Les DRG vont déferler sur la Suisse

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les DRG vont déferler sur la Suisse"

Transcription

1 n 38 - juin 2007 Les DRG vont déferler sur la Suisse Les «DRG»: trois initiales qui désignent les termes de «Diagnosis Related Groups» ou «groupe homogène de malades». Spécialiste réputé de ce système de gestion des coûts hospitaliers, le professeur Luc Schenker explique le fonctionnement des DRG afin de saisir le formidable enjeu des «SwissDRG» qui s appliqueront, progressivement, à l ensemble des établissements hospitaliers du pays. La Clinique Générale-Beaulieu vient d inaugurer sa nouvelle signalétique. SOMMAIRE N 38 Mot du directeur FACE AUX MUTATIONS, NOUS ANTICIPONS Nous vivons dans le domaine de la santé un véritable changement de paradigme. En effet, les conditions-cadres sont en pleine mutation. Il suffit de se référer aux discussions liées à la LAMal au niveau cantonal et fédéral pour s'en convaincre. De ce point de vue, les interviews de Monsieur Luc Schenker et de Monsieur Pierre-Marcel Revaz, publiées dans ce numéro, sont pleines d'enseignement. La réforme de la LAMal va sans doute être l'objet de changements profonds de son mode de financement avec l'introduction généralisée des DRG (Diagnosis Related Groups) qui pourrait évoluer à terme vers un système de financement moniste à travers les assureurs-maladie. On pourrait voir (suite page 2) Mot du directeur 1-2 Le dossier: Groupes diagnostics DRG par L. Schenker et Ph. Cassegrain 3-7 Interview: M. Pierre-Marcel Revaz, président du Groupe Mutuel 8-9 Rencontre: Marie-Line Coudurier 10 Institut de radiologie 11 Institut de Médecine Nucléaire 12 Une opération exemplaire par le Prof. Denys Montandon 13 Nouvelle signalétique 14 Brèves 15 Agenda 16 Formation praticien formateur 17 Trajectoires 18

2 2 mot du directeur (suite de la page 1) surgir la suppression de l'obligation de contracter. La liberté pourrait être donnée aux patients de se faire hospitaliser sans discrimination de remboursement sur tout le territoire national pour une hospitalisation dans un hôpital public. Une première expérience menée actuellement vise à rembourser des patients de la région de Bâle hospitalisés à l'étranger. On pourrait multiplier les exemples. Face à ces bouleversements, la Clinique Générale- Beaulieu doit impérativement entretenir sa dynamique de changement et être en constant mouvement. Sa capacité d'adaptation proactive est la clé du succès. Une des missions de la direction, sous l'impulsion du conseil d'administration, est précisément d'accompagner le changement au sein de l'établissement. Le moins que l'on puisse dire est que la Clinique Générale-Beaulieu ne se nourrit pas seulement d'intentions, mais aussi d'actes, preuve en est les changements et les adaptations importantes qu'elle initie depuis plusieurs années. Si nous vivons une période difficile par le manque de visibilité à long terme en raison des mutations importantes à venir, nous vivons une période passionnante. Il est, en effet, particulièrement motivant de relever le défi d'adapter notre fabuleux outil de travail à notre nouvel environnement dont il est encore peu aisé de décrypter tous les éléments futurs. Avec l'esprit qui anime le conseil d'administration, la qualité des prestations offertes dans tous les domaines et la conscience professionnelle de nos collaborateurs, la confiance est de mise, car tous les ingrédients de la réussite sont réunis. PHILIPPE CASSEGRAIN Outre son vaste programme de rénovation des unités de soins avec la création de plusieurs suites pour satisfaire la demande, de la stérilisation centrale, de la pharmacie et du magasin central débuté en 2002, elle poursuivit ces modernisations lourdes au niveau de son plateau technique. Ainsi, l'institut de radiologie s'adapte par une refonte et un agrandissement des locaux pour assurer une meilleure prise en charge du patient. L'Institut qui a fait l'acquisition de nouveaux équipements l'année dernière (salle de radiologie interventionnelle, salles de radiologie conventionnelle, IRM 3 Tesla) poursuit son développement par l'achat d'une deuxième IRM ouverte 1 Tesla qui permet de réaliser de nouveaux examens, ainsi que l'ouverture d'une nouvelle salle de radiologie interventionnelle dédiée aux examens uro-digestifs et gynécologiques. Dans le même état d'esprit l'institut de médecine nucléaire diversifie son activité en ajoutant un pôle d'expertise de cardiologie avec l'arrivée du D r Eric Fréneaux qui assure notamment les tests d'effort scintigraphiques. Elle se renforce également dans le domaine de l'imagerie anatomo-fonctionnelle avec l'arrivée du D r Alain Keller qui possède un double FMH en médecine nucléaire et en radiologie, raison pour laquelle il exerce son art dans nos deux instituts. Le bloc opératoire, centre névralgique des activités de la clinique, n'est pas en reste avec la création en 2006 d'une première salle d'opération intégrée suivie par une deuxième cette année, dédiée à l'orthopédie avec flux laminaire.

3 GROUPES DIAGNOSTICS (DRG) le dossier 3 Les DRG vont bousculer le système de santé LUC SCHENKER EST PRÉSIDENT DE L ASSOCIATION APDRG SUISSE QUI, DEPUIS 1997, A DÉVELOPPÉ ET MAINTENU LES APDRG EN VIGUEUR À CE JOUR. IL ÉTAIT JUSQU À FIN 2006 DIRECTEUR FINANCIER DU CHUV À LAUSANNE. IL EST ACTUEL- LEMENT CHARGÉ DE MISSION AUPRÈS DU DIRECTEUR GÉNÉRAL DU CHUV ET CHARGÉ DE COURS À L INSTITUT D ECONOMIE ET MANAGEMENT DE LA SANTÉ DE L UNIVERSITÉ DE LAUSANNE. IL PRÉSENTE LE SYSTÈME DES DRG ET RÉPOND AUX QUESTIONS DE TRAIT D UNION. ORIGINE ET SIGNIFICATION DES DRG Les DRG, pour Diagnosis Related Groups, ou en français «groupe homogène de malades» (GHM) ont été développés dans les années 70 à l Université de Yale aux Etats-Unis par le Professeur Robert Fetter dans le but de standardiser les clientèles hospitalières, notamment dans un objectif de contrôle de qualité. Ce système a été adopté par le gouvernement américain pour rembourser les hôpitaux dès Il s est ensuite progressivement répandu en Europe. Les groupes diagnostics sont construits sur la base du diagnostic principal, des diagnostics secondaires qui expriment une co-morbidité ou une complication et qui vont donc entraîner la classification du patient dans un groupe à sévérité plus ou moins élevée, ainsi que des codes d interventions opératoires qui permettent de distinguer les patients chirurgicaux des patients médicaux. Suivant les familles de DRG, il y a entre 600 et 1'300 groupes. Un groupe doit être cohérent à la fois sur le plan médical (par exemple, ne pas mélanger une opération cardiaque et une prothèse de hanche) et sur le plan économique. LES DRG EN SUISSE Les DRG ont commencé à être étudiés en Suisse au milieu des années 80 et ont fait l objet d un rapport concluant à l intérêt de cette technique pour la Suisse (F. Paccaud, L. Schenker, DRG, perspectives d utilisation, Masson, Paris, 1989). Dès la fin des années 90, suite à la décision du Conseil fédéral de généraliser la saisie des codes diagnostics et opératoires (ordonnance de 1997), une association regroupant des cantons, des hôpitaux et les assureurs-maladie et accidents ont décidé d introduire les APDRG en Suisse sur une base volontaire. Les APDRG sont une variante de la solution utilisée par le gouvernement américain. Ils ont été adaptés aux données récoltées en Suisse. En 2002, la facturation en APDRG débutait dans le canton de Vaud, qui a été la première région européenne à facturer les séjours hospitaliers en DRG. Depuis, une centaine d établissements l utilise soit pour l assurance-accidents, soit pour l assurance-maladie, soit pour les deux. En 2004, les cantons, les assureurs-maladie et accidents, la Fédération des médecins et l Association suisse des hôpitaux ont décidé de lancer un projet SwissDRG pour sélectionner la nouvelle génération de DRG pour la Suisse. Le choix s est porté sur les DRG allemands (G- DRG) qui sont actuellement en cours d «helvétisation» et devraient être utilisés dès 2010 pour l ensemble de la Suisse en remplacement des APDRG.

