DE L UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL (CHUM)

CENTRE HOSPITALIER DE L UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL (CHUM) CENTRE HOSPITALIER DE L UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL (CHUM) Le Centre hospitalier de l Université de Montréal, appelé aussi CHUM, a été officiellement créé le 1 er octobre 1996 suite à la fusion de trois grands

Plus en détail