4 4 le dossier DE LA CLASSIFICATION DES PATIENTS Les DRG: plus nécessaires que «magiques» Monsieur Luc Schenker, les hôpitaux publics et d intérêt public vaudois ont été les premiers en Suisse à introduire le financement et la facturation par APDRG en Vous avez été l initiateur de cette réforme, quel bilan en tirezvous? «L introduction des APDRG pour le financement et la facturation des hôpitaux s est très bien passée et après une première année d inévitables «maladies de jeunesse», le système fonctionne de routine à satisfaction de tous les partenaires. Au CHUV, il couvre l entier de la facturation, y compris les patients privés et les honoraires médicaux. Dans les établissements de la Fédération des hôpitaux vaudois (FHV), seules les factures pour l assurance obligatoire des soins sont faites en DRG. Le problème le plus important qui a entraîné des retards de facturation est celui du codage des opérations et des diagnostics. En effet, ce codage nécessite la mise à disposition du dossier médical après un séjour hospitalier et certains services fournissaient cette information avec retard. Les hôpitaux se sont réorganisés administrativement et aujourd hui la quasi totalité de la facturation est faite, au plus tard, un mois après la sortie du patient. S agissant du financement des hôpitaux, les APDRG permettent à la fois de tenir compte de la variation des hospitalisations comme c était le cas précédemment, mais également de la lourdeur des patients traités, ou plutôt de leur sévérité, puisqu à chaque patient est affecté un nombre de points correspondant aux ressources nécessaires pour son traitement. Le nombre de points varie entre 0,126 point pour un nouveau-né décédé et 38,278 points pour une transplantation de moelle osseuse. La moyenne des séjours est égale à 1 et est basée sur un échantillon d un million de séjours hospitaliers au niveau suisse.» Les DRG sont-ils également utiles dans la gestion interne de l hôpital? «Dans la mesure où les DRG permettent de PORTRAIT-EXPRESS Luc Schenker est né en Après des études d économie politique à l Université de Neuchâtel, il a complété sa formation en économie de la santé, à l Université de Yale. Il a occupé les fonctions d économiste au Département des affaires sociales du canton de Vaud, puis a pris la responsabilité du financement des établissements sanitaires au Service de la santé publique de ce même canton et, enfin, est devenu directeur des finances au CHUV. Sur le plan académique, il a codirigé l étude suisse sur les DRG entre 1985 et 1990 et, actuellement, est chargé de cours à l Institut d Economie et Management de la Santé de l Université de Lausanne dans le mesurer la «production hospitalière», c est un instrument extrêmement utile à la gestion interne, notamment pour allouer des budgets aux différents services hospitaliers et pour les comparer entre eux ou avec d autres hôpitaux.» LES SWISSDRG EN PRÉPARATION Qu en est-il des DRG aujourd hui sur le plan suisse? «Plus d une centaine d établissements hospitaliers utilise les DRG. Le plus grand nombre les utilise dans le cadre des contrats avec l assurance-accidents. C est dans ce domaine également que certaines cliniques privées ont signé des conventions en APDRG. S agissant de l assurance-maladie, Santé Suisse a signé des conventions en APDRG dans la plupart des cantons romands, ainsi qu en Suisse centrale. Depuis 2006, Santé Suisse a refusé de signer de nouvelles conventions en APDRG dans l attente des SwissDRG, ce qui est regrettable parce que l utilisation des APDRG est une excellente préparation à la mise en œuvre des SwissDRG.» Dans un document (dossier politique, 19 février 2007) d économiesuisse consacré au financement des hôpitaux, il est dit que «les groupes de diagnostic sont une condition nécessaire mais insuffisante pour provoquer un changement structurel». Comment réagissez-vous? «Le dossier que vous mentionnez met en évidence l utilité des DRG dans le cadre d un encouragement à la mise en concurrence des hôpitaux entre eux. Il est évident que les DRG sont un outil indispensable, mais non suffisant pour faire jouer la concurrence entre les hôpitaux. En effet, les DRG permettent de compa-

5 À LA FACTURATION le dossier 5 «Le fait d avoir choisi les DRG allemands pour la Suisse est une difficulté supplémentaire à l implantation rapide d un seul système DRG pour la Suisse. En effet, l «helvétisation» de la solution allemande est une tâche de longue haleine qui pose de nombreux problèmes techcadre du Master of Advanced Studies in Health Economics and Management. Il préside l Association APDRG Suisse depuis 1997 et l Association Patient Classification Systems Suisse qui regroupe les spécialistes dans le domaine des classifications de patients en Suisse. Il est également membre de l Association internationale Patient Classification Systems. Depuis le 1 er janvier 2006, il est chargé de mission auprès du directeur général du CHUV. rer les hôpitaux entre eux avec une certaine transparence. En revanche, les barrières cantonales actuelles ou les planifications cantonales limitant la marge de manœuvre des hôpitaux sont autant d obstacles à la mise en concurrence des hôpitaux que les DRG en tant que tels ne pourront pas lever.» UNE CULTURE ENCORE NEUVE Les décideurs politiques suisses ainsi que les acteurs participant à la réflexion sur le financement des coûts hospitaliers en Suisse ont-ils, aujourd hui, selon vous, pris la pleine mesure des DRG comme instrument de planification et de gestion? «Pendant longtemps, ces décideurs ont été très sceptiques à l égard des DRG en Suisse, malgré les études réalisées en Suisse et les expériences faites dans d autres pays. Il a fallu que l Allemagne se décide pour que nos compatriotes, d Outre-Sarine en particulier, changent de point de vue et se mettent à militer activement pour l introduction des DRG. La culture en matière de DRG est encore relativement neuve en Suisse et ces milieux, comme tous les néophytes, attribuent aux DRG des vertus qu ils n ont pas. Comme c est souvent le cas, les politiques ont de la peine à décider et mettent leur espoir dans des outils techniques pour décider à leur place. Hier, les DRG étaient décriés, aujourd hui, ils sont considérés comme la «potion magique» pour réduire les coûts hospitaliers et demain, ils décevront puisque les grands espoirs placés en eux ne pourront pas se réaliser. Enfin, il faut espérer qu après un certain temps nous aurons en Suisse une mesure plus réaliste de ce que peuvent apporter de tels outils et que nous les utiliserons correctement.» QUELLE EXTENSION AUX CLINIQUES PRIVÉES? Les DRG constituent-ils une réponse spécifique aux établissements publics ou vont-ils se généraliser à l ensemble des hôpitaux, privés inclus? «La généralisation des DRG aux cliniques privées dépend de leur place dans la planification des établissements sanitaires en fonction de décisions qui seront prises dans le cadre de la révision de la LAMal. Pour simplifier, si les cliniques privées sont sur une liste LAMal et peuvent de ce fait être financées par l assurance obligatoire des soins, les séjours devront être facturés en DRG. Dans le cas contraire, si les séjours facturés ne concernent que l assurance complémentaire, un système de facturation à l acte pourrait subsister. Toutefois, la question des factures médicales dans les cliniques privées demeure. Aujourd hui, le médecin facture séparément de la clinique. Est-ce que demain ce système pourra continuer comme c est le cas aujourd hui en Allemagne avec les médecins agréés ou est-ce que les médecins seront exclusivement payés par les hôpitaux comme salariés ou rétribués à l acte, et non plus directement par les assureurs? La question est pendante.» Comment percevez-vous le développement des DRG en Suisse au cours des prochaines années et quelles sont les principales difficultés qui freinent sa généralisation?

6 6 le dossier conscients et proposent, avant l introduction généralisée des DRG, qu un programme qualité soit développé afin d éviter ces risques de sorties prématurées.» niques. S ajoute à ces difficultés le fait que les cinq partenaires (hôpitaux, médecins, cantons et assureurs-maladie et accidents) ont beaucoup de peine à s entendre sur le design du futur système DRG suisse s agissant par exemple des facturations de médecins, des réhospitalisations, des transferts de patients, de la place de la réadaptation, de la communication des diagnostics aux assureurs, etc. L ensemble de ces difficultés pourrait retarder de manière considérable la mise en œuvre d un système DRG unique pour toute la Suisse. Il faut se rappeler que les partenaires (assureurs, médecins et hôpitaux) ont mis plus de quinze ans pour se mettre d accord sur le tarif ambulatoire TarMed qui était certainement beaucoup moins compliqué à mettre en place que les DRG.» CONSÉQUENCES POUR LES PATIENTS A votre avis, la remarque selon laquelle la focalisation sur les seuls coûts entraînerait une détérioration de la qualité est-elle justifiée? «Les études américaines ont montré qu il y avait un risque important avec l introduction des DRG, celui du retour prématuré à domicile des patients. En effet, la facturation des séjours hospitaliers par DRG incite les hôpitaux à diminuer le plus possible la durée de séjour et effectuer un maximum de prestations diagnostiques et thérapeutiques en ambulatoire avant ou après l hospitalisation. Ceci peut entraîner un retour prématuré à domicile et des complications avec réhospitalisation si aucune mesure de qualité n est effectuée. Les milieux qui s occupent de la qualité en Suisse en sont Outre vos fonctions au CHUV, vous êtes chargé de cours à l Institut d Economie et Management de la Santé de l Université de Lausanne. Dans ce cadre, vous venez de publier les résultats d un programme de recherche de trois ans sur les DRG et notamment sur leur introduction en Suisse (voir «Research on DRG» à l adresse web suivante: Quelle place occupe aujourd hui les DRG en milieu académique et quelles sont les perspectives d avenir? «L Institut d Economie et Management de la Santé de l Université de Lausanne est en effet à la pointe de la recherche académique sur les outils de financement des hôpitaux et notamment sur les DRG. Malheureusement, les milieux politiques et professionnels de la santé ne voient pas aujourd hui suffisamment l intérêt de développer la recherche s agissant des DRG. Ils ne se rendent pas encore compte que la mise en œuvre généralisée des DRG en Suisse risque de poser des problèmes pour lesquels ils n ont aujourd hui pas de réponse (effets pervers sur la dispensation des soins, incitation à la sélection des patients, report inapproprié sur les établissements de réadaptation, etc.). Dans les autres pays, la mise en œuvre de solutions DRG a été accompagnée d un programme de recherche qui a permis aux universités d étudier les impacts et de suivre l évolution du système. En Suisse, les DRG n intéressent pas le Fonds national de la recherche scientifique, parce qu il s agit avant tout de recherche appliquée et ils n intéressent pas les politiques, parce que ces recherches ne peuvent pas toujours amener des solutions applicables à court terme. C est dommage et il reste à espérer que, tant au niveau fédéral que cantonal, les responsables comprendront, à l avenir, l intérêt d associer les chercheurs des universités à la mise en place des DRG.»

7 L ANALYSE DE PHILIPPE CASSEGRAIN le dossier 7 «Les DRG: un instrument de contrôle des coûts» M. Luc Schenker, dans son interview, évoque avec franchise et netteté le fait que les DRG sont utiles mais ne constituent pas une «potion magique». Comment réagissez-vous, sachant l importance que la Clinique Générale-Beaulieu accorde à ses programmes Qualité? PHILIPPE CASSEGRAIN: «Je suis tout à fait d'accord avec l'affirmation de M. Schenker. Il ne faut pas attendre de miracles de l'introduction des DRG. En revanche, leur généralisation va permettre de développer la comptabilité analytique par cas ou par pathologie et apporter ainsi une meilleure connaissance de nos coûts. Le système actuel calcule, par exemple, le coût de l'heure de la salle d'opération ou le coût de la journée d'hospitalisation. C'est une information importante qui nous renseigne sur la rentabilité d'un secteur et sa contribution à la marge bénéficiaire. Toutefois, calculer le coût des pathologies traitées dans la clinique apporte un éclairage nouveau par une connaissance plus précise sur la façon dont les coûts sont générés en fonction de la diversité des cas. La comptabilité analytique par cas ou par pathologie implique que le codage soit exhaustif et de qualité, ce qui n'est pas une mince affaire. Elle nécessite aussi de passer par la saisie de la charge infirmière au bloc opératoire, dans les unités de soins, en salle de réveil ou à la maternité, avec l'aide d'un logiciel tel que le LEP. L'utilisation du LEP nous conduira vers l'informatisation du dossier de soins. On réalise donc que l'introduction des DRG va avoir des conséquences importantes sur la gestion en la rendant plus pointue et plus complète, ce qui va dans le sens d'une amélioration de la qualité de nos processus administratifs et financiers.» La généralisation des DRG aux cliniques privées, note M. Schenker, dépend de leur place dans la planification sanitaire et, notamment, leur inscription sur une liste LAMal. Votre réaction? PHILIPPE CASSEGRAIN: «Le raisonnement de M. Schenker est juste dans la mesure où l'intro- duction des DRG entraîne de facto un nouveau mode de financement basé sur le forfait par pathologie. L'idée qui se cache derrière ces changements est d'introduire l'égalité de traitement entre hôpitaux publics subventionnés et cliniques privées, ce qui n'est pas le cas actuellement. Compte tenu des mécanismes liés au financement des hôpitaux, cette mesure entraînerait un coût supplémentaire à la charge des cantons d'environ 730 mio de francs (source: Financement des hôpitaux dossier politique numéro 3 du 19 février 2007 d'économiesuisse). Pour éviter un tel surcoût, les cantons pourraient être tentés d'établir une liste d'établissements lors de la planification qui écarterait les cliniques privées. On voit donc bien qu'il est impératif de mettre en place des mesures d'accompagnement précises pour éviter une discrimination encore plus forte qu'actuellement à l'encontre des cliniques privées qui répondent pourtant à un réel besoin de la population.» Le système des DRG va se généraliser en Suisse sur la base du projet SwissDRG. Pensezvous que la Clinique Générale-Beaulieu, comme d autres cliniques privées, seront amenées à y adhérer d une manière ou d une autre? PHILIPPE CASSEGRAIN: «Pour les raisons évoquées ci-dessus, je pense que oui. Certaines conditions doivent toutefois être impérativement remplies. Il faudra notamment trouver un équilibre entre l'économique, dont la logique entraînera les hôpitaux à réduire les prestations et les durées de séjour puisqu'ils seront rémunérés sur la base d'un forfait par pathologie, et la qualité des prestations qui devra être assurée. La Suisse devra certainement se doter à terme d'indicateurs qualité standards, applicables à tous les établissements pour effectuer une comparaison dans le domaine de la qualité, puisque les DRG généralisés permettront une comparaison économique. Il sera indispensable que les cantons n'excluent tout simplement pas les cliniques privées de la planification sanitaire pour éviter de les subventionner au même titre que les établissements publics. Une règle reste à inventer. On remarque que le système de santé vit un réel changement de paradigme. Les acteurs du système de santé devront donc inventer de nouvelles règles et être capables de s'adapter. Les politiques auront alors un vrai rôle d'arbitrage à jouer. Si nous sommes confiants dans l'avenir, nous devons rester vigilants.»

8 8 politique santé LE PRÉSIDENT DU GROUPE MUTUEL Pour l égalité de traitement entre privé et public M. Pierre-Marcel Revaz. LE GROUPE MUTUEL REGROUPE 14 ASSUREURS-MALADIE ET A RÉALISÉ UN CHIFFRE D AFFAIRES GLOBAL DE 3,1 MILLIARDS DE FRANCS SUISSES EN 2006 DONT 2,9 MILLIARDS DANS LE DOMAINE DE LA SANTÉ. SON PRÉSIDENT, PIERRE-MARCEL REVAZ, A BIEN VOULU RÉPONDRE AUX QUESTIONS DE TRAIT D UNION. M. Pierre-Marcel Revaz, en votre qualité de Président du Groupe Mutuel, premier assureur-maladie romand avec 850'000 assurés environ et un chiffre d affaires de près de 3 milliards de francs en 2006, comment réagissez-vous à la suppression de l obligation de contracter et au système des DRG, entre autres propositions pour contenir les coûts de notre système de santé? PIERRE-MARCEL REVAZ: «La liberté de contracter, nous n'en faisons pas un cheval de bataille et nous attendrons les décisions politiques à ce sujet. Dans la mesure où cela introduirait un élément de compétition entre les fournisseurs de prestations, c'est probablement une bonne chose. S'agissant des DRG, une facturation plus précise est toujours bienvenue. Encore faut-il veiller à ce que cela ne débouche pas sur une surcharge administrative qui peut être coûteuse. Mais l'enjeu le plus important, dans le domaine du financement des hôpitaux, est d'une part l'égalité de traitement entre les hôpitaux publics et les établissements privés et d'autre part l'attitude des pouvoirs publics face à ces acteurs. Si l'égalité de traitement n'est pas garantie, on peut douter de l'efficience d'un simple changement de mode tarifaire.» «SOLIDARITÉ EXCESSIVE» Avez-vous des «recettes» qui tiennent à cœur au Groupe Mutuel comme réponses à la hausse des dépenses en matière de santé et pensez-vous qu il est possible de diminuer ces coûts ou, dans le meilleur des cas, d en contenir la hausse de manière acceptable malgré le vieillissement de la population et les progrès de la médecine en matière technologique? PIERRE-MARCEL REVAZ: «Il faut éviter de voir les dépenses de santé comme un mal en soi et un investissement mal placé. Notre système de santé est de très grande qualité, mais, j'en conviens, il a un coût. Reste que des gains d'efficience sont à mon avis possibles sur toute la chaîne des traitements. Je les estime de quelque 10 à 20%. Cependant, les coûts de la santé vont continuer à progresser. L'idéal serait que cela se situe entre 2 et 3% de croissance

9 LIVRE SON ANALYSE politique santé 9 LE GROUPE MUTUEL EN CHIFFRES 836'290 assurés individuels 10'500 entreprises clientes 1'456 collaborateurs dont 282 à temps partiel 1'348 unités de travail à 100% 30 agences et 7 centres de service N o 1 en Suisse romande, assurance-maladie N o 3 sur le plan suisse, assurance-maladie annuelle au lieu des 5 à 10% comme ce fut le cas toutes ces décennies passées. Dans cette perspective, l'un des enjeux majeurs est la réalité démographique et le vieillissement de la population dont il faudrait mieux tenir compte en affinant, par exemple, le système des classes d'âge. Aujourd'hui, ce sont les ans qui supportent le poids d'une solidarité excessive alors que leurs moyens économiques sont faibles.» TASSEMENT DES ASSURANCES COMPLÉ- MENTAIRES Le Groupe Mutuel encourage-t-il les assurés à contracter des assurances complémentaires d hospitalisation et de quelle manière? Constatez-vous une évolution à la baisse des assurances complémentaires à l échelon suisse et suisse romand en particulier? PIERRE-MARCEL REVAZ: «Oui, nous les encourageons dans la mesure où nous en rémunérons l'acquisition. Mais c'est la clientèle qui en détermine l'intérêt et les moyens qu'elle veut y consentir. Je signalerai à ce propos que ces années passées nos tarifs dans les assurances complémentaires sont demeurés stables. Quant à l'évolution de ce type d'assurances complémentaires, nous relevons un tassement. Il est en partie compensé par des formules plus flexibles où l'assuré, moyennant une participation aux frais plus importante, choisit au moment de son hospitalisation s'il veut se faire soigner en division commune, en demi privé ou en privé.» Comment concevez-vous la concurrence entre les assureurs et les prestataires de soins? Avezvous des suggestions afin de l améliorer et jusqu à quel point? PIERRE-MARCEL REVAZ: «Il ne saurait y avoir de concurrence entre les prestataires de soins et les assureurs. En revanche, il doit y en avoir une, d'une part entre les assureurs eux-mêmes et, d'autre part, entre les fournisseurs de prestations. C'est le seul moyen de parvenir à une meilleure efficience. Pour renforcer la compétition, il faut redonner plus de liberté aux assureurs et aux fournisseurs de prestations, en allégeant, par exemple, les contraintes réglementaires et administratives de toutes sortes qui pèsent sur les uns et sur les autres. La tâche principale des pouvoirs publics doit se résumer d'abord à la création de conditions cadres favorables et à celle de surveiller la sécurité financière des assureurs. Aujourd'hui, cependant, ils jouent également un rôle de fournisseurs de prestations au travers des hôpitaux, ce qui débouche sur des conflits d'intérêts. Aux fournisseurs de prestations revient le rôle principal de soignants et aux assureurs-maladie, celui de couvrir les risques liés à la maladie. Il faut éviter la confusion des rôles.» Quel est votre point de vue sur l égalité de traitement, en matière d aide publique ou de subventions, entre les hôpitaux publics et les cliniques privées? Quelle place accordez-vous aux cliniques privées dans votre conception du système de la santé en Suisse? PIERRE-MARCEL REVAZ: «Comme je l'ai mentionné plus haut, c'est une condition sine qua non pour parvenir à une saine compétition entre ces acteurs. Mais aux mêmes droits doivent correspondre les mêmes devoirs, que l'on soit un établissement public ou privé. Au niveau parlementaire, je note une avancée timide mais encore insuffisante, dans cette direction. La place des établissements privés est importante et nécessaire car elle complète la couverture de soins hospitaliers en Suisse. Les cliniques privées sont aussi un élément important de qualité et de compétition dans notre système hospitalier.»

10 10 rencontre MARIE-LINE COUDURIER «Une mission stimulante et enrichissante» PORTRAIT-EXPRESS «Originaire de Haute-Savoie, j ai suivi ma formation d infirmière à l Institut de formation en soins infirmiers d Annecy. Après l obtention de mon diplôme d Etat en juin 1985, je prends un poste de stagiaire pour deux mois dans un bloc opératoire. Après cette première expérience, je suis engagée à la Clinique Générale-Beaulieu en septembre En 1990, je participe à l installation du 1 er bis qui à son ouverture était une unité de chirurgie. J en deviens ICUS en Suite à la décision de transformer le 1 er bis en maternité, je suis nommée ICUS de l équipe du 4 e étage. J intègre cette unité en juillet 1995, année pendant laquelle j ai suivi ma formation de cadre niveau 1.» L équipe du 4 e étage de Marie-Line Coudurier (cinquième depuis la gauche, debout). RESPONSABLE ICUS (INFIRMIÈRE CHEFFE UNITÉ DE SOINS) DEPUIS 1994 ET RESPONSABLE DE L ÉQUIPE DU 4 E ÉTAGE DEPUIS 1995, MARIE-LINE COUDURIER A INTÉ- GRÉ LA CLINIQUE GÉNÉRALE-BEAULIEU EN ELLE DÉCRIT SES MISSIONS ET RESPONSABILITÉS À TRAIT D UNION: «Parmi les nombreuses missions d une responsable ICUS ralatées dans le précédent numéro du Trait d Union, j aimerais ajouter qu à travers toutes les charges qui incombent aux responsables d unité, la responsabilité du management d une équipe est une mission stimulante et enrichissante. Au-delà de son propre rôle au niveau de son unité, l ICUS participe aux projets institutionnels. Accordant un réel intérêt à la stratégie Qualité qui s est mise en place à la Clinique Générale- Beaulieu, parce qu il est nécessaire de maintenir un niveau de prestations en adéquation avec les attentes des patients et aussi parce que c est un facteur de progrès collectif et individuel j ai participé à l élaboration d un certain nombre de processus pour le secteur des soins. Ensuite, j ai suivi la formation d auditeur interne. Auditer les processus d autres secteurs que les soins permet de mieux connaître le travail de ses collègues et démontre à quel point tous les services sont complémentaires. GROUPE PHARMACOVILIGANCE Et parce que la recherche de la qualité passe aussi par la gestion des risques, je fais partie du groupe pharmacovigilance. Ce groupe a pour objectif principal la surveillance d éventuels effets indésirables liés à l utilisation des médicaments afin d accroître la sécurité du patient. Cette année, nous allons plus précisément travailler sur la traçabilité et sur les interactions médicamenteuses. Cette dynamique de qualité a donné naissance à de véritables outils qui nous aident chaque jour à évaluer les résultats de notre travail et à réagir immédiatement en cas de dysfonctionnement.»

M 1795. Secrétariat du Grand Conseil. Proposition de motion Moins d'attente pour se faire opérer à l'hôpital!

M 1795. Secrétariat du Grand Conseil. Proposition de motion Moins d'attente pour se faire opérer à l'hôpital! Secrétariat du Grand Conseil M 1795 Proposition présentée par les députés : M mes et MM. Patrick Saudan, Gabriel Barrillier, Michèle Ducret, Michel Ducret, Pierre Kunz et Jean- Marc Odier Date de dépôt

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE. Prof. G. DURANT

LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE. Prof. G. DURANT LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE Prof. G. DURANT La Belgique (11 millions d habitants) est un pays fédéral. Le financement est organisé au niveau national sauf le financement des infrastructures

Plus en détail

La chirurgie robotisée en projection 3D: Une première européenne présentée au grand public, à Genève, le 4 octobre 2007

La chirurgie robotisée en projection 3D: Une première européenne présentée au grand public, à Genève, le 4 octobre 2007 Genève, le 26 septembre 2007 Communiqué de presse La chirurgie robotisée en projection 3D: Une première européenne présentée au grand public, à Genève, le 4 octobre 2007 La Clinique Générale-Beaulieu (CGB)

Plus en détail

Contribution de la commission imagerie à la future loi de santé 2014

Contribution de la commission imagerie à la future loi de santé 2014 Contribution de la commission imagerie à la future loi de santé 2014 A l initiative des professionnels de terrain, la FHF a constitué en janvier 2014 une commission imagerie. Composée de médecins et de

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE OUVERTURE DU NOUVEL HOPITAL DE CANNES. Service Communication Tel. 04 93 69 75 70 Fax 04 93 69 70 09 Email : a.helbert@ch-cannes.

DOSSIER DE PRESSE OUVERTURE DU NOUVEL HOPITAL DE CANNES. Service Communication Tel. 04 93 69 75 70 Fax 04 93 69 70 09 Email : a.helbert@ch-cannes. Service Communication Tel. 04 93 69 75 70 Fax 04 93 69 70 09 Email : a.helbert@ch-cannes.fr DOSSIER DE PRESSE OUVERTURE DU NOUVEL HOPITAL DE CANNES Crédit Photo : Nicolas MASSON Cannes, le 6 avril 2011

Plus en détail

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Université d été de la performance en santé - 29 août 2014- Lille Monsieur le président, Monsieur le directeur général,

Plus en détail

Convention nationale sur les modalités d application complémentaires dans le cadre de l introduction de la structure tarifaire SwissDRG

Convention nationale sur les modalités d application complémentaires dans le cadre de l introduction de la structure tarifaire SwissDRG Convention nationale sur les modalités d application complémentaires dans le cadre de l introduction de la structure tarifaire SwissDRG entre H+ Les Hôpitaux de Suisse (ci-après «les hôpitaux») et santésuisse

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC Août 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires

Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires Esther Waeber-Kalbermatten Cheffe du Département de la santé, des affaires sociales et de la culture Mandat d expertise

Plus en détail

Plan de mise en œuvre du concept national maladies rares

Plan de mise en œuvre du concept national maladies rares Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Unité de direction Assurance maladie et accidents Etat 4 mai 2015 Plan de mise en œuvre du concept national maladies rares

Plus en détail

Nouvelle structure des tarifs médicaux suisses:

Nouvelle structure des tarifs médicaux suisses: Nouvelle structure des tarifs médicaux suisses: Le TarMed Etude valaisanne Département de la santé, des affaires sociales et de l'énergie février 2000 TABLE DES MATIERES 1) RESUME 2) QU EST-CE LE TARMED?

Plus en détail

Hospices cantonaux Centre Hospitalier Universitaire Vaudois DOSSIER DE PRESSE. Création du Centre romand hospitalo-universitaire de neurochirurgie

Hospices cantonaux Centre Hospitalier Universitaire Vaudois DOSSIER DE PRESSE. Création du Centre romand hospitalo-universitaire de neurochirurgie Hospices cantonaux Centre Hospitalier Universitaire Vaudois DOSSIER DE PRESSE Création du Centre romand hospitalo-universitaire de neurochirurgie 1. Le Centre romand hospitalo-universitaire de neurochirurgie

Plus en détail

4. L assurance maladie

4. L assurance maladie L ASSURANCE MALADIE 73 4. L assurance maladie Comme l assurance maladie est obligatoire, toute personne domiciliée en Suisse doit être convenablement couverte. C est actuellement le cas, avec un très large

Plus en détail

Fiche d information Politique de la santé

Fiche d information Politique de la santé Fiche d information Politique de la santé iv. Questions et réponses relatives à la concurrence dans le système de santé Etat: juillet 2012 La concurrence dans le système de santé 3 Chère lectrice, cher

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Transcription textuelle de la vidéo de présentation de l hôpital Pierre-Paul Riquet

Transcription textuelle de la vidéo de présentation de l hôpital Pierre-Paul Riquet Transcription textuelle de la vidéo de présentation de l hôpital Pierre-Paul Riquet L hôpital Pierre-Paul Riquet : une nouvelle ère du soin Positionné au cœur du site de Purpan, l'hôpital Pierre-Paul Riquet

Plus en détail

Modification de la loi fédérale sur l assurance-maladie (adaptation de dispositions ayant une portée internationale)

Modification de la loi fédérale sur l assurance-maladie (adaptation de dispositions ayant une portée internationale) CONSEIL D ETAT Château cantonal 1014 Lausanne Office fédéral de la santé publique Unité de direction Assurance maladie et accidents Division Surveillance de l assurance Hessstrasse 27E 3003 Berne Réf.

Plus en détail

PRIVATE INTERNATIONAL Assurance pour les traitements ambulatoires et stationnaires à l étranger

PRIVATE INTERNATIONAL Assurance pour les traitements ambulatoires et stationnaires à l étranger PRIVATE INTERNATIONAL Assurance pour les traitements ambulatoires et stationnaires à l étranger Conditions complémentaires (CC) Sanitas Corporate Private Care Edition de juillet 2007 (version 2013) Table

Plus en détail

Les réseaux de santé Alain Grand

Les réseaux de santé Alain Grand Les réseaux de santé Alain Grand Section 1 : les réseaux de santé Devant le constat d un cloisonnement excessif du système de santé, susceptible d induire des «pertes de chance» vis-à-vis de certaines

Plus en détail

assureur de classe, engagé et efficace. Le rapport de gestion 2010 en abrégé

assureur de classe, engagé et efficace. Le rapport de gestion 2010 en abrégé Notre objectif: être un assureur de classe, engagé et efficace. Le rapport de gestion 2010 en abrégé Chiffres-clés Données en milliers de CHF 2010 2009 Effectif des assurés 882 023 830 115 Effectif du

Plus en détail

R.O.I : retour d expérience et. Hôpitaux Universitaires de Genève. Directeur des systèmes d information

R.O.I : retour d expérience et. Hôpitaux Universitaires de Genève. Directeur des systèmes d information WELCOME R.O.I : retour d expérience et réflexions actuellement menées aux Hôpitaux Universitaires de Genève Dr Benoît Debande Dr. Benoît Debande Directeur des systèmes d information Le ROI des WELCOME

Plus en détail

Vue d ensemble. Nos prestations pour vous

Vue d ensemble. Nos prestations pour vous Vue d ensemble Nos prestations pour vous Assurance obligatoire des soins (AOS) BASIS Assurance de base Traitements ambulatoires Médecine complémentaire Promotion de la santé Prévention Implants Médecins

Plus en détail

Votre limite globale Silver Gold Platinum 1 000 000 USD 800 000 EUR 650 000 GBP. Vos garanties médicales standard Silver Gold Platinum

Votre limite globale Silver Gold Platinum 1 000 000 USD 800 000 EUR 650 000 GBP. Vos garanties médicales standard Silver Gold Platinum Assurance médicale internationale Nos assurances disposent de 3 niveaux de couverture distincts : Silver, Gold et Platinum. Choisissez votre niveau de couverture à l'aide du tableau ci-dessous. Tous les

Plus en détail

Tarif et modifications tarifaires dans la loi sur l assurance-maladie (LAMal)

Tarif et modifications tarifaires dans la loi sur l assurance-maladie (LAMal) Tarif et modifications tarifaires dans la loi sur l assurance-maladie (LAMal) Extrait d un exposé du Dr Willy Oggier, Gesundheitsökonomische Beratungen AG, Küsnacht Structure Comment les négociations tarifaires

Plus en détail

Perdre le libre choix de son médecin? NON à la loi sur le Managed Care!

Perdre le libre choix de son médecin? NON à la loi sur le Managed Care! Perdre le libre choix de son médecin? NON à la loi sur le Managed Care! ARGUMENTAIRE DÉTAILLÉ Aujourd hui, tous les habitants et habitantes de notre pays sont assurés au sein de l assurance de base pour

Plus en détail

La Neurofibromatose en 20 questions

La Neurofibromatose en 20 questions CNN la NF en 20 questions Responsable : Pr Jean-Francois Stalder Clinique Dermatologique CHU Nantes Contact : Blandine Legeay Tel :02-40-08-31-23 blandine.legeay@chu-nantes.fr La Neurofibromatose en 20

Plus en détail

DISTRIBUTION DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR VOIE ORALE PAR L INFIRMIERE : RISQUE DE NON PRISE DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR LE PATIENT

DISTRIBUTION DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR VOIE ORALE PAR L INFIRMIERE : RISQUE DE NON PRISE DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR LE PATIENT INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS ACTIVITE PROFESSIONNELLE N 8 : LE CADRE GERE LES RISQUES CONCERNANT LES PRESTATIONS, LES CONDITIONS DE TRAVAIL DES PERSONNELS,

Plus en détail

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.»

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» 39 e Congrès de la Mutualité Française Résolution générale «La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» La crise financière, économique, sociale et écologique frappe durement notre pays,

Plus en détail

Position de Pro Mente Sana sur l application cantonale du nouveau droit de la protection de l adulte

Position de Pro Mente Sana sur l application cantonale du nouveau droit de la protection de l adulte Position de Pro Mente Sana sur l application cantonale du nouveau droit de la protection de l adulte A l in intention du Canton de Genève, août 2011 Article 429 CC : placement par le médecin A Genève,

Plus en détail

CURRICULUM VITAE. 2005-2007 Certificat de Formation continue en Education Thérapeutique du Patient à l Université de Genève - Suisse

CURRICULUM VITAE. 2005-2007 Certificat de Formation continue en Education Thérapeutique du Patient à l Université de Genève - Suisse 1 CURRICULUM VITAE DONNEES PERSONNELLES Nom : WALGER Prénom : Olivier Adresse privée : Foyards 58 2300 La Chaux-de-Fonds Suisse Nationalité : Française. Titulaire d un permis C d établissement depuis 1992

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY FEVRIER 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

Unité Hospitalière de Psychiatrie de la Personne Âgée (UHPG)

Unité Hospitalière de Psychiatrie de la Personne Âgée (UHPG) Unité Hospitalière de Psychiatrie de la Personne Âgée (UHPG) Filière : SANTE MENTALE Carte d'identité Nom de l'institution : FONDATION DE NANT- SECTEUR PSYCHIATRIQUE DE L EST VAUDOIS Nom du service : UNITE

Plus en détail

INFIRMIER LIBÉRAL. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1

INFIRMIER LIBÉRAL. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1 INFIRMIER LIBÉRAL SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'INFIRMIER LIBÉRAL... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'INFIRMIER LIBÉRAL... 5 L'ACTIVITÉ DE L'INFIRMIER LIBÉRAL... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DE L'INFIRMIER LIBÉRAL... 10

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

admission aux urgences

admission aux urgences Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : admission

Plus en détail

Pourquoi les coûts et les primes sont-ils différents en fonction du canton?

Pourquoi les coûts et les primes sont-ils différents en fonction du canton? Pourquoi les coûts et les primes sont-ils différents en fonction du canton? L OFSP a annoncé une hausse moyenne des primes de 15%, soit entre 3 et 20% d augmentation selon le canton concerné Pourquoi le

Plus en détail

Vue d ensemble des offres et des prestations

Vue d ensemble des offres et des prestations Vue d ensemble des offres et des prestations www.mykolping.ch Caisses maladie Bien: 5.4 Enquête de satisfaction 03/2014 Assurance-maladie obligatoire selon la LAMal Assurance complémentaire des soins LCA

Plus en détail

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit :

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit : Secrétariat du Grand Conseil PL 10267 Projet présenté par le Conseil d Etat Date de dépôt: 22 mai 2008 Projet de loi ouvrant un crédit au titre d'indemnité cantonale d'investissement de 3 000 000 F, pour

Plus en détail

Normes spécifiques d agrément pour les programmes de résidence en chirurgie colorectale

Normes spécifiques d agrément pour les programmes de résidence en chirurgie colorectale Normes spécifiques d agrément pour les programmes de résidence en chirurgie colorectale 2011 INTRODUCTION Toute université qui aspire à l'agrément d'un programme en chirurgie colorectale doit déjà parrainer

Plus en détail

Concept de formation post-graduée en Radiologie

Concept de formation post-graduée en Radiologie Date de la dernière modification : juin 2012 Concept de formation post-graduée en Radiologie Le Service de radiodiagnostic et radiologie interventionnelle assure la formation des médecins assistants désirant

Plus en détail

Différentes utilisations sont faites des définitions des infections nosocomiales :

Différentes utilisations sont faites des définitions des infections nosocomiales : HYGIENE HOSPITALIERE INFECTIONS NOSOCOMIALES OU INFECTIONS LIEES OU ASSOCIEES AUX SOINS? Par Monsieur Diène BANE, Ingénieur qualité et Gestion des Risques, Master en Ingénierie des Systèmes de Santé et

Plus en détail

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Référence : Circulaire n 2010-037 du 25 février 2010 relative au dispositif d'accueil, d'accompagnement et de formation des enseignants

Plus en détail

Information au patient

Information au patient Information au patient Hôpital de jour médico-chirurgical Je vais subir une intervention chirurgicale en hôpital de jour, cela signifie que l intervention et le retour à domicile s effectueront le même

Plus en détail

Score. Studies :) L assurance des étudiants internationaux en Suisse 2014-2015. Bienvenue

Score. Studies :) L assurance des étudiants internationaux en Suisse 2014-2015. Bienvenue Studies :) L assurance des étudiants internationaux en Suisse 2014-2015 Bienvenue en Suisse! L assurance complète pendant vos études en Suisse... Ainsi que pendant vos stages et vos voyages à l étranger!

Plus en détail

Assurance santé. Votre santé en toute sérénité! Swiss santé. Frontaliers Suisses - Jeunes

Assurance santé. Votre santé en toute sérénité! Swiss santé. Frontaliers Suisses - Jeunes Assurance santé Votre santé en toute sérénité! Swiss santé Frontaliers Suisses - Jeunes Des formules adaptées à tous vos besoins de santé. Soins dentaires, hospitalisation, ou encore remplacement de lunettes

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

AOÛT 2012 11_INT_603 RÉPONSE DU CONSEIL D'ETAT

AOÛT 2012 11_INT_603 RÉPONSE DU CONSEIL D'ETAT AOÛT 2012 11_INT_603 RÉPONSE DU CONSEIL D'ETAT à l'interpellation Jacques-André Haury sur la responsabilité civile des infirmières et infirmiers engagés au triage des urgences au CHUV Rappel de l'interpellation

Plus en détail

A l Assistance Publique - Hôpitaux de Marseille, Octobre Rose est l occasion de mettre en valeur la filière de soins dédiée au cancer du sein.

A l Assistance Publique - Hôpitaux de Marseille, Octobre Rose est l occasion de mettre en valeur la filière de soins dédiée au cancer du sein. OCTOBRE ROSE 2013 La campagne Octobre Rose a pour but d inciter les femmes de 50 à 74 ans à participer au dépistage organisé du cancer du sein. Une femme sur trois ne se fait pas dépister ou pas de manière

Plus en détail

L assurance maladie qui simplifie votre séjour en Suisse!

L assurance maladie qui simplifie votre séjour en Suisse! L assurance maladie qui simplifie votre séjour en Suisse! NTS A I D ÉTU PAIR U A S FILLE AIRES I STAG NTIS E APPR Réf. : ASS.FR.NOTICE.2015 SWISS Studies L assurance maladie qui vous simplifie la vie!

Plus en détail

Problèmes d accès aux soins?

Problèmes d accès aux soins? Problèmes d accès aux soins? Une étude exploratoire par entretiens avec des professionnels (Synthèse) Beat Sottas, Adrienne Jaquier, Sarah Brügger 1. Contexte : qui est «socialement défavorisé»?... 2 2.

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

PROJET DE TÉLÉMEDECINE

PROJET DE TÉLÉMEDECINE PROJET DE TÉLÉMEDECINE ISIFC 2 ème année Année universitaire 2011-2012 LA TÉLÉSURVEILLANCE Louis ACHA Rafaël MINACORI ISIFC Génie biomédical 23,rue Alain SAVARY 25000 Besançon Cedex Tél : 03 81 66 66 90

Plus en détail

Projet de santé. Nom du site : N Finess : (Sera prochainement attribué par les services de l ARS) Statut juridique : Raison Sociale :

Projet de santé. Nom du site : N Finess : (Sera prochainement attribué par les services de l ARS) Statut juridique : Raison Sociale : Projet de santé Nom du site : N Finess : (Sera prochainement attribué par les services de l ARS) Statut juridique : Raison Sociale : Adresse du siège social : Téléphone : Mail : Version : Etablie en date

Plus en détail

INFORMATION SUR LES ASSURANCES

INFORMATION SUR LES ASSURANCES Delémont, le 29 octobre 2014 INFORMATION SUR LES ASSURANCES Aux employés de l'etat Récapitulatif des différentes assurances sociales Les termes utilisés dans le présent document pour désigner des personnes

Plus en détail

MAÎTRISE UNIVERSITAIRE D ÉTUDES AVANCÉES EN MÉDECINE CLINIQUE SPECIALISATION ANESTHESIOLOGIE

MAÎTRISE UNIVERSITAIRE D ÉTUDES AVANCÉES EN MÉDECINE CLINIQUE SPECIALISATION ANESTHESIOLOGIE MAÎTRISE UNIVERSITAIRE D ÉTUDES AVANCÉES EN MÉDECINE CLINIQUE SPECIALISATION ANESTHESIOLOGIE 1. Objectifs généraux La Maîtrise universitaire d études avancées en médecine clinique (en anglais Master of

Plus en détail

La polyarthrite rhumatoïde est-elle une maladie courante parmi la patientèle d'un rhumatologue?

La polyarthrite rhumatoïde est-elle une maladie courante parmi la patientèle d'un rhumatologue? Association Française des Polyarthritiques & des Rhumatismes Inflammatoires Chroniques 9, rue de Nemours - 75011 Paris E-mail : afp@nerim.net - www.polyarthrite.org Tél. : 01 400 30 200 - Fax : 01 400

Plus en détail

AIDE-MEMOIRE SUR L'ASSURANCE-MALADIE ET LE CHANGEMENT DE CAISSE

AIDE-MEMOIRE SUR L'ASSURANCE-MALADIE ET LE CHANGEMENT DE CAISSE AIDE-MEMOIRE SUR L'ASSURANCE-MALADIE ET LE CHANGEMENT DE CAISSE Le changement de caisse ne consiste pas uniquement à trouver la prime la moins chère. Comparez les assurances pour vous assurer que l offre

Plus en détail

Assurance-maladie complémetaire

Assurance-maladie complémetaire CC (Conditions Complémentaires) Visana Assurances SA Valable dès 2014 Assurance-maladie complémetaire Visana Managed Care Hôpital Flex (LCA) Hôpital Flex Contenu Page 3 4 4 5 6 6 7 7 7 8 Assurances complémentaire

Plus en détail

Expérience de la certification selon RQPH Laurence Cingria

Expérience de la certification selon RQPH Laurence Cingria Expérience de la certification selon RQPH Laurence Cingria DESS en pharmacie hospitalière Séminaires Assurance Qualité Sion, le 21 juin 2005 Plan Définitions Historique SMQ Pharmacie des HUG Utilité RQPH

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES 1 TEXTES DE REFERENCE 1.1 Cadre juridique Loi n o 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique, notamment la mesure 72 de son annexe

Plus en détail

RÉPONSE DU CONSEIL D'ETAT à l'interpellation Jean-Marie Surer et consorts - Factures de la CSS payées à tort, à qui la responsabilité?

RÉPONSE DU CONSEIL D'ETAT à l'interpellation Jean-Marie Surer et consorts - Factures de la CSS payées à tort, à qui la responsabilité? JANVIER 2015 14_INT_294 RÉPONSE DU CONSEIL D'ETAT à l'interpellation Jean-Marie Surer et consorts - Factures de la CSS payées à tort, à qui la responsabilité? 1 RAPPEL DE L'INTERPELLATION "La plus grande

Plus en détail

Conditions Complémentaires (CC) Edition janvier 2009. Organisme d assurance: Sanitas Assurances privées SA

Conditions Complémentaires (CC) Edition janvier 2009. Organisme d assurance: Sanitas Assurances privées SA HirslandenCare Assurance complémentaire selon la Loi fédérale sur le contrat d assurance (LCA) pour une chambre à un lit en division privée dans des cliniques du groupe de cliniques privées Hirslanden

Plus en détail

NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé

NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé L Exploratoire raconte la «belle histoire» d un territoire engagé à maintenir et accroître le niveau de santé de toute sa population,

Plus en détail

Participation des employeurs publics au financement de la protection sociale complémentaire. L analyse de la MNT sur le projet de décret

Participation des employeurs publics au financement de la protection sociale complémentaire. L analyse de la MNT sur le projet de décret Participation des employeurs publics au financement de la protection sociale complémentaire L analyse de la MNT sur le projet de décret Patrick DOS Vice-Président de la MNT Participation des employeurs

Plus en détail

PROTECTION SOCIALE EN FRANCE

PROTECTION SOCIALE EN FRANCE Qu est-ce que la protection sociale? PROTECTION SOCIALE EN FRANCE La protection sociale désigne tous les mécanismes de prévoyance collective, permettant aux individus de faire face aux conséquences financières

Plus en détail

Catalogue pour le Nursing Minimum Data Set suisse (CH-NMDS) Version III.1.2-7 Juin 2004

Catalogue pour le Nursing Minimum Data Set suisse (CH-NMDS) Version III.1.2-7 Juin 2004 Catalogue pour le Nursing Minimum Data Set suisse (CH-NMDS) Version III.1.2-7 Juin 2004 ch-nmds_iii_1_2.xls Version III 23.09.2004 NURSING data : catalogue pour le Nursing Minimum Data Set suisse (CH-NMDS)

Plus en détail

La prise en charge de votre affection de longue durée

La prise en charge de votre affection de longue durée La prise en charge de votre affection de longue durée Édition 2012 LA PRISE EN CHARGE DE VOTRE AFFECTION DE LONGUE DURÉE Sommaire Votre protocole de soins en pratique p 4 Comment êtes-vous remboursé? p

Plus en détail

Réforme des régimes de l assurance maladie en Tunisie Défis et perspectives. Mohamed CHIHA Directeur Central CNAM

Réforme des régimes de l assurance maladie en Tunisie Défis et perspectives. Mohamed CHIHA Directeur Central CNAM Réforme des régimes de l assurance maladie en Tunisie Défis et perspectives Mohamed CHIHA Directeur Central CNAM 1 Partie Système d Assurance Maladie Avant la réforme «Performances & Insuffisances» La

Plus en détail

Une protection d assurance de premier choix et de qualité suisse. Notre offre pour les expatriés

Une protection d assurance de premier choix et de qualité suisse. Notre offre pour les expatriés Une protection d assurance de premier choix et de qualité suisse Notre offre pour les expatriés Bienvenue chez le leader de l assurance-maladie en Suisse. Vous pouvez compter sur notre longue expérience

Plus en détail

LE RÉGIME FRAIS DE SANTÉ DES SALARIÉS DU SECTEUR DES TRANSPORTS ROUTIERS

LE RÉGIME FRAIS DE SANTÉ DES SALARIÉS DU SECTEUR DES TRANSPORTS ROUTIERS T R A N S P O R T S LE RÉGIME FRAIS DE SANTÉ DES SALARIÉS DU SECTEUR DES TRANSPORTS ROUTIERS R O U T I E R S Votre interlocuteur : Nicolas SAINT-ETIENNE Conseiller Mutualiste Entreprises Tél : 03 84 45

Plus en détail

Intervention de Marisol TOURAINE. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des. femmes. Maison de Santé Pluridisciplinaire

Intervention de Marisol TOURAINE. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des. femmes. Maison de Santé Pluridisciplinaire 1 Intervention de Marisol TOURAINE Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Maison de Santé Pluridisciplinaire Magny-en-Vexin Vendredi 20 février 2015 Seul le prononcé fait

Plus en détail

ANNEXE 3 ASSISTANCE MÉDICALE

ANNEXE 3 ASSISTANCE MÉDICALE ANNEXE 3 ASSISTANCE MÉDICALE - 30 - ANNEXE N 3 ASSISTANCE MÉDICALE (Mutuelle Assistance International, Mutuelle Assistance France) I. CONDITIONS GÉNÉRALES En cas de besoin, chaque bénéficiaire peut, 24

Plus en détail

Un coût, des coûts, quels coûts?

Un coût, des coûts, quels coûts? Un coût, des coûts, quels coûts? Robert LAUNOIS (1-2) Journal d Economie Médicale 1999, T. 17, n 1, 77-82 (1) REES France - 28, rue d Assas - 75 006 Paris Email : reesfrance@wanadoo.fr - Site Internet

Plus en détail

L assurance soins de santé en Belgique : une introduction. Thomas Rousseau 12 juin 2014

L assurance soins de santé en Belgique : une introduction. Thomas Rousseau 12 juin 2014 L assurance soins de santé en Belgique : une introduction Thomas Rousseau 12 juin 2014 Introduction L assurance maladie obligatoire L assurance soins de santé L assurance indemnités (maladie, accident,

Plus en détail

Annexe 2 Formation approfondie en neuroradiologie diagnostique. 2. Durée, structure et dispositions complémentaires

Annexe 2 Formation approfondie en neuroradiologie diagnostique. 2. Durée, structure et dispositions complémentaires SIWF ISFM Annexe 2 1. Généralités La formation approfondie selon le présent programme doit permettre au spécialiste en radiologie d approfondir ses connaissances en radiologie diagnostique du système nerveux

Plus en détail

Projet de loi n o 20

Projet de loi n o 20 Loi édictant la Loi favorisant l accès aux services de médecine de famille et de médecine spécialisée et modifiant diverses dispositions législatives en matière de procréation assistée Mémoire présenté

Plus en détail

5 raisons de choisir la Mutuelle du Médecin. Une mutuelle dédiée aux médecins et à leur famille

5 raisons de choisir la Mutuelle du Médecin. Une mutuelle dédiée aux médecins et à leur famille Complémentaire santé NOUS SOMMES PARCE BIEN QUE PLACÉS VOUS ÊTES POUR PLUS VOUS QU UN COMPRENDRE MÉDECIN, NOUS NOUS ENGAGEONS À ÊTRE PLUS QU UNE MUTUELLE Complémentaire santé + 5 raisons de choisir la

Plus en détail

Prêts pour l avenir grâce à la réorganisation des tâches de la branche de l assurance-maladie

Prêts pour l avenir grâce à la réorganisation des tâches de la branche de l assurance-maladie Prêts pour l avenir grâce à la réorganisation des tâches de la branche de l assurance-maladie Les changements marquants sur les plans politiques, médicaux et sociaux, ainsi qu au niveau de la structure

Plus en détail

A.Gt 09-12-2005 M.B. 09-02-2006. Modifications : A.Gt 13-06-2008 - M.B. 12-08-2008 D. 17-07-2013 M.B. 21-08-2013

A.Gt 09-12-2005 M.B. 09-02-2006. Modifications : A.Gt 13-06-2008 - M.B. 12-08-2008 D. 17-07-2013 M.B. 21-08-2013 Lois 30321 p.1 Arrêté du Gouvernement de la Communauté française fixant le programme et les conditions de validité de l'enseignement clinique pour l'obtention du grade académique de bachelier en soins

Plus en détail

Avoirs non réclamés des contrats d assurance vie : constat et propositions

Avoirs non réclamés des contrats d assurance vie : constat et propositions Secteur des réformes 04/10/07 Avoirs non réclamés des contrats d assurance vie : constat et propositions Les principaux termes de la problématique des avoirs non réclamés de l assurance vie (parmi lesquels

Plus en détail

L IMPACT DU NOUVEAU FINANCEMENT

L IMPACT DU NOUVEAU FINANCEMENT Mémoire n 135 Août 2009 L IMPACT DU NOUVEAU FINANCEMENT HOSPITALIER SUR LES HÔPITAUX PUBLICS : EXEMPLE DE L HÔPITAL DU VALAIS Olivier Cordonier Ce mémoire a été réalisé dans le cadre du Master of Advanced

Plus en détail

admission directe du patient en UNV ou en USINV

admission directe du patient en UNV ou en USINV Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : admission

Plus en détail

CEM: les comptes d épargne médicale

CEM: les comptes d épargne médicale CEM: les comptes d épargne médicale 1. Situation Le financement du système suisse de santé est à l évidence en passe de devenir un des sujets les plus discutés au cours du siècle. Comme dans la plupart

Plus en détail

Rapport de la Commission de la santé chargée d'étudier la pétition sur le prix de revient des ambulances

Rapport de la Commission de la santé chargée d'étudier la pétition sur le prix de revient des ambulances Secrétariat du Grand Conseil P 1639-A Date de dépôt : 3 août 2010 Rapport de la Commission de la santé chargée d'étudier la pétition sur le prix de revient des ambulances Rapport de M. Marc Falquet Mesdames

Plus en détail

2È JOURNÉE NATIONALE DE FORMATION DES PHARMACIENS CANCER ET ACCOMPAGNEMENT DU PHARMACIEN : UN PREMIER PAS VERS LA RÉSILIENCE.

2È JOURNÉE NATIONALE DE FORMATION DES PHARMACIENS CANCER ET ACCOMPAGNEMENT DU PHARMACIEN : UN PREMIER PAS VERS LA RÉSILIENCE. 2È JOURNÉE NATIONALE DE FORMATION DES PHARMACIENS Avec le Haut Patronage de Madame Roselyne BACHELOT-NARQUIN, Ministre de la Santé, de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative CANCER ET ACCOMPAGNEMENT

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION PATIENT SINUS LIFT

LETTRE D INFORMATION PATIENT SINUS LIFT LETTRE D INFORMATION PATIENT SINUS LIFT Cher Patient voici une feuille explicative en rapport avec l intervention chirurgicale dont vous allez bénéficier. Si vous avez la moindre question, n hésitez surtout

Plus en détail

Régime d assurance collective conçu exclusivement à l intention des membres. En vigueur au 1 er mai 2015

Régime d assurance collective conçu exclusivement à l intention des membres. En vigueur au 1 er mai 2015 Régime d assurance collective conçu exclusivement à l intention des membres En vigueur au 1 er mai 2015 Assurance médicaments, soins de santé et voyage FKQ ASSURANCE Une gamme de protections complètes

Plus en détail

SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE. p. 3. p. 4 LE CESU. p. 5. Les outils. p. 6. Le centre de simulation. Quelques chiffres

SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE. p. 3. p. 4 LE CESU. p. 5. Les outils. p. 6. Le centre de simulation. Quelques chiffres SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE p. 3 LE CESU Les outils Le centre de simulation Quelques chiffres Un exemple : la formation à l emploi des infirmiers des services d urgences En annexe p. 4 p. 5 p. 6 p. 6

Plus en détail

Session d été Compte rendu de la 2 e semaine

Session d été Compte rendu de la 2 e semaine Session d été Compte rendu de la 2 e semaine 13 juin 2014 L initiative sur les bourses d études va à l encontre de l égalité des chances et doit être refusée. Le contre-projet indirect, qui prend la forme

Plus en détail

Responsabilités, autorités et délégations de responsabilité dans le cadre de la prise en charge médicamenteuse du patient

Responsabilités, autorités et délégations de responsabilité dans le cadre de la prise en charge médicamenteuse du patient Observatoire des Médicaments, des Dispositifs médicaux et des Innovations Thérapeutiques Responsabilités, autorités et délégations de responsabilité dans le cadre de la prise en charge médicamenteuse du

Plus en détail

Exonération des primes d assurance-vie. Déclaration du salarié

Exonération des primes d assurance-vie. Déclaration du salarié Exonération des primes d assurance-vie Déclaration du salarié Déclaration du salarié Garantie d exonération des primes d assurance-vie collective Le présent guide contient les formulaires à remplir pour

Plus en détail

PROTÉGER LA SANTÉ DE VOS SALARIÉS AVANTAGES RÉSERVÉS À L ENTREPRISE ET AUX SALARIÉS

PROTÉGER LA SANTÉ DE VOS SALARIÉS AVANTAGES RÉSERVÉS À L ENTREPRISE ET AUX SALARIÉS PROTÉGER LA SANTÉ DE VOS SALARIÉS AVANTAGES RÉSERVÉS À L ENTREPRISE ET AUX SALARIÉS COMPLÉMENTAIRE SANTÉ COLLECTIVE ASSURER LE REMBOURSEMENT DE VOS DÉPENSES PRÉVOIR LE REMBOURSEMENT DE SES DÉPENSES DE

Plus en détail

La Garantie Santé. Enfin une complémentaire santé qui répond à vos attentes. Mutuelle soumise aux dispositions du livre II du Code de la Mutualité,

La Garantie Santé. Enfin une complémentaire santé qui répond à vos attentes. Mutuelle soumise aux dispositions du livre II du Code de la Mutualité, Enfin une complémentaire santé qui répond à vos attentes La Garantie Santé Mutuelle soumise aux dispositions du livre II du Code de la Mutualité, immatriculée au registre national des mutuelles sous le

Plus en détail

Note créée le 19/03/2014

Note créée le 19/03/2014 Note créée le 19/03/2014 La télémédecine : présentation générale et expérimentations 2014 Note d information réalisée par pôle santé et soins Auteure : Fanny Gaspard, Conseillère technique aide et soins

Plus en détail

Centre d Analyse Stratégique

Centre d Analyse Stratégique Centre d Analyse Stratégique Choix d une complémentaire santé Le regard des Assurés et des Entreprises 7 juillet 2009 Centre d Analyse Stratégique Tristan KLEIN Perrine FREHAUT Contacts TNS Sofres Emmanuel

Plus en détail

ROLES DU PHARMACIEN HOSPITALO-UNIVERSITAIRE: VISION D AVENIR

ROLES DU PHARMACIEN HOSPITALO-UNIVERSITAIRE: VISION D AVENIR ROLES DU PHARMACIEN HOSPITALO-UNIVERSITAIRE: VISION D AVENIR Dr. Pascal BONNABRY, PD Pharmacie des HUG Genève PRESSIONS D EVOLUTION Externes Situation économique Besoin de rentabilité Concurrence Législation

Plus en détail

Dossier de presse. «Choisissez l offre qui va avec votre vie»

Dossier de presse. «Choisissez l offre qui va avec votre vie» Dossier de presse «Choisissez l offre qui va avec votre vie» SOMMAIRE Renouveler l offre, un enjeu stratégique pour le groupe p.03, mutuelle professionnelle p.03 Un environnement économique, réglementaire

Plus en détail

Offre d assurance 2016. Aperçu des prestations myflex.

Offre d assurance 2016. Aperçu des prestations myflex. Offre d assurance 2016. Aperçu des prestations myflex. La CSS Assurance fait partie des leaders suisses de l assurance-maladie. Grâce à un éventail complet de produits et à des solutions d assurance flexibles

Plus en détail

Offre santé 2015 FGMM-CFDT

Offre santé 2015 FGMM-CFDT SOMILOR - HARMONIE MUTUELLE Offre santé 2015 FGMM-CFDT Réservée aux adhérents régime général La FGMM-CFDT a négocié pour vous une complémentaire santé groupe SOMILOR-HARMONIE MUTUELLE. Bénéficiez de tous

Plus en détail